J`écris parce que je chante mal

Commentaires

Transcription

J`écris parce que je chante mal
J'écris parce que je chante mal
GENCOD : 9782930538532
PASSAGE CHOISI
Duel sur l'autoroute
Ce matin, je roulais à 120 vers le travail. Rien ne pressait pourtant, mais la moto semblait
avoir trouvé l'hiver très long.
Je suivais depuis quelques moments une de ces voitures-camions qu'on excuse par l'arrivée
d'un enfant. Dans cette boite de tôle six cylindres, il y avait une gamine au sourire troué qui
me regardait avec fascination. Je lui ai fait un salut de la main. Elle n'a pas répondu. Petite
conne. Je lui ai donc fait une grimace. Elle s'est cachée jusqu'aux yeux derrière le dossier de
la banquette, puis, sans prévenir, elle m'a tiré une balle avec son index. Bang !
Merde ! J'étais touché à l'épaule droite ! Je ne pouvais laisser cette scélérate impunie. Il
n'était pas vrai qu'une jeune gosse de banlieue aurait si aisément ma peau. Malgré la
douleur, malgré le sang que je laissais par litres sur l'autoroute, je me suis penché sur mon
réservoir. J'ai flatté les flancs de ma vaillante Honda puis j'ai accéléré. Arrivé à la hauteur de
la camionnette, j'ai visé, un oeil sur la route, un autre vers la cible. Bang ! Bang ! La fenêtre
arrière a éclaté mais la petite peste a ri, toujours indemne. Elle a riposté. Ma moto en a pris
une dans le radiateur. Blessée, la mécanique a boucané aussitôt.
Pour fuir, l'ennemi a signalé son intention de prendre la prochaine sortie. Je devais faire vite
sinon je les perdrais. J'ai visé minutieusement. Un buisson sec a traversé l'autoroute en
roulant. Close up sur mon oeil à moitié fermé. Mon doigt tremblant sur la gâchette. Son
plaintif d'harmonica. Bang !
Touché ! La soeur des Dalton a laissé tomber son arme puis a mimé une mauvaise agonie
pendant cinq bonnes secondes avant de disparaître derrière le banc du chauffeur. J'ai vu son
père, le regard menaçant dans le rétroviseur, lui ordonner de se calmer. Puis, comme la
camionnette s'éloignait dans la voie qui menait à un boulevard quelconque, mon ennemie
m'a fait au revoir de la main en riant. Salut cowgirl ! Je lui ai juré que la prochaine fois je
viserais son père.
Ce matin, pendant mon cours, j'ai passé mon temps à me masser l'épaule en souriant. Il y a
des blessures qui font du bien.
EN SAVOIR PLUS SUR CE LIVRE
Consultez la fiche complète de ce livre sur PassageDuLivre.com
Commandez ce livre sur Fnac.com

Documents pareils