Le lien s`ouvre dans une nouvelle fenêtre•Informations sur le contenu

Commentaires

Transcription

Le lien s`ouvre dans une nouvelle fenêtre•Informations sur le contenu
Publication
Schnidejoch et Lötschenpass : investigations archéologiques
dans les Alpes bernoises
Durant l’été caniculaire de 2003, une randonneuse avait découvert au Schnidejoch un objet
archéologique libéré par la fonte des glaces. Le Service archéologique du canton de Berne a
étudié ce site de haute montagne pendant les années qui ont suivi et mis au jour de nombreux autres objets. Le bilan de ces travaux est publié dans un ouvrage en deux tomes, qui
sera présenté prochainement au public à La Lenk.
Le recul des glaciers est l’une des manifestations les plus spectaculaires du réchauffement climatique mondial. Il a un impact entre autres sur les découvertes archéologiques : la fonte des glaces
fait réapparaître des objets enfouis dans la glace, où ils ont été préservés pendant des millénaires.
C’est ainsi qu’une randonneuse qui avait entrepris l’ascension du Schnidejoch (2756 m), dans
l’ouest des Alpes bernoises, durant l’été caniculaire de 2003 a trouvé un objet singulier en écorce de
bouleau qui s’est avéré être un morceau de carquois vieux de 4800 ans.
Archéologie en haute montagne
De 2004 à 2011, le Service archéologique du canton de Berne s’est rendu plus de trente fois sur le
versant nord du Schnidejoch et, en collaboration avec le Service d’archéologie du canton du Valais,
sur le versant sud de ce col. De nombreux autres objets en bois, cuir et métal ont pu être mis au jour
et étudiés scientifiquement. Les travaux ont également porté sur les objets de l’âge de bronze découverts au Lötschenpass (2678 m), les premiers mis au jour dans les Alpes bernoises entre 1934
et 1944, ainsi que sur d’autres sites archéologiques de part et d’autres de la crête nord des Alpes.
Des découvertes uniques
Le carquois en écorce de bouleau est l’une des découvertes les plus sensationnelles de cette campagne : il a pu être assemblé à partir du premier morceau trouvé en 2003 et d’autres morceaux retrouvés en 2005. Destiné à protéger un arc et des flèches, cet étui reflète une maîtrise technique
tant par le matériau utilisé que par la méthode de fabrication employée. Cet objet archéologique est
unique au monde : aucun étui comparable n’a été retrouvé à ce jour. Parmi les quelque 900 objets
mis au jour figurent un arc, plusieurs flèches complètes et les fragments d’un bol en bois d’orme. Ce
bol est le plus ancien récipient en bois de Suisse (vers 4500 av. J.-C.). D’autres trouvailles spectaculaires ont été faites, notamment un récipient en écorce de bouleau et une épingle à vêtements
datant de l’âge de bronze ainsi que des vêtements et des chaussures en cuir. Les objets en cuir
retrouvés, qui remontent au néolithique, constituent la plus importante collection au monde d’objets
préhistoriques réalisés dans ce matériau.
Les découvertes faites au Schnidejoch se distinguent par un excellent état de conservation, l’âge
très ancien des objets les plus vieux et la période très étendue que recouvrent les trouvailles : les
objets les plus anciens remontent à 4800-4300 av. J.-C. tandis que les plus récents, qui datent du
moyen-âge, ont environ un millier d’années. Selon le professeur Albert Hafner, de l’Institut des
sciences archéologiques de l’Université de Berne, seul un petit nombre de sites en Europe couvrent
une période allant du néolithique au moyen-âge en passant par l’âge de bronze, l’âge de fer et
l’époque romaine. Les découvertes archéologiques du Schnidejoch attestent que le col est fréquenté
depuis près de 6000 ans, par des chasseurs et des bergers séjournant en haute montagne pour
chasser ou faire paître leurs troupeaux comme par des marchands voulant rallier les vallées valaisannes ou bernoises pour y échanger leurs marchandises.
Etude scientifique et publication
Le Service archéologique publie un ouvrage en deux tomes qui recense les résultats des travaux
interdisciplinaires menés par un groupe de trente spécialistes placés sous la direction du professeur
Albert Hafner. C’est la première fois que des découvertes archéologiques faites à la frontière entre
les cantons de Berne et du Valais sont présentées conjointement. Les articles sont donc rédigés en
grande partie en deux langues, français et allemand.
Notice bibliographique
Albert Hafner, Schnidejoch und Lötschenpass. Archäologische Forschungen in den
Berner Alpen / Schnidejoch et Lötschenpass. Investigations archéologiques dans les Alpes bernoises.
2 Bde / 2 vol. Berne 2015. Au total 524 p. et 416 ill. Prix : CHF 68.–. ISBN 978-3-907663-35-6.
A commander auprès du Service archéologique du canton de Berne, [email protected], 031 633 98 22