Relations familiales

Commentaires

Transcription

Relations familiales
Relations familiales
Voir aussi nos dossiers :
Homosexualité : la nouvelle vague rose
Le papa nouveau est arrivé !
Famille homoparentale
Les couples homosexuels sont des parents comme les autres !
Les enfants de parents homosexuels n’ont pas de problèmes psychologiques particuliers. C’est ce que vient de démontrer l’une des premières
études françaises sur le sujet. Les enfants élevés par des parents de même sexe ont un développement comportemental et psychologique
identique à celui de couples hétérosexuels. Ils seraient même plus actifs que la moyenne, bien que plus timides. Un résultat qui devrait relancer la
polémique sur le droit à l’adoption pour les couples gays et lesbiens.
Les enfants de parents homosexuels sont-ils moins équilibrés que ceux de parents hétérosexuels ? Si
de nombreuses études anglo-saxonnes ont été menées sur le sujet, les scientifiques français n’ont
pas semblé s’y intéresser. Le sujet de la thèse soutenue en octobre 2000 par un jeune pédopsychiatre
vient combler cette lacune.
Une étude sur 58 enfants
En effet, le docteur Stéphane Nadaud, du centre hospitalo-universitaire de
Bordeaux, a mené une étude sur 35 filles et 23 garçons, âgés de 4 à 16
ans. Tous ces enfants avaient des parents qui se déclaraient
homosexuels, recrutés grâce à l’Association des Parents et futurs parents
Gays et Lesbiens (APGL). Dans 80 % des cas, le parent légal était une
femme et vivait en couple avec un partenaire du même sexe, depuis sept
ans en moyenne. Le mode de conception de ces enfants variait
énormément : 64 % à l’occasion d’un rapport sexuel, 22 % après
insémination et 2 % après appel à une mère porteuse. En outre, 12 %
avaient été adoptés.
Aucune différence avec la population générale
Afin d’évaluer le développement psychologique de ces enfants, le Dr
Nadaud a envoyé aux parents plusieurs questionnaires. L’un d’eux permettait d’évaluer les profils
psychologiques et comportementaux de chaque enfant. Résultat : les enfants de parents
homosexuels ne sont pas différents de la population générale. Ceux nés après une insémination
artificielle semblaient même plus équilibrés. Petit détail : ceux qui avaient au préalable vécu avec des
parents hétérosexuels (59 % des enfants) avaient en moyenne un score un peu moins bon au
questionnaire que ceux qui avaient toujours connu des parents du même sexe. Pour le Dr Nadaud,
cela est peut-être lié au traumatisme de la séparation de ses deux premiers parents.
Des parents plus anxieux
L’un des questionnaires transmis par le pédopsychiatre concernait le tempérament de ces enfants.
D’après les résultats, ceux-ci semblaient plus actifs et plus à même d’exprimer leurs émotions.
Néanmoins, ils semblaient plus timides et moins sociables que la population générale. Selon l’auteur,
ces enfants pourraient avoir plus de difficultés avec les autres, du fait des éventuelles critiques,
concernant leur environnement familial, qu’ils subissaient.
Selon l’auteur, les réponses aux différents questionnaires sont fiables, les parents n’étant pas enclins
à sous estimer les difficultés de leurs enfants. Au contraire, ceux-ci sont même plus anxieux pour leur
progéniture que les autres parents : 41 % des enfants bénéficient ainsi d’un suivi psychologique.
L’adoption autorisée… En théorie
Bien sûr, il faut reconnaître les limites de ce travail : l’effectif étudié est très faible, et les enfants n’ont
pas été suivis sur un long terme, afin notamment de connaître leur évolution à l’adolescence.
Néanmoins, ces résultats confirment ceux des nombreuses études anglo-saxonnes. S’il est impossible
de résumer l’ensemble des travaux, ces études soulignent qu’il n’existe aucun problème
psychologique dans le développement des enfants de parents homosexuels. Ces études montrent
également qu'avoir des parents du même sexe n'a pas d'influence sur l'orientation sexuelle à l'âge
adulte.

Documents pareils