Le maintien à domicile des personnes âgées

Commentaires

Transcription

Le maintien à domicile des personnes âgées
Le maintien à domicile des personnes âgées
29 juin 2009
« Développer au maximum le service à domicile afin que les
personnes âgées ne soient pas comme chassées de leur propre
vie avant le jour de leur mort ».
François Mitterrand, 7 avril 1982
En 1962, les conclusions du rapport de Pierre
Laroque (fondateur de la Sécurité sociale) établissaient que le maintien à domicile des personnes
âgées était, d’un point de vue économique et
social, préférable aux autres solutions.
Depuis, le réseau d’aide à destination des personnes âgées s’est développé. Plus de 90 % d’entre elles vivent chez elles et l’âge moyen d’entrée dans une maison de retraite se situe au-delà de 80 ans. Toutefois,
cette solution n’est pas facile à mettre en place.
La difficulté morale de voir son parent perdre son autonomie physique et parfois intellectuelle s’ajoutent
celle de trouver les bonnes ressources, les personnes compétentes et, pour certains, les difficultés financières car le maintien à domicile coûte très cher. Souvent, l’aide à domicile ne fonctionne que lorsque la
famille l’assure.
Profil couleur : Generic CMYK printer profile - None
Composite 150 lpp
45 degrØs
Dépendance et domicile
Une enquête barométrique du ministère de la Santé, pu- Toujours selon la Drees, « l’entrée en institution pour soi-même
bliée dans le numéro 491 de mai 2006 de la revue Etudes est une solution moins souvent envisagée. Contrairement à la
et Résultats, montre qu’en matière de dépendance, deux
préoccupations principales se détachent dans l’esprit des période 2000-2002, durant laquelle les Français interrogés
Français : le mode de prise en charge des personnes âgées envisageaient de plus en plus de vivre dans un établissement
dépendantes (domicile vs institution) et le financement du spécialisé (plus 4 points), cette alternative apparaît toutefois
1.1 entre 2002 et 2005. Ainsi, en 2005,
risque dépendance. (http://www.senioractu.com/UneÉvolution de la population
âgée
moins
souvent choisie
grande-majorite-des-Francais-est-pour-le-maintien-a-doquatre Français sur dix envisageaient d’entrer eux-mêmes
micile-des-personnes-agees_a5716.html)
1 - Répartition de la population par sexe et âge au
1er janvier 1950
2 - Répartition de la population
par institution
sexe et âge au
dans une
pour personnes âgées. Cette intention est
1er janvier 2005
plus fréquemment citée à mesure que l’on avance en âge, et
Selon cette enquêteâgede la Direction de la Recherche, des
99 ou +
Études, de l’Évaluation
et des Statistiques (DRESS) intitulée «
90
Dépendance
des
personnes
âgées
et handicap : lesFemmes
opinions
Femmes
Hommes
1
des Français », entre80 2002 et 2005, le maintien à domicile
2
reste la solution préférée
par une majorité de Français, mais
70
de moins en moins à60travers une cohabitation directe.
3
4
âge
ce
jusque vers 65 ans. Au-delà, surtout à partir de 80 ans, la
100
Hommes
proportion de
ceux qui optent pour cette solution devient in90
1
férieure
à la moyenne. Ces résultats sont sans doute à mettre
80
2
en
rapport avec
le champ de l’enquête, les personnes inter70
rogées
vivant3 exclusivement à domicile. Le souhait de ne pas
60
entrer
en institution4 peut donc s’expliquer par un choix de
50 mais aussi par le fait que les personnes concernées ont
vie,
déjà
trouvé les moyens nécessaires leur permettant de rester
40
chez
elles ».
30
5
50
« En 2005, le maintien
des personnes âgées dépendantes à
40
leur domicile ou à celui
de leurs familles restait le vœu de
1
1
huit Français
sur dix.30 En revanche,
alors que l’accueil chez
5
soi était la solution 20
la plus fréquemment prônée de 2000 à
20
2
2
2002 (32 % des Français
en 2000 et en 2001), cette modalité
D’autre part, globalement, le nombre de Français prêts à
10
10
3
n’arrive3 qu’en deuxième
position
en
2005
:
ainsi,
29%
des
consentir
à une épargne supplémentaire pour faire face à la
0
0
Français
de 400
la 300
personne
500 400 300 interrogés
0 préféreraient
0 100 200 300s’occuper
400 500
200 100
500
0 100 200 300
400 500
200 100 0 dépendance
a diminué,
précise l’enquête de la Drees. Ainsi,
effectifs
encette
milliers dernière ; 25 % accepteraient deeffectifs en milliers
âgée
au
domicile
de
en
2005,
deux
tiers
des
Français se sont déclarés disposés
1 : déficit des naissances dû à la guerre de 1914-1918 (classes creuses) ;
1 : déficit des naissances dû à la guerre de 1914-1918 (classes creuses) ;
l’accueillir
chez
prêts à2 : consacrer
une
2 : passage des classes
creuseseux
à l'âge et
de la23%
fécondité seraient
;
passage des classes
creuses à à
l'âgeéconomiser
de la fécondité ;
davantage pour anticiper leur éventuelle perte
3 : déficit des naissances dû à la guerre de 1939-1945.
3 : déficit des naissances dû à la guerre de 1939-1945 ;
partie
de leur revenu à payer des aides à leur
parent dépen- d’autonomie. Le nombre de ceux qui y sont enclins a diminué
4 : « baby-boom » ;
Source : Insee, État civil.
5 : fin du « baby-boom
».
dant pour lui permettre de rester chez lui » précise
cette étude 4 points entre 2002 et 2005, alors qu’il avait auparavant
Source : Insee, État civil.
de. .../...
progressé de manière importante entre 2000 et 2002 (plus
7 points). Cette intention coïncide
3 - Évolution de l'importance des personnes âgées dans l'ensemble de la population
avec le comportement, observé au
niveau plus global, des ménages
Effectifs 1950
Effectifs 1970
Effectifs 1990
Effectifs 2000
Effectifs 2005p
français vis-à-vis de l’épargne. Elle
en milliers
en milliers
en milliers
en milliers
en milliers
en %
peut aussi être mise en relation avec
Moins de 20 ans
12 555,6
16 748,3
15 719,7
15 029,0
15 086,0
24,9
l’introduction de l’APA en 2002.
20-64 ans
24 364,6
27 306,3
32 985,8
34 352,2
35 527,8
58,7
65 ans ou plus
dont 65-69 ans
70-74 ans
75-79 ans
80-84 ans
85-89 ans
90 ou plus
Total
dont centenaires
4 727,1
1 741,1
1 421,3
914,8
449,3
163,4
37,2
6 473,6
2 343,8
1 774,0
1 198,5
734,2
321,4
101,7
7 871,5
2 709,4
1 323,7
1 753,7
1 210,2
632,6
241,9
9 415,3
2 727,6
2 445,3
2 105,2
870,3
844,0
422,9
9 947,4
2 567,4
2 503,7
2 128,3
1 662,5
572,1
513,4
16,4
4,3
4,2
3,5
2,7
0,9
0,8
41 647,3
50 528,2
56 577,0
58 796,5
60 561,2
100,0
0,0
1,1
3,8
8,0
15,9
Note : il s'agit de la population au 1er janvier et de l'âge en années révolues.
Source : Insee, État civil.
En revanche, de plus en plus de
Français attribuent un rôle majeur
aux pouvoirs publics en matière
de prise en charge des personnes
âgées dépendantes, et ce devant la
famille qui arrive en deuxième position.
Publication
: Centre de documentation - Institut du Travail Social de Tours - www.its-tours.com
4 - Rapport de dépendance des personnes âgées
pour 1 000
Page À lire en ligne
Pour une politique massive de maintien à domicile
des personnes âgées.Vieillir : Comment ? Jusqu’où ?
Parlons-en ! par Véronique Fournier, * Médecin, directrice du Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin
(http://www.lautrecampagne.org/article.php?id=30)
(…)
Le vieillissement, on le sait, est massivement devant nous,
individuellement et collectivement. Les chiffres parlent d’eux
mêmes : en 1950, il y avait 200 000 Français de plus de 85 ans,
en 2006 ils sont 1 200 000, et l’espérance de vie continuant
d’augmenter en moyenne d’un an tous les quatre ans, 50%
des filles qui naissent en France aujourd’hui vivront centenaires. Or, avec l’âge, les risques de solitude et de dépendance
augmentent. Aujourd’hui, la réponse de la collectivité à ce risque reste pour l’essentiel l’hébergement collectif et sa conséquence fréquente, une médicalisation sans frein dont on peut
se demander si les intéressés eux-mêmes ne la ressentent pas
comme excessive.
Pourtant, il y a une autre réponse, à laquelle je ne
vois pour ma part que des avantages, à la fois au plan
individuel et collectif, socio-économique et sociétal,
mais qui relève d’un clair volontarisme politique :
l’aide massive au maintien à domicile, jusqu’au bout,
de toutes les personnes qui le souhaitent. Certes, l’idée
n’est pas récente et plusieurs plans successifs, dont le
récent Plan Borloo ont cherché à favoriser le développement des services à la personne, mais les efforts restent trop timides, faute d’une argumentation politique
suffisamment articulée et convaincante. (…)
Au plan individuel et sociétal, il y a au moins quatre
arguments en faveur d’une politique massive de maintien à domicile des personnes âgées.
l Le premier tient à une certaine conception du
vieillissement, vu avant tout comme une continuation
de soi-même, devant s’inscrire en cohérence d’une
histoire de vie. (…)
l Le second consiste à accepter de faire davantage place à la montée d’une certaine revendication
autonomiste et individualiste. N’y a-t-il pas une grande
violence à imposer une vie en collectivité à des hommes et des femmes dont l’un des principaux combats
a été de tenter d’acquérir toujours plus les moyens à
la fois financiers, affectifs et culturels de leur autonomie ?
l Le troisième renvoie à une relecture de la notion de dépendance. (…) La confusion des genres est
fréquente et elle amène trop souvent à considérer ceux
qui ne peuvent plus accomplir seuls les principaux actes de la vie quotidienne comme n’ayant plus le droit
de décider pour eux-mêmes de la façon dont ils veulent vivre. (…)
l Le quatrième argument est lié à l’importance
au plan sociétal de refonder la notion de solidarité sur
celle de lien social plutôt que de protection sociale. En
effet, il est trop facile de s’estimer quitte d’un devoir
citoyen de solidarité, au prétexte de l’importance des
Sur internet
http://www.sanitaire-social.com/maintien_personnes_agees_a_domicile.html
Le maintien des personnes âgées à domicile est un service qui s’adresse à toutes les personnes âgées qui se trouvent dans l’incapacié d’accomplir certaines tâches de la vie
courante. Le maintien des personnes âgées à domicile se
traduit par un accompagnement dans les tâches ménagères, administratives... et surtout un contact et une présence
régulière.
Pour faciliter les recherches, un annuaire répertorie les
adresses utiles pour le maintien des personnes âgées à domicile. Il est consultable en ligne et répertorie les services de
maintien de personnes âgées à domicile par région.
cotisations sociales qui nous sont demandées. Et on
peut s’interroger sur le sens d’un système national de
protection sociale qui en contre-partie d’une grande
solidarité financière aboutit à amoindrir le lien social.
Au plan socio-économique et collectif, les arguments en faveur d’une politique massive d’aide au
maintien à domicile de nos aînés relèvent à la fois de
la politique de l’emploi, de l’habitat et de la santé.
Au titre de la politique de l’emploi, la démonstration n’est plus à faire : les services à la personne, et
notamment les emplois à domicile sont depuis longtemps reconnus comme une réserve encore abondante
de création d’emplois. (…)
Enfin, le maintien à domicile de nos aînés permettrait probablement aussi d’éviter de les médicaliser
excessivement, tendance que l’on observe volontiers
une fois qu’ils sont accueillis en hébergement collectif.
(…)
Pour conclure, une remarque inspirée d’une comparaison avec nos voisins européens du Nord et du
Sud. Alors que nous sommes situés à mi-chemin des
uns et des autres, de la Suède et de l’Italie, notre politique de prise en charge du vieillissement n’a su tirer
les leçons ni des uns ni des autres. Après avoir créé
massivement de l’hébergement collectif et institutionnel destiné aux personnes âgées, nos voisins suédois
en reviennent aujourd’hui. Ils réfléchissent à de nouvelles formules plus proches du domicile, à base par
exemple de structures de jour ou de petits appartements partagés, quand nous sommes vingt ans plus
tard encore en train de prôner le développement de
nouveaux long-séjours et autres maisons de retraite.
Quant à nos voisins italiens, cela fait longtemps qu’ils
ont su laisser se développer, sans les contraindre au
plan réglementaire, les services d’aide à la personne
à domicile. L’offre vient en général de populations migrantes en quête d’emploi, comme par exemple celles venant des pays de l’Est. Les personnes ainsi employées consolident le réseau des solidarités familiales
et de proximité qui semble être resté plus dense au sud
qu’au nord de l’Europe. Quant à nous, entre Europe du
Nord et Europe du Sud, où sommes-nous ? En tous cas,
bien peu concernés collectivement par les conditions
du mieux vieillir !
Publication : Centre de documentation - Institut du Travail Social de Tours - www.its-tours.com
Page Pathologies de la personne âgée
e Les chutes
e La pathologie iatrogène
Après 65 ans, une personne sur 3 chute au moins
une fois dans l’année, une sur deux après 80 ans.
e La dénutrition
Elle touche plus du tiers des personnes âgées.
Les effets indésirables d’un ou plusieurs médicaments sont responsables de 5 à 10 % des motifs d’hospitalisation après 65 ans.
e La dépression
La dépression est fréquente et sa fréquence s’accentue avec l’âge.
e La douleur
Dans le mois précédent le décès, 65 à 70 % des
personnes présentent des douleurs permanentes ou très
fréquentes.
e Les démences
e Les suicides
Les personnes âgées sont un groupe à risque et on
observe ces dernières années une augmentation des taux
de suicides.
À lire dans les revues
Gérontologie et société, n° 122, 3/2007,
Aider, soigner, accompagner les
personnes à domicile
w
Un éclairage sur l’intime
Florence Leduc Jean-baptiste Delcourt
Intervenir à domicile ne va pas de soi, c’est à chaque
fois une nouvelle rencontre, un nouvel accueil, un moment
d’inquiétudes. On plonge à chaque fois dans l’intérieur, dans
le proche, le privé, le secret ; à soi seul, cela constitue un
territoire mental, d’où la difficulté d’y entrer sans intruser.
Passant d’un domicile à l’autre, le professionnel doit s’adapter rapidement et son attention éthique est sans arrêt mise
à contribution, d’autant que l’intime de l’un n’est pas celui
de l’autre. Et pour les personnes aidées, partiellement ou
totalement privées de leur indépendance, le domicile c’est
le lieu d’exercice de leur autonomie, en tant que capacité
à se donner soi-même les principes de sa propre vie. Alors,
comment faire pour se garder, pour préserver ce qui est à
soi, fondamentalement au fond de soi ! Le domicile devient
le lieu paradoxal où se mêlent et s’entrecroisent l’intime, le
public, le privé.
w
De l’intimité du professionnel dans
l’intervention au domicile
Elian Djaoui
L’intervention au domicile du fait de ses particularités,
temporalité longue, spécificité du lieu, caractéristiques de la
population prise en charge (la vieillesse avec à l’horizon la
mort), fait inévitablement résonance avec l’intimité du professionnel. Cette pratique (à moins de la réduire à des activités purement ménagères) n’a de sens que si le professionnel
fait entrer, dans certaines limites, la personne âgée dans son
espace intime. D’où la nécessité de construire un nouvel
espace, espace d’intimité propre aux deux protagonistes
(lieu d’échange et de sauvegarde d’informations, de partage
d’expériences. Le clivage intimité/professionnalité, là, paraît
inadapté. Cependant, un risque majeur existe, l’intimité du
professionnel peut, dans certains cas extrêmes, s’en trouver violée (phénomène d’inductions psychiques et risque de
«vampirisme»).
La Croix du 03/03/2004,
Nos parents vieillissent
(…) Il est difficile d’accepter que ses parents vieillissent.
Certains le supportent tellement peu qu’ils rompent totalement. D’autres, au contraire, se sentent tellement concernés
qu’ils prennent leurs parents chez eux, ce qui n’est pas toujours bien vécu par le conjoint et les enfants. Mais selon les
spécialistes, dans 75 % des cas, les enfants font tout pour
maintenir leurs parents âgés dans leur environnement et à
leur domicile, plutôt que de les mettre dans une maison de
retraite.
Dans ce cas, Bernadette Puijalon, anthropologue, maître de conférences à Paris XII, préconise néanmoins de faire
appel à des professionnels pour ne pas laisser les soucis
matériels empiéter sur la relation affective. (…) L’important
est d’associer le plus possible le parent âgé aux décisions
concernant son mode de vie. Dans la pratique, les choses
sont souvent différentes, (…) bon nombre d’enfants adultes se reposent entièrement sur un frère ou une soeur «plus
proche du parent». La pression qui pèse alors sur celui que
les spécialistes appellent «l’aidant principal» est souvent accentuée par le parent âgé qui, délaissé par les autres, se fait
de plus en plus exigeant. (…)
Malgré toutes les difficultés, la plupart des familles restent solidaires de leurs proches âgés.
Celui qui est devenu «dominant» dans la relation parentenfant a d’ailleurs beaucoup de mal à accepter que le parent bouscule ses choix. (…).
Publication : Centre de documentation - Institut du Travail Social de Tours - www.its-tours.com
Page 65-69 ans
75-79 ans
Recours à une aide
85-89 ans
65-69 ans
Non recours à une aide
Source : Insee, enquête HID 1999 à domicile, calculs Drees.
Empan, n° 52, 4/2003
Pourquoi l’aide à
domicile ?
Aide mixte
75-79 ans
Aide formelle
85-89 ans
Aide informelle
Source : Insee, enquête HID 1999 à domicile, calculs Drees.
5 - Nature de l'aidant principal
en %
L'aidant principal est le conjoint
L'aidant principal est un enfant
dont un fils ou un gendre
dont une fille ou une bru
Autre aidant
Total
Femme aidée
Homme aidé
Ensemble
34
48
13
35
18
100
75
15
4
11
10
100
50
35
10
25
15
100
Chacun à leur manière, bon
nombre de nos aînés expriment
souvent un attachement fort pour
Champ : personnes aidées de 60 ans ou plus.
Lecture : lorsque c'est une femme âgée qui est aidée, l'aidant principal est son conjoint dans 34 % des cas.
leur domicile. (...) En vieillissant,
Source : Insee, enquête HID 1999 à domicile, calculs Drees.
la personne restreint son champ
d’action en le limitant à un es6 - Activités pour lesquelles les personnes âgées sont aidées
pace qu’elle peut maîtriser grâce à des repères renforcés par le temps. Ainsi, l’environnement du domicile, imprégné de
en %
l’histoire individuelle, assure une stabilité dans le temps Activité
et un sentiment de sécurité,
alors
que
lesfemme
remaniements
biologiL'aidant
principal
est une
L'aidant principal est
un homme
ques et sociaux subis par la personne Soins
vieillissante
personnels la poussent au changement. (…)
42
26
Défense
des droits
et intérêts à la personne une continuité identitaire
38
38
L’enjeu du maintien à domicile est
donc
de garantir
malgré les avatars
du
Aller voir le médecin, s'occuper des problèmes de santé
47
53
vieillissement. Grâce aux habitudes et
expériences
que
cristallise
la vieadministratives
à domicile, la personne
âgée met en 55
place des
Gérer
le budget, s'occuper
des papiers
et des démarches
54
Faire les courses
71
72
stratégies de compensation de ses déficiences
physiques et cognitives.
Faire les tâches ménagères
65
45
Champ : personnes aidées de 60 ans ou plus.
Lecture : lorsque l'aidant principal est une femme, dans 42 % des cas elle aide la personne âgée pour les soins personnels.
Source : Insee, enquête HID 1999 à domicile, calculs Drees.
Une « affaire de famille »
(…) L’image idéalisée et figée du parent âgé se brise et appelle à un travail de deuil. Au quotidien, s’opère une inversion
des dépendances : les enfants adultes prennent en charge le devenir de leurs parents et leur organisent un nouveau mode
de vie. (…) Dans le renversement desAide
rôlesà familiaux
domicile se joue alors le remboursement de la dette transgénérationnelle. (…)
99
Quelques textes importants
Les acteurs du maintien à domicile
w Les textes concernantN:\H256\STE\K3WCPB\_DONNEES\Les
la « prestation spécifique Pers
dépendan(…) L’intervenant à domicile a d’abord un
AgØes def\3.18\3.18.vp
lundi
23 constitue
mai 2005 17:18:21
ce » avec la grande évolution
que
la loi 2001-647 du 20
rôle social. Il vise le bien-être de la personne
Juillet 2001 relative à la prise en charge de la perte d’autonomie
et l’accompagne au cours de sa vie. Le bon dédes personnes âgées et à l’allocation personnalisée d’autonomie
roulement de l’aide passe par la création d’une
(APA).
relation de confiance, et requiert donc chez le
w La loi 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et
professionnel des qualités comme la patience,
médico-sociale.
l’écoute, la disponibilité, le dynamisme, la disw Les décrets en cours d’élaboration ou déjà sortis découlant
crétion, l’honnêteté, le respect de la personne, le
de la loi 2002-2.
maintien des limites professionnelles, la capacité
w La circulaire DGAS/SD 4 N° 2002-580 du 28 Novembre
d’adaptation à chaque situation… (…)
2002 relative aux modalités d’intervention du fonds de moderniPar une intervention de qualité, l’aidant prosation de l’aide à domicile des personnes âgées.
fessionnel contribue à la réassurance de la perw Loi n°2005-841 du 26 juillet 2005 relative au dévelopsonne, au maintien ou à la reprise de son autonopement des services à la personne et portant diverses mesures en
mie, à la stimulation de ses capacités cognitives,
faveur de la cohésion sociale
au maintien de sa socialisation. L’effet rythmant
w L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a présenté
des interventions et l’attachement qui se crée, ofen juillet 2006 un rapport intitulé « Rapport relatif à la politique
frent une protection contre l’isolement, le désinde maintien à domicile des personnes âgées relevant de la Caisse
vestissement, la dépression. (…)
nationale d’assurance vieillesse ».
Les relations entre la famille et le professionnel relèvent de modes divers parmi lesquels se dessinent trois cas bien marqués :
* l’échange et la collaboration : le professionnel rend service à la famille en intervenant auprès du parent âgé. Il
échange des informations avec celle-ci. Il constitue un véritable relais ;
* l’indépendance totale : la famille est absente, le professionnel diminue la solitude de la personne qui transfère sur
lui son lien affectif désormais sans objet ;
* le conflit : se rencontre notamment dans les cas où le conjoint est présent. Parfois, celui-ci n’accepte pas de partager
avec le professionnel un rôle qu’il assumait auparavant en totalité ; ce refus se manifeste par des critiques adressées à l’assistante de vie, la diminution de ses heures d’intervention, voire l’arrêt des interventions. Souvent, dans ce cas, les relations
parent(s)-enfant(s) sont elles aussi
6 - Activités pour lesquelles les personnes âgées sont aidées
conflictuelles. (…)
en %
Activité
Soins personnels
Défense des droits et intérêts
Aller voir le médecin, s'occuper des problèmes de santé
Gérer le budget, s'occuper des papiers et des démarches administratives
Faire les courses
Faire les tâches ménagères
L'aidant principal est une femme L'aidant principal est un homme
42
38
47
54
71
65
26
38
53
55
72
45
Champ : personnes aidées de 60 ans ou plus.
Lecture : lorsque l'aidant principal est une femme, dans 42 % des cas elle aide la personne âgée pour les soins personnels.
Source : Insee, enquête HID 1999 à domicile, calculs Drees.
Publication : Centre de documentation - Institut du Travail Social de Tours - www.its-tours.com
Page