L`université Un an à Montréal, (Le témoignage de Cédric)

Commentaires

Transcription

L`université Un an à Montréal, (Le témoignage de Cédric)
Un an à Montréal,
(Le témoignage de Cédric)
Pour ma troisième année de licence de gestion à l’IAE Dijon, j’ai décidé de partir à Montréal. J’ai
profité d’un échange étudiant appelé CREPUQ (Conférence des Recteurs et Principaux des
Universités du Québec) qui permet à des étudiants du monde entier de venir étudier dans les
universités du Québec pour un semestre au minimum. J’ai alors eu la chance d’être sélectionné par
l’UQAM (Université du Québec à Montréal) pour passer une année dans cette université.
L’université
L’UQAM est une université qui se situe au cœur
de Montréal. Elle dispose d’une composante qui
traite seulement des domaines de la gestion et qui est l’Ecole des Sciences de la Gestion. Cette école
forme plus de 20% des étudiants en gestion au Québec. L’ESG souhaite donc accueillir des étudiants
étrangers en grand nombre afin d’être reconnue à l’international et de disposer d’un grand nombre
d’ambassadeurs parlant de cette école dans leur pays d’origine comme nous l’a expliqué le doyen
lors de la journée de bienvenue destinée aux étudiants venus de l’étranger.
L’UQAM en accueille plus de 3000 chaque année, venant d’environ 85 pays. Cette diversité fait la
force de cette université, mêlant cours en anglais et en français, professeurs venant de plusieurs
pays différents, etc. De plus, le dynamisme de cette université m’a fortement marqué pendant cette
année. Tout d’abord, l’accueil qui nous a été offert m’a permis d’être intégré dès mes premiers jours
à Montréal. Il existe au sein de l’université un service pour les étudiants étrangers qui nous a permis
de découvrir la région, mais aussi d’aborder des questions telles que l’hiver à Montréal. Ensuite, les
associations étudiantes prennent le relai pour s’occuper de l’aspect festif et de l’intégration, ce qui
m’a été fortement utile pour rencontrer les personnes avec qui j’ai passé le reste de mon année.
Enfin, les cours dispensés ont été de très bonne qualité, avec des professeurs très intéressants et
des mises en pratiques enrichissantes. J’ai notamment dû fournir en équipe un plan de
communication pour Tennis Canada qui souhaitait promouvoir la Coupe Rogers qui fait partie des
plus grands tournois de tennis mondiaux. La proximité avec les professeurs, que les québécois
tutoient car cela fait partie de leur culture, est très enrichissante sur le plan humain.
Les cours sont dispensés de 9h30 à 21h, permettant aux étudiants de choisir la plage horaire qu’ils
préfèrent car beaucoup d’entre eux ont un job à coté de leurs études. Avec l’échange CREPUQ, les
étudiants doivent choisir entre 4 et 5 cours par semestre, ce qui représente entre 12h et 15h par
semaine, auxquelles on ajoute les heures de travail à la maison. Cependant, les étudiants français
sont généralement habitués à ce rythme de travail, contrairement à d’autres étudiants qui ont plus
de difficultés.
La plupart du temps, un travail en équipe de grande ampleur est à remettre dans chaque cours à
chaque fin de semestre, qui correspond environ à 1/3 de la note totale. Ces travaux permettent de
mettre en pratique quelques notions du cours et restent généralement assez faciles car les
entreprises, qui sont habituées, nous aidaient beaucoup.
IAE DIJON - Ecole Universitaire de Management
Pôle d'Économie et de Gestion
2 Boulevard Gabriel - BP 26611 - 21066 DIJON Cedex
Tél : 03 80 39 57 48 - Fax : 03 80 39 54 88
http://iae.u-bourgogne.fr
PAGE
1/2
Montréal
J’ai été surpris d’apprendre que Montréal était la deuxième plus grande ville francophone du
monde, après Paris. Elle regroupe près de 180 000 étudiants, dont près de 25 000 étudiants
étrangers, ce qui fait de cette ville un lieu très cosmopolite avec un mélange des cultures qui est très
intéressant. La ville a été élue première ville où il fait bon d’étudier pour un étudiant1
Montréal est constamment en mouvement. Tout d’abord, les festivals sont présents été comme
hiver, ce qui permet de ne jamais s’ennuyer quelle que soit la saison. Ils sont variés, mêlant musique,
cinéma, attractions, etc. L’ennui n’est jamais présent et l’accès à la culture est très important. Au
niveau du coût de la vie, les loyers sont beaucoup moins élevés que dans les villes européennes. Les
dépenses alimentaires sont un peu plus importantes. Les dépenses en « loisirs » sont aussi peu
importantes, les tarifs étudiants étant présents presque partout.
Le sujet qui peut en démotiver plus d’un est l’hiver.
Les températures varient de -10 à -50°c et la saison
dure généralement de mi-novembre à fin avril. Les
québécois m’ont expliqué pendant mon séjour que
j’étais malheureusement tombé sur l’un des pires
hivers
avec
des
températures
parfois
exceptionnellement froides et d’importantes
chutes de neige. Il est donc nécessaire de bien
s’équiper avec des vêtements chauds et de bonne
qualité que l’on trouve sur place.
Enfin, je conseille aux étudiants qui souhaitent faire un échange ou un stage à Montréal d’intégrer
une colocation. D’une part, le budget pour le logement sera moins important et l’appartement sera
plus grand. D’autre part, c’est une première étape dans l’intégration qui ne peut être que positive.
J’ai moi-même utilisé le site EasyRoommate.com qui permet d’entrer en contact avec des personnes
qui cherchent des colocataires. De plus, l’appartement dans lequel je vivais propose souvent des
chambres, voici le contact que vous pouvez joindre à votre arrivée : Sin au +1 514-594-7466 de la
part de Cédric.
Faire un échange à Montréal c’est aussi avoir accès à divers possibilités de voyage. Le Canada
possède beaucoup de parcs naturels qu’il faut visiter dès son arrivée en août et septembre et à partir
de mai. De plus, les frontières des Etats-Unis sont à une demi-heure de la ville, ce qui permet par
exemple de s’aventurer en week-end à New York pour un budget très peu élevé !
Montréal est donc une ville que j’ai adorée, avec des habitants très accueillants et une mentalité
très différente, avec notamment une ouverture d’esprit qui fait énormément de bien. Je n’ai pas vu
passé les huit mois car l’ennui est impossible à Montréal.
C’est une expérience à vivre pour n’importe quel étudiant ! Un échange à l’étranger est devenu
indispensable dans le parcours d’un étudiant, particulièrement en gestion, et les avantages que l’on
en tire sont très nombreux. L’aspect financier peut être un frein pour partir à l’étranger, mais les
aides financières peuvent être conséquentes en fonction de la durée du séjour et de la distance.
Alors n’attendez plus, partez !
1
Le Figaro – Publié le 18/07/2013 http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/montreal-ville-idealepour-les-etudiants-etrangers-2492/
PAGE
2/2