commération de l`arrêt raciste 168-13

Commentaires

Transcription

commération de l`arrêt raciste 168-13
Vol 10 # 12 Du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Haiti 20 gdes/ USA $1.50/ France 2 euros/ Canada $2.00
HAÏTI LIBERTÉ
JUSTICE • VÉRITÉ • INDÉPENDANCE
1583 Albany Ave, Brooklyn, NY 11210
Tel: 718-421-0162
Email: [email protected]
JOCELERME PRIVERT
REVIENT DE L’ONU !
Web: www.haitiliberte.com
Mèt Danton Leger
entèdi festival
Masimadi a
Page 6
English
Page 9
Que fomente l’OCID ?
Page 7
Voir page 4
Le Président provisoire, Jocelerme Privert au salon diplomatique de l’Aéroport International Toussaint Louverture
COMMÉRATION DE L’ARRÊT
RACISTE 168-13
Monsanto+Bayer
=MoBay,
le cartel des
empoisonneurs
aux OGM contre l’Inde
Page 12
Voir page 4
Conférence de presse le 21 septembre dernier de la Fondation Zanmi Timoun, le Coddemir, et le Collectif Défenseurs Plus pour dénoncer l’arrêt de la
honte et raciste du Tribunal Constitutionnel dominicain TC 168-13
Qui a gagné le débat
entre Hillary Clinton et
Donald Trump?
Page 17
Editorial
HAITI
1583 Albany Ave
Brooklyn, NY 11210
Tel:718-421-0162
Fax:718-421-3471
Des élections pour perpétuer les desseins
sinistres des coups d’État !
Par Berthony Dupont
D
ans toutes les sociétés de classe, on ne peut s’empêcher d’être
frappé du phénomène souvent sanglant qu’on appelle « Coup
d’Etat » qui n’est autre que la prise du pouvoir grâce à la force par
un autre secteur politique bien déterminé de façon à stopper un
processus en cours.
L’histoire rapporte qu’il y a toujours eu des coups d’état ; mais
ce qui est important et déterminant, c’est l’objectif visé : ou bien il
s’agit de briser un indésirable statu quo, auquel cas c’est un coup
positif ; ou bien il s’agit de rétablir le mode de vie, produit de la société coloniale ou de la société capitaliste, là c’est un coup négatif !
Cet instrument politique qu’est le coup d’état est une arme à
double tranchant pouvant servir les forces tant réactionnaires que
progressistes. Nous pouvons prendre comme exemples de coups
réactionnaires, ceux qui ne cherchent qu’à anéantir la vie d’une
classe d’hommes et mettant en danger l’existence même, tels : celui
d’Augusto Pinochet quand il a renversé Salvador Allende ; de Blaise
Compaoré contre Thomas Sankara, le coup en 2009 au Honduras
contre Manuel Zelaya ; et récemment l’assassinat de Mouammar
Kafhafi. Par contre, le coup d’état de Fidel Castro contre Fulgencio Batista, de Thomas Sankara contre Jean Baptiste Ouédraogo, du
capitaine Hugo Chavez contre Carlos Andres Perez, de Laurent-Déziré Kabila contre Mobutu Sese Seko sont à l’antipode de la pratique
perverse contre les gouvernements progressistes. Malheureusement,
tous les coups qui ont terriblement frappé notre pays entrent toujours dans leur cadre négatif de nous empêcher toute forme d’avancée
souveraine vers le progrès social et économique.
En vérité, notre catastrophe totale a pour point de départ le 17
Octobre 1806, soit deux ans après la grande révolution anti coloniale et anti esclavagiste qui a donné naissance à ce premier pays
de nègres libres, indépendant et souverain de l’hémisphère. L’assassinat de Dessalines permet la division du pays en République de
l’Ouest et du Sud et de celle du Nord. Ce faux pas ne fut autre que
le fruit de ce coup d’état criminel qui n’avait pas d’autre projet que
mettre un frein à la révolution en marche. C’est à la lumière de ces
faits historiques qu’il nous faut comprendre les coups d’état du 10
mai 1950 contre Estimé, du 14 juin 1957 contre Fignolé et du 30
septembre 1991 contre Aristide, durant lesquels le peuple a toujours
été massacré.
L’arrêt du 30 septembre n’a fait que briser les faibles ciments
organisationnels qui commençaient à traduire la volonté populaire
d’essence progressiste qui s’éparpillait dans le pays pour renforcer la
fragile démocratie naissante après le départ du régime dictatorial des
Duvalier. Il n’a fait que renforcer les intérêts vitaux des institutions
internationales au détriment des aspirations des masses haïtiennes.
Ainsi, ce 30 septembre 2016 qui ramène le 25ème anniversaire de ce coup qui avait fait plus de 10.000 morts, on aurait pu
espérer qu’il allait être sans doute commémoré dans un moment de
tristesse par un deuil national à la mémoire des milliers de victimes
; mais aussi dans la dignité et la mobilisation d’un peuple ayant tiré
Prénom: ______________________
Adresse: ______________________
Ville: _________________________
Etat/Pays: ____________________
Zip Code/Code Postal: ___________
Tél: __________________________
E-mail:
2
_______________________
Haiti Liberté/Haitian Times
Modalités de paiement
Etats-Unis
Première Classe
$100 pour un an
$50 pour six mois
Montant : $ ___________
Chèque
Email :
[email protected]
Website :
www.haitiliberte.com
DIRECTEUR
Berthony Dupont
EDITEUR
Dr. Frantz Latour
RÉDACTION
Berthony Dupont
Wiener Kerns Fleurimond
Kim Ives
Fanfan Latour
Guy Roumer
CORRESPONDANTS
EN HAITI
Daniel Tercier
Bissainthe Anneseau
COLLABORATEURS
Marie-Célie Agnant
J. Fatal Piard
Catherine Charlemagne
Pierre L. Florestal
Yves Camille
Jacques Elie Leblanc
Roger Leduc
Joël Léon
Claudel C. Loiseau
Anthony Mompérousse
Dr. Antoine Fritz Pierre
Jackson Rateau
Eddy Toussaint
Ray Laforest
Edmond Bertin
ADMINISTRATION
Marie Laurette Numa
Didier Leblanc
DISTRIBUTION: CANADA
Pierre Jeudy
(514)727-6996
DISTRIBUTION: MIAMI
Pierre Baptiste
(786) 262-4457
COMPOSITION ET ARTS
GRAPHIQUES
Mevlana Media Solutions Inc.
647-499-6008
[email protected]
WEBMASTER
Frantz Merise
frantzmerise.com
Tarifs d’abonnements
A remplir et à retourner à Haiti Liberté 1583 Albany Ave, Brooklyn, NY 11210
Tel : 718-421-0162, Fax 718-421-3471
Nom: _________________________
3, 2ème Impasse Lavaud
Port-au-Prince, Haiti
de ses anciens malheurs de nouvelles raisons de lutter, uni autour
d’une avant-garde qui aurait mis à profit certaines leçons politiques.
Mais, ce n’est pas le cas ; manifestement, rien n’a changé, puisque
c’est l’objectif d’écarter les masses populaires de la scène politique
qui continue encore son cours au profit des intérêts coloniaux de
sorte que le pillage et l’exploitation des richesses nationales par les
grandes puissances continuent encore et toujours de plus belle.
Si les deux mandats de René Gracia Préval et le quinquennat de
Michel Joseph Martelly, malgré leur cynisme sans égal, n’ont jamais
été interrompus par aucun coup des forces des réactionnaires, c’est
la preuve qu’ils ont été totalement domestiqués par les mercenaires
du système capitaliste et c’est pourquoi justement ils s’alignaient sur
les positions de l’impérialisme et de ses valets. Voilà pourquoi d’ailleurs, ils n’ont jamais caché leur dégoût pour les masses populaires
haïtiennes et ont eu à dire avec fierté que tant qu’il y aura la force
d’occupation la Minustah, ils restent à l’abri des coups (venant cette
fois du secteur progressiste.) Bref, tout cela, c’est pour témoigner
que ce sont toujours les objectifs du coup d’Etat de 1806 et du 30
septembre 1991 contre les masses qui continuent sous la domination des puissances internationales. Comme il n’y a jamais eu de
rupture entre le mouvement démocratique, uni et populaire qui avait
imposé Aristide au pouvoir en 1990 et offert une nouvelle alternative, l’impérialisme, après sept mois seulement, a repris le contrôle
du pouvoir par un coup d’état qui avait suscité un vaste soulèvement populaire. Aristide tout comme Fignolé ont été pris à leur
propre jeu, du fait que tout en faisant une politique profondément
de collaboration avec l’impérialisme, ils n’ont jamais renoncé à leur
posture de se donner une base populaire, quoique pour la façade,
cachant ainsi leur vrai nature. Et c’est précisément ce que déteste
Washington et il en profite pour démantibuler les organisations de
masses par tous les moyens possibles et imaginables.
Ainsi, le peuple ne doit pas se laisser berner par de vaines illusions de changement de la part de cette classe politique qui s’aligne
convenablement avec l’autorité dominante pour la continuité de la
tragédie haïtienne. Les élections en cours, n’importe qui peut les
gagner ; mais cela n’ébranlera pas les forces tutrices puisque aucun
de ces candidats n’a la force populaire et politique adéquate pour
renverser la situation vers de véritable changement anti-impérialiste. Même les principaux dirigeants populaires, ils se laissent emporter par leur ambition personnelle au détriment de la patrie. Voilà
pourquoi quelque soit l’heureux gagnant, il entrera tout droit dans
la logique de perpétuer les objectifs des coups d’état de 1806 et de
1991 afin d’aider à pérenniser les actions impériales visant à maintenir le pays sur la voie de la domination et d’un sous-développement sans pareil.
Sauf qu’un jour viendra où l’honnêteté l’emportera sur l’hypocrisie, où la résistance populaire organisée l’emportera sur les
collabos pour doter le pays d’un vrai mouvement révolutionnaire
qui, à la manière de Dessalines, de Lénine, de Castro, de Sankara,
de Kabila et de Chavez, sera en mesure de freiner l’influence impériale et ses fantoches pour jeter les bases solides de la reconstruction
sociale du pays.
Bulletin d'Abonnement
LIBERTÉ
Mandat bancaire
Carte de crédit
Numéro : ________________________
Date d’expiration : ________ /_______
Canada
$125 pour un an
$65 pour six mois
Europe
Amerique
Centrale,
Amerique du
Sud et Caraïbes
$140 pour un an
$80 pour six mois
$150 pour un an
$80 pour six mois
Afrique
$150 pour un an
$85 pour six mois
Code de sécurité : _________________
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
A Travers Haiti
Haïti, chronique d’une crise électorale (123)
Présidentielle haïtienne, jour J-11 !
Par Catherine Charlemagne
A
l’approche de la date fatidique pour
les élections présidentielles, les
candidats peaufinent leurs discours et
leurs programmes. Les grosses écuries
se font entendre à chacun de leur passage dans les villes et villages du pays.
Si l’on n’a pas enregistré de fièvre électorale durant ces joutes, il ne reste pas
moins que les principaux postulants se
donnent les moyens de leur campagne
afin d’attirer la grande foule et si possible de convaincre les moins réceptifs. A
onze jours du jour-J, le moins que l’on
puisse dire, c’est que la machine est à
pleine puissance. D’une part, le Conseil
Electoral Provisoire (CEP) poursuit la
mise en place des matériels sensibles et
non sensibles à travers le territoire tout
en pressant le gouvernement à être au
top sur le plan sécuritaire avec ses forces de police. D’autre part, les candidats
mettent les bouchées doubles pour être
en pool position le jour du scrutin. Au
départ, on s’attendait à des regroupements parmi les 27 candidats officiellement en course pour la présidence
d’Haïti.
Certains s’imaginaient que la
majorité des prétendants n’étaient là
que pour la galerie, histoire de se faire
connaître du grand public. Une fois le
tour de chauffe médiatique terminé,
tous ces farceurs allaient rentrer tranquillement chez eux en laissant l’espace
à ceux ayant les moyens financiers de
continuer leur campagne et suffisamment populaires pour poursuivre leur
marche vers le Palais national. Eh bien
non ! A notre connaissance aucun candidat à la présidence de la République
ne s’est officiellement désisté parmi les
27 inscrits ou qui avaient reconfirmé
auprès du CEP leur participation au
processus électoral. Sans aucune ressource ni moyen, ils préfèrent mettre
en hibernation leur candidature au lieu
de se rapprocher des autres concurrents mieux armés politiquement pour
être sur le podium le 7 février 2017.
Entre-temps, la marche forcée se poursuit pour les autres qui croient en leur
chance et surtout qui ont réellement
la possibilité de gagner cette bataille.
Jusqu’au moment où nous écrivons
cette chronique, à onze jours des scrutins, selon notre pronostic qui est aussi
celui de tous les observateurs et commentateurs politiques, c’est toujours la
bande des « quatre » plus un outsider
qui mènent la course en tête.
Malgré une entrée fracassante,
agressive ponctuée d’attaques tous
azimuts contre les membres de ce peloton de tête, la candidate de la Fusion,
Edmonde Supplice-Beauzile ne peut
espérer qu’un score honorable. Elle ne
pourra atteindre son objectif de prendre
la place de l’outsider Jean Henry Céant
catalogué à la cinquième place pour le
moment par les instituts de sondage.
Mais tous les principaux candidats
cherchent des supports un peu partout
et de différentes manières. Après la ballade électorale de l’ex-Président JeanBertrand Aristide, Place Saint Pierre à
Pétion-ville, dans un tour de chauffe
avec la candidate de Fanmi Lavalas, Dr
Maryse Narcisse, comme avait annoncé Joël Vorbe un des dirigeants du parti,
l’homme fort de Tabarre se lance à fond
dans la bataille électorale à travers le
pays. De la région du Grand Nord (Saint
Marc, Gonaïves, Cap-Haïtien, Ouanaminthe, Fort-Liberté) à celle du Grand
Sud (Aquin, Cayes et les cotes) en passant par les Nippes (Miragoâne, Fonddes-Nègres), le patron du parti Fanmi
Lavalas est partout en campagne.
Si on ne le savait pas, on aurait
pu croire que c’est l’ancien Président
de la République lui-même qui porte
la couleur de son parti à cette élection,
tant Maryse Narcisse, la vraie candidate est admirative et toute effacée.
Jovenel Moise préfère voler de ses propres ailes. Une façon de marquer son
autonomie vis-à-vis de l’encombrant « Sweet Micky »
On aurait pu croire que c’est
l’ancien Président de la République
Jean Bertrand Aristide qui porte luimême la couleur de son parti à cette
élection, tant Maryse Narcisse, la
vraie candidate est admirative et
toute effacée
Ecrasée par la toute puissance d’un
Titid qui n’a rien perdu de sa popularité dans le pays. D’ailleurs, depuis son
retour d’exil en 2011, du pays de Nelson Mandela, c’est sa première grande
sortie en dehors de l’aire métropolitaine
de Port-au-Prince. Le vendredi 16 septembre 2016, au Cap-Haïtien où le Dr
Maryse Narcisse a officiellement ouvert
sa campagne alors même qu’elle disait
qu’elle était en campagne permanente,
grâce à la présence d’un Aristide à ses
côtés, ce fut un triomphe si l’on prend
en compte l’immense participation des
militants, des partisans, des fanatiques
et des curieux qui ont fait le déplacement pour venir voir et écouter la candidate officielle et le candidat officieux
de Fanmi Lavalas.
Partout où passe la caravane de
Fanmi Lavalas, c’est pareil. L’engouement et l’envie de voir de près celui
qui reste une icône, un mythe pour
un grand nombre de gens en Haïti et
dans la diaspora demeurent intacts. Si
Maryse Narcisse rate cette présidence,
elle ne pourra s’en prendre qu’à ellemême. Ce ne sera certainement pas la
faute ni le manque de soutien de l’ancien Prêtre de St Jean Bosco qui a bien
mouillé sa chemise à maintes occasions
pour elle. Le pays en est témoin. Mais
comme on le sait, avec Aristide qui suscite haine et colère, amour et passion,
adhésion et rejet dans ce pays depuis
près de 30 ans, cette tournée électorale
n’a pas toujours été de tout repos. Loin
de-là ! De l’avis général, la caravane
lavalas a rencontré un vif succès tout
le long de son parcours avec des foules
immenses depuis la ville de Cabaret, de
Saint Marc où l’ex-Président était obligé
de descendre de sa voiture pour prendre
un bain de foule, comme ce fut le cas
d’ailleurs, à la Cité de l’indépendance.
Aux Gonaïves, en effet, dès l’entrée de la ville à Descahos, c’est à pied
que Aristide et la candidate Maryse
Narcisse ont effectué le reste du parcours pour se rendre au Quartier général de la PNH en passant devant le Palais de justice pour saluer les policiers et
s’entretenir avec eux sur les difficultés
rencontrées dans leur travail dans cette
ville. Pendant ce temps, le bruit courait
dans le quartier populaire de Raboteau,
fief du feu « kiben » Amiot Métayer,
chef de l’ « armée cannibale » assassiné sous l’Administration d’Aristide en
2003, que des manifestants attendaient
de pied ferme le patron de Fanmi La-
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
valas. Le cortège qui prenait déjà la direction de ce ghetto, à la rue Vernet, en
apprenant la nouvelle a bifurqué vers
la rue Clerveaux pour prendre l’avenue
des Dattes en direction du Cap-Haïtien.
La police des Gonaïves et les forces de
sécurité qui étaient sur les dents ont pu
contenir et canaliser les manifestants
en attendant que la voie fut libérée.
Ainsi, dès que le cortège de la
candidate fut hors de danger à l’avenue des Dattes tout en essuyant tout
de même quelques jets de pierres sans
aucune conséquence pour le convoi, les
protestataires ont pu gagner réellement
les rues des Gonaïves aux cris de « Aristide manje Kiben, nou pap negosye »,
une heure après le passage de l’ex-Président. Arrivé dans le Nord, dans la
deuxième ville du pays, au Cap-Haïtien rebelote. Cette fois la tension est
moindre ; mais plus dérangeante pour
les interventions de la candidate Maryse Narcisse et de l’ancien Président
Jean-Bertrand Aristide. En fait, deux
évènements sont survenus lors de ce
voyage dans la Cité christophienne.
Tout d’abord, le meeting lavalas a été
perturbé par un petit groupe de partisans de Moïse Jean-Charles qui ont tout
fait pour empêcher les deux orateurs du
jour de prendre la parole. Ultra-minoritaires certes, mais extrêmement brillants et mobiles. Les fanatiques du candidat de la Plate-forme Pitit Dessalines
qui sont tous des dissidents lavalas qui
ont rejoint Moïse Jean-Charles brandissaient les portraits de celui-ci et scandaient son nom à chaque fois que l’un
ou l’autre des intervenants du meeting
lavalas prenait la parole. Mise à part
cette violation flagrante de la loi électorale, un autre incident allait encore
arrêter net les activités de cette soirée
lavalassienne au Cap-Haïtien.
Ce vendredi 16 septembre 2016,
le pays a frôlé le pire lorsque, au moment où l’ex-Président Aristide qui
délivrait son message à la gloire de
Maryse Narcisse fut pris d’un malaise
et s’effondra sous les yeux des milliers de partisans, sympathisants et
curieux qui assistaient à la rencontre.
Il était 20 heures 22. Panique au sein
de l’Etat-major et de l’équipe de campagne de Maryse. Sécurité sur le quivive. Dans une fraction de seconde, les
médecins qui suivent la caravane interviennent en urgence pour essayer de
ranimer l’ancien chef de l’Etat. Après
les premiers secours sur le podium et
à même le plancher, immédiatement,
on a transporté celui qui est âgé aujourd’hui de 63 ans à l’hôpital universitaire Justinien du Cap-Haïtien. Plus de
peur que de mal. Dans la soirée, le pays
qui retenait son souffle se rassurait en
apprenant qu’il s’agissait d’un simple
malaise dû à la fatigue après un long
voyage de plus de 300 km qui a duré,
avec les étapes successives, 12 heures
et pratiquement sans manger.
Finalement, après avoir passé la
nuit en observation à l’hôpital et ayant
pris un peu de repos bien mérité, le
lendemain l’ancien Président a donné
une conférence de presse pour rassurer
ses proches et ses amis sur son état de
santé avant de reprendre la route de
son périple électoral vers le Nord-Est
(Fort-Liberté, Ouanaminthe) puis le
Plateau central (Hinche, Thomonde,
Mirebalais) avant de revenir sur Croixdes-Bouquets et Port-au-Prince dans
l’Ouest. Après ces tournées triomphales
dans le pays, la candidate de Fanmi
Lavalas espère cueillir les fruits de ces
rencontres avec le peuple. Mais le Dr
Maryse Narcisse n’est pas seule à faire
la tournée des popotes. Tous les cinq,
voire six principaux postulants ont effectué des déplacements à travers les
dix départements. Tous ont drainé des
foules énormes comme quoi tous vont
être élus dès le premier tour. Jovenel
Moïse du PHTK, Jude Célestin de LAPEH, Jean-Charles Moïse de Pitit Dessalines, Jean Henry Céant de Renmen
Ayiti ont aussi fait le plein de foule
à chacun de leur passage dans les
moindres sections communales d’un
département isolé. Mais si Maryse Narcisse a un mentor qui la prend sur ses
épaules et l’emmène en balade dans le
pays, les autres se débrouillent seuls ou
presque.
Le pays s’attendait à ce que l’ancien Président Michel Martelly fasse la
même chose avec sa créature, Jovenel Moïse du PHTK. Pour le moment,
il n’en est rien. Il paraît que Jovenel
préfère voler de ses propres ailes. Une
façon de marquer son autonomie visà-vis de l’encombrant « Sweet Micky »
et par peur que celui-ci ne descende son
pantalon en plein meeting ou balance
une grosse boulette de noms d’oiseau
contre les adversaires de Jovenel. Ce qui
ferait mauvais genre et salirait l’image
de « Nèg bannann nan ». En tout cas
la première rencontre de la campagne
entre les deux hommes devrait se faire
à l’extérieur du pays, dans la diaspora, plus précisément à North Miami
en Floride, USA, le dimanche 18 septembre 2016. Finalement, pour cause
de préparation de débat télévisé en Haïti avec ses 5 concurrents le mardi 20
septembre, Jovenel Moïse n’a pu faire
le voyage du Sud des Etats Unis. C’est
son épouse qui a pris sa place pour
répondre aux questions des invités de
Moca Café à North Miami. En invité
spécial, l’ancien Président Michel Martelly a pu dire en public au cours de
cette soirée tout le bien qu’il pense de
son poulain qu’il encourage à tenir bon
jusqu’au 9 octobre.
Quant à Moïse Jean-Charles qui
ne peut compter que sur sa seule capacité à vendre l’idéal dessalinien et le rêve
de l’Empereur à ses concitoyens, il se
plie en quatre avec son Etat-major pour
résister aux rouleaux compresseurs de
ses adversaires les plus puissants pour
rester dans le dernier carré de tête. Il ne
peut compter sur personne. Même pas
sur l’ancienne Première ministre madame Michèle Duvivier Pierre-Louis à
qui il avait confié sa Fondation FOKAL
« Fondasyon Kilti ak Libète » pour se
consacrer à la politique et qui lui a enlevé
aujourd’hui tout le droit de paternité
sur sa création qui était à l’origine une
organisation paysanne au service de
la paysannerie haïtienne. Ce que Frère
Franklin Armand, le fondateur de la
Congrégation des Petits Frères et Petites
Sœurs de l’Incarnation a confirmé dans
une interview au journal Le Nouvelliste. En ce qui concerne Jean Henry
Céant, sa situation est encore pire. Non
seulement il n’a pas un visage connu et
populaire, ni un parrain sur qui il pourrait compter pour booster sa campagne
comme le fait Aristide avec Maryse, le
Notaire traine un vrai boulet dans ses
pieds : celui du dossier d’expropriation
des propriétaires du centre de la capitale.
Ce dossier est devenu un fardeau
pour Céant dans cette campagne où les
adversaires exploitent la moindre faille
dans le système de défense. Jean Henry
Céant qui mène campagne sur les terreaux perméables de la mouvance Lavalas, le paie à ses dépens. Il se trouve
que le parti de Jean-Bertrand Aristide
dispose de deux armes très utiles pour
descendre les adversaires politiques et
surtout les concurrents qui tentent de
surfer sur la vague lavalas : ce sont
la Radio et Télé Timoun basées au QG
suite à la page(16)
AVIS JUDICIAIRE
PAR CES CAUSES ET MOTIFS, sur les conclusions conformes du ministère public, représenté à la barre par
Me Joseph Denis Gérard, substitut du commissaire du gouvernement de ce ressort, maintient le défaut
déjà octroyé à l’audience du jeudi deux juillet deux quinze contre les assignés : Monique Vilsaint, Irène
Vilsaint, Constantin Vilsaint, Simon Vilsaint, Rémy Vilsaint pour le profit ; se déclare compètent
conformément au vœu de l’article 61 du code de la procédure civile, ordonne le partage des biens de
la succession de feu Virgilant Vilsaint entre ses héritiers non seulement entre les quatre enfants
légitimes, mais aussi avec ceux du premier lit; condamne la succession aux dépens, frais et honoraires
d’avocat; commet le notaire Bernadin Poteau et l’arpenteur jeune Lénès Augustin pour la liquidation du
partage et la formation des lots ; commet l’huissier Fritz Bernard de ce siège pour la signification du
présent jugement.
Ainsi jugé et prononcé par Nous, Louis Fils Joseph, en présence de Me Géraldine Lalanne, substitut
commissaire du gouvernement de ce ressort et avec l’assistance du citoyen Jean Claude Novembre,
greffier du siège, en audience publique, ordinaire et en ses attributions civiles de ce jour jeudi dix
décembre deux mille quinze. An 212e de l’Indépendance.
Il est ordonné à tous huissiers sur ce requis de mettre ce présent jugement à exécution ; aux Officiers
du ministère public près les tribunaux civils d’y tenir la main, à tous commandants et autres Officiers
de la force publique d’y prêter main forte lorsqu’ils en seront légalement requis.
En foi de quoi, la minute du présent jugement est signée du juge et du greffier susdits avec trois mots
rayés et deux renvois en marge paraphés bons.
Pour copie conforme collationnée à la minute.
Jean Claude Novembre, greffier.
Haiti Liberté/Haitian Times
3
Jocelerme Privert revient de l’Onu !
Par Yves Pierre-Louis
D
ès son retour à la participation de
la 71e session annuelle de l’Assemblée générale des Nations Unies
à New York, au salon diplomatique
de l’Aéroport International Toussaint
Louverture, le Président provisoire, Jocelerme Privert a annoncé les couleurs.
Au sujet des prochaines élections, il
a déclaré qu’il n’a aucun doute sur la
réalisation des élections du 9 octobre
prochain : « Le 9 octobre, de façon irréversible, les élections vont se tenir.
Les sceptiques qui ne croyaient pas que
le Gouvernement s’engagerait à réaliser les élections, aujourd’hui sont face à
une machine que rien ne peut arrêter.
Le calendrier électoral tel qu’il a été
préparé suit son cours et il y a aucun
retard dans son exécution.
Aux personnes qui croient qu’il
était impossible pour l’État haïtien de
mobiliser les fonds requis par le CEP,
aujourd’hui nous pouvons dire avec
satisfaction, que sans faire dégringoler la stabilité macroéconomique, sans
avoir recours à la planche à billets,
l’État a pu décaisser jusqu’à aujourd’hui 25 millions de dollars américains du Trésor Public pour financer les
prochaines élections.
Ce qu’il reste maintenant, c’est
la question de la sécurité. J’ai pris note
de certains cas d’agression sur des
candidats, je présente mes sympathies
à ces candidats et j’exhorte le CEP, le
Gouvernement, le CSPN, le Directeur
Général de la Police et ses collaborateurs à la “tolérance zéro”. Aucun cas
d’insécurité n’a le droit de perturber ce
processus électoral ! Ces élections sont
trop importantes pour l’avenir du pays
!»
Les élections ajouta t-il, «vont
avoir lieu « wè pa wè », « vle pa vle
» les élections auront lieu. Sans ces
élections, le 2e lundi de janvier 2017,
il n’y aura plus de Gouvernement, les
ministres n’auront plus de légitimité, le
Parlement sera dysfonctionnel. Il n’y
aura pas comme aujourd’hui de pouvoir judiciaire parce que la Cour de cassation n’a que 2 juges sur 12 qui ont
une légitimité constitutionnelle. Donc
ce sera l’effondrement de toutes les institutions républicaines. C’est ça l’importance des élections »
De plus, il encourage les partis politiques à pratiquer la tolérance
et la non-violence dans la campagne
électorale. « Les meetings électoraux
doivent se faire dans la Paix, dans le
respect des uns des autres et la police
est la seule force qui a l’autorisation,
qui a le mandat d’autoriser des personnes à porter des armes dans le pays.
Candidats, exhortez vos partisans à la
tolérance, exhortez les au respect des
autres candidats.
Nous demandons à tous les Commissaires du Gouvernement
qu’ils
répondent à leur devoir envers la Nation. Les Parquets relèvent du pouvoir
Exécutif, ils sont nommés par le Premier Ministre, ils reçoivent leurs ordres
du Premier Ministre et quand nous leur
donnons l’ordre de s’abstenir de toutes
interférences dans le processus électoral, ils doivent le respecter et n’ont
aucun droit de contester. S’ils ne sont
pas d’accord, alors ils doivent démissionner. Ce n’est pas un élu, ce n’est
pas un pouvoir indépendant, que cela
soit clair pour tout le monde une fois
pour toutes.
Deuxièmement, Délégués et Vicedélégués et Directeurs Départementaux,
les véhicules de l’État, les véhicules que
l’État a mis à vos services, ne peuvent
pas faire campagne pour des candidats.
Quel que soit le responsable qui le fait,
des sanctions disciplinaires seront appliquées immédiatement. Nous voulons
que ces élections se fassent sans interférences des autorités. C’est la seule
garantie pour que ces élections soient
neutres, crédibles, démocratiques et
transparentes.
Quand aux candidats, je vous
exhorte à exiger que le CEP rende
transparentes toutes les décisions qu’il
va prendre, il faut que le comptage des
votes se fasse en présence des candidats ou de leurs représentants. Pour
une fois, offrons au pays des élections
que tout le monde accepte comme
4
Le Président provisoire, Jocelerme
Privert adressant l’assistance aux
Nations-Unies le vendredi
23
septembre 2016
bonnes. »
Entre temps, la campagne électorale se déroule dans une atmosphère
très tendue. Les responsables de certains partis dénoncent des attaques
des partisans d’autres candidats un
peu partout dans le pays. Les électeurs
commencent par retrouver leur candidat, doté de la moralité, d’intégrité et de
la dignité, capable de prendre en charge
le timon des affaires du pays. Cette foisci, c’est le peuple haïtien qui va choisir
son président le 9 octobre pour le placer
au Palais national le 7 février 2017.
Cependant à l’ONU, le président
dans un discours diplomatique a parlé
pour tout le monde ; sauf pour les victimes du Cholera ; car elles attendaient
tous et toutes que le mot sublime de
dédommagement sorte de la bouche de
leur chef d’État. Voici le discours dans
son intégralité.
Excellence Monsieur le Président ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;
Monsieur le Secrétaire général
des Nations Unies ;
Mesdames et Messieurs ;
Honorables Délégués,
J’éprouve un réel plaisir à adresser, au nom de la délégation de la République d’Haïti et en mon nom propre, de
chaleureuses félicitations à l’ambassadeur Peter Thomson pour son élection
à la présidence de notre Assemblée.
Son expérience éprouvée des questions
internationales et ses brillantes qualités personnelles augurent du succès
des travaux de cette 71e Session. Je
voudrais aussi saluer de façon spéciale
le Secrétaire général des Nations unies,
Monsieur BAN Ki-moon, pour ses performances remarquables à la tête de
notre Organisation, notamment son
engagement au chapitre de la paix et
la promotion du développement dans
le monde. J’associe la voix d’Haïti à
l’hommage unanime qui couronne son
deuxième mandat à la tête de notre Organisation.
II y a 71 ans, les cinquante membres « originaires » des Nations unies
prenaient l’engagement solennel et
péremptoire de bâtir un nouvel ordre
mondial sur le socle des droits fondamentaux de la personne humaine. Ils
proclamaient à la face du monde, émergeant des tragédies d’une guerre atroce,
l’égalité des droits des hommes et des
femmes, le principe inviolable de la
parité des sujets de droit international,
ainsi que le droit des peuples à disposer
d’eux-mêmes. Dans un louable souci
de panser les déchirures des récentes
empoignades, ils ont prôné l’instauration de meilleures conditions de vie des
populations de la planète sous l’égide
de la liberté et de la démocratie. La voix
d’Haïti s’élève du haut de cette tribune
pour clamer que les raisons d’être de
notre Organisation demeurent constantes et plus que jamais d’actualité.
En effet, face à l’enchaînement
des menaces générées par le spectre du
péril écologique, la barbarie terroriste
et l’enlisement de certains conflits régionaux, il convient de réaffirmer notre
foi dans les objectifs de notre Organisation. Les valeurs qu’elle incarne et les
préceptes qu’elle défend et propage dans
l’analyse et la prise en charge des enjeux et des grands défis contemporains
demeurent plus que jamais pertinents.
Aujourd’hui plus qu’hier, I’ONU doit
assumer pleinement son rôle qui consiste à apporter des réponses collectives
aux crises de toute nature menaçant
la paix dans le monde. Qu’il me suff-
Haiti Liberté/Haitian Times
ise, à cet égard, de citer les avancées
du terrorisme international qui doivent
être contenues, les problèmes internationaux d’ordre économique, social ou
humanitaire que I’ONU, au nom de sa
vocation originelle de compréhension
humaine et de solidarité, doit envisager
de résoudre…
Dans cette optique, la République d’Haïti s’enorgueillit d’avoir tenu
cette auguste Organisation sur les fonts
baptismaux. Elle apporte son ferme appui aux démarches qu’elle entreprend
pour renforcer et élargir le champ de ses
actions. Elle s’inscrit délibérément dans
l’initiative des réformes nécessaires, notamment au sein du Conseil de sécurité.
Haïti encourage et accompagne I’ONU
dans le dessein de renforcer son aptitude dans la conduite des opérations de
maintien de la paix, la lutte contre les
pandémies et les crises sanitaires, la
promotion de la démocratie et des droits
humains, sans omission ni négligence
vis-à-vis des droits économiques, sociaux et culturels.
À cet égard, l’Accord de Paris sur
le changement climatique illustre bien
cette conception de l’unité de destin de
tous les peuples qu’adopte et professe
l’Organisation. Cette vision a inspiré
une action internationale solidaire et
urgente face à un enjeu susceptible
de compromettre la survie même de
la planète. II s’agit là d’un succès indiscutable. Nous souhaitons vivement
que tous les engagements contractés
et toutes les obligations soient suivis
d’effets.
Les progrès accomplis au cours
des sept (7) dernières décennies, que ce
soit au chapitre des droits de l’homme,
du maintien de la paix ou de la coopération internationale au développement,
sont indéniables, ils découlent, pour
une large part, de cette vision puissante
et généreuse qui animait les membres
fondateurs de notre Organisation. Cette
vision n’a rien perdu, aujourd’hui, de
sa pertinence. Car, s’il convient de se
féliciter de certaines avancés récentes,
dont quelques-unes remarquables,
je veux saluer, tout particulièrement,
l’Accord de paix signé récemment à
La Havane par le Gouvernement de
la République sœur de Colombie avec
les Forces armées révolutionnaires
colombiennes (FARC), force nous est
d’admettre combien nombreux et tenaces demeurent les obstacles à la paix
et au développement durable dans le
monde. Néanmoins, il y a lieu de féliciter le récent rapprochement des ÉtatsUnis d’Amérique avec Cuba, ce qui est
de nature à approfondir la paix dans la
région.
De même, la République d’Haïti
encourage la communauté internationale à tenir compte davantage des
aspirations de la République de Chine,
Taiwan, à jouer une part plus active
dans certaines décisions et initiatives
pouvant concourir à la stabilité et au
rapprochement entre les peuples et les
nations.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Notre délégation est particulièrement sensible à deux (2) des thèmes
retenus par la présente session, à savoir
1) la mise en œuvre de l’agenda 2030
pour le Développement durable et 2) la
question des réfugiés, du déplacement
forcé et des migrants.
Les quinze (15) prochaines années feront le compte méticuleux des
actions et des efforts des peuples de
la planète, résolument engagés dans
une lutte sublime pour faire disparaître
la pauvreté et la faim de la surface de
la terre. Les dix-sept (17) Objectifs
de développement durable (ODD) offrent une boussole et des jalons dans
la foulée vers cette nouvelle humanité
débarrassée des affres des privations,
des insuffisances et des défaillances
inacceptables. La République d’Haïti
choisit d’être parmi les États du peloton de tête dans cette marche vers les
chantiers du développement durable.
Prenant la dimension de I’enjeu, mon
Gouvernement
a
courageusement
décidé de jeter les bases d’une participation dévouée à la mise en œuvre
mondiale de l’agenda 2030 et de mettre
le pays sur les rails d’un développement inclusif et durable.
suite à la page(15)
Commémoration de l’Arrêt
raciste 168-13
de l’État dominicain !
Déportation des hommes, des femmes et même des enfants accompagnés
et/ou non accompagnés à destination d’Haïti
Non à la déportation ! Réclament t-ils au cours d’une manifestation en
République Dominicaine
Par Marie Laurette Numa
L
e vendredi 23 septembre dernier
ramène le troisième anniversaire
de l’arrêt de la honte, raciste du Tribunal Constitutionnel dominicain TC
168-13 qui a été publié contre les
dominicains d’origine haïtienne le 23
septembre 2013 et qui stipule que :
« les enfants nés sur le territoire
dominicain de parents étrangers
en transit n’ont pas la nationalité
dominicaine ». Ce qui a automatiquement enlevé la nationalité dominicaine à plus de deux cent cinquante
mille (250 000) dominicains d’origine
haïtienne.
Pour commémorer ce jour, plusieurs organisations haïtiennes et
dominicaines progressistes avaient
manifesté leur colère contre le gouvernement de Medina. Ainsi deux
jours à l’avance, soit le 21 septembre
2016, 54 000 signatures provenant
de 134 pays du monde sollicitant
l’application des mesures rapides pour
faire face à la crise d’apatridie ont été
soumises au Ministre dominicain de la
Présidence, Gustavo Montalvo.
Le même jour une conférence
de presse visant à dénoncer les conditions dans lesquelles sont déportés
de la république dominicaine les migrants Haïtiens et les conditions dans
lesquelles ces derniers vivent quand
ils reviennent au pays a été organisée par une Coalition d’organisations
telles que : la Fondation Zanmi Timoun, le Coddemir, et le Collectif Défenseurs Plus. Plusieurs personnalités
avaient pris la parole. Il s’agissait de
Litan Dorival, de Fondation Zanmi
Timoun ; Landy Leconte du Collectif
Défenseurs Plus et Pierre Garot NERE
pour le Collectif des Organisations de
Défense des Droits des Migrants Rapatriés.
Selon ces organisations l’arrêt
TC 168-13 viole systématiquement,
tant la Constitution dominicaine que
tous les principaux instruments internationaux de protection des droits
humains, auxquels l’Etat dominicain
fait partie, tels que la Convention In-
teraméricaine des Droits de l’Homme,
la Convention relative aux Droits de
l’Enfant et le Pacte International relatif
aux Droits Civils et Politiques (PIDCP).
Ainsi, elles exhortent formellement
les autorités haïtiennes à reprendre le
plus rapidement possible le dialogue
diplomatique entamé avec les autorités dominicaines afin de trouver une
issue à la crise et que cet arrêté jugé
raciste et discriminatoire soit annulé.
Rappelons que depuis le 17 juin
2015 était arrivée à terme la date de la
fin du Plan National de Régularisation
des Etrangers (PNRE). Les racistes
au sein du gouvernement dominicain avaient entamé leur processus de
déportation et de rapatriement des
hommes, des femmes et même des
enfants accompagnés et/ou non accompagnés à destination d’Haïti.
En ce jour, le Collectif du 4
Décembre 2013 pour sa part appelle la
société Haïtienne dans son ensemble,
tous ceux dans le monde qui luttent
pour le respect des droits du citoyen
et le retrait de l’Arrêt discriminatoire
dominicainTC168‐13, au boycott des
produits et services dominicains ce 23
septembre.
Le GARR de son coté, se dit
inquiet par rapport aux obstacles auxquels sont confrontés les Dominicains
et Dominicaines d’origine étrangère
pour jouir pleinement de leurs droits
en particulier les droits à l’enregistrement, à une nationalité et d’avoir
une identité juridique. Actuellement
des milliers d’enfants de ces victimes
ne sont enregistrés nulle part. En
conséquence, ils ne peuvent pas aller à l’école ni bénéficier des soins de
santé et divers autres services.
Par ailleurs, la tragédie haïtienne est partout dans le monde comme des juifs errants sans patrie. Maintenant, c’est au tour de certains pays
de l’Amérique Centrale et du Sud de
crier holà, espérant une diminution de
migrants haïtiens puisque des milliers
qui se trouvaient au Brésil juste après
le séisme du 12 janvier 2010 tentent
depuis plusieurs mois de se rendre
aux Etats Unis en transitant par le
Panama, le Nicaragua et le Costa Rica.
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Twa Fèy, Twa Rasin O!
Pou nou pa bliye Morisseau-Leroy
gen pou esploze yon jou pou sote tout
enperyalis ki vòlè souverènte nou, yo
menm ki mare sosis yo ak oun makòn
konkòday ayisyen san lonè ki yo
menm mete ansanm ak yon makòn
desandan ‘‘arab bwèt nan do’’ pou
vann diyite peyi a, pou vann peyi a ak
mouche Clinton, madan Clinton.
Yo toujou ap pale de livre de chevet. Enben, Dyakout 1,2,3 Morisseau a
se youn nan twa liv mwen kenbe bò tèt
mwen. Se kòmkidire m gen twa bib bò
tèt mwen, se yo k lapriyè m, se yo k fòs
mwen, se yo ki ede m kenbe. Kou ti dekourajman ta sòti pou ban m pwoblèm,
lò m tande zòt ap di nou se soudevlope,
m annik rale Dyakout la, m foure men
m mwen pran, mwen li :
Fanfan la Tulipe
«zòt pale franse, zòt pale laten,
mwen pale kreyòl mwen renmen lang
an mwen »
Jazz des Jeunes
M
pap kite mwa septanm nan pase
san m pa jete dlo pou parenn
mwen Félix Morisseau-Leroy, san m
pa jete twa degout admirasyon, twa degout onèrespè, twa degout lanmou, twa
degout rekonesans pou onore memwa
vanyan entelektyèl sa a, defansè konsekan sa a de lang kreyòl la. M te dwe
ekri omaj sa a depi kòmansman mwa
septanm nan. Men nan fè lagokache
ak dat yo, dat 5 septanm nan al kache
byen lwen, anba dlo, nan fon dlo rivyè
Lagoslin. Se Simbi ki jwenn dat 5 septanm nan, li mennen l ban mwen,
mouye tranp. Simbi ban m sa nan bon
ti mamit. Li fè m konnen gen yon 1999
ki te nan lagokache a tou. Apre sa, li
rale zòrèy mwen, li di m laj ou rive la
a, ou pa kab nan lagokache ankò. Wi
Simbi, vous avez vòt rezon dan vòt pla
men w. Kreyòl pale, kreyòl konprann.
5 septanm ki sot pase a fè Morisseau 17 lane depi li pati, depi l al «fè
yon ti vwayaj nan lalin». Lò l mouri,
li te gen 87 lane. Men nou te konnen
Powèt Felix Morisseau Leroy
lè l te jenn gason
alapapòt li pa t ap tounen, paske sou
tè a sa te twòp pou li, twòp «moun ap
touye moun, sivilizasyon k ap fini ak
ras la». Sou tè a lò se pa chalè grangou,
se fredi maladi k ap toutouy fanm kou
gason, timoun kou granmoun. Lò se pa
mechanste FMI, se deblozay kriminèl
lagè Tonton Sam ak Tantin Lafrans k
ap fin depafini limanite a.
Morisseau al tire kont, jwe bezig,
jwe echèk, jwe domino ak Papa Desalin, Chalmay Peral, Jak Aleksi, Jak Roumen, Antoni Lespès, Jan Jak Desalin
Senk septanm ki sot pase a fè
Morisseau 17 lane depi li pati, depi
l al «fè yon ti vwayaj nan lalin»
Ambwaz, Yanik Rigo, Adriyen Sansarik, Mari Vye, Jeral Brisson, Kal Levèk
ak pakèt lòt yo ki goumen pou kòz peyi
a, ki tonbe pou yo te ka leve Ayiti anba
chay malè k ap kraze l depi 1806 e ki
vin agrave depi 1915. Morisseau al
pote mesaj ba yo, di yo menm sa yo te
konnen avan yo te vin sou lalin nan,
enben
tout tan latè a ap vire
Gan yon gwo madanm Yon gwo lougawou fanm
Yo rele sivilizasyon
K ap kraze ti nèg kou foumi
Morisseau fèt nan Grangozye. Li se bon
jan fanmi m sou bò manman m ki siyen
Morisseau e ki moun Ansavo. Kidonk,
Grangozye, Jakmèl ak Ansavo se kòm
yon triloji jeyografik ki makònen ak
santimantal nan nanm Morisseau. Lò
m fèt, manman m pat kab gen yon
pi bon lide pase lò l te mande Morisseau batize premye pitit gason l lan.
E se grasa Morisseau mwen goute sèl
mèvèy sa a yo bay pou entelektyalite.
Se grasa Morisseau mwen vin konnen,
mwen vin konprann enpòtans, bèlte,
gangans, bwòdè lang kreyòl nou an.
Si se pat pou Morisseau ki t ap satiyèt
mwen pandan monpè t ap koule dlo benit sou tèt mwen, jounen jodi a mwen
pa ta nan kan entelektyèl pwogresis
mwen ye jodi a. Fò m di nou tou,lò yon
timoun fèt ak kwaf, l andwa tande tousa yon pè ap di pandan seremoni batèm
nan. Se bon pawòl, wi. Se kon sa lò pè
a ap di : je te baptise au nom du Père,
du Fils, bagay chòy, mwen tande Morisseau di (nan kè l): ou mantò, monpè,
piti sa a se kinan m ; se mwen k ap batize l, m ap batize l nan non Papa Desalin, nan non Ginen yo. Sa w pa konnen
monpè pi gran pase w. Kòm pèsonn lòt
moun pa t tande, m tou batize katolik
apostolik, womèn.
Detoutan, mwen toujou santi m
fyè m te gen yon parenn kon sa ki se
lonè peyi a, lonè yon entelektyèl ki pa
janm trayi kòz mas pèp la, lonè lakilti, lonè kilti peyi nou, lonè yon gason
vanyan ki bay lang kreyòl la ses lettres
de créance, ki fè kou l te konnen pou
lang kreyòl la te vin egalego nasyonal
nasyono ak lang franse a, ak tout lòt
lang ki egziste sou latè beni. Se Morisseau ki pral montre nou richès lang
kreyòl la nan Antigòn, nan Wa Kreyon.
Se Morisseau ki pral montre nou kouman Antigòn se yon bèl fanm nan tout
lang, yon fanm djanm nan tout lang,
yon fanm rezistans nan tout lang, «yon
ti fi ki konn ki jan pou l mouri», kit se
an grèk, kit se an kreyòl.
Se avèk Dyakout I Morisseau
pral kore lang kreyòl la nètalkole. Nan
dyakout sa a, Morisseau lage yon dal
pwezi ki kòm reprezante fondal natal
yon literati kreyòl tounèf. Men Morisseau pa fè pwezi pou plezi fè pwezi,
se pa pwezi «pou zòt ak bouch yo kou
bouda poul / vin resite nan salon», pou
ti nèg save bat bravo pou yo. Andedan
chak lapawoli gen yon baton dinamit
sosyal, yon baton dinamit politik ki
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Pa pito moun sou lòt latè yo
K ap vire dèyè lapousinyè yo
Te vini fè yon michan alyans
pou lepwogrè
Ak yon kokenn asistans teknik
Pou ride Lamerik ak Lewòp
Devlope ti gout tou
Lò sa pa bon vre, parenn mwen
fè m sonje Jak Aleksi ki «t ap di n toujou kenbe». Menm jan ak Morisseau,
ak Konpè Jeneral Solèy la :
M viv pou m kenbe
M ekri pou m kenbe
Se depi 1953 Morisseau te ekri
l : rele madichon sou tèt l-OTAN / kriye
chalbari dèyè Etazini / soutni Kiba. Nou
wè sa l-OTAN an fè nan peyi Yougoslavi, sa l fè nan peyi Libi, e sa l soti
pou l fè nan peyi Siri e se l ap pare pou
l fè ansanm ak tout Israyèl nan peyi
Iran. Se madichon sèlman jounen jodi
a nou ka bay l-OTAN. Men jou va jou
vyen, se sa sèlman m ka di. Fò n kriye
chalbari dèyè Etazini pou kantite krim
yo fè nan peyi Irak, nan peyi Afganistan, nan Nikaragwa, nan peyi Venezuela, nan peyi pa nou kote yo soutni
2 koudeta ki mennen moun nan mas
pèp la mouri pa makòn, nan peyi pa
nou kote yo fè magouy sal jouktan yo
ban nou kòm prezidan yon mizisyengwouyadò-nan-kanaval. Wi Morisseau, wi parenn, n ap toujou soutni
Kiba tèt kale, Kiba ki se limyè nou nan
lannuit tray ak lamizè n ap travèse depi
twa lokipasyon.
E kouman pou m pa kouri pran
Dyakout lan pou m chita ak Papa Desalin pou m pale avè l, pale ak towo
Desalin, papa Desalin ki va leve yon
jou pou met lòd nan dezòd, pou met
lòd nan dezòd politisyen dokale yo,
politisyen malpouwont yo, politisyen
apoula pou lajan yo, politisyen «30%»
yo,
politisyen-mèsi-papa-washintonn yo, politisyen grennsenk yo k
ap mete ajenou nan pye mouche Blan
suite à la page(16)
Guarino Funeral Home
Serving the Haitian Community
for Over 30 Years
9222 Flatlands Avenue
Brooklyn, NY 11236
718-257-2890
FRANTZ DANIEL JEAN
FUNERAL SERVICES INC.
• Funerals in All Boroughs
• Transportation of Remains
• Cremation
Nou pale kreyòl.
5020 Foster Avenue
Brooklyn, NY 11203
718.613.0228
Haiti Liberté/Haitian Times
5
Kwonik Kreyòl
Ulysse Eric
Solon kite
nou !
Ulysse Eric Solon
S
e nan maten madi 27 septanm
2016, nouvèl la tonbe jounalis epi
direktè enfömasyon na Radyo Nasyonal la tonbe. Ayiti Libète voye kondeleyans bay fanmi li.
Lekti piblik
Powèt la antre nan sal la,
Foul la kanpe sou de pye
Pou bat bravo.
Manmzèl mache dwat sou podyòm
nan,
Tankou yon chanpyon k ap monte sou
ring.
Pandan aplodisman an ap monte kou
loray,
Powèt la salye kat kwen.
Bravo a mouri ti tak pa ti tak.
Powèt la ouvè liv li,
Pandan l ap gade piblik la drèt nan je.
Manmzèl fèmen de je l,
Epi l kòmanse lekti a.
Li li nan vwa pa yo;
Manmzèl di kijan li rele;
Li li non yo;
Li li makòn lapenn yo;
Li li peyi yo a;
Li li chay gaspiyaj yo a;
Li li lagè yo a;
Li li frajilite yo;
Lèfini li rakonte yo pwòp istwa yo.
Powèt la te anvi rakonte istwa pa l:
Lè mari l te pati,
Non pitit fi l la,
Peyi l la, li te kite dèyè,
Lavi lòtbò lizyè
Nèg sa a li tèlman renmen,
suite à la page(15)
Bèl lanmou
lanmou-w libere kò mwen
lang ou deklete bouch mwen
m’ta fè tout sa m’pat janm fè
m’ta di tout sa’m pat ka di
pawòl lamarye
pawòl bouzen kafe
pawòl jekwazandye
ak jekireve
ou fè’m di sa moun bliye
lè lanmou pèdi pawòl
lanmou-w libere kò mwen
lang ou deklete bouch mwen
m’ta di tout sa m’pat ka di
m’ta fè tout sa’m pat janm fè
mare nanm ou nan fant janm mwen
pou-m pa janm kite-w ale
pou’m kenbe-w kon piman bouk
ki plante nan mitan kò’m
ou fè’m rele anmwe
fè’m tounen ti bebe
m’voye kou plidetwal
kou alimèt bengal
tout kò mwen pran dife
kanzo paka pwoche
depi rara sonnen
se ou mwen ta konyen
legliz di jezikri
se fouk ou m’ta beni
kit se djaz
kit se blouz
se avè-w m’anvi djaye
devan-w fè mwen gaye
devan-w fè’m egare
devan pa-w bay sou lari
devan pa-w se yon fwontyè ki louvri
sou tout peyi
cheri wap fem mouri
Michèle Voltaire Marcelin
Ayisyen an
ayisyen an sou pwentlang ou
konsyans ou chelèn
ou bezwen sèlman kenbe men l
avè l panse w kouri dantèl
nan jiponlalin
li paye emosyon w
pa grizonnen l nan marivoday
pale l ekri l tank w ap fonn nan li
tank l ap koule w nan moul li
nan loraj nan fènwa pale l
pou janbe kalfou
pandan w ap blaze derizyon
nan raje nan galèt pale l
nan konsènasyon yo pale l
ekri l sou chak falanj tè a
piske w ap pase li l ap rete la
la avèk rèv ou nan nwit yo
RADIO
SUD
INTERNATIONALE
Suivez tous les samedis "ca se
dit cette semaine "
SUR RSI DE 21H (3H-Haïti-USA) A 23H.
www.radiosudinternationale.com
Mèt Danton Leger entèdi
festival Masimadi a
www.rfpp.net
6
Haiti Liberté/Haitian Times
Ayiti, yon fanm mwen pa ka bliye
Se jwe m t’ap jwe
M pa t’ap janm ale tout bon vre.
Ou konnen mwen menm avè w pa kab
kite.
Nou tèlman fin abitye!
Ou konnen se tout jounen m’ap plede
tcheke,
Plede voye je,
Wè jan lavi w’ap mache ?
Ou te gate m twòp cheri
M paka rete lwen
San ou, M santi m prèt pou mouri.
Lè m tande ti moun yo ap dòmi nan
lari,
Ap mouye nan lapli,
Cheri fò m tounen
fò m vin bay w yon kout men
Mèt Danton Leger
Charlot Jeudi
akè Potoprens lan nan yon deklarasyon Met Danton Leger siyen epi
voye bay responsab òganizasyon
Kouraj la Charlot Jeudi pou l fè l konnen aktivite li pote non Masimadi a
entèdi nan jiridiksyon Pòtoprens lan.
Plizyè pèsonalite politik nan peyi a
pran pozisyon yo tou, kote yo dakò
ak desizyon pakè a. Men Chalot kite
rejim masimadi a ale epi se kounyea l
ap pwojte fèt pou yo taye bannda nan
peyi a.
P
Se Kreyòl mwen pale
Mèsi Papa Bondye dèske se kreyòl
mwen pale
Ala bèl lang sa a bèl!
Mwen di sa m panse ladan san tèt grate
Mwen pa gen okenn vèb pou m konjige,
Okenn sibjonktif m ap anplwaye
Pa gen fè tilititi
Pou blofe pitit natifnatal yon peyi
Mèsi Papa dèske se an kreyòl mwen
panse
Mèsi dèske m fèt sou tè d Ayiti
Kote lang sa a soti
Lang yon dal gwo Ewo te pale:
Tousen
Desalin
Kapwalamò
Anrikristòf
Chalmayperal
Yo tout te pale kreyòl
Se nan lang sa a yo te kominike
Pou yo te ban m libète
Yon lang ki pa lang vini
Lang kolon yo ta renmen detwi
Men m p ap boukante lang mwen an
Pou lang ki soti lòt kontinan
Mwen p ap fè boukantay pou okenn
bagay
Zafè sila yo ki renmen esklavay
Fòk se li pou m pale
Se nan li pou m reve
Se li m pi renmen
Se li ki san mwen
Kreyòl se nanm mwen
Nenpòt Ayisyen ki ta meprize lang sa a
Pa yon vrè kreyòl
Se pa yon vrè natifnatal peyi d Ayiti
Son w ti sousou lòt peyi
Yon sousoubrake k pa gen kote pou l
rete
Yon reskiyè k toujou ap tann kras manje
Yon moun ki san diyite
Ki pa konn sa l ye.
jis inivè an met zanno pou li
pale ayisyen an non jis van
kouri dlo nan savanndezole
jis zwazo tounen sou pyebwa
ayisyen an manbre sans ou
ou ka di : donbrèy la kòryas
kalalou an glise men poukisa
ou vle diglòt tonmtonm lan ?
kite ayisyen w lan koule flèv non
pou lespri w donnen bèl lide
RADIO
PA NOU
1685 Nostrand Avenue
Brooklyn, NY 11226
67 Khz
www.radyopanou.com
Depuis 2002
• Nouvelles
• Analyse
• Publicité
Fondateur: Jude Joseph
RADIO FREQUENCE PARIS PLURIELLE ,
106.3 FM,
Nan Pye w
Bureau:
(718) 940- 3861
Studio:
(718) 701- 0220 • (718) 856- 8702
(718) 928- 7022 • (718) 462- 0992
(718) 469- 8511
(Emmanuel W. Védrine)
lanjelis va tire chapo pou li epi
entwodwi l ba lorizon
nan yon kabare byenbanda
ayisyen w la ayisyen m lan
suite à la page(15)
M bouke kanpe lwen ap foure je gade
Kòm si m se yon etranje
Ki pa two konsène
Men, ayiti cheri, ou konnen ?
Nou gen anpil bagay pou nou regle
M kwè tout bon fòk mwen tounen
Ayiti, bèl fanm dous mwen
M’ap reve ou lan nwit kou lajounen
M santi riban lonbrit mwen
Antotye nan tete w, manmèl lavi
Lè m lwen w, m pòtre yon timoun potovi
M te mèt fè tout ti koken
M’ap admèt m pa fouti kite w
Ou konnen se ou menm ki fanm pa m
Gen lè w te ban mwen yon ti poud
cham
Gen lòt zouzoun k’ap fè m zye dou
Se vre wi doudou
Men ou konnen m pa fou
Tout lanmoum se pou ou
Men cheri ou konnen m jalou ?
Ayiti cheri ou konnen
Se vre ou se yon bèl fanm
Men yon fanm piten
Ou se yon bèl fanm bouzen
Ou mache pran tout sendenden
Ki pase ou nan tenten
Yo fin touye ou anba bouden
Se sa k fè w’ap mal mennnen
Cheri, ou pa wè jan figi ou fennen ?
Men ayiti cheri ou konnen ?
M’pare pou m bliye tout sa k te pase
An n rekonsilye
M anvi tounen
Paske se sèl pou ou nan kè m ki genyen
Yon kokenn chenn jaden
Yon gwo jaden renmen
M’ap tounen
M’ap tounen
M’ap fout tounen
Merites Abelard
96.3 FM SCA
www.radioomegasca.com
Former - Informer - Transformer
Audio Now: 712 432 6353
Vladimir Petit-Frère, Journaliste
Directeur Général
486 East 34th Street
Brooklyn, N.Y 11203
[email protected]
(561) 670 0122
Studios:
347 985 2028
347 985 2029
347 985 2030
Office: 347 985 2031
LEARN A NEW LANGUAGE
with RINCHER’S SYSTEM
Spanish ● English ● French ● Kreyòl
Kits contain a BOOK and 2 or 3 CDs
Price range:
only $25 - $35
Write, call, email, or visit:
Universal Book Store
(formerly Rincher’s Book Store)
2716 Church Avenue,
Brooklyn, NY 11226
718.282.4033
Email: [email protected]
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Perspectives
Que fomente l’OCID ?
des informations au sujet du déroulement de la journée électorale du 9
octobre prochain. La question qu’on
se pose est qu’est-ce qui donne droit
à l’OCID de diffuser des informations
relatives aux élections le jour du
scrutin avant même le CEP ?
Selon les prescrits de la Constitution haïtienne de 1987 et du Dé-
cret électoral de 2015, seul
le CEP peut diffuser les informations sur les élections
au cours du déroulement du
scrutin du 9 octobre. Un dicton populaire disait : « Chat
échaudé craint l’eau froide. »
En 2010- 2011, ce sont les
mêmes organisations portant le nom de l’Initiative de
la Société Civile (ISC) et CNO
de Léopold Berlanger, l’actuel président du Conseil Electoral Provisoire (CEP), travaillant pour le compte de la
Communauté internationale,
qui ont favorisé l’arrivée de
Michel Joseph Martelly a la
première Magistrature de
l’Etat Haïtien. Aujourd’hui
encore,
la
communauté
internationale utilise ces
mêmes laquais, ces mêmes
collabos comme Rosny Desroches,
Léopold Berlanger et autres. Mais, il
faut très bien le savoir: 2016 n’est
pas 2010, le peuple est mobilisé et
la mobilisation doit être générale et
permanente pour contrecarrer toute
forme de coup d’Etat et d’où qu’il
vienne.
PAUL J. JOURDAN
ETI Reliable
Par Isabelle L. Papillon
L
’Observatoire
Citoyen
pour
l’Institutionnalisation
de
la
Démocratie (OCID), une Organisation non gouvernementale (ONG)
mise en place par le National Democratic Institute (NDI), représenté en
Haïti par Rosny Desroches et consorts vient de faire un décryptage
des programmes des candidats en
pole position dans les sondages pour
les élections du 9 octobre prochain.
C’est jeudi dernier 22 septembre que le professeur Fritz Dorvilier
a présenté à la presse, les résultats
d’une étude sur le programme politique de 4 candidats à la présidence.
Ce document de 38 pages est titré :
Analyse de Programmes politiques
de candidats à l’élection présidentielle de 2015-2016. Selon l’intéressé, cet examen minutieux des
programmes politiques des candidats visés a poursuivi les objectifs
suivants : encourager la structuration de la vie politique haïtienne ;
aider les électeurs et électrices à faire
un choix basé sur les programmes ;
et contribuer à façonner un discours
Le professeur Fritz Dorvilier
politique programmatique, structuré
et abordant les vrais problèmes de
la population haïtienne.
Par ailleurs, plus d’un se demande que prépare minutieusement
cette organisation qui dispose de très
fortes sommes d’argents, 1.505 observateurs et 77 opérateurs pour exécuter leur besogne ; quand elle se
prépare à collecter, traiter et diffuser
Carmelle Robillard
Attorney At Law
DENNIS MULLIGAN,
Attorney-at-Law
All aspects of Immigration Law
•TPS
•Residency
•Citizenship
Over 20 years experience
Nous parlons français
11 Broadway
New York, NY 10004
(near all trains)
646-253-0580
1750 Flatbush Avenue
(corner Ave. J)
Brooklyn, NY 11210
Phone:
347.492.3209 office
347.470.2515 cell
• Family Law
• Divorce
• Child Support/Custody
• Wills
• Power of Attorney
• Landlord & Tenant
• Guardianship
• Real Estate Closing
Rosny Desroches
ATTORNEY AT LAW
107 Kenilworth Place
Brooklyn, NY 11210
Phone:
(718) 859-5725
(347) 898-7514
•Immigration
•Divorce
•Business Formation
(Corporation & Partnership)
•Estate Administration - Wills
•Real Estate Closings
JETCO
Interlink Translation
Services
Languages • Religious • Political
• History • Educational
Radio Optimum Mondiale
English • French • Kreyòl • Spanish
Advertising • Radios • Annonces • Nouvelles
826 Rogers Avenue
Brooklyn, NY 11226
(718) 282-4033
Email: [email protected]
4512 Church Avenue
Brooklyn, NY 11203
Nou pale kreyòl!
(718) 462-2600
(914) 643-1226 cell
MULTIPLE
Service Solutions
LA DIFFERENCE
AUTO SCHOOL
• Income Tax Preparation
• Immigration Services
• Translation of Documents
(French, English, Spanish)
• Divorce
• Fax
1374 Flatbush Avenue
Brooklyn NY 11210
718-421-6787
GREAT LEGACY
AUTO SCHOOL
LEARN TO DRIVE
Director: Florence Comeau
* Translations * Interpreters
* Immigration Services
* Resumé * Fax Send & Receive
* Much more.
Universal Book Store
We Speak: English, Kreyòl, French, Spanish
718.922.2537 office
917.681.6531 cell
[email protected]
Nou Pale Kreyòl
Jerome Realty
HUD Home Sales
Immigration-Divorce
Fritz Cherubin
• Individual
• Corporation
• Self-Employed
• Non-Profits
• Partnerships
• LLCs
327 E. 52nd Street
(between Linden & Church)
Shipping
Birth Certificate • Resume
• Divorce/Marraige Certificates
Ernst Blanchard
25+ years of experience
Brooklyn, NY 11203
RINCHER
Translations
Cheapest in Town
Income Tax Services
Menez Jean-Jerome
● Boxes, Barrels, Containers
● Cheapest Rates & Best Service
● Door to Door Service to
All 10 Haitian Departments
● Shipping within 6 Weeks
Etienne Victorin
Tel: 718-363-1585
963 Rogers Avenue
Brooklyn, NY 11226
899 Franklin Avenue,
Brooklyn, NY 11225
Office: 718.856.2500
Cell: 347.998.7112
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
“At Great Legacy We Convert
Your Fears Into Confidence”
La Différence Auto School
8402 Flatlands Avenue
Brooklyn, NY 11236
(718) 676-4514
(718) 942-4242
836 Rogers Avenue
(between Church Avenue
& Erasmus Street)
Brooklyn, NY 11226
Martine Dorestil, Owner
Danny Dorestil, General Manager
Manager: Ernst Sevère
Tel: 718-693-2817
Cell: 917-407-8201
5 Hour Classes
Defensive Course Saturday 9AM
Haiti Liberté/Haitian Times
7
Perspectives
9 octobre 2016, un scrutin à enjeu complexe
Par Erno Renoncourt
V
oici qu’approche la date fatidique
des élections de 2016. Et tout
semble être fin prêt pour le dénouement final, si l’on en croit l’avis
de tous les acteurs qui sont parties
prenantes de ce processus électoral. A
terme, il s’agit d’un dénouement qui
viendra :
• Soit, conforter les stratèges
du chaos haïtien qui s’impatientent
déjà pour célébrer « pi rèd » le règne
de la banane.
• Soit, rehausser la dignité du
peuple haïtien qui choisira de relever
le gant en faisant le choix de la rupture d’avec le banditisme légal, l’idiocratie, la kleptomanie, l’arrogance
et la corruption comme méthodes de
gouvernement.
Des deux côtés, l’enjeu est de
taille. Et pour cause.
D’un côté, pour le peuple haïtien, il
s’agit de prouver à ses détracteurs locaux et internationaux qu’il n’est pas
le produit de cette sous-humanité dans
laquelle un certain modèle d’affaires
économiques, sociales et politiques
tend à le maintenir. Surtout, Il s’agit
d’être digne et de montrer qu’Haïti
n’est pas peuplée d’une masse ignare
prête à acclamer, en foule imposante,
selon la rumeur des sondages, ceuxlà mêmes qui viennent de mettre à
sac les fonds de PetroCaribe, ceux-là
mêmes qui viennent de détourner les
maigres ressources de la république
pour s’offrir des résidences de rêve et
doter leur progéniture d’un beau pactole les mettant ainsi à l’abri de toute
précarité, ceux-là mêmes qui viennent
de saborder toutes les institutions de
l’état de droit, ceux-là mêmes qui se
dressent comme les fossoyeurs du
rêve d’une Haïti humble, digne et
fière.
D’un autre côté, pour les éternels ennemis du peuple haïtien, il
s’agit, dans le silence des traditionnelles actions de sape, de manipulation et de déstabilisation, de redonner
la main aux stratèges du chaos en rejouant la comédie du 25 octobre 2015
pour prouver qu’ils avaient raison de
s’opposer à la démarche de vérification électorale. La stratégie ici reste ce
qu’elle a toujours été :
• Conforter les acteurs internationaux qui ont bassement manœuvré pour tenter d’imposer les résultats
des élections de 2015.
•Décrédibiliser
l’initiative
honorable de la Commission indépendante d’évaluation et de vérification
électorale (CIEVE) qui a su courageusement invalider par son travail
ces élections de la honte promues par
les chancelleries internationales, dont
européennes et nord-américaines, qui
se font passer pour des chantres de
la démocratie et de la bonne gouvernance.
• Poursuivre la déstabilisation
de nos institutions et nous maintenir
sur la trajectoire de cet échec qui enrichit si bien l’internationale humanitaire. Pourtant, malgré cette équation
modélisée par des paramètres connus, l’enjeu électoral haïtien n’est pas
moins complexe.
desservir une certaine communauté
d’intérêts incapables de s’ouvrir à la
bonne gouvernance et à l’état de droit,
et en guerre ouverte contre l’intelligence et l’éthique.
A ce propos, il faut dénoncer
l’idiotie et l’inculture d’une certaine
communauté journalistique et même
universitaire qui tend à faire croire
que l’écosystème haïtien actuel est
le résultat de l’indigence de l’offre
politique. Il s’agit là d’une pensée
simpliste et abêtissante qui refuse de
comprendre que ce sont les groupes
économiques et sociaux influents
qui déterminent le socle politique et
institutionnel cadrant le mieux avec
leur culture, leur pratique et leur «
humanité ». Et de fait, l’indigence de
l’offre politique haïtienne actuelle est
une demande récurrente du modèle
d’affaires qui structure notre économie, nos institutions et nos rapports
civiques avec les autres. Sinon de
même que ces groupes ne ratent jamais une occasion pour célébrer l’imposture en fête et maintenir « leur
réussite » grâce à cet écosystème, ils
se seraient arrangés pour promouvoir
l’intelligence, l’éthique et la justice en
opposant systématiquement le meilleur au pire.
Du coup, on se retrouve sur un
échiquier politique polarisé avec les
mêmes forces qui hantent l’histoire de
ce pays depuis l’acte d’indépendance
dit-on. Une offre politique polarisée
d’un côté par un populisme qui galvanise les frustrations légitimes de
tout un peuple maintenu « en dehors
» du fonctionnement de la société et
d’un autre côté par un affairisme politique au service d’un modèle d’affaires
fait d’exclusion, de corruption, d’injustice et d’incurie managériale.
On voit bien que le choix électoral est dans une impasse et n’augure
point d’un avenir radieux. Et c’est cela
qui conforte les stratèges internationaux du chaos haïtien. Evidemment, il
faut s’empresser de reconnaitre qu’à
force d’imposer aux autres peuples
des choix immondes et indécents, à
force de « gouverner le monde à partir
de postulats erronés, de mensonges »
et de crimes politiques impitoyables
autorisés, ces stratèges finissent par
être confrontés, sur leurs propres
théâtres électoraux, à la même pensée
politique indigente qu’ils ont promue
dans le monde durant toute leur histoire.
Et c’est là que se trouve un autre niveau de complexité. Comment
Complexité de l’échiquier
électoral entre polarisation et
indigence
Au vrai, le premier niveau de complexité de l’enjeu électoral se mesure à
l’indigence de l’offre politique qui est
en adéquation parfaite avec le modèle
d’affaires en vigueur depuis 212 ans.
Il y a, en Haïti, un vrai processus de
clochardisation de la fonction politique qui a été mis en œuvre, depuis
au moins quelques décennies, pour
8
Haiti Liberté/Haitian Times
quant à la tenue de ce scrutin. Car il
faut savoir écouter et déceler, par-delà
les silences angoissants, les mouvements et les agissements des forces de
l’ombre qui ne vivent que de chaos et
de la souffrance des peuples.
empêcher au peuple de faire une nouvelle fois, comme en 1990, irruption
sur la scène politique pour se réapproprier son destin, quand en face de lui,
il n’y a qu’une offre politique portée
par des charognards prêts à le dépecer
? Comment empêcher au peuple haïtien de choisir ses dirigeants légitimes
sans violence et sans influence de la
communauté internationale ? Comment conforter les stratèges du chaos
haïtien sans s’impliquer dangereusement pour ne pas fragiliser les puissants alliés, qui coïncidement, se trouvent, sur d’autres théâtres électoraux
aussi fragiles et précaires ?
Une stratégie de déjà vu comme
en commune déstabilisation
Evidemment l’histoire nous apporte
un premier élément de réponse en
nous laissant croire que plusieurs
stratégies sont possibles. Elles peuvent prendre l’allure de petites perturbations administratives et techniques
qui compliqueront les opérations de
vote dans les régions acquises aux
idées de ces candidats qui historiquement font peur aux bandits légaux.
Mais elles peuvent aussi, selon l’ampleur de l’engouement électoral,
dégénérer, avant ou le jour du vote,
en un climat de tension et de panique
pour dissuader les gens d’aller voter.
Car la constante électorale à maitriser
reste la participation populaire. C’est la
variable d’état qui dictera le degré de
manipulation possible. C’est elle qui
permettra de donner raison à un certain Staline qui pensait que « ce sont
ceux qui comptent les voix qui déci-
dent de tout en matière électorale ».
Mais si l’ampleur de la participation, malgré les risques, minimise
les marges de manipulation de « ceux
qui comptent les voix » et que le choix
électoral devait s’imposer en faveur
de ces candidats qui surfent sur les
frustrations et les exclusions du peuple et qui vont à contrecourant du
modèle d’affaires économique et sociopolitique revendiqué par les bandits
légaux, la riposte viendra sous différentes formes.
Elle prendra l’allure de blocage
au parlement avec les nombreux caïds
qui ont acquis et vont acquérir l’immunité parlementaire en raison de leurs
accointances passées et présentes
avec les stratèges du chaos. En cela
le décor est déjà planté au parlement.
Mais ce sera aussi l’arrêt des
programmes d’aide bilatéraux ou le refus de subventionner l’aide au développement comme cela a été fait par le
passé. Il faudra affamer le peuple pour
montrer que ce populisme n’est pas
viable. Et que toute indigence confondue, il faudra compter avec ceux
qui seront en mesure de recevoir les
millions de dollars d’aide qui emprunteront les mêmes chemins détournés
de la corruption et du blanchiment de
[leurs] avoirs.
Certainement, il faudra compter
aussi avec les reflux de migrants et
de déportés qu’on nous enverra pour
augmenter la pression sociale, amplifier l’insécurité et nous maintenir sur la
trajectoire de l’échec. En cela aussi le
décor est déjà planté.
Encore qu’il faut rester prudent
Miser sur un pacte éthique pour
nous tirer vers le haut
Toute proportion gardée, objectivement, il ne peut y avoir de surprise dans ce scrutin puisque chacun
connait les cartes que l’autre détient.
Et les forces en présence connaissent
chacune le mode opératoire de l’autre.
Le peuple connait les armes de déstabilisation massive de ses ennemis. Et
les ennemis du peuple haïtien connaissent la force et la puissance de
l’engagement dont il sait faire montre
dans l’adversité pour forcer la victoire.
Ainsi, le rideau se lève une fois de plus
sur le théâtre électoral haïtien combien ponctué, ces derniers temps, de
drames, d’imposture et d’indigence.
C’est donc un drame qui se rejoue. Et comme souvent, quand tout
est joué d’avance, tout est aussi perdu
d’avance. A moins qu’une troisième
voie ne s’offre à nous.
A moins que par un sursaut
d’intelligence collective nous acceptions de faire ce pacte éthique pour
miser sur la responsabilité sociale,
l’engagement citoyen, l’effectivité de
l’état de droit et la primauté de la justice. A moins que nous acceptions de
renoncer à l’imposture des luttes qui
desservent les causes inavouables, à
l’enfumage des réussites faciles et aux
accointances avec les forces acquises
aux intérêts étrangers. A moins que
nous acceptions de nous écarter de
ce modèle d’affaires rythmé par une
économie à la recherche de profit par
les mauvais arrangements. A moins
que nous choisissions d’arrêter la clochardisation de la fonction politique,
la promotion de l’idiotie citoyenne à
travers une pensée médiatique simpliste. A moins que nous cessions de
fabriquer des hommes politiques qui
ne savent gouverner que dans l’arrogance, l’indigence et l’indécence. Et
finalement, à moins que nous n’acceptions plus que les bandits légaux
et les agents au service des intérêts
étrangers soient les seuls à terminer leur mandat électoral parce qu’au
service de l’escroquerie nationale et
internationale.
AlterPresse 24 septembre 2016
A seed-based supplement hailed as one of the
most important anti-aging antioxidants
ever discovered!
An ELIXIR of Black Rasberry Seed, Black Cumin
Seed, Chardonnay Grape Seed & D-ribose.
Detoxify • Prevent & Lower High Blood Pressure •
Reduce Cancer & Cardiovascular Disease • Improve
Brain Function • Prevent Hearing Loss • Keep Bones
Strong • Lose Weight • Improve Digestion & Vision •
Increase Energy, Performance & Stamina • Lower
Bad Cholesterol • Reduce Infection
• Much, Much More.
BUY SINGLE PACKETS FOR ONLY $4 EACH AT:
Tony’s Health Food & West Indian Products, 2923 Glenwood Road
(corner Nostrand), Brooklyn, NY
Potential Vegetal Herbs & Vitamins, 1358 Flatbush Avenue
(corner E. 26th St.), Brooklyn, NY
Vitamin & Mineral Club Detox Spa, 2710b Avenue D, Brooklyn, NY
Haïti Liberté, 1583 Albany Avenue, Brooklyn, NY
Call: (203) 666-8650 • www.myrainlife.com/rejuvenation
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
This Week in Haiti
As Observer Groups Prepare:
At United Nations:
Haitian Elections Are “Unstoppable,”
Privert Says
Privert Asks for “Real
Discussions” about
Cholera, but Not
Reparations
by Yves Pierre-Louis & Kim Ives
UN Photo/Cia Pak
n his Sep. 23, 2016 address to the
United Nations General Assembly,
Haitian President Jocelerme Privert
raised the issue of cholera which UN
occupation troops imported into Haiti
in October 2010. On-going lawsuits in
New York state are seeking reparations
for Haitian cholera victims. To date,
cholera has killed an estimated 10,000
Haitians and sickened close to one million.
“The resurgence of cholera cases in recent months is one of the most
acute challenges now facing Haiti,”
Privert said in his speech. Haiti’s government “has with great interest taken
note,” he said, of the “UN’s recognition
of its moral responsibility” for Haiti’s cholera epidemic, now the world’s
worst. UN Secretary General Ban Kimoon’s admission “opens the way to
real discussions about [the UN’s] obligation to eliminate cholera in Haiti forever” and “for the implementation of a
substantially strengthened program to
fight against cholera and to assist victims and their families” in a way that
“will fully meet the Haitian people’s
expectations.”
Unlike Presidents René Préval
and Michel Martelly before him, Privert
was commendably the first Haitian
president to call out the UN for its responsibility in unleashing cholera in
Haiti.
President
Jocelerme
Privert
speaking before the UN General
Assembly on Sep. 23, 2016
However, Haïti Liberté’s director,
Berthony Dupont, feels Privert did not
go far enough.
“The one word Haitians were
waiting for him to utter was ‘reparations,’ and he stopped short of that,”
Dupont said.
In a Sep. 21 editorial, Dupont
wrote that “the Haitian state seems to
be in concert with the United Nations in
blocking the way to any proposed reparations for victim families” by “refusing
until now to give a medical certificate”
that would be “affirmative evidence,
ratified by a justice of the peace, so that
victims who didn’t have the chance to
be hospitalized can benefit from any future compensation.”
New Policy to Deport
Haitians Is Inhumane
Kim Ives/Haïti Liberté
Marleine Bastien at a Miami demonstration against Dominican Republic
deportations in June 2015. “The Obama administration has failed Haitians
in at least two ways: DHS’ recent resumption of Haiti removals and its
ineffective implementation of the Haitian Family Reunification Program.”
by Marleine Bastien and Steven Forester
T
he Department of Homeland Security’s (DHS) decision last week to resume deportations of noncriminal Haitians, disingenuously citing improved
conditions despite political and economic turmoil and an unchecked cholera
epidemic, is inhumane, ill-advised, and
shocking to the Haitian-American community. It may rip families apart and
curtail life-saving remittances to Haiti.
DHS should immediately reverse
it.
It evokes another administration failure that any presidential candidate seeking Haitian-American votes
should address. That is DHS’ failure to
significantly expand the Haitian Family Reunification Program (HFRP), announced in October 2014 as a way to
promote orderly outflow and to help
Haiti recover by generating additional
remittances.
We fought nearly five years for its
creation. What was created was so arbitrarily limited that as of Jun. 30, only
1,952 HFRP beneficiaries had been approved, mocking administration goals
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Court has only two out of 12 judges with
any constitutional legitimacy,” Privert
declared. “So it would be the collapse of
all our republican institutions. That’s the
importance of these elections.”
He appealed for electoral rallies to
be held “in peace and with respect for
one another” and for political leaders
to “urge your supporters to be tolerant
and respect the partisans of other candidates.”
Privert also warned police officers,
prosecutors, and other judicial authorities “to refrain from any interference in
the electoral process.” Those disobeying
this order would be fired, he said. State
vehicles are also prohibited from being
used to help candidates campaign.
“We want these elections to be
carried out without interference from the
authorities,” Privert concluded. “This is
the only guarantee that the elections
will be impartial, credible, democratic, and transparent. Candidates, I urge
you to demand that the CEP be transparent in all of its decisions, and it is
necessary that vote counting be done
in the presence of candidates or their
representatives. For once, let’s give the
country elections that everyone accepts
as good.”
Meanwhile, international observers are beginning to arrive in Haiti, like
those of the Organization of American
States (OAS) last weekend. The Boston-based New England Human Rights
Organization will send an observer delegation of Haitians and North Americans
from Oct. 6-11.
In May 2015, three Haitian organizations – JuriMédia, the Ecumenical
Center for Human Rights (ECHR) and
the Civil Society Initiative (ISC) – joined
together to form the Citizen Observatory
for Institutionalizing Democracy (OCID).
approved beneficiaries further back
on the wait list could be working and
sending desperately needed remittances
back home. That was the goal in creating the program. Why can the United
States properly and generously bring in
more than 100,000 Cubans but only a
handful of black Haitians?
The eligibility restriction is also
a financial “double whammy”: In addition to HFRP’s significant application
fees and related costs, each beneficiary
also has to pay a hefty $1,070 fee to
“adjust their status” to legal permanent
residence once their visa becomes available, i.e. within three years or less. This
has made HFRP prohibitively expensive
for many.
But if a beneficiary six years out
on the wait list, for example, were eligible under HFRP, he or she could be
earning and saving and would be much
more able to afford the $1,070 adjustment fee in the sixth year. (Cubans
avoid paying the adjustment fee altogether under the Cuban Adjustment Act
of 1966, a significant advantage.)
The Obama administration
has failed the Haitian community in
at least two important ways. DHS’ recent resumption of Haiti removals,
claiming improved conditions, is wrong
and tone-deaf. And its much-heralded
Haitian Family Reunification Program
needs to be expanded to include every
DHS-approved beneficiary on the wait
list.
Any presidential candidate who
wants the votes of Haitian Americans
in November should promise to immediately reinstate the halt of deportations
to Haiti and to broadly expand the Haitian Family Reunification Program, now
a mere shadow of its Cuban namesake.
Fairness, the community’s trust and
Haitian lives and families are at stake.
Marleine Bastien is executive
director of Haitian Women of Miami.
Steven Forester is immigration policy
coordinator for the Institute for Justice
& Democracy in Haiti. This op-ed was
first published in the Miami Herald.
I
by Kim Ives
I
Some Haitians are suspicious of OCID
because it is financed and supported
by the National Democratic Institute
(NDI), an arm of Washington’s National Endowment for Democracy (NED).
Furthermore, Rosny Desroches, one of
OCID’s principal leaders, has historically
been close to the U.S. Embassy.
On Sep. 25, OCID carried out an
election day “simulation” with 1,505
observers and 77 technicians to practice
what it plans to do on Oct. 9: collect,
process, and disseminate information
on how the vote is proceeding.
Some have warned OCID that under the 1987 Haitian Constitution and
the 2015 Electoral Decree, only the CEP
can disseminate information on the elections as they are being conducted. Critics
fear premature OCID reports could interfere with the vote.
On Sep. 22, OCID also released a
report analyzing the political programs
of four leading presidential candidates:
Jude Célestin, Moïse Jean-Charles,
Jean-Henry Céant, and Jovenel Moïse.
Written by Dr. Fritz Dorvilier, Ph. D, the
report purports to analyze, very technocratically, the “strong points” and “weak
points” of each candidate’s program.
Glaringly absent, for unstated reasons,
was any review of the program of the
Lavalas Family party’s Dr. Maryse Narcisse.
In short, both international
observer missions like that of the OAS
and Haitian ones like OCID will be closely observed themselves by wary voters,
who are anxious for elections free from
spin and interference. None want an
“electoral coup” like that of 2010-11.
Meanwhile, candidates are campaigning around Haiti in a tense atmosphere. Large crowds have greeted the
four leading presidential candidates – Dr.
Maryse Narcisse (accompanied by former president Jean-Bertrand Aristide)
of the Lavalas Family party, former
Sen. Moïse Jean-Charles of the Lavalas
breakaway Dessalines Children (PD),
Jude Célestin of the Alternative League
for Progress and Haitian Emancipation
(LAPEH), which is close to former President René Préval, and Jovenel Moïse,
the candidate of former president Michel
Martelly’s Haitian Bald Headed Party
(PHTK).
There have been sporadic attacks against some of the electoral caravans. Narcisse’s entourage encountered rock-throwing in Gonaïves and
scuffles in Cap Haïtien. A window on
Jean-Charles’ car was broken when his
electoral caravan was attacked near Cerca-la-Source in the Center Department.
nterim President Jocelerme Privert
said this week that Haiti’s Oct. 9
elections are “irreversible,” calling on
government authorities and police to
refrain from interference and voters to
remain non-violent.
Meanwhile, Haitian and international election observation groups are
preparing for the vote, running simulations and collecting candidate programs.
On Sep. 23, Privert addressed the
71st opening session of the United Nations General Assembly in New York.
He told the body that Haitians would
vote in two weeks, and that “without
honest and credible elections, it is futile
to hope for a peaceful political transition.” He is scheduled to pass power to
Haiti’s next elected president on Feb. 7,
2017.
On returning to Haiti on Sep. 26,
Privert held a press conference to reassure a jittery nation that the elections
are on track.
“On Oct. 9, elections will be
held in an irreversible way,” Privert
declared. “The skeptics, who didn’t
believe that the government would
carry out the elections, are now facing
a machine that nothing can stop. The
election schedule is going forward just
as planned, and there is no delay in its
implementation.”
With manifest pride, Privert said
that “people thought it impossible for
the Haitian state to mobilize the funds
required by the CEP [Provisional Electoral Council], but today we can say
with satisfaction that without upsetting
macroeconomic stability and without
resorting to printing money, the state
has been able to disburse up to $25
million from the Treasury to finance
the next election.” The entire election,
which the U.S. government has refused
to financially support, has a price tag of
$55 million, including the Jan. 8, 2017
second round.
“What remains now is the issue
of security,” Privert said. He called on
the CEP, government authorities, and
the police to adopt a policy of “zero tolerance” of any disruptions of the vote.
“These elections are too important for
the future of the country,” he said.
“Without these elections, on the
second Monday of January 2017, there
will be no Government, ministers will
have no legitimacy, Parliament will be
dysfunctional, there will not be, like today, any judiciary because the Supreme
and promises. In contrast, more than
100,000 have arrived under DHS’s excellent and recently reinstated Cuban
Family Reunification Program.
Haiti’s devastating 2010 earthquake led to bipartisan calls to create
the HFRP to more quickly bring in beneficiaries on wait lists of up to 13 years
whom DHS already had approved. We
said that it would decrease desperation,
save lives, expeditiously reunite families and speed recovery in Haiti at little
or no cost to the U.S. taxpayer by generating a significant additional flow of
remittances back home.
But eligibility was arbitrarily
and inexplicably limited to petitioners
whose beneficiaries were within two
years of getting their visas anyway. Of
about 100,000 on the approved wait
list, DHS thought it would interview
5,000 persons per year; but as of Jun.
30, 2016, although beneficiaries three
years out are now eligible, fewer than
2,000 had been approved.
This is senseless. Thousands of
Rosny
Desroches
of
the
Washington-supported
Citizen
Observatory for Institutionalizing
Democracy (OCID)
Haiti Liberté/Haitian Times
9
10
Haiti Liberté/Haitian Times
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
CARS STAR
TING
AS
CONVERTIBLES
33 IN-STOCK
COUPES
46 IN-STOCK
HATCHBACKS
25 IN-STOCK
MINIVANS
179 IN-STOCK
SEDANS
1105 IN-STOCK
3 ,0 0 0
UNDER $10,999
50 IN-STOCK
SUVs
720 IN-STOCK
$3,995!
LOW
AS
TRUCKs
37 IN-STOCK
*2008 Dodge Calibe
r, 91k mi, STK#17934
QUALIT Y
WRNSED CARS
PRE- O
CA
READY TO DRIVE AWAY TODAY!
GET PRE-QUALIFIED IN SECONDS AT MAJORWORLD.COM WITHOUT IMPACTING YOUR CREDIT SCORE
‘15 NISSAN
$
BUY
FOR:
VERSA
7,495
PLUS TAX & TAGS
'07 ACURA
BUY
FOR:
$
'14 HYUNDAI
$
SONATA
8,995
'13 CHEVY
$
BUY
FOR:
$
PLUS TAX & TAGS
2014 HONDA
BUY
FOR:
52k miles, Stk#21929
'13 TOYOTA
$
BUY
FOR:
$
SIENNA
14,995
PLUS TAX & TAGS
11,995
PLUS TAX & TAGS
$
BUY
FOR:
'13 TOYOTA
BUY
FOR:
$
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
52k miles, Stk#17256
300 LTD
16,995
PLUS TAX & TAGS
'14 NISSAN
'12 MERCEDES
$
FOR:
PLUS TAX & TAGS
'16 NISSAN
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
48k miles, Stk#18214
$
ALTIMA
15,995
PLUS TAX & TAGS
'14 FORD
BUY
FOR:
$
9,995
$
BUY
FOR:
$
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
12,995
PLUS TAX & TAGS
'15 HONDA
$
BUY
FOR:
‘15 INFINITI
$
Q50
23,995
PLUS TAX & TAGS
Stk#25528, 30k mi.
$
ACCORD
15,995
PLUS TAX & TAGS
'13 FORD
$
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
$
BUY
FOR:
GS350
23,995
PLUS TAX & TAGS
Stk#16079, 48k mi.
10,995
'13 NISSAN
$
BUY
FOR:
BUY
FOR:
8,995
PLUS TAX & TAGS
$
BUY
FOR:
ROGUE
12,995
'16 TOYOTA
$
CAMRY
15,995
10,995
PLUS TAX & TAGS
'14 HONDA
$
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
'14 BMW
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
33k miles, Stk#21947
'14 NISSAN
$
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
33k miles, Stk#22334
'13 MERCEDES
BUY $
FOR:
GL-450
34,888
PLUS TAX & TAGS
45k miles, Stk#23210
MURANO
16,995
PLUS TAX & TAGS
22k miles, Stk#23332
320X
17,995
CRV
14,995
6k miles, Stk#25763
$
COROLLA
'15 TOYOTA
11k miles, Stk#22424
PLUS TAX & TAGS
BUY
FOR:
CIVIC
Stk#10323, 8k mi.
22k miles, Stk#25503
27k miles, Stk#20434
‘13 LEXUS
ACCORD
PLUS TAX & TAGS
EXPLORER
17,888
$
34k miles, Stk#25637
13k miles, Stk#25130
15k miles, Stk#245900
BUY
FOR:
'13 HONDA
BUY
FOR:
Stk#20624, 7k mi.
C CLASS
16,995
ALTIMA
8,995
‘13 HONDA
27k miles, Stk#19051
19k miles, Stk#22534
‘15 NISSAN
ALTIMA
PLUS TAX & TAGS
FUSION
PLUS TAX & TAGS
5k miles, Stk#26503
'13 MERCEDES
$
BUY
FOR:
4k miles, Stk#12691
30k miles, Stk#18077
ML-350
22,995
MAXIMA
12,995
$
BUY
'13 NISSAN
PLUS TAX & TAGS
CAMRY
9,495
SENTRA
7,995
$
25k miles, Stk#23408
23k miles, Stk#22238
BUY
FOR:
BUY
FOR:
PLUS TAX & TAGS
RAV4
14,995
$
PLUS TAX & TAGS
19,995
$
‘15 CHRYSLER
16,995
E CLASS
$
PLUS TAX & TAGS
GRAND CHEROKEE
'13 MERCEDES
BUY
FOR:
42k miles, Stk#24602
20k miles, Stk#1934
BUY
FOR:
'13 TOYOTA
Stk#22987, 33k mi.
26k miles, Stk#11973
‘12 JEEP
ACCORD
'14 NISSAN
48k miles, Stk#23027
35k miles, Stk#8357
CAMRY
10,995
PLUS TAX & TAGS
PLUS TAX & TAGS
42k miles, Stk#17885
'14 TOYOTA
FOR:
MALIBU
8,995
COROLLA
7,995
BUY $
104k miles, Stk#10125
PLUS TAX & TAGS
BUY
FOR:
7,995
'13 TOYOTA
PLUS TAX & TAGS
Stk#22078, 11k mi.
BUY
FOR:
MDX
'14 HONDA
$
BUY
FOR:
PILOT
19,995
PLUS TAX & TAGS
Auto, 6 cyl, A/C, p/s, p/b, 9k miles, Stk#10085
'14 BMW
$
BUY
FOR:
X6
38,950
Don't Make Your Next Payment Until You Speak To Us!
PLUS TAX & TAGS
18k miles, Stk#27249
TAKE
THE
R M
1-888-396-2567 43-40 NORTHERN BLVD. LONG ISLAND CITY, QUEENS, NY 11101
SUBWAY
TO 46TH ST
STOP IN
QUEENS
TIRED OF YOUR CAR? WE’LL BUY IT FROM YOU!
WE ARE SURE TO HAVE A CAR TO FIT YOUR BUDGET • EASY FINANCING! BEST CHANCE TO GET APPROVED IS HERE! EASY FINANCING! ††
WE ARE SURE TO HAVE A CAR TO FIT YOUR BUDGET • EASY FINANCING! BEST CHANCE TO GET APPROVED IS HERE! EASY FINANCING! ††
Whether you’re buying or selling a car, If You Can’t Make It To Us,
We’ll Pick You Up. Call 888-396-2567 For Complimentary Pick Up.
Prices include all costs to be paid by the consumer except for license, registration & taxes. Used vehicles have normal wear, tear & mileage, some may have scratches & dents. ††All applications will
be accepted. Severity of credit situation may affect down payment, APR & terms. Bankruptcies and liens must be discharged. See dealer for details. Offers cannot be combined. NYC DCA#2003442,
DMV#7117189. Publication date: 9/28/16. Offers expire 48 hours after publication.
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Haiti Liberté/Haitian Times
11
Monsanto+Bayer=MoBay, le cartel des empoisonneurs
aux OGM contre l’Inde
Monsanto et Bayer sont en train de fusionner. Elles ont déjà dans le
passé formé une seule entité sous le nom MoBay (MonsantoBayer),
digne héritière du cartel d’empoisonneurs IG Farben
Par Vandana Shiva
L’Inde est embourbée dans une controverse artificielle créée par Monsanto à propos de la première culture génétiquement modifiée, censée
avoir reçu le feu vert pour sa commercialisation. Impliquée dans des
litiges sur plusieurs fronts, Monsanto tente de contourner nos lois sur
les brevets, la loi de protection de la
variété végétale, celles sur les droits
des agriculteurs, sur les produits
de base et sur la concurrence. Elle
se comporte comme s’il n’y avait,
en Inde, aucun parlement, aucune
démocratie, aucune loi souveraine
à laquelle elle devrait obéir. Ou tout
simplement, elle s’en moque.
S
ur un autre terrain, Monsanto et
Bayer sont en train de fusionner.
Elles ont déjà dans le passé formé
une seule entité sous le nom MoBay
(MonsantoBayer), digne héritière du
cartel d’empoisonneurs IG Farben.
Les participations majoritaires de
ces deux entreprises étaient entre les
mains des mêmes sociétés d’investissement privées. Le domaine d’expertise de ces firmes, c’est la guerre.
IG Farben, moteur économique
d’Adolf Hitler et principale source de
devises étrangères de l’Allemagne
d’avant guerre, était également une
machine de renseignements étrangers. Hermann Schmitz était le président d’IG Farben, son neveu Max
Ilgner était un directeur d’IG Farben
; tandis que le frère de Max, Rudolph
12
Ilgner, dirigeait la branche newyorkaise comme vice-président de
Chemnyco.
Paul Warburg, frère de Max
Warburg (du conseil d’administration
d’IG Farben), fonda le système de réserve fédéral des USA. Max Warburg
et Hermann Schmitz ont joué un rôle
central dans l’empire IG Farben. Carl
Bosch, Fritz ter Meer, Kurt Oppenheim et George von Schnitzler étaient
d’autres dirigeants de l’entreprise.
Tous, sauf Paul Warburg, furent
jugés et condamnés comme criminels
de guerre à Nuremberg.
Monsanto et Bayer ont une
longue histoire. Elles fabriquaient des
explosifs et des gaz toxiques mortels
à l’aide de technologies partagées et
les vendaient aux deux camps des
deux guerres mondiales. Les mêmes
produits chimiques étaient achetés
par les Alliés et les forces de l’Axe,
aux mêmes fabricants, avec de l’argent emprunté à la même banque.
MoBay fournissait les ingrédients de l’Agent orange (acide 2, 4
,5-T aux dioxines) durant la guerre du
Vietnam. Près de 75 millions de litres
de défoliants et d’herbicides MoBay
furent pulvérisés sur le Sud-Vietnam.
Des enfants naissent encore avec
des malformations congénitales, des
adultes ont des maladies chroniques
et des cancers à cause de l’exposition aux produits chimiques de MoBay. La résistance de l’agent orange
cobreveté par Bayer et Monsanto a
été codéveloppée pendant des décennies. Des guerres étaient menées, des
vies perdues, des nations ciselées en
Haiti Liberté/Haitian Times
terres promises — avec des frontières
artificielles profitant à la colonisation
et au pillage des ressources — tandis que Bayer et Monsanto vendaient
des produits chimiques sous forme de
bombes et de poisons, et que leurs
frères fournissaient les prêts pour
acheter ces bombes.
Plus récemment, Bayer CropScience AG et Monsanto auraient
engagé un partenariat à long terme.
Ce qui leur donne accès aux herbicides de l’un et de l’autre et donc à
une double technologie de résistance
aux herbicides. À travers des accords
de licences croisées, des fusions et
des acquisitions, l’industrie de la
biotechnologie devient l’IG Farben
de notre temps, avec Monsanto aux
commandes.
L’industrie mondiale des produits chimiques et des OGM — Bayer,
Dow Agro, DuPont Pioneer, Mahyco,
Monsanto et Syngenta — s’est syndiquée sous forme de Fédération de
l’Industrie semencière d’ Inde (FSII)
afin d’augmenter son pouvoir de nuisance sur les paysans indiens, sur
l’environnement et les lois démocratiquement élaborées qui protègent le
public et l’intérêt national. Ceci en
plus de l’Association des Entreprises de Biotechnologie (ABLE), qui a
tenté de s’attaquer au contrôle des
prix des semences en Inde mis en
place par la loi sur les produits de
base en faisant appel à la Haute Cour
de justice du Karnakata à Bangalore,
qui a rejeté la plainte.
Ce nouveau groupe n’a rien
à voir avec « l’industrie semencière
», il ne produit pas de semences. Il
tente d’étendre le principe du brevet
aux produits chimiques afin d’obtenir la propriété de semences, même
dans des pays où les brevets sur les
semences et les plantes ne sont pas
autorisés. Comme en Inde, en Argentine, au Brésil, au Mexique et dans
beaucoup d’autres pays.
Toutes les affaires Monsanto,
en Inde sont liées à sa revendication
non-scientifique, illégale et de brevets sur les semences, au mépris des
lois indiennes, et à sa tentative d’extorquer des redevances à l’industrie
semencière indienne et aux agriculteurs. La FSII est une « réunion de famille séculaire d’IG Farben », un rassemblement d’entités indépendantes
et autonomes.
Le cartel chimique familial d’IG
Farben a été responsable de l’extermination de gens dans des camps
de concentration. Il représente un
siècle d’écocide et de génocide, entrepris au nom de l’expérimentation scientifique et de l’innovation.
Aujourd’hui, ce cartel d’empoisonneurs porte des habits d’ingénieur
génétique et répète ad nauseam le
mantra de l’innovation. Les camps
de concentration d’Hitler furent une
« innovation » dans le domaine du
meurtre ; et presque un siècle après,
la famille Farben est en train de mener la même extermination, silencieusement, mondialement et efficacement.
L’innovation de Monsanto
consistant à extorquer des royalties
illégales et à pousser des paysans
indiens au suicide est aussi une innovation dans la manière de tuer
ni vu ni connu et indirectement. La
nouveauté de la méthode d’assassinat ne rend pas le meurtre plus juste.
« L’innovation », comme toutes les
activités humaines, a ses limites —
définies par l’éthique, par la justice,
par la démocratie, les droits des personnes et de la nature.
IG Farben a été jugée à Nuremberg. Nous avons des lois nationales
pour protéger les personnes, leur
droit à la vie et à la santé, ainsi que
l’environnement. Les lois indiennes
sur les brevets et la biosécurité, ainsi
que celle sur la variété végétale visent à contrôler les propriétaires vo-
“Monsanto = semences toxiques”
Les accusés d’IG Farben à Nuremberg
races d’entreprises historiquement
coupables de crimes contre la nature
et l’humanité.
L’industrie se prépare à lancer
son nouveau “gène”, la moutarde
GM (DMH-11). La moutarde GM,
promue comme une « innovation »
du secteur public, se base sur le système de gènes barnase/barstar pour
créer des plantes mâles stériles et sur
un gène bar pour la résistance au
glufosinate. En 2002, la demande
d’approbation par pro-Agro (Bayer)
de plantation commerciale de moutarde GM basée sur le même système
avait été rejetée.
Bien que bannie en Inde, Bayer
trouve les moyens de vendre du glufosinate illégalement aux plantations
de thé d’Assam et aux pommeraies
d’Himachal Pradesh, dans le nordouest de l’Inde. Des revendeurs font
passer la vente de glufosinate dans la
catégorie « autres » pour contourner la loi. Ces produits chimiques se
fraient un chemin jusqu’aux corps
de nos enfants sans l’accord du gouvernement. Essentiellement, tous
les brevets clés liés au gène bar
sont détenus par Bayer CropScience,
qui a acquis Aventis Cropscience,
elle-même créé à partir des départements de génie génétique de Schering, Rhône-Poulenc et Hoechst. Puis
Bayer a fait l’acquisition de Plant Genetic Systems, et a passé un accord
de coopération avec Evogene, qui détient des brevets dans le secteur de la
cartographie génomique.
Avant qu’une autorisation soit
accordée à la moutarde modifiée
génétiquement, le problème des limites de la brevetabilité doit être résolu
sur la base des lois indiennes, et les
brevets sur les plantes, les semences
et les méthodes agricoles ne doivent
pas être autorisées. Deepak Pental,
un professeur à la retraite et développeur d’OGM ne commercialisera
pas la semence de moutarde GM. Ses
donneurs d’ordre de Bayer/Monsanto/MoBay le feront.
Au vu de notre expérience avec
le coton GM, le ministère de l’Environnement et des Forêts envisage
d’établir des directives pour l’évaluation socio-économique des variétés
OGM proposées, prenant en compte
des facteurs comme l’économie, la
santé, l’environnement, la société et
la culture.
Au cœur de cette évaluation
socio-économique, on retrouve le
problème des monopoles et des cartels, et leur impact sur les petits agriculteurs. Bien que les brevets sur
les semences ne soient pas autorisés,
pendant plus de 15 ans, Monsanto a
illégalement extorqué des redevances aux paysans indiens, les piégeant
par la dette, et déclenchant ainsi une
épidémie de suicides. La guerre de
Monsanto contre la piétaille de l’Inde — les paysans — est une guerre
menée par la famille IG Farben contre
notre famille terrienne.
The Asian âge 8 septembre 2016
Traduit par Nicolas Casaux
Edité par Fausto Giudice
Tlaxcala 18 septembre 2016
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Perspectives
Facebook collabore avec le gouvernement israélien
pour déterminer ce qui devrait être censuré
Par Glenn Greenwald
Ce qui suit est la traduction d’un article
paru sur The Intercept le 12 septembre
2016 et rédigé par le journaliste Glenn
Greenwald. Il traite de la collaboration active (et visiblement quelque peu
forcée) entre Facebook et le gouvernement israélien, dans le but de supprimer certains contenus considérés
- avec toute les nuances que cela suppose - comme incitant à la violence ou
à la haine. Sous couvert de respect des
conditions d’utilisation de Facebook,
cette censure s’applique-t-elle en outre
pour tout le monde de la même manière
? Pas si sûr.
L
a semaine dernière, une polémique
majeure concernant la censure a
éclaté quand Facebook a commencé à
supprimer tous les messages contenant
la photographie emblématique de la
Vietnamienne « Napalm Girl » au motif
que cela violait l’interdiction imposée par
l’entreprise d’exposer « la nudité de l’enfant ». Facebook a même supprimé un
message du Premier ministre de la Norvège, qui a affiché la photographie pour
protester contre la censure. Comme l’indignation a fait tâche d’huile, Facebook a
en fin de compte fait marche arrière - en
reconnaissant « l’histoire et l’importance
mondiale de cette image témoignant d’un
moment particulier dans le temps » mais cet épisode a illustré un grand nombre des dangers que j’ai déjà soulignés à
avoir des sociétés technologiques privées
comme Facebook, Twitter et Google devenant les arbitres de ce que nous pouvons et ne pouvons pas voir.
Ayant tout juste solutionné cet
effort de censure, Facebook semble
vigoureusement en courtiser un autre.
L’Associated Press rapporte aujourd’hui
depuis Jérusalem que « le gouvernement
israélien et Facebook ont c​ onvenu de travailler ensemble pour déterminer la façon
de contrer l’incitation à la violence sur les
réseaux sociaux. » Ces réunions prennent
place alors que « le gouvernement va de
l’avant avec des mesures législatives
destinées à forcer les réseaux sociaux à
maîtriser le contenu affirmant qu’Israël
incite à la violence. » En d’autres termes, Israël est sur le point de contraindre
législativement Facebook à censurer le
contenu considéré par les responsables
israéliens comme étant inconvenant, et
Facebook semble désireux d’apaiser ces
menaces en travaillant directement avec
le gouvernement israélien pour déterminer quel contenu doit être censuré.
Inutile de dire que les efforts conjoints de censure Facebook-Israël seront
dirigés vers les Arabes, les musulmans
et les Palestiniens qui s’opposent à l’occupation israélienne. L’article de l’AP le
dit clairement : « Israël a soutenu qu’une
vague de violence des Palestiniens au
cours de l’année écoulée a été alimentée
par l’incitation à la violence, en grande
partie répandue sur les réseaux sociaux
». Comme Alex Kane l’a rapporté dans
l’Intercept de juin, Israël a commencé
à surveiller activement les Palestiniens
pour le contenu de leurs messages Facebook, et même arrêté certains, compte
tenu de leurs discours politiques sans
équivoque. L’obsession d’Israël pour le
contrôle de l’utilisation des réseaux sociaux par les Palestinien est motivée par
la façon dont ils [les réseaux sociaux]
ont permis l’organisation politique des
opposants à l’occupation ; Kane a écrit
: « Une manifestation contre l’occupation israélienne peut être organisée en
quelques heures, tandis que le contrôle
des Palestiniens est facilité par les traces numériques qu’ils laissent sur leurs
ordinateurs portables et les téléphones
mobiles. »
Israël était spécialement représenté
à cette réunion avec Facebook par la
ministre de la Justice Ayelet Shaked, une
extrémiste convaincue qui a précédem-
Jordana Cutler, qui est actuellement
le chef d’état-major à l’ambassade
d’Israël à Washington DC, et une
conseillère de longue date de
Netanyahu, a été nommée en
tant que chef de la politique et
des communications au bureau
israélien de Facebook
ment dit qu’elle ne croyait pas à un Etat
palestinien. Shaked a « un projet de loi
qui vise à forcer les réseaux sociaux à
supprimer le contenu qu’Israël considère
comme incitant à la violence », et elle
s’est récemment félicitée que Facebook
est déjà extrêmement complaisant vis à
vis des exigences de la censure israélienne : « Au cours des quatre derniers
mois, Israël a soumis 158 demandes à
Facebook pour supprimer des contenus
incitant à la violence. », dit-elle, et Facebook a accepté ces demandes dans 95
pour cent des cas.
Tout cela souligne les graves dangers d’avoir notre discours public outrepassé, réglementé et contrôlé par un petit
nombre de géants de la technologie irresponsables. Je suppose que certaines personnes sont réconfortées par l’idée que
les dirigeants bienveillants de Facebook
comme Mark Zuckerberg vont tous nous
protéger des « discours de haine » et « incitation à la violence », mais - comme le «
terrorisme » - aucun de ces termes n’a de
signification précise, ils sont entièrement
malléables, et ils sont fortement sujets à
des manipulations à des fins de propagande. Faites-vous confiance à Facebook
- ou au gouvernement israélien - pour
évaluer quand un message d’un Palestinien opposé à l’occupation israélienne et
à l’agression mérite la brave-censure du
« discours de haine » ou de « l’incitation
à la violence » ? Bien que l’accent est mis
ici sur « l’incitation à la violence » des
Palestiniens, il est en fait très commun
pour les Israéliens d’utiliser Facebook
pour encourager la violence contre les
Palestiniens, y compris en exhortant les
colons à la « vengeance » quand il y a
une attaque contre un Israélien. En effet,
comme le Washington Post l’a récem-
ment noté, « les Palestiniens ont également alerté les plates-formes des réseaux
sociaux, en disant qu’ils incitent à la violence et favorisent un discours israélien
fait de haine, de racisme et d’attitudes
discriminatoires envers les Palestiniens.
»
En 2014, des milliers d’Israéliens
ont utilisé Facebook afin d’envoyer
des messages « appelant à assassiner
des Palestiniens. » Quand un soldat de
l’armée de défense d’Israël (NDT : IDF,
Tsahal) a été arrêté pour avoir tiré dans
la tête et tué à bout portant un Palestinien blessé l’année dernière, les soldats
de Tsahal ont utilisé Facebook pour faire
l’éloge du meurtre et justifier cette violence, avec une foule d’Israéliens rassemblés en ligne en soutien. De même, la
ministre de la Justice Shaked elle-même
– qui fait maintenant partie de l’équipe
gouvernementale aidant Facebook à
déterminer ce qu’il faut censurer - a utilisé Facebook pour poster sa stupéfiante
rhétorique extrémiste incitant à la violence contre des Palestiniens. Le Premier
ministre israélien Benjamin Netanyahu
et ses autres ministres proches ont fait
la même chose. Comme Al Jazeera en
Amérique l’a détaillé en 2014 :
Le discours de haine contre les Arabes qui prenait de l’ampleur sur Facebook et Twitter s’est bientôt répandu
dans les rues de Jérusalem ; tandis que
les extrémistes israéliens incitaient à la
violence et causaient le chaos. Cette violence a ensuite fait son retour en ligne
: des videos sur YouTube et Facebook
montrent des foules de centaines d’Israéliens en colère courant et scandant «
Mort aux Arabes », à la recherche de Palestiniens à attaquer. Une vidéo d’un Juif
israélien attaquant un Palestinien dans
un bus public criant, « Arabes crasseux,
arabes crasseux assassins d’enfants »,
est venue de Tel Aviv. Ou encore une
séquence vidéo montrant les forces de
sécurité israéliennes utilisant une force
excessive sur un garçon americano-palestinien, menotté plus tard, a appelé à
s’interroger sur qui incitait vraiment à ce
chaos.
Peut-on imaginer Facebook supprimer les messages d’éminents Israéliens appelant à une violence ou à une
oppression accrue contre les Palestiniens
? De même, est-il même possible d’imaginer Facebook supprimer les messages
d’Américains ou d’Ouest-Européens qui
appellent à des guerres d’agression ou
d’autres formes de violence contre les
pays à majorité musulmane, ou à l’encontre des critiques de l’Occident ? Poser
la question est déjà y répondre. Facebook
est une société privée, avec une obligation légale de maximiser les profits, et
donc elle va interpréter des concepts très
flous comme les « discours de haine » et «
l’incitation à la violence » dans le sens qui
sied à ceux qui exercent la plus grande
puissance. Il est ainsi inconcevable que
Facebook n’ait jamais rêvé de supprimer
ce type de plaidoyer ou d’incitation à la
violence pourtant authentiques :
(NDT : ci-dessus, le titre
de l’opinion du jour chez Newsweek
: « Pour montrer notre détermination,
nous pourrions devoir couler un bateau
iranien ». Parce que - évidemment - la
politique étrangère d’Obama souffre de
quelques faiblesses face aux « ennemis
de l’Amérique »...)
(NDT : ci-dessus, Michael Grunwald, auteur, journaliste et correspondant
du Time, affirme : « Je n’en peux plus
d’attendre pour rédiger un plaidoyer en
faveur de la frappe de drone qui bousillera Julian Assange. » Tout un porgramme
là encore...)
Facebook est confronté à une pression extrême pour censurer le contenu
non désiré par différents gouvernements.
Les États-Unis et le Royaume-Uni ont
lancé conjointement une campagne pour
calomnier les entreprises de la Silicon
Valley comme support des terroristes ou
sympathisants de l’Etat Islamique pour
avoir refusé de prendre des mesures plus
énergiques afin d’interdire le contenu de
ceux que ces gouvernements considèrent
comme des « terroristes ». Israël a été
particulièrement agressif en essayant
d’accuser Facebook de violence et ainsi le
contraindre à censurer. Les membres des
familles d’Israéliens tués par des Palestiniens poursuivent Facebook en revendiquant que l’entreprise a contribué à faciliter ces attaques, tandis que certains
Israéliens se sont effectivement plaints
que Facebook a un parti pris contre Israël
dans ses pratiques de censure.
A propos de tout cela, The Intercept a soumis les questions suivantes à
Facebook, qui n’a pas encore répondu ;
nous mettrons à jour cet article s’il le fait :
Est-ce que FB a déjà rencontré les
dirigeants palestiniens dans le but d’identifier et de supprimer des messages d’Israéliens qui incitent à la violence ? Est-il
prévu de le faire ?
Si un Israélien recommande que
les Palestiniens soient attaqués et / ou
bombardés, est-ce que ces messages violant les conditions d’utilisation de FB
seraient supprimés ? Cela a-t-il déjà été
le cas ? Quel est le rôle exactement joué
par le gouvernement israélien quand
il aide FB à identifier les contenus qui
devraient être interdits ?
FB a dit qu’il «a accédé à quelque
95% des demandes » émanant des responsables israéliens afin de supprimer
du contenu. Quel est le pourcentage des
demandes des Palestiniens afin de supprimer du continu qui a été accepté ? Si
quelqu’un dit que l’occupation israélienne est illégale et doit être combattue
par tous les moyens, cela serait-il autorisé ?
Il est vrai que ces sociétés ont
la capacité en tant qu’acteurs privés,
de censurer tout ce qu’ils veulent. Mais
cette proposition ignore le contrôle sans
précédent que ce petit groupe de sociétés
exerce aujourd’hui sur les communications mondiales. Que cette censure fasse
partie de leurs bons droits ne doit pas
éluder le grave problème que la conduite
de cette corporation soulève, pour des
raisons que j’exposais ici en décrivant
l’immense influence qu’elle a acquise
dans l’élaboration de notre discours
(voir ici pour un fait divers troublant
sur la façon dont Twitter a interdit un
groupe pro-indépendance écossais après
qu’il ait critiqué un article d’une journaliste d’un tabloïde, qui se plaignait alors
qu’elle était « harcelée »).
Il n’est pas exagéré de dire que
Facebook, à ce stade, est de loin la
force qui domine le journalisme. Il est
extrêmement significatif de le voir
fonctionner avec un gouvernement afin
de censurer le discours des adversaires
de ce gouvernement. Mais comme cela
est souvent le cas avec la censure, les
gens sont satisfaits de son application
jusqu’à ce qu’elle soit utilisée pour supprimer des points de vue qu’ils acceptent
ou apprécient.
L’une des premières promesses
de l’Internet, un avantage potentiel déterminant, était sa capacité à niveler les
disparités, afin de permettre aux démunis de communiquer aussi librement et
avec le même écho que les puissants, et
d’organiser politiquement des moyens
beaucoup plus efficaces. Ceux qui appellent sans cesse les entreprises telles
que Facebook et Twitter à censurer du
contenu mettent sérieusement en danger ces valeurs, aussi nobles puissent
être leurs motivations. Il est difficile
d’imaginer un scénario plus en contradiction avec la promesse de l’Internet
que la réunion qui s’est tenue entre les
dirigeants de Facebook et le gouvernement israélien afin de décider ce que
les Palestiniens seront et ne seront pas
autorisés à dire.
The Intercept 12 Septembre 2016
GET YOUR TAX REFUND FAST
LACROIX MULTI SERVICES
• Income Tax
• Insurance (car, life, home, business)
• Real Estate
• Financial Consulting
• Notary Public
• Translations (from French,
Creole, Spanish to English)
• Typing (resume, flyers, invitations, papers,
business letters)
• Faxing (sending and receiving). Copying.
• Electronic Filing
Tel: 718-703-0168 * Cell: 347-249-8276
Phone: 718.693.8229 Fax: 718.693.8269
1786 Nostrand Ave., Brooklyn, NY 11226
(between Clarendon Rd & Avenue D)
Chery’s Brokerage, Inc.
CHERY’S BROKERAGE
1786 Nostrand Ave., Brooklyn, NY 11226
Tel: 718-693-8229 * Fax: 718-693-8269
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
1209 Rogers Avenue, Brooklyn, NY 11226
www.lacroixmultiservices.com
• Income Tax • Electronic Filing
• Refund Anticipation Check (RAC)
• Direct Deposit - IRS Check
• Business Tax • Notary Public
• Immigration Services
• Translation, Preparation, Application, Inquiry letters
• 6 Hour Defensive Driving Course • Fax Send & Receive
• Resume • Property Management • Credit Repair
Haiti Liberté/Haitian Times
13
Perspectives
L’impérialisme,
stade suprême du
capitalisme !
Appel
octobre 1917 – octobre 2017
100 ans après, la révolution d’octobre
préfigure l’avenir de l’humanité
Vladimir Ilyich Ulyanov, connu sous le nom de Lénine
C
Birane Gaye Mbol
ette année est particulière car
c’est l’année du centenaire du
livre de Lénine « Impérialisme stade
suprême du capitalisme ». Malgré ce
siècle qui nous sépare, son raisonnement est toujours d’une actualité
brûlante et permet de nous éclairer
sur les problèmes contemporains.
Lénine développe avec précision la
“logique” du régime capitaliste, qui
parvenu à son stade impérialiste,
exacerbe les contradictions de classes, la concurrence entre capitaux et
du coup la rivalité entre puissances
mondiales pour l’hégémonie mondiale.
Lénine établit que le déploiement de la libre concurrence implique un développement intense de
l’industrie, entraînant la concentration de la production et la formation de grands groupes monopolistes. Ces derniers s’entendent
sur les conditions de vente, ils se
répartissent les débouchés, ils déterminent la quantité des produits
à fabriquer. Ils fixent les prix. Ils
gèrent et contrôlent l’ensemble de la
vie économique, ce qui conduit à la
transformation de la concurrence en
monopole. Hier comme aujourd’hui,
ce sont eux les vrais détenteurs du
pouvoir. D’ailleurs aujourd’hui, les
1% les plus fortunés concentrent
46% du patrimoine mondial.
Lénine montre aussi que l’interpénétration du capital bancaire
et du capital industriel marque la
naissance du capital financier avec
son inévitable domination. En effet,
le développement des monopoles ne
pouvait s’effectuer sans le rôle des
banques qui transforment le capital passif (l’argent) en capital actif
(qui génère des profits). De par leur
développement et le processus de
concentration, les banques deviennent de grands monopoles. Les petites banques disparaissent ou sont
absorbées par les grandes. Les entreprises sont ainsi sous le contrôle
des grands groupes bancaires avec
lesquels elles travaillent.
Le capitalisme classique se
caractérise par l’exportation de
marchandises, mais arrivé à son
stade impérialiste, c’est l’exportation de capitaux qui prédomine. Les
pays développés peuvent exporter
des capitaux en grandes quantités,
car ils en détiennent d’importants
excédents, qu’ils ont beaucoup de
peine à investir dans leur économie
saturée en biens. C’est alors que
l’exportation des capitaux devient
ainsi un moyen d’encourager l’im-
14
portation des marchandises à bas
coût. Ceci permet de maintenir un
taux de profit raisonnable (du moins
temporairement) aux capitalistes.
La Chine illustre à merveille ceci
depuis 20 ans.
Lénine constate que le partage du monde entre les puissances
exportatrices de capitaux implique
un partage effectif des différentes
zones du globe. En fonction de
cette logique, les groupes peuvent
parvenir à se mettre d’accord pour
occuper le monde de façon à ce que
chacun puisse en tirer le maximum.
Mais, comme le monde était entièrement partagé depuis le début du
XXe siècle, la lutte pour les marchés
et le contrôle des différentes zones
du monde, a abouti au conflit de 1418. Mais si le conflit fut désastreux
pour la population, il fut au contraire une véritable bouée de sauvetage
pour les capitalistes en sursis.
En effet pour le grand capital,
la guerre n’a que de grandes vertus. La principale est de supprimer une partie non négligeable des
classes laborieuses qui pourraient
être tentées par renverser le capitalisme. Il y a aussi, la perspective du
champ de ruine encore fumant qui
permettra aux capitaux surabondants de trouver enfin un débouché
solvable lors de la reconstruction (cf
les trente glorieuses, après 1945).
Mais la crise économique du début
du XXème siècle était telle qu’une
seule guerre mondiale n’allait pas
suffire. Lénine avait bien compris
qu’une seconde guerre mondiale
était inévitable. Il n’était plus de ce
monde mais son anticipation allait
se vérifier 15 ans plus tard dans la
dramatique période de repartage de
la deuxième guerre mondiale.
Aujourd’hui de nouveaux prétendants à un repartage se manifestent sur la scène mondiale ce
qui laisse présager d’un triste futur.
Partout les grands groupes impérialistes sont obligés de défendre leurs
propres marchés, mais aussi de se
battre pour en gagner contre leurs
concurrents et pour espérer maintenir leurs profits. Le combat est
devenu permanent (Irak, Ukraine,
Syrie, Libye, Afrique), ce qui ne correspond qu’aux combats annonciateurs de la prochaine guerre mondiale. De la même façon que la crise
marocaine ou la guerre balkanique
était annonciatrice de la boucherie
de 1914.
Hugambrules 21
Septembre 2016
Haiti Liberté/Haitian Times
Seydou Cissokho
I
l y a 100 ans la Révolution d’Octobre
triomphait en Russie et changeait la
face du monde. Pour la première fois
dans l’histoire de l’humanité un pouvoir ouvrier s’installait durablement et
prouvait aux peuples du monde entier
qu’une société sans exploitation de
l’homme par l’homme était possible.
Auparavant en 1871 la Commune de Paris avait tenté d’instaurer cette société nouvelle. Mais la
première révolution prolétarienne fut
noyée dans le sang par le massacre de dizaines de milliers d’ouvriers
insurgés. Sur les traces des Communards les Bolcheviks réussirent à
vaincre l’agression militaire de toutes
les puissances impérialistes coalisées.
La Révolution d’Octobre, c’est
d’abord la paix. Alors que les peuples
du monde étaient plongés dans une
guerre mondiale féroce pour les seuls
intérêts de leurs capitalistes, alors que
les sociaux-démocrates (les socialistes
et sociaux libéraux d’aujourd’hui) se
rangeaient dans chaque pays impérialiste derrière leur bourgeoisie en
soutenant la guerre impérialiste, les
Bolcheviks proclamèrent la paix et
retirèrent leur pays de la boucherie
mondiale de 1914 - 18. Dans la foulée
ils publièrent les traités secrets trouvés dans les tiroirs des ministères tsaristes. Ils montraient ainsi à la face du
monde comment les impérialistes se
partageaient le monde dans un mépris
total pour le sort des peuples et des
travailleurs.
La Révolution d’Octobre, c’est
ensuite le pouvoir des Soviets. Ces
assemblées de travailleurs, paysans,
soldats et des nationalités opprimées
devenaient la nouvelle forme de pouvoir populaire. Les dirigeants bourgeois étaient remplacés par les filles
et fils du peuple laborieux. Les institutions bourgeoisies cédèrent la place à
ces Conseils des ouvriers, des travail-
leurs en général, des paysans, des soldats et des nationalités opprimées. Ils,
elles étaient ainsi élu(e)s à la base par
le peuple laborieux électeur. Ils, elles
devaient rendre des comptes et étaient
révocables à tout moment. Un terme
avait été mis au pouvoir de l’argent
qui est la véritable marque de fabrique
des institutions de la dictature bourgeoise.
La Révolution d’Octobre, c’est
également la terre à ceux qui la travaillent. La confiscation des terres
aux gros propriétaires terriens et leur
distribution aux paysans sans terre
et aux tous petits paysans réalisaient
pour la première fois dans l’histoire
de l’humanité le rêve d’un droit à la
terre pour tous les paysans travailleurs. Sur cette base et en partant de
leur propre expérience ces paysans
ont pu, quelques années plus tard,
passer à une phase supérieure et plus
rationnelle : la collectivisation avec les
Kolkhozes et Sovkhozes.
La Révolution d’Octobre, c’est
aussi l’école gratuite pour tous, la
généralisation de l’électrification, les
œuvres culturelles, le droit aux congés payés, la retraite assurée, la mécanisation de l’agriculture écologique
et durable, etc.
La
Révolution
d’Octobre,
c’est en outre l’instauration pour la
première fois dans l’histoire de l’humanité d’une économie planifiée qui
remplace la concurrence entre les
entreprises et qui oriente ses choix
en fonction des besoins de la population à partir du principe à « chacun
selon son travail » et non des profits
d’une minorité de patrons actionnaires. En quelques décennies l’économie planifiée démontra sa supériorité
économique sur le système capitaliste
: les crises économiques avaient disparu, le chômage également. La Russie
arriérée et agraire se transforma en
URSS, c’est-à-dire une des premières
puissances industrielles mondiales.
Moussa Diop Jileen
Cheik Anta Diop
La Révolution d’Octobre, c’est
aussi l’instauration d’un état multinational qui combat les haines et préjugés nationalistes, racistes qui divisaient les peuples de l’ancien empire
tsariste. Tous les peuples et toutes les
nationalités avaient des droits égaux
dans l’URSS. Leurs droits linguistiques
et culturels étaient reconnus et garantis par l’Etat. La coopération et la conscience d’appartenir à un même Etat
socialiste avaient remplacé le chauvinisme distillé depuis des siècles par
les classes possédantes et dirigeantes.
Le droit à l’indépendance comprenant
le droit à la séparation était reconnu à
toutes les nations.
Ce sont ces performances et réalisations immenses de la Révolution
d’Octobre qui expliquent que l’URSS
a pu vaincre la bête nazie hitlérienne.
Les peuples d’URSS qui avaient vu ce
que la révolution avait changé dans
leur vie concrète savaient pourquoi ils
se battaient. Pour eux se battre contre
les fascistes ce n’était pas seulement
éviter le pire mais aussi c’est sauvegarder le mieux.
La Révolution d’Octobre, c’est
enfin un immense espoir pour les
prolétaires et peuples du monde ainsi qu’une aide concrète à leurs luttes.
Les puissances impérialistes avaient
été affaiblies ce qui avait accéléré
la lutte des peuples colonisés pour
leur émancipation. Les impérialistes
avaient peur de l’exemple Soviétique
Simulacre de paix !
Par Thierry Meyssan
Alors que le cessez-le-feu en Syrie, conclu par le secrétaire d’État
états-unien et son homologue
russe, semblait tenir —hormis la
tentative israélienne du premier
jour—, le Pentagone a attaqué
pour la seconde fois l’Armée arabe
syrienne. Il assure qu’il s’agit d’une
erreur, mais la réaction de l’ambas-
sadrice à l’Onu laisse au contraire
penser à l’exécution d’un plan. À
quoi joue Washington ?
E
n négociant un cessez-le-feu
avec les États-Unis, la Russie
savait qu’ils ne le respecteraient
pas plus que les précédents. Mais
Moscou espérait avancer sur la voie
de la reconnaissance d’un monde
multipolaire. Washington, de son
côté, mettait en avant la fin de la
présidence Obama pour justifier souscrire à un accord de la dernière
chance.
Laissons de côté la tentative
israélienne de profiter de la trêve
pour attaquer Damas et le Golan.
Tel-Aviv a dû essuyer des tirs de
missiles de nouvelle génération, a
perdu un avion et doit en réparer un
second. Il semble que la Syrie soit
désormais en mesure de contester
la domination aérienne régionale
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Jocelerme Privert revient de l’Onu !
Suite de la page (4)
Par l’appropriation délibérée des ODD
et leur intégration dans les politiques
et stratégies de développement d’Haïti, mon Gouvernement met le pays sur
la voie des actions concrètes devant
contribuer à l’amélioration des conditions de vie de chaque Haïtienne et
de chaque Haïtien. Dans ce contexte,
je souscris pleinement à l’adoption,
par les dirigeants du G-20, Hangzhou, d’un Plan d’action pour faciliter
la mise en branle du Programme de
développement durable à l’horizon
2030, et pour appuyer les efforts
d’industrialisation des pays africains
et des pays les moins développés. De
grandes espérances illuminent l’horizon des prochaines années !
Dans ce même registre, nous
portons une attention particulière à
la place accordée à la problématique
migratoire dans les Objectifs de développement durable (ODD). Les flux
migratoires ont toujours été au cœur
des dynamiques entre les peuples.
Toutefois, les récents phénomènes
observés, la fréquence et le nombre élevé de personnes, y compris
femmes et enfants, qui cherchent à
fuir les zones de conflits, les drames
humains qui accompagnent ces tentatives parfois désespérées nous concernent tous au plus haut point. La
République d’ Haïti est bien entendu
particulièrement interpellée par ce
phénomène. La délégation haïtienne
salue et accueille avec satisfaction la
réunion de haut niveau qui s’est tenue
sur le sujet en marge de cette Assemblée. Nous formulons le vœu que des
décisions concrètes, à la hauteur du
drame vécu et des risques encourus
par les populations déplacées, soient
prises pour protéger ces personnes.
Nous proposons également que des
mesures substantielles d’accompagnement soient prévues pour aider les
pays d’accueil. Nous croyons approprié de prendre toutes les mesures
pour lutter contre les trafiquants qui
abusent de la bonne foi des gens qui
fuient la pauvreté et la misère.
La délégation haïtienne est consciente de la recrudescence du nombre important de nos compatriotes qui
laissent le pays à la recherche d’un
mieux-être. Notre délégation comprend et prend note des préoccupations légitimes exprimées, à cette tribune même, par les représentants de
certains pays d’accueil ou de transit.
Ce drame humain appelle à des décisions et mesures concrètes, pour offrir
au peuple haïtien de nouvelles opportunités et de meilleures conditions de
vie. Pour y arriver, le pays a besoin
de la stabilité politique, de la mise en
place d’infrastructures orientées vers
le développement, de structures facilitant le renforcement de l’État de droit
et d’une meilleure compréhension
des défis socio-économiques majeurs
auxquels le pays est confronté. Nous
avons commencé à dialoguer avec
certains pays hôtes à la recherche de
solutions communes.
À cette phase, qu’il me soit
permis, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les honorables
membres de l’Assemblée, de brosser
succinctement un tableau de la situation qui prévaut en Haïti. Dans environ deux (2) semaines, le peuple
haïtien se rend aux urnes. Le mandat
dont j’ai été investi par l’Assemblée
nationale lors de mon élection au second degré est sans équivoque : redonner confiance au peuple haïtien dans
le processus électoral et restaurer, le
plus rapidement possible, l’ordre constitutionnel en parachevant le cycle
électoral interrompu en 2015 et en organisant des élections présidentielles
et législatives honnêtes, inclusives,
transparentes et crédibles.
C’est à cette tâche que je me
suis attelé, sans relâche, depuis que
j’ai assumé la magistrature suprême
de l’État. L’investiture du nouveau
président de la République le 7 février
2017 sera le point culminant du processus de renouvellement et de renforcement des institutions politiques
haïtiennes. Que l’on ne s’y méprenne
pas : sans des élections honnêtes et
crédibles, il est vain d’espérer une
transition politique paisible; ce passage sans heurt reste la condition indispensable et le soubassement de la
stabilité politique, de la consolidation
de l’État de droit, de la modernisation
économique et du développement.
La crédibilité des prochaines
élections est essentielle pour une
véritable rupture avec le cycle d’instabilité et l’incertitude politique que
connaît depuis trop longtemps mon
pays. Fidèle mon engagement envers le peuple haïtien, je n’ai ménagé
et je ne ménagerai aucun effort pour
créer les conditions et l’atmosphère
indispensables au bon déroulement
du scrutin. Les observateurs impartiaux sont d’ailleurs unanimes à constater les progrès accomplis vers le
renouvellement des institutions et le
retour à l’ordre constitutionnel. Le
Parlement est actuellement fonctionnel et sera au complet au terme des
prochaines législatives. L’entrée en
fonction progressive des maires élus
s’est effectuée sans heurt.
Le Gouvernement professe le
plus grand respect de l’indépendance
et des prérogatives du Conseil électoral provisoire (CEP) chargé d’organiser le scrutin. Répondant aux attentes
de la population et donnant suite
aux recommandations faites par la
Commission nationale indépendante
de vérification, le CEP a apporté les
corrections adéquates aux défaillances manifestes de l’appareil électoral.
Ces mesures ont été saluées par tous
les secteurs, par les candidats euxmêmes ainsi que par les observateurs
nationaux et internationaux.
La confiance des électeurs dans
l’intégrité du processus électoral est
un facteur déterminant de la participation citoyenne, de la légitimité des
résultats et des élus. Le nouveau CEP,
que j’ai institué en large concertation
avec les forces vives de la nation, a
démontré jusqu’ici sa capacité à mener ce processus électoral malgré
sa complexité reconnue, en dépit et
au-delà de certains obstacles d’ordre financier, technique et logistique
dans un contexte de pénurie interne
et d’un cuisant défaut des ressources externes habituelles. Quoi qu’il
en soit, les institutions haïtiennes se
sont appropriées le processus électoral. Le soutien des Nations unies s’est
révélé précieux, tout comme celui de
l’Organisation des États américains.
Je le dis avec satisfaction, le processus
est en bonne voie!
Si les élections ne sont pas une
fin en soi, elles représentent un passage obligé. De leur réussite dépendra la légitimité du prochain gouvernement. Au lendemain des prochaines
élections, le pays aura besoin d’un
puissant élan de solidarité internationale. Les nouveaux dirigeants éprouveront un urgent besoin de s’attaquer
aux problèmes structurels qui n’en
finissent pas d’entraver les efforts
d’Haïti pour sortir du sous-développement et pour leur permettre d’entreprendre la tâche colossale de redressement de l’économie après des
décennies de régression. Ils en auront
un pressant besoin pour entreprendre les réformes indispensables à la
modernisation économique et sociale,
pour injecter l’investissement massif
dans les infrastructures défaillantes
et les ressources humaines, dans la
protection de l’environnement et pour
assurer la consolidation continue de
l’État de droit.
Monsieur le Président,
Permettez-moi de saisir cette
opportunité pour saluer, au nom du
peuple haïtien, le travail effectué par
la Mission des Nations unies pour la
stabilisation en Haïti (MINUSTAH),
dont le mandat va faire prochainement l’objet d’une résolution du Conseil de sécurité. Les progrès accomplis
au cours des douze (12) années de
sa mission en Haïti peuvent sembler
lents aux yeux de bien des observateurs, mais ils n’en sont pas moins
réels, notamment en matière de sécurité, de promotion des droits de l’homme, de renforcement des capacités des
institutions garantes de l’État de droit,
à travers notamment l’appui fourni à
la Police nationale d’Haïti.
C’est également le moment
pour moi de saluer le courage et le
haut sens du leadership du Secrétaire
général. Je l’invite, au terme de son
second mandat, à se faire à l’idée que
mon pays a besoin de la compréhension internationale pour affronter les
défis de I ‘insalubrité, qui l’exposent continuellement aux épidémies,
aux endémies, aux maladies venues
de toutes parts. Durant les récentes
années, mon peuple a énormément
souffert d’une infestation galopante
et combien délétère par la malaria, le
choléra, le zika, le chikungunya, la
dengue et j’en passe. Pour vaincre ces
fléaux, les déclarations de bonnes intentions, pour réconfortantes qu’elles
soient, ne produisent aucun effet.
Nous avons besoin d’un appui concret
et efficace en matière d’assainissement du milieu, en système d’eau potable, de traitement des ordures, etc…
La recrudescence des cas de
choléra ces derniers mois est l’un
des défis qui se posent aujourd’hui
avec le plus d’acuité en Haïti. Elle illustre la « détérioration sensible » de
la situation humanitaire, comme l’a
souligné le Secrétaire général dans un
récent rapport au Conseil de sécurité.
À cet égard, le Gouvernement de la
République d’Haïti a pris note avec le
plus haut intérêt des déclarations du
Secrétaire général par rapport à deux
(2) situations qui rendent l’Organisation inconfortable. Les multiples abus
sexuels perpétrés par des Casques
bleus et l’introduction du choléra en
Haïti.
La reconnaissance par I’ONU de
sa responsabilité morale dans la deuxième ouvre la voie à de vraies discussions quant à l’obligation d’éliminer
définitivement le choléra en Haïti. En
ce sens, nous voulons espérer que
l’appel pressant du Secrétaire général
en faveur de la mise en œuvre d’un
programme substantiellement renforcé de lutte contre le choléra et
d’aide aux victimes et leurs proches
sera entendu et répondra pleinement
aux attentes du peuple haïtien.
Monsieur le Président,
ce qui les avait contraints à faire des
concessions sur les salaires et les conditions de travail fondement de la dite
« société de consommation » dans
tous les grands pays capitalistes aujourd’hui de plus en plus mis à mal par
la crise de surproduction de l’impérialisme.
Ainsi cet exemple vivant qu’un
autre monde était possible a été la
MATRICE FECONDATRICE de toutes
les conquêtes sociales dans les pays
impérialistes, de toutes les luttes de
libérations nationales (armées ou pas)
et surtout des REVOLUTIONS Nationales, Démocratiques, Anti-impérialistes et du Camp Socialiste en Europe, en Chine, en Corée du Nord, au
Vietnam et à Cuba au XXème siècle.
TOUTES CES EXPERIENCES REVOLUTIONNAIRES SONT PARTIES DE
LA.
Aujourd’hui le monde est
replongé aujourd’hui dans la misère,
le chômage, la montée des fascismes,
le terrorisme fanatique, les guerres
coloniales et impérialistes comme
avant Octobre 17. On comprend dès
lors pourquoi la bourgeoisie mondiale a peur de l’exemple d’Octobre.
Le système capitaliste qu’a aboli la
Révolution d’Octobre sur une partie
de la surface du globe est à nouveau
quasi re-mondialisé et continue ses
dégâts monstrueux sur le plan social,
économique, politique et culturel.
En retrouvant le chemin d’Octobre, celui des Bolcheviks nous retrouverons les moyens de détruire à nouveau ce système pour lequel nous ne
sommes que des profits. Octobre reste
notre avenir, Octobre est la flamme
qui illumine déjà le futur.
Les 100 ans de la Révolution
d’Octobre 1917 doivent être l’occasion d’une retrouvaille transversale,
au-delà des organisations existantes,
des Marxistes-Léninistes du pays et
des militants qui cherchent une alternative révolutionnaire au capitalisme
arrivé à son stade suprême l’impérialisme.
Fait le 01 Aout 2016
QUELQUES REFERENCES DE LA
GAUCHE REVOLUTIONNAIRE AU
SENEGAL
d’Israël.
Laissons également de côté les
chefs d’État et de gouvernement européens qui ont applaudi cet accord
sans en connaître le contenu et se
sont ainsi couverts de ridicule.
Venons en au fait : en définitive, le convoi humanitaire de l’Onu
a été bourré d’armes et de munitions.
Il attend toujours à la frontière turque, officiellement parce que la route
n’est pas sûre, officieusement parce
que la Syrie demande à pouvoir le
fouiller avant de le laisser passer.
Cette manière de faire des Nations
unies correspond aux révélations du
chef de l’antiterrorisme turc, Ahmet
Sait Yayla, qui vient de faire défection : le Pentagone et la Turquie utilisent les convois humanitaires pour
armer les jihadistes.
Puis, le Pentagone a attaqué
une position statique syrienne à
Deir ez-Zor. Il s’est arrêté lorsque la
Russie l’a prévenu de sa « méprise
». Et il a laissé les jihadistes poursuivre l’attaque sur la voie qu’il leur
avait ouverte.
Au plan stratégique, empêcher l’armée arabe syrienne de libérer
l’ensemble du gouvernorat de Deir
ez-Zor, c’est maintenir Daesh dans
son rôle d’obstacle sur la route
Damas-Bagdad-Téhéran. Par le
passé, le Pentagone avait laissé
Daesh s’installer à Palmyre, l’étape
historique de la « route de la soie ».
Aujourd’hui, la route est toujours
coupée côté irakien par les jihadistes, mais pourrait être contournée
par Deir ez-Zor si les Irakiens
libèrent Mossoul.
D’un point de vue états-unien,
l’accord était uniquement un moyen de gagner du temps, d’approvisionner les jihadistes et de reprendre
la guerre. Renversant la situation
au plan diplomatique, la Russie a
convoqué une réunion d’urgence
du Conseil de sécurité, provoquant
l’affolement à Washington. En effet, cette période ne correspond
pas uniquement à la fin du mandat
Obama, mais aussi à la tenue de
l’Assemblée générale des Nations
unies.
Manifestement inquiète, l’ambassadrice US au Conseil de sécurité, Samantha Power, a quitté la
salle du Conseil en pleine séance
pour s’adresser aux journalistes.
Elle espérait ainsi que les premières
dépêches d’agence ne traiteraient
que le point de vue états-unien. Elle
a donc ironisé sur la « mise en scène
» russe autour de ce qui ne serait
qu’un simple « incident » de tir (62
morts et une centaine de blessés !).
Puis, elle s’est lancée dans une diatribe sur les crimes autrement plus
graves du régime de Damas. Alerté
de la manipulation, l’ambassadeur
russe, Vitali Tchourkine, a alors
quitté à son tour la salle du conseil
pour venir donner son point de vue.
Prudents, les journalistes, auxquels
la Chambre britannique des Communes vient de rappeler les mensonges de Madame Power à propos
des supposés crimes de Mouamar
Kadhafi, ont rendu compte des deux
interventions.
Désormais, la Russie va
pousser son avantage diploma-
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Haïti se trouve encore une fois
à la croisée des chemins. De la réussite des prochaines élections dépendra l’avenir immédiat du pays, mais
aussi le chemin qu’empruntera le
pays dans les prochaines années. À
ce tournant historique, le peuple et
le Gouvernement haïtiens attachent
la plus haute valeur à la solidarité
de la communauté internationale,
à la collaboration des Nations unies
et à celle des États membres, pour le
succès des prochaines élections qui,
nous en avons la ferme conviction,
marqueront une étape décisive dans
le processus déjà long de consolidation de la démocratie et d’instauration
d’un État de droit.
En conclusion, je réaffirme la
confiance du peuple haïtien dans les
Nations unies, dans l’idéal de solidarité universelle dont elles demeurent
l’incarnation la plus haute et la plus
constante. Par mon organe, le peuple
haïtien reitère sa confiance dans la capacité de notre Organisation à consolider la paix dans le monde, à accroître
la coopération entre les peuples et aider les populations démunies à prendre
en main leurs destinées dans le cadre
d’un nouvel ordre international plus
juste et plus solidaire, porteur d’espoir
et d’opportunités pour tous et qui accorde à chacun « sa chance et sa part
du progrès ».
Je vous remercie.
Papeterie &
Imprimerie
Nouvelle adresse:
101 Lalue,
Port-au-Prince, HAITI
Tel:
4269-2770
3643-2906
IMPRIMERIE &
Papeterie Imprimerie
commerciale
Furnitures de bureau,
fournitures scolaires
Suite de la page (6)
se sètifika n an nou pote l sou
zèpòl nou nan tout jaden
malgre langpèpè yo ap dige l
byenlontan deja se li k ap garanti
lavni n san ipotèk.
Kwitoya (Jean-Robert Victoria)
Suite de la page (6) Lekti piblik
Jouk nèg la sispann renmen l.
Vwa powèt la te byen kalm.
Yon lòt fwa ankò li di non li,
Epitou li ouvè je l
Tout moun te gen tan disparèt.
Jean-Dany Joachim
tique : les États-Unis ont été pris en
flagrant délit de traîtrise. Moscou
pourrait donc utiliser l’Assemblée
générale pour annoncer sa volonté
d’en finir avec les jihadistes. La manipulation US se retournerait contre
ceux qui l’ont imaginée. Washington n’aurait plus que deux options
: soit s’engager dans une confrontation ouverte dont il ne veut pas, soit
accepté que ses protégés perdent la
partie.
RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS
(SYRIE) | 20 SEPTEMBRE 2016
Haiti Liberté/Haitian Times
15
Suite de la page (3)
de la Fondation Dr Jean-Bertrand
Aristide pour la Démocratie à Tabarre. Du matin au soir ces médias
taclent le candidat de Renmen Ayiti sur ce dossier sensible qu’est :
l’expropriation des propriétaires du
centre-ville de Port-au-Prince.
En un mot, cette affaire
d’expropriation était menée par un
consortium de 12 notaires de la
place dont Jean Henry Céant pour
négocier avec le gouvernement le
dédommagement des propriétaires
de la zone que le Pouvoir public
avait déclarée d’Utilité publique
pour la reconstruction du centre
de Port-au-Prince. C’est dans cette
artère délimitée qu’un couloir Administratif comprenant l’essentiel
des bâtiments publics devrait être
élevé par l’Administration de Martelly dans le cadre de la Reconstruction pour remplacer ceux réduits
en ruine par la catastrophe du 12
janvier 2010. Il se trouve qu’avant
même de dédommager les propriétaires concernés, le gouvernement
de Laurent Lamothe a tout détruit
pour finalement laisser à l’abandon
la zone tout en regardant dans les
yeux jusqu’à aujourd’hui les gens
qui ont perdu leur maison et leur
terre. Céant aurait pu passer inaperçu dans l’affaire comme les 11
autres notaires d’ailleurs, s’il n’était
devenu un concurrent pour Dr Maryse Narcisse dans cette élection.
Surtout il lorgne sur l’électorat lavalas qui est très disputé entre pas
moins de quatre candidats de même
origine politique que sont : Jude Célestin, Moïse Jean-Charles, Maryse
Narcisse et bien sûr lui, Jean Henry
Céant.
N’ayant pas grand chose à
reprocher à celui-ci, Fanmi Lavalas a fini par trouver la faille en se
jetant sur cet os de l’expropriation
du bas de la ville. Radio et Télé Timoun en ont fait leurs choux gras
pratiquement tous les jours sur le
dos du Notaire de Bourdon qui en
souffre énormément. Puisque dans
ses périples à travers la République,
il n’y a pas un de ses meetings où il
ne rencontre un partisan de Maryse
Narcisse pour lui rafraichir la mémoire sur cette épineuse question.
Bref, en guise de mentor ce sont les
propriétaires laissés sur la paille qui
le poursuivent comme des fantômes
dans ses rêves et dans ses déplacements de campagne. Il reste le cas
de Jude Célestin qui, pour le moment, fait un quasi sans faute dans
cette campagne tout en cumulant
de jour en jour des points positifs
par rapport à ses trois concurrents
immédiats, le débat de GIAP mis à
part. A l’en croire, lui non plus n’a
pas besoin d’un coach ni d’un leader charismatique pour le conduire
à la victoire le 9 octobre. Quant à
René Préval, à peine s’il le connaît.
Mais il n’est pas seul dans le combat
de sa vie.
Non seulement son parti LAPEH mène une campagne de
charme auprès d’autres groupuscules qui n’ont pas de candidats à
la présidence, lui, de son côté, en
tant que champion de la résistance,
a réussi ce qui est plus difficile dans
la politique en Haïti : rassembler
un groupe d’anciens candidats à
la présidence d’Haïti derrière lui et
ce, de manière formelle. En effet, si
dès la reprise du processus électoral la majorité des membres du G8
s’était ralliée à sa cause en renonçant à briguer une nouvelle fois
la magistrature suprême pour le
soutenir, certains pensaient qu’on
n’allait plus entendre parler de ces
leaders dont le poids électoral dans
la campagne précédente ne pesait
pas lourd. Mais au fil des déplacements en province du candidat Jude,
on sentait bien que l’entente était
beaucoup plus solide qu’un simple
soutien politique. Comme
l’avait
annoncé le Coordonnateur général
et ancien candidat à la présidence de
l’OPL, le professeur Sauveur Pierre
Etienne, un Protocole d’Accord politique et de gouvernement a bel et
bien été signé entre le candidat de
la Ligue Alternative pour le Progrès
et Emancipation d’Haïti (LAPEH)
et quatre autres ex-candidats. Cette
alliance a pris officiellement corps
le jeudi 15 septembre 2016 entre
OPL représenté par son Coordonnateur général Sauveur Pierre Etienne
et un autre dirigeant, Yrvelt Chéry ; VERITE représenté par Genar
Joseph son Coordonnateur ; ADEBHA représenté par son chef Me
René Julien ; INITE représenté par le
candidat au Sénat, Sorel Jacinthe et
aussi son Coordonnateur ; et enfin
Jude Célestin et Jean Hector Anaca-
sis Coordonnateur de LAPEH. Dans
le cadre d’une élection présidentielle
en Haïti, c’est une grande première
qu’en pleine campagne électorale
des partis politiques signent avec
un candidat très bien placé un Protocole d’Accord non seulement pour
l’aider à accéder au pouvoir mais
aussi à travailler avec lui, c’est-àdire entrer dans son gouvernement
au cas où il réussit son pari.
Selon le document portant la
signature de tous ces responsables
de parti et d’anciens candidats, il
est clair qu’il s’agit d’un Accord politique à long terme, tout au moins
pendant toute la durée de la présidence de Jude Célestin, s’il parvient
à franchir les perrons du Palais national en tant que chef de l’Etat.
Dans le Protocole d’Accord qui comporte 21 articles, tout est bien défini sur les engagements politiques,
électoraux, gouvernementaux et sur
la mission de cette alliance pendant
et après la campagne. Intitulé « Protocole d’Accord portant Création
d’une Coalition des Forces Vives de
la Nation Haïtienne » ce document,
à bien des égards, fait figure de
référence par sa clarté, mais aussi il scelle de manière formelle un
contrat politique entre un candidat
favori et plusieurs anciens candidats qui prennent l’engagement de
l’accompagner jusqu’au bout de sa
mission. L’article 16 du Protocole
d’Accord résume à lui seul l’engagement qui lie Jude Célestin et les
signataires dudit Accord sur le plan
purement gouvernemental.
Mais avant d’arriver à cette
étape où un gouvernement de
coalition devrait être formé dans
le cadre de ce Protocole d’Accord,
il faudrait déjà passer le cap de la
campagne. Ainsi on peut lire dans
l’article 2 que : « La Coalition, formée consciemment autour de la
candidature à la Présidence de
l’Ingénieur Jude CÉLESTIN du Parti
LAPÈH, a pour mission de : Alinéa
1 : Œuvrer sans aucune réserve
afin d’obtenir la victoire du Candidat Jude CÉLESTIN dès le premier
tour de la présidentielle programmé pour le 9 octobre 2016 ». Bon,
il faudrait déjà que les signataires
aient la capacité réelle d’œuvrer à
la pleine réussite de ce plan ; ce qui
n’est pas une mince affaire quand
mouche Kouman pou di : yès sè. Wi,
parenn, se ou menm k aprann mwen
se Desalin, se li menm menm ki «ban
n solèy /ki ban n lalin / ki ban n sè,
frè n /», ki ban n yon peyi.
Wi, fòk sa fini zafè «la fraternité humaine / l’humanité, la civilisation» nan bouch-bouda poul ipokrit
yo ki vin ak yon bib, ak «colliers de
verre et menottes d’argent», ak bato
de gè pou egzije nou peye san mil
fran lò kòm swadizan dedomajman
pou krim yomenm yo te fè, ak ven
mil sòlda je vèt pou pran tè nou, tou
sa k anba tè nou, esplwate fòs kouray
travay malere malerèz yo nan izin lamizè yo, foure yon eleksyon fo mamit
an 2010 nan gòj nasyon an. Fwenk,
fòk sa fini. E se yon sèl moun mwen
konnen, yon sèl moun nou konnen,
se Desalin.
Jodi a parenn, m vin di w mèsi,
pèp ayisyen an di w mèsi, m ap di
mèsi papa Desalin. M vin jete twa degout pou ou, twa degout admirasyon,
twa degout onèrespè, twa degout
lanmou, twa degout rekonesans ;
m vin bat tanbou kreyòl la pou ou,
asotò kreyòl la pou ou, m win sonnen
ason libète a, ason diyite nou pou nou
KATOU
RESTAURANT
AMBIANCE
EXPRESS
DANA CARIBBEAN
CUISINE
Me René Julien le responsable de
l’Amicale des Juristes et de l’Action
Démocratique pour Bâtir Haïti
(ADEBHA)
on connaît le poids politique et électoral de ces acteurs. On a déjà analysé le cas de chacun d’entre eux à
l’exception de Me René Julien dont
on n’avait même pas pris la peine
de s’éterniser sur son cas tant à
l’échelle électorale il ne représente
rien. Disons le franchement, celui-ci
a plus à gagner avec Jude Célestin
comme ami que l’inverse. Cela fait
des années que ce brillant avocat
et chef de l’Amicale des Juristes et
de l’Action Démocratique pour Bâtir
Haïti (ADEBHA) tente une percée
politique sans jamais y parvenir.
La signature de ce Protocole
d’Accord est l’occasion pour lui de
revenir dans le débat ou au-devant
de la scène avec l’espoir de décrocher un poste ministeriel en cas de
victoire de son désormais partenaire
politique, l’ancien Directeur général du CNE. Sur un plan strictement
électoral, Me René Julien fait partie
des candidats classés entre 0 et 1%
de vote. Pas de quoi rassurer Jude
Célestin qui va tenter l’exploit, selon ledit Accord, de décrocher la
timbale dès le premier tour. Pour
INITE, cette Plate-forme a perdu de
sa superbe depuis la fin de la présidence de son fondateur René Préval. INITE n’a jamais eu d’ancrage
politique dans le pays faute de
temps et de vision de ses concepteurs. Quant à VERITE, faute d’élections crédibles, personne ne connait
réellement son poids électoral dans
le paysage politique du pays. Il a été
créé au dernier moment, toujours
par l’ancien Président Préval, pour
chapoter en 2015 la candidature du
Recteur de l’Université Quisqueya,
le professeur Jacky Lumarque, à la
présidence d’Haïti. Mais le CEP de
Pierre-Louis Opont avait mis brutalement fin à cette aventure avant
même qu’elle fût commencée.
Du coup, pour la Plate-forme
VERITE on a du mal à l’évaluer en
terme de capacité à apporter un plus
à Jude Célestin qui a su capitaliser
sur sa personne beaucoup de sympathies sans aucun engagement. Il
reste l’Organisation du Peuple en
Lutte (OPL) du professeur Sauveur
Pierre Etienne ancien membre du
G8 dont nous avons déjà, à maintes
fois, fait ressortir sa force et ses faiblesses. En tout cas, tous ces partis ou Plates-formes politiques et
anciens candidats à la présidence
d’Haïti qui ont pris fait et cause
pour le candidat de LAPEH ont plus
à gagner qu’à perdre. Puisque, selon
l’énoncé dudit Protocole d’Accord, il
serait impossible qu’un gouvernement soit formé sous la présidence
de Jude Célestin, chef d’Etat pour
qu’ils restent derrière la porte. Et
peut-être ensemble ils arriveront à
seconder la Plate-forme LAPEH qui,
elle-même, n’est qu’une coquille
vide contrairement à ce que pense
son Coordonnateur général l’ancien
sénateur Jean Hector Anacacis.
Enfin, si chacun des postulants cherche des atouts et des
renforts sans se questionner sur les
réelles utilités, Jude Célestin, avec
ce regroupement de partis et de
candidats l’appuyant, a de quoi être
plus serein sans pour autant perdre
le Nord. Car, une élection présidentielle c’est comme un match de football. On est sûr qu’on a gagné qu’au
coup de sifflet final de l’arbitre.
Pas forcément avant ou pendant le
match. Sinon, l’on n’est jamais à
l’abri d’un but marqué de la main
à l’insu de l’arbitre. Jude Célestin,
pour avoir vécu le psychodrame de
l’élection de 2010-2011 et la farce
électorale de 2015, en sait quelque
chose. Son statut de martyr et de favori aujourd’hui vient de cette triste
réalité.
C.C
Suite de la page (5)
5012 Ave M
(Entre E. 51 et Utica)
10h am – 10h pm
Une innovation dans la cuisine
haïtienne à Brooklyn
Tous les plats haïtiens réalisés par une
équipe de cordons bleus recrutés sous
la supervision de Katou
Griots – Poissons – Poissons Gros Sel
– Dinde – Poulet – Cabri
– Boeuf – Légumes
Bouillon le samedi – Soupe le
dimanche – Bouillie de banane le soir
Appelez le 718-618-0920
Livraison à domicile
Si vous avez du goût, vous ne
lâcherez pas Katou Restaurant
16
Brooklyn, NY
Breakfast • Lunch • Dinner
Pâtés • Gateaux
Catering • Delivery • Parties
General Manager: Marie S
Chef: Véronique Pillard
Manager: Danaelle Bonheur
718.434.4287
718.484.2335
Haiti Liberté/Haitian Times
2 Locations en Brooklyn
Simbi yo, ak tout Lasirèn yo, ak tout
lespri Ginen yo, ak tout bon jou move
jou legzil la, m vin chante: parenn
o w ale, ki lè w a vini wè n ankò,
w ale. Kilè w a vini wè n ankò peyi
a malad, ki lè w a vini wè n ankò n
ap toujou kenbe, ki lè w a vini wè n
ankò, w ale.
24 septembre 2016
Le Bon Pain
BAKERY
Proudly serving authentic
Haitian baked goods in Queens,
NY since 1988
Spécialités
The Finest in Haitian Food
(just off Farragut Road)
Immaculeé Bakery
& Restaurant
2026 Nostrand Avenue
Brooklyn, NY 11210
• Restaurant
• Fritaille
• Patés
2025 Nostrand Avenue
jwenn souverènte nou kanmèm yon
jou.
Pou m sa di w orevwa, kite
m chante pou ou yon chante lakay,
yon chante ki sòti nan nannan fòlklò peyi a, nan trip kiltirèl peyi a. Se
pa pou Wangòl m ap chante l, se pou
oumenm, parenn. M vin chante l ak
tout kè m, ak tout nanm mwen, ak
tout bon souvni Ansavo yo, ak tout
• Pâtés • Pain • AK-100 • Gâteaux
• Jus citron • Bonbon amidon
• Bouchées • Cornets
• Pain patate (sur commande)
• Bouillon (chaque samedi)
• Soupe (chaque dimanche)
1227 Nostrand Avenue
(entre Hawthorne & Winthrop)
Tél: 718.778.7188
1411 Nostrand Avenue
(entre Linden & Martense)
Tél: 718.941.2644
PATTIES • BREAD • PASTRIES
• SOUPS • SWEETS • CAKES
• CATERING • AK100 • COLA
211-65 Jamaica Avenue
Queens Village, NY 11428
718-464-8160
lebonpainbakery.com
“The most famous Haitian bakery in the U.S.”
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
A Travers le monde
Le Gabon est-il sorti de l’impasse?
Par Camille Neveux
Après un mois de crise, la Cour constitutionnelle gabonaise a validé sans
grande surprise la réélection d’Ali Bongo à la présidence du pays. L’ambiance
est restée calme ; mais la situation reste
sous tension.
Qui a gagné le débat entre
Hillary Clinton et Donald
Trump?
C
elle que l’on surnomme au Gabon
“la tour de Pise”, pour sa propension
à toujours pencher du côté du pouvoir,
aura finalement tranché, un mois après
l’épineux scrutin. La Cour constitutionnelle gabonaise a validé dans la nuit
de vendredi à samedi la réélection du
président Ali Bongo Ondimba, 57 ans,
rejetant l’essentiel du recours de son
challenger, Jean Ping, ancien cacique du
régime passé dans l’opposition. Selon le
nouveau décompte, le président sortant
l’emporte avec 50,66% des suffrages et
11.000 voix d’avance, contre moins de
6.000 selon le précédent dépouillement.
Vers un « gouvernement
d’ouverture »
Le verdict à peine prononcé, celui que
l’on appelle “ABO” ou simplement “Ali”,
élu en 2009 à la mort de son père, Omar
Bongo, a proposé un “dialogue politique
à tous ceux qui le voudront”. “L’objectif
est d’améliorer la gouvernance du pays
sur tous les sujets, confirme au JDD le
porte-parole du gouvernement, AlainClaude Bilie By Nze. Il prêtera serment
probablement la semaine prochaine,
puis proclamera tout de suite un gouvernement d’ouverture avec des membres
de l’opposition, de la société civile, des
personnalités indépendantes, ou bien
un gouvernement qui préparera cette
ouverture.”
Si “ABO” continue de cultiver
Ali Bongo et Jean Ping
l’image d’un leader moderne, celle de
l’héritier perpétuant une dynastie mise
en place par son père en 1967 lui colle
toujours à la peau. Les récents soupçons
de fraude électorale dans le fief familial
du Haut-Ogooué n’ont rien arrangé.
“Nous ne sommes pas un royaume!”,
ont scandé quelques jeunes opposants
dans la rue, après l’annonce de la Cour.
Mais rien de plus, alors que tous les
regards restaient tournés vers eux…
L’ambiance calme de samedi contrastait
avec les scènes de pillage et les émeutes meurtrières ayant suivi l’annonce
de sa victoire, le 31 août, que beaucoup
redoutaient à nouveau. La capitale, Libreville, a été quadrillée toute la journée
par un important dispositif de sécurité.
Les boutiques ont rouvert - comme
à Port-Gentil, la capitale économique
- mais le QG de Jean Ping et le palais
présidentiel restaient sous haute surveillance.
longues heures, Jean Ping a qualifié samedi après-midi cette validation de “déni
de droit”, dénonçant le “parti pris” de la
Cour et assurant qu’il ne “reculerait pas”.
Ses proches continuaient de déplorer des
pressions et de nouvelles interpellations.
Plus de 1.000 personnes ont été arrêtées
après le 31 août, la plupart relâchées.
L’exécutif a également averti le challenger qu’en cas de défaite devant la justice,
il serait arrêté s’il y avait “des violences”
et s’il franchissait “la ligne rouge”. “Sauf
insurrection armée de l’opposition, le
pays restera calme, martelait samedi le
porte-parole de campagne d’Ali Bongo.
Le gouvernement a pris des dispositions de sécurité dans toutes les
villes. La loi sera respectée.” Le ministre
français des Affaires étrangères, JeanMarc Ayrault, a toutefois regretté samedi
soir que l’examen des recours n’ait pas
levé “tous les doutes” sur cette réélection.
Un “déni de droit” pour Jean Ping
Après avoir gardé le silence pendant de
Le Journal du Dimanche 25
septembre 2016
La violence policière et la crise
sociale aux États-Unis
Par Joseph Kishore
Par Michaël Bloch
Ce qu’il faut retenir du débat entre Donald Trump et Hillary Clinton
Comment se sont-ils appelés?
C’est loin d’être un détail. On le sait
depuis la fameuse passe d’armes entre
François Mitterrand et Jacques Chirac en
1988 qui avait ostensiblement refusé
d’appeler le candidat de la droite par son
nom. Hillary Clinton, elle, a choisi de
ne faire référence au candidat républicain que par son prénom “Donald”. Une
manière d’insister sur le fait qu’il n’a jamais été élu. Donald Trump, lui, appelait
Hillary Clinton par son titre “Secretary
Clinton”. Sauf quand il s’énervait. Là,
c’était juste Hillary.
L’aveu
Mais pourquoi Donald Trump a-t-il
toujours refusé de publier sa feuille
d’impôts, comme c’est habituellement la
tradition pour tout candidat à la présidence? Une des théories évoquées par
Hillary Clinton durant le débat est que
Donald Trump ne veut pas le faire car
cela montrerait qu’il ne paye pas assez
d’impôts. “Cela me rend intelligent”, a
répondu Donald Trump.
La donnée factcheckée
Durant le débat, Donald Trump a affirmé
que les meurtres étaient en hausse à New
York depuis que les policiers avaient arrêté de faire du profilage ethnique. Hillary Clinton lui a tout de suite rétorqué
que c’était faux. Comme le relèvent le
New York Times et le porte-parole de la
police de New York, c’est bien la candidate démocrate qui a raison.
À
Charlotte, en Caroline du Nord,
les protestations ont continué à
cause du meurtre brutal par la police
de Keith Lamont Scott, 43 ans. Les autorités locales et de l’État ont annoncé
un couvre-feu plus tôt cette semaine et
ont déployé la police anti-émeute et la
garde nationale avec l’usage des gaz
lacrymogènes contre les manifestants.
Tandis que les responsables politiques et la police de la ville discutent
pour savoir si oui ou non ils devraient
diffuser l’enregistrement vidéo fait par
la police de la fusillade dans un effort
pour désamorcer les tensions sociales,
un démenti irréfutable des mensonges officiels est paru vendredi avec la
diffusion de la vidéo enregistrée sur
le téléphone portable de la femme de
Scott. On y entend la voix de Rakevia
Scott en train de plaider avec la police
de ne pas tirer sur son mari, en criant
qu’il n’avait pas d’arme, qu’il avait une
lésion cérébrale traumatique, et qu’il
venait de prendre ses médicaments.
La vidéo montre également Scott après
le coup de feu, à plat ventre sur le sol,
sans une arme à feu à ses pieds, contrairement aux photos prises par la
suite ; ce qui suggère un possible coup
monté par la police.
Tant le meurtre de Scott que les
protestations en réponse à ce meurtre
exposent crûment les tensions sociales profondes et les divisions de
classe en Amérique. Le fait que ces
manifestations éclatent seulement six
semaines avant l’élection présidentielle souligne l’aliénation profonde des
masses de travailleurs et de jeunes de
toute la mascarade électorale pseudo-démocratique. Des centaines de
suite à la page(18)
Donald Trump et Hillary Clinton lors du Premier débat présidentiel à la
course pour la Maison Blanche
Keith Lamont Scott, 43 ans au sol
CATERING &
TAKE-OUT
La punchline
Elle l’avait déjà utilisée cette for-
Venus
mule dans un tweet, mais jamais dans
un débat en face à face avec Donald
Trump. “Un homme qui peut être provoqué par un tweet ne doit pas avoir ses
doigts proches des codes nucléaires”,
lui a-t-elle asséné. “Cette réplique commence à devenir un petit peu vieille, je
dois dire”, lui a répondu Trump. “Mais
c’en est une bonne, non?”, a rétorqué
Hillary Clinton.
Le mot
“Stamina”. C’est ce mot, que l’on peut
traduire par “énergie”, qu’a répété à plusieurs reprises Donald Trump pour affirmer qu’Hillary Clinton n’était pas apte
à devenir la 45e présidente des EtatsUnis. “Elle n’a pas l’énergie. (...) Pour
être président de ce pays, vous avez
besoin d’une énergie phénoménale”, a
déclaré le candidat républicain. “Quand
il aura voyagé dans 112 pays et négocié un accord de paix, un cessez-le-feu,
la libération de dissidents (...) ou même
quand il aura passé 11 heures à témoigner devant une commission au Congrès, il pourra me parler d’énergie”, lui
a répliqué sa rivale démocrate.
La vidéo
Donald Trump a-t-il soutenu l’entrée en
guerre des Américains en Irak? L’ensemble des médias dit que oui, lui affirme le
contraire. Et le candidat républicain a
continué à soutenir cette thèse lundi soir
alors que des vidéos le montre publiquement en train de défendre l’intervention
américaine en Irak.
Le sondage
Qui a gagné le débat entre Hillary Clinton et Donald Trump? Pour 62% des
sondés, il s’agit d’Hillary Clinton, selon
un sondage CNN/ORC.
Le JDD.fr 27 septembre 2016
Bar du Boulevard
RESTAURANT
Specializing in
Caribbean &
American Cuisine
Now 2 Locations in Brooklyn
Fritaille All Day, All Night
FREE DELIVERY
Catering For All Occasions.
Christenings, Weddings,
Parties, Banquets, etc.
We do Catering
Available for all
Occasions
Fritaille etc..
1738 Flatbush Avenue
(b/t Aves I & J)
718.258.0509
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
2816 Church Avenue
(b/t Nostrand & Rogers Aves.)
718.856.2100
670 Rogers Avenue
(Corner of Clarkson Ave)
Brooklyn, NY 11226
“Venus, l’entroit idéal”
718-287-4949
1347 Flatbush Avenue
(bet. Foster & E. 26th St.)
Brooklyn, NY 11226
347-404-6152
Haiti Liberté/Haitian Times
17
Suite de la page (20)
de la scène régionale du « Septent »;
flanqués au rang de chefs: Emmanuel Turenne, Charlemagne Pierre-Noel,
Yaffa François, Jean Norti et surtout
du trompettiste Gérard Jean Baptiste,
promu arrangeur et innovateur et,
dont les modifications hardies et les
arrangements sur mesure ont sorti le
groupe de l’ornière champétrale et des
tâtonnements du kadans plake. Avec
des assouplissements eurythmiques,
des données harmoniques, issues
des cordes exclusives, des claviers
tonitruants, des envolées solistes,
voire une synchronisation mélodique
dégageant sur une cadence á la fois
saccadée et volubile. Tout ça arrosé
de cuivres pétaradants, en fanfare.
Aussi, G. Jn. B. sut introduire des
paramètres rythmiques plus acces-
ciblement dansants, dominés par la
ligne percussive, dans l’alliance du
tambour et de la batterie, dans des
mesures qui caractérisaient l’essentiel de la méringue nordiste imprégnée
de modernisme.
C’est l’éclosion de la frappe
‘’Fusée d’Or’’. Un métamorphose
d’autant surprenant que le « Septent
», le plus fort, alors concurrent direct pris de panique, engagea Gérard
Jean Baptiste. Les autres noms liés
de façon plus consistante à l’ascension du groupe sont: Parisien Fils
Aimé, chanteur marque-fabrique ,
l’original Giordany Joseph, vocaliste
dominant qui émergea du groupe à
la fin des années 1960. En apportant ses pot-pourris de boleros, dans
des excursions savoureuses. Daniel
le trône devenant vacant et, malgré
la prépondérance du frère ennemi «
Septent », et la vague ambiante mini;
le « Tropic » s’imposa avec accroissement. Fort de cette folie contagieuse,
cette connexité qui projettent une
‘’marque-déposée’’ bien sélective. En
plus des textes populistes qui ont fait
du groupe le nouveau roi des ondes;
allumeur des fêtes rurales.
Animant l’ambiance aux quatre
coins de l’île. Parfois avec classe et
certaines fois dans les débauches du
konpa hounsi. Mais toujours aux sons
de tubes absolus: Adrienne, Mizè
Malere, Doux Tropic,Yolande,
Pa meprize m, Pran pasyans,
Lavi dwól ,Rekonsilyasyon,Viv
lavi, Ti joslyn, Limonade, Indiscipline, Superstisyon, Fwè kot
papa, Chèche konnen, La famille,
Angélique, Chèche pa w, Gason
ak fanm, Nou refize granmoun,
Mwen renmen Tropic,Vingt ans,
Le nègre, Je n’aurais jamais cru,
Kenbe diyite w, Veye priye,Apran
n fè zanmi et de tant d’autres.
A travers le temps, le « Tropic
» s’est mué en une superbe organisation dont les structures adéquates
évitent à ses membres les soucis
inhérents à la vie du terroir. Encore
sous le leadership de ‘’Tiblan’’, le
groupe continue sa marche transcendantale, parallèlement à un renouvellement effectif des cadres qui fait que
‘’La Fusée d’Or’’ maintient le vent
en poupe, sa rayonnance comme
représentant musical remarquable du
terroir natal.
policière la plus brutale règne (comme
Stephanie Rawlings-Blake, la maire
de Baltimore, qui a présidé la Convention nationale démocrate et traité
de « voyous » les manifestants contre le meurtre de Freddie Gray) sont
afro-américains. Et faudrait-il attirer
l’attention sur l’origine raciale de la
personne qui fut président des États
– Unis au cours des sept dernières
années et demie d’escalade de la violence policière ?
Au bout du compte, la violence de la police est une question
de classe. Il est instructif d’examiner
certaines des récentes tueries dénombrées par le journal The Guardian,
l’une des rares sources médiatiques
qui ont gardé une trace systématique
de la violence policière en Amérique.
Chaque cas relate l’histoire d’une rupture sociale sous une forme ou une
autre, avec les tragédies qui ont emprunté des voies similaires quelle que
soit l’ethnie de l’individu tué.
Un
nombre
disproportionné d’Afro-Américains sont victimes
d’homicides de la police, mais environ la moitié des victimes de la violence policière sont blancs. Pour ne
citer que plusieurs cas qui se sont produits pendant ces dix derniers jours
impliquant des membres de cette
catégorie démographique censée être
« privilégiée », les blancs :
* Joshua Scott, 22 ans, de Port
St. Lucie, en Floride, a été tué le 20
septembre quand les policiers cherchaient à l’interner de force pour des
soins psychiatriques. Il se serait armé
d’un fusil et a été abattu après une
confrontation de six heures.
* Jeremy Swenson, 30 ans, de
Logan dans l’Utah, a été tué le 19
septembre, il aurait été suicidaire et
faisait des « actions menaçantes »
contre une autre personne, ce qui a
incité la police de l’abattre.
* Jesse Beshaw, 29 ans, de Winooski, dans le Vermont, a été abattu
sept fois le 16 septembre par la police
qui lui délivrait un mandat d’arrêt. Il
n’était pas armé, mais la police prétend qu’il s’est approché d’eux avec
un bras dans le dos.
* Joseph Schlosser, 69 ans, de
Weeki Wachee, en Floride, a été tué
le 15 septembre. Les policiers répondaient à un appel d’urgence d’un travailleur des services de santé qui a dit
que Schlosser, un vétéran de l’armée,
était suicidaire. Il a été abattu dans sa
maison.
* Timothy McMillan, 38 ans,
de San Gabriel, en Californie, a été
tué le 14 septembre. McMillan était
sans-abri et aurait volé une voiture
de police. Non-armé, il est mort après
avoir été accosté et retenu par la police dans un McDonald.
Et la liste continue sans fin.
Chacune de ces histoires, et beaucoup
d’autres comme elles, pourraient
faire l’objet de romans explorant les
conséquences horribles de la dislocation sociale, de l’inégalité et de la
guerre.
La violence policière – comme
le chômage, la pauvreté et toutes les
conséquences du capitalisme – affecte
les travailleurs de toutes les ethnies et
milieux sociaux. C’est ce fait de base
que les colporteurs de la politique
identitaire cherchent à cacher. Ceux
qui parlent de « privilège blanc », ou
prétendent que les États-Unis sont
convulsés par la haine raciale, sont
impliqués dans une fraude politique
consciente, visant à dissimuler la nature de classe de l’État et faisant obstacle à la condition préalable nécessaire à toute lutte contre la violence
policière : l’unité de la classe ouvrière.
L’épidémie de meurtres par la
police est un symptôme d’une société profondément dysfonctionnelle.
Les sermons d’Obama et d’autres
représentants du gouvernement au
sujet de la « démocratie » américaine
ne peuvent pas masquer la réalité
d’une classe dirigeante qui fonctionne
avec une violence inouïe à l’intérieur
comme à l’étranger. Les États-Unis
sont au milieu d’une campagne électorale entre un démagogue fasciste et
une représentante de droite de l’appareil militaire et du renseignement, qui
surenchérissent pour déterminer qui
représentera le plus impitoyablement
les intérêts de la classe dirigeante. La
compétition entre Trump et Clinton,
comme avec l’establishment politique
dans son ensemble, apparaît séparé
par un abîme de la réalité sociale.
Les prédations mondiales de la
classe dirigeante américaine ont d’innombrables conséquences, des attentats effectués le week-end dernier à
New York, à la pratique de la torture
et des assassinats, en passant par le
caractère de plus en plus violent du
processus politique lui-même.
Dans les vidéos qui ont paru
des meurtres par la police, des passages à tabac et d’autres atrocités, on
est frappé par l’inhumanité de tout
cela, l’indifférence envers la vie humaine. Il ne s’agit pas au fond d’une
question d’individus, mais des institutions de l’État, ce « détachement
d’hommes armés » agissant pour la
défense de la classe dominante, dans
lequel la combinaison de la guerre et
de l’inégalité sociale s’exprime par
comportement meurtrier.
Les événements à Charlotte au
cours des derniers jours pointent les
bouleversements sociaux qui sont à
venir. La même crise capitaliste qui
produit la guerre et la contre-révolution sociale produit également la lutte
des classes. Une voie pour aller de
l’avant, cependant, ne peut être trouvée qu’à travers une lutte consciente
pour unifier toutes les sections de la
classe ouvrière, de toutes les races,
de joindre la lutte contre la violence
policière à la lutte contre la guerre, le
chômage, la pauvreté, l’inégalité et le
système capitaliste qui sous-tend tout
cela.
Christine M. Mosse
DR. ULKY SAINT-VIL
Larivière pour sa part a contribué
au succès du groupe de par ses compositions de calibre. Tansdis que le
batteur Pierre Lesca a tenu son rôle
de métronome avec perfection. Alors
que le pianiste Hervé Casséus qui
avait parrallèlement la fonction d’administrateur fut un pilier indispensable. Le trompettiste et aussi ancien
maestro Louis Jn. Lubin, un produit
du groupe et compositeur investi, a
aussi mis son influence au progrès de
l’orchestre.
Mais c’est surtout au superbe
saxophoniste et maestro emblématique Claude Octavius Charles aka
‘’Tiblan’’, toujours au poste, que revient la palme d’être la figure de proue
de la bande durant des décades. Après
la fin de cycle de Nemours et de Sicot,
Suite de la page (17) La violence policière et la crise sociale aux États-Unis
travailleurs et de jeunes ne seraient
pas dans les rues s’ils croyaient que
les prochaines élections conduiront à
une société plus juste.
La situation à Charlotte est un
microcosme de l’Amérique dans son
ensemble. Le « Queen City » – un centre d’affaires pour la Bank of America, Wachovia Bank, Duke Energy et
d’autres sociétés – a été classé parmi
les « meilleurs endroits où vivre », et
célébré comme un phare du progrès et
de la « croissance » du sud des ÉtatsUnis. Toutefois, cela ne vaut que
pour les riches et la classe moyenne
supérieure privilégiée.
Depuis 2000, le nombre de
personnes à Charlotte vivant dans la
pauvreté a doublé, passant de 159
000 à 314 000 (sur une population
totale de la zone métropolitaine de
2,4 millions). Elle figure parmi les
villes ayant la plus forte croissance
de la pauvreté concentrée. Les zones
de recensement considérées comme
en grande pauvreté (c-à-d avec plus
de 20 pour cent d’habitants pauvres)
passant de 19 pour cent en 2000 à 34
pour cent en 2014. Un quart de tous
les enfants dans la ville sont pauvres,
et une étude de Harvard a constaté
que les enfants pauvres dans le comté
de Mecklenburg ont une des probabilités les plus faibles de tous les comtés
de sortir de la pauvreté.
Des conditions similaires existent dans de nombreuses villes des
États-Unis. Huit ans après l’effondrement financier de 2008, l’inégalité
sociale est à des niveaux records. Le
gouvernement Obama a supervisé le
transfert de milliards de dollars aux
banques, en corrélation avec une inflation de la richesse des super-riches. Des millions de travailleurs et
de jeunes font face à un avenir de
chômage, au travail à bas salaire, et
à la flambée des coûts pour le logement, le loyer et autres nécessités de
base.
Au cours des deux années
écoulées depuis le meurtre de Michael
Brown qui avait mené à des protestations et une répression brutale par les
forces de police militarisées de Ferguson, dans le Missouri, plus de 2000
personnes ont perdu la vie à cause
de la violence policière. Même les
rencontres les plus innocentes avec
la police peuvent se terminer par une
arrestation violente ou la mort.
En dépit de toutes les protestations, et malgré les appels nerveux de
sections de l’establishment politique
et des médias pour une certaine retenue afin de prévenir les troubles
sociaux, les tueries continuent, jour
après jour, semaine après semaine.
Il devient difficile de garder une trace
de tous les noms ajoutés à la liste des
victimes. Cela ne fait que démontrer
qu’il y a là quelque chose de profond
et d’organique lié à la structure même
de la politique et de la société américaines.
Les commentateurs des médias et les responsables du Parti
démocrate proclament que le meurtre
de Scott est une autre expression de
l’immense fossé racial en Amérique,
avec les meurtres policiers constituant un sous-ensemble du conflit plus
large entre « l’Amérique blanche » et
« l’Amérique noire », entre les services de police et les « communautés
de couleur ».
Le racisme existe et, bien sûr,
joue souvent un rôle dans la violence
policière. Cependant, ceux qui cherchent à faire appliquer un récit raciste ignorent les faits de base. Jusqu’à
un degré inconnu pendant l’apogée
du mouvement des droits civiques
il y a un demi-siècle, les services de
police et les institutions étatiques
sont racialement intégrés. Le policier qui aurait fait feu sur Scott est afro-américain, tout comme le chef de
la police de la ville, qui s’est opposé
aux appels à la diffusion de la vidéo.
Beaucoup de responsables politiques
qui dirigent les villes où la violence
Greater Brooklyn
Gastroenterology Care
MD
Wsws 24 septembre 2016
D.D.S., P.C.
DENTIST OFFICE
Michel Jose Charles MD, FACG, AGAF
Board Certified Gastroenterology
Office Locations
3621 Glenwood Rd, Brooklyn NY 11210
9408 Flatlands Ave, Brooklyn NY 11236
1381-B Linden Blvd, Brooklyn NY 11212
Dr. Kesler Dalmacy
1671 New York Ave.
Brooklyn, New York 11226
By Appointment Only
2336 Second Avenue (at 120th Stree)
New York, NY 10035
Office hours by appointment
Tel: 718-434-0202 / 718-869-1501
E-mail: [email protected]
Office hours by appointment
718.434.9313
“Giving care, one patient at a time.”
18
Internal Medicine
Board Certified
Haiti Liberté/Haitian Times
212.987.5200
1012 Ocean Avenue, Suite 1B
(corner Newkirk Avenue)
Brooklyn, NY 11226
Tel: 718-434-5345
Le docteur de la
Communauté Haïtienne
à New York
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Suite de la page (20)
feutrées et des trompettes et trombones
aux riffs dévastateurs. Et le tout est
nimbé de la créativité rayonnante du
clavier sous de précieux arrangements.
Qu’ils soient de Jacques Mompremier et de Jacques Monfiston au
début, puis, de Ulrick Pierre Louis,
Alfred Moise, Jacques Jean Baptiste
qui ont alternativement apporté leur
empreinte à l’édification du bastion-Septent. Des formules qui ont fait
pondre d’innombrables hits et acquérir
de multiples adeptes. Depuis la premiètre composition: Mambo bossu,
à Pelerinaj, Karidad , Chofè oto-
mobil, Tanbou frape, Batèm rat,Tifi a, Boubout Komèsyal, Fabolon, Louise Marie,Tiyayi, Bonjou
Marie,Pase cheve, Lavi gason,
Ti gason,Appolo X, Van tanpèt,
Jacqueline Jacquelin, Oua vini,
Viergina,Machan n AK 100,Marie
Lourdes, Septent dous,Tout moun
Damou, Konpè kabrit, Marie José,
Mazora, Bonga, Rozalie, Adam
et Eve, Toi et moi, Fredelyne, Let
us dance,Petite fleur, 25eme été,
Septent tu vois la mer etc; font
partie d’un répertoire inépuisable; en
plus des tubes de ces trente dernières
années qui ne sont même pas mentionnés.
Classified
Directory
Tel: 718-421-0162
[email protected]
ATTORNEY/ LEGAL
HELP WANTED
REAL ESTATE Attorney. Buy/
Sell/Mortgage Problems. Attorney
& Real Estate Bkr, PROBATE/
CRIMINAL/BUSINESS- Richard H.
Lovell, P.C., 10748 Cross Bay, Ozone
Park, NY 11417 718 835-9300
[email protected]
Driver Tractor Trailer & Owner
Operators Wanted, for Container
Work, 3 Years Pier Experience
Required, CDL Class A Licence,
Clean Record, Twic Cart
Required. Good Pay, Steady
Work, Please Call Gabriel
or Mark (973) 690-5363
or Inquire Within 187-189
Foundry St. Newark, NJ 07105
AUTO DONATIONS
Donate your car to Wheels For
Wishes, benefiting Make-A-Wish. We
offer free towing and your donation
is 100% tax deductible. Call (855)
376-9474
EDUCATION
Mega Institution Mixte. Mission
d’Education pour les générations de
l’Avenir. Lilavois 53, Plaine du Cul de
Sac, Haiti. Ecole Primaire et Bilingue.
Fondateur : Jean L. Vallon, M.S. EDU,
Tel : (011509) 3813-1107. Email :
[email protected], [email protected]
com
HEALTH
Haitians love “SOUL,” the antioxidant power supplement made from
seeds! Banish pain, reclaim youth,
inject energy. Packets: $4 each. Box of
30: $78. Two boxes: $143. Call (203)
666-8650 or visit www.myrainlife.
com/rejuvenation.
HELP WANTED
DRIVERS with TLC License WANTED!
With or WITHOUT car. GEORGE
TOWN CAR SERVICE, Base #
B01081, 919 E. 107th St., Brooklyn.
Call Victor, 718.642.2222, cell
646.415.3031.
HELP WANTED
DRIVERS with TLC License WANTED!
With or without car. ALPHA CAR
SERVICE, Flatbush Ave. & Ave. I,
Brooklyn. Call 718-859-2900.
HELP WANTED
Nous offrons
des emplois
NOS Energy Drink Group is hiring, no
matter where you live. We will pay you to
wrap advertisements on vehicles and to
hang banners in shops. GOOD PAY!
For information, please contact us:
Via email: [email protected]
Via telephone: (330) 366-6083
HELP WANTED
Driver with a vehicle needed
for Wednesday newspaper
deliveries. Routes available in
New York & Miami. Call 718421-0162.
REAL ESTATE
CATSKILL MOUNTAIN LAKE
LOT 14 acres WAS $79,900,
NOW $69,900! Beautiful
Après le déclin de l’Orchestre
de Nemours et de celui de Sicot; en
plus de l’exode des groupes et artistes
devanciers, le « Septent » vint occuper
le devant de la scène à la conquête de
toutes les couches sociales du pays, et
pour cela, fit figure d’éminence face à
la vague mini-jazz. Même leur émission ‘’Club Septent de Port-auPrince, un million cinq cent mille
auditeurs’’ sur la MBC, fit le délice de
tous les mélomanes du pays. Ce furent
les grands moments, et les fructueuses
collaborations avec Guy Durosier. En
plus des succès en solitaire de Roger
Colas. Cependant, la fin des années
1970 fut très douloureuse pour ‘’la
boule de feu’’. En effet, après plus
d’une décade de succès continus au
pays et ailleurs. Un terrible accident
de voiture vint faucher la vie de deux
musiciens dont: l’irremplaçable guitariste, Ernst ‘’papou’’ Léandre et du
jeune chanteur’’ Fredo’’ Pierre Charles.
Et plus tard la mort du plus prolifique
compositeur de l’orchestre, le génial
Alfred Moise.
La disparition de ces gars secoua durement les fondations du
groupe dont l’essence musicale avait
muté vers un turnover; mettant à nu
des tentations du konpa. Ce qui était
mortel pour le « Septent » de renoncer
ainsi à ses sources musicales. Le cal-
lake, 2 hrs NY City! Private gated
community! Terms avail! Call 888905-8847
REAL ESTATE AUCTIONS
REAL ESTATE
LENDER ORDERED FARM SALE!
39 acres WAS $119,999, NOW
$89,900! Catskill Mtn’s, stunning
hilltop setting less than 3 hrs NY City!
Woods,awesome views, great deer
hunting! EZ financing. 888-479-3394
REAL ESTATE
FARM ESTATE LIQUIDATION! 7
hilltop tracts from 6 to 30 acres from
$19,900! Gorgeous views, streams,
ponds, woods, fields! Quiet country
setting! Financing avail! 888-7017509 NewYorkLandandLakes.com
AUCTION REAL PROPERTY TAX
FORECLOSURES DUTCHESS
COUNTY. Selling properties October
12 @ 11AM. The Poughkeepsie
Grand Hotel, Poughkeepsie.
800-243-0061 AAR, Inc. &
HAR, Inc. Free brochure: www.
NYSAUCTIONS.com
VACATION RENTALS
OCEAN CITY, MARYLAND. Best
selection of affordable rentals.
vaire du groupe dura plus que l’espace
d’un cillement. Mais, au delà de tout,
c’est au maestro-bâtisseur du groupe,
l’immortel Ulrick Pierre Louis que revenait l’honneur d’avoir quitté passer
l’orage sans laisser effriter sous son
leadership, cet ensemble qui se mua
en une vraie institution nationale.
Avant de passer la torche à Nikol Levy
; et d’autres adeptes contemporains
afin de maintenir l’héritage musical
du groupe au chaud. Permettant au
« Septent » de captiver pour bientôt
70 ans tout le territoire national. Pour
s’installer fièrement et superbement
en doyen mérité au microsome de la
musique haïtienne.
Full/ partial weeks. Call for FREE
brochure. Open daily. Holiday
Resort Services. 1-800-6382102. Online reservations: www.
holidayoc.com
WANTED
$WANTED$ CASH PAID for
Pre-1980 COMIC BOOKS &
Star Wars Action Figures.
Original Comic Art-Sports Cards
& Autographed Memorabilia1990’s MagictheGathering Call
WILL: 800-242-6130 [email protected]
getcashforcomics.com
REAL ESTATE
Land Bargains SCHOHARIE CO.,
95.7 acres, fields/woods $129,000.
OTSEGO CO., 30.7 acres, views
$85,000. RENSSELAER CO., RT. 7;
27.6 acres fields/woods $75,000.
Owner Financing
www.helderbergrealty.com (518)
861-6541
3’ X 5’ OUTDOOR FLAGS
TRUMP
HILLARY
MARINES
NAVY • AIR FORCE • ARMY • COAST GUARD
HAGSTROM
5 BOROS
ATLAS
FINAL EDITION
MAP
ORDER ANY NOW • ONLY $24.95 EACH
1-800-327-7992
BACK TO SCHOOL, HOSPITAL, NURSING HOMES
& HOME CARE AGENCIES ARE HIRING
Make it your year…
...to own your own home!
TRAIN TO BECOME A HEALTH CARE WORKER IN LESS THAN 2 MONTHS AT LOW COST:
NURSE AIDE, MORNING 4 WEEKS, EVENING 6 WEEKS TRAINING. . . . . . . . . . . . . . . $700
HHA & PCA, MORN 3 WEEKS, EVENING’S 5 WEEKS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $695
PCT, PCA, EKG & PHLEBOTOMY, MORN, 5 WEEKS, EVENING 6 WEEKS . . . . . . . . . . . $750
LPN & RN review, morning 2 months, evening 3 months . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $4,500
CNA & PERSONAL CARE AIDE BECOME A HHA IN 6 DAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $695
Study all Three Course Nurse Aide, EKG & Phlebotomy and Become A PCT Or PCA
No GED & High School Diploma Welcome • Classes Start June 20, 2016
CALL: DAISLEY INSTITUTE: 718-467-8497
229 EMPIRE BLVD, BROOKLYN (Between Bedford & Rogers)
DONATE YOUR CAR
Nos Energy Drink Group.
http://www.caffeineinformer.com/caffein
e-content/nos-energy-drink
Yahoo! Chat Room For Nos Energy Group :
[email protected]
Address : 1976 Saint
Euclid Ave.,
Lorain, OH 44052
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016
Wheels For
Wishes
Benefiting
Make-A-Wish®
Metro New York
The State of New York Mortgage Agency offers:
*Free Vehicle/Boat Pickup
ANYWHERE
*We Accept All Vehicles
Running or Not
*Fully Tax Deductible
WheelsForWishes.org
Call: (917) 336-1254
* Car Donation Foundation d/b/a Wheels For Wishes. To learn more about our programs
or financial information, visit www.wheelsforwishes.org.
-
Affordable mortgage products for first-time homebuyers
Down payment assistance
Funds to buy a home and finance repairs
Special programs for veterans
1-800-382-HOME(4663)
www.sonyma.org
Haiti Liberté/Haitian Times
19
Haïti Top 10
Orchestres et Groupes Musicaux
Par Ed Rainer
« La méringue Fusée d’Or »
S
Numéro 4
Orchesstre Septentrional
du Cap
Ex-Eaquo – Tropicana
du Cap
Orchestre Septentrional du
Cap (1940’s – Cap-Haitien)
‘’La cadence boule de feu’’
I
nstallé confortablement en
doyen actif des groupes musicaux haïtiens, le « Septent » de
son côté prit naissance à partir
d’une fusion du « Trio Symphonia », des Jacques Mompremier,
Jacob Germain et d’un jeune lycéen de 18 ans du nom de Ulrick
Pierre-Louis; et, du « Quatuor
Septentrion », des Jean Menuau,
Léandre Fidèle, Théo Pierre et,
de Raymond Jn. Louis, lesquels
se sont associés pour animer les
fêtes champêtres et patronales.
Au début, le groupe se limitait
à interpréter les succès locaux
et latino-américains. Pour ensuite s’atteler dans l’élaboration
de son propre schéma syncopé,
découlé de la méringue nordiste
et agrémenté de saveur régionale. Un style que les détracteurs qualifiaient de ‘’campagnard’’, du fait qu’il n’exprimait
que le langage buccolique de la
zone.
Au fil du temps, l’aventure prenant de plus en plus
du poil de la bête, la musique
aussi connut une mutation météorique. Avec des données qui
rentraient en parfaite symbiose
d’une musique de référence et
d’une approche polymorphe
faite d’arrangements distingués.
Orchestre Tropicana du Cap
(1963 – Cap –Haïtien)
La formation actuelle du Septent
Malgré tout, la reconnaissance
nationale tarde à venir. Isolé
dans son cantonment, « Septent » se fit même voler ses succès par les groupes de la capitale..Avec en plus une pléthore
de talents qui vint contribuer à
l’épanouissement du groupe,
entre autres:, Gérard Monfiston, Rigaud Fidèle, Emile Obas,
Pierre Jacques; puis le raz-de
marée avec: Roger Colas, Alfred
Moise, Arthur François, Arthémis Dolcé, Gérard Jean Baptiste,
Marcel Gilles, Louis Etienne,
Jacques François, Michel Tassy, Ernst Léandre, Jean Claude
Edouard, Louis Etienne, Thomas David et autres.
C’est grâce au défunt
Marc Duverger, alors jeune producteur à peine introduit dans le
milieu que le groupe a eu finalement l’opportunité d’enregis-
trer son premier microsillon au
mitan des années 1960, pour
finalement s’imposer comme
une force à part entière dans
l’arène musicale. Entre l’hégémonie du konpa, la fièvre
du kadans et l’imposition des
mouvements périphériques. Le
rythme ‘’boule de feu’’ resplendissait d’originalité et d’assurance. Agrémenté d’accords
ponctués, d’accentuations tempérées dont un balancement
alterné de la ligne percussive;
par la contre-basse, élaborée
sous l’empreinte du tambourineur Arthur ‘’Mètdije’’ François,
emmenée par la magie diffuse
du tambour sous l’entrain d’un
pétro provincial. Des percussions s’étalant tout au long de
la mesure, des cuivres épatants
dont des anches sonores et
suite à la page(19)
i l’on se réfère à sa généalogie, le « Tropic » serait le plus
ancien groupe du terroir natal
en exercice. En effet, c’est sous
l’initiative du défricheur Claudin ‘’vieux tonton’’ Toussaint
que prit naissance en 1941, le
« Jazz Capois », après que ce
dernier s’est rendu à Port-auPrince contacter le légendaire
François Guignard qui lui confia deux jeunots fraichement
sortis de l’’École Centrale de
Musique’’. Ainsi, c’est au sein
du groupe que firent leur début
des futurs maestros comme:
Raymond et Wébert Sicot ainsi
que de Rigaud Fidèle et de Jean
Menuau qui contribueront plus
tard à la formation du « Septent
». Après s’être imposé comme
l’orchestre éclaireur du Cap,, le
« Jazz Capois » fut repabtisé au
milieu des années 1950, « Orchestre Caraïbes », et éventuellement « Tropicana » en 1963
au local du ‘’Café Yanvalou’’
de la Rue 8. Sous la suggestion
d’un mercenaire cubain Basile
Coti venu échouer au Cap; entre quelques verres de réminiscence de ses soirées dans ce club
mythique de la Havane.
Ce dernier s’associa à un
membre influent du groupe; en
l’occurrence Charlemagne Pierre
Noel, ainsi que le commissaire
du gouvernement Jean Valbrun
et du macoute Reynold Dominique pour s’accaparer arbitrairement du groupe de Claudin
Toussaint; lequel après avoir été
jeté en prison, fut forcé à l’exil.
Après s’être préalablement attelé à un recrutement d’envergure dont le trompettiste Désilon
Le Tropicana d’aujourd’hui
Voltaire venu de Port-au-Prince,
le saxophoniste Emmanuel
Figaro qui rallia après le « Bossa Combo » le chanteur, Rosny
‘’momo’’Jasmin qui rejoindra le
groupe « Étoile du Soir » de la
rue Alerte à Port-au-Prince (Tout
près de la maison de Sonny bèl
anfóm), du jeune bassiste Eval
Manigat qui donnera son adhésion au kadans ranpa de Sicot.
De même que les: Couignard
Bonny, Chenet Noel, André Butois, Emmanuel Turenne un futur maestro, Michel Fleurantin,
Gérard Jn. Baptiste entre autres.
Cependant, La Fusée d’Or’’ trima bien pour conquérir l’arène
musicale et mériter le respect
des pays et payses.
Malgré la domination
suite à la page(18)
RED HOOK
SHIPPING
SHIPPING FULL CONTAINER LOADS & VEHICLES
TO
HAITI, JAMAICA, GUYANA AND
THE REST OF THE CARIBBEAN ISLANDS
Boxes ● Barrels ● Containers ● Vehicles
Direct shipping from Brooklyn, NY to Haiti
We own 3 ships: Sloman Rover, Trans Gulf & Glamor.
973-690-5363
YON KONEKSY
O
N DIREK POU
HAITI
WEEKLY SAILING FROM NY & NJ PORTS
FASTEST TRANSIT TIME IN THE INDUSTRY
Direct to
Port-au-Prince,
Miragoâne &
St. Marc
12 DAYS TO HAITI
We specalize in shipping full container loads with personal
effects, household goods, commercial cargo, cars, trucks, buses
from NY port to Haiti every week, sailing time 10-12 days.
Please call GABRIEL or ROBERT
Email: [email protected]
www.HaitiShipping.com
20
Haiti Liberté/Haitian Times
Red Hook Terminal, 70 Hamilton Ave., Brooklyn, NY 11231
Phone: 718.855.1555 • Fax: 718.855.1558
www.redhookshipping.com
Vol 10 # 12 du 28 Septembre au 4 Octobre 2016

Documents pareils