CARAVANA SEREIA BLOOM

Commentaires

Transcription

CARAVANA SEREIA BLOOM
Communiqué
Pour diffusion immédiate
CÉU
CARAVANA SEREIA BLOOM
Un troisième album qui célèbre les hasards du voyage, en magasin le 3 avril !
EN SPECTACLE À MONTRÉAL LE 30 JUIN AU CLUB SODA
DANS LE CADRE DU FESTIVAL INTERNATIONAL DE JAZZ DE MONTRÉAL
Montréal,
mars
2012
—
La
route,
les
rencontres,
la
solitude,
la
mythologie
existentielle
du
voyage
:
voilà
ce
à
quoi
pensait
la
jeune
chanteuse
brésilienne
Céu
pendant
l'écriture
de
Caravana
Sereia
Bloom,
son
nouvel
album
en
magasin
le
3
avril
prochain.
Aujourd'hui
considérée
comme
étant
l’une
des
artistes
les
plus
respectées
de
son
pays,
c'est
en
parcourant
les
routes
qui
relient
le
nordeste
à
São
Paulo,
sa
ville
natale,
qu'elle
a
trouvé
l'inspiration
à
l’origine
de
cette
nouvelle
aventure
sonore.
Elle
sera
de
retour
à
Montréal
le
30
juin
prochain
au
Club
Soda
dans
le
cadre
du
FIJM.
«
J'avais
rangé
les
démos
enregistrés
dans
mon
ordinateur
dans
un
dossier
sous
un
nom
sans
grand
intérêt
:
Études
sur
la
Route
»
se
rappelle‐t‐elle.
«
Alors
pour
trouver
un
nom
pour
l’album,
je
me
suis
amusée
à
prendre
le
titre
d'une
chanson
et
y
faire
correspondre
un
mot
pioché
dans
les
paroles
d'un
autre
titre,
j'ai
ensuite
collé
le
mot
«
caravane
»
au
début.
Au
fond,
cette
démarche
avait
un
sens,
puisque
cet
album
est
né
de
collaborations
multiples.
»
Et
cela
donne
Caravana
Sereia
Bloom
(Six
Degrees/Urban
Jungle),
son
projet
le
plus
ambitieux.
On
est
loin
des
influences
de
samba
langoureuse
de
son
premier
album.
La
Céu
d'aujourd'hui
évoque
plus
les
œuvres
psychédéliques
des
débuts
du
tropicalisme,
la
musique
populaire
brésilienne
des
années
70
ou
la
musique
latine
que
les
rêveries
mélancoliques
de
la
bossa‐nova
de
Jobim.
Ces
sonorités
s’entendent
bien
sur
le
morceau
Asfalto
e
Sal,
un
titre
carnavalesque
aux
accents
ska.
Céu
apprivoise
nos
oreilles
avec
des
riffs
de
guitare
aériens
et
des
percussions
suaves
caribéennes.
Une
fois
qu'elle
nous
prend
à
son
hameçon
rythmique,
ses
paroles
s'insinuent
autour
de
nous.
Dans
cette
chanson,
elle
évoque
notre
univers
urbain
:
«
L'idée
que
nous
nous
faisons
du
''progrès'',
qui
nous
pousse
à
croître
sans
cesse,
finit
par
dominer
et
polluer
notre
culture
»,
déclare‐t‐elle.
«
Asfalto
e
Sal
parle
de
quelqu'un
qui
prend
la
route
pour
s'évader.
»
Ce
voyage
kérouaquien
s’inspire
également
d'un
grand
classique
du
cinéma
brésilien
du
début
des
années
80.
«
Avec
cet
album,
j'ai
voulu
rendre
à
ma
façon
un
hommage
à
la
caravane
des
saltimbanques
de
Bye
Bye
Brasil
».
Ce
film
de
Carlos
Diegues
raconte
l'histoire
d'un
magicien
escroc,
Lord
Cigano,
dans
sa
Caravana
Rolidei
(un
nom
qui
joue
sur
la
prononciation
brésilienne
de
«
Caravan
Holiday
»).
Un
accordéoniste
rencontré
au
passage
se
passionne
pour
la
vie
sur
la
route
et
pour
Salomé,
la
danseuse
adorée
de
Lord
Cigano.
Il
convainc
alors
son
épouse
enceinte
de
rejoindre
le
couple
d'artistes
forains.
Le
film
raconte
leurs
péripéties
pour
mieux
nous
rappeler
que
parfois
le
voyage
en
soit,
est
plus
important
que
d’arriver
à
destination.
Le
plaisir
que
prend
Céu
à
nous
faire
voyager
pendant
les
trente‐cinq
minutes
que
dure
ce
bijou
d'album
est
évident.
Des
riffs
de
guitares
et
des
refrains
populaires
du
nordeste
sont
servis
dans
des
grooves
reggae
luxuriants.
Fan
de
Bob
Marley
et
de
la
Jamaïque
depuis
toujours,
Céu
a
enrichi
son
vocabulaire
musical
dans
toutes
les
directions
pour
aller
y
puiser
l'inspiration
de
chaque
chanson
;
elle
explore
une
multitude
de
sonorités
latines
–
la
cumbia,
la
lambada,
le
carimbó,
le
brega
et
les
guitarradas
rencontrées
aux
frontières
du
nord
du
pays.
SIX media marketing 70 Molière # 201, Montréal (Québec) H2R 1N8 | 514 544-7013
«
En
fait,
l'album
entier
forme
un
recueil
de
petites
histoires
qui
tournent
toutes
autour
du
chaos
d'un
road
trip
»,
dit‐
elle.
«
Pour
chaque
chanson,
je
me
suis
mise
dans
la
peau
d'un
personnage
différent.
Dans
Palhaço,
je
travaille
dans
un
cirque
et
je
dois
convaincre
un
clown
de
revenir
dans
l'arène.
Puis
dans
Amor
de
Antigos,
je
m'efforce
de
persuader
une
vieille
dame
de
se
rappeler
son
grand
amour.
Retrovisor,
le
premier
extrait
de
l'album,
se
passe
dans
un
bar
sombre,
au
bout
d'une
nuit
de
karaoke
dont
la
dernière
participante
chante
son
chagrin
amoureux
devant
un
public
de
serveurs
et
de
chauffeurs
routiers
maussades.
Fidèle
à
l'esprit
de
l'album,
Céu
et
son
équipe
ont
eux‐mêmes
pris
la
route
pour
aller
tourner
le
clip
de
cette
chanson
à
Vila
Velha,
à
Recife,
dans
le
nordeste.
Les
rythmes
sensuels
de
Streets
Bloom,
un
des
rares
titres
en
anglais,
est
un
des
autres
moments
forts
de
l’album.
L’origine
de
ce
morceau
vient
d’une
conversation
avec
le
chanteur/compositeur
et
ami
Lucas
Santtana.
«
L'idée
était
de
penser
un
road
trip
brésilien,
avec
une
ambiance
des
films
de
cowboys.
Ça
lui
a
plu,
et
il
m'a
écrit
des
paroles
magnifiques,
une
histoire
où
je
rapporte
mes
impressions
de
voyage
».
Alors
que
c'est
à
sa
relecture
de
la
samba
que
Céu
doit
initialement
sa
renommée
internationale,
elle
a
cette
fois
choisi
d'aller
puiser
son
inspiration
musicale
dans
le
nordeste
du
pays.
En
se
servant
de
synthés
post‐psychedelia
et
de
riffs
de
guitares
typiques
de
la
musique
traditionnelle
de
cette
région,
elle
ne
cesse
de
faire
évoluer
son
propre
son,
tout
en
rendant
hommage
à
la
modernité.
La
musique
de
Céu
est
aussi
importante
pour
le
Brésil
d'aujourd'hui
que
l'a
été
celle
des
artistes
légendaires
qui
l'ont
précédée.
Caravana
Sereia
Bloom
est
à
ce
jour
le
morceau
de
bravoure
de
cette
fille
de
São
Paulo,
dont
tout
porte
à
croire
que
la
carrière
et
le
talent
vont
continuer
à
nous
surprendre.
EPK
:
http://www.youtube.com/watch?v=ma2sAEKqwBQ
RETROVISOR
:
http://www.ceumusic.com/
– 30 –
Source
Informations
Six Degrees
Simon Fauteux
SIX media marketing Inc.
514 544-7013 | [email protected]
SIX media marketing 70 Molière # 201, Montréal (Québec) H2R 1N8 | 514 544-7013