Ayez pitié de la salafiya

Commentaires

Transcription

Ayez pitié de la salafiya
Ayez pitié de la salafiya !
Car certains d'entre vous sont durs
et font fuir les gens
» ‫فإن مِنكم ُمنَفِّريه‬
َّ !‫« ارحَمُوا السَّلَفيَّة‬
Ecrite par son excellence :
Le Cheikh Badr ibn Ali ibn Tami al Uteibi
‫الشيخ بدر به علي به طامي العُتييب‬
-Qu’Allah le préserve-
Deuxième version électronique
1
Ayez pitié de la salafiya
¢
Au nom d'Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux
Ayez pitié de la salafiya (1) !
Car certains d'entre vous sont durs et font fuir les gens
Toutes les louanges appartiennent à Allah le Seigneur des mondes. Que les prières
(éloges) et les salutations d'Allah soient sur notre Prophète Mouhammed, ainsi que sa famille
et l'ensemble de ses Compagnons.
Ensuite, il fait partie des plus grands bienfaits d'Allah sur Son serviteur musulman qu'Il le
guide à la voie de l'Unicité et de la Sounna, et qu'Il l’éloigne des sentiers des innovateurs.
Suite à cela, il se doit de persévérer dans cette voie et ne jamais s’en détourner.
Car certains jeunes sont orientés à la Sounna durant une certaine période, puis voilà que
leurs pieds glissent sur une parole qui l'égare et il pense malgré tout qu'il fait partie des
bienfaisants. Il croit que cette mauvaise parole fait partie de l'Islam et de la Sounna alors
qu'elle lui est étrangère ! Il croit que cette mauvaise parole fait partie de la voie des pieux
prédécesseurs, mais elle n'en fait pas partie !
Celui auquel Allah a fait la grâce d'emprunter la voie des pieux prédécesseurs et des gens
de la Sounna doit faire tout son possible pour y rester et s'y maintenir, dans toutes ses paroles,
ses actes et dans toutes ses situations et ses adorations. Cette persévérance fait partie de la foi
et de la conviction citées dans la parole d'Allah : « Ceux qui disent : « Notre Seigneur est
Allah », et qui se tiennent dans le droit chemin, les Anges descendent sur eux en disant :
« N'ayez pas peur et ne soyez pas attristés ; et recevez la bonne nouvelle du Paradis qui
vous était promis ». (2)
Et comme l'a rapporté l'imam Mouslim dans son recueil authentique selon Soufyâne ibn
'abdillah at-Thaqafy qui a dit : « Ô Messager d'Allah ! Dis-moi une parole dans l'Islam après
laquelle je n'interrogerai personne après toi. Il répondit : « Dis : Je crois en Allah, puis
maintiens toi sur le droit chemin ». (3)
Ainsi, faire apparaître la foi au grand jour sans mettre en pratique ses enseignements et
ses préceptes ne suffit pas. Il ne suffit pas non plus de s'affilier à la voie des pieux
prédécesseurs pour en faire partie, sans les imiter dans leur pratique qui se distingue de celle
des innovateurs.
Je vais m'efforcer dans cet écrit d'évoquer ce qui tourmente, et j'en suis sûr, les cœurs
d'un grand nombre de mes frères salafis qui voient certaines personnes, de nos jours, qui
prétendent s'affilier à cette voie mais qui lui causent du tort en réalité. Que ce soit par leurs
mauvais comportements ou leurs mauvaises paroles. A un tel point que les gens se sont mis à
critiquer la voie pure des salafs et à s'en détourner à cause de leur dureté, leur méchanceté et
leurs insultes !
Oui ! Il y a aujourd'hui certains salafis qui font fuir et éprouvent les gens dans leur
religion. Et ils causent du tort à la voie des pieux prédécesseurs par leurs mauvaises paroles,
leurs attitudes étonnantes, leur injustice et leur ignorance. Mais aussi par leur fanatisme
envers des personnes qui doivent être aimées et ne doivent surtout pas être critiquées. Ils
(1) Ce terme désigne la voie des pieux prédécesseurs que sont les Compagnons du Prophète et tous ceux qui les suivent dans la bienfaisance.
(2) Verset 30, chapitre 41.
(3) Rapporté par Mouslim (38).
Badr al Uteibi
2
prennent également des personnes par lesquelles ils décident de pratiquer l'alliance et le
désaveu, l'amour et la haine, et grâce auxquelles ils accordent des certificats de salafis ou non
!
Pourtant ces personnes ne font pas partie des Imams ou des grandes figures de l'Islam, au
point où il est permis de penser que de tels agissements ne peuvent provenir que d'une secte
déguisée en costume de salafis.
Il ne faut pas faire preuve de complaisance en matière de religion ni de galanterie pour
indiquer la voie des vrais croyants. Si nous ne faisons pas notre possible pour corriger ces
erreurs et ramener ces idiots à l'apprentissage de la science et du bon comportement, et si nous
ne les habituons pas à souhaiter le bien pour les autres, à s'adresser de manière douce aux
gens, de respecter les Savants, de comprendre les priorités, de se porter le soucis de la
communauté, de fréquenter assidûment les assises des gens de science, de lire et étudier les
ouvrages des sommités de cette communauté qui contiennent leur croyance, alors nous
pouvons dire adieu à la véritable voie des pieux prédécesseurs !
Ayez pitié de la salafiya ! Car cette voie ne se limite pas à la critique et l'agrément (jarh
wa ta'dil), à espionner et chercher les erreurs des autres et à désigner des imbéciles pour s'en
charger !
Ils font cela mais se détournent de l'apprentissage de la science et de sa mise en pratique,
de l'appel à Allah, et de souhaiter le bien pour les gens.
Nul ne connaît le nombre des pieux prédécesseurs en dehors d'Allah et malgré cela la
science de la critique et de l'agrément reste la responsabilité d'une poignée de Savants qui
craignent Allah et qui conseillent les musulmans. Ce sont eux et eux seuls qui ont
connaissance des éléments qui permettent de critiquer une personne ou de l'accepter. Suite à
cela, ils évaluent la sanction à appliquer à chacun : en le réprimant ou en s'écartant de lui en
fonction de la législation.
Aujourd'hui, ces individus ont sali la voie des pieux prédécesseurs et chacun d'entre eux
est capable de critiquer et d'agréer les grands hommes que sont les Savants.
Ils se sont jetés dans cette arène de toutes leurs forces, et chacun s'est mis à donner son
avis : le jeune ignorant égaré et méprisé, jusqu'au nouveau converti qui n'a pas la moindre
connaissance des bases de la religion, ni des règles des ablutions ou de la prière. Et le voilà
qui rentre en Islam en s'alliant à untel et en désavouant untel, et il s'empresse de rapporter des
ragots dans les forums et en diverses occasions.
Comme le dit l'adage : celui qui multiplie une chose sera reconnue par celle-ci. Les gens
ont rejeté leurs paroles, ont répugné leurs thèses et les âmes pures se sont lassées de s'asseoir
dans leurs assises, et même de consulter leurs comptes Twitter et leurs sites internet !
Tout ceci n'a rien à voir avec la voie des pieux prédécesseurs.
Ayez pitié de la salafiya ! Certes, il faut mettre en garde contre les innovations et leurs
auteurs et prévenir les musulmans sur leur danger et les dévoiler par tous les moyens possibles
: écrits, audio ou visuels.
Mais cela doit se faire avec science, justice et raison. Non pas avec ignorance, injustice et
idiotie.
Nos anciens nous ont dit : « Mettez en garde contre eux, et demandez à Allah de vous
préserver ».
C'est-à-dire : persévérez sur l'apprentissage de la science et sa mise en pratique. Une fois
que la mise en garde est faite, que l'objectif est atteint et que l'argument est établi, le vrai
salafi se remet à apprendre et à pratiquer et se débarrasse de l'ignorance et de la fainéantise.
3
Ayez pitié de la salafiya
Quant au fait que les jeunes et les débutants se mettent à s'occuper des roudoud
(répliques), des critiques des Savants et des sectes, cela est une maladie et une perte de la
science et des actions. Au point où certains d'entre eux mémorisent des paroles de Seyd Qotb,
Salmâm al Awda, Târiq Swidâne ou d'autres personnes égarées ce qui équivaut à des textes
religieux de référence ! S'ils avaient mis toute cette énergie dans l'apprentissage de ces textes
religieux cela aurait été bien mieux pour eux si seulement ils savaient.
Ayez pitié de la salafiya ! Enseignez aux débutants ce qui restera avec eux et qui leur
sera profitable. Ne leur apprenez pas ce qui part et s'en va avec le temps. Les hommes
meurent et les paroles apparaissent et s'en vont. Mais l'Unicité d'Allah (Tawhid), la Sounna, la
prière, la purification et les autres emblèmes de la religion perdureront avec eux jusqu'à la
mort. Cela est bien plus important pour eux si seulement vous raisonniez.
Ayez pitié de la salafiya ! Ne cherchez pas à la corrompre avec cette maladie
contagieuse qu'est la classification des gens et l'empressement à mettre les gens dans des
cases. La pire des maladies se trouve, pour moi, pour deux raisons :
– la première : l'ignorance qui se manifeste dans la distinction des groupes. Il suffit que
quelqu'un prononce une parole qui ne leur plaît pas pour qu'ils l'affilient à un groupe qui porte
son nom. Cette calamité a même touché la salafiya elle-même ! Durant les vingt dernières
années seulement ils nous ont sorti al Hadâdiya, al Maghrâwiya, al 'Ar’ouriya, al Maârabiya,
al 'Abbâdiya, al Hajouriya, al Fâlihiya, al Madkhaliya, etc...
Jusqu'à quand ? Ô serviteurs d'Allah !
Ayez pitié de la salafiya ! Dites de celui qui a fait une erreur : il s'est trompé. Ou untel et
ses adeptes se sont trompés. Mais arrêtez toutes ces classifications inventées.
– La deuxième : baser ces classifications sur des doutes et des hypothèses, en ignorant
les règles qui régissent l'affiliation d'une personne à tel ou tel groupe. Toute personne qui
parle de politique, et porte une cravate n'est pas pour autant ikhwâny. Et tout celui qui
s'oriente vers l'ascétisme et la prédication n'est pas pour autant tablighy. Et tout celui qui rend
mécréant les tawaghît (rebelles) et les hypocrites n'est pas pour autant khârijy. Et toute
personne qui fait des éloges d’un innovateur, car elle ignore son état réel, fait nécessairement
partie de son groupe comme ils le prétendent et l'imaginent.
Ayez pitié de la salafiya ! Et apprenez les règles de la critique et de l'accusation. Et
quelles sont les situations dans lesquelles une personne peut ou non être affiliée à tel ou tel
groupe jugé unanimement égaré par les Savants et étranger à la Sounna. Et ne soyez pas
injustes envers les gens !
Oui, ayez pitié de la salafiya ! Et reconnaissez le mérite des Savants même s'il leur
arrive de se tromper et de faire des erreurs. Laissez la critique des Savants aux gens de science
et n'ouvrez pas cette porte aux ignorants qui vont ainsi s'habituer à dénigrer les Savants. Par
Allah ! Il ne vous sera jamais fait miséricorde ni à vous ni à vos références religieuses si ces
gens ne vous font pas miséricorde. Et c'est ce qui s'est passé. A tel point que de nos jours
certains ignorants bornés et stupides se mettent à dénigrer audacieusement Sheykh ibn Bâz,
ibn 'Otheymîne, al Albâny, al Madkhaly et d'autres. Et il n'y a de force et de puissance que par
Allah.
Dites à ces ignorants : taisez-vous ! Car il fait partie du bon islam de l'homme de
délaisser ce qu'il ne le regarde pas.
Dites à ces ignorants : taisez-vous ! Car celui que tu critiques est un Savant en faveur
duquel nous implorons le pardon d'Allah. Et il est meilleur que toi : il enseigne le bien aux
gens et un grand nombre de personnes a profité de son savoir.
Badr al Uteibi
4
Dites à ces ignorants : taisez-vous ! Et commencez par réformer vos propres personnes,
ôtez l'ignorance de vos propres personnes. Prenez de là où ont pris les Savants. Tirez des
leçons de certains Savants qui ont trébuché. Que dire alors des égarés et des ignorants.
Eduquez ces jeunes...enseignez-leur l'amour du bien pour les autres... la miséricorde
envers les créatures...et l'envie de les guider.
Ayez pitié de la salafiya ! Comprenez ce que les gens attendent de vous, surtout dans les
pays occidentaux. Et n'exportez pas vos différences vers des pays dont les habitants ont
besoin de la connaissance et la foi du plus ignorant d'entre nous.
Dans la région du Caucase, les gens de la Sounna s'entre-tuent en raison des informations
qui leur parviennent : méfiez-vous d'untel ! N'écoutez pas untel ! Alors que, par Allah, ils
n'ont même pas connaissance des bases et des fondements de la religion. Par Allah ! Dans
certains pays européens ils en viennent à lever les armes les uns contre les autres car toi tu es
avec tel Sheykh et lui est avec tel Sheykh !
Le jeune musulman salafi porte plainte contre son frère musulman salafi devant des
tribunaux non musulmans afin de l'emprisonner et de le tenter dans sa religion car il n'est pas
d'accord avec la vénération de son Sheykh et le respect de sa voie.
Certains convertis en arrivent même à délaisser la religion. Lui qui était à la recherche de
la foi, de la tranquillité et de l'apaisement de son cœur. Le voilà qu'il se lève le matin dans la
polémique et se couche le soir à égarer les autres !
Ils sont étrangers et en faible nombre dans ces sociétés qui ne jugent pas selon la
législation et qui ne croient ni au Paradis ni à l'Enfer.
Puis des divergences pitoyables leur parviennent du pays du Tawhid et de la Sounna, et
sont amplifiées par ces jeunes ignorants sectaires. Tout cela a pour conséquence la division et
l'affaiblissement des musulmans dans ces pays.
Ayez pitié de la salafiya ! Par Allah ! Vos adversaires ne s'attaquent pas au livre du
Tawhid, ou aux trois fondements, ou encore à la croyance al Wâsitiya, ni à leurs auteurs. Car
ils sont bien incapables de s'en prendre à de telles montagnes inébranlables. Mais ils font fuir
les gens de vous en raison de vos mauvaises paroles et de vos mauvais comportements et
votre éloignement de la voie des Savants fermement encrés dans la science.
Notre professeur, Sheykh ibn Bâz, qu'Allah lui fasse miséricorde, a passé soixante-dix
années, à partir de l'an 1350 de l'hégire, à enseigner, propager et défendre la croyance des
pieux prédécesseurs. Et par Allah ! Ces détracteurs n'ont pas trouvé sur lui quelque chose que
nous n'aimerions pas évoquer et au sujet de laquelle nous ne saurions répondre. Ils s'en sont
retournés humiliés et rabaissés.
Il en est de même pour les véridiques et sincères qui suivent (les pas du Prophète, et ceux
de ses Compagnons). Leurs moindres actions sont vouées à Allah, leurs paroles sont dans Son
obéissance, leurs actes sont conformes à la Sounna. Ils sont miséricordieux envers les gens et
exposent la vérité avec ses preuves et ses arguments.
Ayez pitié de la salafiya ! Et méfiez-vous des mauvaises pensées car elles provoquent le
discours le plus mensonger. Accrochez-vous aux preuves claires et évidentes, et jugez-les
avec science et équité, conviction et miséricorde. Et ne limitez pas la salafiya à la maison de
Sheykh untel : et tout celui qui y entrera sera salafi.
La salafiya est la voie du Prophète ‫ﷺ‬, celles de ses Compagnons, de leurs élèves et de
tous ceux qui les suivent. Une personne ne peut en sortir qu'avec un argument solide et
irréfutable, non pas par la passion, l'ego ou le diable.
5
Ayez pitié de la salafiya
Ayez pitié de la salafiya ! Nos prédécesseurs qui ont parlé sur les innovateurs et s'en
sont écartés étaient des exemples dans la compréhension de la religion et des modèles dans la
Sounna, l'ascétisme, la crainte d'Allah, le bon comportement, dans l'ordonnance du bien et
l'interdiction du mal, dans la lutte dans le sentier d'Allah, et dans toutes les branches du bien.
Soyez donc des salafis comme eux et ne limitez pas cette voie dans un de ses aspects sans
les autres et ne penchez pas vers l'une de ses pratiques en négligeant les autres.
Lisez les biographies des imams de la critique et de l'agrément comme Chou'ba,
Soufyâne, abd Rahmân ibn Mahdy, Yahiya ibn Sa'îd, Yahiya ibn Ma'îne, Ahmed, Ishâq et les
autres.
Méditez sur la puissance et la fierté de ces générations. Réfléchissez sur leur savoir et
leur pratique. Arrêtez-vous sur leur compréhension et leur sagesse. Puisez de leur ascétisme et
leur crainte d'Allah. C'est comme cela que vous serez de vrais musulmans sur la voie des
salafs.
Ayez pitié de la salafiya ! Et apprenez à évaluer les règles relatives aux lieux et aux
époques, ce qu'il est permis de dire et ce qui ne l'est pas, quelles sont les priorités. Et vous
n'atteindrez ce niveau que par :
1) la force de la science.
2) et une raison aiguisée.
Puis défendez l'Islam et la Sounna dans son ensemble ! N'évoquez pas un mal caché et
inconnu alors qu'une turpitude bien plus grande est commise aux yeux de tous. Ne parlez pas
d'une innovation minime alors qu'une plus grave est répandue. Ne mentionnez pas un inconnu
alors qu'un autre célèbre commet des calamités.
Ayez pitié de la salafiya ! Allah nous dit : « Ô vous qui avez cru ! Rentrez
complètement dans la religion » (4). Prenez donc la religion dans sa globalité et soyez des
sentinelles qui la défendent de toutes parts.
Nous voulons un salafi qui connaisse parfaitement la jurisprudence et qui l'enseigne aux
gens avec la méthodologie des pieux prédécesseurs.
Nous voulons un orateur salafi qui fait frémir les cœurs des gens les exhorte à craindre
d'Allah, et à accéder au Paradis, avec science et selon la Sounna.
Nous voulons un salafi qui se consacre exclusivement à défendre la religion, à réfuter les
allégations des imposteurs, les fausses interprétations des ignorants et des extrémistes, avec
science et selon la Sounna.
Nous voulons un éducateur salafi qui s'occupe des affaires familiales, des préoccupations
de la femme musulmane, et des problèmes des jeunes, en leur donnant de bonnes orientations,
avec science et selon la Sounna.
Nous voulons dans chaque sphère de la société des hommes qui œuvrent avec science
et selon la Sounna.
Voilà la salafiya que nous voulons...
Ayez pitié de la salafiya ! Nous sommes lassés de toute cette division et cette
divergence, cet éloignement et cette hostilité. Allah a fait de vous des serviteurs qui sont
censés être des frères. Soyez miséricordieux les uns envers les autres. Annoncez de bonnes
choses et ne faites pas fuir, facilitez les choses et ne les rendez pas compliquées, entraidezvous et ne vous disputez pas. Voici la recommandation de votre Prophète Mouhammed ‫ ﷺ‬à
tout salafi véridique.
(4) Verset 208, chapitre 2.
Badr al Uteibi
6
Pour finir, peu m'importe de savoir que ce message réjouira un ikhwany égaré et aux
aguets, ou un souroury arrogant, un khârijy malade, un tablighy qui ne comprend rien, ou
même un ach'ary perdu, un râfidy haïssable, ou encore un libéral réprouvé.
Nous ne faisons pas partie d'une secte au sein de laquelle les décisions sont prises sous la
table et les projets sont établis en secret.
Ma religion c'est la voie des pieux prédécesseurs, et c'est elle que je défends. Je suis
soucieux de mes frères salafis, et mon propos concerne les erreurs commises par certains, afin
de corriger, de réformer et d'éduquer. Et dans le but de préserver la voie des salafs de ce qui
n'en fait pas partie, et qui lui est faussement attribué.
Ce que j'ai écrit est un remède avec la volonté d'Allah. Et l'un des remèdes légaux est la
cautérisation (brûlure des plaies). Il se peut que ce soit donc une brûlure (qui fait mal à
entendre) mais qui sera suivie de la guérison.
Que les prières (éloges) et les salutations d'Allah soient sur notre Prophète Mouhammed,
sur sa famille et l'ensemble de ses Compagnons.
Louange à Allah par la grâce Duquel les bonnes actions sont accomplies et achevées.