Coûts des services à large bande (ADSL et câble modem

Commentaires

Transcription

Coûts des services à large bande (ADSL et câble modem
Département fédéral de l’Environnement, des
Transports, de l’Énergie et de la Communication DETEC
Office fédéral de la communication OFCOM
Division services de télécommunication
Bienne, août 2007
Coûts des services à large bande (ADSL et
câble modem) : comparatif et évolution
Méthodologie et résultats (2001-2006)
Table des matières
1 Introduction
2 Cadre analytique et méthodologies appliquées
2.1 Champ d’investigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.1.1 Acteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.1.2 Période . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.1.3 Services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.1.4 Caractéristiques des produits . . . . . . . . . . . . . . .
2.1.5 Profil de consommation : volume et durée d’usage . . .
2.2 Méthodologies appliquées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2.1 Méthodologie des coûts réels . . . . . . . . . . . . . . .
2.2.2 Méthodologie de la normalisation des coûts par les débits
2.3 Analyse évolutive et indice de Laspeyres . . . . . . . . . . . . .
3
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
3
3
3
4
4
4
5
5
6
6
7
3 Résultats
3.1 Les coûts réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2 Les coûts normalisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7
7
9
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
4 Conclusions
11
Références
13
A Produits considérés (2001-2006)
14
B Résultats exprimés en CHF, périodes 2001-2006
B.1 Les coûts réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
B.2 Les coûts normalisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15
15
15
Liste des tableaux
1
2
3
4
5
6
7
8
Opérateurs considérés selon les périodes d’observation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Limites inférieures des débits pour la considération du produit dans l’analyse . . . . . . . . . .
Volume et durée de la consommation d’un usager moyen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Indices des coûts mensuels réels des services à large bande les meilleur marché par opérateur
(100 = indice pondéré de la période 2001) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Indices des coûts mensuels des services à large bande les meilleur marché par opérateur, normalisés par les débits (100 = indice pondéré de la période 2001) . . . . . . . . . . . . . . . .
Produits considérés pour les périodes 2001-2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Coûts mensuels réels en CHF des services large bande les meilleur marché par opérateur . . .
Coûts mensuels en CHF des services large bande les meilleur marché par opérateur, normalisés
par les débits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
4
5
9
11
14
15
15
Table des figures
1
2
3
Indices des coûts mensuels réels des services à large bande les meilleur marché par opérateur
(100 = indice pondéré de la période 2001) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Indices des coûts mensuels des services à large bande les meilleur marché par opérateur, normalisés par les débits (100 = indice pondéré de la période 2001) . . . . . . . . . . . . . . . .
Coûts des services à large bande d’un usager moyen exprimés en CHF et débits des offres
correspondantes exprimés en Mbit/s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8
10
12
Synthèse
Entre 2001 et 2006, un client moyen a, en théorie, économisé 39% sur sa facture pour des débits presque
6 fois supérieurs. En 2001 et 2002, la concurrence a surtout joué sur les prix. Dans les deux années suivantes,
elle a concerné à la fois les prix et les débits. Depuis 2005, l’enjeu de la concurrence entre les opérateurs porte
surtout sur les débits. Dans la période sous étude, l’impulsion pour l’évolution des prix et des débits est presque
toujours venue des câblo-opérateurs, en l’occurrence Cablecom.
Comparaison élargie en 2006
Pour la période entre 2001 et 2005, l’étude compare les prestations de Swisscom et de Cablecom. Elle
constate que les écarts entre les prix pratiqués par les deux concurrents ne sont pas très importants : les
produits de Cablecom sont au maximum 8% moins chers que ceux de Swisscom. Pour 2006, la comparaison
est élargie à 4 autres opérateurs (sunrise, Tele2, ImproWare et QuickLine). L’offre la meilleur marché (Tele2)
est 20% moins chère que la plus onéreuse, soit celle d’ImproWare qui propose toutefois des débits trois fois
plus élevés.
Dynamisme grâce à la libéralisation du dernier kilomètre
La concurrence sur les prix des services à large bande semble s’essouffler depuis 2004. Les opérateurs préfèrent en effet jouer sur l’évolution des débits avec des conséquences moindres sur leurs résultats financiers.
Toutefois, le marché ADSL devrait connaître un regain de dynamisme à l’avenir : le dégroupage de la boucle
locale, introduit en avril 2007, va permettre aux concurrents de Swisscom de proposer de nouveaux services,
sans dépendre des offres de base de l’opérateur historique.
L’étude consacrée à l’évolution des prix de la large bande pour l’accès à Internet, réalisée par l’OFCOM,
couvre une période de six ans, soit de 2001 à 2006. Elle se base sur l’analyse de l’offre la moins chère pour
chaque opérateur. Un indice, qui calcule le coût théorique de chaque service si le débit était toujours de 1
Mbit/s, met en lumière le fait que Cablecom offre toujours le meilleur rapport coûts / performances. Cette
différence provient du fait que les cablô-opérateurs disposent d’une bande passante théoriquement plus large
et donc d’une plus grande liberté pour l’augmentation des débits.
1
Introduction
L’objectif de cette étude est de montrer de manière objective et représentative l’évolution dans le temps
du coût des services à large bande (ADSL et câble modem) pour le consommateur suisse. Un seul panier de
consommation a été développé, reflétant la structure de consommation d’un usager qualifié de moyen. Pour
établir le coût du panier selon l’opérateur choisi par le client, seule l’offre la plus avantageuse proposée par
chaque opérateur pour le profil de consommation considéré a été retenue. L’information est ensuite synthétisée
en calculant un indice pondéré par les parts de marché des différents opérateurs. Afin de compléter l’analyse,
une méthode normalisant les coûts par les débits offerts est aussi présentée même si elle ne reflète en aucune
manière la réalité budgétaire des usagers.
Trois parties composent ce document. La première expose le cadre analytique et les méthodologies appliquées. La deuxième décrit et commente les résultats obtenus selon les deux méthodes retenues, pour les
différents opérateurs ainsi que pour l’indice pondéré. Finalement, la troisième partie présente les principaux
enseignements que nous pouvons tirer de l’analyse.
2
2.1
2.1.1
Cadre analytique et méthodologies appliquées
Champ d’investigation
Acteurs
L’analyse pour 2006 se base, dans la mesure du possible et pour chaque technologie, sur les trois fournisseurs de services à large bande qui dominent leur marché respectif (ADSL ou câble modem) du point de vue
3
du nombre d’abonnés. Dans cette perspective, une certaine représentativité est garantie.
Pour les années allant de 2001 à 2005, seul l’opérateur le plus important sur chacun des deux marchés est
retenu, soit Swisscom et Cablecom.
Le tableau suivant présente les opérateurs considérés pour chaque période d’observation.
Services
2001-2005
ADSL
Swisscom
Câble modem
Cablecom
2006
Swisscom
Sunrise
Tele2
Cablecom
Improware
Quickline
Tab. 1: Opérateurs considérés selon les périodes d’observation
2.1.2
Période
La période d’observation correspond aux trente et un jours du mois d’août de l’année considérée. Ce choix
se justifie, car cette période coïncide d’une part avec la période de comparaison utilisée par la Commission
européenne dans l’annexe de son rapport sur la mise en oeuvre de la réglementation de l’Union européenne en
matière de communications électroniques et d’autre part avec la période de comparaison utilisée par l’OFCOM
pour ses indices de prix des services de téléphonie fixe et mobile. Le cas échéant, il est ainsi possible de faire
des comparaisons entre les pays et les services.
2.1.3
Services
L’étude porte conjointement sur les services qui offrent un accès haut débit à Internet, soit par la technologie ADSL, soit par la technologie câble modem.
Pour que l’analyse soit représentative du marché, le débit descendant du service qui compte le plus de
clients a été fixé comme valeur plancher. En conséquence, les services proposant des débits inférieurs à cette
limite ont été écartés de l’analyse. Pour les débits ascendants, la même démarche a été adoptée. La liste
complète des services considérés dans l’analyse peut être consultée dans l’annexe A.
Le tableau suivant présente les limites utilisées pour chaque période.
Année
2001
2002
2003
2004
2005
2006
Débit
descendant
(en Mbit/s)
Débit
ascendant
(en Mbit/s)
0.256
0.256
0.300
0.500
0.600
2.000
0.064
0.064
0.050
0.100
0.100
0.100
Tab. 2: Limites inférieures des débits pour la considération du produit dans l’analyse
2.1.4
Caractéristiques des produits
L’analyse des accès à large bande ADSL et câble modem inclut les éléments tarifaires suivants :
– Les frais d’installation ou d’enregistrement du service. Toutes les charges supplémentaires apparentées
sont incluses dans le cas où elles s’appliquent. L’option la meilleur marché sera retenue par défaut
4
–
–
–
–
–
(normalement l’installation par ses propres moyens, c’est-à-dire sans débours pour l’usager), bien que les
options nécessitant les compétences d’un ingénieur puissent être considérées ;
Les charges mensuelles d’abonnement pour la fourniture du service ADSL ou câble modem. Le prix du
raccordement à la ligne d’abonnés RTPC ou éventuellement au câble n’est pas considéré dans l’analyse ;
Les charges devant être payées à l’opérateur historique comme partie standard du service haut débit
(charge de transport), dans les cas où elles s’appliquent ;
Les charges supplémentaires de location ou d’achat (amortissement sur 3 ans) du modem ou du routeur,
si elles s’appliquent. L’option la meilleur marché est retenue ;
Les charges du fournisseur de services Internet pour l’accès à Internet (si elles sont différentes de celles
exigées par le fournisseur du service ADSL ou câble modem) ;
Les charges associées au dépassement des limites fixées par l’opérateur, si elles s’appliquent. En effet,
dans certains cas, une limite est imposée sur l’usage du service large bande qui affecte directement son
coût. Dans de tels cas, et à moins que le service ne s’arrête automatiquement en cas de dépassement,
l’usager est taxé pour la consommation supplémentaire. Dans la pratique, cette limite est fixée soit par
le volume de données transférées (usuellement mesuré en Gbit), soit par le temps de connexion alloué.
On notera que les deux types de mesures sont actuellement proposés sur le marché suisse.
Dans les tableaux présentant les résultats en CHF (voir annexe B), les charges d’installation ou d’enregistrement sont additionnées et présentées en tant que charges non récurrentes. Les charges mensuelles
d’abonnement et les éventuelles charges supplémentaires apparentées sont présentées en tant que charges
récurrentes. Sont incluses dans cette même catégorie, toutes charges relatives à l’utilisation d’un modem ou
routeur, si elles s’appliquent. Les charges supplémentaires découlant du dépassement d’une limite d’usage fixée
par l’opérateur sont intégrées sous l’appellation charges d’usage.
Les charges supplémentaires de transport relatives à l’opérateur historique ont été uniquement prises en
considération dans les cas où il est certain qu’elles s’appliquent, ce qui n’apparaît pas toujours clairement dans
les publicités de certains fournisseurs. Pour les opérateurs qui n’utilisent pas leur propre réseau de transport et
qui incluent ces charges directement dans leur prix, aucune charge supplémentaire n’a été considérée.
2.1.5
Profil de consommation : volume et durée d’usage
Dans le but de refléter le comportement des usagers, un profil de consommation doit être défini. Généralement, deux approches sont considérées. La première se base sur le volume de données transférées, la seconde
considère la durée d’utilisation du service.
Ces approches peuvent apparaître aujourd’hui obsolètes puisqu’une large majorité des opérateurs suisses
commercialisent, depuis la période 2002 déjà, un très grand nombre de produits offrant un volume ou une durée
d’usage illimitée, même s’il reste des services pour les petits usagers qui dépendent de limitations d’usage.
Cependant, par souci de comparaison avec les produits de 2001, deux mesures de l’usage ont été définies,
lesquelles correspondent aux valeurs suivantes :
Type de
consommation
Mesure
Volume de données
Durée de l’usage
3 Gbit par mois (chaque session dure 60 minutes)
40 heures par mois (chaque session dure 60 minutes)
Tab. 3: Volume et durée de la consommation d’un usager moyen
2.2
Méthodologies appliquées
L’étude présente l’évolution des prix des services à large bande selon deux méthodes distinctes : les coûts
réels de l’offre la meilleur marché quel que soit le débit, mais pour autant qu’il atteigne le plancher préalablement défini, et les coûts normalisés par un débit commun de l’offre la meilleur marché. Les perspectives de
comparaison étant différentes, il est opportun de clarifier ces méthodes et leurs implications respectives.
5
2.2.1
Méthodologie des coûts réels
Cette approche traduit la réalité budgétaire de l’usager et, en ce sens, correspond précisément à
ce que l’on attend d’un indice de prix.
Cette méthode s’attache à indexer dans le temps le coût des services à large bande de manière aussi réaliste
que possible, c’est-à-dire en décrivant l’évolution des montants dépensés par l’usager qui ont un effet direct
sur son budget. L’objectif est de montrer comment les coûts des services à large bande les plus populaires
évoluent dans le temps.
En raison des différences de caractéristiques entre les produits commercialisés, il est primordial de connaître
précisément les spécificités de ces derniers et, en particulier, les débits offerts. Le coût le plus avantageux sera
donc présenté de pair avec les débits offerts, de manière à ce que le lecteur puisse évaluer les caractéristiques
du service par rapport à sa valeur monétaire.
Cette méthode de comparaison présente les spécificités suivantes :
– Les coûts ne sont pas directement comparables tels quels. Le lecteur doit prendre en considération les
débits offerts et trouver les produits dont la combinaison coûts/débits permet de faire une comparaison
judicieuse ;
– Les produits offrant les débits les plus bas se distinguent normalement par des coûts plus avantageux. En
d’autres termes, les services proposant les débits les plus bas seront favorisés lorsqu’il s’agira de retenir
le produit le meilleur marché de l’opérateur.
2.2.2
Méthodologie de la normalisation des coûts par les débits
Cette approche ne traduit pas la réalité budgétaire de l’usager et s’écarte ainsi de ce qu’un indice
de prix est censé refléter.
Afin d’enrichir et de compléter les résultats trouvés à l’aide de la méthode des coûts réels décrite plus haut,
nous utilisons également la méthode des coûts normalisés. Puisque les fournisseurs de services à large bande
commercialisent des offres ayant des débits très différents, la normalisation des coûts par les débits devient
un outil très utile pour faire une comparaison entre produits, car elle a l’avantage de présenter des prix comparables pour l’ensemble des offres considérées. La mesure choisie est le coût normalisé à un débit de 1 Mbit/s.
Le coût normalisé se calcule de la manière suivante :
1. Tout d’abord, il convient d’additionner les débits montant et descendant pour obtenir un débit total (par
exemple, 0.064 Mbit/s montant et 0.256 Mbit/s descendant donnent un débit total de 0.320 Mbit/s) ;
2. Ensuite, toutes les charges sont agrégées, soit les charges non récurrentes (les frais d’installation ou
d’enregistrement), les charges récurrentes (la charge mensuelle d’abonnement et les charges pour le
modem ou routeur) et finalement les charges d’usage (les charges qui s’appliquent lorsque l’usager
dépasse les limites de consommation fixées par l’opérateur) ;
3. Le coût total calculé en (2) est divisé par le débit total trouvé en (1). Le résultat est multiplié par 1.024
afin d’obtenir le coût correspondant du débit de 1 Mbit/s.
Les conséquences de la normalisation sont les suivantes :
– Puisque le coût mensuel par unité (c’est-à-dire pour 1 Mbit/s) décroît à mesure que le débit croît, les
produits offrant les débits les plus importants seront favorisés lors du choix du service le meilleur marché.
À l’inverse, les produits offrant de bas débits auront tendance à être moins attractifs ;
– Les coûts présentés ne correspondent pas aux coûts mensuels réels incombant à l’usager. Vouloir faire le
chemin inverse (c’est-à-dire connaître les coûts réels à partir des coûts normalisés) nécessite la connaissance des informations relatives aux débits considérés pour chaque produit.
6
2.3
Analyse évolutive et indice de Laspeyres
Analyser de manière évolutive les coûts incombant aux usagers suppose la mise en place de séries temporelles. L’optique choisie consiste à établir un profil de consommation qui reste identique au fil du temps et à
suivre l’évolution de son coût.
Rappelons qu’en langage statistique, cette perspective analytique correspond à un indice de Laspeyres1 ,
dont la formule générale pour un indice de prix indexé à la période de base est la suivante :
n
X
ILaspeyres := I t =
qi0 p0i
i=1
n
X
pti
p0i
qi0 p0i
i=1
Les résultats qui seront présentés ci-après revêtent dans la plupart des cas la forme d’indices. La période de
référence, qui équivaut à 100, correspond à celle de l’instauration des dernières modifications dans la structure
des paniers, soit dans le présent rapport, à l’année 2001. L’analyse présente les résultats relatifs aux produits
des différents opérateurs retenus, pondérés par leurs parts de marché respectives à chaque période2 . Dans
l’annexe B, les résultats sont exposés en valeurs (en CHF).
3
Résultats
Les sous-sections suivantes exposent, selon deux méthodes distinctes, l’évolution pour chaque opérateur
de l’offre la plus attractive en termes de coût pour le profil de consommation retenu. Les résultats
sont présentés sous forme d’indice (100 = indice pondéré de la période de référence, soit 2001). Au besoin,
dans l’annexe B, le lecteur pourra consulter le coût exprimé en CHF de l’ensemble des produits considérés,
ventilé selon les types de frais qui le constituent, soit les charges non récurrentes, les charges récurrentes et
les charges d’usage.
Les résultats sont chaque fois interprétés sous deux angles : les différences en termes de coûts entre les
opérateurs et l’évolution de l’indice.
3.1
Les coûts réels
Rappel : cette approche traduit la réalité budgétaire de l’usager et en ce sens correspond précisément à ce que l’on attend d’un indice de prix.
La figure 1 et le tableau 4 présentent l’évolution depuis 2001 des indices représentant les coûts mensuels
correspondant à la consommation d’un usager moyen chez chaque opérateur. Le lecteur trouvera les coûts non
indexés de ces offres pour toutes les périodes analysées dans l’annexe B.1.
1 L’indice suisse des prix à la consommation calculé par l’Office fédéral de la statistique (comme l’indice des prix à la production
et à l’importation) est aussi un indice de Laspeyres.
2 L’indicateur utilisé est le nombre d’abonnés actifs détenus par les opérateurs, tous produits confondus, à la fin du mois de
décembre de l’année précédente.
7
100
80
60
Index (weighted average)
Swisscom
Cabelcom
Improware
Tele2
Sunrise
Quickline
40
20
0
2001
2002
2003
2004
2005
2006
Fig. 1: Indices des coûts mensuels réels des services à large bande les meilleur marché par opérateur (100 = indice
pondéré de la période 2001)
On peut constater en premier lieu que les écarts entre l’indice de Swisscom et celui Cablecom sont pour
ainsi dire inexistants, à l’exception de la période 2001. La différence notable de 2001 s’explique par l’inclusion
de la location du modem dans l’offre standard de Cablecom alors que dans celle de Swisscom le matériel était
en supplément. Mise à part cette période, l’écart de coût le plus grand entre ces deux opérateurs concerne les
périodes 2004, 2005 et 2006 où il s’élève à environ 8% au bénéfice des usagers de Cablecom (CHF 45 contre
49). Néanmoins, le comportement des usagers semble très statique à cet égard. Le fait que très peu d’usagers
changent d’opérateurs témoigne de coûts de transactions importants, pour un bénéfice comptable relativement
faible. De surcroît, une très grande majorité d’opérateurs obligent les futurs usagers à contracter en parallèle
un service de présélection téléphonique qui rend la migration moins intéressante pour certains d’entre eux. À
cela s’ajoutent les craintes dues aux éventuelles ruptures de service qui peuvent survenir lors du passage à une
technologie alternative.
S’agissant de la période 2006 qui intègre les principaux concurrents sur chaque segment de marché (ADSL
et câble modem), nous pouvons constater une divergence dans la manière dont les opérateurs dominants
mènent leur politique tarifaire. Sur le marché de l’ADSL, on remarque que les concurrents de Swisscom commercialisent un produit moins coûteux (-10% dans le cas de Tele2) ou d’une valeur égale (chez Sunrise) à
ce que facture l’opérateur historique. L’écart avec Tele2 est exclusivement dû à la charge d’abonnement qui
est moins onéreuse. Ce constat est inverse sur le marché de l’Internet par câble modem puisque Cablecom est
l’opérateur proposant l’offre la meilleur marché (moins chère de 6% par rapport à celle de Quickline et de 18%
par rapport à celle d’Improware). Ces différences s’expliquent par les charges récurrentes moins onéreuses, mais
aussi par la présence de charges d’installation chez Improware, alors qu’elles sont offertes par les deux autres
opérateurs. Il est aussi à noter que le produit d’Improware offre une bande passante largement plus importante
(supérieure de plus de deux fois au débit de Swisscom, par exemple).
8
Année
2001
2001
2001
2002
2002
2002
2003
2003
2003
2004
2004
2004
2005
2005
2005
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
Accès
adsl
cable
cable
adsl
cable
adsl
adsl
cable
adsl
cable
cable
adsl
adsl
cable
cable
adsl
Fournisseur
Bluewin
Indice
Cablecom
Cablecom
Indice
Bluewin
Cablecom
Indice
Bluewin
Bluewin
Indice
Cablecom
Bluewin
Indice
Cablecom
ImproWare
Bluewin
Sunrise
QuickLine
Indice
Cablecom
Tele2
Service
Broadway ADSL 256
Débits (up/down)
64 / 256
Highspeed Basic
Highspeed Basic
64 / 256
64 / 256
Broadway ADSL 256
Highspeed 300
64 / 256
100 / 300
Broadway ADSL 300
Bluewin ADSL 600/100
50 / 300
100 / 600
Highspeed 500
Bluewin ADSL 600/100
100 / 500
100 / 600
Highspeed 600
Economy
Bluewin ADSL 2000
Sunrise ADSL 2000
QuickLine 4000/200
100 / 600
400 / 4000
100 / 2000
100 / 2000
200 / 4000
Highspeed 3000
Tele2 Internet ADSL 2000
300 / 3000
100 / 2000
Indice
105.9
100.0
87.9
87.9
87.1
86.8
88.4
87.3
86.8
62.4
60.8
57.3
62.4
60.8
57.3
70.1
62.4
62.4
61.2
60.9
57.3
56.1
Tab. 4: Indices des coûts mensuels réels des services à large bande les meilleur marché par opérateur (100 = indice
pondéré de la période 2001)
En examinant l’évolution de l’indice, on peut observer qu’entre 2001 et 2006, le coût du service large
bande d’un usager moyen a diminué de 39%. Cette évolution peut être décomposée en deux phases baissières.
La première a pris place entre 2001 et 2002 (-13%) et est exclusivement expliquée par la remise à niveau
de Swisscom par rapport à son principal concurrent Cablecom qui affichait un prix d’abonnement plus bas
(-19%). La seconde phase baissière est le résultat de la concurrence à laquelle se sont livrés les opérateurs et
a eu lieu entre les périodes 2003 et 2004. Elle s’illustre par une diminution des coûts de 30% et s’explique par
la disparition des charges non récurrentes (les charges d’installation ou d’enregistrement et les charges pour
le modem ou le routeur). Les opérateurs ont ainsi tenté de limiter les coûts de transactions. La période 2004
correspond aussi à la première réelle augmentation des débits depuis 2001.
Par la suite, l’évolution de l’indice reste stable. La concurrence s’est généralement illustrée à travers des
stratégies de changements de débits offerts aux consommateurs. Entre 2005 et 2006, les débits descendants
proposés par Swisscom ont augmenté de 0.6 à 2 Mbit/s, ceux de Cablecom, de 0.6 à 3 Mbit/s, pour un tarif
inchangé dans les deux cas. Notons encore que l’impulsion en matière de hausse des débits et de baisse des
tarifs est presque toujours venue de Cablecom, Swisscom se contentant généralement d’opérer une mise à
niveau.
3.2
Les coûts normalisés
Rappel : cette approche ne traduit pas la réalité budgétaire de l’usager et s’écarte ainsi de ce
qu’un indice de prix est censé refléter. Cet indice correspond à l’évolution du coût d’un débit de 1
Mbit/s.
La figure 2 et le tableau 5 présentent l’évolution depuis 2001 des indices représentant les coûts mensuels
normalisés par les débits offerts pour un usager moyen chez chaque opérateur. Le lecteur trouvera les coûts
non indexés de ces offres pour toutes les périodes analysées dans l’annexe B.2.
9
100
80
60
Index (weighted average)
Swisscom
Cabelcom
Improware
Tele2
Sunrise
Quickline
40
20
0
2001
2002
2003
2004
2005
2006
Fig. 2: Indices des coûts mensuels des services à large bande les meilleur marché par opérateur, normalisés par les débits
(100 = indice pondéré de la période 2001)
Comme on pouvait s’y attendre, le coût normalisé à un débit de 1 Mbit/s a très fortement diminué. L’indice
a en effet chuté de 90% entre 2001 et 2006. Cette réalité n’est pourtant pas étonnante puisque les débits
agrégés (ascendants + descendants) sont passés de 0.640 Mbit/s en 2001 a (au minimum) 3.3 Mbit/s en
2006, soit environ 5 fois plus, impliquant une diminution minimum d’à peu près 80%.
En 2003, le produit le meilleur marché retenu chez Cablecom correspond à une offre dont les débits sont
de très loin inférieurs à ceux proposés par Swisscom. Ce constat pourrait surprendre, sachant que les produits
avec de gros débits sont en général favorisés par la méthode. Il s’agit là d’un cas particulier où la performance
du produit de 0.6 Mbit/s était à peu de choses près meilleure que celle du produit de 2 Mbit/s.
La très forte diminution qui a eu lieu entre 2003 et 2004 (-70%) doit s’examiner selon deux perspectives qui
sous-tendent une même logique. On peut tout d’abord comprendre ce phénomène par une forte augmentation
des débits pour un coût qui stagne ou, de manière inverse, par une forte diminution du coût pour des débits
qui stagnent. La conséquence de ces deux approches est la même, à savoir la baisse du coût du débit de 1
Mbit/s. En l’occurrence, c’est l’effet cumulé d’une baisse de prix et d’une augmentation des débits qui explique
cette forte chute.
À la différence de la méthode des coûts réels, cette approche permet de faire des comparaisons très pertinentes des coûts des services à large bande. Ainsi, on peut aisément remarquer que les câblo-opérateurs
proposent, à toutes les périodes considérées, un coût du Mbit/s moins important que leurs concurrents. Cet
avantage s’explique principalement par les débits plus importants offerts aux clients même si, à certaines périodes, c’est le coût du produit qui fait la différence. À ce propos, il convient de ne pas perdre de vue que les
câblo-opérateurs possèdent un avantage comparatif non négligeable sur leurs concurrents puisque leur support
(le CATV) peut théoriquement offrir des débits largement supérieurs, mais à la différence des usagers des
services ADSL, les clients des réseaux câblés sont souvent confrontés au partage de leur bande passante.
10
Année
2001
2001
2001
2002
2002
2002
2003
2003
2003
2004
2004
2004
2005
2005
2005
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
Accès
adsl
cable
adsl
cable
adsl
cable
adsl
cable
adsl
cable
adsl
adsl
adsl
cable
cable
cable
Fournisseur
Bluewin
Indice
Cablecom
Bluewin
Indice
Cablecom
Bluewin
Indice
Cablecom
Bluewin
Indice
Cablecom
Bluewin
Indice
Cablecom
Bluewin
Sunrise
Tele2
Indice
Cablecom
ImproWare
QuickLine
Service
Broadway ADSL 512
Débits (up/down)
128 / 512
Highspeed Comfort
Broadway ADSL 2048
128 / 512
352 / 2048
Highspeed Power
Broadway ADSL 2048
256 / 2048
352 / 2048
Highspeed 600
Bluewin ADSL 2400/200
200 / 600
200 / 2400
Hispeed 2000
Bluewin ADSL 2400/200
400 / 2000
200 / 2400
Hispeed 6000
Bluewin ADSL 3500
Sunrise ADSL 3500
Tele2 Internet ADSL 3500
600
300
300
200
Hispeed 3000
Premium
QuickLine 7000/300
300 / 3000
500 / 8000
300 / 7000
/
/
/
/
6000
3500
3500
3500
Indice
108.8
100.0
81.7
76.5
74.2
69.5
76.5
73.0
65.7
23.2
21.9
19.2
23.2
18.5
8.9
11.2
11.2
10.7
10.3
8.4
7.3
5.5
Tab. 5: Indices des coûts mensuels des services à large bande les meilleur marché par opérateur, normalisés par les
débits (100 = indice pondéré de la période 2001)
4
Conclusions
Cette étude avait pour vocation d’examiner l’évolution temporelle (2001-2006) du coût des services à large
bande commercialisés par les principaux opérateurs suisses. À ce titre, nous avons décidé d’analyser le comportement d’un usager moyen, et par voie de conséquence de l’ensemble des produits dont les débits sont égaux
ou supérieurs aux offres les plus populaires (en termes de parts de marché clients) chez chaque opérateur.
Seule l’offre la meilleur marché a été retenue chez chaque opérateur. Une pondération a ensuite été effectuée
pour construire l’indice.
Même si elle ne prend pas directement en considération les différences de débits, la méthode des coûts
réels a l’avantage de refléter précisément la réalité budgétaire de l’usager. Plusieurs constatations peuvent être
tirées des résultats ainsi obtenus.
– L’impulsion en matière de hausse des débits et de baisse des tarifs est presque toujours venue de Cablecom, Swisscom se contentant souvent d’une simple mise à niveau.
– De 2001 à 2006, les écarts séparant les coûts des produits retenus chez Swisscom et Cablecom ne sont
pas très importants. Au maximum, la différence atteint 8% (périodes 2004, 2005 et 2006) à l’avantage
des produits de Cablecom.
– La période 2006 inclut quatre opérateurs supplémentaires, à savoir les deux principaux concurrents des
deux acteurs dominants dans leur secteur respectif. La différence entre l’offre la meilleur marché (Tele2)
et la plus onéreuse (Improware) s’élève à -20%. Le produit d’Improware propose cependant des débits
de plus de deux fois supérieurs.
– Entre 2001 et 2006, un usager moyen a en théorie économisé 39% sur sa facture pour des débits agrégés
(débits ascendants + descendants) près de 6 fois supérieurs.
– Comme le montre la figure 3, la concurrence a joué sur trois niveaux. Une concurrence sur les prix (20012002), une concurrence combinée au niveau des coûts et des débits (entre 2003 et 2004), et enfin une
concurrence sur les débits (entre 2005 et 2006). Les autres périodes sont caractérisées par des stratégies
d’attente et de non-intervention.
11
2.0
60
1.5
40
Cost of broadband service in CHF (weighted average)
Upload+download bitrates in Mbit/s (weighted average)
1.0
20
0.5
0
Upload+download bitrates in Mbit/s (weighted average)
Cost of broadband service in CHF (weighted average)
2.5
80
0.0
2001
2002
2003
2004
2005
2006
Fig. 3: Coûts des services à large bande d’un usager moyen exprimés en CHF et débits des offres correspondantes
exprimés en Mbit/s
La méthode des coûts normalisés a été ajoutée afin de compléter l’analyse. Même si elle a l’avantage de
rendre comparables les nombreux produits ayant des débits différents, elle n’est pas en mesure de décrire la
réalité budgétaire d’un usager.
Cette méthode permet de faire la démonstration que, pour toutes les périodes considérées, les coûts de
l’ensemble des produits commercialisés par les câblo-opérateurs se situent systématiquement en dessous des
coûts affichés par leurs concurrents ADSL. En d’autres termes, les câblo-opérateurs proposent des produits qui
affichent un meilleur rapport coûts/performances. Cette situation peut s’expliquer par l’avantage comparatif
détenu par ces derniers en matière de bande passante théorique qui est à leur disposition. Cet atout autorise
une plus grande liberté d’action puisque, sans grands investissements supplémentaires, les débits peuvent être
augmentés.
Les différentes constatations sur l’évolution des coûts et des débits permettent de mettre en lumière
l’existence en Suisse d’une certaine concurrence même si son impact sur les coûts semble s’être atténué depuis
2004, les coûts étant restés inchangés. Depuis cette période, les opérateurs semblent préférer la concurrence
sur les débits à celle sur les prix, puisque l’effet sur leurs résultats financiers est certainement moindre. À la suite
de l’entrée en vigueur du dégroupage de la boucle locale en avril 2007, un dynamisme nouveau devrait voir le
jour sur le marché ADSL, et par voie de conséquence sur l’ensemble du marché. La nouvelle réglementation va
permettre aux concurrents de Swisscom de commercialiser de services innovants qui seront cette fois dissociés
des offres de gros de Swisscom auxquelles ils étaient contraints de recourir pour faire de la revente aux usagers.
12
Références
Cablecom. Internet. http://www.cablecom.ch.
Didier et Nicole Divorne. Internet. http://www.allo.ch.
Improware. Internet. http://www.improware.ch.
Quickline. Internet. http://www.quickline.ch.
Swisscom AG. Internet. http://www.swisscom.com.
TDC Schweiz AG. Internet. http://www.sunrise.ch.
Tele2 AG. Internet. http://www.tele2.ch.
Teligen. Teligen T-Basket. Internet. http://www.teligen.com.
Teltarif.de Onlineverlag GmbH. Internet. http://www.teltarif.ch.
13
A
Produits considérés (2001-2006)
Année
2001
2001
2001
2001
2002
2002
2002
2002
2002
2002
2002
2002
2003
2003
2003
2003
2003
2003
2003
2003
2003
2003
2003
2004
2004
2004
2004
2004
2004
2004
2005
2005
2005
2005
2005
2005
2005
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
2006
Accès
cable
cable
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
cable
cable
cable
cable
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
cable
cable
cable
cable
adsl
adsl
adsl
cable
cable
cable
cable
adsl
adsl
adsl
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
cable
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
adsl
Fournisseur
Cablecom
Cablecom
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Cablecom
Cablecom
ImproWare
ImproWare
ImproWare
ImproWare
ImproWare
ImproWare
ImproWare
ImproWare
QuickLine
QuickLine
QuickLine
QuickLine
QuickLine
QuickLine
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Bluewin
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Sunrise
Tele2
Tele2
Tele2
Tele2
Tele2
Tele2
Service
Hispeed Basic
Hispeed Comfort
Broadway ADSL 256
Broadway ADSL 512
Broadway ADSL 256
Broadway ADSL 512
Broadway ADSL 1024
Broadway ADSL 2048
Hispeed Basic
Hispeed Comfort
Hispeed Proline
Hispeed Power
Broadway ADSL 300
Broadway ADSL 600
Broadway ADSL 1024
Broadway ADSL 2048
GateWay ADSL 600
GateWay ADSL 1024
GateWay ADSL 2048
Hispeed 300
Hispeed 600
Highspeed 1000
Highspeed 2000
Bluewin ADSL 600/100
Bluewin ADSL 1200/200
Bluewin ADSL 2400/200
hispeed 500
hispeed 1000
hispeed 2000
hispeed 3000
Bluewin ADSL 600/100
Bluewin ADSL 1200/200
Bluewin ADSL 2400/200
hispeed 600
hispeed 1000
hispeed 2000
hispeed 6000
Hispeed 3000
Hispeed 4000
Hispeed 6000
Standard
Economy
Premium
Power
Light
Economy
Premium
Power
QuickLine 4000/200
QuickLine 7000/300
QuickLine 10000/300
QuickLine Business 3000/600
QuickLine Business 6000/600
QuickLine Business 2500/2500
Bluewin ADSL 2000
Bluewin ADSL 3500
Bluewin ADSL 5000
DSL Professional 2000/100
DSL Professional 3500/300
DSL Professional 5000/300
DSL Professional 4000/600
DSL Professional 6000/600
Sunrise ADSL 2000
Sunrise ADSL 3500
Sunrise ADSL 5000
Sunrise business ADSL light 2000/100
Sunrise business ADSL light 3500/300
Sunrise business ADSL light 5000/300
Sunrise business ADSL light 4000/600
Sunrise business ADSL light 6000/600
Sunrise business ADSL premium ADSL
Sunrise business ADSL premium ADSL
Sunrise business ADSL premium ADSL
Sunrise business ADSL premium ADSL
Tele2 Internet ADSL 2000
Tele2 Internet ADSL 3500
Tele2 Internet ADSL 5000
Tele2 Internet ADSL 2000
Tele2 Internet ADSL 3500
Tele2 Internet ADSL 5000
2000/100
3500/300
5000/300
4000/600
Débits (up/down)
64 / 256
128 / 512
64 / 256
128 / 512
64 / 256
128 / 512
256 / 1024
352 / 2048
64 / 256
128 / 512
256 / 1024
256 / 2048
50 / 300
100 / 600
256 / 1024
352 / 2048
512 / 512
512 / 1024
512 / 2048
100 / 300
200 / 600
256 / 1024
256 / 2048
100 / 600
200 / 1200
200 / 2400
100 / 500
200 / 1000
400 / 2000
800 / 3000
100 / 600
200 / 1200
200 / 2400
100 / 600
200 / 1000
400 / 2000
600 / 6000
300 / 3000
400 / 4000
600 / 6000
250 / 2000
400 / 4000
500 / 8000
500 / 10000
1000 / 10000
1000 / 10000
1000 / 10000
1000 / 10000
200 / 4000
300 / 7000
300 / 10000
600 / 3000
600 / 6000
2500 / 2500
100 / 2000
300 / 3500
300 / 5000
100 / 2000
300 / 3500
300 / 5000
600 / 4000
600 / 6000
100 / 2000
300 / 3500
300 / 5000
100 / 2000
300 / 3500
300 / 5000
600 / 4000
600 / 6000
100 / 2000
300 / 3500
300 / 5000
600 / 4000
100 / 2000
200 / 3500
200 / 5000
500 / 2000
500 / 3500
500 / 5000
Tab. 6: Produits considérés pour les périodes 2001-2006
14
B
Résultats exprimés en CHF, périodes 2001-2006
B.1
Les coûts réels
Année
Accès
Fournisseur
Service
2001
2001
2002
2002
2003
2003
2004
2004
2005
2005
2006
2006
2006
2006
2006
2006
cable
adsl
adsl
cable
adsl
cable
cable
adsl
cable
adsl
adsl
cable
cable
adsl
adsl
cable
Cablecom
Bluewin
Bluewin
Cablecom
Bluewin
Cablecom
Cablecom
Bluewin
Cablecom
Bluewin
Tele2
Cablecom
QuickLine
Bluewin
Sunrise
ImproWare
Highspeed Basic
Broadway ADSL 256
Broadway ADSL 256
Highspeed Basic
Broadway ADSL 300
Highspeed 300
Highspeed 500
Bluewin ADSL 600/100
Highspeed 600
Bluewin ADSL 600/100
Tele2 Internet ADSL 2000
Highspeed 3000
QuickLine 4000/200
Bluewin ADSL 2000
Sunrise ADSL 2000
Economy
Débits (up/down)
64 / 256
64 / 256
64 / 256
64 / 256
50 / 300
100 / 300
100 / 500
100 / 600
100 / 600
100 / 600
100 / 2000
300 / 3000
200 / 4000
100 / 2000
100 / 2000
400 / 4000
Charges non
récurrentes
4.95
4.10
4.10
4.95
4.10
5.36
6.05
Charges
récurrentes
64.00
79.00
64.00
64.00
64.00
64.00
45.00
49.00
45.00
49.00
44.00
45.00
48.00
49.00
49.00
49.00
Charges
d’usage
-
Total
68.95
83.10
68.10
68.95
68.10
69.36
45.00
49.00
45.00
49.00
44.00
45.00
48.00
49.00
49.00
55.05
Tab. 7: Coûts mensuels réels en CHF des services large bande les meilleur marché par opérateur
B.2
Les coûts normalisés
Année
Accès
Fournisseur
Service
2001
2001
2002
2002
2003
2003
2004
2004
2005
2005
2006
2006
2006
2006
2006
2006
cable
adsl
cable
adsl
cable
adsl
cable
adsl
cable
adsl
cable
cable
cable
adsl
adsl
adsl
Cablecom
Bluewin
Cablecom
Bluewin
Cablecom
Bluewin
Cablecom
Bluewin
Cablecom
Bluewin
QuickLine
ImproWare
Cablecom
Tele2
Bluewin
Sunrise
Highspeed Comfort
Broadway ADSL 512
Highspeed Power
Broadway ADSL 2048
Highspeed 600
Broadway ADSL 2048
Highspeed 2000
Bluewin ADSL 2400/200
Highspeed 6000
Bluewin ADSL 2400/200
QuickLine 7000/300
Premium
Highspeed 3000
Tele2 Internet ADSL 3500
Bluewin ADSL 3500
Sunrise ADSL 3500
Débits (up/down)
128 / 512
128 / 512
256 / 2048
352 / 2048
200 / 600
352 / 2048
400 / 2000
200 / 2400
600 / 6000
200 / 2400
300 / 7000
500 / 8000
300 / 3000
200 / 3500
300 / 3500
300 / 3500
Charges non
récurrentes
7.92
6.56
2.23
1.75
6.86
1.75
0.73
-
Charges
récurrentes
128.00
174.40
113.33
125.44
102.40
125.44
32.00
38.60
14.74
38.60
9.12
11.44
13.96
17.71
18.59
18.59
Charges
d’usage
-
Total
135.92
180.96
115.53
127.19
109.26
127.19
32.00
38.60
14.74
38.60
9.12
12.17
13.96
17.71
18.59
18.59
Tab. 8: Coûts mensuels en CHF des services large bande les meilleur marché par opérateur, normalisés par les débits
15

Documents pareils