Télécharger le Rapport Annuel

Commentaires

Transcription

Télécharger le Rapport Annuel
LA BETTERAVE
EN 2017
UNE NOUVELLE ÈRE
LA BETTERAVE
EN 2017
UNE NOUVELLE ÈRE
Le Bureau de la CGB
CGB/©Lucie Page
Le Bureau de la CGB
(de gauche à droite) Alexandre Quillet, agriculteur dans l’Eure,
Guillaume Gandon, agriculteur dans l’Aisne, Patrick Rudi,
agriculteur en Seine Maritime, Géry Walckenaer, agriculteur
dans l’Aube, Christophe Mullie, agriculteur dans le Pas-de-Calais,
Patrick Dechaufour, agriculteur dans le Calvados, Eric Lainé,
agriculteur dans la Marne, Jean-Pierre Dubray, agriculteur dans le Val
d’Oise, Régis Chaucheprat, agriculteur dans l’Allier, Didier Renoux,
agriculteur dans l’Yonne, Hans Dekkers, agriculteur dans l’Oise,
Dominique Fievez, agriculteur dans la Somme, Alexandre Pelé,
agriculteur dans l’Essonne, Franck Sander, agriculteur en Alsace,
Jean-Philippe Garnot, agriculteur en Seine-et-Marne.
2
L’édito du président
E
n 2016, la situation en termes d’offre et demande
dans l’Union européenne et au niveau mondial s’est
nettement rééquilibrée. Les cours mondiaux du
sucre et les prix de marché dans l’Union européenne ont
de ce fait significativement augmenté, et pour cette dernière campagne sous quota, on peut d’ores et déjà annoncer un supplément de prix pour les betteraves du quota.
Autre sujet de satisfaction, l’année 2016 a permis d’aboutir
à la mise en place d’une nouvelle organisation interprofessionnelle avec une Association interprofessionnelle de la
betterave et du sucre (AIBS) dotée de nouveaux statuts,
avec un objet plus large et une représentation en direct des sociétés sucrières.
De plus, un accord interprofessionnel national a été signé pour trois ans donnant ainsi
la visibilité nécessaire à la filière. Il traite de tous les sujets devant figurer dans les
contrats, tels que rappelés dans un contrat type. Et surtout, l’accord interprofessionnel,
grâce à l’acte délégué qui autorise la négociation collective, fixe le cadre de cette
négociation collective au niveau de chaque entreprise sur la répartition de la valeur
entre planteurs et fabricants.
Ces éléments seront sans aucun doute des facteurs de succès pour l’avenir de la
filière, sans oublier les perspectives de gains en matière de coûts de production et
de productivité.
Car à partir de 2017, nous entrerons dans une nouvelle ère :
• une ère sans quota, sans prix minimum,
• une ère sujette à la volatilité des prix,
• une ère où la concurrence sera forte sur le marché européen,
• une ère où il faudra saisir des opportunités sur le marché mondial.
Et pour toutes ces raisons, une ère où il nous faudra trouver des outils nouveaux de
gestion des risques pour sécuriser le revenu betteravier, et par voie de conséquence
l’approvisionnement des usines.
La réflexion est lancée depuis plusieurs mois au sein de la CGB. Il nous faut saisir toutes les
occasions pour faire entendre notre voix et en particulier avec la réforme de la PAC
post 2020. Mais dès 2018, avec la révision à mi-parcours, on peut déjà agir en la
matière et être force de propositions. C’est ce à quoi nous allons nous employer
pour assurer le développement de notre filière dans un environnement qui soit le
plus stabilisé possible.
Eric Lainé
3
Sommaire
Sommaire
Chapitre 1 - Le revenu betteravier, les marchés et la gestion communautaire
1. Le revenu betteravier
�����������������������������������
����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 9
p. 10
1.1. Surfaces, rendements, production de betteraves
1.2. Prix des betteraves du quota 2014-2015 : forte baisse du prix du sucre du quota
1.3. Prix des betteraves hors quota 2014-2015 : baisse des prix
1.4. Récapitulatif des prix des betteraves 2014-2015 par société
1.5. Perspectives de prix des betteraves 2015-2016 et 2016-2017
1.6. Coûts de production
1.7. Valorisation des pulpes de la campagne 2015-2016
2. Le marché du sucre dans l’Union européenne au cours de la campagne 2015-2016
��������������������������������������������������������������������������
p. 14
2.1. Bilan définitif de la campagne 2014-2015
2.2. Bilan provisoire de la campagne 2015-2016
2.3. Gestion du marché du sucre du quota
2.4. Gestion du marché du sucre hors quota
2.5. Prix du sucre du quota
2.6. Prix du sucre hors quota
2.7. Prix du sucre brut d’origine ACP/PMA
3. Le marché du sucre en France au cours de la campagne 2015-2016
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 19
3.1. Bilan définitif de la campagne 2014-2015
3.2. Bilan provisoire de la campagne 2015-2016
3.3. Évolution des exportations françaises sur le marché mondial depuis 2000
4. Le marché du sucre dans l’Union européenne : perspectives pour la campagne 2016-2017
������������������������
p. 21
4.1. Bilan prévisionnel de la campagne 2016-2017
4.2. Gestion du marché du sucre du quota et du sucre hors quota
4.3. Prix du sucre
5. Marché mondial du sucre : forte hausse des prix
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 23
5.1. Campagne 2015-2016 : fortement déficitaire après 5 années d’excédents
5.2. Évolution des cours du sucre au cours de la campagne 2015-2016 et principales causes de cette évolution
5.2.1. Évolution des cours du sucre au cours de la campagne 2015-2016
5.2.2. Principales causes de l’évolution des cours mondiaux
5.3. Campagne 2016-2017 : une nouvelle campagne déficitaire
6. Le marché de l’alcool et de l’éthanol
������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 27
6.1. Contexte mondial sur les marchés de l’alcool et de l’éthanol : la stabilité prédomine
6.2. Le marché de l’alcool et de l’éthanol dans l’UE : un marché proche de l’équilibre
6.2.1. Production : stabilisation en 2015
6.2.2. Consommation
6.2.3. Importations de l’Union européenne : une baisse qui se poursuit
6.2.4. Échanges intracommunautaires : gains de part de marché de l’origine française
6.2.5. Exportations sur pays tiers : dynamisme maintenu en 2015
6.3. Prix de marché de l’éthanol
7. La pulpe : résistance des cours en 2015-2016
����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 33
7.1. Pulpes déshydratées
7.2. Pulpes surpressées
Chapitre 2 - L’industrie du sucre et de l’éthanol
������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
1. Conjoncture pour l’industrie du sucre et de l’éthanol dans l’Union européenne
2. En France
��������������������������������������������������������������������������������������������������
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
2.1. Tereos
5
p. 35
p. 36
p. 37
Sommaire
2.2. Cristal Union
2.3. Saint-Louis 2.4. Lesaffre Frères
3. En Europe
����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 39 3.1. Allemagne
3.1.1. Südzucker
3.1.2. Nordzucker
3.2. Royaume-Uni
3.3. Pologne
3.4. Pays-Bas
3.5. Belgique
3.6. Autriche
3.7. Grèce
3.8. Italie
3.9. Hongrie
3.10. Espagne
Chapitre 3 - Interprofession - Accords interprofessionnels et contractualisation
1. Refonte de l’interprofession après 2017 : suppression du CIPS et adaptation de l’AIBS
2. Accord interprofessionnel et contractualisation
����������
���������������������������������������������������������
����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 45
p. 46
p. 47
2.1 Accord interprofessionnel CIPS 2015-2016 et 2016-2017
2.2 Accord interprofessionnel 2017-2018 post quota
2.2.1. Cadre réglementaire communautaire : Règlement OCM unique et acte délégué
2.2.2. Contenu de l’Accord interprofessionnel 2017-2020
2.3 Contractualisation au niveau de chaque entreprise sucrière
Chapitre 4 - Réceptions des betteraves post quota
1. Simplification – rigueur – économie – automatisation
����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 53
p. 54
1.1. Lavage : la question reste entière après le rejet par le Conseil d’État de la requête de la CGB
1.2. Forfaitisation de la réfaction collet
1.3. Saccharimétrie
1.3.1. Analyse de la richesse sur râpure congelée
1.3.2. Analyse de la richesse par infrarouge
2. Contrôle des réceptions : des évolutions sont-elles possibles ?
Chapitre 5 - Négociations commerciales
1. Négociations OMC ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
�����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
2. Accès préférentiel aux marchés de l’Union européenne pour les pays en développement
3. Accords de libre-échange et autres contingents d’importation
����������������������������������
������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 57 p. 59
p. 60
p. 61
p. 62
3.1. Accords négociés
3.1.1. Contingents effectifs : CXL, Est de l’Europe (Balkans, Géorgie, Moldavie), Ukraine, Amérique centrale et andine
3.1.2. Contingents en attente d’application : Equateur, Afrique du Sud, Canada, Vietnam
3.2. Accords en négociation
3.2.1. États-Unis (TTIP)
3.2.2. Mercosur
3.2.3. Mexique
3.2.4. Thaïlande
3.2.5. Autres pays membres de l’ASEAN
3.2.6. Inde
3.2.7. Nouvelle-Zélande et Australie
4. Effet du Brexit pour la filière sucre européenne
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
6
p. 66
Sommaire
Chapitre 6 - Réflexions sur la future PAC post 2020
1. La gestion des risques agricoles dans la PAC post 2020
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 69
p. 71
1.1. Les outils de gestion des risques agricoles 1.2. Différents types de risques agricoles
1.2.1. Niveau d’indépendance du risque
1.2.2. Niveau d’intensité du risque
1.3. De l’analyse des risques à la mise en œuvre de stratégies de gestion
2. Les règles de l’OMC portant sur les outils de gestion des risques
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 73
2.1. Rappel sur la classification des régimes de soutien internes
2.2. Les conditions de classification des instruments de gestion du risque à l’OMC
3. États-Unis et Canada : deux pays qui ont placé la gestion des risques
au cœur de leur politique agricole
�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 74
3.1. États-Unis : équilibre entre filets de sécurité publics et outils assurantiels
3.1.1. Avance de trésorerie pour la commercialisation et paiement compensatoire
3.1.2. Systèmes de paiements contracycliques
3.1.3. Les systèmes assurantiels intra-annuels
3.2. Canada : outils assurantiels
3.2.1. Stratégies de gestion des risques et politiques publiques
3.2.2. Assurances
3.2.3. Agri-Investissement (compte d’épargne)
3.2.4. Programmes Initiatives Agri-risques
4. Le modèle européen et français actuel de gestion des risques
����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 78
4.1. Cadre européen global actuel (PAC 2014-2020)
4.1.1. Outils de gestion de crise du 1er pilier de la PAC
4.1.2. Outils de gestion des risques du 2e pilier de la PAC
4.1.3. Les aides d’état : un autre levier de financement des outils de gestion des risques
4.2. Cadre français actuel
4.2.1. Régime des calamités agricoles
4.2.2. Assurance récolte multirisques climatiques
4.2.3. Fonds national agricole de mutualisation sanitaire et environnementale
4.2.4. Réserves de précaution et déduction pour aléas
4.3. Quelles orientations post 2020 ?
4.3.1. Eléments de problématique
4.3.2. Réflexions CGB
5. Pouvoir de négociation des agriculteurs et droit de la concurrence dans la PAC post 2020
�������������������������������
p. 84
5.1. Le cadre juridique général européen
5.2. Cas de la filière betterave-sucre
5.3 Quelle orientation post 2020 ?
Chapitre 7 - Biocarburants
������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
1. Le développement de l’éthanol dans le monde
����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 89
p. 90
1.1. États-Unis
1.1.1. Cadre réglementaire
1.1.2. Production : un nouveau record
1.1.3. Consommation en croissance
1.1.4. Échanges internationaux : les États-Unis en tête des exportateurs mondiaux
1.2. Le Brésil
1.2.1. Cadre réglementaire et soutien à la consommation
1.2.2. Consommation, production et exportations
1.3. Autres pays (hors UE)
2. Le développement de l’éthanol dans l’Union européenne
3. La politique des biocarburants dans l’Union européenne
3.1. Paquet Énergie-Climat post 2020
3.1.1. Paquet réglementaire d’été
7
������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 96
p. 100
Sommaire
3.1.2. Les erreurs d’analyse de la Commission européenne
3.1.3. Paquet réglementaire d’hiver
3.2. Renouvellement de la reconnaissance des schémas volontaires de certification de durabilité des biocarburants
4. La politique des biocarburants en France
�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 103
4.1. Production d’éthanol et d’alcool en 2015
4.2. Consommation d’éthanol en 2015
4.3. La fiscalité de l’éthanol 4.3.1. TGAP
4.3.2. Agréments
4.3.3. Exonération fiscale partielle
4.3.4. Fiscalité des essences
4.4. Application de la loi de transition Énergétique pour la croissance verte et Programmation pluriannuelle de l’énergie
4.4.1. Contribution Climat-Énergie
4.4.2. Décrets véhicules à faibles émissions
4.4.3. Programmation pluriannuelle de l’Énergie
4.5. Déploiement du SP95-E10
4.6. Filière Superéthanol E85-Flex Fuel
4.7. ED 95
Chapitre 8 - Environnement
1. Écophyto
2. Néonicotinoïdes
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
Chapitre 9 - La communication : un atout pour l’après-quota
1. Une actualité de bon augure pour le bioéthanol
�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
�����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 113
p. 114
p. 116
p. 119
p. 120
1.1. Un Mondial de l’automobile sous le signe de la nouveauté
2. Des événements majeurs pour rassembler et fédérer les planteurs sur l’après-quota
�������������������������������������������������������������������������������������
p. 122
2.1. Douzième conférence de l’Association mondiale des planteurs de betteraves et de cannes : une ouverture
sur le monde pour l’après-quota
2.2. Betteravenir, optimiser l’itinéraire technique et le coût de production
3. Pédagogie et proximité vers le grand public
�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 123
3.1 Une présence forte de la betterave aux événements nationaux et régionaux
3.2. Les réseaux sociaux comme canal de proximité
3.3. Promouvoir l’agriculture et ses atouts auprès des citoyens
Statistiques
������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
1. La production betteravière française et européenne
�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 127
p. 128
1.1. En France
1.2. Dans l’Union européenne
2. La production de pulpes de betteraves
���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 129
2.1. En France
2.2. Dans l’Union européenne
3. L’industrie sucrière
�����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 131
3.1. L’industrie sucrière française
3.2. L’industrie sucrière européenne
4. Le marché du sucre
���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
p. 133
4.1. Le sucre dans le monde
4.2. Le sucre dans l’Union européenne
4.3. Le sucre en France
5. Le marché de l’éthanol et de l’alcool
���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
5.1. L’éthanol et l’alcool dans le monde
5.2. L’éthanol et l’alcool dans l’Union européenne
5.3. L’alcool et l’éthanol en France
8
p. 139
Chapitre 1
LE REVENU BETTERAVIER,
LES MARCHÉS
ET LA GESTION
COMMUNAUTAIRE
9
Chapitre 1
Le revenu betteravier, les marchés
et la gestion communautaire
1. LE REVENU BETTERAVIER
1.1. Surfaces, rendements, production
de betteraves
Campagne 2015-2016
Surface betteravière
2015-2016
381 889 ha
(- 5,8 % par rapport à
2014-2015) soit 2,1 % des
terres arables françaises.
Rendement effectif 2015-2016
74,46 t/ha
Richesse
18,33 °S
Rendement à 16 °S
87,8 t/ha
Rendement sucre blanc extrait 12,5 t/ha
Production betteravière
2015-2016
33,5 millions de tonnes
à 16 °S.
Répartition de la production betteravière 2015/16
Usages non alimentaires
marché FR et UE
6%
Report
0,1 %
HQ
exporté
8%
Hors quota
alcool/éthanol
18 %
32 %
10,7 Mt
Quota
quota
68 %
61 %
22,8 Mt
TAF*
© Tous droits réservés
0%
7%
* TAF - Travail à façon : sucre quota DOM ou pays UE déficitaires produit
à partir de betteraves métropolitaines
Campagne 2016-2017 (estimation)
Surface betteravière
2016-2017 400 467 ha
(+ 4,9 % par rapport
à 2015-2016)
Rendement à 16 °S
85 t/ha
Rendement sucre blanc
extrait
Production betteravière
2016-2017 10
12,2 t/ha
34,0 millions de tonnes
à 16 °S
Chapitre 1
Par exemple si le prix constaté est de 500 €/t, le supplément
de prix est égal à :
Évolution des surfaces betteravières et de la production récoltée
Surfaces en milliers d’hectares
60
50
600
Production
40
500
30
400
20
Surfaces
300
19
8
19 0-8
8 1
19 2-8
8 3
19 4-8
8 5
19 6-8
8 7
19 8-8
9 9
19 0-9
9 1
19 2-9
9 3
19 4-9
9 5
19 6-9
98 7
20 -99
0
20 0-0
0 1
20 2-0
0 3
20 4-0
0 5
20 6-0
08 7
20 -09
1
20 0-1
1 1
20 2-1
1 3
20 4-1
16 5
-1
7*
10
(*) estimation
Production en millions de tonnes de betteraves à 16 °
700
[500-(404+50)] x 0,40 x 0,1475 = 2,71 €/t
de betteraves à 16 °
Le calcul du supplément de prix éventuel se fait sur la base
des informations transmises par FranceAgriMer à chaque
entreprise sucrière, de façon à ce que soient prises en
compte les différences de prix de vente du sucre entre les
différentes entreprises.
Supplément de prix moyen (en €/t de betteraves à 16 °)
Évolution des rendements à 16°
t/ha à 16°
100
95
90
85
80
75
70
65
60
55
50
45
*
-79 -80 -82 -84 -86 -88 -90 -92 -94 -96 -99 -01 -03 -05 -07 -09 -11 -13 -15 17
78 79 81 83 85 87 89 91 93 95 98 00 02 04 06 08 10 12 14 619 19 19 19 19 19 19 19 19 19 19 20 20 20 20 20 20 20 20 201
2006-2007
0
2007-2008
0
2008-2009
0
2009-2010
0,55
2010-2011
2,47
2011-2012
11,11
2012-2013
13,90
2013-2014
7,08
2014-2015
0
(*) estimation
Les betteraves du quota 2014-2015 des coopérateurs de la
coopérative Cristal Union ont bénéficié en 2014-2015 d’un
complément de prix de 1,5 €/t à 16 ° (à ne pas confondre
avec le supplément de prix article 31 appliqué par toutes les
sociétés sucrières). La coopérative Tereos n’a, quant à elle,
pas versé de compléments de prix sur les betteraves du quota.
1.2. Prix des betteraves du quota 2014-2015 :
forte baisse du prix du sucre du quota
Depuis 2009-2010 et jusqu’en 2016-2017 inclus, le prix minimum réglementaire de la betterave à 16 ° reste au niveau
de 26,29 €/t, avant déduction de la taxe à la production
de 0,885 €/t versée au budget de l’UE, soit 25,40 €/t net.
1.3. Prix des betteraves hors quota 2014-2015 :
baisse des prix
Pour 2014-2015, pour la première fois depuis 5 ans, compte
tenu de la très forte baisse des prix du sucre du quota, les
betteraves du quota ne bénéficient pas de suppléments de
prix, ce qui se traduit par une forte chute des prix de la betterave du quota.
Les prix des betteraves hors quota de la campagne
2014-2015 figurent dans le tableau ci-dessous.
Les prix des betteraves hors quota dépendent de la valorisation des produits finis : alcool, éthanol, usages non
alimentaires du sucre, exportations vers le marché mondial.
Pour rappel, les betteraves du quota peuvent bénéficier
d’un supplément de prix en application de l’article 31 de
l’Accord interprofessionnel. Cet article, introduit dans l’Accord interprofessionnel 2006-2007 par application d’une
disposition réglementaire de l’OCM sucre, prévoit un supplément de prix de la betterave sous quota quand la différence entre le prix de marché du sucre de qualité type, au
stade nu départ usine, et le prix de référence du sucre blanc
(404 €/t) est supérieure à 50 €/t ; le supplément de prix
est égal à 40 % de la différence entre le prix de marché et
454 €/t ; il est ramené à la tonne de betteraves à 16 ° par
le rendement d’achat.
Une autre partie des betteraves hors quota (1,19 Mt, soit
177 000 t de sucre) a été utilisée dans des opérations de
travail à façon de quota sucre DOM ; ces betteraves ont été
payées au prix minimum des betteraves du quota augmenté
du supplément de prix.
Enfin, une dernière partie des betteraves hors quota
(789 000 t, soit 116 000 t de sucre) a été utilisée dans
des opérations de travail à façon de quota sucre d’Italie, de
Grèce et de République tchèque ; ces betteraves ont été
payées au prix des betteraves du quota.
11
Chapitre 1
1.4. Récapitulatif du prix des betteraves 2014-2015 par société
Prix des betteraves 2014-2015 en €/t à 16 ° (hors pulpes)
Quota
Prix total
Hors quota
Excédent
(compléments
de prix coopératives
inclus)(4)
(Compléments
de prix coopératives
inclus)(5)
Total pondéré
Prix minimum
Supplément
de prix
(compléments
de prix coopératives
inclus) (1)
Tereos
25,4
0
25,4 (3)
21,95 (3)
13
23,35 (3)
Cristal Union
25,4
0
26,9
22,76
(2)
14
23,69 (2)
SVI
25,4
0
26,4 (2)
22,27 (2)
14
24,63 (2)
Toury
25,4
0
26,4
22,25
14
23,64 (2)
SLS
25,4
0
25,4
19,80
16,15
23,45
Ouvré & Fils
25,4
0
25,4
16,42
25
23,65
Lesaffre Frères
25,4
0
25,4
23,00
15
24,03
€/Tonne à 16 °
(2)
(2)
(2)
Y compris compléments de prix : 0 €/t pour Tereos, 3 €/t pour Cristal Union et 1 €/t pour SVI et Toury.
Hors parts sociales d’épargne et intérêts aux parts.
3
Hors dividendes et intérêts aux parts.
4
Y compris TAF DOM, TAF UE et complément de prix.
5
Y compris complément de prix : 0 €/t pour Tereos, Cristal Union et Vermandoise.
1
2
1.5. Perspectives de prix des betteraves
2015-2016 et 2016-2017
betteraves hors quota a été utilisée pour produire à façon du
sucre du quota des DOM (190 000 t de sucre) ou des pays
européens déficitaires (135 000 t de sucre).
Pour 2015-2016, pour la deuxième fois depuis 5 ans, compte
tenu du maintien de la faiblesse des prix du sucre du quota,
les betteraves du quota n’ont pas bénéficié de suppléments
de prix, ce qui s’est traduit par une stabilisation du prix de la
betterave du quota au prix minimum garanti.
Évolution de la recette brute (1) d’un hectare de betteraves en euros
constants 2016, Base 100 en 1994-1995
(hors valorisation pulpe et hors droits à paiement unique)
120
€/t à 16
100
Evolution du prix moyen quota (1) et hors quota
par tonne de betteraves en euros constants 2016
(hors droit à paiement unique)
80
60
60,00
40
50,00
20
)
94
/9
95 5
/9
96 6
/9
97 7
/9
98 8
99 /9
/2 9
20 00
0 0
20 0/0
0 1
20 1/0
0 2
20 2/0
03 3
20 /0
0 4
20 4/0
0 5
20 5/0
0 6
20 6/0
0 7
20 7/0
0 8
20 8/0
0 9
20 9/1
1 0
20 0/1
11 1
20 /12
1
20 2/1
1 3
20 3/1
20 14 4
15 /1
/1 5
6 (2
40,00
30,00
20,00
(1) Pour les betteraves du quota : suppléments de prix pris en compte,
compléments de prix non intégrés
(2) Prévisionnel pour 2015-2016, Base 100 en 1994-1995
10,00
(2
19
8
19 9-9
9 0
19 0-9
9 1
19 1-9
9 2
19 2-9
9 3
19 3-9
9 4
19 4-9
9 5
19 5-9
9 6
19 6-9
9 7
1 719 998 98
99 -9
20 -2 9
00 00
-2 0
20 00
0 1
20 1-0
0 2
20 2-0
0 3
20 3-0
04 4
20 -0
0 5
20 5-0
0 6
20 6-0
0 7
20 7-0
0 8
20 8-0
09 9
20 -10
1
20 0-1
1 1
20 1-1
12 2
20 -1
1 3
20 3-1
1 4
20 4-1
15 5
-1
6
)
0,00
Pour 2016-2017, un supplément de prix sur les betteraves
du quota est attendu compte tenu de la reprise des prix
du sucre sur le marché européen ; pour les betteraves hors
quota, on peut espérer une légère amélioration des prix.
(1) Pour les betteraves du quota : les suppléments de prix sont pris en compte ;
les compléments de prix ne sont pas intégrés
(2) Prévisionnel pour 2015-2016
Pour les betteraves hors quota, la tendance est également
à une relative stabilité à des niveaux de prix bas. Les prix
mondiaux du sucre ont baissé et les prix de l’alcool/éthanol ont augmenté. Des mesures de requalification n’ont pas
été prises pour cette campagne. Cependant, une partie des
Report
Le report de betteraves de la campagne 2015-2016 sur
2016-2017 a été utilisé pour environ 0,14 % du volume de
betteraves contractées.
12
Chapitre 1
1.6. Coûts de production
Valorisation de la pulpe (en €/ tonne de betteraves à 16)
4,00
/ t de betteraves à 16
Pour 2016, les charges proportionnelles devraient être en
légère baisse en liaison avec une diminution du prix des
engrais et une relative stabilité du prix du fuel. En revanche,
les prix du matériel d’arrachage et des pièces de rechange
demeurent à un niveau très élevé.
Changement de périmètre
USICA/TEREOS en 2011
SICA vente-coût de production
déshydratée
SICA distribué
TEREOS distribué
3,50
3,00
CRISTAL distribué
2,50
2,00
1,50
1,00
0,50
0,00
1.7. Valorisation des pulpes de la campagne 2015-2016
-0,50
-1,00
La production de matière sèche pulpe s’élève à
1 442 660 tonnes pour la campagne 2015-2016, soit une
baisse d’environ 15 % par rapport à la campagne 2014-2015,
due principalement à la baisse, rendements betteraviers
(-9,1 %) et à la baisse des surfaces (-5,8 %).
03
20
04
20
05
20
06
20
07
20
08
20
09
20
10
20
11
20
12
20
13
20
14
20
15
20
16
20
Source : USICA.
Rappel : En 2011, le périmètre des SICA a changé avec le rachat par
Tereos des SICA de Boiry, SICA PULPOSEC (Chevrières) et SODECA
(Escaudoeuvres), parmi les plus performantes et les plus productives,
ce qui explique la baisse de valorisation par les SICA en 2012-2013.
Les prix de revient de la pulpe déshydratée ont été renchéris
par la baisse des volumes liée à la diminution des de la matière
sèche disponible, mais aussi au transfert des volumes de la
pulpe déshydratée vers la pulpe surpressée moins chère pour
les éleveurs (la proportion de production de pulpe déshydratée exprimée en matière sèche est ainsi passée d’environ
75 % dans les années 2000 à 2011 à 67 % actuellement).
S’agissant de la pulpe surpressée, les prix de vente ont globalement baissé par rapport à ceux de l’an passé principalement afin d’accompagner les difficultés des élevages.
Globalement, la valorisation moyenne nationale des pulpes
(rémunération des pulpes abandonnées) de la campagne
2015-2016 ressort à 1,3 €/t de betteraves à 16 °, en net
retrait par rapport à l’an dernier.
La baisse des coûts de l’énergie de déshydratation a un peu
limité ce renchérissement, sans toutefois parvenir à le compenser. Les cours du charbon ont poursuivi leur baisse entamée depuis leur plus haut niveau atteint début 2011 avec un
indice RBI (Richards Bay index) d’environ 125 €/t. Pour 2015,
cet indice est passé d’environ 65 $/t en début de période
d’achat, à environ 50 $/t en début de campagne betteravière.
Le prix du gaz naturel a également baissé en 2015, d’environ
34 €/MWh PCI en début d’année à environ 31 €/MWh PCI
en début de campagne (source : tarif rendu grande distribution, Energie Plus).
Perspectives pour la campagne 2016-2017
La campagne de commercialisation 2016-2017 de pulpes
déshydratées a démarré avec des prix de marché de l’ordre
de 160 €/tonne qui sont restés stables à ce niveau jusqu’en
début de campagne. Néanmoins, les ventes sont difficiles
compte tenu de plusieurs facteurs, dont notamment : la
situation compliquée des éleveurs en France ; l’influence de
la récolte de céréales de mauvaise qualité qui vont trouver
un débouché en alimentation animale ; les cours à l’export
dégradés avec une concurrence nouvelle provenant notamment de Russie, d’Ukraine et d’Égypte. Cependant, la sécheresse de l’été qui a impacté la végétation des fourrages et
des maïs, devrait un peu limiter ces effets.
Dans ces conditions, le prix moyen de vente de la pulpe déshydratée se situera à un niveau inférieur à celui de l’an dernier.
En ce qui concerne les principales composantes du prix de
revient, les volumes de pulpe déshydratée devraient être au
même niveau que l’an dernier, la baisse attendue de rendement betteravier et le report vers la pulpe surpressée étant
globalement compensés par l’augmentation des surfaces ;
les coûts de l’énergie également au même niveau que l’an
dernier pour le charbon et en baisse pour le gaz.
Les cours du charbon, après avoir atteint un plus bas niveau,
fin décembre 2015, sont remontés depuis cette date, si bien
que sur la période d’achat ils sont similaires à ceux de la
campagne passée.
Le prix moyen de vente (hors droits et commerce) de la
campagne 2015-2016 s’évalue à environ 155 €/tonne de
pellet base 8 mm, quasiment au même niveau que celui de
la campagne précédente.
Dans ces conditions, la valorisation des pulpes déshydratées
a notablement baissé par rapport à la campagne précédente.
Le graphique ci-dessous, donne la valorisation, ramenée à
la tonne de betteraves à 16 °, de la pulpe distribuée par les
principaux groupes sucriers et les SICA, en corrélation avec
la marge brute de la pulpe déshydratée (1) dans les SICA.
(1) Compte tenu de sa proportion majoritaire, la marge brute de la
pulpe déshydratée est un assez bon indicateur de valorisation.
13
Les cours du gaz, qui ont baissé de la même manière du
fait notamment de la baisse des cours du pétrole, ont en
revanche continué à diminuer du fait du décalage dans le
temps par rapport au pétrole, mais aussi du fait de l’essor
des gaz non-conventionnels en provenance des États-Unis
et de l’émergence de marchés de gros en Europe. Les cours
se situent à environ 20 % en dessous de ceux de l’an dernier,
néanmoins l’impact sur le prix de revient sera plus limité du
fait que les entreprises de déshydratation achètent le gaz
parfois plusieurs années à l’avance.
Compte tenu de tous ces éléments, la valorisation de la
pulpe pour les planteurs devrait se situer à un niveau globalement inférieur à celui de la campagne précédente.
© B. Baudin / Bar Floréal / CEDUS
Chapitre 1
2.2. Bilan provisoire de la campagne 2015-2016
2. LE MARCHÉ DU SUCRE
DANS L’UNION EUROPÉENNE
AU COURS DE LA CAMPAGNE 2015-2016
BILAN SUCRE UE 28 POUR LA CAMPAGNE 2015-2016
(JUS VERT EXCLUS - BASE OCT./SEPT.)
2.1. Bilan définitif de la campagne 2014-2015
En milliers de tonnes
BILAN SUCRE UE 28 POUR LA CAMPAGNE 2014-2015
(JUS VERT EXCLUS - BASE OCT./SEPT.)
En milliers de tonnes
1. Stock de début 2
- Privé
- Report 3
2. Production fraîche 4
Quota
1. Stock de début 2
- Privé
- Report 3
Hors
quota 1
2. Production fraîche 4
2 573
2 013
560
Quota
Hors
quota 1
3 993
1 331
2 662
10 858
4 098
3. Importations
- Importations préférentielles
et contingents 5
- Importations exceptionnelles
- Importations dans les produits
transformés
3 455
2 905
15
15
0
550
0
0
0
0
12 960
6 553
3 392
2 841
0
551
4
4
0
0
4. Revente de sucre hors quota
sur le marché alimentaire
“requalification”
0
0
5. Total disponible (5 = 1+2+3+4)
18 306
4 113
5. Total disponible (5 = 1+2+3+4)
18 925
6 557
16 050
6. Consommation
- Sucre industriel
- Alcool-éthanol
16 064
2 545
800
1 745
6. Consommation
- Sucre industriel
- Alcool-éthanol
1 835
800
1 035
3. Importations
- Importations préférentielles et contingents 5
- Importations exceptionnelles
- Importations dans les produits transformés
4. Revente de sucre hors quota sur le
marché alimentaire ”requalification“
7. Exportations
- En l’état
- Dans les produits transformés
1 530
129
1 401
8. Revente de sucre hors quota sur le
marché alimentaire “requalification”
9. Stocks finaux
- Privé
- Report
10. Total utilisé (10 = 6+7+8+9 = 5)
7. Exportations
- En l’état
- Dans les produits transformés
1 350
1 350
8. Revente de sucre hors quota
sur le marché alimentaire
“requalification”
0
1 331
1 331
2 662
18 925
6 557
1 500
100
1 400
9. Stocks finaux
- Privé
- Report
10.Total utilisé
(10 = 6+7+8+9 = 5)
2 662
Sources : FranceAgriMer, CE.
1
Le sucre hors quota contient la production d’alcool et d’éthanol
en équivalent sucre (jus vert exclu).
2
Il s’agit du stock déclaré par les fabricants et raffineurs européens.
3
Sucre hors quota 2013-2014 reporté sur 2014-2015 ; ce tonnage
doit être ajouté à la production fraîche pour constituer la production
disponible de la campagne.
4
TAF inclus.
5
Importations préférentielles : ACP-PMA, CXL (OMC), Balkans,
Moldavie, Amérique centrale et andine, Croatie et autres.
1 350
1 350
0
756
756
928
18 306
4 113
928
Sources : FranceAgriMer, CE, CGB.
1
Le sucre hors quota contient la production d’alcool et d’éthanol
en équivalent sucre (jus vert exclu).
2
Il s’agit du stock déclaré par les fabricants et raffineurs européens.
3
Sucre hors quota 2014-2015 reporté sur 2015-2016 ; ce tonnage
doit être ajouté à la production fraîche pour constituer la production
disponible de la campagne.
4
TAF inclus.
5
Importations préférentielles : ACP-PMA, CXL (OMC), Balkans,
Moldavie, Amérique centrale et andine, Croatie et autres.
14
Chapitre 1
2.3. Gestion du marché du sucre du quota
Le sucre du quota est à fin alimentaire. L’équilibre de ce
marché est assuré par la production européenne de sucre du
quota (production fraîche + report de sucre hors quota de
la campagne précédente), les importations de sucre dans le
cadre des régimes préférentiels (ACP/PMA), de contingents
spécifiques (Balkans, CXL, Amérique centrale et andine
notamment), et des importations de sucres spéciaux, ainsi
que par les éventuelles mesures exceptionnelles de gestion
(requalification et importations supplémentaires) décidées
par la Commission européenne lorsque cette dernière considère que le marché est déficitaire (ce qui n’a été le cas ni en
2014-2015 ni en 2015-2016).
2015-2016
En milliers de tonnes
2014-2015
Importations préférentielles - PMA non ACP
- PMA-ACP
- ACP non PMA
2 126
86
644
1 396
1 700
102
446
1 152
Contingents
- CXL (Erga Omnes, Brésil,
Inde, Cuba, Australie)
- Balkans, Moldavie,
Ukraine 1, mesures
transitoires liées à
l’adhésion croate 2
- Amérique centrale & andine
632
147
1 155
650
259
255
226
250
83
50
2 841
2 905
Autres
Total
(Prévisions)
Sources : FranceAgriMer, CE, CGB.
1
A partir de 2015 (voir partie V).
2
Sur la campagne 2014-2015 (voir partie V).
Importations ACP & PMA depuis 2009-2010
© S.Pelly/Cedus
2,5
Milliers de tonnes
2
Production de sucre du quota
PMA - non ACP
1,5
PMA - ACP
1
ACP non PMA Afrique australe
0,5
ACP non PMA Afrique de l'Est
0
20
09
-2
01
0
20
10
-2
01
1
20
11
-2
01
20
2
12
-2
01
20
3
13
-2
01
20
4
14
-2
01
20
5
15
-2
01
6
Lors de la campagne 2015-2016, le quota européen de sucre
(13,53 millions de tonnes) a été produit grâce aux opérations de Travail à façon (TAF) qui ont été réalisées avec les
Départements d’Outre-mer français (DOM, pour 182 000 t)
et d’autres états membres européens (pour 170 000 t).
Sources : CGB, FAM, Commission européenne.
Les volumes ACP non PMA d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale
sont trop faibles pour figurer sur le graphique. Par Afrique de l’Est,
comprendre EAC (Kenya) et ESA (Maurice & Zimbabwe) ; par Afrique
australe, comprendre SADC (Swaziland).
Importations préférentielles et contingents
Lors de la campagne 2015-2016, le niveau total des importations de sucre en l’état (importations préférentielles et
contingents) atteint 2,9 Mt. Cela représente un volume
similaire par rapport à la campagne précédente, mais qui
cache cependant de fortes différences :
• La provenance ACP/PMA s’est nettement réduite (1,7 Mt
contre 2,1 Mt la campagne précédente), du fait d’une
moindre disponibilité du sucre, liée à un climat particulièrement défavorable à la production sucrière sur toute
la partie sud de l’Afrique. Néanmoins, cette provenance
ACP/PMA reste la principale, à presque 60 % (contre plus
de 70 % la campagne précédente).
• En revanche, le différentiel entre le prix mondial et le
prix européen a rendu les importations sous contingent
CXL compétitives.
Autres importations
Aux importations qui entrent dans le bilan communautaire,
il convient d’ajouter, pour l’année 2014-2015, un volume de
291 000 t de sucre importé puis réexporté sous le régime
de perfectionnement actif (RPA) et qui n’entre pas dans le
bilan communautaire (le tiers sous forme de sucre blanc,
les deux-tiers sous forme de sucre roux). Le RPA permet à
un industriel, industrie agroalimentaire (IAA) ou raffinerie
de sucre brut, d’importer du sucre en franchise de droits
de douane à condition de réexporter la même quantité de
sucre (sous la forme de produits sucrés dans le cas d’une
IAA, ou de sucre blanc dans le cas d’une raffinerie de sucre
brut). Le RPA est donc une facilité réglementaire offerte aux
15
Chapitre 1
industriels pour exporter sur le marché mondial à égalité de
concurrence avec des opérateurs situés hors de l’UE et pouvant s’approvisionner au prix du marché mondial.
Compte tenu des chiffres du bilan de la campagne
2015-2016 sur le sucre du quota, ce stock atteindrait, au
30 septembre 2015, 756 000 t, dans la moyenne basse de
la situation européenne avant les campagnes ayant connu
des mesures exceptionnelles.
Au global, les importations européennes de sucre en l’état
(c’est-à-dire hors sucre contenu dans les produits transformés) auront donc représenté 3,2 millions de tonnes sur l’ensemble de la campagne 2015-2016 (valeur blanc), en très
légère hausse par rapport à la campagne passée.
Sucre du quota : stocks de fin de campagne depuis 2009/2010
3
2,5
2014-2015
2
2015-2016
Prévisionnel
Mt
En milliers
de tonnes
1,5
1
Sous total
inclus dans le bilan UE
RPA non inclus dans le bilan UE
Total
2 905
0
0
0
0
0
0
2 841
2 905
291
300
3 132
3 205
0,5
20
15
/2
0
16
(e
st
)
15
/2
0
14
14
20
/2
0
13
20
/2
0
13
12
12
20
11
/2
0
20
20
10
/2
0
/2
0
10
11
0
09
Importations exceptionnelles - Contingent importations
exceptionnelles
- Adjudication sur droits
de douane
2 841
20
Importations préférentielles
et contingents
Sources : CGB, FAM, Commission européenne.
2.4. Gestion du marché du sucre hors quota
Production
En 2015-2016, la production européenne de sucre hors
quota a atteint 4,1 millions de tonnes, soit une baisse
de près de 40 % par rapport à la campagne précédente
(2014-2015), qui avait été exceptionnelle.
Des rendements proches de la moyenne sur 5 ans, partout
en Europe, en sont la cause, ainsi qu’une baisse des surfaces plantées (-14 % en Europe), du fait de l’exceptionnel report sur 2015-2016 (plus de 2,5 Mt, en raison d’une
récolte record en Europe).
Sources : CGB, FranceAgriMer.
Mesures exceptionnelles de gestion du marché
Les mesures de gestion du marché décidées par la
Commission européenne sont destinées à ajuster, si nécessaire, l’offre et la demande de sucre alimentaire sur le
marché de l’Union européenne. Elles sont de deux types :
requalification de sucre hors quota en sucre du quota, et
importations à droits de douane réduits, par adjudication.
Sur la première partie de la campagne, la Commission européenne a laissé planer le doute sur d’éventuelles mesures
exceptionnelles. La mobilisation professionnelle, qui a rappelé que la hausse très raisonnable des prix faisait suite à une
campagne lors de laquelle le prix du sucre ne dépassait que
de peu le seuil de référence, a convaincu la Commission de ne
pas prendre de telles mesures sur la campagne 2015-2016.
Les fabricants et raffineurs européens de sucre sont tenus
de transmettre à la Commission des informations quant au
niveau du stock de sucre du quota qu’ils détiennent. D’après
ces données déclaratives, le niveau de stock de sucre du
quota détenu par les fabricants et raffineurs européens
(hors report 2014-2015 sur 2015-2016) était à 1,331 Mt
valeur blanc au 1er octobre 2015.
© S.Pelly/Cedus
Stocks de sucre du quota
16
Chapitre 1
États
membres
Allemagne
Utilisations
Production
disponible
2015-2016
(× 1000 tonnes)
Production
disponible
2014-2015
(× 1000 tonnes)
Quota
Hors
Quota
Quota
Hors
Quota
2 898
1 784
2 898
965
Autriche
351
41
351
60
Danemark
372
135
372
3
Espagne
498
109
498
145
Finlande
81
57
81
50
3 437
1 641
3 437
1 358
France
(dont DOM)
Grèce
159
36
157
0
Italie
508
248
508
166
Pays-Bas
805
309
805
149
Portugal
0
0
0
0
Royaume-Uni
Concernant les débouchés du sucre hors quota :
• Les utilisations industrielles (usages non alimentaires) ont
été stables à 0,8 Mt.
• Le plafond OMC n’a pas permis d’exporter davantage sur
les pays tiers que les 1,35 Mt habituels.
• En revanche, l’utilisation en bioéthanol a été moindre,
principalement du fait des cours déprimés. Le bioéthanol a
concerné 1,03 Mt d’équivalent sucre, contre 1,74 Mt sur la
campagne précédente (et 1,4 Mt en moyenne sur 5 ans).
• Conséquence immédiate, le report 2015-2016 sur
2016-2017 diminue fortement, à 928 000 t.
Report
* 1 000 t
2014-2015
Sur 2015-2016
2015-2016
Sur 2016-2017
Allemagne
921
221
Grande-Bretagne
325
169
Italie
194
166
Espagne
81
122
Pologne
322
90
France
197
61
1 056
480
1 056
187
Suède
293
115
293
47
Belgique
676
207
676
161
Hongrie
105
35
105
23
Lituanie
90
94
90
44
Pologne
1 406
625
1 406
339
372
244
372
149
Belgique
88
34
Pays-Bas
189
25
République tchèque
65
15
Roumanie
35
14
Hongrie
0
5
Croatie
74
4
République
tchèque
Slovaquie
112
94
112
120
Roumanie
105
131
105
49
Croatie
Total UE
193
167
193
1
13 520
6 553
13 518
4 098
Sources : FAM, CE. Les chiffres incluent le TAF et le report (560 000 t
sur 2014-2015 et 2662 000 t sur 2015-2016). A noter que le total
2015-2016 du hors quota (source CE) laisse apparaître une différence entre les données de FAM de l’ordre de 80 000 t : ces chiffres
restent provisoires.
Danemark
Autres
Total UE 27/28
65
3
106
0
2 662
928
Source : CE.
2.5. Prix du sucre du quota Le prix de marché obéit à la loi de l’offre et de la demande sur
le marché communautaire. La réforme de 2006 du règlement
sucre européen a fixé le prix de référence du sucre blanc à
404 €/t à compter de la campagne 2009-2010 ; ce prix de
référence n’a pas de définition précise dans la réglementation
européenne ; il constitue une sorte de prix indicatif plancher.
D’après les données fournies par l’Observatoire des prix
mis en place par la Commission européenne en 2006, le
prix moyen au départ usine du sucre du quota au sein de
l’Union européenne s’établit à 429 €/t sur les 10 premiers
mois de la campagne 2015-2016 (octobre à juillet) : une
valeur similaire à la même période de la campagne précédente (426 €/t). Précisons que ces prix sont ceux du sucre
facturé sur le mois concerné, prix qui résulte en général de
négociations antérieures.
17
Chapitre 1
2.7. Prix du sucre brut d’origine ACP/PMA
L’Observatoire des Prix de la Commission européenne publie
également le prix d’achat du sucre roux en provenance des
pays ACP/PMA, CAF (c’est-à-dire rendu Europe).
Prix mensuel moyen ( /t)
Prix européen du sucre blanc : observatoire communautaire
Prix de vente départ usine
750
650
550
Prix moyen CAF du sucre roux provenance ACP
et prix du sucre blanc européen du quota, départ usine
450
350
Oct-06 Oct-07 Oct-08 Oct-09 Oct-10 Oct-11 Oct-12 Oct-13 Oct-14 Oct-15
Min
Prix de référence
/t
Prix UE du sucre blanc
Max
Sources : Observatoire des Prix - Commission européenne, CGB.
800
750
700
650
600
550
500
450
400
350
Oct-07 Oct-08 Oct-09 Oct-10 Oct-11 Oct-12 Oct-13 Oct-14 Oct-15
Prix du sucre brut importé
ACP/PMA CAF
Mais selon le cabinet Kingsman/Platts, les prix départ usine,
négociés au jour le jour, lors de la campagne 2015-2016 pour
une livraison en Europe de l’Ouest, ont été en progression
continue, pour terminer, en août et septembre 2016, autour
de 550 €/t, mais sur de très faibles volumes, la quasi-totalité
du sucre 2015-2016 étant vendue à cette époque.
Prix du sucre du quota UE départ usine
Sources : Observatoire des Prix - Commission européenne, CGB.
Ce sucre est majoritairement, mais pas uniquement,
dédié au raffinage : en moyenne sur l’année civile 2014,
la valeur du sucre roux importé uniquement à des fins de
raffinage est inférieure de 20,7 € à la moyenne indiquée
dans l’Observatoire.
2.6. Prix du sucre hors quota Avec un prix moyen européen (à destination) de 334 €/t sur
les 10 premiers mois de la campagne 2015-2016 (octobre
à juillet), contre 358 €/t sur la même période lors de la
campagne passée, les prix du sucre industriel hors quota
ont poursuivi leur baisse alors même que le marché mondial se redressait.
Ici encore, le sucre référencé dans l’observatoire correspond
à un sucre négocié antérieurement, et seul le sucre de la
campagne 2016-2017 devrait profiter de la remontée du
cours mondial.
© D.Farantos / CEDUS
Si les prix sont donc restés très bas tout au long de la campagne 2015-2016, du fait de négociations commerciales
souvent conclues avant même le début de la campagne, le
niveau réduit des stocks de sucre européen a favorisé une
remontée des cours tout au long de la campagne, mais qui
ne se concrétisera réellement que dans les ventes du sucre
de la campagne 2016-2017.
L’origine ACP/PMA est la plus importante pour les raffineurs
européens. Sur la campagne 2015-2016, la moindre différence entre le prix d’importation ACP/PMA et le sucre du
quota européen (que ce qui a été observé sur 2014-2015)
a comprimé la marge de raffinage des raffineurs européens, et donc accru leur problème de compétitivité.
Cette situation explique leur forte mobilisation, auprès de
la Commission, pour la mise à 0 €/t des droits de douane
CXL (afin d’étendre leur approvisionnement auprès de pays
autres que les ACP/PMA et à des prix plus bas).
Prix mondial (FOB) et prix européen du sucre industriel (prix d'achat)
Prix mensuel moyen ( /t)
(Premier terme sugar#5, FOB Londres, et Observatoire communautaire, prix d'achat )
700
600
500
400
300
200
100
Rappelons que l’on estime qu’à partir de ce prix de sucre
roux CAF, les industriels doivent procéder à son déchargement et son acheminement à la raffinerie (environ 15 € en
moyenne européenne), puis à son raffinage (environ 90 €/t
en moyenne européenne). Or, en moyenne sur les 10 premiers mois de campagne 2015-2016, cette différence n’a
été que d’une vingtaine d’euros...
Oct-07 Oct-08 Oct-09 Oct-10 Oct-11 Oct-12 Oct-13 Oct-14 Oct-15
Prix UE du sucre industriel ( /t)
Prix mondial du sucre blanc
Sources : Observatoire des Prix - Commission européenne, CGB.
18
Chapitre 1
3. LE MARCHÉ DU SUCRE EN FRANCE
AU COURS DE LA CAMPAGNE 2015-2016
3.2. Bilan provisoire de la campagne 2015-2016
Bilan sucre france pour la campagne 2015-2016
( jus vert exclus - base oct./sept.)
3.1. Bilan définitif de la campagne 2014-2015
En milliers de tonnes
Bilan sucre France pour la campagne 2014-2015
( jus vert exclus - base oct./sept.)
En milliers de tonnes
1. Stock de début 2
- Privé
- Report 3
Quota
Hors
quota 1
407
401
6
2. Production fraîche 4
3 431
1 641
3. Importations
- Importations pays tiers
- Importations de l’UE
- Importations dans les produits
transformés
1 093
105
237
751
0
0
0
0
4. Revente de sucre hors quota
sur le marché alimentaire
“requalification”
0
0
5. Total disponible (5 = 1+2+3+4)
4 931
1 641
6. Consommation
2 081
1 089
Sucre industriel
291
Alcool-éthanol
798
7. Exportations
- En l’état, vers UE (hors Belgique 5)
et RUP 6
- En l’état, vers pays tiers
- Dans les produits transformés
2 681
1 839
355
75
18
824
280
8. Revente de sucre hors quota
sur le marché alimentaire
“requalification”
9. Stocks finaux
- Privé
- Report
10. Total utilisé (10 = 6+7+8+9 = 5)
1. Stock de début 2
-P
rivé
-R
eport 3
197
4 931
1 641
Horsquota 1
366
169
197
2. Production fraîche 4
3 240
3. Importations
1 354
1 115
0
- Importations pays tiers
- Importations de l’UE
- Importations dans les produits
transformés
120
245
750
0
0
0
4. Revente de sucre hors quota
sur le marché alimentaire
“requalification”
0
0
5. Total disponible (5 = 1+2+3+4)
4 721
1 354
6. Consommation
- S ucre industriel
- Alcool-éthanol
2 080
839
300
539
7. Exportations
2 523
454
- E n l’état, vers UE
(hors Belgique 5) et RUP 6
- E n l’état, vers pays tiers
-D
ans les produits transformés
1 700
3
820
50
404
0
8. Revente de sucre hors quota
sur le marché alimentaire
“requalification”
9. Stocks finaux
-P
rivé
-R
eport
10. Total utilisé
(10 = 6+7+8+9 = 5)
118
118
61
4 721
1 354
61
Sources : CGB, FranceAgriMer.
1
Le sucre hors quota contient la production d’alcool et d’éthanol
en équivalent sucre (jus vert exclu).
2
Il s’agit du stock déclaré par les fabricants.
3
Sucre hors quota 2014-2015 reporté sur 2015-2016 ; ce tonnage
doit être ajouté à la production fraîche pour constituer la production
disponible de la campagne.
4
DOM inclus, TAF inclus.
5
La Belgique étant souvent une destination provisoire avant
l’exportation vers les pays tiers depuis Anvers.
6
Régions ultrapériphériques.
0
169
169
Quota
197
3.3. Évolution des exportations françaises
sur le marché mondial depuis 2000
Sources : CGB, FranceAgriMer.
1
Le sucre hors quota contient la production d’alcool et d’éthanol
en équivalent sucre (jus vert exclu).
2
Il s’agit du stock déclaré par les fabricants.
3
Sucre hors quota 2013-2014 reporté sur 2014-2015 ; ce tonnage
doit être ajouté à la production fraîche pour constituer la production
disponible de la campagne.
4
DOM inclus, TAF inclus.
5
La Belgique étant souvent une destination provisoire avant
l’exportation vers les pays tiers depuis Anvers.
6
Régions ultrapériphériques.
Avant la réforme de 2006, c’est-à-dire avant la limitation des
exportations européennes par l’OMC, la France exportait en
moyenne (entre les campagnes 2000-2001 et 2005-2006)
plus de 1,9 Mt par campagne vers les pays tiers (c’est-à-dire
vers les pays non membres de l’Union européenne). Depuis
cette date, cette valeur a chuté : en moyenne sur les 5 dernières campagnes, seules un peu plus de 380 000 t de sucre
ont quitté le territoire français vers une destination hors UE.
19
Chapitre 1
Dans le même temps, le débouché européen(2) a progressé : la
moyenne des exportations françaises annuelles vers l’Union
européenne était de 1,3 Mt entre 2000-2001 et 2005-2006 ;
elle est passée à 1,7 Mt entre 2006-2007 et 2015-2016.
Au total, si la moyenne des exportations françaises totales
(vers les pays tiers et l’Union européenne) était de 3,2 Mt par
campagne entre 2000-2001 et 2005-2006, elle n’est plus qu’à
2,2 Mt depuis lors, et même à 2,1 Mt sur les cinq dernières campagnes, soit une perte à l’export de plus de 1,1 Mt en 15 ans.
• Et 0,4 Mt vers les pays tiers : la zone MENA (Moyen-Orient
et Afrique du Nord) a représenté la destination de plus de
70 % de ce sucre.
Destination du sucre en l'état exporté de France
vers les pays tiers entre le 01/10/2014 et le 30/09/2015
Afrique du Nord
Afrique
centrale
24 %
4,0
3,5
3,0
2,5
2,0
1,5
1,0
0,5
0,0
5%
Afrique
occidentale
12 %
Europe
(hors UE)
11 %
Source : FAM, CGB.
Entre le 1er octobre 2015 et le 30 septembre 2016(4), la
France a exporté 2,1 Mt de sucre en l’état (hors produits
transformés), dont :
• 1,7 Mt sur le territoire européen,
• Et 0,4 Mt (soit 16 % de ses exportations) vers les pays tiers.
00
20 -01
01
20 -02
02
20 -03
03
20 -04
04
20 -05
05
20 -06
06
20 -07
07
20 -08
08
20 -09
09
20 -10
10
20 -11
11
20 -12
12
20 -13
13
20 -14
1
20 4-1
15 5
-1
6e
Exportations françaises totales
1%
Moyen-Orient
20
Millions de tonne de sucre blanc
Exportations françaises de sucre en l'état
depuis 2000-2001
Exportations françaises vers pays tiers
Autres
47 %
Exportations françaises
vers Union européenne
Source : FAM, CGB.
Entre le 1er octobre 2014 et le 30 septembre 2015(3), la
France a exporté 2,3 Mt de sucre en l’état (hors produits
transformés), dont :
• 1,9 Mt sur le territoire européen
La France a donc légèrement réduit ses exportations vers
les pays membres de l’Union (-200 000 t par rapport à la
campagne précédente). Mais sur la campagne 2015-2016,
comme sur les campagnes antérieures, près du tiers des
exportations totales de sucre européen vers les pays tiers
provient de France.
(2) Notons que la définition même de l’Union européenne, passant
d’une UE-15, jusqu’en 2004, à une UE-28, depuis 2013, a été modifiée
pendant cette période.
(4) Données douanières : il peut ne pas s’agir de sucre effectivement
produit sur la campagne 2015-2016
(3) Données douanières : il peut ne pas s’agir de sucre effectivement
produit sur la campagne 2014-2015.
20
Chapitre 1
4.2. Gestion du marché du sucre du quota
et du sucre hors quota
4. LE MARCHÉ DU SUCRE DANS
L’UNION EUROPÉENNE : PERSPECTIVES
POUR LA CAMPAGNE 2016-2017
Sucre du quota
Le report (928 000 t) de 2015-2016 sur 2016-2017 devrait
permettre d’assurer le quota européen en prélevant un peu
plus de 12,5 Mt de sucre sur une production fraîche européenne estimée à 16,7 Mt (DOM inclus).
4.1. Bilan prévisionnel
de la campagne 2016-2017
Bilan sucre UE 28 pour la campagne 2016-2017
(Jus vert exclus - base oct./sept.)
En milliers
de tonnes
1. Stock de début2
- Privé
- Report3
2. Production fraîche 4
Quota
Hors quota1
1 684
756
928
12 592
4 108
3. Importations
- Importations préférentielles
et contingents5
- Importations exceptionnelles
- Importations dans les produits
transformés
3 795
3 245
4
4
0
0
550
0
4. Revente de sucre hors quota
sur le marché alimentaire
« requalification »
0
0
5. Total disponible (5 = 1+2+3+4)
18 071
4 112
6. Consommation
- Sucre industriel
- Alcool-éthanol
16 050
1 800
800
1 000
1 500
100
1 400
1 350
1 350
7. Exportations
- En l’état
- Dans les produits transformés
8. Revente de sucre hors quota
sur le marché alimentaire
« requalification »
9. Stocks finaux
- Privé
- Intervention
- Retrait
- Report
10. Total utilisé
(10 = 6+7+8+9 = 5)
Sur 2016-2017, la reprise des cours européens devrait
rendre le marché européen attractif. Même si l’ampleur de
la reprise sur le marché mondial rend toute prévision très
délicate, on peut estimer que :
• Les importations en provenance des ACP/PMA, devrait
ne pas dépasser 1,9 Mt, la récolte du sud de l’Afrique pouvant être à nouveau affectée par la sécheresse de la campagne passée ;
• Les contingents CXL seront compétitifs, comme la campagne passée, et en augmentation compte tenu du volume
alloué à la Croatie (voir chapitre V) qui pourrait être mis
en place à l’été 2017 (au prorata du temps restant de la
campagne), soit un total de 705 000 t ;
• Les contingents alloués au sein des accords de libreéchange devraient être remplis quasiment en totalité, que
ce soit en provenance des pays à l’est de l’Europe (Balkans,
Moldavie et Ukraine : 255 000 t) ou avec les pays d’Amérique centrale et l’Amérique andine (260 000 tonnes),
• Les contingents alloués à l’Afrique du Sud devraient entrer
en application en milieu de campagne (et donc alloués à
hauteur de 75 000 t, sur les 150 000 t allouées en année
pleine). Nous ne prenons pas en compte l’application
éventuelles d’autres accords non encore ratifiés (Équateur,
Vietnam : voir chapitre V).
• Enfin, environ 50 000 t devraient entrer en complément,
notamment à droits pleins (sucres spéciaux, sucre bio).
0
521
521
0
962
18 071
4 112
Au total, le volume total des importations de sucre en l’état
sur 2016-2017 pourrait donc atteindre 3,2 Mt valeur blanc
(contre 2,9 Mt la campagne précédente).
0
962
Au final, le bilan prévisionnel 2016-2017 conduit donc
à un stock prévisionnel de sucre du quota inférieur à
600 000 t, au 30 septembre 2016, . Néanmoins, la campagne 2017-2018 sera la première sans quota : son stock
de début de campagne inclut donc le stock de hors quota
(autrefois appelé report), pour un total autour de 1,5 Mt :
une situation proche de la campagne précédente.
Cet état de stock, suffisant, rend inutile la mise en place de
mesures exceptionnelles par la Commission au cours de la
campagne 2016-2017.
Sources : CGB, Commission européenne, FranceAgriMer.
1
Le sucre hors quota contient la production d’alcool et d’éthanol en
équivalent sucre (jus vert exclu).
2
Il s’agit du stock déclaré par les fabricants et raffineurs européens.
3
Sucre hors quota 2015-2016 reporté sur 2016-2017 ; ce tonnage
doit être ajouté à la production fraîche pour constituer la production
disponible de la campagne.
4
TAF inclus.
5
Importations préférentielles : ACP-PMA, CXL (OMC), Balkans,
Moldavie, Amérique centrale et andine, Croatie et autres.
21
Chapitre 1
4.3. Prix du sucre
Sucre du quota
Sucre du quota : stocks de fin de campagne depuis 2009/2010
Après avoir récemment atteint des niveaux proches, et
parfois en-dessous, du prix de référence communautaire,
on observe une reprise des cours du sucre sur le marché
de l’Union européenne à partir de la fin de l’été 2015, qui
approche, à l’ouverture de la campagne 2016-2017, les
500 €/t départ usine.
3
2,5
Mt
2
1,5
1
Dans ce contexte, il ne faudrait pas que la Commission européenne prenne des mesures exceptionnelles de gestion
(requalification et importations) lors de cette dernière campagne sous quota, car cela viendrait faire pression sur les
prix du sucre européens, après deux campagnes au plus bas.
0,5
7
-1
16
20
(e
6
*
st
)
5
-1
20
15
-1
-1
3
4
14
20
13
20
-1
12
20
12
11
20
-1
1
10
20
20
09
-1
0
0
* estimation, incluant report sur 2017-2018
Sucre hors quota Sources : CGB, FAM, Commission européenne.
La tendance pour les prix du hors quota 2016-2017 est
contrastée selon les débouchés.
Sucre hors quota
Malgré la hausse des surfaces européennes de 7 % par rapport à l’an passé (1,42 Mha en 2016-2017, contre 1,33 Mha),
le report 2015-2016 sur 2016-2017 est presque trois fois
plus faible que celui de l’an passé, car les rendements sont
en baisse ; il en résulte une disponibilité en sucre hors quota
quasiment identique à celle de l’an passé (4,1 Mt).
S’agissant de l’éthanol sur le territoire européen, on observe,
depuis la fin août 2016, un retour à des prix plus bas, autour
de 45-47 €/hl. L’offre conséquente européenne, ainsi que
des prix outre-Atlantique très déprimés du fait d’un pétrole
et d’un maïs au plus bas, pèsent sur le marché. On peut donc
craindre un maintien de ces prix peu attractifs.
Dès lors, un niveau d’utilisation du hors quota dans les
mêmes proportions que cette année est possible et permet
de terminer l’année avec un « report » de 1 Mt. Soulignons
que, avec la fin des quotas, il est vraisemblable que ce
« report » soit optimisé aux dépens de la production de
bioéthanol par exemple.
Avec un marché mondial qui resterait aux niveaux de septembre-octobre 2016 (22-23 cts/lb), la valorisation du
sucre européen exporté sur le marché mondial se situerait
aux environs de 490-520 €/t départ usine ; une valeur équivalente devrait s’appliquer au prix du sucre à usage non
alimentaire, en concurrence directe (hors engagement
contractuel) avec le sucre du marché mondial (de part l’existence d’un contingent sans droit de douane à l’importation
de 400 000 t pour la dernière année en 2016-2017, soit un
volume représentant la moitié de ce débouché).
Encore une fois, la campagne 2017-2018 étant sans quota,
ce « report » est en réalité à additionner au stock de fin de
campagne 2016-2017, pour un total d’environ 1,5 Mt.
22
Chapitre 1
5. MARCHÉ MONDIAL DU SUCRE :
FORTE HAUSSE DES PRIX
La part du sucre de betterave dans le total de la production
mondiale a atteint 20,6 %, contre 21,5 % la campagne précédente, soit une valeur légèrement inférieure à la moyenne
5 ans, du fait de la moindre récolte européenne.
5.1. Campagne 2015-2016 : fortement
déficitaire après cinq années d’excédents
La campagne 2014-2015 avait été excédentaire d’environ
1,5 millions de tonnes de sucre : elle a clôturé un cycle de
5 campagnes excédentaires, accumulant, sur ces 5 campagnes, presque 25 Mt d’excédents supplémentaires.
L’augmentation de la consommation en 2015-2016 par
rapport à l’an passé est estimée à 1,2 %, soit inférieure
à la moyenne 5 ans (1,9 %), pour la seconde campagne
consécutive. La hausse de consommation asiatique a marqué un net repli (+1,6 %, contre presque +3,0 % la campagne précédente) ; mais la part du continent asiatique dans
la consommation mondiale continue d’augmenter (47 %
en 2015-2016 contre 45 % en 2007-2008). La seule part
chinoise, à plus de 9,4 % de la consommation mondiale,
franchit un nouveau record.
La campagne 2015-2016 est, elle, déficitaire, et de façon conséquente, puisque F.O. Licht l’estime au-delà de 10 Mt. La baisse
de la production mondiale (-7,6 Mt à l’échelle du globe) est
avant tout due à l’impact du phénomène météorologique El
Niño qui a affecté les récoltes, tout particulièrement en Asie
(Inde et Thaïlande), mais aussi à la baisse de la production européenne, liée à une récolte décevante couplée à une baisse des
surfaces, faisant suite à l’exceptionnelle campagne 2013-2014.
Les volumes échangés sur le marché mondial ont atteint un
nouveau record en 2015-2016, dépassant pour la première
fois les 70 Mt. En moyenne, rappelons que plus d’un tiers du
sucre produit dans le monde fait l’objet de flux commerciaux
entre pays importateurs et exportateurs.
Selon F.O. Licht, la production mondiale atteindrait ainsi
173,7 Mt valeur brut (contre 181,3 Mt en 2014-2015),
pour une consommation (hors pertes) de 180,9 Mt (contre
178,8 Mt auparavant).
2014-2015
2015-2016
Variation
(En Mt valeur brut)
(En Mt valeur brut)
(en Mt valeur brut)
181,3
173,7
-7,6
-4,2 %
Europe, dont :
- Russie
- Union européenne
- Ukraine
- Turquie
30,3
4,9
19,2
2,2
2,3
25,8
5,7
15,0
1,7
2,2
-4,6
0,7
-4,2
-0,5
-0,1
-15,1 %
14,9 %
-22,0 %
-23,3 %
-5,1 %
Afrique, dont :
- Afrique du Sud
- Égypte
11,4
1,9
2,5
11,3
1,7
2,5
-0,1
-0,2
0,0
-1,1 %
-10,3 %
0,6 %
Amérique Centrale et Amérique du Nord, dont :
- Guatemala
- Mexique
- États-Unis
22,8
3,1
6,2
7,8
22,3
3,0
6,4
8,1
-0,4
-0,2
0,1
0,3
-1,9 %
-5,2 %
2,2 %
3,3 %
Amérique du Sud, dont :
- Argentine
- Brésil
- Colombie
42,5
2,0
34,7
2,5
47,3
2,4
39,5
2,3
4,8
0,4
4,8
-0,2
11,2 %
19,0 %
13,8 %
-7,4 %
Asie, dont :
- Chine
- Inde
- Indonésie
- Pakistan
- Philippines
- Thaïlande
68,8
11,5
30,6
2,7
5,6
2,3
11,6
61,7
9,5
27,2
2,5
5,6
2,2
10,0
-7,2
-2,0
-3,4
-0,2
-0,1
0,0
-1,6
-10,4 %
-17,6 %
-11,2 %
-6,2 %
-1,1 %
-1,8 %
-13,4 %
5,5
5,2
5,3
5,1
-0,2
0,0
-3,2 %
-0,8 %
Monde, dont :
Océanie, dont :
- Australie
Source : F.O. Licht world sugar balances (1re estimation, août. 2016).
23
Variation (en %)
Chapitre 1
Après avoir atteint un record historique fin
2014-2015 (80,2 Mt), les stocks de fin de campagne chuteront de près de 10 Mt, pour atteindre 70,3 Mt fin septembre 2015, selon F.O. Licht. Cette réduction des stocks
a permis au cours du sucre d’évoluer à la hausse pendant la
campagne 2015-2016, après quatre années consécutives
d’évolution à la baisse.
cours moyen(5) du sucre, sur la campagne entière, à près de
16,4cts/lb (361US$/t), contre 13,4cts/lb (296US$/t) la
campagne passée : une hausse de 22 %(6). Mais la progression en cours de campagne est encore plus remarquable :
entre le début de la campagne et la fin, le sucre roux a gagné
presque 80 % de sa valeur, après avoir atteint, en fin de
campagne 2014-2015, le niveau le plus bas depuis 7 ans.
L’évolution est similaire pour le sucre blanc : le cours
moyen(7) du sucre blanc de la campagne 2015-2016, sur
le terme proche, ressort à 455 US$/t, contre 377 US$/t
lors de la campagne précédente, soit une hausse de l’ordre
de 20 %(8). En moyenne sur la campagne, la prime de blanc
est de 95US$/t, ce qui correspond presqu’exactement à la
moyenne des 5 dernières campagnes.
Évolution du bilan mondial et du niveau des stocks
Millions de tonnes,
valeur brut
190
140
90
Consommation
5
6
15
-1
4
-1
14
20
20
3
-1
20
13
12
-1
11
-
12
20
0
-1
1
10
20
9
-1
09
20
20
8
-0
08
7
-0
07
20
Production
20
6
-0
06
5
-0
20
05
-0
20
04
20
20
03
-0
4
40
5.2.2. Principales causes de l’évolution
des cours mondiaux
Stocks de fin de campagne
Sources : FO Licht world sugar balances (août 2016) & CGB.
Une campagne 2015-2016 enfin déficitaire
Après 5 campagnes successives excédentaires, l’entrée dans
la campagne 2015-2016, annoncée déficitaire, s’est accompagnée d’une remontée des cours, dès octobre 2015.
C’est tout particulièrement d’Asie que les mauvaises nouvelles se sont succédé. Après des records de production en
2014-2015, la zone a en effet été durement touchée par le
phénomène météorologique El Niño, qui s’est traduit localement par une sécheresse importante. D’autant que les prix
bas de 2014-2015 avaient conduit les planteurs, notamment indiens et chinois, à limiter leurs replantations. Aussi,
3 pays parmi les 5 premiers producteurs mondiaux ont eu
des récoltes très mauvaises :
• La Thaïlande a produit tout juste 10 Mt, son pire résultat
depuis 2010-2011 ;
• La Chine a produit moins de 10 Mt, ce qui n’était pas arrivé
depuis 2005-2006 ;
• Et l’Inde, avec 27,2 Mt, accuse une baisse de près de 3,5 Mt
par rapport à sa campagne précédente.
Après la récolte exceptionnelle de 2014-2015, l’Union
européenne s’est vu contrainte de réduire ses surfaces
2015-2016 ; additionné à un rendement décevant, la
perte est chiffrée par F.O. Licht à presque 4,2 Mt entre les
deux campagnes.
50
32,00
45
27,00
Prix moyen annuel (en US$cts/lb)
Stock de fin de campagne
(en % de la consommation)
Évolution comparée du prix moyen du sucre brut (US$cts/lb)
sur le terme proche et du ratio (%) stock sur consommation
22,00
40
17,00
35
12,00
30
7,00
2000-01
2003-04
2006-07
2009-10
2012-13
Stocks (en % de la consommation)
2015-16
Sources : FO Licht world
sugar balances (août 2016) & CGB.
Prix moyen annuel (en US$cts/lb)
5.2. Évolution des cours du sucre au cours
de la campagne 2015-2016 et principales
causes de cette évolution
5.2.1. Évolution des cours du sucre au cours
de la campagne 2015-2016
Après une baisse des cours, quasiment ininterrompue depuis
2011, l’entrée en campagne 2015-2016 s’est accompagnée d’un retournement complet de tendance, avec un
Cours du sucre sur le terme proche depuis 2006
850
Sucre brut
Sucre blanc
750
US$/tonne
650
550
450
(5) Moyenne réalisée sur la base des cotations journalières.
350
(6) Moyenne journalière du prix 2014-2015 comparé à la moyenne
journalière du prix 2015-2016 sur le premier terme.
250
6
(7) Moyenne réalisée sur la base des cotations journalières.
10
/1
5
(8) Moyenne journalière du prix 2014-2015 comparé à la moyenne
journalière du prix 2015-2016 sur le premier terme.
01
/
01
/
10
/1
4
01
/
10
/1
3
01
/
10
/1
2
11
01
/
0/
/1
01
10
/1
0
10
/1
9
01
/
01
/
10
/0
8
01
/
10
/0
7
/0
10
01
/
01
/
10
/0
6
150
Source : CGB
24
Chapitre 1
Enfin, toute la partie sud de l’Afrique a également souffert
des conditions climatiques, la production de l’Afrique du Sud
a par exemple accusé un repli de 10 % par rapport à sa campagne précédente.
Une exception : le Brésil, premier pays producteur, a profité
de la hausse du prix du sucre (d’autant plus en réal brésilien)
pour minimiser sa production d’éthanol au profit de sa production de sucre, qui a ainsi atteint 39,5 Mt (selon F.O. Licht,
chiffres oct/sep), soit 1 Mt de plus que sa moyenne 5 ans.
Cette augmentation est restée cependant insuffisante pour
pallier les baisses des autres pays producteurs.
Au plus fort de la crise politique brésilienne, entre septembre
2015 et mars 2016, la monnaie brésilienne a atteint une
baisse record, puisqu’il fallait plus de 4 réals pour obtenir
1 US$ : une situation jamais vue depuis la création du réal en
1994. L’apaisement de la situation politique locale a permis
une remontée de la monnaie brésilienne, qui a repris 20 %
à la fin de la campagne et a constitué un facteur de hausse
du sucre brut, mais toutefois bien moindre que les effets du
déficit mondial et des spéculateurs.
20
180
80
15
-20
-120
/1
01
3
1
0/
/0
01
4
1
1/
/0
01
4
1
4/
/0
01
4
1
7/
/1
01
4
1
0/
/0
01
5
1
1/
/0
01
5
1
4/
/0
01
5
1
7/
Position nette des fonds spéculatifs
/1
01
5
1
0/
/0
01
6
1
1/
/0
01
6
1
4/
/0
01
6
1
7/
Cours sucre
© S.Pelly/Cedus
Source : CGB.
Une influence de la parité « réal-dollar » moindre,
mais toujours présente
Le cours mondial du sucre est fortement corrélé au coût
de production du sucre au Brésil, pays d’origine de près de
40 % du sucre exporté dans le monde. Si la monnaie brésilienne, le réal, se reprend par rapport au dollar, le coût de
production du Brésil exprimé en dollars augmente mécaniquement, ce qui est un facteur de hausse du cours mondial
du sucre coté en dollars.
2,90
$330
16
/1
0/
16
01
15
4/
/0
01
0/
/1
01
4/
/0
01
0/
/1
01
4/
/0
01
15
1,90
14
$230
14
2,40
13
$280
Valeur d'1US$, en réal brésilien
3,40
$380
/1
10
6
1
0/
/1
01
3,90
$430
01
25
280
4,40
$480
Valeur d'1US$ en réal (échelle de droite)
Sucre roux à New-York : position nette des spéculateurs
et prix du sucre depuis la campagne 2013-2014
380
$530
Prix du roux, en US$/t (échelle de gauche)
Prix du sucre, cts/lb
Position nette des spéculateurs, x 1 000 lots
Une très forte influence des fonds spéculatifs
Dans un univers boursier incertain, les fondamentaux du
secteur sucrier ont intéressé les fonds spéculatifs, qui ont
été l’élément déclencheur, et amplificateur, de la remontée
des cours en début de campagne.
Net-acheteurs dans des proportions encore jamais vues
(jusqu’à des volumes représentant plus de 14 Mt de sucre
certaines semaines), les spéculateurs ont contribué à la
reprise des cours du sucre tout au long de la campagne (avec
une petite pause lors du changement de terme de mars).
L’ampleur de leur position à l’achat a néanmoins suscité la
crainte d’une retombée brutale, qui ne s’est pas produite,
mais reste un facteur de retournement du marché pour la
campagne prochaine, même si celui-ci restera soutenu par
des fondamentaux robustes.
0/
Prix du sucre roux à New York (US$/t)
Evolution comparée du prix du sucre roux à New York
et de la parité réals/US$ depuis la campagne 2013-2014
25
Source : CGB.
Chapitre 1
5.3. Campagne 2016-2017 : une nouvelle
campagne déficitaire Ce deuxième déficit successif serait de nature, sur les 2 campagnes 2015-2016 et 2016-2017, à faire baisser les stocks
de près de 20 Mt au total : une ampleur jamais vue, de nature
à maintenir des cours élevés pour le sucre tout au long de la
campagne 2016-2017, avec la réserve des spéculateurs qui
finiront pas déboucler leurs positions avec un effet négatif
sur les cours.
Selon les premières estimations du bilan mondial sucrier
2016-2017, la production mondiale n’augmenterait que de
1 Mt par rapport à la campagne passée, alors que la consommation mondiale augmenterait de 2,5 Mt. Un nouveau déficit, chiffré à plus de 8,9 Mt par F.O. Licht, est attendu.
La production brésilienne devrait rester importante (autour
de 38 Mt selon F.O. Licht, sur la base oct/sept), hors accident climatique, car largement tournée vers le sucre au
détriment du secteur éthanol.
Mais c’est une nouvelle fois d’Asie que la production sera
insuffisante : l’ampleur de la sécheresse de la campagne passée a été telle qu’elle a affecté les jeunes cannes, et la production thaïlandaise ne devrait pas atteindre 10 Mt. La production indienne devrait passer sous les 25 Mt et atteindre
un niveau des plus bas jamais vu depuis 2010-2011, alors
même que sa consommation devrait battre un nouveau
record, au-dessus de 28 Mt.
Par ailleurs, des premières craintes sur un événement
météorologique La Niña (qui a des effets climatiques opposés à El Niño) se font entendre.
Surplus/déficit sur la période (en Mt eq. roux)
10
5
0
-5
-10
7
6
-1
-1
16
20
5
-1
15
20
4
-1
14
20
3
-1
13
20
12
11
-
12
20
-1
1
20
0
-1
10
20
9
-0
09
20
08
20
20
07
-0
8
-15
Source : CGB d’après F.O. Licht (août 2016).
26
Chapitre 1
6. LE MARCHÉ DE L’ALCOOL ET DE L’ÉTHANOL
Exportations
L’alcool éthylique (agricole ou de synthèse) est utilisé dans
les boissons, spiritueux, en parfumerie, chimie, pharmacie,
et comme carburant. Dans ce dernier cas, on parle d’éthanol.
Les données présentées ci-dessous englobent l’ensemble de
ces usages, d’où l’emploi du terme générique d’ « alcool ».
Il n’existe pas de marché mondial de l’alcool/éthanol, mais
des marchés régionaux dont les plus importants sont les
marchés éthanol des États-Unis, du Brésil, de l’UE et de
la Chine.
En 2015, les États-Unis ont maintenu leur domination sur le
commerce mondial avec 32 Mhl exportés. Les exportations
du Brésil ont rebondi à 19 Mhl contre 14 Mhl en 2014 bénéficiant d’une devise nationale très dépréciée. On reste toutefois loin du record de 45 Mhl exportés à la fin des années
2000. L’Union européenne a réussi à maintenir un niveau
d’exportation élevé à 2 Mhl en léger repli par rapport au
record de 2,5 Mhl en 2014.
Importations
6.1. Contexte mondial sur les marchés de
l’alcool et de l’éthanol : la stabilité prédomine
En 2015, le Canada est resté le 1er importateur mondial
d’éthanol avec 13 Mhl, principalement en provenance des
États-Unis. L’Asie a beaucoup importé pour approvisionner
ses marchés intérieurs :
• La Chine a importé 7 Mhl en 2015 contre 0,3 Mhl en 2014.
• L’Inde a importé 2 Mhl en 2015 contre 1 Mhl en 2014.
• Quand les Philippines ont maintenu des importations à 3,5 Mhl.
Production mondiale d'alcool traditionnel
et d'éthanol (million hl)
1 400
1 200
1 000
800
600
400
200
0
Dans le reste du monde les importations sont restées relativement stables : les États-Unis ont maintenu leurs importations à 10 Mhl, le Brésil à 5 Mhl, et l’UE à 4,5 Mhl contre
3,8 Mhl en 2014.
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
États-Unis
Brésil
Chine
Union européenne
Autres
Source : F.O. Licht.
6.2. Le marché de l’alcool et de l’éthanol
dans l’UE : un marché proche de l’équilibre
Depuis 2010, on observe une croissance plus lente de la
production mondiale d’alcool du fait du ralentissement de
la croissance du débouché carburant aux États-Unis et en
Europe pour cause de cadres réglementaires moins porteurs. Quant à l’industrie canne-éthanol-sucre au Brésil, elle
connait actuellement une conjoncture difficile qui a freiné
son développement.
En 2015, les échanges mondiaux ont rebondi à 112 Mhl soit
10 % de la production mondiale. Cette faible proportion de
la production échangée est liée à des stratégies nationales
de développement des biocarburants qui visent le plus souvent un objectif d’indépendance énergétique.
Le secteur des biocarburants européens fait l’objet d’un
suivi statistique incomplet qui contraste avec les besoins
de données indiscutables pour éclairer l’établissement des
politiques publiques.
A ce sujet, la Commission agriculture du Parlement européen a rejeté le 5 mai 2015 le règlement délégué de la
Commission européenne relatif à la suppression des certificats d’importation d’alcool éthylique et à l’allègement
du reporting des états membres en matière de production,
consommation et commerce d’alcool éthylique. Cela aurait
encore affaibli un outil statistique déjà modeste.
6.2.1. Production : stabilisation en 2015
La production européenne d’alcool s’est maintenue en
2015 sur ses niveaux les plus élevés à 73 Mhl.
Exportations mondiales d'alcool traditionnel
et d'éthanol (millions hl)
140
120
100
80
60
40
20
0
100 000
Pourcentage de la production mondiale échangée
Alcool agricole
Alcool de synthèse
Source : F.O. Licht.
27
dont bioéthanol
Alcool total
2015
2014
2013
2011
2012
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
0
2000
Exportations (million d'hl)
1999
2011 2012 2013 2014 2015
50 000
1998
2007 2008 2009 2010
Production d'alcool (agricole et de synthèse)
dans l'UE de 1998 à 2015
en milliers d'hectolitres
16%
14%
12%
10%
8%
6%
4%
2%
0%
Source Commission européenne
et FO Licht.
Chapitre 1
Sur les 64 Mhl d’alcools agricoles produits en UE en
2015 (69 Mhl en 2014), 62 % l’ont été à base de céréales,
26 % à base de betteraves et mélasses, 3 % à base d’alcool
vinique et le reste représente 9 %.
En 2015, la fermeture prolongée de l’usine d’Ensus au
Royaume-Uni a conduit à un repli de la production anglaise
de 9,4 Mhl à 7,4 Mhl. Cette baisse a été compensée par :
• La France a connu une hausse de sa production à 19 Mhl
en 2015 contre 18,6 Mhl en 2014 selon FranceAgriMer.
• L’Allemagne a porté sa production à 11,1 Mhl en
2015 contre 10,8 Mhl en 2014.
• La Hongrie a porté sa production à 5,5 Mhl en 2015 contre
4,5 Mhl en 2014. Cela est en partie lié à l’expansion de
l’unité de Pannonia à Dunaföldvár.
• L’Espagne où la production est passée de 4,9 Mhl en
2014 à 5,3 Mhl en 2015.
Eurobserv’er (financé par la Commission) la consommation
d’éthanol dans les transports aurait cru de 4 % en 2015.
6.2.3. Importations de l’Union européenne :
une baisse qui se poursuit
Évolution des importations européennes
En 2016, l’expectative est forte : l’usine d’Ensus en Angleterre
a été remise en service au début de l’été et devrait conduire
à une hausse de production ; le groupe Abengoa étant
menacé de faillite devrait connaitre un fonctionnement
erratique de ses outils ; les disponibilités en substrat betteravier devraient être en baisse ce qui impactera en particulier la production française ; les nouveaux investissements
en Hongrie devraient encore monter en puissance. Tous ces
éléments mis bout à bout devraient plus ou moins se compenser et conduire à une certaine stabilité de la production
européenne en 2016.
2013
2014
2015
Importations éthanol
sous forme ETBE
2 214
1 222
1 198
Importations supposées
en contournement
1 857
1 670
1 325
Importations officielles
à droit nul (NC 2207)
5 759
4 589
2 526
Importations officielles
soumises aux tarifs
(NC 2207)
2 871
1 425
3 217
Total des importations
d’éthanol
12 700
8 906
8 266
Sources : Eurostats, Commission européenne, Secex, United States
International Trade Commission.
En 2015, les importations d’éthanol européennes ont poursuivi leur repli passant de 12,7 Mhl en 2013 à 8,3 Mhl en 2015.
En 2015, la Russie a constitué la principale origine d’importation officielle d’éthanol avec 0,7 Mhl. Les origines d’Amérique centrale ont vu leur flux significativement réduit en
2015 : le Guatemala avait exporté 1 Mhl en 2014 vers l’UE,
et seulement 0,1 Mhl en 2015.
En prenant en compte les importations d’ETBE et les importations estimées en détournement, le Brésil a constitué en
2015 le premier fournisseur de l’UE en alcool avec 2 Mhl. Les
États-Unis, ont expédiés 1,3 Mhl vers l’UE en 2015.
6.2.2. Consommation Utilisation de l'alcool agricole par types de débouchés
80
70
60
50
40
Principales origines d'importations d'éthanol en UE
(inclus ETBE, et estimations de détournement pour US et Brésil)
30
20
0
En milliers d'hectolitres
10
2 500
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
4
2,6
1,7
2,2
2,5
3,1
1,5
3,1
Carburant
29,1
39,3
39
42,4
45,1
45,5
47
45,2
Industriel
8,5
6,9
7,6
7,5
7,9
5,8
8,2
8,2
Boisson
9,5
7,9
8
7,5
7
8,7
13,9
8,2
500
Alimentation
2,4
2,9
0,9
0,7
0,8
1,2
0,8
1,1
-
2 000
1 500
1 000
us
si
Autres
e
Pé
ro
u
Bo
liv
ie
B
Ét rés
il
at
sU
ni
Pa s
ki
st
C
os an
ta
R
ic
a
Eg
yp
te
So
ud
an
N
or
vè
G
ua ge
te
m
al
a
Millions hectolitres
En milliers d’hl
R
Source Commission européenne.
Total 2014
Les chiffres de la Commission indiquent une baisse de la
consommation d’éthanol en carburation entre 2014 et
2015 (ce qui intègre dans le graphique ci-dessus le débouché
carburant et le débouché industriel qui comprend la fabrication d’éther éthyl tertiobutyle [ETBE]). A l’inverse, selon
Total 2015
Sources : Eurostats, Secex,
United States International Trade Commission.
Les Pays-Bas sont restés le principal point d’entrée de l’éthanol importé en UE. La France reste le second importateur
d’éthanol européen en provenance de pays tiers.
28
Chapitre 1
Alcool dénaturé et non dénaturé (NC 2207)
1000 Hl
2014
2015
Principales origines 2015
Pays-Bas
2 818
3 004
46 % d’origine non spécifiée par les douanes,
22 % Pérou, 9 % Costa Rica
France
945
890
37 % Bolivie,
28 % États-Unis, 8 % Brésil
Suède
570
613
84 % Russie,
9 % États-Unis, 6 % Norvège
Italie
546
338
62 % Égypte, 24 % Pakistan, 12 % Soudan
Royaume-Uni
116
258
56 % Brésil, 15 % Jamaïque, 14 % Guatemala
Espagne
335
238
62 % Pakistan, Swaziland 26 %, 6 % Barbades
Lettonie
134
121
100 % Russie
Allemagne
200
109
59 % Pakistan, 36 % Norvège, 4 % Brésil
Belgique
281
44
61 % États-Unis,
38 % Brésil
Autres
1
129
Total UE
6 014
5 743
Source Eurostats.
Problématiques douanières
Les importations d’alcool en UE sont réalisées sous deux
nomenclatures douanières dédiées dont les droits diffèrent :
l’alcool non dénaturé (droit de douane de 19,2 €/hl) et l’alcool dénaturé (droit de douane de 10,2 €/hl). L’importation
d’éthanol peut également s’effectuer sous forme d’ETBE
qui supporte un droit de douane de 5,5 % ad valorem, soit
2,5 €/hl sur une base de 50 €/hl rendu Europe.
Provenance de l’éthanol
États-Unis
Brésil
Total
On rappellera que pour éviter les pratiques de contournement du tarif douanier par les mélanges, qui permettait de
payer un droit de douane beaucoup plus bas, la Commission
a adopté en 2012 un règlement d’exécution (n°211/2012)
qui précise qu’un mélange éthanol-essence qui comporte
au moins 70 % d’éthanol tombe sous le régime douanier de
l’alcool dénaturé (22 07 20).
Source des chiffres (000 hl)
2011
2012
2013
2014
2015
Exportations USA vers UE
selon USITC (1)
11 201
6 571
1 019
1 898
1 304
118
1 373
181
228
334
Volumes supposés
importés en contournement
11 083
5 198
838
1 670
969
Exportations Brésil vers UE
selon Secex (1)
1 162
986
1 587
82
806
Importations UE depuis le Brésil
selon COMEXT(3)
785
55
568
196
451
Volumes supposés
importés en contournement
378
930
1 019
-
356
Volumes totaux supposés
importés en contournement
11 461
6 128
1 857
1 670
1 325
Importations UE depuis les USA
selon COMEXT(2)-hl
Source : (1) United States International Trade Commission, (2) Eurostats, (3) Secrétariat brésilien au commerce extérieur.
29
Chapitre 1
Rappelons par ailleurs que le Conseil européen a adopté le
règlement N 157/2013 en février 2013 qui impose au titre
de pratiques antidumping avérées un droit de 62,3 €/T
(4,96 €/hl) à toute importation d’éthanol américain pour
une durée de 5 ans.
Ces modifications des régimes douaniers ont permis de
réduire les importations en contournement et limité les
importations en provenance des États-Unis alors que le
marché européen voit son déficit structurel d’éthanol se
réduire. Pour 2015, on calcule des importations supposées en
contournement de l’ordre d’1,3 Mhl loin des 11 Mhl de 2011.
Toutefois, par un arrêt en date du 9 juin 2016, la Cour de
Justice européenne (CJE) a partiellement annulé le règlement
d’exécution n° 157/2013 instituant des droits anti-dumping
(environ 5 €/hl) pour l’éthanol importé en provenance des
États-Unis au motif que les sanctions auraient dû s’appliquer
aux opérateurs ayant bénéficié de subventions pour exporter
vers l’UE et non à la totalité des États-Unis.
Le 20 août le Conseil a fait appel de cette décision, considérant que la CJE a conclu à tort qu’il était possible d’appliquer
des droits anti-dumping individualisés par opérateur. Cet
appel est suspensif de l’application du jugement de la CJE,
les droits anti-dumping continuent donc à s’appliquer pendant la durée de cet appel, soit au minimum un an, sachant
que ces droits sont en vigueur jusqu’en mars 2018.
Importations d’alcool
communautaire
Exportations d’alcool
communautaire
2014
2015
2014
10 754
11 130
1 850
3 116
516
449
989
1 466
France
1 437
1 521
6 716
8 420
Royaume-Uni
4 315
6 169
3 247
3 048
Pays-Bas
3 002
6 819
7 438
10 106
Belgique &
Luxembourg
1 151
1 452
5 797
5 187
Italie
1 113
1 732
557
727
Espagne
1 012
849
936
1 184
Suède
2 812
3 342
211
793
Danemark
1 431
1 349
6
5
Pologne
1 415
1 561
193
546
Allemagne
Autriche
Hongrie
Autres
Total
2015
522
461
2 613
3 672
2 602
3 093
1 531
1 656
32 084
39 927
32 084
39 927
Source : Eurostats d’après données d’importation des pays.
6.2.5. Exportations sur pays tiers : dynamisme
maintenu en 2015
Alors qu’elles stagnaient autour d’1 Mhl les années précédentes, les exportations européennes ont atteint un record
de 2,6 Mhl en 2014. En 2015, les exportations ont baissé
à 2 Mhl ce qui demeure une performance élevée au regard
des années précédentes.
En 2015, les trois premiers clients de l’éthanol européen ont
été la Suisse, la Turquie et l’Arabie saoudite. Toutefois des
destinations importantes de 2014 ont quasiment disparu en
2015 comme l’Inde ou les Emirats arabes unis.
Multiplication des accords commerciaux
Les accords commerciaux permettant l’importation d’éthanol
en UE à droits nuls ou réduits sont nombreux (cf chapitre V ),
sans compter le régime européen SPG+ qui permet à 13 pays
d’exporter leur production d’éthanol vers l’UE sans droit de
douane et sans limite de volume, sous réserve de la clause
de sauvegarde.
Destinations des exportations d’éthanol au départ de l’UE 2014
6.2.4. Échanges intracommunautaires :
gains de parts de marché de l’origine française
Suisse
256
477
87
193
7
193
États-Unis
255
144
Brésil
132
133
Norvège
185
114
1
97
76
86
Turquie
Le commerce intra-européen d’éthanol a nettement progressé en 2015.
Les importations en provenance du reste de l’UE ont connu
une progression significative au Royaume-Uni en raison
d’une réduction de la production domestique. En Italie, le
rebond du recours aux importations intracommunautaires
est lié à la baisse des importations extracommunautaires.
Les Pays-Bas se sont renforcés dans leur rôle de plaque tournante en important 6,8 Mhl en provenance du reste de l’UE
pour réexporter 10,1 Mhl.
Du côté des exportations, la France a renforcé sa prépondérance sur le marché européen où elle exporte 8,4 Mhl. La
Hongrie a également profité de la hausse de sa production
d’éthanol de maïs pour augmenter ses exportations d’1 Mhl
à 3,7 Mhl en 2015.
Arabie saoudite
Tunisie
Cameroun
Islande
4
54
Côte d’Ivoire
61
51
Israël
29
49
Congo
26
44
Émirats arabes unis
613
35
Inde
338
9
Autres
Total UE
30
2015
495
323
2 566
2 002
Chapitre 1
Grâce au port de Rotterdam, les Pays-Bas sont restés le
principal exportateur européen en 2015 avec 0,5 Mhl.
L’éthanol exporté au départ des ports hollandais vient en
partie d’autres pays comme la France, l’Allemagne ou même
des pays des rives du Danube. La France a maintenu sa présence auprès des pays tiers sur ses niveaux historiques les
plus élevés avec 0,5 Mhl exportés en 2015.
dévissé pour atteindre 45 €/hl en avril. Cela fut lié à un
contexte déprimé sur les marchés de l’énergie et des
céréales, la pleine disponibilité de substrats betteraviers
et l’importation de quelques cargos d’éthanol américains.
Notons que sur le 1er trimestre l’éthanol américain s’est longtemps vendu en spot à moins de 35 €/hl sur une base délivrée Chicago.
Entre avril et début juin, le marché européen a connu une
forte inflation portée en partie par les moindres disponibilités locales, la menace de faillite d’Abengoa, la reprise sur
les marchés de l’énergie, une légère dépréciation de l’euro
contre le dollar et une moindre pression à l’importation.
Exportations européennes d’éthanol sur pays tiers
2014
2015
1 126
579
France
520
507
Espagne
356
333
Bulgarie
60
172
BelgiqueLuxembourg
66
81
Suède
14
79
Hongrie
58
69
RoyaumeUni
200
66
Allemagne
59
39
Italie
17
39
Roumanie
66
0
Autres
24
38
2 566
2 002
Pays-Bas
Total UE
A compter de début juin alors que l’on entrait dans la « driving season » européenne, le marché s’effondra aussi vite
qu’il s’était envolé. Dès le début du mois de septembre,
l’éthanol à Rotterdam s’échangeait à moins de 45 €/hl. Cela
s’expliquait par la reprise d’un courant d’importation, l’annonce du redémarrage de l’usine d’Ensus en Angleterre et
d’un marché céréalier qui restait très lourd malgré les productions catastrophiques de céréales en France.
Super sans plomb 95 Rotterdam (€/hl)
80
Source Eurostats.
70
60
6.3. Prix de marché de l’éthanol
50
La cotation de référence du marché européen s’établit à
Rotterdam. Plaque tournante du commerce européen,
Rotterdam est à la fois un point d’entrée et de sortie privilégié de l’éthanol en Union européenne.
40
30
02
/0
02 1/12
/0
02 4/12
/0
02 7/12
/1
02 0/12
/0
02 1/13
/0
02 4/13
/0
02 7/13
/1
02 0/13
/0
02 1/14
/0
02 4/14
/0
02 7/14
/1
02 0/14
/0
02 1/15
/0
02 4/15
/0
02 7/15
/1
02 0/15
/0
02 1/16
/0
02 4/16
/0
02 7/16
/1
0/
16
20
Source UFIP.
Cotation spot éthanol FOB Rotterdam T2 ( /hl)
80
70
Prix du blé fourrager en UE (€/T)
60
280
50
260
40
240
30
220
200
20
03
/0
03 1/12
/0
03 4/12
/0
03 7/12
/1
03 0/12
/0
03 1/13
/0
03 4/13
/0
03 7/13
/1
03 0/13
/0
03 1/14
/0
03 4/14
/0
03 7/14
/1
03 0/14
/0
03 1/15
/0
03 4/15
/0
03 7/15
/1
03 0/15
/0
03 1/16
/0
03 4/16
/0
03 7/16
/1
0/
16
180
160
140
Source AMPBCS.
120
ie
r
Av -12
r
Ju il-12
O ille
ct t-1
o
2
Ja brenv 12
ie
r
Av -13
ri
Ju l-13
O ille
ct tob 13
Ja renv 13
ie
r
Av -14
r
Ju il-14
i
O lletct
ob 14
Ja renv 14
ie
Av r-15
ri
Ju l-15
O ille
ct tob 15
Ja renv 15
ie
r
Av -16
rilJu 16
ille
t-1
6
100
Ja
nv
Le prix de l’éthanol sur le marché européen a connu d’importantes variations au cours de l’année 2016. Après avoir
entamé l’année à plus de 60 €/hl, les prix ont rapidement
Source Commission européenne.
31
Chapitre 1
Alors qu’au mois d’octobre l’éthanol traite à 46 €/hl
FOB Rotterdam, les deux principaux exportateurs mondiaux (États-Unis et Brésil) ne sont pas compétitifs pour
exporter des volumes significatifs d’éthanol vers l’UE
(cf tableaux ci-après).
Estimation du prix de l’éthanol brésilien C&F UE (Octobre 2015)
Au Brésil, le dynamisme de la consommation domestique lié
à un soutien accru des autorités publiques et la reprise de la
devise nationale depuis le mois de février 2016 a considérablement réduit les perspectives d’exportations brésiliennes.
Livraison spot
Prix éthanol
déshydraté spot
FOB Santos
59,2
USD/hl
Fret Santos>ARA
8,9
USD/hl
Parité Euro USD
1,11
Droits de douane
pour l’alcool
dénaturé
10,20
€/hl
Prix éthanol C&F
Europe dédouané
71,5
€/hl
Prix éthanol aux Etats-Unis et au Brésil (€/hl)
65
60
Estimation du prix de l’éthanol américain C&F UE
(Octobre 2015)
55
50
45
40
35
30
04
/0
1
04 /13
/0
4
04 /13
/0
7
04 /13
/1
0
04 /13
/0
1
04 /14
/0
4
04 /14
/0
7
04 /14
/1
0
04 /14
/0
1
04 /15
/0
4
04 /15
/0
7
04 /15
/1
0
04 /15
/0
1
04 /16
/0
4
04 /16
/0
7
04 /16
/1
0/
16
Prix éthanol FOB
US Gulf
Fret US Gulf>ARA
États-Unis CME spot délivré Chicago
Éthanol anhydre (ex-distillerie Sao Paulo)
Source AMPBCS.
Aux États-Unis, depuis le début de la nouvelle campagne
les cours du maïs ont plongé entraînant avec eux ceux de
l’éthanol. Toutefois, l’éthanol américain n’arrive toujours pas
à être durablement compétitif en UE.
42,27
USD/hl
7,5
USD/hl
Parité Euro USD
1,11
Droits de douane
pour l’alcool
dénaturé
10,20
€/hl
4,96
€/hl
60
€/hl
Droits antidumping
Prix éthanol C&F
Europe dédouané
32
Livraison spot
Chapitre 1
7.2. Pulpes surpressées
7. LA PULPE : RÉSISTANCE DES COURS
EN 2015-2016
Les volumes de production de la pulpe surpressée à destination de l’ensilage en 2015-2016 ont globalement baissé par
rapport à la campagne précédente, mais dans une proportion
moindre que la baisse de matière sèche de la pulpe globale,
c’est-à-dire au détriment des volumes de la pulpe déshydratée.
7.1. Pulpes déshydratées
Les cours des pulpes déshydratées sur le disponible départ
Marne, 8 mm, sont restés stables autour de 150 €/t, de janvier
à juin 2015. Puis début juillet, en raison des inquiétudes dues
au déficit hydrique et aux conditions caniculaires, un changement de niveau s’est opéré aux alentours de 160 €/t. Les
cours base 6 d’octobre 2015 ont oscillé autour de ce niveau
dans un contexte de cours stables des céréales et des produits concurrents.
Campagne
(en tonnes brutes)
Évolution des cours de la pulpe déshydratée, en €/t
280
base 8 mm, départ Marne
260
Production de pulpe
surpressée
240
220
2009-10
1 376 531
2010-11
1 434 449
2011-12
1 728 577
2012-13
1 746844
2013-14
1 857 527
2014-15
1 888 774
2015-16
1 699 889
disponible
200
180
160
140
120
6 d'octobre
100
80
2013-14
2012-13
60
40
14
40
14
2014-15
40
14
semaine
2016-17
2015-16
40
14
40
14
Le prix moyen de vente de la pulpe surpressée sur la campagne 2015-2016 se situe à environ 74 € par tonne de
matière sèche, en retrait d’environ 6 €/t par rapport à celui
de l’année précédente.
40
sources : La Dépêche, La France Agricole
Le prix moyen de vente de la pulpe déshydratée sur la campagne 2015-2016 émerge à environ 155 € par tonne de
pellets base 8 mm, quasiment au même niveau que celui de
la campagne précédente.
Prix moyen de vente de la pulpe surpressée
Prix moyen de vente de la pulpe déshydratée
200
180
/t de pellets
160
140
120
100
80
60
40
20
0
09-10
10-11
11-12
12-13
13-14
14-15
15-16
Source : USICA.
Source : USICA.
33
Chapitre 2
L’INDUSTRIE DU SUCRE
ET DE L’ÉTHANOL
35
Chapitre 2
L’industrie du sucre et de l’éthanol
© F-L. Athénas / CEDUS
1. CONJONCTURE POUR L’INDUSTRIE
DU SUCRE ET DE L’ÉTHANOL
DANS L’UNION EUROPÉENNE
36
Lors des exercices incluant la valorisation des récoltes de
betteraves 2014 et 2015, la faiblesse des cours du sucre
sur les marchés européens et internationaux ont placé l’industrie sucrière européenne dans une situation très difficile.
Pour les groupes produisant de l’éthanol, la reprise temporaire des cours en 2015-2016 a permis d’amortir partiellement cette dégradation. Mais globalement, cette conjoncture s’est traduite par des résultats en recul et une hausse
de l’endettement des entreprises.
En outre, le classement annuel publié par l’analyste FO Licht
indique que la baisse de production de sucre des entreprises
européennes en 2015 les a conduites à régresser dans le
classement des principaux producteurs mondiaux de sucre :
• Südzucker a chuté de la 1re à la 4e place en 2015-2016 ;
• AB Sugar est passé du rang de 2e producteur mondial en
2014-2015 au rang de 1er producteur mondial avec 4,3 Mt
de sucre produites en 2015-2016. Mais le groupe anglais
a maintenant plus de la moitié de sa production de sucre
qui provient de la canne ;
• Tereos est passé de la 3e à la 4e place en étant dépassé par
le 1er producteur de sucre brésilien, Raizen, qui s’installe
à la 2e place.
• Nordzucker est à la 8 e place du classement et
Cristal Union 12e.
La reprise des cours européens et mondiaux du sucre à partir de la fin de la campagne 2015-2016 devrait se traduire
dans les exercices comptables incluant la valorisation de la
récolte 2016. Relevons également que la baisse continue
des cours du gaz et du charbon s’est poursuivie voire accentuée en 2015 et devrait permettre de réduire les coûts en
énergie de la filière.
Chapitre 2
Concernant son activité à l’international, Tereos a annoncé
le 4 décembre 2015 le lancement d’une offre publique
d’achat sur les titres de sa filiale Tereos Internacional afin
de la retirer de la bourse de Sao Paulo. Cette opération a
été approuvée en août 2016 et les partenaires historiques
du groupe, constitués principalement de coopératives céréalières françaises, ont maintenu leur participation au capital de Tereos Internacional. Le processus semble très bien
enclenché pour pouvoir sortir la structure de la cote dans
les mois qui viennent.
Par ailleurs, Tereos a poursuivi son développement à l’international avec le démarrage de son amidonnerie de blé de
Dongguan (capacité de traitement de 500 kt de blé) et le
démarrage de nouvelles lignes de production dans l’amidonnerie de maïs de Tieling (capacité de traitement de 700 kt).
Tereos et le groupe sucrier mauricien Alteo ont fait l’acquisition de 51 % du capital de Transmara Sugar Company au
Kenya. Cette acquisition a été réalisée par le biais de Sucrière
des Mascareignes Ltd, une société détenue à 60 % par Alteo
et 40 % par Tereos Océan Indien. Transmara a une capacité
installée de broyage de 600 000 tonnes de cannes annuellement, et l’objectif est d’y développer les capacités au-delà
d’1 Mt par an.
En octobre 2016, il a été annoncé que des négociations s’engageaient pour que Tereos rachète les 45,9 % de capital
que Petrobras possède dans Guarani (l’énergéticien brésilien ayant des intérêts pour la distribution d’éthanol). Cela
fait suite à la décision de Petrobras de se retirer des activités de production de biocarburants. Du fait d’un endettement important, le géant brésilien réorganise son portefeuille d’activités.
Tereos a poursuivi ses investissements dans les valorisations
innovantes des matières végétales :
• dans le cadre du projet Genvie, Tereos a débuté en
2016 la construction d’un pilote industriel sur le site de
Markholsheim pour la fabrication de produits à base de
protéines végétales ;
• dans le cadre du projet Futurol, Tereos a construit un prototype industriel dédié à l’étape de prétraitement de la
biomasse afin de produire l’éthanol de seconde génération.
2. EN FRANCE
2.1. Tereos
Groupe Tereos
Exercice avril-mars
(Millions €)
Chiffre d’affaires
Résultat opérationnel
Résultat net
2014-2015
2015-2016
4 300
4 201
130
100
17
-34
Lors de l’exercice 2015-2016 (Avril-mars), le groupe Tereos
a indiqué un léger repli de son chiffre d’affaires à 4,2 Mds €,
dont 42 % réalisés par ses activités betteravières en Union
européenne. Le résultat net du groupe a été de -34 M€
contre 17 M€ en 2014-2015.
Tereos France (activités betteravières)
Exercice avril-mars
(Millions €)
Chiffre d’affaires
Résultat opérationnel
Résultat net
2014-2015
2015-2016
1 463
1 354
100
17
64
2
Lors de l’exercice 2015-2016 (avril-mars), Tereos France
a été particulièrement impacté par l’importante baisse des
prix de l’éthanol et du sucre. Le résultat opérationnel a ainsi
été divisé par 6 chutant à 17 M€.
Le groupe a poursuivi ses investissements qui, hors investissements financiers, se sont élevés à 309 M€ contre 369 M€
en 2014-2015. Ceux-ci ont principalement porté sur l’amélioration des performances opérationnelles, le renforcement
de réseaux de distribution et la diversification (géographique et produits).
En novembre 2014, Tereos annonçait la création de Tereos
Commodities avec l’objectif de réaliser 15 % du commerce
mondial de sucre blanc. Cette structure, basée à Genève, vise
à accompagner au mieux les clients en assurant une maîtrise
de la chaîne d’approvisionnement globale. Cette structure a
déjà commercialisé 300 kt lors de sa première année d’existence. En avril 2016, Tereos a créé Tereos Commodities
Ethanol afin d’optimiser la commercialisation de sa production d’éthanol. Depuis sa création, Tereos Commodities a
ouvert de nouveaux bureaux à Singapour, en Inde et au Kenya.
En juin 2016, la coopérative de déshydratation APM deshy
a été reprise par Tereos en fusionnant avec la coopérative
de Connantre. APM deshy dispose de 4 sites de déshydratation dans la Marne et produit annuellement l’équivalent de
140 000 tonnes de luzerne déshydratée et 120 000 tonnes
de pulpes de betteraves déshydratées.
Enfin, Tereos est devenu membre en mai 2015 de la plateforme Sustainable Agriculture Initiative (SAI) qui vise à établir un référentiel de durabilité quant aux pratiques agricoles.
Cette démarche est largement soutenue par l’industrie de
l’agroalimentaire. Suite à l’évaluation de la durabilité des pratiques agricoles relativement à ce référentiel, il s’avère que
les agriculteurs coopérateurs de Tereos se situent en catégorie « or » ou « argent ».
37
Chapitre 2
2.2. Cristal Union
Exercice octobreseptembre (Millions €)
Chiffre d’affaires
2013-2014
2014-2015
1 815
1 669
Résultat opérationnel
169
82
Résultat net
118
44
une capacité de raffinage de 450 000 tonnes de sucre par
an, la raffinerie de Brindisi est la plus récente et la plus performante en Europe et a la particularité de disposer d’une
centrale de cogénération de 34 MW qui fonctionne à base
d’huile de palme.
• Toujours en Italie, CristalCo était détenteur depuis mars
2011 de 49 % du capital de la société Eridania Italia. Il a
annoncé le 3 juillet 2016 le rachat des 51 % restant. Cette
société est le leader de la commercialisation et de la distribution de sucre en Italie. Les parts ont été rachetées
au groupe Maccaferi qui possède Eridania Sadam et qui a
longtemps été le 1er producteur italien de sucre en Italie
mais qui est actuellement en train de fermer ses dernières
sucreries de betteraves dans le pays. Avec les multiples fermetures d’usines ces dernières années, le pays constitue
la 1re zone de déficit en sucre en UE.
• En décembre 2015 a été inaugurée la raffinerie d’Ouled
Moussa, en Algérie (30 km d’Alger). Cette raffinerie ultramoderne est co-détenue par Cristal Union (35 %) et le
groupe algérien LaBelle. Dans un premier temps, il est
prévu que l’usine produise 350 000 tonnes de sucre, soit
1 000 tonnes par jour, puis environ 700 000 tonnes en
fonctionnement normal. 150 M€ ont été investis pour la
construction de cette usine.
• En juillet 2016, CristalCo a annoncé l’acquisition de 17 %
du capital de Viro, leader de la production de sucre en
Croatie. Le groupe croate possède 2 sucreries d’une
capacité de production combinée de 200 kt/an. Viro
avait publié un résultat net après impôt de 2,5 MHRK en
2015 (0,3 M€) et de -228 MHRK en 2014 (-29,8 M€).
En 2014-2015 (octobre-septembre), le groupe Cristal
Union a vu son chiffre d’affaires baisser de 8 % à 1,7 Mds €.
Le résultat net du groupe s’est établi à 44 M€ contre 118 M€
en 2013-2014.
Le groupe a légèrement ralenti ses investissements industriels qui ont représenté 68 M€ en 2014-2015 contre 76 M€
en 2013-2014. Ces investissements visent en priorité à
améliorer l’efficacité des 10 sucreries en France métropolitaine. Parmi les projets principaux, il y a eu le passage au
gaz de l’atelier déshydratation de Corbeilles et la mise en
place de brûleurs bas NOx (oxydes d’azote) sur trois chaudières à Pithiviers, Fontaine-le-Dun et Sillery. Pour le prochain exercice, l’effort d’investissement sera poursuivi et
concernera entre autres l’usine de Sainte Émilie avec la mise
en place d’une nouvelle installation de production de vapeur
et d’électricité.
Cristal Union poursuit sa stratégie de développement des
valorisations industrielles de la betterave à sucre au travers :
• d’une alliance avec l’italien Bio-on pour réaliser le premier
établissement de production de bio-polymères PHA à base
de coproduits de la betterave à sucre ;
• et d’une association avec Global Bioenergies pour la production d’isobutène biosourcé. Les deux entreprises ont
créé une société commune, dénommée « IBN-One »
(1 millions d’euros de capital détenu à 50/50), ayant pour
objet la construction et l’exploitation, en France, de la première usine de conversion de ressources renouvelables en
isobutène. Global Bioenergies a annoncé au printemps
2016 une première livraison d’isobutène végétal issu du
pilote industriel de Pomacle Bazancourt. A l’automne
2016, a été annoncée la volonté de construire une usine
d’essence renouvelable d’ici la mi-2019. Elle devrait produire 50 kt d’isobutène en transformant 200 kt de sucre.
Cristal Union a structuré sa démarche tendant à prouver
la durabilité de sa production au travers du programme
Cristal Vision smart sugar beet. Elle a été reconnue sur le
plan international par la plateforme SAI en octobre 2015 et
déclarée compatible avec le plus haut niveau de durabilité
du référentiel FSA (niveau Or).
2.3. Saint Louis
Exercice mars-février
2014-2015
2015-2016
Chiffre d’affaires
729
592
Résultat opérationnel
-27
-36
Résultat net
-59
- 34
(Millions €)
Par ailleurs, Cristal Union a accru sa présence en dehors de
la France.
• Le groupe coopératif a engagé un partenariat stratégique
avec le groupe américain American Sugar Refining leader
mondial du raffinage. La première étape de cette alliance
se concrétise par une prise de participation (45 %) de
Cristal Union dans la société de raffinage SFIR Raffineria
di Brindisi (SRB) située dans le sud de l’Italie, détenue
conjointement par le Groupe SFIR et le Groupe ASR. Avec
Saint Louis, filiale du groupe allemand Südzucker, a connu
une dégradation de son chiffre d’affaires et de son résultat opérationnel.
Concernant l’usine de Roye les investissements se sont
poursuivis. En 2009 avait été construit un centre de
38
Chapitre 2
3.1.1. Südzucker
conditionnement « High tech ». Les 40 000 tonnes de
stockage et le magasin entièrement automatisé avaient
coûté 105 M€. Depuis 2011, les travaux se concentrent sur
la partie sucrerie avec l’ajout d’évaporateurs et l’installation de nouvelles presses à pulpes (2015-2016). Pour la
campagne 2016-2017 a été inaugurée une nouvelle cour à
betteraves « humide » et un nouveau lavoir. Ce qui représente un investissement de 15 M€. D’autres investissements
sont prévus afin de réduire la consommation énergétique
du site et porter la capacité de transformation journalière
de 14 500 tonnes à 18 000 tonnes.
Comme à Roye, de nouvelles presses à pulpes ont été mises
en service à Etrepagny en 2015-2016.
Saint Louis sucre a investi dans de nouveaux rails pour
l’usine d’Eppeville afin de fluidifier la logistique conteneur.
Pendant la campagne, il est attendu que toutes les semaines
1200 tonnes de sucre quittent l’usine en train.
L’activité de raffinage a été définitivement arrêtée en
décembre 2015. Le site de Marseille est devenu un centre
de conditionnement et de stockage pour du sucre de canne
et du sucre de betteraves.
Enfin à l’instar de l’ensemble du groupe Südzucker, Saint
Louis est engagé dans la démarche de durabilité SAI.
Exercice mars-février
Chiffre d’affaires
2013-2014
2014-2015
78
52
Résultat opérationnel
9
2
Résultat net
6
3
Chiffre d’affaires
6 778
6 387
Chiffre d’affaires sucre
3 228
2 855
181
241
Résultat opérationnel sucre
Résultat net
2013-2014
2014-2015
3.1.2. Nordzucker
54
44
Exercice mars-février
Résultat opérationnel
1
-3
Résultat net
3
-3
Chiffre d’affaires
7
-79
74
181
Südzucker a connu une forte dégradation de ses ratios financiers concernant la branche sucre avec un résultat opérationnel négatif à -79 M€ en 2015-2016. Toutefois, les activités portant sur les produits de spécialité (amidon, pizza
et pâtes surgelées, etc.) et la production d’éthanol ont vu
leurs résultats opérationnels progresser, ce qui a permis au
groupe allemand d’avoir un résultat net groupe en progression en 2015-2016.
Les investissements dans la branche sucre se sont maintenus
à 181 M€ en 2015-2016 (186 M€ en 2014-2015). Ces investissements ont principalement visé à réduire les consommations énergétiques et améliorer l’efficacité des sites.
Dans les autres segments, les investissements sont restés relativement stables. Le groupe allemand a toutefois poursuivi
ses investissements dans la construction de l’amidonnerie de
Zeitz (à base de blé). Cette unité qui a nécessité un investissement de 125 M€ est adossée à la sucrerie et à la distillerie
existantes. Cette usine aura une capacité de traitement de
300 kt de blé par an. Le site a été inauguré en août 2016.
En septembre 2016, Südzucker a annoncé avoir augmenté
sa participation dans la société de négoce ED & F Man de
25 % moins une action à 35 % moins une action. Le prix
d’achat est 91,8 millions USD. L’entreprise allemande disposait d’une participation dans ED & F Man depuis mai 2012.
2.5. Sucrerie et distillerie de Souppes Ouvre Fils Exercice octobreseptembre (Millions €)
2015-2016
Résultat opérationnel
2.4. Lesaffre Frères
Exercice
septembre-août (Millions €)
2014-2015
(Millions €)
(Millions €)
Chiffre d’affaires
3. EN EUROPE
2014-2015
2015-2016
1 866
1 607
Résultat opérationnel
26
16
Résultat net
20
15
Le groupe coopératif qui dispose de sucreries en Allemagne,
Pologne, République tchèque (JV avec Tereos), Slovaquie,
Scandinavie et dans les États baltes a maintenu un résultat
net positif en 2015-2016 malgré une baisse de chiffre d’affaires de 14 %.
Les investissements en actifs non financiers ont reculé à
60 M€ en 2015-2016 contre 82 M€ en 2014-2015. Ceux-ci
ont été orientés vers l’amélioration de l’efficacité opérationnelle des outils industriels existants.
3.1. Allemagne
En février 2014, l’autorité de la concurrence allemande
a condamné les 3 principales sociétés productrices allemandes à une amende de 280 M€ pour une entente sur les
prix. A fin août 2016, on comptait au moins 35 clients tels
que Nestlé, le confiseur Vivil, le chocolatier Rübezahl qui
avaient déposé plainte et réclamaient 500 M€ de dommages
et intérêts ; les jugements n’ont pas encore été rendus.
39
Chapitre 2
3.2. Royaume-Uni
Tate and Lyle Sugar
Associated British Foods
Tate and Lyle Sugar, filiale du groupe américain ASR depuis
2010, a pris une part active dans la campagne visant à faire
sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne.
Exercice octobreseptembre (Millions €)
2013-2014
2014-2015
Chiffre d’affaires
16 179
17 537
Chiffre d’affaires
British sugar UK
1 094
987
Résultat opérationnel
1 454
1 496
Résultat opérationnel
British sugar UK
180
0
Résultat net
979
718
3.3. Pologne
En Pologne, la privatisation de KSC, entreprise publique polonaise qui produit 40 % du sucre dans le pays, n’a toujours
pas abouti malgré les demandes répétées des planteurs de
pouvoir racheter l’entreprise. Toutefois, le ministre du budget polonais a indiqué vouloir interrompre la privatisation de
KSC et la transférer vers une société publique ombrelle. Cela a
déclenché de vives réactions de la part des planteurs polonais
qui travaillent sur sa prise de contrôle depuis plusieurs années.
Concernant les investissements de KSC, il a été annoncé en
novembre 2015 que l’entreprise entreprenait la construction d’une usine de bonbons.
AB Sugar, filiale sucre du groupe AB Foods, est présent
au Royaume-Uni avec British sugar et en Espagne avec
Azucarera. En dehors de l’Europe, le groupe possède des
sucreries en Chine et en Afrique de l’est.
3.4. Pays-Bas
Cosun
Exercice janvier-décembre
2014
2015
2115
1948
Chiffre d’affaires sucre
904
734
Résultat opérationnel
110
59
79
46
(Millions €)
Chiffre d’affaires
© Olivier Thuillier / Agri Agency / CGB
Résultat net
En mai 2016, AB Sugar a annoncé prendre possession de
la totalité du capital d’Illovo. Suite à cette opération Illovo
sortira de la bourse de Johannesburg.
En septembre 2016, il a été annoncé qu’ABF vendait ses
sucreries chinoises à base de canne à sucre à la société
Nanning Sugar Industry.
40
En 2015, le groupe Royan Cosun et sa branche sucre Suiker
Unie ont réussi à maintenir une profitabilité opérationnelle
positive malgré la conjoncture très dégradée. D’autant que
les quantités de betteraves livrées dans les deux usines des
Pays-Bas ont chuté d’1,1 Mt en 2014 à 0,8 Mt en 2015 pour
une durée de campagne de 99 jours (135 jours en 2014).
Rappelons que le groupe coopératif Royal Cosun, au-delà
de sa branche sucre, a diversifié ses activités au travers de
plusieurs filiales : Aviko (produits transformés de pomme
de terre, chips et spécialités surgelées et fraîches), Sensus
(production d’inuline et d’oligofructose à partir de chicorée), SVZ (concentrés et purées de fruits et légumes pour
l’industrie alimentaire), Duynie (valorisation de coproduits
organiques de l’industrie alimentaire)…
Le groupe a poursuivi sa stratégie de développement en
investissant 109 M€ en 2015 (contre 112 M€ en 2014).
Ces investissements ont été dirigés vers l’augmentation des
capacités de production, la réduction des coûts et la R&D.
En 2015 fut engagée la construction d’un nouveau centre de
recherche situé à Dinteloord. En 2016, l’entreprise a indiqué
un nouveau partenariat avec Akzonobel pour développer
de nouveaux produits issus de la cellulose de la betterave.
Chapitre 2
Euroports
Cela s’inscrit dans le prolongement du projet Pulp2Value
lancé en 2015 qui vise à optimiser la valorisation des pulpes
de betteraves.
Le groupe Cosun a rejoint le système de référentiel de durabilité SAI en 2016 (Aviko et SVZ en était déjà membres). Son
système de durabilité sur la betterave a été évalué « médaille
d’or » par Ecovadis.
En 2015, Le groupe Euroports a annoncé l’engagement
d’importants investissements sur le port d’Anvers pour
doubler la capacité de son terminal sucrier « Manufert » de
300 kt à 600 kt.
3.6. Autriche
Agrana
Alcogroup
Exercice mars-février
L’usine de Rotterdam d’une capacité de production 4,8 Mhl
d’éthanol appartenant à Abengoa a été vendue à Alcogroup
(groupe belge) et à deux partenaires minoritaires Vanden
Avenne Commodities et Vandema. Alcogroup possède déjà
une distillerie d’une capacité d’1,7 Mhl à Gand (Belgique) et
deux distilleries en Afrique du Sud et à l’Ile Maurice.
(Millions €)
Chiffre d’affaires
Exercice mars-février
(Millions €)
Chiffre d’affaires
Résultat opérationnel
Résultat net
2013-2014
2014-2015
627
530
96
44
112
33
2014-2015
2015-2016
154
148
Résultat opérationnel
9
17
Résultat net
7
11
Chiffre d’affaires
731
673
Résultat opérationnel
122
129
9
4
85
81
3.7. Grèce
La situation financière du groupe Hellenic Sugar Industry
(EBZ) continue à être particulièrement périlleuse.
Face à l’important endettement, il a été décidé de diviser
par 2 la valeur nominale des actions et de procéder à une
nouvelle levée de capitaux. 36 M€ ont été levés pour porter
in fine les capitaux propres de la structure à 47 M€. Pour la
campagne 2016-2017, il est attendu que les usines d’Orestias et Platy fonctionnent. Le groupe prévoit ainsi de produire 40 kt de sucre en Grèce et 160 kt en Serbie pour un
total de 200 kt.
Iscal Sugar
(Millions €)
Chiffre d’affaires sucre
Agrana est détenue à 50 % par le groupe allemand Südzucker.
Les deux groupes produisent du sucre en Autriche, Hongrie,
Roumanie, République tchèque, Slovaquie et depuis 2016 en
Croatie. Ils ont également des activités dans l’amidonnerie,
la production d’éthanol et les préparations à base de fruit.
En 2015-2016, Agrana a continué à investir 46 M€ dans
ses activités sucrières (contre 34,5 M€ en 2014-2015). Ces
investissements étaient principalement orientés vers l’amélioration des process industriels avec l’amélioration et l’élargissement des investissements pour extraire le sucre de la
mélasse à Tulln en Autriche. Par ailleurs, les deux groupes
ont procédé à des investissements pour accroitre les capacités de leur amidonnerie en Autriche à Aschach.
Surtout, Agrana a annoncé en juin 2016 travailler à une
participation majoritaire dans le principal producteur de
sucre serbe : Sunoko. L’entreprise possédait historiquement
3 sucreries en Serbie et est actuellement en train d’en acquérir une nouvelle auprès du groupe italien SFIR. Le groupe
serbe produisait 300 kt issus de 2 Mt de betteraves. Il est
à noter que Nordzucker avait également été par le passé
actionnaire de Sunoko avant de revendre ses parts en 2009.
Raffinerie Tirlemontoise appartient au groupe Südzucker.
Elle consolide également les activités de Saint Louis sucre.
Raffinerie Tirlemontoise a poursuivi sa stratégie de réorganisation et de réduction des coûts dans la perspective de
la fin des quotas. Pour assurer sa compétitivité sur un marché déprimé, la Raffinerie Tirlemontoise a donc entamé la
procédure de licenciement collectif le 14 octobre 2015 en
annonçant son intention de réduire son personnel de 45 personnes (après concertation sociale, la réduction portera sur
42 personnes dont les trois quarts partent en préretraite).
Avec le développeur d’ingrédients spéciaux Beneo (Groupe
Südzucker), RT a réouvert de nouveaux bureaux et laboratoires à leur centre de R & D à Tirlemont après des investissements de modernisation de 5 M€.
Exercice avril-mars
2 478
Résultat net
Raffinerie Tirlemontoise
2015-2016
2 494
Résultat opérationnel sucre
3.5. Belgique
2014-2015
41
Chapitre 2
Coprob
En octobre 2016, HSI a conclu un accord avec ED & F Man
(en partie possédé par Südzucker) afin de renforcer sa capacité d’approvisionnement en sucre et consolider ses positions commerciales dans le sud-est de l’Europe.
Exercice janvier-décembre
2014
2015
244
228
Résultat opérationnel
3
2
Résultat net
2
1
(Millions €)
Chiffre d’affaires
3.8. Italie
Nuovo Zuccherificio del Molise
La sucrerie de Termoli, appartenant à la société Nuovo
Zuccherificio del Molise (elle-même possédée par la région
de Molise depuis 2012), et située au sud de l’Italie, était en
vente depuis 4 ans. Aucun acheteur potentiel n’a manifesté
son intérêt malgré une baisse continue des prix demandés.
Le quota sucre de la société s’élève à 84 326 t. L’entreprise
a accumulé au fil des années une dette de 22 M€. En août
2016, la société s’est déclarée en faillite.
Considérant la fermeture des sucreries des autres producteurs italiens, Coprob est en 2016 le seul producteur de
sucre de betterave en Italie. 33 000 ha ont été contractés
sur cette campagne.
Malgré un chiffre d’affaires en baisse 2015, la coopérative
italienne Coprob a réussi à maintenir une situation bénéficiaire. 4,6 M€ furent investis en 2015, principalement dans
les usines de Pontelongo et Minerbio.
Elle poursuit sa stratégie de diversification avec du raffinage du sucre de canne pour Pfeifer und Langen à Minerbio
(50 kt), la normalisation de la production d’électricité issue
de trois unités de biogaz, la reconversion d’anciennes sucreries sur d’autres activités comme la collaboration avec Bio-on
autour des bioplastiques et la construction d’une centrale
thermoélectrique à biomasse en partenariat avec Enel Green
Power à Finale Emilia. Ce dernier projet qui a requis un investissement de 50 M€ a commencé à fonctionner en mars
2016. L’usine utilise principalement du sorgho et utilisera
plus largement à terme du peuplier et des résidus forestiers.
© F-L. Athénas / CEDUS
3.9. Hongrie
Eridania Sadam
Eridania Sadam a annoncé fin Janvier 2016 qu’il ne fera pas
fonctionner son usine de San Quirico en 2016 à cause du
prix du sucre trop bas. San Quirico avait seulement 6 816 ha
de betteraves en 2015 et avait mené une campagne de
32 jours. Eridania avait déclaré que moins de 8 000 ha
avaient été contractés pour 2016 malgré une proposition
de 40,5 €/T de betterave à 16 °.
42
En fin d’année 2015, ADM achevait sa prise de contrôle
de Eaststarch, une entreprise que l’entreprise américaine
codétenait avec Tate & Lyle. Avec cette acquisition, ADM
prend le contrôle d’amidonneries en Bulgarie, Turquie et
50 % d’une amidonnerie en Hongrie en partenariat avec
Hungrana (Agrana-Sudzucker).
L’entreprise hongroise Tisza entreprend actuellement la
construction d’une amidonnerie en Hongrie à Szolnok.
L’usine doit rentrer en service en 2017. L’investissement
porte sur 45 Mds HUF (145 M€) dont 9,2 Mds HUF proviennent d’aides gouvernementales. L’usine aura une capacité d’écrasement de 530 kt de maïs par an pour une production annuelle de 230 kt et 0,6 Mhl d’éthanol.
Pannonia a poursuivi ses investissements dans son usine
d’éthanol de Dunaföldvar (base maïs) pour porter la capacité à 4,5 Mhl (contre 2,2 Mhl en 2012). Pannonia est possédée par Ethanol Europe Renewables Ltd (EERL) dont le
siège social est en Irlande. EERL a connu des mouvements de
capitaux, Fagen Europe LLC cédant ses parts (50 % d’EERL)
à la famille Turley.
Chapitre 2
3.10. Espagne
Mais la chute des prix a fortement dégradé le chiffre d’affaires et le résultat net avant impôt qui a été négatif à -10 M€.
AB Azucarera Iberia Sl.
Exercice Septembre-août
(Millions €)
Chiffre d’affaires
Résultat opérationnel
2013-2014
2014-2015
467
342
10
-39
5
-30
Résultat net avant impôt
Abengoa
Abengoa est un groupe espagnol spécialisé dans l’ingénierie
et la construction industrielle, les services environnementaux dans le domaine de l’eau et des déchets, énergie solaire
alimentation animale, et biocarburants. C’est l’un des principaux producteurs d’éthanol en UE. Le groupe s’est annoncé
en cessation de paiements en novembre 2015 alors que
sa dette atteignait 9,4 Mds€ à la fin de l’année 2015 pour
un chiffre d’affaires de 5,8 Mds€. Abengoa paye les conséquences d’une stratégie d’acquisitions très agressive, financées par la dette au cours des années 2000. De ce fait, le
groupe a choisi de se séparer de certaines activités et de
plusieurs sites de production d’éthanol. L’usine d’éthanol de
Rotterdam, qui était la plus récente du groupe en UE, a été
vendue à Alcogroup. Aux États-Unis, 3 éthanoleries ont été
vendues au groupe Greenplains pour 237 M USD pour 9 Mhl
de capacité annuelle. Shell a proposé 26 M€ pour l’usine
de 2nde génération basée à Hugoton au Kansas. Au-delà,
Abengoa tente de restructurer ses capitaux propres et sa
dette pour la ramener à un niveau acceptable. A l’automne
2016, il semble que l’entreprise espagnole soit en passe de
trouver un accord avec ses créanciers.
Azucarera, filiale du groupe anglais AB Food, est le 1er producteur de sucre de betterave espagnol avec 4 sucreries à
base de betteraves (Castille et Leon, Cadix) dont celle de
Guadelete qui a une importante capacité de raffinage. En
2014-2015, la société a connu une perte de 30 M€ du fait
de la conjoncture dégradée du marché.
Acor
Exercice (Millions €)
Chiffre d’affaires
Résultat net avant impôt
2013-2014
2014-2015
170
121
9
-10
Acor est une société coopérative espagnole qui possède une
sucrerie en Castille et Leon à Olmedo. Elle dispose également de capacités de raffinage de sucre.
En 2014-2015, elle a transformé 1 Mt de betteraves en
hausse de 357 kt par rapport à la campagne précédente.
43
Chapitre 3
INTERPROFESSION - ACCORDS
INTERPROFESSIONNELS
ET CONTRACTUALISATION
45
Chapitre 3
Interprofession - Accords
interprofessionnels et contractualisation
1. REFONTE DE L’INTERPROFESSION
APRÈS 2017 : SUPPRESSION DU CIPS
ET ADAPTATION DE L’AIBS*
En janvier 2015, le ministre de l’Agriculture Stéphane
Le Foll a diligenté une mission sur l’avenir de la filière betterave-sucre après la fin des quotas, c’est-à-dire à partir de
la campagne 2017-2018.
Le rapport de mission a été publié en septembre 2015 ; l’une
de ses conclusions soulignait la nécessité de conduire une
réflexion sur une rénovation des instances de concertation
et de gouvernance de la filière.
© Shutterstock
Ainsi un groupe de travail intitulé « Stratégie collective de
la filière », composé des fabricants de sucre, du SNFS, de la
CGB et de la DGPE du ministère de l’Agriculture, a été mis en
place à l’initiative de celle-ci au début de l’automne 2015 ; une
synthèse des travaux et conclusions de ce groupe a été présentée par la DGPE début 2016. La principale conclusion était
la nécessité de simplifier la gouvernance de la filière, celle-ci
étant actuellement constituée de deux structures interprofessionnelles, le CIPS s’inscrivant dans le cadre de la loi du 6 juillet
1964 et l’AIBS s’inscrivant dans le cadre de la loi du10 juillet
1975. Il a été alors convenu de supprimer le CIPS et d’adjoindre
à l’AIBS les missions exercées par le CIPS en tenant compte de
la fin des quotas sucre, mais aussi de la décision de Tereos de
quitter le SNFS, tout en exprimant sa volonté de poursuivre
ses engagements au sein de l’interprofession.
La filière a ainsi adapté les statuts de l’AIBS et ses règles de gouvernance, de façon à étendre ses missions et à instaurer des
règles de décisions équilibrées et en privilégiant la recherche
du consensus entre les professions. Ces décisions seront mises
en œuvre à compter de janvier 2017. Pour autant, la campagne
2016-2017, dernière campagne sous quota, reste à gérer par
le CIPS. Ce n’est qu’avec la campagne 2017-2018 que l’AIBS
se substituera totalement au CIPS en matière d’Accord interprofessionnel au sens du règlement OCM Unique.
*AIBS : Association interprofessionnelle de la betterave et du sucre.
46
Chapitre 3
Compte tenu des conséquences de ces modifications sur les
cotisations professionnelles actuellement appelées dans le
cadre de l’Accord interprofessionnel CIPS, une solution a été
trouvée avec les fabricants de sucre pour assurer la pérennité des cotisations à partir de la campagne 2017-2018 au
travers d’une convention précisant les modalités de prélèvement des cotisations professionnelles des planteurs.
plan interprofessionnel ont conduit à repenser totalement
l’Accord interprofessionnel qui s’appliquera à partir de la
campagne 2017-2018.
2.2.1. Cadre réglementaire communautaire :
règlement OCM unique et acte délégué
Rappelons que les nouvelles dispositions réglementaires
qui s’appliqueront au secteur betterave-sucre à partir de la
campagne 2017-2018 sont celles de l’article 125 du règlement OCM unique 1038/2013 et de l’annexe X relative aux
conditions d’achat des betteraves.
2. ACCORD INTERPROFESSIONNEL
ET CONTRACTUALISATION
2.1. Accord interprofessionnel CIPS
2015-2016 et 2016-2017
Article 125, alinéa 1, du règlement
OCM unique 1038/2013
En décembre 2014, les professions avaient signé un
Accord interprofessionnel pour les deux campagnes
2015-2016 et 2016-2017 qui sont les deux dernières avec
le régime des quotas.
Les conditions d’achat de la betterave et de la
canne à sucre, y compris les contrats de livraison
conclus avant les ensemencements, sont régis par
Cet Accord interprofessionnel est la reconduction de
l’accord 2014-2015 avec quelques dispositions complémentaires sur le respect par les planteurs des mises à disposition
des betteraves et des consignes de protection des silos.
des accords interprofessionnels écrits, conclus
entre, d’une part, les producteurs de betterave et
de canne à sucre de l’Union ou, en leur nom, les
organisations dont ils sont membres, et, d’autre
2.2. Accord interprofessionnel post quota
part, les entreprises sucrières de l’Union ou, en
La réforme majeure de la réglementation européenne dans
le secteur du sucre, ainsi que les évolutions profondes sur le
leur nom, les organisations dont ils sont membres.
Annexe X, point XI, du règlement OCM unique 1038/2013
1. Les accords interprofessionnels mentionnés
à l’annexe II, partie II, section A, point 6, du présent
règlement prévoient des clauses d’arbitrage.
2. Les accords interprofessionnels peuvent prévoir un
modèle type pour les contrats de livraison compatible
avec le présent règlement et les règles de l’Union.
3. Lorsque des accords interprofessionnels au niveau
de l’Union, régional ou local, précisent les règles
concernant les matières qui font l’objet du présent
règlement, ou lorsqu’ils contiennent des dispositions
qui régissent d’autres matières, leurs dispositions
et effets ne peuvent être contraires à la présente
annexe.
4. Les accords visés au point 2 prévoient notamment :
a) le barème de conversion visé au point III 2 ;
b) d
es dispositions concernant le choix et la
fourniture des semences des variétés de
betteraves à produire ;
47
c) une teneur en sucre minimale pour les betteraves
à livrer ;
d) la consultation des représentants des vendeurs
de betteraves par l’entreprise sucrière avant la
fixation de la date du début des livraisons de
betteraves ;
e) le paiement de primes aux vendeurs de betteraves
pour les livraisons anticipées ou tardives ;
f) les conditions et coûts détaillés relatifs aux pulpes
visées au point IX ;
g) l’enlèvement des pulpes par le vendeur
de betteraves ;
h) les règles relatives à l’adaptation des prix en cas
de contrats pluriannuels ;
i) les règles relatives à l’échantillonnage et aux
méthodes permettant de déterminer le poids
brut, la tare et la teneur en sucre.
Chapitre 3
La suppression des quotas sucre et du prix minimum de la
betterave (qui s’appliquait aux seules betteraves du quota)
à partir de la campagne 2017-2018, et par voie de conséquence la suppression du contingent d’exportation de sucre
communautaire sur le marché mondial, apportent à chaque
fabricant de sucre la liberté de produire du sucre sans aucune
limitation, que ce soit pour le marché européen ou pour le
marché mondial. Cette dérégulation de la production et de la
commercialisation du sucre provoque une évolution majeure
de l’environnement économique de la filière, qui de fortement régulée et peu concurrentielle devient dérégulée et très
concurrentielle : concurrentielle sur les marchés du sucre,
et concurrentielle pour l’approvisionnement en betteraves.
l’Accord interprofessionnel national pour les fabricants, mais
un Accord interprofessionnel qui permette aux planteurs
de parvenir à des contrats de betteraves équilibrés au sein
d’une filière organisée et qui doit se développer.
Mais pour parvenir à trouver cet équilibre, il fallait non
seulement que le contenu de l’Accord interprofessionnel
ne se réduise pas à des généralités sur la base des points
qui doivent être traités par les accords interprofessionnels,
conformément au point XI de l’annexe X du règlement
OCM unique 1038/2013, mais également que soit prévue
au niveau de chaque entreprise une négociation avec les
représentants des planteurs des principaux éléments du
contrat d’achat de betterave.
© Tous droits réservés
Dans cet environnement plus concurrentiel, la compétitivité devient encore plus vitale qu’auparavant. C’est la raison pour laquelle les fabricants de sucre ont expliqué à la
CGB dès le printemps 2015 que s’ils étaient favorables à un
Accord interprofessionnel national plutôt qu’à des accords
interprofessionnels au niveau de chacune des entreprises
sucrières, ils souhaitaient que cet accord permette à chaque
fabricant de sucre d’utiliser tous les leviers de compétitivité,
et en particulier celui de la contractualisation des betteraves ; qu’en conséquence, ils souhaitaient un Accord interprofessionnel national qui se limite à un accord cadre et non
pas un accord qui, comme du temps des quotas et du prix
minimum de la betterave, fixait quasiment toutes les dispositions des contrats de betteraves à un niveau national.
Une telle orientation, pour aussi économiquement logique
qu’elle puisse être, présentait évidemment un très grand
risque pour les planteurs, puisque, pour parler clair, plus les
conditions contractuelles sont sévères pour les planteurs et
plus un fabricant de sucre est compétitif sur les marchés, à
la limite près que si les conditions contractuelles proposées
aux planteurs de betteraves deviennent trop peu attractives
ceux-ci risquent de se détourner de la betterave au profit
d’autres cultures avec toutes les conséquences pour le fabricant qui en résultent.
Or, sur cette question de la négociation sur les prix des betteraves, une difficulté d’interprétation de l’article 125 et
de l’annexe X du règlement OCM unique est rapidement
apparue, difficulté d’interprétation d’autant plus délicate
que le droit de la concurrence interdit, sauf exception, toute
négociation collective sur les prix.
L’article 125, alinéa 1, dispose que « les conditions d’achat
de la betterave et de la canne à sucre, y compris les contrats de
livraison conclus avant les ensemencements, sont régis par des
accords interprofessionnels écrits, conclus entre, d’une part,
les producteurs de betterave et de canne à sucre de l’Union
ou, en leur nom, les organisations dont ils sont membres, et,
d’autre part, les entreprises sucrières de l’Union ou, en leur
nom, les organisations dont ils sont membres. », tandis que
l’annexe X, point XI, ne précise pas que les prix doivent être
traités dans les accords interprofessionnels, à l’exception de
l’adaptation des prix en cas de contrats pluriannuels.
La CGB souhaitait au contraire un Accord interprofessionnel
avec le maximum de contenu parce que c’est une condition
pour maintenir une filière organisée avec un partage équilibré des risques et des opportunités entre planteurs et fabricants, et ce sans entraver la recherche de compétitivité.
L’un des principaux enjeux de la négociation de l’Accord
interprofessionnel a donc été de trouver un équilibre entre
les intérêts légitimes des fabricants de sucre et ceux des
planteurs de betteraves : suffisamment de flexibilité dans
48
Chapitre 3
La CGB, se fondant sur l’esprit dans lequel le texte de l’ar-
Étant donné les règles de procédure interne aux institutions
communautaires, la Commission n’a proposé une version
définitive de son acte délégué qu’en mai 2016 ; cette proposition devait encore attendre les remarques éventuelles
du Parlement européen avant de pouvoir être formellement
adoptée ; l’acte délégué de la Commission 1166/2016 du
17 mai 2016 a ainsi été finalement publié en juillet 2016.
ticle 125 avait été élaboré, considérait qu’il était suffisamment clair car il stipulait que les contrats étant régis par des
accords interprofessionnels cela impliquait que l’ensemble
de ses éléments – y compris les prix – devaient être traités
dans le cadre de l’Accord interprofessionnel.
Mais les fabricants de sucre européens à travers le CEFS,
craignant notamment qu’une interprétation erronée de l’ar-
Règlement délégué 2016/1166
de la Commission
ticle 125 ne les expose aux autorités de la concurrence, ont
écrit à la Commission au début de l’automne 2014 pour lui
demander l’interprétation qu’il convenait de donner au texte
« Au point XI de l’annexe X du règlement (UE)
réglementaire, et principalement si une organisation de plan-
n° 1308/2013, le point 5 suivant est ajouté : une
teurs pouvait négocier les prix des betteraves. La question
entreprise sucrière et les vendeurs de betteraves
a été examinée par la direction générale de l’Agriculture et
concernés peuvent convenir de clauses de réparti-
par la direction générale de la concurrence. Cette dernière
avait une interprétation très restrictive des textes commu-
tion de la valeur, portant notamment sur les gains
nautaires qui conduisait à considérer que toute négocia-
et les pertes enregistrés sur le marché, afin de
tion collective était inenvisageable, tandis que la direction
déterminer comment doit être répartie entre eux
générale de l’Agriculture était plus encline à considérer qu’il
toute évolution des prix pertinents du marché du
fallait respecter l’esprit des discussions qui avaient eu lieu
sucre ou d’autres marchés de matières premières. »
entre la Commission, le Parlement européen et le Conseil
sur la rédaction de l’article 125 en 2013, à savoir le souci
de renforcer le pouvoir de négociation des agriculteurs.
Ne parvenant pas à se mettre d’accord sur l’interprétation à
L’acte délégué, en complétant le point XI de l’annexe X du
règlement OCM unique, a ainsi clarifié les textes communautaires en autorisant la négociation collective sur des clauses
de répartition de la valeur, c’est-à-dire sur des clauses qui
portent sur les prix.
retenir, ces deux Directions générales de la Commission ont
finalement décidé de transmettre la question aux services juridiques de la Commission. Ceux-ci ont conclu à l’insuffisance
de précision du texte réglementaire, ce qui, sur pression de la
CGB et de la CIBE, a finalement conduit la direction générale
de l’Agriculture au début de l’automne 2015 à proposer de
Cette clarification, réclamée avec beaucoup d’insistance par
la CGB et la CIBE aussitôt la question posée par le CEFS à la
Commission, est fondamentale, car elle a réellement rendu
possible la négociation d’un Accord interprofessionnel national très complet et la négociation des contrats au niveau de
chaque entreprise.
clarifier le texte réglementaire au moyen d’un acte délégué.
Les premières discussions interprofessionnelles ont démarré
au printemps 2015 avec le SNFS puis à compter de l’automne
2015, d’une part, avec le SNFS, et, d’autre part avec Tereos.
Le nouvel Accord interprofessionnel qui s’appliquera à partir de la campagne 2017-2018 pour trois campagnes est
un accord cadre, mais un accord cadre précis, c’est-à-dire
qui traite de tous les éléments du contrat de betteraves,
tel que figurant dans le contrat type qui lui est annexé ;
mais qui, du fait du droit de la concurrence, précise tous les
éléments qui touchent aux prix des betteraves en termes
de principes et renvoie leur application en termes de prix
figurant dans les contrats de betteraves à des négociations
au niveau de chaque entreprise entre les représentants des
planteurs et le fabricant de sucre, selon les dispositions de
l’acte délégué.
Compte tenu des enjeux respectifs des planteurs et des
fabricants liés d’une part à la suppression des quotas et de
prix minimum de la betterave et, d’autre part, des incertitudes sur la bonne interprétation à donner aux textes réglementaires sur la question de la négociation collective des
prix des betteraves, les discussions ont été inévitablement
compliquées et n’ont de fait véritablement commencé à
progresser que lorsque la direction générale de l’Agriculture
a présenté ses premières propositions d’acte délégué qui
prévoyaient d’autoriser la négociation collective au niveau
de chaque entreprise, et non plus au niveau national.
49
Chapitre 3
Ainsi construit, l’Accord interprofessionnel constitue les
nouvelles fondations d’une relation planteur/fabricant permettant de maintenir un équilibre entre les deux parties prenantes de la filière ; c’est un gage de réussite pour la filière
betterave-sucre française.
le conseil d’administration ou le conseil de surveillance ou
une commission désignée à cet effet.
En revanche, dans les entreprises privées et pour les tiers non
associés des coopératives, une commission “Répartition de
la valeur“ sera mise en place au niveau de chaque entreprise.
Processus de gouvernance interprofessionnelle
C’est le point le plus novateur du nouvel Accord interpro-
Représentants des planteurs
6 à 12
fessionnel qui a été rendu possible par l’acte délégué. Les
2à8
représentants des planteurs dans cette commission, qui discuteront les éléments de prix avec leur entreprise, devront
Commission interprofessionnelle
(au niveau de chaque usine)(1)
Veille à l'approvisionnement
de l'usine (planning,
échelonnement, déterrage,
protection des silos ),
à l'organisation
des réceptions et au suivi
de l'Accord interprofessionnel.
Commission répartition
de la valeur (au niveau
de chaque groupe sucrier)(1)
avoir « un contrat uniquement avec le fabricant concerné »
et seront « soumis à la plus grande confidentialité » dans le
Négocie tout ce qui relève du prix
(évolution du prix de marché,
tare terre, pulpe, primes pour
arrachage précoce ou tardif,
barème richesse, acomptes,
déficit ou excédent de livraison).
6
respect du droit de la concurrence.
Le suivi de l’Accord interprofessionnel au niveau local reste
confié aux commissions mixtes d’usine, dorénavant dénommées Commissions interprofessionnelles. Ces commis-
2à8
sions interprofessionnelles veilleront également, comme
aujourd’hui, à l’approvisionnement des usines, notamment
Représentants de l'entreprise
en ce qui concerne les conditions d’enlèvement des bette-
(1) Dans le cas des coopératives, et en ce qui concerne les seuls coopérateurs, le Conseil
d'administration ou le Conseil de surveillance, ou la Commission qu'il désigne à cet effet
peut se substituer à la Commission interprofessionnelle, comme c'est le cas aujourd'hui,
et à la Commission répartition de la valeur.
raves, et organiseront le déroulement des réceptions.
Conditions de réception
La CGB, le SNFS et Tereos ont demandé à la DGCCRF de
maintenir la réglementation nationale relative aux réceptions des betteraves.
Les dispositions interprofessionnelles sur la question des
réceptions sont quasiment inchangées ; on peut toutefois
noter quelques améliorations, en particulier une clarification
sur l’achat des betteraves gelées quand les silos ont été protégés selon les règles définies dans le contrat.
2.2.2. Contenu de l’Accord interprofessionnel
2017-2020
L’Accord interprofessionnel signé le 1er août 2016 est un
Accord interprofessionnel national pour une durée de 3 ans.
Il couvrira les campagnes 2017-2018 à 2019-2020 ; les principaux éléments de l’Accord interprofessionnel sont résumés ci-après.
Contrat de livraison
Le contrat de livraison conclu entre un planteur et un fabricant n’est pas cessible, sauf si la cession est à titre gratuit et
avec un accord préalable du fabricant ; l’objectif est d’éviter
la marchandisation des contrats entre planteurs avec toutes
les conséquences fiscales et sur les coûts de production qui
en résulteraient.
Échelonnement des livraisons
Le texte du nouvel accord est peu différent de l’Accord
interprofessionnel quant aux principes (planning d’enlèvement, primes pour livraisons précoces ou tardives, pénalité
pour retard de mise à disposition par le planteur ou pour
retard d’enlèvement par le fabricant), mais les modalités
et les montants en €/tonne sont renvoyés à la négociation avec chaque fabricant dans le cadre de la commission
“Répartition de la valeur”. Tous ces montants seront négociés au sein de chaque entreprise sucrière par sa commission
“Répartition de la valeur”.
Commission « Répartition de la valeur »
et Commission interprofessionnelle
Le nouvel Accord interprofessionnel précise donc que tous
les éléments contractuels qui touchent au prix des betteraves
seront négociés au niveau de chaque fabricant de sucre entre
les représentants des planteurs et ce fabricant, au sein d’une
commission appelée Commission « Répartition de la valeur ».
L’Accord interprofessionnel précise que dans les coopératives, la « répartition de la valeur » pourra être traitée par
Tare terre Les principes d’un dispositif tare terre restent inscrits dans
l’Accord interprofessionnel, ce qui laisse des ajustements
possibles au niveau de chaque entreprise.
50
Chapitre 3
Les accords tare terre restent fondés sur un dispositif de participation de chaque planteur au coût généré par le tonnage
de terre qu’il livre au-delà d’un ou plusieurs seuils. Le seuil et
la valeur de participation au traitement d’une tonne de terre
seront négociés par la commission “Répartition de la valeur“.
par le fabricant. La compensation financière au titre des
pulpes, exprimée en euros par tonne de betterave à 16 °,
est communiquée au planteur de façon distincte du prix
des betteraves, de telle sorte que chaque planteur identifie
clairement le prix des betteraves et la compensation financière au titre des pulpes. Par ailleurs, tout planteur peut
demander à racheter des pulpes pour son élevage ou son
unité de méthanisation.
Excédent et déficit de livraison
A l’issue de la campagne, au sein d’un groupe sucrier, les
excédents de production de certaines exploitations betteravières compensent les déficits des autres.
Ce mécanisme de compensation est aujourd’hui apprécié
par les planteurs. C’est aussi une sécurité pour l’ensemble de
la filière, qui contribue à la régularité des surfaces semées.
Le nouvel Accord interprofessionnel indique qu’un dispositif de compensation des déficits de livraison par rapport
aux tonnages contractualisés pourra être mis en œuvre. Les
modalités d’application éventuelle seront négociées par la
commission “Répartition de la valeur“.
2.3. Contractualisation au niveau de chaque
entreprise sucrière
Chaque fabricant de sucre a élaboré avec les représentants
des planteurs livrant aux usines de son groupe, conformément aux dispositions de l’Accord interprofessionnel, un
contrat d’achat de betteraves. Les contrats sont différents
d’un fabricant de sucre à l’autre, principalement sur les dispositions relatives au prix, mais tous doivent respecter les
dispositions de l’Accord interprofessionnel.
Modalités de paiement
Les dates et les conditions de paiement des betteraves sont
définies dans le contrat. L’accord prévoit toutefois que le
premier acompte interviendra au plus tard le 31 décembre
de la campagne considérée, et le second acompte, hors complément de prix éventuel, au plus tard le 31 mars de la campagne et que les montants des acomptes sont négociés par
la commission “Répartition de la valeur“.
Sur la question des prix, des dispositions relatives à la répartition entre les planteurs et le fabricant de toute évolution
des prix pertinents du marché du sucre sont prévues selon
des modalités très différentes d’un fabricant à l’autre ; les
groupes coopératifs renvoyant les décisions après la campagne considérée dans le cadre de la fixation des compléments de prix ou ristournes, tandis que des règles directement basées sur l’évolution des prix du sucre seront fixées
dans les sociétés privées avant les semis.
Pulpe
Dans le cas où le planteur maîtrise la transformation de la
pulpe (par exemple dans les Sica), l’essentiel a été maintenu, notamment la quantité de pulpe restituée par tonne
de betteraves réceptionnée égale à 50 kg ± 2 kg de matière
sèche, et les formules de calcul des frais administratifs et
de surpressage.
Au niveau de chaque fabricant, ce contrat a été envoyé à
chaque planteur avec proposition d’un volume de betteraves
à contracter basé sur les références historiques de production du planteur (sauf pour les nouveaux planteurs qui ont
exprimé individuellement un souhait de volume à contracter, en général accepté par le fabricant).
Dans le cas où c’est le fabricant qui maîtrise la transformation, il est prévu le paiement d’une compensation financière
au planteur qui tiendra compte de la valorisation possible
des pulpes concernées et des coûts correspondants engagés
Les contrats ont été envoyés pour certains sur la période
d’août-septembre 2016, de façon à permettre à chaque
planteur d’intégrer ses surfaces de betteraves 2017 dans
son assolement.
51
Chapitre 4
RÉCEPTIONS
DES BETTERAVES
POST QUOTA
53
Chapitre 4
Réceptions des betteraves
post quota
1. SIMPLIFICATION – RIGUEUR –
ECONOMIE – AUTOMATISATION
1.1. Lavage : la question reste entière après
le rejet par le Conseil d’État
de la requête de la CGB
Le lavage des échantillons de betteraves est une étape
importante de la réception des betteraves en ce sens que
cette opération permet de déterminer la tare terre des
livraisons des planteurs et la quantité de betteraves marchandes livrées.
Le lavage des échantillons est soumis aux dispositions de
l’arrêté du 24 février 2006 relatif aux réceptions des betteraves, lequel a été pris au visa du code de la consommation
et d’un décret de 1964.
© S.Pelly/Cedus
L’application de ces dispositions réglementaires par les fabricants de sucre conduit à des pertes de matière marchande
qui entraînent une sous-estimation du poids marchand de
betteraves et une surestimation de la tare terre. Ces pertes
sont très corrélées à l’écartement entre le plateau tournant
et la cuve de la laveuse ; pour un lavage conforme à la réglementation et au visuel lavage homologué, les pertes varient
comme suit en fonction de l’écartement plateau-cuve :
Écartement plateau-cuve 10 mm
8 mm
1 mm
Pertes de matière marchande
en % du poids net lavé
4,05 %
2,89 %
0,23 %
Or la réglementation prévoit que l’écartement entre le plateau et la cuve de la laveuse ne doit pas dépasser 8 mm
avant le début de la campagne sucrière, et 10 mm au cours
de la campagne, limites que les fabricants de sucre peuvent
donc appliquer dans les centres de réception, ce qui provoque alors des pertes de matière betteravière comme indiqué dans le tableau ci-dessus.
Une forte réduction de l’écartement plateau-cuve permettrait donc de ramener les pertes de matière marchande à un
niveau acceptable de 1 % maximum sans dégrader la qualité
54
Chapitre 4
du lavage des betteraves ni entraver le rythme industriel des
réceptions de betterave.
Pour autant, la CGB n’en déduit pas que le dossier est définitivement fermé, et, pour que toute la lumière soit faite
sur cette question, demande aux fabricants d’accepter de
mener des essais interprofessionnels dans quelques centres
de réception pour vérifier si les niveaux de pertes sont
conformes aux affirmations de la CGB et si une réduction
de l’écartement permettrait de réduire les pertes sans entraver le fonctionnement industriel du centre de réception.
Dès 2012, la CGB a demandé à la DGCCRF que la réglementation sur le lavage puisse être modifiée au niveau de
l’écartement plateau-cuve.
Il s’est ensuivi de longues discussions entre la CGB, le SNFS
et la DGCCRF ; malheureusement, ces discussions n’ont pas
permis d’aboutir à un accord.
1.2. Forfaitisation de la réfaction collet
La réception de la betterave entière avec application d’une
réfaction forfaitaire au titre du collet est appliquée depuis
la campagne 2014-2015 dans 23 sucreries sur les 25 que
compte la France, dans le cadre d’une procédure homologuée par la DGCCRF à titre provisoire.
Le refus des fabricants de sucre et la position des services de
la DGCCRF d’attendre un consensus entre planteurs et fabricants pour modifier la réglementation sur le lavage a obligé
le Conseil d’administration de la CGB à se décider fin août
2014 à demander officiellement au ministre de l’Agriculture
et au ministre de l’Économie et de l’Industrie de modifier la
réglementation relative à l’écartement plateau-cuve, en se
fondant sur des éléments de faits et de droit.
La méthode, y compris le contrôle de son application, étant
jugée satisfaisante après deux campagnes de mise en œuvre,
les professions ont décidé de demander à la DGCCRF de
l’homologuer à titre définitif. Toutefois, il a été bien noté
l’importance de respecter un poids brut des échantillons de
betteraves de 50 kg, et cela s’est traduit par l’ajout d’une
disposition dans le référentiel des réceptions.
A la suite de sa demande formelle de modification de l’arrêté
du 24 février 2006, la CGB n’a pu que constater la décision
implicite de refus de l’administration de modifier la réglementation sur le lavage des échantillons.
De plus, rien n’interdit un fabricant de sucre d’appliquer
une réfaction forfaitaire inférieure aux 7 % du poids net lavé
tel que fixé dans la méthode homologuée. C’est d’ailleurs
ce que le groupe Saint Louis Sucre a décidé en supprimant
purement et simplement la réfaction tout en appliquant la
méthode de réception de la betterave entière telle qu’homologuée. Cette décision, qui se traduit par un volume acheté
accru de 7 % pour une même quantité livrée, ce qui est économiquement analogue à une augmentation du prix, permet de simplifier encore davantage la méthode.
Ce refus implicite a conduit la CGB à saisir début 2015 le
Conseil d’État en lui demandant :
• d’annuler les refus implicites opposés par le ministre de
l’Économie, de l’Industrie et du Numérique et le ministre
de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt à
la demande de modification de l’arrêté du 24 février
2006 relatif à la réception des betteraves dans les sucreries et les distilleries ;
• d’enjoindre aux ministres compétents de modifier cet
arrêté en fixant l’écartement entre le plateau tournant et
la cuve à 1 mm dans un délai de deux mois ;
• à défaut, d’enjoindre aux ministres compétents de réexaminer la demande de la CGB.
1.3. Saccharimétrie
Les objectifs poursuivis en matière d’analyse saccharimétrique demeurent la simplification, la réduction des coûts,
et l’automatisation, en gardant à l’esprit que, quelle que soit
l’évolution envisagée, celle-ci ne doit pas se traduire par
une dégradation préjudiciable de la précision de la mesure
de richesse.
Le Conseil d’État, considérant que la méthode mise en
œuvre pour mesurer le poids utile des betteraves ne conduit
pas à une évaluation erronée de la quantité de betteraves
livrées et que la décision de fixer l’écartement maximal entre
la cuve et le plateau tournant des laveuses à 8 mm à la veille
de la mise en route du centre de réception et à 10 mm en
cours de campagne n’est pas entachée d’une erreur manifeste d’appréciation, a décidé de rejeter la requête de la CGB.
Deux pistes sont envisagées :
• l’analyse de la richesse sur râpure congelée,
• l’analyse de la richesse par infrarouge.
1.3.1. Analyse de la richesse sur râpure congelée
Si l’on doit beaucoup s’étonner du contenu de l’analyse des
faits ayant conduit le Conseil d’Etat à rejeter la requête de
la CGB, telle est sa décision.
L’idée consiste à congeler des échantillons de râpure prélevée dans les bols de râpure, transférer ces échantillons
congelés dans un centre d’analyse commun à plusieurs
55
Chapitre 4
usines (d’un même groupe sucrier, voire de groupes sucriers
différents), et réaliser la mesure de la richesse en sucre sur
ces échantillons après décongélation par le procédé actuel
de polarimétrie.
d’absorption des échantillons aux résultats des mesures
réalisées avec la méthode de référence qui est la polarimétrie. Pour que le modèle soit robuste, il est nécessaire de
le construire à partir d’une gamme d’échantillons de betteraves la plus large possible, car il ne serait pas correct de
prédire la richesse en sucre pour des échantillons dont les
spectres seraient en dehors de cette gamme.
Les essais réalisés notamment par l’ARTB montrent que la
congélation a un impact positif sur la richesse du fait de la
déshydratation qui l’accompagne.
La suppression des chaînes d’analyses dans les centres
de réception, à l’exception du centre d’analyse commun,
entraînerait des économies non négligeables ; mais celles-ci
seraient à peu près annulées par les coûts de transport et
de manutention des échantillons congelés.
En revanche, en automatisant l’ensemble du procédé, on
devrait obtenir une réduction des coûts, sous réserve que
le coût de l’automatisation ne soit pas trop élevé.
1.3.2. Analyse de la richesse par infrarouge
L’idée d’utiliser la spectroscopie infrarouge pour déterminer la richesse des échantillons de betteraves est ancienne ;
une très importante campagne d’essais interprofessionnels
avait été réalisée au début des années 2000 par l’ARTB et
le SNFS, dont les résultats avaient été jugés insuffisamment concluants.
© O. Thuillier / Agri Agency
Le biais mesuré lors des essais ARTB 2015 est de + 0,10 °S
avec des barquettes et de + 0,14 °S avec des boîtes de Pétri,
la différence s’expliquant par le fait que les boîtes de Pétri
ne sont pas étanches, ce qui entraîne une plus forte déshydratation qu’avec des barquettes dont les couvercles sont
clipsés. Des essais réalisés par Tereos donnent des résultats
concordants avec ceux de l’ARTB.
Une fois le modèle de prédiction réalisé, celui-ci va permettre, à partir du spectre d’un échantillon obtenu par infrarouge, d’établir un résultat de richesse en sucre. Ce résultat
sera très proche de la valeur obtenue par polarimétrie si,
d’une part, le modèle de prédiction a été bien construit et
si, d’autre part, il ne dérive pas dans le temps (c’est-à-dire
si le modèle valable à l’instant t reste durablement valable).
Au plan scientifique, la méthode infrarouge consiste à mesurer l’absorption (en longueur d’onde et en intensité) de la
radiation du domaine infrarouge par un échantillon. Il y a
absorption de l’énergie lumineuse quand la fréquence de la
radiation qui vient frapper la liaison est égale à la fréquence
de vibration de cette liaison chimique.
On peut donc relier des longueurs d’onde à des liaisons
chimiques données, dont celles du saccharose.
La méthode ne mesure donc pas directement un constituant (eau, protéines, matières grasses, glucides, fibres...),
mais quantifie le nombre de liaisons chimiques spécifiques
du constituant.
Le spectre d’absorption d’un échantillon est la somme de
toutes les absorptions élémentaires de chaque liaison.
Les essais réalisés au début des années 2000 avaient montré que s’il était relativement facile de construire un modèle
de prédiction qui fonctionne à l’instant t, il était impossible
de construire un modèle qui demeure durablement valable
(au sein d’une même campagne, et d’une campagne à
l’autre) avec l’exigence de précision qui avait été définie,
et qu’il fallait donc le réajuster en permanence ; de plus, les
résultats variaient d’un appareil de mesure à l’autre, sans
possibilité simple d’étalonner les appareils comme on le fait
avec le quartz pour les polarimètres. Cela avait conduit à
l’abandon du projet.
Un modèle de prédiction doit être établi afin de corréler,
au sens mathématique du terme, les différents spectres
Des essais initiés en 2015 par le SNFS et Tereos, avec le
concours scientifique de l’IRSTEA, ont consisté pour
56
Chapitre 4
Si la réglementation sur les réceptions des betteraves est
globalement correctement appliquée, l’expérience des
syndicats betteraviers en matière de contrôle des réceptions montre le rôle des contrôleurs qui, par leur suivi
continu, soulève des points qui seraient autrement passés inaperçus.
l’essentiel à reprendre les essais interprofessionnels du début
des années 2000, mais avec deux différences importantes :
• utilisation de spectromètres de dernière génération, beaucoup mieux standardisés (ce qui signifie que les écarts
de résultats entre appareils devraient être très faibles) et
capables de s’auto-étalonner ;
• construction du modèle de prédiction en prenant en
compte la convention actuelle d’une quantité d’eau de
35 g dans 40 g de râpure.
Le nombre élevé de points entrant dans la réception des
betteraves, du pesage du camion brut jusqu’à la mesure de
richesse, d’une part, le fait que l’appréciation de la bonne
application de la réglementation soit visuelle sur des points
aussi importants que le lavage des échantillons de betteraves, d’autre part, et que de nombreuses opérations soient
encore manuelles, enfin, font qu’il n’est pas anormal que
des ajustements dans les pratiques des centres de réception
soient quelquefois nécessaires, et c’est justement le rôle des
contrôleurs d’y veiller.
Ces différences pourraient conduire à des résultats améliorés
par rapport à ceux obtenus au début des années 2000. En tout
état de cause, il sera impératif de contrôler interprofessionnellement, à un rythme à déterminer, le modèle de prédiction
par des mesures polarimétriques en parallèle, comme cela
se pratique dans les secteurs agricoles utilisant l’infrarouge.
Dans la continuité des essais réalisés en 2015, les essais seront
poursuivis en 2016-2017, mais de façon interprofessionnelle.
La CGB se doit bien sûr de rechercher à comprimer le coût
du contrôle, mais sans dégrader le rapport coût/efficacité.
Au plan économique, le procédé infrarouge ne permettrait
de réduire les coûts qu’à la condition de l’automatiser, et sous
réserve que le coût de l’automatisation ne soit pas trop élevé.
Et la CGB agit en ce sens : la simplification des réceptions, l’accroissement de la rigueur dans certaines opérations, l’automatisation, et le recours à l’analyse statistique
constituent quatre voies poursuivies par la CGB qui permettraient de revisiter les méthodes de contrôle des réceptions sans affaiblir la précision de l’évaluation de la récolte
de chaque planteur.
2. CONTRÔLE DES RÉCEPTIONS :
DES ÉVOLUTIONS SONT-ELLES POSSIBLES ?
Le contrôle des réceptions doit s’analyser en termes de rapport coût/efficacité.
• Simplification : le meilleur exemple est la simplification
Le coût du contrôle des réceptions est d’environ 0,04 € par
tonne de betterave à 16 °, soit 3,5 €/ha.
apportée par la suppression du décolletage manuel qui
a supprimé le contrôle du décolletage des échantillons
de betteraves.
• Accroissement de la rigueur des réceptions : le lavage, à
cause d’un écartement entre le plateau et la cuve de la
laveuse qui entraîne des pertes de matières marchandes
très importantes aussitôt que le réglage des paramètres
de lavage se traduit par un lavage un peu trop fort, n’est
pas une opération rigoureuse, ce qui oblige à veiller de
près au résultat du lavage et à demander un ajustement
des paramètres de lavage en cas de meurtrissures des betteraves ; le resserrement de l’écartement permettrait de
résoudre ce point.
• Automatisation : la suppression des opérations manuelles
apportées par l’automatisation permettait de supprimer
le contrôle en continu de ces opérations.
• Analyse statistique : la puissance des outils statistiques
appliquée à l’ensemble des données de réception, sous
forme anonyme, permettrait de déceler des situations
nécessitant d’être regardées.
À titre d’exemples, pour un rendement de 89 t par hectare
et un prix de 25 €/t :
• le manque à gagner pour un planteur dont les betteraves se verraient appliquer un lavage un peu excessif et
se traduisant par 1 % de pertes supplémentaires s’élève
à 22 €/ha ;
• le manque à gagner pour un planteur dont les betteraves
se verraient appliquer une richesse minorée de 1/10e
s’élèverait à 20 €/ha.
En ramenant ces exemples de manque à gagner au revenu
dégagé par un hectare de betterave, c’est dans chacun des
exemples cités, plus de 10 % du revenu betteravier qui disparaît. L’impact sur le revenu est d’autant plus sensible que le
prix des betteraves se rapproche de son coût de production,
ce qui risque malheureusement d’être le cas avec la fin des
quotas sucre à partir de la campagne 2017-2018.
57
Chapitre 5
NÉGOCIATIONS
COMMERCIALES
59
Chapitre 5
Négociations commerciales
1. NÉGOCIATIONS OMC Négociations multilatérales
© Shutterstock
Très peu d’avancées ont été obtenues depuis la Conférence
fondatrice de Doha, en 2001, qui avait affiché la volonté
d’aboutir, au sein de l’OMC, à la libéralisation des
échanges mondiaux.
Depuis lors, ces ambitions ont été nettement refroidies,
d’autant que les négociations bilatérales prennent une
ampleur sans précédent (TTIP(1) entre l’Union européenne
et les États-Unis, et TPP(2) regroupant les pays du pourtour
pacifique, pour ne citer qu’eux).
La dixième conférence de l’OMC, qui s’est tenue à Nairobi
(Kenya) du 15 au 19 décembre 2015, présente néanmoins
quelques avancées. Six décisions ont en effet été prises à
cette occasion, formant le “Paquet de Nairobi”, dont trois
concernent spécifiquement l’agriculture :
• La reconnaissance d’un mécanisme de sauvegarde spéciale pour les pays en développement permettant à ces
derniers de relever temporairement les tarifs douaniers
sur les produits agricoles en cas de poussées des importations ou de baisses des prix.
• L’engagement de trouver une solution à la détention
de stocks publics à des fins de sécurité alimentaire. En
effet, les prix étant souvent fixés par les pouvoirs publics
lors de leurs constitutions, ils peuvent s’apparenter, selon
l’OMC, à « des prix “soutenus” ou “administrés” ».
• Et surtout la décision d’éliminer complètement toutes
les formes de subventions à l’exportation des produits
agricoles. Cette partie du paquet est une vraie avancée ;
elle a conduit Roberto Azevêdo, le directeur général de
l’OMC, à parler d’accord « historique ». Cette élimination
est immédiate pour les pays développés (avec quelques
exceptions), et d’ici 2018 pour les pays en développement. Mais ces derniers pourront continuer à utiliser des
aides indirectes à l’exportation (soutien aux coûts de commercialisation et de transport) jusqu’à 2023, et même
2030 pour les pays les moins avancés. A titre d’illustration pour le secteur sucrier, cette décision ne permettra
(1) Transatlantic Trade and Investment Partnership.
(2) Trans-Pacific Partnership.
60
Chapitre 5
plus à l’Inde, à partir de 2023, d’instaurer le type d’aide
que le pays avait mis en place dans le courant de l’année
2015 à des fins de dégagement de son marché intérieur.
l’éthanol : ces pays peuvent donc exporter vers l’Europe
sans droits de douane.
• Enfin, un régime spécial est en faveur des pays les moins
avancés, dit régime PMA (également connu sous l’abréviation EBA - Initiative « Tout sauf les armes »). Ces derniers peuvent exporter vers le marché de l’Union toutes
leurs marchandises en franchise douanière et sans quota,
à l’exception des armes et des munitions. Les pays bénéficiaires sont les pays les moins développés définis comme
tels par les Nations-Unies, au nombre de 49 actuellement :
- 34 pays africains (Angola, Bénin, Burkina-Faso, Burundi,
Comores, Djibouti, Éthiopie, Érythrée, Gambie, Guinée,
Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Lesotho, Liberia,
Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique,
Niger, Ouganda, République centrafricaine, République
démocratique du Congo, Rwanda, Sao Tome & Principe,
Sénégal, Sierra Leone, Somali, Sud-Soudan, Soudan,
Tanzanie, Tchad et Zambie) ;
- 9 pays asiatiques : Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan,
Cambodge, Laos, Myanmar (Birmanie), Népal, Timor
oriental et Yémen ;
- 5 pays d’Océanie : les Îles Salomon, Kiribati, Samoa,
Tuvalu et Vanuatu ;
- et un pays des Caraïbes : Haïti.
La prochaine conférence devrait avoir lieu en 2017. À ce
stade, rien n’en est attendu.
Organe de règlement des différends
L’organe de règlement des différends de l’OMC a reçu une
demande de consultation avec la Thaïlande (affaire DS507)
de la part du Brésil, le 4 avril 2016, au sujet des subventions
accordées par la Thaïlande au secteur sucrier. Quelques
jours plus tard, l’Union européenne puis le Guatemala ont
demandé à participer à ces consultations. La Thaïlande doit
désormais répondre à cette demande, qui pourrait déboucher, si cette médiation n’aboutit pas, à l’instauration d’un
“groupe spécial” ou panel, qui a pour tâche d’aider l’organe
de règlement des différends à énoncer sa décision.
2. ACCÈS PRÉFÉRENTIEL
AUX MARCHÉS DE L’UNION EUROPÉENNE
POUR LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT La refonte totale des conditions commerciales liant l’Union
européenne et les pays en voie de développement est
désormais quasiment terminée. Les anciennes dispositions
de l’accord de Cotonou et de la convention de Lomé qui
liait l’Union européenne avec les pays d’Afrique, Caraïbes et
Pacifique (ACP), mais qui n’étaient pas compatibles avec les
règles de l’OMC, ont ainsi été revues.
Désormais, les liens entre l’Union européenne et les 178 pays
en voie de développement sont régis par le Système de
Préférences Généralisées (SPG) leur garantissant un accès
préférentiel au marché de l’UE. Trois dispositifs existent :
• Le régime standard (SPG) donne à certaines marchandises
étrangères un accès préférentiel non réciproque au marché
de l’Union européenne avec réduction, voire suppression,
des droits de douane ; le sucre et l’éthanol en sont exclus ;
• Le SPG+, déclinaison améliorée du SPG, constitue un
régime spécifique d’encouragement qui prévoit des réductions des droits de douane pour des pays vulnérables. Dix
pays sont concernés : l’Arménie, la Bolivie, le Cap-Vert, le
Costa Rica, l’Équateur, la Géorgie, la Mongolie, le Pakistan,
le Paraguay et le Pérou. Le sucre en est exclu(3), mais pas
Les pays non considérés comme en voie de développement
mais bénéficiant autrefois des dispositions de l’accord de
Cotonou bénéficient désormais d’Accords de Partenariat
Économique (APE). Ces derniers sont compatibles avec les
règles de l’OMC, de type accords de libre-échange, mais
dissymétriques en faveur des pays ACP et négociés avec
des régions. Même si, pour certains cas (comme celui de
Fidji), l’APE est encore provisoire, la situation est désormais
stabilisée pour tous les pays, sans changement pour le commerce du sucre et de l’éthanol par rapport à la situation sous
le régime des accords de Cotonou : ils peuvent exporter sur
l’Union européenne sans droits de douane, et sans limite.
En cas de perturbation grave du marché liée aux importations de sucre en provenance de ces pays ACP, une clause
de sauvegarde, consistant en l’instauration d’un droits de
douane, peut être mise en place. C’est la Commission européenne qui détermine l’opportunité de l’activer. Le règlement 2016/1076 indique que ce type de mesure peut être
jugé approprié par la Commission européenne lorsque le
prix moyen du sucre blanc de l’Union est inférieur, pendant
deux mois consécutifs, à 80 % du prix moyen du sucre blanc
de l’Union constaté durant la campagne de commercialisation précédente.
(3) A l’exception de certains produits sucrés très spécifiques à droits
de douane réduit.
61
Chapitre 5
Contingents avec l’Est de l’Europe en augmentation :
245 000 t sans droits de douane (Balkans, Moldavie,
Géorgie) + Ukraine
Depuis 2009, la région à l’Est de l’Europe (dont la région des
Balkans) bénéficie de contingents d’importation à droits de
douane nuls, liés au projet politique d’intégration de ces pays
dans l’Union européenne.
Si le contingent provisoire moldave (sur année civile) était
de 34 000 t jusqu’en 2015, il est passé à 37 400 t en 2016,
depuis l’application de l’accord d’association entre l’UE et
la Moldavie le 1er juillet 2016. L’application de l’accord d’association avec la Géorgie, le 1er juillet 2016 également, prévoit, lui, un contingent sans droits de douane de 8 000 t de
sucre par année civile.
3. ACCORDS DE LIBRE-ÉCHANGE ET
AUTRES CONTINGENTS D’IMPORTATION
3.1. Accords négociés
3.1.1. Contingents effectifs : CXL, Est de l’Europe
(Balkans, Géorgie, Moldavie), Ukraine, Amérique
centrale et andine
Contingents CXL (à droits de douane réduits)
en augmentation : 676 925 t + 114 000 t
Les contingents dits « CXL » s’appliquent en vertu des règles
de l’OMC (article 24.6 du GATT), suite à l’élargissement de
l’Union européenne. Ils sont à droits nuls ou réduits, et sont
présentés dans le tableau suivant :
Volumes par
campagne (oct./sept.)
- en tonnes - tels quels
Droits
de douanes
applicables (€/t)
Inde
10 000
0
Brésil
334 054
98
Toute origine
(Erga Omnes)
253 977
98
Cuba
68 969
98
Macédoine
7 000
Australie
9 925
98
Géorgie
8 000
676 925
-
Moldavie
37 400
Pays
concernés
Total
Pays concernés
Volumes en tonnes tels quels
par campagne, sauf pour
la Moldavie (année civile)
Albanie
1 000
Bosnie-Herzégovine
12 000
Serbie
180 000
Total
245 400 t
C’est également sous cette ligne que le contingent alloué
à la Croatie (180 000 t) a disparu, suite à l’entrée dans l’UE
au 1er juillet 2013, et a été remplacé, pour les campagnes
2013-2014 et 2014-2015, par un contingent provisoire
de 40 000 t sous droits de douane réduits (98 €/t). Ce
contingent n’a pas été reconduit en 2015-2016, en attente
de la finalisation des négociations pour un contingent
pérenne. Ces négociations ont abouti au printemps 2016,
et la situation devrait conduire à l’octroi d’un nouveau
contingent, de type CXL, de 114 000 t :
• Dont 78 000 t en provenance du Brésil, sous droits de douane
réduits de 11 €/t pendant une période transitoire de 6 ans
(montant du tarif douanier avant l’entrée de la Croatie), puis
54 € la septième année, pour se fixer ensuite à 98 €/t.
• Et 36 000 t erga omnes à 98 €/t, comme c’est le cas jusqu’à
présent pour les CXL.
Contingent avec l’Ukraine de 20 070 t
(sans droits de douane) + 340 000 hl d’éthanol
(sans droits de douane)
L’accord de libre-échange entre l’Union européenne et
l’Ukraine a été conclu en décembre 2011 ; mais sa ratification a été rejetée par l’Ukraine en novembre 2013, afin de
privilégier un partenariat avec la Russie.
Puis, suite à la crise politique qui a suivi en Ukraine, l’accord
a finalement été signé en juin 2014 et ratifié par le parlement européen le 15 septembre 2014 ; après une application provisoire de l’accord (au bénéfice de l’Ukraine exclusivement) pendant l’année 2015, il est entré en application au
1er janvier 2016. Le rejet de l’accord, par un référendum
néerlandais, en avril 2016, pourrait néanmoins conduire à
une refonte du dispositif.
Ce contingent, qui fait l’objet d’objections de la part de la
filière sucrière européenne, devrait être mis en place dès
l’été 2017, compte tenu du calendrier réglementaire nécessaire. Il serait alors alloué, vraisemblablement sur la campagne 2016-2017, au prorata de la campagne en cours.
Ce seront donc 790 925 t de sucre qui pourront entrer, à
droits nuls ou réduits, sur le territoire communautaire.
Concernant le sucre et l’éthanol :
• l’UE a octroyé un contingent de 20 070 t de sucre en franchise de droits, et bénéficie d’un contingent de 30 000 t de
sucre, réajusté à 40 000 t à l’issue d’une période de 5 ans ;
• l’UE a octroyé un contingent d’éthanol de 27 000 t équivalent sucre (soit 340 000 hl environ) en franchise de droits,
réajusté à 100 000 t à l’issue d’une période de 5 ans ;
62
Chapitre 5
• ajoutons l’octroi par l’UE d’un contingent sans droits de
douane de 10 000 t d’isoglucose, fructose et glucose (en
augmentation linéaire pour atteindre 20 000 t au bout
de 5 ans), et 2 000 t en sucre transformé (augmentation
linéaire pour atteindre 3 000 t au bout de 5 ans).
Amérique centrale et andine : 275 520 t + 7 380 t/an
(sans droits de douane) + éthanol (sans restriction de
volume ni droits de douane)
L’Union européenne a conclu des accords bilatéraux de
libre-échange avec certains pays de la Communauté andine
(Colombie, Pérou) et d’Amérique Centrale (Panama,
Guatemala, Costa Rica, Salvador, Honduras et Nicaragua)
qui sont effectifs depuis la campagne 2013-2014.
© S.Pelly/Cedus
Un récapitulatif des contingents sans droits de douane
applicables au secteur du sucre est fourni ci-dessous, en
tonne équivalent sucre brut. À noter que ces contingents
sont donnés par année civile, et non par campagne comme
c’est le cas habituellement.
Amérique centrale
Amérique andine
Total
Hors Panama
Panama
Colombie
Pérou
Année civile
2015
159 000 t
12 720 t
65 720 t
23 320 t
260 760 t
Année civile
2016
163 500 t
13 080 t
67 580 t
23 980 t
268 140 t
Année civile
2017
168 000 t
13 440 t
69 440 t
24 640 t
275 520 t
Augmentation du
contingent
ci-dessus de
4 500 t par an
Augmentation du
contingent
ci-dessus de 360 t
par an
Augmentation du
contingent
ci-dessus de
1 860 t par an
Augmentation du
contingent
ci-dessus de 660 t
par an
Années
suivantes
Augmentation totale
de 7 380 t par an
à droits de douane nuls ou réduits, dépassent donc
1,3 Mt/an : c’est l’équivalent de la production de plus de
5 sucreries européennes.
La règle d’attribution des certificats nécessaires à l’importation
est basée sur le principe du « premier arrivé, premier servi ».
Par ailleurs, dans ces accords, l’éthanol est libéralisé (donc
sans restriction ni droits de douane), et un contingent sans
droits de douane est fixé pour les produits à forte teneur
en sucres (PFTS) :
• Pour le Pérou, à 10 600 t sur l’année civile 2015, avec une
augmentation de 300 tonnes/an chaque année ;
• Pour la Colombie, à 21 200 t sur l’année civile 2015, avec
une augmentation de 600 tonnes/an chaque année ;
• Pour l’Amérique centrale, les contingents indiqués dans le
tableau ci-dessus incluent les PFTS.
En conclusion, en plus du sucre des pays les moins avancés
qui entre sans droits de douane sur le territoire de l’UE,
les contingents d’importation de sucre déjà applicables,
3.1.2. Contingents en attente d’application :
Équateur, Afrique du Sud, Canada, Vietnam
Équateur : 25 000 t + 600 t/an (sans droits de douane) +
éthanol (sans restriction de volume ni droits de douane)
Les négociations ont abouti avec l’Équateur en décembre
2014, et déboucheront sur un contingent supplémentaire de 15 000 t de sucre brut sans droits de douane et de
10 000 t de sucre blanc sans droits de douane, augmenté
tous les ans de, respectivement, 450 t et 150 t, dès ratification par les parlements européens et équatoriens, ce qui
était annoncé pour 2015, mais ne devrait pas avoir lieu avant
la fin 2016. L’éthanol sera libéralisé.
63
Chapitre 5
Afrique du Sud : 150 000 t (sans droits de douane) +
éthanol (80 000 t d’éthanol sans droits de douane).
Les négociations d’un accord de libre-échange entre l’Union
européenne et l’Afrique du Sud, après les difficultés liées à
l’imbrication de l’Afrique du Sud avec la zone SADC, se sont
conclues fin juillet 2014 et l’accord a été signé en juin 2016.
L’accord doit maintenant être ratifié formellement par les
parlements des différents pays européens et par le parlement sud-africain ; l’échéance de fin 2016 reste celui avancé
par la Commission, pour une application annoncée en 2017.
Concernant le sucre, il accorde un contingent sans droits
de douane de 100 000 t de sucre brut, de 50 000 t de sucre
blanc, et de 80 000 t d’éthanol.
Compte tenu de la présence du Canada au sein de l’ALENA,
le respect des règles d’origine reste un point central pour
éviter qu’une partie des volumes de sucre ou d’éthanol éventuellement exportée par le Canada ne soit en réalité des
volumes originaires des USA ou du Mexique. A ce titre, le
fait que l’activité de raffinage ne puisse pas conférer l’origine
du produit est une bonne chose. Néanmoins, il a été décidé
un contingent de produits sucrés sans droits de douane
pour lequel les règles d’origine ne s’appliqueront pas, fixé à
30 000 tonnes annuelles la première année et qui ira croissant tous les ans pour atteindre 51 840 tonnes dans 15 ans.
© S.Pelly/Cedus
Canada : libéralisation du sucre
Un accord Union européenne-Canada a été trouvé le 26 septembre 2014, clôturant les négociations commencées en
2009, et sa signature devrait avoir lieu à l’automne 2016.
Du côté européen, alors que l’on estimait jusqu’alors cet
accord comme relevant de la seule compétence de l’Union
(et ne nécessitant donc que la ratification du parlement
européen avant son application), la Commission européenne a finalement considéré, le 5 juillet 2016, que cet
accord est à compétence mixte, c’est-à-dire relevant de la
compétence partagée de l’Union et de chaque état membre.
Aux dires même de la Commission, cette décision est plus
politique (faisant suite au Brexit) que juridique. La conséquence est que chaque état membre devra ratifier l’accord
avant son application intégrale.
Néanmoins, la partie commerciale de l’accord (donc l’application des contingents) sera à « application provisoire »,
dès l’approbation du seul parlement européen, ce qui pourrait avoir lieu début 2017. Par « provisoire », il faut néanmoins plutôt comprendre « partiel » : juridiquement, si un
état membre refuse de ratifier l’accord, la partie commerciale continuera néanmoins de s’appliquer ; politiquement,
il pourrait cependant en être autrement.
La partie non commerciale de l’accord (dont l’étendue reste à
expertiser) ne s’appliquera en revanche qu’après ratification
par chaque état membre de l’Union, ce qui s’annonce long et
difficile dans le climat politique européen actuel vis-à-vis de
Bruxelles. Néanmoins, ce point reste encore flou juridiquement,
et l’avis que va rendre la Cour de Justice de l’Union européenne
sur la mixité de l’accord de libre-échange avec Singapour, à la
demande de la Commission, est attendu en 2017 : il fera certainement jurisprudence sur l’accord avec le Canada.
Vietnam : 20 000 t (sans droits de douane)
Les négociations vers un accord de libre-échange
UE-Vietnam, ouvertes en 2012, ont été conclues, et l’accord
a été signé le 2 décembre 2015. Il inclut un contingent sans
droits de douane de 20 000 t de sucre pour le Vietnam et
de 1 000 t d’éthanol. Rappelons que le Vietnam produit 1 à
1,5 Mt de sucre par an, et en consomme autant – la proximité avec la Thaïlande appelle néanmoins à une vigilance
sur les règles d’origine. Sa ratification est prévue pour 2017,
il pourrait entrer en vigueur en 2018.
En conclusion, l’application des nouveaux accords avec
l’Équateur, l’Afrique du Sud et le Vietnam (et sans chiffrer l’impact de celui avec le Canada), se traduira par un
nouveau contingent de 195 000 t sans droits de douane.
En ce qui concerne le sucre, la libéralisation totale des
échanges s’accompagnera d’une période transitoire (7 ans).
L’éthanol sera libéralisé dès la mise en œuvre de l’accord.
64
Chapitre 5
3.2. Accords en négociation
il conviendra d’être très vigilant sur le respect des règles
d’origine et la notion de cumul des origines dans le cadre de
l’ALENA. Enfin, les producteurs américains d’isoglucose sont
extrêmement compétitifs. Il serait évidemment paradoxal
que le sucre soit exclu à la demande des Américains et pas
l’isoglucose alors que les deux produits sont concurrents
pour de nombreuses utilisations agroalimentaires.
Compte tenu de la lenteur et des difficultés dans les négociations multilatérales du Doha Round, la politique commerciale européenne continue d’être majoritairement axée vers
la conclusion de nouveaux accords bilatéraux.
3.2.1. États-Unis (TTIP(4))
Les négociations dans le cadre du projet d’accord de libreéchange UE-USA ont été lancées en juillet 2013. Cet accord
sera d’une portée considérable compte tenu de la taille économique des deux blocs de part et d’autre de l’Atlantique.
Les enjeux sont donc énormes, avec des risques et des
opportunités pour chacun.
Le premier échange d’offre a eu lieu en février 2014, le
second en octobre 2015.
Le sucre et l’éthanol sont considérés dans l’offre européenne comme produit sensible et, même si l’exclusion
reste demandée, il est à craindre des négociations finales
la mise en place de contingent à droits réduits, notamment
sur l’éthanol pour lequel les USA risquent de se montrer
très offensifs (ce qui n’empêcherait pas le maintien de dispositifs anti-dumping comme il en existe déjà pour l’éthanol américain).
Le prochain round de négociation (le quinzième) est prévu
à l’automne. Même si la nouvelle présidence, slovaque, du
conseil de l’Union européenne affirme toujours vouloir
aboutir avant la fin 2016, cela semble de moins en moins
probable. Aucune avancée tangible n’a eu lieu lors de la
14e rencontre de négociation, du 11 au 15 juillet dernier à
Bruxelles, les points litigieux (citons les marchés publics côté
américain et les Indications géographiques côté européen,
mais aussi tout le volet SPS) semblant faire du surplace ;
aucune discussion n’a également eu lieu au niveau agricole
sur les produits sensibles.
Le Brexit s’annonce par ailleurs comme un nouveau frein aux
négociations ; par ailleurs, les candidats à la présidence des
USA ont fait publiquement part de leur hostilité à cet accord,
comme de nombreux pays membres de l’Union européenne,
parmi lesquels la France en septembre 2016.
Rappelons que, dans l’hypothèse où le sucre ne serait pas
exclu, les échanges de sucre entre le Mexique et les USA dans
le cadre de l’ALENA doivent alerter les négociateurs européens sur la nécessité d’être fermes quant au risque d’exportation vers l’UE des surplus de sucre sur le marché américain
résultant des importations mexicaines. Une clause d’exportateur net, comme les USA l’ont négociée dans d’autres
accords de libre-échange, serait appropriée. Par ailleurs,
3.2.2. Mercosur
Les négociations avec le Mercosur, qui avaient connu une
pause depuis le premier échange d’offre (2004), ont repris,
avec le changement de gouvernement argentin, et sous l’impulsion du Brésil qui craint d’être fragilisé par l’accord liant
les USA à leurs voisins du Pacifique (TPP).
Un deuxième échange d’offre a eu lieu à la mi-mai 2016. La
présidence slovaque s’est montrée relativement prudente,
soulignant qu’elle était consciente des difficultés actuelles
du secteur agricole et du mécontentement de certains
États membres concernant l’inclusion de contingents tarifaires pour certains produits sensibles.
De source officieuse, l’offre européenne :
• Exclut le sucre (à l’exception d’un contingent réduit sans
droits de douane (1 100 t) relatif aux sucres transformés (sans détail disponible).
• L’éthanol devrait être abordé en fin de négociation, mais
on pourrait s’attendre à 600 000 tonnes d’éthanol (soit
7,5 Mhl) à droits réduits (6,4 €/hl pour le non-dénaturé
contre 19,2 €/hl en régime normal, et 3,4 €/hl pour le dénaturé contre 10,2 €/hl en régime normal). Sur ce volume, la
moitié serait pour usage industriel (dont chimique) ; ces
chiffres correspondent à ceux avancés en 2004 par l’UE,
donc avant le développement de la production d’éthanol
en France et dans l’UE, et ne peuvent en conséquence pas
servir de base de départ pour les négociations.
La plus grande vigilance est évidemment de mise face au
Brésil qui constitue le premier producteur et le premier
exportateur de sucre au monde, et le second producteur
d’éthanol au monde. Le prochain cycle de négociation est
prévu à l’automne 2016.
3.2.3. Mexique
Un accord de libre-échange UE-Mexique existe déjà : il a
été signé en 1997 et est entré en vigueur en 2000. C’est
d’ailleurs un des premiers accords de libre-échange bilatéral
de ce type au monde. Cet accord exclut le sucre à l’heure
actuelle. La présidence slovaque de l’Union européenne veut
désormais avancer rapidement dans la rénovation de cet
accord, qui a été lancée officiellement le 31 mai 2016, avec
un premier cycle à l’automne 2016 à Mexico.
(4) Transatlantic Trade and Investment Partnership.
65
Chapitre 5
Rappelons que l’accord actuel, en vigueur depuis 2000,
exclut le sucre, et sa remise en cause représente un risque
réel pour ce secteur.
La modalité de traitement des produits agricoles fera l’objet
de nouvelles discussions. À ce titre, il est absolument indispensable d’exclure de cet accord le sucre, qui est un intérêt offensif pour les Mexicains. Gros producteur de sucre
pour les USA, avec qui il est lié par l’accord de libre-échange
ALENA, le Mexique verra en effet ses débouchés fragilisés
par l’accord des USA avec ses partenaires du Pacifique (TPP).
plus difficile de pouvoir identifier correctement l’origine des
produits exportés à destination de l’UE. Certains pays tels
que la Thaïlande pourraient éventuellement profiter de
cette libéralisation régionale pour exporter indirectement
une partie de leur disponible exportable via d’autres pays
de l’ASEAN qui ont le statut de PMA (Cambodge notamment). Sur ce point, le précédent que représente l’accord
avec Singapour, qui a fait des règles relatives à l’origine une
entité conséquente du protocole d’accord se fondant sur
le code des douanes communautaires, va dans le bon sens.
3.2.4. Thaïlande
3.2.6. Inde
Quatre rounds de négociation entre la Commission et la
Thaïlande ont eu lieu depuis le lancement officiel des négociations en mars 2013, mais la situation est bloquée depuis
2014, compte tenu de la situation politique du pays. Aucune
date n’est actuellement fixée pour le cinquième round.
Après 13 cycles de négociations depuis 2003, les négociations sont suspendues depuis 3 ans, suites aux différences
considérées comme majeures dans les attentes de chaque
partie exprimées en 2013.
3.2.7. Nouvelle-Zélande et Australie
La problématique « sucre » est très sensible, dans la mesure
où la Thaïlande est le second exportateur mondial de sucre.
Concernant l’éthanol également, puisque la Thaïlande a
d’ores et déjà annoncé ses ambitions de développement.
Le 25 février 2016, le parlement européen a adopté une
résolution visant à lancer des négociations, distinctes, avec
la Nouvelle-Zélande et l’Australie. À l’heure actuelle, aucun
mandat n’est donné à la Commission pour lancer des négociations : elle en est encore au travail préalable de l’étude
d’intérêt d’un tel accord. Du côté européen, l’accord était
avant tout demandé par la Grande-Bretagne, liée à ces pays
par le Commonwealth. Le Brexit peut donc paraître comme
un frein à l’ouverture de ces négociations.
3.2.5. Autres pays membres de l’ASEAN
Les négociations régionales ont échoué et une approche
bilatérale est privilégiée depuis 2009, qui a déjà abouti dans
le cas du Vietnam (3.1.2). Notons notamment :
• l’accord avec Singapour, qui est actuellement en phase de
vérification juridique par la Commission ;
• les négociations avec le Japon en sont à leur dix-septième round, et peu de progressions semblent visibles.
Les Japonais demandent l’exclusion du sucre ;
• les négociations avec les Philippines ont été officiellement
ouvertes en décembre 2015, et le premier cycle de négociation s’est déroulé en mai 2016. Le sucre est un produit
offensif du côté philippin (qui exporte près de 200 000 t de
sucre annuellement) ; il faudra donc se montrer vigilant.
• enfin, le Conseil des Affaires étrangères a formellement
donné son autorisation le 18 juillet dernier afin de débuter les négociations avec l’Indonésie, et un premier cycle
devrait avoir lieu avant la fin d’année. L’Indonésie produit
environ 2,5 Mt par an, mais en consomme plus de 6 Mt :
notre secteur pourrait y voir donc un intérêt offensif, bien
que la concurrence régionale semble amoindrir l’intérêt du
pays pour le sucre européen.
Pour l’Australie, très compétitive, la Commission a
conscience de la problématique sucre. La plus grande vigilance est de mise puisque l’Australie montre, tous les ans,
son intérêt pour le marché européen, remplissant à plein
son quota CXL (près de 10 000 t) malgré le tarif douanier,
réduit pour ce contingent, de 98 €/t.
4. EFFETS DU BREXIT POUR LA FILIÈRE
SUCRE EUROPÉENNE
Le 23 juin 2016, la Grande-Bretagne, par référendum, a
choisi de quitter l’Union européenne. Sans vision claire,
pour le moment, du type d’association qui liera ce pays à
l’Union, on peut d’ores et déjà s’inquiéter de cette décision
en termes de commerce international, notamment concernant le secteur sucre.
En effet, la Grande-Bretagne dispose d’un quota de
1,056 Mt par campagne, produite dans ses quatre sucreries, propriétés de British Sugar. Avec une consommation
d’environ 2,15 Mt, la Grande-Bretagne comble son déficit par des importations de sucre blanc, ou de sucre roux
Même si la menace semble a priori limitée, les règles d’origine et de cumul des origines restent un enjeu majeur car
les barrières tarifaires au sein des pays de l’ASEAN sont, normalement, appelées à disparaître. Il va donc devenir encore
66
Chapitre 5
qu’elle raffine dans sa sucrerie de Tate & Lyle, propriété de
l’américain ASR (American Sugar Refining). À elle seule,
cette sucrerie, d’une capacité de 1,3 Mt par an, représente
le quart de la capacité de raffinage européenne.
importante des importations correspondantes porte sur du
sucre roux à raffiner, il serait anormal que le volume obtenu
pour approvisionner une Union à 28 soit identique pour une
Union à 27, d’autant plus si elle en exclut le principal bénéficiaire de ces importations de sucre roux. Dès lors, il est
En termes de commerce intra-européen de sucre, la GrandeBretagne est donc importatrice ou exportatrice, selon l’intérêt économique du raffinage (et donc selon le différentiel
de prix entre le sucre roux sur le marché mondial et le sucre
blanc communautaire). Dans tous les cas, selon les années,
20 à 35 % du sucre entrant sur le territoire européen,
par le biais des concessions avec les pays tiers, l’est via
la Grande-Bretagne.
fondamental, soit de renégocier les contingents d’importation existants, soit de répartir, entre l’UE27 et la GrandeBretagne, les contingents négociés, en tenant compte des
capacités de raffinage britanniques.
Par ailleurs, de manière à empêcher à la Grande-Bretagne
d’importer du sucre brut pour le raffiner et d’exporter
du sucre blanc (issu de sucre brut raffiné, ou de sucre de
betterave devenu excédentaire pour le pays) sur le terri-
Grande utilisatrice des contingents CXL, une large part de
ces derniers a d’ailleurs été accordée lors de l’admission dans
l’Union européenne de la Grande-Bretagne en 1973. En cas
de scission de la Grande-Bretagne avec l’Union européenne,
il serait logique que le contingent alloué à l’époque de son
adhésion soit supprimé.
toire européen, des conditions strictes de règles d’origine
(le raffinage ne permettant pas le changement d’origine)
doivent être demandées et respectées, ainsi que des clauses
de sauvegarde.
Enfin, la Commission devra tenir compte de la sortie du
Royaume-Uni dans ses négociations des accords en prépa-
De la même manière concernant les contingents accordés au sein des accords de libre-échange, dont une partie
ration (TTIP, Mercosur, Thaïlande, etc.).
67
Chapitre 6
RÉFLEXIONS
SUR LA FUTURE PAC
POST 2020
69
Chapitre 6
Réflexions sur la future PAC post 2020
L
a PAC actuelle, réformée en 2013, s’applique sur
la période 2015-2020. D’ores et déjà les instutions
européennes et nationales ainsi que les filières agricoles engagent une réflexion sur les besoins d’évolution pour
la période post 2020, et cela à un moment où de nombreuses
filières agricoles dans l’UE traversent une crise profonde ;
Parmi les causes des crises agricoles actuelles, sont particulièrement importantes, d’une part, la dérégulation des
marchés et, d’autre part, les règles juridiques – liées au respect du droit de la concurrence –imposées aux agriculteurs
dans les négociations contractuelles avec l’industrie de première transformation.
© European Union 2012 - EP
La dérégulation des marchés accroît la volatilité des prix
agricoles qui s’ajoute aux risques de rendements, ce qui
devrait impliquer, pour y faire face, et à défaut de filets de
sécurité publics, la mise en place d’une véritable politique
de gestion des risques agricoles.
Quant au droit de la concurrence, sa stricte application au
secteur agricole, notamment dans les secteurs où les produits agricoles passent obligatoirement par l’industrie agroalimentaire de première transformation, comme le secteur
du lait ou de la betterave sucrière, expose les agriculteurs
aux conséquences d’une situation de monopsone, c’est-àdire d’un marché caractérisé par un seul acheteur face à
une multitude de vendeurs. Cette situation de concurrence
imparfaite commence aujourd’hui à être prise en considération par la PAC, notamment sous l’influence du Parlement
européen et de la Direction générale de l’agriculture, ce qui
se traduit par des possibilités de négociation collective des
contrats conclus entre les agriculteurs et l’industrie de première transformation.
Pour les planteurs de betteraves, la fin du régime des quotas devrait conduire à une variabilité accrue de la recette
en l’absence de filet de sécurité que constituait le prix minimum pour les betteraves du quota. Alors que l’on attend une
plus grande corrélation entre les prix européens et les prix
mondiaux du sucre, on observe depuis 15 ans une variabilité du prix du sucre sur les marchés mondiaux qui est deux
70
Chapitre 6
Dates clés jusqu’en 2021
Suppression
des quotas
laitiers
Début de la
programmation PAC
retardée
d’une année
Suppression
des quotas
sucriers
Échéance pour
nouveau système
de paiements
directs
(convergence)
Entrée en vigueur
des nouvelles zones
défavorables
(ZSCN et ZSCS)
Approbation progressive
des PDRR 2014-20
Elections européennes :
Nouveau PE au 1/07/09
puis désignation des
membres de la CE
Future PAC
PAC actuelle
2014
2015
2016
Consultation
verdissement
Clause de révision budget UE.
Définition de la durée
du budget UE post 2020
2017
2018
Evaluation de la mise en œuvre
SIE : passage à 7%
à partir de 2017 ?
Autres mesures
de simplification
sur le verdissement ?
Communication
de la CE
et rapport parlementaire
2019
2020
Bilan PAC
2014-20
1er bilan PAC 2014-20
Propositions
de la CE sur le futur
cadre financier
Propositions
législatives
de la CE
2021
Arbitrage et adoption
du budget UE dont PAC
Amendements
du conseil et du PE
(co-décision)
Adoption
des textes
finaux
Source : APCA
1. LA GESTION DES RISQUES AGRICOLES
DANS LA PAC POST 2020
fois supérieure à celle du blé. Ainsi la question des outils de
gestion des risques trouve une nouvelle acuité pour la filière
betterave-sucre dans la perspective de la prochaine PAC.
Parmi les différents instruments de la PAC actuelle, la
politique de gestion des risques agricoles ne représente
aujourd’hui que 0,4 % du budget de la PAC, ce qui est
dérisoire. Les politiques doivent se poser la question de la
cohérence d’une si faible utilisation des outils de gestion
des risques avec la dérégulation de la plupart des filières
agricoles ; mais avec un budget qui a peu de chances d’augmenter, développer une politique de gestion des risques
agricoles impliquerait mécaniquement une réorientation
de la PAC.
Le marché de la betterave est un monopsone, avec en général un seul acheteur, le fabricant de sucre, et plusieurs milliers de vendeurs, les planteurs de betterave.
Comme pour la réforme précédente, un nouveau cadre budgétaire se négociera en même temps que la future PAC, qui
sera en application au 01/01/2021. La PAC représente 38 %
du budget de l’UE 2015, mais seulement 0,4 % des dépenses
publiques européennes. En dépit de l’élargissement de l’UE,
le budget est en baisse depuis plusieurs années. La question
du budget de la PAC post 2020, d’une part, et de la répartition
de ce budget entre les principaux outils de la PAC, d’autre
part, sera centrale et les réponses politiques qui seront données auront de fortes conséquences sur le contenu de la PAC.
1.1. Les outils de gestion des risques agricoles La production agricole est soumise aux aléas climatiques
(sécheresse, gel, grêle…) et sanitaires. De la même manière,
les marchés agricoles sont sujets à des mouvements de prix
violents du fait de l’impact exogène de la météorologie et à
des rigidités dans l’ajustement entre l’offre et la demande.
Cela explique qu’immanquablement l’exploitant agricole
soit soumis à des variations très importantes de ses revenus.
En terme de calendrier, les premières orientations proposées par la Commission européenne devraient intervenir dès
2017 ; la Commission européenne devrait ensuite faire une
proposition législative de réforme de la PAC courant 2018.
Les réflexions seront toutefois compliquées par le fait que la
mise en place de la PAC 2014-2020 se fait par phases successives. La révision à mi-parcours du cadre financier pluriannuel pour application dès 2018 sera également l’occasion
d’engager quelques ajustements qui indiqueront la direction
souhaitée pour les évolutions post 2020.
Toutefois, les exploitations agricoles ne sont pas exposées de la même manière aux différents types de risque ;
cela dépend d’un ensemble de facteurs et notamment :
le contexte pédoclimatique de l’exploitation, le type de
cultures et de rotation, sa performance économique, la
solidité financière de l’exploitation et plus particulièrement
son endettement .
71
Chapitre 6
1.3. De l’analyse des risques à la mise
en œuvre de stratégies de gestion
C’est pourquoi en face de différents types d’exploitation,
de différents types de risques, les exploitants doivent avoir
Un chef d’entreprise agricole se devrait de constamment
piloter le niveau de risque de son entreprise pour équilibrer
au mieux la rentabilité et la solidité financière de sa structure.
accès à des outils qui répondent aux besoins de l’exploitation, et non à des outils standardisés supposés convenir à
tout type d’exploitation.
La gestion de l’exploitation par l’agriculteur contribue très
fortement au pilotage de son niveau de risque, notamment
à travers la diversification des cultures et sa politique d’investissement et d’endettement.
1.2. Différents types de risques agricoles
Développer une politique de gestion des risques en agriculture implique de bien distinguer au préalable les différents
catégories de risques, avec pour chacune d’entre elles une
solution qui sera différente. Cette catégorisation des risques
Mais, l’agriculteur doit aussi pouvoir s’appuyer sur des instruments de gestion des risques qui peuvent être privés,
collectifs ou publics. Selon que le risque soit sage ou sauvage, indépendant ou systémique, différents types d’outils
devront être sollicités (cf. schéma ci-dessous).
peut se faire à l’aide d’une grille de lecture à double entrée
selon l’indépendance et l’intensité du risque.
1.2.1. Niveau d’indépendance du risque
Les risques indépendants
• Risque isolé ne s’étendant pas à une population large
d’agriculteurs (exemple : incendie, grêle).
• Ils sont gérables au travers de la mutualisation : les sociétés
Risque
sauvage
d’assurance utilisent la loi des grands nombres, la valeur
Filets de sécurité publics
Contrats
hybrides
moyenne de la perte attendue et la fréquence d’occurrence pour évaluer la prime d’assurance. On parle ainsi
Contrats
d’assurance
de risque « assurable ».
• Risque s’étendant à toute une population d’agriculteurs
Risque
indépendant
(exemple : chute des prix).
Mutualisation coopérative
Lissage fiscal
Risque
sage
Les risques systémiques
Contrats
Financiers
Risque
systémique
• Il est donc impossible d’utiliser la loi des grands nombres.
• Besoin de recourir aux marchés financiers (sous diffé-
On peut regrouper les outils de gestion du risque en deux
grandes catégories :
rentes formes possibles) ou aux filets de sécurité publics.
Les risques mixtes
Gestion gratuite pour l’agriculteur
• Epargne de précaution (d’autant plus efficcace si elle favorisée par des mécanismes fiscaux)
• Contractualisation de long terme
• Fonds de garantie publics
• Outils de gestion publique des marchés
• Risque à mi-chemin entre indépendant et systémique
(exemple : rendement).
• Gestion au travers d’instruments hybrides : assurances +
instruments financiers.
1.2.2. Niveau d’intensité du risque
Les risques menaçant la pérennité économique d’une exploi-
Gestion payante pour l’agriculteur
• Outils bonifiés de financement (trésorerie)
• Contrats sur marchés à terme et marchés d’options
• Assurances (récolte, chiffre d’affaires, revenu)
• Fonds de mutualisation (sanitaires, revenus)
tation sont également classés selon qu’ils soient « sages »
ou « sauvages ». Cette caractérisation du risque porte sur
l’intensité de la perte subie par l’entreprise et la probabilité
d’occurrence. Le risque « sage » correspond à une perte
potentielle faible à moyenne, avec une loi de distribution
bien connue par un historique de faits. Le risque « sauvage »
Les subventions d’exploitation (type droits à paiement de
base) permettent de diminuer l’exposition au risque de
l’agriculteur en lui garantissant une rentrée d’argent.
correspond à une perte « catastrophique » pour l’entreprise
dont la probabilité de sinistre est généralement faible.
72
Chapitre 6
et dépend de la surface cultivée ou du nombre d’animaux.
Ce qui distingue les aides de la boîte bleue de celles de la
boîte orange est qu’il existe en parallèle des limitations de
la production (de type quota, gel de terres ...). Ainsi les
aides couplées qui peuvent exister sur la betterave dans
l’UE rentrent dans cette catégorie car elles portent sur des
surfaces limitées et notifiées par les états.
2. LES RÈGLES DE L’OMC PORTANT
SUR LES OUTILS DE GESTION DES RISQUES
Dans le cadre de l’accord instituant l’Organisation mondiale
du commerce (OMC) signé à Marrakech en 1994, la PAC
toute entière est soumise aux disciplines de l’OMC.
2.1. Rappel sur la classification des régimes
de soutien internes
• La boîte verte n’est soumise à aucune obligation de réduc-
L’accord spécifique sur l’agriculture a prévu une réduction
des aides ayant des effets de distorsion sur les marchés en
classifiant les différentes mesures de soutien internes selon
différentes boîtes de couleur.
• La boîte orange ou Mesures globales de soutien (MGS) :
elle recouvre les mesures de soutien interne réputées avoir
des effets de distorsion sur la production et les échanges.
Il s’agit notamment des mesures de soutien des prix ou
des subventions directement liées aux quantités produites.
Ces aides sont plafonnées et devaient être réduites de
20 % sur 6 ans par rapport à la période de référence
de 1986-1988.
• Par ailleurs, tous les membres de l’OMC peuvent appliquer une “ clause de minimis” qui permet d’exclure de
ce plafond (MGS) les soutiens dont le montant est inférieur à 5 % de la valeur du produit considéré (aides spécifiques) ou de la production agricole totale (aides non
tion et comprend 2 groupes de soutien :
- les programmes de services publics (par exemple
recherche, formation, vulgarisation…) ;
- versements directs aux producteurs qui sont découplés
de la production.
Notons que depuis qu’existe la classification OMC, l’UE a
quasiment éliminé les aides classées dans la boîte orange
alors qu’elles ne devraient être réduites que de 20 % par rapport à 1986-1988 pour avoir aujourd’hui une large majorité
notifiée en boîte verte (cf. infra).
100,000
90,000
80,000
70,000
60,000
50,000
40,000
30,000
20,000
10,000
0
199
5-9
199 6
6-9
7
199
7-9
199 8
8-9
199 9
9-0
200 0
0-0
200 1
1-0
200 2
2-0
200 3
3-0
200 4
4-0
200 5
5-0
200 6
6-0
200 7
7-0
200 8
8-0
200 9
9-1
201 0
0-1
201 1
1-1
201 2
2-1
3
M€
Notifications de l’UE à l’OMC
concernant ses mesures de soutien à l’agriculture
Amber
Blue
Green
AMS Binding
Source : EU submissions to the WTO in the G/AG/N/EEC/ (later G/AG/N/EU/) document series.
The AMS binding is the maximum level of Amber Box support available to the EU.
2.2. Les conditions de classification
des instruments de gestion du risque à l’OMC
© Patrick ALLARD/REA
Selon le régime général de l’accord sur l’agriculture, les subventions à l’assurance sont considérées comme des mesures
de distorsion et relèvent de la boîte orange. Toutefois, l’annexe 2 comporte deux paragraphes relatifs à l’assurance qui
indiquent un certain nombre de critères qui permettent de
réintégrer ces aides dans la boîte verte :
spécifiques). Ce plafond est fixé à 10 % pour les pays
en développement.
• La boîte bleue comprend les aides liées à des programmes
de contrôle de l’offre. Celles-ci sont exemptées d’engagement de réduction. Ces mesures peuvent être considérées
comme étant partiellement découplées. Ces versements
sont subordonnés à une production, mais leur montant
effectif n’est pas directement lié au volume réel produit
Le paragraphe 7 consacré à l’assurance de protection des
revenus et aux programmes de filet de sécurité pour les
revenus indique trois critères :
- La perte de revenus doit être supérieure à 30 % du
revenu brut moyen ou l’équivalent en termes de revenus nets au cours des trois années précédentes ou bien
une moyenne olympique de cinq ans.
73
Chapitre 6
- Le montant de ces versements compensera moins de
70 % de la perte de revenu du producteur.
- Le montant de tout versement de ce genre sera uniquement fonction du revenu ; il ne sera pas fonction
du type ou du volume de la production réalisée par le
producteur ; ni des prix, du marché intérieur ou internationaux, s’appliquant à cette production ; ni des facteurs
de production utilisés.
Malgré le couplage de plusieurs mécanismes de soutien, les
États-Unis et le Canada ont toujours su notifier à l’OMC des
dispositifs compatibles avec leurs engagements.
3.1. États-Unis : équilibre entre filets
de sécurité publics et outils assurantiels
Lors de la loi de programmation agricole pour
2014-2018 (Farm bill), l’aide alimentaire a continué à drainer 80 % des 155 Mds USD de budget fédéral annuel. Mais
concernant leur soutien à l’activité de production agricole,
les États-Unis ont définitivement soldé le système de versement d’aides directes découplées pour renforcer les systèmes assurantiels et de filets de sécurité publics.
• Le paragraphe 8 consacré à l’assurance en cas de catas-
trophe naturelle, y compris l’assurance cultures. Les conditions sont les suivantes :
- Il est nécessaire que les autorités gouvernementales
reconnaissent qu’une catastrophe naturelle s’est produite ou est en train de se produire.
- Les pertes doivent dépasser 30 % de la moyenne de la
production pour les trois années précédentes ou une
moyenne olympique de cinq ans.
-L
es versements ne compenseront pas plus du coût total
du remplacement de ce qui aura été perdu et ne comporteront ni prescription ni spécification quant au type
ou à la quantité de la production future.
Filets de sécurité
publics
(contracycliques)
Système de prix minimum d’aide de trésorerie
(marketing loan & deficiency payment, direct loans)
Gratuit pour
l’agriculteur
Système d’aides contracycliques : PLC et ARC
Système
assuranciel
Risque intra-annuel
Par ailleurs, lorsqu’un producteur reçoit des paiements au
cours de la même année en vertu d’une assurance de protection des revenus, des programmes de filet de sécurité
pour les revenus ou d’une assistance en cas de catastrophe
naturelle, y compris des assurances cultures, la totalité de
ces paiements devra être inférieure à 100 % de la perte
totale du producteur.
Programme d’assurances récoltes, CA et exploitation
Subventionné
Assurance récolte ou CA complémentaire (SCO)
Subventionné
+ un système de réassurance publique
3.1.1. Avance de trésorerie pour la commercialisation
et paiement compensatoire
Prix de référence du programme des marketing loan
(loan rates) pour la période 2014-2018
3. ÉTATS-UNIS ET CANADA : DEUX PAYS
QUI ONT PLACÉ LA GESTION DES RISQUES
AU CŒUR DE LEUR POLITIQUE AGRICOLE
Depuis de nombreuses années, les États-Unis et le Canada
ont choisi d’articuler leurs soutiens publics à l’agriculture
autour de mécanismes contracycliques et assurantiels. Ils
ont ainsi abandonné les systèmes d’aides directes et offert
un accès libre aux agriculteurs à une panoplie d’outils de
gestion des risques subventionnés ou gratuits. Cela permet
aux agriculteurs américains et canadiens de gérer la plupart
des risques normaux ou sauvages qui pèsent sur le revenu
de leur exploitation.
Moyennes
nationales
Par tonne
Moyennes
nationales
Par tonne
Blé
108 $
Oléagineux
222,4 $
Maïs
76,8 $
Soja
183,7 $
Orge
89,6 $
Sorgho
76,8 $
Sur la base de prix de référence (loan rate), ces deux mécanismes proposent soit une avance de trésorerie pour la commercialisation (marketing loan), soit un paiement compensatoire (loan deficiency payment) qui permet à l’agriculteur
de disposer d’un apport de trésorerie dans un contexte de
marché dégradé.
• Marketing loan – Prêt de commercialisation : à la récolte,
l’agriculteur peut obtenir une avance de trésorerie de
9 mois basée sur le prix de référence multiplié par l’ensemble de la production concernée. La Commodity Credit
Corporation (CCC) concède ce prêt en contre partie d’un
Notons toutefois, qu’ils n’ont pas complétement abandonné
la gestion par les marchés de certaines filières. Des systèmes
de quota prévalent toujours dans la filière sucre aux ÉtatsUnis ou dans les filières lait, volaille et œufs au Canada.
74
Chapitre 6
nantissement de la production. Si les prix ne remontent
pas dans les 9 mois, il abandonnera sa production à la
CCC et bénéficiera ainsi de la différence entre le prix de
référence et le prix observé dans le comté ; si les prix
remontent, il pourra rembourser son emprunt et les intérêts en vendant sa marchandise sur le marché.
• Loan deficiency payment – paiement compensatoire :
l’agriculteur peut tout de suite demander la différence
entre le « loan rates » et le prix observé dans son comté.
minimum est calculé au travers du prix de référence du programme PLC, de surfaces historiques et d’un rendement
moyen historique. Les producteurs peuvent choisir une couverture basée sur les rendements du comté ou bien sur des
références individuelles.
Pour les producteurs choisissant le programme ARC basé
sur les références du comté :
Chiffre d’affaires garanti = 86 % (moyenne olympique
des rendements 2009-2013) x (moyenne olympique
du prix moyen des campagnes 2009-2013)
Aide ARC en $/acre = 85 % x (garantie de chiffre
d’affaires ARC calculée ci-dessus – chiffre d’affaires
réel de l’année du comté)
3.1.2. Systèmes de paiements contracycliques
Si les programmes de marketing loans ou deficiency payments sont accessibles à tous les agriculteurs, les agriculteurs américains doivent choisir pour la période de programmation agricole entre un système de prix minimum garanti
et un système de chiffre d’affaires minimum garanti.
Price loss coverage – système de prix minimum garanti
Pour les producteurs choisissant le programme ARC basé
sur les références individuelles :
les producteurs doivent engager la totalité des surfaces de
l’exploitation. Par rapport au programme ARC comté la franchise passe de 15 % du chiffre d’affaires garanti à 35 %.
L’indemnisation au titre d’ARC est plafonnée à 10 % du
chiffre d’affaires du comté.
Prix de référence du programme PLC
$/T
2014‑18
2010‑12
Blé
202,1
153,2
Maïs
145,7
103,5
Orge
227,4
120,8
Sorgho
155,5
103,5
3.1.3. Les systèmes assurantiels intra-annuels
Soja
308,6
220,5
Riz long grain
308,6
231,5
Oléagineux
444,2
279,5
Pois secs
242,5
183,4
Lentilles
440,3
282,4
Pois chiches (petits)
419,7
228,4
Les systèmes assurantiels existent aux États-Unis depuis la
fin des années 1930 mais ont gagné en importance depuis la
fin des années 1990. Par leur important subventionnement,
ils sont conçus à la fois comme un mode de redistribution
des aides publiques et un outil de gestion des risques au
service des agriculteurs.
Pois chiches (gros)
474,9
282,4
Soutiens fédéraux américains
aux exploitations agricoles et assurances agricoles
Sur la base d’un assolement et de rendements historiques,
les agriculteurs américains qui s’engagent dans ce programme sont indemnisés quand les prix tombent en dessous des prix de référence du programme. Ces aides sont
indexées par production. Les aides sont calculées comme
ci-dessous par surface engagée :
Millions USD
30 000
25 000
20 000
15 000
10 000
5 000
0
04 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
2
20
Aide PLC en $ par acre = (différence entre le prix de
référence et le prix moyen de l’année de campagne)
x 85 % x (90 %du rendement moyen 2008-2012)
Soutiens fédéraux directs aux exploitations (inclus ARC, PLC, aides directes,
programme de conservation, paiements compensatoires…)
Assurances récoltes
Le programme Agriculture Risk Coverage (ARC) : un
système de chiffre d’affaires minimum garanti
Ce programme permet d’assurer aux agriculteurs un
chiffre d’affaires minimum par culture. Ce chiffre d’affaires
Ces programmes assurantiels peuvent porter soit sur les
pertes de production, soit sur les pertes de chiffre d’affaires.
Ils couvrent 128 types de cultures. Il n’y a qu’un seul programme qui est presque totalement gratuit : l’assurance
75
Chapitre 6
3.2.1. Stratégies de gestion des risques
et politiques publiques
catastrophe qui couvre 55 % du prix de référence quand les
pertes sont supérieures à 50 %. Les autres programmes sont
subventionnés proportionnellement au niveau de franchise.
Un ensemble de programmes de Gestion des risques de l’entreprise (GRE) qui comprend Agri-protection (assurance
récolte), Agri-relance (fond catastrophe), Agri-stabilité
(assurance revenu de l’exploitation) et Agri-investissement
(épargne de précaution) aide les agriculteurs à gérer les
risques associés à l’instabilité des marchés et aux situations
de catastrophe. De plus, grâce au programme initiatives
Agri-risques, les gouvernements provinciaux aident aussi
le secteur à étudier, élaborer et mettre en œuvre de nouveaux outils de gestion des risques.
L’État américain joue un rôle central dans le pilotage du programme avec un partenariat avec les assureurs privés qui se
limite à la commercialisation. Le soutien fédéral se construit
comme suit :
• l’agence publique de la Risk Management Agency (RMA)
pilote et finance des programmes de recherches sur les
outils de type assurantiels ;
• la Federal Crop Insurance Corporation (FCIC), qui est un
bureau de la RMA, approuve les polices d’assurance qui
bénéficieront de soutien public ;
• l’État fédéral prend en charge une partie des polices individuelles (60 % en moyenne). Les subventions sont versées
directement aux compagnies d’assurance ;
• l’État participe aux frais administratifs des compagnies privées qui distribuent les assurances ;
• l’État réassure les assureurs privés et garantit la bonne
fin de tous.
Prévision des dépenses 2016‑2017 pour les programmes
de gestion des risques de l’entreprise Programmes gestion
des risques de l’entreprise au Canada
L’assurance chiffre d’affaires représente 80 % des polices
et couvre un risque de perte entre les semis et la récolte.
L’indemnisation fonctionne selon un chiffre d’affaires de
référence à la surface, calculé avant les semis (rendement
historique x prix moyen calculé sur marché à terme au
moment du semis x taux de garantie choisi par l’agriculteur (jusqu’à 85 %) et le chiffre d’affaires à la récolte (rendement de l’exploitation x prix moyen sur marché à terme
calculé au moment de la récolte).
% des dépenses
prévues
Agri-protection (assurance récolte)
49,5 %
Agri-stabilité
(assurance revenu de l’exploitation)
21,2 %
Agri-investissement
(épargne de précaution)
11,9 %
Agri-relance (fond catastrophe)
9,4 %
Initiatives Agri-risques
1,4 %
Autres
6,6 %
Total
100,0 %
3.2.2. Assurances
Assurances récoltes : Agri-Protection
Agri-protection est un programme d’assurance récolte qui
couvre les baisses de rendement dues à des risques naturels
comme la sécheresse, l’inondation, la grêle, le gel, l’humidité
excessive et les maladies. Cette protection peut concerner
les pertes de qualité, les superficies non ensemencées, le
réensemencement, la perte de plants, ainsi que les dommages causés par les ravageurs.
Entre 2010 et 2015, le budget annuel consacré aux outils
assurantiels a varié de 3,7 Mds USD en 2010 à 14 Mds USD
en 2012. Cette variabilité a deux explications :
• les subventions à la prime et aux assureurs privés sont au
prorata du niveau de la prime d’assurance qui elle-même
est fonction des prix. Donc, si les prix sont élevés au
moment de la souscription, à même taux de subventionnement, les subventions publiques seront plus élevées ;
• la réassurance publique.
C’est un programme fédéral-provincial-producteur à coûts
cofinancés. Les producteurs paient environ 40 % du total des
primes (15 €/ha en moyenne pour le blé) tandis que le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux financent la
part restante et l’intégralité des coûts d’administration, respectivement à hauteur de 60 % et 40 % (cf. schéma, p. 77).
3.2. Canada : outils assurantiels
Au Canada, la programmation agricole en cours pour la
période 2013-2018 (Cultivons l’avenir 2 – CA 2) représente
un budget d’environ 4 milliards de dollars par an financé
par des gouvernements fédéraux, provinciaux et territoriaux. La Gestion des risques de l’entreprise (GRE) représente 60 % de ce budget. Les agriculteurs ne perçoivent
pas d’aide directe.
80 % de la superficie cultivée et environ 55 % des
agriculteurs canadiens sont assurés.
Les participants choisissent le produit agricole et le niveau
de couverture : habituellement entre 70 et 90 % du rendement de référence. Le prix assuré est généralement calculé
76
Chapitre 6
au printemps en fonction des marchés à termes quand
c’est possible.
La contribution publique provient à 60 % du gouvernement
fédéral et à 40 % des gouvernements provinciaux.
Le montant de la contribution de l’agriculteur est fondé sur
le calcul suivant : la marge de référence contributive multipliée par 0,315 %. La marge de référence contributive pour
l’année du programme représente la marge de référence de
l’année précédente.
Partage des coûts de l’assurance récolte
40 %
Multirisques
de base
Producteur
60 %
Province
Gouvernement fédéral
3.2.3. Agri-investissement (compte d’épargne)
40 %
Coûts
d’administration
Province
Le programme Agri-investissement est un compte d’épargne
producteur-gouvernement autogéré qui permet au producteur de mettre des fonds de côté pour faire face à des
pertes de revenu ou faire des investissements. Le compte
Agri-investissement est abondé par le producteur et par des
contributions fédérales et des provinces.
60 %
Gouvernement fédéral
Assurances revenu : Agri-stabilité
Le programme Agri-stabilité est une assurance marge brute
de l’ensemble de l’exploitation. Plus de 50 % des producteurs
participent à Agri-stabilité, ce qui représente près de 70 %
du total des revenus des exploitations agricoles canadiennes.
À la réception des données financières du participant, l’administration procède au calcul des bénéfices du programme
en comparant la marge de référence et la marge de production pour l’année de participation visée. La marge de référence correspond quant à elle à la moyenne olympique des
marges de production des cinq dernières années.
© Tous droits réservés
Agri-stabilité se base sur la marge de production qui correspond
à la différence entre les revenus agricoles (recette de marché et
indemnisations d’assurances) et les frais variables de l’entreprise.
Chaque année, les producteurs peuvent déposer jusqu’à
100 % de leur marge nette dans un compte Agriinvestissement et recevoir une contribution gouvernementale jusqu’à 1 % de ce montant. Les producteurs ont la
possibilité de prélever des fonds à n’importe quel moment.
Lorsque la marge de production baisse de plus de 30 % par
rapport à la marge de référence, le paiement versé représente 70 % de la portion de la baisse de la marge qui est
supérieure à 30 %.
Agri-investissement est un programme à frais partagés
60/40 entre le gouvernement fédéral et les gouvernements
provinciaux et territoriaux.
Partage de la couverture
100 %
Part du producteur
%
70 %
Marge de l’année
par rapport
à la marge
de référence
0%
Marge négative
Par ailleurs, le Canada a adapté sa fiscalité (compte épargne
libre d’impôts) et son régime d’épargne retraite à la variabilité du revenu des agriculteurs.
100
Part du
producteur
%
Part des gouvernements
Part du
producteur
%
Part des gouvernements
30
30
70 %
3.2.4. Programmes initiatives Agri-risques
Les programmes initiatives Agri-risques (IAR) soutiennent
la recherche et le développement ainsi que la mise en
œuvre et la gestion de nouveaux outils de gestion des
risques qui seront utilisés dans le secteur de l’agriculture.
70 %
77
Chapitre 6
Le règlement communautaire stipule que :
• L’aide versée est limitée à 65 % de la prime d’assurance et
elle ne peut concerner que des contrats couvrant des
pertes supérieures à 30 % de la production moyenne
(moyenne 3 ans ou moyenne olympique).
• Il est possible d’utiliser des indices pour établir la production et les pertes.
• Le phénomène climatique défavorable ou l’infestation
parasitaire doivent être reconnus par l’autorité compétente de l’état concerné.
• Les prestations d’assurance ne peuvent pas couvrir plus
que la perte.
4. LE MODÈLE EUROPÉEN ET FRANÇAIS
ACTUEL DE GESTION DES RISQUES
4.1. Cadre européen global actuel
(PAC 2014-2020)
La PAC offre différents outils de gestion des risques, dont certains sont à la disposition des politiques agricoles nationales.
4.1.1. Outils de gestion de crise
du premier pilier de la PAC
Mesures spécifiques betterave-sucre
Contrairement au blé, blé dur, orge, maïs, riz, viande, beurre
et lait, le sucre n’est pas éligible à l’intervention publique.
Avec la fin des quotas, les outils de gestion du marché du
sucre deviennent circonscrits à l’aide au stockage privé.
2) Fonds de mutualisation (article 38)
Ce 2e dispositif vise à apporter une aide à la mise en place
de fonds de mutualisation qui ont pour objet d’indemniser
les agriculteurs pour des pertes économiques découlant de
phénomènes climatiques défavorables, de l’apparition d’une
maladie animale et végétale, d’infestations parasitaires et
d’incidents environnementaux.
Réserve de crise
Le règlement européen propose un instrument destiné à soutenir l’agriculture en cas de crises affectant la production ou
la distribution, intitulé « réserve en cas de crise agricole ». La
réserve de crise est constituée chaque année en appliquant
une réduction aux paiements directs dans le cadre du mécanisme de discipline financière. Chaque année, si la réserve
n’est pas utilisée, elle est reversée aux agriculteurs. Pour la
période 2014-2020, la réserve est répartie en sept tranches
annuelles égales, de 400 M€ chacune. Cette réserve n’a pas
été encore utilisée faute de décision communautaire, en raison
de la difficulté à l’appliquer à un secteur agricole en particulier, alors qu’elle est financée par l’ensemble des agriculteurs.
La participation financière publique concerne :
• les coûts administratifs liés à l’établissement du fond ;
• les montants prélevés sur le fond pour indemniser
les agriculteurs.
Il n’y a aucune aide pour la constitution du capital initial du
fonds, qui doit donc être constitué par les agriculteurs eux
mêmes. Les aides ne peuvent être octroyés que pour des
pertes supérieures à 30 % de la production moyenne annuelle
(triennale ou olympique) et ne peuvent dépasser un taux de
subventionnement de 65 % sachant que les états peuvent
mettre un plafond aux coûts admissibles aux aides. Comme
pour l’assurance récolte, l’utilisation d’indices est possible.
4.1.2. Outils de gestion des risques du 2e pilier
de la PAC
Trois dispositifs de gestion des risques mis à disposition
des agriculteurs
L’article 36 du règlement 1305-2013 précise les trois dispositifs qui peuvent bénéficier d’un soutien au titre de la PAC :
• les assurances cultures, animaux et végétaux détaillées
par l’article 37 ;
• les fonds de mutualisation en cas de problème climatique
détaillés par l’article 38 ;
• les instruments de stabilisation des revenus qui sont des
fonds de mutualisation pour couvrir le risque de perte de
marge détaillés par l’article 39.
3) Instrument de stabilisation des revenus « ISR »
(article 39)
L’instrument de stabilisation des revenus est un fonds de
mutualisation qui vise à protéger les agriculteurs contre
d’importantes baisses de marge. C’est un dispositif nouveau
créé lors de la dernière PAC 2014-2020.
Par « revenu », le règlement communautaire comprend : les
revenus issus du marché + soutiens publics – les intrants.
On se rapproche ainsi de ce que l’on a coutume d’appeler la
marge brute mais à l’échelle de l’exploitation.
1) Assurance récolte (article 37)
Concernant les grandes cultures, ce dispositif repose sur le
subventionnement de la prime de l’assurance récolte dans
le cas de pertes liées à des phénomènes climatiques défavorables, des maladies, des infestations parasitaires ou des
incidents environnementaux.
Les participations financières publics s’appliquent comme
pour le fonds de mutualisation, à savoir pour financer les
coûts administratifs liés à l’établissement du fonds et pour
78
Chapitre 6
Millions (€)
Italie
France
Primes
d’assurances
Fonds de
mutualisation
ISR
Total
PDR
concerné
Contribution
UE
% du
2e pilier
1 396,8
97,0
97,0
1 590,8
National dédié
45,0 %
7,60 %
540,7
60,0
600,7
National dédié
97,9 %
3,50 %
200,0
200,0
National
85,0 %
2,10 %
95,3
National
82,0 %
2,30 %
Roumanie
Hongrie
76,3
Croatie
57,0
57,0
National
85,0 %
2,50 %
Pays-Bas
54,0
54,0
National
27,0 %
4,00 %
Portugal
52,9
52,9
Continental
+Açores et Madère
82,0 %
1,12 %
Lituanie
17,0
17,0
National
85,0 %
0,90 %
14,0
Castille Léon
53,0 %
0,10 %
19,0
Espagne
14,0
Lettonie
10,0
10,0
National
68,0 %
0,60 %
Belgique
5,1
5,1
Flandres
63,0 %
0,30 %
Malte
2,5
2,5
National
75,0 %
1,90 %
14PDR/118
63,0 %
1,70 %
Total UE 28
2212,3
357,0
130,0
2699,3
l’indemnisation des agriculteurs. Là encore, il n’y a aucune
participation au capital initial.
Les lignes directrices communautaires concernant les aides
d’État dans le secteur agricole indiquent que :
• les aides aux primes d’assurances qui ne doivent pas
Le soutien n’est accordé que si la perte de revenu dépasse
30 % du revenu annuel moyen de l’agriculteur. Les versements effectués au titre du fond compensent moins de 70 %
de la perte de revenu au cours de l’année.
dépasser 65 % du coût de la prime en ce qui concerne les
productions végétales ;
• les aides aux contributions financières à des fonds de
mutualisation qui sont limitées à 65 % des frais admissibles.
Comme pour les autres, le subventionnement maximal est
de 65 %. Mais, dans le cas de ce dispositif, l’utilisation d’indice n’est pas expressément autorisée.
Dans le contexte du projet de réexamen à mi-parcours
du cadre financier 2014-2020 de l’UE présenté par la
Commission de nouvelles adaptations règlementaires sont
proposées pour l’ISR. La Commission européenne suggère
de donner la possibilité aux États membres d’utiliser cet outil
sur une base sectorielle, avec un seuil de déclenchement de
20 % et un abondement public à la création du fonds.
En 2014, les montants financiers mis en œuvre (1,2 Mds €)
Dotations dans les programmes de développement
ruraux pour la période 2014-2020
pouvoirs publics reposent principalement sur un fonds des
par ce canal étaient encore nettement supérieurs à ceux
utilisés au travers de la PAC pour le financement des outils
de gestion des risques. L’Espagne, en particulier, finance son
programme d’assurance récolte par ce biais afin de contourner les seuils de déclenchement imposés dans le cadre de
la PAC.
4.2. Cadre français actuel
En France, les outils de gestion des risques soutenus par les
calamités, un subventionnement des assurances récoltes
Les dotations des différents pays de l’UE concernant ces
programmes de gestion des risques portent sur 2,7 Mds €
soit 0,4 % du budget de la PAC. C’est l’assurance récolte qui
est le programme le plus largement mis en œuvre.
(assurance socle), un fonds de mutualisation des risques
4.1.3. Les aides d’état : un autre levier
de financement des outils de gestion des risques
Le fonds national de gestion des risques en agriculture
Une autre manière de soutenir la mise en œuvre d’outils de
gestion des risques est d’utiliser les fonds relatifs aux aides
d’État, c’est-à-dire sur fond uniquement national.
est le pivot financier du dispositif de soutien à la gestion
sanitaires et environnementaux (FMSE), des dispositifs fiscaux assouplis (dotation pour aléa) et ultimement sur des
aides de crises (aides ad-hoc).
(FNGRA) géré par la Caisse Centrale de Réassurance (CCR),
collective des risques en agriculture et à la mise en œuvre
du programme national de gestion des risques (PNGRA).
79
Chapitre 6
4.2.1. Régime des calamités agricoles Mécanisme du contrat socle et des offres complémentaires
Financé au travers de la 3 section du FNGRA, le régime des
calamités agricoles permet d’indemniser les agriculteurs en
cas d’aléas climatiques non assurables. La grêle ainsi que les
secteurs des grandes cultures et la viticulture sont exclus du
champ des calamités agricoles pour les pertes de récoltes.
e
Capital assuré
Niveau de la prime
d’assurance
Niveau assurance
récolte actuelle
L’intervention du dispositif des calamités agricoles est
subordonnée à la reconnaissance par arrêté(1) du ministre
en charge de l’agriculture du caractère de calamité agricole
du sinistre en cause (événement exceptionnel d’origine climatique non assurable) fondée sur les éléments d’expertise
fournis par les directions départementales des territoires
et de la mer. Cette décision est prise après avis du comité
national de gestion des risques en agriculture (CNGRA).
Contrat
socle
Franchise
Offre de base
1er niveau
d’option
Couverture
2e niveau assurantielle
d’option
Prime subventionnable
Prime non subventionnable
Les agriculteurs ont le choix de deux types de contrats :
• Contrats « par groupe de culture » : si l’agriculteur décide
d’assurer un groupe de culture, il doit couvrir la totalité de
ses surfaces en ce qui concerne la viticulture, l’arboriculture et les prairies. Pour le bloc « grandes cultures », l’obligation de couverture est de 70 % afin de tenir compte de
la spécificité de certaines cultures telles que la betterave.
Pour être indemnisés, les exploitants agricoles victimes d’un
tel sinistre doivent faire état de pertes dépassant certains
seuils (au moins 30 % de pertes pour la production sinistrée
et les pertes doivent représenter plus de 13 % de la production totale de l’exploitation). Le calcul des dommages individuels et de l’indemnisation qui représente environ 25 %
des dommages est réalisé sur des bases forfaitaires et collectives, à la différence d’un régime d’assurance.
• Contrats « à l’exploitation » : si l’agriculteur décide d’as-
surer 80 % ou plus de la surface totale de son exploitation,
la franchise de 30 % appliquée au capital assuré est alors
abaissée à 20 %.
4.2.2. Assurance récolte multirisques climatiques
L’assurance récolte mutlirisques climatiques a été lancée en
France en 2005. Alors que le taux de souscription avait tendance à s’affaisser, en 2015 a été décidé de créer une assurance socle. Ce réaménagement de l’assurance multirisques
était destiné à adapter ce produit aux coups durs, à un coût
plus faible et pour permettre une diffusion plus large. Elle a
été mise en œuvre à partir de la récolte 2016.
Le déclenchement de l’assurance s’effectue pour toute perte
de rendement excédant 30 % du rendement assuré (rendement moyen individuel triennale ou olympique 5 ans).
Il existe trois niveaux de garanties : un offre de base destinée aux coups durs subventionnée à 65 % (franchise de
30 % pour l’assurance par culture), un 1er niveau d’options
subventionné à 45 % (franchise de 25 % pour l’assurance
par culture) et un 2e niveau d’options non subventionnable.
Capital Garanti
Chaque agriculteur choisit son capital garanti, sachant que
le plafond maximum du capital garanti a été adopté par le
CNGRA sur la base du coût de production complet, diminué d’une réfaction de 17,8 %. Pour la betterave, le capital
garanti maximum est ainsi de 27,13 €/tonne de betteraves.
1er bilan de l’assurance socle récolte 2016
Le bilan de la première année est décevant. Moins de 30 %
des surfaces en grandes cultures sont concernées. Les deux
freins principaux a l’adhésion semblent être le seuil élevé de
déclenchement de 30 %, la non-prise en compte des pertes
de qualité sur les céréales et l’incertitude qu’il y a sur le
niveau de subventionnement.
4.2.3. Fonds national agricole de mutualisation
sanitaire et environnementale (FMSE)
Créé en 2013, le FMSE est un fonds de mutualisation agréé
qui a pour objet l’indemnisation des agriculteurs lorsqu’ils
subissent des pertes liées à des incidents sanitaires ou environnementaux. L’adhésion à un fonds de mutualisation
agréé est obligatoire.
(1) Le derrnier arrêté en application est l’arrêté du 29 décembre
2010 fixant la liste des risques considérés comme assurables pour la
gestion du Fonds national de gestion des risques en agriculture.
80
Chapitre 6
Le FMSE est organisé en « sections » :
• une section commune à tous les exploitants. Elle indemnise les pertes dues aux incidents environnementaux et
sanitaires qui touchent plusieurs productions ;
• dix sections spécialisées pour des secteurs spécifiques de
production (betteraves, légumes, pommes de terre, éleveurs de porcs...). Elles élaborent les programmes d’indemnisation des incidents sanitaires qui touchent leur
secteur. Elles instruisent les demandes d’indemnisation
et versent les indemnités dues aux agriculteurs. Chacune
d’entre elle établit un cahier des charges des mesures de
lutte obligatoire et des mesures de prévention qui doivent
être respectées par leurs adhérents. Chaque section a son
propre budget, et ses ressources ne peuvent servir qu’à
l’indemnisation de ses adhérents. Ces sections couvrent
les risques associés à une production précise, et garantit
des indemnisations aux agriculteurs frappés par un sinistre.
participe au lissage de l’imposition des bénéfices et des
charges sociales des exploitants.
Dans la pratique, il s’agit d’une réserve qui doit faire l’objet
de l’ouverture d’un compte d’affectation auprès d’un établissement de crédit, qui doit recevoir entre 50 et 100 % de
la DPA pratiquée.
La DPA peut ensuite servir à l’agriculteur dans un délai de
7 ans pour :
• l’acquisition de fourrages en cas de reconnaissance de
calamité agricole ;
• payer des primes d’assurance « dommages aux biens » ou
des primes d’assurance « pertes d’exploitation » ;
• régler des dépenses suite à la survenue d’un aléa
non assuré ;
• faire face aux conséquences d’un incendie ou d’une perte
de bétail ;
• compenser la perte de valeur ajoutée de plus de 10 % par
rapport à la moyenne des 3 exercices précédents ;
Pour la section betterave, par délégation du FMSE, la CGB
est l’organisme qui gère l’instruction des dossiers d’indemnisation tandis que l’AIBS procède à la levée des cotisations
et à l’indemnisation des planteurs concernés.
Les montants inscrits en DPA font l’objet d’un plafonnement
global commun avec la déduction pour investissements, fixé
à 27 000 €/an. Ce plafond est majoré de 500 €/salarié. Enfin
le montant cumulé des sommes déduites ne peut dépasser 150 000 €.
Le FMSE est financé à la fois par les agriculteurs, l’État et
l’Union européenne. Le financement public représente 65 %
de l’indemnisation versée (25 % France, 75 % UE). Les agriculteurs financent par leurs cotisations les 35 % restants de
la manière suivante :
• la cotisation à la section commune concerne tous les agriculteurs. Elle est de 20 € par an et par exploitant. Elle est
prélevée par la MSA.
• les sections spécialisées prélèvent des fonds supplémentaires selon des règles propres à chaque section.
En betteraves, une fraction de la cotisation volontaire
obligatoire perçue par l’interprofession AIBS auprès
des planteurs de betteraves sert à alimenter le fonds.
Dans un premier temps, une dotation financière de l’AIBS
est prévue sans qu’une cotisation spécifique ne soit prélevée auprès des planteurs. Dans un deuxième temps, si
nécessaire, une cotisation spécifique pourrait être appelée
sur les planteurs.
La DPA est peu utilisée. Elle contient des rigidités structurelles qui entravent son développement.
• La première difficulté concerne la complexité d’appréhension du dispositif par les exploitants. Les conditions de
sortie de l’épargne sont jugées trop restrictives.
• La seconde difficulté concerne le plafond de déduction
annuel de 27 000 €, qui est commun à toutes les exploitations agricoles hors EARL et GAEC, sans considération
de leur taille, de leur trésorerie, de leurs charges et de leur
exposition aux différents aléas.
Depuis de nombreuses années, le taux d’endettement des
exploitations françaises en grandes cultures a eu tendance
à croître. Il semble essentiel que la fiscalité agricole soit
aujourd’hui revisitée afin de renforcer la résilience de l’agriculture française.
4.2.4. Réserves de précaution et déduction
pour aléas
4.3. Quelles orientations post 2020 ?
Créée en 2002, la « Déduction pour aléas » (DPA) permet
d’administrer un compte d’épargne de précaution essentiellement prévu pour permettre de faire face aux aléas climatiques, sanitaires ainsi qu’à la volatilité des prix sur les
marché. Il s’agit d’encourager les agriculteurs à constituer
une épargne de précaution au travers d’un mécanisme qui
4.3.1. Eléments de la problématique
Dans les années qui viennent, il est peu probable d’observer une forte hausse du budget alloué à la Politique agricole
commune. De ce fait, développer le volet gestion des risques
de la PAC conduira à réaliser des arbitrages budgétaires :
81
Chapitre 6
4.3.2. Réflexions CGB
quelle part des aides directes souhaite-t-on voire allouée
aux outils de gestion des risques ?
On identifie deux leviers d’amélioration principaux des
outils de gestion des risques proposés par la PAC : l’assurance récolte pour gérer les coups durs liés aux pertes de
production et les instruments de stabilisation des revenus
pour parer les conditions économiques très dégradées.
Les aides directes sont aujourd’hui centrales dans l’équilibre
économique de nombreuses exploitations françaises. Entre
2008 et 2013, les subventions publiques ont représenté plus
de 100 % du revenu courant avant impôt des agriculteurs
spécialisés en céréales et oléoprotéagineux (SCOP). En
outre, les aides directes ont pour avantage d’être transférées
sans « perte » à l’agriculteur quand, par exemple, un système d’assurance doit rémunérer les services de l’assureur.
Il s’agit toutefois de mettre en place un ensemble de filets
de sécurité publics qui permettent aux agriculteurs et aux
filières d’amortir les « coups durs ». L’enjeu est donc de trouver un équilibre entre un soutien régulier et prévisible aux
agriculteurs et des outils qui permettent aux agriculteurs et
aux filières de faire face aux situations de crise.
Au-delà de ces évolutions nécessaires de la PAC, la problématique de gestion des risques doit être plus largement
investie au niveau national. La question de la capitalisation des exploitations françaises en lien avec les régimes
fiscaux doit être repensée afin de permettre aux exploitations agricoles françaises de pouvoir amortir au mieux les
fortes baisses de revenus.
Risque de production : le besoin d’une assurance récolte
plus adaptée aux spécificités de l’agriculture française
Cela fait 10 ans qu’il existe en France une assurance rendement multirisques climatiques
subventionnée par les pouvoirs publics. Depuis
2013, le taux de surfaces assurées en grandes
cultures ne cesse de s’éroder : en 2016, seules
26 % des surfaces étaient assurées. Rappelons
que le risque de production étant assurable
en grandes cultures, les agriculteurs frappés
par d’importantes pertes de rendement liées
à un phénomène climatique adverse n’ont pas
accès au fonds des calamités agricoles.
© Tous droits réservés
Au niveau des textes européens, il ressort
qu’une des raisons du faible taux d’adhésion
incombe au seuil de déclenchement. Dans les
régions de climat tempéré, les pertes de rendement de plus de 30 % sont rares, en particulier en ce qui concerne la betterave. C’est ce
qui explique que pour l’assurance socle, il n’y
a une obligation de couverture que de 70 % des surfaces,
entre autres pour ne pas avoir à couvrir les parcelles de betteraves où les chutes de rendement de plus de 30 % par rapport à une moyenne historique sont très rares.
Il est primordial que l’UE abandonne l’arbitraire pour gérer les
crises agricoles et mette à disposition des agriculteurs et des
filières des outils de gestion des risques dont le déclenchement et l’exercice soient transparents, prévisibles et réactifs.
Rappelons que les pays qui ont positionné la gestion des
risques au cœur de leur politique agricole l’ont fait progressivement : il existe un programme d’assurance récolte aux
États-Unis depuis 1938 ; quant au Canada, le pays s’est réellement engagé dans ce type de programme en 1959.
Monter à un seuil de déclenchement subventionnable de
20 % permettrait d’attirer un plus large nombre d’agriculteurs. De ce fait, par une plus grande mutualisation, les systèmes assurantiels fonctionneraient mieux.
Le risque d’antisélection(2) serait dilué, ce qui permettrait en retour de réduire le coût de la prime d’assurance.
La PAC actuelle fournit déjà un certain nombre d’outils auxquels on peut apporter des améliorations afin de les rendre
pertinents et utilisables.
(2) L’antisélection est le mécanisme par lequel les agriculteurs le plus
en risque souscrivent aux assurances, car ce sont eux qui ont le plus
à y gagner.
82
Chapitre 6
Si ce type de mécanisme était notifié en boîte orange,
l’UE disposerait de telles marges de manœuvre qu’elle
ne saurait être prise en défaut vis-à-vis de ses engagements internationaux.
Ce type d’outils, s’il était fondé sur les revenus spécifiques de
la filière, pourrait permettre à des secteurs de s’organiser pour
identifier les risques pertinents pour leurs membres et ainsi
organiser des mécanismes de gestion de crise.
Risque économique : réfléchir à des outils permettant
de gérer le risque de forte baisse du prix de marché
Considérant la volatilité qui prédomine sur les marchés agricoles depuis de nombreuses années, il semble essentiel que
la PAC puisse offrir aux agriculteurs des outils leur permettant de gérer le risque de revenu en incluant l’effet prix.
Dans le cas de la filière betterave-sucre justifiant le besoin
d’approvisionnement régulier d’outils de transformations
industriels et donc souvent de contractualisations pluriannuelles, les fonds de mutualisation économique peuvent
constituer un moyen d’amortir certains aléas collectifs ou
individuels pour une plus grande résilience de la filière.
Dans le cadre de règles transparentes et prévisibles, cela
peut permettre à l’autorité publique de s’appuyer sur leurs
fonctionnements pour abonder le fonds en cas de survenance de crise.
Gérer sur le court terme les variations de prix peut être réalisé au travers des marchés à termes quand un contrat est
corrélé au prix de vente des productions et que les agriculteurs ont accès de manière directe ou indirecte à ces outils.
Au niveau réglementaire, il reste encore un certain nombre
de points à préciser : conditions de déclenchement sectorielles, utilisation d’indices au lieu d’éléments de comptabilité individuelle, aides publiques à la constitution du fonds
et non pas lors de l’indemnisation pour contourner les problèmes d’annualité budgétaire.
Au-delà d’un an, les liquidités sur les marchés s’avèrent souvent réduites et obèrent les possibilités d’arbitrage. Toutefois,
encore faut-il qu’au moment de l’arbitrage, le prix soit suffisamment élevé pour garantir un revenu décent aux agriculteurs. Les marchés à termes ou assurances chiffre d’affaires
(généralement adossées aux marchés à termes) qui peuvent
permettre de répondre à certains enjeux de moyen terme ne
sont pas en mesure d’offrir un filet de sécurité en cas de baisse
prolongée de prix sur des niveaux très bas. C’est pourquoi
aux États-Unis, par exemple, à côté d’un large programme
public d’assurance récolte-chiffre d’affaires, d’autres programmes de filets de sécurité sont maintenus(3). De la même
manière en Europe, on doit imaginer d’autres mécanismes
publics pour pouvoir parer à ce type de situation.
Il y a donc ici une voie qui doit être investie par la filière afin
de disposer des outils nécessaires pour passer les années
les plus difficiles. D’autant que la Commission européenne
montre une volonté de rendre les outils existants plus efficaces. Des modifications importantes peuvent subvenir rapidement dans le cadre de la révision à mi-parcours en cours
du cadre financier pluriannuel (CFP) de l’UE pour application dès 2018.
La dernière réforme de la PAC a introduit un nouveau
mécanisme qui n’a quasiment pas été activé par les états
membres : l’instrument de stabilisation des revenus
(cf. supra). Ce type d’outil a pour intérêt d’amortir les
baisses extrêmes de revenu de l’exploitation afin de pouvoir
garantir la pérennité de l’exploitation. Le Canada a développé ce type de mécanisme sous forme assurantielle(4).
Pour une plus grande résilience des exploitations
agricoles : repenser la fiscalité et les mécanismes d’épargne
de précaution
Les exploitations agricoles françaises sont parmi les plus
endettées d’Europe. Or, pour être en mesure de pouvoir
gérer au mieux les variations de revenu un des prérequis
est d’avoir autant que possible un niveau de capitalisation suffisant. Les mécanismes d’épargne de précaution
doivent être adaptés pour être plus efficients qu’ils ne le
sont actuellement.
La déduction pour aléas doit être à ce titre simplifiée et
assouplie dans son fonctionnement concernant les conditions de constitution ou de réintégration pour pouvoir être
plus largement utilisée par les exploitants.
En septembre 2016, la Commission a proposé la possibilité de créer des fonds spécifiques sectoriels en autorisant
l’abondement public à la création du fonds et en réduisant
le seuil de déclenchement et de franchise à 20 %. Ces propositions sont intéressantes d’autant qu’elles s’extraient des
conditions de notification en boîte verte prévues par l’OMC,
preuve que la Commission évolue dans son approche.
(3) Programmes ARC et PLC, ainsi que les deficiency payments.
(4) Programme Agristabilité.
83
Chapitre 6
Selon le règlement, les accords, décisions et pratiques
concertées des organisations interprofessionnelles reconnues échappent à l’interdiction des ententes s’ils ont été
notifiés à la Commission et que cette dernière ne les a pas,
dans un délai de deux mois, déclarés incompatibles avec le
droit de l’UE. Ils sont déclarés incompatibles avec le droit de
l’UE dans des cas déterminés, notamment en cas de fixation
de prix ou de quotas (art. 210.4.).
5. POUVOIR DE NÉGOCIATION
DES AGRICULTEURS ET DROIT DE LA
CONCURRENCE DANS LA PAC POST 2020
5.1. Le cadre juridique général européen
Applicable depuis le 1er janvier 2014, le règlement
N° 1308‑2013 du Parlement européen et du Conseil du
17 décembre 2013 portant organisation commune des
marchés (OCM) agricoles établit des règles concernant
l’organisation des marchés et du commerce des produits
agricoles et la concurrence dans l’Union européenne (UE).
Il vise également à encourager la coopération, d’une part
entre producteurs et, d’autre part entre organisations de
producteurs et organisations interprofessionnelles.
Les différents secteurs ne sont pas tous organisés de la
même manière.
Sur les organisations de producteurs et organisations
interprofessionnelles Dans tous les secteurs, le règlement prévoit que les OP
et leurs AOP ainsi que des organisations interprofessionnelles, peuvent, sur demande, être reconnues par les états
membres (art. 152 et suivants). Toutefois, la reconnaissance des OP et organisations interprofessionnelles est
obligatoire dans certains secteurs prévus par le règlement,
comme l’huile d’olive (art. 159).
Sur l’application des règles de concurrence à l’agriculture Le traité sur le fonctionnement de l’UE interdit, notamment,
les ententes ayant pour objet ou effet de fausser le jeu de
la concurrence, telles que fixation des prix, limitation de la
production, répartition des marchés (art. 101 §1).
Toutefois, il dispose que les règles de concurrence ne sont
applicables à la production et au commerce des produits
agricoles que dans la mesure déterminée par le Parlement
européen et le Conseil (art. 42), compte tenu des objectifs de la PAC (art. 39). Le droit de la concurrence ne
devrait s’appliquer à l’agriculture que par exception, or on
note qu’à l’inverse, il s’applique par principe à l’agriculture
sauf dérogation.
Pour pouvoir être reconnues par l’État membre, les
OP doivent :
• être constituées à l’initiative des producteurs, être contrôlées par ceux-ci, poursuivre l’un des objectifs prévus par
le règlement (par exemple, la commercialisation directe
de la production de leurs membres) ;
• réunir le nombre minimal de membres ou couvrir le volume
ou la valeur minimale de production commercialisable à
déterminer par l’État membre concerné ;
• offrir des garanties quant à l’exécution de ses activités,
• et posséder des statuts conformes aux exigences
du règlement ;
Sur cette base, le règlement portant OCM unique prévoit
des exceptions à l’interdiction des ententes :
• pour les accords, décisions et pratiques nécessaires à la réalisation de tous les objectifs de la PAC (art. 209 §1, alinéa 1er) ;
• pour les accords, décisions et pratiques concertées des
exploitants agricoles ou de leurs associations ou de leurs
associations d’associations, ou des organisations de producteurs (OP) reconnues ou des associations d’organisations de producteurs (AOP) reconnues, sauf si les objectifs
de la PAC sont mis en péril (art. 209 §1, alinéa 2).
Les organisations interprofessionnelles doivent :
• être constituées de représentants des activités économiques liées à la production et à au moins une des étapes
suivantes (transformation, commercialisation) ;
• être créées à l’initiative de tout ou partie de ses organisations membres ;
• poursuivre un but précis prenant en compte les intérêts de
leurs membres et ceux des consommateurs (par exemple,
promouvoir la consommation des produits).
Mais ces exceptions ne peuvent s’appliquer en cas d’obligation de pratiquer un prix déterminé ou si la concurrence
est exclue.
Aucune notification à la Commission n’étant prévue, le
contrôle s’effectue a posteriori.
Dans ce cadre, l’Association interprofessionnelle de la
betterave et du sucre (AIBS) a été reconnue par décret du
2 juin 2014 en vertu de l’art. 158.2. et répond dans son objet
aux exigences de l’art. 157 en ce qui concerne ses missions,
et notamment les objectifs poursuivis par l’ITB et le CEDUS.
84
Chapitre 6
Sur le commerce des produits agricoles
et les relations contractuelles
Le règlement permet à un État membre de décider que
toute livraison de produit agricole par un producteur à un
transformateur ou distributeur doit faire l’objet d’un contrat
écrit et/ou d’une offre écrite de contrat (art. 148 pour le
lait, art. 168 pour les autres secteurs).
© Tous droits réservés
Dans les secteurs du lait, de l’huile d’olive, de la viande
bovine, et de certaines grandes cultures (hors betteraves
à sucre), les agriculteurs peuvent négocier ensemble les
contrats de fourniture via des organisations de producteurs reconnues, que la propriété des produits soit ou non
transférée à ces OP, que le prix soit ou non identique pour
la production de leurs membres, dès lors qu’elles respectent
certaines conditions, ainsi la quantité objet des négociations ne doit pas excéder un pourcentage déterminé de la
production nationale totale de l’État concerné. Dans ces
conditions, la négociation collective des prix est ici expressément autorisée.
5.2. Cas de la filière betterave-sucre
Le règlement précise les clauses qui doivent figurer dans les
contrats et les accords interprofessionnels (Annexe XI pour
la 1re période ; Annexe X pour la seconde période).
Des mesures spécifiques sont prévues par le règlement pour
la filière betterave-sucre.
En premier lieu, des accords interprofessionnels régissent
les conditions d’achat de la betterave, lesquelles incluent
les contrats (art. 125).
Ces accords interprofessionnels sont conclus entre, d’une
part, des entreprises ou une organisation d’entreprises
reconnue par l’État membre concerné et, d’autre part, une
association de vendeurs également reconnue (Annexe II).
Sont prévues par le règlement :
En second lieu, la Commission prévoyant, après la disparition des quotas, un ajustement des prix à la baisse et l’affaiblissement du pouvoir de négociation des producteurs
de betteraves, a adopté le 17 mai 2016 un acte délégué :
le règlement N° 2016‑1166 paru au JO de la Commission
européenne du 17 juillet qui ajoute à l’Annexe X le
point 5 suivant : « Une entreprise sucrière et les vendeurs de
betteraves concernés peuvent convenir de clauses de répartition de la valeur, portant notamment sur les gains et les pertes
enregistrés sur le marché, afin de déterminer comment doit
être répartie entre eux toute évolution des prix pertinents du
marché du sucre ou d’autres marchés de matières premières. ».
• une première période prenant fin le 30 septembre
2017 durant laquelle sont maintenus : les quotas sucre,
le prix minimal de la betterave sous quota et la répartition
entre l’entreprise sucrière et les vendeurs de betteraves
de la différence éventuelle entre le seuil de référence et
le prix effectif de vente du sucre ;
• et une seconde période qui débutera le 1er octobre 2017,
avec la suppression des quotas sucre et du prix minimal
de la betterave sous quota ainsi que de la répartition entre
l’entreprise sucrière et les vendeurs de betteraves de la
différence éventuelle entre le seuil de référence et le prix
effectif de vente du sucre.
La négociation collective de la répartition de la valeur est
ainsi expressément autorisée au niveau de l’entreprise, sans
conditions particulières comme dans d’autre secteurs.
À noter que pour satisfaire aux dispositions précédemment
citées (art. 125, Annexe II, Annexe X), il a été ajouté dans
l’objet de l’AIBS la préparation des accords interprofessionnels y afférents.
85
Chapitre 6
5.3. Quelle orientation post 2020 ?
Si la filière betterave-sucre française bénéficie d’un réel
potentiel de croissance et d’exportation, celui-ci ne s’exprimera durablement que si la valeur de la filière est équitablement partagée entre planteurs et fabricants ; dans le
cas inverse, les planteurs seront en difficulté pour suivre la
demande des fabricants.
S’agissant de la filière betterave-sucre européenne, le marché de la betterave restera caractérisé par une situation de
monopsone ou d’oligopsone, c’est-à-dire de marché avec
en général un seul acheteur (le fabricant de sucre), rarement plus, et une multitude de vendeurs (les planteurs
de betteraves).
Les consommateurs n’ont quant à eux pas intérêt à ce que
la filière n’exploite pas tout son potentiel, car ils bénéficieront de la baisse des coûts de production qui en résulterait
grâce aux économies d’échelle.
Cette situation de concurrence imparfaite ne doit pas
conduire l’acheteur à pouvoir imposer aux vendeurs les
volumes et les prix d’achat ; la seule marge de manœuvre
éventuelle des vendeurs est, quand cela est possible, de ne
pas produire pour ne pas avoir à vendre, et de se tourner
vers une autre activité.
Or, le seul moyen pour pouvoir parvenir à une répartition
équilibrée de la valeur ajoutée est de permettre aux acteurs,
planteurs et fabricants, de négocier cette répartition ; et
comme cela est totalement irréaliste de le faire individuellement avec chaque planteur, il faut nécessairement passer
par une dérogation au droit de la concurrence permettant
la négociation collective au niveau le plus approprié.
Dans le cas de la betterave, les planteurs de betteraves
peuvent en effet ne pas contractualiser avec l’industriel et
se tourner vers d’autres cultures, sauf s’ils sont engagés pour
plusieurs campagnes, et dans la limite des techniques agronomiques qui font de la betterave une excellente tête de
rotation, pas toujours facilement remplaçable sans conséquences négatives sur l’ensemble du système d’exploitation.
Le Parlement européen et la Direction générale de l’agriculture l’ont bien compris en commençant à introduire dans la
politique agricole des dérogations au droit de la concurrence,
et notamment avec l’acte délégué pour la filière betterave
qui autorise la négociation collective d’éléments constitutifs
de prix de betteraves au niveau d’une entreprise sucrière
entre le fabricant et les planteurs livreurs à cette entreprise.
Le droit de la concurrence pose par ailleurs des limites très
strictres aux organisations professionnelles en matière d’action syndicale vis-à-vis d’un industriel qui proposerait des
contrats trop déséquilibrés en sa faveur.
86
Chapitre 7
BIOCARBURANTS
89
Chapitre 7
Biocarburants
1. LE DÉVELOPPEMENT DE L’ÉTHANOL
DANS LE MONDE
Depuis 2010, les volumes d’éthanol produits annuellement
stagnent. Pour 2016, la production est estimée par FO Licht
à 1 120 Mhl. Le débouché en carburation représente 84 %
de la production mondiale.
Évolution de la production mondiale d'éthanol
et d'alcool éthylique pour les autres usages (Mhl)
1 400
1 200
1 000
800
600
400
200
01
20
02
20
03
20
04
20
05
20
06
20
07
20
08
20
09
20
10
20
11
20
12
20
13
20
14
20
15
20
16
20
20
00
0
Ethanol carburant
Alcool (hors éthanol carburant)
Source : FO Licht.
Répartion de la production mondiale d'alcool
et d'éthanol en 2015
Union
européenne
Inde
2%
Autres
4%
7%
Chine
9%
Etats-Unis
51 %
© S.Pelly/Cedus
Brésil
27 %
Source : UNICA.
1.1. États-Unis
1.1.1. Cadre réglementaire
La consommation de biocarburants est régie par une loi de
programmation de 2007, le « Renewable Fuel Standard II ».
Elle ambitionne une consommation de 1 360 Mhl de biocarburants en 2022. Cette stratégie précise, année par
90
Chapitre 7
© Tous droits réservés
année, un objectif d’incorporation par type de biocarburants qu’ils soient :
• conventionnels, c’est-à-dire justifiant d’une réduction de
20 % d’émissions de gaz à effet de serre par rapport au
pétrole (principalement éthanol de maïs) ;
• ou avancés, ce qui intègre deux sous-catégories :
- biocarburants avancés et biodiesel qui justifient une
réduction de 50 % d’émissions de gaz à effet de serre
par rapport à un équivalent pétrole ;
- biocarburants cellulosiques qui justifient une réduction
d’émission de 60 % de gaz à effet de serre.
Le tableau ci-dessous détaille les volumes qu’il était initialement prévu d’incorporer annuellement. Toutefois, ces
volumes sont susceptibles d’être révisés par l’administration américaine (cf. infra).
MANDATS D’INCORPORATION DE BIOCARBURANTS PRÉVUS PAR LE RFS 2
(En milliards de gallons, 1 gallon = 3,785 litres)
A : volume total
de biocarburants
B : biocarburants conventionnels
A = B+C
B = A-C
C = biocarburants cellulosiques,
biodiesel, et autres
biocarburants avancés
2008
9,00
9,00
-
2009
11,10
10,50
0,60
2010
12,95
12,00
0,95
2011
13,95
12,60
1,35
2012
15,20
13,20
2,00
2013
16,55
13,80
2,75
2014
18,15
14,40
3,75
2015
20,50
15,00
5,50
2016
22,25
15,00
7,25
2017
24,00
15,00
9,00
2018
26,00
15,00
11,00
2019
28,00
15,00
13,00
2020
30,00
15,00
15,00
2021
33,00
15,00
18,00
2022
36,00
15,00
21,00
(éthanol de maïs)
91
C : biocarburants avancés
Chapitre 7
Mandats d’incorporation révisés par l’EPA pour 2014-2018 (Milliards de gallons)
2014
2015
2016
2017
2018
Total biocarburants avancés
2,67
2,88
3,61
4,0*
n/a
Dont éthanol cellulosique
0,033
0,123
0,230
0,312*
n/a
Dont Biodiesel
1,63
1,73
1,90
2,00
2,1*
Biocarburants conventionnels
13,61
14,05
14,5
14,8*
n/a
Total biocarburants
16,28
16,93
18,11
18,8*
n/a
(*Mandats proposés en mai 2016).
Depuis 2013, les obligations d’incorporation dépassent
10 % des volumes de carburant commercialisés. L’essence
est principalement commercialisée sous forme d’E10, les
distributeurs se trouvent ainsi confrontés à une difficulté
technique d’application.
C’est la raison pour laquelle en 2013, l’Agence américaine
de protection de l’environnement (EPA) propose pour la
première fois de réviser à la baisse les objectifs annuels de
consommation de biocarburants ; et en 2015, l’EPA adopte
un texte ajustant les mandats à partir de 2014.
ce qui s’est reporté sur la consommation d’éthanol qui a
connu une croissance semblable pour atteindre 527,5 Mhl.
Au début du mois d’octobre 216, la consommation d’éthanol à l’instar de la consommation d’essence restait sur un
rythme d’accroissement annuel de 3 %.
1.1.4. Échanges internationaux : les États-Unis
en tête des exportateurs mondiaux
En 2015, les importations américaines sont restées
modestes à 11 Mhl principalement en provenance du Brésil
pour le marché californien.
Surtout, les États-Unis sont restés le premier exportateur
mondial avec 38 Mhl exportés en 2015 : 30 % sont partis
vers le Canada, 15 % vers le Brésil et 8 % vers la Chine. L’UE
a pesé pour moins de 4 % avec 1,4 Mhl reçus.
1.1.2. Production : un nouveau record
En 2015, les États-Unis ont battu un record de production
avec 575 Mhl (dont 560 Mhl pour la carburation) grâce à une
abondante récolte de maïs. Selon FO Licht, les larges disponibilités en maïs devraient permettre aux États-Unis de faire
encore légèrement mieux avec une production d’éthanol
de 579 Mhl pour 2016 (dont 564 Mhl pour la carburation).
1.2. Le Brésil
1.2.1. Cadre réglementaire
et soutien à la consommation
1.1.3. Consommation en croissance
Le gouvernement fédéral brésilien et les gouvernements
provinciaux ont une action décisive sur la consommation
d’éthanol au travers du pilotage du taux d’incorporation
d’éthanol dans l’essence dite « générique » et de divers
soutiens fiscaux. Cette action des autorités doit se comprendre également comme un moyen de soutien de l’industrie canne-éthanol-sucre.
Depuis 2011, le taux d’incorporation de l’éthanol aux ÉtatsUnis est proche de 10 %, soit le maximum technique. La
consommation d’éthanol évolue depuis lors principalement
en fonction de la consommation totale de carburants.
Depuis 2013, la consommation d’essence a repris sa croissance. En 2015, la consommation d’essence a cru de 3 %
Production d’éthanol carburant
Capacité nominale
Production d’éthanol
Taux d’utilisation
des capacités
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Million gallons/an
147
147
149
137
144
149
Million gallons/an
139
132
133
143
148
NA
Millions hl/an
528
500
503
542
560
NA
Ratio
0,95
0,90
0,89
1,05
1,03
NA
Source : USDA.
92
Chapitre 7
En BRL/litre
2001
2004
05/2008
06/2009
2012
05/2013
05/2015
2017
Essence
0,28
0,28
0,18
0,23
0
0
0,10
0,10
Ethanol hyd.
0,28
0
0
0
0
0
0
0
Essence
0,2616
0,2616
0,2616
0,2616
0,2616
0,2616
0,3816
0,3816
Ethanol hyd.
0,12
0,12
0,12
0,12
0,12
0
0
0,12
0,1416
0,4216
0,3216
0,3716
0,1416
0,2616
0,4816
0,3616
CIDE
PIS+COFINS
nette
Avantage fiscal fédéral
pour l’éthanol hydraté
Source ARTB.
Concernant l’essence générique, le gouvernement brésilien
a imposé un taux d’incorporation de 27 % depuis le mois
de mars 2015. Le mélange n’a pas été modifié en 2016.
Rappelons, que le gouvernement a la possibilité de faire évoluer ce taux entre 18 % et 27,5 %.
Concernant la fiscalité, il existe trois mécanismes fédéraux
qui permettent de soutenir la consommation d’éthanol :
• Contribution d’intervention dans le domaine économique
(CIDE) : elle s’applique aux énergies fossiles (pétrole et
dérivés, gaz naturel) et à l’éthanol carburant, pour financer les infrastructures de transport.
• Programme d’intégration social (PIS/PASEP) : il est destiné
à financer l’assurance chômage et les programmes sociaux,
imposés aux producteurs, importateurs et/ou raffineurs.
• Contribution pour financer la Sécurité sociale (COFINS).
Consommation d'éthanol au Brésil
(millions d'hectolitres)
350
300
250
200
150
100
050
99
79
118
93
130
179
111
109
2014
2015
Hydraté
Anhydre
2012
2013
Source : UNICA.
Ces régimes fiscaux n’ont pas connu de modifications en
2016. Mais il a été annoncé que les exemptions portant sur
les taxes PIS et COFINS dont bénéficient l’éthanol ne seront
pas reconduites au même niveau en 2017.
S’ajoute au système de taxation fédéral, l’impôt sur les circulations des marchandises et prestations des Services (ICMS) qui est
un impôt local propre à chaque état. Il impose un taux de prélèvement différencié sur l’essence et l’éthanol et diverge selon que
les transactions soient inter – ou intra – états. En 2015 et 2016,
les états de Minas Gerais, Bahia, Para et Mato Grosso do Sul ont
encore accentué l’avantage fiscal accordé à l’éthanol.
1.2.2. Consommation, production et exportations
© Tous droits réservés
La consommation d’éthanol en carburation est passée de
241 Mhl en 2014 à 288 Mhl en 2015. L’éthanol hydraté a
représenté 62 % de l’éthanol consommé et a connu la plus
forte hausse.
Lors des 8 premiers mois de l’année 2016, la consommation d’éthanol a été en repli de 7 %. Ce qui s’explique par la
récession économique que connait le pays et un repli de la
production d’éthanol lié à l’attrait du sucre.
93
Chapitre 7
Évolution de la production et des exportations d’éthanol dans la région Centre-Sud brésilienne
(En millions d’hectolitres-Campagne avril-mars)
Production
Exportations
20092010
20102011
20112012
20122013
20132014
20142015
20152016
20162017
236,8
253,8
205,4
213,6
255,8
262,3
282,2
268
29,7
17,7
17,1
33,31
25,6
13,6
21,5
18
Source UNICA et CONAB pour 2016-2017.
La production brésilienne d’alcool s’est repliée à 268 millions
d’hectolitres en 2016-2017 (dont 94 % d’éthanol). Ceci est
à mettre au regard :
• d’une récolte de canne qui a été historiquement élevée en
2016-2017 à 685 Mt (666 Mt en 2015-2016) ;
• D’une réorientation de la valorisation de la canne de l’éthanol vers le sucre : en 2015-2016, 59,5 % du sucre issu des
cannes à sucre avait été utilisé pour produire de l’alcool.
En 2016-2017, l’agence publique de la CONAB anticipe
une baisse de ce ratio à 53,2 %.
L’éthanol destiné à la carburation fait l’objet de différents
soutiens de la part des pouvoirs publics chinois. Plusieurs
provinces ont des mandats d’incorporation de 10 %. En
2015, la consommation d’éthanol carburant a atteint 32 Mhl
et on prévoit 35 Mhl en 2016.
La Chine protège son marché domestique en appliquant
des droits de douanes de 5 % sur l’éthanol dénaturé et de
40 % sur l’éthanol non dénaturé. Historiquement, les seules
importations d’éthanol qui existaient étaient à destination
de l’industrie chimique, sinon aucune importation d’éthanol
pour les transports ne peut se faire sans accord de l’État.
Toutefois, l’Etat semble avoir relâché son contrôle et aurait
engagé une période de test sur la mise en place de filières
d’importation ouvertes seulement aux entreprises d’état
(COFCO par exemple). Les importations ont ainsi connu
une très forte hausse en 2015 pour atteindre 7 Mhl en 2015,
et sont restées dynamiques lors du début d’année 2016.
En 2015, les exportations brésiliennes ont rebondi à 19 Mhl
grâce à la dépréciation du réal sur les marchés internationaux. Les États-Unis sont restés leur premier client avec
9 Mhl.
Pour la campagne 2016-2017, les exportations devraient se
replier sous l’effet de la baisse de la production et de l’appréciation de la devise nationale.
Inde
1.3. Autres pays (hors UE)
L’Inde a produit 23,4 Mhl d’alcool agricole en 2015 (+11 %
par rapport à 2014) dont 7 Mhl à usage de carburation. La
capacité industrielle de production s’élève à environ 40 Mhl
dont 20 Mhl d’éthanol carburant.
La production d’éthanol provient principalement de mélasses
et fluctue en fonction de la production de cannes à sucre.
Les récoltes de cannes 2015-2016 et 2016-2017 étant prévues en repli, on devrait observer un recul de la production
d’éthanol. Toutefois, le gouvernement étudie la possibilité
d’autoriser la production d’éthanol issu de mélasses plus
riches en sucre (les égouts pauvres issus de la deuxième
étape de cristallisation du sucre), ce qui permettrait d’augmenter significativement la production.
Depuis 2003, le gouvernement indien a mis en place un mandat d’incorporation qui fixe le taux d’incorporation d’éthanol dans l’essence à 5 % (programme « Ethanol Blending
Petrol » ou EBP). Ce taux d’incorporation n’a jamais été
atteint faute de production suffisante.
Fin 2014, le gouvernement indien a décidé de changer à
nouveau le mode d’achat de l’éthanol par les compagnies
pétrolières d’états pour revenir sur des enchères à prix fixe
de 66 €/hl rendu (sur la base de 1 € = 75 INR). En octobre
2015, le droit d’accise de 12,5 % sur l’éthanol carburant est
Chine
Avec 100 Mhl d’alcool produit, la Chine est le 3e producteur mondial. 32 Mhl de cette production sont destinés
à la carburation. Les principales matières utilisées pour la
production d’alcool sont le maïs et le manioc. Les mélasses
comptent pour moins de 5 %. Depuis 2007, un moratoire
a été mis en place concernant la construction de nouvelles
distilleries à base de matières premières alimentaires telles
que le maïs. Il semble que le gouvernement ait assoupli sa
position en autorisant quelques nouveaux projets du fait de
l’abondance des stocks de maïs.
Enfin, la Chine s’intéresse également aux technologies les
plus récentes de production de biocarburant.
• Fin 2015, Dupont a vendu une licence autorisant l’utilisation de sa technologie de production d’éthanol cellulosique par New Tianlong Industry.
• En juin 2016, Amyris a conclu un accord avec Cheiljedang
pour la production de farnésène. Rappelons, qu’une fois
hydrogénée, la molécule de farnésène devient du farnésane qui peut ainsi être directement incorporé dans le diesel ou dans les carburants pour l’aviation sans modification
technique des moteurs.
94
Chapitre 7
supprimé. Ces modifications réglementaires ont permis une
croissance de 95 % de la consommation d’éthanol carburant
en 2015 à 7 Mhl pour un taux d’incorporation de 2,5 %.
besoins énergétiques finaux du pays soient couverts par
les énergies renouvelables en 2036 contre 25 % à l’horizon 2021 dans le précédent AEDP. Concernant l’éthanol, ils
visent une consommation de 25,5 Mhl en 2026 et 41,2 Mhl
en 2036 soit une hausse annuelle moyenne de 11 % par an
par rapport au niveau de 2014.
Cette loi de programmation trouve une déclinaison dans
plusieurs textes d’application qui se traduisent par : un pilotage des carburants et de leur spécification (le gouvernement a interdit la distribution du benzène 91 qui ne contenait pas d’éthanol en janvier 2013, il prévoit de supprimer
l’E10 pour laisser la place à l’E20), une politique fiscale incitative en faveur des carburants à haute teneur en éthanol
(E20 et E85), une fiscalité allégée sur les véhicules Flex Fuel
et ceux pouvant rouler à l’E20, une promotion de l’utilisation
des boîtiers Flex Fuel pour les autos et les motos.
La consommation d’éthanol carburant a ainsi connu une très
forte hausse passant de 5 Mhl en 2012 à 12 Mhl en 2015.
L’éthanol issu de la canne est produit presque exclusivement à partir de mélasse. Sauf régime dérogatoire, l’utilisation du jus de diffusion de la canne en directe est interdite
par le Cane and Sugar Act de 1984 (qui régit la filière cannière thaïlandaise). En 2015, l’alcool de mélasse a encore
représenté 70 % de la production totale d’alcool. L’alcool de
manioc représente l’essentiel du reste. La production totale
d’alcool agricole en 2015 est de 14,3 Mhl selon FO Licht.
Le gouvernement est en train de réajuster sa politique sur
le secteur cannier : la distance minimum entre deux usines
a été réduite, 25 nouvelles licences pour des constructions
d’usines ont été octroyées et une réflexion est engagée pour
autoriser l’utilisation en direct de jus de canne à sucre pour
produire de l’éthanol.
L’éthanol représente un élément essentiel de la rentabilité des sociétés sucrières thaïlandaises, d’autant plus lorsqu’elles ont développé la production d’électricité (à partir
de bagasse) et de biogaz (à partir des vinasses).
En 2015, le dynamisme de la consommation domestique a
conduit à des importations records de 2 Mhl.
Canada
Si la production canadienne d’éthanol a doublé depuis 2008,
elle stagne autour des 18,7 Mhl depuis 2013. La filière a bénéficié depuis 2004-2005 d’une politique volontariste du gouvernement canadien articulée autour de plusieurs programmes
d’aides à l’investissement et d’accompagnement fiscal.
Depuis 2010, toutes les essences mises à la consommation au Canada doivent contenir 5 % d’éthanol en volume.
Quelques provinces peuvent avoir des mandats plus élevés
comme le Manitoba avec 8,5 % ou la Saskatchewan avec
7,5 %. En 2016, on estime que le Canada devrait consommer 29,6 Mhl d’hectolitres dont 27,5 Mhl dans les transports (pour un taux d’incorporation moyen de 6 % dans les
essences). Cette consommation a toutefois était impactée
par la baisse des cours du pétrole qui a freiné certains pétroliers à incorporer au-delà des obligations réglementaires.
Le Canada a importé 11,9 Mhl en 2016 (en grande partie
des États-Unis), soit un peu moins d’un tiers de sa consommation. Les exportations du pays sont faibles du fait d’une
situation déficitaire.
Thaïlande
Le pays est déficitaire en hydrocarbures et a replacé les
biocarburants au cœur de sa stratégie énergétique depuis
2004. En octobre 2015, le gouvernement thaïlandais a
réajusté son « Plan de Développement des énergies alternatives » (AEDP) pour donner un horizon de développement des biocarburants non plus à 2021 mais à 2036.
L’objectif général fixé par le nouvel AEDP est que 30 % des
95
Chapitre 7
continue à constituer un frein de taille à une croissance
significative des taux d’incorporation de bioéthanol dans les
essences. Alors que ce carburant devait devenir la référence
européenne en 2013, on ne pouvait le trouver en 2016 qu’en
France, en Allemagne, Finlande et dans des proportions très
modestes en Lituanie et Pays-Bas. La Belgique introduira
ce grade début 2017 et d’autres pays y réfléchissent tels le
Royaume-Uni, la Pologne, la Hongrie et la Suède.
C’est d’autant plus préjudiciable que l’E10 ne sera pas suffisant pour permettre d’incorporer 10 % d’éthanol en énergie dans les essences (soit 15 % en volume). L’échéance
2020 (avec l’objectif de 10 % d’énergie renouvelable dans
les transports) appelle donc l’ouverture à l’échelle européenne d’un dossier relatif à l’E20 (définition des spécifications, démarche de normalisation) afin que les constructeurs puissent dans un délai raisonnable mettre au point les
moteurs qui seront compatibles avec ce carburant.
Le tableau ci-dessous présente la réglementation en vigueur
en matière de biocarburants et le niveau estimé de la
consommation d’éthanol carburant en 2014 et 2015.
Les stratégies nationales de chacun des pays européens
recèlent des différences significatives dans la mise en œuvre
de la trajectoire européenne indiquée par la directive ENR
de 2009.
2. LE DÉVELOPPEMENT DE L’ÉTHANOL
DANS L’UNION EUROPÉENNE
En 2015, l’utilisation de l’éthanol dans les transports (incorporation directe et ETBE) a cru de 5 % à 58 Mhl. En énergie, le bioéthanol a représenté 19,5 % des biocarburants
consommés en Union européenne, le biodiesel 79,5 %, le
1 % restant inclut, entre autres, le biogaz carburant.
En 2015, on estime que le taux d’énergie renouvelable dans
les essences a légèrement cru de 3,3 % à 3,4 %. Cela reste
trop modeste pour permettre d’atteindre l’objectif de 10 %
d’énergie renouvelable dans les transports en 2020.
Consommation d’essence en UE 28 dans le transport routier
(1000 TEP) et part d’énergie renouvelable
UE 28 – 1000 TEP
Essence (sans éthanol)
2014
2015
78 660
78 248
Ethanol
2 710
2 723
Taux ENR dans les essences
3,3 %
3,4 %
Source : Eurobserv’er et Eurostats.
Le retard pris dans l’adoption de la directive relative à la
qualité des carburants (qui autorise formellement l’E10)
Taux d’incorporation réglementaire
2014
2015
Allemagne
- 2015-2016 : réduction de 3,5 % des émissions de GES par rapport à un carburant
fossile type ;
- 2017-2019 : réduction de 4 % des émissions de GES par rapport à un carburant
fossile type ;
- 2020 : réduction de 6 % des émissions de GES par rapport à un carburant
fossile type ;
15,7
15,0
France
- Biocarburants dans les carburants routiers et ferroviaires : 7 % en énergie.
- Bioéthanol dans les essences : 7 % en énergie depuis 2010
(dont 0,25 % d’éthanol de déchets et résidus en compte double)
8,0
8,2
Espagne
- Depuis 2014 : objectif de 4,1 % en énergie de biocarburant dans les carburants avec
un minimum de 4,1 % pour le biodiesel et de 3,9 % pour le bioéthanol.
3,7
3,6
Italie
- Objectif ENR dans les carburants : 4,5 % en 2014, 5 % en 2015, 5,5 % en 2016,
6,5 % en 2017, 7,5 % en 2018, 9 % en 2019 et 10 % en 2020.
- Objectif en énergie pour les biocarburants avancés : 1,2 % 2018 et 2019, 1,6 %
en 2020 et 2021 et 2 % en 2022.
0,2
0,4
Royaume-Uni
- Part de biocarburants dans les carburants : 4,75 % en volume de 2013 à 2019.
- Objectif d’ENR en 2020 dans les transports : 10 %
8,2
8,0
Pologne
- Objectifs d’ENR dans les transports : 7,1 % de 2014 à 2016, 7,8 % en 2017
8,5 % en 2018, 9,15 % en 2019 et 10 % en 2020.
N.B. : depuis 2012 ces objectifs peuvent être satisfaits à seulement 85 % par les
opérateurs intégrant 70 % de biocarburant domestique issu d’usine sous agrément
2,6
3,2
3,3
2,7
1,1
1,1
Suède
Autriche
Consommation (Mhl)
nd
- Biocarburants dans les carburants routiers et ferroviaires : 5,75 % en énergie
avec un minimum de 3,4 % pour l’éthanol dans les essences.
96
Chapitre 7
Taux d’incorporation réglementaire
Consommation (Mhl)
2014
2015
Pays-Bas
- Avec un minimum de 3,5 % en énergie de biodiesel dans le diesel et de bioéthanol
dans l’essence, l’objectif d’incorporation de biocarburant en équivalent énergie
est de : 5,5 % en 2014, 6,25 % en 2015, 7 % en 2016, 7,75 % en 2017, 8,5 %
en 2018, 9,15 % en 2019 et 10 % en 2020.
2,5
2,8
Belgique
- Volume de bioéthanol dans les essences : 4 % en 2014,2015 et 2016, 8 %
en 2017, 2018 et 2019.
0,7
0,7
Portugal
- Objectif de biocarburants dans les transports routiers et ferroviaires en équivalent
énergie : 7,5 % de 2015 à 2017, 9 % de 2018 à 2019 et 10 % en 2020.
- Minimum d’éthanol dans les essences en équivalent énergie : 2,5 %
0,1
0,4
République
tchèque
- Objectif de biocarburants dans les transports routiers et ferroviaires en équivalent
énergie :
- 2014-2016 : 5,71 %, avec 4,1 % mini. d’éthanol en volume.
- 2017-2019 : 8 %, avec 4,1 % mini. d’éthanol en volume.
- 2020 : 10 %, avec 4,1 % mini. d’éthanol en volume.
Parallèlement obligation de réduction de GES :
- 2 % de 2015 à 2016
- 4 % de 2017 à 2019
- 6 % 2020
1,6
1,6
Finlande
- Objectif en énergie d’incorporation de biocarburants : 6 % de 2011 à 2014, 8 %
en 2015, 10 % en 2016,12 % en 2017, 15 % en 2018, 18 % en 2019 et 20 % en 2020.
1,4
1,4
Danemark
- Depuis 2012, objectif en énergie d’incorporation de biocarburants : 5,75 %
-
-
Roumanie
- 2014-2017 : 4,5 % éthanol en volume
A partir de 2018 : 8 % éthanol en volume
0,8
0,8
Grèce
,75 % PCI biocarburant en 2014, 2015
5
10 % en biocarburant PCI 2020
1,2
2,2
Hongrie
- 4,4 % vol éthanol dans les essences
1,7
1,7
Slovaquie
- Double objectif d’incorporation en énergie de biocarburants dans les carburants
et d’éthanol dans les essences :
- 2015 : 5,5 % biocarburants (4,5 % éthanol)
- 2016 : 5,5 % biocarburants (4,6 % éthanol)
- 2017 : 5,8 % biocarburants (4,7 % éthanol)
- 2018 : 7,2 % biocarburants (5,9 % éthanol)
- 2019 : 7,5 % biocarburants (6,2 % éthanol)
- 2020 : 8,5 % biocarburants (7 % éthanol)
0,6
0,6
Bulgarie
4 % éthanol en volume jusqu’en septembre 2014
6 % éthanol en volume à partir de septembre 2014
7 % en volume à partir de mars 2015
8 % en volume 2018
9 % en volume 2019
10 % en volume 2020
1,3
2,3
Irlande
- Objectif d’incorporation en volume de biocarburants depuis 2013 : 6 %
0,5
0,6
Lituanie
nd
0,1
0,2
Slovénie
- Objectif d’incorporation en énergie de biocarburants : 5 %
0,1
0,1
Luxembourg
nd
0,1
0,1
Croatie
- Objectif en énergie d’incorporation de biocarburants : 3,18 % en 2014, 3,88 %
en 2015, 4,89 % en 2016, 5,89 % en 2017, 6,92 % en 2018, 7,85 % en 2019, 8,81 %
en 2020
-
-
Lettonie
- 5,75 % PCI de biocarburants avec un minimum de 4,5-5 % en volume pour l’éthanol
dans le SP95.
0,1
0,1
Chypre
- Objectif d’incorporation en énergie de biocarburants : 2,5 %
-
-
Malte
- Objectif d’incorporation en énergie de biocarburants : 1,25 %
-
-
Estonie
- Objectif d’incorporation en énergie de biocarburants : 5,75 %
Total UE 28
Source : FO Licht, EUROBSERV’ER, ARTB, USDA.
97
0,1
0,1
55,8
58,1
Chapitre 7
Allemagne
Consommation d'éthanol carburant selon type
de matière première d'origine (Mhl)
En 2015, la production allemande d’alcool éthylique
atteint 11,2 Mhl (10 ,8 Mhl en 2014) dont 9,3 Mhl pour la
carburation.
18
16
14
12
10
08
Production d'éthanol carburant en Allemagne (Mhl)
10
09
08
07
06
05
04
03
02
01
-
06
04
02
2013
Autres (dont déchets et résidus)
2012
2013
Céréales
2014
Betteraves
2014
2015
Cannes à sucre
Betteraves
Céréales
Le niveau des importations allemandes s’est stabilisé à un
peu plus de 11 Mhl, ce qui maintient l’Allemagne au rang
de 1er importateur européen. Mais, du fait de la baisse de la
consommation d’éthanol, les exportations ont fortement
augmenté de 1,9 Mhl en 2014 à 3,1 Mhl en 2015.
2015
Autres
Source : BDBe.
En 2015, la consommation d’éthanol en carburation a chuté
de 4,5 % à 14,9 Mhl de sorte qu’elle ne représente plus que
6,2 % des volumes de carburant essence commercialisés
(4,1 % en énergie). Cette baisse de consommation est
liée à :
• une pénétration de l’E10 qui a fortement baissé en 2015 à
13,6 % de part de marché des essences contre 15,2 % en
2014. L’E10 est un « jeune » carburant en Allemagne qui
n’a commencé à être commercialisé qu’en février 2011,
mais son développement s’essouffle déjà.
• un effondrement des ventes d’E85 à 6 674 tonnes en
2015 contre 10 243 tonnes en 2014. La vente d’E85 avait
débuté en 2007 sous l’impulsion de plusieurs distributeurs.
Ce carburant bénéficiait d’une exonération fiscale totale
jusqu’en 2015. Depuis les 20 000 tonnes commercialisés en
2012, les volumes commercialisés n’ont cessé de décroître.
• au nouveau cadre réglementaire qui porte sur un objectif
de réduction des émissions de GES des carburants utilisés
dans les transports par rapport à un équivalent fossile. En
2014, il y avait un objectif d’incorporation de 6,25 % en
énergie dans les carburants routiers et ferroviaires. En
2015 et 2016, l’objectif est de commercialiser des carburants qui permettent de réduire de 3,5 % des émissions
de GES par rapport à un équivalent fossile. Compte tenu
du plus fort taux d’incorporation du biodiesel dans le
gazole que celui de l’éthanol dans les essences, et compte
tenu d’une réduction équivalente des GES apportée par
l’éthanol et le biodiesel (70 %), les distributeurs allemands
d’essence ont pu se permettre de réduire leur commercialisation de bioéthanol. L’éthanol de betterave fut victime
de ce nouveau système et a vu sa consommation diminuer
alors même que la production allemande d’éthanol de betterave était en croissance.
Royaume-Uni
Un plan biocarburants est entré en vigueur en 2008, piloté
par l’Agence des carburants renouvelables (RTFO) avec de
l’E5. Au printemps 2009, suite à la publication du rapport
Gallagher qui remettait en cause l’intérêt environnemental des biocarburants, le gouvernement décidait d’ajuster
ses objectifs volumiques d’incorporation de biocarburant à
2,5 % dès l’année fiscale 2008-2009 pour ensuite reprendre
une trajectoire croissante jusqu’à 4,75 % en 2013-2014.
Depuis, l’objectif n’a pas été modifié.
En 2015, si la consommation d’éthanol hors carburation est
restée stable à 3 Mhl, la consommation d’éthanol carburant
s’est repliée à 8 Mhl avec un taux d’incorporation en volume
stable à 4,8 %. Le débouché est ainsi victime de la baisse
continue de la consommation d’essence et du non-développement de grades d’incorporation plus ambitieux que l’E5.
Enfin, rappelons que le Royaume-Uni a développé un large
système de double comptage : en 2015 plus de la moitié des
biocarburants distribués étaient double comptés.
Consommation d’essence et d’éthanol au Royaume-Uni (Mhl)
Bioéthanol
Essence
Taux d’incorporation (vol)
Taux d’incorporation
(en énergie)
2014
2015
Variation
14-15
8,2
8,0
-2 %
168,0
165,1
-2 %
4,86 %
4,82 %
3,2 %
3,2 %
Ces dernières années, deux unités industrielles d’éthanol sont entrées en production au Royaume-Uni (Ensus
4 Mhl, Vivergo 4,2 Mhl). Malgré des problèmes récurrents
98
Chapitre 7
de rentabilité conduisant à des arrêts de production répétées, ces nouvelles capacités ont connu une activité record
en 2014 conduisant à une production d’alcool agricole de
9,4 Mhl. En 2015, la fermeture de l’usine Ensus de Wilton
lors du 1er trimestre 2015, qui n’a rouvert qu’à l’été 2016, a
entraîné un recul de la production du Royaume-Uni à 7,4 Mhl.
Le Royaume-Uni est l’un des principaux importateurs d’éthanol en Europe après l’Allemagne. En 2015, ses importations
d’alcool ont augmenté de 2 Mhl en écho à la baisse de production ; les importations de France demeurent en bonne
place à 2 Mhl, et celles des Pays-Bas ont atteint 3,4 Mhl.
Historiquement, le Royaume-Uni avait pour habitude de
s’approvisionner en dehors de l’UE. Mais la meilleure application des règles douanières ces dernières années ont permis
de fortement réduire ces volumes. Avec la remise en cause
de ces protections douanières liée au Brexit, il y a un risque
important pour la filière éthanol européenne, et française
plus particulièrement.
de biocarburants pour passer à 5 % en 2016 et finir à 8,5 %
en 2020.
La consommation d’éthanol carburant a été de 3,6 Mhl en
2014 le taux d’incorporation volumique a atteint 6,1 %.
Au plan industriel, la situation d’Abengoa, menacée de faillite,
crée une forte incertitude sur l’avenir des usines d’éthanol.
Royaume-Uni : importations d'éthanol
(000 hl-code douanier 2207)
En 2015, la Suède a de nouveau battu un record d’importations à 3,9 Mhl contre 3,4 Mhl en 2014.
Suède
La production d’éthanol suédoise s’est encore érodée
en 2015 à 1,5 Mhl. Elle est essentiellement assurée par
l’usine de Läntmannen, Agroetanol, qui fonctionne à base
de céréales.
En 2015, les ventes d’éthanol se sont effondrées de 20 % à
2,7 Mhl malgré une légère reprise des ventes d’essences à
34,6 Mhl, soit un taux d’incorporation en volume de 7,8 %.
La chute est exclusivement due à la baisse des ventes
d’E85 de 40 % à 0,9 Mhl. Cela devrait se poursuivre en
2016 sachant qu’un certain nombre d’avantages fiscaux
vont encore disparaitre.
7 000
6 000
Pays tiers
5 000
Autre (UE)
4 000
Espagne
3 000
Allemagne
2 000
Belgique
1 000
Pays-Bas
-
Hongrie
En 2015, les 3 usines hongroises ont produit 5,5 Mhl d’alcool
éthylique (dont 4,6 Mhl pour la carburation) principalement
à partir de maïs. Pannonia a poursuivi ses investissements
dans son usine de Dunaföldvar (base maïs) pour porter la
capacité à 4,5 Mhl (contre 2,2 Mhl en 2012). Ce qui devrait
permettre à la production de dépasser les 6 Mhl en 2016.
La consommation hongroise atteint 1,7 Mhl en 2015, ce qui
est proche des 9 % de taux d’incorporation en volume. Ce
taux d’incorporation est permis en partie grâce à un réseau
de plus de 400 stations distribuant de l’E85.
La Hongrie exporte une large part de sa production : 4,3 Mhl
en 2015 dont 1,8 Mhl directement vers l’Allemagne.
France
2014
2015
Espagne En 2014, la production espagnole d’alcool éthylique a cru à
5,3 Mhl. La capacité de production est estimée à 5,8 Mhl.
Une très large majorité de cette production est destinée à
la carburation (91 %). L’Espagne occupe le quatrième rang
européen des producteurs d’éthanol.
Belgique
En 2015, la Belgique a produit 0,6 Mhl d’éthanol au travers
de 3 usines qui utilisent principalement des céréales mais
également quelques substrats betteraviers.
Le 22 février 2013, le ministère de l’Industrie, de l’Énergie
et du Tourisme décide de baisser les objectifs d’incorporation de biocarburants de 6,5 % à 4,1 %, afin de limiter la
hausse du prix des carburants à la pompe et donc de soulager l’économie espagnole. Puis, inversement, le ministère
de l’Énergie et de l’Industrie a proposé au cours de l’été
2015 de revoir en hausse les taux d’incorporation minimum
Le pays a consommé 0,7 Mhl en 2015 principalement sous
forme d’E5. A partir de 2017, le gouvernement a décidé de
remplacer le SP95 par le SP95-E10. On devrait donc observer
un accroissement important de la consommation d’éthanol.
99
Chapitre 7
3. LA POLITIQUE DES BIOCARBURANTS
DANS L’UNION EUROPÉENNE
transition vers un système énergétique compétitif, sûr et
durable n’est possible sans cette amélioration.
• La réforme du système d’échange de quotas d’émissions :
la Commission propose d’établir une réserve de stabilité
du marché au début de la prochaine période d’échange de
quotas d’émission du système SCEQE en 2021. La réserve
devrait à la fois remédier au problème des excédents de
quotas d’émission qui se sont constitués ces dernières
années et améliorer la résilience du système aux chocs
importants en adaptant automatiquement le volume de
quotas à mettre aux enchères.
Depuis l’adoption du Paquet Énergie-Climat en avril 2009,
la politique européenne en matière de biocarburants a
été marquée principalement par l’adoption de la directive
relative aux changements indirects d’affection des sols en
2015. A présent, les regards et débats sont tournés vers
la stratégie européenne en matière d’énergie et de climat
pour l’après 2020, qui sera déclinée dans le Paquet ÉnergieClimat 2020. Concernant les biocarburants, une proposition
de directive sur les énergies renouvelables pour la période
2021-2030 est attendue pour la fin de l’année 2016.
3.1. Paquet Énergie-Climat post 2020
© © European Union 2012 – EP
La Commission européenne a présenté en janvier 2014 sa
communication sur les objectifs climatiques et énergétiques
européens pour 2030. Le cadre se fonde sur les objectifs
pour 2020 du paquet « Climat et énergie » ainsi que sur
la feuille de route de la Commission pour l’énergie à l’horizon 2050 et sur sa feuille de route vers une économie compétitive à faible intensité de carbone à l’horizon 2050.
Les éléments clés du cadre stratégique pour 2030 présenté
par la Commission sont les suivants : • Un objectif contraignant de réduction des émissions de
gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2030, par rapport au
niveau de 1990 : cet objectif pour l’ensemble de l’UE serait
atteint uniquement par des mesures à l’échelle nationale.
La réduction annuelle du « plafond » des émissions des secteurs couverts par le système communautaire d’échange de
quotas d’émissions (SCEQE) de l’UE serait portée de 1,74 %
aujourd’hui à 2,2 % après 2020. Les émissions des secteurs
non couverts par le SCEQE de l’UE devraient être réduites
de 30 % par rapport au niveau de 2005, et ces efforts
seraient partagés équitablement entre les États membres.
• Un objectif contraignant en matière d’énergies renouvelables à l’échelle de l’UE d’au moins 27 % en 2030 : la
Commission estime que cet objectif contraignant peut
entraîner des avantages en termes de croissance et d’emploi. Selon elle, il est nécessaire d’établir un objectif en
matière d’énergies renouvelables au niveau de l’UE pour
garantir la continuité des investissements dans le secteur.
Toutefois, il ne serait pas traduit en objectifs nationaux par
la législation de l’Union et ne comporte plus de sous-objectif spécifique au secteur des transports.
• La révision de la directive sur l’efficacité énergétique
(réduction de la consommation) et son inclusion dans
d’autres mesures : la Commission considère que l’amélioration de l’efficacité énergétique contribuera à tous les
objectifs de la politique énergétique de l’UE et aucune
Lors du sommet européen des 23 et 24 octobre 2014, le Conseil
européen a soutenu l’objectif de réduction des émissions de gaz
à effet de serre de 40 % d’ici 2030 et l’objectif contraignant - au
niveau de l’UE et non des États membres - d’énergies renouvelables de 27 %. En revanche, l’objectif indicatif de 30 % d’amélioration de l’efficacité énergétique a été abaissé à 27 %.
Par la suite, au cours du sommet européen des 17 et 18 mars
2016, le Conseil européen a exprimé son souhait de voir
rapidement complété le paquet climat-énergie 2030, se
tenant aux objectifs approuvés en 2014. S’ils sont satisfaits
de l’accord de Paris sur le climat, les dirigeants de l’UE ne
comptent cependant pas revoir à la hausse le niveau d’ambition de l’UE. Leur priorité est de voir l’UE se doter de l’ensemble des propositions législatives requises pour la mise
en œuvre de ce cadre d’action. Le Conseil européen a donc
100
Chapitre 7
invité la Commission à présenter rapidement les propositions requises et à engager le processus législatif.
Sur cette base, la Commission européenne a annoncé la
publication de deux paquets réglementaires distincts,
constituant l’essentiel du paquet Énergie-Climat post
2020 : le premier dit « paquet d’été » a été publié en juillet
2016 tandis que le second, dit « paquet d’hiver » est attendu
pour la fin novembre/début décembre 2016.
Enfin, la Communication mentionnée détaille les principaux
éléments de la stratégie européenne pour une mobilité à
faible taux d’émissions :
• augmenter l’efficience du système de transport en tirant le
meilleur parti des technologies numériques, en pratiquant
une tarification intelligente et en continuant d’encourager le passage à des modes de transport moins polluants ;
• accélérer le déploiement d’énergies de substitution à faible
taux d’émissions dans les transports, telles que les biocarburants avancés, l’électricité renouvelable et les carburants de synthèse renouvelables, en supprimant également les obstacles à l’électrification des transports ;
• évoluer vers des véhicules à émissions nulles.
3.1.1. Paquet réglementaire d’été
Cet ensemble de textes réglementaires publié par la
Commission européenne le 20 juillet 2016 est relatif au
secteur non-ETS (c’est-à-dire les secteurs d’activité ne faisant pas partie du système européen d’échange de quotas
d’émissions soient l’énergie, les procédés industriels, l’agriculture et les déchets) et concerne la période 2020-2030.
Il comprend :
A) Une proposition de règlement relatif aux réductions
contraignantes des émissions de gaz à effet de serre par
les États membres (2021-2030).
B) Une proposition de règlement relatif à l’intégration de
l’utilisation des terres dans le cadre d’action de l’UE pour
le climat et l’énergie à l’horizon 2030.
C) Une communication sur une stratégie européenne pour
une mobilité à faible taux d’émissions.
Ce document précise en outre que « la Commission a déjà
indiqué que les biocarburants produits à partir de cultures
alimentaires interviendront peu dans la décarbonisation
du secteur des transports et ne devraient plus bénéficier
d’aides publiques après 2020. Dans le cadre des analyses en
cours pour la révision de la législation en vigueur sur les carburants et combustibles et sur les énergies renouvelables, la
Commission met l’accent sur leur élimination progressive et
leur remplacement par des biocarburants plus avancés. Les
incidences seront soigneusement évaluées, y compris les
besoins d’investissement pour les biocarburants avancés et
le fait que, sans soutien, ils ne pourront pas, en l’état actuel
de la situation, concurrencer les combustibles fossiles ou les
biocarburants produits à partir de cultures alimentaires. ».
Le premier règlement mentionné fixe les contributions minimales des États membres aux réductions d’émission de gaz à
effet de serre (GES) pour la période 2021-2030. Il couvre le
secteur de l’énergie, les procédés industriels, l’agriculture et
les déchets (secteurs non-ETS). Son annexe I fixe les objectifs par Etat membre pour 2030. Ce chiffre s’élève à 37 %
pour la France, ce qui est l’un des objectifs les plus élevés
parmi les États membres.
Le deuxième règlement impose à chaque État membre de
veiller, grâce à des mesures spécifiques dans le secteur de l’utilisation des terres, à ce que les émissions de CO2 comptabilisées provenant de l’utilisation des terres soient entièrement
compensées par des absorptions équivalentes de CO2 présent dans l’atmosphère. Par exemple, si un État membre
abat une forêt (déboisement), il est tenu de compenser son
impact sur les émissions de CO2 en plantant de nouvelles
forêts (boisement) ou en améliorant la gestion durable de
ses forêts, terres cultivées et prairies existantes. Ainsi, la règle
du bilan neutre ou positif incite les États membres à prendre
des mesures pour augmenter les absorptions de CO2 par les
terres agricoles et les forêts. Bien que cet engagement ait
déjà été pris par les États membres dans le cadre du protocole
de Kyoto jusqu’en 2020, la proposition d’aujourd’hui l’inscrit
dans le droit de l’Union pour la période 2021-2030.
3.1.2. Les erreurs d’analyse
de la Commission européenne
Après la publication de cette communication, les responsables de la DG Énergie ont multiplié les interventions
publiques pour expliquer que l’Union européenne doit progressivement sortir des biocarburants de première génération pour se concentrer uniquement sur les biocarburants
dits « avancés », invoquant tantôt le doute autour du bilan
environnemental, tantôt la nécessité de prendre en compte
l’opinion publique pour laquelle « mettre de la nourriture
dans les réservoirs de nos voitures signifie priver de subsistance
des personnes qui meurent de faim ailleurs dans le monde ».
Il est tentant d’y voir une assimilation dangereuse de l’ « opinion publique » aux ONG environnementales particulièrement actives à Bruxelles. De nombreuses organisations
agricoles nationales (dont la CGB) et européennes (dont
la CIBE) ont écrit à la Commission européenne pour manifester leur incompréhension totale et demander, d’une part,
le maintien d’une contribution au moins égale à 7 % des
biocarburants issus de cultures alimentaires après 2020 et
le maintien d’un objectif spécifique pour le secteur des
101
Chapitre 7
transports, responsable à lui seul de 25 % des émissions de
gaz à effet de serre de l’Union européenne.
le mix énergétique post 2020, les investissements réalisés
doivent être protégés si l’Union européenne souhaite attirer
des investissements et déployer des technologies de production de biocarburants avancés.
Y ont été aussi rappelés un certain nombre de faits et d’arguments qui plaident pour un maintien de la contribution
des biocarburants conventionnels :
• Les biocarburants conventionnels sont actuellement la
seule alternative aux carburants fossiles, tant en volumes
qu’en prix sur le marché.
• Ils réduisent déjà sensiblement les émissions nettes de
gaz à effet de serre dans les transports, ce bénéfice environnemental serait immédiatement perdu en cas d’arrêt de toute forme de soutien à ces productions (objectif d’incorporation).
• Les biocarburants dits avancés produits à partir de résidus et de matière ligno-cellulosique ne sont toujours pas
disponibles à échelle industrielle ; les différents projets en
cours à travers le monde ne parviennent pas à atteindre
leur pleine capacité de production et les nouveaux projets se raréfient, témoignant de la maturité encore insuffisante des procédés et d’un manque de viabilité économique ; leur production à grande échelle nécessiterait en
outre d’approvisionner un nombre restreint d’usines avec
de très importantes quantités de biomasses, nécessitant
le recours à des cultures énergétiques dédiées qui n’offriront aucun co-produit alimentaire et occuperont des
surfaces agricoles.
• Personne ne peut aujourd’hui raisonnablement suspecter les biocarburants produits à partir de cultures alimentaires de faire monter le prix des denrées sur les marchés,
comme en témoignent les niveaux de prix historiquement
bas des céréales et des oléagineux. Au contraire, ce débouché offre aux productions agricoles concernées une diversification qui amortit la volatilité des prix.
• Produire des biocarburants en Europe à partir de cultures
alimentaires, qu’il s’agisse de céréales, d’oléagineux ou de
betteraves sucrières est indissociable de la production alimentaire pour les animaux, notamment de protéines dont
l’UE reste massivement importatrice. Il y a donc bien une
complémentarité entre production d’énergie et production alimentaire.
Un arrêt brutal de la production de biocarburants issus de
cultures alimentaires après 2020 serait donc synonyme
d’une chute de la consommation d’énergie renouvelable
dans les transports routiers, d’une hausse des émissions de
gaz à effet de serre avec des conséquences économiques
très graves pour les entreprises et les territoires concernés par la production de biocarburants. Les biocarburants
conventionnels doivent donc avoir toute leur place dans
3.1.3. Paquet réglementaire d’hiver
Le second volet du paquet Énergie-Climat de la Commission
dit « paquet d’hiver » devrait être publié fin novembre 2016.
Il comportera notamment une proposition relative à la durabilité de la biomasse solide et la proposition de directive
sur les énergies renouvelables pour la période 2021-2030.
L’enjeu de ce texte sera capital pour les filières européennes
de biocarburants mais aussi pour la politique européenne en
matière d’énergie et de climat. L’Union européenne a en effet
pris d’ambitieux engagements, confirmés par sa ratification
début octobre de l’Accord de Paris, ce qui a permis à ce texte
d’entrer en vigueur, le cap des 55 pays signataires représentant 55 % des émissions mondiales ayant alors été franchi.
3.2. Renouvellement de la reconnaissance
des schémas volontaires de certification
de la durabilité des biocarburants
En juillet 2011, la Commission européenne a reconnu pour la
première fois 7 schémas volontaires dont 2BSvs (Biomass &
Biofuels Sustainibility soluntary scheme), le schéma construit
par les filières françaises de biocarburants, pour démontrer la conformité des biocarburants à la directive Énergies
renouvelables en matière de durabilité. Cette reconnaissance étant valide pour cinq ans, la Commission a engagé en
2016 un nouveau cycle de reconnaissance devant permettre
aux premiers schémas reconnus de poursuivre leur activité
après juillet 2016. Cette démarche intègre les nouvelles
demandes de la directive 2015‑1513/CE (directive ILUC),
qui sont prises en compte dans la nouvelle grille d’évaluation
des schémas de la Commission européenne.
Dans une décision d’exécution publiée au JO L 232/13 du
27 août 2016, la Commission a estimé que le schéma 2BSvs
permet d’établir la conformité aux critères de durabilité définis dans les directives 98/70/CE (qualité du carburant) et
2009/28/CE (énergie renouvelable). L’évaluation de ce système volontaire a en effet permis d’établir qu’il respecte les
normes requises de fiabilité, de transparence et de contrôle
indépendant et qu’il est conforme aux exigences en matière
de méthodologie des directives citées précédemment.
Ce système volontaire qui couvre un large éventail de
matières premières, y compris des déchets et des résidus
ainsi que la chaîne de contrôle dans son intégralité, bénéficie donc d’une reconnaissance pour une nouvelle période
de cinq années.
102
Chapitre 7
de la production d’huiles végétales hydrogénées (HVO en
anglais) et peuvent être incorporés aux essences, en dépit
d’un indice d’octane particulièrement bas et d’un contenu
énergétique inférieur à celui de l’essence.
4. LA POLITIQUE DES BIOCARBURANTS
EN FRANCE
4.1. Production d’éthanol et d’alcool en 2015
En 2015, la production nationale d’alcool est de 19 millions
d’hectolitres, dont 52,6 % d’origine betteravière, 44,9 %
d’origine céréalière, et 2,5 % pour le vinique et les
autres substrats.
La filière française du bioéthanol dénonce la prise en compte
inconditionnelle de ce produit par l’administration française
au titre de la TGAP, alors qu’il ne répond à aucune exigence
qualitative ou norme réglementaire, contrairement à l’éthanol et à l’ETBE. Rappelons que ces « bio-essences » n’ont
pas de limite technique d’incorporation à l’essence contrairement à l’éthanol, plafonné à 10 % en volume et à l’ETBE
(22 % en volume). Enfin, l’immense majorité de ces HVO
de type essence est issue de matières premières importées
pour l’essentiel (huile de palme principalement et co-produits de sa production).
Leur développement entrant en concurrence directe avec
l’éthanol, ces productions pourraient constituer une menace
considérable à moyen terme pour la filière française.
L’ensemble des biocarburants incorporés dans les essences
en 2015 ont permis d’atteindre un taux officiel d’incorporation de 6,39 % (en PCI) dans l’essence, soit 0,61 % de
moins que l’objectif fixé par le gouvernement pour l’année
2015 (7 %). Sur cette base, la TGAP versée par les distributeurs de carburants sur le compartiment essence au titre de
l’année 2015 s’est élevée à 59 M€.
Sur ce total, la production d’éthanol carburant a représenté
environ 12 millions d’hectolitres.
En 2015, les agréments délivrés aux unités de production
d’éthanol et d’ETBE portaient sur :
• 590 633Tt. (7,4 Mhl) d’éthanol attribué aux distilleries ;
• 107 377Tt. (1,35 Mhl) d’éthanol attribué aux unités ETBE.
Ces agréments ont été utilisés à 63,4 % par les distilleries et
à 100 % par les unités de production d’ETBE, ce qui représente une production sous agrément de 481 628 tonnes
d’éthanol (6,06 Mhl), en baisse de 19 % par rapport à 2014.
L’année 2015 a été la dernière d’existence de ces agréments
et donc d’octroi d’exonération fiscale.
4.2. Consommation d’éthanol en 2015
Selon la Direction générale des douanes et droits indirects
(DGDDI), les volumes d’éthanol incorporés en 2015 ont
été les suivants :
Ce taux d’incorporation est en progrès de 0,28 % par rapport à 2014 (6,11 % PCI). Cette progression est toutefois
imputable pour la moitié aux bioessences et à part égale à
l’éthanol conventionnel (+190 000 hl) et au double comptage de l’éthanol avancé (issu de marc et lies et très marginalement d’origine cellulosique).
Volumes d’éthanol incorporés en 2015
Hl
Tonnes
Éthanol comptant simple
en incorporation directe
4 595 064 hl
364 850 t
Éthanol comptant double
en incorporation directe
325 797 hl
25 868 t
Éthanol dans l’ETBE
3 291 432 hl
261 341 t
Quantité totale d’éthanol
incorporé
8 212 293 hl
652 059 t
Par rapport à 2014, le débouché incorporation directe
d’éthanol stagne en volume physique, tandis que les volumes
mis à la consommation sous forme d’ETBE bondissent de
6 %. Inexistante jusqu’en 2005, l’incorporation directe est
depuis 2011 le mode d’incorporation majoritaire. L’année
2015 confirme cette tendance puisque ce mode d’incorporation a concerné 60 % de la consommation nationale d’éthanol carburant, en léger repli par rapport à 2014 (61,3 %).
Globalement, durant l’année 2015, la teneur en éthanol
des essences a légèrement progressé puisque la consommation nationale d’éthanol augmente de 2,4 % par rapport
à 2014 alors que la consommation d’essence a progressé
de 1,4 % ; l’augmentation de la consommation d’essence
en 2015 inverse la tendance à la baisse observée depuis
de nombreuses années (les ventes d’essences ont chuté
L’écart constaté entre les volumes d’éthanol produits sous
agrément en 2015 (6,06 Mhl) et les volumes totaux mis à
la consommation en France (8,21 Mhl) s’accroît à plus de
2 Mhl (500 000 hl en 2014) indiquant un recours probablement accru à des importations d’éthanol ou d’ETBE.
Pour la seconde fois en 2015, s’ajoutent à l’éthanol et à
l’ETBE, 278 044 hl de « bio-essences », qui sont des dérivés
103
Chapitre 7
10
9%
9
8%
8
7%
7
6%
6
5%
5
4%
4
3%
3
2%
2
1%
1
Taux d'incorporation
10%
4.3. La fiscalité de l’éthanol La politique française en matière de biocarburants a été
construite sur deux piliers :
• des objectifs d’incorporation de biocarburants dans les
carburants mis à la consommation avec une contrainte
sur l’atteinte des objectifs à travers la Taxe globale sur les
activités polluantes (TGAP) ; depuis 2010, le taux d’incorporation et celui de la TGAP sont fixés à 7 % ;
• l’octroi par l’Etat d’agréments fiscaux aux producteurs de
biocarburants sur la base d’appels d’offre, permettant à
concurrence d’un volume donné de bénéficier d’une fiscalité réduite (TIC - taxe intérieure sur la consommation)
lors de la mise à la consommation.
Volumes d'éthanol incorporés (en Mhl)
de 40 % entre 2003 et 2013). Cette inflexion se confirme
en 2016, les ventes d’essence ayant progressé de 3,2 %
entre janvier et septembre par rapport à la même période
en 2015. Ce changement structurel est une bonne nouvelle pour la progression du marché français de l’éthanol,
qui repose aussi sur une diffusion accrue des essences les
plus éthanolées, soient le SP95-E10 et le Superéthanol E85.
0
0%
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
consommation éthanol (Mhl)
objectif (%)
taux effectif (%)
Toutefois, depuis 2013, ce taux progresse régulièrement
sous le double effet de la consommation accrue des carburants SP95-E10 et Superéthanol E85 et de l’arrivée sur le
marché des « bioessences », au point qu’en 2016 il devrait
être très proche du niveau de 7 %.
4.3.1. TGAP
Par ailleurs, la programmation pluriannuelle de l’énergie
(PPE – voir 4.4.3) - mise en œuvre par un décret dont
la publication était attendue pour la fin octobre - prévoit
un objectif spécifique de biocarburants avancés dans les
essences de 1,6 % en 2018 (incluant l’éthanol vinique et a
priori celui issu de mélasses et d’amidon C), soit un objectif
global d’incorporation d’au moins 8 % en énergie. L’année
2017 sera donc une année de transition et la filière demande
que la part de biocarburants avancés (0,25 % comptant
double) passe au-dessus des 7 % en 2017, soit une TGAP
majorée à 7,5 %.
L’évolution de la TGAP transcrit dans la loi française la trajectoire d’incorporation de biocarburants, d’une part, dans
le gazole et, d’autre part, dans les essences, depuis 2005.
Depuis l’année 2014, le taux de TGAP applicable au gazole
a été porté à 7,7 %, de façon à ce que les biocarburants
incorporés dans le gazole et bénéficiant du double comptage (esters issus de graisses animales et d’huiles usagées,
plafonnées à 0,35 % PCI d’incorporation physique) soient
comptabilisés au-delà des 7 % de biocarburants conventionnels, dès lors que le taux d’incorporation en vigueur avant
2014 était régulièrement atteint.
A la mi-octobre, le gouvernement s’est montré favorable à
cette majoration, souhaitant cependant qu’elle soit assortie d’une majoration de la part des biocarburants avancés
de 0,25 % à 0,30 %.
Pour les essences, le taux de TGAP en vigueur depuis
2010 est de 7 %, avec la possibilité depuis 2014 de le remplir à hauteur de 0,25 % avec de l’éthanol d’origine vinique
et/ou de l’éthanol cellulosique, considérés comme des biocarburants avancés et bénéficiant à ce titre d’un double
comptage, soit une contribution totale possible de 0,5 % à
l’objectif global de 7 %.
La prise en compte des biocarburants avancés à l’intérieur
de l’objectif d’incorporation de 7 % dans les essences se
justifie pleinement par le fait que jusqu’en 2015, le taux
effectif d’incorporation de biocarburants dans les essences
n’a jamais atteint 7 %.
Ces dispositions seront soumises au Parlement dans le cadre
de la discussion de la Loi de Finances rectificative pour 2016.
4.3.2. Agréments
L’ensemble des agréments a expiré fin 2015, coïncidant
avec la cessation du dispositif d’exonération fiscale. Depuis
le 1er janvier 2016, le marché français de l’éthanol est donc
totalement ouvert à la concurrence tant européenne que
des pays tiers.
104
Chapitre 7
4.3.3. Exonération fiscale partielle
La fiscalité appliquée à l’éthanol et à l’essence a évolué
de la façon suivante ces dernières années :
Essence
Ethanol
Ethanol dans ETBE
1992Eet 1993
environ 59 €/hl
-
0 €/hl
1994Eà 2002
environ 59 €/hl
-
environ 9 €/hl
2003Eà 2005
environ 59 €/hl
environ 22 €/hl
environ 21 €/hl
2006Eet 2007
60,69 €/hl
27,69 €/hl
27,69 €/hl
2008
60,69 €/hl
33,69 €/hl
33,69 €/hl
2009
60,69 €/hl
39,69 €/hl
39,69 €/hl
2010
60,69 €/hl
42,69 €/hl
42,69 €/hl
2011
60,69 €/hl
46,69 €/hl
46,69 €/hl
2012
60,69 €/hl
46,69 €/hl
46,69 €/hl
2013
60,69 €/hl
46,69 €/hl
46,69 €/hl
2014
60,69 €/hl
52,44 €/hl
52,44 €/hl
2015
62,41 €/hl
55,41 €/hl
55,41 €/hl
2016
64,12 €/hl
64,12 €/hl
64,12 €/hl
En 2009, le montant de l’exonération fiscale compensait seulement le moindre contenu énergétique de l’éthanol. Depuis
2010, ce n’est plus le cas : en d’autres termes, pour un même
parcours, l’éthanol incorporé de façon banalisée rapporte
désormais plus de recettes fiscales à l’Etat que l’essence.
Ce tableau illustre clairement que, sur l’ensemble de la
période, l’éthanol incorporé dans les essences a généré plus
de recettes que de dépenses pour les finances publiques,
TGAP incluse : entre 2009 et 2015, les recettes fiscales
nettes cumulées sont supérieures à 1,4 Mds€.
Dans le budget de l’Etat, les dépenses dues à l’exonération
fiscale étaient en effet clairement rattachées aux biocarburants. En revanche, les recettes ne le sont pas : s’il est aisé
de rapprocher la TGAP des biocarburants, cela ne l’est pas
pour les suppléments de Taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques (TICPE, anciennement TIPP)
et ceux de TVA générés par le moindre contenu énergétique
de chaque litre de biocarburant incorporé.
Lorsqu’on se livre au même exercice sur la période
1992-2015, le cumul des recettes et dépenses fiscales
induites par l’incorporation d’éthanol atteint 1,26 Mds€
(courants) d’excédent. Ainsi, la forte hausse de la fiscalité
appliquée à l’éthanol ces dernières années a permis non
seulement de rembourser l’intégralité de la dépense fiscale
engagée par l’État pour accompagner le développement
de l’éthanol depuis l’origine mais au surplus, depuis l’année
2010, l’incorporation d’éthanol dans les essences rapporte
200 M€ de recettes fiscales supplémentaires nettes à l’État.
Le tableau ci-dessous présente ainsi le bilan fiscal complet
de l’éthanol incorporé dans les essences sur les sept dernières années :
En M€
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Exonération
fiscale partielle
-164,1
-159
-114,2
-109,4
-107,6
-61,8
-42,5
Recettes suppl.
TIC et TVA
induites par le
bioéthanol
209,6
204,8
199,8
191,9
182,7
184,3
189,2
TGAP essences
101,9
109
149,6
156,8
149,1
95,6
59
Bilan fiscal net
bioéthanol
147,4
154,8
235,2
239,3
224,2
218,1
205,7
105
Chapitre 7
4.3.4. Fiscalité des essences
2017 contribuera à confirmer le renversement de tendance
observé sur la consommation de carburants depuis 2015 et
accentué en 2016 : entre janvier et septembre 2016, les
ventes d’essence ont progressé de 3,2 % en France et celle
de gazole de 0,5 %.
Constatant que depuis 2009, le taux cible d’incorporation
n’est plus atteint pour les essences (voir 4.3.1), la filière
bioéthanol a porté depuis 2014 une proposition d’aménagement de la fiscalité applicable aux différentes catégories
d’essence. Le principe en est d’instaurer une fiscalité réduite
de 2c€/litre pour le SP95-E10 par rapport aux SP95 et SP98,
en réduisant d’un centime par litre la TICPE du SP95-E10 et
en majorant celle du SP95 et du SP98 d’un centime.
Enfin, une autre mesure de parité fiscale entre essence et
gazole a été votée en première lecture de la loi de finances
pour 2017 par l’Assemblée nationale : il s’agit d’aligner progressivement – sur une période de 5 années - le régime de
la déductibilité de la TVA sur les achats d’essences (actuellement non autorisée) pour les entreprises, sur celui du gazole
(TVA récupérable à 80 %). Cette mesure, déjà été débattue
par le Parlement fin 2015, avait alors été rejetée. Avec la mise
en œuvre progressive proposée, il est très probable que cette
mesure entrera en vigueur en 2017. Elle aura pour conséquence de permettre aux entreprises de renouveler leur flotte
automobile en y intégrant une proportion de motorisations
essence plus élevée qu’actuellement (de l’ordre de 10 %).
Cette demande a été reprise par le gouvernement et intégrée
à une série de mesures touchant la fiscalité des carburants :
• Réduction de 2 c€ de la TICPE du SP95-E10 par rapport à
celle des SP95 et SP98 (-1c€/+1 €) ;
• Amorce d’un rapprochement progressif des TICPE
applicables au gazole et aux essences (+1 c€ pour le
gazole en 2016 et en 2017 et -1 c€ pour les essences en
2016 et 2017) ;
• Revalorisation de la Contribution Climat Énergie (CCE soit la
composante carbone intégrée à la TICPE début 2014) sur la
base d’un prix de la tonne de CO² porté à 30,5 € en 2017 (22 €
en 2016) et conduisant, toutes choses égales par ailleurs à
une hausse de la TICPE des carburants (+1,95 c€/litre pour
les essences et +2,26 c€/litre pour le gazole).
4.4. Application de la loi de transition
énergétique pour la croissance verte
et Programmation pluri-annuelle
de l’énergie
La loi de transition énergétique pour la croissance verte
(LTECV) a été votée par le Parlement français en août 2015.
Il s’agit d’une loi de portée relativement générale, fixant de
grandes orientations stratégiques mais dont une partie des
modalités de mise en œuvre sont renvoyées à des textes
d’application, notamment la Programmation pluriannuelle
de l’énergie (PPE).
Ces mesures ont été votées par le Parlement français à
la mi-décembre 2015 dans le cadre du projet de Loi de
Finances rectificative. Il en résulte l’évolution suivante de
la fiscalité de l’essence et du gazole :
Produit
Indice
2015
2016
2017
Supercarburants
(SP95 et SP98)
11
62,41
64,12
65,07
Supercarburant
SP95-E10
11 ter
62,41
62,12
63,07
Superéthanol E85
55
12,62
7,96
9,41
Gazole
22
46,82
49,81
53,07
Sur le volet transports, cette loi établit :
• L’objectif d’atteindre pour la composante carbone intégrée à la TICPE (Contribution Climat Énergie) une valeur
de la tonne de carbone de 56 € en 2020 et 100 € en
2050 (cette valeur est actuellement de 14,5 € en 2015 et
passera à 22 € en 2016),
• Le cantonnement de cet élargissement de la Contribution
Climat-Énergie au seul CO2 d’origine fossile,
• Un objectif spécifique d’au moins 15 % d’énergie renouvelable dans les transports en 2030, assorti d’un objectif
de 15 % d’énergie renouvelable de la consommation finale
de carburant,
• Pour répondre à ces objectifs, la Programmation pluriannuelle de l’énergie fixe un objectif d’incorporation de biocarburants avancés dans la consommation finale d’énergie
du secteur des transports.
Les biocarburants et le bioéthanol en particulier sont directement concernés à plus d’un titre par l’application de cette loi.
Cette évolution répond à la demande de la filière puisque de
nature à faciliter une pénétration accrue du SP95-10 dans
le réseau de distribution et une progression de sa part
de marché. En effet, avec une fiscalité réduite de 2 c€,
le SP95-E10 est désormais vendu à la pompe entre 4 et
5 centimes moins cher que le SP95, donnant un signal
prix incitatif à la fois aux distributeurs de carburants et
aux consommateurs.
Par ailleurs, la réduction à 10 centimes de l’écart de
taxation (hors TVA) entre le SP95-E10 et le gazole en
106
Chapitre 7
4.4.1. Contribution Climat-Énergie
hydrogène, ou utilisant un carburant gazeux si une fraction
du gaz consommé est d’origine renouvelable. Cette fraction de gaz renouvelable est au minimum de 20 % à partir
du 1er janvier 2020 et de 30 % à partir du 1er janvier 2025.
L’article 1 de la LTECV stipule que l’élargissement de la
Constitution Climat-Énergie (CCE) est cantonné au carbone d’origine fossile. Or, la revalorisation de la CCE votée
fin 2015 pour l’année 2017 ignore ce principe et applique
la hausse du prix de la tonne de CO2 indistinctement à tout
le CO2 qu’il soit fossile ou biogénique. Si les montants en
jeu sont minimes à ce stade (à l’exception du Superéthanol
E85), compte tenu des teneurs moyennes en biocarburants
des carburants, il n’est pas acceptable que le principe inscrit
dans une loi ne soit pas appliqué. Les conséquences de cette
anomalie vont en outre s’aggraver au fil des ans puisque le
prix de la tonne de CO2 doit continuer à augmenter (56 € la
tonne en 2020 pour 30,5 €/tonne en 2017).
Groupe 2 : véhicules dont la motorisation est électrique-hybride, ou utilisant un carburant gazeux ou les véhicules dont
les moteurs sont conçus pour ne fonctionner qu’avec des
biocarburants très majoritairement d’origine renouvelable.
Sont considérés comme véhicules à faibles émissions, seulement ceux du groupe 1 pour les grandes agglomérations
(Paris et petite couronne et les agglomérations de plus de
100 000 habitants soumises à un plan de protection de
l’atmosphère) et ceux des groupes 1 et 2 pour les autres
agglomérations (grande couronne de Paris, agglomérations concernées par un plan de protection de l’atmosphère.
agglomérations de plus de 10 000 habitants non concernées
par un plan de protection de l’atmosphère).
Il importe donc que des modalités précises de non-perception de la CCE sur la composante renouvelable des différents
carburants soient définies et votées par le Parlement français
lors de l’examen du Projet de Loi de Finances rectificative
pour 2016. De nombreux contacts avec l’administration ont été pris sur le sujet et des amendements
dans ce sens. Selon le scénario retenu, la mise en
œuvre de ce principe amènerait à relever le prix
de la tonne de CO2 à 32,5 € au lieu de 30,5 € en
2017 pour garantir une neutralité budgétaire.
La loi de transition énergétique impose aussi à
l’État, ses établissements publics, les collectivités territoriales et leurs groupements ainsi que
les entreprises nationales une part minimale de
véhicules à faibles émissions lors du renouvellement du parc, lorsqu’ils gèrent un parc de plus de
20 véhicules, en distinguant les véhicules de moins
de 3,5 tonnes, les véhicules de plus de 3,5 tonnes
et les autobus et autocars.
© Tous droits réservés
4.4.2. Décrets véhicules
à faibles émissions
Pour ces derniers, la part minimale est fixée à 50 %
à partir du 1er janvier 2020 et en totalité à partir du 1er janvier 2025 pour l’Etat, ses établissements publics, les collectivités territoriales et leurs groupements, le Syndicat des
transports d’ile de France et la métropole de Lyon.
Au vu des résultats très positifs des mesures d’émissions
polluantes des autobus fonctionnant avec le carburant
ED95 (voir 4.7) - très proches de ceux du gaz voire meilleurs - la CGB et l’ensemble de la filière éthanol demandent
que les véhicules fonctionnant à l’ED95 (voir 4.7) figurent
dans le groupe 1, afin que cette solution soit accessible au
plus grand nombre d’agglomérations. Les nombreux arguments en faveur de l’inclusion de l’ED95 dans le groupe 1 ont
été développés dans les réponses faites par les organisations
de la filière à la consultation publique sur ce sujet durant le
mois de juillet.
Un projet de décret a été soumis à consultation publique
par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la
Mer en juillet 2016. Ce projet distingue 2 catégories de bus
à faible niveau d’émission :
Groupe 1 : véhicules dont la motorisation est électrique, y
compris les véhicules alimentés par une pile à combustible à
107
Chapitre 7
Il apparaît que les mesures d’émissions polluantes dont dispose l’ADEME à ce jour datent et ne sont pas assez probantes
selon la DGEC.
Contactée par la filière à ce sujet, l’ADEME reconnaît que les
données d’émissions polluantes dont elle dispose manquent
de robustesse et s’est dite prête à mettre en œuvre un nouveau programme d’essais en 2017 avec Scania sur un véhicule de type Euro6. Sur cette base, si les bons résultats sont
confirmés, il sera possible de faire jouer la clause de revoyure
prévue par le décret pour inclure dans le groupe 1 les autobus
et autocars fonctionnant à l’ED95 en 2018.
Le document précise toutefois qu’au-delà de leur nécessaire
compatibilité avec les caractéristiques des véhicules, leur
atteinte supposerait :
• que la Commission européenne autorise des carburants
à plus forte teneur en biocarburants, ce que la France
soutiendra ;
• que des matières premières qui ne figurent pas actuellement à l’annexe IX de la directive énergies renouvelables
2009‑2028, modifiée par la directive 2015‑213 puissent
également être considérées comme des résidus de transformation. En fonction de la réalisation de ces conditions,
il pourrait être nécessaire de réajuster ces objectifs.
En dépit de la clôture de la consultation publique sur ce
projet de décret fin juillet, à la mi-octobre, il n’était toujours pas paru.
Ce projet de décret a également été soumis à consultation
publique jusqu’à la mi-octobre. Sa parution est intervenue
à la fin octobre.
4.4.3. Programmation pluriannuelle de l’énergie
4.5. Déploiement du SP95-E10
La PPE, fixée par décret, établit les priorités d’action des
pouvoirs publics pour la gestion de l’ensemble des formes
d’énergie sur le territoire métropolitain continental, afin
d’atteindre les objectifs fixés par la loi. La PPE est donc la
traduction concrète de la politique énergétique française et
en constitue le document de référence. Elle doit enfin s’articuler avec l’ensemble des autres dispositifs et documents de
programmation dans le domaine des transports, de l’énergie
et de l’environnement.
En 2016, on peut considérer que 94 % du parc automobile
essence français est compatible avec le SP95-E10. Le site
internet www.carburantE10.fr permet à chaque automobiliste de vérifier si son véhicule est compatible ou pas, car
selon les constructeurs, modèles et l’année de mise en circulation, la date de compatibilité est variable.
En dépit de la réduction de sa fiscalité au 1er janvier 2016,
(voir 4.3.4) le déploiement du SP95-E10 dans le réseau de
distribution se poursuit à un rythme relativement lent : à l’automne 2016, ce carburant est disponible dans 57 % des points
de ventes écoulant plus de 500 m3 de carburants annuellement et 47 % de la totalité du réseau national de distribution.
La PPE couvre la période 2018-2023 et à ce titre inclut
une trajectoire d’incorporation pour les biocarburants,
compatible avec l’objectif établi par la LTECV de 15 % des
biocarburants dans les carburants en 2030. Cette trajectoire est fondée sur la base notamment des travaux,
hypothèses et évaluations retenus par le groupe de travail « biocarburants » dans le cadre du plan industriel de
la Nouvelle France Industrielle « Chimie verte et biocarburants », auquel la filière française du bioéthanol a été
largement associée.
Les ventes de SP95-E10 progressent toutefois régulièrement
(+5,9 % en 2015 et +8,1 % sur les 3 premiers trimestres de
2016). Sa part de marché progresse aussi : de 33,2 % en 2015,
elle est passée à 35,1 % sur les trois premiers trimestres de
2016 (contre 42,7 % pour le SP95 et 22,2 % pour le SP98).
L’atteinte de l’objectif d’incorporation de biocarburants dans
les essences passe par une accélération forte du déploiement de ce carburant dans le réseau de distribution et son
adoption par les consommateurs. Cela suppose une large
diffusion de l’information sur ce carburant, son intérêt économique et sa compatibilité avec la quasi-totalité des véhicules essences. C’est précisément l’objectif poursuivi par la
Charte E10 signée par 29 partenaires en octobre 2016, lors
du Mondial de l’automobile à Paris.
Les objectifs proposés pour les biocarburants avancés (les
biocarburants conventionnels étant plafonnés à 7 % en
2020 par la directive européenne de 2015 sur les changements indirects d’affectation des sols) sont les suivants :
• pour la filière essence, les objectifs sont respectivement
de 1,6 % et de 3,4 % en 2018 et 2023 ;
• et pour la filière gazole, les objectifs sont de 1 % et 2,3 %.
108
Chapitre 7
Charte E10
Vingt-neuf signataires ont décidé de soutenir cette campagne
nationale d’information sur le SP95-E10 parmi lesquels :
1) l’Etat (ministère de l’Environnement, ministère de l’Agriculture et secrétariat d’État à l’Industrie) ;
2) quatre organisations professionnelles de l’automobile
(Centre national des professionnels de l’automobile
(CNPA), Fédération nationale de l’artisanat automobile
(FNAA) , Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE),
Syndicat national des loueurs de voitures en longue
durée [SNLVLD]) ;
3) cinq constructeurs automobiles et de motocycles :
FCA France (Abarth, Alfa Roméo, Fia, Jeep), Groupe
PSA (Citroën, DS, Peugeot), Jaguar Land Rover France,
Peugeot Scooters, Volkswagen Group France (Audi, Seat,
Skoda, Volkswagen) ;
4) douze distributeurs de carburants : Avia France, Auchan
Carburant, Carrefour, Casino Supermarchés, Certas Energy
France, Cora, EFR France, ENI France SARL, Géant Casino,
Mouvement E. Leclerc, SCA Pétrole et Dérivés, Système U ;
5) u
ne association d’automobilistes : 40 Millions
d’automobilistes ;
6) quatre organisations de la filière bioéthanol (AGPB,
AGPM, CGB, SNPAA).
La Directive 2014/94/UE du Parlement européen et
du Conseil sur le déploiement d’une infrastructure pour
carburants alternatifs prévoit dans son article 7 que les états
membres s’assurent que les utilisateurs de carburants, c’està-dire les automobilistes et les motocyclistes, soient informés clairement et simplement sur la compatibilité de leur
véhicule avec les différents carburants.
Dans le cadre de cette Directive, la Commission européenne a demandé en 2015 au Comité européen de normalisation (CEN) de travailler sur une norme définissant
les autocollants correspondant à chaque carburant qui
devront être apposés sur les trappes à carburant des voitures neuves et sur les volucompteurs des stations-service
(voir encadré ci-dessous).
Concernant les véhicules déjà en circulation, la directive précise
que « les États membres devraient pouvoir décider d’appliquer
aussi ces mesures d’information aux véhicules en circulation. »
Cette directive devant être transposée en droit français prochainement, la filière bioéthanol a proposé à la DGEC de
saisir l’opportunité pour adopter une charte à l’occasion du
Mondial de l’automobile. Son objectif est d’amplifier cette
mesure et d’associer l’ensemble des professionnels du secteur automobile et des carburants à délivrer une information
individualisée à chaque automobiliste sur la compatibilité de
son véhicule avec le SP95-E10.
L’ensemble de ces acteurs s’est engagé à déployer la signalétique E5 et E10 à l’intérieur des trappes de réservoir des
voitures et sur les pompes dans les stations-service et à diffuser l’information relative au SP95-E10.
Le dispositif des autocollants E5 et E10 tel que présenté dans la charte E10
E5
E10
Modèles d’autocollants
normalisés selon EN 16942
Exemple de disposition à l’intérieur
de la trappe à essence des véhicules.
109
Exemple de disposition sur les volucompteurs
distribuant le SP95-E10, SP95 et le SP98
Chapitre 7
4.6. Filière Superéthanol E85-Flex Fuel
avec succès des essais UTAC et leur installation par un réseau
agréé. Le texte relatif à cette homologation devrait être
publié durant le premier trimestre 2017, offrant ainsi aux
automobilistes français un plus large accès au superéthanol
E85, de façon encadrée et totalement sécurisée.
La filière E85 Flex Fuel constitue également une solution
de choix pour atteindre l’objectif français de 7 % d’éthanol dans les essences et sera capitale pour réaliser l’objectif
européen, d’une part, de 10 % d’énergies renouvelables dans
l’énergie consommée dans les transports en 2020. Pour un
distributeur de carburant, ce produit peut aussi permettre
de réduire fortement sa facture de TGAP (dont le total s’est
élevé à plus de 59 M€ en 2015).
Le déploiement de l’E85 dans le réseau de distribution ne
cesse de s’étoffer depuis 2013, le nombre de pompes étant
passé d’environ 300 en septembre 2012 à plus de 830 en
octobre 2016. Les ventes de carburant continuent à progresser au rythme de 11 % sur le premier semestre 2016 par
rapport à la même période en 2015 (année record avec plus
de 86 000 m3 mis à la consommation).
4.7. ED95
Un nouveau carburant, dénommé « ED95 » a été autorisé début 2016 par le biais de l’actualisation d’un arrêté du
ministère de l’Écologie, du Développement durable et de
l’Énergie (MEDDE) relatif aux carburants autorisés sur le territoire français (arrêté du 19 janvier 2016). Ses caractéristiques ont fait l’objet d’un autre arrêté publié le 29 mars 2016.
Composé à 95 % d’éthanol et à 5 % d’eau et d’un additif (appelé
aussi masterbatch) destiné à augmenter l’indice de cétane, ce
carburant est utilisable par des moteurs de conception diesel,
modifiés de façon irréversible par leurs fabricants pour devenir
des moteurs dédiés à l’éthanol sous forme d’ED95.
Arrivée de 3 modèles de Golf Flex Fuel
sur le marché français
Depuis l’été 2015, Volkswagen commercialise en France
3 modèles de « Golf multifuel ». Ces modèles déjà vendus
dans d’autres pays européens sont équipés du moteur 1,4 litres
TSi 125 ch Euro 6 Flexfuel. La Golf en version berline, SW et
Sportvan est disponible sur les segments particuliers et entreprises. Ces modèles représentent actuellement 60 000 voitures
en France et 45 % des ventes de Volkswagen sur notre territoire.
Scania est actuellement le seul constructeur à proposer
au marché un moteur de ce type, déjà utilisé en Suède
et au Brésil (autobus). Il s’agit d’un moteur de 280 chevaux (9 litres, 5 cylindres), répondant à la norme Euro6.
Ce moteur est parfaitement adapté aux bus mais trop peu
puissant pour les poids lourds (hors distribution régionale et urbaine). En revanche, un moteur compatible de
420 chevaux devrait être développé d’ici 2 à 3 ans par ce
même constructeur.
Boîtiers Flex Fuel : vers une homologation
de l’installation
Depuis que le superéthanol E85 est commercialisé sur le territoire français, certains automobilistes équipent leur véhicule essence d’un « boîtier Flex Fuel ». Il s’agit d’un dispositif
qui permet d’ajuster en temps quasi-réel les paramètres de
fonctionnement du moteur au contenu effectif en éthanol
du carburant dans le but d’optimiser son fonctionnement.
Or, si la vente de ces matériels est légale, un flou réglementaire caractérise leur pose et leur utilisation. Par ailleurs, on
trouve sur le marché tous types de matériels dans une large
gamme de prix, certains étant de qualité douteuse alors que
d’autres ont fait leur preuve.
Il apparaissait donc souhaitable de clarifier le cadre réglementaire et d’envisager une procédure d’homologation de
ces matériels et de leur pose, comme cela existe déjà en
Allemagne ou en Suède.
La filière éthanol a saisi l’administration française de ce
dossier et fait réaliser des tests par l’UTAC pour mesurer
précisément les émissions de modèles équipés de ces boîtiers. Les résultats présentés étant probants, une procédure
d’homologation est actuellement en cours de rédaction. Elle
permettra d’homologuer à la fois les boîtiers qui passeront
Compte-tenu des bons résultats de cette motorisation
en termes de réduction de rejets polluants (particules
et oxydes d’azote notamment), les bus fonctionnant à
l’ED95 devraient figurer dans le décret établissant la liste
des autocars et autobus à faibles émissions, pris en application de la Loi de transition énergétique et régissant les futurs
achats d’autobus par les collectivités, et dont la parution est
prévue avant la fin 2016.
Lors de la première lecture par l’Assemblée nationale du Projet
de Loi de finances pour 2017, une disposition étendant aux
véhicules lourds et utilitaires fonctionnant à l’ED95 l’amortissement fiscal supplémentaire exceptionnel en vigueur jusqu’à
la fin 2017 a été voté, permettant une égalité de traitement
avec les mêmes véhicules fonctionnant au gaz.
Par ailleurs, le projet de loi de Finances rectificative pour
2016 qui sera débattu fin 2016 par le Parlement devrait
intégrer, sur proposition du gouvernement, l’établissement
d’une fiscalité pour ce carburant (voisine de 4 €/hl) ainsi que
son éligibilité à la réduction de TGAP dans la filière essence.
110
Chapitre 8
ENVIRONNEMENT
113
Chapitre 8
Environnement
1. ÉCOPHYTO
Dans le domaine des produits phytosanitaires, une directive
instaurant un cadre d’action communautaire pour parvenir
à une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable a été adoptée par le Parlement européen,
puis publiée au Journal Officiel en novembre 2009.
Les objectifs essentiels de la directive concernent une utilisation plus sûre des produits phytosanitaires et une amélioration des modalités d’application de ces produits. Ceci
passe entre autres par :
• Une harmonisation des règles entre états membres,
• Un renforcement de la formation des utilisateurs et des
contrôles sur le matériel,
• La réduction de l’utilisation des substances considérées
comme les plus nocives,
• L’élaboration de codes de bonnes pratiques,
• Des mesures pour faciliter la conversion à une agriculture
utilisant peu ou pas de pesticides.
© Tous droits réservés
La directive impose également à chaque état membre d’élaborer un plan d’action national qui doit aboutir à une réduction des dangers, des risques et de la dépendance vis-à-vis
de la lutte chimique, plan qui doit être révisé au moins tous
les 5 ans.
114
En France, ce plan d’action correspond au plan Écophyto,
dont la première version a été mise en œuvre dès 2008,
à la suite du Grenelle de l’Environnement. Cette version,
nommée Écophyto 2018, avait, parmi ses principaux objectifs, une réduction de l’usage des produits phytosanitaires
(réduction de 50 % de l’usage des pesticides à l’horizon
2018, si possible), un renforcement de la recherche et des
actions de développement sur ces produits, et une amélioration de la formation des utilisateurs. Un suivi national a été
réalisé, basé sur un indicateur : le nombre de doses unités
(NODU). Le NODU n’est pas une valeur de référence agronomique ; il s’agit d’une convention de calcul qui permet
de trouver une unité commune et donc d’agréger des substances actives très différentes. Pour une substance active et
pour chaque culture sur laquelle elle est utilisable, on définit
une dose unité en fonction de l’ensemble des usages autorisés. La dose unité « unique » de la substance active est
Chapitre 8
alors déterminée en calculant la somme des doses unités par
culture, pondérée par la proportion de chaque culture dans
la SAU nationale (il est convenu qu’une substance active
donnée est utilisée sur l’intégralité des surfaces des cultures
pour lesquelles elle est homologuée).
Ces 4 indicateurs ont été acceptés. Il s’y ajoutera un indicateur de pression parasitaire, et le NODU, que l’administration a voulu conserver.
Les certificats d’économie de produits phytosanitaires
Une des mesures phares du plan Écophyto II est la mise en
œuvre de certificats d’économie de produits phytosanitaires
(CEPP), mise en œuvre qui figure dans la Loi d’avenir pour
l’agriculture publiée en octobre 2014. Au travers de ce dispositif, expérimental pour une première période de 5 ans, les distributeurs de produits phytopharmaceutiques se voient confier un
rôle renforcé dans le conseil et la promotion de pratiques plus
économes en produits phytosanitaires auprès des agriculteurs.
Chaque distributeur se verra fixer, dès la fin de l’année 2016,
un objectif de CEPP à atteindre en 2021. Cet objectif sera
proportionnel à la moyenne des ventes qu’il a réalisées de
2011 à 2015, en excluant l’année au cours de laquelle les
ventes ont été les plus élevées et l’année au cours de laquelle
les ventes ont été les plus basses. Les CEPP seront obtenus
en échange de la mise en place d’actions par les agriculteurs.
La liste de ces actions est définie par le ministère de l’Agriculture, à partir de propositions émises par les professionnels et
évaluées indépendamment. Chaque action correspondra à
un nombre de CEPP qui sera fonction du potentiel de réduction de l’usage et de l’impact des produits phytosanitaires,
de la facilité de mise en œuvre, du bilan économique de
l’action et du potentiel de déploiement de cette action (un
site dédié permettra aux distributeurs d’évaluer immédiatement l’éligibilité et la valeur d’une action donnée). La mise
en œuvre d’une action permettra au distributeur concerné
d’obtenir le nombre de CEPP équivalant à cette action.
La période de référence du dispositif expérimental s’étend
du 1er juillet 2016 au 31 décembre 2022. Chaque CEPP manquant au titre de l’année 2021 fera l’objet d’une pénalité de
5 € à la charge des distributeurs qui n’auraient pas rempli
leurs obligations.
La version révisée, appelée Écophyto II, a été publiée fin
2015. Elle reprend l’objectif de diminution de 50 % des
quantités de produits phytosanitaires utilisées, qui doit être
atteint en 2 phases : une baisse de 25 % d’ici à 2020, puis,
après la révision quinquennale du plan, une baisse de 25 %
supplémentaires entre 2020 et 2025, par rapport à la situation actuelle.
De nombreuses réunions et une forte mobilisation syndicale
ont permis de faire apparaître un objectif d’amélioration des
pratiques agricoles plutôt que de diminution des quantités
de produits utilisées. D’autre part, au lieu d’un indicateur
unique de suivi, le plan comportera un panier de 4 indicateurs, en plus du NODU.
L’évolution des pratiques et des systèmes agricoles telle que
demandée par le plan se fera entre autres par la mise en
place de certificats d’économie de produits phytosanitaires.
Les indicateurs de suivi du plan Écophyto II
La profession agricole a proposé un remplacement du NODU
par un panier de 4 indicateurs, qui ont été validés en avril
2016 par le Conseil d’orientation et de suivi Écophyto :
1 - La comptabilisation des bonnes pratiques et des solutions innovantes, par l’intermédiaire de fiches-actions
réalisées principalement par les instituts techniques et
validées par le groupe d’experts Écophyto. Ces fiches
recensent les solutions possibles, leurs impacts, la facilité
de mise en œuvre, la rentabilité économique et le potentiel de réduction d’usage. L’indicateur sera l’évolution du
nombre de fiches validées.
2 - La comptabilisation de la diffusion de ces solutions : en
fonction des critères ci-dessus, chaque fiche correspondra à un certain nombre de points. L’indicateur correspondra à l’addition des points correspondant aux fiches
diffusées auprès des agriculteurs.
3 - L’estimation de l’adoption des bonnes pratiques par les
agriculteurs. Elle devrait être basée sur une enquête diagnostic « agro-écologique » effectuée sur un échantillon
représentatif d’agriculteurs.
4 - La résultante des 3 indicateurs précédents : l’évolution
de l’utilisation des produits phytosanitaires, mesurée par
la quantité de substances actives (QSA) vendues, ramenée à l’hectare de SAU. L’indicateur QSA/ha existe dans
les autres pays de l’UE et permettrait donc une comparaison à ce niveau.
Pour ce qui est de la culture de la betterave, l’Institut technique de la betterave (ITB) a proposé des fiches-actions
relatives au désherbage mécanique, à la localisation des herbicides sur le rang et à l’utilisation de variétés résistantes à
des maladies foliaires.
Certiphyto
La détention d’un certificat (Certiphyto) est obligatoire
pour l’achat de produits phytopharmaceutiques et leur
usage professionnel, depuis octobre 2013 pour les utilisateurs professionnels en prestation de services et depuis la
fin novembre 2015 pour les utilisateurs professionnels en
exploitation agricole. Le dispositif Certiphyto est basé sur
115
Chapitre 8
une formation et une évaluation conduisant à la délivrance
La profession agricole ainsi que le ministre de l’Agriculture
d’un certificat obtenu par validation des acquis (obtention
ont également sensibilisé les députés sur les conséquences
directe au vu des diplômes ou des certifications profession-
d’une interdiction sans dérogation.
nelles), ou par passage d’un test non lié à une formation, ou
Malgré cela, les députés ont voté ce texte. Lors du passage
après suivi d’une formation spécifique.
au Sénat en seconde lecture, l’article voté par les députés a
Pour les agriculteurs, la durée de validité du Certiphyto était
été rejeté, ce qui a conduit à reporter la décision à une com-
initialement de 10 ans ; depuis le 1er octobre 2016, elle est
mission mixte paritaire Assemblée-Sénat (7 élus de chaque
passée au même niveau que pour les prestataires de ser-
assemblée). Cette commission a échoué à trouver un accord
vices, c’est-à-dire 5 ans.
sur un des premiers articles du projet de loi, et les discussions ont été arrêtés sans que l’article relatif aux néonicotinoïdes ne soit examiné. Le texte est revenu en troisième
2. NÉONICOTINOÏDES
lecture devant l’Assemblée puis le Sénat, avant une lecture
Dans le cadre des discussions sur le projet de loi française
finale par les députés, qui ont maintenu le principe d’une
sur la biodiversité, des députés ont introduit au début 2016,
interdiction, malgré de nombreuses autres actions de sen-
avant le passage en 2 lecture, un texte visant à interdire
sibilisation des parlementaires. Le Conseil constitutionnel,
l’utilisation des néonicotinoïdes sur toutes les cultures à
saisi par plusieurs députés, a confirmé que l’article concerné
partir du 1 septembre 2018, y compris pour l’enrobage
est conforme à la Constitution.
e
er
de semences.
Avant l’examen de l’article concerné, la CGB a adressé un
L’article 125 de la Loi pour la reconquête de la biodiversité
courrier à la secrétaire d’État chargée de la biodiversité afin
interdit donc l’utilisation de produits phytopharmaceutiques
de l’alerter sur les conséquences qu’aurait une telle interdic-
contenant une ou plusieurs substances actives de la famille
tion, notamment en termes d’impact environnemental, avec
des néonicotinoïdes, et de semences traitées avec ces pro-
le retour de traitements foliaires avec des pyréthrinoïdes, et
duits, à compter du 1er septembre 2018. Des dérogations à
d’impact économique. Un argumentaire technique, rédigé
cette interdiction pourront être accordées jusqu’au 1er juil-
par l’ITB, a été joint à ce courrier. Il fait notamment ressortir
let 2020 par arrêté conjoint entre les ministres de l’Agri-
que 98 % des surfaces semées en France en 2014 compor-
culture, de l’Environnement et de la Santé. Cet arrêté sera
taient des traitements de semences contenant des néonico-
pris sur la base d’un bilan établi par l’ANSES, qui comparera
tinoïdes, particulièrement efficaces contre les pucerons vec-
les bénéfices et les risques liés aux usages de ces produits
teurs de la jaunisse virale. En cas d’arrêt de l’utilisation des
à ceux liés aux usages de produits de substitution ou aux
néonicotinoïdes, la perte de rendement au niveau national
méthodes alternatives. Ce bilan, rendu public, portera sur
est estimée à 6 %, et peut atteindre 20 % selon les régions
les impacts sur l’environnement, sur la santé publique et sur
et l’intensité de la maladie.
l’activité agricole.
116
CHAPITRE 9
LA COMMUNICATION :
UN ATOUT POUR
L’APRÈS-QUOTA
119
Chapitre 9
La communication : un atout
pour l’après-quota
1. UNE ACTUALITÉ DE BON AUGURE
POUR LE BIOÉTHANOL
© Tous droits réservés
1.1. Un Mondial de l’automobile sous le signe
de la nouveauté
120
Pour la sixième édition consécutive, la Collective du
bioéthanol était présente au Mondial de l’automobile
du 1er au 16 octobre 2016. Un stand ludique et pédagogique pour répondre notamment aux automobilistes en
quête d’informations sur le bioéthanol et ses carburants
que sont le SP95-E10 (jusqu’à 10 % de bioéthanol) et le
superéthanol E85 (jusqu’à 85 % de bioéthanol). Comment
puis-je rouler à l’E85 ? Pourquoi cela ne se développe pas
plus ? Comment puis-je trouver les stations ? Puis-je mettre
du SP95-E10 dans ma voiture ? Tant de questions qui ont
trouvé réponses sur ce stand.
L’E85 a clairement été plébiscité par les visiteurs et l’on a
pu constater un réel engouement pour ce carburant, avantageux pour le porte-monnaie et bénéfique à l’environnement, un message fort bien perçu des automobilistes ! Situé
dans le hall 3 du Salon, au milieu de constructeurs tels que
Kia, ou Honda, ou de services comme Coyotte et BlaBlacar,
le stand a connu une forte fréquentation au cours de ces
deux semaines d’exposition. Le quiz interactif mis en place,
qui permet une reconnaissance des mouvements grâce à la
technologie kinect, a été le moyen pour tous les visiteurs
de découvrir une façon de rouler plus vert et moins cher.
La Golf MultiFuel E85, exposée sur le stand du Mondial de
l’automobile, a permis de communiquer sur les nombreux
avantages économiques et environnementaux de ce véhicule. En 2015, la marque allemande a mis sur le marché une
voiture E85. La Golf de Volkswagen devient ainsi la seule
voiture à proposer tous les types de carburants et motorisations : moteurs thermiques TDI et TSI, moteur 100 % électrique avec la e-Golf, hybride rechargeable avec la Golf GTE,
bientôt GNV avec la Golf TGI, et E85 avec la Golf MultiFuel
E85. Cette dernière, déjà en vente en Suède, est désormais
disponible sur le marché français. Cette motorisation est
aussi disponible pour les modèles Golf Sportsvan et Golf SW.
Chapitre 9
© Tous droits réservés
L’homologation des boîtiers Flex Fuel E85
en perspective
Alors que la facture énergétique est une préoccupation
importante pour les Français et que la France a pris des
engagements très forts lors de la COP 21 de Paris l’an
dernier en termes de réduction des émissions de CO²,
le Superéthanol E85 s’impose de plus en plus comme
une solution crédible et disponible immédiatement. Le
Superéthanol E85 s’apprête à connaître un fort accroissement de son utilisation avec la décision récente de l’État d’engager un processus d’homologation des boîtiers Flex Fuel E85,
permettant à de nombreux véhicules essence déjà en
circulation de rouler au Superéthanol E85. Une avancée historique prévue pour le premier trimestre 2017.
Ce salon a été une excellente occasion de communiquer sur
le SP95-E10 et le superéthanol E85 sous deux angles nouveaux : la charte E10 et la future homologation des boîtiers
Flex Fuel (voir chapitre 8).
La charte E10
© Tous drois réservés
© Tous droits réservés
L’État, les professionnels de l’automobile, du motocycle et
des carburants, les associations d’automobilistes et la filière
bioéthanol se sont unis à travers une charte en faveur d’une
meilleure information sur le SP95-E10. La charte E10 a pu
être signée sur le stand du Mondial de l’automobile le 30 septembre 2016 par une grande partie des signataires. L’affichage
prévu par la règlementation sur les trappes essence et en stations-service permettra de rassurer le consommateur qui s’interroge sur la compatibilité de sa voiture, afin de combler le
manque d’information sur ce carburant qui est à la portée de
tous (présent dans 5 300 stations et compatible avec 94 %
des véhicules essence en circulation).
Les automobilistes pourront donc rouler en toute sérénité
au SP95-E10, carburant qui pèse moins lourd dans leur portefeuille : il est en moyenne 4 à 5 centimes moins cher que
le SP95 dans une même station.
(Plus d’information sur E10.fr)
121
L’utilisation et l’installation de ces boîtiers d’adaptation
ont suscité beaucoup d’intérêts et de questions chez les
visiteurs du Mondial de l’automobile. (Plus d’information
sur les sites des fabricants de boîtiers : biomotors.net ;
flexfuel-company.com).
Avec un prix défiant toute concurrence (0,71 €/L en
moyenne-septembre 2016) et un réseau de stationsservice ne cessant de s’accroître, dépassant aujourd’hui
largement le cap des 800 stations distribuant de l’E85, les
automobilistes plébiscitent ce carburant.
Chapitre 9
Des automobilistes toujours bien accompagnés
grâce aux outils numériques
2. DES ÉVÉNEMENTS MAJEURS
POUR RASSEMBLER ET FÉDÉRER
LES PLANTEURS SUR L’APRÈS-QUOTA
Depuis 2013, la Collective du bioéthanol a nettement intensifié sa communication grâce aux outils numériques permettant à chacun de retrouver facilement l’ensemble des
informations notamment : un site Internet et une application mobile afin de localiser les stations-services distribuant
du Superéthanol E85.
© Tous droits réservés
2.1. Douzième conférence de l’Association
mondiale des planteurs de betteraves
et de cannes : une ouverture sur le monde
pour l’après-quota
Un site Internet largement fréquenté
Le site en responsive design (qui s’adapte à tous les formats
d’écran) connaît une fréquentation de plus de 35 000 visiteurs par mois avec une consultation sur smartphone pour
plus de la moitié des visiteurs. À cela s’ajoute une newsletter
mensuelle pour être toujours au courant des
dernières actualités de la filière bioéthanol.
Plus de 830 stations-service distribuent de
l’E85. L’application « Mes stations E85 », disponible sur Android et iOS, est devenu l’outil
indispensable des petits malins qui roulent
à l’E85 ! Sa nouvelle version, sortie à l’occasion du Mondial de l’automobile, est plus élaborée, avec notamment l’information sur les
prix du E85 en station et la géolocalisation
région par région. Ce ne sont pas moins de
5 000 utilisateurs qui ont téléchargé l’application sur leur smartphone et mettent à jour
les ouvertures des stations E85 en temps réel
dans un réel esprit de communauté.
© Tous droits réservés
« Mes stations E85 » : une application
pratique et mobile pour faire son plein !
122
En mai 2016, la France et la CGB ont accueilli à Versailles le
12e congrès de l’Association mondiale des planteurs de betteraves et de cannes à sucre qui rassemble plus de 5 millions
de planteurs de cannes et 650 000 planteurs de betteraves,
sur les cinq continents, dans un seul forum. Elle est présente
dans plus de 30 pays produisant 60 % du sucre mondial. A
Versailles, ce sont près de 200 betteraviers et canniers venus
du monde entier, qui se sont réunis à cette occasion. Des
délégués internationaux ont participé à cet événement qui
offre aux planteurs de betteraves et de canne à sucre la possibilité de relever et d’étudier les défis et les opportunités
du secteur sucrier. Cet événement majeur de la filière, qui
intervient tous les ans alternativement dans un pays betteravier et dans un pays cannier, a été l’occasion d’aborder des
sujets internationaux et majeurs concernant la filière sucre
et éthanol, pour se préparer à la fin des quotas sucre et à
ses conséquences et ainsi faire le point sur les débouchés
de la betterave à l’export.
Chapitre 9
2.2. Betteravenir, optimiser l’itinéraire
technique et le coût de production
voir Miss Better présenter ses débouchés sucre et bioéthanol,
notamment au Salon de l’Agriculture. Présente à nouveau
dans le hall « Cultures et filières végétales », au sein de
l’Odyssée Végétale, vitrine des cultures et de leurs produits
finis, à travers le thème « Le Végétal, c’est vital ».
La Foire de Châlons est un autre événement annuel incontournable du monde agricole. Chaque année, les syndicats
betteraviers de la Marne, de l’Aube, de l’Yonne et de l’Aisne
sont présents pour mieux faire connaître les débouchés de
la betterave au grand public et profiter de ce moment pour
échanger avec leurs planteurs. Le personnage de Miss Better
était là aussi présent pour rencontrer le public marnais.
Miss Better est aussi présente dans la communication des betteraviers à travers d’autres événements en régions tels que
Terres en fêtes dans le Nord‑Pas-de-Calais, la Fête du bœuf en
Normandie ou encore le Festival de la terre en Ile-de-France.
Alors que la fin des quotas approche et que les contraintes
environnementales se complexifient, les représentants de
l’ensemble de la filière betterave-sucre se sont mobilisés à
Betteravenir les 26 et 27 octobre 2016, à Moyvillers, dans
l’Oise, pour présenter des solutions concrètes pour l’avenir. Plus de 160 exposants présents pour mettre en avant
les innovations et recherches de pointe dans les domaines
du machinisme, des semences, des engrais et produits de
protection, ou encore de l’agronomie et du numérique. A
noter : un stand dédié au programme de recherche génomique AKER. Le point fort de Betteravenir, ce sont évidemment les démonstrations dynamiques des arracheuses de
betteraves. Cette année, 13 chantiers de récolte ont été
présentés par les constructeurs.
© Tous droits réservés
3.2. Les réseaux sociaux
comme canal de proximité
La betterave sucrière continue son chemin sur le web avec
deux réseaux incontournables que sont Facebook et Twitter.
La page Facebook de Miss Better a connu dès son ouverture
en 2012 une montée en puissance immédiate du nombre de
fans. Cinq ans après et plus de 160 000 internautes fidèles
plus tard, cette page est animée avec en moyenne 3 à 4 posts
À cette occasion, sur le stand de la CGB, les planteurs de tous
horizons ont pu échanger avec les permanents des syndicats betteraviers sur les perspectives de l’après-quota. Un
moment privilégié pour expliquer comment toute une filière
se met en ordre de marche pour affronter les nouveaux marchés et mettre l’accent sur la maîtrise des coûts de production, capitale pour les exploitations betteravières.
3. PÉDAGOGIE ET PROXIMITÉ
VERS LE GRAND PUBLIC
L’agriculture, qui traverse une crise importante, doit plus
que jamais montrer ses atouts aux citoyens, consommateurs de ses produits, et valoriser l’image de son savoir-faire
et de ses agriculteurs. Pour cela, la présence sur le terrain à
la rencontre du public est indispensable. Aujourd’hui, cette
rencontre va bien plus loin et se prolonge au quotidien grâce
notamment aux réseaux sociaux.
© Tous droits réservés
3.1. Une présence forte de la betterave
aux événements nationaux et régionaux
A travers Miss Better, son égérie, la filière betteravière continue de communiquer tout au long de l’année lors des temps
forts agricoles, que ce soit à Paris ou en région. Ainsi, on peut
123
Chapitre 9
par semaine. L’actualité de Miss Better est fonction du calendrier, des événements et des temps forts dans l’année. Miss
Better a réussi à se créer une réelle communauté de fans
sur Facebook et un fort capital sympathie. L’accent est mis
sur des contenus à visée pédagogique pour faire découvrir
toutes les facettes de la culture betteravière et de ses débouchés. Les nombreux supporters semblent apprécier ces informations et le prouvent avec de nombreux témoignages d’affection de fans très engagés et actifs sur sa page.
formation pour les élus de son Conseil d’Administration.
Ainsi, une majorité des administrateurs de la CGB a déjà
suivi ces formations d’initiation à ce média de plus en plus
présent dans le monde agricole.
3.3. Promouvoir l’agriculture et ses atouts
auprès des citoyens
Dans le cadre de la communication auprès du grand public,
la CGB est engagée auprès du collectif #Agridemain. C’est
le premier mouvement rassemblant les principales organisations professionnelles du secteur agricole autour d’une
vision commune de l’agriculture.
En donnant la parole aux agriculteurs et à tous ceux qui participent à la production agricole, l’ambition d’#Agridemain
est de raconter l’histoire de cette agriculture sans artifice,
empreinte de réalisme, avec ses atouts et ses défis. Le mouvement #Agridemain est très présent sur Twitter notamment mais privilégie aussi le contact direct et la proximité
avec les citoyens en organisant des événements tels que la
Fête des moissons. agridemain.fr
Forte de sa communauté créée sur Facebook, Miss
Better a pris le chemin de Twitter ; ce sont aujourd’hui
plus de 1 000 followers qui suivent l’actualité de la betterave sucrière, aussi bien nationale que régionale, sur
ce réseau social prisé des journalistes, des personnalités
politiques mais également des agriculteurs. Pour devenir
follower : @_MissBetter
Afin de mieux faire comprendre les enjeux et les usages
de Twitter, et aussi de suivre avec attention le compte de
Miss Better, la CGB organise régulièrement des sessions de
124
STATISTIQUES
127
Statistiques
Statistiques
1. LA PRODUCTION BETTERAVIÈRE FRANÇAISE ET EUROPÉENNE
1.1. En France
Surface
Rendement betteravier
Tonnage de betteraves
récoltées
Ha
T à 16 °/ ha (1)
T à 16 °
2000-2001
402 093
77,0
30 935 286
2001-2002
431 070
62,5
26 929 486
2002-2003
445 132
77,5
34 480 503
2003-2004
400 711
74,2
29 724 938
2004-2005
385 992
80,5
31 072 470
2005-2006
380 876
83,7
31 869 311
2006-2007
378 480
78,7
29 776 032
2007-2008
392 669
83,7
32 887 763
2008-2009
349 421
87,0
30 393 631
2009-2010
372 200
94,4
35 133 170
2010-2011
380 739
83,9
31 953 539
2011-2012
390 444
96,8
37 799 167
2012-2013
386 141
85,8
33 117 521
2013-2014
392 938
85,1
33 439 023
2014-2015
405 345
93,0
37 709 245
2015-2016
381 889
87,8
33 523 218
2016-2017 (Provisoire)
400 467
87,0
34 840 629
Rendement à 16 ° obtenu à partir du rendement à la richesse réelle par la formule de conversion R16 = (R à la richesse réelle) x (richesse réelle – 3)/13 ;
cette formule surestime le rendement à 16 ° de 2 à 4 t/ha selon le niveau de richesse.
1
Betteraves hors quota
En Mt à
16 °
Betteraves
livrées
Betteraves
du quota
Report
Requalifiées
Industries
fermentation
et chimie
Exportation
marché
mondial
TAF*
Éthanol
Alcool
2000-2001
30,9
22,3
-
-
0
5,9
1,2
1,5
2001-2002
26,9
22,9
-
-
0
1,3
1,2
1,5
2002-2003
34,5
21,3
-
-
0
10,4
1,2
1,6
2003-2004
29,8
22,5
-
-
0
4,4
1,2
1,7
2004-2005
31,1
22,9
-
-
0
5,4
1,2
1,6
2005-2006
31,9
19,7
-
-
0
9,2
1,2
1,8
2006-2007
29,8
21,4
-
0
2,0
0,4
2,5
3,5
2007-2008
32,9
21,5
-
0
2,6
0,3
2,7
5,8
2008-2009
30,4
20,2
-
0
1,6
1,6
3,2
3,8
2009-2010
35,1
20,3
-
0
1,6
4,2
2010-2011
32,0
20,4
-
1,1
1,7
1,8
2011-2012
37,8
20,4
-
1,0
2,8
4,1
1,9
7,6
2012-2013
33,4
20,4
-
0,8
2,0
1,9
1,7
6,6
2013-2014
33,5
20,4
-
0
2,1
2,1
2,2
6,8
2014-2015
37,7
20,4
0,2
0
2,1
1,9
1,8
11,3
2015-2016
(Provisoire)
33,5
20,4
0
2,0
2,6
2,1
6,4
*TAF = Travail à façon.
1,2
3,5
4,3
3
4
Source : CGB, FranceAgriMer, Autres.
128
Statistiques
1.2. Dans l’Union européenne
Surface betteravière*
Rendement betteravier
Récolte betteravière**
En 1 000 ha
En t de betteraves à 16°/ha
En 1 000 t de betteraves
à la richesse
2000-2001
1 801
63,70
106 889
2001-2002
1 785
56,82
97 168
2002-2003
1 825
63,64
110 573
2003-2004
1 696
61,49
93 510
2004-2005
2 126
64,05
124 980
2005-2006
2 120
65,20
125 778
2006-2007
1 709
62,85
101 236
2007-2008
1 620
67,88
100 790
2008-2009
1 382
70,88
88 117
2009-2010
1 461
76,48
99 128
2010-2011
1 426
68,29
91 019
2011-2012
1 438
76,64
98 517
2012-2013
1 445
74,10
97 089
2013-2014
1 415
72,84
95 380
2014-2015
1 406
85,08
113 577
2015-2016 (Provisoire)
1 322
76,40
90 900
Source : CIBE.
*Surfaces dédiées à la production d’alcool/éthanol non incluses pour la République tchèque et France.
** Inclues les betteraves dédiées à la production d’alcool/éthanol).
UE 15 jusqu’en 2003-2004, UE 25 de 2004-2005 à 2006-2007, UE 27 à partir de 2007-2008, UE 28 depuis 2013-2014.
2. LA PRODUCTION DE PULPES DE BETTERAVES
2.1. En France
Production 2015-2016 (en tonnes)
Tonnage
de matière sèche
Tonnage brut
% de la production globale
de matière sèche
Pulpe déshydratée (à 88,0 % de matière sèche)
1 094 146
962 247
66,7 %
Pulpe surpressée (à 28,0 % de matière sèche)
1 699 889
475 843
33,0 %
46 435
4 569
0,3 %
1 442 659
100 %
Pulpe humide (à 9,8 % de matière sèche)
Sources : USICA, ARTB.
La production de matière sèche pulpe 2015-2016 est en
diminution d’environ 15 % par rapport à la campagne précédente, en relation avec la baisse à la fois des surfaces et
des rendements betteraviers.
Production de pulpe humide par entreprise
Groupe
Le secteur de la pulpe présente deux aspects opposés en
termes de répartition de la production par entreprise :
• la pulpe humide, gérée par les Commissions mixtes
d’usines, est produite par les groupes sucriers, avant d’être
surpressée puis éventuellement déshydratée ;
Part de la production
nationale (en %)
Cristal Union
43 %
Tereos
42 %
Saint Louis Sucre
15 %
Autres
< 1 %
100 %
129
Statistiques
2.2. Dans l’Union européenne
• la pulpe surpressée et la pulpe déshydratée sont fréquemment produites par des sociétés différentes des groupes
sucriers (SICA, coopératives de déshydratation). La production est donc moins concentrée que pour la pulpe humide.
Les ateliers de transformation de la pulpe sont :
• soit contrôlés directement par une société sucrière,
• soit gérés par les planteurs au travers de SICA,
• soit gérés par les planteurs au travers de coopératives
de déshydratation.
Production
2014-2015
(en tonnes)
Pulpes
déshydratées
Pulpes
surpressées
Tonnage
brut
Tonnage
de matière
sèche
Part de la
production
française
de matière
sèche (en %)
4 017 604
3 579 619
32 %
10 598 254
2 554 061
21 %
248 715
30 864
20 %
6 164 544
28 %
Pulpes
humides
Production de pulpe surpressée par entreprise
Catégorie de société
SICA
Total
Source : CIBE.
Pulpes surpressées
destinées à l’ensilage
en 2015-2016 (en tonnes)
253 863
Coopératives de
déshydratation
Sucreries coopératives
1. Tereos
2. Cristal Union
Sucreries non coopératives
1. Saint Louis Sucre
2. Société Lesaffre
Total
Production de pulpes déshydratées par pays
dans l’union européenne
(tonnages bruts, campagne 2014-2015, estimations)
40 000
1 229 085
809 712
419 373
Pays
176 941
136 856
40 085
1 699 889
Le tonnage de pulpes surpressées destinées à l’ensilage
affiche une baisse de l’ordre de 10 % par rapport à la campagne 2014-2015.
Catégorie de société
1 320 436
32,9 %
Allemagne
1 170 522
29,1 %
Royaume-Uni
390 811
9,7 %
République tchèque
315 223
7,8 %
Autriche
210 300
5,2 %
Espagne
176 240
4,4 %
Pologne
150 000
3,7 %
Danemark
114 574
2,9 %
51 400
1,3 %
Autres pays
118 098
2,9 %
Total UE à 27
4 017 604
100,0 %
Source : CIBE.
Pulpes déshydratées
en 2015-2016 (en tonnes)
SICA
184 086
Coopératives de déshydratation
269 828
Sucreries coopératives
1. Tereos
2. Cristal Union
522 336
383 193
139 143
Sucreries non coopératives
1. Saint Louis Sucre
2. Société Lesaffre
117 896
96 896
21 000
Total
% De la
production
européenne
France
Suède
Production de pulpe déshydratée par entreprise
Tonnages bruts
1 094 146
© M.Gibert / Cedus
La production de pulpes déshydratées en 2015 diminue de
17 % par rapport à la campagne précédente.
130
Statistiques
3. L’INDUSTRIE SUCRIÈRE
3.1. L’industrie sucrière française
Place de l’industrie sucrière métropolitaine dans l’industrie agroalimentaire (IAA)
Place du secteur « Fabrication de sucre » dans les IAA*
Ensemble des industries
agroalimentaires
Fabrication de sucre
Fabrication de sucre
(% de l’ensemble des IAA)
Effectif équivalent temps plein
678 524
4 315
0,6
CA hors taxes
372 254
2 640
0,7
15 335
463
3,0
EBE
Source : Esane 2013, Insee - traitements SSP (résultats définitifs).
*IAA : Industrie agroalientaire.
Excédent brut d'exploitation (en % du CA)
Chiffre d'affaires hors taxes - indice 100 en 2009
140
20
120
15
100
80
10
60
40
05
20
0
2009
2010
2011
2012
00
2013
2009
2010
2011
2012
Fabrication de sucre
Fabrication de sucre
Ensemble des entreprises agroalimentaires
Ensemble des entreprises agroalimentaires
Résultat courant (en % du CA)
2013
Effectif salarié en équivalent temps plein - indice 100 en 2009
14
140
120
100
80
60
40
20
0
12
10
08
06
04
02
00
2009
2010
2011
2012
2009
2013
2010
2011
2012
Fabrication de sucre
Fabrication de sucre
Ensemble des entreprises agroalimentaires
Ensemble des entreprises agroalimentaires
2013
Investissements corporels - indice 100 en 2009
Investissements (financiers ; incorporels ; corporels) indice 100 en 2009
250
400
350
300
250
200
150
100
50
0
200
150
100
50
2009
2010
2011
2012
0
2013
2009
2010
2011
2012
Fabrication de sucre
Fabrication de sucre
Ensemble des entreprises agroalimentaires
Ensemble des entreprises agroalimentaires
2013
Source : Esane 2013, Insee - traitements SSP (résultats définitifs).
131
Statistiques
Répartition des quotas entre entreprises sucrières
et implantations
Capacité journalière de râpage des betteraves
Campagne 2015-2016
Répartition du quota national
Sucrerie distillerie
de Souppes Ouvré et Fils
Lesaffre Frères SA
2,4 %
1,8 %
Sucrerie de :
- moins de 10 000 t/j
1 usine
1 usine
- 10 000 À 15 000 t/j
Saint Louis
Sucre SA
4 usines
Capacité
globale
Pourcentage
6
42 800
12
9
100 600
28
Tereos
- plus de 15 000 t/j
10
199 600
57
9 usines
Total
25
353 000
100
40,4 %
20,4 %
Nombre
d’usines
Capacité moyenne (t/j)
14 120
Source : ARTB.
3 groupes
privés
35,0 %
24,6 %
3.2. L’industrie sucrière européenne
2 groupes
coopératifs
Cristal Union
75,4 %
10 usines
Les 10 premières sociétés sucrières européennes
en termes de quota global – 2015-2016
(en % du quota de l’Union européenne à 27, y compris DOM)
Pays
Quota
global %
Allemagne/Belgique/
France/Pologne/Autriche/
République tchèque/
Slovaquie/Hongrie/
Roumanie
25,2
Allemagne/Pologne/
Slovaquie/Danemark/
Finlande/Suède/Lituanie
15,3
France/ République
tchèque/ Roumanie
11,1
Royaume-Uni/Espagne
11,0
France
8,1
Pfeifer & Langen
Allemagne/Pologne/
Roumanie
7,8
Royal Cosun
Pays-Bas/Allemagne
7,0
Pologne
4,2
Italie
2,2
Implantation des sucreries en France en 2016
Sociétés
Südzucker
+ Raffinerie
Tirlemontoise
+ Saint Louis Sucre
+Agrana
Lillers
Attin Boiry
Escaudoeuvres
Ste-Emilie
Eppeville
Origny
Fontaine Roye
le-Dun
Chevrières Bucy
Bazancourt
Cagny Etrépagny
Sillery
Nangis
Nordzucker +
Danisco
Connantre
Erstein
Souppes Arcis
Pithiviers
Artenay
Corbeilles
Toury
Tereos
Sociétés à capitaux privés
British Sugar PLC
Saint Louis Sucre
Sociétés indépendantes
Cristal Union +
Vermandoise
Coopératives ou sociétés
à capitaux planteurs
Tereos
Cristal Union
Bourdon
Sucrerie
Sucrerie - Distillerie
Krajowa Spolka
Cukrona (KSC)
Co,Pro,B,
Durées de campagne
Iscal Sugar
Durée de campagne
Part des quotas nationaux rattachés aux 3 premiers groupes
-86
85
19
-91
90
19
-96
95
19
-01
00
20
-06
05
20
-11
10
20
-16
15
20
de
rè
ce
an
G
nl
e
ar
k
Une société nationale
* en % du quota de la métropole
132
R
U
Su
è
Pa de
ys
-B
Be as
lg
iq
Es ue
pa
gn
e
Al Ital
ie
le
m
ag
ne
Fr
an
ce
*
-81
80
19
0
D
-76
75
19
20
Au
50
40
Fi
60
96
60
ch
70
96
80
tri
80
100
em
% du quota national 2015-2016
90
an
Nombre de jours
100
-71
6,6
100,0
Source CIBE.
110
70
1,5
93,4
Autres
Total
120
19
Belgique
10Epremiers groupes
Deux sociétés nationales
Les 3 premiers groupes
Statistiques
4. LE MARCHÉ DU SUCRE
4.1. Le sucre dans le monde
Les données statistiques sont exprimées le plus souvent en équivalent (éq.) sucre brut.
Le taux de conversion utilisé est : 1 tonne sucre brut = 0,92 tonne sucre blanc.
Évolution de la production mondiale de sucre
(en millions de tonnes équivalent sucre brut – oct./sept.)
Production de sucre
1995-1996
Dont sucre
de betteraves (en %)
125,84
1996-1997
Évolution de la consommation mondiale de sucre
(en millions de tonnes équivalent sucre brut – oct./sept.)
123,83
Consommation
29,8
1995-1996
117,77
30,6
1996-1997
121,12
123,60
1997-1998
127,12
30,3
1997-1998
1998-1999
133,45
27,7
1998-1999
125,64
27,9
1999-2000
130,12
131,45
1999-2000
134,33
2000-2001
132,99
27,5
2000-2001
2001-2002
138,29
23,9
2001-2002
134,91
24,6
2002-2003
140,00
141,91
2002-2003
150,48
2003-2004
143,84
23,8
2003-2004
2004-2005
141,01
26,5
2004-2005
145,22
26,1
2005-2006
147,59
153,82
2005-2006
151,06
2006-2007
166,39
21,8
2006-2007
2007-2008
166,50
20,5
2007-2008
160,99
161,86
2008-2009
151,60
21,6
2008-2009
2009-2010
158,44
22,4
2009-2010
162,42
2010-2011
165,17
19,6
2010-2011
162,66
168,18
2011-2012
174,27
22,7
2011-2012
2012-2013
184,18
20,7
2012-2013
171,71
2013-2014
181,35
19,5
2013-2014
175,78
178,77
180,96
2014-2015
181,27
21,5
2014-2015
2015-2016
173,66
20,6
2015-2016
Source : F.O. Licht – World Sugar Balances 2016-2017 (1re estimation).
Source : F.O. Licht – World Sugar Balances 2016-2017 (1re estimation).
Les 10 principaux producteurs de sucre (en milliers de tonnes éq. sucre brut – oct./sept.)
20052006
20062007
20072008
20082009
20092010
20102011
20112012
20122013
20132014
20142015
20152016
Brésil
32 637
32 635
30 755
36 198
41 135
38 725
35 290
41 162
39 533
34 706
39 501
Inde
20 942
30 766
28 649
15 799
20 547
26 509
28 632
27 332
26 580
30 616
27 200
UE (*)
20 971
17 312
16 919
15 586
17 519
15 902
19 072
17 419
17 110
19 181
14 967
Thaïlande
5 076
7 007
8 059
7 521
7 130
9 919
10 568
10 346
11 677
11 579
10 024
Chine
9 581
13 038
16 130
13 512
11 672
11 363
12 519
14 205
14 476
11 474
9 458
États-Unis
6 714
7 661
7 394
6 833
7 233
7 093
7 704
8 147
7 666
7 836
8 097
Mexique
5 502
5 547
5 758
5 177
5 034
5 395
5 258
7 265
6 271
6 234
6 372
Russie
2 826
3 529
3 457
3 812
3 430
3 289
5 429
5 115
4 778
4 928
5 663
Pakistan
2 823
3 835
5 159
3 467
3 410
4 493
5 077
5 504
6 103
5 618
5 555
Australie
5 293
4 825
4 831
5 313
3 502
3 740
3 621
5 037
4 060
5 168
5 128
112 365
108 843
127 111
113 218
120 612
126 428
133 170
141 532
138 254
137 340
131 965
74,4 %
65,4 %
76,3 %
74,7 %
76,1 %
76,5 %
76,4 %
76,8 %
76,2 %
75,8 %
76,0 %
10Ppremiers
producteurs
% production
mondiale
(*) Hors débouchés alcool/éthanol
Source : F.O. Licht – World Sugar Balances 2016-2017 (1re estimation).
133
Statistiques
Les 10 principaux consommateurs de sucre (en milliers de tonnes éq. sucre brut – oct./sept.)
20052006
20062007
20072008
20082009
20092010
20102011
20112012
20122013
20132014
20142015
20152016
Inde
20 109
21 630
23 804
24 904
23 183
22 575
24 568
24 751
26 295
27 842
27 826
UE (*)
18 770
18 707
18 882
18 578
18 814
19 242
19 026
19 171
19 261
19 241
19 294
Chine
11 630
13 587
14 975
15 059
14 935
14 730
15 300
15 760
16 150
16 600
17 100
Brésil
11 010
11 593
12 139
12 381
12 467
12 457
12 462
12 521
12 411
12 139
12 000
États-Unis
9 304
9 256
9 711
9 624
10 075
10 379
10 205
10 661
11 109
10 903
11 027
Indonésie
4 363
4 774
5 180
5 354
5 529
5 580
5 680
5 983
6 327
6 554
6 783
Russie
6 355
6 335
6 175
5 945
5 896
5 861
5 869
5 865
5 870
5 880
5 978
Pakistan
4 180
4 302
4 671
3 943
4 550
4 452
4 766
4 804
4 904
5 000
5 125
Mexique
5 349
5 459
5 107
5 005
4 733
4 314
4 480
4 647
4 472
4 796
4 894
Egypte
2 558
2 616
2 771
2 726
2 917
3 109
3 233
3 336
3 393
3 486
3 629
10Ppremiers
consommateurs
112 365
108 843
103 415
103 519
103 099
102 699
105 589
107 499
110 192
112 441
113 656
% consommation
mondiale
65,2 %
62,0 %
56,3 %
64,0 %
63,5 %
63,1 %
62,8 %
62,6 %
62,7 %
62,9 %
62,8 %
(*) Hors débouchés alcool/éthanol
Source : F.O. Licht – World Sugar Balances 2016-2017 (1re estimation).
Évolution des échanges mondiaux de sucre et des stocks de fin de campagne (en millions de tonnes éq. sucre brut – oct./sept.)
Importations
Exportations
Stocks de fin de campagne
(en % de la consommation de la campagne concernée)
1995-1996
38,99
39,27
39,4
1996-1997
38,24
40,38
37,3
1997-1998
39,79
42,07
39,0
1998-1999
42,03
44,69
44,0
1999-2000
41,17
42,34
45,7
2000-2001
44,05
45,30
45,5
2001-2002
45,05
48,68
43,8
2002-2003
48,53
49,66
49,1
2003-2004
49,28
52,16
47,7
2004-2005
50,85
53,55
42,3
2005-2006
54,82
55,52
41,9
2006-2007
52,09
56,11
45,8
2007-2008
51,88
56,34
44,4
2008-2009
54,95
56,08
37,1
2009-2010
62,67
62,65
34,5
2010-2011
60,02
61,24
35,3
2011-2012
60,87
60,45
38,0
2012-2013
64,38
66,78
43,0
2013-2014
63,98
64,70
44,8
2014-2015
64,09
65,12
44,9
2015-2016
64,08
70,52
38,9
Les données d’importation et d’exportation incluent les échanges intracommunautaires.
Source : F.O. Licht – World Sugar Balances 2016-2017 (1re estimation)
134
Statistiques
Les 10 principaux exportateurs de sucre (en milliers de tonnes éq. sucre brut – oct./sept.) Brésil
20052006
20062007
20072008
20082009
20092010
20102011
20112012
20122013
20132014
20142015
20152016
16 866
21 528
18 853
23 978
27 423
27 067
22 053
29 667
24 727
23 705
29 004
Thaïlande
2 128
4 563
4 927
4 987
5 642
6 125
7 260
6 098
6 457
8 071
8 080
Australie
3 865
3 822
3 338
3 340
4 011
2 110
2 571
3 094
3 283
3 700
3 875
Inde
1 465
2 657
6 096
226
227
3 165
3 793
1 087
2 742
2 608
3 700
Émirats
arabes unis
1 666
1 601
1 713
1 801
1 779
1 557
1 815
1 900
1 979
1 843
2 115
Guatemala
1 552
1 316
1 189
1 474
1 901
1 394
1 662
2 009
1 854
2 488
2 091
873
178
704
1 265
750
1 571
1 004
2 238
2 629
1 514
1 573
8 310
2 350
1 593
1 067
2 384
819
2 260
1 526
1 539
1 597
1 539
Cuba
728
796
879
784
37
552
806
787
996
1 100
800
Colombie
892
955
634
671
1 023
790
927
548
912
845
659
Swaziland**
631
620
622
611
578
618
653
648
657
686
588
Ile Maurice**
542
450
458
471
398
491
385
438
466
440
525
7
287
380
250
100
4
254
1 186
836
765
350
38 345
39 766
39 926
39 593
45 177
45 150
44 151
48 954
47 118
47 471
53 436
75,0 %
76,2 %
78,6 %
78,6 %
80,2 %
82,0 %
81,1 %
79,8 %
79,3 %
80,4 %
82,0 %
Mexique
Union
européenne*
Pakistan**
10Ppremiers
exportateurs
% exportations
mondiales ***
* Hors échanges intracommunautaires et hors sucres inclus dans les produits transformés européens - exportations de sucre quota et hors-quota,
converties en équivalent sucre brut.
** Le pays n’est pas parmi les dix premiers exportateurs en 2015-2016.
*** Exportations mondiales hors échanges intracommunautaires européens et hors sucres inclus dans les produits transformés européens, sur la
base des 10 pays les plus importateurs en 2014-2015.
Source : F.O. Licht – World Sugar Balances 2016-2017 (1re estimation), FranceAgriMer (Juin 2016).
Les 10 principaux importateurs de sucre (en milliers de tonnes éq. sucre brut – oct./sept.)
20052006
20062007
20072008
20082009
20092010
Chine
1 205
Indonésie
1 636
1 427
952
1 047
2 776
1 895
2 392
Union
européenne*
2 422
2 504
2 855
États-Unis
3 167
1 937
Emirats
Arabes Unis
1 815
Bangladesh
20102011
20112012
20122013
20132014
20142015
20152016
1 493
2 096
4 293
3 688
4 054
5 341
5 800
3 155
3 137
2 851
4 271
3 803
3 196
3 902
3 340
2 670
3 919
3 758
3 931
3 428
3 073
3 343
2 383
2 794
3 002
3 311
3 357
2 972
3 257
3 326
3 100
1 775
1 900
2 006
1 987
1 863
2 115
2 278
2 514
1 996
2 250
900
1 105
1 600
1 300
1 550
1 500
1 741
1 679
1 845
2 380
2 100
Malaisie
1 377
1 749
1 412
1 499
1 671
1 718
1 933
1 924
2 005
2 011
2 070
Algérie
1 130
1 110
1 101
1 177
1 376
1 435
1 523
1 945
1 830
1 921
2 043
37
1
-
2 506
4 890
832
231
1 720
1 349
1 302
2 000
Inde
Corée du Sud
1 554
1 486
1 602
1 648
1 626
1 677
1 702
1 886
1 883
1 898
1 936
Nigéria**
1 382
1 260
1 467
1 378
1 398
1 493
1 546
1 638
1 603
1 646
1 696
Arabie
Saoudite**
1 257
1 288
1 602
1 423
1 378
1 389
1 476
1 561
1 552
1 476
1 556
Egypte **
1 033
824
1 173
1 034
1 128
1 291
1 658
1 336
1 389
1 490
1 349
16 588
17 129
15 700
19 709
23 420
21 488
23 504
26 294
25 968
26 444
28 544
10Ppremiers
importateurs
% importations
mondiales***
35,0 %
36,9 %
33,9 %
40,1 %
41,7 %
39,7 %
42,8 %
45,0 %
44,8 %
45,8 %
46,0 %
* Hors échanges intracommunautaires et hors sucres inclus dans les produits transformés européens - importations de sucre quota et hors-quota,
converties en équivalent sucre brut.
** Le pays n’est pas parmi les dix premiers importateurs en 2015-2016.
*** Importations mondiales hors échanges intracommunautaires européens et hors sucres inclus dans les produits transformés européens, sur la base
des 10 pays les plus importateurs en 2014-2015.
Source : F.O. Licht – World Sugar Balances 2016-2017 (1re estimation), FranceAgriMer (Juin 2016).
135
Statistiques
Prix mondial du sucre roux depuis
1989 (terme proche)
(essentiellement en France), n’est réglementairement plus
comptabilisé comme sucre.
Les données inclues dans cette partie sont en sucre blanc.
Prix mondial du sucre roux sur le terme proche depuis 1989
(contrat #11 à New-York)
Production de l’UE à 28 au sens de l’OCM sucre
(en millions de tonnes sucre blanc)
35
30
25
UE à 27/28*
cts/lb
20
15
2006-2007
17,52
5
2007-2008
17,62
0
2008-2009
15,95
2009-2010
17,92
2010-2011
15,99
2011-2012
18,89
2012-2013
18,17
2013-2014
17,41
2014-2015
20,07
2015-2016
17,54
6
3
v.1
ja
n
0
v.1
ja
n
7
v.1
ja
n
4
v.0
ja
n
1
v.0
ja
n
8
v.0
ja
n
5
v.9
ja
n
2
v.9
ja
n
v.9
ja
n
ja
n
v.8
9
10
Source : CGB.
4.2. Le sucre dans l’Union européenne
La production européenne de sucre
Depuis 2006-2007, la définition du sucre a changé dans
l’OCM Sucre, Le sucre contenu dans des jus de betteraves (jus vert) qui servent à produire de l’éthanol et
de l’alcool durant la campagne de fabrication du sucre
* Production incluant le report d’une campagne sur l’autre. La production de la Croatie, est incluse à partir de la campagne 2013-2014 (adhésion de la Croatie au 1er juillet 2013).
Source : FranceAgriMer.
Production de l’UE à 27/28* (en milliers de tonnes sucre blanc)
Production
Allemagne
20062007
20072008
20082009
20092010
20102011
20112012
20122013
20132014
20142015
20152016
3 319
3 958
3 817
4 349
3 698
4 366
4 422
3 824
4 683
3 863
Autriche
425
383
424
387
444
547
469
484
392
411
Belgique
881
873
783
892
755
881
796
817
883
837
Bulgarie
0
4
0
0
0
0
0
0
0
0
Croatie
Danemark
Espagne
Finlande
France
-
-
-
-
-
-
-
193
360
194
385
385
397
446
459
519
480
471
507
375
1 252
763
631
558
540
622
556
483
608
643
150
114
81
88
86
98
150
116
138
131
4 446
4 751
4 423
4 952
4 507
5 203
4 733
4 593
5 078
4 795
Grèce
185
78
157
172
155
159
159
160
195
157
Hongrie
393
272
107
125
121
122
112
116
140
129
Italie
878
861
524
524
571
556
589
572
757
675
Lettonie
60
0
0
0
0
0
0
0
0
0
Lituanie
97
125
78
113
92
152
190
172
184
134
Pays-Bas
905
899
920
994
893
998
983
948
1 114
954
Portugal
48
15
1
1
1
2
0
2
0
0
Pologne
1 705
1 948
1 348
1 646
1 466
1 911
1 872
1 761
2 031
1 745
480
362
426
482
463
616
575
542
617
521
0
95
113
147
127
146
259
263
235
154
Rep. tchèque
Roumanie
Royaume-Uni
1 314
1 239
1 261
1 466
1 141
1 343
1 223
1 277
1 536
1 244
Slovaquie
222
140
116
164
141
233
229
219
206
232
Slovénie
43
0
0
0
0
0
0
0
0
0
Suède
Total UE**
314
354
344
411
335
420
373
392
408
341
17 519
17 620
15 949
17 918
15 994
18 893
18 168
17 406
20 074
17 536
* Production incluant le report d’une campagne sur l’autre. ** UE 28 à partir de la campagne 2012-2013 (adhésion de la Croatie au 1er juillet 2013).
136
Source : FranceAgriMer.
Statistiques
La consommation européenne de sucre
Total UE à 28
2006-2007
17,21
2007-2008
17,37
2008-2009
17,09
2009-2010
17,31
2010-2011
17,70
2011-2012
17,50
2012-2013
17,64
2013-2014
17,72
2014-2015
17,70
2015-2016
17,75
© Tous droits réservés
Consommation de sucre alimentaire et non alimentaire
de l’UE à 28 hors alcool et éthanol
(en millions de tonnes sucre blanc)
Source : F.O. Licht – World Sugar Balances 2014-2015 (4e estimation),
converti en sucre blanc (*0,92).
Consommation de sucre alimentaire et non alimentaire de l’UE à 28, hors alcool et éthanol (en milliers de tonnes sucre blanc)
20072008
Allemagne
20082009
20092010
20102011
20112012
20122013
20132014
20142015
20152016
3 353
3 151
3 234
3 451
3 077
2 925
2 900
3 051
3 069
Autriche
388
409
419
423
435
423
423
423
423
Belgique
564
564
564
566
566
567
570
575
575
Bulgarie
211
201
187
172
177
188
179
180
193
Danemark
246
247
247
248
276
294
294
294
294
Espagne
1 265
1 282
1 337
1 381
1 386
1 411
1 492
1 502
1 509
Finlande
184
179
175
170
176
175
176
176
175
2 274
2 215
2 299
2 258
2 276
2 505
2 625
2 443
2 470
Grèce
308
307
306
305
310
312
309
310
313
Hongrie
308
307
307
297
280
271
264
246
258
Irlande
155
155
155
155
156
155
155
147
147
1 669
1 665
1 680
1 770
1 844
1 868
1 868
1 872
1 872
810
805
828
860
859
860
860
860
860
Pologne
1 535
1 516
1 496
1 513
1 554
1 545
1 542
1 555
1 555
Portugal
258
237
223
224
229
230
230
229
229
R. Thèque
441
431
369
379
394
371
350
359
360
France
Italie
Pays-Bas
Roumanie
518
519
510
505
495
478
471
492
492
1 886
1 914
1 969
1 992
2 015
2 015
2 010
2 010
1 978
Slovaquie
165
163
165
164
164
166
165
164
164
Suède
322
320
319
319
322
325
347
327
327
Autres
513
505
522
549
514
555
487
487
488
17 372
17 092
17 309
17 703
17 504
17 638
17 720
17 702
17 751
Royaume-Uni
Total EU
Source : F.O. Licht – World Sugar Balances 2015-2016 (1re estimation), converti en sucre blanc (*0,92).
137
Statistiques
Prix du sucre dans l’Union européenne depuis 2006
La consommation française de sucre
Consommation francaise de sucre du quota
(en milliers de tonnes de sucre blanc)
Prix européen du sucre blanc depuis 2006, en €/t,
selon l'observatoire européen
900
2006-2007*
2 762
800
2007-2008
2 082
2008-2009
2 110
2009-2010
2 076
2010-2011
2 094
2011-2012
2 075
2012-2013
2 232
2013-2014
2 307
2014-2015
2 080
2015-2016
2 080
/t
700
600
500
400
6
01
5
O
ct
-2
4
01
01
O
ct
-2
3
O
ct
-2
2
01
01
O
ct
-2
1
O
ct
-2
0
01
O
ct
-2
9
01
O
ct
-2
8
00
O
ct
-2
7
00
O
ct
-2
00
O
ct
-2
O
ct
-2
00
6
300
4.3. Le sucre en France
* La campagne 2006-2007 a duré 15 mois (1er juillet 2006 au
30 septembre 2007)
Source : FranceAgriMer (juillet 2016).
Depuis 2006-2007, la définition du sucre a changé dans
l’OCM Sucre. Le sucre contenu dans des jus de betteraves
(jus vert) qui servent à produire de l’éthanol et de l’alcool
durant la campagne de fabrication du sucre (essentiellement en France), n’est réglementairement plus comptabilisé comme sucre. D’après certaines estimations, la production française de sucre contenu dans les jus verts atteindrait
420 000 tonnes en 2015-2016.
Les exportations françaises de sucre
Exportations de sucre français quota et hors quota
(en milliers de tonnes de sucre blanc)
La production française de sucre
Vers l’UE*
Sucre sous
forme de
Vers les
produits
pays tiers transformés
Total
(toutes
destinations)
Production française de sucre*
(en milliers de tonnes de sucre blanc)
2006-2007**
1 613
889
840
3 363
2007-2008
1 539
501
688
2 728
2008-2009
1 560
455
682
2 697
4 347
2009-2010
1 751
701
685
3 137
449
4 910
2010-2011
1 872
292
743
2 907
4 225
258
4 483
2011-2012
1 856
659
766
3 281
2011-2012
4 775
417
5 192
2012-2013
1 496
275
770
2 541
2012-2013
4 223
412
4 635
2013-2014
4 141
433
4 574
2013-2014
1 470
316
811
2 597
2014-2015
4 577
495
5 072
2014-2015
1 901
298
824
3 023
2015-2016
4 034
563
4 597
2015-2016
1 740
369
820
2 929
Sucre de
betterave
Sucre
de canne
Total
2006-2007
4 150
287
4 437
2007-2008
4 445
232
4 677
2008-2009
4 097
250
2009-2010
4 461
2010-2011
* Hors quantités reportées, une fois comptabilisées les opérations de
TAF DOM.
Source : FranceAgriMer (juillet 2016).
* Hors Belgique.
** La campagne 2006-2007 a duré 15 mois (1er juillet 2006 au 30 septembre 2007).
RUP (Régions Ultrapériphériques) non-inclus (environ 10 000 t
en 2014-2015).
Source : FranceAgriMer (Juillet 2016).
138
Statistiques
Les importations françaises de sucre
Importations de sucre (en milliers de tonnes de sucre blanc)
En provenance de l’UE
En provenance des pays
tiers
Sucre sous forme
de produits transformés
Total
(toutes provenances)
2006-2007*
334
155
877
1 366
2007-2008
274
134
732
1 140
2008-2009
220
209
719
1 148
2009-2010
240
160
727
1 127
2010-2011
242
169
744
1 155
2011-2012
237
132
762
1 131
2012-2013
242
97
757
1 096
2013-2014
230
133
735
1 098
2014-2015
237
105
751
1 093
2015-2016
240
130
750
1 120
* La campagne 2006-2007 a duré 15 mois (1er juillet 2006 au 30 septembre 2007).
Source : FranceAgriMer (Juillet 2016) .
5. LE MARCHÉ DE L’ÉTHANOL
ET DE L’ALCOOL
5.1. L’éthanol et l’alcool dans le monde
Production mondiale d’éthanol et d’alcool
(en milliers d’hectolitres)
2000
291 900
2001
306 490
2002
335 580
2003
388 860
2004
409 020
2005
457 880
2006
552670
2007
675 410
2008
837 750
2009
901 270
2010
1 036 600
2011
1 025 300
2012
1 016 720
2013
1 073 040
2014
1 136 670
2015
1 175 170
2016
1 175 830
© CEDUS
Production mondiale d’éthanol et d’alcool
(en milliers d’hectolitres)
Source : FO Licht.
139
Statistiques
Les 10 principaux producteurs d’éthanol et d’alcool (en milliers d’hectolitres)
10Ppremiers
pays
producteurs
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
États-Unis
364 680
421 780
515 380
542 050
518 000
518 470
557 560
575 310
579 000
Brésil
271 460
260 750
279 630
228 830
235 400
276 510
285 990
302 980
294 910
Chine
69 000
73 170
82 600
83 400
82 000
91 115
98 000
96 500
100 000
Union
européenne
44 620
56 120
63 340
65 300
67 800
67 170
72 260
72 810
73 140
Inde
20 630
15 650
18 490
21 140
21 060
20 870
21 460
23 810
24 630
Canada
9 500
13 700
14 200
16 200
18 650
18 700
18 700
18 600
18 050
Thaïlande
5 880
6 680
6 960
7 850
9 660
12 490
14 080
14 340
15 000
Russie
5 350
5 130
6 120
6 060
6 430
6 100
5 370
5 700
5 700
Pakistan
4 050
1 920
2 850
4 100
5 300
4 700
4 700
4 250
4 500
Afrique du sud
3 870
3 720
3 710
3 850
3 900
3 950
4 050
3 900
3 850
801 700
861 970
996 390
982 350
972 100
1 024 155
1 082 170
1 118 970
1 120 430
95,7 %
95,6 %
96,1 %
95,8 %
95,6 %
95,4 %
95,2 %
95,2 %
95,3 %
10Ppremiers
producteurs
% production
mondiale
Source : FO Licht .
Les échanges commerciaux
© F-L. Athénas / Cedus
Échanges mondiaux d’éthanol et d’alcool (en milliers d’hectolitres)
140
Importations (*)
Exportations (*)
2000
28 596
30 782
2001
30 643
32 043
2002
28 585
32 194
2003
35 320
38 290
2004
46 572
49 835
2005
54 400
61 013
2006
74 758
79 767
2007
88 050
85 070
2008
108 840
112 952
2009
88 314
90 590
2010
83 915
89 990
2011
114 590
123 995
2012
120 309
118 463
2013
109 565
111 517
2014
95 519
103 196
2015
113 215
112 586
Source : FO Licht.
(*) Y compris les mouvements intracommunautaires.
Statistiques
Les 10 principaux exportateurs d’éthanol et d’alcool (en milliers d’hectolitres)
10Ppremiers pays
exportateurs
2010
2011
2012
2013
2014
2015
Brésil
19 002
19 641
30 552
29 165
13 979
18 672
États-Unis
15 289
45 675
28 333
23 822
31 955
31 982
2 591
3 960
4 724
4 399
5 064
4 548
Thaïlande
528
1 323
3 212
1 101
193
204
Jamaïque
300
1 250
2 590
780
60
60
1 238
962
2 048
2 444
2 457
1 920
532
1 191
1 764
2 341
1 794
1 642
2 361
1 829
1 452
1 830
1 909
1 910
Pérou
636
2 109
1 217
1 489
1 020
858
UE (*)
933
1 083
1 032
933
2 566
2 002
43 410
79 023
76 924
68 305
60 995
63 798
82,50 %
87,71 %
89,21 %
86,81 %
90,46 %
90,43 %
Pakistan
Guatemala
Inde
Afrique du Sud
10Ppremiers
exportateurs
% exportations
mondiales
(*) Hors mouvements intracommunautaires.
Source : FO Licht/Comext Eurostat.
Les 10 principaux importateurs d’éthanol et d’alcool (en milliers d’hectolitres)
10Ppremiers pays
importateurs
2010
2011
2012
2013
2014
2015
États-Unis
4 874
11 288
24 986
20 107
9 182
10 959
Canada
5 537
10 085
10 870
11 194
12 041
12 767
11 464
15 777
11 403
10 007
4 919 4 721
Japon
5 592
5 646
5 798
5 907
6 214
6 440
Brésil
763
11 637
5 539
1 317
4 520
5 129
Philippines
3 076
2 466
3 167
3 369
3 440
3 425
Corée du Sud
2 514
2 681
2 974
2 752
3 126
3 287
870
2 790
2 050
2 650
3 520
1 290
Jamaïque
1 750
2 260
1 950
2 390
590
590
Nigéria
1 260
1 560
1 600
1 610
1 400
1 440
10Ppremiers
importateurs
37 700
66 190
70 337
61 303
48 952
50 048
% importations
mondiales
77,0 %
83,6 %
82,6 %
90,9 %
70,1 %
69,1 %
UE*
Emirats arabes unis
(*) Hors mouvements intracommunautaires, importations sous forme de mélanges incluses.
Source : FO Licht et Commission européenne.
141
Statistiques
5.2. L’éthanol et l’alcool
dans l’Union européenne
Production de l’Union européenne
à 28 (en milliers d’hectolitres)
© Tous droits réservés
Production d’éthanol et d’alcool
(en milliers d’hectolitres)
2001
26 280
2002
25 690
2003
25 160
2004
25 110
2005
28 330
2006
33 690
2007
37 270
2008
44 620
2009
56 120
2010
63 340
2011
65 300
2012
67 800
2013
67 170
2014
72 260
2015
72 810
2016 (estimation)
73 140
Source : FO Licht.
Les producteurs d’éthanol et d’alcool de l’Union européenne à 28 (en milliers d’hectolitres)
Production
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016 *
16 000
18 700
18 680
18 330
18 550
18 190
18 600
19 000
18 500
Allemagne
8 150
9 980
10 420
10 070
9 670
10 530
10 760
11 160
11 500
Royaume-Uni
3 500
4 600
6 800
5 800
5 100
5 500
9 400
7 400
7 000
Espagne
4 170
5 050
5 435
5 128
4 315
4 830
4 850
5 300
5 300
Hongrie
1 750
1 960
2 240
2 090
4 600
4 500
4 500
5 500
6 500
Pologne
1 860
2 410
3 120
2 720
3 160
3 500
2 860
3 100
3 000
Suède
1 250
2 140
2 650
2 650
2 940
2 690
2 100
2 000
2 100
890
1 750
1 990
2 170
2 170
2 330
2 410
2 340
2 300
1 110
1 270
1 120
1 060
1 040
920
980
980
1 000
130
80
170
200
150
120
120
110
110
Autres
6 070
8 730
10 770
14 820
15 830
13 860
15 680
15 920
15 830
UE à 27
44 880
56 670
63 400
65 040
67 530
66 970
72 260
72 810
73 140
France
Autriche
Italie
Danemark
* Estimation.
Source : FO Licht.
142
Statistiques
Importations d’éthanol et d’alcool dans l’Union
européenne à 28 (en milliers d’hectolitres)
Exportations d’éthanol et d’alcool de l’Union
européenne 28 (en milliers d’hectolitres)
Importations* d’éthanol et d’alcool
(en milliers d’hectolitres)
Exportations* d’éthanol et d’alcool
(en milliers d’hectolitres)
2004
3 603
2004
952
2005
6 933
2005
729
2006
6 935
2006
683
2007
11 210
2007
702
2008
12 791
2008
580
2009
10 940
2009
663
2010
4 024
2010
933
2011
3 520
2011
1 083
2012
5 363
2012
1 032
2013
7 349
2013
933
2014
4 919
2014
2 566
2015
4 721
2015
2 002
Source : Commission européenne.
*Hors mouvements intracommunautaires.
Source : Eurostats.
* Hors mouvements intracommunautaires.
5.3. L’alcool et l’éthanol en France
Production d’alcool/éthanol en France (en milliers d’hectolitres)
Origine/aoûtjuillet
20052006
20062007
20072008
20082009
20092010
20102011
20112012
20122013
20132014
2014‑
2015
Betteravière*
5 232
7 012
9 020
8 496
8 992
7 858
9 198
9 281
8 926
9 745
Céréalière
1 433
1 490
3 519
6 609
8 636
9 183
9 557
8 372
8 920
8 946
Vinique **
492
501
459
384
389
389
397
294
294
344
Alcool de synthèse
+ Autres
1 617
2 758
1 588
1 326
895
987
1 051
1 103
1 003
732
Total
8 774
11 761
14 586
16 815
18 912
18 417
20 203
19 051
19 143
19 767
* Comprend l’alcool de mélasse.
** Issu de marcs et lies.
Production française d’alcool
et d’éthanol
Production d’éthanol et d’alcool
(en milliers d’hectolitres)
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
Source : FO Licht.
8 160
8 300
9 100
8 500
11 500
15 450
17 850
18 370
18 380
18 600
18 190
18 600
19 000
18 500
Sources : JO (DGDDI) et SNPAA.
Exportations d’alcool
et d’éthanol français
Exportations* françaises d’éthanol
et d’alcool (en milliers d’hectolitres)
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
3 756
3 766
3 357
3 193
4 626
6 918
9 912
10 168
9 130
9 027
8 113
9 942
10 292
Source : FO Licht.
* Mouvements intracommunautaires inclus.
143
Importations d’alcool
et d’éthanol français
Importations* françaises d’éthanol
et d’alcool (en milliers d’hectolitres)
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
1 123
1 540
1 325
1 405
1 413
1 927
2166
1 868
2185
1 558
2040
2380
2409
Source : FO Licht.
* Mouvements intracommunautaires inclus.
LA BETTERAVE
EN 2017
UNE NOUVELLE ÈRE
Rédaction et Coordination
Services CGB
Conception graphique
SEDA - Audrey ADIN
Impression
Eliot Impression
Confédération Générale des planteurs de Betteraves
43-45 rue de Naples, 75008 Paris - Tél. : 01 44 69 39 00
www.cgb-france.fr