LM244_P053_Ouv Dossier - WK Transport Logistique

Commentaires

Transcription

LM244_P053_Ouv Dossier - WK Transport Logistique
➔DOSSIER
Spécial
traçabilité
La traçabilité, gage d’optimisation ............................................................P. 54
La RFID à l’épreuve du terrain ...................................................................P. 58
Baxter trace à la loupe ses échantillons ...................................................P. 62
LDC mise pour l’imagerie par la traçabilité ..............................................P. 66
Tagsys innove en RFID pour le textile........................................................P. 68
Progiciel de traçabilité : une offre mature ................................................P. 70
Les progiciels..............................................................................................P. 72
N° 244 • NOVEMBRE 20 0 9 • LOGIS T IQUES MAG AZ INE
53
LM244_P054-057_Dos intro
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:18
Page 54
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
La traçabilité,
gage d’optimisation
logistique
Les systèmes de traçabilité
permettent aussi d’accélérer les procédures d’inventaire et de gagner ainsi en
temps et en fiabilité.
REPÉRAGE
Marché
Le développement des systèmes
de traçabilité est en partie
stimulé par une réglementation
de plus en plus contraignante.
Les filières agroalimentaires et
pharmaceutiques forment un
creuset privilégié pour l’éclosion
de procédures sophistiquées de
tracing. Les secteurs de la mode
et de la grande distribution
suivent également de près
l’évolution de ces techniques.
Technologie
Les codes-barres et la RFID ne
sont pas forcément
antinomiques et peuvent se
compléter à des maillons
différents de la supply chain.
Les codes bidimensionnels, plus
denses en informations, forment
une troisième voie en passe de
se développer notamment dans
le secteur pharmaceutique.
Applications
Les champs d’utilisation des
systèmes de traçabilité couvrent
la filière high-tech, compte
tenu de la valeur ajoutée des
articles, l’agroalimentaire, la
santé, le textile, et les besoins
des professionnels de la
logistique pour le suivi des
expéditions.
54
LOGISTIQUES MAG AZ INE • NOVEMBRE 20 0 9 • N°24 4
■ Outre une pression réglementaire
grandissante, les entreprises sont de plus en
plus conscientes du levier de productivité et
d’amélioration de la logistique liée à une
traçabilité intégrée le plus largement possible
le long de la supply chain.
a réglem en t a ti on et le
souci de protection des
consommateurs restent
les principaux moteurs
de la mise en place de dispositi fs
de tra ç a bilité ef f i c aces dans une
filière indu s trielle. Preuve en est
l’effort fait par l’industrie de
l’agroalimentaire soumise depuis
2005 à l’obl i ga ti on de tracer les
numéros de lots et les dates limites
de consommation sur toute sa
supply chain, depuis l’usine jusqu’aux points de vente. “A l’exception de quelques niches comme
certaines productions maraîchères
très localisées, tous les acteu rs de
la filière ont mis en pl a ce les pro-
L
“Quasiment tous les acteurs
de la filière agroalimentaire
ont mis en place les process
et les outils qui permettent
d’assurer correctement une
traçabilité”,
ALAIN BOREL,
PDG DU CABINET DE CONSEIL VALORFI
cess et les ou tils qui permet tent
d’assu rer co rre ctem ent cet te traç a bilité et d’avoir la capa cité de
retirer du marché des lots défe ctueux de manière sélective”,observe
Alain Borel , Pdg du cabi n et de
conseil Valorfi, spécialisé en soluti ons d’optimisation de la logi stique.“La traçabilité est désormais
mature dans l’indu s trie agroa l imentaire. Nous sommes capa bles
de prendre en ch a rge tout au long
de la su pply chain aussi bi en des
produits sous tempéra tu re dirigée
(frais, su rgelés) que des produits à
fo rte valeur ajoutée qu’il faut tracer pour des ra i sons de sécurité,
quel que soit le nombre d’intervenants et l’impo rt a n ce des flux”,
con f i rme Ri ch a rd Noël, directeur de l’ingénierie logistique de
Norbert Den tressangle Logistics.
Exigence de la filière
pharmaceutique
Désormais, tous les regards se
portent sur la mise en place du
d i s po s i ti f de tra ç a bilité qu e
l ’ Agen ce française de sécurité
s a n i t a i re des produits de santé
exige de la filière pharmaceutique.
“C’est le princi pal chanti er des
d eux pro chaines années en ce qui
concerne la traçabilité en Fra n ce”,
confirme Alain Borel. Le 1er ja nvier 2011, tous les labora toi re s
devront en effet s’être conformés
à la nouvelle régl em entation qui
leur impose d’étiqueter leurs produits avec un code Data Ma trix
( code bidimension n el à haute
densité d’informations) intégrant
le code d’identification pharmaceutique (CIP) du produ i t , le
nu m é ro de lot et la date de
péremption. “Contrairement à ce
qui était le cas avant 2005 dans
l’industrie agroalimentaire, la filière
pharmaceutique a déjà mis en
pl a ce un système de retrait de ces
produits. Mais il s’ a git d’un dispo s i ti f lourd et diffus. En cas de
problèmes sur un lot, il faut alerter les 22000 of f i cines du pays! Il
s’agit déso rmais d’assurer une traç a bilité fine, s é l e ctive et rapide”,
ex p l i que Alain Borel. Les flu x
logi s tiques entre les laboratoires,
les gro s s i s tes-répartiteurs et les
ph a rm acies seront tracés au lot
avec une lecture automatique au
point de dispen s a ti on des produ i t s . Il est possible d’aller plus
loin en sérialisant les produits (ce
que n’impose pas la loi française),
c’est-à-dire en intégrant aux codes
Data Ma trix un numéro uniqu e
et aléatoire sur chaque bo î te, ce
qui permettra de lutter aussi contre
la contrefaçon. L’European Federa tion of Pharmaceutical Indu stries & Associations (EFPIA) propose d’ailleurs d’adopter ce système
dans l’en s em ble de la Com munauté Économique Européenne.
Dans un réseau de messagerie, les
informations relatives au suivi et à
la réception des colis peuvent
désormais être transmises en temps
réel dans un réseau de messagerie.
Impacts sur la logistique
La mise en place d’une telle traçabilité aura un profond impact
sur la logi s tique du secteur. “Au
delà des aspe cts liés à la protection
des conso m m a teu rs , un dispo s i tif
de traçabilité efficace donne la vi s ibilité néce s s a i re pour pren d re les
mei ll eu res décisions po s s i bles en
matière d’approvisionnement, de
“Nous sommes capables de
prendre en charge la traçabilité
tout au long de la supply chain
des produits frais et des
produits surgelés”,
RICHARD NOËL,
DIRECTEUR DE L’INGÉNIERIE LOGISTIQUE
DE NORBERT DENTRESSANGLE LOGISTICS
N°244 • NOVEMBRE 2009 • LOGIS T IQUES MAG AZINE
55
LM244_P054-057_Dos intro
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:18
Page 56
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
Geodis Calberson optimise la traçabilité de ses livraisons
Geodis Calberson lancera au
premier semestre 2010 une
nouvelle version de [email protected], le
portail de solutions interactives
mis à la disposition de ses clients
pour planifier leurs préparations
de commandes et fiabiliser
l’acheminement de leurs colis. “Il
s’agit de simplifier davantage
l’utilisation des services que
propose notre site mais aussi
d’aller encore plus loin en termes
de traçabilité des expéditions”,
explique Isabelle Pritzy, directrice
Marketing et Animation des
ventes de Geodis Calberson.
Lancé en 2002, [email protected] est déjà
bien rodé. Plus de 30 000 clients
peuvent ainsi depuis 2005
demander par internet l’enlèvement des colis dans n’importe
quelle région de France. Et le
déploiement d’une informatique
embarquée mobile en
2005/2006 a amélioré la rapidité
et l’efficacité des échanges d’informations sur les livraisons :
tous les conducteurs du réseau
Express du prestataire ont été
équipés d 'un PDA baptisé
[email protected] pour renseigner
immédiatement sur l’état de
chaque livraison. “Ils transmettent désormais en temps réel les
informations relatives au suivi et
à la réception des colis dans
notre système informatique,
lesquelles sont injectées automatiquement dans notre système de
gestion du transport. Le recours
au PDA permet d’avoir en une
dizaine de minutes ces informations disponibles sur [email protected], y
compris la photo du récépissé et
celle du colis en cas de réserve
d’un destinataire”, explique
Isabelle Pritzy. Il s’agit aujour-
d’hui d’être plus pointu encore en
termes de service dans ce qui est
l’un des grands enjeux actuels de
la messagerie, la remontée d’informations préventives qui
permet aux clients d’être proactifs face notamment à un
dysfonctionnement. Geodis
Calberson a ainsi démarré en
Express un service pilote qui
permet aux clients qui le souhaitent de recevoir sous 10 minutes
maximum par mail, SMS ou Fax,
les informations sur les
problèmes éventuels que
rencontre une livraison, quelles
que soient les causes, absence
du destinataire, boutique fermée
ou litige. “Ces fonctionnalités
seront intégrées dans la nouvelle
version de [email protected] Mais nous
comptons aller plus loin pour
personnaliser toujours davantage
la traçabilité des colis”, indique-telle. À l’avenir, le client pourra par
exemple choisir en fonction de
ses besoins l’information qu’il
souhaite voir remonter automatiquement et constituer le réseau
de correspondants auquel il
désire transmettre ces informations. Une traçabilité sur mesure
en quelque sorte.
Ph.D.
Réception simplifiée des
marchandises
Cette améliora ti on de la qu alité des éch a n ges des inform ations contenues dans les étiquettes
palettes ou colis ou les avis d’expéditions débouchera en plus sur
un proce s sus de récepti on simplifiée des march a n d i s e s . “Très
concrètement, les entreprises n’auront plus besoin d’ouvrir les palettes
pour ef fectu er un co n trôle qualitatif des livra i so n s ! La mise en
pl a ce de cet te réception simpl i f i é e
est le grand chantier de traçabilité
auquel s’ a t telle la grande distribution aujourd’hui”,indique Pierre
Georget. L’enjeu est important :
GS1 France estime que cela devrait
générer de l’ordre de 400 millions
“Les solutions sont
opérationnelles en ce qui
concerne la traçabilité liée
au transport et aux
livraisons”,
ALAIN FÉRARD,
PRÉSIDENT DE NEOPOST
d’euros d’économie à la filière.
D’ i m portants ef forts re s ten t
néanmoins à faire pour optimiser la traçabilité des données liées
aux produits to ut au long de la
su pp ly ch a i n . “Cet te traçabilité
étendue repo se sur deux éléments
essen ti el s , la séri a l i s a tion des produits et la capacité d’échanger électro n i q u em ent des info rm a tions
entre les différents acteu rs concernés de façon intégr é e”, ra ppelle le
dirigeant de GS1 France. Chaque
filière doit en effet parl er un langage commun. La question ne se
pose plus dans la gra n de distributi on ou la ph a rm acie où les
standards de GS1 se sont impo-
ID
sés intern a ti onalement. “Tout le
monde prend consci en ce aujou rd’hui qu’une traçabilité trop segmentée ou individualisée entre partenaires pose d’énormes problèmes
l o rsqu’il s’ a git de met tre ces outils
à la dispo s i tion d’un plus grand
nombre d’acteurs”,poursuit Pierre
mise à dispo s i tion des moyens de
transpo rt ou de ge s tion des sto ck s
j u sq u’aux magasins finaux. Elle
perm et aussi d’opti m i ser les proce s sus et de les autom a ti ser. C’est
vrai pour la pharmacie comme
pour tous les secteu rs . Les en trepri ses sont heureu sem ent de plus
en plus co n scientes du levi er de
“Un dispositif de traçabilité
efficace donne la visibilité
nécessaire pour prendre les
meilleures décisions
possibles en matière
d’approvisionnement”,
PIERRE GEORGET,
DIRECTEUR GÉNÉRAL DE GS1 FRANCE
LOGISTIQUES MAG AZ INE • NOVEMBRE 20 0 9 • N°24 4
produ ctivité et d’amélioration de
la qualité qu’appo rte cette optimisation”, rel è ve Pierre Geor get ,
directeur général de GS1 France,
organisme à but non lucratif proposant des standards en matière
d’identification automatique des
produits.
Les acteu rs de la grande distribution ont ainsi décidé de mettre
en place , sous l’égi de de GS1
France, un Ob s ervatoire de l’Excellence logistique. L’idée? Généraliser et automatiser les échanges
d ’ i n form a ti ons en tre les distributeurs et leu rs fournisseu rs au
travers d’un portail web. L’audit
réalisé par GS1 France auprès de
Ca rrefour, Ca s i n o, Cora , In termarché ou Monoprix et un large
panel de leurs fournisseurs (Benedicta, Bonduelle, Danone, Kraft,
Orangina Schweppes…) a en effet
m onté qu’il existait en core de
gros problèmes dans la transmission et le traitement des données
contenues dans les étiqu et tes ou
les bons de livra i s on transférés
par EDI (Éch a n ge de Données
Informatisé). “Les partenaires de
la filière uti l i seront cet te pl a tefo rme collabora tive pour fiabi l iser leurs échanges”,explique Pierre
Geor get. Les distri buteurs transm et tront qu o tidien n em ent les
é c a rts constatés lors de la lecture
des étiquettes logi s tiques et leurs
fournisseurs industriels recevront
un mail d’alerte pour chaque anomalie constatée. À charge ensuite
Premier fournisseur européen et
deuxième fournisseur mondial de
solutions de traitement de courrier, le groupe Neopost a franchi
un pas important en matière
logistique en lançant en janvier
2009 Neopost ID, une nouvelle
entité entièrement dédiée aux
solutions d’identification et de
traçabilité pour la supply chain.
“Notre vocation est de fournir
des solutions pour enrichir le
“Track & Trace” de la supply
chain quels que soient les
acteurs, transporteurs, logisticiens ou entreprises utilisatrices
de process logistiques. Nous
avons en effet constaté que la
montée en puissance de l’e-shipping (commande de transport
sur internet) et l’internationalisation des chaînes
d’approvisionnement accroissaient le besoin de traçabilité”,
explique Alain Férard, président
de Neopost ID. La nouvelle entité
du groupe ne part pas de rien.
Née de la fusion de Neopost
Logistics System avec deux
sociétés acquises en 2000 et
2008, Neopost Diva, spécialisée
dans la numérisation des bons de
livraison, et NBG-ID, intégrateur
de solutions RFID sur le marché
français, la filiale capitalise l’expertise et les années d’expérience
de ces trois sociétés. “Nous
capturons des données brutes en
déployant tous les systèmes
possibles, codes-à-barres,
s e rveur vocal, numérisation, EDI
et bien sûr RFID et e-shipping,
hébergeons ces données puis les
enrichissons avant de les délivrer
à nos clients”, détaille Alain
Férard. L’idée est de transformer
les informations stockées en
informations “critiques” pour le
business de chacun des secteurs
concernés. Neopost ID propose
ainsi des services permettant de
bénéficier, à travers un contrat
pluriannuel, de toutes les composantes d’un projet de traçabilité :
matériels, logiciels et interfaces,
déploiement et suivi opérationnel
G eor get. La tra ç a bilité des produits est appliquée encore aujourd’hui essen ti ellem ent aux marchandises à forte valeur ajout é e .
Norbert Dentressangle trace par
exemple pour des opérateu rs de
téléphonie mobile le numéro de
série unique des appareils,de façon
à ce que leur utilisation soit formell em ent validée lors de leur
mise en servi ce.
Prestataires concernés
Plus largem en t , une grande
m a j orité des pre s t a t a i res logi sti ques ont mis en place une traç a bilité de leurs op é ra ti ons en
en trepôt et le su ivi des ex p é d i-
“Nous voulons aller encore
plus loin en termes de
traçabilité des expéditions”,
ISABELLE PRITZY,
MARKETING ET ANIMATION
DES VENTES DE GEODIS CALBERSON
DIRECTRICE
Le groupe Neopost se lance dans “le Track & Trace”
Dans quelques mois, Geodis Calberson proposera
une nouvelle version de son portail
[email protected], mis à la disposition de ses clients pour planifier leurs préparations de commandes et fiabiliser
l’acheminement de leurs colis.
56
pour ces derniers de se con n ecter au portail au moyen d’un accès
sécurisé pour vi sualiser les écart s
en tre les données transmises et
les données effectivement reçues
et exploitées, avant de mener les
acti ons correctives nécessaires.
dans la durée. L’un des grands
enjeux actuels est de répondre au
besoin de mobilité des acteurs.
“Les systèmes et services
proposés jusqu’ici permettent
d’aller chercher l’information ou
de la recevoir sur une adresse
donnée. Il faut désormais être
beaucoup plus proactif et concevoir des solutions fonctionnant
non plus en mode “pull” mais en
mode “push”, insiste Alain
Férard. Autrement dit faire en
sorte que la bonne information
soit adressée de façon sélective
au bon moment, au bon destinataire, quel que soit l’endroit où il
se trouve. “Il faut que l’information aille au-devant du client
selon les besoins qu’il aura
établis. Cela nécessite une
p a rfaite intégration des technologies. D’où l’importance de
posséder une expertise globale
des solutions”, conclut le président de Neopost ID.
Ph.D.
ti ons fait l’obj et d’une attenti on
p a rticulière. Les progrès portent
en fait aujourd’hui sur la vi tesse
du tra ç a ge des inform a ti ons et
de leur remontée vers les clients.
Geodis Calberson, pour le besoin
du su ivi de son service Expre s s ,
ou Neopost ID qui fo u rnit de s
solutions de tra ç a bilité complètes, conçoivent ainsi des systèmes plus proacti fs pour rens ei gn er les cl i ents sur le su ivi de
l eu rs livraisons et générer de s
a l ertes en cas d’anomalie. “ De s
sol u tions sont op é ra ti o n n elles en
ce qui co n cerne la tra ç a bilité liée
au tra n s po rt et aux livraisons. Il
faut déso rmais élargir cet te traçabilité à l’ensem ble des op é rations logi s tiques et su rtout la
déployer sur l’en sem ble de la su pply chain, ce qui nécessite une parfaite intégra tion des technologies”,
i n s i s te aussi Alain Férard, pr és i dent de Neopost ID. Une évolution rendue d’autant plus nécessaire que la mon d i a l i s a ti on des
é ch a n ges et le com m erce su r
i n tern et ont considérablem en t
compliqué les chaînes d’approvisionnement.
Philippe Desfilhes
N°244 • NOVEMBRE 2009 • LOGIS T IQUES MAG AZINE
57
LM244_P058-061_DOS RFID
8/12/09
➔DOSSIER 1
17:29
Page 58
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
La RFID
à l’épreuve
du terrain
co û te pra ti quem ent ri en , à une
tech n o l ogie plus ch è re com m e
la RFID. “L’adoption par la filière
pharmaceu tique du code à deu x
dimensions Data Matrix est à ce
ti tre révélatri ce. Le code-à-ba rres
et notamment le code 2D ont encore
une belle marge de pro gre s s i o n
devant eu x ”, estime le Pdg du
groupe So lutys.
Lecture d’articles
unitaires
■ Les freins technologiques et
réglementaires liés à l’utilisation de la RFID
sont largement levés mais son déploiement
prend plus de temps que prévu. Son extension
à l’ensemble de la chaîne logistique se heurte
à une double difficulté : l’organisation des
filières métiers et la résistance du code-àbarres qui reste moins coûteux.
i den ti f i c a ti on automatique par radiofréquence (RFID) poursuit son peti t
bonhomme de ch em i n . Mais le
raz de marée que certains pr évoyaient il y a trois ou qu a tre ans
n’a pas eu lieu.“Des acteurs majeurs
comme Wall Mart, Metro ou Carrefour ont dével oppé des pilotes
L’
“Des acteurs majeurs ont
développé des pilotes
importants et la RFID suscite
un véritable intérêt”,
ÉRIC PETERS,
PDG DE SOLUTYS
impo rtants et la RFID su sci te un
véri t a ble intérêt si j’en juge par le
nombre de questions que l’on nous
po se sur le su jet . Mais les appl i c ations op é rationnelles à gra n d e
échelle tardent à se mettre en place”,
constate Éric Peters,Pdg du groupe
Solutys spécialisé dans la tra ç abilité et la mobilité profe s s i onnell e . “Nous pensions il y a trois
ou quatre ans que cet te te ch n ol ogie s’impo serait plus rapidement.
Or on en reste le plus souvent à des
a ppl i c a tions pilotes en ce qui
58
LOGISTIQUES MAG AZ INE • NOVEMBRE 20 0 9 • N°24 4
L’étiquette développée par
JMD pour la nouvelle bouteille de gaz Shesha de
Totalgaz, est adaptée à
une lecture dans un environnement métallique.
co n cerne en tout cas
les appl i c a tions en
b ou cle ouverte. Le
développement de la
RFID prendra beaucoup plus de temps que pr é v u! ”,
e s time aussi Philippe Gu i l h a umou, re s pon s a ble de lignes de
business de Generi x , éditeur de
l ogi c i el de tra ç a bilité et d’optim i s a ti on des flux et des approvisionnements.
Arsenal de technologies
Tout se passe comme si la RFID
prenait finalem ent la juste place
qui est la sienne au sein de l’arsenal des technologies (code-àbarres, code bi d i m en s i onnel,
voc a l , i m a gerie numérique…)
dont dispo s ent aujourd ’ hui les
entreprises pour assurer la capture des informations nécessaires
à établir la traçabilité de leurs opérations logistiques et de leurs produ i t s . “Lo rsqu’un uti l i s a teur est
confronté à un be soin d’iden ti f ication et de traçabilité, il faut développer une appro che gl obale de sa
problématique qui prenne en considération les contraintes techniques,
opérationnelles et économiques de
chacune des étapes de son process.
Dans la plupart des cas,cela conduit
à des solutions multi technol o giques où
la RFID s’i mpo se
quand ses avantages
le justifient et quand
le retour sur investi s sem ent de son
u ti l i s a tion est clairem ent établ i ”,
relève Jérôme Co u l on, directeur
commercial de l’intégra teur de
solutions de traçabilité belge RFIDEA. Cela a été le cas chez Ba xter : pour les besoins d’analyse de
produits du groupe pharmaceutique, le bu reau d’ingénierie liégeois a dével oppé une soluti on
qui associe l’utilisation du codeà - b a rres, qui sert à opti m i s er la
récepti on des palettes et le stockage, à la puce RFID, qui intervi ent ici à partir des opérati on s
de picking et pour assurer la traçabilité des tests effectués en laboratoi re. “La va riété de solutions
te ch n ol o giques dont nous disposons aujou rd’hui est telle qu’ell e
i m plique be a u coup de pra gm atisme, ce qui conduit effectivement
le plus souvent à des solutions associant pl u s i eu rs te ch n i q u e s”,
con f i rme Éric Peters . De plu s ,
m a l gré le po ten tiel de la RFID,
les utilisateu rs ne sont pas prêts
à passer d’une traçabilité fondée
sur le code-à-barres, qui ne leur
Les freins technologiques et
réglementaires liés à l’utilisation
de la RFID se sont pourtant largement levés.La technologie RFID
HF (13,6 MHZ) est ainsi depuis
l on g temps matu re . Les bi bl i othèques et les blanchisseries l’utilisent notamment couramment
pour le be s oin de lectu re d’articles unitaires à faible distance .
La RFID UHF (900 MHz), qu i
est la technologie la plus porteuse
d’avenir car elle permet de lire en
masse des informati ons à longue
d i s t a n ce , a éga l em ent fait ses
preuves. Les travaux menés par
GS1 France sur le pro tocole de
communication EPC Gen2, qu i
s’est imposé comme le standard
RFID de la gra n de distri buti on ,
et l’éva lu a ti on con clu a n te des
équ i pem ents et des conditions
op é ra ti onnelles de l’intégra ti on
de cet te tech n o l ogie ont porté
leu rs fruits. Les fabricants d’étiquettes ont également beaucoup
trava i llé pour ad a pter leu rs tags
( é ti qu et tes à puces ) aux
con tra i n tes méti ers. C’est le cas
par exemple du nouveau tag dével oppé par Tagsys dans le cadre
d’un proj et de rech erche baptisé
PACID Tex tile, qui perm et de
détecter l’ensemble des produits
contenus sur les ro lls qu’utilisent
les bl a n ch i s s eries indu s tri ell e s
pour tra n s porter le linge. Autre
exemple, l’étiqu et te développ é e
par JMD pour la nouvelle bo utei lle de gaz Shesha de Totalgaz,
ad a ptée à une lectu re dans un
envi ronnement métallique. “Les
problèmes régl ementaires, de normalisation et d’efficience dans des
co n d i tions opératoires adéquate s
de la te ch n ologie UHF sont ef fe ctivem ent largem ent résol u s”,
con f i rme Bern a rd Jeanne-Bey-
lot, con sultant indépendant et
secrétaire de la Fédéra ti on fra nçaise des Industriels, intégrateurs,
con s eils et éditeu rs de Logi c i els
RFID (FilRFID).
“Le développement de la
RFID prendra beaucoup plus
de temps que prévu!”,
PHILIPPE GUILHAUMOU,
DIRECTEUR DE LIGNES DE BUSINESS SUPPLY
Protection contre le vol
Les magasins finaux sont apparus,plus que les applications purement logistiques, comme le pri ncipal moteur de la tech n o l ogi e ,
en raison des multiples avantages
qu’en tirent les points de vente,
tels que l’amélioration des stocks
consommateu rs, l ’ acc é l é ra ti on
des passages en caisses ou la protection des arti cles con tre le vol.
CHAIN ET TRANSPORT DE GENERIX
des portiques de lecture améliore
considérablem ent le con trôle à
la réception ou à l’expédition des
marchandises.La RFID se révèle
aussi, associée au “voice picking”,
un outil perti n ent de pr é p a rati on des commandes. Les logi sticiens et les constru cteurs de sys-
“Les problèmes réglementaires, de normalisation et
d’efficience dans des conditions opératoires adéquates
de la technologie UHF sont largement résolus”,
BERNARD JEANNE-BEYLOT, CONSULTANT INDÉPENDANT ET SECRÉTAIRE DE DE LA
FÉDÉRATION FRANÇAISE DES INDUSTRIELS, INTÉGRATEURS, CONSEILS ET ÉDITEURS
DE LOGICIELS RFID
“ La RFID appo rte une nouvelle
manière de pen ser le magasin, au
niveau de la ge s tion des produits
comme les arti cles texti l e s , les CD,
les vidéos ou les livres où les problématiques de réassortiment rapide
et de manipu l a tion et d’iden ti f ication des produits dans les rayons
sont primordiales. Elle commence
aussi à trouver sa place autour des
opéra tions de process dans l’en trepôt”,souligne Xavier Barras,directeur de l’innova ti on et des technologies de GS1 France.Le passage
des produits équipés de tags sous
tèmes de pr é p a ra ti on de
com m a n des ou de ch a riots élévateurs sont de plus en plus nombreux à l’intégrer. Norbert Dentressangle Logi s tics l’utilise par
exemple pour gérer les stocks de
“Nous avons démontré qu’une solution RFID
déployée sur tout le circuit de distribution d’une
enseigne textile pouvait apporter un retour sur
investissement inférieur à 18 mois”,
JÉRÔME COULON,
DIRECTEUR COMMERCIAL DE RFIDEA
DHL, Metro Group et Neopost ID montrent l’exemple
C’est le plus grand déploiement
de la radio-identification aujourd’hui dans l’Hexagone. DHL Exel
Supply Chain, le distributeur
Metro et l’intégrateur de solutions RFID Neopost ID ont
déployé fin 2008 une solution
pour identifier et suivre tout au
long de la chaîne d’approvisionnement les livraisons de produits
secs et de brasserie destinés aux
91 points de vente en libres e rvice Metro Cash & Carry de
France. Quelque 1,4 million de
palettes sont ainsi taguées avec
des étiquettes radio qui permettent un contrôle sans contact et
automatisé de la chaîne d’approvisionnement. Exploitant la
norme EPC Global, le projet met
en œuvre différents composants
physiques et logiciels tels que
des dispositifs de capture de
types “porte à quai” (156
portiques ont été installés), des
postes d’impression et d’encodage des étiquettes RFID, des
interfaces métiers avec les logi-
ciels de gestion des commandes
ou la base “Track & Trace” de
Neopost ID pour le suivi des
livraisons. L’application débouche
sur une lecture et un contrôle
sans contact de 100 % des livraisons, un gain d’efficacité dans les
phases de supervision et de
gestion du chargement et du
déchargement, une notification
aux magasins sur la base des
chargements réels et la traçabilité
automatique en réception des
palettes de produits.
N°244 • NOVEMBRE 2009 • LOGIS T IQUES MAG AZINE
59
LM244_P058-061_DOS RFID
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:29
Page 60
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
masse dans certains en trepôts.
“Cet te application est désormais
bi en maîtri s é e . Elle nous a permis
d’acquérir un know-how en ce qui
co n cerne l’uti l i s a tion de la te chnologie et nous comptons développer d’autres utilisations comme la
gestion de quais pour accélérer et
fiabiliser les op é rations de récep-
«Il faut challenger la RFID avec
les autres technologies en
veillant à bien identifier les
maillons où la RFID peut
apporter de la valeur ajoutée”,
JEAN-CHRISTOPHE LECOSSE, DIRECTEUR DU
CENTRE NATIONAL DE LA RFID
tion et de livra i so n”, i n d i qu e
Richard Noël, directeur de l’ingénierie logi s tique de la division
logi s ti que de Norbert Den tre ssangle.
Les applications plus purement
l ogistiques suivent. La RFID est
ainsi de plus en plus utilisée pour
assurer la tra ç a bilité et la gestion
des con ten a n t s , b ac et palet te s
notamment.“À partir du moment
où un certain nombre de pa ram è tres ont été iden ti f i é s , comme
un besoin de lectu re à plus longue
distance, de lecture intensive ou de
r é i n scri ption de données dans le
tag, l’intérêt de la captu re de l’information par RFID méri te d’être
creusée et il faut la challenger avec
les autres technol o gies en vei llant
à conduire le projet de façon à bien
i d en ti f i er les étapes où la RFID
peut appo rter de la va l eur ajout é e”, i n s i s te Je a n - Ch ri s toph e
Lecosse,directeur du Centre National de la RFID (CNRFID). Il faut
en effet que les uti l i s a teurs aient
bien conscience des apports poss i bles de la tech n o l ogie. “Cela
co m m en ce par de l’analyse fo n ctionnelle et la capa cité d’établir un
cahier des charges avant de déployer
les pilotes qui démontreront en
interne et éventuell em ent avec des
partenaires le bi en fondé de ce qui
a pu être iden ti f i é ”, po u rsuit le
directeur du CNRFID.
Pilotes en boucle ouverte
La RFID trouvera en effet son
plein emploi en logistique quand
elle sera utilisée pour tracer les
produits sur l’ensemble de la supply chain. “Nous travaillons avec
des clients sur des pilotes en boucle
ouverte. Ceux-ci po rtent aujou rd’hui sur des produits à forte valeur
ajoutée en ra i son du coût des étiquettes, des lecteu rs et de l’infras tru ctu re te chnique à mettre en
rer la maintenance de leurs trains
ainsi que leur suivi sur l’ensemble
de leurs réseaux.
Norbert Dentressangle Logistics utilise La RFID par exemple pour gérer
les stocks de masse dans certains
entrepôts.
pl a ce”, indique Richard Noël. La
RFID re s te en ef fet pri n c i p a l ement utilisée sur des proj ets en
boucle fermée. “ Le nombre de
freins à soulever est alors réduit.
Les utilisations en bou cle ouverte
po sent de leur côté la probl é m atique de pouvoir identifier à chaque
é t a pe du pro cess l’intérêt propre
de chacun des acteurs. C’est avant
tout un problème organisationnel
qui sera résolu à mon avis par une
approche par filières métier”,estime
Je a n - Ch ri s tophe Lecosse. Les
développements menés dans le
secteur textile sont à ce titre exemplaires. La marque de vêtem en t
Serge Bl a n co a été l’une des premières à taguer ses produits dès
leur fabrication, un déploiement
achevé en début d’année par Tags ys . “ La RFID appo rte alors des
bénéfices opérationnels aussi bien
en logistique qu’en magasin. Nous
avons démontré qu’une sol u ti o n
RFID dépl oyée sur tout le ci rcuit
de distribution d’une enseigne textile pouvait apporter un retour sur
investissement inférieur à 18 mois”,
indique Jérôme Coulon.D’autres
filières s’ i n s p i rent de l’exemple
du textile. L’aéronautique et l’aérospatiale s’intéressent de près à
la RFID pour assurer la tra ç a bilité de leurs pièces en production
et en maintenance. La SNCF et
la SNCB développent pour leurs
parts des solutions visant à assu-
Traçabilité des contenants
“Les acteu rs du tra n s po rt sont
également demandeurs pour assurer la gestion de leurs pa rcs de
véhicules. Les métiers de l’enviro n n em ent où il faut assu rer la
traçabilité des produits et de contenants onéreux sont éga l em ent un
débouché très prometteur. Le suivi
des co n teneurs est une application où la RFID devrait trouver
a s sez rapidem ent des applications
en logistique”, pronostique Jean-
“La RFID commence à
trouver sa place autour des
opérations de process dans
l’entrepôt”,
XAVIER BARRAS,
DIRECTEUR DE L’INNOVATION ET DES
TECHNOLOGIES DE GS1 FRANCE
“Nous avons acquis un know-how en matière
de RFID que nous comptons développer dans la
gestion de quais pour accélérer et fiabiliser les
opérations de réception et de livraison”,
RICHARD NOËL, DIRECTEUR DE L’INGÉNIERIE LOGISTIQUE DE LA DIVISION
LOGISTIQUE DE NORBERT DENTRESSANGLE
Ch ri s tophe Leco s s e . “ La RFID
est une innova tion suffisamment
en rupture avec les autres te chnologies pour que les en trepri se s
ne puissent plus l’ign o rer dans
l eu rs nouveaux projets de tra ç abilité”, estime de son côté Xavi er
Ba rras. La crise ne favorise certes
pas le dével oppement des nouvelles soluti on s , mais le temps
joue en faveur de la RFID, comme
il l’a fait pour la technologie EDI
(Échange de données inform ati s é ) , devenue incon to u rn a bl e
dans les rel a ti ons qu’en treti enn ent aujourd ’ hui entre elles les
entreprises.
Philippe Desfilhes
Le Centre National de la RFID trouve ses marques
“Nous avons réalisé un inventaire
quasi exhaustif des intervenants
sur le marché de la RFID en
France, de leurs compétences et
les référençons sur notre site
internet avec une mise à jour
permanente. Nous éditons également depuis octobre une “news
letter” qui informe nos adhérents
de tous les événements relatifs à
la technologie et avons mis en
place un outil qui permet aux
offreurs de solutions RFID et aux
utilisateurs d’exercer le suivi
personnalisé et stratégique du
marché dont ils ont besoin sur la
base de 800 sources d’information
recensées à travers le monde”,
indique Jean-Christophe Lecosse,
directeur du Centre national de la
RFID. Cette association (loi 1901)
60
a été mise en place fin 2008 à l’initiative du Ministère de l’Economie,
des Finances et de l’Emploi. Un
peu plus d’un an après sa création, le centre a abattu beaucoup
de travail. Parallèlement à l’action
menée sur l’aspect normatif de la
technologie, il joue à plein son rôle
de lien entre les offreurs et les
utilisateurs potentiels avec comme
objectif d’uniformiser et de mettre
en place des procédures de
respect des réglementations techniques. “Avec le partenariat de
laboratoires spécialisés dans la
RFID, nous pouvons permettre à
tout offreur de prouver que l’utilisation de son matériel ou de sa
solution est conforme à un niveau
de qualité structuré nationalement”, explique-t-il. La mise en
LOGISTIQUES MAG AZ INE • NOVEMBRE 20 0 9 • N°24 4
place de cette procédure nationale,
“estampillée” CNRFID, est le
prolongement indispensable de
l’action menée sur l’aspect
normatif et sur les standards.
L’une des problématiques du
marché de la RFID est en effet la
difficulté qu’ont les entreprises à
identifier les nombreux interv enants et à valider que les
applicatifs correspondant à leur
métier ou à leur besoin. Le
CNRFID a pour cela recensé la
quasi totalité des compétences
offertes aux entreprises, depuis
les fabricants de tags et de
lecteurs jusqu’aux intégrateurs de
hardware et de middleware. “Nous
avons mis en place des formations qui s’adressent à la fois aux
offreurs et aux utilisateurs pour
qu’ils identifient les clés de succès
du déploiement d’un projet RFID
sous tous les aspects, organisationnels, financiers, techniques,
sociaux, collaboratifs, etc”,
explique Jean-Christophe
Lecosse. Le CNRFID est désormais capable d’accompagner
l’ensemble des projets, depuis le
diagnostic de mise en place
jusqu’à l’accompagnement technique lors du démarrage des
solutions. Il assiste aussi les
entreprises en ce qui concerne le
volet financier des pilotes qu’elles
mettent en œuvre avec la collaboration des pôles de compétitivité.
Une aide précieuse pour tirer le
meilleur parti des financements
que réserve l’État destiné aux
projets innovants.
N°244 • NOVEMBRE 2009 • LOGIS T IQUES MAG AZINE
61
LM244_P062-064_Dos Baxter
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:51
Page 62
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
Baxter trace à la loupe
ses échantillons
■ RFIDEA a développé pour les besoins d’analyse de stabilité des produits du groupe
pharmaceutique Baxter une solution de traçabilité originale qui associe
l’utilisation du code-à-barres et du tag RFID.
qui étaient elles aussi en tr é e s
manuellement après encodage dans
le système info rmatisé, n’étaient
pas su f f i s a m m ent pr é ci ses pou r
opti m i ser la ge s tion d’un sto ck et
d’un flux conséquents, 15000 boîtes
et 160000 échantillons pour 1500
analyses chaque semaine!”, soul i gne Jérôme Co u l on.
D é s ormais, ch a que carton se
voit accolé dès sa récepti on une
étiquette code-à-barres. Ch a que
emplacement de stockage est égal em ent repéré par un code-àbarres, de façon à associer par un
simple flashage l’all oc a ti on de s
produits lors de leur ra n gement.
“ Les op é ra teurs re ç o ivent leurs
o rd res de préparation de commandes sur des PDA depuis un
système informatique qui leur
indique l’emplacement et le nombre
de produits à prélever ”, explique
Jérôme Co u l on.
Numéro d’identification
unique
Les étiquettes RFID
sont lues à chaque opération réalisée dans le
laboratoire par un
simple passage du produit devant des lecteurs
muraux.
Les préparations de commandes sont véhiculées dans des bacs plastiques qui passent dans un tunnel de lecture RFID, ce qui a permis d’automatiser les opérations de contrôle avant leur entrée dans les laboratoires.
Nivelles, en Bel gi que,
le processus est désormais bi en rod é . Le s
échantillons de poches
de perfusion,de poches pour dialyse ou de solutions prêtes à l’emploi que reçoit à fin d’analyses le
cen tre de rech erche et développement du gro u pe pharmaceu-
A
“Notre souci a été d’adapter
la technologie
d’identification au besoin de
chaque étape du
processus”,
JÉRÔME COULON,
DIRECTEUR COMMERCIAL DE RFIDEA
ti que Ba x ter font l’obj et d’une
identi f i c a ti onet d’une tra ç a bilité autom a tisée conçue et mise
en place par le bureau d’ingénierie liégeois RFIDEA. Son ori ginalité? Fa i re appel à deux technologies qui ont fait leurs preuves,
62
LOGISTIQUES MAG AZ INE • NOVEMBRE 20 0 9 • N° 24 4
le code-à-barres et le tag RFID
HF. “L’analyse que nous avons faite
des be soins de Ba xter aux différentes étapes de son processus nous
a conduit à proposer cette solution
mixte pour automatiser au meilleur
coût l’en semble du process, depuis
la réception de la pa l et te jusq u’à
la destruction du produit apr è s
analyse”, explique Jérôme Co ulon,directeur commercial de RFIDEA.
Chambres régulées en
température
La centaine de milliers d’échantillons en provenance des centres
de production du groupe implantés en Eu rope arrive à Nivell e s
dans des cartons stockés sur des
palettes. Ces cartons sont stockés dans des chambres régulées
en température et en humidité,
puis les échantillons sont retirés
de ces cartons et envoyés en laboratoire pour y subir les tests.“Toutes
ces op é ra tions étaient réalisées
auparavant manu ell em en t”, se
ra ppelle Jérôme Co u l on. A l’arrivée de chaque palette, un op érateur muni d’un formulaire
papier et armé d’un stylo prenait
note de l’arrivée de chaque carton puis le ra n geait dans les
chambres de stock a ge. Lors que
les éch a n ti ll ons étaient envoyés
vers les laboratoires d’analyse, ils
subissaient une op é rati on de
con trôle effectuée vi su ellem en t
par un opéra teur après leur picking en chambre climatique.Dans
les labora toires, chaque étape de
stockage intermédiaire et chaque
op é ra ti on réalisée sur le produit
faisait éga l em ent l’objet d’un
rel evé sur un formulaire papier.
“Il en résultait les ri sques d’erreu rs
inhérents aux opérations manuelles
et une perte de temps importante
en ra i son des étapes de contrôles
propres à l’indu s trie pharmaceutiques. De pl u s , les informations,
C’est à cette étape du processus
qu’intervient la RFID. Les PDA
sont en effet connectés par WIFI
à une impri m a n te RFID qu i
accompagne l’opéra teur de picking sur un ch a riot à roulettes.
Au moment où l’opérateur valide
le fait qu’il a bien prélevé le nombre
Chaque emplacement de stockage
est repéré par un code-à-barres de
façon à associer par un simple flashage l’allocation des produits lors
de leur rangement.
I N T E R V I E W
Jean-Marc Bobée, directeur de la stratégie anti-contrefaçon
industrielle de Sanofi-Aventis,
L’impression d’un code Data
Matrix revient moins cher
qu’une étiquette RFID.
“L’Europe évoluera vers un marquage
Data Matrix (1) sérialisé pour lutter contre la
contrefaçon”
Logistiques Magazine : A quel stade en êtesvous en ce qui concerne le déploiement du
dispositif de codification et de traçabilité des
médicaments qu’exige l’Agence française de
sécurité sanitaire des produits de santé ?
Jean-Marc Bobée : Rappelons que l’AFSSPS a
laissé jusqu’au 1er janvier 2011 aux laboratoires
pour se conformer à la nouvelle réglementation.
Celle-ci impose qu’à partir de cette date, un code
Data Matrix intégrant le code d’identification pharmaceutique (CIP) du produit, le numéro de lot et
la date de péremption, devra figurer sur tous les
conditionnements secondaires des médicaments
commercialisés sur le marché français. La sérialisation des médicaments, c’est-à-dire l’attribution
d’un numéro de série unique à chaque produit,
est optionnelle et facultative. Ce marquage doit
être réalisé lors des opérations de conditionnement en usine par impression d’un code Data
Matrix sur le conditionnement secondaire des
médicaments. Nous avons réalisé des pilotes et
sommes en phase de déploiement industriel. Cela
prend nécessairement du temps car il faut choisir
les équipements, les qualifier et équiper près de
200 lignes de conditionnement. Pour le seul
marché français, cela nécessitera de marquer
environ 500 millions de boîtes par an ! Nous
avons installé à ce jour environ le tiers des équipements nécessaires et gardons comme objectif
l’équipement de la moitié de nos lignes à fin
2009. Avec bien sûr l’objectif d’être prêts pour le
1er janvier 2011 !
L.M. : Pourquoi avoir retenu le code Data
Matrix et non des étiquettes RFID?
J-M.B. : De nombreux pilotes RFID ont été
réalisés, en Europe et aux États-Unis principalement. Ils ont montré que cette technologie n’était
pas pleinement adaptée à nos besoins de traçabilité des produits pharmaceutiques,
essentiellement pour des raisons liées à la fiabilité
de lecture du fait des interférences avec les
métaux et les liquides. Au mieux, cette technologie pourrait avoir un intérêt pour certaines
applications logistiques, en particulier au niveau
des caisses et des palettes. Mais le manque de
standards harmonisés entre l’Europe, les ÉtatsUnis et l’Asie ainsi que l’absence de
confidentialité pour le patient (liée à l’accès
possible du code produit à distance) constituent
également un problème, sans parler du coût des
étiquettes RFID passives, entre 20 et 40 centimes
d’euros l’unité, alors que l’impression d’un code
Data Matrix coûte unitairement quelques dixième
de centimes d’euros ! Le Data Matrix est alors
apparu comme le support de marquage dont
nous avions besoin. Il est économiquement
justifié, robuste, d’une grande capacité de stockage tout en étant standardisé au niveau
international.
L.M. : L’ European Federation of Pharmaceu-
N° 244 • NOVEMBRE 2009 • LOGIS T IQUES MAG AZINE
63
LM244_P062-064_Dos Baxter
➔DOSSIER 1
de produits demandés, l’imprimante génère une étiquette RFID
pour chaque poche sortie d’une
boîte. Cette étiqu et te intègre un
numéro d’identification unique
qui devient l’identifiant du produit pour le reste des opérations.
Les préparations de commandes
sont ensuite véhiculées dans un
b ac plasti que. Le passage de ce
bac dans un tunnel de lecture a
permis d’automatiser les opérations de contrôle avant leur entrée
dans les laboratoires. Cet te étiquet te RFID est ensuite lue à
chaque opéra ti on réalisée dans
le laboratoire par un simple passage du produit devant des lecteu rs muraux. Toutes les informations relatives à la tra ç a bilité
s ont ainsi intégrées autom a tiqu em ent ju s qu’à la de s tru cti on
du produit après analyse.
RFIDEA a conçu pour Ba x ter
une solution clé en main. “Nous
avons fourni à Baxter tous les équipem ents et dével oppé la cou ch e
logicielle, c’est-à-dire l’interfaçage
avec les applications de gestion des
l a b o ra to i re s . Notre souci a été
d’adapter la technol o gie au besoin
de chaque étape , d’où cet te association du code-à-barres et du tag.
Le recou rs à la RFID n’était en
ef fet justifié ni économiquement
ni opérationnell ement pour optimiser la réception et le sto ck a ge”,
insiste Jérôme Co u l on.
Une application
exemplaire
Ba ptisée SIMS (pour Samples
Identification Management System ) , l ’ a pp l i c a ti on a fait ses
preuves à Nivelles où elle est utilisée depuis plus de deux ans.
“Elle a été reconnue comme « Best
Practi ce » au sein du groupe Baxter qui en équipera le centre de
re ch erche et dével oppem ent qu’il
est en train de construire à BraineL’alleud, en Bel gi q u e”, se félicite
Jérôme Coulon.La version qu’y
développera RFIDEA sera cette
fois disponible sous web, ce qui
donnera plus de souplesse d’utilisation.Elle sera également utilisée pour assu rer la traçabilité
des produits chimiques utilisés
en labora toires.
8/12/09
Page 64
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
I N T E R V I E W
. . .
S U I T E
Jean-Marc Bobée, directeur de la stratégie anti-contrefaçon
industrielle de Sanofi-Aventis,
tical Industries & Associations
(EFPIA) plaide pour l’harmonisation des dispositifs de
traçabilité en Europe. Pourquoi ?
J-M.B. : La chaîne de distribution est fragmentée en Europe
avec différents systèmes de
codification déjà en place ou proposés par les
Etats membres, ce qui accroît la complexité de la
distribution, renchérit les coûts de production et
rend difficile la protection des frontières de l’Europe contre la contrefaçon. Il est essentiel
d’adopter un système standardisé de codification
et d’identification en Europe (sur la base des standards internationaux GS1 EAN) et de mettre en
place une interopérabilité des bases de données
entre les pays pour assurer un contrôle efficace.
L’EFPIA poursuit des discussions en ce sens avec
les autorités nationales et la Commission européenne ainsi qu’avec les autres acteurs de la
chaîne de distribution.
L.M. : Quel concept appuyez-vous ?
J-M.B. : Le concept proposé par les industriels
repose sur un contrôle de chaque médicament
aux deux extrémités de la chaîne de distribution :
à la fabrication (où nous maîtrisons toutes les
données produits) et sur le lieu de dispensation
des médicaments, officine ou hôpital. Pour
valider ce concept, l’EFPIA a lancé en septembre
2009 un pilote en Suède associant 14 laboratoires
pharmaceutiques, deux grossistes-répartiteurs et
la chaîne de pharmacies Apoteket. 25 produits
ont été encodés. En quatre mois, 110000 boîtes
de médicaments seront contrôlées dans les 180
points de vente, ce qui permettra de valider les
bénéfices de la solution Data Matrix en termes de
contrôle au point de distribution. En l’espèce, ils
se traduisent par une meilleure sécurité des
Jean-Marc Bobée : profil
En tant que directeur de la stratégie anticontrefaçon industrielle de Sanofi-Aventis,
Jean-Marc Bobée est en charge des projets
liés à la protection et à la traçabilité des
médicaments. Il est également président du
groupe de travail “codification et identification” des produits pharmaceutiques de
l’European Federation of Pharmaceutical
Industries & Associations (EFPIA).
(1) Le code Data Ma trix est une sym bo l ogie code - b a rres
bidimensionnelle à haute densité d’informations.
Philippe Desfilhes
64
17:51
LOGIS T IQUES MAG AZ INE • NOVEMBRE 20 0 9 • N°24 4
patients du fait de la réduction des risques d’erreur de dispensation (détection automatique des
produits périmés et des erreurs de dosage par
association aux systèmes de e-prescription,
rappel de lots facilités). C’est ce qu’apporte le
code Data Matrix non sérialisé qui sera exigé à
partir de 2011 en France. Mais dans le cadre du
pilote suédois, nous allons plus loin : les codes
Data Matrix des 25 produits ont été sérialisés,
c’est-à-dire qu’ils intègrent un numéro de série
unique et aléatoire sur le conditionnement secondaire de chaque produit.
L.M. : Vous apparaît-il nécessaire d’évoluer
vers cette sérialisation des codes Data Matrix?
J-M.B. : La législation mise en place par l’AFSSPS en France constitue un pas important
puisqu’elle permettra la mise en place d’une véritable traçabilité au lot avec lecture automatique et
systématique du code Data Matrix au point de
dispensation, c’est-à-dire du code produit (CIP),
du numéro de lot et de la date de péremption.
Rappelons qu’aujourd’hui, seul figure le code
produit dans le code-barres linéaire présent sur
les étuis, la date de péremption inscrite en clair
n’étant vérifiable que visuellement. La France est
donc le premier pays de la communauté européenne à avoir introduit le Data Matrix dans sa
législation. Mais il faudra aller plus loin car dans
de nombreux pays, les autorités doivent lutter
contre la fraude au remboursement et la contrefaçon qui constitue une grande menace pour la
Santé Publique ! C’est ce que permettra la mise
en place du Data Matrix sérialisé avec contrôle
des numéros de série au point de dispensation.
Quatre pays, la Belgique, l’Italie, la Grèce et la
Turquie exigent déjà un numéro de série pour
chaque conditionnement, en complément du
code produit, et l’Espagne et la Serbie réfléchissent actuellement à la mise en place de nouvelles
législations fondées sur la sérialisation. Nous
pensons qu’à terme des dispositions seront
prises et que d’ici à 4 ou 5 ans, la sérialisation
des produits pharmaceutiques sera une réalité en
Europe, comme le montre le projet de directive
européenne visant à lutter contre la contrefaçon
et qui est actuellement en cours de discussion au
Parlement. Le pilote EFPIA réalisé en Suède en
partenariat avec les grossistes-répartiteurs et les
pharmaciens a pour but de démontrer les avantages de la solution “Data Matrix sérialisé avec
contrôle au point de dispensation” en vue de son
déploiement futur en Europe.
Propos recueillis par
Philippe Desfilhes
LM244_P066-067_LDC
8/12/09
➔DOSSIER 1
17:39
Page 66
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
LDC mise sur
l’imagerie pour la
traçabilité
■ La solution de capture d’image et
d’identification de Image ID apparaît comme
une alternative à la RFID pour automatiser le
contrôle des expéditions en permettant de
c o n s e rver les étiquettes à codes-à-barres.
Lei bovici. Ba ptisé Visidot, ell e
repose sur un procédé d’identification automatique par imagerie digitale à grand champ de
vision, l ’ A I DC(Automatic identi f i c a ti on and data captu re ) . À
chaque passage de palettes, le système photographie toutes les étiquettes présentes sur les colis, des
Imagerie digitale
Comment fonctionne la tech- a l gorithmes de reconnaissance
nologie? “Nous avons fait évoluer d’images perm ettant ensu i te de
vers les applications de reconnais- détecter les étiqu et tes qu elle qu e
sance des pa l et tes et de traçabilité soit leur ori entation ainsi que les
des flux une te chnique développée étiquettes partiellement endomà la ba se pour la re connaissance magées. Une fois l’image acquise,
des personnes”, ex p l i que Florian les code s - à - b a rres sont analysés,
d é codés et enregi s trés dans de s
f i ch i ers inform a ti qu e s . Le système est interf acé avec l’ERP de
l’en treprise de façon à ce que les
fich i ers soient envoyés en temps
r é el dans la base de données du
client. Les informations présentes
sur les étiquettes sont alors comparées avec les bons d’expédition.
“L’opérateur voit s’afficher sur son
écran de contrôle les éventuels colis
« en erreur » sur la palette, comme
une éti q u et te avec un code destin a tion erroné, un colis en trop, ou
une date de consommation dépassée par ex em pl e”, po u rsuit Florian Lei bovi c i .
règles, l’opérateur valide ou non le
scan puis imprime l’étiquette SSCC
qui acco m pa gne la pa l et te chez le
cl i en t”, indique Florian Lei bovici, re s ponsable des ventes po u r
la Fra n ce et le Ben elux d’Image
ID.
Le système d’identification retenu par LDC permet de repérer visuellement les colis présentant
une anomalie.
66
e groupe LDC , numéro
un français de la volaille,
a mis en place sur son site
d’abattage et de découpe
de poulets, pintades et dindes de
Louhans (Saône-et-Loire),
la solution d’imagerie conçue
et développée par la société
isra é l i enne Image ID po u r
la traçabilité des expéditions.
Depuis février 2009,quelque
800 palettes défilent qu o tidiennem ent à travers un
portail installé en amont de
la station de filmage.Quatre
c a m é ras à haute définition
capturent, détectent et décodent les centaines d’étiquettes
co llées sur les colis qu e
con ti ent ch acune de ce s
palettes.“Cette opération s’effe ctuait auparavant en scannant manu ell ement chaque colis.
En quelques se condes déso rm a i s ,
les centaines de codes colis que
conti ent une pa l ette sont iden tifiés auto m a ti q u em ent et véri f i é s
par ra ppo rt à des règles prédéfinies par LDC . En fonction de ce s
L
LOGISTIQUES MAG AZ INE • NOVEMBRE 20 0 5 • N°24 4
la palette. Image ID a éga l ement
breveté une tech n o l ogie intu itive appelée DUAL (Detecti on
of unlabeled assets location) fondée sur des algorithmes évolués
qui analysent et intègrent les plans
de palet ti s a ti on , ce qui permet
de repérer les colis sans étiquette
ou non détectés dans la base de
données.“Chaque colis «en erreur»
est éga l em ent pointé graphiquement pour une co rre ction immédiate. Si un colis est en trop sur la
palette, l’expéditeur peut alors retirer ce colis sur la pa l et te, a n ti ciper sur une commande futu re ou
en faire cadeau à son client, mais
en ga rdant une tra ce de l’op é ration dans sa base de données”,souligne-t-il.
À Louhans, les résultats ont été
spectaculaires puisque l’automatisation du contrôle des ex p é d itions a permis d’accélérer les flux
d’expéditi on d’un facteur deux.
“LDC a d’ailleurs décidé de l’étendre
à d’autres site s”, se félicite Flo-
rian Leibovi c i , qui indique qu e
de plus en plus d’indu s tri els de
la grande distribution opten t
pour la traçabilité par imagerie
pour assurer le con trôle et la traçabilité de leu rs expéditions.
Réglementation
contraignante
“C’est le cas dans l’indu s trie de
la viande où la régl em entation
co n cernant la tra ç a bilité est très
contraignante mais aussi de façon
plus générale dans tout le se cteur
agroa l i m entaire, dans la pharmacie et la co s m é tique ou même
dans l’indu s tri e . Notre sol u ti o n
apparaît aujourd’hui comme une
a l tern a tive aux sol u tions RFID,
qui permettent elles aussi une
automatisation des proce s su s ,
mais au prix du changem ent du
m ode d’éti q u et a ge des produ i t s .
L’avantage est de conserver les étiquettes à codes-à-barres existantes
alors que les tags RFID sont considérés souvent comme en core trop
“En quelques secondes
désormais, les centaines de
codes colis que contient une
palette sont identifiés
automatiquement”,
FLORIAN LEIBOVICI,
RESPONSABLE DE VENTES CHEZ IMAGE ID
onéreu x ”,constate-t-il. La soluti on est app a rue d’autant plu s
séduisante à LDC qu’ elle résout
les problèmes de liti ges qu i
empoi s on n ent trop fréquemment les relations entre un industriel et ses distributeurs.“La photo
de la pa l et te et de son contenu est
co n servée dans les ba ses de données et constitue une preuve d’expédition que l’on peut envoyer au
client en cas de problème”,indique
Florian Leibovici. Cet argument
n’a pas été négl i ge a ble po u r
conva i n c re LDC d’adopter la
technologie d’Im a ge ID .
Philippe Desfilhes
Repérage visuel
Image ID a fait évoluer une technique développée à la base pour la
reconnaissance des personnes vers
les applications de reconnaissance
des palettes et de traçabilité des
flux.
Ces colis défaillants sont poi ntés ou repérés vi su ell em ent sur
l ’ i m a gede la palette affichée sur
l’écran, ce qui perm et à l’opérateur de rem é d i er fac i l ement au
problème avant d’éditer l’étiqu et te SSCC qui accompagnera
N°244• NOVEMBRE 2009 • LOGIS T IQUES MAG AZINE
67
LL244_P068-069_Dos Tagsys
➔DOSSIER 1
10/12/09
9:28
Page 68
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
Tagsys innove en RFID
pour le textile
■ Le projet “PACID” textile repose sur la conception d’une étiquette à
radiofréquence au principe innovant qui permet de décupler la distance
de lecture et de détecter les centaines d’articles textiles transportés sur
un roll, ce qui constitue une première.
L
Tagsys a déployé une solution RFID
complète, de marquage et de traçage RFID, pour la marque de textile
Serge Blanco.
e spécialiste des solutions
RFID pour la traçabilité
de l’obj et Tagsys a pris la
t ê te d’un proj et de
rech erche baptisé “PACID Textile” qui ouvre de nouvelles perspectives pour la tra ç a bilité de s
produits textiles,dans les métiers
de la bl a n ch i s s erie notamment.
“Il s’ a git de dével opper une solution pour déte cter auto m a ti q u em ent par ra d i of r é q u en ce tout le
contenu d’un chariot de linge, soit
poten ti ell em ent des centaines de
produits, ce qui n’a jamais été fait”,
i n d i que Chri s tophe Lo u s s ert,
vi ce-pr é s i dent de Ta gs ys.
Les puces à haute fréquen ce
(13,56 MHz) traditionnellement
utilisées dans l’indu s trie de la
bl a n ch i s s erie sont en effet trop
limitées en distance de lectu re une cinquantaine de centimètres.
Et le reco u rs à la très haute-fréqu ence (900 MHz) ne perm ettait pas de résoudre le problème.
“Il faut en ef fet utiliser des tags
UHF de très petites tailles, une
dizaine de millimètres de longueur
tout au pl u s , afin de pouvoir les
coudre dans les vêtements. La dis-
“Nous développons une
solution pour détecter
automatiquement par
radiofréquence tout le
contenu d’un chariot de linge,
ce qui n’a jamais été fait”,
CHRISTOPHE LOUSSERT,
VICE-PRÉSIDENT DE TAGSYS
68
LOGISTIQUES MAG AZ INE • NOVEMBRE 20 0 9 • N°24 4
t a n ce à laquelle sont lus les tags
UHF de cet te taille est éga l em ent
trop faible pour espérer la lectu re
de l’en semble du contenu des rolls
d’un mètre de large et de deux
mètres de hauteur qu’ u ti l i sent les
professionnelles de la bl a n ch i s seri e”, explique-il.
Avec le nouveau procédé de RFID de
Tagys, les blanchisseurs sauront
exactement le nombre de produits et
entrés et sortis d’un établissement
et pourront ainsi facturer au plus
juste les pertes à leurs clients.
Un principe inédit
Comment résoudre le problème?
Tagsys a conçu une éti qu et te à
radiofréquence au principe inédit
dont le brevet a été déposé début
2009.De technologie UHF,le procédé pr é s ente la parti c u l a rité de
découpler la puce électron i que
et son antenne.“La puce est encapsulée dans un boîtier en plastique
d’une dizaine de millimètres de
diamètre, une taille qui perm et de
la coudre dans le vêtem ent lors de
sa fabrication. Quant à l’antenne,
c’est un fil métallisé intégré dans
le ti s su . Il n’y a pas be soin de
co n n exion électronique entre la
puce et l’antenne, la commu n i c ation s’ é t a blissant par indu ction.
La taille de cette antenne, une quinzaine de centimètres, d é c u ple la
distance de lectu re, ce qui perm et
de détecter l’en semble des vêtem ents co n tenu dans un roll ”,
ex p l i que Christophe Loussert.
Co-labellisé par les pôles de
com p é ti tivité SCS (Soluti on s
Com mu n i c a n tes Sécurisés) et
Tech tera (Technical Tex ti l e s
Rhône-Alpes),ce projet d’un budget de 1,5 million d’euros (dont
un ti ers à la charge de Tagsys) a
associé de multiples compétences.
Sofila, spécialiste de la tra n s formation du fil et de la production
Pour les blanchisseurs, le passage
du linge le portique de lecture RFID
permettra de lire des centaines d’articles qu’il contient en quelques
secondes, ce qui accélérera considérablement les processus de
contrôle à l’entrée et à la sortie au
niveau des sites de traitement.
de fils synthétiques a dével oppé
le fil métallisé qui sert d’antenne.
Le fo u rn i s s eur d’équ i pem en t s
pour blanchisseries industri elles
Jensen et le fabricant de machines
à coudre Ma u rin ont trava i llé à
l ’ i n t é gration du système, le prem i er pour met tre au point la
d é pose de l’antenne dans le textile, le second pour faire en sorte
que les machines qui lavent,trient
ou empilent les vêtements ou les
l i n ges lisent les tags autom a tiqu em ent dans des con d i tions
optimales.
l’IN2MP (Institut Nanosciences
Matériaux Microélectronique de
Proven ce) et le LEAT (Laboratoi re d’Electronique, Antennes
et Télécommunications). “L’ é d iteur de logici el de médiation Scalagent s’est chargé d’adapter notre
système info rm a tique de tra du ction et d’échange des données RFID
et deux cherch eu rs étudient les
d i m ensions et le design optimal
des antennes ainsi que les technologies de transmissions les plus
adaptées. Notre rôle dans le projet a été de concevoir la pu ce et de
co m pren d re les besoins du marché en l’adaptant aux co n traintes
op é ra ti o n n elles du méti er de la
blanchisserie indu s trielle que nous
connaissons bien”, insiste le vi ceprésident de Tagsys.
Pa rten a i re du proj et, Elis, l e ader européen de la location et de
l’entretien des vêtements profess i on n els et de linge plat, s é l ecti on n era les sites où seron t
déployés les premiers pilotes,l’objecti f étant d’être prêt à réaliser
les prem i ers essais d’ici un an à
un an et demi. “ Le nouveau système sera proposé à terme à l’ensem ble de nos cl i ents du se cteu r.
Son poten ti el est énorme puisque
les te ch n ol o gies RFID exi s t a n te s
ne perm et t a i ent de taguer que les
vêtements plats (couvertures, taies
d’orei ll ers, draps…) Il sera déso rmais possible d’équiper aussi tous
de lectu re perm et tra de lire les
centaines d’articles qu’il contient
en quelques secondes, ce qui accélérera considérablement les processus de contrôle à l’en trée et à
la sortie au niveau des plate s formes des blanchisseurs comme
chez leu rs cl i ents. Cela perm ettra aussi un meilleur suivi et une
plus grande fiabilisation des stocks
car un middl ew a re, l ogi c i el servant d’intermédiaire de communication entre plusieurs app l i c ations,traduit les données recueillies
et les rem on te au système d’exploitation informatisé.Il en résultera des économies importantes
car les pertes annu elles de linges
ou de vêtements de travail pèsent
lourd (elles sont estimées à 4 %
du bu d get de fon cti on n em en t
d’une bl a n ch i s s erie de taill e
moyenne). “Les blanchisseurs sauront exactement le nombre de produits en trés et so rtis d’un établissement et pou rront facturer au
plus juste les pertes à leu rs clients.
Au tre avantage, e s senti el dans le
milieu hospitalier, n otre sys t è m e
permettra de lutter co n tre les maladies noso comiales en limitant les
m a n i pu l a tions du linge”, po u rsuit Christophe Loussert.
Si l’hôpital et l’hôtell eri e ,deux
s ecteu rs où Tags ys est déjà tr è s
présent,sont les cibles prioritaires
du projet “PACID Texti l e”, cette
nouvelle technologie ouvre aussi
“La possibilité d’utiliser notre
tag en l’intégrant au vêtement
permettra en effet de lutter
beaucoup mieux contre le vol et
la contrefaçon des produits”,
DIDIER MATTALIA, RESPONSABLE COMMERCIAL
DE LA DIVISION “MODE & RETAIL” POUR TAGSYS
Optimisation de la puce
les vêtements de fo rme (pantalons,
bl ou se s , m a n te a u x … ) , ce qui
d é c u ple l’impo rt a n ce du march é
de la traçabilité RFID dans la blanch i s serie indu s triell e ! ”, estime
Christophe Loussert
Ta gs ys trava i lle désormais su r
l ’ opti m i s a tion de la puce et le
développement d’une station de
l ecture spécifique, en collaborati on avec deux labora toi re s ,
Pour les blanchisseu rs , il s’agit
d’une vraie révo luti on. Le passage du ch a riot sous le portique
Une vraie révolution
de nouvelles pers pectives au
con cepteur de systèmes RFID
dans les métiers de la mode et du
magasin,où la firme met d’ailleurs
les bo u chées doubles pour se
développer.“Si les contraintes liées
à la taille des tags et aux difficultés de lectu re ren co n trés dans le
métier de la bl a n ch i s serie n’exi stent plus dans la mode, dans la
mesure où les tags RFID sont col-
La mode s’empare de la RFID
Tagsys a achevé en début
d’année 2009 le déploiement
d’une solution RFID complète,
de marquage et de traçage RFID
pour la marque de textile Serge
Blanco. Tous les produits de ce
dernier (de l’ordre de 1,5 million
d’articles par an) sont désormais “tagués” dès leur
fabrication. “Cela a permis d’automatiser le contrôle à l’arrivée
sur la plate-forme du sud de la
France où ils sont réceptionnés
avant la préparation des
commandes pour les magasins.
Alors qu’il fallait 10 personnes
et plusieurs heures pour réceptionner un arrivage de 25000
articles, cette tâche ne nécessite
plus que l’intervention de deux
opérateurs qui peuvent traiter
jusqu’à 35000 articles, et ce,
dix fois plus rapidement”,
indique Didier Mattalia, responsable commercial de la division
“Mode & Retail” pour Tagsys.
Celuic- ajoute que, globalement,
l’accélération des flux logistiques générée par la RFID a
accru la capacité de traitement
du centre de 40 % à 50 %.
Très présent historiquement
dans les applications RFID
dédiées à la blanchisserie industrielle et aux bibliothèques,
Tagsys voit dans la mode et le
retail un levier important pour
ses solutions. “C’est un métier
que nous suivons de très près
depuis plusieurs années, avec
déjà quelques projets à notre
actif, pour les marques portugaise Throttleman et espagnole
Boboli ou encore pour des magasins Levi’s au Mexique. “Après
Serge Blanco, nous prévoyons
d’ailleurs d’équiper l’an prochain
cinq ou six nouvelles marques en
production en France d’une solution par radiofréquence”, révèle
le directeur commercial. Pour
faciliter l’accession aux technologies RFID des acteurs du
textile,Tagsys s’appuie sur ses
partenaires traditionnels (Av e ry
Denison, Paragon…) qui sont
déjà spécialisés dans la fournitures de labels code à barres
pour cette industrie. “Les métiers
du textile nous apparaissent
également particulièrement
portés à investir dans des solutions RFID en raison des
bénéfices opérationnels très
significatifs que peut apporter la
RFID, notamment dans la réalisation des inventaires en magasins.
Le lecteur Tagsys permet par
exemple de traiter 7 000 articles
inventoriés en 20 minutes par
une seule personne selon les
mesures faites par GS1 !
“Pour des marques de mode,
une solution déployée sur
tout le circuit de distribution
entraîne en effet un retour
sur investissement estimé à
moins de 18 mois”, chiffre
Didier Mattalia.
Ph. D.
lés ou intégrés sur l’éti q u et te pendu l a i re qui acco m pa gne le vêtement,notre nouvelle étiquette aura
néanmoins une carte à jou er. La
po s s i bilité d’uti l i ser notre tag en
l’intégrant au vêtem ent perm ettra en effet de lutter beaucoup
m i eux co n tre le vol et la co n tref açon des produits”, e s time Di d i er
Mattalia, re s ponsable commercial de la division “Mode & Retail”
pour Tagsys. Invisible,au contraire
de tous les systèmes existants, la
protection n’en sera en effet qu e
plus efficace .
Philippe Desfilhes
N°244 • NOVEMBRE 2009 • LOGIS T IQUES MAG AZINE
69
LM244_P70-71_COMM FICHES
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:55
Page 70
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
Progiciels de traçabilité : une offre mature
■ Les éditeurs
développent des
solutions puissantes,
capables d’assurer
une traçabilité sur
l’ensemble de la
supply chain tout en
répondant aux
besoins spécifiques
des différents métiers.
“Les industriels voient
davantage la traçabilité
comme un vecteur
d’amélioration
de la performance que
comme une contrainte
législative à respecter”,
RÉMY DANIÈRE,
INGÉNIEUR D’AFFAIRES MES D’EURIWARE
“Aujourd’hui, le socle
de notre solution évolue peu.
Ce qui est nouveau,
c’est d’y ajouter
des fonctionnalités métiers”,
OLIVIER DRÉAN,
DIRECTEUR DE PARTENAIRES D’APRISO
“A
u jou rd ’ h u i , l e s
industriels voient
davantage la traçabilité comme
un ve cteur d’améliora tion de la
perfo rm a n ce que comme une
contrainte législative à respecter”,
observe Rémy Danière,ingénieur
d’affaires MES chez l’intégrateur
i n formati que Euriw a re . Cet te
tendance a des répercussions sur
l’offre des éditeurs de progiciels
de traçabilité. Ai n s i , les outi l s
développés spécifiquement pour
la gestion de la tra ç a bilité dispara i s s ent peu à peu au profit de
systèmes de pilotage offrant une
vi s i bilité complète et en temps
réel des flux sur l’ensemble de la
supply chain.
Transversalité
Avec sa solution Extended Enterprise Management (EEM),plate-
“Notre offre permet
aux entreprises de tracer
les flux au-delà des quatre
murs de l’entrepôt”,
JULIEN MASION, CONSULTANT SOLUTIONS
CHEZ MANHATTAN ASSOCIATES
70
LOGISTIQUES MAG AZ INE • NOVEMBRE 20 0 9 • N°24 4
forme co ll a borative apportant
une tra ç a bilité gl obale depuis la
produ cti on jusqu’à la livra i s on
finale, l’éditeur américain Manhattan Associates s’inscrit dans
cet te mouva n ce de la tra n s versalité. “EEM répond à la co mplexité des chaînes logistiques
a ctu elles et à la nécessité pour les
en trepri ses de tra cer au-delà des
quatre murs de l’en trepôt”, commente Julien Masion, consultant
Solutions chez Manhattan Associates. L’ a pproche est la même
chez le français Produ ctys ainsi
que chez les con c u rrents américains IBM et Apri s o. Ce dernier
propose, au travers de sa solution FlexNet,une traçabilité multi s i te d’un bout à l’autre de la
chaîne logi s ti qu e . “FlexNet est
capable de capturer l’information
aussi bien au sein d’une usine que
sur une pl a te-forme logi s tique ou
sur le site d’un sous-traitant”, précise Ol ivier Dréan, directeur de
partenaires pour la région EMEA
chez Apri s o.
WMS et MES
Néanmoins, l ’ é m er gen ce su r
le marché de ces systèmes d’inform a ti on tra n s verses ne se fait
pas au détriment du développem ent de logiciels plus proch e s
de l’atel i er. Les WMS (Warehouse Managem ent Sys tem)
dans les en trepôts et les MES
(Manufacturing Exec utive System) dans les usines re s tent des
outils clés dans la mise en œuvre
de la traçabilité. “Ces ou tils dits
« s h op floor » font rem o n ter vers
l’ERP des inform a tions détaillées,
riches, fines et co m pl è tes sur les
flux physiques de l’en treprise. Ces
données sont une mine d’or car
elles perm et tent à l’en trepri se de
m i eux compren d re la réalité du
terra i n”, explique Éric Wanscoor, directeur associé de Fluenxi,
c a bi n et de con s eil en su pp ly
chain. Généalogie des produits,
gestion de nomenclatures, suivi
des stocks figurent en effet parmi
les fonctionnalités de base d’un
MES. À celles-ci s’ a j o utent de
nouveaux modules couvrant la
supervision et l’exécution.Ainsi,
le MES de Wonderware propose
de corréler,sur une même plateforme inform a ti qu e , des données en proven a n ce des autom a tes d’exécution (su ivi des
a rrêts machines, taux de rendement synthéti qu e , etc.) et les
données classiques délivrées par
le MES. Cette offre “deux en un”
se retro uve chez Ordinal Sof tw a re . Sa soluti on “Coox 6”
contient à la fois un MES et une
s o luti on intégrée et modu l a i re
de su pervi s i on . Coox 6 peut
contenir jusqu’à six modules, en
foncti on des be s oins fon cti onn els des en trepri s e s .
Spécificités “métiers”
Tout en proposant une of f re
tra n s versale modulaire et standardisée, les éditeu rs ch erch en t
à s’adapter aux spécificités métiers
de leu rs cl i en t s . C’est le cas
d’Apri s o. “Au jou rd ’ h u i , le so cl e
de notre sol u tion Flex Net évolue
peu. Ce qui est nouveau, c’est d’y
ajouter des fonctionnalités métiers”,
confie Olivier Dréan.Ainsi, avec
une seule et même soluti on ,
Apriso est en mesure de s’adress er aussi bien aux secteu rs de
l’automobile et de l’aéronautique
qu’à ceux de la cosmétique et de
la pharmacie. “Très concrètement,
L’Oréal n’a pas les mêmes
co n traintes en termes de tra ç a bilité que Dassault. Quand le prem i er aura des impératifs de su ivi
de pesée et d’em ballage, le second
d evra met tre en pl a ce un Product
Li fe cycle Managem ent (PLM)
pour attester que l’assem blage de
ses missiles a été réalisé conformém ent aux recommandations du
bureau d’études”,illustre Olivi er
Dréan. Pour répondre à ces problémati ques profe s s i onnell e s
variées, certains éditeurs n’hésitent pas à décliner leurs logiciels,
jusqu’au niveau de leur offre, en
d i f f é ren tes catégories ciblées
m é ti ers . C’est l’opti on retenu e
par l’éditeur valentinois Acceliis
dont les logi c i els Produ ct’ I D,
Co s m et’ID et Agr’ID sont de stinés, comme leurs noms l’indiquent, à l’industrie manufacturi è re , à la co s m é ti que et à
l ’ a groalimentaire.
Évolutions réglementaires
Dans ce dernier secteur,notons
que certains éditeurs se spécialisent sur des niches d’activités.
Par exemple, l’éditeur Prooftag,
via son progi c i el Soda, propo s e
aux fabricants de vins et spiritu eux de gérer leur tra ç a bi l i t é ,
du tiré bouché à l’expédition des
bo uteilles en caisses, palettes et
box palettes. Pour ce qui est du
domaine de la santé, l ’ of f re se
développe au gré des évolutions
régl em en t a i re s . Chez l’américain Rockwell Software, on note
“Les outils dits “shop floor”
font remonter vers l’ERP
des informations détaillées,
riches, fines et complètes
sur les flux physiques
de l’entreprise”,
ÉRIC WANSCOOR,
DIRECTEUR ASSOCIÉ DE FLUENXI
“Pour optimiser
l’exploitation des données,
la tendance est de mettre
en relief certaines
informations par
des indicateurs couleurs”,
BRUNO LEGRAND,
DIRECTEUR GÉNÉRAL D’ACCELIIS
le lancem ent de “ Fa ctoryTalk
Ph a rma Suite”, un MES spécialement développé pour répondre
aux obl i gations des labora toires
ph a rm aceuti ques, notamment
en termes de suivi de pesage. De
s on côté, l ’ é d i teur stéph a n oi s
Courbon a anticipé les directives
eu rop é ennes à venir sur la traçabilité du médicament en lançant Pharmacim LSM (Label
Serial Management),logiciel qui
vi ent compléter son offre dédiée
à l’indu s trie ph a rm aceuti que,
jusque-là composée des logiciels
Pharmacim MES pour la traçabilité de la production et du conditionnement et Pharmacim DLE
pour la gestion du do s s i erde lot
et le pilotage des processus.“Pharmacim LSM a vocation à gérer le
marquage Datamatrix et la sérialisation. Il a été mis sur le march é
en avril 2009 et répond à une légi sl a tion qui en trera en vigueur en
“Notre logiciel permettra
d’effectuer une traçabilité
à la boîte de médicaments”,
NICOLAS STORI, DIRECTEUR DE L’ACTIVITÉ
COURBON
SOLUTIONS LOGICIELLES DE
France à partir du 1er janvi er 2011
et qui obligera les laboratoires pharm a ceu tiques à ef fe ctu er un marquage bidimen s i o n n el Da t a m atrix sur chaque boîte de
médicaments. Cet te traçabilité à
la boîte , et non plus au lot comme
c’est le cas à l’heu re actu ell e , perm et tra de lutter co n tre la fraude
aux remboursements et la co n trefaçon”, ex p l i que Ni colas Stori,
directeur de l’activité soluti on s
l ogi c i elles de Co u rbon.
Ergonomie
À l’instar de Co u rbon dans la
pharmacie, les progi c i els sont de
plus en plus nombreux à présenter la capacité d’intégrer des codifications en provenance de nouvelles tech n o l ogies de marqu a ge
comme le Datamatri x , qui offre
une haute densité d’informati on s , ou la RFID. I B M , p a r
exemple, s o u l i gne la capacité de
s on progiciel Infosphere Traceability Server (ITS) à assu rer la
“collecte et le sto ckage d’événements de tra ç a bilité provenant de
la lectu re de codes à ba rres, é tiq u et tes Da t a m a trix ou pu ce s
RFID”. Pour sa part l’autri chien
RF-iT So luti ons met en avant la
c a p acité de son progiciel You-R
Open , d’une part, à “su ppo rter
l’intégralité de l’infra s tructu re de
traçabilité (tags RFID, automates,
lecteurs codes à barres, imprimantes…)” et , d ’ a utre part, à
“f a ci l i ter l’intégration des te chnol o gies d’identification automatique au système d’info rm a tion
de l’en treprise par l’intermédiaire
de divers connecteurs et interfaces
(web servi ce s , http, SQL, SAP,
standard EPCIS défini par GS1,
Micro soft.Net…)”. L’ acce s s i bilité des données est en effet une
pr é occupati on croi s s a n te de la
part des éditeu rs de progiciels.
“Pour faire dialoguer plus faci l em ent leu rs systèmes entre eux, ils
intègrent des fo rmats d’éch a n ge
s t a n d a rdisés tels que le XML ou
le web - servi ce”, n o te Rémy
Danière, chez Euriware.Les fournisseu rs trava i ll ent éga l em en t
sur l’ergonomie afin de faciliter
aux utilisateurs l’exploitation de
la masse d’informations générées par leu rs progiciels. Reportings, t a bleaux de bord pers onnalisables,photos,cartographie…
Ils rivalisent d’imagination pour
opti m i s er la lisibilité des données. Selon Bruno Legrand, directeur général d’Acceliis, “la tend a n ce est à la réalité augmentée”.
Chez l’éditeur,il s’agit par exemple
de mettre en relief certaines informations contenues sur une photo
par des indicateurs couleurs. De
son côté, Manhattan Associates
propose, sur son progiciel EEM,
“Su pply Chain Vi s i bility”, un
module de visualisati on cartographique fondée sur la technologie Microsoft Bing Maps.“Grâce
à des filtres, l’utilisateur peut zoomer sur certains flux, sur certaines
co m m a n d e s”, d é t a i lle Ju l i en
Masion. La bataille entre les éditeurs de progiciels de la traçabilité po u rrait donc bi en se jouer
sur l’er gon om i e . À moins qu e
la différenciation ne s’opère sur
la ge s tion des nom en cl a tu re s
inversées, une fonctionnalité sur
laquelle les éditeurs devront planch er s’ils veu l ent se po s i tionner
sur un su j et d’avenir : la tra ç abilité liée au recyclage et à la valorisati on des déch et s .
Marie-Noëlle Frison
N°244 • NOVEMBRE 2009 • LOGIS T IQUES MAG AZINE
71
LM244_P072-082_Fiches traça
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:56
Page 72
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
@G P
ACCELIIS
Nom du progiciel : [email protected]
ACCELIIS
Nom du progiciel : HYPERVISIUM
ACTEMIUM
Nom du progiciel : PRODUCT’ID, AGR’ID, COSMET’ID
Nom du progiciel : IPDB
IDENTITÉ
IDENTITÉ
IDENTITÉ
IDENTITÉ
➤ Description générale : [email protected] extranet est un outil autonome de
gestion de traçabilité alimentaire au service des industriels fournisseurs de la
grande distribution.
L’outil prend en charge le processus de bout en bout, de l’arrivée de la
commande EDI à l’émission de l’avis d’expédition, celui-ci contenant la traçabilité des contenants et la hiérarchie de la livraison avec les numéros de lots
et les dates limites de consommation (DLC/DLUO). L’application intègre
toutes les étiquettes SSCC telles qu’attendues par les distributeurs.
➤ À noter : cet outil permet en toute simplicité de mettre en œuvre une gestion
complète de la traçabilité alimentaire.
➤ Édité et distribué par : Société @GP.
➤ Date de création société : 2000.
➤ Chiffre d’affaire 2008 : 1,6 MÄ.
➤ Effectif : 25 personnes.
➤ Couverture géographique : France, Europe.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : moins d’un mois, 3 semaines.
➤ Nombre de sites installés : 160 sociétés.
➤ Date de la première installation du progiciel : 2004.
➤ Date de la dernière version : 2008.
➤ Langues d’utilisation : français, anglais, espagnol, portugais.
➤ Description générale : HyperVisium est une technologie développée par
Acceliis permettant de détecter, décoder et localiser instantanément une multitude de codes à barres. Cette technologie inédite s’applique dans de nombreux
processus de l’entreprise et dans tous les secteurs d’activité.
HyperVisium permet de contrôler, en quelques secondes, l’intégralité du
contenu d’une palette avant expédition, sans oublis et sans erreurs.
➤ À noter : un module de visualisation (réalité améliorée) permet à l’opérateur de détecter et corriger les erreurs de préparation très rapidement. Le
système peut s’interfacer avec tout type de système d’informations (ERP,
WMS…).
➤ Édité et distribué par : Acceliis.
➤ Date de création société : 2004.
➤ Chiffre d’affaire 2008 : N.C.
➤ Nombre de salariés : N.C.
➤ Couverture géographique : France, Europe.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 1 à 3 mois.
➤ Nombre de sites installés : N.C.
➤ Date de première installation : N.C.
➤ Date de dernière version : octobre 2009.
➤ Langue d’utilisation : français, anglais (module de traduction disponible)
➤ Description générale : Product’ID est un progiciel de gestion de la traçabilité et de la production. Produc’ID s’adresse à tous types d’industries, Agr’ID
cible les industries agroalimentaires et enfin, Cosmet’ID s’adresse aux métiers
de la cosmétique. Le logiciel de base (production/expédition) peut être enrichi
par de nombreux modules.
➤ À noter : les nombreux modules existants et à venir en font une solution
riche, complète et évolutive. Une interface dynamique existe avec plusieurs
logiciels de gestion commerciale permettant aux petites et moyennes structures de disposer d’un ERP adapté à leurs besoins.
➤ Édité et distribué par : Acceliis.
➤ Date de création société : 2004.
➤ Chiffre d’affaire 2008 : N.C.
➤ Nombre de salariés : N.C.
➤ Couverture géographique : France, Europe.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 1 à 3 mois.
➤ Nombre de sites installés : 6.
➤ Date de première installation : 2006.
➤ Date de dernière version : septembre 2009.
➤ Langue d’utilisation : français, anglais, espagnol.
BUDGET
BUDGET
➤ Licence : location 98 Ä par an et par Centrale
➤ Récurrent : coûts des transmissions (0,10 Ä par commande, 0,50 Ä par
avis d’expédition, 0,10 Ä par étiquette).
➤ Services : 1 à 2 KÄ.
➤ Coût du matériel : 8 kÄ par module de lecture.
➤ Licence : 11 kÄ.
➤ Services : de 3 à 10 kÄ (selon personnalisation).
➤ Description générale : IPDB est un progiciel d’archivage long terme des
données de production se connectant aux superviseurs ou SNCC de vos
sites.
Par sa capacité à collecter les informations sur l’ensemble des sources d’information présentes dans vos unités de production, ipdb permet de constituer
une banque de données industrielles unique. Données chronologiques
(mesures), alarmes, séquences de fabrication (batch, étapes de production)
sont accessibles à tous les acteurs de la production.
Par ses possibilités d’homogénéisation et d’unification des données ipdb
masque la diversité et la complexité des sources de données et donne une vision
claire et cohérente à l’information. La création de ressources (groupe de
capteurs) et de domaines utilisateurs (organisation hiérarchique par centre d’intérêts) ajoute encore à la facilité d’exploration des données.
Par son interface graphique utilisateurs entièrement personnalisable, ipdb permet
la construction de vues d’extraction et d’analyse de données adaptées aux
besoins de chacun.
➤ À noter : IPDB intègre des algorithmes de stockage spécifiquement
adaptés au très gros volume de données générés par les systèmes automatisés. L’adoption de la technologie Java permet de déployer l’interface de
paramétrage et d’analyse des données sans installation sur les postes utilisateurs. L’ensemble des fonctions d’administration est intégré au progiciel.
➤ Édité et distribué par : Actemium Sté MCII.
➤ Date de création société : 1981.
➤ Chiffre d’affaires 2008 : N.C.
➤ Effectif : 35.
➤ Couverture géographique : France ou Europe à travers le réseau Actemium.
➤ Délai moyen de mise en œuvre (en mois) : 0,5 à 2 en fonction de la taille
du projet.
➤ Nombre de sites installés : 10.
➤ Date de première installation du logiciel : 2004.
➤ Date de la dernière version : 2008.
➤ Langue d’utilisation : français.
➤ Identité du progiciel : [email protected]
➤ Principales fonctionnalités : récupération des commandes de vos clients
(Carrefour, Back Europ, Auchan, Leclerc, Monoprix, Système U, Casino, Intermarché, Métro… ) avec l’émission d’une alerte email indiquant l’arrivée de
celles-ci. Consultation et Impression de vos commandes. Assistant de saisie
de traçabilité (no de lots, dlc/dluo). Édition de vos étiquettes SSCC cartons et
palettes avec traçabilité (EAN128) sur imprimante A4 (en standard), selon le
cahier des charges du distributeur concerné. Gestion des affectations/déplacements des colis sur palette. Renvoi à votre client du message EDI Avis
traçabilité. Archivage de vos données de traçabilité. Recherche de l’historique
sur tous les critères de traçabilité. (n° de lots, DLC/DLUO, n° de SSCC, n° de
commande, GTIN produit…).T [email protected] intègre les logiciels de télécommunication EDI.
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : produit ouvert : l’application [email protected]
est également proposée en EDI Hébergé.
Le contrat de maintenance vous permettra de bénéficier de toutes les évolutions des langages et de nos programmes. À chaque évolution demandée par
une enseigne, notre application intégrera en standard ces aménagements.
➤ Secteurs d’activité concernés : tous secteurs d’activités.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : Linux.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : ouvert à tous les progiciels; les
échanges s’effectuent via des fichiers interfaces, dont le format est soit
proposé par @GP, soit selon le format propriétaire de l' ERP.
➤ Langage ou progiciel de développement : PHP5.
➤ Bases de données : MySql.
72
LOGISTIQUES MAG AZINE • NOVEMBRE 20 0 9 • N° 24 4
➤ Licence : de 2 à 15 kÄ selon les modules.
➤ Services : de 1 à 10 kÄ (selon personnalisation).
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : sélection de commande, contrôle de la
préparation, vérification des règles métiers (DLC, LOT…). Affichage des
erreurs (réalité améliorée), correction des erreurs.
➤ Capacité d’ouverture : produit ouvert.
➤ Secteurs d’activité concernés : solution métier agroalimentaire, automobile, gestion de parc de consignes…
➤ Principales fonctionnalités : gestion des réceptions (lot DLC), génération d’étiquettes (standard EAN), gestion de la production, gestion des
expéditions, étiquette SSCC, gestion des allergènes, gestion de la qualité, gestion
des étapes de fabrication, gestion de stock et des inventaires, gestion des préparations, gestion des réapprovisionnements, module EDI.
➤ Capacité d’ouverture : produit ouvert.
➤ Secteurs d’activité concernés : solution métier : industrie, agroalimentaire, cosmétique.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plate-forme matériel : Windows.
➤ Solution : monosite.
➤ Interface avec d’autres progiciels : suivant étude.
➤ Base de données : ODBC.
➤ Plate-forme matériel : Windows, Windows CE.
➤ Solution : monosite et multisite.
➤ Interface avec d’autres progiciels : Sage, Ciel, EBP, autres progiciels sur
demande.
➤ Base de données : MySQL.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
BUDGET
BUDGET
➤ Licence : 3 à 40 KÄ selon le nombre de variables.
➤ Services : N.C.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : collecter les informations de production en
se connectant aux systèmes existants : superviseurs, automates, appareils de
mesure, fichiers… Uniformiser et organiser le dictionnaire de données pour
une présentation homogène et intuitive. Historiser et archiver massivement
les données de production grâce à des algorithmes, des technologies de
stockage et de compression de données performants. Diffuser et exploiter les
informations de production en s’appuyant sur les technologies de l’internet.
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : produit ouvert : bureautique, ODBC.
➤ Secteur d’activité concerné : tous secteurs.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : Linux, Unix.
➤ Solution : monosite.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : ODBC, OPC, accès natif superv ision CPI/GFA.
➤ Langage : Java.
➤ Base de données : Oracle.
N° 244 • NOVEMBRE 20 0 9 • LOGISTIQUES MAG AZINE
73
LM244_P072-082_Fiches traça
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:56
Page 74
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
ALTÉAD SERA
APRISO
Nom du Progiciel : ALTESOFT
COSMOS CONSULTANTS
Nom du Progiciel : FLEXNET
IDENTITÉ :
IDENTITÉ
➤ Description générale : outil de supervision d’unités de production à
destination des professionnels de l’industrie agroalimentaire, la solution Altésoft est un outil résolument moderne et performant. Modulaire et évolutive,
elle se décline pour tout type d’installation. Elle est paramétrable en fonction
de l’évolution des besoins et permet la gestion centralisée de différents sites
de production. Flexible, elle permet d’ajouter de nouveaux éléments en toute
simplicité, d’effectuer les mises à jour ainsi que la maintenance à distance.
Ultra sécurisée, elle garantit la fiabilité des informations collectées et une traçabilité sans faille. Ultra-performante, elle est capable de traiter d’importants
volumes d’information et d’établir des données statistiques en vue d’analyser
et d’optimiser les process. Installée chez plusieurs de nos clients, Altésoft est
depuis quelques mois l’une des solutions leaders en matière de gestion de
process.
➤ À noter : l’architecture de la solution Altesoft bénéficie des dernières
avancées technologiques tant d’un point de vue matériel que logiciel.
Ainsi, la solution AltéSoft est conçue pour tirer profit des architectures multicœurs (véritable multitâches natif), assurer le traitement d’importants volumes
d’informations par l’optimisation dynamique des flux de données entre les différents éléments de la supervision, assurer la prise en compte globale de
nouveaux éléments, grâce à une architecture logicielle “imbriquée” et par une
programmation Objet orientée Type, assurer une traçabilité sans faille de l’ensemble des événements, grâce à une base de données autonome et sécurisée.
Simplifier l’accès à l’information par une ergonomie adaptée et intuitive et
permettre une réactivité et un suivi optimum de l’installation grâce à une architecture logiciel et matériel conçue pour la télémaintenance et par un système
d’auto diagnostique en temps réel.
➤ Édité et distribué par : AltéAd SERA.
➤ Date de création société : 1976.
➤ Chiffre d’affaires 2008 : 9 millions d’euros.
➤ Nombre de salariés : 70.
➤ Couverture géographique : France (agences) - Europe, Afrique, Asie,
Amérique Latine (activité).
➤ Délai moyen de mise en œuvre : de quelques semaines à quelques mois.
➤ Nombre de sites installés : 15.
➤ Date de la première installation : mai 2008.
➤ Date de la dernière version : septembre 2009.
➤ Langues d’utilisation : multilingues.
➤ Description générale : Apriso est un éditeur de logiciels. La plate-forme
d’Apriso, FlexNet, apporte aux entreprises manufacturières, visibilité, adaptabilité, et un contrôle temps-réel des opérations de fabrication au sein de
l’entreprise et de sa chaîne logistique et permet de s’adapter rapidement et
aisément aux évolutions du marché et aux événements non prévus.
La plupart des clients d’Apriso ont choisi d’intégrer planification, exécution
et contrôle afin d’augmenter l’efficacité opérationnelle et d’éliminer les erreurs
encore présentes dans leurs processus de production.
➤ À noter : nouvelle Solution : FlexNet Lean Material Flow. La solution développée en collaboration avec Accenture permet de s’appuyer sur les “meilleures
pratiques” utilisées depuis des années dans la gestion des flux s’appuyant sur
les principes du “Lean Manufacturing”. Cette nouvelle solution de la famille FlexNet
vient remplir certains vides laissés par les applications ERP, pour le plus grand
bénéfice des industriels qui cherchent à réduire le gaspillage et les cycles de
fabrication, tout en augmentant la qualité de leur processus logistique.
➤ Édité et distribué par : nom de la société (pays) Apriso Corporation - USA.
➤ Date de création société : 1992.
➤ Effectif : 180.
➤ Couverture géographique : France (Paris), Europe (Italie, Pologne, autres
pays couverts par partenaires), monde (USA, Brésil, Chine, Japon, autres pays
couverts par partenaires).
➤ Délai moyen de mise en œuvre : projet moyen : 2 à 4 mois, grand projet :
4 à 10 mois selon déploiement.
➤ Nombre de sites installés : en France 100, Europe : 200 et monde : 350.
➤ Date de première installation du progiciel : N.C.
➤ Date de la dernière version : 7 décembre 2006.
➤ Langues d’utilisation : N.C.
BUDGET
➤ Coût du progiciel : en fonction de l’installation.
➤ Licence : variable en fonction du type d’installation.
➤ Services : N.C.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : gestion de process, traçabilité, gestion du
MES, logistique, interface avec logiciels tiers, gestion codes-barres, contrôle
d’accès, gestion process vrac et dosage.
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : gestion multisite consolidée, ouverture sur systèmes tiers. Système évolutif. Accès sécurisé à l’ensemble des bases
de données.
➤ Secteurs d’activité concernés : industrie agroalimentaire.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : Windows.
➤ Solution : monosite et multisite.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : AltéSoft a été conçu pour s’intégrer aux systèmes existants (ERP…). De futures technologies pourront être
également facilement intégrées au système.
➤ Langage ou progiciel de développement : visual studio.net 2008.
➤ Bases de données : SQL Server 2005.
74
LOGISTIQUES MAG AZINE • NOVEMBRE 20 0 9 • N° 24 4
Nom du logiciel : SYSTÈME
COURBON
COSMOS
IDENTITÉ
➤ Description générale : le système Cosmos est un système intégré de logiciels de gestion de l’activité internationale : gestion commerciale export,
gestion des expéditions export, gestion des achats import, gestion du transport (air, mer, route), déclaration intrastat, et gestion de la douane pays tiers
(tous régimes douaniers).
➤ À noter : pour la gestion douanière, notre solution Cosmos/Delta-EDI (C
et D) gère les flux dématérialisés entre la douane et l’opérateur. C’est une solution EDI intégrée à 100 % dans l’entreprise (sans intermédiaire).
➤ Édité et distribué par : Cosmos Consultants.
➤ Date de création société : 1977.
➤ Effectif : 8 personnes.
➤ Couverture géographique : France.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 2 à 3 mois pour les projets moyens.
➤ Nombre de sites installés : N.C.
➤ Date de 1re installation du logiciel : 1988.
➤ Date de la dernière version : septembre 2009.
➤ Langue d’utilisation : français, anglais, espagnol (paramétrable).
BUDGET
➤ Licences : selon les modules et le nombre d’utilisateur.
BUDGET
➤ Coût du progiciel : selon les modules.
➤ Licence : 30 à 250 KÄ par site, services : 10 à 500 KÄ suivant projet et
implication du client.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Principales fonctionnalités : FlexNet offre la particularité de couvrir dans
une même suite logicielle et avec un modèle homogène de données, toutes les
fonctions nécessaires au suivi de production mais aussi aux activités logistiques
de réception, stockage et expédition. Cette approche transverse des activités
et des flux matières, associée à une architecture multisite, est une des clés de
la mise en place d’une traçabilité de bout en bout. FlexNet permet de standardiser les contrôles et les règles métiers sous forme d’opérations réutilisables
dans différents process, sur différents sites et pour les activités d’exécution
couvrant : warehouse, production, qualité, maintenance, time & labour.
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : conçu pour mode collaboratif et relations intra-entreprises et groupes multisite, produit ouvert (intranet, extranet,
Internet) : FlexNet est l’une des toutes premières solutions réellement outillée
pour permettre le déploiement des solutions “shop floor” sur différents sites,
différents pays. FlexNet propose l’ensemble de ses fonctionnalités à travers
une interface graphique cohérente entièrement construite sur Internet Explorer
pour un accès local ou distant pour chaque profil d’utilisateur, collaborateur
interne ou sous-traitant.
➤ Secteurs d’activité concernés : la solution Apriso est déployée dans des grands
comptes : équipementiers automobiles et utilitaires, aéronautique et défense,
CPG, équipements médicaux, industries de transformation, produits plats…
LSM
➤ Description générale : logiciel dédié aux industries des sciences de la vie,
Pharmacim dispose désormais d’une nouvelle composante : Pharmacim
LSM (Label Sérialisation Management).
Le logiciel Pharmacim LSM assure la gestion et le pilotage des équipements
de marquage datamatrix et de relecture à tous les niveaux du conditionnement
des produits.
➤ À noter : Pharmacim LSM répond totalement aux recommandations européennes (CIP13) dont l’échéance est au 1er janvier 2011, mais également aux
exigences futures liées à la sérialisation, l’authentification et la traçabilité sans
remise en cause de la solution.
➤ Édité par : Courbon.
➤ Date de création société : 1934.
➤ Chiffre d’affaires 2008 : 15 MÄ.
➤ Nombre salariés : 120.
➤ Couverture géographique : France, Europe, monde.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 4 à 8 mois.
➤ Date de dernière version : mai 2009.
➤ Langues d’utilisation : français, anglais.
BUDGET
N.C.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : le logiciel Cosmos permet de gérer tous les
flux internationaux de l’entreprise tant au niveau commercial, logistique que
douanier. Tous les modules sont intégrés entre eux et permettent également
le tracking des opérations (qui est renforcé par une gestion d’événements).
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : N.C.
➤ Secteurs d’activité concernés : tous secteurs sauf les serv i c e s .
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
Nom du logiciel : PHARMACIM
IDENTITÉ
➤ Plates-formes matériel : Windows.
➤ Solution : mono site et multisite.
➤ Interfaces avec d’autres logiciels : tout type (ERP ou application sur
mesure), langage ou logiciel de développement : développé avec l’AGL
“Magic”.
➤ Base de données : Oracle ou DB2 V8.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : autonome ou intégré au système d’information central (ERP), Pharmacim LSM est un véritable outil de gestion du
marquage en ligne. Il assure la conception et le stockage des masques d’impression, le lancement des ordres d’éditions et le suivi de fabrication.
S’appuyant sur un système de relecture à base de caméras performantes, il
permet une gradation dynamique des datamatrix afin d’anticiper des éventuelles
conséquences d’une mauvaise impression.
Associé à son offre logicielle, Courbon propose un module mécanique complet
et autonome. Il comprend le matériel de marquage, de convoyage et d’éjection, s’adapte à tous vos formats d’étuis en assurant des cadences jusqu’à 350
étuis/mn. Une vigneteuse peut être intégrée à ce module et pilotée par Pharmacim LSM.
Notre solution intègre le matériel le plus performant dans ce contexte : impression datamatrix à base de cartouches jet d’encre ou laser, relecture caméra
Cognex (datamatrix, OCV, OCR), gradation dynamique ou en poste fixe.
➤ Capacité d’ouverture : L’offre Pharmacim se décompose en 3 logiciels
pour les industries des sciences de la vie : Pharmacim MES : pilotage, traçabilité, centrale de pesée, suivi de production et TRS, qualité et IPC. Pharmacim
DLE : gestion et pilotage des processus industriels pharmaceutiques. Pharmacim LSM : gestion du marquage Datamatrix et sérialisation.
➤ Secteur d’activité concerné : industrie pharmaceutique, science de la vie.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : Windows, Unix, Linux.
➤ Solution : monosite.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : connecteur ERP, BPM, autre selon
étude.
➤ Base de données : Oracle.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes : Windows XP - Windows 2000 - Windows 2003 SP2.
➤ Postes clients : Windows XP Pro SP2, Windows Vista Business or Enterprise.
➤ Langages : C# - SQL - XML.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : SAP R/3, Oracle Application, tout ERP.
➤ Langage ou progiciel de développement : Microsoft Visual Studio.NET.
➤ Bases de données : Microsoft SQL 2005 ou Oracle 10g, SGBD support
de données : MS/SQL Server - Oracle.
➤ Outils de développement : Net - Visual Studio.Net - Web Serv i c e s .
➤ Langues d’utilisation : allemand, anglais, chinois, espagnol, français, italien,
japonais, polonais, portugais, autres disponibles.
N° 244 • NOVEMBRE 20 0 9 • LOGISTIQUES MAG AZINE
75
LM244_P072-082_Fiches traça
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:56
Page 76
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
COURBON
Nom du logiciel : PHARMACIM
IBM
DLE
Nom du Logiciel : IBM
IBSF
INFOSPHERE TRACEABILITY SERVER
JIDELEC
NOM DU PROGICIEL : TAG’NTRACE
Nom du logiciel : TRACKER
IDENTITÉ
IDENTITÉ
IDENTITÉ
IDENTITÉ
➤ Description générale : Pharmacim DLE : Dossier de Lot Electronique et
gestion des processus. Le dossier de lot électronique devient une réalité avec
Pharmacim DLE. Un logiciel entièrement basé sur la modélisation et le pilotage des processus (BPM) pour la production des lots et les activités liées
(contrôle qualité, gestion des déviations…). Pharmacim DLE gère la collecte
de données de toutes origines (MES, ERP, Automates, documents MS Office…)
afin de fédérer dans une solution unique toutes les informations nécessaires
à la constitution et à la validation des dossiers de lots. Réduction des délais
de validation. Le logiciel Pharmacim collecte, stocke et restitue l’ensemble des
informations constituant le dossier du lot : préparation, production, laboratoire, monitoring…
Le logiciel prend en compte l’acquisition et la synthèse automatique de l’ensemble des données, le pilotage dynamique du circuit de validation, l’accès
et le partage au dossier de lot sans attendre sa constitution finale.
Étape par étape, un contrôle temps réel de ces données est piloté par Pharmacim, minimisant ainsi le temps nécessaire au processus de validation et
de libération du lot.
➤ À noter : Pharmacim DLE s’adresse en premier lieu aux industries des
sciences de la vie mais aussi aux industries à forte valeur ajoutée.
Le logiciel Pharmacim DLE est issu d’un partenariat avec la société M1I
éditeur du logiciel BPM Agilium.
Plus d’informations sur www.pharmacim.fr.
➤ Édité par : Courbon.
➤ Date de création société : 1934.
➤ Chiffre d’affaires 2008 : 15 MÄ.
➤ Nombre de salariés : 120.
➤ Couverture géographique : France, Europe, monde.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 4 à 8 mois.
➤ Date de dernière version : juin 2009.
➤ Langues d’utilisation : français, anglais.
➤ Description générale : Infosphere Traceability Server (ITS) est un logiciel de gestion de la traçabilité des produits tout au long de leur cycle de vie.
➤ À noter : ITS est conforme au standard EPCIS défini par le GS1 (EAN +
UPC), contient l’outil d’analyse de données et de construction de tableaux de
bord Cognos et peut être complété par des modules applicatifs optionnels de
gestion de parcs de conteneurs réutilisables, de gestion du pedigree des
produits, de contrôle d’expédition et de réception des flux de marchandises.
➤ Édité et distribué par : IBM.
➤ Date de création : 1911.
➤ Nombre de salariés : 386 558 à fin 2008.
➤ Couverture géographique : mondiale.
➤ Délai moyen de mise en œuvre (en mois) : N.C.
➤ Nombre de sites installés : plusieurs dizaines.
➤ Date de première installation du progiciel : 2006.
➤ Date de la dernière version : 2009.
➤ Langue d’utilisation : multilingue.
➤ Description générale : Tracker est un Logiciel de traçabilité et/ou de lutte
contre la fraude entièrement personnalisable conçu pour n’importe quel
industriel et quelque soit son environnement. La particularité de Tracker c’est
qu’il trace le produit plein au niveau du convoyeur ce qui permet d’avoir une
traçabilité interne et externe en temps réel tout en s’intégrant parfaitement avec
les systèmes d’information existant de l’entreprise.
➤ À noter : ce progiciel permet de savoir en temps réel ce qui se passe à
tous les stades de la production. Contrairement aux autres produits il apporte
une traçabilité à l’unicité du produit et pas seulement à un lot de produit. Couplé
avec le module internet, Tracker permet aux clients finaux ou aux autorités de
connaître l’origine et l’authenticité du produit qu’ils ont en main. Tracker et l’outil
idéal de lutte contre la fraude interne et externe et vous permets en plus d’optimiser vos gains de production. Tracker travaille en mode client/serv e u r
centralisé et décentralisé.
➤ Édité et distribué par : IBSF.
➤ Date de création société : 1992.
➤ Chiffre d’affaire 2008 : 3,2 millions d'euros.
➤ Effectif dans le monde : 30 personnes.
➤ Couverture géographique : France, Afrique Noire.
➤ Nombre de sites Installés : 10.
➤ Date de première installation du progiciel : 2007.
➤ Date de la dernière version : janvier 2009.
➤ Langues d’utilisation par défaut : français, anglais
➤ Option : peut être traduit dans n’importe quelle langue.
➤ Description générale : Tag’n Trace est une solution de traçabilité multiflux offrant une souplesse rare en termes d’adaptation, d’évolutivité et de
polyvalence.
Tag’n Trace s’appuie sur une plate-forme web qui autorise la création de
scénarios de collecte de données terrain, sans solliciter l’intervention de développeurs informatiques.
Plate-forme modulable de collecte et de traçabilité de données
L’utilisateur crée dans l’interface web de Tag’n Trace le formulaire de saisie
qui correspond précisément aux besoins de l’entreprise. Ce masque de saisie
est instantanément téléchargé sur le terminal qui devient opérationnel pour
une nouvelle campagne de collecte. Jusqu’au prochain changement de formulaire de saisie, conçu tout aussi simplement. Les données de traçabilité sont
centralisées, en temps réel, dans un tableau de bord et transmises au système
d’information central selon le scénario établi. Elles sont immédiatement
consultables et exploitables.
➤ À noter : Tag’n Trace affine ses spécifications en proposant des déclinaisons au secteur hospitalier et aux intervenants techniques ayant besoin de
visibilité en temps réel sur les stocks et d’une optimisation de leur planning.
➤ Édité et distribué par : Jidélec.
➤ Date de création de la société : 1996.
➤ CA 2008 : 3,16 MÄ.
➤ Nombre de salariés : 20 personnes.
➤ Couverture géographique : France.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : de 2 à 6 mois.
➤ Nombre de sites installés : une dizaine.
➤ Date de 1re installation du progiciel : 2008.
➤ Date de la dernière version : 2009.
➤ Langue d’utilisation : français.
BUDGET
N.C.
BUDGET
➤ Coût du progiciel : N.C.
➤ Licence : dépend du nombre de sites ou de terminaux de capture d’information.
➤ Services : dépendent des spécificités des besoins de l’entreprise.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : collecte et stockage d’événements de traçabilité provenant de la lecture de codes à barre, datamatrix ou RFID, intégration
avec les données produits, échanges automatisés de données avec d’autres
serveurs au standard EPCIS, restitution sous forme de tableaux de bord.
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : le modèle de données et les interfaces applicatives (Web services), les tableaux de bord sont personnalisables
à volonté et sans programmation, des données sous tous types de formats
peuvent être intégrées.
➤ Secteurs d’activité concernés : industrie alimentaire, pharmaceutique,
automobile, grande distribution…
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : déclinaison de la gamme Pharmacim, l’offre
“Pharmacim DLE” permet de récupérer toutes les informations provenant de
différentes applications (MES, ERP, LIMS, Microsoft Office…) ou systèmes
industriels (automatismes, instruments de mesure…). L’ensemble de ces
échanges est guidé par un puissant outil de gestion des processus (BPM),
depuis le lancement de l’OF jusqu’à la validation et l’enregistrement final.
Pharmacim DLE dispose d’un outil graphique de paramétrage des processus
pour une personnalisation aisée. Le DLE est enrichi de données tout au long
de la supply chain, les informations sont transmises à chaque étape du
processus. Les bénéfices pour les industriels sont la suppression du dossier
traditionnel papier, le travail de contrôle et de libération par la personne qualifiée facilité (mise en évidence des non-conformités), la mise en place de la
libération paramétrique, la valorisation des applications existantes et le gain
de place en archivage. Capacité d’ouverture : l’offre Pharmacim se décompose
en 3 logiciels pour les industries des sciences de la vie : - Pharmacim MES :
pilotage, traçabilité, centrale de pesée, suivi de production et TRS, qualité et
IPC. Pharmacim DLE : gestion et pilotage des processus industriels pharmaceutiques. Pharmacim LSM : gestion du marquage Datamatrix et sérialisation.
➤ Secteur d’activité concerné : industrie pharmaceutique, science de la vie.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Système d’exploitation serveur : Windows, Unix, Linux.
➤ Système d’exploitation client : Windows.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : connecteur ERP (S95-B2MML), OPC,
We b S e rvices, SQL, GED…
➤ Base de données : Oracle, SQL Serv e r.
76
LOGISTIQUES MAG AZINE • NOVEMBRE 20 0 9 • N° 24 4
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : s e rveurs d’architecture Intel sous Windows ou
Linux.
➤ Solution : multisite.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : avec tous middlewares de capture
de données RFID tels que IBM Websphere Sensors Events, avec les gestionnaires de catalogues produits, avec d’autres logiciels au standard EPCIS…
➤ Base de données : DB2, Oracle, Informix.
BUDGET
➤ Serveur et 5 licences : de 6 500 Ä à 20 000 e.
➤ Licence supplémentaire 7 6 5 e.
➤ Services associés de 5 à 30 Ke.
BUDGET
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : gestion des clients/fournisseurs, gestion des
achats, gestion des commandes clients et ordres de chargement, gestion de
stocks, gestion des dépôts - des ordres de chargement et de la palettisation
des dépôts, gestion des lignes de production et des compteurs, gestion des
étiquettes brûlées - détériorées, gestion des statistiques de production forçage - relance de produits par ligne… Gestion des alertes à travers le réseau
informatique et entièrement personnalisable.
Capacité d’ouverture du progiciel : interfaçage avec n’importe quelle base de
données, conçu pour travailler en mode collaboratif et multisite, produit
complètement ouvert.
➤ Secteurs d’activités concernés : solution métier dédiée aux industriels
et aux gouvernements.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates - formes matériel : Linux - Windows.
➤ Solution : monosite et multisite.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : Tracker et interfacé avec les bases
de données SQL et Oracle, pour les autres bases telles que JD Edwards ou
des ERP tel que SAP suivant étude, mais aucun problème d’interfaçage.
➤ Langage de développement : Python et Delphi.
➤ Base de données : SQL.
➤ Coût du progiciel : 20 à 50 KÄ.
➤ Licence : N.C.
➤ Service : N.C.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : gestion d’interventions complexes : multiéclatement, aller/retour, tournée, demande ponctuelle, prise en charge
spontanée). Affectation des interventions (une intervention pouvant éclater entre
plusieurs agents). Normalisation des échanges (lieux, colis, contenant…).
Gestion des GLN (plusieurs lieux-fonctions pour une adresse postale). Gestion
assistée des saisies. Visualisation de l’exécution des interventions. Module de
recherche. Collecte en temps réel des données terrain. Base de traçabilité, statistiques et facturation (exploitation locale ou transfert vers applications métiers).
Transfert en temps réel des données vers les agents terrain (GPRS, WIFI, 3G).
Continuité de services sur les zones non couvertes et réduction des coûts de
communication.
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : système multi-flux : Jidélec livre sa
solution sur des terminaux durcis polyvalents, apte à relever aussi bien du CAB
que du RFID, des signatures ou des photos…
➤ Secteurs d’activités concernés : transports, interventions techniques,
commerciales, services de proximité…
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : Windows.
➤ Solution : monosite et multisite.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : s’intègre aux systèmes existants
(ERP, WMS, TMS), ainsi que de futures technologies.
➤ Langage ou progiciel de développement : net.
➤ Base de données : Oracle 10 g.
N° 244 • NOVEMBRE 20 0 9 • LOGISTIQUES MAG AZINE
77
LM244_P072-082_Fiches traça
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:56
Page 78
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
MANHATTAN ASSOCIATES
Nom du progiciel : EXTENDED ENTERPRISE MANAGEMENT (EEM)
MANHATTAN ASSOCIATES
Nom du progiciel : WAREHOUSE
MARKEM-IMAJE
MANAGEMENT POUR OPEN
SYSTEM (WMOS)
ORDINAL SOFTWARE
Nom du logiciel : COLOS 4.1
Nom du Progiciel : COOX
IDENTITÉ
IDENTITÉ
IDENTITÉ
IDENTITÉ
➤ Description générale : la solution EEM (Extended Enterprise Management)
de Manhattan fait partie de l’offre globale Manhattan Scope, composée de cinq
suites logicielles : planification et prévision, optimisation du stock, gestion du
cycle des commandes, gestion du cycle du transport, gestion de la distribution.
Intégrées et modulaires, ces suites de solutions sont complétées par des applications transverses qui organisent et mettent à disposition l’information
nécessaire à l’optimisation et à la traçabilité de toutes les fonctions de la supply
chain étendue : Supply Chain Intelligence, Supply Chain Visibility, Supply
Chain Event Management.
➤ À noter : la solution Extended Enterprise Management (EEM) permet de
connecter l’entreprise avec son écosystème (partenaires commerciaux et
clients), en fournissant les fonctionnalités de traçabilité, visibilité, de gestion
des événements et d’alertes nécessaires pour un pilotage efficace des stocks
tout au long de la chaîne logistique étendue. EEM inclut également des fonctions avancées de cross-docking, permettant de jouer un rôle clé au niveau
de la mise en place d’une supply chain “agile”.EEM apporte une traçabilité
globale, notamment aux prestataires logistiques, en proposant une visibilité
instantanée sur les commandes, les expéditions et les stocks.Quelques avantages : solution collaborative basée sur un portail web, permettant aux
utilisateurs de gérer l’exécution des commandes et d’automatiser les échanges
d’information avec les clients ; capacité à tracer et contrôler les événements
s u rvenant dans la chaîne logistique et pouvant menacer la capacité d’une entreprise à tenir ses engagements auprès de ses clients.
Visibilité de bout en bout sur les commandes, les expéditions et les stocks,
depuis la production jusqu’à la livraison finale. Vue unique, complète et temps
réel, permettant un meilleur contrôle des stocks et une optimisation globale
des canaux de distribution. Capacité à réduire les coûts de transport en faisant
une utilisation optimale des ressources.
➤ Édité et distribué par : Manhattan Associates.
➤ Date de création société : 1990.
➤ Chiffre d’affaires mondial 2008 : 337.2 millions $.
➤ Chiffre d’affaires EMEA 2008 : 42,8 millions $.
➤ Nombre de salariés : +2000.
➤ Couverture géographique : France, Europe, monde.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : en moyenne de 6 à 8 mois.
➤ Nombre de sites installés (toutes solutions confondues) : France : +
de 60, reste du monde : + de 2 500.
➤ Date de première installation du progiciel : 1990.
➤ Date de la dernière version : 2008.
➤ Langues d’utilisation : français, anglais, allemand, espagnol, chinois, japonais.
➤ Description Générale : la solution WMOS de Manhattan fait partie de l’offre
globale Manhattan Scope, composée de cinq suites logicielles : planification
et prévision, optimisation du stock, gestion du cycle des commandes, gestion
du cycle du transport, gestion de la distribution.
Intégrées et modulaires, ces suites de solutions sont complétées par des applications transverses qui organisent et mettent à disposition l’information
nécessaire à l’optimisation et à la traçabilité de toutes les fonctions de la supply
chain étendue : Supply Chain Intelligence, Supply Chain Visibility, Supply
Chain Event Management.
➤ À noter : la solution Warehouse Management pour Open System (WMOS),
gère l’ensemble des opérations des centres de distribution grâce à des fonctionnalités complètes de gestion d’entrepôt : réception, contrôle qualité,
préparation, stockage, expédition, gestion des quais, cross-docking,
répartition/éclatement, vagues, traçabilité, optimisation du colisage, emplacements, gestion du travail, etc.
Quelques avantages : meilleur taux d’occupation de la surface de stockage ;
augmentation de la productivité; amélioration du taux de service client et de
la qualité de serv i c e ; réduction des niveaux de stock; traçabilité complète des
opérations et des lots; pus de souplesse et de réactivité face aux aléas ; reporting avancé et outils d’aide à la décision.
➤ Édité et distribué par : Manhattan Associates.
➤ Date de création société : 1990.
➤ Chiffre d’affaires mondial 2008 : 337.2 millions $.
➤ Chiffre d’affaires EMEA 2008 : 42.8 millions $.
➤ Nombre de salariés : +2000.
➤ Couverture géographique : France, Europe, monde.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : en moyenne de 6 à 8 mois.
➤ Nombre de sites installés (toutes solutions confondues) : France : +
de 60, reste du monde : + de 2500.
➤ Date de première installation du progiciel : 1990.
➤ Date de la dernière version : 2008.
➤ Langues d’utilisation : français, anglais, allemand, espagnol, chinois, japonais.
➤ Description générale : la nouvelle version 4.1 de la suite logicielle
CoLOS® : CoLOS Create Professional et CoLOS Enterprise, étend aujourd’hui
son rayon d’action à l’ensemble de la gamme d’imprimantes Markem-Imaje.
Les industriels disposent désormais d’un seul outil pour la sécurisation et l’automatisation des tâches d’impression pendant la production.
➤ À noter : le logiciel de création et de gestion de messages et d’étiquettes,
CoLOS Create Professional permet de concevoir des messages complexes avec
simplicité et flexibilité, à l’aide d’une interface unique pour l’ensemble des imprimantes. CoLOS Create Professional est la solution idéale pour générer des codes
à barres compatibles GS1 et assurer la liaison avec la base de données de l’entreprise.
De son côté, CoLOS Enterprise combine CoLOS Create Professional, pour la
conception de messages, et CoLOS Control pour la mise en réseau et le
contrôle des imprimantes.
CoLOS Enterprise permet de relier, de gérer et de contrôler l’ensemble des imprimantes Markem-Imaje d’une usine. Il contribue à l’intégrité des données
produits et à l’optimisation des activités de codage. Il permet de sécuriser la
saisie des données en réduisant les interventions humaines, source d’erreurs potentielles, et en fournissant un suivi et un contrôle plus efficaces.
➤ Édité et distribué par : Markem-Imaje SAS.
➤ Date de création de l’entreprise : 1911.
➤ Chiffre d’affaires 2007 : N.C.
➤ Effectif : 2 600 personnes.
➤ Couverture géographique : France, Europe, monde.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : En fonction de la taille du projet, à partir
de 1 mois.
➤ Nombre de sites installés : N.C.
➤ Date d’installation du logiciel : N.C.
➤ Date de dernière version : juillet 2009.
➤ Langue d’utilisation : anglais, chinois, néerlandais, français, allemand,
italien, japonais, polonais, portugais, espagnol.
➤ Description générale : Coox 6 est une solution intégrée et modulaire de
s u p e rvision et MES (Manufacturing Execution System). Elle couvre la supervision, l’exécution des fabrications, la traçabilité et la généalogie des produits,
ainsi que l’analyse de performance.
Coox propose une approche innovante qui permet une grande flexibilité de
pilotage des procédés tout en fournissant une traçabilité complète (procédé,
matière) native qui s’adapte automatiquement aux évolutions de l’installation
et du procédé.
➤ À noter : les différents modules de la solution Coox, appelés MESbox, s’appuient sur une même plateforme et peuvent être utilisés de manière autonome
ou combinés entre eux. La modélisation de l’installation et du procédé sont
partagées par toutes les MESbox, ainsi l’ajout de nouvelles fonctionnalités s’effectue avec un développement minimum.
➤ Édité et distribué par : Ordinal Software.
➤ Date de création société : 1989.
➤ Chiffre d’affaires : N.C.
➤ Effectif : 20.
➤ Couverture géographie : France, Europe, monde.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : N.C.
➤ Nombre de sites installés : 90.
➤ Date de première installation du progiciel : 2001.
➤ Date de la dernière version : octobre 2009.
➤ Langues d’utilisation : français, anglais.
BUDGET
➤ Montant du droit d’usage (configuration de base) : N.C.
➤ Mode de calcul du droit d’usage : N.C.
➤ Coût du projet : N.C.
➤ Montant du droit d’usage (configuration de base) : N.C.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : traçabilité amont et aval des flux logistiques,
visibilité complète et transverse dans toute la supply chain, gestion des événements et alertes, portail web, cross-docking. Capacité de traitement des
progiciels variés et illimités. Capacité d’ouverture des progiciels : ouverts et
communicants : technologie web, intégration avec plus de 100 systèmes
ERP ou spécifiques, module d’intégration certifié avec SAP, intégration standard de la technologie vocale.
➤ Secteurs d’activité : la distribution, l’industrie du textile habillement, les
hyper et l’industrie alimentaire, l’industrie des biens de consommation nonalimentaires, la vente directe aux consommateurs et aux entreprises, les
équipementiers distributeurs de pièces détachées et composants, la santé et
les cosmétiques, la high-tech, l’édition et les media, les prestataires Logistiques.
Types d’utilisateurs : tous les utilisateurs opérationnels et décisionnels.
➤ Principales fonctionnalités : pilotage d’entrepôt intégrant en standard les
fonctions de traçabilité avancée des lots et numéros de séries, des colis, des
palettes. Fonctions pharmaceutiques conformes CFR21 PA RT 11 de “e signature” et d’audit trail, gestion des rappels et des opérations de blocage, visibilité
multisite des opérations.
➤ Capacité de traitement des progiciels : variés et illimités.
➤ Capacité d’ouverture des progiciels : progiciels ouverts et communicants : technologie web, intégration avec plus de 100 systèmes ERP ou
spécifiques, module d’intégration certifié avec SAP, intégration standard de
la technologie vocale.
➤ Secteurs d’activité : la distribution, l’industrie du textile habillement, les
hyper et l’industrie alimentaire, l’industrie des biens de consommation nonalimentaires, la vente directe aux consommateurs et aux entreprises, les
équipementiers distributeurs de pièces détachées et composants, la santé et
les cosmétiques, la High-Tech, l’édition et les media, les Prestataires Logistiques.
➤ Types d’utilisateurs : tous les utilisateurs opérationnels et décisionnels.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plate-forme matériel : Unix, Windows, Linux.
➤ Interfaces : systèmes Manhattan ouverts, technologie en fonction des
systèmes à interf a c e r.
➤ Langages de développement : C++, Java, ASP, RPG 400, SQL, C#.
➤ Base de données : Oracle, DB2, SQL.
78
LOGISTIQUES MAG AZINE • NOVEMBRE 20 0 9 • N° 24 4
➤ Licence : 800 Ä CoLOS Create pro - 3750 Ä CoLOS Enterprise.
➤ Services : N.A.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
BUDGET
BUDGET
➤ Identités du logiciel : le logiciel CoLOS Enterprise permet de démarrer
les lots de production par ligne de façon sécurisée en réduisant les erreurs
humaines. Chaque production est identifiée dans CoLOS et correspond à une
tâche d’impression ou job (ordre de fabrication, code article ou tout autre code
d’identification spécifique). Selon les besoins, la sélection de la tâche d’impression (job) peut être effectuée de différentes manières : manuellement à
partir d’un PC, via une lecture de codes à barres par douchette, automatiquement via un automate programmable.
➤ Capacité d’ouverture du logiciel : accès centralisé aux messages et aux
étiquettes, à des bases de données et à des fichiers graphiques. Outil intégré
de gestion de Jobs. Prise en charge de sources de données ODBC (Open DataBase Connectivity).
➤ Secteurs d’activité concernés : tous secteurs d’activité.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : partenaire Microsoft certifié, XP, Serveur 2003,
Vista.
➤ Solution : monosite et multisite.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : N.A.
➤ Langage : Basé sur Microsoft.NET Framework 3.5.
➤ Bases de données : N.A.
BUDGET
➤ Coût du progiciel : selon les modules.
➤ Licence : de 4 à 50 KÄ.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : MESbox Scada : supervision, historisation
et courbes et tendances, recettes simples, gestion des alarmes…
MESbox PMT : exécution maîtrisée des fabrications (moteur d’exécution
compatible ISA-88). Procédés continus, semi-continus ou discrets. Fonctionnement manuel, automatisé ou hybride. Traçabilité procédé et dossiers de lots
MESbox MTG : suivi des flux matières et généalogie (ascendante et descendante). Gestion des stocks d’atelier.
MESbox PIA : analyse de performance et indicateurs. Indicateurs standards
tels que le TRS (OEE), la disponibilité opérationnelle, l’efficience, le taux de
qualité, MTBF, MTTR et calcul d’indicateurs personnalisés par équipe, jour,
semaine, mois…
MESbox SILO : module dédié à la gestion de silos céréaliers.
Module redondance et réplication, gestionnaire d’archivages, conception de
rapports…
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : la plate-forme Coox dispose d’une
architecture Intranet n-tiers permettant l’accès sans installation depuis tout
point du réseau d’entreprise avec gestion de la sécurité.
➤ Secteurs d’activités concernés : tous secteurs.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : windows 2000, 2003 serv e r, PX, Vista, Linux,
Java Plateform…
➤ Solution : multi-ateliers, multisite.
➤ Interfaces avec d’autres logiciels : disposant d’un modèle de données
et d’une couverture fonctionnelle conforme au standard ISA-95, elle s’interface aisément avec des progiciels ERP ou GPAO, GMAO, ordonnancement ainsi
qu’aux automatismes.
➤ Base de données : MySQL, SQL serv e r, Oracle, IBM DB2.
➤ Plate-forme matériel : Unix, Windows, Linux.
➤ Interfaces : systèmes Manhattan ouverts, technologie en fonction des
systèmes à interfacer.
➤ Langages de développement : C++, Java, ASP, RPG 400, SQL, C#.
➤ Base de données : Oracle, DB2, SQL.
N° 244 • NOVEMBRE 20 0 9 • LOGISTIQUES MAG AZINE
79
LM244_P072-082_Fiches traça
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:56
Page 80
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
PRODUCTYS
Nom du Logiciel : PRODUCTYS
PROOFTAG
4I S.A.
RFIT TECHNOLOGIES
Nom du Progiciel : SODA
EXPLORER
Nom du Progiciel : YOU-R
OPEN
IDENTITÉ
IDENTITÉ
IDENTITÉ
IDENTITÉ
➤ Description générale : Productys Explorer est un logiciel 100 % paramétrable de Décisionnel Industriel pour répondre aux problématiques de
productivité, optimisation et traçabilité des processus industriels et logistiques.
Cet outil modulaire fait le lien entre les processus de production et la gestion
de l’entreprise par une remontée d’indicateurs fiables. L’acquisition des
données se fait automatiquement à l’aide de déclencheurs librement paramétrables (cycliques, événementiels) directement sur les équipements
communicants de production/identification.
Cette solution complète publie à ses utilisateurs un système d’informations
unique, complet et multi-usages incluant une traçabilité matière et opérationnelle exigée par de nombreuses normes.
➤ À noter : Productys Explorer permet de financer la traçabilité en soulignant
les économies énergétiques potentielles comme l’optimisation des équipements
de production.
➤ Édité et distribué par : Productys et ses intégrateurs Productys Alliance
(15 en France).
➤ Date de création de l’entreprise : 2005.
➤ Chiffre d’affaire 2008 : 420 000 Ä.
➤ Nombre de salariés : 8.
➤ Couverture géographique : nationale et internationale.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 0,5 à 3 mois.
➤ Nombre de sites installés : 30.
➤ Date de première installation du logiciel : 2005.
➤ Date de la dernière version : 2009.
➤ Langue d’utilisation : français et anglais US (autres langues en cours).
➤ Description générale : Soda est un système de supervision de production pour l’industrie des vins & spiritueux. Il permet un suivi unitaire des
bouteilles sur chaîne de production en s’interfaçant avec les équipements de
production et de marquage. Le contrôle en temps réel des flux de production
permet une gestion qualitative maximale. En relation avec la gestion commerciale, il permet un contrôle des expéditions.
➤ Édité par : Prooftag.
➤ Date de création de la société : 2004.
➤ Nombre de salariés : 30.
➤ Couverture géographique : France, Europe et monde.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 1 à 5 semaines.
➤ Date de première installation du progiciel : 2007.
➤ Date de la dernière version : juin 2009.
➤ Langue d’utilisation : français, anglais, espagnol.
➤ Description générale : Tracefood est un progiciel de gestion d’entrepôt
et de traçabilité, destiné au secteur de la logistique alimentaire. Deux versions
seront disponibles, une est destinée aux distributeurs de denrées alimentaires,
l’autre est destinée aux cuisines pour hôpitaux et collectivités. Le but est de
pouvoir gérer en amont et en aval les numéros de lot, les DLC (dates limites
de consommation) et les contraintes de stockage et de mise en œuvre.
➤ À noter : les deux versions gèrent les emplacements, les zones contrôlées, la réception au moyen des codes GTIN 128 (MITL) pour l’enregistrement
des numéros de lot et des DLC, la mise en stock suivant les critères de stockage, le picking avec respect des lots et des DLC. La version cuisine s’enrichit
de la gestion des contrats cadre avec les fournisseurs, la prise des commandes
des dotations pour les services, la gestion des fiches techniques, le planning
de fabrication, la validation des PCC (Points critiques de contrôle), le partitionnement et la livraison. Le progiciel est en cours de développement.
➤ Édité et distribué par : 4i S.A.
➤ Date de création société : 1997.
➤ Nombre de salariés : non significatif.
➤ Couverture géographique : Luxembourg, France, Belgique, Allemagne.
➤ Délai de mise en œuvre : 6 à 12 mois.
➤ Nombre de sites installés : (en cours d’installation) en Belgique : 2, à
Luxembourg : 1.
➤ Date de première installation : 2009.
➤ Date de la dernière version : N.C.
➤ Langues d’utilisation : multilingue (lié à l’opérateur).
➤ Description générale : You-R Open est un middleware édité depuis 10
ans dédié à la traçabilité. Il assure la collecte et le traitement des données en
provenance de différents capteurs et périphériques “terrain” ainsi que leur intégration au système d’information existant de l’entreprise. You-R Open permet
également l’administration et la supervision des solutions déployées.
You-R Open supporte l’intégralité de l’infrastructure de traçabilité : RFID, des
tags aux lecteurs (actif ou passif, UHF, HF ou LF), lecteurs codes à barres, imprimantes, équipements d’entrées/sorties et automates. Il facilite l’intégration des
technologies d’identification automatique au système d’information de l’entreprise par l’intermédiaire de divers connecteurs et interfaces (Web serv i c e s ,
http, SQL, SAP, ALE, EPCIS, Microsoft.Net et Dynamics NAV). De plus, il est
possible de maintenir, diagnostiquer et mettre à jour les solutions déployées
et les paramètres des matériels installés de manière centralisée depuis une
connexion distante.
➤ Distribué en France par : RFit Technologies.
➤ Date de création de la société : 2008.
➤ Nombre de salariés : 5.
➤ Couverture géographique : France.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 1 à 3 mois.
➤ Date de la dernière version : septembre 2009.
➤ Langues d’utilisation : français, anglais.
BUDGET
➤ Coût du Logiciel : de 3 à 22,5 KÄ Selon les versions monopostes, multipostes, clients Win ou web.
➤ Licence : 3 KÄ à 7,5 KÄ pour un Starter Pack complet - 750 Ä à 15 KÄ
pour les clients distants selon version (1 client -> licence site).
➤ Services : 3,5 à 17,5 KÄ (optionnel) pour fonctionnalités standards.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : mise en forme intuitive d’exploitation de
données en graphiques, analyses croisées, rapports avancés, formulaire,
journal, calendrier…
➤ Capacité d’ouvertures du logiciel : ce logiciel est entièrement ouvert et
permet de se connecter aux standards de production et système d’informations existants du client.
➤ Secteurs d’activité concernés : industrie agroalimentaire, pharmaceutique, manufacturière, exploitation de bâtiments collectifs ou industriels,
transitique, logistique…
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plate-forme matériel : Windows XP/Vista/Seven.
➤ Solution : multi-équipements de production natif sans limite de variables
connectées.
➤ Langage de développement : NET 2008 - Silverlight 3.
➤ Interface avec d’autres logiciels : gamme Productys, équipements
industriels communicants, ERP, GPAO, GMAO…
➤ Base de données : standard du client MS SQL Serv e r, Oracle, MySQL,
PostgreSQL, etc.
80
LOGISTIQUES MAG AZINE • NOVEMBRE 20 0 9 • N° 24 4
BUDGET
N.C.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Licence : par nombre de postes de suivi sur chaine de production
➤ Caractéristiques fonctionnelles : permet la traçabilité du tiré bouché à
l’expédition des bouteilles en caisses, palettes et box palettes. Permet de tracer
une bouteille et les matières sèches qui la compose en fonction des informations données par le client lors du paramétrage des différents postes (ou à
partir des OF renseignés).
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : conçu pour un mode collaboratif et
relations intra-entreprises et groupes multisites.
➤ Secteurs d’activités concernés : vins & spiritueux.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
Dans un environnement PC, les postes de contrôle sont en liaison avec 1 serveur
pour permettre de suivre des cadences élevées (système fermé), langage C#
ou.Net, BDD SQL, système propriétaire Prooftag pour le code à bulles.
Le logiciel est développé avec une approche modulaire permettant l’adaptation de la solution à tout type de configuration du producteur artisanal aux
industriels.
➤ Interface avec d’autres progiciels : Soda s’interface avec les ERP.
➤ Solutions : multisite.
BUDGET
➤ Licence : 25 à 60 KÄ.
➤ Services : 10 à 20 KÄ.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : version distribution alimentaire : gestion des
emplacements sur 6 niveaux, des allées, des chemins de picking; synchronisation avec la gestion administrative centrale, réception au moyen des
codes GTIN 128 pour les numéros de lot et les DLC, mise en stock, gestion
des quarantaines, picking en respectant l’unicité des numéros de lot ou des
DLC, préparation des palettes clients, contrôle de chargement. La version cuisine
s’enrichit de la gestion des contrats fournisseurs, de la prise des commandes
clients, de la gestion des articles avec les articles de remplacement, de la gestion
de la classification (Eurocode 2), de la gestion des plannings de fabrication,
contrôle de la fabrication et des PCC, gestion des produits finis, préparation
des commandes (chariot sous régime contrôlé), contrôle des expéditions
( s e rvices internes et clients externes), contrôle des livraisons.
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : conçu pour pouvoir synchroniser les
données avec le système de gestion administrative.
➤ Secteurs d’activité concernés : distributeurs et grossistes alimentaires,
cuisines pour hôpitaux et collectivités.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
BUDGET
➤ Coût du progiciel : selon les modules choisis. Outil de développement,
environ 8 kÄ. Version d’évaluation disponible sur demande.
➤ Licence : fonction du nombre de périphériques et de connecteurs utilisés.
(Entre 100 Ä et 1500 Ä) .
➤ Services : conseil, assistance à l’intégration, développements spécifiques
( i n t e rfaces graphiques).
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Principales fonctionnalités : You-R OPEN fournit les outils et les fonctionnalités pour développer, installer, utiliser et maintenir
l’infrastructure de traçabilité la mieux adaptée à vos besoins. Les tubes sont
des applications locales intégrant une logique de contrôle qui peut être configurée en tant que module réutilisable. Plate-forme de développement par
excellence, portable sur terminaux mobiles, ordinateurs, postes de travail et
serveurs.
➤ Secteurs d’activité concernés : tous secteurs d’activité (mode/textile, industrie, médical, agroalimentaire, logistique, militaire…).
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel (Postes fixes et mobiles) : Windows
2000/XP/Vista/CE/Mobile. Interfaces avec d’autres logiciels et autres systèmes
matériels : Nombreux connecteurs et interfaces en standard. Développement
de nouvelles interfaces possible, sur demande. Langage du progiciel : C#/
templates disponibles sous Visual Studio.
➤ Bases de données : Oracle, SQL, mySQL, ODBC…
➤ Plateformes matériel : systèmes ouverts.
➤ Solution : monosite et multisite.
➤ Interface avec d’autres progiciels : mécanisme de synchronisation des
bases de données.
➤ Langage de programmation & base de données : Java et Oracle.
➤ Terminaux portables : Windows CE, WiFi.
N° 244 • NOVEMBRE 20 0 9 • LOGISTIQUES MAG AZINE
81
LM244_P072-082_Fiches traça
➔DOSSIER 1
8/12/09
17:56
Page 82
➔SPÉCIAL TRAÇABILITÉ
ROCKWELL AUTOMATION
Nom du progiciel : FACTORYTALK
PHARMASUITE
ROCKWELL AUTOMATION
Nom du progiciel : FACTORYTALK
VANTAGEPOINT EMI
IDENTITÉ
IDENTITÉ
➤ Description générale : FactoryTalk PharmaSuite est un logiciel MES
offrant des fonctionnalités de gestion de production pour les industries réglementées dans les applications. Factory Talk PharmaSuite intègre les fonctions
Track&Trace (traçabilité & généalogie) et Weigh&Dispense (pesage & préparation), qui assurent un suivi des matières, des équipements et du personnel
impliqués dans le procédé de fabrication et aide les clients à établir des
dossiers de lot complets et précis. Les opérateurs sont guidés par des workflows (flux d’activités) prédéfinis et le système détecte et enregistre tout écart.
Ceci aide à prévenir les erreurs et contribue à réduire les risques de problèmes
de qualité et le temps nécessaire à l’analyse. La suite logicielle comprend également une documentation complète et des modèles inspirés des dernières
normes de l’industrie, comme le GAMP5, afin d’accélérer la qualification et la
validation sur le site de production.
➤ À noter : il comprend, de base, deux applications : Track&Trace et Dispense.
Ces deux applications sont intégrées dans un progiciel simple à installer,
déployer et maintenir. Il peut fonctionner aussi bien comme application isolée
ou intégré au système ERP.
➤ Édité et distribué par : Rockwell Software (USA).
➤ Date de création société : 1903.
➤ Chiffre d’affaires 2007 : 5 milliards $.
➤ Effectif : 20 000.
➤ Couverture géographique : mondiale.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 6 mois.
➤ Nombre de sites installés : plusieurs centaines d’installations MES.
➤ Date de première installation du progiciel : 2009.
➤ Date de la dernière version : 2009.
➤ Langues d’utilisation : anglais, français, espagnol, allemand.
➤ Description générale : FactoryTalk VantagePoint EMI de Rockwell Automation est un progiciel d’aide à la décision basé sur la technologie web qui fédère
toutes les données dans un unique système de gestion des informations et
permet la génération de rapports, le suivi d’indicateurs clé (KPI). Que l’usine repose
sur l’architecture intégrée de Rockwell Automation ou ceux d’autres fournisseurs
de contrôle/commande, il est désormais possible d’accéder aux données à partir
de n’importe quel endroit. Le personnel d’usine a accès aux données et aux informations, dans le contexte approprié afin de prendre des décisions en temps voulu.
Un exemple : pour optimiser le coût de production d’un produit, le manager
pourra mettre en relation les consommations matière issues du MES, la
consommation d’électricité archivée dans un logiciel d’historisation de données
de production et les coûts matière et énergie fournis par l’ERP; réaliser un tableau
de bord synthétique ; générer des alarmes en cas de dépassement de valeurs
limites; et le consulter en temps réel à partir d’un simple navigateur.
➤ À noter : toutes les données de production sont accessibles en temps réel.
Un simple navigateur Internet est suffisant pour visualiser en temps réel les
rapports, les tableaux de bord et les indicateurs clés de performance. Économie
de temps : les rapports, les tendances et les tableaux de bord préconfigurés
permettent une utilisation immédiate. Possibilité de créer des rapports personnalisés. Les rapports publiés sont toujours à jour car connectés aux sources
de données. La fonction glisser-déposer permet de comparer et d’optimiser
les performances des équipements, des chaînes de production.
➤ Édité et distribué par : Rockwell Software (USA).
➤ Date de création société : 1903.
➤ Chiffre d’affaires 2007 : 5 milliards $.
➤ Effectif : 20000.
➤ Couverture géographique : mondiale.
➤ Délai moyen de mise en œuvre : 1 à 6 mois.
➤ Nombre de sites installés : plusieurs centaines incluant des déploiements
dans de grands groupes industriels.
➤ Date de première installation du progiciel : 2009.
➤ Date de la dernière version : 2009.
➤ Langues d’utilisation : anglais, français, espagnol, allemand.
BUDGET
➤ Licence : de 20 000 Ä à 100 000 Ä.
➤ Services : de 20 000 Ä à 100 000 Ä.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Identité du progiciel : FactoryTalk PharmaSuite.
➤ Principales fonctionnalités : FactoryTalk® PharmaSuite fournit des
fonctions de base pour la gestion des recettes, des ordres de fabrication, des
en-cours, des stocks, des équipements et des déviations. L’application
Dispense (préparation) est étroitement intégrée à l’application Production
Management et gère spécifiquement les opérations de pesage (Weighing) elle
propose un ensemble de workflows (flux d’activités) prédéfinis pouvant être
facilement personnalisés et étendus en fonction des besoins client. Elle permet
de réduire les erreurs à la fois en guidant l’opérateur grâce à des workflows
prédéfinis et en vérifiant que seules les matières spécifiées dans la nomenclature seront utilisées. Cela inclut la vérification des numéros de lot et de
sous-lots ainsi que les équipements tels que définis dans la nomenclature et
la recette. Les matières et les équipements peuvent être identifiés par code
barre et RFID. Une traçabilité complète amont et aval des ressources (matière,
équipement, personnel) est une des fonctions clé de l’application de Dispense.
Le rapport de pesée inclut toutes les informations nécessaires à une documentation conforme aux normes GxP. L’application Dispense dispose d’un
ensemble d’interfaces temps réel permettant de se connecter à la plupart des
peseuses du marché utilisées dans les industries réglementées.
➤ Capacité d’ouverture du progiciel : connectivité vers ERP (SAP…),
Système qualité (LIMS)…
➤ Secteurs d’activité concernés : chimie ; cosmétologie; pharmacie.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : indépendance par rapport à la plate-forme
matériel car le logiciel fonctionne sur Server d’application Java EE (JBOSS,
Weblogic, Websphere) indépendant de l’OS (Microsoft Windows, Linux,
Unix…) et du hardware.
➤ Solution : A rchitecture Clients Serveur, Client Java et/ou léger.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : ERP, LIMS, GMAO, SCM, CRM.
➤ Langage ou progiciel de développement : JavaEE, Peanuts.
➤ Bases de données : SQL et Oracle.
82
LOGIS T IQUES MAG AZINE • NOVEMBRE 20 0 9 • N° 24 4
BUDGET
➤ Licence : de 1 000 à 20 000 Ä en fonction du nombre d’utilisateurs.
➤ Services : en fonction de la taille de l’installation, peut aller d’une simple
formation à un système clé en main avec déploiement multisite.
CARACTÉRISTIQUES FONCTIONNELLES
➤ Identité du progiciel : FactoryTalk VantagePoint EMI.
➤ Principales fonctionnalités : grâce à FactoryTalk VantagePoint EMI, les
données sont contextualisées (en modélisant les données selon des standards
- ex : ISA95 - afin d’aider les utilisateurs à trouver ce dont ils ont besoin), agrégées (en rendant disponibles de façon transparente pour l’utilisateur des
données provenant de sources disparates), analysées (en permettant à l’utilisateur de mettre en correspondance des données en provenance de différentes
sources), visualisées (en permettant la réalisation de tableaux de bord et la
génération d’alarmes) et propagées (en permettant l’échange de données
entre la production et les systèmes d’information d’entreprise comme les ERP).
Des connecteurs sont disponibles vers les données temps réel (automates Rockwell et autres), les données historisées (Factory Talk Historian, Wonderware
IndustrialSQL Server, GE Proficy Historian, OSIsoft PI System) et vers les bases
de données relationnelle type SQL. Capacité d’ouverture du progiciel : connectivité sur automates, Historian, bases de données, ERP, MES, LIMS, SCM.Secteurs
d’activité concernés : agroalimentaire; bâtiment; chimie/pharmacie/cosmétologie;
emballage/conditionnement; aéronautique/ferroviaire; automobile; biens de
consommation; machines; électronique/informatique; métallurgie/sidérurgie.
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
➤ Plates-formes matériel : PC et Serveur standard.
➤ Solution : monosite ou multisite. Architecture client serveur technologies web.
➤ Interfaces avec d’autres progiciels : Wonderware IndustrialSQL Server,
GE Proficy Historian, OSIsoft PI System , ERP, SCM, LIMS, MES.
➤ Langage ou progiciel de développement : Net.
➤ Bases de données : SQL et Oracle.

Documents pareils