Février 2013

Commentaires

Transcription

Février 2013
Public Disclosure Authorized
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
UNION—DISCIPLINE –TRAVAIL
MINISTERE DES INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES
PROGRAMME DE RENNAISSANCE DES INFRASTRUCTURES
DE COTE D’IVOIRE (PRI-CI)
AGENCE DE GESTION DES ROUTES (AGEROUTE)
ETUDES DE FAISABILITE TECHNICO-ECONOMIQUE ET
ENVIRONNEMENTALE DU PONT DE BASSAWA SUR LA COMOE
Public Disclosure Authorized
Public Disclosure Authorized
Public Disclosure Authorized
E3029v3
ETUDE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL
ET SOCIALE
(version définitive)
2 Rue Sahab Ibn Abbad
1002 Tunis - Le Belvédère
Tél +216 71 80 00 33
Fax +216 71 79 86 45
[email protected]
Avenue Franchet d’Esperey
01 BP 8466 Abidjan 01
Tél +225 20 30 01 55
Fax +225 20 21 86 15
[email protected]
Février 2013
SOMMAIRE
RESUME NON TECHNIQUE........................................................................................................................ 5
1-INTRODUCTION ET CONTEXTE ....................................................................................................... 11
1.1-Contexte du projet ..............................................................................................................................................11
1.2- Justification et objectif de l’étude.......................................................................................................................12
1.3- Portée du présent document ..............................................................................................................................12
1.4- Liste des experts .................................................................................................................................................13
2-METHODOLOGIE DE L’ETUDE .......................................................................................................... 14
2.1- Recherche documentaire ....................................................................................................................................14
2.2- Observation directe ............................................................................................................................................14
2.3-Mission d’information des populations ...............................................................................................................14
2.4- Enquête de terrain ..............................................................................................................................................15
DESCRIPTION ET CONSISTANCE DU PROJET .................................................................................. 16
3.1- Localisation du projet .........................................................................................................................................16
3.2- Description détaillée du projet ...........................................................................................................................17
3.2.1-Les variantes du projet ....................................................................................................................................... 17
3.2.2-Description du projet .......................................................................................................................................... 18
3.2.3-Description des étapes du projet........................................................................................................................ 19
3.2.4-Contraintes environnementales liées au choix du site du projet ....................................................................... 22
4-CADRE POLITIQUE, LEGISLATIF ET ADMINISTRATIF ............................................................. 24
4.1- Cadre politique ...................................................................................................................................................24
4.2- Cadre législatif et réglementaire .........................................................................................................................26
4.3- Cadre institutionnel ............................................................................................................................................26
4.3.1-Cadre institutionnel national .............................................................................................................................. 26
4.3.2- Cadre institutionnel international ..................................................................................................................... 27
4.3.3-Cadre réglementaire et juridique national ......................................................................................................... 28
5-ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT.......................................................................................... 35
5.1- Données de l’environnement physique ..............................................................................................................35
5.1.1-Le climat.............................................................................................................................................................. 35
5.1.2-Réseau hydrographique et régime hydrologique ............................................................................................... 39
5.1.3- La pédologie ....................................................................................................................................................... 42
5.1.4- La Topographie et géologie ............................................................................................................................... 42
5.2- Données de l’environnement biophysique .........................................................................................................42
5.2.1- La flore ............................................................................................................................................................... 42
5.2.2- La faune ............................................................................................................................................................. 45
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 1
Février 2013
5.3- Données de l’environnement humain.................................................................................................................45
5.3.1 La population de la zone du projet ..................................................................................................................... 45
5.3.2- Les activités socioéconomiques pratiquées....................................................................................................... 46
6-IDENTIFICATION, DESCRIPTION ET ANALYSE DES IMPACTS POTENTIELS DU PROJET
........................................................................................................................................................................ 51
6.1- Impacts du projet en phase de chantier ..............................................................................................................52
6.1.1- Impacts négatifs ................................................................................................................................................. 52
6.1.2 Impacts positifs ................................................................................................................................................... 55
6.2 Impacts du projet en phase d'exploitation de l'ouvrage ......................................................................................56
6.2.1 Impacts négatifs .................................................................................................................................................. 56
6.2.2- Impacts positifs .................................................................................................................................................. 57
6.3 Evaluation de l’importance des impacts du projet ..............................................................................................58
7-MESURES D’ATTENUATION DES IMPACTS .................................................................................. 63
7.1- Mesures d’atténuation des impacts négatifs du projet en phase de chantier .....................................................63
7.1.1-Mesures de prévention et de réduction des impacts pendant l’installation et le fonctionnement de la base de
chantier ........................................................................................................................................................................ 63
7.1.2- Mesures relatives aux impacts en phase de construction des ouvrages ........................................................... 64
7.1.3- Mesures d’atténuation des impacts négatifs du projet en phase d’exploitation .............................................. 66
7.1.4-Mesures de bonification ..................................................................................................................................... 66
8-PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES) ............................................ 67
8.1 Surveillance environnementale ...........................................................................................................................67
8.1.1- Rôle et responsabilité du PRI-CI ......................................................................................................................... 67
8.1.2- Rôle et responsabilité de l’AGEROUTE .............................................................................................................. 68
8.1.3- Rôle et responsabilité de l’entreprise ................................................................................................................ 68
8.1.4- Rôle et responsabilité du Bureau de Contrôle ................................................................................................... 68
8.1.5- Rôle et responsabilité de l’ANDE ....................................................................................................................... 69
8.1.6- Programme de sensibilisation des populations ................................................................................................. 69
8.2- Suivi environnemental ........................................................................................................................................69
8.3- Autres partenaires ..............................................................................................................................................69
8.4- Matrice du PGES .................................................................................................................................................70
9-LA CONSULTATION DU PUBLIC ....................................................................................................... 75
9.1- Objectifs de la consultation du public .................................................................................................................75
9.2- Population cible ..................................................................................................................................................75
9.3- Procédure de la consultation du public ...............................................................................................................75
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ............................................................................................ 77
ANNEXES ....................................................................................................................................................... 81
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 2
Février 2013
PRICI
CI-PAST
UCP
ANDE
PNAE
AGEROUTE
UEMOA
EIES
PGES
CEDEAO
MINEF
MINEDD
BNETD
CNTIG
PSR
ZIE
ZIS
PV
BET
SIGLES ET ACRONYMES
: Projet de Renaissance des infrastructures de Côte d’Ivoire
Projet d’Ajustement du secteur du Transport en Côte d’Ivoire
: Unité de Coordination du Projet
: Agence Nationale De l’Environnement
Plan National d’Action pour l’Environnement
: Agence de Gestion des Routes – Cote d’Ivoire
: Union Economique et Monétaire Ouest Africaine : 08 Etats
membres (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée-Bissau, Mali,
Niger, Sénégal, Togo)
: Etude d’Impact Environnemental et Social
: Plan de Gestion Environnementale et Sociale
: Communauté Economique des États de l'Afrique de l'Ouest
: Ministère des Eaux et Forêts
: Ministère de l’Environnement de la salubrité urbaine et du
Développement Durable
: Bureau National d'Études Techniques et de Développement
: Comité National de Télédétection et d'Information Géographique
: Plan succinct de Réinstallation
: Zone d’Impact Elargie
: Zone d’Impact Stricte
: Procès Verbal
: Bureau d’Etudes Techniques
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 3
Février 2013
LISTE DES TABLEAUX
Numéro
Tableau 1
Tableau 2
Tableau 3
Tableau 4
Tableau 5
Tableau 6
Tableau 7
Tableau 8
Tableau 9
Titre
Page
: Coût de la mise en œuvre du PGES
: Dimension des appuis de l’ouvrage
: OP applicables au projet par rapport aux 10 OP de la banque Mondiale
: Caractéristiques d’identification des Stations de recueil de données climatiques
: Caractéristiques des précipitations annuelles en mm
: Minimum, maximum et moyennes aux stations de Bondoukou et Sandégué
: Paramètres d'estimation des températures de 1953 – 2007 à Bondoukou
: Paramètres d’estimation de l’insolation (1995-2007)
: Evaporation moyenne à la station de Bondoukou- aéroport en mm (2000-2008)
: Valeurs caractéristiques de l’humidité relative mensuelle à Bondoukou (1968 –
2007)
: Bilan annuel des flux de matières particulaires du fleuve Comoé
: Composition chimique moyenne des eaux du fleuve Comoé en mg/l.
: Paramètres physiques des eaux du fleuve Comoé
: Bilan annuelle des flux de matières dissoutes du fleuve Comoé
: Population de la zone d'influence stricte de l'ouvrage
: Production des cultures de rentes dans la ZIE (Tonnes)
: Production des cultures vivrières dans la ZIE (Tonnes)
: Cheptel dans la ZIE en 2007
: Structure du trafic de 2001
: Volume du trafic de Sérébou vers Diézoué par jour
: Volume du trafic de Diézoué vers Sérébou par jour
: Trafic journalier moyen annuel
10
21
33
35
35
36
36
37
37
38
Tableau 23
: Les phases de réalisation des travaux et des activités susceptibles d’avoir des
impacts sur l’environnement
50
Tableau 24
Tableau 25
: Matrice d’évaluation des impacts du projet
: Matrice du PGES
58
70
Tableau 10
Tableau 11
Tableau 12
Tableau 13
Tableau 14
Tableau 15
Tableau 16
Tableau 17
Tableau 18
Tableau 19
Tableau 20
Tableau 21
Tableau 22
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 4
Février 2013
40
40
40
40
45
46
46
47
47
48
48
49
RESUME NON TECHNIQUE
PRESENTATION DU PROJET
La construction de l’ouvrage de franchissement sur la Comoé, appelé l’ouvrage OA1, entre le département de
Dabakala et les Sous-préfectures de Prikro et de Sandégué, fait partie d’un ensemble de projets
d’infrastructures routières dont l’objectif est d’optimiser le réseau routier ivoirien par la création d’axes
transversaux d’orientation Est-Ouest. La réalisation de l’ouvrage de franchissement sur la Comoé permettra
de relier le département de Dabakala, la Sous-préfecture de Prikro et la Sous-préfecture de Sandégué. Cet
ouvrage permettra de relier les régions de la Vallée du Bandama, du N’zi Comoé et du Zanzan.
JUSTIFICATION DU PROJET
La construction de l’ouvrage de franchissement sur la Comoé s’inscrit dans le projet d’optimisation, au plan
économique, du réseau routier ivoirien par la création d’axes transversaux d’orientation Est-Ouest. Cet
ouvrage contribuera à désenclaver de nombreuses localités des Régions de la Vallée du Bandama, du N’zi
Comoé et du Zanzan et à y redynamiser les activités socioéconomiques.
CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE DE L’ETUDE
Le cadre institutionnel de l’EIES du présent Projet met en exergue les principales institutions nationales et
internationales suivantes :
-
le Ministère des Infrastructures Économiques, à travers le PRI-CI;
-
le Ministère de l’Economie et des Finances en qualité de gestionnaire des fonds publics ;;
-
le Ministère de l’Environnement, de la salubrité urbaine et du Développement Durable, à travers
principalement la Direction Générale de l’Environnement (DGE) et l’Agence Nationale De
l’Environnement (ANDE) ;
-
Le Ministère de du transport ;
-
Le Ministère de la santé Publique et de la lutte contre le SIDA
-
Le Ministère de l’Agriculture
-
Le Ministère des eaux et Forêts
-
Le Ministère de la Construction, du Logement, de l’assainissement et de l’Urbanisme
-
Le Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie
-
La Banque Mondiale, principale Bailleur de Fonds du Projet.
Quant au cadre réglementaire, il s’appuie sur les dispositions nationales suivantes :
- le Plan National d’Action pour l’Environnement (PNAE) qui constitue le cadre d’orientation permettant
de mieux cerner la problématique environnementale en Côte d’Ivoire,
- la loi n°96-766 du 3 octobre 1996 portant le Code de l’Environnement,
- le décret n° 96- 894 du 8 novembre 1996 déterminant les règles et procédures applicables aux études
relatives à l’impact environnemental des projets de développement.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 5
Février 2013
- l’arrêté n° 00972 du 14 Novembre 2007 relatif à l’application du décret n° 96-894 du 8 Novembre
1996.
- le décret relatif au contrôle du Comité Technique Consultatif pour l’étude des questions intéressant
l’hygiène et la sécurité des travailleurs.
- le décret du 25 novembre 1930 règlementant l’expropriation pour cause d’utilité publique et
l’occupation temporaire en Afrique Occidentale Française.
Il s’appuie aussi sur les politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale, et plus particulièrement ici de la
Politique Opérationnelle (OP) 4.12 (Réinstallation involontaire des populations) et les autres Directives de la
Banque pour protéger l'environnement et la société contre les effets négatifs potentiels des projets, plans et
programmes de développement.
ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT DU PROJET
La zone du Projet de construction de l’ouvrage de franchissement sur le fleuve Comoé est constituée par le
département de Dabakala et les Sous-préfectures de Prikro et de Sandégué.
L’ouvrage de franchissement sur la Comoé se trouve sur la route A10 (au niveau de la Comoé), reliant Bouaké
à Bondoukou en passant par Bassawa et Sandégué. Il se situe entre les Régions de la Vallée du Bandama,
du Zanzan et du N’zi Comoé. Le climat au niveau de la zone du projet est de type tropical humide et se
caractérise par deux (02) saisons :
- une (01) saison sèche, de novembre à mars;
- une (01) saison des pluies, d’avril à novembre.
La pluviométrie moyenne annuelle est de l’ordre de 1 138 mm, montrant que la zone est l’une des moins
arrosées de la Côte d’Ivoire. La répartition mensuelle des pluies indique que la zone du projet a un régime
pluviométrique de type bimodal.
La zone du projet est située dans la zone de transition des domaines subsoudanais et soudanais ivoiriens.
Cette zone est constituée d’une juxtaposition de formations forestières et de formations savanicoles (Monnier,
1978b). Vraisemblablement, les formations climaciques originelles de ces deux domaines étaient,
respectivement, la forêt semi-décidue sans strate herbacée et la forêt claire.
La zone du projet est parcourue par la Comoé et ses affluents qui sont la Baya, la Nenguéré et la béré. Le
régime hydrographique de la Comoé s’apparente au type tropical de transition, avec une crue unique d’août
en octobre, suivie d’un tarissement parfois total en saison sèche (mars-avril) pour les petits bassins et un débit
d’étiage faible pour la Comoé elle-même.
La population de la zone d’influence stricte (ZIS) est estimée à plus de 2 millions, soit près de 10% de la
population ivoirienne. Le taux d’urbanisation est de 44% dans la ZIS. Ce taux est très variable selon les
départements. Le taux d’urbanisation dépasse 78% à Bouaké, la deuxième ville de la Côte d’Ivoire après
Abidjan, mais se limite à 10% à Dabakala. A part Katiola où il atteint 55%, ce taux varie entre 10 et 15% pour
les autres départements de la ZIS.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 6
Février 2013
La ZIS est donc essentiellement une zone rurale environnant les centres régionaux que sont Bouaké et
Bondoukou. Cette constatation est confortée par la part élevée de population occupée dans l’agriculture
(supérieur à 80%).
IMPACTS POTENTIELS DU PROJET
Le projet de construction de l’ouvrage de franchissement sur le fleuve Comoé aura des impacts négatifs et
positifs. Ces impacts sont fonction de chacune des phases du projet.
IMPACTS POSITIFS MAJEURS
Les impacts positifs majeurs sont nombreux ; il s’agit notamment de :
- la création d’emplois pendant les travaux ;
- le désenclavement de localités du département de Dabakala et des Sous-préfectures de Prikro et de
Sandégué, avec pour corollaires la revalorisation du prix des produits agricoles, le développement des
activités socioéconomiques, la facilitation du déplacement des populations et des biens, une meilleure
introduction des programmes gouvernementaux dans la zone du projet, etc.
- la contribution globale du projet à la lutte contre la pauvreté ;
- la contribution globale du projet à l’amélioration de la condition féminine et infantile dans la zone du
projet ;
- etc.
Pour ce qui est des impacts négatifs, ils sont environnementaux et sociaux. On peut les distinguer en phase
de construction du pont et en phase d’exploitation du pont.
Impacts négatifs pendant la phase de construction
• Impacts sur le milieu naturel
- impacts sur le sol (destruction des sols, tassement des sols, érosion des sols, pollution des sols) ;
- impacts sur les eaux superficielles (pollution des eaux superficielles, circulation des eaux
superficielles) ;
- impacts sur les eaux souterraines (pollution des eaux) ;
- impact sur la végétation (défrichement et/ou déboisement dans le cadre d’ouverture de carrière, de
zone d’emprunt, etc.) ;
- impacts sur la faune (destruction et/ou migration d’animaux) ;
- impacts sur le paysage (production d’énormes quantités de déchets solides (déblais, démolitions,
pollution du milieu par les rejets solides et liquides issus du chantier, etc.) ;
- bruits et vibrations occasionnés par les engins ;
- pollution de l’air par les poussières et émission gazeuses
- risques d’érosion et d’inondation des terrains en aval des plates-formes qui reçoivent les eaux de
ruissellement du fait de l’augmentation des surfaces imperméabilisées.
-
• Impacts sur le milieu humain
destruction d’habitats au niveau du village de Sérébou ;
perturbation de la circulation pendant les travaux ;
perte de terres agricoles ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 7
Février 2013
-
risque d’accidents de la circulation ;
risques d’augmentation de la pandémie du VIH SIDA ;
Impacts négatifs pendant la phase d’exploitation :
• Impact sur le milieu naturel
- impacts sur le sol (érosion des sols, pollution des sols) ;
- impacts sur les eaux superficielles (pollution des eaux superficielles) ;
- impacts sur les eaux souterraines (pollution des eaux) ;
-
• Impacts sur le milieu humain
impacts liés à l’augmentation des mouvements de populations : problèmes de sécurité des biens et
des personnes (banditisme, accidents de circulation) ;
risques d’augmentation de la pandémie du VIH SIDA ;
détérioration des conditions de vie de des populations riveraines liée aux émissions de poussières et
nuisances, et à la destruction d’arbres utilitaires ;
MESURES D’ATTENUATION DES IMPACTS
Les mesures d’atténuation constituent les actions à mettre en œuvre en vue de réduire ou corriger les impacts
négatifs du projet pendant la période de construction et d’exploitation. Elles visent à permettre la meilleure
intégration possible du projet dans le milieu récepteur ; mais aussi à trouver de meilleures alternatives pour
éliminer ou de réduire les impacts négatifs du projet et en maximiser les avantages. Pour les impacts négatifs
identifiés, des mesures de réduction de leurs effets sont proposés. Des détails sont présentés au chapitre
relatif aux mesures d’atténuation.
AUTRES MESURES ENVIRONNEMENTALES
L’entrepreneur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour atténuer les impacts possibles énumérés cidessous notamment :
- utiliser la main d’ouvre locale et éviter les conflits avec la population locale ;
- pendant les travaux : arroser périodiquement des surfaces annexes, doter le personnel de
d’équipements de protection ;
- protéger les zones habitées : arroser les plateformes, des voies latérites, et protéger les
chargements ;
- assurer l’aménagement et la signalisation d’une voie de déviation ;
- contrôler les véhicules et les doter d’équipements standards de filtration de gaz d’échappement.
- contrôler la combustion des déchets après les travaux
- après les travaux, régénérer les zones d’emprunts.
PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE
OBJECTIF DU PGES
Le Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) consiste à planifier les mesures de protection
proposées et d’identifier les différents partenaires et leurs responsabilités pour la mise en œuvre de ces
mesures. Le PGES a pour objectif de s’assurer de l’efficacité des mesures préconisées dans l’EIES en
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 8
Février 2013
fonction des attentes des différents partenaires impliqués. Il prend en compte la surveillance et le suivi
environnemental dont les détails sont présentés dans le chapitre prévu à cet effet.
RESPONSABILITE DE LA MISE ŒUVRE
La mise en œuvre des mesures d’atténuation et de suivi exige de définir clairement les responsabilités des
différents organismes impliqués dans l’exécution et le suivi opérationnel du projet.
- Maître d’Ouvrage qui est le Ministère des Infrastructures Economiques en tant qu’organisme en
charge de la construction, de l’entretien et de la protection du patrimoine infrastructurel, ainsi que de
la supervision et du contrôle technique est responsable pour assurer le suivi de la mise en œuvre des
mesures contenues dans le PGES et de rapporter les résultats atteints au travers l’Unité de
Coordination du Projet PRI CI.;
- Unité de Coordination du Projet (PRI-CI) est le point focal chargé nom du Ministère des
Infrastructures économiques de la mise en œuvre du Projet. Il se fera assister dans l’exécution de
cette tâche par un Maître d’Ouvrage Délégué
- Le Maître d’Ouvrage Délégué (MOD) L’AGEROUTE sera chargée d’apporter une assistance au PRICI pour la mise en œuvre, dans les normes requises, des mesures environnementales et sociales
définies dans le présent rapport, et produira les rapports de suivi ;
-
-
-
le Bureau d’Etudes ou Mission de Contrôle : Le BET est le garant du respect des règles
d’exécution techniques, et il devra s’assurer de l’exécution, suivant les règles de l’art, des mesures
techniques contenues dans le PGES ;
l’Entreprise en charge des travaux : elle devra élaborer, dans un délai de 30 jours, le PAPA du
chantier. Elle mettra en place les moyens matériels, humains et financiers pour la stricte application
des mesures contenues dans le PGES ;
l’ANDE : l’agence aura en charge de veiller à la conformité des activités menées avec le PGES et,
d’une manière générale, les lois en vigueur.
PROCEDURES DU SUIVI
Un nombre important des mesures proposées relèvent des travaux. Les études techniques veilleront donc à
prendre en compte et détailler la nature et les quantités précises des ouvrages ou parties d’ouvrages à
réaliser. Ces travaux seront repris dans le Dossier d’Appel d’Offres, dont le chapitre Spécifications techniques
comportera une section spécifique consacrée aux mesures d’atténuation des impacts environnementaux et
sociaux relevant de l’entreprise, tels que décrits au chapitre 7. Le Maître d’Ouvrage Délégué devra veiller à
cela.
Pendant les travaux, la mission de contrôle (BET) assure, sous le contrôle du maître d’ouvrage délégué sur le
terrain, la réalisation et le suivi de la mise en œuvre des différentes mesures du PGES. A cet effet, elle
comprendra en son sein un spécialiste en charge des questions environnementales et sociales. En outre, les
rapports de contrôle et surveillance des travaux comporteront une section spécifique aux aspects
environnementaux et sociaux.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 9
Février 2013
L’ANDE, conformément à sa mission, sera chargée de veiller à la conformité des activités menées avec le
PGES et les lois nationales. A cet effet, elle effectuera des missions de suivi au moins trois fois au cours de la
vie du chantier : une au démarrage des travaux (entre autres pour s’assurer de la conformité du Plan de
Protection de l’Environnement proposé par l’Entreprise et validé par le Maître d’Ouvrage Délégué), une à miparcours et un autre à la fin des travaux.
Un débriefing de chaque inspection ou audit sur les mesures contenues dans le PGES doit être réalisé sur les
chantiers à l’intention de l’entreprise et du maître d’ouvrage délégué.
La surveillance environnementale des mesures contenues dans le PGES se fera lors des réunions de chantier
et des visites de terrain organisées à cet effet. L’ordre du jour des réunions comportera un point explicitement
dédié aux aspects environnementaux et sociaux. Au cours de ces réunions, il sera régulièrement fait le point
sur les travaux en cours, les non-conformités émises, ce que l’entreprise entrevoit pour les lever, le point sur
les mesures d’atténuation, leur mise en œuvre et leur suivi, etc.
A la fin des travaux, le suivi portera principalement sur les travaux de finition qui renforcent l’image du projet. Il
s’agit du suivi des travaux portant sur :
- le nettoyage des sites des installations du chantier ;
- la remise en état des sites d’emprunt et des dépôts ;
- le transfert aux populations riveraines des certaines installations de chantiers ;
- la rédaction contradictoire des PV de fermeture des sites.
Dans sa mission de suivi des activités, PRI CI sera assistée par l’AGEROUTE qui recrutera à cet effet un
expert chargé des questions environnementales et sociales. La Mission de Contrôle disposera également en
son sein d’un expert en la matière. L’Entreprise, quant à elle, mobilisera un expert en Hygiène-SantéEnvironnement.
COUT DES MESURES ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES
Tableau 1: Coût de la mise en œuvre du PGES
N°
Désignation
1
Mesures d’indemnisation PAR
2
Mesures de bonification
3
Mesures IEC / sensibilisation
4
Programmes de lutte contre les IST/ VIH SIDA
TOTAL
Montant (FCFA)
PM
33 000 000
40 000 000
40 000 000
113.000.000
Le coût de la mise en œuvre des mesures environnementales à réaliser pour atténuer les effets négatifs des
travaux est estimé à Cent treize millions (113.000.000) francs CFA.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 10
Février 2013
1-INTRODUCTION ET CONTEXTE
1.1-CONTEXTE DU PROJET
L’Etat de Côte d’Ivoire a signé le 16 Septembre 1998, un accord de crédit d’un montant de 130,6 Millions de
DTS (soit environ 180 Millions de dollars US) en partenariat avec la Banque Mondiale en vue de procéder à
une réorganisation du secteur des transports ivoiriens dans le cadre du Projet CI-PAST.
A la faveur de la reprise de la coopération financière entre la Côte d’Ivoire et la Banque Mondiale, le projet CIPAST a été restructuré et Ce projet a bénéficié d’une prorogation de 24 mois à compter de la levée de la
suspension des décaissements du 15 juin 2004.
Dans le contexte de sortie de crise, le Gouvernement a décidé d’utiliser le reliquat du crédit disponible (16,852
millions DTS) pour soutenir le processus de réunification du pays et désenclaver les populations et les zones
de productions agricoles.
Par ailleurs, la politique en matière d’infrastructures routières a privilégié le développement de grands axes
structurants d’orientation Nord-Sud pour desservir les pays limitrophes sans façades maritimes.
Aujourd’hui, il devient économiquement nécessaire d’optimiser le réseau routier par la création d’axes
transversaux d’orientation Est-Ouest. Cette nécessité suscite d’accorder une priorité absolue à la construction
d’ouvrages d’art pour faciliter les liaisons transversales du pays (d’Est en Ouest).
En cohérence avec ces orientations du Gouvernement, la mise en œuvre du projet CI-PAST s’est traduite non
seulement par la construction d’ouvrages de franchissement sur l’ensemble du territoire mais également par la
réalisation d’études d’ouvrages d’art.
C’est dans ce contexte qu’une partie des ressources du projet CI-PAST a été affectée à l’étude de faisabilité
technico-économique, Avant Projet Détaillé (APD) et environnementale de trois ouvrages d’art sur les fleuves
Comoé, Sassandra et Marahoué. Cette étude a été confiée au groupement SCET TUNISIE-ICI par ordre de
service N° 200920 daté du 01 décembre 2009, et notifié le 07 décembre 2009.
En raison des perturbations sociopolitiques en Côte d’Ivoire, le groupement n’a pu achever toutes ses
prestations dans les délais pour lui permettre de bénéficier du paiement du solde de son contrat initial sur les
ressources IDA du CI-PAST.
Vu l’importance de ces études pour le développement des infrastructures du pays, il a été convenu que les
prestations du Groupement SCET TUNISIE-ICI CI pour la finalisation des études des ponts de BASSAWA et
de KANI soient payées dans le cadre d'un avenant financé sur les ressources du projet d'urgence de
Renaissance des Infrastructures en Côte d'Ivoire (PRI-CI). D’une enveloppe de 50 milliards F CFA ce projet se
définira par la réalisation de travaux de voirie urbaine, d’éclairage public, de réhabilitation des infrastructures
d’approvisionnement en eau, et de réhabilitation des établissements scolaires ainsi que des centres de santé.
A ce titre, le projet de la réalisation de l’ouvrage de Bassawa sur l’a Comoé s’inscrit en tant qu’objectif
prioritaire dans le cadre de la réalisation du PRICI.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 11
Février 2013
1.2- JUSTIFICATION ET OBJECTIF DE L’ETUDE
Le Projet de construction d’un ouvrage de franchissement sur le fleuve Comoé est, de par sa nature, touché
par la Loi n° 96-766 du 03 octobre 1996 portant Code de l’Environnement, le décret n° 96-894 du 08
novembre 1996 déterminant les règles et procédures applicables aux études relatives à l’impact
environnemental des projets de développement et les politiques de sauvegarde de la Banques Mondiale.
C’est donc pour respecter la réglementation, atténuer les impacts négatifs et maximiser les impacts positifs
des activités de mise en œuvre de ce projet qu’il a été demandé au groupement SCET Tunisie/ICI-CI de
réaliser la présente Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES).
La présente étude se propose, comme objectif général, d’identifier et d’analyser les impacts du projet de
construction d’un ouvrage de franchissement sur le fleuve Comoé sur les différentes composantes de
l’environnement : milieu physique, milieu biologique et milieu humain d’une part, et de proposer des mesures
d’atténuation des impacts négatifs.
Au plan spécifique, les objectifs de cette EIES sont de :
- présenter le projet de construction de l’ouvrage de franchissement sur le fleuve Comoé ;
- présenter les caractéristiques de la zone du projet avant la mise en œuvre de celui-ci ;
- identifier et analyser les impacts positifs et négatifs du projet sur les différentes composantes de
l’environnement ;
- proposer et évaluer des mesures de protection de nature à prévenir, réparer, compenser ou atténuer
les impacts négatifs du projet sur les différentes composantes de l’environnement ;
- élaborer un Plan de Gestion Environnemental et Social du projet.
1.3- PORTEE DU PRESENT DOCUMENT
Le présent document constitue le rapport de l’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) du projet de
construction de l’ouvrage de franchissement sur la Comoé à Bassawa. En tant que tel, ce document se veut
un outil d’aide à la prise de décision en tenant compte des contraintes socio-environnementales du ce projet.
Cette EIES comprend dix (10) chapitres :
1. Introduction : contexte et justification du projet
2. Méthodologie de l’étude
3. Présentation du projet
4. Cadre politique, institutionnel et réglementaire
5. Présentation des caractéristiques environnementales du site du projet
6. Identification et analyse des impacts du projet
7. Mesures environnementales
8. Plan de Gestion Environnemental et Social
9. Coûts des mesures environnementales et sociales
10. Consultation du public
11. Conclusion et recommandations
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 12
Février 2013
1.4- LISTE DES EXPERTS
En vue de la réalisation des cette étude, le groupement ICI-CI/SCET TUNISIE s’est entouré d’une équipe
pluridisciplinaire constitué de :
- GOH Denis, Docteur en Sciences et Gestion de l’Environnement. Option Développement Rural et
Gestion des Ressources Naturelles, Enseignant chercheur à l’Université Felix Houphouet Boigny d’
Abidjan-Cocody Chef de mission. Avec plus de 11 années d’expérience dans les Etudes d’impacts
environnemental et Social, il est formateur certifié en méthodes de gestion des ressources naturelles.
DIEN Kouayé Olivier, Expert en Sociologie rurale
JMAL Samir, Ingénieur de Génie Civil, Spécialiste en ouvrage d’art, Ingénieur ouvrage chargé
d’études au Département infrastructure et transport de SCET Tunisie, spécialiste ouvrage de l’étude.
GHORBEL Jamel, Economiste des Transport
DIBI Brou, Docteur en Hydrogéologie, Enseignant-chercheur à l’université Félix Houphouet oigny
d’Abidjan Cocody. Il a publié plusieurs travaux sur la gestion des ressources en eau et l
DJAN Malan François, Docteur Ethnobotaniste, Spécialiste en Biodiversité et Gestion des
Ecosystèmes, UFR Sciences de la Nature, Université d’Abobo Adjamé.
ZONGO Yacouba, Expert Immobilier Diplômé du Conservatoire des Arts et Métiers de Paris
(CNAMP) depuis 1989, Expert Membre de la Chambre des Experts Immobiliers de côte d’Ivoire où il
occupe de poste de Commissaire aux Compte. Il dirige actuellement le département Immobilier et
Gestion Foncières du Cabinet Ici depuis 1993. Il a participé à de nombreuses missions d’évaluations
immobilières et foncières dans le cadre des EIES.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 13
Février 2013
2-METHODOLOGIE DE L’ETUDE
La méthodologie de la présente étude a été essentiellement axée sur la recherche documentaire, l’observation
directe et les entretiens à partir des guides flexibles à items généralement ouverts. Ce choix s’explique par le
fait que la zone du projet étant fortement anthropisée, les études de terrain pour ce qui est de l’environnement
biologique ont été liminaires.
2.1- RECHERCHE DOCUMENTAIRE
Elle a consisté à rechercher et consulter tous les documents pertinents en rapport avec le projet et le site du
projet. Ces données ont concerné les plans du site du projet (mis à la disposition du Consultant,
conformément aux TDR), les données du Recensement Général de la Population et de l’Habitat-RGPH-de
2008 (si possible), l’étude de faisabilité (ou de préfaisabilité) du projet, les données socioéconomiques,
démographiques, écologiques et biophysiques concernant la zone du projet. Les informations collectées ici
ont permis d’avoir une idée plus ou moins précise du contexte général de la zone du projet.
2.2- OBSERVATION DIRECTE
L’observation a consisté en des visites techniques de terrain à l’aide d’une grille d’observation dans le but de
collecter des informations complémentaires à celles déjà compilées et consultées dans le cadre de la
recherche documentaire. Des inventaires basés sur des techniques standardisées ont été réalisés dans le but
de procéder à des observations directes de certaines espèces fauniques. Les techniques de piégeage des
micromammifères et les marches de reconnaissance ont permis respectivement d’avoir une idée de la faune
mammalienne et aviaire. Des sorties nocturnes ont été réalisées en vue de déterminer les principaux
amphibiens du site. Trois techniques d’échantillonnage ont été utilisées pour l’échantillonnage des
Amphibiens :
- la méthode acoustique basée sur l’écoute des coassements spécifiques (Rödel, 2000 ; Rödel et Ernst,
2004) qui nous a permis une identification rapide des espèces ;
- la méthode visuelle associée aux captures des individus rencontrés dans le milieu (Rödel et Ernst,
2004).
- La méthode des Pitfalls basée sur le piégeage des Amphibiens et reptiles
2.3-MISSION D’INFORMATION DES POPULATIONS
Après la collecte et l’analyse des données secondaires relatives au projet et au site de réalisation de celui-ci,
le consultant a organisé des séances d’informations des populations relativement au projet. Les populations
concernées par ces séances étaient :
- les responsables politiques et administratives de la zone du projet ;
- les populations (autorités traditionnelles, jeunes, femmes) des localités de la zone du projet ;
- les syndicats des transporteurs ;
- les associations de transporteurs ;
- les ONG intervenant dans les domaines de la santé, de la lutte contre le VIH SIDA, et du
développement local ;
- les organisations communautaires, etc.
Ces missions ont permis de fournir aux populations des informations précises concernant le projet, ses
composantes et ses différents impacts sur l’environnement physique et humain. Il s’est aussi agi, au cours de
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 14
Février 2013
cette étape, d’informer ces populations de la date de la tenue des enquêtes socioéconomiques et de celle des
séances de consultation du public.
2.4- ENQUETE DE TERRAIN
Les enquêtes de terrain visent à recueillir des données d’opinion (préférences des enquêtés, leurs avis
relativement au projet, etc.) et des données de fait (données socioéconomiques et démographiques). Les
outils auxquels le consultant a eu recours ici sont des guides d’entretien réalisés en fonction de la catégorie
socio économique des enquêtés.
Le statut de la faune selon les populations a été documenté à travers les entretiens sous forme d’enquêtes
ethnozoologiques. Le choix des interviewés s’est fait en tenant compte de leur niveau de connaissance de la
faune et des connaissances du milieu naturel du site. Le guide des mammifères africains (Kingdon, 1997) a
été utilisé comme support pour confirmer la description des espèces. Un guide des amphibiens et reptiles a
permis la confirmation des principaux représentants de ce groupe zoologique typique aux zones humides.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 15
Février 2013
DESCRIPTION ET CONSISTANCE DU PROJET
3.1- LOCALISATION DU PROJET
Le site de l’ouvrage est situé sur le fleuve Comoé, entre le village de Sérébou et celui de Diézoué dans les
départements respectifs de Bassawa et de Sandégué en République de Côte d'Ivoire. Cet ouvrage facilitera la
liaison entre la région du Gbèkè dont le chef lieu est la ville de Bouaké, dans le centre du pays et la région du
Gontugo situé au nord-est avec pour chef lieu la ville Bondoukou.
La localisation du site du projet est indiquée sur la carte ci-après:
Figure 1 : Emplacement de l’ouvrage de franchissement.
L’ouvrage réalisera la jonction de la route nationale A10 reliant Bouaké à Bondoukou. Par le passé, cette
jonction était entretenue par un BAC qui a été détruit au cours des évènements militaires qu’a connu le pays.
Le site prévu pour l’ouvrage de Bassawa est situé sur la route A10 (au niveau de la Comoé) en passant par
Bassawa (département de Dabakala) et Sandégué (département de Bondoukou).
La zone d’influence élargie (ZIE) est la zone où l’impact du projet est indirect. Elle est composée pour cet
ouvrage par les Régions du Gbèkê , du Boukani et N’zi Comoé et du Gontogo. La zone d’influence stricte
(ZIS) du projet est la zone qui est directement affectée par la réalisation du franchissement. Elle est constituée
par les départements longés par le tronçon de l’A10 reliant les deux chefs-lieux des régions Bouaké et
Bondoukou. La zone d’influence stricte est donc composée :
- au niveau de la Région de la Gbêkê du :
le département de Bouaké ;
le département de Dabakala ;
une partie du département de Katiola.
- au niveau de la Région du Gotougo :
le département de Bondoukou ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 16
Février 2013
le département de Tanda.
- au niveau de la Région de N’zi-Comoé du :
le département de M’Bahiakro
Figure 02 : Vue des axes routiers principaux desservant la zone d’influence du projet
3.2- DESCRIPTION DETAILLEE DU PROJET
Ce chapitre fait une description générale des infrastructures et des équipements de l’ouvrage d’art, dont les
dispositions générales sont présentées en annexe 03 de la présente étude. Il montre le tracé adopté pour le
pont et le profil en long des voies de raccordement.
3.2.1-Les variantes du projet
Trois variantes de tracés ont été étudiées en phase APS voir annexes 4
- Une variante principale qui épouse l’itinéraire existant ;
- Une seconde située à 220 m environ en amont de la première ;
- Et une troisième située à 500 m environ en amont de la première;
L’étude comparative, au niveau de l’avant projet sommaire, a montré l’intérêt du tracé de la solution principale.
Les impacts de chaque tracé ont été analysés au plan technique, économique, environnemental et social. Le
tracé retenu pour l’implantation de l’ouvrage est celui qui épouse l’itinéraire de la route existante. Il traverse
le village par la voie principale. Afin d’éviter le cimetière, un rayon de raccordement minimum de 450 mètre à
été choisi. Cet état de fait nous oblige à une occupation partielle mais définitive de certains ilots du lotissement
(habitations et une partie de l’ilot réservé aux infrastructures de la future gare routière du village).
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 17
Février 2013
Les voies de jonction au pont seront constituées de remblais d’accès qui se poursuivront en sortie d’ouvrage
du coté de Sandégué sur une zone inondable de près de 650 mètres en traversant un champ d’anacardier, et
sur 180 m environ du coté de Sérébou.
Sur la base de l’APS, réalisé en 2010, trois variantes de structure étaient proposées pour le site de Bassawa :
- un pont à poutres préfabriquées en béton armé ;
- un pont à poutres préfabriquées en béton précontraint (VIPP) ;
- un pont mixte.
En vue de la détermination de la structure, une analyse multicritère basé la méthode coût-avantage a été
effectuée en prenant en compte les paramètres techniques, économiques, environnementaux et sociaux.
A la suite de l’analyse des paramètres, la structure en VIPP (pont à poutres en bétons précontraint) a été
choisie en vue de la construction du pont.
3.2.2-Description du projet
Au niveau des infrastructures à réaliser, le projet consiste à :
Aménagement les routes d’accès:
Les rampes d'accès permettent d'accéder à l’ouvrage et sont constituées en remblai sélectionné de fruits
2H/1V, avec des pentes en profil en long de 0.5 à 1.8%. Ces rampes ont une largeur en tête de 11 mètres.et
le profil en travers type proposé pour les voies d’accès, comprend une chaussée non revêtue de 7,0 mètres et
deux accotements de 2,00 mètres. La hauteur maximale des remblais constitutif sera de 8 mètres du côté de
Bassawa et de 7 mètres du coté de Sandégué. Les pentes transversales sont de 3 % en section courante, et
de 5% sur les accotements.
Figure 03 : Profil en travers de la chaussée non revêtue
Une partie de ces voies d’accès seront revêtues de part et d’autre de l’ouvrage sur un linéaire de 50 mètres.
Le profil en travers retenu est pour les voies d’amorce de l’ouvrage est à deux voies, comportant une chaussé
de 7 m de largeur et deux trottoirs de 1,5 m chacun. La couche de roulement est en béton bitumineux de 5 cm
d’épaisseur.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 18
Février 2013
Figure 04 : Profil en travers de la chaussée revêtue
Réalisation de l’ouvrage de franchissement sur le cours d’eau:
Cet ouvrage est en béton précontraint a une longueur totale de 152 m et comporte quatre travées
indépendantes de 37 m de portée chacune.
Le tablier est constitué de 4 poutres en double T de hauteur constante égale à 2,20 m. Ces poutres ont une
épaisseur d’âme variable de 22 cm en travée à 40 cm sur appui. Les tables de compression et les talons ont
des largeurs respectives de 1,7 m et 0,7 m. Les poutres sont solidarisées entre elles par des entretoises au
niveau des appuis et un hourdis coulé sur place d’épaisseur constante égale à 18 cm supportant la chaussée.
Les appuis sont fondés sur des pieux de 1200 mm pour les culées C1, et C5, ainsi que pour la pile P2. Les
piles P3 et P4 seront quant à elles fondées de manière superficielle.
La voie de circulation de l’ouvrage sera constituées d’une chaussée à deux voies de 7,5 m de largeur et
deux trottoirs de 1,25 m chacun. La couche de roulement est en béton bitumineux de 5 cm d’épaisseur sur la
chaussée et de 3 cm sur les accotements.
L’ouvrage sera muni d’un ensemble d’équipements de sécurité comprenant des glissières de sécurité, des
panneaux de signalisation ainsi que des signalisations horizontales réfléchissantes. Il est prévu l’éclairage des
voies d’accès à l’ouvrage.
L’ouvrage sera protégé des crues exceptionnelles par un ensemble d’infrastructures de protection
comprenant des enrochements, des perré-bétonnés ainsi que des engazonnements des talus de remblais. Le
drainage des eaux sur l’ouvrage sera assuré par les descentes d’eau qui aboutiront sur des fossés de bas de
talus.
3.2.3-Description des étapes du projet
Les travaux construction de l'ouvrage de franchissement seront exécutés en trois étapes en conformité avec le
respect des règlements en matière de protection de l’environnement lors des travaux routiers.
Phase préparatoire
Acquisition des terrains
La réalisation du projet nécessitera l’acquisition des terrains supplémentaires en dehors des emprises des
voies actuelles. Cette acquisition fera l’objet d’expropriation populations, notamment du côté du village de
Sérébou. Certaines acquisitions seront définitives notamment en ce qui concerne l’emprise de la traversé;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 19
Février 2013
d’autres par contre, seront temporaires notamment pour l’installation de la base de chantier (côté Sérébou).
Aussi, le Maître d’Ouvrage Délégué s’emploiera t-il à acquérir les terrains nécessaires avec l’accord des
propriétaires ou des occupants. Et ce, conformément aux dispositions règlementaires en la matière.
Transport et manutention des engins, machinerie et équipements
L’exécution des travaux va nécessiter l’utilisation et la manutention d’un certain nombre d’engins, de
machinerie et d’équipements divers comme par exemple : bulldozeur, chargeur, niveleuse, compacteur
vibrant, compacteur à pneu, compacteur à main, pulvimixeur, finisher, camions benne, camion citerne à eau,
camion bouille, motopompe, pelles mécaniques, citernes de carburant, bétonnières, etc.
L’utilisation et la manutention de toute cette logistique nécessaire à la réalisation des travaux, si elles ne sont
pas rationnelles, peuvent engendrer des effets négatifs éventuels sur l’environnement.
Recrutement des manœuvres
Les travaux du projet nécessiteront le recrutement d’un certain nombre de manœuvres. En dehors de la main
d’œuvre qualifiée, l’entreprise chargée d’exécuter les travaux devrait lors du recrutement de son personnel,
accorder une priorité à la main d’œuvre locale notamment les jeunes des deux villages concernés dont une
bonne partie est sans emploi.
Installation de la base de chantier
Cette étape comprend essentiellement :
-
la préparation de l’aire des installations (environ 6.000 m²) ;
L’aménagement des surfaces au sol pour l’implantation et la construction des aires de stockage des
matériaux ; et des aires de stationnement des engins et des véhicules ;
L’aménagement de l’accès à la base du chantier ;
la construction de locaux (bureaux pour l’entreprise et pour la mission de contrôle, ateliers, magasins
de stockage, toilettes) ;
l’approvisionnement en eau et en électricité ;
Exploitation des zones d’emprunt et carrière
Des travaux d’ouverture et d’exploitation de zones d’emprunt et de carrières dans le périmètre des travaux
sont prévus. Deux sites d’emprunts ont été identifiés de par et d’autre de l’ouvrage à construire. Une part
importante des matériaux d’emprunt (graveleux, sable) proviendront des zones identifiées. La réalisation de
l’ouvrage va nécessiter un besoin important en matériau :
-
74.000 m3 de matériau de remblai
-
20.000m3 de graveleux latéritique
-
2.800m3 de sable
-
7.000 m3 de gravier concassée
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 20
Février 2013
Phase de construction proprement dite
Les travaux de construction du pont et de ces voies d'accès auront nécessairement des impacts sur
l’environnement. Ces travaux sont les suivants :
Travaux de dégagement d’emprise s et de terrassement généraux
Les terrassements sont exécutés sur toute la longueur du projet pour l’implantation des voies d’accès et
porteront notamment sur :
-
le dégagement des zones de jachère
la démolition de quelques maisons bâtis à usage d’habitation, de commerce ou artisanal.
le décapage de la terre végétale sur une épaisseur moyenne de 0,20 m sous l’assiette des
terrassements ;
le réglage de l’arase des terrassements ;
le drainage de la plate-forme ;
Travaux d’implantation des ouvrages projetés
Les travaux de remblais d’accès
Terrassements pour ouvrages d’art
Ce sont les travaux relatifs au creusement des pieux (fondations profondes de diam 1200 et de profondeur
allant de 8 à 21 m) et des semelles (fondations superficielles de 10m x 4 m x). Ils vont consister en :
- La mise en place des matériels de forage
- Forage des pieux
- Creusement des assises de semelles
- Evacuation des gravats
Ci-joint les dimensions des semelles de l’ouvrage :
Tableau 2 des dimensions des appuis de l’ouvrage
Appuis
Fondations
Longueur des pieux (m)
C1
4 pieux forés
21
diamètre 1200
P2
8 pieux forés
8
diamètre 1200
C5
4 pieux forés
28
diamètre 1200
Appuis
P3
P4
Fondations Superficielle
L x l x h (m)
10,5x4m épaisseur :
0,80m
Superficielles 10,5x4m
épaisseur : 0,80m
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Hauteur gros béton
(m)
1,46
0,41
Calage tête des pieux
164,31
151,64
163,56
Niveau inférieure de la
semelle
149,85
151,16
Page 21
Février 2013
Fondations spéciales pour piles et culées
La réalisation des fondations par bétonnage sous l’eau par utilisation de bétons spéciaux en vue de la
réalisation des fondations de l’ouvrage.
L’élévation des piles et culées
Il s’agit du coulage des pilles jusqu’à l’atteinte des côtes de niveau espérés en vue de la réalisation des
équipements d’attente du tablier.
La construction du tablier
- Confection des poutres précontraintes
- Lancement des poutres
- Coffrage et coulage du hourdis et de la dalle de compression.
Revêtement et équipements en infrastructures
Il s’agit des travaux suivants :
-
travaux de construction de la chaussée;
travaux de construction des ouvrages de drainage-assainissement;
travaux de construction du dallage en béton armé;
travaux d’équipement en infrastructures de protection et de sécurité;
Phase d’exploitation
L’exploitation des infrastructures réalisées par le projet nécessitera la prise en compte des types d’entretien à
effectuer et de leurs échéanciers, des plans de contrôle et d’urgence pour déceler et corriger les problèmes le
long des voies d’accès, sur le pont et sur tous les ouvrages connexes, en vue de prévenir tout problème
environnemental.
3.2.4-Contraintes environnementales liées au choix du site du projet
Il est retenu que le site d’implantation des infrastructures à construire est une zone d’habitation et de petites
activités commerciales et artisanales. Les contraintes environnementales et sociales suivantes pourraient
mettre à mal l’exécution des travaux par l’entreprise retenue :
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 22
Février 2013
Contraintes socioéconomiques : on dénombre de nombreuses activités économiques sont, en effet,
implantées dans l’emprise du projet. Il s’agit principalement d’activités commerciales informelles et d’activités
artisanales. La réalisation du projet portera atteinte à ces activités. On note également dans l’emprise du
projet, la destruction d’habitats et d’expropriation définitive de lots villageois.
Contraintes liées à la destruction de cultures et reliques de forêt : On note la destruction de parcelles
d’anacardiers du coté de Diézoué ainsi que l’occupation provisoire d’une parcelle de jachère
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 23
Février 2013
4-CADRE POLITIQUE, LEGISLATIF ET ADMINISTRATIF
4.1- CADRE POLITIQUE
Plan National pour l'Action Environnementale
Après la Conférence de Rio en 1992, une mobilisation réelle des populations s'est faite pour la prise en
compte des problèmes environnementaux dans le processus de développement de la nation. Cela s'est traduit
au plan national par la rédaction d'un Plan National pour l'Action Environnementale. Ce plan qui donne une
vue globale de l'environnement en Côte d'Ivoire pour la période de 1995 à 2015 mentionne les grands traits de
la politique ivoirienne en matière d'environnement et du développement durable. La mise en place de ce plan
a nécessité la définition préalable d'un cadre institutionnel, législatif et juridique dans lequel devraient s'inscrire
désormais les actions environnementales en Côte d'Ivoire.
Les actions prioritaires de ce plan ont été réaffirmées et pris en compte dans le Document de Stratégie de
Réduction de la Pauvreté (DSRP) mettant en lumière le lien étroit entre lutte contre la pauvreté et la protection
de l'environnement.
Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP)
Le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire est appelé à apporter des solutions urgentes et efficaces,
notamment en termes de consolidation de la paix, de reconstruction du pays et de développement durable.
Aussi, soucieux de garantir un bien-être aux populations, le Gouvernement a-t-il toujours fait de l’éradication
de la pauvreté une préoccupation majeure. Cet engagement s’est déjà traduit par l’adoption des axes
prioritaires de lutte contre la pauvreté en 1997 et par le démarrage du processus d’élaboration du DSRP en
2000, dans le cadre de l’initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE). Ce processus qui avait
abouti à l’adoption du DSRP intérimaire (DSRP-I) en mars 2002 par la Communauté Internationale, a
malheureusement été interrompu par la crise militaro-politique de septembre 2002.
Le DSRP vise l’amélioration des conditions de vie des populations, notamment les plus vulnérables, par une
alimentation saine et suffisante, l’accès à l’eau potable, aux services énergétiques de base, aux services et
soins de santé de qualité, à l’éducation, à un environnement sain et à un habitat décent. Il intègre la promotion
et le respect des droits de l’homme, l’équité de genre et l’atteinte des OMD comme conditions pour accéder au
développement durable. Dans cette perspective, les questions relatives aux populations vulnérables infectées
et affectées par les grandes pandémies comme le VIH/sida, ont fait l’objet d’une attention particulière. Il offre
également à la Côte d’Ivoire l’occasion d’affirmer sa vocation de pays d’hospitalité et de solidarité. A ce titre, la
question de l’intégration sous-régionale a été érigée en priorité et en constitue un des axes stratégiques.
Citons quelques problèmes relevés dans le DSRP :
i.
nombreuses infrastructures publiques ne sont pas fonctionnelles;
ii.
les performances macroéconomiques sont soumises à des pesanteurs récurrentes et l’outil de cadrage
macroéconomique n’intègre pas suffisamment les interrelations entre les différents secteurs de
l’économie;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 24
Février 2013
iii.
iv.
v.
vi.
vii.
viii.
ix.
x.
les acteurs agricoles ne bénéficient pas suffisamment des retombées de leurs activités;
l’emploi est précaire et les demandeurs d’emploi éprouvent des difficultés d’insertion;
le manque de données récentes sur la population pour les besoins de planification du développement est
récurrent;
le niveau d’encadrement, les ressources financières et l’accessibilité aux services de santé sont faibles
ainsi que le système éducatif est désorganisé.
la lutte contre le VIH/sida souffre d’une insuffisance des services offerts et de la coordination, de la
faiblesse de l’information stratégique et de la non effectivité de son intégration dans les secteurs;
la protection sociale des populations, notamment des couches les plus vulnérables reste faible;
les populations ne bénéficient pas d'un environnement et d'un cadre de vie sains, et de logements
décents;
la proportion des ménages ayant accès à l’eau potable reste faible tant en milieu rural qu’en milieu
urbain;
Stratégie de relance du développement et de réduction de la pauvreté
Le diagnostic de la pauvreté a permis de définir pour la Côte d’Ivoire une vision claire qui pourrait se résumer
en cinq grands points : un havre de paix, un pays émergent, un pays de travailleurs, un pays de culture de
l’excellence et un pays moderne.
Cette vision de long terme se décline en quatre impacts regroupant harmonieusement les six axes
stratégiques :
L’impact 1 « rétablissement et raffermissement des fondements de la République » est obtenu avec les effets
de :
• l’axe stratégique 1 relatif à la « Consolidation de la paix, Sécurité des personnes et des biens et
Promotion de la bonne gouvernance »,
• l’axe stratégique 5 « Décentralisation comme moyen de participation des populations au processus de
développement et de réduction des disparités régionales »,
L’impact 2 « transformation de la Côte d’Ivoire en un pays émergent » est obtenu d’une part avec les effets
de :
• l’axe stratégique 2 « Assainissement du cadre macroéconomique »,
• l’axe stratégique 3 « Création d’emploi et de richesses par le soutien au monde rural et promotion du
secteur privé comme moteur de la croissance »,
L’impact 3 « un bien être social pour tous » sera atteint par la mise en œuvre de :
• l’axe stratégique 4 « Amélioration de l’accessibilité et de la qualité des services sociaux de base,
préservation de l’environnement, promotion de l’égalité de genre et protection sociale»,
L’impact 4 « la Côte d’Ivoire, un acteur dynamique de la scène régionale et mondiale » sera réalisé avec les
effets de :
• l’axe stratégique 6 « Contexte international et intégration régionale ».
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 25
Février 2013
4.2- CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE
Politique nationale en matière de protection de l’environnement
Au lendemain de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le Développement de Rio de
Janeiro, la Côte d'Ivoire s'est dotée en 1992 d'un cadre d'orientation pour cerner la problématique
environnementale à travers le Plan National d'Action pour l'Environnement (PNAE). Deux ans plus tard, le
"Livre Blanc" de l'Environnement de Côte d'Ivoire fut publié par la cellule de coordination du PNAE.
Pour la mise en œuvre de ce plan, un cadre institutionnel, législatif et juridique préalable a été défini; un cadre
dans lequel toutes les actions environnementales devraient s'inscrire désormais.
Au plan législatif, la Loi n° 96-766 portant Code de l’Environnement a été promulguée le 3 Octobre 1996.
Sur le plan réglementaire, le n°96-894 du 8 novembre 1996, déterminant les règles et procédures applicables
aux études relatives à l'impact environnemental des projets de développement.
Conformément à la réglementation en vigueur, le présent projet doit satisfaire aux exigences légales en
matière de protection de l’environnement. Il s’agit donc de préciser le cadre institutionnel et règlementaire qui
sous-tend cette étude.
4.3- CADRE INSTITUTIONNEL
4.3.1-Cadre institutionnel national
La procédure mise en œuvre pour les EIES en Côte d’Ivoire implique plusieurs intervenants, selon l’objet de
l’étude. Dans le cadre du présent projet, le cadre institutionnel concerne les institutions publiques nationales
suivantes :
Le Ministère des Infrastructures Economiques : Il est en charge de la mise en œuvre de la politique du
Gouvernement en matière d’infrastructures routières, à travers l’AGEROUTE. A ce titre, il initie les
projets de création, d’entretien et de réhabilitation des routes.
Le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine du Développement Durable : Il a pour
mission, la conception, l’élaboration et la coordination de la mise en œuvre de la politique du
gouvernement dans les domaines de la sauvegarde de l’environnement, de la gestion rationnelle des
ressources naturelles et de l’amélioration de la qualité de la vie.
Au niveau du suivi des Etudes d’Impact Environnemental, l’Agence Nationale De l’Environnement
(ANDE), créée par le décret n°97-393 du 09 Juillet 1997, est la structure du Ministère de
l’Environnement qui en a la charge. L’ANDE dispose en son sein d’une Sous-direction des Etudes
d’Impact et des Audits Environnementaux dont les attributions sont les suivantes :
-
L’assistance technique aux différentes structures impliquées dans la protection de
l’environnement, notamment l’Administration, les ONG et tous les autres partenaires au
développement (bureaux d’études, sociétés privées, bailleurs de fonds, etc.…).
-
La définition des termes de référence de l’étude d’impact environnemental en concertation
avec l’administration technique de tutelle, le maître d’ouvrage ou pétitionnaire (ou son
représentant) et éventuellement le public.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 26
Février 2013
-
L’enregistrement et l’évaluation des constats d’impact et des études d’impact
environnemental aux fins d’approbation ou d’autorisation, sous le sceau du Ministre
chargé de l’Environnement.
-
L’audit et le suivi des mesures préconisées par l’étude d’impact environnemental.
-
L’organisation des enquêtes publiques, avec les administrations concernées.
-
La diffusion en tant que de besoin, des informations susceptibles d’éclater objectivement
l’appréciation des mesures envisagées et de leurs portées.
Le Ministère de la Construction, du Logement, de l'Assainissement et de l’Urbanisme (MCLAU) : Il est
responsable des constructions de façon générale, de l’urbanisation, de l’occupation de l’espace et de
la protection des zones sensibles, mais aussi de l’assainissement en milieu urbain. Dans le cadre du
présent projet, il est représenté par la Direction de l’Assainissement qui est chargé d’élaborer et de
mener sur le terrain les politiques et stratégies nationales en matière d’assainissement avec pour
objectif global de contribuer au développement durable en apportant des solutions appropriées aux
problèmes liés à l’assainissement.
Le Ministère des Transports : Il est responsable de la politique du Gouvernement en matière de
transport public et de transport privé, qu’il soit routier, ferroviaire, aérien ou maritime. Dans le cadre du
présent projet, il intervient à travers l’Office de la Sécurité Routière (OSER).
Le Ministère de l’Agriculture : Au vu des éventuels possibilités de destruction de parcelles agricoles,
ce Ministère est chargé de la promotion de l’agriculture, jouera son rôle dans le cadre de l’évaluation
des cultures détruites au travers la Direction Départementale de Prikro.
Le Ministère des eaux et Forêts : Ce Ministère est chargé de la mise en œuvre et du suivi de la
politique du Gouvernement en matière de protection des Eaux et de la Forêt. Il est compétent en
matière de gestion durable des forêts, de la faune et de la flore, de la protection des eaux et en
matière d'aménagement des jardins botaniques et parcs zoologiques en collaboration avec les
collectivités décentralisées. Il sera dans le cadre de ce projet, responsable de la préservation des
espèces floristiques et fauniques.
Le Ministère de l'Intérieur : Au plan local, le Ministère de l'Intérieur est représenté par la Préfecture de
Prikro, la circonscription territoriale dont dépend le site du projet.
Le Ministère des Mines, du Pétrole et de l’Energie : Au vu des aspects d’utilisation de matériaux issus
des prélèvements dans des zones d’emprunts, ce Ministère sera chargé de la réglementation de
l’exploitation des ressources du sol.
4.3.2- Cadre institutionnel international
Au plan international, le cadre institutionnel du projet concerne exclusivement la Banque Mondiale, principal
bailleurs de fonds du projet à l’étude.
N.B Il convient de noter que les types d’intervention de ces institutions nationales et internationale
seront divers, à tous les stades de mise en œuvre du projet. Ces interventions se feront sous forme de
contrôle et de vérification de conformité environnementale, d’assistance et d’appui lors de la mise en
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 27
Février 2013
œuvre des mesures visant à supprimer, réduire, compenser et accompagner les conséquences
dommageables du projet sur l’environnement.
4.3.3-Cadre réglementaire et juridique national
Afin de se donner un cadre juridique approprié à la protection et à une gestion durable de l’environnement, la
Côte d’Ivoire a élaboré plusieurs textes. Les textes règlementaires pertinents applicables dans le cadre du
présent projet sont présentés ci-dessous :
Généralités :
Loi cadre n° 96-766 du 3 octobre 1996 portant Code de l’Environnement
Article 6 : Il porte sur les entreprises industrielles et désigne les installations concernées :
− Les installations classées telles que définies dans la nomenclature : les usines, dépôts, mines, chantiers,
carrières, stockage souterrain ou en surface, magasins et ateliers.
− Les installations exploitées ou détenues par toute personne physique ou morale, publique ou privée qui
peuvent présenter des dangers ou des inconvénients soit pour la commodité, soit pour la santé, la sécurité
ou la salubrité publique.
− Les déversements, écoulements, rejets et dépôts susceptibles de provoquer ou d’accroître la dégradation
du milieu récepteur.
Article 8 : Aux termes de la présente loi, sont visées les substances ou combinaisons de substances
fabriquées ou à l’état naturel susceptibles, en raison de leur caractère toxique, radioactif, corrosif ou nocif de
constituer un danger pour la santé des personnes, la conservation des sols et sous-sol, des eaux, de la faune
et de la flore, de l’environnement en général, lorsqu’elles sont utilisées ou évacuées dans le milieu naturel.
Article 21 Les plans d’aménagement du territoire, les schémas directeurs, les plans d’urbanisme et autres
documents d’urbanisme doivent prendre en compte les impératifs de protection de l’environnement dans le
choix, l’emplacement et la réalisation des zones d’activités économique, industrielle, de résidence et de loisirs.
Article 35
35.1- : Principe de précaution
Lors de la planification ou de l’exécution de toute action, des mesures préliminaires sont prises de manière à
éviter ou à réduire tout risque ou tout danger pour l’environnement. Toute personne dont les activités sont
susceptibles d’avoir un impact sur l’environnement doit, avant d’agir, prendre en considération les intérêts des
tiers ainsi que la nécessité de protéger l’environnement. Si, à la lumière de l’expérience ou des connaissances
scientifiques, une action est jugée susceptible de causer un risque ou un danger pour l’environnement, cette
action n’est entreprise qu’après une évaluation préalable indiquant qu’elle n’aura pas d’impact préjudiciable à
l’environnement.
35.4 : Non dégradation des ressources naturelles
Pour réaliser un développement durable, il y a lieu d’éviter de porter atteinte aux ressources naturelles tels
que l’eau, l’air et les sols qui, en tout état de cause, font partie intégrante du processus de développement et
ne doivent pas être prises en considération isolément. Les effets irréversibles sur les terres doivent être évités
dans toute la mesure du possible.
35.5 : Principe “pollueur-payeur”
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 28
Février 2013
Toute personne physique ou morale dont les agissements et/ou les activités causent ou sont susceptibles de
causer des dommages à l’environnement est soumise à une taxe et/ou à une redevance. Elle assume, en
outre, toutes les mesures de remise en état.
35.6 : Information et participation
Toute personne a le droit d’être informée de l’état de l’environnement et de participer aux procédures
préalables à la prise de décision susceptibles d’avoir des effets préjudiciables à l’environnement.
35.7 : Coopération
Les autorités publiques, les institutions internationales, les associations de défense et les particuliers
concourent à protéger l’environnement à tous les niveaux possibles.
Article 39 : Tout projet susceptible d'avoir un impact sur l'environnement doit faire l'objet d'une étude d'impact
préalable.
Article 40 : Il Donne la liste des sujets qu'une EIE doit couvrir.
Article 41 : L’examen des études d’impact environnemental par l’Agence Nationale de l’Environnement
(ANDE), donne lieu au versement d’une taxe au Fonds National de l’Environnement dont l’assiette est
précisée par l’Article 27 de l’Arrêté du Ministre de l’Environnement et des Eaux et Forêts n° 00972 du 14
Novembre 2007.
Article 43 : Sont soumises à autorisation, les installations qui présentent des dangers ou inconvénients visés à
l’article 6 du présent code. Elles ne peuvent être ouvertes sans une autorisation préalable délivrée dans les
conditions fixées par décret sur demande de l’exploitant.
Sont soumises à déclaration, les installations qui, bien que ne présentant pas de tels dangers ou
inconvénients, doivent néanmoins respecter les prescriptions générales édictées par l’autorité compétente en
vue d’assurer la protection des intérêts visés à l’article 6. Les installations soumises à autorisation, qui
occasionnent des risques majeurs (incendies, explosions, émanations toxiques, etc.) font l’objet d’une
réglementation spécifique visant notamment à maîtriser l’urbanisation dans leur environnement immédiat.
Article 49 : Il est instauré des normes appropriées pour la protection de l’environnement. Il est créé un label
pour les produits de consommation les plus respectueux de l’environnement. Des normes sont également
exigées pour des produits importés.
Article 60 : L’Etat établit des normes conçues de manière à faciliter la valorisation des déchets. A cette fin, il
fait obligation aux structures concernées :
de développer et de divulguer la connaissance des techniques appropriées ;
de conclure des contrats organisant la réutilisation des déchets ;
de réglementer les modes de fabrication et d’utilisation de certains matériaux ou produits, afin de faciliter la
récupération des éléments de leur composition.
Article 78 : Il est interdit de détenir ou d’abandonner des déchets susceptibles de :
favoriser le développement d’animaux vecteurs de maladies ;
provoquer des dommages aux personnes et aux biens.
Dispositions relatives à la protection des ressources en air et eau
bLoi n° 96-766 du 3 octobre 1996, portant Code de l’Environnement :
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 29
Février 2013
Article 22 : L'autorité compétente peut refuser la délivrance d'un permis de construire si le projet peut affecter
le caractère ou l'intégrité des zones voisines.
Article 75 : Toutes les activités susceptibles de nuire à la qualité de l'air, des eaux tant de surface que
souterraines sont interdites.
Dispositions relatives à la consultation publique
bLoi n° 96-766 du 3 octobre 1996 portant code de l’environnement :
La participation publique est instituée par le décret n°96-894 du 8 Novembre 1996 déterminant les règles et
procédures applicables aux études relatives à l’impact environnemental des projets de développement.
Elle comprend les aspects suivants :
-
l’information préalable des autorités et des communautés ;
-
la consultation des personnes affectées par le projet ;
-
l’enquête publique.
Cette procédure de participation publique permet de présenter le projet aux participants, d’apprécier les
impacts sur l’environnement humain et de recueillir les préoccupations des personnes affectées.
Article 35 : Le public a le droit de participer à toutes les procédures et décisions qui pourraient avoir un effet
négatif sur l'environnement.
bDécret n° 96-894 du 8 novembre 1996
Article 16 : Le projet à l'étude dans l'EIE est soumis à une enquête publique. L'EIE est rendue publique dans le
cadre de ce processus et fait partie du dossier constitué dans ce but.
Dispositions relatives à la réglementation en matière d’expropriation pour cause d’utilité
publique : Décret du 25 novembre 1930
bLe décret du 25 novembre 1930 précise l’ensemble de la procédure applicable à l’expropriation pour cause
d’utilité publique, c’est à dire : le constat puis l’évaluation des préjudices, et les diverses procédures
administratives et l’indemnisation des parties lésées. Nous présenteront ici de larges extraits des dispositions
pertinentes applicables au présent projet:
Article 1er. L’expropriation d’immeuble, en tout ou partie, ou de droits réels immobiliers, ne peut être
prononcée qu’autant qu’elle aura été précédée d’une déclaration d’utilité publique intervenue à la suite d’une
enquête qui aura été précédée contradictoirement à la détermination des parcelles à exproprier, ainsi qu’a la
recherche des propriétaires, des titulaires de droits réels et des autres intéressés.
Article 3- L’acte déclarant l'utilité publique précise le délai pendant lequel l'expropriation devra être réalisée.
Article 4. - Le Préfet détermine par arrêté de cessibilité la liste des parcelles ou des droits réels immobiliers à
exproprier si cette liste ne résulte pas de la déclaration d'utilité publique.
Article 9 - En vue de la fixation des indemnités, l'expropriant publie et notifie aux propriétaires et usufruitiers
intéressés soit l'avis d'ouverture de l'enquête, soit l'acte déclarant l'utilité publique, soit l’arrêté de cessibilité,
soit l'ordonnance d'expropriation…
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 30
Février 2013
Article 10. - L’expropriant notifie le montant de ses offres et invite les expropriés à faire connaître le montant
de leur demande. Les indemnités allouées doivent courir l’intégralité du préjudice direct, matériel et certain,
causé par l’expropriation. Toutefois, l’indemnité accordée par l'Etat ne tiendra compte que de la valeur des
biens au jour de l'expropriation et des travaux effectués par le propriétaire et incorporés au sol (remblai,
terrassement, assainissement….)
Article 11. - A défaut d'accord amiable, les indemnités sont fixées, dans chaque ressort du Tribunal de
Grande Instance, par le Président de cette juridiction qui peut déléguer à cet effet, par ordonnance, un
membre du Tribunal.
Article 21- Les indemnités sont fixées en espèce dans la monnaie ayant cours légal. Toutefois, l’expropriation
peut se soustraire au payement de l’indemnité en offrant au paysan, au commerçant, à l’artisan ou à
l’industriel évincé un local équivalent situé dans la même agglomération. Dans ce cas, il peut être alloué au
locataire, outre l’indemnité de déménagement, une indemnité compensatrice de sa privation de jouissance.
Article 46- L’utilité publique peut être prononcée et déclarée pour les opérations ou travaux suivants :
construction de routes, chemins de fer ou port, travaux urbains, installation de services publics militaires,
aménagement et conservation des forêts, restauration des terrains en montagne, protection des sites ou des
monuments historiques, travaux d’assainissement, d’irrigation et de dessèchement des fausses hydrauliques
et distribution d’énergie, etc.
Article 47- Pour toutes les opérations relatives à l’étude des projets de travaux d’utilité publique, les agents de
l’administration ou des personnes auxquelles elle délègue ses droits peuvent pénétrer dans les propriétés
privées, à l’exception des maisons d’habitation, en vertu d’une décision du Ministre des Travaux Publics ou de
ses délégués. Les personnes chargées desdites opérations reçoivent une copie conforme de la décision,
qu’elles doivent présenter à toute réquisition des propriétaires ou occupants.
Article 48- Lorsqu’il y a lieu d’occuper temporairement un terrain, soit pour en extraire des terres ou
matériaux, soit pour y fouiller ou y faire des dépôts, ou pour tout autre objet relatif à l’exécution des travaux
prévus à l’article 46, cette occupation est autorisée par une décision du Ministre des Travaux Publics indiquant
les travaux à raison desquels l’occupation est ordonnée, les surfaces sur lesquelles elle doit porter, la nature
et la durée probable de l’occupation. Notification d’une amplitude de ladite décision est faite au propriétaire.
Ne peuvent être occupés temporairement les habitations, ainsi que les cours, vergers et jardins y attenants et
entourés de clôtures.
Article 49- A défaut d’arrangement entre l’entrepreneur et le propriétaire intéressé, l’administration fait
connaître à ce dernier le jour où l’entrepreneur compte se rendre sur les lieux ou s’y faire représenter et inviter
en même temps à designer un expert pour procéder, contradictoirement avec celui qui aura été choisi par
l’entrepreneur, à la constatation de l’état des lieux. Il est dressé par les experts procès-verbal de l’opération
qui doit fournir les éléments nécessaires pour évaluer dans la suite le dommage.
Article 51- L’occupation des terrains nécessaires à l’exécution des travaux publics, en vertu des articles 46 et
suivants, ne peut être ordonnée pour un délai supérieur à cinq années. Si l’occupation se prolonge au-delà de
ce délai, et à défaut d’accord amiable, l’administration doit procéder à l’expropriation.
Article 52- Les indemnités allouées aux expropries ainsi qu’aux locataires et occupants évincés de locaux de
toutes natures, en vue d’assurer leurs frais de déménagement, sont payables aux intéresses nonobstant
toutes oppositions de créanciers privilégies ou non.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 31
Février 2013
bLe Décret n°95-817 du 29 septembre 1995 fixant les taux d’indemnisation des cultures à détruire dans le
cadre d’exécution de travaux d’utilité publique ».
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 32
Février 2013
Procédure de la société financière internationale
Le cadre de référence devrait préciser, outre les règlements et normes ivoiriens en vigueur, mais également les
Directives et Politiques de Sauvegarde de la Banque Mondiale applicables dans le cas présent. Les plus
pertinentes sont les suivantes :
OP 4.01 Evaluation Environnementale, y compris la Participation du Public
L'objectif de I'OP 4.01 est de s'assurer que les projets financés par la Banque sont viables et faisables sur le plan
environnemental, et que la prise des décisions s'est améliorée à travers une analyse appropriée des actions et
leurs probables impacts environnementaux. Cette politique est déclenchée si un projet va probablement provoquer
des risques et des impacts environnementaux potentiels (négatifs) dans sa zone d'influence.
L'OP 4.01 couvre les impacts sur l'environnement physique (air, eau et terre), le cadre de vie, la santé et la sécurité
des populations, les ressources culturelles physiques et les préoccupations environnementales au niveau
transfrontalier et mondial.
L'OP 4.01 décrit aussi les exigences de consultation et de diffusion. Il s’agit de consultation des groupes affectés
par le projet et des Organisations non Gouvernementales (ONG) à propos des aspects environnementaux du projet
et tient compte de leurs points de vue. Cette concertation doit se faire tout au long de la mise en œuvre du projet et
aussi souvent que nécessaire.
OP 4.12 Réinstallation Involontaire des populations
L’OP. 4.12 porte spécifiquement sur le déplacement involontaire des populations. Son objectif est d'éviter ou de
minimiser les nouvelles acquisitions de terre involontaires là où cela est faisable, en explorant toutes les autres
voies alternatives de projets viables.
De plus, elle vise l'amélioration des conditions de vie des personnes affectées par le projet, ou tout au moins leur
restauration au niveau d'avant le déplacement. Elle encourage la participation communautaire dans la planification
et la conduite de la réinsertion et l'octroi de l'assistance aux personnes affectées, indépendamment du statut légal
du régime foncier.
Elle vise aussi à garantir que les populations déplacées ou ayant perdu l'accès à des biens ou des sources de
revenus reçoivent des compensations justes. A cet effet, elle exige une indemnisation des personnes affectées par
le projet. Lorsque la législation nationale ne prévoit pas une compensation à un niveau correspondant au coût
intégral de remplacement, la compensation sur la base de cette législation doit être complétée par des mesures
additionnelles permettant de combler les éventuels écarts.
Cette politique est déclenchée dès qu'un projet financé par la Banque Mondiale implique non seulement un
déplacement physique, mais aussi toute perte de terres ou d'autres biens comme les biens immobiliers, les
revenus, les sources de revenus ou moyen d’existence, les coûts de déplacement vers d’autres emplacements.
Elle constitue le plus souvent une condition préalable à la mise en œuvre du projet.
Le présent rapport intègre les recommandations faites par la Banque Mondiale pour la construction
d’infrastructures routières et d’ouvrages d’assainissement. Dans ce tableau ci-dessous, nous présentons les
directives applicables au projet relativement aux 10 directives principales :
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 33
Février 2013
Tableau n°3: OP applicables au projet par rapport aux 10 OP de la banque Mondiale
Sujet et Numéro de politique Opérationnelle
Champ d’application au projet
Evaluation environnementale y compris la participation du public (OP/BP/GP 4.01/)
Oui
Habitats naturels (OP/BP/GP 4.04)
Non
Foresterie (OP/GP 4.36)
Non
Gestion phytosanitaire (OP 4.09)
Non
Patrimoine culturel (OPN 04.11)
Non
Populations Autochtones (OP 4.10)
Non
Déplacement involontaire des populations (OP/BP 4.12)
Oui
Barrages (OP/BP 4.37)
Non
Projets dans eaux internationales (OP/BP/GP 7.50)
Non
Projets dans zones contestées (OP/BP/GP 7.60)
Non
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 34
Février 2013
5-ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT
La zone de localisation du projet se trouve entre les Régions de la Vallée du Bandama, du Zanzan et du N’zi
Comoé. La caractérisation de l’environnement initial du projet concerne la zone d’influence directe de celui-ci.
5.1- DONNEES DE L’ENVIRONNEMENT PHYSIQUE
5.1.1-Le climat
De plusieurs études menées, il ressort que le climat de la Côte d’Ivoire, tout en subissant l’influence du relief,
est cependant essentiellement déterminé par le mécanisme de migration du Front Intertropical (F.I.T). Ce
mécanisme, régulier et périodique, présente toutefois des variations d’amplitude, qui expliquent en particulier
l’extrême variabilité de la pluviométrie annuelle (Arnaud, 1978). Aussi, il n’est pas possible d’étudier le climat
de la Côte d’Ivoire à partir de régions géographiques bien découpées et présentant les mêmes
caractéristiques climatiques. Cette étude doit tenir compte du régime saisonnier, donc en définitive du régime
pluviométrique.
La région du projet baigne dans un climat dit équatorial de transition atténué. Il faut considérer quatre
(4) saisons, en éliminant toutefois le terme de petite saison sèche appliqué habituellement aux mois de juillet
et août. Ces mois reçoivent chacun au moins une centaine de millimètres d’eau, ce qui rend tout à fait
impropre la dénomination de petite saison sèche. Le terme d’intersaison pluvieuse paraît pus approprié.
a-)Les saisons
Grande saison sèche : de début novembre à mi-février
Les principales caractéristiques de cette saison sont :
en début et fin de saison, il est observé la présence de fréquents brouillards et stratocumulus
matinaux s’élevant en cumulus qui se résorbent rapidement. Le ciel est généralement clair l’après –
midi ;
en pleine saison, le ciel est généralement clair, la bruine sèche est presque permanente,
conséquence directe de l’harmattan qui souffle de décembre à février. La visibilité est réduite
(atteignant parfois 500 m) ;
les précipitations sont faibles, dues à des orages ou averses isolés surtout en début et fin de
saison ;
les écarts de température sont importants : l’amplitude diurne atteignant 12 à 13°C en janvier.
Grande saison des pluies : de mi-mars à mi-juillet
Cette période se caractérise par :
l’apparition en début de saison, d’une nébulosité croissante du matin au soir avec le
développement de cumulo-nimbus et orages en fin de journée. Le ciel est clair en fin de nuit et il y a la
possibilité de passages de lignes de grains ;
les fréquents passages de lignes de grains en pleine saison (du 15 mai au 15 juillet), d’Est en
Ouest avec orages et averses suivis de poussée de mousson avec une pluie continue faible à
modérée.
Intersaison humide de mi-juillet à mi-août
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 35
Février 2013
C’est une saison intermédiaire, très courte, avec un type de temps semblable à celui du début de la grande
saison des pluies : sur le Nord et l’Ouest de la zone, on observe encore des averses orageuses et parfois des
passages de lignes de grains. Sur le Sud de la zone, quelques poussées de mousson stable peuvent donner
des bruines réduisant sensiblement la visibilité. En réalité, cette intersaison est surtout caractérisée par une
baisse quantitative des précipitations.
Petite saison des pluies de mi-août à fin octobre
Elle se caractérise comme suit :
le matin, lente cumulification et présence de belles éclaircies ;
l’après - midi, instabilité orageuse, notamment sur l’Ouest de la zone ;
lignes de grains assez fréquentes et affectant toute la zone.
b-) Stations de mesures utilisées
L’étude de l’environnement atmosphérique s’appuie sur les données climatiques que sont la pluviométrie, la
température, l’humidité relative, l’insolation, le taux d’humidité et les vents. Deux types de stations de mesures
sont utilisés : une station synoptique et une station pluviométrique. La station synoptique la plus proche de la
zone du projet est celle de Bondoukou-aéroport. Elle fournit les données de pluie, température, d’humidité
relative, d’insolation et les vents. Quant à la station pluviométrique, c’est celle de Sandégué.
Tableau 4 : Caractéristiques d’identification des Stations de recueil de données climatiques
Station
Identification
Latitude
Longitude
Bondoukou
Sandégué
1090003700
1090017100
08°03 N
07°58 N
02°47 W
03°33 W
Altitude
(m)
371
350
Type de station
Date d’ouverture
S
P
1919
1970
S : Synoptique ; P : Pluviométrique
c-) Analyse des paramètres climatiques
Pluviométrie
La pluie représente le principal facteur résultant de la combinaison des caractéristiques de l’ensemble des
autres paramètres climatiques. Les pluies annuelles, mensuelles, et les nombres de jours pluie sont
disponibles au niveau des stations de Bondoukou et Sandégué.
Les pluies annuelles ont été analysées pour l’ensemble des deux stations sur des périodes différentes eu
égard à la taille des séries chronologiques disponibles (Tableau 2). Sur la zone d’étude, la pluie moyenne
annuelle varie entre 1061 et 1080 mm.
Tableau 5 : Caractéristiques des précipitations annuelles en mm
Station
Bondoukou
Sandégué
Période
1976-2007
1976-2002
Moyenne
1061,09
1080,48
Minimum
749,80
561,80
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Maximum
1445,00
1633,30
Ecart type
190,25
262,51
Coef. Var.
0,18
0,24
Page 36
Février 2013
Le tableau 3 présente les valeurs minimales, maximales et moyennes de la pluie mensuelle des stations
représentant la zone d’étude. Au vu de ces valeurs obtenues, les pics pluviométriques sont atteints au mois de
Juin Sandégué tandis que pour Bondoukou, il s’agit du mois de Septembre.
Tableau 6: Minimum, maximum et moyennes aux stations de Bondoukou et Sandégué
Station
Paramètre Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sep.
Min.
0,0
0,0
0,0 31,7 34,8 38,1 1,7 0,6 39,9
201,
344, 315, 280, 379, 362,
Bondoukou
Moy.
107,3 8 259,5 262,9 1
5
3
5
9
159, 154,
173,
Max.
12,3 31,3 83,4 129,4 0
9 88,3 85,6 6
Min.
0,0
0,0
0,0 19,5 31,2 48,7 13,4 11,7 8,1
119,
331, 415, 368, 309, 304,
Sandégué
Moy.
62,0
1 291,2 232,5 5
5
7
3
2
159, 158, 142, 134, 134,
Max.
5,7 30,6 115,5 103,8 4
1
3
1
7
Oct.
0,0
346,
1
142,
6
0,0
264,
7
114,
0
Nov. Déc.
0,0 0,0
140,
7 56,2
34,4 13,1
0,0 0,0
350, 185,
3
0
59,3 23,6
Températures
La station de référence étant celle de Bondoukou, nous avons disposé des valeurs minimale et
maximale de la période de 1953 à 2007 (Tableau 7).
Les variations de température (surtout la température maximale) mettent en évidence les caractéristiques de
chaque saison notamment de la grande saison sèche où souffle l’harmattan en partie (Décembre – Janvier) et
de la saison des pluies durant laquelle arrive la mousson. Les variations périodiques et régulières de la
circulation générale donnent aux conditions annuelles de la température une allure identique et régulière, qui
reflète bien l’uniformité et la stabilité de cet élément sous les latitudes tropicales. Les faibles températures
maximales s’observent durant les mois de Juillet et Août et décembre et janvier pour les minimales.
Tableau 7: Paramètres d'estimation des températures de 1953 – 2007 à Bondoukou
Mois
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Températures Maximales (°C)
Min.
Max. Med. Moy. ET
31,3
35,4
33,5
33,5 1,01
31,4
37
35,1
35 1,06
31,8
38,1
34,8
34,6 1,25
31,2
36
33,1
33,1 0,89
30,5
33,9
31,7
31,7 0,72
28,5
32,7
29,8
29,8 0,82
26,3
31,2
28
28,1 0,83
26
30
27,6
27,6 0,76
25,3
30,7
28,8
28,7 0,80
28,3
33
30,5
30,4 0,92
29,3
33,9
32,1
32 0,90
29,6
34
32,1
32 0,90
CV
0,03
0,03
0,04
0,03
0,02
0,03
0,03
0,03
0,03
0,03
0,03
0,03
Températures Minimales (°C)
Min
Max
Med
Moy
ET
CV
17,30 21,40 19,85 19,79
0,93
0,05
19,40 23,20 21,40 21,51
0,76
0,04
21,50 24,40 22,60 22,56
0,59
0,03
20,80 24,00 22,50 22,41
0,56
0,02
20,90 23,40 22,15 22,10
0,51
0,02
20,40 22,50 21,40 21,34
0,45
0,02
17,57 21,80 21,02 20,89
0,63
0,03
19,60 21,70 20,75 20,66
0,50
0,02
19,39 21,60 20,80 20,72
0,47
0,02
19,50 22,30 20,98 20,95
0,50
0,02
19,50 22,20 21,10 20,99
0,64
0,03
17,60 21,70 19,85 19,72
0,85
0,04
Insolation
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 37
Février 2013
La station synoptique de Bondoukou fournit des données sur la période 1995-2007. Le Tableau 8 présente les
caractéristiques statistiques (valeurs minimales, maximales, moyennes) de l’insolation mensuelle (Tableau 8).
La valeur de l’insolation baisse considérablement durant les mois de juillet, août et septembre. La durée
moyenne annuelle de l’insolation dans la zone du projet est de 2052 heures.
Tableau 8: Paramètres d’estimation de l’insolation (1995-2007)
Paramètres Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin juillet Août Sept Oct. Nov. Déc.
Minimum (h) 174 181 174
60
65
16
99
47
89 100 219 177
Moyenne (h) 216 216 212
179
163 131 111
74 123 178 227 221
Maximum(h) 258 240 237
215
221 190 123
96 154 213 245 254
Evaporation
L’évaporation mesurée à la station de Bondoukou est celle de Piche sur la période 2000-2008. L’analyse
permet de distinguer trois niveaux d’évolution de l’évaporation :
• Décembre-Février : l’évaporation est élevée avec un pic au mois de janvier (168,1 mm). Cette période
correspond à la présence de l’Harmattan ;
• Avril-Juin : elle correspond à la phase de décroissance qui indique le début de la petite saison des
pluies ;
• Juillet-Septembre : il s’agit d’une phase stationnaire ou homogène de faibles valeurs avec un
minimum sur la période août-septembre (42 mm) pendant la grande saison des pluies.
• Toutefois, le mois de Novembre amorce la période de reprise de l’augmentation de ce paramètre.
Tableau 9: Evaporation moyenne à la station de Bondoukou- aéroport en mm (2000-2008)
Mois
Jan. Fév. Ma. Av. Mai Ju. Juil. Ao. Sep. Oct. Nov. Déc. Total
Evaporation
(mm)
168 159 134,5 83,1 68,3 53 46,2 41,9 42 56,2 63,4 113 1028,3
Taux d’humidité
L’analyse a concerné les données de l’humidité relative maximale moyenne et l’humidité relative
minimale moyenne sur la période 1968 - 2007 à la station de Bondoukou. Dans la zone concernée par le
projet minier, l’humidité relative moyenne varie entre 49,96 et 81,42%, avec un minimum en Janvier et Février
et un maximum en Août.
L’amplitude des valeurs minimales est significative et elles varient de 22,3 à 66,1%. De même, celle des
valeurs maximales oscillent entre 78,45 et 97,60%.
Par ailleurs, il faut noter que les périodes de forte humidité relative moyenne correspondent à la saison
pluvieuse. Pendant la saison sèche où la baisse nocturne de la température est bien marquée, la saturation
est souvent atteinte en fin de nuit et la condensation de la vapeur d’eau sur les objets au sol est un
phénomène assez fréquent. Il en est de même pour la formation de brunes humides ou de brouillards.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 38
Février 2013
Tableau 10 : Valeurs caractéristiques de l’humidité relative mensuelle à Bondoukou (1968 – 2007)
Mois
JAN
FEV
MARS
AVR
MAI
JUIN
JUIL
AOUT
SEPT
OCT
NOV
DEC
Min
35,50
59,30
77,10
87,10
92,90
94,60
93,50
91,80
94,50
93,40
88,50
66,60
Humidité Maximale (%)
Max Moy Méd ET
95,60 78,45 75,64 14,95
91,90 86,35 82,67 8,98
95,20 90,35 88,96 4,76
96,00 93,25 93,35 1,78
98,30 95,20 95,45 1,43
99,40 96,85 96,80 1,20
99,20 96,55 96,56 1,45
99,50 96,65 96,66 1,56
99,60 97,60 97,50 1,25
99,20 97,25 97,18 1,38
99,20 95,60 95,30 2,31
97,70 88,40 88,23 6,75
CV
0,20
0,11
0,05
0,02
0,01
0,01
0,02
0,02
0,01
0,01
0,02
0,08
Min
13,80
13,50
22,60
40,40
51,20
55,50
46,30
61,40
58,70
48,50
34,90
19,80
Humidité Minimale (%)
Max Moy Méd ET
42,70 22,25 24,28 7,23
36,92 28,85 27,27 6,39
49,70 38,70 37,94 7,25
55,50 50,35 49,93 3,16
60,70 55,35 55,91 2,86
69,90 61,30 61,49 3,13
71,90 65,55 64,84 4,66
71,90 66,05 66,19 2,17
68,70 63,70 63,39 2,09
65,20 57,10 57,02 3,30
58,20 44,65 45,43 6,36
51,80 33,55 33,94 7,61
CV
0,30
0,23
0,19
0,06
0,05
0,05
0,07
0,03
0,03
0,06
0,14
0,22
Vents
En Côte d’Ivoire, le régime des vents est lié au mécanisme de migration du front inter tropical (F.I.T.) : il
est caractérisé par l’alternance du flux d’harmattan d’Est à Nord-Est suivant les positions successives du F.I.T.
Dans la zone climatique à laquelle appartient le site de l’étude, il souffle un vent Sud, Sud-ouest (mousson) du
mois de Mai au mois d’Octobre et sa vitesse moyenne est comprise entre 6 et 10 nœuds (11 à 18 km/h) d’une
part. D’autre part, il souffle un vent de Nord-est (harmattan) de novembre à Avril avec une vitesse moyenne de
8 à 10 nœuds (14 à 18 km/h). La direction du vent qui souffle dans la zone influence largement le climat.
Selon la SODEXAM, la rose des vents de la période 1994-2001 décrit bien le type de vent qui souffle
mensuellement sur la région. On distingue le vent de direction Sud-Ouest (SW) (Mousson (M) de Mars à
Novembre) et de direction Nord-est (Harmattan (H) de Décembre à Février).
5.1.2-Réseau hydrographique et régime hydrologique
La figure 1 présente le réseau hydrographique de la zone du projet. Dans cette zone, le fleuve Comoé se
rattache au régime tropical de transition. Ce régime comporte généralement une crue unique pouvant
apparaître durant la saison des pluies d’août à octobre, suivie d’un tarissement rapide en novembre et
décembre, puis d’une longue période de basses eaux de janvier à mai, au cours de laquelle le débit tombe à
une très faible valeur (Figure 2).
Les premières pluies de l’année donnent lieu, si elles sont abondantes, à une remontée irrégulière du
débit qui, peu notable en mai, devient très nette en juillet. La crue annuelle résulte toujours soit d’une
succession de pluies de valeurs normales, soit d’une chute d’eau exceptionnelle en 2 ou 3 jours consécutifs ;
elle atteint une certaine ampleur et inonde souvent de grandes étendues. Les étiages sont très marqués et
sont alimentés essentiellement par les nappes des plaines alluviales (Girald et al, 1996).
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 39
Février 2013
Figure 5: Réseau hydrographique de la zone du projet
Figure 6 : Régime hydrologique de la Comoé à Sérébou
Usages des eaux
Les usages de l’eau sur le bassin versant du Comoé sont nombreux :
• approvisionnement en eau potable des populations ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 40
Février 2013
• irrigation des plantations ;
• élevage ;
• pêche;
• aquaculture ;
• activités minières.
Les utilisations de l’eau peuvent être consommatrices ou non consommatrices. Les utilisations
consommatrices comprennent l’utilisation domestique, industrielle, l’irrigation et l’élevage.
Qualité des eaux de surface
L’évaluation de la qualité des eaux de surface a été menée sur la base des travaux de recherche de Yéo
(2007) sur le fleuve Comoé à Abradinou. Le bilan annuel des flux de matières particulaires du fleuve
Sassandra est présenté dans le tableau 11. Le flux annuel de matière en suspension est de 420000 t.
L’analyse de la composition chimique indiquent la silice et le chlore sont majoritaires dans les eaux de la
Comoé; viennent ensuite par ordre d’importance, le calcium, le sodium, le potassium et le magnésium. La
température moyenne annuelle dans le cours d’eau est de 29,8° C pour un pH de 7,35 et une conductivité de
113,5 µs.Cm-1. La quantité de matière exportée est estimée à 53 624 t pour le chlore et 36 481 t pour la silice.
Tableau11 : Bilan annuel des flux de matières particulaires du fleuve Comoé
Matières
Total annuel (t)
Flux spécifique (t/km2/an)
Source : Yeo. (2007)
Flux MES
420 000
5,65
Flux MO
-
Tableau 12: Composition chimique moyenne des eaux du fleuve Comoé en mg/l.
Ions
SiO2
Teneur
10,96
(mg/l)
Source : Yeo. (2007)
Cl-
Ca2+
Mg2+
Na+
K+
16,11
10,22
3,18
9,80
3,64
NH4+
0,34
Tableau 13: Paramètres physiques des eaux du fleuve Comoé
Paramètres
Valeur
Température (° C)
29,8
Conductivité (µs.Cm-1)
113,5
pH
7,35
Source : Yeo. (2007)
Tableau 14: Bilan annuelle des flux de matières dissoutes du fleuve Comoé
Ions
Total (t)
Source : Yeo. (2007)
SiO2
36 481
Cl53 624
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Ca2+
34 018
Mg2+
10 585
Na+
26 429
K+
12 116
Page 41
Février 2013
5.1.3- La pédologie
La zone du projet, sur le plan pétrographique, appartient à la partie Nord du pays qui s’est développée sur des
terrains granitoïdes, les roches phylliteuses étant rejetées sur ses marges. Au niveau même de la zone du
projet, on rencontre principalement deux grands ensembles de formations géologiques : les granites,
formation la plus répandue avec différents faciès (un granite leucocrate à biotite, microline à grain fin ; un
granite subalcalin et parfois alcalin à deux micas ; un granite monzonique ou akeritique) et les granitoïdes aux
tendances granodioritiques avec des teintes généralement plus foncée.
5.1.4- La Topographie et géologie
L’étude topographique de la zone du projet nous a permis d’apprécier la morphologie du lit du fleuve.
5.2- DONNEES DE L’ENVIRONNEMENT BIOPHYSIQUE
5.2.1- La flore
L’étude a été réalisée dans le but pour en évaluer l’impact sur la flore de la zone concernée. Spécifiquement,
l’étude a pour but de : faire un état des lieux concernant la flore des sites du projet et d’évaluer les impacts
(positifs et négatifs) du projet sur cette flore et éventuellement, préconiser des mesures pour réduire les
impacts négatifs identifiés
Inventaire floristique
Nous avons choisi de faire un relevé itinérant étant donné la nature des sites et des ouvrages projetés.
L’inventaire itinérant consiste à parcourir le milieu dans tous les sens afin d’avoir sa composition floristique.
Les ouvertures projetées sur le site de Sérébou cadrent globalement avec l’ancien tracé des routes de part et
d’autre du fleuve. Par ailleurs, le village n’est distant du fleuve que de quelques 60 m. Les observations ont
été faites des deux cotés de la route en direction du fleuve. La même méthode a été suivie sur la rive
opposée, à partir du fleuve, sur une distance de 300 m environ.
Ensuite, une pirogue nous a permis de longer la berge du fleuve, dans le sens contraire du courant, afin
d’observer les espèces ripicoles typiques, sur environ 100 m de part et d’autre du débarcadère actuel de
Sérébou.
Enfin, concomitamment aux observations de terrain, une enquête ethnobotanique a été faite auprès des
guides (nous avions requis des personnes qui connaissaient bien leur milieu) et de quelques personnes
(femmes, hommes) rencontrées au débarcadère et au marché du village. Nous partons des principes que la
valeur d’une espèce végétale quelconque est indissociablement liée à son utilisation et que les populations
locales sont des observateurs attentifs et des experts pour les espèces de plantes de leur région.
Quelques échantillons récoltés ont servi à confectionner un herbier déposé au Laboratoire de Botanique de
l’Université d’Abobo-Adjamé. L’identification de ces échantillons s’est faite avec Flora of West Tropical Africa
(F.W.T.A), le Guide de terrain des Ligneux Sahéliens et Soudano – Guinéens. La nomenclature de base suivie
est celle de Hutchinson et Dalziel (1954-1972).
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 42
Février 2013
Analyse des données
Composition floristique, distribution biogéographique et types biologiques
La liste des espèces rencontrées a été établie incluant la distribution géographique (aire de répartition) ainsi
que le type biologique de chaque plante récoltée. Les types biologiques des différentes espèces ont été
définis selon le système de Raunkiaer (1934) modifié pour les zones tropicales.
Intérêt pour la conservation
Pour la gestion d’une flore donnée, il est indispensable de connaître son taux d’endémisme et d’identifier les
espèces classées rares ou menacées d’extinction. La liste de référence internationalement connue et utilisée
est la liste rouge de l’IUCN. Au niveau de la Côte d'Ivoire, la liste rouge de Aké Assi (1998) a été consultée. En
outre, l’enquête ethnobotanique réalisée fournit la liste des plantes en raréfaction selon les observations des
populations locales.
2. Site de Sérébou (rive ouest du fleuve Comoé : UTM 30N 0396251 ; 0877743; rive opposée : UTM 30 N
0396371 ; 0877674).
Nous avons recensé 40 espèces végétales réparties entre 24 familles et 40 genres (Annexe 1). Concernant la
rive côté Sérébou (figure 1), il s’agit principalement d’espèces des milieux dégradés et ouverts tels que Sida
acuta, Ipomoea triloba, Synedrella nodiflora, etc.
Figure 7. Vue d’une portion du site de Sérébou (rive côté village). C’est une zone fortement dégradée
colonisée par des herbes héliophiles.
En bordure immédiate du fleuve, on trouve quelques grands arbres généralement en mauvais état sanitaire.
Nous avons recensé par exemple Cynometra megalophylla (déjà couché comme le montre la figure 2), Ceiba
pentandra, Ficus mucuso, Celtis zenkeri.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 43
Février 2013
Figure 8. Un grand spécimen de Cynometra megalophylla au bord du fleuve Comoé.
Sur le même côté, le long du fleuve, la berge est marquée par une fréquence relativement forte de Cynometra
megalophylla dominant une mince tranche de forêt ripicole où l’on retrouve la cohorte habituelle de ce type de
formation : Dialium guineense, Paullinia pinnata, Hymenostegia afzelii, Mallotus oppositifolius, etc.
La rive opposée ne présente pas un faciès plus reluisant que la berge du côté du village de Sérébou. En effet,
la zone concernée par le projet est largement dégradée. Les plantes les plus fréquentes sont entre autres :
Ipomoea triloba, Sida acuta, Mallotus oppositifolius. Paradoxalement, c’est de ce côté que l’on trouve
quelques pieds de Pterocarpus santalinoides espèce typique des grands cours d’eau. Selon les guides
passeurs et accompagnateurs cette espèce est très abondante un peu en amont du fleuve, de même que
Cynometra megalophylla.
La dégradation avancée de la zone peut s’expliquer par la longue utilisation du bac de Sérébou dans cette
région. Ce bac, qui a été détruit pour des raisons de stratégie militaire durant la crise postélectorale de la Côte
d'Ivoire, reliait les deux rives du fleuve, entrainant une dégradation progressive par l’Homme de ces rives.
Priorités de conservation
Trois espèces rencontrées dans la zone d’échantillonnage de Sérébou figurent sur la liste rouge de l’IUCN
(2008) :
• Afzelia africana (lingué): vulnérable A1d
• Albizia ferruginea : Vulnerable A1cd
• Pterocarpus santalinoides (ouokissé): Préoccupation mineures
Un taxon est dit « Vulnérable » (troisième niveau de gravité sur une échelle de 7 niveaux) quand les
meilleures données disponibles indiquent qu’il est confronté à un risque élevé d’extinction à l’état
sauvage1. Le « critère A1d » qui justifie le classement du taxon dans la catégorie désignée, indique une
réduction de la taille de la population en considérant la baisse des niveaux d’exploitation réels ou potentiels.
Quant au « critère A1cd », il indique une réduction des effectifs ≥ 50% constatée, estimée, déduite ou
supposée, depuis 10 ans au moins, en se basant sur l’un des éléments suivants : (i) la réduction de la zone
1
IUCN (2001)
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 44
Février 2013
d’occupation, de la zone d’occurrence et/ou de la qualité de l’habitat ; (ii) les niveaux d’exploitation réels ou
potentiels.
Selon nos informateurs, Afzelia africana et Albizia ferruginea ne sont pas spécialement exploitées par les
populations locales et sont relativement fréquentes dans la région.
Un taxon est dit de « préoccupation mineure » lorsqu’il a été évalué d’après les critères et ne remplit pas les
critères des catégories « En danger critique d’extinction », « En danger », « Vulnérable ou Quasi menacé ».
Dans cette catégorie sont inclus les taxons largement répandus et abondants. Pterocarpus santalinoides est
effectivement bien représenté au bord des grands cours d’eau.
5.2.2- La faune
Faune Terrestre
Pour ce qui est de la faune, les données de l’enquête réalisée auprès des populations font état de la présence
de primates, Cercopithecus (Erythrocebus) patas, Cercopithecus (aethiop) sabaeus, Papio anubis, d’ongulé,
Tragelaphus scriptus, Phacocherus africanus, Syncerus caffer sp., Phacocherus africanus, Hippopotamus
amphibius, Procavia sp., de nombreux rongeurs, des lagomorphes, des petits carnivores, des reptiles et des
oiseaux.
Faune aquatique
Les ressources ichtyologiques de la région sont fournies par la Comoé et ses affluents. Il a été recensé dans
l'ensemble du bassin de la Comoé, 92 espèces de poissons (Teugels et al., 1988). Cette faune est constituée
par des espèces estuariennes, des espèces guinéennes et des espèces Soudaniennes. Mais dans la région
Nord-est du pays couverte par le bassin de la haute Comoé, l'ichtyofaune est constituée par 52 espèces qui
sont essentiellement des espèces soudaniennes.
Selon les populations, la faune de la région est encore abondante. Cependant, elles signalent la rareté de
certaines espèces comme le Céphalophe de Jentink (Cephalophus jentinki), l’Hippopotame (Hippopotamus
amphibius), également jugées vulnérables par l’évaluation de l’UICN (2003).
5.3- DONNEES DE L’ENVIRONNEMENT HUMAIN
5.3.1 La population de la zone du projet
La population au niveau de la zone du projet est composite, du point de vue de son origine. On y trouve, les
Andoh, population autochtone et majoritaire au plan démographique, les Djimini (allochtone), les burkinabé et
les guinéens (population allogène). La population de la zone d’influence élargie (ZIE) est estimée à plus de 3
millions d’habitants en 2010, soit près de 16% de la population totale de la Côte d’Ivoire. Le taux
d’urbanisation se limite à37%. La zone d’influence élargie est donc une zone essentiellement rurale.
Le taux de pauvreté en 2008 varie dans la ZIE entre 54% et 57%, dépassant ainsi le taux national de 50%.
Les taux variaient en 2002 entre 32% et 56%, ce qui traduit un effet dévastateur de la crise politico-militaire de
2002-2010. Cet effet est sensiblement perçu dans le Centre-Nord (Région de la Vallée du Bandama). Au plan
culturel, l’islam reste la religion dominante ; à coté de celle-ci, on a l’animisme.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 45
Février 2013
Le revenu annuel moyen par tête varie, selon les régions, entre 280 et 300 mille FCFA, ce qui est très inférieur
à la moyenne nationale de 340 mille FCFA. Ce revenu est encore plus bas en milieu rural (entre 220 et 280
mille FCFA) mais du même ordre de grandeur que la moyenne nationale de 256 mille FCFA. En milieu urbain,
ce taux varie entre 340 et 450 mille FCFA, toujours inférieur à la moyenne nationale qui est de 467 mille
FCFA.
Tableau 15 : Population de la zone d'influence stricte de l'ouvrage
La ZIS est donc essentiellement une zone rurale environnant les centres Régionaux que sont Bouaké et
Bondoukou. Cette constatation est confortée par la part élevée de population occupée dans l’agriculture
(supérieur à 80%).
5.3.2- Les activités socioéconomiques pratiquées
L’agriculture est la principale activité socioéconomique au niveau de la zone du projet. Les principales cultures
pratiquées sont, par ordre d’importance décroissant, l’anacarde, l’igname, le manioc, la banane et l’hévéa. On
note également quelques activités de maraîchage tenues par des femmes, à savoir le gombo, la tomate et le
piment.
Les cultures de rente
Les cultures de rente occupaient dans la zone d’impact élargie, en 2001, 115 mille hectares, soit 4% des
surfaces nationales réservées à cet usage. Ces surfaces sont essentiellement réservées à l’anacarde (67 mille
hectares, 51% des surfaces nationales). Aussi d’importantes surfaces sont réservées au café/cacao
(respectivement 19 et 14 mille hectares). On dénote aussi une avancée de l’hévéaculture dans les
départements de Prikro et de M’bahiakro. La répartition des Tonnages des cultures de rentes par région est
présentée dans le tableau suivant:
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 46
Février 2013
Tableau 16 : Production des cultures de rentes dans la ZIE (Tonnes)
Les cultures vivrières
En 2001, les cultures vivrières occupaient 155 mille hectares dans la zone élargie du projet, soit 16% des
surfaces de productions nationales dédiées à cet effet. Ces surfaces sont essentiellement réservées à
l’igname (86 mille hectares, 30% des surfaces nationales). Aussi d’importantes surfaces sont réservées au riz
(26 mille hectares), au maïs (13 mille hectares) et au manioc (13 mille hectares). D’autres cultures existent
avec une importance moindre comme le mil, le sorgho, le plantain et l’arachide. Les productions sont
résumées dans le tableau suivant :
Les arbres fruitiers occupent une superficie plus réduite avec 15 mille hectares. La majorité (13 mille
hectares) est réservée à la culture des agrumes.
Tableau 17: Production des cultures vivrières dans la ZIE (Tonnes)
L’élevage
L’élevage reste une activité marginale. Il constitue l’activité principale pour 0,3% des ménages dans la zone
d’influence élargie du projet. Notons l’importance de l’effectif caprin qui s’élève en 2007 à 250 mille têtes (soit
28% de cheptel national). Les cheptels bovin et ovin sont aussi importants avec, respectivement, 207 mille
têtes (18%) et 217 mille têtes (24%). L’effectif de volaille est très important avec 1,7 millions de têtes,
représentant ainsi 10% de l’effectif national.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 47
Février 2013
Tableau 18 : Cheptel dans la ZIE en 2007
A coté de ces activités, on rencontre les activités de pêche (menées essentiellement par des Andoh) qui
restent cependant marginales. Le matériel utilisé ici est assez rudimentaire (pirogue, vieux filets, etc.). Le
transport fluvial peut aussi être évoqué. Il est né à la suite de l’endommagement du bac qui servait à traverser
la Comoé. Cette activité est contrôlée par le chef de village de Sérébou.
Le transport dans la zone du projet
La circulation véhiculaire est interrompue au niveau du fleuve Comoé. Les échanges entre les deux rives se
font par de petites pirogues depuis la destruction du bac est en 2002. Actuellement, le transport des
marchandises et des voyageurs se fait sur trois étapes : les véhicules (motos ou par automobiles) arrivent
jusqu'au bord du fleuve, déchargent les passagers et les marchandises ; la traversée des marchandises, des
voyageurs est assurée par les pirogues ; - un autre véhicule assure le reste du déplacement à partir de la rive
opposée. Concernant les engins à deux roues, ils ont la capacité de traverser à l’intérieur d’embarcation
moyennant le paiement forfaitaire de 500 F CFA par passage.
Le trafic de 2001, dans la zone du projet, se situe, d’une part, à 37 véh/jour entre Dabakala et Bassawa et à
21 véh/jour entre Bassawa et Groumania, et, d’autre part, à 53 véh/jour entre Diézoué et Sandégué.
Tableau 19 : Structure du trafic de 2001
Le trafic actuel a été estimé en tenant compte d’une part des différents résultats antérieurs sur le trafic dans la
zone du projet, plus particulièrement ceux déterminés en 2001, et d’autre part, en tenant compte des enquêtes
réalisées auprès des responsables régionaux et des transporteurs. En outre, des comptages et des enquêtes
ont été réalisés dans les deux rives du fleuve. Ces enquêtes ont pour objet de déterminer le volume de trafic
actuel et d’établir des matrices origine - destination.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 48
Février 2013
Les comptages sont réalisés par sens de circulation, (dans les deux rives du Comoé : au niveau du village de
Sérébou d’un côté et de Diézoué de l’autre côté, pendant une semaine entière du 22 au 29 janvier 2009), et
par tranche horaire. Ils ont concerné les catégories des véhicules suivantes :
- Deux roues (Motos) ;
- Voiture particulière ;
- Camionnettes ;
- Minibus, autocar ;
- Camions.
Les enquêtes origine - destination sont réalisées dans les deux rives simultanément avec les comptages. Ces
enquêtes ont porté sur la collecte de données relatives :
- aux types de véhicules ;
- à l’origine et à la destination du déplacement ;
- au motif du déplacement ;
- au nombre de passagers y compris le chauffeur ;
- à la nature et à la quantité de la marchandise transportée.
Les fiches de comptage et d’enquête sont données dans l’annexe 1 du présent rapport.
Les résultats de ces enquêtes de trafic sont contenus dans les tableaux suivants :
Tableau 20: Volume du trafic de Sérébou vers Diézoué par jour
Tableau 21: Volume du trafic de Diézoué vers Sérébou par jour
Les principales marchandises transportées d’une rive à l’autre dura- Anacarde : 22 tonnes
- Carburant : 0,5 tonne
- Igname : 2 tonnes
- Sucre : 10 tonnes
- Médicaments, farine, et autres produits divers
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 49
Février 2013
En se basant sur les estimations de trafic en 2001 et les résultats de l’opération de comptage couplées aux
questionnaires origine destination, nous avons déterminé les Trafic moyen journalier Annuel (TMJA) en
prenant un coefficient de saisonnabilité de 0,85.
Les résultats sont contenus dans le tableau suivant :
Tableau 22 : Trafic journalier moyen annuel
Ces estimations de trafic seront utilisées en vu de l’estimation des besoins en trafic en vu de l’estimation de la
rentabilité économique du projet.
La gestion des ressources naturelles au niveau local
Les ressources naturelles dans la zone d’influence du projet (localité de Sérébou) appartiennent aux
populations Andoh. La gestion de ces ressources relève du pouvoir exclusif du chef de village qui est le garant
de la tradition. Les terres font généralement l’objet d’une cession temporaire (par saison) de sa part aux
personnes qui en font la demande. Ces dernières sont tenues d’y pratiquer des cultures vivrières.
Seules les personnes à qui le chef du village donne une parcelle de jachère pour y faire une culture pérenne
en deviennent propriétaires. Quant au fleuve Comoé, son exploitation est faite essentiellement dans le cadre
des activités de pêche artisanale.
Comme on peut le constater, en dehors de l’agriculture, les formes de valorisation des écosystèmes naturels
sont principalement de deux (02) ordres :
- la pêche artisanale, pratiquée à une échelle réduite par les populations du groupe ethnique Andoh sur
la Comoé ;
- le transport fluvial sur la Comoé, en période de crue du fleuve.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 50
Février 2013
6-IDENTIFICATION, DESCRIPTION ET ANALYSE DES IMPACTS POTENTIELS DU
PROJET
Le projet de construction de l'ouvrage de franchissement sur la Comoé engendrera des modifications de
l’environnement. La nature et la gravité des perturbations occasionnées dépendent de facteurs comme le
mode de réalisation des travaux, les caractéristiques et sensibilités du site du projet et particulièrement des
méthodes de gestion et de contrôle des opérations de construction.
La description et l’analyse des impacts visent à décrire les relations entre le projet et les différentes
composantes de l’environnement, en utilisant une méthodologie et des critères appropriés.
Les impacts du projet sont déterminés en fonction des différentes phases de réalisation du projet. Le tableau
ci-dessous liste l’ensemble des activités susceptibles d’avoir un effet direct ou indirect sur l’environnement
physique, biologique et socioéconomique.
Tableau n°22: Les phases de réalisation des travaux et des activités susceptibles d’avoir des impacts sur
l’environnement
Phase
travaux
des Types de travaux
Phase
préparatoire
Phase
construction
Phase fin
travaux
Installation du
chantier
de
Activités
•
Acquisition des terrains,
•
Transport et manutention des engins, machinerie et
équipements ;
•
Recrutement des manœuvres ;
•
Installation de la base de chantier
•
Terrassement pour le dégagement des emprises
•
Exploitation des zones d’emprunt et carrière
•
Travaux de dégagement d’emprise s et de terrassement
généraux
Construction des
ouvrages projetés •
de Fermeture
chantier
Terrassements pour ouvrages d’art
•
Fondations spéciales et construction des piles et culées
•
La construction du tablier
•
Revêtement et équipements en infrastructures
•
Démantèlement des installations de chantier
du •
Phase
Entretien
des •
d’exploitation du infrastructures
projet
construites.
Nettoyage du site
Suivi de l’exploitation des infrastructures réalisées.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 51
Février 2013
6.1- IMPACTS DU PROJET EN PHASE DE CHANTIER
La phase de chantier comprend la phase préparatoire et la phase de construction. Les enjeux
environnementaux de cette phase sont présentés comme suit:
6.1.1- Impacts négatifs
Impacts négatifs liés à l’installation et au fonctionnement de la base de chantier
a) Impacts négatifs sur le milieu biophysique
Le site identifié pour servir de base de chantier est une zone de jachère appartenant à la communauté
villageoise de Sérébou. L’installation du chantier nécessitera des travaux de terrassement. Les impacts
potentiels sur le milieu biophysique sont les suivants :
Sur le sol : Accélération de l’érosion du sol et risques de contamination par les produits chimiques
Les travaux de terrassement et de décapage du sol pour l’installation du chantier aura comme impact sur le
sol, la mise à nu total de celui-ci et une exposition plus prononcée aux effets de l’érosion.
De plus au cours de l'exploitation de la base de chantier, le sol sera soumis à des risques de contamination
par les déversements accidentels de divers produits chimiques comme les huiles de moteurs et la laitance de
ciment qui sera produite en grande quantité lors des travaux de production de béton.
Sur les eaux : Pollution des eaux de surface et des eaux souterraines
La contamination du sol par les produits chimiques entraînera la pollution des eaux de la Comoé par
ruissellement et les eaux souterraines, par le fait de l’infiltration des polluants dans le sous-sol.
Sur l’air : Pollution atmosphérique
Les travaux de terrassement auront des impacts sur la qualité de l’air avec l’émission d’une quantité
relativement importante de polluants atmosphériques : émissions de poussières (polluants physiques) et
émissions de fumées d’échappement des engins utilisés (polluants chimiques).
Impacts Sur la végétation : Destruction de la végétation de la jachère
Le site de la base de chantier est composé d'une jachère constituée d'une végétation d'arbres et d'herbes.
Cette végétation arborée et herbeuse sera détruite lors des travaux d'installation de la base vie.
Impacts négatifs liés à l'ouverture à l'exploitation des zones d'emprunt.
a) Impacts négatifs sur le milieu biophysique
Les impacts négatifs liés à la constitution des zones d’emprunt sont :
le débroussement de la végétation qui pourrait entrainer la disparition d'espèces végétales
de grande valeur écologique présentes dans la relique de forêt qui borde le fleuve ;
le décapage de la terre végétale ; cet impact est cependant limité.
b) Impacts négatifs sur le milieu humain.
Expropriation temporaire du site de la jachère
Comme indiqué plus haut, le site de la jachère devant abriter la base de chantier est une propriété de la
communauté villageoise. L'installation de la base de chantier sur cet espace occasionnera son expropriation
temporaire durant toute la période de chantier.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 52
Février 2013
Production de déchets et détérioration du cadre de vie
Les débris végétaux issus des travaux de terrassement et de décapage constituent des déchets susceptibles
de favoriser la détérioration de l'environnement immédiat de la base de chantier.
Nuisances sonores
L’aménagement et le fonctionnement de la base de chantier nécessitent l’utilisation d’engins produisant de
grands bruits. Ces bruits constitueront des sources de perturbations sonores pour les populations riveraines.
Impacts négatifs liés aux travaux de construction des ouvrages
a)Impacts négatifs sur le milieu biophysique
Impacts négatifs sur l'eau du fleuve
Lors des travaux de construction du pont, l'eau du fleuve sera soumise à une forte pollution liée aux travaux
de forage des fondations du pont et aux déversements accidentels de produits chimiques tels les huiles
usagées, les laitances de ciment au cours de la fabrication de béton et des travaux de construction des pieux.
La réalisation des fondations profondes dans le lit mineur du fleuve (terrassement, fouille, etc.), le
creusement du chenal et des bancs de sable vont considérablement augmenter la turbidité du
milieu pendant la durée des travaux. Cette augmentation va atténuer la pénétration lumineuse et
influer négativement sur l'oxygénation des eaux de fond et la production photosynthétique et
indirectement sur le peuplement zoo planctonique (perte de la diversité biologique).
La profondeur du fleuve, à l’endroit où les travaux seront menés, connaîtra des modifications
pendant de la construction de l'ouvrage. Il y aura :
avec le creusement du chenal central, un départ de vases, une instabilité temporaire des fonds
et un risque de création de fosses profondes isolées ;
la destruction des bancs sableux pour élever les remblais ; ce qui entraînera une
modification radicale de la morphologie et de la nature des fonds sur une surface
relativement restreinte ;
la création d'un chenal artificiel pour faciliter l'écoulement des eaux; ce qui favorisera
l'isolement des baies environnantes avec des risques d'eutrophisation si les rejets d'eaux
usées dans le secteur augmentent.
b) impacts négatifs sur le milieu humain
•
Risques d'accidents
En phase de construction de l'ouvrage le personnel exécutant sera exposé aux risques d'accident par noyade
étant donné que les travaux se réalisent sur le fleuve.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 53
Février 2013
Impacts liés à l'aménagement des voies d'accès
a) Impacts négatifs sur le milieu biophysique
• impacts négatifs sur la végétation
La zone du projet fait déjà l'objet d'exploitation agricole. De ce fait, la végétation connait une certaine
dégradation. Cependant, la réalisation projet entrainera la destruction de quelques espèces végétale
identifiées dans la relique de la forêt qui jouxte le fleuve
•
impacts négatifs Sur la faune
L’emprise du projet, pour ce qui concerne le milieu terrestre est déjà pauvre en ressources
fauniques ; aussi, aucune incidence négative significative du projet n'est-elle à redouter. Au
niveau du milieu fluvial, le projet pourrait entrainer la perturbation de la vie et du comportement
de la faune aquatique et la dégradation de son habitat. Cette situation conduirait des espèces à
migrer temporairement ou définitivement à la recherche d’autres zones plus calmes. Cet impact peut
également être considéré comme mineur.
b) Impacts négatifs sur le milieu humain
Les impacts sur le milieu humain concernent essentiellement la perturbation des activités économique
exercées sur le site du projet, la perturbation de la traversée du fleuve par les piroguiers.
•
Démolition de bâtis
Les travaux de terrassement pour l’ouverture des emprises des voies entraîneront la démolition de bâtis situés
sur les voies actuelles. Il s’agit pour la plupart de maisons d'habitation et des hangars.
•
Déguerpissement des ménages et des activités économiques
La démolition des bâtis situés dans l’emprise de l'aménagement des voies d'accès entraînera un
déguerpissement des ménages qui y sont logés ; mais aussi de toutes les activités commerciales et
artisanales. Cette situation provoquera une perturbation sérieuse non seulement au niveau des ménages
concernés qui devront quitter les lieux et se trouver de nouveaux logements ailleurs ; mais aussi au niveau de
toutes les activités économiques avec pour conséquence majeure la perte temporaire de revenus pour les
opérateurs économiques de la zone du projet.
Perturbation d'activités économiques
Les piroguiers qui assurent la traversée sur le fleuve connaîtront une perturbation dans leur activité du fait des
travaux.
Production de déchets issus des activités de chantier et accentuation de la dégradation de la qualité
du cadre de vie
Le dégagement des emprises des deux voies d’accès au pont et les travaux de construction vont générer la
production d’une quantité considérable de déchets constitués de gravats et de planches notamment.
Perturbation du trafic routier
La construction du pont sur la Comoé entrainera une perturbation du trafic routier. La perturbation du trafic
peut avoir des effets collatéraux sur l’économie de la zone du projet à cause des perturbations de la livraison
des produits agricoles.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 54
Février 2013
Atteinte à la quiétude des populations riveraines par les bruits
Durant les travaux, les populations riveraines seront exposées à différentes sortes d’incidences comme les
nuisances sonores sensorielles qui se manifestent par l’intensification du niveau de bruits. Les nuisances sonores
ou acoustiques qui concernent à la fois les riverains mais aussi le personnel de chantier, peuvent nuire à leur
confort, leur quiétude et à leur santé. Elles sont générées par les mouvements des engins, par le fonctionnement
des machines et appareils de chantier et par les travaux bruyants. Les bruits occasionnés vont amplifier ceux liés
au trafic régulier ; ce qui va constituer une gêne énorme pour les riverains.
Destruction de cultures
L'aménagement de la voie d'accès Est (côté de Diézoué) du projet occasionnera la destruction d'une
partie importante d'une exploitation d'anacarde. Cette partie affectée par le projet sera définitivement
perdue pour son propriétaire.
Risque de propagation du VIH-SIDA en phase de chantier
La zone du projet est une zone fragilisée par un niveau de pauvreté très élevé. Avec l'arrivée des travailleurs
de l'entreprise chargée des travaux disposant des pouvoir économiques et financiers important, cette situation
favorisera les contacts entre ce personnel et la population féminine locale. Ce qui pourrait favoriser le risque
de propagation du VIH-SIDA.
6.1.2 Impacts positifs
a) Impacts positifs sur le milieu biophysique
Aucun impact positif n'est à signaler sur le milieu biophysique en phase de chantier
b) Impacts du projet sur le milieu humain
Développement d’emplois
Le projet contribuera à la création de nombreux emplois temporaires pour la main d’œuvre locale. La création
de ces emplois portera sur :
-
Le recrutement de plusieurs contractuels (ex. les manœuvres) par l’entreprise chargée de réaliser les
travaux et ses sous-traitants. Les populations environnantes constitueront une source potentielle pour
la fourniture de cette main-d’œuvre.
-
L’émergence de petits commerces à proximité des chantiers pour la vente de nourriture et autres
produits divers de consommation.
Avec la création de ces emplois temporaires, le projet contribuera à la lutte contre la pauvreté en milieu rural.
Développement circonstanciel d’activités économiques
Les travaux favoriseront un développement circonstanciel d’activités commerciales et de restauration aux
alentours du chantier du fait de la présence du personnel de chantier qui s’approvisionnera pendant les
heures de travail dans les commerces environnants. Cela favorisera une augmentation de la
commercialisation de plusieurs produits locaux et améliorera les chiffres d’affaires des commerçants locaux.
La vie sociale au niveau du village
L'autorité du Chefs de village de Sérébou, village riverain à l’ouvrage sera renforcée pendant la
phase des travaux. En effet, l'implication des chefs dans la mise en œuvre des engagements pris par
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 55
Février 2013
les différentes parties (promoteur, entreprise et population), renforcera la confiance placée en eux
par les populations, ce qui contribuera à la cohésion sociale.
De plus, la présence du personnel de l'entreprise de construction contribuera à l'animation de la
vie sociale du village de Sérébou. Des relations interpersonnelles, allant de la simple amitié à des
liens plus profonds (mariage) pourront naître du contact entre ce personnel et la population.
6.2 IMPACTS DU PROJET EN PHASE D'EXPLOITATION DE L'OUVRAGE
6.2.1 Impacts négatifs
Impacts négatifs sur le milieu biophysique
Aucun impact négatif significatif n’est à signaler au niveau du climat, du relief, de la géologie et
des sols.
Sur la Comoé et les ressources en eau
Les effets négatifs que l’exploitation de l’ouvrage peut engendrer sont :
un surcreusement artificiel et/ou naturel jusqu'à atteindre une profondeur d'équilibre du
chenal central ainsi qu'une érosion rapide de l'épaule sableuse en raison de la forte
augmentation des vitesses de courant dans la section mouillée résiduelle ;
un ralentissement du courant en amont de l'ouvrage et dans les zones abritées par les
remblais; ce qui entraînera un envasement des berges et des baies, une création de zones
«mortes», milieux confinés et mal renouvelés, une sédimentation des grosses particules
charriées par le courant et une création de hauts-fonds et de bancs sableux ;
un frein à la dérive des végétations aquatiques flottantes en période de crue; ce qui a
pour conséquence une accumulation de matières organiques, de macro déchets
d'origine humaine dans les zones calmes, de végétaux le long des remblais et une
intensification de l'envasement ;
une disparition et une apparition de nouvelles communautés phytobenthiques et
zoobenthiques dues aux modifications hydrodynamiques et hydrologiques engendrées
par la présence des remblais. Sur les piliers du pont vont se fixer et se développer des
communautés d'attroupement ou des salissures composées de mollusques crassostrea
gasar et de Balanes ;
un piégeage des végétations aquatiques flottantes dû à la diminution de la largeur du fleuve
dans le secteur et au développement de zones calmes ;
Sur l’état de la qualité de l’air
La présence de l’ouvrage de franchissement sur la Comoé entrainera une augmentation du trafic
routier entre Dabakala, Prikro et Sandégué ; ceci provoquera localement une détérioration de la
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 56
Février 2013
qualité de l'air à cause des gaz d'échappement issus des véhicules. Cependant, compte tenu du
fait que l’ouvrage se trouve en milieu rural où le flux du trafic restera assez faible, les incidences
négatives de l’exploitation de l’ouvrage sur la qualité de l’air seront négligeables.
Sur l’état acoustique
L’augmentation du trafic entre Dabakala, Prikro et Sandégué consécutive à l’exploitation du pont
sur la Comoé occasionnera également, dans les mêmes proportions, une augmentation des
nuisances sonores pour les populations riveraines, notamment celles des localités traversées par
la voie Dabakala-Prikro-Sandégué. Toutefois, l’importance de ces nuisances n’est pas de nature
à nécessiter la mise en place d'un dispositif spécial de protection.
Impacts négatifs sur l’état de sécurité routière
La réalisation du pont va permettre un accroissement de la circulation des usagers. Les trafics sur
ce pont et les voies d'accès seront en constante augmentation compte tenu de sa qualité et le
gain de temps qu'elle permettra de réaliser. Cette situation expose les populations riveraines à
des risques importants d'accidents.
Perte d'activité pour les piroguiers
La traversée du fleuve qui est actuellement assurée par les piroguiers constitue pour ceux-ci une source de
revenus et certains un emploi. Avec l'avènement du pont cette activité disparaîtra ce qui constitue une perte
pour ces piroguiers.
6.2.2- Impacts positifs
Impacts positifs liés à l'exploitation de l'ouvrage
a) Impacts positifs sur le milieu physique
L’exploitation et l’entretien de l’ouvrage de franchissement n’engendrera aucun impact positif
sur :
le climat ;
le relief, le paysage, la géologie, et les sols ;
l'hydrologie et les ressources en eau ;
la qualité de l'air ;
l'état acoustique ;
b) Impacts positifs sur le milieu humain
Impacts positifs sur la population
Le pont supprimera tous les désagréments et autres difficultés dus à la liaison par pirogues :
risques de noyade, temps d'attente important, contraintes horaires, etc. Les populations
riveraines pourront se déplacer rapidement, aisément et à tout moment.
• Impacts positifs sur la vie sociale
Etant avant tout un enjeu pour la collectivité, le pont en tant qu'infrastructure routière aura un
impact positif significatif sur la vie sociale dans l’ensemble de la région, notamment dans le
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 57
Février 2013
domaine du développement. La cohabitation pont / villages riverains suscitera une relation
particulière d'appartenance qui alimentera la vie sociale.
• Impacts sur le développement économique et social de zone du projet
L'impact de l’ouvrage de franchissement, sur les activités économiques, durant la phase
d’exploitation et d’entretien sera significatif dans la mesure le fleuve Comoé a constitué pendant
longtemps un obstacle majeur aux échanges économiques entre les localités des Régions de la
Vallée du Bandama, du N’zi Comoé et du Zanzan. La présence du pont permettra de :
développer les échanges économiques entre les trois Régions suscitées ;
valoriser les prix des produits agricoles dans les localités des deux départements.
En phase d'exploitation de l'ouvrage le projet facilitera le trafic entre les régions du centre et du nord
et celles de l'Est et du nord -Est. Il contribuera de ce fait le développement économique et social de la
zone d'influence du projet.
6.3 EVALUATION DE L’IMPORTANCE DES IMPACTS DU PROJET
L’évaluation des impacts est basée sur une matrice des interrelations entre les activités du projet, sources
d’impacts et les éléments des milieux récepteurs: les milieux physiques, biologiques et humains.
Le but de l’évaluation de ces impacts est d’affecter une importance relative aux impacts associés au projet et
ainsi, de déterminer l’ordre de priorité selon lequel les impacts doivent être évités, atténués ou compensés.
Les questions auxquelles il faut répondre sont par exemple :
-
quelle est l’intensité de chaque impact ?
-
quelle est l’étendue spatiale de chaque impact ?
-
quelle est la durée de chaque impact ?
L’intensité de l’impact consiste à juger le degré de perturbation du milieu, occasionné par le projet. L’intensité
de l’impact sera significative selon que la composante du milieu sera valorisée, rare ou sensible.
L’étendue d’un impact fait référence à son influence sur le territoire en termes de superficie. Une étendue
ponctuelle ou zonale signifiera que seulement les environs immédiats du milieu (zone du projet) seront
perturbés ; et une étendue locale signifiera que les environs plus lointains seront affectés.
La durée de l’impact fait référence à sa portée dans le temps. Elle pourra être temporaire ou permanente. Un
impact temporaire sera associé à la notion de réversibilité.
Ainsi, plus un impact sera intense, étendu et durable, plus il risquera d’être important, particulièrement pour les
composantes environnementales fortement valorisées ou sensibles.
L’importance des impacts varie donc selon les paramètres comme l’étendue, la durée et l’intensité.
L’analyse de tous ces paramètres permet de déterminer l’ampleur ou l’importance de l’impact dont une
synthèse est présentée dans la matrice en pages suivantes.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 58
Février 2013
Tableau n°24 : Matrice d’évaluation des impacts du projet
Evaluation de l’importance des impacts
Activité source d’impact
Milieu affecté
Impacts Identifiés
Catégorie
Intensité
d’impact
Portée
Géographique
Durée
Ampleur
Accélération de l’érosion du sol et risques de
contamination par les produits chimiques.
Négatif
Direct
Faible
Ponctuelle
Courte
Réversible
Mineure
Air et climat
sonore
Pollution atmosphérique et nuisances sonores
Négatif
Direct
Moyenne
Locale
Moyenne
Réversible
Mineure
Eaux
Contamination des eaux par les polluants
chimiques
Négatif
Direct
Faible
Ponctuelle
Moyenne
Irréversible
Majeure
Destruction de la végétation de jachère
Négatif
Direct
Faible
Ponctuelle
Courte
Réversible
Mineure
Cadre de vie
Production de déchets constitués de gravats
et de débris végétaux.
Négatif
Direct
forte
Ponctuelle
Courte
Réversible
Majeure
Bruits
Nuisances sonores liées à l’utilisation
d’engins produisant de grands bruits.
Négatif
Direct
Moyenne
Ponctuelle
Moyenne
Réversible
Moyenne
Importance
Phase des travaux
Milieu
biophysique
Sols
Installation du
chantier
Végétation
Milieu humain
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 59
Février 2013
Tableau n°23 (suite) : Matrice d’évaluation des impacts du projet
Evaluation de l’importance des impacts
Activité source d’impact
Milieu affecté
Impacts Identifiés
Catégorie
d’impact
Intensité
Portée
Géographique
Durée
Ampleur
Importance
Phase des travaux
Milieu
biophysique
Dégagement des
emprises et construction
des ouvrages
Sols
Accélération de l’érosion du sol et risques de
contamination par les produits chimiques
Négatif
Direct
Faible
Ponctuelle
Courte
Réversible
Mineure
Air et climat
sonore
Pollution atmosphérique et dégradation de la
qualité du climat sonore
Négatif
Direct
Moyenne
Locale
Moyenne
Réversible
Moyenne
Démolition de bâtis
Négatif
Direct
Forte
Locale
Longue
Irréversible
Majeure
Déguerpissement des ménages et des
activités économiques
Négatif
Direct
Forte
Locale
Longue
Irréversible
Majeure
Expropriation de lots villageois
Négatif
Direct
Forte
Locale
Longue
réversible
Majeure
Développement d’emplois
Positif
Direct
Forte
Locale
Longue
Irréversible
Moyenne
Développement circonstanciel d’activités
économiques
Positif
Indirect
Moyenne
Locale
Longue
Irréversible
Moyenne
Milieu humain
Phase des travaux
Dégagement des
emprises et construction
des ouvrages
Milieu humain
(fin)
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 60
Février 2013
Tableau n°23 (suite) : Matrice d’évaluation des impacts du projet
Activité source d’impact
Milieu affecté
Impacts Identifiés
Catégorie Intensité
d’impact
Evaluation de l’importance des impacts
Portée
Durée
Ampleur
Géographique
Importance
Phase d’exploitation des ouvrages
Milieu
biophysique
Mise en exploitation des
ouvrages construits
Milieu humain
Réduction de l’intensité de l’érosion sols
Positif
Indirect
forte
Locale
Longue
Réversible
majeure
Déséquilibre du chenal central du fleuve
Négative
Forte
Locale
Moyenne
Irréversible
Majeure
Envasement des berges et des baies
profondes
Négative
Moyenne
Locale
Moyenne
Irréversible
Moyenne
Accumulation de matières organiques dans
Négative
l’eau et donc intensification de l’envasement
Moyenne
locale
Moyenne
Irréversible
Moyenne
Disparition de communautés
phytobenthiques et zoobenthiques et
apparition de nouvelles autres
Négative
Moyenne
locale
Longue
Irréversible
Moyenne
Piégeage de végétaux aquatiques flottant
Négative
Moyenne
Locale
Moyenne
Réversible
Moyenne
Perte définitive d’habitats et déplacement
définitif de populations
Négatif
Direct
Forte
Régionale
Longue
Irréversible
Majeure
Délocalisation définitive d’activités
économiques
Négatif
Direct
Négatif
Indirect
Forte
Locale
Longue
Réversible
Majeure
Forte
Locale
Longue
Réversible
Majeure
Amélioration du trafic routier
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 61
Février 2013
Tableau n°23 (fin) : Matrice d’évaluation des impacts du projet
Evaluation de l’importance des impacts
Activité source d’impact
Milieu affecté
Impacts Identifiés
Catégorie
d’impact
Intensité
Portée
Géographique
Négatif
Indirect
Forte
Locale
Longue
Réversible
Majeure
Développement économique et social de la
zone du projet
Négatif
Direct
Forte
Locale
Longue
Réversible
Majeure
Détérioration de la qualité de l’air
Négative
Faible
Locale
Courte
Réversible
Mineure
Augmentation des nuisances sonores
Négative
Faible
Locale
Courte
Réversible
Mineure
Risques d’accidents de circulation
Négative
Faible
Locale
Courte
Réversible
Mineure
Accessibilités des localités riveraines
Positive
Forte
Régionale
Longue
Irréversible
Majeure
Amélioration de la sécurité des usagers
Positive
Forte
Régionale
Longue
Irréversible
Majeure
Développement des activités économiques
Positive
Forte
Régionale
Longue
Irréversible
Majeure
Valorisation des prix des produits agricoles
Positive
Forte
Régionale
Longue
Irréversible
Majeure
Perte d'activité et emploi pour les piroguiers
Milieu humain
Mise en exploitation des
ouvrages construits
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Durée
Ampleur
Importance
Page 62
Février 2013
7-MESURES D’ATTENUATION DES IMPACTS
7.1- MESURES D’ATTENUATION DES IMPACTS NEGATIFS DU PROJET EN PHASE DE CHANTIER
7.1.1-Mesures de prévention et de réduction des impacts pendant l’installation et le fonctionnement de
la base de chantier
L’aire d’implantation de la base de chantier sera matérialisée dès le démarrage du chantier. Un Plan
d’Installation du Chantier (PIC) sera fourni par l’entrepreneur dans lequel seront précisées les aires de
cantonnement des matériels et des véhicules et machines. La base de chantier devra se conformer aux
mesures suivantes :
Mesure de protection du sol contre l’érosion
L’entreprise devra procéder à un reprofilage léger du site d’installation de la base de chantier pour niveler la
surface du sol ; et à une imperméabilisation de la plateforme de sorte à stabiliser le sol et à le rendre plus
compact pour réduire voire supprimer les effets de l’érosion. Il est souhaité le revêtement des voies d’accès au
pont nonobstant les 100 ml de voie ‘amorce qui seront revêtues.
Mesures de protection du sol contre la contamination par les produits chimiques
Pour réduire les risques de contamination du sol par les produits d’hydrocarbures qui peuvent être déversés
accidentellement sur la surface du sol au niveau de la base de chantier, l’entreprise devra prendre les mesures
suivantes :
Aménager une aire de stockage des produits polluants et dangereux (fûts d’huiles neuves et usées, fûts de
carburant). Cette aire sera imperméabilisée. L’ensemble de stockage de ces produits polluants et dangereux
sera réalisé sous abri de sorte à garantir l’absence de risque de rupture des conditionnements et de risque de
déversement accidentel. Cette mesure sera prise en attendant le transfert vers des sociétés spécialisées de
traitement de déchets liquides. L’Entrepreneur devra justifier d’un contrat de traitement des déchets
hydrocarburés avec une société de la place.
Aménager une aire pour le stationnement des véhicules et machines de chantier. Cette aire sera un terreplein avec en fondation des graves. Elle sera bordée en périphérie par un merlon d’au moins 30 cm de hauteur
avec relevé du polyane. En cas de fuite de carburants ou d’huile, les terrains souillés seront récupérés et
évacués en décharge agréée ; et les polluants ne pourront pas s’infiltrer dans le sous-sol pour contaminer les
eaux souterraines.
Mesures de protection des eaux de surface et souterraines
Elles sont les mêmes que les mesures de protection du sol qui une fois mises en place empêcheront toute
infiltration de contaminants dans le sous-sol susceptibles de polluer les eaux de surface et souterraines. Il
faudra utiliser les barrages flottants anti-pollution pour limiter les zones de réalisation des pieux afin que la
perturbation soit localisée. Ce barrage servira aussi à protéger les eaux contre les déversements accidentels
de polluants issus des engins de forage.
Mesure de réduction de la pollution de l’air
Etant donné que les travaux d’aménagement de la base de chantier se déroulent pratiquement en période
pluvieuse, aucune mesure spécifique de lutte contre la pollution de l’air par les poussières n’est envisageable
car les terres sont déjà humidifiées. Pour ce qui concerne la pollution par les fumées des machines et
véhicules, il est recommandé que l’entreprise des travaux justifie de la qualité technique de son matériel
roulant (certificats de visite technique de la SICTA).
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 63
Février 2013
Mesure de protection de la végétation
A la fin des travaux, l'entreprise devra procéder à la reconstitution du couvert végétale.
Mesures de sécurité sur la base de chantier
Pour garantir de meilleures conditions sécuritaires du personnel et des installations, l’entreprise devra se
conformer aux mesures suivantes :
L’enceinte de la base de chantier sera entièrement clôturée. Son accès sera interdit au public. Elle doit être
éclairée et gardée 24h/24 par une entreprise de gardiennage reconnue.
Les sorties de véhicules et d’engins devront être localisées et aménagées de manière à ne présenter aucun
risque pour la sécurité des piétons et des automobilistes, notamment du point de vue de la visibilité de la
signalisation et du règlement de la circulation. Les entrées et sorties de véhicules devront être possibles sans
perturbations des circulations locales.
Mesure de gestion des déchets issus de l’installation de la base de chantier
Il s’agit essentiellement de déchets végétaux. Pour ce qui concerne les gravats, l’entreprise doit prendre les
mesures suivantes :
La base de chantier doit être pourvue d’une quantité suffisante de réceptacles pour les déchets ordinaires de
chantier de sorte à éviter que ceux-ci ne viennent accentuer la situation d’insalubrité déjà dramatique dans la
zone des travaux. Ces déchets seront éliminés progressivement dans les décharges autorisées.
les gravats doivent être en éléments aussi gros que possibles et ils doivent être protégés contre le vent par
exemple par humectage suffisant, ou par protection avec du polyane ou de la palissade ;
ils doivent être immédiatement évacués hors du chantier aux endroits indiqués par la mission de contrôle ; ou
ils peuvent être mis à la disposition des populations qui souhaitent en faire un usage.
les débris végétaux issus des travaux de terrassement et de débroussement notamment les mis à la
disposition des populations qui en manifesteront le besoin. Quant aux déchets herbeux, ils doivent être
évacués hors de la zone des travaux. En aucun cas, ils ne doivent être brûlés sur place.
7.1.2- Mesures relatives aux impacts en phase de construction des ouvrages
Mesures de protection du milieu physique
Elles se résument essentiellement aux mesures de protection de la qualité de l’air car les travaux vont
engendrer des émissions de poussières par temps sec et de fumées issues des gaz d’échappement.
Les travaux vont générer des pollutions atmosphériques .Toutefois, il est recommandé à l’entreprise lors des
travaux de construction des voies d’accès (déblais et remblais notamment) les mesures suivantes :
• Procéder par temps sec à l’arrosage régulier des plateformes ;
• Pour ce qui concerne la pollution par les fumées des machines et véhicules, il est recommandé que
l’entreprise des travaux justifie de la qualité technique de son matériel roulant (certificats de visite
technique de la SICTA).
Mesures relatives aux impacts sur le milieu humain
Mesures d’indemnisation des personnes et biens affectés par le projet
L’ouverture des voies d’accès du pont entraînera la destruction de nombreuses habitations et le
déguerpissement des activités économiques situées dans l’emprise du projet. Ceci constitue les impacts
sociaux majeurs du projet. Ces principaux impacts devront faire l’objet de procédures d’indemnisation à
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 64
Février 2013
hauteur des préjudices subis, selon les dispositions règlementaires en vigueur en Côte d’Ivoire et les
recommandations de la Banque Mondiale (OP 4.12). Le principe et les modalités de la mise en œuvre de ces
mesures compensatoires sont analysés dans le plan d’action et de réinstallation (PAR).
Mesures de gestion des déchets de chantier
L’entreprise devra proposer un plan de gestion des déchets issus des travaux qu’elle compte mettre en œuvre
pour assurer la prise en charge effective de l’élimination de ces déchets hors du chantier dans des conditions
respectueuses de l’environnement et de la santé humaine.
Toutefois, il lui est indiqué les mesures suivantes :
• Enlever systématiquement du chantier tous les gravats issus de démolition et les mettre en dépôts
provisoires indiqués par le maître d’œuvre.
• Enlever systématiquement du chantier tous les matériaux issus des travaux de déblais et de curage
des caniveaux, canal et collecteur (déchets ménagers, terres, boues, sable, tuyauterie, câbles, etc.) et
les mettre en dépôts provisoires indiqués par le maître d’œuvre. En aucun cas ils ne seront stockés
dans le voisinage des sites des travaux.
• Stocker dans des réceptacles appropriés à la base de chantier, toutes les chutes de fer et les
matériaux de coffrage jusqu’à la fin des travaux afin de les évacuer par la suite vers les dépôts
définitifs indiqués par le maître d’œuvre.
• Stocker au fur et à mesure les sacs vides de ciment qui seront produits en grande quantité. Et les
brûler dans une zone inhabitée. Surtout éviter absolument de les mettre à la disposition des ouvriers
ou des populations locales car ils se retrouvent le plus souvent comme papier d’emballage d’aliments.
Or, il est notoirement connu que le ciment est très nocif pour la santé humaine. L’Entrepreneur devra
penser à limiter le plus possible l’emploi de sacs de ciments en privilégiant les silos qui permettent une
réduction de la quantité des emballages.
• Eviter de déverser sur les sols les laitances de ciment issues du lavage des bétonnières. Elles
pourraient être déversées dans le canal proche où elles seront facilement évacuées par les eaux de
ruissellement.
Mesures relatives à la sécurité des travailleurs et des usagers de la route
Le maintien de la circulation
L'entreprise des travaux devra définir et mettre en place en collaboration avec l'AGEROUTE, un plan de
circulation dans la zone des travaux, mettre en place la signalisation provisoire appropriée, réguler la
circulation et limiter la vitesse de circulation des véhicules dans la zone des travaux.
La mise en place des panneaux de signalisation à une distance raisonnable de la zone des travaux.
Pour permettre la continuité de la traversée il sera prévu la création d’un point de traversée secondaire qui
permettra la traversée du cours d’eau en période de travaux.
La distribution d’équipements de protection aux travailleurs
L’entreprise devra préserver la santé de ses employés en distribuant à chacun d’eux les équipements de
protection indispensables : gilets fluorescents, bottes, gants, casques, cache-nez, lunettes de protection,
casques anti-bruits. Le port de ces équipements sera obligatoire pour tous les travailleurs de chantier.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 65
Février 2013
Mesures d’atténuation des impacts négatifs sur la santé et la quiétude des populations
Pour réduire les nuisances acoustiques dont les populations riveraines peuvent être victimes, l’entreprise des
travaux devra se conformer aux mesures d’ordre général suivantes :
• Avant le démarrage de travaux bruyants, informer la communauté villageoise ;
• Identifier dès le début du chantier, les zones d’émergence et les sources d’émissions nuisibles et
incommodantes ;
• Planifier les horaires de travail en tenant compte des périodes de repos, c'est-à-dire concentrer les
travaux bruyants sur les heures les moins sensibles pour respecter les besoins de repos du voisinage ;
• En cas d’émissions sonores très gênantes, réceptionner les plaintes du voisinage jusqu’à ce que les
mesures correctives soient effectives ;
• Utiliser des machines et appareils respectant un niveau de puissance selon l’état reconnu de la technique
ou émettant des bruits supportables pour les utilisateurs et le voisinage ;
• Maintenir les véhicules et machines dans un état irréprochable ;
• Mesures relatives à l’emploi
Lors du recrutement de la main d’œuvre, l’entreprise des travaux devra veiller à privilégier la main d’œuvre
locale et éviter ainsi les conflits avec la population locale. Cela contribuera à réduire le taux de pauvreté au
sein de la population rurale.
7.1.3- Mesures d’atténuation des impacts négatifs du projet en phase d’exploitation
Mesures relatives à la perte d’habitats et au déplacement définitif de populations
Les personnes recensées dont les maisons d’habitation seront détruites et qui seront amenées à se déplacer
bénéficieront d’indemnisations à la hauteur des préjudices subis.
7.1.4-Mesures de bonification
En plus des mesures de compensation, une série de mesures devra être prise comme meures de bonification
pour tenir compte des doléances exprimées par les populations riveraines. Il s’agit notamment de la réalisation
d’une école de trois classes et la réalisation d’une pompe à motricité humaine supplémentaire pour le village
au vu de la demande en eau du village qui va s’accroitre durant la phase de chantier. Ces mesures font parties
des doléances exprimées par les populations.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 66
Février 2013
8-PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)
Le Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) consiste à planifier les mesures de protection
proposées et à identifier les différents partenaires et leurs responsabilités pour la mise en œuvre de ces
mesures. Le PGES a pour objectif de s’assurer de l’efficacité des mesures préconisées dans l’EIES en fonction
des attentes des différents partenaires impliqués. Il prend en compte la surveillance environnementale et le
suivi environnemental.
8.1 SURVEILLANCE ENVIRONNEMENTALE
La surveillance environnementale est l’opération visant à assurer l’application, durant la phase de construction
du projet, des mesures d’atténuation proposées dans l’étude d’impact. Elle vise également à surveiller toute
autre perturbation de l’environnement durant la réalisation et tout au long du cycle de son projet.
La surveillance environnementale est essentielle pour s’assurer que :
- les prédictions des impacts sont exactes :
- les mesures de prévention, d’atténuation et de compensation permettent d’atteindre les objectifs
voulus ;
- les règles et les normes sont respectées ;
- les critères d’exploitation de l’environnement sont respectés.
Les responsabilités et rôles incombent principalement à l’Unité de Coordination du Projet en l’occurrence PRICI, mais aussi à d’autres intervenants qui sont impliqués dans la mise en œuvre du Projet de réalisation de
l’ouvrage de Bassawa.
8.1.1- Rôle et responsabilité du PRI-CI
Le PRI-CI qui assure pour le compte du Ministère des infrastructures Économiques la coordination du projet. Il
est chargé de veiller à la mise en œuvre des mesures d’atténuation décrites dans le présent rapport.
A ce titre, elle veillera à la mise en œuvre du Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) ; et
s’attellera à la surveillance et au contrôle du plan de protection de l’environnement qui sera mis en œuvre par
l’entreprise contractante. Ce plan se fondera sur les dispositions énumérées dans le PGES.
Elle est, en tant que promoteur du projet, responsable au même titre que l’entreprise de la qualité de
l’environnement dans les zones d’influence du projet. Les dégâts ou dommages environnementaux de quelque
nature qu’ils soient, engagent leur responsabilité commune.
Lors de l’élaboration du DAO des travaux, elle s’assurera que les mesures et autres spécifications du PGES
relevant de la responsabilité de l’Entreprise sont effectivement reprises dans les Spécifications techniques. Il
en sera de même pour celles relevant de la surveillance des travaux, à insérer dans les Termes de référence.
Elle bénéficiera, à cet effet, de l’appui du Maître d’Ouvrage Délégué (MOD) en l’occurrence l’AGEROUTE.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 67
Février 2013
8.1.2- Rôle et responsabilité de l’AGEROUTE
L’AGEROUTE sera responsable du suivi et de l’assistance nécessaires pour la mise en œuvre, dans les
normes requises, des mesures environnementales et sociales définies dans le présent rapport. A ce titre, ses
tâches consisteront essentiellement à au moins :
• contribuer aux divers processus de préparation et de réalisation des travaux;
• fournir les conseils requis au PRI-CI en matière de mesures d’atténuation d’impacts négatifs potentiel
et, à ce titre, vérifier les documents produits avant transmission à l’ANDE ;
• s’assurer que les clauses environnementales requises sont insérées dans les dossiers d’appels
d’offres et autres marchés de travaux ;
• maintenir les relations institutionnelles requises avec l’ANDE, dans le but de la délivrance des
certificats de conformité et autres avis requis sur les rapports d’études et la mise en œuvre des
différents plans d’action ;
• effectuer des revues trimestrielles de la prise en compte des questions environnementales et sociales
dans la mise en œuvre du projet, et produire des rapports de suivi trimestriels et annuels ;
• travailler en étroite collaboration avec le PRI-CI.
Pour la réalisation de ces activités, l’AGEROUTE recrutera, à temps partiel, un expert chargé des questions
environnementales et sociales.
8.1.3- Rôle et responsabilité de l’entreprise
L’entreprise a la responsabilité d’appliquer effectivement et efficacement les prescriptions environnementales
relevant des travaux et qui lui auront été expressément confiés. Pour être plus opérationnel, il est recommandé
à l’entreprise de déposer en son sein d’un « répondant environnemental » (Responsable Hygiène-SécuritéEnvironnement) qui aura la responsabilité de veiller au respect des clauses techniques environnementales
après avoir répertorié les contraintes environnementales les plus délicates sur son chantier ; d’intégrer la
surveillance environnementale dans le journal de chantier, et de servir d’interlocuteur au Bureau de Contrôle
sur les questions environnementales.
8.1.4- Rôle et responsabilité du Bureau de Contrôle
En plus du contrôle traditionnel des travaux, le Bureau de contrôle sera, quant à lui, chargé de contrôler sur le
chantier le respect de l’application des mesures d’atténuation des impacts environnementaux et sociaux. Il est
responsable au même titre que l’entreprise de la qualité de l’environnement dans les zones d’influence du
projet. Les dégâts ou dommages environnementaux de quelle que nature qu’ils soient, engagent la
responsabilité commune de l’entrepreneur et du Bureau de Contrôle. Parmi les experts-clé de la Mission de
Contrôle figurera donc obligatoirement un spécialiste des questions environnementales et sociales. Cet expert
pourra être mobilisé à temps partiel, étant donné qu’une bonne partie des mesures environnementales relèvent
des travaux proprement dits ; toutefois, sa présence sera cruciale en début (pour la validation des documents
préparés ainsi que les installations de l’Entreprise) et en fin des travaux, pour la vérification de la remise en
état des sites.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 68
Février 2013
8.1.5- Rôle et responsabilité de l’ANDE
L’ANDE assurera la coordination technique entre les différentes entités étatiques et vérifiera la conformité des
activités menées avec le PGES et les lois nationales. A cet effet, elle effectuera des missions de suivi au moins
trois fois au cours de la vie du chantier : une au démarrage des travaux (entre autres pour s’assurer de la
conformité du Plan de protection de l’environnement proposé par l’Entreprise et validé par le Maître d’Ouvrage
Délégué), une à mi-parcours et une autre à la fin des travaux.
8.1.6- Programme de sensibilisation des populations
Il sera important voire indispensable de développer lors de l’exécution du projet un programme de
sensibilisation des populations sur la protection de l’environnement notamment l’hygiène environnementale et
sur la bonne gestion des ouvrages en construction, avant même qu’ils ne soient mis en exploitation. Ces
campagnes de sensibilisation seront organisées et animées par les membres du comité d’hygiène
environnementale ou par une ONG. Un programme de sensibilisation couvrant une période de deux ans
pourrait être convenable en raison d’une campagne par mois pendant les 6 premiers mois du démarrage des
travaux ; et deux campagnes par an pendant la première année de la mise en exploitation des ouvrages
réalisés.
Le financement de la formation des membres du comité d’hygiène et des campagnes de sensibilisation sera
pris en compte sur le coût global du projet.
8.2- SUIVI ENVIRONNEMENTAL
Le suivi environnemental est une opération à caractère scientifique servant à mesurer les impacts réels de la
réalisation d’un projet et à évaluer la justesse des mesures d’atténuation proposées. Il s’agit donc de l’examen
et de l’observation continue d’une ou de plusieurs composantes environnementales pertinentes durant la
période d’exploitation du projet.
Le suivi environnemental a pour objectif d’apprécier régulièrement le degré de mise en œuvre ou d’exécution
des mesures d’atténuation préconisées par l’EIES afin de permettre, au Maître d’Ouvrage de préciser,
d’ajuster, de réorienter ou d’adapter éventuellement certaines mesures au regard des caractéristiques des
composants du milieu.
Le suivi se déroule pendant les phases du chantier et d’exploitation du projet. Le responsable du suivi est le
Ministre chargé de l’environnement, à travers l’ANDE. Celui-ci élabore un plan de suivi qui portera sur les
impacts les plus préoccupants du projet. Dans le but de mettre en exergue les effets réels sur une composante
environnementale et de valider les appréhensions exposées dans l’étude d’impact.
Le plan de suivi inclut la définition des indicateurs de suivi environnemental permettant d’observer les
évolutions au regard d’objectifs préalablement définis.
8.3- AUTRES PARTENAIRES
La mise en œuvre des mesures recommandées dans le présent Plan de Gestion Environnementale et Sociale
va demander le concours de plusieurs administrations :
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 69
Février 2013
-
le Ministère chargé de la Lutte contre le SIDA devra intervenir pour mettre en place un programme de
sensibilisation sur les IST/SIDA ;
le Ministère du Transport sera sollicité, à travers l’Office de la Sécurité Routière (OSER), pour mettre
en place un programme de sensibilisation à la sécurité routière ;
la communauté villageoise
8.4- MATRICE DU PGES
Le PGES qui prend en compte la surveillance et le suivi en fonction des différentes composantes du projet est
résumé dans le tableau présenté ci-après.
Pour l’exploitation de cette matrice, il faut retenir que les indicateurs de suivi sont classés suivant la typologie
des travaux à mener.
Le coût de la mise en œuvre des mesures environnementales à réaliser pour atténuer les effets négatifs des
travaux est estimé à Cent treize millions (113.000.000) francs CFA.
Cette somme pourrait varier en fonction des nouvelles réalités de terrain pendant les travaux.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 70
Février 2013
Tableau 25 : Matrice du PGES
Responsabilité
Phase du projet
Activité source d’impacts
Impacts négatifs
Impacts positifs
Indicateur de mise en
œuvre
Mesures d’atténuation
exécution
Libération des emprises de la voie
d’accès au fleuve
Préparatoire
Perte d’activités commerciales et
artisanales
Indemnisation
Etat
Bureau de contrôle
Perte de bâtis
Indemnisation
Etat
Bureau de contrôle
Perte d’exploitation d’anacarde
Indemnisation
Etat
Bureau de contrôle
Perte de lots villageois
Indemnisation
Etat
Bureau de contrôle
Perte d’espèces végétales
Mesures spécifiques de protection
des espèces endémiques
menacées
Entreprise
Occupation de terrains privés
Indemnisation
Perte de couverture végétale
-reprofilage léger
-Imperméabilisation des sols
décapés
-Revêtements des sols
Installation de la base vie
Recrutement du personnel
Réalisation d’un point d’eau
supplémentaire
Réalisation d’une école primaire de
trois classes
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
surveillance
Emplois
Amélioration des
conditions
sanitaires
Amélioration des
conditions scolaire
Coût total en francs CFA
Suivi
AGEROUTE /
ANDE/PRICI
Rapport de suivi
PM
AGEROUTE
/ANDE /PRICI
AGEROUTE /
ANDE/PRICI
AGEROUTE /
ANDE/PRICI
Rapport de suivi
PM
Rapport de suivi
PM
Rapport de suivi
PM
Bureau de contrôle
AGEROUTE /
ANDE/PRICI
Rapport de suivi
PM
Etat
Bureau de contrôle
AGEROUTE /
ANDE/PRICI
Rapport de suivi
Provision (installation de
chantier)
Entreprise
Bureau de contrôle
AGEROUTE /
ANDE/PRICI
Rapport de suivi
Provision (installation de
chantier)
Entreprise
Bureau de contrôle
AGEROUTE /
ANDE/PRICI
Nombre de personnes
recruté
Etat
Bureau de contrôle
AGEROUTE /
ANDE/PRICI
Rapport de suivi
7 000 000
Etat
Bureau de contrôle
AGEROUTE /
ANDE/PRiCI
Rapport de suivi
26 000 000
PM
Page 71
Février 2013
Tableau 24 : Matrice du PGES (suite)
Phase du projet
Activité source d’impacts
Impacts négatifs
Production de déchets
Fonctionnement de la base de
chantier
Risque de pollution des eaux
souterraines et surfaciques
Risques d’érosion
Perte d’espèces végétales
Exploitation des zones
d’emprunt
Responsabilité
Mesures d’atténuation
-Imperméabilisation du sol par
l’usage de film polyane
-utilisation de fosses sceptiques
-utilisation de réceptacles de
déchets
-Utilisation d’un circuit
d’élimination des déchets
Utilisation
-Réalisation de réseau de
collecte EP
-Reprofilage léger
Protection des espèces
endémiques menacées
exécution
surveillance
Suivi
Entreprise
Bureau de contrôle
AGEROUTE /
ANDE/PRiCI
Entreprise
Bureau de contrôle
AGEROUTE /
ANDE/PRiCI
Entreprise
Bureau de contrôle
AGEROUTE /
ANDE/PRiCI
Entreprise
Bureau de contrôle
PRI-CI
/ANDE/AGEROUT
Occupation de terrains privés
Indemnisation
Etat
PRICI/AGEROUTE
PRI-CI /ANDE
/AGEROUTE
Décapage du sol, érosion
-reprofilage léger
-Imperméabilisation des sols
décapés
-Revêtements
Entreprise
Bureau de contrôle
PRI-CI /ANDE
/AGEROUTE
Pollution par fumées et poussières
Chantier
Transport du matériel, des
équipements et des matériaux
Impacts positifs
Nuisances sonores
Risques de maladies respiratoires
Risques d’accidents
Risques de pollution du fleuve
-Contrôles techniques SICTA
-Couvertures des chargements
par des bâches
- Distribution de matériels de
protection aux ouvriers
-arrosage régulier des
plateformes
- IEC en sécurité du travail
-Signalisation
-Utilisation de barrages flottants
anti pollution
-utilisation de cônes de diffusion
Entreprise
Entreprise
Bureau de contrôle
PRI-CI /ANDE
/AGEROUTE
Bureau de contrôle
PRI-CI /ANDE
/AGEROUTE
Bureau de contrôle
PRI-CI /ANDE
/AGEROUTE
Bureau de contrôle
PRI-CI /ANDE
/AGEROUTE
Bureau de contrôle
PRI-CI /ANDE
/AGEROUTE
Tableau 24 : Matrice du PGES (suite)
Responsabilité
Phase du projet
Activité source d’impacts
Impacts négatifs
Impacts positifs
Mesures d’atténuation
exécution
Recrutement de la main d’œuvre
locale
Présence humaine
Entretien des machines
Bureau de contrôle/
Comité villageois
Intensification des activités
socioéconomiques
Création de relations
interpersonnelles
Fonctionnement du chantier
Chantier
Entreprise
surveillance
Risques de propagation de MST et
VIH/SIDA
Pollution du sol et des eaux
IEC en matière lutte contre
MST et VIH/SIDA
-Aménagement d’une aire de
stockage de produits
-Utilisation d’un circuit de
traitement agréée des déchets
liquides hydrocarburés
-Aménagement d’aire de
stationnement pour les engins
ONG de lutte contre
le SIDA /entreprise
Bureau de contrôle
Entreprise
Bureau de contrôle
Tableau 24 : Matrice du PGES (fin)
Phase du projet
Activité source
d’impacts
Ralentissement du courant en
amont du pont
Impacts positifs
Envasement des berges et des baies
profondes
Mesures
d’atténuation
Responsabilité
exécution
Entreprise
Bureau de contrôle
AG
Mesures techniques
Entreprise
Bureau de contrôle
AG
Diminution de la largeur du
fleuve
Augmentation du trafic
Risques d’accidents de circulation
IEC en sécurité routière
ONG
Augmentation des nuisances sonores
Signalisation
Entreprise
Présence de remblais
Amélioration des conditions
de circulation
Augmentation des nuisances
sonores
surveillance
Mesures techniques
Accumulation de matières organiques
dans l’eau et donc intensification de
l’envasement
Disparition de communautés
phytobenthiques et zoobenthiques et
apparition de nouvelles autres
Piégeage de végétaux aquatiques
flottants
Frein à la dérive des végétaux
flottant en période de crue
Exploitation de
l’ouvrage
Impacts négatifs
Bureau de contrôle
Accessibilité des localités
riveraines
Amélioration de la sécurité
des usagers
Développement des activités
économiques
Valorisation des prix des
produits agricoles
Développement économique
et social de la zone du projet
Mesures techniques
Entreprise
Mesures techniques
Entreprise
AG
Bureau de contrôle
OSER
Bureau de contrôle
AG
AG
AG
9-LA CONSULTATION DU PUBLIC
9.1- OBJECTIFS DE LA CONSULTATION DU PUBLIC
La consultation du public a pour objectif d’assurer l’acceptabilité sociale du projet à l’échelle des
deux (02) départements, en mettant tous les acteurs dans un réseau de partage de l’information
aussi bien sur l’environnement que sur le projet proprement dit. Elle vise à amener les acteurs
concernés par le projet, à avoir une vision commune et des objectifs partagés des actions
entreprises par le projet dans une logique tridimensionnelle :
- avant le projet (phase d’identification et de préparation) ;
- en cours de projet (phase d’exécution) ;
- après le projet (phase d’exploitation et d’entretien de l’ouvrage).
9.2- POPULATION CIBLE
Au titre de l’information, des rencontres de travail ont été organisées avec chacun des groupes
d’acteurs ci-après :
- les responsables politiques et administratives de la zone du projet ;
- les populations (autorités traditionnelles, jeunes, femmes) des localités de la zone du
projet ;
- les syndicats des transporteurs ;
- les associations de transporteurs ;
- les responsables et agents des forces de sécurité ;
- les ONG intervenant dans les domaines de la santé et la lutte contre le VIH SIDA, du
développement local ;
- les organisations communautaires
Ces rencontres ont permis au consultant de fournir à ses interlocuteurs des informations précises
concernant le projet, ses composantes et ses différents impacts sur l’environnement physique,
biophysique et humain. Il s’est agi également, au cours de cette étape, d’informer les populations
de la date de tenue des séances de consultation du public.
La liste exhaustive des personnes rencontrées dans le cadre de la consultation du public est
annexée au présent rapport.
9.3- PROCEDURE DE LA CONSULTATION DU PUBLIC
La consultation proprement dite a réuni toutes les populations concernées par le projet. Une (01)
grande séance de travail a été organisée à cet effet à Sérébou. Les thèmes abordés par l’équipe
de consultants au cours de cette séance de consultation du public sont :
- présentation du projet au plan technique ;
- présentation des principaux impacts du projet et des mesures d’atténuation envisagées
aux populations ;
- échanges avec les populations pour recueillir leurs attentes et les appréhensions des
populations relativement au projet.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 75
Février 2013
Le compte rendu détaillé de cette réunion ainsi que la liste de présence sont présentés en
annexe 1 du présent rapport.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 76
Février 2013
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS
L’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) du projet de construction d’un ouvrage de
franchissement sur la Comoé, entre le département de Dabakala et les Sous-préfectures de
Prikro et de Sandégué nous a permis de nous faire une idée plus précise de la zone d’influence
de ce projet.
Les données de l’étude montrent que ce projet présente un intérêt majeur pour les populations ;
en effet, le fleuve, de part sa présence constitue un obstacle au développement social et
économique du département de Dabakala et des Sous-préfectures de Prikro et de Sandégué. La
construction de l’ouvrage de franchissement aura certainement de nombreux impacts positifs sur
la vie socioéconomique des nombreuses populations. Aussi, conviendrait-il, à l’effet d’assurer la
durabilité de ce projet, que des mesures d’atténuation de ces impacts identifiés dans cette étude
soient mises en œuvre.
Le projet de construction de l’ouvrage de franchissement sur la Comoé à Bassawa ne suscite
aucune appréhension chez des populations ; au contraire, celles-ci placent beaucoup d’espoir
dans ce projet qui, selon elles, va :
- réduire le niveau de chômage des jeunes ;
- contribuer au développement des activités socioéconomiques aussi bien au plan local
que régional ;
- améliorer la sécurité routière au niveau régional et au niveau local ;
- faciliter l’accès des populations aux infrastructures sociales de base.
Il convient donc de bonifier les impacts positifs de ce projet, toute chose qui concourrait à mieux
intégrer ce projet dans son environnement social. Les mesures de bonification des impacts
positifs sont, comme les populations le souhaitent, de :
- accorder la priorité aux jeunes des localités riveraines du site du projet dans le
recrutement des travailleurs ;
- faire en sorte que le projet contribue à l’amélioration du cadre de vie des populations en
permettant l’électrification du village de Sérébou.
Il ressort de cette étude que le projet de construction d’un ouvrage de franchissement sur la
Comoé présente un intérêt certain pour les populations des départements de la zone d’influence
du projet. C’est d’ailleurs la connaissance de l’importance de cet ouvrage pour leur localité que
les populations semblent manifester une réelle impatience pour ce qui du démarrage des travaux
de construction de l’ouvrage de franchissement. Pour ce qui est de la faisabilité
environnementale et sociale de ce projet, nous pouvons affirmer qu’elle est bonne ; toutefois, les
mesures préconisées sont à prendre pour atténuer les impacts négatifs.
Les listes de présence et les attentes formulées par les populations au cours de la séance de
travail que nous avons organisée sont reprises en annexe.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 77
Février 2013
BIBLIOGRAPHIE
Flore
AKÉ ASSI L. 1984 : Flore de la Côte d’Ivoire : Etude descriptive et biogéographique avec
quelques notes ethnobotaniques. Thèse Doct. ès Sc. Nat., FAST, Abidjan. Tome I. II. III., 894 p.,
138 p., 173 p.
AKÉ ASSI L. 1998 : Impact de l’exploitation forestière et du développement agricole sur la
conservation de la diversité biologique en Côte d’Ivoire. Le Flamboyant n° 48 pp. 20-21.
AKE ASSI L. et GUINKO S. 1991. Plantes utilisées dans la médecine traditionnelle en Afrique de
l’Ouest. Editions Roche, Basel, Switzerland, 151 p.
AMBE G.-A. 2001 : Les fruits sauvages comestibles des savanes guinéennes de Côte d’Ivoire :
état de la connaissance par une population locale, les Malinké. Biotechnol. Agron. Soc. Environ.
5 (1), 43–58
GEERLING C. 1982. GUIDE DE TERRAIN DES LIGNEUX SAHELIENS ET SOUDANOGUINEENS. WAGENINGEN, NEDERLAND 340 P.
GUILLAUMET J.-L. ET ADJANOHOUN, E. 1971 : La végétation : dans le milieu naturel de la
Côte d'Ivoire. J. M. Avenard, M. Eldin, G. Girard, J. Sircoulon, p Touchebeuf, J. L. Gillaumet, e.
Adjanohoun et A. Perraud (eds.). Mémoires orstom, n° 50, paris, pp. 161-262.
HUTCHINSON J. et DALZIEL J.M. 1954 - 1972 : Flora of West tropical Africa. (éd 2 par Keay,
R.W.J. et Hepper F.N.) , Crown Agent, London, 3 Vol., 828 p., 544 p., 574 p.
IUCN. 2001. Catégories et Critères de l’UICN pour la Liste Rouge : Version 3.1. Commission de
la sauvegarde des espèces de l’UICN. UICN, Gland, Suisse et Cambridge, UK. ii + 32 p.
MILLOGO-RASOLODIMBY J. F. C. 1993. Les plantes sacrées chez les Bobo. Berichte des
Sonderforschungsbereichs 268 : 93-100
POILECOT P., BONFOU K., DOSSO H., LAUGINIE F., KOFFI N., NICOLE M. et SANGARE Y.
1991 : Un écosystème de savane soudanienne : Le parc National de la Comoé (Côte d'Ivoire).
Projet Unesco/pnud n°ivc/87/007, note technique 2, UNESCO, Paris, 346 p.
RAUNKIAER C. 1934. The life forms of plants and statistical geography. Clarendon Press,
Oxford, UK, 632 p.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 78
Février 2013
A. Faune
Borrow, N., Demey, R. (2001): Birds of western Africa. Helm identification guide. 832 p.
Chippaux, J-P. (1999). Les serpents d’Afrique occidentale et centrale. Faune et Flore tropicale 35, 278 p.
Dosso, H. (1983): Etude des rongeurs de forêts hygrophiles conservées et de zones anthropisées de la Côte
d’Ivoire méridionale. Thèse de doctorat à l’Université Nationale de Cocody, 217p
Kingdon,J. (1997) : The field guide to African Mammals. Academic Press, 464 p.
Kingdon J. (2004): Guide des mammifères d’Afrique. Delachaux et Niestlé, 272 p.
Mathevet, R., Mouret, J-C. & Mesléard, F. (2002) : Du mondial au local : originalité et dépendance de la
riziculture Camarguaise. Dossier Faire Savoirs N°2, 49-56 p.
Skinner, J., Beaumond, N., Pirot, J-Y. (1994) : Manuel de formation à la gestion des zones humides tropicales.
Programme zones humides de l’UICN, 272 p.
Treca, B. & Rouchouse, C. (1989): L’ORSTOM et l’ornithologie en Afrique de l’Ouest. Bulletin régional de
l’UICN, N° 4, 11-13 p.
UICN. (2003). Lignes Directrices pour l’Application, au Niveau Régional, des Critères de l’UICN pour la Liste
Rouge. Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN. UICN, Gland, Suisse et Cambridge, RoyaumeUni. ii + 26 pp.
B. Environnement humain
ANONYME 1992, Politique de développement urbain, document BAD/ FAD, 31p
ANONYME 2002, Plan de déplacement et de réinstallation des personnes affectées par le projet d’extension
du port à Yopougon, TERRABO. Rapport provisoire3.
Banque Africaine de Développement / Fond Africain de Développement (1995), Directives d’évaluation de
l’impact des projets miniers sur l’environnement, Abidjan, Côte d’Ivoire, juin 1995, 76p.
BLI L. 1992-1993, Urbanisation et qualité de vie à Derrière Warf. Mémoire de DEA en Géographie, Université
de Cocody
BNETD 2002, Projet d’étude technique pour l’aménagement de la desserte des sites d’extension du Port
d’Abidjan à Yopougon Santé et à l’Ile Boulay. Etude d’impact sur l’environnement.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 79
Février 2013
BNETD 2001, Projet d’extension du Port d’Abidjan à Yopougon. Etude socio-économique. Rapport provisoire.
BERGER R. (1995), Mise en place des procédures d’EIE, Document d’orientation, PNAE/DE études
complémentaires. Juin, 20 p.
BOUDON (R), Les méthodes en sociologie Paris P.U.F. Armand Colin, 1970
CAPLOW (T), L’enquête sociologique, Paris, Armand Colin, 1970
De BRUYNE (P) et Ai, Dynamisme de la recherche en sciences sociales, Paris, P.U.F., 1974
Durkheim (E), Les règles de la méthode sociologique, Paris, P.U.F., 1983.
GASTON RARDET 1975, L’urbanisme Que Sais-Je n°187, Paris, PUF.
GOH G ; GLE M 1992-1993, La dégradation du cadre de vie et des conditions de vie en milieu urbain.
Urbanisation et qualité de vie urbaine à Yopougon quartier « Doukouré ». Mémoire de Licence en Géographie
à l’Université de Cocody
BURGEAP, Etude d'Impact Environnemental de la Liaison Riviera-Marcory - Abidjan Côte d'Ivoire, février
1998.
HUSAIN Sadar, Evaluation des impacts environnementaux, deuxième édition, 1996.
Institut National de la Statistique, Recensement Général de la Population et l'Habitation 1998 (RGPH 98)
Journal Officiel de la République de Côte d'Ivoire ; La loi cadre n°96-766 du 03 octobre 1996, portant Code de l'Environnement.6 février 1997.
Journal Officiel de la République de Côte d'Ivoire ; Le décret n°96-894 du 08 novembre 1996 déterminant les règles et procédures applicables
aux études relatives à l'impact environnemental des projets de développement ; novembre 1996
LANTRAN Jean Marie, BAILLON Jacques et PAGES Jean-Marc, L'entretien routier et l'environnement
(l'entretien des routes à l'entreprise : volume V) août 1994.
Ministère de l'Environnement et du Cadre de Vie, Direction de l'Environnement, Atelier de formation sur la procédure d'études d'impact
environnemental, du 02 au 06 mai 2000.
PNUE, La pollution par les hydrocarbures dans la région de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : état actuel et
mesures à prendre, rapport et études des mers régionales, n°4, 1982.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 80
Février 2013
ANNEXES
ANNEXE 1 : PV de Consultation Publique à Sérébou
ANNEXE 2 : Termes de Référence
ANNEXE 3 : Plans
ANNEXE 4 : Fiche d’enquêtes
ANNEXE 5 : Liste des espèces fauniques Ichtyologiques et ripicoles de la zone d’étude
ANNEXE 6: Rapport Géotechnique
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un pont sur la Comoé à Bassawa
Page 81
Février 2013
ANNEXE 1 : La consultation publique
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 1
Décembre 2012
PROCES VERBAL DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ORGANISEE DANS LE
VILLAGE DE SEREBOU
Dans le souci d’impliquer davantage les populations riveraines du projet de construction d’un
ouvrage d’art à Bassawa (sur la Comoé) et de recueillir leurs différentes préoccupations, une
réunion publique a été organisée le mercredi 02 novembre 2011 à Séroubou, sous le hangar du chef
de village, de 09H00 à 11H00. Cette réunion a vu la participation de 51 personnes (voir liste de
présence), dont les notabilités locales (celles de Sérébou et de Groumania), les autorités religieuses,
les populations, les propriétaires de bâtis et/ou de plantations, les opérateurs économiques de la
zone du projet, et le consultant du Cabinet ICI.
Pour l’organisation de cette réunion, le consultant du Cabinet ICI, Docteur GOH Denis, a informé
et invité les populations par les moyens suivants :
- Communications téléphoniques aux notables de Groumania et de Sérébou,
- Rencontres préparatoires avec les notabilités locales et les responsables des associations de
jeunesse.
09H00 : Début de la réunion
Prenant la parole, le secrétaire du chef de village de Sérébou a, au nom de la notabilité, souhaité la
bienvenue au consultant et sa délégation. Il a par la suite demandé les nouvelles au consultant.
09H15 : Intervention du Consultant, Docteur GOH Denis, responsable du volet
environnement
Au cours de son intervention, Docteur GOH Denis a d’abord remercié les populations de
Groumania et de Sérébou pour leur participation à la réunion. Ensuite, il leur a expliqué que l’Etat
de Côte d’Ivoire a entrepris de construire un pont sur le fleuve Comoé parce qu’ayant constaté que
son absence constitue un obstacle majeur entre les sous-préfectures de Bassawa et Sandégué. Les
études techniques relatives à ce projet étant achevées, il s’agit à présent, selon Docteur GOH Denis,
de passer à la phase d’exécution. Dans ce cadre, l’Etat, dira Docteur GOH Denis, a jugé nécessaire
de consulter les populations riveraines et de recueillir leurs préoccupations étant donné qu’elles sont
les premières concernées par ce projet.
Docteur GOH Denis leur a donc expliqué le tracé retenu pour la construction du pont, ses avantages
et surtout ses inconvénients sur les ressources foncières et les habitations locales, ainsi que les
mesures de compensation ou de réparation prévues. Il a en outre insisté sur l’intérêt pour les
populations de s’approprier le projet et de jouer un rôle de protection de l’ouvrage une fois qu’il
sera construit (vigilance aux actions des passants, protection de l’emprise du pont, les accotements,
les espaces aménagés pour l’implantation des piliers etc.).
Après l’intervention de Docteur GOH Denis, les populations ont exprimé leurs préoccupations
concernant le projet.
09H50 : Intervention des populations
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 2
Décembre 2012
Par la voix du secrétaire du chef de village de Sérébou, certains habitants des îlots et des bâtis situés
sur l’emprise du tracé retenu ont demandé au consultant des précisions sur le barème
d’indemnisation. La notabilité a aussi exigé que lui soient versés des droits de sacrifice avant
l’entame des travaux de construction du pont. Il s’agit notamment de:
- deux (02) bœufs,
- un bélier blanc,
- un boubou blanc,
- la somme de 101 000 f (cent un mille francs CFA).
La notabilité a également demandé la reconstruction du village et le respect des cinq (05) interdits
ci-après par les travailleurs qui vont arriver :
- interdit d’avoir des rapports sexuels en brousse,
- interdit de puiser l’eau dans le fleuve Comoé à la tombée de la nuit,
- interdit de faire du commerce ambulant à la tombée de la nuit,
- interdit de balayer avant le lever du jour,
- interdit de blesser quelqu’un sciemment à la machette.
Le non respect de ces interdits entraîne, pour l’auteur, le paiement d’une amende allant du poulet au
bœuf selon la gravité de la faute commise.
A toutes ces préoccupations, Docteur GOH Denis a répondu en disant, en ce qui concerne le
procédé d’indemnisation des îlots et des bâtis susceptibles d’être détruits, que cet aspect fera
ultérieurement l’objet d’une mission du Cabinet ICI qui viendra recenser et évaluer ces propriétés.
Quant à la reconstruction du village, Docteur GOH Denis a rétorqué pour dire que cela ne pouvait
se faire que si tout le village avait été détruit dans le cadre du projet. S’agissant des exigences et des
interdits, Docteur GOH Denis a dit en avoir pris bonne note. Il a promis de les transcrire fidèlement
dans son rapport tout en insistant sur le fait qu’il n’a pas de pouvoir de décision.
Après ces échanges, les populations ont exprimé des doléances qui leur paraissent essentielles. Ces
doléances sont, par ordre de priorité décroissant:
- l’électrification du village,
- la construction d’une école primaire,
- la construction d’un dispensaire,
- la construction d’un marché,
- l’embauche des jeunes du village lors des travaux de construction du pont,
- la construction d’une pompe hydraulique.
11H00 : Fin de la réunion
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 3
Décembre 2012
Liste de présence de la réunion de Sérébou
No Nom et prénoms
Fonction/statut
1
Bourahima Sidiki
Chef de village
2
Drissa Yaya
Imam
3
Abou Karamoko
notable
4
Goh Denis
Consultant au cabinet ICI
5
Dien Kouayé Olivier
Assistant du consultant
6
Amadou Morou
notable
7
Daouda Koffi Bakary
notable
8
Hazoumana Sinan
Président des jeunes de Groumania
9
Fotié Kouamé Souleymane
10 Daouda Yao
11 Yaya Yao
12 Seydou Amadou
13 Koffi Kouassi Souleymane
14 Kramo Kouadio Abou
15 Anzoumana Kouadio Daouda
secrétaire
16 Ouattara Koffi Sinan
17 Abdou Kouassi Brahim
18 Amadou yao Brahim
19 Morou Kouamé Abdou
20 Abou Kouassi Amadou
21 Kromo Kouakou Alassane
22 Yaya Kouassi
23 Siriki Morou
Notable de Groumania
24 Lamine Kouakou Abou
25 Souleymane Siriki
26 Anzoumana Kouassi Amadou
27 Abou Kouakou Siaka
28 Ahou yaya Salimata
29 Morou Affoué Djénébou
2ème Secrétaire des femmes
30 Adama Adiata
Secrétaire des femmes
31 Seydou Bintou
32 Ouatta Affoué Fatoumata
33 Ouatta Abdou Aminata
34 Djedjinan Amena Misso
35 Ladji Kobena Moro
36 Amara Kouassi Daouda
37 Amara Kouassi Adama
38 Daouda Kobenan Amidou
39 Adaman Kouadio Amadou
40 Lazare Adaman
41 Ouattara Adama
42 Seydou Fatoumata
43 Morou Bintou
44 Assekou Amoin Arramata
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
contacts
57 16 30 17
48 07 99 27
07 63 48 06
05 53 57 54
04 33 23 53
48 08 54 30
08 43 50 03
49 98 33 89
57 27 17 96
57 01 44 08
48999814
57184407
57013018
49966057
57068003
57436050
47312347
57163017
06897170
Page 4
Décembre 2012
45
46
47
48
49
50
51
Abou Madjara
Yaya Affoué sali
Kramo Aziata
Morou Akissi
Seydou Massara
Samahila Yaha Karidja
Bakari Yao Yaya
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 5
Décembre 2012
1.-
Les Termes de références
Service de Consultants pour l’etude de faisabilité technico-économique et environnementale de trois
ouvrages à Bassawa (Comoé), Kouibli (Sassandra) et Kani (Marahoué)
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 1
Décembre 2012
1.
I-CONTEXTE
L’Etat de Côte d’Ivoire a signé le 16 Septembre 1998, un accord de crédit d’un montant de 130,6
Millions de DTS (soit environ 180 Millions de dollars US) en partenariat avec la Banque Mondiale
en vue de procéder à une réorganisation du secteur des transports ivoiriens dans le cadre du Projet
CI-PAST (Programme d’Ajustement et d’Investissement des Transports en Côte d’Ivoire). A la
faveur de la reprise de la coopération financière entre la Côte d’Ivoire et la Banque Mondiale, le
projet CI-PAST a été restructuré et bénéficie d’une prorogation de 24 mois à compter de la levée de
la suspension des décaissements du 15 juin 2004. Dans le contexte de sortie de crise, le
Gouvernement a décidé d’utiliser le reliquat du crédit disponible (16,852 millions DTS) pour
soutenir le processus de réunification du pays et désenclaver les populations et les zones de
productions agricoles.
Par ailleurs, la politique en matière d’infrastructures routières ayant privilégié le développement de
grands axes structurants d’orientation Nord-Sud pour desservir les pays limitrophes sans façades
maritimes, il devient économiquement nécessaire d’optimiser le réseau routier par la création d’axes
transversaux d’orientation Est-Ouest. Cette nécessité suscite d’accorder une priorité absolue à la
construction d’ouvrages d’art pour faciliter les liaisons transversales du pays (d’Est en Ouest).
En cohérence avec ces orientations du Gouvernement, la mise en œuvre du projet CI-PAST se
traduit non seulement par la construction d’ouvrages de franchissement sur l’ensemble du territoire
mais également par la réalisation d’une étude d’ouvrages d’art.
C’est dans ce contexte qu’une partie des ressources du projet CI-PAST est affectée à l’étude de
faisabilité technico-économique Avant Projet Détaillé (APD) et environnementale de trois ouvrages
d’art sur les fleuves Comoé, Sassandra et Marahoué.
L’objectif sectoriel de l’étude est l’amélioration de l‘efficacité du système de transport tandis que
l’objectif spécifique vise à déterminer la solution optimale devant améliorer la qualité du
franchissement des fleuves concernés par les automobilistes.
Le Gouvernement louera les services de Consultants expérimentés pour mener toutes les activités et
investigations techniques, économiques, financières, sociales et environnementales en vue
d’atteindre les objectifs de l’étude.
La Cellule de Coordination du CI-PAST assure pour le compte du Ministère des Infrastructures
Economiques, la Maîtrise d’Ouvrage de cette étude. Elle est assistée dans cette mission par
l’AGEROUTE (Agence de Gestion des Routes).
2.
II-CONTENU DE LA MISSION
Les trois projets de construction d’ouvrages d’art, leur localisation ainsi que leur itinéraire sont
indiqués dans le tableau ci-après.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 2
Décembre 2012
Ouvrages
Département
Itinéraires
Fleuve traversé
OA 1
Zanzan
Bouaké-Bassawa-Sandegué-Bondoukou
Comoé
OA 2
Man
Man –Kouibli-Vavaoua
Sassandra
OA 3
Kani
Kani-Sarala
Marahoué
L’objet des présents TDR est le recrutement d’un consultant pour réaliser, pour chaque ouvrage :
a) l’Etude d’Avant Projet Sommaire (APS) ;
b) l’étude économique du projet afin de justifier sa rentabilité économique et financière
c) l’Evaluation environnementale du projet.
d) les Etudes d’Avant Projet Détaillé (APD) ;
e) Proposition de financement
f) Dossiers techniques pour l’élaboration du Dossier d’Appel d’Offre (DAO)
Ces tâches devront permettre, pour chaque ouvrage, de :
3.
•
déterminer les caractéristiques techniques fondamentales des ouvrages à construire ;
•
mettre en relief les problèmes liés aux caractéristiques particulières des zones
desservies;
•
décrire l’environnement naturel et humain du projet et estimer les impacts potentiels
associés à son exécution et à son exploitation;
•
déterminer la rentabilité économique du projet ;
•
élaborer une proposition de financement à soumettre aux bailleurs de fonds ;
•
fournir les éléments techniques pour la confection du DAO
III- MISSION DU CONSULTANT
La mission du consultant consistera à réaliser pour chaque ouvrage, une étude technique, une étude
économique et une étude environnementale. Elle sera réalisée en deux phases successives à savoir :
•
Phase A : Etude d’Avant Projet Sommaire (APS) incluant les études techniques,
Socioéconomiques, et environnementales préliminaires;
•
Phase B : Etude d’Avant Projet Détaillé (APD) et Contribution à l’élaboration des
dossiers d’appels d’offres. Finalisations des études environnementales
et sociales. Production d’une Proposition de Financement
La phase B ne pourra commencer qu’après approbation du rapport de la phase A par le Maitre
d’Ouvrage.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 3
Décembre 2012
3.1
3.1 ETUDE D’AVANT PROJET SOMMAIRE (APS) POUR CHAQUE OUVRAGE
La phase A comprend toutes les études techniques, économiques, financières, sociales et
environnementales nécessaires pour définir la nature, l’importance et les caractéristiques des
travaux de construction des 3 ouvrages d’art.
Pour cette phase, la mission du consultant consiste à :
-
collecter et analyser des données relatives au site;
-
Analyser les différentes contraintes et proposer des variantes d’implantation des
ouvrages ;
-
analyser plusieurs types d’ouvrages et sélectionner le type qui s'adapte le mieux aux
contraintes techniques, économiques et environnementales;
-
élaborer le plan type de chacune des variantes étudiées ;
-
réaliser un sondage géotechnique pour avoir un aperçu des fondations à adopter ;
-
faire l’évaluation sommaire du coût de construction des variantes proposées ;
-
faire l’évaluation environnementale et socioéconomique sommaire des variantes étudiées
avec un tableau comparatif ;
-
présenter les conclusions des études au Maître d’Ouvrage. En effet, le Maître d’Ouvrage
est le seul habilité à retenir le type d’aménagement, en tenant compte des propositions du
consultant.
3.2
3.2 ETUDE D’AVANT PROJET DETAILLE (APD) POUR CHAQUE OUVRAGE
Les études APD porteront sur la variante retenue par le Maître d’Ouvrage . Elles consisteront à
exécuter les tâches ci-après :
-
Levés topographiques et bathymétriques ;
Etudes géotechniques ;
Conception de l’ouvrage retenu ;
Calculs de structure ;
Etudes et tracés des voies d’accès et dimensionnement des chaussées ;
Etudes de drainage et d’assainissement ;
Evaluation environnementale détaillée ;
Elaboration de la proposition de financement
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 4
Décembre 2012
4.
IV- DEROULEMENT DE LA MISSION
4.1
4.1 ACTIVITES EN PHASE APS
4.1.1
4.1.1 Collecte des données
Il s’agit de procéder à la recherche systématique et la compilation des données relatives à chaque
site d’ouvrage auprès de l'AGEROUTE. En outre, l’AGEROUTE facilitera l’accès aux informations
disponibles auprès des autres services de l’Administration. Ces recherches concerneront entre
autres:
-
Les plans du site et des voies d'accès;
-
Les données hydrologiques,
-
Les cartes topographiques de la zone du projet ;
-
Les dossiers techniques des infrastructures existantes ;
-
Les résultats des sondages géotechniques éventuels;
-
Les données hydrauliques et météorologiques;
-
Les levés topographiques;
-
Les plans d'occupation actualisés de la zone;
-
Les rapports et plans d’exécution des voies existantes;
-
Les charges réglementaires et exceptionnelles;
-
Les données de comptage de trafic ;
-
L’historique des aménagements de la zone ;
-
Les aménagements futurs ;
-
Rapport d'étude économique éventuel.
4.1.2
4.1.2 Visite de site et choix des aménagements à proposer
Le consultant visitera le site du projet pour identifier et analyser toutes les contraintes techniques,
socioculturelles, environnementales, etc. qui s'opposent au choix de certains types d’aménagement.
Les moyens nécessaires à cette visite seront à la charge du consultant.
Le consultant fera une analyse de différents sites d'implantation et proposera ceux qui offrent le plus
d'avantages techniques, économiques et environnementaux;
4.1.3
4.1.3 Analyse des documents et réalisation d’études complémentaires
Le consultant analysera les documents en sa possession et réalisera en fonction du site retenu, les
études sommaires suivantes :
•
Les études hydrologique, hydrogéologique et hydraulique ;
•
les études topographiques des zones d’accès ;
•
les études bathymétriques du site ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 5
Décembre 2012
•
la réalisation de deux sondages géotechniques dont un sur chaque berge.
4.1.4
a) Etudes hydrologique, hydrogéologique et hydraulique
Le consultant prendra en compte les récentes données relatives aux mesures hydrologiques réalisées
sur chacun des fleuves. Il fera une analyse de ces données et déterminera les bassins versants et les
débits de crue de façon à définir les sections des ouvrages proposés. A l’absence de mesures
hydrologiques auprès des structures compétentes, le consultant proposera d’autres méthodes de
détermination du débit des ouvrages. Il fera un examen hydrologique pour l'ensemble des voies
d’accès en étude en vue de déterminer l’assainissement à réaliser.
4.1.5
b) Etudes topographiques des zones d’accès
Les études topographiques devront permettre d’indiquer les variantes d’implantation et de calculer
les débits projetés pour les ouvrages à prévoir éventuellement sur les trois fleuves.. Ceci en tenant
compte de la taille du bassin versant, du rehaussement du niveau d’eau en rapport avec
l’implantation de chaque pont d’une part, et des paramètres d’écoulement ainsi que des données
pluviométriques intéressant l’ouvrage en question d’autre part. Les prestations du Consultant pour
cette phase, porteront sur les levés topographiques des voies d’accès au site projeté pour chaque
ouvrage et comportent :
•
le levé au 1/2000 des points caractéristiques du tracé des voies d’accès ;
•
la définition des options d’aménagement.
4.1.6
c) Sondages géotechniques et études bathymétriques du site
En phase APS, les sondages géotechniques seront réalisés essentiellement sur les voies d’accès. Soit
un sondage au pénétromètre dynamique sur chaque berge. Les résultats des essais devront permettre
une détermination sommaire des cotes d’arrêt des différentes variantes d’ouvrages proposées et
d’obtenir une évaluation préliminaire plus fiable.
Des études bathymétriques seront réalisées sur chaque site d’ouvrage. Ces études seront réalisées à
l’ultrason afin d’obtenir un meilleur état des lieux du lit de chaque fleuve. Les levés seront exécutés
par profil en travers du fleuve et l’équidistance de ces profils sera au maximum de 10 m.
4.1.7
4.1.4 Etude économique
Une évaluation du coût de construction de chaque variante étudiée sera présentée. Une analyse
comparée des coûts de réalisation des aménagements sera effectuée en tenant compte des coûts
d’entretien dans le cadre de l’étude économique.
4.1.8
a) Objectif de l'étude
L’objectif de l’étude économique est la quantification et l’évaluation des effets socio-économiques
attendus du projet. Pour cela, le Consultant déterminera les limites des zones d’influence strictes
(ZIS) et élargies (ZIE) de chaque ouvrage considéré. Sur cette base, il procédera à :
•
L’analyse de la situation économique, l’étude du potentiel économique notamment
agricole, minier et touristique des zones desservies en termes de production actuelle, de
développement passé et de production future ;
•
La réalisation d’enquêtes socio-économiques pour faire ressortir la problématique des
transports dans la zone, son impact sur le développement, les revenus des ménages et les
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 6
Décembre 2012
améliorations pouvant découler de la construction de chaque pont notamment par
rapport aux valeurs ajoutées ;
•
La modélisation des flux actuels de transport et l’estimation des flux futurs ;
•
L’identification des effets, de tout type, que cette infrastructure peut générer par exemple
les effets spécifiques pour la promotion des femmes ;
•
L’effet structurant de l’ouvrage, son rôle et sa place dans le réseau routier national.
De façon générale, le Consultant prendra en compte le caractère régional de l’ouvrage et son impact
dans les zones d’influence stricte et élargie.
4.1.9
b) Questions à traiter
Les principales questions à étudier sont en rapport avec la pertinence et la faisabilité. Le contenu de
ces 2 concepts est présenté ci-après.
* Pertinence du projet
Le Consultant évaluera dans quelle mesure le projet proposé est cohérent avec les conditions macroéconomiques du pays et répond aux besoins économiques et sociaux. Dans cette perspective, il
mettra en exergue dans l’analyse présentée dans l’étude de faisabilité économique les points
suivants :
•
la nature et le nombre de bénéficiaires potentiellement touchés par le projet proposé ;
•
les organisations et agences touchées par le projet proposé, ou impliquées dans ce dernier ;
•
les principaux problèmes liés au projet proposé, auxquels les bénéficiaires et les autres
parties prenantes se trouvent confrontés, les interdépendances entre ces différents
problèmes, ainsi que les rapports entre les secteurs ;
•
les autres interventions ou priorités au niveau des Ministères, des Agences et des Bailleurs
de Fonds susceptibles d’influencer ou d’être influencées par le projet proposé ;
•
les résultats des études et des évaluations antérieures éventuels concernant le projet proposé.
* Faisabilité du projet
Le Consultant déterminera la faisabilité du projet par une analyse des solutions techniques
alternatives, prenant en compte les aspects économiques, financiers et environnementaux, la
situation institutionnelle, ainsi qu’au niveau réglementaire et opérationnel.
Le Consultant relèvera toutes les données notamment :
•
Les villages situés dans les zones d’influence stricte et élargie : nom du village, statut
administratif, population, activités économiques, établissements scolaires,
établissements de santé, etc… ;
•
La nature des sols et du couvert végétal ;
•
Les ressources en eau (barrages, forages, puits …) ;
•
Les productions agricoles dans les zones d’influence stricte et élargie ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 7
Décembre 2012
•
etc….
Le Consultant estimera le volume du trafic futur pour une période de 20 ans en s’appuyant sur les
données existantes et sur des comptages et enquêtes origine – destination ainsi que le spectre de la
charge à l’essieu. Cette estimation sera basée sur l’évolution future de la demande de transport liée
au développement économique et social des zones d’influence du projet : structure et volume des
trafics actuel et futur. L’étude de trafic fera apparaître :
Le volume du trafic normal ;
Le volume du trafic induit ;
Le volume du trafic dévié.
Les taux de croissance de différents trafics.
Le comptage de trafic se fera obligatoirement sur la base d'une semaine (7 jours consécutifs)
pendant la tranche horaire de 6h à 20h. Le redressement du trafic moyen journalier annuel se fera en
appliquant les coefficients saisonniers adoptés en accord avec le Maître d’ouvrage. Le Maître
d’ouvrage appréciera la méthodologie de comptage, d’enquête origine-destination et de
dépouillement des résultats que le consultant compte mettre en œuvre.
Le consultant évaluera les avantages du projet (valeurs ajoutées, valeur résiduelle). Il déterminera
les indicateurs d’évaluation économique classique (taux de rentabilité interne de l’investissement,
bénéfices nets actualisés ainsi que la date optimale de mise en service de l’ouvrage). Les coûts
d’exploitation des véhicules seront calculés à l’aide du modèle HDM 4.
Les coûts d’investissements seront exprimés hors taxes et toutes taxes comprises ventilées en coûts
locaux et coûts en devises.
Le consultant effectuera également une analyse de sensibilité concernant surtout les coûts
d’investissements, les taux de croissance des trafics, la production agricole. Sans que cela ne soit
limitatif ou restrictif, l’étude de sensibilité pourra se baser sur :
Le retard dans la mise en service du projet conduisant à la réduction de la production
limitant les opportunités de développement ;
L’augmentation des investissements nécessaires à la construction du pont ;
La diminution du volume des trafics dévié et induit ;
La combinaison des différents éléments ci-dessus.
Certains avantages non quantifiables seront générés par la réalisation du projet. Le consultant devra
alors faire une analyse exhaustive et qualitative de cette catégorie d’avantages. Il identifiera les
investissements connexes dans d’autres secteurs qui pourront permettre à la zone d’influence du
projet de tirer le maximum d’avantages générés.
4.1.10
4.1.5 Evaluation environnementale et sociale sommaire
Il s’agit d’une évaluation environnementale et sociale sommaire visant à identifier et analyser les
enjeux environnementaux et sociaux qu’implique la construction des ouvrages et de leurs accès. Le
but étant d’orienter l’évaluation environnementale et sociale détaillée éventuelle du projet dans la
phase B (APD) et de préconiser des mesures de protection de l’environnement et de la population
qui devront être incluses dans les dossiers techniques.
La mission du Consultant consistera essentiellement à la réalisation des tâches suivantes :
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 8
Décembre 2012
1. présentation générale du cadre juridique ivoirien et des directives de la Banque Mondiale en
matière d’évaluation environnementale et de population ;
2. description technique des différentes composantes du projet de construction des ouvrages et
des voies d’accès ;
3. description générale du milieu dans lequel s’insère le projet : il s’agira de décrire les
composantes biophysiques et socioéconomiques du milieu (y compris les éléments valorisés
des écosystèmes) ;
4. évaluation de la portée du projet c’est-à-dire identifier les éléments de l’environnement
biophysique et social susceptibles d’être affectés par le projet et pour lesquels une
préoccupation publique se manifeste ;
5. identification et analyse des impacts clés du projet sur l’environnement à l’échelle locale,
régionale, nationale voire internationale ;
6. évaluation brève des impacts environnementaux clés ;
7. Pour les aspects socioéconomiques, le Consultant étudiera :
les effets et les besoins spécifiques des différents groupes sociaux présents dans les
zones d’influence du projet. Le profil actuel de pauvreté des zones d’influence du
projet sera établi en rapport avec le profil de pauvreté au niveau national. En
fonction des hypothèses de croissance et de développement socio-économique des
zones d’influence, le Consultant établira l’évolution probable du profil de pauvreté.
Il identifiera les bénéficiaires du projet et son impact sur les couches défavorisées ;
l’impact du projet sur les groupes vulnérables notamment les femmes, les enfants et
les minorités ;
les possibilités et les niveaux de participation des populations lors de la phase
travaux et par la suite pendant la durée de vie des trois (3) ponts.
L’évaluation Environnementale et Sociale Préliminaire sera matérialisée par un rapport validé par le
Maître d’Ouvrage.
4.1.11
4.1.6 Présentation et sélection de la variante à construire
Le consultant exposera au Maître d’Ouvrage au cours d’une séance de travail, chacune des solutions
variantes retenues. Le Maître d’Ouvrage choisira la variante à construire.
4.2
4.2 ACTIVITES EN PHASE APD
Cette phase B comporte les principales tâches suivantes :
la réalisation de l’étude technique détaillée de l’option retenue d’aménagement;
l’établissement des caractéristiques techniques détaillées et Détails Quantitatifs Estimatifs
(DQE) des travaux à réaliser au titre de la solution retenue ;
l’établissement du dossier confidentiel pour l’estimation des coûts des travaux envisagés ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 9
Décembre 2012
L’élaboration de la proposition de financement ;
Contribution à l’élaboration des dossiers d’appel d’offre.
Dans cette phase, la réalisation d’une Etude d’Impact Environnemental et Social (EIE, EIS)
détaillée sera requise en tenant compte des critères utilisés par le Bureau d’Etude d’Impact
environnemental (BEIE) de l’Agence Nationale de l’Environnement (ANDE).
4.2.1
4.2.1 Etudes techniques détaillées de l’option retenue
Cette étape comporte cinq grandes phases :
•
levés topographiques ;
•
études géotechniques ;
•
calculs de structure pour chaque ouvrage retenu ;
•
études et tracés des voies d’accès et dimensionnement des chaussées ;
•
études de drainage et d’assainissement.
4.2.2
a) Levés topographiques
Les levés topographiques regroupent :
-
Les levés topographiques au 1/500 dans le sens transversal du fleuve et sur une
largeur de 150m axée sur le tracé retenu après la phase APS.
-
Les levés topographiques au 1/2000 le long du tracé retenu (voies d’accès) et sur une
longueur totale de 3000m soit 1500m sur chaque berge. La bande de levée sera de 80
m. Au moins cinq (5) bornes seront implantées dans la zone du projet.
4.2.3
b) Etudes géotechniques
Les études géotechniques seront réalisées par le Laboratoire du Bâtiment et des Travaux Publics
(LBTP) ou un Laboratoire certifié ISO possédant en propres deux sondeuses capable de
descendre à 80m de profondeur. Les études seront réalisées sous la supervision du consultant. Les
essais à réaliser seront définis par le Consultant. Ils comprendront entre autres :
- la réalisation de sondages pour l’étude des fondations de l’ouvrage et des remblais
d’accès,
-
la stabilité des talus de déblais ou de remblais,
-
la recherche de gîtes de matériaux pour les remblais contigus et de raccordement.
Les frais relatifs aux études géotechniques sont à la charge du consultant. Il sera réalisé
entre autres un sondage pressiométrique par appui d’ouvrage. Les cotes d’arrêt des
fondations seront calculées suivant le fascicule 62 titre V.
Ce programme devra au moins comporter :
L’étude des sols pour l'aménagement des voies d’accès aux ponts à construire ;
L’étude des fondations pour chaque ouvrage ;
L’étude des matériaux de réhabilitation de la chaussée des voies d’accès et des
ouvrages : prospecter, rechercher, quantifier et tester les zones d’emprunt et les carrières
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 10
Décembre 2012
de matériaux pour corps de chaussée, remblais et agrégats pour la fabrication des bétons
hydrauliques.
4.2.4
c) Calculs de structure pour chaque ouvrage retenu
Les différentes parties des ouvrages seront calculées selon les règlements et les normes les plus
récents :
- Les charges d’exploitation retenues pour le dimensionnement de l’ouvrage seront
celles du fascicule 61 titres II actualisé en 1974 relatif aux surcharges routières ;
- Les documents techniques de référence pour le calcul des structures sont : le BAEL
91 révisé en 99 ; le BPEL 91 ; le Fascicule 62 titre V pour les fondations.
-
L’euro code 3 et 4 pour les ouvrages mixtes.
4.2.5
d) Etudes et tracés des voies d’accès et dimensionnement des chaussées
L’étude géométrique des voies d’accès devra tenir compte des contraintes physiques de la zone du
projet. Les normes à utiliser sont celles des normes françaises ICTARN.
4.2.6
e) Etudes de drainage et d’assainissement
L’étude de drainage et d’assainissement des voies de raccordement projetées sera effectuée par le
consultant. Elle comprendra la recherche, la collecte, l’analyse et l’exploitation des données
climatiques, hydrologiques et hydrauliques, la collecte et l’analyse des données du site du projet
ainsi que le dimensionnement hydraulique des ouvrages.
4.2.7
4.2.2 Modélisation trois dimensions
Le consultant réalisera une modélisation en trois dimensions en présentant l’ouvrage retenu dans
son milieu. Pour cela, il sera réalisé une photographie aérienne pour avoir une vue d’ensemble de la
zone du projet. En outre, il sera effectué une animation indiquant le parcours des véhicules.
4.2.8
4.2.3 Evaluation environnementale et sociale détaillée pour chaque site
d’ouvrage
Cette étude sera réalisée conformément (1) aux règles et procédures applicables aux études relatives
à l’impact environnemental des projets tels que définis par les textes ivoiriens et (2) à la politique de
sauvegarde et directives de la Banque Mondiale en matière d’environnement et de population.
L’évaluation environnementale et sociale devra au moins comprendre les 5 phases suivantes :
• analyse détaillée de l’état initial de l’environnement naturel et humain du projet ;
• identification et évaluation des impacts environnementaux et sociaux du projet ;
• Proposition de mesures de protection de l’environnement naturel et humain du projet ;
• organisation d’une audience publique ou consultation du public ;
• élaboration du Plan de Gestion de l’Environnement et Sociale (PGES).
4.2.9 a) Analyse détaillée de l’état initial de l’environnement naturel et humain du
projet.
Elle comprend les trois phases suivantes :
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 11
Décembre 2012
•
délimitation de la zone d’influence directe et indirecte du projet ;
•
description de l’état initial de l’environnement portant sur:
•
-
les éléments du milieu naturel (la faune, la flore, les richesses naturelles, le système
hydrographique, le climat, le sol, etc.) ;
-
le paysage et les types d’occupation du sol (agriculture, végétation naturelle,
urbanisation, etc.) ;
-
la nature des activités pratiquées (agricoles, touristiques, industrielles, commerciales,
etc.) ;
-
la situation démographique et sanitaire, l’occupation du territoire, les droits de
propriété et le statut juridique du site et de son environnement définis par les plans
d’aménagement du territoire, par les arrêtés de protection des milieux déterminés et le
droit coutumier;
analyse et évaluation de l’environnement de référence c’est-à-dire l’environnement futur
ou prévisible sans le projet.
4.2.10 b) Identification et évaluation des impacts environnementaux et sociaux du projet.
Il s’agit notamment des impacts positifs et négatifs associés aux effets prévisibles directs, indirects
(notamment ceux résultants des travaux), réversibles, irréversibles, cumulatifs et/ou synergiques du
projet sur l’environnement et la population et en particulier sur les sites et paysages, les ressources
et milieux naturels, les équilibres écologiques, le cadre de vie du citoyen, sur l’hygiène, la salubrité
et les commodités de voisinages, des impacts liés aux bruits, vibration, odeurs, émissions
lumineuses et autres impacts induits non prévisibles à priori.
Cette évaluation peut être quantitative et/ou qualitative, monétaire et/ou non monétaire et portera au
moins sur les éléments suivants :
1. Impacts dommageables sur le milieu physique
• Sol (dégradation, érosion, pollution) ;
• Air (poussière, fumée, bruit notamment pour les activités bruyantes) ;
• Eau (pollution, prélèvement, perturbation de l’écoulement, envasement).
2. Impacts dommageables sur le milieu biologique
• Perte de la biodiversité et Destruction de la l’habitat naturel ;
• Dégradation du paysage naturel.
3. Impacts dommageables sur le milieu humain
• Déplacement de population et Destruction de propriété privée ou culturelle.
Les populations affectées seront dénombrées et classées par catégorie. Cet
inventaire permettra de proposer des modalités d’indemnisation ou de
compensation et les montants à dégager à ce titre seront précisés. De même, les
activités économiques (cultures et commerce) affectées par le projet seront
quantifiées et réparties par catégorie ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 12
Décembre 2012
• Conflit autour des ressources naturelles (foncier, eau,…) et avec d’autres
projets en cours ou à venir ;
4. Problèmes sanitaire et sécuritaire (circulation routière, accident, Paludisme – eaux
stagnantes, VIH/SIDA, etc.).
5. Impacts positifs sur l’environnement
• Amélioration de la qualité des services sociaux et du paysage naturel ;
• Renforcement des capacités des populations (formation, sensibilisation) ;
• Création d’emplois.
4.2.11 c) Organisation d’une audience publique ou consultation du public
• les impacts potentiels du projet sur l’environnement et les populations de la zone
d’influence ;
• les mesures de mitigation proposées ;
• la participation attendue de la population.
Les différents outils ou méthodologies à utiliser pour une plus grande participation et implication
des populations bénéficiaires devront être analysés. Il s’agira par exemple des séances structurées
d’information publique, des sondages d’opinion, des réunions informelles ou comités de suivi ou
Arbitrage et médiation, l’utilisation des médias, etc.
4.2.12 d) Proposition de mesures de protection de l’environnement naturel et humain du
projet.
Il s’agit de mesures de prévention, suppression, réduction et/ou de compensation des impacts
dommageables et de bonification des impacts positifs du projet. Ainsi, un plan de déplacement et de
relocalisation (PDR) des populations déplacées sera élaboré conformément à la législation
ivoirienne en vigueur et aux directives de la Banque Mondiale. De même, les modalités de
compensation ou d’indemnisation des propriétaires d’activités économiques affectées par le projet
devront être précisées, et le budget à prévoir et établir.
4.2.13 e) Elaboration du Plan de Gestion de l’Environnement et Sociale (PGES)
Le PGES comporte les trois plans ci-après qui seront proposés par le consultant :
• Le plan de surveillance environnementale ayant pour but de veiller à l’application
effective des mesures de mitigation préconisées et au respect des lois et directives en
vigueur ;
• le plan de suivi environnemental ayant pour but d’évaluer les impacts réels et les
performances des mesures de mitigation préconisées ;
• le plan de responsabilisation dans la mise en œuvre des mesures de mitigation. Il
s’agit d’identifier, pour chaque mesure préconisée, les responsables de sa mise en œuvre et
les moyens d’action.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 13
Décembre 2012
4.2.14 f) Evaluation du coût des mesures de mitigation et prise en compte dans le DAO
Le consultant définira en particulier les clauses à insérer dans les Cahiers des Clauses et Conditions
Particulières (CCCP) et les cahiers des Clauses Techniques Particulières (CCTP) des marchés de
travaux, destinés à l’atténuation des impacts négatifs du projet.
Il veillera également à indiquer les mesures devant figurer dans le Bordereau des prix unitaires
(BPU) tout en précisant le mode d’évaluation des travaux relatifs à ces mesures.
5.
6.
V- DOSSIERS A FOURNIR POUR CHAQUE OUVRAGE
Le mémoire d’étude comprendra les justificatifs ayant conduit au choix du type d’aménagement et
du type de pont, l'étude économique ainsi que l'étude environnementale.
Tous les dessins, plans et rapport d'études devront être faits sur supports électroniques et fournis en
même temps que le support papier.
Tous les documents provisoires seront remis en six (6) exemplaires et les documents définitifs
seront fournis en dix (10) exemplaires.
L’ensemble des dossiers à fournir à l’issue de chaque phase (APS et APD) contient les éléments
suivants :
6.1
5.1 DOSSIER EN PHASE APS
1. rapport de synthèse faisant ressortir les différentes rubriques de cette phase ;
2. vue en plan de chaque variante ;
3. coupe longitudinale de chaque variante;
4. tracé en plan sommaire des voies de raccordement à l’ouvrage ;
5. estimations sommaires des coûts des variantes ;
6. rapport d’études économiques ;
7. rapport d’études environnementales et sociales sommaires.
6.2
5.2 DOSSIER EN PHASE APD
6.2.1
5.2.1 Dossier technique
1. Rapport technique de synthèse faisant ressortir les différentes rubriques de cette phase;
2. Note de calcul ;
3. Vue en plan de l’ouvrage ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 14
Décembre 2012
4. Coupe longitudinale de l’ouvrage ;
5. Plans de détails des différents éléments de l’ouvrage ;
6. Plans des ferraillages ou de câblage ;
7. Tracé en plan des voies de raccordement ;
8. Profil en long des voies de raccordement ;
9. Dessin des ouvrages annexes (drainage, assainissement) ;
10. Cahier des prescriptions techniques ;
11. Plan d’assurance qualité ;
12. cadre du devis estimatif ;
13. Cadre du bordereau des prix unitaires.
6.2.2
5.2.2 Dossier estimatif
1. Avant métré détaillé ;
2. Détail quantitatif estimatif (DQE);
3. Devis estimatif de référence (DQR).
6.2.3
7.
Cette phase doit conduire à une proposition de financement dont le contenu est présenté dans le
paragraphe suivant.
VI- PROPOSITION DE FINANCEMENT
La Proposition de Financement est un document de synthèse que le Maître d’Ouvrage utilisera pour
la recherche de financement auprès des bailleurs de fonds pour la construction de chaque ouvrage.
Le consultant devra donc produire une proposition de financement pour chaque ouvrage. Ce
document devra comporter les points essentiels suivants :
-
l’évaluation finale de la rentabilité du projet tenant compte des dispositions techniques,
des coûts, de l’analyse socioéconomiques ;
-
l’évaluation environnementale et sociale.
Pour la production de ce document, le consultant suivra les lignes directrices ci-après :
-
le document sera établi en étroite collaboration avec le Maître d’ouvrage ;
-
le schéma de la proposition de financement doit être conforme aux principes de
gestion du cycle de projet ;
-
il sera élaboré selon les principes de complémentarité et de coordination, en tenant
compte des liens avec la programmation et les objectifs de stratégie.
Le document de proposition de financement doit comporter notamment :
•
Un Résumé de la note technique (au maximum sur une page) ;
•
Une note de présentation du projet suivant les critères de Pertinence, de Faisabilité et surtout
de Viabilité.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 15
Décembre 2012
La viabilité suppose la prise en compte des éléments suivants :
L’implication des bénéficiaires
Cette section devra décrire les mesures proposées par le consultant pour assurer l’implication
nécessaire des bénéficiaires à toutes les étapes du cycle de vie du projet. Il s’agit de garantir la
viabilité du projet après la fin du financement du bailleur de fonds ou du donateur.
Les aspects transversaux
Il s’agit de prendre en compte les questions de genre, d’équité sociale, les aspects socioculturels et
la protection du milieu naturel.
Les politiques nationales et mesures prises
Le Consultant devra tenir compte de la politique de stratégie sectorielle et du cadre institutionnel de
la gestion des infrastructures de transports
La capacité institutionnelle et de gestion
La faiblesse des institutions en matière de gestion constituent généralement le facteur déterminant
dans l'échec des projets. Par conséquent, les activités à caractère institutionnel et celles visant à
édifier une capacité de gestion, que ce soi pour le secteur public que pour le secteur privé, sont
essentielles pour garantir la viabilité et la durabilité du projet.
8.
VII- ELEMENTS TECHNIQUES POUR LA CONFECTION DU
DOSSIER D’APPEL D’OFFRES POUR CHAQUE OUVRAGE
Le consultant élaborera les dossiers techniques en vue de l’élaboration du Dossier d’Appel d’Offres
(DAO) des travaux.
Ces dossiers techniques comprendront notamment:
-
le cahier des clauses techniques particulières développant de manière détaillée les rubriques
suivantes:
-
un dossier d’assurance qualité ;
-
la description ou bordereau des prix ;
-
le cadre du sous détail des prix unitaires ;
-
le cadre du détail estimatif ;
-
l’ensemble des dessins d’APD indispensables à l'établissement de plans d'exécution,
-
le rapport d’études géotechniques des sols et des fondations de l’ouvrage.
Tous les dessins ou plans et toutes les pièces des dossiers d’Appel d'Offres comprendront des
éléments d’identification et des points de repère tels que : bornes, nivellement et pentes de l’axe de
la route, courbes et rayon de courbure etc.…, ainsi que les données techniques concernant la
construction de l'ouvrage d’art.
Les plans comporteront par ailleurs les renseignements ci-après :
-
désignation de l'ouvrage ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 16
Décembre 2012
-
désignation du Maître d’ouvrage ;
-
désignation du Consultant ;
-
désignation des ingénieurs, dessinateurs – projeteurs ayant établi les plans ;
-
titre, numéro et date des plans ;
-
modification éventuelle des plans et date correspondante ;
-
indication de l’échelle (une ou plusieurs) ;
-
nom et signature du responsable du projet.
Les plans de détail devront comporter tous les renseignements nécessaires à leur compréhension, au
dimensionnement de l'ouvrage.
Tous les dessins ou rapports techniques indiqueront obligatoirement, les hypothèses et les bases de
calculs utilisés, étant entendu que celles-ci devront être agréées par le Maître d’Ouvrage.
Tous les dessins et plans devront être faits sur supports électroniques fournis en même temps que
les supports papiers.
Ce dossier comprendra également une estimation confidentielle du coût des travaux à réaliser.
9.
VIII- PROFIL DU CONSULTANT ET DES EXPERTS
9.1
8.1 LE CONSULTANT
Le consultant devra avoir une grande expérience en matière d’études d’ouvrages d’art fondés sur
pieux. Plus spécifiquement :
9.2
-
Avoir réalisé les études techniques d’au moins trois (3) projets d’ouvrages d’art fondés sur
pieux d’une longueur minimale de 200 m chacun ;
-
Avoir assuré la maîtrise d’œuvre de la construction d’au moins deux (2) projets d’ouvrages
d’art fondés sur pieux.
8.2 LES EXPERTS
La mission du consultant sera placée sous la responsabilité d’un chef de mission qui fera office
d’interlocuteur principal du Maître d’Ouvrage. Le personnel clé de la mission sera spécifiquement
composé comme suit:
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 17
Décembre 2012
Formation
Expérience
générale
Ingénieur des travaux
publics ou de génie
civil ou équivalent
Au moins quinze
(15) ans dans le
domaine des études
d’ouvrages d’art
Avoir étudié au moins cinq (5)
ouvrages d’art de longueur
supérieure à 200 m dont deux
(2) ouvrages d’art au moins en
zone aquatique.
Ingénieur des travaux
publics ou de génie
civil ou équivalent
Au moins dix (10)
ans dans le domaine
des études
hydrologiques des
ouvrages d’art
Avoir réalisé l’étude
hydrologique et hydraulique
d’au moins cinq (5) ouvrages
d’art de longueur supérieure à
200m
Ingénieur
géotechnicien
Ingénieur des travaux
publics ou de génie
civil ou équivalent
Au moins dix (10)
ans dans le domaine
des fondations des
ouvrages d’art
Avoir réalisé l’étude
géotechnique des fondations
d’au moins trois (3) ouvrages
d’art de longueur minimale 200
m fondés sur pieux en zone
aquatique
Ingénieur routier
Ingénieur des travaux
publics ou de génie
civil ou équivalent
Au moins dix (10)
ans dans le domaine
des travaux de
construction routière
Avoir étudié au moins cinq (5)
projets routiers de plus de 30 km
Environnementaliste
Ingénieur ou niveau
universitaire
équivalent
Au moins dix (10)
années d’expérience
dans le poste
Avoir étudié au moins cinq (5)
projets routiers de plus de 50 km
Sociologue
Niveau universitaire
Bac plus 4
Au moins cinq (5)
années d’expérience
dans le poste
Expert en Economie
des transports
Ingénieur ou niveau
universitaire
équivalent
Au moins dix (10)
années d’expérience
dans le poste
Ingénieur topographe
Ingénieur géographe
ou topographe ou
équivalent
Au moins dix (10)
ans dans le domaine
des travaux de
construction routière
Désignation
Chef de mission
Spécialisé en ouvrages
d'art
Ingénieur hydrologue
hydraulicien
9.3
Expérience spécifique
Au moins trois (3) expériences
pour les études sociologiques
des travaux d’infrastructures
routières
- Avoir étudié au moins trois
(3) projets de construction
d’ouvrage.
- Avoir étudié au moins deux
(2) projets routiers.
- Avoir réalisé au moins trois
(3) études de batimétrie sur
des fleuves de plus de 100 m
- Avoir étudié au moins deux
(2) projets routiers de plus de
30 km
8.3 DUREE D’INTERVENTION DES EXPERTS
Les durées indicatives d’intervention des experts pour l’ensemble de la mission sont estimées
comme suit (hors des périodes de congés qui ne sont pas rémunérés) :
-
Un chef de mission ingénieur ouvrages d’art qui a la responsabilité de l’étude : 10 H-mois ;
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 18
Décembre 2012
-
Un ingénieur hydrologue et hydraulicien
-
Un ingénieur géotechnicien
-
Un ingénieur routier
-
Un environnementaliste : 5 H-mois ;
-
Un Sociologue
-
Un expert en Economie des transports
-
Un ingénieur Topographe
: 6 H-mois ;
: 5 H-mois ;
: 5 H-mois ;
: 4 H-mois
: 6,00 H-mois ;
: 7 H.mois
10. IX- OBLIGATIONS DU MAITRE D’OUVRAGE
Le Maître d’ouvrage facilitera l'obtention de tous les documents techniques et administratifs
existants et nécessaires à la réalisation de la mission du consultant. L’AGEROUTE sera associé, en
cas de besoin, aux experts du consultant lors des investigations.
11. X- OBLIGATIONS DU CONSULTANT
Le consultant s'acquittera de sa mission en collaborant étroitement avec le Maître d’ouvrage. Il
réalisera, sous sa responsabilité, les études en conformité avec les présents termes de référence. Il
prendra toutes les dispositions nécessaires pour la bonne exécution, dans les délais impartis, des
prestations qui lui seront confiées et en aura l'entière responsabilité. Le Maître d’ouvrage se réserve
le droit d’imposer au Consultant un sous-traitant pour l’un des volets de sa mission s’il s’avère que
le Consultant ne pourra pas respecter les délais du fait d’un manque de logistique ou d’organisation.
Le Consultant devra tout au long de sa mission maintenir une communication permanente et
satisfaisante avec le Maître d’ouvrage. A ce propos, des rencontres périodiques seront organisées,
sur initiative de Maître d’ouvrage ou du Consultant, en vue de discuter des grandes orientations et
hypothèses envisagées par le Consultant.
A la remise des dossiers techniques provisoires, le Consultant devra se rendre disponible pour des
missions de validation sur le site du projet, si le Maître d’Ouvrage le juge nécessaire.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 19
Décembre 2012
12. XI- DELAI
Cette étude est prévue pour un délai de dix (10) mois. Le rapport final définitif prenant en compte
les commentaires du Maître d’ouvrage sera transmis quinze (15) jours à compter de la date de
réception des commentaires.
13. XII - MOYENS LOGISTIQUES ET FRAIS DE FONCTIONNEMENT DE
LA MISSION
Il est entendu que le Consultant fait son affaire les frais de fonctionnement et de toute la logistique
qu’il mettra en place dans le cadre de sa mission.
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 20
Décembre 2012
2.- Les consultations publiques
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 21
Décembre 2012
PROCES VERBAL DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ORGANISEE DANS LE
VILLAGE DE SEREBOU
Dans le souci d’impliquer davantage les populations riveraines du projet de construction d’un
ouvrage d’art à Bassawa (sur la Comoé) et de recueillir leurs différentes préoccupations, une
réunion publique a été organisée le mercredi 02 novembre 2011 à Séroubou, sous le hangar du chef
de village, de 09H00 à 11H00. Cette réunion a vu la participation de 51 personnes (voir liste de
présence), dont les notabilités locales (celles de Sérébou et de Groumania), les autorités religieuses,
les populations, les propriétaires de bâtis et/ou de plantations, les opérateurs économiques de la
zone du projet, et le consultant du Cabinet ICI.
Pour l’organisation de cette réunion, le consultant du Cabinet ICI, Docteur GOH Denis, a informé
et invité les populations par les moyens suivants :
- Communications téléphoniques aux notables de Groumania et de Sérébou,
- Rencontres préparatoires avec les notabilités locales et les responsables des associations de
jeunesse.
09H00 : Début de la réunion
Prenant la parole, le secrétaire du chef de village de Sérébou a, au nom de la notabilité, souhaité la
bienvenue au consultant et sa délégation. Il a par la suite demandé les nouvelles au consultant.
09H15 : Intervention du Consultant, Docteur GOH Denis, responsable du volet
environnement
Au cours de son intervention, Docteur GOH Denis a d’abord remercié les populations de
Groumania et de Sérébou pour leur participation à la réunion. Ensuite, il leur a expliqué que l’Etat
de Côte d’Ivoire a entrepris de construire un pont sur le fleuve Comoé parce qu’ayant constaté que
son absence constitue un obstacle majeur entre les sous-préfectures de Bassawa et Sandégué. Les
études techniques relatives à ce projet étant achevées, il s’agit à présent, selon Docteur GOH Denis,
de passer à la phase d’exécution. Dans ce cadre, l’Etat, dira Docteur GOH Denis, a jugé nécessaire
de consulter les populations riveraines et de recueillir leurs préoccupations étant donné qu’elles sont
les premières concernées par ce projet.
Docteur GOH Denis leur a donc expliqué le tracé retenu pour la construction du pont, ses avantages
et surtout ses inconvénients sur les ressources foncières et les habitations locales, ainsi que les
mesures de compensation ou de réparation prévues. Il a en outre insisté sur l’intérêt pour les
populations de s’approprier le projet et de jouer un rôle de protection de l’ouvrage une fois qu’il
sera construit (vigilance aux actions des passants, protection de l’emprise du pont, les accotements,
les espaces aménagés pour l’implantation des piliers etc.).
Après l’intervention de Docteur GOH Denis, les populations ont exprimé leurs préoccupations
concernant le projet.
09H50 : Intervention des populations
Par la voix du secrétaire du chef de village de Sérébou, certains habitants des îlots et des bâtis situés
sur l’emprise du tracé retenu ont demandé au consultant des précisions sur le barème
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
Page 22
Décembre 2012
d’indemnisation. La notabilité a aussi exigé que lui soient versés des droits de sacrifice avant
l’entame des travaux de construction du pont. Il s’agit notamment de:
- deux (02) bœufs,
- un bélier blanc,
- un boubou blanc,
- la somme de 101 000 f (cent un mille francs CFA).
La notabilité a également demandé la reconstruction du village et le respect des cinq (05) interdits
ci-après par les travailleurs qui vont arriver :
- interdit d’avoir des rapports sexuels en brousse,
- interdit de puiser l’eau dans le fleuve Comoé à la tombée de la nuit,
- interdit de faire du commerce ambulant à la tombée de la nuit,
- interdit de balayer avant le lever du jour,
- interdit de blesser quelqu’un sciemment à la machette.
Le non respect de ces interdits entraîne, pour l’auteur, le paiement d’une amende allant du poulet au
bœuf selon la gravité de la faute commise.
A toutes ces préoccupations, Docteur GOH Denis a répondu en disant, en ce qui concerne le
procédé d’indemnisation des îlots et des bâtis susceptibles d’être détruits, que cet aspect fera
ultérieurement l’objet d’une mission du Cabinet ICI qui viendra recenser et évaluer ces propriétés.
Quant à la reconstruction du village, Docteur GOH Denis a rétorqué pour dire que cela ne pouvait
se faire que si tout le village avait été détruit dans le cadre du projet. S’agissant des exigences et des
interdits, Docteur GOH Denis a dit en avoir pris bonne note. Il a promis de les transcrire fidèlement
dans son rapport tout en insistant sur le fait qu’il n’a pas de pouvoir de décision.
Après ces échanges, les populations ont exprimé des doléances qui leur paraissent essentielles. Ces
doléances sont, par ordre de priorité décroissant:
- l’électrification du village,
- la construction d’une école primaire,
- la construction d’un dispensaire,
- la construction d’un marché,
- l’embauche des jeunes du village lors des travaux de construction du pont,
- la construction d’une pompe hydraulique.
11H00 : Fin de la réunion
Liste de présence de la réunion de Sérébou
No Nom et prénoms
Fonction/statut
1
Bourahima Sidiki
Chef de village
2
Drissa Yaya
Imam
3
Abou Karamoko
notable
4
Goh Denis
Consultant au cabinet ICI
5
Dien Kouayé Olivier
Assistant du consultant
6
Amadou Morou
notable
7
Daouda Koffi Bakary
notable
8
Hazoumana Sinan
Président des jeunes de Groumania
9
Fotié Kouamé Souleymane
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
contacts
57 16 30 17
48 07 99 27
07 63 48 06
05 53 57 54
04 33 23 53
Page 23
Décembre 2012
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
Daouda Yao
Yaya Yao
Seydou Amadou
Koffi Kouassi Souleymane
Kramo Kouadio Abou
Anzoumana Kouadio Daouda
Ouattara Koffi Sinan
Abdou Kouassi Brahim
Amadou yao Brahim
Morou Kouamé Abdou
Abou Kouassi Amadou
Kromo Kouakou Alassane
Yaya Kouassi
Siriki Morou
Lamine Kouakou Abou
Souleymane Siriki
Anzoumana Kouassi Amadou
Abou Kouakou Siaka
Ahou yaya Salimata
Morou Affoué Djénébou
Adama Adiata
Seydou Bintou
Ouatta Affoué Fatoumata
Ouatta Abdou Aminata
Djedjinan Amena Misso
Ladji Kobena Moro
Amara Kouassi Daouda
Amara Kouassi Adama
Daouda Kobenan Amidou
Adaman Kouadio Amadou
Lazare Adaman
Ouattara Adama
Seydou Fatoumata
Morou Bintou
Assekou Amoin Arramata
Abou Madjara
Yaya Affoué sali
Kramo Aziata
Morou Akissi
Seydou Massara
Samahila Yaha Karidja
Bakari Yao Yaya
48 08 54 30
08 43 50 03
49 98 33 89
57 27 17 96
secrétaire
57 01 44 08
48999814
57184407
Notable de Groumania
57013018
49966057
57068003
57436050
2ème Secrétaire des femmes
Secrétaire des femmes
Rapport d’EIES
Projet de construction d’un ouvrage de franchissement
sur la Comoé à Bassawa
47312347
57163017
06897170
Page 24
Décembre 2012
Agence de Gestion des ROUTES (AGEROUTE)
REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE
ETUDES TECHNICO - ECONOMIQUES ET ENVIRONNEMENTALES DES LE REALISATION DE
L'OUVRAGE D'ART SUR LES FLEUVES COMOE A BASSAWA
Enquête Origine /Destination
Date:
Poste:
Enquêteur:
Nombre de
passagers (y
compris chauffeur) :
Type de véhicule:
Age du Véhicule (Années) :
Tranche horaire: de
à
h00
h00
Origine-Destination et motif de déplacement
Origine du déplacement
Destination finale
Motif de
( d' ou venez vous?)
( ou allez vous?)
déplacement * déplacement *
Fréquence de
Chauffeur
Passager 1
Passager 2
Passager 3
Passager 4
Passager 5
Marchandises transportées (par ordre de priorité)
Marchandises (Nature)
Poids (Tonne)
1
2
3
4
5
Contraintes résultantes de l'absence de l'ouvrage de traversée par ordre de ( 1= faible à 6 = Forte)
Contraintes
Embouteillages - Congestion
Coût élevé du transport
Mauvais état de route
Difficultés d'approvisionnement et de commercialisation des produits
Sécurité
Effets attendus de l'aménagement du pont (par ordre de 1 à 6)
Effets attendus
Gain de Temps
Amélioration des revenus
Faciliter l'approvisionnement en intrants et la commercialisation des produits
Désenclavement de la zone
revalorisation des prix des produits agricoles
Accés + facile aux pays voisins (Ghana)
Code type de véhicules
* Code Motif de déplacement
B: véhicule particulier
C: Pick up
D: Minibus
E: Autocar
F: Camion léger
G: Camion lourd
H: Ensemble articulé
1: Travail
2: Marché,course,commerce
3: Visite familiale
4: Santé, soins
5: Affaires administratives
6: Autres (à préciser)
** Code Fréquence de déplacement
1. tous les jours
2. une à deux fois par semaine
3. une fois par mois
Mars 2012
Août 2011
B
A
LEGENDE
Edition originale
Edition provisoire
Emprise de voie
Plantation d'anacardiers
Propriété de Mr ................
C5
Jmel S.
B.R.A.
J.S.
J.S.
Jmel S.
Jmel S.
O
H1
-3
(4
.0
0x
3.
00 OH
2
)
-3
(4
.
)
OH
3-
x3
.0
0
00
3(
4.0
0)
0x
3.0
UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL
REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE
TP PL OCC
Plan N°
ECH : 1/2000 - 1/200
AFFAIRE N°: 09.42
REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE
Agence de Gestion des ROUTES (AGEROUTE)
ETUDES TECHNICO - ECONOMIQUES ET ENVIRONNEMENTALES DES LE REALISATION DE L'OUVRAGE D'ART SUR LES FLEUVES COMOE A BASSAWA
Poste de Comptage
Date:
Tranche Horaire
Nom de l'Enquêteur:
Tranche horaire
2 ROUES
A
Motocycles
6H - 14H
14H - 22H
VL
B
Véh.
Particuliers
22H - 6H
TC
C
Pick up
D
Minibus
E
Autocar
F
Cam. Léger
POIDS LOURDS
G
H
Cam. Lourd
Ens. Articulé
ANNEXE 1: FICHE DE RECENSEMENT DES IMPACTES
ETUDE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DE L’AMENAGEMENT DE
L’OUVRAGE D’ART SUR LA COMOE A BASSAWA
Fiche de recensement des ménages
Date de
l’enquête…………………………………………………………………………………………………
……………...............
Nom de
l’enquêteur………………………………………………………………………………………………
……………..
N° de
fiche………………………………………………………………………………………………………
……………….
A- IDENTIFICATION DU CHEF DE MENAGE
1- Nom et
prénoms………………………………………………………………………………………………
……………
2- Date et lieu de
naissance……………………………………………………………………………………………
……
3- Sexe…………………….……………………………………………………………………………
……………………...
4- Pièce d’identité
N°……….……………………………………………………………………………………………
…...
(CNI : 1, passeport : 2, permis de conduire : 3, autre :4)
5- Nationalite……..……………………………………………………………………………………
………………………
(Ivoirien : 1, cedeao : 2, autre : 3),
6- Situation
matrimoniale…………………………………………………………………………………………
………….
(Célibataire :1, marié :2, concubinage :3 veuf(ve) :4, divorcé :5)
7- Date d’installation sur le
site…….………………………………………………………………………………………..
(Cout du loyer :1, proximité du lieu de travail :2, autre :3)
8- Nombre de personnes en
charge………………………………………………………………………………………..
B- SITUATION SOCI PROFESSIONNELLE
1- Activité Professionnelle
………………………………………………………………………………………………………
……….
Statut
………………………………………………………………………………………………………
…
Fonctionnaire :1, salarie privé: 2, informel:3; sans emploi:4; autre: 5
3- Lieu de
travail…………………………………………………………………………………………………
…….
4- Revenu
mensuel………………………………………………………………………………………………
…………..
(- de 36000 :1 ; 36000-100.000 : 2; 100.000 à 150.000 :3 ; 151.000 à 200.000 :4 ; 201.000 à
300.000 :5 ; + 300.000 :6
5- Activité
annexe………………………………………………………………………………………………
……….
(- de 36000 :1 ; 36000-100.000 : 2; 100.000 à 150.000 :3 ; 151.000 à 200.000 :4 ; 201.000 à
300.000 :5 ; + 300.000 :6)
2-
C- FONCIER
1- Statut d’occupation du
foncier……………………………………………………………………………..…………….
(Propriétaire :1, locataire :2, bail :3, occupation provisoire :4, autre :5)
2- Montant du loyer en cas de
location……………………………………………………………………………………..
3- Identification du propriétaire en cas de location ou
bail……………………………………………………………….
4- Mode
d’acquisition…………………………………………………………………………………………
………………
(Ministère : 1, Mairie : 2, Filière Coutumière : 3, Héritage : 4, Autre : 5)
Titre de
propriété…………………………………………………………………………………………………
……………..
Titre foncier : 1, lettre d’attribution : 2, attestation d’occupation provisoire : 3, acte notarié : 4,
aucun :
D- Bâti
1- Statut
d’occupation…………………………………………………………………………………………
……………..
(Propriétaire : 1, locataire : 2 mairie: 3, occupation provisoire ; 4, autre : 5)
2- Identification du propriétaire en cas de location
Nom et
prénoms…………………………………………………..……………………………………
……………
Loyer mensuel en cas de location :
………………………………………….……………………………………
3- Date de
construction…………………………………………………………………………………………
……………
4- Type de
construction…………………………………………………………………………………………
……………
(Dur : 1, banco : 2, baraque : 3, autre : 4)
5- Montant des
investissements………………………………………………………………………………………
…….
6- Fonction ou
usage…………………………………………………………………………………………………
………
(Habitation : 1, commerce : 2, mixte : 3)
Nombre de
pièces……………………………………………………………………………………………………
………….
F- CONNAISANCE DU PROJET ET PROPOSITIONS
I- CONNAISANCE DU PROJET
1.
Etes-vous informé des travaux de construction du pont de Bassawa et de ses voies d’accès?
2- Si oui comment avez-vous été
informé ?..............................................................................................................
(par la radio : 1, par la mairie :2, par l’équipe de projet :3 ; autre : 5)
3- Avez-vous des observations à faire sur la réalisation du
projet ?...........................................................................
(Oui : 14, non : 2)
4- Si oui,
lesquelles ?..................................................................................................................................................
.
II – PROPOSITIONS
5 Avez-vous des propositions à faire pour réduire ou minimiser les impacts du projet ?.
(oui : 1 ; non :2)
Si oui,
lesquelles…………………………………………………………………………………………………
…………
1- Type de compensation souhaitez- vous
recevoir ?..................................................................................
2- Où souhaitez vous être
relogé ?...............................................................................................................
3- Donnez par ordre de priorité les équipements que voulez voir réaliser sur le site de relogement.
(École : 1 ; centre de santé : 2 ; borne fontaine : 3 ; autre : 5)
1er choix…………………………………………………….
2ème choix…………………………………………………
3ème choix…………………………………………………….
4ème choix…………………………………………………….
G- VIE ASSOCIATIVE
1 Appartenez-vous à des
associations ?………………………………………………………………………
(oui : 1 ; non :2)
Si oui, lesquelles
Dénomination
Type
Responsable
: LISTE DES ESPECES FAUNIQUES DE LA ZIS DU PROJET
Groupe
Reptiles :
Espèces
- Vipères à corne (Bitis gabonica)
- Serpent cracheur (Naja melanoleuca)
- Margouillat commun (Agama agama)
Rongeurs :
- Rat hérissé (Lophuromys sikapussi)
- Rats rayés d’Afrique (Lemnyscomys striatus)
- Aulacode (Thryonomys swenderianus)
- Rat des marais (Dasymys sp)
Bovidés :
- Guib harnaché (Tragelaphus scriptus
Petits carnivores et insectivores
- Mangouste rouge (Herpestes sanguinea)
- Genette (Genette genetta)
- Musaraigne (Crocidura sp)
Oiseaux
- Tourterelle vineuse (Streptopelia vinacea)
- Crabier chevelu (Ardea ralloïdes)
- Calao à bec noir (Tockus nasutus)
- Euplecte monseigneur (Euplectes hordeaceus)
- Milan noir (Milvus migrans)
Quelques insectes et divers autres
- Fourmi (Megaponera foetens)
petite faune
- Coléoptère (Scarabaeus sacer)
- Scorpion d’eau (Nepa apiculata)
- Larve du criquet (Zonocerus variegatus)
Quelques amphibiens
- Ptychadenidae (Ptychadena bibroni)
- Ptychadenidae: (Ptychadena tournieri)
- Bufonidae: (Amietophrynus maculatus)
Tableau 15: composition du peuplement ichtyologique du fleuve Comoé
FAMILLES
Protopteridae
Polypteridae
Clupeidae
Osteoglossidae
Notopteridae
Mormyridae
Hepsetidae
Characidae
Distichodontidae
Citharinidae
Cyprinidae
ESPECES
Protopterus annectens
Polypterus endlicheri
Polypterus retropinnis
Polypterus palmas palmas
Pellonula leonensis
Pellonula vorax
Heterotis niloticus
Papyrocranus afer
Marcusenius furcidens
Marcusenius senegalensis
Marcusenius ussheri
Mormyrops anguilloides
Mormyrops breviceps
Mormyrus hasselquisti
Mormyrus rume
Petrocephalus bane
Petrocephalus bovei
Petrocephalus pellegrini
Polimyrus isidori
Hepsetus odoe
Alestes baremoze
Brycinus derhami
Brycinus imberi
Brycinus longipinnis
Brycinus macrolepidotus
Brycinus nigricauda
Brycinus nurse
Hydrocynus forskalii
Micralestes acutidens
Micralestes comoensis
Micralestes occidentalis
Rhadbalestes eburneensis
Distichodus rostratus
Nannocharax ansorgii
Nannocharax fasciatus
Neolebias unifasciatus
Citharinus eburneensis
Barbus ablabes
Barbus baudoni
Barbus bigornei
Barbus eburneensis
Barbus callipterus
Comoé
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
-
Bagridae
Schilbeidae
Amphiliidae
Clariidae
Malapteruridae
Mochokidae
Barbus hypsolepis
Barbus leonensis
Barbus macinensis
Barbus macrops
Barbus parawaldroni
Barbus pobeguini
Barbus punctitaeniatus
Barbus sacratus
Barbus subliniatus
Barbus trispilos
Barbus waldroni
Barbus wurtzi
Labeo alluaudi
Labeo coubie
Labeo parvus
Labeo senegalensis
Raiamas nigeriensis
Raiamas senegalensis
Auchenoglanis occident.
Chrysichthys maurus
Chrysichthy nigrodigitatus
Chrysichthys teugelsi
Chrysichthys johnelsi
Parailia pellucida
Schilbe mandibularis
Schilbe intermedius
Amphilius atesuensis
Amphilius platychir
Doumea chappuisi
Phractura clauseni
Clarias anguillaris
Clarias buettikoferi
Clarias ebriensis
Clarias gariepinus
Clarias lamottei
Clarias salae
Heterobranchus isopterus
Heterobranchus longifilis
Malapterurus electricus
Chiloglanis lamottei
Chiloglanis occidentalis
Synodontis bastiani
Synodontis comoensis
Synodontis koensis
Synodontis punctifer
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
-
Cyprinodontidae
Channidae
Centropomidae
Cichlidae
Gobiidae
Eleotridae
Anabantidae
Mastacembelidae
Synodontis schall
Aplocheilichthys maeseni
Aplocheilichthys petersii
Aplocheilichthys schmitti
Aplocheilichthys walkeri
Aplo. nimbaensis
Aplocheilichthys normani
Aplocheilichthys rancureli
Aplocheilichthys pfaffi
Aplocheilichthys schioetzi
Aplo. spilauchen
Aplocheilichthys terofafi
Epiplatys bifasciatus
Epiplatys chaperi
Epiplatys brechtsi
Epiplatys spilargyrerus
Parachanna obscura
Lates niloticus
Chromidotilapia guntheri
Hemichromis bimaculatus
Hemichomis fasciatus
Limbochromiscavallliensis
Oreochromis niloticus
Sarotherodon galilaeus
Sarothero melanotheron
Sarotherodon tournieri
Thysia ansorgii
Tilapia dageti
TIlapia guineensis
Tilapia mariae
Tilapia walteri
Tilapia zillii
Tylochromis jentinki
Chonophorus lateristriga
Nematogobius maindroni
Parasicydiumbandamae
Eleotris senegalensis
Kribia kribensis
Kribia nana
Ctenopoma kingsleyae
Aethiomastacembelus nigromaginatus
Aethiomastacembelus liberiensis
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
-
LISTE DES ESPECES RIPICOLES RENCONTREES DANS LA ZONE DU PROJET
Famille
Anacardiaceae
Apocynaceae
Apocynaceae
Asclepiadaceae
Asteraceae
Asteraceae
Bombacaceae
Caesalpiniaceae
Caesalpiniaceae
Caesalpiniaceae
Caesalpiniaceae
Combretaceae
Combretaceae
Commelinaceae
Convolvulaceae
Cucurbitaceae
Euphorbiaceae
Euphorbiaceae
Euphorbiaceae
Fabaceae
Fabaceae
Fabaceae
Fabaceae
Lamiaceae
Malvaceae
Espèce
Spondias mombin
Holarhena floribunda
Voacanga africana
Pergularia daemia
Chromonaela odorata
Synedrella nodiflora
Ceiba pentandra
Dialium guineense
Mezoneuron benthamianum
Afzelia africana
Cynometra megalophylla
Quisqualis indica
Combretum racemosum
Commelina erecta
Ipomoea triloba
Zehneria capillacea
Mallotus oppositifolius
Croton hirtus
Manihot glaziovii
Pterocarpus santalinoides
Indigofera macrophylla
Centrosema pubescens
Leptoderris fasciculata
Hyptis suaveolens
Sida acuta
Chorologie
GC-SZ
GC-SZ
GC
GC
GC
GC
GC-SZ
GC
GC
GC-SZ
GC-SZ
GC
GC
GC-SZ
GC
GC
GC-SZ
GC
i
GC
SZ
GC
GC
GC-SZ
GC
Biologie Statut
mp
mP
mp
mp
np
Th
MP
mP
mP
mP
Vulnerable A1d
mP
mp
mP
np
Th
np
mp
np
mp
mp
Lower Risk/least concern
np
mp
mp
np
np
Rive
Rive
Sérébou opposée Nom local
X
troman
X
X
X
pakipaki
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Mimosaceae
Mimosaceae
Mimosaceae
Moraceae
Periplocaceae
Sapindaceae
Sapindaceae
Sapindaceae
Solanaceae
Sterculiaceae
Tiliaceae
Ulmaceae
Urticaceae
Vitaceae
Albizia ferruginea
Acacia kamerunensis
Hymenostegia afzelii
Ficus mucuso
Parquetina nigrescens
Cardiospermum grandiflorum
Allophylus africanus
Paullinia pinnata
Solanum erianthum
Cola gigantea
Triumffeta cordifolia
Celtis zenkeri
Pouzolzia guineensis
Cissus producta
GC-SZ
GC
GC
GC
GC
GC
GC-SZ
GC-SZ
GC
GC-SZ
GC
GC
GC
GC
mP
mP
mp
mp
mp
mp
mp
mp
mp
mP
np
mP
np
mp
Vulnerable A1cd
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Djouo maté
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
---------------------------Union – Discipline – Travail
---------------------------MINISTERE DES INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES
----------------------------
SCET TUNISIE / ICI-CI SA
___________________________________________________________________
PROJET DE CONSTRUCTION D’UN
PONT A BASSAWA
ETUDE GEOTECHNIQUE
(Phase APD)
DOSSIER N° 10/DGC/G/0078-1
LABORATOIRE DU BATIMENT ET DES
TRAVAUX PUBLICS
Votre partenaire pour la sécurité et l’économie de vos projets
27 Juin 2012
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Le LBTP SAPFPM reste à votre disposition pour vous donner toutes les informations utiles à la bonne compréhension du présent rapport.
Aussi, à votre demande, le LBTP peut participer à des réunions de chantier pour apporter des éclaircissements sur ce document.
Sans accord préalable de notre part, la reproduction partielle ou intégrale de ce rapport est interdite.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
SOMMAIRE
I. INTRODUCTION ................................................................................................3
II- DESCRIPTION DU SITE ........................................................................................4
II.1 APRECU GEOLOGIQUE ET TOPOGRAPHIQUE .......................................................................................... 4
II.2 SITUATION DU SITE .............................................................................................................................. 4
III - MATERIEL TECHNIQUE…..……………………………………………………………………5
IV – PROGRAMME DE LA RECONNAISSANCE GEOTECHNIQUE .................................5
V. RESULTATS DES SONDAGES ET ESSAIS..........................................................6
V.1 NATURE DES SOLS TRAVERSES .............................................................................................................. 6
V.2 NAPPE PHREATIQUE ............................................................................................................................. 8
V.3 ESSAIS PRESSIOMETRIQUES .................................................................................................................. 9
VI. POSSIBILITES DE FONDATION ...................................................................15
VI.1 STABILITE DU REMBLAI D’ACCES .......................................................................................................15
VI.2 TASSEMENT TOTAL DU AU REMBLAI D’ACCES ....................................................................................16
VI.3 FONDATIONS DE L’OUVRAGE .............................................................................................................18
VI.4 ANCRAGE MINIMAL DES PIEUX ...........................................................................................................18
VI.5 EFFORT DE POINTE............................................................................................................................18
VI.6 FROTTEMENT LATERAL.....................................................................................................................21
VI.7 CHARGE LIMITE DU PIEU....................................................................................................................24
VII. CONCLUSIONS ..........................................................................................27
2
I. INTRODUCTION
En exécution de la convention signée le 11 Mars 2010 pour le compte du bureau d’études
Ingénierie Conseil en Infrastructures (ICI), le Laboratoire du Bâtiment et des Travaux
Publics (LBTP) a procédé à la reconnaissance géotechnique de 03 ponts à construire
localisés à BASSAWA, KOUIBLY et de KANI.
La présente étude géotechnique réalisée à Bassawa et entamée en phase d’Avant-Projet
Sommaire (APS), avait donné les principales conclusions suivantes :
-
Nature des sols en place : De façon générale les sondages à la tarière manuelle
T1 et T2 avaient mis en évidence respectivement sous de la terre végétale
d’épaisseur 0,15 m et 0,20 m, du graveleux latéritique grisâtre et de l’argile friable
marron jusqu’à 1 m de profondeur. Un refus à la tarière manuelle a été par la suite
enregistré à 1 m de profondeur.
Du fait de la compacité des sols en place, les prélèvements d’échantillons intacts
n’ont pu être exécutés.
-
Profondeur de la nappe phréatique : Elle n’a pas été rencontrée jusqu’au refus
des sondages exécutés. Elle se situe vraisemblablement au-delà des profondeurs
sondées.
-
Compacité des sols en place : Les sols en place étaient globalement compacts à
très compacts avec quelques horizons moyennement compacts et peu compacts à
la surface jusqu’à 0,20 m de profondeur. Le refus à la pénétration dynamique a été
observé à 12,20 m et à 6,80 m respectivement en PD1 et en PD2.
-
Profondeur probable du toit du rocher : Le toit du rocher, au vu des refus
enregistrés semblait se situer aux profondeurs résumées dans le tableau ci-après :
Profondeur probable du toit du
rocher par rapport au TN (m)
Coté BASSAWA
Coté SANDEGUE
6,80
12,20
Le projet consiste en la construction d’un ouvrage d’art devant permettre le
franchissement aérien du fleuve COMOE dans le sens Bassawa – Sandégué.
Les caractéristiques dimensionnelles de l’ouvrage projeté selon les plans fournis par ICI
sont les suivantes :
-
Longueur totale : 150 m ;
-
Nombre d’appuis : 05 (2 culées + 3 piles) ;
-
Nombre de travées : 04 ;
3
-
Longueur moyenne d’une travée :
€
-
Travée de rive et intermédiaire : 37 m.
Type de fondations :
€
pieux forés de diamètre 1200 mm : C1, P2 et C5
€
fondations superficielles sur du gros béton : P3 et P4.
L'intervention du LBTP couvre les missions géotechniques du type G0 et G1-2
conformément à la norme française NFP 94-500 de juin 2000.
Mission G0
€ la nature des différents terrains rencontrés ;
€ leurs caractéristiques mécaniques et géométriques ;
€ le niveau d’eau relevé dans les sondages.
Mission G1-2 phases 1 et 2
€ la profondeur d’ancrage des fondations ;
€ les contraintes de calcul ;
€ les tassements.
En outre, elle doit permettre de mieux dimensionner les appuis concernés (ancrage,
contrainte, charges nominales et tassements etc…)
Le présent rapport fait la synthèse des résultats obtenus à l’issue de l’exécution des
sondages pressiométriques sur les différents appuis de l’ouvrage.
II- DESCRIPTION DU SITE
1. Aperçu géologique et topographique
La carte géologique de la côte d’Ivoire au 1/ 1.000.000e situe la région de BASSAWA
dans les granites du précambrien moyen. Sur le plan topographique, les côtes du terrain
naturel dans l’axe de l’ouvrage sont comprises entre +149,79 et +163,40.
2. Situation du site
Le site du projet se trouve sur l’axe routier Bassawa – Sandégué.
4
III - MATERIEL TECHNIQUE
Le matériel technique utilisé pour l’exécution des sondages est constitué de :
€
Une sondeuse APAFOR 340 dont les caractéristiques techniques sont les
suivantes :
o Moteur thermique diesel : DEUTZ ;
o Puissance : 31 KW (41 CV) ;
o Couple maximum : 190 daNm ;
o Vitesse de rotation maximum : 100 Trs/mn – 480 Trs/mn avec tête de
rotation rapide.
€
Les accessoires pour prélèvement et de carottage ;
€
Un atelier pressiométrique complet de type MENARD.
IV – PROGRAMME DE LA RECONNAISSANCE GEOTECHNIQUE
En phase Avant - Projet Sommaire, le programme de la reconnaissance géotechnique,
défini en accord avec le client, a consisté en l’exécution de :
- 01 essai de pénétration dynamique descendu à 20 m de profondeur ou au refus sur
chaque accès de l’ouvrage (rive droite et rive gauche) ;
- 01 forage de 10 m de profondeur ou au refus associé à l’essai de pénétration dynamique
pour chaque ouvrage.
Au stade de l’Avant - Projet Détaillé, le programme de la reconnaissance géotechnique,
défini en accord avec le client, consiste pour sa part en l’exécution de :
-
Un (01) sondage pressiométrique descendu à 30 m de profondeur ou au refus par
rapport au terrain naturel sous chacun des 05 appuis de l’ouvrage.
-
Des
prélèvements
d’échantillons
intacts
pour
essais
oedométriques
et
d’identifications en laboratoire dans les sols compressibles.
Soit au total pour l’ensemble du site :
- 02 tarières manuelles descendues à 10 m de profondeur ou au refus ;
5
- 02 essais de pénétration dynamique lourde descendus à 20 m de profondeur ou au
refus ;
- 05 sondages pressiométriques descendus à 30 m de profondeur ou au refus.
V. RESULTATS DES SONDAGES ET ESSAIS
1. Nature des sols traversés
Les coupes de terrain obtenues lors de l’exécution des forages pour les essais
pressiométriques figurent en fin de rapport (voir GR1 à GR5).
L’examen de ces coupes permet de retenir les profils suivants :
Culée n°1 (C1)
Sondage SP1 :
0,00 – 0,50 m : Sable argileux noirâtre ;
0,50 – 1,50 m : Sable argileux brun ;
1,50 – 6,50 m : Sable argileux grisâtre ;
6,50 – 9,50 m : Argile schisteuse ;
9,50 – 16,5 m : Argile verdâtre ;
16,5 – 17,5 m : Roche granitique.
Refus enregistré à 17,5 m de profondeur par rapport au niveau de la plate-forme actuelle
dans la roche granitique.
Appui n°2 (P2)
Sondage SP2 :
0,00 – 2,50 m : Sable graveleux rougeâtre ;
2,50 – 6,50 m : Argile verdâtre ;
6,50 – 8,50 m : Argile rougeâtre ;
8,50 – 9,10 m : Arène granitique.
Refus enregistré à 9,10 m de profondeur par rapport au niveau de la plate-forme actuelle
dans de l’arène granitique.
6
Appui n°3 (P3)
Sondage SP3 :
0,00 – 1,50 m : Sable graveleux rougeâtre ;
1,50 – 3,50 m : Argile peu graveleuse ;
3,50 – 4,00 m : Arène granitique.
Refus enregistré à 4,00 m de profondeur par rapport au niveau de la plate-forme actuelle
dans de l’arène granitique.
Appui n°4 (P4)
Sondage SP4 :
0,00 – 1,00 m : Vase ;
1,00 – 2,50 m : Argile verdâtre ;
2,50 – 3,10 m : Arène granitique.
Refus enregistré à 3,10 m de profondeur par rapport au niveau de la plate-forme actuelle
dans de l’arène granitique.
Culée n°2 (C5)
Sondage SP5 :
0,00 – 0,30 m : Terre végétale ;
0,30 – 3,00 m : Sable argileux jaunâtre ;
3,00 – 8,50 m : Sable argileux brun ;
8,50 – 15,0 m : Sable argileux graveleux grisâtre ;
15,0 – 20,5 m : Argile sableuse grisâtre + gravats ;
20,5 – 25,0 m : Argile sableuse beige.
7
Les différentes coupes des sondages pressiométriques ont mis en évidence une couche
de roche granitique dont la profondeur et la côte du toit du rocher par appuis sont
consignées dans le tableau ci – après :
Culées / Appuis
C1
P2
P3
P4
C5
Profondeur de la roche (m)
16,5
> 9,10
> 4,00
> 3,10
> 25
Côte terrain naturel
163,4
+148,4
+150,5
+151
+163,4
> 146,9
> 139,3
> 146,5
> 147,9
> 138,4
Côte toit du rocher / T.N
2. Nappe phréatique
Lors de notre intervention la nappe phréatique au niveau de la culée C1 et C5 a été
rencontrée aux profondeurs suivantes par rapport au terrain existant :
Culée
Profondeur de la nappe (m)
Côte du terrain naturel
Cote de la nappe
13,50
+163,4
+149,9
C5
Elle n’a pas été rencontrée lors du forage réalisé au droit de la culée C1, elle se situe
vraisemblablement au-delà des profondeurs explorées.
Les hauteurs d’eau mesurées au droit des sondages réalisés en eau sont consignées
dans le tableau suivant :
Appui
Hauteur d’eau (m)
P2
1,10
P3
2,50
P4
1,90
8
3. Essais pressiométriques
a) Mode opératoire
Les sondages ont été exécutés à l’aide d’une sondeuse APAFOR 450 montée sur une
plateforme de travail.
Le forage et les essais pressiométriques sont réalisés conformément aux prescriptions de
la norme française NFP 94-110 de Juillet 1991.
L’essai pressiométrique est un essai de chargement du sol, qui consiste à introduire dans
un forage calibré de 60 mm à 44 mm une sonde cylindrique dilatable radialement.
On étudie les variations de volume de la sonde en fonction de la pression appliquée. Pour
chaque niveau testé, on dispose d’un diagramme pression – volume qui permet de
déterminer la relation entre la pression appliquée et le déplacement de la paroi de la
sonde.
Ceci permet d’obtenir les paramètres suivants, nécessaires aux calculs des fondations :
• La pression limite (Pl) ;
• Le module pressiométrique (E) déterminé dans la phase pseudo-élastique de
l’essai.
b) Natures des sols rencontrés
Les profils pressiométriques représentatifs de la variation du module pressiométrique (E)
et de la pression limite nette (Pl) en fonction de la profondeur figure en annexe de la
présente note (Voir GR1 à GR5).
L’examen de ces graphiques permet de retenir les profils suivants :
Culée C1 (SP1)
0,50 m – 1,50 m :
les caractéristiques pressiométriques sont égales à :
9
E = 19,5 MPa
Pl = 0,77 MPa
E
„ 25,3
Pl
1,50 m – 3,00 m :
Sable argileux brun moyennement
•
‚
‚
ƒ
‚
‚
…
compact
catégorie
2
surconsolidé serré.
1
2
€ „
les caractéristiques pressiométriques diminuent avec la profondeur :
Sable
•
21 MPa † E † 31, 6 MPa ‚
‚
0,58 MPa † Pl † 0, 72 MPa ƒ
‚
E
‚
36,4 † † 44
…
Pl
3,00 m – 6,50 m :
de
argileux
moyennement
grisâtre
compact
de
catégorie 1 à 2 surconsolidé serré.
1
2
€ „
les caractéristiques pressiométriques varient irrégulièrement avec
la profondeur :
Sable
•
32,6 MPa † E † 57,5 MPa ‚
‚
0,80 MPa † Pl † 1, 47 MPa ƒ
‚
E
‚
25,8 † † 72,1
Pl
…
6,50 m – 9,50 m :
les
caractéristiques
argileux
moyennement
grisâtre
compact
de
catégorie 2 surconsolidé serré.
1
2
€ „
pressiométriques
augmentent
avec
la
profondeur :
•
55,2 MPa † E † 83,8 MPa ‚
‚
1,12 MPa † Pl † 1, 44 MPa ƒ
‚
E
‚
43,4 † † 59,3
Pl
…
9,50 m – 11,0 m :
les
caractéristiques
Argile
schisteuse
ferme
de
catégorie 2 surconsolidée serrée.
€ „1
pressiométriques
diminuent
avec
la
profondeur :
18,5 MPa † E † 31, 4 MPa
1,49 MPa † Pl † 1,84 MPa
E
12,5 † † 17,1
Pl
•
‚
‚
ƒ
‚
‚
…
Argile verdâtre ferme de catégorie
2
normalement
consolidée
à
surconsolidée serrée.
2
† € † 1
3
10
11,0 m – 16,5 m :
les
caractéristiques
pressiométriques
varient
peu
avec
la
profondeur :
•
38,4 MPa † E † 87, 4 MPa ‚
‚
1,59 MPa † Pl † 1,89 MPa ƒ
‚
E
‚
21,5 † † 42,9
Pl
…
16,5 m – 17,5 m :
les
caractéristiques
Argile verdâtre ferme de catégorie
2 surconsolidée serrée.
€ „1
pressiométriques
varient
peu
avec
la
profondeur :
Roche
•
E = 117,5 MPa ‚
‚
Pl = 2, 42 MPa ƒ
‚
E
‚
„ 48, 6
Pl
…
très
peu
fracturée
de
catégorie 3.
€ „
2
3
Appui P2 (SP2)
0,00 m – 2,50 m :
les caractéristiques pressiométriques diminuent avec la profondeur :
•
20,4 MPa † E † 43,3 MPa ‚
‚
0,61 MPa † Pl † 0,93 MPa ƒ
‚
E
‚
21,9 † † 71
Pl
…
2,50 m – 4,00 m :
les
caractéristiques
Sable graveleux rougeâtre lâche de
catégorie 1 à 2 surconsolidé serré.
€ „
1
2
pressiométriques
augmentent
avec
la
profondeur :
•
44,8 MPa † E † 97 MPa ‚
‚
1,17 MPa † Pl † 1, 24 MPa ƒ
‚
E
‚
36 † † 83,1
…
Pl
4,00 m – 6,50 m :
les
caractéristiques
Argile verdâtre ferme de catégorie 2
surconsolidée serrée.
€ „1
pressiométriques
diminuent
avec
la
profondeur :
11
•
47,2 MPa † E † 56,8 MPa ‚
‚
1,26 MPa † Pl † 1, 29 MPa ƒ
‚
E
‚
37,3 † † 44
Pl
…
6,50 m – 8,50 m :
les
caractéristiques
Argile verdâtre ferme de catégorie 2
surconsolidée serrée.
€ „1
pressiométriques
diminuent
avec
la
profondeur :
48 MPa † E † 51,9 MPa
1,47 MPa † Pl † 1,54 MPa
E
31,2 † † 35,3
Pl
8,50 m – 9,10 m :
•
‚
‚
ƒ
‚
‚
…
Argile rougeâtre ferme de catégorie 2
surconsolidé serrée.
€ „1
les caractéristiques pressiométriques sont égales à :
•
E = 117,5 MPa ‚
‚
Pl = 2, 42 MPa ƒ
‚
E
‚
„ 48, 6
Pl
…
Arène granitique de catégorie 3.
€ „1
Appui P3 (SP3)
0,00 m – 1,50 m :
les caractéristiques pressiométriques sont égales à :
•
E = 52,7 MPa ‚
‚
Pl = 0,57 MPa ƒ
‚
E
‚
„ 92,5
Pl
…
1,50 m – 3,50 m :
Sable graveleux rougeâtre lâche de
catégorie 3 surconsolidé serré.
€ „
1
2
les caractéristiques pressiométriques augmentent en général avec
la profondeur :
•
69,7 MPa † E † 76,8 MPa ‚
‚
0,71 MPa † Pl † 1, 77 MPa ƒ
‚
E
‚
43,4 † † 98,5
Pl
…
Argile peu graveleuse ferme de
catégorie 2 surconsolidée serrée.
€ „1
12
Appui P4 (SP4)
0,00 m – 1,00 m :
les caractéristiques pressiométriques sont égales à :
Vase noirâtre molle de catégorie 1
•
E = 1,6 MPa ‚
‚
Pl = 0,06 MPa ƒ
‚
E
‚
„ 27,8
Pl
…
1,00 m – 2,50 m :
surconsolidé serrée.
€ „1
les caractéristiques pressiométriques sont égales à :
Argile verdâtre molle de catégorie 1
•
E = 40 MPa ‚
‚
Pl = 0,67 MPa ƒ
‚
E
‚
„ 59,9
Pl
…
2,50 m – 3,10 m :
surconsolidée serrée.
€ „1
les caractéristiques pressiométriques sont égales à :
Arène granitique de catégorie 2.
•
E = 68,5 MPa ‚
‚
Pl = 1, 49 MPa ƒ
‚
E
‚
„ 46
Pl
…
€ „1
Culée C5 (SP5)
0,30 m – 3,00 m :
les caractéristiques pressiométriques varient irrégulièrement avec
la profondeur
8, 6 MPa † E † 25, 7 MPa
0,91 MPa † Pl † 1, 04 MPa
E
8,2 † † 28,1
Pl
•
‚
‚
ƒ
‚
‚
…
Sable
argileux
moyennement
catégorie
2
jaunâtre
compact
de
normalement
consolidé à surconsolidé serré.
1
1
† € †
3
2
13
3,00 m – 8,50 m :
les caractéristiques pressiométriques augmentent en général avec
la profondeur :
•
5,4 MPa † E † 12,1 MPa ‚
‚
1,08 MPa † Pl † 1, 22 MPa ƒ
‚
E
‚
5 † † 11
Pl
…
8,50 m – 10,0 m :
Sable argileux brun moyennement
compact de catégorie 2 surconsolidé
lâche à normalement consolidé.
€„
1
3
les caractéristiques pressiométriques varient irrégulièrement avec la
profondeur :
•
9,2 MPa † E † 11, 4 MPa ‚
‚
0,84 MPa † Pl † 0,98 MPa ƒ
‚
E
‚
9,4 † † 13,5
Pl
…
Sable argileux graveleux grisâtre
moyennement
catégorie
compact
2
de
normalement
consolidé à surconsolidé serré.
1
1
† € †
3
2
10,0 m – 13,0 m :
les
caractéristiques
pressiométriques
augmentent
avec
la
profondeur :
•
10,3 MPa † E † 18,1 MPa ‚
‚
0,89 MPa † Pl † 1,04 MPa ƒ
‚
E
‚
9,9 † † 18,1
Pl
…
Sable argileux graveleux grisâtre
moyennement
compact
de
catégorie 2 normalement consolidé
à surconsolidé serré.
1
1
† € †
3
2
13,0 m – 15,0 m :
les caractéristiques pressiométriques diminuent peu avec la
profondeur :
•
8,8 MPa † E † 9 MPa ‚
‚
1,19 MPa † Pl † 1, 29 MPa ƒ
‚
E
‚
7 † † 7, 4
Pl
…
Sable argileux graveleux grisâtre
moyennement
compact
de
catégorie 2 normalement consolidé.
€„
1
3
14
15,0 m – 20,5 m :
les caractéristiques pressiométriques varient irrégulièrement avec la
profondeur :
•
‚
9 MPa † E † 14 MPa
‚
0,81 MPa † Pl † 1,18 MPa ƒ
‚
E
‚
7,6 † † 14,3
Pl
…
20,5 m – 25,0 m :
Argile sableuse grisâtre + gravats
ferme de catégorie 2 surconsolidée
lâche à normalement consolidée.
1
2
† € †
2
3
les caractéristiques pressiométriques diminuent puis augmentent
avec la profondeur :
•
8,1 MPa † E † 13,8 MPa ‚
‚
1,05 MPa † Pl † 1, 29 MPa ƒ
‚
E
‚
7 † † 12,9
Pl
…
Argile sableuse beige ferme de
catégorie
2
normalement
consolidée à surconsolidée lâche.
1
2
† € †
2
3
VI. POSSIBILITES DE FONDATION
1. Stabilité du remblai d’accès
1.1 Caractéristiques du remblai
Nous résumons ci-dessous les principales caractéristiques des remblais d’accès que nous
supposons être réalisés avec du graveleux latéritique ( € r estimé à 2 t/m3), avec des
pentes de 2V/3H.
Remblai
Coté Sandegué
Coté Bassawa
Hauteur de remblai (m)
5,62
7,00
1,1
1,4
Contrainte maximale apportée
par le remblai qr (bar)
N.B : Les hauteurs projets des remblais ont été déterminées à partir des plans fournis par
SCET TUNISIE / ICI.-CI
15
1.2 Etude de la stabilité du remblai d’accès
Les remblais d’accès sont assimilés à des fondations superficielles assises directement
sur les sols en place. La contrainte de rupture des sols en place est déterminée par la
formule qu = kp x Ple, avec :
qu
: contrainte ultime ;
Kp
: facteur de portance ;
Ple
: Pression limite nette équivalente. Elle est égale à la moyenne géométrique des
pressions sur une profondeur égale à 1,5 B (B largeur de la semelle) sous la semelle. Les
pressions limites étant toutefois plafonnées à 1,5 fois leur valeur minimale sur la
profondeur envisagée.
-
Côté Bassawa (SP1)
On détermine Ple = 8,3 bars ;
qu = 0,8 x 8,3 = 6,64 bars.
Le coefficient de sécurité vis-à-vis du poinçonnement (Fs) est le suivant :
FS „
-
q u 6, 64
„
„ 4, 70 ‡ 1,5
q r 1, 40
Côté Sandégué (SP5)
On détermine Ple = 10,4 bars ;
qu = 0,8 x 10,4 = 8,32 bars.
Le coefficient de sécurité vis-à-vis du poinçonnement (Fs) est le suivant :
FS „
q u 8,32
„
„ 7,56 ‡ 1,5
q r 1,10
Il n’y a donc pas de risque de poinçonnement des sols de fondations au niveau des
remblais d’accès.
2. Tassement total dû au remblai d’accès
L’estimation de l’amplitude du tassement total dû au remblai d’accès est évaluée par la
méthode pressiométrique à l’aide de la relation ci-dessous :
W „
‰
€ i ˆ q i ˆ hi
Ei
16
Où :
€i : Coefficient rhéologique de la couche i ;
qi : Pression verticale due à la surcharge apportée par le remblai dans le plan médian de
la couche i ;
hi : Epaisseur de la couche i ;
Ei : Module pressiométrique de la couche i (Moyenne harmonique).
Les résultats obtenus sont résumés dans les tableaux ci-dessous :
-
Remblai côté Bassawa
hi
Ei
qi
(m)
(bar)
(bar)
0,50
1,0
195
1,24
0,31
Sable argileux grisâtre
0,50
5,0
340
1,04
0,76
3
Argile schisteuse
1,00
3,0
683
0,97
0,43
4
Argile verdâtre
0,67 – 1,00
7,0
549
0,82
0,70<W<1,04
Couche
Profondeur (m)
ai
1
Sable argileux brun
2
Tassement total S (cm)
-
W i (cm)
2,20<W<2,54
Remblai côté Sandégué
hi
Ei
qi
Couche
Profondeur (m)
ai
1
Sable argileux jaunâtre
0,33 – 0,50
2,7
9,60
1,09
1,01<W<1,53
2
Sable argileux brun
0,33
5,5
11,20
1,04
1,16
0,33 – 0,50
6,5
10,15
0,97
2,05<W<3,10
0,50 – 0,67
5,5
10,30
0,85
2,27<W<3,04
0,50 – 0,67
4,5
11,20
0,83
1,67<W<2,23
3
4
5
Sable argileux graveleux
grisâtre
Argile sableuse grisâtre
+ gravats
Argile sableuse beige
(m)
(MPa) (bar)
Tassement total S (cm)
W i (cm)
8,16<W<11,1
N.B : Le coefficient qi est déterminé à l’aide de l’abaque de OSTERBERG.
17
Le tassement total déterminé au niveau des culées C1 et C5 est résumé ci-après :
Culées
C1 (Bassawa)
C5 (Sandégué)
Tassements (cm)
2,20<W<2,54
8,16<W<11,1
3. Fondations de l€ouvrage
Les résultats obtenus aux essais au pressiomètre Menard, de même que le type
d’ouvrage projeté (Pont de Bassawa) permettent d’envisager des solutions de fondations
profondes.
Selon les plans mis à notre disposition par ICI, l’ouvrage projeté est prévu sur des pieux. Il
est prévu 02 pieux au niveau de chaque appui de l’ouvrage.
En l’absence de données sur la descente de charges et d’informations sur le diamètre des
pieux, nous envisagerons des pieux forés de diamètre • 1200.
4. Ancrage minimal des pieux
Appuis
Essais
C‚te du terrain
naturel
Ancrage minimal
Profondeur
Nature des sols
C‚te
/ T.N (m)
C1
SP1
+161,25
17,00
+144,25
Roche granitique
P2
SP2
+154,68
10,0
+144,68
Arène granitique
P3
SP3
+152,27
5,00
+147,27
Arène granitique
P4
SP4
+155,28
4,00
+151,28
Arène granitique
C5
SP5
+163,40
> 25,00
> + 138,4
argile sableuse
5. Effort de pointe
L’effort de pointe ou encore la charge de pointe noté Qp est défini par la relation suivante :
Q p „ k ˆ ple ˆ A
Avec :
- K : facteur de portance dépendant de la catégorie du sol, de la profondeur d’ancrage et
du diamètre de la fondation.
18
- Ple : pression limite €quivalente du terrain. La pression limite €quivalente Ple est donn€e
par la formule :
P le „
3
P l1 ˆ P l 2 ˆ P l 3
O• :
Pl1 : Pression limite mesur€e ‚ 1,00 m au-dessus de la base du puits ;
Pl2 : Pression limite mesur€e au niveau de la base du puits ;
Pl3 : Pression limite mesur€e ‚ 1,00 m en-dessous de la base du puits.
- A : Section du pieu :
A„
•
ˆ‚2
4
ƒ : Diam„tre du pieu.
SP1
Profondeur
d…ancrage (m)
Facteur de portance k
Ple (bar)
ƒ 1200
17,00
20,7
1,5
SP2
Profondeur
d…ancrage (m)
Facteur de portance k
Ple (bar)
ƒ 1200
10,00
16,8
1,5
SP3
Profondeur
d…ancrage (m)
Facteur de portance k
Ple (bar)
ƒ 1200
5,00
19,2
1,5
19
SP4
Profondeur
d…ancrage (m)
Facteur de portance k
Ple (bar)
ƒ 1200
4,00
19,7
1,5
SP5
Profondeur
d…ancrage (m)
Facteur de portance k
Ple (bar)
ƒ 1200
15,00
12,16
1,4
16,00
10,43
1,4
17,00
9,65
1,4
18,00
9,65
1,4
19,00
10,87
1,4
20,00
11,27
1,4
24,00
10,92
1,4
Les efforts de pointe QP pour des pieux for€s tub€s sont donn€s dans les tableaux
suivants :
SP1
Profondeur
Ple (bar)
d€arrƒt des pieux
• 1200
k
qP (bar)
QP (t)
1,5
31,05
351
(m)
17,00
20,7
20
SP2
Profondeur
Ple (bar)
d€arrƒt des pieux
• 1200
k
qP (bar)
QP (t)
1,5
25,2
285
(m)
10,00
16,8
SP3
Profondeur
Ple (bar)
d€arrƒt des pieux
• 1200
k
qP (bar)
QP (t)
1,5
28,8
326
(m)
19,2
18,00
SP4
Profondeur
Ple (bar)
d€arrƒt des pieux
• 1200
k
qP (bar)
QP (t)
1,5
29,55
334
(m)
19,7
4,00
SP5
Profondeur
Ple (bar)
d€arrƒt des pieux
• 1200
k
qP (bar)
QP (t)
(m)
15,00
12,16
1,4
17,00
192
16,00
10,43
1,4
14,60
165
17,00
9,65
1,4
13,50
153
18,00
9,65
1,4
13,50
153
19,00
10,87
1,4
15,20
172
20,00
11,27
1,4
15,80
180
24,00
10,92
1,4
15,29
173
6. Frottement lat„ral
Le frottement latéral est déterminé à l’aide de la formule ci-dessous :
21
QS „ • ˆ ‚ ˆ
Š‰ q
si
ˆ hi
‹
Avec :
QS : Frottement latéral ;
qsi : Frottement latéral unitaire de la couche i. Il dépend de la pression limite équivalente
Ple de la couche, de la classe du sol et du type de pieu considéré ;
hi : Longueur du pieu dans la couche i.
SP1
Niveau
Epaisseur
Ple
Catégorie
Courbe
qsi
(m)
(m)
(MPa)
du sol
0,00 – 1,50
1,00
0,76
B
Q2
5,1
1,50 – 6,50
5,00
0,78
B
Q2
5,1
6,50 – 9,50
3,00
1,23
C
Q2
6,7
9,50 – 16,5
7,00
1,61
C
Q2
7,8
Courbe
qsi
(t/m2)
SP2
Niveau
Epaisseur
Ple
Catégorie
(m)
(m)
(MPa)
du sol
0,00 – 2,50
2,50
0,74
A
Q1
3
2,50 – 6,50
4,00
1,23
B
Q2
6,7
6,50 – 8,50
2,00
1,49
B
Q2
7,3
Courbe
qsi
(t/m2)
SP3
Niveau
Epaisseur
Ple
Catégorie
(m)
(m)
(MPa)
du sol
0,00 – 1,50
1,50
0,56
C
Q3
4,1
1,50 – 3,50
2,00
1,00
B
Q2
5,9
2
(t/m )
22
SP4
Niveau
Epaisseur
Ple
Cat€gorie
Courbe
qsi
(m)
(m)
(MPa)
du sol
0,00 † 1,00
1,00
0,05
A
Q1
0
1,00 † 2,50
1,50
0,66
A
Q1
3
Courbe
qsi
(t/m2)
SP5
Niveau
Epaisseur
Ple
Cat€gorie
(m)
(m)
(MPa)
du sol
0,00 † 3,00
3,00
0,96
B
Q1
3,5
3,00 † 8,50
5,50
1,08
B
Q2
6,4
8,50 † 15,0
6,50
1,02
B
Q2
6,4
15,0 † 20,0
5,00
1,04
B
Q1
3,8
20,0 † 24,0
4,00
1,12
B
Q1
4
(t/m2)
Les valeurs du frottement lat€ral Qs sont indiqu€es dans le tableau ci-dessous :
Profondeur d’arrêt des
pieux
(m)
SP1
QS (t)
ƒ 1200
17,00
397
Profondeur d’arrêt des
SP2
pieux
(m)
QS (t)
ƒ 1200
10,00
185
Profondeur d’arrêt des
SP3
pieux
QS (t)
23
(m)
ƒ 1200
5,00
67,6
Profondeur d’arrêt des
SP4
pieux
QS (t)
(m)
ƒ 1200
4,00
16,96
Profondeur d’arrêt des
SP5
pieux
QS (t)
(m)
ƒ 1200
15,00
337
16,00
352
17,00
367
18,00
381
19,00
398
20,00
415
24,00
431
7. Charge limite du pieu
En consid€rant que les pieux sont isol€s sous un chargement axial et travaillent en
compression avec une mise en ‡uvre sans refoulement (pieu for€ tub€), la charge limite
du pieu Ql est donn€e par les relations suivantes :
Charge limite du pieu Ql
Etat Limite Ultime (ELU)
Q ELU „ 0, 50 ˆ Q P Œ 0, 75 ˆ Q S
Etat Limite de Service (ELS)
Q ELS „ 0, 33 ˆ Q P Œ 0, 5 0 ˆ Q S
Charge limite du pieu Ql
Q l „ M in ( Q ELU ; Q ELS )
24
Les valeurs des charges limites des pieux sont récapitulées ci-dessous :
SP1
Profondeur
d’arrêt des
pieux (m)
17,00
‚ 1200
QP
QS
QELS
QELU
Ql
(t)
(t)
(t)
(t)
(t)
351
397
473
314
314
SP2
Profondeur
d’arrêt des
pieux (m)
10,00
‚ 1200
QP
QS
QELS
QELU
Ql
(t)
(t)
(t)
(t)
(t)
285
185
281
187
187
SP3
Profondeur
d’arrêt des
pieux (m)
5,00
‚ 1200
QP
QS
QELS
QELU
Ql
(t)
(t)
(t)
(t)
(t)
326
67,6
214
141
141
SP4
Profondeur
d’arrêt des
pieux (m)
4,00
‚ 1200
QP
QS
QELS
QELU
Ql
(t)
(t)
(t)
(t)
(t)
334
16,96
180
119
119
25
SP5
Profondeur
d’arrêt des
‚ 1200
QP
QS
QELS
QELU
Ql
(t)
(t)
(t)
(t)
(t)
15,00
184
337
229
345
229
16,00
190
352
239
359
239
17,00
202
367
250
376
250
18,00
210
381
260
391
260
19,00
172
398
256
385
256
20,00
180
415
267
401
267
24,00
173
431
273
410
273
pieux (m)
Nous résumons ci-après les principaux résultats obtenus pour des pieux forés de diamètre
• 1200 :
Appuis
Ancrage minimal
Charges nominales
Q l (t )
… retenir
Profondeur
C‚te
QELU (t)
QELS (t)
† 1200
/ T.N (m)
C1
17,00
+144,25
473
314
314
P2
10,0
+144,68
281
187
187
P3
5,00
+147,27
214
141
141
P4
4,00
+151,28
180
119
119
C5
> 25,0
> + 138,4
267
401
267
26
VII. CONCLUSIONS
Les sondages et essais pressiométriques réalisés au droit des appuis du pont de
BASSAWA ont permis de mettre en évidence :
Nature des sols traversés : Les coupes de terrain obtenues lors de l’exécution des
€
forages mettent en évidence :
-
Berges : sous de la terre végétale, du
sable argileux jusqu’à la profondeur
maximale de 15,00 m puis de l’argile sableuse jusqu’à l’arrêt contractuel des
sondages à 25 m de profondeur par rapport au terrain naturel. Du côté de
Bassawa, le rocher a été rencontré à partir de 16,5 m par rapport au terrain naturel
existant.
-
Lit du cours d’eau : du sable graveleux d’épaisseur maximale 2,50 m, de l’argile
sableuse sur une profondeur maximale de 8,50 m, puis un refus a été enregistré
dans de l’arène granitique.
€
Nappe phréatique : Lors de notre intervention, elle se situait à 13,50 m de
profondeur par rapport à la plateforme existante, comme résumé ci-après :
Culée
Profondeur de la nappe (m)
Côte du terrain naturel
Cote de la nappe
13,50
+163,4
+149,9
C5
€
Stabilité du remblai d’accès :
L’examen de la stabilité du remblai d’accès à l’ouvrage a conduit aux résultats suivants :
Culées
C1 (Bassawa)
C5 (Sandégué)
Hauteur max (m)
7,00
5,62
Coefficient de sécurité (Fs)
4,70
7,56
Tassements (cm)
2,20<W<2,54
8,16<W<11,1
Le tassement total dû au remblai au niveau de la culée C1 sera compris entre 2,20 et 2,54
cm tandis que celui au niveau de la culée C5 sera compris entre 8,16 et 11,1 cm.
27
€
Type de fondation et charge limite des pieux
L’on retiendra, pour des fondations profondes de type pieux forés de diamètre • 1200 et
ancrés selon les consignes résumées ci-après par rapport à la plate-forme existante, les
conclusions ci-après :
Appuis
Ancrage minimal
Profondeur
C‚te
Charges nominales
QELS (t)
QELU (t)
/ T.N (m)
Q l (t )
… retenir
†1200
C1
17,00
+144,25
473
314
314
P2
10,00
+144,68
281
187
187
P3
05,00
+147,27
214
141
141
P4
04,00
+151,28
180
119
119
C5
15,00
+148,48
229
345
229
Les conclusions de la présente note restent valables sous réserve des observations
importantes ci-jointes.
L€INGENIEUR CHARGE DE L€ETUDE
LE CHEF DE SERVICE BATIMENT A LA
DIVISION SOLS ET FONDATIONS
FOTTO N€GOLE HUGUES
PANGNE CYRILLE
28
OBSERVATIONS IMPORTANTES
€ Le présent Rapport et ses annexes constituent un ensemble indissociable. La mauvaise
utilisation qui pourrait être faite d'une communication ou reproduction partielle sans l'accord écrit
du L.B.T.P. ne saurait engager la responsabilité de celui-ci.
€ Des changements dans l'implantation, la conception ou l'importance des constructions par
rapport aux données de la présente étude, peuvent conduire à modifier les conclusions et
prescriptions du Rapport et doivent, par conséquent, être portés à la connaissance du L.B.T.P.
€ De mêmes, des éléments nouveaux mis en évidence lors de l'exécution des fondations et
n'ayant pu être détectés au cours des opérations de reconnaissance (par exemple : hétérogénéité
localisée, venue d'eau, etc.) peuvent rendre caduque tout ou partie des conclusions du rapport.
€ Ces éléments nouveaux ainsi que tout incident important survenant en cours des travaux
(glissement de talus, éboulement des fouilles, dégâts occasionnés aux constructions existantes,
etc.) doivent être immédiatement signalés au L.B.T.P. pour lui permettre de reconsidérer et
adapter éventuellement des solutions initialement préconisées.
€ Le L.B.T.P. ne saurait être rendu responsable des modifications apportées à son étude que
dans la mesure où il aurait donné, par écrit son accord sur les dites modifications.
€ Il est vivement recommandé au client de faire procéder au moment de l'ouverture des fouilles
ou de la réalisation des premiers pieux, à une visite de chantier par un spécialiste du L.B.T.P.
€ Cette visite a pour objet de vérifier que la nature des sols et la profondeur de l'horizon de
fondation sont conformes aux données de l'étude. Elle donne lieu à l'établissement d'un procèsverbal.
29
Lieu
ESSAI PRESSIOMETRIQUE MENARD
BASSAWA
N° Graphique
5
Fluide
BENTONITE
Conformement à la norme NF P 94 - 110
NIVEAU
-
CHANTIER :
PROJET DE CONSTRUCTION D'UN PONT
NAPPE (m)
SONDAGE N°
SP1
N° DOSSIER
0
Coupe de terrain
10/DGC/G/0078
Em (MPa)
10
1000
0
0,50
0
Pl* (Mpa)
1
100
0
0
Opérateur
DOH THOMAS
Date début
23/02/2012
Date fin
//
Pl (Mpa)
1
100
0
0
E/Pl
1
100
0
Sable argileux noirâtre
Sable argileux brun
1
19,5
1
0,76
1
0,77
1
2
0,71
2
0,72
2
44,0
3
0,55
3
0,58
3
36,4
25,3
1,50
2
3
Sable argileux grisâtre
4
31,8
21,0
57,5
4
0,76
4
0,80
4
0,86
5
0,90
5
5
32,6
5
6
37,8
6
1,41
6
1,47
72,1
36,0
6
25,8
6,50
Argile schisteuse
7
55,2
7
1,05
7
1,12
7
49,4
8
62,6
8
1,37
8
1,44
8
43,4
9
1,33
9
1,41
9
9
83,8
59,3
9,50
10
11
12
Argile verdâtre
13
14
31,4
18,5
87,4
38,4
77,6
10
1,75
10
1,84
10
11
1,39
11
1,49
11
12
1,49
12
1,59
12
13
1,67
13
1,78
13
14
1,68
14
1,81
14
17,1
12,5
54,9
21,5
42,9
15
56,8
15
1,65
15
1,79
15
31,8
16
71,7
16
1,74
16
1,89
16
38,0
17
2,27
17
2,42
17
48,6
16,50
Roche
17
117,5
17,50
OBSERVATION
18
18
18
18
19
19
19
19
20
20
20
20
MATERIEL DE FORAGE
LABORATOIRE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS
TEL : 21 21 23 00 / 23 FAX 21 25 36 71
APAFOR 550
Lieu
BASSAWA
ESSAI PRESSIOMETRIQUE MENARD
N° Graphique
4
Fluide
BENTONITE
Conformement à la norme NF P 94 - 110
HAUTEUR
1,10
CHANTIER :
PROJET DE CONSTRUCTION D'UN PONT
EAU (m)
SONDAGE N°
SP2
N° DOSSIER
0
Coupe de terrain
10/DGC/G/0078
Em (MPa)
10
1000
0
1
0
Pl* (Mpa)
1
100
0
43,3
1
0
DOH THOMAS
//
Date fin
//
Pl (Mpa)
1
100
0
1
0,61
Opérateur
Date début
0
E/Pl
1
100
0
0,61
1
70,6
Sable graveleux rougeâtre
2
20,4
2
0,93
2
0,93
2
21,9
2,50
3
4
44,8
97,0
3
1,23
3
1,24
3
4
1,16
4
1,17
4
36,2
83,1
Argile verdâtre
5
56,8
5
1,28
5
1,29
5
44,0
6
47,2
6
1,26
6
1,26
6
37,3
7
51,9
7
1,46
7
1,47
7
35,3
8
48,0
8
1,53
8
1,54
8
31,2
9
1,37
9
1,38
9
6,50
Argile rougeâtre
8,50
9,10
OBSERVATION
Arène granitique
9
212,9
10
10
10
10
11
11
11
11
12
12
12
12
13
13
13
13
14
14
14
14
15
15
15
15
16
16
16
16
17
17
17
17
18
18
18
18
19
19
19
19
20
20
20
20
MATERIEL DE FORAGE
LABORATOIRE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS
TEL : 21 21 23 00 / 23 FAX 21 25 36 71
154,0
APAFOR 550
Lieu
BASSAWA
ESSAI PRESSIOMETRIQUE MENARD
N° Graphique
3
Fluide
BENTONITE
Conformement à la norme NF P 94 - 110
HAUTEUR
2,50
CHANTIER :
PROJET DE CONSTRUCTION D'UN PONT
EAU (m)
SONDAGE N°
SP3
N° DOSSIER
0
Coupe de terrain
10/DGC/G/0078
Em (MPa)
10
1000
0
0
Pl* (Mpa)
1
100
0
0
Opérateur
DOH THOMAS
Date début
23/04/2012
Date fin
//
Pl (Mpa)
1
100
0
0
E/Pl
1
100
0
Sable graveleux rougeâtre
1
92,7
1
0,56
1
0,57
1
0,70
2
0,71
2
163,1
1,50
2
69,7
2
3
76,8
3
98,5
Argile peu graveleuse
1,76
3
1,77
3
43,4
3,50
4,00
OBSERVATION
Arène granitique
4
4
4
4
5
5
5
5
6
6
6
6
7
7
7
7
8
8
8
8
9
9
9
9
10
10
10
10
11
11
11
11
12
12
12
12
13
13
13
13
14
14
14
14
15
15
15
15
16
16
16
16
17
17
17
17
18
18
18
18
19
19
19
19
20
20
20
20
MATERIEL DE FORAGE
LABORATOIRE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS
TEL : 21 21 23 00 / 23 FAX 21 25 36 71
APAFOR 550
Lieu
ESSAI PRESSIOMETRIQUE MENARD
BASSAWA
N° Graphique
2
Fluide
BENTONITE
Conformement à la norme NF P 94 - 110
HAUTEUR
1,90
CHANTIER :
PROJET DE CONSTRUCTION D'UN PONT
EAU (m)
SONDAGE N°
SP4
N° DOSSIER
0
Coupe de terrain
10/DGC/G/0078
Em (MPa)
10
1000
0
0
Pl* (Mpa)
1
100
0
0
Opérateur
DOH THOMAS
Date début
21/04/2012
Date fin
//
Pl (Mpa)
1
100
0
0
E/Pl
1
100
0
Vase noirâtre
1,00
1
1,6
1
1
0,05
1
0,06
27,8
Argile verdâtre
2
40,0
2
2
0,66
0,67
2
59,9
2,50
Arène granitique
3,10
OBSERVATION
3
68,5
3
1,48
3
1,49
3
4
4
4
4
5
5
5
5
6
6
6
6
7
7
7
7
8
8
8
8
9
9
9
9
10
10
10
10
11
11
11
11
12
12
12
12
13
13
13
13
14
14
14
14
15
15
15
15
16
16
16
16
17
17
17
17
18
18
18
18
19
19
19
19
20
20
20
20
MATERIEL DE FORAGE
LABORATOIRE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS
TEL : 21 21 23 00 / 23 FAX 21 25 36 71
46,0
APAFOR 550
Lieu
ESSAI PRESSIOMETRIQUE MENARD
BASSAWA
N° Graphique
1
Fluide
BENTONITE
Opérateur
DOH THOMAS
Date
11/02/2012
Conformement à la norme NF P 94 - 110
NIVEAU
13,50
CHANTIER :
Construction d'un pont à BASSSAWA
SP5
N° DOSSIER
10/DGC/G/0078-1
NAPPE (m)
SONDAGE N°
Module Pressiométrique EM
(MPa)
Coupe de terrain
0,30
0
Terre végétale
10
1000
0
0
1
100
0
0
25,7
1
Pression Limite Nette Pl*
(Mpa)
0
1
100
Pression limite Pl (MPa)
0
Pression Limite Nette Pl*
(Mpa)
1
100
0
1
0,91
1
0,90
1
0,90
2
0,93
2
0,90
2
0,90
3
1,04
3
1,00
3
1,00
4
1,08
4
1,02
4
1,02
Sable argileux jaunâtre
15,7
2
3,00
3
4
10,5
5
1,09
5
1,02
5
1,02
6
12,1
6
1,11
6
1,02
6
1,02
7
11,0
7
1,22
7
1,12
7
1,12
8
Í
±
´
®
»
³
¿
²
·
7
8
Í
±
´
®
»
³
¿
²
·
7
8
Í
±
´
®
»
³
¿
²
·
7
9
0,84
9
0,72
9
0,72
8
9
Sable argileux
graveleux grisâtre
5,4
5
Sable argileux brun
8,50
8,6
Í
±
´
®
»
³
¿
²
·
7
11,4
10
9,2
10
0,98
10
0,84
10
0,84
11
10,3
11
1,04
11
0,89
11
0,89
12
0,89
12
0,72
12
0,72
13
1,00
13
0,81
13
0,81
12
13
13,4
18,1
14
9,0
14
1,29
14
1,17
14
1,17
15
8,8
15
1,19
15
1,05
15
1,05
16
9,0
16
1,18
16
1,02
16
1,02
17
10,0
17
0,81
17
0,64
17
0,64
18
0,94
18
0,75
18
0,75
19
1,18
19
0,98
19
0,98
20
1,16
20
0,95
20
0,95
0,82
21
0,82
15,00
Argile sableuse grisâtre
+ gravats
18
19
20
20,50
13,4
9,8
14,0
21
10,7
21
1,05
21
22
10,9
22
1,29
22
Argile sableuse beige
22
1,05
23
8,2
23
1,05
23
0,80
23
0,80
24
8,1
24
1,16
24
0,89
24
0,89
25
1,07
25
0,79
25
0,79
25,00
25
OBSERVATION
1,05
13,8
MATERIEL DE FORAGE
Ô
ß
Þ
Ñ
Î
ß
Ì
Ñ
×
Î
Û
Ü
ËÞ
ß
Ì
×
Ó
Û
Ò
Ì
Û
Ì
Ü
Û
Í
Ì
Î
ß
Ê
ß
Ë
È
Ð
Ë
Þ
Ô
×
Ý
Í
Ì
Û
Ô
æ
î
ï
î
ï
î
í
ð
ð
ñ
î
í
Ú
ß
Èî
ï
î
ë
í
ê
é
ï
APAFOR 220
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
---------------------Ministère des Infrastructures Economiques
----------------------
PROJET DE CONSTRUCTION DE PONT A BASSAWA, KOUIBLI ET KANI
ICI
____________________________________________________________________
ETUDE DE PLATEFORME ET RECHERCHE D’EMPRUNTS
DE GRAVELEUX LATERITIQUE POUR LA REALISATION
DES VOIES D’ACCES AUX PONTS DE BASSAWA,
KOUIBLI ET KANI
N° DOSSIER : 10/DGC/G/0078
RAPPORT DEFINITIF
LABORATOIRE DU BATIMENT ET DES
TRAVAUX PUBLICS
Votre partenaire pour la sécurité et l’économie de vos projets
JUILLET 2012
SOMMAIRE
I- INTRODUCTION ....................................................................................................................... 3
II- ETUDE DE PLATEFORME DE TERRASSEMENT ....................................................................... 3
2.1 Méthodologie de l’investigation ................................................................................................................. 3
2.2 Essais de laboratoire.................................................................................................................................. 3
III- PROSPECTION DE GITES DE GRAVELEUX LATERITIQUE ...................................................... 3
3.1 Méthodologie de l’investigation ................................................................................................................. 3
3.2 Les différents emprunts prospectés ........................................................................................................... 3
3.2.1 Pont de Kouibli EG rive A........................................................................................................................ 3
3.2.2 Pont de Kouibli EG rive B ........................................................................................................................ 4
3.2.3 Pont de Kani EG rive A............................................................................................................................ 4
3.2.4 Emprunt EG Pont de Kani rive B ............................................................................................................ 4
3.2.5 Emprunt EG Pont de Bassawa rive A ...................................................................................................... 5
3.2.6 Emprunt EG Pont de Bassawa rive B....................................................................................................... 5
IV- CONCLUSION .......................................................................................................................... 6
I- INTRODUCTION
Dans le cadre des études APD du projet de construction de trois ponts dans les localités de Bassawa,
Kouibli et Kani, le Laboratoire du Bâtiment et des Travaux Publics a été sollicité par le Bureau d’Etudes ICI
pour réaliser des études de plateforme et de recherche d’emprunts de graveleux latéritique en vue de
l’aménagement des voies d’accès aux différents ouvrages.
Le présent rapport décrit les investigations menées sur le terrain et fait la synthèse des résultats obtenus.
II- ETUDE DE PLATEFORME DE TERRASSEMENT
2.1
Méthodologie de l’investigation
Il a été procédé, sur chaque rive des fleuves, à l’exécution d’un (01) puits manuel descendu à 1,0 m de
profondeur avec prélèvement d’échantillons des différentes couches de sol rencontrées. Ces sondages
ont été réalisés sur les voies d’accès (rive A et rive B) aux différents ponts.
L’implantation des puits et la nature des couches de terrain rencontrées sont donnés en annexes.
2.2
Essais de laboratoire
Les résultats des essais de laboratoires sont résumés dans le tableau ci-après :
Ouvrages
N° Sondage
Pont de Kouibli
Pont de Kani
Pont de Bassawa
Rive A
Rive B
Rive A
Rive B
Rive A
Rive B
0/0,35
0/0,40
0/0,50
0/0,45
0/0,40
0/0,30
Grav. lat.
Sable arg.
Sable arg.
Sable arg.
Grav. lat.
Sable arg.
19
14
19
22
18
22
15
20
17
17
14
19
Densité sèche maximum: T/m
2,02
2,17
2,03
2,08
2,02
1,97
Teneur en eau optimum : %
11,80
7,90
11,0
10,10
8,70
12,8
29
32
28
31
30
26
Profondeur
Nature du matériau
Teneur en fines en %
Indice de plasticité (%)
3
Indice portant CBR cru
III- PROSPECTION DE GITES DE GRAVELEUX LATERITIQUE
3.1
Méthodologie de l’investigation
Pour la réalisation des voies d’accès aux trois (03) ponts, un site (01) d’emprunt de graveleux latéritique
par ouvrage a été recherché sur chaque rive (rive A et rive B) par ouvrage. Il a donc été identifié au total
six (06) sites d’emprunts potentiels de graveleux latéritique pour l’ensemble du projet.
Chaque emprunt a été reconnu par des puits manuels réalisés à la maille de 50 m.
3.2
Les différents emprunts prospectés
Les sites d’emprunts reconnus sont désignés comme suit :
- Pont de Kouibli : emprunts de graveleux EG rive A et EG rive B ;
- Pont de Kani : emprunts de graveleux EG rive A et EG rive B ;
- Pont de Bassawa : emprunts de graveleux EG rive A et EG rive B.
3.2.1
Pont de Kouibli EG rive A
Cet emprunt d’une superficie d’environ 37 500 m² a été reconnu à partir de 15 puits manuels descendus à 1,0
m de profondeur et creusés à la maille de 50 m. Il est situé à 600 m du village Piébli, sur le côté gauche en
allant du village Gbeulibly vers le village Piébli.
4
L’implantation des puits et la nature des couches de terrain rencontrées sont donnés en annexes.
La puissance reconnue de cet emprunt peut être estimée à environ 26 156 m3.
Les principales caractéristiques d’identification de cet emprunt sont les suivantes :
• Teneur en fines en %
18
• Indice de plasticité (%)
19
• Densité sèche maximum: T/m
1,96
• Teneur en eau optimum : %
12,30
3
• Indice portant CBR cru
3.2.2
28
Pont de Kouibli EG rive B
Cet emprunt d’une superficie d’environ 37 500 m² a été reconnu à partir de 15 puits manuels descendus à 1,0
m de profondeur et creusés à la maille de 50 m. Il est situé à 237 m de l’école du village Gbeulibly, sur le côté
droit en allant du village Piébli vers le village Gbeulibly.
L’implantation des puits et la nature des couches de terrain rencontrées sont donnés en annexes.
La puissance reconnue de cet emprunt peut être estimée à environ 25 031 m3.
Les principales caractéristiques d’identification de cet emprunt sont les suivantes :
• Teneur en fines en %
13
• Indice de plasticité (%)
19
• Densité sèche maximum: T/m
2,20
• Teneur en eau optimum : %
8,80
3
• Indice portant CBR cru
3.2.3
32
Pont de Kani EG rive A
Cet emprunt d’une superficie d’environ 37 500 m² a été reconnu à partir de 15 puits manuels descendus à 1,0
m de profondeur et creusés à la maille de 50 m. Il est situé à 5 km du village Bada Wintouflo.
L’implantation des puits et la nature des couches de terrain rencontrées sont donnés en annexes.
La puissance reconnue de cet emprunt peut être estimée à environ 23 906 m3.
Les principales caractéristiques d’identification de cet emprunt sont les suivantes :
• Teneur en fines en %
18
• Indice de plasticité (%)
17
• Densité sèche maximum: T/m3
2,05
• Teneur en eau optimum : %
10,80
• Indice portant CBR cru
3.2.4
29
Emprunt EG Pont de Kani rive B
Cet emprunt d’une superficie d’environ 30 000 m² a été reconnu à partir de 12 puits manuels descendus à 1,0
m de profondeur et creusés à la maille de 50 m. Il est situé dans une forêt à environ 950 m de l’implantation
de l’ouvrage.
L’implantation des puits et la nature des couches de terrain rencontrées sont donnés en annexes.
La puissance reconnue de cet emprunt peut être estimée à environ 19 575 m3.
Les principales caractéristiques d’identification de cet emprunt sont les suivantes :
5
• Teneur en fines en %
18
• Indice de plasticité (%)
23
• Densité sèche maximum: T/m3
2,07
• Teneur en eau optimum : %
9,40
• Indice portant CBR cru
3.2.5
30
Emprunt EG Pont de Bassawa rive A
Cet emprunt d’une superficie d’environ 37 500 m² a été reconnu à partir de 15 puits manuels descendus à 1,0
m de profondeur et creusés à la maille de 50 m. Il est situé à 800 m du village Serebou.
L’implantation des puits et la nature des couches de terrain rencontrées sont donnés en annexes.
La puissance reconnue de cet emprunt peut être estimée à environ 27 281 m3.
Les principales caractéristiques d’identification de cet emprunt sont les suivantes :
• Teneur en fines en %
21
• Indice de plasticité (%)
19
• Densité sèche maximum: T/m
2,11
• Teneur en eau optimum : %
9,30
3
• Indice portant CBR cru
3.2.6
31
Emprunt EG Pont de Bassawa rive B
Cet emprunt d’une superficie d’environ 40 000 m² a été reconnu à partir de 16 puits manuels descendus à 1,0
m de profondeur et creusés à la maille de 50 m. Il est situé à 2,3 km du fleuve Comoé.
L’implantation des puits et la nature des couches de terrain rencontrées sont donnés en annexes.
La puissance reconnue de cet emprunt peut être estimée à environ 23 700 m3.
Les principales caractéristiques d’identification de cet emprunt sont les suivantes :
• Teneur en fines en %
15
• Indice de plasticité (%)
20
• Densité sèche maximum: T/m
2,10
• Teneur en eau optimum : %
9,00
3
• Indice portant CBR cru
32
6
IV- CONCLUSION
Dans le cadre du projet de constructions de trois (03) ponts à Bassawa, Kouibli et Kani, des études
géotechniques ont été menées par le LBTP en vue de l’aménagement des voies d’accès aux
différents ouvrages.
Au terme de cette prospection, six (06) gîtes de matériaux ont été identifiés dont la position et la
nature du matériau sont consignés dans le tableau suivant :
Ouvrages
N° Emprunt
Pont de Kouibli
Pont de Kani
Pont de Bassawa
EG rive A
EG rive B
EG rive A
EG rive B
EG rive A
EG rive B
18
13
18
18
21
15
19
19
17
23
19
20
Densité sèche maximum: T/m
1,96
2,20
2,05
2,07
2,11
2,10
Teneur en eau optimum : %
12,30
8,80
10,80
9,40
9,30
9,00
28
32
29
30
31
32
26 156
25 031
23 906
19 575
27 281
23 700
Teneur en fines en %
Indice de plasticité (%)
3
Indice portant CBR cru
Puissance (m3)
Les résultats des essais de laboratoires sur les matériaux de la plateforme sont résumés dans le tableau ciaprès :
Ouvrages
N° Sondage
Pont de Kouibli
Pont de Kani
Pont de Bassawa
Rive A
Rive B
Rive A
Rive B
Rive A
Rive B
0/0,35
0/0,40
0/0,50
0/0,45
0/0,40
0/0,30
Grav. lat.
Sable arg.
Sable arg.
Sable arg.
Grav. lat.
Sable arg.
Teneur en fines en %
19
14
19
22
18
22
Indice de plasticité (%)
15
20
17
17
14
19
Densité sèche maximum: T/m3
2,02
2,17
2,03
2,08
2,02
1,97
Teneur en eau optimum : %
11,80
7,90
11,0
10,10
8,70
12,8
29
32
28
31
30
26
Profondeur
Nature du matériau
Indice portant CBR cru
L’ingénieur chargé de l’étude
Le Directeur du Département
Génie Civil
YAPI Edi Pascal
KOUASSI Jean Claude
7
ANNEXES
8
ANNEXES
ANNEXE A : PLAN DE SITUATION DES EMPRUNTS
ANNEXE B : COUPES DE SONDAGES (PLATEFORME)
ANNEXE C : RESULTATS DES ESSAIS DE LABORATOIRE
9
ANNEXE A : PLAN DE SITUATION DES EMPRUNTS
10
ANNEXE B : COUPES DE SONDAGE (PLATEFORME)
11
ANNEXE C : RESULTATS DES ESSAIS DE LABORATOIRE
12
EMPRUNT GRAVELEUX
PONT DE KANI
RIVE A
13
EMPRUNT GRAVELEUX
PONT DE KANI
RIVE B
14
EMPRUNT GRAVELEUX
PONT DE KOUIBLI
RIVE A
15
EMPRUNT GRAVELEUX
PONT DE KOUIBLI
RIVE B
16
EMPRUNT GRAVELEUX
PONT DE BASSAWA
RIVE A
17
EMPRUNT GRAVELEUX
PONT DE BASSAWA
RIVE B