CONCERTS, EXPOSITIONS, RENCONTRES (IN

Commentaires

Transcription

CONCERTS, EXPOSITIONS, RENCONTRES (IN
CONCERTS, EXPOSITIONS, rencontres
(in)formatives et ateliers artistiques
du 08
septembre
au 15 décembre
2011
Presse
le confort moderne association l’oreille est hardie
185, rue du faubourg du pont-neuf
BP 502 – 86012 Poitiers Cedex
Tel : +33 (0)5 49 46 08 08
www.confort-moderne.fr
EXPOsITION
THEODORE FIVEL ET MIRKA LUGOSI / OFF MODERN
Du 08 septembre au 29 septembre
Palais de Tokyo
Les Modules - Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent
Du mardi au dimanche de midi à 21h
Le Palais de Tokyo offre une carte blanche au Confort Moderne pour la programmation de ses deux modules. Sous le titre générique OFF MODERN, les
projets hors les murs privilégient la présentation d'artistes proches du
centre d’art poitevin. Le choix s'est naturellement porté sur deux artistes
français en marge de la scène artistique institutionnelle : Mirka Lugosi et
Théodore Fivel.
Les deux artistes peuvent sembler au premier abord très éloignés dans les
formes, l'esthétique et les univers qu'ils déploient. Pourtant un socle
commun les unit : autodidactes, leurs pratiques artistiques débordent largement du champ balisé de l'art contemporain pour apparaître dans les mondes de la mode, de l'érotisme, de la musique ou de la performance.
Les deux modules sont entrepris comme une seule exposition, avec une transformation des espaces et une perception contrainte des œuvres. Théodore Fivel propose une nouvelle pièce de la série des tableaux de sable. Le sable,
disposé sur une plateforme très fine, légèrement surélevée du sol et présentée à l’horizontale, est peint à la bombe. Un paysage de dunes aux couleurs
irréelles flotte ainsi littéralement dans l'espace. La matière qui résulte
du sable peint, difficile à identifier, semble provenir d'une planète encore
inconnue. Seule une meurtrière est aménagée dans l’espace d’exposition,
rendant la pièce impossible à toucher et le point de vue prédéterminé.
Le deuxième espace d'exposition est quant à lui réduit à un couloir sombre aux parois de tissus épais qui nous conduit vers un dessin unique et
inédit de Mirka Lugosi. Un paysage à la fois sombre et inquiétant, sans
héroïne ni d'animaux. Les personnages qui peuplent habituellement l’univers de l’artiste et la charge érotique de son travail semblent, pour cette
pièce, s'être déplacés du côté de la nature. Les arbres et les buissons en
arrière-plan rivalisent de raideur érectile tandis que cette forme végétale
ouverte qui règne au centre du dessin renvoie au sexe féminin ex-situ. Un
tableau unique qui devrait susciter une folle envie de découvrir l'ensemble
du travail de Mirka.
Les deux paysages ambigus qui constituent l'exposition offrent des lieux de
projection sinueux et déviants d'où émane une ambiance de science-fiction
surannée. L'occasion d'apprécier deux trajectoires indépendantes, des univers à la marge, hors des esthétiques dominantes et bien loin des jeunes
artistes cool au CV bien ordonné.
3/Exposition
VENDREDI
16 SEPTEMBRE
JAMES PANTS
TURNSTEAK
Nu hip hop / états-Unis électro Glitch / France Salle de concerts à 21h
Plein Tarif 12 €, tarif réduit 9 €,
bourse spectacles 3,50 €, adhérents
7 €, ou libre à la carte
http://www.stonesthrow.com/jamespants
http://turnsteak.bandcamp.com
JAMES PANTS
Amis de l’ingéniosité musicale, ouvrez grand vos oreilles, James Pants est dans la
place ! Tyler the Creator, le nouveau phénomène hip hop du net, le définit comme
"l’un des mecs les plus créatifs qui vivent sur cette planète". Rien que ça. Ses
trois sorties chez Stones Throw, label piloté par Peanut Butter Wolf, l’attestent :
la musique de cet ex-dj devenu multiinstrumentiste flirte avec des riffs de guitares
étourdis, des lignes de basse funky ou disco, des tintements de clavier cheaps et
datés, des voix égarées parmi de multiples effets sans oublier le bon vieux hip hop
des familles… One-man-band déconcertant, James Pants multiplie les trouvailles,
prend des tournants inattendus, emprunte des chemins bizarrement sinueux pour mener
l’auditeur par le bout du nez, ou plutôt du lobe, jusqu’à la terre promise. Un
eldorado coloré, aux beats aussi smooth que fresh.
TURNSTEAK
Duo de scratcheurs et de beat-makers, Turnsteak brasse les influences les plus
variées, de Flying Lotus à Aphex Twin, pour créer un univers puissant, gorgé de
sonorités aux appellations plus techniques les unes que les autres : break beat,
dubstep et big beat forment une alchimie impeccable, sur fond de hip hop old
school. Pour les non-initiés, comprenez que ces furieux picards s’amusent à tordre
les sons, casser les rythmes et manier la syncope jusqu’à ne plus savoir sur quel
pied danser.
chronique / James Pants
New York Times
James Pants’s self-titled third album on Stones Throw slides
among dispositions — woozy guitarscapes, octave-jumping disco
bass lines, electro, doo-wop, cheap and dated keyboard tinklings,
confrontational shouts bobbing in reverb. He’s a disorienting
one-man band, playing every instrument, even saxophone, and a
record-spinner at heart… There are lots of tunes lodged in this
record. The tracks seem to have hidden reserves, pockets within
pockets; they develop hooks in weird places. Sweetness suddenly
emerges out of fuzzy slime, and startling emotions rise from
merely cool ones.
Ben Ratliff, April 29, 2011
4/Concert
DIMANCHE 18
SEPTEMBRE
SIC ALPS
CRASH NORMAL
Rock Garage / états-Unis Rock / France Salle de concerts à 19h
Plein Tarif 10 €, tarif réduit 7 €,
bourse spectacles 3,50 €, adhérents
5 €, ou libre à la carte
http://www.stonesthrow.com/jamespants
http://turnsteak.bandcamp.com
SIC ALPS
Portrait lo-fi et désenchanté des rues de Beverly Hills, bande-son garage d’une
série sans héros, la musique de Sic Alps siffle, rumine et grésille selon une
mécanique aussi déstructurée que bon marché, à rapprocher des turbulents Thee Oh
Sees. Avec des connexions du côté de Magik Markers ou Comets on Fire et des sorties
chez Drag City (label de Pavement) de disques enregistrés dans des sous-sols,
situons ces Californiens dans les profondeurs de l’underground américain. Leur
particularité ? Un je-ne-sais-quoi d’illogique que l’on retrouve autant dans leurs
albums, remplis ras-la-gueule de pépites noisy et, que dans les vidéos postées çà
et là, mêlant absurdité, psychose et esthétique post-punk. Retour au no future.
CRASH NORMAL
Insoumise, insouciante, intemporelle, la musique des Crash Normal sent bon le
rock’n’roll authentique, celui qui se fout autant des modes que des prouesses
techniques. Tant que le riff gaze et que le gimmick biche, tant que l’énergie
transpire et que le public a la banane, ces parisiens ne changent pas de direction.
Sur leur route, ils croisent des noms de confiance, avec lesquels ils multiplient
les projets, splits 45T et autres pépites discographiques : The Intelligence, Volt,
Cheveu, Dragibus, Lawrence Wasser… Des groupes avec lesquels Crash Normal partage
son goût pour le garage, les bricolages lo-fi, les ambiances électriques et les
concerts sauvages. Rock it baby !
chronique / sic alps
Magic ! RPM
Pour bien commencer la journée, que diriez-vous d'un peu de
lo-fi déstructuré ? C'est dans ce registre sans compromis que
sévit depuis 2006 le duo bruyant Sic Alps, à mi-chemin entre
l'expérimental absurde et le noise rock qui bégaie. My My Lai
est le premier extrait de leur troisième album, Napa Asylum, qui
sortira le 25 janvier chez Drag City et le clip qui l'accompagne
est à son image : incompréhensible.
Magic !
5/Concert
SAMEDI 24
SEPTEMBRE
SKATE THIS ART / L'INFUENCE DU SKATEBORD SUR LA MODE
SKATEXPLOITATION
LOCAL DJ HEROES
CONFéRENCE DE PASCAL MONFORT EXPOSITION Bar & mezzanine à 18h
Salle de concerts à 21h
Plein Tarif 10 €
Tarifs réduits,
Bourse spectacles,
Adhérents 8 €
Organisé par l’association
Les Jeunes Normals dans le cadre de
Skate This Art, rencontre du skateboard, de l'art et de la musique
L'INFUENCE DU SKATEBORD SUR LA MODE
Skateur et collectionneur de planches, ce personnage aux activitésmultiples
enseigne depuis douze ans l’Histoire et la Sociologie de la Mode. Responsable
"Tendances" pour Nike, il décrypte l’air du temps et analyse l’évolution des
comportements des consommateurs. Il est aussi la moitié du duo électro rock "The
Shoppings" et nous présentera prochainement un projet nommé Vanités…
SKATEXPLOITATION
Le Toulousain David Pujol nous montre par le biais de l’exposition
"Skatexploitation", comment, à la fin des années 70, l’industriemusicale surfe sur
la vague skate ! De la disco au hard-rock, enpassant par le funk, le glam-rock,
la pop et bien-sûr la surf music, la planche à roulettes s’affiche sur toutes les
pochettes de vinyles ! Une exposition sur la mezzanine proposée par la Fanzino.
local dj heroes
DJ NEST Hip hop & scratch C'est le Dj du groupe Vocalchimistes et du collectif Joke Box qui ouvrira ce local
DJ Heroes. Dj Nest, aux sources hiphop, a déjà la première partie de De la Soul sur
son cv!!
DJ TROUBL VS DJ NETIK Hip-hop / Electro / Drum ‘n bass Côté dancefloor, Dj Troubl (Diess Prod) n’est plus à présenter. Il invite son
collègue et ami Dj Netik (Step One, Kiff records) pour un set à quatre mains de
champions du monde DMC d’anthologie où les premiers amours hip-hop se mêleront à de
nouvelles envolés dubstep / électro / grime.
KIDZ ON ACID Techno Pour boucler la soirée, Kidz On Acid, signé entre autres sur les labels Chapati
Express, Really Really Big Records, 1605 Music Therapy (label d’Umek) et fier de
quelques remix notoires (Kid 606, Randy Twig…), proposera un set énergique aux
accents bien techno.
6/Concert
MERCREDI 28
SEPTEMBRE
OH ! DJ ON ICE
JB WIZZZ
Good Music Only / France Patinoire à 20h45
54 av. jacques Coeur, Poitiers
05 49 01 60 59
Entrée libre, location de patin 2€
En partenariat avec la Carte
Culture et les Tudiantes, avec le
soutien de Grand Poitiers
http://www.bornbad.fr/
Soirée proposée dans le cadre des Tudiantes, semaine d’accueil des étudiants à
Poitiers du 26 septembre au 02 octobre 2011. Chaussez vos patins et glissez tout
autour du dj, au rythme d’une sélection à faire fondre la glace.
JB WIZZ
Grand Manitou du label Born Bad (Cheveu, Yussuf Jerusalem, Feeling of Love, compilations Wizzz et Bipp), JB Wizzz ne manque pas de flair quand il s’agit de sortir de
bons disques. Une sagacité qu’on lui retrouve aussi derrière les platines lorsqu’il
nous fait partager la face cachée et gentiment trash des années yéyé, de la new
wave ou toute autre pépite musicale glanée ici et là. Instigateur des soirées Dj
On Ice à Paris, auxquelles il invite Kill the Dj, Tigersushi et Born Bad, c’est en
spécialiste des sélections on the rocks qu’il sévira à Poitiers.
Une playlist de JB Wizz / Born Bad
josephghosn.wordpress.com
Les disques sortis par Born Bad sont parmi les plus excitants
du rock de ces dernières années (et je dis ça sans même écrire
: « rock français ») : écoutez le disque qui réédite les
Olivensteins, groupe primal du punk d’ici, les mélodies de cave
désargentée de Yussuf Jerusalem, le nouvel album psyché/trope
de The Feeling Of Love ou la bonne idée de rééditer bientôt les
incroyables morceaux électroniques de Francis Bebey (ne cherchez
pas à les télécharger, attendez le disque de Born Bad, ces
morceaux vrillent la tête, comme du Kraftwerk essentiellement
Africain). Du coup, j’ai demandé à JB Wizz, qui préside aux
belles destinées de ce label, de me donner une liste de morceaux
ou groupes qu’il écoute en ce moment. Si vous voulez en savoir
plus sur lui, sa position si singulière et unique, lisez son
interview chez Vice. Et plongez vite dans les disques qu’il sort.
CLEM SACCO « Twisted » (Hate records)
FRANCIS BEBEY « Coffee cola song » 1981 (Born Bad Records)
VIOLENCE CONJUGALE » Mirador » (Born Bad Records)
OST LES GRANGES BRULEES (Eden Roc)
LES OLIVENSTEINS « Euthanasie démos » ( Born Bad records)
PUKE SPIT AND GUTS » Eat Hot lead » (Important records)
V/A PLAY THAT BEAT Mr RAJA ( Cartilage Records)
ANIKA (Stones Throw)
7/Concert
JEUDI 29
SEPTEMBRE
VERNISSAGE DE L'EXPOSITION TRAUMA
AIDAN BAKER / NADJA
LA CHATTE
Expérimental, Drone, Metal / Allemagne Dj Set / France Entrepôt galerie et bar
à partir de 18h30
Entrée libre
http://brokenspineprods.wordpress.
com/
http://lachattemusic.com
AIDAN BAKER / NADJA
Pour son vernissage, Barbara Breitenfellner invite Aidan Baker. Musicien
énigmatique, multi-instrumentiste, il compte plus d’une trentaine d’albums solo,
d’innombrables projets parallèles, et une affinité particulière pour la masse et le
volume sonore. Aidan Baker explore, déconstruit, triture les sons pour en faire
une matière sonore dense. On retrouve dans son travail aussi bien des sonorités
post-rock que concrètes, drones ou radicalement expérimentales. La musique d’Aidan
Baker est audacieuse, sombre, ambiante et étrange. Une musique qui, le temps d’un
concert, renverse notre perception habituelle du sensible. Pour clôturer son set,
Aidan Baker sera rejoint par Leah Buckareff pour former Nadja. Nadja est un projet
à l’aura sombre qui crée à travers la désorientation sonore et le renversement
des vitesses routinières (lenteur des morceaux joués comme des pièces) un nouvel
espace perceptif. Le duo combine metal, doom, shoegaze, riffs épiques, atmosphères
oppressantes et vocaux envoûtants. Une masse sonore, dense et violente entre
performance et concert où le corps devient le lieu d’une expérience physique,
spatiale et temporelle.
LA CHATTE
Créature parmi les créatures de l’underground parisien, Vava Dudu, figure
emblématique d’une mode alternative et d’une création débridée vogue depuis
vingt ans à la pointe de tout ce que la capitale peut produire de plus créatif
et souterrain. Chanteuse charismatique de La Chatte, c’est avec un dj set sans
complexe, nerveux et fun qu’elle ambiancera la fin de soirée entre électro teutonne,
rengaine punk, rareté new-wave ou pop synthé française des 80’s.
Chronique / Nadja
w-fenec.org
Entre deux albums et une belle flopée de splits collaboratifs,
Nadja pourrait respirer, prendre son temps et souffrir pour une
fois du syndrome de la page blanche... pourtant non. Le duo
continue de multiplier un peu plus les sorties jusqu'à se bâtir
une discographie d'une rare densité, sans jamais négliger la
qualité de ses travaux. Prolixe et inspiré, l'entité canadienne
livre avec Belles bêtes un album de réinterprétations de morceaux
composés et enregistrés à l'origine en solo par Aidan Baker...
moitié de Nadja. On reste en territoire connu donc, à un petit
détail près, il s'agit là de vraies "chansons" écrites par
l'alter-ego de Leah Buckareff. Evidemment, on s'en doutait quand
même un peu, même si on s'éloigne ici des monolithes drone/doom
métalliques auquel on est fréquemment habitués avec eux, les deux
nord-américains propose avec cet effort quelques six titres d'un
(post)-shoegaze tantôt heavy et sursaturé, tantôt plus oxygéné et
éthéré qu'à l'ordinaire. (...)
8/Vernissage
EXPOsITION
barbara breitenfellner / trauma
Du 29 septembre au 15 décembre
Entrepôt-galerie du Confort Moderne
Du mercredi au dimanche
de 14h00 à 19h00
et les soirs de concert
Barbara Breitenfellner est née à la fin des années 60, en Autriche où elle
ne grandira pas. Diplômée du prestigieux Master of Fine Art de Glasgow où
elle suit l'enseignement de Douglas Gordon, elle choisit de s'installer à
Berlin à l'orée des années 2000. L'artiste consigne depuis plus de dix ans
ses rêves dans ce qu'elle nomme son "dream diary". Il ne s'agit pas d'une
démarche analytique ou exhaustive, elle ne s'intéresse qu'à ses rêves d'art
ou d'expositions. Les retranscriptions de ses rêves privilégient un mode
descriptif et synthétique. Ses notes donnent le titre des œuvres et apparaissent au mur de ses expositions. L'énoncé sert de point de départ à une
mise en scène distanciée de ses projections nocturnes. Des installations
complexes font se côtoyer des objets a priori sans rapport, inertes, qui
entretiennent à la fois un rapport aux rêves et à "l'exposition" au sens
large. Tableaux, murs peints, voiture, moquette, éléments de cirque sont
quelques-uns des objets présents dans les deux rêves exposés au Confort
Moderne. Chacun appartient au monde de l'exposition ou sous-tend une mise
en scène dans sa vie ordinaire, que ce soit dans un garage, une collection,
une vitrine, une boutique… Chaque installation est une exposition où imaginaire et fantasme livrent des énigmes sophistiquées à interprétations multiples.
L'exposition au Confort Moderne s'inspire en partie de la remarquable exposition "Traum einer Ausstellung" (rêver une exposition) qui s'est tenu au
HMKV de Dortmund au printemps 2011. Les deux rêves ont pris forme dans le
centre d'art allemand et trouvent à Poitiers un espace pour être rejoués,
réinterprétés.
Barbara Breitenfellner rêve ses pièces qui semblent configurées dans une
géométrie non-euclidienne. Elle agence, associe des matériaux, des objets
comme des collections. Il ne s'agit pas de se souvenir au plus près de ce
qu'elle a vu lors de ses nuits mais plutôt de construire à partir de ce
postulat de nouvelles énigmes, de nouveaux scénarios. Elle vide le rêve de
son contenu analytique pour créer un univers d'une inquiétante étrangeté.
9/Exposition
SAMEDI 01
OCTOBRE
LE CIRCUIT / EMMANUELLE PARRENIN
ESMERINE
REQUIEM
Folk / France / Auditorium Saint Germain / 14h30 Post rock de chambre / Canada / Musée St e-Croix à 16h00 Danse / Musique / France / Quai de livraison du TAP à 17h30 Un événement Carte Culture organisé par le Confort Moderne
Pour chaque concert ci dessous
Carte culture entrée libre
Tarif unique 3 €
http://julietippex.com/blog/roster/
emmanuelle-parrenin
http://www.esmerine.com/
EMMANUELLE PARRENIN
Auteure il y a trente ans d’un disque culte de la scène postfolk, Maison Rose,
Emmanuelle Parrenin pratique le collectage de chansons traditionnelles, la danse
contemporaine ou l’art-thérapie. Elle chante et joue de la vielle à roue, diverses
harpes, piano à pouces, épinette des Vosges, dulcimer ou bols chantants. Une
réécriture hypnotique d’une vie pavée d’histoires et de musique.
ESMERINE
Formidablement émotive, la musique d’Esmerine convoque folk et musique de
chambre. Avec à sa tête le percussionniste de Godpseed You! Black Emperor et la
violoncelliste de Thee Silver Mt. Zion, cette formation canadienne signe chez
Constellation Records ses pépites ouatées, enveloppes sensibles qui se lovent
autour d’une substance musicale nourrie.
REQUIEM
MAGALI MILLIAN ET ROMUALD LUYDLIN | MARC SENS
Chant funèbre, prière pour le repos des défunts, le Requiem évoque le passage de
l’âme du corps vers l’inconnu. Un danseur et une danseuse sculptent dans leur corps
la torsion des âmes, sur la musique du guitariste Marc Sens, à la fois puissante et
tout en retenue. Une danse saisissante habitée par ce paradoxe entre la fascination
et l’horreur que provoque l’imminence de la mort, à la fois repos et néant.
Une proposition du TAP - Scène-Nationale.
chronique / Emmanuelle Parrenin à Nantes
lesinrocks.com
Emmanuelle Parrenin : une chanteuse un peu magicienne, deux
albums en 34 ans, un retour évènement. Récit et vidéos d'un
concert inoubliable, avant une prestation demain au Point
Ephémère.
Emmanuelle Parrenin est la fée des logis. En 1977, cette
chanteuse, muse de la scène folk française, sort Maison Rose,
un premier album de folk avant-gardiste voué à devenir culte
(notamment parce qu’il invente le trip-hop avec 15 ans d’avance).
Telle la comète, trop rare et belle pour la banalité, elle
disparaît ensuite du monde de la musique. En ce printemps béni,
elle sort Maison Cube, son deuxième album, 34 ans après le
premier, et c’est encore un chef d’œuvre.
Le 15 avril, Emmanuelle Parrenin présentait au Lieu Unique, à
Nantes, le concert de lancement de l’album. Avec ses musiciens
(Flop, Etienne Jaumet, Vincent Ségal et quelques autres) et ses
instruments de fée (des harpes qui ressemblent à des hippocampes,
une vielle top psychédélique), elle a plongé dans les abysses
de la musique, entre candeur et éreintement. Un chemin qu’elle
trace seule vers l’inconnu, en semant derrière elle des larmes
d’émotion.
10/Concert
SAMEDI 01
OCTOBRE
LE CIRCUIT / CONCRETE KNIVES
HEADWAR
ZUN ZUN EGUI
Pop Acidulée / France / 20h30 Noise Progressive / France / 21h45 Rock & tropiques / Royaume-Uni / 22h30 Un événement Carte Culture organisé par le Confort Moderne
Carte culture entrée libre
Tarif unique 3 €
http://www.concreteknives.com
http://www.myspace.com/headwarinfo
http://www.zunzunegui.org
CONCRETE KNIVES
Une musique qui transpire la jeunesse et l’enthousiasme, à écouter sur la route
des vacances en reprenant les refrains en chœur. Acidulés et réjouissants, leurs
tubes font la part belle aux claviers vintage, aux guitares vitaminées et aux
chants clamés à l’unisson par le quintette, mais portés principalement par une voix
féminine à la fraîcheur ultra-pétillante.
HEADWAR
Headwar ou ce qu’il peut se passer du côté d’Amiens quand on est enragé, allumé,
halluciné, quand on a digéré 50 années d’une histoire des rocks extrêmes, quand on
lutte brillamment contre l’intelligence, quand les perceuses et la tôle ondulée
rivalisent avec guitares et claviers, quand le son et la tension montent, montent,
et franchissent encore un palier alors qu’on a déjà rendu les armes depuis
longtemps…
Une proposition de Jazz à Poitiers.
ZUN ZUN EGUI
Imaginez un monde féérique où les formes, les couleurs et les sons rivaliseraient
de psychédélisme, où les frontières administratives et musicales seraient abolies,
où la fête serait au centre de toutes les préoccupations. Voici à quoi ressemble
le monde de Zun Zun Egui, formation rock repérée par The Ex qui prend un malin
plaisir à exploser les limites du genre pour tendre vers une world-tropicalo-groovy
à consommer sans modération.
Chronique / concrete knives
Le Monde
Plusieurs années déjà que le rituel des "découvertes du Printemps
de Bourges" (...) dépasse la bonne action de patronage. Chaque
fin de matinée, les professionnels du disque et du spectacle se
pressent ainsi aux concerts de la trentaine de groupes choisis,
conscients que peuvent se cacher là des perles rares. Samedi 23
avril, la salle du 22 Ouest était par exemple autant remplie
que lors des sections nocturnes des meilleurs espoirs du rock
anglo-saxon. Sans doute parce que les Concrete Knives sont loin
d'être le secret le mieux gardé de la scène indie-pop française.
Porté par un bouche à oreille amplifié par Internet, remarqué par
plusieurs milliers de spectateurs des dernières Transmusicales de
Rennes, ce quintette caennais vient de confirmer le buzz naissant
en publiant un EP, You Can't Blame the Youth, tout pétillant de
mélodies allègres. Dans l'étuve du 22 Ouest, les Concrete Knives
gardent toute leur fraîcheur même dégoulinants de sueur. Un
enthousiasme contagieux du à une instrumentation vitaminée mais
surtout à une dynamique créée par le chant de cinq voix poussées
à l'unisson et la pimpante énergie de Morgane Colas, la seule
fille du groupe.
11/Concert
SAMEDI 01
OCTOBRE
LE CIRCUIT / FINAL CULTURE club / FOWATILE
MR FLASH
BEATAUCUE
Hip Hop Mutant / France HIP HOP - électro / France électro / France Salle de concerts
à partir de munuit
Plein tarif 12€ Adhérents 7€
Tarifs réduits 9€ Carte culture 5€
Bourse spectables 3.50€
http://www.fowatile.com/
http://www.myspace.com/mrflashsmuggler
http://www.myspace.com/beataucue
FOWATILE
Quatre têtes et huit mains pour un pur live. Chants, claviers et batteries exécutés
sous vos yeux ébahis sont immédiatement retraités en direct, comme un dj le
ferait de ses vinyles, et envoyés sans ménagement. Car le son de Fowatile calotte
sévèrement : un mariage physique et percutant de hip hop, de soul et d’électro.
MR FLASH
De ses débuts aux côtés de TTC, Mike Ladd ou la Caution à sa rencontre avec
Pedro Winter et sa signature chez Ed Banger, ce mystérieux barbu a multiplié les
collaborations, sorties et remixes. On murmure d’ailleurs qu’il travaillerait sur
le prochain Tellier… Connu pour ses trouvailles électro-kitsch et ses instrumentaux
langoureux, Mr Flash est d’autant plus apprécié lors de ses apparitions live
qu’elles sont rares, et donc précieuses.
BEATAUCUE
Prononcez-le comme vous pourrez mais le nom improbable de ce duo français ne l'a
pas empêché de faire plusieurs fois le tour des clubs de la planète, incarnant
le nec-plus-ultra de la French Touch. Les djs s’arrachent leurs morceaux, de
Djedjotronic à Boys Noize en passant par Brodinski : ces deux phénomènes font
valser fidget house, techno précieuse ou électro ludique avec talent et signe chez
Kitsuné un EP redoutablement efficace. De quoi faire transpirer la fin de soirée.
chronique / FOWATILE
Les Inrockuptibles
A cheval entre hip-hop et electro, Fowatile promet de beaux
lendemains au rap français.
Certains découvraient Fowatile sur la scène du Printemps de
Bourges. De ces quatre français basés à Lyon, on a écrit qu'ils
célébraient les noces du rap et de l'electro. La vérité est plus
complexe : en concert, les musiciens de Fowatile font de la
scène un laboratoire sonore. Ces artistes originaires de Lyon
et sa région jouent tout en live (chant, claviers, batteries)
et envoient ces informations vers deux machines, qu'un des
membres du groupe se charge de modeler à sa guise. "Nos concerts
consistent à créér un disque vivant sur scène. On avait envie
de proposer un projet digital, mais qui puisse être joué en
live. Ne pas tomber dans le DJ set", explique David, 27 ans,
qui assure les claviers, les choeurs et la production. Autour de
lui gravitent le chanteur Elby, le DJ Benjamin et Gregory, aux
choeurs et à la batterie électronique.
(...)
12/Concert
DIMANCHE 02
OCTOBRE
AFTER LE CIRCUIT
SHACKLETON
Musique électronique / Royaume-Uni Un événement Carte Culture organisé par le Confort Moderne
en co-production avec le Lieu Multiple de l'Espace Mendès France
Le Lieu Multiple à 18h30
Carte culture entrée libre
Tarif unique 3 €
http://www.skulldisco.com
SHACKLETON
Co-fondateur du regretté label anglais Skull Disco, Shackleton, dissident de la
scène musicale électronique, est l’auteur d’une musique complexe, difficile à
classifier - et tant mieux. Au fil du temps, il s’est sculpté une marque de fabrique,
un son à la fois unique et éclectique fait de rythmiques aussi cotonneuses que
sinueuses, de mélodies perdues dans une forêt d’échos et de lignes de basse
insondables. Alors qu’il ne s’est jamais éloigné de ses racines musicales, Can,
Kraftwerk ou Faust, il continue aussi de s’étonner de l’engouement suscité par
chacune de ses apparitions ou sorties discographiques. Une modestie désarmante à
l’écoute de sa récente proposition pour Fabric, prestigieuse série de remixs pour
laquelle il a réalisé une descente sonore aux enfers des plus brillantes.
chronique / shackleton
Showcase
Guerrier solitaire anglais magnifiant les corridors de vent
berlinois, Shackleton sinue entre les flots de cols blancs,
s’engouffre après les courants d’air du S-Bahn et trépigne avec
les clubbers. Sa musique télescope dubstep et techno, Croydon
et Detroit, Burial et Dettmann, en une grisaille nocturne et
urbaine. Cliquetis des cuillers sur les tasses à expresso,
feulements des métros, soupirs des amants, douleur des chaînes
de montage, détresse des trottoirs… Anxiogène, son inextricable
sélection pour la série Fabric ne compile que des inédits. Qui
exalteront les assoiffés d’exploration sonore à la serpe.
13/Concert
MERCREDI 05
OCTOBRE
LE TOUT-PUISANT ORCHESTRE POLY-RYTHMO
VERNISSAGE DE L'EXPOSITION LE PETIT THéâTRE DE L'EBRIéTé
Funk - Afrobeat / Bénin Salle de concerts à 21h
Mezzanine à 19h
Plein Tarif 18 €,
Tarif réduit 15 €
Bourse spectacles 3.50€
Adhérents 13 €
MEZZANINE http://www.polyrythmo.com/
LE TOUT-PUISANT ORCHESTRE POLY-RYTHMO
Quarante-deux ans d’existence et plus de cinq cents disques, enregistrés dans
leur immense majorité autour d’un seul micro, et désormais collectors. Si le ToutPuissant Orchestre Poly-Rythmo, qui a réveillé les habitants de Cotonou pendant
des années à la radio béninoise, résonne aujourd’hui hors du continent africain,
c’est grâce à sa découverte par Radio France en 2007. Une rencontre qui sonne
comme une deuxième naissance pour ces musiciens qui ont ensuite enchaîné tournées
internationales, collaboration avec Franz Ferdinand et enregistrement en studio
pour l’album Cotonou Club. Une reconnaissance tardive, alors que leurs cousins
Bembeya Jazz, Konono N°1 ou Orchestra Baobab avaient depuis longtemps franchi les
frontières africaines. Il s’agit pourtant de l’un des orchestres les plus vieux et
les plus prolifiques du continent, l’un des plus respectés aussi. Aperçu maintes
fois en première partie de Fela Kuti, Miriam Makeba ou Manu Dibango, le ToutPuissant n’a jamais cédé aux sirènes du show business, prenant soin de préserver
leur âme musicale : un mélange électrifié de funk, d’afrobeat, de voodoo et de
latino, influencé autant par James Brown que Dalida ou Johnny Hallyday. Un crossover
que résume parfaitement le nom de cette aventure historique et musicale : le ToutPuissant Orchestre Poly-Rythmo.
VERNISSAGE DE L'EXPOSITION LE PETIT THéâTRE DE L'EBRIéTé
Par la Fanzinothèque, sur la mezzanine
chronique / LE TOUT-PUISANT ORCHESTRE POLY-RYTHMO
m-la-music.net
Coup de chaud sur l’Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou : après
s’être remis en piste grâce au talent d’une journaliste opiniâtre
(Elodie Maillot) recyclée malgré elle en impresario de la
formation légendaire, Analog Africa réédite leur premier album et
en profite pour lancer une nouvelle collection.Le coup de maître
du très estimable label est d’avoir exhumé une rareté : le T.P
-pour Tout Puissant- Orchestre a enregistré deux fois ce disque.
La première version jugée inutilisable à cause du souffle d’un des
instruments est refusée par le label qui demande de remettre le
travail sur l’ouvrage, et publie finalement la deuxième version.
Analog Africa réédite cette première et introuvable prise. Les
musiciens de Cotonou, qui vénéraient Fela, jouent funk et vaudou,
sec et chaud à la fois au point de faire peur à tout ce qui ce
qui est susceptible de s’enflammer, corps et esprits compris. A
l’heure où le groupe se remet en selle avec la bénédiction de
Franz Ferdinand ou Gilles Peterson, c’est un cadeau inestimable,
qu’on aura tout intérêt à doubler avec le deuxième volume de la
collection, consacré à Rob. (...)
14/Concert
LUNDI 10
OCTOBRE
I’M FROM BARCELONA
BEATMARK
Pop à 40 mains / Suède pop / France Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h00
Plein Tarif 13 €, tarif réduit
10 €, bourse spectacles 3,50 €, adhérents 8 €
http://www.imfrombarcelona.com/
http://www.myspace.com/beatmark
I’M FROM BARCELONA
C’est pour mieux traduire toute la vitalité qui se dégage de leurs prestations
scéniques que la vingtaine de musiciens qui composent I’m From Barcelona a
enregistré Forever Today, album sorti au printemps, dans des conditions de live.
Voire même des conditions de tournée puisque les prises de son ont été réalisées à
la sauce colonie de vacances, entre un resto avec vue sur la mer et un studio aux
airs de maison de famille. On retrouve ce côté auberge espagnole un peu partout
dans l’univers du groupe, à commencer par le choix du nom, pied-de-nez à ses
origines suédoises, comme dans cette tendance à rassembler une tribu de musiciens
afin que chacun rapporte sa spécialité, pourvu que les fondements du groupe soient
partagés : amour immodéré des mélodies pop, des chœurs optimistes, des harmonies
insouciantes et du plaisir partagé. Une recette venue du froid et pourtant
absolument chaleureuse.
BEATMARK
Dernier né de la constellation musicale parisienne, Beat Mark est l’émanation
incandescente de membres d’Adam Kesher, This is Pop et Yussuf Jerusalem. Une
nouvelle étoile qui n’a pas à rougir de la comparaison avec la scène pop shoegaze
américaine, The Pains of Being Pure at Heart et Crocodiles en tête. Chœurs
battants, son lo-fi, mur de guitares juste assez brouillon, mélodies évidentes :
Beat Mark scintille de mille feux.
chronique / i'm from barcelona
Magic! RPM
Nouvelle secte venue du froid ? Version scandinave de The
Polyphonic Spree, ayant troqué la toge pour la polaire ? On ne
manquera pas de s’interroger en découvrant cette étrange fanfare
de vingt-neuf membres, ses refrains entraînants évoquant les
délices de la philatélie ou les joies infantiles des cabanes
dans les bois. Emanuel Lundgren, trentenaire barbichu et grand
coordinateur de cet improbable orchestre, a pourtant une
explication beaucoup plus terre-à-terre de la genèse de ce projet
farfelu : “Je travaille à plein temps comme webdesigner dans une
agence de communication. Comme beaucoup de salariés, je passe une
bonne partie de mes journées à fantasmer sur mes quatre semaines
de congés payés. En 2005, j’avais deux projets pour les vacances
: enregistrer quelques compositions que j’avais accumulées au
cours de l’année et rendre visite à mes amis que je n’avais pas
vus depuis un moment. Comme le calendrier était un peu serré,
j’ai décidé de faire les deux en même temps”. Aussitôt dit,
aussitôt fait. Mais cette joyeuse bande d’amateurs se retrouve
vite dépassée par le succès surprenant des onze titres saisis
sur le vif qui vont former Let Me Introduce My Friends (2006,
Virgin/EMI). (...)
15/Concert
JEUDI 13
OCTOBRE
EASY STAR ALL-STARS
THE BLACKSTARLINERS
Reggae Dub / états-Unis Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h
Reggae dub / France Plein Tarif 18 €,
Tarif réduit 15 €
Bourse spectacles 3.50€
Adhérents 13 €
http://www.easystar.com
http://www.myspace.com/theblackstarliners
EASY STAR ALL-STARS
Fans de reggae, de rock, de dub et d’indie pop, unissez-vous ! La jet set de la
scène reggae dub new-yorkaise réussit le tour de force de rapprocher Montaigu et
Capulet, rockers et
dubbers, dans une grande famille enfin réconciliée. Une harmonie improbable rendue
possible grâce à Dub Side of the Moon, Radiodread et Easy Star’s Lonely Hearts Dub
Band, trois relectures discographiques d’albums de légende. Pink Floyd, OK Computer
de Radiohead et Sgt. Pepper’s des Beatles revisités par les lignes de basse rondes,
les skank, les choeurs féminins et tous les bonnes influences en provenance de la
Jamaïque. Une collection de reprises que ce collectif de musiciens new-yorkais
joue avec générosité devant des foules exaltées à travers la planète. En 2011,
les Easy Stars prennent une nouvelle direction avec First Light, premier album de
compositions qui prouve leur talent pour écrire de belles chansons, servies par
une virtuosité instrumentale, de belles harmonies vocales et une superbe section
rythmique.
THE BLACKSTARLINERS
La Black Star Line était une compagnie maritime transatlantique, créée par Marcus
Garvey dans les années 20 pour s’affranchir de la domination économique blanche et
servir de lien entre les peuples de couleur du monde entier. Le groupe breton, s’il
a gardé le pied marin, s’est davantage tourné vers l’Outre-Manche, chez Zion Train,
Iration Steppas, Disciples ou Jah Tubby’s, d’où il charrie désormais un steppa magistral, percus, live machines, effets analogiques et chant féminin à l’appui.
chronique / the blackstarliners
d-mute.net
Ancien The Revelators, The Blackstarliners apporte une nouvelle
vague de basse made in uk stepper sur la scène hexagonale. Largement inspiré des sound system qu’on connaît tant - je cite :
Iration steppas, Aba Shanti I, Disciples… -, le duo Ayato et
Sound Alpha est prêt à faire trembler les dancefloor français.
Exclusivement live, la formation nous propose, comme échantillon
de leur savoir-faire, cette démo puissante et expéditive. Cinq
titres, cinq puissantes piles rechargeables en basse mélodieuse
et en sirène ouvrant des skanks galopants. Les tracks ont chacune
une particularité, avec pour seul point commun leur chaleur, et
pour but de se rapprocher le plus possible des ambiances généreuses des sound systems. On notera un sens du dancefloor, emprunté à
leur père, et maîtrisé. L’écoute des deux tunes Black Star Line
Dub et Rolling Dub ne fait que confirmer l’envie des Blackstarliners de percer dans la voie du sound system, de créer des hits
qu’on entendra peut être dans les futures sessions et, espéronsle, à des kilomètres à la ronde.
16/Concert
SAMEDI 15
OCTOBRE
SECRET CHIEFS 3
A.P.A.T.T.
Rock Psychédélique / états-Unis Pop alternatif / Royaume-Uni Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h
Plein Tarif 12 €,
Tarif réduit 9 €
Bourse spectacles 3.50€
Adhérents 7€
http://www.myspace.com/secretchiefs3
http://www.apatt.com
SECRET CHIEFS 3
Les membres de Secret Chiefs 3 cultivent l'art du mysticisme tendance sciences
occultes. Ils se déclarent métaphysiciens natifs d'Indonésie et s'organisent en
sections spéciales aux noms improbables et aux domaines réservés, du surf rock à la
marche funèbre, du film d'horreur à la musique orientale. Curieux ? Pas si étonnant
que cela si l'on connaît la genèse du groupe, né d'un side-project de Mister Bungle
(peut-être la formation la plus barjo de Mike Patton et de son label Ipecac).
Musicalement, le résultat est tout aussi imprévisible : une fusion alchimique
où se croisent rythmes traditionnels du Moyen-Orient, death metal démoniaque,
déviances électroniques et surf rock à la belle étoile, le tout avec l’ampleur
cinématographique d’une B.O. de Morricone. Et aussi étonnant que cela puisse
paraître, le tout affiche une cohésion solide, servie par Trey Spruance, la tête
pensante, et les musiciens qui l’accompagnent (membres de Mr Bungle, Estradasphere
ou encore Marc Ribot).
A.P.A.T.T.
A.P.A.T.T., pour "A Positive Approach to Totality". Un postulat de départ, une
intention d'absorber toutes les formes de création possibles pour produire, au
final, un objet à mille facettes. De la musique oui, tendance pop progressive, mais
aussi des images, de l'humour et surtout un sacré brin de folie. Polka, funk, pop
60's, hip-hop, musique concrète, music-hall ou grindcore se retrouvent pulvérisés,
les formats volent en éclats pour créer en substance ce qui pourrait bien devenir
votre mixtape préférée.
chronique / secret chiefs 3
Chronicart
Les adeptes un peu chelous du projet expansionniste de Trey
Spruance en conviendront aisément, ce Xaphan n'est pas le point
d'entrée idéal pour pénétrer dans l'univers mirifique de Secret
Chiefs 3. Et pour cause, tous ses morceaux ont été composés par
John Zorn dans le cadre de son Book of angels, deuxième recueil
de « mélodies » de la série Masada qu'il s'amuse à distribuer à
ses musiciens préférés (de Marc Ribot à Medeski, Martin & Woods).
Forcément moins démiurge qu'à son habitude, Spruance est donc ici
contraint de percuter sa fusion gloutonne et ésotérique à la judaica insidieuse de l'ami Zorn, et se carre Xaphan, le plus sournois des comparses déchus de Lucifer qui voulait mettre le feu au
Paradis.
(...)
17/Concert
MERCREDI 19
OCTOBRE
AUSTRALIAN RHAPSODY / PIVIXKI
MARCO FUSINATO
WILL GUTHRIE
Pivixki Piano, Batterie / Australie Guitare, électronique / Australie Batterie / Autralie Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h
Concert produit par Jazz à Poitiers
Plein Tarif 12 €
Tarifs Réduits 10 €
Bourse Spectacles 3,50 €
Carte Culture, Adhérents OH et Jazz
à Poitiers 8 €
PIVIXKI
Toujours à mi-chemin entre Xenakis et Napalm Death, fort d’un deuxième album
survolté et de quelques récentes collaborations avec Mike Patton, le plus
improbable des duos trace tout droit et à fond la caisse une route pourtant bien
chaotique. Entre frénésies grind et courtes pauses hypnotiques, la rencontre
brutale entre deux mondes finalement pas si éloignés.
MARCO FUSINATO
Artiste sonore et visuel, artisan du chaos comme matériau principal, Fusinato
malaxe la matière sonore et s’emploie à empiler des strates de masses noisy jusqu’à
créer un mur du son monumental, aussi massif que prêt à s’effondrer sur un public
désemparé, mais qui finit par trouver la voie de la sérénité au sein d’un magma
qu’on imaginerait pourtant plutôt terrifiant.
WILL GUTHRIE
À chaque nouvelle prestation, l’australien de Nantes enfonce le clou. À
l’électronique ou aux tambours ; seul, au sein de The Ames Room ou d’Elwood et
Guthrie, chacun de ses concerts sont autant de pépites musicales. Un prodige tout
en humilité et décontraction qui, quand il décide de voir jusqu’où on peut aller
avec une "simple" batterie, réinvente la percussion et mixe cymbales et toms en
un long flot continu, intense, roboratif et exténuant. Une transe à laquelle on
s’abandonne, imparable, et qui vous laisse exténué mais totalement apaisé.
Will Guthrie, la passion du bruit
http://www.fragil.org
Will Guthrie, musicien australien, est arrivé en Europe en 2003.
Après avoir vécu quelque temps à Londres, le jeune percussionniste s’est finalement installé à Nantes. Will est ce que l’on
pourrait appeler un hyperactif. Loin de se contenter de ses divers projets musicaux, il est aussi l’un des piliers de la scène
expérimentale nantaise et organise régulièrement des concerts
avec l’association Cable#. Il dirige également un petit label de
musique expérimentale, Antboy Music.
L’approche musicale de Will Guthrie est éclectique. “En Australie, c’est vraiment différent. Quand tu es musicien, tu fais
beaucoup de choses différentes. Tu ne fais pas de la musique
improvisée, ou du jazz, ou… J’ai donc joué dans des groupes de
rock, de hip-hop, de jazz, avec une compagnie de danse flamenco,
beaucoup de choses comme ça. Et puis je suis allé au Conservatoire pour étudier l’improvisation.” C’est finalement l’improvisation
qui est devenue le dénominateur commun de tous ses projets. L’improvisation, et surtout une recherche constante sur la matière
sonore et sur ses potentialités, Will suivant en cela l’exemple
de son ami et collaborateur occasionnel Keith Rowe.
18/Concert
JEUDI 20
OCTOBRE
ASSASIN
SOULKAST
Rap / France Rap / France Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h
Dans le cadre du festival Hip Hop & Co
Plein Tarif 18 €
Tarifs Réduits 15 €
Adhérents 13 €
Bourse Spectacles 3,50 €
http://www.livinastro5000.com/
http://www.soulkast.fr/
ASSASIN
Modèle d'intégrité, d’indépendance et d'authenticité pour toute une génération
de rappeurs, Assassin calotte l’Hexagone à l'orée des années 90. Protestation
politique, combat contre les prisons, l’esclavage moderne, le sexisme ou le
racisme, refus de traiter avec les majors, dénonciation d’un empire médiatique
crapuleux : voilà pour la substance du mythe. Pour la forme, le hip hop est roi,
des premières K7 aux derniers sillons, le flow est tranchant, les textes insoumis,
le beat parfait. Vingt ans plus tard, à l'heure où la jeunesse fait monter la
pression d'un cran, de Londres à Athènes, de Madrid à México, le cocktail molotov
porté par Rockin’ Squat et consorts prend encore une autre ampleur. Plus que
jamais, on reste sérieux dans nos affaires.
SOULKAST
Avec l’énergie d’un jeune premier, Soulkast signe une déclaration d’amour à la
culture urbaine et célèbre les origines du hip hop sur l’album Honoris Causa, paru
en début d’année. Si ce lillois, ex-membre du groupe Da Hypnotik, se paye une
production signée Dj Premier et les featurings les plus explosifs, de Ghostface
Killah à Onyx en passant par IAM et KeryJames, c’est aussi son écriture percutante
et son flow rafale qui le placent haut, très haut, dans le rap game.
chronique / assassin
Magic! RPM
Parmi les initiateurs du hip hop français, IAM et NTM se sont
taillés une belle part du gâteau. Peu gourmand, Assassin a de
son côté plutôt brillé par son absence, même si Rockin' Squat,
aujourd'hui seul à la barre s'est montré dans des seconds rôles sur les disques d'amis et collègues. Pourtant, vu l'orientation politique douteuse qu'a pris dernièrement le rap hexagonal,
il était plus que temps qu'un groupe vienne y mettre de l'ordre.
Aujourd'hui, il n'y a encore qu'Assassin, dont la conscience politique se situe quelque part entre Bérurier Noir et Public Enemy,
pour s'atteler à la tâche. Si les rimes de Squat mitraillent toujours aussi justement, elles joutent désormais avec celles de ses
invités et vont même jusqu'à se frotter au flow ragga de Taïro. Si
les textes sont plus introspectifs qu'à l'accoutumée, les thèmes
abordés ici ont bien évidemment un contenu politique prononcé,
s'érigeant successivement contre l'industrie du disque, les crimes
policiers, l'esclavage moderne ou le machisme systématique inhérent au rap français. Pour ce qui est de la partie instrumentale,
la vraie surprise de cet album, Assassin fait encore la différence, notamment grâce à Oncle O, Sulee B. Wax et surtout Dj Mehdi,
qui livrent quelques bombes electrotantôt sombres, tantôt ludiques
$$$, En Avant ou L'Entrave À Nos Jouissances), dont on pourrait
apparenter les sonorités à New Order ou Kraftwerk. Avec des matériaux neufs ou recyclés, la recette des cocktails Molotov par Assassin demeure la même qu'auparavant. Prenez garde à l'explosion.
19/Concert
DIMANCHE 06
NOVEMBRE
TURZI éLECTRONIQUE EXPéRIENCE
K-X-P
électronique Révisionniste / France électro Rock / Finlande Salle de concerts à 19h
Plein Tarif 12 €
Tarifs Réduits 9 €
Adhérents 7 € ou gratuit en libre à
la carte
Bourse Spectacles 3,50 €
http://www.myspace.com/turzi
http://www.smalltownsupersound.com
TURZI éLECTRONIQUE EXPéRIENCE
Après les excellents albums A et B qui l'avaient enserré dans l'étroite étiquette
krautrock et psyché à la française, Romain Turzi dévoile un projet solo, Turzi
Electronique Expérience, continuation du chemin tracé par son plus ancien projet,
Made Under Authority. Tout, chez cet artiste, est une histoire de trajectoire et
de transmission. En témoigne le nom de ce nouveau disque, Education, tentative
d'émancipation, d'affranchissement des codes rabattus par des décennies de
formatage musical. Du rock disciplinaire, il s'est tourné vers l'électronique
révisionniste, aussi obsédante qu'une B.O. de Morricone, aussi aventureuse que
le son de Kraftwerk. Si l’objet est perturbant pour notre confort intellectuel,
la présence d'un certain Pilooski à la production de l’album permet, souvent,
d’abandonner les sphères encombrées de notre cerveau pour laisser parler nos corps
et les laisser, un instant, prendre le dessus.
K-X-P
Trio basse - batterie - synthés, K-X-P, tout droit sorti de la froideur finlandaise,
propose pourtant du hit en pagaille. Assurément dancefloor mais certainement pas
évidente, leur musique est au croisement du krautrock originel de Can ou Neu
! et celui, plus moderne, de The Horrors ou Zombie Zombie. Sulfureux mélange
d'électronique agressive, de rock à banger et de bruitages hallucinogènes, leur
album paru tout récemment sur le label Smalltown Supersound a été accueilli comme
l'une des bonnes surprises du printemps. Suffisamment pour leur permettre de tourner
sur les scènes européennes et peaufiner un live des plus enflammés.
chronique / TURZI électronique expérience
Da place to be
Le petit prodige de chez Record Makers, Turzi, a annoncé cette
semaine la sortie prochaine de son nouvel album sous le pseudonyme de Turzi Électronique Experience. Il nous a également offert
un joli single dans la suite logique de ses précédents travaux:
Connaissance. L'inspiration, on le sent, descend tout droit du
classique Trans Europe Express de Kraftwerk; le son est froid,
imposant, exaltant même - et laisse présager un album robotique,
intemporel, dans la lignée des classiques du genre. Majestueux.
20/Concert
MERCREDI 09
NOVEMBRE
CHOKEBORE
THE PATRIOTIC SUNDAY
Indie Pop / Hawaï Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h
Pop / France Plein Tarif 15 €
Tarifs Réduits 12 €
Adhérents 10 €
Bourse Spectacles 3,50 €
http://www.chokebore.net/
http://www.collectif-effervescence.
com/artistes/the-patriotic-sunday/
CHOKEBORE
En amour, le meilleur, c’est l’attente. Chokebore le sait bien et ne s’est pas
privé de nous mettre à l’épreuve pendant sept ans. Autant dire une éternité. Sans
disque, sans concert, sans aucune nouvelle de nos chouchous Hawaïens exilés entre
Los Angeles et Paris. Troy Von Balthazar, guitariste et chanteur, n’a lui pas chômé
et a mis à profit cette pause pour poursuivre en solo une carrière prometteuse. En
sevrage forcé, impossible pour autant d’oublier tout le potentiel romantique de
Chokebore, ses mélodies désespérées, ses émotions saturées, sa délicatesse, sa
rage, ses textes torturés, ses fins de concert explosives, son line-up de beaux
gosses - au demeurant inchangé à l’heure de ce retour. Car Chokebore revient et
nous promet de nouvelles chansons, réunies sur un nouvel album. On les attend avec
la même ardeur qu’au tout premier jour et la même fébrilité que si c’était le
dernier.
THE PATRIOTIC SUNDAY
Projet solo d’Eric Pasquereau, également guitariste de Papier Tigre, The Patriotic
Sunday a débuté sous un format chant et guitare acoustique qui, s’il collait bien
avec l’intimité troublante des compositions, courait le risque avec le temps de ne
pas échapper à la redite. C’est donc bien entouré qu’Eric a sorti son deuxième opus
en 2009 et qu’il annonce cet automne son petit dernier, Actual Fiction, aux côtés
de La Terre Tremble !!! Les arrangements sismiques du backing band de luxe révèlent
un peu plus la qualité d’écriture déjà bien connue de The Patriotic Sunday.
biographie / chokebore
Magic ! RPM
Emmené par le charismatique Troy Balthazar, ce trio originaire
d'Honolulu (Hawaii) a fait voler en éclats les clichés tenaces
qui collent à l'archipel. Formé en 1989, Chokebore part tenter sa
chance à Los Angeles en 1992. Un premier Lp, Motionless, paraît
l'année suivante. Quelques tournées dans le sillage de groupes
comme Today Is The Day, The Butthole Surfers ou Nirvana achèvent
d'asseoir la réputation de la formation au sein de la scène indie
rock bruitiste américaine. Mais aux guitares saturées inhérentes au genre, Chokebore ajoute une mélancolie délicate – ce qui
lui vaudra d'être affilié à l'école sadcore, aux côtés d'éminences tels Low ou Red House Painters, avec lesquelles Chokebore n'a
pourtant que très peu de points communs, si ce n'est l'art de la
dépression mise en musique. Francophile, Chokebore a enregistré
deux albums en France (A Taste For Bitters, 1996 et Black Black,
1999), et publié un album live capté à la Route Du Rock de Saint
Malo en 2001 (A Part Of Life, 2003). Ce témoignage reste le chant
du cygne de la formation, aujourd'hui dissoute alors que l'immense Troy poursuit sa route en solitaire.
21/Concert
JEUDI 10
NOVEMBRE
YUKSEK
MC LUVIN
électro Pop / France électro Pop / France Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h
Plein Tarif 17 €
Tarifs Réduits 14 €
Adhérents 12 €
Bourse Spectacles 3,50 €
http://yuksekmusic.tumblr.com
http://www.mcluvin.fr
YUKSEK
Lorsque l'on vient d'une région où le champagne coule à flots, rien d'étonnant
à ce que l'on compose une musique plus légère que l'air et plus précieuse que
l'or. Le raffinement qui marquait les premières compositions de notre Rémois est
en effet resté indemne en passant le cap du deuxième album. Living on the Edge of
Time est néanmoins loin d’être une redite. Yuksek y explore de nouveaux horizons
pop, composant, produisant et chantant seul les onze morceaux de ce nouveau
disque. N'allez pas prendre pour autant ce travail de loup solitaire pour un objet
déprimant, la musique que l’on y entend est un regard porté sur demain. Un futur
que Yuksek rêve puissant et euphorique, retranscrit en concert entouré de musiciens
bien décidés à secouer à nouveau les clubs et leurs danseurs.
MC LUVIN
Pas vraiment hip hop, ni vraiment rock, ni vraiment électro, Mc Luvin est
l’assemblage de deux hurluberlus, que seules les lunettes de soleil rassemblent
à première vue. D'un côté Gystere, musicien un peu frappadingue, sorte de Lenny
Kravitz qui aurait emprunté son look à un Freddie Mercury sous acide. De l'autre,
on a le pur b-boy, Drixxxé, producteur du groupe Triptik et esthète du rap, de la
funk, de la soul ou du jazz. Les deux ensemble forment Mc Luvin - rien à voir avec
une nouvelle chaîne de restauration rapide. Juste de la pop légère et entraînante,
à l'univers aussi barré que coloré.
chronique / yuksek
goutemesdisques.com
Yuksek était hier un sympathique producteur assimilé French Touch
à qui l'on devait le sauvetage du second opus de Birdy Nam Nam
et un Away From The Sea fort sympathique, quoiqu'un peu oublié
aujourd'hui. Yuksek est aujourd'hui avec Living On The Edge Of Time
un miracle électro-pop : prenant le taureau par les cornes, PierreAntoine Busson se lance à tombeau ouvert dans un songwriting tout
en kicks-snares, en guitares ou en envolées de synthés (...) Le
changement est radical et la prise de risque, permanente sur ce
nouvel album, mais on sentait venir ça depuis un moment : Away From
The Sea avait déjà ses moments de luminosité pop bien coincés entre
deux bangers « à la Daft Punk », des moments à tort trop écrasés
d'ailleurs, la touche Yuksek se faisant particulièrement sentir
sur ces pistes là. Une erreur que ce Living On The Edge Of Time
vient corriger de fort belle manière en inversant la tendance par
rapport à son prédécesseur sans pour autant trahir la recette qui a
garanti son succès : moins de bangers donc (mais un peu quand même)
plus de pop songs sur ces onze titres dégoulinant d'optimisme, de
bisouïtes aiguës et de claviers 80s. Et on réalise que « On A Train
» et ses accents très « Blue Monday » ont plutôt bien annoncé la
couleur : les refrains de Living On The Edge Of Time seront catchy
au possible, flirtant avec des kitscheries apportant une sacrée dose
de soleil à l'ensemble. (...)
22/Concert
JEUDI 17
NOVEMBRE
BLITZ THE AMBASSADOR
MICRONOLOGIE
Hip hop / états-Unis Rap / France Salle de concerts à 21h
Dj set de Turn It Up Show
et Soul Refreshment dès 18h
Plein Tarif 15 €
Tarifs Réduits 12 €
Adhérents 10 €
Bourse Spectacles 3,50 €
http://blitz.mvmt.com/
http://www.myspace.com/micronologie
BLITZ THE AMBASSADOR
De Public Enemy à la Motown, le pas n’était pas évident à franchir. Ce MC newyorkais natif du Ghana l’a pourtant enjambé avec la souplesse d’une gazelle, grâce
à un sens du flow et du groove incomparable. Blitz the Ambassador expérimente tous
azimuts la black music ; il en explore les points de frottement, s’aventure dans
ses intersections, ouvre des brèches et embrasse l’inconnu. Il y découvre de
nouveaux paysages sonores où l’on ne saurait dire où commence le hip hop et où se
termine l’afrobeat, où débute le r’n’b et où s’arrête la musique traditionnelle
africaine. Aux côtés du MC, The Embassy Ensemble, backing band digne d’un Lee
Fields où section cuivres, guitare-basse-batterie et percussions africaines se
côtoient, achève de donner corps à cette foisonnante utopie musicale.
MICRONOLOGIE
Groupe de hip hop rennais, Micronologie rappelle à nos oreilles que l'Ouest
français est dans la place sur la scène hip hop : Hocus Pocus, Tribeca, Tepr,
Abstract Keal Agram, DJ MArrrtin ou encore Dj Netik avaient posé les premières
pierres. Héritiers du courant Native Tongue, les Micronologues ont digéré avec brio
le patrimoine laissé par A Tribe Called Quest, Jungle Brothers ou De la Soul, pour
livrer un bon vieux hip hop goldie, assuré par les samples Motown de Dj Sambal,
beatmaker attitré, et les textes conscients ou drôles, mais toujours subtiles, des
trois MCs aux flows affûtés.
chronique / blitz the ambassador
Arte Live
Né au Ghana en 1982, Blitz The Ambassador est parvenu en quelques
années à s'imposer comme l'un des MC les plus novateurs de la scène
new-yorkaise. Après avoir fondé son propre label, Embassy MVMT,
avec l'appui de The Roots, il édite en 2009 son opus magnum au
titre trompeur, Stereotype. Salué comme l'un des albums les plus
remarquables de ces dernières années, le disque embarque le hiphop dans des orchestrations foisonnantes et complexes, dont le
swing doit autant à l’influence prégnante du funk qu'à un flow véloce
et rassembleur (comme l'illustre le premier single de l'album,
Something to believe).
Sur scène, accompagné par les six musiciens de l'Embassy Ensemble,
Blitz donne corps à ses hautes ambitions et prouve qu'il n'y a nul
besoin de flambe exagérée pour revigorer le genre.
23/Concert
SAMEDI 19 & dimanche 20
NOVEMBRE
OFNI / MESSER CHUPS
DOUBLE NELSON
BRITAIN'S GOT... OTHER TALENT
Surf / Russie Rock / France En partenariat avec
Nyktalop Mélodie
Films & Expérimentations visuelles Plein Tarif 12 €
Tarifs Réduits 9 €
Adhérents 7 €
Bourse Spectacles 3,50 €
http://ofni.biz
http://www.libo.ru/f5148.html
http://doublenelson.com
festival ofni samedi & dimanche 9ème édition du festival OFNI à Poitiers, du 16 au 20 novembre, organisé par
Nyktalop Mélodie : films, concerts, performances audiovisuelles et expérimentations
visuelles, ateliers, expositions et salon OFNI d'éditeurs indépendants... Dont un
focus Britain's got... other talent dans la programmation 2011 avec une soirée
Hammer Films en parallèle de l'exposition sur les fanzines et cinéma de genre à la
Médiathèque.
Infos http://ofni.biz
Salon de l'Edition Indépendante samedi & dimanche OFNI pose son vaisseau tout le week-end au Confort Moderne avec la seconde édition
du Salon de l'édition indépendante (cinéma, création graphique et audiovisuelle,
labels...). Un rendez-vous alliant sur ces 2 jours un panel de films, concerts,
rencontres, signatures et performances audiovisuelles.
Salon ouvert en entrée libre de 15h à 23h le samedi et de 13h à 17h le dimanche.
Vernissage de l'exposition de Mirka Lugosi samedi
Mezzanine du Confort Moderne
Britain's Got... Other Talent samedi
Films et expérimentations visuelles
MESSER CHUPS samedi Révolution soviet en similicuir ! En hommage à l'âge d'or des 50's, ce duo de
mutants russes mise tout sur le charme chic et kitsch de l'époque. Leur garage
surf horrifique sonne comme la bande son de séries B fantastiques rétro, dialogues
samplés, guitares saturées, percus exotiques, claviers analogiques et thérémine
à l’appui. Si on vous dit que bas résilles et rock'n'roll ont toujours fait bon
ménage…
DOUBLE NELSON samedi
Brassant indus, tribal, électro et toute une foultitude d’autres influences, Double
Nelson injecte une telle dose d’énergie punk dans sa musique qu’elle ne prend pas
une ride, malgré ses plus de vingt ans d’existence. Avec des productions visuelles
mystico-fantastiques aussi sexy que leur son, ces iconoclastes perfectionnistes
continuent de prendre et de donner beaucoup de plaisir sur scène. Aucune raison
de s’en priver… Concert précédé de la diffusion du film Frutti Chester des Double
Nelson qui pratiquent depuis leurs débuts la réalisation de courts métrages
toujours décalés, bien nourris de série B et de cinéma de genre.
OPEN INDIE DJ SET samedi
Pour clôre la soirée, les éditeurs sont conviés à se joindre à l'équipe pour
enchaîner leurs plus belles galettes derrière les platines !
24/Concert
EXPOsITION
mirka lugosi
Du 19 novembre 2011 au 13 janvier 2012
Mezzanine
Du lundi au vendredi
de 14h à 18h
et les soirs de concert
Mirka Lugosi, personnage hors du commun, a eu plusieurs vies. Née à quelques lieues du château de Dracula, au cœur des Carpates septentrionales,
Mirka grandit dans ce décor fantasmatique qui participe aujourd’hui au
charme et à l’étrangeté de son univers. Figure incontournable de la scène
fétiche, membre du Syndicat, groupe expérimentateur noise et activiste underground des années 80, elle est aussi éditrice du magazine Maniac avec le
photographe Gilles Berquet dont elle est le modèle, la muse et la compagne.
Même si elle aime à se désigner comme "peintre d'images" et qu'elle pratique la gouache, les encres sur photographies, les vidéogrammes et l'illustration, c'est au travers du dessin que Mirka exprime au mieux la complexité et la finesse de son univers. Son trait maniaque, à la mine de plomb
ultra fine demande des heures, un labeur fait de souffrances physiques qui
participe d'un certain masochisme. Mirka Lugosi nous entraîne dans un univers sans logique apparente ni hiérarchie ; les objets, les êtres humains,
les animaux fusionnent et sont traités sur un pied d’égalité. Un monde aux
apparences naïves qui pourtant transcende l'imagerie érotique pour questionner avec subtilité et impertinence nos rêves, nos pulsions et nos fantaisies. Mirka travaille en petits formats. Elle crée un univers érotique
et fantasmagorique unique, tout à la fois percutant, subtile, dérangeant,
drôle et personnel, flirtant avec un érotisme noir ... poudré de rose.
Souvent cantonné à un univers érotique et sans cesse ramené à des références du genre, son travail s’inscrit pourtant dans une filiation plus classique de l'art du 20ème siècle. Les surréalistes en premier lieu avec Man Ray
mais aussi Bellmer pour l'étrangeté ou encore Unica Zurn pour le fond psychologique troublé qui émane de ses scénettes.
Alors que l'exposition Off Modern dans les modules du Palais de Tokyo se
résume à la présentation d'un dessin exclusif, l'exposition au Confort Moderne se construit autour d'un ensemble représentatif de son travail des
dix dernières années et inclut d'autres travaux comme des illustrations des
années 80 et 90 ou encore des archives des lives du Syndicat. Enfin, quelques photos vintage de Gilles Berquet et des éléments mobiliers qui l'accompagnent lors de ses séances de travail donnent une vue élargie de l'œuvre et du parcours de Mirka Lugosi.
Intemporel, le travail de Mirka est unique et précieux tout comme elle. Le
mystère persiste : qui sont les personnages qui hantent ses œuvres ? La
tentative de projection d'une femme générique, des autoportraits fantaisistes ou une vision genrée d'un objet de désir ?
25/Exposition
JEUDI 24
NOVEMBRE
AUCAN
PICORE
Rock vs Dubstep / Italie électro noise / France Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h
Plein Tarif 12 €
Tarifs Réduits 9 €
Adhérents 7 €
Bourse Spectacles 3,50 €
http://www.myspace.com/aucan
http://picore.biz
AUCAN
Paysages désolés d’un math rock désenchanté contre souffle dubstep dernière
génération. Tout jeune groupe italien, Aucan compte pourtant déjà trois albums
à son actif, sortis chez African Tape (label d’Oxes, Marvin, Ned ou encore Extra
Life). Ils ont aussi multiplié les concerts – plus de 250 au compteur – au cours
desquels leur musique hors norme n’a pas manqué de marquer les esprits. Portée par
une formation rock, dans l’instrumentation comme dans l’attitude scénique jusqu’auboutiste, la musique du trio a débuté sous les bons auspices de l’influence Battles,
densité rythmique à l’appui. Elle s’est dernièrement séparée de ses amplis pour
s’enrichir de nappes électroniques et les guitares se mettent à présent à sonner
comme des synthétiseurs. Les fans d’Aphex Twin, de Radiohead ou de Brian Eno s’y
retrouveront donc aussi.
PICORE
Oiseau de funeste augure, affamé de dissonances sordides, Picore recouvre son
abstract hip hop d’un voile indus des plus grinçants. Jamais spoken words, dub et
noise n’auront aussi bien crié à l’unisson, sous le patronage de l’écurie Jarring
Effects qui sort cet automne le tout nouvel album, Assyrian Vertigo. Sueur, salive
et sang sont les ingrédients d’une musique troublante, proposée en live lors de
sessions qui tiennent plus de la performance que du concert, ancrée dans un univers
visuel habité. A rapprocher davantage du corbeau que du rossignol.
chronique / aucan
w-fenec.org
Sans la moindre transition, Black rainbow, le nouvel effort signé
Aucan débarque dans la tanière et une fois le disque posé dans le
lecteur, première surprise, là où on pensait s'attendre à du mathrock à la Battles, le groupe distille un trip-hop cotonneux et
envoûtant avec "Blurred", première pièce d'un ensemble musical qui
va se révéler plutôt déroutant. Mais intrigant... et plus encore
assez jouissif. Car passé ce morceau inaugural réellement brillant,
les Italiens optent pour un mélange rock/big beat électronique
percutant et savamment ciselé. "Heartless", "Red minoga", "Sound
pressure level"... on enchaîne. Trop rock pour le dance-floor,
trop électro pour du rock, trop alternatif pour faire sauter le
compte en banque d'une major, Aucan est surtout ici beaucoup
trop de choses pour le réduire à un ensemble d'étiquettes ou de
qualificatifs hasardeux. Un flow hargneux, de l'énergie dopée au
beats qui s'enfoncent dans le cortex cérébral, un groove atomique
et quelques brûlots rock/électro sous acide, Black rainbow est
à l'image de son artwork : coloré et sombre à la fois, tortueux
et limpide en même temps. (...) Encore un joli coup de l'écurie
Africantape décidément bien coutumière du genre.
26/Concert
JEUDI 01
DECEMBRE
GIéDRé
NICOLAS JULES
Chanson / France Chanson / France Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h
Concert organisé par l'association
Project'Il
Plein Tarif 10 €
Tarifs Réduits, Adhérents, Bourse
Spectacles 6 €
http://www.giedre.fr
http://nicolasjules.over-blog.com
GIéDRé
Venue de si loin et pourtant si perspicace sur les vices de notre société ! Giédré
gratte là où ça démange. Ce que tout le monde tait, elle le chante, pour le plus
grand bonheur d'une certaine poésie. Peut-être qu'à énoncer par son humour noir
percutant, des vérités tacites, nous livre-t-elle sa vision idéale d'un monde plus
beau ? Et si on ne sait jamais bien discerner, avec elle, le vrai de l'imaginaire,
elle parvient parfaitement, l'espace d'une soirée, à nous faire voyager dans son
monde reposant, fait d'accords de guitare et de paroles amusantes.
NICOLAS JULES
Poète pictave, Nicolas Jules vient renouer avec ses racines le temps d'une soirée.
Après cinq ans d'absence au Confort Moderne, il revient accompagné de sa guitare
électrique et de ses deux compères et nous guide sur les sentiers battus de son
univers à la fois poétique et décalé. Ses textes originaux parviennent à réveiller
en chacun de nous une note de fantaisie qu'il sait habilement transformer en
complicité avec son public, toujours plus nombreux.
Et lorsque ces deux artistes viennent accoupler leur univers au cours d'une même
soirée, c'est toute notre vision du monde qui s'en trouve transformée.
chronique / nicolas jules
longueurdondes.com
Ce quatrième album est né sur la route, entre Paris et Québec.
Voilà peut-être pourquoi ces onze titres respirent l’errance.
Celle de la guitare, d’abord. Electrique, elle plante des ambiances
nébuleuses, parfois dissonantes et dissipées, colorant d’un son
rugueux et bienvenu une base blues ou rock qui serait sans elle un
peu trop sage. L’errance des textes, ensuite, portés par une poésie
évidente. Le musicien écrit : « Les guirlandes du ciel marchent une
fois sur deux / Le plâtre de la lune tombe sur mes cheveux / C’est
pas moi qui suis vieux, c’est la nuit « , ou encore : « La terre
a la forme d’un cri ». Sur ses textes ciselés et fluides, auréolés
d’un désenchantement lunaire, il pose une voix monocorde et grave,
qui n’est pas sans rappeler, parfois, celle d’un Daho. Le résultat
est plus rock, brut est vénéneux que son précédent disque «Powête»,
et c’est tant mieux.
27/Concert
SAMEDI 10
DECEMBRE
SVART CROWN
BLIS OF FLESH
Black & death metal / France Black & Death Metal / France Salle de concerts à 21h
Dj dans le bar dès 18h
Plein Tarif 13 €
Tarifs Réduits 10 €
Adhérents 8 €
Bourse Spectacles 3,50 €
http://www.myspace.com/svartcrown
http://www.myspace.com/blissofflesh
SVART CROWN
La genèse de Svart Crown est à chercher du côté des forces obscures : celles qui
repoussent les limites de la musique extrême et qui vous contraignent à vous faire
une nouvelle idée de la brutalité et de la noirceur. On perçoit dans cette musique
une frénésie et une fureur barbare rarement entendues. Une marque de fabrique que
l’on retrouve dans l’album définitivement occulte, Witnessing the fall, signé chez
Listenable Records. L’atmosphère y est sulfureuse et oppressante, le croisement du
black et du death metal prend la forme d’un assaut frontal auquel vous ne saurez
résister. Svart Crown, ou la bête noire à la colère vorace, symbole d'une humanité
en perdition, pourrait bien vous offrir un formidable exutoire en cette période de
fêtes de fin d’année.
BLISs OF FLESH
Quintet composé de membres aux doux pseudos, Sikkardinal, Flehstigma, J. Poizon,
Pandemic et Necurat, Bliss of Flesh se situe au croisement des chapelles death et
black metal. Destruction et désespoir hantent une musique dont l’interprétation
magistrale révèle une décennie de pratique intensive. Après avoir exploré les basfonds de l'underground metal, commis quelques splits remarqués avec Bloodhammer
ou Annihilation et enchaîné les tournées européennes, le groupe rejoint le label
allemand Twilight Vertrieb pour leur premier album, Emaciated Deity. Les lignes
mélodiques dissonantes et lugubres, la puissance du son, entre sophistication
et agressivité jouissive, la volonté d’en découdre : l’influence de Behemoth ou
Belphegor est palpable, le rendu extrême et diabolique.
biographie / svart crown
metalorgie.com
Svart Crown est fondé en 2004 par JB Le Bail (Guitare / Chant) dans
l'idée de pratiquer un Black / Death noir, puissant et entrainant
autant influencé par Behemoth, Arkhon Infaustus, Marduk, Immolation,
Nile ou Morbid Angel. Il est rejoint par Sean Scutcher (Batterie)
et Nico Restituito (Basse) pour jouer quelques concerts. L'année
suivante, Christophe Ralison prête renfort au groupe en tant que
second guitariste ce qui leurs permet d'enregistrer une démo,
Bloody Crown qui sort en 2006 et de tourner déjà en compagnie de
Gojira, Otargos, Artefact...
Après quelques changement de line-up, le groupe se stabilise avec
Clément Flandrois (Guitare), Ludovic Veyssière (Basse) et Gaël
Barthélemy (Batterie) également cogneur chez Balrog, Glorior Belli
et Drowning. Ages Of Decay est leur premier album qui parait chez
Rupture Music en 2008, puis, deux ans après, Svart Crown livre son
nouveau méfait : Witnessing The Fall chez Listenable Records qui
fait bonne impression dans l'hexagone. Le combo tourne à la fin de
l'année aux côtés de Melechesh et Noctiferia.
28/Concert
MERCREDI 14
DECEMBRE
DOCUMENTAIRE
Pratiques amateurs et petits lieux de diffusion en Poitou-Charentes Salle de concerts à 20h30
DOCUMENTAIRE
Entrée libre
Organiser un concert dans un bar ou un petit lieu peut sembler un projet assez
simple à réaliser, de même pourrait-on croire qu’il est facile pour un groupe de
se diffuser dans ce réseau de petits lieux régionaux. Pourtant, les contraintes,
jugées par certains croissantes, peuvent révéler une certaine complexité. Pour
en parler, pour mettre certaines réalités à jour, le Pôle Régionale des musiques
actuelles a commandé un documentaire auprès de La Famille Digitale. Le film nous
propose un voyage sur la route de groupes amateurs
ou semi-professionnels (Gâtechien, Bud Mc Muffin, My Secretary, DJ Korto…) se
produisant dans des lieux représentatifs de ces espaces musicaux qui font la
richesse culturelle du territoire picto-charentais. De fait, sont alors mis en
exergue des problématiques bien
connus des musiciens et organisateurs de concerts. Comment gérer ce que l’on
appelle désormais les nuisances sonores ? Comment boucler un budget tout en
respectant le cadre légal ? Mais plus largement, quelle est la fonction de ces
petits lieux de diffusion ?
A l’heure où nous rédigeons ces lignes, le documentaire est en cours de
réalisation. Sa diffusion le 14 décembre sera donc une première.La diffusion du
documentaire réalisé par Benoît Perraud et Amy Carroy sera suivie d’une rencontre
avec les différents protagonistes. Rencontre (in)formative proposée suite à la
table ronde sur la Vie Nocturne à Poitiers, qui s'est tenue en mai 2010 au Confort
Moderne.
29/Rencontre
(in)formative
JEUDI 15
DECEMBRE
BUBBLE BOUM
Bar à 22h
BUBBLE BOUM
Entrée libre
Vous l’avez peut-être remarqué si vous venez quelques fois au Confort Moderne :
on aime bien se la jouer dj-paillettes derrière les platines, dans le bar, avant,
pendant et après les concerts. Comme on est plutôt partageurs, vous voyez aussi
souvent des animateurs de Pulsar, des djs de Poitiers ou même d’un peu plus loin
se prendre au jeu. Dans la mesure où l’idée que l’on se fait de la fête est assez
éloignée du marathon des cadeaux de Noël dans la foule et le froid, on vous offre
un bel exutoire avant la traditionnelle dinde aux marrons-bûche au chocolat qui
vous attend dans quelques jours : la BUBBLE BOUM. Une fête, une vraie, dont vous
serez peut-être le héros. Le principe : revêtez vos habits d’apparat, faites le
plein
d’euphorie et rejoignez-nous à 22h00 précises avec les trois disques de votre vie.
Soul, disco ou black metal, house, funk ou indie pop, dub, musette ou hip hop, peu
importe pourvu que ça groove et que vous soyez absolument convaincu du résultat
sur le dancefloor. Un tirage au sort déterminera qui passera derrière les platines
ses trois tubes, ses trois hits, ses trois petites bombes musicales. Chaque série
sera entrecoupée d’un morceau générique, rengaine continue pour faire monter la
pression, et l’animation du tout sera assurée par un professionnel de la nouba. On
compte sur vous pour faire de cette première Bubble Boum une nuit d’anthologie !
30/Boum
action
Culturelle
mystères
Atelier artistique mené par les
élèves des collèges Pierre Ronsard,
Jean Rostand, Notre Dame de la
Chaume et Jean Moulin
durant l’année scolaire 2011-2012
Intervenant : Laurent Le Deunff,
plasticien
Atelier
de septembre 2011 à février 2012
Exposition
en février 2012
Ce projet s’articule autour de différents mediums : sculpture, photo et
dessin. En début d’atelier, les élèves de chaque classe choisiront la
miniature d’une sculpture existante. Nous possédons tous des bibelots,
oubliés dans le fond d’un tiroir, souvenirs rapportés de voyages, qui
reproduisent grossièrement, en format réduit, des monuments historiques
tels que les pyramides égyptiennes ou la Tour Eiffel.
L’artiste propose aux élèves de retracer le chemin inverse. Le monument
miniaturisé et devenu bibelot garde ses proportions et reprend de la
hauteur pour donner naissance à une nouvelle forme. Celle-ci sera
construite dans les espaces extérieurs de l’établissement scolaire à partir
de bois, de cartons d’emballage, de papier craft et d’éléments trouvés in
situ. Les matériaux utilisés pour sa production, pauvres ou éphémères,
créent un décalage vis-à-vis du sujet et donnent aux sculptures la
précarité du vivant.
Une fois les sculptures finalisées et érigées, celles-ci feront l’objet
d’observations récurrentes par les élèves durant quatre mois.
A intervalles réguliers, une documentation naîtra de ces observations :
croquis, photographies, annotations, …
Cette documentation, aboutissement de ce long processus, sera présentée
sur la mezzanine du Confort Moderne et témoignera ainsi de l’évolution des
sculptures face au temps qui passe.
la voie de son MaÎTre
Atelier artistique mené par
les élèves du collège
Théophraste Renaudot
Année scolaire 2011-2012
Intervenant : Contact in vivo-
Atelier de novembre à février
Présentation publique
en février 2012
Tapoter sur la table, faire grincer sa chaise ou vibrer sa règle sont autant de
moyens pour un élève d’échapper au ronron d’un cours ennuyeux. Ce nouveau projet
propose à un groupe de collégiens d’imaginer une création sonore à partir de ces
réflexes souvent pénibles, en s’inspirant du dispositif déployé par les musiciens
de Contact in Vivo. Ce groupe poitevin de percussionnistes, éclairagiste et
sonorisateurs détournent des objets de leur environnement scénique, se saisissent
des sonorités obtenues via des capteurs et les soumettent à différents traitements
avant de les livrer au public. Auprès d’un percussionniste et d’un sonorisateur,
les élèves sont invités à détourner le mobilier de leur salle de classe et de
leur restaurant scolaire pour qu’ils deviennent les supports de percussion et de
diverses expérimentations sonores. La musique produite sera ensuite retravaillée
par les collégiens avec une console de mixage et divers effets pour donner lieu à
des compositions originales. Trois représentations sont programmées courant 2012,
au Confort Moderne et dans les collèges Théophraste Renaudot et France BlochSerazin.
31/Médiation
Culturelle
le confort moderne association l’oreille est hardie
Relations presse : Emma Reverseau ([email protected])
185, rue du faubourg du pont-neuf
BP 502 – 86012 Poitiers
Tel : +33 (0)5 49 46 08 08
www.confort-moderne.fr

Documents pareils