Télécharger les résultats détaillés de l`étude

Commentaires

Transcription

Télécharger les résultats détaillés de l`étude
Formation de personnes relais du dépistage du cancer du sein et du cancer du col de l’utérus et actions menées en
Isère sur 7 quartiers en ZUS. Evaluation quantitative de la participation au dépistage des cancers du sein et
qualitative de la formation de personnes relais.
Introduction : L’ODLC a mis en place depuis 2008, en collaboration avec les Ateliers Santé Villes (ASV) de 7 communes de l’Isère, des actions visant
à sensibiliser les populations des quartiers prioritaires (population en situation de vulnérabilité sociale) au dépistage des cancers du sein puis du col
er
de l’utérus,. Ces actions se sont largement appuyées sur la formation de personnes relais (PR). Elles ont débuté sur le terrain avec comme 1
objectif, la mobilisation autour d’Octobre Rose 2008 et en janvier 2010, la semaine européenne de lutte contre le cancer du col. Une évaluation de
ces actions a été proposée dans le cadre de l’appel à projets de l’INCa « soutien aux actions menées par les associations pour améliorer le
dépistage, la détection précoce et la prévention des cancers » de février 2009.
Objectifs :
1/ Créer une dynamique départementale de sensibilisation en s’appuyant sur le projet évènementiel Octobre rose 2008 autour du personnage
emblématique « Rose ambassadrice du DO Sein en Isère». Le partenariat initié en 2007 avec le référent en santé publique de l’agglomération
grenobloise et les coordonnateurs des ASV du département, a permis de mettre en place une formation de personnes relais du dépistage du
cancer du sein. Suite à ces formations, les PR ont pu s’impliquer directement dans les actions organisées par l’ODLC et dans celles qu’elles ont
initiées (hammam / course en rose / théâtre action).
2/ Evaluer l’impact de cette sensibilisation par une étude quantitative (comparaison de la participation au dépistage du cancer du sein, des
habitantes domiciliées sur les quartiers en ASV, avant et après les actions menées à partir d’Octobre 2008) ; et une étude qualitative (approche
sociologique de la formation de personnes relais dans 3 quartiers prioritaires situés à Fontaine / Grenoble Teisseire / Pont de Claix)
Méthodologie :
Recrutement des PR par les coordonnateurs ASV et l’ODLC, par la présentation du
déroulement de la formation et l’intérêt des dépistages des cancers. Sessions de 3 jours (en
juin 2008) réduit à 2 demi-journées (octobre 2011) avec inclusion de mises en situations.
Etude quantitative sur le dépistage organisé du cancer du sein : Une identification des
quartiers où ont été menées des actions pour « Octobre Rose 2008 » (quartiers AOR) a été
réalisée dans le fichier ODLC à partir des adresses, en collaboration avec l’AURG (Agence
d’Urbanisme de la Région Grenobloise) et le Registre du cancer de l’Isère. Le calcul de la
participation a été fait pour trois années consécutives : 2007, 2008, 2009, par le rapport :
nombre de mammographies / nombre de femmes invitées. Les résultats des quartiers ont
été comparés à ceux des villes dans lesquelles ils sont situés et à l’ensemble du
département.
Etude qualitative de trois groupes de PR du dépistage du cancer du sein, qui ont été suivis à des stades différents de la démarche (formation,
réunions, mise en place d’actions). Les séances de formation ont fait l’objet d’une observation participante. Chaque PR a ensuite été interviewée,
de manière individuelle ou en binôme, en face à face ou par téléphone, au cours de deux vagues d’entretiens.
Evolution de la participation au DO sein suite aux actions dabs quartiers en ZUS
Résultats :
Formations & actions : 73 personnes relais du dépistage du cancer du sein,
formées en Isère de 2008 à 2011 sur les ASV de de Fontaine, Grenoble, Pont de Claix,
Echirolles, Vienne, Bourgoin Jallieu, St Martin le Vinoux) et sur la même période,
54 actions de proximité menées pour le dépistage du cancer du sein. La méthodologie
modélisée a été déclinée pour le dépistage du cancer du col de l’utérus sur l’ASV de
Fontaine avec la formation des personnes relais déjà formées pour le sein et l’ASV de
St Martin le Vinoux pour une action menée dans un hammam avec 17 femmes âgées
ère
de 30 à 60 ans. En mars 2011, 114 personnes ont participé à la 1 rencontre
départementale des personnes relais de l’Isère.
60%
55%
50%
45%
57,3%
54,4% 54,3%
50,6%
49,1%
50,1%
48,4%
47,2%
44,7%
43,5%
44,2%
41,1%
40%
35%
30%
Etude quantitative : Globalement la participation est plus faible dans les quartiers
2007-2009
Isère
prioritaires que dans les villes et le département. En 2008 la progression observée
dans les villes et l’Isère n’a pas été retrouvée dans les quartiers alors qu’en 2009, après
la mise en place des différentes actions, la participation de ces quartiers a rattrapé celle de l’Isère.
2007
Villes
2008
2009
Quartiers
Etude qualitative : Les personnes relais enquêtées sont quasi exclusivement des femmes actives ou à la retraite, dont les plus mobilisées sont
membres d’associations ou de collectifs d’habitants. La légitimité du rôle de relais du dépistage, qui interroge les groupes débutants ne pose plus
question après 2 ans d’existence. Les actions sont plutôt réalisées sur un mode collectif. Les démarches individuelles, plus accessibles au départ,
dépassent rarement le message vers les proches et arrivent rapidement à épuisement. L’enquête montre un fort besoin d’outils pour aller vers les
populations et aborder le thème du cancer et du dépistage. Enfin, l’accompagnement des groupes se révèle essentiel pour maintenir la dynamique
sur le long terme.
TSVP
Conclusions :
Les actions de proximité menées dans les quartiers prioritaires et notamment l’implication de personnes relais du dépistage peuvent permettre un
bénéfice dans l’adhésion au programme des populations en situations de précarité. Il est cependant nécessaire de prévoir un
accompagnement constant des groupes en particulier par une collaboration étroite avec les ASV.
Difficultés : Gros turnover des professionnels coordonnateurs ASV et problème de fidélisation des groupes de personnes relais. Investissement
important de la SG pour l’élaboration du programme, l’animation des formations et la mobilisation des groupes sur les formations et les actions.
Perspectives : Réorientation des formations vers les professionnels (médico-sociaux) plus que vers les habitants. Déploiement des formations et
actions autour du dépistage du cancer du col de l’utérus pour davantage d’actions « Santé au féminin sein + col de l’utérus ». Organisation de la
seconde rencontre de personnes relais Isère en avril 2012.

Documents pareils