Administrateur système et réseau

Commentaires

Transcription

Administrateur système et réseau
Administrateur système et réseau
Rome M1801
1 Le métier
Le métier : Administrateur système réseau
Garant de la bonne marche des réseaux, des
systèmes d’exploitation et des logiciels d’une
entreprise, l’administrateur système et réseau est
porteur de la vision globale du système
d’information de l’entreprise. Vigilant sur la
performance, la sécurité des données et à l’écoute
des besoins des utilisateurs, l’AS&R fait preuve de
rigueur, de curiosité et de capacité à anticiper.
©ingénieur informatiqueCRpaca
Administrer des ordinateurs et un réseau
L’administrateur système et réseau (l’AS&R) est responsable au sein d’une organisation du bon fonctionnement
technique d’un ensemble d’ordinateurs, serveurs et postes clients (système), reliés entre eux par voie hertzienne,
câbles ou fibres optiques (réseau). Cette administration quotidienne des systèmes et des réseaux recouvre une
grande diversité d’activités dont le périmètre varie en fonction du type et de la taille de l’entreprise.
Installation, configuration, interventions et pilotage des optimisations
Au sein d’une grande entreprise, la fonction peut être dédoublée en deux postes : l’administration du système et
l’administration du réseau. En petite et moyenne entreprise, cas le plus fréquent en PACA, ce professionnel est
polyvalent : on parle d’administrateur système et réseau.
L’AS&R configure l’infrastructure réseau (paramétrages, tests) et réalise l’installation des matériels et logiciels sur
les serveurs et les postes clients.
Il administre la plateforme système (création des comptes, gestion des droits, des sauvegardes). Il doit
comprendre les usages faits par les utilisateurs du système d’information afin de réussir les optimisations. Il leur
explique les fonctionnements, les règles d’utilisation et les assiste en cas de difficultés.
Il intervient en cas d’incidents, sur site, ou par un système de «hot line» (assistance à distance) lorsque
l’entreprise a plusieurs localisations.
Une mission délicate : la sécurité des données informatiques
Les parcs informatiques sont aujourd’hui composés de postes de travail individuels et puissants, reliés et
autonomes, fortement multimédia. La sécurité informatique (protection et conservation des données, autorisation
d’entrées et de sorties de flux) est de plus en plus complexe à assurer. L’administrateur doit mettre en place les
solutions conformes aux impératifs de l’entreprise. Il a accès à l’ensemble des données du réseau et cette
prérogative a pour contrepartie une obligation de confidentialité. Divulgation à l’interne comme à l’externe de mots
de passe, d’identifiants de connexions, de mails privés, de fichiers enregistrés sur le disque dur sont autant de
possibilités d’actions encadrées par la loi et qui peuvent, dans certains cas, être pénalement réprimées. Il lui sera
donc demandé de faire preuve de probité.
1
Veille technique et autoformation
Pour optimiser le fonctionnement des machines et du réseau, l’AS&R s’informe en continu des évolutions
techniques et conseille son entreprise sur les choix à effectuer. Il pilote les changements décidés, en relation
avec les fournisseurs et les prestataires dont il encadre les interventions. Suivre l’actualité technologique et
s’autoformer sont nécessaires au-delà même des temps de formation proposés par l’entreprise. Beaucoup de
professionnels évoquent la nécessité de lire ou visiter quotidiennement des revues ou sites spécialisés.
Ces activités « cœur de métier » s’accompagnent de tâches complémentaires, à caractère administratif. Il peut
avoir en charge la rédaction de documents de procédures destinés aux utilisateurs. Il réalise un suivi de la
maintenance (tableaux de bord d’interventions), se charge des formalités d’achats (devis, commandes).
Imprévu, disponibilité, astreintes
L’AS&R a un emploi du temps souvent peu prévisible. Les priorités se télescopent. Il est régulièrement
interrompu dans sa tâche et doit trouver rapidement des solutions à des problèmes différents, en sachant qu’une
indisponibilité du réseau peut se traduire par des pertes financières. Il n’est pas surprenant que la « résistance au
stress » soit régulièrement mentionnée dans les offres d’emploi.
Le rythme de travail suit des horaires irréguliers et d’amplitude variée. En fonction de l’activité de l’entreprise, il
peut être soumis à des astreintes (disponibilité hors des heures de travail habituelles) afin d’assurer une
intervention immédiate en cas de panne.
Généralement sédentaire, il peut se déplacer sur les différents sites d’une entreprise ou chez des clients, lorsqu’il
exerce au sein d’une Société de services en ingénierie informatique (SSII).
Une présence allant de la très grande entreprise à la TPE
La plupart des collectivités, des grandes entreprises commerciales ou industrielles ont un administrateur en
interne. Au sein d’une entreprise dont la taille permet une direction informatique, il est le bras droit opérationnel
du directeur des systèmes d’informations (DSI). Il pourra avoir sous sa responsabilité des techniciens réseaux et
des techniciens d’exploitation.
Il exerce aussi au sein de petites et moyennes entreprises aux domaines d’activités très variés. Dans les petites
entreprises, l’AS&R est aussi en charge des bases de données. Il en fait la conception, la maintenance et
l’optimisation et en assure la sécurité. Il est alors « gestionnaire des ressources ».
Il est aussi très présent au sein d’entreprises informatiques réalisant du conseil et de l’assistance auprès de
clients (SSII), qu’il s’agisse d’industriels, de collectivités, d’hôpitaux, de PME commerciales, d’associations :
interventions pour les infrastructures informatiques et les réseaux télécoms, « infogérance » des systèmes
d’information (gestion, mais sans propriété, des systèmes et réseaux), conseil sur la sécurité et le stockage de
données, etc.
2 Le marché du travail
Sur quels postes débuter dans le métier ?
Souvent un informaticien confirmé
L’AS&R est plutôt un informaticien confirmé. Parmi les fonctions informatiques, c’est celle qui recrute le plus de
cadres expérimentés (6 ans d’expérience), même si ¼ des offres est ouverte aux jeunes diplômés, tendance
équivalente au constat moyen.(source : Apec, offres 2007).
Débuter à des fonctions de technicien d’exploitation permet de postuler à ce métier.
Les débuts peuvent être différents dans de petites entreprises, possédant un parc informatique réduit et exigeant
des responsabilités très polyvalentes ou si le candidat possède un diplôme d’ingénieur par exemple.
Une diversité de missions et de clients au sein des SSII
Les SSII restent une opportunité fréquente de premier emploi pour les jeunes diplômés. Les AS&R peuvent y
exercer dans le cadre de prestations d’infogérance par exemple. Des débuts au sein d’une SSII permettent
d’acquérir une bonne diversité d’expériences. Néanmoins, si beaucoup de jeunes diplômés en informatique s’y
insèrent… peu les quittent pour un départ en retraite ! Ils envisagent souvent, après quelques années, une
intégration chez un utilisateur ou un constructeur.
2
Et demain ?
Des postes d’informaticiens à pourvoir, représentant plus du 1/4 des effectifs
Sur le plan national, entre 1985 et 2005, on note une évolution de plus de 66 % des effectifs aussi bien pour les
techniciens que pour les ingénieurs en informatique.
Selon le Ministère du travail, la croissance des effectifs jusque 2015 sera plus modérée qu’elle ne l’a été entre
1985 et 2005. Mais les postes à pourvoir resteraient nombreux et concerneraient plus de 25 % des effectifs
actuels.
Informatique : des métiers très influencés par les cycles économiques
L’informatique est un secteur soumis à beaucoup d’aléas : les organisations du travail, les évolutions
technologiques, les positionnements économiques (externalisation et délocalisation) influent sur les besoins. La
bonne santé générale de l’économie a aussi des retentissements sur la demande de services informatiques. Le
marché du travail des informaticiens est récent mais a déjà connu des épisodes très différents, allant d’une
pénurie à l’excédent de professionnels. La dernière période de tension se situe entre les années 1997 et 2001,
suivie d’une période difficile avec licenciements, puis d’une reprise…..
Parmi ces métiers, celui d’AS&R est jeune. Son évolution suit celle des avancées techniques et des organisations
du travail visant à ajuster les effectifs en tenant compte des nouveaux possibles dus à la technique (surveillances
automatisées et à distance, etc.)
Une autre interrogation concerne le mouvement d’externalisation de la gestion de ses systèmes et réseaux à un
prestataire extérieur : lancé dans les années 90, ce mouvement pourrait poursuivre sa progression, faisant des
SSII les employeurs les plus fréquents d’AS&R.
Quelle part demain pour le travail « off-shore » ?
« L’ offshore developpement » est un terme désignant le transfert à l'étranger des développements informatiques
d’une entreprise. Elle concerne au premier chef le développement logiciel, sur des tâches de base, le support
client et le support technique (en hot line) et plus rarement l’administration réseau. Si ces délocalisations sont
entrées dans les faits, toutes les prestations informatiques ne peuvent néanmoins s’y prêter. Cependant,
certaines PME françaises ont délocalisé la gestion de leur système d’information à l’étranger : celle–ci est prise
en charge grâce à Internet et à ses possibilités d’intervention à distance.
Des progrès technologiques qui multiplient les possibilités à moyen humain constant
La baisse des prix des matériels, l’explosion du parc informatique et du nombre d’utilisateurs, la multiplication des
services (mail, visioconférence, partage de fichiers, espaces collaboratifs, etc.) continuent de porter l’emploi des
AS&R. Mais il n’est pas sûr que les embauches se réalisent dans les mêmes proportions à l’avenir. Ces progrès
technologiques (augmentation de la puissance des débits réseaux, surveillance à distance, automatisations de
mises à jours ou de sauvegardes, etc.) permettent d’augmenter le nombre des interventions à moyen humain
constant. De même, un seul matériel peut gérer un nombre très évolutif de postes.
Le développement de la sécurité des données concerne le métier d’AS&R
Les systèmes d’information sont de plus en plus des outils stratégiques pour une entreprise. L’enjeu lié à la
sécurité est primordial. Il relève aujourd’hui de la compétence de l’AS&R. Certaines organisations mettent au
premier plan une fonction de « responsable sécurité » et créent un poste en lien avec la direction des entreprises,
nécessitant une veille technologique (sophistication des outils de protection) mais aussi réglementaire (normes de
protection de la vie privée, CNIL). Elles font appel de façon privilégiée à des informaticiens expérimentés dans
l’administration des réseaux.
3 Evoluer
Je veux évoluer dans le métier ou dans le secteur professionnel.
Selon l’APEC, en 2007, près de 70 % des cadres « système, réseau, data » évoluent dans le même domaine
d’action.
Lorsqu’il existe une direction informatique au sein d’une entreprise, une progression est possible vers des
fonctions de management d’équipe et/ou de projets. L’AS&R aura en charge le pilotage global du système
d’information ou des réseaux, et le suivi des budgets affectés. (9 % des mobilités).
3
Architecte réseau
L’architecte réseau est un professionnel spécialiste de la conception de l’infrastructure informatique : solutions
techniques, type de câblages, de matériels, emplacements des locaux techniques, etc. Mais il n’assure pas le
fonctionnement au quotidien du système et des réseaux.
Si la fonction est confondue avec celle de l’AS&R au sein des très petites entreprises, elle est isolée en tant que
tel dans les sociétés de service et d’ingénierie informatique (SSII) ou chez les fournisseurs. L’architecte réseau a
pour client une entreprise utilisatrice ayant externalisé cette fonction.
L’interdépendance grandissante entre informatique et télécommunication nécessite une cohérence de
l’organisation informatique et renforce la place de l’architecte réseau. Ce travail de concepteur exige un haut
niveau de qualification, souvent 5 années d’études après le bac.
Technico-commercial ou ingénieur d’affaire
Il peut exercer au sein d’une SSII mais aussi en industrie. Certains constructeurs optent pour une vente en direct
de leurs produits ou entrent sur le marché des services, domaine des SSII. Il peut aussi exercer chez un
distributeur qui, pour mieux se positionner, choisira de faire des audits, de la configuration de matériel ou du
conseil avant-vente.
Expert technique ou consultant
Ces professionnels peuvent prendre une fonction d’expert, au sein d’une SSII, ou de consultant, en libéral, afin de
conseiller un client utilisateur dans la réalisation de projets : évolution du système d’information, sécurité
informatique, etc.
L’expert en sécurité, par exemple, doit évaluer la vulnérabilité du système d’information de son client et proposer
des solutions pour assurer ou renforcer sa sécurité. Pour cette responsabilité, fort enjeu au sein d’une entreprise,
il est fait appel à des informaticiens expérimentés, possédant des connaissances pointues en administration
réseaux et une vision globale des systèmes d’information.
Directeur ou responsable des systèmes d’information
Le directeur des systèmes d’information (DSI) définit une politique d’administration et d’évolution des systèmes et
réseaux en lien avec les enjeux de développement de l’entreprise. En plus des connaissances techniques, il
devient manager d’équipe. Selon la taille de l’entreprise, l’accès au poste sera assorti d’expériences ou de
diplômes différents.
Cette fiche a été produite par l’ORM PACA
4

Documents pareils