La Dépêche de Bazou, 2ème Edition, 15 JUILLET 2015

Commentaires

Transcription

La Dépêche de Bazou, 2ème Edition, 15 JUILLET 2015
Les éloges de
l’enfant de sexe
masculin de la
princesse Bazou
(Tounta’h)
SOMMAIRE
INFOS UTILES
04 - Editorial
05 - Scoop
TABANG TCHUI :
• Mfeu Ngoseu’h
• Messika Nzoukio
• Mbeu Kouamou
• Sou Teifangnang
• Mbeu Tchakouda
• Mbeu Teikepdjio
• Nwoueu Maffeu Mbagna
• Nwoueu Maffeu Nahba
• Seup Mana Tchuibochakoumabo
• Nwoueumafeu tchuiadjio
• Mbeu Nzabongnwoua
Source : Feu Prince NGANA Josué Claude
19 - Brève présentation
Famille Bazou de Marseille
(France)
06 - Tout sur le Nzouh Bi’goup 20 - Portrait du Chef de Famille et Bureau de la Famille
09 - Que découvrir d’autre à Bazou de Marseille
Bazou ?
21 - NZOUH BI’GOUP,
11 - La Dépêche
Les 10 engagements du
secrétariat permanent
12 - L’interview du Roi des
Bazou
22 - Arrêt sur images Marseille ce 02 Mai 2015
17 - Le culte des ancêtres
EDITION DU 15 JUILLET 2105
03
EDITORIAL de Roni Clair KONDA
Revalorisons la culture Bazou !!!
« quand la
recréation
a trop duré,
le cœur
n’est plus à
l’ouvrage, le
sérieux fout
le camp…
ONT CONTRIBUE A CETTE
EDITION
Direction de publication :
René NANA (Nza Mbeu
Napgon) Président CNOC
Responsable Editorial :
René NANA (Nza Mbeu
Napgon) Président CNOC
T
Rédacteur en chef délégué :
Bernard TCHAMI (Seup)
Membres :
Roni Clair KONDA,
Paul TCHUANDJIO (Nza
Mekep)
Bertrand TCHAMI (SEUP)
Marketing / Publicité :
Commission Marketing
Nzouh, Secrétariat Permanent
Direction artistique :
Raoul J. Novares
Mise à disposition
Secrétariat permanent
elle est l’une des raisons
de l’organisation du NZOUH
BI’GOUP 2015 après environ
sept décennies de silence. Il fallait
le faire au risque de couper des
générations entières de leur cordon ombilical que sont leurs coutumes, leurs traditions, la culture
Bazou.
L’adage qui dit : « quand la recréation a trop duré, le cœur n’est
plus à l’ouvrage, le sérieux fout
le camp… » devenant une lapalissade pour le cas de Bazou, il fallait
enfin 66 ans après, faire quelque
chose… mais surtout s’y prendre
avec méthode et innovation!
Oser le faire et innover dans la
conception du projet, dans la dimension internationale donnée au
NZOUH BI’GOUP 2015. Devrait-on
espérer peu au vue du prestige
du peuple Bazou, de leur renommée et de leur capacité à mobiliser des ressources? Devrait-on
faire moins quand on a longtemps
dormi?
En faisant de la promotion de
la culture un sujet d’actualité, le
peuple Bazou vient ainsi de s’engager sur la voie du développement
harmonieux et durable de son
royaume.
Pour réussir ce pari, notre roi a
une fois de plus innové ; il s’est
armé de courage et a choisi de
risquer avec une équipe anonyme
; avec la jeunesse : vraie courroie
de transmission entre les aînés
qui ont assez donné et les plus
jeunes à qui appartient le Bazou de
demain. Il a choisi de rompre avec
des vielles habitudes et méthodes,
il a choisi d’essayer avec ceux qui
ont tout à prouver bien sûr avec
l’encadrement des aînés.
Le peuple Bazou connait désormais quelle est la vision de son
roi, chacun sait désormais quelle
est sa propre mission pour bâtir
le Bazou de nos rêves. Nos valeurs
sont encore à être inventoriées,
vulgarisées… la dynamique est en
marche.
En déclinant le NZOUH BI’GOUP
2015 dans les règles de gestion
d’un projet, l’équipe s’est voulue
méthodique. La gestion participative que cela implique renforce les
capacités de tous ceux qui mettent
les mains dans la pâte et prépare
les uns et les autres à affronter
les défis du futur.
Gérer le NZOUH BI’GOUP 2015 né-
cessitait absolument de s’adapter
à l’ère du temps. Comment mettre
bénévolement à contribution des
centaines de personnes réparties
sur l’étendue du territoire et occupées à rechercher leur pain quotidien puis obtenir d’eux des résultats ; comment mettre ensemble
à la fois aînés et plus jeunes puis
obtenir de ce foisonnement le
cocktail pétillant si nécessaire
pour le projet et l’éclosion de Bazou ; Comment faire en sorte que
le maximum de personnes aient le
même niveau d’information autour
du projet en temps réel ?...
Voilà parmi tant d’autres des challenges qui nécessitaient d’innover.
• Innover en pensant et en mettant sur pied un Secrétariat permanent, véritable cellule de veille
du projet ; officiant en Cabinet Intégré avec toute l’expertise d’une
Agence de gestion évènementielle.
• Innover en mettant à contribution des TIC (Campagnes de SMS,
mailings, réseaux sociaux…)
• Innovation avec un magazine
périodique gratuit situant sur les
avancements des préparatifs du
projet, et offrant des espaces de
visibilités aux partenaires.
Peut-on réellement se développer
sans maîtriser et faire usage de sa
propre culture ? Cela nous paraît
illusoire. Nos cultures s’imposent
véritablement comme le socle de
l’émergence de notre pays projetée d’ici 2035. Chaque peuple du
Cameroun engagé dans cette voie
de développement devrait s’atteler
à s’approprier sa propre culture.
Le peuple Bazou semble l’avoir
compris ; prouvons-le !
URGENT & IMPORTANT :
Grande Reunion de preparation du NZOUH et de Mobilisation du peuple Bazou du Grand MOUNGO ce Samedi 18 Juillet 2015 dès 10h
sous la Présidence Effective du ROI DES BAZOU,Sa Majesté TCHOUA KEMAJOU Vincent.
04
EDITION DU 15 JUILLET 2105
SCOOP
« Pagne du Nzouh Bi’goup déjà disponible à un prix unique de 10000 Fcfa »
EDITION DU 15 JUILLET 2105
05
MESSAGE AUX PARTENAIRES
BAZOU : GEOGRAPHIE, ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT
Nord par le village
Balengou, au Sud par
le village Bagnoun, à
l’Ouest par l’arrondissement du NordMakombé, à l’Est par
le village Bassamba
et au Nord-est par
les villages Bakong
et Bangoulap. Il est
dirigé sur le plan
traditionnel par un
chef supérieur qui
détient un pouvoir
très étendu. Sa population d’environ
vingt mille âmes est
assez diversifiée
sur le plan culturel.
En effet 13 dialectes
y sont parlés imprimant des spécificités dans les pratiques coutumières.
Sa position à proximité du département
du Nkam, région du
Littoral, lui a longtemps permis de
servir de passage
azou est l’un des quatre trouve à environ 25km de Banaux
différents
trafics partant de
arrondissements du dépar- gangté, chef-lieu du département
tement du NDE et occupe du NDE. Le royaume Bazou qui tous les recoins du haut plateau
la pointe méridionale de l’Ouest a donné son nom à l’arrondis- bamiléké et même du Littoral.
Bamiléké. Avec une superficie sement est un groupement de De ce fait, Bazou se rattache à
d’environ 250 km2, Bazou se soixante trois hameaux, limité au la famille historique des villages
qui jalonnent cette région semi-
B
06
EDITION DU 15 JUILLET 2105
forestière de notre pays où l’on
troquait du sel contre l’ivoire. La
production agricole se résume
aux produits de consommation
locale. A cause de la chute des
prix des produits des cultures de
rente beaucoup de jeunes gens
développent actuellement avec
bonheur les cultures maraîchères. La pratique de l’élevage devient de plus en plus visible. L’artisanat est entrain de renaitre.
La politique de développement
est définie et mise en œuvre
par le comité de développement
du village Bazou (CODEBAZ) qui
travaille en synergie avec les
instances administratives dans
l’implémentation du plan local de
développement. Deux institutions
financières viennent relier le village au monde entier. Il n’est pas
superflu de rappeler que Bazou
est le tout premier arrondissement de la région de l’Ouest à
bénéficier d’un réseau routier
bitumé. L’extension de ce réseau,
notamment la création de la route Bazou-Yabassi-Dla boosterait
le développement du groupement
et bénéficierait à toute la région
de l’Ouest, du Nord-ouest, voire
du grand Nord, le mettant pratiquement à environ 1H30mn de
Douala.
CONTEXTE HISTORIQUE DU ZOUH BI’GOUP 2015 Nkongsamba (chef lieu de la région du Moungo
à l’époque)
2 - Conseiller à l’assemblée de l’union française
3 - Premier Maire de la commune de Nkongsamba dans le Moungo
4 - Président de l’assemblée législative du
Cameroun
5 - L’un des acteurs de la levée de la tutelle
des Nations Unies sur le Cameroun.
6 - Ambassadeur itinérant jusqu’à sa disparition.
Il convient de préciser que la dernière exécution du Zouh Bi’GOUP a eu lieu au Royaume
Bazou en 1949 organisé justement par le roi
ermettez-nous d’entrée de jeux, qu’avant Le Zouh BI’GOUP 2015 est organisé pour en- NANA TCHAKOUNTIO.
d’aborder le contexte historique du zouh tériner la disparition des deux rois qui ont C’est pratiquement depuis 66 ans que le peuBi’goup 2015, de répondre à deux préoc- précédé l’actuel roi à savoir :
ple Bazou n’a plus eu le privilège de vivre les
cupations :
Feu sa Majesté NANA TCHAKOUNTIO qui a ré- cérémonies de cet ensemble coutumier et
« Le zouh bi’goup : Qu’est-ce c’est ? A gné de 1911 a 1953
culturel. Plusieurs raisons expliquent ce pasquelle occasion est-il organisé ? »
sage à vide notamment :
IV-EPOPEE DU ROI NANA TCHAKOUNTIO II
- La guerre civile d’avant et après les indépenI- Le Zouh Bi’GOUP : Qu’est - ce - que
Fils
de
Mafeu
KWAYEP.
Il
est
le
symbole
de
la
dances qui a déstabilisé le royaume Bazou.
c’est ?
sagesse et du développement de Bazou.
- La mise en cendre de la chefferie Bazou en
Le zouh bi’goup est un ensemble de manifes- Très autoritaire aussi. Allemands et Français
1959.
tations culturelles et coutumières qui sont gardent de lui la sagesse africaine notam- La nécessité de reconstruire la chefferie
organisées uniquement à des moments spé- ment la métaphore de la mère poule et ses
Bazou.
ciaux de la vie du royaume et dont l’apothéose poussins qui débouche sur la renonciation est l’exécution de la danse mythique dans la des travaux forces ou de l’esclavage en ré- Depuis l’année 2009, sa Majesté TCHOUA KEMAJOU Vincent roi des Bazou a lancé le grand
cour royale par le roi, accompagné de cer- gion bamiléké.
chantier de la reconstruction de la chefferie
tains dignitaires du royaume et parfois ceux
C’est
d’ailleurs
lui
qui
entreprend
de
creuser
supérieure Bazou.
venus d’ailleurs.
les routes à mains d’hommes : De BamendaII-A QUELLE OCCASION LE ZOUH BI’GOUP Balengou-Bazou et de Bangoulap-Bakong-Ba- La sérénité étant revenue dans le royaume
EST ORGANISE ?
zou dans une région au relief très accidenté. Bazou et eu égard à tout ce qui est relevé
plus haut, il nous semble légitime ou au mieux
-Il est organisé après le décès d’un roi pour Feu sa majesté KEMAJOU NANA DANIEL qui a
nécessaire l’organisation du Zouh Bi’Goup en
entériner sa disparition. A cette occasion, les régné de 1953 à 1984.
cette année de grâce 2015.
rituels de purification du village sont faits V-EPOPEE DU ROI KEMAJOU NANA DANIEL
Nous avons ainsi la ferme conviction qu’il
pour chasser les esprits maléfiques, afin
Fils
de
Mafeu
Heugang.
Apres
de
brillantes
constituera non seulement un agréable préd’avoir de bonnes récoltes et de nombreuses
études, le monarque éclairé a marqué l’his- texte pour la vulgarisation des curiosités du
naissances.
toire politique du Cameroun à travers ses royaume Bazou à travers ses traditions, mais
-Le Zouh Bi’GOUP peut être organisé à la suite multiples responsabilités :
également sur les plans touristique, culturel,
d’un exploit ou d’une grande victoire réussie
1 - Chef service administratif et financier à artisanal, agricole et économique.
par le village.
P
EDITION DU 15 JUILLET 2105
07
LA STRUCTURATION DU NZOUH BI’GOUP 2015 (LES ACTIVITES AU PROGRAMME)
1
5 - Les activités économiques (foire commerciale, mini comice agropastoral et artisanal…)
6 - Les activités touristiques (visites des
sites sacrés du Bazou profond)
7 - Les activités de formation (ateliers de
promotion de la langue locale, formation
à l’entrepreneuriat rural, formation à la
gestion et conservation du patrimoine...)
8 - La promotion de la femme Bazou (savoir-être, savoir-vivre, savoir-faire, art
culinaire, vestimentaire, beauté…)
9 - Journée de la charité (Commémoration du Thanksgiving avec les américains
par la remise des dons à divers groupes
et institutions)
10 - Les journées des débats thématiques
(cultures, développement, entrepreneuriat, langue).
Ce sont 15 commissions qui sont à pied d’œuvre depuis Août 2014 pour travailler au succès de ces activités.
Parce que c’est un Bazou unis et fort qui
émergera de l’évènement de novembre, les
prémices du NZOUH BI’GOUP 2015 seront une
journée de Pardon et de Réconciliation du
peuple Bazou:
MENU DE L’EVENEMENT
Les grands ensembles qui concourent à
l’objectif recherché par le roi à travers cet
évènement s’articulent autours des points
suivants :
• Le respect de la tradition
• La promotion culturelle
• La promotion socioéconomique du royaume Bazou
Pour matérialiser cela, un ensemble d’activités a été retenue, que nous pouvons classer
en dix groupes :
08
Pardon parce que certains aïeux des Bazou
ont participé avec leurs pairs des environs
aux enlèvements des personnes à leur famille
- Les activités coutumières (rites divers, (pratique bien normale à leur temps) ;
parades de démonstration…)
Pardon parce que d’autres à travers le maquis ont semé la terreur et versé le sang sur
2 - Les activités culturelles (exhibitions le territoire.
et animations de l’essentiel du patrimoine
Réconciliation parce que les rancœurs de
culturel Bazou
ces actes condamnables minent encore les
3 - Exhibitions des cultures d’autres peu- familles.
ples d’ailleurs invités)
Réconciliation parce que le Bazou nouveau
4 - Les activités sportives (mini-tournois projeté par notre roi Sa Majesté TCHOUA
de football, handball, mini-marathon, mar- KEMAJOU Vincent se fera avec tout le monde
sans exclusion.
che sportive)
EDITION DU 15 JUILLET 2105
QUE DECOUVRIR D’AUTRE À BAZOU ?
fant avait mal au ventre il fallait juste
consommer l’eau de cette source pour
avoir la guérison.
A Bazou, vous découvrirez un patrimoine
architectural unique au monde,
V
ous viendrez à Bazou pour : 10 raisons, je vous prie de noter avec moi
car la beauté et la magnificence de
ces lieux me feront perdre mes calculs
Vous viendrez à Bazou découvrir un climat hors pair,
• Un climat digne des régions parisiennes,
• D’ailleurs un adage dit de Bazou que
c’est « petit Paris » du fait de son climat,
et du parfum d’hysope qui s’y répand de
part et d’autre. Prenez une photo à Bazou
et l’on dira de vous que vous étiez dans
une banlieue parisienne.
Venir à Bazou c’est découvrir un patrimoine Hydrique spécial et diversifié…
l’eau consommée et distribuée par la
société en charge à Bazou tire sa source
d’un lieu sacré mythique et mystique baptisée la Tombe Royale…En guise de rappel
du 14ème au 19ème siècle lorsqu’un en-
• Vous filmerez à souhait, les anciennes Bâtisses coloniales,
• Les maisons en bambous avec Toiture en nattes
• Les maisons en terre Battue
• Les alliages de matériaux pierre et
terre
• Les ponts en liane, les ponts traditionnels, les ponts faits à la main par le
chef Nana et les ponts allemands…
• Vous découvrirez l’ensemble des
matériaux alloués à la réalisation desdits
édifices tels que la terre, le bois, le bambou, la peau animale, l’argile, la fibre et
les alliages.
A Bazou vous serez agréablement surpris
d’apprécier la place de choix qu’occupe
le patrimoine immatériel, vous verrez
• les cases & lieux sacrés, Koh machine
à Baha, le menhir ou Pierre royale sacrés
de Badiongzou lieu où le roi traverse toujours à pieds
• les lieux & forêts sacrés,
• les danses secrètes & mystiques,
• les rites sacrificiels/purifications et
coutumes ancestrales,
• vous découvrirez le rôle de la poule,
du coq, de la chèvre dans l’ensemble des
rituels Bazou…
• les tenues de danses,
• vous découvrirez à Bazou et nulle
part ailleurs deux peaux de panthères
& lions mesurant chacune près de 02 m
de long, faisant de notre monarque un
Grand et puissant roi respecté et vénéré
par tous.
• Vous comprendrez les raisons d’être
et d’utilisation dans nos rituels de la
queue de vaches & le nzeu-doup…
Bazou c’est aussi la découverte d’un patrimoine mobilier fertile,
• Vous aurez l’occasion de découvrir
les premiers actes Royaux traditionnel
datant de la pénétration Allemande, (acte
de naissance traditionnels purement Bazou)
• Vous aurez la chance ultime de
contempler de près les vêtements royaux,
les vêtements de guerre et d’apparat)
A plus d’un titre vous viendrez à Bazou
découvrir le fastueux patrimoine naturel,
• Les grottes… avec la grotte de Boho,
entonnoir naturel qui réussit mystiquement à sauver et à contenir tous les fils
Bazou durant les périodes troubles de
1950 à 1970
• Vous réussirez à contempler et à
filmer à souhait le mythique rocher de
longtoumbou, célèbre rocher ayant fait
l’objet d’une thèse de doctorat à l’Université d’Oxford, du fait de ses actions
prophétiques.
• Le rocher de Longtoumbou de sa
grosse voix tonnante et tonitruante à titre de rappel a évité à Bazou de souffrir
EDITION DU 15 JUILLET 2105
09
de la disette, des épidémies et de longues
et périlleuses guerre,
• A Bazou vous avez Les lacs, fleuves, rivières, Makombé - cours d’eau qui
donna l’éloge aux Bazou
• Une belle vue de la chaîne Montagneuse de l’Ouest,
• De belles Plaines,
• De monuments naturels,
• Les mines d’argile et le village de
la poteriede Tanze, car il faut noter que
dans ce village ce ne sont que les femmes qui pratiquent l’activité de la poterie…dont les fruits sont écoulés sur les
marchés de Bangangté, Bazou, Bafoussam, et même Douala.
• Place de fête de la chefferie supérieure Bazou,
• Le rocher sacré de NDIFEUP, rocher
mythique et mystique en forme de main
creuse où les maman receuillaient de
l’eau de pluie pour purger, soigner les
maladies de la peau des enfants.
• Le sable recherché de Bibeuheu
• Les mines de pierres et carrières
10
de NTOUZE
Ce n’est pas tout ! À Bazou vous aurez la
possibilité de découvrir de grandes figures emblématiques,
1) Enoch KWAYEB KATTE
2) TCHANQUE Pierre
3) TCHANA Mesack
4) Etc.
Toujours à Bazou, vous aurez la latitude de vous promener dans les riches
patrimoines militaires avec les belles
tranchées de guerre, notamment celle
de Badiongzou, longue de 12 km, large de
01m50 et haute de 06m. C’est tout dire
sur les méthodes et stratégies de guerre
employées par les Bazou
• A Bazou vous découvrirez Les tenues
de guerre notamment celle du très grand
général d’armée qui réussi a tenir tête à
nos voisins pendant 09 ans,
• Grace à Bazou, vous aurez la latitude
de découvrir que ce n’est pas les occidentaux qui ont introduit les grades dans
l’armée ; car ici, on a des grades du plus
EDITION DU 15 JUILLET 2105
haut de l’échelle au plus bas ; sans toutefois omettre de mentionner les méthodes
de recrutement dans l’armée Bazou.
Toujours à Bazou, vous apprécierez avec
émotion et dévotion le vaste patrimoine
photographique
Vous contemplerez avec stupéfaction
l’ensemble des photographies existant
sur Bazou, de 1930 à nos jours… Vous
verrez par exemple les photographies
des multiples visites privée et officielles
de son Excellence Ahmadou Ahidjo à Bazou et bien d’autres…
Je ne saurais sortir d’ici sans toutefois
m’abstenir de faire allusion au riche patrimoine linguistique de Bazou,
Eh oui vous aurez l’occasion de découvrir les 13 dialectes qui constituent la
richesse linguistique du royaume Bazou
et dont les idiomes distinctifs ont réussi
à affrioler l’attention des universitaires
d’Harvard qui pense déjà créer un département de langue africaine.
ANNONCE DU N° DE JUILLET
PROCHAINEMENT DANS VOTRE EDITION DU 30 JUILLET 2015
6 pages d’entretien, d’explications, de précisions, et de révélations sur
l’organisation du Nzouh Bi’goup 2015
UNE APPROCHE DE MOBILISATION AUTOUR DU RITUEL NZOUH BI’GOUP
EDITION DU 15 JUILLET 2105
11
L’INTERVIEW DU ROI
Sa Majesté TCHOUA KEMAJOU Vincent
« Le NZOUH
BI’GOUP est
une danse
coutumière
royale Bazou
qui s’exécute
sur la place
populaire de
la chefferie,
où le roi et
quelques
initiés du
royaume
participent en
arborant des
peaux d’animaux féroces
comme la
panthère, le
lion… »
E
n faisant un arrêt bilan de
ses trente et un ans de règne à la tête du royaume,
le 10è roi de la dynastie
Bazou donne les grands axes de
l’organisation de l’évènement de
novembre prochain sur ses terres. Il saisit cette occasion pour
inviter tous à Bazou pour la révolution de la culture africaine.
Bazou situé dans le département
du Ndé.
LDB : Qu’est que l’histoire devrait retenir de votre règne à
la tête du royaume Bazou ?
SM.TCHOUA : Merci pour cette
question qui me permet de résumer mes ambitions pour mon
royaume.
Mes prédécesseurs (de regrettés
LA DEPECHE DE BAZOU : Qui est mémoires) ont établi et agrandit
TCHOUA KEMAJOU Vincent ?
le royaume Bazou. Je voudrais
SM.TCHOUA : Il est difficile de qu’on retienne de moi après
dire moi-même qui je suis tant le mon règne que j’ai modernisé le
moi est haïssable. Comme c’est royaume Bazou et restituer des
vous qui me donnait l’occasion, je valeurs.
suis Sa Majesté TCHOUA KEMAJOU Moderniser le royaume par :
Vincent, 10e roi du groupement • Une ouverture au monde
12
EDITION DU 15 JUILLET 2105
me
• Redynamisation
des sociétés
secrètes
• Rétablissement de la hiérarchie sociale
• Dépoussiérage du code royal
• Etc.
LDB : Présentez-nous Bazou ?
SM.TCHOUA : Le royaume Bazou
est un territoire d’environ 250
km2 de superficie qui se situe
dans l’arrondissement de même
nom qu’est Bazou. L’arrondissement de Bazou est l’un des quatre arrondissements du département du NDE et occupe la pointe
méridionale de l’Ouest Bamiléké.
Le centre administratif de Bazou se trouve à environ 25km du
chef-lieu du département du NDE
qu’est Bangangtépar une route
bitumée qui traverse les villages
Bamena et Balengou).
Le royaume Bazou qui a donné
son nom à l’arrondissement est
un groupement de soixante-trois
villages, limité au Nord par le village Balengou, au Sud par le village Bagnoun, à l’Ouest par l’ar• Intégration d’une
rondissement du Nord-Makombé,
communication directe avec mon
à l’Est par le village Bassamba
peuple via les réseaux sociaux
et au Nord-est par les villages
• Communication dans les méBakong et Bangoulap.
dias
Dans ses 63 villages se répartis• Négociation des partenariats
sent environs 30 000 âmes qui
avec d’autres royaumes du monportent et véhiculent fièrement
de
la riche culture Bazou.
• Une offensive diplomatique
• Etc.
LDB : On entend souvent royaume Bazou et tantôt Chefferie
Restitution des valeurs cruciales
Supérieure Bazou : Lequel des
telles que :
deux tient ?
• Restructuration du gouverSM.TCHOUA : Bien évidemment,
nement royal et adoption d’un
nous sommes en République du
modèle économique pour le
Cameroun. Chaque unité admiroyaume
nistrative a un nom que les 1ers
• Reconstitution du patrimoine
législateurs ont bien voulu donmatériel et immatériel du royau-
ner. Ils ont bien voulu appeler nos
unités traditionnelles les chefferies à des degrés divers.
De par l’organisation, le fonctionnement de ces unités et surtout
la considération que voue chaque
peuple de ces entités à leur guide,
nous sommes un royaume. Dans
mon royaume, il existe maintenant des chefs que j’ai désignés
à la tête des différents petits regroupements et qui sont directement responsables devant moi.
Pour me résumer, Bazou est une
chefferie supérieure sur le plan
administratif ; mais Bazou est un
royaume sur le plan traditionnel
LDB : Qu’est ce qui fait la particularité du royaume Bazou par
rapport aux autres royaumes
de l’Ouest Cameroun ?
SM.TCHOUA : Même les enfants
d’une même maman ont chacun
leur particularité. Il en est de
même pour chaque peuple, chaque localité, chaque royaume...Ca
contribue même à la richesse de
nos royaumes.
Tout d’abord, Bazou est parti-
culier parce
qu’il est Bazou
….(humour)
Bazou est particulier de par
sa position
géographique
à la pointe
méridionale
de
l’Ouest
Cameroun qui
en a fait un
carrefour historique dans
les échanges
entre l’Ouest
et le Littoral.
Tous ceux qui
ont quitté les
grassfields
dans l’ancien
temps vers
les côtes ont
transité par
complexe !!! Ça a pris du temps,
mais nous y sommes.
Ayant réalisé que beaucoup de
Bazou de la jeune génération sont
comme moi au départ, loin de
leur tradition, loin de leur village,
il fallait que je trouve un moyen
de limiter la saignée ; car voyezvous, beaucoup de ceux qui naissent loin de Bazou, y grandissent
et y demeurent n’ont plus rien
de Bazou sauf leur origine et ce
n’est pas normal.
Ce n’est pas tout. Avec l’ouverture
médiatique, nous remarquons de
plus en plus et avec beaucoup de
regretque les cultures des autres
sont entrain d’être adoptées par
nos enfants comme leur modèle
par excellence. C’est grave pour
l’avenir et nous devons faire
quelque chose dans ce sens.
LDB : Comment comptez-vous
faire face à cette chute sensiBazou.
ble de nos valeurs ?
Bazou est particulier de par son
SM.TCHOUA : Tout d’abord, le
histoire : sa genèse et l’épopée
NZOUH BI’GOUP était un préalade ses différents souverains.
ble à toute action d’envergure à
Bazou est particulier par son
Bazou. C’est une coutume ancespeuple ingénieux, intelligent et
trale qui a valeur de préséance
dynamique. On retrouve les Basur tout.Une fois quenous aurons
zou dans toutes les sphères de la
terminé avec le NZOUH BI’GOUP
république.
dès novembre 2015, le chantier
LDB : Dans certains discours, majeur sera celui d’arrêter la
vous vous engagez à lutter saignée de la perte des valeurs.
contre la perte des valeurs : LDB : Comment, insisteriezcomment prendre concrète- vous?
ment cette prise de position SM.TCHOUA : D’abord en famiaprès 31 ans de règne ?
liarisant les Bazou de toutes les
SM.TCHOUA : Très bonne ques- générations avec leur village : ça
tion !
pourra se faire avec une tradiCette tribune que vous m’offrez tion de festival des arts et cultume permet d’expliquer mon itiné- res Bazou tous les deux ans dans
raire et la logique de mon règne. le royaume Bazou. Ici, les Bazou
J’ai succédé à mon père le Prince exposeraient leur patrimoine et
Daniel KEMAJOU de regretté mé- débattront avec les plus jeunes
moire alors que j’avais 30 ans en sur l’histoire, l’actualité et l’ave1984. Pour le jeune citadin que nir de leur village.
j’étais, né et grandi à Yaoundé, Lorsque je dis à mon peuple que le
il fallait tout d’abord apprendre NZOUH BI’GOUP 2015 est un touret connaître la tradition. Il fallait nant décisif pour le royaume Baaussi connaître le peuple Bazou si
zou, c’est parce que son contenu
est dense et plein de signification
à toutes les échelles.
• Il ne fallait pas laisser durer
longtemps encore la situation de
pourrissement dans laquelle était
plongé le royaume entier.
• Tous les successeurs de
nos grands notables qui sont
aujourd’hui apatrides doivent
retourner s’installer au village et
continuer de servir de point d’ancrage pour nos traditions.
• La langue « ngo’ze » doit perdurer et doit être écrite et parler par nos enfants à qui l’avenir
appartient. C’est le véhicule en
puissance qui transporterait
toute la sagesse des Bazou.
Je mets aussi à contribution mes
forces vives, mes élites et tous
les intellectuels du royaume afin
que des propositions me soient
faites pour s’adapter à l’ère du
temps sans perdre nos repères.
LDB : Comment définissez-vous
le NZOUH BI’GOUP que vous
organisez dans votre royaume
en novembre 2015 ?
SM.TCHOUA : Le NZOUH BI’GOUP
est une danse royale. Une danse
réservée au roi et à quelques
initiés du royaume dont l’exécution augure de très belles choses
pour le royaume et l’ensemble de
son peuple.
NZOUH est le nom proprement dit
de la danse en langue « ma’anda’ba » ou « ngo’ze » et BI’GOUP
signifie « arborer les peaux ».
C’est la particularité des Bazou
sur le plan linguistique.
Le NZOUH BI’GOUP est donc une
danse coutumière royale Bazou
qui s’exécute sur la place populaire de la chefferie, où le roi et
quelques initiés du royaume participent en arborant des peaux
d’animaux féroces comme la
panthère, le lion…
LDB : Comment cette danse se
EDITION DU 15 JUILLET 2105
13
déroule –t-elle dans la pratique?
SM.TCHOUA : En réalité, il faut
dire que l’on ne retient ici que
l’apothéose : la danse royale sur
la place populaire de la chefferie.
Le NZOUH BI’GOUP c’est beaucoup
plus que ça. C’est un ensemble de
rites qui peuvent s’étendre sur
plusieurs mois.
• Rites de purification
• Deuil des rois
• Pardon et réconciliation du
peuple
• Charité
• Danse proprement dite
Il faut tout de même dire que
deux raisons fondamentales peuvent pousser à organiser cette
danse rituelle : la disparition d’un
roi Bazou ou un exploit inédit réalisé par le village. Pour le dernier
cas, les articulations sont plus
simplifiées.
LDB : On a vu dans les médias, le NZOUH se dérouler
dans d’autres contrées de
l’Ouest Cameroun telles que
14
BATOUFAM,
BAGANG
FOKAM,
FOUTOUNI…
qu’est ce qui
fait la différence avec
le NZOUH
BI’GOUP des
Bazou ?
SM.TCHOUA
: Vous avez
raison.
Déjà il faut
reconnaître
que seules
les chefferies
supérieures
l’exécutent.
C’est le cas
de celles que
vous venez
de citer. La différence avec les
Bazou c’est d’abord dans la terminologie : BI’GOUP est propre à
Bazou même comme tous ceux
qui ont le « ma’anda’ ba » comme
langue parleront aussi du NZOUH.
La différence c’est aussi au niveau de la qualité des rites qui
est particulière à chaque peuple.
par de fortes agitations dans
certaines régions du pays. De par
sa position géographique et son
relief, notre village a été comme
beaucoup d’autres de l’Ouest le
théâtre des affres des nationalistes.
Le successeur au trône à qui
incombait la responsabilitéd’organiser le NZOUH BI’GOUP après
la disparition du roi NANA était
le Prince Daniel KEMAJOU, mon
père. Il ne pouvait pas le faire à
l’époque aux vus du climat sécuritaire peu rassurant et surtout
de sa casquette d’homme politique fortement impliqué dans la
négociation pour la levée de la
tutelle sur le Cameroun.
Les choses se sont compliquées
par la suite avec l’incendie du palais royal Bazou vers 1958. Fort
de tout cela, la reconstruction de
la chefferie devenait un impératif car dans nos traditions, on ne
manifeste pas sur de la cendre.
Quand je succède à mon tour en
1984, le challenge est immense. Il
a fallu passer à l’école de la tradition, prendre aussi la mesure
de ce que représente une telle
charge dans un royaume où tout
le monde est intelligent. Il fallait
trouver la bonne équation pour
reconstruire la chefferie supérieure Bazou et déclencher par là
une nouvelle ère sur le village. Le
CODEBAZ sous l’impulsion de ses
présidents successifs m’a donné
l’occasion de réaliser ce rêve qui
me hantait. Le niveau de reconstruction de la Chefferie a permis
de programmer les festivités du
NZOUH BI’GOUP 2015.
LDB : Depuis quand remonte
la dernière édition du NZOUH
BI’GOUP à Bazou ?
SM.TCHOUA : Le dernier NZOUH
BI’GOUP exécuté à Bazou remonte de l’époque de mon grand-père
NANA TCHAKOUNTE, le conquérant.
Ce NZOUH BI’GOUP fut organisé
en 1949 après ses succès de l’extension des limites du royaume
Bazou. Il était impératif de l’organiser après sa disparition en
1953. Ce qui ne fut pas fait.
LDB : Qu’est-ce qui vous a motivé à programmer les festiviLDB : Pourquoi ce long silence
tés de 2015 ?
depuis près de 70 ans ?
SM.TCHOUA : Comme je vous l’ai
SM.TCHOUA : Il faut dire que les
dit plus haut, le niveau atteint par
années 50 dans l’histoire politile chantier de la reconstruction
que de notre pays sont marquées
EDITION DU 15 JUILLET 2105
de la chefferie supérieure Bazou
par le CODEBAZ a permis de programmer les festivités du NZOUH
BI’GOUP 2015.
Une fois de plus, je voudrais féliciter l’ensemble du peuple Bazou qui continue de mettre les
moyens pour cette reconstruction ; ma reconnaissance va aussi
à l’endroit de la dynamique équipe
du CODEBAZ sous le leadership de
TAGNI MEKEP NFONDANG Paul.
LDB : Quels sont les objectifs
poursuivis ?
SM.TCHOUA : A travers l’organisation du NZOUH BI’GOUP 2015,
nous visons globalement à :
• Entériner les disparitions des
Roi NANA et KEMAJOU;
• Purifier le village Bazou des
forces destructives et réconcilier le peuple.
• Faire connaître à la jeune génération l’histoire de leur village
et de leur peuple
• Donner le ton d’un Bazou porté
vers le rassemblement et l’émergence.
Mais de manière spécifique, nous
voulons :
• mettre en évidence les richesses culturelles Bazou (inventaire
du patrimoine matériel et immatériel);
• permettre aux fils et filles
Bazou de l’intérieur et de la diaspora de se retrouver en vue de
communier et partager des idées
et des expériences ;
• rassembler les Bazou autour
d’un projet commun et déclencher
une nouvelle dynamique culturelle
après 66 ans de silence ;
• donner l’occasion aux étrangers de nous découvrir et de
communier avec nous.
• jouer notre partition à la vulgarisation du patrimoine culturel
de notre pays.
LDB : Qui sont vos invités pour
le NZOUH BI’GOUP 2015 ?
SM.TCHOUA : C’est d’abord tout
le monde qui est invité à Bazou
pour le NZOUH BI’GOUP 2015 ;
mais c’est particulièrement :
• des membres de gouvernement,
• des diplomates,
• des autorités administratives,
politiques, religieuses et traditionnelles,
• des cadres d’entreprises,
• des chercheurs anthropologues,
• des Hommes de cultures,
• des Hommes de médias (nationaux et internationaux),
• des touristes,
• des étudiants
• et de nombreux acteurs du
développement rural.
solidaires et que chaque fois
qu’un royaume a un évènement,
c’est l’affaire de tous. Vous vous
en rendrez compte pendant les
festivités du NZOUH BI’GOUP 2015
à Bazou.
LDB : Que faites-vous pour
que votre royaume contribue
à l’émergence du Cameroun
projetée d’ici 2035 ?
SM.TCHOUA : L’émergence sera
l’aboutissement d’un ensemble
d’actions que les forces vives de
la nation entreprendront d’ici à
2035.
Conscient de ce que c’est la jeunesse d’aujourd’hui qui sera le
vecteur de cette émergence, la
formation et le renforcement des
capacités restent les meilleurs
gages. Alors, dans le cadre du
NZOUH BI’GOUP 2015 par exemLDB : Selon-vous, quelle sera ple, j’ai insisté à avoir au prola grande attraction du NZOUH gramme des activités qui vont
BI’GOUP 2015 ?
dans ce sens.
SM.TCHOUA : Question piège ? Aussi, la promotion et la reva(rire)
lorisation de notre culture est
Bien soyons sérieux ! Pour moi, une meilleurecontribution pour
toutes les activités au program- l’émergence de notre pays à mon
me sont alléchantes et méritent sens; car l’émergence se veut
d’être courues; mais j’avoue que sur tous les plans. Chacun devra
« les pas de danse majestueux y contribuer dans son domaine
que mes grands notables et moi de compétence.
effectueront sur la place popuLDB : L’histoire nous apprend
laire de la chefferie » seront bien
que Bazou a marqué l’histoire
acclamés.
du Cameroun : Pouvez-vous
LDB : Quels sont vos rapports nous dire comment ?
avec les autres rois des pays SM.TCHOUA : Bien évidemment !
bamilékés ?
Bazou a marqué l’histoire du CaSM.TCHOUA : Avec mes pairs, meroun à plus d’égards. Je tiens
nous avons de très bons rapports à vous dire que certaines parties
qui sont consolidés par notre ap- des discussions avant l’indépenpartenance à une association des dance ont eu lieu à la chefferie
Chefs traditionnels de l’Ouest supérieure Bazou où le Président
Cameroun.
Ahidjo était venu plusieurs fois
Si vous suiviez à la lettre nos en compagnie de Sa Majesté le
différents déplacements, vous Prince Daniel KEMAJOU et beauvous rendriez compte que nous coup d’autres hommes politiques
sommes partout, nous sommes d’alors.
En tant que roi des Bazou, le
Prince Daniel KEMAJOU s’est fortement impliqué dans l’indépendance du Cameroun et tout cela
est encore un point en faveur de
Bazou.
Loin de là, de nombreux fils Bazou
ont joué et continuent de jouer un
rôle majeur dans le développement du Cameroun moderne : je
pourrais citer le Ministre d’Etat
Enoch KWAYEP, le président
Pierre TCHANQUE (de regrettés
mémoires) et j’en passe.
LDB : Comment doit-on faire pour
que la jeune génération s’intéresse à leurs traditions etles
pérenniser ?
SM.TCHOUA :La jeune génération est aujourd’hui confrontée
à une offre
abondante. Les
civilisations qui
ont de l’avance
sur nous de par
leur pouvoir de
communication
réussissent progressivement à
déraciner nos
jeunes. Il est
impératif qu’au
sommet de nos
états, la situation soit examinée en profondeur et que des
mesures soient
prises dans l’urgence.
Pour ma part,
faire en sorte
que les parents
familiarisent
leurs enfants
avec leur village
est un premier
pas. Instituer un
festival des arts
et de la culture
permettra de développer des
programmes éducatifs.
Pour pérenniser ces traditions,
ça nécessite que chaque africain
s’approprie sa propre culture,
que des programmes éducatifs
soient développés dans ce sens
et que l’impact de la culture des
autres peuples dans leur développement soit chaque fois ressorti pour marquer les esprits de
nos jeunes.
Propos recueillis par la rédaction
EDITION DU 15 JUILLET 2105
15
La Financière Générale d’Epargne et de Crédit
Agrément N° 0000041 / MINFI du 30 Mars 2010
Securisez et rentabilisez votre argent, financez
vos activites grace à FIGEC S.A.
cosponsor du NZOUH BI’GOUP
Nos agences
Contact
Situation géographique
DOUALA
AKWA RUE PAU
Venant de Douala-bar à Gauche
avant l’immeuble BATOULA
Tel. : (+237) 233 43 65 66 / 676 35 98 08
NKOLOLOUN
Carrefour ABC
Tél. : (+237) 242 60 29 66 / 677 18 49 10
YASSA
à 500 mètre de la station Tradex
Tél. : (+237) 243 70 33 55 / 675 78 64 12
Rond point Mobil Bonakouamouang,
Tél. : (+237) 243 17 80 74 / 677 16 84 25
BONAKOUAMOUANG
au feu de droite en venant de la salle
des fêtes.
MBOPPI
Marché Mboppi
Tél. : (+237) 242 63 56 80 / 6 99 63 54 73
BALI
Face MRS (ancien Texaco)
Tél. : (+237) 243 17 80 75 / 695 60 98 62
EMOMBO
Emombo 2e Carrefour
Tél. : (+237) 222 23 11 53 / 679 02 31 02
MELEN
Carrefour CHU, Face Total Melen
Tél. : (+237) 222 31 67 56 / 679 16 50 31
NGOUSSO
Face total Ngousso sur la route
de SOA
Tél. : (+237) 222 21 83 53 / 699 4434 40
BANGANGTE
Face tribune officielle
(place des fêtes)
Tél. : (+237) 243 48 91 44 / 699 41 62 87
FOUMBAN
Marché de la Rue des manguiers Tél. : (+237) 243 48 91 44 / 695 86 01 08
à Foumban
BAFOUSSAM
Immeuble TALOTEL
YAOUNDE
OUEST
Tél. : (+237) 233 44 46 53 / 699 98 04 50
GRANDISSONS ENSEMBLE.
LE CULTE DES ANCETRES
LES BAZOU Y CROIENT FERMEMENT
des lieux sacrés (bosquet)
où les offrandes sont faites.
Pour les offrandes faites à
celui dont on n’a pas de crâne, et dont on ignore le lieu
exact de sa tombe ou de sa
disparition, on va à la croisée des chemins et c’est là
qu’a lieu le sacrifice.
En ce moment, on pense que
cet ancêtre passera par là
un jour quel que soit le lieu
où il se trouve. A QUI OFFRE T-ON LE
SACRIFICE?
E
n entretenant des relations avec l’être
suprême qu’est Dieu, le peuple Bazou
pense qu’il faut passer par eux pour
l’atteindre.
A Bazou, on parle de dieu de Nko’fi, dieu de
Toukou, dieu de Tougoulou. Non seulement les
Bazou prient Dieu en passant par les ancêtres, mais ils leur font des offrandes à travers des sacrifices.
Les offrandes peuvent ancêtres être soit
du champignon, soit de la pistache, soit de
la viande de chèvre ou de brousse, soit de
la poule ou du coq. Les offrandes sont faites
selon le cas par le chef de famille (père ou
successeur) ou un tradipraticien commis à
cet effet.
Les sacrifices ne se font pas n’importe où.
Dans la majorité de cas, les sacrifices sur les
crânes se font dans des cases construites à
cette fin.
Dans certaines grandes concessions, il y a
A la lumière de ce que nous
raconte l’histoire, le sacrifice est fait aux crânes
des personnes d’un certain
âge et non aux enfants. On
déterre les crânes pour les
abriter dans les cases au
moins huit ans après l’enterrement.
D’après la tradition locale, l’offrande est faite
à Dieu à travers les crânes des ancêtres qui
en réalité sont des intermédiaires entre Dieu
et les hommes. Pour s’en convaincre, il suffit
de prêter attentivement les oreilles pour les
prières qui sont dites au moment des sacrifices.
Ceci est d’autant vrai si bien que pour les
sacrifices faits dans les lieux sacrés et à la
croisée des chemins où il n’y pas de crâne,
c’est l’éternel Dieu qui est invoqué.
LE CONTENU DU PAQUET A OFFRIR
ces de monnaie (argent, cauris, perle).
Du point de vue de la croyance, le Bazou sait
que tout ce qui lui arrive d’heureux vient de
Dieu ou alors un don des ancêtres. Loin de là,
le Bazou associe toujours les ancêtres à tous
les évènements et à toutes les activités de sa
vie.
En somme, tout ce qui présente une certaine
importance donne l’occasion d’entrer en
contact avec les ancêtres.
Quand une famille s’enrichit d’un nouveau
membre (mariage, naissance) ou qu’un évènement heureux vient réjouir la famille (promotion professionnelle, nomination, réussite
d’un enfant), on fait des sacrifices aux ancêtres en signe de remerciement et de requête
pour qu’ils continuent à étendre leur protection.
Il existe également des sacrifices périodiques
coïncidant avec les semailles ou les récoltes.
On peut offrir des sacrifices au début d’une
activité industrielle ou commerciale ou d’un
voyage.
En cas de malheur, de maladie, de calamité,
d’insuccès, de famine, de mort subite, on peut
faire des sacrifices aux ancêtres pour apaiser leur colère s’ils sont censés en être les
responsables ou pour découvrir la cause du
mal.
Le but de ces sacrifices étant l’obtention de
la bénédiction, la protection des ancêtres,
leurs bonnes grâces, les remercier, se purifier (cas de « mauvaise mort », d’inceste, de
suicide…).
Une description détaillée de certaines cérémonies de sacrifice permet de comprendre de
façon claire et précise ce qu’est le sacrifice
chez les Bazou et la place qu’il occupe dans la
vie et l’évolution spirituelle de ce peuple.
De la nourriture (champignon, haricot, pistaches, gâteau de maïs), les meilleurs aliments,
du vin blanc de raphia, de l’huile rouge, de la
viande (chèvre, cop, poule, viande de brousse),
une espèce de poisson fumé, des instruments OU LES PRATIQUER ? (houe, machette, plantoir, marmite) des piè- A la croisée des chemins, dans les cases, dans
EDITION DU 15 JUILLET 2105
17
les bosquets, le long des cours d’eau ou dans
les endroits mystérieux invitant au recueillement, se trouvent les places aménagées et
fréquentées. Ce sont les sanctuaires.
Sur ces lieux sacrés, on peut apercevoir des
traces épaisses d’huile rouge, un canari fixé
en terre contenant de l’eau ou du vin blanc de
raphia, à côté du canari un trou contenant le
repas sacré.
Comme on le voit, le peuple Bazou pense que
Dieu a besoin d’une maison au même titre que
les ancêtres. Il y demeure avec ceux qui sont
déjà partis pour le voir, les ancêtres.
Il est au milieu de la maison et les ancêtres
l’entourent dans leurs canaris le long des
murs et ils mangent les mêmes mets.
Ils agréent les chèvres, les coqs et poules,
la taupe, le bon poisson fumé, la kola, la pistache, le gâteau de maïs cuit à blanc sans légume, légèrement salé et malaxé d’abondante
huile rouge.
Le Dieu reçoit surtout des chèvres, coqs vivants qui errent dans les bosquets sacrés.
Personne ne les touche, seul Dieu sait ce qu’il
en fait.
CULTES ET CARACTERISTIQUES
Les rituels de culte diffèrent selon qu’il s’agit
d’un culte privé personnel ou d’un culte privé
18
à caractère public.
Le culte privé personnel a lieu quand
une personne offre
de sa propre initiative une part de son
repas à Dieu par l’entremise des ancêtres
pour lui témoigner sa
reconnaissance, lui
exprimer son sentiment de regret pour
ses fautes et demander en même temps
bonheur et prospérité pour lui-même et
pour autrui.
Les moments importants où le Bazou
pense particulièrement aux ancêtres et
par ricochet à dieu et
agit pour lui directement sont les heures de
repas du soir.
Avant de manger, il jette la part de Dieu dehors en murmurant ses intentions, parfois
distinctement.
Mais quant la famille est rassemblée, c’est le
personnage principal (père, mère, successeur, aîné) qui offre. Parfois, ce sacrifice est
fait par un membre de la famille qui habite
hors de la concession natale.
De ce point de vue, le sacrifice revêt un caractère semi-public, surtout si les intentions
visent toute la famille.
Le repas n’est plus celui de la famille, il est
apprêté avant tout pour Dieu ou les ancêtres.
C’est le demandeur qui le donne avec des intentions bien précises.
Celui-ci peut ne pas assister au sacrifice,
mais il cherche à connaître le jour et s’assurer s’il a eu lieu.
Pendant l’offrande, tous les intéressés sont
présents sauf empêchement.
En cas d’absence, la part de repas de sacrifice est envoyée à l’absent moyennant un
franc symbolique.
Quand le sacrifice public revêt un caractère
de double solennité, le chef de famille est lui-
EDITION DU 15 JUILLET 2105
même l’officiant.
Toutefois, il n’est pas nécessaire que tous les
membres de sa famille soient présents. Ses
notables et quelques proches l’accompagnent.
L’offrande est faite dans les sanctuaires de la
famille.
Le sacrifice privé se fait aux heures de repas,
surtout celui du soir. Le Dieu qui ne se fait
voir ni entendre semble voyager dans l’obscurité, les esprits tout autant.
Quand il s’agit d’offrir dans les sanctuaires,
c’est le matin de bonne heure ou le soir à la
tombée de la nuit. Le sacrificateur porte luimême le pot de sacrifice ou en charge un
assistant.
Le sacrifice solennel prend un temps considérable, parfois une journée entière pour
les préparatifs, la célébration, et le repas en
commun.
Dans ce dernier rite, le repas se prépare devant le sanctuaire, surtout quant il s’agit d’un
coq ou d’une chèvre.
Les assistants s’y amassent à côté du feu.
Attachée à un bananier, la bête mâche sa dernière bouchée de verdure. Le sacrificateur
s’amène, méditatif, son couteau à la main.
Pas un mot à l’assemblée qui attend debout.
Il se tient devant le sanctuaire, fait venir sa
victime qu’il tient par la corde, l’égorge et la
passe à la braise.
A la suite de cette cuisine de circonstance, la
viande est découpée en petits morceaux, mélangée au sel à l’huile rouge. Une partie de ce
copieux repas est offerte aux ancêtres et le
reste est partagé à tous les participants.
Pendant ce moment de repas et de recueillement, chacun formule ses intentions.
FAMILLE BAZOU DE MARSEILLE (France)
BREVE PRESENTATION
L
a Famille Bazou de Marseille a été officiellement enregistrée en Février 2015
sous l’appellation AssoBaz Marseille.
Elle a l’ambition d’offrir un espace
de rassemblement et d’échanges aux ressortissants BAZOU mais aussi de tisser des
liens avec tous les membres de la diaspora
où qu’ils se trouvent. Elle a reçu la visite de
sa Majesté TCHOUA KEMAJOU Vincent en mai
2013. Avec l’engagement sans faille et le soutien de sa dizaine de membres, elle a été à
l’initiative du Fundraising organisé le 02 Mai
Tchoukeu Chamberlin, Marseille, fils
de Nkamdoum Joseph Donatien ancien
pharmacien à Douala,
2015 à Marseille pour accueillir honorablement le Roi des Bazou dans sa campagne de
sensibilisation au NzouhBi’Goup 2015. A cette
occasion, l’artiste Musicien et compositeur
Pierre DidyTchakounté ainsi que différentes
associations ressortissant de l’Ouest Cameroun avaient accepté d’apporter toutes leurs
contributions à la réussite de l’évènement.
Nous profitons ici pour les en remercier
tous.
Comme toute jeune structure, elle s’attelle
surtout à se faire connaitre, à grandir et
mériter sa place dans le paysage des associations. Son président, Sa’aNapgon, ayant
été choisi en Septembre 2014,par une note
officielle de Sa Majesté en tant que Président
Général du NzouhBi’Goup 2015 pour Marseille
et sa région. AssoBaz et tous ses membres
mettent tout en œuvre pour la réussite du
Nzouh et apporterons leurs participations
financière, intellectuelle et matérielledans ce
sens.
Notre structure est une communauté internationale, très ouverte sur nous-même et
sur les autres et apprécie tous les apports
constructifs sans exclusion. Elle a un fonc-
Fred Douala Ndoumbe
(Medecins, 30 ans, Moscou)
tionnement régulier et est projet dépendant
avec l’ambition d’offrir à tout un chacun les
moyens et les outils permettant au plus grand
nombre de prendre en charge des responsabilités qui vont l’édifier mais aussi tracer
des chemins pour ceux qui viendront plus
tard. Les trois prochains mois avant le NzouhBi’Goup 2015 permettront de renforcer les
démarches déjà engagées visant à contribuer
au réveil de Bazou.
BUREAU
• WAGNA Erik (Sa’aNapgon) : Président
• Mafeu NDJEUDA Edith : Trésorière
Membres/conseillers
• Hubert Valentin (pharmacien)
• Ndjinga William Steve (Ingénieur)
• EWAND’A NdoumbeUrsule (Ingénieur)
• GREDT Frédérique (Docteur)
• NGAPAJean (Libraire)
• RASMUSSEN Jacqueline (Pharmacienne)
• RASMUSSEN Frank (Directeur)
• MORESMAU Daniel
• MORESMAU Gisèle
• DOUALLA NDOUMBE Fred (Docteur)
• NDJINGA Murielle (ingénieur)
Ursule EWANDA NDOUMBE
(Ingénieur, 28 ans, Marseille)
EDITION DU 15 JUILLET 2105
19
FAMILLE BAZOU DE MARSEILLE (France)
PORTRAIT DU CHEF DE FAMILLE ET BUREAU DE L’ASSOCIATION
E
rik WAGNA … Son parcours scolaire va de l’Ecole Publique du Camp
Bertaud, le Lycée de New-Bell, au Lycée Joss de Douala. Il est père
d’un enfant. Il est lui-même le fils de Feu Sep (SOB en Bahoc) NKANDA
Joseph et de TCHATCHOUA Tapita et petit-fils de Feu NZA TCHOUA (Dja
Tchouan en Bahoc) et de Mafeu NDJEUDA NANA NKANDA de NDIONGWE à
Bazou (après le quartier Nylon). De formation scientifique Universitaire
puis Ecole de Chimie de Toulouse, il s’est adonné aux Agro-Ressources et
à l’Agroalimentaire. Il est Chef de Projet et vit à Marseille depuis 1992.
Erik est, entre autres, Président Délégué dans la Région PACA (Marseille)
de l’ONG Internationale Médecins d’Afrique, qui réunit des Médecins et Acteurs de Santé primaire pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
(http://www.medecins-afrique.org/ dont le siège est à Paris
Il anime aussi des ateliers ou contribue par des articles ou livres sur des
réflexions et différentes thématiques : santé, éducation, développement
personnel, développement économique, culture, histoire, philosophie,
etc…)
F
ils de Beu
Dongmen et
d’Helene Bumen de Bazou.
Père fondateur
du Panafricanisme à Nantes,
créateur
de
la boutique du
Château de Duc
en 1992 et de la
Librairie « Le
Monde Panafricain » en 1992, espace d’Art et de littérature du monde
noir. Il est Membre fondateur de L’association « Afrique
PromoCulture » et co-organisateur du Colloque « La nécessaire refondation du Panafricanisme »
Frédérique GREDT
(Médecin, 52 ans,
Crolles)
20
EDITION DU 15 JUILLET 2105
William Steve
NDJINGA
(Ingénieur d’études
33 ans, Avignon)
Mafeu Edith
NDJEUDA
(Pharmacienne
47 ans, Poitiers)
Valentin Hubert
(Pharmacien 40 ans,
Marseille)
Roni Clair KONDA
Les
1
2
3
4
5
A
10
Bernard TCHAMI
de l’équipe du secrétariat permanent
pour faciliter la réussite de l’évènement
E
tre l’entité opérationnelle du comité d’organisation mise en place par le Roi des Bazou.Ensuite
officier en lieu et place de l’agence conseil.
A
méliorer la lisibilité du Nzouh Bi’goup 2015 et de
toutes les informations relatifs à cet évènement
et sur le site chefferiebazou.com
aciliter l’accomplissement de toutes les formalités de participation à l’évènement.
ous orienter vers les
Unités opérationnelles que
Sont les commissions du CNOC.
Paul Fils TCHUANDJIO
engagements
ssurer l’accès à toutes les informations utiles
sur la bonne approche de participer de façon
efficiente aux rites du Nzouh bi’goup 2015.Au delà
assurer la suppléance des commissions.
F
V
Bertrand TCHAMI
6
7
8
9
10
I
S
mpulser une approche de prospection commerciale offensive, méthodique et synchronisée.
implifier les procédures en tout pour
Tout et partout afin de permettre une fluidité
Dans l’organisation du NZOUH Bi’GOUP 2015
R
épondre dans les brefs délais à toutes vos requêtes, demandes d’informations téléphoniques,
écrites venant de tous les partenaires à l’évènement,
fils et filles bazou.
D
V
évelopper les procédures innovantes de communication.
ous garantir d’une
Disponibilité 24h/24 (au téléphone,sur les réseaux sociaux,sur notre website),
Team spirit – Esprit de gagne – Innovation - Professionnalisme
SIEGE SECRETARIAT PERMANENT
Derrière Mairie Douala 2ème (New Bell-Douala)
Contacts utiles:
(+237) 679 31 35 95 / 699 34 65 33 / 670 27 39 98 / 695 97 61 00
Mail : [email protected] / [email protected]
Plus d’informations sur le site www.chefferiebazou.com
EDITION DU 15 JUILLET 2105
21
ARRÊT SUR IMAGES
MARSEILLE CE 02 MAI 2015, COMME SI VOUS Y ÉTIEZ
22
EDITION DU 15 JUILLET 2105
CORRIGE MOTS CROISES
NOUVEAU JEU
2
1
5
D
I
K
E
U
P
T
A
H
7
O
U
B
A
C
6
N
H
L
G
U
E
G
A
H
D
9
O
N
T
3
4
N
S
I
8
W
U
K
E
I
H
W
S
A
H
N
2
3
1
4
P
5
7
6
G
1: Le nom du quartier de mfeu Sangbeu.
2: C’est l’éloge du frère de Yah’gang.
3: Une danse typique du quartier Mangou
4: C’est le quartier que commande mfeu Sa’h
5: Une jour férié dans le village.
6: C’est le lieu qui abrite, le tchuibouh, le nwouonko et le futur Roi.
7: Mfeu ndouo trone à la tête de ce quartier.
8: Le préfixe du nom du chef de Katcha.
9: C’est un titre de notabilité.
1-Eloge dunefille à bazou
2-Je suis un quartier du regroupement de NDIONZOU avec pour
chef Feuh DJAHBOU
3-NFeuh chabouh est le chef de ce quartier.
4-Signifie morceau d’objet inerte en Bazou.
5-Un Jour de la semaine à Bazou.
6-Je suis l’une des reine mereBazou avec pour ancrage Dipta III
7-Resume une eregeographique réunissant ndionzeu,Baha,Saha,
DiptaIII,Ngoko,ngweudip,bibeheu etc.
LE MOIS DE JUILLET 2015 CHEZ LES BAZOU
Juillet 2015 / Tou'he ghefi
mer 01
jeu 02
ven 03
sam 04
dim 05
lun 06
mar 07
Di Nkap
Di Keukeuh
Di keun
Di Ndiongwe
Di Bouh
Di kong
Di tcheuh
mer 08
jeu 09
ven 10
sam 11
dim 12
lun 13
mar 14
Di ntalâh
Di Nkap
Di Keukeuh
Di keun
Di Ndiongwe
Di Bouh
Di kong
JOURS FERIES BAZOU (CERTAINS DE CES JOURS ONT ÉTÉ
INSTITUES EN MÉMOIRE DES DECES DE CERTAINS ROIS
mer 15
jeu 16
ven 17
sam 18
dim 19
lun 20
mar 21
Di tcheuh
Di ntalâh
Di Nkap
Di Keukeuh
Di keun
Di Ndiongwe
Di Bouh
DI’NKAP
Di’ TCHEUH
mer 22
jeu 23
ven 24
sam 25
dim 26
lun 27
mar 28
mer 29
jeu 30
ven 31
Di kong
Di tcheuh
Di ntalâh
Di Nkap
Di Keukeuh
Di keun
Di Ndiongwe
Di Bouh
Di kong
Di tcheuh
EDITION DU 15 JUILLET 2105
23

Documents pareils

Echanges Picto-Parisiens en Chirurgie et Cancérologie

Echanges Picto-Parisiens en Chirurgie et Cancérologie 16H10 - 16H30 : Robotic sacral Colpopexy w Dr R.Kho 16H30 - 16H40 : Promontofixation par Robot w Dr B.Lauratet 16H40 - 16H50 : Promontofixation au Robot single Port w Dr E.Vincens 16H50 - 17H10 ...

Plus en détail