I. Pourquoi étudier La Controverse de Valladolid en classe de

Commentaires

Transcription

I. Pourquoi étudier La Controverse de Valladolid en classe de
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 1 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
XXe SIÈCLE
La littérature engagée
JEAN-CLAUDE CARRIÈRE
La Controverse de Valladolid
9782080722607 - 4,30 €
I. Pourquoi étudier La Controverse de
Valladolid en classe de troisième ?
En prolongement des récits de voyage, étudiés en cinquième,
et de la critique sociale, envisagée en classe de quatrième, on
conseillera, pour les bonnes classes de troisième, la lecture de
La Controverse de Valladolid. Cette pièce de théâtre du XXe siècle,
qui a fait l’objet d’une excellente adaptation télévisuelle en
1992, est particulièrement intéressante pour l’étude du discours
argumentatif.
Cette séquence conduira à une réflexion sur la mise en scène
d’une disputatio et sur la question de l’altérité. La pièce de JeanClaude Carrière offre la possibilité d’aborder différents points :
— notions fondamentales de l’analyse dramaturgique : exposition, dénouement, didascalies ;
— notions fondamentales de l’argumentation : convaincre
(thèse, arguments, exemples) ; persuader (procédés et moyens
rhétoriques) ;
— les registres pathétique, polémique et réaliste.
L’étude mettra en jeu des méthodes variées :
— lectures analytiques,
— lectures comparatives,
— questions synthétiques,
— analyse de films.
La Controverse de Valladolid
1
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 2 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
La séquence proposée suggère la réalisation par les élèves de
différents exercices (recherches documentaires, écrit d’invention,
débat argumentatif, lectures expressives). Cette étude trouvera
un prolongement dans la lecture de textes portant sur la question de l’altérité (dossier, p. 111-119).
II. Présentation de l’œuvre
Une présentation détaillée du contexte historique et de la
genèse de l’œuvre se trouve p. 5-14 de l’édition. Nous suggérons ici des mises en activité pour éviter que le cours d’introduction ne soit trop magistral.
■ Le contexte historique
Il est indispensable d’éclairer le contexte historique de la
controverse de Valladolid. Dans cette perspective, on s’aidera
de la présentation (p. 6-11) et de la chronologie (p. 16-17), et
on proposera aux élèves de réaliser des exposés sur les thèmes
suivants :
— les biographies de Colomb et de Cortés,
— les Aztèques et la conquête du Mexique,
— les grands voyages à la Renaissance.
Outre les documents que les élèves trouveront au CDI, ils
pourront se référer aux livres Le Destin brisé de l’empire aztèque
de Serge Gruzinski (Gallimard, « Découvertes », 1988), au récit
de voyage de Jean de Léry (Le Nouveau Monde, GF-Flammarion,
« Étonnants Classiques », 1998), aux films, notamment Mission
de R. Joffré (1986) et 1492 de R. Scott (1992).
■ Christophe Colomb et Hernán Cortés : de la
découverte de l’Amérique à la conquête du Mexique
En 1492, Christophe Colomb traverse l’Atlantique et pense
découvrir les Indes. Il débarque en réalité aux Bahamas ! L’expédition est financée par la couronne d’Espagne, qui souhaite ainsi
trouver suffisamment d’or pour organiser une nouvelle croisade
vers Jérusalem. Très vite, les souverains très catholiques,
Ferdinand et Isabelle, envoient des missionnaires pour convertir
2
La littérature engagée
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 3 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
les habitants des « Nouvelles Indes ». C’est en 1519 que Cortés
et quelques centaines d’hommes entreprennent la conquête du
Mexique. Celle-ci s’achève deux ans plus tard. L’attitude
ambiguë de l’empereur aztèque, les dissensions internes et l’infériorité des Indiens en matière d’armes expliquent la victoire
rapide des Espagnols.
■ La controverse de Valladolid, 1550
– Les enjeux
Dès les débuts de la conquête, on s’interroge en Espagne et
dans les territoires conquis sur le sort à réserver aux Indiens.
Sont-ils égaux aux Espagnols ou sont-ils inférieurs ? Peuvent-ils
être traités en esclaves en raison de cette infériorité ? De nombreux textes, émanant soit de la couronne d’Espagne, soit de
l’Église, tentent de réglementer le statut des indigènes, mais ces
textes sont très souvent contradictoires. Ces écrits, qui ne s’entendent pas sur le sort qu’il faut réserver aux Indiens, n’ont
aucune efficacité et les guerres de conquête se poursuivent. Le
coût humain de la conquête est énorme : en 1500, la population
des Amériques est de 80 millions ; elle n’est plus que de 10 millions en 1550 ! Le fiasco humain de la conquête apparaı̂t
comme une tache noire sur le Siècle d’or espagnol. En
avril 1550, le roi Charles Quint décide donc d’arrêter provisoirement les expéditions. À ce moment, ni le statut (égaux ou inégaux), ni le sort (esclaves ou hommes libres) des Indiens n’a
été tranché. Cela va être l’objet de la controverse de Valladolid.
– Les forces en présence
Le chanoine de Cordoue, Gines de Sépulvéda, illustre helléniste et spécialiste d’Aristote, publie à Rome un ouvrage intitulé Democrates alter, sive de justis belli causis, dans lequel il
explique pourquoi les guerres menées dans les terres nouvelles
contre les Indiens sont justes. Lorsqu’il veut publier son livre en
Espagne, il se heurte à l’opposition des dominicains des deux
grandes universités de Alcalá et de Salamanque. C’est le prétexte
à un débat, au cours duquel Sépulvéda va défendre son ouvrage
face au frère dominicain Bartolomé de Las Casas, favorable à
La Controverse de Valladolid
3
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 4 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
un traitement humain pour les Indiens, sous l’arbitrage du légat
du pape, Salvatore Roncieri.
– La controverse et ses suites
Les deux hommes se livrent à une joute verbale, une dispute,
pendant plusieurs jours, mais finalement aucune décision n’est
prise. On peut cependant penser que Las Casas a convaincu son
auditoire puisque Sépulvéda n’obtient pas le droit de publier
son livre en Espagne. Le rôle historique de la controverse est
donc insignifiant, contrairement à ce qu’indique la relation de
Jean-Claude Carrière.
■ La mise en scène d’une dispute
(Voir p. 11-14, pour une présentation plus détaillée.) La dispute est un exercice oratoire, nécessairement très statique
puisqu’il est paroles plus qu’actions. D’où le danger encouru
par le dramaturge : celui de lasser le spectateur. Comment faire
agir autour de l’argumentation ?
– Le théâtre, ou l’esthétique de la concentration
Le légat prononce une phrase qui résume à elle seule la problématique de l’écriture théâtrale : « Le temps nous est [...]
compté » (p. 86). Comment en effet passer d’un récit, celui écrit
par Jean-Claude Carrière en 1992, fouillé, documenté de près
de deux cents pages, à une pièce de théâtre dont la représentation ne peut guère excéder trois heures et qui doit sans cesse
soutenir l’intérêt du spectateur ? De la version récit à la version
théâtre, Jean-Claude Carrière a donc dû élaguer : le temps, les
lieux, les personnages, l’intrigue même, sont resserrés.
– Le crescendo dramaturgique
De plus, Jean-Claude Carrière parvient à dramatiser la dispute
en lui donnant la forme d’un procès (plaidoiries, verdict...). Le
légat joue, dans ce procès, le rôle du président du tribunal : il
oriente les débats, distribue la parole, décide des suspensions
de séance et rend le verdict. Grâce à cette structure, le spectateur
est invité à peser les arguments des deux camps, à prendre parti ;
il attend impatiemment le verdict.
4
La littérature engagée
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 5 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
– De rebondissements en surprises
Pour animer les débats et vaincre le statisme de la dispute, la
pièce multiplie aussi les rebondissements, « surprise [s] » et
« coup [s] de théâtre » (p. 66 et 86-87). Au discours théorique,
qui domine la première partie de la pièce, succèdent des manipulations d’objets, des expériences, sources du spectaculaire.
III. Proposition de séquence
Composition de la séquence
A. Cours
— Présentation du contexte historique (voir supra et p. 6-11).
— Le premier exposé de Las Casas, p. 30-33 (l’efficacité
du discours argumentatif).
— Le premier exposé de Sépulvéda, p. 47-50 (l’art de
convaincre et l’art de persuader).
— La statue indienne, p. 59-61 (l’efficacité dramaturgique
de la scène).
— Le sacrifice du fils, p. 76-80 (le pathétique au service de
l’argumentation).
— Le dénouement, p. 99-104 (un dénouement ambigu).
B. Travail d’écriture et exercice oral
— Plusieurs travaux d’écriture sont proposés dans le dossier « L’altérité : pistes de lecture », p. 111-119.
— Débat oral sur la beauté d’une œuvre d’art apportée par
un élève : mise en évidence du relativisme de la notion de
« beau » (voir explication sur la statue indienne).
— Débat oral sur l’efficacité respective des argumentations
de Las Casas et de Sépulvéda.
La Controverse de Valladolid
5
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 6 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
Séance no 1 : présentation du contexte historique
Voir supra et p. 6-11.
Séance no 2 : le premier exposé de Las Casas
Objectif → S’interroger sur l’efficacité du discours argumentatif
de Las Casas.
Support → p. 30-33, de « Oui, tout ce que j’ai vu... » à « Vous
me comprenez ? ».
■ Des portraits antithétiques
Dressez le portrait des Espagnols et celui des Indiens selon
Las Casas. Commentez.
Espagnols
1. Cruauté et sadisme.
2. Contradiction entre le
comportement et les principes
chrétiens.
Indiens
1. Vulnérabilité.
2. Naı̈veté, crédulité.
3. Pacifisme.
■ L’art de persuader
Relevez les procédés qui rendent le discours efficace.
— Questions oratoires.
— Discours narratif qui oscille entre pathétique et réalisme.
— Caractère indicible de l’horreur.
Commentez la phrase : « J’ai vu des cruautés si grandes qu’on
n’oserait pas les imaginer. »
■ Un plaidoyer efficace ?
– Un être passionné
Relevez les marques de l’emportement dans le discours de Las
Casas.
6
La littérature engagée
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 7 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
• Longueur du discours.
• Ponctuation expressive.
• Ton de la voix.
• Animation scénique.
Faire relire un passage et faire écouter le rythme.
– Les failles de l’emportement
• L’exagération (récurrence des hyperboles).
• Le glissement de l’expérience personnelle (« je ») à la rumeur
(« on »).
• « Raconter beaucoup, réfléchir peu ». Montrer que Las
Casas s’est contenté d’accumuler des exemples de la cruauté
espagnole et qu’il a dévié de la question initiale.
• Commentaire de « Comme un fou ».
=> Cet emportement tend à discréditer le discours.
■ Conclusion
Débat oral : le discours de Las Casas vous semble-t-il efficace ?
Séance no 3 : le premier exposé de Sépulvéda
Objectif → Cerner la distinction entre convaincre et persuader.
Support → p. 47-50, de « Tous les peuples... » à « la vraie
religion ! ».
■ L’art de convaincre
– Thèse
Identifiez la thèse de Sépulvéda.
« Non seulement il est juste mais il est nécessaire de soumettre
leur corps à l’esclavage et leurs esprits à la vraie religion. »
– Arguments
Identifiez les arguments de Sépulvéda.
• Les Indiens sont ignorés de Dieu (absence de traces d’évangélisation ; facilité de la victoire des Espagnols ; maladie ; soumission rapide).
• Ils sont monstrueux (idolâtres, sodomites, cannibales).
La Controverse de Valladolid
7
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 8 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
– Un raisonnement logique
Abondance de connecteurs logiques.
=> Maı̂trise de l’art de convaincre. Opposition entre Las Casas,
qui appuyait son discours sur l’expérience et les sentiments, et
Sépulvéda, le lettré, qui sait argumenter.
■ L’agôn verbal
– L’art de persuader
Identifiez les procédés rhétoriques de la persuasion qu’emploie Sépulvéda.
• Questions rhétoriques.
• Première personne du pluriel inclusive et impératif.
• Arguments d’autorité.
– Le registre polémique
Quel est le ton du dialogue ?
Le dialogue est violent, véhément.
• Mise en accusation d’un « vous » discrédité.
• Ponctuation expressive.
• Montée de la tension au cours de l’affrontement.
Étudiez les didascalies (« Un doigt tendu vers Las Casas » ;
« s’adresse toujours directement à Las Casas ») ; relevez les
termes qu’emploie Sépulvéda pour qualifier les opinions de son
adversaire (accusation de mensonge, de folie, de crédulité).
Relire « Comment osez-vous les exclure de la promesse ?...
grand temple de Mexico ». Commentez le rythme.
=> Tension extrême, joute verbale entre les deux hommes.
■ Conclusion
Las Casas est dans la passion, l’excès, l’expérience personnelle. Sépulvéda est davantage du côté de la raison, de la
logique.
Débat oral : lequel de ces deux modes d’argumentation vous
paraı̂t le plus efficace ?
8
La littérature engagée
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 9 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
Séance no 4 : la statue indienne
Objectif → Fonctions dramaturgique et argumentative de l’objet
théâtral.
Support → p. 59-61, de « Pour que cependant... » à « avant de
nous séparer ».
■ Introduction
Quelle rupture cet épisode introduit-il dans la pièce ? Il est de
nature plus spectaculaire.
Est-ce une pause dans l’argumentation, une animation gratuite ou la poursuite de l’argumentation ?
■ La fonction dramaturgique
Situez l’épisode dans l’économie générale de la pièce.
Il figure juste avant la première pause. Il faut attiser l’attention
du spectateur.
Étudiez les procédés d’animation scénique.
– Le spectaculaire
• Coup de théâtre.
• Participation du spectateur : invité à regarder et à juger.
• Mouvement scénique (abondance des didascalies).
• Un objet au centre de la scène, et non des paroles ou des
documents.
=> Scène vivante.
– L’effet d’annonce
Relevez les indices qui annoncent le deuxième acte. Déduisezen une nouvelle fonction dramaturgique de l’épisode.
Serviteur noir, marche bancale, arrivée des Indiens.
=> Scène qui prépare la suite de l’action.
– La fonction argumentative
Commentez l’usage des guillemets dans la réplique « pour que
cependant vous puissiez vous faire une idée de leur “art” ».
La Controverse de Valladolid
9
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 10 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
Comment les personnages continuent-ils à défendre leur point
de vue ?
— Les partis en présence
• Sépulvéda, le légat et le supérieur.
Identifiez la thèse. La sculpture est laide donc les indigènes
n’ont pas l’idée du beau : ce sont des êtres inférieurs.
=> Ethnocentrisme qui permet à Sépulvéda d’étayer sa thèse.
• Las Casas
Identifiez sa thèse. Les Indiens sont de véritables artistes.
=> Partisan d’un relativisme culturel.
– La victoire de Sépulvéda
Qui l’emporte ? Relevez les signes de la victoire.
Sépulvéda l’emporte.
• Il parle le plus souvent.
• La réplique de Las Casas est désordonnée.
• Le légat coupe la parole à Las Casas.
■ Conclusion
Épisode qui remplit une double fonction : animer la scène et
réitérer les thèses des personnages.
Séance no 5 : le sacrifice du fils
Objectif → Étudier l’efficacité dramaturgique de la scène.
Support → p. 76-80, de « Est-ce qu’ils sont sensibles à la
douleur ? » à « un moment de calme et de silence ».
■ Introduction
Commentez le rapport didascalies-texte. Abondance des
didascalies : c’est un épisode d’action, dynamique.
■ Un épisode dramatique
– Un spectateur témoin
Quelles sont les différentes étapes de la scène ?
10
La littérature engagée
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 11 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
• De « Est-ce qu’ils sont sensibles... » à la l. 1359 : la préparation de l’expérience orchestrée par le légat.
• De « L’homme tire son épée » à la l. 1399 : l’apogée de la
scène, l’expérience elle-même.
• De « Le cardinal s’adresse à Las Casas » à la l. 1458 : l’interprétation de ce qui a été observé.
=> Une scène efficace car elle présente l’expérience au spectateur lui-même.
– Une scène pathétique
Relevez les indices du pathétique.
• Violence physique et violence morale.
• Interventions de Las Casas, double du spectateur.
=> Double efficacité de la scène : efficacité dramaturgique et
efficacité émotionnelle.
■ La divergence de points de vue
– Deux thèses qui s’affrontent
Identifiez les thèses en présence. Sépulvéda : l’expérience
révèle que les Indiens sont comme des bêtes, et non comme
des hommes. Las Casas : l’expérience révèle que les Indiens se
comportent comme des hommes sensibles, exactement comme
les Espagnols.
=> Deux postures face à l’altérité : identification et respect ;
différence et rejet.
– Deux états d’esprit
Commentez la réplique « monsieur le professeur, vous risquez-vous parfois hors de votre bibliothèque ? ». Quelle est par
opposition la source du savoir pour Las Casas ? Savoir livresque
vs. expérience.
– La victoire de Las Casas
Qui l’emporte ? Las Casas l’emporte.
• « C’est au tour de Sépulvéda de ne pas répondre. »
• Interruption de l’expérience par le légat.
• Ampleur du discours de Las Casas.
La Controverse de Valladolid
11
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 12 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
=> Scène clé dans l’évolution des rapports de force.
C’est Las Casas désormais qui prend le dessus.
■ Conclusion
Une scène spectaculaire et efficace, qui fait avancer l’action
(victoire de Las Casas).
Séance no 6 : le dénouement
Objectif → Étudier l’ambiguı̈té du dénouement.
Support → p. 99-104, de « Mes chers frères » à la fin.
■ Les effets de clôture
En quoi ce dénouement offre-t-il une conclusion au débat ?
Le légat répond à la question initiale (p. 24) et donne raison
à Las Casas. Réfutation des thèses adverses.
=> Dénouement qui remplit sa fonction traditionnelle de
clôture.
■ Un dénouement paradoxal
– Rebondissement
Identifiez le rebondissement. Le débat est relancé par la
réplique « j’ai une idée à vous soumettre », p. 100 (noter la
didascalie « tout à coup » et l’exclamation « éminence ! » qui
insiste sur la fébrilité du supérieur). On passe du problème de
la colonisation au problème de l’esclavage.
=> Remise en cause du principe de clôture propre au
dénouement
– La redistribution des rôles
• Las Casas
Étudiez l’évolution des sentiments de Las Casas dans le
passage.
Du statut de vainqueur, il passe au statut de vaincu.
• Le supérieur
Quel est le rôle du supérieur dans ce coup de théâtre ?
12
La littérature engagée
NORD COMPO — 03.20.41.40.01 — 125 x 178 — 30-09-08 14:41:04
134644 - Flammarion - Fiche pédagogique - La controverse de Valladolid - Page 13 — Z34644$$$1 — Rev 18.02
C’est l’instigateur. Il prend tout à coup une importance dramaturgique nouvelle.
• Le légat
Comparez la décision rendue par le légat à propos des Indiens
et celle rendue sur les Africains.
La première est réfléchie (« est-ce que je vous donne un instant
l’impression de ne pas avoir réfléchi ? », « croyez-vous que je
n’ai pas mesuré ma charge, que je n’ai pas prié pendant des
nuits entières ? », p. 100). La seconde est hâtive (« une dizaine
de secondes », « instant », p. 100), suggérée par le supérieur, luimême influencé par le colon.
Quel est désormais le sentiment du spectateur pour le légat ?
Ce personnage sympathique qui écoutait et se montrait
humain devient un personnage antipathique : il n’écoute plus,
il coupe la parole à Las Casas et à Sépulvéda ; il ne mesure
plus la portée de ses actes (codicille vs. la décision sur les
Indiens) ; il ne peut accepter la différence ; il se laisse toucher
par des intérêts économiques.
• Sépulvéda
Faire relire le passage de « l’Église ne s’y opposerait pas ? »
jusqu’à « des guerres ». Faire réfléchir sur l’apparent revirement
du personnage. A-t-il été touché par les arguments de Las Casas
qui invite à accepter l’autre comme un égal ? Est-il ironique ?
Met-il en cause le caractère hâtif de la décision du légat ?
=> Les personnages prennent une dimension nouvelle dans
cette seconde partie du dénouement. Ce dénouement, qui apparaı̂t comme non nécessaire, éveille l’attention du spectateur et
rappelle que l’acceptation de l’autre n’est pas une évidence.
■ Conclusion
Dénouement surprenant, qui repose sur une tension entre clôture et ouverture.
Anne CASSOU-NOGUÈS & Marie-Aude
DE
LANGENHAGEN.