Texte 1 Texte 2 Propos de femmes au XVIII e siècle

Commentaires

Transcription

Texte 1 Texte 2 Propos de femmes au XVIII e siècle
Séquence 1re - Complément en ligne
5
10
15
20
25
30
35
Propos de femmes au XVIIIe siècle
Texte 1
Document B
Quelques jeunes personnes ne connaissent point assez les avantages d’une heureuse nature, et combien il leur serait utile de s’y abandonner ; elles affaiblissent ces dons du ciel, si rares et si fragiles, par des
manières affectées et par une mauvaise imitation :
Leur son de voix et leur démarche sont empruntés ; elles se composent, elles se recherchent, regardent dans un miroir si elles s’éloignent
assez de leur naturel. Ce n’est pas sans peine qu’elles plaisent moins.
5 (VII) Chez les femmes, se parer et se farder n’est pas, je l’avoue,
parler contre sa pensée ; c’est plus aussi que le travestissement et la
mascarade, où l’on ne se donne point pour ce que l’on paraît être, mais
où l’on pense seulement à se cacher et à se faire ignorer : c’est chercher à imposer aux yeux, et vouloir paraître selon l’extérieur contre la
vérité ; c’est une espèce de menterie. Il faut juger des femmes depuis
la chaussure jusqu’à la coiffure exclusivement, à peu près comme on
mesure le poisson entre queue et tête.
6 (V) Si les femmes veulent seulement être belles à leurs propres
yeux et se plaire à elles-mêmes, elles peuvent sans doute, dans la
manière de s’embellir, dans le choix des ajustements et de la parure,
suivre leur goût et leur caprice ; mais si c’est aux hommes qu’elles
désirent de plaire, si c’est pour eux qu’elles se fardent ou qu’elles s’enluminent, j’ai recueilli les voix, et je leur prononce, de la part de tous
les hommes ou de la plus grande partie, que le blanc et le rouge les rend
affreuses et dégoûtantes ; que le rouge seul les vieillit et les déguise ;
qu’ils haïssent autant à les voir avec de la céruse sur le visage, qu’avec
de fausses dents en la bouche, et des boules de cire dans les mâchoires ;
qu’ils protestent sérieusement contre tout l’artifice dont elles usent pour
se rendre laides.
Et que, bien loin d’en répondre devant Dieu, il semble au
contraire qu’il leur ait réservé ce dernier et infaillible moyen de guérir
des femmes.
Mais moi, qu’ai-je de commun avec ces femmes inconsidérées ?
Quand m’avez-vous vue m’écarter des règles que je me suis prescrites,
et manquer à mes principes ? Je dis mes principes, et je le dis à dessein :
car ils ne sont pas comme ceux des autres femmes, donnés au hasard,
reçus sans examen et suivis par habitude, ils sont le fruit de mes profondes réflexions ; je les ai créés, et je puis dire que je suis mon ouvrage.
Entrée dans le monde dans le temps où, fille encore, j’étais vouée par
état au silence et à l’inaction, j’ai su en profiter pour observer et réfléchir. Tandis qu’on me croyait étourdie ou distraite, écoutant peu à la
vérité les discours qu’on s’empressait à me tenir, je recueillais avec soin
ceux qu’on cherchait à me cacher. Cette utile curiosité, en servant à
m’instruire, m’apprit encore à dissimuler : forcée souvent de cacher les
objets de mon attention aux yeux de ceux qui m’entouraient, j’essayai
de guider les miens à mon gré ; j’obtins dès lors de prendre à volonté
ce regard distrait que vous avez loué si souvent. Encouragée par ce premier succès, je tâchai de régler de même les divers mouvements de ma
figure. Ressentais-je quelque chagrin, je m’étudiais à prendre l’air de la
sérénité, même celui de la joie ; j’ai porté le zèle jusqu’à me causer des
douleurs volontaires, pour chercher pendant ce temps l’expression du
plaisir. Je me suis travaillée avec le même soin et plus de peine, pour
réprimer les symptômes d’une joie inattendue. C’est ainsi que j’ai su
prendre sur ma physionomie cette puissance dont je vous ai vu quelquefois si étonné. J’étais bien jeune encore, et presque sans intérêt :
mais je n’avais à moi que ma pensée, et je m’indignais qu’on pût me la
ravir ou me la surprendre contre ma volonté. Munie de ces premières
armes, j’en essayai l’usage : non contente de ne plus me laisser pénétrer,
je m’amusais à me montrer sous des formes différentes ; sûre de mes
gestes, j’observais mes discours ; je réglai les uns et les autres, suivant
les circonstances, ou même seulement suivant mes fantaisies: dès ce
moment, ma façon de penser fut pour moi seule, et je ne montrai plus
que celle qu’il m’était utile de laisser voir. Ce travail sur moi-même
avait fixé mon attention sur l’expression des figures et le caractère des
physionomies; et j’y gagnai ce coup d’œil pénétrant, auquel l’expérience m’a pourtant appris à ne pas me fier entièrement; mais qui, en
tout, m’a rarement trompée. Je n’avais pas quinze ans, je possédais déjà
les talents auxquels la plus grande partie de nos politiques doivent leur
réputation, et je ne me trouvais encore qu’aux premiers éléments de la
science que je voulais acquérir.
5
10
20
25
30
35
La Bruyère, « Des femmes », Les Caractères, 1688.
Texte 2
5
Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses, Lettre LXXXI.
Deux regards masculins et ironiques
sur les femmes
Quels critères dénoncés dans les textes du corpus
comme relevant de la misogynie trouve-t-on dans ces deux
textes ?
10
« Elles aiment tellement le mensonge que, lorsqu’elles sont obligées de nous dire la vérité, elles nous la disent de manière à n’être pas
croyable – pour nous en dégoûter ! […]
Et quand nous disons que la faute de la femme est plus grave que
celle de l’homme, nous voulons dire par-là qu’en nous privant de ses
caresses, elle nous prive du meilleur d’elle-même !
En effet, que reste-t-il d’une femme infidèle ?
Entre nous, pas grand-chose !
Que reste-t-il d’un homme infidèle ?
Son nom, sa situation, sa fortune, trois choses dont bien des
femmes savent se contenter ! »
Sacha Guitry, Les Femmes de l’amour, Presse Pocket, passim, 1963.
Nouvelle Revue Pédagogique - Lycée / n° 47 / novembre 2011
09111324_COMPLEMENT_3.indd 1
1
29/09/11 10:25

Documents pareils