Agora 06/02 - Philharmonie de Paris

Commentaires

Transcription

Agora 06/02 - Philharmonie de Paris
Jean-Philippe Billarant
président du conseil d’administration
Laurent Bayle
directeur général
Ce programme poursuit la collaboration entre le festival Agora (organisé par
l’Ircam - Centre Pompidou) et la cité de la musique. Œuvre du compositeur britannique Benedict Mason, ChaplinOperas associe film et musique et s’inscrit
tout naturellement dans le cadre d’un festival dont la vocation est de confronter
la musique d’aujourd’hui aux autres formes de création contemporaine, mêlant différents types de supports technologiques.
Il s’agit en outre d’une nouvelle élaboration, entièrement repensée et donnée ici en
création, d’un travail antérieur ayant abouti en 1993 à une série de représentations.
mercredi
5 juin - 20h
salle des concerts
Benedict Mason
ChaplinOperas (livret de Benedict Mason) sur une projection des films muets de Charlie Chaplin tournés en 1917 :
Easy Street (Charlot policeman) (voir trad. p. 10)
The Immigrant (L’Émigrant) (voir trad. p. 18)
entracte
The Adventurer (Charlot s’évade) (voir trad. p. 21)
Jonathan Nott, direction
Della Jones, mezzo-soprano
Omar Ebrahim, baryton
Ensemble Intercontemporain
durée du concert (entracte compris) : 1 heure 40 minutes
Le concert sera précédé d’une rencontre avec Jonathan Nott,
Benedict Mason, Marc Dondey et Hervé Boutry à 18h30 à
l’amphithéâtre.
concert donné dans le cadre du Festival Agora
coproduction cité de la musique, Ensemble Intercontemporain,
Ircam-Centre Pompidou
avec le soutien du British Council et en accord avec Chester
Music France (© Chester Music Ltd.)
festival Agora à la cité
Charlie Chaplin
Easy Street
(Charlot policeman)
Charlot policeman est la neuvième et la plus célèbre
des comédies de Chaplin pour Mutual. Les personnages burlesques de policiers et de bandits et le
comique des poursuites ne minimisent en rien les
images de pauvreté, de famine et de violence urbaine
montrées par Chaplin telles qu’il les a connues pendant son enfance dans les faubourgs de Londres.
Charlot policeman fut projeté pour la première fois le
2 octobre 1916.
The Immigrant (L’Émigrant) L’Émigrant, projeté pour la première fois le 17 juin 1917,
est la onzième des douze comédies de Charlie Chaplin
produites par Mutual. Le souci de perfection de Chaplin
était alors tel qu’il consacra près de 30 000 mètres de
pellicule à son tournage et passa quatre jours et quatre
nuits d’affilée pour en achever le montage.
The Adventurer
(Charlot s’évade)
4 | cité de la musique
Charlot s’évade, projeté pour la première fois le
17 octobre 1917, est la dernière et la plus appréciée
des comédies de Chaplin pour Mutual. On y remarque
un retour au style de ses premiers films pour Keystone.
Les comédies produites par Mutual apportèrent à
Chaplin à la fois indépendance financière et liberté
artistique, ainsi qu’un degré de popularité jusque-là
inconnu des vedettes de l’écran.
cinéma + musique
Benedict Mason
ChaplinOperas
composition : 1988 ; commande de l’Ensemble Modern (dans
la cadre du Centenaire de Chaplin) ; création : le 2 avril 1989 à
l’Alte Oper de Francfort par l’Ensemble Modern ; effectif :
mezzo-soprano solo, baryton solo, flûte/flûte piccolo/flûte en
sol, hautbois/cor anglais/hautbois d’amour, clarinette/clarinette basse, basson/ contrebasson, saxophone soprano/saxophone alto/saxophone baryton/clarinette contrebasse, cor,
trompette/trompette piccolo/cornet/bugle, trombone ténorbasse/trompette à coulisse, tuba, 2 percussions, échantillonneur, piano, piano/clavier numérique/synthétiseur, harpe, 2
violons, 2 altos, 2 violoncelles, contrebasse à cinq cordes/guitare basse électrique ; éditeur : Chester Music Ltd.
L’inclassable Benedict Mason semble animé d’une
vraie frénésie de liberté, un peu comme le vagabond
évadé de The Adventurer, troisième volet des
ChaplinOperas, l’hommage enfiévré qu’il consacra
au cinéma de Chaplin il y a quelques années. Évadé,
Benedict Mason ? Peut-être, mais pas seulement de
son Angleterre natale, qu’il a vite quittée pour
l’Allemagne et aujourd’hui pour la France, où il vit
désormais. Ce compositeur est d’abord un inventeur,
un aventurier, auteur d’une œuvre imposante et imprévisible qui semble par-dessus tout redouter l’enfermement dans un lieu, dans un style ou une discipline.
C’est son côté passe-muraille, mais parfaitement raisonné, même et surtout quand il plonge dans le burlesque, ou défait de l’intérieur le rituel du concert.
L’aventurier sait ce qu’il cherche. Benedict Mason
creuse dans l’urgence et l’enthousiasme. Il cherche un
passage au plus profond de sa musique. Il ressortira
peut-être dans une salle de concert, mais pas sans
avoir exploré les caves et les tuyauteries du cinéma,
de l’opéra, du théâtre ou des galeries d’art.
Mais que cherche Benedict Mason ? Le foisonnement, la variété et la séduction évidente de ses premières œuvres affirment à coup sûr, d’emblée, un
tempérament – à défaut d’indiquer une direction précise. Après Cambridge, Mason étudie le cinéma au
Royal College of Art et se tourne relativement tardivement vers la composition. En l’espace de six ans seulement, le compositeur trentenaire se trouve à la tête
notes de programme | 5
festival Agora à la cité
d’une première série de pièces qui lui valent de nombreuses distinctions. Grand ensemble (Hinterstoisser
Traverse), orchestre (Lighthouses of England and
Wales), musique de chambre (Quatuor n° 1, Horn Trio),
musique chorale, cantates, pièces solistes – et déjà
des musiques de films : Mason aborde la totalité des
genres et compose un opéra créé à Munich, Playing
away, récit d’un match de football AngleterreAllemagne (l’Angleterre perd) et visite tonique au cœur
de la tradition musicale allemande.
calembour et paradoxe
6 | cité de la musique
De cette première période on garde l’écho d’une
musique sensuelle et virtuose, très élaborée, dans
laquelle Mason donne libre cours à sa verve naturelle, à son goût de l’impureté, du calembour et du
paradoxe. Assez typiquement post-moderne dans
son art du décalage et de la citation. Mason creuse et
Mason joue. Il y a pourtant quelque chose d’étrangement austère, presque angoissé, dans la précision
de l’écriture et dans l’obsession du détail, souvent
proliférant. Pas une once de facilité ou de sentimentalisme. La séduction naît bien sûr de cette tension.
Les ChaplinOperas, imaginés à la fois sur et contre les
films de Chaplin, appartiennent exemplairement à
cette première veine, d’où se détachent le remarquable Double Concerto pour cor et trombone,
comme la suite chorégraphique et diaboliquement
rythmique Animals and the Origins of Dance – titre
typiquement masonien.
Au risque de trop faire entendre – mais il sait aussi se
faire minimal – Mason s’attache bien sûr à surprendre,
à éveiller et stimuler notre capacité d’écoute. Nombre
de ses œuvres, à partir d’un argument ou d’une anecdote, évoquent un espace imaginaire ou physique. La
métaphore géographique est récurrente : Hinterstoisser
Traverse fait référence à l’escalade de la face Nord du
Mont Eiger en Suisse, dans les années trente ; Mason
a scrupuleusement recueilli les signaux des phares
d’Angleterre et du Pays de Galles pour composer la
pièce orchestrale Lighthouses of England and Wales,
cinéma + musique
qui lui vaut le prestigieux Prix Britten en 1988. Cette
pièce, comme la précédente, développe une subtile
recherche sur la capacité du langage musical à nous
faire entendre l’espace.
saut périlleux
Que cherche Mason ? Exactement cela : faire voir le
son, faire entendre l’espace. Ce qui se passe ensuite
n’est pas une rupture. Le repérage a bien eu lieu.
Benedict Mason garde le cap, mais son travail des
années 90 ressemble à un formidable saut périlleux en
avant. L’entreprise, sans équivalent, porte le nom de
Music for European Concert Halls. Elle donnera naissance, à Francfort, Paris, Londres, Lucerne ou
Amsterdam, à une quinzaine de pièces musicales de
grande ampleur, qui bouleversent radicalement le rapport de Mason à la musique, aux interprètes, au
public, à l’expérience du concert et à son propre statut de compositeur.
Il faut sans doute parler ici de courage, autant que
d’invention ou de talent. Courage de remettre en cause
tout ce qui conditionne notre perception de la musique,
à commencer par l’espace social et architectural de la
salle de concert. Courage de refuser cet autre héritage du XIXe siècle, la sacralisation du compositeur
comme génie solitaire. Tout est fait pour que l’auditeur assiste passivement, en masse, au rituel. Tout
reste à faire pour qu’il retrouve ce qui lui appartient en
propre, son discernement, son oreille, sa créativité.
Vieille lune ? Pas vraiment, pas avec Mason.
canot à moteur
Pas quand il prend possession de l’Espace de projection de l’Ircam à Paris, du Centre de congrès conçu
par Jean Nouvel à Lucerne ou de la Salle Seiji-Ozawa
à Tanglewood, qui deviennent autant de résonateurs
pour les musiciens disposés dans les couloirs, les
loges, les escaliers, autant que sur le plateau. Rien à
voir avec une simple répartition spatiale, comme chez
Stockhausen. Ce n’est pas du théâtre musical, ni une
installation sonore : Mason joue de chaque salle
comme d’un instrument, réduit l’intensité sonore,
notes de programme | 7
festival Agora à la cité
éloigne les musiciens, capte la respiration du bâtiment, la beauté acoustique d’un seuil, d’un angle ou
d’une fenêtre ouverte sur le jour.
Une espèce d’anti-Bayreuth, un souffle d’air frais, un
formidable jeu de billard auditif qui fait rentrer le bruit
du monde (et de l’air conditionné) au cœur du temple.
À Amstersdam, les musiciens ne reviennent pas
saluer : on les entend s’éloigner à bord d’un canot à
moteur. À Tanglewood, ils s’évanouissent dans la
nature. Cette entreprise mallarméenne qui exalte
l’écoute et la naissance de la musique se paie d’un
paradoxe : l’auteur, lui aussi, disparaît. Mason est
devenu un organisateur de sons. Mais qu’est-ce
d’autre qu’un compositeur ?
Verra-t-on un nouvelle version de Music for European
Concert Halls ? Peut-être oui, peut-être non. L’expérience
est sociale autant que musicale. Elle doit être désirée
par l’institution. Son temps est sans doute à venir.
Où en est Benedict Mason ? Sur le seuil d’un nouveau cycle, sans doute. Il vient d’éditer un livre, petites
épiphanies sonores notées en mots et en images. Il
invente d’étonnants instruments de musique. Il cite
quelques aventuriers : Marcel Duchamp, Jacques Tati
et James Joyce. Et un compositeur, tout de même,
son mentor : « J’admire immensément la musique
de György Ligeti, mais plus encore sa démarche. Je
trouve fantastique qu’un homme puisse se renouveler aussi radicalement. »
Marc Dondey
8 | cité de la musique
cinéma + musique
Easy Street
mezzo-soprano solo
baryton-basse solo
(Chœur) : Les bienfaits de Ton amour
S : (à l’harmonium) Oh Dieu mon tra la la
Les fleuves qui coulent à travers le
désert, la
manne qui descend
du ciel A M E N !
Plus près de toi mon Dieu
Aie pitié de Toi, Seigneur
Ich Dank dir Gott
Amen Amen Amen Amen Amen
Amen Amen MEN !
(Chœur) : Aie pitié de moi, Seigneur
Für tout wohl cela
Amen Amen
Amen Amen…..
…………………….Agh !
B : (prédicateur, très exagéré) : … et alors
s’ensuivirent des cris et du feu mêlé de sang :
REPENTEZ -VOUS, SINON ! Et j’ai vu
trois esprits souillés sortir comme
des crapauds du faux prophète…
Et la voix de la harpe et des
musiciens et des joueurs de flûte,
nul ne l’entendra plus.
BÉNIS SOIENT LES MORTS !!
Repentez-vous, sinon.
Heureux celui qui
craint le Seigneur.
(crié) Et le dragon était en courroux contre
LA FEMME et il dévorera sa chair et
la fera brûler dans un brasier………. et le
dragon était en courroux contre la femme et
je tuerai ses enfants à coups de MORT !
OUI ! JE TUERAI SES ENFANTS À
COUPS DE M O R T ! ! ! !
Repentez-vous..............………(sinon !!!)
Vous n’aurez nul besoin d’argent au paradis :
Donnez généreusement et repentez-vous tant
qu’il est encore temps !
Le vin rend joyeux mais
L’ARGENT règle tous les problèmes.
Hymne numéro un, ENCORE !!!
Es ist genug
Herr wenn es dir gefällt
So panne mich doch aus
Aaaaaaaaagh... M E N !!!
Dieu sauve notre chère Amérique
Terre des Amen Amen Amen
Amen Amen Amen Amen
Agh………………. M E N !
notes de programme | 9
festival Agora à la cité
B : (homme en veste rayée) Uagghhagh !
AGH AGH Agh (Ah Ah Ah Ah)…… (il s’effondre
en grognant)
S : (cri de guerre) U ah U ah
Horace !
Percy !
Tosher !
U ah U ah U ah
Bill Snifkins le Bigleux
Grosse Bagarre
Me no ttttttes !
Bou ou ou ou mer RANG !
Dix !
Neuf !
ogh ogh ogh
Huit !
ogh ogh ogh
Sept !
Six !
Cinq !
Quatre !
Trois !
ogh ogh ogh
Jess Willard !
Walcott !
Greb !
(Cambell) Ha ha ha ha HOO RUP !
Hoi Hoi Hoi. Hé HEEEE!
Lutte Jujitsu !
Pugilat Boxe
Ha ! Ha ! Ha ! Ha !
Grosse bagarre
Me no tttttes !
Bou ou ou ou mer RANG !
Dempsey !
Marciano !
Tunney !
HAAAAAAAAAAA…………………Ah !
HAAAAAAAAAAAAAA……………Ah !
HAAAAAAAAAAAAAAAA………..Ah !
La ! Ha ! Loi ! Yoi !
He Ha Yoi Loi
(exultant méchamment) Heeeeeeeeeee
(grondements)……......….
….............……COLÈRE !!!…………………
(quelques rires sous cape satisfaits, sifflets)
WRRRAAAFFFF !!!! (aboiement de chien)
rrrrrraaaaaaggghh ! (grondement sur la défensive
– comme un chien)
chantant pour lui-même ; des extraits ; s’échauffant ;
comme à l’opéra, quasi en loge ; murmures
las et quelques bâillements.
DÉGOÛT !!!! (grognant)
(sinistre) :
Mistigri,
Au royaume du CHAT BOTTÉ,
Te lairras-tu, telairras-tu, te
lairras-tu mou-ourri ?
Loup y es-tu ? M'entends-tu ?
C'est moi qui suis Colargol, l'ours
qui chante en fa en sol !
Qui va à la chasse perd sa place !
Capitaine tombe à l'eau - Jacques a dit
10 | cité de la musique
cinéma + musique
Dors mon p'tit quinquin,
Je te plumerai les ailes
Un, deux, trois ... soleil !
Je te tiens, tu me tiens, par la
barbichette,
Qui craint le grand méchant loup ?
Trempez-la dans l'huile... trempezla dans ....... l'eau ......ça fera un escargot...
tout chaud !
Ah les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles
Loup y es-tu ? M'entends-tu ?
Immensité monstruosité
Brobdignagian
Monstre mammouth cyclopes
Titan Baleine Marsouin Colosse Léviathan
OOUURRGHHEEYYEEEEE (gorille)
OOUURRGHHEEYEEEE (encore une fois)
……..(effrayé) ... uurrgh…….......….
(toux, bredouillements étouffés, spasme de
panique, grognements…..............………….
...................(faible halètement)……………...
………….(respiration sifflante).......................
« Ils m’ont demandé de vider mes sacs.
Heureusement j’avais des reçus pour tout. »
Sally dit qu’on l’a obligée à fouiller un criminel
devant ses voisins. Avec l’aide de spécialistes
pour supposés voleurs à l’étalage (S.S.V.E.),
on l’a encouragée à continuer à se battre
pour une certaine forme de réparation.
Elle sortit de l’arrière de sa Volvo une boîte
hermétique contenant du fromage et du beurre
enveloppés séparément. Personne n’en voulut.
Le code de conduite était de bien des degrés
supérieur à celui de la moyenne des bars à vin
de la ville. Des sandwiches, pour la plupart
pain blanc/jambon, disparurent dans les poches
de manteaux. Elle refusa de donner son prénom
comme on l’attendait d’elle, bien qu’elle agît
pour se grandir. « On n’a pas à faire changer
un alcoolique : il n’y a pas à porter de jugement.
Il n’est question que de se lier d’amitié. »
Il y a des dizaines d’opposants à ce genre de
choses. Ils sont mus par le souci d’euxmêmes… Pour lutter contre la famine, tout ce
qu’on demande aux hommes est de faire davantage de bonnes actions. Une bonne action ne
consiste pas à donner du pain à ceux qui ont
faim, mais à les aimer autant que les repus.
notes de programme | 11
festival Agora à la cité
Je trouve la croix en train de faire du porte-à-porte
avec pour mission d’essayer de persuader les
pécheurs de se rendre dans la maison de Dieu
et d’échapper ainsi à sa colère. Mais Oh !
lorsque je dois affronter le rejet brutal de ceux
qui refusent de se plier à la bonté ou à la politesse,
alors la nature reprend ses droits.
(plutôt mécanique et monotone) Je pense souvent
que ma place n’est pas parmi les soldats à attendre
de brûler avec une âme plus noble, plus ardente,
plus hardie, afin que s’accomplisse
Son plan d’Amour rédempteur.
(ironique) Dieu tout-puissant, que n’ai-je
consenti à partager la Honte de Ta tyrannie
morbide je ne serais pas cloué là au mur de
ce déconcertant nid d’aigle
(avec un mauvais goût dans la bouche)
Noir, hivernal, Mort, immense.
(surpris) Sans herbe ni animaux ni forme ou
bruits qui vivent.
Un
Deux trois
Deux quatre
Deux quatre six
Huit neuf
Dix trois
Cinq neuf dix
UN !
DEUX !!
TROIS !!!
QUATRE !!!!
(strictement maîtresse d’elle-même)
Mais lorsqu’on pose la soupe devant lui
Aussi fort qu’il peut, il s’écrie :
« J’ai dit que je ne voulais pas de soupe,
Enlevez-moi de là cette soupe,
Aujourd’hui je ne mangerai pas de soupe. »
Regardez-le, c’est maintenant le quatrième jour
Un raisin sec ne pèserait pas plus lourd,
Il est maigre comme un hareng saur,
Et le cinquième jour il est mort.
12 | cité de la musique
Un
Deux trois
Deux quatre
Deux quatre six
Huit neuf
Dix trois
Cinq
(laid) Plus doux que la liberté longtemps
espérée et longtemps refusée
cinéma + musique
la
danse
en
zig
zag
exé
cutée
par
une
épinoche
mâle
sex
uellement
a
dulte
possé
dant
un
terri
toire
face
à
toute
fe
melle
qui
ap
proche
pour
rait
donner
la me
sure
ex
acte
des
compor
tements
a
gressifs
et sex
uels
épinoche adulte
d’une
épinoche adulte
don
née
alter
nant
entre
zig
et
zag
pour
notes de programme | 13
festival Agora à la cité
changer
le
zig
et le
zag
en un
mouvement
rythmique
de
zig
zag
libre de tout rituel
dicté par d’autres impulsions
libre de tout rituel
dicté par d’autres impulsions
BOIS
CUIVRES
SOLI
CORDES
Le flic fait
sa ronde
Le flic fait
sa ronde
Le flic fait
sa ronde
Le flic fait
sa ronde
Regardez-le
qui marche
dans la rue
Regardez-le
qui marche
dans la rue
Regardez-le
qui marche
dans la rue
Regardez-le
qui marche
dans la rue
Pendant que
Ange gardien
tous vous êtes au lit, de la loi
bordés, dans la nuit
Il sait très bien
à quoi sert sa
matraque
Le flic
Le flic
Dans vos chauds
pyjamas
dormant à
poings fermés
Le flic
Les hommes qui
vivent du péché et du
vice
UN SUPERFLIC
patrouille en ville
Il sait très bien
à quoi
sert sa matraque
sont traqués et piégés
comme des rats
B : (attaquant lentement et accélérant au fur
et à mesure)
Droit vers l’eau, N° 13, Go Bananas, et
maintenant un fossé – l’avant dernier
fossé – Crashing Bore accélère. Plus que
six avant l’arrivée. Très bon saut ici de
Getting plenty qui remonte en deuxième
position dans la côte. Hitchcock passe
dans le champ : ils sont tous bien
groupés. Crumpet Delite est toujours
bien placé. Roller Joint attaque à
l’intérieur…. Mad Jimmy vient de faire
une faute mais s’en sort à la perfection.
Très peu d’écarts à présent. Anti Matter
à l’extérieur. Getting Plenty plus près de
nous. C’est la dernière ligne droite de ce
Grand Prix de Charterhouse Mercantile et
14 | cité de la musique
cinéma + musique
rien n’est joué. Unscrupulous Gent a
enfin l’avantage; il a sauté
magnifiquement. Concrete Marmelade
produit son effort, alors qu’ils filent vers
la ligne. Et c’est la victoire de Mme M.
Campbell, propriétaire,Dermot O’Reilley,
entraîneur et Sian MacConnell, jockey.
EEEE YOY OO
OY OY
Ee oip goobley yoy ee ah hooooo
Wo wo yoi ya hooah hooah hi hi
Oy yi hi hi oo ya
OY
Woy ah ti hi hi Woy a
Yoi ya hoo ah
Oy yoo ah
Oi
Yoi ya yoo ya woy a ti
Oi !!
(très maniérée) : Ah oy oo
ee yoy wee hee hay
woo yoay wah
wee yoo oy oy
(Hurlement ! ! !)
(colère confuse) : Ee agh ra oy era
(grotesque et extravagant) : Loy ah he yarah e hi
Zoo yeh la ha yihi ay hi hi schnay up
Oh hay ya noy wee ah
(pieusement et très articulée, reprenant le mot
fautif inconséquemment) : Je trouve la croix
en train de faire du porte-à-porte. MAIS OH !!!
lorsque je dois affronter le rejet brutal de ceux
qui refusent de se plier à la bonté.
Peu de boulots sont aussi gratifiants qu’une
carrière au Met1
(consternée) : On s’arrache la peau ?
……….. Un shoot ……….
(Effrayée) : Du peyotl ! ……
(En vrac) : Du zonga ! Un rail Express !
de la blanche chinoise ! Des amphèts !
de l'E-X-T-A-S-Y ! ! ! !
Nous avons besoin de gens capables de
faire face : des gens solides, tendres, sensibles…
C’est un anesthésique couramment employé ...
… tandis qu’un jeune, penché à la portière
du passager, vous arrose avec sa canette
de bière et lève deux doigts insultants.
... divers dérivés de l’héroïne …
Vous êtes stressé, inquiet, vous ne savez plus
à quoi vous attendre. La foule très agressive
notes de programme | 15
festival Agora à la cité
fonce sur le fragile cordon de police …
Alors j’ai dit : « Alors, vous vous ramenez
ou c’est mon poing sur la gueule ? »
(hurlant presque) des drogues à vous TORDRE
L’ESPRIT
(comme un ivrogne) : Mmmm ... mmmm
(désespérée) : les effets du PCP, les graves
dégâts sur le psychisme
(avantageux, mais sans rire) : Ah Ah Ah Ah !
………………….. (névrosée) : MMMMM
(terrifiée) : a a a a a a OH !
Mmmmmmm Aagh mmmmmm (comme un
vomissement)
Oh !!
Mmmmmmmm
Je te tiens !
Aaggh !
Ha !
Tu es mon véritable aaagh !
Au secours !
Oh vraiment tu … ooh !
Au secours !
Oi
Yap … Hoi … Whoi-ya
NON !!! ………..VAS-Y !!! ... Oui !
Oi !
Yap ! … Ha ! … Qui i ya !
Non ! ... Non ! … Oui ! …
POURQUOI ?
À MOI !
Oh tu es ...
OH ! … tu es tu es, tu es
Oh tu es …..
Oh tu es tu ES ! …
Mr et Mme Durot Coincoin
M Octave de Dominante Angelides
Melle Bécassine Herminette-La Roche Foucault
Mr Roméo Castré
Melle Primevère Moquette Cochenille
Melle Endive Pompidou mûrs et
M Santiago Patemouille
Mme veuve Schlomo Tourterelle
M et Mme Sodawater Bottle Wallah
M et Mme Fernand Crétindumans
Mr Ulysse Mordpneu
Mme et Mme Anicette Alto Gazoil-Ricard
(voix pub) : Sous la direction d’un sergent
nous allons vous apprendre l’art de manipuler les gens, …
... (et vous-mêmes).
Nous recherchons des gens convenables entre
dix-huit ans et demi et quarante-cinq ans.
note :
Metropolitain Police Force, l’équivalent de la
Police Urbaine de Proximité en France.
1
16 | cité de la musique
Vous devrez mesurer au moins 172 cm si vous
êtes un homme et 162 si vous êtes une femme.
Dans l’idéal, vous serez bachelier ou l’équivalent mais ce sont vos qualités personnelles qui
nous importent en priorité.
cinéma + musique
The Immigrant
Le texte suivant est chanté
par les deux interprètes.
Être rejeté sans recours dans moi-même
Dans la monotonie de mes sentiments
Calmement expiré de la mer
mais comme un fou lumineux est le jour.
Pour moi tout à fait (c'est) pareil
où tout à fait seul être
sur un sol de maison.
Je traffier avec un sac, dans les magasins.
Une maison qui ne savent pas qu'il est à moi,
comme un hôpital ou des casernes.
Mais même d'une colline Kaluga
pour moi ouverte Elle - distance
Distance - une lointaine terre
US ils ont décollé brigadés séparés
Crucifiant, pas savoir ce que c'est …
une mélage de inspiration et tendons.
Ils n'ont pas nous laisser libres
ils ont nous disperser
ils ont nous diviser - un mur et un fossé.
Ils ont nous mis de côté, comme les aigles conspirateurs ...
N'importe quelle maison pour moi c'est étrangère,
n'importe quel temple pour moi c'est vide
mais si au bord du chemin un buisson pousse,
surtout un sorbier, pour moi tout c'est égal.
dans quelle (langue),
comme un Kamchatka Ours
sans son terrain de glace où ne pas enfoncer
les racines.
Sur l'échafaudage : pas contents de ma pays
fierté, la patrie à moi !
Que trouvent mes lèvres des premiers âges le
muettisme ...
Loin des rives de la terre promise,
gardant au fond de mon âme
d'un pâle espoir la lumière,
Je les vagues questionne et l'océan brumant.
(chœur) : Na yar misht var yar Deo.
Na yar misht var yar Deo.
Oublie tes radiants rêves
Oublie L'espoir n'y a pas ...
Tu as cru dans un rêve trompant et étrange
Des jours d'errer, des années
des dizaines de centaines d'années
Tu ne vas trouver pas quelque part la terre promise.
La terre promise (la terre promise).
Au-dessus du profond à l'heure de midi
Dansent les étincelles et le soleil brille
et pleure dans le silence de son œil.
Trop loin parti l'oiseau
a été pris à (sa) vert piège
À l'oiseau il a resté voler et voler
jusqu'à la fin sur le muet océan.
Les vents têtus portent (l'oiseau)
ne sert à rien sont les appels et les efforts.
OH RÉSISTANTE LANGUE…
POURQUOI NE DIRE PAS SIMPLEMENT
UNE PAYSANNE !
Une paysanne vous comprenez
chantait même avant moi.
La Russie…
je n'ai même pas (espoir)
où j'abaisse moi
pour moi tout c'est pareil
Toi ! Cette main - une paysanne à moi
je vais laisser même deux !
avec ma lèvre je vais signer - cette paysanne
... pour moi tout c'est égal,
qu'est-ce que dans un visage…
pour rebeller comme un captif
Distance native comme une peine tant tellement…
Patrie à moi !
notes de programme | 17
festival Agora à la cité
Elle ne pas encore est née.
Elle et la musique et parlance.
Et donc de tout vivant en connection sans arrêt.
avec l'essence de la vie unie.
Il reste d'Aphrodite l'écume,
et mot à musique retourne
et de cœur à cœur être timide
avec l'essence de la vie unie
Amer je questionne le grand océan
Pourquoi de tempêtes passionnées il nourrit
[la furie.
Souche paralysée - comme restant
d'une avenue d'arbres
Pour n'importe qui c'est pareil
pour moi n'importe quoi c'est pareil.
La distance
La distance
La distance
La distance
Des verstes
Profonde ardente mais inconsolable pensée
des grands kilomètres
US ils ont resté à part, assis à part,
pour que nous tranquillement
comportions dans deux différents coins de la terre.
Combien déjà ? Combien de Marches ?
Nous étions coupés :
nous comme un paquet de cartes !
Et quand j'ai vu vos yeux
où tristes sont les lumières cachées,
j'ai noté dedans le même reproche…
la même terreur d'un épuisé oiseau.
Calmement expiré du sein de la mer
mais comme un fou lumineux est le jour
et l'écume pâle lilas
dans une voûte translucidant azur.
Amer je questionne le grand océan.
Pourquoi de tempêtes passionnées
il a nourri la fureur,
Pourquoi ça ne connaît pas de paix
seulement l'océan macabre,
sa gronderie étouffée dans sa couverture de
brouillard.
La distance toute je la porte avec moi.
La distance qui fait distant de moi ce qui est près,
La Distance qui dit : « Rentre chez toi »
De tout même des célestes étoiles Lieux comme une note de cristal
qui de naissance est pure.
Reste d'Aphrodite l'écume
et mot à musique retourne.
De cœur à cœur être timide
18 | cité de la musique
Peut-être la plus indifférente
est la plus chérie part de moi dans tout ça.
Tous signes, de moi, toutes marques,
toutes dates sont complètement parties.
Une âme qui est née quelque part.
Tous… signes … de moi… toutes marques…
toutes dates… sont complètement parties
Mal du pays ! Une confusion depuis longtemps
[dévoilée.
Calmement aspirer du sein de la mer...
... mais comme un fou, il est lumineux le jour.
Et l'écume, lilas clair dans un
bol azur translucidant.
Des verstes de distances - ils n'ont pas nous
[désaccordés
Ils ont perdu nous dans les taudis des latitudes
[de la terre.
J'ai aux vagues demandé
et l'océan sinistre a grondé en réponse :
« Oublie tes rêves radiants :
oublie l'espoir Il n'y a pas
tu as cru dans un rêve trompant et étrange.
Des jours d'errer, des années
des dizaines de centaines d'années.
Tu ne vas trouver pas quelque part la terre promise.
NB : Les textes de The Immigrant sont des
adaptations libres (dans le style parlé des étrangers) des poèmes russes suivants : Mal du pays,
La Patrie et À Boris Pasternak de Marina
Tsvetaeva ; Une mémoire de Nikolaï Gumilev ;
L’Océan de Konstantin Balmont ; et Silentium
de Osip Mandelshtam.
cinéma + musique
The Adventurer
mezzo-soprano solo
baryton-basse solo
TOUTE LA TROUPE
OOOOOORRRRR - rah!
Or - ya ! or - ya ! or - ya !
Cher Igor,
Va vite voir le film de Chaplin. C’est une
incroyable merveille. Pauvre Gautier Vignal !
Je t’embrasse
Jean
ee i yoy Hoh! ee iyoy
YOOOOOOWWW
Yow oo ah Yow oo ah Yow oo ah
(menace quasi éclat de rire) : Hoy hoy hoy hoy
hoy hoy !!
S : Ah ...
… Ah …
… Ah …
(souffle épuisé) : Ohhhhhhhh
(quasi film noir Bogart/Chandler) :
La persécution des Britanniques par les
Américains atteignit des proportions épiques
dans les années 1910. Rejetés de Boston et
New York, de nombreux immigrants venus
de Grande Bretagne cherchèrent refuge sur
la Côte Ouest, avec l’impression qu’ils y attireraient moins les regards. Là ils entreprirent
de mener une existence au jour le jour aux
frontières de la civilisation. Ils vivaient comme
des animaux. Comme des taupes, ils apprirent à subsister dans des terriers.
(sotto voce) : Voir le monde à travers tant de
grains de sable.
(presque chantée, sur le même ton) : Plus fin
que du gravier mais plus grossier que du
limon qui est plus grossier que l’argile qui n’a
pas la finesse de la poussière.
(fort murmure) : On souffle le sable contre le
vent…
…(presto) : et le vent vous le renvoie.
(de plus en plus endormi, avec bâillements et
gémissements s’épuisant) : Ils ont pleuré toutes
les larmes de leur corps en voyant tant de sable.
Ronflement du larynx, ronflement du nez,
ronflement d’obésité, pseudo ronflement,
ronflement nerveux, ronflement patholo-
notes de programme | 19
festival Agora à la cité
gique, ronflement physiologique, ronflement
fonctionnel, ronflement latéral,
RONFLEMENT SUR LE VENTRE.
Comme le buffle ils acquirent de puissants
muscles pour courir.
S (avec Ripieno) : Chaka Chaka Chaka Chaka
Chaka Chaka Chaka Chaka CHAKACHA !
S (solo) Bos bison
(sempre gliss) depuis les geckos les plus
minuscules jusqu’au formidable Dragon de
Komodo
Ordre squamata
Mes ---- o ---- des
(parlée très rapidement) : Lemus : petit rongeur de l’arctique.
Comme les lézards ils apprirent à escalader
de hautes parois abruptes.
Comme les serpents ils surent ramper sur le
ventre.
Comme les lemmings ils ne craignirent pas le
vide, au bord des falaises.
Von einer Säge die ein Mann zwischen seinen Knien biegt erwarten Sie keine Fuge.
Ils apprirent aussi à soulever des nuages de
Aaaahhh. Ah ! Oh !
Ha ha ha ha HA ! Ha ha ha ha Je te tiens
OUPLÀ !! Ohhhh Mon Dieu !
He he he he GEEEEEE – C’est toi !!
PHEEWW ! Je suis fait comme un rat
Adieu poil aux yeux – Oupla !
Face je gagne, pile c'est toi.
Après moi le déluge
Tel maître, tel chien.
(essoufflée) Hu hu hu hu
Hu hu hu hu Hu
Oupla !
(pas dramatique, parlé mais les « ng » chantés sur le même ton) :
Bang – ng – ng – ng – ng – ng – ng
poussières pour distancer leurs poursuivants.
Les représentants des services d’immigration
américains perdirent la bataille sur les côtes
de Californie. Une pénurie d’hommes et de
ressources entraîna l’enrôlement, pour assurer
la surveillance, de comédiens hollywoodiens
au chômage insuffisamment préparés à ce
travail. Leur devise (adaptée de celle de la
Garde canadienne à cheval) était : « Nous
ratons toujours notre HOMME.»
(insinuant, en baissant la voix) : … avec ces
flics incompétents à ses trousses, il ressemble à un Koshari, les « Faiseurs de
Merveilles » des Festivals du Pueblo; et en
effet, chaque fois qu’il se retrouve en tenue
de bagnard…
(intonation italienne parodique, montant et
descendant et molto rubato) : Sulla Musica
Chapliniana, dalla « Stile speciale e
personale », nel quale s’avverte una inclinazione « al “valse Hésitation“ suonato in
tempo rubato, momenti vivaci e tango molto
cadenzati »
20 | cité de la musique
cinéma + musique
Tango,
(molto profundo) : Ah Ah Ah Ah
(grogné) : Ah
Ah Ah Ah Ah
(grogné) : Aaaahhhhh
(les bois) :
Huntingdon Beach
Cabrillo Beach
Laguna Beach
Monterey Bay
Alamitos Bay
S : (chantée) : Une grotte au pied d’une falaise
peut résulter de la
San Gregorio et San Simeon,
contraction et de l’expansion de l’air dans une
faille rocheuse.
San Clemente San Diego Oliveros
Reynolds et FerneyHough (ho ho !)
Ho go go Go ho
Ho !… Lay !!!
Les côtes californiennes étaient en alerte
constante et les riverains restaient à l’écart
de : Pedro Point, Stillwater Cove, Alameda,
Alviso, Huntingdon Beach, Cabrillo Beach.
(plus rapide) : Laguna Beach, Long Beach,
Santa Monica.
(un peu plus nerveux) : Santa Barbara, S a n
Diego, S - a - n Francisco
(crié) : Monterey Bay, Alamitos Bay et Newport
Bay.
autou rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr de
(cuivres) : Santa Cruz, Santa Maria, Santa
Barbara
Les
rochers rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrugueux
Pigeon Point Point Buchon
Le
chambarrrrrrrrrrrrrrrrrrrd
Point Sur Point Arguello
Frrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrripon
San Diego
Il courrrrrrrrrrrrt
San Diego go ho go go ho ho lay
(comme des encouragements de flamenco) :
ho yay hoy yeh !
(mauresque) : hoddle aydle ay yay
Tandis que les vagues avancent et reculent,
l’air est comprimé par la montée de chaque
vague et peut se dilater lorsqu’elle retombe,
si bien qu’au bout du compte, il arrive que
les parois et le plafond de la grotte se brisent
et s’agrandissent.
(toujours film noir, mais plus commentateur) :
D’après les statistiques du gouvernement
des États-Unis, on pense qu’à cette époque,
près de quinze mille immigrants et hors-la-loi
britanniques vivaient en sauvages dans ces
grottes et au milieu des dunes de sable des
côtes californiennes. On en captura 4500,
mais 8000 passèrent à travers les mailles du
filet. Les autres s’enfuirent par la mer où ils
sont supposés avoir péri.
(comme une sirène) : Ah --------------------PLONGEON MATINAL
PLONGEON MATINAL
QUELQUES-UNS échappèrent
Charabia furieux et n’importe quoi : 奃∆Ω~µ©
√©∆ƒø’Ω∂∫•§¢#™¡÷≥µßø~%@£&$£**!*!*!*!*!*!
(voix profonde avec accent écossais) : Tâtemoi un peu ce biceps, femme !
Oooooooooooooooooooooooooohhhh
(vieille femme, voix étouffée au loin) : Au secours !
Au secours !
Henry Geldzahler avait l’habitude de retrouver Christopher Scott sur la jetée de Santa
Monica pour prendre le thé, pendant que sa
notes de programme | 21
festival Agora à la cité
Au secours !
Au secours !
(déclamatoire, quasi avant-garde) : Ma mère !
SAUVEZ LA !!!!!!!!!!!!!!
P - A - R - P - I - T - I - É faiaiaiaiaites
quelque chose !!!!
mère s’adonnait à la natation. …
... elle n’était pas bonne nageuse.
(interruption mezzo, accent écossais) : Oh, la
ferme, vieille vache !
(basse) : Votre mère ???
(cris mourants, falsetto): AU SECOURS AU
SECOURS !!!
(basse) : Cela requiert un COURAGE DE
PREMIER ORDRE. Je suis votre homme :
j’ôte chapeau et manteau.
(mère) : SAUVEZ MOI, AIDEZ MOIOIOI
(fille) : Oh, je vous en prie, je vous en supplie.
(en ragots) : La mère de Geldzahler désapprouvait la liaison de son fils. Pour tenter
d’emporter sa bienveillance, Scott plongea
pour la secourir. Geldzahler, lui, ne sauta pas.
« J'aurais peur de faire A Bigger Splash2 »,
confia-t-il à McDermott.
TOUS : bruits de bouche agressifs, tandis
que l’homme sur la jetée crache.
TOUS : Bruits de bouche agressifs.
(flamenco, comme plus haut) : hoddle aydle
ay yay etc…
Les fêtes sont réussies
pour les anniversaires divisibles par dix ou
par vingt-cinq.
Mais pour les anniversaires divisibles par
neuf ou vingt-quatre,
elles sont terrrrrrrriblement ENNUYEUSES !!
(quasi rythme cardiaque, contre le micro et
sur le souffle) : bedum … bedum … bedum
… bedum ... bedum…etc.
(quasi vocalises) :
Ah Ah Ah Ah
o: o: o: o: o:
oh oh oh oh oh
(savant) : Une fatigue vocale de ce genre,
causée par un effort excessif ou incorrect
peut être soulagée par l’absorption d’une
petite dose de brandy médicinal, sauf si le
malade est totalement naze.
… extraire l’eau de leurs instruments en
ôtant un à un les coudes pour souffler
dedans.L’accumulation d’humidité dans les
entrailles de l’instrument peut être un gros
inconvénient et un facteur important de
22 | cité de la musique
(comme plus haut mais un peu plus historien
d’art) ; C’est au cours de telles baignades
que Hockney invitait ses amis et connaissances à venir s’ébrouer dans l’eau. Avec sa
phénoménale mémoire photographique, il
fixait dans son imaginaire le plus petit éclat
de lumière pour le magnifier plus tard dans
ses tableaux. C’est de cette façon que Henry
Geldzahler et lui se rencontrèrentm la première fois. Ce n’était PAS une rencontre de
bon augure.
(comme un exercice, mais assommé et faux) :
……….épuisé ……… exaspération ………
… extraire l’eau de leurs instruments en
ôtant un à un les coudes pour souffler
dedans. L’accumulation d’humidité dans les
entrailles de l’instrument peut être un gros
inconvénient...
cinéma + musique
décalages de ton allant même jusqu’à la
fausse note.
(falsetto quasi perché, sentimental) : Oh!!!
P - au - v - r - e trésor. Quelle expérience
absolument horrible pour toi.
Stravinsky écrivit de Paris à l’acteur le 8 juin
1937 mais ne reçut pas de réponse.
Essayer de donner une définition de l’humour, (l'air de rien, vite) : c’est une des définitions de l’humour.
Je lui ai envoyé une lettre recommandée par
avion de New York, le 8 juin.
Chadwick
Chaitman
Ch
Cha Cha
(les bois) : une deux trois !
une deux trois
une deux trois quatre !
Challen
Chalton
Cha Cha ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! cha
Un homme à la mer
Chalwin
Neuf huit onze douze
Ch Ch Ch Ch
Challis Challis
Ch Ch Ch Challis
Chabrier
Chaliapine
Chaminade
Chasins
Chavez
Il faut être deux, deux
pour danser le tango. Allez Allez
Va te faire empapaouter chez les Grecs !
Et mon cul, c'est du poulet ?
Es war ein wunderbarer Abend.
Cha Cha Ch Cha Ch Ch Ch Ch Ch Ch Ch
Ch Ch Ch Ch Ch Ch Ch Ch Ch Ch Ch Ch
(rapide et rythmée) : On confia à Kono le rôle
du chauffeur à quinze dollars par jour. Il était
ravi de pouvoir empocher en deux jours le
salaire d’une semaine entière. Mais en l’occurence le cinéma perdit un acteur et Charlie
Chadney
Voir quelqu’un ne pas voir est la meilleure
façon de voir intensément ce qu’il ne voit
pas.
(cuivres) : Eins zwei drei
Chadwick
Il y a assez de poissons dans la mer pour
tous les hommes.
Cha Cha
Ch
(comme plus haut mais plus tendu et dramatique) : Les Geldzahler avaient tous deux un
problème d’alcool et Hockney
Hundertzwanzig
exposa son plan à Mme Geldzahler. On allait
la mettre entre les mains d’un diététicien
japonais en uniforme.
La mer vert morve
la mer qui vous serre le scrotum
Achtundzwanzig
et sa consommation d’alcool tomba à un
coquetier de saké par jour. La nuit elle dormait sur un
Il faut être deux, deux
pour danser le tango.
tatami en bois. Henri Geldzahler était moins docile.
Ca t'dérange, tête d'orange ?
tu t'la pèles et tu t'la manges.
Autant pisser dans un violon.
et il craignait la concurrence dans le cœur de
sa mère.
Wann ist die Vorstellung zu ende ?
Channel
Ch
ChaCh Ch Cha Channing
Ch Chaplin
Chapman Cha Charkin
notes de programme | 23
festival Agora à la cité
gagna un futur secrétaire particulier, car des
amis rapportèrent à Mme Kono qu’ils avaient
vu son mari à l’écran. Elle lui rappela qu’au
Japon les acteurs étaient considérés comme
des animaux de la plus basse catégorie et
que s’il s’obstinait dans cette voie déshonorante, au Japon, ses ancêtres ne pourraient
plus et sa famille ne voudrait plus lui parler.
Kono arrêta là une carrière des plus brèves.
Charlton
ChaaaarrrCHARMAN
Ch Charlton
Chaston
Chatwin
Chatzinari
Die Musik in dem Haus wo er läuft gemacht
wird so über aus scheuBlich und unkünstllerisch ist.
(quasi nightclub) :
ON S’INCLINE b b d b b bum
(quasi nightclub) :
COUPEZ b d bd d dum
ON RAMASSE
LES VETEMENTS SUR UNE CHAISE
ON SE RETOURNE ET ON S’ÉLOIGNE
B b b d b bum
ON SALUE
ON S’EN VA
b dur b dur dum
EN COUPLE
b d b d d d d d d d d dum
LA BARBE HAUTE
b d b d d d d d d d d dum
(quasi Joyce Grenfell3) : Pour ne rien ignorer
du savoir-vivre, des millions d’Américains
lisent Miss Manners, une chroniqueuse de
presse publiée dans deux cent vingt-quatre
quotidiens à travers les États-Unis. Écrivant
sous forme de questions-réponses et affiliée
aux United Features, Miss Manners paraît
trois fois par semaine, les Mardi, Jeudi et
Dimanche.
(quasi Noel Coward4): Miss Manners reçoit un
important courrier de lecteurs socialement
angoissés – de lecteurs qui veulent savoir :
Doit-on ôter la bague d’un cigare avant de le
fumer…
… Dans quel ordre doit-on verser le brandy
et le soda…
… et dans quelles proportions…
… et doit-on le servir dans un ballon à brandy…
… ou dans un verre à cocktail…
… OU BIEN … directement au goulot !!!!
(quasi rap – Américain ou Caraïbe) :
L’obsession de Miss Manners est que les
gens ne devraient pas se bousculer. Nous
irions beaucoup mieux si les gens ne se
24 | cité de la musique
Das einzige was diese Städte bisher als kunst.
(crié) : ON SAUTE ON SE SÉPARE…
cinéma + musique
bousculaient pas. Le savoir-vivre, c’est seulement un moyen de ne pas se bouscul
SAUTE SÉPARE SAUTE SÉPARE Même
dans notre société permissive, nous avons
Besoin d’un moyen systématique HEI!! pour
ne pas se bousculer. Maintenant plus que
jamais, alors, que les conventions sociales
naguères bien établies WHEEEE!!! se délitent, nous avons tous un besoin grandissant
OI HA! plutôt que diminuant d’un moyen
systématique pour ne pas se bousculer.
Produzierten war SpaB OI ! die Filme HEI !
Chaplins und den Jazz HA ! davon ist der Jazz
(quasi falsetto) WEEE !! das einzige Theater
OI ! HA !! OI WHEEEE !! das ich er blicke.
OI HEI !!!
(cri falsetto): Comment osez-vous ??!!
Mais hélas toujours aucune nouvelle de
Chaplin. Ci-joint, la copie d’une lettre recommandée que je lui ai envoyée le 8 juin.
(Très rapide, quasi murmurée / monotone,
comme quelqu’un qui pense à haute voix) :
Je me suis battu toute ma vie pour les
bandes-son mais personne ne s’acharne
parce que cela demande trop de travail… un
jour viendra où un jeune réalisateur utilisera le
son de manière créative comme s’il s’agissait d’intégrer du son dans un tableau… les
gens qui possèdent beaucoup d’argent ont
des arguments très forts… le son d’une baignoire qui se remplit est plus puissant si la
lumière est éteinte… si vous peignez, fermez
les yeux et chantez… de la musique composée en opposition à l’action extérieure de
façon à montrer sa signification intérieure…
tous ces effets sonores sont des acrobaties
qui font plus rire que Chaplin – vous vous
rendez coupable d’exhibitionnisme musical… sommes-nous obligés d’avoir toujours
du goût… ces effets ne peuvent être réalistes ou naturels… qui veut se souvenir
d’Hollywood ?… le cauchemar classique où
l’on n’atteint jamais son but à cause d’une
suite incessante d’obstacles.
(« dans le pub et accablés d’ennui », tous
les hommes avec instruments à vent) : du
de du de durdle dudle oo ya du du yoo
(idiot) : dur de do wap
(imbécile) : ba ba do dit
(parlé) : dit dit dit (chanté) : dur di didle oo
di dee yamm
(fatigué) : uurrgghh!!
(trille constrictive ou de la luette avec crachats – siphon) : kiissscchhh!!
dee ya (descendant brusquement) di yu
dur dur dur dur dur dur dur di.
Samba Strauss
Claquements de langue, bruits de joues et
de ciseaux à ongles près du micro.
ba ba wur bur do bar wa ba wurwur do wa ba
ba ba wur de de wurde de durde dur de de ba
burde
Samba Strauss
Peigne « guiro » avec crayon près du micro
et « ts » « ts »
ba ba wur bur do bar wa ba wurwur do wa ba
ba wur de de wurde de durde dur de de ba
burde
(ridicule – parodiant une très mauvaise diva)
(lumière – restaurant indien) : ee yong
oy ee nn aoo e aw ah yew ng ii woy
i Vi yoing a oo ee wa nn ng oy ah
woo ah ee aw ee oh ü Vi yoing ah üur
or yay or ah ng ah ü
Peut-être E. G. Robinson pourrait-il téléphoner à Chaplin pour lui demander s’il a reçu
ma lettre ?
notes de programme | 25
festival Agora à la cité
(guide touristique) : Ha luogo unricevimento
l’eveso fa la carte alla padrona di casa. Il est
chez la mère de la jeune qui donne une
réception. Sopraggiungono i poliziotti.
Juillet – termine son dernier film pour la
Mutual. Dieser Künstler ist ein Dokument.
L’Amérique est entrée en guerre le six avril.
Prima proiezione ventitreesimo ottobre, mille
novecento diciasette.Das heute schon durch
die Kraft historrischer Ereignisse wirkt.
Murmure totalement détaché.
Ce petit homme a été incarcéré pour douze
ans par la police des mœurs et maintenant il
est en fuite. Iiiiiiiiiiiiil a trouvé un emploi chez
IBM. Iiiiiiiiiiiiiil apprend le fonctionnement commercial et le fonctionnement social. Iiiiiiiiiiiil va
bientôt être au niiiiiiiiiiiiiiiiiiiveau.
(juif de Chicago) : l’une des meilleures
crèmes glacées de l’Ouest était faite par
Baskin Robbins dans cette cuisine, située
dans un bordel de Hollywood, juste au nord
de l’intersection de Melrose et de La Cienega
Boulevard. Fatty Arbuckle était un habitué des
lieux...
...tout comme la police.
À l’époque, la crème glacée était interdite
par la prohibition. Mais les profits étaient si
élevés qu’on continua à en fabriquer illégalement. Baskin Robbins avait le monopole de la
crème glacée à Los Angeles. Le contrôle était
sans merci.
Claquement de doigts… tir de laser
S.F.… bouteille siphon… Guimbarde…
femme criant à l’aide… glou glou…
grognement de chien… splash…
bouchon… gros plan… rire stupide…
morse… perroquet disant bonjour.
Samba maltraitée
Peigne claquement de langue bruit de joues
wheee wa babababa
Babababawapwap wa bup pup ba wah
(perroquet) : Bonjour Whhoooosh !!!
C’est l’un de ces artistes pour qui le cinéma
a été inventé.
(mouton) : bêêêêê
En lui demandant de la donner en mains
propres à Chaplin, sinon je n’aurai jamais
l’assurance qu’elle n’est pas tombée dans
celles de secrétaires ou autres.
Ba ba ba ba ba bdleudlebdleudlebdleudle
Bdleudle Oh wap (maîtresse à danser) :
cinq six sept ON TOURNE
(cuivres) : C'est le pont les mecs !
(Voix enfantine amateur) bair bair dair etc
26 | cité de la musique
Samba maltraitée
Peigne claquement de langue wapwap wapwapwap wap wapwap
wa bup pup ba wah
Wap wap wapwap (maîtresse de danse
années 30) : très bien ma chérie, talon, hop pas
glissé, deux, parfait.
(chant d’ivrogne, démodé)
(à nouveau Chicago) : une célèbre tenancière
provoquait les petits hommes avec des distributeurs de glace à la pistache et aux
airelles cachés dans son décolleté.
Les choses se gâtèrent lorsque Baskin
Robbins décida de se mettre à son compte.
Robbins engagea un avocat marron en cheville avec la prison du comté. Contre la promesse d’une seule tournée gratuite de
mélange érable-noisette, ces fous de crèmes
glacées étaient prêts à danser pendant des
jours, jusqu’à s’effondrer.
cinéma + musique
(choristes) di di dit di mon bébé couine deux
sept mineur à cinq sept dans la nouvelle
tonalité
Claquement de langue ts ts ts boing
(sucrée) : do do
(exagérée avec le pathos de l’opéra) :
et le policier a le feu à son pantalon et
Colombine fait une pirouette et Pantalon
tombe face contre terre.
Pied gauche en dehors, le droit en dedans
(imitant le trombone soprano)
Claquement de langue ts ts ts boing do do
Et ces danseurs savaient bien peu de
choses sur la catastrophe qui allait s’abattre
sur eux.
(subito normale) : werden im Theater noch im
Variete noch im Film gemacht werden kann
wo nicht Charlie ist.
... Arrghh (dernier soupir).
Avec comme toujours une copie de cette
malheureuse lettre à Chaplin, dont je continue à ignorer le sort. En réalité je n’espère
plus rien de Hollywood ou de ma collaboration avec Chaplin.
Eeee urgh je m’installe au balcon
Hum de la glace, avec une jeune dame raclement de gorge (timbré) glisse le long de mon
pantalon
(délicieux) mmmmmmmmmm
j’en suis gêné
(interloquée, supérieur) : eeeeeeaaaarr
le long du cou de la dame (roucoulant) tremolando
de la glace sur le cou de la dame
AAAAAAARAARARGGHHHH !!!!
Ur yer raclement de gorge (timbré)
aw ee yah ee yah (falsetto Fanny
Craddock5): Battre les blancs d’œufs jusqu’à
la formation de pics fermes.
(falsetto comme s’adressant à un bébé) :
cuchi cuchi coooo
Oh ! Ah ! (encore des bafouillis sporadiques)
Oh! (inspirant) Ah !
Ah Oh… COMMENT OSEZ-VOUS
(cuivres) : une exquise crème glacée crie
sur l’écran où glisse du silence
AARAARARRRGGGGHHHHH !!!!
(bois) Comment osez-vous ?
(cuivres) : Oui, comment ose-il ?
Il a touché sa femme
Elle a touché sa femme
Très touchant
Wird Abend Garderobe verlangt ?
Oooooohhhh
Oooohhhh (gloussement) ho ho ho ha
Gibt es Attraktionen ?
Wer ist der Dirigent ?
Lassen Sie mich bitte in Ruhe.
Danke, es war ein wunderbarer
Abend.
Richesse et luxe en déroute
Le petit homme trébuche de manière asymptotique à l’approche de la double barre…
Où est-ce ?
Et voilà, je le tiens!!!!!!
(annonce comme un conducteur de tramway) :
DOUBLE BARRE !
Allez les gars ! On y va !
notes de programme | 27
festival Agora à la cité
Allez-y les altos !
On y est presque
De manière asymptotique à l’approche du
degré zéro
Diddliddleiddleoooooooooooooo
Dur d dle ee d dle urdle urdle urdle ee
accels ralls Dont hurlées solo de E Basse
mêlé doux comptage onomatopées partition
du répétiteur pour mardi : il y a tant à faire partout
Oh oh oh oh oh oh
Truffées de « gags » excellents
(atone, inepte): Bébé bébé
kazoo bébé bébé bébé
(quasi accel. ensemble): bébé bébé bébé
(complètement frénétique) Plop claquement de
langue et on ne se bouscule pas ha ha ha
(mouton) : bêêêê
Oh Miss Manners !! kazoo
Piégés la la la la la la
Mme Robinson dit que Chaplin n’a jamais reçu la
lettre
Sifflet sulla musica Chapliniana
ChakaChakaChakaChakaSantaMonica
Hi hi hi hi hi hi hi Hooooooooooooo!!
Bo bo bo bo bo bo bo
(Brian Sewell6) : Epicène d’une délicatesse
presque féminine il est l’un de ces artistes
pour qui le cinéma a été inventé.
Oh oh oh oh oh oh
TOI !!
GRRRRRRRRRRRRRRR !
Prends ÇA, mon gros et ça !
UURRRGGHH (Jonathan Miller7) : comme
un enfant de huit ans qui écrirait un livret
pour la 9ème de Beethoven
(atone, inepte) : Bébé bébé
Aaaagh bébé bébé bébé
(quasi accel. ensemble) : bébé bébé bébé
(totalement frénétique) : WHHEEEEEEEEEE
ho ha ho haw he (accel. jusqu’au rire) : he he he
JE TE TIENS !! do do do AU SECOURS !
Ist ein Dokument AU SECOURS !
Bruit de joue Exhibitionnisme musical ronflement
Lorsqu’un homme arque une scie entre ses genoux
on ne s’attend pas à entendre une fugue.
Oowwwwwwwwwwwww CLAC !
Owwwwwwwwwwwww BANG !
Le désir de glorifier peut aussi nuire à la vérité
(simplement) : Un classique intact qui croit
en son pouvoir de faire des films avec la
dentelle élimée de son cœur.
Le désir de glorifier peut aussi nuire à la vérité.
(très vite) : Rien n’est vrai dans les films
(quasi murmuré, lentement): Les comédiens
ne marchent jamais seuls sur un plateau. Ils
sont accompagnés, d’une manière assez
étrange, par tous ceux qui les ont précédés.
(franchement lent) : L’Homme - Charlot
triomphe de tout parce qu’il échappe de
tout, rejette toute commandite et n’investit
jamais dans l’homme que l’homme seul.
traduction française Pïerre Charras
et Catherine Basset
28 | cité de la musique
notes :
2
A Bigger Splash est une célèbre peinture californienne de David Hockney.
3
Joyce Grenfell est une comédienne comique et une chanteuse de cabaret des années 1950 et
1960.
4
Noel Coward est un chanteur de cabaret et un écrivain anglais très estimé des aristocrates
dans les années 1940 et 1950.
5
Fanny Craddock est une cuisinière excentrique qui s’est surtout fait connaître à la télévision dans
les années 1960 et 1970.
6
Brian Sewell est un critique d’art contemporain anglais, connu pour sa manière de parler très
précieuse.
7
Jonathan Miller est un directeur d’opéra qui sait « parler de tout ».
festival Agora à la cité
biographies
30 | cité de la musique
Jonathan Nott
Né en 1962 à Solihull en
Grande Bretagne, il fait ses
études au Collège Saint
John à Cambridge et étudie le chant au Royal
Northern College of Music
de Manchester. Assistant
au National Opera Studio
de Londres, il est ensuite
Kapellmeister à l’Opéra de
Francfort en 1989. En
1992-1993, il est
Kapellmeister à l’Opéra
d’État de Wiesbaden et,
en 1995-1996, directeur
général de la musique de
cette ville. Au Festival de
Wiesbaden, il dirige le Ring
de Wagner. Directeur
musical de l’Ensemble
Intercontemporain depuis
2000, Jonathan Nott dirige
par ailleurs de nombreux
orchestres symphoniques,
parmi lesquels l’Orchestre
philharmonique de Bergen,
l’Orchestre de la radio de
Stockholm, l’Orchestre
symphonique du WDR de
Cologne et celui du SWR
de Stuttgart, avec des
solistes comme Gidon
Kremer, Christian Tetzlaff,
Boris Pergamenschikow et
Sabine Meyer. Reconnu
pour son vaste répertoire
symphonique et d’opéra, il
participe également à la
création d’œuvres de
compositeurs parmi lesquels on peut citer
Wolfgang Rihm,
Emmanuel Nunes, Brian
Ferneyhough et Michael
Jarrell. Directeur musical
de l’Orchestre symphonique de Lucerne depuis
1997, Jonathan Nott est
aussi directeur musical de
l’Orchestre symphonique
de Bamberg depuis 2000.
Au cours de la saison
2001-2002, il a dirigé pour
la première fois l’Orchestre
philharmonique de Berlin
(avec lequel il réalisa une
série d’enregistrements
d’œuvres de Ligeti) et celui
du Gewandhaus de
Leipzig.
Della Jones
Née à Neath, Della Jones
a fait ses études au Royal
College of Music où elle a
été lauréate de nombreux
prix parmi lesquels le
Kathleen Ferrier Memorial
Scholarship. Elle s’est produite au Royal Opera de
Covent Garden, à l’English
National Opera, au Welsh
National Opera, au
Scottish Opera et à Opera
North, ainsi qu’aux ÉtatsUnis, en Russie, au Japon,
au Canada et à travers
toute l’Europe, avec un
répertoire comprenant le
cinéma + musique
rôle-titre d’Ariodante,
Rosina dans Il Barbiere di
Siviglia, le rôle-titre de La
Cenerentola, le Messager
dans Orfeo, le rôle-titre de
Carmen, Adalgisa dans
Norma, Dido dans Les
Troyens, Donna Elvira dans
Don Giovanni, Herodias
dans Salomé, Brangäne
dans Tristan und Isolde,
Jocaste dans Œdipus Rex,
Baba the Turk dans The
Rake’s Progress, Hermia
dans A Midsummer
Night’s Dream, Dido et la
Sorcière dans Dido and
Aeneas, Marcellina dans
Le Nozze di Figaro, Juno
dans Semele, Tante
Hermance dans la création
mondiale de Dr. Ox’s
Experiment de Gavin
Bryars, l’Hôtesse dans
Boris Godounov et Auntie
et Mrs Sedley dans Peter
Grimes. Ses interprétations
de concert comprennent
des engagements avec le
Mahler Chamber
Orchestra, l’Orchestre
symphonique de Prague,
le Royal Liverpool
Philharmonic Orchestra,
l’Orchestre philharmonique
d’Arnhem, le BBC Concert
Orchestra et le BBC
National Orchestra of
Wales, dans un répertoire
incluant Phaedra de
Britten, Sancta Susanna et
Songs of the Auvergne de
Hindemith, le Requiem de
Verdi, Voices of a Nation,
un concert donné pour
l’inauguration du
Parlement du Pays de
Galles, le gala du Millenium
au St David’s Hall, Cardiff,
Le Vin herbé de Frank
Martin, Museum of the Air
de John Metcalfe ainsi
qu’un récital pour les
Musiciens du Louvre. En
1993, elle a participé aux
Proms du Royal Albert Hall
et a pris part, en 1997, à la
cérémonie de restitution
de Hong Kong à la Chine.
Ses engagements pour
2002 comprennent
Fidalma dans Il Matrimonio
Segreto pour l’Opéra de
Monte Carlo, Sea Pictures
et Musicmakers pour le
festival de Malvern et de
nombreux enregistrements, radiodiffusions et
télédiffusions. Parmi ses
engagements pour les
années à venir, signalons
Mrs Grose dans la nouvelle
production de The Turn of
the Screw pour le Grand
Théâtre de Genève, de
nouvelles représentations
des rôles de Marcellina et
de Mrs Sedley pour
l’Opéra national de ParisBastille, de Auntie pour
l’Opéra des Pays-Bas et
de la Martha du Faust pour
le Royal Opera de Covent
Garden.
Omar Ebrahim
commence à chanter en
1964 dans la chorale de la
toute nouvelle cathédrale
de Coventry. Le foisonnement de la vie culturelle du
lieu l’incite à étudier le
chant à la Guildhall School
of Music and Drama. Il fait
ses premières apparitions
sur scène à la Royal
Shakespeare Company et
dans le chœur de
Glyndebourne, puis en
1980 avec le rôle de
Schaunard dans La
Bohème pour le
Glyndebourne Touring
Opera. Omar Ebrahim a
participé à de nombreux
concerts et opéras
contemporains dont The
Electrification of the Soviet
Union de Nigel Osborne,
New Year de Tippett, The
Second Mrs. Kong de
Birtwistle, Un re in ascolto
de Berio, Gawain de
Birtwistle, 63 Dream
Palace de Hans Jürgen
von Bose, King Gesar de
Peter Lieberson, Beauty
and the Beast de Stephen
Olive, Terrible Mouth de
Nigel Osborne, Siren Song
notes de programme | 31
festival Agora à la cité
de Jonathan Dove. Il a
tenu le rôle-titre dans
Misper, opéra pour enfants
produit à Glyndebourne et
a participé à une version
de concert d’un acte du
Satyagraha de Philip Glass
au South Bank de
Londres. Il a également
interprété le rôle-titre dans
Agamemnon de Laman au
Festival de Hollande en
1997. Ses interprétations
récentes comprennent le
rôle de Choregos dans
Punch and Judy de
Birtwistle pour l’Opéra de
Bâle et le rôle-titre de
God’s Liar de John
Casken pour l’Almeida
Opera et La Monnaie de
Bruxelles. Parmi ses projets, signalons Kaiser von
Atlantis avec l’Opera
Theatre Company de
Dublin, Aventures, nouvelles aventures avec le
Schoenberg Ensemble et
Greggary Peccary de
Frank Zappa avec
l’Ensemble Modern, les
Bochum Symphoniker et
l’American Composers
Orchestra. En tant qu’acteur, il a joué tout
récemment dans Ode à
Napoléon de Schönberg,
avec le Salzburg Camerata
à l’occasion du Festival de
Salzbourg, dans le mélo32 | cité de la musique
drame de Strauss tiré du
Enoch Arden de Tennyson
pour l’Ircam à Paris et
dans Un survivant de
Varsovie de Schönberg et
Le Radeau de la Méduse
de Henze avec le BBC
Symphony Orchestra.
Ensemble
Intercontemporain
Fondé en 1976 par Pierre
Boulez, l’Ensemble
Intercontemporain est
conçu pour être un instrument original au service de
la musique du XXe siècle.
Formé de trente et un
solistes, il a pour directeur
musical Jonathan Nott.
Chargé d’assurer la diffusion de la musique de
notre temps, l’Ensemble
donne environ soixante-dix
concerts par saison en
France et à l’étranger. En
dehors des concerts dirigés, les musiciens ont
eux-mêmes pris l’initiative
de créer plusieurs formations de musique de
chambre dont ils assurent
la programmation. Riche
de plus de 1800 titres, son
répertoire reflète une politique active de création et
comprend également des
classiques de la première
moitié du XXe siècle ainsi
que les œuvres mar-
quantes écrites depuis
1950. Il est également actif
dans le domaine de la
création faisant appel aux
sons de synthèse grâce à
ses relations privilégiées
avec l’Institut de recherche
et coordination acoustique
musique (Ircam). Depuis
son installation à la cité de
la musique en 1995,
l’Ensemble a développé
son action de sensibilisation de tous les publics à la
création musicale en proposant des ateliers, des
conférences et des répétitions ouvertes au public.
En liaison avec le
Conservatoire de Paris, la
cité de la musique ou dans
le cadre d’académies
d’été, l’Ensemble met en
place des sessions de formation de jeunes
professionnels, instrumentistes ou compositeurs,
désireux d’approfondir leur
connaissance des langages musicaux
contemporains.
flûte
Emmanuelle Ophèle
hautbois
László Hadady
clarinette
Alain Damiens
cinéma + musique
basson
musiciens supplémentaires
Pascal Gallois
saxophone
cor
Christian Wirth
Jens McManama
clarinette contrebasse
trompette
Olivier Voize
Jean-Jacques Gaudon
trompette à coulisse
trombone
Sébastien Lepic
Benny Sluchin
harpe
tuba
Ghislaine Petit
Arnaud Boukhitine
technique
clavier
percussions
Franz Michel
Vincent Bauer
Samuel Favre
cité de la musique
régie générale
violoncelle
Éric-Maria Couturier
piano, claviers
Joël Simon
Didier Belkacem (amphi)
régie plateau
Dimitri Vassilakis
guitare basse électrique
Hidéki Nagano
Patricio Wang
Éric Briault
Jean-Marc Letang (amphi)
régie lumières
violons
Hae-Sun Kang
Ashot Sarkissjan
Marc Gomez
Valérie Giffon (amphi)
régie son
Gérard Police (amphi)
altos
Odile Auboin
Christophe Desjardins
Ensemble
Intercontemporain
régie générale
violoncelle
Pierre Strauch
Jean Radel
régie son
Xavier Bordelais
contrebasse
Frédéric Stochl
projection
Jean-Pierre Bellon
régie plateau
Damien Rochette
Philippe Jacquin
Nicolas Berteloot
notes de programme | 33