Curiethérapie

Commentaires

Transcription

Curiethérapie
NOS DISCIPLINES
4.2. Oncologie
d. Curiethérapie
DANS LA CURIETHÉRAPIE (OU BRACHYTHÉRAPIE), LE RAYONNEMENT EST DÉLIVRÉ
DIRECTEMENT AU CONTACT DE LA ZONE À TRAITER PENDANT DES TEMPS COURTS
GRÂCE À DES CATHÉTERS MIS EN PLACE CHIRURGICALEMENT.
En complément de la radiothérapie externe,
propose depuis près de 2 ans
la réalisation de traitements de curiethérapie à
haut débit de dose. Tout comme la radiothérapie,
la curiethérapie est une méthode de traitement
loco-régional de nombreux types de cancers par
l’application d’un rayonnement ionisant.
PRINCIPE
À la différence de la radiothérapie externe,
le rayonnement est délivré directement au sein
de la lésion ou de la zone opérée par une source d’Iridium 192 hautement radioactif circulant
pendant une durée limitée dans un cathéter
mis en place chirurgicalement ou par les voies
naturelles. Cette technique a remplacé la pose
de fils d’Iridium (curiethérapie à bas débit de
dose) avec laquelle le patient restait radioactif
tout au long du traitement.
INDICATIONS
Lors de phénomène tumoral, le traitement local
repose le plus souvent sur un acte chirurgical.
Celui-ci est parfois insuffisant, notamment pour
des lésions infiltrantes ou mal circonscrites,
comme les sarcomes sur sites d’injection (SSI)
et les mastocytomes, qui constituent respec-
tivement les tumeurs cutanées les plus fréquemment rencontrées chez le chat et le chien.
En dépit d’une d’exérèse chirurgicale large,
les précautions prises en matière de marges
peuvent se révéler insuffisantes, et les récidives
frustrantes.
Séance de curiethérapie chez un chat atteint de fibrosarcome.
Parfois l’acte chirurgical est irréalisable, en
raison de la taille excessive et /ou de la localisation de la lésion. C’est notamment le cas des
tumeurs prostatiques, vésicales ou urétrales,
et plus généralement de toutes les affections
des orifices et des cavités naturelles pour
lesquelles une chirurgie carcinologique ne peut
être envisagée sans risque d’altérer la qualité de
vie de l’animal.
Face à une tumeur non opérable, la curiethérapie présente un intérêt certain, notamment
dans la prise en charge des affections concernant les orifices et s’accompagnant de signes
marqués. Une lésion de la vessie, de la prostate
ou de l’urètre associée à une dysurie peut bénéficier d’un traitement palliatif qui a de fortes
chances de lever rapidement une obstruction
urétrale, par exemple.
LIMITES ET CONTRAINTES
La définition exacte du volume tumoral représente la principale contrainte de la curiethérapie.
En effet, il est essentiel de circonscrire précisément la zone à traiter et la réalisation d’un
examen d’imagerie préopératoire tridimensionnel
(scanner) est indispensable. De même, il convient
que la mise en place des cathéters sur le site
tumoral ait lieu directement lors de l’exérèse
chirurgicale.
Le bilan d’extension est également primordial.
La curiethérapie, tout comme la radiothérapie
externe et l’exérèse chirurgicale, reste une technique de traitement local du cancer. Le risque
métastatique, même lorsqu’il est réputé faible,
ne doit pas être négligé.
Les effets secondaires de la curiethérapie sont
ceux de tout traitement par irradiation. Il s’agit
essentiellement d’une irritation cutanée locale
après le retrait des cathéters et d’une repousse
retardée du poil, associée à une décoloration
dans les mois qui suivent. L’irradiation ralentissant le processus cicatriciel physiologique, il est
recommandé de respecter un délai qui permette
la cicatrisation des tissus lors de pose de cathéters préopératoires.
La curiethérapie a dores et déjà démontré son efficacité dans certains types
tumoraux fréquents, comme le fibrosarcome félin ou les carcinomes vésicaux.
Au fil des cas, l’expérience d’
se renforce
et de nouvelles applications sont développées.
Quelques applications de la curithérapie.
1. Traitement par curiethérapie d’un carcinome urétral
inopérable (images tomodensitométrique pré- et
post-traitement).
3. et 4. Implantation des cathéters de brachythérapie
pour traitement adjuvant d’un fibrosarcome.
2. Établissement d’un plan de traitement à partir de
l’examen scanner.
1
3
2
4

Documents pareils