L`Usipien 66

Commentaires

Transcription

L`Usipien 66
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
Hors Série spécial Belgique
2-3 Juin 2007
L’USIPIEN
L’hebdomadaire des adhérents de l’USIP
Tournoi de Gistel (Belgique)
Classement final : 7ème sur 20
USIP HIP HIP HOURRA !
Rien n’est simple avec l’USIP et résumer ce week-end en Belgique relève du
tour de force. Mais ça vaut le coup d’essayer parce qu’il serait dommage
d’oublier tout ça et de ne pas faire rêver les absents…
Dans ce club, tout est une question d’avis divergents, de polémiques, de rumeurs
et de divisions… 4 voitures au départ et 4 horaires différents, 4 trajets différents
et 4 aventures…
Jeudi soir… 23h… Après un entraînement humide et un grec douteux, John
s’embarque dans une terrible galère. Il a choisi l’option «je risque de perdre la
boule et d’en tuer un» en effectuant le trajet avec Lolo, Nico et Bastos, trois
Balard Boyz insupportables, qui pourraient rendre fou n’importe qui en moins
de 10 minutes (surtout Bastos… incroyable, je le déteste plus que jamais !)
Les quatre fougueux compères ont décidé de partir de nuit, d’arriver à 4h du mat
dans une ville de Belgique glauque et morte, de dormir dans une voiture… Et ils
en sont fiers… La suite du week-end prouvera que ce choix était tout
simplement une stupidité de plus à ajouter à leur palmarès déjà bien fourni !
Arrivé à Oostende dans la nuit, ces 4 garçons sans avenir ont flambé au casino
(John aurait perdu 2 euros, Bastos gagné 1 euro, Nico est resté au bar et Lolo
surveillait son portefeuille, la pince !). Ils ont ensuite bu comme des SDF sur la
plage, ont tenté de jouer au foot, ont sûrement refait le monde et surtout l’USIP
et enfin ont dormi comme des petits veaux dans l’Espace de John… La rumeur
dit aussi que Nico, bourré, n’arrivait plus à marcher et a satisfait ses instincts
bestiaux dans le creux d’un coquillage qui doit encore se demander comment il a
pu se faire violer par un éléphant, en pleine nuit, sur une plage belge…
« Tout va bien mais on a perdu Galdric ! »
La voie de la sagesse est parfois semée d’embûches… Surtout quand Greg M
est au volant… Flo, Galdric, Julien et donc Greg M ont préféré partir le vendredi
matin à l’aube pour profiter de la journée et surtout arriver en pleine forme.
Surnommés les papys par la bande du jeudi, les 4 compères avançaient
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
doucement sur l’autoroute, écoutant du Michael Jackson et crachant sur tous les
membres de l’équipe, quand ils percutèrent un carton d’imprimantes. Maître de
son véhicule, Greg a choisi de foncer dessus pour éviter de perdre le contrôle…
Résultat, un pneu crevé, une bonne frousse et un changement de roue sur la
bande d’arrêt d’urgence. Selon Bastos, Greg «transpire plus dans sa voiture
quand il doit doubler un vélo que sur un terrain de football» mais sur ce coup là,
le mini 10 usipien a su faire preuve de sang-froid. Arrêt au garage, achat d’un
nouveau pneu et les revoilà partis, écumant les routes de cette chère et tendre
Belgique.
D’humeur badine, les joyeux lurons décidèrent de faire une petite blague à John
et ses Balard Girls… Un simple texto dont voici l’essentiel : «on a pris un carton
sur l’autoroute, tout va bien mais on a perdu Galdric… Qui jouera en attaque
demain ?».
Simple mais terriblement efficace ! Les 4 petites natures, sûrement perturbées
par le manque de sommeil y ont cru dur comme fer et ont appelé Florent pour
avoir confirmation. Convaincu de son grand sens de l’humour, le Président
confirma, d’un ton solennel, l’information du décès de l’attaquant usipien à ces
pauvres petites âmes perdus qui tombèrent en larmes en criant à l’injustice…
Pourquoi lui ? Pourquoi si tôt… Ri-Di-Cule… Plus tard, une fois au courant du
canular, Nico déclara « A ce moment-là, je me suis rendu compte que je l’aimais
c’gars là ». C’est pas mignon tout ça ?
Bref, après 5 heures de route pour 300 kilomètres (un record depuis l’invention
du moteur à explosion au XIXème siècle), l’arrivée à Bruges fût un véritable
soulagement. Ah Bruges, véritable petit bijou au cœur d’une terre hostile,
fantastique cité traversée par d’innombrables canaux, ahhh la Venise du Nord…
Ouais enfin bon, pour plus de détails, allez sur www.bruges.be ! Après avoir
retrouvé (difficilement) John et ses lascars, il était temps de s’installer en vue du
tournoi.
Mais là encore, une surprise nous attendait (ça vous étonne ??). Selon notre cher
Président, la compétition avait lieu à Ostende mais en y regardant de plus près,
c’est à 20km de là, à Gistel que les matches avaient lieu… Et c’est à Westende,
encore plus loin, que l’USIP avait ses quartiers… Vu les compétences de chacun
en matière d’orientation, la partie n’était pas gagnée. La voiture de Greg alla à
Gistel pour confirmer l’inscription de l’équipe pendant que John et ses trois
Boyz se rendaient à l’hôtel et récupéraient de leur nuit en voiture (Je vous avais
dit que c’était une stupidité !).
En bons sportifs et surtout pour faire les Flambys, Flo, Galdos, Greg et Julien
décidèrent d’aller se décrasser sur la plage… Après une bonne journée de
merde, rien de tel pour se remettre les idées en place. Au programme footing,
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
étirements, tennis ballon (Flo et Galdric ont vraiment de graves problèmes
psychomoteurs…), transversales impressionnantes de Greg (qui a touché un
pauvre goéland qui passait par là), étirements encore et enfin quelques
étirements supplémentaires pour l’homme élastique qui, à cette occasion, a
confirmé la sortie prochaine de son DVD « S’étirer pour mieux se claquer ».
John a complètement pété un câble…
Une bonne douche et l’heure était aux retrouvailles avec le reste de l’équipe qui
avait choisi d’effectuer le trajet un peu plus tard. Mais avant cela, il fallait dîner.
En bas de l’hôtel, sur le trottoir, l’autre équipe française présente (Bessancourt)
faisait connaissance avec les fachos du village. Après avoir décidé que la friterie
locale ne pouvait pas tous les accueillir, les Usipiens ont pris la direction
d’Ostende. Mais la Belgique, c’est pas Copa Cabana. Tout était
malheureusement fermé et c’est une nouvelle fois le Mac Do qui leur sauva la
mise. Un Mac Do à l’ambiance pesante et malsaine. Les regards se tournaient à
leur passage et Nico eut cette réflexion terrible : « J’ai l’impression d’être un
black dans les années 50 ! ». Quelle faculté d’analyse, quelle phrase pleine de
sens mais aussi de recul sur la situation… Merci Farfadet.
Enfin réunis sur le parking du Casino, les 15 Usipiens ressemblaient à une
bande de loubards prêts à tout casser, à piller cette pauvre station balnéaire de
fortune. Mais ces gaillards savent se tenir… Il fallait fêter ces retrouvailles et le
Sherry’s nous faisait de l’œil. Cet adorable bar à putes tenu par la mère de
Laurent (qui débarque sur la côte habituellement à la fin du mois de mai et
attend avec impatience les hordes de touristes) n’avait pas vu de jeunes depuis la
dernière guerre. L’accueil fût fantastique ! Les quelques femmes de mauvaise
vie de 70 ans nous dévoraient des yeux, leurs clients de 70 ans enviaient nos
corps d’Apollon et la musique d’il y a 70 ans excitait nos sens… Au fond du
bar, la bande s’installa sur la mini piste de danse et Lolo nous fit une
démonstration de lapdance, glissant la barre de fer entre ses jambes et remuant
ses fesses sous la boule à facettes. Il était temps de s’attaquer à la spécialité
locale, la Duvel, petit breuvage tournant à 9%. Quelques verres dans le gosier et
la bonne humeur se lisait sur les visages.
Le temps de faire des provisions d’alcool et les joyeux lurons rentraient à
l’hôtel pour une nouvelle édition de l’USIP World Poker Tour, la première à
l’étranger ! La chambre de Charles, Loïc et Vince Foul accueillait les nombreux
participants, les spectateurs et la presse (oui, c’était une grande chambre !).
De quoi boire, des cartes et des pétards pour certains… La soirée s’annonçait
explosive ! Bien sûr le tournoi de football (on est là pour ça quand même les
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
mecs!) étaient dans toutes les têtes et les pronostics allaient bon train. Les
Usipiens s’en foutaient de finir derniers tant que la coupe du fair-play était au
bout. L’objectif était annoncé et ils fallaient tout faire pour l’atteindre !
Mais avant d’attaquer le football, revenons rapidement sur ce tournoi de poker.
Greg Marion a gagné, non sans avoir trembler, et Nico a avoué se masturber
régulièrement sur la mère de Lolo, qui est également son docteur. Ah oui,
j’oubliais, John a complètement pété un câble en voyant Galdric fumer dans sa
chambre et a jeté sa cigarette par la fenêtre laissant le buteur usipien sans voix.
A part ça, pour être honnête, je ne me souviens pas très bien…
“Ref, you know that… Three times, three times… It’s not fair-play !!!”
Après une bonne nuit de sommeil, la bande de sportifs du dimanche se leva
tranquillement vers 11h pour aller déjeuner en ville. Au menu, les fameuses
pâtes de Mario, supporter de la Juve perdu dans la région et avide de bons mots.
Sa bouffe est dégueulasse, son restaurant est aussi sombre qu’un trou de balle
mais on peut lui reconnaître son sens de l’hospitalité, propre aux italiens. Après
avoir plombé ses toilettes et par la même occasion tout son restaurant, l’USIP
pouvait entrer en scène et montrer au monde entier son football chaloupé et
flamboyant…
Il est 15h et l’équipe de Captain John, après un échauffement spartiate, foule
pour la 1ère fois du week-end, la pelouse du Stade de Gistel. En face, une
formation hollandaise physique et expérimentée (très expérimentée pour
certains)… Le doute est palpable mais Galdric le chasse rapidement en faisant
trembler les filets à deux reprises. Olivier l’imite un peu plus tard et la victoire
sans appel est au bout (3-0). Les Usipiens n’ont pas manqué leur entrée en lice et
se voient embrasser le trophée convoité par les 21 équipes présentes.
Mais le 2ème match de poule va les remettre à leur place. Au terme d’une
rencontre pourtant à sa portée, l’USIP s’incline 2-1 (magnifique penalty de
Mahdi) contre l’équipe locale, Gistel. L’arbitrage pitoyable a fait sortir de ses
gonds Bastos, capitaine courage intérimaire qui prit à part l’homme en noir et lui
cria à la face le fond de sa pensée : « Ref, you know that… Three times, three
times… It’s not fair-play!!!». Le tout avec un accent français que je ne renierai
pas.
La défaite était dure à encaisser mais le Bastien a plus d’un tour dans son sac.
En bon furet, l’homme le plus lent de l’équipe avait remarqué qu’un joueur
suspendu de l’équipe adverse avait pris part au match… Après l’avoir signalé à
l’arbitre, en anglais SVP, le Gattuso usipien informa son président qui partit
illico presto poser une réclamation. La rumeur dit que Flo a proposé ses services
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
dans les toilettes des vestiaires pour obtenir la victoire sur tapis vert. Force est
de constater que son corps luisant fait frémir les officiels flamands. Et hop, tapis
vert et un nouveau 3-0 pour l’USIP qui poursuivait sa marche en avant.
Le 3ème match s’annonçait âpre… Après deux rencontres de 40 minutes dans les
pattes, l’équipe de Bessancourt se dressait sur le chemin de nos héros. Les
équipes françaises n’ont jamais vraiment réussi à l’USIP, on le voit chaque
dimanche en championnat (à tel point que Flo réfléchit à une délocalisation dans
le championnat de Belgique). Et une nouvelle fois, la défaite était au rendezvous… Battu dans le domaine physique, les Usipiens n’ont jamais réussi à
s’installer dans le camp adverse et n’ont fait que subir. Sur son côté droit, Nico à
dû faire face au phénomène «Brousse», un véritable calvaire pour le passepartout de l’équipe qui a mangé la pelouse tout au long de la rencontre. Greg
Marion sauva l’honneur sur penalty après une énième simulation de Greg
Vienne…
19h… Les Usipiens doutent encore… Il leur reste un match et le calcul est
simple. Une défaite les sort du tournoi et leur promet un dimanche tranquille au
soleil. Une victoire les qualifie pour les quarts de finale de l’épreuve… Ecrire
une page d’histoire, sortir le match de l’année, oublier les douleurs, les
déceptions, les rancœurs… Tout donner, ensemble, soudés, ne rien regretter
(c’est beau putain !).
Bastos la crevure prend les choses en main et propose un échauffement tonique
pour relancer la machine. L’USIP entre sur le terrain… 500 spectateurs, le soleil
couchant, les visages figés… Face à eux… Mac Cain ! Terrible formation belge,
des joueurs affûtés comme des lianes… John tente un coup de poker en
associant le revenant Julien à Olivier en attaque. Un duo inédit, une sorte de
coup de poker dont il est familier (même si ça ne marche jamais). Et là,
l’incroyable se produit ! Un football de rêve, l’USIP joue dans un fauteuil et
multiplie les cafés-crème… Des transversales de 60 mètres, des centres au
cordeau, des frappes lourdes, des interventions maîtrisées, des tacles glissés, des
gestes techniques digne du dernier PES ! 4-0 et une performance de légende,
bien aidée il est vrai, par la léthargie de l’adversaire (leur numéro 10 était en fait
le barman du stade)…
Mais les Usipiens s’en foutent ! Ils ont gagné, sont 1ers du groupe et qualifiés
pour les 1/4 de finale… HISTORIQUE… Il est temps de chanter l’Usip hip hip
hourra, d’entamer un tour d’honneur sous les applaudissements de la foule, de
signer quelques autographes et de négocier avec les agents sur place (infos
transferts… Charles pourrait rejoindre Libourne St Seurin et Olivier le
Lokomotiv Moscou… Intox ?). C’est la folie et on sent que ces hommes n’ont
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
pas souvent gagné cette année. Ils se lâchent, certains pleurent, Greg M. avoue
que c’est le plus beau jour de sa vie, les frères Beaudon s’embrassent, Lolo se
caresse et tente une approche sur John qui ne dit pas non…
Julio mit le feu et réveilla l’armée usipienne
Il fallait fêter ça mais, malheureusement, la fatigue, les petits bobos de chacun
et la perspective de rejouer le lendemain à 11h étaient autant d’arguments pour
aller se coucher rapidement après une petite soupe… Cependant, les Usipiens ne
sont pas des petits joueurs, ça se saurait. Après une bonne douche à l’hôtel, les
voilà repartis pour une soirée dont ils ont le secret…
Direction Nieuwport et sa vie nocturne animée… Après de longues tractations,
l’ensemble de l’équipe prit la direction du «Paris by Night», sorte de Fouquet’s
flamand au menu alléchant (et hop une rime, elle est pas belle la vie ?). Dans un
décor marin, les 15 athlètes n’ont pas fait dans le détail. Fondues
bourguignonnes, moules-frites, entrecôtes géantes, filets de cabillaud… Rien
n’est trop beau pour une équipe qui gagne et qui aime se retrouver. Seul Bastien
joua au con en commandant une soupe de poisson suivie de moules aux lardons
et roquefort. Il vomira toute la nuit et sera encore plus lent le lendemain (eh oui
c’est possible !). Le clou de la soirée reste l’arrivée surprise de Julio César,
ancien ratisseur de Sao Paulo reconverti en Patrick Sébastien local. Armé de sa
guitare, de son répertoire champêtre et de son éternel sourire, Julio mit le feu et
réveilla l’armée usipienne qui n’attendait que cela. John, bourré après un verre
de rouge, se mit à danser sur la table, sourire béat, remuant la tête comme un
poney comblé et Lolo, en transe, fit la danse du ventre devant le pauvre
saltimbanque, qui se demandait s’il n’allait pas finir à 4 pattes, le pantalon
retroussé sur les chevilles !
Le patron aussi perdait la boule… Entre les demandes incessantes de ses clients
(«on peut avoir du pain, du vin, des frites et de la mayo…etc etc») et la peur de
voir son restaurant détruit par ces hooligans amateurs, il n’en menait pas large.
Mais la note finale devrait suffire à nourrir sa famille pour cette année. 424
euros… L’USIP s’embourgeoise et c’est quand même beaucoup plus agréable
que les Mac Do ou autres grecs !
Il était 1h du matin et il fallait regagner les chambres pour une bonne nuit de
sommeil bien méritée… Mais avant cela, Nico demanda une énorme miche de
pain au patron (oui oui, une miche de pain !). Je n’ai toujours pas compris et je
ne cherche même plus à comprendre, c’est se faire du mal.
Après cela, tout le monde plongea assez rapidement… Tout le monde ? Non car
un irréductible gaulois, Greg Astérix, joua à la Nintendo DS jusqu’à 3h du matin
(allez chercher pourquoi ce nain n’arrive pas à courir le lendemain !!!)
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
You’ll never walk alone !
Dimanche… Il est 8h… Tout le monde se lève, se douche, descend pour un
petit déjeuner copieux et prend place dans les voitures pour rejoindre le Stade !
Avant cela, Bastos se fait vomir bruyamment dans la salle de bains et annonce
joyeusement «c’est marrant, les moules ressortent par vagues !!»
La pression monte, certains s’oublient sur les banquettes arrières… L’arrivée au
stade est très calme… L’USIP a rendez-vous avec l’histoire !
Au terme d’un match engagé et dominé de bout en bout face à des bourrins
hollandais, l’USIP avale la trompette et sort du tournoi non sans regret…Il y
avait la place pour passer et un malheureux penalty anéantit les rêves de dernier
carré.
La suite du tournoi relève de l’anecdote… Fatigués et très déçus, les Usipiens
s’inclinent en match de classement face à l’équipe 1ère de Bessancourt (3-1,
nouveau penalty de Mahdi) et finissent 7èmes du tournoi. Un tournoi remporté
finalement aux tirs au but par la seule équipe italienne engagée… Ah ces
ritals… Toujours là putain !
Certains membres de l’équipe avaient déjà repris la route quand les
organisateurs du tournoi ont appelé les participants sur le terrain pour la remise
des trophées. Dans une ambiance électrique, tous les joueurs ont formé une
ronde sur la pelouse et ont entonné un You’ll never walk alone à faire pleurer les
plus fidèles d’Anfield Road. Les larmes aux yeux, Flo et John se sont avancés
pour récupérer les deux premiers trophée de l’histoire de l’USIP. Un petit truc
en plastique pour la place de 7ème et la magnifique coupe du Fair-Play. Pour la
petite histoire, le Président a une nouvelle fois donné de sa personne pour
l’obtenir. Avant la fin du tournoi, il est allé mendier pour savoir si l’USIP restait
en course pour ce trophée. L’organisateur du tournoi, qui devait décidément
l’apprécier, lui a répondu d’un petit clin d’œil malicieux! Ah, il n’est pas
Président pour rien, je vous le dis moi !
Soulagé de cet heureux dénouement, le capitaine déclara à la presse : «On a
rempli l’objectif, j’ai sauvé ma tête !». Sérieux et appliqués, les Usipiens ont
répondu aux attentes et seront sans aucun doute présents l’an prochain pour
défendre leurs titres !
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
LE JEU, LES JOUEURS
Temps : Ensoleillé, on a pris des coups de soleil !
Terrain : pelouse de campagne pour les deux terrains annexes, billard pour le
terrain central.
Spectateurs : entre 10 et 500 selon les matches
Ambiance : le feu, des drapeaux, des chants, de la bière, des frites-saucisses
mayo-ketchup.
Arbitre : Mauvais contre Gistel et en 1/4 de finale, correct sur les autres
matches.
Absents : Sabri (disparu), Benjamin (blessés), Romain (travail), Nicolas J,
Thomas H (Chili), Thomas Raty (Wembley), Saku (mariage)… etc etc
Julien
6.5
Mahdi
6.5
Greg M
Charles
5 6
5
Loïc
7
John
6.5
Lolo
6.5
Nico
5.5
Greg V
6.5
Vince F
6
Galdos
Greg M 6
6.5
Bastos
6
Olivier
6
Vince B
5.5
Flo
6
NOTES
Charles, le Grégory Wimbée usipien: 6- Le portier usipien n’a pas eu de
grands arrêts à effectuer mais il est resté sobre, n’a pas commis de boulettes, a
su parler à ses défenseurs et s’est imposé sans aucun problème lors de ses sorties
aériennes et dans les pieds. Du bon Charles…
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
Mahdi, le Sylvain Armand usipien : 6.5- Bien sûr son placement est parfois
limite et sa relance n’est pas toujours parfaite mais l’arrière gauche de l’USIP a
fait preuve d’un physique impressionnant et a enchaîné les matches avec rigueur
et application. De plus il a démontré beaucoup de sang-froid et a pris ses
responsabilités… 3 penalties transformés… Merci Mahdi !
Lolo, le Francis Llacer usipien : 6.5- Il n’y a rien à dire, Laurent est
virevoltant ! Ses déboulés sur l’aile droite et sa présence offensive sont un
indéniable atout. Sa bonne humeur aussi… A cependant causé le penalty de la
défaite en 1/4 de finale…
Nico, le Bakary Sagna usipien : 5.5- La déception du tournoi… L’homme aux
grandes oreilles et au sexe d’éléphant a connu un samedi difficile. A la peine
contre Bessancourt, il n’a pas baissé les bras et s’est battu mais le défi était de
taille. A noter son bon 1/4 de finale !
Loïc, le Frank Leboeuf usipien : 7- L’homme du tournoi… Très solide, bien
placé et un jeu de tête énorme. Il a tenu sa défense en compagnie de John (ils me
rappellent la charnière centrale du Zaïre en 1972) et s’est montré entreprenant
offensivement quand son équipe en avait besoin. A joué tous les matches !
John, le Patrick Müller usipien : 6.5- Dans le doute après ses dernières
performances, le Captain n’a pas déçu ! Solide, pas de boulette et meneur
d’homme, John était au rendez-vous.
Bastos, le Modeste M’Bami usipien : 6- Il est lent, très lent mais il est un pion
essentiel du dispositif tactique. Plaque tournante du milieu, il ne s’est pas caché
et a tout donné samedi. Mauvais capitaine mais véritable aboyeur, Bastos se
transforme parfois en Gattuso, en plus gros, plus lent, plus chauve et beaucoup
moins bon. Par contre, après le repas gargantuesque de samedi soir, il a connu
un dimanche de merde. Il ne prend pas soin de son corps et ça se voit !!!
Vince B, le Bruno Cheyrou usipien : 5.5- Vincent a répondu présent samedi et
jouant simplement et efficacement. Mais une blessure au mollet a perturbé sa fin
de tournoi. Il était plus éteint dimanche et a manqué de combativité sur les
derniers matches.
Vince F, le Yaya Touré usipien : 6- Grosse grosse montée en puissance ! Très
présent dans les duels, Vincent était un peu malade au début et ça s’est ressenti
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
mais au fil des matches on a retrouvé le Foulinho que l’on connaît. Il donne tout
et cela se ressent parfois dans le dernier geste où il a manqué de lucidité.
Flo, le Benoit Pedretti usipien : 6- Le Président a rendu une copie propre et
s’est montré appliqué. A l’aise au milieu lors des victoires usipiennes, il a connu
plus en difficulté dans les moments importants. Aurait dû marquer lors de ce
tournoi !
Greg M, le Ali Benarbia usipien : 6.5- Il divise l’USIP mais c’est un bon petit
gars. Il a été bon en 10 et a une technique au dessus de la moyenne usipienne
(c’est à dire pas si top que ça). A tendance parfois à vouloir faire le geste de trop
mais il s’est battu et a démontré un esprit irréprochable. Doit progresser sur ses
corners… c’est pas possible de faire des transversales de malade sur la plage et
de ne pas placer les corners où il veut !
Greg V, le Stéphane Guivarc’h usipien : 6.5- Là encore un vrai combattant !
Précieux dans la conservation de balle, il a aussi provoqué (des penalties),
effectué de beaux débordements et marqué un joli but.
Galdos, le Lilian Laslandes usipien : 6- Des débuts fracassants avec deux buts
à la clé lors du premier match. Diminué physiquement, le buteur usipien a
ensuite rencontré plus de difficultés à faire la différence et n’a pas pu jouer les
derniers matches où son élégance et son sens du but ont manqué.
Olivier, le Amara Diané usipien : 6- Il n’arrête jamais de courir, il est partout
sur le front de l’attaque. Il a clairement gagné en confiance et en efficacité. Deux
buts à son actif !
Julien, le Stéphane Pédron usipien : 6.5- Enigme du tournoi après une absence
de 18 mois, on s’attendait à tout mais surtout au pire. Mais, il a été énorme et
très polyvalent en nous gratifiant de sa technique si particulière ajoutée à un
fighting spirit britannique. Il avait la frite contre Mc Cain (1But, 2 passes) mais
n’a pas pu faire la différence en quarts.
Ces notes on été réalisées sur le chemin du retour… C’est du suçage de bite un
peu quand même mais bon… Je vous aime bien donc je ne me prive pas.
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
VANILLE, FRAISE ET CHOCOLAT
Cette rubrique constituera tout au long de l’année les petites phrases et
différentes récompenses qui ont marqué la journée de championnat, le match de
coupe ou le match amical. Trois titres seront attribués :
- La « Loloade » ou prix vanille qui récompense la plus belle boulette.
- Le « Shek d’or » ou prix fraise qui récompense le plus beau raté devant
le but ou tir dévissé.
- La phrase du jour ou prix chocolat qui récompense une prise de parole
qui restera légendaire du style « Shek, il n’a jamais été question que tu
joues attaquant ! »
PRIX VANILLE : Pas de boulette flagrante lors du tournoi… Mais plutôt des
occas manquées à tout va…
SHEK D’OR : Vincent Foulon contre Mac Cain… Passe de Greg M en retrait
et frappe dans les nuages… alors qu’il était à deux mètres du but !
SHEK D’ARGENT : Flo et Greg V en 1/4 … Enorme occasion de Flo qui
préfère contrôler plutôt que de tirer directement… Il est repris et la balle passe
devant Greg qui ne peut que l’effleurer…
SHEK DE BRONZE : Nico lors du 1er match qui récupère un ballon sur l’aile
droite, file seul au but et s’enflamme, ouvrant trop son pied et tirant à côté.
LES PHRASES DU WEEK-END : Voici les plus belles perles du week-end…
- Lolo en voyant les douches : « je prend pas ma douche ici moi, c’est du gaz
qui va sortir… »
- Galdos à propos du masseur du tournoi : « cet homme là a des doigts de fée ! »
- Nico à propos de Galdos : « je me suis aperçu que finalement, j’l’aimai bien
c’gars là »
- Bastos en train de vomir « oh putain, les moules ressortent par vagues »
- Greg M au volant « c’est où là ? on est bientôt arrivé ? » toutes les 5
minutes !!
- Lolo a propos de Mac Cain : « c’est bon les gars, ils sont cuits ! »
- Bastos au restaurant : « c’est scandaleux, les deux blacks de l’équipe sont en
bout de table »
- Lolo lui répondant : « et tu t’es mis à l’autre bout !!! »
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
- John à l’issue du tournoi : « on a rempli l’objectif, j’ai sauvé ma tête »
- Flo : « je lui donne pas 3 mois à la tête de l’équipe… »
- Nico au Mac Do : « j’ai l’impression d’être un black dans les années 50 »
- Bastos à propos de Greg M. au volant : « il transpire quand il doit doubler »
- Bastos à l’arbitre : « Ref, you know that, three times, three times, it’s not fairplay ! »
A PART CA RIEN…
• Bastos n’a toujours pas digéré les moules lardons roquefort du samedi soir
et a mal au ventre.
• Lolo s’est rendu par surprise chez Greg M. le lundi suivant le tournoi pour
récupérer 27 euros…
• Emballé par son voyage en compagnie de Bastos, Lolo et Nico, John
compte déménager à Balard prochainement.
• Fort de ses trois réalisations, Mahdi cherche un club à la hauteur de son
talent… On parle de Saint-Cloud.
• Sheck a suivi l’évolution du tournoi en direct sur internet. Il aurait déclaré
« après ça, je peux mourir tranquille ! »
• Flo a mis le trophée du Fair-Play dans sa chambre. Ca le motive et
améliore ses performances sexuelles !
• John pense brûler sa voiture. Les odeurs de vin, rhum, cigarettes, Balard
Boyz ne veulent pas disparaître.
• Nico va devoir changer de docteur… Lolo l’a balancé !
• Greg M économise… Il compte s’acheter une Nintendo DS et un nouveau
pneu…
• Après son tournoi réussi, Olivier pense à la retraite et voudrait se
consacrer à la création de coupe de cheveux aérodynamiques
• Antoine prend de la coke et ne boit plus que du Martini…
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
• Quand il est bourré, Bastos est un pervers lubrique…
• Galdos est actuellement en train de s’étirer
• Vince Beaudon, Mahdi et Olivier ont dormi ensemble dans un petit lit
samedi soir pour consolider leurs liens avant le 1/4 de finale.
• Charles est heureux… Il a pris autant de buts dans ce tournoi que lors
d’un simple match de championnat.
• Lolo a obtenu le numéro de la sœur de John en menaçant Julien
• John est scandalisé… Il a déjà prévenu sa sœur et elle a changé de
numéro.
• Lolo rêve de peloter les seins refaits de sa mère… Nico l’a déjà fait !
• Mahdi aurait trouvé un raccourci pour rentrer à Combs, bilan un détour de
2H !!
CARTONS
Carton Rouge : A Flo, Julien, Greg M et Galdric pour leur vilaine blague
concernant la prétendue mort de Galdric sur l’autoroute. Les Balard Boyz ne
s’en sont jamais remis.
Carton Jaune : Aux fumeurs du vendredi soir qui ont fait péter un câble au
Capitaine… Après ce coup de sang, il est complètement sorti du tournoi
(héhéhé)
Carton Rose : Lolo pour l’ensemble de son oeuvre
Carton Bleu : à l’USIP et son prix du fair-play évidemment !!!
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
STATISTIQUES
Buteurs :
1. Mahdi : 3 buts
2. Galdric, Olivier 2 buts
3. Greg V, Greg M, Julien : 1 but
Passeurs :
1. Julien : 2 passes
3. Flo, Bastos, Laurent : 1 passe
Résultats, 1er tour :
USIP – Vivoo : 3-0
Buts : Galdric (pFlorent), Galdric, Olivier (passe?)
USIP – Gistel : 1-2
But : Mahdi (sp)
USIP – Bessancourt (2) : 1-2
But : Greg (sp)
USIP – Mc Cain : 4-0
Buts : Mahdi (sp), Olivier (pJulien), Julien (pBastien), Greg V (pJulien)
Quarts de finale :
USIP – VV t’Goy : 0-1
Match de classement :
USIP – Bessancourt (1) : 1-3
But : Mahdi (sp)
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
INTERVIEW CROISEE MSN
Ah la technologie permet bien des choses… En exclusivité cette semaine,
l’interview croisée MSN du Capitaine John et du latéral explosif Lolo… Les
deux hommes reviennent sur le week-end sans langue de bois et nous expliquent
comment ce tournoi a changé l’USIP…
1/ Le tournoi d'Ostende ? avec une semaine de recul, vous en avez pensé
quoi ?
Laurent dit :
j'ai chopé un sale virus dans la voiture de John j'en souffre encore voilà ce qu'il
me reste… Autrement on a découvert que j'étais vraiment un grand latéral droit
John dit :
j'ai chopé le sale virus de Laurent qui ne veut pas disparaître. Sinon beaucoup de
grands souvenirs, du rire, des larmes (des heures de voitures avec Bastos ça te
rend dépressif), de grosses émotions.
Laurent dit :
D'accord sur Bastos, c'est un dingue. Il a aucune limite et nico aussi c’est une
petite nature. Les autres m'ont fait rêver
Il faut d'autres tournois pour perpétuer l'ambiance créée au plat pays
John dit :
Tous les objectifs ont été rempli : grosse ambiance, on s'est bien amusé, des
victoires (enfin!!) footballistiques, la coupe (cassée) du fair play et au niveau
personnel le retour à un niveau correcte sur le terrain. Ce tournoi à lancé une
belle dynamique.
2/ en partant pour la Belgique vous imaginiez ça ?
Laurent dit :
Non pas dans les détails mais je crois qu'on est tous partis dans l'idée de
s'amuser et ça a bien fonctionner. Le terrain est passé après l'ambiance et
paradoxalement (ou pas ) ça a payé
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
On avait envie de se lâcher et on l'a fait
John dit :
J'imaginais rien du tout. Honnêtement on ne savait pas à quoi s'attendre au
niveau footballistique. Il faut avouer qu'on avait peur de prendre des
dévérouiller (SIC)! Après j'imaginais bien m'amuser lors de ce week-end, et
découvrir des joueurs que je connaissais moins que d'autres. Sur ce plan la, je
n'ai pas été déçu
Laurent dit :
Ce qui est drôle c'est qu'on s'est pas alourdi de discours et pourtant on a joué
collectivement et solidaires tout du long. C’était beau !
John dit :
Enfin, tout le monde savait que Nico et Vince Colo Colo allaient avoir des
problèmes vomitifs, que Bastos allait être hystérique donc pas de surprise de ce
coté la
3/Si vous deviez garder un souvenir précis du tournoi ?
Laurent dit :
Clairement le dîner tous ensemble. Là encore j’étais prêt a sacrifier une bonne
soirée pour quelques euros
John a quitté la conversation.
Laurent dit :
en définitive j’ai lâché la maille et je me suis éclaté notamment quand John
dansait sur les banquettes…Du grand art
John a rejoint la conversation.
John, un souvenir précis ?
John dit :
Sorry, connexion de merde
Un souvenir précis? humm difficile de choisir
Je parlerais du dîner du samedi soir…J'ai bien et beaucoup mangé et surtout je
me suis bien marré, que demander de plus?
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
Au niveau du foot, 2 images : notre victoire 4-0 contre McCain avec la manière
suivi d'un tour d'honneur/décrassage ridicule et légendaire et puis quand même
cette défaite en quart de finale. Grosse déception
4/ Comment jugez vous votre performance personnelle ? et plus
généralement celle de l'équipe ?
Laurent dit :
Ma perf a été "mitigée positive" je trouve que globalement j’ai été bon et
disponible mais j’ai été à l'origine de buts concédés donc une performance
ternie.
Autrement, collectivement on gagne 2 matches sur 6 sur le terrain donc il faut
relativiser nos exploits.
John dit :
Celle de l'équipe est encourageante. Il faut reconnaître que les 2 équipes que l'on
a battu facilement était ou des post retraités, ou au bout du rouleau alcoolique.
Cependant on a quand même montré un meilleur visage que lors de cette fin de
saison catastrophique en championnat. On a fait preuve de plus d'envie, de plus
de concentration et surtout (enfin!!!!) de plus de mouvements!
Laurent dit :
Contre les équipes qui étaient à notre niveau, on a pas su être décisifs. Donc
encore plein de choses à améliorer
John dit :
Au but Charles à plus parlé, en défense cela à mieux coulissé avec une bonne
communication, au milieu et devant ça a bien et plus bougé également.
Laurent dit :
C'est ça qui est motivant !
Je pense qu'on peut passer un cap, c'est une question de confiance et de
solidarité
John dit :
Maintenant le gros point faible du tournoi a été notre manque de percussion
offensive. On a pas su trouver la faille et forcer la décision lors des matchs
accrochés. Particulièrement en quart de finale ou nous avons été solide, avons
globalement eu la possession du ballon mais avons été incapable de marquer.
Pour revenir sur ma performance individuelle, je pense avoir été solide
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
J'avais vraiment fini la saison de façon lamentable contre Saint Cloud. Je me
devais d'assurer lors de ce tournoi et suis donc arrivé avec une grosse
motivation. Franchement je pense avoir remporté la quasi totalité des duels avec
les attaquants, ce qui est ce qu'on demande en priorité à un stoppeur. Aucun
attaquant axial a marqué sur une phase de jeu quand j'étais sur le terrain et c'est
une satisfaction. Maintenant ma tache a été simplifié par la bonne entente avec
Loïc. Quand on a un libero bien placé (et des latéraux en place) c'est toujours
plus facile de se concentré sur son taf : un marquage à la culotte!
Enfin, le point à améliorer est ma disponibilité lorsqu'on a le ballon, pour
proposer plus de solution
5/ Qu'avez vous pensé de l'accueil flamand et de l'organisation ?
Laurent dit :
Organisation impeccable, les Flamands sont très sympas pour la plupart.
Les terrains étaient relativement bons, et les matchs toujours à l'heure
La réclamation a fonctionné
John dit :
Le seul petit reproche est l'éloignement entre le logement et le terrain. Sinon rien
à critiquer. Très bon organisation. On est bien reçu, le tournoi est bien organisé
et les terrains, en herbe, plus que correcte. Et puis il ont joué le jeu pour notre
réclamation et nous ont remis la coupe du fair play donc merci!
6/ Justement, Flo a t il couché pour le trophée du Fair-Play ?
John dit :
Evidemment que Flo a couché pour le Fair Play!! Tout le monde a été témoin du
clin d’œil lubrique que lui a adressé le responsable du tournoi. On peut trouver
ce procédé dégradant, honteux voir mafieux mais si Flo aime coucher avec des
hommes d'age mûr avec un drôle d'accent, pourquoi lui refuser?? En tout cas
elle est belle cette coupe cassé! La première de l'Usip hip hip hip hourra
Laurent dit :
Flo a sans doute usé de ses talents de suceur pour le prix du fair-play, d'ailleurs
je l'ai vu s'isoler avec le responsable du tournoi dans les chiottes des vestiaires.
J'avais du respect et de la peine pour notre président.
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
7/ Ca vous donne de l'espoir pour l'an prochain ?
Laurent dit :
Heureusement que ça nous donne de l'espoir on pouvait pas rester sur 2007.
Donc oui c'est positif pour la confiance.
John dit :
Ce tournoi a créé une bonne dynamique je pense. On sait qu'on peut être
meilleur que ce que l'on a montré en fin de championnat dernier, c'est déjà ça!
Ce tournoi est positif. On a restauré un peu de notre confiance perdue en se
prouvant qu'on peut être au niveau. Maintenant les résultats suivront si chacun
s'implique autant que pendant ce week-end.
8/ Un superlatif pour résumer le tournoi
Laurent dit :
grandissime
John dit :
un superlatif? ou un adjectif?
Fabuleux c’est interdit donc…
Fabulissime
9/ Et enfin Mac Do Ostende, Pasta Mario ou Paris By Night Nieuwport ?
Laurent dit :
Paris by night sans hésiter
Un gay qui fait venir un roumain pour jouer de la gratte sur les gispy king c’est
simplement énorme
John dit :
Paris by night of course
NB : découragé par le nombre de fautes d’orthographe, le texte est livré brut…
CHANTS
Voici les paroles des trois principaux chants de l’USIP :
USIP
Union Sportive Internationale de Paris
Usip Hip Hip Hourra :
Usip Hip Hip Hourra, Usip Hip Hip Hourra, Usip Hip Hip Hourra, Allez
chante avec moi
Usip Hip Hip Hourra, Usip Hip Hip Hourra, Usip Hip Hip Hourra, ouh ah
ouh ah ah !
Lalalala (sur l’air des bronzes) :
Lalalalalalalalalalalalalala, lalalalalaalalalalalala, lalalalalaalalalalalala
USIP :
U, S, I, P allez allez allez, allez allez allez, allez allez allez !!
BIENTOT DISPONIBLE EN DVD, LE FILM DU TOURNOI DE BELGIQUE !!!

Documents pareils