Direction des routes départementales

Commentaires

Transcription

Direction des routes départementales
Introduction
Au moment où s’écrivent les pages de ce rapport d’activité pour 2013, le Premier ministre
annonce la disparition des Conseillers départementaux en 2021.
Outre le fait qu’il est surprenant de supprimer un échelon territorial dont le plus grand
nombre s’accordait jusqu’alors à reconnaitre la pertinence, car il s’appuyait sur la cohérence et la
proximité, c’est méconnaitre profondément l’activité de cette collectivité que de vouloir la rayer d’un
trait de plume.
Pour s’en convaincre, il suffira cette année encore de parcourir ce document pour comprendre
comment se déclinent au quotidien la solidarité des hommes et la solidarité des territoires : l’expertise
qu’exige une gestion efficace de dépenses sociales directement impactées par l’évolution
démographique et par les bouleversements économiques, les compétences que réunissent les services
des routes, d’aménagement rural et de la mobilité, et la relation que suppose la prise en compte au
niveau supra-communal des attentes du terrain, sont autant de considérations qui justifient le
Département.
L’Histoire des institutions, en France comme ailleurs, montre que l’on ne réforme
durablement que sur un champ de ruine ou lorsque les finances sont prospères. Or, précisément, nous
ne sommes ni dans l’une, ni dans l’autre, des situations : les Départements n’ont pas démérité de la
confiance qui leur fut accordée en 1982 par les lois de décentralisation, et les finances de l’Etat sont
celles que nous connaissons, sans qu’il soit nécessaire de développer cette question.
C’est donc un curieux procès qui est fait aux Départements qui n’ont commis pour faute que
de mieux gérer le service public que ne l’avait fait l’Etat d’avant la décentralisation, d’être plus à
l’écoute des besoins de nos concitoyens et plus réactifs à leurs préoccupations, d’avoir su être
imaginatifs et porteurs d’expérimentations, d’avoir mobilisé des femmes et des hommes, élus ou
collaborateurs, pour participer activement à la vie des territoires.
Chaque rapport d’activité en fut tout au long de ces années une illustration concrète, et celui
pour 2013 n’échappe pas à l’évolution du temps où l’on voit plus de mutualisation, plus de
dématérialisation, et plus d’ingénierie venir compenser les conséquences de la contrainte budgétaire.
Cet exercice ne saurait se faire sans la détermination des conseillers généraux et l’application
de chaque agent. Qu’ils en soient les uns et les autres remerciés.
René-Paul SAVARY
Président du Conseil général
Sénateur de la Marne
1
Conseil général de la Marne
2
Conseil général de la Marne
Sommaire
SERVICES COMMUNS ......................................................................................... 5
Service de l’Assemblée..................................................................................................................7
Direction de la communication.....................................................................................................11
Maison du Département..............................................................................................................14
DIRECTION DES FINANCES, DES MARCHES ET DE L’INFORMATIQUE .................... 17
Service des finances....................................................................................................................20
Service achats............................................................................................................................31
Service des marchés publics........................................................................................................34
Service informatique...................................................................................................................38
Le Guichet unique (pour les demandes de subventions des collectivités locales) .............................44
Chargé de mission FSE................................................................................................................47
DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES ........... 49
Service des recrutements et de la gestion des effectifs..................................................................52
Service de la gestion des carrières et des rémunérations.......................................................54
Service de la formation, de la gestion des compétences et de la vie au travail.................................57
Service des affaires juridiques......................................................................................................63
Service de l’imprimerie et de la reprographie................................................................................70
DIRECTION DES ROUTES DEPARTEMENTALES.................................................. 73
Direction des routes départementales ..........................................................................................75
Observatoire de la sécurité routière..............................................................................................77
Mission insertion des équipements dans leur milieu.......................................................................79
Service maîtrise d’ouvrage routière..............................................................................................82
Service de l’ingénierie routière.....................................................................................................84
Service soutien administratif et budgétaire des routes (SSABR).....................................................85
Service de l'exploitation des routes et du matériel.........................................................................91
Service des affaires foncières routières et de l’urbanisme ..........................................................98
Service des ouvrages d’art ........................................................................................................100
Service d’information géographique ...........................................................................................102
Circonscriptions des infrastructures et du patrimoine...................................................................106
Service d'appui pour l'entretien des routes départementales........................................................112
3
Conseil général de la Marne
DIRECTION DES BATIMENTS DEPARTEMENTAUX ........................................... 115
Service des études et des travaux de bâtiment...........................................................................118
Service de la gestion du patrimoine............................................................................................121
Service de la maintenance du patrimoine ...................................................................................124
Service logistique......................................................................................................................130
DIRECTION DE LA SOLIDARITE DEPARTEMENTALE........................................ 131
Service de la protection maternelle et infantile............................................................................134
Service de l’aide sociale à l’enfance ............................................................................................137
Foyer départemental de l’enfance ..............................................................................................144
Service social départemental et de la prévention.........................................................................150
Service insertion et logement social ...........................................................................................160
Service solidarité grand âge et handicap.....................................................................................170
Service des affaires sanitaires....................................................................................................183
DIRECTION DES AFFAIRES ECONOMIQUES, DU DEVELOPPEMENT LOCAL
ET DE LA PROSPECTIVE ................................................................................... 187
Développement économique .....................................................................................................190
Aménagement du territoire .......................................................................................................192
Environnement et cadre de vie ..................................................................................................197
Développement durable............................................................................................................201
Enseignement supérieur et recherche scientifique.......................................................................205
DIRECTION DE L’AMENAGEMENT ................................................................... 209
DIRECTION DE L’EDUCATION, DES LOISIRS ET DE LA MOBILITE ................... 219
L’éducation...............................................................................................................................223
Le transport et la mobilité..........................................................................................................231
Le sport, la jeunesse et le tourisme............................................................................................235
Le tourisme..............................................................................................................................239
La culture.................................................................................................................................244
EFFECTIF ET ORGANIGRAMME DES SERVICES DU DEPARTEMENT ...................... 257
4
Conseil général de la Marne
Services communs
Service de l’Assemblée
Direction de la communication
Maison du Département
5
Conseil général de la Marne
6
Conseil général de la Marne
Service de l’Assemblée
Le service de l’Assemblée comprend trois personnes travaillant à temps complet et une
personne à temps partiel.
Il assure trois principales missions :
l’organisation et le suivi des réunions institutionnelles,
la gestion administrative de la vie de l’Assemblée départementale,
le secrétariat du président et des élus.
I - L’organisation et le suivi des réunions institutionnelles
de l’Assemblée départementale
Celle-ci est composée des 44 conseillers généraux du Département. Elle se réunit au moins
quatre fois par an en formation plénière et définit les politiques départementales adaptées aux attentes
de la population marnaise dans des secteurs essentiels de la vie quotidienne : solidarité, équipements
et infrastructures, éducation, logement, culture, économie. Au titre de l’année 2013, 124 délibérations
ont été adoptées par l’Assemblée départementale.
En 2013, l’Assemblée départementale s’est réunie sept fois en séances plénières :
janvier :
vote du budget primitif ;
mai :
vote du compte administratif et décision modificative n°1 (Rapport d’activités
des Services du Conseil général 2012, Marne 2020, SDTAN) ;
juin :
examen de dossiers particuliers, rapport d’activité de la préfecture ;
septembre : taxe sur la consommation finale d’électricité, SPL XDEMAT ;
octobre :
vote de la décision modificative n°2 du budget départemental ;
novembre : Délégation de Service Public pour la gestion et le développement de l’Aéroport
Paris-Vatry ;
décembre :
débat d’orientations budgétaires et quelques dossiers particuliers (politique de
la Santé, Aéroport Paris-Vatry, LGV-Est).
Dans ce cadre, l’organisation et le suivi des sessions départementales se déroulent comme suit :
envoi des convocations et de l’ordre du jour des réunions ;
préparation des listes aux déjeuners officiels, envoi des invitations ;
réalisation du rapport du président :
classement des dossiers par commission ;
vérification des annexes ;
numérotation, pagination et préparation de la table des matières ;
envoi du rapport ;
recueil de l’avis des commissions :
préparation et dactylographie des projets de délibérations ;
confection du recueil des avis des commissions remis sur table lors de la séance plénière ;
7
Conseil général de la Marne
Gestion des délibérations de l’Assemblée :
secrétariat des séances plénières : prise de notes des décisions, des amendements,
suivi des débats, distribution de documents divers ;
relecture par les rapporteurs, les services et mise en forme définitive des délibérations ;
transmission au contrôle de légalité. Les actes sont transmis par voie dématérialisée au
contrôle de légalité à l’aide du dispositif SPL-XDEMAT. Il s’agit d’une plate-forme
sécurisée d’échanges, développée par le Conseil général de l’Aube ;
classement et archivage des délibérations ;
mise en forme du compte-rendu du procès-verbal de chaque séance à partir du
document retranscrit par la sténotypiste.
des commissions de travail
L’Assemblée départementale est organisée en cinq commissions de travail qui correspondent
aux différents champs d’intervention du Département. Organes de propositions et de réflexions, les
commissions ont pour fonction essentielle de donner un avis sur chaque rapport présenté au Conseil
général et de préparer les décisions de l’Assemblée départementale.
Elles se réunissent régulièrement pendant les périodes de session et peuvent auditionner
toutes personnes qualifiées sur les sujets relevant de leurs compétences afin de proposer les
évolutions et modifications de la politique départementale.
En complément des cinq commissions thématiques, la commission dite « plénière » réunit
l’ensemble des 44 conseillers généraux. Les sujets abordés par cette commission en 2013 concernaient :
plan départemental d’insertion ;
mise en œuvre du SDTAN (Schéma Directeur Territorial d’Aménagement Numérique) ;
exploitation de l’aéroport Paris-Vatry ;
examen de la proposition de reprise d’actionnariat de la SEVE ;
perspectives d’évolution de la gouvernance de l’aéroport ;
transports scolaires ;
syndicat mixte du Nord-Rémois ;
sécurité routière : bilan 2007/2011 ;
présentation du rapport d’activités des services du Conseil général.
de la Commission permanente
Composée du président et de l’ensemble des conseillers généraux, depuis le dernier
renouvellement triennal, elle a siégé six fois en 2013. La Commission permanente assure la continuité
de l’action départementale entre les sessions. Elle agit par délégation de l’Assemblée pour une gestion
rapide des dossiers courants. Une moyenne de 43 dossiers est examinée lors de chaque Commission
permanente, soit 260 délibérations pour l’année 2013.
Le service de l’Assemblée départementale assure les missions suivantes :
préparation : classement et numérotation des dossiers par rapporteur, vérification des annexes
et des notifications, envoi des convocations, de l’ordre du jour et des dossiers aux vice-présidents ;
gestion des réunions :
secrétariat des Commissions permanentes : prise de notes des décisions, des amendements ;
mise en forme définitive des délibérations ;
transmission au contrôle de légalité. Les actes sont transmis par voie dématérialisée au
contrôle de légalité à l’aide du dispositif SPL-XDEMAT. Il s’agit d’une plate-forme
sécurisée d’échanges, développée par le Conseil général de l’Aube ;
8
Conseil général de la Marne
classement et archivage des délibérations ;
mise en forme du compte-rendu du procès-verbal de chaque séance.
du Bureau
Le Bureau est composé du président et des douze vice-présidents du Conseil général. Il a siégé
dix fois cette année.
Il permet au président de préparer en amont, sur la base d’un travail collectif et de
concertation, l’ensemble des orientations et propositions qui seront soumises aux conseillers généraux,
d’organiser le travail de l’Assemblée (ordre du jour, calendrier des réunions) et d’assurer une mise en
œuvre efficace des actions départementales.
II - La gestion administrative de la vie de l’Assemblée départementale
Recueil des actes administratifs (au minimum une fois par mois). Toutes les décisions
officielles de la collectivité y sont insérées : les arrêtés portant classement et déclassement dans le
domaine public routier départemental, réglementation de la circulation routière, les prix de journée
d’établissements sanitaires et sociaux, les délégations de signature, les délibérations de session et de
Commission permanente, …. Il assure la publicité des actes de la collectivité auprès du public ;
tenue du registre d’inscription des actes administratifs (1 000 actes enregistrés pour l’année 2013) ;
gestion et mise à jour des fichiers ;
gestion des indemnités des élus via le logiciel e-mission ;
gestion de la formation des élus ;
désignation des élus et préparation des arrêtés de désignation pour siéger au sein des
commissions extérieures ;
suivi de la participation des élus aux réunions ;
préparation des renouvellements triennaux ;
intendance téléphonique du Cabinet ;
intendance administrative des élus ;
suivi du contrat « assurance-retraite » des conseillers généraux ;
vérification et envoi des notifications de la Commission permanente (2 350 notifications pour
l’année 2013) ;
secrétariat de la Fondation du site Paris Reims : créée le 20 décembre 1990 et soutenue par le
Conseil général et la Ville de Reims, elle a pour but de développer un pôle d’enseignement et de recherche
agricole pour la valorisation des agro-ressources régionales en soutenant la dynamique et les actions
d’Europol’Agro. Le secrétariat est assuré par le Service de l’Assemblée : invitation et compte-rendu des
conseils d’administration et des assemblées générales, organisation de la conférence agro demain.
III - Le secrétariat du président
Gestion du courrier entrant (environ soixante courriers reçus/jour) ;
ouverture du courrier ;
tri ;
enregistrement sur support informatique ;
diffusion dans les services ;
rédaction des interventions du président (courriers, notes, …) ;
courriers divers du président.
9
Conseil général de la Marne
Une conférence a été organisée le 16 décembre 2013. Ont participé à cette conférence :
le président de la Fondation du Site Paris-Reims,
des représentants de l’enseignement supérieur et de la recherche (Ecole Centrale Paris,
AgroParis Tech, SFR Condorcet),
des représentants de l’Agro-industrie (Cristal-Union, Pôle IAR, Futurol),
des post-doctorants (CIVC Epernay, INNOVORGA Reims, et le Centre de Biotechnologies
Blanches de Pomacle-Bazancourt).
10
Conseil général de la Marne
Direction de la communication
La mission de la direction de la communication demeure l’information et la valorisation des
services offerts, des réalisations et des projets de la collectivité. Son rôle est d’élaborer et de mettre
en œuvre la stratégie de communication de la collectivité en adéquation avec les choix politiques de
l’Assemblée départementale.
Elle doit veiller à la cohérence globale et à l’unité des messages émis par tous les acteurs de la
collectivité. Elle prend en charge la communication externe de la collectivité et fournit un soutien
logistique aux actions de communication interne engagées par la direction des ressources humaines.
Fonction transversale par définition, elle travaille en étroite collaboration avec les élus et les
services de la collectivité auxquels elle apporte conseils et assistance dans leurs projets spécifiques de
communication. Elle doit enfin assurer l’évaluation des actions entreprises.
La direction de la communication est désormais organisée en quatre pôles opérationnels :
le pôle Relations presse assure les relations avec la presse et les médias ;
le pôle Relations publiques prend en charge la promotion, la communication évènementielle
(cérémonies, inaugurations, salons, foire, …) et la publicité. Il est chargé également de l’animation de
la Maison du Département à Reims ;
le pôle Editions conçoit et réalise l’ensemble des supports de communication éditoriale
(magazine, plaquettes, dépliants, …) ;
le pôle Multimédia s’attache au développement de la communication numérique (site internet,
conseils et assistance aux contributeurs, réseaux sociaux, développements futurs de médias numériques).
La direction de la communication s’appuie également sur deux fonctions supports nécessaires à
la mise en œuvre de ses actions et productions :
la fonction « Graphisme » qui assure la création et la réalisation des supports graphiques de
communication (édition et multimédia) ;
la fonction « Assistante » qui réalise la revue de presse quotidienne, prend en charge le suivi
administratif et financier et la gestion du protocole et des réceptions.
La direction est placée sous la responsabilité d’un directeur, membre du comité de direction.
Deux axes essentiels servent depuis plusieurs années de fil conducteur à nos actions de communication :
l’affirmation d’un positionnement de proximité en direction du grand public :
création d’un magazine départemental « La Marne>le mag » ;
renforcement de notre présence à la foire de Châlons-en-Champagne ;
refonte complète du site marne.fr et développement progressif de e-services ;
ouverture de la Maison du Département à Reims ;
l’amélioration de la visibilité de la collectivité :
actualisation de notre identité visuelle, adoption d’une charte graphique globale et
création d’une ligne graphique unifiant l’ensemble de nos publications ;
déploiement progressif de ces normes graphiques sur nos supports de communication
et sur la signalétique ;
optimisation de la visibilité de la collectivité grâce à des partenariats privilégiés.
Notre politique de communication s’est structurée autour de plusieurs objectifs : renforcer la
notoriété de la collectivité, consolider un positionnement de proximité, promouvoir l’excellence du
département de la Marne (les réussites).
11
Conseil général de la Marne
L’activité en 2013
Au regard de ces différents objectifs, plusieurs faits marquants caractérisent l’année 2013 :
le magazine
Modifiée en 2012, la périodicité du magazine est devenue trimestrielle. 2013 ne compte donc
que quatre numéros, successivement consacrés au budget, à la protection de l’enfance, au tourisme et
au centenaire de la Grande Guerre.
Bien identifié, le magazine fait l’objet de nombreuses demandes de parutions de la part des
associations. Il devient, cependant, difficile de donner satisfaction à tous, la pagination ayant été
maintenue à 32 pages.
la communication numérique
2013 a vu l’entrée du Département sur les réseaux sociaux. Le Conseil général dispose donc
d’une page Facebook, d’un compte Twitter qu’il anime quotidiennement, et d’une chaîne YouTube.
Par ailleurs, la refonte du site marne.fr est engagée. La passation d’un marché public a permis
de procéder au recrutement d’un prestataire. Lancé en août, le projet est en cours de réalisation. Dans
un souci d’unité et de cohérence, l’interface graphique du site a été harmonisée avec le magazine
départemental. Le projet prévoit une déclinaison en responsive design afin d’assurer l’accès du site
depuis des terminaux mobiles (tablettes, smartphones). Enfin, une attention particulière est accordée
à l’accessibilité afin d’être en conformité avec le RGAA. La mise en ligne du nouveau site est prévue au
1er semestre 2014.
le sponsoring
Signalons la poursuite de notre partenariat sportif avec le CCRB. Aux côtés de plusieurs autres
actions ciblées, ce partenariat a permis l’accueil de 400 collégiens aux rencontres disputées par
l’équipe départementale de basketteurs.
l’édition
Dans la continuité de nos précédentes actions, de nouvelles publications sectorielles ont vu le
jour, complétant l’information mise à la disposition du public. Le champ social est largement représenté,
l’action sociale réunissant la très grande majorité des aides que nous apportons aux usagers.
A côté de plusieurs rééditions et actualisations, notons, entre autres :
fascicule « L’enfant et son sommeil » ;
dépliant « Le chantier Tremplin pour l’emploi des jeunes » - SDP ;
dépliant « Paus’parents » - CSD d’Epernay ;
dépliant « Permanence info-sexualité » - CSD Ste Ménéhould ;
dépliant « Budget 2013 » ;
dépliant « Action ID’echanges » - CSD de Ste Ménéhould ;
dépliant « 120 emplois d’avenir » ;
la mise en forme du PDI et des documents annexes.
Notons, enfin, deux actions avec la CSD de Vitry-le-François. Le pôle Editions a apporté son
appui technique à la rédactrice du magazine « Les petites astuces du quotidien 2013 » pour la mise en
page du support. Enfin, dans le cadre du Mois du numérique, nous avons créé les affiches et
programmes de la manifestation ainsi qu’une petite BD pour sensibiliser les jeunes à une utilisation
avisée des écrans de toutes sortes. Cette action a été conduite en relation étroite avec le centre social
et culturel de Vitry-le-François qui animait tout le dispositif.
la foire-exposition de Châlons-en-Champagne
Comme chaque année, le Conseil général était présent sur l’évènement. La configuration du stand
a été repensée et simplifiée pour en fluidifier la circulation. Si l’objectif de fluidité et de simplification est à
reconduire, un effort sera à prévoir en 2014 pour étoffer et dynamiser le dispositif d’animation.
12
Conseil général de la Marne
la communication culturelle
En 2012, le Conseil général a repris en régie directe l’organisation du festival Itinéraires dont
notre collectivité est l’initiatrice et le financeur. Pour la seconde année consécutive, la direction s’est
chargée du plan média et des relations presse du festival. Les taux de fréquentation élevés et les
retombées presse nombreuses laissent penser que ce festival répond réellement à une demande du
public et conforte notre collectivité dans son rôle d’animateur des territoires ruraux.
Toujours dans le secteur culturel, rappelons la conception et la réalisation de l’ensemble des
supports de communication de l’exposition présentée par les Archives départementales : « Le Baron de
Baye ». Une exposition qui a connu un franc succès à Reims autant qu’à Châlons-en-Champagne.
Enfin, en perspective des manifestations du Centenaire de la Grande Guerre, une identité
visuelle spécifique a été élaborée dans un souci d’unité et de cohérence, afin de valoriser la dimension
départementale des commémorations. Un dépliant a été réalisé pour accompagner la présence des
Archives départementales sur le Salon du livre historique à Blois en octobre 2013.
le développement durable
Après la réalisation de son bilan des gaz à effet de serre en 2012, la collectivité a engagé
l’élaboration de son Plan Climat Energie Territorial (PCET). Ce plan va nécessiter un important effort de
communication qui sera surtout sensible en 2014. A cette fin, la direction de la communication a suivi
l’ensemble des ateliers qui doit conduire à l’adoption du plan d’actions.
Les actions réalisées à la Maison du Département en 2012 font l’objet d’un bilan spécifique
figurant séparément dans ce rapport d’activité.
Les perspectives 2014
Le programme d’actions 2014 s’inscrira dans la stricte continuité des actions antérieures afin
de consolider les acquis obtenus et ce, dans un contexte budgétaire nécessairement contraint.
Toutefois, il semble nécessaire de se fixer les objectifs opérationnels suivants :
maintenir une politique d’édition aussi dynamique que possible afin de faire connaître l’offre
de services de la collectivité et matérialiser notre positionnement de proximité ;
définir la stratégie de communication qui accompagnera le PCET ;
finaliser le site www.marne.fr et dynamiser notre présence sur les réseaux sociaux ;
réfléchir dès à présent au positionnement du Département en 2015 et à son identité visuelle.
13
Conseil général de la Marne
Maison du Département
Ouverte en mai 2009, suite à la délibération prise par le Conseil général de la Marne en janvier
2009, la Maison du Département à Reims a pour objectif d’accroître la visibilité de la collectivité
départementale sur Reims, ville et agglomération rassemblant près de 40 % de la population marnaise.
La Maison du Département (MDD) est un lieu d’accueil, d’orientation et d’information du public.
Elle facilite l’accès aux services du Conseil général et constitue également la vitrine de la collectivité
départementale sur l’agglomération rémoise.
L’accueil est assuré par deux personnes ayant débuté leur fonction dans le cadre d’un emploi
aidé et désormais titularisées. L’encadrement de ces hôtesses a été confié à la responsable des
relations publiques de la direction de la communication, qui assure également l’animation de la Maison
du Département (organisation d’expositions, recherche de partenariats, …).
L’année 2013 constitue la quatrième année complète de fonctionnement (avec des
interruptions de trois semaines pendant la période estivale et une semaine en fin d’année). L’activité
de la MDD a été renforcée par la mise en place de permanences assurées par le personnel de la MDPH
en mai 2011 à raison de trois jours par semaine.
Au total, 10 676 (10 281 en 2012) personnes ont été accueillies selon la répartition suivante :
5 692 (4 333 en 2012) personnes ont été accueillies dans le cadre de 4 750 (3 386 en 2012)
visites de particuliers ;
2 695 (2 527 en 2012) personnes ont été accueillies lors des réunions organisées par les
différents services ou autres partenaires, sessions de formation, vernissages, rendez-vous, … ;
2 289 personnes ont été reçues dans le cadre des permanences MDPH. (A ce nombre, nous
devons ajouter les 2 182 personnes venues retirer des dossiers MDPH ou tout simplement se
renseigner sur l’instruction de leur propre dossier - nombre intégré aux visites des particuliers).
Analyse des visites de particuliers
Celles-ci se déroulent du lundi au vendredi de 9h à 18h. Les motivations de ces visites se
répartissent selon les trois grandes orientations ci-dessous :
demandes d’informations et renseignements divers : aides sociales (aides d’urgence,
financières, alimentaires : renvois vers les CSD ou les assistantes sociales des secteurs concernés),
informations sur la procédure d’agrément d’assistantes maternelles, aides à la scolarité et aux
étudiants (essentiellement en août, septembre, octobre), aides pour personnes handicapées, … ;
recherches documentations institutionnelles, informations culturelles, sportives et touristiques
(recherches pratiques : circuits de randonnées pédestres, cyclistes, …) essentiellement de la part d’un
public local à la recherche d’informations sur les activités locales ;
visites des expositions : 1 828 personnes accueillies tout au long de l’année. Rappelons que
l’objectif des expositions est double : faire connaître au public la Maison du Département et démontrer
la richesse et la diversité du vivier artistique marnais en les accueillant pour une période de un mois en
général. L’année 2013 s’est déroulée de la façon suivante :
14
Conseil général de la Marne
expositions :
7 janvier – 8 février :
Exposition : Corinne Alexandre
Lemaire, artistes graveurs
11 février au 3 avril :
Exposition : « Face à face avec le grand âge »,
avec la collaboration de la Maison de retraite « Les
Opalines » d’Athis
4 avril au 13 mai :
Exposition de peintures de Marc Dalle
14 au 24 mai :
Exposition de peintures de Françoise Verdolini
27 au 31 mai :
Semaine de la Solidarité Active, organisée par le
Service Insertion Sociale
3 au 28 juin :
« Association Diagonale » - Exposition de peintures
1er au 31 juillet :
Exposition de peintures de Anne Desmazures et
Bernard Leclere
26 août au 18 octobre :
Exposition « Le Baron de Baye » organisée par la
Direction des Archives départementales
21 octobre au 22 novembre :
Exposition des peintures de Jean-François Desrousseaux
25 novembre au 24 décembre :
Exposition « Les Noëls de l’Art » avec Reims Métropole
et
Emmanuelle
A noter : trois expositions ont permis de mettre en exergue les champs de compétence du
Conseil général (les personnes âgées avec la présentation de l’exposition photographique
réalisée en collaboration avec la Maison de retraite de Athis, l’insertion sociale dans le cadre de
la semaine de la Solidarité réalisée avec la collaboration du Service Insertion, les Archives
départementales avec la présentation de l’exposition sur le Baron de Baye). Par ailleurs, une
exposition a pu être organisée en partenariat avec Reims Métropole.
animations :
23 mars :
Poésie avec la collaboration de la BDP « Le cœur sans doute »
12 octobre :
Poésie avec la collaboration de la BDP « La mère des pommes »
6 avril :
5ème séance de « Philosophiquement Vôtre » - Jeunesse
15 juin :
6ème séance de « Philosophiquement Vôtre » - Excellence
Deux autres séances étaient initialement prévues les 5 octobre et 7 décembre mais ont été organisées
à Châlons-en-Champagne afin de permettre au personnel du Conseil général d’y assister.
21 décembre :
Conte de Noël
Soit en termes quantitatifs :
10 expositions,
3 après-midi « conte » et 2 séances débat philosophique.
Analyse des visites dans le cadre de rendez-vous
Celles-ci peuvent être réparties de la façon suivante :
rendez-vous du président ;
la cérémonie des vœux aux Corps Constitués ;
réunions du syndicat mixte du Nord-rémois (dont le siège se situe à la MDD) ;
rendez-vous et réunions organisés par les services (sport, routes, communication, culture,
SGAH, PMI, MDPH, …) ;
accueil d’assemblées générales d’associations (« Bien traitance », …) ;
15
Conseil général de la Marne
accueil des réunions mensuelles de l’Académie Nationale de Reims, de l’association pour la
Défense de la Langue française ;
sessions de formations (allaitement, assistantes maternelles niveaux 1 et 2, cadres CG) ;
vernissages d’expositions ;
accueil du public lors de séances de contes organisées.
Soit en termes quantitatifs :
77 réunions et autres rendez-vous,
16 sessions de formation représentant 120 jours de formation dispensée,
10 conférences,
1 séance de Don du sang.
Observations
L’année 2013 a permis de poursuivre le recentrage progressif des animations proposées sur
les activités et services du Département (Archives départementales, BDP, SILS, …).
A noter que l’organisation des permanences MDPH mobilise fortement le personnel de la
MDD en termes d’accueil physique et téléphonique et limite sa disponibilité pour les autres activités de
la structure. La mise en place de rendez-vous pour les visites en après-midi a permis de réguler
davantage le rythme.
Afin d’accroître la notoriété de la collectivité et sa visibilité, le développement de
l’organisation de réunions et rencontres thématiques en lien avec les missions (santé, sport,
alimentation, jeunesse, culture, …) sera renforcé.
16
Conseil général de la Marne
Direction des finances, des marchés et
de l’informatique
Service des finances
Service achats
Service des marchés publics
Service informatique
Guichet unique pour les demandes de subventions
déposées par les collectivités locales
Chargé de mission FSE
17
Conseil général de la Marne
18
Conseil général de la Marne
Direction des finances, des marchés
et de l’informatique
En 2013, la direction des finances, des marchés et de l’informatique a poursuivi son action
transversale au sein de la collectivité en vue d’offrir aux agents, conseils ou matériels permettant
d’améliorer leurs conditions de travail et d’exécuter le budget de la collectivité de manière optimale.
Pour ce qui concerne les effectifs de la direction, la décision de l’Assemblée départementale de
maîtriser l’augmentation de charges salariales, compte tenu des contraintes budgétaires, a conduit au
non-remplacement d’agents partis en cours d’année soit pour mobilité, soit pour départ en retraite.
L’effectif de la direction a ainsi diminué de nouveau, de trois postes (2 au service des finances dont le
chef de service, et 1 au service des marchés publics).
Les principaux projets conduits par les services de la direction peuvent se résumer en deux
mots : rationalisation et dématérialisation.
Rationalisation :
Face à la réduction de personnel et des moyens, mais aussi afin de répondre aux enjeux de la
dématérialisation, la recherche de rationalisation est également une recherche d’efficacité. En 2013,
plusieurs travaux ont été conduits dans ce sens en lien avec les services concernés. Ainsi :
la mutualisation avec les départements de l’Aube, des Ardennes et de la Haute-Marne pour la
création et la gestion commune de la société publique locale SPL-Xdemat fait partie de cette recherche
de rationalisation. En 2013, le Département de l’Aisne et la Région Champagne-Ardenne sont venus
rejoindre les trois Départements initiaux. Autre aspect de cette recherche d’économie d’échelle, la SPL
réalise le développement d’un logiciel de suivi des transports scolaires pour les Départements
adhérents, cette solution devrait être disponible en 2014 ;
le regroupement sous trois contrats des multiples factures EDF jusqu’alors traitées
individuellement, ainsi que l’intégration des remboursements des frais de missions dans la chaîne de la
paie participent à la recherche d’une optimisation des coûts de gestion de la collectivité ;
la définition, suite à une réflexion conduite en 2012, d’un plan de trésorerie visant à faire
correspondre le rythme de nos décaissements à celui de nos encaissements a également pour résultat
de réduire nos frais financiers ;
dans un autre domaine, mais toujours dans la perspective de rationalisation et de
modernisation des pratiques de la collectivité, le service informatique a déployé une solution
permettant de répondre au besoin de mobilité de certains agents de la collectivité tout en réduisant les
coûts d’équipement et de fonctionnement.
Dématérialisation :
La gestion dématérialisée des échanges correspond à une demande forte, tant des autres
administrations, que des entreprises, des particuliers et des agents de la collectivité. C’est un axe de
travail depuis plusieurs années pour l’ensemble de la direction, celui-ci s’est traduit en 2013 par :
la mise en place d’une plateforme de gestion électronique des données pour les pièces des
marchés publics attribués. Disponible depuis le 1er octobre, cette plateforme est accessible tant aux
services gestionnaires, qu’au service des marchés publics, à celui des finances ou aux agents de la
paierie départementale. Outre la réduction du nombre de copies, elle permet également un gain de
temps en mettant un terme aux demandes répétitives de pièces formulées par la paierie départementale.
la généralisation de la télétransmission des actes au contrôle de légalité à ceux portant sur
les marchés publics et sur la gestion de la dette. Désormais, seuls les documents budgétaires sont
encore transmis à la préfecture au format papier.
l’entrée dans sa phase opérationnelle du projet portant sur le changement de protocole
d’échange d’informations avec la paierie départementale dénommé PES V2. Les premières réunions
avec les directions se sont tenues afin de finaliser le circuit de validation des pièces justificatives qui
comme les pièces comptables seront également dématérialisées.
19
Conseil général de la Marne
Service des finances
Au niveau externe, l’année 2013 a été, pour le service des finances, marquée par l’annonce par
le gouvernement d’une aide exceptionnelle en faveur des départements en difficultés, pour laquelle un
dossier a été déposé sans succès, puis par celle de la diminution, dès 2014, de la DGF versée aux
collectivités. Enfin en juillet, la signature d’un accord cadre, entre le gouvernement et les départements a
acté le principe de l’attribution de nouvelles compensations pour les allocations individuelles de
solidarités. L’ensemble de ces annonces a fait l’objet d’un suivi régulier et de réalisation de simulations
sur la base des multiples versions des textes en débat transmises par l’ADF ou la DGCL.
Au niveau interne, le fait principal à noter est le départ à la retraite du chef de service ainsi que
de la responsable des recettes. Ces départs non remplacés ont conduit à une réorganisation du service
qui fonctionne désormais en deux pôles, l’un chargé de la prospective, du suivi et de l’analyse
budgétaire et l’autre de l’exécution budgétaire.
En 2013, chaque pôle a été placé sous la responsabilité d’une des deux adjointes au chef de
service. Au-delà de répondre au non remplacement de fonctionnaires, cette réorganisation a aussi pour
objectif de clarifier les missions des uns et des autres et de renforcer ainsi l’efficience du service des
finances. En dehors de ces faits notables, le service des finances a poursuivi ses actions pour :
fiabiliser les comptes de la collectivité ;
moderniser le fonctionnement des services ;
accompagner les services sur la fonction comptable ;
produire des outils d’aide à la décision.
I - Fiabilité des comptes
En 2013, plusieurs actions ont été menées tant en interne qu’avec les différents partenaires de la
chaîne comptable afin d’apporter toujours plus de qualité dans les échanges ou procédures comptables.
A – La coordination avec le payeur départemental
Une convention de services comptable et financier a été signée avec la Direction Régionale des
Finances Publiques (DRFiP) et le payeur départemental pour trois ans de 2011 à 2013. Cette
convention s’articule autour de treize actions regroupées en trois axes dont le second concerne
l’amélioration de la qualité des comptes. Deux fois par an, un comité de pilotage regroupant les agents
de la DRFiP, le payeur départemental et le service des finances se réunit pour évaluer l’avancement
des actions retenues par la convention et éventuellement en intégrer de nouvelles.
Parallèlement, un pointage trimestriel des comptes est fait entre le service des finances et la
paierie départementale et des réunions régulières sont menées avec le payeur départemental pour
suivre l’exécution du budget. Ce travail, conduit tout au long de l’année, a pour objectif d’anticiper les
mouvements de clôture et ainsi permettre une édition précoce du compte administratif et du compte
de gestion. Il a pour intérêt également, d’avancer plus rapidement sur certains dossiers, de repérer
d’éventuels dysfonctionnements à corriger et à éviter pour les exercices futurs.
B - Les visas des mandats
En 2013, dans le cadre de son activité de visas des mandats, le service des finances a, en vue
d’améliorer la qualité comptable de la gestion de la collectivité, retenu comme thèmes de travail : la
révision des pièces justificatives à produire en appui des mandats de la DSD et la mise à jour des
informations sur les tiers.
la révision des pièces justificatives à produire en appui des mandats de la DSD
L’objectif de ce travail était de réduire le volume de pièces justificatives transmis au payeur
départemental, dans la perspective d’une future dématérialisation de celles-ci, tout en lui fournissant
les éléments indispensables à son travail de contrôle des paiements.
20
Conseil général de la Marne
Ainsi, en concertation avec le payeur départemental et sur la base du décret relatif aux pièces
justificatives de 2007, le service des finances a recensé avec les services de la DSD, les différents
types de dépenses sociales et indiqué pour chacun les pièces à transmettre au payeur départemental
et à quel moment (début d’année ou au moment de la décision ou à l’émission du mandat). Ainsi, lors
de la prise en charge du mandat, le payeur départemental aura toutes les pièces en sa possession pour
pouvoir régler la dépense et éviter, de ce fait, des demandes complémentaires qui pourraient accroître
les délais de paiement.
la mise à jour des informations sur les tiers
Traditionnellement lors du visa des mandats, les agents du service des finances s’assurent de
l’existence des tiers, notamment en recherchant sur le site de l’INSEE si l’entreprise est toujours en activité.
Mais, en 2013, un travail plus conséquent a dû être mené sur la base tiers afin de pouvoir
répondre à deux nouvelles normes : celle imposée au 1er février 2014 par la mise en place du SEPA
dans le cadre de la facilitation des échanges bancaires au sein de la zone européenne et celle imposée
par le nouveau protocole d’échange d’informations entre les services départementaux et la paierie
départementale (PES V2) dont la mise en œuvre est fixée au 1er janvier 2015.
Concernant ce dernier point, des échanges avec les départements ayant expérimenté le nouveau
protocole PES V2, il résulte que de nombreuses erreurs récurrentes venaient de la mauvaise saisie des
tiers dans leur base de données. Il convenait donc de procéder au plus vite aux corrections de la base.
Au vu du nombre important de tiers saisis dans la base (88 919 dont 65 379 actifs) depuis la
mise en production de Coriolis en 1998, il a été décidé d’auditer que ceux ayant été mouvementés sur
les trois derniers exercices, soit 33 023, et de bloquer les autres. Au terme de l’audit effectué par notre
prestataire, la société Bull, 91 233 lignes d’erreurs sont ressorties : zones normalisées mal renseignées
ou vides. Une partie de ces erreurs a été corrigée par requêtes automatisées et l’autre partie
manuellement par les deux correspondants fonctionnels. Afin d’obtenir les éléments nécessaires pour
renseigner correctement la base, 3 000 courriers ont été adressés à des personnes physiques afin
notamment de connaître leur date de naissance, données indispensables pour le passage au PES V2 et
vérifier également leur état civil et adresse.
Compte tenu des moyens financiers et humains investis dans cette tâche, il convenait de
fiabiliser au plus vite les mises à jour de la base. Pour ce faire, un formulaire a été créé sous
SharePoint, disponible dans l’[email protected], il permet aux services gestionnaires de demander la
création ou la modification des tiers financiers. Ce formulaire a pour but d’aider les services dans leur
demande en proposant pour les zones normalisées, une liste déroulante avec les choix possibles et en
imposant la saisie des zones obligatoires. Pour toute création, un RIB doit être annexé par trombone
électronique à la demande et enregistré directement dans la base de gestion électronique des données
(GED), donc facilement consultable par tous, à tout moment. Ces demandes arrivent directement sur
les boîtes mail des agents du service des finances en charge des dossiers. Par ailleurs, dès la création
effectuée le service demandeur reçoit une notification lui indiquant le numéro du tiers.
S’agissant de la norme SEPA, les informations apparaissant sur le relevé d’identité bancaire
(RIB) ont été complétées par un code IBAN (N° de compte) et un code BIC (N° de banque). Depuis
l’apparition de ces informations, celles-ci ont été saisies pour les nouveaux tiers. Mais pour
l’antériorité, une requête automatique a du être lancée sur la base pour renseigner l’IBAN. En effet,
cette donnée peut-être calculée par un algorithme d’après le numéro de compte. Par contre cela n’est
pas le cas pour le code BIC qui est un numéro attribué et recensé dans un référentiel national des
banques et agences bancaires. Après avoir rencontré des difficultés avec le fichier de mise à jour fourni
par notre prestataire informatique, et afin d’être prêt pour la date déterminée, nous avons du avoir
recours à un abonnement auprès de la Banque de France pour se procurer un fichier correctement
normé et mettre à jour les tiers actifs existants.
C - Rationaliser le nombre de mandats
Dans le but de raccourcir les délais de paiement et réduire les coûts de gestion, le service des
finances a recherché à diminuer le nombre de mandats de faible valeur en tenant compte de l’évolution
informatique, technique et économique.
21
Conseil général de la Marne
Ainsi, compte tenu de l’évolution du logiciel des ressources humaines, les remboursements de
frais de mission des agents de la collectivité ne sont plus traités séparément mais, intégrés au
mandatement mensuel de la paie. Il faut rappeler qu’en 2012 les remboursements de frais de mission
ont représenté 2 500 mandats individuels, dont 50 % pour des montants inférieurs à soixante euros et
les trois quart inférieurs à cent euros et 500 pour les prestations sociales directes (pour des montants
de 20 à 150 €).
Par ailleurs, une convention a été signée avec EDF afin de regrouper sous trois contrats les
multiples factures jusqu’alors traitées. Désormais, seules trois factures sont mandatées mensuellement.
La mise en place de cette convention a nécessité, préalablement, un rapprochement des points de
comptage entre le département et EDF. Cet important travail, réalisé par la direction des bâtiments
départementaux a permis d’obtenir une situation fiable et sécurisée et ainsi de pouvoir régler cette
dépense par prélèvement automatique nous permettant également d’éviter le risque de payer des
pénalités de retard, compte tenu des délais très courts accordés par EDF pour les règlements.
D - L’assujettissement à la TVA de l’activité transports scolaires
L’Assemblée départementale a adopté dans sa session d’octobre 2012, le principe de
l’assujettissement à la TVA de l’activité transports scolaires. Afin de se conformer à la réglementation
fiscale, le service des finances a du adapter son organisation tant au niveau comptable qu’au niveau de
la répartition des charges de travail. Ainsi, désormais, l’ensemble des lignes budgétaires de cette
activité est identifié spécifiquement afin d’éditer les mandats et titres dans une numérotation distincte
des autres mouvements permettant de répondre à tout contrôle des services fiscaux. Par ailleurs, un
agent a été chargé de gérer la globalité des dépenses et des recettes de l’activité transports scolaires
afin de fiabiliser le suivi de ce dossier. En 2013, cette activité a généré l’émission de 1 023 mandats et
195 titres permettant de demander le versement en 2014 de 653 418 € de crédit de TVA.
II - Le système d’information financier
Le suivi fonctionnel du système d’information financier est assuré par le service des finances.
Les agents chargés de ce suivi s’assurent au quotidien du bon fonctionnement de ce service et suivent
les évolutions techniques et règlementaires.
A - L’administration fonctionnelle des logiciels du système d’information financier
Deux agents rattachés au service des finances assurent au quotidien l’administration
fonctionnelle des logiciels de gestion financière Coriolis de la société Bull, du suivi financier des
marchés publics Lilia de la société Ordiges, du suivi des subventions Progos de la société Mgdis et du
suivi financier des prêts et de la dette garantie Windette de la société Seldon.
En 2013, ces deux agents ont apporté assistance aux 137 utilisateurs de Coriolis, 77 de Lilia,
46 de Progos et aux deux utilisateurs de Windette. Ils ont, également, dispensé la formation auprès
des nouveaux arrivants. A côté de cette aide, ces correspondants assurent le bon fonctionnement des
outils en faisant régulièrement des tests. Ils restent en contact permanent avec les chefs de projets
informatiques chargés de ces produits ainsi qu’avec les prestataires informatiques afin d’échanger sur
les problèmes rencontrés en vue d’une prochaine correction ou amélioration dans les versions futures.
Ils participent également à l’installation des nouvelles versions.
B – La dématérialisation de la chaîne comptable
En 2013, le projet de dématérialisation de la chaîne comptable a été initié dans la collectivité et
piloté par les services des finances, de l’informatique et des marchés publics en collaboration avec les
services gestionnaires. Dans un premier temps, ce projet a pour but de trouver des solutions
organisationnelles pour être prêt au 1er janvier 2015 pour le passage au Protocole d’Echange Standard dans
sa version 2 (PES V2). Cette nouvelle modalité d’échange de données entre l’ordonnateur et le comptable
permettra, également, de dématérialiser les pièces comptables de recettes et de dépenses, les pièces
justificatives et d’utiliser la signature électronique des bordereaux et pièces justificatives. Ce protocole
s’inscrit dans la volonté de modernisation de la collectivité, dans la continuité de la recherche de qualité
comptable et dans la mise en œuvre de flux enrichis entre le payeur départemental et l’ordonnateur.
22
Conseil général de la Marne
Ce projet ainsi que son calendrier ont été présentés en mars lors d’un premier comité de
pilotage. Suite à cette présentation, un réseau de référents au sein de chaque direction a été constitué
et une première rencontre avec chaque référent a eu lieu afin de diagnostiquer, sur la base d’un
questionnaire préparé par le service des finances les pratiques comptables de chaque service. Une
synthèse de ces réunions a ensuite été réalisée permettant d’envisager des orientations pour le projet,
mais également de revoir certains points concernant l’exécution financière en dehors du PES V2.
L’ensemble a été présenté aux référents puis aux agents du service des finances début septembre.
Parallèlement, l’équipe technique du projet a travaillé avec le service des marchés à la
constitution d’une Gestion Electronique des Données (GED) sous SharePoint pour initier une démarche
de gestion dématérialisée de l’ensemble des pièces des marchés enregistrés après le 1er octobre 2013.
Cette base de données permet de limiter également à un seul exemplaire au lieu de deux, les pièces
constitutives du marché transmises au payeur départemental. Grâce à la mise en place de cette
plateforme, les services gestionnaires ont accès à leurs propres marchés, le service des finances peut
également visualiser les documents nécessaires à son visa et le payeur départemental peut accéder à
l’ensemble des marchés publics passés par la collectivité. Il peut ainsi retrouver plus facilement et plus
rapidement les pièces dont il a besoin pour contrôler les mandats.
En fin d’année, toujours dans la perspective de travailler en concertation sur ce projet avec les services
gestionnaires, un groupe de travail a été créé afin de définir début 2014 les règles communes de nommage des
documents dans la GED, de renseignement des libellés des mandats et des circuits de validation.
C – La dématérialisation des documents budgétaires
L’envoi à la préfecture par voie dématérialisée des budgets et du compte administratif de la
collectivité est un autre sujet de dématérialisation également abordé en 2013, mais plus axé sur la
préparation budgétaire concernée.
Initialement, le projet était de tester en 2013 l’envoi des documents budgétaires au format
dématérialisé tout en maintenant l’envoi papier afin d’être opérationnel pour l’exercice 2014. En effet, la
télétransmission ne peut débuter que par l’envoi d’un budget primitif et une fois celui de l’année N envoyé,
l’ensemble des documents budgétaires de cette même année N doit l’être également par ce procédé.
Dans un premier temps, un nouvel outil Coribudg de la société Bull a été installé, puis les
agents susceptibles de l’utiliser formés. Ce logiciel extrait les données financières de Coriolis pour
générer un flux au format XML exigé pour la dématérialisation. Ce flux est ensuite envoyé dans l’outil
Totem propre à la Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL). Celui-ci a une double utilité, il
permet premièrement de vérifier les données du flux par rapport aux exigences de la nomenclature
comptable M52 et deuxièmement d’enrichir le flux des annexes budgétaires règlementaires qui pour
beaucoup sont issues d’autres logiciels métiers (exemple : état du personnel). Une fois le flux
conforme, celui-ci est scellé et les données transmises à la préfecture via un tiers de télétransmission.
Pour cette dernière opération, il est prévu d’utiliser l’outil, X-Actes de la SPL-Xdemat dont le
département est membre fondateur, déjà installé dans la collectivité pour envoyer les actes et
délibérations.
Ce projet n’a pas pu, pour l’instant, aboutir et ne pourra pas de ce fait passer en production
sur 2014. En effet, après avoir corrigé avec la société Bull les dysfonctionnements sur leur module,
nous avons été confrontés à une incohérence bloquante dans Totem qui ne nous permet pas d’envoyer
le flux. Bien qu’ayant interrogé à plusieurs reprises les services de l’Etat sur ce sujet, nous sommes à
ce jour, toujours sans réponse. Pourtant ce point de blocage portant sur les modalités de
comptabilisation des frais de personnel dans les chapitres globalisés tels que l’APA ou le RSA est déjà
connu puisqu’il oblige, actuellement, le payeur départemental à reprendre manuellement les
inscriptions budgétaires de ces chapitres pour rester conforme au vote de l’Assemblée départementale.
D – La dématérialisation des documents relatifs à la gestion de la dette
Les documents relatifs à la gestion de la dette (arrêtés et contrats lors de la souscription ou le
réaménagement d’emprunts) faisaient partie des actes encore transmis au format papier au contrôle
de légalité. En 2013, suite à l’extension de la convention avec la préfecture relative à la
télétransmission des actes, ces envois s’effectuent désormais par voie dématérialisée via Xactes. Cette
évolution est d’autant plus appréciable que les marchés financiers nécessitent des temps de réaction
courts, obligeant un renvoi des documents visés par la préfecture dans les plus brefs délais pour
pouvoir réaliser les opérations.
23
Conseil général de la Marne
Par ailleurs notre prestataire Finance active nous a accompagnés dans la dématérialisation des
états de la dette. Pour cette 1ère année, l’automatisation n’est encore pas réalisée mais sur simple
demande effectuée sur le site, les états nous ont été transmis par voie électronique.
E – Modernisation des moyens de paiement
Soucieux de moderniser l’image de la collectivité auprès des usagers et afin de faciliter le
paiement des titres de recettes, nous avons mis en œuvre en 2013 une solution permettant à nos
créanciers de pouvoir régler par internet les titres de recettes de la collectivité.
La solution Titres payables sur Internet (TIPI) proposée par la DGFiP qui assure respect de la
confidentialité et sécurité de la transaction, a été choisie. Une convention a été signée avec la DRFiP et
le payeur départemental pour rendre opérationnel cet outil. Depuis février 2013, les usagers peuvent
se connecter sur le site du Conseil général de la Marne où se trouve le lien vers TIPI. L’opération est
simple, il suffit de saisir le numéro de titre, la somme et une adresse mail pour recevoir une
confirmation du paiement.
Une campagne de communication sur le dispositif a été faite par le biais de « La Marne>le Mag »
et par l’ajout d’un courrier explicatif joint aux avis des sommes à payer.
Pour la première année, 11 % des titres émis sur l’exercice 2013 ont été encaissés par le biais
de ce moyen de paiement.
Compte tenu des bons résultats obtenus, ce moyen de paiement a été étendu aux règlements
des abonnements aux transports scolaires. Ainsi, les familles peuvent inscrire leurs enfants aux
transports scolaires et procéder au règlement de leur participation dans la même transaction.
F – Evolution de l’outil d’aide à la décision « data warehouse » (DWH)
L’outil permettant la réalisation de tableaux de bord financiers, livré par la société Bull, il y a
quelques années, n’était plus maintenu par cette société et de ce fait, n’intégrait pas correctement les
nouveaux modules comme le découpage par axes analytiques. Or ce découpage par axe a été retenu
pour pouvoir présenter le bilan de mandature par canton ainsi que le document préparatoire au débat
sur les orientations budgétaires.
Pour pouvoir restituer correctement les données, nous avons dû avoir recours à une nouvelle
solution toujours proposée par la société Bull. La nouvelle solution sera opérationnelle courant mai
2014 après formation.
G – Formation aux logiciels de gestions financières
Dans le cadre d’une formation de deux jours sur les marchés publics destinée aux comptables
des CIP, le service des finances et le service marché sont intervenus :
durant la session, afin de mettre en regard des notions théoriques présentées par
l’intervenant, les règles spécifiques définies par la collectivité dans les domaines des marchés publics
et de la comptabilité ;
après la session, pour présenter au travers de quelques cas concrets, le traitement dans les
logiciels de la collectivité, des différents points abordés durant la formation.
III – Accompagnement des services
A côté de l’assistance quotidienne auprès des services gestionnaires, le service des finances met à
leur disposition un certain nombre d’outils notamment par le biais de l’espace direction sous l’[email protected]
De plus, en fonction des évolutions techniques et règlementaires, le service des finances rencontre les
services gestionnaires pour les accompagner dans leurs démarches concernant la partie financière.
24
Conseil général de la Marne
A - Communication intranet : refonte espace direction, glossaire, guide de la comptabilité
de dépenses engagées
Afin d’accompagner les services et leur communiquer le plus d’informations possible le service
des finances a modifié son espace dans [email protected] Ainsi, certains documents tels que les budgets par
appartenances qui n’ont désormais plus d’utilité ont été supprimés. A l’inverse, la base d’informations
financières a été abondée au fur et à mesure de l’année avec notamment la mise en ligne :
d’un glossaire des principaux termes utilisés en finance et comptabilité publique ;
d’un guide de la comptabilité des dépenses engagées qui rappelle les principes applicables à
l'ensemble des services du Conseil général de la Marne ;
la réglementation sur les régies d’avances et de recettes ;
la liste des mentions devant figurer obligatoirement sur les factures.
Par ailleurs, à chaque préparation d’étape budgétaire, les documents préparatoires ont été mis
en ligne dans les dossiers réservés à cet effet de l’espace budget.
B – Révision de la partie financière de la convention de viabilité hivernale
Le service des finances a profité de la révision de la partie technique de la convention tripartite
de viabilité hivernale entre le département, les communes ou communautés de communes et les
agriculteurs, pour revoir également la partie financière.
Pour se faire, nous avons rencontré le service de l’exploitation des routes pour élaborer ensemble
des tableaux spécifiques en fonction de la période d’intervention de l’agriculteur pour le déneigement,
puis un tableau récapitulatif reprenant le total d’heures suivant les différentes périodes et par conséquent
les différents tarifs. Les principes retenus pour cette évolution sont la simplicité dans le remplissage des
données et la facilité dans leur compréhension, afin de pouvoir indemniser rapidement ces personnes.
Nous avons également insisté sur les mentions obligatoires dans cette convention permettant de vérifier
les identités des intervenants et les personnes habilitées à signer en cas de cogérance.
C – Arrêt du prélèvement automatique pour les prêts FSL
Pour faciliter le recouvrement des échéances des prêts accordés dans le cadre du FSL, le
département avait mis en place, il y a quelques années, un dispositif de prélèvement automatique. A
ce jour, une vingtaine de prêts restent concernés. Avec la mise en place de la nouvelle norme bancaire
SEPA au 1er février 2014, le fichier mensuel transmis à la paierie départementale pour effectuer ces
prélèvements devait changer de structure. Compte tenu des coûts liés à ce changement, du faible
nombre de prêts restants en cours et des difficultés rencontrées avec les prestataires informatiques
pour nous proposer dans les temps une solution, il a été décidé, en coordination avec la DSD,
d’abandonner ce type de règlement pour revenir à l’édition manuelle des titres. Le service des finances
a aidé le service insertion et logement social dans cette nouvelle procédure, en arrêtant les circuits
entre les différents services et le payeur départemental, en validant ensemble un calendrier et dans la
rédaction d’un courrier à destination des bénéficiaires, pour les aider dans leurs futurs paiements.
D – Clôture budget annexe du parc départemental
L’Assemblée départementale a voté à la session de mai 2013 l’arrêt comptable du compte
annexe du parc départemental pour le réintégrer dans le budget principal. Le service des finances a :
apporté son aide au service administratif et budgétaire des routes pour ajuster les comptes
et la subvention d’équilibre, apurer les comptes d’attente, veiller à l’encaissement de toutes les
recettes et au mandatement de toutes les dépenses réalisées, préparer les écritures de cession, et
préparer la dernière déclaration de TVA.
travaillé avec la paierie départementale afin de préparer le solde des différents comptes, les
écritures comptables de reprise du résultat dans le budget général et celle des biens dans l’inventaire
du budget général.
25
Conseil général de la Marne
E – Le suivi des régies
Suite aux remarques faites par le payeur départemental lors des contrôles des régies de
recettes ou de dépenses ouvertes pour la collectivité, il est apparu nécessaire de réunir les différents
régisseurs titulaires ou suppléants pour que le payeur départemental les sensibilise sur les obligations
réglementaires des régies en s’arrêtant sur des notions parfois incomprises ou inconnues comme la
responsabilité de chacun, le cautionnement, ….
De plus, à l’initiative d’un des régisseurs, un tableau informatisé de suivi de régie a été élaboré
afin d’aider les régisseurs de secours d’urgence d’aide sociale, dans la tenue comptable de leur régie. Ce
tableau a été validé par le payeur départemental et lui est désormais adressé mensuellement, facilitant
ainsi ses contrôles et lui permettant de retrouver plus facilement les soldes des comptes à mouvementer.
F – Sensibilisation aux délais de paiement
Les réunions sur le PES V2 ont été l’occasion de rappeler aux services gestionnaires le délai de
paiement des factures réglementairement fixé à trente jours dont vingt pour la collectivité et l’importance
de saisir dans les logiciels les différentes dates nécessaires à ce calcul. Malgré la bonne volonté des
services, il faut constater qu’un certain nombre de mandats n’est pas édité dans les vingt jours qui
incombent à la collectivité. En cas de désaccord lors de la vérification du service fait ou sur le calcul de la
facture, il a été demandé aux services de bien formaliser auprès des entreprises les désaccords ou
demandes de pièces complémentaires afin de pouvoir suspendre momentanément les délais.
IV – Exécution financière et suivi budgétaire
A - Tableau de l’activité
Budget
Nombre mandats
émis
Nombre mandats
annulations émis
Nombre titres
émis
Nombre titres
annulations émis
Nombre
engagements
dépenses CP
Nombre
engagements
dépenses AP
Principal
ZAC 1-2 et 3 Vatry
Parc départemental
arrêté au 31/05/13
43 794
29
982
662
1
28
27 024
13
220
323
-
56
10 326
17
36
2 671
-
-
B- Corrélation entre les états préparatoires aux OB et au BP
Soucieux d’accompagner et d’aider les services dans la préparation des étapes budgétaires, le
service des finances a travaillé à l’harmonisation des différents tableaux préparatoires des budgets.
Conscient également de la difficulté pour les services de travailler à la fois par axe d’analyse pour les
orientations budgétaires et par imputations pour le budget, la mise à disposition de ces tableaux au format
Excel vise à permettre de mieux corréler les deux méthodes et recouper les différentes informations.
C - Le suivi du stock d’AP
Un important travail d’apurement des autorisations de programme a été également réalisé en
2013, en lien avec les services gestionnaires. Il doit d’ailleurs être poursuivi afin de diminuer le stock
d’AP qui doit correspondre à des projets d’actualités (pour celles qui n’ont pas encore donné lieu à des
consommations) ou à des reliquats non consommés sur des opérations achevées.
26
Conseil général de la Marne
En conservant les opérations réellement actives, l’Assemblée a ainsi une vision plus exacte des
engagements du Département. Sur l’année 2013, ce travail de clôture ou de réduction a été réalisé pour les
enveloppes antérieures ou égales à 2008. Il a permis de faire valider par l’Assemblée départementale une
réduction de notre stock d’AP/AE d’environ 85 M€ alors que ce dernier s’élevait à plus de 650 M€ au BP 2013.
D- Le suivi de l’inventaire
Au delà de ses missions habituelles concernant la tenue de l’inventaire à savoir, la création des
fiches inventaire, le transfert des comptes 23 aux comptes 21 pour les travaux achevés, le transfert
des frais d’études, de recherche développement ou d’insertion, les écritures de sortie d’actif, les
écritures d’amortissement, …, le service des finances a poursuivi en 2013 le travail de rapprochement
entre les éléments présents dans les comptes de l’actif de la paierie départementale et ceux présents
dans les comptes du Département. Ce travail est complexe et chronophage car certains de ces
bâtiments sont très anciens et les documents d’origine sont maintenant archivés et d’autres étaient
détenus par des structures aujourd’hui disparues.
E - Gestion de la dette et de la trésorerie :
la mise en place du plan de trésorerie
Pour palier la difficulté de souscrire une ligne de trésorerie auprès de nos partenaires bancaires
ces dernières années mais aussi, et surtout, pour éviter au maximum des charges financières, le
service des finances a travaillé à la mise en place d’un plan de trésorerie. L’objectif de ce plan est de
réduire le décalage entre nos différents décaissements (factures, paies, subventions, prestations
sociales, …) et nos encaissements (dotation de l’Etat, contributions directes, subventions, ...) sachant
que la date de certains versements ou perceptions sont fixés réglementairement.
Côté recette, il s’agit de veiller à leurs encaissements et de faire en sorte dans les conventions
qu’ils interviennent le plus tôt possible dans le mois ou dans l’année.
Inversement, côté dépense, il s’agit de fractionner le montant global en plusieurs versements
quand cela est possible, principalement pour les subventions et participations, afin de réduire leur
impact sur la trésorerie et de réaliser les paiements après le vingt du mois (après le versement des
dotations de l’Etat) dans la mesure du possible. Ces dispositions nécessitent notamment une révision
des conventions. En 2013, la mise en place de ce plan de trésorerie, le respect de ces consignes par
les services et la diminution des avances de trésorerie accordées aux établissements médico-sociaux a
contribué à la non-utilisation de la ligne de trésorerie.
la gestion de la ligne de trésorerie/CLTR
En 2013, la mobilisation des emprunts en début d’année (13,2 M€), le respect des consignes
du plan de trésorerie, les tirages effectués sur les deux contrats revolving en fin de gestion, ont permis
de ne pas avoir recours à la ligne de trésorerie. Néanmoins, par mesure de précaution, la commission
permanente de juillet a procédé au renouvellement du contrat, jusqu’en juillet 2014, auprès du Crédit
Agricole du nord-est, avec une possibilité de tirage de 20 M€.
Sans tirage sur cette ligne, c’est d’importants frais financiers qui ont été économisés en 2013.
Le remboursement des revolvings dès janvier 2013 et leur tirage en toute fin de gestion a également
permis de minimiser ces frais.
le travail avec nos partenaires bancaires – financements 2013
Comme chaque année, nous avons rencontré les partenaires bancaires afin de réaliser le bilan
du portefeuille détenu par le Département dans ces différentes banques, d’analyser le comportement
de nos produits structurés, d’effectuer un tour d’horizon des différentes offres bancaires. Sur 2013,
compte tenu des engagements pris au préalable, principalement au travers de la convention pluri
annuelle signée avec la Caisse des Dépôts et Consignations (dans le cadre des projets universitaires et
de transports), aucune nouvelle consultation pour recourir à l’emprunt n’a été lancée.
Parallèlement, comme tous les ans également, nous avons participé aux clubs Finance active,
notre conseil en termes de gestion active de la dette. Lors de ces rencontres, le prestataire présente
un point macro économique, la situation des marchés financiers, la tendance d’évolution des taux
d’intérêts, des stratégies à privilégier ou à éviter, ….
27
Conseil général de la Marne
Ces rencontres permettent également d’échanger avec d’autres Départements sur les
problématiques liées à la gestion de la dette.
le suivi de la dette structurée : le réaménagement du Dualys
Soucieuse de sécuriser l’encours issu des emprunts émanant de Dexia, la SFIL (Société de
financement local), fortement encouragée par l’Etat, nous a fait une proposition de réaménagement
d’un emprunt structuré, appelé Dualys, avec une indexation sur l’euro/$ et l’euro/CHF, et dont le taux
de l’échéance de février 2013 a été dégradé (6,391 % au lieu du taux bonifié de 3,04 %).
Au vu du contexte économique, des tensions sur les marchés financiers et des difficultés
budgétaires américaines, il a semblé opportun de profiter de cette offre de réaménagement et de
sécuriser ainsi notre encours de dette.
Au terme de cette négociation, le taux de cet encours de 10,3 M€ a été fixé à 3,04 % pour
l’échéance annuelle de 2014, puis à 4,70 % les années suivantes. Par ailleurs, grâce à une offre de
refinancement, la charge de la pénalité compensatoire de 1,55 M€ a pu être étalée sur onze ans au
taux de 3,20 %. Enfin, parallèlement, mais lié à cette opération, un emprunt nouveau de 15 M€ sur
quinze ans au taux de 3,99 % a été contracté. Il est mobilisé sur l’exercice 2014.
Ces opérations sécurisent nos charges d’emprunt à venir et améliorent très nettement la charte
Gissler du Département dans la mesure où elles s’effectuent à taux fixes et donc dans un classement
en 1A alors que l’emprunt réaménagé était initialement classé hors charte.
état des placements détenus par le Conseil général
Compte tenu notamment du faible rapport de certains d’entre eux, il a semblé nécessaire de
faire un bilan sur les placements financiers détenus par le Conseil général de manière à s’interroger sur
la pertinence de les conserver. En effet, le Département possède trois types de placements :
des parts sociales au Crédit Agricole ou à la Caisse d’Epargne, souscrites lors de la réalisation
d’emprunt (3 030 € avec un rendement de 2,8 % pour le CA et 152 440 € au taux de 3,1 % pour la CE) ;
des parts dans la SCI Atout Pierre, obtenues lors du transfert des biens de la « Caisse des
Incendiés de la Marne » (51 000 € avec un rendement de 6 %) ;
des placements auprès du trésor sous forme de SiCAV (456 987 € au taux de 0,15 %).
Ce bilan sera présenté en 2014 à la commission des finances pour une éventuelle décision de
cession de tout ou partie de ces placements.
V – Les documents d’aide à la décision
Les contraintes budgétaires fortes, l’évolution du panier des recettes des Départements et la
volatilité de certaines d’entre elles ont conduit le service des finances à développer des outils
permettant d’éclairer les choix qui doivent être effectués par l’exécutif départemental.
document de rétrospective et de prospective budgétaire
Depuis plusieurs années, dans le cadre de la préparation des orientations budgétaires, le
service des finances réalise une étude budgétaire rétrospective et prospective. Cette étude vise à faire
le bilan des mesures prises par l’Assemblée départementale et les perspectives d’évolution à envisager
compte tenu des annonces gouvernementales, notamment de réduction des dotations de l’Etat et de
l’évolution prévisibles des charges des diverses prestations. En 2013, ce document a présenté une
rapide rétrospective de 2004 à 2012 avant d’effectuer un focus plus précis sur l’exercice 2012. La
seconde partie a exploré différentes hypothèses de réflexion, telles que l’augmentation du taux de
foncier bâti, le lissage de certaines opérations et montré leurs conséquences sur le niveau d’épargne,
l’emprunt d’équilibre et le niveau d’endettement du Département dans les années à venir.
En mars 2013, ces différentes hypothèses ont été présentées et étudiées lors d’une réunion
d’un bureau élargi qui a retenu, sur cette base, les hypothèses de travail pour les orientations
budgétaires 2014.
28
Conseil général de la Marne
document de synthèse sur la fiscalité des Départements
Depuis la réforme de la fiscalité locale initiée en 2009, des changements importants impactent
chaque année sur les recettes fiscales du Département. Le pouvoir de taux est ainsi passé de 37 % à
17 % et la structure des recettes se trouve complètement modifiée. Les taxes d’habitation,
professionnelle, sur le foncier non bâti ont disparu pour les Départements. Inversement, les
Départements se sont vus attribuer de nouvelles recettes que se soit par le biais de la CVAE, de l’IFER
ou par l’intermédiaire de nouveaux fonds de compensation (sur la CVAE et les DMTO) pour lesquels un
Département peut d’ailleurs être bénéficiaire ou contributeur.
Aussi afin d’appréhender ces différentes évolutions, il a semblé pertinent de rassembler dans
un recueil une présentation de chaque impôt ou taxe perçu par les Départements ainsi que les fonds
de péréquation associés, les textes applicables et leurs modalités de calcul parfois complexes (potentiel
financier, potentiel fiscal, …). Ce document a vocation à être mis à jour régulièrement en fonction des
évolutions législatives ou réglementaires.
étude spécifique sur l’évolution du budget entre 2004 et 2013
La réforme fiscale et la cristallisation de certaines recettes, l’attribution ou le transfert de
compétences lors des différents actes de décentralisation, la montée en puissance des dépenses
sociales avec des compensations qui ne suivent pas le même rythme, la volatilité des recettes liées aux
droits de mutation, l’obligation d’amortir nos investissements (y compris les subventions d’équipement
versées), le contexte économique actuel, … ont contribué à rendre complexe la lecture du budget
départemental et la compréhension de son évolution.
La réalisation d’une rétrospective sur les dix dernières années, a permis de montrer la
modification progressive de la structure de notre budget et surtout de mettre en évidence les causes
structurelles et conjoncturelles qui engendrent un véritable effet ciseau sur notre section de
fonctionnement. Le budget devant être équilibré par section, l’évolution nous montre à quel point il est
nécessaire de maitriser et même de réduire davantage nos dépenses de fonctionnement.
Cette étude a fait l’objet d’une présentation à la commission des finances lors de la préparation
des orientations budgétaires.
document de synthèse sur les compensations financières des Départements
En lien avec le document de rétrospective 2004-2013, il a semblé pertinent de réaliser un focus
sur la compensation financière des compétences transférées aux Départements depuis 2004.
Après un rappel sur la loi et la distinction entre une extension ou une création de compétence
(exemple de l’APA) et le transfert de compétences (le RMI par exemple), ce dossier présente les
principes de compensation explicitant les différents restes à charges pour notre collectivité.
Ce document retrace de manière successive les différents transferts opérés qui sont au fur et à
mesure venus impacter notre budget dans des secteurs variés. A titre d’exemple, citons, le Fonds de solidarité
logement (FSL), le Fonds d’Aide aux Jeunes (FAJ), la voirie nationale, les personnels TOS ou DDE, ….
Poids important dans notre budget, un point plus détaillé sur les dépenses sociales a été réalisé
et notamment sur les trois allocations individuelles de solidarité que sont l’APA, la PCH et le RMI/RSA.
Pour celles-ci des bilans chiffrés ont été effectués visant à mettre en évidence leur évolution depuis
leur mise en place. C’est ainsi que pour l’APA, on constate un taux de couverture moyen de 2005 à
2012 de 35 %. Pour la PCH qui a une forte progression annuelle, le taux moyen de couverture de 2006
à 2012 est de 65 % mais il se dégrade fortement. Pour le RSA, avec la crise économique et
l’augmentation du nombre de bénéficiaires, le reste à charge ne fait qu’augmenter.
29
Conseil général de la Marne
outil de comparaison : la Marne et les autres Départements de la strate
Afin de compléter notre base d’aide à la décision, il a semblé opportun de recueillir des données
permettant de comparer notre Département aux Départements de la même strate (500 000 à 700 000
habitants). Ce document réalisé à partir des statistiques de la Direction Générale des Collectivités Locales
répertorie seize départements proches démographiquement à la Marne : l’Ain, l’Aisne, le Calvados, la
Charente-Maritime, la Côté d’Or, les Côtes d’Armor, le Doubs, l’Eure, L’Indre et Loire, la Manche, Le Puy
de Dôme, la Saône et Loire, la Sarthe, la Somme, le Vaucluse, la Vendée. Il permet de mettre en
parallèle des données générales telles que les recettes ou les dépenses totales, mais également des
postes plus spécifiques telle que la fiscalité, les charges de personnel, les charges financières, les
dépenses d’investissement directes ou indirectes, l’épargne, l’endettement, ainsi que des ratios.
Actuellement réalisé pour les années 2009 à 2011, cette étude sera à terme réalisée sur les
cinq dernières années passées.
Globalement le Département de la Marne se situe en bas de la strate que se soit au niveau des
dépenses ou des recettes alors qu’en termes de démographie, il est situé au milieu de celle-ci.
30
Conseil général de la Marne
Service achats
Effectif
Depuis novembre 2012, l’effectif de ce service est de :
1 personne à 100 %,
1 personne à 80 %,
1 personne à 50 %.
Missions
Le service achats recense, synthétise et centralise l’ensemble des besoins exprimés par les
services départementaux. A l'issue de l'instruction des demandes, le service procède à la préparation
des orientations budgétaires en tenant compte notamment des contraintes budgétaires. Conformément
aux dispositions du Code des marchés publics, le service élabore puis analyse les différents marchés
nécessaires aux achats annuels. Dès lors, les commandes peuvent être effectuées auprès des
fournisseurs concernés.
En ce qui concerne les fournitures de bureau (171 commandes), les consommables informatiques
(250 commandes), le papier et les enveloppes (100 commandes), les tampons (90 commandes) et les
produits d'entretien (110 commandes), le service achats réceptionne les demandes émanant des
services et procède aux vérifications nécessaires (quantités, références, budget, …). Les commandes
sont ensuite transmises aux différents titulaires de marchés.
S'agissant des acquisitions pour les collèges publics, le service des collèges transmet les
besoins exprimés par les établissements scolaires en matière d’investissement (mobiliers, matériels et
informatique) au service achats qui procède au chiffrage des demandes. Dès notification des décisions,
le service achats organise les acquisitions tout au long de l'année.
Lorsqu’il s’agit de matériels importants, d’aménagement ou d’agencement de bureaux, de
salles de classe, de cuisine, d'entretien, de réfectoire, de gymnase, les titulaires des marchés doivent
effectuer des visites sur sites afin d’établir des propositions de prix correspondant aux besoins des
utilisateurs. Dès réception des devis, le service achats procède à la passation des commandes et à la
notification de la dépense auprès des établissements concernés.
A ces tâches s’ajoutent certaines opérations récurrentes telles que la liquidation des factures et
les inscriptions sur l’inventaire.
Quelques chiffres 2013
Compte tenu des contraintes budgétaires, l'objectif était de maintenir l'équilibre des dépenses
tant en fonctionnement qu'en investissement.
A l'issue des travaux de reconstruction des Archives Départementales de Reims et du Centre
Routier Départemental de Vertus, le service a procédé aux acquisitions de mobiliers et matériels en
concertation avec les responsables des services.
Par ailleurs, au cours de l’année 2013, le service « achats » a réalisé :
3 appels d’offres ouverts : Produits d'entretien (4 lots) et les matériels d'entretien et de
sports pour nos services ainsi que les collèges publics ;
1 MAPA (marché à procédure adaptée) : location et maintenance de machines à affranchir
pour les services du Conseil général de la Marne.
31
Conseil général de la Marne
Les principaux postes de dépenses de l’année 2013 se répartissent comme suit :
investissement collèges
2011
2012
2013
Mobilier scolaire
232 800 €
303 000 €
139 200 €
Informatique
457 000 €
247 000 €
309 500 €
Matériel de cuisine
411 000 €
290 700 €
627 000 €
Matériel d’entretien
118 000 €
70 600 €
39 900 €
Matériel audiovisuel
70 000 €
132 000 €
168 900 €
104 800 €
27 400 €
41 600 €
49 750 €
39 500 €
6 000 €
Matériel de sport
Matériel d’entretien des espaces verts
Evolution des principaux postes de dépenses d'investissement
pour les collèges publics
investissement services départementaux
Mobilier/Matériel de bureau
Matériel audiovisuel
fonctionnement (quelques grandes lignes)
Papiers imprimerie (2 lots)
Enveloppes et pochettes administratives (3 lots)
Encres imprimerie
Fournitures de bureau
Consommables informatiques
Nettoyage des locaux (19 lots)
Location maintenance de photocopieurs
Location et maintenance des matériels
pour l’imprimerie
Location et maintenance de fontaines à eau
2011
2012
2013
82 900 €
28 700 €
82 100 €
4 000 €
1 200 €
1 200 €
2012
2013
2011
85 850 €
102 200 €
84 000 €
15 600 €
24 700 €
16 100 €
51 900 €
19 000 €
19 900 €
64 900 €
49 600 €
47 000 €
93 200 €
88 900 €
72 800 €
565 000 €
559 300 €
563 000 €
74 000 €
76 100 €
63 700 €
128 300 €
86 000 €
75 300 €
16 900 €
16 300 €
15 100 €
13 900 €
20 900 €
20 500 €
3 400 €
1 900 €
2 100 €
67 000 €
72 000 €
74 600 €
Fournitures de consommables médicaux
Fournitures d’appareils de timbrage
Produits d’entretien
32
Conseil général de la Marne
Evolution des principales dépenses de fonctionnement
De par leurs missions, les personnes du service achats doivent dans la mesure du possible être
polyvalentes, disponibles, rester à l’écoute de chacun, assurer l’accueil, le relationnel entre
fournisseurs et utilisateurs et être réactives aux sollicitations de tous.
33
Conseil général de la Marne
Service des marchés publics
Le service des marchés publics est composé d’un chef de service et d’un adjoint au chef de
service, catégorie A, de deux gestionnaires de marchés publics, catégorie B depuis le départ suite à
mutation de Madame Patricia DEMORAT le 1er octobre 2013 et d’une secrétaire, catégorie C.
Le service des marchés publics assure assistance et conseils sur :
les procédures à engager, les clauses à insérer, les éléments négociables dans le cadre de
marchés négociés et des MAPA, mais aussi des conseils en matière de marchés formalisés,
la régularité juridique des marchés, tant sur la forme que sur le fond,
les rapports d’analyse des offres, avant présentation en commission d'appel d'offres ou
commission des marchés,
la passation des marchés publics et des actes y afférents.
Outre le secrétariat, une assistance juridique est également apportée aux membres de la
commission d'appel d'offres et des jurys de concours, auxquels participent les agents du service des
marchés publics.
Le nombre de marchés conclus en 2013 est plus élevé que celui de l’année 2012 correspondant
à environ 30 % d'augmentation.
Les informations correspondant au nombre des marchés sont disponibles dans les tableaux ci-après.
L’année 2013 a vu :
L'accroissement du nombre de marchés conclus
L'activité, en termes de marchés publics, a augmenté de près de 30 % entre 2012 et 2013.
Ce calcul se fait sur la base du nombre de marchés c'est-à-dire en nombre de lots en cas de
marchés séparés et non par opération.
Cette augmentation concerne surtout les marchés à procédure adaptée (MAPA) qui ont subi
une hausse de près de 40 % : il s'agit des marchés dont les montants en matière de fournitures et
services sont inférieurs à 200 000 euros HT et à 5 000 000 euros HT pour les marchés de travaux.
Il s'agit surtout de marchés d'infrastructure qui ont connu une hausse de 77 % mais également
de marchés de bâtiments avec une hausse de 36 %.
En termes de procédures formalisées, nous pouvons constater une très légère baisse des
notifications d'environ -4 % : les marchés d'infrastructure ont connu une très grosse baisse de 85 %
contre une augmentation de 130 % pour les marchés formalisés de bâtiments essentiellement due à
l'opération de reconstruction du collège Eustache Deschamps à Vertus.
Concernant les avenants, nous relevons une baisse de ceux-ci avec incidence financière.
La montée en charge de la dématérialisation
mise en place de la GED marchés:
Dans le cadre de la notification des marchés publics, de nouvelles dispositions ont été mises en
place dès septembre 2013.
Jusqu'à présent, le service des marchés publics faisait des copies des documents constitutifs des
marchés publics aux différents services gestionnaires du Conseil général et à la Paierie départementale.
34
Conseil général de la Marne
Dorénavant les « comptables » des services ne reçoivent plus qu'un seul exemplaire papier des marchés
à transmettre à la paierie départementale : celui-ci étant destiné à la Chambre Régionale des Comptes.
Désormais, les chargés d'opérations peuvent consulter via l’intranet, dans la rubrique GED
Marchés, les pièces de marchés au format dématérialisé (scannés) gérées avec le logiciel SharePoint. Il
en est de même pour les agents de la paierie départementale grâce à la mise en place d’un extranet
leur donnant accès aux documents dont ils ont besoin pour leur contrôle.
Cette organisation permet de réduire le nombre de copie et d’offrir un accès aisé à toutes
personnes ayant besoin de consulter les documents
utilisation de XActes dans le but d'expérimenter avec la préfecture la transmission
des marchés et actes supérieurs à 20 Mo.
Jusqu'à présent, il était techniquement impossible de télétransmettre, via ACTES, nos marchés
publics et actes en découlant au contrôle de légalité, celui-ci étant bridé à la réception de documents
dont le poids ne pouvait excéder 20 Mo.
La Direction du Programme ACTES de la DGCL a fait appel au Conseil général dans le cadre
d'une expérimentation consistant, pour les émetteurs, à télétransmettre tous les documents qu'ils
souhaitent sans se préoccuper de la taille de ceux-ci.
Cette expérimentation se déroule parfaitement depuis septembre 2013 avec 67 actes transmis
de manière dématérialisée et sans difficulté au contrôle de légalité.
forte augmentation des téléchargements (engendrant une forte réduction des coûts
de reprographie et d'affranchissement) et du nombre de dépôts de marchés sur la
plate-forme de dématérialisation marches-marne (SPL-Xdemat) de la collectivité
comme cela est démontré dans les tableaux et graphiques ci-dessous.
Consultations mises en ligne sur la plate-forme en 2013/2012
(Chiffres exprimés en termes de procédure et non en termes de lots)
Répartition
par
procédure
Appels
d’offres
ouverts
2013
Appels
d’offres
ouverts
2012
Appels
d’offres
restreints
2013
Appels
d’offres
restreints
2012
Marchés
négociés
2013
Marchés
négociés
2012
MAPA
2013
MAPA
2012
Concours
2013
Concours
2012
Travaux
3
1
0
0
2
2
56
57
0
0
Fournitures
6
9
0
0
0
0
12
11
0
0
Services
7
14
0
0
0
0
17
19
0
0
TOTAL
16
24
0
0
2
2
85
87
0
0
3000
2933
2500
2000
1832
1500
1000
500
90
53
28
25
0
Retraits de DCE
Dépôts effectués
2013
Questions posées
2012
35
Conseil général de la Marne
Retraits de dossiers et dépôts d’offres dématérialisées en 2013/2012
Années/activités
Retraits de DCE
Dépôts effectués
Questions posées
2013
2 933
90
28
2012
1 832
53
25
(DCE : dossier de consultation des entreprises)
2933
3000
2500
1832
2000
1500
1000
500
90
53
28
25
0
Retraits de DCE
Dépôts effectués
2013
Questions posées
2012
Total des marchés tout type de procédure
(Chiffres exprimés en termes de lots et non en termes de procédure; chaque lot est comptabilisé comme un
marché).
ANNEE 2012
ANNEE 2013
TYPE DE PROCEDURE :
Nombre
TOUS TYPES DE
MARCHES
144
TYPE DE
PROCEDURE :
TOUS TYPES DE
MARCHES
Nombre
187
Total des marchés à procédure adaptée
ANNEE 2012
MARCHES A PROCEDURE
ADAPTEE
DBD (direction des
bâtiments départementaux)
DRD (direction des routes
départementales)
ANNEE 2013
MARCHES A PROCEDURE
ADAPTEE
DBD (direction des bâtiments
départementaux)
DRD (direction des routes
départementales)
93
55
18
Services divers
20
Pourcentage
130
+39.78 %
75
+36.37 %
32
+77.78 %
23
+15 %
Services divers
Total des marchés à procédure formalisée
ANNEE 2012
TYPE DE PROCEDURE :
Commissions d’appel
d’offres/Jurys
ANNEE 2013
Nombre
TYPE DE PROCEDURE :
Commissions d’appel
d’offres/Jurys
Nombre
Pourcentage
MARCHES A PROCEDURE
FORMALISEE
51
MARCHES A PROCEDURE
FORMALISEE
49
-3,9 %
DBD (direction des bâtiments
départementaux)
10
DBD (direction des bâtiments
départementaux)
23
+130 %
DRD (direction des routes
départementales)
20
DRD (direction des routes
départementales)
3
-85 %
Services divers
21
Services divers
23
+9,5 %
36
Conseil général de la Marne
Total des jurys, commissions d’appel d’offres, divers
ANNEE 2012
TYPE DE PROCEDURE :
Commissions d'appel
d'offres/Jurys
JURYS DE CONCOURS
ANNEE 2013
TYPE DE PROCEDURE :
Commissions d'appel
d'offres/Jurys
Nombre
0
JURYS DE CONCOURS
Nombre
0
COMMISSIONS D'APPEL
D'OFFRES
17
COMMISSIONS D'APPEL
D'OFFRES
COMMISSIONS DES
MARCHES
16
COMMISSIONS DES MARCHES
11
AVENANTS
96
AVENANTS
109
12
Avenants en augmentation de
+ de 5 % du montant initial du
marché
26
Avenants en augmentation de +
de 5 % du montant initial du
marché
19
Avenants - de 5 % et en
diminution du montant initial
du marché
67
Avenants en augmentation de
- de 5 % du montant initial du
marché
50
Avenants sans incidence
financière sur le montant du
marché
16
Avenants sans incidence financière
sur le montant du marché
27
DIVERS : actes spéciaux de
sous-traitance, délivrance
d’exemplaire unique, motifs de
rejet des offres …
272
DIVERS : actes spéciaux de soustraitance, délivrance d’exemplaire
unique, motifs de rejet des offres …
37
Conseil général de la Marne
303
Dont entre autres :
- 111 courriers expliquant
les motifs de rejet suite à la
demande des sociétés non
retenues
- 117 actes de sous-traitance
Service informatique
I - Organisation du service informatique
Les missions du service informatique, dont l’effectif est de quinze agents, sont réparties en trois pôles :
le pôle support (ou micro), composé de cinq personnes, chargé de l'assistance utilisateurs,
du déploiement des postes (PC, portables, imprimantes et téléphones) et de la bonne gestion du parc ;
le pôle architecture, composé de trois personnes, chargé du suivi, de l'évolution et de la
sécurité du réseau (local et sites distants), de la gestion des serveurs ;
le pôle projet, composé de six personnes, chargé, avec les services, d'élaborer les appels
d'offres, d'analyser les réponses et d'installer les progiciels utilisés au Conseil général ;
enfin, l'équipe est complétée par une comptable, qui répond également sur notre hotline, et
le chef de service.
II - Le travail des pôles « micro et architecture »
assistance utilisateurs, dépannage et déploiement
Notre parc informatique est composé de 900 PC et 200 portables
Nous avons reçu un total de 4 205 appels téléphoniques concernant des problèmes divers tels que :
oubli de mot de passe ;
utilisation des moyens d'impression ;
utilisation d'internet ;
utilisation du réseau ;
etc.
1 204 incidents ont été saisis dans notre outil de gestion des appels.
la publication d'applications
La DSD souhaite que les travailleurs médico-sociaux puissent accéder à leurs applications aussi
bien dans leurs bureaux, que dans les lieux où ils tiennent leurs permanences, qu'ils soient dans les
CSD ou à l'extérieur.
Pour répondre à cette demande, le service informatique met en place une solution de
publication d'applications (Applidis de la société Systancia). Le principe est d'installer les applications
non plus sur les ordinateurs, mais sur des serveurs centralisés.
Ainsi, les utilisateurs ont accès à leur environnement de travail (applications, office 2010, fichiers,
etc.) à partir de tous les PC du Conseil général, voire d'un simple ordinateur connecté à internet.
De plus, cette solution permet de déployer des terminaux passifs, moins chers à l’achat, moins
« énergivores », plus silencieux.
Après quatre mois de test dans les CSD Rive droite et Rive gauche, cette solution a été
déployée dans les CSD de Sainte-Ménéhould, Sézanne, Epernay Bachelin, Epernay Laudat, Vitry-leFrançois, Witry-lès-Reims et Fismes.
38
Conseil général de la Marne
la gestion de la messagerie
Le graphe, ci-dessous, des mails entrants et sortants indique que l’activité est toujours aussi
importante avec en moyenne six mails arrivants et huit mails sortants par minute.
Les chiffres mois par mois montrent que l’activité est quasi constante.
le suivi de la sécurité du réseau
Au cours de l’année 2013, 159 PC ont été infectés par 845 virus.
III - Gestion des projets
Le service informatique, à travers sa cellule « projets », assure l’acquisition, le déploiement et la
maintenance de progiciels métiers dans tous les domaines d’intervention des agents du Conseil général.
L’équipe projet informatique fonctionne sous forme de « binômes ». Pour mémoire, un binôme
de chefs de projets est lié à un thème précis et ce binôme se doit d’entretenir un même niveau de
connaissances sur la globalité du thème afin qu’il n’y ait jamais d’interruption de service.
Six grands domaines (thématiques) ont été arrêtés pour construire les binômes :
la gestion financière (coriolis, progos, lilia, coripes, coribudg, totem, windette, marco,
newform, datawarehouse, achats publics, astre) ;
le social (solis - (asg, ast, ase, pmi, mdph, archivage), webtuberculose, bourses, transports, fusioclic) ;
les ressources humaines (sedit RH, simulations budgétaires, bilan social, (N4DS), indem,
e-congés, e-missions, e-recrutement, e-formation, e-gestion administrative) ;
l’infrastructure et patrimoine (trust.cha, sherpa, scribe, git, socotec, image, europark,
petra, energie territoria, minipléiade, testo, saia, takarchives, autocad, géomap/mapguide, Pegasys, …) ;
la gestion documentaire et la communication ([email protected], revue de presse, courrier,
papyrus, abonnements, arkhiea, actes et délibérations, fast) ;
produits informatiques (bo, oracle, sql*server, my-sql, progress, sharepoint, apache/tomcat,
vpn, iis, sunopsis, intranet, jasper, développement interne).
39
Conseil général de la Marne
évolution dans le domaine « gestion financière »
Le produit de gestion financière Coriolis est couplé (intégré) au progiciel de gestion des
subventions Progos ainsi qu’au progiciel de suivi administratif et financier des marchés publics Lilia. De la
même manière, le logiciel de gestion de la dette (Windette) et tous les autres progiciels générant des
paiements sont interfacés avec Coriolis.
Le progiciel de Bull est donc le progiciel central de comptabilité budgétaire (préparation,
exécution et analyse) et de son bon fonctionnement dépend, entre autres, le paiement des aides
versées, le règlement des prestations aux entreprises et également le salaire des 2 000 agents du
Département de la Marne.
L’ensemble de ces produits nécessite au moins une mise à jour logicielle de version par an. Nous
nous efforçons également d’alléger le poids d’administration quotidien (exploitation) de ce progiciel en
mettant en œuvre des procédures standardisées.
Les faits notables pour cette thématique en 2013 sont les suivants :
les travaux relatifs à la migration en technologie web de l’application Coriolis (installation dans
un environnement de test et de formation en version 4.5. Les interfaces des produits périphériques
(aides sociales, ressources humaines) ont été mises en conformité avec cette nouvelle version.
D’un point de vue strictement informatique, les efforts ont été concentrés essentiellement
sur la stabilisation de l’environnement web du progiciel Coriolis. C’est ainsi que les environnements de
production, de test et de formation ont été migrés sur des serveurs virtualisés de technologie récente
afin d’offrir de meilleures performances aux utilisateurs. Les efforts ont également porté sur des
opérations de « tuning » applicatif afin d’optimiser et accroitre l’efficience des solutions utilisées par les
agents de la collectivité.
Conjointement à ces évolutions techniques, les déploiements de nouvelles versions ont
naturellement pour objectif de rester en conformité avec la règlementation comptable, en l’occurrence,
le PES V2 (protocole d’échange standard Version 2), vaste projet national de dématérialisation des
pièces comptables. La mise en œuvre de ce chantier fait appel au développement et à la mise en
œuvre de nouveaux outils informatiques mais également à la mobilisation de ressources humaines
conséquentes. Tous les services de la collectivité sont concernés par ce projet majeur dont l’échéance
règlementaire est fixée au 1er janvier 2015.
Dans la même optique, l’entrée en vigueur des prélèvements et virements dans le cadre de
l’espace unique de paiement en euro « SEPA » (Single Euro Payments Area) reste fixé au 1er février 2014. Il
s’agit en pratique du remplacement des anciens RIB par la nouvelle codification SEPA au sein du progiciel
de gestion financière.
La société Bull (notre prestataire de services du progiciel de gestion financière) a rompu son
partenariat avec la société Trace (éditrice du progiciel Lilia de gestion des marchés). Un nouveau module
de gestion des marchés intégré à Coriolis, GMD (Gestion des Marchés Détaillés) est en cours de
déploiement en vue de remplacer avantageusement Lilia.
évolution dans le domaine « social »
L’ONED (Observatoire national de l’enfance en danger) a souhaité moderniser son service national
d’accueil téléphonique de l’enfance en danger (SNATED), qui est accessible sans interruption par le numéro
national d’urgence 119.
Le SNATED assure les missions de prévention et de protection de l’enfance en danger mais aussi
la responsabilité de transmettre les informations préoccupantes concernant ces enfants aux services
départementaux compétents en la matière. Nous avons mis en œuvre l’automatisation (dans un cadre
sécurisé) de l’envoi et réception des fichiers de signalement.
Les interfaces entre Coriolis et Solis ont à nouveau évolué et nous avons mis en production cette
mise à jour. En complément, nous avons mis en place un contrôle des fichiers transmis de l’aide sociale
vers la gestion financière permettant d’éviter le rejet de ces derniers en cas d’anomalie rencontrée (tiers
bloqué, disponibilité insuffisante, etc., …).
40
Conseil général de la Marne
Une multitude de mises à jour du progiciel Solis, hélas bien souvent de mauvaise qualité, a été
installée tout au long de l’année. De ce fait nos équipes consacrent beaucoup de temps dans le cadre de
la gestion quotidienne de ce projet. Les environnements ASG & AST ont été migrés vers oracle 10gR2
pour suivre l’évolution technologique de la gestion des bases de données. La norme SEPA (Single Euro
Payments Area) a été, également, mise en œuvre dans le progiciel Solis.
Le projet Pegase « Transports scolaires » s’est ouvert aux usagers. Ainsi, le Conseil général de la
Marne dispose désormais d’un portail, accessible via le site internet du Conseil général permettant, à
travers un formulaire en ligne, de recueillir les inscriptions de demande de carte de transport et le
paiement en ligne. La carte est ensuite reçue à domicile, quelques jours plus tard.
évolution dans le domaine « ressources humaines »
Les progiciels applicatifs de la direction des ressources humaines bénéficient régulièrement de
mises à jour afin de répondre fonctionnellement aux nouvelles règlementations. Le progiciel de gestion
financière a de nouveau imposé la modification du fichier d’interface pour le mandatement de la paie. La
norme SEPA a été mise en œuvre dans le progiciel Sedit-Marianne.
La migration de la technologie « client/serveur » vers la technologie Web a eu lieu lors d’une
remise en question de notre environnement technique. Le progiciel permettant une utilisation en mode
mixte, la transition peut être réalisée en douceur bien que l’IHM (interface homme machine) soit
totalement nouvelle. Des formations pour le personnel RH sont prévues en tout début d’année 2014.
Evolution des modules Sedit-Marianne :
e-formation : ce module est venu en remplacement d’un progiciel plus ancien. Dans un premier
temps, le service formation travaille en mode centralisé, mais à terme les agents pourront réaliser leurs
demandes de formations en ligne ;
e-recrutement : ce module permet d’alimenter un vivier de candidatures et naturellement un
suivi précis et automatisé de toute la chaîne de recrutement du personnel interne et externe. A terme, les
agents pourront postuler aux offres d’emploi en ligne ;
e-missions : ce module, permettant de gérer l’ensemble de la chaîne des déplacements, de
l’ordre de mission aux versements des remboursements sur les comptes des agents (via le bulletin de
salaire), a été déployé progressivement à l’ensemble des agents de la collectivité.
Enfin, nous avons développé une procédure permettant l’automatisation du transfert des
données entre notre progiciel RH et le site en ligne du CNFPT. Les agents de la collectivité peuvent,
désormais, s’y connecter directement afin de s’inscrire à des sessions de formation.
évolution dans le domaine « infrastructure et patrimoine »
Concernant les applications utiles à la direction des routes départementales, les points suivants
sont à noter.
Le progiciel Saia-Pcd dont l’objectif est la collecte, la consolidation et la visualisation des
données en provenance d’équipements dispersés dans les bâtiments départementaux et dans les
collèges a évolué. Ainsi le développement du portail SAIA-PWS a permis un ajustement de plus en plus
fin des consommations d'énergie grâce à l'historisation et la fiabilisation des données provenant des
équipements des bâtiments départementaux et des collèges. Pour ce faire le nombre de licences de
point de collecte a été augmenté afin de passer de 1 000 à 2 000.
Par ailleurs, il a été mis en place une solution spécifique permettant le pilotage des éléments
de chaufferie de la marque « KIEBACK & PETER ».
Il a été également procédé à l’installation d'une solution, dénommée « Pegasys », de « contrôle
d'accès intelligent » aux bâtiments et aux collèges, grâce à des clés électroniques programmables,
Les applications utiles à la direction des routes départementales ont également été mises à jour.
La version Géomap 2012 a été mise à jour pour le SIG.
41
Conseil général de la Marne
Pour la solution TRUST.CHA qui permet le suivi des activités des routes, les interfaces chronotime (import des congés des agents dans les plannings trust) et RH (export des heures supplémentaires
et astreintes vers le progiciel ressources humaines) ont été mises en œuvre.
De plus, le logiciel « GESCAR » ayant pour objet d’assurer la gestion de la flotte automobile, ainsi
que la gestion d'atelier, gestion des stocks et d'exploitation a été mis en œuvre en production. Enfin,
l’état de viabilité hivernale sur internet a été réadapté et amélioré.
évolution dans le domaine « gestion documentaire et communication »
Les projets concernés dans cette thématique s’appuient essentiellement sur l’infrastructure
Sharepoint (système informatique de travail collaboratif du Conseil général de la Marne).
Des améliorations ont été mises en œuvre (mise en place des services Sharepoint, centre de
recherche office web apps, ouverture automatique de la suite office à partir du navigateur, synchronisation
des profils utilisateurs par l’annuaire informatique, …).
Des nouveautés ont vu le jour (création d’espaces collaboratifs pour la DRH, la DIRCOM, la
DFMI). La migration de l’outil Sharepoint dans sa version 2010 pour les espaces DRD, DBD et la GED
(gestion électronique des documents). Une étude de dématérialisation du DFU (dossier familial unique) a
été entreprise en collaboration avec les services de la DSD.
Dans le cadre du vaste projet PES (protocole d’échange standard), il est nécessaire de réfléchir
très largement à l’aspect organisationnel et informatique qui permettra l’enregistrement, le stockage, le
partage sécurisé et l’indexation des multiples documents transitant dans les services.
évolution des produits informatiques
Le système de gestion de bases de données Oracle, ainsi que le système de gestion de bases de
données Microsoft SQL-Server, supports de l’essentiel de nos progiciels métiers, nécessitent une
administration importante et rigoureuse. Le service informatique maintient son niveau de compétence
dans ce domaine, ce qui permet d’installer les mises à jour régulières livrées par l’éditeur.
Le projet décisionnel de la collectivité (création d’entrepôts de données « métiers ») suit son
cours à travers la création de nouvelles bases de données ainsi que le développement et la maintenance
de nombreux états décisionnels. La migration de notre solution de Business Intelligence sera concrétisée
au 1er semestre 2014.
L’assistance technique apportée gracieusement à l’Entente Marne par le biais de l’hébergement
et la maintenance d’un serveur et d’une application de gestion financière par les équipes du service
informatique du Conseil général de la Marne s’est poursuivie et plusieurs migrations de versions ont été
prises en charge.
IV – Consommation budgétaire
Les principaux postes budgétaires sont :
la maintenance avec 0,5 M€ dont principalement :
Solis d'Infodb (aide sociale) 90 000 €,
Coriolis de Bull (finances et mandatement) 80 000 € ;
la téléphonie avec 0,4 M€ dont :
téléphonie fixe (classique) 212 000 €,
liens avec les sites distants 133 000 €,
abonnement mobile (téléphonie, data, appareils, etc.) 60 000 € ;
42
Conseil général de la Marne
l'acquisition de logiciels avec 0,4 M€ dont :
renouvellement antivirus pour 3 ans 22 000 €,
licences Oracle (base de données) 32 000 €,
logiciel de gestion de flotte pour le SAERD 47 000 €,
licences Microsoft 83 000 € ;
les prestations de services avec 200 000 € ;
l'acquisition de matériel avec 193 000 €.
43
Conseil général de la Marne
Le Guichet unique (pour les demandes de subventions
des collectivités locales)
Créé en 2009 et rattaché en 2010, à la direction des finances, des marchés et de l’informatique,
le Guichet unique a été modifié en 2012, suite à la mise en place d’une nouvelle répartition de la gestion
des dossiers d’aides aux collectivités. Il est désormais constitué d’un agent, rédacteur territorial principal
1ère classe, rattaché à la direction des finances, des marchés et de l’informatique.
Le Guichet unique pour les demandes de subvention déposées par les collectivités locales
La responsable du Guichet unique de réception des demandes de subvention :
supervise la saisie initiale de l’ensemble des demandes dans le progiciel « Progos », et se
charge également de transmettre les dossiers aux directions compétentes ;
effectue l’instruction et la gestion des dossiers relevant de sa compétence ;
élabore les tableaux de bord nécessaires au suivi de cette politique ;
assure le suivi et la mise à jour des procédures du partenariat avec les collectivités et du
soutien aux projets et aux initiatives ;
assure, en cas de besoin, assistance et conseil auprès des autres services chargés de la
gestion des subventions.
I – Les demandes de subventions
Les dossiers ayant fait l’objet d’une décision en Commission permanente ou en session durant
l’année sont au nombre de 290 (demandes déposées de 2011 à 2013).
La répartition par pays est la suivante :
Pays Châlonnais
Pays Argonne
Champenoise
Pays Brie
Champenoise
Pays Epernay Pays
de Champagne
Pays Rémois
Pays Vitryat
Aménagement
du territoire
d’intérêt
départemental
Aménagement
du territoire
d’intérêt local
Solidarité
Réseaux
(voirie, eau)
Dossiers
amendes de
police
Autres
36
2
3
2
13
6
10
21
1
-
4
5
9
2
48
2
3
10
12
10
11
57
3
2
19
18
7
8
88
2
4
29
17
21
15
40
-
3
12
13
7
5
290
10
15
76
78
60
51
II - Les demandes étudiées en 2013 par le Guichet unique
Le Guichet unique assure le suivi des dossiers relatifs aux :
bâtiments communaux :
locaux administratifs communaux et intercommunaux ;
salles communales n’ayant pas spécifiquement vocation sportive ou culturelle ;
églises non classées ;
petit patrimoine ;
44
Conseil général de la Marne
projets d’équipement incendie des collectivités :
poteaux incendie (installation et ou/ remplacement) avec travaux connexes,
citernes incendie et réserve d’eau.
En 2013, les dossiers présentés à l’examen de la Commission permanente ou de l'Assemblée
départementale ayant fait l’objet d’une décision et d’une attribution de subvention se répartissent de la
façon suivante :
Dossiers décidés en 2013
(gestion Guichet unique)
12
Nombre de
dossiers
Subventions
accordées
42 871
Consommation
au
21/01/2014
Solde à payer
au
21/01/2014
49
560 579
15 122
19 776
27 749
540 803
Equipement incendie
Bâtiments communaux
III - Les demandes soldées en 2013
Au 31 décembre 2013, sur les 294 dossiers gérés par le service Guichet unique 146 ont été
soldés (engagements sur des AP de 2007 à 2013), dossiers pour lesquels les décisions ont été prises
sur cette même période.
Ces dossiers ont fait l’objet du versement de 934.370 € de crédits de paiements 2013 soit
38,44 % des montants engagés.
Les domaines concernés sont : les objets d’art, les églises et monuments classés et/ou non
classés, les bâtiments scolaires, administratifs, techniques, les salles communales, de sport, l’équipement
incendie des collectivités, le petit patrimoine.
Au total, pour les dossiers soldés en 2013, 1 968 257 € a été versé aux collectivités sur un montant
total d’engagement de 2 430 703 €, soit un reliquat de 462 446 € (dont 148 937 € pour des demandes
annulées pour cause de projets non réalisés, d’attribution de DETR, de travaux exécutés avant la demande
de subvention, …).
Dossiers soldés en 2013
(gestion 2007 à 2013)
Payé en 2013
934 370 €
Payé en 2012
556 651 €
Payé en 2011
129 533 €
Payé en 2010
130 410 €
Payé 2009 et < 2009
217 293 €
subventions votées
2 430 703 €
45
Conseil général de la Marne
IV - Tableaux de bord et suivi des guides
Depuis 2010, un travail est effectué pour la finalisation des tableaux de bord permettant le
suivi de la politique du partenariat par le président et le directeur général des services. L'année 2013 a
permis la poursuite du développement des tableaux à destination des services. Il reste à mettre en
place les fiches de procédures qui permettront de faciliter la gestion et le suivi des dossiers.
Dans le cadre de sa mission de suivi des guides, le service Guichet unique a également assuré
le suivi de :
la modification des fiches en fonction des propositions des commissions ;
la diffusion aux communes et aux communautés de communes des taux pour le calcul des
aides et des modalités d’attribution des subventions en tenant compte des modifications en cours dans
le cadre de la réforme territoriale entamée en 2013 ;
la préparation et le suivi de réunions de la commission compétente sur le partenariat portant
sur l’adaptation des modalités du partenariat.
46
Conseil général de la Marne
Chargé de mission FSE
Les Départements évoluent dans un cadre budgétaire toujours plus contraint. Dans ce
contexte, le Conseil général de la Marne se doit plus que jamais d’optimiser tant ses dépenses que ses recettes.
C’est pourquoi notre département s’est tourné vers l’Europe et a sollicité pour le soutien
de ses actions d’insertion le cofinancement du Fonds social européen (FSE) dans le cadre d’une
convention de subvention globale.
Missions confiées
Dans le cadre de son intervention au titre du FSE, le chargé de mission FSE :
organise et coordonne la gestion de la subvention globale FSE 2010-2012 obtenue par
le Conseil général (subvention globale FSE de 2 630 000 € pour la période du 1er janvier 2010 au
31 décembre 2012) ;
organise et coordonne la gestion de la subvention globale FSE 2010-2013 obtenue par
le Conseil général (subvention globale FSE de 3 600 000 € pour la période du 1er janvier 2010 au
31 décembre 2013) ;
intervient en appui aux services du Département bénéficiaires d’opérations FSE (service
insertion et logement social, service des marchés et direction des finances), ainsi qu’aux directions
opérationnelles dans la mise en œuvre de la subvention globale FSE ;
conseille et assiste les opérateurs externes, bénéficiaires finaux du FSE, dans la mise en
œuvre des procédures FSE ;
assure les relations avec la DIRECCTE (autorité de gestion déléguée du FSE) et la DRTEFP.
Activité 2013
Animation de l’appui aux structures porteuses de projets (chantiers d’insertion et SARL) ;
organisation et suivi de la gestion des seize dossiers d’opération, (en lien avec la(les)
direction(s) ou le(s) service(s) opérationnel(s) concerné(s)) et du conventionnement des opérations
(conventions signées fin 2010) ;
passation de deux avenants à la convention de subvention globale pour modifier d’une
part le plan de financement et la programmation 2013 et d’autre part prolonger le dispositif en 2014
sur des reliquats de l’enveloppe financière régionale de la programmation 2007-2013 ;
passation d’avenants aux conventions avec les bénéficiaires ;
suivi financier, comptable et budgétaire de la subvention globale FSE (en lien avec le
service des finances) ;
suivi du contrôle qualité gestion externe de la DIRECCTE ;
suivi du contrôle par la CICC ;
contrôle des bénéficiaires : visites sur place et contrôles de service fait pour paiement ;
renseignement régulier des indicateurs dans PRESAGE, logiciel de suivi des fonds
européens mis en place par les autorités nationales ;
participation aux comités régionaux de programmation pour le suivi des dossiers
concernés, participation au comité national de suivi FSE, au dialogue de gestion avec la DIRECCTE, aux
réunions d’évaluation du PO national FSE, aux groupes techniques organisés par l’ADF, … ;
animation du plan de communication autour du cofinancement.
47
Conseil général de la Marne
48
Conseil général de la Marne
Direction des ressources humaines et
des affaires juridiques
Service des recrutements et de la gestion des effectifs
Service de la gestion des carrières et des rémunérations
Service de la formation, de la gestion des compétences et
de la vie au travail
Service des affaires juridiques
Service de l’imprimerie et de la reprographie
49
Conseil général de la Marne
50
Conseil général de la Marne
Direction des ressources humaines
et des affaires juridiques
En 2013, la direction des ressources humaines et des affaires juridiques a poursuivi les
missions qui lui sont dévolues dans la gestion des ressources humaines, les affaires juridiques,
l’imprimerie-reprographie, ainsi que le courrier et le standard-accueil.
Maîtriser les effectifs et la masse salariale eu égard au contexte budgétaire contraint,
poursuivre le travail sur la mobilité interne et le reclassement des agents, avec la prise en compte du
handicap, sans oublier la formation, les suivis de carrières, la vie au travail, voilà les objectifs de cette
direction auxquels s’ajoutent la mission juridique, si essentielle également comme le sont aussi les
domaines logistiques que sont l’imprimerie-reprographie, le courrier et le standard-accueil.
Ces tâches seront poursuivies en 2014 avec l’accueil dans la fonction publique territoriale proposé
aux personnels de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) qui le souhaiteront, ainsi
qu’aux ouvriers professionnels du service d’appui pour l’entretien des routes départementales.
Les pages qui vont suivre retracent l’activité des services de la DRHAJ au cours de l’année 2013.
51
Conseil général de la Marne
Service des recrutements et de la gestion des effectifs
Organisation du service
L’effectif du service des recrutements et de la gestion des effectifs est composé de :
un attaché, chef de service,
un rédacteur, adjoint au chef de service,
un adjoint administratif de 2ème classe, gestionnaire recrutement.
Missions
le recrutement : ce service instruit les demandes de stage, ainsi que les candidatures
spontanées ou adressées pour pourvoir des emplois spécifiquement vacants.
Quelques chiffres :
Courriers traités
par le service
2011
2012
2013
2 971
2 694
3 310
Demandes d’emploi estival
134
97
84
Demandes de stage
296
261
285
3 401
3 052
3 679
Candidatures spontanées
TOTAL
Outre les formalités en la matière, notamment la publicité des emplois vacants, ce service est
également en charge de l’organisation des entretiens de recrutement, de convoquer les candidats et
d’apporter réponse à toutes les demandes d’emploi, quelle que soit la suite qui leur est réservée.
Un classement des demandes d’emploi est établi selon les secteurs d’activités, celles-ci étant
préalablement analysées en fonction des besoins des services.
Les dossiers des personnes dont la candidature a été retenue, après entretien de recrutement,
sont transmis au service de la gestion des carrières et des rémunérations.
Il est à noter que depuis septembre 2011, le service des recrutements et de la gestion des
effectifs apporte son savoir-faire à la maison départementale, pour les personnes handicapées en
matière de gestion administrative des candidatures et d’organisation de commissions de recrutement,
dans le cadre de la mutualisation entre le Conseil général et cette structure.
la gestion des effectifs permet un suivi mensuel par direction des mouvements de
personnel, qu’il s’agisse de départs, arrivées, mobilités internes, mises en stage, titularisations,
créations et transformations d’emplois.
Mobilité au cours de l’année 2013
En 2013, 39 agents titulaires ont bénéficié d’un changement d’affectation au sein même des
services du Conseil général de la Marne.
52
Conseil général de la Marne
68 personnes titulaires d’un emploi permanent(*) et 145 titulaires d’un contrat à durée
déterminée (emplois non permanents(**)) ont quitté la collectivité et ont été remplacés par 52 titulaires
et 147 contractuels.
(*) Les emplois permanents concernent : les titulaires, les stagiaires et les CDI.
(**) Les emplois non permanents font référence aux : contrats un an ou trois ans (conclus sur
un poste vacant pour lequel nous n’avons pas eu de candidature de titulaire d’un concours de la fonction
publique), les remplacements de fonctionnaires absents, besoins occasionnels et les saisonniers.
Perspectives pour 2014
Poursuite du travail sur l’approche du handicap ;
poursuite du travail sur la mobilité interne et le reclassement ;
optimisation des ressources internes (mobilité, reclassement, recours aux bénéficiaires d’une
allocation chômage versée par le Conseil général de la Marne).
53
Conseil général de la Marne
Service de la gestion des carrières et des rémunérations
Organisation du service
Le service de la gestion des carrières et des rémunérations comprend dix agents répartis en
deux pôles :
Service de la gestion des carrières et des rémunérations
1 attaché territorial principal, chef de service
1 rédacteur territorial, adjoint au chef de service
1 adjoint administratif de 2ème classe, assistant administratif
Pôle gestion des carrières
Pôle gestion des rémunérations
2 adjoints administratifs territoriaux de 1ère classe,
gestionnaires carrières
1 adjoint administratif territorial principal de 2ème classe,
gestionnaire carrières et congés - ARTT - CET
3 adjoints administratifs de 2ème classe,
gestionnaires rémunérations
1 rédacteur territorial,
gestionnaire des personnels non titulaires
Missions du service
Le service de la gestion des carrières et des rémunérations assure principalement les missions
suivantes :
gestion des carrières des agents, de la nomination à la radiation des cadres
établissement des décisions individuelles concernant la carrière des agents ;
organisation des instances paritaires (CAP [commissions administratives paritaires] CTP [comité technique paritaire]) ;
organisation de l’évaluation annuelle des agents ;
gestion des congés annuels, des autorisations d’absence, des ARTT (aménagement et
réduction du temps de travail) et du compte épargne-temps ;
gestion des demandes de validation de services de non-titulaire des agents du Conseil général ;
gestion des demandes de retraite des agents titulaires ;
établissement du bilan social ;
instruction des dossiers de demande de médaille du travail ;
suivi des procédures disciplinaires.
gestion administrative des arrêts de travail
gestion des congés de maladie, maternité, des accidents de travail, … ;
suivi du comité médical, de la commission de réforme.
rémunérations des agents, de la saisie des éléments variables de paie au mandatement
établissement des salaires des agents du Conseil général ;
gestion des indemnités des élus ;
établissement des charges sociales mensuelles/annuelles ;
mandatement de la paie ;
déclarations annuelles (N4DS [déclaration annuelle des données sociales] - FIPHFP [fonds
pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique] - GIPA [garantie individuelle du
pouvoir d’achat]).
54
Conseil général de la Marne
gestion des personnels non titulaires
établissement et suivi des contrats de travail ;
établissement des salaires des agents non-titulaires.
gestion de l’assurance chômage
gestion budgétaire
élaboration et suivi budgétaire ;
pilotage de la masse salariale ;
suivi budgétaire de la paie ;
suivi du mandatement des factures.
missions transversales
La mise en œuvre au sein de la direction des ressources humaines et des affaires juridiques de
la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et l’accroissement de l’effectif départemental
amènent le service à assurer des missions transversales :
suivi de l’absentéisme ;
reclassement professionnel des agents en situation de maladie/handicap ;
réflexion sur l’avenir des postes ;
mise en adéquation des contraintes budgétaires avec la politique des ressources humaines.
gestion administrative du personnel de la maison départementale des personnes
handicapées de la Marne (MDPH)
Le service assure, pour le compte de la MDPH, le suivi des carrières et des contrats de travail,
la gestion des rémunérations et l’organisation des congés annuels/ARTT de la cinquantaine d’agents
affectés dans ce groupement d’intérêt public, en concertation avec la directrice de la structure.
Réunions statutaires
En 2013, deux réunions des commissions administratives paritaires et deux réunions du comité
technique paritaire ont été organisées.
Quelques chiffres…
Répartition de l’effectif au 31/12/2013 hors personnel mis à disposition (5 titulaires et 69 OPA) :
Type de personnel
2011
2012
2013
Personnel statutaire (titulaire et stagiaire)
69,65 %
65,16 %
64,77 %
Assistants familiaux
19,21 %
22,67 %
23,78 %
Non-titulaires permanents
4,05 %
5,18 %
4,51 %
Non-titulaires non permanents
5,24 %
3,48 %
3,56 %
Contrats aidés
1,85 %
3,51 %
3,38 %
100 %
100 %
100 %
TOTAL
55
Conseil général de la Marne
Courant 2013,
1 492 arrêtés individuels ont été pris, en dehors des arrêtés concernant les maladies/maternités
ou accidents de service ;
plus de 1 280 contrats de travail (et avenants) ont été conclus ;
87 dossiers d’indemnisation chômage restaient actifs (indemnisés) au 31 décembre 2013,
(contre 46 au 31/12/2012 et 65 au 31/12/2011) ;
43 demandes de retraite ont été liquidées (contre 27 au 31/12/2012 et 37 au 31/12/2011) ;
3 agents ont fait l’objet d’une procédure disciplinaire ;
sur la promotion « médaille du travail » du 1er janvier 2014 qui concerne désormais aussi les
personnels issus de la décentralisation et les assistants familiaux, on compte :
12 médailles d’or (à partir de 35 ans de service),
29 médailles de vermeil (de 30 à 34 ans de service),
50 médailles d’argent (de 20 à 29 ans de service).
Ces distinctions ont été remises aux agents le 23 janvier 2014 lors de la cérémonie des vœux
du président au personnel départemental.
76 agents ont fait l’objet d’une saisine du comité médical ;
Nombre de journées d’absence pour motif médical (ou arrivée d’un enfant) enregistrées :
Type absence
2011
2012
2013
18 468
19 075
21 094
Longue maladie (jusqu’à 3 ans)
2 919
2 158
2 974
Maladie longue durée (jusqu’à 5 ans)
4 907
5 695
6 054,50
Maternité
6 574
6 478
5 353
Paternité
162
161
187
3 298
2 702
3 321
833,50
852
1 729
37 161,50
37 121
40 712,50
Maladie ordinaire (*)
Accident de service
Maladie professionnelle
TOTAL
(*) application d’une journée de carence pour chaque arrêt de maladie ordinaire initial, du 01/01/2012 au 31/12/2013
56
Conseil général de la Marne
Service de la formation, de la gestion des compétences
et de la vie au travail
Effectif du service
Le service de la formation, de la gestion des compétences et de la vie au travail était composé
de neuf agents au 1er janvier 2013 :
un attaché principal, chef de service,
un rédacteur principal de 1re classe, adjoint au chef de service en charge du pôle vie au travail,
un assistant socio-éducatif principal, assistante sociale du personnel (80 %),
un assistant socio-éducatif principal, conseiller en mobilité pour les agents en contrat aidé,
un technicien principal de 1e classe, conseiller prévention et sécurité,
un rédacteur, chargé des frais de déplacement et qui occupe également la fonction de
secrétaire du directeur des ressources humaines (50 %),
un adjoint administratif de 1re classe, assistant RH chargé des prestations sociales,
un adjoint administratif de 1re classe, assistant RH chargé de la formation,
un adjoint technique principal de 2e classe des établissements d’enseignement, référent
hygiène sécurité restauration scolaire, partagé avec le service des bourses et de la gestion
des collèges.
En juin 2013, l’assistant socio-éducatif principal, conseiller en mobilité pour les contrats aidés, est
décédé. Ses missions ont été réparties auprès de l’assistante sociale du personnel et du chef du service.
Accueil d’une stagiaire assistante sociale pour neuf mois à partir de juillet 2013 auprès de
l’assistante sociale du personnel.
Les missions principales
la formation
Le programme de formation 2013 a porté sur trois axes principaux :
formations statutaires obligatoires (formation d’intégration et de professionnalisation) :
477 agents ont suivi les formations statutaires obligatoires (368 en 2012), dont 63 en formation d’intégration
(majoritairement des catégories C) (49 en 2012) ;
préparation aux concours : 74 agents (contre 54 en 2012) ont été retenus suite à des
tests à la préparation de concours et d’examens professionnels. Ces préparations sont liées à
l’obligation des agents de passer un concours pour intégrer la fonction publique territoriale ou à la
volonté des agents d’évoluer dans leurs fonctions et dans leur carrière ;
formation de perfectionnement éligible au DIF : au total, 942 départs en formation
(contre 768 en 2012), ce qui représente 660 agents qui ont bénéficié de formations pour un volume
global de 16 178 heures (contre 11 330 heures en 2012).
3 380 heures de DIF ont été utilisées à l’initiative des agents, soit pour les préparations
concours, soit pour des formations de perfectionnement (contre 1 803 heures en 2012).
Cette année, les agents ont réalisé davantage leurs formations dans le cadre des formations
obligatoires de professionnalisation tout au long de la carrière (deux jours à réaliser par tranche de
cinq ans).
57
Conseil général de la Marne
Quatre agents ont bénéficié de l’atelier « accompagner les projets d’évolution professionnelle
des agents » proposé par le CNFPT afin de les accompagner dans leurs projets de mobilité. Un agent a
bénéficié d’un bilan de compétences.
les frais de déplacement
3 422 états de frais de déplacement temporaire (dont 648 dématérialisés avec e-Mission) ont
été vérifiés et contrôlés par le service (contre 3 338 en 2012). Le montant total des remboursements
représente 318 971 € en 2013 contre 325 090 € en 2012 et 342 782 € en 2011.
Le logiciel de remboursement des frais de mission « e-Mission » a été déployé sur l’ensemble
de la collectivité sur la période d’avril à novembre 2013.
Ce sont 162 demandes de billets SNCF qui ont été traitées contre 255 en 2012. La mise en
place de billets prépayés pour les trajets Châlons-en-Champagne - Paris concerne 73 déplacements en
2013 contre 67 en 2012.
Un nouveau dispositif de cartes de bus et tram a été mis en place pour les travailleurs médicosociaux du secteur de Reims.
Entre quarante et soixante agents bénéficient chaque mois du dispositif de prise en charge
partielle des déplacements domicile-travail en transport en commun, soit pour des déplacements intramuros pour Châlons-en-Champagne et Reims (un tiers) ou interurbains (deux tiers, dont un tiers pour les
trajets Reims-Châlons et Châlons-Reims). Le montant total de prise en charge a représenté 21 560 €
pour l’année 2013 (21 075 € en 2012).
les prestations sociales
Les agents du Conseil général ayant fréquenté les restaurants inter-administratifs, dont
l’indice brut majoré est inférieur à 465, bénéficient de la subvention interministérielle de 1,20 € par
repas. Cela a représenté 11 700 repas en 2013 (contre 14 099 repas en 2012). Pour information, le
nombre total de repas pris par l’ensemble des agents de la collectivité est de 15 628 en 2013 (17 230
en 2012), soit une baisse de 10 %.
D’autre part, le Conseil général verse une subvention aux agents qui confient leur enfant à la
crèche ou à la halte de l’association Pom’Cannelle (19 enfants à la crèche et 12 enfants à la halte
en 2013).
28 agents ont bénéficié d’une allocation pour les aider dans la prise en charge de leur enfant
en situation de handicap.
Concernant le CNAS, au 31 décembre 2013, 2 162 personnes bénéficiaient des prestations du
CNAS contre 2 200 en 2012.
Une personne du service assure le lien entre les agents et le CNAS. Ce sont 6 074 demandes
qui ont été instruites en 2013 (contre 5 861 en 2012) : Noël, rentrée scolaire, séjours vacances, plan
d’épargne chèque-vacances, … pour 626 154 €.
1 387 enfants ont pu bénéficier de l’arbre de Noël en 2013. 1 038 enfants de la tranche d’âge
0-10 ans ont pu assister au spectacle qui s’est déroulé le 18 décembre 2013 au Capitole de Châlonsen-Champagne. 329 enfants de la tranche d’âge 11-13 ans ont bénéficié d’un ticket cinéma et d’un
chèque cad’hoc.
103 agents en situation de handicap sont recensés auprès de la DRHAJ. 62 agents ont souhaité
bénéficier de la prestation CESU « Vie Active » d’un montant de 800 €/an pour harmoniser la vie
professionnelle et la vie familiale.
58
Conseil général de la Marne
prévention et sécurité
Le CHSCT s’est réuni en juin et décembre 2013.
La défense incendie
330 agents ont été formés par les sept formateurs internes occasionnels.
Des exercices d’évacuation incendie ont été réalisés pour les bâtiments de la DSD, de
la CSD de Sainte-Ménéhould et la CSD Reims Europe.
Premiers secours
70 agents ont bénéficié d’une formation SST de recyclage et soixante nouveaux agents
ont été nouvellement formés par les deux formateurs internes occasionnels.
L’état des lieux a été effectué en juillet 2013 pour évaluer les besoins en dotation des
armoires à pharmacie. La dotation s’est effectuée durant le 3ème trimestre 2013.
Document unique
Le document unique de la BDP a été réalisé, ainsi que celui des CSD.
Le document unique du collège de Vertus partie cuisine a été élaboré avec l’aide du
référent hygiène et sécurité en restauration scolaire.
onze nouveaux assistants de prévention ont été nommés pour les services BDP, CSD
Châlons Rive-gauche, CSD Croix-Rouge, SAERD et CIP et ont suivi la formation initiale.
cinq assistants de prévention ont effectué le recyclage obligatoire de maintenance des
acquis.
Formations habilitation
220 agents des CIP et du SAERD ont effectué les formations à la manipulation et conduite
d’engins des catégories 1, 4, 8, 11, 12 et 13, avec huit formateurs internes occasionnels.
12 agents ont suivi la formation obligatoire sur le travail en hauteur avec
échafaudage. Cette formation a été dispensée par le CNFPT.
85 agents ont effectué le recyclage obligatoire de l’habilitation électrique (60 agents
de type électricien et 25 de type non électricien).
20 agents ont effectué une formation initiale d’habilitation électrique.
Formations HACCP GEMRCN et bonnes pratiques hygiène alimentaire en restauration scolaire
pour les agents des collèges
29 chefs de cuisine ont effectué cette formation obligatoire HACCP dispensée par le CNFPT.
30 agents des collèges ont bénéficié d’une formation bonne pratique hygiène alimentaire
obligatoire dispensée par le CNFPT.
40 chefs de cuisine, 16 seconds de cuisine et 44 agents des collèges ont bénéficié de la
formation GEMRCN.
Accidents de travail
neuf enquêtes ont été menées sur des accidents de travail afin d’en évaluer les causes
et mettre en place des actions correctrices si nécessaire.
Prévention des risques psycho-sociaux
cinq nouveaux groupes (environ 70 travailleurs sociaux) ont démarré la formation
« analyse des pratiques » avec l’ARETAF à compter d’avril 2013. Ces formations
organisées autour de seize rencontres se termineront début 2015.
cinq agents de CSD ont bénéficié de l’intervention individuelle « post-traumatique »
avec l’ARETAF.
59
Conseil général de la Marne
Commission de maintien dans l’emploi (CME)
Le service a été invité à participer à sept CME organisée par le CDG51. Ces rencontres
ont permis d’échanger sur 22 dossiers individuels des agents afin de trouver des
réponses favorables à leur maintien dans l’emploi.
Formations signalisation temporaire
70 agents de la CIP Sud-Ouest et Centre-Ouest ont bénéficié de la formation
signalisation temporaire dispensée par des formateurs internes occasionnels.
Permis de conduire
Un document spécifique sur les permis de conduire et les habilitations à la
manipulation d’engins a été mis en place au sein des services concernés par la
conduite de ces véhicules.
Prévention des addictions
Mise en place d’un groupe de travail pour élaborer un règlement intérieur « alcool »
ainsi qu’un programme d’actions pour 2014.
les visites médicales
Le suivi des visites médicales de l’ensemble des agents est assuré par le service depuis 2007.
Ce sont 1 226 agents qui ont rencontré les médecins du travail du centre de gestion de la fonction
publique territoriale de la Marne (1 277 agents en 2012).
Les médecins de prévention ont émis des restrictions médicales pour 199 agents (159 en 2012).
L’assistante sociale du personnel a pu accompagner 17 agents des différents services dans
l’aménagement des postes, notamment par l’achat de matériel ergonomique mais également dans le
cadre de la formation afin de préserver leur maintien dans l’emploi. Quinze demandes d’interventions
ergonomiques ont pu être déposées auprès du centre de gestion et examinées par l’ergonome en 2013.
Depuis juin 2010, les visites médicales d’embauche et de reprise ont été remises en place :
91 agents ont bénéficié d’une visite médicale de reprise, 101 agents ont bénéficié d’une visite
médicale d’embauche et 24 agents d’une visite médicale particulière (sollicitée par l’agent, le
médecin traitant ou la collectivité).
les agents en situation de handicap
L’assistante sociale du personnel a pu accompagner 25 agents qui ont fait reconnaître leur
handicap auprès de la MDPH. Quatre agents en situation de handicap ont été recrutés en 2013 (agent
en contrat aidé et assistant familial) Actuellement, le Conseil général compte 103 agents reconnus en
situation de handicap dans ses effectifs. Trois agents relevant de l’obligation d’emploi ont pu bénéficier
d’un reclassement professionnel mettant en adéquation leurs compétences et leur état de santé.
Un agent a pu accéder à une formation diplômante dans le cadre de sa reconversion
professionnelle liée à sa situation de handicap.
Deux autres agents ont pu être accompagnés sur une mobilité interne afin de préserver leur
état de santé.
Un nouvel agent a pu être accompagné vers un poste en télétravail pendulaire, ce qui porte à
cinq le nombre d’agents bénéficiaires de ce dispositif.
La nouvelle convention avec le FIPHFP a été signée pour la période 2013-2015 afin de poursuivre
les actions engagées en vue d’atteindre les 6 % de l’obligation d’emploi. Le taux qui était de 0,5 % en
2005, 3,1 % en 2010, est égal à 5,1 % en 2014.
60
Conseil général de la Marne
suivi social des agents
Sur l’année 2013, l’assistante sociale du personnel a accompagné une centaine d’agents. Il
s’agit d’agents en quasi-totalité déjà suivis en 2012 pour des difficultés d’ordre professionnel (dans le
cadre d’aménagement de poste ou reclassement professionnel), mais également sur le plan personnel.
Ces demandes purement sociales étaient orientées :
sur des conseils autour des droits (dans le cadre de séparation, de démarches en cas de
décès, lien avec les organismes extérieurs : CAF, CPAM, …),
autour de problèmes liés au logement (mutation, dette, …),
de difficultés financières liées souvent à un accident de la vie (arrêt maladie, séparation, …).
Des dossiers de surendettement, des aides financières (notamment auprès du CNAS), ainsi que
des suivis budgétaires ont pu être mis en place.
Des accompagnements vers des soins spécialisés ont été effectués (dépendances, soins
psychologiques, …).
L’accompagnement d’agents vers des mesures de protection judiciaire a également été mis en place.
Une information préoccupante a été effectuée dans le cadre de la mission du suivi social (enfant
en risque) et transmise à la circonscription de la solidarité départementale référente de la famille.
la journée d’accueil des nouveaux agents
La journée d’accueil des nouveaux agents a été organisée avec la direction de la communication.
Elle s’est déroulée le 29 novembre 2013 et a rassemblé une quarantaine d’agents.
Concernant les agents en contrat aidé, sept journées d’accueil spécifiques ont été organisées
afin de leur présenter la collectivité, leur statut, l’environnement territorial et les perspectives de
mobilité. Ces rencontres ont rassemblé au total une soixantaine d’agents.
Projets et orientations pour l’année 2014
gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences (GPEEC)
Poursuite de la démarche entreprise avec des objectifs précis :
maîtrise des effectifs et de la masse salariale,
poursuite des organigrammes cibles par direction,
insertion et maintien dans l’emploi de personnes en situation de handicap (atteindre les 6 %
d’obligation d’emploi selon le programme d’actions défini dans la convention avec le FIPHFP pour la
période de 2013-2015),
suivi individualisé des agents en contrat aidé et insertion au sein de la collectivité.
formation
Bilan du plan de formation 2012-2014 et préparation du plan de formation 2015-2017.
hygiène et sécurité
La défense incendie
Renforcement du réseau de formateurs internes occasionnels.
Document unique
Poursuite du document unique et renforcement du réseau des assistants de prévention.
61
Conseil général de la Marne
Formation aux produits phytosanitaires
89 agents des différents services concernés suivront la formation obligatoire
d’applicateur opérationnel et 54 agents la formation obligatoire d’applicateur.
Collèges
Mise en place de quatre sessions de formation PRAP (prévention des risques liés à
l’activité physique) à l’attention des agents des collèges travaillant en cuisine avec un
formateur interne.
Prévention des risques psycho-sociaux
Démarrage d’un premier groupe « analyse des pratiques » pour des infirmières/puéricultrices.
Mise en place d’un groupe de travail sur l’accord cadre relatif à la prévention des
risques psycho-sociaux dans la fonction publique.
Prévention des addictions
Mise en place de cinq journées de sensibilisation aux addictions pour les agents des routes.
Formation de huit à neuf groupes de cadres et cadres intermédiaires sur les addictions
et le positionnement du cadre face à un agent suspecté de conduites addictives.
62
Conseil général de la Marne
Service des affaires juridiques
Le service des affaires juridiques est placé auprès de la direction des ressources humaines ; il assure
pour la collectivité des fonctions juridiques et de contentieux, auxquelles sont venues s’ajouter en 2012 des
fonctions en documentation.
Les moyens
le personnel
Le service juridique se composait jusqu’au 1er juin 2013 de quatre agents (3,7 ETP) :
un attaché principal, chef de service,
un attaché, juriste, plus spécialement chargé des actions de veille aux services (0,80 ETP),
un rédacteur principal, « assistant de gestion » (0,90 ETP),
un assistant socio-éducatif principal, « correspondant documentation ».
Au 1er juin, le second juriste du service a quitté la collectivité entraînant l’arrêt de la veille
juridique aux services. Au 31 décembre 2013, le service comptait 2,90 ETP ainsi qu’un adjoint
administratif à mi-temps thérapeutique arrivé en septembre dans l’attente d’une réaffectation. Par
ailleurs, l’agent chargé de la documentation bénéficie d’une convention de travail à distance pour
raison médicale.
le matériel
Outre les publications officielles, le service dispose :
d’ouvrages et revues spécialisés, essentiellement en droit public, (encyclopédies Dalloz
« Collectivités locales », Juris-Classeur administratif, la Semaine Juridique, l’AJDA, …),
d’une banque de données juridiques LAMYline (abonnement payant),
de deux logiciels dédiés à la documentation.
Les missions du service
Le service juridique exerce les activités principales suivantes :
le conseil,
la gestion des contentieux,
la gestion des précontentieux (recours gracieux),
la documentation.
L’activité du service est divisée en quatre pôles :
1 - Le contentieux
Le service est chargé de la défense des intérêts du Département devant toutes les juridictions.
Dans ce domaine, il prend en charge en relation avec les directions concernées l’ensemble des
procédures intentées soit par le Département, soit à son encontre (à l’exception de quelques
contentieux très spécialisés ou récurrents, comme la tarification, l’obligation alimentaire, …).
Le service établit les mémoires en défense ou en demande ; si besoin il mandate un avocat et
assure le suivi de l’affaire.
63
Conseil général de la Marne
Il procède à l’exécution des décisions de justice et étudie les voies de recours.
Il procède au règlement des dépenses.
2 - Le précontentieux
Le service traite les recours gracieux, notamment ceux relevant de la responsabilité du fait des
ouvrages et travaux publics et, le cas échéant, les recours transmis par les services.
3 - Le conseil juridique et la veille
Le service fournit un appui juridique et des conseils aux services qui le sollicitent.
Cette assistance peut prendre différentes formes :
recherche de jurisprudence, envoi de documentation juridique,
rédaction ou aide à la rédaction d’actes (conventions, formulaires, transactions, …),
étude de dossiers,
rédaction de notes, avis,
de janvier 2010 à juin 2013, le service assurait la diffusion électronique de l’actualité
juridique intéressant les services et directions, sous forme d’un bulletin hebdomadaire et d’envois
ponctuels « ciblés ».
4 - La documentation
Le service juridique est chargé de l’acquisition, de la gestion et du suivi budgétaire des
abonnements et des ouvrages pour la collectivité. De plus, il diffuse chaque semaine sur l’intranet une
information aux services à partir des revues dont il dispose appelée « Info documentaire ».
5 - Autres
Assurances
Le service gère les dossiers relevant de l’assurance « Responsabilité et risques annexes » du
fait des ouvrages et travaux publics.
Depuis janvier 2013, suite à la résiliation du contrat d’assurance de protection fonctionnelle
des agents et des élus, celle-ci est directement mise en œuvre par le service juridique.
Commission d’accès aux documents administratifs (CADA)
Le 5 juin 2007, le chef de service a été désigné au sein de la collectivité en qualité de
« Personne responsable de l’accès aux documents administratifs et des questions relatives à la
réutilisation des informations publiques » (application du décret n°2005-1755 du 30 décembre 2005).
Cette fonction consiste à assurer la liaison avec la CADA, si besoin instruire les demandes
d’accès aux documents administratifs, les demandes de « réutilisation des informations publiques » et
conseiller les services.
Divers
Le service est également chargé de la procédure d'assermentation des agents de la direction
des routes départementales prévue à l'article L.116-2 du code de la voirie routière. Il constitue un
dossier pour chaque agent puis le transmet au greffe du tribunal d’instance compétent.
Il centralise et met en forme le rapport annuel d’activité des services.
64
Conseil général de la Marne
Le bilan de l’année écoulée
Pour le détail des actions contentieuses, il convient de se reporter aux tableaux récapitulatifs (cf.
infra), étant précisé qu’ils valent compte-rendu de l’exercice de la délégation donnée au
président du Conseil général en matière d’actions en justice, en vertu de l’article L3221-10-1
du code général des collectivités territoriales.
Les nouveaux contentieux, tous types de recours confondus, concernent à près de 60 % l’action
sociale, dont plus de la moitié le RSA/FSL. Le reste s’éparpille entre toutes les autres directions.
41 nouveaux dossiers contentieux ont été ouverts en 2013 (contre 45 en 2012).
Dont :
19 recours pour excès de pouvoir en matière d’action sociale (PMI, ASE, SILS, SGAH),
9 recours de pleine juridiction (DRD, DBD, ASE, RH, DFMI-Marchés),
13 « divers » : 8 constitutions de partie civile/demandes indemnitaires (dont : dommages au
domaine public), 1 demande de mainlevée OTD devant le JEX (solde prêt rénovation hôtel) - 4 appels
devant la cour d’appel de Reims (mineurs isolés étrangers).
Quelques chiffres clés :
21 mémoires en défense ont été produits par le service,
5 appels,
2 pourvois en cassation devant le Conseil d’Etat,
36 décisions de justice ont été rendues et exécutées,
55 contentieux en stock,
2 dossiers de protection fonctionnelle,
37 recours gracieux ont été instruits,
150 notes de service et avis juridiques rédigés (conseils verbaux non comptabilisés),
13 « Juriflash » et 29 courriers électroniques de veille (de janvier à avril 2013),
3 dossiers d’assermentation,
33 saisines d’huissier (pour le compte de l’ASE et du SGAH).
1 - Nouveaux contentieux (application de l’art. L.3221-10-1 du CGCT)
Recours pour excès de pouvoir en matière d’action sociale (19)
Pourvoi en cassation c/
arrêt CAA 17.06.13
Appel jugement TA
29.10.13
Amende adm. 3 000 €
(fraude RSA)
Retrait d’urgence
agrément accueillant
familial
CE
Dispositif/
Observations
En cours
CAA
En cours
En cours
CE
En cours
TA
En cours
Mme G.
Dpt
c/ notifications CAF
Refus extension agrément
ass. mat.
Réduction capacité accueil
9 micro-crèches
Suspension agrément ass.
mat.
Trop perçu RSA et radiation
TA
Dpt
Appel
jugement
TA
12.07.13
Pourvoi en cassation c/
ord. TA 11.01.13
c/ décision PCG 16.11.12
TA
En cours
M. B.
Dpt
c/ décision PCG 04.02.13
Rejet remise dette RSA
TA
En cours
Demandeur
Défendeur
Dpt
Mme B.
Mme P.
Dpt
Mme S.
Dpt
SARL H.
Dpt
Mme S.
Nature du contentieux
Objet
65
Conseil général de la Marne
Juridiction
- Référé-suspension c/
suspension droits RSA
Juge Réf. TA
- Ord. 12.09.13 :
suspension
- Annulation
Trop perçu RSA
TA
TA
- En cours
En cours
Trop perçu RSA
TA
En cours
Trop perçu RSA
TA
En cours
Suspension RSA
TA
En cours
c/ décisions PCG
05.03.13 - 09.04.13 29.07.13
Refus RSA
TA
En cours
Dpt
Opposition TR
TA
En cours
Mme S.
Dpt
c/ décision PCG 26.08.13
Contribution financière
placement mineur ASE
Refus RSA
TA
En cours
M. D.
Dpt
c/ décision PCG 12.07.13
Trop perçu RSA
TA
En cours
Mme V.
Dpt
c/ décision PCG 03.06.13
Trop perçu RSA
TA
En cours
Mme D.
Dpt
c/ décision PCG 03.07.12
Rappel RMI/RSA
2008/2011
TA
En cours
M. M.
Dpt
c/ notifications CAF
Mme El B.
Dpt
Mme G.
Dpt
Mme J.
Dpt
Mme A.
Dpt
c/ notification CAF
30.07.13
c/notification CAF
05.06.13
c/ notification CAF
22.10.12
c/ décision PCG 19.07.13
Mme Ch.
Dpt
M. G.
Recours de pleine juridiction (9)
Indemnisation
reconstruction du pont
de Bétheny
5 004 356,54 € TTC
- 14 292 € travaux
- 11 564 € frais
d’expertise
- 3 000 € frais irrép
Refus de garantie
accident ass. fam.
(20 149 €)
CE
Dispositif/
Observations
En cours
second (et dernier)
pourvoi en cassation
TA
En cours
CAA
Ord. 6.01.14 :
désistement
Appel jugement TA
20.12.12
Indemnisation suite
licenciement assistants
familiaux
- 204 630 €
- 5 000 € frais irrép
CAA 30.09.13
Rejet (+ 1000 € au
Dpt)
CernayLes-Reims
et autres
Référé-expertise
Dommages DP suite
sinistre 11.12.12
Juge réf. TA
En cours
Mme ex M.
Dpt
Contentieux de la
rémunération
Reversement SFT à/c
01.06.10 avec intérêts
TA
En cours
Versement du SFT
(sans les intérêts) :
demande de non-lieu
à statuer
OPPIC
Ministère
Culture et
autres
Référé-préventif avant
travaux
Extension CNAC
TA
En cours
SAS A.P.
Dpt
- Référé précontractuel
- Juge réf. TA
- Ord. 20.11.13 :
désistement
- TA 10.12.13
- Rejet
Demandeur
Défendeur
Nature du contentieux
Dpt
RFF
Pourvoi en cassation
c/ arrêt CAA 17.06.13
Dpt
MOE
Réparation malfaçons
foyer de vie JP Bru (hors
charpente/cuisine)
SMACL
Dpt
Appel jugement TA
06.06.13
Epoux P.
Dpt
GRDF
Objet
Juridiction
Annulation marché lot 2
Véloroute Vallée Marne
- Référé contractuel
66
Conseil général de la Marne
Contentieux divers (13)
Demandeur
Défendeur
Nature du contentieux
Dpt
M.R.
Dpt
Dpt
MM. C. et
autres
MM. B. et
autres
M. T.
Appel c/ jugement T. corr.
Ch. 15.10.12
Indemnisation
Dpt
M. K.
Dpt
M. A.
Dpt
M. A.
Dpt
M. C.
Mmes B.
Dpt +
DRFP Ch.
Mainlevée OTD
Dpt
M. M.
Const. partie civile
Dpt
Const. partie civile
Dpt
MM. M. et
autres
M. M.
Dpt
M. D.
Const. partie civile
Dpt
Objet
Dommages DP
Vol et dégradations
coll. Pasteur
Incendie foyer de
vie Morandat
Tutelle mineur isolé
étranger
Tutelle mineur isolé
étranger
Tutelle mineur isolé
étranger
Tutelle mineur isolé
étranger
Dommages DP suite
accident 13.01.12
Remboursement
solde prêt rénov.
hôtel (18 876 €)
Dégradation
véhicule service
Dégradations coll.
Pasteur
Dégradations coll.
G. Braque
Dégradations coll.
Pasteur
Const. partie civile
Appel Ord. juge tutelle
TI Ch. 01.02.13
Appel Ord. juge tutelle
TI Ch. 28.02.13
Appel Ord. juge tutelle
TI Ch. 01.03.13
Appel Ord. juge tutelle
TI Ch. 15.03.13
Indemnisation
Const. partie civile
CA Reims
7.05.13
TGI Ch.
Dispositif/
Observations
Condamnation 5 426 €
+ 600 €
En cours
T. enfants Reims
En cours
CA Reims
Rejet
CA Reims
En cours
CA Reims
En cours
CA Reims
En cours
TGI Ch.
En cours
JEX TGI Ch.
22.10.13
Mainlevée +
condamnation 1 000 €
T. corr. Ch.
9.10.13
T. enfants Reims
Condamnation 1 034 €
Juge enfants Reims
En cours
T. enfants Verdun
En cours
Juridiction
En cours
2 - Décisions de justice rendues
Sur les 36 décisions de justice rendues en 2013 (ci-dessous) (contre 48 en 2012) :
25 sont favorables au département,
Demandeur
8 défavorables,
3 « autres » (non-lieu à statuer, désistement, incompétence, …),
Une procédure a fait l’objet d’une transaction.
Défendeur
Sté N.F.
Dpt
Mme M.
Dpt
M. C.
Dpt
Mme G.
Dpt
Dpt
Mme B.
Dpt
Epoux C.
Nature du
contentieux
c/ refus implicite
PCG
Objet
c/ décision PCG
21.10.11
c/ décision PCG
20.06.12
c/ décision PCG
21.11.11
Réutilisation
cahiers
recensement
1801/1931
Sanction
disciplinaire
Refus titularisation
et radiation
- Licenciement
ass. fam.
- Reconstit.
carrière
c/ jugement TA
12.04.12
c/jugement TA
20.09.10
- 125 000 € +
5 000 € + 3 500 €
Amende adm.
Fraude RSA
Refus agrément
adoption
Juridiction
Dispositif
Observations
TA 21.02.13
Rejet
Classé
TA 07.03.13
Rejet
Classé
TA 04.07.13
Rejet
Classé
TA 06.06.13
(jonction
requêtes)
- Annulation et
ordonne
réintégration –
1 000 € + 1 500 €
- Rejet du surplus
Recours gracieux
27.11.13
(exécution jugement)
CAA 17.06.13
Rejet
Pourvoi CE
CAA 17.01.13
- Rejet
- Injonction
réexamen
demande sous
2 mois
- 1 500 €
Classé
67
Conseil général de la Marne
M. M.N.
Dpt
Mme J.
Dpt
Mme O.
Dpt
M. F.
Dpt
M. B.
Dpt
Mme G.
Dpt
M. D.
Dpt
M. B.R.
Dpt
M. L.
Dpt
Mme A.
Dpt
Mme P.
Dpt
M. L.
Dpt
Mme S.
Dpt
Mme S.
Dpt
M. B.
Dpt
c/ décision PCG
25.02.11
c/ décision PCG
10.05.11
c/ décision PCG
06.04.11
c/ décision PCG
10.05.11
c/ décision PCG
03.11.11
c/ décision PCG
09.01.12
c/ décision PCG
06.02.12
c/ décisions CAF
+ PCG
c/ décisions PCG
25.11.11 + 16.01.12
FSL
TA 30.05.13
Rejet
Classé
FSL
TA 02.05.13
Rejet
Classé
Suspension RSA
TA 11.04.13
Rejet
Classé
FSL
TA 11.06.13
Rejet
Classé
Refus RSA
TA 22.10.13
Rejet
Classé
Trop perçu RSA
TA Ord.
11.07.13
TA 26.11.13
Non-lieu à
statuer
Rejet
Classé
TA 11.04.13
Rejet
Classé
TA 06.06.13
Rejet
Classé
c/décision PCG
30.05.12
c/ décision PCG
13.07.12
Suspension
agrément ass. mat.
Retrait d’urgence
agrément
accueillant familial
TA 25.04.13
Rejet
Classé
TA 29.10.13
Rejet
Appel CAA
c/ notification
CAF 07.06.12
c/ décision PCG
02.07.12
c/ notification
CAF 28.08.12
c/ Ord. TA
07.09.12
Référé-suspension
9 décisions PCG
11.10.12
Trop perçu RSA
TA 20.06.13
Rejet
Classé
Refus extension
agrément ass. mat.
Refus remise
dette RSA
Refus remise
dette RMI
Réduction
capacité accueil
9 micro crèches
TA 12.07.13
Rejet
Appel CAA
TA 18.07.13
Rejet
Classé
Rejet
Classé
Juge Réf. TA
Ord. 11.01.13
Rejet
Pourvoi CE
Classé
Refus remise
totale dette RSA
RSA + « prime
Noël »
- Refus agrément
adoption
- 5 000 €
CAA 01.08.13
Classé
Incompétence
SARL H.
Dpt
Mme S.
Dpt
Référé-suspension
décision PCG
16.11.12
Suspension
agrément ass. mat.
Juge Réf. TA
Ord. 18.10.13
Désistement
M. M.
Dpt
Référé-suspension
notification CAF
17.07.13
Suspension droits
au RSA
Juge Réf. TA
Ord. 12.09.13
Suspension
Dpt
RFF
Rejet
1 500 €
Rejet
1 500 €
Pourvoi CE
SARL A.
Reconstruction
pont Bétheny
TR 179 624€ mise
en régie et
résiliation marché
coll. Thibaut de
Champagne
CAA 17.06.13
Dpt
Appel ap.
cassation
Appel jugement
TA 24.09.11
Mme S.
Dpt
Indemnisation
Suite annulation
retrait agrément
ass. mat.
TA 21.03.13
Rejet
Classé
Mme M.
Dpt
Alloc. chômage
Suite radiation
des cadres pour
abandon de poste
TA 17.01.13
Rejet
Classé
Epoux P.
Dpt
Appel jugement
TA 20.12.12
Annulation
suspension
agréments ass.
familiaux et
indemnisation
suite licenciements
204 603 €+2 000 €
CAA 30.09.13
Rejet
1 000 €
Classé
M. B.
Dpt
Indemnisation
Suite refus
affectation collège
TA 04.07.13
Annulation et
cond. + 2 000 €
+ 1 200 €
Classé
CAA 28.01.13
68
Conseil général de la Marne
Classé
SAS A.P.
Dpt
Dpt
Proc. Rép.
Dpt
M. R.
Dpt
M. T.
Dpt
M. M.
- Référé
précontractuel
- Référé
contractuel
Appel jugement
TGI Ch. 21.03.12
Appel jugement
T. corr. Ch.
15.10.12
Appel ord. juge
tutelle TI Ch.
Constit. Partie
civile
Annulation lot 2
marché travaux
Véloroute
Juge Réf. TA
Ord. 20.11.13
- Rejet
Classé
TA 19.12.13
- Rejet
Révision legs
Françin
Indemnisation
suite dommages
DP
CA Reims
21.05.13
CA Reims
15.05.13
Autorisation
d’aliéner
Condamn.
5 426 € + 600 €
Classé
Mineur isolé
étranger
Dégradation
véhicule de
service
CA Reims
21.06.13
T. corr. Reims
Rejet
Classé
Condamn.
1 034 €
Classé
Classé
L’activité documentation du service
En 2013, le service juridique a acquis 34 ouvrages (contre 93 en 2012) pour un montant de 1 991 €.
Au 31 décembre 2013, on recensait 141 abonnements actifs pour un montant de 58 941 €
(contre 209 en 2012).
Le budget prévisionnel pour 2013 s’établissait à 65 000 € (contre 80 000 € en 2012), il sera de
60 000 € en 2014.
69
Conseil général de la Marne
Service de l’imprimerie et de la reprographie
Le service de l’imprimerie assure les missions suivantes :
conception et impression de documents ;
gestion des machines à affranchir et des dépenses d’affranchissement ;
encadrement de l’accueil des services centraux et du bureau du courrier.
Conception et impression des documents
le service de l’imprimerie
Le service est divisé en trois pôles :
reprographie et conception graphique (quatre agents + un contrat aidé) ;
impression numérique couleur (un agent) ;
offset (un agent) ;
finition (quatre agents).
Le volume d’impression en reprographie a été de 2 812 500 copies en 2013 contre 2 922 000 copies
en 2012. Nous avons un volume d’impression relativement constant.
La consommation de papier A4 blanc (75 g pour le service imprimerie et 80 g pour les services
du Département) a été de 10 200 ramettes (9 600 en 2012, 8 500 en 2011, 12 400 en 2010, 14 640
en 2009 et 18 200 en 2008).
Le volume de papier commandé reprographique, offset, enveloppes logotypées et vierges a été
de 67,77 tonnes (66,85 tonnes en 2012, 70 tonnes en 2011, 72 en 2010, 91 en 2009).
Le papier recyclé (chutes de papier blanc) représente 1,02 tonne. Il est vendu à une société
spécialisée dans la récupération.
Les travaux effectués en offset représentent environ 2 000 000 impressions (2 300 000 en 2012) ;
cette baisse est due aux impressions reprises sur la machine numérique couleur dans le cas de court tirage.
Quelques réalisations en offset et sur la presse numérique :
Itinéraires 2013,
bande dessinée « File moi…, sinon ! » 3 histoires de racket,
Programme départemental d’insertion 2013-2015,
exposition « Joseph de Baye »,
triptyque « 1 siècle de mémoire » le Centenaire de la Grande Guerre dans la Marne,
un programme d’animations culturelles « Jardin des mots »,
brochure « Votre enfant et son sommeil »,
brochure et flyers « Le mois du numérique »,
brochure « Handisport » (DDCSPP),
brochure « Projet Académique » (Rectorat),
rapport d’activité Syvalom,
liasses refus de transport (SDISS),
70
Conseil général de la Marne
Carrefour des élus (AMM),
Noëls de Champagne.
Outre ses différentes missions, le service a accueilli en 2013 :
trois stagiaires en initiation en milieu professionnel,
un stagiaire brevet de technicien supérieur design graphique,
deux stagiaires bac professionnel industrie graphique,
quinze travailleurs d’intérêt général placés par le service pénitentiaire d’insertion et de
probation ou par le centre d’action éducative, soit un total de 1 188 heures.
La gestion du parc des machines à affranchir
Le parc est composé de 21 machines à affranchir :
deux dans les services centraux,
treize dans les CSD,
cinq dans les CIP,
une au parc départemental.
Le parc machines sera renouvelé en 2014 ; il n’y aura plus que 18 machines (suppression
d’une machine au service central, à la CIP Sud-est ainsi que celle du SAERD) qui seront plus modernes
et nous pourrons grâce à un nouveau logiciel avoir un suivi des consommations par site
mensuellement ce qui permettra de réduire les coûts d’affranchissement.
Encadrement de l’accueil des services centraux et du bureau du courrier
l’accueil
L’accueil physique et téléphonique des administrés est assuré de façon continue du lundi au
vendredi de 8 h 00 à 17 h 45 (un agent de la reprographie remplaçant le titulaire du poste pendant la
pause du midi et lors des congés) ; cette mission est très importante car elle contribue très fortement
à l’image de notre collectivité.
Répartition des appels par mois
5000
4472
4500
4000
3500
3000
2500
2169
2000
1473
1500
1177
989
1009
1000
500
571
588
Pas de donnée informatique pour ces périodes
0
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
71
Conseil général de la Marne
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Au titre de l’année 2013, 12 248 appels ont été reçus pour les huit mois comptabilisés (2 369 appels
supplémentaires pour une période plus courte). Le pic d’activité se situe en septembre et en octobre
(changements des circuits du service des transports scolaires).
le bureau du courrier
Un agent assure cette mission (un agent de la finition remplaçant le titulaire du poste lors des
congés) qui, comme pour l’accueil, est fondamentale car de son bon fonctionnement découle le travail
de la journée pour notre administration.
Pour 2014, avec le nouveau matériel, cet agent fera le suivi informatisé du courrier recommandé
ainsi que des dépenses d’affranchissement faites sur les machines des services décentrés.
72
Conseil général de la Marne
Direction des routes départementales
Observatoire de la sécurité routière
Mission insertion des équipements dans leur milieu
Service maîtrise d’ouvrage routière
Service ingénierie routière
Service soutien administratif et budgétaire des routes
Service de l’exploitation des routes et du matériel
Service des affaires foncières routières et de l’urbanisme
Service des ouvrages d’art
Service d’information géographique
Circonscription des infrastructures et du patrimoine
Service d’appui pour l’entretien des routes départementales
73
Conseil général de la Marne
74
Conseil général de la Marne
Direction des routes départementales
Les attributions de la direction des routes départementales
Les principales missions de la direction des routes départementales (DRD) concernent :
l’aménagement (maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre), l’entretien et l’exploitation de la
voirie départementale (4 199 km de routes et 1 370 ponts ou ouvrages d’arts) ;
la réalisation des travaux d’enduisage, de signalisation horizontale et de pose de glissières de sécurité ;
la gestion du domaine public routier départemental (classement, réglementation, alignement,
dommages, …) ;
l’aide à l’aménagement de la voirie nationale (volet routier des anciens contrats de plan, puis
participation aux programmes de modernisation d’itinéraires) ;
l’aide aux communes et établissements publics de coopération intercommunale pour
l’aménagement de leur voirie (subventions, répartition du produit des amendes de police, prestations
intellectuelles dans le cadre de mandats de maîtrise d’ouvrage) ;
l’aide financière et le suivi des études d’urbanisme conduites par les collectivités locales.
La direction des routes départementales assure également d’autres prestations, tant pour
l’exécution de ses propres missions qu’au profit des autres directions du Département et de leurs satellites :
préparation, passation et gestion de marchés publics ;
gestion budgétaire et comptable, en relation avec la direction des finances, des marchés et
de l’informatique, comptabilité analytique ;
suivi de la formation et de la gestion de ses agents, en liaison avec la direction des
ressources humaines et des affaires juridiques ;
acquisitions et cessions foncières ;
gestion du parc automobile et des réparations ;
développement et exploitation du système d’information géographique.
Organisation et moyens humains
L’organisation de la direction des routes départementales est adaptée à l’exercice des
attributions qui lui sont confiées.
Quinze entités la composent :
une équipe de direction : directeur, observatoire de la sécurité routière, mission d’insertion
des équipements dans leur milieu,
six circonscriptions des infrastructures et du patrimoine (CIP), respectivement responsables
des secteurs territoriaux suivants :
Centre
(siège à Châlons-en-Champagne),
Centre-ouest
(siège à Vertus),
Nord
(siège à Reims),
Nord-est
(siège à Suippes),
Sud-est
(siège à Vitry-le-François),
Sud-ouest
(siège à Montmirail).
75
Conseil général de la Marne
Ces six circonscriptions des infrastructures et du patrimoine disposent de 23 centres routiers
départementaux (CRD) répartis sur l’ensemble du territoire du département de la Marne. Elles
exécutent également des missions sous le contrôle de la direction des bâtiments départementaux.
Le service d’appui pour l’entretien des routes départementales dont les moyens sont répartis
dans trois emprises (Châlons-en-Champagne, Reims et Sézanne) ;
les sept services centraux suivants :
le service des affaires foncières routières et de l’urbanisme,
le service d’exploitation des routes et du matériel,
le service de l’ingénierie routière,
le service de la maîtrise d’ouvrage routière,
le service du soutien administratif et budgétaire des routes,
le service des ouvrages d’art,
le service d’information géographique.
Principaux faits marquants de l’année 2013
Formé à partir du parc départemental hérité des services de l’État en 2010, le nouveau service
d’appui pour l’entretien des routes départementales (SAERD) exécute des missions pour les seuls
besoins du Département.
La première phase des travaux du contournement de Beaumont-sur-Vesle est achevée.
L’objectif est d’ouvrir cette route à la circulation avant l’été 2014.
Dans un cadre financier restreint et des effectifs réduits, tous les services de la direction des
routes ont accentué leurs efforts pour augmenter le niveau de service.
Au plan de la sécurité routière, la mise en œuvre de la politique arrêtée par l’Assemblée
départementale a été marquée par deux actions particulières :
le traitement des obstacles fixes de rase campagne ;
la sécurisation des courbes.
76
Conseil général de la Marne
Observatoire de la sécurité routière
Effectif
L’observatoire de la sécurité routière (OSR) a été créé en août 2011 et est composé d’un
technicien principal.
Missions
Au-delà des tâches d’observation et d’analyse des données liées à l’insécurité routière, des
missions d’expertises et de pilotage sont exécutées par cet observatoire et constituent une part
importante de son activité.
Ces missions portent notamment sur les infrastructures existantes et ont pour objectif de
réduire l'insécurité routière en proposant des solutions ou corrections adaptées et lisibles par l’usager
de la route.
L’OSR est également chargé de vérifier l’application des règles de sécurité dans le cadre des
projets routiers.
Au niveau des structures de concertation préfectorales, l’OSR participe aux travaux du conseil
départemental de prévention (actualisation du document général d’orientation) et de la commission
consultative des usagers sur la signalisation (CCUSR).
L’OSR apporte une expertise aux communes et communautés de communes pour la mise en
œuvre d’aménagements de sécurité en agglomération ainsi que pour la mise en conformité des points
d’arrêts des transports collectifs. Il émet un avis technique sur les dossiers de demande de
subventions transmis par ces collectivités.
Dans l’exercice de ses attributions et se fondant sur le classement des enjeux, l’OSR propose
des actions de sécurisation ciblées.
Les dossiers traités
Sécurisation des courbes
Les accidents en courbe constituent un enjeu important avec 21 % des accidents corporels sur
l’ensemble du réseau.
Suite à l’action de sécurisation initiée par l’OSR, plus de 200 courbes ont fait l’objet de travaux
d’amélioration.
Un programme visant à mettre en conformité les écrans inférieurs sous les glissières de
sécurité pour la sécurité des motocyclistes a été établi. Les travaux sur les 36 zones identifiées seront
réalisés en 2014.
Traitement des obstacles fixes de rase campagne
Les obstacles latéraux ont contribué à l’aggravation des sorties de route dans 168 accidents
entre 2008 et 2012. Avec 22,2 % de l’accidentalité sur RD, il s’agit de l’enjeu le plus significatif pour
lequel le plan triennal adopté par l’Assemblée départementale en octobre 2012 prévoit la mise en
œuvre de plusieurs actions coordonnées par l’OSR.
Dans le cadre de ce plan, 67 zones ont fait l’objet de travaux de sécurisation en 2013 :
19 zones concernant des travaux de pose de dispositifs de retenue ou de suppression
d’obstacles dangereux (bordures, têtes d’aqueduc, …),
77
Conseil général de la Marne
48 zones d’abattage d’arbres dangereux : 832 arbres ont été abattus sur une
programmation initiale de 820 unités. Au total, le plan d’actions prévoit l’abattage, d’ici
2015, de 1 234 arbres majoritairement implantés en courbe à moins de quatre mètres
des bords de chaussée. En parallèle, 133 zones ont fait l’objet d’une plantation de
haies (~ 6 km de haies).
Par ailleurs, l’OSR a conduit une étude concernant la dangerosité des 962 poteaux ERDF et
France Télécom implantés en courbe à moins de quatre mètres des bords de chaussée. Une hiérarchie du
danger, que représente chaque support a ainsi été établie. Les études visant à déplacer les 62 supports
les plus dangereux sont en cours par les concessionnaires concernés.
Suivi statistique de l’accidentalité (période 2008 / 2012)
présentation à l’Assemblé départementale du rapport 2007/2011 ;
diffusion de l’accidentalité départementale mensuelle ;
intégration des données 2012 issues des bulletins d’analyse des accidents corporels
concernant le réseau routier départemental ;
établissement du bilan 2008/2012 : vérification de la pertinence des enjeux, détermination
de la représentation des enjeux dans l’accidentalité, rédaction du rapport.
Élaboration du plan d’actions 2013 de sécurisation des infrastructures routières
inventaire et hiérarchisation des sites les plus accidentogènes du réseau routier
départemental sur les thèmes suivants :
- courbes de rase campagne ;
- traverses des agglomérations ;
- intersections de rase campagne ;
- zones d’accumulation d’accidents.
Expertise en traverse des agglomérations
Assistance à la maîtrise d’ouvrage auprès de soixante communes, avec production de trente
diagnostics de sécurité routière (propositions d’aménagements ou de mise en conformité).
Avis sur dossiers techniques internes
Rédaction de 28 avis concernant des dossiers d’aménagement étudiés par les services de la DRD.
Avis sur les dossiers « amendes de police » et mise en conformité des aires d’arrêts des
transports en commun de personnes
Rédaction de 70 avis portant sur des dossiers de demande de subvention transmis par les collectivités.
Conclusion
L’activité est restée soutenue en 2013 tant en nombre de dossiers traités que d’actions
ponctuelles d’expertises auprès des CIP, du SIR, du SMOR ou d’autres maîtres d’œuvre dans le cadre
des projets routiers. Il est à noter une demande croissante des maires concernant des problèmes de
sécurisation des traverses d’agglomération.
Perspectives 2014
Poursuivre la coordination des inspections de sécurité sur les tronçons routiers qui présentent
la plus forte concentration d’accidents (zones à risques) et/ou le potentiel de réduction des accidents
est le plus important afin d’identifier et de comprendre les éventuels dysfonctionnement dans le but de
proposer les actions correctrices à appliquer.
Établir un recensement en vue de supprimer les intersections dont le régime de priorité à
droite est inapproprié en rase campagne.
Initier une démarche d’inspection d’itinéraires sur un axe structurant afin d’identifier les
anomalies et de proposer les actions correctrices adaptées.
78
Conseil général de la Marne
Mission insertion des équipements dans leur milieu
Effectif
Cette mission est assurée par un ingénieur en chef chargé de mission.
Attributions
Elles prennent en compte, en matière de programmation, d’étude et de gestion des
infrastructures, le milieu naturel et le cadre réglementaire. Ce dernier s’applique aux diverses
composantes de l’environnement. Il s’agit, à ce poste :
d’identifier les enjeux techniques entre les équipements routiers et leur environnement ;
de proposer des solutions adaptées pour un aménagement durable en maintenance et entretien ;
de proposer des mesures compensatoires pour limiter les impacts sur l’environnement.
Dans l’exercice de ses attributions, le chef de mission assiste les chargés d’opérations pour :
les études et investigations préalables à la réalisation des infrastructures (géologie,
hydrologie, géotechnique, hydraulique, risque naturel majeur, …) ;
le contrôle des dossiers d’études d’impact et des procédures réglementaires (loi relative au
renforcement de la protection de l’environnement, loi Bouchardeau, loi sur l’eau, loi Barnier, plan
d’exposition aux risques naturels, PPR, …).
Avec les CIP, la mission participe :
au diagnostic pour les remises en état ou adaptation des infrastructures dégradées par les
éléments naturels (inondation, glissement de terrain, érosion, …) ;
à l’expertise des documents techniques déposés pour l’obtention d’une permission de voirie
ou l’élaboration d’une convention liée aux équipements hydrauliques à usage privé ou usage public ;
à l’accompagnement de la direction des bâtiments départementaux (DBD) dans la phase des
études préalables pour l’implantation ou la reconstruction des collèges et bâtiments départementaux.
Ces actions répondent aux propositions et objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement.
Les dossiers traités
Aménagements routiers - loi sur l’eau - aménagement hydraulique – environnement
giratoire Tours-sur-Marne/RD19 ;
giratoire boulevard périphérique Nord de Châlons-en-Champagne Phase II tranche 1 ;
giratoire Cormontreuil RD9 ;
giratoire Mardeuil RD3 ;
giratoire Vinay RD951 - RD11 (Pointe à Pitre).
Expertise hydrogéologique géotechnique - glissement – effondrement
glissement RD951 Dizy - Hautvillers ;
effondrement RD60 Hauteville ;
glissement RD22 Sermiers ;
effondrement aqueduc sous chaussée Vertus ;
effondrement RD346 Vertus.
79
Conseil général de la Marne
AEP - EP - EU (réseau - traitement) - hydraulique (permission de voirie - convention)
EP Passy-Grigny (lotissement) RD980 ;
EP Arcis-le-Ponsart RD25 ;
EP Binson et Orquigny RD1e4 ;
EP Bouquigny RD3 ;
EP Caurel RD151 (rond-point) ;
EP Montigny et Chatillon-sur-Marne RD24 ;
EP Champigny ZAC « La Charme » RD275 ;
EP Épernay RD40A quartier Beausoleil ;
EU Mery-Prémecy (STEP rejets) RD306 ;
EP Pouillon RD26 - RD330 ;
EP Hermonville RD26 - RD330 ;
EP Villers-Franqueux RD26 - RD330 ;
EU Prunay RD8 ;
EP Witry-lès-Reims RD88 (AFU Le Haut Chemin).
Hydraulique viticole et agricole - inondation – érosion – coulées de boue
hydraulique RD23 à Le-Breuil et à Leuvrigny ;
hydraulique RD951 à Barbonne-Fayel (Jugement TA affaire SCEV Les Dormans c/CG51) ;
hydraulique RD51 à Brugny-Vaudancourt (Pointe à Pitre) ;
hydraulique RD40 A / RD 951 à Épernay ;
hydraulique RD251 A à Dizy (ASA) ;
hydraulique RD324 à Fleury-la-Rivière ;
hydraulique RD1 à Vandières (ASA) ;
hydraulique RD9 Avenay-Val-d'Or (ZAC du Mont Aigu) ;
hydraulique RD26 Chenay traverse ;
hydraulique RD26 Cumières et Damery ;
hydraulique RD386 Faverolles et Coemy ;
hydraulique RD518 Nesle-le-Repons ;
hydraulique RD9 giratoire Oiry ;
hydraulique RD33 Puisieulx ;
hydraulique RD386 / RD22E Pourcy ;
hydraulique RD406 Sainte-Gemme (ASA) ;
hydraulique RD3 Troissy (ASA) ;
hydraulique RD3 Vaucienne (La Chaussée de Damery) ;
hydraulique RD26 Villers-Marmery.
Étude des traverses (EP-EU – Hydraulique)
Ville-sur-Tourbe ;
Ville-en-Selve.
80
Conseil général de la Marne
Avis dossiers ICPE : (Exploitation de carrières, prospection géophysique, construction)
Souain-Perthes-lès-Hurlus (Carrières) ;
projet éolien (Liaison Boult-sur-Suippe – Suippes) ;
Moncetz-l'Abbaye (Carrière) ;
Plivot (Construction ERDF ligne HT) ;
Norrois, Cloyes-sur-Marne, Moncetz-l'Abbaye (Carrière) ;
Dampierre-au-Temple (Stockage hydrocarbures) ;
Dommartin-Lettrée (Travaux miniers) ;
Montgenost – Nesle-la-Reposte (Construction ERDF) ;
Val-des-Marais (Travaux miniers).
Avis dossiers environnement : (Périmètres de protection de captages - PPC)
PPC Aulnay aux Planches RD18 ;
PPC DUP Gueux (La Garenne) RD26 ;
aménagement rivière la Noblette – La Cheppe RD66 - RD366 ;
captage Grenelle Saint-Memmie RD3.
Missions annexes
De par sa formation en hydrogéologie, l’ingénieur en chef apporte conseil et assistance aux
collectivités qui élaborent un programme de recherche en eau potable. Les interventions ont porté sur les sites
de Vienne-le-Château, Charmont, Bassu, Montmirail (CCBC), Saint-Memmie, Bussy-le-Petit, Maffrécourt.
Participation aux groupes de travail ou comités de pilotage
Comité de pilotage des études de schéma d'hydraulique des coteaux viticoles
d'Épernay (aspect protection du domaine public routier, lutte contre les inondations du
quartier Beausoleil).
Conclusion
L’activité en nombre de dossiers s'est maintenue en 2013 pour les actions d’assistance aux CIP
au titre des dossiers de dégradations des chaussées (inondations, effondrements, coulées de boues).
L’année 2013 a été marquée par une activité soutenue pour l’instruction des dossiers
d’autorisation d’occupation du domaine public. Les interventions auprès des tiers pour la recherche des
solutions afin de résorber ou limiter les dégâts causés par les eaux au domaine routier se sont accrues.
81
Conseil général de la Marne
Service maîtrise d’ouvrage routière
Effectifs
Le service de la maîtrise d’ouvrage routière est composé de quatre postes :
un ingénieur territorial - chef de service,
deux techniciens territoriaux de 1ère classe - chargés d’opérations,
un adjoint technique principal de 2ème classe – dessinateur/correspondant archives.
Missions
Ce service a pour missions :
la préparation de la politique routière d’investissement ;
le pilotage général des opérations et de la maîtrise d’œuvre externe ;
la préparation et le suivi technique des conventions de mandat et de désignation de maître d’ouvrage ;
la gestion des interfaces avec les autres maîtres d’ouvrage ;
la rédaction d’avis sur les documents d’urbanisme et plans de mise en accessibilité de la
voirie et des espaces publics (PAVE).
Réalisations 2013
I - Voirie départementale
programmation
Le travail du service maîtrise d’ouvrage routière s’est poursuivi selon les axes suivants :
le suivi et l’assistance aux maîtres d’ouvrage de projets de traverses d’agglomération votées,
ainsi que la préparation des programmations de nouvelles traverses ;
la participation avec les CIP à la définition des prescriptions techniques et à la vérification de
conformité technique des projets de tiers sur routes départementales, ainsi qu’à l’élaboration des
conventions d’autorisation d’aménagement ;
le suivi en phases étude/instruction de dossiers de sécurisation en agglomération (amendes
de police) et de sécurisation et mise en accessibilité des arrêts de car.
opérations
Clôture de traverses d'agglomération :
Les opérations suivantes ont été achevées au cours de l’année 2013 :
RD24-324
- Cuchery
RD931
- Somme-Tourbe
RD982
- Vitry-en-Perthois
RD19
- Avize
RD409
- Rilly-la-Montagne
RD9
- Louvois
RD9
- Tauxières-Mutry
82
Conseil général de la Marne
Traverses d'agglomération en cours (travaux/solde à réaliser) :
Les traverses suivantes se sont poursuivies ou ont démarré en 2013 :
RD26
- Chenay
RD9
- Bergères-lès-Vertus
RD6-6E3
- Les Mesneux
RD11
- Orbais-l'Abbaye
RD1
- Vincelles
RD22A
- Venteuil
RD58-58E
- Moncetz-l'Abbaye
RD6
- Bezannes
II – Rédaction d’avis sur les documents d’urbanisme et les PAVE
Le service a émis, au cours de l’année 2013, seize réponses sur des « portés à connaissance »
(24 en 2012), 47 avis sur des cartes communales et plans locaux d’urbanisme (31 en 2012), et 70 avis
sur des plans de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics (PAVE) (18 en 2012).
Le nombre total d’avis émis sur ces documents est ainsi passé de 73 en 2012 à 133 en 2013
(+82 %), essentiellement en raison du nombre important de PAVE traités.
Perspectives 2014
programmation
L’année 2014 doit permettre d’une part, la poursuite de l’établissement des dossiers de
traverses en phase finalisation (dossiers prêts à être soumis au vote de l’Assemblée départementale –
une dizaine de dossiers concernés), et d’autre part, le suivi des dossiers de traverses en phase étude
(définition avec les communes des enjeux, étude des solutions alternatives à un montage « traverse »,
etc. : une quinzaine de communes concernées).
Par ailleurs, un programme d’investissement en cohérence des capacités budgétaires actuelles
du Département sera établi.
Enfin, des études d’accompagnement des projets en maîtrise d’ouvrage déléguée seront
suivies, en lien des CIP (projets de tiers sur routes départementales : définition des prescriptions
techniques, élaboration des conventions d’autorisation d’aménagement).
opérations - travaux sur routes départementales
Sécurisation des traverses d'agglomération
la suite et fin des huit opérations listées ci-dessus (fin des travaux et derniers
paiements) lancées les années précédentes ;
le démarrage des travaux d’opérations qui pourraient être votées en 2014.
Opérations de sécurité
la poursuite des opérations de sécurisation des passages à niveau en partenariat de la SNCF ;
la poursuite des politiques de sécurisation thématiques (traitement des obstacles sur
itinéraires structurants, réhabilitations, aménagements de sécurité, …) ;
le suivi de dossiers de sécurisation en agglomération (amendes de police) et de
sécurisation et mise en accessibilité des arrêts de car.
avis sur documents d’urbanisme et PAVE
Poursuite de la formalisation d’avis sur les documents d’urbanisme et les PAVE.
83
Conseil général de la Marne
Service de l’ingénierie routière
Effectif
Le service de l’ingénierie routière (S.I.R.) est constitué de six agents :
un ingénieur principal - chef de service,
deux techniciens principaux de 1ère classe - chargés de projets,
deux adjoints techniques principaux de 2ème classe - projeteurs DAO,
un adjoint administratif de 1ère classe - reprographe.
Attributions
Les attributions du service de l’ingénierie routière sont associées aux missions de maîtrise
d'œuvre et plus particulièrement de :
l'étude et la conception des projets d'investissements routiers, des études de faisabilité à la
réalisation des dossiers de consultation des entreprises ;
l'assistance technique aux circonscriptions des infrastructures et du patrimoine (CIP) en
phase travaux, de la période de préparation de chantier à la réception ;
l'assistance technique pour des projets d'infrastructures pilotés par d'autres directions
(exemple projet véloroutes).
Activités
Opérations conduites en maitrise d'œuvre interne et dont les travaux ont été réalisés en 2013 :
RD944 - contournement de Beaumont-sur-Vesle (1ère phase) : réalisation des 3 km de
contournement hors couche de roulement et raccordement sur RD944 existante ;
RD3 - RD401 - aménagement d'un giratoire à Mardeuil ;
RD324 - réhabilitation de Cuchery à Fleury-la-Rivière : 1ère phase de travaux du
PR0+438 au PR4+690 ;
RD951 - sécurisation de la traversée de Montchenot : aménagements de sécurité et
mise en place de feux tricolores au carrefour RD951 - RD26 (Villers-Allerand) ;
RD60 - réfection affaissement de chaussée à Hauteville : Travaux de reprise de talus et
aménagements hydrauliques.
Dossiers en cours d'étude, travaux prévus en 2014 :
RD944 : contournement de Beaumont-sur-Vesle (2ème phase) ;
RD3 : sécurisation d'itinéraire entre Épernay et la limite de l'Aisne ;
RD324 : réhabilitation de Cuchery à Fleury-la-Rivière - 2ème phase ;
RD1 : opération de réhabilitation entre Cumières et Damery.
Dossiers principaux au stade de l’étude de faisabilité ou d'avant-projet :
RD951 - RD11 : sécurisation du carrefour de Vinay.
Assistance technique aux autres directions :
projet de véloroutes pour la direction de l'éducation, des loisirs et de la mobilité ;
projet d'amélioration de la desserte du pôle de compétitivité pour la direction de l'aménagement.
84
Conseil général de la Marne
Service soutien administratif et budgétaire des routes
(SSABR)
Effectifs
Le service soutien administratif et budgétaire des routes (S.S.A.B.R.) est composé de dix agents :
un attaché principal - chef du service,
un rédacteur territorial,
un rédacteur principal de 1ère classe,
cinq adjoints administratifs principaux de 2ème classe (dont un emploi à 80 %),
deux adjoints administratifs de 1ère classe (dont un emploi à 80 %).
Missions
Le SSABR exerce d’une part toutes les fonctions transverses des services centraux de la DRD
et d’autre part l’activité liée à l’aide aux collectivités locales. Le service est organisé pour l’exécution de
quatre missions principales :
le secrétariat,
la comptabilité,
l’aide aux collectivités locales,
la gestion financière de la DRD.
Activités
La mission secrétariat est organisée autour de six activités :
la réception et le filtrage des appels téléphoniques (2 590 appels en arrivée, 3 042 appels
internes et 2 476 appels départ en 2013) ;
le courrier arrivée/départ soit un flux de 6 464 pour 2013 dont 4 600 courriers en arrivée ;
la production de 3 600 scans liés aux courriers et aux factures ;
le soutien à la gestion des agendas ;
l’assistance et le soutien bureautique ;
la gestion des frais de déplacement du personnel hors CIP et parc départemental ;
le soutien évènementiel (15 en 2013).
En 2013 le secrétariat DRD a été sollicité par deux directions pour renfort.
La mission comptabilité :
Les activités sont réparties de l’engagement des bons de commandes et marchés jusqu’à
l’établissement de pré-mandats au travers de l’étape de certification du service fait. 3 754 factures ont
été traitées sur 2013 dont 1 900 concernent le marché de fourniture de carburants.
Sur l’année 2013 ont été réalisés :
726 engagements,
3 687 mandats dont 208 multi-lignes liés à la gestion des frais de déplacement.
85
Conseil général de la Marne
L’équipe comptabilité développe également un soutien aux services déconcentrés de la DRD.
328 mandats ont été exécutés dans le cadre d’une aide à la CIP sud-ouest. Soixante mandats ont été
réalisés dans le cadre d’une entraide à la direction des bâtiments.
L’aide aux collectivités locales :
L’aide aux collectivités locales dans le domaine routier représente la gestion des dossiers
depuis leur instruction technique jusqu’au règlement de la subvention. La mission inclut également la
gestion de fonds tels que le produit des amendes de police et la redevance des mines sur les
hydrocarbures (R.D.M.), fonds rétrocédés par l’État.
Ces activités s’exercent dans quatre domaines :
la voirie communale - clôture de 41 dossiers en 2013 et 33 dossiers résiduels répartis
sur les AP 2009 à 2013 ;
l’enduisage (R.D.M.) - sur les 53 dossiers gérés en 2013, 49 dossiers ont été clos ;
les dossiers amendes de police - 44 dossiers sur 102 ont été soldés ;
les dossiers arrêts de car - sur 22 dossiers gérés, neuf ont été soldés.
Le bilan financier de la direction des routes départementales
Des états de l’exécution budgétaire sont réalisés mensuellement et à chaque étape budgétaire
en concertation de tous les services de la DRD et de la direction des finances (orientations budgétaires,
budget principal, budget annexe, décisions modificatives 1 et 2).
En 2013, la DRD a mandaté 35,118 M€ soit 91,4 % des crédits votés et 96,1 % hors prévision
de subvention d’exploitation au budget 30 (le montant de la subvention d’exploitation ne sera imputée
sur les crédits 2013 qu’après connaissance de la clôture comptable des activités budget 30. Le
rattachement prévu de 180 560 € (dépenses concernant la flotte automobile) ainsi que l’ajustement de
la subvention d’exploitation au budget 30 du parc départemental sur l’activité du premier semestre
(1 902 641 €), portera le taux de réalisation global à 96,8 %.
Investissement
Fonctionnement
Total
Crédits votés
22 838 375 €
15 595 598 €
38 433 973 €
Mandatés
21 746 067 €
15 455 111 €
37 201 178 €
95,2 %
99,1 %
96,8 %
% de réalisation
I- Fonctionnement
répartition par type de dépenses :
Biodiversité
73 246 €
Divers
437 118 €
Entretien Voirie
9 135 080 €
Ouvrages d'Art
168 400 €
Flotte automobile et matériel
2 890 110 €
Affaires foncières
42 654 €
Sécurité routière
27 000 €
Viabilité hivernale
2 681 503 €
TOTAL
15 455 111 €
86
Conseil général de la Marne
DRD-REPARTITION DES CREDITS DE FONCTIONNEMENT
Sécurité routière
0,17%
Viabilité hivernale
17,35%
Biodiversité
0,47%
Divers
2,83%
Affaires foncières
0,28%
Flotte automobile et
matériel
18,70%
Entretien Voirie
59,11%
Ouvrages d'Art
1,09%
crédits d’entretien de la voirie en fonctionnement
Divers
4 782 €
Ouvrages hydrauliques
71 668 €
Signalisation verticale
308 924 €
Fournitures
2 553 340 €
Signalisation horizontale
419 895 €
Dépendances
190 144 €
Enrobés coulés à froid
185 096 €
Maintenance et enduits
5 401 231 €
TOTAL
9 135 080 €
87
Conseil général de la Marne
crédits viabilité hivernale en fonctionnement
Divers
50 391 €
Circuits entreprises et agriculteurs
1 349 309 €
Achat de sel
969 803 €
Travaux en régie parc
312 000 €
TOTAL
2 681 503 €
flotte automobile et matériel en fonctionnement
Carburants
1 030 106 €
Divers
255 326 €
Entretien du matériel
1 030 106 €
Location
375 920 €
TOTAL
2 890 110 €
II- Investissements
répartition par type de voirie et AP :
Le budget d’investissement est consacré à :
69,4 % pour réaliser des travaux sur la voirie départementale (15,09 M€) ;
10,6 % pour subventionner des travaux sur la voirie communale (2,3 M€) ;
20 % pour participer à des travaux sur la voirie nationale (4,36 M€).
Dans les dépenses « voirie communale » sont comptées les subventions attribuées aux
communes pour les traverses et l’élaboration des documents d’urbanisme. Dans les dépenses « voirie
nationale » sont incluses les dépenses R.N.I.L.
Sur les 21,75 M€ mandatés, 17,72 M€ l’ont été en AP soit 81,5 %. En 2013 se sont poursuivies
les actions de fiabilisation des AP notamment l’examen de projets et prises en considération dont le
maintien ne se justifiait plus. Ces actions ainsi que trois clôtures d’AP ont fait baisser le niveau global
des AP de 9,7 M€. En fin d’année 2013, le niveau du « portefeuille » d’AP géré par la DRD est de
123,5 M€ mandatés à 75,6 %.
voirie départementale, répartition par destination :
Ouvrages d'art
2 826 418 €
18,7 %
Entretien, rénovation
3 978 549 €
26,4 %
Travaux neufs routes
6 581 527 €
43,6 %
Divers
1 700 144 €
11,3 %
Développement de la rubrique « divers » :
Affaires foncières
Biodiversité
29 673 €
1,7 %
8 449 €
0,5 %
Matériel CIP
576 072 €
33,9 %
Véhicules CIP
741 778 €
43,6 %
Véhicules hors CIP
336 171 €
19,8 %
8 000 €
0,5 %
Mission sécurité routière (MSR)
88
Conseil général de la Marne
voirie départementale, typologie des travaux neufs :
Traverses (domaine départemental)
2 143 235 €
32,6 %
539 979 €
8,2 %
1 046 093 €
15,9 %
Aménagements localisés
Sécurisation des Infrastructures
Opérations de sécurité
Réhabilitations
428 379 €
6,5 %
1 199 311 €
18,2 %
500 000 €
7,6 %
Itinéraires
Batracoduc
9 812 €
0,1 %
Sécurité radars automatiques
666 045 €
10,1 %
Études et frais d'insertion
140 776 €
2,1 %
III- Divers
soutien aux collectivités locales
Gestion des fonds propres
2 255 033 € ont été mandatés en 2013 sur les AP voirie communale :
1 414 535 € pour des dossiers de subvention concernant des « opérations ponctuelles »
voirie communale ;
151 808 € pour solder des dossiers enduisage ;
235 739 € pour des dossiers amendes de police.
Rappel : depuis 2012, à l’instar de la redevance des mines, les crédits délégués en gestion par
la préfecture pour les amendes de police doivent être consommés dans l’année civile Des listes
d’avance ou solde de dossiers voirie communale sont donc transmis à la préfecture pour paiement et
des crédits équivalents sont réservés sur les AP voirie communale concernées.
Par ailleurs 358 449 € ont été mandatés sur les AP traverses au titre de la participation du
Département aux travaux d’accompagnement de surface dans les opérations de traverses.
De même 92 102 € ont été consacrés à la participation du Département pour la mise aux
normes ou la réalisation d’arrêts de car.
Gestion des fonds délégués
Respectivement six et cinq dossiers de voirie communale « opérations ponctuelles » ont été
communiqués à la préfecture pour l’utilisation des crédits redevance des mines (RDM - 315 580 €) et
amendes de police (494 194 €).
Au cours de 2013, 57 nouveaux dossiers amendes de police ont été votés pour un montant de 492 417 €.
voirie nationale
Sur l’autorisation de programme réseau national d’intérêt local (R.N.I.L.) 3 042 738 € ont été
mandatés pour le contournement de Beaumont-sur-Vesle et des petites opérations de sécurité à Champfleury.
Sur l’autorisation de programme de modernisation des itinéraires (PDMI), la participation s’élève à
1 866 820 € et concerne la déviation de Chepy (306 820 €) et l’échangeur A4 - A34 à Cormontreuil (960 000 €).
45 074 € ont été versés à la communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne pour le
boulevard périphérique.
89
Conseil général de la Marne
les recettes
Le montant global des recettes en fonctionnement pour 2013 est de 997 971 € :
768 778 € de redevance d’occupation du domaine public départemental,
49 711 € de contribution pour dégradation de voies et chemins,
103 170 € de ventes de terrains,
14 530 € remboursement de locations de voitures,
2 540 € liés aux assurances pour les sinistres flotte automobile et les vols de panneaux routiers,
40 154 € liés à des ventes aux domaines.
Les titres émis pour les recettes en investissements en 2012 s’élèvent à 2 425 495 € :
la traverse de Cormontreuil pour 380 516 € ;
le versement du produit des radars automatiques pour 700 874 € ;
des corrections comptables traverses pour 369 229 € ;
la sortie de mise en réserve de terrains convention SAFER pour 119 844 € ;
la participation de l’Etat et la Région au contournement de Beaumont-sur-Vesle pour 805 031 € ;
un ajustement du versement RFF pour la convention passages à niveau de 50 000 €.
90
Conseil général de la Marne
Service de l'exploitation des routes et du matériel
Effectif
Le service de l’exploitation des routes et du matériel (SERM) organisé en deux pôles (pôle
routes et pôle matériel) est composé de :
un ingénieur, chef du service,
un attaché, adjoint au chef de service,
un rédacteur principal, chargé des dossiers spécifiques, interface informatique et bureautique.
Pour le pôle entretien et exploitation des routes :
exploitation de la route/CIGT : deux techniciens principaux,
entretien routier/gestion du domaine public : un technicien principal,
signalisation routière/comptage : un rédacteur.
Pour le pôle véhicules et matériels :
un rédacteur principal et un rédacteur,
un adjoint administratif.
Les attributions du SERM
Au plan de l’exploitation des routes :
la programmation et le suivi de l’entretien routier ;
la gestion de l’utilisation du domaine public routier ;
les signalisations verticale et horizontale ;
les comptages routiers et les équipements dynamiques ;
la gestion du trafic et l’information :
viabilité hivernale et barrières de dégel ;
centre d'information et de gestion du trafic (CIGT).
Au plan du matériel automobile :
la gestion du parc automobile ;
la gestion des marchés du pôle ;
le suivi des achats publics.
91
Conseil général de la Marne
L’activité 2013
I - Le pôle routes
entretien routier
Les travaux de renouvellement de couches de surface, de signalisations horizontale et verticale
et d’entretien des dépendances ont représenté une dépense globale de 3,70 M€ pour réaliser :
190 km d'enduits,
6 km d'enrobés coulés à froid,
44 km d'enrobés coulés à chaud,
476 km marquage horizontal.
gestion du domaine routier
Données routières
linéaire routier départemental : 4 199 km ;
nouvelles limites d’agglomération sur routes départementales : 58 ;
giratoires : 247 ;
passages à niveau : 101.
Instruction de dossiers
opérations de classement/déclassement ;
autorisations de voirie (permission de voirie et convention d’occupation) ;
installations classées, carrières et avis divers ;
conventions d’entretien et d’aménagement routier.
Recettes des occupations principales du domaine public routier départemental
opérateurs de télécommunication : 704 000 € ;
fournisseurs et producteurs d’énergie : 69 000 €.
signalisations verticale et horizontale
relance du marché pour la signalisation verticale permanente, temporaire et plastique
(actualisation, suivi des crédits) ;
suivi du marché pour la signalisation horizontale ;
assistance auprès de la direction de l'éducation, des loisirs et de la mobilité pour la mise en
place et le suivi du marché de signalisation touristique verticale permanente (RTC) ;
assistance auprès du Comité Départemental du Tourisme pour la mise en place de
signalisation touristique dans le cadre de l’opération de labellisation « Villes et villages fleuris » ;
étude de la conformité de la signalisation directionnelle avec les départements limitrophes.
comptages routiers et équipements dynamiques
exploitation des données des recueils de trafic issues des 46 stations permanentes et des
127 comptages périodiques ;
traitement et reprises de 49 demandes particulières de comptages.
92
Conseil général de la Marne
Les données de trafic fiabilisées permettent ainsi :
d'aider à la décision pour les projets ;
de dimensionner les routes, tant dans leurs caractéristiques géométriques que dans leur structure ;
d'estimer les évolutions de circulation à court et moyen termes ;
d'optimiser la programmation des opérations d’entretien.
exploitation de la route
La politique d’exploitation de la route est encadrée par le guide d’organisation de la veille
qualifiée et de l’exploitation routière, le plan d’intervention de la viabilité hivernale et les procédures de
fonctionnement du centre d’information et de gestion du trafic (CIGT). Elle comprend notamment :
la veille qualifiée qui permet de joindre en permanence les services du Département en cas de
problème sur le réseau routier ;
l’information routière aux usagers (information en temps réel ou prévisionnelle) via la rubrique
« infos route » du site internet www.marne.fr. Cette information concerne les chantiers, les inondations,
les conditions de circulation en période hivernale, les barrières de dégel et les évènements programmés
(manifestations sportives et culturelles) ou aléatoires (accidents) ;
la gestion des arrêtés de règlementation permanente de la circulation (cinquante arrêtés
permanents rédigés en 2013) ;
la participation avec les CIP et le S.I.R. à la préparation des chantiers importants
(communiqués de presse et avis sur les dossiers d’exploitation).
principales données hivernales :
2ème phase du service hivernal 2012/2013 (105 messages en temps réel), caractérisée par
cinq phénomènes neigeux (14-15 janvier, 19-20 janvier, 10-11 février, 23-24 février, 12-13 mars) entre
trois et quinze centimètres d’épaisseur, suivi d’une fraicheur inhabituelle nécessitant une vigilance
jusqu’au 5 avril avec des températures jusqu’à -5 degrés ;
actualisation de la carte de classement des barrières de dégel ;
bilan financier et technique du service hivernal 2012/2013 ; rapport aux élus) ;
rédaction et notification du marché d’acquisition de fondants routiers ;
organisation de formations des agents des CIP et du SAERD aux techniques de traitement des
routes par une utilisation raisonnée des fondants et à la météorologie routière ;
établissement et diffusion du plan d'intervention de la viabilité hivernale et du plan
d'exploitation de la viabilité hivernale du CIGT ;
1ère phase du service hivernal 2013/2014 caractérisée par des inondations ; un épisode
neigeux (entre 1 et 3 cm) les 20 et 21 novembre ; quelques brouillards givrants. Enfin, une période de
redoux pluvieuse et venteuse du 24 au 31 décembre (rafales relevées jusqu’à 94 km/h à Chouilly).
autres évènements (hors V.H.)
avis de travaux urgents (ATU) : suite à la mise en place du Guichet unique DT/DICT, le CIGT a
relayé auprès des CIP soixante ATU dont 18 concernaient les routes départementales ;
manifestations sportives particulières :
préparation et suivi du passage des Boucles de la Marne (samedi 24 et dimanche 25 mai 2013) ;
assistance de la CIP nord pour la préparation de course de côte à Pévy (dimanche 2 juin 2013) ;
93
Conseil général de la Marne
évènements météo particuliers :
orages/vents : trois épisodes pour lesquels Météo France a placé le département en alerte
orange : nuit du 19 au 20 juin, nuit du 27 au 28 et matinée du 28 juillet, nuit du 2 au 3 et
le 3 août ayant nécessité de nombreuses interventions pour déblaiement et nettoyage de
chaussée (boues, cailloux, branches et arbres) ;
inondations : fin décembre 2012 à début janvier 2013, février, mai et novembre 2013. Le
département de la Marne a même été placé les 6 et 7 mai en vigilance crues orange sur
le Perthois ;
chantiers les plus perturbants :
juin à août : travaux Sanef de rénovation des chaussées sur l’A4 entre Sainte-Ménéhould
et Clermont-en-Argonne nécessitant des coupures de diffuseur et un report de trafic sur
le réseau départemental (D3, D977 et D994) ;
avril à août : aménagement d’un carrefour à sens giratoire à l’intersection des RD3 et
RD401 sur le territoire de Mardeuil ;
juillet et août : reprise des réseaux d’assainissement et d’adduction en eau potable suivi
du renouvellement de la couche de roulement à Suippes, ayant des conséquences
notables sur la circulation des convois exceptionnels ;
juillet et août : reprise des joints des ouvrages d’arts sur la D8 et le canal sur la déviation
de Sillery avec coupure totale de la circulation d’un sens de la D944 ;
juillet et août : sécurisation d’intersections en agglomération de Montchenot (D951) sous
alternat ponctuel ;
fin septembre à début octobre : reprise provisoire des joints de l’ouvrage d’art sur la D37
sur la déviation Les-Petites-Loges avec coupure totale de la D944 pendant une semaine.
Évolution du nombre d'évènements traités par le CIGT
et information routière correspondante
600
480
500
400
540
480
454
Nombre d'évènements (24h/24)
423
300
200
Nombre d'Inf ormation en temps réel
(heures ouvrées)
96
120
85
100
80
100
0
2009
2010
2011
2012
2013
Répartition des appels de veille qualifiée
1% 4%
8%
Évènements exceptionnels (tempêtes, orages, inondations …)
13%
Accidents
24%
Incidents (pannes usagers, incendies, …)
Obstacles sur chaussée (objets divers, animaux, …)
Divers (glissance, ressuage, découverte obus, …)
37%
Manifestations sociales
13%
Appels ne concernant pas les RD
94
Conseil général de la Marne
Par ailleurs, 354 messages d’information routière ont été diffusés (hors messages liés aux
conditions de circulation hivernale et mesures conservatoires du domaine public routier départemental) :
Messages d'information routière liés aux évènements
232
250
150
189
172
175
204
200
Évènements (accidents,
obstacles,…)
120
Inondation
Travaux, manif estations culturelles ou
sportives
80
85
85
96
100
100
0
43
7
51
50
50
2009
2010
2011
2012
2013
douze communiqués de presse spécifiques ont par ailleurs été établis pour attirer l’attention
des usagers lors de manifestations culturelles et sportives ou de chantiers générant une gêne
importante à la circulation routière ;
deux exercices de défense et protection civiles de type ORSEC (inondations le 16 octobre et
viabilité hivernale à titre d’observateur le 14 novembre).
dossiers particuliers
Barrage de l’étang Florent-en-Argonne : prise d’arrêtés permanents conjoints avec le préfet
pour les restrictions de circulation de la D85, mise à jour des dispositions d’organisation et de
surveillance et signature d’une convention avec Météo France pour l’alerte des précipitations en amont ;
limitation de tonnage : prise d’un arrêté permanent conjoint avec le préfet pour limiter le
tonnage des infrastructures gérées par le Conseil général de la Marne en liaison avec l’autorisation de
circuler des transporteurs à 44 tonnes.
II - Le pôle véhicules et matériels
composition de la flotte automobile du Conseil général au 31 décembre 2013
véhicules particuliers :
333
fourgons/fourgonnettes :
118
camions 3,5 t et plus :
105
SOUS TOTAL
556 pour 586 au 31/12/2012
tracteurs :
49 dont 12 en location
remorques :
90
saleuses :
67
FLR et FLU
8
véhicules à usage spécialisé (bibliobus, …) : 6
95
Conseil général de la Marne
crédits de fonctionnement
2013
2012
Montants
euros TTC
Indicateurs
(nombre de
mandats)
Montants
euros TTC
1 155 279
287
1 085 071
235
- entretien (environ %)
204 772
1182
151 394
796
- réparations (environ %)
284 633
Catégories
de dépenses
Carburants
Indicateurs
(nombre de
mandats)
Maintenance
(hors accidents)
155 757
Sinistres à la charge du CG51
20 933
61
32 586
88
Taxes & impôts
26 382
77
11 134
41
39 083
133
41 716
156
312 783
149
313 997
146
Péages
Locations (tracteurs)
SOUS-TOTAL
2 043 867
Locations (VL)
62 405
TOTAL
1 791 658
23
191 476
2 106 273
40
1 983 134
Il est à noter que les frais de location VL sont moindres en 2013 car tous les véhicules ont été
restitués, le dernier en septembre 2013.
crédits d’investissement
Montants
euros TTC
Catégories d'acquisitions
Véhicules particuliers
391 216
Fourgonnettes
Nombre
36
60 755
4
Tracteur
144 327
1
Saleuses
119 206
5
Lame de déneigement
24 177
4
Lame de déneigement pour agriculteurs suite
convention (adaptations comprises)
17 652
2
Remise à neuf de saleuses pour agriculteurs
26 789
2
Camion 16 t (sans tribenne)
382 230
6
Tribenne seule (pour 16 t)
147 339
3
Camions (3,5 t à 5,5 t)
44 100
1
163 974
-
PMV
16 997
2
Cuve à saumure
24 121
1
Pelle sur pneus
58 161
1
8 631
-
Petit matériel
Cartes chronotachygraphe
TOTAL
1 629 675
gestion des marchés publics
carburants :
3
véhicules légers :
0
assurance :
1
matériels et équipements :
2
location :
11
UGAP :
63 commandes (une commande peut correspondre à
l’achat de plusieurs véhicules).
96
Conseil général de la Marne
Le nouveau rattachement du SAERD au budget amène une augmentation des dépenses de
fonctionnement et d’investissement des véhicules et du matériel.
III - Dossiers transversaux et spécifiques
au sein du SERM
Dépendances routières
Reconductions des deux marchés de fauchage.
Logiciel Trust.cha
Poursuite du développement du logiciel Trust.cha dédié à la gestion des activités routières :
accompagnement des utilisateurs ;
déploiement en production de l'interface ChronoTime d'import des données d'absences de Sedit ;
déploiement en test du module « Ressources Humaines » de gestion dématérialisée des
heures supplémentaires, des astreintes et des déplacements ;
déploiement du référencement géographique des chantiers.
Suivi du club des utilisateurs (Conseils généraux, DRIR) de Trust.cha et participation aux deux
réunions à Saint-Ouen (mai) et à Toulouse (novembre).
Réseau radio professionnel
Suivi administratif du réseau radio du Conseil général de la Marne.
en liaison avec la D.A.E.D.L.P.
Gestion raisonnée des abords routiers :
mise en œuvre du fauchage raisonné ;
développement des haies, lutte contre les plantes invasives et préparation d'une convention.
en liaison avec l'O.S.R. (observatoire de sécurité routière)
traitement des obstacles latéraux ;
traitement des arrêtés permanents.
97
Conseil général de la Marne
Service des affaires foncières routières et de l’urbanisme
Effectif
Le service des affaires foncières routières et de l’urbanisme (SAFRU) est composé de :
un attaché, chef du service,
un rédacteur principal,
un rédacteur,
un adjoint administratif de 2ème classe.
Les attributions du SAFRU
I - Les affaires foncières
La principale attribution du service dans ce secteur d’activité consiste en l'acquisition des
parcelles de terrain nécessaires aux travaux d’aménagement de la voirie départementale (élargissement,
renforcement de voiries existantes, aménagement de carrefours, de virages, de giratoires, …).
Pour cela, il est nécessaire :
d'identifier les propriétaires des terrains concernés par les projets d'aménagement ;
de négocier, après obtention du rapport d’estimation des services de France Domaine, les
conditions financières d’acquisition ;
d’établir les actes administratifs de vente.
Les acquisitions peuvent aussi être effectuées par voie d'expropriation. Toutefois, cette
procédure reste tout à fait exceptionnelle.
Le service procède au règlement des indemnités foncières dues aux propriétaires, après
publication auprès du service de la publicité foncière, au paiement des indemnités locatives dues aux
exploitants des terrains, ainsi que des factures des divers intervenants (cadastre, service de la
publicité foncière, géomètres, …).
Le service instruit également les dossiers de demande d’acquisition de délaissés de terrains par
des particuliers ou des collectivités locales.
En 2013, 48 actes de vente et cessions ont été finalisés, concernant diverses opérations, et notamment :
RD2 à Saint-Martin-aux-Champs ;
RD358 à Thiéblemont-Farémont et Heiltz-le-Hutier ;
RN4/RD60 – Aménagement de l’échangeur de Thiéblemont-Farémont (notamment un acte
d’échange multilatéral faisant intervenir cinq propriétaires et concernant 27 parcelles).
Le paiement des terrains ainsi acquis a donné lieu au règlement des sommes suivantes :
33 307 euros correspondant à l’indemnisation des propriétaires,
40 507 euros correspondant au paiement des bulletins d'indemnités locatives.
Les actes de cession, au nombre de sept, (à Champfleury, Etoges, Cheminon, Maurupt-le-Montois
et Heiltz-le-Maurupt), ont donné lieu à la perception de 98 242 euros.
Le service a poursuivi par ailleurs en 2013 la procédure de recensement du patrimoine foncier
du Département.
98
Conseil général de la Marne
Ce travail a permis d’identifier 3 833 parcelles, parmi lesquelles 1 762 dont la suppression de
leur numéro a été demandée auprès du service du cadastre, car elles sont déjà incluses de fait dans le
domaine public départemental.
Enfin, dans le cadre du projet de véloroute de la vallée de la Marne, le service a été amené à
demander environ 200 actes d’état civil et plus d’une trentaine de renseignements auprès du service
de la publicité foncière, pour les besoins du dossier à déposer à la préfecture de la Marne, afin de
solliciter l’arrêté de cessibilité, puis l’ordonnance d’expropriation. 133 dossiers ont été ouverts.
II - L’urbanisme
42 dossiers ont été ouverts en 2013 (36 plans locaux d’urbanisme et six cartes
communales), auxquels il faut ajouter le suivi administratif de dossiers antérieurs toujours en cours ;
27 dossiers de plans locaux d’urbanisme ont été présentés devant la Commission
permanente (contre neuf en 2012).
Ce suivi a généré l'envoi de 607 courriers pour l'année 2013.
En outre, le SAFRU assure le suivi des plans d’accessibilité à la voirie et aux espaces publics
(PAVE) adressés par les communes. En effet, l’Assemblée départementale est sollicitée pour avis
conforme lorsque ces plans comportent des dispositions applicables à la voirie départementale, en
vertu du décret n° 2006-1657 du 21 décembre 2006, consécutif à l’article 45 de la loi du
11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des
personnes handicapées.
A ce titre, 47 dossiers ont été présentés devant la Commission permanente (soit trois fois plus
qu'en 2012).
Le service assure également la gestion de l’aide financière apportée aux communes ou
établissements publics de coopération intercommunale à l’occasion de l’élaboration ou de la révision de
leur plan local d’urbanisme ou de leur carte communale, en complément d’une aide accordée par l’Etat.
Il est à noter qu'il n'y aura plus de nouveau dossier dans ce domaine, puisque l'Assemblée
départementale a décidé de supprimer ce type de subvention par délibération du 19 janvier 2012.
En 2013, il a été procédé au règlement de neuf subventions pour l’élaboration ou la révision de
plans locaux d’urbanisme et de sept subventions pour l’élaboration de cartes communales, pour un
montant total de 45 530 euros.
Pour l’ensemble des activités du service, 242 mandats de paiement ont été réalisés.
99
Conseil général de la Marne
Service des ouvrages d’art
Effectif
Le service des ouvrages d’art (SOA) est composé en 2013 de :
un ingénieur territorial, chef de service,
deux techniciens chargés d’opération,
un dessinateur.
Par ailleurs, ce service s’appuie sur un réseau de correspondants dans les CIP.
Patrimoine
Le patrimoine est principalement constitué des ponts et murs de soutènement situés sur les
routes départementales.
Il est composé de :
1 036 ponts dont certains sont cogérés avec d’autres partenaires tels que l’Etat, les Voies
Navigables de France (VNF), la société des autoroutes du nord-est de la France (SANEF) ou la SNCF et
Réseau Ferré de France (RFF),
2 digues,
342 murs de soutènement de plus de 20 m².
Les attributions du SOA
Le SOA a pour attributions la surveillance, la programmation et la conception des travaux
d’entretien ou de reconstruction d’ouvrages d'art en collaboration avec les différentes CIP.
L’activité du SOA se décompose en quatre grandes familles :
les travaux neufs de création ou de reconstruction totale ou partielle d’ouvrages d’art ;
les travaux de modification des gabarits constitués principalement des élargissements et
renforcements d’ouvrages ;
les travaux de réparation ou de réfection du parc d’ouvrages d’art ;
les activités de surveillance des ouvrages (inspections périodiques selon l’instruction
technique de décembre 2010).
Cette dernière activité tient à jour la connaissance de l’état de chacun des ouvrages pour
permettre d’effectuer en temps voulu et en fonction des contraintes budgétaires les opérations
d’entretien ou de remise en état des ponts et murs. Elle permet, le cas échéant, de prendre les
mesures de sécurité visant à prévenir tout accident qui résulterait de la dégradation des ouvrages
(restriction de circulation).
100
Conseil général de la Marne
L’activité 2013
Ci-après la liste des principales opérations dont les travaux ont été réalisés en 2013 :
D944 - construction de l'ouvrage sur le contournement de Beaumont-sur-Vesle,
D365-01 - reconstruction de l'ouvrage sur Le Tabas à Éclaires,
D071-01 - réhabilitation de l'ouvrage sur La Germaine à Germaine,
D083-01 - réhabilitation de la buse sur La Soude à Soudron,
D048-09-10 et D082-01 - réhabilitation de trois ouvrages à Conflans-sur-Seine et à Saron-sur-Aube,
D009-05 - réhabilitation de l'ouvrage sur La Livre à Tauxières-Mutry,
D944-14 - réhabilitation de l'ouvrage sur le canal de l'Aisne à la Marne à Sillery,
D054-07 - réhabilitation de l'ouvrage sur La Marne à Pogny,
D002-M02 - réhabilitation de murs de soutènement le long de voies ferrées à Compertrix,
D314-02 - réhabilitation de l'ouvrage sur Le Clomerupt à Vroil,
D081-09 et D061-09 - réhabilitation des ouvrages sur La Vière à Val-de-Vière et sur Le Flançon à Heiltz-le-Maurupt,
D063-04 - réhabilitation de l'ouvrage sur Le Moiremont à Moiremont,
D030-E3-M01 - réhabilitation mur de soutènement le long de La Vesle à Courlandon,
D018-01 - garde-corps sur ouvrage à Dormans.
Il est à noter :
les travaux de reconstruction de l'ouvrage D026-06 permettant à la RD26 de franchir les voies
ferrées à Courcy ont été achevés en avril 2013 ;
les travaux de démolition et reconstruction de l'ouvrage D026-05 franchissant le canal sur la
commune de Courcy ont démarré en novembre 2013.
Les perspectives
Le service élabore une programmation à moyen terme de projets de reconstruction ou
réhabilitation d'ouvrages. Ci-après la liste des principales opérations à l'étude :
D951-21 - réhabilitation de l'ouvrage sur La Marne à Hautvillers (entrée d'Épernay),
D411-02 - reconstruction de l'ouvrage sur le ru de Faverolles au Baizil,
D201-03 - reconstruction de l'ouvrage de décharge de La Marne à Togny-aux-Bœufs,
D037-14A - réhabilitation de l'ouvrage sur la RD944 aux Petites-Loges,
D058-07 - réhabilitation de l'ouvrage sur le canal à Plichancourt,
D063-10 - réhabilitation de l'ouvrage sur l'Aisne à Passavant-en-Argonne,
D041-02 - réhabilitation de l'ouvrage sur le ru Vinet à Rieux-Montmirail,
D440-01 - réhabilitation de l'ouvrage sur l'Aube à Anglure,
D085-Digue - travaux sur la digue de l'étang de Florent-en-Argonne,
D980-06 - reconstruction de l'ouvrage sur voies ferrées à Cernay.
101
Conseil général de la Marne
Service d’information géographique
Effectif
Le service d’information géographique (SIG) se compose d’un ingénieur principal, chef de
service, et de trois techniciens principaux de 1ère classe.
Missions
Le service d’information géographique est chargé de l’exploitation et du développement du
système d’information géographique départemental.
Dans ce cadre, il a pour missions l’administration de la base de données, son exploitation en
partenariat avec les services utilisateurs (SERM, SIR, SMOR, SOA, CIP, DBD, …), son déploiement sur
le réseau intranet par l’intermédiaire de l’interface cartographique CartoMarne et la mise en ligne d’une
cartographie interactive à destination du grand public sur le site www.marne.fr.
Activités
prestation de services
Au cours de l’année 2013, le service d’information géographique a effectué des tâches de mise
à jour, de création de données, d’édition de cartes à la demande des services commanditaires, dans les
domaines suivants :
ROUTES : comptages routiers, ouvrages d’art, service hivernal (barrières de dégel, circuits, verglas,
congères, limites techniques, …), travaux réalisés et programmation de travaux, points écotaxe, … ;
SOCIAL : assistants maternels, aidants familiaux, population vieillissante, naissances
domiciliées dans la Marne, accueil des enfants de moins de trois ans, … ;
TRANSPORTS : appel d’offres transports scolaires, transport de personnes à mobilité réduite, … ;
ENSEIGNEMENT : taux d’occupation des collèges, regroupements pédagogiques, collèges,
lycées, CLIS, SEGPA, … ;
CULTURE : itinéraires de musique et d’histoire 2013, fronts 1914-1918, sites de mémoire de
la Grande Guerre, fouilles archéologiques Joseph de Baye, jardin des mots, réseau des bibliothèques,
projets artistiques des collèges, … ;
TOURISME : itinéraires pédestres (GR, PR, …), VTT, cyclotourisme, vélo, voies vertes, subventions
gîtes et chambres d’hôtes, ….
référentiel cartographique
Le service d’information géographique a procédé aux mises à jour suivantes du référentiel
cartographique :
mise à jour des limites administratives à partir des données IGN BD TOPO ;
publication sur CartoMarne d’une nouvelle photographie aérienne (IGN BD ORTHO) d’après
une prise de vue de 2012 ;
publication sur CartoMarne, du cadastre issu de la BD PARCELLAIRE IGN et développement
d’une requête permettant le zoom direct sur une parcelle ;
mise à jour sur CartoMarne du fond de plan scanné SCAN 25 IGN.
102
Conseil général de la Marne
arrêtés d’agglomérations : limitations de vitesse
L’exploitation du relevé GPS des panneaux d’entrée et sortie des agglomérations a permis de
contrôler la validité des arrêtés. Au mois d’avril 2013, le service d’information géographique a recensé
1 197 incohérences ou absences d’arrêtés sur un total de 1 338 traverses.
Le service d’information géographique interviendra pour tout ajout ou déplacement de
panneaux d’agglomération. Cette procédure est inscrite dans le document d’application du règlement de
la voirie départementale.
Le bilan établi fin 2013 montre que cette nouvelle procédure a abouti à la correction de 121 arrêtés.
Tout comme les arrêtés d’agglomération, les arrêtés de limitation de vitesse constituent des
documents juridiques sensibles. Les CIP travaillent en collaboration du SIG pour localiser les panneaux
des zones indiquées dans les arrêtés correspondants. Le recueil de ces données a été publié dans la
rubrique « zone limitée en vitesse » sur CartoMarne.
comptages routiers
La lisibilité des informations du trafic routier était complexe sur CartoMarne car sur trois
calques différents. Au cours de l’année 2013, le service d’information géographique a restructuré
entièrement la base de données « comptages » et fusionné les informations de l’ancienne et de la
nouvelle génération. Ces travaux ont donné lieu à la publication de deux calques thématiques : « trafic
poids lourds » et « trafic tous véhicules ».
CartoPegase
Le graphe routier utilisé par l’application routière de CartoMarne ne pouvait pas être utilisé par
le logiciel CartoPegase du service des transports et de la mobilité, pour le calcul des itinéraires des
transports scolaires. Afin de ne pas dégrader les performances des applications de CartoMarne, par le
découpage des tronçons des routes départementales, le service d’information géographique a proposé
de baser la saisie des itinéraires des transports scolaires sur le graphe « BD TOPO IGN ».
déclaration des réseaux
Le Département, en tant qu’exploitant, a l’obligation de déclarer en ligne, sur le site
www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr, l’ensemble de ses réseaux aériens, enterrés ou subaquatiques.
Le service d’information géographique a collaboré à ce projet en produisant les 161 fichiers annexes de
zonage (73 fichiers pour les réseaux linéaires et 88 fichiers pour les réseaux ponctuels).
haies
Le service d’information géographique a procédé au relevé GPS des haies plantées le long
des routes départementales, à la création de la base de données correspondante et à la publication des
informations sur CartoMarne.
Les tables ont été structurées de manière à être compatibles avec celles du SIG de la
chambre d’agriculture de la Marne, dans le souci de faciliter l’échange d’informations entre les
différents organismes, gestionnaires de haies (chambre d’agriculture, fédérations de chasseurs, …).
maquette signalisation touristique
Une maquette pour la gestion de la signalisation touristique a été développée. Elle doit être validée.
Bilans
production cartographique
716 exemplaires de cartes ont été édités au format papier ou pdf en 2013. Pour les
impressions A4 et A3, les documents sont souhaités au format pdf afin d’être édités localement.
103
Conseil général de la Marne
Le tableau suivant indique les volumes de cartes nouvelles créées en 2013.
Types de cartes créées
Nombre
Administrative
26
Affaires scolaires et transports
14
Culture
20
Divers (bâtiments, environnement, …)
4
Routes départementales (travaux, service hivernal, ouvrages d’art, comptages, …)
38
Social
42
Tourisme
20
TOTAL
164
Les volumes de cartes créées ont évolué de la manière suivante :
Les demandes d’impression de cartes concernent tous les services du Département et des partenaires
extérieurs (administrations, gendarmeries, associations, entreprises, …), les principaux commanditaires étant
les suivants : DRD (60 %), DELM (14 %), cabinet et direction de la communication (8 %), DSD (7 %), ….
CartoMarne
Développée par le service d’information géographique, la plateforme cartographique
CartoMarne met à disposition de l’ensemble des services du Département, par l’intermédiaire de
l’intranet, un ensemble de fonctionnalités et d’applications thématiques cartographiques.
Fonctionnalités CartoMarne :
consultation ; création/mise à jour ; requêtes/rapports ; analyse spatiale/analyse thématique.
Applications CartoMarne : elles permettent de visualiser sur la cartographie et au travers de fiches
de renseignements, les informations générales et/ou techniques ; quatre applications sont disponibles :
bâtiments ;
gestion routière ;
tourisme ;
PMI-EAJE (Etablissement d’Accueil des Jeunes Enfants).
104
Conseil général de la Marne
Bilan CartoMarne
Sur une période de référence de 150 jours, 103 utilisateurs (hors service d’information
géographique) se sont connectés au moins une fois à une application CartoMarne. Parmi eux :
trois utilisateurs se connectent en moyenne plus de trois jours par semaine ;
onze utilisateurs se connectent en moyenne entre deux et trois jours par semaine ;
quinze utilisateurs se connectent en moyenne deux jours par semaine ;
huit utilisateurs se connectent en moyenne une fois par semaine ;
En moyenne, quatorze utilisateurs différents se connectent au moins une fois par jour à une
application CartoMarne.
Le tableau suivant recense le nombre de jours, sur les 150 de la période de référence, où au
minimum une personne du service indiqué s’est connectée à une application CartoMarne :
Direction
Service
Nb jours
(sur 150)
%
DRD
SERM
149
99 %
Gestion routière
DRD
CIP Nord
137
91 %
Social
DRD
SMOR
126
84 %
Bâtiments
DRD
CIP Sud Est
103
69 %
Tourisme
DRD
SOA
102
68 %
Transports
DRD
SIR
86
57 %
non identifiée
DSD
PMI
81
54 %
DRD
CIP Centre Ouest
79
53 %
DBD
SETB + SMP + SGP
77
51 %
DRD
CIP Sud Ouest
76
51 %
62
41 %
DELM
DRD
CIP Nord Est
62
41 %
DRD
OSR
59
39 %
DRD
SAERD
34
23 %
DRD
CIP Centre
29
19 %
DRD
CIP Centre Ouest
25
17 %
DELM
STM
23
15 %
DAEDLP
SATE
20
13 %
8
5%
DRD
DRD
CIP Centre
5
3%
DRD
CIP Nord
3
2%
2
1%
DC
DELM
STM
2
1%
DFMI
SI
2
1%
DRD
CIP Sud Est
2
1%
DRD
SAFRU
1
1%
Conclusion
Pour l’année 2014, le service d’information géographique affiche les objectifs suivants :
enrichissement des informations et fonctionnalités de CartoMarne par l’intégration et
l’exploitation de données « adresse » issues de la BD TOPO IGN ;
collaboration avec la direction de la communication sur le projet de refonte du site www.marne.fr ;
en particulier, développement d’une information « grand public » basée sur la cartographie.
105
Conseil général de la Marne
Circonscriptions des infrastructures et du patrimoine
I - Le rôle des circonscriptions des infrastructures et du patrimoine (CIP)
Placées sous l’autorité hiérarchique du directeur des routes départementales, dans leurs
domaines de compétences, elles portent sur leur territoire la politique de l’Assemblée départementale
en étroite collaboration des conseillers généraux.
Les CIP assurent :
la présence du Département, les liaisons avec les services de l’État et les autres collectivités
dans la circonscription ;
la fonction accueil-guichet des services ;
la représentation des services du Conseil général dans les instances locales d’élaboration des
documents d’urbanisme.
Elles exercent notamment les missions suivantes :
l’entretien et la maintenance des routes départementales, notamment les actions de salage
et de déneigement ;
les interventions toute l’année et à toute heure dans le cadre d’astreintes planifiées ;
la participation à l’élaboration des programmations départementales ;
106
Conseil général de la Marne
la maîtrise d’œuvre des opérations d’entretien et d’investissement sur le patrimoine
départemental (routes, bâtiments, ouvrages d’art, zones d’activités de l’aéroport Paris-Vatry pour la
CIP de Vitry-le-François) ;
la gestion et la conservation du domaine public départemental ;
l’écoute et le conseil des élus locaux et le partenariat avec les communes ;
l’avis, le suivi et le contrôle des aides aux communes dans le cadre du guide du partenariat
avec les collectivités.
Le chef de circonscription assure, naturellement dans le cadre délégataire, les fonctions
hiérarchiques et la gestion des agents placés sous son autorité.
II - Situation administrative, démographique et géographique des circonscriptions
des infrastructures et du patrimoine
CIP
CENTRE
CENTREOUEST
NORD
NORD
EST
SUD
EST
SUD
OUEST
Siège
CHÂLONS,
St-MEMMIE
VERTUS
REIMS
SUIPPES
VITRY-LEFRANÇOIS
MONTMIRAIL
Nombre de
cantons
6
7
16
4
6
5
Nombre de
communes
60
107
156
85
113
99
Population
84 747
101 469
300 109
27 305
51 142
36 634
Superficie (km²)
990
1 285
1 537
1 455
1 502
1 391
8 160
Routes
départementales
420 km
742 km
887 km
680 km
755 km
715 km
4 199
Ouvrages d’art
départementaux
101
134
212
182
234
172
1 035
Nombre de CRD
2
4
6
3
4
4
25/28
42/48
57/73
42/44
45/48
40/50
Effectif en CIP
réel/théorique
TOTAL
44
620
601 406
23
251/291
III - Gestion du domaine public
Nombre de dossiers instruits en 2013
CENTRE
CENTRE
OUEST
NORD
NORD
EST
SUD
EST
SUD
OUEST
TOTAL
Permissions de voirie
42
194
195
127
121
243
922
Autorisations diverses
76
143
598
65
73
101
1 056
Arrêtés de circulation
16
58
145
38
50
33
4
5
8
10
11
5
17
32
40
31
37
19
Avis transports
exceptionnels
508
103
457
606
381
202
2 257
DICT
412
794
1 495
700
313
403
4 117
23
37
43
49
54
21
Géomètre
0
7
26
7
35
6
81
Carrières
0
0
4
0
3
0
7
CIP
Dossiers dégâts domaine
public
Dossiers de subvention
Avis consultatifs en
urbanisme
107
Conseil général de la Marne
340
43
176
227
IV - Travaux routiers
Montants mandatés en 2013 (en k €)
CENTRE
CENTRE
OUEST
NORD
NORD
EST
SUD
EST
SUD
OUEST
TOTAL
360
625
690
447
779
1 267
4 168
ECF
57
49
0
0
55
23
184
Dépendances
48
135
67
27
150
0
427
Signalisations
horizontale/verticale
75
153
256
71
208
223
986
Viabilité hivernale
60
350
1 168
199
317
97
2 191
556
1 430
1 044
679
569
715
4 993
94
129
278
71
219
80
1 250
2 871
3 503
1 494
2 297
2 405
CIP
Enrobés
Entretien voirie
Entretien ouvrages d’art
TOTAL
871
13 820
V - Evènements marquants de l’année passée et pour l’année à venir
CIP
Année 2013
Année 2014
Renouvellement de couches de roulement
Béton bitumineux et ECF
RD65 - traverses de l’Épine et Courtisols (1ère tranche)
RD1 - traverse de Marson
RD37 - traverse de Condé-sur-Marne.
Renouvellement de couches de roulement
Béton bitumineux et ECF
RD65 - traverse de Courtisols (2ème et dernière tranche)
RD3 - traverse de Châlons-en-Champagne (Avenue
de Paris)
RD54 - traverse de Vitry-la-Ville.
Enduits superficiels
RD5 - Mont-Choizy/Carrefour RD12
RD54 - Moivre / RD994.
Enduits superficiels
RD3 - Fagnières/Athis.
RD4 - traverse de Breuvery-sur-Coole, St-Quentin-surCoole, Cernon et Vésigneul-sur-Coole.
RD280 -Mairy-sur-Marne/St-Germain-la-Ville.
Aménagements localisés :
RD2 - passage à niveau de Saint-Martin-aux-Champs (Fin
d’opération).
CENTRE
Ouvrages d’art :
RD54 - rénovation Pont sur La Marne à Pogny
RD83 - reconstruction Pont sur La Soude à Soudron
RD2 - rénovation mur de soutènement le long des voies SNCF
RD3 - rénovation et étanchéité trottoirs de 2 ouvrages à
Jalons voies SNCF.
Ouvrages d’art :
RD3 - Pénétrante urbaine de Châlons-en-Champagne
(Viaduc et pont sur le canal) - changement des appareils
d’appui
RD202 - reconstruction d’un pont de décharge.
Bâtiments :
DGSD : nettoyage, démoussage et réparation des
toitures du Couvent Ste Marie
Foyer de l’enfance : rénovation de la cuisine du bâtiment
principal et mise en sécurité phase 1
Foyer de l’enfance : rénovation du 1er étage du bâtiment
horticole suite à sinistre incendie
CSD Rive Droite : rénovation de Bureaux tranche 5
RIA : remplacement du revêtement de sol dans la zone
de distribution et accueil
DSD : rénovation de peintures - tranche 1.
Bâtiments :
Foyer de l’enfance : mise en sécurité incendie gaz et
électricité phase 2 et remplacement d’un escalier de secours
CSD Rive Droite : rénovation de Bureaux - tranche 6
Gendarmerie Courtisols : remplacement des volets
roulants et de la porte d’accès aux logements
DSD : rénovation de peintures - tranche 2
SAERD Châlons-en-Champagne - remplacement des
pare-chutes des 7 portes sectionnelles
Gendarmerie Courtisols : réfection de la clôture
Hôtel du Département : sécurisation intrusion.
108
Conseil général de la Marne
CENTRE
OUEST
Aménagements localisés :
construction d'un giratoire au carrefour RD3 et RD401
à Mardeuil
construction d'un giratoire sur la RD19 entre Bouzy et
Tours-sur-Marne et déviation de la RD19
aménagement de la traverse de Montchenot (VillersAllerand) avec sécurisation du carrefour RD951 et RD26
traverses des communes de :
Venteuil (RD22A)
Vincelles (RD1)
Villers-aux-Bois (RD38).
Aménagements localisés :
aménagement d'un itinéraire véloroute et voies vertes à
vocation nationale entre Condé-sur-Marne et Dormans
suite des travaux pour les traverses de Venteuil (RD22A),
Vincelles (RD1) et Villers-aux-Bois (RD38).
suite de la construction du giratoire RD19
aménagement de la RD1 entre Cumières et Damery
suivi de traverses communales suivant budget.
Ouvrages d’art :
D071-01 - réfection du pont sur La Germaine
D009-05 - reconstruction du pont sur La Livre à
Tauxières-Mutry
D018-01 - remplacement des murets d‘about par des
garde-corps S8 à Dormans
mise en place de glissières-écran moto au niveau
des ouvrages D980-03 à Dormans, D023-03, D023-04
et D023-05 à Festigny
nettoyage des ouvrages des RD9, RD951 et RD19.
Ouvrages d’art :
D951-21 - réfection du pont sur La Marne et ses
remblais d’accès
D411-02 - reconstruction du pont sur un bras du Surmelin.
Bâtiments :
CIP :
fin de la construction du CRD de Vertus au 2ème
trimestre 2013
Foyer de vie :
réfection de la toiture de la cuisine et 3ème tranche
de remise en peinture des locaux du foyer de vie JP BRU
CSD :
création d‘un sas d’entrée à la CSD Bachelin.
Bâtiments :
Foyer de vie « l’Aurore » :
remplacement des détecteurs incendie 2ème tranche
remplacement de la pompe de relevage EU.
Bâtiments :
mise aux normes des cellules de la brigade de
gendarmerie d’Étoges
reprise d‘enrobés au foyer de Vie JP BRU.
Routes :
Aménagements de sécurité :
RD324 – Cuchery/Belval-sous-Chatillon (Hameau de
Grand Pré).
Traverses :
RD6 / RD6E3 – Les-Mesneux
RD8 / 8E - Cormontreuil
RD26 - Chenay
RD409 – Rilly-la-Montagne.
NORD
Ouvrages d’art :
Réparations:
RD30E3 – Courlandon
RD406 – Sainte-Gemme
RD944 Sud (3 ouvrages d’art sur l’axe RD944 Sud,
Les-Petites-Loges, Sillery et St-Léonard)
RD8 - Reims
RD324 – Belval-sous-Chatillon
RD26 – Courcy – Pont sur le canal (réparation urgente).
Bâtiments :
CRD de Pontfaverger :
réalisation d’un abri à sel de déneigement (en étude)
Foyer départemental de l’enfance Reims :
réfection de l’entrée du bâtiment et de la rampe
d’accès (prévue mars – avril 2014)
CSD Reims Croix Rouge et Reims Ruisselet :
sécurisation de la banque d’accueil
CSD Reims Europe :
travaux de câblage informatique et création d’un
abri à vélos
Foyer de Vie « L'Aurore » :
mise en place d'une climatisation pour la canicule
rénovation de salles de bains et adaptation des
baignoires communes
ESAT « Ateliers de la Forêt » :
isolation thermique de la galerie
installation d’une porte automatique.
Routes :
Aménagements de sécurité :
RD324 2ème partie Belval – Fleury-la-Rivière – liaison
Sacy – Bezannes.
Traverse :
RD6 / RD6E3 – Les-Mesneux
RD6 – Bezannes.
Démolitions + constructions :
RD26 - Courcy :
Pont SNCF (2 ouvrages d’art)
Pont sur le canal (en cours)
RD944 - Beaumont-sur-Vesle (une construction).
Renouvellement de couches de surface (enrobés) :
RD26 - giratoire RD26 / RN 31
RD75 - traverse de Champigny
RD424 - préparation avant ESU
RD944 - section giratoire Provence vers Les-Grandes-Loges
RD966 - giratoire
RD967 - dans Fismes
RD967 - reprise giratoire avec la RD386.
Ouvrages d’art :
RD26 - Courcy - Pont sur le canal (fin des travaux
juin 2014).
Renouvellement de couches de surface (enrobés) :
RD951 - giratoire VC Reims (Croix Rouge)
RD26 - traverse de Villers-Allerand
RD24 - traverse de Chaumuzy
RD8 voie verte en agglomération de Cormontreuil
RD8 du giratoire VC de Cormontreuil vers Taissy.
Déviation :
RD944 - 1ère phase – déviation de Beaumont-sur-Vesle
(terrassement et grave bitume).
Déviation :
RD944 - 2ème phase - déviation de Beaumont-sur-Vesle
(couche de roulement et reprise du giratoire avec la RD944).
109
Conseil général de la Marne
Renouvellement de couche de surface :
RD982 Berzieux à Ville-sur-Tourbe sur 2 km
RD68 – traverse Passavant-en-Argonne
RD977 – traverse Suippes Nord
RD208 – traverse Dampierre-au-Temple
RD208 – traverse Saint-Hilaire-au-Temple.
Renouvellement de couche de surface :
RD982 - traverse de Sainte-Ménéhould
RD977 - traverse de Suippes Sud
RD66 - traverse de Laval-Tourbe
RD70 - traverse d’Epense.
Travaux d’enduisage et PATA sur divers secteurs
pour 205 000 m².
Travaux d’enduisage et PATA sur divers secteurs
pour 274 000 m².
Travaux d’entretien lourd sur chaussée béton (RD3) :
réparation des épaufrures sur dalles et traitement spécifique
des fissures transversales et longitudinales (réalisation au 1/3).
Travaux d’entretien lourd sur chaussée béton (RD3) :
poursuite du traitement spécifique des fissures transversales
et longitudinales (achèvement des 2/3 restant).
Opérations de sécurité :
mise en sécurité d’obstacles sur fossés le long de la
RD219 (Vaudemange)
mise en sécurité des virages de la RD67 Nord
mise en sécurité du carrefour RD3 / 267 / 468
mise sécurité du carrefour RD270 / 65
Opérations de sécurité :
RD982 – mise en sécurité d’une section de chaussée
sur sapes (affaissements dangereux)
mise en sécurité du carrefour RD63 / 266.
Réhabilitation de 2 ouvrages d’art :
Ville-sur-tourbe : D982-22
Cernay-en-Dormois : D072-01
projet de renforcement du barrage de Florent-en-Argonne
(RD85).
Réhabilitation de 6 ouvrages d’art :
Eclaires : D365-01
Moiremont : D063-04
NORD EST Saint-Thomas-en-Argonne : D666-02
La-Neuville-au-Pont : D982-20
Auve : D003-24
Somme-Bionne : D931-05.
Accompagnement technique des communes pour
la recherche de petits aménagements de sécurité en
traverse (7 projets).
Mise aux normes de la signalisation dans les courbes.
Tronçons « biodiversité » (plantation haies + entretien).
SUD EST
Bâtiments :
Gendarmerie de Suippes : réalisation de la clôture
Fin des aménagements des traverses de Lisse-enChampagne, La Cense-des-Prés, et Vitry-en-Perthois
réception de la traverse de Vitry-en-Perthois (RD982)
fermeture des carrefours dans le cadre de l’échangeur
de Thiéblemont-Farémont
suite de réalisation et suivi des sections biodiversité
renouvellement des couches de roulement de diverses
RD de la CIP
réfection affaissement de talus à Hauteville (RD60)
abattage d’arbres dans le cadre du plan d’action
obstacles latéraux
affectation de 2 OPA à la CIP.
Réfection de 9 ouvrages d’art dans le cadre du
marché d’entretien :
Sommesous : D079-01
Pargny-sur-Saulx : D061-04
Vanault-le-Châtel : D069-01
Ste-Marie-du-Lac : D060-15
Cheminon : D016-06
Vitry-en-Perthois : D982-06
Brusson : D995-04
Sommesous : D977-07
Sermaize-les-Bains : D216-03.
Accompagnement technique des communes
Poursuite de l’accompagnement technique des communes
dans la recherche de petits aménagements de sécurité en
traverse.
Nouveaux tronçons « biodiversité » (plantation et entretien)
aménagement de la traverse de Moncetz-l’Abbaye
(RD58 et RD58E1)
suite de réalisation et suivi des sections biodiversité
renouvellement des couches de roulement de diverses
RD de la CIP
réparation ouvrage d’art D061-05 à Pargny-sur-Saulx
suite à problèmes de culée et poutres
réfection sur ouvrages d’art dans le cadre du marché
d’entretien
opérations de sécurité au niveau de plusieurs carrefours.
Rénovation et reconstruction de 3 ouvrages
d’art dans le cadre du marché SOA :
Vroil : D314-02
Val-de-Vière : D081-09
Heiltz-le-Maurupt : D061-09.
110
Conseil général de la Marne
Réfection de 9 ouvrages d’art dans le cadre du
marché d’entretien :
Sommesous : D079-01
Pargny-sur-Saulx : D061-04
Vanault-le-Châtel : D069-01
Ste-Marie-du-Lac : D060-15
Cheminon : D016-06
Vitry-en-Perthois : D982-06
Brusson : D995-04
Sommesous : D977-07
Sermaize-les-Bains : D216-03.
Rénovation et reconstruction de 3 ouvrages d’art
dans le cadre du marché SOA :
Vroil : D314-02
Val-de-Vière : D081-09
Heiltz-le-Maurupt : D061-09.
SUD
OUEST
Réseau routier :
aménagement localisé de la RD440 entre Anglure et
Saint-Just-Sauvage
renouvellement des couches de surface :
RD373 : Montmirail/Le Clos-le-Roi (BBTM)
RD933 : virages de la Vogue à Montmirail (BBSG)
RD50 : traverse de Fontaine-Denis (BBSG)
RD5 : traverse de La-Chapelle-Lasson (ECF)
enduisages sur diverses RD = 208 000 m2
aménagement du carrefour RD5 / RD76 / RD209 à
Marigny
application du plan d’actions de traitement des
obstacles latéraux et sécurisation des courbes
mise en cohérence des limitations de vitesse en rase
campagne
création de zones biodiversité : RD440- Anglure et
RD51- Saron-sur-Aube.
Réseau routier :
renouvellement des couches de surface (programme à
finaliser au 1er trimestre 2014)
plan d’action de traitement des adventices
poursuite de l’accompagnement technique auprès des
communes (sécurité routière, PAVE, PLU, …).
Ouvrages d’art :
réfection de 7 ouvrages
réhabilitation lourde de 3 ouvrages.
Ouvrages d’art :
rénovation de 2 ouvrages (investissement)
réfection de divers ouvrages (entretien).
Bâtiments :
rénovation de peinture CSD Sézanne (2ème tranche)
clôture du terrain CRD Fère-Champenoise (2ème tranche)
isolation et rénovation toiture logement + bureaux CIP
Montmirail
reprise partielle chauffage CIP Sud-ouest.
Bâtiments :
création de box de stockage au CRD de FèreChampenoise
création de box de stockage au CRD d’Esternay
remplacement des chaudières (1ère tranche) au SAERD
Sézanne
démolition/désamiantage des logements de l’exgendarmerie à Esternay
étude pour réaménager les bureaux de la gendarmerie de
Montmirail.
111
Conseil général de la Marne
Service d'appui pour l'entretien des routes départementales
Le service d’appui pour l’entretien des routes départementales (SAERD) a été créé le
1er juin 2013. Il résulte de la transformation du service parc départemental en un service dédié
exclusivement à l’entretien des routes départementales.
Quinze agents territoriaux et 68 ouvriers des parcs et ateliers constituent le SAERD et sont
répartis dans trois sites : à Châlons-en-Champagne, à Reims et à Sézanne.
Missions
Les missions du service d’appui pour l’entretien des routes départementales sont réparties sur
quatre volets principaux :
les travaux d’exploitation ;
la viabilité hivernale ;
la maintenance des matériels ;
le laboratoire.
En 2013, le service parc départemental est intervenu pour des travaux sur des voiries
communales et départementales dans le cadre d’un budget annexe avec facturation des prestations.
Créé le 1er juin 2013 le service d’appui pour l’entretien des routes départementales est
intervenu exclusivement sur les routes départementales en s’appuyant sur le budget de
fonctionnement et permettant principalement l’achat des fournitures de matériaux routiers et des
pièces mécaniques pour l’entretien des véhicules.
Activités
travaux d’exploitation
Les travaux d’exploitation se résument ainsi :
enduits superficiels et réparations : 1 182 000 m² représentant 1 297 jours/homme (dont
85 000 m2 sur des routes communales) ;
« point-à-temps » automatique : 165 000 m2 représentant 197 jours/homme ;
signalisation routière horizontale : 450 km de routes représentant 528 jours/homme ;
glissières de sécurité : 524 jours/homme ;
réparations avant enduits, travaux préparatoires et reprofilage : 494 jours/homme ;
travaux sur dépendances (dérasements, fossés, élagage, …) : 2 009 jours/homme ;
travaux bâtiments (collèges) : 32 jours/homme.
viabilité hivernale
Cette activité peut se résumer en quelques chiffres :
1 037 sorties sur circuits dont 370 en salage et 667 en déneigement ;
3 500 tonnes de sel et 916 m3 de saumure répandus.
112
Conseil général de la Marne
maintenance des matériels
Les ateliers mécaniques du SAERD assurent la maintenance et le dépannage de tous les poids
lourds et de tous les engins et matériels spécialisés pour l’entretien des routes en usage dans les CIP
et au SAERD. Les prestations sont réalisées soit en interne par les mécaniciens du SAERD, soit en
externe en fonction des prestations à effectuer et du plan de charge des ateliers.
En 2013, 1 115 interventions de maintenance ou de réparations ont été réalisées en interne
par les mécaniciens du SAERD représentant 14 000 heures.
laboratoire
Le laboratoire assure une mission de contrôle qualité sur l’ensemble des chantiers routiers du
département en réalisant des essais depuis les terrassements jusqu’aux couches finales d’enrobés.
En 2013, le laboratoire est intervenu notamment sur la construction du contournement de
Beaumont-sur-Vesle, les travaux de chaussée de la RD324 de Cuchery à Fleury-la-Rivière, la création
de deux giratoires et l’aménagement de quatre traverses d’agglomération.
Le laboratoire réalise également le contrôle interne du SAERD lors de l’exécution des enduits
(dosage en liant) et assure la veille technique (normes et documents techniques des marchés).
Conclusion
L’année 2013 était une année de transition pour le service transformé en service d’appui pour
l’entretien des routes départementales.
L’objectif à court terme pour le service est de trouver la bonne adéquation entre les moyens
humains, les moyens en matériels, le budget attribué et les travaux d’entretien nécessaires à effectuer
sur les routes départementales.
113
Conseil général de la Marne
114
Conseil général de la Marne
Direction des bâtiments
départementaux
Service des études et des travaux de bâtiment
Service de la gestion du patrimoine
Service de la maintenance du patrimoine
Service logistique
115
Conseil général de la Marne
116
Conseil général de la Marne
Direction des bâtiments départementaux
Les attributions de la direction des bâtiments départementaux
Les principales missions de la direction des bâtiments départementaux concernent :
la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre des opérations de construction et d’entretien des
47 collèges, ainsi que les opérations de construction des bâtiments départementaux (service des
études et travaux de bâtiment) ;
l’entretien du patrimoine immobilier départemental hors collèges (service de la maintenance
du patrimoine) ;
la gestion du patrimoine immobilier (service de la gestion du patrimoine) ;
les missions de transports et de déménagements, la mise en place de matériels pour les
manifestations organisées par les autres services, l’entretien des espaces verts des bâtiments de
Châlons (service logistique), la gestion des concierges du site de la direction générale, la gestion des
femmes de ménage.
La DBD assure également la préparation et la gestion d’une partie de ses marchés publics, ainsi
que leurs gestions budgétaire et comptable avec la direction des finances, des marchés et de l’informatique.
Organisation et moyens humains
La direction des bâtiments départementaux, outre les quatre services basés à la DGSD à
Châlons-en-Champagne, a aussi à sa disposition les techniciens du patrimoine répartis dans les six CIP.
Bilan 2013
Le bilan d’activité général de la direction met en avant une bonne maîtrise des opérations de
maintenance et de travaux neufs, puisque la majorité des opérations a été réalisée dans les délais et
budgets impartis, et cela malgré une baisse des effectifs.
Objectif 2014
En 2013, une réflexion devra être menée pour améliorer la connaissance et la maîtrise des
coûts liés à la maintenance de notre patrimoine ; cette analyse n’ayant pu se faire en 2012, l’absence
de plusieurs agents ayant perturbé le fonctionnement de la direction.
Nos efforts se porteront, outre la maintenance du patrimoine et le suivi du plan pluriannuel
d’investissements, sur les actions de maîtrise de l’énergie et la mise en accessibilité de notre patrimoine,
l’échéance du 1er janvier étant désormais proche.
117
Conseil général de la Marne
Service des études et des travaux de bâtiment
Missions du service
Le service des études et des travaux de bâtiment est en charge de la programmation, ainsi que
du suivi technique, administratif et financier des travaux d’investissement dans l’ensemble du
patrimoine départemental (bâtiments administratifs, sociaux, culturels, collèges). Il assure la maîtrise
d’ouvrage directe des opérations ainsi que la maîtrise d’œuvre de certaines d’entre elles.
Effectifs
Le service des études et des travaux de bâtiment se compose de quinze personnes :
1 chef de service,
1 architecte,
7 chargés d’opérations
1 chargé de suivi d’exploitation des collèges,
2 dessinateurs,
1 secrétaire,
2 agents chargés de travaux électriques dans les collèges.
Bilan des postes du service :
départ et suppression du poste d’apprenti-ingénieur
Cette suppression de poste début 2013 s’ajoute aux suppressions de poste des trois années
précédentes. Ce sont quatre postes qui ont été supprimés auxquels il faut ajouter l’arrêt de travail
d’une chargée d’opérations de plus de six mois et un dessinateur en arrêt de travail depuis plusieurs
années. La charge de travail répartie sur les agents présents se trouve de ce fait fortement accrue
pour mener à bien les missions du service.
Consultations/Appels d’offres
Le nombre de consultation d’opérations de grande importance est resté constant entre 2012 et
2013 mais avait fortement diminué l’année précédente. Il est constaté que le nombre d’offres par lot
est faible et certaines consultations se sont révélées infructueuses. Toutefois, les estimations
correspondent aux prix des offres reçues.
Accessibilité aux handicapés
Les travaux prévus au schéma directeur d’accessibilité des bâtiments départementaux élaboré
en 2007 se poursuivent. Des bandes podotactiles, des interphones, et divers équipements mineurs ont
été installés dans le patrimoine départemental afin de faciliter l’accès à nos bâtiments. Ainsi le taux
d’accessibilité de 38 % en 2007 atteint désormais 61 % à la fin 2013.
118
Conseil général de la Marne
Programmation de grands travaux
les collèges
Les grandes opérations terminées en 2013 sont les suivantes :
Bâtiments
Villes
Opérations
Collège Professeur Nicaise
Mareuil-le-Port
Reconstruction du collège
Collège Pierre de Coubertin
Cormontreuil
Aménagement de l’entrée de la demi-pension
Collège La Source
Rilly-la-Montagne
Restructuration des salles de sciences et du
logement du gardien, réfection de cinq salles
de classes, remplacement de murs rideaux
Collège Raymond Sirot
Gueux
Création d’un élévateur et d’une galerie de
liaison à la sortie de la demi-pension
Collège Claude-Nicolas Ledoux
Dormans
Extension des vestiaires de la demi-pension
et rénovation des chaufferies du collège
Collège Maryse Bastié
Reims
Remplacement complet de l’alarme incendie
Collège Robert Schuman
Reims
Reprise complète de l’étanchéité du gymnase
Collège Louis Grignon
Fagnières
Remplacement de skydomes, puits de lumières
et rives de couverture
Collège Jean Monnet
Epernay
Réfection de la toiture
(isolation + étanchéité)
Collège Victor Duruy
Châlons-en-Champagne
Restructuration intérieure du bâtiment G
Collège Georges Braque
Reims
Extension de la loge
Collège François Legros
Reims
Restructuration des sanitaires élèves
du
bâtiment
D
Les opérations de reconstruction et de réhabilitation en cours en 2013 et qui se poursuivent en
2014 sont les suivantes :
les travaux de reconstruction du collège Eustache Deschamps à Vertus ont démarré en
octobre 2013 et se termineront à l’été 2015 ;
la réhabilitation et extension du gymnase René Cassin au collège Yvette Lundy à Ay ont
démarré en octobre 2013 et se termineront à l’été 2015 ;
l’opération d’intensification du câblage informatique dans les collèges s’est poursuivie avec
autant d’efficacité en 2013. Cette opération débutée en 2008 a permis de monter notre niveau de
câblage initial de 59 % à plus de 88 % à la fin 2013 ;
les études de conception pour la restructuration du collège Université à Reims se
poursuivent. Le permis de construire est en cours d’instruction ;
les études de conception pour la reconstruction du collège Louis Pasteur à Sermaize-lesBains se poursuivent également. Le permis de construire a été obtenu en juin 2013.
les bâtiments départementaux
Les opérations de travaux de 2013 dans les bâtiments départementaux sont :
la reconstruction de l’annexe des Archives départementales à Reims s’est achevée en
septembre 2013 ;
la construction d’un centre routier départemental à Vertus s’est achevée au printemps 2013 ;
poursuite de la mise en conformité du bâtiment de la maison des services sociaux qui abrite
entre autre la crèche, le restaurant inter-administratif et un parking souterrain.
119
Conseil général de la Marne
Programmation de travaux mineurs dans les collèges
L’ensemble des 120 opérations de la programmation de travaux mineurs votés par l’Assemblée
départementale en janvier 2013 (augmentation de 33 % par rapport à 2012) a été réalisé ou est en
cours de finition. Ces prestations ajoutées aux travaux imprévus ont conduit à la passation de 1 476 bons
de commande soit environ six bons de commande par jour ouvré.
Les travaux imprévus constatés en 2013 dans les 47 établissements (fuites de toitures ou
réseaux d’eau, dégradations, pannes d’équipements, …), ajoutés aux sinistres survenus en cours
d’année : orages successifs durant l’été, dégâts des eaux au collège Victor Duruy (demi-pension), au
collège de Bazancourt (bâtiment restauration et SEGPA), incendie aux collèges Trois Fontaines
(logement de fonction) et Rilly-la-Montagne (atelier), présence de nuisibles dans les faux plafonds du
gymnase du collège de Tinqueux, vandalisme au collège Nicolas Appert (logement de fonction), …, se
sont traduits par une dépense avoisinant les 1,3 million d’euros.
Au cours de l’année 2013, le pôle maîtrise d’œuvre interne a élaboré l’ensemble des pièces
administratives et graphiques de onze documents d’urbanisme. Ainsi, il a été déposé un permis de
construire, trois déclarations préalables et sept autorisations de travaux pour ERP.
Comme l’an passé, la régie du service composée de deux agents qui interviennent sur les 47
collèges dans les domaines de l’électricité et du câblage informatique a réalisé environ 150
interventions (soit une augmentation de 25 % vis-à-vis de l’an dernier). Cette augmentation s’explique
par la réalisation d’opérations d’envergure moins importantes. Le déploiement du câblage informatique
dans les collèges est encore une activité importante. L’efficacité sur les levées de prescriptions
électriques se confirme.
Recensement des équipements dans les collèges
Au vu de la réduction des effectifs et des arrêts de maladie précités, le recensement des
équipements techniques entamés en 2012 a dû être suspendu en 2013. Il a été indispensable de se
recentrer sur la bonne réalisation des travaux afin de ne pas pénaliser les utilisateurs des bâtiments.
Activité
L’activité du service s’est traduite par :
une dépense de 13 923 874,74 €,
la passation de 1 743 mandats,
la passation de 83 marchés publics soit une augmentation de 72 % par rapport à 2012 et
correspondant à 44 % des marchés de la collectivité.
120
Conseil général de la Marne
Service de la gestion du patrimoine
Le service de la gestion du patrimoine (SGP) a pour mission principale, ainsi que son appellation
l'indique, la gestion du patrimoine du Département, forestier, immobilier et foncier (à l’exception des
routes), ainsi que la gestion du suivi administratif et financier du plan d’assurances de la collectivité. Une
cellule administrative et budgétaire a par ailleurs été rattachée à ce service courant 2011.
Cellule Administrative et Budgétaire
Les missions juridiques et financières attribuées à la cellule administrative et budgétaire de la
direction mise en place en 2011 n’ont été assurées en 2013 que par deux personnes, contre quatre
initialement. Aussi les procédures et outils communs à l’ensemble des services techniques de la
direction mis en place durant ces deux dernières années ont trouvé tout leur intérêt (suivi des retenues
de garanties, des décomptes généraux et définitifs, tableaux de bord, …).
Une mutualisation temporaire des moyens affectés à d’autres services notamment comptables
a permis d’assurer une continuité des missions principalement en matière de mandatement, dans
l’attente d’un redéploiement de poste prévu en 2014.
Le bilan suivant peut plus particulièrement être dressé pour l’année 2013 :
en ce qui concerne les marchés publics : 38 pièces administratives rédigées et 1 416 commandes
engagées pour la direction ;
en ce qui concerne les mandats : plus de 3 323 factures ont été traitées pour un total de
dépenses dépassant les 16,3 millions d’euros. Il est à noter à cet égard que même si le budget mandaté
des services techniques de la direction a été bien moindre que celui de l’an passé (16 M€ en 2013 contre
25 M€ en 2012), le nombre de factures est quasiment équivalent (3 323 en 2013 contre 3 659 en 2012) ;
environ 1,2 million d’euros de subventions ont été encaissés cette année liés essentiellement
au projet de reconstruction de l’annexe des Archives départementales à Reims.
Par ailleurs, concernant les missions propres du service gestion du patrimoine, les opérations
recensées ci-après, s’inscrivent dans la politique immobilière et foncière menée en 2013 par le Département.
Acquisitions, ventes et échanges d'immeubles
bilan des acquisitions
Concernant le patrimoine immobilier des collèges, les démarches de transfert de propriété des
établissements suivants ont été finalisées en 2013 dans le cadre de l’application du dispositif prévu
par la loi n°2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales :
-collège Victor Duruy à Châlons-en-Champagne,
-collège Perrot d’Ablancourt à Châlons-en-Champagne,
-collège Grand Morin à Esternay,
-collège Paulette Billa à Tinqueux,
-collège Pierre-Gilles de Gennes à Frignicourt.
Il convient de préciser que cette démarche de régularisation foncière a également été poursuivie
en 2013 pour les collèges Jean Monnet à Epernay, Henri Guillaumet à Mourmelon, Jean-Baptiste Drouet
à Sainte-Ménéhould, Paul Eluard à Verzy, Stéphane Mallarmé à Fère-Champenoise, Vieux Port à Vitry-leFrançois, Mont d’Hor à Saint-Thierry ainsi que pour les établissements de l’agglomération rémoise (Joliot
Curie, Paul Fort, Robert Schuman et Maryse Bastié à Reims).
121
Conseil général de la Marne
L’acquisition du gymnase de Fagnières, jusqu’alors propriété de la Communauté d’Agglomération
de Châlons-en-Champagne, est également à noter pour cette année 2013. Cette cession est intervenue
au prix des Domaines soit 234 540 €.
bilan des ventes
Les cessions de biens suivants sont intervenues en 2013 :
un garage sis impasse des Hazelles à Sainte Ménéhould,
une emprise de terrain donnant accès à l’ancien Parc de Frignicourt,
l’ancienne gendarmerie de Fère-Champenoise,
les locaux sis 1 et 7 rue Chocatelle à Epernay.
Concernant le palais de justice d’Epernay, rétrocédé courant 2010 par l’Etat au Département
dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire, le Département a acté le principe de mettre en vente ce
bien et a poursuivi en 2013 les démarches correspondantes à ce projet en lien avec la mairie d’Epernay.
Le conseil des prud’hommes toujours sur site doit par ailleurs être relogé dans d’autres locaux.
Devront être finalisés en 2014, les projets de cession d’un terrain sis rue Dumont d’Urville à
Reims, non utilisé par le Foyer Morandat, ainsi que la cession de l’ancienne subdivision de Dizy
restituée au Département par l’Etat le 1er novembre 2013.
Plus anecdotiquement, on peut également relever la cession de biens mobiliers issus de la
sous-préfecture de Reims restitués par l’Etat en 2013, via un Commissaire Priseur.
Locations et mises à disposition de biens immobiliers
Le service de la gestion du patrimoine a en charge la gestion locative du patrimoine immobilier
du Département (bureaux et logements de l’Ilot Saint Eloi à Châlons-en-Champagne, permanences
sociales des différentes CSD, casernes de gendarmeries, …), pour un total de recettes perçues en 2013
de 1 253 134 €.
Par ailleurs, suite à la décision de l’Assemblée départementale du 29 juin 2012 de ne plus
prendre en charge les frais de fonctionnement des CIO à compter du 1er janvier 2014, l’année 2013 a
été marquée par la dénonciation des baux d’occupation correspondants pour les sites de Châlons et
Reims, et plus spécifiquement la libération des locaux occupés jusqu’à présent par les services du CIO
à Reims (organisation du déménagement, récupération du mobilier, …).
Conventions de partenariats
Dans le cadre de la politique de partenariat du Département, l’année a également été marquée
par la perception de l’ensemble des financements à intervenir au titre des travaux programmés en
2013 dans les locaux de la Maison des Services Sociaux à Châlons-en-Champagne, soit 398 354 €.
Gendarmeries
Dans le cadre de sa politique de prévention et de sécurité, l’Assemblée départementale
participe financièrement aux projets de construction ou d’extension de casernes de gendarmeries sous
maîtrise d’ouvrage communale ou intercommunale, soit huit projets subventionnés en 2013 pour un
total de 116 937 €.
Gestion du domaine forestier
Conformément aux plans d’aménagement en vigueur, l’ONF a mis en œuvre les travaux
programmés en 2013 dans les forêts de la Marne, propriétés du Département, pour un total de
27 142 € (impositions et frais de garderie compris). 11 554 € de recettes ont par ailleurs été perçues
au titre des coupes de bois, subventions et locations de droits de chasse.
122
Conseil général de la Marne
Par ailleurs, au regard de la délibération de l’Assemblée départementale en date du 24 janvier
2013 adoptant le principe de mise en vente du massif forestier de La Barse situé dans le département
de l’Aube, des réunions ont été organisées en partenariat avec l’Office National des Forêts afin de
rencontrer les collectivités territoriales limitrophes, acquéreurs potentiels. Un groupement syndical
forestier regroupant les collectivités intéressées pourrait être créé à cet effet en 2014.
Assurances
Dans le cadre du suivi administratif et comptable du contrat « multirisques dommages aux
biens », 32 sinistres ont été déclarés en 2013 (contre 53 en 2012, 50 en 2011 et 49 en 2010) dont
principalement des dégâts des eaux, chocs de véhicules à moteur et actes de vandalisme dans les
bâtiments. Ainsi, le nombre de sinistres est à la baisse mais par contre les dommages occasionnés sont
plus importants. Le montant des dommages pour l’ensemble des dossiers instruits en 2013 est de
l’ordre de 167 000 € dont près de 80 000 € à la charge du Département.
Parmi les sinistres instruits en 2013 les plus conséquents, on peut relever l’incendie criminel du Foyer
départemental de l’Enfance de Châlons-en-Champagne (76 677 €), le dégât des eaux survenu au collège
Victor Duruy (22 525 €) ou l’incendie de l’atelier dépendant du collège de Rilly-la-Montagne (25 629 €).
Par ailleurs, en raison d’un taux de sinistralité/prime trop défavorable aux titulaires des
contrats « responsabilités civiles et risques annexes » et « flotte automobile et risques annexes » les
compagnies d’assurances titulaires de ces lots ont souhaité mettre fin à ces marchés. Une nouvelle
consultation a été lancée afin d’attribuer les nouveaux marchés début 2014 au regard des délais de
préavis prévus au contrat.
Il est à noter que la personne référente ayant quitté la collectivité, son poste n’a pas été
remplacé et que ses missions ont été mutualisées avec un autre agent du service.
Mandats et titres
L’exercice de l’ensemble des missions présentées ci-dessus s’est traduit en 2013 par l’émission
de 417 mandats pour un total de dépenses de 1 631 179 € et la préparation de 463 titres de recettes
pour un total de recettes de 2 348 289 €.
Perspectives/Objectifs 2014
En 2014, le service de la gestion du patrimoine aura notamment à :
mener à bien la mise en vente du site du palais de justice d’Epernay, du massif forestier de
La Barse et de l’ancienne subdivision DDE de Dizy ;
poursuivre la procédure de transfert des biens immobiliers des collèges appartenant à une
commune ou à un groupement de communes dans le cadre du dispositif prévu par la loi n° 2004-809
du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales ;
engager les démarches de recherche foncière pour les CSD Europe et de Sézanne ;
envisager les conditions de reconversion du site abritant l’ancien site des Archives départementales
de Reims.
123
Conseil général de la Marne
Service de la maintenance du patrimoine
Missions
Le service de la maintenance du patrimoine fonctionne en complémentarité avec le service des
études et des travaux de bâtiment (SETB) qui assure les missions de constructions neuves, grosses
réhabilitations ou réparations et gère les crédits d’investissement.
Ce service a pour missions :
de poursuivre et de mettre à jour le recensement de l’ensemble des installations techniques
équipant les bâtiments départementaux ;
de mettre en conformité les installations ou équipements liés à la sécurité des bâtiments et
notamment ceux qui reçoivent du public (ERP) ;
d’assurer la maintenance des équipements (chaufferies, extincteurs, ascenseurs, alarmes, …)
des bâtiments en collaboration avec des sociétés spécialisées (suivi des contrats d’entretien) ;
d’effectuer le petit entretien (travaux réalisés en régie ou par des entreprises) ou les
réparations dans les bâtiments départementaux pour des cas d’urgence (fuite d’eau, carreau cassé,
porte bloquée, panne de chauffage, …) et l’entretien courant (toiture, menuiserie, plomberie, …) ;
de réaliser les opérations d’investissement liées aux travaux de grosse maintenance ;
de suivre toutes les dépenses relatives au fonctionnement et aux fluides et de trouver, si
possible, des solutions d’économie ;
de développer une politique d’économie d’énergie sur l’ensemble du patrimoine bâti.
Ces missions portent sur l’ensemble du patrimoine départemental (hors collèges), soit environ
140 établissements et équipements.
Bilans
A - Travaux courants de maintenance
L’enregistrement et le suivi de toutes les demandes de travaux et d’interventions est réalisé
sous Sharepoint. Ces sollicitations qui restent à un niveau élevé, représentent 1 345 demandes (dont
98 pour les gendarmeries). Elles se décomposent comme suit :
SMP + CIP
Centre
CIP Nord
Autres CIP
TOTAL
%
Réalisés
747
218
209
1 174
87,3%
En cours
48
0
6
54
4,0%
A Faire
77
24
16
117
8,7%
TOTAL
872
242
231
1 345
100 %
Dont réalisé par Régie
573
124
9
706
52,5%
Chauffage/Clim
117
27
33
177
13,2%
Travaux
Couverture
31
15
17
63
4,7%
Elec/Eclairage
165
42
47
254
18,9%
MétallerieSerrurerie/Fermeture
137
59
51
247
18,4%
Plomberie
126
31
34
191
14,2%
Peinture/Sols/Plafond
42
6
10
58
4,3%
Autres métiers
254
62
39
355
26,4%
TOTAL
872
242
231
1 345
100 %
124
Conseil général de la Marne
B - Travaux d’investissement et de grosse maintenance (hors économies d’énergie et
sécurité incendie)
Au cours de l’année 2013, les principaux travaux d’investissement réalisés sont :
nettoyage, démoussage et réparation des toitures du Couvent Sainte Marie à Châlons-en-Champagne ;
rénovation des revêtements de sols de la zone self du Restaurant Inter Administratif à
Châlons-en-Champagne ;
mise en place de bordures dans le jardin des simples au Village-Musée de plein air du Pays du Der ;
rénovation des peintures et des revêtements de sols de divers locaux dans les bâtiments
administratifs, les circonscriptions de la solidarité départementale, les foyers, les gendarmeries ;
remplacement des portes de garages de la CSD de Vitry-le-François ;
mise aux normes de la cuisine du Foyer de l’Enfance de Châlons-en-Champagne ;
remise en état du premier étage du bâtiment horticole du Foyer de l’Enfance de Châlons-enChampagne suite à un incendie ;
rénovation de la clôture de la gendarmerie de Suippes ;
rénovation de l’escalier d’accès à la gendarmerie de Saint-Rémy-en-Bouzemont-SaintGenest-et-Isson ;
début de la mise aux normes des cellules à la gendarmerie de Thièblemont ;
aménagement de l’accueil de la gendarmerie de Vitry-la-Ville ;
aménagement des extérieurs à la gendarmerie de Vitry-le-François ;
rénovation et isolation de la toiture terrasse de la gendarmerie de Sommesous.
C - Economies d’énergie
Des actions ont été entreprises pour économiser l’énergie depuis le 1er janvier 2013, à savoir :
suivi des travaux de maintenance en énergie : 263 interventions (dont 141 en régie)
ont été réalisées et 276 demandes exprimées en 2013 soit un taux de réalisation de 95,3 % ;
suivi du marché d’exploitation des chaufferies et chaudières individuelles des
bâtiments départementaux portant sur 43 installations ;
entretien des chaufferies, des climatisations, ventilations, des adoucisseurs et des
onduleurs portant sur 28 installations ;
tournée hebdomadaire de suivi du chauffage ;
poursuite du déploiement des sondes de température dans les bâtiments départementaux ;
remplacement des éclairages énergivores par des modèles économiques (tubes
fluorescents T5 et LED) :
remplacement des appliques halogènes par des appliques LED au Couvent Sainte Marie à
Châlons-en-Champagne et à l’Hôtel du Département ;
remplacement des luminaires à ballast ferromagnétique par des luminaires à ballast électronique
et tubes T5 aux Archives départementales et à la DGSD à Châlons-en-Champagne ;
remplacement de 53 appliques incandescentes par des appliques LED.
étude et travaux réalisés :
travaux de rénovation de la ventilation et des réseaux d’eau chaude sanitaire du
Restaurant Inter Administratif à Châlons-en-Champagne ;
travaux d’amélioration de l’isolation thermique et de remplacement de la chaudière de la
CSD de Sainte Ménéhould avec mise en place d’une régulation ;
remplacement de la chaudière de la CIP de Suippes avec mise en place d’une régulation ;
125
Conseil général de la Marne
mise en place d’une régulation sur la chaudière du CRD de Marolles ;
isolation partielle de la sous face de toiture de la CSD Châlons Rive droite ;
rénovation des réseaux d’eau chaude sanitaire et mise en place de régulations sur les
sous stations au Foyer de l’Enfance de Reims ;
rénovation des réseaux et de la régulation de la chaufferie à la CIP de Montmirail ;
rénovation de la production d’eau chaude sanitaire au Foyer de vie J.P. Bru à Epernay ;
remplacement d’équipements sanitaire (robinetterie, chasse d’eau, …) ;
amélioration des installations de chauffage (petit salon et bureau à la DGSD) ;
préparation d’un plan pluriannuel d’investissement pour le remplacement de chaudières
vétustes et la mise en place de régulations paramétrables à distance.
contrôle de gestion des fluides : visa de 899 factures (dont 58 d’eau, 626 d’électricité et
193 de gaz).
logiciel de gestion des énergies (Energie Territoria) : suivi de 184 équipements et de
319 points de comptage (gaz, électricité et eau). Saisie de 1 196 factures.
études et travaux en cours :
étude sur l’éclairage et le chauffage du Village-Musée de plein air du Pays du Der.
D - Sécurité incendie
Les actions de maintenance ont porté en 2013 sur 33 bâtiments départementaux. Il est à noter
que les marchés de maintenance portent sur l’ensemble des bâtiments départementaux y compris les
collèges intégrés dans un groupement de commande pour les marchés de maintenance des ascenseurs
et alarmes incendie.
Les actions entreprises depuis le 1er janvier 2013, sont :
commission de sécurité
Foyer de l’Enfance à Reims : avis favorable.
marchés de maintenance
Relance du marché de maintenance des alarmes incendie dans les bâtiments
départementaux et les collèges.
Suivi technique et financier des marchés de vérification et maintenance :
- ascenseurs : 15 054 € pour les 26 appareils des bâtiments départementaux ;
- alarmes incendie : 14 410 € pour les 32 équipements des bâtiments départementaux
(uniquement six mois de contrat suite à renouvellement du marché fin 2013) ;
- extincteurs : 13 207 € pour les 1 022 extincteurs des bâtiments départementaux.
divers travaux d’investissement
remplacement du SSI du bâtiment horticole du Foyer de l’enfance de Châlons-enChampagne suite à un incendie pour un montant de 28 248 €.
activités diverses liées à l’entretien des bâtiments
suivi des demandes de travaux de petites et grosses maintenances, dépannages (446
réalisées pour 494 demandées en 2013) ;
suivi et gestion des approvisionnements pour le compte de la régie.
E - Activités de la régie
L’activité de la régie située à Châlons-en-Champagne représente en 2013, 66 % (573 fiches)
des interventions traitées par le service contre 34 % par les entreprises. Le taux de réalisation est de
90 %. Les interventions effectuées vont du quart d’heure à quatre semaines pour des petits chantiers
de plomberie, électricité ou peinture.
126
Conseil général de la Marne
Elle mène des actions :
de dépannage ponctuel sur demande (serrure cassée, fuite en plomberie, remplacement d’éclairage) ;
préventives d’entretien sur les équipements (nettoyage VMC, filtres sur ventilation, nettoyage
de réseau pluvial et toiture terrasse) ;
de surveillance (tournée hebdomadaire des chaufferies, éclairages de secours) ;
des campagnes d’amélioration ou de maintien des installations (relamping, remplacement de
luminaires pour amélioration des niveaux d’éclairement), sur et hors Châlons ;
d’économie d’énergie (mise en place, programmation et surveillance des régulations sur des
installations fixes de chauffage électrique, mise en place de détections de présence pour l’éclairage,
remplacement de luminaires énergivores par des luminaires à économie d’énergie, calfeutrement de fenêtres) ;
des petits travaux programmés (remise en peinture de bureaux, de couloir, locaux
techniques, câblage de réseau informatique pour régulation de chaufferie, isolation de combles).
La régie s’appuie sur un réseau de fournisseurs locaux pour assurer ses approvisionnements en
matériel, matériaux et outillage. Le nombre de bons de commande de fournitures émis en 2013 est de
185 pour un montant de 56 127 € TTC en investissement et 53 505 € en fonctionnement, se
décomposant de la façon suivante :
127
Conseil général de la Marne
F - Secrétariat
Les principales missions assurées par le secrétariat ont été en 2013 :
enregistrement du courrier ;
enregistrement et mise à jour sur Sharepoint de la demande des travaux de maintenance
dans les bâtiments départementaux et gendarmeries du secteur de Châlons ;
saisie des factures de consommations des fluides sur le logiciel Energie Territoria (1 196 factures),
mise à jour des données du logiciel ;
gestion des clés (47 mouvements).
Effectifs
Le service comporte neuf agents sur Châlons :
1 ingénieur principal, chef de service ;
1 adjoint administratif pour assurer le secrétariat, partagé à 50 % avec le service gestion du
patrimoine depuis le 1er novembre 2013 ;
1 technicien, spécialisé en économies d’énergie ;
1 technicien, spécialisé en sécurité incendie, qui encadre les cinq agents de la régie ;
5 adjoints techniques en régie pour assurer les dépannages, les travaux d’agencement
intérieur (plafonds, sols, peinture, …), d’électricité, de serrurerie, de plomberie chauffage.
Par ailleurs, six techniciens généralistes (à temps complet ou à temps partagé avec la DRD)
renforcent la structure centrale de Châlons au niveau de chaque CIP. Le technicien généraliste de la
CIP Nord à Reims assure l’encadrement d’une régie.
L’année 2013 a connu la vacance pendant deux mois du poste de technicien affecté à la CIP
Nord à Reims. Par ailleurs, au 1er octobre 2013, un adjoint technique est venu renforcer la régie de la
CIP Nord à Reims initialement composée d’un seul agent.
Objectifs
A - Objectifs à court terme
Le service doit :
procéder à la formation du technicien qui remplacera en 2014 le technicien en charge du
secteur de la CIP Centre à Châlons ;
relancer le marché d’entretien et de maintenance des extincteurs ;
obtenir un avis favorable lors de la commission de sécurité périodique 2014 au Foyer de
l’Enfance de Châlons ;
obtenir un avis favorable lors de la commission de sécurité de réception de travaux 2014 à la
Maison des Services Sociaux à Châlons-en-Champagne ;
continuer à répondre rapidement aux « sollicitations » des responsables d’établissement
(CSD, foyers, gendarmeries, bâtiments administratifs, …) pour des interventions mineures curatives
(pannes d’électricité, d’eau, de chauffage, …) ;
poursuivre le développement de la maintenance préventive (entretien systématique des
installations) et les actions en faveur des économies d’énergies,
harmoniser les méthodes de travail sur l’ensemble des secteurs techniques du Département
(suivi comptable, analyse des consommations, appréciation des degrés d’urgence, cohérence sur
l’action des entreprises, respect des conventions, …) ;
améliorer la fréquence d’entretien des toitures (actuellement la majorité des infiltrations
d’eau dans les locaux proviennent d’un défaut d’entretien des toitures, gouttières ou chéneaux).
128
Conseil général de la Marne
B - Objectifs à moyen terme
La maintenance spécifique des équipements doit être assurée par des sociétés spécialisées. Il
convient que ces interventions soient gérées d’une façon cohérente quels que soient les prestataires ou
le secteur géographique.
Pour ce faire, le service maintenance du patrimoine souhaite lancer en 2014-2015 des
consultations sur l’ensemble du patrimoine départemental dans les domaines suivants :
marché d’entretien des systèmes climatisés,
marché d’entretien des systèmes de désenfumage,
marché d’entretien des portes et portails automatiques,
Cette méthode de centralisation devrait permettre de mieux appréhender la prestation des
entreprises et mieux gérer la maintenance des équipements et leur coût.
Enfin, le service maintenance du patrimoine devra mener des actions dans les domaines suivants :
remplacement des détecteurs incendie ioniques par des détecteurs optiques,
mise en place d’un plan pluriannuel d’investissement pour le remplacement des alarmes incendie,
mise en place d’un plan pluriannuel d’investissement pour le remplacement des menuiseries
extérieures sur de nombreux bâtiments départementaux.
129
Conseil général de la Marne
Service logistique
Le service logistique est composé d’un chef de service et de quatorze agents : neuf agents
polyvalents dont trois concierges et un à mi-temps thérapeutique, deux agents gardiens du parking
(un agent statutaire à temps plein et un agent statutaire à mi-temps sur deux services : service
logistique et accueil DSD) et cinq femmes de ménage (quatre à la DGSD et une à la CSD Bachelin).
Missions
Le service logistique assure l’entretien des espaces verts de la DGSD, des Archives, du square
Barbier, du Forum de l’Europe, de la BDP, de la halte garderie, de la cour du 1 rue de Vinetz et du
parking Vaubécourt, des cours, des allées, des plantations.
Le service a en charge la préparation des salles de réunion, des réceptions, assure un service à
la sonorisation des salles, le gardiennage d’expositions et filtre les entrées lors de manifestations
extérieures ou grèves.
Les agents du service ont aussi en charge de convoyer et d’installer les différentes expositions
itinérantes des services du Conseil général.
Deux agents du service participent aux différents salons du Conseil général ou du comité
départemental du tourisme en assurant le transport de la documentation en France et/ou à l’étranger.
Le service logistique a en charge le transport des véhicules du pool, lors des révisions,
réparations, contrôles techniques ou changement des pneumatiques. Il est aussi appelé à remplacer
des roues défectueuses ou démarrer des véhicules des services.
Régulièrement, les agents du service emportent les déchets et palettes de l’imprimerie, de
l’informatique, de la MDPH ou d’autres services à la déchetterie. Deux à trois fois par mois, ils vont
avec un fourgon incinérer des documents confidentiels au centre de destruction à la ZI de la Veuve.
Les rayonnages, étagères, meubles divers, tableaux d’affichage en liège ou tableaux blancs,
commandés par les services, sont réalisés par les agents du service logistique.
Les agents du service sont aussi sollicités, dans tout le département, pour de la manutention
d’archives, de dossiers ou des déménagements de bureaux, de services, ainsi que dans les collèges. Ils
le sont aussi pour le remplacement du personnel du parking, comme chauffeurs, ainsi que pour les
livraisons de fournitures diverses dans les circonscriptions de la solidarité départementale.
130
Conseil général de la Marne
Direction de la solidarité
départementale
Service de la protection maternelle et infantile
Service de l’aide sociale à l’enfance
Foyer départemental de l’enfance
Service social départemental et de la prévention
Service insertion et logement social
Service Solidarité Grand Age et Handicap
Service des affaires sanitaires
- 131 Conseil général de la Marne
- 132 Conseil général de la Marne
Direction de la solidarité départementale
En 2013, la direction de la solidarité départementale représente six services, quinze
circonscriptions de la solidarité et un service de prévention spécialisée, soit 124 agents en central et
432 agents territorialisés dont 37 CAE.
Le renforcement et la multiplication des difficultés sociales des usagers ont entraîné un
surcroit d’activité pour cette année, tout comme l’année dernière ; tant dans le domaine social que
de l’insertion et de la protection de l’enfance.
Le seul service ayant été épargné en 2013 par cette hausse d’activité est le service solidarité, grand
âge et handicap ; mais s’agissant des personnes âgées et personnes handicapées, cette accalmie ne saurait
durer, la réforme de la dépendance annoncée en 2014 viendra certainement modifier les pratiques.
En outre, l’adossement de la MDPH aux services du Conseil général s’est poursuivi et accentué
pour un fonctionnement optimisé espéré en 2014.
Dans le domaine de l’insertion, il a fallu faire face à la hausse de plus de 8 % des
bénéficiaires du RSA. De plus, l’élaboration du PDI sur un délai très court de quatre mois a mobilisé
énormément les cadres du service central, qui ont accompli un travail important de recensement,
d’analyses et de proposition en faveur des bénéficiaires du RSA.
Le service de l’aide sociale à l’enfance a quant à lui, vécu une année très chaotique en raison
de la problématique exacerbée de l’arrivée des mineurs isolés étrangers. En effet, le département de
la Marne fait partie des départements où l’accueil de ces jeunes commence à être conséquent avec
45 arrivées par an. Le traitement de ces situations et notamment l’évaluation de leur minorité et de
leur isolement demandent un temps important doublé d’une pression idéologique et politique qui va
bien au-delà des compétences techniques requises habituellement en protection de l’enfance.
Concernant la petit enfance, le service PMI n’a plus de médecin chef depuis deux ans et les
perspectives de pouvoir enfin recruter un médecin conjuguant qualification et expérience sont
minimes. Aussi les missions du cadre PMI sont-elles réparties entre les médecins, le service central
et la direction, ce qui bien évidemment n’est pas complètement satisfaisant.
Enfin, les situations managériales délicates telles qu’à connu la CSD de Fismes ont généré
une activité chronophage des cadres notamment du service social afin de pouvoir rétablir un
équilibre propre à assurer un service public de qualité.
En conclusion, tout au long de cette année, il a fallu jongler et tenter d’établir un périlleux
équilibre entre l’exigence de réduction des dépenses maitrisables, et la prise en compte de la hausse
de l’activité. L’augmentation des dépenses d’allocation des bénéficiaires du RSA sort de ce champs,
les difficultés économiques des usagers impactant rapidement et directement ce poste de dépenses.
- 133 Conseil général de la Marne
Service de la protection maternelle et infantile
Effectif
L’effectif du service est constitué de personnels PMI rattachés aux quinze circonscriptions de
la solidarité départementale de la Marne et du service central.
circonscriptions de la solidarité départementale
43 infirmières-puéricultrices pour un équivalent temps plein de 37,5 ;
12 médecins de circonscription, pour un ETP de 11,60, dont :
12 médecins titulaires (4 à 100 %, 5 à 80 %, 3 à 70 %), soit 10,10 ETP,
2 médecins vacataires (pour 2 399,50 h de vacations), soit 1,50 ETP.
9 sages-femmes correspondant à 7,9 ETP ;
2 psychologues titulaires à 100 %, soit 2 ETP ;
des personnels vacataires qui ont effectué en 2013 : 935 heures de vacations de médecins
(0,58 ETP), 7 548,50 heures de vacations de psychologues (4,72 ETP), 327 heures (0,20 ETP) de
conseillères conjugales.
service central
Une puéricultrice coordinatrice ;
un rédacteur principal ;
un adjoint administratif principal, secrétaire ;
un adjoint administratif, secrétaire.
En l’absence d’un médecin chef de service, les différentes missions sont réparties au niveau
des médecins de circonscription.
Missions
Ce service a pour missions :
d’assurer le suivi médico-social des futures mamans et des enfants de moins de six ans ;
de planifier les naissances ;
d’agréer et de suivre les lieux d’accueil des enfants de moins de six ans.
L’activité 2013
le suivi médico-social des futures mamans
Le service est destinataire de l’ensemble des déclarations de grossesse faites dans le
département : 5 631. Ce chiffre est en baisse de 18 % depuis 2011, soit 1 029 déclarations de grossesse
de moins en trois ans.
1 847 visites pré et post-natales ont été effectuées à domicile, touchant 831 femmes. Ces
visites ont pour objectifs :
la prévention de la prématurité ;
la préparation à la naissance.
mais aussi et surtout, l’aide à l’instauration des liens parents-enfants et par là-même la prévention
de la maltraitance.
- 134 Conseil général de la Marne
le suivi médico-social des enfants de moins de six ans
Le suivi des enfants de moins de six ans a pour objectif l’accompagnement de la parentalité,
le dépistage du handicap et la prévention de la maltraitance.
En 2013, 6 439 avis de naissance ont été enregistrés. Les naissances dans la Marne sont en
baisse de 10 % depuis 2011, soit une perte de 631 naissances.
Des consultations de jeunes enfants, qui ont un caractère plus médical du fait de la présence
d’un médecin, sont organisées : 1 152 (1 302 en 2012) séances dans l’année pour 45 lieux de
consultations où 3 499 enfants ont été présentés ; 3 221 enfants ont bénéficié d'au moins une
consultation par un médecin.
6 232 visites à domicile des infirmières-puéricultrices réalisées, pour 2 414 enfants vus au
moins une fois.
Pour certaines situations particulièrement difficiles, le service peut faire appel à des TISF ou auxiliaires
familiales : seize familles (18 en 2012 ont été concernées en 2013 pour 850 heures (1 951 heures en 2012 et
3 525 heures en 2011) dont le coût global s’élève à 35 931 € (64 484 € en 2012 et 123 653 € en 2011). Ce
soutien apporté aux familles s’inscrit dans le cadre de la prévention, en amont de mesures éducatives.
7 438 (7 344 en 2012) enfants ont été convoqués, lors des séances, pour les bilans de santé
en écoles maternelles, dont 5 775 enfants ont été bénéficiaires, donnant lieu notamment à un
dépistage auditif concernant 4 524 enfants et visuel concernant 4 848 enfants. Lors de ces séances,
2 503 enfants ont bénéficié d'un examen clinique effectué par un médecin.
la planification des naissances
Il existe cinq centres de planification sur le département placés sous la responsabilité du
président du Conseil général, trois gérés directement par nos services (dans les circonscriptions de
Châlons Rive droite, Fismes et Vitry-le-François) et deux conventionnés (gérés par les hôpitaux
d’Epernay et de Reims). 1 089 séances y ont été organisées et 1 844 personnes ont bénéficié d’un
examen clinique ; 909 personnes ont bénéficié d’un entretien effectué par les conseillères conjugales.
Y ont été réalisés :
2 175 (2 314 en 2012) consultations en lien avec la contraception ;
784 consultations en lien avec l’IVG (807 en 2012) dont 86 destinées à des mineurs ;
444 autres actes (diagnostics grossesse, autres problèmes gynécologiques, difficultés
sexuelles, problèmes familiaux, …) ;
1 306 (1 134 en 2012) entretiens réalisés par les conseillères auprès de 909 personnes dont
227 mineurs.
l’accueil collectif et familial
Les assistants maternels :
Le département compte 3 880 assistants maternels PMI et 24 assistants maternels avec un
double agrément pour une capacité d’accueil globale de 12 470 places. En 2013, 210 nouvelles
demandes d’agrément ont été accordées. Le taux d’occupation sur l’ensemble du département est
d’environ 65 %.
L’agrément et le suivi sont assurés, en lien avec les assistants sociaux, par les infirmièrespuéricultrices qui ont ainsi vu au moins une fois en 2013, 1 845 (2121 en 2012) assistants maternels.
419 assistants maternels ont suivi la formation obligatoire pour un total de 27 432 heures.
L’organisation administrative de la commission consultative paritaire départementale est
assurée par la PMI. 27 dossiers d’assistants maternels ont ainsi été présentés en CCPD.
- 135 Conseil général de la Marne
Les décisions :
13 retraits pour déménagement sans laisser d’adresse ;
7 retraits pour des faits plus graves ;
1 non renouvellement de l’agrément ;
5 agréments maintenus ;
1 ajournement de la décision pour 2014.
Trois de ces dossiers ont fait l’objet d’une décision de suspension de l’agrément avant
passage en commission et quatre assistantes maternelles ont fait l’objet d’un retrait d’agrément pour
refus d’effectuer la formation obligatoire (contre quinze en 2012), sans passage du dossier en CCPD.
L’accueil collectif :
110 structures d’accueil de petite enfance ont fait l’objet d’une procédure d’agrément et
d’une notification par arrêté (création ou modification de l’agrément).
L’accueil collectif est réparti en :
20 crèches - 1 384 places - 3 063 enfants accueillis au cours de l’année 2013 ;
67 micro-crèches - 664 places - 1 367 enfants accueillis au cours de l’année ;
1 halte-garderie parentale - 15 places ;
10 haltes-garderies - 210 places en accueil temporaire - 1 017 enfants admis au cours de l’année ;
53 multi-accueils - 1 467 places - 4 982 enfants accueillis au cours de l’année ;
7 crèches familiales - 219 places - 267 enfants accueillis ;
soit un total de 3 740 places en accueil collectif, ainsi que 66 assistantes maternelles de crèches
familiales pouvant accueillir de un à quatre enfants.
La capacité totale d'accueil est de 3 959 places, soit 20 % de places supplémentaires depuis
quatre ans. Cette augmentation s’explique en grande partie par l’explosion de l’implantation de
micro-crèches dans la Marne (+850 % depuis leur création en 2007).
Le taux d’équipement dans la Marne pour cent enfants de moins de trois ans atteint 18,8
places en accueil collectif et 58 places chez les assistantes maternelles.
95 visites d'établissements d'accueil de la petite enfance ont été effectuées dans le cadre de
l’accompagnement, du suivi et du contrôle par la puéricultrice coordinatrice (67 en 2012), douze
dans le cadre d'une ouverture ou d'une modification de fonctionnement ayant entrainé un nouvel
arrêté. Sept projets de futurs EAJE ont été accompagnés sur site.
Le site www.assistante.maternelle.marne.fr, site de recherche d’assistants maternels mis à
disposition des parents, des assistants maternels et des partenaires et administré par le service
PMI, a enregistré en 2013 : 30 860 visites (32 009 en 2012), 45 779 recherches (43 436 en 2012)
et 4 093 connexions en accès réservés aux assistants maternels et partenaires (5 536 en 2012).
- 136 Conseil général de la Marne
Service de l’aide sociale à l’enfance
I - L’activité du service de l’ASE
Le service de l’aide sociale à l’enfance a pour missions d’assurer la protection de l’enfance en
menant des actions de prévention pour dépister le plus précocement possible les situations à risques
et favoriser l’intervention en milieu familial.
Les enfants qui ne peuvent être maintenus au domicile des parents en raison de carences
éducatives ou maltraitances diverses sont pris en charge par le service de l’aide sociale à l’enfance.
Ils sont confiés soit à la demande des parents, soit sur décision d’un juge (juge des enfants, juge des
affaires familiales, juge des tutelles, …). Ils sont dans ce cas accueillis par une assistant(e) familial(e)
agréé(e) ou un établissement.
Ces missions ont été réaffirmées et confortées par la loi du 5 mars 2007 relative à la protection
de l’enfance et visent à :
développer la prévention et clarifier les missions de la protection de l’enfance ;
renforcer le dispositif d’alerte et d’évaluation des risques de danger ;
améliorer et diversifier les modes d’interventions pour mieux répondre aux besoins des
jeunes et de leurs familles.
Les diverses tâches sont exercées au sein des circonscriptions. Le service central ASE assure
un rôle de conseil technique et de décision concernant toutes les prestations ASE et gère également
les relations avec les assistants familiaux, les établissements accueillant les enfants et les principaux
partenaires, tels que la protection judiciaire de la jeunesse, l’association de sauvegarde de la Marne,
les associations de travailleuses familiales, l’Education Nationale et la pédopsychiatrie. De plus, il est
chargé de mener les investigations sociales et psychologiques pour les agréments adoption.
A - L’aide à domicile
ADMIS
MESURES
ADMINISTRATIVES
498
(527 en 2012)
518
(533 en 2012)
13
(20 en 2012)
TISF associations
350
(302 en 2012)
618
(511en 2012)
268
(266 en 2012)
105
(93 en 2012)
194
(249 en 2012)
115
(80 en 2012)
145
(154 en 2012)
289
(341 en 2012)
139
(144 en 2012)
1 098
(1040 en 2012)
1 619
(1634 en 2012)
535
(511 en 2012)
88
(99 en 2012)
204
(249 en 2012)
105
(116 en 2012)
382
(443 en 2012)
1 132
(1 085 en 2012)
745
(750 en 2012)
470
1 336
(542 en 2012) (1 334 en 2012)
850
(866 en 2012)
1 568
(1 582 en 2012)
1 385
(1 377 en 2012)
AED
TOTAL
DES
MESURES
ADMINISTRATIVES
par les
circonscriptions
par la Sauvegarde
TOTAL
DES
JUDICIAIRES
TOTAL GLOBAL
MESURES
PRESENTS
31/12/2013
Aides financières
TISF
circonscriptions
MESURES JUDICIAIRES
SUIVIS
- 137 Conseil général de la Marne
2 955
(2 968 en 2012)
Si Le nombre d’aides à domicile au titre de la protection administrative est sensiblement
identique à celui de 2012, il est à noter la forte progression des interventions au domicile des familles par
les TISF des associations ARADOPA et AIDE aux MERES qui augmentent de plus de 20 %. A signaler que,
dans 50 % des cas, les TISF interviennent dans les familles lors des droits de visite « parents-enfants »
ordonnés par le juge dans le cadre d’un placement, compte tenu des situations familiales de plus en plus
dégradées qui nécessitent un encadrement pendant l’accueil. Les mesures judiciaires d’AEMO sont
stables. Les services de la Sauvegarde assurent davantage de mesures judiciaires, la DSD, conformément
à la loi de 2007, devant pouvoir intervenir prioritairement dans le cadre administratif.
La part du budget de l’ASE consacrée aux aides à domicile est de 4 007 216 €.
B – Prise en charge Mère-Enfants
66 familles ont été admises au titre de la prise en charge mères et enfants, soit cent enfants
nés ou à naître (74 femmes et 95 enfants en 2012) :
43 au foyer maternel Le Renouveau (64 enfants nés ou à naître) ;
6 au studio mères-enfants du Foyer de l’enfance (9 enfants nés ou à naître) ;
2 en foyer maternel hors Marne (2 enfants nés ou à naître) ;
11 en hôtel (13 enfants nés ou à naître) ;
3 au Club de Prévention d’Epernay (11 enfants nés ou à naître) ;
1 chez une assistante familiale (1 enfant).
Mais au total, ce sont 83 familles qui ont été suivies dans le cadre de cette mesure au cours
de l’année, soit 120 enfants nés et à naître.
Au 31 décembre 2013, seize familles (21 enfants) étaient pris en charge à ce titre.
Le nombre de mères avec leur enfant ayant bénéficié de cette prise en charge est en très
légère baisse par rapport à l’année précédente mais ces situations familiales sont de plus en plus
précaires et fragilisées au niveau des liens familiaux.
La part du budget de l’ASE consacrée à cette mesure mères-enfants est de 1 003 050 €.
C - Les enfants pris en charge par le service au cours de l’année 2013
Au cours de l’année 2013, 652 mineurs et jeunes majeurs ont été confiés au président du
Conseil général (591 en 2012, 708 en 2011, 758 en 2010). Le nombre d’enfants confiés au cours de
l’année 2013 après une diminution en 2012, est à nouveau en augmentation cette année en raison
d’une augmentation de mineurs admis au titre de l’article L 223-2 (45 en 2013, 33 en 2012) et dans
le cadre de la protection judiciaire (309 en 2013, 260 en 2012, 376 en 2011, 304 en 2010), Cette
augmentation est essentiellement due au nombre de mineurs isolés pris en charge dans le cadre de
la circulaire du ministère de la Justice du 31/05/2013, 45 mineurs isolés ont en effet été accueillis au
foyer de l’enfance au cours de l’année.
1 425
1 400
1 375
2010
1 350
2011
1 325
2012
1 300
2013
1 275
1 250
1 225
01
02
03
04
05
06
07
08
09
- 138 Conseil général de la Marne
10
11
12
Ainsi 1 345 enfants étaient présents au 31 décembre 2013, (1 327 en 2012, 1 367 en 2011,
1 267 en 2010).
Cette augmentation est strictement liée au nombre de mineurs étrangers isolés pris en
charge. En effet, le nombre de placements judiciaires d’enfants en danger au sens de l’article 375 du
Code civil n’a pas augmenté par rapport à 2012.
Ce constat doit être mis en regard des actions et mesures alternatives au placement mises
en œuvre au niveau départemental à savoir :
le déploiement des aides à domicile en particulier les TISF couplées aux mesures d’AED et d’AEMOJ ;
le redéploiement des places d’internat en établissement en mesure d’accompagnement à
domicile (SADEF à Sézanne, RESAC à Reims).
Au 31 décembre 2013, 82 adolescents sont suivis dans le cadre d’une action éducative
renforcée à domicile.
Les mesures des enfants admis, suivis et présents sont répartis ainsi :
TYPES DE MESURES
ENFANTS
PRESENTS AU
31/12/2013
ENFANTS
ADMIS
ENFANTS
SUIVIS
11
29
17
PUPILLE DE L'ETAT
A377
DELEGATION DE L'AUTORITE
8
43
32
A378
RETRAIT PARTIEL DE L'AUTORITE
0
0
0
A411
TUTELLE DEFEREE A L'ASE
10
40
34
OR45
ENFANCE DELINQUANTE
1
1
1
A375
EADM
ASSISTANCE EDUCATIVE
318
1 251
1 005
REQU
REQUISITION
38
38
0
L223-2
ADMISSION EN URGENCE
RTMI
ACCUEIL PROVISOIRE
CJMA
CONTRAT JEUNE MAJEUR
TOTAL
45
62
0
142
285
121
78
228
132
651
1 977
1 342
Les 1 342 enfants pris en charge au 31 décembre 2013 étaient accueillis par : 435 assistants
familiaux pour 841 enfants, soit 63 % des enfants accueillis
Les établissements pour 464 enfants dont :
82 au Foyer départemental de l’enfance,
357 en maison d’enfants à caractère social dans la Marne,
18 en lieu de vie ou en établissement hors Marne,
7 en foyer de jeunes travailleurs,
8 enfants en établissements médicaux sociaux (IME, ITEP, …) ;
7 enfants accueillis chez des parents adoptifs ;
22 jeunes majeurs vivaient de manière autonome en appartement ou hébergés chez des tiers.
S’ajoutent aux 1 342 enfants pris en charge au 31 décembre 2013 par le service de l’aide
sociale à l’enfance, 93 mineurs qui étaient confiés directement par la justice à un établissement
habilité ou à un tiers :
90 à un tiers (tiers digne de confiance) ;
3 à un établissement.
- 139 Conseil général de la Marne
La part du budget de l’ASE consacrée aux enfants confiés est de 49 779 071 € (dont 23 246 700 €
correspondant au placement familial payé sur le budget du personnel).
La proportion des enfants accueillis en famille d’accueil est moins importante (64 % en 2012,
67 % en 2011). En effet en 2013, le nombre de mineurs accueillis en établissement est en augmentation
en raison du nombre important de mineurs isolés étrangers, dont le flux en 2013 est de 79.
D - L’aide aux jeunes de plus de 21 ans
24 jeunes ont été aidés pour leur permettre de poursuivre des études supérieures, ce qui
représente une somme de 60 920 € pour l’année scolaire 2012/2013.
II - L’adoption
A - Concernant les enfants
Admis
Suivis
Radiés
Présents au
31/12/2013
11(*)
29
12
dont 11 par adoption et
1 remis à sa mère
17
dont 6 placés en vue d’adoption et
11 non placés en vue d’adoption
(*) Parmi ces onze enfants admis, huit d’entre eux l’ont été suite à une décision judiciaire
d’abandon. L’admission de ces huit enfants fait suite au travail initié avec les CSD, depuis
maintenant deux années : mise en place d’une instance de réflexion autour du statut des
enfants confiés à l’ASE et surtout des enfants délaissés.
Outre le suivi des enfants pupilles, les professionnelles du service adoption ont suivi 34 enfants, dont :
22 enfants dans le cadre d’une adoption à l’étranger ;
2 jeunes, anciens pupilles, dans le cadre d’un contrat jeune majeur ;
2 enfants admis au titre de l’article 411 du Code civil ;
1 enfant dans le cadre d’une AEMO J ;
1 enfant dans le cadre d’une AED ;
1 enfant au titre de l’article 375 du Code civil ;
5 enfants dans le cadre d’une surveillance administrative sollicitée par un autre département.
Au total, ce sont donc 66 enfants qui ont bénéficié d’un accompagnement éducatif, au cours
de cette année, auxquels s’ajoutent quinze jeunes, ayant été adopté il y a plusieurs années, qui ont
bénéficié d’un accompagnement psychologique à la demande de leurs parents.
Enfin, dans le cadre de l’accompagnement à la réflexion des travailleurs sociaux des CSD
face aux situations d’enfants « délaissés » par leurs parents, l’équipe du service adoption
(notamment les psychologues) a étudié et/ou est intervenue dans 19 situations.
B - Concernant les demandes d’agrément en vue d’adoption
Au cours de cette année, 70 personnes ou couples ont reçu une invitation à une réunion
d’informations sur l’adoption. Sur ces 70 invitations, 44 personnes ou couples y ont participé.
37 demandes d’agrément ont été déposées entre le 1er janvier et le 31 décembre 2013, dont :
24, par des couples mariés (65 %) ;
11, par des personnes vivant maritalement (30 %) ;
2, par des personnes célibataires (5 %).
- 140 Conseil général de la Marne
Le nombre de demandes déposées est en diminution par rapport à l’année précédente (47 dossiers
déposés en 2012). La répartition entre les personnes vivant en couple, mariés ou non, et les personnes
célibataires s’est radicalement modifiée par rapport aux années précédentes. En effet, alors que jusqu’alors
les demandes de célibataires étaient plutôt conséquentes de 16 à 23 %, elles ne sont que de 5 % cette
année. Les couples, quant à eux, représentent 95 % des demandes.
Au 31 décembre 2013, 114 demandes agréées étaient en attente de la réalisation d’un projet
d’adoption (chiffre stable par rapport à 2012 : 115).
En 2013, les professionnelles du service ont eu à traiter 48 dossiers de demande d’agrément
(certains dossiers déposés en 2012 étaient encore en cours d’instruction). Sur ces 48 dossiers, 39 étaient
des premières demandes, quatre dossiers concernaient une demande de renouvellement d’agrément
(projet non abouti au cours des cinq années écoulées) et cinq concernaient une deuxième demande
d’agrément.
63 couples ou personnes ont été rencontrés dans le cadre de la réactualisation de leur
dossier et douze en vue d’une demande de modification de leur projet.
Au cours de l’année 2013, la commission d’agrément s’est réunie à treize reprises et a étudié
65 dossiers (35 avis favorables, 5 avis défavorables, 19 modifications du contenu, 4 retraits
d’agrément, 2 examens de situation particulière).
C - Concernant les consultations de dossiers
Au cours de l’année, 96 personnes ont pris contact avec le service afin d’avoir accès à leur
dossier de placement au service de l’ASE.
32 personnes ont formulé une demande de renseignements ;
64 personnes ont sollicité la consultation de leur dossier, dont :
23 anciens pupilles de l’Etat,
41 personnes ayant été prises en charge par l’ASE dans un autre statut juridique.
Le nombre de demandes d’accès aux dossiers est en augmentation par rapport à l’an dernier
(86 demandes enregistrées en 2012).
III - Les autres activités du service
A - En direction des assistants familiaux
Désormais, conformément à la loi du 27 juin 2005, les assistants familiaux agréés doivent
suivre une formation d’une durée de soixante heures avant l’accueil d’enfants. De ce fait, quatre
sessions de soixante heures pour vingt assistants familiaux ont été organisées au cours de l’année
2013 par le personnel du service central ASE et différents corps de métier des circonscriptions. Deux
assistants familiaux ayant de l’expérience et les établissements accueillant les enfants apportent
également leur concours à cette formation.
Soixante assistants familiaux (quatre groupes) participent à la formation obligatoire de 240 heures
dispensée par l’IRTS.
Au 31 décembre 2013, 385 assistants familiaux étaient agréés dans la Marne (335 femmes
et 50 hommes) pour 1 127 places et 435 étaient employés par nos services (385 assistants familiaux
marnais et 50 résidant hors Marne).
814 enfants ont été accueillis par des assistants familiaux de la Marne et 27 par des
assistants familiaux en dehors de la Marne.
En termes de perspective, le service de l’ASE, conformément aux orientations du schéma
départemental de l’enfance poursuit les actions initiées l’an dernier, afin de développer l’accueil
familial. Le pôle placement familial crée en 2011 s’attache à améliorer la gestion des assistants
familiaux à l’échelon départemental, en collaboration avec les quinze circonscriptions de la solidarité
notamment en ce qui concerne le recrutement, la formation et la gestion des places disponibles.
- 141 Conseil général de la Marne
activités du pôle placement familial :
Le recrutement :
Des actions pour promouvoir le métier ont été organisées en partenariat avec le service
communication :
des articles dans le MAG ;
un reportage sur FR3 Champagne-Ardenne.
La formation :
La formation « analyse de la pratique » amorcée au cours de l’année 2012 s’est intensifiée au
cours de l’année 2013, elle concerne désormais trois groupes de dix assistants familiaux.
Gestion des places disponibles :
Depuis janvier 2013 le Pôle Placement Familial gère les places disponibles afin d’aider les
circonscriptions dans leurs recherches et faciliter l’adéquation entre le profil de l’enfant et la famille
d’accueil recherchée.
Nombre de demandes : 138 (193 en 2012) ;
Nombre d’assistants familiaux proposés : 769 (506 en 2012) ;
Placements aboutis : 35 soit 25 % (40 en 2013) dont vingt pour du relais et quinze pour
du placement continu.
La recherche de places disponibles dans le cadre des placements « relais » s’avère plus
efficace que pour les placements continus.
Constats :
Le dispositif semble atteindre ses limites en terme d’optimisation et de régulation des places
disponibles dans la mesure où le nombre d’assistants familiaux est limité (435 assistants familiaux employés).
La lisibilité des places disponibles a également ses limites, en raison de l’occupation des
places qui fluctue quotidiennement et de la difficulté de recueillir l’information en temps réel.
Cependant, les avantages de ce dispositif sont pour les Circonscriptions : un interlocuteur
unique ayant une vision globale des places disponibles, ce qui leur permet d’une part, un gain de
temps dans leur recherche et d’autre part, une rapidité de traitement des demandes.
B - Le partenariat avec les établissements concourant à la protection de l’enfance
Le département compte une capacité de 463 places d’internat et de 75 places d’accueil de
jour habilitées, gérées par dix maisons d’enfants à caractère social administrées par des associations
et un Foyer de l’enfance sous compétence directe du Conseil général.
Dans le cadre de l’adaptation des moyens aux besoins et de la diversification des prises en
charge, il est à noter pour l’année 2013 :
la poursuite de la rénovation du foyer Saint Rémi à Reims ;
le déménagement de la MESAT (Maison Educative pour Séjour d’Accueil de Transition) sur Reims ;
la concrétisation du mandat de gestion passé entre l’association Sainte Chrétienne et
l’Association de Villepinte en vue, à terme, d’une fusion ;
l’amorce d’une réflexion relative à l’accueil de mineurs des deux sexes sur la Pépinière et le
Foyer Berthe Roche-Collet.
- 142 Conseil général de la Marne
C - Observatoire enfance en danger
En 2013 :
Nombre
d’enfants
signalés
411
Nombre de
familles
276
Maltraités
Maltraitance
physique
66
Maltraitance
psychologique
Abus sexuels
19
26
Négligences
lourdes
38
En risque
262
Après une augmentation constante des signalements judiciaires entre 2009 et 2011, en 2013
la diminution du nombre de signalements judiciaires observée en 2012 se confirme (430 en 2009,
457 en 2010, 491 en 2011, 428 en 2012). Ce renversement de tendance, qui doit être souligné, est
en cohérence avec les constats concernant d’une part, la protection judiciaire : stabilisation du
nombre d’enfants confiés et d’autre part, la protection administrative : augmentation des mesures
administratives à domicile notamment des TISF et déploiement d’alternatives au placement (SADEF).
Cependant il y aura lieu de procéder à des observations et évaluations dans les années à venir afin
de vérifier si cette tendance se confirme et si les effets de la loi de 2007 sont à nouveau perceptibles.
D - Le partenariat avec l’éducation nationale
Le dispositif de veille départementale qui réunit les quatre partenaires suivants : le Conseil
général, l’Education Nationale, la protection judiciaire de la jeunesse et l’association de sauvegarde
de la Marne, permet de répondre aux problèmes d’insertion scolaire des jeunes scolarisés dans le
second degré en situation de grande fragilité et de rupture, tels que l’absentéisme avéré.
Au cours de l’année 2012/2013, dans le cadre des réunions mensuelles, la situation de 31 enfants
a été examinée et des réponses concrètes ont été proposées en termes de rescolarisation, d’alternatives à
la scolarisation, d’orientation vers des structures scolaires mieux adaptées, telles que l’éducation spécialisée.
E - Le partenariat avec la pédopsychiatrie
Le partenariat entre le Conseil général, le centre hospitalier universitaire de Reims et
l’établissement public spécialisé marnais s’est poursuivi en 2013. Le CHU met à disposition une
équipe de médecins et soignants une demi journée par trimestre et l’EPSMM, un médecin
pédopsychiatre une demi journée par mois, pour évaluer avec les circonscriptions les situations des
enfants et adolescents souffrant de troubles psychiques. Ces réunions de travail formalisées
permettent de développer les liens entre les services pédopsychiatriques, le service ASE et les
circonscriptions afin de faciliter l’accès aux soins des enfants. La situation de quarante enfants a ainsi
pu être évaluée au cours de l’année en vue d’adapter la prise en charge éducative et thérapeutique.
Une nouvelle convention entre le Conseil général et le CHU de Reims a été signée en
novembre 2013, elle prévoit la mise à disposition d’un pédopsychiatre auprès des huit
circonscriptions de l’agglomération de Reims à raison d’une journée par semaine, elle devrait
permettre une collaboration plus efficiente pour les deux années à venir.
F - Droits de visite en lieu neutre en présence d’un tiers
Les juges des enfants sont de plus en plus souvent amenés à décider des droits de visite
entre les parents et les enfants confiés au service de l’aide sociale à l’enfance en lieu neutre et en
présence d’un tiers, le lieu neutre étant bien évidemment un lieu autre que celui de la famille
d’accueil ou de l’établissement.
Deux associations de TISF ainsi que les associations Arc en ciel sous l’égide de l’UDAF depuis
le 1er janvier 2013 et le Creuset assurent cette prestation. Ainsi, en 2013, 408 enfants (354 en 2012)
ont bénéficié de ces prestations, soit 238 familles (209 en 2012).
A noter qu’en 2012, la circonscription de Sézanne a bénéficié de l’intervention d’un vacataire
pour assurer les droits de visite médiatisés.
Le nombre de familles ayant bénéficié de ces droits de visite médiatisés, en raison de
situations de plus en plus dégradées des enfants confiés au service de l’ASE et qui nécessitent une
surveillance et une médiatisation importantes lors des contacts entre les parents et les enfants, est
en forte augmentation en 2013 : +12 %.
143
Conseil général de la Marne
Foyer départemental de l’enfance
Le Foyer départemental de l’enfance de la Marne a accueilli cette année :
406 enfants sur les groupes de Châlons et de Reims ;
7 mamans au Studio Mère-enfants avec leurs 10 enfants ;
42 enfants aux Ateliers Educatifs et Techniques ;
17 adultes au Foyer de Vie (11 en internat et 6 en semi-internat).
Cette activité a généré 38 792 journées réparties comme suit :
FDE
REIMS
CHALONS
TOTAL
Studios mères-enfants
16 813
16 192
(y compris AET)
724
(4 mamans + 6 enfants)
850
(3 mamans + 4 enfants)
33 005
1 574
Adultes handicapés
4 213
4 213
Le nombre de journées réalisées est en hausse de 8 %. Cette augmentation s’explique
principalement par l’accueil important des Mineurs Isolés Etrangers sur le site de Châlons. Rappelons
que la capacité d’accueil sur Châlons a été réduite de dix places pendant six mois. Nous avons dû en
effet fermer le bâtiment des Scolaires Mixtes suite à un incendie.
Hors Mineurs Etrangers qui représentent 41 % des enfants admis à Châlons en 2013, nous
pouvons retenir les statistiques suivantes :
32,51 % des placements sont dus à des carences éducatives ou des incompatibilités au
sein de la cellule familiale ;
10 % à des mauvais traitements ou à un danger physique ;
les mineurs étrangers représentent 25 % des jeunes accueillis au Foyer départemental de
l’enfance de la Marne en 2013.
Les studios parents-enfants : nous avons accueilli plus de mamans et moins d’enfants que l’année
dernière. L’augmentation du nombre de journées s’explique par des séjours plus longs en lien avec des
situations administratives de plus en plus complexes et un accès au logement de fait plus difficile.
Bilan d’évolution du personnel
L’effectif au 31 Décembre 2013 est de 120 Agents (contre 121 au 31/12/2012). 104 sont
titulaires ou stagiaires. Le nombre d’agents à temps partiel est de treize. Le nombre de Postes
Equivalent Temps Plein passe de 118,00 à 117,30 pour l’ensemble de la structure (Foyer de Vie
compris), (pour mémoire l’effectif théorique budgétaire est de 122 postes).
Le taux d’absentéisme est en hausse et s’établit à 6,78 % en 2013, (il était de 3,25 % en
2011 et de 6,03 % en 2012). Ces absences s’établissent à 2 971 journées pour congé maladie,
accident du travail et maternité, soit l’équivalent de huit agents absents tout au long de l’année. La
durée cumulée des congés maternité (et des congés pour état pathologique résultant de la
grossesse) s’établit à 228 jours concernant une éducatrice. La part des arrêts liés à des accidents du
travail a doublé (734 journées en 2013 contre 373 journées en 2012 et 57 journées en 2011) alors
que le nombre d’agents concernés est stable (dix agents en 2013 comme en 2012). Il est à noter
que les arrêts maladie de très courte durée ont diminué (effet du jour de carence ?).
144
Conseil général de la Marne
Le nombre de personnes ayant fait valoir leurs droits à la retraite en 2013 est de 3 :
1 surveillante de nuit à Reims ;
1 chef de Service Educatif et 1 Agent d’Entretien à Châlons.
Le montant des dépenses réalisées dans le cadre du budget dévolu à la Formation
permanente du personnel, géré par l’A.N.F.H., a été en 2013 de 61 820 € (Etudes promotionnelles
non comprises). 47 agents ont bénéficié d’un stage par le biais d’organismes divers (contre 34 en
2012). Un diplôme d’Aide Soignante et un diplôme d’Educateur Spécialisé ont été obtenus dans le
cadre des Etudes promotionnelles.
Activités du Foyer de l’enfance
CHALONS-EN-CHAMPAGNE
15 589 journées ont été réalisées sur le site de Châlons-en-Champagne (hors AET). Ce
chiffre correspond à la prise en charge de 168 enfants tout au long de l’année 2013.
La hausse conséquente du nombre de journées est due à la spécificité retenue de faire du
Foyer de l’enfance la structure d’accueil des Mineurs Isolés Etrangers.
La durée du placement reste en augmentation pour les jeunes hors Mineurs Isolés Etrangers.
accueil 2013
Plus de cinquante accueils concernent des mineurs étrangers.
Pour les autres :
50 % des jeunes accueillis sont suivis par les circonscriptions châlonnaises ;
15 % sont d’origine rémoise ;
9 % sont d’origine sparnacienne ;
6 % sont d’origine vitryate ;
10 % représentent les autres circonscriptions du département ;
10 % des enfants accueillis viennent des autres départements.
Les adolescents de 14 à 18 ans représentent plus de 75 % des accueils en 2013. La
dominante du pôle adolescents garçons se confirme.
25 % des jeunes accueillis ont moins de quatorze ans dont 10 % de moins de dix ans.
La durée moyenne de séjour est de quatre mois et seize jours. La durée de séjour est en
baisse conséquente de trois mois ce qui ne peut pas être un indicateur fiable (impact du mouvement
des Mineurs Isolés Etrangers).
Les accueils provisoires représentent 15,3 % des placements, 43,55 % des accueils relèvent
de l’Article L.223.2. 41,13 % des Ordonnances de Placement Provisoire.
Pour les enfants entrés et sortis sur l’année 2013, la durée moyenne de séjour reste stable : un
mois et 21 jours, ce qui correspond à la mission d’accueil d’urgence dévolue au Foyer de l’enfance.
adolescents - scolaires mixtes
Deux faits majeurs ont perturbé l’organisation durant l’année 2013.
L’incendie du groupe des Mixtes au mois de mars nous a contraint à limiter l’accueil des plus
jeunes durant six mois. Durant cette période, les plus jeunes ont été accueillis sur le groupe des
adolescents. Le groupe à ce jour fonctionne de nouveau.
145
Conseil général de la Marne
L’accueil des mineurs isolés en constante augmentation avec une accélération depuis
septembre génère d’autres difficultés.
Si nous n’avons pas de problème de comportement, la barrière des différentes langues
complique la compréhension mutuelle. La réflexion sur un protocole concernant l’accueil de cette
population est en cours mais reste fragilisée par l’impossibilité d’anticiper et de maîtriser les arrivées.
Les soutiens à la scolarité et à l’apprentissage restent l’axe majeur de notre
accompagnement éducatif. Nous avons aussi mis en place des séquences de Français Langue
Etrangère pour les Mineurs Isolés Etrangers.
L’accueil de jeunes pré-adolescents présentant des difficultés conséquentes et des
comportements inadaptés reste d’actualité au Foyer de l’enfance. L’absence de scolarisation pour
certains d’entre eux entraîne leur présence permanente dans l’institution et des perturbations dans le
fonctionnement de tous les services.
école horticole
L’école horticole du Foyer départemental de l’enfance de la Marne est un établissement
d’enseignement préparant au certificat d’aptitude agricole (CAPA) option production florale et légumière.
Cette école est agréée par le ministère de l’Agriculture et conventionnée avec l’Education Nationale.
Elle permet une remise à niveau en alternant connaissances scolaires et réalité professionnelle,
ainsi qu’un apprentissage des techniques pour les stages professionnels.
Sur l’année scolaire 2012/2013, 18 élèves ont été pris en charge soit :
10 à la rentrée scolaire 2012/2013 ;
8 à la rentrée scolaire 2013/2014.
Nous maintenons notre politique d’accueil sur les classes de CAPA 1 et CAPA 2.
Sur les dix élèves présents en septembre 2012, trois ont obtenu leur diplôme en juin 2013 et
quatre sont passés en CAPA 2.
L’effectif de l’école horticole reste toujours compliqué à gérer : d’une part, nous sommes
tributaires des demandes et d’autre part, nous devons tenir compte de la contrainte de n’avoir plus
qu’un seul poste d’enseignant.
La baisse constante des effectifs pose de plus en plus la question de son existence.
Cette école demeure cependant un élément du dispositif de protection de l’enfance du
département de la Marne. A ce titre, sa fonction, au-delà d’une formation qualifiante, se doit de
demeurer une réponse éducative aux problématiques des jeunes accueillis.
L’objectif de l’obtention d’un diplôme, aussi impératif soit-il, ne saurait se substituer à la
mission initiale du Foyer de l’enfance.
chambres du Clair Logis (CCL)
Les Chambres du Clair Logis conservent leur mission initiale visant à l’émancipation et à
l’accès à l’autonomie.
Comme le groupe des adolescents, l’impact de l’arrivée des Mineurs isolés est conséquent
(huit jeunes sur les dix places).
La durée moyenne de séjour de ce fait n’est pas significative, elle passe de un an de
présence en 2012 à six mois en 2013.
146
Conseil général de la Marne
ateliers éducatifs et techniques (AET)
Les ateliers éducatifs et techniques de remobilisation et d’orientation professionnelle
semblent progressivement mieux identifiés comme un outil à part entière du dispositif de protection
de l’enfance du Département de la Marne.
La capacité d’accueil est de dix jeunes âgés de 12 à 18 ans avec possibilité d’internat.
La prise en charge de ces jeunes peut être totale ou séquentielle en fonction du maintien
d’une scolarité.
42 jeunes ont été pris en charge sur l’année 2013, quatre étant déjà présents au 31
décembre 2012 :
11 ont été orientés en collège ;
4 en Mission générale d’insertion ;
9 en CAP ;
5 dans d’autres structures de l’aide sociale ;
4 ont abandonné ;
2 exclusions ;
2 réorientations de primo-arrivants déclarés majeurs.
Au 31 décembre 2013, treize jeunes sont présents sur les différents ateliers. Le partenariat
avec les circonscriptions, la sauvegarde, les collèges, l’ACCP, la mission locale, le CIO, semble porter
ses fruits.
La souplesse du dispositif permet d’accueillir des jeunes en adaptant notre accompagnement
à celui déjà existant.
Les AET permettent aussi de ne pas laisser inactifs les Mineurs Isolés pendant la période
nécessaire à la régularisation de leurs situations.
REIMS
16 740 journées ont été réalisées sur le site de Reims. Ce chiffre correspond à la prise en
charge de 197 enfants tout au long de l’année 2013.
Nous constatons une inversion de la tendance par rapport à l’année antérieure, si le nombre
d’accueils augmente de soixante enfants, le nombre de journées est en baisse. L’explication repose
sur des accueils plus difficiles tour à tour sur chaque groupe. Certains accueils nous ont obligés à
réduire momentanément les effectifs sur les différents groupes.
En effet au regard des problématiques souvent liées à des risques en matière de sexualité,
l’accueil de plusieurs enfants dans la même chambre s’est avéré impossible.
accueil 2013
80,4 % des enfants accueillis sont suivis par les circonscriptions rémoises ;
7,4 % sont suivis par les circonscriptions de Châlons ;
5,4 % sont suivis par d’autres circonscriptions ;
5,4 % sont d’origine sparnacienne ;
1,3 % des enfants accueillis viennent d’autres départements.
L’accueil des enfants rémois est en constante progression, ce qui correspond parfaitement
aux lois régissant la protection de l’enfance et visant à privilégier, à chaque fois que possible, une
proximité du domicile parental.
147
Conseil général de la Marne
La durée moyenne de séjour est en diminution mais reste conséquente quatre mois et 21
jours. 28 % des enfants ont une durée de séjour comprise entre six mois et plus de deux ans.
La durée de séjour reste parfois préoccupante pour la petite enfance qui représente 41 %
des accueils (Pouponnière et Jardin d’Enfants). Cela pose toujours la question de solutions
alternatives lorsque l’orientation est tributaire de la disponibilité de familles d’accueil.
Nous avons dû cette année refuser des accueils en petite enfance, ce qui entraîne pour les
circonscriptions concernées des placements avec séparation des fratries.
Pour les plus de seize ans, douze des 21 adolescentes accueillies étaient sans projet
professionnel ou d’insertion.
Les accueils provisoires sont en hausse : 23 % de l’effectif accueilli. Les Ordonnances de
Placement Provisoire (OPP) représentent 50 % des accueils. 26 % des accueils relèvent de l’article
L.223.2 du Code de l’action sociale et des familles.
Pour la première fois depuis plus de trois ans, les OPP sont en baisse. Chaque groupe a
connu cette année une période difficile, les problématiques des jeunes accueillis ne permettant pas
toujours une dynamique de groupe constructive. Tout semble indiquer qu’une période d’adaptation
sera nécessaire pour appréhender l’évolution du public accueilli qui de toute évidence devient plus
difficile à prendre en charge.
Signalons l’augmentation conséquente des arrêts maladies qui ont impacté le fonctionnement
des différentes équipes cette année.
Outre les activités directement liées à la prise en charge au quotidien, les équipes éducatives ont
élaboré et mené à terme des projets pour agrémenter les séjours des enfants du Foyer de l’enfance.
foyer de vie
Le foyer de vie continue d’œuvrer au bien-être et à l’épanouissement de ses onze résidents
et des sept personnes qui viennent en journée partager les activités habituelles, devenues des
repères jalonnant la vie du groupe, à savoir : piscine, équitation, poterie, sport adapté dans les
gymnases de la ville.
Des activités comme la gymnastique douce, l’atelier esthétique, les percussions, organisées
en intra permettent de prendre en compte les besoins des adultes qui présentent le plus de difficultés
dans leur autonomie.
L’implantation du Foyer de Vie au sein du Foyer de l’enfance favorise de nombreux échanges
entre les deux populations accueillies. Elle permet à certains résidents de participer à des tâches
d’entretien, de jardinage avec l’encadrement d’une éducatrice technique de l’école d’horticulture,
l’ensemble concourant au maintien du cadre de vie de tous.
Des réunions de parents et le Conseil de Vie Sociale permettent d’échanger régulièrement
sur la vie quotidienne et les modifications nécessaires dans le choix et l’organisation des activités.
Certains de nos adultes vieillissent et leurs capacités d’autonomie s’en ressentent. Le sujet
reste difficile à aborder avec les parents car il préfigure des réorientations à moyen terme.
Conclusion
Les équipes des deux établissements poursuivent leur mission de protection de l’enfance
au-delà de la traditionnelle mission d’accueil d’urgence.
Le site de Châlons a su faire face à différentes contraintes.
Un second incendie en moins de deux ans n’a pas entraîné de démobilisation. Le groupe des
adolescents est passé à un effectif de trente en janvier 2013. Il a dû accueillir au mois de mars les
enfants du groupe des Mixtes.
148
Conseil général de la Marne
L’accueil majoritaire de Mineurs Isolés a changé la physionomie de l’établissement nous
obligeant à modifier les pratiques en prenant en compte de nouvelles contraintes :
administratives parfois nécessaires à la régularisation de leurs situations ;
de compréhension : barrières linguistiques et culturelles.
Cela montre à nouveau la capacité d’adaptation du Foyer de l’enfance nécessaire pour
répondre aux besoins en constante évolution des services de l’aide sociale à l’enfance.
La rénovation des cuisines du Foyer de Châlons a été effectuée cette année. Des travaux
importants de remises aux normes sont programmés et devraient commencer en 2014.
Sur le site de Reims l’accent sera mis sur la rénovation de la façade et le hall d’accueil. Des
travaux plus conséquents sont en cours pour la réfection de toute la production d’eau chaude et
d’eau froide.
149
Conseil général de la Marne
Service social départemental et de la prévention
I – Les missions du service social
Conformément à l’article L.123-2 du Code de l’action sociale et des familles, « le service
public départemental d’action sociale a pour mission générale d’aider les personnes en difficulté à
retrouver ou à développer leur autonomie de vie ».
Sur le département de la Marne, le service social intervient sur l’ensemble des politiques
publiques mises en œuvre au sein de la direction de la solidarité départementale (DSD), en amont,
en aval, en lien, en complémentarité de l’action développée dans chaque politique publique :
enfance, famille, jeunesse ;
insertion et prévention des exclusions ;
personnes âgées et personnes handicapées.
A – L’intervention sociale
1 - Déconcentration territoriale
Cette action est développée de manière déconcentrée par 398 agents répartis sur les quinze
circonscriptions de la solidarité départementale (CSD) et le service départemental de prévention
(SDP) - secteur de Reims.
Cela se décline par une consolidation des initiatives permettant de développer et créer du
lien social entre et avec les populations.
Le développement de l’action sociale départementale se développe au plus près des
territoires de vie des habitants et est exercé sur les missions suivantes :
l’accueil, l’orientation et l’accompagnement des publics en difficultés
Le service social aide les personnes en difficultés, en évaluant leurs situations, en élaborant
avec elles des projets s’appuyant sur leurs potentialités ou en les orientant vers un accompagnement
plus spécialisé ;
la prévention et la protection de l’enfance
En lien avec le service de l’aide sociale à l’enfance, le service social conduit des évaluations
sociales et accompagne des familles au titre de la prévention et de la protection. Il assure la gestion de la
cellule de recueil des informations préoccupantes et est garant du suivi des informations préoccupantes.
Il participe à l’accompagnement des jeunes rencontrant une problématique sociale, familiale,
scolaire et/ou professionnelle par l’organisation de la prévention spécialisée et la gestion du fonds
d’aide aux jeunes.
L’insertion sociale et professionnelle des bénéficiaires du RSA
En lien avec le service insertion et logement social, le service social accompagne les
bénéficiaires du RSA devant être soutenus dans leurs démarches d’insertion sociale. Le projet
d’insertion doit trouver sa forme au travers du contrat d’engagement réciproque qui suit pas à pas
aussi bien l’avancée du bénéficiaire que l’engagement du professionnel ;
L’accompagnement des majeurs vulnérables
Le service social soutient les personnes percevant des prestations sociales et ayant besoin d’un
accompagnement budgétaire et social pour les aider à gérer leurs ressources. Cette action est graduée
et est principalement développée par les conseillères en économie sociale et familiale (CESF) dans le
cadre d’un accompagnement éducatif et budgétaire (AEB) et peut évoluer vers une mesure
d’accompagnement social personnalisé (MASP) si la situation nécessite un accompagnement plus
soutenu et de plus longue durée.
150
Conseil général de la Marne
2 – L’assistant social au cœur de l’intervention sociale territoriale
L’assistant social est positionné à l’articulation de toutes situations dans le cadre d’un
accompagnement social « généraliste » appuyé par l’équipe pluridisciplinaire et le réseau partenarial :
accueil généraliste à la demande du public, évaluation des situations individuelles,
information, orientation, accès aux droits ;
prise en charge et accompagnement des personnes et des familles lorsque l’intervention
relève des compétences du Département ;
préparation de relais vers d’autres services, articulation et travail en réseau avec d’autres
partenaires institutionnels, associatifs ou élus ;
participation à des offres de service plus collectives organisées sur les quartiers, dans le
cadre de la politique de la ville ou l'insertion, ou de commissions intercommunales ;
information sur les besoins, alerte sur les dysfonctionnements lorsqu’ils ne peuvent se
résoudre à l’échelon local ;
fonction d’expertise à la demande de l’institution en lien avec les politiques publiques.
L’intervention de l’assistant social, saisi par l’usager lui-même ou par toute autre personne
ou institution, d’une situation personnelle ou familiale difficile (quelle que soit la nature de cette
difficulté), va consister à évaluer et accompagner si nécessaire l’usager dans la résolution des
difficultés rencontrées.
Dans le cadre de cet accompagnement, il peut solliciter l’intervention d’autres professionnels
de la CSD, éducateur spécialisé, infirmière-puéricultrice, sage-femme, médecin, psychologue, chargé
de mission logement ou insertion, conseillère en économie sociale et familiale en tant que de besoin.
L’intervention des conseillères en économie sociale et familiale, des chargés de mission, des
animateurs sociaux d’insertion et des éducateurs spécialisés répond à cette double préoccupation
qui consiste à :
développer le soutien éducatif et l’accompagnement des familles par l’action directe de
personnels éducatifs ;
décharger les assistants sociaux de certains suivis spécialisés en leur permettant de
consacrer ainsi eux-mêmes plus de temps au suivi social global des familles.
Outre le travail engagé individuellement avec la personne, l’assistant social peut concevoir
des projets qui mettent en avant la dominante collective dans le cadre du soutien mutuel, d’axe de
solidarité et de reconnaissance par les autres.
3 - L’intervention en réseau
Cet ensemble d’intervenants doit permettre le développement des dynamiques au plus près
des habitants. Il contribue à développer une dynamique d’insertion sociale et de prévention efficace
en apportant une réponse cohérente et unique de la part de tous. Il permet aux différents acteurs de
mieux se connaître et donc de s’organiser, d’être plus efficaces dans les domaines tels que le soutien
à la parentalité, l’insertion, le handicap, le vieillissement.
Cette synergie regroupée par thématique - qui a été formalisée sur certains territoires dans
le cadre des contrats de développement social et territorial (CDST - huit en cours, un à venir et cinq
en cours de réflexion) - est le point de départ d’une stratégie visant à associer au plus près les
habitants à la vie de leur territoire et à les accompagner à trouver des solutions pour résoudre un
grand nombre de situations sociales lourdes (exclusion, isolement, difficultés éducatives, difficultés
financières, chômage, difficultés d’insertion professionnelle, …).
Ainsi, au 31 décembre 2013, il y a sur l’ensemble des circonscriptions plus de 24 000 dossiers
actifs (4,5 % supplémentaire par rapport à 2012).
151
Conseil général de la Marne
Les motifs d’interventions se répartissent comme suit, sachant qu’un ménage peut être vu
pour un ou plusieurs thèmes :
précarité
66 % ;
enfance, famille, jeunesse
48 % ;
accès à l’emploi, formation
34 % ;
mal-être, santé, handicap
38 % ;
logement
27 % ;
personnes âgées
4 %.
L’évaluation qualitative des interventions sociales confirme l’augmentation des situations,
jusque-là inconnues des services, liée aux répercussions de la crise économique.
Le travail à mener auprès des personnes qui souffrent d’un état de mal-être et/ou présentent
des troubles psychologiques, voire psychiatriques, qui nécessitent un accueil adapté, de la
disponibilité pour l’écoute, avant de pouvoir aborder les aspects concrets de la vie quotidienne, s’en
trouve augmenté.
Le service social est amené à pallier à l’insuffisance, voire l’absence de réseau partenarial ou
de relais dans ce domaine sur certains secteurs.
Les situations prises en compte sont plus complexes, cumulant une multiplicité de
problèmes, dans un contexte de relations intrafamiliales difficiles, voire de violences conjugales, de
problèmes liés à l’éducation et à la protection de l’enfance.
Le service social intervient dans l’évaluation des situations des ménages pour favoriser
l’accès ou le maintien dans le logement en fonction des dispositions prévues dans le cadre du plan
départemental pour le logement des personnes défavorisées et du FSL.
Il accompagne les ménages dans la recherche de solutions adaptées à leur situation.
La part du budget consacrée aux charges du logement est en augmentation, dans un
contexte où les ménages accompagnés par le service social résident dans un parc logement privé ou
public ancien, vétuste, voire indécent ou insalubre, peu isolé. Ceci entraîne des frais de chauffage
coûteux pour le locataire et donc des demandes récurrentes dans le cadre du FSL, sans que la
question de la consommation d’énergie ne soit véritablement résolue.
L’investissement dans de nombreuses actions collectives (ex. : prise en charge d’adultes à
l’échelle d’un quartier, participation à de nombreux forums d’insertion, fêtes de quartier, séjours
familiaux, …) a permis un accompagnement plus spécifique des usagers, leur permettant de sortir de
leurs problématiques personnelles, d’envisager de nouvelles orientations de suivi social.
B - La mesure d’accompagnement social personnalisé (MASP)
La loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs a confié aux
Départements le soin d’organiser, pour les personnes en précarité ou en exclusion, un
accompagnement social et budgétaire préalable à toute mesure privative de droit.
La loi du 5 mars 2007, sur le versant de l’accompagnement, comporte deux volets
administratif et judiciaire :
un volet administratif : mise en œuvre par le Département, la MASP peut prendre, selon la
situation, une forme contractuelle ou contraignante qui, concernant l’accompagnement budgétaire,
pourra intégrer la délégation de la gestion des prestations sociales du bénéficiaire ;
un volet juridique : la MAJ (mesure d’accompagnement judiciaire), qui remplace désormais
la tutelle aux prestations sociales pour adultes, est exercée par un mandataire judiciaire à la
protection des majeurs sous le contrôle du juge des tutelles et ne peut être prononcée qu’après mise
en œuvre et échec de la MASP.
152
Conseil général de la Marne
1 - Organisation
Le Conseil général, par délibération du 16 octobre 2008, a choisi de déléguer partiellement la
mise en place des MASP.
Une convention conclue pour une période de deux ans a été signée le 10 février 2013 avec
l’UDAF, pour les MASP simples et les MASP avec gestion déléguée des prestations sur l’ensemble du
territoire marnais.
2 - Le bilan 2013
Demandes de MASP : 19 émanant des CSD et examinées en Comité Technique MASP.
Orientation des Parquets : 7 (dont aucune MASP mise en place).
Nombre et nature des MASP à ce jour : 44 MASP avec gestion déléguée.
Cas particuliers : 7 demandes ont été arrêtées en 2013 (2 pour retour à l’autonomie, 2 suite
à un arrêt de versement des prestations sociales, 3 mesures judiciaires).
C - La cellule de recueil des informations préoccupantes
La loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance, a chargé le président du Conseil
général du recueil, du traitement et de l’évaluation des informations préoccupantes concernant les
enfants en danger ou en risque de danger.
Elle constitue une interface, en premier lieu, avec les services propres au Département
(protection maternelle et infantile, action sociale et aide sociale à l’enfance), mais également avec
les juridictions et principalement les Parquets dont elle est l’interlocuteur privilégié.
Elle travaille aussi avec l’ensemble des professionnels, et notamment ceux du 119 (n° vert
national), de l’Education Nationale, des divers services sociaux, des hôpitaux, médecins et
spécialistes libéraux, des associations, des services de police et de gendarmerie, de la justice, ….
La gestion administrative est positionnée auprès du service social et de la prévention. Les
missions qui lui sont dévolues impliquent la collaboration de professionnels sociaux et médicosociaux. L’évaluation et le traitement des informations préoccupantes reposent sur les équipes
pluridisciplinaires des circonscriptions de la solidarité départementale. Elles prennent appui sur les
services de l’aide sociale à l’enfance, de la protection maternelle et infantile et les institutions ayant
des compétences techniques dans le domaine social, éducatif et médical.
statistiques 2013
Nombre d'informations préoccupantes : 880 (chiffre stable par rapport à 2012).
Nombre d'enfants concernés :
1 264 (+3 % d’augmentation par rapport à 2012).
Les auteurs des informations préoccupantes sont en majorité :
l’Education Nationale
27 % ;
le Parquet de Reims
6%;
le Parquet de Châlons
8%;
le SNATED/119
14 % ;
les particuliers
12 % ;
anonyme
11 % ;
autres Conseils généraux
6 %.
153
Conseil général de la Marne
748 enfants ont été considérés en situation de risque concernant :
l’éducation
22 % ;
l’entretien
14 % ;
la moralité
9%;
la santé physique
12 % ;
la santé psychologique
24 % ;
la sécurité
19 %.
Après évaluation par les CSD, les mesures administratives mises en place ont porté sur :
un suivi socio-éducatif
51 % ;
une mesure d’accompagnement (TISF, AED, …)
13 % ;
une mesure de protection (AP, accueil mères/enfants)
1 %.
516 enfants ont été considérés en situation de danger concernant :
la violence physique
48 % ;
la violence psychologique
32 % ;
la violence sexuelle
11 % ;
les négligences lourdes
9%.
Les mesures judiciaires mises en place ont porté sur :
Les enquêtes
26 % ;
Les mesures d’accompagnement (AEMOJ, aide à la gestion budgétaire) 28 % ;
Les mesures de protection (réquisition, placements)
27 %.
D - Le fonds d’aide aux jeunes (FAJ)
La loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a confié au Conseil
général la responsabilité d’organiser sur le territoire départemental le fonds d’aide aux jeunes.
Ce dispositif, applicable depuis le 1er janvier 2005, est destiné à des jeunes de 18 à 25 ans
répondant à une problématique sociale, familiale, scolaire et/ou professionnelle. L’aide financière
apportée doit permettre à chaque demandeur de pouvoir réaliser un projet d’insertion sociale,
scolaire ou professionnelle. Chaque jeune est accompagné par un référent qui a pour tâche de veiller
à l’évolution de son projet.
1 - L’organisation actuelle du fonds
L’architecture retenue repose sur la double volonté de prendre en charge pleinement notre
compétence et de maintenir la possibilité, pour les communes, de participer financièrement au dispositif.
Le 31 mai 2013 a eu lieu le Comité de pilotage du fonds d’aide aux jeunes réunissant les
partenaires financiers afin de leur présenter le bilan de l’activité du FAJ sur l’enveloppe budgétaire
2011-2012-2013. Il s’agissait également de définir l’autorisation d’engagement de la nouvelle
enveloppe qui couvrira les années 2014-2015-2016. Cette nouvelle participation a été évaluée sur le
bilan des trois années passées et calculée en rapport avec la consommation de l’enveloppe
précédente et la ventilation de l’excédent.
A ce jour, six commissions locales sont en place soit avec une commune, une communauté
de communes, un CCAS ou encore un CIAS, regroupés par pôles sur Châlons-en-Champagne,
Epernay, Reims, Sainte-Ménéhould, Sézanne et Vitry-le-François. Le rythme des réunions de
commissions est variable selon les pôles et en fonction du nombre de dossiers. Hebdomadaire pour le
pôle de Reims, il est mensuel pour les autres.
154
Conseil général de la Marne
Le secrétariat du fonds est assuré par la direction de la solidarité départementale et est
positionné au service social et de la prévention.
2 - Point sur l’activité 2013
Au 31 décembre 2013, 594 dossiers ont été étudiés et ont suscité 2 087 demandes. Ils se
répartissent de la manière suivante :
Nombre de
dossiers
4
435
Pôles
SEZANNE
REIMS
Nombre de
demandes
5
1 834
SAINTE-MENEHOULD
2
AY
1
1
EPERNAY
60
95
CHALONS-EN-CHAMPAGNE
45
70
VITRY-LE-FRANCOIS
FONDS DEPARTEMENTAL
17
30
28
52
594
2 087
TOTAL
2
Au niveau financier, 250 655 € ont été réglés, les aides concernent essentiellement :
l’aide alimentaire/hygiène
59 % ;
l’aide au logement
18 % ;
l’aide à la formation et à la scolarité
2%;
l’aide au transport
4%;
frais professionnels
3%;
autres (santé, habillement, timbre fiscal, …)
10 % ;
accompagnement social FJT
4 %.
Afin de soutenir l’accompagnement des jeunes orientés en foyer des jeunes travailleurs (FJT) par
le fonds d’aide aux jeunes et de mieux prendre en compte leurs difficultés, il a été décidé le versement
d’un montant de cinquante euros (accompagnement social) par mois et par jeune au FJT qui l’accueille
(soit sur 2013, 4 % du budget). L’octroi de cette aide est fonction du travail à réaliser pour accompagner
le jeune vers l’autonomie et l’aider à surmonter les difficultés afin de consolider son insertion.
En 2013, la poursuite de l’hébergement « SAS » au sein des foyers l’Escale et Noël Paindavoine
à Reims a permis d’orienter rapidement des jeunes, sans solution d’hébergement, pour lesquels une
stabilisation temporaire a été nécessaire. L’évaluation de leur situation est facilitée ainsi que la mise en
place de leur projet d’insertion socioprofessionnelle. Leur sortie peut être préparée vers un
hébergement/logement plus autonome.
En effet, le Département de la Marne participe aux actions visant à prévenir la marginalisation
et à faciliter l’insertion sociale des jeunes.
Dans le cadre de la mission de prévention spécialisée, le service départemental de la
prévention de Reims est confronté à des situations de jeunes en grande précarité pour lesquels il est
difficile d’établir une évaluation définitive permettant une orientation durable.
Les structures d’hébergement spécialisées dans l’accueil d’urgence sont saturées, ce qui
implique pour les travailleurs sociaux des solutions ponctuelles souvent inadaptées et chronophages
en termes de recherche.
De ce constat est né ce concept de « logement sas » dont le principe est de garantir pour les
personnels du SDP un outil à la primo-évaluation dans un cadre de stabilisation de l’errance du jeune. Le
« logement sas » permet de se doter du temps nécessaire à l’élaboration d’un projet d’accompagnement
social et ne se substitue pas aux structures d’hébergement d’urgence de droit commun.
155
Conseil général de la Marne
En 2013, 17 jeunes ont bénéficié de ce dispositif et ont pu ainsi mettre à jour leur situation
administrative, s’inscrire ou se réinscrire dans les dispositifs de droit commun, apprendre à gérer leur
quotidien, leur hébergement, maintenir ou mettre en place une situation d’insertion professionnelle.
Au regard de l’intérêt de ce dispositif et des difficultés accrues dans la stabilisation de la
situation de jeunes en errance, le Conseil général a décidé le développement d’un hébergement SAS
supplémentaire en 2014.
E- La gestion du personnel des circonscriptions de la solidarité départementale et
du service départemental de prévention (secteur de Reims)
La gestion des ressources humaines représente une part importante de l’activité du service
social et de la prévention, principalement concernant les recrutements et la gestion des effectifs.
En 2013, 34 demi-journées ont été consacrées aux recrutements pour :
2 responsables de circonscription ;
1 adjoint au responsable de circonscription ;
1 adjoint au responsable du service de prévention de Reims ;
13 assistants sociaux ;
3 CESF ;
5 éducateurs spécialisés ;
7 infirmières / puéricultrices ;
4 chargés de mission ;
9 secrétaires, dont 1 secrétaire coordinatrice ;
26 contrats aidés ;
13 CDD (remplacements congés maternité ou maladie) ;
Plus de cinquante mouvements de personnel (mobilité interne, recrutement) entre le 1er juin
et le 31 décembre 2013.
La création du pôle renfort (4 éducateurs spécialisés, 2 assistantes sociales et 2 puéricultrices)
a permis en 2013 le remplacement de cinq agents pour congés maternité, un pour congé parental, cinq
pour arrêt maladie moyenne et longue durée et sept agents pour mobilité interne ou ayant quitté le
Conseil général dans l’attente d’un recrutement.
Ces renforts ont permis de pallier rapidement au remplacement évitant les ruptures en
accompagnement social et médico-social et dans le cadre des prises en charges des mesures
ASE, diminuant également le recours à des CDD.
Des temps de rencontres sont organisés une fois par mois avec le service des recrutements
ainsi que des points téléphoniques très fréquents. Ces points téléphoniques existent également avec le
service insertion et logement social (notamment en ce qui concerne le recrutement des contrats aidés).
L’activité liée à la gestion des ressources humaines représente par conséquent plus de 45
demi-journées.
II – La prévention spécialisée
La loi du 6 janvier 1986 a transféré aux présidents de Conseils généraux les compétences de
l’aide sociale à l’enfance, dont la prévention spécialisée est l’une des missions. Celle-ci est précisée
dans les articles L.121-2 et L.221-1 du Code de l’action sociale et des familles qui stipule que le
Département a « une mission de prévention de la marginalisation et d’aide à l’insertion dans les lieux
où se manifestent des risques d’inadaptation sociale».
156
Conseil général de la Marne
La prévention spécialisée est une forme d’intervention sociale placée sous la responsabilité
du Conseil général depuis la loi de décentralisation du 6 janvier 1986. Inscrite dans le Code de
l’action sociale et des familles, elle est une prestation de l’aide sociale à l’enfance.
Cette action vise à rompre avec l’isolement et restaurer le lien social des jeunes en voie de
marginalisation. Dernier recours face à l’échec des autres démarches éducatives institutionnelles, elle
vise à favoriser la reconstruction des liens sociaux, une meilleure intégration des jeunes en rupture,
la lutte contre l’exclusion sous toutes ses formes.
Elle se caractérise par :
le non-mandat nominatif ;
la libre adhésion ;
le respect de l'anonymat.
L’objectif social et éducatif engagé doit permettre au jeune d’acquérir, le plus rapidement
possible, une autonomie vis-à-vis de son projet de vie et d’insertion. Le travailleur social doit savoir
saisir toutes les opportunités pour établir, avec d’autres professionnels, des relais nécessaires pour
poursuivre et conforter l’évolution du jeune.
Le Conseil général de la Marne dans le cadre de sa politique d’intégration sociale et
professionnelle des jeunes, dont la prévention spécialisée fait partie, a choisi de développer
directement cette action sur l’agglomération rémoise (Service départemental de prévention) et a
confié la mise en œuvre sur les villes d’Épernay, de Châlons-en-Champagne et de Vitry-le-François à
des associations conventionnées.
L’activité du service départemental de prévention du secteur de Reims
les chiffres clés de l’activité 2013
1 018 accompagnements socio-éducatifs de jeunes (91 jeunes de plus qu’en 2012) ;
791 majeurs (78 %) pour 227 mineurs (22 %). 725 majeurs pour 202 mineurs en 2012 ;
912 dossiers présentés à la commission du fonds local d’aide aux jeunes (764 en 2012),
ce qui représente 401 jeunes dont 170 femmes (334 en 2012) ; au total, il y a eu 1 428 demandes
diverses dont 443 aides à l’hébergement (435 en 2012) ont été accordées ainsi que 16 557 tickets
service alimentaires (15 215 TS en 2012) ;
Encore plus que l’an passé, les éducateurs ont constitué des dossiers « Épicerie Sociale »
et ont permis l’accès notamment aux « Restos du Cœur » et à l’ensemble des associations caritatives
pour permettre à ce public de s’alimenter au mieux, parallèlement aux Tickets Service accordés par
le FAJ qui cette année a vu à nouveau exploser l’aide alimentaire à Reims ;
32 permanences éducatives par semaine sur l’ensemble du territoire d’intervention d’une
moyenne de deux heures ;
164 jeunes dont 105 hommes et 59 femmes ont bénéficié de tickets service alimentaires
afin de les maintenir chez un tiers, lui-même souvent en difficultés. Cela représente 30,5 % des
tickets service alimentaires accordés par le fonds local d’aide aux jeunes. Sans cette aide, une
majorité de ces jeunes seraient à la rue. En 2012, ils étaient 122 jeunes (68 hommes, 54 femmes).
Sur le public accompagné en 2013, on peut noter :
Les tranches d’âge
2013
Les + de 25 ans
2012
3%
2,70 %
Les + de 18 ans –25 ans
75 %
75,50 %
Les 16-18 ans
11 %
11,70 %
Les – de 16 ans
11 %
10,10 %
Le nombre des hommes reste toujours plus important (58,60 %) que celui des femmes
(41,40 %) avec une augmentation des femmes (40 % en 2012).
157
Conseil général de la Marne
La résidence
SDF (rue, squat, tiers, hébergement d’urgence)
16,00 %
Famille (parents, grands-parents…)
38,60 %
Hébergés (FJT, CHRS, SAS, hôtels, résidences sociales)
18,60 %
Logés (logement autonome)
25,50 %
Autres (incarcération, hospitalisation)
1,30 %
Les actes éducatifs (+3 273)
2013 (18 984 actes)
2012 (15 711 actes)
Écoute (entretien)
36,20 %
36,50 %
Actes « professionnel »
16,20 %
15,00 %
Actes « hébergement »
9,60 %
10,10 %
Actes « administratif »
9,50 %
9,30 %
Famille (médiation)
7,10 %
7,50 %
Actes « scolaire »
4,50 %
5,40 %
Actes « santé »
4,00 %
4,80 %
Actes « loisirs »
4,60 %
3,10 %
Actes « justice »
2,50 %
2,50 %
Actes « aides caritatives»
5,80 %
5,80 %
Les problématiques des jeunes rencontrés par notre service globalement restent les mêmes :
sociales, familiales, comportementales, scolaires, administratives, liées à l’emploi ou à la
formation, liées à l’hébergement ou au logement, la santé, la justice, avec une forte accentuation
de la précarité et de l’endettement.
Nous constatons les effets de la crise économique sur les majeurs notamment, mais aussi chez les
parents des plus jeunes. Déjà en difficultés auparavant, le contexte actuel ne fait qu’aggraver les situations,
qui pour de trop nombreuses deviennent catastrophiques. Nous retrouvons cela au travers des nombreux
entretiens menés par les éducateurs qui consacrent un temps conséquent à l’écoute. Celle-ci, empathique,
est le point de départ de toute relation et action éducative.
Nos deux outils indispensables à notre intervention sur l’agglomération rémoise :
L’hébergement SAS (4 hébergements en FJT) : 17 jeunes hébergés dont 6 femmes ; âge
moyen 21 ans. Cette année, le temps de séjour moyen a été plus long du fait de la difficulté de
trouver des solutions d’hébergement plus pérennes (4 encore au SAS, 9 en résidences sociales, 1 en
famille, 2 chez des tiers et 1 incarcéré).
TREMPLIN (chantier éducatif SDP/AREJ). La 1ère équipe de ce chantier éducatif a débuté
en 2011. Une seconde équipe a démarré au 1er juillet 2013. Le fonctionnement de cette deuxième
équipe reste identique à la première mais en y introduisant des éléments importants en lien avec la
prévention de la délinquance et les acteurs directement concernés. Il y a deux habilitations TIG
(16/17 ans-PJJ et 18/25 ans-SPIP). Au total ce sont 49 jeunes (+2 TIG) en contrat de travail dont
10 femmes (âge moyen 20,5 ans), éloignés de l’emploi/formation, niveau scolaire faible (fin de 3ème
en moyenne), 6 diplômés (4 BEP et 2 CAP), 24 ont des problèmes importants avec la justice.
Situation résidentielle
à l’entrée sur le chantier
à la sortie du chantier
SDF (tiers, squat)
17
11
Foyer, résidence sociale
11
16
7
8
13
13
1
1
Logement autonome
Famille
Maison d’arrêt
158
Conseil général de la Marne
Situation d’insertion socio-professionnelle à la sortie du chantier
Formation
7
RSA
1
Intérim ou CDD
9
Suivi SDP/Mission Locale
14
Sur TREMPLIN
12 (dont 1 TIG)
Pas de nouvelle
2
CAE
2
Incarcération, CEF
1
Arrêt de travail (accident hors chantier)
1
Au total 9 411 heures de travail (contrats à 28h/semaine) pour les organismes logeurs
principalement ainsi que pour le CRIJ, un viticulteur, un Foyer de Jeunes Travailleurs, un foyer
d’enfants à caractère social, un café associatif « la Marmite ».
Le taux annuel de présence par équipe est de cinq à six jeunes possibles.
les perspectives 2014
Nous maintiendrons pour cette nouvelle année un travail auprès du public de moins de seize
ans, public qui rencontre toujours plus de difficultés scolaires (absentéisme, décrochage), de
comportement (incivilités, agressivité) et familiales (respect de l’autorité parentale). Régulièrement un
nombre croissant de ces mineurs est confronté à la justice. Un partenariat avec la PJJ est en place
comme avec le SPIP pour les majeurs. Ce partenariat est renforcé depuis les deux habilitations TIG
attribuées à Tremplin.
Certaines problématiques familiales étant très complexes, le service départemental de la
prévention de Reims continuera d’intervenir dans une approche familiale globale et éducative,
travaillée en lien avec les équipes des CSD et avec les partenaires associés.
Pour le public hors obligation scolaire souvent en grande précarité, l’axe de l’insertion sociale et
professionnelle reste privilégié du fait de nombreuses difficultés liées à l’emploi et/ou à la formation
mais aussi et en parallèle régulièrement à l’hébergement et/ou au logement. Pour cela, nous nous
appuyons aussi sur nos deux dispositifs, SAS hébergement (4 chambres meublées) et TREMPLIN,
chantier éducatif (2 équipes de 6 jeunes), outils nécessaires à nos missions.
Nous nous rapprocherons également des bailleurs sociaux afin de travailler des solutions de
logement pour les jeunes en possibilité d’intégrer un logement autonome avec un suivi des situations.
Un travail de partenariat plus conséquent avec les collèges (déjà commencé) sera accentué
notamment dans les interventions collectives (santé et citoyenneté) auprès des élèves.
159
Conseil général de la Marne
Service insertion et logement social
Créé en juin 1995, le service insertion et logement social (SILS) a vécu une régulière
évolution tant en termes d’effectifs qu’en termes de dispositifs à gérer.
L’année 2013 a connu une charge d’activité accrue au niveau des missions classiques du
service en raison de l’augmentation constante du nombre de bénéficiaires du RSA.
En outre, une actualité intense, tant au niveau national que local, a entraîné la mise en
œuvre de projets d’ampleur qui ont particulièrement nécessité un investissement humain intense et
soutenu tout au long de l’année :
en premier lieu,
l’ensemble des documents fondateurs de la politique départementale d’insertion est arrivé à
échéance en fin d’année 2012.
Ainsi :
le Pacte Territorial d’Insertion (PTI),
le Programme Départemental d’Insertion (PDI),
la Convention d’orientation qui définit les modalités de mise en œuvre du dispositif d’orientation
et du droit à l’accompagnement des bénéficiaires du RSA,
ont été renouvelés en 2013, ce qui a représenté une charge d’activité très importante sur tout le
premier semestre 2013 au niveau :
des réunions partenariales à mettre en œuvre ;
de la rédaction des documents ;
des outils de communication à élaborer ;
des évènements officiels à organiser.
en second lieu,
la réitération de l’opération Journée de la Solidarité active au cours de la Foire de Châlons a mobilisé
le service au cours de l’été.
en troisième lieu,
la réforme du financement de l’insertion par l’activité économique engagée par le gouvernement a
mobilisé le service afin d’anticiper ses conséquences sur l’accompagnement financier du Département
des 25 Ateliers Chantiers d’Insertion (ACI).
en quatrième lieu,
la vacance du poste du Chargé de mission FSE sur le second semestre au moment du
conventionnement 2014 et de la réflexion sur la prochaine programmation 2014-2020 a nécessité de
mobiliser l’encadrement du service pour réaliser les opérations essentielles pour la collectivité.
en dernier lieu,
une réflexion entamée en fin d’année 2012 a abouti sur le dernier trimestre 2013 à la conclusion de
l’Accord partenarial avec l’Etat en matière d’Emplois d’Avenir en novembre, à l’organisation de la
signature officielle et à la mise en place d’une procédure dédiée.
160
Conseil général de la Marne
Ses missions
Les missions du service relèvent des deux grandes compétences départementales :
en matière d’insertion
Le cadre légal de son intervention en matière d’insertion est défini par la loi du 1er décembre
2008 généralisant le revenu de solidarité active (RSA) et réformant les politiques d’insertion, qui a
réorganisé la gouvernance des dispositifs d’insertion à l’échelle territoriale en affirmant explicitement
la responsabilité du Département dans ce domaine (art 115-2).
A ce titre le service assure :
le pilotage et la gestion administrative du revenu de solidarité active en partenariat avec la
caisse d’allocations familiales de la Marne (CAF) ;
la gestion administrative et financière des dossiers individuels en matière de RSA
(instruction, animation des sept équipes pluridisciplinaires locales et commissions d’orientations
locales du territoire) ;
le pilotage de la convention annuelle d’objectifs et de moyens (CAOM) conclue avec les
services de l’Etat en matière de prescription et cofinancement des contrats uniques d’insertion (CUI) ;
la gestion administrative et financière de l’enveloppe de CUI définis dans la CAOM ;
la gestion administrative et financière en partenariat avec pôle emploi de l’allocation
personnalisée de retour à l’emploi (APRE), instaurée par la loi du 1er décembre 2008 généralisant le
RSA (fonds de l’Etat) ;
le pilotage de la politique départementale en matière d’insertion par la mise en œuvre du
programme départemental d’insertion (PDI) ;
la gestion administrative et financière du conventionnement relatif aux actions d’insertion
définies dans le PDI ;
la gestion administrative et financière de l’enveloppe du fonds social européen (FSE) ;
la coordination et l’animation fonctionnelle sur le territoire marnais de la thématique
insertion auprès des travailleurs sociaux des quinze CSD ;
la représentation du Conseil général de la Marne auprès des instances locales et nationales.
en matière de logement social
Le cadre légal de son intervention est défini par la loi du 13 août 2004, relative aux libertés
et responsabilités locales, qui a transféré au Conseil général la gestion du fonds de solidarité
logement (FSL), à compter du 1er janvier 2005.
A ce titre, le service assure :
la gestion administrative et financière du FSL ;
la représentation du Conseil général dans les différentes instances du champ du logement social ;
la coordination et l’animation fonctionnelle sur le territoire de la thématique logement auprès
des travailleurs sociaux des quinze CSD.
Sa localisation
Historiquement situé dans les locaux de la direction de la solidarité départementale, rue Just
Berland, et après deux déménagements en 2010 et 2011, le SILS occupe depuis mars 2012 les
locaux du 2 bis Boulevard Vaubécourt à Châlons-en-Champagne, permettant ainsi de rassembler
l’ensemble de ses collaborateurs.
161
Conseil général de la Marne
Son organisation
La croissance rapide de ses activités depuis ces dernières années, l’augmentation de ses
effectifs et une phase de relative stabilisation législative ont motivé sur 2011 une volonté de
réflexion sur la structuration du service qui a pu se concrétiser en 2012 après son emménagement
au sein d’un lieu unique au 2 bis boulevard Vaubécourt à Châlons en Champagne.
Ainsi, sous la responsabilité de son Chef de service, assistée de ses trois adjoints, le service
insertion et logement s’organise comme suit :
I - Le pôle Administration générale
A - Budget – Finances :
élaboration et suivi de près de cent conventions conclues avec des partenaires chaque année ;
suivi financier du fonds social européen (FSE) en lien avec le pôle développement et
coordination et le chargé de mission FSE ;
suivi comptable et budgétaire du service en lien avec le service des finances ;
gestion administrative et comptable des indus.
B - Administration :
veille juridique ;
précontentieux et contentieux ;
tableaux de bord / Observatoire de l’Insertion ;
administration SOLIS/ échanges de flux Pôle Emploi/CAF ;
outils de communication dématérialisée.
II - Le pôle Gestion des dispositifs
instruction des dossiers individuels relatifs aux différents dispositifs RSA, FSL, APRE, CUI, ASLL ;
instruction et décisions d’opportunité en matière d’ouverture de droits RSA (« navette CAF ») ;
gestion administrative de :
sept équipes Pluridisciplinaires Locales mensuelles en matière de RSA,
quinze comités Techniques d’Insertion mensuels (ex COL),
trois commissions locales mensuelles FSL,
la commission départementale mensuelle FSL.
III - Le pôle Coordination et développement
A - Animation de la politique départementale d’insertion
Elle s’établit comme suit :
émergence de nouveaux projets (PLI, PDI, ...) et projets collectifs ;
évaluation des actions existantes / support technique au conventionnement ;
coordination des parcours individuels d’insertion et suivi des Contrats d’Engagements
Réciproques (COL/CTI) ;
élaboration et suivi des référentiels, animation fonctionnelle des CSD (chargés de mission
logement, conseillers en économie sociale et familiale, chargés de mission RSA, assistants sociaux, …).
162
Conseil général de la Marne
Représentation du Conseil général aux instances locales insertion :
Service Public de l’Emploi Départemental (SPED),
réunions Emplois d’avenir à la préfecture,
Service Public de l’Emploi Local (SPEL),
Comité Régional de l’Emploi (CRE),
Commission Départementale de l’Insertion par l’Activité Economique (CDIAE).
B - Animation de la politique départementale logement
Elle consiste en :
élaboration et suivi du Plan Départemental d'Action pour le Logement des Personnes
Défavorisées (PDALPD) ;
élaboration et suivi du Plans Départementaux Accueil Hébergement Insertion (PDAHI) ;
représentation du Conseil général aux instances locales logement :
Commission de Coordination des Actions et de Prévention des Expulsions (CCAPEX),
Commission d’Orientation (COMOR) du Service Intégré de l’Accueil et de l'Orientation (SIAO),
commission de médiation pour le Droit Au Logement Opposable (DALO),
communication interne/externe du service.
Ses effectifs
Au 31 décembre 2013, le SILS rassemblait trente collaborateurs dont deux en parcours de CUI.
Aux côtés du Chef de service cadre A, les effectifs du service se répartissent comme suit :
le pôle Administration générale : neuf postes
1 adjoint au Chef de service responsable de pôle cadre A,
1 contrôleur de RSA, cadre B,
7 assistants administratifs cadre C dont un en parcours CUI-CAE.
le pôle Gestion des dispositifs : quinze postes
1 adjoint au Chef de service responsable de pôle cadre A,
2 coordinateurs territoriaux cadre A,
1 cadre B,
11 assistants administratifs cadre C.
le pôle Coordination et développement : six postes
1 adjoint au Chef de service responsable de pôle cadre A,
3 coordonnateurs territoriaux cadre A,
2 chargés de mission logement et d’accompagnent social cadre B.
Le service insertion et logement social dans le cadre de ses missions assure l’animation
fonctionnelle auprès des :
quinze chargés de mission RSA, référents uniques des bénéficiaires du RSA déployés sur le
territoire dans les circonscriptions de la solidarité départementale ;
sept animateurs d’insertion, personnes diplômées œuvrant sous le tutorat des référents
RSA en accompagnement d’insertion des bénéficiaires du RSA ;
163
Conseil général de la Marne
six chargés de mission logement déployés sur le territoire dans les circonscriptions de la
solidarité départementale.
Les chiffres clés de son activité
La généralisation du RSA, intervenue en juin 2009, est venue rassembler les bénéficiaires
des ex-prestations RMI et allocation de parent isolé (API) sous le nouveau vocable de « bénéficiaires
du RSA ». Cette prestation englobe :
le RSA socle (ex RMI),
le RSA majoré (ex API),
le RSA activité.
Cette prestation est directement influencée par la conjoncture économique qui voit un certain
nombre de demandeurs d’emploi basculer d’une indemnisation chômage vers le RSA.
I - En matière d’insertion
nombre de bénéficiaires (source : données CAF quasi consolidées)
JANVIER
FEVRIER
MARS
AVRIL
MAI
JUIN
SOCLE
9 537
9 638
9 824
9 924
10 161
10 282
SOCLE ET ACTIVITE
1 621
1 561
1 541
1 531
1 576
1 602
11 158
11 199
11 365
11 455
11 737
11 884
3 843
3 853
3 766
3 835
3 878
3 900
15 001
15 052
15 131
15 290
15 615
15 784
2 639
2 744
2 840
2 396
2 260
2 093
17 640
17 796
17 971
17 686
17 875
17 877
SOUS TOTAL CG
ACTIVITE
sous TOTAL GENERAL
Droits suspendus
TOTAL DISPOSITIF
JUILLET
SOCLE
NOVEMBRE
DÉCEMBRE
10 201
10 178
10 340
10 291
1 644
1 638
1 714
1 743
1 784
1 764
11 857
11 849
11 915
11 921
12 124
12 055
3 913
3 957
3 972
3 934
3 962
3 929
15 770
15 806
15 887
15 855
16 086
15 984
2 130
ND
ND
ND
ND
ND
17 900
ND
ND
ND
ND
ND
Droits suspendus
TOTAL DISPOSITIF
OCTOBRE
10 211
ACTIVITE
sous TOTAL GENERAL
SEPTEMBRE
10 213
SOCLE ET ACTIVITE
SOUS TOTAL CG
AOÛT
Progression
Dispositif total :
La progression du nombre total de personnes bénéficiaires du RSA dans la Marne en 2013 est de
+6,55 % (RSA Socle + Socle activité + Activité) passant de 15 001 en janvier à 15 984 en décembre.
Depuis mars 2010, la progression du dispositif RSA dans la Marne est de 26 %.
164
Conseil général de la Marne
Evolution 2010-2013 -Nombre de bénéficiaires total :
Dispositif à la charge du Département :
S’agissant des dispositifs à la charge financière du Département (RSA Socle + Socle activité),
la progression du nombre de bénéficiaires s’est élevée à +8,04 % passant de 11 158 en janvier à
12 055 en décembre.
Année 2013
Depuis mars 2010, la progression du nombre de foyers bénéficiaires du RSA à la charge du
Département est de 32 % avec des effectifs passant de 9 620 à 12 055.
165
Conseil général de la Marne
Evolution 2010-2013 – Nombre de bénéficiaires à la charge du Département
décisions relatives aux droits au RSA
La généralisation du RSA en juin 2009 a donné lieu à la signature de conventions de
délégation des décisions relatives aux ouvertures de droits entre le Conseil général, la CAF et la MSA.
Ainsi, le Conseil général est saisi des demandes concernant l’ouverture de droits de certaines
catégories de bénéficiaires potentiels de cette prestation, parmi lesquelles les travailleurs
indépendants, les étudiants, les ressortissants de pays étrangers.
A ce titre, les décisions suivantes peuvent être prises : ouverture de droits, refus,
ajournement pour complément d’information, suspension, demande de contrôles.
Ainsi 7 716 décisions (5 975 en 2012) ont été notifiées tant à la CAF qu’à la MSA par le
service. Ce chiffre est en augmentation de 29 % par rapport à 2012 du fait notamment de
l’augmentation du nombre de bénéficiaires du RSA.
contrôles
En plus du plan de contrôle interne à la CAF, 275 contrôles sur place au domicile des
demandeurs ont été sollicités auprès de leurs services, afin de vérifier la situation personnelle et
professionnelle des demandeurs (isolement des personnes, effectivité de la résidence sur le sol
marnais, évaluation du train de vie, …).
le nombre de Contrats d’Engagements Réciproques (CER) traité
L’année 2013 a vu le processus de validation des CER internalisé au sein du comité technique
d’insertion dédié à l’étude des dossiers complexes.
Au total, 10 262 CER ont été étudiés contre 9 791 en 2012 soit 4,81 % d’augmentation.
le nombre de situations évoquées en Equipes Pluridisciplinaires Locales
Les EPL sont les instances d’études des sanctions relatives au versement du RSA.
Au total, 3 250 dossiers ont été inscrits à l’ordre du jour en 2013 contre 2 455 en 2012 soit
32 % d’augmentation.
166
Conseil général de la Marne
le nombre de dossiers de sommes indument versées :
269 indus ont été transférés au Conseil général pour récupération et traités par le service.
remises de dettes
Le service est chargé du suivi tant administratif que comptable de la prestation.
A ce titre, il est saisi de toute demande de remise de dettes gracieuse ou contestation de la
part des bénéficiaires du RSA à qui un indu a été notifié.
En outre, il assure toujours le suivi des indus précédemment notifiés au titre du RMI.
Ainsi en 2013 :
682 demandes de remises de dettes ont été reçues soit une augmentation de 19 % par
rapport à 2012 (571 demandes) et une augmentation de 162 % par rapport à 2011 (260) ;
326 demandes de remises de dettes ont été traitées en 2013 contre 262 dossiers en 2012
soit 24 % d’augmentation du nombre de dossiers étudiés. Cette amélioration de traitement a été
rendue possible grâce à la mise en place d’une nouvelle procédure optimisée ;
269 dossiers d’indus de RSA ont été transférés par la CAF, qui faute de prestations
familiales sur lesquelles recouvrer la créance, en transfère la charge au Conseil général.
Le montant moyen par dossier est de 1 496 €.
en matière de contentieux
La gestion administrative du RSA amène à apporter une réponse rapide aux différents
courriers reçus, parmi lesquels ceux relevant du recours gracieux auprès du président du Conseil
général, ainsi que ceux relevant du contentieux.
Il est à noter en outre que, même si le RSA activité et le RSA jeune sont intégralement
financés par l’Etat, il n’en reste pas moins que l’ensemble du contentieux relève de la seule
compétence du président du Conseil général.
Dans ce cadre, les réponses aux différentes sollicitations par courrier du service pour 2013
s’établissent comme suit :
10 courriers de réponses aux élus ;
514 courriers de réponse aux allocataires soit 41 % d’augmentation sur un an (364 en 2012).
Dans le cas de la lutte contre la fraude, trois dépôts de plainte ont été opérés.
Dans le cadre des procédures contentieuses, sont en cours en lien avec le service juridique :
16 recours auprès du tribunal administratif ;
1 recours auprès de la cour administrative d’appel de Nancy ;
1 recours auprès du Conseil d’Etat.
A noter que seules quatre décisions ont été rendues par le tribunal administratif en 2013.
activité en matière d’APRE (aide personnalisée de retour à l’emploi)
L’APRE est un outil qui doit contribuer à la reprise et le maintien dans l’emploi.
Cette allocation prévue par la loi de décembre 2008 généralisant le RSA a pour objet de
prendre en charge tout ou partie des coûts exposés par le demandeur bénéficiaire du RSA lorsqu'il
débute ou reprend une activité professionnelle.
L’effectivité du début ou de la reprise d’activité professionnelle est une condition préalable
incontournable à la mobilisation de l’APRE.
167
Conseil général de la Marne
La prescription de l’APRE peut se faire dans un délai maximum de six mois après la reprise
d’activité sauf pour les personnes bénéficiant d’un contrat aidé, si la situation le justifie.
En 2013, 412 demandes d’APRE ont été reçues au service (+6,46 % par rapport à 2012) :
337 demandes ont reçu une suite favorable, soit près de 82 %,
75 demandes ont été jugées irrecevables, soit près de 18 %.
Répartition financière des aides accordées au titre de l’APRE :
Typologie des aides
Aide à la Garde d'enfants
Aide à la Mobilité
dont permis de conduire
Aide à l'environnement de travail et
équipement prof.
Aides forfaitaires
Autres aides
Total général
Montant
8 800 €
258 899 €
163 763 €
%
3%
90 %
2 669 €
1%
4 300 €
11 851 €
286 518 €
2%
4%
100 %
activité en matière de contrats uniques d’insertion (CUI)
Le service insertion et logement social assure la gestion administrative des CUI telle que
prévue dans la convention d’objectifs et de moyens (CAOM) signée avec le préfet, de l’instruction de
la demande par l’employeur jusqu’au versement de l’aide financière.
L’objectif 2013 de prescription de 700 CUI a été atteint.
II - En matière de logement
A - Le fonds de solidarité logement (FSL)
le fonds partenarial
Le FSL est abondé financièrement par les bailleurs sociaux, les fournisseurs d’énergie, la CAF
la MSA et le Conseil général.
Notre collectivité participe également par le biais de la mise à disposition du personnel dédié
à la gestion administrative et financière du FSL.
Ces différents personnels représentent ainsi près de vingt ETP répartis comme suit :
chargés de mission logement et travailleurs sociaux dans les circonscriptions de la
solidarité départementale pour l’accompagnement des familles ;
assistants administratifs au SILS pour en assurer la gestion administrative et financière.
Dans le cadre d’une convention avec les bailleurs et la Ville de Reims, le Conseil général
participe au financement du Bureau d’Accueil du Logement Social (BALS) au travers de la mise à
disposition d’un chargé de mission ayant pour fonctions de recevoir les personnes nécessitant un
accompagnement individualisé dans les démarches nécessaires à la constitution et au suivi de leur
dossier de demande de logement sur le bassin rémois.
B - Données chiffrées du FSL
En 2013, 2 395 dossiers de demandes auprès du FSL ont fait l’objet d’une décision après
avis consultatif des Commissions :
dont 1 115 ont reçu un refus ;
168
Conseil général de la Marne
dont 1 280 ont reçu un accord :
459 accords au titre de l’entrée dans les lieux, soit 35,86 %,
24 accords au titre de l’aide ponctuelle, soit 1,87 %,
214 accords au titre du maintien dans les lieux, soit 16,73 %,
497 accords au titre d’impayés d’énergie EDF et GDF, soit 38,82 %,
86 accords au titre d’impayés d’eau, soit 6,72 %.
prêts FSL
Depuis le 1er janvier 2009, le Conseil général a repris la gestion administrative et financière
du FSL à la suite de la CAF et notamment la gestion des prêts déjà consentis.
A ce titre :
26 prêts restent actifs au 31 décembre 2013 ;
25 prêts ont connu un rejet de prélèvement pour compte non approvisionné, dont cinq
ayant donné lieu à l’appel global du solde restant dû, conformément au règlement intérieur du FSL,
après deux échéances impayées.
L’évolution nationale à venir des modalités de prélèvements bancaires a conduit à privilégier
d’autres formes d’aides financières directes au profit des usagers. Ainsi aucun nouveau prêt n’a été
accordé en 2013.
l’Accompagnement Social Lié au Logement (ASLL)
En complément des aides directes accordées, des mesures d’Accompagnement Social Lié au
Logement (ASLL), exécutées par des prestataires ou par des personnels du Conseil général
permettent aux familles d’adapter leurs conduites de locataires, tant dans l’occupation, la gestion du
logement que dans le paiement du loyer, ainsi :
demandes d’ASLL ayant fait l’objet d’un accord :
125 mesures d’une durée de six mois ;
105 mesures de trois mois.
169
Conseil général de la Marne
Service solidarité grand âge et handicap
Le service solidarité, grand âge et handicap, composé de 55 agents (pour 53,6 ETP) répartis
dans cinq pôles, assume tout à la fois des missions de conception et de mise en œuvre des politiques
gérontologiques et handicap, d’autorisation, de contrôle, de tarification et de suivi des établissements
sociaux et médico-sociaux et des accueillants familiaux ainsi que la gestion de l’ensemble des
prestations et aides aux particuliers âgés et handicapés.
I - Action sociale en faveur des personnes Agées
A – Actions gérontologiques
1 - Les centres locaux d’information et de coordination (CLIC)
Les CLIC assurent depuis 2004 pour le compte du Département une mission de service public
auprès des personnes âgées.
La Marne compte dix CLIC autorisés, labellisés et financés par le Conseil général.
Le travail de couverture de notre département pour les CLIC s’est poursuivi en 2013 sur la
base du nouveau schéma de coopération intercommunale en vue d’insérer le périmètre des CLIC aux
territoires des EPCI.
Ces extensions concernent :
le CLIC des Coteaux de la Marne ;
le CLIC du Pays Champenois ;
le CLIC des Cités en Champagne.
Seule la communauté de communes de Vesle Montagne de Reims reste à rapprocher d’un
CLIC existant. Le budget dédié aux CLIC pour 2013 représente 802 113 euros.
2 - La convention pour la modernisation et la professionnalisation des services
d’aide à domicile dans le département de la Marne
En 2013 a pris fin la convention liant le Conseil général à la Caisse Nationale de Solidarité
pour l’Autonomie (CNSA). Bien que les négociations relatives à son renouvellement s’attardent, cette
année a toutefois permis de progresser dans la construction du projet d’un dispositif de télégestion
étendu entre le Conseil général et les services d’aide à domicile.
3 - Le comité départemental des retraités et personnes âgées (CODERPA)
Le CODERPA a été informé et consulté sur tous les sujets d’actualité, relatifs aux retraités et
aux personnes âgées. Le travail des membres du CODERPA par leur présence au sein de réunions,
instances, colloques, assemblée générale a permis de faire remonter aux décideurs politiques et aux
professionnels, informations et observations. Son secrétariat et la préparation des séances sont
assumées par le service. Parmi les sujets abordés figurent notamment les actualités gérontologiques,
la présentation du PRIAC, les CLIC, la situation des associations d’aide à domicile, les concrétisations
du Plan national Alzheimer ou encore l’actualité budgétaire.
B – L’accompagnement de la perte d’autonomie à domicile
Le Conseil général réalise cet accompagnement en exerçant sa compétence dans le suivi et le
contrôle budgétaire des établissements et services, et dans la gestion des dispositifs de prestation.
170
Conseil général de la Marne
1- Les services d’aide à domicile
Le Département compte douze services d’aide et accompagnement à domicile (l’Association
des aides à domicile fismoises a fusionné avec l’ADMR au 1er janvier 2013) autorisés par le président
du Conseil général intervenant auprès des personnes âgées auxquels s’ajoutent deux services de
gardes itinérantes. Ces services médico-sociaux pour personnes âgées ou handicapées interviennent
notamment auprès des bénéficiaires de l’APA et des services ménagers.
Il revient au Département de fixer le tarif de leur activité prestataire auprès de ce public fragile.
C’est ainsi 1 288 287 heures d’interventions qui ont été tarifées pour un total de 26 851 446 €
représentant 939,50 ETP directement concernés. Le tarif moyen des services prestataires autorisés
était de 19,63 € pour des tarifs variant de 18,26 à 20,89 €.
La situation économique du secteur est particulièrement difficile et a vu au 29 novembre
2013 l’Association des Personnes Agées des Villages Réunis de Montmort cesser son activité, par
liquidation judiciaire de l’association. Quatre associations marnaises ont dû avoir recours au fonds
spécial de restructuration des services à domicile mis en place par l’Etat.
Les difficultés se manifestent notamment par le constat de nombreux déficits qui viennent,
en plus des effets de la nouvelle convention collective du secteur et du coût du travail, renchérir les
tarifs et ainsi s’impacter négativement dans le cadre de l’APA (réduction du nombre d’heures à plan
d’aide constant en euros).
En outre, s’agissant des services à domicile, le service est toujours fortement sollicité par la
DIRECCTE dans le cadre d’avis pour la délivrance d’agréments par l’Etat.
2 - L’allocation personnalisée d’autonomie à domicile
Le nombre de bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie est de 4 135 au 31 décembre
2013 soit une hausse de 0,87 % par rapport à 2012 (+65 bénéficiaires).
Néanmoins, on constate un volume d’activité conséquent sur cette prestation dans la mesure où
le flux est important, le taux de renouvellement entre les entrées et les sorties du dispositif est élevé.
D’une part, 2 321 demandes ont été traitées en 2013 (2 429 demandes en 2012) réparties
entre 1 271 premières demandes (1 151 en 2012) et 1 050 révisions (1 278 en 2012).
S’agissant des premières demandes, 726 ont fait l’objet d’un accord, 531 d’un refus, du fait
principalement de la politique de la CARSAT de sortir du dispositif un grand nombre de ressortissants
et trois sont ajournées au 31 décembre.
D’autre part, 1 206 personnes ne bénéficient plus des prestations pour les motifs suivants :
Motifs de sorties du dispositif APA 2013
Arrêt suite décision de l'intéressé
Rappel 2012
5
9
Décès
589
602
Entré(e) en EHPAD
395
435
37
39
1 026
1 085
Transfert hors département
TOTAL
S’agissant du degré de dépendance, la répartition des bénéficiaires par rapport au GIR est
la suivante :
Nombre de bénéficiaires de l'APA domicile
par GIR au 31/12/2013
GIR 1
45
GIR 2
526
GIR 3
898
GIR 4
2 666
TOTAL
4 135
171
Conseil général de la Marne
On constate que le niveau de dépendance le moins élevé (GIR 4) est majoritaire, il concerne
64,47 % des bénéficiaires tandis que les GIR 1 et 2 concernant les personnes les plus dépendantes
représentent 13,8 % des bénéficiaires.
Les plans d’aide APA peuvent comprendre la prise en charge des heures d’aide à domicile,
des aides techniques (téléalarme, matériel d’incontinence, portage de repas, …), des aides à
l’aménagement/adaptation du logement ainsi que des accueils en structure.
Répartition mensuelle des montants accordés par prestation – plan d’aide brut (décembre 2013)
Quantité
prestation
du GIR 1
Quantité
prestation
du GIR 2
Quantité
prestation
du GIR 3
Quantité
prestation du
GIR 4
Aide à domicile
47 119 €
460 091 €
616 534 €
1 053 866 €
2 177 610 €
Aide technique
2 712 €
27 891 €
27 222 €
62 886 €
120 711 €
637 €
531 €
-
318 €
1 486 €
-
-
849 €
4 770 €
5 619 €
Forfait Famille d’accueil
Forfait Foyer logement
Tarifs Petites Unités de Vie
TOTAL
TOTAL
-
-
1 911 €
4 926 €
6 837 €
50 468 €
488 513 €
646 516 €
1 126 766 €
2 312 263 €
On constate une prépondérance dans la prise en charge d’heures d’aide à domicile : 94,17 %
des dépenses allouées concernent cette prestation.
Les prises en charge concernent principalement le financement des heures d’aide à domicile,
selon trois types de mode d’intervention où l’on constate une prépondérance du recours au mode
prestataire (77,44 %) :
Répartition des heures aide à domicile (stock au 31/12/13 – pour un mois)
Nb d'heures
accordées par
GIR 1
Emploi direct
Nb d'heures
accordées par
GIR 2
741
Nb d'heures
accordées par
GIR 3
5 097
Nb d'heures
accordées par
GIR 4
6 025
8 675
TOTAL
20 538
Mandataire
156
1 958
1 844
2 139
6 097
Prestataire
1 806
18 683
25 670
45 307
91 466
TOTAL
2 703
25 738
33 539
56 121
118 101
Le Conseil général a par ailleurs développé depuis plusieurs années une prise en charge dans
le cadre de l’APA des dispositifs de soutiens et de répit mis en place au sein des établissements
(accueils de jour et accueils temporaires).
Ceux-ci représentent désormais les montants suivants :
Dépenses globales accueil de jour et accueil temporaire en 2013
Quantité
prestation
du GIR 1
Quantité
prestation du
GIR 2
Quantité
prestation du
GIR 3
Quantité
prestation du
GIR 4
TOTAL
Accueil de jour
9 430 €
40 891 €
80 904 €
70 627 €
201 852 €
Accueil temporaire
5 052 €
18 573 €
23 682 €
6 045 €
53 352 €
14 482 €
59 464 €
104 586 €
76 672 €
255 204 €
TOTAL
On observe un recours à l’accueil en structure majoritairement pour les bénéficiaires en GIR 3 ;
ils représentent 40,98 % des dépenses.
Quant au matériel à usage unique, délivré sous la forme d’un chèque Conseil général, il représente
une dépense de 545 184 € auxquels s’ajoutent des frais de gestion et d’émission pour 11 481 €.
Enfin, la prise en charge de l’adaptation du logement représente une dépense globale de
17 948 €. Il s’agit principalement de travaux d’aménagement de la salle de bains et des sanitaires.
172
Conseil général de la Marne
Le total des dépenses afférentes aux prises en charge s’élève à 17 698 327 € au compte administratif
provisoire 2013 (-9 % par rapport à 2012).
Les plans d’aide moyens par groupes de dépendance s’établissent comme suit (chiffres octobre 2013) :
GIR
Plan d'aide moyen
brut
% de participation
des bénéficiaires
Plan d'aide moyen
net
1
1 172,50, €
26,20 %
865,55 €
2
905,54 €
24,72 %
681,30 €
3
673,95 €
24,73 %
506,99 €
4
357,05 €
24,31 %
299,52 €
Si l’on compare les montants attribués par GIR avec le plafond maximum attribuable, on
constate l’utilisation suivante :
GIR 1 : 89,88 % du plafond maximal attribuable,
GIR 2 : 80,96 % du plafond maximal attribuable,
GIR 3 : 80,34 % du plafond maximal attribuable,
GIR 4 : 71,13 % du plafond maximal attribuable.
Corollaire d’une prestation en nature, l’APA fait l’objet d’un contrôle d’effectivité réalisé sur
l’ensemble de ses composantes n’étant pas payées sur facture ou par un chèque d’accompagnement
personnalisé. Ainsi, en 2013, 39 736 € ont été récupérés auprès de 105 bénéficiaires n’ayant
pas utilisé la totalité des aides prévues dans leurs plans d’aide (29 625 € en 2012).
3 - Les aides sociales légales (les services ménagers et les portages de repas)
Le nombre de bénéficiaires de ces prestations apportées aux personnes âgées dont le niveau
d’autonomie ne permet pas le bénéfice de l’APA, mais dont les ressources sont particulièrement
faibles, est réparti comme suit :
SERVICES MENAGERS + PORTAGES DE REPAS (STOCK AU 31/12/2013)
Aide à domicile
Personnes Agées
Portage de repas
Personnes Agées
TOTAL
Première demande
41
2
43
Renouvellement
77
2
79
Révision
TOTAL
5
-
5
123
4
127
Pour les services ménagers, le volume d’heures allouées est de 3 753 au 31 décembre 2013 pour
123 bénéficiaires. Les dépenses retenues au compte administratif provisoire 2013 sont de 277 005 € pour
les services ménagers (-14 % par rapport au compte administratif 2012) et de 6 739 € pour le portage de
repas (+46 % par rapport au CA 2012).
Depuis 2012, il a été mis en place une évaluation à domicile réalisée par l’EMS pour les
demandes de révision de services ménagers dont le nombre d’heures d’intervention sollicitée est
manifestement supérieur au volume de services ménagers pris en compte (en plus de l’aide humaine)
dans les plans d’aide APA.
L’activité de l’année se décompose comme suit :
FLUX SERVICES MENAGERS ET PORTAGES DE REPAS
Aide à domicile
Portage de repas
TOTAL
Première demande
44
3
47
Renouvellement
63
1
64
3
-
3
110
4
114
Révision
TOTAL
173
Conseil général de la Marne
Sur les 110 demandes de services ménagers, 74 ont été accordées pour 27 qui ont fait
l’objet d’un rejet.
4 - Les prestations extra légales
Dans le cadre du maintien à domicile, deux prestations extra légales peuvent être accordées :
au titre de la prise en charge des frais de licenciement, une demande a fait l’objet d’un
examen et d’un accord pour un montant total de 727 € ;
au titre de la subvention de compensation de la perte d’autonomie (aide qui bénéficie d’une
convention avec la CPAM pour en faciliter l’accès), 53 demandes ont été examinées pour 39 accords
délivrés dont 71,80 % concernant la prise en charge partielle de prothèses auditives. Les autres
demandes concernent l’aménagement du domicile et des aides techniques.
Le montant total accordé est de 12 773 €.
5 - Le soutien à domicile par l’adaptation du logement
Pour aider les personnes âgées à poursuivre leur parcours de vie dans un logement adapté à
leurs besoins, le Conseil général, par le biais d’une subvention de 56 700 €, met à leur disposition
les services du COMAL PACT 51 qui réalisent un diagnostic et un accompagnement des projets de
réadaptation des logements.
Dans le cadre de ce dispositif, le COMAL doit ainsi réaliser 150 diagnostics gratuits.
En outre, le Conseil général a poursuivi son soutien financier à hauteur de 11 300 € en 2013,
eu égard au label « Charte des artisans et des entreprises pour le logement adapté » qui a permis à
98 ménages de bénéficier de travaux d’adaptation du logement (aménagement de salle de bain,
toilettes rehaussées, barre de douche et de WC). 85 nouveaux artisans, professionnels du bâtiment,
se sont engagés dans cette charte au cours de l’année 2013.
S’agissant du dispositif Bourse aux Logements Adaptés « ADALOGIS 51 », dont la gestion
est confiée au COMAL PACT 51, qui permet de répondre aux besoins des personnes à mobilité réduite
ou en perte d’autonomie à la recherche d’un logement adapté, 230 logements supplémentaires ont
été recensés et 351 nouvelles demandes de logement enregistrées au titre de l’année 2013.
Le soutien financier du Conseil général s’élève à 10 000 €.
C – L’accompagnement de la perte d’autonomie en établissement
Le Conseil général réalise cet accompagnement en exerçant sa compétence dans le suivi et le
contrôle budgétaire des établissements et services et dans la gestion des dispositifs de prestations.
1 - L’offre d’établissements d’hébergement pour personnes âgées
Le Département recense 7 260 places d’hébergement pour personnes âgées réparties
de la manière suivante :
1 985 places pour 28 structures sont recensées en foyers logements (EHPA) accueillant
des personnes âgées valides et ne font pas l’objet d’un budget traité par le pôle de la tarification. Si
cette capacité reste constante en 2013, l’année fut néanmoins marquée par l’étude et l’autorisation
d’un projet de création d’un foyer logement supplémentaire dans le cadre de la reconstruction de
l’EHPAD Résidence Clémenceau (28 places) ;
5 179 places sur 49 établissements (dont l’EHPAD les Parentèles depuis le 15 mai 2013 d’une
capacité de 98 places) accueillent des personnes âgées dépendantes sur un total de 5 391 places
autorisées, le solde étant en travaux ou réduit pour améliorer les conditions d’accueil et font l’objet d’une
tarification pour leur hébergement et/ou dépendance (établissements publics habilités à l’aide sociale,
établissements privés habilités à l’aide sociale, établissements privés non habilités à l’aide sociale). Parmi
ces places ouvertes :
78 sont à vocation temporaire,
453 sont « spécifiques » maladie d’Alzheimer (dont 120 places labellisées « PASA »).
174
Conseil général de la Marne
En outre, à ces places s’ajoutent 82 places d’accueil de jour annexées à des EHPAD
principalement dédiées aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou de troubles apparentés.
96 places de petites unités de vie sur quatre établissements, parmi lesquels trois MARPA et
la petite unité de vie de l’Abbaye d’Igny.
Les établissements habilités à l’aide sociale couvrent 3 762 places, leurs prix journaliers
hébergement fixés par le président du Conseil général présentent un tarif moyen de 52,34 €, en
augmentation de 3,72 %.
Les dépenses autorisées pour l’hébergement, au sein des établissements habilités à l’aide
sociale, s’élèvent à un total de 70 096 780 € (+2,21 %).
Les autorisations de dépenses pour la dépendance, venant soutenir l’aide hors soins aux
personnes en établissement et pour une part principale financées par l’APA, s’élèvent à 27 961 274 €.
Cette hausse de 4,30 % (+ 1 152 765 €) correspond à l’ouverture d’un établissement et aux moyens
supplémentaires accordés dans le cadre des renouvellements des conventions tripartites (dont les
établissements du CHU) et extensions de capacité.
Les dépenses ainsi autorisées par le président du Conseil général s’élèvent donc à 98 058 054 €.
Ce suivi du fonctionnement des établissements pour personnes âgées et leur tarification,
présente la particularité d’être une compétence partagée entre le Président du Conseil général et
l’agence régionale de santé. Cela induit et conduit à de nombreux échanges, contacts et négociations
avec cette administration. Une importante réorganisation de cette agence et la situation financière
contrainte a néanmoins considérablement limité les nombreuses renégociations de conventions
tripartites quinquennales qui auraient dû être menées durant l’année et sont donc reportées pour 2014.
2 - Aide sociale à l’hébergement (A.S.H.)
Cette prestation vient couvrir les frais d’accueil en EHPAD pour les résidents ne pouvant
s’acquitter des coûts d’accueil.
Son nombre de bénéficiaires au 31 décembre 2013 s’élève à 859 (798 en 2012, 787 en 2011).
En 2013, 357 nouvelles demandes d’ASH ont été réceptionnées contre 375 en 2012, pour :
209 accords dont 182 concernant un hébergement dans une structure marnaise et 27 en
dehors du département ;
75 rejets ;
73 demandes en cours d’étude au 31 décembre.
Dans le cadre de l’étude d’une demande d’ASH, l’obligation alimentaire est mise en jeu. En
2013, 578 dossiers d’obligés alimentaires ont été étudiés.
Des recours ont été déposés :
devant le juge aux affaires familiales : 9 recours ;
devant la commission départementale d’aide sociale : 9 recours pour lesquels les décisions
ont été confirmées par le juge ;
devant la commission centrale d’aide sociale : 2 recours en cours d’instance.
175
Conseil général de la Marne
Bilan financier de l’A.S.H.
Compte tenu de la participation des bénéficiaires au titre de leurs ressources, de la
sollicitation des obligés alimentaires (825 000 € en 2013) et des récupérations opérées sur l’actif
successoral, le coût net de la prise en charge des frais d’hébergement en EHPAD et USLD pour le
Département s’établit à (CA provisoire 2013) :
Dépenses globales A.S.H.
2013
17 590 763 €
Récupération des ressources
des bénéficiaires A.S.H.
(dont successions et OA)
Rappel 2012
*
17 357 866 €
2013
Rappel 2012
10 760 322 €
9 976 429 €
Coût net A.S.H.
2013
Rappel coût
net A.S.H 2012
6 830 441 €
7 381 437 €
* contrairement à l’exercice 2012 qui était déjà majoré de dépenses 2011, la totalité des dépenses
2013 n’a pas pu être rattachée, ce qui explique la faible augmentation du CA 2013 par rapport à
2012 malgré l’augmentation du nombre de bénéficiaires.
3 - Allocation personnalisée d’autonomie en établissement (APA)
Le financement de la dépendance dans les EHPAD et USLD marnais est réalisé dans le cadre
du versement du forfait global dépendance. Ce forfait est calculé lors de l’activité de tarification et
vérifié par un suivi mensuel des mouvements des résidents et par un contrôle annuel sur place.
Par conséquent, les contrôleurs effectuent une visite de tous les établissements afin de
vérifier, sur pièces, leur gestion administrative de cette allocation.
46 procès verbaux faisant suite à ces contrôles ont été rédigés en 2013.
Le nombre de marnais relevant de l’APA en établissement financés dans ce forfait global
s’établit à 3 690 personnes (3 650 en 2012), ce qui porte les dépenses à 14 844 257 € soit une
augmentation de 627 198 € par rapport à l’année 2013 : (14 218 059 €).
Cette augmentation significative correspond aux évolutions constatées dans le cadre de la
fixation du budget dépendance des EHPAD.
Par ailleurs, le nombre de bénéficiaires hors-Marne de l’A.P.A. en établissement, au
31 décembre 2013, s’élève à 486 (435 en 2012).
En 2013, 271 demandes d’APA ont été étudiées, dont :
149 premières demandes ;
64 révisions de taux de dépendance ;
17 changements d’établissement ;
2 changements de section ;
39 révisions administratives.
II - Action sociale en faveur des personnes handicapées
En 2013, le pôle Personnes Handicapées à participé, chaque semaine, aux commissions des
droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) plénières, simplifiées et fonctionnelles.
45 CDAPH ont eu lieu à Châlons-en-Champagne et Reims.
En outre, des travaux importants ont été menés, relatifs à la détermination de la
participation financière des personnes handicapées bénéficiaires de l’aide sociale à l’hébergement, en
vue d’une modification du règlement départemental d’aide sociale et au versement du forfait surdité
de la PCH (via le CESU, Chèque Emploi Service Universel).
176
Conseil général de la Marne
A – L’accompagnement des personnes handicapées à domicile
1 - Les services sociaux et médico-sociaux
L’accompagnement des personnes handicapées ayant fait le choix d’une vie à domicile peut
être réalisé par l’intervention de structures autorisées et tarifées par le président du Conseil général.
Outre les services d’aide à domicile déjà évoqués dans le domaine des personnes âgées qui
peuvent réaliser des interventions auprès des personnes handicapées, le Département compte les
services autorisés suivants :
14 services d’accompagnement à la vie sociale (624 places) ;
2 services d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés (39 places) ;
1 service de suivi expérimental en appartement (21 places) ;
1 service d’aide à domicile spécialisé dans les adultes handicapés ;
1 service d’aide à domicile spécialisé dans l’accompagnement des enfants handicapés.
L’ensemble de ces structures spécialisées présente des dépenses totales de fonctionnement
s’élevant à 5 658 644 €.
2 - Les aides sociales
Demandes étudiées en
2013
Services ménagers
Services ménagers « extra-légal »
Portage de repas
SAVS et suivi appartement
SAMSAH
TOTAL
Nombre de bénéficiaires au
31/12/2013
152
191
-
1
6
13
293
602
28
32
479
839
Il apparaît que le nombre de bénéficiaires reste élevé. Néanmoins, il est stable par rapport à
l’année 2012 (+ 30 bénéficiaires supplémentaires) à l’instar du nombre de demandes étudiées.
Compte administratif provisoire pour les aides sociales :
2012
Services ménagers
Portage de repas
SAVS
SAMSAH
TOTAL
2013
Variations
557 154 €
458 657 €
-18 %
7 061 €
8 399 €
+19 %
3 720 220 €
3 878 376 €
+4 %
156 200 €
178 283 €
+14 %
4 440 635 €
4 523 715 €
+1,8 %
3 - Les allocations compensatrices tierce personne et frais professionnels (ACTP
et ACFP)
Cette prestation qui ne connait plus de nouvelles attributions depuis 2005 et l’avènement de
la PCH compte encore 1 031 personnes bénéficiaires de l’ACTP (13 cumul ACTP/ACFP et 11
ACFP) contre 1 117 en 2012 :
712 bénéficiaires à domicile ;
319 en établissements.
Le compte administratif provisoire s’établit à 5 537 274 € pour 2013 contre 5 781 071 €
pour 2012 (-4 %).
177
Conseil général de la Marne
Il convient de préciser que la récupération d’indus (contrôles annuels) sur cette prestation
représente 57 174 €.
Nous constatons cette année encore, que les bénéficiaires de l’ACTP préfèrent conserver leur
prestation, d’autant que 46 % de ces personnes bénéficient d’une ACTP au taux de 40 % et ne
rentreraient vraisemblablement pas dans les critères d’éligibilité à la PCH.
La gestion de cette prestation a conduit à produire 832 notifications (renouvellements, jours
de sortie, …) dans l’année.
4 - La prestation de compensation du handicap (PCH)
Cette prestation compte 1 538 bénéficiaires au 31 décembre 2013 (+ 89 bénéficiaires par
rapport à 2012).
A Domicile
PCH Adultes
1 094
PCH Enfants
TOTAL
Etablissement
2012
167
1033
TOTAL
2012
139
2012
1 261
1172
263
261
14
16
277
277
1 357
1294
181
155
1 538
1449
658 demandes (621 demandes en 2012) ont été traitées pour l’année 2013 (premières
demandes et renouvellements confondus), chaque demande engendrant obligatoirement une
décision notifiée. 1 477 notifications ont été réalisées.
La PCH se décline autour d’un plan de compensation comprenant cinq éléments.
nombre de
bénéficiaires de
l'élément
Aides Humaines
part des
dépenses de
PCH
1 326
93,82 %
Aides Techniques
464
1,36 %
Aménagement Logement / véhicule
389
3,09 %
Charges spécifiques ou exceptionnelles
472
1,72 %
3
0,01 %
Aides animalières
C’est principalement l’élément aide humaine qui est utilisé dans la PCH, mobilisant 93,82 %
des dépenses engagées pour cette prestation.
Répartition de l’aide humaine dans la PCH adultes accordée en 2013
Somme Quantité
Prestation en heures
Emploi direct
%
Montants
accordés
%
160 681
12,84 %
1 969 945 €
19,59 %
Mandataire
6 520
0,52 %
87 895 €
0,87 %
Prestataire
224 554
17,94 %
4 562 623 €
45,38 %
859 721
68,70 %
3 433 938 €
34,15 %
Aidant Familial
Total
1 251 476
10 054 401 €
Répartition de l’aide humaine dans la PCH enfants accordée en 2013
Somme Quantité
Prestation en heures
Emploi direct
%
Montants
accordés
%
12 662
2,13 %
155 254 €
4,01 %
Mandataire
247
0,04 %
3 329 €
0,09 %
Prestataire
56 285
9,46 %
1 195 333 €
30,90 %
88,38
%
2 514 347 €
65,00 %
Aidant Familial
526 030
Total
595 224
3 868 263 €
178
Conseil général de la Marne
Le nombre conséquent d’heures en « aidant familial » démontre la prise en charge et
l’implication des membres d’une même famille auprès de la personne handicapée, que ce soit un enfant
ou un adulte, dans le but d’améliorer le quotidien de la personne handicapée mais aussi de toute la
famille ; d’autant que cette prise en charge est cumulable avec tous les autres éléments de la PCH.
Au compte administratif provisoire au 23 janvier 2014 pour la PCH, domicile et
établissements, tous éléments compris (aides humaines, ainsi que tous les paiements sur factures
concernant les aides techniques, les aménagements de véhicules, les aménagements de logements
et les charges exceptionnelles) :
PCH ADULTES : 9 704 679 € contre 8 493 945 € pour 2012 ;
PCH ENFANTS : 3 976 785 € contre 4 079 598 € pour 2012.
Soit un total PCH de 13 681 464 € contre 12 573 543 € pour 2012 (+8,80 %). Pour la PCH
enfants, des rappels au titre de l’année 2012 ont été versés en 2013, ce qui explique le montant
supérieur du compte administratif par rapport aux montants accordés en 2013. Des rappels ont été
également versés pour la PCH adultes mais qui furent compensés par des bénéficiaires n’ayant pas
consommé en totalité le plan d’aide accordé.
Le contrôle d’effectivité, effectué semestriellement, permet de vérifier via le contrôle des
justificatifs des dépenses occasionnées au titre de la PCH envoyée par les bénéficiaires, l’adéquation
entre le plan accepté et l’aide effectivement reçue. 77 633 € d’indus ont été constatés en 2013
(contre 119 043 € en 2012) et réclamés aux bénéficiaires.
5 – Le fonds de compensation du handicap (F.D.C.H.)
Au titre de l’année 2013, le service a participé à dix commissions du fonds départemental de
compensation du handicap (FDCH) dont le Conseil général assure la présidence. 131 dossiers ont été
présentés dont 88 ont fait l’objet d’un accord pour un total d’aides versées par la MDPH s’élevant à
240 554 €. Outre le financement des frais de fonctionnement de la MDPH et donc d’instruction de ses
dossiers, le Conseil général contribue au FDCH à hauteur de 10 000 €.
6 - Le soutien aux services de transport pour personnes à mobilité réduite (TPMR)
En complément du service Mobulys développé par le Conseil général et géré par la direction
de l'éducation, des loisirs et de la mobilité, le Département accompagne financièrement les
intercommunalités qui mettent en œuvre un service TPMR sur leur territoire.
Ainsi, en 2013 ont été attribuées des subventions à :
la communauté d’agglomération de Reims pour 282 021 € ;
la communauté de communes d’Epernay Pays de Champagne pour 17 454 € ;
la communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne pour 21 450 €.
B – L’accompagnement des personnes handicapées en établissement
1 - L’offre d’établissements pour personnes adultes handicapées
Ce secteur regroupe sur le département 39 établissements ou services de la compétence
exclusive ou conjointe du Conseil général pour 930 places :
8 foyers d’hébergement annexés à un ESAT (322 places) ;
13 foyers de vie (327 places) ;
8 foyers d’accueil médicalisé ou section FAM (164 places) ;
10 services d’activités de jour ou section semi-internat (117 places).
Deux créations d’établissements sont à noter pour 2013 : le Foyer de Jour Murigny, le Foyer
d’Accueil Spécialisé La Maison au Bord de l’Auve, comprenant une extension de son Foyer de Vie et la
création d’une section FAM. La dépense totale de fonctionnement de ces structures s’élève à 34 071 326 €
contre 32 943 163 € en 2012.
179
Conseil général de la Marne
2 - L’accueil familial pour personnes âgées ou personnes handicapées
L’accueil familial représente au 31 décembre 2012 69 familles d’accueil, ce qui correspond
à 139 places d’accueil :
Temps complet
Temps partiel
TOTAL
Places mixtes
(personnes âgées/
handicapées)
Places
personnes âgées
Places
personnes
handicapées
TOTAL
65
8
55
128
5
0
6
11
70
8
61
139
Durant l’année 2013, deux commissions d’agrément ont eu lieu. Treize demandes ont été
étudiées : six ont reçu un avis favorable, quatre un avis défavorable. Trois demandes d’extension ont
reçu un avis positif. Au total, quatre places d’accueil à temps complet et deux places d’accueil à
temps partiel ont été créées pour des personnes handicapées, et cinq places d’accueil à temps
complet ont été créées pour des personnes âgées.
Au final, la capacité d’accueil est passée de 131 places en 2012 à 138 places en 2013.
Malheureusement, les demandes d’accueil, peu nombreuses cette année, ne nous permettent pas de
faire travailler toutes les familles d’accueil.
Au 31 décembre 2013, on dénombre 36 places libres.
Il est à noter toutefois que certaines de ces places sont laissées vacantes de manière
délibérée : il peut s’agir de familles d’accueil qui souhaitent accueillir moins de personnes que leur
agrément ne le permet ou bien de personnes ayant obtenu l’agrément mais qui ont repris une autre
activité professionnelle.
onze nouveaux accueils ont été effectués durant l’année 2013 :
Sur ces onze accueils, nous pouvons distinguer :
2 accueils à temps partiel de personnes handicapées atteignant l’âge de 21 ans et ne
pouvant plus bénéficier de prise en charge par l’aide sociale à l’enfance ;
1 accueil à temps complet et un à temps partiel pour lesquels nous avons été sollicités en
urgence car les personnes concernées n’avaient plus de solution d’hébergement ;
2 accueils à temps complet pour des personnes n’ayant plus ou ne trouvant plus leur place
au sein d’un établissement de type FH ou FV ;
2 accueils à temps partiel pour des personnes accueillies en établissement toute l’année ;
1 accueil à temps complet d’une personne d’un autre département et dont les troubles
psychiques n’ont pas permis la poursuite de l’accueil ;
1 personne accueillie à temps complet et qui vivait depuis près de vingt ans dans un hôtel.
125 personnes ont été accueillies et suivies durant l’année 2013.
19 personnes ont quitté le dispositif d’accueil familial.
L’activité annuelle des deux travailleurs médico-sociaux du service accompagnés à hauteur
de vingt heures par mois d’une psychologue en vacation représente : 486 visites de suivi à domicile,
89 réunions (correspondant à quinze procédures agrément information, 43 évaluations synthèses,
28 réunions de demande d’accueil), six groupes de paroles, neuf journées de formation initiale et
continue dispensées aux accueillants familiaux et 60 000 Kms parcourus.
180
Conseil général de la Marne
3 - Les aides sociales à l’hébergement
509 demandes ont été traitées (premières demandes et renouvellements confondus) :
en établissement marnais : 318 ;
en établissement hors département : 48 ;
en EHPAD : 12 ;
en accueil familial : 30 ;
frais de vacances : 101.
Ces demandes représentent 734 notifications (révisions, changements d’établissement et
prises en charge multiples).
Au 31 décembre 2013, le Département comptait les prises en charge actives suivantes :
Nombre de
bénéficiaires
Foyer d'accueil médicalisé
156
Foyer d'accueil médicalisé accueil de jour
10
Foyer de vie
384
Foyer de vie accueil de jour
123
Personnes handicapées de moins de soixante ans en
EHPAD ou USLD
Foyer d'hébergement
24
300
Accueil familial
98
Amendement Creton
21
TOTAL :
1 116
Par ailleurs, 187 personnes sont également bénéficiaires d’un droit pour une prise en charge
de leurs frais de séjours adaptés.
Compte administratif provisoire au 23 janvier 2014 :
hébergement en Foyer de Vie et Foyers d’Accueil Médicalisés : 23 058 325 € contre 21 377 861 €
pour 2012
hébergement en EHPAD : 625 144 € contre 750 196 € pour 2012 ;
foyer d’hébergement : 6 785 301 € contre 6 886 472 € pour 2012 ;
accueil familial : 845 669 € contre 881 631 € pour 2012.
III – Missions particulières
A – Tarification et contrôle budgétaire des établissements d’accueil et de suivi pour
enfants de l’aide sociale à l’enfance et de la protection maternelle et infantile
Afin de maintenir au sein d’un même service un pôle d’expertise du contrôle et suivi budgétaire
et financier des établissements sociaux et médico-sociaux, les établissements et services pour enfants
confiés à l’aide sociale à l’enfance sont maintenus au sein du service tout en menant un travail étroit
avec le service de l’aide sociale à l’enfance. Ces établissements et services concernent 1 298 places
dont 660 d’AEMO. Ils se répartissent en 22 structures dont :
10 MECS (455 places) ;
1 service d’action éducative en milieu ouvert (660 places) ;
2 services de suivi (28 places) ;
6 services d’activités de jour (75 places) ;
181
Conseil général de la Marne
1 service de soutien et d’accompagnement à domicile pour l’enfant et sa famille avec
possibilité d’hébergement (54 places) ;
2 structures d’accueil mère-enfant (26 places).
Ces établissements et services (hors Foyer départemental de l’enfance) représentent des
dépenses autorisées cumulées de 23 185 224 €, en hausse de 0,40 %.
Les établissements suivis par le service au titre de la PMI sont au nombre de quatre : deux
CAMSP et deux centres de planification. Ils représentent une dotation financée par le Département
de 632 564 €, en baisse de 0,37 %.
B – Attribution de subventions en faveur des équipements dédiés à la petite enfance
Dans le cadre de la politique départementale d’aide à l’investissement, le service a instruit et
présenté à l’Assemblée délibérante qui les a adoptées deux subventions relatives à des
reconstructions et extensions de crèches pour un montant de 202 435€.
IV – Accueil de la direction de la solidarité départementale
L’accueil de la direction de la solidarité départementale est un espace dédié à renseigner
les usagers dans le domaine médico-social (insertion, famille, logement, santé, handicap,
dépendance liée au grand âge, …), et de les rediriger vers le service administratif compétent. Il est
assuré par des agents du Pôle Administratif du service solidarité, grand âge et handicap (SGAH)
mobilisant 1,3 ETP.
En 2013, 2 116 visiteurs se sont présentés à l’accueil. 47 % des visiteurs soit 989 personnes
viennent essentiellement pour le service SGAH. Le service ASE rencontre aussi un nombre important de
515 visiteurs soit 24 %, essentiellement axés autour des rendez-vous des psychologues et éducatrices.
Le nombre d’appels reçus est de 10 483.
82,53 % des appels concernent le SGAH (soit 8 652 appels sur l’année) avec lequel le
standard est mutualisé.
Les plages horaires les plus fréquentées se situent entre 8 h 00/10 h 30 (3 046 appels soit
29 %) et 14 h 00/16 h 00 (2 909 appels soit 28 %).
Le standard peut répondre à un maximum de questions posées par les interlocuteurs. Pour
les questions plus techniques, l’appel est redirigé vers le service ou le pôle compétent.
En juin 2013, dans le cadre de la politique envers les personnes handicapées, un
interphone extérieur a été installé avec un système de visiophone pour améliorer l’accueil des
personnes handicapées.
182
Conseil général de la Marne
Service des affaires sanitaires
En 2013, le fonctionnement de ce service est assuré par :
1 médecin, chef de service
1 ETP (0,8 ETP actuellement pour raison médicale) ;
1 rédacteur territorial
1 ETP (0,8 ETP actuellement pour temps partiel de droit) ;
1 adjoint administratif
1 ETP (0,8 ETP actuellement pour temps partiel de droit) ;
1 infirmière de prévention
0,8 ETP.
Les activités en 2013 concernent :
I - la validation de la dépendance moyenne (GIR Moyen Pondéré = GMP) des Etablissements
d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD et USLD) et les avis techniques auprès
des personnes âgées et des personnes handicapées.
II - les missions sanitaires.
I – Le GMP et les avis techniques
A - La validation des GMP
Nous sommes toujours dans l’attente de la mise en place de la Commission Régionale de
Coordination Médicale (CRCM) par l’Agence Régionale de Santé (ARS). L’ARS est également
responsable du pilotage et de l’organisation de la validation des GMP des EHPAD et USLD. Aucune
évaluation de GMP n’a eu lieu en 2013.
Les EHPAD accueillent 4 458 personnes âgées et les USLD 227, soit un total de 4 685 personnes
âgées accueillies dont 57,52 % sont en GIR 1 et 2 et 32,40 % en GIR 3 et 4.
Il est à noter également que 56,17 % des personnes âgées sont en GIR 1 et 2 en EHPAD
pour 84,14 % en USLD.
B - Les avis techniques des établissements pour personnes adultes handicapées en
partenariat avec le service solidarité grand âge et handicap
En 2013, le service a été sollicité par les foyers de vie ayant des difficultés à prendre en
charge certaines pathologies de leurs résidents (pathologies psychiatriques, fin de vie, problème de
vieillissement, nécessité de soins infirmiers au long cours, pathologies cancéreuses, troubles du
comportement et violences). La médicalisation de certains foyers de vie a largement diminué les
sollicitations des établissements.
Le problème de la violence de certains résidents ne trouve pas de solutions auprès des
services de psychiatrie. La formation du personnel des foyers de vie à la prise en charge des
situations de crise et de violence est indispensable.
Le médecin du service des affaires sanitaires vérifie régulièrement l’organisation et la
sécurisation de la distribution des médicaments, ainsi que l’organisation permettant d’assurer le suivi
médical des résidents dans de bonnes conditions, mais aucun contrôle n’a pu être fait en 2013 du fait
de l’absence (maladie, maternité, congé parental) d’une grande partie du personnel du service.
C - Le suivi médical des accueillants familiaux à titre onéreux
Avis médicaux pour les personnes demandant l’agrément. Un certificat médical est demandé
aux médecins traitants précisant les antécédents médicaux, les pathologies en cours, la couverture
vaccinale, les facteurs de risques particuliers. Le médecin du service des affaires sanitaires peut ainsi
donner un avis lors de l’agrément des familles, ou lors du renouvellement de cet agrément.
Participation aux commissions d’agrément.
183
Conseil général de la Marne
D - Les avis techniques médicaux
38 études et enquêtes ont été effectuées à la demande du service solidarité grand âge et
handicap ou par saisine directe du service :
14 avis de dérogation d’âge pour entrée en EHPAD avant soixante ans pour 23 en 2012. Les
demandes sont faites pour des personnes de plus en plus jeunes et bien souvent orientées par la MDPH
vers une Maison d’Accueil Spécialisée (MAS). Dans ce cas l’avis dérogatoire est donné sur l’étude du
projet de vie et de soins, les usagers étant réorientés vers les services compétents de l’assurance
maladie en cas de demande d’aide sociale à l’hébergement ;
19 avis dérogatoires pour bénéficier du tarif réservation en établissement pour personnes âgées
après une hospitalisation ;
5 avis dérogatoires pour bénéficier du tarif réservation en établissement pour personnes handicapées.
II - Les missions sanitaires
Par la convention signée entre le président du Conseil général et le préfet de Département en
août 2005, le Conseil général s’est engagé à assurer la prophylaxie dans la lutte contre la
tuberculose et la responsabilité de la couverture vaccinale en population générale, comme définies
dans le plan national de santé publique.
A - La prophylaxie de la tuberculose :
En France, la tuberculose semble régresser : 4 991 cas en 2011 contre 5 276 cas en 2009.
L’incidence est considérée comme faible : elle est de 7,7 cas pour 100 000 habitants en 2011. Elle
était de huit cas pour 100 000 habitants en 2010 (9 en 2008), avec une augmentation des cas de
tuberculose dans certains groupes de population tels que les personnes sans domicile fixe (183,5 cas
pour 100 000 habitants), celles en situation de grande précarité, les personnes originaires de pays de
forte endémie. Les grandes villes concentrent la majorité des cas de tuberculose. Il y a également
des disparités régionales, puisque l’incidence est plus élevée en Ile-de-France (14,9 cas) et en
Guyane (22,6). L’extrême est de 30,3 cas pour 100 000 habitants en Seine-Saint-Denis.
L’âge médian est de 43 ans.
Dans la Marne, l’incidence de la maladie est de six cas pour 100 000 habitants en 2013
(5,4 en 2012 ; 4,4 en 2011 ; 4,9 en 2010 ; 5,7 en 2008 et 4,6 en 2007). Elle est donc en légère
augmentation mais reste inférieure à l’incidence nationale. Pour la Ville de Reims, l’incidence est de
10,5 cas pour 100 000 habitants en 2013 (8,1 en 2011, 6,5 en 2006).
L’incidence est de 90,49 cas pour 100 000 habitants pour la population d’origine
étrangère en 2013 (45,87 cas en 2012). Elle était de 61/100 000 cas en 2010, de 115 cas/100
000 en 2009 et de 50/100 000 en 2006. La population étrangère entre 2006 et 2011 est restée
stable dans la Marne et estimée à 19 890 personnes (chiffres INSEE).
Le programme national de lutte contre la tuberculose vise à consolider la diminution de
l’incidence de la tuberculose, à réduire les disparités en assurant un diagnostic et une mise sous
traitement rapidement. Il vise également à renforcer la prévention et le dépistage et à optimiser
l’approche vaccinale.
La surveillance épidémiologique contribue à identifier les disparités et les populations les plus
exposées. Dans le département de la Marne, la population d’origine étrangère reste la plus touchée
par la tuberculose maladie.
1 - L’organisation départementale
Le Centre de Lutte Antituberculeux (CLAT 51) est centralisé au niveau du service des Affaires
Sanitaires de la DSD afin de mettre en place l’aspect prévention du programme national de lutte contre
la tuberculose. Il a constitué un réseau départemental de prévention, il coordonne les actions de
prévention et veille à assurer les études épidémiologiques et leur transmission aux services de l’ARS.
184
Conseil général de la Marne
L’équipe mobile de prévention est une équipe départementale du Conseil général. Elle permet
la prise en charge des enquêtes dans les collectivités ou les familles en grande difficulté, ainsi que les
actions de prévention dans les milieux à risque, la coordination et les synthèses de ces actions.
Les Services de Lutte Contre la Tuberculose (SLCT) sont financés pour leurs actions de
prévention par le Conseil général. Ils sont intra-hospitaliers (Reims, Châlons et Epernay) et permettent
un avis spécialisé par un pneumologue en cas de besoin. Ils assurent un service gratuit et de proximité
pour la population.
Le service de lutte contre la tuberculose du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) garde une
activité de dispensaire afin de permettre un accueil tout public. Il prend en charge des enquêtes
prophylactiques en partenariat avec l’équipe mobile du Département. Là encore, la gratuité des
examens et des consultations est assurée par le Conseil général.
2 - Le personnel
Le personnel territorial en place :
0,8 ETP d’infirmière diplômée d’Etat ;
1 ETP de rédactrice ;
le médecin chef de service assure à la fois son rôle propre (organisation de la prévention,
coordination, programmation et épidémiologie : 0,3 ETP), ainsi que celui du médecin de l’équipe
mobile (0,5 ETP).
Le personnel conventionné : dispensaire de lutte contre la tuberculose du CHU de Reims :
1 ETP de secrétaire ;
0,3 ETP de médecin pneumologue ;
0,5 ETP d’infirmière.
Les médecins pneumo-phtisiologues des services de lutte contre la tuberculose d’Epernay et
de Châlons-en-Champagne sont rémunérés à l’acte. Le service des affaires sanitaires de la DSD
assure le secrétariat et les enquêtes de ces deux secteurs.
3 - Les objectifs de prévention et de lutte contre la tuberculose
la vaccination par le BCG intradermique
Depuis juillet 2007, la vaccination par le BCG n’est plus obligatoire pour les enfants avant
leur entrée en collectivité. Elle est fortement recommandée pour certains enfants ciblés à risque de
maladie tuberculeuse. Les médecins pédiatres, les médecins des services de protection maternelle et
infantile, ainsi que les médecins généralistes appliquent désormais ces recommandations et se
chargent de plus en plus de faire le vaccin BCG pour les enfants exposés à la maladie. Les enfants
nés de parents en provenance de pays de forte incidence de maladie tuberculeuse sont vaccinés dès
le premier mois dans les maternités.
Avant 2007, dans la Marne, la couverture vaccinale pour le BCG était de 98 %. Elle était, en
2007, pour les enfants de deux ans, de 82,6 %. Elle chute à 45,6 % en 2008, 22 % en 2009, et
15,4 % en 2010 (chiffres de la PMI). Ce pourcentage est très insuffisant pour assurer la
protection des enfants ciblés à risque, aussi un des objectifs du CLAT 51 pour 2012 a été d’intervenir
auprès des médecins traitants et des pédiatres pour rappeler les recommandations faites par la
Haute Autorité de Santé. Ces interventions ont perduré en 2013.
les enquêtes prophylactiques autour des cas de tuberculose
36 déclarations obligatoires (33 en 2012) pour la Marne sont parvenues au service en 2013.
33 sont des tuberculoses maladies chez l’adulte, une est une maladie de l’enfant, et deux des primoinfections chez des enfants de moins de quinze ans. A cela s’ajoutent 22 déclarations obligatoires de
maladie tuberculeuse d’autres départements dont des personnes contacts vivent dans la Marne.
185
Conseil général de la Marne
34 enquêtes ont été menées dans le département (les primo-infections de l’enfant n’ont pas
nécessité d’enquête).
Plus de 350 sujets contacts ont été invités à se faire dépister dans le cadre d’un contact avec
un malade tuberculeux. Cela a permis de dépister, traiter et surveiller 33 (54 en 2012) Infections
Tuberculeuses Latentes Récentes et trois Tuberculose-Maladies secondaires.
Les médecins traitants sont fortement associés aux dépistages et au suivi des personnes
contacts, mais ce sont les médecins pneumologues référents du CLAT 51 qui assurent le traitement et
le suivi des infections tuberculeuses dépistées.
l’information et le dépistage de la maladie dans les populations ciblées à risque
Les populations ciblées à risque sont les personnes en provenance de pays à forte endémie
tuberculeuse, les personnes sans domicile fixe, les personnes en grande précarité sociale, les
personnes vulnérables vivant dans des collectivités : personnes âgées, personnes handicapées,
détenus, .... Toutes les interventions se font en partenariat avec les équipes éducatives de ces
différents lieux d’accueil. Il s’agit d’informations sur la maladie, sur la prévention, sur l’épidémiologie.
Des réunions d’information et un dépistage sont alors proposés au public accueilli.
L’infirmière de prévention de l’équipe mobile départementale organise et gère l’intégralité des
actions. Le médecin n’est sollicité que pour les prises de décisions dans le suivi des personnes infectées.
En 2013, 22 interventions ont eu lieu dans dix lieux différents (les centres d’hébergement et
de réinsertion sociale, les associations caritatives, les chantiers d’insertion, les accueils de jour et de
nuit, les accueils d’urgence hivernaux, les centres d’accueil aux demandeurs d’asile : CADA, AUDA).
318 tests ont été pratiqués dont seize à des membres des équipes éducatives et ce en lien
avec les services de la médecine du travail.
225 personnes ont bénéficié d’une radiographie pulmonaire systématique dont huit pour les
membres du personnel et 33 consultations en pneumologie ont été nécessaires pour les personnes hébergées.
Ces interventions systématiques ont permis de diagnostiquer une tuberculose maladie et
65 infections tuberculeuses latentes (ITL), ainsi que trois primo infections chez des enfants de
moins de quinze ans parmi les hébergés. Quatre infections tuberculeuses latentes ont été
découvertes parmi le personnel d’accompagnement.
la prévention de la tuberculose à la maison d’arrêt de Châlons-en-Champagne
395 personnes ont eu un examen radiologique au titre de la prévention contre la tuberculose
au cours de l’année 2013 (ces examens sont pratiqués systématiquement au moment de l’entrée dans
l’établissement de détention de Châlons-en-Champagne).
A la maison d’arrêt de Reims, la prévention est gérée par le médecin de l’établissement et les
frais sont à la charge de l’établissement pénitentiaire. Mais cela est en cours de discussion entre le CLAT
51 et le directeur de la maison d’arrêt du fait de la détention au long cours d’une grande partie de la
population incarcérée. Ces personnes incarcérées au long cours n’ont pas de dépistage systématique.
B - Les vaccinations en séances publiques et gratuites
Le Conseil général fournit les vaccins nécessaires et rémunère les médecins vaccinateurs des
centres de vaccinations publiques et gratuites.
A ce jour, 867 vaccinations ont été répertoriées pour l’année 2013 contre 857 en 2012, 1 038 en
2011, 704 en 2010, 826 en 2009, 857 en 2008.
Seule la ville de Reims a un fichier communal complet et informatisé. Les villes de Châlons-enChampagne, d’Epernay, de Tinqueux et Cormontreuil ont un fichier communal partiel informatisé. Reims, Châlons
et Pargny-sur-Saulx convoquent individuellement les personnes aux séances par un courrier personnalisé.
Les consignes sont rappelées à tous les médecins vaccinateurs quant au respect de la chaîne
du froid pour les vaccins et la présence d’adrénaline dans la trousse d’urgence.
186
Conseil général de la Marne
Direction des affaires économiques,
du développement local
et de la prospective
Développement économique
Aménagement du territoire
Environnement et cadre de vie
Développement durable
Enseignement supérieur et recherche scientifique
187
Conseil général de la Marne
188
Conseil général de la Marne
Direction des affaires économiques,
du développement local
et de la prospective
La direction des affaires économiques, du développement local et de la prospective a pour
principales missions d'intervenir dans les domaines suivants :
le développement économique ;
l'aménagement du territoire ;
le développement durable et l'environnement ;
la recherche scientifique et technique et l'enseignement supérieur ;
le suivi des dossiers structurants, les relations du Conseil général avec ses interlocuteurs à
l'échelon local, national et européen.
Plus particulièrement, l’année 2013 a été marquée par une mobilisation importante de la
direction dans les domaines suivants :
nouvelles technologies : élaboration du schéma directeur territorial d’aménagement
numérique (SDTAN) : préparation des réunions de présentation et suivi administratif et financier des
prestations effectuées par le bureau d’études ;
le lancement du Plan Climat-Energie de la collectivité : réflexions préalables, rédaction du
marché public, analyse des offres, suivi des prestations effectuées par le bureau d’études et
participation aux comités de pilotage ;
enseignement supérieur et recherche : structuration et développement du Pôle IAR, projet de
l’université de Reims Champagne-Ardenne pour la constitution d’un grand campus à Reims.
Pour assurer ces missions, la direction est organisée en deux services :
environnement et développement durable :
un chef de service,
un attaché,
un ingénieur,
un adjoint administratif.
aménagement et développement économique des territoires :
un chef de service,
deux attachés,
un ingénieur,
un rédacteur.
189
Conseil général de la Marne
Développement économique
La politique économique menée par le Conseil général de la Marne, au travers de ses
différentes actions, est le reflet de la volonté affirmée par son Assemblée de promouvoir et de
développer les potentialités des différentes richesses du département. Celle-ci s’articule autour de deux
volets essentiels :
le tissu industriel et commercial,
l’espace rural et l’agriculture.
I - Le tissu industriel et commercial
A - Favoriser l'implantation des entreprises
Afin de favoriser le développement de l’activité économique, le Conseil général facilite
l’implantation et l’essor de nouvelles activités au travers de deux programmes d’actions :
la création et l’aménagement de zones d’activités,
l’immobilier d’entreprises.
En référence à ces dispositifs, le service « action économique » a participé à de nombreuses
réunions de concertation avec les différents partenaires institutionnels et responsables économiques.
Sur l'ensemble des projets étudiés, il convient de noter plus particulièrement l’accompagnement
financier apporté à une entreprise pour son projet immobilier.
Fréquemment sollicité par des entreprises, le service répond à de nombreux courriers et, le cas
échéant, réoriente les demandes vers d’autres structures concernées : services de l’Etat, la Région, ….
B - Accompagner l’adaptation des entreprises au contexte économique
Les services représentent le Conseil général dans les réunions des comités de revitalisation des
bassins d'emplois de Reims, d’Epernay et de Châlons-en-Champagne. En effet, conformément à la
réglementation, les entreprises procédant à un licenciement collectif sont tenues de contribuer à la création
d’activités sur le bassin d’emploi dans lequel elles sont implantées. Par ailleurs, les différents comités ont
réfléchi à la possibilité de modification du règlement intérieur, afin de procéder à une consultation
dématérialisée des dossiers. L’attribution d’aide sous forme de prêt a également été évoquée.
Confrontées à la crise économique, plusieurs entreprises marnaises ont sollicité les pouvoirs
publics afin d’obtenir un accompagnement face à la menace de licenciements, voire de fermetures de
sites. Les services se sont ainsi mobilisés toute l’année aux côtés des élus, notamment pour des
entreprises telles qu’Albéa, VFLI, Bosal le Rapide, Grandeco, Champart, ….
Les services se sont également mobilisés afin de proposer une nouvelle carte d’éligibilité de
territoires aux aides à finalité régionale (AFR). Des propositions ont été établies. Des concertations
avec les services de l’Etat ont permis de transmettre des données précises à l’Union Européenne.
C - Soutenir l’investissement matériel des artisans et commerçants de bouche
Pour favoriser l’attractivité des zones rurales et permettre à la population d’accéder à
l’ensemble des services et commerces, le Conseil général contribue aux efforts d’investissement des
artisans et des commerçants de bouche en leur accordant, sous certaines conditions, des aides
financières pour la modernisation de leur outil de production. En référence à ce dispositif, le service a,
en 2013, instruit et géré les demandes d’aide financière pour douze dossiers. Au global, ces petites
entreprises ont bénéficié d’un soutien du Conseil général de 62 850 €, ce qui a permis l’achat de biens
d’équipement nécessaires à leur activité pour un montant de 392 748 €.
190
Conseil général de la Marne
D – Communication
La tenue de salons et manifestations (Innovact, Viteff, Foire de Châlons-en-Champagne, Sinal, …)
mobilise le service de façon à permettre une information détaillée sur l’action du Conseil général en matière
de développement économique.
Outre les différents éléments d’information pour alimenter la communication institutionnelle, le
service action économique est régulièrement saisi par l’État et la Région pour fournir, dans le cadre de
l’exercice du droit de communication prévu par les articles L.81 et L.83 du Livre des procédures
fiscales, le bilan des aides attribuées aux entreprises par le Conseil général.
De même, le service apporte réponses aux nombreuses demandes formulées par les instances
nationales (ADF, Aserdel, …) sur les dispositifs en vigueur dans le département.
II - L’espace rural et l’agriculture
La politique du Conseil général en faveur de l’agriculture s’organise autour des trois axes suivants :
adaptation aux conditions de travail, qui regroupe les actions en faveur des bâtiments
d’élevage, l’installation de robots de traite et le plan sanitaire départemental ;
« produire propre » : cette démarche vient compléter la politique du Conseil général en
matière d’amélioration de la qualité de l’eau pour satisfaire aux objectifs de qualité fixés par la
directive cadre européenne ;
« innover » pour favoriser le développement de cultures à vocation non-alimentaire avec,
dès à présent, une destination énergétique pour valoriser les productions agricoles départementales.
Cette démarche complète la politique du Conseil général en matière de recherche, notamment dans le
cadre du pôle de compétitivité.
Sur l'ensemble des projets étudiés, ont abouti en 2013 :
2 dossiers au titre de la modernisation des bâtiments d'élevage,
3 dossiers au titre de l’installation de robots de traite.
191
Conseil général de la Marne
Aménagement du territoire
L’aménagement du territoire a pour objectif de renforcer la cohésion territoriale par des actions
destinées à réduire les déséquilibres, voire les gommer. Le Conseil général de la Marne accompagne de
nombreuses actions qui visent à :
favoriser la création de projets d'équipements communaux ou intercommunaux, en tenant
compte des besoins agricoles au travers des opérations d'aménagement foncier ;
contribuer à l’attractivité des territoires : actions en faveur du logement, maintien des
services en zone rurale, développement des transports collectifs, … ;
accompagner la réalisation de travaux d’équipement rural.
I – L’aménagement foncier agricole et forestier
Depuis sept ans, les procédures d’aménagement foncier rural sont placées sous l’entière
responsabilité des Départements. Le service maîtrise désormais un solide savoir-faire en matière de
développement et d'aménagement de l'espace rural.
Ainsi, il participe à toutes les réunions de suivi des opérations (comités de pilotage, commissions
d'aménagement foncier, groupes de travail au niveau national, …). Il rencontre régulièrement les
nombreux partenaires concernés par l’aménagement foncier agricole (géomètres, bureaux d'études,
services du cadastre et des hypothèques, profession agricole, services de l’État, maîtres d’ouvrage,
maires, associations foncières, …).
En 2013, l’activité du service a été particulièrement axée sur les missions suivantes :
Commission départementale d’aménagement foncier (CDAF)
secrétariat de la commission,
instruction des dossiers de demandes d'autorisation de divisions de parcelles.
Aménagement foncier agricole et forestier (AFAF)
suivi des différents marchés et gestion administrative.
Le service assure le suivi de deux opérations commencées sous l’égide de l’État. Une opération
placée sous la responsabilité du Conseil général s’est achevée en début d’année.
Échanges et cessions d'immeubles ruraux (ECIR)
Cette procédure inscrite dans le Code rural et de la pêche maritime est menée également par
le service. Un projet d’échanges de parcelles viticoles est actuellement en cours de réflexion entre les
propriétaires concernés de la commune de Chamery.
Information aux communes
Le service, à la demande des communes, participe aux réunions locales au cours desquelles il
informe largement les personnes intéressées sur la nouvelle procédure d'aménagement foncier agricole
(maires, propriétaires fonciers, exploitants agricoles, présidents d'association foncière, …).
Ainsi en 2013, des réunions ont été organisées dans les communes de Broyes, Soudé, Saint-Masmes
et Moivre.
192
Conseil général de la Marne
Veille juridique et réglementaire
La législation et la réglementation évoluent très rapidement en matière d'aménagement
foncier. Le service assure donc la veille juridique et réglementaire pour ce domaine de compétence.
Ainsi, il participe régulièrement :
à la mise à jour des instructions techniques du géomètre : les documents de référence
des géomètres experts sont régulièrement « toilettés » en concertation avec
l'Association Nationale des Agents Territoriaux en charge des Aménagements Fonciers
et l'Ordre des Géomètres Experts ;
au niveau national, aux retours d’expériences des autres départements et recueille les
jurisprudences nouvelles en matière d’aménagement foncier agricole ;
à l’élaboration d’un manuel de procédure : ce document, complété de modèles et de liens
informatiques, servira de référence pour la mise en œuvre de nouvelles opérations ;
à la mise à jour et à l'animation du protocole d’accord (signé en 2011) d’indemnisations
dues aux agriculteurs lors de la réalisation de travaux routiers départementaux. Une
réunion de mise au point s’est déroulée en février 2013 entre le groupe de concertation
et les correspondants locaux (CG et OPA) à l’échelle des CIP.
Le groupe de concertation composé de la profession agricole (Chambre d’agriculture, FDSEA et
syndicat général des vignerons) et des services du Conseil général (DRD, CIP, acquisitions foncières et
DAEDLP) est chargé de mettre en relation les différents correspondants locaux (CIP et élus de la
profession agricole). Ces rencontres permettent de dresser un bilan des actions menées sur le terrain.
Afin de vulgariser ce protocole et d'avoir connaissance des contraintes de chacun, le groupe de
concertation prépare une plaquette d'informations sur la problématique des aménagements routiers et
des circulations agricoles.
Participation au comité de pilotage mis en place par la DRÉAL concernant une étude sur les
stratégies foncières
Le service s’est mobilisé autour de ce projet qui porte sur la problématique de la réduction de
consommation foncière et de l'étalement urbain en Champagne-Ardenne. L'objectif est de comprendre
les stratégies foncières mises en œuvre et d'identifier celles qui permettent de limiter la consommation
du foncier. Le bureau d’études est chargé d’élaborer des fiches actions à destination des collectivités.
Les conclusions de cette étude seront présentées début 2014.
Dans ce même contexte, la Chambre d’Agriculture souhaite mettre en place une charte de
territoire visant à préserver le développement de l’économie agricole et à accompagner les décideurs
en leur apportant des éléments pratiques et utiles. Les services du Conseil général participent au
groupe de concertation afin de travailler à l’élaboration de cette charte.
II - L’attractivité des territoires
A - Politique en faveur du logement
Considérant que le logement relève essentiellement de la politique de l’Etat, l’Assemblée
départementale a décidé, lors de sa session du 29 juin 2012, de supprimer l’ensemble des aides à
l’investissement dans ce domaine.
Afin de respecter les engagements qui ont été pris les années précédentes, elle a toutefois
convenu de maintenir jusqu’à leur échéance, certaines de ses interventions.
La lutte contre la précarité énergétique :
Afin d’agir en faveur des populations les plus défavorisées, le Conseil général a décidé au cours
de l’année 2011, de s’associer au programme « Habiter mieux » mis en place par l’État, en signant un
Contrat Local d’Engagement contre la Précarité Energétique. Ce dispositif vise à aider les propriétaires
occupants les plus modestes à réaliser des travaux d’économie d’énergie dans leur logement.
193
Conseil général de la Marne
Le rôle du Conseil général consiste à faire remonter auprès des services de l’État, les situations
de précarité énergétique dont il aurait connaissance et à informer les bénéficiaires potentiels de
l’existence de ce dispositif. Ce rôle est assuré par les services sociaux.
Un soutien financier est également apporté aux propriétaires modestes en leur attribuant une
subvention complémentaire à l’aide de solidarité écologique versée par l’ANAH. En 2013, 132 aides ont
été accordées sur l’ensemble du territoire marnais. On en comptabilisait 70 en 2012.
Le contrat local d’engagement signé en 2011, est arrivé à échéance le 31 décembre 2013. Afin
de poursuivre l’effort engagé sur la période 2014-2017, l’Etat a sollicité le Conseil général pour la
signature d’un avenant. Afin de tenir compte des orientations prises par l’Assemblée départementale,
les services du Conseil général ont travaillé sur les nouvelles modalités de ce partenariat.
La requalification des quartiers d’habitat collectif dense :
Pour améliorer les conditions de vie des familles modestes et démunies, le Conseil général de
la Marne accompagne la requalification des quartiers d’habitat collectif dense. Les quatre grandes
agglomérations du département, Reims, Vitry-le-François, Épernay et Châlons-en-Champagne se sont
engagées dans une démarche de renouvellement urbain en lien avec l’agence nationale pour la
rénovation urbaine (ANRU).
Au titre de notre politique en faveur du logement, et sans être signataire des conventions avec l’ANRU,
une enveloppe a été attribuée à chacune de ces collectivités pour les aider à mener à bien leur programme.
Au global, depuis 2004, le Département a participé, sur ces quatre villes, au financement de
près de 77 opérations pour un montant global d’environ 5,98 M€. Cette intervention a contribué à
transformer l’image des quartiers et le cadre de vie des habitants, notamment par la réalisation de
nouveaux espaces publics et d’équipements modernes et accueillants.
A ce jour, Epernay et Vitry-le-François ont soldé l’enveloppe qui leur était réservée.
Au cours de l’année 2013, deux opérations ont été financées sur le territoire de Châlons-enChampagne, pour un montant de près de 252 000 €. Les services ont également participé à des
réunions avec les partenaires institutionnels afin de faire le point sur l’état d’avancement des
opérations. Ils ont également réalisé des notes et bilans d’étapes.
B - Favoriser le maintien des services en zones rurales
Afin de favoriser l’attractivité des zones rurales et de permettre à la population d’accéder à
l’ensemble des services et commerces, le Conseil général apporte une aide pour :
la création ou l’aménagement de bâtiments relais à usage commercial ou de service
En accompagnement des collectivités locales ou de leurs groupements, le Conseil général
finance la construction ou l’aménagement de bâtiments relais à usage commercial ou de service. Ces
opérations, particulièrement délicates à monter, mobilisent de nombreuses sources de financement.
Régulièrement les services sont amenés à participer à des réunions de concertation et
apportent conseils et informations aux collectivités concernées.
Depuis 2009, des financements ont été apportés pour la réhabilitation du bâtiment « Roll » à
Saint-Remy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson et pour six projets de commerces multiservices dans
les communes de Val-de-Vesle, Germaine, Chouilly, Saint-Remy-sur-Bussy, Givry-en-Argonne et
Conflans-sur-Seine.
le maintien des services médicaux en milieu rural
En milieu rural, l'absence de médecin pénalise la population et compromet le développement et
l'attractivité du territoire. Certaines zones sont déjà déficitaires en offre de soins et cette tendance
risque de s'aggraver, partout en France. Dans ce contexte, habitants et élus se mobilisent pour trouver
des solutions et des alternatives innovantes.
194
Conseil général de la Marne
Face à ces enjeux, la domomédecine propose des réponses. La Marne est à la pointe dans ce
domaine : des industriels, des chercheurs et des professionnels de la santé travaillent ensemble pour
mettre au point une gamme complète de solutions TIC appliquées au domaine de la santé. Leurs
travaux portent notamment sur la réalisation de capteurs biologiques et physiques, sur des
applications numériques destinées à la transmission sécurisée des paramètres médicaux ainsi que sur
les moyens d’optimiser l’organisation des parcours de soins. La domomédecine offre ainsi des solutions
adaptées pour le patient (suivi médical permanent et personnalisé, maintien à domicile et autonomie)
et pour le personnel soignant (suivi, système d’alerte, échange d'information entre les intervenants,
optimisation des déplacements, du temps et des coûts).
Ce domaine est au carrefour entre nouvelles technologies, santé, développement économique,
innovation et aménagement du territoire. La DAEDLP fait partie du groupe de réflexion mis en place
par l’agence Carinna et qui comprend également des professionnels de la santé, des acteurs industriels
et socio-économiques, des universitaires et des partenaires publics.
C - La LGV Est européenne
Au regard de la conjoncture économique particulièrement difficile, le Conseil général a souhaité
que soit renégocié l’échéancier des paiements concernant la deuxième phase du financement de la LGV
Est Européenne. En 2011, des courriers en ce sens ont été envoyés au Ministre de l’Ecologie, du
Développement Durable, des Transports et du Logement puis en 2012, au Ministre délégué en charge
des Transports, de la Mer et de la Pêche ainsi qu’à RFF. Au cours de l’année 2013, la DAEDLP a
poursuivi les échanges sur ce sujet avec RFF et a travaillé sur les conditions de cette renégociation.
D - Programmes européens
Pour faire connaître les programmes et l’actualité de l’Union européenne, la DAEDLP met à la
disposition des élus et des agents du Conseil général, sur intranet, une documentation émanant de la
délégation européenne Lorraine Champagne-Ardenne à Bruxelles.
S’agissant des fonds européens, 2013 est une année charnière. En effet, la génération actuelle
des fonds structurels FEDER, FEADER et FSE arrive à échéance et il convient de préparer la prochaine
génération des fonds européens qui s’échelonnera de 2014 à 2020. L’Etat et la Région sont les
principaux gestionnaires du FEDER et du FEADER. En début d’année, ils ont lancé une large
concertation auprès de l’ensemble des partenaires institutionnels et socio-économiques pour identifier
les thématiques qui devront figurer dans le cadre européen. Bien entendu, ces priorités doivent aussi
correspondre au cadre fixé par la stratégie de l’Union européenne « Europe 2020 ». La DAEDLP s’est
mobilisée pour participer aux différents groupes techniques.
III - Equipement de la zone rurale
Pour conforter le développement harmonieux de son territoire, le Conseil général soutient les
actions permettant l’accès aux réseaux de télécommunication et l’amélioration de la desserte en
énergie électrique.
A - L’accès aux réseaux de télécommunications
L’accès aux réseaux de télécommunication constitue un levier pour affirmer l’attractivité et
renforcer le développement des territoires. Entreprises comme particuliers expriment chaque jour
davantage leur souhait d’utiliser ces services et les applications professionnelles, administratives et
personnelles se multiplient. Or, force est de constater des différences d’accès à ces services selon les
territoires. Les opérateurs de télécommunication, inscrits dans une démarche commerciale, délaissent
complètement certaines zones rurales, considérées comme moins rentables. Cette fracture numérique
handicape sérieusement le développement de ces territoires.
Pour répondre à cet enjeu économique, l’Assemblée départementale a élaboré un schéma
directeur territorial d’aménagement numérique (SDTAN).
La DAEDLP s’est fortement mobilisée en 2013 sur ce dossier : préparation des réunions de
pilotage et suivi administratif et financier des prestations effectuées par le bureau d’études.
195
Conseil général de la Marne
Le document final d’orientation a permis d’établir un état des lieux de la desserte ADSL dans la
Marne et d’envisager les différents scenarii pour le passage au très haut débit (fibre optique et
éventuelles solutions complémentaires).
Un premier niveau de concertation a été effectué avec les EPCI, les opérateurs et les différents
acteurs concernés. Une fois les besoins analysés, quatre scénarii ont été élaborés à l’horizon 2025
(hors zones AMII). Au regard de ces différents scénarii, l’Assemblée départementale a validé en mai
2013 le scénario n°4, optimisé en coût et en efficacité. A partir des orientations définies dans ce
scénario initial, il convient de finaliser le SDTAN et de mettre en place le dispositif opérationnel pour la
réalisation des travaux d’aménagement numérique du territoire marnais.
La maîtrise d’ouvrage sera assurée par le Syndicat Intercommunal d’Énergies de la Marne (SIEM). En
juin 2013, il a modifié ses statuts en ajoutant la compétence « réseaux de communications électroniques ».
L’ensemble de cette démarche a beaucoup mobilisé la DAEDLP tout au long de l’année 2013 et
se poursuivra en 2014. En effet, le schéma d’aménagement numérique doit correspondre, au mieux, à
la fois aux attentes et aux possibilités de financement des collectivités. Des contributions financières
seront sollicitées auprès de l’Europe, de l’État et de la Région, afin de réduire autant que faire se peut
la charge finale des communes et intercommunalités.
B - Amélioration de la desserte en énergie électrique
Le Conseil général s’est engagé depuis de nombreuses années dans une politique destinée à
améliorer la desserte en énergie électrique en milieu rural. Ainsi, il soutient financièrement les
opérations de renforcement des réseaux électriques « basse tension » et participe à l’intégration des
réseaux de distribution d’énergie dans l’environnement.
C’est pourquoi, le Conseil général et le SIEM ont souhaité s’associer dans une démarche
partenariale afin de mettre en œuvre des actions visant à répondre aux besoins de modernisation et
d’intégration des réseaux électriques dans l’environnement.
A cet effet, en 2013, le Conseil général et le SIEM ont défini les modalités dans une convention
de partenariat, selon lesquelles ils conviennent de conjuguer leurs efforts pour préserver et améliorer
la qualité de l’énergie et le cadre de vie des marnais. Deux axes ont été retenus : le renforcement des
réseaux électriques « basse tension » et la dissimulation des réseaux électriques aériens, pour un
montant global de 250 000 €.
196
Conseil général de la Marne
Environnement et cadre de vie
L’environnement, les ressources naturelles, les paysages sont autant d’éléments clefs de la
qualité de vie des marnais. Ils sont aussi au centre d’enjeux qui se révèlent parfois contradictoires :
occupation des sols, besoins des acteurs économiques, attentes de la population, accès aux
ressources. Dans ce contexte, le Conseil général intervient dans différents domaines pour contribuer à
offrir un environnement et un cadre de vie de qualité.
I - Politique de l’eau
La directive européenne du 23 octobre 2000 fixe à l’échéance 2015 les objectifs pour parvenir
à un bon état général des eaux superficielles et souterraines. Dans ce cadre et au travers de ses
différents programmes d'actions, la politique de l'eau menée par l'Assemblée départementale traduit sa
volonté de promouvoir une gestion équilibrée, durable et solidaire de l’eau pour assurer :
la protection de la ressource en eau et l’alimentation en eau potable de la population ;
la lutte contre les pollutions des eaux superficielles et souterraines notamment par la mise en
place de dispositifs de traitement des eaux usées.
A - Protection de la ressource en eau
Initialement axée vers la fourniture du service à l’ensemble des populations des zones rurales,
la politique du Conseil général s’est progressivement infléchie vers la prise en compte des problèmes
liés à la fourniture d’une eau répondant aux normes de potabilité. Ainsi, aujourd’hui cette politique
s’articule autour de deux axes majeurs :
l’amélioration de la distribution d’eau potable : cela concerne la réalisation de travaux de
renforcement, d’extension de réseaux et de réfection des châteaux d’eau ;
l’amélioration de la qualité de l’eau : cela concerne la réalisation de travaux d’interconnexion des
réseaux, de recherche en eau, de création de nouvelles ressources et de mise en place d’unités de traitement.
En 2013, seize opérations ont été programmées, représentant un volume de travaux de 4 261 K € HT
et 850 K € de subventions. Les travaux concernant l’amélioration et la protection de la ressource en eau
représentent 23 % des travaux subventionnés.
B - Assainissement des communes
Afin de préserver la qualité des eaux superficielles et d’améliorer l’état des rivières du
département, l’Assemblée départementale a décidé d’intervenir pour réduire les pollutions.
Cette politique s’articule autour de deux axes :
favoriser la mise en place de dispositifs de traitement des eaux usées adaptés aux conditions
locales (assainissement collectif ou non collectif) ;
améliorer la collecte des eaux de ruissellement des agglomérations en zone rurale et éviter
leur rejet direct en rivière.
Pour les eaux usées : 18 opérations ont été programmées en 2013, ce qui représente un
volume de travaux de 14 726 K € HT et 1 684 K € de subventions,
Pour les eaux pluviales : dix opérations ont été programmées en 2013, ce qui représente un
volume de travaux de 675 K € HT et 205 K € de subventions.
En 2013, de nombreuses collectivités ont entrepris des travaux de mise en place ou de
réhabilitation de stations d’épuration et de systèmes de collecte des eaux usées. Ce poste représente
71 % des travaux.
197
Conseil général de la Marne
En référence à ces programmes d’actions, les services ont apporté aux collectivités maîtres
d'ouvrage informations et conseils afin de faciliter la mise au point de leurs dossiers.
La DAEDLP a également organisé des commissions techniques eau-assainissement avec
l’Agence de l’Eau Seine-Normandie et l’Agence Régionale de Santé afin de vérifier l'état d'avancement
technique et administratif des dossiers.
Au cours de l’année 2013, la DAEDLP a également participé à de nombreuses réunions :
au niveau local :
comités de pilotage et comités techniques des contrats globaux pour l’Eau (Vesle Marnaise
et Brie des Etangs) ;
réunions de concertation dans le cadre de l'alimentation en eau potable sur plusieurs
secteurs du département (Communauté de Communes de la Brie des Etangs, …) ;
réunions de présentation de projets d'assainissement des eaux usées et des eaux pluviales
(Communauté de Communes des Sources de la Vesle, Communauté de Communes des
Portes de Champagne, Commune de Vertus, …) ;
au niveau départemental ou régional : réunion observatoire sécheresse ; rencontre annuelle
avec l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, réunion d’information sur la charte qualité des réseaux
d’assainissement organisée par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, ….
Les services ont également organisé, en juin 2013, une journée d’information sur les modalités de
mise en œuvre du dixième programme de l’Agence de l’Eau Seine Normandie à destination des élus de la
IVème Commission. A cette occasion, des visites sur le terrain ont permis de découvrir des actions soutenues
par le Conseil général et plus particulièrement dans le domaine de l’eau (station d’épuration biologique à
biodisques et station collective de lavage des pulvérisateurs et de traitement des effluents vinicoles).
II - Hydraulique des rivières et des bassins
Afin de prévenir au mieux les épisodes dramatiques (inondations, coulées de boue, …), le
Conseil général s’est engagé, depuis de nombreuses années, dans une politique de soutien aux
initiatives visant à la restauration et à la préservation des rivières et des bassins. Dans le contexte
actuel où les impacts du changement climatique ne pourront plus être intégralement évités, réduire la
vulnérabilité du territoire est un enjeu incontournable et la politique de l’Assemblée départementale
entre pleinement dans ce cadre avec nos programmes d’actions en faveur de :
l’hydraulique des rivières : soutien aux opérations permettant la préservation des rivières
pour obtenir un retour au bon état écologique, la préservation des zones humides et la restauration
des équilibres écologiques des cours d’eau, ce qui participe à la mise en œuvre des objectifs de la
Directive Cadre sur l’Eau ;
l’hydraulique des coteaux : soutien aux opérations permettant la maîtrise des écoulements et
protégeant les populations et les habitations contre les inondations, et le milieu récepteur avant rejet
en application de la Directive Cadre sur l’Eau.
A - Hydraulique des rivières et des bassins
Afin de coordonner et d’harmoniser les actions d’aménagement effectuées au coup par coup
sur les différents tronçons des rivières, le Département de la Marne soutient de longue date les
initiatives visant à fédérer les collectivités compétentes dans le cadre d’établissements publics
cohérents à l’échelle de chaque bassin versant. Ainsi, à l’heure actuelle, les différentes opérations
entreprises pour la restauration et l’entretien des cours d’eau bénéficient d’un soutien financier :
soit au travers des actions menées par l’Entente Marne et l’Entente Oise-Aisne, qui
représentent, en termes hydraulique, la majeure partie de notre territoire ;
soit au travers d’un programme spécifique d’aide à l’aménagement des cours d’eau. Celui-ci
concerne le bassin de l’Aube et de la Seine, où pour l’instant, aucune structure n’a pu être mise en place.
198
Conseil général de la Marne
En 2013, les services ont suivi avec beaucoup d’attention (examen des bilans, des comptes
administratifs, préparation des conseils d’administration, rédaction de notes et de courriers, présence
aux comités de pilotage, préparation de rencontres des présidents des Conseils généraux membres, …)
les politiques mises en œuvre par :
l’Entente Marne,
la cellule d’assistance technique à l’entretien des rivières (CATER),
l’Entente Oise-Aisne.
La DAEDLP a également suivi un dossier particulier au cours de l’année 2013 :
la mise en œuvre de la Directive inondation et l’élaboration de stratégies locales des
Territoires à Risques Importants d’inondation qui se poursuivra en 2014.
B - Hydraulique des coteaux viticoles
Les actions menées en matière d’hydraulique des coteaux ont pour objet la réalisation
d’opérations d’aménagement hydraulique destinées à limiter les conséquences néfastes (inondations,
érosions, pollutions des cours d’eau, etc.) des écoulements lors des fortes pluies sur les coteaux
viticoles pour protéger les populations, les habitations et le milieu récepteur.
En matière d’hydraulique des bassins et des rivières, les services ont suivi deux dossiers
particuliers au cours de l’année 2013 :
le projet de plan de prévention des risques naturels de glissement de terrain sur le secteur
autour d’Epernay.
S’agissant plus particulièrement de l’avis du Conseil général sur ce plan de prévention et afin
d’apporter tous les éléments et informations utiles à l'Assemblée départementale, un important travail
d’analyse, de synthèse et de présentation des documents a été réalisé pour accompagner et apporter
différents éclairages aux réflexions de la commission en charge de ces dossiers.
la révision de l’intervention du Conseil général en matière d’aide à l’hydraulique des coteaux.
Au début de l’année 2013, la DAEDLP a réalisé un travail d’analyse et de synthèse des projets
d’aménagement hydraulique déjà aidés par le Conseil général. Ce travail a permis d’apporter tous les
éléments et informations utiles à la prise de position du Conseil général pour revoir la finalité et les
conditions de l’intervention du Département en matière d’hydraulique des coteaux et cela afin d’ajuster
le montant du soutien financier du Conseil général aux ressources affectées à ce programme.
III - Cadre de vie
A – Valorisation des parcelles forestières privées
Le Conseil général a décidé de soutenir le développement économique de la filière bois en
accompagnant les efforts des propriétaires forestiers, en les incitant à optimiser la gestion forestière et à
trouver des débouchés économiques. Son action s’inscrit dans le Plan de Développement de Massif Forestier
(PDM) élaboré en concertation avec le Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF). Elle vise à une
plus grande mobilisation du bois dans la petite et moyenne propriété forestière, à travers des opérations
d’exploitation en commun et d’amélioration de la desserte et des équipements routiers forestiers.
Tout au long de l’année 2013, la DAEDLP a assuré le suivi administratif et financier de cette
démarche, elle a participé à des rencontres et à divers échanges d’information avec les représentants
du CRPF et elle a contribué aux réflexions, engagées par les élus, sur la poursuite des actions à mener
pour le développement de la forêt privée.
199
Conseil général de la Marne
B – Lutte contre les zoonoses
Depuis 1991, le Conseil général souscrit au plan national de vaccination orale des renards. Ce
programme, financé à 75 % par l’Etat et 25 % par les Départements, fait apparaître un bilan favorable.
En effet, depuis juillet 1999, notre territoire n’est plus déclaré atteint par la rage. Cependant,
pour éviter tout retour de la maladie, l’Entente de Lutte Interdépartementale contre les Zoonoses
(ELIZ) maintient une épidémio-surveillance des renards.
De plus, l’Entente a entrepris d’étudier un autre parasite transmis essentiellement par le
renard, l’échinocoque. Les conséquences de cette zoonose, appelée l’échinococcose alvéolaire, peuvent
être graves pour l’homme. Il apparaît que l’échinococcose alvéolaire a été formellement identifiée dans
plusieurs communes marnaises. L’Entente a mis en place des moyens de prévention et d’information
du public visant à en faire diminuer le risque pour l’homme.
Au cours de l’année 2013, l’Assemblée a décidé de soutenir un programme spécifique mené sur
la leptospirose. Comme 300 zoonoses répertoriées, la leptospirose est une infection transmissible de
l'animal à l'homme. Chez l’Homme, elle peut provoquer fièvres, douleurs et insuffisances rénales. Cette
étude sur la leptospirose permettra de mieux connaître le potentiel de portage d’une vingtaine de
mammifères et leur capacité à contaminer le milieu.
En complément de ces recherches, l’Entente a également entrepris de mieux connaître la
maladie de Lyme et les autres maladies transmises par les tiques qui concernent une grande partie de
la population. La DAEDLP est chargée d’assurer le suivi de ce partenariat, la rédaction de notes et
rapport ainsi que le recueil d’information.
200
Conseil général de la Marne
Développement durable
Le développement durable a pour objectif de répondre aux besoins du présent sans
compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Le Conseil général de la
Marne n’a pas attendu pour prendre toute la mesure des enjeux du développement durable.
Depuis des années, il veille au respect de l’environnement, à l’aménagement équilibré de son
territoire, à la solidarité entre tous, à l’optimisation des ressources et au développement économique.
Il s’est également engagé dans une démarche interne de développement durable, en privilégiant les
actions sur le patrimoine et le fonctionnement des services.
L’année 2013 s’est caractérisée par :
le lancement du Plan Climat-Energie de la collectivité ;
la poursuite de la démarche « feuille de route développement durable » du Conseil général.
Des actions ont été plus particulièrement menées :
dans le domaine de la préservation de la biodiversité, des milieux, des ressources ;
au titre des modes de production et de consommation responsables.
I – Le lancement du Plan Climat-Energie de la collectivité
Le Plan Climat Energie Territorial (PCET) concerne le patrimoine et les missions du Conseil général.
Il comprend deux objectifs complémentaires pour lutter contre le changement climatique :
la réduction des émissions de gaz à effet de serre ;
l'adaptation au changement climatique : compte tenu du caractère inéluctable du changement
climatique, il est nécessaire de réduire la vulnérabilité du territoire et de la Collectivité. (ex: efficacité
énergétique, conception et exploitation des infrastructures, …).
Réalisé en 2012, le bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) a permis d’identifier les
postes les plus émetteurs de GES, de cibler les secteurs d’activité où une marge de progression est
envisageable et d’évaluer la dépendance du Département aux variations du coût des énergies fossiles.
A la lumière de ce diagnostic, le Plan Climat énergie du Conseil général aura pour objectif d’identifier
certains leviers d’action pour opérer des réductions de GES efficaces sur les principaux postes
d’émission (déplacements, achats, immobilisations, énergie). En parallèle, la sensibilisation et
l’évolution des comportements sont aussi des leviers décisifs pour atteindre les objectifs d’un PCET.
L’année 2013 a été consacrée au lancement du Plan Climat-Energie du Département suite à la
décision de l’Assemblée départementale du 24 janvier 2013. Après mise en concurrence, un bureau
d’études (ECOACT) a été désigné pour accompagner le Département dans cette démarche.
Tout au long de l’année 2013, La DAEDLP s’est fortement mobilisée sur ce dossier : réflexions
préalables, rédaction du marché public, analyse des offres, coordination avec l’ensemble des directions
concernées, suivi des prestations effectuées par le bureau d’études et préparation des comités de
pilotage et groupes de travail.
II – La feuille de route développement durable
Le Conseil général inscrit ses actions dans une logique de respect de l'environnement et de
développement durable : les élus ont adopté une feuille de route développement durable et un groupe
d'éco-correspondants s'est constitué au sein des services. Le service environnement de la DAEDLP
s’inscrit dans cette dynamique.
201
Conseil général de la Marne
En 2013, les travaux menés autour de l’élaboration du Plan Climat territorial ont relancé les
réflexions sur le développement durable et les initiatives contribuant aux « Petits moins pour un grand
plus » : optimisation des moyens, gestion des ressources, possibilités d’évolution, déplacements,
échanges d’expériences, relais internes (éco-correspondants). Par la suite, en s’appuyant sur les
orientations du Plan Climat, il est prévu de poursuivre ces réflexions et de faire vivre la démarche au
sein du Conseil général : pilotage d’actions, suivi/évaluation, sensibilisation, ….
En 2013, plusieurs temps forts ont émaillé l’année, dont les plus marquants sont présentés ci-dessous.
A l’occasion de la semaine européenne de la mobilité, la DAEDLP s’est mobilisée pour organiser
des manifestations autour du slogan « Bougez autrement ! ». Cette initiative s’est traduite par une
communication ciblée dans les halls d'accueil de la DGSD et DSD sur les modes de déplacements
alternatifs, comme la marche, le vélo, les transports en commun. Durant la semaine, une sortie vélo a
été organisée sur le temps du déjeuner pour découvrir les aménagements dédiés au vélo à Châlonsen-Champagne. Organisé avec les services de la DREAL, de Cités en Champagne et l’association
Avenir2roues, ce « midi vélo » a permis à huit agents du Conseil général d’appréhender les itinéraires
conseillés pour relier les administrations châlonnaises. Au global, 150 personnes environ ont été
sensibilisées à l’occasion de cette semaine de la mobilité.
D’autres collectivités marnaises se sont dotées ou souhaitent se doter d’un Plan de déplacement
(PDA). Cette année, les échanges se sont poursuivis, notamment avec les services de la CAC et de la CCI
Champagne-Ardenne qui vient de mettre en place un réseau d’acteurs concernés par les PDA.
Pour préparer la rédaction du rapport sur la situation du Département en matière de
développement durable, la DAEDLP a sollicité l’ensemble des directions et des services pour connaître
leurs actions et leurs préoccupations dans ces domaines.
Les services de la DAEDLP sont attentifs aux initiatives en faveur du développement durable
menées par d’autres partenaires tels que le Conseil régional, la DREAL, le réseau Natura 2000, le
comité 21, des associations et les expériences menées par d’autres collectivités et Départements. Ainsi
en 2013, la DAEDLP a participé aux :
réflexions du pôle départemental des énergies renouvelables ;
démarches « Agenda 21 » de Cités en Champagne, Epernay et Reims Métropole ;
réseaux agenda 21, PCET et Plans de déplacement-mobilité.
III – La préservation de la biodiversité, des milieux, des ressources
A - Partenariat avec le conservatoire d’espaces naturels
Afin de sauvegarder et de mettre en valeur les espaces naturels de la Marne, le Conseil général
a engagé un partenariat avec le Conservatoire d’espaces naturels de Champagne-Ardenne, autour des
axes suivants :
gestion écologique des sites naturels gérés par le Conservatoire ;
protection des espèces menacées : les chauves-souris ;
espaces naturels sensibles.
En 2013, le conservatoire a réalisé des suivis techniques et travaux tels que :
la poursuite des travaux d’abattage et de débroussaillage pour la restauration de 17 hectares
de pelouses sur le site de l’ancien aérodrome de Marigny ;
la réalisation de travaux de reconversion d’anciennes peupleraies en prairies humides de
fauche sur le site des prairies du clos et du Grand Accru dans la vallée de la Marne ;
réalisation de travaux d’entretien et de suivi sur les sites du Petit et Grand Marais de Oyes,
du Marais des Trous de Leu, des Prairies humides d’Isson, du Camp d’Attila ;
202
Conseil général de la Marne
le suivi technique des Falaises de Cuis, des Marais de Neuf Ans (Prouilly) et de Translais, des
Pâtis de Damery et Venteuil, des prairies du Fer d'Ane à Sainte-Ménéhould, des boisements humides et
mares à Eclaires, Sivry-Antes.
Tout au long de l'année, la DAEDLP a veillé à l'instruction et au suivi financier de ces actions.
B – Zone de préemption au titre des espaces naturels sensibles
Le lac du Der est un cadre naturel préservé qui accueille une faune et une flore remarquables.
Pour protéger et mettre en valeur ce site, le Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres a
choisi d’y mener une politique foncière et d’y étendre sa maitrise foncière. L'objectif poursuivi est la
constitution d'ensemble homogène permettant d'assurer une gestion cohérente et la création de
« zones tampons » pour isoler l’espace littoral des zones cultivées et ainsi garantir l'intégrité et la
tranquillité de l'avifaune.
A cet effet, le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres a sollicité le Conseil
général de la Marne, afin qu’il institue des zones de préemption au titre des espaces naturels sensibles.
En 2012, la DAEDLP s’était chargée du premier dossier de création d’une zone de préemption dans la
commune de Giffaumont-Champaubert, conformément à la procédure réglementaire. En 2013, le
Conservatoire de l’espace littoral poursuit cette démarche en rencontrant les autres communes et
acteurs locaux afin d’en expliquer l’intérêt.
C – Trame Verte et Bleue
Conformément à la règlementation en vigueur, le Conseil régional et l’Etat ont initié courant
2013, l’élaboration du schéma régional de cohérence écologique (SRCE) de Champagne-Ardenne. Ce
document de planification identifie la Trame Verte et Bleue à l'échelle régionale, en tenant compte des
grandes orientations nationales et des problématiques inter-régionales. Il spatialise et hiérarchise les
enjeux régionaux en matière de continuités écologiques, et définit un plan d'actions visant le maintien
ou le rétablissement de ces continuités.
La procédure à laquelle sont associés de nombreux partenaires parmi lesquels le Conseil
général de la Marne, devrait se poursuivre tout au long de l’année 2014, pour une approbation du
document début 2015. Au cours de l’année 2013, le Conseil général a participé avec intérêt à la phase
de diagnostic et de définition des composantes de la Trame Verte et Bleue.
Par ailleurs, les services sont, depuis 2009, mobilisés autour du projet pilote « Symbiose » qui
a pour objectif d’étudier la mise en œuvre de « Trames Vertes et Bleues » en Champagne-Ardenne afin
de fournir des retours d’expériences concrets et reproductibles. Le Département participe aux actions
du programme « Symbiose » au travers de :
la mise en place d’actions de gestion raisonnée le long de ses axes routiers : fauchage tardif
en coupe haute, développement et maintien des haies, lutte contre les plantes invasives, … ;
l’élaboration de plans de gestion sur ses propriétés présentant un intérêt écologique fort
(boisements du Mont de Berru : 20 ha). Il en a confié la gestion et le suivi scientifique au
Conservatoire d’espaces naturels.
IV – Des modes de production et de consommation responsable
A - Partenariat Conseil général de la Marne/ADEME
Afin de protéger notre environnement et de contribuer au développement durable, les élus
départementaux ont lancé, en 2005, un partenariat avec l’agence de l’environnement et de la maîtrise
de l’énergie (ADEME) autour des deux axes suivants :
l’ADEME soutient des actions destinées à développer une économie du déchet à haute qualité
environnementale ;
le Conseil général met en lumière et valorise le soutien qu’il apporte, au travers de ses
politiques, aux opérations destinées à la maîtrise de l’énergie et au développement des énergies
nouvelles et renouvelables sur son territoire.
203
Conseil général de la Marne
Pour le volet 2013 de ce partenariat, les services ont organisé plusieurs réunions de travail et
ont réuni le 11 octobre 2013 le comité de pilotage constitué avec l’ADEME, dont le rôle est d’examiner
les dossiers de ce partenariat. Ils ont également pris des contacts avec les élus et les différents
services du Conseil général concernés afin d’identifier les opérations les plus pertinentes en matière de
maîtrise de l'énergie et de développement durable. A ce titre, le Conseil général a notamment mis en
lumière les opérations suivantes :
s’agissant de la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments et collèges : travaux d’isolation, rénovation
de système de chauffage, installations de GTC (Gestion Technique Centralisée) plus performantes, … ;
le soutien accordé aux propriétaires les plus modestes dans le cadre du programme de lutte
contre la précarité énergétique ;
les formations dans les thématiques relevant de la maîtrise de l’énergie ;
la réalisation du bilan des émissions de gaz à effet de serre de la collectivité.
B- Plan départemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux et
plan départemental de prévention et de gestion des déchets issus de chantiers du
Bâtiment et des Travaux Publics
La loi Grenelle 2 et l’ordonnance de transposition en droit français de la directive cadre
européenne sur les déchets révisée en 2008 ont apporté des modifications importantes en matière de
gestion des déchets. Cette nouvelle réglementation impose désormais, à l’initiative et sous la
responsabilité des présidents des Conseils généraux :
la révision obligatoire des PEDMA et leur évolution en plans départementaux de prévention et
de gestion des déchets non dangereux ;
l’élaboration de plans de prévention et de gestion des déchets issus de chantiers du Bâtiment
et des Travaux Publics.
Ces plans de prévention et de gestion portent désormais sur les déchets issus de chantiers du
Bâtiment et des Travaux Publics, sur les déchets non dangereux et non plus uniquement sur les
déchets ménagers et assimilés. Ceci correspond à une extension très importante du périmètre des
déchets à prendre en compte.
Pour l’élaboration de ces deux plans, l’Assemblée départementale a décidé, au cours de sa
session de janvier 2013, d’avoir recours à une expertise extérieure.
Tout au long de l’année 2013, la DAEDLP s’est fortement mobilisée sur ce dossier : réflexions
préalables, rencontre des principaux acteurs de la gestion des déchets ménagers, veille juridique,
travaux préalables de rédaction des marchés publics. Elle a poursuivi le travail de réflexion engagé dès
2011 afin de préparer cette future étape d’élaboration qui commencera au cours du 1er semestre 2014.
204
Conseil général de la Marne
Enseignement supérieur et recherche scientifique
La DAEDLP intervient dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Un
domaine en plein essor dans la Marne et qui revêt de nombreux enjeux. En effet, la qualité des
établissements d'enseignement supérieur et la notoriété des laboratoires de recherche renforcent
l'attractivité et le rayonnement d'un territoire. Ils contribuent à diffuser les connaissances et les
compétences scientifiques de haut niveau, tout en répondant aux besoins de formation des jeunes
champenois. Ils ont également pour vocation d'être au plus près des attentes du monde économique :
ils apportent une dynamique nouvelle qui se traduit en termes d'activités et d'emplois.
I - Partenariat avec les grandes écoles
Le pôle de compétitivité Industries et Agro-Ressources (IAR) est au cœur de la chimie du
végétal et des biotechnologies industrielles, une référence d’envergure mondiale. Le site de PomacleBazancourt, baptisé Institut Européen de la Bioraffinerie, est la vitrine du Pôle IAR. Ce complexe agroindustriel rassemble des acteurs de la recherche, de l’enseignement et de l’industrie. C’est là que les
équipes de l’Ecole Centrale Paris, d’AgroParisTech et de Néoma Business School ont impulsé le Centre
d’Excellence en Biotechnologies Blanches.
L’Ecole Centrale s’est installée dans la Marne en début d’année 2010. En quelques années
seulement, elle a consolidé son implantation, équipé son laboratoire de matériels scientifiques et
procédé aux recrutements nécessaires pour constituer une équipe d’enseignants, de chercheurs et de
techniciens. Elle a renforcé ses partenariats locaux, lancé plusieurs travaux de recherche et défini un
programme pédagogique réparti tout au long du cursus de l’ingénieur centralien.
La DAEDLP a suivi chacune de ces étapes et rencontre régulièrement les équipes de Centrale :
réunions semestrielles à Pomacle-Bazancourt, visite des laboratoires, suivi des travaux de recherche,
etc. La DAEDLP est également chargée du suivi financier et du versement des aides attribuées par le
Conseil général. Le 27 septembre 2013, M. Hervé Biausser, Directeur de l’Ecole Centrale Paris, est
venu rencontrer ses équipes du Centre d’Excellence en Biotechnologies Blanches et ses partenaires
locaux, y compris le président et le vice-président du Conseil général, accompagnés de la DAEDLP.
Une autre grande école d’ingénieur s’est installée dans la Marne et a décidé d’y créer une Chaire
dédiée aux Agro-Biotechnologies Industrielles (ABI) : AgroParisTech. Les activités de la Chaire concernent
aussi bien le volet scientifique que pédagogique. Avec l’appui du Conseil général, l’équipe d’AgroParisTech
s’est installée transitoirement dans les locaux disponibles du collège Trois-Fontaines à Reims, en fin d’année
2012. Cette configuration lui permet à la fois de constituer une équipe de recherche, d’engager les premiers
travaux scientifiques et de créer des liens avec les professeurs et collégiens qui peuvent visiter le
laboratoire. Par la suite, l’équipe d’AgroParisTech rejoindra l’Ecole Centrale dans le futur bâtiment du Centre
d’Excellence en Biotechnologies Blanches, à Pomacle-Bazancourt.
En 2013, la DAEDLP a eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois l’équipe d’AgroParisTech : visite
des laboratoires en février, réunion du comité de suivi en avril, échanges informels et contacts
téléphoniques. Le 15 octobre 2013, la DAEDLP a participé à la journée Portes Ouvertes de la Chaire ABI,
en présence du directeur général d'AgroParisTech, le professeur Gilles Trystram. Celui-ci connaît
particulièrement bien cette Chaire : il en a élaboré les contours en septembre 2011, juste avant de
devenir directeur général d’AgroParisTech.
Pour RMS, l’année 2013 est marquée par sa fusion avec Rouen Business School, officialisée à la
rentrée universitaire de septembre. Désormais, la nouvelle entité s’appelle Néoma Business School. La
DAEDLP a suivi de près cette évolution. De plus, elle participe aux travaux du Comité stratégique de la
Chaire de Bioéconomie Industrielle, dont les travaux ont débuté : l’équipe est en cours de constitution,
le cursus d’enseignement a été défini, une première étude sur l’écologie industrielle est en cours, une
autre sur le marché des cosmétiques bio-sourcés est prévue, des liens se sont tissés avec le Pôle IAR.
205
Conseil général de la Marne
Une autre école prestigieuse a choisi de s’implanter dans la Marne : Sciences Po Paris. Celle-ci
a inauguré son nouveau campus consacré aux relations internationales, en septembre 2010, à Reims
dans l’ancien collège des Jésuites. La Région, le Département et la Ville de Reims concourent à parité à
la création de ce campus. La DAEDLP est chargée de suivi financier et administratif de ce partenariat.
En mars 2013, M. Frédéric Mion a été nommé administrateur de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris.
En avril, il est venu à Reims rencontrer les élus des trois collectivités.
II - L’Université de Reims Champagne-Ardenne
Établissement pluridisciplinaire, l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) accueille
actuellement près de 22 000 étudiants. A Reims, ses locaux sont dispersés sur plusieurs quartiers :
centre ville, Croix Rouge, Moulin de la Housse et Maison Blanche. De nombreux bâtiments, construits
dans les années 60, sont aujourd’hui très vétustes.
L’URCA a décidé de regrouper ses différents sites rémois sur le campus Croix-Rouge. Bien plus
qu’un simple déménagement, ce projet d’envergure a pour ambition de donner une nouvelle lisibilité à
l’URCA, d’améliorer les conditions de travail des étudiants et des personnels, d’optimiser les bâtiments,
de mutualiser les espaces et de réduire les consommations énergétiques et les charges d’exploitation.
Ce projet aura des répercussions sur l’ensemble du quartier Croix-Rouge, voire au-delà.
Compte tenu de l’importance de sa restructuration, l’URCA a proposé à l’Etat, au Conseil
régional, au Conseil général, à Reims Métropole et à la CDC de participer au comité de pilotage de
l’élaboration de son projet final. La DAEDLP est chargée de suivre les travaux de ce Comité. Tout au long
de l’année 2013, les réflexions autour de la refondation du campus se sont poursuivies. Il s’agit là d’un
travail de longue haleine et qui nécessitera des ressources financières exceptionnelles, bien au-delà des
dispositifs classiques.
III - Soutien aux programmes de recherches scientifiques
Dans le domaine de la recherche scientifique, le Conseil général cible son soutien sur certaines
thématiques particulières, en premier lieu la valorisation des agro-ressources, mais pas uniquement.
En 2013, la DAEDLP s’est mobilisée pour accompagner le bon déroulement des programmes de
recherche suivants, qui se sont tous terminés en fin d’année :
Pentoraf : recherche de différentes molécules issues du végétal, en substitution de composés
d'origine fossile, en particulier des acides itaconiques ;
Crestic : imagerie numérique et phyto-cosmétique, étude de nouvelles molécules ;
isolement des structures moléculaires par chromatographie : procédé novateur de séparation
et d'identification des molécules en plusieurs phases ;
Thalia : recherche de produits de substitution aux plastiques d'origine fossile (ex. : polymères
d'origine végétale, polymères recyclés) ;
Phytobio : développement de nouveaux produits phytosanitaires ;
Aqual-Phyt'eau-Ref : étude de produits phytosanitaires, de leurs mécanismes de dégradation
et de transfert vers les aquifères ;
Regentis : étude de la régénération du derme, mécanismes de cicatrisation de la peau,
traitement des troubles cutanés, des brûlures et du vieillissement.
Pour assurer ses missions dans le domaine de la recherche, la DAEDLP participe à différentes
réunions : Assises de la Recherche, Innovact, Comité de suivi du CPER, restitution des travaux de recherche,
présentation des appels à projets d’autres partenaires, soutenances de thèse, …. Régulièrement, elle est en
contact avec Carinna, avec les services de l’URCA, avec d’autres partenaires institutionnels (Région, Ville de
Reims et de Châlons-en-Champagne) et avec certaines équipes de recherche.
Le Conseil général intervient également pour conforter certaines filières d'enseignement et
peut éventuellement accompagner la création de nouveaux cursus. A ce titre, il a décidé d’apporter un
soutien à la création d’un master 2 Droit du vin et des spiritueux. La DAEDLP est chargée d’en assurer
le suivi financier et de contribuer au bon déroulement de cette initiative.
206
Conseil général de la Marne
IV - Le pôle de compétitivité Materalia
Le pôle de compétitivité Matéralia a été créé en mars 2009. Ses activités sont ciblées sur
l’innovation des matériaux et des procédés : nanomatériaux, composites, allègement, performances,
méthodes de fabrication, ….
Matéralia a contribué à la création du Cluster antimicrobien, inauguré en février 2013. Le but
de ce Cluster est d’associer différentes entreprises avec un objectif commun : chercher des solutions
antimicrobiennes, tester leur efficacité à grande échelle, les faire connaître et développer une large
gamme de produits complémentaires pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Les membres
du Cluster sont majoritairement des industriels de la Marne. Plusieurs établissements tels que des
EHPAD et MARPA s’intéressent de près à cette dynamique et s’équiperont progressivement des
produits du Cluster. La DAEDLP s’est intéressée à cette démarche qui prend rapidement de l’envergure
en raison de la volonté des entreprises de coopérer ensemble et d’une thématique qui répond à
plusieurs enjeux de société : santé, longévité, qualité de vie, prévention, lutte contre les infections et
les maladies nosocomiales, innovation, compétitivité.
V – Carinna : Agence pour la Recherche et l'Innovation
Créée en janvier 2008, l'Agence Carinna a pour principales missions de renforcer la recherche
et l'innovation, d'identifier et de lancer des programmes de R&D, d'accompagner le transfert de
technologie, de fédérer les acteurs, …. La DAEDLP participe aux différentes réunions et comités
thématiques organisés par Carinna en faveur de la recherche et de l’innovation. Elle s’intéresse tout
particulièrement aux domaines des valorisations des agro-ressources et de la domomédecine.
207
Conseil général de la Marne
208
Conseil général de la Marne
Direction de l’aménagement
209
Conseil général de la Marne
210
Conseil général de la Marne
Direction de l’aménagement
2013 : point sur les activités aéroportuaires
Le trafic régulier du fret aérien sur l’aéroport Paris-Vatry a enregistré une baisse de 37 % par rapport
à 2012. Le tonnage total traité par l’aéroport sur l’ensemble de l’année 2013 a été de 5 592 tonnes.
Le trafic passager a enregistré 101 727 passages soit une progression de 15 %, par rapport à 2012.
Les vols d’entraînement représentent 3 995 mouvements et sont en baisse par rapport à 2012 (-14 %).
Le nombre total de mouvements aériens a été de 8 489 en 2013 contre 9 813 en 2012.
2013 : les faits marquants
I - Commercialisation terrestre
Mise en place d’une prestation de commercialisation
De manière à renforcer la promotion et l’attractivité des zones situées autour de l’aéroport, la
convention de mise à disposition d’un chargé d’affaires a été renouvelée entre le Département et la CCI
de Châlons-en-Champagne en 2013.
Durant l’année 2013 et dans un contexte concurrentiel très délicat, le chargé d’affaires a pu
opérer à différents niveaux :
poursuite des démarches auprès des logisticiens déjà implantés sur le site de manière à
pouvoir détecter leurs éventuels besoins de développement ;
représenter les zones d'activités au sein de différents salons (ex. SITL, Le Bourget, …) et
conventions d'affaires (ex. Value Chaine Pharma, World Class Logistic), permettant ainsi
à l'aéroport de bénéficier d'une représentativité et d’un interlocuteur identifié, tant au
niveau national qu'international.
Il est à noter qu’une diversification des cibles s’est opérée puisque les démarches de prospects
ne se limitent plus uniquement aux logisticiens, comme cela a pu être le cas par le passé.
Mise à jour des documents d’urbanisme des ZAC 1 et 2
Afin d'avoir une vision plus claire des développements futurs à envisager, d'être réactif face à la
demande et d'afficher une certaine cohérence entre les zones, les plans d'aménagement de zone (P.A.Z.)
des ZAC 1 et 2 ont été actualisés. Les réunions de concertation se sont tenues en 2012 et le commissaire
enquêteur n'a émis que très peu de remarques.
Courant 2013, la commune de Bussy-Lettrée a alors procédé à la modification de son P.O.S.
intégrant les nouveaux P.A.Z..
Etude d'aménagement du projet de future ZAC n°3 sur le territoire de la commune de Sommesous
Suite à l'acquisition des terrains de la future ZAC 3 et à l'élaboration des scénarii d'aménagement,
l'étude d'impact et les dossiers loi sur l'eau et Natura 2000 ont été finalisés.
Le dossier dérogatoire régional et national de demande de défrichement va être déposé.
211
Conseil général de la Marne
II - Domaine aéronautique
Réfection des bassins et caniveaux
AS2 : le déversoir et les caniveaux ont été repris. Les travaux sont terminés ;
AS8 : l'entretien et la réfection du déversoir sont achevés (entreprise Ouvrage d'art de l'Est) ;
AS5 : il est maintenant conforme à la loi sur l'eau (entreprise Ouvrage d'art de l'Est) ;
35 mètres de caniveaux au nord-ouest de la piste ont été reconstruits par l'entreprise
BOITUZAT et les différents ravinements ont été repris.
Parkings avions
Parkings avions Est côté fret : réfection des dalles béton :
La reprise des désordres constatés dans le cadre de la garantie de parfait achèvement s'est
achevée en 2013. Ces travaux avaient fait l'objet d'un protocole d'accord conclut en 2011 entre les
entreprises, le Conseil général et la SEVE, le coût ayant été pris en charge par les entreprises.
Réfection des joints des anciens parkings avions :
Des travaux de réhabilitation pour mise en sécurité du parking avions de l'aéroport (sur
environ 19 000m²) ont été réalisés par l'entreprise O.A.T.. Ils consistaient plus particulièrement en la
réparation des dalles béton (épaufrures, fissures, …) et en la reprise des joints.
Ces travaux font suite à quatre phases précédentes :
phase 1 : effectuée en 2011 par le Conseil général (entreprise O.A.T.),
phase 2 : réalisée par l'exploitant de l'aéroport en 2012 (entreprise R.C.A.),
phase 3 : prise en charge par le Conseil général en 2012 (entreprise R.C.A.),
phase 4 : prise en charge par le Conseil général en 2013 (entreprise O.A.T.)
En contrepartie des travaux réalisés par le Département, l'exploitant s'est chargé de la
réfection du balisage. Les travaux sont actuellement en cours.
Etanchéification des caniveaux BIRCO
Des travaux d'étanchéification des caniveaux BIRCO (datant de 1999) ont été entrepris sur une
longueur d'environ 1 500 ml du parking avions de fret de l'aéroport. Des problèmes de mise en œuvre
ainsi que des intempéries impliquent que les délais ont été suspendus. Le fournisseur doit refaire des
essais et proposer une nouvelle membrane au Conseil général.
Les travaux reprendront au printemps 2014.
III - Mesures compensatoires
Isolation phonique des habitations situées dans le PEB
Après l'approbation du Plan d'exposition au Bruit et la délimitation de la zone C par le préfet
(arrêté du 3 mars 1999), le Conseil général, par la délibération du 21 mai 1999, a autorisé le président
« à mettre en œuvre les mesures compensatoires liées à l'isolation acoustique des habitations, locaux
d'enseignements et de soins ou bureaux recevant du public », existants à la date d'ouverture de
l'enquête publique du 3 juin 1996 relative à la construction de l'Aéroport Paris-Vatry.
212
Conseil général de la Marne
Quatorze ans après la délibération du Conseil général, durant lesquels la population concernée
par le PEB a pu déposer un dossier de demande de mesures compensatoires liées à l'isolation acoustique
des habitations, le constat suivant peut être dressé :
151 dossiers recensés,
138 dossiers acceptés en CP dont 132 dossiers soldés, un dossier non soldé et cinq
dossiers dont la convention n'a jamais été retournée par le propriétaire,
2 demandes d'avenants sans suite,
13 dossiers potentiels à venir (dossiers restés sans nouvelle des propriétaires ou dossiers
sans accord entre le propriétaire et le Département ou enfin, aucune demande déposée).
Le Conseil général, dégagé de ses obligations, a donc la possibilité de clore le dossier
d'isolation phonique des habitations situées dans le PEB. Les élus en débattront en 2014.
Boisements
Afin de pallier aux déboisements opérés suite à l'édification de l'aéroport et à la création des
zones d'aménagement, le Conseil général a reboisé 135 ha 63 a 86 ca sur une surface cadastrale de
152 ha 66 a 79 ca (la différence étant due aux bassins, pelouses, chemins et emprise de gaz).
En 2011, la gestion de l'ensemble de ces parcelles boisées, placées en régime forestier, a été
confiée à l'Office National des Forêts par dossier d'aménagement d'une durée de trente ans.
En 2013, l'ONF a donc procédé à différents travaux comme la mise en place de pins noirs et de
protections sur une parcelle située à Sommesous, l'entretien des berges d'une rivière et des ripisylves
à Fère-Champenoise ou encore l'entretien d'une prairie et d'un passage à gibier sur la ligne TGV à
Villers-en-Argonne.
L'ONF et la direction de l'aménagement ont également préparé le programme de travaux 2014.
IV - Foncier
Acquisitions foncières
Suite à un mémoire valant offre du Département, un accord a été trouvé concernant le prix
d'acquisition d'une parcelle boisée située sur le territoire de Bussy-Lettrée (parcelle YS 11 : 18a 35ca).
Aujourd'hui, il ne reste plus qu'à acquérir certains chemins appartenant aux associations
foncières locales.
V - Sécurisation du site
Par arrêté préfectoral du 13 décembre 2010, le Département a obtenu l'autorisation
d'implanter un dispositif de sécurisation sur les voiries publiques des ZACS de l'aéroport.
Les travaux d'installation ont été réalisés par l'entreprise CEGELEC et la maintenance du
système lui a été confiée.
En 2013, le Conseil général a fait l'objet de différentes demandes de visualisation par les
gendarmes suite à des désordres intervenus sur et en pourtour du site.
Pour mémoire, le renouvellement de l'autorisation d'exploitation du système interviendra en
avril 2015.
213
Conseil général de la Marne
VI - Aménagement Nord-rémois – Syndicat Mixte du Nord-Rémois (SMNR)
Rappel :
Lors de l'assemblée du 15 janvier 2010, il a été approuvé l’adhésion du Conseil général de la
Marne au SMNR, dont le président assure la présidence depuis sa création par arrêté préfectoral en
date du 18 juillet 2011.
Le SMNR a pour objectif principal « l’étude et la réalisation d’opérations déclarées « d’intérêt
syndical » nécessaires à l’édification de grandes opérations d’aménagement indispensables au développement
du Nord-Rémois sur le territoire des collectivités adhérentes ».
Trois projets structurants importants sont d’ores et déjà identifiés dans ce cadre :
le pôle Agro-Ressources de Bazancourt-Pomacle, dont l’évolution et l’extension sont
déjà engagées et programmées sur 2008/2020 ;
les perspectives de développement liées au processus de reconversion de la BA 112 ;
la reconversion du site du Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA) de PontfavergerMoronvilliers.
Dans la continuité des actions déjà menées l’année précédente, en 2013 le bureau syndical
s’est réuni à huit reprises, et le comité à cinq reprises.
En complément, de nombreuses réunions techniques ont été organisées en mairies, mais
également en sous-préfecture afin d’élaborer le Contrat de Redynamisation de Site de Défense (CRSD),
d’améliorer la desserte ouest du pôle IAR et de préparer l’installation numérique du Très Haut Débit.
Le comité syndical a notamment délibéré sur l’ensemble des points suivants :
Le budget annuel fixé dans la limite de 100 000 euros a été voté.
La contribution financière du Département est de 30 000 euros soit 30 % (article 14-3 des statuts).
Les recettes de fonctionnement sont composées des participations des collectivités membres, et les
recettes d’investissement des participations des différents financeurs concernés par lesdits investissements.
L’année 2013 se caractérise également par l’avancement de quatre dossiers importants :
Signature du Contrat de Redynamisation de Site de Défense (CRSD)
Pour mémoire : en application des mesures d’accompagnement en faveur des territoires
impactés par la fermeture d’un site de la Défense, et afin d’impulser de nouvelles activités économiques,
la reconversion de la BA 112 fait l’objet d’un Contrat de Redynamisation de Site de Défense (CRSD).
Ce contrat d’une durée de trois ans, reconductible une fois pour deux ans, bénéficie du soutien
de l’Etat à hauteur de trois millions d’euros.
Son objectif est de contribuer au développement économique, sans se limiter au seul territoire
de l’ancienne BA 112, mais en prenant bien en compte l’ensemble du territoire du Nord-Rémois.
Le CRSD, signé en juillet 2013, est composé de onze fiches-actions (dont quatre sous maîtrise
d’ouvrage du SMNR) qui s’articulent autour des trois axes :
AXE 1 : développer et conforter l'attractivité et le dynamisme économique du territoire
du Nord-Rémois en favorisant la diversification et l'ancrage d'activités existantes ;
AXE 2 : faire émerger de nouveaux couloirs de développement entre Reims Métropole, le
pôle Industrie et Agro-ressources et l'ex BA 112, futur pôle d'excellence éco-industriel ;
AXE 3 : l'ex BA 112 futur pôle éco-industriel/pôle éco-tertiaire.
214
Conseil général de la Marne
amélioration de la desserte ouest du Pôle Agro-Ressources Bazancourt-Pomacle
par la création de voies nouvelles ou contournements localisés de communes
Sur 2013, le marché « d’études préalables et établissement des dossiers réglementaires » a
été notifié au groupement SNC LAVALIN (mandataire) - Cabinet TESSON.
Les résultats des premières études de faisabilité ont été présentés lors du comité syndical du
9 décembre 2013, qui a validé le principe du tracé, au regard des conclusions avancées.
Les études lancées sur 2013-2014 permettront d’évaluer les conditions de faisabilité, et
d’arrêter un montant prévisionnel de travaux.
En fonction des conclusions de ces études, les opérations relatives aux travaux de
contournements ne seront lancées qu’à partir de 2015 (avec une première phase : liaison RD31 - RD74
contournement POMACLE).
validation d’un scénario du schéma de principe d’organisation du territoire
L’étude menée par l’AUDRR, a pour objet l’élaboration d’un schéma d’organisation du territoire
Nord-Rémois portant sur les aspects relatifs au développement économique, social et environnemental,
dont les limites territoriales s’appuient sur le périmètre institutionnel du SMNR ajusté à l’emprise de
l’ex BA 112.
Suite aux travaux engagés sur 2012 (synthèse des études existantes et concertation avec les
acteurs locaux), trois scénarii de schéma de principes ont pu être présentés.
Le comité syndical d’avril 2013 a validé un schéma de principes, lequel constituera le fondement
du schéma d’organisation.
La prochaine étape (2014) permettra d’aboutir à la validation d’un schéma d’organisation avec
la réalisation de Zooms sur certains secteurs, et l’étude de son intégration dans le S.Co.T.
mise en place d’une infrastructure ouverte permettant aux opérateurs de télécommunication
d’offrir des services de communications électroniques à très haut débit sur le Pôle AgroRessources de Pomacle-Bazancourt et sur le futur parc Les Sohettes - Val des Bois
Le présent projet consiste à mettre en place une infrastructure de réseau de communications
électroniques (fourreaux et « fibres noires »), constituant un réseau d’initiative publique.
Ce réseau de collecte sera raccordé, d’une part, au réseau de desserte des entreprises et
établissements d’enseignement supérieur et de recherche situés sur le Pôle Agro-Ressources de
Pomacle-Bazancourt et d’autre part, aux réseaux de desserte irrigant le futur parc d’activité Les
Sohettes – Val des Bois aménagé avec le soutien de la Région Champagne-Ardenne et du FEDER.
Ce dossier représentant un investissement de 2 300 K € HT a été déclaré comme relevant de
l’intérêt syndical lors du comité syndical du 9 décembre 2013.
Conformément à l’article 3-2 des statuts, chaque adhérent du syndicat mixte a été appelé à
délibérer sur cette proposition.
L’année 2014, troisième exercice budgétaire du SMNR, devra donc s’inscrire dans la
continuité des premières réalisations accomplies en 2013.
VII - La SEVE
La direction assure le suivi de la Délégation de Service Public (DSP), et notamment le plan
quinquennal 2009-2013 de retour à l’équilibre instauré dans le cadre de l’avenant n°7.
Mi 2013, le délégataire informait le Conseil général de la demande de ses actionnaires de
mettre en œuvre la résiliation de la convention de DSP au 31 décembre.
215
Conseil général de la Marne
En parallèle, de nombreuses négociations entre la SEVE et un investisseur privé se sont
déroulées durant l’année 2013. Au final, la proposition de rachat des actions détenues par SNC
LAVALIN, Aéroports de Montréal, SOGARIS et IERNAIR soit 79,31 % du capital, présentée par cet
investisseur n’a pas été agréée par le Conseil général, compte tenu de la non réalisation de certaines
conditions préalables à la cession.
La Chambre de Commerce et d'Industrie de Châlons-en-Champagne, actionnaire de la SEVE
depuis l’origine à hauteur de 8,56 % du capital, considérant que cette plateforme constituait un outil
majeur de développement économique local et régional, a alors proposé une offre de rachat des
actions cédées.
Le 6 décembre 2013, l'Assemblée délibérante a validé l'offre de rachat proposée par la CCI de
Châlons-en-Champagne.
La cession des actions au profit de la CCI de Châlons-en-Champagne a pu avoir lieu le 23 décembre
pour une prise d'effet au 1er janvier 2014.
Maintenant, la SEVE est composée de trois actionnaires suivants :
CCI de Châlons-en-Champagne / Vitry-le-François / Sainte-Ménéhould (87,87 %),
CCI de Reims et Epernay (4,89 %),
CCI de Troyes et Aube (7,24 %).
Par courrier du 26 décembre 2013, la SEVE nous a informés de l’annulation de sa demande de
résiliation de la DSP.
La société, qui emploie 65 personnes, poursuit ainsi sa mission dans le cadre de la DSP qui
court jusqu’au 31 décembre 2019.
Les diverses discussions menées en 2013 quant à la future gestion de la plateforme ont
conduit à l’étude de l’opportunité de procéder à un élargissement de la gouvernance, assumée
actuellement uniquement par le Département.
VIII - Activité passagers
L'association Paris-Vatry Project (A.P.V.P.), composée des CCI de Reims - Epernay et de
Châlons-en-Champagne - Vitry-le-François - Sainte-Ménéhould, a poursuivi son action en 2013 par le
biais de la signature d'une quatrième convention.
Les signataires ont souhaité prolonger leur effort pour faire de cette zone d'activités un outil
puissant d'aménagement du territoire régional, de développement local, d'attractivité touristique et de
promotion économique.
Le gestionnaire de l'aéroport, lui-même, a également poursuivi ses démarches afin de
développer les vols charters et les vols réguliers.
L’année 2013 s’est révélée être un succès puisque ce sont 101 727 personnes qui ont transité
par l’aéroport malgré un budget alloué à cette activité en baisse par rapport à 2012 :
76 236 passagers à destination de Porto, Marseille et Marrakech avec la compagnie RYANAIR
(vols réguliers Low-cost),
13 834 passagers à destination de Nice avec JetAirfly (vols réguliers low-cost),
4 701 passagers (vols charters) avec les compagnies Top of Travel (Malte, Portugal, Croatie,
Cap Vert) et Look Voyages (Bulgarie),
5 210 passagers en vols réguliers (hors low cost) vers la Crète et les Baléares avec LUXAIR,
54 passagers ont également transité par la plateforme avec la compagnie Polet Airlines à
destination de Voronez.
216
Conseil général de la Marne
L'aviation d'affaires représente 912 passagers, les vols militaires et autres représentent quant
à eux 780 personnes.
Durant l’année 2013, la notoriété de la plateforme auprès du grand public s’est accrue, et
aujourd’hui chacun s’accorde à observer qu’une dynamique est en train de se créer. Les efforts doivent
donc se poursuivre au-delà de manière à conforter cette activité.
IX - Exploitation
Service des eaux de l'aéroport Paris-Vatry
En 2013, le marché pour la gestion de l'eau potable, incendie, eaux pluviales et eaux usées a
été relancé et attribué à La Lyonnaise des eaux pour une durée de quatre ans.
De 2007 à 2013, l'ensemble du réseau AEP a été mis sous télésurveillance, ce qui a permis de :
contrôler les fuites ;
doubler le rendement entre l'eau pompée et diffusée (vente + service).
Les réseaux d'eaux usées et pluviales sont également sous télésurveillance.
Sélection et nettoyage des boisements de l'ancienne marguerite militaire et enlèvement de
l'ancienne clôture
Suite à la demande de la Direction générale de l'Aviation civile, il a été procédé au nettoyage
et à la sélection des boisements situés sur l'ensemble de l'ancienne marguerite militaire. La clôture
longeant la zone réservée a aussi été dégagée de tous boisements sur une bande de cinq mètres de
large, conformément à la demande de la DGAC.
L'entreprise NINET a également procédé à l'enlèvement de l'ancienne clôture.
Protocole de chasse
Le Département a reconduit les protocoles de chasse avec les sociétés de Bussy-Lettrée,
Vassimont-et-Chapelaine et d'Haussimont pour une durée d'un an à compter du 4 octobre 2013.
Le protocole conclu avec les sociétés de chasse de Sommesous, Fère-Champenoise et Normée,
a été renouvelé avec prise d'effet au 7 décembre 2013 pour une durée d'un an avec possibilité de
reconduction pour la même durée.
Une convention a été également mise en place avec une équipe de fureteurs afin d'éradiquer la
prolifération de lapins de garenne sur les emprises du domaine public départemental des ZAC 1 et 2 de
l'aéroport et sur l'ancienne marguerite militaire.
LES PERSPECTIVES 2014
I - Activité FRET
Poursuivre le développement des relations commerciales avec certains pays de l’Afrique du
Sud, Brésil, Russie, Inde et Chine (A.B.R.I.C.)
La Chine demeure toujours une cible pour l’aéroport afin de développer des lignes régulières,
espérant concrétiser demain ce qui n’a pas été possible hier, compte tenu d’une conjoncture difficile.
II - Activité PASSAGERS
SEVE - Tour Opérateur TOP OF TRAVEL
Croatie :
7 juin et 23 août 2014
Portugal :
17 avril et 2 octobre 2014
Malte :
19 juin 2014
217
Conseil général de la Marne
APVP - Compagnie RYANAIR :
Des négociations sont actuellement en cours ; les destinations suivantes sont pour le moment
proposées :
Porto :
janvier à mars 2014
Marrakech :
janvier à mars 2014
APVP – JETAIRFLY
Nice :
avril à octobre 2014
III - Travaux 2014 :
tapis d'enrobé de G0 à G1 (y compris) en ZAC 1 ;
réhabilitation pour mise en sécurité aire d'isolement (aire de dégivrage) (phase 5) ;
travaux dans la salle Chef de quart de la tour de contrôle ;
ancienne marguerite militaire Nord-est : nivellement et déconstruction de dix portes
d'hangarettes et du hangar métallique ;
reconstruction des caniveaux BIRCO en zone réservée (nota : la SEVE se chargera de
la mise en œuvre de joints de dalles parking béton) ;
reprise des travaux d'étanchéification des caniveaux BIRCO (entreprise R.C.A.) ;
changement d'un grand nombre de compteurs d'eau en 2014 et mise en place d'une
télérelève en 2015.
218
Conseil général de la Marne
Direction de l’éducation,
des loisirs et de la mobilité
L’éducation
Le transport et la mobilité
Le sport, la jeunesse et le tourisme
Le tourisme
La culture
219
Conseil général de la Marne
220
Conseil général de la Marne
Direction de l’éducation,
des loisirs et de la mobilité
Quatre services composent la direction de l’éducation, des loisirs, de la mobilité :
la gestion des collèges,
le transport et la mobilité,
les sports, la jeunesse et le tourisme,
les affaires culturelles.
Le budget total s’établit à 40,225 M€ en fonctionnement et 25,956 M€ en investissement, y
compris les budgets des structures rattachées à la direction :
les Archives départementales,
la Bibliothèque Départementale de Prêt.
C’est une équipe de près de trente agents qui se mobilise pour donner un véritable sens à des
politiques soit obligatoires ou facultatives, dans le cadre d’un budget contraint, avec comme objectif le
meilleur service rendu à la population.
Sont rattachés à cette direction les 458 agents territoriaux des collèges qui assurent l’accueil,
la restauration collective, entretiennent les bâtiments et les terrains et assurent la maintenance
technique dans les 47 collèges publics. La particularité de ces agents est de se trouver sous l’autorité
fonctionnelle du Chef d’établissement et de l’autorité hiérarchique du président du Conseil général, ce
qui complique parfois un mode de relation basé sur des relations de confiance et la recherche d’une
efficacité maximale.
En 2013, de nombreuses actions ont été mises en place au sein de cette direction, montrant
son dynamisme et son implication, malgré les contraintes budgétaires imposées.
Tourisme
mise en place du schéma départemental des véloroutes et voies vertes avec la réalisation en
cours de l'itinéraire de la Vallée de la Marne (marché lancé) et de la véloroute du Canal de la Haute-Seine
(en cours de finalisation) ;
amélioration des équipements d'accueil des sites inscrits au schéma départemental des sites
de mémoire par l'implantation de panneaux d'information service et d'une signalétique directionnelle.
Ceci vient compléter l'action de mise en valeur par une signalétique touristique des sites et
équipements touristiques par catégorie (monuments historiques, parcs et jardins, musées, aires de
pique-nique et points de vue, sites de mémoire).
Culture
poursuite du Festival Itinéraires, voyage musical et théâtral dans des sites confidentiels ou
insolites du patrimoine rural : recherche particulière de lieux tout en respectant un équilibre territorial
et en développant un appui significatif des structures culturelles locales ;
mise en œuvre d'un programme ambitieux de sensibilisation artistique à destination des
collégiens visant à la découverte et à la curiosité culturelles : en s'appuyant sur la richesse de création du
territoire (intervention de structures culturelles locales, création du programme « collège en scène »
réunissant à travers treize projets, trente collèges et environ mille élèves).
221
Conseil général de la Marne
Sport
réflexion sur une stratégie visant à développer des « actions sport santé nutrition » dans le milieu
scolaire et dans le milieu sportif associatif. Mise en place cette année d'un dispositif d'appel à projet porté
par le Conseil général en étroite collaboration avec l'UNSS et la Direction académique, afin de valoriser les
démarches entreprises par les collèges face à la problématique du « bien manger-bien bouger » ;
développement du soutien au sport de compétition amateur en aidant l'ensemble des niveaux de
jeux nationaux pour une cohérence et une continuité entre le niveau régional et le niveau professionnel ;
clarification et simplification de la démarche d'obtention de bourses d'accessibilité au sport
de haut niveau pour les collégiens inscrits en pole espoir ou France : plus de lisibilité en lien avec le
mouvement sportif régional et l'Etat, seul département à avoir intégré ce type d'aide.
Education
création en interne d'un outil logiciel permettant aux collèges de concevoir facilement leurs
menus en sélectionnant un met parmi des catégories garantissant au final l'équilibre du repas et du
cycle de vingt repas : dans le cadre de l'obligation réglementaire de mise en application des
recommandations du GEMRCN, formation aux réglementations et à l'utilisation de l'outil ;
expérimentation en vue de son développement de l'approvisionnement des restaurations
scolaires en produits locaux : signature d'une convention avec chambre d'agriculture de la Marne,
Syndicat mixte du pays d'Argonne, collège de Sainte-Ménéhould afin de favoriser l'approvisionnement
de la cantine en produits locaux et argonnais ;
mise en place de l'espace numérique de travail ENT dans les collèges, plateforme virtuelle
permettant aux professeurs, aux élèves, aux parents et à l'ensemble de la communauté éducative de
partager informations et données (cours, cahiers de textes, ...) - 18 collèges à ce jour équipés ;
Transport et mobilité
adoption d'un schéma de mobilité en cours de concrétisation : tarification remodelée, réseau
restructuré depuis septembre 2013 afin d'avoir une meilleure adaptation aux besoins réels et une
amélioration de l'intermodalité.
L’accessibilité fait partie de ce schéma et le service Mobulys, transport sur réservation destiné
aux personnes en situation de handicap assez lourd, a été mis en place de façon volontaire. Il offre aux
usagers une réelle ouverture en leur permettant un déplacement dans tous les points du département.
222
Conseil général de la Marne
L’éducation
L’éducation constitue toujours une priorité pour le Conseil général qui consacre chaque année
une part importante de son budget au fonctionnement et à l’investissement dans les collèges dans le
but de favoriser la réussite des collégiens.
Ce constat démontre bien l’attachement du Département à ses collèges et au partenariat
développé avec les E.P.L.E. et la direction académique des services départementaux de l’éducation
nationale afin d’offrir des conditions d’accueil optimales aux élèves.
Depuis l’acte II de la décentralisation, de nouvelles missions sont venues étoffer le champ
d’action des conseils généraux. En effet la loi de 2004 a conféré aux Départements des compétences
concernant la sectorisation, la restauration scolaire et la gestion du personnel technique, notamment.
La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du 8 juillet
2013 étend encore les compétences des collectivités territoriales au sein des établissements scolaires,
notamment pour ce qui concerne la maintenance informatique.
I - Les effectifs des collèges
A - Dans les collèges publics
A la rentrée scolaire de septembre 2013, les 47 collèges marnais ont accueilli 21 589 élèves
marquant ainsi une augmentation par rapport à l’année précédente (+0,7 %). Cela fait trois années
consécutives que les effectifs connaissent une évolution positive.
EFFECTIFS DES COLLEGES PUBLICS MARNAIS (y compris SEGPA)
Collèges
Effectifs
Effectifs
Effectifs
Effectifs
Effectifs
Effectifs
rentrée 2008 rentrée 2009 rentrée 2010 rentrée 2011 rentrée 2012 rentrée 2013
District de Châlons
4 209
4 151
4 222
4 261
4 233
4 277
District d'Epernay
5 340
5 446
5 532
5 588
5 583
5 580
District de Reims
9 644
9 624
9 690
9 678
9 835
9 924
District de Vitry-le-François
2 010
1 875
1 770
1 767
1 781
1 808
21 203
21 096
21 214
21 294
21 432
21 589
TOTAL GENERAL
Evolution par rapport à -222 élèves -107 élèves
l'année précédente
soit -1,04 % soit -0,50 %
-48 élèves
soit -0,2 %
+80 élèves +138 élèves +157 élèves
soit +0,38 % soit +0,68 % soit +0,7 %
B - Dans les collèges privés
A la rentrée scolaire de septembre 2013, les treize collèges privés marnais ont accueilli 6 057 élèves,
marquant ainsi une légère diminution par rapport à 2012 (-0,7 %).
EFFECTIFS DES COLLEGES PRIVES MARNAIS
Collèges
District de Châlons
Effectifs
Effectifs
Effectifs
Effectifs
Effectifs
Effectifs
rentrée 2008 rentrée 2009 rentrée 2010 rentrée 2011 rentrée 2012 rentrée 2013
1 202
1 265
1 272
1 316
1 332
1 303
679
698
725
753
721
686
3 589
3 572
3 576
3 666
3 737
3 752
129
195
244
308
307
316
5 599
5 730
5 817
6 043
6 097
6 057
Evolution par rapport à +6 élèves
+131 élèves +87 élèves +226 élèves +24 élèves
l'année précédente
soit +0,11 % soit +2,34 % soit +1,52 % soit +3,89 % soit +0,4 %
-40 élèves
soit -0,7 %
District d’Epernay
District de Reims
District de Vitry-le-François
TOTAL GENERAL
223
Conseil général de la Marne
II - L’investissement
A - Dans les collèges publics
la poursuite d’une forte volonté d’investissement
Tout au long de l'année, le Conseil général a en charge la construction, la réparation et tous
les travaux d'entretien des collèges publics. L'investissement dans les collèges représente plus de
470 millions d’euros depuis 1986 et une enveloppe annuelle globale de 10,13 millions d’euros en 2013.
Sur les 45 établissements (hors cités scolaires) :
31 collèges ont été reconstruits ou totalement réhabilités,
8 collèges ont fait l’objet de gros travaux de réhabilitation,
6 collèges restent à reconstruire (Sermaize-les-Bains, Vertus, Pontfaverger, Université, François
Legros et Pierre Brossolette à Reims),
Lancement d’opérations importantes :
reconstruction du collège Eustache Deschamps à Vertus – pose de la première pierre le
15 novembre 2013,
réhabilitation et extension du gymnase René Cassin au collège Yvette Lundy à Ay –
pose de la première pierre le 18 novembre 2013.
Poursuite des études pour la reconstruction ou la réhabilitation des collèges :
Louis Pasteur à Sermaize-les-Bains,
Université à Reims,
Pierre Souverville à Pontfaverger.
Les 47 établissements ont également bénéficié d’une dotation de 7 000 € « travaux urgents »
(représentant un montant total de 329 000 €) leur permettant de financer les menus travaux et
réparations. Cette enveloppe permet aux agents affectés dans les collèges de réaliser des travaux en
direct et assure une réactivité dans l’intervention.
B - Dans les collèges privés
En 2013, en application des dispositions de la loi Falloux, des aides à l’investissement ont été
accordées aux collèges privés à hauteur de 1 020 691 €. Ces subventions visent à participer au
financement de travaux de sécurité et d’hygiène, de rénovation, de maintenance et d’accessibilité.
De plus, le Conseil général a accepté de garantir les emprunts contractés par les collèges
privés pour mener à bien un programme de travaux pluriannuel représentant un coût important. A ce
jour, neuf collèges bénéficient de ce dispositif.
III - Le fonctionnement
A - Dans les collèges publics
L’enveloppe répartie entre les 47 collèges est de l’ordre de 5,4 M€ et doit faire l’objet de la
répartition la plus équitable possible entre les établissements.
L’Assemblée départementale avait souhaité qu’une réflexion soit menée au cours de l’année
2012, autour des critères qui déterminent le calcul de la dotation des collèges publics afin de parvenir
à la meilleure équité possible dans la répartition des crédits pour une application à l’exercice 2013,
sachant que les changements devront s’appliquer de manière évolutive.
224
Conseil général de la Marne
Ainsi, les nouvelles modalités de calcul de la dotation de fonctionnement sont les suivantes :
prise en charge des dépenses de viabilisation au réel (moyenne actualisée des trois dernières années) ;
prise en charge des dépenses liées aux contrats obligatoires de maintenance :
au réel (100 %) pour les collèges membres des groupements de commande pour la
maintenance des ascenseurs et SSI ;
à hauteur de 80 % pour les collèges non-membres.
prise en charge des dépenses assumées par les collèges soumis à la Redevance d’Enlèvement
des Ordures Ménagères à hauteur de 60 % (étant considéré que la part restante correspond au service de
restauration et est prise en charge par la contribution des usagers, le budget restauration étant autonome).
Puis répartition du solde de l’enveloppe :
au prorata des surfaces bâties (15 %) ;
au prorata des effectifs (85 %) ;
instauration d’un forfait pondéré de 1,5 pour les élèves de 4ème et 3ème SEGPA.
En ce qui concerne les équipements sportifs, une subvention particulière est attribuée aux
collèges qui doivent louer des équipements sportifs auprès d’autres structures. Un total de 53 476 € a
ainsi été versé aux douze collèges concernés.
Pour ce qui est des collèges dont le gymnase a été racheté par le Département, une subvention
spécifique était jusqu’alors allouée pour un montant total de 185 386 € pour quinze collèges présentant
cette situation. Ce dispositif visait à compenser les charges nouvelles et donc non prises en compte dans
le calcul de la dotation de fonctionnement N+1. Néanmoins, les principaux postes de dépenses pour le
fonctionnement d’un gymnase sont la viabilisation et les contrats de maintenance, lesquels sont pris en
compte au réel dans le nouveau mode de calcul. Aussi, il a été décidé de supprimer progressivement (sur
sept ans) ces crédits spécifiques « gymnases » et de les redéployer dans l’enveloppe globale de dotation
de fonctionnement. Ces crédits spécifiques auront donc disparu en 2019.
Parallèlement, une enveloppe budgétaire est réservée afin de verser un complément de
subvention, en fin d’année, aux collèges qui rencontrent des difficultés budgétaires liées à la
viabilisation. Cette enveloppe s’élevait à un montant de 106 810 € en 2013. 27 collèges ont fait une
demande de dotation complémentaire et quinze d’entre eux ont reçu une aide particulière au vu de
leur situation budgétaire et des dépenses prévisionnelles de viabilisation.
B - Dans les collèges privés
En 2010, le Conseil général a formalisé son engagement vis-à-vis des treize collèges privés en
adoptant une convention de partenariat triennale (2010-2011-2012). Une négociation menée avec la
Direction Diocésaine et des représentants de collèges privés a permis de renouveler ce partenariat pour
les années 2013-2014-2015. En application du principe de parité, les diverses aides allouées par le
Conseil général de la Marne aux collèges privés sont calculées sur la base des aides attribuées aux
collèges publics. Le montant des aides allouées aux collèges privés, au cours des trois prochaines
années, pourra donc varier proportionnellement à l’évolution des budgets consacrés aux collèges publics.
Ainsi chaque établissement bénéficie de crédits de fonctionnement au prorata de ses effectifs,
étant précisé que la participation est calculée sur la base de ce que coûte un élève de l’enseignement
public. En application de l’article L.442-9 du Code de l’éducation, ces crédits sont versés aux
établissements en deux contributions distinctes :
la part « matériel » devant participer à la prise en charge des dépenses de fonctionnement
de l’établissement (participation départementale totale de 1 579 077 €) ;
la part « personnel » devant participer à la prise en charge des dépenses de rémunération
des personnels se rattachant à l’externat (participation départementale totale de 1 816 906 €).
225
Conseil général de la Marne
IV - L’équipement
le mobilier-matériel : 605 000 €
La priorité est donnée au matériel pédagogique, au mobilier de classe et au matériel
d’entretien des locaux utilisé par les agents techniques.
l’informatique
A - Dans les collèges publics : 1 M€
L’opération pluriannuelle de câblage lancée en 2008 porte aujourd’hui ses fruits puisque plus
de 88 % des établissements sont désormais câblés. Ce programme doit s’achever en 2015.
Les investissements engagés par le Conseil général dans le domaine des équipements informatiques
ont permis d’atteindre, dans la majorité des établissements, la moyenne nationale (six élèves/ordinateur).
Le Conseil général, en collaboration avec le Rectorat, vise toujours les mêmes objectifs :
renouveler régulièrement le parc informatique afin que les élèves utilisent du matériel
relativement récent ;
équiper les collèges de matériels spécifiques (vidéoprojecteur interactif, tableau blanc
interactif, etc.) lorsque l’équipe enseignante le demande et s’engage à être formée à son utilisation.
Les espaces numériques de travail qui constituent un portail destiné à faciliter les échanges
entre les élèves, les enseignants et les parents et à accéder à des ressources partagées. Suite à
l’expérimentation de ce dispositif dans trois collèges (Terres Rouges à Epernay, Robert Schuman à
Reims et Jean-Baptiste Drouet à Sainte-Ménéhould), le Département a décidé de déployer
progressivement cet outil aux collèges volontaires. Après la première phase de déploiement qui est
intervenue à la rentrée 2012 et qui a concerné dix collèges (dont les trois expérimentateurs), la
deuxième phase de déploiement a permis à huit nouveaux collèges de bénéficier d’un Espace
Numérique de Travail :
le collège Nicolas Appert à Châlons-en-Champagne,
le collège Victor Duruy à Châlons-en-Champagne,
le collège Perrot d’Ablancourt à Châlons-en-Champagne,
le collège Stéphane Mallarmé à Fère-Champenoise,
le collège Professeur Nicaise à Mareuil-le-Port,
le collège de Montmort-Lucy,
le collège Joliot-Curie à Reims,
le collège Université à Reims.
Ainsi, 18 collèges bénéficient actuellement de l’E.N.T. proposé par le Conseil général de la Marne.
La loi n°2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de
l’école de la République comporte 89 articles dont certains ont une incidence pour les collectivités
territoriales, notamment dans le domaine de l’informatique.
Ainsi, l’article 21 précise que « l’acquisition et la maintenance des infrastructures et des
équipements, dont les matériels informatiques et les logiciels prévus pour leur mise en service,
nécessaires à l’enseignement et aux échanges entre les membres de la communauté éducative, sont à
la charge du Département ». Le principe qui prévaut est donc que « celui qui achète assure la
maintenance ». Ce principe paraît simple mais en réalité il nécessite concrètement de déterminer ce
qui relève de la maintenance (collectivité territoriale) et de l’assistance (Education nationale). En effet,
l’article 19 de ce texte précise que l’Etat prend en charge les dépenses de fonctionnement à caractère
directement pédagogique dont celles afférentes aux ressources numériques, incluant les contenus et
les services, spécifiquement conçus pour un usage pédagogique.
226
Conseil général de la Marne
Dans un premier temps, afin de répondre à cette problématique, l’Assemblée départementale a
décidé d’étendre la garantie des matériels informatiques ou numériques acquis par le Département à cinq ans
(trois ans sur site, deux ans en atelier), considérant les durées d’amortissement des appareils.
B - Dans les collèges privés : 114 751 € soit 8 827 € par collège, les établissements ayant
opté pour une dotation forfaitaire et non une répartition en fonction des effectifs.
V - La poursuite de la mise en œuvre des compétences décentralisées
les agents techniques affectés dans les collèges
Le fonctionnement des collèges, c’est aussi la gestion des personnels techniques répartis sur
tout le territoire départemental, le budget correspondant s’élève à 14 M€ par an. Un effort particulier
doit être mené pour contenir, voire diminuer les dépenses de personnel, afin de s’inscrire dans une
démarche de réduction des dépenses à hauteur de 1 % par an. Aussi, suite à la vacance d’un poste à
l’occasion d’un départ à la retraite ou d’une mutation, la situation de l’établissement fait l’objet d’un
examen attentif et il n’est pas procédé systématiquement au remplacement de l’agent partant.
Au cours de la période de recrutement 2013, 29 postes étaient vacants parmi lesquels 21 ont été
pourvus, trois ont été redéployés dans des établissements « déficitaires » et cinq ont été gelés. 24 postes
ont ainsi été pourvus de la façon suivante :
3 par mobilité interne (soit 12,5 %) ;
15 par des personnes actuellement en contrat ou ayant été en contrat au Conseil
général (soit 62,5 %) ;
2 par mutation au sein de la Fonction Publique (soit 8 %) ;
4 par des personnes issues du secteur privé (17 %).
Depuis le transfert des T.O.S. au Conseil général, les collèges avaient continué d’employer des
contrats aidés comme c’était le cas lorsque ces personnels relevaient du Rectorat. Néanmoins, le Conseil
général a souhaité faire évoluer ce dispositif afin d’être employeur de l’ensemble des contrats aidés pour
les missions d’accueil, d’entretien et de restauration. Ceci contribue à une meilleure gestion des effectifs.
la restauration scolaire
A – Les tarifs de restauration
L’homogénéisation des tarifs de restauration scolaire se poursuit en 2013, le Conseil général
encadrant l’évolution des tarifs. Les collèges qui pratiquent des tarifs élevés sont incités à les geler alors
que ceux qui appliquent des tarifs en dessous de la moyenne départementale sont incités à les augmenter.
B – L’équilibre alimentaire
Le décret n°2011-1227 du 30 septembre 2011 relatif à la qualité nutritionnelle des repas servis
dans le cadre de la restauration scolaire impose la mise en œuvre des recommandations du Groupe
d’Etude des Marchés de Restauration Collective et de Nutrition (GEMRCN) au 1er septembre 2012.
Aussi, afin de préparer cette mise en œuvre, un groupe de travail composé de gestionnaires et
de chefs de cuisine a mené une réflexion sur différents axes de travail :
créer un réseau de chefs de cuisine pour favoriser les échanges d’expérience ;
mettre en application la réglementation sur l’équilibre alimentaire (GEMRCN) ;
engager une réflexion sur les produits bio et/ou régionaux (circuits courts ou de proximité) ;
mettre en place un groupement d’achats.
Le poste de référent Hygiène-Sécurité-Restauration, créé en 2011, a permis de dresser un état
des lieux du fonctionnement des demi-pensions et d’initier une dynamique de réseau autour de ce
coordonnateur.
227
Conseil général de la Marne
Pour la mise en œuvre de la réglementation sur l’équilibre alimentaire, plusieurs actions ont été
mises en place par le Département :
continuité du partenariat engagé en 2011 avec des professionnels de santé (Maison de
la Nutrition qui emploie des diététiciens) ;
formation du personnel de cuisine : presque tous les collèges disposant d’une demi-
pension ont reçu une formation de la Maison de la Nutrition (un seul collège reste
encore à former en 2014) ;
création par le Conseil général de la Marne d’un logiciel de conception des menus,
facilitant la mise en application des recommandations du GEMRCN ;
suivi et accompagnement des établissements dans cette démarche via le référent
Hygiène-Sécurité-Restauration.
VI - Les politiques volontaires
Le contexte budgétaire actuel a amené le Conseil général à évaluer en 2012 l’ensemble des
dispositifs afin de gérer de façon rationnelle la ventilation des crédits tout en recentrant les
interventions du Département sur ses compétences obligatoires.
Le Département continue cependant de déployer une politique volontaire afin de favoriser
l’égal accès de chaque élève à la culture et aux sports.
en favorisant l’épanouissement des élèves :
par l’encouragement à la pratique sportive en milieu scolaire : financement de la
pratique de la natation par les élèves de 6ème
85 000 € pour les collèges publics ;
20 000 € pour les collèges privés.
par le développement de l’éducation à l’image : 47 000 €
Au titre de l’année scolaire 2012-2013, ce dispositif « Collège au cinéma » a confirmé son
succès avec une participation de 27 collèges publics et huit collèges privés.
Par ailleurs, les établissements qui le souhaitent peuvent bénéficier d’une ou deux séances de
deux heures de sensibilisation et d’éducation à l’image, en lien avec les films vus par les élèves avec
l’intervention du Télé Centre Bernon.
Le Conseil général participe depuis de nombreuses années au festival « Vidéo-action » initié
par le Centre Départemental de Documentation Pédagogique, montrant ainsi sa volonté d’aider le
développement de projets culturels et artistiques pour le public jeune (18 films présentés, 11 primés,
dont le collège Jean Monnet d’Epernay, pour son film « Correspondance sans retour » et le collège du
Professeur Nicaise de Mareuil-le-Port pour son film « Il était une fois »).
par une sensibilisation artistique
à l’Opéra, par une action avec l’Opéra de Reims se concrétisant par la participation de
plus de 400 collégiens, notamment du monde rural, à des spectacles ;
au chant choral par le biais d’une charte départementale. Le travail des élèves est valorisé
par la mise en place d'une semaine de manifestations organisées dans tout le département.
par l’encouragement à la pratique artistique en milieu scolaire permettant à l’enfant
et à l’adolescent de découvrir de façon vivante les activités artistiques, de rencontrer des artistes, de
travailler avec eux, de s’initier dès leur plus jeune âge aux pratiques artistiques.
La participation financière du Département pour les projets artistiques et culturels organisés dans
les collèges est de 33 % du budget : seize établissements scolaires ont été concernés par 31 projets pour
un coût de 15 430 €.
228
Conseil général de la Marne
par un soutien aux sorties scolaires avec nuitées
Depuis la décision de l’Assemblée départementale du 29 juin 2012, les conditions d’aide
retenues sont les suivantes :
Durée
minimum
Effectif
minimum
Destination
Séjours courts
1 à 3 nuitées
15 élèves
Séjours longs
4 nuitées et +
Séjours à l'étranger et
appariements
4 nuitées et +
Types de séjours
Primaire
Collège
Marne
5 € par nuitée / élève
5 € par nuitée / élève
15 élèves
Marne
8 € par nuitée / élève
11 € par nuitée / élève
15 élèves
Etranger
_
50 % des frais de
transport avec un plafond
de 1 500 €/séjour
En 2013, 1 769 élèves d’écoles primaires et 441 collégiens ont réalisés un séjour scolaire dans la
Marne, qui a été subventionné par le Conseil général de la Marne pour un montant total de 45 878 €. Pour
les séjours à l’étranger et appariements, 3 557 élèves de collèges publics et 957 élèves de collèges privés
ont participé à un séjour subventionné par le Département pour un montant total de 173 632,45 €.
En 2013, certains collèges ont réalisé des séjours qui étaient encore éligibles aux anciens critères
d’aide (6 € par nuitée et par élève pour les séjours longs hors Marne) et ont été subventionnés pour un
montant total de 23 778 €. Ces séjours ont concerné 816 collégiens.
Le total des subventions pour les séjours scolaires s’élève à 243 288,45 €.
par l’éducation à la santé :
actions nutrition : 24 000 € ;
formation aux premiers secours : 6 000 €.
en soutenant l’investissement des communes en faveur des regroupements scolaires
Une politique attractive en matière de financement des regroupements scolaires
(regroupement de sections maternelles, primaires, doté d’un service de restauration, de « locaux
garderie ») est menée depuis de nombreuses années. Ainsi, à la rentrée 2013, on compte dans le
département 190 regroupements pédagogiques dont 26 regroupements dispersés, 70 regroupements
concentrés maternels et 94 regroupements concentrés élémentaires. 558 communes font partie d’un
regroupement pédagogique.
Les crédits consacrés aux constructions scolaires (projets d’intérêt départemental) en 2013
sont de 974 181 € en autorisations de programme et 3 M€ en crédits de paiement.
les aides aux collégiens
Les bourses exceptionnelles
Le Conseil général de la Marne aide les familles de collégiens qui connaissent, au cours de l’année
scolaire, un changement brutal de situation (décès d’un parent, chômage sans indemnité, séparation,
divorce) en leur attribuant une bourse exceptionnelle de 381 € par enfant scolarisé dans un collège. Au titre
de l’année scolaire 2012/2013, 23 dossiers ont été étudiés pour un montant total de 8 763 €.
Le fonds social départemental pour collégiens
Lors de sa réunion du 29 juin 2012, l’Assemblée départementale a décidé de créer un fonds
social départemental afin d’aider les collégiens les plus en difficulté, par redéploiement de crédits
précédemment consacrés aux bourses d’enseignement (arrêt du dispositif depuis la rentrée 2012).
Un groupe de travail composé de principaux, de gestionnaires et du représentant des
assistants sociaux scolaires de la Direction Académique des Services Départementaux de l’Education
Nationale (DASDEN) a été constitué afin de mettre en cohérence ce dispositif avec ceux existants.
La création d’un fonds social départemental pour collégiens a ainsi fait l’objet d’une analyse
approfondie afin de déterminer quels étaient les critères les plus pertinents et les plus adaptés en vue
de pouvoir répondre avec le plus de réactivité possible aux situations signalées.
229
Conseil général de la Marne
Lors de sa réunion de janvier 2013 et au vu des conclusions du groupe de travail, l’Assemblée
départementale a décidé de créer un fonds social départemental pour collégiens d’un montant total de
140 000 € afin d’aider les familles en difficultés face aux dépenses de restauration scolaire et aux
charges liées à la scolarité de leur(s) enfant(s).
Ainsi, deux dispositifs ont été mis en place :
une aide forfaitaire allouée aux établissements qui comptent plus de 45 % d’élèves
issus de catégories socio-professionnelles défavorisées (moyenne départementale
arrondie au supérieur) pour un montant total de 46 000 € ;
une aide individuelle, allouée sur dossier établi par la famille et le collège et qui est
versée directement à l’établissement pour venir en déduction des factures de cantines
ou autres.
230
Conseil général de la Marne
Le transport et la mobilité
I - Evolution
L’année 2013 a été marquée par les appels d’offres et la restructuration du réseau liée à ces
nouveaux marchés.
Dans le cadre de l’élaboration du schéma de mobilité, l’Assemblée avait en effet pris le 19 octobre
2012 une délibération importante concernant la restructuration du réseau.
Un nouveau réseau de lignes régulières a ainsi été mis en place.
Mais il avait aussi été acté la récupération au niveau du Conseil général de l’inscription de tous
les collégiens et lycéens empruntant le transport scolaire interurbain, avec des frais d’inscription
systématiques de douze euros par élève.
Cette inscription allait de pair avec l’élaboration d’un système de suivi des véhicules et des
effectifs, permettant à terme une meilleure connaissance du réseau et son optimisation.
Un règlement départemental a par ailleurs été adopté le 17 mai 2013 qui permet de
rassembler toutes les décisions en un document unique.
Toutes ces évolutions ont généré une forte activité au sein du service, particulièrement de juin
à octobre, pour préparer la rentrée et ensuite la gérer.
Par ailleurs, l’année a aussi été marquée par l’évolution de l’intercommunalité et l’extension de
périmètres de transport urbain (PTU) occasionnant des transferts de services. Une convention avec
Reims Métropole a acté du transfert au 1er janvier 2013. D’autres conventions sont en élaboration avec
les agglomérations de Châlons-en-Champagne et Saint-Dizier, ainsi que la communauté de communes
d’Epernay, qui s’étendent au 1er janvier 2014.
En septembre 2013, peu d’écoles ont intégré la réforme des rythmes scolaires qui sera un
élément important dans l’organisation des transports en 2014.
délivrance des abonnements scolaires
Les collégiens et lycéens se sont donc tous inscrits auprès du service pour la rentrée de septembre
2013, avec des frais s’inscription de douze euros. En surplus les frais de participation sont soit pris en
charge par la collectivité soit versés par la famille, à hauteur de 70 € par collégien ou 120 € par lycéen.
Les familles pouvaient effectuer la démarche et le paiement sur Internet, le site étant désormais
interfacé avec le logiciel Pegase via PegaseWeb. Environ un quart des familles est passé par ce système.
Les nombreux changements intervenus, à la fois sur le réseau, la délivrance des titres mais
aussi chez les transporteurs, ont amené une forte tension sur le service lors de cette rentrée 2013. Le
standard téléphonique s’est trouvé bloqué sous le nombre trop élevé d’appels. La situation est
redevenue normale courant octobre et le fonctionnement est redevenu satisfaisant.
restructuration du réseau
Les appels d’offres ont été lancés en janvier pour la rentrée de septembre 2013. L’un
concernait les services scolaires, l’autre les lignes régulières. Ces marchés sont à bon de commande
pour une durée de sept ans, avec une commande minimale de véhicules et de kilomètres.
Environ deux tiers du réseau a été renouvelé à cette occasion.
Concernant les circuits scolaires, le marché a tâché de s’adapter aux évolutions possibles liées
par exemple aux rythmes scolaires.
231
Conseil général de la Marne
Le nouveau réseau de lignes régulières s’est mis en place avec des changements
principalement sur Châlons-en-Champagne, Epernay et Reims.
D’une logique liée à la desserte complémentaire le long des principales voies ferrées, ce réseau
est passé à une logique de desserte des principales communes autour des agglomérations, sans
omettre certaines dessertes d’équilibre du territoire.
La desserte de Reims a ainsi été intensifiée avec des nouvelles lignes venant de Pontfaverger, Cormicy,
et Aumenancourt, la ligne Reims Express desservant Witry-les-Reims devant être renforcée en 2014.
Pour la desserte de Châlons-en-Champagne, des lignes venant de Suippes, Mourmelon ont été
inaugurées en complément de celle de Sainte-Ménéhould. La liaison avec Vitry-le-François a été
conservée mais sur la rive gauche de la Marne, en reprise de celle précédemment opérée par la
Région. La Région, en contrepartie, a renforcé la liaison du TransChampagne entre Reims et Châlonsen-Champagne, le Département se désengageant de cette liaison.
Ce nouveau réseau de lignes régulières s’effectue avec des véhicules accessibles aux personnes
en situation de handicap, l’effort devant ensuite porter sur la mise en accessibilité des arrêts concernés.
système de suivi des véhicules et des effectifs.
Ce système, appelé X-Opticar, est élaboré avec le Département de l’Aube. Des
développements informatiques sont effectués en interne par ce Conseil général, avec lequel nous
sommes liés au travers de la SPL X-DEMAT.
Le principe est l’équipement dans le véhicule d’une tablette pourvue d’un GPS. Cette tablette
est reliée à un valideur devant lequel passent les élèves avec leur carte pourvue d’une puce NFC.
Un premier lot d’équipements a été installé dans les véhicules de la régie de Sézanne à la
rentrée 2013 pour tester le système.
Les élèves recevront leurs cartes début 2014 et les cars seront équipés au printemps 2014.
Le système permettra une mise au point de la base des points d’arrêt, une connaissance des
trajets réellement effectués et de la charge des véhicules. Il sera un élément d’information envers les
collectivités partenaires (autorités organisatrices de second rang) et avec les parents d’élèves,
notamment en situation d’intempéries.
convention de transfert avec Reims Métropole.
Une convention a été conclue avec Reims Métropole concernant le transfert des circuits
scolaires suite à l’extension du Périmètre de Transport Urbain de l’agglomération. Le Conseil général
continue cependant à effectuer ces circuits pour le compte de Reims Métropole.
Cette convention préfigure les autres conventions à venir avec des autorités urbaines dont le PTU
augmente suite à la recomposition de la carte intercommunale. Il s’agira de Châlons-en-Champagne,
Epernay et Saint-Dizier.
syndicat mixte de transport suburbain de Reims
Le syndicat mixte de transport (type SRU) constitué avec Reims Métropole s’est inscrit dans le paysage
et perdure malgré la refonte intercommunale, la ZAC de Thillois restant en dehors de l’agglomération.
transports des élèves en situation de handicap
Le coût du transport des élèves en situation de handicap a poursuivi sa décrue en 2012/2013,
sur la lancée de l’année précédente. La structure des marchés ainsi que les efforts d’affectation de
l’Education Nationale et les décisions de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées)
semblent continuer à porter leurs fruits. L’année a vu la conclusion des discussions avec ces dernières
instances, le Conseil général devenant le décideur final, après avis de la MDPH.
232
Conseil général de la Marne
Mobulys
Le marché a été relancé pour juin 2013. Le même prestataire poursuit l’activité qui reste à un
niveau haut, du fait du succès du service, mais sans plus évoluer.
transport à la demande
Une redéfinition du service du TransBrie a eu lieu à compter de juin 2013. Des liaisons
extérieures ont été supprimées ou réduites alors que les liaisons locales ont été renforcées.
TVA
Depuis le 1er janvier 2013, le Département récupère la TVA sur les transports des secondaires
ainsi que sur les lignes régulières, le transport à la demande et Mobulys. En contrepartie, il verse de la
TVA sur les recettes. L’économie générée est de plus de 600 000 € à l’année et sera encore plus
importante avec le passage de la TVA à 10 %. Une récupération a été demandée et obtenue sur les
années 2010, 2011 et 2012.
Les chiffres présentés le sont en TTC et ne tiennent donc pas compte de cette récupération.
Quelques chiffres :
18,9 M€ de dépenses (gestion par le service) dont 17,59 M€ pour le scolaire ;
1,88 M€ de recettes, dont 1,44 M€ de participations pour le transport scolaire ;
13 transporteurs et 7 régies assurent quotidiennement le transport des élèves ;
46 collectivités locales (mairies, syndicats ou communautés de communes) sont nos partenaires
de terrain pour l'organisation des transports scolaires ;
22 391 élèves pris en charge, dont 393 en situation de handicap ;
personnel au 31 décembre 2013 : 11 agents ;
II - Tableau financier
Pour le scolaire, la référence est l’année scolaire 2012/2013. Pour le reste, l’année 2013.
Libellé
Dépenses
Transport scolaire (hors LID) 2012/2013
17 592 460 €
Recettes perçues (scolaire, yc billetique)
Lignes interdépartementales (LID) (Meuse, Aube, Aisne) 2011/2012
80 732 €
Subventions surveillances et Piscines 2012/2013
459 985 €
Versement DGD (communautés d’agglomération) 2013
202 429 €
Lignes non scolaires 2013
548 020 €
Vitici, Syndicat mixte, subventions mobilité 2013
Recettes
1 442 391 €
256 095 €
187 630 €
26 211 €
TOTAL
18 909 837 €
Hors champ du service :
331 allocations transport élèves internes 2012/2013
79 091 €
Subventions Transports urbains handicapés par DSD 2013
320 925 €
TOTAL GENERAL
233
Conseil général de la Marne
19 309 853 €
1 886 116 €
Détail
élèves utilisent 238 autocars
élèves empruntent les CITURA
élèves empruntent la SNCF et TransChamp.
élèves utilisent les services de la RTA
élèves ont des indemnités kilométriques dont
38 élèves handicapés
337 élèves et étudiants handicapés en taxi
18 élèves et étudiants handicapés en TC
Total dépenses transport scolaire (hors LID)
Participation des AO2 et des communes
Participation familiale
Recettes billettique (lignes régulières scolaires)
Abonnements bimestriels et tickets
20 121
710
1 334
100
70
Coût/élève
747 €
160 €
520 €
820 €
575 €
4 824 €
220 €
Dépenses
15 025 062
113 770
701 840
81 951
40 263
Recettes
€
€
€
€
€
1 625 614 €
3 959 €
17 592 460 €
1 139
155
99
47
Total Lignes non scolaires
182 020 €
366 000 €
131 911 €
55 719 €
548 020 €
187 630 €
Le coût du transport scolaire par car a peu augmenté (+1,78 %) par rapport à l’année scolaire
2011/2012. L’actualisation des tarifs des contrats (+1,05 % au 1er septembre 2012 et +1,64 % au 1er janvier
2013) en est la principale raison.
Pour la 2ème année consécutive, le coût du transport des élèves handicapés a baissé (cf supra).
Pour le transport par les cars départementaux, les ratios sont les suivants :
8 020 élèves du primaire, pour un coût moyen de 454 € ;
12 101 élèves du secondaire, pour un coût moyen de 941 €.
Le coût des lignes non scolaires a baissé, du fait principalement de Mobulys et du Trans’Brie,
et de l’arrêt de Vatrybus.
234
Conseil général de la Marne
€
€
€
€
1 442 391 €
Total Recettes perçues (scolaires et LR scolaires)
Trans Brie et Champagne
Mobulys
845
699
092
755
Le sport, la jeunesse et le tourisme
Missions du service
Elles consistent à conseiller, accompagner, instruire et suivre sur le terrain les porteurs de
projet (communes, communautés de communes, associations, particuliers) ayant sollicité une
subvention éligible au titre de la politique sportive du Département :
pour des travaux sur les bâtiments communaux : bâtiments scolaires, bibliothèques, salles
socio-culturelles ;
pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine ;
pour la réalisation, l’aménagement et la rénovation d’équipements sportifs : gymnases,
terrains de sport, vestiaires ;
pour le fonctionnement et la mise en place d’actions en application de la politique sportive
départementale ;
pour des projets d’aménagement touristique : campings, gîtes ruraux, chambres d’hôtes, hôtels.
En 2013, 980 courriers ont été reçus et traités : accusé réception, étude et instruction, rapport
à la Commission permanente ou à l’Assemblée départementale, gestion financière.
Le service (trois agents : trois ETP) traite également des dossiers qui relèvent d’autres politiques,
notamment de l’éducation et de la culture. Les éléments correspondants ont été rattachés à chaque
politique concernée.
Afin de simplifier le traitement administratif des dossiers, l’ensemble des projets
d’investissements communaux (aménagement du territoire d’intérêt local ou départemental) ayant un
lien direct avec les missions du service sont traités et instruits par ce service.
les financements en faveur du sport, de la jeunesse et des loisirs
Un budget de 3,3 millions d’euros est consacré à cette politique, dont 1,21 million au soutien
de la pratique sportive et des activités de jeunesse ainsi que 2,09 millions à l’investissement.
Aide aux communes
Dans le cadre du développement des équipements d’accueil et d’animation en milieu rural, ont
été attribués les montants de subventions suivants :
1 431 434 € pour la construction d’une Maison de la Vie Associative à EPERNAY,
314 930 € pour la construction d’une MJEP à CORMONTREUIL,
158 007 € pour l’aménagement de locaux périscolaires à Mardeuil et Pargny-les-Reims,
74 365 € pour trois dossiers de création ou de rénovation d’équipements sportifs,
426 720 € pour les dossiers de réhabilitation du gymnase de Magenta et des Indes à Vitry-le François.
235
Conseil général de la Marne
Actions en faveur de la jeunesse et des loisirs
Dans le cadre des activités de jeunesse et de loisirs, le Conseil général soutient :
Les organisateurs de séjours de vacances
Conformément au système d’aide financière adopté par l’Assemblée départementale lors de sa
séance du 29 Juin 2012 et privilégiant les séjours organisés dans la Marne, les subventions sont
désormais calculées selon les critères suivants :
Séjours courts (1 à 3 nuitées) :
Marne :
5 € par nuitée/enfant
Séjours vacances (incluant les séjours de 4 nuitées et plus) :
Marne :
7 € par nuitée/enfant
Le total des subventions accordées en 2013 pour les séjours de vacances organisés en 2012
(critères 2012 puis 2013 à partir du mois de septembre) s’est élevé à 45 186,00 €.
Actions en faveur du sport et de la vie associative
Lors de sa séance du 15 janvier 2009, l’Assemblée départementale a impulsé un nouveau souffle
à la politique sportive départementale, réaffirmant la volonté du Conseil général dans la mise en place de
moyens permettant une accessibilité plus étendue à la pratique sportive pour tous et par-delà toutes
considérations sociales, culturelles, physiques ou mentales. Du fait des contraintes budgétaires, il a été
décidé par délibération du 29 juin 2012 de « revisiter » les différentes actions dans l’objectif de réaliser
des économies budgétaires sur cette politique facultative pour le Département.
faire du sport un droit pour tous
Les contrats d’objectifs
Le département en 2013, poursuit l’accompagnement de douze comités sportifs
départementaux (sur 58 comités dans la Marne), pour un montant total de 115 000 €, dans la mise en
œuvre d’actions :
visant l’accès à la pratique pour le plus grand nombre et en particulier pour les publics
« cibles » (handisport, jeunes en difficulté, pratique féminine) ;
de structuration et de détection des jeunes athlètes ;
de formation des dirigeants, bénévoles, éducateurs bénévoles ;
en faveur de l’éthique sportive, créatrices de lien social ;
en faveur de la santé et d’une meilleure prise en compte du handicap.
Aide au fonctionnement des associations par les jeunes licenciés
Cette aide est attribuée aux associations afin de les soutenir dans l’organisation de leurs activités
traditionnelles, au regard du nombre de jeunes licenciés âgés de 6 à 18 ans : 281 030 € en 2013.
Soutien à l’organisation de stages sportifs au profit des « clubs performance »
En 2013, cent jeunes de moins de 25 ans sont partis en stage pour des actions d’optimisation
de la performance (perfectionnement, expertise). L’aide totale attribuée est de 4 650 €.
Acquisition de matériel sportif et achat de véhicules
Ce financement est maintenant largement sollicité par les associations, qui s’associent
pleinement au dispositif mis en place par les services de l’Etat dans le cadre du CNDS (Centre National
pour le Développement du Sport).
En 2013, le Conseil général de la Marne a soutenu l’achat de matériel sportif pédagogique par
les associations, pour un montant de 130 206 €.
Cinq véhicules pour un total de subvention de 13 613 €.
236
Conseil général de la Marne
valoriser l’esprit sportif et en faire un atout pour l’image du département
Soutien aux manifestations sportives
Le soutien aux courses cyclistes locales ainsi que les nombreuses compétitions d’envergure
nationale permettent de mettre en avant l’image de la Marne, mais cet appui reste avant tout
plébiscité par les petites associations représentant près de 70 % des demandes, sur des projets locaux
et départementaux.
104 403 € ont été attribués pour un total de 104 manifestations organisées dans le département.
Soutien au sport de haut niveau
Les athlètes de haut niveau
Les sportifs de haut niveau sont soutenus dans leur parcours de vie sportive à travers des
bourses d’aide dont le montant est défini selon leur inscription sur l’une des quatre types de listes
ministérielles, dites de « haut niveau » : espoir, jeunes, seniors et élites.
Au total, 52 athlètes ont été récompensés pour une subvention globale de 35 050 €.
Les clubs amateurs « performance »
Ce soutien est déterminant pour maintenir ou développer le niveau d’activité des équipes
« performance », permettant de prendre en charge une grande partie des frais inhérents à leur
participation aux compétitions (déplacements dans toute la France, formation des jeunes joueurs, frais
médicaux, …).
La majorité des disciplines comporte dans la structuration de leurs compétitions, trois niveaux
amateurs. Afin de soutenir nos clubs de manière homogène, apporter de la cohérence et de la
continuité à leur politique de développement, l’Assemblée départementale en Juin 2012 a voté la
création d’un troisième niveau de soutien.
Au titre de la saison 2013/2014, 33 clubs, regroupant 37 équipes ont donc été soutenus, pour
un coût total de 405 000 €.
Soutien aux collégiens marnais inscrits en « pôle Espoir » ou « pôle France »
Dans le cadre de l’aide aux jeunes sportifs inscrits dans des parcours d’excellence sportive, le
Conseil général a simplifié l’attribution de ces bourses en privilégiant :
- les collégiens résidants et licenciés dans la Marne.
Treize jeunes ont été soutenus pour un montant de 4 500 €.
L’aide à l’emploi sportif
29 postes financés : 5 postes départementaux, 19 urbains, 5 ruraux.
218 744 €
En 2013, suite aux décisions prises d’arrêter la création de nouveaux emplois sportifs,
l’enveloppe initialement réservée à ce dispositif (295 000 €) a été diminuée à 220 000 €.
L’ensemble des contrats en cours sera financé jusqu’à leur terme.
Le « sport-santé »
En 2009, le Conseil général a initié une politique de développement du « sport santé »,
exclusivement à travers le soutien au « réseau sport santé », association développant notamment la mise
en place de « parcours de soins » destinés aux personnes porteuses de pathologies comme le diabète,
l’asthme, l’obésité (mise en réseau du milieu des professionnels de santé et du mouvement sportif).
Le Conseil général de la Marne, le mouvement sportif et l’Etat, associés étroitement aux
professionnels de santé, construisent ensemble une politique publique « Sport Santé Bien-être ».
L’Assemblée du 29 Juin 2012 a voté la mise en place d’un axe dédié au soutien pour les projets
associatifs développant des actions innovantes sur cette thématique.
237
Conseil général de la Marne
Afin de poursuivre les actions que nous avons entreprises jusque maintenant dans le domaine,
nous adaptons nos modalités d’intervention vers un soutien direct aux associations sportives qui
mettent en place des créneaux « sport santé ».
En 2013, deux dispositifs « sport santé » ont été mis en place qu’il convient de mettre en
application par le lancement de deux appels à projets, en début d’année 2014.
Il s’agit d’actions innovantes, aucun département de la Région ne s’étant lancé dans ce type
d’opération liant à la fois, le sport, la santé et l’éducation, dans le milieu sportif et dans le milieu
scolaire (collèges).
Sports de nature
Placée sous l’autorité du président du Conseil général, par la loi Sport du 6 juillet 2000, la
CDESI s’est installée dans la Marne le 2 juillet 2008. Organe de concertation regroupant l’ensemble des
partenaires concernés par la pratique des sports de nature, cette commission a pour rôle d'élaborer un
Plan Départemental des Espaces Sites et Itinéraires relatifs aux sports de nature (PDESI) et d'en
assurer la gestion au travers d'une concertation entre l’ensemble des usagers des espaces naturels afin
de régler les conflits d’usage.
Ce plan doit garantir l’accessibilité pour le plus grand nombre à la pratique des sports de
nature, sans pour autant compromettre les objectifs de préservation environnementale, l’exercice
d’autres activités et le droit de propriété. Il a pour but d'identifier les lieux de pratique sportive de
nature dont les membres de la CDESI, collégialement, et le Conseil général souhaitent prioritairement
garantir l'accès aux pratiquants.
Non juridiquement opposable, il apporte donc une plus-value aux sites inscrits tout en laissant
possible la pratique sur d’autres sites.
L'inventaire des lieux de pratiques des sports de nature a été effectué et a permis d'identifier
l’ensemble des sites de pratique du département, qu’ils soient terrestres, nautiques ou aériens, parmi
lesquels seront sélectionnés les sites à inscrire au PDESI. Les réunions de la CDESI ont permis
d'élaborer des critères de sélection pour les ESI à inscrire au PDESI, garantissant un site accessible,
entretenu, sécurisé et aménagé afin de proposer une pratique de qualité ayant un impact réduit sur
l'environnement et les autres usages environnants.
Ce projet doit être présenté à la CDESI avant d'être validé par les élus du Conseil général.
Cependant, du fait des implications financières que celui-ci comporte, il doit faire l’objet d’une analyse
approfondie au regard des nouvelles contraintes budgétaires. La réflexion doit donc se poursuivre pour
la mise en place concrète d’actions prenant en considération nos contraintes budgétaires actuelles et
selon un ordre de priorité qu'il reste à définir.
Il est cependant à noter que la création des véloroutes et voies vertes, ainsi que l’actualisation
du PDIPR participent à la mise en place des sports de nature et que dans ce domaine le Département
de la Marne est plutôt bien actif.
238
Conseil général de la Marne
Le tourisme
I - Le schéma d’aménagement touristique
Le schéma départemental d'aménagement touristique, validé en octobre 2009, comprend neuf
axes d'intervention qui ont été déclinés en 2013 de la manière suivante :
axe 1 : hébergement touristique
Hôtels
Suite à l’examen des données relatives à la situation du parc hôtelier départemental, l’Assemblée
départementale a décidé de soutenir les projets sans distinction d’implantation géographique et de
supprimer tout seuil de population. Il a été également décidé de soutenir les projets jusqu’à quatre
étoiles sachant que c’est dans cette gamme que le département manque le plus de chambres.
Un prêt de 234 000 € a été accordé pour la réhabilitation de l’hôtel Pasteur à Châlons-enChampagne ainsi qu’un prêt de 89 280 € pour la création d’un hôtel trois étoiles à Chamery.
Meublés de tourisme et chambres d’hôtes en milieu rural
Pour tenir compte de l’évolution des attentes des clientèles, l’Assemblée départementale a
décidé de soutenir la création de lieux d’hébergement atypiques (cabanes perchées dans les arbres,
roulottes, yourtes, péniches, tipis et autres) selon les mêmes critères et plafonds que pour les meublés
et chambres d’hôtes.
Les aides apportées sont les suivantes :
10 dossiers de gîtes pour 131 384 € ;
5 dossiers de chambres d’hôtes pour 48 756 €.
Hébergement touristique de plein air
Le Conseil général accorde des subventions en cas de création, d’aménagement, de
transformation ou de modernisation de terrains de camping et de caravaning publics ou privés dont le
fonctionnement est reconnu bénéfique pour l’économie locale.
Une aide est également accordée pour l’aménagement d’aires de camping-car (quatre dossiers
pour 22 691 €).
axe 2 : véloroutes et voies vertes
Le schéma départemental des véloroutes et voies vertes, voté en octobre 2008, comprend huit
itinéraires à vocation nationale pour lesquels le Conseil général de la Marne se porte maître d'ouvrage.
Deux itinéraires sont étudiés en priorité : l'itinéraire de la Vallée de la Marne et celui du canal de Haute
Seine. Il est à noter que la mise en place de ce programme se poursuit et n’est pas remis en cause du
fait notamment de son avancement et des crédits attendus du FEDER et du Conseil régional.
Véloroute de la Vallée de la Marne :
Un maître d’œuvre, SNC Lavalin accompagné du cabinet d'architecte-paysagers AEI, a été
désigné en 2012 pour la réalisation et le suivi du projet de véloroute de la Vallée de la Marne. Il a
constitué les documents de plan du projet dans le premier semestre 2013.
Afin de s'assurer de la maîtrise foncière du projet, une négociation à l'amiable a été engagée
avec les 180 propriétaires privés concernés. En parallèle, par délibération du 29 juin 2012, le Conseil
général de la Marne a décidé de lancer une procédure de Déclaration d’Utilité Publique afin de faciliter
la maîtrise foncière de ce projet, notamment pour sa partie en bordure de rivière Marne. Dans le cadre
de cette procédure, les préfectures de la Marne et de l’Aisne ont organisé une enquête publique,
accompagnée d’une enquête parcellaire, qui s’est déroulée du 10 décembre 2012 au 11 janvier 2013.
239
Conseil général de la Marne
Le rapport de commissaire-enquêteur, en date du 26 mars 2013, a donné un avis favorable au
projet. Par délibération du 17 mai 2013, le Conseil général a validé sa déclaration de projet et ce projet
a été déclaré d'utilité publique par arrêté inter-préfectoral du 14 juin 2013.
Suite à la constitution du dossier de consultation des entreprises par le maître d'œuvre, le
Conseil général de la Marne s'est engagé dans la réalisation des travaux de l'itinéraire véloroute de la
Vallée de la Marne en cinq tranches distinctes : une tranche ferme allant de Condé-sur-Marne à
Damery, correspondant aux chemins de halage du canal latéral à la Marne et des canaux de dérivation
de Cumières et Damery (25 kms) et quatre tranches conditionnelles, correspondant à l'itinéraire en
bord de la rivière Marne pour des acquisitions foncières, sont nécessaires.
Un appel d'offres pour travaux a ainsi été lancé en juillet 2013 et déclaré fructueux le 07 octobre
2013. Ce marché est décomposé en deux lots:
« Lot 01 : Voirie - réseaux-divers » attribué à l'entreprise EUROVIA SAS pour un montant
de 3 519 242 € HT pour la tranche ferme et 5 997 961 € HT toutes tranches confondues.
« Lot 02 : Aménagements paysagers et mobiliers » attribué à l'entreprise ISS Espaces Verts
pour un montant de 219 761,75 € HT pour la tranche ferme et 294 638,25 € HT toutes
tranches confondues.
Au total, le montant des travaux s'élèvent à 6 292 599 € HT dont 3 739 000 € HT pour la tranche
ferme. Le projet est financé en partie par les crédits européens FEDER et les crédits régionaux dédiés aux
véloroutes et voies vertes. Le lancement des travaux est envisagé en janvier 2014 pour la tranche ferme.
En effet, la signature d'un protocole de partenariat et d'une convention de superposition d'affectation
avec Voies Navigables de France le 15 octobre 2013, en complément des conventions signées avec les
communes concernées par le projet, permet au Conseil général de la Marne de maîtriser l'emprise de la
tranche ferme.
Véloroute du Canal de Haute-Seine :
Suite à la désignation en 2011 d’un maître d’œuvre pour la réalisation et le suivi du projet de
véloroute du Canal de Haute-Seine, le document d’AVANT-PROJET a été validé pendant l’année 2012.
Toutefois, l’avancement de ce projet a été suspendu en cours d’année en raison de la nécessité
de définir une solution pertinente et sécurisée pour la traversée de l’écluse et de la RD48 à Conflanssur-Seine. Plusieurs réunions sur site ont été organisées sans avoir pu, à l’heure actuelle, déterminer
de solution qui convienne à tous.
Les études topographiques et d'impact environnemental ont été finalisées au cours de l'année
2013. Toutefois, elles seront à compléter une fois la définition de ce tracé effectuée. Les contacts avancés
avec la direction nationale de VNF devront permettre de sortir de l'impasse dans les prochains mois.
Autres itinéraires nationaux du schéma des véloroutes et voies vertes :
Au cours de l’année 2013, les études de faisabilité de chacun des six autres itinéraires à
vocation nationale du schéma des véloroutes et voies vertes ont été finalisées par le cabinet Inddigo :
véloroute du canal de la Marne à l’Aisne, de Courcy à Berry-au-Bac ;
véloroute de Condé-sur-Marne à Taissy ;
véloroute du canal latéral à la Marne, de Condé-sur-Marne à Recy ;
véloroute du canal latéral à la Marne, de Moncetz-Longevas à Vitry-le-François ;
véloroute du canal de la Marne au Rhin, de Vitry-le-François à Sermaize-les-Bains ;
véloroute de la forêt de Trois-Fontaines, de Sermaize-les-Bains à Trois-Fontaines.
En parallèle le cabinet Planète Verte a également finalisé sur les études d’impact environnemental
pour ces itinéraires.
Les résultats de ces études seront présentés en comité de pilotage au premier trimestre 2014.
240
Conseil général de la Marne
axe 3 : randonnée pédestre et sports de nature
Mis en place dans la Marne en 1999, le PDIPR représente aujourd'hui 2 500 kilomètres de sentiers
dont 545 de grande randonnée (GR), 357 kms de grande randonnée de pays (GRP) et 1 500 kms de petite
randonnée. Afin de valoriser ce réseau et d'en assurer la gestion, le Conseil général de la Marne et le CDT
se sont associés au Comité Départemental de Randonnée Pédestre par le biais d'une convention tripartite
signée en 2011 qui contient les clauses suivantes:
subvention de 5 000 € par an pour le fonctionnement du CDRP ;
subvention de 10 € par kilomètre entretenu et balisé par le CDRP ;
mise en place et maintenance d'une signalétique directionnelle et des panneaux de départ
pour 95 circuits.
Cette convention prendra fin en 2014. Il s'agira d'étudier les conditions de son renouvellement
pour perpétuer ces actions. En parallèle, une convention similaire a été signée avec le syndicat du Der
pour apporter un soutien financier à l'entretien des sentiers de randonnée géré par le syndicat.
Au total, 1 163 kilomètres de sentiers ont été entretenus en 2012 sur la base du rapport présenté au
printemps 2013, représentant une subvention de 11 630 € pour le CDRP. Sur le territoire du Der, la totalité
des sentiers (75 kms) a été entretenue, représentant une subvention de 750 € pour le syndicat du Der.
D'autre part, un groupe de travail dédié aux pratiques de la randonnée pédestre, VTT et
équestre en Argonne a été créé, à l'initiative conjointe du Comité Départemental du Tourisme et du
Conseil général, afin de mieux organiser et valoriser ces pratiques sur le territoire argonnais.
axe 4 : Champagne
Route touristique du Champagne
Le Conseil général est associé au Comité Départemental du Tourisme de la Marne, aux Comités
Départementaux du Tourisme et aux Conseils généraux de l’Aube, de l’Aisne, de la Haute-Marne et de
la Seine-et-Marne, ainsi qu’à la région Champagne-Ardenne et au Comité Interprofessionnel des Vins
de Champagne (CIVC), afin de définir et de financer une nouvelle charte graphique de la route
touristique du Champagne.
En 2013, le Conseil général de la Marne, grâce à la collaboration entre la DELM et les CIP
concernées, a finalisé la pose de cette signalétique sur les 545 kilomètres marnais de la route
touristique du Champagne, en intégrant les modifications et mises à jour du tracé ainsi que la pose
d’une signalétique de rabattement depuis les principaux axes routiers départementaux. 167 communes
sont ainsi concernées par ce nouveau tracé représentant plus de 900 panneaux.
En parallèle au jalonnement de cet itinéraire, un panneau « Commune d’appellation Champagne »
a également été fourni par le Conseil général aux 213 communes classées AOC Champagne dans la Marne
afin de valoriser le territoire d’appellation.
Soutien à la candidature UNESCO
L’Assemblée départementale a adhéré à l’association Paysages de Champagne UNESCO qui
porte le projet d’inscription de l’intégralité de l’aire d’appellation Champagne sur la liste du patrimoine
mondiale de l’UNESCO et a alloué en 2013 une participation de 35 000 €.
axe 5 : tourisme fluvial
Le Conseil général soutient les communes inscrites au schéma départemental des haltes et
relais nautiques qui réalisent des travaux d’aménagement.
axe 6 : signalétique touristique
Programme départemental de signalétique touristique
En complément de la signalétique implantée depuis 2009, et dans le cadre de la préparation
des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, une signalétique spécifique a été mise en
place pour les sites de mémoire du village détruit de Beine-Nauroy.
241
Conseil général de la Marne
Relais Information Service (RIS)
Il existe 85 RIS dans le département dont un seul a été rénové en 2013.
axe 7 : tourisme de mémoire
Il s’agit de soutenir des projets d’aménagement liés au tourisme de mémoire en réservant
notre aide aux sites faisant référence dans ce domaine et apparaissant déjà comme tels dans nos
brochures promotionnelles. Dans le cadre de la préparation des commémorations du Centenaire de la
Grande Guerre, les services du Département ont identifié les sites devant bénéficier de la mise en
place d'une signalétique directionnelle nouvelle ou rénovée.
axe 8 : parcs et jardins
Cet axe vise au développement de l’offre départementale de la filière parcs et jardins pour une
valorisation du cadre de vie et du label « Département fleuri ». Les communes classées trois ou quatre
fleurs et les communes réalisant des travaux dans un parc classé doivent s’engager dans une réelle
politique d’embellissement et d’accueil par le biais du tourisme floral.
subventions diverses
deux dossiers de restauration de maisons particulières à pans de bois ont été traités ;
en 2013, le Conseil général a mis en place une contractualisation avec l’ONF au regard du
projet de labellisation « Forêt d’exception » des sites forestiers de la Montagne de Reims : Verzy,
Chêne à la Vierge et Hautvillers et signé une convention de partenariat 2013-2014-2015 sur la base
d’un montant annuel de participation de 20 000 €.
II - Participation au financement de structures touristiques
le parc naturel régional de la Montagne de Reims
Participation au fonctionnement
249 120 € dont 38 000 € au titre de la TDENS ont été versés au parc pour faire face aux missions
exercées dans le cadre plus spécifique de la notion de développement durable.
Afin d’accompagner le PNR dans la fermeture du domaine de Commétreuil et du Centre
d’Initiation à la Nature, une subvention de 73 000 € correspondant à 50 % du déficit enregistré en 2013
a été versée par redéploiement de crédits affectés au contrat de Parc 2009-2013.
Subvention d’investissement
Un montant de 96 219 € a été attribué au titre des opérations 2013 dans le cadre d’un contrat
de partenariat entre le Parc, le Conseil régional et le Conseil général pour la période 2009-2013.
le syndicat mixte du lac du Der-Chantecoq
Participation au fonctionnement :
185 490 € dont 13 160 € pour son plan de promotion ;
subvention d’investissement :
389 000 €.
Le programme d’investissement 2013 porte comme chaque année sur l’amélioration de
l’accueil et la promotion, sur des travaux de maintien de la qualité des sites. 311 250 € ont été affectés
à la poursuite du programme d’aménagement de la ZAC II Rougemer qui s’étendra sur une
cinquantaine d’hectares sur la commune de Giffaumont-Champaubert et qui est appelé à recevoir un
casino (groupe JOA retenu et pose de la première pierre le 12 septembre 2013), des services, des
commerces et des zones d’hébergement de tourisme.
le Comité Départemental du Tourisme
Afin de mener à bien l’ensemble de ses missions, une subvention de fonctionnement de 2 060 955 €
a été accordée au CDT pour l’année 2013, avec un conventionnement de trois ans.
242
Conseil général de la Marne
2013 a été pour le CDT de concentrer son action autour de deux grandes priorités : conquête
et proximité.
subventions diverses
Union départementale des offices de tourisme et syndicats d’initiative de la Marne :
500 € pour le fonctionnement,
54 500 € pour le fonctionnement des OTSI (répartition par structure proposée par
l’union départementale).
Association pour la réservation des Gîtes de France et du tourisme vert : 10 000 €
Association Clévacances : 3 000 €
Association départementale des Logis de France de la Marne : 3 000 €
délégation de service public du Musée du Pays du Der
Le musée du Pays du Der est, depuis la fermeture de la Maison de l’Eau et du Poisson, le seul
élément d’animation touristique existant autour du Der.
Le Conseil général de la Marne a confié à l'association de gestion du Musée du Pays du Der
l'exploitation et la gestion de cet établissement par une convention de délégation de service public signée
en décembre 2010 et effective au 1er janvier 2011 pour une durée de six ans. Une subvention de
compensation de service public de 57 000 € est versée chaque année par le Conseil général au délégataire.
En 2013, à la demande du délégataire, le rythme des versements de la subvention a été revu
afin de s'adapter davantage aux contraintes budgétaires du délégataire (notamment les difficultés de
trésorerie en début d'année civile).
Une visite du musée a également été effectuée par les services du Conseil général (DELM et
Direction des bâtiments départementaux) afin d'étudier les possibilités d'aménagement de l'espace
accueil et d'une estrade extérieure ainsi que d'évaluer les travaux de rénovation des systèmes de
chauffage et d'éclairage de la grange des Machelignots.
243
Conseil général de la Marne
La culture
Avec une enveloppe de l'ordre de 3,7 M€, en 2012, l’action culturelle menée par le Conseil général
a revêtu diverses formes en fonction des différentes compétences qu’il assume dans ce domaine :
A - des compétences obligatoires (0,900 M€ hors frais de personnel) qui sont portées par la
Bibliothèque Départementale de Prêt et les Archives départementales et auxquelles est venue s’ajouter,
depuis la loi du 13 août 2004, l’élaboration du schéma départemental des enseignements artistiques,
B - une politique volontaire de développement culturel du territoire (2 M€),
C - une politique d'investissement culturel (0,800 M€).
I – Les compétences culturelles obligatoires
A - La Bibliothèque Départementale de Prêt
plan de lecture publique
Bibliothèque au service des bibliothèques, la BDP a pour principale mission d’aider au
développement de la lecture publique en milieu rural.
Afin d’encourager une politique d’aménagement du territoire équilibré, la Bibliothèque
Départementale développe une réorganisation du réseau des bibliothèques en s’appuyant sur le plan
de développement voté en 2010.
L’enjeu de cette restructuration réside dans la mise en réseau des bibliothèques situées dans
un même territoire.
Deux types de fonctionnements sont proposés :
Pour les communautés de communes qui possèdent une médiathèque de taille importante, le
label « tête de réseau » est attribué à leur établissement.
Cette médiathèque sera alimentée en documents plusieurs fois par an par la BDP. A elle de se
charger de desservir ses annexes.
Pour les communautés de communes qui possèdent plusieurs bibliothèques de taille
similaire, ces dernières seront dénommées « bibliothèques associées ».
Chaque médiathèque sera alimentée en documents plusieurs fois par an par la BDP et sera
chargée d’échanger et de desservir des annexes.
Ce type d’architecture vise à mailler le territoire en démultipliant les points d’accès à la lecture
pour les usagers.
La BDP fait évoluer les systèmes informatiques des bibliothèques de son réseau. L’objectif est
d’améliorer le service à la population en rendant les catalogues accessibles via internet de n’importe où
et à tout moment.
missions et activités
Effectifs
Le personnel est composé de 18 agents.
244
Conseil général de la Marne
Site internet :
Depuis l’ouverture officielle du site de la BDP en janvier 2012, de nouvelles pratiques et de
nouveaux usages ont émergé. La BDP montre la volonté, via son portail, de s’inscrire dans une
démarche de réseau de proximité.
Ce service internet est un portail tout public qui permet la consultation de l’ensemble du
catalogue de la BDP (livres, CD, DVD). Il présente également les matériels d’animation et les
calendriers et lieux des expositions prêtées dans les bibliothèques marnaises. Il s’enrichit
régulièrement de ressources variées : sélections, coups de cœur, boîte à outils, …. L’actualité du site
peut être suivie via des flux RSS. La BDP utilise son portail pour valoriser les catalogues en ligne des
bibliothèques de son réseau.
Pour l’année 2013, le portail a enregistré 26 661 visites pour la consultation de 362 150 pages.
Une réflexion est en cours autour de la mise à disposition de ressources numériques.
Le calendrier des formations proposé par la BDP est également consultable.
Un accès professionnel dédié permet aux responsables des bibliothèques de se connecter à leur
compte, ce qui les autorise à réserver n’importe quel document de la BDP, de consulter leurs emprunts et
l’état de leurs réservations en cours. Les réservations enregistrées ont atteint le nombre de 34 000 par
an. L’augmentation de leur nombre a nécessité la création d’un service logistique au sein de la BDP pour
une meilleure gestion de ce flux.
Outre cet accès aux ressources, ce portail a pour vocation d’être un support de communication
et de médiation de l’activité culturelle liée à la lecture dans le département. Une carte dynamique
présente les différents points d’accès à la lecture publique dans le département.
Une synthèse des données statistiques 2012 de ces bibliothèques est également en ligne et
montre l’activité et les moyens mis en œuvre en faveur de la lecture publique dans le département.
Desserte du territoire
L’arrêt des dessertes scolaires a été validé par l’Assemblée départementale en mai 2013. La
BDP a mis en place un ensemble de services qui doit faciliter l’accès des élèves et des enseignants aux
bibliothèques de son réseau.
Moyens
Dotée d’un budget d’acquisition de 228 000 €, la BDP constitue un fonds documentaire qui est ensuite
prêté à l’ensemble de ses 146 dépositaires (46 bibliothèques, 19 points lecture, 70 dépôts, 11 prêts directs).
La BDP a fait l’acquisition en 2013 de douze tablettes qui lui permettront d’organiser des stages
de formation à partir de ces nouveaux supports mais également de faire de la médiation numérique.
Répartition budgétaire des acquisitions
Livres
Adulte
Jeunesse
TOTAL
CD audio
Revues/expos
DVD
TOTAL
127 000,00
7 000,00
12 100,00
20 000,00
166 100,00
45 000,00
4 000,00
2 900,00
10 000,00
61 900,00
172 000,00
11 000,00
15 000,00
30 000,00
228 000,00
Nombre de documents acquis et mis au rebut
Comme chaque année, le nombre de documents acquis est proche du nombre de documents
éliminés, ce qui dénote d’une bonne gestion documentaire. Le fonds reste donc équilibré, pertinent et
riche d’une information actualisée.
245
Conseil général de la Marne
Prêt de documents en milieu rural
Trois bibliobus et un véhicule utilitaire ont acheminé les documents dans les 146 points de
lecture publique.
Livres
CD audio
Revues
Adulte
72 771
2 513
Enfant
60 239
660
Discothèque
DVD
Matériels
d'animation
237
Total
75 521
60 899
8 935
8 935
Vidéothèque Adulte
4 914
4 914
Vidéothèque Enfant
2 028
2 028
Total
133 010
8 935
3 173
6 942
237
152 297
Conseil en aménagement du territoire
Dans le cadre de la mise en place du plan de développement de la lecture publique, des études
de projets ont été menées dans 38 communes et communautés de communes.
Conseil pour l’aménagement et la construction de bibliothèques
La BDP exerce une activité de conseil et d’expertise auprès des élus qui souhaitent construire,
réaménager ou redynamiser une bibliothèque dans leur collectivité.
Cette année, les services de la BDP sont intervenus 175 fois pour l’aménagement intérieur de
la bibliothèque, le développement des systèmes informatiques, l’étude des coûts de fonctionnement et
l’aide au montage du plan de financement.
Conseil en bibliothéconomie
Une des missions de la BDP est d’apporter une aide technique aux responsables des
bibliothèques municipales ou intercommunales. 70 journées de formation ont été ainsi organisées.
Aide à l’animation
Chaque année de nouveaux supports d’animation viennent enrichir un fonds de matériels qui
est régulièrement prêté aux bibliothèques du réseau : 146 communes concernées, 259 prêts de
matériels et 134 interventions sur site.
Stages de formation proposés aux bibliothécaires du réseau
Afin de parfaire les connaissances des personnels salariés et bénévoles, la BDP organise
chaque année des stages de formation encadrés par des intervenants extérieurs spécialisés dans le
domaine culturel et par les professionnels de la BDP. 32,5 jours de formation ont été organisés pour
212 bibliothécaires.
La BDP est engagée depuis janvier 2013 dans une réflexion autour de sa politique documentaire.
Cette réflexion sur les acquisitions et sur la manière dont celles-ci répondent aux attentes et besoins du
public final des bibliothèques de son réseau permettra à la BDP de redéfinir ses missions et ses
orientations en termes d’acquisitions et d’adapter les modes de desserte de ses collections.
B - Les Archives départementales de la Marne
L’année 2013 a été une année exceptionnelle pour les Archives départementales de la Marne : fin
du chantier de reconstruction du centre de Reims, puis déménagement à l’automne du personnel et des
collections. La préparation du déménagement a mobilisé toutes les forces vives des Archives pendant
plus d’une année et l’ouverture de ce nouveau bâtiment a été l’occasion de redéfinir l’organisation
fonctionnelle du service.
246
Conseil général de la Marne
Au 31 décembre 2013, les Archives départementales de la Marne disposaient, sur leurs deux
sites, de trente agents répartis comme suit : 26 agents départementaux (un A, six B dont deux à temps
partiel à 80 % et deux contractuels, 17 C dont quatre à temps partiel à 80 %, deux contractuels, dont un
contrat unique d’insertion et un contrat de 104 heures par mois) et quatre agents d'État mis à disposition
par le ministère de la Culture (trois A, dont un à 80 % et un à 90 %, un B).
Le déménagement du centre de Reims dans un nouveau bâtiment a été l’occasion, pour les
Archives départementales, de revoir leur organisation. La collecte et le traitement des archives
contemporaines postérieures à 1940 sont ainsi transférés de Châlons-en-Champagne à Reims. L’équipe
de ce centre a donc été étoffée par l’arrivée d’une attachée de conservation (catégorie A), responsable
des archives contemporaines, d’un rédacteur (mutation au sein du Conseil général), ainsi que d’un
agent de catégorie C pour assurer le magasinage et la logistique. Deux recrutements supplémentaires
d’agents de catégorie B sont en cours pour 2014.
budget (en euros)
Fonctionnement
Crédits votés BP
115 150,00 €
Subvention de l’État pour le bâtiment de Reims
Recettes : ventes d'ouvrages, photocopies et
photographies
Investissement
126 000,00 €
1 087 476,02 €
2 602 €
Le budget des Archives départementales est resté stable par rapport à 2012.
bâtiments
Nouveau bâtiment de Reims
Le cabinet d’architectes Hamonic et Masson ayant été choisi fin 2008 pour la reconstruction du
centre de Reims, le chantier a démarré le 8 septembre 2011 et s’est terminé en juillet 2013. Ce chantier
bénéficie d’une subvention de 30 % du ministère de la Culture et de la Communication.
Ce bâtiment, remarquable par le traitement climatique prévu dans les magasins de
conservation – une centrale de traitement d’air par magasin – a reçu le label Reims Métropole Durable
qui récompense tous les efforts de prise en compte des notions écologiques et de développement
durable. Dans ces locaux, la qualité du service au public a été sensiblement améliorée grâce à
l’aménagement d’une vaste salle de lecture de 29 places (documents papier et numériques), et de
salles d’expositions, de conférences et d’accueil des classes.
Le bâtiment a une capacité de stockage de 18 kilomètres linéaires. Le centre de Reims, même
s’il abrite les fonds anciens des établissements rémois d’Ancien Régime, est davantage tourné vers
l’histoire des deux guerres mondiales, la collecte et le traitement des archives contemporaines et la
collecte des archives privées d’entreprises et d’associations, tandis que celui de Châlons-enChampagne conserve presque toutes les archives anciennes et modernes antérieures à 1940, les
archives notariales et communales, ainsi que les fonds iconographiques et les fonds privés familiaux.
Une première phase de déménagement, du 12 novembre au 4 décembre, a permis de transférer tout
le personnel et les collections de l’ancien vers le nouveau bâtiment de Reims (soit 6 423 ml ou 400 ml
déménagés en moyenne par jour). Au préalable, les agents ont effectué, en plus de leurs tâches habituelles,
d’importantes opérations de reconditionnement, de vérification et de dépoussiérage des archives. La salle de
lecture du nouveau bâtiment a été ouverte au public le mardi 7 janvier 2014. Une seconde phase de
déménagement (pour transférer 5 kml entre Châlons-en-Champagne et Reims) et une réorganisation des
fonds à Châlons-en-Champagne interviendront au printemps 2014.
L’ouvrage Les Archives dans la cité, architecture d’archives, 2004-2012, publié en juin 2013
par le Service interministériel des Archives de France (ministère de la Culture) consacre plusieurs
pages au bâtiment de Reims.
247
Conseil général de la Marne
entrées et accroissement
Les entrées ont représenté 475,32 mètres linéaires en 2013.
La collecte d’archives publiques a été fortement ralentie ces dernières années à cause de la
saturation des magasins des Archives départementales. Les entrées comprennent toutefois quatre
versements d’archives publiques (soit 41 mètres linéaires) provenant pour l’essentiel de la direction de la
solidarité départementale du Conseil général, de la sous-préfecture de Reims et de la Chambre régionale
des comptes. Par ailleurs, une étude notariale de Châlons-en-Champagne et un commissaire-priseur de
Reims ont versé des minutes et des procès-verbaux de ventes (soit 26 ml). De plus, six communes ou
communautés de communes (communes de Bétheny, Poix, Souain-Perthes-lès-Hurlus, Suippes, VillersMarmery, communauté de communes du Mont-de-Berru) ont déposé 27,77 ml d’archives.
Les Archives départementales exercent une veille sur l’archivage électronique. En 2013 l’équipe
de direction et la nouvelle responsable des archives contemporaines ont suivi les évolutions de la
plateforme X-Demat proposée par la SPL initiée par le Conseil général de l’Aube et à laquelle adhère
celui de la Marne.
La collecte d’archives privées a été particulièrement fructueuse en 2013 et ces documents
représentent la majorité des entrées. Parmi ces archives on peut signaler les fonds suivants :
les archives de la famille Truffaut d’Épernay comportant une très importante correspondance
pendant la première guerre mondiale, en don ;
fonds Michel Bur relatif aux fouilles archéologiques de Vanault-le-Châtel, en don ;
une partie des archives de la Fédération régionale des maisons des jeunes et de la culture de
Champagne-Ardenne suite à la journée d’information du 9 février (cf. ci-dessous), en don ;
atelier de vitraux Mauret, cartons de vitraux du XXe siècle, en don ;
atelier de vitraux Mauret-Billerey suite à sa mise en liquidation judiciaire, soit 16 ml ;
les archives de la société de papiers peints Grandeco à Châlons-en-Champagne suite à sa
mise en liquidation judiciaire, soit 200 ml. La quasi-totalité des équipes des Archives est intervenue
pendant une semaine en juin sur le site de l’usine pour trier et emporter en urgence les documents ;
les archives de plusieurs entreprises ou associations mises en liquidation judiciaires : Des
Gestes pour se Comprendre (association d’aide pour les sourds et malentendants), Golf de la Vitarderie
à Dormans, Champagne Pierre Laurain, Reims Hockey club, SARL Simon, association ADRIAC chargée
d’études sur l’environnement, soit 127,22 ml ;
plusieurs fonds iconographiques parmi lesquels on peut citer un fonds photographique sur
Reims et les villages de la Marne (OPHIR) ;
des affiches anciennes des XIXe-XXe siècles : il s’agit notamment d’affiches de la première
guerre mondiale et d’affiches publicitaires pour des maisons de Champagne ;
des cartes postales, gravures et diplômes ;
des documents manuscrits isolés.
Les Archives départementales ont participé, du 9 au 16 novembre, à l’opération nationale de la
« Grande Collecte » lancée par la Bibliothèque Nationale de France, la Mission du Centenaire et le
Service interministériel des Archives de France pour collecter et numériser des documents de la
première guerre mondiale. Les Archives ont été contactées par environ 70 personnes. À ce jour, ont
déjà été reçus 26 prêts de documents ou objets pour reproduction et quatorze dons. Il s’agit
essentiellement de photographies, correspondances sur cartes ou lettres, cartes postales, documents
officiels (livrets militaires, attributions de médailles, …), témoignages sous différentes formes (carnets
de guerre écrits au jour le jour, mémoires rédigés après guerre, etc.). On peut citer également le don
de quelques objets : casques français et allemand, plaque d’identité, tente, ….
En fin d’année des conventions de dépôt et de partenariat ont été signées avec la Croix-Rouge
française et avec la Cité des mémoires étudiantes.
Le volume total des collections représente ainsi au 31 décembre 2013, sur les deux sites de
Châlons-en-Champagne et de Reims, environ 28 kilomètres linéaires de documents.
248
Conseil général de la Marne
contrôle scientifique et technique
On peut noter, au titre du contrôle scientifique et technique exercé au nom de l’État sur les
archives publiques de nombreuses actions dont notamment :
quatre dossiers de dérogations aux règles de communicabilité des archives publiques,
déposés par des particuliers, ont été instruits en 2013. 19 dérogations à la consultation d’états
signalétiques et des services ont été accordées ;
les Archives départementales ont effectué huit visites d’information et actions de contrôle
des archives publiques dans les différents services de l'administration régionale et départementale,
trois visites chez des notaires, ainsi que 70 inspections de communes et communautés de communes.
Ces dernières ont presque toutes été inspectées pour préparer la mise en place du nouveau schéma
départemental de coopération intercommunale entré en vigueur au 1er janvier 2014 ;
145 demandes de visas d'élimination de documents ont été étudiées (ce qui représente près
de 11 578 ml de documents éliminés - chiffre exceptionnellement élevé dû au transfert de la Chambre
régionale des comptes de Châlons-en-Champagne à Épinal) et trois tableaux de gestion, élaborés par
les Archives municipales et communautaires de Reims, ont été validés ;
conservation et nouvelles technologies
Le portail internet des Archives départementales, http://archives.marne.fr, lancé le 2 janvier
2012, a été enrichi. Une mise à jour concernant 150 registres d’état civil a été effectuée en avril
(30 606 fichiers retravaillés et 2 551 images en plus). D’autres mises à jour ont été faites sur plusieurs
instruments de recherche et sur le cadastre numérisé.
En 2013, le portail a reçu 347 459 visites (dont 95 631 visiteurs uniques) et 3 531 025 pages ont
été consultées.
communication des documents en salle de lecture et recherches
En 2013, 10 991 articles (cartons, liasses, registres, …) ont été consultés dans les deux centres
des Archives départementales par 2 037 visiteurs. Il faut y ajouter la consultation, non comptabilisée,
dans les salles de lecture des documents numérisés du portail internet. Le nombre des lecteurs inscrits
s’élève à 739 en 2013, dont 40 % viennent de départements extérieurs à la Marne. Malgré les
fermetures des deux salles une partie de l’année du fait du déménagement, les chiffres de fréquentation
sont plutôt stables, ce qui est assez encourageant.
Les lecteurs sont à la recherche de documents plus spécialisés. La consultation des archives
notariales reste stable, tandis que celle des archives anciennes (antérieures à 1789) est en hausse,
tout comme celle des ouvrages de bibliothèque.
action culturelle
Les actions de valorisation des collections ont pris les formes suivantes :
Présentation d'expositions conçues par les Archives départementales, seules ou en coopération
Expositions itinérantes
« Un siècle d’avancées sociales dans la Marne, 1850-1950 » réalisée en 2012 par les
professeurs du service éducatif avec la collaboration de Madame Gracia Dorel-Ferré.
D’autres expositions itinérantes réalisées par les Archives départementales depuis 2006,
« Une bulle peut en cacher une autre, …. L’âge d’or des brasseries marnaises, 1850-1950 »,
« Le front invisible. Artistes et camoufleurs dans la Marne, 1914-1918 » et « Le beau et
l’utile. Parcs et jardins de la Marne », ont également été présentées en divers lieux du
département dans le cadre du programme « Marne, pays d’histoire ».
Nouvelle exposition
« Joseph de Baye, de la Marne au Caucase », réalisée par les Archives départementales.
249
Conseil général de la Marne
Deux conférences organisées à cette occasion à la Maison du Département ont attiré environ
cinquante auditeurs chacune :
Le baron de Baye dans le Caucase, par Madame Ana Cheishvili, archéologue géorgienne
et conservateur du patrimoine,
Savants et érudits de terrain en mission dans l’Empire russe (1872-1914) par Mme Armelle
Le Goff, conservateur général du patrimoine aux Archives nationales.
Prêt de documents à l'extérieur pour des expositions : les Archives départementales de
la Marne ont prêté la maquette du bâtiment de Reims au Service interministériel de France pour une
exposition sur les bâtiments d’archives construits depuis 2004. De plus, les Archives nationales du
monde du travail, à Roubaix, ont emprunté en fin d’année des documents provenant de fonds
d’archives d’entreprises pour leur exposition Au fil des archives : le travail, c’est tout un monde ! qui se
tiendra au premier semestre 2014.
Participation à la préparation des commémorations : les Archives départementales
préparent pour octobre 2014, en partenariat avec le ministère de la Culture, un colloque international
sur le soldat et la mort pendant la Grande Guerre. Ce colloque se tiendra à Reims. Le projet a reçu en
2013 le label de la Mission du Centenaire.
Organisation de visites du centre des Archives de Châlons-en-Champagne pour des
groupes. La présence d’une animatrice au centre de Châlons-en-Champagne depuis avril 2010 permet
de mieux répondre aux demandes de visites de groupes, d’accueil des classes, même en dehors de la
présence de l’enseignant, et de proposer plus de visites guidées pendant les expositions. Avec
l’ouverture du nouveau bâtiment à Reims, elle partagera son temps entre les deux centres et assurera
les visites également à Reims.
action éducative et de formation
Les principales actions menées en direction des scolaires et des étudiants, pendant l’année 2013,
sont les suivantes :
visites spéciales organisées pour les classes des 1er et 2e degrés au centre de Châlons-en-
Champagne (285 élèves), dans le cadre des travaux personnels encadrés, du concours de la Résistance
et autres ateliers pédagogiques, ou pour des visites des bâtiments et des expositions ;
accueil et animation d’une formation pour les enseignants à la demande de l’inspection
académique présentant des sources relatives à la première guerre mondiale avec des pistes
d’exploitation pédagogique à Châlons-en-Champagne ;
préparation du centenaire de la Première Guerre mondiale et du Bicentenaire de la Campagne
de France en 1814 par le professeur du service éducatif nommé au centre de Reims début juin 2013.
C - Le schéma départemental des enseignements artistiques (400 000 €)
Adopté en mai 2007, il pose les principes généraux d’une politique territoriale de la musique
visant à favoriser l’accès du plus grand nombre aux enseignements musicaux. Dans ce cadre, de
nouveaux critères relatifs à l’aide à la musique ont été adoptés le 17 octobre 2008 conduisant à
l’élaboration de vingt contrats d’objectifs dont le bilan a été fait avec chacune des écoles concernées.
Soutien au fonctionnement des écoles de musique et sociétés musicales : 340 000 €
115 000 € pour le CRR de Reims, dans le cadre d’une convention d’objectifs avec la
Ville de Reims arrivée à terme fin 2013.
220 000 € pour les écoles de musique du département, en application des critères et
dans le cadre de contrats d’objectifs pour vingt d’entre elles. Deux autres contrats
d’objectifs sont en projet.
5 400 € pour la formation des membres des sociétés musicales et pour l’organisation
par la Fédération départementale des sociétés musicales des examens départementaux
de fin de cycle.
250
Conseil général de la Marne
Aides aux projets et aux dispositifs spécifiques : 60 000 €
des aides spécifiques aux projets des écoles de musique répondant aux orientations du
schéma, pour un montant de 15 500 €
des aides à l’acquisition de matériel musical des écoles de musique, sociétés musicales
ou chorales, pour un montant total de 45 000 €
Bilan intermédiaire du schéma départemental de l’enseignement musical :
1 - Initier des instances de concertation et de coordination :
par la création d’un Orchestre Symphonique Départemental des Jeunes,
par l’aide à l’organisation d’examens départementaux de fin de cycles.
Points à développer :
rencontres thématiques régulières avec les écoles de musique.
2 - Repérer et proposer des écoles-ressource :
maillage du territoire, notamment en milieu rural, par une trentaine d’écoles de musique.
Points à développer :
objectifs de mutualisation ;
parc instrumentaux inter-écoles ;
mise en réseau des écoles de musique et solutions de maintien de certaines disciplines
(cuivres, cordes) sur l’ensemble du territoire départemental.
3 - Elaborer des contrats d’objectifs avec les écoles-centre :
objectifs atteints : proposition de nouveaux contrats d’objectifs fin 2014.
4 - Critères d’attribution des subventions en fonction de la catégorie et de l’activité
des écoles :
proposition d’une aide différenciée pour les écoles qui sortiraient du dispositif existant.
5 - Liens entre les écoles de musique et l’Education Nationale :
aides à l’achat d’instruments de musique des « orchestres à l’école » ;
prise en charge des transports de la classe CHAM du collège Louis Grignon ;
soutien aux actions d’initiation instrumentale du CRR « Musique à Orgeval ».
Points à développer :
prise en compte des intervenants spécialisés en milieu scolaire, afin de faciliter les
projets pérennes avec les écoles, dès le 1er cycle ;
prise en compte de la participation des écoles de musique dans le cadre de la réforme
des rythmes scolaires.
6 - Favoriser les pratiques musicales collectives :
veiller à ce que chaque école de musique puisse maintenir des pratiques d’ensemble ;
développer les échanges inter-écoles s’agissant des pratiques d’ensemble.
Points à développer :
renouvellement du stage départemental d’Orchestre Symphonique des Jeunes ;
soutien au projet de la fédération départemental des sociétés musicales d’une
Rencontre Annuelle des élèves d’Orchestres d’Harmonie de la Marne.
251
Conseil général de la Marne
L’Orchestre Symphonique Départemental des Jeunes : 30 000 €
L’orchestre rassemble désormais une soixantaine d’élèves des conservatoires et écoles de
musique du département. Ce dispositif, placé sous la direction artistique de Yann Molenat, connaît un
succès croissant auprès des jeunes instrumentistes et en fidélise certains.
Les concerts ont été programmés le 18 avril à Epernay, le 19 à Vitry-le-François et le 20 au
CRR de Reims. La fréquentation a été moindre à Vitry-le-François mais le concert de clôture à Reims a
fait salle comble. Fort de ce succès, l’orchestre a été de nouveau sollicité pour animer la première
partie du spectacle de clôture des Itinéraires le 13 octobre à Sainte-Ménéhould (490 spectateurs).
Le stage était hébergé au cours de la première semaine des vacances d’avril au Lycée
polyvalent Frédéric Ozanam à Châlons-en-Champagne. La gestion administrative et comptable du
stage est désormais assurée directement par les services du Conseil général permettant ainsi de
réduire les charges administratives au profit de celles d’hébergement et de restauration en hausse.
II – L’action volontaire du Conseil général dans le domaine culturel
Animer le territoire rural, accompagner les structures culturelles, proposer au jeune public une
sensibilisation artistique sont les axes forts de cette action soutenue par un crédit de 2 M€.
A - Animer le territoire rural
Elément d'attractivité, de rayonnement, d'identité et de développement économique, la culture
doit irriguer le territoire rural, en s’appuyant et en dynamisant le réseau existant.
« Marne, pays d’histoires » et le festival « Itinéraires » cheminent le département, à la rencontre
du public rural.
1 - « Marne, pays d’histoires », un programme d’expositions itinérantes
La longévité des expositions du programme « Marne, pays d’histoires » est due à un contenu
évolutif (mise à jour des informations, enrichissement de la scénographie par lieu) et à une
maintenance permanente du mobilier de présentation. L’attractivité des expositions repose également
sur la nature et les caractéristiques des lieux et des évènements auxquels elles se rattachent. L’offre
se compose des thématiques suivantes :
La gastronomie oubliée.
Visages du patrimoine marnais.
Le front invisible.
Chienne de guerre.
Une bulle peut en cacher une autre : les brasseries marnaises.
Le beau et l’utile : parcs et jardins de la Marne.
L’exposition Héritage de Jacques Cazotte a été rendue à la commune de Pierry pour une
diffusion locale.
A la veille du Centenaire de la Grande Guerre, un certain engouement pour ce fait majeur de
notre histoire contemporaine est perceptible et les expositions Le front invisible et Chienne de guerre
recueillent un intérêt grandissant.
Les opérations fédérant d’autres services et actions du département ont été reconduites :
jardin des mots
Initiée par la Bibliothèque Départementale de Prêt et reconduite pour la troisième fois, elle
tend à valoriser le fonds des bibliothèques et par les actions conjointes du Comité Départemental du
Tourisme (concours des villages fleuris) et du service des affaires culturelles, elle valorise le patrimoine
vert des communes marnaises. L’exposition Le beau et l’utile : parcs et jardins de la Marne complète la
programmation d’animations culturelles proposée aux bibliothèques.
252
Conseil général de la Marne
centenaire de la Grande Guerre : accompagnement des collèges
Le projet « Sur les traces de Fernand Léger », émanant du dispositif Collèges en scène
(décrit ci-après), a été retenu au profit des classes de 3ème et de 4ème du collège Jean Moulin de SaintMemmie. L’exposition « Le front invisible » est le fil conducteur du parcours en traitant la Grande
Guerre sous l’angle original du fait culturel et du témoignage de l’artiste Fernand Léger. Cette exposition
permet d’aborder plusieurs matières enseignées (histoire, histoire des arts, musique, français).
Mis en place et animé par le service des affaires culturelles, il repose sur des supports
complémentaires comprenant :
l’exposition « Le front invisible »,
le documentaire de 52’ « Léger au front »,
une journée découverte en Argonne « in situ ».
L’exposition « Chienne de guerre » constitue également une action très demandée au regard
des réservations pour 2014.
Tout au long des cinq années, des actions particulières s’adresseront tout spécifiquement au
jeune public à travers des projets culturels et notamment une nouvelle exposition itinérante. Une
programmation annuelle va permettre de valoriser chaque site mémoriel emblématique et d’irriguer
tout le territoire du département durant ce cycle commémoratif.
Bilan quantitatif « Marne, pays d’histoires » 2013
Expositions
Brasseries marnaises
Parcs et jardins
Front invisible
Chienne de guerre
La gastronomie oubliée
Lieux
Nature
Visiteurs
Durée
Adultes
Enfants
50
Salles communale
1 WE
250
Foire
1 WE
+ 1 000
EHPAD
1 mois
50
Musée
1 mois
140
Médiathèque
1 mois
100
1 WE
50
Eglise
2 mois
300
2 collèges
2 mois
Site mémoriel
3 mois
2 000
100
1 mois
200
50
15 jours
1 WE
1 WE
15 jours
50
200
+ 1 000
200
50
Château
Centre
d’interprétation
Centre social
Centre culturel
Parc exposition
Centre culturel
Total
1 490
50
500
600
50
600
2 350
1 550
2 - « Les Itinéraires » : un projet de territoire
L’édition 2013 des Itinéraires affiche un taux de fréquentation de 95 % et confirme le succès de la
manifestation, désormais identifiée et attendue du public. La Fondation de Braux-sous-Valmy a réaffirmé sa
volonté d’amener la culture en milieu rural et de permettre à la population marnaise de redécouvrir son
patrimoine en confiant l’organisation et la coordination du festival aux services du Conseil général.
La mise en valeur du patrimoine sur tout le territoire
Les Itinéraires 2013 ont fait étape dans douze communes, en veillant à une répartition équilibrée
des programmations sur tout le territoire. Sept nouveaux lieux ont été investis parmi lesquels:
le château de Villers-en-Argonne, propriété privée,
la chapelle Saint-Lié de Villedommange, fermée au public,
la Ferme d’Hermonville, propriété privée,
la Grange des Roises de Bergères-sous-Montmirail, propriété privée.
253
Conseil général de la Marne
Une programmation exigeante et ouverte
Ancrer le spectacle vivant au cœur des endroits les plus atypiques et insolites du département
demeure le fer de lance du festival.
La Fondation a souhaité reconduire les partenariats avec les structures sélectionnées en 2012
pour leur compétence artistique et leur savoir-faire en matière de programmation décentralisée :
Jazzus productions s’est vu confier la programmation de sept concerts (musiques du
monde, classique et jazz),
la MJC Intercommunale d’Ay a programmé quatre spectacles (théâtre et musique),
l’Opéra de Reims a assuré le concert de clôture, en programmant en première partie
l’Orchestre Symphonique Départemental des Jeunes Marnais.
Créer une dynamique culturelle de territoire
Les Itinéraires 2013 ont permis de renforcer les partenariats locaux en programmant des
artistes professionnels soutenus au titre de l’aide à la création par le Département d’une part, et en
valorisant les ressources et associations culturelles, d’autre part.
Ces partenariats contribuent à créer une réelle dynamique de territoire, par la mise en valeur
et l’échange des savoir-faire, la circulation des publics, la diffusion des artistes locaux.
A noter, près de 75 % des dépenses (artistiques, techniques, communication, hébergement,
restauration) ont été réalisées dans le département.
B - Soutenir les structures culturelles : 1 350 000 €
Le département de la Marne bénéficie d’un environnement culturel particulièrement riche : un
maillage associatif culturel important doublé de structures culturelles labellisées.
La qualité de la vie culturelle crée un dynamisme du territoire et le soutien du Département
participe à renforcer cette source d’attractivité.
2013 est marquée par l’application de la délibération du 29 juin 2012 modifiant les critères
d’aides à projets culturels. L’Assemblée départementale a réaffirmé sa volonté de maintenir ces
dispositifs mais replacés dans le cadre de missions dévolues au Département, afin de compléter de
façon transversale le projet départemental global.
Concrètement, il s’agit d’accompagner des projets culturels de territoire coordonnés dans les
différents domaines de compétence obligatoire du Conseil général, notamment à destination des
publics « prioritaires » : publics éloignés de l’offre culturelle, jeune public et milieu rural.
1 - Les aides à projet : 993 000 €
Notre politique culturelle prévoit de sensibiliser à l’art sous ses formes les plus diverses tous
les publics, jeunes ou moins jeunes, habitants en milieu rural ou encore en situation de handicap.
l’aide à la création et les ateliers de création
Ces aides accompagnent les projets de création artistique menés par des compagnies
implantées dans la Marne. Certaines de ces compagnies, de par leur recherche d’excellence en matière
de création et de diffusion, contribuent au rayonnement de notre département. Leur présence en
Avignon en est une illustration.
Deux types d’aides sont apportés au titre de la création :
Le soutien à la création chorégraphique, théâtrale et musicale : 302 000 €
L’année de création d’un spectacle, le Département apporte son soutien à hauteur de 25 % des
dépenses artistiques engagées pour sa réalisation. L’année suivante, il accompagne ce même projet
dans sa diffusion sur le territoire : 25 % de la subvention accordée pour la création.
254
Conseil général de la Marne
Accompagner sur la durée le projet artistique dans sa phase d’élaboration, de production, de
diffusion, contribue au développement et à la structuration du territoire.
Les aides aux pratiques amateurs : 95 000 €
Ces ateliers de création, encadrés par des professionnels, s’adressent à des amateurs et font
l’objet d’une restitution publique. Ces activités spécifiques de création, qui reflètent le dynamisme
associatif, sont le plus souvent soumises à des budgets plus contraints.
A noter, 25 000 € des crédits consommés sont fléchés sur le Contrat Urbain de Cohésion
Sociale rémois (CUCS).
les projets à destination des publics handicapés et en difficulté sociale : 51 000 €
Une quinzaine de projets artistiques et culturels concernant des publics handicapés ou en
insertion ont été soutenus cette année sur l’ensemble du département.
Encourager ces initiatives permet de développer les échanges et ainsi de sortir de l’isolement
les personnes atteintes de handicap.
l’aide à la diffusion : 545 000 €
Le Département apporte une aide à la diffusion de spectacles auprès de publics qu’il privilégie
particulièrement :
en milieu rural,
pour les jeunes publics,
pour les publics éloignés de l’offre culturelle.
Le nombre constant de programmations (une cinquantaine) témoigne de la volonté des acteurs
locaux d’insuffler une vitalité culturelle au cœur de leur territoire.
le soutien aux manifestations culturelles (festivals et évènements à rayonnement
intercommunal)
Pour plusieurs de ces manifestations, le Département s’affirme comme un véritable partenaire
et non comme un simple soutien financier. Il s’est notamment associé à des actions de prévention des
conduites addictives en participant à la sensibilisation des festivaliers et en finançant des navettes à la
disposition des spectateurs.
2 - Participation au fonctionnement :
des structures culturelles : 320 000 €
Dans le cadre du soutien aux principales structures de diffusion, le Conseil général apporte une
aide au fonctionnement des établissements suivants : le CDN - Comédie de Reims, l’Opéra de Reims,
les deux scènes nationales : le Manège de Reims et la Comète à Châlons-en-Champagne, les deux
scènes conventionnées : le Salmanazar d’Epernay et la Salamandre de Vitry-le-François.
Les subventions au titre du fonctionnement du CDN, du Manège et de la Comète ont diminué
de 50 % et seront supprimés en 2014.
C - Offrir une ouverture culturelle au jeune public
L’éducation artistique et culturelle a été réaffirmée en 2013 priorité commune aux ministères
de la Culture et de l’Education Nationale. Elle a pour but de permettre aux jeunes élèves d’accéder à
des productions artistiques de qualité et de les associer au travail des artistes.
C’est dans ce cadre que le Département intervient dans l’éducation des collégiens dont il a la
charge. Aussi, tout en apportant son soutien aux projets pilotés par l'Education Nationale (PAG,
résidences), il mène en parallèle son propre programme de sensibilisation artistique Collèges en scène.
255
Conseil général de la Marne
Composé d'une dizaine d'initiatives qui relèvent de domaines variés, tels que le théâtre, le
spectacle de marionnettes, la danse, la musique, les arts plastiques ou l’écriture, ce dispositif concerne
des élèves de tout niveau et donne lieu à des restitutions de leurs travaux sur tout le territoire. Ces
actions témoignent de la volonté du Conseil général de la Marne de favoriser la participation active des
élèves à des projets engagés dans une sensibilisation artistique inhérente au développement d'un
regard critique et personnel.
En 2012/2013, 51 000 € ont été consacrés à sept projets qui ont concerné 19 établissements.
« Grand slam intercollège de la Marne », en partenariat avec le collectif Slam Tribu (six collèges) ;
« Zia », en partenariat avec la compagnie La Licorne (un collège) ;
« Eléonore en mer » en partenariat avec la compagnie Le Diable à 4 Pattes (deux collèges) ;
« C’est du jazz mais c’est pas grave », en partenariat avec l’association Jazzus (deux collèges) ;
« Le Chant à deux voix », en partenariat avec Akadêmia (deux collèges) ;
« Lettres à Louise » en partenariat avec la compagnie Ici et Maintenant (trois collèges) ;
« Sur les traces de Fernand Léger » exposition et visite en Argonne menées par le service culturel
(trois collèges).
III – Le développement culturel
sauvegarde du patrimoine
Une aide de 582 € a été attribuée à l’Association culturelle « Les Amis de l’église de SaintAmand-sur-Fion » pour la restauration d’un tableau « l’Adoration des Mages » se trouvant dans l’église.
Une aide de 10 000 € aux « Amis de la Collégiale Notre Dame de Vitry-le-François » pour la
restauration de la chapelle Saint-Jérôme
Un total de 65 886 € de crédits a été consacré à neuf dossiers de restauration d’églises classées.
développement de la lecture
En application du plan de développement de la lecture dans le département :
six bibliothèques ont bénéficié d’une aide pour l’achat de mobilier et de matériel informatique
pour un montant de 10 653 € ;
la commune de Mourmelon-le-Grand a bénéficié d’une aide de 446 842 € pour la construction
d’une nouvelle médiathèque ;
cinq dossiers d’animation dans les bibliothèques ont bénéficié de subventions à hauteur de 1 304 €
et quatre dossiers pour un montant de 999 € pour le déplacement d’écoles vers des bibliothèques.
Par ailleurs, dans le cadre du soutien à la diffusion de spectacles dans les bibliothèques, quatre
tournées de spectacles en liaison avec la Bibliothèque Départementale de Prêt ont été organisées
représentant une dépense de 20 088 €.
256
Conseil général de la Marne
Effectif et organigramme des services
du département
257
Conseil général de la Marne
258
Conseil général de la Marne
Etat des emplois permanents des services du Département
au 1er janvier 2014
Directions
Grades emplois
Cabinet du président du Conseil général
Secrétariat de l’Assemblée
Maison du Département à Reims
Direction de la communication
Direction générale des services du Département
Direction des finances, des marchés et de l’informatique
Service des finances
Service informatique
Service des marchés
Service achats
Cat.
Effectif
théorique
Effectif réel
au
Observations
01/01/2014
Directeur de cabinet
A
1
0
Collaborateur de cabinet
Attaché
Rédacteur princ. 2e cl.
Rédacteur
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
TOTAL
Attaché
Rédacteur princ. 2e cl.
Rédacteur
TOTAL
A
A
B
B
C
C
C
C
C
3
3
1
1
1
1
1
1
2
15
4
1
1
7
2
1
1
1
1
1
1
1
2
10
4
1
1
7
A
B
B
Administrateur général
A
1
1
Directeur général
Ingénieur chef cl. except.
Adjoint adm. 1e cl.
TOTAL
Directeur
Rédacteur princ. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Directeur
Attaché princ.
Attaché
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur princ. 2e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Ingénieur
Attaché
Rédacteur
Technicien princ. 1e cl.
Technicien princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. Princ. 2e cl.
Attaché
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur princ. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Attaché
Rédacteur princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
TOTAL
A
A
C
1
1
1
4
1
1
1
1
1
2
1
4
1
1
1
1
1
3
3
4
1
4
2
1
1
2
1
2
1
1
1
1
1
47
0
1
1
3
1
1
1
1
1
0
1
4
1
1
1
1
1
3
3
4
1
3
2
0
1
2
1
1
1
1
1
0
1
40
259
Conseil général de la Marne
A
B
C
C
A
A
A
B
B
B
C
C
C
C
A
A
B
B
B
C
C
A
B
B
C
A
B
C
C
Emploi cabinet
– Fonction
mutualisée
avec celle de
DGSD
Emploi cabinet
1NT
4 NT
4 NT
Fonction
mutualisée
avec celle de
directeur de
cabinet
1 NT
1 NT
1 NT
3 NT
Direction des ressources humaines
et des affaires juridiques
Service de la gestion des carrières et des rémunérations
Service des recrutements et de la gestion des effectifs
Service de la formation, de la gestion des compétences
et de la vie au travail
Service des affaires juridiques
Service imprimerie et reprographie
Direction des bâtiments départementaux
Service des études et des travaux de bâtiment
Service de la gestion du patrimoine
Service de la maintenance du patrimoine
Service logistique
Directeur
Attaché
Rédacteur princ. 2e cl.
Rédacteur
Attaché princ.
Rédacteur
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Attaché
Rédacteur
Adjoint adm. 2e cl.
Attaché princ.
Rédacteur princ. 1e cl.
Technicien princ. 1e cl.
Assistant socio-éduc. Princ.
ATEEP 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Attaché princ.
Attaché
Assistant socio-éduc. princ.
Rédacteur princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Attaché
Adjoint techn. princ. 1e cl.
Adjoint techn. princ. 2e cl.
Adjoint techn. 2e cl.
Adjoint pat. 1e cl.
Adjoint techn. 1e cl.
ATEE 2e cl.
Agent de maîtrise
Adjoint adm. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
TOTAL
Ingénieur chef cl except.
Ingénieur princ.
Technicien princ. 1e cl.
Technicien princ. 2e cl.
Technicien
Adjoint techn. 2e cl.
ATEEP 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Attaché princ.
Attaché
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. 2e cl.
Ingénieur princ.
Technicien princ. 1e cl.
Technicien
Adjoint adm. 2e cl.
Adjoint tech. princ. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
ATEE 1e cl.
Technicien
Adjoint tech. princ. 1e cl.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
TOTAL
260
Conseil général de la Marne
A
A
B
B
A
B
C
C
C
A
B
C
A
B
B
B
C
C
A
A
B
B
C
A
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
A
A
B
B
B
C
C
C
A
A
B
B
C
A
B
B
C
C
C
C
B
C
C
C
C
1
1
1
1
1
2
1
2
5
1
1
2
1
1
1
2
1
2
1
1
1
1
1
1
1
1
3
1
1
1
1
2
2
1
47
1
3
3
4
1
2
2
1
1
1
2
1
1
1
2
2
1
2
2
1
1
1
2
4
1
43
1
0
0
1
1
2
1
2
5
1
1
1
1
1
1
1
1
2
1
0
1
1
1
1
1
1
3
1
1
1
1
1
2
1
41
1
2
3
4
0
2
2
1
1
1
2
1
1
1
2
1
1
2
2
1
1
1
2
4
1
40
1 NT
1 NT
1 NT
3 NT
Direction des routes départementales
Mission insertion des équipements dans leur milieu
Service soutien administratif et budgétaire des routes
Service d’exploitation des routes et du matériel
Division des investissements routiers
Service de la maîtrise d'ouvrage d’art
Service de l'ingénierie routière
Service des affaires foncières routières et de l’urbanisme
Service des ouvrages d'art
Service d’information géographique
CIP Châlons-en-Champagne - Centre
CRD Courtisols
CRD Saint-Memmie
CIP Reims - Nord
CRD Bourgogne
Ingénieur chef cl except.
Rédacteur
Technicien princ. 2e cl.
Ingénieur chef cl except.
Attaché princ.
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Ingénieur princ.
Attaché
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur
Technicien princ. 1e cl.
Technicien princ. 2e cl.
Technicien
Adjoint adm. 2e cl.
Ingénieur
Ingénieur chef cl. Norm.
Technicien princ. 1e cl.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Ingénieur princ.
Attaché
Technicien princ. 1e cl.
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Attaché princ.
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. 2e cl.
Technicien princ. 1e cl.
Technicien
Adjoint tech. 2e cl.
Ingénieur princ.
Technicien princ. 1e cl.
Ingénieur princ.
Technicien princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Agent de maîtrise
Adj. tech. princ. 1e cl.
Adj. tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Technicien
Adj. tech. princ. 2e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Ingénieur princ.
Technicien princ. 1e cl.
Technicien princ. 2e cl.
Technicien
Rédacteur princ. 1e cl.
Agent de maîtrise princ.
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Rédacteur princ. 2e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Agent de maîtrise princ.
Agent de maîtrise
Adjoint tech. 2e cl.
261
Conseil général de la Marne
A
B
B
A
A
B
B
C
C
A
A
B
B
B
B
B
C
A
A
B
C
A
A
B
B
C
C
A
B
B
C
B
B
C
A
B
A
B
C
C
C
C
C
B
C
C
C
C
A
B
B
B
B
C
C
C
B
C
C
C
C
C
C
1
1
1
1
1
1
1
4
3
1
1
2
1
2
2
1
1
1
1
2
1
1
1
2
1
2
1
1
1
1
1
1
1
1
1
3
1
2
1
2
1
6
2
1
4
2
1
1
1
4
1
1
1
1
1
1
1
1
2
2
1
1
6
1
0
1
1
1
1
1
4
2
1
1
2
1
2
2
1
1
1
0
2
1
1
0
2
0
2
1
1
1
1
1
1
1
1
1
3
1
2
1
1
1
6
2
1
4
2
1
1
1
3
1
1
1
1
1
1
1
1
2
1
1
0
5
1 NT
1 NT
CRD Fismes
CRD Pontfaverger
CRD Reims
CRD Ville-en-Tardenois
CRD Sillery
CIP Vertus-Epernay - Centre-ouest
CRD Dormans
CRD Dizy
CRD Epernay
CRD Vertus
CIP Vitry-le-François - Sud-est
CRD Sermaize
Agent de maîtrise princ.
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 1e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Agent de maîtrise princ.
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Ingénieur princ.
Technicien princ. 1e cl.
Technicien
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Agent de maîtrise
Adjoint techn. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Technicien
Agent de maîtrise princ.
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Technicien princ. 2e cl.
Technicien princ. 1e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Technicien
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Ingénieur princ.
Technicien princ. 1e cl.
Technicien
Rédacteur
Agent de maîtrise
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
262
Conseil général de la Marne
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
A
B
B
C
C
C
C
C
C
C
C
B
C
C
C
C
C
B
B
C
C
C
C
B
C
C
C
C
A
B
B
B
C
C
C
C
C
C
C
C
1
1
1
3
2
1
1
1
3
1
2
1
4
2
1
2
1
1
2
2
4
1
1
1
2
1
1
1
1
2
2
2
1
1
1
3
1
3
1
1
1
2
1
6
1
2
3
2
1
1
4
1
1
2
1
1
1
1
2
2
1
1
1
1
3
2
1
1
1
3
1
2
1
4
2
1
2
1
1
2
2
3
1
1
1
1
0
1
1
1
1
2
2
1
1
1
3
1
3
1
1
1
2
1
5
1
2
3
2
1
1
3
1
0
2
1
1
1
1
2
2
1
CRD Sommesous-Vatry
CRD Vanault-les-Dames
CRD Vitry-Marolles
CIP Montmirail-Sézanne – Sud-ouest
CRD Anglure
CRD Esternay
CRD Fère-Champenoise
CRD Montmirail
CIP Suippes-Sainte-Ménéhould - Nord-est
CRD Suippes
CRD Givry-en-Argonne
CRD Sainte-Ménéhould
Observatoire de la sécurité routière
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Ingénieur
Technicien princ. 1e cl.
Technicien princ. 2e cl.
Rédacteur
Agent de maîtrise princ.
Agent de maîtrise
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Technicien princ. 1e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Agent de maîtrise princ.
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Technicien princ. 1e cl.
Technicien
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 1e cl.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Attaché princ.
Technicien princ. 1e cl.
Technicien princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Technicien
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Technicien
Adjoint tech. princ. 1e cl.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 1e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Technicien princ. 2e cl.
263
Conseil général de la Marne
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
A
B
B
B
C
C
C
C
B
C
C
C
C
C
C
C
C
C
B
B
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
A
B
B
C
C
C
C
B
C
C
C
C
C
C
C
C
B
C
C
C
C
B
1
2
1
3
1
3
1
1
2
6
4
2
1
1
1
1
1
2
1
2
1
1
1
3
2
1
1
1
2
2
1
1
1
2
3
1
1
1
5
6
3
1
1
2
1
1
1
2
1
1
2
2
5
4
1
3
2
2
1
1
4
4
3
2
1
2
1
3
1
3
1
1
2
6
4
2
1
1
1
1
1
2
1
1
1
1
1
3
2
1
0
1
2
2
1
1
1
2
3
1
1
1
5
5
2
0
1
1
1
1
1
2
1
1
2
2
5
4
1
3
1
2
1
1
4
3
3
1
Service d’appui à l’entretien des routes départementales
Direction de la solidarité départementale
Service social et de la prévention
Service de l'aide sociale à l'enfance
Service solidarité grand âge et handicap
Service de la protection maternelle et infantile
Service des affaires sanitaires
Service insertion et logement social
Ingénieur princ.
Technicien princ. 1e cl.
Technicien princ. 2e cl.
Agent de maîtrise princ.
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
TOTAL
Directeur
Médecin HC
Attaché princ.
Rédacteur princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Attaché princ.
Puéricultrice cl. normale
Rédacteur princ. 1e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Attaché princ.
Attaché
Psychologue
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur princ. 2e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. princ. 1e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Assistants familiaux
Attaché princ.
Conseiller socio-éduc.
Attaché
Chargé de mission
Infirm. soins géné. cl. sup.
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur princ. 2e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Adjoint tech. 1e cl.
Médecin 1e cl.
Médecin 2e cl.
Puér. cadre de santé sup.
Psychologue
Rédacteur princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 1 cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Médecin HC
Infirm. soins géné. cl. sup.
Assistant socio-éduc.
Rédacteur
Adjoint adm. 2e cl.
Attaché
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Rédacteur
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Chargé de mission
264
Conseil général de la Marne
A
B
B
C
C
C
C
C
A
A
A
B
B
C
A
A
B
C
A
A
A
B
B
B
B
B
C
C
C
A
A
A
A
A
B
B
B
C
C
C
C
B
B
C
A
A
A
A
B
C
C
A
A
B
B
C
A
B
B
B
C
C
C
A
2
2
1
2
1
5
1
2
341
1
1
1
1
1
1
1
1
1
3
2
1
1
1
4
3
1
4
1
3
1
454
1
1
2
1
3
1
2
13
6
2
5
12
3
3
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
5
1
2
2
2
3
10
3
1
2
1
2
1
5
1
2
312
1
1
1
1
1
1
1
1
1
3
2
1
1
1
4
2
1
3
1
3
1
454
1
1
1
0
3
1
2
13
6
2
5
10
3
3
1
1
1
1
0
1
1
1
1
1
1
1
1
5
1
2
2
2
3
10
3
2 NT
1 NT
1 NT
1NT
1 NT
1 NT
1 NT
2 NT
CSD Châlons rive gauche
CSD Châlons rive droite
CSD Epernay Bachelin
CSD Epernay J.M. Laudat
CSD Vitry-le-François
Attaché
Médecin 2e cl.
Chargé de mission
Sage-femme cl. except.
Infirm. soins géné. cl. sup.
Infirm. soins géné. CN
Puéricultrice cl. sup.
Conseiller socio-éduc.
Psychologue cl. normale
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur princ. 2e cl.
Adjoint adm. princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
TISF - Agent soc. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Médecin 2e cl.
Sage-femme cl. except.
Puéricultrice cl. sup.
Infirm. soins géné. cl. sup.
Attaché
Chargé de mission
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Adjoint adm. princ. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Puéricultrice cl. sup.
Attaché
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Infirmière cl. sup.
Médecin HC
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
ATEE 2e cl.
TISF - Agent soc. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Sage-femme cl. except.
Puéricultrice cl. normale
Infirm. soins géné. cl. sup.
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Chargé de mission
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
TISF - Agent soc. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Médecin HC
Puéricultrice cl. sup.
Puéricultrice cl. normale
Psychologue cl. normale
Sage-femme cl. excep.
Infirmière cadre santé
Chargé de mission
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Rédacteur princ. 2e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
265
Conseil général de la Marne
A
A
A
A
A
A
A
A
A
B
B
B
B
C
C
C
C
A
A
A
A
A
A
A
B
B
C
C
A
A
A
B
B
B
A
C
C
C
C
C
A
A
A
A
B
B
A
C
C
C
A
A
A
A
A
A
B
A
B
B
B
B
C
C
1
1
1
1
1
1
1
1
1
9
10
1
1
1
1
3
1
2
1
2
1
2
1
2
7
12
1
6
2
2
1
5
8
1
1
1
1
4
1
1
1
1
1
2
6
5
1
2
2
1
1
1
2
1
1
1
1
1
4
13
1
1
2
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
9
9
1
1
1
1
3
1
1
1
2
1
2
1
2
7
11
1
6
2
2
1
5
8
1
1
1
1
4
1
1
1
1
1
2
6
5
1
2
2
1
1
1
2
1
0
1
1
1
4
13
1
1
2
1
1 NT
1 NT
1 NT
2 NT
2 NT
1 NT
2 NT
1 NT
1 NT
1 NT
4 NT
CSD Sainte-Ménéhould
CSD Sézanne
CSD Witry-lès-Reims
CSD Fismes
CSD Reims Jadart
CSD Reims Pont de Laon
CSD Reims Croix-Rouge
Conseiller socio-éduc.
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Infirm. soins géné. cl. sup.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
TISF - Agent soc. 2e cl.
Puéricultrice cl. sup.
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
TISF - Agent soc. 2e cl.
Médecin 2e cl.
Infirm. soins géné. CN
Chargé de mission
Puéricultrice cl. normale
Puéricultrice cl. sup.
Conseiller socio-éduc.
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Rédacteur princ. 1e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Médecin HC
Puéricultrice cl. normale
Infirm. soins géné. CN
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Infirmière cl. normale
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
TISF - Agent soc. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Médecin HC
Puéricultrice cl. sup.
Infirm. soins géné. cl. sup.
Chargé de mission
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Rédacteur princ. 2e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Médecin HC
Conseiller socio-éduc.
Sage-femme cl. except.
Puéricultrice cl. sup.
Infirm. soins géné. cl. sup.
Attaché
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Rédacteur
Adjoint adm. 2e cl.
TISF - Agent soc. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Médecin HC
Sage-femme cl. except.
Puéricultrice cl. sup.
Puéricultrice cl. normale
Chargé de mission
Attaché
Rédacteur
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
266
Conseil général de la Marne
A
B
B
A
C
C
C
A
B
B
C
C
C
A
A
A
A
A
A
B
B
B
C
A
A
A
A
B
B
B
C
C
C
A
A
A
A
A
B
B
B
B
C
C
A
A
A
A
A
A
B
B
B
C
C
A
A
A
A
A
A
A
B
B
B
C
C
1
3
4
1
1
1
1
2
5
8
1
3
1
1
1
1
2
1
1
4
3
1
1
1
1
1
1
4
4
1
2
1
1
1
1
2
1
1
7
9
1
2
1
3
1
2
1
3
1
1
10
6
2
3
1
2
1
1
2
1
1
1
1
7
10
2
3
1
3
4
1
1
1
1
2
5
8
1
3
1
1
1
1
2
0
1
4
3
1
1
1
1
0
1
4
4
1
2
1
1
1
1
2
1
0
7
9
1
2
1
3
1
1
1
3
1
1
10
6
2
3
1
1
1
1
1
1
1
1
1
7
10
2
3
3 NT
4 NT
1 NT
2 NT
1 NT
2 NT
2 NT
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
3 NT
CSD Reims Ruisselet
CSD Reims Porte Mars
CSD Reims Europe
Service départemental de prévention
Crèche
Direction des affaires économiques,
du développement local et de la prospective
Service des actions économiques, de l’enseignement
supérieur et de la recherche
Service de l'environnement, de l'aménagement
du territoire et des politiques contractuelles
Direction de l’aménagement
Direction de l’Education, des Loisirs et de la Mobilité
Service de la gestion des collèges
Attaché
Conseiller socio-éduc.
Puéricultrice cadre santé
Chargé de mission
Infirm. soins géné. cl. sup.
Rédacteur princ. 1e cl.
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Sage-femme cl. except.
Puéricultrice cl. sup.
Infirm. soins géné. cl. sup.
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Chargé de mission
Rédacteur
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Sage-femme
Puéricultrice cl. sup.
Puéricultrice cl. norm.
Chargé de mission RSA
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Rédacteur princ. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Conseiller socio-éduc.
Assistant socio-éduc. princ.
Assistant socio-éduc.
Adjoint adm. 1e cl.
TOTAL
Sage-femme cl. except.
Auxiliaire puér. princ. 2e cl.
TOTAL
Directeur général adjoint
Technicien princ. 2e cl.
Directeur
Attaché
Adjoint adm. 2e cl.
Attaché princ.
Attaché
Ingénieur
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur princ. 2e cl.
TOTAL
Ingénieur chef cl. except.
Ingénieur princ.
Attaché
Rédacteur
Technicien princ. 1e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
TOTAL
Directeur
Attaché
Rédacteur princ. 2e cl.
Attaché
Rédacteur
Adjoint adm. 2e cl.
267
Conseil général de la Marne
A
A
A
A
A
B
B
B
C
C
A
A
A
A
B
B
A
B
C
C
A
A
A
A
A
B
B
B
C
A
B
B
C
A
C
A
B
A
A
C
A
A
A
B
B
A
A
A
B
B
C
A
A
B
A
B
C
1
1
1
1
1
1
6
8
2
4
2
1
1
2
7
6
2
2
2
3
1
1
2
1
1
8
3
2
3
1
4
9
1
986
1
3
4
1
1
1
2
1
1
1
1
1
1
11
1
1
1
1
1
1
6
1
2
1
2
1
2
1
1
1
1
1
1
6
8
2
4
2
1
1
2
7
6
2
2
2
3
1
1
2
1
1
8
3
2
3
1
4
9
1
969
1
2
3
1
1
0
2
1
1
1
1
0
1
9
1
0
1
1
1
1
5
1
2
0
1
1
2
1 NT
1 NT
2 NT
1 NT
1 NT
2 NT
55 NT
1 NT
1 NT
Service des transports et de la mobilité
Service des sports, de la jeunesse et du tourisme
Service des affaires culturelles
Bibliothèque Départementale de Prêt
Archives Départementales
Ingénieur
Attaché
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Attaché
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur
Adjoint adm. 1e cl.
Attaché
Chargé de mission
TOTAL
Conserv. biblio.
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur
Ass. conserv. princ. 1e cl.
Ass. conserv. princ. 2e cl.
Ass. conserv. pat.
Educ. APS princ. 1e cl.
Ass. médico-tech. cl. norm.
Adjoint pat. 1e cl.
Adjoint pat. 2e cl.
Adjoint tech. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
TOTAL
Attaché conserv. pat.
Ass. conserv. princ. 1e cl.
Ass. conserv. princ. 2e cl.
Ass. conserv. pat.
Rédacteur princ. 1e cl.
Rédacteur princ. 2e cl.
Rédacteur
Agent de maîtrise
Adjoint tech. princ. 2e cl.
Adjoint pat. princ. 1e cl.
Adjoint pat. 1e cl.
Adjoint pat. 2e cl.
Adjoint adm. princ. 2e cl.
Adjoint adm. 1e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
TOTAL
SOUS-TOTAL
268
Conseil général de la Marne
A
A
B
B
C
C
A
B
B
C
A
A
A
B
B
B
B
B
B
B
C
C
C
C
A
B
B
B
B
B
B
C
C
C
C
C
C
C
C
1
1
1
3
1
4
1
1
1
1
3
1
28
1
1
1
6
2
1
1
1
1
2
1
1
19
1
1
1
2
1
1
2
1
1
1
1
5
3
2
4
27
1585
1
1
1
3
1
4
1
1
0
1
3
1
25
1
1
1
6
2
1
1
1
1
2
1
1
19
1
1
1
1
0
1
2
1
1
1
1
4
3
2
4
24
1 507
1 NT
1 NT
1 NT
3 NT
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
2 NT
75 NT
Etat des emplois permanents des établissements d'enseignement (TOS)
au 1er janvier 2014
Collèges
Grades emplois
Collège du Mazelot - ANGLURE
Collège Saint-Exupéry - AVIZE
Collège Yvette Lundy - AY
Collège Georges Charpak - BAZANCOURT
Collège Nicolas Appert - CHALONS-EN-CHAMPAGNE
Collège Victor Duruy - CHALONS-EN-CHAMPAGNE
Collège Perrot d'Ablancourt - CHALONS-EN-CHAMPAGNE
Collège Pierre de Coubertin - CORMONTREUIL
Collège Nicolas Ledoux - DORMANS
Collège Côte Legris - EPERNAY
Collège Jean Monnet - EPERNAY
Collège Terres Rouges - EPERNAY
Collège du Grand Morin - ESTERNAY
Collège Louis Grignon - FAGNIERES
Collège Stéphane Mallarmé - FERE-CHAMPENOISE
Collège Thibaud de Champagne - FISMES
Collège Pierre-Gilles de Gennes - FRIGNICOURT
Collège Raymond Sirot - GUEUX
Collège Professeur Nicaise - MAREUIL-LE-PORT
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
Adj. Technique 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
Adj. technique 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
Adj. technique 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
269
Conseil général de la Marne
Cat.
Effectif
budgétaire
Emplois
pourvus à
temps complet
au 01/01/2014
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
1
6
1
5
3
1
1
5
7
1
5
5
1
4
5
2
6
4
1
12
2
1
4
6
4
6
7
5
2
2
7
2
3
6
1
5
0
1
1
5
6
1
3
2
6
4
4
3
1
1
6
3
1
2
5
1
6
1
5
3
1
1
4
7
1
5
6*
1
4
5
2
6
5*
1
12
2
1
4
6
4
6
7
6*
2
2
7
2
3
7*
1
5
1*
1
1
5
6
1
3
3*
6
4
4
3
1
1
6
5*
1
2
5*
Observations
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
2 NT
2 NT
Collège de la Brie Champenoise - MONTMIRAIL
Collège de MONTMORT
Collège Henri Guillaumet - MOURMELON-LE-GRAND
Collège Pierre Souverville - PONTFAVERGER
Collège Maryse Bastié - REIMS
Collège Georges Braque - REIMS
Collège Pierre Brossolette - REIMS
Collège Colbert - REIMS
Lycée Colbert - REIMS
Collège Paul Fort - REIMS
Collège Joliot Curie - REIMS
Collège François Legros - REIMS
Collège Saint-Rémi - REIMS
Collège Robert Schuman - REIMS
Collège Trois Fontaines - REIMS
Collège Université - REIMS
Collège La Source - RILLY-LA-MONTAGNE
Collège Jean Moulin - SAINT-MEMMIE
Collège du Mont d'Hor - SAINT-THIERRY
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
Adj. technique 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
C
C
C
C
C
5
1
1
1
3
5
1
1
1
3*
Adj. technique 2e cl.
C
1
1
ATEE 1e cl.
C
2
2
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
Adj. tech. princ. 1e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
4
1
3
2
1
1
4
6
1
5
5
1
4
4
1
3
3*
1
1
4
7*
1
5
3
1
4
2 NT
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
C
C
C
C
2
2
12
4
3*
2
12
3
2 NT
ATEE 1e cl.
C
1
1
ATEE 2e cl.
C
2
2
ATEEP 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
1
8
2
1
5
1
6
3
5
3
2
5
5
2
7
2
1
6*
1
5
3
5
4*
2
5
5
Technicien
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
B
C
C
C
1
1
5
4
0
1
5
4
Adj. technique 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
C
C
C
C
C
1
1
1
3
8
1
1
1
3
9*
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
C
C
C
C
C
C
C
1
2
3
1
1
5
7
1
2
3
1
1
5
7
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
C
C
C
2
2
5
2
2
6*
270
Conseil général de la Marne
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
1 NT
Collège J.B. Drouet - SAINTE-MENEHOULD
Collège Louis Pasteur - SERMAIZE-LES-BAINS
Collège Louis Pasteur - SUIPPES
Collège Paulette Billa - TINQUEUX
Collège Eustache Deschamps - VERTUS
Collège Paul Eluard - VERZY
Collège Les Indes - VITRY-LE-FRANCOIS
Collège Vieux Port - VITRY-LE-FRANCOIS
Collège Léonard de Vinci - WITRY-LES-REIMS
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
C
C
C
C
C
C
C
C
C
10
4
6
5
5
3
1
4
5
10
5*
6
5*
5
2
1
4
5
Adj. tech. 2e cl.
ATEE 1e cl.
Agent de maîtrise
C
C
C
1
4
1
1
4
1
ATEE 2e cl.
ATEEP 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEEP 1e cl.
Agent de maîtrise
Adj. tech. princ. 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 1e cl.
ATEE 2e cl.
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
1
2
2
3
1
1
1
2
8
7
3
6
1
2
2
4*
1
1
1
2
7
7
3
6
TOTAL
1 NT
2 NT
1 NT
456
465
27 NT
TOTAL GENERAL
2041
1 972
102 NT
Données chiffrées pour l’année 2012 (au 01/01/2013)
Données chiffrées pour l’année 2011 (au 01/01/2012)
Données chiffrées pour l’année 2010 (au 01/01/2011)
2012
1990
1973
1988
1976
1986
106 NT
118 NT
109 NT
Les (*) contenus dans ce document correspondent à des contrats d’une durée d’un an créés grâce aux temps
partiels compensés.
271
Conseil général de la Marne
Etat des emplois NON-TITULAIRES
(remplacements fonctionnaire absent, besoins occasionnels, saisonniers, contrats aidés)
au sein des services du Conseil général
au 1er janvier 2014
Directions
DFMI - Finances
DRHAJ – Service recrutements et gestion des effectifs
DSD - CSD Châlons rive droite
DSD - CSD Vitry-le-François
DSD - CSD Witry-lès-Reims
DSD – CSD Reims Jadart
DSD – CSD Reims Porte Mars
Collèges - Agents d’entretien et d’accueil des
établissements d'enseignement
Direction de la communication
DSD
DSD
DELM - Archives
DELM - Collèges
TOTAL
Cat.
Effectif
budgétaire
Emplois
pourvus à
temps
complet au
01/01/2014
Adjoint adm. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
Assistant socio-éduc.
Assistant socio-éduc.
Assistant socio-éduc.
Adjoint adm. 2e cl.
Adjoint adm. 2e cl.
C
C
B
B
B
C
C
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
REMP
REMP
REMP
REMP
REMP
REMP
REMP
Agent d'entretien polyvalent
C
10
10
REMP
Attaché
Animateur insertion
Secrétaire
Agent de service
Agent d’entretien polyvalent
A
/
/
/
/
1
8
23
1
52
102
1
8
23
1
52
102
OCCA
CUI
CUI
CUI
CUI
113
83
56
113
83
56
Grades emplois
Données chiffrées pour l’année 2012
Données chiffrées pour l’année 2011
Données chiffrées pour l’année 2010
272
Conseil général de la Marne
Motif
ORGANIGRAMME DES SERVICES DU DÉPARTEMENT DE LA MARNE / DÉCEMBRE 2013
Président du Conseil général / Sénateur de la Marne : René-Paul SAVARY
Directeur général des services / Directeur de Cabinet : Guy CARRIEU – 03 26 69 52 20
Secrétariat
particulier
Conseillère du Président : Valérie BEAUVAIS – 03 26 69 52 08
Yvette
PIETREMENT
03 26 69 52 01
Secrétariat de l’assemblée : Martine LAUNAY – 03 26 69 40 25
Direction de la communication : Sandrine PFISTER – 03 26 69 52 05
Attaché de presse
Jérôme GORGEOT 03 26 69 81 65
Maison du Département (Reims)
Brigitte HOURLIER 03 26 69 52 03
Direction des finances, des marchés et de l’informatique : Gérard GAMICHON – 03 26 69 51 50
Service des finances
03 26 69 52 07
Service informatique
Franck LEFEVRE
03 26 69 52 90
Service des marchés publics
Hélène GILTARD
03 26 69 51 93
Service des achats
Raymonde CHAUVET
03 26 69 52 24
Direction des ressources humaines et des affaires juridiques : Jean-Louis FERAL – 03 26 69 52 22
Service des recrutements
et de la gestion
des effectifs
Dominique LEFRET
03 26 69 51 44
Service de la gestion
des carrières et des
rémunérations
Virginie
AGNERAY-HERRE
03 26 69 52 15
Service de la formation,
de la gestion des
compétences et
de la vie au travail
Jean-Yves STÉPHAN
03 26 69 52 17
Service des affaires
juridiques
Sylvie CAGNA
03 26 69 52 25
Imprimerie et
reprographie
Jean-Michel OLEN
03 26 69 51 03
Direction des bâtiments départementaux : Marc DELANNOY – 03 26 69 51 70
Service des études
et des travaux de bâtiment
Olivier DELAVAL
03 26 69 51 75
Service de gestion du patrimoine
Sandra BRUNET
03 26 69 51 20
Service de maintenance du patrimoine
Romuald MAIGROT
03 26 69 51 25
Service logistique
Cédric MARIE
03 26 69 52 33
Direction des routes départementales : Lionel LECLERC – 03 26 69 51 69
Service soutien
administratif et
budgétaire des
routes
Odile CAURIER
03 26 69 51 65
Service d’appui
pour l’entretien
des routes
départementales
Stéphane
DUHAZÉ
03 26 65 13 63
Service de la
maîtrise
d’ouvrage
Bertrand
DELACOTTE
Service de
l’ingénierie
routière
Christophe
LEGAND
03 26 69 59 43
03 26 69 51 92
Service des
ouvrages d’art
Service
d’exploitation
des routes
et du matériel
Jean-Pierre
SCHANG
03 26 69 51 60
03 26 69 40 65
Observatoire
de la sécurité
routière
Laurent MÉZINO
03 26 69 81 63
Service des
affaires foncières,
routières et de
l’urbanisme
Anne-Marie
IVERNEL
Service
d’information
géographique
Marie-Laure RING
03 26 69 40 36
03 26 69 51 40
6 circonscriptions des infrastructures et du patrimoine
Centre (Châlons-en-Champagne)
José FRANÇOIS
03 26 69 59 42
Sud-Ouest (Montmirail-Sézanne)
Emmanuel PREUD’HOMME
03 26 81 20 49
Nord (Reims)
03 26 77 65 50
Nord-Est (Suippes)
Catherine PASTORE
03 26 70 00 76
Centre-Ouest (Vertus)
Dominique LAROCHE
03 26 59 52 90
Sud-Est (Vitry-le-François)
André LEBLANC
03 26 62 15 20
Direction de l’aménagement : Patrick VOISIN – 03 26 69 59 70
Direction de la solidarité départementale : Isabelle DEBAILLEUL — 03 26 69 52 30 Adjoint au directeur : Hervé SCHMITT – 03 26 69 40 43
Service de la
protection
maternelle
et infantile
03 26 69 52 70
Service des affaires
sanitaires
Dr Dominique
LAFOURCADE
03 26 69 52 39
Service de l’aide
sociale à l’enfance
Christiane
DELAVALLADE
03 26 69 52 41
Foyer
départemental
de l’enfance
Alain LEBAAD
03 26 68 12 83
Service insertion
et logement social
Laurence LAMIABLE
03 26 69 40 31
Service solidarité
grand âge
et handicap
Damien COLLARD
03 26 69 52 60
15 circonscriptions de la solidarité départementale
Châlons
Châlons
ReimsPont
Reims
ReimsJadart ReimsCroix
Reims
Reims
Épernay
Épernay
Fismes
SainteSézanne
Vitry-leRive-droite Rive-gauche deLaon
Porte-Mars
Thierry
Rouge
Ruisselet
Europe
Bachelin
Jean-Mary
Martine Ménehould Stéphanie
François
LuciaFLORID Christine
Nadia
Denis
SOULIER 0326068410 Brigitte
Francine
Françoise
Laudat
GAMON
Chantal
NOSTRY
Sylvie
0326694095 DEGHAYE EDDIYANNE MULOT 0326867469
BOURGEOIS
HENRY
BERTIN
Sylviane 0326480708
FAILLE
0326805149 DÉSIRONT
0326651882 0326886229 0326867460
0326068420 0326867760 0326544051 KOLAR
0326608509
0326744056
0326556533
Service social
et de la prévention
Jean-Philippe
HUSSON
03 26 69 52 35
Service
départemental
Witry-lèsde prévention
Reims
Philippe
Catherine
SCHNEIDER
COTTEREAUX
(secteur
0326970094
de Reims)
03 26 86 74 55
Direction des affaires économiques, du développement local et de la prospective : Edouard KSON – 03 26 69 51 35
Service des actions économiques, de l’enseignement supérieur et de la recherche
Gérald PEREZ 03 26 69 51 34
Service de l’environnement, de l’aménagement du territoire et des politiques contractuelles
Alexa WADLOW 03 26 69 51 38
Direction de l’éducation, des loisirs et de la mobilité : Christine BOBAN-RICHARD – 03 26 69 52 80
Service de la gestion
des collèges et des bourses
départementales
Célia BERGER
03 26 69 52 81
Service des transports
et de la mobilité
Yves TRESSON
03 26 69 34 01
Service des sports,
de la jeunesse
et du tourisme
Grégoire PASTRES
03 26 69 52 86
Service des affaires
culturelles
Marion DOYARD
03 26 69 56 41
Bibliothèque
départementale de prêt
Marie-Hélène ROMEDENNE
03 26 70 28 28
Archives
départementales
Isabelle HOMER
03 26 68 06 69
2bis, rue de Jessaint - 51038 Châlons-en-Champagne cedex - Tél. 03 26 69 51 51 - Fax 03 26 68 46 33 - Site internet : www.marne.fr