20120201_DH_Le prince laurent a failli se lancer dans le cinema

Commentaires

Transcription

20120201_DH_Le prince laurent a failli se lancer dans le cinema
Revue de Presse - Persbericht
Le prince Laurent a failli se lancer dans le cinéma
Laurent et Claire ont assisté à l’avantl’avant - première d’Il était une fois une fois
BRUXELLES Après l’Alpe-d’Huez et deux ou trois villes du nord de la France où le film a reçu
un accueil triomphal, c’est à Bruxelles qu’était organisée, mardi soir, l’avant-première d’Il était
une fois une fois . Soit l’histoire d’une bande de bras cassés, Belges installés à Paris, qui, pour
se venger d’avoir été moqués par un directeur d’hôtel, vont inventer à l’un d’eux, Willy
Vanderbrook (François-Xavier Demaison), une nouvelle identité : celle du prince Louis de
Belgique. Sous le charme duquel l’intrigante Jessica ne manquera pas de tomber. Ensemble, ils
se lancent dans un casse où situations surréalistes et quiproquos s’enchaînent sans laisser une
seconde de répit aux zygomatiques. D’autant que tout ceci est mâtiné d’accents bien de chez
nous, qui font l’objet d’irrésistibles cours (dispensés par Charlie Dupont et Jean-Luc Couchard,
exceptionnels).
Mardi soir, donc, c’est en présence du prince Laurent, de la princesse Claire et d’Edouard
Vermeulen (Natan) que la grande salle de l’UGC Toison d’Or s’est gondolée pendant une bonne
heure trente. Au terme de laquelle le couple a rencontré les acteurs du film (Anne Marivin et le
réalisateur, Christian Meret-Palmair étant aussi de la partie).
“Le plus rigolo dans l’histoire ”, nous confiait Charlie Dupont quelques heures plus tôt, “c’est
que l’on était à deux doigts d’avoir le Prince et son épouse dans leurs propres rôles dans le
film. C’est une courte scène dans laquelle le vrai Prince vient nous démasquer, en quelque
sorte… ” Et ce, via une amie dont les enfants fréquentent le même lycée que les enfants de
Laurent et Claire. “Ils étaient amusés par l’idée, ce que je trouve une preuve d’humour
absolument magnifique. Hélas !, ça ne s’est pas fait. Dans ce film, on ne rit pas de la famille
royale. C’est nous qui sommes grotesques. Mais en acceptant d’être là ce soir, ils mettent
l’accent sur ce qui est une de nos forces : l’autodérision au plus haut degré. ”
La Dernière Heure : 02/02/2012

Documents pareils