au cinéma le Régent à Saint-Gaudens du 15au 19janvier 2014

Commentaires

Transcription

au cinéma le Régent à Saint-Gaudens du 15au 19janvier 2014
LES
le Centre d’art contemporain
Chapelle Saint-Jacques
et le Cinéma le Régent
présentent
RENCONTRES
DU FILM
édition #0
au cinéma le Régent à Saint-Gaudens
du 15 au 19 janvier 2014
SOMMAIRE
LES INVITÉS DES RENCONTRES 2014.............................................................................. 3
François Levy-Kuentz, parrain du festival......................................................................................... 3
Carlos Vilardebo, réalisateur .................................................................................................................. 3
Christophe Loizillon, réalisateur ........................................................................................................... 3
Sarah Pialeprat, directrice du Centre Du Film Sur L’art De Bruxelles................................ 3
LES SOIRÉES................................................................................................................................. 4
Jeudi 16 janvier - Conversation : de la documentation à la création................................. 4
Vendredi 17 janvier - L'original et la copie........................................................................................ 5
Samedi 18 janvier - Regards croisés : François Lévy-Kuentz, Carlos Vilardebó............. 6
LES FILMS....................................................................................................................................... 7
Alechinsky, l’oeil du peintre ..................................................................................................................... 7
Ann Veronica Janssens – Los van de Materie................................................................................... 7
Bella di note........................................................................................................................................................ 7
By the Ways : a Journey with William Eggleston........................................................................... 7
LES HORAIRES............................................................................................................................ 8 - 9
LES FILMS (suite)........................................................................................................................ 10
Calder sculpteur de l’air............................................................................................................................. 10
Chagall, à la Russie, aux ânes et aux autres................................................................................... 10
Dali, génie tragi-comique .......................................................................................................................... 10
Dans l’atelier de Mondrian.......................................................................................................................... 10
Dans l’oeil de Buñuel..................................................................................................................................... 11
De larges détails : sur les traces de Francis Alÿs........................................................................... 11
Faites le mur !..................................................................................................................................................... 11
Francis Bacon, peintre anglais................................................................................................................. 12
Free Radicals..................................................................................................................................................... 12
Gerhard Richter - Painting........................................................................................................................... 12
Jean Painlevé : fantaisie pour biologie marine............................................................................... 12
Louise Bourgeois : l’arraignée, la maîtresse et la mandarine ................................................ 13
Luciano Emmer, une insolite aventure dans le monde de l'art et du cinéma............... 13
Marina Abramović : the Artist is Present ............................................................................................. 13
Le Mystère Picasso ....................................................................................................................................... 14
Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely : les Bonnie and Clyde de l’art................................ 14
Opalka, une vie, une oeuvre...................................................................................................................... 14
La Petite cuillère.............................................................................................................................................. 14
Quand l’art prend le pouvoir..................................................................................................................... 15
Le Scandale impressionniste................................................................................................................... 15
The Ballad of Genesis & lady Jaye.......................................................................................................... 15
Yves Klein ou la révolution bleue............................................................................................................ 15
LES INVITÉS DES RENCONTRES
FRANÇOIS LEVY-KUENTZ,
PARRAIN DES RENCONTRES
Carte blanche
Son regard, son expérience et ses connaissances précises du film d’art nous
ont permis d'élaborer trois rencontres lors de soirées exceptionnelles, et une
programmation qui balaye une histoire méconnue du cinéma.
François Levy-Kuentz est un réalisateur français qui, après avoir obtenu une
maîtrise de cinéma a consacré son premier film à Man Ray, preuve de son intérêt fort pour l’art.
Il a également collaboré à plusieurs émissions de télévision telles que
RamDam et Le Cercle de minuit pour lequel il a réalisé de nombreux portraits
d’artistes (Eduardo Arroyo, Robert Doisneau, Michel Blazy, Jean le Gac, Christian Boltanski , Bernard Noël, etc.).
Rencontre samedi 18 janvier à 20h30
Regards croisés : Carlos Vilardebó et François Lévy-Kuentz
CARLOS VILARDEBÓ, réalisateur
Figure tutélaire du film d’art, Carlos Vilardebó est un cinéaste qui a débuté sa carrière
en 1946. Il a réalisé une vingtaine de courts et moyens métrages dont Le Cirque de Calder (1961) qui reste encore aujourd’hui un film fondamental dans l’histoire du cinéma.
Dans ce film de 30 minutes, il parvient à restituer le travail d’Alexandre Calder, sculpteur
américain qui utilise des sculptures miniatures pour un spectacle de cirque.
Aujourd’hui âgé de 87 ans, Carlos Vilardebó nous honorera de sa présence samedi 18
janvier lors d’une rencontre exceptionnelle avec François Levy-Kuentz.
Soirée-rencontre samedi 18 janvier à 20h30 avec François Levy-Kuentz
CHRISTOPHE LOIZILLON, réalisateur
Christophe Loizillon est producteur et réalisateur de films expérimentaux notamment
de deux longs-métrages, Le Silence de Rak (1995) et Ma caméra et moi (2001) ainsi
que de nombreux documentaires-fictions. Un de ses premiers films a été consacré à
l’artiste Opalka, Détail, Roman Opalka, un 27 minutes tourné en 1986. « Roman Opalka
est un peintre singulier qui a bouleversé ma manière de voir l’art et le monde… Pour
moi, le cinéma, c’est filmer du temps essentiellement et quand on a un homme comme
Opalka qui justement écrit le temps, c’est le plus beau des scénarios ».
Soirée jeudi 16 janvier - Conversations : de la documentation à la création
SARAH PIALEPRAT, directrice du centre du film
sur l’art de Bruxelles
Au carrefour de la recherche, de l’acquisition, et de la diffusion du film sur l’art, le Centre
du Film sur l’Art a constitué un fonds documentaire exigeant depuis plus de trente ans.
Il a fait éclore des jeunes talents et a mis en cohésion l’ensemble des acteurs de la
discipline. Le Centre du Film sur l’Art de Bruxelles défend bec et ongle les oeuvres et
les artistes de Belgique et d’ailleurs...
Soirée vendredi 17 janvier : de l'original à la copie
3
SOIRÉE DU JEUDI 16 JANVIER - 20h30
CONVERSATIONS : DE LA DOCUMENTATION À LA CRÉATION
/// Soirée
proposée par Christophe Loizillon
Christophe Loizillon, réalisateur viendra nous parler de ses films Détail : Roman Opalka, et
Les Mains. Détail Roman Opalka, est un 27 minutes tourné en 1986. « Roman Opalka est un
peintre singulier qui a bouleversé ma manière de voir l’art et le monde… Pour moi, le cinéma,
c’est filmer du temps essentiellement et quand on a un homme comme Opalka qui justement
écrit le temps, c’est le plus beau des scénarios ». La projection de ce film documentaire et
du film Les Mains, sera le fil conducteur pour une conversation autour de ce questionnement
qui peut tarauder un réalisateur comment aller du film documentaire vers une création personnelle ?`
LES FILMS DE LA SOIRÉE
DÉTAIL, ROMAN OPALKA
De Christophe Loizillon | Durée : 25 min | Documentaire | France | 1986
Obsédé par l'idée de visualiser le temps, le peintre d’origine polonaise
Roman Opalka prit un jour une décision : il allait durant toute sa vie décompter le temps qui passe. Sur une toile noire, il écrivit à la peinture
blanche le chiffre 1. La toile remplie de la suite continue des chiffres, il
en prit une autre pour poursuivre. Aujourd'hui est un jour spécial : il va
atteindre le nombre des 4 000 000.
Christophe Loizillon a filmé une journée de Roman Opalka sur le ton
neutre et objectif de l'exposé. Dans l'attente de l'événement, il suit Roman Opalka à l'atelier où celui-ci énonce en voix off les principes du système qu'il met en oeuvre sous nos yeux. Dans une ritualisation voulue de
sa vie qu'il érige ainsi en vie exemplaire, il se met au travail dans l'espace
que délimitent les projecteurs. La caméra parcourt la toile puis s'attache
à la main qui trace des chiffres minuscules. Soudain, nous nous prenons
à décompter à notre tour, guettant l'instant fatidique. Le chiffre de 4 000
000 s'inscrit, l'instant passe... Rien ne se produit, sinon l'inscription du
chiffre suivant.
LES MAINS
De Christophe Loizillon | Durée : 20 min | Documentaire | France | 1996
Dans ce court métrage, Christophe Loizillon filme les mains de cinq de
ses amis en plans-séquences et en gros plans, pendant que ces derniers se livrent dans le hors-champ sonore. Parallèlement, la voix-off du
cinéaste prononce quelques mots d’introduction sur ses proches avant
l’entrée en « scène » de leurs mains. Christophe Loizillon a réutilisé cette
mise en scène radicale pour filmer Les Pieds (2008) ou encore Les Visages (2003).
« Les perspectives scéniques et narratives ouvertes par les partis pris
de mise en scène invitent à considérer les mains dont les gestes et la
physionomie investissent le champ de l’image comme des lieux d’expression de l’individualité, comme de véritables acteurs de l’histoire privée. Ces mains en représentation qui "parlent" en gros plan au spectateur s’offrent comme autant d’archives de la mémoire individuelle dont
chaque voix-off nous fait entendre le récit. En "racontant" leurs mains,
en évoquant les "évènements" auxquels elles ont participé, ou encore
en soulignant le rapport qu’ils entretiennent avec elles, les divers hôtes
de l’image nous entraînent au coeur de multiples fictions de l’identité
qui tracent les contours de véritables autoportraits.» Films Passerelles
4
SOIRÉE DU VENDREDI 17 JANVIER - 20h30
L’ORIGINAL ET LA COPIE
Soirée proposée par Sarah Pialeprat, avec pour invités, Michel Houssiau et
Simon Backès.
///
Michel Houssiau est directeur de la photographie et cadreur de cinéma, il a notamment
travaillé en 1973 sur le film culte L’An 01, avec Jacques Doillon et Alain Resnais. Par la suite,
fidèle collaborateur de ce dernier, il travailla également avec Chantal Akerman et Frédéric
Sojcher.
Il présentera un travail réalisé avec ses étudiants de l’école de cinéma bruxelloise, l’INSAS,
sur la recréation, en prises de vues réelles, de différentes oeuvres picturales.
Comment recréer ou plutôt repenser un tableau, une oeuvre picturale avec une caméra et
un plan fixe. Les jeux de lumière, les expressions, les compositions. Qu’y interprétons-nous ?
Simon Backès, jeune artiste, cinéaste philosophe qui a fait une entrée forte remarquée dans
les différents festivals. Il est à la croisée des genres cinématographiques, de leur narration
classique et de l’abstraction de leur forme. Il présentera son film Stolen Art.
Enquêtant sur la mystérieuse collection d’« Art volé » présentée en 1978 dans une galerie
new-yorkaise par l’artiste tchèque Paul Novak, l’auteur nous invite à partager son questionnement sur l’art au travers d’un vrai thriller palpitant. S’ensuivra un échange avec le public.
LUMIÈRES DES TOILES
Sous la direction de Michel Houssiau | Durée : 30 min | Belgique | 2013
Lumière des toiles regroupe 16 exercices réalisés sous la direction du
chef opérateur Michel Houssiau, entre 1992 et 2012 à l'INSAS, une école
de cinéma à Bruxelles. Les exercices dits « Images Imposées » prennent
exemple sur l'œuvre d’un peintre et se l'imposent comme modèle à reproduire tel quel, à l’identique, dans ses moindres détails, à la manière
des copistes. Il s’agit dès lors d’un travail de virtuosité, de maîtrise de tous
les éléments qui vont le constituer : lumière, décor, costume, maquillage.
Peinture et cinéma s’éclairent alors mutuellement.
STOLEN ART
De Simon Backès | Durée : 57 min | Documentaire | Belgique | 2007
Prix du Jury aux 18èmes Rencontres du Film Documentaire de Clermont-Ferrand (2008)
En 1978 a lieu, à New York, une exposition d’art contemporain particulièrement dérangeante. L’artiste tchèque Pavel Novak y expose, sous
l’appellation de Stolen Art, une série de tableaux de peintres célèbres,
Courbet, Van Gogh, Rembrandt, Malevitch et refuse de révéler s’il s’agit
de copies admirablement bien faites ou, au contraire, d'œuvres volées
dans des musées ou des collections particulières. Le scandale éclate
lorsqu’un riche collectionneur reconnaît, dans le paysage marin de
Courbet exposé lors de Stolen Art, l’original d’une toile qu’il possède et
qui s’avère alors être un faux. Simon Backès se lance sur la piste de Novak au cours d’une enquête aux allures de thriller philosophique, nous
emportant d’un bout à l’autre de la planète, en une quête artistique qui
ne ménage ni ses efforts ni ses surprises.
« Loin de toute école cinématographique, splendide jusque dans son
maniérisme, Stolen Art ramène dans le champ du cinéma cette question
de la création qui se résout encore (et ce film en est la preuve vivante)
dans l’émotion et la gratuité du geste. » Cinérgie
5
SOIRÉE DU SAMEDI 18 JANVIER - 20h30
REGARDS CROISÉS
/// François
Lévy-Kuentz & Carlos Vilardebó
François Levy-Kuentz etCarlos Vilardebó se rencontrent pour la première fois. La discussion
entre ces deux réalisateurs sera un temps fort des rencontres. Elle sera riche de découvertes
et d'émotionscar elle réunit deux réalisateurs qui ont en commun une admiration pour Calder.
ALEXANDRE CALDER (1898 - 1976)
Alexandre Caler est un scuplteur américain surtout connu pour ses mobiles et ses stabiles géants. À son arrivée en France en 1926, il devient
populaire grâce à l'invention de son célèbre cirque. Il crée des personnages de cirque à partir de bouts de ficelles, fil de fer, ressorts et bouts
de bois qu'il anime comme par magie. Au départ composé de quelques
personnages, au fur et à mesure le cirque s'agrandit et compte au final
plus de 200 figurines : voltigeurs, jongleurs, écuyères, trapézistes, dompteurs, avaleurs de sabre, clowns, équilibristes, danseuses, conducteurs
de chars, brancardiers, cantatrices, chiens savants et toute une ménagerie de chevaux, lions, éléphants, otaries...
« Mon premier acrobate était un sauteur qui avait des jambes en fil
d’acier, des mains en plomb, le corps vêtu de velours jaune, et une tête faite d’une tranche de bouchon, avec
des cheveux et moustaches peints à la gouache. On le laissait tomber sur ses pieds et après plusieurs tours
et avec un peu de chance, il retombait sur ses mains. » Alexandre Calder
Mort en 1976 le jour du vernissage de sa retrospective au Whitney Museum of American Art de New-York,
Alexandre Calder laisse une oeuvre considérable qui a marqué la sculpture moderne. Une partie de sa création a été captée au cinéma par Carlos Vilardebó.
LES FILMS DE LA SOIRÉE
Les Mobiles
De Carlos Vilardebó | Durée : 16 min | Documentaire | France | 1967
Commencé en 1932, ces sculptures géométriques à la limite du pictural offrent au regardeur un ballet abstrait, une forme mouvante constamment changeante. La réalisation privilégie le mouvement de ces « drôles
d’oiseaux » métalliques et vertébrés.
Les Gouaches de Sandy
De Carlos Vilardebó | Durée : 16 min | Documentaire | France | 1973
Trois ans avant la mort de Calder, c’est à travers son travail « de peintre » que le réalisateur tisse des liens
avec ses œuvres sculptées. On découvre notamment d’étonnantes gouaches sur fond d’eau.
Le Cirque de Calder
De Carlos Vilardebó | Durée : 30 min | Documentaire | France | 1961
Le Cirque de Calder est un film référence dans l'histoire du film d'art. Carlos Vilardebó est parvenu à rendre
compte à l'écran de toute la richesse du travail d'Alexandre Calder. Des cohortes d'animaux sauvages, des
haltérophiles, des acrobates, des danseuses du ventre, des funambules, des avaleurs de sabre se livrent à
des accrobaties pendant trente minutes devant la caméra de Carlos Vilardebó. Après avoir fait le tour du
monde avec ses miniatures, Alexandre Calder est mort en 1976, Le Cirque de Calder reste un magnifique
témoignage de l'oeuvre de l'artiste-sculpteur.
« La grâce de l'invention et la maîtrise de l'exécution appartiennent à Calder. Mais la discrétion et la justesse
de la mise en oeuvre cinématographique viennent de Vilardebó, qui montre bien que ce cirque n'est pas un
simple jeu, mais un projet artistique. Le jouet, dont le sculpteur a confectionné les éléments, à partir de 1926,
à l'aide de fil de fer, de rognures de carton et de bouts de chiffon, ne pouvait devenir une oeuvre que par
l'enregistrement cinématographique. Alternant avec précision les plans d'ensemble où paraît la manipulation
et les gros plans où les gens du voyage sont livrés à eux-mêmes, la caméra capte les coulisses sans gâter
l'émerveillement que suscitent les acrobaties. Le décalage entre la musique à source visible (un électrophone) et la bande-son marque bien l'intervention du cinéaste.» Positif
6
LES FILMS de A à Z
ALECHINSKY, L’OEIL DU PEINTRE
De Robert Bober | Durée : 1h10 | Documentaire | France | 1996
Robert Bober, cinéaste mais aussi metteur en scène de théâtre et écrivain a réalisé une quarantaine de films documentaires.
Dans Alechinsky, l'oeil du peintre, il pose au peintre la question de la
représentation de ses tableaux à l'écran. Pierre Alechinsky peintre, calligraphe et écrivain belge ne s'intéresse pas à cette dimension technique
de son oeuvre et va entraîner le cinéaste dans son univers pictural et ses
questionnements d'artiste : Pourquoi est-il passé de la peinture verticale
où la toile est posée sur un chevalet, à la gestuelle orientale où le papier est posé à même le sol ? Comment utilise-t-il les papiers anciens,
lettres, cartes de géographie, factures du siècle passé ?
Le film permet également de voir le processus de création et l'artiste
expliquer ses choix et ses gestes. Un film où la structure est menée de
manière libre et passionnante par Alechinsky.
Jeudi 16 à 13h15 • Vendredi 17 à 18h • Samedi 18 à 12h
ANN VERONICA JANSSENS – LOS VAN DE MATERIE
De Jan Blondeel | Durée : 52 min | Documentaire | Belgique | 2011
Prix du Centre du Film sur l'Art - Bruxelles
Ann Veronica Janssens est une artiste plasticienne anglaise mais travaillant en Belgique qui utilise plusieurs dispositifs (installations, projections,
sculptures, etc.) dans le but d'une recherche basée sur l'expérience sensorielle de la réalité.
Dans son film Jan Bloodeel parvient à capter l'impalpable, l'immatériel
propre au travail de Ann Veronica Janssens.
Jeudi 16 à 12h15 • Vendredi 17 à 11h • Samedi 18 à 13h15
BELLA DI NOTE
De Luciano Emmer | Durée : 26 min | Court-métrage documentaire | Italie | 1997
Réalisateur de films d'art, Luciano Emmer réalise avec Bella di note
(Belle de nuit) son dernier film d'art. Il s'agit d'un portrait nocturne de
la Gallerie Borghese après restauration où se côtoient les oeuvres de
Vinci, Raphaël et Le Corrège, entre autres...
Le film est projeté avec Luciano Emmer, une insolite aventure dans le
monde de l'art et du cinéma, film documentaire de Francis Guermann
réalisé pendant le tournage de Bella di note.
Jeudi 16 à 11h • Vendredi 17 à 13h • Samedi 18 à 18h (Film projeté avec Luciano Emmer...)
BY THE WAYS :
A JOURNEY WITH WILLIAM EGGLESTON
De Vincent Gérard et Cédric Laty | Durée : 1h27 | Documentaire | France | 2007 | VO/ST
Les douze chapitres du film composent un voyage, entre Memphis,
Rome, New-York, Arles ou la Nouvelle-Orléans. Quelques témoins,
comme David Byrne, Rosalind Solomon ou Dennis Hopper, font
d'étranges révélations sur cet insaisissable Dandy du Sud américain. La
musique, la peinture, la poésie ou encore la littérature son autant de
prétextes à nous rapprocher un peu plus du personnage.
« By the ways est un film où on apprend énormément mais comme en
passant, par une sorte de glissement harmonieux, que porte plus qu’il
ne le saccade l’enchaînement des petits chapîtres qui composent le
film. » Cahiers du cinéma
« Ce film mérite bien les prix qu'il a reçus, car By the Ways procure un
vrai déclic : plus que la révélation d'un personnage, c'est la vision d'un
esprit.' » Journal des Arts
Jeudi 16 à 13h45 | Vendredi 17 à 15h30 | Samedi 18 à 17h15
7
SALLE C
Marc Chagall  52’
Jean
Painlevé  52’
Yves Klein 52’
16h
17h
18h
20h
30
Le Scandale
impressionniste  52’
15h
17h30 | Painting
Gerhard
Richter  1h37
Films : Détails, Roman Opalka, Les Mains
CONVERSATIONS :
DE LA DOCUMENTATION À LA CRÉATION
17h30 | Faites le
mur !  1h26
of Genesis et Lady
Jaye  1h12
16h15 | The Ballad
Dali, peintre
tragi-comique
+ Bacon, peintre
anglais  74’
Dans l’oeil de
Buñuel  52’
14h
15h30 | Marina
Abramovic  1h46
13h
13h30 | Le Mys13h15 |
tère Picasso  1h18 Alechinsky, l’oeil
+ La Petite cuillère  10’
du peintre  1h10
13h45 | By The
Ways  1h27
Dans l’atelier
de Mondrian  52’
13h
20h
30
18h
17h
16h
15h
14h
12h
12h15 | Ann Veronica Janssens 52’ Free
Radicals  1h20
Louise
Bourgeois  1h30
De larges détails,
Francis Alÿs  52’
12h
11h
Luciano Emmer
+ Bella di Note  1h10
Opalka, une vie,
une oeuvre  55’
9h
11h
SALLE D
Calder, sculpteur
de l’air  52’
PUBLIC SCOLAIRE
SALLE B
SALLE C
18h15 | The Ballad
of Genesis et
Lady Jaye  1h12
Dali, Peintre
tragi-comique
+ Bacon, peintre
anglais  52’
15h30 | Free
Radicals  1h20
13h45 | Painting,
Gerhard
Richter  1h37
Le Mystère Picasso
+ La Petite cuilère  1h28
Ann Veronica
Janssens  52’
L’ORIGINAL ET LA COPIE
17h15 | Louise
Bourgeois  1h30
15h30 | By the
Ways  1h27
Faites le
mur!  1h26
Marina
Abramovic  1h46
Dans l’oeil de
Buñuel  52’
PUBLIC SCOLAIRE
SALLE B
Vendredi 17 janvier
Luciano Emmer
+ Bella di note  1h10
Opalka, une vie,
une oeuvre  54’
Yves Klein  52’
SALLE D
Films : Stolen Art, Lumières des toiles
Alechinsky, l’oeil
du peintre  1h10
Dans l’atelier
de Mondrian  52’
De larges détails,
Francis Alÿs  55’
Calder, sculpteur
de l’air  52’
Quand l’art prend
le pouvoir  52’
Le Scandale
impressionniste  52’
Marc Chagall  52’
Jean
Painlevé  52’
SALLE A
LES HORAIRES
Quand l’art
prend
le pouvoir  52’
9h
SALLE A
Jeudi 16 janvier
Programmation pouvant être soumise à des changements
8
9
SALLE C
Opalka, une vie,
une oeuvre  55’
Dans l’oeil de
Buñuel  52’
Luciano Emmer
+ Bella di note  1h10
FILMS : LES MOBILES, LE CIRQUE DE CALDER, LES GOUACHES DE SANDY
16h
17h
18h
20h
30
Free Radicals  1h20
Quand l’art prend
le pouvoir  52’
REGARDS CROISÉS
17h15 | By the
Ways  1h27
15h30 | The Ballad
of Genesis et
Lady Jaye  1h12
Jean Painlevé  52’
15h
15h30 | Louise
Bourgeois  1h30
Calder, sculpteur
de l’air  52’
14h
13h15 | Ann
Veronica
Janssens  52’
13h45 | Le Mystère Picasso
+ La Petite cuillère  1h28
13h30 | Marina
Abramovic  1h46
De larges détails,
Francis Alÿs  55’
13h
Alechinsky, l’oeil
du peintre  1h10
Yves Klein  52’
12h
12h15 | Painting,
Gerhard Richter  1h37
Faites le
mur!  1h26
Marc Chagall  52’
Le Scandale
impressionniste  52’
Dans l’atelier de
Mondrian  52’
SALLE D
Dali, peintre
tragi-comique
+ Bacon, peintre
anglais  52’
PUBLIC SCOLAIRE
SALLE B
Samedi 18 janvier
11h
9h
SALLE A
11h - 19h : Les Coups de coeur du public
La journée du dimanche est gratuite pour les spectateurs ayant
acheté un pass (Pass journée ou Pass rencontres).
Dimanche 19 janvier
14h – 16h: Atelier parents/enfants
Un atelier de création plastique sera ouvert pour les enfants accompagnés d’un membre de la famille. Ce temps de création partagée sera conduit par Véronique Fauvet-Lamonerie, médiatrice à la
Chapelle Saint-Jacques.
Elle vous proposera de vous plonger à votre tour dans le bain de la
création et de la poésie par le biais d’ateliers en lien avec les films et
les artistes programmés.
Sur réservation auprès de Véronique Fauvet-Lamonerie
tarif: 2€ / enfant
Contact : [email protected] / 06 83 91 32 57
16h30 : Visite commentée de la Chapelle St Jacques
19h : Apéritif dinatoire gratuit dans l'atelier de la Chapelle
Samedi 18 janvier
14h – 16h : L’atelier du mercredi du centre d’art se délocalise au
cinéma !
Une parenthèse extra ordinaire pour appréhender la création artistique et le film d’art.
Sur réservation auprès de Véronique Fauvet-Lamonerie
Tarif: 2€ / enfant
Contact : [email protected] / 06 83 91 32 57
9h : Séance scolaire ouverte au public
Niki de Saint-Phalle & Jean Tinguely : Les Bonnie and Clyde de l'art
de Louise Faure et Anne Julien - 52'
Mercredi 15 janvier
AUTOUR DES RENCONTRES
CALDER SCULPTEUR DE L’AIR
De François Lévy-Kuentz | Durée : 52 min | Documentaire | France | 2008
Grand prix - Festival de Murcie
Fils d'un artiste, né à Philadelphie, Alexandre Calder a réalisé une oeuvre
moderne et avant-gardiste qui a révolutionné la sculpture, en confectionnant ses célèbres mobiles à partir de tôles peintes articulées. C'est
un artiste révolutionnaire et populaire qui n'a jamais cessé de travailler.
Le film débute dans les années 1930, lorsque Calder connaît le succès
à Paris avec son cirque jusqu'à ce qu'il accède au statut d'icône de l'art
contemporain au côté de Marcel Duchamp et Joan Miro.
À l'aide d'images d'archives le film de François Lévy-Kuentz nous apporte un éclairage sur l'oeuvre et la vie du sculpteur. Il montre l'évolution
de son travail et fait de ce film un véritable spectacle en mouvement.
Jeudi 16 à 11h | Vendredi 17 à 15h | Samedi 18 à 14h
CHAGALL, À LA RUSSIE, AUX ÂNES ET AUX AUTRES
De François Lévy-Kuentz | Durée : 52 min | Documentaire | France | 2003
D'origine biélorusse, puis naturalisé français Marc Chagall est un peintre
proche du surréalisme qui a gardé sa propre symbolique laissant une
large part à son imagination et ses rêves. Il a également réalisé des travaux en lien avec l'architecture, la poésie et la peinture sur vitrail.
Composé d'images d'archives familiales inédites, d'entretiens filmés
avec l'artiste et son entourage, ce film documentaire suit le parcours
atypique du peintre depuis son enfance en Russie jusqu'à son arrivée
à Paris et son exil aux États-Unis. Il nous permet de mieux comprendre
cet artiste parfois controversé qui a sans cesse tenté de confronter la
tradition juive de son enfance à la modernité artistique de son temps.
« Cette grande fresque nous invite à redécouvrir et mieux comprendre
une œuvre novatrice inscrite dans le XXème siècle, à travers ce destin
généreux d’un artiste hors du commun. » Ardèche Images
Jeudi 16 à 16h • Vendredi 17 à 12h • Samedi 18 à 11h
DALI, GÉNIE TRAGI-COMIQUE
De François Lévy-Kuentz | Durée : 52 min | Documentaire | France | 2012
Salvador Dali, reste certainement l'un des artistes surréalistes les plus
populaires encore de nos jours. Auteur d'une oeuvre foisonnante et
complexe, Dali a également rapidement compris comment travailler
avec les médias afin de rester dans l'inconscient collectif. Qui fût donc
vraiment Salvador Dali ?
Dans ce film documentaire composé de nombreux documents d'archives méconnus ou inédits, François Lévy-Kuentz explore les multiples
facettes de Salvador Dali.
Jeudi 16 à 15h | Vendredi 17 à 17h | Samedi 18 à 11h (film programmé avec Francis Bacon, peintre anglais)
DANS L’ATELIER DE MONDRIAN
De François Levy-Kuentz | Durée : 52 min | Docu-Fiction | France | 2010
Piet Mondrian est un peintre néerlandais, d'abord influencé par le cubisme il inventa dans les années 1920 un langage pictural composé de
formes géométriques et de couleurs primaires. Il est devenu par la suite
le pionnier de l'abstraction pure.
Tourné dans une réplique de son appartement parisien, ce docu-fiction
retrace le parcours artisitique de Mondrian, de ses premières oeuvres
réalistes à son départ pour New-York, en passant par le mouvement Stijl.
Ce film captivant retrace le cheminement intellectuel et humain qui a
mené Mondrian vers l’abstraction géométrique, ce style si caractéristique qui fait de lui l’une des grandes figures de l’avant-garde artistique
internationale.
Jeudi 16 à 13h | Vendredi 17 à 17h | Samedi 18 à 11h
10
DANS L’OEIL DE BUÑUEL
De François Levy-Kuentz | Durée : 52 min | Documentaire | France | 2013
Cinéaste majeur et inclassable, Luis Buñuel a réalisé plus de trente films.
Son premier film co-réalisé avec Salvador Dali, Un chien andalou le révèle auprès des surréalistes Man Ray et Louis Aragon notamment. Il en
deviendra ensuite une icône et réalisera dès lors des films profondémment marqués par le surréalisme : L'Âge d'or, Cet obscur objet du désir
en remettant en cause la continuité du récit et de la temporalité.
François Lévy-Kuentz réalise un portrait du cinéaste à travers le témoignage des réalisateurs qui l'ont connu : Carlos Saura, Jean-Claude Carrière mais aussi des acteurs qui ont travaillé avec lui : Michel Piccoli,
Carole Bouquet.
On y retrouve également de nombreux extraits de films et des entretiens pleins de verves qui permettent d'offrir un portrait passionnant de
ce cinéaste libertaire et subversif.
Jeudi 16 à 14h | Vendredi 17 à 11h | Samedi 18 à 17h
DE LARGES DÉTAILS :
SUR LES TRACES DE FRANCIS ALŸS
De Julien Devaux | Durée : 56 min | Documentaire| France | 2006 | VO/ST
Julien Devaux réalisateur mais également directeur de la photographie, a suivi pendant plusieurs mois Francis Alÿs artiste belge vivant au
Mexique. Artiste complet travaillant la vidéo mais également la photographie, la peinture et l'architecture, il utilise la ville comme source d'inspiration. La ville est un lieu de sentiments et de conflits où il capte le réel
et l'éphémère. Il étudie également l'influence de l'art sur la vie citadine.
Structuré à partir d’entretiens, le film laisse entrevoir la relation qu’Alÿs
établit à l’intérieur des cercles où il se meut quotidiennement. Le film
suit aussi l’artiste dans la réalisation de ses projets à Londres, Berlin,
Lima et Jérusalem.
Jeudi 16 à 12h | Vendredi 17 à 16h | Samedi 18 à 13h
FAITES LE MUR !
De Banksy | Durée : 1h26 | Documentaire | Angleterre | 2010 | VO/ST
Meilleur documentaire - Festival Independent Spirit Awards
Banksy est un artiste graffeur britannique de réputation mondiale. Il est
connu entre autres pour ses oeuvres sur le mur qui sépare la Palestine
et Israël et pour ses installations décalées dans les grands musées.
Faites le mur !, son premier film ressemble totalement à son auteur :
décalé !
Il s'agit d'un documentaire sur le street-art dont il est lui-même l'emblème. Il crée le personnage de Thierry Guetta et laisse le spectateur
dans le doute : tout cela est-il bien réel ?
« Banksy, non content d’avoir fabriqué, avec Thierry Guetta, l’une des
créatures les plus passionnantes de son époque, support d’un essai drôle sur le monde de l’art, fait la preuve qu’il a tout compris au
cinéma. » Le Monde
« Mystifier tout en démystifiant, voilà la force du film de Bansky, qui incite tout un chacun à se méfier non seulement des imitations mais aussi
de la confusion entre oeuvre d'art et produit industriel. Une amusante
leçon. » Les Inrockuptibles
Jeudi 16 à 17h30 | Vendredi 17 à 14h | Samedi 18 à 12h
11
FRANCIS BACON, PEINTRE ANGLAIS
De Pierre Koralnik | Durée : 22 min | Documentaire | Suisse | 1964 | VO/ST
Cinéaste suisse Pierre Koralnik est parvenu à réaliser un portrait de
Francis Bacon, peintre difficile à capter. Dans ce documentaire étonnant
Francis Bacon se confie de manière aussi sincère et violente que les
personnages de ses peintures.
« A l’image de son sujet, Francis Bacon. peintre anglais, brut et étourdissant, ravit par sa virtuosité et son authenticité, dépoussière le portrait
d’artiste le temps d’une folle et enivrante course-poursuite de l’oeuvre
et de son créateur. » Visions du réel
Jeudi 16 à 15h | Vendredi 17 à 17h | Samedi 18 à 11h (film programmé avec Dali, génie tragi-comique)
FREE RADICALS
De Pip Chodorov | Durée : 1h20 | Documentaire | France | 2012
Cinéaste et compositeur de musique, Pip Chodorov a également fondé
la Film Gallery à Paris, lieu de représentation dédié au cinéma expériemental. Il réalise dans Free Radicals un portrait du cinéma expérimental
en interrogeant ses amis et cinéastes Hans Richter, Maurice Lemaïtre
et Jonas Mekas entre autres. Ils évoquent leur travail et retracent à leur
manière une histoire du cinéma.
« Les vrais Seigneurs du cinéma en salles, cet automne, ce sont eux.
Par son montage, le film dresse aussi une histoire parallèle du cinéma – la véritable histoire, pour ces flibustiers de la pellicule ! » Cahiers
du cinéma
« Touchant et personnel, ce documentaire qui servira de guide à tous
ceux que titille le désir de plonger dans de cette époque, en prolonge
la démarche. » Le Monde
Jeudi 16 à 12h • Vendredi 17 à 15h30 • Samedi 18 à 18h
GERHARD RICHTER - PAINTING
De Corinna Belz | Durée : 1h37 | Documentaire | Allemagne | 2012
Peintre allemand, Gerhard Richter est reconnu comme étant l'une des
figures majeures de la peinture contemporaine. Dans les années 1960,
il s'est exercé dans la photo-peinture avant d'explorer un nouveau type
de peinture plus abstraite.
Malgré le peu d'entretiens qu'il donne, Corinna Belz est parvenu à entrer
dans son atelier pour le filmer sur une série de tableaux abstraits et nous
permet de découvrir le processus de création de l'artiste.
« Il vaut le détour pour le regard de la réalisatrice sur ce qu’on appelle communément le processus de la création. Elle s’efface pour mieux nous laisser
regarder une chose que seul le cinéma peut révéler.» Les Inrockuptibles
« Gerhard Richter peignant devant l'objectif de Corinna Belz chorégraphie son œuvre en deux mouvements, comme une suite musicale. Le
pinceau d'abord : le geste démiurgique par excellence, défaisant l'unité
de la toile par la multiplicité des courbes, blessant la couleur par la couleur, d'une strate à l'autre. Puis le racloir, l'accident provoqué dans les
reliefs calculés de la matière que l'on bouscule. » Le Monde
Jeudi 16 à 17h30 • Vendredi 17 à 13h45 • Samedi 18 à 12h15
JEAN PAINLEVÉ : FANTAISIE POUR BIOLOGIE MARINE
De François Lévy-Kuentz et Brigitte Berg | Durée : 52 min | Documentaire | France | 2005
Jean Painlevé est considéré comme le père du film scientifique. D'abord
décrié par les scientifiques et par les cinéphiles, son oeuvre a ensuite été
remarquée par les surréalistes qui ont vu la naissance d'une nouvelle
dimension plastique et d'une nouvelle forme d'expression du cinéma.
Il se lie d'amitié avec Jean Vigo, Alexandre Calder et Eisenstein et a su
créer un dialogue entre deux disciplines : la science et le cinéma.
Le film documentaire de François Lévy-Kuentz nous permet de découvrir ce cinéaste encore méconnu aujourd'hui. La découverte des images
Jeudi 16 à 17h • Vendredi 17 à 11h • Samedi 18 à 15h
12
LOUISE BOURGEOIS : L’ARRAIGNÉE, LA MAÎTRESSE ET LA MANDARINE
De Amei Wallach, Marion Cajori | Durée : 1h39 | Documentaire | États-Unis | 2009 | VO/ST
Incursion dans l'univers de Louise Bourgeois, artiste plasticienne française majeure dans l'histoire de l'art du XXème et XXIème siècle.
Bien qu'elle ait traversé de nombreux courants tels que le surréalisme,
l'expressionnisme ou le minimalisme, Louise Bourgeois tenait à son indépendance, et à développer un langage personnel lié à l'unviersalité,
la relation entre les êtres et l'érotisme.
Elle fût la première femme à avoir été exposée au musée d'art contemporain de New-York en 1982 à l'âge de 71 ans.
Le film documentaire nous offre un portrait de cette artiste complexe
et protéiforme en suivant son exemple : une fusion totale entre son art
et sa vie.
«Sous ses allures de portrait policé, ce documentaire sur Louise Bourgeois trouve une adéquation rare entre sa forme et la démarche de l’artiste.» Cahiers du cinéma
Jeudi 16 à 12h • Vendredi 17 à 17h15 • Samedi 18 à 15h30
LUCIANO EMMER,
UNE INSOLITE AVENTURE DANS LE MONDE DE L'ART ET DU CINÉMA
De Francis Guermann | Durée : 44 min | Documentaire | France | 1999
Réalisateur italien peu connu du public, Luciano Emmer (1918 - 2009) fût
l'un des pères du film sur l'art ; il inspira Alain Resnais et Jean Grémillon
entre autres. Son oeuvre a permis, à une époque où le cinéma expérimental n'existait pas en tant que tel, d'élaborer une réflexion sur la place
de l'art et de l'image dans nos sociétés. Il a également été réalisateur
de films de fictions dont Dimanche d'août (1950) son plus grand succès.
Francis Guermann, réalisateur de films documentaires a suivi Luciano
Emmer sur le tournage de Bella di note le dernier film de Emmer sur l'art
en 1998. Dans ce film, le cinéaste italien se confie et raconte l’histoire de
ses films, ses rencontres les plus importantes, et évoque sa conception
du cinéma et de son esthétique. Tout cela entrecoupé d'anecdotes cocasses sur le monde du cinéma.
Jeudi 16 à 11h • Vendredi 17 à 13h • Samedi 18 à 18h (Film projeté avec Bella di note)
MARINA ABRAMOVIĆ :
THE ARTIST IS PRESENT
De Matthew Akers | Durée : 1h46 | Documentaire | États-unis | 2012 | VO/ST
Prix du public - Champ Elysée Film Festival
FILAF d’Argent, Festival du Livre et du Film de Perpignan
Artiste serbe, Marina Abramović est une des figures mondiales du body-art, l'art corporel qui consiste à repousser les frontières du potentiel
physique et mental en réalisant des "performances".
Le film se concentre sur une exposition au musée d'art moderne de
New-York (MOMA) où elle choisit de réaliser la performance suivante :
rester assise et immobile 8 heures par jours, pendant 3 mois. En suivant
Marina Abramović dans la mise en place de cette performance, le film
retrace une partie de son oeuvre et permet de comprendre tous les
enjeux du body-art.
« Ce que je souhaite, c’est que les spectateurs du film aient une approche expérimentale des concepts présents dans le travail de Marina,
pour que cela révèle quelque chose sur eux-mêmes, comme ça a, sans
aucun doute, été le cas pour moi.» Matthew Akers, réalisateur
« C’est un condensé d’énergie, une mise à nu. L’art corporel est l’un
des genres les plus mystérieux de la création contemporaine. Matthew
Akers s’en approche au plus près. » Télérama
Jeudi 16 à 15h30 • Vendredi 17 à 12h • Samedi 18 à 13h30
13
LE MYSTÈRE PICASSO
De Henri-Georges Clouzot | Durée : 1h18 | Documentaire | France | 1955
Prix spécial du jury - Festival de Cannes
Henri-Georges Clouzot est un réalisateur emblématique du cinéma
français des années 1950. Son genre favori était le thriller pour lequel il
a réalisé quelques chefs d'oeuvres, comme Le Salaire de la peur (Palme
d'or et Ours d'or en 1953).
Le Mystère Picasso est un documentaire qu'il a réalisé en étroite collaboration avec le peintre. Ils sont parvenus à élaborer une technique
permettant à Picasso de peindre du côté recto de la toile et au cinéaste
de capter le processus de création du côté verso.
Le Mystère Picasso est non seulement un document passionnant sur le
travail de Pablo Picasso, mais également un vrai document sur la collaboration entre deux artistes : en effet, Clouzot adapte sa mise en scène
en fonction du travail du peintre, il passe du noir et blanc à la couleur,
du format d'image normal au format scope. Un film culte à ne pas manquer !
Jeudi 16 à 13h30 • Vendredi 17 à 12h • Samedi 18 à 13h45
NIKI DE SAINT-PHALLE ET JEAN TINGUELY :
LES BONNIE AND CLYDE DE L’ART
De Anne Julien et Louise Faure | Durée : 52 min | Documentaire | France | 2011
Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely se rencontrent à Paris en 1955,
dans l'effervescence artistique de l'après-guerre. Ils ont 25 et 30 ans,
sont tous les deux mariés et deviennent amis. Il leur faudra cinq ans
pour tomber amoureux et décider de créer et de vivre ensemble. Durant quarante ans, ce couple nomade n'a pas fait d'enfants mais des
sculptures, monumentales de préférence, partout dans le monde. De
l'Europe au Japon, leurs oeuvres ont su convertir un public immense,
enchantant petits et grands avec de sacrées machines et des créatures
multicolores. Témoignages et images d'archives aident à retracer leur
vie et leur épopée artistique.
Mercredi 15 janvier : 9h (séance unique)
OPALKA, UNE VIE, UNE OEUVRE
De Andrzej Sapija | Durée : 52 min | Documentaire | Pologne | 2012 | VO/ST
Grand prix - Festival de Montréal
Roman Opalka est un plasticien d'origine polonaise qui a consacré toute
son oeuvre à la notion de temps et de son irréversibilité. Il a notamment
pendant 45 ans réalisé des toiles sur lesquelles il traçait des nombres
dans l'ordre croissant depuis le n°1. À sa mort l'artiste atteignit le nombre
5.607.249. Il a également réalisé des autoportraits photographiques,
traces de son vieillissement et du temps qui passe.
Andrzej Sapija est auteur de quelques dizaines de films documentaires.
Il a gagné une renommée internationale grâce à ses films biographiques
consacrés, entres autres, à Tadeusz Kantor et Tadeusz Różewicz.
« Avec sa caméra, le réalisateur nous fait entrer à pas feutrés dans l'atelier de l'artiste au cœur de l'œuvre d'une vie. On se laisse hypnotiser par
les sons des nombres que l'artiste prononce en les peignant sur une
toile blanche. On entre en méditation dans un espace-temps où la vie
prend tout son sens parce que la mort existe. » Cahiers de l'imaginaire
Jeudi 16 à 11h • Vendredi 17 à 12h • Samedi 18 à 16h
LA PETITE CUILLÈRE
De Carlos Vilardebó | Durée : 10 min | Court-métrage documentaire | France | 1966
Consacré à une cuillère à fard égyptienne, La Petite Cuillère est le court
métrage le plus remarqué de Carlos Vilardebó. Prix spécial du jury au
festival de Tours 1960 puis Palme d’or du court métrage à Cannes en
1961, il a représenté la France aux Oscars en 1962. En salles, il accompagnait le documentaire de Gérald Calderon Le Grand Secret.
Jeudi 16 à 13h30 • Vendredi 17 à 12h • Samedi 18 à 13h45 (court-métrage projeté avant un long métrage)
14
QUAND L’ART PREND LE POUVOIR
De François Lévy-Kuentz | Durée : 52 min | Documentaire | France | 2008
Dans les années 1960 et 1970, les élèves des écoles d’art ont transformé
leurs ateliers d’impression en «ateliers populaires», et donné naissance
au dernier grand mouvement pictural du XXème siècle en France. Le film
rend compte des disputes idéologiques et esthétiques de cette époque
qui ont atteint leur apogée lors des événements de 1968 et ont donné naissance au mouvement dénommé "figuration narrative". François
Lévy-Kuentz raconte comment ces jeunes "révoltés" sont aujourd'hui
exposés dans les plus grands musées du monde.
Jeudi 16 à 11h • Vendredi 17 à 14h • Samedi 18 à 17h
LE SCANDALE IMPRESSIONNISTE
De François Lévy-Kuentz | Durée : 52 min | Documentaire | France | 2010
À partir de 1874 une bande de peintre lance un nouveau mouvement
esthétique, l'impressionnisme. Ces peintres sont Courbet, Pissarro,
Renoir, Cézanne et Claude Monet, leur chef de file. Le film retrace la
formidable aventure de ces artistes qui ont subi de violentes critiques
avant une reconnaissance internationale. Mais au-delà de ce "scandale
impressionniste", le film raconte comment la lumière est devenue l'élément premier de l'oeuvre et comment ces peintres ont été à la base des
grands principes de la peinture moderne.
Jeudi 16 à 15h • Vendredi 17 à 13h • Samedi 18 à 11h
THE BALLAD OF GENESIS & LADY JAYE
De Marie Losier | Durée : 1h12 | Documentaire / biopic musical | France | 2011
Teddy Award & Calligari Prize - Berlinale
Breyer P-Orridge Genesis est un artiste musicien et écrivain. Avec sa
femme et partenaire artistique, Lady Jaye Breyer P’Orridge, ils ont décidé tous deux de se fondre en une seule entité. En 2000, Breyer P-Orridge Genesis débute une série d’opérations plastiques afin de ressembler trait pour trait à sa femme : une performance risquée, ambitieuse et
subversive. The ballad of Genesis and Lady Jaye relate cet acte ultime
d’amour et de dévotion.
Marie Losier pratique le cinéma expérimental depuis 2005, elle a réalisé
de nombreux portraits avant-gardistes pour des réalisateurs, musiciens
et compositeurs comme, entre autres, George Kuchar et Tony Conrad.
Ses films nous plongent dans la vie et le travail de ces artistes.
« Marie Losier s’inscrit dans la tradition du cinéma à la fois intime et expérimental de Jonas Mekas. Cette liberté, ce goût pour l’improvisation
et ce rapport direct aux corps sont en parfaite adéquation avec les principes artistiques de ses modèles.» Cahiers du cinéma
Jeudi 16 à 16h15 • Vendredi 17 à 18h15 • Samedi 18 à 15h30
YVES KLEIN OU LA RÉVOLUTION BLEUE
De Stéphan et François Lévy-Kuentz | Durée : 52 min | Documentaire | France | 2006
Prix du meilleur portrait du XXème siècle - FIFA 2006 | Premier Prix - Milan Doc Festival
Yves Klein est un plasticien français qui est surtout reconnu pour son
Bleu. Durant une carrière aussi brève qu'intense, son oeuvre est bien
plus complexe et ne doit pas être réduite au bleu qui porte son nom. Le
film de François Lévy-Kuentz montre toute la richesse de l'homme et de
son oeuvre. En vulgarisant les concepts de Klein qui peuvent paraître
complexes, François lévy-Kuentz parvient à dégager l'essentiel d'une
vision artistique moderne qui a révolutionné l'histoire de la peinture.
« Composé d’archives filmées, d’œuvres et d’images de fiction, ce film
est une fiction documentaire étayée par la chronologie de l’artiste. Non
pas pour présenter une monographie au sens classique, mais pour
mettre en lumière les corrélations mystérieuses qui composent cette
œuvre. L’imbrication entre ces divers matériaux visuels a été notre façon
de parler de l’intimité de sa création.» François lévy-Kuentz, réalisateur
Jeudi 16 à 18h • Vendredi 17 à 11h • Samedi 18 à 12h
15
INFORMATIONS PRATIQUES
/// Tarifs
# La séance : 5€
# Pass journée : 12€ (accès libre à toutes les séances de la journée + aux séances du dimanche)
# Pass Rencontres : 24€ (accès libre sur toute la durée des Rencontres)
# Étudiants : 8€ la journée (sur présentation d'un justificatif)
# Scolaires : 3€ la séance
/// Accueil des publics du 15 au 19 janvier 2014
Tous les jours à partir de 9 h, l’équipe des Rencontres du film d’art vous accueille au cinéma Le Régent.
# Des projections
À partir de 11 h jusqu’à minuit plus de 30 films programmés en continu sur 4 salles de cinéma.
# Espace documentation
Une sélection de livres, magazines, podcasts et dvd sera mise à votre disposition en accès libre dans le hall
du cinéma. En complément d’un film, ou pour anticiper une projection, cette petite médiathèque orientée
vers les artistes au programme vous permettra de rester immergé dans l’univers de la création artistique.
# Au centre d’art – Chapelle Saint-Jacques
Ici est ailleurs – Lionel Redon – Sculpture
Ouvert au public du mercredi au samedi, de 14h à 18h – entrée gratuite
Samedi 18 janvier à 16h30 : Visite commentée de l’exposition
19h : Apéritif dînatoire dans l’Atelier de la Chapelle Saint-Jacques (gratuit)
# Espace restauration au cinéma
Possibilité de se restaurer sur place entre deux projections.
/// Contacts
Cinéma Le Régent
16 rue de l’Indépendance – 31800 Saint-Gaudens
tel: 05 62 00 81 57
mails : [email protected] | [email protected] (réservations scolaires)
site: www.cineregent.fr – Facebook : Cinéma Le Régent
Chapelle Saint-Jacques – centre d’art contemporain
Avenue du Maréchal Foch – 31800 St Gaudens
tel: 06 83 91 32 57 (réservations ateliers) / 06 83 92 08 96
mail: [email protected]
site: lachapelle-saint-jacques.com – Facebook : Chapelle Saint-Jacques
La Chapelle Saint-Jacques – centre d’art contemporain conventionné depuis 2012 – est membre des réseaux d.c.a (association
pour le développement des centres d’art en France), Air de midi – Réseaux des centres d’art en Midi-Pyrénées, et participe au LMAC-MP (Laboratoire
des Médiations en Art Contemporain en Midi-Pyrénées).
Plus d'infos sur http://rencontresdufilmdart.over-blog.com

Documents pareils