Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de

Commentaires

Transcription

Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Éthique et techniques Sans trace au Québec :
Escalade de rocher
Adapté de :
Leave No Trace Center for Outdoor Ethics (2003) Rock Climbing : Leave No
Trace Skills and Ethics Series. Boulder, Colorado, Etats-Unis : LNT Center for
Outdoor Ethics
Traduction et adaptation :
Steve Castonguay, Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade
Recherches et documentation :
Marie-Ève Garneau, Centre d'études nordiques, Université Laval
Préparez-vous et prévoyez
La préoccupation première en escalade est la sécurité et le bien-être essentiel du
grimpeur, mais ceci peut avoir des répercussions sur l’environnement. Une
préparation incomplète avant une sortie peut forcer des gens, à faire un bivouac
et des feux en zone alpine, laissant derrière un impact important.
Une préparation et un niveau d’expérience adéquates vous permettront de
prendre soins de vous-même et de l’environnement, peu importe les
difficultés rencontrées en montagne.
Choisissez une voie respectant votre habileté technique
Une grande proportion des accidents énumérés annuellement dans Accidents in
North American Mountaineering sont attribués à des grimpeurs qui surévaluaient
leurs capacités 1. Prenez soins de choisir un site et une voie adaptée à votre
niveau d’expérience et celui de votre groupe.
1
American Alpine Club et Club Alpin du Canada (2006) Accidents in North American
Mountaineering, Golden, Colorado, États-Unis: American Alpine Club.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
1
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Consultez un livre-guide et d’autres ressources
Certains sites permettent l’utilisation de magnésie, d’autres non. C’est important
de connaître tous ces particularités, avant de se rendre à un nouveau site, afin
de ne pas enfreindre, par inadvertance, un règlement, une éthique locale ou une
pratique généralement reconnue.
Souvent la meilleure façon d’obtenir des renseignements est en consultant le
livre guide. Mais d’autres sources existent pour obtenir de l’information à jour :
• La FQME et ses clubs locaux,
• La SÉPAQ et d’autres groupes gestionnaires de parcs régionaux
(municipalité, OBNL, etc.)
• Les boutiques spécialisées locales
• Les services d’instructeurs et de guides locaux
• Par Internet (à utiliser avec discernement)
En dernier lieu, consulter la signalisation qui se situera à l’entré des parcs ou des
sentiers d’accès. Les affiches et les babillards indiquent souvent de l’information
à jour, sur la fermeture de parois et les interdictions de feux.
N’oubliez pas de consulter les prévisions météorologiques, les conditions de
glace ou les bulletins d’avalanche avant votre sortie.
Planifiez vos sorties en périodes de faibles fréquentations.
Nous sommes tous témoins de l’achalandage croissant sur nos sites préférés, ce
qui peut miner notre expérience de grimpe. Si vous êtes plusieurs à aller grimper,
choisissez un site avec un bas de paroi aménagé et pouvant accommoder votre
groupe.
Apportez tout l’équipement de sécurité nécessaire
Apporter tout ce qu’il faut pour voyager et grimper Sans trace durant votre sortie.
Apportez des sacs de déchets pour rapporter vos rebuts. Emballer votre
nourriture dans des sacs ou contenants hermétiques, pour ne par pas attirer
d’animaux sauvages. Assurez-vous d’avoir le matériel nécessaire pour enfouir ou
disposer des excréments humains ou d’animaux domestiques. Apportez tout
l’équipement de sécurité nécessaire, une trousse de premiers soins et prévoyez
de l’eau, de la nourriture et des vêtements supplémentaires.
Suivez une formation en escalade
Suivez une formation en escalade et en premiers soins, enseignée par une
personne qualifiée. afin de pouvoir compléter votre ascension ou de retraiter face
à des intempéries, dangers, blessures ou autres imprévus.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
2
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Soyez responsables
Initier une opération de sauvetage engendre des conséquences sérieuses pour
vous, les sauveteurs impliqués et l’environnement. Un sauvetage en paroi peut
nécessiter la pose d’ancrages artificiels permanents, le déplacement de
nombreuses personnes dans des environnements alpins fragiles et, parfois,
l’abattage d’arbres, afin de permettre une évacuation rapide. Minimisez
l’éventualité d’un sauvetage en préparant des sorties à la hauteur de votre
niveau d’expérience et de vos attentes. Ne confondez pas difficulté et danger,
soyez en mesure de retraiter, lorsqu’il y a intempérie, danger, blessure ou un
autre imprévu.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
3
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Utiliser les surfaces durables
Les surfaces durables sont celles qui ne sont pas affectées de façon permanente
par le passage des humains. Celles-ci incluent les sentiers et les sites de
camping existants, les dalles rocheuses, le gravier, l'herbe sec, la neige et l’eau.
Ce sont des endroits avec peu de végétation ou des endroits où vos traces
seront balayées par le vent, la pluie, la fonte des neiges ou le passage de l’eau.
De par sa nature, l’escalade cherche à voyager sur des surfaces durables,
notamment la roche, la glace et la neige. Les problèmes se développent
généralement lors des approches et retours de la paroi.
Afin de minimiser votre impact cherchez à voyager et camper sur des
surfaces durables lors de vos sorties d’escalade.
Concentrer votre impact dans des zones fréquentées
Sur les sites fréquentés, concentrez vos déplacements sur les sentiers existants
et les aires aménagées en bas des parois. En vous déplaçant principalement
dans les zones prévues à cet effet, vous minimisez l’impact sur la flore et le sol
avoisinants.
Lors des fontes printanières, certains sentiers deviennent très boueux et sont
particulièrement sensibles à l’érosion. Par exemple, on demande aux
randonneurs en montagne de respecter les fermetures volontaires de certains
sentiers dans la région Est des High Peaks dans la chaîne des Adirondacks,
généralement du début avril à la mi-mai et du début novembre à la midécembre2. Au Québec, le Parc national du Mont-Orford demande aux grimpeurs
de commencer à grimper au Pic du Corbeau après le 1er mai, à cause de la
fragilité des sentiers d’accès escarpés et boueux pour s’y rendre.
Marchez en file indienne au milieu du sentier d’approche, même s'il est mouillé,
boueux ou rocheux. Les sentiers s’élargissent lorsque les gens contournent ou
marchent sur le côté des sentiers.
Prendre un raccourci, surtout lorsque le sentier fait des lacets (switchback) peut
avoir des conséquences désastreuses. Avec le temps, ces raccourcis deviennent
des sentiers et des rigoles qui nécessitent des restaurations coûteuses et
encombrantes. Restez à l’extérieur des délimitations de zones de restauration du
sol et de la végétation.
Sur plusieurs sites au Québec, des réseaux de sentiers non-officiels longent le
bas des parois. Lorsque permis, marquer les meilleurs sentiers avec du ruban
d’arpenteur, des monticules de pierres (cairns) ou tout autre type de marquage
identifiant le sentier de manière évidente. Masquez les autres sentiers
2
New York State Department of Environmental Conservation (1999) High Peaks Wilderness
Complex Unit Management Plan. Albany, New York, États-Unis: Office of Natural Resources.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
4
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
secondaires qui ont commencé à se former, leurs permettant de disparaître avec
le temps.
Lorsque vous retirez votre équipement de votre sac, trouvez une surface durable
pour l’étaler, telle une roche ou un endroit sans végétation. Avant votre grimpe,
gardez l’endroit où vous vous préparez propre, afin que les futurs usagers
l’utilisent aussi et évitent de s’étaler à d’autres endroits. Portez une attention
particulière aux arbres en bordure des parois, évitez de briser ou d’arracher des
branches d’arbre inutilement.
Lorsque vous pratiquez de l’escalade sportive ou en moulinette, passez votre
corde dans un relais que vous confectionnez avec sangles et mousquetons, au
lieu de passer votre corde directement dans les ancrages sommitaux. Ceci
permet de réduire l’usure des ancrages et augmenter leurs durées de vie.
Dispersez votre impact dans les zones sauvages
Les zones intactes sont celles où il y a très peu d’influence humaine. Ce sont de
vraies terres sauvages, ou l’on retrouve peu ou pas de sentiers ou de sites de
camping établis. La popularité des activités de plein air, créer un stress nouveau
dans les zones sauvages, si vous visitez ces espaces, entreprenez toutes les
actions possibles pour minimiser votre impact sur l’environnement.
Les marches d’approche hors sentier devraient se concentrer sur des surfaces
durables, telle la roche, la gravelle, le sable, l’herbes sèches et la neige. Si vous
devez traverser des zones de végétations, dispersez vous et faites attention où
vous marchez. Si chaque membre de votre groupe emprunte un chemin
légèrement différent, les risques de créer un nouveau sentier sont diminués, car
aucune plante risque d’être piétiné à plusieurs reprises.
La randonnée hors sentier n’est pas appropriée dans certain endroit. Dans la
toundra alpine dans le Parc national de la Gaspésie, trois espèces de plantes
sont menacées de disparition sur les versants du mont Albert, soit la Polystic des
rochers3, le Saule à bractées vertes 4 et la Verge d'or simple variété à bractées
vertes 5; tandis que le Séneçon fausse-cymbalaire 6 se trouve sur les versants des
3
Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs. Plantes menacées ou
vulnérables au Québec: Polystic des rochers. Site Internet
[http://www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/polystic/polystic.htm] Mise à jour : août 2005
4
Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs. Plantes menacées ou
vulnérables au Québec: Saule à bractées vertes. Site Internet
[http://www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/saule/saule.htm] Mise à jour : août 2005
5
Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs. Plantes menacées ou
vulnérables au Québec: Verge d'or simple variété à bractées vertes. Site Internet
[http://www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/verge/verge.htm] Mise à jour : août 2005
6
Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs. Plantes menacées ou
vulnérables au Québec: Séneçon fausse-cymbalaire. Site Internet
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
5
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
monts Griscom et Pembroke. Elle se trouve principalement sur les versants
rocheux de serpentine, entre les cailloux et les blocs. La meilleure façon de
protéger ces plantes est en évitant de marcher dans les versants rocheux où elle
pousse. Par contre, si vous devez traverser de la végétation vulnérable, marchez
sur les endroits les moins destructifs et encouragez les autres de votre groupe de
marcher dans les mêmes endroits.
Privilégier l’utilisation de protections amovibles
En apprenant les techniques d’escalade traditionnelle et d’utilisation de
protections amovibles, vous serez en mesure de réduire les traces des grimpeurs
et de maintenir la sensation d’aventure pour les usagers futurs.
Descente et rappel
Sur des parois peu ou pas fréquentées essayez de redescendre à pied, afin
d’éviter de placer des ancrages de rappels. Si vous descendez à pied, essayez
d’emprunter au maximum des sentiers existants. Dans certaines régions alpines,
où des sentiers apiques engendre du ravinement ou endommage de la
végétation fragile, il peut être préférable d’installer des ancrages de rappel. En
cas de doute sur les pratiques à suivre, consultez les livres-guides, les
gestionnaires et les usagers du site.
Lors de rappels sur des parois peu ou pas fréquentées, essayez d’utiliser des
arbres ou d’autres ancrages naturels sécuritaires. Afin de préserver les arbres,
évitez de placer la corde directement autour de l’arbre, car le frottement de la
corde abîme l’écorce de l’arbre à long terme. Il est préférable de placer une
sangle autour de l’arbre et d’y insérer la corde par l’entremise d’un anneau de
rappel ou d’un maillon rapide (normé UIAA). Lorsque vous utilisez des arbres
pour descendre rappel, sur des voies fréquentées, enlevez les amas de vieilles
sangles accumulées autour des arbres et remplacez les avec une sangle neuve.
Ce sont ces amas accumulés au cours des saisons qui ont un grand impact, bien
plus qu’une petite sangle neuve.
Un bon site de bivouac se trouve, il ne se fabrique pas.
Si vous deviez passer la nuit en paroi, laisser votre lieu de bivouac dans l’état
que vous l’ayez trouvé. Altérer un site n'est pas nécessaire, si vous avez à
déplacer des roches, essayez de les replacer avant votre départ. Utiliser votre
réchaud sur une surface rocheuse, car la chaleur peut endommager le sol et la
végétation. En laissant un lieu de bivouac dans son état naturel, en rapportant
vos déchets par exemple, vous encouragez les prochains grimpeurs à utiliser ce
lieu au lieu d’utiliser un nouvel endroit.
[http://www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/senecon/senecon.htm] Mise à jour : août
2005
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
6
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Gérez adéquatement les déchets
Remportez ce que vous apportez!
Tout utilisateur d’aire de loisir et de plein air doit se ramasser. Inspectez la base
des parois, vos lieux de haltes et de bivouac pour ne laisser aucun déchet ou
reste de nourriture. Jeter ces déchets uniquement dans les endroits prévus à cet
effet
Apportez toujours des sacs de plastique supplémentaires pour transporter vos
déchets, et possiblement les déchets de d’autres personnes. Vérifiez qu’il n’y ait
pas de petits détritus, tels des magots de cigarettes, des morceaux de pelure de
fruits, ou des écailles de noix. Même les plus petites quantités de déchets
organiques peuvent nuire aux animaux sauvages qui les ingèrent. Soyez aussi
vigilants des déchets liés à l’escalade, soit les morceaux des rubans athlétiques,
de rubans d’identification colorés ou de sangles coupées.
Utilisez la magnésie avec modération, sur vos mains seulement. Gardez votre
sac de magnésie fermé lorsque possible, afin d’éviter les renversements et
lorsque ceux-ci arrivent essayez de tout la ramasser. Finalement, essayez de
retirer toutes pièces d’équipement abandonnées ou oubliées en paroi.
Afin de réduire le nombre de déchets à remporter, préparer votre nourriture en
réduisant la quantité d’emballage, en apportant des contenants réutilisables et en
choisissant des rebuts qui seront ultimement recyclables à votre retour.
Ayez de bonnes pratiques sanitaires
Un plus grand achalandage des lieux d’escalade fait en sorte, qu’il est commun
de retrouver des excréments humains près de la base d’une paroi, sous une
roche ou dans un recoin sombre. Ces mauvaises méthodes inadéquates de
gestion d’excréments humains entraînent la pollution de l’eau, la propagation de
maladie et des expériences déplaisantes pour les gens qui suivront. De bonnes
pratiques sanitaires permettront de maximiser la décomposition des excréments
et de réduire le contact des insectes et des animaux avec ces derniers.
Utiliser les installations mis à votre disposition
Lorsque possible, prenez le temps d’utiliser les toilettes en route aux sites ou les
latrines à proximité de la paroi ou sentier d’accès. Ceci permet de réduire le
nombre d’excréments enterré ou présent à proximité de la paroi.
Enterrez vos besoins
Lorsque les installations sont inexistantes, déposez vos excréments des trous
profonds de 15 à 20 cm creusés dans le sol à plus de 70 mètres de tout
campement, sentier ou source d'eau. Masquez chaque trou après l'avoir
rebouché. Les microorganismes présents dans le sol décomposent les
excréments et les bactéries pathogènes qu’ils contiennent. Ce processus est
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
7
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
grandement ralenti, lorsque vous déposez vos excréments simplement sous une
roche ou dans un coins sombre, ce qui peut engendrer la contamination des
cours d’eaux fraîches avoisinantes.
Planifiez votre sortie d’escalade avec soin, en prévoyant 2 sacs pour ensacher
en double tous vos papiers hygiéniques usés, ainsi que les produits d'hygiène
féminine. L’ensachement en double, prévient généralement tous désagréments
ou contaminations accidentels.
Si pour une raison, il est impossible pour vous de remporter votre papier
hygiénique usé, essayez d’en utiliser le moins possible. De préférence, celui-ci
devrait être sans fragrance, coloration ou blanchissement au chlore.
Malheureusement, même avec ces précautions, le papier hygiénique prend
plusieurs années à se décomposer dans la nature. Puisque plusieurs feux de
forêt ont été allumés par des gens voulant brûler leur papier hygiénique, cette
technique n’est pas recommandée. Vous pouvez utiliser des papiers hygiéniques
dit naturels, telles des herbes, des branches mortes ou de la neige. Avec un peu
de pratique et d’adaptation, ils peuvent devenir très efficaces. Évitez par contre
d’arracher des feuilles vivantes sur les arbres.
Les produits d'hygiène féminine doivent toujours être remporté, sans exception,
car ils se décomposent lentement et leur odeur attire les animaux.
Contrairement aux excréments, l’urine ne pose pas de problèmes de
contamination. Évitez dans les recoins sombres, près du bas des parois. L’urine
a tendance à stagner dans ces endroits et dégager des odeurs désagréables.
Essayer d’uriner dans un endroit plus ensoleillé et aéré.
Certaines espèces animales, dont les marmottes, ont des diètes déficientes en
sels minéraux. Ils ont tendance à consommer les feuilles et les tiges de plantes
où l’on retrouve des sels minéraux laissés après l’évaporation de l’urine. Il est
donc préférable de toujours uriner directement sur le sol.
Lorsqu’on ne peut pas creuser un trou
Malheureusement, les sols en région alpine sont souvent minces, ce qui ralentit
le processus de décomposition. Sur de longues parois nécessitant des
ascensions de plusieurs journées, tel le Cap Trinité dans le Parc national du
Saguenay, il est impossible de creuser un trou pour faire ses besoins. Pour
minimiser l’impact et améliorer la qualité de l’expérience des grimpeurs qui
suivront, il faut absolument remporter ces excréments. Utilisez un contenant
résistant, fait de tuyaux de PVC par exemple, pour entreposer vos excréments.
En paroi
Peu importe la situation en paroi, vous devez porter votre harnais en tout temps,
rester encordé et être attaché à la paroi. Utilisez la corde pour vous suspendre
partiellement ou entièrement, afin de libérer vos deux mains pour l’opération à
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
8
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
venir. Vous allez devoir faire vos besoins dans un sac, ceux de papier ont
l’avantage d’être biodégradable, mais ceux de plastique sont nécessaires si
jamais vous aviez des selles trop molles, voir même la diarrhée. Après un peu de
recherche, vous pouvez trouver des sacs de plastiques biodégradables. Par
contre aucun sac de plastique ne doit être mis dans une toilette sèche ou
chimique, qui doit être pompée pour être vidée et dont un sac pourrait
endommager la pompe.
Si vous êtes sur une vire, vous pouvez placer votre sac sur celle-ci et visez juste.
Prévoyez une pelle et peut-être des gants si vous manquez votre coup. En
l’absence d’une vire, vous devrez être suspendu et tenir votre sac, vos
pantalons, etc. Assurez-vous que tout est propre, avant de remonter vos
pantalons ou fermer la fermeture éclaire de votre surpantalon. Ayez des
serviettes humides jetables (Wet-ones®) pour nettoyer les dégâts. Avant de
fermer le sac, ajouter votre papier hygiénique et un peu de litière à chat ou brin
de scie. Certains produits contenants de bonne culture bactérienne (R.V. Trine®)
sont préférables, car ils peuvent accélérer la décomposition et réduire les odeurs.
Utiliser un contenant résistant pour transporter vos excréments en toute
quiétude. Plusieurs grimpeurs utilisent des contenants faits en tube de PVC.
Ceux-ci peuvent être entre 4 et 6 pouces de diamètre, dont la longueur est entre
2 à 4 pieds. Il est essentiel que le bas soit bien scellé, selon les
recommandations du fabricant de tuyaux et le haut doit être muni d’un bouchon
vissable hermétique, afin de minimiser les odeurs. Ajoutez une sangle ou une
cordelette au tuyau, afin de le suspendre. Pour le transport, placez le tuyau dans
le sac de haulage ou attachez-le en dessous de ce dernier 7.
L’urine devient de plus en plus problématique sur les grandes parois populaires.
Il faut éviter d’uriner dans les recoins ou les fissures. Un nombre grandissant de
gestionnaires de parcs et de site demande que les grimpeurs remportent leur
urine aussi, de façon volontaire 8.
L’hiver
Le froid rend l’enterrement de ses excréments dans le sol gelé impossible, sous
des mètres de neiges. Ayant le potentiel d’avoir un impact important et
désagréable au dégel printanier, les randonneurs d’hivers et les grimpeurs de
glace doivent penser à ramener leurs excréments. L’avantage est qu’il est
possible de faire un trou dans la neige pour placer son sac, ou même de faire
ses besoins sur la neige et de transférer le tout dans un sac, avec une petite
pelle. Avec un peu de chance, le tout a le temps de geler, ce qui élimine les
odeurs. Il est possible d’ensacher ses besoins dans deux sacs, de les mettre
7
Meyer K (1989) How to shit in the Woods, Berkeley, CA, É.-U. : Ten Speed Press. 78 p.
Grossman S (2000) Ethics : Taking Care of the Big Stone, South Lake Tahoe, CA, É.-U. :
SuperTopo.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
8
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
9
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
dans un contenant de lait scellé avec du ruban à conduits (duct tape), ou bien de
faire le tuyau en PVC utilisé par les grimpeurs, en format miniature 9.
9
Meyer K (1989) How to shit in the Woods, Berkeley, CA, É.-U. : Ten Speed Press. 78 p.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
10
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Laisser intact ce que vous trouvez
Laissez aux autres grimpeurs la chance de découvrir la nature dans l’état où
vous l’avez trouvé. Lorsqu’on laisse la roche intacte, nous offrons aux prochains
grimpeurs un cadeau de créativité, de difficulté, voir même d’impossibilité.
Évitez de modifiez une voie
Durant la dernière décennie, les sites d’escalade sportive ont connu un vrai
engouement en Amérique du Nord. Avec cette discipline vient le développement
d’une multitude de nouvelles voies, autrefois improtégeable. Par contre, ne
modifiez pas une voie, incluant le taillage ou le collage de prises. L’objectif de
l’escalade libre est de réussir les séquences les plus techniquement difficiles sur
un rocher, ceci implique un rocher non altéré. Rappelez-vous que certaines voies
impossibles il y a 30 ans sont maintenant des classiques et que ces voies hors
de votre portée devraient rester un défi ou une source de motivation pour les
générations à venir.
Évitez d’endommager les arbres et les plantes
Les parois et les blocs d’escalade sont un support physique et une source
d’éléments nutritifs pour plusieurs espèces végétales, mais la pratique régulière
d’escalade peut réduire la densité et la productivité de ces plantes en paroi. Les
espèces végétales les plus communément retrouvées en paroi sont l’ancolie du
Canada, la fougère polypode de Virginie et diverses mousses de la famille des
polytircs, des mnies et des dicranes 10. Lorsque vous rencontrez ces belles fleurs
et plantes durant vos prochaines ascensions, résistez la tentation de les cueillir
et contentez-vous de prendre des photos en souvenir.
Une bonne sélection des voies à grimper s’avère essentielle pour maintenir les
plantes, arbres et lichens composant l’environnement naturel qui rend
l’expérience en escalade si agréable. La typographie des parois sportives de
niveaux intermédiaires, avancés et hautes performances (5.10 à 5.15)
comportent un très faible relief et par conséquent n’offre pas un support
significatif pour la faune et la flore 11. Quant aux parois de niveau d’initiation et
d’escalade traditionnelle, la fissuration du rocher représente un environnement
plus propice à certaines espèces végétales. Le plus faible pourcentage de
grimpeurs pratiquant l’escalade traditionnelle amoindri l’impact global.
Laissez les pierres, fossiles, plantes et tout objet naturel tels que trouvés
Les beaux objets naturels en parois, telles les belles roches multicolores, les
fossiles pétrifiés ou les nids d’oiseaux abandonnés, réjouissent les adeptes de
10
Frère Marie-Victorin (1995) Flore Laurentienne. Montréal : Les Presses de l'Université de
Montréal, 1083 p.
Kuntz KL et Larson DW (2006) Influences of Microhabitat Constraints and Rock-Climbing
Disturbance on Cliff-Face Vegetation Communities, in Conservation Biology, Volume 20, Numéro
3, Page 821-832.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
11
11
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
plein air qui en font la découverte. Donnez la chance aux prochains aventuriers
d’en faire la découverte à leur tour et contentez-vous de ramener des photos de
vos trouvailles. Dans les parcs nationaux et dans plusieurs endroits protégés, il
est interdit de ramasser et d’emporter des objets naturels.
Ne touchez pas à de l’art rupestre, ainsi que les objets historiques et
culturels
Bien que moins présent sur les parois en région tempérée, comme au Québec,
plusieurs parois dans les régions arides d’Amérique du Nord comportent de l’art
rupestre antique, dont les pigments peuvent être détruit par le touché des
admirateurs. Plusieurs gestionnaires de ces sites demandent qu’il n’y ait pas
d’escalade qui se pratique à l’intérieur d’un périmètre de 15 mètres d’art rupestre.
Informez-vous auprès des instances responsables afin de prendre connaissance
des consignes à respecter pour préserver ces œuvres antiques.
Évitez de cueillir et de transporter des plantes
Les plantes, insectes et animaux envahissants causent des changements
irréversibles aux écosystèmes en compétitionant avec les espèces indigènes.
Les plantes envahissantes affectent tous les types d’habitats et puisqu’il n’existe
pas de traitements efficaces pour éradiquer les espèces envahissantes qui
s’implantent dans de nouveaux milieux, nous perdons biodiversité de plusieurs
milieux.
L’herbe à puce est un exemple de plantes envahissantes au Québec, qui a aussi
des conséquences néfastes sur la santé des gens 12. Nous pouvons prévenir la
propagation d’espèces envahissantes en tenant compte des suggestions
suivantes :
• Ne transportez pas de fleurs, herbes ou plantes aquatiques dans des milieux
naturels.
• Videz et nettoyez votre sac à dos, tente, vêtement et autre équipement après
chaque sortie. L’eau, la boue et la terre peuvent contenir des graines, spores,
insectes, etc.
• Nettoyer la terre sous vos bottes et votre véhicule avant de retourner à la
maison.
• Assurez-vous que les animaux domestiques, qui vous accompagnent, sont
immunisés et que leurs pelages sont absents de graines, brindilles ou
d’insectes, telles des tiques.
12
SÉPAQ (2003) En coulisse, Parc national d’Oka, Tournée 2003-2004. Québec: SÉPAQ.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
12
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Minimiser l'impact des feux
L’apparence naturelle de plusieurs sites d’escalade a été grandement détériorée
par l’allumage de feux de camps dans des endroits vierges ou rocheux, ainsi
qu’en bordure de blocs ou de parois. Malheureusement, après que les feux sont
éteints nous restons avec un rocher noirci et des lieux de camping, bivouac ou
rassemblement moins accueillant.
Les feux de camp ont un impact irrémédiable sur le paysage.
Bien que ce soient une habileté de survie essentielle, les feux ne sont plus
obligatoires au confort et à la cuisson. Les feux de camps diminuent le bois mort
en forêt, entraînant certains usagers à couper des branches ou abattre des
arbres pour alimenter leurs feux. Emportez un réchaud, des chaudrons, des
allumettes et suffisamment de gaz pour cuisiner tous vos repas. Ils sont légers,
compacts et faciles à allumer, même dans les conditions météorologiques les
plus mauvaises.
Lorsque les conditions météorologiques sont chaudes, sèches, venteuses et que
le danger d’incendie est élevé, il devient inapproprié de faire des feux, à cause
des risques importants que posent ces feux pour le déclanchement d’incendie de
forêts 13. Il est aussi inapproprié de faire des feux au-dessus de la ligne des
arbres, où les arbres alpins prennent des centaines d’années pour grandir, à
moins d’être dans une situation d’urgence. Pour ces raisons, plusieurs parcs
n’autorisent pas les feux de camps au-dessus de la ligne des arbres, été comme
hiver. Apprenez à apprécier la lumière d’une bougie pour éclairer vos
conversations de fins de soirée.
Cuisinez sécuritairement en montagne et en paroi
Utilisez votre réchaud à l’air libre, à l’extérieure de votre tente, plate-forme de
bivouac en paroi (portaledge) ou abris sous neige. Cuisiner dans un espace
clôt comporte non seulement des dangers d’allumer votre tente ou équipements,
mais peu causer un empoisonnement au monoxyde de carbone et la mort 14 15.
Pour ces mêmes raisons, n’utilisez jamais un réchaud pour réchauffer votre tente
ou abris sous neige, une petite bougie dans une porte-chandelle conçu à cet
effet est préférable.
Sur votre plate-forme de bivouac en paroi, il est préférable d’utiliser un réchaud à
cartouche de gaz et non à réservoir de combustible liquide, car ils sont plus
sécuritaires à l’allumage, puisqu’ils nécessitent peu de préchauffage. Utilisez un
13
Société de protection des forêts contre le feu (2005) Quoi considérer… avant d’allumer un feu.
Québec: SOPFEU.
14
National Park Service Alaska (2005) Mountaineering in Denali National Park and Preserve.
Talkeetna, Alaska, États-Unis: National Park Service.
15
American Alpine Club et Club Alpin du Canada (1986) Accidents in North American
Mountaineering, Golden, Colorado, États-Unis: American Alpine Club.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
13
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
dispositif solide et résistant à chaleur pour suspendre votre chaudron et réchaud,
composé de petite chaîne et non de sangles. Plusieurs modèles sont disponibles
sur le marché. N’oubliez pas d’utiliser des déflecteurs de chaleurs et des
matériaux isolants pour protéger toutes toiles ou pièces d’équipements audessus de votre réchaud 16.
Utilisez les emplacements qui ont déjà servi
Là où les feux sont autorisés, utilisez les emplacements qui ont déjà servi, que
ce soient une grille de feu en métal ou un rond de feu en pierre. Laissez derrière
vous, un emplacement unique, invitant pour les prochains usagers, en gardant
l’emplacement libre de déchets, sans excès de cendres ou de bois non brûlé. Si
un rond de feu secondaire existe sur le même site de camping, essayez de
l’éliminer en renaturalisant et camouflant cet emplacement improvisé, vos actions
encourageront les prochains usagers à concentrer les impacts de leurs feux dans
un seul endroit, prévu à cet effet.
Sur les sites où il n’y a pas d’emplacement établi et officiel, faites un feu en
utilisant une tôle à feu ou un remblai de terre, si nécessaire. Ces techniques vous
permettront de profiter d’un feu efficace et permettront de protéger le sol de la
chaleur de votre feu (Voir le Cahier du participant – Formation Instructeur Sans
trace pour apprendre ces techniques).
Utilisez uniquement du bois mort
Ne touchez pas aux branches des arbres debout, qu’ils soient mort ou vivant, car
ça détruit l’apparence naturelle d’un site. Plusieurs parcs interdisent la cueillette
de bois de chauffage et demandent aux usagers d’acheter des bûches prévus à
cette fin 17. N’utilisez pas de scie ou de hache pour couper du bois, limitez-vous à
des branches d’un diamètre moindre que celui de votre poignet, puisqu’ils se
brisent facilement avec les mains et qu’ils se réduisent plus facilement en
cendre. Les arbres et branches de plus grandes tailles qui jonchent le sol
procurent un abri pour les animaux, améliore la rétention d’eau du sol et se
décomposent pour alimenter la prochaine génération de plantes et d’arbre dans
la forêt. Afin de ne pas éliminer tout les branches sur le sol entourant un site de
camping, essayez de ramasser des branches sur le sentier, alors que vous
approchez de votre campement.
Entretenez un feu de camp sécuritairement
Peu importe la technique que vous utilisez pour faire un feu de camp, respectez
les consignes suivantes afin de garantir que votre feu reste sécuritaire et laisse le
moins de traces possibles.
16
Mark Synnott (2005) Tech Tip - Big W all - Portaledge cooking, dans Climbing. Numéro 245.
Société des établissements de plein air du Québec. Plein air et conservation : Les sept
principes de Sans Trace Canada. Site internet
[http://www.sepaq.com/pq/miscon/fr/sanstraces.html] Mise à jour : 2006.
17
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
14
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Commentaire [SC_Ē
뀀š庤_1]: Cit
er les livrets généraux ou de camping,
lorsqu’ils seront publiés.
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
•
•
•
•
•
•
•
Ne laissez jamais un feu sans surveillance
Ne brûlez jamais des restes de nourriture ou d’ordures dans un feu de camp,
surtout celles qui sont laminées de plastique ou d’aluminium.
Réduisez tout le bois en cendres, arrêtez d’alimenter le feu au moins une
heure avant la fin de votre soirée, afin que toutes les branches puissent brûler
entièrement.
Éteignez chaque feu en saturant les cendres avec de l’eau, assurez-vous que
les cendres sont froides au touché et retirez toutes ordures si nécessaire.
Égrainez les charbons froids entre vos mains gantées ou dans un sac de
plastique.
Répandez les cendres froides sur une grande surface loin du campement.
Redonnez une apparence invitante à votre emplacement de feu après usage.
En faisant des feux de petite taille en utilisant uniquement du bois mort ramassé
au sol et pouvant être brisé à la main. En considérant des alternatives aux feux,
comme les réchauds et les lanternes.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
15
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Respectez la vie sauvage
L’escalade sur paroi naturelle permet un contact étroit avec la nature, qui offre
une opportunité d’éducation sur l’importance de préserver l’environnement. Par
contre, il ne faut jamais oublier que la présence d’adeptes de grimpe, randonnée
ou rivière peuvent perturber certains écosystèmes et la faune qui y vit. Apprenez
à connaître la faune en l’observant discrètement et en gardant toujours vos
distances. De par la nature de l’activité, les grimpeurs ont plus de chances de
faire des rencontres avec certaines espèces d’oiseaux et de reptiles, vivant en
hauteur, de la même façon que les canoteurs côtoient plus fréquemment des
espèces aquatiques.
Les escarpements rocheux du Québec méridional sont des lieux de nidifications
pour 36 espèces d’oiseaux 18. Lors d’ascension, il n’est pas rare de voir le vol
plané d’un Grand corbeau ou d’un Urubu à tête rouge, porté par les courants
ascendant soufflant le long des falaises 19. Les roches et les souches au bas des
falaises sont tous de microhabitats pour de nombreux reptiles et amphibiens. En
raison de l’expansion urbaine, le réchauffement climatique et la pollution, le statut
de plusieurs de ces animaux est précaire. Les couleuvres, les salamandres et les
rainettes du Québec sont vulnérables20, d’où l’importance de ne pas déplacer
inutilement les roches, de ne pas détruire les souches et de garder le plus intact
possible les sols riches en humus, en périphérie de nos falaises favorites.
Observez la faune à distance
En règle générale, ne suivez pas et n'approchez pas les animaux sauvages.
Lorsque vous voyez un animal sauvage, contentez-vous de les observer et de
les photographier à distance.
Sur les parois d’escalade, l’approche d’un nid sur une paroi provoque un stress
et une agitation chez les oiseaux, les poussant à adopter des comportements
défensifs, au détriment des efforts nécessaires pour nourrir et s’occuper de leurs
oisillons. Ceci peut mener à l’abandon des œufs ou des jeunes, voire l’envol
prématuré de ces derniers. À long temps, on pourra même remarquer un
abandon définitif d’une falaise occupée par des oiseaux nicheurs.
Soyez attentifs aux signes indiquant la présence d’oiseaux nicheurs. Des cris
d’alarmes d’oiseaux peuvent être entendus à l’approche d’une personne au pied
18
Gauthier, J. et Aubry, Y. (Dir.). (1995). Les Oiseaux nicheurs du Québec. Montréal :
Association québécoise des groupes d’ornithologues, Société québécoise de protection des
oiseaux et Service canadien de la faune d’Environnement Canada. 1295 p.
19
Stokes, D. et Stokes, L. (1997) Guide des oiseaux de l'est de l'Amérique du Nord. SaintConstant : Éditions Broquet, 470 p.
20
Desroches, J.-P. et Rodrigue, D. (2004) Amphibiens et reptiles du Québec et des Maritimes.
Waterloo : Éditions Michel Quintin, 288 p.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
16
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
ou au sommet d’une paroi. On peut aussi remarquer un nid reposant sur une vire
ou accroché à la paroi, ainsi que des traînées blanches d’excréments d’oiseaux
sur les pentes rocheuses. Certaines espèces, dont les faucons, ne construisent
pas de structures, gardez donc un œil attentif sur leurs présences.
Certains oiseaux peuvent être passablement agressifs, ce qui peut être
dangereux pour un grimpeur qui s’aventure trop prêt. N’attendez pas qu’un
rapace effectue des vols piqués en votre direction pour réaliser que vous être
trop près d’un nid. La présence d’oiseaux ou de nids à proximité devrait arrêter
tout grimpeur dans son ascension afin de ne pas déranger les adultes et les
oisillons. Face à la présence d’oiseaux en paroi, fréquentez des voies plus
lointaines ou d’autres parois, afin de pouvoir profitez pleinement de votre journée
d’escalade.
Lorsque les conditions météorologiques sont extrêmes, tel qu’en hiver ou durant
les canicules et sécheresses, les sources de nourriture sont réduites et un
dérangement peut nuire à l’aptitude que possède un animal à survivre dans ces
climats rigoureux.
Respectez les interdictions et moratoires volontaires sur l’escalade
En période de nidification, généralement du début avril à la mi-juillet, vérifiez si
une interdiction ou un moratoire volontaire sur l’escalade est en vigueur due à la
présence d’oiseaux nicheurs, considérés en situation précaire.
Les risques de dérangement de la part de grimpeurs se portent surtout sur deux
espèces, dont le Faucon pèlerin, qui fréquente plusieurs falaises du Québec 21.
Quant à l’Aigle royal, il habite des régions plus sauvages dans l’est du Québec et
en Côte-Nord22. Lorsqu’un couple se reproduit dans un secteur, il y revient
année après année s’il n’y a pas trop de dérangement humain de part et d’autre
du nid.
Afin de limiter ces rencontres, l’accès à certaines voies ou secteurs de falaises
est limité dans le Parc régional Baldwin (en Estrie), les Parcs nationaux du
Saguenay et du Bic, ainsi que la chaîne des Adirondacks dans l’État de New
York 23. Les conditions d’accès et les secteurs fermés sont souvent indiqués à
l’entrée des parcs ou au début du sentier d’accès. Respectez ces moratoires, il
s’agit d’un simple geste pour aider les efforts de rétablissement de ces oiseaux
de proie en péril. N’oubliez pas, qu’il sera peut-être possible de grimper ces voies
après le départ des oiseaux nicheurs, plus tard dans l’été.
21
Gauthier, J. et Aubry, Y. (Dir.). (1995). Les Oiseaux nicheurs du Québec. Montréal :
Association québécoise des groupes d’ornithologues, Société québécoise de protection des
oiseaux et Service canadien de la faune d’Environnement Canada. 1295 p.
22
Leboeuf, M. (2002). Aigle royal dans les espèces en péril, dans QuébecOiseaux, hors série.
p.42-44.
23
New York State Department of Environmental Conservation. Peregrine Falcons and the
Adirondack Climber. Site Internet [http://www.dec.state.ny.us/website/reg5/pfclimb.html]
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
17
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Ne donnez jamais de nourriture à un animal sauvage
Lors d’ascensions, les animaux que les grimpeurs côtoient le plus sont les
oiseaux ou les petits mammifères. En constante quête de nourriture, ces
animaux profiteront de tous dîners ou collations laissés sans surveillance, une
source de nourritures plus facile à obtenir que leurs diètes habituelles.
Malheureusement, l’accès à cette nourriture humaine peut altérer les habitudes
alimentaires des animaux, changeant leurs comportements, les conduisant à
devenir plus agressif. En s’habituant aux humains, les animaux s’approchent des
campings populaires, des accueils et des routes, risquant de s'exposer à des
prédateurs, d’entrer en contact avec des animaux domestiques ou de se faire
frapper par un véhicule.
Gardez vos rations et vos déchets dans un endroit sûr
Nettoyez la base des parois, vos lieux de haltes, de cuisine et de bivouac pour
ne laisser aucun reste de nourriture ou emballages après votre passage. Un
emballage ingurgité par un animal peut lui nuire ou le tuer. Lors d’ascensions, si
vous avez à laisser votre sac à dos à la base de la paroi sans surveillance,
fermez le bien et essayez de l’accrocher dans les airs, pour le rendre moins
accessible. Préférablement, rassemblez toute votre nourriture, incluant la
nourriture en canne ou ensachée, et les matières indigestes odorantes, incluant
les emballages vides et les produits hygiéniques, dans un sac ou contenant
hermétique et suspendez le d’une branche ou dans la paroi. Cette pratique réduit
aussi la probabilité qu’un rongeur gruge votre sac à dos et équipements à la
recherche de la source de nourritures qui s’y trouve.
D’autres produits liés à votre sortie, telle l’essence et les solutions antigel,
peuvent attirer la curiosité des animaux avec des effets très néfastes sur leurs
santés.
Les animaux peuvent aussi être attirés par le sel laissé par votre transpiration,
sur vos chaussons d’escalade, vos souliers d’approche ou vos bottes. Avant de
les remettre, assurez-vous que rien ne s’y retrouve.
Soyez maître de vos animaux domestiques ou laissez-les à la maison
Certains parcs n’autorisent pas les animaux domestiques, d’autres exigent qu’ils
soient contrôlés en laisse. Sur les sites d’escalade, la présence de chiens
devient de plus en plus problématiques, alors qu’ils aboient, qu’ils chassent les
petites bêtes sauvages, qu’ils font leurs besoins dans les sentiers et à la base
des parois ou qu’ils distraient des grimpeurs qui assurent leurs partenaires,
particulièrement lorsqu’ils sont laissés seuls alors que leurs maîtres sont en
paroi. Des chiens qui creusent des trous contribuent aussi à l’érosion du sol.
Pour toutes ces raisons, laissez vos animaux domestiques à la maison, si c’est
impossible assurez-vous qu’ils sont bien dressés et que vous soyez toujours en
contrôle.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
18
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
Respectez les autres usagers
On oublie souvent les éléments de bienséances, lorsque l’on parle d’éthique
environnementale en plein, mais avec l’accroissement en popularité de
l’escalade, cette préoccupation devient de plus en plus importante, pour
maintenir le sentiment de liberté que procure l’escalade et les activités de plein
air en général.
Soyez respectueux des propriétaires et des autres visiteurs
Plusieurs personnes visitent les lieux naturels pour apprécier la quiétude et les
bruits de la nature, d’autres viennent pour développer la camaraderie. Puisque
l’achalandage croit dans les lieux naturels, campez loin de tout sentier et des
autres usagers, lorsque possible. Lorsque vous faites halte, pour dîner ou vous
reposer, sortez à une courte distance du sentier. Par contre, si la végétation
autour du sentier est dense et susceptible d’être piétinée, arrêtez vous dans le
sentier, mais choisissez un passage large, avec une surface durable, qui
n’obstrue pas le passage aux autres usagers.
Soyez discrets
Sur les sites achalandés, minimisez votre impact sur les autres grimpeurs et
usagers, en vous changeant et organisant votre équipement discrètement et en
gardant votre animal domestique en laisse et sous contrôle (si permis). Laissez
dominer les sons de la nature, en gardant votre ton de voix bas et en évitant la
pollution par le bruit.
Si vous êtes un grand groupe, envisager de visiter des sites moins populaires,
lors de périodes de forte fréquentation, comme les longs fins de semaine et les
périodes de vacances estivales. Considérez vous séparer en groupe de 2-3 par
cordée ou de 4 à 6 personnes par blocs. Ne monopolisez pas une voie
d’escalade durant de longue période de temps. Lorsque vient leur tour,
permettez à d’autres groupes d’en faire l’ascension dans le style de leurs choix.
Faites du covoiturage pour éviter de surcharger les aires de stationnement et les
rues avoisinantes un site d’escalade.
Évitez d’utiliser des lumières ou lanternes intenses, des radios, des jeux
électroniques ou tous appareils qui pourraient être intrusif sur l’expérience des
autres usagers. Pour certain, la technologie est nécessaire, même en grande
nature, pour d’autres c’est inacceptable. Évitez des conflits inutiles, en utilisant
des écouteurs, en mettant votre cellulaire en mode vibration et en l’utilisant
discrètement. Plusieurs sites d’escalade, même les plus populaires, ne tolèrent
pas l’utilisation de radio. Soyez aussi conscients que discuter, chanter et jouer de
la music au campement peut déranger d’autres usagers, surtout s’il est tard.
Des vêtements et d’équipements (tentes, sacs à dos) de couleurs vives sont un
indicateur de présences humaines et peuvent réduire l’expérience en grande
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
19
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
nature de certains usagers. Vous pouvez choisir d’avoir des articles
vestimentaires plus sombres, mais pour des raisons de sécurité, afin de faciliter
la recherche et le sauvetage, il est justifié, voir préférable, de porter un manteau
voyant en montagne ou en forêt.
Soyez courtois
Les imprévus et les accidents arrivent à tout le monde, gardez un esprit ouvert et
généreux lorsque vous interagissez ou aidez d’autres usagers. Notre expérience
en nature dépend grandement de l’attitude et le traitement des autres usagers.
Par contre, n’hésitez pas d’aviser poliment les gens qui ne respectent pas les
règles de base. Car leurs actions peuvent affecter l’accès pour tous.
Laissez le passage aux autres
De simples courtoisies, comme saluer d’autres grimpeurs ou randonneurs,
laisser le passage à d’autres usagers sur les sentiers et attendre son tour
patiemment, peuvent faire toute la différence. De façon générale, accordez la
priorité aux usagers qui sont en descente sur un sentier, car ils sont
généralement moins en contrôle que ceux qui sont en monté, que ce soit en
randonnée, ski ou vélo.
Évitez les conflits avec d’autres usagers, si vous choisissez de suivre une autre
cordée dans une voie, évitez de leur mettre de la pression ou de harceler s’ils
sont plus lents. Permettez leurs de grimper à rythme qui leur est sécuritaire et
confortable. S’il y a un emplacement ou une vire qui vous permet de les
dépasser sécuritairement et indépendamment de leur relais, demandez leur
poliment. Soyez aussi patient et courtois lors de vos descentes, si vous utilisez
une station de rappel qui est aussi utilisée pour l’assurage.
Reconnaître les besoins particuliers des autres usagers
Demandez la permission pour traverser des terrains privés. Notez la présence et
la délimitation de lieux sacrés. Certaines nations amérindiennes ont des périodes
cérémoniales, qui engendrent des restrictions ou des fermetures, notamment
durant le mois de juin au Devil’s Tower National Monument, dans l’état du
Wyoming aux Etats-Unis. Évitez de déranger le bétail des fermiers ou
l’équipement de chasseurs, de trappeurs ou tout autre usager qui retire un
revenu de l’utilisation de terres publiques. Laissez les guérîtes ouvertes ou
fermées, dans l’état que vous l’avez trouvée.
Lorsque vous croisez un groupe en randonnée équestre, accordez leur le droit
de passage. Placez vous dans la partie la plus basse du sentier, parlez à voix
basse et restez calmes, car les chevaux peuvent s’effrayer facilement.
Soyez reconnaissants envers les grimpeurs et bénévoles locaux,.
Les grimpeurs et bénévoles locaux contribuent souvent au développement des
sites dans leur région. Discutez avec les grimpeurs locaux, ils auront souvent des
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
20
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de rocher
conseils et des recommandations de voies à vous donner. Si vous appréciez un
site, n’hésitez pas à les remercier.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
21
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de bloc
Éthique et techniques Sans trace au Québec :
Escalade de bloc
Adapté de :
The Access Fund. The Boulder Project. Site internet
[http://www.accessfund.org/boulderproject] Mise à jour : 2006.
Traduction et adaptation :
Steve Castonguay, Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade
Recherches et documentation :
Jean-Philippe Martin
Nous ne sommes pas tous capables de réussir le tout dernier problème coté
V13, mais nous pouvons tous faire notre part pour respecter les autres, nos sites
de blocs et l’environnement dans lequel nous jouons. Avec l’escalade de bloc,
n’oubliez pas :
• Utiliser les matelas avec modération
• Enlevez les traces de magnésie après votre grimpe
• Laissez la nature au naturel
• Grimper discrètement
Préparez-vous et prévoyez
Les grimpeurs locaux connaissent généralement mieux le terrain et les
règlements. N’hésitez jamais de leurs poser des questions, qui sait, ils pourront
peut-être vous donner les conseils qui vous manquaient pour réussir votre
nouveau projet.
L’accès est un privilège pour tous et non un droit personnel
Le terrain sur lequel vous grimpez appartient toujours à quelqu’un, que ce soit un
parc, un terrain privé ou public. Préserver cet accès en respectant les
règlements, incluant les secteurs interdits et les périodes de fermeture (ex : fonte
et érosion printanière).
Il est si facile d’ouvrir un nouveau problème ou un bloc en entier, mais la grande
majorité des sites requiert de contacter les instances responsables, avant de
procéder. Un suraménagement de certains secteurs de blocs peut alarmer les
© Access Fund
22
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de bloc
propriétaires et gestionnaires de sites, engendrant des restrictions ou même des
fermetures de sites.
Utiliser les surfaces durables
Restez dans les sentiers officiels
Les sentiers aménagés sont là pour vous et mènent à tous les blocs accessibles.
Marcher à l’extérieur des sentiers établis un réseau de sentiers secondaires
entre les blocs, ce qui dégrade le site inutilement.
Lorsque vous visitez des secteurs de blocs encore sauvages ou peu fréquentés,
tels les pierriers, voyagez et posez votre matelas et équipements sur des
surfaces durables, comme la roche.
Utiliser les matelas avec modération
Les matelas protègent vos chevilles, mais ils peuvent aussi détruire les plantes et
les petits arbres aux sols. Une utilisation judicieuse de matelas et un parage
attentif permet de créer des zones d’atterrissage sécuritaires et respectueuses
de l’environnement. Placer au maximum vos matelas sur des surfaces durables,
libre de végétations (ex : roche). Lorsque votre groupe se repose, retirer
momentanément vos matelas.
Pour l’ouverture
Choisissez d’ouvrir de nouveaux problèmes pour leurs qualités et leurs beautés,
pas besoin d’avoir des problèmes sur chaque face d’un bloc, s’il n’y a pas
d’intérêt. Si un problème est une roche de qualité douteuse ou semble toujours
humide, considérez de ne pas aménager ce problème ou ce bloc. Pour nettoyer
de nouveaux problèmes, les brosses métalliques sont recommandées seulement
lors de l’ouverture, car elles réduisent la texture de la roche, ce qui réduit la
qualité de la grimpe. Pas besoin de décaper un bloc au complet pour y grimper,
nettoyer l’itinéraire du problème seulement avec une emphase sur les prises
clés. Finalement, pour l’entretien courrant des problèmes populaires, il est
recommandé d’utiliser au maximum des brosses de nylon.
De plus, lorsqu’il y a de la végétation sur le dessus des blocs, vous avez
seulement besoin de déterrer une petite zone de sortie. Lorsque vous aménagez
un nouveau problème, évitez d’accélérer le processus d’érosion du sol en
déplaçant de grosses roches et en abattant des arbres vivants, dans
l’aménagement sécuritaire de l’aire d’atterrissage d’un problème. Si de tels
aménagements sont nécessaires considérez ne pas développer ce problème.
Maintenir la végétation sur et autour des blocs aide à conserver l’aspect naturel
d’une forêt et apaise les inquiétudes des propriétaires et gestionnaires de sites.
Rappelez-vous toujours qu’un héritage de quelques problèmes de qualité
associés à votre nom est meilleur qu’un héritage d’une multitude de problèmes
de qualité douteuse.
© Access Fund
23
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de bloc
Gérez adéquatement les déchets
Gardez l’endroit où vous grimpez propre et d’apparence naturelle, en rapportant
tous vos déchets, incluant la magnésie (souvent appelé pof au Québec)
renversée au sol.
De plus, utilisez la magnésie sur vos mains seulement, car celle-ci assèche
uniquement la peau et non la roche. Au contraire, l’accumulation de magnésie
sur le rocher remplit la texture des prises et retient l’humidité, favorisant
l’apparition de moisissure, qui rend les prises glissantes. Enlevez toutes traces
de magnésie sur le rocher, incluant le marquage de prise (tick mark), en utilisant
une brosse de nylon ou un morceau de tissu, lorsque vous avez terminé un
problème.
Sur des blocs de grès, comme on retrouve à Fontainebleau en France, on utilise
parfois une résine de pin réduit en poudre et enveloppé d’un morceau de tissu.
Cette résine, appelée pof en France, augmente l’adhérence au grès, mais rend
d’autres types de roches glissantes et graisseuses. L’utilisation de la résine n’est
pas recommandée au Québec.
Laisser intact ce que vous trouvez
Ne modifiez pas les prises d’un problème, incluant le taillage ou le collage de
prises. L’objectif de l’escalade de bloc est de réussir les séquences les plus
techniquement difficiles sur un rocher, ceci implique un rocher non altéré.
Rappelez-vous que votre projet peut être le réchauffement de quelqu’un d’autre
et que ces problèmes hors de votre portée devraient rester un défi ou une source
de motivation pour les années à venir.
Minimiser l'impact des feux
Considérez les alternatives aux feux tels que les réchauds et les lanternes. Si
vous allumez des feux, faites les loin des parois et blocs, pour éviter de marquer
le rocher.
Respectez la vie sauvage
Le meilleur ami du grimpeur
Assurez-vous que les chiens sont autorisés au site que vous irez visiter. Si vous
apportez votre chien, assurez-vous qu’il soit bien dressé et qu’il respecte les
règlements du parc, les animaux sauvages et les autres usagers.
Respectez les autres usagers
© Access Fund
24
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Escalade de bloc
Évitez les grands groupes et les attroupements. Évitez de parler fort et faire du
bruit. Plusieurs sites d’escalade, même les plus populaires, ne tolèrent pas
l’utilisation de radio.
Restez courtois, mais n’hésitez pas d’aviser poliment les gens qui ne respectent
pas les règles de base. Car leurs actions peuvent affecter l’accès pour tous.
© Access Fund
25
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Ouverture de voies
Commission – Sites et accessibilité
Éthique et techniques Sans trace au Québec :
Ouverture de voies et de problèmes
Adapté de :
Leave No Trace Center for Outdoor Ethics (2003) Rock Climbing : Leave No
Trace Skills and Ethics Series. Boulder, Colorado, Etats-Unis : LNT Center for
Outdoor Ethics
Traduction et adaptation :
Steve Castonguay, Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade
Recherches et documentation :
André Laperrière
Préparez-vous et prévoyez
Demandez une autorisation
La grande majorité des sites d’escalade requiert de contacter les instances
responsables, soient la FQME, un club régional, la direction du parc ou le
Ministère des ressources naturelles, avant de développer de nouvelles voies ou
de problèmes de blocs.
Suivez une clinique d’ouvreurs-équipeurs
Si vous devez poser un ancrage artificiel permanent, participez à une clinique
d’ouvreurs-équipeurs de la FQME, afin d’acquérir ou parfaire vos connaissances
en matière de pose ancrages. Bien que la perforation d’un trou dans la rocher
pour un ancrage soit un impact mineur24, une installation de qualité augmente la
durée de vie des ancrages et minimise le nombre de réinstallations, qui abîmera
le rocher à long terme.
Utiliser les surfaces durables
Choisissez des projets de qualité
24
Société de la faune et des parcs du Québec (2001) L’escalade dans les parcs québécois :
Cadre de référence. Québec : Société de la faune et des parcs du Québec
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
26
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Ouverture de voies
Lorsque vous développez une nouvelle voie ou un problème, attendez-vous à ce
qu’il y ait d’autres grimpeurs qui vous suivront. Si une voie ou un site est
susceptible à de l’érosion, contient des espèces menacées, est excessivement
humide ou nécessite un nettoyage important des blocs instables pour la rendre
sécuritaire, considérez ne pas aménager la ou les voies.
Entretien de la voie
Pour nettoyer de nouvelles voies ou des problèmes, les brosses métalliques sont
recommandées seulement lors de l’ouverture, car elles réduisent la texture de la
roche, ce qui réduit la qualité de la grimpe. Pas besoin de décaper une paroi ou
un bloc au complet pour y grimper, nettoyer l’itinéraire du problème seulement
avec une emphase sur les prises clés. Finalement, pour l’entretien courrant des
problèmes populaires, il est recommandé d’utiliser au maximum des brosses de
nylon.
Rappelez-vous toujours qu’un héritage de quelques voies et problèmes de
qualité associés à votre nom est meilleur qu’un héritage d’une multitude de
problèmes de qualité douteuse.
Relais
Parfois le sommet des parois peut être sensible à l’érosion, en collaboration avec
les gestionnaires du site, regardez la possibilité d’installer des ancrages artificiels
permanents aux sommets des voies, afin réduire l’impact sur les ancrages
naturels, tels les arbres. Afin de réduire la circulation des grimpeurs sur le
sommet de parois, où la végétation est particulièrement fragile, considérez ne
pas développer de sentiers d’accès ou de descente et installez des ancrages
artificiels permanents juste sous le sommet de la voie.
Voies de rappel
Lors de rappels sur des parois peu ou pas fréquentées, essayez d’utiliser des
arbres ou d’autres ancrages naturels sécuritaires. Sur des voies de rappel
populaire, regardez la possibilité d’installer des ancrages artificiels permanents,
afin de protéger des arbres en parois.
Camouflez les ancrages permanents
Pour des raisons de sécurité, des ancrages de rappels naturels ou artificiels
doivent être repérable par des grimpeurs lors de leurs descentes, mais lorsque
possible limitez l’impact visuel des ancrages pour les autres usagés du site,
comme les randonneurs circulant au bas des parois.
Vous pouvez camoufler les ancrages permanents, en utilisant des modèles de
couleurs qui mimiques celles du rocher ou en les peinturant, si cette dernière
peut adhérer au métal sans écailler.
Escalade de bloc
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
27
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Ouverture de voies
Choisissez d’ouvrir de nouveaux problèmes pour leurs qualités et leurs beautés,
pas besoin d’avoir des problèmes sur chaque face d’un bloc, s’il n’y a pas
d’intérêt. De plus, lorsqu’il y a de la végétation sur le dessus des blocs, vous
avez seulement besoin de déterrer une petite zone de sortie. Lorsque vous
aménagez un nouveau problème, évitez d’accélérer le processus d’érosion du
sol en déplaçant de grosses roches et en abattant des arbres vivants, dans
l’aménagement sécuritaire de l’aire d’atterrissage d’un problème. Si de tels
aménagements sont nécessaires considérez ne pas développer ce problème.
Maintenir la végétation sur et autour des blocs aide à conserver l’aspect naturel
d’une forêt et apaise les inquiétudes des propriétaires et gestionnaires de sites.
Gérez adéquatement les déchets
Soyez vigilants des déchets liés à l’ouverture de voies, soit les excédants
d’époxy lors de l’insertion de la tige de l’ancrage ou les bouchons et becs des
tubes d’époxy. Gardez vos pièces d’équipement attachés à vous à l’aide de
cordelette. Utilisez un contenant ou un sac refermable pour les petites pièces et
les déchets.
Laisser intact ce que vous trouvez
Ne modifiez pas les prises
Ne modifiez pas les prises d’une voie ou d’un problème, incluant le taillage ou le
collage de prises. L’objectif de l’escalade de bloc est de réussir les séquences
les plus techniquement difficiles sur un rocher, ceci implique un rocher non
altéré. Rappelez-vous que votre projet peut être le réchauffement de quelqu’un
d’autre et que ces problèmes hors de votre portée devraient rester un défi ou une
source de motivation pour les années à venir.
Protégez la flore et la faune
Une bonne sélection des voies à aménager s’avère essentielle pour maintenir les
plantes, arbres et lichens composant l’environnement naturel qui rend
l’expérience en escalade si agréable. La typographie des parois sportives de
niveaux intermédiaires, avancés et hautes performances (5.10 à 5.15)
comportent un très faible relief et par conséquent n’offre pas un support
significatif pour la faune et la flore 25. Quant aux parois de niveau d’initiation et
d’escalade traditionnelle, la fissuration du rocher représente un environnement
plus propice à certaines espèces végétales. Le plus faible pourcentage de
grimpeurs pratiquant l’escalade traditionnelle amoindri l’impact global.
25
Kuntz KL et Larson DW (2006) Influences of Microhabitat Constraints and Rock-Climbing
Disturbance on Cliff-Face Vegetation Communities, in Conservation Biology, Volume 20, Numéro
3, Page 821-832.
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
28
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Éthique et techniques Sans trace au Québec : Ouverture de voies
Avant le développement d’une nouvelle voie, informez-vous sur la flore présente
et si l’endroit recèle des espèces rares, vulnérables ou menacées. Par exemple,
l’Arnica de Griscom 26 est une espèce menacée, présente sur les falaises
maritimes calcaires du Bas St-Laurent et de la Gaspésie, tandis que les
escarpements du bouclier canadien dans la région d’Outaouais comportent
parfois du Renouée de Douglas27 ou du Sumac aromatique 28, qui sont des
espèces vulnérables. S’il s’avère que la voie à développer est exemptée
d’espèces rares, elle pourra être dégagée en respectant un minimum de
nettoyage, si une voie ou un problème nécessite un nettoyage trop important de
la végétation pour la rendre praticable, considérez ne pas grimper ou ne pas
aménager les voies ou problèmes.
Respectez les autres usagers
Si vous avez des idées de projets, essayez de les faire en partenariat avec les
grimpeurs locaux.
À moins que celle-ci présente des problèmes de sécurité, respectez le style de la
première ascension d’une voie. Essayez de développer vos voies en respect de
l’éthique locale et en collaboration avec les gestionnaires du site, ses usagers ou
clubs locaux associés.
26
Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs. Plantes menacées ou
vulnérables au Québec: Arnica de Griscom sous-espèce de Griscom. Site Internet
[http://www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/arnica/arnica.htm] Mise à jour : février 2001
27
Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs. Plantes menacées ou
vulnérables au Québec: Renouée de Douglas sous-espèce de Douglas. Site Internet
[http://www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/renouee/renouee.htm] Mise à jour : février
2001
28
Ministère du Développement durable, Environnement et Parcs. Plantes menacées ou
vulnérables au Québec: Sumac aromatique variété aromatique. Site Internet
[http://www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/sumac/sumac.htm] Mise à jour : février 2001
© Leave No Trace Center for Outdoor Ethics
29
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Principes Sans trace : Escalade de rocher
Principes Sans trace :
Escalade de rocher
Préparez-vous et prévoyez
•
•
•
•
•
•
•
Suivez une formation en escalade et en premiers soins, enseignée par une
personne qualifiée, afin de pouvoir compléter votre ascension ou de retraiter
face à des intempéries, dangers, blessures ou autres imprévus.
Apportez tout l’équipement de sécurité nécessaire, une trousse de premiers
soins et prévoyez de l’eau, de la nourriture et des vêtements
supplémentaires.
Consultez un livre-guide et d’autres ressources, pour connaître la
réglementation et les particularités du site visité.
Choisissez une voie respectant votre habileté technique et celui de votre
groupe.
Consultez les prévisions météorologiques avant votre sortie.
Planifiez vos sorties en périodes de faibles fréquentations.
Demandez une autorisation au gestionnaire de site avant de développer de
nouvelles voies ou problèmes.
Utilisez les surfaces durables
•
•
Recherchez les sentiers existants, les dalles rocheuses, le gravier, l'herbe
sèche et la neige.
Utilisez des sangles, mousquetons et connecteurs pour confectionner vos
relais de rappel et de moulinette, afin de préserver les arbres et les ancrages.
Dans les zones fréquentées:
• Utilisez les sentiers d’approche et les aires aménagées au bas des parois.
• Marchez en file indienne au milieu du sentier d’approche, même s'il est
boueux ou mouillé.
• Veillez à ne pas étendre votre équipement au bas des parois. Concentrez
votre activité là où la végétation est absente.
© Sans trace Canada
30
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Principes Sans trace : Escalade de rocher
Dans les zones sauvages:
• Dispersez-vous afin d'éviter de créer de nouveaux emplacements de
camping ou sentiers.
• Privilégier l’utilisation de protections amovibles.
• Privilégier la descente via un sentier, au lieu d’ajouter des ancrages pour
le rappel.
Gérez adéquatement les déchets
•
•
•
•
•
Remportez ce que vous apportez. Inspectez la base des parois, vos lieux de
haltes et de bivouac; ne laissez aucun déchet, reste de nourriture ou détritus.
Utilisez la magnésie avec modération, sur vos mains seulement. Gardez
votre sac de magnésie fermé lorsque possible, afin d’éviter les
renversements.
En l’absence d’infrastructures adéquates, déposez les excréments humains
dans des trous profonds de 15 à 20 cm creusés à plus de 70 mètres de tout
campement, sentier, source d'eau ou paroi. Camouflez l'endroit après avoir
remblayé le trou.
Il est préférable d'uriner sur le sol dans des endroits aérés, évitez les recoins
sombres près du bas des parois.
Remportez le papier de toilette utilisé et les produits d'hygiène.
Laissez intact ce que vous trouvez
•
•
•
•
•
Évitez de modifiez une voie, en taillant ou collant des prises.
Laissez les pierres, fossiles, plantes et tout objet naturel tels que trouvés.
Évitez de cueillir et de transporter des plantes.
Considérez ne pas grimper une voie ou un problème, qui nécessite un
nettoyage trop important de la végétation pour la rendre praticable.
Préservez notre héritage : ne touchez pas à de l’art rupestre, ainsi que les
objets historiques et culturels, observez-les.
Minimisez l'impact des feux
•
•
•
Emportez un réchaud et optez pour une lanterne à bougie pour vous éclairer.
Utilisez votre réchaud à l’air libre sur une surface durable, à l’extérieure de
votre tente, plate-forme de bivouac en paroi ou abris sous neige.
Là où les feux sont autorisés, faites des feux de petite taille, loin des blocs
ou parois, afin de ne pas marquer le rocher.
Respectez la vie sauvage
•
Observez la faune à distance. Maintenez une distance suffisante avec des
oiseaux de proie et leurs nids en parois.
© Sans trace Canada
31
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada
Principes Sans trace : Escalade de rocher
•
•
•
•
Respectez les interdictions et moratoires volontaires sur l’escalade, afin de ne
pas déranger la faune durant les périodes de nidification d’espèces
vulnérables.
Ne donner jamais de nourriture aux animaux sauvages.
Gardez vos rations et vos déchets à l’intérieur d’un contenant hermétique,
dans le sac que vous laissez au bas de la paroi lors de vos ascensions.
Soyez maître de vos animaux domestiques ou laissez-les à la maison.
Respectez les autres usagers
•
•
•
•
•
•
Soyez respectueux des propriétaires et des autres visiteurs et soucieux de la
qualité de leur expérience.
Soyez discrets. Grimper en petits groupes formés de 2 à 3 personnes par
cordée ou de 4 à 6 personnes par blocs.
Soyez courtois. Ne monopolisez pas une voie d’escalade durant de longue
période de temps, en permettant à d’autres groupes d’en faire l’ascension
dans le style de leurs choix.
Avisez poliment les gens qui ne respectent pas les règles de base.
Évitez de parler fort et de faire du bruit; soyez attentif aux sons de la nature.
Soyez reconnaissants envers les grimpeurs et bénévoles locaux, qui ont
contribué au développement du site.
© Sans trace Canada
32
Adapté par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, pour Sans trace Canada