360JKMAGAZINE_07

Commentaires

Transcription

360JKMAGAZINE_07
JAMES BROWN
James Brown s’est éteint le 25 décembre 2006. Symbole de
la réussite sociale des Afro-américains, il est dans ce style
l’artiste le plus populaire de la seconde moitié du 20e siècle.
Il n’est jamais tombé dans l’oubli, sans pour autant faire des
concessions comme Ray Charles afin de séduire le public blanc.
Contrairement au Genius qui a conquis ce marché dès la fin
des années 50, le Parrain de la soul a eu plus de mal à s’imposer
auprès de cette cible. James Brown s’adressait avant tout à ceux
de sa race, il affirmait avec agressivité la sexualité masculine,
tandis que Ray Charles exprimait soit
l’euphorie ou les
frustrations de l’amour. James Brown
était un perfectionniste, un travailleur acharné,
un showman
au spectacle parfaitement réglé. Dix
ans après sa
disparition, Jacques Barsamian revient
sur le parcours de cette
légende.
Dix ans déjà
L
a véritable date de naissance de James
Brown est difficile à fixer. On parle du 3
mai 1933 à Barnwell en Caroline du Sud.
D’autres années sont évoquées comme 1928.
Pareil pour son lieu de naissance, on cite
également Pulaski dans le Tennessee et Macon
en Géorgie, ville natale de Little Richard. Luimême a donné plusieurs versions concernant
sa date de naissance ! Abandonné par sa mère
Suzie à l’âge de quatre ans, il voit rarement
son père Joseph qui travaille dans une stationservice. Ce n’est pas plus mal car il a tendance
à le battre ! Il est élevé par sa tante Handsome
Honey Washington dans son bordel, au 944
Twiggs Avenue, à Augusta, en Géorgie. Lorsque
j’étais petit, ma famille était si pauvre qu’on
n’avait pas l’électricité à la maison. Je récupérais
des vêtements de mes cousins plus âgés, mes
sous-vêtements étaient fabriqués dans des vieux
sacs ! Quand les miens trouvaient un emploi, ils
travaillaient dans des champs de coton. Nous
chantions pour oublier les dures épreuves de la
vie. Cette pauvreté m’a poussé à réussir, à entrer
dans le showbiz.
DÉLINQUANT JUVÉNILE
Très tôt, James Brown quitte l’école où il a formé
un ensemble vocal, le Cremona Trio, où sa petite
taille lui vaut les railleries de ses camarades.
Cela explique son caractère difficile. Pour aider
sa famille, il fait des petits boulots comme cireur
de chaussures, laveur de voitures, ramasseur
de coton, il travaille dans une ferme et dans une
réserve de charbon. Venant de la campagne, je
suis toujours demeuré un campagnard. J’aime
mon Sud. Lorsque je croisais en tournée Otis
Redding nous parlions de notre mal du pays.
Otis venait de Macon comme Little Richard.
Dès son plus jeune âge, James Brown gagne la
réputation d’un mauvais perdant. Il veut être le
premier, le meilleur dans tout ce qu’il entreprend.
Adolescent, il est délinquant. Cela lui vaut à
seize ans de faire brièvement de la prison pour
une attaque à main armée et vol de voiture. On
le transfère à la Reform School d’Alto, maison de
redressement en Géorgie. On dit que c’est grâce
à ses dons de joueur de baseball et de boxeur.
L’ex-champion Beau Jack, qui apprécie son
jeu de jambes, veut en faire un professionnel.
J’ai été un délinquant juvénile. Cela m’a valu
pas mal d’ennuis. Alors que j’étais en prison,
j’ai écrit une lettre au tribunal pour demander
qu’on me pardonne mes erreurs et j’ai précisé
que j’étais décidé à changer. Ce que j’ai fait.
Cette vilaine blessure m’a orienté vers la
musique, sinon j’aurais tenté de gagner ma
vie comme boxeur. Une fois libéré de prison, il
ambitionne de rejoindre une chorale de gospel
quand, dans un cinéma qui projette des films
musicaux, il découvre Louis Jordan dans « Caldonia ». J’avais envie de devenir le nouveau
Louis Jordan. Je rêvais de chanter comme lui,
de jouer de l’orgue, de danser et qu’on me voit
moi aussi au cinéma. Il fait la connaissance du
7