ELECTROSTIMULATION ET EXERCICES VOLONTAIRES

Commentaires

Transcription

ELECTROSTIMULATION ET EXERCICES VOLONTAIRES
PUBLI-REDACTIONNEL
ELECTROSTIMULATION
ET EXERCICES VOLONTAIRES
Cet article a pour but de présenter les différentes manières de combiner ou d’associer les exercices volontaires et
l’électrostimulation à visée de développement musculaire.
1
Le mythe
2
Combinaison Electrostimulation
et Volontaire
3
Association Electrostimulation et Volontaire
Rappelons tout d’abord que l’électrostimulation n’a pas pour
vocation de remplacer les exercices ou l’entraînement volontaire. Il
existe plusieurs raisons à cela, mais la principale est que le niveau
global de performance d’un individu est le résultat de l’addition de
nombreuses composantes : la technique, les aptitudes aérobies (la
VO2max !), la capacité à se surpasser, les qualités musculaires etc…
Or l’électrostimulation n’est réellement (très) efficace que pour le
développement des qualités musculaires, les autres aptitudes devront
donc être travailler lors des différents entraînements du triathlète.
Sauf lors d’épisode de blessures pendant lesquels le repos
sportif peut être nécessaire, la règle est donc toujours de combiner
les 2 formes d’entraînement et ceci de la manière la plus harmonieuse
possible. Trois séances par semaine de Compex seront ainsi réalisées,
soit les jours où aucune séance volontaire n’est planifiée, soit les jours
où les entraînements volontaires sont les moins exigeants sur le plan
musculaire. Une stratégie intéressante pour le triathlète consiste à croiser les sollicitations musculaires : les séances de
Compex sur les grands dorsaux se feront les jours où la sollicitation des cuisses aura été conséquente alors que les séances
de stimulation des cuisses prendront places les jours d’entraînement à la piscine.
Toutes les études scientifiques démontrant des gains significatifs obtenus chez les athlètes après 3 ou 4 semaines
d’électrostimulation ont été conduites dans ces conditions, et il est aujourd’hui indiscutable que cette combinaison permet
d’obtenir une amélioration du niveau de performance.
Une forme d’entraînement particulière consiste à solliciter un même muscle au moyen d’une double sollicitation :
Electrostimulation + Exercice volontaire. Le double avantage de ce type d’entraînement est d’une part de faciliter le recrutement
maximal des fibres musculaires et d’autre part de pouvoir inscrire la contraction électro-induite dans un geste global se rapprochant
davantage du sport pratiqué. Désormais affranchi de la contrainte des fils avec la dernière génération de stimulateur (Compex
Wireless), l’association volontaire+électrostimulation est aujourd’hui facile à mettre en place. Cependant, la part respective de
la stimulation électrique et de la contraction volontaire nécessite à la fois une bonne maîtrise de l’électrostimulation, mais aussi
de l’exercice associé envisagé.
La sollicitation supra-maximale imposée par ce type de sollicitation est aussi très exigeante pour la musculature qui ne
manquera pas de se manifester sous la forme d’importantes courbatures le lendemain de séances trop intensives ou surtout
trop prolongée ! Une grande progressivité doit donc être la règle lorsqu’on introduit cette nouvelle forme d’entraînement dans
sa préparation. On ne dépassera pas ainsi les 5 ou 6 contractions associant stimulation et volontaire lors de la première séance,
avant de passer à 10 lors de la seconde séance, puis à 15, etc.
On réservera donc ce type de sollicitation aux triathlètes aguerris, familiarisés à l’électrostimulation et si possible bénéficiant
de l’assistance d’un préparateur physique ou d’un entraîneur qui pourra conseiller l’exercice le mieux adapté aux spécificités
physique du triathlète.
Plus d’infos sur : www.compex.info