Suite d`administration du firewall NETASQ

Commentaires

Transcription

Suite d`administration du firewall NETASQ
MANUEL D’UTILISATION - V6.1
MANUEL D’UTILISATION ET DE CONFIGURATION
ADMINISTRATION SUITE V6.1.
-
FIREWALL MANAGER
-
FIREWALL REPORTER ET REPORTER PRO
-
FIREWALL MONITOR
-
FIREWALL SYSLOG
Référence : na_ug_ASv6.1_0406_fr
Date de création : juin 2005
Dernière modification : avril 2006
Sommaire
Sommaire ...................................................................................................................2
Avertissement.............................................................................................................8
Hypothèses issues des critères communs ...............................................................10
CHAPITRE I ............................................................................................ 12
GENERALITES ....................................................................................... 12
Introduction...............................................................................................................13
Précautions d’utilisation............................................................................................16
Dès la réception de votre IPS-Firewall .....................................................................17
Présentation des boîtiers..........................................................................................18
Démontage du boîtier...............................................................................................24
Les capots ................................................................................................................25
CHAPITRE II ........................................................................................... 26
INSTALLATION, PRE-CONFIGURATION, INTEGRATION .................. 26
SECTION A ........................................................................................... 27
INTERFACE GRAPHIQUE ........................................................................ 27
Introduction...............................................................................................................28
Installation ................................................................................................................29
Procédure de vérification..........................................................................................30
Enregistrement .........................................................................................................32
SECTION B ........................................................................................... 33
L’IPS-FIREWALL NETASQ .................................................................. 33
Introduction...............................................................................................................34
Préparation à l’installation physique du boitier .........................................................35
Mise en rack .............................................................................................................37
Branchements ..........................................................................................................40
Pré-configuration ......................................................................................................42
SECTION C ........................................................................................... 44
PREMIERE EXECUTION........................................................................... 44
Introduction...............................................................................................................45
Démarrage de l'interface ..........................................................................................46
Connexion à un IPS-Firewall....................................................................................48
Fenêtre générale et menus ......................................................................................54
Fermer la session.....................................................................................................56
SECTION D ........................................................................................... 57
INTEGRATION ........................................................................................ 57
Intégration ................................................................................................................58
CHAPITRE III .......................................................................................... 59
CONFIGURATION RESEAU, OBJETS ET ASQ ................................... 59
SECTION A ........................................................................................... 60
CONFIGURATION RESEAU ...................................................................... 60
Introduction...............................................................................................................61
Présentation .............................................................................................................62
Choix du mode d'utilisation.......................................................................................63
Configuration des interfaces.....................................................................................65
Configuration des VLANs .........................................................................................73
Configuration par DHCP...........................................................................................77
Configuration du dialup ............................................................................................79
Client DNS dynamique .............................................................................................82
Configuration du routage par interface.....................................................................84
Routeur par défaut et routes statiques .....................................................................86
© Copyright NETASQ 2006
2
Remarques ...............................................................................................................88
SECTION B ........................................................................................... 89
CONFIGURATION DES OBJETS ................................................................ 89
Introduction...............................................................................................................90
Présentation .............................................................................................................91
Utilisateurs................................................................................................................95
Machines ................................................................................................................101
Réseaux .................................................................................................................103
Plage d’adresses....................................................................................................104
Services..................................................................................................................105
Protocoles ..............................................................................................................107
Groupe d'utilisateurs...............................................................................................108
Groupes..................................................................................................................110
Groupe de services ................................................................................................111
Remarques .............................................................................................................113
SECTION C ......................................................................................... 114
CONFIGURATION DE LA PREVENTION D’INTRUSION (ASQ)..................... 114
Introduction.............................................................................................................115
Présentation ...........................................................................................................116
Stateful ...................................................................................................................118
Translation..............................................................................................................121
Routage ..................................................................................................................122
Analyse...................................................................................................................123
Alarmes ..................................................................................................................124
Listes ......................................................................................................................129
Sonde .....................................................................................................................133
Plugins....................................................................................................................134
CHAPITRE IV ........................................................................................ 137
NAT, FILTRAGE, VPN ET QOS ........................................................... 137
SECTION A ......................................................................................... 138
TRANSLATION D'ADRESSES ................................................................. 138
Introduction.............................................................................................................139
Présentation ...........................................................................................................140
Edition d'un slot de translation................................................................................142
SECTION B ......................................................................................... 148
FILTRAGE ........................................................................................... 148
Introduction.............................................................................................................149
Présentation ...........................................................................................................151
Remarques .............................................................................................................153
Edition d’un slot de filtrage .....................................................................................154
Création des règles de filtrage ...............................................................................158
SECTION C ......................................................................................... 167
VPN .................................................................................................. 167
Introduction.............................................................................................................168
Présentation ...........................................................................................................169
IPSEC.....................................................................................................................170
Création d’un tunnel VPN IPSEC ...........................................................................178
Paramètres d’une politique VPN IPSEC ................................................................181
Règles de filtrage ...................................................................................................191
Tunnels VPN passerelle à passerelle ....................................................................193
PPTP ......................................................................................................................201
VPN SSL ................................................................................................................203
SECTION D ......................................................................................... 212
PROGRAMMATION HORAIRE ................................................................. 212
Programmateur de Slots ........................................................................................213
Calendriers .............................................................................................................215
SECTION E ......................................................................................... 217
QOS : QUALITE DE SERVICE ............................................................... 217
Présentation ...........................................................................................................218
© Copyright NETASQ 2006
3
Configuration ..........................................................................................................219
Utilisation de la QoS...............................................................................................226
CHAPITRE V ......................................................................................... 229
CONFIGURATION DES PROXIES....................................................... 229
SECTION A ......................................................................................... 230
PROXIES HTTP, SMTP ET POP3 ....................................................... 230
Introduction.............................................................................................................231
Redirection des flux vers les proxies......................................................................232
Proxy HTTP ............................................................................................................233
Proxy SMTP ...........................................................................................................240
Proxy POP3............................................................................................................249
SECTION B ......................................................................................... 255
FILTRAGE DE CONTENU ....................................................................... 255
Introduction.............................................................................................................256
Antispam ................................................................................................................257
Antivirus..................................................................................................................260
Filtrage URL ...........................................................................................................265
Groupes d'URLs .....................................................................................................267
Edition d'un slot filtrage URL ..................................................................................269
SECTION C ......................................................................................... 273
SERVICES ........................................................................................... 273
SNMP .....................................................................................................................274
DHCP .....................................................................................................................278
DNS ........................................................................................................................282
NTP ........................................................................................................................285
Partage de fichiers .................................................................................................287
CHAPITRE VI ........................................................................................ 288
CONFIGURATION DE L’AUTHENTIFICATION................................... 288
Introduction.............................................................................................................289
Configuration générale ...........................................................................................290
Base LDAP.............................................................................................................303
Introduction à la PKI ...............................................................................................313
Configuration de la PKI ..........................................................................................314
Procédure d'authentification ...................................................................................320
Enrôlement des utilisateurs ....................................................................................323
Sensibilisation des utilisateurs ...............................................................................327
CHAPITRE VII ....................................................................................... 329
HAUTE DISPONIBILITE ....................................................................... 329
Watchdog ...............................................................................................................330
Configuration ..........................................................................................................331
Haute disponibilité ..................................................................................................332
Licences .................................................................................................................333
Fonctionnement......................................................................................................334
Mise en place .........................................................................................................336
Exemple d'architecture ...........................................................................................340
Arrêt de la haute disponibilité .................................................................................341
Remarques .............................................................................................................342
CHAPITRE VIII ...................................................................................... 343
GESTION DES TRACES ...................................................................... 343
SECTION A ......................................................................................... 344
CONFIGURATION DES TRACES ............................................................. 344
Introduction.............................................................................................................345
Paramétrage global ................................................................................................347
© Copyright NETASQ 2006
4
Mails .......................................................................................................................350
Evénements ...........................................................................................................351
Logs........................................................................................................................352
SECTION B ......................................................................................... 354
RECEPTION DES ALARMES ET DES TRACES........................................... 354
Introduction.............................................................................................................355
Présentation du Moniteur Temps réel ....................................................................356
Remarques .............................................................................................................357
CHAPITRE IX ........................................................................................ 358
SAUVEGARDE ET MISE A JOUR ....................................................... 358
Introduction.............................................................................................................359
Sauvegarde et restauration de la configuration......................................................360
Sauvegarde et restauration du système.................................................................362
Mise à jour..............................................................................................................363
Mise à jour WEB.....................................................................................................365
CHAPITRE X ......................................................................................... 368
ACTIONS DIVERSES ........................................................................... 368
Introduction.............................................................................................................369
Préférences ............................................................................................................370
Règles implicites ....................................................................................................374
Applications ............................................................................................................376
Redémarrage de l’IPS-Firewall ..............................................................................377
Arrêt du firewall ......................................................................................................378
Licence ...................................................................................................................379
Modification des paramètres système....................................................................381
Sécurité ..................................................................................................................382
Configuration sécurisée..........................................................................................383
Quitter l'application .................................................................................................386
Active Update .........................................................................................................387
CHAPITRE XI ........................................................................................ 389
NETASQ SYSLOG................................................................................ 389
Présentation ...........................................................................................................390
Remarques Importantes.........................................................................................391
SECTION A ......................................................................................... 392
INSTALLATION .................................................................................... 392
Installation ..............................................................................................................393
Service Syslog........................................................................................................394
SECTION B ......................................................................................... 396
CONFIGURATION ................................................................................. 396
Configuration du Firewall Manager ........................................................................397
Configuration du NETASQ SYSLOG .....................................................................398
SECTION C ......................................................................................... 400
EXPLOITATION DES LOGS .................................................................... 400
Exploitation des logs ..............................................................................................401
Emplacement des logs ...........................................................................................402
CHAPITRE XII ....................................................................................... 403
MONITEUR TEMPS REEL.................................................................... 403
Introduction.............................................................................................................404
SECTION A ......................................................................................... 405
FENETRE GENERALE ........................................................................... 405
Les menus ..............................................................................................................406
Préférences ............................................................................................................408
© Copyright NETASQ 2006
5
Carnet d’adresses ..................................................................................................409
SECTION B ......................................................................................... 410
FENETRE DU MONITEUR ....................................................................... 410
Ouverture d’un moniteur.........................................................................................411
Fenêtre principale...................................................................................................412
Global .....................................................................................................................414
Statistiques.............................................................................................................417
ASQ ........................................................................................................................421
Tunnels IPSEC.......................................................................................................427
Logs........................................................................................................................429
Politique..................................................................................................................432
SECTION C ......................................................................................... 434
OPTIONS ............................................................................................ 434
Actualisation des données .....................................................................................435
Comportement........................................................................................................436
CHAPITRE XIII ...................................................................................... 438
NETASQ REPORTER ET REPORTER PRO ....................................... 438
Présentation ...........................................................................................................439
SECTION A ......................................................................................... 440
L’INTERFACE ...................................................................................... 440
Connexion ..............................................................................................................441
Fenêtre principale...................................................................................................444
Menus.....................................................................................................................448
SECTION B ......................................................................................... 450
UTILISATION ....................................................................................... 450
Connexion ..............................................................................................................451
Fichiers et Contenu ................................................................................................454
Gestionnaire de la base de données (Version PRO) .............................................456
Colonnes et en-têtes ..............................................................................................461
Constructeur de filtres (Version PRO)....................................................................466
Export des données ...............................................................................................468
Graphiques .............................................................................................................470
Statistiques.............................................................................................................472
Services..................................................................................................................475
Divers .....................................................................................................................478
Options ...................................................................................................................479
SECTION C ......................................................................................... 482
NETASQ LOG COLLECTOR (VERSION PRO)....................................... 482
Présentation ...........................................................................................................483
Service Log Collector .............................................................................................484
Configuration ..........................................................................................................485
Activité du Log Collector.........................................................................................491
SECTION D ......................................................................................... 492
NETASQ AUTOREPORT (VERSION PRO) ........................................... 492
Introduction.............................................................................................................493
Interface graphique ................................................................................................494
Mise en place du service........................................................................................495
Construction des rapports ......................................................................................498
CHAPITRE XIV...................................................................................... 501
ANNEXES ............................................................................................. 501
Annexe A : Contrôle des saisies ............................................................................502
Annexe B : Services TCP/IP ..................................................................................503
Annexe C : Codes ICMP ........................................................................................505
Annexe D : Exemples de translations d'adresses ..................................................506
Annexe E : Exemples de règles de filtrage ............................................................511
Annexe F : Evénements .........................................................................................522
Annexe G : Foire aux questions .............................................................................524
© Copyright NETASQ 2006
6
Annexe H : Commandes ........................................................................................527
Annexe I : Rôle de la DMZ .....................................................................................529
Annexe J : Connexion au serveur SSH..................................................................530
Annexe K : Activation Key ......................................................................................531
Annexe L : Réinitialisation de l’IPS-Firewall ...........................................................534
Annexe M : Noms interdits .....................................................................................536
Annexe N : Fichiers de traces NETASQ ................................................................537
Annexe O : EZAdmin..............................................................................................544
Annexe P : Licences d’utilisation............................................................................548
© Copyright NETASQ 2006
7
Avertissement
Les informations contenues dans ce document sont susceptibles d'être modifiées sans préavis.
Malgré tout le soin apporté à sa vérification, ce document peut comporter certaines erreurs. Dans
ce cas, n'hésitez pas à prendre contact avec la société NETASQ.
La société NETASQ dégage par ailleurs toute responsabilité quant aux erreurs qui peuvent exister
dans ce document et aux dommages qui pourraient en résulter.
Acceptation des termes de la licence
En ouvrant l'emballage du Produit ou en installant le logiciel d’administration, vous acceptez et
serez lié aux termes et restrictions de cette licence.
Licence
NETASQ, par la présente licence et si vous en acceptez les termes, concède le droit d'usage non
exclusif et non transférable du code programme du Produit. Vous n'avez pas l'autorisation de copier
tout ou partie du programme ou de la notice associés au Produit. Vous acceptez que le code source
du Produit, le concept et les idées liées au Produit restent valablement la propriété intellectuelle de
NETASQ. Vous acceptez de ne pas copier, désassembler, décompiler, ou dériver tout ou partie du
Produit, ou de développer un autre produit reprenant le concept ou les idées contenus dans ce
Produit. Toute violation de cette obligation engagerait votre responsabilité et vous rendrait
redevable de dommages-intérêts au bénéfice de NETASQ.
Limites de garanties et de responsabilités
1. Matériel
NETASQ garantit les produits matériels des défauts de pièces et main d'œuvre pour une période
d'un an, sauf indication contraire au tarif valide à la date de commande du client. Cette période
commence à la date d'envoi si le matériel est installé par le client, à la date d'installation si celle-ci
est effectuée par NETASQ.
2. Logiciel
Les produits logiciels NETASQ, ci-après désignés « les Logiciels », sont garantis pour une période
de 90 jours (sauf mention particulière précisée à l’achat) à compter de la date d’activation du produit
contre les défauts et les dysfonctionnements substantiels par rapport au manuel tel qu'il existe à la
date de livraison et sous les environnements et leur version supportés par le Produit.
NETASQ ne garantit pas le Logiciel ou le Produit pour des usages sous d'autres environnements
logiciels et réseaux que ceux préconisés spécifiquement.
3.
En cas de défaut, la responsabilité de NETASQ et le seul recours du client consistent, sur décision
de NETASQ, soit au remboursement des sommes reçues au titre de la vente du Produit annulant
ainsi la présente Licence d'utilisation, soit à la réparation ou le remplacement du Produit ou support.
4.
A l'exception de la garantie limitée telle que décrite dans les paragraphes précédents, ce produit est
fourni " tel quel " sans autre garantie de quelque sorte, implicite ou explicite. NETASQ ne garantit
pas que le Produit correspondra à votre besoin ou que son utilisation pourra être ininterrompue et
exempte d'erreurs. NETASQ rejette toute garantie ou obligation commerciale considérée par le
client comme implicite, ne peut garantir que le produit convient à tous les cas particuliers ni ne
prend de responsabilités en cas d'usage frauduleux ou illégal.
© Copyright NETASQ 2006
8
5.
En aucun cas NETASQ ne pourra être tenue pour responsable des dommages subis par vous ou
tout autre tiers, en dehors de ceux explicitement mentionnés dans cet agrément, qu'ils soient
directement ou indirectement liés à l'usage du Produit, y compris d'éventuelles pertes
d'exploitations dues à une interruption de service ou tout autre cause, même si NETASQ a été
avisée de la possibilité de tels dommages. La responsabilité maximale de NETASQ en cas de
dommages se limite au montant reçu par NETASQ pour l'achat du Produit en particulier qui a pu
causer ces dommages.
Tout litige éventuel relatif à la défectuosité alléguée du logiciel considéré devra être obligatoirement
soumis à la compétence des juridictions du siège de NETASQ, le droit français étant seul
applicable.
Attention, certains Produits de NETASQ permettent de récupérer et d’analyser des traces. Ces
informations permettent un contrôle de l’activité des utilisateurs internes et peuvent fournir des
informations nominatives. La législation en vigueur, dans le pays destinataire, peut imposer
d’appliquer certaines mesures (telles que notamment des déclarations administratives ou autres)
lorsque des personnes sont soumises à un tel contrôle. Assurez-vous que ces éventuelles mesures
ont bien été mises en application avant toute utilisation du produit.
Certains Produits de NETASQ fournissent des mécanismes de chiffrement de données dont l’usage
peut être interdit ou limité par la législation en vigueur dans le pays destinataire. Malgré le contrôle
réalisé par NETASQ à l’exportation, assurez vous que vous êtes dans la légalité pour utiliser
pleinement ou partiellement les produits NETASQ.
NETASQ dégage toute responsabilité quant à l’utilisation du présent produit dans un cadre sortant
de la légalité pour le pays de destination.
© Copyright NETASQ 2006
9
Hypothèses issues des critères communs
L’installation d’un IPS-Firewall s’inscrit bien souvent dans la mise en place d’une politique de
sécurité globale. Pour garantir une protection optimale de vos biens, ressources ou informations, il
ne s’agit pas seulement d’installer l’IPS-Firewall entre votre réseau et l’Internet. Notamment parce
que la plupart des attaques viennent de l’intérieur (accident, personne mécontente de son travail,
personne licenciée ayant gardé un accès interne…). Mais aussi parce que l’on conviendra qu’il ne
sert à rien d’installer une porte blindée si les murs sont en papier.
Sous l’impulsion des critères communs, NETASQ vous propose donc de prendre en compte les
hypothèses d’utilisation de la suite d’administration et du produit IPS-Firewall énoncées ci-dessous.
Ces hypothèses vous exposent les exigences d’utilisation à respecter pour garantir le
fonctionnement de votre IPS-Firewall dans le cadre de la certification aux critères communs.
Hypothèses sur les mesures de sécurité physiques
Les boîtiers appliances IPS-Firewall/VPN sont installés et stockés conformément à l’état de l’art
concernant les dispositifs de sécurité sensibles : local à accès protégé, câbles blindés en paire
torsadée, étiquetage des câbles, etc.
Hypothèses sur les mesures de sécurité organisationnelles
Un rôle administrateur particulier, le super-administrateur, présente les caractéristiques suivantes :
► Il est le seul à être habilité à se connecter via la console locale sur les boîtiers appliances
IPS-Firewall/VPN, et ce uniquement lors de l’installation de l’IPS-Firewall ou pour des
opérations de maintenance, en dehors de l’exploitation,
► Il est chargé de la définition des profils des autres administrateurs,
► Tous les accès dans les locaux où sont stockés les boîtiers appliances IPS-Firewall/VPN
se font sous sa surveillance, que l’accès soit motivé par des interventions sur l’appliance ou
sur d’autres équipements. Toutes les interventions sur les boîtiers appliances IPSFirewall/VPN se font sous sa responsabilité.
Les mots de passe des utilisateurs et des administrateurs doivent être choisis de façon à retarder
toutes les attaques visant à les casser, via une politique de création et/ou de contrôle de ceux-ci
(par ex : mélange alphanumérique, longueur minimum, ajout de caractères spéciaux, pas de mots
des dictionnaires usuels, etc.).
Il est de la responsabilité des administrateurs de sensibiliser tous les utilisateurs à ces bonnes
pratiques (voir Chapitre VI, configuration de l’authentification, sensibilisation des utilisateurs).
La politique de contrôle des flux d’informations à mettre en œuvre est définie, pour tous les
équipements des réseaux dits « Trusted » à protéger, de manière :
► complète : les cas d’utilisation standards des équipements ont tous été envisagés lors de
la définition des règles et leurs limites autorisées ont été définies,
► stricte : seuls les cas d’utilisation nécessaires des équipements sont autorisés,
► correcte : les règles ne présentent pas de contradiction,
► non-ambiguë : l’énoncé des règles fournit tous les éléments pertinents pour un
paramétrage direct de l’appliance par un administrateur compétent.
© Copyright NETASQ 2006
10
Hypothèses relatives aux agents humains
Les administrateurs sont des personnes non hostiles et compétentes, disposant des moyens
nécessaires à l’accomplissement de leurs tâches. Ils sont formés pour exécuter les opérations dont
ils ont la responsabilité. Notamment, leur compétence et leur organisation implique que :
► Différents administrateurs avec les mêmes droits ne mènent des actions d’administration
qui se contredisent (ex : modifications incohérentes de politique de contrôle des flux
d’information).
► L’exploitation des journaux et le traitement des alarmes sont effectués dans les délais
appropriés.
Hypothèses sur l’environnement de sécurité TI
Les boîtiers appliances IPS-Firewall/VPN sont installés conformément à la politique
d’interconnexion des réseaux en vigueur et sont les seuls points de passage entre les différents
réseaux sur lesquels il faut appliquer la politique de contrôle des flux d’information. Les
périphériques de connexion (modem) sont interdits sur les réseaux dits « Trusted ».
A part l’application des fonctions de sécurité, les boîtiers appliances IPS-Firewall/VPN ne
fournissent pas de service réseau autre que le routage et la translation d’adresse (ex : pas de
DHCP, DNS, PKI, proxies applicatifs, etc.). Les boîtiers appliances IPS-Firewall/VPN ne sont pas
configurés pour retransmettre les flux IPX, Netbios, Appletalk, PPPoE ou IPv6. Rappel : ces
services sont disponibles sur un IPS-Firewall mais ne font pas partie du cadre d’évaluation des
critères communs.
L’IPS-Firewall ne dépend pas de services externes (DNS, DHCP, RADIUS, etc.) pour l’application
de la politique de contrôle des flux d’information. Rappel : ces services sont disponibles sur un IPSFirewall mais ne font pas partie du cadre d’évaluation des critères communs.
Les stations d’administration à distance sont sécurisées et maintenues à jour de toutes les
vulnérabilités connues concernant les systèmes d’exploitation et les applications hébergées. Elles
sont exclusivement dédiées à l’administration des IPS-Firewalls.
Les équipements réseau avec lesquels la TOE établit des tunnels VPN sont soumis à des
contraintes de contrôle d ’accès physique,de protection et de maîtrise de leur configuration
équivalentes à celles des boîtiers appliances firewall-VPN de la TOE.
Les postes sur lesquels s ’exécutent les clients VPN des utilisateurs autorisés sont soumis à des
contraintes de contrôle d’ accès physique, de protection et de maîtrise de leur configuration
équivalentes à celles des postes clients des réseau de confiance. Ils sont sécurisés et maintenus à
jour de toutes les vulnérabilités connues concernant les systèmes d ’exploitation et les applications
hébergées.
Que sont les Critères Communs ?
Les critères communs évaluent (sur une échelle « EAL » de 1 à 7) les capacités d’un produit à
fournir les fonctions de sécurité pour lesquelles il a été conçu, ainsi que la qualité de son cycle de
vie (développement, production, livraison, mise en service, mise à jour). Ils sont une convergence
des différentes normes de qualité (en matière de sécurité) imaginées depuis 1980 :
► Orange Book – DoD,
► CTCPEC (Canadian Trusted Computer Product Evaluation Criteria),
► ITSEC (Information Technology Security Evaluation Criteria),
► TCSEC (Trusted Computer System Evaluation Criteria).
© Copyright NETASQ 2006
11
Chapitre I
Généralités
© Copyright NETASQ 2006
12
Introduction
Principe
Destinés à sécuriser des structures de toutes tailles, les IPS-Firewalls de la gamme NETASQ sont
des boîtiers pré-configurés : pas d'installation matérielle, ni d'installation logicielle, pas de
compétences Unix nécessaires mais une configuration conviviale au moyen d'une interface
graphique.
L’IPS-Firewall NETASQ permet de définir les règles de contrôle d'accès entrant ou sortant. Son
concept est simple : toute transmission entrante ou sortante transitant par le Firewall NETASQ est
contrôlée, autorisée ou refusée suivant les règles, paquet par paquet.
L’IPS-Firewall NETASQ est basé sur un mécanisme de filtrage de paquets évolué qui procure un
haut niveau de sécurité. Tous les IPS-firewalls NETASQ intègrent la technologie ASQ (Active
Security Qualification), développée par NETASQ. Cette technologie permet la détection et le
blocage, en temps réel, d'attaques informatiques : paquets illégaux, tentatives de déni de service,
anomalies dans une connexion, scans de ports, buffer overflow...
En cas de tentative d'intrusion, selon les consignes spécifiées dans la politique de sécurité, le
Firewall NETASQ bloque la transmission, génère une alarme et mémorise les informations liées au
paquet ayant provoqué l'alarme. Ainsi, il vous est possible d'analyser l'attaque et de rechercher son
origine.
L’IPS-Firewall permet non seulement d'empêcher, ou de limiter à certains services, les connexions
entrantes sur votre réseau mais aussi de contrôler l'utilisation de l'Internet faite par vos utilisateurs
internes (HTTP, FTP, SMTP ...). Le contrôle des utilisateurs peut aussi être réalisé au moyen d’une
authentifier via une base d’authentification interne ou externe.
L’IPS-Firewall NETASQ gère également les mécanismes de translations d'adresses et de ports.
Ces mécanismes apportent sécurité (en masquant votre adressage interne), flexibilité (en
permettant d'utiliser un plan d'adressage interne privé quelconque) et réduction de coût (en
permettant la mise à disposition de plusieurs serveurs sur Internet avec une seule adresse IP
publique).
Avec la nouvelle version de l’ASQ, le moteur IPS (Intrusion Prevention System) de NETASQ, un
IPS-firewall NETASQ offre d’autant plus de sécurité. Son architecture à plug-in permet de contrôler
la majeure partie du trafic circulant au travers du firewall même au niveau applicatif. Ses
performances en matière de débit, de nombres de règles, de tunnels, sont décuplées.
Grâce à son interface utilisateur sous Windows, il offre la possibilité de définir rapidement et
simplement les règles de sécurité pour votre réseau, à partir d'un poste local sous Windows. Vous
pouvez aussi monitorer, en temps réel, l'activité de votre firewall.
L’IPS-Firewall NETASQ est également doté de fonctions avancées de traçabilité. En cas de
tentative d'intrusion, l'administrateur du réseau peut accéder à l'ensemble des données envoyées
avant l'attaque et voir comment elle est préparée. Le NETASQ REPORTER vous apportera une
vision graphique et une analyse fine des logs générés sur le firewall.
Enfin, l’IPS-Firewall NETASQ intègre les fonctionnalités de passerelle VPN vous permettant
d'établir des tunnels chiffrés avec d'autres équipements VPN. Ainsi, vos communications inter-sites
ou avec vos utilisateurs nomades ("Road Warriors") peuvent être sécurisées même en utilisant une
infrastructure de communication non sûre comme l'est Internet.
© Copyright NETASQ 2006
13
A qui s'adresse cette notice
Cette notice s'adresse à un administrateur réseau ou tout au moins à un utilisateur possédant un
minimum de connaissances sur IP.
Pour configurer efficacement votre IPS-Firewall NETASQ, vous devez connaître le fonctionnement
d'IP, de ses protocoles et de leurs particularités :
► ICMP (Internet Control Message Protocol),
► IP (Internet Protocol),
► TCP (Transmission Control Protocol),
► UDP (User Datagram Protocol).
La connaissance du fonctionnement général des principaux services TCP/IP est appréciable :
► HTTP,
► FTP,
► Messagerie (SMTP, POP3, IMAP),
► telnet,
► DNS,
► DHCP,
►.SNMP,
► NTP.
Si vous ne possédez pas ces connaissances, ne vous inquiétez pas : l'acquisition d'un ouvrage
généraliste sur TCP/IP vous les apportera.
Meilleure est votre connaissance de TCP/IP, meilleures seront vos règles de filtrages et meilleure
sera votre sécurité IP.
Administration Suite et Administration Suite PRO
NETASQ propose deux outils de configuration des firewalls, la suite d’administration Standard et la
suite d’administration PRO. La principale différence qui réside entre ces deux suites et l’intégration
du REPORTER PRO dans la suite d’administration PRO.
Contenu des packages
Admininstration Suite STANDARD
Menu CLIENT
► Manager,
► Moniteur,
► Reporter.
Menu SERVEUR
► Syslog.
Admininistration Suite PRO
Menu CLIENT
► Manager,
► Moniteur,
► Reporter PRO.
Menu SERVEUR
© Copyright NETASQ 2006
14
► Syslog,
► Collector,
► MYSQL,
► Autoreport.
Le menu CLIENT constitue l’ensemble des outils de configuration graphique des suites NETASQ
servant d’interface entre l’utilisateur et l’appliance. Ces outils sont installés sur une station
d’administration.
Le menu SERVEUR constitue quant à lui l’ensemble des outils de communication utilisé pour
récupérer les logs auprès des appliances vous appartenant. Ces outils sont généralement installés
sur une machine dédiée du fait des ressources qu’elles nécessitent.
© Copyright NETASQ 2006
15
Précautions d’utilisation
L’utilisation de piles LITHIUM de mauvais type peut entraîner l’explosion des composants.
Veuillez suivre les spécifications du constructeur de piles LITHIUM (utilisées dans votre IPSFirewall) pour le recyclage des piles usagées.
L’IPS-Firewall doit être installé conformément à l’état de l’art correspondant aux modalités
pratiques d’installation sécurisée à savoir : dans un local ou bureau à accès protégé. Pour garantir
l’intégrité de l’appliance et la non compromission de la sécurité de votre installation, tous les accès
(à l’IPS-Firewall) non autorisés doivent être évités.
Veillez à placer les équipements lourds dans la partie basse de l’armoire ou du rack et les
éléments plus légers dans la partie haute.
Assurez vous que l’alimentation est correctement raccordée à la terre, correspondant aux
spécifications NETASQ concernant l’alimentation des IPS-Firewalls. De plus il est préférable de
protéger l’alimentation par des équipements de type UPS.
Dans le cas des F25 et F50, notez que débrancher le câble d’alimentation de l’embase
secteur permet de déconnecter l’appliance du secteur. Un bouton ON/OFF est disponible sur les
autres produits.
Veillez à débranchez TOUS les câbles d’alimentation (les deux câbles sur le F1000 et les
trois câbles sur les F2000/25000) reliés au boîtier avant toute intervention sur l’appliance.
L’installation de l’IPS-Firewall NETASQ doit être réalisée dans un environnement où la
température n’excède pas 35°C.
Assurez-vous que rien n’obstrue les ouies de ventilation du produit afin de garantir une
circulation de l’air optimale.
Les poignées métalliques présentes sur la face avant des produits F1000, F2000 et F5000
ne doivent pas être utilisées pour porter celui-ci mais uniquement pour placer ou sortir l’appliance
dans la baie.
© Copyright NETASQ 2006
16
Dès la réception de votre IPS-Firewall
Intégrité de votre produit
Afin de garantir l’intégrité de votre produit, NETASQ a mis en place plusieurs mécanismes. Vérifiez
ces mécanismes pour valider que votre produit n’a pas été manipulé frauduleusement :
► Les étiquettes : chaque IPS-Firewall est livré avec un carton sur lequel est apposé deux
étiquettes contenant des informations d’identification du produit contenu et de sa version.
De plus une étiquette « Numéro de série » est apposée directement sur le produit. Vérifiez
que ces informations concordent avec votre commande.
► La scellée du carton : chaque IPS-Firewall est livré avec un carton sur lequel est
apposé une bande de garantie spécifique à NETASQ. Vérifier la présence de cette bande
de garantie sur le carton de votre produit :
Si cette bande est absente, contactez votre revendeur au plus vite pour connaître les
raisons de l’ouverture du carton.
► La scellée de l’IPS-Firewall : une étiquette de scellée est apposée sur tous les IPSFirewalls. Il est alors impossible de remplacer ou de modifier un des éléments hardware de
la solution. Cette étiquette a la particularité d’afficher un message (VOID) qui ne peut plus
être effacé lorsqu’elle est décollée. Il existe deux types de scellée : une apposée par
NETASQ en sortie de production et une apposée par votre partenaire si une opération de
maintenance doit être réalisée sur votre produit (cette opération de maintenance doit vous
être expliquée par votre partenaire par l’intermédiaire d’un certificat d’activité).
Valider ces mécanismes de sécurité vous assure de l’intégrité du produit reçu. N’hésitez pas à
contacter votre revendeur si un de ces éléments n’était pas conforme à leur description.
Contenu du packaging
Conservez précieusement le carton d'emballage, dans l'éventualité d'un transport. Il a été conçu
pour assurer une protection optimale de votre IPS-Firewall NETASQ (résistance aux chocs, aux
températures élevées...). A la livraison, vérifiez que dans l'emballage se trouvent bien :
► L’IPS-Firewall NETASQ du modèle commandé,
► Un cordon secteur (réf. 1076036),
► Un câble série croisé DB9F (réf. 1076033),
► Un câble croisé RJ 45 (câble bleu, réf. 1076034),
► Le CD-ROM de la suite logicielle NETASQ (Administration Suite),
► Les équerres et système de fixation pour mise en rack 19 pouces *,
► Les conditions générales de services.
Si un élément est manquant, n'hésitez pas à contacter votre revendeur.
*selon modèle et sur demande pour les F50.
© Copyright NETASQ 2006
17
Présentation des boîtiers
F25
Face Arrière
1. Embase Secteur : le branchement du cordon d’alimentation.
2. Port série : pour la connexion directe de l’IPS-Firewall avec un PC ou un modem.
3. Ports Ethernet 10/100Mbits/s de type RJ45 : pour le branchement des câbles réseau
► Interface identifiée 1-4 : Interne
► Interface identifiée 5 : Externe
Ces interfaces sont de type SELV (Safety Extra Low Voltage).
4. Port USB.
Face Avant
5. Bouton Reset : pressez 10 secondes pour restaurer la configuration par défaut.
6. Voyant Power : l’IPS-Firewall est sous tension lorsque la LED est allumée.
7-11. Voyant Interface 1-5
Si la LED d’un voyant d’interface est éteinte, l’interface correspondante n’est pas active, aucun
câble réseau n’est connecté à cette interface ou aucun trafic ne passe par l’interface.
Si la LED d’un voyant clignote, l’interface fonctionne correctement, le trafic passe dans l’interface.
F50
Face Arrière
1. Embase Secteur : le branchement du cordon d’alimentation.
2. Port série : pour la connexion directe de l’IPS-Firewall avec un PC ou un modem.
3. Ports Ethernet 10/100Mbits/s de type RJ45 : pour le branchement des câbles réseau
© Copyright NETASQ 2006
18
► Interface identifiée 1 : Interne
► Interface identifiée 2 : Externe
► Interface identifiée 3 : DMZ
Ces interfaces sont de type SELV (Safety Extra Low Voltage).
ATTENTION : l’ordre des ports de la nouvelle génération des F50 NETASQ (en
production depuis novembre 2004) est différent de celui des F50 ancienne génération.
Reportez vous à la Note technique « Inversion des ports sur le F50 » disponible sur le site
WEB NETASQ pour plus d’informations.
4. Port USB.
Face Avant
5. Bouton Reset : pressez 10 secondes pour restaurer la configuration par défaut.
6. Voyant Power : l’IPS-Firewall est sous tension lorsque la LED est allumée.
7. Voyant Interface 1
8. Voyant Interface 2
9. Voyant Interface 3
Si la LED d’un voyant d’interface est éteinte, l’interface correspondante n’est pas active, aucun
câble réseau n’est connecté à cette interface ou aucun trafic ne passe par l’interface.
Si la LED d’un voyant clignote, l’interface fonctionne correctement, le trafic passe dans l’interface.
F200
Face Arrière
1. Embase Secteur : le branchement du cordon d’alimentation.
2. Grille Ventilateur.
3. Port USB
4. Port série : pour la connexion directe de l’IPS-Firewall avec un PC ou un modem.
5. Ports Ethernet 10/100Mbits/s de type RJ45 : pour le branchement des câbles réseau
► Interface identifiée 1 : Externe
► Interface identifiée 2 : Interne
► Interface identifiée 3 : DMZ
Ces interfaces sont de type SELV (Safety Extra Low Voltage).
© Copyright NETASQ 2006
19
Attention, si le produit a été commandé dans une version 2 ports, les interfaces 3 et
4 ne sont pas actives. S’il a été commandé dans une version 3 ports, l’interface 4 n’est pas
active.
6. Bouton On/Off : bouton d’arrêt et de mise en marche de l’appliance.
Face Avant
7. Voyant Interface 4
8. Voyant Interface 3
9. Alarmes mineures : une alarme mineure a été détectée si la LED clignote (200ms).
10. Alarmes majeures : une alarme majeure a été détectée si la LED est allumée.
11. Voyant Power : l’IPS-Firewall est sous tension lorsque la LED est allumée.
12. Voyant Online
13. Voyant Interface 2
14. Voyant Interface 1
Le voyant Online clignote lors du démarrage de l’appliance, se fixe une fois que le système est
opérationnel et s’éteint (dans le cas de la HA) pour signifier qu’il est en mode passif.
Si la LED d’un voyant d’interface est éteinte, l’interface correspondante n’est pas active, aucun
câble réseau n’est connecté à cette interface ou aucun trafic ne passe par l’interface.
Si la LED d’un voyant clignote, l’interface fonctionne correctement, le trafic passe dans l’interface.
F500
Face Arrière
1. Grille Ventilateur.
2. Embase Secteur : le branchement du cordon d’alimentation.
3. Bouton d’arrêt et de mise en marche de l’alimentation de l’appliance.
4. Bouton On/Off : bouton d’arrêt et de mise en marche de l’appliance.
5. Port mini-din : pour le branchement d’un clavier.
6. Port série : pour la connexion directe de l’IPS-Firewall avec un PC ou un modem.
7. Port VGA : pour le branchement d’un écran.
8. Ports Gigabits de type RJ45 : pour le branchement des câble réseau (interface DMZ).
9. Ports Ethernet 10/100Mbits/s de type RJ45 : pour le branchement des câbles réseau
► Interface identifiée 1 : Externe
► Interface identifiée 2 : Interne
► Interface identifiée 3 : DMZ
Ces interfaces sont de type SELV (Safety Extra Low Voltage).
Attention, si le produit est commandé avec moins d’interface que le maximum prévu
(6, dont 2 gigabits) les interfaces non souscrites ne sont pas actives.
© Copyright NETASQ 2006
20
Face Avant
10. Voyant Interface 5 : interface Gigabit (LED orange).
11. Voyant Interface 1
12. Voyant Interface 2
13. Alarmes mineures : une alarme mineure a été détectée si la LED clignote (200ms).
14. Alarmes majeures : une alarme majeure a été détectée si la LED est allumée.
15. Voyant Power : l’IPS-Firewall est sous tension lorsque la LED est allumée.
16. Voyant Online
17. Voyant Interface 3
18. Voyant Interface 4
19. Voyant Interface 6 : interface Gigabit (LED orange).
Veuillez vous reportez à la section F200 pour plus d’informations sur le fontionnement des voyants.
F1000
Face Arrière
1. Bouton d’arrêt de l’alarme.
2. Deux embases secteur : pour le branchement de deux cordons d’alimentation. Le F1000 est
équipé d’une alimentation redondante. Chaque bloc secteur de l’alimentation doit être relié à un
secteur électrique différent.
3. Grille Ventilateur.
4. Démontage de l’alimentation.
5. Bouton On/Off : bouton d’arrêt et de mise en marche de l’appliance.
6. Port mini-din : pour le branchement d’un clavier.
7. Port USB
8. Port série : pour la connexion directe de l’IPS-Firewall avec un PC ou un modem.
9. Port VGA : pour le branchement d’un écran.
10. 4 à 12 ports Ethernet de type RJ45, pour le branchement des câbles réseau. Les cartes
d’extension de ports Ethernet peuvent être achetées séparément. Des ports Gigabits sont aussi
disponibles sur le F1000.
► Interface identifiée 1 : Externe
► Interface identifiée 2 : Interne
► Interface identifiée 3 : DMZ
Ces interfaces sont de type SELV (Safety Extra Low Voltage).
Lorsqu’un des blocs d’alimentation n’est plus opérationnel, une alarme sonore se
déclenche et peut être arrêtée grâce au bouton d’arrêt de l’alarme. Attention, si vous ne
branchez qu’un seul câble d’alimentation, l’alarme se mettra en route également. Une fois
l’alarme coupée vous ne pourrez plus être averti d’un problème sur l’alimentation.
© Copyright NETASQ 2006
21
Face Avant
11. Poignées et oreilles métalliques sur châssis.
12. Voyants Interfaces.
13. Alarmes mineures : une alarme mineure a été détectée si la LED clignote (200ms).
14. Alarmes majeures : une alarme majeure a été détectée si la LED est allumée.
15. Voyant Power : l’IPS-Firewall est sous tension lorsque la LED est allumée.
16. Voyant Online
Le voyant Online clignote lors du démarrage de l’appliance, se fixe une fois que le système est
opérationnel et s’éteint (dans le cas de la HA) pour signifier qu’il est en mode passif.
Si la LED d’un voyant d’interface est éteinte, l’interface correspondante n’est pas active, aucun
câble réseau n’est connecté à cette interface ou aucun trafic ne passe par l’interface. Si la LED d’un
voyant clignote, l’interface fonctionne correctement, le trafic passe dans l’interface.
F2000/F5000
Face Arrière
1. Démontage de l’alimentation.
2. Trois embases secteur : pour le branchement de trois cordons d’alimentation. Le F5000 est
équipé d’une alimentation redondante. Chaque bloc secteur de l’alimentation doit être relié à un
secteur électrique différent.
3. Bouton d’arrêt de l’alarme.
4. Grille Ventilateur.
5. Port mini-din : pour le branchement d’un clavier.
6. Port USB
7. Port série : pour la connexion directe de l’IPS-Firewall avec un PC ou un modem.
8. Port VGA : pour le branchement d’un écran.
9. 4 à 24 ports Ethernet de type RJ45 (4 à 20 ports pour le F2000 dont 4 Giga et 4 à 24 ports Giga
pour le F5000), pour le branchement des câbles réseau. Les cartes d’extension de ports Ethernet
peuvent être achetées séparément. Des ports Gigabits sont aussi disponibles sur le F5000.
► Interface identifiée 1 : Externe
► Interface identifiée 2 : Interne
► Interface identifiée 3 : DMZ
Les caractéristiques électriques de l'appareil sont les suivantes : 100-240V 50/60Hz
6A.
© Copyright NETASQ 2006
22
Ces interfaces sont de type SELV (Safety Extra Low Voltage).
Lorsqu’un des blocs d’alimentation n’est plus opérationnel, une alarme sonore se
déclenche et peut être arrêtée grâce au bouton d’arrêt de l’alarme. Attention, si vous ne
branchez qu’un seul câble d’alimentation, l’alarme se mettra en route également. Une fois
l’alarme coupée vous ne pourrez plus être averti d’un problème sur l’alimentation.
Face Avant
10. Poignées et oreilles métalliques sur châssis.
11. Disque RAID et leur système de démontage.
12. Voyant Power : l’IPS-Firewall est sous tension lorsque la LED est allumée.
13. Voyants Interfaces.
14. Bouton « Stand By » : bouton d’arrêt et de mise en marche de l’appliance.
15. Voyant Online
16. Voyants de défaillance : alimentation à gauche et surchauffe à droite.
17. Alarmes mineures et majeures : une alarme mineure a été détectée si la LED de gauche
clignote (200ms) et une alarme majeure a été détectée si la LED de droite est allumée.
Le voyant Online clignote lors du démarrage de l’appliance, se fixe une fois que le système est
opérationnel et s’éteint (dans le cas de la HA) pour signifier qu’il est en mode passif.
Si la LED d’un voyant d’interface est éteinte, l’interface correspondante n’est pas active, aucun
câble réseau n’est connecté à cette interface ou aucun trafic ne passe par l’interface.
Si la LED d’un voyant clignote, l’interface fonctionne correctement, le trafic passe dans l’interface.
© Copyright NETASQ 2006
23
Démontage du boîtier
En aucun cas vous ne pouvez démonter le boîtier du Firewall NETASQ.
Seule la société NETASQ et ses agents de maintenance agréés sont habilités à le
faire.
Toute ouverture du boîtier du Firewall NETASQ par vos soins entraîne l'annulation
de la garantie.
Une étiquette de garantie protège tous les appliances NETASQ contre l’ouverture du
boîtier. La rupture de cette étiquette de garantie entraîne l’annulation de la garantie.
© Copyright NETASQ 2006
24
Les capots
Les capots NETASQ contiennent des ouïes de ventilation. Veillez à ne pas obstruer ces ouïes afin
de ne pas altérer la circulation d'air à l'intérieur de celui-ci.
Des pieds caoutchoutés sont disposés sous le capot, assurant au Firewall NETASQ une très bonne
stabilité (sur un bureau ou sur un autre équipement informatique).
© Copyright NETASQ 2006
25
Chapitre II
Installation, Pré-configuration, Intégration
© Copyright NETASQ 2006
26
Section A
Interface Graphique
© Copyright NETASQ 2006
27
Introduction
La configuration du Firewall NETASQ se fait par un logiciel développé par la société NETASQ : le
Firewall Manager. A partir de ce logiciel vous pourrez configurer entièrement votre firewall depuis
un poste Windows.
L'installation de ce logiciel requiert les éléments suivants :
► PC Pentium III,
► 128 Mo de RAM (256 Mo conseillés),
► 100 Mo de disque dur,
► Carte réseau Ethernet 10 ou 100 Mbps,
► Windows Internet Explorer 5,
► Windows 2000 (SP3), XP (SP1).
NETASQ garantit le bon fonctionnement de sa suite logicielle, uniquement si celle-ci
est installée sur un système d'exploitation Windows 2000 (SP3) ou Windows XP (SP1).
Pour cette section, vous devez
Posséder le fichier d'installation de l'interface graphique. Ce fichier est disponible sur le CD-ROM
livré avec votre firewall ou sur le site WEB de NETASQ (www.netasq.com). Le fichier d'installation
est bilingue.
Connaître l'adresse IP interne de votre firewall, ainsi que son numéro de série.
Utilité de la section
Cette section vous présentera les éléments pour l'installation et l'utilisation générale de l'interface
graphique de configuration (Firewall Manager).
© Copyright NETASQ 2006
28
Installation
Procédure d'installation
Insérez le CD-ROM d'installation fourni ou téléchargez les fichiers nécessaires à partir du site Web
NETASQ et exécutez le programme .EXE correspondant à la suite d’administration. Les
informations d'installation apparaissent dans la langue de la version Windows.
Le logiciel d'installation suit le schéma d'installation "standard" d'une application sous Windows,
c'est pourquoi il n'est pas décrit plus en détails dans ce manuel. L’installation typique n’inclut pas le
NETASQ Syslog. Pour installer ce logiciel choisissez l’installation complète ou personnalisée.
Vous pouvez conserver, sur une même machine d'administration, l'interface graphique de plusieurs
versions logicielles.
Quand le logiciel d'installation a terminé, vous disposez des programmes suivants dans le répertoire
d'installation que vous avez choisi:
firewall.exe
Logiciel de configuration à distance du Firewall NETASQ et de
consultation des traces.
monitor.exe
Module de réception en temps réel des alarmes générées par le
Firewall NETASQ.
reporter.exe
Module de traitement des logs.
par défaut : "C:\Program Files\NETASQ\Administration Suite 5.0\"
Lors de l'installation, un enregistrement de votre produit vous est proposé. Cet enregistrement est
obligatoire pour accéder au support technique NETASQ et pour récupérer la licence nécessaire à
l’activation du boîtier. La section « Enregistrement » de ce manuel vous indique la marche à suivre
pour cette étape de l'installation.
© Copyright NETASQ 2006
29
Procédure de vérification
Les exécutables délivrés par NETASQ sont signés numériquement avec un certificat Thawte SA
(Verisign). Cette opération assure l'origine et l'intégrité de l'application. En vérifiant la validité de la
signature, vous aurez la certitude que le logiciel n'a pas été modifié ou échangé par un éventuel
cracker.
Procédure de vérification de la signature
Pour vérifier la signature d'un fichier, veillez à ce que Internet Explorer, en version 4 minimum, soit
installé sur votre poste.
Lorsque vous téléchargez un applicatif à partir du site WEB de NETASQ, une fenêtre vous
demande « Voulez vous ouvrir le fichier ou l’enregistrer sur votre ordinateur ? ».
► Si vous choisissez l'option « Ouvrir », votre explorateur WEB (Internet Explorer) réalisera
automatiquement la vérification de la signature et vous en avisera.
► Si vous choisissez l'option « Enregistrer » (option recommandée), vous devrez réaliser la
vérification manuellement.
Vérification manuelle
© Copyright NETASQ 2006
30
Pour effectuer la vérification manuelle de la signature de l’application, effectuez la procédure
suivante avant d’installer l’applicatif :
1. Cliquez avec le bouton droit de souris sur l’application NETASQ dont vous voulez vérifier
la signature, sélectionnez « Propriétés »,
2. Sélectionnez l’onglet « Signatures numériques » puis le nom du signataire (NETASQ),
3. Cliquez sur détails, la validité de la signature numérique est indiquée dans cette fenêtre.
Vous avez la possibilité de visualiser les informations du certificat ayant servi à signer l'application.
© Copyright NETASQ 2006
31
Enregistrement
Lors de l'installation, un enregistrement de votre produit est proposé. Cet enregistrement est
obligatoire pour obtenir la licence de votre produit, pour télécharger les mises à jour et pour accéder
au support technique NETASQ. Si vous ne vous êtes pas enregistré à l'installation, vous avez la
possibilité de le faire dans l’interface graphique de configuration NETASQ : le Firewall Manager.
Pour effectuer l’enregistrement de votre produit, suivez la procédure suivante :
1. Démarrez l’application NETASQ,
2. Sélectionnez le sous menu « ? > Enregistrement… » (il n’est pas nécessaire de vous
connecter),
3. Un assistant d’enregistrement de vote produit vous propose deux types d’enregistrement,
cliquez sur l’option qui vous correspond le mieux.
© Copyright NETASQ 2006
32
Section B
L’IPS-Firewall NETASQ
© Copyright NETASQ 2006
33
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir pris connaissance des sections suivantes
► Généralités,
► Interface graphique.
Pour cette section, vous devez connaître
► L'adresse IP de votre firewall (si le produit est encore en configuration usine, l'adresse IP
est : 10.0.0.254).
Utilité de la section
Nous vous conseillons de prendre le temps de lire soigneusement ce manuel avant l'installation. Il
vous aidera à vous familiariser rapidement avec l’appliance et les outils afférents. Cette première
lecture vous familiarisera déjà avec l’IPS-Firewall NETASQ.
Un firewall est une pièce maîtresse dans votre réseau, ne le négligez pas : installez-le au mieux,
dans les meilleures conditions.
Cette section vous permet de réaliser l'installation du boîtier et sa pré-configuration afin de l'intégrer
dans l'architecture réseau désirée.
© Copyright NETASQ 2006
34
Préparation à l’installation physique du boitier
Précautions d’installation
Local d’installation
Le boîtier doit être installé dans un local fermé, ou à défaut une armoire verrouillée avec une
protection physique d’accès. Tout accès non autorisé au boîtier risque de compromettre la sécurité
de votre installation.
Recommandations d’installation
Les équipements lourds doivent être placés le plus bas possible dans le rack ou l’armoire et les
équipements plus légers au dessus.
Assurez-vous que l’alimentation électrique est correctement reliée à une masse, correctement
dimensionnée pour supporter l’alimentation du boîtier NETASQ et qu’elle est de préférence
secourue par un onduleur.
N’installez pas le boîtier NETASQ dans un environnement dont la température ambiante dépasse
les 35°C.
Assurez-vous que l’aération autour du produit peut être correctement réalisée et qu’aucun élément
ne gêne la circulation d’air au travers des trous d’aération du produit.
Garantie
N’ouvrez jamais le boîtier. L’ouverture non autorisée du boîtier entraîne l’annulation de la garantie.
Préparation avant l’installation
Préparation des câbles réseau
Vous devez utiliser un câble réseau par interface de l’IPS-Firewall connectée à votre infrastructure.
Type de câble réseau en fonction du port réseau
Type de port Ethernet
Type de câble
Connectique
Port 10/100M Ethernet
RJ45
Pour un fonctionnement en
10Mbits/s : paire torsadée catégorie3,
4 ou 5.
Pour un fonctionnement en
100Mbits/s : paire torsadée catégorie
5
RJ45
Port 1000BT Gigabit
Ethernet
(câble cuivre)
Pour un fonctionnement en
100Mbits/s ou 1000Mbits/s :
Paire torsadée catégorie 5 ou plus.
RJ45
Port 1000FX Gigabit
Ethernet
(câble fibre)
Câble fibre optique
LC
© Copyright NETASQ 2006
35
Type de câble réseau en fonction de l’équipement connecté
Equipement
connecté à l’IPSFirewall
Type de câble
Hub
Câble droit
Switch
Câble droit
Modem
Câble droit ou croisé. Consultez la documentation du modem
pour connaître le type de câble à utiliser. Vous pouvez aussi
connecter l’IPS-Firewall et le modem (selon le type de modem)
via la liaison série en utilisant un câble série droit.
Routeur
Câble croisé ou droit, si le routeur intégre un hub.
Autre firewall
Câble croisé
PC
Câble croisé
Un câble croisé est livré avec l’IPS-Firewall NETASQ.
Préparation de l’armoire ou du rack
Vous devez prévoir un espace minimum dans votre armoire ou votre rack pour l’installation du
boîtier NETASQ. En fonction du produit l’espace minimum nécessaire en hauteur est différent :
► F25 : 1U
► F50 : 1U
► F200 : 1U
► F500 : 1U
► F1000 : 2U
► F2000 : 4U
► F5000 : 4U
Veuillez prévoir un espace vertical minimum entre chaque élément de l’armoire ou
du rack pour la circulation d’air.
Préparation de l’accès Internet
Avant l’installation de l’IPS-Firewall NETASQ, assurez-vous que les équipements d’accès à Internet
(si l’IPS-Firewall doit être connecté avec le réseau Internet) ont été convenablement installés et
configurés.
© Copyright NETASQ 2006
36
Mise en rack
Tous les produits NETASQ peuvent être installés dans des armoires, baies ou rack 19 pouces. Les
produits F1000, F2000 et F5000 intègrent des oreilles permettant l’installation directe du produit.
Les produits F200 et F500 sont livrés avec un système de fixation qui doit être ajouté au produit
pour pouvoir installer celui-ci. Le système de fixation est disponible uniquement sur commande pour
le F25 ou le F50.
Installation d’un F25 ou F50
Vue de dessus
Vue de face
1. Barres latérales de la baie
2. Plateau de support
3. Vis et écrous-cage
4. Produit
Un système de mise en baie peut être livré pour le F50 sur commande :
1. Installation du plateau sur la baie. Vissez le plateau de support sur les bords latéraux de
la baie au moyen d’écrous-cage.
2. Une fois le plateau installé, vous pouvez déposer (aucune fixation n’est nécessaire) un
ou deux produits sur le plateau de support.
Attention : prévoyez un espace d’1U au dessus du produit pour une bonne
circulation des flux d’aération.
© Copyright NETASQ 2006
37
Installation d’un F200 ou d’un F500
F200 : Vue de dessus
1. Equerres
2. Face Avant
3. Face Arrière
4. Vis et écrous-cage
5. Barres de maintien
6. Barres latérales de la baie
Les F200 et F500 sont livrés avec un système d’équerres à fixer sur l’avant du boîtier et des barres
de maintien latérales.
1. Mise en place des équerres de maintien. Vissez les équerres sur le boîtier. Les oreilles
doivent être placées au niveau de la face avant du produit.
2. Mise en place des barres de maintien. Le positionnement des barres de maintien dépend
de la taille de la baie.
3. Installation du boîtier dans la baie. Vissez les équerres et les barres de maintien sur les
bords latéraux de la baie.
Installation d’un F1000, F2000 ou F5000
F1000 : Vue du dessus
© Copyright NETASQ 2006
38
1. Barres latérales de la baie
2. Face Avant
3. Face Arrière
4. Vis et écrous-cage
Le F1000, le F2000 et le F5000 disposent d’oreilles de fixation directement intégrées au chassis.
1. Installation du boîtier dans la baie. Vissez les oreilles de fixation du chassis sur les bords
latéraux de la baie.
Les poignées métalliques présentes sur la face avant du produit ne doivent pas être
utilisées pour porter celui-ci mais uniquement pour placer ou sortir l’appliance dans la baie.
© Copyright NETASQ 2006
39
Branchements
Emplacement
Le Firewall NETASQ est prévu pour fonctionner en permanence, dans un bureau ou un local. Si
vous ne possédez pas de baie de brassage, choisissez une surface plane et dégagée, évitez les
endroits exposés à la chaleur (rayons du soleil par exemple), à l'humidité ou à la poussière.
Vous devez toujours veiller à protéger l'accès physique au boîtier (local ou armoire
fermé à clé).
Raccordement de la prise secteur
Les IPS-Firewalls NETASQ peuvent fonctionner sur du 220V ou du 110V. Sur les modèles
présentant un switch 110V/220V situé juste à côté de la prise femelle du Firewall, l’adaptation est
manuelle (il faut placer le switch sur la valeur correspondant à votre installation électrique). Par
défaut, ces boîtiers fonctionnent en 220V. Pour les autres modèles, l’adaptation se fait de manière
automatique.
Insérez la prise femelle du cordon secteur fourni dans l'embase secteur mâle située sur la face
arrière du boîtier NETASQ. Puis, enfichez la partie mâle du cordon secteur fourni dans une prise
secteur adéquate.
Le Firewall démarre dès qu’il est relié au réseau électrique.
Une alimentation redondante est présente sur les IPS-Firewalls F1000, F2000 et F5000. Nous vous
conseillons de raccorder chacune des alimentations sur une prise secteur différente pour vous
prémunir de tous incidents électriques. De plus veillez à raccorder ces alimentations sur des
onduleurs (« on line » de préférence).
Il est préférable d’utiliser une alimentation secourue par un onduleur.
Raccordement au réseau
Reliez les différentes interfaces du Firewall aux éléments d'interconnexion réseau avec un câble
RJ45. Les interfaces portent des numéros (voir au dos du produit) :
► L’interface identifiée « 1 » sur l’IPS-Firewall correspond à l’interface EXTERNE de l’IPSFirewall (appelée OUT par défaut),
► L’interface identifiée « 2 » sur l’IPS-Firewall correspond à l’interface INTERNE de l’IPSFirewall (appelée IN par défaut),
► Les interfaces indentifiées « 3, 4, 5, … » sur l’IPS-Firewall correspondent aux interfaces
DMZ de l’IPS-Firewall (à l’instar de l’interface INTERNE, ces interfaces hébergent des
réseaux internes).
Utilisation de câble droit
© Copyright NETASQ 2006
40
Un câble droit doit être utilisé entre un IPS-Firewall et un hub, un switch ou certains modems (selon
le type de modem un câble droit ou croisé est nécessaire).
Utilisation de câble croisé (câble fourni avec le produit)
Un câble croisé doit être utilisé pour connecter l’IPS-Firewall à un élément actif de réseau (routeur,
firewall, votre machine,certains modems...).
Attention, certains routeurs intègrent un hub, il faut donc dans ce cas utiliser un
câble droit.
© Copyright NETASQ 2006
41
Pré-configuration
A la réception de votre IPS-Firewall NETASQ, celui-ci fonctionne en mode transparent et possède
l'adresse IP 10.0.0.254 et le masque de sous réseau 255.0.0.0.
Ces paramètres ne correspondent pas à votre réseau, ils sont cependant nécessaires à la phase de
pré-configuration.
Si vous ne savez pas ce que signifient ces paramètres, nous vous conseillons fortement de
consulter un ouvrage sur TCP-IP car sans ce minimum de connaissances, la configuration de votre
Firewall NETASQ sera difficile.
Voici les intervalles définis par les différentes classes d'adresses IP :
Classe
Plage d'adresses IP
A
0.0.0.0 à 127.255.255.255
B
128.0.0.0 à 191.255.255.255
C
192.0.0.0 à 223.255.255.255
D
224.0.0.0 à 239.255.255.255
E
240.0.0.0 à 247.255.255.255
Certaines parties de ces plages d'adresses sont réservées pour des réseaux privés :
Classe
Plage d'adresses IP réservées
A
10.0.0.0 à 10.255.255.255
B
172.16.0.0 à 172.31.255.255
C
192.168.0.0 à 192.168.255.255
Pré-configuration d'un poste Windows
La pré-configuration depuis un poste Windows est la méthode que nous vous conseillons. Nous
allons utiliser un poste Windows. Ce poste peut être soit directement relié à l'interface interne de
l’IPS-Firewall, soit connecté au réseau local, lui-même relié à l'interface interne de l’IPS-Firewall.
Pour une connexion directe du poste sur l’IPS-Firewall, utilisez le câble croisé, livré avec le produit.
L'interface INTERNE de l’IPS-Firewall est appelée, sur le boîtier (face arrière), IN ou 2.
Pour vous connecter L’IPS-Firewall, vous devez utiliser un poste ayant une adresse IP dans le
même sous-réseau que le IPS-Firewall, nous vous proposons d’utiliser l’adresse 10.0.0.250 et le
masque réseau 255.0.0.0.
© Copyright NETASQ 2006
42
Pour configuer votre poste Windows veuillez suivre la procédure suivante :
1. Dirigez vous dans le « Panneau de configuration » de votre poste Windows,
2. Sélectionnez le menu « Réseau »,
3. Sélectionnez le protocole TCP/IP dans la liste des éléments réseau puis « Propriétés »,
4. Indiquez les informations d’adressage nécessaire à la configuration réseau du poste :
► Adresse IP : 10.0.0.250 ou l’adresse IP que vous avez choisie pour votre poste,
► Masque de sous réseau : 255.0.0.0,
► Passerelle par défaut : indiquez l’adresse actuelle de votre IPS-Firewall
(10.0.0.254 par défaut).
Pré-configuration d’un IPS-Firewall
Vous pouvez désormais vous connecter à l’IPS-Firewall grâce à l'interface graphique de
configuration NETASQ : le Firewall Manager.
Après avoir installé ce logiciel de configuration sur le poste client, vous pouvez modifier les
paramètres des interfaces réseau de l’IPS-Firewall NETASQ pour l'adapter à vos adresses IP et
choisir le mode de fonctionnement (transparent ou normal). Configuration réseau de l’IPS-Firewall
Si vous aviez changé l'adresse IP du poste client Windows pour faire cette configuration, n'oubliez
pas de lui remettre son ancienne configuration.
© Copyright NETASQ 2006
43
Section C
Première exécution
© Copyright NETASQ 2006
44
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir pris connaissance des section suivantes
► Interface graphique,
► Le firewall NETASQ.
Pour cette section, vous devez connaître
► L'adresse IP de votre firewall (si le produit est encore en configuration usine, l'adresse IP
est : 10.0.0.254).
Utilité de la section
Les étapes décrites dans cette section vous accompagnent dans la découverte de votre IPSFirewall NETASQ. Une fois que vous aurez pris en main l’interface graphique, vous serez en
mesure de continuer la configuration de votre IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
45
Démarrage de l'interface
Le Firewall Manager, interface de configuration des IPS-Firewalls NETASQ peut être exécutée de
plusieurs façons différentes.
Raccourci du menu démarrer
Suivez la procédure suivante pour démarrer l’interface depuis le raccourci du menu démarrer :
1. Cliquez sur le bouton « Démarrer » de votre bureau Windows,
2. Recherchez le menu dans lequel vous avez placé la Suite d’Administration NETASQ lors
de l’installation (par défaut la section se nomme NETASQ),
3. Démarrez l’interface graphique NETASQ en cliquant sur le raccourci « Firewall
Manager ».
Application « Firewall.exe » depuis le répertoire d’installation
Suivez la procédure suivante pour démarrer l’interface depuis le répertoire d’installation :
1. Ouvrez votre explorateur de documents,
2. Recherchez le répertoire d’installation de la Suite d’Administration NETASQ (par défaut
C:\Program Files\NETASQ\Administration Suite X.X),
3. Lancez le programme « Firewall.exe ».
Lorsque vous démarrez l’interface de configuration NETASQ, l’écran de démarrage de l’application
vous rappelle la version du logiciel qui est installée. Puis la fenêtre principale de l'interface
graphique de configuration des IPS-Firewalls NETASQ apparaît.
A partir de cette fenêtre, vous accédez aux différentes parties de la configuration des IPS-Firewalls
NETASQ.
Tant que vous n'êtes pas connecté à un IPS-Firewall, vous ne pouvez accéder aux fonctionnalités
principales de l'interface. Les menus auxquels vous avez accès sont :
► Le menu « Fichier » vous permet dans un premier temps de vous connecter à l’IPSFirewall NETASQ. Il vous permet aussi d'accéder au sous-menu « Options » pour
configurer différents paramètres. Reportez au chapitre « ACTIONS DIVERSES » pour plus
d'informations.
© Copyright NETASQ 2006
46
► Le menu « ? » vous permet d'avoir accès aux fichiers d'aide et de connaître la version de
l'interface graphique.
© Copyright NETASQ 2006
47
Connexion à un IPS-Firewall
Une connexion d’administration à un IPS-Firewall s’effectue au moyen d’un logiciel de la suite
d’administration NETASQ : Firewall Manager pour la configuration des fonctionnalités, Firewall
Monitor pour le monitoring et Reporter pour l’aggrégation des traces et le reporting d’événements.
La configuration d’un IPS-Firewall n’est accessible qu’aux administrateurs du produit. NETASQ
définit un administrateur par un utilisateur possédant des droits d’administration. L’attribution des
droits aux utilisateurs est effectuée dans la configuration de cet utilisateur (voir la configuration des
utilisateurs).
Le compte « admin », super-administrateur
Par défaut, il n’existe qu’un seul utilisateur possédant des droits d’administration des produits
NETASQ, le compte « admin » (son login est « admin »). Cet administrateur est un « superadministrateur ». Il possède tous les droits plus un droit spécial « ADMIN » qu’il est le seul à pouvoir
posséder. Cela lui confère le droit effectuer certaines opérations comme attribuer des droits
administratifs à un utilisateur par exemple. Sa configuration est impossible.
Etant donné les droits du compte « admin », NETASQ conseille de n’utiliser ce compte qu’en test
ou dans le cas d’une maintenance. Ce compte est apparenté au compte « root » sous UNIX.
Processus de connexion
Le processus de connexion à un IPS-Firewall est défini par une procédure en trois étapes variables
suivant l’avancement de la configuration (l’étape 3 n’est spécifique qu’à la première connexion par
exemple).
Etape 1 : Envoi des informations de connexion à l’IPS-Firewall
Dans le cas de la première connexion
S’il s’agit de la première connexion à cet IPS-Firewall, les informations de connexion sont les
suivantes :
► Adresse : « 10.0.0.254 », adresse IP des IPS-Firewalls NETASQ en configuration par
défaut,
► Utilisateur : « admin », seul administrateur défini en configuration par défaut,
► Mot de passe : PAS DE MOT DE PASSE (champ vide), un mot de passe générique est
utilisé en configuration par défaut,
► Lecture seule : « Décochée », pour pouvoir effectuer les premières étapes de
configuration.
Un mécanisme d’affichage d’astuces vous permet d’obtenir des informations précises sur chacun
des champs survolés par votre souris.
© Copyright NETASQ 2006
48
Lorsque les informations de connexion sont renseignées, cliquez sur le bouton « Se connecter »
pour envoyer les informations de connexion à l’IPS-Firewall. Puis passez à l’étape suivante.
Dans le cas d’une autre connexion
La connexion auprès d’un IPS-Firewall demande les informations de connexion suivantes :
► Adresse : Adresse IP ou nom de machine de l’IPS-Firewall NETASQ sur le réseau
interne,
► Utilisateur : nom d’utilisateur pour la configuration,
► Mot de passe : mot de passe pour l’utilisateur,
► Lecture seule : connexion à l’IPS-Firewall en mode lecture uniquement.
Si vous indiquez un nom de machine dans le champ « Adresse », ce nom doit être ajouté dans vos
tables DNS ou dans le fichier « c:\winnt\system32drivers\etc\hosts » de la machine d'administration.
Un mécanisme d’affichage d’astuces vous permet d’obtenir des informations précises sur chacun
des champs survolés par votre souris.
Attention, le Firewall NETASQ fait la différence entre les majuscules et les
minuscules, aussi bien pour le nom d'utilisateur que pour le mot de passe.
Lorsque les informations de connexion sont renseignées, cliquez sur le bouton « Se connecter »
pour envoyer les informations de connexion à l’IPS-Firewall. Puis passez à l’étape suivante.
Etape 2 : Validation du numéro de série de l’IPS-Firewall contacté
(étape réalisée uniquement lors de la première connexion à l’IPS-Firewall avec une station
d’administration donnée)
Lors de la première connexion à l’IPS-Firewall avec une station d’administration donnée et que le
numéro de série de l’IPS-Firewall contacté n’est pas renseigné dans le carnet d’adresses (voir
configuration du carnet d’adresses) le Firewall Manager demande avant toute chose de valider le
numéro de série de l’IPS-Firewall contacté.
La fenêtre apparue indique le numéro de série que l’IPS-Firewall (auprès duquel l’administrateur
effectue une tentative de connexion) a renvoyé. Si le numéro de série ainsi affiché est identique à
celui inscrit sur l’étiquette accolée sur le boîtier de l’IPS-Firewall, confirmez la connexion sur cet
hôte en cliquant sur le bouton « Oui ». Puis passez à l’étape suivante. Sinon la connexion est
interrompue.
Utilité de l’étape de connexion
Les sessions d’administration véhiculent des informations sensibles (mots de passe
d’administration par exemple). Le détournement d’une telle session peut s’avérer désastreux pour
la sécurité. En effet si un pirate s’empare d’un mot de passe administrateur, il peut modiier à sa
guise la politique de sécurité de l’appliance.
Chaque IPS-Firewall NETASQ est identifié par un certificat. Ainsi la validation du numéro de série
de l’IPS-Firewall contacté permet d’éviter des attaques de type man in the middle.
© Copyright NETASQ 2006
49
Dans ce type d’attaque, le pirate s’insère entre la station d’administration et l’appliance. Il peut ainsi
intercepter l’échange entre l’IPS-Firewall et l’administrateur. Bien que cette attaque soit très difficile
à mettre en place, elle reste une menace identifiée, il est prudent de s’en prévenir.
Etape 3 : Enregistrement du mot de passe du compte « admin »
(étape réalisée uniquement lors de la première connexion à l’IPS-Firewall)
S’il s’agit de la première connexion à l’IPS-Firewall, le logiciel d’administration (Firewall Manager,
Monitor ou Reporter) demande de définir un mot de passe indispensable pour le compte « admin ».
Spécifiez le mot de passe qui sera associé au compte « admin ». Cliquez sur Ok pour terminer le
processus de connexion.
Notez que si ce message n’apparaît pas à votre première connexion, cela signifie
que quelqu’un d’autre s’est connecté à votre produit avant vous. Contactez donc
immédiatement votre partenaire.
Utilité de l’étape de connexion
Cette étape de connexion est un mécanisme de sécurité simple mis en place par NETASQ pour
assurer l’intégrité de l’IPS-Firewall jusqu’à sa livraison. En effet :
► Cette étape est indispensable lors de la première connexion. Ainsi s’il s’agit de la
première connexion et que cette étape n’apparaît pas cela signifie qu’une personne tierce a
eu accès à l’appliance avant et que des modifications ont été effectuées.
► L’enregistrement du mot de passe du compte « admin », par le détenteur réel du compte
« admin » permet de garantir l’entière confidentialité d’un mot de passe particulièrement
sensible.
► La connexion à l’IPS-Firewall grâce à la console d’administration de l’appliance est
impossible avant qu’un mot de passe de connexion valide soit défini. Avant la première
connexion, le mot de passe de connexion « admin » ne peut être défini que par
l’intermédiaire de l’interface graphique.
Restrictions d’administration
Droits d’administration
Chaque commande d’administration disponible sur un IPS-Firewall est associée à un droit de
consultation / modification. Ceci se traduit par l’accès ou non à certains menus d’administration
dans les logiciels d’administration de la suite NETASQ. Lorsqu’un administrateur est accrédité d’un
droit donné, il est habilité à effectuer toutes les commandes associées à ce droit. La liste des droits
disponibles sur les IPS-Firewalls est indiqué dans le Chapitre III Section B, la configuration des
objets.
© Copyright NETASQ 2006
50
Multi-utilisation
Vous pouvez avoir un nombre illimité de sessions ouvertes simultanément avec des utilisateurs
identiques ou différents. La seule contrainte est qu'à un moment donné vous ne pouvez avoir
qu'une unique session avec les privilèges de modification « généraux » (pour éviter les conflits de
modification). Ceci n'empêche pas d'autres utilisateurs de consulter la configuration, les utilisateurs
possédant le droit MODIFY perdront temporairement ce droit si un utilisateur avec le droit MODIFY
est déjà connecté.
Lorsqu’un administrateur est déjà connecté avec les privilèges de modification, un message vous
indique que les privilèges de modification ont déjà été attribués et que vous pouvez choisir de
récupérer ces droits ou de continuer la connexion sans droits de modification :
Confirmation
Vous avez perdu les privilèges de modification. Un utilisateur possédant ces privilèges est
peut être déjà connecté. Voulez-vous récupérer les privilèges de modification (l’utilisateur
connecté avec les droits de modification sera alors déconnecté) ?
La procédure permettant d’identifier l’utilisateur connecté avec les droits de modification est
indiquée dans la section relative au Moniteur temps réel NETASQ.
Le carnet d’adresses
Le carnet d’adresses des logiciels NETASQ est un outil central dans la gestion des accès aux
menus d’administration. En effet il peut contenir l’ensemble des informations de connexion
nécessaires pour une connexion à une liste d’IPS-Firewalls, ainsi l’accès de l’administrateur est
simplifié car il ne lui ai plus indispensable de retenir les mots de passe que cela implique.
Pour des raisons de sécurité, le carnet d’adresses est spécifique à chaque machine
d’administration (chaque installation de la suite d’administration possède son propre carnet
d’adresses) mais commun aux trois applications qu’elle comprend (Firewall Manager, Monitor,
Reporter). De plus il peut être chiffré.
Configuration du carnet d’adresses
Il existe deux façons d’accéder à la configuration du carnet d’adresses :
► Sur la page principale : cliquez sur le bouton « Nouveau carnet d’adresses » (lorsque
celui-ci n’existe pas encore),
► Dans le menu Fichier>Carnet d’adresses.
Dans ce carnet d’adresses, il est possible de définir les IPS-Firewalls auxquels vous désirez vous
connecter. Indiquez pour chaque IPS-Firewalls, un nom (ce champ est arbitraire et peut ne pas
correspondre au nom de l’IPS-Firewall), une adresse IP, un mot de passe et un numéro de série.
© Copyright NETASQ 2006
51
Lorsque vous définissez un numéro de série pour un IPS-Firewall, ce numéro de
série est ajouté à la liste des numéros de série connus la première fois que vous vous
connectez à cet IPS-Firewall en utilisant le carnet d’adresses et cela sans qu’aucun message
de confirmation n’apparaisse (étape 2 du processus de connexion).
Montrer les mots de passe
L’option « Montrer les mots de passe » permet d’afficher les mots de passe qui sont par défaut
cachés dans le carnet d’adresses.
Importer et exporter
L’ensemble des informations présentées dans le carnet d’adresses peuvent être exportées pour
servir par exemple à compléter un autre carnent d’adresses. Cliquez sur le bouton Exporter pour
exporter les données et inversement cliquez sur Importer pour importer des données.
Le fichier d’importation des données doit respecter le formatage suivant :
[BOOK]
Copyright=# Firewall Address Book (c)2001 NETASQ
AddressNumber=1
[1]
Name=Firewall_Central
Comment=Siège Social
Type=Firewall
Address=192.168.0.1
User=admin
Password=adminadmin
Serial=F5000C163320400901
Où
► Copyright : Obligatoire, a pour valeur « # Firewall Address Book (c)2001 NETASQ
► AddressNumber : nombre d’entrées dans le carnet d’adresses,
► [x] : sépare chaque ligne, x représente le numéro de ligne dans le carnet,
► Name : nom donné à l’IPS-Firewall dans la liste du carnet d’adresses,
► Comment : commentaire,
► Type : le type doit être obligatoirement « Firewall »
► Address : adresse de connexion à l’IPS-Firewall,
► User : login de l’administrateur,
► Password : mot de passe de l’administrateur,
► Serial : numéro de série de l’IPS-Firewall.
Le carnet d’adresses doit être chiffré
Pour des raisons évidentes de sécurité le carnet d’adresses peut être chiffré. Pour activer ce
chiffrement, cochez l’option « le carnet d’adresses doit être chiffré » puis définissez le mot de passe
associé. Ce mot de passe est indispensable à la lecture des informations contenues dans le carnet.
Le chiffrement du carnet est effectué au moyen de l’algorithme AES, algorithme de chiffrement
symétrique le plus performant actuellement.
Enregistrer
L’enregistrement des données ajoutées ou modifiées est indispensable avant toute fermeture du
carnet d’adresses. Sinon toutes les modifications apportées sont perdues. Pour enregistrer les
modifications du carnet d’adresses, cliquez sur le bouton « Enregistrer ».
© Copyright NETASQ 2006
52
Remarques
Les paramètres « Adresse » et « Utilisateur » saisis dans la boîte de dialogue de connexion sont
sauvegardés dans la base de registres de votre PC d'administration. Pour des raisons évidentes de
sécurité, le paramètre « Mot de passe » n'est pas sauvegardé.
Fichiers du carnet d’adresses sur la machine d’administration
Sur la machine d’administration, les fichiers du carnet d’adresses se situent dans le repertoire
d’installation de l’application. Il existe deux fichiers :
► AddrBook.dat : ce fichier contient le carnet d’adresses de la suite d’administration. S’il
est chiffré les informations qu’il contient sont illisibles,
► AddrBook.srn : ce fichier contient la liste des numéros de série autorisés. Ce fichier n’est
jamais chiffré.
© Copyright NETASQ 2006
53
Fenêtre générale et menus
Une fois connecté à l’IPS-Firewall, la fenêtre principale s'affiche. Les menus non accessibles au
compte actuellement connecté sont inactifs.
La barre de menu
La barre de menu contient les entrées « Fichiers », « Configuration globale »,« Applications »,
« Firewall »" et « ? ».
Explication des menus
► Fichiers : connexion au firewall et déconnexion, édition du carnet d'adresses de firewall,
édition de la liste de numéros de série de firewalls, sauvegardes et restaurations, options
de l'interface graphique.
► Configuration globale : lorsque l’option (Voir « Affichage de la configuration globale »)
et les droits de l’administrateur (Voir « droits d’administration ») le permet, ce menu s’affiche
et permet d’accéder à la configuration globale des IPS-Firewalls.
► Applications : liens rapides avec les applications de la suite d’administration, le monitor
et le reporter.
► Firewall : affichage des options de l’IPS-Firewall et gestion de la licence, configuration
du système (date, heure, langue ...), configuration de la haute disponibilité, arrêt et
redémarrage à distance du boîtier.
► ? : accès aux fichiers d'aide, affichage de la boîte "A propos" indiquant le numéro de
version de l'interface graphique, accès au formulaire d'enregistrement de produit.
L’arborescence
© Copyright NETASQ 2006
54
L’arborescence contient tous les menus de configuration des fonctionnalités des IPS-Firewalls.
Lorsque le menu est grisé, la licence ou les droits de l’utilisateur ne permettent pas l’accès et/ou
l’affichage de ce menu.
L'écran central
L’écran central est divisé en quatre sections distinctes :
► Informations
► Nom donné à l’IPS-Firewall,
► Modèle de boîtier,
► Version logicielle de l’IPS-Firewall (sur la partition principale) et numéro de série
de l’IPS-Firewall,
► Version logicielle de la partition de Backup,
► Informations réseau
► Slots actifs à la connexion (filtrage, translation, VPN, etc),
► Des informations concernant la Haute Disponibilité.
► Statut
► Le compte utilisé pour la connexion,
► La durée écoulée depuis la connexion à l’IPS-Firewall,
► La durée écoulée depuis le démarrage de l’IPS-Firewall,
► Les droits accordés au compte utilisé pour la connexion.
► Licences
► La date d’expiration de l’option Mise à jour,
► La date d’expiration de la garantie,
► La date d’expiration de l’option « Signatures contextuelles »,
► La date d’expiration de l’option de filtrage de contenu.
Avant toute action ultérieure, vérifiez que la version logicielle de l’IPS-Firewall
indiquée dans l’écran correspond bien à la version attendue. Il existe une seconde
possibilité de vérifier la version du produit. Reportez vous Annexe H
La barre d'état
Dans le bas de la fenêtre principale se trouve la barre d'état composée de trois parties :
Voyant d'état
vous êtes actuellement connecté au Firewall NETASQ
vous êtes déconnecté du Firewall NETASQ
[email protected]
nom de l'utilisateur connecté et l’adresse IP du firewall.
Zone de texte
Affiche le descriptif de l'action associée à une icône, le résultat
d'une action ou le descriptif d'une erreur survenue
© Copyright NETASQ 2006
55
Fermer la session
Pour vous déconnecter d’un IPS-Firewall, suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez le sous menu « Se Déconnecter » du menu « Fichier » dans les menus de
l’interface de configuration ou cliquez le bouton
l’arborescence,
situé sous
2. L’interface revient à l’écran principal.
Suivant les options définies par l’utilisateur (voir chapitre X), la déconnexion demande ou non une
confirmation. L'annulation provoque le retour à l'écran principal, sans conséquence pour la suite de
l'exécution du programme.
La déconnexion vous fait revenir à l'écran principal, mais le voyant d'état (en bas à gauche) est
devenu :
.
© Copyright NETASQ 2006
56
Section D
Intégration
© Copyright NETASQ 2006
57
Intégration
Les firewalls NETASQ se caractérisent par une grande facilité d'intégration. Les quelques exemples
d'architectures suivants le montrent.
Installation du firewall au sein d'une architecture déjà déployée
Le réseau que vous devez protéger par un firewall NETASQ est déjà connecté à Internet via un
routeur dont vous n'assurez pas l'administration. Toutes les adresses IP du réseau interne ont déjà
été configurées.
Solution NETASQ : insérez le firewall NETASQ entre le routeur et le LAN, en mode transparent
(même adresse IP sur toutes les interfaces). Ainsi vous n'aurez à modifier ni l'adresse interne du
routeur, ni les adresses IP de vos postes internes.
Installation du firewall au sein d'une architecture reposant sur une segmentation VLAN
Vous pouvez placer le firewall NETASQ en terminaison de VLANs ethernet. Le firewall pourra
assurer le filtrage et le routage entre VLANs.
Installation du firewall derrière un modem
Vous installez un firewall NETASQ derrière un accès Internet modem (ADSL, RNIS, RTC ou
modem câble) sans posséder de routeur.
Solution NETASQ : le firewall NETASQ peut gérer les connexions avec les modems de type ADSL
(PPTP et PPPoE), RNIS, RTC et modem câble. Il n'est donc plus nécessaire d'avoir un routeur, le
firewall peut sans problème le supplanter.
Migration d'un serveur du LAN vers la DMZ
Vous désirez mettre à disposition, sur Internet, un serveur qui n'était utilisé auparavant qu'à usage
interne. Ce serveur était initialement placé dans votre réseau interne et vous souhaitez le déplacer
dans la DMZ afin de l'isoler. Ce serveur possède une adresse IP privée appartenant à la classe
d'adresses du réseau interne et il est difficile de changer cette adresse car les applications des
postes internes sont configurées pour accéder au serveur par cette adresse.
Solution NETASQ : le firewall peut être configuré en mode hybride. Les interfaces du réseau
interne et de la DMZ auront la même adresse IP, donc les machines reliées à ces deux interfaces
seront considérées comme faisant partie du même réseau. Mais les flux entre le réseau interne et
la DMZ seront filtrés. Vous pouvez alors déplacer le serveur vers la DMZ sans modifier son adresse
IP.
Remarque : L'interface externe du firewall pourra avoir une adresse IP appartenant à un plan
d'adressage différent (public ou privé).
© Copyright NETASQ 2006
58
Chapitre III
Configuration Réseau, Objets et ASQ
© Copyright NETASQ 2006
59
Section A
Configuration réseau
© Copyright NETASQ 2006
60
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-configuration, intégration.
Pour cette section, vous devez connaître
► Les paramètres IP à affecter au Firewall NETASQ pour chaque interface en cas de
configuration avancée,
► L'adresse IP à affecter au Firewall NETASQ pour sa connexion au réseau en cas de
configuration en mode transparent,
► L'adresse IP du routeur par défaut à utiliser,
► Les routes statiques en cas de fonctionnement routeur,
► Les paramètres de connexion, donnés par votre fournisseur d'accès, dans le cas d'un
accès modem (RTC, RNIS, ADSL, modem câble).
Utilité de la section
Cette section vous permet de reconfigurer à distance les paramètres associés aux cartes réseau du
NETASQ Firewall, ainsi que l'adresse IP du routeur par défaut.
Le Firewall peut fonctionner suivant deux modes :
► Mode bridge : il s'insère dans un réseau et possède une adresse située sur ce réseau.
Avec ce mode vous n'avez pas besoin de modifier la topologie de votre réseau (passerelle
par défaut, routes statiques,...). Le firewall fonctionne alors comme une passerelle,
►Mode avancé : vous séparez votre réseau en deux ou trois ou plus (selon le nombre
d’interfaces que vous possédez) et affectez des adresses réseau différentes à chacune de
ces parties. Cela vous permet de distinguer clairement les différentes parties de votre
réseau au niveau adressage.
Accéder à cette section
Accédez à la configuration réseau par le « Réseaux » de l’arborescence.
Vous devez être connecté avec le droit « réseau » et les privilèges de modifications pour pouvoir
effectuer des modifications sur la configuration des interfaces et le droit « routage » et les privilèges
de modification pour pouvoir effectuer des modifications sur la configuration du routage.
Avant d'effectuer toute modification importante sur votre IPS-Firewall NETASQ, nous vous
conseillons d'effectuer une sauvegarde (Voir « Sauvegarde »). Ainsi, en cas de mauvaise
manipulation vous pourrez vous retrouver dans l'état précédent.
© Copyright NETASQ 2006
61
Présentation
Les menus de configuration réseau permettent de configurer l'ensemble des paramètres réseau de
l’IPS-Firewall, c'est-à-dire:
► le mode de fonctionnement des interfaces (bridge ou avancé),
► la ou les adresses IP du firewall ainsi que le réseau sur lequel il est connecté,
► les connexions distantes sur le port série (modem),
► le routage que l’IPS-Firewall effectue.
Vous avez la possibilité de définir des interfaces virtuelles qui peuvent appartenir à des VLANs de
votre réseau. Ainsi le firewall NETASQ peut gérer les VLANs de votre architecture. Voir la
configuration des VLANs
Vous pouvez aussi effectuer du routage par interface : en fonction de l'interface sur laquelle est
reçu un paquet par le firewall, ce paquet est renvoyé vers une passerelle différente.
Une fois l'ensemble de ces paramètres entré, il suffit d'envoyer la configuration au firewall par le
bouton « Envoyer ».
La modification de certains de ces paramètres nécessite le redémarrage de l’IPSFirewall. Toutefois lorsqu’il n’est pas nécessaire, il est quand même recommandé. Dans ce
cas, un message vous préviendra avant l'envoi à l’IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
62
Choix du mode d'utilisation
Vous pouvez configurer le fonctionnement entre interfaces de l’IPS-Firewall suivant trois modes
différents :
► mode avancé,
► mode transparent,
► mode hybride.
Mode Avancé
Avec ce mode de configuration, le firewall fonctionne comme un routeur entre ses différentes
interfaces.
Cela implique certains changements d'adresses IP sur les routeurs ou serveurs lorsque vous les
déplacez dans un réseau différent (derrière une interface du firewall différente).
Les avantages de ce mode sont :
► la possibilité de faire de la translation d'adresses d'une classe d'adresses vers une autre,
► seul le trafic passant d'une interface à l'autre traverse le Firewall (réseau interne vers
Internet par exemple). Cela allège considérablement le Firewall et fournit de meilleurs
temps de réponse,
► meilleure distinction des éléments appartenant à chaque zone (interne, externe et DMZ).
La distinction se fait par les adresses IP qui sont différentes pour chaque zone. Cela permet
d'avoir une vision plus claire des séparations et de la configuration à appliquer pour ces
éléments. De plus, vous pouvez appliquer des règles globales sur une zone avec les objets
« Réseau ».
Mode Bridge ou mode transparent
Le mode transparent, aussi appelé "bridge" en anglais, permet de conserver le même adressage
entre les interfaces.
Il simule un pont filtrant, c'est-à-dire qu'il est traversé par l'ensemble du trafic du réseau.
Cependant, vous pouvez ensuite filtrer les flux qui le traversent suivant vos besoins et donc
protéger telle ou telle partie du réseau.
Les avantages de ce mode sont multiples:
► facilité d'intégration du produit car pas de changement de la configuration des postes
client (routeur par défaut, routes statiques...) et aucun changement d'adresse IP sur votre
réseau,
► compatibilité avec IPX (réseau Novell), Netbios sous Netbeui, Appletalk,
► pas de translation d'adresses, donc gain de temps au niveau du traitement des paquets
par le Firewall.
Ce mode est donc préconisé entre la zone externe et la/les DMZ. Il permet de conserver un
adressage public sur la zone externe du firewall et les serveurs publics de la DMZ.
© Copyright NETASQ 2006
63
Mode hybride
Le mode hybride utilise les deux modes précédents de façon simultanée. Ce mode ne peut être
employé que pour les produits NETASQ possédant plus de deux interfaces réseau. Vous pouvez
définir plusieurs interfaces en mode transparent (par exemple : zone interne et DMZ ou zone
externe et DMZ) et certaines interfaces dans un plan d'adressage différent. Ainsi vous avez une
plus grande flexibilité dans l'intégration du produit.
Conclusion
Le choix d'un mode se fait uniquement au niveau de la configuration des interfaces réseau. La
configuration du Firewall est ensuite la même pour tous les modes.
Au niveau sécurité, tous les modes de fonctionnement sont identiques. On filtre les mêmes
choses et la détection d'attaques est identique.
© Copyright NETASQ 2006
64
Configuration des interfaces
La configuration des interfaces sur un IPS-Firewall est effectuée dans le sous-menu « Interfaces »
du menu « Réseau » de l’arborescence des menus du Firewall Manager.
Elles peuvent être configurées de plusieurs façons :
► en transparent (bridge), les interfaces font partie du même plan d'adressage déclaré sur
le bridge,
► en avancé, chaque interface possède une adresse IP différente et le réseau qui lui est
relié fait partie de la même classe. Cela permet de configurer des règles de translation pour
accéder à une autre zone du firewall,
► en mode hybride, certaines interfaces possèdent la même adresse IP et d'autres ont une
adresse distincte.
Paramètres du Bridge
Pour modifier les paramètres d’un bridge, cliquez sur le bridge (identifié par l’icône
) dans la
partie gauche de la fenêtre. Quatre onglets permettent la modification des paramètres du bridge.
Onglet identité
Nom
Nom associé au pont. (voir la section Remarques pour connaître
les noms interdits).
Couleur
Couleur attribuée à l'interface.
Ces couleurs seront très utiles pour vous aider lors de la mise en
place des règles de filtrage, des translations... En effet, chaque
objet créé prendra une couleur en fonction de la zone à laquelle
l'adresse IP appartient.
© Copyright NETASQ 2006
65
Description
Permet de donner un commentaire pour l'interface.
Client DNS
dynamique
Lorsque votre IPS-Firewall ne possède d’adresse IP statique (son
adresse IP est renouvelée régulièrement par votre fournisseur
d’accès, DHCP, etc). Il est possible d’associer via un fournisseur
de services DNS (dyndns.org par exemple) l’adresse IP allouée et
un nom de domaine (qui lui est fixe) afin de pouvoir contacter cet
IPS-Firewall sans pour autant connaître son adresse IP.
Cette option vous permet d’activer cette fonctionnalité en
sélectionnant un compte DNS dynamique vous avez
préalablement configuré. La configuration des clients DNS
dynamique est expliquée dans la suite du document (Voir
« Configuration des clients DNS dynamique »).
Onglet Paramètres
MTU
Longueur maximale des paquets émis sur le support physique
(Ethernet).
DHCP
Ce champ permet de spécifier au firewall que la configuration du
bridge (adresse IP et masque) est définie par DHCP. Dans ce
cas, l’onglet Adresse devient DHCP.
Adresse
Adresse IP affectée au bridge. (Toutes les interfaces contenues
dans le bridge possèdent la même adresse IP).
Masque réseau
Masque de réseau du sous-réseau auquel appartient le bridge.
Les différentes interfaces faisant partie du bridge ont la même
adresse IP donc tous les réseaux connectés au firewall font partie
du même plan d'adressage. Le masque de réseau donne au
firewall les informations sur le réseau dont il fait partie.
Description
Permet de spécifier un commentaire pour l’adressage du bridge
Onglet Adresse
Dans cet onglet, plusieurs adresses IP et masques associés peuvent être définis pour le même
bridge (besoin de création d’alias par exemple). Ces alias peuvent vous permettre d’utiliser l’IPSfirewall NETASQ comme un point de routage central. De ce fait, un bridge peut être connecté à
différents sous-réseaux ayant un adressage différent. Pour les ajouter ou les retirer, il suffit d’utiliser
les boutons d’action (« Ajouter » et « Supprimer ») sous les champs Adresse IP et masque réseau.
Onglet Adresse MAC
Cette option n’est pas accessible pour les IPS-Firewalls en haute disponibilité.
Cet écran vous permet de spécifier une adresse MAC pour une interface plutôt que d’utiliser
l’adresse allouée par l’IPS-Firewall. Cela vous permet de faciliter d’autant plus l’intégration en mode
transparent de votre IPS-firewall NETASQ dans votre réseau (en spécifiant l’adresse MAC de votre
routeur plutôt que d’avoir à reconfigurer tous les postes utilisant cette adresse MAC).
Adresse MAC
Adresse MAC affectée au bridge. (Toutes les interfaces
contenues dans le bridge possèdent alors la même adresse
MAC).
© Copyright NETASQ 2006
66
Réinitialiser
Remise à zéro du champ Adresse MAC
Paramètres des interfaces du bridge
Vous pouvez modifier les paramètres de chaque interface appartenant au bridge. Pour cela,
sélectionnez une interface située sous un bridge dans la partie gauche de la fenêtre. Trois onglets
s'affichent alors :
Onglet identité
Nom
Nom associé à l’interface du pont. (voir la section Remarques
pour connaître les noms interdits).
Couleur
Couleur attribuée à l'interface. Ces couleurs seront très utiles
pour vous aider lors de la mise en place des règles de filtrage,
des translations... En effet, chaque objet créé prendra une
couleur en fonction de la zone à laquelle l'adresse IP appartient.
Description
Permet de donner un commentaire pour l'interface.
Onglet Paramètres
Activé
En cochant/décochant cette option on active/désactive l’interface.
En désactivant une interface, on la rend inutilisable. En terme
d’utilisation cela peut correspondre à une interface que l’on a
prévu de déployer dans un futur proche ou éloigné mais qui n’est
pas en activité. Une interface désactivée car non utilisée est une
mesure de sécurité supplémentaire contre les intrusions.
MTU
Longueur maximale des paquets émis sur le support physique
(Ethernet). Ce choix n’est pas disponible pour une interface
contenue dans un bridge.
DHCP
L'adresse IP de l'interface est fournie par un serveur DHCP (utile
© Copyright NETASQ 2006
67
pour les connexions Internet via le câble). (cf configuration de
l'interface par DHCP). Ce choix n’est pas disponible pour une
interface contenue dans un bridge.
Externe
Cochez cette option pour indiquer que cette partie du réseau est
reliée à Internet. Dans la majorité des cas, l'interface externe,
reliée à Internet, doit être en mode externe. Le caractère protégé
de l’interface (matérialisé par un bouclier) disparaît lorsque cette
option est cochée
Privée
Cette option permet d’indiquer le caractère privé de l’interface.
Les adresses des interfaces « privées » ne sont pas utilisables en
tant que destination pour les paquets en provenance des
interfaces non protégées, hormis si ceux-ci viennent d'être
translatés.
On notera que « privée » implique forcement d'être sur une
interface protégée. Les options Externe et Privée sont donc
incompatibles.
Média
Vitesse de liaison du réseau. Par défaut le Firewall le détecte
automatiquement mais vous pouvez forcer l'utilisation d'un mode
particulier.
Si l’IPS-Firewall est directement connecté à un
modem ADSL, NETASQ vous recommande de forcer le média
que vous voulez utiliser sur l’interface en question.
Type
Cette option permet de définir quel type de machines est hébergé
sur cette interface. Machine = machines de type hôte
(utilisateurs), Serveur = machines de type serveur et inconnu =
type de machine non défini. Ainsi, dans les traces, vous verrez
quels types de flux (machine à machine, machine à serveurs …)
transitent par le firewall.
Débit Informatif
En spécifiant le type de liaison Internet, il est possible de définir
un débit maximal. Cette information n’est cependant pas utilisée
pour réguler le trafic, elle définit l’échelle des graphiques du
moniteur.
Passerelle
Permet de laisser passer les paquets IPX (réseau Novell),
Netbios (sur NETBEUI), paquets AppleTalk (pour les machines
Macintosh), PPPoE ou Ipv6 entre les interfaces du pont. Aucune
analyse ou aucun filtrage de niveau supérieur n’est réalisé sur
ces protocoles (le firewall bloque ou laisse passer).
Routage
Comme son nom l’indique l’option « Préserver le routage initial »
permet de préserver le routage initial des machines connectées
sur cette interface. Ainsi vous pouvez spécifier une passerelle par
défaut pour certaines machines tout en spécifiant sur le firewall
une passerelle pour celles qui n’en ont pas. Cette option facilite
l’intégration du firewall dans une architecture composée de
nombreuses passerelles différentes.
Onglet Routage
Le champ « passerelle » sert au routage par interface.
L’option « Garder les VLANs » permet la transmission des trames
taggées sans que le firewall soit terminaison du VLAN. Le tag
VLAN de ces trames sont conservées ainsi le IPS-Firewall peut
© Copyright NETASQ 2006
68
être placé sur le chemin d’un VLAN sans pour autant que ce
VLAN soit coupé par l’IPS-Firewall. L’IPS-Firewall agit de manière
complètement transparente pour ce VLAN.
Passerelle locale
Attention cette option n’est plus disponible dans la
configuration réseau (Voir « Bypass ASQ »).
Interface en mode avancé
Pour configurer une interface dans un réseau ne faisant pas partie d'un bridge, il suffit de la sortir de
l'arborescence du bridge avec la souris ou en cliquant sur le bouton droit une fois l'interface
sélectionnée (retirer du bridge). Vous pouvez ensuite configurer les paramètres de l'interface.
Onglet Identité
Nom
Nom que vous affectez à l'interface.(voir la section Remarques
pour connaître les noms interdits).
Couleur
Couleur attribuée à l'interface. Ces couleurs seront très utiles
pour vous aider lors de la mise en place des règles de filtrage,
des translations... En effet, chaque objet créé prendra une
couleur en fonction de la zone à laquelle l'adresse IP appartient.
Description
Commentaire associé à l'interface.
Client DNS
dynamique
Lorsque votre IPS-Firewall ne possède pas d’adresse IP statique
(son adresse IP est renouvelée régulièrement par votre
fournisseur d’accès, DHCP, etc). Il est possible d’associer via un
fournisseur de services DNS (dyndns.org par exemple) l’adresse
IP allouée et un nom de domaine (qui lui est fixe) afin de pouvoir
contacter cet IPS-Firewall sans pour autant connaître son
adresse IP.
Cette option vous permet d’activer cette fonctionnalité en
sélectionnant un compte DNS dynamique vous avez
© Copyright NETASQ 2006
69
préalablement configuré. La configuration des clients DNS
dynamique est expliquée dans la suite du document (Voir
« Configuration des clients DNS dynamique »).
Onglet Paramètres
Activé
En cochant/décochant cette option on active/désactive l’interface.
En désactivant une interface, on la rend inutilisable. En terme
d’utilisation cela peut correspondre à une interface que l’on a
prévu de déployer dans un futur proche ou éloigné mais qui n’est
pas en activité. Une interface désactivée car non utilisée est une
mesure de sécurité supplémentaire contre les intrusions.
MTU
Longueur maximale des paquets émis sur le support physique
(Ethernet).
DHCP
L'adresse IP de l'interface est fournie par un serveur DHCP (utile
pour les connexions Internet via le câble). (cf configuration de
l'interface par DHCP).
Externe
Cochez cette option pour indiquer que cette partie du réseau est
reliée à Internet. Dans la majorité des cas, l'interface externe,
reliée à Internet, doit être en mode externe. Le caractère protégé
de l’interface (matérialisé par un bouclier) disparaît lorsque cette
option est cochée
Privée
Cette option permet d’indiquer la caractère privée de l’interface.
Les adresses des interfaces « privée » ne sont pas utilisables en
tant que destination pour les paquets en provenance des
interfaces non protégées, hormis si ceux-ci viennent d'être
translatés.
On notera que « privée » implique forcement d'être sur une
interface protégée. Les options Externe et Privée sont donc
incompatibles.
Média
Vitesse de liaison du réseau. Par défaut le Firewall le détecte
automatiquement mais vous pouvez forcer l'utilisation d'un mode
particulier.
Si le firewall est directement connecté à un modem
ADSL, NETASQ vous recommande de forcer le média que
vous voulez utiliser sur l’interface en question.
Type
Cette option permet de définir quel type de machines est hébergé
sur cette interface. Machine = machines de type hôte
(utilisateurs), Serveur = machines de type serveur et inconnu =
type de machine non défini. Ainsi, dans les traces, vous verrez
quels types de flux (machine à machine, machine à serveurs ...)
transitent par le firewall.
Débit Informatif
En spécifiant le type de liaison Internet, il est possible de définir
un débit maximal. Cette information n’est cependant pas utilisée
pour réguler le trafic, ce n’est qu’une indication.
Onglet Adresse (disponible si l'option DHCP n'est pas sélectionnée)
Adresse
Adresse IP affectée à l'interface.
© Copyright NETASQ 2006
70
Masque réseau
Masque de réseau du sous-réseau auquel appartient l'interface.
Si l'option DHCP est sélectionnée, l'onglet adresse est remplacé
par un onglet DHCP (voir section Configuration par DHCP).
Description
Permet de spécifier un commentaire pour l’adressage du bridge
Onglet Adresse MAC
Adresse MAC
Adresse MAC affectée au bridge. (Toutes les interfaces
contenues dans le bridge possèdent la même adresse MAC).
Réinitialiser
Remise à zéro du champ Adresse MAC
Passerelle
Permet de laisser passer les paquets IPX (réseau Novell),
Netbios (sur NETBEUI), paquets AppleTalk (pour les machines
Macintosh), PPPoE ou Ipv6 entre les interfaces du pont.
Routage
Comme son nom l’indique l’option « Préserver le routage initial »
permet de préserver le routage initial.
Onglet Routage
Le champ « passerelle » sert au routage par interface.
L’option « Garder les VLANs » permet la transmission des trames
taggées sans que le firewall soit terminaison du VLAN. Le tag
VLAN de ces trames sont conservées ainsi le IPS-Firewall peut
être placé sur le chemin d’un VLAN sans pour autant que ce
VLAN soit coupé par l’IPS-Firewall. L’IPS-Firewall agit de manière
complètement transparente pour ce VLAN.
Passerelle locale
Attention cette option n’est plus disponible dans la
configuration réseau (Voir « Bypass ASQ »).
Définition des couleurs
Pour chaque interface définie dans la configuration réseau, une couleur peut être spécifiée. Tous
les objets relatifs à une interface (machines ou réseaux) prendront la couleur définie pour cette
interface.
La sélection d'une couleur est réalisée en cliquant sur le rectangle coloré situé sous le nom de
l’interface. Une fenêtre s'affiche, vous avez alors la possibilité de choisir la couleur désirée parmi les
couleurs prédéfinies ou définir vos propres couleurs (16 millions de couleurs).
© Copyright NETASQ 2006
71
© Copyright NETASQ 2006
72
Configuration des VLANs
Présentation des VLANs
Un réseau local (LAN) est basé sur le principe de diffusion. Chaque information émise par un
équipement connecté sur le LAN est reçue par tous les autres.
Avec l'augmentation du nombre d'équipements raccordés sur le LAN, on aboutit à des situations de
saturation. En effet, plus il y a de stations, plus il y a de risques de collisions.
Les réseaux virtuels (VLAN : Virtual Local Area Network) permettent de réaliser des réseaux axés
sur l’organisation de l’entreprise. En effet, ils introduisent la notion de segmentation virtuelle, qui
permet de constituer des sous-réseaux logiques étanches au sein même d'une architecture réseau.
Les VLANs sont donc des regroupements logiques d'utilisateurs ou de stations (qui peuvent
représenter l'organisation fonctionnelle de l'entreprise). Tous les membres d'un VLAN sont habilités
à communiquer ensemble et forment un domaine de diffusion.
Les VLANs sont définis en fonction d’une marque (tag) des trames Ethernet (norme 802.1q).On
peut ainsi définir des domaines de diffusion (domaines de broadcast). Les échanges à l’intérieur
d’un domaine sont automatiquement sécurisés par l’étanchéité entre VLANs, et les communications
inter domaines peuvent être contrôlées par une passerelle de niveau 3 comme un firewall.
Les IPS-Firewalls NETASQ peuvent se placer en terminaison de VLANs pour ajouter ou retirer un
tag VLAN. Le firewall assure le filtrage entre VLANs et assure les communications entre les VLANS
et les réseaux connectés aux autres interfaces du firewall.
Les VLANs sont perçus par le IPS-Firewall comme appartenant à des interfaces virtuelles, ce qui
permet leur totale intégration au sein du système de sécurité de l’entreprise.
Avantage d'un VLAN
Le VLAN permet :
► Une augmentation des performances en limitant les domaines de diffusion,
► A un utilisateur qui déménage de retrouver les mêmes droits d'accès aux ressources
LAN sans que l'exploitant n'ait eu à intervenir.
Définition des VLANs
Grâce à un IPS-Firewall NETASQ, il est possible de réaliser du VLAN de ports ou du bridge IP de
VLANs.
Pour utiliser des interfaces VLAN sur l’IPS-Firewall vous devez obligatoirement
posséder des équipements gérant les VLANs sur votre réseau (switchs ou commutateurs).
© Copyright NETASQ 2006
73
Suivez la procédure suivante pour définir des VLANs connectés à l’IPS-Firewall :
1. Sélectionnez le menu « Réseau » dans l’arborescence de l’interface de configuration,
2. Sélectionnez l’interface ou le bridge auquel vous désirez associer un VLAN,
3. Cliquez le bouton « Ajouter » et sélectionner « VLAN » ou cliquez avec le bouton droit de
la souris et sélectionner « nouveau VLAN » dans le menu contextuel apparu.
Lorsqu’on développe le bouton « ajouter », l’interface sur laquelle on va insérer un VLAN est
rappelée.
La configuration d’un VLAN est réalisée au moyen d’un assistant.
Les informations à spécifier dans l’assistant sont décrites dans les tableaux suivants.
Onglet Identité
Nom
Nom que vous affectez au VLAN.(voir la section Remarques pour
connaître les noms interdits).
Couleur
Couleur attribuée au VLAN. Ces couleurs seront très utiles pour
vous aider lors de la mise en place des règles de filtrage, des
translations... En effet, chaque objet créé prendra une couleur en
fonction de la zone à laquelle l'adresse IP appartient.
Description
Commentaire associé au VLAN.
Client DNS
dynamique
Lorsque votre IPS-Firewall ne possède d’adresse IP statique (son
adresse IP est renouvelée régulièrement par votre fournisseur
d’accès, DHCP, etc). Il est possible d’associer via un fournisseur
de services DNS (dyndns.org par exemple) l’adresse IP allouée et
un nom de domaine (qui lui est fixe) afin de pouvoir contacter cet
IPS-Firewall sans pour autant connaître son adresse IP.
Cette option vous permet d’activer cette fonctionnalité en
sélectionnant un compte DNS dynamique vous avez
préalablement configuré. La configuration des clients DNS
dynamique est expliquée dans la suite du document (Voir
« Configuration des clients DNS dynamique »).
© Copyright NETASQ 2006
74
Onglet Paramètres
Activé
En cochant/décochant cette option on active/désactive l’interface.
En désactivant une interface, on la rend inutilisable. En terme
d’utilisation cela peut correspondre à une interface que l’on a
prévu de déployer dans un futur proche ou éloigné mais qui n’est
pas en activité. Une interface désactivée car non utilisée est une
mesure de sécurité supplémentaire contre les intrusions.
Tag
Ce champ permet de spécifier quelle sera la valeur associée au
VLAN dans les paquets transitant sur le réseau. Ce tag identifie le
VLAN et est utilisé au niveau Ethernet.
MTU
Longueur maximale des paquets émis sur le support physique
(Ethernet). Ce choix n’est pas disponible pour une interface
contenue dans un bridge.
DHCP
L'adresse IP du VLAN est fournie par un serveur DHCP (utile
pour les connexions Internet via le câble). (cf configuration de
l'interface par DHCP). Ce choix n’est pas disponible pour une
interface contenue dans un bridge.
Externe
Cochez cette option pour indiquer que cette partie du réseau est
reliée à Internet. Dans la majorité des cas, l'interface externe,
reliée à Internet, doit être en mode externe. Le caractère protégé
de l’interface (matérialisé par un bouclier) disparaît lorsque cette
option est cochée.
Privée
Cette option permet d’indiquer la caractère privée de l’interface.
Les adresses des interfaces « privée » ne sont pas utilisable en
tant que destination pour les paquets en provenance des
interfaces non protégées, hormis si ceux-ci viennent d'être
translatés.
On notera que « privée » implique forcement d'être sur une
interface protégée. Les options Externe et Private sont donc
incompatibles.
Interface
Ce champ permet de définir physiquement quelle est l’interface
de terminaison du VLAN.
Type
Cette option permet de définir quel type de machines est hébergé
sur ce VLAN. Machine = machines de type hôte (utilisateurs),
Serveur = machines de type serveur et inconnu = type de
machine non défini. Ainsi, dans les logs, vous verrez quels types
de flux (machine à machine, machine à serveurs ...) transitent par
le firewall.
Débit informatif
En spécifiant le type de liaison Internet, il est possible de définir
un débit maximal. Cette information n’est cependant pas utilisée
pour réguler le trafic, ce n’est qu’une indication.
Onglet Adresse (disponible si l'option DHCP n'a pas été sélectionnée)
Adresse
Adresse IP affectée à l'interface VLAN.
Masque réseau
Masque de réseau du sous-réseau auquel appartient l'interface.
Si l'option DHCP est sélectionnée, l'onglet adresse est remplacé
par un onglet DHCP (voir section Configuration par DHCP).
Description
Permet de spécifier un commentaire pour l’adressage du bridge
© Copyright NETASQ 2006
75
Cet onglet n’est bien sûr pas disponible pour un VLAN sur un bridge.
Onglet Routage
Passerelle
Permet de laisser passer les paquets IPX (réseau Novell),
Netbios (sur NETBEUI), paquets AppleTalk (pour les machines
Macintosh), PPPoE ou Ipv6 entre les interfaces du pont.
Routage
Comme son nom l’indique l’option « Préserver le routage initial »
permet de préserver le routage initial.
Le champ « passerelle » sert au routage par interface.
L’option « Garder les VLANs » permet la transmission des trames
taggées sans que le firewall soit terminaison du VLAN. Le tag
VLAN de ces trames sont conservées ainsi le IPS-Firewall peut
être placé sur le chemin d’un VLAN sans pour autant que ce
VLAN soit coupé par l’IPS-Firewall. L’IPS-Firewall agit de manière
complètement transparente pour ce VLAN.
Passerelle locale
Attention cette option n’est plus disponible dans la
configuration réseau (Voir « Bypass ASQ »).
L’IPS-Firewall NETASQ réalise un filtrage au niveau IP, il faut donc associer à chaque VLAN, une
adresse IP différente (l’IPS-Firewall maintient une table de correspondance entre un tag ethernet et
une adresse IP. Lorsqu'un paquet provenant d'un VLAN arrive au firewall, le tag ethernet du VLAN
sert à retrouver l'adresse IP qui sera utilisée dans les règles de filtrage).
VLAN dans un bridge
Dans la configuration des VLAN pour les bridges, il est possible d’utiliser le même tag pour deux
interfaces VLAN associées à des interfaces physiques d’un même bridge. Ainsi l’IPS-Firewall
apparaît de manière transparente sur le réseau. Cette méthode nécessite l’utilisation d’une interface
VLAN par interface physique concernée.
Contrairement à l’option « Garder les VLAN » (qui rend l’IPS-Firewall complètement transparent par
rapport au VLAN et qui empêche donc l’utilisation de fonctionnalités qui consisterait à couper le flux
VLAN, par exemple les proxies), cette méthode de préservation du tag VLAN entre plusieurs
interfaces d’un même bridge permet l’utilisation complète des fonctionnalités de l’IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
76
Configuration par DHCP
L’IPS-Firewall est capable de récupérer l'adresse IP d'une de ses interfaces dynamiquement via un
serveur DHCP externe. Ce cas de figure se présente pour une connexion Internet par modem
câble.
Il suffit de cocher l'utilisation du DHCP dans l'onglet Paramètres. L'onglet DHCP apparaît à la place
de l’onglet « Adresse ». Vous pouvez y indiquer les paramètres de la connexion DHCP :
Nom de machine
Nom d'utilisateur (FQDN) pour la connexion.
Ce champ facultatif, n’identifie pas le serveur DHCP mais l’IPSFirewall. Si le champ est rempli et que le serveur DHCP externe
possède l’option de mise à jour automatique du serveur DNS,
alors le serveur DHCP met à jour automatiquement le serveur
DNS avec le nom founi par l’IPS-Firewall et l’adresse IP qui lui a
été fournie.
© Copyright NETASQ 2006
77
Temps alloué
Période de conservation de l'adresse IP avant re-négociation
Route par défaut
Indique que l'interface en DHCP est connectée à la route par
défaut de l’IPS-Firewall. Si cette option est cochée, l’IPS-Firewall
reçoit sa route par défaut auprès du serveur DHCP (fournisseur
d’accès par exemple). Elle remplace alors la route par défaut déjà
configurée.
Il est tout de même indispensable de configurer une route par
défaut manuellement dans l’IPS-Firewall pour préserver la
stabilité de l’appliance notamment dans la phase d’obtention de
son adresse IP auprès du serveur DHCP.
Requête DNS
Lorsque cette option est cochée, l’IPS-Firewall récupère les
serveurs DNS auprès du serveur DHCP (fournisseur d’accès par
exemple) qu’il contacte pour obtenir son adresse IP.
Dès que cette option est cochée deux objets sont dynamiquement
créés dans la base d’objets : Firewall_<nom de l’interface>_dns1
et Firewall_<nom de l’interface_dns2. Ils peuvent ainsi être
utilisés dans la configuration du service DHCP. Ainsi si l’IPSFirewall offre un service DHCP aux utilisateurs de son réseau, les
utilisateurs seront crédités des serveurs DNS fournis par le
fournisseur d’accès.
Dans ce cas, il faut utiliser l'objet « Firewall_out » dans les objets pour les configurations
concernant l'interface externe.
© Copyright NETASQ 2006
78
Configuration du dialup
Les interfaces dialup sont utilisées dans le cas de connexions distantes lorsque votre modem est
branché directement sur le firewall (port série ou ethernet Out). L’IPS-Firewall accepte tout type de
modem (ADSL, RNIS, RTC, ...) qui respecte le standard HAYES.
La création de nouvelles interfaces dialup (par défaut, il existe déjà les interfaces « dialup » et
« atldialup ») se fait grâce à un assistant. Le nombre maximal de dialup disponibles sur votre
firewall dépend du modèle.
Vous pouvez ensuite configurer les paramètres suivants de l'interface :
Onglet Identité
Nom
Nom que vous affectez à la connexion distante.(voir la section
Remarques pour connaître les noms interdits).
Couleur
Couleur attribuée à la connexion distante. Ces couleurs seront
très utiles pour vous aider lors de la mise en place des règles de
filtrage, des translations... En effet, chaque objet créé prendra
une couleur en fonction de la zone à laquelle l'adresse IP
appartient.
Etat
Trois choix sont proposés. Off, par défaut, correspond à l’état
inactif. ON correspond à l’état actif. Enfin Backup pour spécifier
que cette interface n’est utilisé que lorsque les liens actifs ne sont
plus opérationnels.
Description
Commentaire associé à la connexion distante.
Client DNS
dynamique
Lorsque votre IPS-Firewall ne possède d’adresse IP statique (son
adresse IP est renouvelée régulièrement par votre fournisseur
d’accès, DHCP, etc). Il est possible d’associer via un fournisseur
de services DNS (dyndns.org par exemple) l’adresse IP allouée et
un nom de domaine (qui lui est fixe) afin de pouvoir contacter cet
IPS-Firewall sans pour autant connaître son adresse IP.
Cette option vous permet d’activer cette fonctionnalité en
sélectionnant un compte DNS dynamique vous avez
© Copyright NETASQ 2006
79
préalablement configuré. La configuration des clients DNS
dynamique est expliquée dans la suite du document (Voir
« Configuration des clients DNS dynamique »).
Deux connexions dialup (ou plus) peuvent être actives en même temps. Voir la section
« Configuration de l’ASQ > Routage »
Onglet Paramètres Généraux
Login
Login chez le fournisseur d’accès
Mot de passe
Mot de passe correspondant au login du fournisseur d’accès
Type
Le type de connexion distante peut être PPP (RNIS, RTC),
PPPoE (ADSL) ou PPTP (ADSL).
Débit Maximum
En spécifiant le type de liaison Internet, il est possible de définir
un débit maximal. Cette information n’est cependant pas utilisée
pour réguler le trafic, ce n’est qu’une indication.
Route par défaut
Cette option définit l’interface dialup comme route par défaut de
tous les paquets qui vont vers une adresse IP publique. Cette
option est prioritaire sur l’option route par défaut de l’onglet
« routage » du sujet suivant.
Mode
Le mode « Sur demande » n’établit la connexion avec Internet
que lorsqu’une demande de connexion émane du réseau interne
(ce mode est plus économique dans le cas d’une liaison payante
à la durée). Le mode « Permanent » conserve la connexion vers
l’Internet active en permanence.
Onglet Paramètres PPP (lorsque le type de connexion choisi est PPP)
Numéro de téléphone
Numéro d'appel chez le fournisseur d'accès.
Chaîne d'Initialisation
Chaîne de caractères servant optionnellement à initialiser la
connexion.
Onglet Paramètres PPPoE (lorsque le type de connexion choisi est PPPoE)
Interface
Nom de l'interface sur laquelle est relié le modem ADSL.
Service
Type de service PPPoE utilisé. Cette option permet de
différencier plusieurs modems ADSL. Par défaut, laissez ce
champ vide.
Onglet Paramètres PPTP (lorsque le type de connexion choisi est PPTP)
Modem IP
Adresse IP interne du modem ADSL
Remarques
© Copyright NETASQ 2006
80
► L’IPS-Firewall négocie automatiquement l'ouverture de ligne et réinitialise la connexion
en cas de coupure. Dans le cas où la connexion n'est pas possible (problème de ligne),
l’IPS-Firewall envoie un message d'alarme,
► L’IPS-Firewall crée un objet firewall_dialup représentant l'interface de connexion à
Internet. Vous devez utiliser cet objet dans les règles de translation et de filtrage,
► Pour autoriser les connections PPTP, il faut aussi ajouter des règles de filtrage.
© Copyright NETASQ 2006
81
Client DNS dynamique
Introduction
Basé sur un échange entre un serveur (maintenu par un fournisseur de service DNS) et un client
(intégré dans les IPS-Firewalls NETASQ), le service DNS dynamique permet d’associer vos IPSFirewalls à un nom de domaine spécifique. Cela vous permet de pouvoir contacter ces IPSFirewalls même si vous ne possédez pas d’adresse IP publique statique ou d’utiliser un nom de
domaine simple à retenir plutôt qu’une adresse IP difficile à mémoriser.
Actuellement DynDNS.org est le seul fournisseur de service DNS supporté par les IPS-Firewalls.
Contactez ce fournisseur pour obtenir un compte vous permettant la mise en place de ce service
sur votre IPS-Firewall.
Fonctionnement
La configuration des clients DNS dynamique est accessible depuis la configuration des interfaces
(bridge, interfaces en mode avancé, VLAN, Dialup).
Pour ajouter un client dans la liste des clients DNS dynamique configurés, cliquez sur le bouton
« Ajouter ».
La configuration d’un client DNS dynamique est réalisée au moyen d’un assistant. Les informations
à spécifier dans l’assistant sont décrites dans les tableaux suivants.
Configuration générale (Etape 1)
Nom de la
configuration
Nom associé à la configuration du client DNS dynamique.
Nom de domaine
Nom de domaine attribué au client DNS dynamique. En utilisant
l’option « use name wildcard », vous pouvez couvrir tous les sous
domaine
Par exemple si vous spécifiez « netasq.dyndns.org » dans le
champ « nom de domaine » et que l’option « use name wildcard »
est
sélectionnée,
tous
les
sous
domaines
(commerce.netasq.dyndns.org,
labo.netasq.dyndns.org,
etc)
seront associés au client.
© Copyright NETASQ 2006
82
Fournisseur et configuration du compte (Etape 2)
Fournisseur dyndns
Fournisseur de services DNS. Actuellement, un seul fournisseur
de services DNS est supporté : « DynDNS ».
Configuration du
compte
Login et mot de passe indiqués par le fournisseur de services
DNS pour l’authentification du client DNS dynamique.
Paramétrages DynDNS (Etape 3)
Service
Cette option vous permet d’indiquer le service que vous avez
souscrit auprès de votre fournisseur de services DNS parmi
« Custom DNS », « Dynamic DNS » et « Static DNS ».
Serveur
Serveur du fournisseur de services DNS. L’objet à spécifier dans
ce
champ
doit
obligatoirement
se
nommer :
« members.dyndns.org » pour fonctionner avec DynDNS.
Dans l’étape 3, des paramètres de configuration avancée sont disponibles en cliquant sur le bouton
« Paramètres Avancés ».
Renouvellement
tous les (en jours) :
Période de renouvellement du service DNS dynamique. Cette
période est fixée à 28 jours par défaut par NETASQ. Notez que
DynDNS punit les renouvellements abusifs (fermeture du
compte…). Ainsi un renouvellement survenu avant 26 jours
(après le dernier renouvellement) n’est pas permis par DynDNS
De plus sans renouvellement au delà de 35 jours, le compte est
clôturé. Ces informations sont toutefois susceptibles d’être
modifiées étant donné qu’il s’agit d’un fonctionnement établi par
DynDNS.
Protocole
Protocole utilisé lors de la phase de renouvellement du service
DNS dynamique.
Service hors
connexion
Ce service, payant chez DynDNS permet de rediriger les flux à
destination de votre réseau vers une page spécifique lorsque
votre connexion n’est pas en activité.
© Copyright NETASQ 2006
83
Configuration du routage par interface
Certaines structures doivent pouvoir disposer de plusieurs accès Internet avec des caractéristiques
bien spécifiques. Par exemple, une société hébergeant des serveurs publics sur son réseau doit
pouvoir offrir une qualité de service optimale pour l'accès à ces serveurs. Parallèlement, elle doit
donner à ses utilisateurs internes la possibilité d'accéder à Internet sans diminuer la bande
passante dédiée aux serveurs publics. La fonctionnalité de routage par interface va permettre de
définir, au niveau De l’IPS-Firewall, plusieurs accès Internet qui seront utilisés en fonction de
l'interface sur laquelle arrive la demande de connexion. Il sera alors possible d'affecter un accès
ADSL pour le réseau interne et une liaison spécialisée, avec garantie de service, pour l'accès à vos
serveurs publics.
Configuration
Pour définir la configuration du routage par interface, veuillez vous reporter à la procédure
suivante :
1. Choisissez l'onglet « Interfaces » de la fenêtre de configuration réseau,
2. Choisissez l’interface désirée, puis l'onglet « Routage ».
Comme nous l’avons indiqué dans le sujet « Configuration des interfaces » pour chaque interface,
vous avez un champ « Passerelle ». Ce champ doit renseigner l'adresse IP de la passerelle par
défaut (passerelle pour la sortie Internet) utilisée lorsqu'une demande de connexion à destination de
l'Internet arrive sur cette interface. Ce champ peut être laissé vide. Dans ce cas, la passerelle par
défaut utilisée sera celle définie dans l'onglet « routage ».
Exemple d'architecture
© Copyright NETASQ 2006
84
Dans cet exemple, l'accès ADSL a été doublé (pour un service de load-balancing d'accès).
© Copyright NETASQ 2006
85
Routeur par défaut et routes statiques
La configuration du routage sur un IPS-Firewall est effectuée dans le sous-menu « Routage » du
menu « Réseau » de l’arborescence des menus du Firewall Manager.
Le menu « Routage » permet de configurer le routage effectué par le IPS-Firewall.
Routeur
Adresse IP du routeur par défaut. C'est à cette adresse que le
Firewall NETASQ envoie les paquets qui doivent sortir sur le
réseau public. Bien souvent le routeur par défaut est connecté à
l'Internet.
Commentaire
Commentaires que vous pouvez saisir librement.
Routes statiques
Si vous possédez plusieurs réseaux "derrière" un routeur, vous
pouvez spécifier ici les différentes routes. Vous sélectionnez alors
un réseau ou un groupe d’hôtes puis la passerelle à utiliser pour
atteindre ce réseau. Vous devez aussi préciser sur quelle
interface est indirectement connectée cette passerelle. Vous
pouvez ajouter ou retirer des routes statiques avec les boutons
ajouter/supprimer.
Le routeur par défaut est généralement l'équipement qui permet l'accès de votre réseau à Internet.
Si vous ne configurez pas le routeur par défaut, l’IPS-Firewall NETASQ ne sait pas laisser passer
les paquets possédant une adresse de destination différente de celles directement reliées au
Firewall. Vous pourrez communiquer entre les machines sur les réseaux interne, externe ou DMZ,
mais pas avec Internet.
Grâce aux boutons d’action disponibles au bas de la fenêtre, il est possible d’importer et d’exporter
la configuration des routes statiques. Pour importer une configuration il faut respecter le format
suivant :
RESEAU , INTERFACE -> PASSERELLE , COULEUR # COMMENTAIRE
RESEAU : objet « réseau » correspondant au réseau distant
INTERFACE : interface sur laquelle se trouve la passerelle à utiliser pour atteindre le
réseau
PASSERELLE : objet « machine » correspondant à la passerelle
COULEUR : couleur associée aux paquets provenant du réseau distant
© Copyright NETASQ 2006
86
COMMENTAIRE : commentaires que vous pouvez saisir librement
© Copyright NETASQ 2006
87
Remarques
La modification des adresses IP interne et externe de l’IPS-Firewall NETASQ peut nécessiter des
modifications importantes de vos fichiers de configuration afin qu'ils conservent leur cohérence.
Avant de redémarrer l’ IPS-Firewall NETASQ, n'hésitez pas à vérifier la cohérence de vos données,
notamment dans les sections « Configuration des Objets », « Translation d'adresses » et
« Filtrage ».
En aucun cas, une interface ne doit porter le nom « HA » ou un nom constitué de la façon suivante :
► « xx_peer" ou "firewall_yy ».
► xx étant le nom d'une interface déjà existante.
► yy étant une chaîne de caractères quelconque.
© Copyright NETASQ 2006
88
Section B
Configuration des objets
© Copyright NETASQ 2006
89
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-configuration, intégration,
► Configuration réseau.
Pour cette section, vous devez connaître
► Les machines et réseaux auxquels vous désirez affecter des droits particuliers,
► Les données sur les utilisateurs de votre réseau interne (nom, prénom ...),
► Les protocoles et les services IP que vous allez utiliser.
Utilité de la section
Cette section vous permet de définir les objets que vous allez utiliser pour la configuration de votre
filtrage et de votre translation d'adresses. D'une part, vous donnez ici une correspondance entre un
nom de machine, groupe de machines, réseau, groupe de réseaux et son adresse IP. D'autre part,
vous donnez une correspondance entre un nom de service, son protocole et son numéro de port.
Vous pouvez créer des groupes de services si certaines règles s'appliquent à plusieurs services.
Vous pourrez aussi définir ici les comptes utilisateurs pour l'authentification. Les informations sur
ces comptes sont stockées dans une base LDAP interne au firewall, mais peuvent aussi être
stockées dans une base LDAP externe ou avec des informations limitées sur un serveur RADIUS
ou une base Active Directory.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le menu « Objets » de l’arborescence.
Vous devez être connecté avec les privilèges de modification pour pouvoir effectuer ces
modifications.
Avant d'effectuer toute modification importante sur votre IPS-Firewall NETASQ, nous vous
conseillons d'effectuer une sauvegarde. Ainsi, en cas de mauvaise manipulation vous pourrez vous
revenir dans la configuration précédente.
© Copyright NETASQ 2006
90
Présentation
La fenêtre de définition des objets est divisée en trois parties :
► Une zone de tri et de sélection en haut de la fenêtre,
► Une barre d’action, sur la partie droite de la fenêtre,
► Une grille de définition des objets.
Zone de tri et de sélection
La zone de tri et de sélection située en haut de la fenêtre se présente différemment suivant le type
d’objet actuellement sélectionné. A l’ouverture tous les objets sont listés dans la grille de définition
des objets mais lorsqu’un SEUL type d’objet est sélectionné (menu déroulant situé en haut à
gauche), la zone de tri et de sélection apparaît.
Cette zone de tri et sélection permet une recherche rapide d’un objet parmi la liste des objets
configurés sur votre IPS-Firewall. Les champs de recherche de cette zone ne sont pas expliqués
dans la suite du document tant ils sont intuitifs.
Les boutons d’actions
Cette zone contient un certains nombres de boutons d’actions qui vous permettent de valider et
d’afficher votre recherche.
Type d’objet
Sélection du type d’objet affiché parmi : « Tous »,
« Utilisateurs »,
« Machines »,
« Plages
d’adresses »,
« Réseaux »,
« Services »,
« Protocoles »,
« Groupes »,
« Groupes d’utilisateurs », « Groupes de réseaux ».
Nom de l’objet
Recherche d’un objet contenant la chaîne de caractères
indiquée.
Plus / Moins
Affichage ou masquage de la zone de tri et sélection.
Appliquer
Appliquer la recherche.
© Copyright NETASQ 2006
91
Cacher les objets
spéciaux
Les objets spéciaux sont les objets créés par défaut par l’IPSFirewall et qui seront utilisés à l’activation des services associés
(par
exemple :
Firewall_pptpXX,
Firewall_dialupXX,
Firewall_ipsec…). Ces objets rendent la lecture générale difficile
et sont cachés par défaut.
La barre d’action
Les actions permises par la barre d’action sont indiquées dans le tableau suivant.
Nouveau
Choisissez le type d’objet que vous désirez créer et l’assistant
de création correspondant apparaît.
Modifier
Modifier l’objet sélectionné.
Supprimer
Supprimer l’objet sélectionné.
Dupliquer
Dupliquer l’objet sélectionné.
Résolution de
adresses IP des
hôtes
Effectuer la résolution des adresses IP des hôtes de type
« semi-dynamique ».
Importer
Importer une liste d’objets
Exporter
Exporter la liste des objets
Tester
Effectuer un test de l’utilisation de l’objet sélectionné. Voir
« Références à l’objet ».
Fermer
Fermer la fenêtre de configuration des objets. Une modification
sur un objet est automatiquement prise en compte.
Attention, l’importation d'objet ne dispose pas de mécanismes de protection pour
assurer l'intégrité de la configuration importée (le fichier importé peut contenir des
informations volontairement erronées). Il est donc de la responsabilité de l'administrateur de
valider la cohérence de l'ensemble de la base objet importée avant son envoi sur l’IPSFirewall.
De plus il n'est pas récommandé de faire des sauvegardes de la base objet par ce
moyen, préférez pour cela les fonctions de sauvegarde de configuration (qui disposent de
mécanismes cryptographiques).
Références à l’objet
Lorsqu’on clique sur le bouton « Tester » ou lorsqu’un objet (sauf utilisateurs) est supprimé de la
base d’objets, un écran de référence à l’objet apparaît. Cet écran pointe les différents modules qui
utilisent dans leur configuration l’objet sélectionné.
© Copyright NETASQ 2006
92
L’écran de référence à l’objet reprend en premier lieu le nom de l’objet puis indique, sous forme de
liens directs, les différents modules dans lesquels l’objet est utilisé. Lorsqu’on clique sur un module
listé par l’écran de référence, le menu de configuration associé est affiché permettant une
visualisation et/ou une modification de la configuration avant suppression de l’objet.
L’écran de référence à l’objet possède une barre d’action constituée de quatre boutons d’actions :
Actualiser l’affichage proposé par l’écran de référence à l’objet.
Afficher le retour textuel exact de l’IPS-Firewall indiquant
précisément dans chaque module l’endroit où est utilisé l’objet.
Par exemple :
module=Filter slot=10 line=1
module=Filter slot=10 line=2
module=Route section=Default
Fermeture de l’écran référence de l’objet avec validation des
changements.
Le bouton OK de l’écran référence de l’objet devient Forcer lors
de la suppression d’un objet. Cette action supprime l’objet
sélectionné malgré son utilisation dans les modules cités.
Fermeture de l’écran référence de l’objet sans validation des
changements.
Les modifications réalisées par l’intermédiaire de l’écran de référence à l’objet, dans
les modules utilisant l’objet analysé, ne peuvent pas être annulées par un click sur le bouton
Annuler de l’écran.
Remarques
Remarques : les objets prennent la couleur des interfaces dont ils dépendent. Toutes les
modifications concernant les utilisateurs (LDAP) sont immédiatement appliquées.
En cas de modification d'un objet, si vous possédez des slots de filtrage, de filtrage d'URL, de VPN
ou de translation d'adresses associés à cet objet, une fenêtre d'information vous demande si vous
voulez réactiver ces slots et prendre en compte immédiatement cette modification. Les slots pour
lesquels l'objet est utilisé sont cochés, par défaut, mais vous pouvez désélectionner un type de slot
afin de ne pas le réactiver.
© Copyright NETASQ 2006
93
Le slot VPN n'est jamais coché même si l'objet est utilisé. Il faudra donc le
sélectionner manuellement.
Ensuite, la réactivation d'un slot de NAT entraîne la perte des connexions actives.
© Copyright NETASQ 2006
94
Utilisateurs
Le service d'authentification des utilisateurs nécessite la création de comptes utilisateurs au niveau
de l’IPS-Firewall. Ces comptes contiennent l'ensemble des informations relatives à ces utilisateurs :
► nom,
► prénom,
► login de connexion,
► mot de passe,
► e-mail (optionnel),
► numéro de téléphone (optionnel),
► description (optionnel),
► méthode d'authentification de l'utilisateur,
► droits d'accès VPN et droits d'administration,
► clé pré-partagée pour le VPN,
► mot de passe PPTP,
► certificat x509.
Création d'un utilisateur
Assistant de création d’un utilisateur
La création d'un utilisateur (bouton « Nouveau » > « Utilisateur ») est réalisé au moyen d'un
assistant. Cet assistant en une étape vous demande de renseigner les informations suivantes :
► Nom de la personne,
► Prénom de la personne,
► Nom d’utilisateur : login qui sera utilisé pour l'authentification de l'utilisateur,
► Email de la personne,
► Numéro de téléphone,
► Champ de description.
Attention, si vous désirez générer un certificat x509 pour cet utilisateur vous devez
forcement indiquer son adresse mail. Cette information sera utilisée dans le certificat.
© Copyright NETASQ 2006
95
L'adresse mail est aussi nécessaire si l'utilisateur désire se connecter au firewall en VPN avec un
client mobile IPSEC.
Une fois la configuration avec l’assistant effectuée ou lorsque vous souhaitez modifier la fiche d'un
utilisateur (sélectionnez l'utilisateur dans la grille d’objets, puis cliquez sur le bouton « Modifier ») les
informations relatives à la configuration de l’utilisateur sont affichées dans une fenêtre comportant
cinq onglets.
Remarque : toutes les modifications concernant les utilisateurs sont immédiatement appliquées.
Onglet « Utilisateur »
Cet onglet permet de modifier les informations de base sur l'utilisateur :
► Nom de la personne,
► Prénom de la personne,
► Login de connexion, login qui sera utilisé pour l'authentification de l'utilisateur,
► Email (facultatif),
► Numéro de téléphone (facultatif),
► Description (facultatif).
Onglet « Authentification »
© Copyright NETASQ 2006
96
Cet onglet donne les éléments de configuration pour l'authentification :
► LDAP : le mot de passe transite non modifié dans un tunnel SSL (HTTPS). (Cette
méthode n'est pas conseillée),
Cette méthode ne peut être utilisée dans le cas d’une authentification
externe.
► SRP (Secure Remote Password), utilisation de la méthode sécurisée SRP native, pour le
calcul du mot de passe. Avec cette méthode, des champs sont ajoutés dans la fiche LDAP
de l'utilisateur avec son login, mot de passe,
► SRP (hash LDAP), utilisation particulière de la méthode SRP. Avec cette méthode, plus
besoin de champs login, mot de passe stockés dans la fiche LDAP. Ce sont les logins, mots
de passe utilisateur de la base LDAP qui sont utilisés.
Cette méthode est un peu moins sécurisée que le SRP natif (lors d'un accès à
la base LDAP, le mot de passe du SRP natif est plus résistant à la méthode de force
brute que le mot de passe du SRP Hash. Par contre, les échanges réseau sont tout
aussi sécurisés pour les deux méthodes) mais elle permet de réutiliser le mot de
passe LDAP classique (champ userpassword).
Méthodes sans mot de passe LDAP
► Certificat (SSL) : utilise le certificat de l'utilisateur stocké dans la base LDAP et installé
sur le poste client,
► RADIUS : utilise une authentification via un serveur RADIUS ( Voir Chapitre VI
« Configuration de l'authentification »),
► Kerberos : utilise une authentification via un serveur Kerberos (Voir Chapitre VI
« Configuration de l'authentification »),
► NTLM : utilise une authentification via un serveur NTLM (Voir Chapitre VI « Configuration
de l'authentification »).
Modifier le mot de passe de l'utilisateur en cliquant sur le bouton « Modifier le mot de passe de
l’utilisateur ». Ce mot de passe sera utilisé pour l'authentification au travers du firewall et si
l'utilisateur désire se connecter au firewall pour lire ou modifier la configuration. Le champ
© Copyright NETASQ 2006
97
« Méthode de hash » vous permet changer la méthode de hachage appliquée au mot de passe
(voir section Configuration de l'authentification). L'option « Pas de changement » vous permet de
conserver la méthode déjà utilisée.
Calendrier
Cette option permet de spécifier les périodes d’authentification permises pour l’utilisateur. Dans ce
calendrier, lorsque l’authentification n’est pas permise, il est impossible pour l’utilisateur de
s’authentifier. (Voir « Configuration des calendriers »).
Onglet Privilèges
Cette section vous permet de définir les droits de lecture et de modification de la configuration du
firewall.
Liste des droits :
► Privilèges minimum, nécessaire pour un utilisateur désirant se connecter à un IPSFirewall,
► Privilèges de modification, permet d'avoir le droit de modifier la configuration de l’IPSFirewall,
► Log et monitor : droit de consultation des traces,
► Filtrage : droit de consultation des règles de filtrage,
► VPN : droit de consultation des configurations VPN,
► Utilisateurs : droit de consultation des informations sur les utilisateurs,
► PKI : droit de consultation des informations de la PKI,
► Objets : droit de consultation des objets,
► Filtres URL : droit de consultation du filtrage d'URL,
► Réseau : droit d’édition de la configuration réseau (interfaces, bridges, dialups, VLANs et
configuration dynamique du DNS),
► Maintenance : droit permettant les opérations de maintenance (sauvegarde,
restauration, mise à jour, arrêt et redémarrage de l’IPS-Firewall, modification de la
fréquence de mise à jour de l’antivirus et mise à jour de l’antivirus et enfin les actions liées
au RAID dans le moniteur),
► Routage : droit d’édition du routage sur les IPS-Firewalls (route par défaut, routes
statiques et réseaux de confiance),
► Ecriture Monitor : droit permettant d’effectuer certaines opérations nécessitant des
droits de modification sans pour autant Bloquer les privilèges de modification « généraux »,
► Objets globaux, Filtrage global, divers global : droits permettant d’accéder à la
configuration globale,
► ASQ : droit de consultation de la configuration de l’ASQ.
© Copyright NETASQ 2006
98
Onglet certificat
Génération d'un certificat
Cet onglet vous permet de gérer le certificat x509 de l'utilisateur.
Ce certificat peut servir dans deux cas : authentification via SSL et accès en VPN à l’IPS-Firewall
avec un client mobile IPSEC. Ce certificat peut aussi être utilisé par d'autres applications.
Pour créer un certificat, (vous devez avoir, au préalable, configuré la PKI interne Voir Chapitre VI
« Configuration de l'authentification ») reportez-vous à la procédure suivante :
1. Cliquez sur le bouton « Créer le certificat de l'utilisateur »,
2. Saisissez le mot de passe que vous avez affecté à l'autorité de certification (CA) de l’IPSFirewall,
3. Indiquez ensuite le mot de passe choisi pour le conteneur PKCS#12 de l'utilisateur. Ce
conteneur pourra être exporté sur la machine de l'utilisateur.
Une fois le certificat de l'utilisateur généré, le contenu de celui-ci s'affiche. Vous pouvez alors
visualiser tous les champs du certificat (Informations relatives à l'autorité de certification intégrée à
l’IPS-Firewall NETASQ, informations relatives à l'utilisateur et période de validité du certificat).
En cliquant sur « Détails des certificats », vous pourrez visualiser le contenu brut du certificat.
Révocation d'un certificat
Le certificat d'un utilisateur peut être révoqué (annulé). Dans ce cas, l'utilisateur ne pourra plus
s'authentifier sur le firewall (si la méthode d'authentification choisie est SSL), ni réaliser de VPN (si
la méthode d'authentification est basée sur les certificats). Il ne pourra plus utiliser les applications
intégrées dans la PKI (utilisant les certificats x509 de la PKI du firewall).
Attention, pour que la révocation prenne effet, il faut regénérer la CRL (Certificate
Revocation List). (voir Chapitre VI « Configuration de l'authentification »). Si vous avez
d'autres applications qui utilisent les certificats de la PKI du firewall, il faudra alors leur
distribuer cette CRL. Les certificats générés par la PKI contiennent un lien vers cette CRL.
Exporter le certificat
Vous pouvez enregistrer le certificat généré. Ainsi vous pouvez l'installer sur le poste utilisateur.
© Copyright NETASQ 2006
99
Le certificat peut être exporté au format PKCS#12 (recommandé) ou au format .der. Le conteneur
PKCS#12 contient la clé privée et le certificat alors que le format .der ne contient que le certificat.
Installation d'un certificat sous Windows
1. Copier le certificat ou le conteneur PKCS#12 en local, sur la machine utilisateur,
2. Ouvrez le fichier. L’installation du certificat débute,
3. Le mot de passe du conteneur PKCS#12 défini lors de la création du certificat est
demandé pour terminer l’installation du certificat. Le certificat est alors ajouté aux certificats
déjà installés sur le poste utilisateur.
Accès VPN
Cette section vous permet de définir les accès VPN IPSEC et PPTP.
Clef pré-partagée pour IPSEC.
Cette clé sera utilisée pour la création d'un tunnel IPSEC dynamique avec un client mobile IPSEC.
Cette même clé devra être indiquée au niveau de la configuration du client mobile de l'utilisateur.
(De même, au niveau du client mobile, l'identifiant devra être l'adresse mail de l'utilisateur, définie
dans la fiche de l'utilisateur interne au firewall). Ce champ est optionnel, il n'est utilisé que dans le
cas d'un tunnel en pre-shared key. Dans le cas contraire, on utilise le certificat de l'utilisateur (plus
besoin alors de saisir la clé pre-partagée). Dans tous les cas, le tunnel VPN doit être configuré (au
niveau du firewall et du client mobile) en mode agressif, avec un identifiant de type [email protected] (qui
sera l'adresse e-mail de l'utilisateur pour le correspondant). (Voir « Configuration du VPN IPSEC »).
Mot de passe pour PPTP.
Le mot de passe indiqué ici pourra être utilisé par l'utilisateur lorsqu'il voudra se connecter à l’IPSFirewall en PPTP. (Voir « Configuration du VPN PPTP »).
VPN SSL
Sélectionnez l’option VPN SSL pour permettre à l’utilisateur de bénéficier des fonctionnalités de
VPN SSL. (Voir « Configuration du VPN SSL »). Un profil d’utilisation spécifique à cet utilisateur
peut être appliqué s’il a été défini dans la configuration du module VPN SSL.
© Copyright NETASQ 2006
100
Machines
Ce menu vous permet de configurer le nom des machines utilisées dans vos fichiers de
configuration. Cette dénomination permet au IPS-Firewall NETASQ de connaître la correspondance
entre un nom de machine et son adresse IP.
Chaque entrée de la liste est composée des éléments suivants :
Nom
Nom que vous associez à l'adresse IP.
Type de résolution
Choisir
parmi
« Statique »,
« Semi-dynamique »
« Dynamique » le type de résolution prévue pour cet objet.
ou
En sélectionnant « Statique », l’adresse saisie n’est jamais
modifiée.
En sélectionnant « Semi-dynamique », l’adresse pour ces objets
est trouvée à l’aide d’une résolution DNS effectuée manuellement
depuis le manager.
En sélectionnant « Dynamique », la résolution DNS est faite par
l’IPS-Firewall de manière périodique (toutes les 5 minutes). Les
fonctionnalités utilisant ces objets ne gèrent pas l’actualisation
des données (réactivation manuelle du slot de filtrage nécessaire
pour prendre en compte les modifications des objets).
IP
Adresse IP de la machine.
Adresse MAC
Adresse MAC de la machine. Spécifier cette valeur vous permet
d’associer une adresse MAC et une adresse IP afin d’éviter
l’usurpation de la machine.
Type de l’hôte
Champ de type informationnel vous permettant d’effectuer un
niveau de recherche supplémentaire. Vous pouvez choisir parmi :
« Hôte », « Serveur » ou « Routeur ».
Commentaire
Commentaires que vous voulez associer à cet objet.
© Copyright NETASQ 2006
101
Cliquez sur le bouton « Modifier » pour modifier l’objet. Si vous possédez des slots de filtrage, de
filtrage d'URL, de VPN ou de translation d'adresses associés à cet objet, une fenêtre d'information
vous demande si vous voulez réactiver ces slots et prendre en compte immédiatement cette
modification. Les slots pour lesquels l'objet est utilisé sont cochés, par défaut, mais vous pouvez
désélectionner un type de slot afin de ne pas le réactiver.
Attention, le slot VPN n'est jamais coché même si l'objet est utilisé. Il faudra donc le
sélectionner manuellement. Ensuite, la réactivation d'un slot de NAT entraîne la perte des
connexions actives.
La résolution dynamique DNS des objets NETASQ n’a pas été conçue pour la
modification des politiques de sécurité présentes sur les IPS-Firewalls. En effet étant donné
que cette résolution dépend d’un équipement externe à l’IPS-Firewall, celui-ci ne peut en
aucun cas valider dynamiquement les modifications de la politique de sécurité. Le
contournement de ce mécanisme doit être réalisé par l’administrateur (duplication de la
politique de sécurité et activation alternée de deux slots par exemple) avec les incidences
que cela entraîne (activation d’une politique de sécurité compromise).
La suppression d'un nom d'objet entraîne l'affichage d'une boîte de dialogue vous invitant à
confirmer la suppression et à retirer cette machine des différents groupes de machines où elle était
présente.
Il existe des machines pré-configurées : « Firewall_in », « Firewall_out », « Firewall_dmz »,
« Firewall_bridge », « Firewall_vlan » correspondent aux adresses IP de l'interface interne, externe,
DMZ, pont et vlan du Firewall NETASQ. Ces adresses ne sont jamais modifiables dans la partie
configuration des objets
© Copyright NETASQ 2006
102
Réseaux
Ce menu vous permet de configurer le nom des réseaux et sous-réseaux utilisés dans vos fichiers
de configuration. Cette dénomination permet à l’IPS-Firewall NETASQ de connaître la
correspondance entre un nom de réseau, son adresse IP et son masque de réseau.
Chaque entrée de la liste est composée d'un nom de réseau, de l'adresse IP de ce réseau, de son
masque de réseau et des commentaires sur ce réseau.
Cliquez sur le bouton « Modifier » pour modifier l’objet. Si vous possédez des slots de filtrage, de
filtrage d'URL, de VPN ou de translation d'adresses associés à cet objet, une fenêtre d'information
vous demande si vous voulez réactiver ces slots et prendre en compte immédiatement cette
modification. Les slots pour lesquels l'objet est utilisé sont cochés, par défaut, mais vous pouvez
désélectionner un type de slot afin de ne pas le réactiver. Attention, le slot VPN n'est jamais coché
même si l'objet est utilisé. Il faudra donc le sélectionner manuellement. Ensuite, la réactivation d'un
slot de NAT entraîne la perte des connexions actives.
La suppression d'un réseau entraîne l'affichage d'une boîte de dialogue vous invitant à confirmer
l'action et à retirer ce réseau des différents groupes de réseau où il était présent.
Il existe des réseaux pré-configurés : « Network_in », « Network_out » et « Network_dmz »
correspondent aux réseaux interne, externe et à la DMZ. Si vous utilisez l’IPS-Firewall en mode
transparent seul le « Network_bridge » est crée. Dans le cas où vous avez créé des vlans, les
réseaux « Network_vlan » seront créés. Ces noms ne peuvent pas être modifiés.
© Copyright NETASQ 2006
103
Plage d’adresses
Ce menu vous permet de configurer des plages d’adresses. Ces plages d’adresses pourront être
utilisées lorsqu’il s’agit de spécifier un pool d’adresses particulières (DHCP, PPTP, etc).
Chaque entrée de la liste est composée d’un nom de plage d’adresses, d’une adresse de début,
d’une adresse de fin et d’un commentaire.
Cliquez sur le bouton « Modifier » pour modifier l’objet. Si vous possédez des slots de filtrage, de
filtrage d'URL, de VPN ou de translation d'adresses associés à cet objet, une fenêtre d'information
vous demande si vous voulez réactiver ces slots et prendre en compte immédiatement cette
modification. Les slots pour lesquels l'objet est utilisé sont cochés, par défaut, mais vous pouvez
désélectionner un type de slot afin de ne pas le réactiver. Attention, le slot VPN n'est jamais coché
même si l'objet est utilisé. Il faudra donc le sélectionner manuellement. Ensuite, la réactivation d'un
slot de NAT entraîne la perte des connexions actives.
© Copyright NETASQ 2006
104
Services
Ce menu vous permet de configurer les noms de services utilisés dans vos fichiers de configuration
de filtrage. Cette dénomination permet au Firewall NETASQ de connaître la correspondance entre
un nom de service, le protocole utilisé et le numéro de port associé.
De plus la colonne « Détails » vous indique quel plugin est associé à quel service. Vous pouvez
activer un plugin sur plusieurs services ou activer plusieurs plugins sur un seul service. De plus un
plugin n’est pas réservé à un type de service. Par exemple le plugin HTTP n’est pas réservé au
trafic HTTP. Vous pouvez forcer l’activation du plugin pour d’autres types de services. Cela vous
permet d’associer un plugin à un port généralement utilisé pour un trafic défini mais que vous
utilisez pour un autre type de trafic.
Lorsque vous avez spécifié un plugin pour un service ce plugin ne s’active que lorsque le service
est utilisé dans une règle de filtrage.
Pour une activation automatique du plugin, même si aucune règle directement associée au service
n’a été spécifiée reportez vous à la section « Configuration de l’ASQ – plugins ».
Attention, pour un maximum de sécurité, NETASQ vous recommande l’utilisation
forcée du plugin plutôt qu’une activation automatique. L’activation automatique des plugins
doit être réservée à la réalisation de services non critiques pour votre sécurité (la création de
logs visant à réaliser un monitoring du trafic HTTP par exemple).
Chaque entrée de la liste est composée d'un nom de service, du nom de protocole, du numéro de
port associé au service (ou d’une plage de ports encadrée par les champs « Port du service » et
« Inclure les ports jusqu’au »), des commentaires sur ce service ainsi que le plugins associé à ce
service. Les services TCP et UDP sont mélangés dans cette liste.
Cliquez sur le bouton « Modifier » pour modifier l’objet. Si vous possédez des règles de filtrage
associées à cet objet, une fenêtre d'information vous demande si vous voulez réactiver ces règles
de filtrage et prendre en compte immédiatement cette modification.
Cette version de l’IPS-Firewall NETASQ ne gère pas les services RPC (Remote Procedure Call),
lesquels utilisent un numéro de port alloué dynamiquement.
© Copyright NETASQ 2006
105
Certains services ne sont pas modifiables. Par ailleurs, il existe un service réservé pour le
fonctionnement de l’IPS-Firewall :
« Firewall_srv » (port 1300) correspond à un nom de service qui gère la communication entre le
Firewall NETASQ et le Firewall Manager, Firewall Monitor. Ce service est aussi utilisé pour les
échanges nécessaires à la fonctionnalité de haute disponibilité entre deux firewalls.
Vous trouverez en Annexe B une liste de services souvent utilisés (DNS, HTTP, FTP...), ainsi que
le protocole et le numéro de port associés à ce service.
© Copyright NETASQ 2006
106
Protocoles
Ce menu vous permet de configurer les noms de protocoles fonctionnant sur IP utilisés dans la
configuration du filtrage. Cela renseigne le firewall sur la correspondance entre un nom et le
numéro de protocole utilisé par la couche IP. Tout protocole supporté par IP peut être ajouté et géré
par le Firewall.
Cela vous permet ensuite d'utiliser ces noms dans les règles de filtrage et d'appliquer une politique
de sécurité pour ces protocoles.
© Copyright NETASQ 2006
107
Groupe d'utilisateurs
Ce menu vous permet de créer des groupes d'utilisateurs. Ces groupes simplifient l'édition des
règles de filtrage : au lieu de définir une règle pour chaque utilisateur, vous définissez une règle
pour tous les utilisateurs ayant les mêmes droits.
Pour créer un nouveau groupe, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Cliquez sur le bouton « Ajouter », un assistant de création apparaît,
2. Saisissez tout d'abord, le nom que vous voulez donner au groupe, puis, éventuellement,
une description du groupe,
3. Vous pouvez alors choisir le premier utilisateur du groupe dans la grille proposée. Puis
cliquez sur « Terminer ».
Ajouter un utilisateur dans un groupe
Pour ajouter un utilisateur dans un groupe d’utilisateur, suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez l’utilisateur que vous désirez ajouter dans la grille de définition des objets,
2. Cliquez sur le bouton droit de votre souris,
3. Sélectionnez l’option « Ajouter à » dans le menu contextuel apparu,
4. Choisissez le groupe dans lequel doit être ajouté l’utilisateur.
Si vous ajoutez un utilisateur dans un nouveau groupe, l’utilisateur est automatiquement spécifié
dans la fenêtre de configuration du groupe.
Si vous possédez des slots de filtrage, de filtrage d'URL, de VPN ou de translation d'adresses,
associés à cet objet, une fenêtre d'information vous demande si vous voulez réactiver ces slots et
prendre en compte immédiatement cette modification. Les slots pour lesquels l'objet est utilisé sont
cochés, par défaut, mais vous pouvez désélectionner un type de slot afin de ne pas le réactiver.
© Copyright NETASQ 2006
108
Attention, le slot VPN n'est jamais coché même si l'objet est utilisé. Il faudra donc le
sélectionner manuellement. Ensuite, la réactivation d'un slot de NAT entraîne la perte des
connexions actives.
© Copyright NETASQ 2006
109
Groupes
Ce menu vous permet de créer ce qu’on appellera des groupes « réseau ». Ces groupes pourront
contenir des Machines, des réseaux, des plages d’adresses ou encore d’autres groupes « réseau ».
Ajouter un objet dans un groupe « réseau »
Pour ajouter un objet dans un groupe « réseau », suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez l’objet que vous désirez ajouter dans la grille de définition des objets,
2. Cliquez sur le bouton droit de votre souris,
3. Sélectionnez l’option « Ajouter à » dans le menu contextuel apparu,
4. Choisissez le groupe dans lequel doit être ajouté l’objet.
Si vous ajoutez un objet dans un nouveau groupe, le groupe est créé et l’objet est automatiquement
ajouté au groupe.
En cas de modification du groupe, si vous possédez des slots de filtrage, de filtrage d'URL, de VPN
ou de translation d'adresses associés à cet objet, une fenêtre d'information vous demande si vous
voulez réactiver ces slots et prendre en compte immédiatement cette modification. Les slots pour
lesquels l'objet est utilisé sont cochés, par défaut, mais vous pouvez désélectionner un type de slot
afin de ne pas le réactiver.
Attention, le slot VPN n'est jamais coché même si l'objet est utilisé. Il faudra donc le
sélectionner manuellement. Ensuite, la réactivation d'un slot de NAT entraîne la perte des
connexions actives.
© Copyright NETASQ 2006
110
Groupe de services
De même que pour les utilisateurs et les équipements réseaux, vous pouvez constituer des groupes
de services avec des services qui possèdent les mêmes propriétés de configuration. Ces groupes
de services pourront ensuite être utilisés dans la configuration comme un seul et même service.
Ceci a pour but de simplifier la configuration et la compréhension de votre configuration en limitant
le nombre de services à intégrer.
Ajouter un service dans un groupe
Pour ajouter un service dans un groupe, suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez le service que vous désirez ajouter dans la grille de définition des objets,
2. Cliquez sur le bouton droit de votre souris,
3. Sélectionnez l’option « Ajouter à » dans le menu contextuel apparu,
4. Choisissez le groupe dans lequel doit être ajouté le service.
Si vous ajoutez un service dans un nouveau groupe, le service est automatiquement ajouté au
groupe.
En cas de modification du groupe, si vous possédez des slots de filtrage, de filtrage d'URL, de VPN
ou de translation d'adresses associés à cet objet, une fenêtre d'information vous demande si vous
voulez réactiver ces slots et prendre en compte immédiatement cette modification. Les slots pour
lesquels l'objet est utilisé sont cochés, par défaut, mais vous pouvez désélectionner un type de slot
afin de ne pas le réactiver.
Attention, le slot VPN n'est jamais coché même si l'objet est utilisé. Il faudra donc le
sélectionner manuellement. Ensuite, la réactivation d'un slot de NAT entraîne la perte des
connexions actives.
© Copyright NETASQ 2006
111
Le Firewall contient quelques groupes de service pré-configurés qui permettent de faciliter la
configuration :
Full
Contient les services qui permettent un accès au web, mail, telnet
et les principaux services autour du web (news, ftp, DNS ...).
Mail
Contient tous les services d'accès au mail pour les clients.
Web
Services uniquement d'accès web ( http et https).
Plugins
Services possédant un plugin spécifique et les plugin associés
activés.
Admin_srv
Services d’administration de l’IPS-Firewall (SSH et firewall_srv).
Auth_srv
Services d’authentification
firewall_auth).
© Copyright NETASQ 2006
sur
l’IPS-Firewall
(HTTPS
et
112
Remarques
Il existe des noms d'objets réservés :
► De manière générale tous les noms d’objets commençant par « firewall_ » et
« network_ » sont interdits,
► Les noms de protocoles TCP, UDP, ICMP, IGMP, ESP, AH et GRE sont réservés,
► Dans le cas des services, ssh, isakmp, firewall_srv, firewall_auth, ephemeral_tcp,
ephemeral_udp et ephemeral_fw.
Ces noms d'objets réservés sont signalés dans les différentes listes d'objets par un panneau
côté du nom d'objet. Ces noms ne peuvent jamais être modifiés.
© Copyright NETASQ 2006
à
113
Section C
Configuration de la prévention d’intrusion
(ASQ)
© Copyright NETASQ 2006
114
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-configuration, intégration.
Pour cette section, vous devez connaître
► Les actions à engager lors de la détection d’attaques,
► Les informations relatives à la configuration du stateful,
► Les ports que vous voulez surveiller,
► Les protocoles applicatifs que vous voulez analyser.
Utilité de la section
Cette section vous permet de configurer le noyau ASQ, cœur d’un IPS-firewall NETASQ,
notamment les actions à effectuer lorsque des attaques sont détectées. De plus la configuration du
stateful, du routage, des sondes et des plug-ins complète la configuration de l’IPS-Firewall avant la
mise en place de politiques de filtrage, de translations, etc.
Les fonctions d’alarme du noyau ASQ permettent, suite à l’enregistrement d’un événement de
sécurité possédant un niveau d’alarme, d’effectuer les actions suivantes :
► Allumer le voyant correspondant au niveau de l’alarme sur la face avant du boîtier
appliance IPS-Firewall/VPN,
► Afficher l’alarme sur le Firewall Monitor,
► Envoyer l’alarme par email aux utilisateurs spécifiés.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le menu « Prévention d’intrusion » de l’arborescence des menus
du Firewall Manager.
Vous devez être connecté avec les privilèges de modification pour pouvoir effectuer ces
modifications.
Avant d'effectuer toute modification importante sur votre NETASQ Firewall, nous vous conseillons
d'effectuer une sauvegarde. Ainsi, en cas de mauvaise manipulation vous pourrez vous revenir
dans la configuration précédente.
© Copyright NETASQ 2006
115
Présentation
L’ASQ, moteur de détection et de prévention d’intrusion, est intégré dans toute la gamme des
boîtiers IPS-firewalls NETASQ. Anticipant dès sa création l'évolution des technologies de sécurité
Internet, les laboratoires de Recherche et Développement de NETASQ ont mis au point l’ASQ dès
1998. Ce moteur intelligent intègre un système de prévention d’intrusion (IPS : Intrusion Prevention
System) qui détecte et élimine tout comportement malicieux en temps réel.
De nos jours, les contre-mesures sont très compliquées à mettre en place et très ciblées vis-à-vis
des d’attaques de type « déni de service » par exemple. En effet, d'un point de vue théorique, la
plupart des attaques visant à créer des dénis de service sont basées sur des services ou protocoles
standard sur Internet. S'en protéger reviendrait à couper les voies de communications normales
avec Internet, alors que c'est la raison principale des machines concernées (serveurs web, de
messagerie, etc...).
Pourtant, il faut tout de même agir pour garantir la sécurité des données de l’entreprise. Tout cela
implique beaucoup de démarches : il faut monitorer le trafic (ce qui est loin d'être simple, du fait de
la quantité de données qui transitent), établir des profils types de comportement et des écarts
tolérables au-delà desquels on considérera que l'on fait l’objet d’une attaque; il faut également
définir les types d'attaques contre lesquelles on souhaite se protéger (analyses de risques à l'appui)
car il est impossible de toutes les prévoir. Il s'agit de mettre en place une protection intelligente et
flexible.
L’ASQ répond à ces contraintes et, grâce à son analyse du trafic, prévient les grandes familles
d’attaques en temps réel.
Le menu de configuration de l’ASQ est divisé en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu ASQ,
► A droite les options configurables.
© Copyright NETASQ 2006
116
Multi profil
Il est désormais possible de créer quatre profils de l’ASQ afin d’adapter l’analyse de l’ASQ en
fonction des types de trafic ou du sens du trafic. Cela va permettre de désactiver certaines alarmes
sur des trafics autorisés en sortie mais pas en entrée. (Voir « Configuration du filtrage »).
La barre d’action située en haut de l’écran vous indique quel profil de l’ASQ est actuellement
affiché. De plus vous pouvez spécifier un nom pour chacun des quatre profils.
Le bouton « Réinitialiser » vous permet de redéfinir les paramètres des profils ASQ dans leur
configuration d’origine.
La date située à côté du bouton « Réinitialiser » indique la date de la dernière modification de la
configuration.
Application des changements
Le bouton « Appliquer » situé dans la barre d’action au bas de la fenêtre de configuration de l’ASQ
vous permet d’appliquer les changements configurés sans avoir à envoyer la configuration et donc
fermer la fenêtre.
© Copyright NETASQ 2006
117
Stateful
Les paramètres de configuration du module Stateful Inspection, module permettant l'analyse
dynamique des paquets, sont modifiables dans l'onglet « Stateful » du menu ASQ de
l’arborescence. Ce module, intégré au module ASQ, conserve l'état des connexions et permet
l'analyse des paquets pour la détection d'attaques. Le Stateful vous permet de ne définir, dans les
règles de filtrage, que les règles aller (règle indiquant le sens de la connexion) sans avoir à préciser
la règle retour (réponse de l'hôte contacté par l'émetteur de la connexion).
Le menu de configuration du moteur Stateful est divisé en deux sections : Connexions et
Fragments. Les paramètres configurables dans ces sections sont expliqués dans les tableaux
suivants.
Connexions
© Copyright NETASQ 2006
118
Activer le support
de connexions TCP
semi-ouvertes
Un des correspondants a clos sa connexion pourtant l’autre
continue à émettre des paquets. La connexion est alors
unidirectionnelle.
Conserver les
sessions TCP après
redémarrage
Lorsque cette option est activée, le firewall garde en mémoire le
contexte des connexions lorsqu’il redémarre et les connexions ne
sont donc pas interrompues. Cette option doit être activée pour
que le maintien des connexions soit réalisée lors d’un basculement
de firewalls en haute disponibilité.
Couper la
connexion à la fin
de la période
d’authentification
Cette option permet la clôture des connexions actives à la fin de la
période d’authentification.
Imposer unelimite
MSS
L’IPS-Firewall va redimensionner les paquets TCP (et pas UDP) à
la taille indiquée dans le champ « Limite MSS ». Cette
fonctionnalité est utile pour des connexions de type PPPoE ou
VPN car les paquets ne doivent pas dépasser une certaine taille
(dans le cas contraire ils sont soit fragmentés, soit rejetés). La
valeur conseillée est de 1300 octets.
Attention, l’utilisation de l’option « Activer le support de connexions TCP semiouvertes» est déconseillée. En effet la sélection de cette option permet la transmission de
paquets plus permissifs pour l’intégrité des ressources protégées par l’IPS-Firewall. Cette
option est supportée pour des raisons de compatibilité avec le protocole TCP et n’est à
utiliser qu’en connaissance de cause.
Délais d’expiration standards
Des délais d’expiration standards sont configurables sur l’IPS-Firewall. Ils sont expliqués dans le
tableau suivant :
Connexion TCP
Temps au bout duquel les connexions TCP sont réinitialisées.
Connexion UDP
Temps au bout duquel les connexions UDP sont réinitialisées.
Messages ICMP
Temps de conservation des messages ICMP.
Délais d’expiration avancés
Des délais d’expiration avancés sont configurables sur l’IPS-Firewall. Ils sont expliqués dans le
tableau suivant :
Ouverture de
connexion
Temps maximum admis pour la phase d’ouverture d’une
connexion TCP (SYN, SYN-ACK, ACK).
Fermeture de
connexion
Temps maximum admis pour la phase de fermeture d’une
connexion TCP (FIN, FIN-ACK, FIN, FIN-ACK).
Connexion fermée
Aucune connexion utilisant les mêmes adresses et ports, sources
et destination ne peut débuter durant le délai de « connexion
fermée ».
Connexion fille
Temps durant lequel une
connexion fille est acceptée.
© Copyright NETASQ 2006
tentative
d’établissement
d’une
119
Purge lors de
saturation
Lorsque la table des connexions de l’ASQ est pleine et qu’une
nouvelle tentative de connexion arrive, l’ASQ tente de supprimer
dans sa table, certaines connexions (essentiellement les
connexions en établissement) afin de libérer une place. Il ressaie
dans l’intervalle défini par cette option.
Garder l'état des
fragments
Si cette option a été sélectionnée, le firewall analyse les paquets
IP fragmentés afin de déterminer les éventuelles attaques de type
fragmentation de paquets IP. Si l'option n'est pas sélectionnée, le
firewall ne laisse pas passer les paquets fragmentés.
Taille minimale des
fragments
Taille minimale d’un fragment. Au minimum 140 octets.
Délai d’expiration
des fragments
Temps de conservation des fragments passant par l’IPS-Firewall.
Fragments
© Copyright NETASQ 2006
120
Translation
Une section de la configuration de l’ASQ est réservée à l’analyse de la translation d’adresses sur
l’IPS-Firewall. Le tableau indique les paramètres configurables.
Délai d’expiration
du NAT
Temps au bout duquel les connexions impliquant de la translation
d'adresses sont réinitialisées.
NAT avant le VPN
Les fonctionnalités NAT et VPN ont parfois des incompatibilités.
En effet le VPN IPSec utilise une fonction de hachage pour
authentifier les différents paquets d’une connexion VPN. Cette
focntion de hachage est basée sur les informations contenues
dans l’entête du paquet.
Or les fonctionnalités NAT modifie cet entête. Ainsi l’entête et le
hash VPN ne correspondent plus et le paquet associé est rejeté
par le correspondant VPN distant.
Pour s’affranchir de cette incompatibilité cochez l’option « NAT
avant le VPN » afin que les traitements NAT soient pris en compte
avant le calcul du hash VPN.
La modification du délai d’expiration des sessions NAT entraîne le redémarrage de
l’IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
121
Routage
Les paramètres de configuration du module Routage sont modifiables dans l'onglet « Routage » du
menu ASQ de l’arborescence.
Partage de charge en fonction des hôtes et partage de charge en fonction des connexions
Plusieurs mécanismes, intégrés au firewall NETASQ, apportent à votre installation une haute
disponibilité d'accès. Ainsi, une liaison spécialisée n'est plus nécessaire pour garder une qualité de
service importante et un débit conséquent.
L'option partage de charge de liens des firewalls NETASQ permet d'utiliser deux accès (ou plus)
simultanément (de type ADSL, Numéris ou RTC) pour offrir un service de répartition de charge et
de haute disponibilité. Le firewall NETASQ redirigera les flux vers l'un ou l'autre des deux accès de
façon simultanée. Lorsqu'un des accès devient hors service, le firewall redirige automatiquement
tous les flux vers l'accès restant. Il est possible d'utiliser plusieurs accès de même type (exemple : 2
accès ADSL) ou plusieurs accès différents (exemple : 1 accès ADSL + 1 accès RNIS).
De plus, cette fonctionnalité offre la possibilité d'augmenter la bande passante de l'accès Internet.
En effet, les bandes passantes des accès sont cumulées.
Configuration
Pour réaliser la configuration du partage, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Paramétrez chacun des accès (voir la configuration des Dialup), activez bien l'option
« Route par défaut » pour chacun des accès,
2. Sélectionnez ensuite l'option « Partage de charge en fonction des hôtes », puis activez
chacun des deux accès. Si vous ne sélectionnez pas cette option, vous ne pourrez pas
activer plusieurs accès dialup simultanément.
Lorsque cette option est activée, vous pouvez choisir d'activer le partage de charge de connexion
(partage de charge en fonction des connexions). Cette fonctionnalité vous permet de répartir la
charge en fonction des connexions (pour chaque connexion, un lien dialup est affecté) alors qu'en
fonctionnement normal, la répartition se fait en fonction de la machine source (à chaque adresse IP
est affectée un lien dialup).
© Copyright NETASQ 2006
122
Analyse
Les paramètres de configuration du module Analyse sont modifiables dans l'onglet « Analyse » du
menu ASQ de l’arborescence.
Suivi de données (Data Tracking)
L’IPS-Firewall analyse la cohérence entre les données contenues dans le paquet et son entête ainsi
que la cohérence entre plusieurs paquets fragmentés (pour éviter l’évasion de données).
L’activation ou la désactivation du Suivi de données (Data Tracking) entraîne le
redémarrage de l’IPS-Firewall.
Evaluation des signatures
Cette option permet l’activation des analyses basées sur les signatures contextuelles.
Détection de scan de ports
Si cette option est sélectionnée, l’IPS-Firewall peut détecter les scans de ports y compris les scans
furtifs (scans se basant sur les réponses des machines aux paquets FIN et pas aux paquets SYN.
Ces scans sont, dans la majorité des cas, non tracés au niveau des machines scannées
puisqu'aucun paquet SYN n'a été reçu). Il est possible de déterminer le nombre de ports pouvant
être scannés avant le déclenchement de l'alarme.
Filtrage des messages ICMP automatique
Cette option permet d'autoriser le passage de messages ICMP si ceux-ci sont cohérents dans une
connexion TCP, UDP ou ICMP (filtrage intelligent des paquets ICMP).
Réécriture des numéros de séquences TCP avec un aléa fort
Afin de pallier aux systèmes générant des paquets avec des numéros de séquence peu aléatoires,
il est possible d’activer cette option. L’IPS-Firewall va « réécrire » les paquets avec un numéro de
séquence beaucoup plus imprédictible.
© Copyright NETASQ 2006
123
Alarmes
Pour chacune des attaques gérées par les IPS-Firewalls NETASQ, l’administrateur possédant les
droits « *+M » peut définir si les paquets incriminés doivent être transmis ou détruits et s’il y a lieu
de générer un événement de sécurité possédant un niveau d’alarme, automatiquement enregistré
dans le fichier de trace « alarmes ».
La liste présentée dans cette fenêtre regroupe toutes les attaques et familles d'attaques gérées par
les IPS-Firewalls.
Les alarmes sont divisées en deux catégories :
► Les alarmes de catégorie « Protocole » : associées aux analyses protocolaires de l’ASQ,
► Les alarmes de catégorie « Signatures contextuelles » : associées aux analyses des
signatures contextuelles.
Le module d’analyse par Signatures Contextuelles fait l’objet d’une licence
supplémentaire payante.
© Copyright NETASQ 2006
124
Alarmes protocolaires
La grille se divise en six colonnes :
► la catégorie : les alarmes sont regroupées par catégorie qui sont : IP, TCP, UDP ICMP,
IGMP, misc, DoS, scan, DNS, FTP, HTTP,
► l’action : lorsqu’une alarme est remontée le paquet qui a provoqué cette alarme subit
l’action associée. Elle peut être « bloque » ou passe. Une case grisée indique qu’aucune
modification de l’action n’est possible,
► la réaction : en plus de l’action associée à l’alarme, il est possible de définir une réaction
à la remontée d’une alarme parmi l’envoi d’un mail, la mise en quarantaine de la machine
responsable ou aucune réaction.
► Envoi d’un mail : lorsque le service d’envoi des mails est activé (Voir
« Configuration du service Mail ») il est possible de définir l’envoi d’un mail lorsque
deux facteurs sont réunis : le nombre de fois où l’alarme a été remontée et dans
quel intervalle de temps.
► Mise en quarantaine : cette mise en quarantaine permet de bloquer l’ensemble
des trafics en provenance de la machine responsable de la remontée d’alarme.
Cette quarantaine dynamique est associée à une durée (en minutes) et ne résiste
pas au redémarrage (la liste des machines en quarantaine est réinitialisée lors d’un
redémarrage de l’IPS-Firewall).
► Détail : cette option permet de sauvegarder le paquet responsable de la remontée
d’alarme. La taille des informations sauvegardées dépend du modèle de votre IPS-Firewall.
Ce paquet est alors visualisable grâce au Moniteur Temps réel. (Voir « Moniteur Temps
Réel »).
► le niveau : trois niveaux d’alarmes sont disponibles, ignore, minor et major,
► le message : cela correspond à l’intitulé de l’alarme. Des informations complémentaires
sur l’alarme sont disponibles directement dans le firewall manager grâce aux liens présents
dans cette colonne. La base des alarmes NETASQ recensant toutes les alarmes est
disponible dans la documentation associée à la suite d’administration.
© Copyright NETASQ 2006
125
Profils de protection
Le bouton « Configuration par défaut » vous permet de redéfinir la configuration des alarmes selon
trois profils de protection disponibles (faible, moyen fort).
Aide en ligne
Chaque alarme protocolaire est associée à une explication fournie par NETASQ au moyen d’une
page HTML intégrée dans l’application Firewall Manager. Pour afficher l’aide en ligne d’une alarme
protocolaire, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Sélectionnez l’alarme protocolaire dont vous souhaitez l’explication ;
2. Cliquez sur l’option « Montrer l’aide » pour afficher l’aide correspondante à l’alarme
protocolaire sélectionnée.
Signatures contextuelles
Les attaques correspondant à des erreurs d’implémentation locales clientes ou serveurs sont
bloquées par le module de détection et de prévention d’intrusion par signatures contextuelles. Cette
base complémentaire aux autres analyses permet d’affiner l’analyse globale du trafic réalisé par
l’IPS-Firewall NETASQ en gommant les inconvénients des systèmes des pattern matching
habituels (comme les IDS) comme, par exemple, les faux positifs. De plus, grâce à la sauvegarde
du contexte, le système NETASQ est plus efficace.
Les signatures contextuelles de l’ASQ sont divisées dans l’interface graphique du Firewall Manager
selon les fonctions qu’elles réalisent, les attaques qu’elles préviennent ou les trafics qu’elles
surveillent. Dans la version 6.1, les signatures contextuelles sont divisées en de nombreuses
catégories : Filtrage de contenu, Mail, WEB, Cross Site Scripting, FTP, Malware, SQL injection,
Services vulnérables…
De la même façon que pour les alarmes protocolaires, la grille se divise en six colonnes :
► la catégorie : les alarmes sont regroupées par contexte. Ainsi les signatures s’appliquent
que dans un certain contexte ce qui permet de baisser le nombre de faux positifs et
d’obtenir de meilleures performances.
© Copyright NETASQ 2006
126
► l’action : lorsqu’une alarme est remontée le paquet qui a provoqué cette alarme subit
l’action associée. Elle peut être « bloque » ou passe. Une case grisée indique qu’aucune
modification de l’action n’est possible,
► la réaction : en plus de l’action associée à l’alarme, il est possible de définir une réaction
à la remontée d’une alarme parmi l’envoi d’un mail, la mise en quarantaine de la machine
responsable ou aucune réaction.
► Envoi d’un mail : lorsque le service d’envoi des mails est activé (Voir
« Configuration du service Mail ») il est possible de définir l’envoi d’un mail lorsque
deux facteurs sont réunis : le nombre de fois où l’alarme a été remontée et dans
quel intervalle de temps.
► Mise en quarantaine : cette mise en quarantaine permet de bloquer l’ensemble
des trafics en provenance de la machine responsable de la remontée d’alarme.
Cette quarantaine dynamique est associée à une durée (en minutes) et ne résiste
pas au redémarrage (la liste des machines en quarantaine est réinitialisée lors d’un
redémarrage de l’IPS-Firewall).
► Détail : cette option permet de sauvegarder le paquet responsable de la remontée
d’alarme. La taille des informations sauvegardées dépend du modèle de votre IPS-Firewall.
Ce paquet est alors visualisable grâce au Moniteur Temps réel. (Voir « Moniteur Temps
Réel »).
► le niveau : trois niveaux d’alarmes sont disponibles, ignore, minor et major,
► nouveau : ce paramètre indique la signature contextuelle est nouvelle dans la liste des
signatures contextuelles téléchargée sur le site WEB NETASQ. Cette signature contextuelle
reste validée « Nouveau » tant que l’administrateur ne l’a pas décochée.
► le message : cela correspond à l’intitulé de l’alarme. Des informations complémentaires
sur l’alarme sont disponibles directement dans le firewall manager grâce aux liens présents
dans cette colonne. La base des alarmes NETASQ recensant toutes les alarmes est
disponible dans la documentation associée à la suite d’administration.
Profils de protection
Le bouton « Configuration par défaut » vous permet de redéfinir la configuration des alarmes selon
trois profils de protection disponibles (faible, moyen, fort ou Internet). Le profil « Internet » est
notamment tout à fait adapté à la prévention des menaces en provenance d’Internet.
Nouvelles signatures
La bonne configuration des signatures contextuelles, notamment en terme d’actions (remontées
d’alarmes, blocage des trafics associés…), garantit la pertinence de l’action de l’IPS-Firewall sur les
trafics surveillés par ces signatures et la sécurité des ressources que l’IPS-Firewall protège. Or ces
signatures contextuelles sont régulièrement mises à jour par NETASQ et la gestion des actions
entreprises par ces signatures est fastidieuse pour l’administrateur car il doit vérifier régulièrement
l’apparition de nouvelles signatures et configurer l’action de celles-ci.
Ainsi l’option « Nouvelles signatures » du sous-menu « Signatures contextuelles » permet une
« pré-configuration » du comportement des futures signatures contextuelles qui seront téléchargées
lors du processus de mise à jour de la base de signatures contextuelles. Cette pré-configuration
s’effectue par catégorie. Toutes les signatures appartenant à une catégorie donnée seront
configurées avec les paramètres définis par l’administrateur.
© Copyright NETASQ 2006
127
Le tableau suivant indique les options du menu « Nouvelles signatures » :
Classification des
signatures
La pré-configuration du comportement des futures signatures
s’effectue par catégorie. La liste présentée par le champ
« Classification des signatures » désigne l’ensemble des
catégories doivent être configurées.
La catégorie « Nouvelles catégories » fait référence aux catégories
de signatures contextuelles qui n’existent pas encore.
Modèle
Tel que pour les signatures déjà téléchargées, il est possible
d’appliquer pour les futures signatures, un modèle ou profil de
protection parmi faible, moyen, fort, internet ou personnalisé.
Pour le modèle personnalisé, l’administrateur doit définir les
actions par défaut associées à ces nouvelles signatures
contextuelles.
Valeurs par défaut
Disponibles uniquement lors de la définition d’un modèle
personnalisé, ces options permettent la définition des actions par
défaut (action : bloquer ou passer, niveau : majeur, mineur ou
ignorer et le dump du paquet) associées aux nouvelles signatures
de la catégorie sélectionnée.
Aide en ligne
Chaque signature contextuelle est associée à une explication fournie par NETASQ au moyen d’une
page HTML intégrée dans l’application Firewall Manager. Pour afficher l’aide en ligne d’une
signature contextuelle, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Sélectionnez la signature contextuelle dont vous souhaitez l’explication ;
2. Cliquez sur l’option « Montrer l’aide » pour afficher l’aide correspondante à la signature
contextuelle sélectionnée.
© Copyright NETASQ 2006
128
Listes
Ce menu de la configuration de l’ASQ est divisé en deux parties les listes noires et les listes
blanches.
Quarantaine
Ce menu vous permet de configurer une quarantaine statique (cette quarantaine est différente de la
quarantaine dynamique évoquée plus haut, Voir « Quarantaine dynamique »). Cette quarantaine
© Copyright NETASQ 2006
129
permet d’interdire tous les trafics en provenance d’une machine, à destination d’une machine ou
entre deux machines.
Le menu de configuration des listes noires se présente sous la forme d’une grille représentant les
hôtes et leur correspondant (si cela est nécessaire) actuellement en liste noire.
Pour ajouter une entrée dans cette grille, suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez l’hôte que vous désirez mettre en quarantaine statique grâce au bouton
« Hôte » de la barre d’action située au bas du menu,
2. Sélectionnez l’hôte correspondant pour la mise en quarantaine (tous les trafics, dans les
deux sens, entre ces machines seront interdits). Si vous désirez interdire tous les trafics
vers (ou en provenance) de n’importe quelle autre machine, veuillez laisser le champ
« Hôte correspondant » vide,
3. Ajoutez l’entrée en sélectionnant le bouton « Ajouter l’hôte ».
Le bouton « Enlever » vous permet de supprimer l’entrée sélectionnée.
Le bouton « Ajout multiple » vous permet de sélectionner simultanément plusieurs hôtes à placer en
liste noire. Ce bouton ajoutera alors une entrée qui interdit les trafics entre l’hôte et toutes les autres
machines.
Exclusion
Ce menu permet d’exclure une machine d’un groupe qui aurait été mis en quarantaine statique.
Le menu de configuration des exclusion de listes noires se présente sous la forme d’une grille
représentant les hôtes et leur correspondant (si cela est nécessaire) actuellement en exclus de la
liste noire.
Pour ajouter une entrée dans cette grille, suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez l’hôte que vous désirez exclure de la quarantaine statique grâce au bouton
« Hôte » de la barre d’action située au bas du menu,
2. Sélectionnez l’hôte correspondant pour l’exclusion de la quarantaine (tous les trafics,
dans les deux sens, entre ces machines ne seront pas interdits). Si vous désirez ne pas
interdire tous les trafics vers (ou en provenance) de n’importe quelle autre machine, veuillez
laisser le champ « Hôte correspondant » vide,
© Copyright NETASQ 2006
130
3. Ajoutez l’entrée en sélectionnant le bouton « Ajouter l’hôte ».
Le bouton « Enlever » vous permet de supprimer l’entrée sélectionnée.
Le bouton « Ajout multiple » vous permet de sélectionner simultanément plusieurs hôtes à placer
exclusion de liste noire. Ce bouton ajoutera alors une entrée qui permettra d’exclure de la liste noire
les trafics entre l’hôte et toutes les autres machines.
Bypass ASQ
Ce menu vous permet de configurer une liste blanche de machines. Autrement appelée Bypass,
cette liste de contournement de l’ASQ permet de définir les trafics qui ne doivent pas être soumis à
l’analyse de l’ASQ.
La configuration d’une liste blanche de machines entraine une très forte diminution
de la sécurité des ressources et infrastructures protégées par l’IPS-Firewall. En effet
AUCUNE analyse ni politique de filtrage n’est appliquée au trafic concerné par la liste
blanche (dans les deux sens).
Le menu de configuration des listes blanches se présente sous la forme d’une grille représentant
les hôtes et leur correspondant (si cela est nécessaire) actuellement en liste blanche.
Pour ajouter une entrée dans cette grille, suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez l’hôte que vous désirez mettre en liste blanche grâce au bouton « Hôte » de
la barre d’action située au bas du menu,
2. Sélectionnez l’hôte correspondant pour la mise en liste blanche (tous les trafics, dans les
deux sens, entre ces machines ne seront pas analysés par l’ASQ). Si vous désirez
contourner l’analyse de l’ASQ pour tous les trafics vers (ou en provenance) de n’importe
quelle autre machine, veuillez laisser le champ « Hôte correspondant » vide,
3. Ajoutez l’entrée en sélectionnant le bouton « Ajouter l’hôte ».
Le bouton « Enlever » vous permet de supprimer l’entrée sélectionnée.
© Copyright NETASQ 2006
131
Le bouton « Ajout multiple » vous permet de sélectionner simultanément plusieurs hôtes à placer en
liste blanche. Ce bouton ajoutera alors une entrée qui contourne l’ASQ pour les trafics entre l’hôte
et toutes les autres machines.
Exclusion
Ce menu permet d’interdire qu’une machine soit placée en liste blanche.
Le menu de configuration des exclusion de listes blanches se présente sous la forme d’une grille
représentant les hôtes et leur correspondant (si cela est nécessaire) actuellement en exclus de la
liste blanche.
Pour ajouter une entrée dans cette grille, suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez l’hôte que vous désirez exclure de la liste blanche grâce au bouton « Hôte »
de la barre d’action située au bas du menu,
2. Sélectionnez l’hôte correspondant pour l’exclusion de la liste blanche. Si vous désirez
interdire que tous les trafics vers (ou en provenance) de n’importe quelle autre machine soit
placés en liste blanche, veuillez laisser le champ « Hôte correspondant » vide,
3. Ajoutez l’entrée en sélectionnant le bouton « Ajouter l’hôte ».
Le bouton « Enlever » vous permet de supprimer l’entrée sélectionnée.
Le bouton « Ajout multiple » vous permet de sélectionner simultanément plusieurs hôtes à placer
exclusion de liste blanche. Ce bouton ajoutera alors une entrée qui permettra d’exclure de la liste
blanche les trafics entre l’hôte et toutes les autres machines.
Priorité en liste noire, liste blanche et filtrage.
Un paquet (pas de notion de sens) est systématiquement refusé s’il correspond à une entrée de la
liste noire, quelle que soit la liste blanche et la politique de filtrage.
La vérification de liste noire faite, un paquet absent (de la liste noire) est systématiquement autorisé
s’il correspond à une entrée dans la liste blanche, quelle que soit la politique de filtrage, sans
passer par les analyses de l’ASQ (protocolaires et signatures contextuelles).
© Copyright NETASQ 2006
132
Sonde
Les paramètres de configuration du module Probe sont modifiables dans l'onglet « Sonde » du
menu ASQ de l’arborescence.
Ce menu présente une liste de services potentiellement dangereux utilisés fréquemment par des
chevaux de Troie notamment ou des vers. Lorsqu’un de ces services est utilisé cela remonte
l’alarme « Sonde de port » si et seulement si aucune règle de filtrage n’est associé au paquet en
question. Le paquet descend la liste des règles sans être traité.
Grâce aux boutons d’action au bas de la fenêtre vous pouvez modifier cette liste suivant les ports
que vous désirez surveiller. La grille se divise en cinq parties :
► l’état : pour désactiver, sans supprimer la sonde de ce port,
► le port : le numéro du port à surveiller,
► le protocole : le protocole véhiculant des paquets malveillants
► la catégorie : plusieurs catégories sont disponibles (exploit, worm, p2p, relaying, …)
► le message : un commentaire que vous pouvez indiquer librement.
© Copyright NETASQ 2006
133
Plugins
La nouveauté de la nouvelle version de l’ASQ est son architecture optimisée à plugins
protocolaires. Ces plugins réalisent une étude approfondie des données qui transitent dans les
paquets, notamment en vérifiant leur cohérence par rapport aux entêtes, aux protocoles
correspondants.
Les paramètres de configuration des plugins protocolaires sont modifiables dans l'onglet « Plugins »
du menu ASQ de l’arborescence.
Les fonctionnalités disponibles pour les plugins actuels sont présentées dans le tableau suivant :
Etat
Activation ou désactivation du plugin.
Activation
automatique
Si le plugin est activé, il est automatiquement utilisé à la
découverte d’un paquet correspondant dans les règles de filtrage.
Fermer la
connexion à
l’attachement du
plugin
Lorsque le plugin s’active automatiquement sur un trafic, la
connexion qui a déclenchée l’activation automatique du trafic est
fermée. Les paquets sont alors bloqués.
Traces
Activation ou désactivation de la remontée des logs concernant le
plugin.
Shout Cast (HTTP
uniquement)
Support du Shout Cast.
Webdav (HTTP
uniquement)
Support du WebDav.
RFC 775 (FTP
uniquement)
Respect et support des fonctionnalités de parcours des
répertoires du protocole FTP.
Authentification
SSL (FTP
uniquement)
Activation du support de l’authentification SSL pour la protocole
FTP.
© Copyright NETASQ 2006
134
Pas de validation
d’authentification
Cette option permet de rendre la séquence d’authentification sur
un serveur FTP, facultative.
Les tampons du plugin HTTP (Onglet Propriétés)
La gestion des débordements de tampons (ou Buffer Overflow) est primordiale chez NETASQ, c’est
pourquoi la définition des tailles maximales permises pour les tampons dans le cadre du protocole
HTTP est particulièrement développée.
Tampon URL
Nombre maximum d’octets pour l’URL incluant les attributs de
formatage.
Tampon BODY
Nombre maximum d’octets pour le champ BODY incluant les
attributs de formatage.
Tampon COOKIE
Nombre maximum d’octets pour le champ COOKIE incluant les
attributs de formatage.
Tampon HOST
Nombre maximum d’octets pour le champ HOST incluant les
attributs de formatage.
Tampon
CONTENTTYPE
Nombre maximum d’octets pour le champ CONTENTTYPE
incluant les attributs de formatage.
Tampon
AUTHORIZATION
Nombre maximum d’octets pour le champ AUTHORIZATION
incluant les attributs de formatage.
Opérations
autorisées
Liste des commandes HTTP autorisées, séparées par des
virgules. Longueur maximum de 128 caractères.
Opérations
interdites
Liste des commandes HTTP interdites, séparées par des virgules.
Longueur maximum de 128 caractères.
Les tampons du plugin FTP (Onglet Propriétés)
Les différents tampons FTP pouvant être gérés sont indiqués dans le tableau suivant :
Tampon LINE
Nombre maximum d’octets pour une ligne FTP incluant les
attributs de formatage.
Tampon PASS
Nombre maximum d’octets pour le mot de passe FTP incluant les
attributs de formatage.
Tampon PATH
Nombre maximum d’octets pour le chemin FTP incluant les
attributs de formatage.
Tampon SITE
Nombre maximum d’octets pour le SiteString FTP incluant les
attributs de formatage.
Tampon USER
Nombre maximum d’octets pour le nom d’utilisateur FTP incluant
les attributs de formatage.
Opérations
autorisées
Liste des commandes FTP autorisées, séparées par des virgules.
Longueur maximum de 128 caractères.
Opérations
interdites
Liste des commandes FTP interdites, séparées par des virgules.
Longueur maximum de 128 caractères.
© Copyright NETASQ 2006
135
Les tampons du plugin DNS (Onglet Propriétés)
Les différents tampons DNS pouvant être gérés sont indiqués dans le tableau suivant :
Tampon NAME
Nombre maximum d’octets pour le champ NAME d’une requête
DNS.
Particularité des plugins « Stream » et « Packet »
Ces plugins permettent la vérification des données liées à aucun protocole en particulier. Cette
option, une fois activée, n’est utilisée par le firewall que si aucun autre plugin ne s’active lors de
l’analyse du paquet en question. Cette option est cochée par défaut pour vous offrir un maximum de
sécurité, l’inconvénient est que les performances du firewall en sont réduites. Vous pouvez
désactiver cette option, cela aura pour conséquence de garantir de meilleures performances mais
la sécurité de vos données sera moindre. Le plugin « Stream » est associé au protocole TCP et le
plugin « Packet » à l’UDP.
© Copyright NETASQ 2006
136
Chapitre IV
NAT, filtrage, VPN et QoS
© Copyright NETASQ 2006
137
Section A
Translation d'adresses
© Copyright NETASQ 2006
138
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-configuration, intégration,
► Configuration réseau,
► Configuration des objets.
Pour cette section, vous devez connaître
► Les machines dont vous souhaitez translater l'adresse IP.
Utilité de la section
Cette section vous permet de définir les objets dont vous voulez translater l'adresse.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le menu « Politique > NAT » de l’arborescence de l’interface
graphique.
Vous devez être connecté avec les privilèges de modification pour pouvoir effectuer ces
modifications.
Avant d'effectuer toute modification importante sur votre Firewall NETASQ, nous vous conseillons
d'effectuer une sauvegarde. Ainsi, en cas de mauvaise manipulation vous pourrez vous retrouver
dans l'état précédent. Pour plus d'informations sur les sauvegardes, veuillez vous référer au
chapitre Sauvegardes et Mise à jour.
Introduction à cette section
Les tables de translation d'adresses sont stockées sur le Firewall NETASQ dans des slots (fichiers
de configuration numérotés de 01 à 10).
Chaque slot peut être programmé à une heure précise de la semaine, en écrasant la configuration
du slot précédemment activé.
© Copyright NETASQ 2006
139
Présentation
Lorsque vous sélectionner le sous menu « Politique > NAT » une boîte de dialogue s’affiche, elle
vous permet de manipuler les slots associés à la translation d'adresses.
Elle est découpée en deux zones :
Gauche
Liste des slots
Droite
Actions sur le slot sélectionné
Liste des slots
Dans cette partie de la boite de dialogue se trouve la liste des slots. Il en existe 10, numérotés de
01 à 10.
Chaque slot possède un nom, une date/heure de mise en activité et la date de dernière modification
effectuée sur ce slot. La programmation de l’activation de ces slots se fait grâce au programmateur
horaire (Section D « programmateur horaire »).
Le slot en cours d'activité est indiqué par une petite flèche verte à gauche de son nom. Un slot est
dit "en activité" lorsque les paramètres qu'il contient sont en service. Il ne peut y avoir plus d'un slot
en activité car les paramètres du dernier slot activé écrasent ceux du slot activé précédemment.
Si vous modifiez un slot, vous devez le réactiver pour prendre en compte les modifications. Un slot
modifié mais non réactivé est notifié par l'icône
à la place de la flèche verte habituelle.
Il est possible qu'il n'y ait aucun slot en activité, cela implique qu'aucune translation d'adresses n'est
active.
Chaque slot ne doit pas obligatoirement contenir des paramètres.
Un slot pour lequel il n'existe pas de fichier de configuration sur le Firewall NETASQ est affiché
sous le nom « vide » dans la liste.
Un slot est dit sélectionné quand vous faites un simple clic de la souris sur son nom. La sélection
faite, vous pouvez l'éditer ou l'activer.
© Copyright NETASQ 2006
140
Actions sur le slot sélectionné
Quand un slot est sélectionné, vous pouvez réaliser différentes actions :
Editer
Modifier les règles de translation d'adresses associées à ce slot.
Activer
Activer immédiatement un slot : les paramètres enregistrés dans
ce slot écrasent les paramètres en vigueur. Lorsqu’on sélectionne
un slot déjà activé ce bouton ce transforme en un bouton
« désactiver » pour réaliser l’action de désactivation.
Programmer
Donner l'heure et le ou les jours auxquels le fichier va s'activer
automatiquement.
Effacer
Efface le slot et toutes ses informations.
Désactiver
Désactive le slot actuellement activé. Aucune translation
d'adresse n'est alors effectuée.
Fermer
Retour à l'écran principal.
© Copyright NETASQ 2006
141
Edition d'un slot de translation
Reportez-vous à la procédure suivante pour éditer un slot de translation :
1. Sélectionnez un slot dans la liste des slots de translation,
2. Cliquez sur le bouton « Editer » de la boite de dialogue contenant la liste des slots de
translation.
La fenêtre d’édition d’un slot de translation apparaît. Elle est composée de plusieurs parties :
► Une zone comportant les règles de translation sous la forme d'un tableau ;
► Un menu « Drag’n Drop » ;
► Un analyseur de cohérence et de conformité des règles ;
► Une zone d'actions possibles.
Règles de translation
Statut
La règle est utilisée par l’IPS-Firewall NETASQ,
La règle est désactivée.
Action
Définit le type de translation que vous désirez effectuer. La
translation peut être unidirectionnelle, bidirectionnelle, une
redirection ou un partage de charge et s'effectuer entre toutes les
interfaces du Firewall.
Option
Les options permettent d'ajouter deux types de services
particuliers, FTP actif (DOS) et Real Audio (anciennes versions),
qui font figurer les adresses sources dans les champs de
données des paquets TCP/IP. Ces services nécessitent donc un
traitement particulier lors de la translation d'adresses.
Original Source
Adresse IP non translatée. Un double clic sur cette zone permet
de choisir l’objet associé. Le sélecteur d’objets n’affiche que les
objets disponibles pour ce champ.
Destination
Destination du trafic qui nécessite une translation. Un double clic
sur cette zone permet de choisir l’objet associé. Le sélecteur
© Copyright NETASQ 2006
142
d’objets n’affiche que les objets disponibles pour ce champ.
Port de destination
Port de destination du trafic qui nécessite une translation. Un
double clic sur cette zone permet de choisir l’objet associé. Le
sélecteur d’objets n’affiche que les objets disponibles pour ce
champ.
Translaté
Adresse IP translatée (modifiée par le firewall). Un double clic sur
cette zone permet de choisir l’objet associé. Le sélecteur d’objets
n’affiche que les objets disponibles pour ce champ.
Commentaires
Commentaires que vous pouvez associer à cette règle de
translation.
En exemple, on peut indiquer que tout le trafic de l’ « original source », à destination du port « Port
de la destination » de la machine « Destination », est redirigé vers la machine « translaté ».
Lorsqu’un icône ressemblant à un point d’interrogation dans un cercle rouge
apparaît dans un champ cela signifie que ce champ est obligatoire pour la règle de
translation.
Attention, n'activez les options que si vous êtes sûrs de vouloir utiliser ces services.
Ils ralentissent le traitement des paquets et peuvent être source de conflits.
Mode Avancé
L'affichage détaillé permet d'accéder aux colonnes interfaces et port translaté. Pour obtenir
l'affichage détaillé, cliquez sur le bouton « Mode Avancé »
.
Interface
Interface sur laquelle s’applique la règle de translation. Par
défaut, le firewall la sélectionne automatiquement en fonction de
l'opération et des adresses IP source et destination. Il est
possible de la modifier pour appliquer la règle sur une autre
interface.
Port translaté
Port vers lequel est faite la translation. Surtout utilisé pour
préciser une plage de port vers lesquels s'effectue la translation
d'adresse unidirectionnelle ou pour réaliser de la translation de
port (pour rediriger une connexion demandée sur le port XX vers
le port YY). Un double clic sur cette zone permet de choisir l’objet
associé. Le sélecteur d’objets n’affiche que les objets disponibles
pour ce champ.
Opération
© Copyright NETASQ 2006
143
Cette zone de la boîte de dialogue contient une grille vous permettant de définir les translations
d'adresses à appliquer. Les différentes possibilités (Opération) sont :
Translation unidirectionnelle (map)
La translation d'adresses unidirectionnelle vous permet de convertir des adresses IP réelles de vos
réseaux (interne, externe ou DMZ) en une adresse IP virtuelle sur un autre réseau (interne, externe
ou DMZ) lors du passage par le firewall. L'adresse source est changée en adresse destination
uniquement si la connexion provient de la machine source (unidirectionnelle).
La translation unidirectionnelle est généralement utilisée pour masquer les adresses IP en sortie du
firewall.
Il faut préciser la plage de ports translatés en affichage détaillé pour éviter les conflits de ports.
Les plages d’adresse sont supportées par l’action « map ». Une fois que les ports de la première
adresse sont tous utilisés, les ports de la seconde adresse sont utilisés…
Définition de la règle
Indiquez en origine l’adresse IP réelle (privée) de la machine ou du réseau, et en adresse translatée
l'adresse IP virtuelle que vous désirez affecter.
No map
Il est possible de retirer une machine, comprise dans un réseau translaté, de l'opération de
translation de type map.
L'adresse de cette machine ne sera alors pas translatée au travers du firewall.
Définition de la règle
L'origine est la machine qui ne doit pas être translatée. Choisissez l'option no map et n'indiquez rien
dans la colonne "Translaté".
Cette règle doit forcément être suivie d'une règle de type map.
Pour une règle no map, vous devez spécifier l'interface du firewall sur laquelle
l'opération de no map sera effectuée (cette interface est la même que pour l'opération map
associée).
Vous pouvez consulter les Exemples de configurations de translation d'adresses en Annexe pour
une meilleure compréhension de ces choix.
Translation bidirectionnelle (map bidirectionnel)
La translation d'adresses bidirectionnelle vous permet de convertir une adresse IP (ou N adresses
IP) en une autre (ou en N adresses IP) lors du passage par le firewall, quelle que soit la provenance
de la connexion.
Pour une règle de bi-map de N vers N, les plages d’adresses, réseaux ou groupes
d’hôtes original et translaté doivent être de même taille.
La translation bidirectionnelle est généralement utilisée pour donner accès à un serveur depuis
l'extérieur avec une adresse IP publique qui n'est pas l'adresse réelle de la machine.
Les plages d’adresses sont supportées par l’action « bi-map ». Les adresses sources et translatées
sont utilisées dans l’ordre : la plus « petite » adresse du champ source est translaté vers la plus
« petite » adresse du champ translaté.
Définition de la règle
© Copyright NETASQ 2006
144
L'adresse IP origine correspond à l'adresse physique de la machine et l'adresse IP translatée à
l'adresse IP virtuelle utilisée.
Redirection de port (redirection)
La redirection de port permet de rediriger les paquets en provenance d’une ou plusieurs sources à
destination d'une ou plusieurs adresses IP avec un port identique vers une autre adresse IP/ N° de
port.
Ceci permet de rediriger le flux vers la machine concernée, à partir d'une seule adresse IP publique,
en fonction du numéro de port.
Les numéros de port sont accessibles en affichage détaillé.
Définition de la règle
L'adresse IP publique utilisée correspond à l'adresse origine et l'adresse de redirection à l'adresse
translatée.
Partage de charge (split)
Le partage de charge redirige les flux à destination d'une adresse IP vers plusieurs machines
(groupe de machines). Il est possible de préciser les ports des adresses à rediriger en affichage
détaillé.
Dans cette version, le partage est fait séquentiellement, sans vérifier l'accessibilité des machines.
Définition de la règle
Le pool d'adresses IP utilisé (groupe de machines) correspond à la partie translatée, l'origine étant
l'adresse IP à contacter.
Vous pouvez consulter les Exemples de configurations de translation d'adresses en Annexe pour
une meilleure compréhension de ces choix.
Actions possibles
Nom du slot
Nom donné au fichier de configuration.
Commentaire
Commentaire indicatif associé au slot de translation
Mode avancé
Affichage des paramètres de configuration avancés de la
translation d’adresses.
Insérer une ligne vierge après la ligne sélectionnée.
Insérer
Supprimer la ligne sélectionnée.
Effacer
Flèche vers le haut
Placer la ligne sélectionnée avant la ligne directement au dessus.
Flèche vers le bas
Placer la ligne sélectionnée après la ligne directement en
dessous.
Insérer un
séparateur
Cette option permet d’insérer un séparateur au dessus de la ligne
sélectionnée afin d’indiquer un commentaire sur une ligne de
© Copyright NETASQ 2006
145
.
l’édition de la translation d’adresses. Pour définir un séparateur, il
s’agit d’indiquer un commentaire et une couleur pour ce
séparateur.
Imprimer
Ouvrir la boîte de dialogue d'Impression permettant d'imprimer
vos règles de translation.
Envoyer
Envoyer le fichier de configuration à l’IPS-Firewall NETASQ, et le
programmer à l'heure d'activation spécifiée.
Annuler
Annuler les modifications depuis le dernier envoi à l’IPS-Firewall
NETASQ et revenir à la liste des slots.
Une ligne est dite sélectionnée quand un de ses éléments est sélectionné (en inverse vidéo).
En plus de ces actions, vous pouvez utiliser pour chaque cellule du tableau les fonctionnalités de
copier coller standard :
► Soit avec la souris (clic bouton droit),
► Soit avec les touches CTRL-C pour copier, CTRL-V pour coller,
► Soit avec les touches CTRL-Insert pour copier, Shift-Insert pour coller.
Menu contextuel
Le menu contextuel est activable par un clic droit sur une ligne sélectionnée dans la grille. Les
différentes actions proposées sont des raccourcis aux boutons équivalents situés dans la barre
d'outils.
Menu Drag & Drop
Comme son l’indique le menu « Drag’n Drop » permet en un Drag & Drop de positionner dans les
règles de translation, les objets configurés dans le chapitre précédent. L’opération de Drag & Drop
consiste à :
1. Sélectionner un objet,
2. Maintenir le bouton de souris enfoncé,
3. Réaliser un glissement de l’objet vers grille de règles,
4. Enfin y déposer l’objet.
© Copyright NETASQ 2006
146
Lorsque l’administrateur réalise une opération de Drag’n Drop, les champs disponibles pour l’objet
sélectionné apparaissent en surbrillance.
Le menu de sélection des types d’objet situé à gauche du menu Drag’n Drop permet de
sélectionner le type d’objet affiché dans la grille.
Affichage de la grille
L’affichage des données contenues dans la grille peut être défini suivant les préférences de
l’administrateur parmi les options d’affichage : grandes icônes, petites icônes, détaillé ou en liste.
Options d’affichage
Deux options d’affichage des données de la grille du menu Drag’n Drop sont disponibles.
Montrer que les objets utilisés
Comme son nom l’indique, cette option permet d’afficher dans la grille que les objets qui sont
actuellement utilisés dans les règles de translation.
Montrer les objets spéciaux
Les objets spéciaux sont les objets créés par défaut par l’IPS-Firewall et qui seront utilisés à
l’activation des services associés (par exemple : Firewall_pptpXX, Firewall_dialupXX,
Firewall_ipsec…). Ces objets rendent la lecture générale difficile et sont cachés par défaut.
Analyseur de cohérence et de conformité des règles
La politique de translation d’un IPS-Firewall est un des éléments les plus importants pour la sécurité
des ressources que l’IPS-Firewall protège. Bien que cette politique évolue sans cesse, s’adapte aux
nouveaux services, aux nouvelles menaces, aux nouvelles demandes des utilisateurs, elle doit
conserver une cohérence parfaite afin que des failles n’apparaîssent pas dans la protection que
propose l’IPS-Firewall.
L’enjeu est d’éviter la création de règles qui en inhiberait une autre. Lorsque la politique de
translation est conséquente, le travail de l’adminstrateur est d’autant plus fastidieux que ce risque
s’accroît. De plus lors de la configuration avancée de certaines règles de translation très
spécifiques, la multiplication des options pourrait entraîner la création d’une règle erronée, ne
correspondant plus aux besoins de l’administrateur.
Pour éviter ces écueils, l’écran d’édition des règles de translation des IPS-Firewalls dispose d’un
analyseur de cohérence et de conformité des règles qui prévient l’administrateur en cas d’inhibition
d’une règle par une autre ou d’erreur sur une des règles qui a été créées.
Divisé en deux onglets, cet analyseur regroupe les erreurs de création de règles dans l’onglet
« Erreurs » et les erreurs de cohérence dans les règles dans l’onglet « Avertissements ».
© Copyright NETASQ 2006
147
Section B
Filtrage
© Copyright NETASQ 2006
148
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-configuration, intégration,
► Configuration réseau,
► Configuration des objets,
► Politique de translations.
Pour cette section, vous devez connaître
La politique de sécurité que vous voulez instaurer.
Utilité de la section
Cette section vous permet de définir les règles de filtrage. C'est le "cœur" de votre politique de
sécurité.
Vous définissez ici qui utilise quoi, quand et comment.
Vous pouvez aussi bien limiter l'accès de l'intérieur vers l'extérieur et/ou la DMZ que de l'extérieur
vers l'intérieur et/ou la DMZ...
Vous pouvez aussi définir les règles d'authentification pour vos utilisateurs : services ou machines
nécessitant une authentification.
Introduction à cette section
La technologie ASQ inclut un moteur de filtrage dynamique des paquets (stateful inspection) avec
optimisation des règles permettant l’application de la politique de filtrage de manière sûre et rapide.
La mise en œuvre des fonctions de filtrage est basée sur la confrontation des attributs de chaque
paquet IP reçu aux critères de chaque règle du slot de filtrage actif. Le filtrage porte sur tous les
paquets sans exception. Les critères des règles de filtrage sont :
► l’interface de réception des paquets IP couverts par la règle,
► la ou les machines à l’origine des flux d ’information couverts par la règle,
► le ou les protocoles IP, les services TCP/UDP ou les types de messages ICMP des flux
d’information couverts par la règle,
► la ou les machines destinataires des flux d ’information couverts par la règle,
► l’utilisateur ou le groupe d ’utilisateurs autorisés par la règle.
Les attributs des paquets IP qui sont confrontés aux quatre premiers critères cités sont évidemment
extraits des en-têtes Ethernet, IP, ICMP, UDP ou TCP des trames. En ce qui concerne l’utilisateur
ou le groupe d’utilisateurs autorisés par la règle, à partir du moment où un utilisateur s’est identifié
et authentifié avec succès à partir d’une machine donnée, l’IPS-Firewall note ce fait et attribue le
nom de login de cet utilisateur à tous les paquets IP présentant l’adresse de cette machine comme
adresse IP source. En conséquence, les règles qui spécifient l’authentification des utilisateurs,
© Copyright NETASQ 2006
149
même sans préciser de contraintes sur les utilisateurs autorisés, ne peuvent s’appliquer qu’à des
paquets IP émis d’une machine à partir de laquelle un utilisateur s’est préalablement authentifié.
Chaque règle de filtrage peut spécifier une action de contrôle et une action de journalisation. Il y a
quatre valeurs possibles pour l ’action de contrôle :
► passer : le paquet est accepté et n’est pas confronté aux règles suivantes,
► bloquer : le paquet est détruit silencieusement,
► réinitialiser : le paquet est détruit et un signal TCP RST (cas TCP) ou ICMP unreachable
(cas UDP) est envoyé à l’émetteur,
► aucune : le paquet est confronté aux règles suivantes (sert à spécifier une action de
journalisation uniquement).
Si aucune règle de filtrage n’est applicable au paquet, ou si les seules qui le sont ne spécifient
« aucune » action de contrôle, le paquet est détruit silencieusement.
Il convient de noter qu’à proprement parler, pour un ensemble de paquets IP liés à un même
échange au niveau transport (connexion TCP, pseudo-connexion UDP ou ICMP), l’IPS-Firewall ne
confronte que le paquet initial de l’échange aux règles du slot de filtrage courant. À la réception de
tout paquet IP, préalablement à l’application des règles du slot de filtrage courant, le paquet est
comparé aux connexions / pseudo-connexions actuellement établies. Si les attributs et les
paramètres du paquet correspondent aux critères et à l’état d’une de ces connexions / pseudoconnexions, il est autorisé à passer sans être soumis aux règles de filtrage. Ce mécanisme permet
notamment de gérer les échanges bi-directionnels (notamment les connexions TCP) sans avoir à
définir une règle de filtrage dans les deux sens de traversée de l’IPS-Firewall.
Des règles de filtrage implicites sont générées par l’IPS-Firewall en liaison avec la configuration
d’autres fonctions de sécurité. Ce sont les règles correspondant à : l’administration à distance du
IPS-Firewall, l’authentification des utilisateurs et l’établissement des VPN. Par ailleurs, des règles
de filtrage dynamiques sont également générées pour les protocoles nécessitant des connexions
filles.
À tout instant du fonctionnement d’un IPS-Firewall, il y a un slot de filtrage actif.
Les tables de filtrage sont stockées sur le Firewall NETASQ dans des slots (fichiers de
configuration numérotés de 01 à 10). Chaque slot peut être programmé à une heure précise de la
semaine, en écrasant la configuration du slot précédemment activé.
Le principe est simple : quand un paquet arrive au Firewall NETASQ (les règles de filtrage ne
s’appliquant qu’en entrée d’interface, l’IPS-Firewall se fait confiance à lui-même pour les trafics qu’il
génère comme par exemple RADIUS, LDAP, Kerberos, etc) , celui-ci fait descendre le paquet dans
la liste de règles de filtrage. Si le paquet correspond aux critères de sélection d'une règle, il
applique l'action associée à cette règle sinon le paquet est automatiquement supprimé. Une fois
qu'une règle peut être appliquée au paquet, ce dernier n'est plus comparé aux règles suivantes.
La façon dont vos règles de filtrage sont ordonnées est primordiale. La cohérence de cet ordre est
la principale difficulté dans la configuration de votre IPS-Firewall.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le sous-menu « Politique » - « Filtrage » de l’arborescence de
l’interface graphique.
© Copyright NETASQ 2006
150
Présentation
Lorsque vous sélectionner le sous menu « Politique > Filtrage » une boîte de dialogue s’affiche, elle
vous permet de manipuler les slots associés au filtrage de paquets.
Elle est découpée en deux zones :
Gauche
Liste des slots.
Droite
Actions sur le slot sélectionné.
Liste des slots
Dans cette partie de la boite de dialogue se trouve la liste des slots. Il en existe 10, numérotés de
01 à 10.
Chaque slot possède un nom, une date/heure de mise en activité et la date de dernière modification
effectuée sur ce slot. La programmation de l’activation de ces slots se fait grâce au programmateur
horaire (Section D « programmation horaire »).
Le slot en cours d'activité est indiqué par une petite flèche verte à gauche de son nom. Un slot est
dit " en activité " lorsque les paramètres qu'il contient sont en service. Il ne peut y avoir plus d'un
slot en activité car les paramètres du dernier slot activé écrasent ceux du slot activé précédemment.
Si vous modifiez un slot, vous devez le réactiver pour prendre en compte les modifications. Un slot
modifié mais non réactivé est notifié par l'icône
à la place de la flèche verte habituelle.
Il y a toujours forcément un slot de filtrage actif.
Par défaut, un fichier de configuration contient une seule règle bloquant tous les paquets. Chaque
slot ne doit pas obligatoirement contenir des paramètres.
Un slot pour lequel il n'existe pas de fichier de configuration sur le Firewall NETASQ est affiché
sous le nom « vide » dans la liste.
Un slot est dit sélectionné quand vous faites un simple clic de la souris sur son nom. La sélection
faite, vous pouvez l'éditer ou l'activer.
© Copyright NETASQ 2006
151
Actions sur le slot sélectionné
Quand un slot est sélectionné, vous pouvez réaliser différentes actions :
Editer
Modifier les règles de filtrage associées à ce slot.
Activer
Activer immédiatement un slot : les paramètres enregistrés dans
ce slot écrasent les paramètres en vigueur.
Programmer
Donner l'heure et le ou les jours auxquels le fichier va s'activer
automatiquement.
Effacer
Efface le slot et toutes ses informations.
Fermer
Retour à l'écran principal.
Il existe un slot pré-configuré, appelé « Pass_all ». Ce slot laisse passer l'ensemble
du trafic IP en provenance et à destination de tout le monde. Il est utile pour des phases de
tests. Son utilisation dans un autre cadre pourrait se révéler dangereux pour la sécurité de
vos ressources sensibles.
© Copyright NETASQ 2006
152
Remarques
Lorsque vous utilisez la translation d'adresses, ne créez pas de règles de filtrage pour les adresses
IP virtuelles, utilisez toujours le nom d'objet réel.
L'action « Bande Passante » (voir plus loin) vous permet de faire de la régulation de bande
passante par service. Un calcul de dérivée de la courbe du trafic permet de déterminer si des
paquets doivent être supprimés silencieusement afin de ne pas dépasser le débit limite. Pour les
services utilisant TCP, la ré-émission des paquets supprimés sera gérée par TCP. Pour les services
utilisant UDP, les paquets ne seront pas ré-émis.
© Copyright NETASQ 2006
153
Edition d’un slot de filtrage
Reportez-vous à la procédure suivante pour éditer un slot de filtrage :
1. Sélectionnez un slot dans la liste des slots de filtrage,
2. Cliquez sur le bouton « Editer » de la boite de dialogue contenant la liste des slots de
filtrage.
La fenêtre d’édition d’un slot de filtrage apparaît. Elle est composée de plusieurs parties :
► Une zone comportant les règles de filtrage sous la forme d'un tableau ;
► Un menu Drag’n Drop ;
► Un analyseur de cohérence et conformité des règles ;
► Une zone d'actions possibles.
Règles de filtrage
Cette grille vous permet de définir les règles de filtrage à appliquer. Faites attention à bien ordonner
vos règles de filtrage afin d'avoir un résultat cohérent. Le Firewall exécute les règles dans l'ordre
d'apparition à l'écran et s'arrête dès qu'une action s'applique au flux qui tente de le traverser. Il
convient donc de définir les règles dans l'ordre du plus détaillé au plus général.
Statut
Activation/désactivation d'une règle au sein d'un slot.
Protocole
Protocole sur lequel s'applique la règle de filtrage.
Source
Objet source utilisé comme critère de sélection pour cette règle.
Un double clic sur cette zone permet de choisir l’objet associé. Le
sélecteur d’objets n’affiche que les objets disponibles pour ce
champ.
Destination
Objet destination utilisé comme critère de sélection pour cette
règle. Un double clic sur cette zone permet de choisir l’objet
associé. Le sélecteur d’objets n’affiche que les objets disponibles
pour ce champ.
© Copyright NETASQ 2006
154
Port de destination
Service ou groupe de service utilisé comme critère de sélection
pour cette règle. Un double clic sur cette zone permet de choisir
l’objet associé. Le sélecteur d’objets n’affiche que les objets
disponibles pour ce champ.
Action
Action appliquée sur le paquet remplissant les critères de
sélection de cette règle de filtrage.
Traces
Type de trace générée.
Commentaire
Commentaires que vous voulez associer à cette règle.
Au niveau de la colonne « Statut », une lumière verte signifie que lors de l'activation du slot, cette
règle sera appliquée, une lumière rouge signifie qu'elle ne sera pas appliquée. Ceci permet de
définir des règles qui seront utilisées ultérieurement ou de désactiver temporairement certaines
règles pour faire des tests.
Attention, par défaut les règles sont inactives (lumière rouge).
A la gauche des noms d'objets (source et destination) se trouve une icône d'état, indiquant la nature
de l'objet (machine ou réseau). Le symbole « + » apparaît lorsqu'il s'agit d'un groupe d'objets.
A la gauche des services se trouve une icône d'état, représentant le type de service. De même, le
symbole « + » apparaît pour signifier qu'il s'agit d'un groupe.
Si une règle n'est pas ou plus valide, elle passe automatiquement à l'état "OFF" et une icône avec
un point d'exclamation apparaît dans la colonne posant problème.
Actions possibles sur les slots
Nom du slot
Nom donné au fichier de configuration.
Commentaire
Commentaire indicatif associé au slot de filtrage
Mode avancé
Affichage des paramètres de configuration avancés du filtrage.
Insérer une ligne vierge après la ligne sélectionnée.
Insérer
.
Supprimer la ligne sélectionnée.
Effacer
Flèche vers le haut
Placer la ligne sélectionnée avant la ligne directement au dessus.
Flèche vers le bas
Placer la ligne sélectionnée après la ligne directement en
dessous.
Insérer un
séparateur
Cette option permet d’insérer un séparateur au dessus de la ligne
sélectionnée afin d’indiquer un commentaire sur une ligne de
l’édition du filtrage. Pour définir un séparateur, il s’agit d’indiquer
un commentaire et une couleur pour ce séparateur.
Imprimer
Impression de la configuration du filtrage.
© Copyright NETASQ 2006
155
Une ligne est sélectionnée quand l'un de ses éléments est sélectionné (en inverse vidéo).
Menu contextuel
Le menu contextuel est activable par un clic droit sur une ligne sélectionnée dans la grille. Les
options de ce menu sont des raccourcis aux boutons équivalents situés dans la barre d'outils.
Vous pouvez accéder aux fonctionnalités du copier-coller grâce aux touches standards :
► CTRL-c pour copier, CTRL-v pour coller,
► CTRL-d pour supprimer la ligne,
► Ins pour insérer une ligne après la ligne en cours,
► Maj+Ins pour insérer une ligne avant la ligne en cours,
Vous pouvez supprimer une ligne en appuyant directement sur la touche « Suppr » du Clavier.
Vous pouvez déplacer une règle avec les touches + et - du clavier.
Menu Drag & Drop
Comme son nom l’indique le menu « Drag’n Drop » permet en un Drag & Drop de positionner les
objets configurés dans le chapitre précédent dans les règles de filtrage. L’opération de Drag & Drop
consiste à :
► Sélectionner un objet,
► Maintenir le bouton de souris enfoncé,
► Réaliser un glissement de l’objet vers la grille de règles,
► Enfin y déposer l’objet.
Lorsque l’administrateur réalise une opération de Drag’n Drop, les champs disponibles pour l’objet
sélectionné apparaissent en surbrillance.
Le menu de sélection des types d’objet situé à gauche du menu Drag’n Drop permet de
sélectionner le type d’objet affiché dans la grille.
Affichage de la grille
L’affichage des données contenues dans la grille peut être défini suivant les préférences de
l’administrateur parmi les options d’affichage : grandes icônes, petites icônes, détaillé ou en liste.
Options d’affichage
© Copyright NETASQ 2006
156
Deux options d’affichage des données de la grille du menu Drag’n Drop sont disponibles.
Montrer que les objets utilisés
Comme son nom l’indique, cette option permet d’afficher dans la grille que les objets qui sont
actuellement utilisés dans les règles de translation.
Montrer les objets spéciaux
Les objets spéciaux sont les objets créés par défaut par l’IPS-Firewall et qui seront utilisés à
l’activation des services associés (par exemple : Firewall_pptpXX, Firewall_dialupXX,
Firewall_ipsec…). Ces objets rendent la lecture générale difficile et sont cachés par défaut.
Analyseur de cohérence et de conformité des règles
La politique de filtrage d’un IPS-Firewall est un des éléments les plus importants pour la sécurité
des ressources que l’IPS-Firewall protège. Bien que cette politique évolue sans cesse, s’adapte aux
nouveaux services, aux nouvelles menaces, aux nouvelles demandes des utilisateurs, elle doit
converser une cohérence parfaite afin que des failles n’apparaîssent pas dans la protection que
propose l’IPS-Firewall.
L’enjeu est d’éviter la création de règles qui en inhiberait une autre. Lorsque la politique de filtrage
est conséquente, le travail de l’adminstrateur est d’autant plus fastidieux que ce risque s’accroît. De
plus lors de la configuration avancée de certaines règles de filtrage très spécifiques, la multiplication
des options pourrait entraîner la création d’une règle erronée, ne correspondant plus aux besoins
de l’administrateur.
Pour éviter ces écueils, l’écran d’édition des règles de filtrage des IPS-Firewalls dispose d’un
analyseur de cohérence et de conformité des règles qui prévient l’administrateur en cas d’inhibition
d’une règle par une autre ou d’erreur sur une des règles qui a été créées.
Divisé en deux onglets, cet analyseur regroupe les erreurs de création de règles dans l’onglet
« Erreurs » et les erreurs de cohérence dans les règles dans l’onglet « Avertissements ».
© Copyright NETASQ 2006
157
Création des règles de filtrage
Cette section détaille la création de vos règles de filtrage. L'ordre de ces règles est important car
l’IPS-Firewall les parcourt du haut vers le bas et s'arrête dès qu'il trouve une règle correspondant au
paquet IP (sauf s'il exécute uniquement une option). Les règles d'authentification doivent être
configurées dans cette section. Ces règles permettent de limiter à certains utilisateurs l'accès à
certains services ou certaines machines.
Activation et désactivation d'une règle
ON : La règle est utilisée pour le filtrage
OFF : La règle n'est pas utilisée pour le filtrage
L'activation et la désactivation d'une règle de filtrage facilitent la mise au point de vos filtres. Une
règle désactivée n'est pas prise en compte par l’IPS-Firewall NETASQ lorsque le slot est activé.
Objet source et objet destination
© Copyright NETASQ 2006
158
Un double clic dans ces zones permet de choisir les objets concernés par la règle que vous voulez
mettre en place, grâce à la boîte de dialogue de sélection des objets.
Choix de la source
Les sources des règles sont définies de la façon suivante : <User>@<IP>.
Pour préciser une source, vous devez donc choisir la partie <User> et la partie <IP>. La partie
<User> peut être un utilisateur ou un groupe d'utilisateurs parmi ceux définis dans les objets du
firewall. La partie <IP> peut être une machine, un groupe de machines, un réseau ou un groupe de
réseaux définis dans les objets de l’IPS-Firewall.
Différents cas de figure rencontrés :
► <Any>@<Any> : la règle s'applique à toute machine mais nécessite une authentification
de l'utilisateur,
► <No Auth>@<Any> : la règle s'applique à toute machine sans authentification,
► <No auth>@Object : la règle s'applique à l'objet "Object" (Object peut être une machine,
un groupe de machines, un réseau ou un groupe de réseaux) et ne nécessite pas
d'authentification,
► <Any>@Object : la règle s'applique à l'objet "Object" et nécessite une authentification de
l'utilisateur,
► [email protected]<Any> : la règle s'applique à toute machine à condition que l'utilisateur soit
authentifié sous le login User,
► [email protected] : la règle s'applique à l'objet "Object" et l'utilisateur doit être authentifié
sous le login User.
Si une source possède une partie <user> différente de <No auth> alors une authentification sera
nécessaire.
Choix de la destination
La destination est toujours une machine, un groupe de machines ou un réseau.
Remarques
L'objet « any » correspond à TOUTES LES adresses IP possibles. Il faut bien comprendre que
l’objet « any » est un objet à part entière. Ce n’est pas un Joker qui remplace n’importe quel objet.
Les objets sont ceux que vous avez définis dans la section « Configuration des objets ».
Le champ vide sous les onglets vous permet de faire une recherche rapide dans la liste (avec la
première lettre de l'objet par exemple).
© Copyright NETASQ 2006
159
Sous les onglets, les boutons suivants apparaissent :
Opérateur
Signifie que l'objet concerné par la règle de filtrage est celui
sélectionné.
Signifie que l'objet concerné par la règle de filtrage est tout
sauf celui sélectionné.
Editer
Permet de créer ou de supprimer des objets.
OK
Valide la sélection.
Annuler
Annule le choix et retourne à la fenêtre précédente.
L'objet source correspond toujours à l'initiateur de la communication.
Si vous utilisez la translation d'adresses, utilisez toujours comme Source l'objet « réel » (pas l’objet
translaté) car le Firewall NETASQ applique les règles sur les adresses réelles.
Port de destination
Un double clic dans cette zone permet de choisir le service ou groupe de services concerné par la
règle de filtrage, grâce à la boite de dialogue de sélection des services.
Vous pouvez choisir un service ou un groupe de services. Ces services sont ceux que vous avez
définis dans la section « Configuration des objets ».
En bas de cette fenêtre, les boutons suivants apparaissent :
Opération
Signifie que le service concerné par la règle de filtrage est
celui sélectionné.
Signifie que les services concernés par la règle de filtrage
sont tout sauf celui sélectionné.
© Copyright NETASQ 2006
160
Signifie que tous les services concernés sont ceux dont le
numéro de port est inférieur et égal au numéro de port du service
sélectionné.
Signifie que tous les services concernés sont ceux dont le
numéro de port est supérieur et égal au numéro de port du
service sélectionné.
Editer
Permet de créer ou de supprimer des objets.
OK
Valide la sélection.
Annuler
Annule le choix et retourne à la fenêtre précédente.
Le service correspond par défaut au port destination de la machine de destination. Les ports
sources sont gérés automatiquement par le module « Stateful ».
Dans certains cas, vous pouvez avoir besoin de préciser les ports sources. Dans ce cas, il suffit de
cliquer sur l'icône « Mode Avancé » située sous la grille de règles. Une colonne supplémentaire
apparaît à côté de la colonne "Source". Elle est intitulée "Port Source". Vous pouvez, en doublecliquant sur cette colonne, choisir le service qui sera utilisé sur la machine source.
Actions
Un double clic dans cette zone permet de choisir l'action associée à la règle de filtrage, grâce à la
boîte de dialogue de sélection des actions.
La partie gauche de l'écran contient l'ensemble des actions que vous pouvez effectuer :
Aucun
L’IPS-Firewall NETASQ n'effectue aucune action. Ceci est utile si
vous voulez juste tracer certains flux sans appliquer d'action
particulière.
Passer
L’IPS-Firewall NETASQ laisse passer le paquet correspondant à
cette règle de filtrage. Le paquet ne descend plus dans la liste de
règles.
Bloquer
L’IPS-Firewall NETASQ bloque silencieusement le paquet
correspondant à cette règle de filtrage : le paquet est supprimé
sans que l'émetteur ne le sache. Le paquet ne descend plus dans
la liste des règles.
Réinitialiser
L’IPS-Firewall NETASQ bloque explicitement le paquet
correspondant à cette règle de filtrage : une réponse TCP/IP est
© Copyright NETASQ 2006
161
envoyée par l’IPS-Firewall NETASQ à l'émetteur du paquet. Le
paquet ne descend plus dans la liste des règles. Cette option
n’est valable que pour certains services.
En complément de l’action « Passer », vous pouvez ajouter les options suivantes :
Compter
L’IPS-Firewall NETASQ compte le nombre de paquets
correspondants à cette règle de filtrage et génère un rapport
(dans les statistiques du compteur). Vous pouvez ainsi obtenir
des informations de volumétrie sur les flux désirés.
Taux
L’IPS-Firewall NETASQ peut limiter le nombre maximal de
connexions acceptées par seconde pour une règle de filtrage.
Définissez, pour le protocole correspondant à la règle (TCP, UDP,
ICMP), le nombre désiré. Attention, la limitation ne s'appliquera
qu'à la règle correspondante : par exemple, si vous créez une
règle HTTP, seule la limitation TCP sera prise en compte. Cette
option vous permet aussi d'éviter le déni de service que pourrait
tenter d'éventuels pirates : vous pouvez limiter le nombre de
requêtes adressées à vos serveurs.
Remarque : si l'option est affectée à une règle contenant un
groupe d'objets, la limitation s'applique au groupe dans son
ensemble (nombre total de connexions).
Bande passante
L’IPS-Firewall NETASQ vous permet de limiter la bande passante
affectée à une règle de filtrage. Indiquez le nombre d'octets
maximum accepté par seconde pour la règle associée.
Remarque : si l'option est affectée à une règle contenant un
groupe d'objets, la bande passante accordée est donnée au
groupe entier (total de la bande passante allouée pour tout le
groupe).
DSCP
Marquage du champ DSCP afin de définir une différenciation des
flux. Le menu propose deux manières de définir le champs
DSCP : selon les standards (la définition des classes fait l’objet
d’une RFC) ou manuel (attention, cette option n’est pas
compatible avec les équipements uniquement basés sur la
qualification standard)
Cette information peut être traitée par un équipement réalisant de
la Qualité de Service (QoS). Cette option peut être associée au
champ Service DSCP ou QoS de la configuration avancée du
filtrage des IPS-Firewall NETASQ. Des exemples d’utilisation sont
indiqués dans la section « DSCP et QoS » ci-dessous.
Certaines actions ou options ne sont disponibles qu'après avoir sélectionné le protocole ou service
dans la règle de filtrage. Vous pouvez consulter les exemples de règles de filtrage en Annexe F
pour une meilleure compréhension de ces choix.
© Copyright NETASQ 2006
162
Traces
Un clic dans cette zone permet de définir la politique de traces pour la règle choisie.
Pas de log
Aucune action de traces n'est affectée à la règle.
Tracer
Dès que cette règle de filtrage est appliquée à une connexion,
une trace est ajoutée dans les fichiers de traces, dans la partie
filtrage.
Mineure
Dès que cette règle de filtrage est appliquée à une connexion,
une alarme mineure est générée. Cette alarme est reportée dans
les logs (partie alarmes), est envoyée au moniteur temps réel et
peut être envoyée par email (voir Chapitre VIII Gestion des
traces).
Majeure
Dès que cette règle de filtrage est appliquée à une connexion,
une alarme majeure est générée. Cette alarme est reportée dans
les logs (partie alarmes), est envoyée au moniteur temps réel et
peut être envoyée par email (voir Chapitre VIII Gestion des
traces).
Configuration avancée
en bas à gauche, de nouvelles colonnes
En cliquant sur le bouton « Mode Avancé »
apparaissent. Ceci vous permet de paramétrer d'autres champs relatifs à vos règles de filtrage :
Interface
La colonne interface permet de choisir l'interface sur laquelle doit
s'appliquer la règle. Par défaut, le firewall la détecte
automatiquement d'après l'adresse IP de la machine source
(auto).
© Copyright NETASQ 2006
163
Service DSCP
DSCP pour Differentiated Services Code Point, permet comme
son nom l’indique de déterminer grâce à un code préétabli,
l’appartenance d’un trafic à un certain service plutôt qu’à un autre.
Ce service DSCP, utilisé dans le cadre de la Qualité de Service,
permet alors à l’administrateur d’appliquer des règles de QoS
suivant la différenciation des services qu’il aura définis.
Dans les règles de filtrage, lorsque l’administrateur spécifie un
Service DSCP, il choisit de n’affecter la règle qu’aux trafics
possédant le même DSCP. Ce champ peut être associé au
champ QoS de la configuration avancée des règles de filtrage.
Des exemples d’utilisation sont indiqués dans la section « DSCP
et QoS » présente ci-dessous.
Message
Vous pouvez choisir les messages ICMP que vous désirez filtrer.
La liste des messages ICMP est présentée en annexe.
Port Source
La colonne Port source permet de préciser le port utilisé par la
machine source, si c'est une valeur particulière. Par défaut, le
module Stateful mémorise le port source utilisé et seul celui-ci est
autorisé pour les paquets retour.
QoS
Le champ QoS permet de définir la politique de Qualité de service
associée au trafic. La configuration complète et l’utilisation de la
QoS NETASQ sont indiquées dans le Chapitre IV Section E
« Configuration de la QoS ».
Options ASQ
Trois options ASQ sont disponibles dans le champ des options
ASQ.
Le profil ASQ à appliquer au trafic. (Voir la « configuration
ASQ »).
Pas d’attachement automatique des plugins, pour désactiver
l’attachement automatique des plugins pour cette règle de filtrage.
Pas de signatures contextuelles, pour désactiver l’analyse par
signatures contextuelles pour cette règle de filtrage.
Nom de la règle
Permet d’indiquer un nom à la règle de filtrage sélectionnée.
Cette option est utile dans le cadre des tris dans le reporter.
Attention, ces options requièrent une très bonne connaissance du filtrage du
firewall. Elles ne doivent être utilisées qu'en connaissance de cause.
Il n'est pas conseillé d'utiliser l'option de filtrage des messages ICMP sans une très bonne
connaissance de la signification de ces derniers. L'option Filtrage des messages ICMP automatique
(présente dans l'onglet « Analyse » du menu « Configuration > ASQ ») réalise déjà un filtrage ICMP
en fonction du contexte des connexions.
© Copyright NETASQ 2006
164
DSCP et QoS
L’IPS-Firewall NETASQ fait partie intégrante de la politique de Qualité de Service devant être mise
en place au sein d’une entreprise. En effet la plupart des flux stratégiques de cette Qualité de
Service vont notamment transiter au travers de l’IPS-Firewall.
Ainsi l’administrateur d’un IPS-Firewall NETASQ doit pouvoir configurer l’ensemble des services
que l’on peut attendre d’un équipement effectuant une Qualité de Service. Pour cela il dispose de
trois options :
► Le champ Service DSCP : situé dans la configuration avancée du filtrage des IPSFirewalls NETASQ, il permet la différenciation des trafics qui seront traités par le filtrage de
l’IPS-Firewall.
► L’action de réécriture du champ DSCP : situé dans le menu de configuration de
l’action associée à une règle de filtrage. Cette option permet tout simplement la modification
du champ DSCP.
► Le champ QoS : situé dans la configuration avancée du filtrage des IPS-Firewalls
NETASQ, cette option permet l’application de règles de QoS sur des trafics définis.
La combinaison de ces trois options permet la configuration complète d’une politique de QoS au
niveau de l’IPS-Firewall.
Exemple 1 : Réécriture du champ DSCP
L’une des actions qui peut s’avérer très utile dans un premier temps est la réécriture du champ
DSCP. Par exemple alors que sur Internet certains trafics ne sont pas différenciés, l’administrateur
a mis en place une politique de QoS sur le réseau local qu’il souhaite pouvoir appliquer sur des
trafics en provenance d’Internet. Dans ce cas, il est nécessaire de mettre en place un mécanisme
de réécriture du champ DSCP qui marquera les trafics (jusqu’alors non différenciés) qui doivent être
affectés par la politique de QoS.
La configuration de la politique de filtrage est alors la suivante :
Ici, tous les trafics non différenciés à destination du serveur WEB voit leur champ DSCP réécrit.
© Copyright NETASQ 2006
165
Exemple 2 : Application d’une politique de QoS sur des trafics différenciés
L’autre utilisation principale des options de QoS expliquées plus haut est l’application d’une
politique de QoS sur des trafics différenciés. En effet l’IPS-Firewall recevant des trafics différenciés
grâce au champ « Service DSCP » peut alors appliquer la règle de QoS associée et définie par
l’administrateur.
L’image suivante montre un exemple de configuration de la politique de filtrage :
Ici deux trafics quasiment identiques (trafic provenant du réseau local et à destination du WEB) sont
traités différemment à cause du champ DSCP.
© Copyright NETASQ 2006
166
Section C
VPN
© Copyright NETASQ 2006
167
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Interface graphique,
► Installation, intégration et pré-configuration,
► Configuration réseau,
► Configuration des objets.
Pour cette section, vous devez connaître
► Les communications externes nécessitant un besoin de sécurité élevé,
► Les adresses des différents firewalls et machines entre lesquels se déroulent ces
communications,
► Les utilisateurs pouvant se connecter au réseau via un client mobile IPSEC.
Utilité de la section
Cette section vous permet de créer des tunnels chiffrés entre des machines distantes.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le menu « VPN » de l’arborescence de l’interface graphique
NETASQ.
Avant d'effectuer toute modification importante sur votre IPS-Firewall NETASQ, nous vous
conseillons d'effectuer une sauvegarde. Ainsi, en cas de mauvaise manipulation vous pourrez vous
retrouver dans l'état précédent. Pour plus d'informations sur les sauvegardes, veuillez vous référer
au chapitre « Sauvegarde et restauration ».
Introduction à cette section
Les firewalls NETASQ vous permettent de créer trois types de tunnels chiffrés :
► Tunnels PPTP pour des connexions d'hôtes distants,
► Tunnels IPSEC pour connexions de réseaux distants ou hôtes distants sur le réseau
local,
► Tunnels VPN SSL pour des communications chiffrées sans installation de logiciel client.
© Copyright NETASQ 2006
168
Présentation
On accède à la configuration des réseaux privés virtuels (RPV ou VPN) avec le menu « VPN » de
l’arborescence.
Le firewall permet de créer des tunnels chiffrés IPSEC, PPTP et SSL. Ces tunnels peuvent servir
pour relier deux sites distants ou des postes nomades avec un site central, au travers de l'Internet
de façon totalement sécurisée.
© Copyright NETASQ 2006
169
IPSEC
Caractéristiques principales d’IPSEC
Le terme IPSEC (IP Security) désigne un ensemble de mécanismes de sécurité destiné à garantir
une sécurité de haute qualité, basée sur la cryptographie, sans problème d’interopérabilité, pour le
trafic au niveau d’IP (IPv4, IPv6). Les services proposés par IPSEC offre le contrôle d'accès,
l'intégrité en mode non connecté, l'authentification de l'origine des données, la protection contre le
rejeu, la confidentialité (chiffrement), et une certaine confidentialité sur le flux de trafic. Ces services
sont offerts par IP ou par d'autres protocoles de couches supérieures. Ainsi IPSEC est indépendant
des technologies de la couche Liaison de données ((ATM, Frame Relay, Ethernet,...).
IPSEC utilise deux protocoles pour assurer la sécurité du trafic : « Authentication Header (AH) » et
« Encapsulating Security Payload (ESP) ». Ces protocoles ont également été conçu pour être
indépendants de tout algorithme. Cette modularité permet de sélectionner différents types
d'algorithme sans affecter la partie implémentation. Par exemple, des communautés différentes
d'utilisateurs peuvent sélectionner (ou même créer) différents types d'algorithmes si nécessaire.
Chacun des protocoles ci-dessus supporte deux modes d’utilisation : le mode transport et le mode
tunnel. En mode transport, le protocole propose une protection préliminaire pour les protocoles
supérieurs à IP, et en mode tunnel, le protocole est utilisé dans les paquets IP envoyés en tunneling
(sécurisation de la couche transport et de la couche IP).
Basé sur la cryptographie, un certain nombre de paramètres de communication doivent être
négociés préalablement à l’échange d’information. Ce contexte (algorithmes de chiffrement, clefs,
mécanismes sélectionnés…) est réuni au sein d’une SA (Security Association). Le concept de SA
fait partie intégrante d’PSEC.
L’IPSEC natif ne supporte pas la translation d'adresses. IPSEC ne permet pas d'établir un tunnel
VPN si au moins une des deux extrémités du tunnel possède une adresse translatée.
Deux protocoles pour la sécurité du trafic
Authentication Header (AH)
L’entête d’authentification AH (Authentication Header) a été conçu pour assurer l’intégrité en mode
non connecté, l'authentification de l'origine des données, et un service anti-rejeu optionnel. Le
principe d’AH est d’adjoindre au datagramme IP classique un champ supplémentaire permettant à
la réception de vérifier l’authenticité des données incluses dans le datagramme.
Encapsulating Security Payload (ESP)
Le protocole ESP (Encapsulating Security Payload) a lui été conçu pour assurer la confidentialité
des données. Mais il peut aussi apporter des services d'intégrité en mode non connecté,
d'authentification de l'origine des données, et un service anti-rejeu optionnel. Le principe d’ESP est
de générer, à partir d’un datagramme IP classique, un nouveau datagramme dans lequel les
données et éventuellement l’entête original sont chiffrés.
Seul le protocole ESP en mode tunnel (cf section mode d’utilisation) est supporté
par l’IPS-Firewall NETASQ.
© Copyright NETASQ 2006
170
Modes d’utilisation
Pour chacun des mécanismes de sécurité d’IPSEC, il existe deux modes : le mode transport et le
mode tunnel.
En mode transport, seules les données en provenance du protocole de niveau supérieur et
transportées par le datagramme IP sont protégées. Ce mode n’est utilisable que sur des
équipements terminaux.
En mode tunnel, l’en-tête IP est également protégé (authentification, intégrité et/ou confidentialité)
et remplacé par un nouvel en-tête. Ce nouvel en-tête sert à transporter le paquet jusqu’à la fin du
tunnel, où l’en-tête original est rétabli. Le mode tunnel est utilisable soit sur des équipements
terminaux soit au niveau de passerelles de sécurité. Ce mode permet d’assurer une protection plus
importante contre l’analyse du trafic.
Les exemples suivants montrent dans le cas de l’ESP (Encapsulating Security Payload) les
différences entre les deux modes d’utilisation.
Rappel : seul le protocole ESP en mode tunnel est supporté par l’IPS-Firewall
NETASQ.
ESP mode transport
Protection de bout en bout (adresses sources et destination non modifiées)
ESP mode tunnel
A utiliser pour protéger le trafic entre deux éléments de coupure
© Copyright NETASQ 2006
171
Le choix de NETASQ
Comme indiqué ci-dessus, les fonctions de chiffrement d’un IPS-Firewall NETASQ implémentent
uniquement le protocole ESP d’IPSEC pour fournir des services d’authentification et de chiffrement
des datagrammes échangés avec un correspondant VPN (qui peut être éventuellement un autre
IPS-Firewall), possédant des fonctionnalités homologues.
De plus un IPS-Firewall NETASQ met en œuvre le protocole ESP uniquement en mode tunnel.
Cela implique que les fonctions de chiffrement ne peuvent pas être mises en œuvre de bout en
bout, mais uniquement sur une portion du réseau qui supporte le flux, physiquement délimitée par
les correspondants VPN, typiquement le réseau dit « Untrusted » (non sûr). Sur cette portion les
datagrammes IP à protéger sont intégralement chiffrés, signés et encapsulés dans des
datagrammes ESP dont les adresses IP source et destination sont celles des correspondants VPN.
Ainsi les adresses IP des machines réelles d’extrémité du flux sont inaccessibles à des attaquants à
l’écoute sur le réseau non sûr. Les correspondants VPN sont appelés extrémités du tunnel, par
opposition aux machines réelles d’extrémité du flux, situées « derrière » les correspondants VPN du
point de vue réseau non sûr et qu’on appelle les extrémités de trafic.
Le fait d’avoir privilégié le protocole ESP en mode tunnel est basé sur deux constats.
Schématiquement on peut associer le mode transport à une utilisation dite « host to host » un
trafic de bout en bout, d’une machine unique vers une machine unique. Tandis que le mode tunnel
est plutôt utilisé dans un cadre dit « network to network » c’est à dire un groupe de machines vers
un groupe de machines. Cette configuration correspond plus au type d’architecture rencontrée dans
le cadre de l’utilisation d’un IPS-Firewall, étant donné qu’un IPS-Firewall est généralement utilisé
pour protéger un réseau. Ainsi NETASQ privilégiera le mode tunnel.
De plus on peut imaginer dans une certaine mesure que le mode transport soit en réalité un cas
d’utilisation du mode tunnel (les extrémités de tunnel et de trafic sont confondues). Mais ce cas
n’est pas supporté sur un IPS-Firewall NETASQ.
Etant donné que NETASQ a choisi de n’implémenter que le mode tunnel sur son IPS-Firewall, les
développements sur l’AH (Authentication Header) ont été interrompu. En effet dans le cadre du
mode tunnel seules trois informations « sensibles » nécessiterait le besoin d’une authentification :
les adresses source et destination et l’index de sécurité (SPI : Security Policy Indentifier) de la SA
(Security Association) associée. Hors ces informations sont indispensables au fonctionnement de la
politique VPN. La modification d’un de ces paramètres entraîne irrémédiablement le rejet du paquet
par le correspondant. L’utilisation d’AH dans le cadre du mode tunnel devient alors inutile par
rapport ESP.
Différentes phases
Dans le cadre d’ESP (AH aussi d’ailleurs mais seul ESP nous intéresse dans le cadre d’un IPSFirewall NETASQ), chaque datagramme échangé entre deux correspondants VPN donnés est
rattaché à une connexion simplex ou unidirectionnelle (en fonction du point de vue elle est donc soit
entrante soit sortante) mettant en œuvre des services de sécurité, appelée Association de Sécurité
IPSEC (SA : Security Association). Une SA IPSEC spécifie les algorithmes de chiffrement et
d’authentification à appliquer sur les datagrammes qu’elle couvre, ainsi que les clés secrètes
associées.
Le déploiement et l'utilisation massive d'IPsec exige un protocole de gestion des SA standard sur
Internet, extensible et automatisé. Par défaut, le protocole de gestion automatisée des clefs choisi
pour IPsec est IKE. IKE est organisé autour de 2 phases de négociation.
La phase 1 du protocole IKE vise à établir un canal de communication chiffré et authentifié entre les
deux correspondants VPN. Ce « canal » est appelé SA ISAKMP (différent de la SA IPSEC). Deux
modes de négociations sont possibles : le mode principal et le mode agressif.
© Copyright NETASQ 2006
172
La phase 2 du protocole IKE négocie de manière sécurisée (au moyen du canal de communication
SA ISAKMP négocié dans la première phase) les paramètres de la futur SA IPSEC.
Phase 1 du protocole IKE
La phase 1 du protocole IKE concourt à trois objectifs :
► la négociation des paramètres de la SA ISAKMP,
► l’élaboration des clés secrètes d’authentification, de chiffrement et de dérivation de la SA
ISAKMP,
► l’authentification mutuelle des correspondants VPN.
Dans le cadre d’un IPS-Firewall NETASQ, les fonctions d’établissement de SA n’acceptent des
négociations de SA ISAKMP qu’avec des correspondants VPN pour lesquels un tunnel est défini
dans le slot de chiffrement courant et ce sur l’interface réseaux spécifiée pour ce tunnel.
Le diagramme suivant représente les étapes de la négociation en mode principal utilisant une clé
pré partagée (pre-shared key).
La passe 1 correspond à la négociation de la SA ISAKMP. Chaque règle de chiffrement possède
une liste de propositions de SA ISAKMP qui sont des quintuplets de la forme (durée de vie de la
SA, algorithme d’authentification, taille de clé d’authentification, algorithme de chiffrement, taille de
clé de chiffrement).
La passe 2 permet d’élaborer un secret partagé, dont on dérive la clé secrète d’authentification et la
clé secrète de chiffrement de la SA ISAKMP, utilisables par les services négociés en passe 1. Une
clé secrète de dérivation utilisée en phase 2 IKE est également générée.
La passe 3, protégée par les services d’authentification et de chiffrement, permet l’authentification
mutuelle des correspondants VPN. Le code d’authentification de chaque correspondant VPN est
généré à partir de la clé pré-partagée, du secret partagé, des aléas et de l’identifiant du
correspondant VPN.
D’autres modes de négociation et méthodes d’authentification sont supportés par l’IPS-Firewall :
mode agressif ou mode principal et authentification par clés pré-partagées ou par certificat X09.
Mode agressif ou mode principal
Le mode agressif s’effectue en trois étapes :
► la première étape combine la proposition, l’échange de clé initiateur et l’envoi de
l’identification de l’initiateur,
© Copyright NETASQ 2006
173
► la deuxième étape combine la réponse, l’échange de clé répondeur et l’authentification
du répondeur,
► la troisième étape consiste pour l’initiateur à envoyer son code d’authentification.
Clés pré-partagées ou certificats X509
En utilisant les certificats X509 en mode principal, l’identifiant de chaque correspondant VPN est
communiqué lors de la passe 2. Que ce soit en mode principal ou en mode agressif, chaque
correspondant VPN chiffre son identifiant avec la clé publique de son vis-à-vis. Le code
d’authentification de chaque correspondant VPN est généré à partir du secret pré-partagé, des
aléas et de l’identifiant du correspondant. Mais les aléas sont également chiffrés, quand ils sont
envoyés au cours de l’étape d’échange de clé, avec la clé publique du vis-à-vis, ce qui permet
l’authentification de celui-ci.
Phase 2 du protocole IKE
L’établissement d’une SA IPSEC entre deux correspondants VPN nécessite une phrase de
négociation des paramètres et d’établissement des clés afin d’assurer que les deux extrémités du
tunnel appliquent la règle de chiffrement associée à la SA IPSEC de manière cohérente. La
négociation des SA IPSEC est basée sur la phase 2 (Quick mode) du protocole IKE. De manière
simplifiée, les étapes de cette négociation peuvent être représentées par le diagramme de
séquence suivant.
Tous les échanges sont chiffrés et authentifiés par les services fournis par la SA ISAKMP, négociée
et établie entre les correspondants VPN préalablement à l‘établissement des SA IPSec associées
aux règles de chiffrement.
Chaque règles de chiffrement possède une liste de propositions de SA IPSec qui sont des
quintuplets de la même forme que pour la négociation des SA ISAKMP.
Lors de la deuxième étape de la phase 2 du protocole IKE, le répondeur doit choisir et recopier
dans sa réponse une des propositions qui lui a été soumise, sinon l’initiateur refuse la négociation.
En situation de répondeur, l’IPS-Firewall NETASQ applique les règles suivantes pour sélectionner
la réponse :
► la réponse choisir est la première qui correspond à la stratégie de négociation spécifiée
au niveau du tunnel,
► la stratégie de négociation peut être « exacte » ou « stricte ». En cas de stratégie exacte,
une proposition de l’initiateur correspond à une proposition locale si elle lui est exactement
égale. En cas de stratégie stricte, une proposition de l’initiateur correspond à une
proposition locale si elle lui est égale ou supérieure,
Une proposition de l’initiateur est égale ou supérieure à une proposition locale si les conditions du
tableau ci-dessous sont réalisées :
Attrib. de la proposition initiateur
Relation
Attrib. de la proposition locale
Durée de vie
≤
Durée de vie
© Copyright NETASQ 2006
174
Algorithme d’authentification
=
Algorithme d’authentification
Taille de clé d’authentification
≥
Taille de clé d’authentification
Algorithme de chiffrement
=
Algorithme de chiffrement
Taille de clé de chiffrement
≥
Taille de clé de chiffrement
Perfect Forward Secrecy
≥
Perfect Forward Secrecy
En cas de stratégie stricte, il peut donc arriver que les attributs d’une SA soient différents de ceux
des propositions locales associées à la règle de chiffrement utilisant la SA.
Suite à la réussite de la négociation, les clés d’authentification et de chiffrement sont élaborées à
partir des clés publiques (secret partagé Diffie-Hellman), des aléas et des autres paramètres
échangés lors de la phase 2, ainsi que d’une clé secrète de dérivation élaborée lors de la phase 1.
Certificats X509
La solution IPS-Firewall NETASQ supporte et utilise deux méthodes d’authentification : les clés prépartagées et les certificats X509. Les deux méthodes possèdent le même niveau de sécurité mais
leur gestion est différente. Cette distinction est abordée dans la configuration des politiques VPN
(cf. Création d’un tunnel VPN).
La sécurisation des flux d'information à l'aide de certificats est un élément parmi d'autres de la
politique de sécurité de l'entreprise. Cette politique doit être réfléchie et définie dans un manuel
officiel, reflet de la mise en sécurité globale de l'entreprise. L'ensemble des configurations d'IPSec
(certificat ou clé pré-partagée, durée de vie de SA, choix des algorithmes, ...) représente un niveau
de sécurité : ce dernier est toujours défini à bon escient, proportionnel à la valeur de ce qu'il
protège.
Cette section se focalise sur l'authentification des correspondants VPN par certificat.
Elle n'a pas pour vocation d'offrir une explication complète ou exhaustive des infrastructures à clé
publique, mais d'expliquer la configuration ISAKMP par certificats dans un IPS-Firewall NETASQ.
Génération des certificats
Un IPS-Firewall NETASQ contient une infrastructure à clé publique interne qui vous permet de
créer les certificats des utilisateurs de votre système d'information mais il peut aussi intégrer les
fichiers générés par une PKI externe privée (ex: openSSL, CMS d'iPlanet, Baltimore,...) ou officielle
(ex: Thawte, Verisign, ...).
La procédure à suivre pour générer des certificats externes se déroule selon des formalités décrites
dans les manuels des éditeurs de la solution PKI privée ou sur les sites web des CA officielles.
Les étapes pour la génération d'un certificat local et la configuration d'un IPS-Firewall sont :
► génération d'une paire de clés (appelée aussi biclé),
► importation de la clé privée dans l’IPS-Firewall,
► envoi d'une requête de demande de certificat (accompagné de la clé publique) à la CA,
► récupération du certificat auprès de la CA après validation par celle-ci,
► importation du certificat dans l’IPS-Firewall,
► récupération et importation du certificat de la CA,
► récupération et importation des certificats des correspondants.
Donc, pour configurer l’IPS-Firewall, il faut importer différents fichiers (trois catégories de certificats,
les clés privées et liste de révocation). Chaque fichier contient un des éléments cités ci-dessous.
© Copyright NETASQ 2006
175
Clé privée
De la paire de clés générée par la PKI, l’IPS-Firewall doit posséder l'exemplaire privé et public.
L’IPS-Firewall ne génère pas lui même la paire de clés, c'est la PKI qui le fait. La clé publique étant
située dans le certificat, il convient donc d'importer la clé privée dans le document.
Cette clé privée permettra de signer les informations envoyées.
Cette clé est générée en même temps que la clé publique par l'administrateur en vue de la
génération du certificat pour l’IPS-Firewall local.
Certificat de firewall local
Ce certificat est généré pour l’IPS-Firewall local. La clé publique qu'il contient permettra
l'authentification avec les IPS-Firewalls correspondants.
Ces certificats sont générés par l'administrateur pour l’IPS-Firewall local.
Certificats des correspondants
Ces certificats sont générés par les IPS-Firewalls distants. La clé publique qu'il contient permettra
l'authentification des IPS-Firewalls correspondants.
Ces certificats sont fournis par l'administrateur des IPS-Firewalls distants.
Certificats des CA
Ils sont générés par les CA. La clé publique qu'ils contiennent permettra de vérifier la validité des
certificats des firewalls distants (certificats des correspondants) et ceux du firewall local.
Ces certificats sont le plus souvent récupérables, soit dans l'application PKI privée, soit sur le site
de la CA officielle.
Liste de révocation
Chaque certificat peut être annulé (révoqué) lorsque des responsables (administrateurs, chefs de
services ou d'entreprise, ... selon les cas) décident que tel ou tel certificat n'assure plus ou met en
péril la sécurité des transactions. En effet, des certificats peuvent créer des failles de sécurité dans
divers cas de figure tels que la perte ou vol de la clé privée, le départ de l'administrateur de l’IPSFirewall ou peuvent être associé à des personnes qui ne sont plus autorisées à accéder à ce
système. Les PKI permettent de révoquer des certificats, générer, exporter et publier des listes
contenant les certificats révoqués. Cette liste doit être mise à jour automatiquement et
périodiquement consultée par l’IPS-Firewall, dans le cas contraire, certaines personnes ou
ressources pourraient conserver des accès auxquels elles n’ont plus droit.
Formats reconnus par un IPS-Firewall NETASQ
► PEM (Privacy Enhanced Mail) . Il permet l'encodage des certificats X509 en base 64,
► DER, format binaire,
► PKCS#12.
Pour exemple, un certificat de type PEM se présente de la manière suivante :
-----BEGIN CERTIFICATE----MIIDdzCCAuCgAwIBAgIBBzANBgkqhkiG9w0BAQQFADCBpDELMAkGA1UEBhMCQ0gxCzAJBgN
VBAgTAkdFMQ8wDQYDVQQHEwZHZW5ldmExHTAbBgNVBAoTFFVuaXZlcnNpdHkgb2YgR2VuZ
XZhMSQwIgYDVQQLExtVTklHRSBDZXJ0aWZpY2F0ZSBBdXRob3JpdHkxETAPBgNVBAMTCFV
uaUdlIENBMR8wHQYJKoZIhvcNAQkBFhB1bmlnZWNhQHVuaWdlLmNoMB4XDTk5MTAwNDE2Mj
I1N1oXDTAwMTAwMzE2MjI1N1owgbExCzAJBgNVBAYTAkNIMQswCQYDVQQIEwJHRTEPMA0G
A1UEBxMGR2VuZXZhMR0wGwYDVQQKExRVbml2ZXJzaXR5IG9mIEdlbmV2YTEeMBwGA1UEC
xMVRGl2aXNpb24gSW5mb3JtYXRpcXVlMRowGAYDVQQDExFBbGFpbiBIdWdlbnRvYmxlcjEpMC
cGCSqGSIb3DQEJARYaQWxhaW4uSHVnZW50b2JsZXJAdW5pZ2UuY2gwgZ8wDQYJKoZIhvcN
AQEBBQADgY0AMIGJAoGBALIL5oX/FR9ioQHM0aXxfDELkhPKkw8jc6I7BtSYJk4sfqvQYqvOMt1u
ugQGkyIuGhP2djLj6Ju4+KyKKQVvDJIu/R1zFX1kkqOPt/A2pCLkisuH7nDsMbWbep0hDTVNELoKV
oVIAazwWMFlno2JuHJgUcs5hWskg/azqI4d9zy5AgMBAAGjgakwgaYwJQYDVR0RBB4wHIEaQWx
© Copyright NETASQ 2006
176
haW4uSHVnZW50b2JsZXJAdW5pZ2UuY2gwDAYDVR0T200BAUwAwIBADBcBglghkgBhvhCAQ0
ETxZNVU5JR0VDQSBjbGllbnQgY2VydGlmaWNhdGUsIHNlZSBodHRwOi8vdW5pZ2VjYS51bmlnZ
S5jaCBmb3IgbW9yZSBpbmZvcm1hdGlvbnMwEQYJYIZIAYb4QgEBBAQDAgSwMA0GCSqGSIb3D
QEBBAUAA4GBACQ9Eo67A3UUa6QBBNJYbGhC7zSjXiWySvj6k4az2UqTOCT9mCNnmPR5I3Kx
r1GpWToH68LvA30inskP9rkZAksPyaZzjT7aL//phV3ViJfreGbVs5tiT/cmigwFLeUWFRvNyT9VUPUo
v9hGVbCc9x+v05uY7t3UMeZejj8zHHM+
-----END CERTIFICATE----Les balises "-----BEGIN CERTIFICATE-----" et "-----END CERTIFICATE-----" encadrent le bloc de
"n" lignes de chacune 64 caractères de type [A-Za-z0-9/+].
C'est un format qui transite souvent par e-mail car celui-ci résiste très bien aux déformations des
logiciels de messagerie.
Le fichier PEM est un fichier texte contenant ce type d'information.
De même le fichier CRL contient des chaînes de caractères codées en base 64 encadrées par des
balises du type : "-----BEGIN X509 CRL-----" et "-----END X509 CRL-----".
Le fichier de clé privée, quant à lui, contient des chaînes de caractères codées en base 64
encadrées par des balises du type : "-----BEGIN RSA PRIVATE KEY-----" et "-----END RSA
PRIVATE KEY-----".
Support de la fonctionnalité de NAT-T
Le NAT-T permet de supporter un trafic VPN transitant au travers de routeur réalisant de la
translation d’adresse. Le nombre d’équipements réalisant une translation n’est pas une limite de la
fonctionnalité chez NETASQ. NETASQ est compatible avec tous les DRAFTs rédigés sur les
fonctionnalités.
Cette fonctionnalité est activée de manière transparente sur les IPS-Firewalls NETASQ. Si le
correspondant VPN supporte la fonctionnalité de NAT-T alors elle sera mise en place si besoin est.
Si le correspondant VPN ne supporte pas la fonctionnalité de NAT-T alors la fonctionnalité ne sera
pas mise en place.
© Copyright NETASQ 2006
177
Création d’un tunnel VPN IPSEC
Cette section présente les différentes options de la configuration d’un tunnel VPN. Par la suite,
certaines configurations usuelles du VPN sont présentées.
Slot VPN
Lorsque vous sélectionner le sous menu « VPN > Tunnels IPSEC » une boîte de dialogue s’affiche,
elle vous permet de manipuler les fichiers de configuration associés aux configurations VPN IPSec.
Elle est découpée en deux zones :
Gauche
Liste des fichiers de configuration.
Droite
Actions sur le fichier sélectionné.
Liste des fichiers de configuration
Dans cette partie de la boîte de dialogue se trouve la liste des fichiers de configuration. Il en existe
10, numérotés de 01 à 10.
Chaque fichier de configuration possède un nom, une date/heure de mise en activité et la date de
dernière modification effectuée sur ce fichier de configuration.
L'activation contient l'heure et le/les jours d'activation du fichier. Les jours sont repérés par le
numéro du jour dans la semaine (1=lundi). (Voir « Programmation horaire »).
Le fichier de configuration en cours d'activité est indiqué par une petite flèche verte à gauche de
son nom.
Un fichier de configuration est dit « en activité » lorsque les paramètres qu'il contient sont en
service. Il ne peut y avoir plus d'un fichier de configuration en activité car les paramètres du dernier
fichier de configuration activé écrasent ceux du fichier de configuration activé précédemment.
Si vous modifiez un fichier de configuration, vous devez le réactiver pour prendre en compte les
modifications. Un fichier de configuration modifié mais non réactivé est notifié par l'icône
place de la flèche verte habituelle.
à la
Il est possible qu'il n'y ait aucun fichier de configuration en activité, cela implique qu'aucun tunnel
VPN n'est actif.
Chaque fichier de configuration ne doit pas obligatoirement contenir des paramètres.
© Copyright NETASQ 2006
178
Un fichier de configuration pour lequel il n'existe pas de fichier de configuration sur l’IPS-Firewall
NETASQ est affiché sous le nom « vide » dans la liste.
Un fichier de configuration est dit sélectionné quand vous faites un simple clic de la souris sur son
nom. La sélection faite, vous pouvez l'éditer ou l'activer.
Actions sur le fichier de configuration sélectionné
Quand un fichier de configuration est sélectionné, vous pouvez réaliser différentes actions :
Editer
Modifier la configuration VPN associée à ce fichier de
configuration.
Activer
Activer immédiatement un fichier de configuration : les
paramètres enregistrés dans ce fichier de configuration écrasent
les paramètres en vigueur.
Lorsque des modifications sont effectuées sur un slot de politique
VPN, une réactivation du slot est nécessaire. Toutefois seul les
tunnels impactés par ces modifications seront réactualisés. Ainsi
les tunnels VPN pour lesquels aucune modification n’a été
effectuée ne sont pas coupés, les connexions ne sont pas
coupées.
Programmer
Donner l'heure et le ou les jours auxquels le fichier va s'activer
automatiquement.
Effacer
Efface le fichier de configuration et toutes ses informations.
Fermer
Retour à l'écran principal.
Les firewalls NETASQ vous permettent de gérer deux types de négociation de clés :
► Statique où les clés sont les mêmes sur les hôtes distants et ne changent jamais,
► Dynamique où les clés d'encryption sont négociées par les hôtes distants pour une
durée limitée.
Il faut ensuite ajouter des règles de filtrage (Voir la section « Règles de filtrage ») pour autoriser
l'utilisation du protocole IPSec.
Edition d’un slot VPN
Lorsque vous éditez un slot de configuration VPN, un assistant vous demande:
► le nom que vous affectez au tunnel. Ce nom sert à l'identifier parmi d'autres tunnels,
► un profil de chiffrement : cela permettra de configurer des propositions d’algorithmes de
chiffrement et d’authentification plus ou moins forts suivant le profil sélectionné,
► le type de tunnel, statique ou dynamique,
► si vous désirez utiliser le mode avancé, cette option vous est nécessaire pour des
configurations spécifique (telle que le Hub’n Spoke),
► l'interface locale concernée par le tunnel sur votre firewall. Si les connexions VPN
parviennent au firewall via un modem configuré dans la partie dialup, vous devez utiliser
l'interface firewall_dialup.
► l’interface distante concernée par le tunnel sur la passerelle du correspondant,
© Copyright NETASQ 2006
179
► les machines aux extrémités locale et distante du tunnel VPN.
Une fois l’assistant réalisé, l’écran principal de la configuration VPN apparaît. Cette fenêtre
regroupe l’ensemble des options nécessaires à la création et à la gestion des paramètres d’une
politique VPN.
Pour créer un nouveau tunnel, utilisez le bouton « Nouveau ».
Reportez-vous aux sections suivantes pour connaître la signification des différents champs et
paramètres.
Lorsqu’un slot de configuration VPN est modifié (ajout d’un nouveau tunnel,
suppression ou modification d’un tunnel existant), seuls les tunnels directement concernés
par les modifications effectuées sont rechargés lors de la réactivation du slot édité et
modifié.
© Copyright NETASQ 2006
180
Paramètres d’une politique VPN IPSEC
Paramètres généraux
En sélectionnant dans l'arborescence le nom du tunnel, vous accédez aux informations et
paramètres généraux de ce tunnel :
Nom
Le nom du tunnel que vous avez entré au moment de la création
du tunnel. Il peut être modifié en sélectionnant le tunnel dans
l'arborescence (dans la partie gauche).
Commentaires
Commentaires associés au tunnel VPN IPSEC.
Configuration du
tunnel
Il est possible ici de basculer du système de négociation par clé
IKE ou par certificat (PKI).
Négociation phase 1 Mode principal : dans ce mode, la phase 1 se déroule en 6
échanges. L'hôte distant ne peut être identifié que par son
adresse IP. Ce mode assure l'anonymat.
Mode agressif : dans ce mode, la phase 1 se déroule en 3
échanges entre le firewall et l'hôte distant. Ce mode n'assure pas
l'anonymat et utilise le certificat comme identifiant.
ATTENTION, l’utilisation du mode agressif + les clés
pré-partagées (notamment pour les tunnels VPN à
destination de nomades) peut se révéler moins sécuritaire
que les autres modes du protocoles IPSec. Ainsi NETASQ
recommande l’utilisation du mode principal et en particulier
du mode principal + certificats pour les tunnels à destination
de nomades. En effet la PKI interne de l’IPS-Firewall peut tout
à fait fournir les certificats nécessaires à une telle utilisation.
Configuration des
clés pré-partagées.
Lorsque le système de négociation choisi est par clés IKE., un
menu correspondant apparaît avec un bouton vers la
configuration des clés pré-partagées. (Voir « Configuration des
clés pré-partagées »).
Clé privée
Configuration du certificat de l’IPS-Firewall local (une fenêtre
s'ouvre sur la liste des certificats locaux disponibles à voir cidessous).
Certificat du
correspondant
Configuration optionnelle du certificat de l’IPS-Firewall distant
(une fenêtre s'ouvre sur la liste des certificats distants disponibles
à voir ci-dessous).
Extrémités du
tunnel
Description des interlocuteurs VPN. L'interlocuteur local est
l'interface du firewall utilisée pour la création du tunnel. Le
correspondant peut être repéré par son adresse IP si celle-ci est
fixe, soit par l'objet « any » si le correspondant distant n'a pas
d'adresse IP fixe. Dans le cas où le correspondant n'a pas d'IP
fixe on parle de tunnel anonyme, attention un seul tunnel
anonyme par slot est autorisé.
© Copyright NETASQ 2006
181
Certificats locaux disponibles
Pour obtenir plus d’informations concernant la génération des certificats, reportez-vous à la
configuration de la PKI ou à l’exemple de construction d’un tunnel VPN avec certificats.
Certificats des correspondants disponibles
Cette fenêtre vous permet de sélectionner le certificat d’un correspondant parmi ceux disponibles
sur l’IPS-Firewall. Cette opération est facultative.
© Copyright NETASQ 2006
182
Configuration avancée
Un bouton en haut de la fenêtre, à droite permet de passer en « Configuration avancée ». En
configuration avancée, il est possible de modifier :
► le mode d'action,
► l’option « En réponse uniquement »,
► l’option « Mode avancé »,
► Options de la configuration VPN avec Certificats.
Mode d’action
Les modes d'action conditionnent le comportement du serveur IPSEC en phase 1 lors de la
négociation des options PFS (Perfect Forward Secrecy) et durée de vie de SA :
► Strict : n'accepte que les options égales ou plus strictes que les siennes (PFS plus
élevée, durée de vie de SA plus courte),
► Exact : n'accepte que les options aussi strictes que les siennes (même niveau de PFS,
durée de vie de SA strictement égale),
► Obey : accepte les options quelles qu'elles soient (niveau de PFS, durée de vie de SA),
► Claim : accepte que les options égales ou moins strictes que les siennes (PFS moins
élevée, durée de vie de SA plus longue) mais choisit toujours les options les plus strictes,
Attention les modes d’action « Obey » et « Claim » ne sont pas couverts par les
Critères Communs.
En réponse uniquement
L'option "En réponse uniquement" met le serveur IPSEC en attente. Il ne prendra pas l'initiative de
négociation du tunnel. Cette option est utilisée dans le cas d'un client mobile en IP dynamique.
Mode avancé
L’option « mode avancé » permet quant à elle, de pouvoir spécifier <any> aux deux
correspondants. Grâce à cette fonctionnalité vous pouvez réaliser un rebond sur un firewall
NETASQ pour du Hub’n spoke par exemple.
Attention cette fonction doit être utilisée avec prudence car elle permet la réalisation
de configurations potentiellement « erronées ».
© Copyright NETASQ 2006
183
Le Hub'n Spoke permet aux machines d'un LAN satellite disposant d'un VBox Agency ou d'un IPSFirewall NETASQ d'accéder aux LANs des autres sites satellites et/ou à l'extérieur, le tout au
travers d’un tunnel avec le site central. Tout le trafic est alors analysé par l’IPS-Firewall NETASQ.
Certificats
Il est possible d'envoyer automatiquement le certificat local au correspondant par l'option « Envoi du
Certificat ».
Il est possible de récupérer le certificat du correspondant automatiquement s'il n'existe pas dans la
base locale par l'option "Demander le certificat s'il n'existe pas localement".
Support du DPD (Dead Peer Detection)
Ce menu permet de configurer la fonctionnalité VPN dite de Dead Peer Detection. Le DPD permet
la renégociation des tunnels mal montés ou mal terminés. Si un tunnel est tombé chez un
correspondant VPN nommé « A » celui-ci contacte son vis-à-vis nommé « B » pour renégocier une
phase 2 avec celui-ci. Si la négociation échoue le correspondant « A » force la renégociation de
toutes les SA (phase 1 et phase 2). Cette fonctionnalité apporte une stabilité au service VPN sur les
IPS-Firewalls NETASQ.
Pour configurer l’option de DPD, quatre choix sont disponibles :
► Passif : l’option de DPD est supportée mais l’IPS-Firewall ne prendra pas l’initiative
d’établir un tunnel VPN IPSEC avec DPD.
► Fort et Faible : sont deux profils configurés par défaut d’utilisation de l’option DPD. Si le
correspondant VPN supporte le DPD, l’IPS-Firewall tentera de négocier les paramètres
indiqués.
► Manuel : il s’agit de configurer l’option DPD manuellement selon les paramètres
suivants :
► Le premier paramètre, « Délai » permet de définir l’intervalle entre chaque envoi
de paquet entre les correspondants indiquant que le tunnel est toujours actif.
► Lorsqu’un paquet n’arrive pas à destination (indiquant peut être que le tunnel
n’est plus actif), l’intervalle de temps prend la valeur du champ « Essayer à
nouveau ».
► La tentative de communication avec le correspondant est ressayée un nombre
de fois défini par le champ « nombre d’erreurs maximum ».
© Copyright NETASQ 2006
184
Paramètres généraux de l’authentification [phase 1 IKE]
Les paramètres généraux de la phase 1 sont :
Durée de vie SA
Période de temps ou volume de données au bout desquels les
éléments de la phase 1 sont renégociés. Par défaut, le délai est
de 360 minutes.
Algorithmes supportés pour la phase 1 de ce tunnel
Les propositions correspondent aux différents algorithmes d'authentification et de chiffrement
supportés dans la phase 1 par le firewall pour ce tunnel. Pour qu'un hôte distant puisse établir la
phase 1 du protocole IPSEC, il faut qu'au moins une des propositions soit commune avec le
firewall.
Vous pouvez établir plusieurs propositions pour un même tunnel.
Les paramètres de la proposition sont :
© Copyright NETASQ 2006
185
Hachage
Algorithme utilisé pour garantir l'intégrité des données. Les
firewalls NETASQ supportent les fonctions de hachage :
► SHA1 (160 bits),
► MD5 (128 bits).
Chiffrement
Algorithme utilisé pour chiffrer les données. Les firewalls
NETASQ proposent les algorithmes suivants :
► DES (64 bits),
► 3-DES (192 bits),
► BLOWFISH (40 à 256 bits*),
► CAST128 (40 à 128 bits),
► Rijndael (AES 256 bits*).
selon la législation en vigueur.
Attention NETASQ recommande vivement
l’utilisation de l’AES car c’est l’algorithme le plus performant
en terme de débit et aussi le plus sécuritaire. IL FAUT bien
comprendre que les algorithmes présentés plus haut ne sont
pas égaux en terme de performances et de débit. L’AES est
actuellement le meilleur algorithme de chiffrement.
Groupe de clés
Méthode utilisée pour le calcul des clés. En mode agressif, cette
méthode est commune à toutes les propositions et est choisie
dans les paramètres généraux de la phase 1.
Paramètres généraux de l’échange des clés [phase 2 IKE]
Méthode de
proposition
Sélection des protocoles IPSec utilisés dans le tunnel :
► protocole AH (authentification)
► protocole ESP (chiffrage)
► protocole AH et ESP.
Maintenir la
connexion
Temps écoulé, en secondes, entre deux paquets envoyés au
travers d’un tunnel VPN pour assurer le maintien de ce tunnel.
Les paquets envoyés sont uniquement utilisé pour le maintien de
connexion.
Perfect Forward
Secrecy
Permet de garantir qu'il n'y a aucun lien entre les différentes clés
de chaque session. Les clés sont re-calculées par l'algorithme de
Diffie-Hellman sélectionné. Plus le chiffre est élevé (aucune, 1, 2
ou 5), plus la sécurité est importante. 2 est le niveau de PFS le
plus couramment utilisé.
Vie de SA
Période de temps ou volume de données au bout desquels les
clés sont renégociées. La période est par défaut de 60 minutes.
Onglet Authentification
© Copyright NETASQ 2006
186
L’onglet « Authentification » vous permet de sélectionner les algorithmes d'authentification acceptés
par cette proposition.
L’IPS-Firewall supporte les algorithmes suivants :
► pas d'authentification,
► HMAC-SHA1,
► HMAC-MD5.
Onglet Chiffrement
L’onglet « Chiffrement » vous permet de sélectionner les algorithmes de chiffrement acceptés par
cette proposition.
L’IPS-Firewall supporte les algorithmes suivants :
► pas de chiffrement,
► DES (64 bits),
► 3-DES (192 bits),
► BLOWFISH (40 à 256 bits*),
► CAST128 (40 à 128 bits),
► Rijndael (AES 256 bits*).
selon la législation en vigueur.
© Copyright NETASQ 2006
187
Attention NETASQ recommande vivement l’utilisation de l’AES car c’est l’algorithme
le plus performant en terme de débit et aussi le plus sécuritaire. IL FAUT bien comprendre
que les algorithmes présentés plus haut ne sont pas égaux en terme de performances et de
débit. L’AES est actuellement le meilleur algorithme de chiffrement.
Onglet Extrémités du trafic
Cette section vous permet de définir quels utilisateurs locaux utilisent le tunnel et éventuellement
pour quels protocoles.
Notez l’utilisation particulière de l’objet « any » en extrémité de trafic distante. Cet
objet définit que l’on prévoit de pouvoir communiquer avec TOUT réseau distant. De ce cas
précis, il faut faire la différence entre « tout » et « n’importe quel » réseau (ou machine)
distant. Cela signifie que si l’on utilise l’objet « any » en extrémité de trafic distante, il DOIT
être retrouvé dans la configuration de la politique VPN du site distant (on ne peut pas y
trouver « n’importe quel » réseau). L’utilisation de l’objet « any » provient essentiellement de
l’utilisation du VPN dans une configuration dite de Hub’n Spoke (reportez vous à la note
technique sur le Hub’n Spoke disponible sur le site Web NETASQ).
Vous sélectionnez les machines distantes dans la liste des objets déclarés puis éventuellement un
protocole particulier à chiffrer.
© Copyright NETASQ 2006
188
Paramètres avancés
Ce menu vous permet de gérer des paramètres supplémentaires pour un tunnel IPSEC. Il est
disponible autant pour les tunnels statiques que pour les tunnels dynamiques, en cliquant sur le
bouton "paramètres avancés" de la fenêtre de configuration des tunnels VPN.
C'est ici que l'on va mettre en place le comportement général du tunnel sélectionné.
Considérer les correspondants IPSEC comme internes
En cochant cette option, les Interfaces IPSEC sont considérées comme interfaces internes. Donc
cela leur confère un caractère « protégé » comme toutes interfaces internes. Cette option est
notamment nécessaire pour la configuration du Hub’n spoke.
Utiliser la SA la plus ancienne
L’option permet de remonter un tunnel si une extrémité tombe et tente de renégocier. Si elle ne peut
plus remonter le tunnel.
Si cette option est décochée, on va utiliser immédiatement la nouvelle clé lors d'une nouvelle
négociation sans atteindre la fin de durée de vie de l'ancienne SA.
Pour utiliser une SA jusqu’à la fin de sa durée de vie, il suffit de cocher cette option.
Il est conseillé d’activer cette option.
Faire confiance à la PKI interne
Lorsque vous utilisez un tunnel VPN utilisant des certificats numériques et que vous cochez cette
option, tout correspondant dont le certificat appartient à la PKI interne et qui n'est pas révoqué par
la CRL interne sera accepté.
Tester la CRL interne
Cochez cette option afin de paramétrer la fréquence de mise à jour de la liste de révocation des
certificats (CRL). Il est possible de faire des vérifications régulières, pour cela, paramétrez la base
de temps (en minutes, heures, jours ou mois).
Plus le délai est court, plus le firewall devra vérifier sa CRL lorsque ce tunnel est actif. Donc il vaut
mieux ne pas définir un temps trop court (baisse de performances), ni trop long (risque d'utiliser une
CRL obsolète).
© Copyright NETASQ 2006
189
Certificats
Lorsque des certificats d’autorité de certification externe sont insérés dans la liste des certificats
externes, tous les certificats utilisateurs signés par ces autorités de certification sont
automatiquement reconnus par l’IPS-Firewall comme certificat valide à l’authentification de leur
détenteur.
Pour utiliser ces autorités de certification reconnues, dans la configuration des politiques VPN, il
faut spécifier dans le menu « Certificat » du panneau de configuration générale des tunnels VPN, la
liste des autorités de certification qui doivent être validées pour ce slot de configuration VPN. Cette
liste d’autorité de certifcation est spécifique au slot configurée bien que l’on retrouve la liste globale
de toutes les autorités de certification autorisée par l’administrateur dans un seul et même endroit,
le menu de configuration des Certificats de l’arborescence des menus du Firewall Manager.
Pour ajouter une autorité de certification dans la liste des autorités reconnues pour le slot VPN
configuré, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Cliquez sur le bouton « Certificat » du panneau de configuration générale des tunnels
VPN ;
2. Cliquez sur le bouton « Ajouter » du panneau de configuration des certificats ;
3. Sélectionnez les certificats d’autorité de certification qui doivent être utilisées pour ce slot
de configuration VPN ;
4. Validez enfin l’ajout de ces certificats en envoyant la configuration du slot VPN.
© Copyright NETASQ 2006
190
Règles de filtrage
Après la configuration du ou des tunnels VPN, il faut définir un ensemble de règles de filtrage
permettant l’établissement du ou des tunnels et la transmission des informations chiffrées. Pour
cela, deux actions doivent être réalisées :
► activation des règles implicites VPN,
► édition des règles de filtrage pour autoriser le trafic au travers d’un tunnel IPSEC.
Activation des règles implicites VPN
Les IPS-Firewalls NETASQ peuvent générer de façon automatique des règles de filtrage pour
l’établissement des tunnels VPN. Ces règles n’ont donc pas besoin d’être définies de façon explicite
par l’administrateur au niveau de l’édition des slots de filtrage. L’activation des règles implicites se
fait au moyen du menu « Politiques > Règles implicites ».
Activez la case « Services VPN » puis cliquez sur « OK ».
Attention, les règles implicites ne sont générées que pour les tunnels IPSEC
Gateway to Gateway. Pour le tunnel anonyme, il faut obligatoirement définir explicitement
des règles au niveau des slots de filtrage.
Pour un tunnel anonyme, les règles à définir sont du type :
© Copyright NETASQ 2006
191
Dans cet exemple, on ne connaît pas la plage d’adresses utilisée par les clients VPN nomades (on
utilise donc l’objet “ANY”). Si la plage d’adresses utilisée par les clients nomades est connue (plage
d’adresses du fournisseur d’accès, par exemple), alors il est conseillé de restreindre les règles à
cette plage d’adresses.
Edition des règles de filtrage
Sans règles de filtrage explicites pour le trafic transitant au travers du tunnel IPSEC, aucune
donnée ne sera autorisée au travers de ce tunnel (même si le tunnel est déjà actif). Pour autoriser
des données à transiter au travers du firewall, il faut rajouter des règles de filtrage comme dans
l’exemple suivant :
Dans cet exemple, les machines du réseau distant (Netwk_SatelliteA) ont accès aux machines du
réseau interne (Network_bridge) pour les services WEB. Les machines du réseau interne
(Network_bridge) ont accès à toutes les machines du réseau distant (Netwk_SatelliteA) pour tous
les services.
Attention, les règles de filtrage s’appliquant au trafic venant du réseau distant
doivent avoir l’interface « IPSEC » sélectionnée. Les règles de filtrage s’appliquant au trafic
en direction du réseau distant doivent avoir l’interface « Auto » sélectionnée.
© Copyright NETASQ 2006
192
Tunnels VPN passerelle à passerelle
Dans cette section, plusieurs configurations basique de tunnels VPN sont abordés. Elle décrit en
particulier :
► la création d’un tunnel G2G avec clés pré partagées,
► la création d’un tunnel G2G avec certificats,
► la création d’un tunnel G2G VPN statique (ce type de configuration, aujourd’hui obsolète,
est uniquement supportée pour des raisons de compatibilités).
Tunnel VPN IPSEC avec clés pré partagées
L’exemple suivant explique la configuration nécessaire à la réalisation d’un tunnel VPN passerelle à
passerelle (gateway to gateway dans la littérature anglophone) avec clés pré partagées. On appelle
« tunnel VPN passerelle à passerelle » un tunnel VPN réalisé entre deux éléments réseaux
compatibles VPN qui jouent le rôle d’extrémités de tunnel, d’une passerelle (essentiellement IPSFirewall à IPS-Firewall).
Cette architecture est représentée par le schéma suivant :
Configuration du tunnel
Afin de réaliser la configuration du tunnel, sélectionner le slot VPN dans lequel vous désirez réaliser
le tunnel. L’assistant VPN vous aiguille alors dans la configuration VPN.
Cette configuration est à réaliser sur chacun des IPS-Firewalls participant au tunnel VPN. Pensez
toutefois à inverser les extrémités de trafic et de tunnel.
Le premier écran de l’assistant VPN apparaît. Choisissez le nom que vous désirez attribuer à ce
tunnel (le nom du slot sera automatiquement attribué avec cette valeur mais vous pouvez la
modifier ensuite). Cliquez sur « suivant » pour continuer la configuration.
A l’étape 2 de l’assistant VPN, choisissez le type de tunnel que vous désirez réaliser (ici dynamique
avec clés pré partagées pour l’exemple). Cliquez sur « suivant ».
Les étapes 3 et 4 permettent de spécifier dans un premier temps les différents éléments réseaux
aux extrémités du tunnel puis les extrémités du trafic transitant à l’intérieur du tunnel VPN.
Attention, dans l’exemple l’interface Firewall_out est utilisée comme extrémité de
tunnel. Si votre IPS-Firewall est directement relié à un modem vous devez utiliser l’interface
Dialup qui correspond à votre connexion Internet active.
© Copyright NETASQ 2006
193
Lorsque les extrémités sont définies, cliquez sur suivant pour terminer la configuration du tunnel. Un
écran général rappelle la configuration définie dans l’assistant. Vous pouvez contrôler cette
configuration avant d’envoyer la configuration VPN spécifiée à l’IPS-Firewall.
Attention pour qu’un tunnel VPN soit négocié il est nécessaire qu’il possède une
passerelle par défaut valide (même lors d’une phase de test).
Pensez à effectuer le filtrage nécessaire au passage du trafic VPN sur les IPSFirewalls participant au tunnel.
Configuration des clés pré partagées
Suite à la configuration du tunnel il convient de configurer les clés pré partagées. Cette
configuration est réalisée dans le menu « VPN > Clés pré partagées » et grâce au bouton
« Configuration des clés pré partagées » du menu général de configuration du VPN.
Remarque : les clés pré-partagées pour les clients mobiles peuvent aussi être indiquées
directement dans les fiches des utilisateurs (voir section « Configuration des objets > utilisateurs »).
Dans ce cas, chaque utilisateur aura sa propre clé pré partagée pour s'authentifier auprès de l’IPSFirewall lors d'un accès distant via VPN.
Nom de la clé
Nom que vous affectez à cette clé. Valable uniquement pour
l'utilisation interne de l’IPS-Firewall.
Type
Type d'identifiant de la machine distante. Les différentes
possibilités sont :
► Adresse IP : la machine distante est identifiée
par son adresse IP,
► Fqdn (Full qualified domain name) : nom de
domaine de la machine (ex : firewall.netasq.com),
► [email protected] : nom de la machine sur un
domaine.
Il n'y a pas de lien effectué avec un domaine. L'identifiant doit
juste être le même sur la machine distante.
Identité
Identifiant de la machine
préalablement sélectionné.
Clé pré-partagée
Valeur de la clé en hexadécimal par défaut.
© Copyright NETASQ 2006
distante
en
fonction
du
type
194
Lors du mode principal la seule identité disponible pour ce tunnel est l’adresse IP.
Les clés ne sont pas liées à une machine (sauf avec l'identité de type adresse IP) et peuvent être
utilisées par plusieurs utilisateurs en même temps.
Tunnel VPN IPSEC avec certificats
L’exemple suivant explique la configuration nécessaire à la réalisation d’un tunnel VPN passerelle à
passerelle (gateway to gateway dans la littérature anglophone) avec certificats. On appelle « tunnel
VPN passerelle à passerelle » un tunnel VPN réalisé entre deux éléments réseaux compatibles
VPN qui jouent le rôle d’extrémités de tunnel, d’une passerelle (essentiellement IPS-Firewall à IPSFirewall).
Cette architecture est représentée par le schéma suivant :
Configuration du tunnel
Afin de réaliser la configuration du tunnel, sélectionner le slot VPN dans lequel vous désirez réaliser
le tunnel. L’assistant VPN vous aiguille alors dans la configuration VPN.
Cette configuration est à réaliser sur chacun des IPS-Firewalls participant au tunnel VPN. Pensez
toutefois à inverser les extrémités de trafic et de tunnel.
La première étape dans la création du tunnel est de choisir le nom que vous désirez attribuer à ce
tunnel (le nom du slot sera automatiquement attribué avec cette valeur mais vous pouvez la
modifier ensuite). Cliquez sur « suivant » pour continuer la configuration.
A l’étape 2 de l’assistant VPN, choisissez le type de tunnel que vous désirez réaliser (ici dynamique
avec certificats pour l’exemple). Cliquez sur « suivant ».
Les étapes 3 et 4 permettent de spécifier dans un premier temps les différents éléments réseaux
aux extrémités du tunnel puis les extrémités du trafic transitant à l’intérieur du tunnel VPN.
Attention, dans l’exemple l’interface Firewall_out est utilisée comme extrémité de
tunnel. Si votre IPS-Firewall est directement relié à un modem vous devez utiliser l’interface
Dialup qui correspond à votre connexion Internet active.
Lorsque les extrémités sont définies, cliquez sur suivant pour terminer la configuration du tunnel. Un
écran général rappelle la configuration définie dans l’assistant.
Attention pour qu’un tunnel VPN soit négocié il est nécessaire qu’il possède une
passerelle par défaut valide (même lors d’une phase de test).
© Copyright NETASQ 2006
195
Pensez à effectuer le filtrage nécessaire au passage du trafic VPN sur les IPSFirewalls participant au tunnel.
Configuration des certificats
Suite à la configuration du tunnel, il convient de configurer les certificats. Dans le cadre « Certificats
PKI » de l’écran de configuration globale des tunnels VPN, cliquez sur le bouton situé en face de
l’option « Clé privée ».
Vous pouvez alors générer un certificat numérique pour l’IPS-Firewall. Pour cela, cliquez sur le
bouton « certificat VPN » puis indiquez le mot de passe de l'autorité de certification de l’IPSFirewall. Une fois généré, le certificat apparaît dans la partie "Clé privée".
Un seul certificat peut être généré.
Attention la génération de certificats n’est disponible que dans le cas où le service
PKI interne est configuré et actif sur l’IPS-Firewall.
Configuration avancée avec les certificats
Si le correspondant est un client mobile, vous pouvez définir son certificat dans la fiche de
l'utilisateur utilisant le client IPSEC. (Voir section « Configuration des objets > utilisateurs »).
Si le correspondant est une autre passerelle VPN :
► Vous pouvez exporter votre autorité de certification interne dans l'autre firewall (voir la
section « Configuration de l'authentification ») et importer l'autorité de certification du
firewall distant dans la partie « Autorité de certification » (de façon croisée).
► Vous pouvez définir l’IPS-Firewall distant comme un utilisateur. Dans ce cas, vous devez
ajouter une fiche utilisateur (Voir section « Configuration des objets > utilisateurs ») pour
l’IPS-Firewall distant et générer le certificat. Vous devez sauvegarder ce certificat et
l'importer dans la partie « Clés privées et certificats » de l’IPS-Firewall distant.
Intégration de l'architecture VPN dans une PKI externe
L’IPS-Firewall NETASQ peut intégrer les certificats provenant d'une PKI externe. Les certificats
doivent alors être importés au niveau de l’IPS-Firewall. Dans la fenêtre Certificats VPN, avant
l'importation, la fenêtre ne contient que le certificat de l’IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
196
La colonne de gauche affiche trois types de certificats. Lorsque vous sélectionnez un type de
certificat une explication sur le type de clé sélectionné apparaît.
Pour ajouter un certificat provenant d’une PKI externe, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Cliquez sur le bouton « Ajouter », un assistant d’intégration des certificats apparaît, la
première étape permet de saisir le nom du certificat, continuer l’assistant,
2. La deuxième étape permet de choisir le type de certificat,
3. La troisième étape permet de sélectionner le fichier certificat que l’on désire insérer.
Suivant le type de certificat, l’assistant d’intégration des certificats requiert des fichiers différents à
la troisième étape.
► Le choix « Clés privées et certificats » donne la possibilité de charger le certificat (au
format *.cer, *.der ou *.pem) et la clé privée (au format *.key ou *.pem non chiffré c'est à
dire texte clair) dans deux fichiers différents.
Le firewall teste si le certificat correspond bien à la clé privée.
► Le choix « Certificats des correspondants » donne la possibilité de charger le certificat
(au format *.cer, *.der ou *.pem) :
► Le choix « Autorités de certification » donne la possibilité de charger le certificat (au
format *.cer, *.der ou *.pem) ainsi que la liste de révocation des certificats (au format *.crl ou
*.pem) :
La liste de révocation des certificats est une option. Toutefois une fois un premier fichier
configuré, il faut mettre à jour la liste dès que celle-ci est périmée. Dans le cas contraire,
l'autorité de certification sera inutilisable.
► Le choix « Container PKS#12 » donne la possibilité de charger un fichier PKCS#12. Un
container PKCS#12 contient une clé privée, une clé publique et un certificat. Toutes ces
informations sont chiffrées en utilisant un mot de passe qu'il faut préciser.
Le contenu et le détail du certificat peut être visualisé dans la partie droite de la fenêtre grâce aux
onglets « Certificat » et « Détails du certificat ».
© Copyright NETASQ 2006
197
Nota : on y retrouve entre autres le propriétaire du certificat, l'autorité de certification qui a signé le
certificat, la période de validité du certificat. Le certificat devient grisé s'il n'est plus valide.
Lorsqu’une autorité de certification externe est insérée dans le menu certificat, tous les certificats
signés par cette autorité de certification sont automatiquement reconnus comme certificats valides à
l’authentification de leur détenteur.
Tunnel VPN IPSEC statique
L’exemple suivant explique la configuration nécessaire à la réalisation d’un tunnel VPN passerelle à
passerelle (gateway to gateway dans la littérature anglophone) avec clés pré partagées. On appelle
« tunnel VPN passerelle à passerelle » un tunnel VPN réalisé entre deux éléments réseaux
compatibles VPN qui jouent le rôle d’extrémités de tunnel, d’une passerelle (essentiellement IPSFirewall à IPS-Firewall).
Cette architecture est représentée par le schéma suivant :
Configuration du tunnel
Afin de réaliser la configuration du tunnel, sélectionner le slot VPN dans lequel vous désirez réaliser
le tunnel. L’assistant VPN vous aiguille alors dans la configuration VPN.
Cette configuration est à réaliser sur chacun des IPS-Firewalls participant au tunnel VPN. Pensez
toutefois à inverser les extrémités de trafic et de tunnel.
© Copyright NETASQ 2006
198
Les première étape de l’assistant de création des tunnels VPN est de choisir le nom que vous
désirez attribuer à ce tunnel (le nom du slot sera automatiquement attribué avec cette valeur mais
vous pouvez la modifier ensuite). Cliquez sur « suivant » pour continuer la configuration.
A l’étape 2 de l’assistant VPN, choisissez le type de tunnel que vous désirez réaliser (ici tunnel
statique). Un message vous prévient qu’il s’agit d’une configuration désormais obsolète. Cliquez sur
« suivant ».
Les étapes 3 et 4 permettent de spécifier dans un premier temps les différents éléments réseaux
aux extrémités du tunnel puis les extrémités du trafic transitant à l’intérieur du tunnel VPN.
Attention, dans l’exemple l’interface Firewall_out est utilisée comme extrémité de
tunnel. Si votre IPS-Firewall est directement relié à un modem vous devez utiliser l’interface
Dialup qui correspond à votre connexion Internet active.
Lorsque les extrémités sont définies, cliquez sur « Suivant » pour terminer la configuration du
tunnel. Un écran général rappelle la configuration définie dans l’assistant.
Attention pour qu’un tunnel VPN soit négocié il est nécessaire qu’il possède une
passerelle par défaut valide (même lors d’une phase de test).
Pensez à effectuer le filtrage nécessaire au passage du trafic VPN sur les IPSFirewalls participant au tunnel.
Configuration des clés manuelles
Afin de compléter la configuration des tunnels VPN Statique, sélectionner la politique 1 pour
accéder du menu de configuration des clés manuelles.
Dans la partie générale de la configuration, vous configurez les paramètres suivants :
Méthode de
proposition
Cette option non modifiable indique que le protocole utilisé pour
ce tunnel est le protocole ESP en mode tunnel.
Authentification
Algorithme utilisé pour garantir l'intégrité des données. Les
firewalls NETASQ supportent les fonctions de hachage :
► Pas d'authentification,
► HMAC-SHA1 (160 bits),
► HMAC-MD5 (128 bits).
Vous configurez la clé statique correspondante en cliquant sur
l'icône en forme de clé.
Chiffrement
Algorithme utilisé pour chiffrer les données. Les IPS-Firewalls
NETASQ proposent les algorithmes suivants :
► Pas de chiffrement,
► DES (64 bits),
► 3-DES (192 bits),
► BLOWFISH (40 à 256 bits*),
► CAST128 (40 à 128 bits),
► Rijndael (AES 256 bits*).
selon la législation en vigueur.
© Copyright NETASQ 2006
199
Attention NETASQ recommande vivement
l’utilisation de l’AES car c’est l’algorithme le plus performant
en terme de débit et aussi le plus sécuritaire. IL FAUT bien
comprendre que les algorithmes présentés plus haut ne sont
pas égaux en terme de performances et de débit. L’AES est
actuellement le meilleur algorithme de chiffrement.
Vous configurez la clé statique correspondante en cliquant sur
l'icône en forme de clé.
SPI (données
entrantes)
Identifiant du tunnel entrant. Valeur unique calculée par défaut
par l’IPS-Firewall.
SPI (données
sortantes)
Identifiant du tunnel sortant. Valeur unique calculée par défaut par
l’IPS-Firewall.
Maintenir la
connexion
Temps écoulé, en secondes, entre deux paquets envoyés au
travers d’un tunnel VPN pour assurer le maintien de ce tunnel.
Les paquets envoyés sont uniquement utilisé pour le maintien de
connexion.
Remarque: Les valeurs des SPI doivent être inversées (entrant et sortant) dans la
configuration du tunnel.
La clé manuelle est définie grâce à une fenêtre de saisie.
Dans l'onglet « Extrémités du trafic », vous précisez quelles machines vont utiliser ce tunnel et
éventuellement pour quel type de connexions.
Vous sélectionnez les machines ou réseaux locaux en cliquant sur la machine de gauche et les
machines ou réseaux distants en cliquant sur la machine de droite.
Dans un tunnel statique il est interdit d'avoir « Any » en correspondant.
© Copyright NETASQ 2006
200
PPTP
Principe
Le protocole PPTP permet de se connecter à distance sur le réseau local de manière sécurisée. Le
poste client dispose d'un client PPTP (disponible sous Windows en standard ou MAC OSX) qui
vient se connecter au firewall et identifier l'utilisateur.
L'utilisateur s'identifie par login/mot de passe. Ces profils sont stockés sur le firewall, dans la base
LDAP contenant les fiches des utilisateurs internes.
Attention, l’utilisation d’IPSEC est préférable par rapport au PPTP car le niveau de
sécurité est plus élevé.
Mise en place
La mise en place est très simple et rapide. Elle se déroule en trois étapes :
Etape 1
Création d'un pool d'adresses IP privées. L’IPS-Firewall affecte au client qui vient se connecter en
PPTP une adresse IP disponible dans le pool. Il faut créer un groupe de machines contenant les
adresses réservées (Voir la « Configuration des groupes de machines »).
Etape 2
Activation / Configuration du serveur PPTP sur l’IPS-Firewall. Cela est réalisé dans le menu
Configuration >VPN > PPTP.
Ce menu permet la configuration des paramètres suivants :
© Copyright NETASQ 2006
201
► Le pool d’adresses,
► Les paramètres de chiffrement,
► Les Serveurs DNS et Resolver Netbios.
Pool d’adresses
Le pool d'adresses est un groupe de machines contenant les adresses IP réservées pour la
connexion en PPTP (cf étape 1).
Paramètres de chiffrement
Les paramètres de chiffrement possibles sont :
Le chiffrement est
requis
Autorise la connexion uniquement si le client chiffre les données.
MPPE 40
Autorise l'utilisation du protocole de chiffrement MPPE 40 bits.
MPPE 56
Autorise l'utilisation du protocole de chiffrement MPPE 56 bits.
MPPE 128
Autorise l'utilisation du protocole de chiffrement MPPE 128 bits.
MPPE Stateless
Permet de supprimer la conservation d'état du tunnel. Cela
accélère un peu le chiffrement mais devient plus lent à reprendre
en cas de perte de paquets.
Les serveurs DNS et Resolver NetBios
Le champ Serveur DNS permet d'envoyer l'adresse IP du serveur DNS au client.
Le champ « Resolver NetBIOS » permet d'envoyer au client l'adresse IP du serveur WINS du site.
Etape 3
Création des profils utilisateurs. La connexion en PPTP est authentifiée par login/mot de passe.
Vous pouvez définir les mots de passe des utilisateurs PPTP dans les fiches utilisateur (voir section
« Configuration des objets > Utilisateurs »).
© Copyright NETASQ 2006
202
VPN SSL
Introduction
L’utilisation de la technologie IPSEC nécessite l’intervention d’un administrateur sur les postes
client par l’installation d’un logiciel de gestion de tunnels VPN. Cela est contraignant lorsque le
nombre des postes client à équiper (installation, configuration et maintenance) est important,
difficile lorsqu’on cherche à se procurer un tel client pour des périphériques tels que des PDA et
coûteux car il nécessite l’achat de licences pour chaque station concernée.
Grâce à la technologie VPN SSL NETASQ et à un simple navigateur WEB, l’utilisateur accède au
portail d’authentification NETASQ qui lui permet de justifier son identité avant d’atteindre les
ressources autorisées par l’administrateur. Les communications sont alors chiffrées en SSL, la
confidentialité est assurée.
La configuration de cette fonctionnalité est disponible grâce au menu « VPN > VPN SSL » de
l’arborescence de l’interface graphique.
Utilisation du VPN SSL avec l’IPS-Firewall NETASQ
Cette fonctionnalité peut vous permettre d’accéder aux ressources protégées (par l’IPS-Firewall) de
votre entreprise et cela sans installation d’un logiciel client sur le poste d’utilisation. Le cas
d’utilisation le plus évident est celui d’un utilisateur nomade qui voudrait pouvoir récupérer ses mails
alors qu’il est en déplacement. Cela est déjà possible grâce au VPN IPSEC mais nécessite
l’installation d’un logiciel client qui pénalise l’utilisateur nomade. Grâce à la technologie VPN SSL,
l’utilisateur nomade va peut désormais récupérer ses mails (ou visiter le site intranet de l’entreprise,
accéder à un serveur privé, etc) de manière sécurisée (les flux sont chiffrés) tout en ne nécessitant
pas d’installation de logiciel client. L’utilisateur peut donc tout à fait se connecter depuis un
cybercafé, un ordinateur qui ne lui appartient pas, etc.
Fonctionnement
La technologie VPN SSL est divisée en deux fonctionnalités suivant le type d’accès que vous
désirez réaliser : un accès à des ressources de type WEB (Intranet, Internet, etc) ou d’autres accès
(serveur mail, serveurs d’applications privées).
L’écran de configuration du VPN SSL se décompose en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu VPN SSL,
► A droite les options configurables.
© Copyright NETASQ 2006
203
Global
Activation du VPN SSL
Activer le VPN SSL
Sélectionnez cette option pour activer le module de VPN SSL.
Accès WEB
Utilisation du module de VPN SSL pour l’accès aux ressources de
type WEB.
Autres Accès
Utilisation du module de VPN SSL pour l’accès aux ressources de
type autre que le WEB.
La différence entre les deux technologies réside dans l’utilisation d’une applet JAVA pour l’accès
aux ressources autre que le WEB. Cette applet JAVA insérée dans les pages du portail WEB
NETASQ permet la redirection des flux vers les serveurs autorisés.
Configuration sans profil
Les options de la « configuration sans profil » permettent de déterminer les différents accès aux
fonctionnalités de VPN SSL des IPS-Firewalls si l’utilisateur ne possède pas de profil spécifique
défini dans sa fiche utilisateur (voir configuration des objets). Ces accès sont expliqués dans le
tableau suivant :
Passer
Si l’action de la « configuration sans profil » est « Passer » alors
tous les serveurs configurés par l’administrateur seront vu par un
utilisateur sans profil spécifique.
Bloquer
Si l’action de la « configuration sans profil » est « Bloquer » alors
aucun serveur configuré par l’adminstrateur ne sera vu par un
utilisateur sans profil spécifique.
Défaut
Si l’action de la « configuration sans profil » est « Défaut » alors
les serveurs configurés par l’administrateur et faisant partie du
« profil par défaut » seront vu par un utilisateur sans profil
spécifique.
© Copyright NETASQ 2006
204
Avancé
Préfixe de réécriture des URL
La technologie VPN SSL NETASQ permet de masquer l’adresse réelle des serveurs vers lesquels
les utilisateurs sont redirigés en réécrivant l’ensemble des URL contenues dans les pages HTTP
rencontrées. Ces URL sont remplacées par un préfixe suivi de 4 chiffres. Ce champ permet de
définir le préfixe qui sera utilisé.
Marquage des entêtes HTTP pour le login
Dans le cas où le serveur vers lequel les flux HTTP sont redirigés demande une authentification, il
est possible de spécifier un login dans l’entête du paquet HTTP. Ce login pourrait servir par
exemple à indiquer que ces flux arrivant au serveur proviennent de l’IPS-Firewall et peuvent être
accepté par le serveur sans authentification.
Support SSL pour l’authentification
Si l’option « Support SSL pour l’authentification » est cochée, chaque requête transitant par le
module de VPN SSL des IPS-Firewalls NETASQ nécessite une authentification par certificat de
l’utilisateur emetteur de la requête.
Désactiver la méthode d’authentification NTLM
Certains serveurs WEB peuvent demander une authentification préalable au transfert de flux entre
le serveur et l’utilisateur. Ne supportant pas cette méthode d’authentification pour les trafics
traversant l’IPS-Firewall, celle-ci peut être désactivée. Ainsi l’utilisateur ne peut jamais choisir cette
méthode pour son authentification sur le serveur WEB distant.
Réécriture du « User-Agent »
Le champ « User-Agent » de l’entête d’une requête HTTP contient l’identifiant de navigateur WEB
utilisé par l’utilisateur. Pour Internet Explorer par exemple : Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 6.0 ...). La
réécriture du « User-Agent » permet donc de modifier la requête HTTP de telle façon que l’on
pense qu’elle provient d’un autre type de navigateur qu’en réalité.
Cette option est notamment utile dans une utilisation dégradée de « Outlook Web Access » (OWA).
En effet, « Outlook Web Access » (OWA) en mode premium, mode très évolué de « Outlook Web
Access » fait appel au Webdav, une extension du protocole HTTP. Ces extensions n’étant pas
supportées par tous les équipements réseau (le mode premium de OWA est supporté par le module
VPN SSL des IPS-Firewalls NETASQ), le transit de ces trafics pourrait poser des problèmes de
compatibilité en particulier sur Internet. Plutôt que de devoir dégrader l’utilisation de OWA pour tous
© Copyright NETASQ 2006
205
les utilisateurs (interne et externe), l’option « Réécriture du « User-Agent » permet une utilisation
« premium » de OWA en interne (compatibilité avec le mode premium facile à obtenir) et une
utilisation « dégradée » en passant par le VPN SSL (utilisé par les utilisateurs normades, via
Internet). En effet les « vieux » navigateurs WEB ne supportent pas ces extensions, OWA
fonctionne donc automatiquement en mode dégradé lorsqu’il rencontre le « User-Agent » de ces
navigateurs.
Commande exécutée au lancement de l’applet
Exécuté au lancement de l’applet, cette commande permet à l’administrateur de définir des actions
préalables à l’affichage de l’applet. Par exemple, cette commande pourrait lancer un script présent
sur un serveur et qui modifierait les paramètres du compte de messagerie de l’utilisateur de telle
façon que lorsque l’applet est lancée, les flux SMTP ou POP soit automatiquement redirigé, sans
intervention de l’utilisateur.
Commande exécutée à la fin de l’applet
Exécuté à la fermeture de l’applet, cette commande permet à l’administrateur de définir des actions
préalables à la fermeture de l’applet. Par exemple, cette commande pourrait lancer un script
présent sur un serveur et qui modifierait les paramètres du compte de messagerie de l’utilisateur de
telle façon que lorsque l’applet est fermée, les flux SMTP ou POP ne sont plus automatiquement
redirigé et encore une fois sans intervention de l’utilisateur.
Accès WEB
Cette section rassemble les serveurs configurés pour les accès aux ressources de type WEB.
Ajouter un serveur d’accès WEB
Pour ajouter un serveur d’accès WEB, suivez la procédure suivante :
1. Cliquez sur le bouton « Nouveau » situé en bas de la fenêtre de configuration du VPN
SSL, puis sélectionnez « Serveur HTTP » ;
2. Indiquez un nom pour ce serveur ;
3. La configuration de ce serveur apparaît alors, les explications des différents paramètres
sont données dans le tableau ci-dessous.
© Copyright NETASQ 2006
206
Lien sur le portail
WEB
Le lien défini apparaît sur le portail WEB NETASQ. Lorsque
l’utilisateur clique sur ce lien, il est redirigé vers le serveur
correspondant.
Serveur
Ce champ permet de spécifier l’objet correspondant au serveur
auquel l’utilisateur pourra accéder.
Veillez à utiliser un objet dont le nom est identique
au nom FQDN du serveur auquel il fait référence. Si cela
n’est pas le cas (nom de l’objet : webmail, nom FQDN :
www.webmail.com par exemple), il est possible que les
requêtes de l’IPS-Firewall auprès de ce serveur soient
refusées.
Port
Champ permettant de spécifier le port du serveur auquel
l’utilisateur veut accéder. Par défaut le port défini est 80 : HTTP.
URL
Cette URL permet d’arriver directement sur la page spécifiée.
Liste d’alias du
serveur
Les alias permettent d’indiquer au module VPN SSL que le
serveur possède plusieurs noms et/ou adresses IP. Si un serveur
de mails est défini comme l’objet « webmail.intranet.com » auquel
on assigne l’alias « 192.168.1.1 », lorsque le lien visité sera
« http://webmail.intranet.com »
ou
« http://192.168.1.1 »
l’utilisateur sera redirigé vers le serveur de mails.
Liste blanche
Seuls les liens réécrits par le module VPN SSL sont accessibles
au travers du VPN SSL. S’il existe sur un site autorisé un lien vers
un site WEB extérieur (dont le serveur n’est pas défini dans la
configuration VPN SSL), celui-ci sera inacessible par le VPN SSL.
Lorsque la liste blanche est activée, elle permet l’accès à des
URLs qui ne seraient pas réécrites. Attention lorsqu’un lien de
cette liste blanche est cliqué par un utilisateur, celui-ci n’est plus
protégé par le module de VPN SSL NETASQ.
Ne pas afficher ce
serveur sur le
portail
Tous les serveurs configurés dans la configuration du VPN SSL
sont par défaut indiqués sur le portail d’authentification NETASQ.
Toutefois il pourrait être nécessaire qu’un de ces serveurs ne soit
accessible que par l’intermédiaire d’un autre serveur, alors, dans
ce cas, il faudrait cocher l’option « Ne pas afficher ce serveur sur
le portail ». En effet lorsque cette option est cochée dans la
configuration d’un serveur, ce serveur est accessible par le VPN
SSL mais n’est pas présent dans la liste d’accès direct. Il faut un
lien sur un serveur vers ce serveur pour y accéder.
Retirer un serveur
Pour supprimer un serveur, suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez le serveur à supprimer ;
2. Cliquez sur le bouton « Supprimer ».
Ajouter un serveur HTTP -OWA
Le module VPN SSL des IPS-Firewalls NETASQ supporte les serveurs OWA (« Outlook Web
Access »), il est donc possible d’ajouter dans la liste des serveurs d’accès WEB, un serveur HTTP
avec certaines options spécifiquement préremplies pour une parfaite compatibilité avec OWA. Pour
cela sélectionnez l’option « Nouveau\Serveur HTTP – OWA » plutôt que « Nouveau\Serveur
HTTP ». Les autres options non remplies doivent être configurées de la manière que pour un
serveur d’accès WEB « normal ».
© Copyright NETASQ 2006
207
Accès complet
Cette section rassemble les serveurs configurés pour les accès aux ressources autres que le type
WEB.
Ajouter un serveur d’accès aux ressources autres que le type WEB
Pour ajouter un serveur d’accès aux ressources autres que le type WEB, suivez la procédure
suivante :
1. Cliquez sur le bouton « Nouveau » situé en bas de la fenêtre de configuration du VPN
SSL, puis sélectionnez « Autre Serveur » ;
2. Indiquez un nom pour ce serveur ;
3. La configuration de ce serveur apparaît alors, les explications des différents paramètres
sont données dans le tableau ci-dessous.
Port d’écoute
Ce port situé sur la station distante est utilisé par l'applet JAVA
pour la redirection des flux chiffrés à destination de l'IPS-Firewall
NETASQ.
Notez que l'utilisateur doit posséder certains droits sur ce port
(pour l'ouverture par exemple), veillez donc à modifier les droits
locaux d'administration de la machine en conséquence. De plus,
le port spécifié doit être libre d'utilisation sur toutes les machines
désirant se connecter au serveur associé via le portail.
Serveur
Ce champ permet de spécifier l’objet correspondant au serveur
auquel l’utilisateur pourra accéder.
Port
Ce champ permet de spécifier le port sur le serveur auquel
l’utilisateur pourra accéder.
Commande
exécutée au
lancement de
l’applet
Exécuté au lancement de l’applet, cette commande permet à
l’administrateur de définir des actions préalables à l’affichage du
serveur. Par exemple, cette commande pourrait lancer un script
présent sur un serveur et qui vérifierait l’activité de l’antivirus
présent sur la machine de l’utilisateur avant de lui donner accès
au serveur.
© Copyright NETASQ 2006
208
Retirer un serveur
Pour supprimer un serveur, suivez la procédure suivante :
1. Sélectionnez le serveur à supprimer ;
2. Cliquez sur le bouton « Supprimer ».
Lorsqu’un serveur est retiré de la liste des serveurs VPN SSL configurés, il est
automatiquement retiré des profils auxquels il faisait partie.
Profils
Principe de fonctionnement
Par défaut tous les serveurs configurés dans le module VPN SSL sont affichés sur le portail
d’authentification. Ainsi tous les utilisateurs ayant droit aux fonctionnalités de VPN SSL offertes par
l’IPS-Firewall ont accès à tous les serveurs configurés par l’administrateur. La notion de profil
permet de déterminer quels utilisateurs auront accès à quels serveurs configurés dans le VPN SSL.
Configurer un profil
Ajouter un profil
Pour ajouter un profil dans la liste des profils VPN SSL disponibles, reportez-vous à la procédure
suivante :
1. Cliquez sur le bouton « Nouveau » situé en bas de la fenêtre de configuration du VPN
SSL, puis spécifiez le nom du profil en accord avec les recommandations indiquées par la
fenêtre de définition du nom du profil ;
2. Sélectionnez dans les listes de serveurs d’accès WEB et d’accès complet, les serveurs
qui seront accessibles aux utilisateurs appartenant à ce profil ;
3. Cliquez sur « Envoyer » pour activer la configuration
Il est impossible de créer un profil s’il n’existe pas au minimum 1 serveur VPN SSL
configuré.
Supprimer un profil
Pour supprimer un profil, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Sélectionnez le profil à supprimer ;
2. Cliquez sur le bouton « Supprimer ».
Utiliser un profil
Un profil peut être utilisé de 2 manières différentes. Soit il est utilisé comme profil par défaut dans la
configuration du VPN SSL, soit il est assigné à un ou plusieurs utilisateurs comme profil spécifique
de ces utilisateurs.
Utiliser un profil comme profil par défaut
© Copyright NETASQ 2006
209
Pour utiliser un profil comme profil par défaut de la configuration VPN SSL (tous les utilisateurs
n’utilisant pas de profil spécifique seront affectés par ce profil par défaut), reportez-vous à la
procédure suivante :
1. Définissez le profil qui sera utilisé comme profil par défaut (nom du profil et serveurs
associés) dans le menu de configuration des profils ;
2. Dans le menu « Global » de la configuration VPN SSL, sélectionnez l’action « Défaut »
de la configuration sans profil ;
3. Indiquez le profil, que vous avez préalablement défini, dans l’option « Profil par défaut »,
puis cliquez sur « envoyez » pour appliquer les modifications.
Utiliser un profil comme profil spéficique d’un ou pluseurs utilisateurs.
Pour utiliser un profil comme profil spécifique d’un ou plusieurs utilisateurs (quelle que soit la liste
des serveurs définis par le profil par défaut, ces utilisateurs posséderont une liste de serveurs
spécifiques), reportez-vous à la procédure suivante :
1. Définissez le profil qui sera utilisé comme profil par défaut (nom du profil et serveurs
associés) dans le menu de configuration des profils puis appliquez les modifications en
cliquant sur « Envoyer » ;
2. Sélectionnez, dans la liste des utilisateurs du menu « Objets » de l’arborescence des
menus du Firewall Manager, l’utilisateur auquel vous désirez asscocié le profil
préalablement défini ;
3. Sélectionnez l’onglet « Accès » de sa fiche utilisateur et cochez l’option « Par VPN SSL »
(si cela n’est pas déjà fait) ;
4. Cochez l’option « Utiliser un profil spécifique » et indiquez le profil que vous désirez
associer à cet utilisateur, puis cliquez sur « envoyez » pour appliquer les modifications.
Services VPN SSL sur le portail WEB NETASQ
Lorsque l’authentification sur l’IPS-Firewall est activée (Voir « Configuration de l’authentification »),
le portail WEB NETASQ permet aux utilisateurs d’accéder aux fonctionnalités du VPN SSL
NETASQ.
Pour accédez aux fonctionnalités du VPN SSL, suivez la procédure suivante :
1. Ouvrir un navigateur WEB,
2. Indiquer dans la barre d’adresse, l’URL : https://Adresse_Firewall
3. La page d’authentification sur l’IPS-Firewall apparaît, l’utilisateur doit se connecter,
4. Si l’utilisateur possède des droits sur l’utilisation des fonctionnalités VPN (Voir « Droits de
l’utilisateur ») le menu « Accès sécurisé » apparaît, il permet d’accéder aux fonctionnalités
VPN SSL.
Accédez aux sites WEB de votre entreprise par un tunnel SSL
Ce menu présente les sites WEB configurés par l’administrateur et auxquels les utilisateurs peuvent
accéder.
Le lien « Les autres accès sécurisés sont ici » permet d’accéder au menu des autres sites
sécurisés configurés par l’administrateur
Accédez aux ressources de votre entreprise par un tunnel SSL
© Copyright NETASQ 2006
210
Ce menu présente les autres serveurs configurés par l’administrateur et auxquels les utilisateurs
peuvent accéder.
Sur cette page aucun lien n’est disponible. Il est pourtant indispensable que cette
fenêtre reste ouverte pendant toute la durée de la connexion (elle peut être minimisée). La
fermeture de la fenêtre entraîne la coupure de la connexion.
Pour accéder aux ressources configurées par l’administrateur, il s’agit d’indiquer au logiciel client,
un client de messagerie par exemple, que le serveur auquel il doit se connecter pour récupérer les
mails n’est plus le serveur Mail habituel mais il faut lui indiquer une adresse du type
« 127.0.0.1:Port_Ecoute » où « Port_Ecoute » est le port spécifié dans la configuration du serveur.
Le port d’écoute pour chacun des serveurs configurés est rappelé dans la page du portail WEB
NETASQ.
© Copyright NETASQ 2006
211
Section D
Programmation horaire
© Copyright NETASQ 2006
212
Programmateur de Slots
Les slots de filtrage et de chiffrement sont soumis à une programmation horaire. Pour chaque type
de slot, l’administrateur possédant les droits « F+M » ou « V+M » (selon le type) utilise une grille
horaire qui est construite comme un tableau interactif ; l’échelle horizontale représente les heures
de la journée, et l’échelle verticale les jours de la semaine. En sélectionnant un des slots
préalablement définis et en balayant avec la souris la surface correspondant à des plages horaires,
on affecte ce slot à ces plages horaires.
Il doit toujours y avoir un slot de filtrage actif à un moment donné. Lorsque l’administrateur part
d’une grille horaire de filtrage vierge pour définir ou modifier la programmation horaire du filtrage, le
premier slot de filtrage que l’administrateur sélectionne est automatiquement affecté à toutes les
heures de tous les jours de la semaine.
Vous pouvez configurer un slot pour qu’il ne s’active que lors des « heures de bureau », tout en
programmant un blocage de tout trafic le reste du temps.
Pour programmer l’activation d’un slot vous avez deux possibilités :
► En sélectionnant le menu « Programmateur de slots »,
► En sélectionnant le bouton « programmer » présent dans chaque grille de slots.
La fenêtre de programmation horaire se décompose en trois parties :
► Des boutons de sélection de type de slots en haut,
► Une grille horaire,
► Des boutons d’action en bas.
Les boutons de sélection de type de slots
Quatre types de choix de slots sont disponibles.
Filtrage
Programmation des slots de filtrage
Translation
Programmation des slots de translation d’adresses
VPN
Programmation des slots de tunnels VPN
Filtrage d’URL
Programmation des slots de filtrage d’URL
La grille horaire
Cette zone est construite comme un tableau « interactif ». L’échelle horizontale représente les
heures, l’échelle verticale : les jours. Grâce aux boutons d’action vous pouvez programmer
l’activation des slots en sélectionnant une surface avec la souris.
© Copyright NETASQ 2006
213
On peut noter qu’au moins un slot de filtrage doit toujours être programmé. Donc lorsque vous
programmez le premier de ces slots de filtrage celui-ci est automatiquement programmé pour tous
les jours à toutes les heures.
Les boutons d’action
Choisir un slot
Sélection du slot à programmer
Flèche
Sélection d’une zone sur la grille
Crayon
Modification d’une zone sur la grille
Gomme
Suppression d’une zone sur la grille
Tout effacer
Suppression de toutes les zones sur la grille
Vider le slot X
Suppression de toutes les zones concernant un slot
Choisir les couleurs
Configuration des couleurs associées à chaque slot
© Copyright NETASQ 2006
214
Calendriers
Chaque utilisateur est associé à un calendrier qui lui permet de s’authentifier auprès de l’IPSFirewall lorsque la politique de filtrage instaurée par l’administrateur l’y oblige. Ce calendrier peut
être spécifique à l’utilisateur ou le même pour plusieurs utilisateurs. Il définit les zones où
l’utilisateur doit s’authentifier et celles où il n’a aucun accès. Une fois les calendriers définis, ils
peuvent être sélectionnés lors de la configuration de l’authentification des utilisateurs. Vous
accédez à la configuration de ce calendrier en sélectionnant le menu « Configuration >
Calendriers ».
L’écran de sélection des calendriers se divise en trois parties :
► Une grille contenant les calendriers configurés,
► Des boutons d’action permettant l’ajout, la modification ou la suppression de calendriers,
► Enfin en bas de la fenêtre les boutons de validation ou d’annulation des modifications
effectuées.
Pour ajouter ou modifier un calendrier, vous avez plusieurs possibilités :
► En cliquant sur le bouton d’action « Calendrier » de l’onglet « Authentification » de
l’écran d’édition d’un objet « utilisateur »,
► En cliquant sur le bouton d’action « Calendrier » du menu « Avancé » de l’écran de
configuration générale de l’authentification, lorsque l’option « Autorisation par défaut » est à
« Personnalisé »,
► En cliquant sur le bouton d’ajout ou de modification de l’écran de sélection des
calendriers.
La fenêtre de configuration des calendriersse divise en deux parties :
► Le champ « Nom » : Nom défini pour le calendrier,
► Une grille horaire.
© Copyright NETASQ 2006
215
La grille horaire
Cette zone est construite comme un tableau « interactif ». L’échelle horizontale représente les
heures, l’échelle verticale : les jours. Vous pouvez programmer les zones pendant lesquelles
l’authentification est permise en sélectionnant une surface avec la souris. En cliquant sur les
« titres » de colonnes et de lignes vous inversez la sélection actuelle dans la colonne ou dans la
ligne en question. En cliquant le coin haut gauche de la grille vous inversez la sélection entière.
© Copyright NETASQ 2006
216
Section E
QoS : Qualité de Service
© Copyright NETASQ 2006
217
Présentation
Qu’est ce que la Qualité de Service, QoS (pour Quality of Service) ?
Trois constats ont demandé le développement de la « Qualité de service » sur les réseaux IP :
► Premièrement de plus en plus les stations de travail modernes contiennent des logiciels
multimédia y compris codecs vidéo et audio, cela nécessite donc une certaine fiabilité des
performances (vitesse) vidéo.
► Le développement de plus en plus courant du multicast d’IP.
► Enfin le développement de logiciels vidéo et audio hautement performants permettant la
vidéoconférence par exemple.
Ce type d’application en temps réel ne pouvait se révéler fonctionnel sur l’Internet étant donné les
délais de latence et pertes de paquets généralement rencontrés sur les réseaux IP. Les
développements de la « Qualité de service » se sont donc avérés indispensable.
A un haut niveau d’abstraction, la « Qualité de service » fait référence à la capacité à fournir un
service réseau en fonction de paramètres définis dans un contrat de niveau de service (SLA,
« Service Level Agreement »). La « Qualité » du service est alors caractérisée par sa disponibilité,
son taux de latence, ses fluctuations, son débit et son taux de paquets perdus.
Au niveau des ressources réseau, la « Qualité de service » fait référence à la capacité d’un
équipement à fournir des services de prioritisation de trafic, un contrôle de la bande passante ainsi
que de son temps de latence.
QoS sur les IPS-Firewalls NETASQ
Le module Stateful QoS de l'ASQ permet une gestion efficace de la bande passante. Vous avez la
possibilité d'associer une politique de QoS à chaque règle de filtrage en choisissant un algorithme
d'ordonnoncement des paquets.
Deux algorithmes sont proposés : PRIQ (Priority Queuing) et CBQ (Class-Based Queuing).
► PRIQ permet de prioritiser les paquets associés à une régle de filtrage de façon qu'ils
soient toujours traités en premier avant le reste du trafic ;
► CBQ permet de traiter les paquets par classe de bande passante. Vous avez la
possibilité de choisir une classe d'ordonnoncement pour chaque régle de filtrage et de lui
associer une garantie de bande passante aussi bien qu'une limite.
En cas d'utilisation simultanée de CBQ et PRIQ, les flux en PRIQ seront traités de façon prioritaire
par rapport aux flux en CBQ.
© Copyright NETASQ 2006
218
Configuration
Menu de configuration de la QoS
La configuration de la QoS est accessible par le sous-menu « Qualité de Service » présente, sous
le menu « Politique » de l’arborescence des menus de l’application Firewall Manager ou lors de
l’édition d’une politique de filtrage, en cliquant sur le bouton « Configurer la QoS » accessible dans
le menu « Paramétres de QoS de la règle de filtrage » obtenu lorsqu’on souhaite remplir le champ
« Qos » d’une règle de filtrage (en mode avancé).
Le menu de configuration de la QoS est divisé en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu QoS,
► A droite les options configurables.
© Copyright NETASQ 2006
219
Général
Les différentes options de la configuration générale sont présentées dans le tableau suivant :
Donnée indicative présentée par le Firewall Manager, dépendante
du modèle de l’IPS-Firewall (20 pour les F25 et F50, 100 pour les
F200 et F500, 200 pour les F1000 et F2000, 255 pour le
F5000,indicant le nombre de file d’attente qui peuvent être
créées.
Nb maximal
d’éléments
Traitement des
congestions
Cette option permet de définir l’algorithme de traitements des
congestions qui sera utilisé lorsque le IPS-Firewall n’est plus à
même de gérer tout le trafic qu’il reçoit.
Valeur de référence
La valeur de référence en Kbits/s ou en Mbits/s permet d’indiquer
une référence sur laquelle seront basées les limitations de bande
passante indiquée en pourcentage dans la configuration des files
d’attente.
Traitements des congestions
Un élément important dans la « Qualité de Service » est de résoudre le problème du niveau
généralement très haut du taux de perte de paquets sur l’Internet. En effet lorsqu’un paquet est
perdu avant d’atteindre sa destination toutes les ressources mises en œuvre lors de son transit sont
gâchées. Dans certain cas, cette situation peut même amener une situation de congestion grave
qui parfois entraîne la paralysie totale des systèmes.
On est loin de la nécessité de stabilité et de « temps réel » des applications de vidéoconférence
d’aujourd’hui. Le contrôle optimisé des situations de congestion et la gestion des queues de
données deviennent un enjeu important de la « Qualité de Service ».
Les IPS-Firewalls NETASQ disposent de deux algorithmes pour leur traitement des congestions,
l’algorithme TailDrop et l’algorithme BLUE. NETASQ recommande toutefois l’utilisation de
l’agorithme BLUE comme algorithme de traitement des congestions.
TailDrop
Le principe de cet algorithme très basique est de supprimer les paquets arrivant dans la file
d’attente lorsque celle-ci est pleine.
© Copyright NETASQ 2006
220
Blue
Cet algorithme très performant (de très loin devant la plupart des autres algorithmes) utilise un
historique des paquets perdus et le taux d’utilisation des interfaces réseau pour gérer leur
congestion.
Le principe général de cet algorithme est de définir une probabilité unique (P) qui est ensuite
utilisée pour marquer (par l’option de congestion de trafic ECN) ou pour dropper des paquets de la
file de données. Le taux de perte de paquets en file fait augmenter cette probabilité (P). Par
exemple, dans le cas d’un débordement de tampon (Buffer Overflow), la file de données perd
continuellement des paquets de la file, la probabilité (P) est incrémentée, ce qui a pour effet
d’augmenter artificiellement le nombre de paquets marqués (par ECN) ou le nombre de paquets
droppés. Inversement lorsque le taux d’utilisation de l’interface réseau est faible voire nul, la
probabilité (P) est alors diminuée.
Cette méthode a pour effet de stabiliser les flux réseaux, de réduire fortement le nombre de paquets
finalement perdus, de maximiser les performances de chaque interface réseau et enfin de diminuer
le temps de latence des paquets (on rappelle que ces critères sont fondamentaux pour la SLA,
« Service Level Agreement »).
Files d’attente
Le module de QoS, intégré à l’ASQ est associé au module de filtrage pour offrir les fonctionnalités
de Qualité de Service. A l’arrivée d’un paquet, celui-ci est traité par une règle de filtrage puis l’ASQ
affecte le paquet à la bonne file d’attente suivant la configuration du champ QoS de cette règle de
filtrage. Il existe trois types de file d’attente sur le IPS-Firewalls. Deux sont directement associés
aux algorithmes de QoS présentés ci- dessus : PRIQ (Priority Queuing) et CBQ (Class-Based
Queuing), le troisième type permet le monitoring du trafic.
Priority Queuing : File d’attente par priorité
Les files d’attente par priorité induisent une prioritisation des paquets dans leur traitement. Les
paquets qui sont associés à une règle de filtrage avec une File d’attente du type PRIQ sont traités
avant les autres.
Les priorités s’échelonnent entre 0 et 7. La priorité 0 correspond aux trafics les plus prioritaires
parmi les files d’attente PRIQ. La priorité 7 correspond aux trafics les moins prioritaires parmi les
files d’attente PRIQ. Les files d’attente CBQ et les flux sans règles de QoS sont associés à une
priorité 8 « virtuelle » (elle n’est pas configurable) qui définit que quoi qu’il arrive, ces flux seront
traités après toutes files d’attente du type PRIQ.
© Copyright NETASQ 2006
221
Les différentes options de la configuration d’une file d’attente du type PRIQ sont présentées dans le
tableau suivant :
Ajouter
La grille du menu Priority Queuing affiche les différentes files
d’attente qui ont été configurées. Le bouton « Ajouter » permet
l’ajout d’une nouvelle file d’attente.
Supprimer
La grille du menu Priority Queuing affiche les différentes files
d’attente qui ont été configurées. Le bouton « Supprimer » permet
de supprimer la file d’attente sélectionnée.
Convertir
La conversion d’une file d’attente PRIQ en un autre type de file
d’attente conserve le nom de la file d’attente et son commentaire.
xx élement(s)
Donnée cumulée présentée par le Firewall Manager indiquant le
nombre de règles de QoS du type PRIQ qui ont été créées.
Si le nombre total de règles de QoS (PRIQ, CBQ et Monitoring)
est supérieur à la capacité maximum de gestion de l’IPS-Firewall
indiquée dans le menu Général, un message apparaît en bas à
gauche de l’écran pour indiquer que le nombre maximum de règle
de QoS a été dépassé.
Onglet Description
Nom
Nom de la file d’attente à configurer.
Commentaire
Commentaire associé.
Couleur
Couleur de différenciation de la file d’attente.
Onglet Configuration
Priorité
Priorité de la file d’attente configurée.
La grille du menu Priority Queuing affiche les différentes files d’attente qui ont été configurées.
Lorsque ces règles de QoS sont effectivement utilisées dans la définition d’une règle de filtrage un
bouton du type «
» est affiché dans la liste. Un double clic sur le bouton permet d’affiche la liste
des règles de filtrage dans lesquelles cette file d’attente est utilisée.
Class-Based Queuing : File d’attente par classe d’application ou d’affectation
© Copyright NETASQ 2006
222
Les files d’attente par classe d’application ou d’affectation induisent la façon dont les trafics affectés
par ces règles de QoS seront gérés sur le réseau. Les mécanismes de réservation et de limitation
de la bande passante de ce type de files d’attente permettent dans le premier cas, la garantie d’un
service minimum et dans le deuxième cas, la préservation de la bande passante vis-à-vis
d’applications coûteuses en ressources.
Les différentes options de la configuration d’une file d’attente du type CBQ sont présentées dans le
tableau suivant :
Ajouter
La grille du menu Class-Based Queuing affiche les différentes
files d’attente qui ont été configurées. Le bouton « Ajouter »
permet l’ajout d’une nouvelle file d’attente.
Supprimer
La grille du menu Class-Based Queuing affiche les différentes
files d’attente qui ont été configurées. Le bouton « Supprimer »
permet de supprimer la file d’attente sélectionnée.
Convertir
La conversion d’une file d’attente CBQ en un autre type de file
d’attente conserve le nom de la file d’attente et son commentaire.
xx élement(s)
Donnée cumulée présentée par le Firewall Manager indiquant le
nombre de règles de QoS du type CBQ qui ont été créées.
Si le nombre total de règles de QoS (PRIQ, CBQ et Monitoring)
est supérieur à la capacité maximum de gestion de l’IPS-Firewall
indiquée dans le menu Général, un message apparaît en bas à
gauche de l’écran pour indiquer que le nombre maximum de règle
de QoS a été dépassé.
Onglet Description
Nom
Nom de la file d’attente à configurer.
Commentaire
Commentaire associé.
Couleur
Couleur de différenciation de la file d’attente.
Onglet Configuration
L’onglet Configuration permet la définition des paramètres de réservation et de limitation de la
bande passante pour cette file d’attente. La configuration de ces paramètres peut être asymétrique,
© Copyright NETASQ 2006
223
ce qui signifie que les paramètres de réservation et de limitation seront différents suivant le sens du
trafic.
Par défaut l’onglet Configuration définit les réservations et limitation de la bande passante dans les
deux sens. Mais lorsque des paramètres sont indiqués dans l’onglet Avancé (voir ci-dessous),
l’onglet Configuration définit les paramètres des trafics allant dans le sens de la défintion de la règle
de filtrage soit « Source » vers « Destination ».
Maximum autorisé
Agissant comme une limitation, cette option interdit le
dépassement de bande passante pour le trafic affecté par ces
files d’attente. Configurée en Kbits/s, en Mbits/s ou en
pourcentage de la valeur de référence, cette valeur est partagée
entre tous les trafics affectés par la règle de QoS. Ainsi si les
trafics HTTP et FTP sont associées à une file d’attente qui
possède un maximum autorisé de 512Kbits/s alors la bande
passante HTTP + la bande passante FTP ne doit pas dépasser
512Kbits/s.
Minimum garanti
Agissant comme une garantie de service, cette option permet la
garantie d’un débit donné et d’un délai maximal de transfert.
Configurée en Kbits/s, en Mbits/s ou en pourcentage de la valeur
de référence, cette valeur est partagée entre tous les trafics
affectés par la règle de QoS. Ainsi si les trafics HTTP et FTP sont
associées à une file d’attente qui possède un minimum garanti de
10Kbits/s alors la bande passante HTTP + la bande passante
FTP sera au minimum de 10Kbits/s. Cependant rien n’empêche
que la bande passante HTTP soit de 9Kbits/s et la bande
passante soit seulement de 1Kbit/s.
Pas de limite de
bande passante
Cette option permet de ne pas définir de débit maximum autorisé.
Dans ce cas c’est la valeur de la bande passante du lien affecté
par la règle de QoS qui détermine le maximum disponible.
La grille du menu Class-Based Queuing affiche les différentes files d’attente qui ont été configurées.
Lorsque ces règles de QoS sont effectivement utilisées dans la définition d’une règle de filtrage un
bouton du type «
» est affiché dans la liste. Un double clic sur le bouton permet d’affiche la liste
des règles de filtrage dans lesquelles cette file d’attente est utilisée.
Onglet Avancé
L’onglet Avancé permet la configuration des paramètres de réservations et limitation de la bande
passante des trafics allant dans le sens inverse de la défintion de la règle de filtrage soit
« Destination » vers « Source ».
Maximum autorisé
Agissant comme une limitation, cette option interdit le
dépassement de bande passante pour le trafic affecté par ces
files d’attente. Configurée en Kbits/s, en Mbits/s ou en
pourcentage de la valeur de référence, cette valeur est partagée
entre tous les trafics affectés par la règle de QoS. Ainsi si les
trafics HTTP et FTP sont associées à une file d’attente qui
possède un maximum autorisé de 512Kbits/s alors la bande
passante HTTP + la bande passante FTP ne doit pas dépasser
512Kbits/s.
Minimum garanti
Agissant comme une garantie de service, cette option permet la
garantie d’un débit donné et d’un délai maximal de transfert.
Configurée en Kbits/s, en Mbits/s ou en pourcentage de la valeur
de référence, cette valeur est partagée entre tous les trafics
affectés par la règle de QoS. Ainsi si les trafics HTTP et FTP sont
associées à une file d’attente qui possède un minimum garanti de
10Kbits/s alors la bande passante HTTP + la bande passante
FTP sera au minimum de 10Kbits/s. Cependant rien n’empêche
© Copyright NETASQ 2006
224
que la bande passante HTTP soit de 9Kbits/s et la bande
passante soit seulement de 1Kbit/s.
Pas de limite de
bande passante
Cette option permet de ne pas définir de débit maximum autorisé.
Dans ce cas c’est la valeur de la bande passante du lien affecté
par la règle de QoS qui détermine le maximum disponible.
La grille du menu Class-Based Queuing affiche les différentes files d’attente qui ont été configurées.
Lorsque ces règles de QoS sont effectivement utilisées dans la définition d’une règle de filtrage un
bouton du type «
» est affiché dans la liste. Un double clic sur le bouton permet d’affiche la liste
des règles de filtrage dans lesquelles cette file d’attente est utilisée.
Monitoring
Les files d’attente de monitoring n’affectent pas la manière dont sont traités les trafics qui sont
associés à ces règles de QoS. Elles permettent l’enregistrement d’informations de débit et de
bande passante qui peuvent être visualisées au moyen du Firewall Reporter, dans la section
« Graphique » du logiciel.
Les différentes options de la configuration d’une file d’attente du type Monitoring sont présentées
dans le tableau suivant :
Ajouter
La grille du menu Monitoring affiche les différentes files d’attente
qui ont été configurées. Le bouton « Ajouter » permet l’ajout d’une
nouvelle file d’attente.
Supprimer
La grille du menu Monitoring affiche les différentes files d’attente
qui ont été configurées. Le bouton « Supprimer » permet de
supprimer la file d’attente sélectionnée.
Convertir
La conversion d’une file d’attente Monitoring en un autre type de
file d’attente conserve le nom de la file d’attente et son
commentaire.
xx élement(s)
Donnée cumulée présentée par le Firewall Manager indiquant le
nombre de règles de QoS du type Monitoring qui ont été créées.
Si le nombre total de règles de QoS (PRIQ, CBQ et Monitoring)
est supérieur à la capacité maximum de gestion de l’IPS-Firewall
indiquée dans le menu Général, un message apparaît en bas à
gauche de l’écran pour indiquer que le nombre maximum de règle
de QoS a été dépassé.
Onglet Description
Nom
Nom de la file d’attente à configurer.
Commentaire
Commentaire associé.
Couleur
Couleur de différenciation de la file d’attente.
© Copyright NETASQ 2006
225
Utilisation de la QoS
Activation d’une File d’attente de QoS
C’est dans la configuration des politiques de filtrage que sont définies les règles de QoS qui seront
utilisées pour traiter tel ou tel trafic. Le champ correspondant à la QoS n’est accessible qu’une fois
le mode avancé de la définition des règles de filtrage activé.
Pour activer une file d’attente de QoS, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Sélectionnez le menu de configuration « Politique\Filtrage » ;
2. Editez le slot de filtrage dont les règles doivent accueillir les options de QoS ;
3. Sélectionnez le mode « Avancé » ;
4. Double cliquez sur le champ « QoS » de la règle à modifier, la fenêtre suivante apparaît :
5. Choisissez une File d’attente configurée (ou configurez la d’abord) ;
6. Choisissez l’équité de traitement (si nécessaire, voir ci-dessous) ;
7. Cliquez sur OK, envoyez le slot configuré et activez la politique de filtrage.
Equité de traitement (Fairness)
ATTENTION : l’équité de traitement complexifie la gestion de la QoS telle qu’elle a
déjà été évoquée dans cette documentation. Assurez-vous de maîtriser les aspects
précédents de la configuration de la QoS avant d’activer cette option.
L’équité de traitement (Fairness) ajoute à chaque file d’attente QoS un système de pondération des
paquets propre à chaque file. Ainsi il est possible de modifier le comportement du traitement des
paquets appartenant à la même file d’attente.
Selon l’option Fairness NETASQ, les paquets appartenant à une même file d’attente seront traités :
► Par ordre d’arrivée, selon le mode FIFO (First In First Out, premier arrivé, premier parti)
si AUCUNE option d’équité de traitement n’a été spécifié ;
► De façon à ce que le traitement soit équitable (égal) entre les paquets de chaque
utilisateur présents dans la file d’attente si l’option d’équité de traitement est
UTILISATEUR ;
► De façon à ce que le traitement soit équitable (égal) entre les paquets de chaque
machine présents dans la file d’attente si l’option d’équité de traitement est MACHINE ;
► De façon à ce que le traitement soit équitable (égal) entre les paquets de chaque
connexion présents dans la file d’attente si l’option d’équité de traitement est CONNEXION.
© Copyright NETASQ 2006
226
Cas d’application et recommandations d’utilisation
Exemple 1 : Prioritisation des flux DNS
Basées sur UDP, les requêtes DNS subissent de nombreuses pertes de paquets du fait de la
définition même du protocole UDP, qui ne prévoit pas de mécanismes de gestion des erreurs de
transmission et de l’écrasante présence des trafics TCP qui noient les trafics UDP dans la masse
des paquets TCP.
Pour préserver ces trafics, et en particulier les flux DNS, il est recommandé de prévoir une
règle de QoS de type « priorité » (PRIQ). Elle permettra de diminuer les trop fréquentes pertes de
paquets et la latence qu’il pourrait y avoir sur ce type de trafic qui demande une réactivité
importante (c’est d’ailleurs pour cette raison que les requêtes DNS sont réalisées sur UDP).
Définition de la règle de QoS pour le DNS
Utilisation de la règle de QoS dans la politique de filtrage
Effets sur le trafic
► Baisse des paquets perdus ;
► Diminution de la latence.
Exemple 2 : Limitation du trafic HTTP
Parmi les trafics internet, les flux HTTP sont les plus gros consommateurs de la bande passante du
lien Internet et du réseau local. Une utilisation importante de l’internet peut entraîner des problèmes
de congestions du trafic réseau, les performances globales sont dégradées et l’utilisation du réseau
devient fastidieuse.
Pour remédier à cet état de fait, il est recommandé de limiter le trafic HTTP au moyen d’une
règle de QoS de type « classe d’application ou d’affectation » (CBQ) définissant un débit
maximum autorisé. Elle permettra de préserver la bande passante du réseau et réduire l’impact de
l’utilisation de l’internet sur les performances globales du réseau.
Définition de la règle de QoS pour le HTTP
Utilisation de la règle de QoS dans la politique de filtrage
Effets sur le trafic
► Diminution du risque de congestion du réseau ;
► Réduction de l’impact du trafic sur les performances générales du réseau.
Exemple 3 : Garantie d’un niveau de service minimum
Certaines applications (VoIP par exemple) nécessitent un niveau de services avec la garantie que
ce niveau de services sera respecté sous peine de dysfonctionnement du service (impossiblité de
suivre une conversation VoIP par exemple). Les autres applications et leur impact sur les
performances générales du réseau peuvent perturber l’obtention du niveau de services requis.
© Copyright NETASQ 2006
227
Pour s’assurer que le niveau de services requis sera maintenu il est recommandé de créer
une règle de QoS de type « classe d’application ou d’affectation » (CBQ) définissant un débit
minimum garanti. Elle permettra de garantir un niveau de service pour un trafic donné
indépendamment de l’impact des autres trafics sur les performances globales du réseau et sans
définir de limitation de bande passante pour ces autres trafics.
Définition de la règle de QoS pour la VoIP
Utilisation de la règle de QoS dans la politique de filtrage
Effets sur le trafic
► Garantie d’un niveau de service pour un trafic donné ;
► Introduction d’un délai maximal de transfert des données du service.
© Copyright NETASQ 2006
228
Chapitre V
Configuration des proxies
© Copyright NETASQ 2006
229
Section A
Proxies HTTP, SMTP et POP3
© Copyright NETASQ 2006
230
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-configuration, intégration,
► Configuration des objets.
Pour cette section, vous devez connaître
► Les noms de domaines autorisés à sortir de votre réseau en SMTP et POP3,
► La politique de filtrage d’Emails que vous voulez mettre en place,
► Les adresses des différents proxies.
Utilité de la section
Cette section vous permet d'activer les proxies HTTP, SMTP, de rediriger les flux HTTP vers des
serveurs proxies externes et de filtrer les flux SMTP et POP3.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le menu « Proxies ».
Vous devez être connecté avec les privilèges de modification pour pouvoir effectuer ces
modifications.
Avant d'effectuer toute modification importante sur votre Firewall NETASQ, nous vous conseillons
d'effectuer une sauvegarde. Ainsi, en cas de mauvaise manipulation vous pourrez vous retrouver
dans l'état précédent. Pour plus d'informations sur les sauvegardes, veuillez vous référer au
chapitre « Sauvegarde et restauration ».
Introduction à cette section
Les tables de filtrage URL sont stockées sur le Firewall NETASQ dans des slots (fichiers de
configuration numérotés de 01 à 10).
Chaque slot peut être programmé à une heure précise de la semaine, en écrasant la configuration
du slot précédemment activée. (Voir « Programmation des slots »)
© Copyright NETASQ 2006
231
Redirection des flux vers les proxies
Vous avez la possibilité de choisir sur quels ports et interfaces les proxies vont agir. Lorsqu'une
connexion provient de l'interface indiquée et demande le service configuré dans cette partie, le
proxy intercepte et gère la connexion.
On accède à cette configuration dans le menu « Proxies > Général ».
La redirection des flux vers les proxies nécessite la définition des paramètres suivants :
Protocole
Protocole géré par le proxy.
Port
Port sur lequel le proxy doit écouter.
Interface
Interface sur laquelle le proxy écoute.
Profil
Permet d’associer un profil Proxy à l’analyse réalisée par les
proxies. Pour permettre des configurations différentes suivant les
interfaces par exemple.
Commentaire
Commentaire associé à cette ligne.
On ajoute un port ou interface à filtrer avec les boutons ajouter/supprimer. Par défaut, le filtrage
URL (proxy HTTP) s'applique sur le port 80 pour les machines du réseau interne uniquement, le
filtrage SMTP s'applique sur le port 25 pour les machines du réseau interne et le filtrage POP3
s’applique sur le port 110 pour les machines du réseau interne aussi.
Le filtrage URL entre en application lorsqu’un fichier de règles est activé (voir section filtrage URL).
Le filtrage URL est prioritaire sur le filtrage par protocole. Les règles de filtrage
correspondant aux ports filtrés par le module de filtrage URL ne sont pas prises en compte.
Vous appliquez donc les règles d'accès Internet uniquement au niveau du filtrage URL. Si
vous activez un slot de filtrage d'URLs, le proxy sera automatiquement activé.
Remarque : l'authentification transparente (la page d'authentification est automatiquement proposée
à l'utilisateur lorsqu'il désire se connecter à Internet) est fournie seulement aux interfaces liées au
proxy HTTP qui intercepte les requêtes clientes. Le filtrage URL ne s'applique pas sur les requêtes
HTTPS.
© Copyright NETASQ 2006
232
Proxy HTTP
Pour utiliser le proxy HTTP, celui-ci doit être activé. L'activation du proxy est réalisée au niveau de
la section « Proxy HTTP » du menu « Proxies » de l’arborescence.
Ce menu est divisé en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu Proxy HTTP,
► A droite les options configurables.
Il est désormais possible de créer quatre profils pour le Proxy afin d’adapter l’analyse du proxy en
fonction du sens du trafic. Cela va permettre de désactiver certaines fonctionnalités sur les trafics
autorisés en sortie mais pas en entrée.
La barre d’action située en haut de l’écran vous indique quel profil du proxy HTTP est actuellement
affiché. De plus vous pouvez spécifier un nom pour chacun des quatre profils.
Le bouton « Réinitialiser » vous permet de redéfinir les paramètres des profils du proxy HTTP dans
leur configuration d’origine.
La date située à côté du bouton « Réinitialiser » indique la date de la dernière modification de la
configuration.
Cochez l’option « Activer le proxy HTTP » dans le menu « Global » pour activer le proxy
HTTP et effectuer les analyses spécifiées dans les menus suivants.
© Copyright NETASQ 2006
233
Antivirus
L’activation du proxy HTTP permet notamment l’activation de la recherche des virus dans les trafics
HTTP (uniquement sur les requêtes GET). Pour activer la recherche des virus reportez-vous à la
procédure suivante :
1. Activer le proxy HTTP en cochant l’option « Activer le proxy HTTP » dans le menu
« Global » ;
2. Activer la recherche des virus en cochant l’option « Recherche des virus » dans le menu
« Antivirus » ;
3. Cliquer sur OK pour valider les modifications.
Comportement
La section « Comportement » décrit le comportement de l’antivirus face à certains événements.
L’option « Lorsque l’analyse échoue » définit le comportement de l’antivirus si l’analyse du fichier
qu’il est en train de scanner échoue (il ne réussit pas à analyser le fichier parce qu’il est verrouillé
par exemple).
Si « Bloquer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse n’est pas transmis.
Si « Passer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse est transmis.
Limitation
La « Taille limite des données analysées » est fonction des capacités matérielle chaque modèle
d’IPS-Firewall mais elle peut être adaptée selon les besoins de l’entreprise. Pour cela, déplacez la
règlette.
Attention lorsque vous définissez une taille limite de données analysées
manuellement, veillez à conserver un ensemble de valeurs cohérentes. En effet, l’espace
mémoire total, représenté par la réglette correspond à l’ensemble des ressources réservées
pour le service Antivirus. Si vous définissez que la taille limite des données analysées sur
HTTP est de 100% de la taille total, aucun autre fichier ne pourra être analysé en même
temps.
L’option « Lorsque la limite est dépassé » définit le comportement de l’antivirus si la taille du fichier
d’analyse qu’il est en train de scanner dépasse la limite autorisée.
© Copyright NETASQ 2006
234
Si « Bloquer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse n’est pas transmis.
Si « Passer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse est transmis.
Proxy externe
Le proxy HTTP sert pour le filtrage d'URLs (voir section "Configuration du filtrage d'URL") mais il
permet aussi de rediriger les requêtes HTTP provenant des utilisateurs du réseau interne vers des
proxies externes.
Pour activer cette redirection, cochez la case correspondante puis précisez l'adresse IP du serveur
ainsi que le port sur lequel il reçoit les requêtes. Si l’administrateur spécifie un groupe de serveurs
dans l’option « Nom d’hôte », l’IPS-Firewall effectuera un partage de charge entre les différentes
proxies externes du groupe en fonction de la machine source (une machine source donnée utilisera
toujours le même proxy externe).
Autorisation proxy
Si le proxy HTTP externe nécessite une authentification des utilisateurs, l’administrateur peut
cocher l’option « Autorisation proxy » présente dans le menu « Proxy externe » pour envoyer au
proxy externe les informations concernant l’utilisateur recueuillies par le module d’authentification
de l’IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
235
Configuration ICAP
ICAP ou Internet Content Application Protocol est un protocole d’adaptation de contenu. Il assure
une interopérabilité avec des solutions d’analyse et de traitement de contenu comme WebWasher
et permet des services de filtrage d’URLs ou de filtrage de contenu. Il fonctionne selon deux
modes : le Reqmod et le Respmod.
Le Reqmod (Request for Modification) fonctionne selon le principe suivant :
► Un client HTTP envoie une requête HTTP,
► Celle-ci traverse le firewall et est interceptée par le serveur ICAP,
► Le serveur ICAP renvoie une réponse au firewall qui la transmet au serveur WEB
concerné.
Le Respmod fonctionne dans le sens inverse.
Le firewall NETASQ supporte les deux modes.
ICAP respmod et ICAP reqmod
Pour chacun des menus, trois informations sont nécessaires pour mettre en place les services
ICAP :
► Le nom du service à mettre en place, cette information est différente suivant la solution
utilisée,
► Le serveur ICAP,
► Ainsi que le port utilisé.
Il est impossible d’utiliser le respmod ICAP lorsque la recherche de virus sur HTTP
est activée.
Authentification
On peut utiliser les informations disponibles sur le firewall pour réaliser des services ICAP. Par
exemple, il est possible de définir dans un serveur ICAP que tel ou tel site n’est destiné qu’à telle ou
telle personne. Dans ce cas, vous pouvez filtrer selon un identifiant LDAP ou une adresse IP.
L’option « Activer l’authentification LDAP » permet de se servir des informations relatives à la base
LDAP (notamment l’identifiant d’un utilisateur authentifié).
© Copyright NETASQ 2006
236
L’option « Activer l’authentication par IP » permet de se servir des adresses IP des clients HTTP
effectuant la requête à « adapter ».
Onglet Extension HTTP
L’onglet « HTTP Extension » permet de configurer les paramètres suivants :
Autoriser le
protocole WebDAV
WebDAV est un ensemble d’extensions au protocole HTTP
concernant l’édition et la gestion collaborative de documents. Si
cette option est cochée le protocole WebDav est autorisé au
travers du firewall NETASQ.
Activer la méthode
Connect
La méthode Connect permet de réaliser des tunnels sécurisés au
travers de serveurs proxies. Le champ « Nom du service » sert à
spécifier quels types de service peuvent utiliser une telle
méthode.
Si cette option est cochée la méthode « Connect » est autorisée
au travers du firewall NETASQ.
Onglet Avancé
© Copyright NETASQ 2006
237
L’onglet « Avancé » permet de configurer les paramètres suivants :
Par exemple lorsqu’on télécharge un fichier via FTP si le
téléchargement ne s’effectue pas jusqu’au bout (erreur de
connexion par exemple), il est possible de relancer le
téléchargement à partir de là où a surgi l’erreur plutôt que de
devoir tout retélécharger. Il s’agit dans ce cas d’un
téléchargement partiel (le téléchargement ne correspond pas à un
fichier complet).
Gestion des
téléchargements
partiels
L’option « Gestion des téléchargements partiels » permet de
définir le comportement du proxy HTTP de l’IPS-Firewall vis-à-vis
de ce type de téléchargement.
► Bloquer : le téléchargement partiel est interdit ;
► Filtrage : le téléchargement partiel est autorisé et le trafic est
filtré par l’antivirus ;
► Passer : le téléchargement partiel est autorisé mais il n’y a pas
d’analyse antivirale effectuée.
Limite de données
Lorsque les fichiers téléchargés sur l’Internet, via HTTP sont trop
imposants, ils peuvent dégrader la bande passante du lien
Internet et cela pour une durée parfois très longue.
Pour éviter cet écueil, cochez l’option « taille maximum des
fichiers » et indiquez la taille maximum en Ko pouvant être
téléchargé par le protocole HTTP.
Activer QoS
Régulation du trafic HTTP. Cette option vous permet de définir un
débit maximum pour ce type de trafic. Un calcul de dérivée de la
courbe du trafic permet de déterminer si des paquets doivent être
supprimés silencieusement afin de ne pas dépasser le débit
limite.
Page de blocage
© Copyright NETASQ 2006
238
La page de blocage est affichée lorsque la requête HTTP d'un utilisateur est rejetée par le proxy
HTTP (URL non autorisée). Elle est accessible par le menu «Proxy > Proxy HTTP ».
Cette page s'affiche dans le navigateur de l'utilisateur à la place de la page WEB demandée.
Par défaut, une page NETASQ s'affiche, informant l'utilisateur que sa demande ne peut pas être
acceptée, avec la règle de filtrage appliquée et l'URL demandée.
Vous pouvez remplacer cette page par défaut par votre propre page en entrant dans cette fenêtre le
code HTML de la page à afficher.
Vous pouvez ajouter les informations suivantes dans cette page :
► $rule: règle de filtrage qui est appliquée,
► $url : URL qui est bloquée.
Remarque
Pour créer vos propres messages de blocage, utilisez un éditeur HTML puis enregistrez le
document au format HTML. Vous pouvez ensuite importer ce document avec le bouton
« Importer ».
Toute page éditée dans la section « page de blocage » peut ensuite être enregistrée pour être
importée sur un autre IPS-Firewall avec le bouton « Exporter ».
Vous avez la possibilité de visualiser le rendu de la page HTML éditée, en cliquant sur le bouton
« Visualisation ». Cette action ouvre automatiquement le navigateur par défaut de votre machine.
Enfin si la page que vous avez configurée ne vous convient plus le bouton « Effacer » vous permet
de la supprimer pour revenir à la page par défaut de NETASQ.
© Copyright NETASQ 2006
239
Proxy SMTP
Introduction
Ces dernières années, la messagerie électronique est devenue un outil de communication
largement utilisé par les entreprises et les administrations. La transmission rapide et performante
des informations permet une amélioration notable de la compétitivité et une baisse des coûts.
Cependant, sans une gestion adéquate du trafic, l'usage de cet outil peut s’avérer désastreux pour
la productivité.
Les courriers de masse non sollicités (tels que la publicité, les newsletters…) peuvent avoir des
conséquences sur la disponibilité de votre bande passante. De plus, les messages infectés
provenant de l’Internet sont autant de failles dans votre sécurité.
Ces écueils sont généralement imputables à une utilisation de l’outil de messagerie à des fins
personnelles.
C’est le protocole SMTP : Simple Mail Transfer Protocol, protocole de communication TCP-IP, qui
est utilisé pour les échanges de courrier électronique dans Internet.
Il s'agit d'un protocole fonctionnant en mode connecté, encapsulé dans une trame TCP/IP. Le
courrier est remis directement au serveur de courrier du destinataire. Le protocole SMTP fonctionne
grâce à des commandes textuelles envoyées au serveur SMTP (par défaut sur le port 25). Chacune
des commandes envoyées par le client (validée par la chaîne de caractères ASCII CR/LF,
équivalent à un appui sur la touche entrée) est suivie d'une réponse du serveur SMTP composée
d'un numéro et d'un message descriptif.
Il est ainsi possible d'envoyer un courrier grâce à un simple telnet sur le port 25 du serveur SMTP.
Différentes utilisations possibles du proxy SMTP
Le proxy SMTP peut être utilisé pour filtrer différents types de flux :
Flux entre les utilisateurs du réseau interne et la passerelle de messagerie
La passerelle doit être placée dans la DMZ. Dans ce cas, les mails envoyés par les clients de
messagerie du réseau interne à destination de la passerelle interne pourront être filtrés.
Conséquences
Le serveur de messagerie peut être déchargé des mails trop volumineux (un message d'erreur est
envoyé au client de messagerie en cas de rejet d'un message), les utilisateurs internes ne peuvent
pas utiliser le serveur pour faire du relaying SMTP. Votre serveur peut être protégé des HAWKs
(méthode utilisée par certains virus pour se propager avec les contacts du carnet d'adresses
OUTLOOK) en bloquant les messages envoyés à plusieurs destinataires simultanément.
Configuration
Activer la redirection SMTP sur le port 25 et l'interface interne.
Flux SMTP venant de la passerelle de messagerie vers l'Internet
L’IPS-Firewall est placé entre la passerelle interne et l'Internet. Les mails envoyés par la passerelle
interne vers l'Internet sont filtrés.
© Copyright NETASQ 2006
240
Conséquences
Impossible de faire du relaying SMTP en se servant de la passerelle interne. Possibilité de limiter
les envois de pièces jointes vers l'extérieur (permet d'éviter la fuite d'informations et de documents
confidentiels, par exemple. Attention, les messages sont alors complètement détruits). Supprime la
bannière de bienvenue du serveur SMTP.
Configuration
Activer la redirection SMTP sur le port 25 et sur l'interface sur laquelle se trouve le serveur de
messagerie.
Flux SMTP venant de l'Internet vers la passerelle interne.
L’IPS-Firewall est placé entre la passerelle interne et l'Internet. Les mails reçus par la passerelle
sont filtrés.
Conséquences
Il est possible de limiter la taille des emails entrants pour éviter une surcharge du serveur. Vous
pouvez éviter le spam d’emails. Vous pouvez interdire les mails provenant de certains expéditeurs.
Configuration
Activer la redirection SMTP sur le port 25 et sur l'interface OUT.
Fonctionnement
Pour utiliser le proxy SMTP, celui-ci doit être activé. L'activation du proxy est réalisée au niveau de
la section « Proxy SMTP » du menu « Proxies » de l’arborescence.
Ce menu est divisé en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu Proxy SMTP,
► A droite les options configurables.
Il est désormais possible de créer quatre profils pour le Proxy afin d’adapter l’analyse du proxy en
fonction du sens du trafic. Cela va permettre de désactiver certaines fonctionnalités sur les trafics
autorisés en sortie mais pas en entrée.
© Copyright NETASQ 2006
241
La barre d’action située en haut de l’écran vous indique quel profil du proxy SMTP est actuellement
affiché. De plus vous pouvez spécifier un nom pour chacun des quatre profils.
Le bouton « Réinitialiser » vous permet de redéfinir les paramètres des profils du proxy SMTP dans
leur configuration d’origine.
La date située à côté du bouton « Réinitialiser » indique la date de la dernière modification de la
configuration.
Cochez l’option « Activer le proxy SMTP » dans le menu « Global » pour activer le proxy
SMTP et effectuer les analyses spécifiées dans les menus suivants.
Global
L’onglet « Global » permet de configurer les paramètres suivants :
Filtrage de la
bannière d’accueil
Lorsque cette option est cochée, la bannière de votre serveur de
messagerie n'est plus envoyée lors d'une connexion SMTP. En
effet, cette bannière contient des informations qui peuvent être
exploitées par certains pirates (type de serveur, version logicielle
...).
Recherche du spam
Activation des fonctionnalités du proxy SMTP pour la rechercher
de spam.
Taille des données
Indiquez la taille maximale en Ko que peut prendre un message
passant par le firewall NETASQ. Les messages dont la taille est
excessive seront supprimés par le firewall (un message d'erreur
est envoyé à l'expéditeur).
Nombre de
destinataires
Indiquez le nombre maximum de destinataires que peut contenir
un message. Les messages dont le nombre de destinataires est
excessif seront supprimés par le firewall ( un message d'erreur
est envoyé à l'expéditeur). Permet de limiter le spam d'emails.
© Copyright NETASQ 2006
242
Antivirus
L’activation du proxy SMTP permet notamment l’activation de la recherche des virus dans les trafics
SMTP. Pour activer la recherche des virus reportez-vous à la procédure suivante :
1. Activer le proxy SMTP en cochant l’option « Activer le proxy SMTP » dans le menu
« Global » ;
2. Activer la recherche des virus en cochant l’option « Recherche des virus » dans le menu
« Antivirus » ;
3. Cliquer sur OK pour valider les modifications.
Comportement
La section « Comportement » décrit le comportement de l’antivirus face à certains événements.
L’option « Lorsque l’analyse échoue » définit le comportement de l’antivirus si l’analyse du fichier
qu’il est en train de scanner échoue (il ne réussit pas à analyser le fichier parce qu’il est verrouillé
par exemple).
Si « Bloquer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse n’est pas transmis.
Si « Passer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse est transmis.
Limitation
La « Taille limite des données analysées » est fonction des capacités matérielle chaque modèle
d’IPS-Firewall mais elle peut être adaptée selon les besoins de l’entreprise. Pour cela, déplacez la
règlette.
Attention lorsque vous définissez une taille limite de données analysées
manuellement, veillez à conserver un ensemble de valeurs cohérentes. En effet, l’espace
mémoire total, représenté par la réglette correspond à l’ensemble des ressources réservées
pour le service Antivirus. Si vous définissez que la taille limite des données analysées sur
SMTP est de 100% de la taille total, aucun autre fichier ne pourra être analysé en même
temps.
L’option « Lorsque la limite est dépassé » définit le comportement de l’antivirus si la taille du fichier
d’analyse qu’il est en train de scanner dépasse la limite autorisée.
© Copyright NETASQ 2006
243
Si « Bloquer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse n’est pas transmis.
Si « Passer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse est transmis.
Proxy externe
Le proxy SMTP permet de rediriger les requêtes SMTP provenant des utilisateurs du réseau interne
vers des proxies externes.
Pour activer cette redirection, cochez la case correspondante puis précisez l'adresse IP du serveur
ainsi que le port sur lequel il reçoit les requêtes. Si l’administrateur spécifie un groupe de serveurs
dans l’option « Nom d’hôte », l’IPS-Firewall effectuera un partage de charge entre les différentes
proxies externes du groupe en fonction de la machine source (une machine source donnée utilisera
toujours le même proxy externe).
Commandes Génériques
© Copyright NETASQ 2006
244
Ce menu vous permet d'autoriser ou de rejeter les commandes SMTP définies dans les RFC. Vous
pouvez laisser passer une commande, la bloquer ou analyser la syntaxe et vérifier que la
commande est conforme aux RFC en vigueur.
Autres commandes
Par défaut, toutes les commandes non définies dans les RFC sont interdites. Cependant, certains
systèmes de messagerie utilisent des commandes supplémentaires non standardisées. Vous
pouvez donc ajouter ces commandes afin de les laisser passer au travers de l’IPS-Firewall.
Serveurs autorisés
© Copyright NETASQ 2006
245
En sélectionnant l’option « Accepter seulement les serveurs de cette liste » vous n’autorisez le trafic
SMTP qu’à destination des serveurs spécifiés dans la liste.
Les boutons d’action sur la droite de la fenêtre vous permettent de sélectionner vos serveurs
autorisés dans la liste de vos objets. Les messages à destination d’un serveur ne faisant pas partie
de la liste seront supprimés par le firewall. Si cette case n'est pas cochée, tous les mails sont
autorisés.
Avancé
L’onglet « Avancé » permet de configurer les paramètres suivants :
Activer QoS
Régulation du trafic SMTP. Un calcul de dérivée de la courbe du
trafic permet de déterminer si des paquets doivent être supprimés
silencieusement afin de ne pas dépasser le débit limite.
© Copyright NETASQ 2006
246
Filtrage SMTP
Ce menu vous permet de réaliser un véritable filtrage sur les Emails que vous envoyez ou que vous
recevez. En cliquant sur l’onglet « Filtrage SMTP » le menu de configuration apparaît. Ce menu se
divise en deux parties :
► Une grille de définition des règles de filtrage d’Emails,
► Des boutons d’actions.
Boutons d’actions
Les actions réalisées par les boutons d’actions sont expliquées dans le tableau ci-dessous.
Flèche vers le haut
Placer la ligne sélectionnée avant la ligne directement au dessus.
Flèche vers le bas
Placer la ligne sélectionnée après la ligne directement en
dessous.
Plus
Insérer une ligne vierge après la ligne sélectionnée.
Moins
Supprimer la ligne sélectionnée.
OK
Accepter les modifications apportées.
Annuler
Annuler les modifications apportées.
Création d’une règle de filtrage d’Emails
La grille de définition vous permet de réaliser une véritable politique de filtrage d’Emails, les
colonnes de la grille représentent :
Statut
ON : La règle est utilisée pour le filtrage
OFF : La règle n'est pas utilisée pour le filtrage
© Copyright NETASQ 2006
247
Action
Action réalisée par la règle de filtrage d’Emails sélectionnée.
Choisir parmi « Passer » ou « Bloquer ».
Source
Définition de l’émetteur du mail.
Destination
Définition du destinataire du mail.
La saisie d'un masque d'Emails peut comporter la syntaxe suivante :
*
Remplace une séquence de caractères quelconque.
Par exemple, *@netasq.com permet de définir l’ensemble des
emails domaine Internet de la société NETASQ.
?
Remplace un caractère.
Par exemple commerce [email protected] est équivalent à
[email protected] ou de [email protected] mais
pas à [email protected]
[a-z]
Remplace un intervalle de caractère.
Par exemple commerce[1-2]@netasq.com est équivalent à
[email protected] et à [email protected]
<aucun>
Cette valeur ne peut être obtenu que lorsque le champ
« Source » est vide. Elle n’est utilisée que pour le cas des
« Mailer Deamon ».
En effet, lorsque un mail ne trouve pas de destinataire sur le
serveur mail distant, un message d’erreur est renvoyé par le
serveur mail distant, indiquant qu’il y a erreur sur le destinataire.
Dans ce cas, le champ « Source » de ce message d’erreur est
vide.
Fonctionnement des filtres SMTP et constat initial de configuration
Les filtres SMTP fonctionnent par défaut en mode « WhiteList » (ce qui n’est pas explicitement
autorisé est interdit). Par défaut la configuration des filtres SMTP se compose de deux règles de
filtrage SMTP.
La règle 1 bloque par défaut les messages des mailers démon. En effet, lorsque un mail ne trouve
pas de destinataire sur le serveur mail distant, un message d’erreur est renvoyé par le serveur mail
distant, indiquant qu’il y a erreur sur le destinataire. Dans ce cas, le champ « Source » de ce
message d’erreur est vide. La règle 1 est une transposition explicite d’une règle existante
précédemment sous une forme implicite.
La règle 2 autorise par défaut la transmission des messages provenant de tous les expéditeurs
possible à tous les destinataires possibles. Lorsque la règle 2 est supprimée et que le proxy SMTP
est activé, les messages en provenance d’expéditeurs et à destination de déstinataires non
autorisés sont bloqués.
© Copyright NETASQ 2006
248
Proxy POP3
Introduction
La section précédente décrit le fonctionnement et les avantages du proxy SMTP NETASQ. Comme
indiqué, ce proxy est mis en place dans le cadre d’une architecture dans laquelle l’IPS-Firewall va
protéger un serveur de mail interne (ou placé en DMZ) en analysant les flux SMTP et immuniser
votre réseau contre la menace antivirale grâce à l’antivirus KASPERSKY intégré à l’IPS-Firewall.
Le trafic Mail n’est pas seulement basé sur le protocole SMTP mais aussi sur POP3. Ce protocole
va permettre à l’utilisateur d’un logiciel de messagerie, de récupérer sur son poste, des mails,
stockés sur un serveur distant. Ce serveur de mail distant pouvant être situé à l’extérieur du réseau
local ou sur une interface distincte, le flux POP3 transite au travers de l’IPS-Firewall lui permettant
de réaliser son analyse.
Fonctionnement
Pour utiliser le proxy POP3, celui-ci doit être activé. L'activation du proxy est réalisée au niveau de
la section « Proxy POP3 » du menu « Proxies » de l’arborescence.
Ce menu est divisé en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu Proxy POP3,
► A droite les options configurables.
Il est possible de créer quatre profils pour le Proxy afin d’adapter l’analyse du proxy en fonction du
sens du trafic. Cela va permettre de désactiver certaines fonctionnalités sur les trafics autorisés en
sortie mais pas en entrée.
La barre d’action située en haut de l’écran vous indique quel profil du proxy POP3 est actuellement
affiché. De plus vous pouvez spécifier un nom pour chacun des quatre profils.
© Copyright NETASQ 2006
249
Le bouton « Réinitialiser » vous permet de redéfinir les paramètres des profils du proxy POP3 dans
leur configuration d’origine.
La date située à côté du bouton « Réinitialiser » indique la date de la dernière modification de la
configuration.
Cochez l’option « Activer le proxy POP3 » dans le menu « Global » pour activer le proxy
POP3et effectuer les analyses spécifiées dans les menus suivants.
Global
L’onglet « Global » permet de configurer les paramètres suivants :
Filtrage de la
bannière d’accueil
Lorsque cette option est cochée, la bannière de votre serveur de
messagerie n'est plus envoyée lors d'une connexion POP3. En
effet, cette bannière contient des informations qui peuvent être
exploitées par certains pirates (type de serveur, version logicielle
...).
Recherche du spam
Activation des fonctionnalités du proxy POP3 pour la rechercher
de spam.
© Copyright NETASQ 2006
250
Antivirus
L’activation du proxy POP3 permet notamment l’activation de la recherche des virus dans les trafics
POP3. Pour activer la recherche des virus reportez-vous à la procédure suivante :
1. Activer le proxy POP3 en cochant l’option « Activer le proxy POP3 » dans le menu
« Global » ;
2. Activer la recherche des virus en cochant l’option « Recherche des virus » dans le menu
« Antivirus » ;
3. Cliquer sur OK pour valider les modifications.
Comportement
La section « Comportement » décrit le comportement de l’antivirus face à certains événements.
L’option « Lorsque l’analyse échoue » définit le comportement de l’antivirus si l’analyse du fichier
qu’il est en train de scanner échoue (il ne réussit pas à analyser le fichier parce qu’il est verrouillé
par exemple).
Si « Bloquer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse n’est pas transmis.
Si « Passer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse est transmis.
Limitation
La « Taille limite des données analysées » est fonction des capacités matérielle chaque modèle
d’IPS-Firewall mais elle peut être adaptée selon les besoins de l’entreprise. Pour cela, déplacez la
règlette.
Attention lorsque vous définissez une taille limite de données analysées
manuellement, veillez à conserver un ensemble de valeurs cohérentes. En effet, l’espace
mémoire total, représenté par la réglette correspond à l’ensemble des ressources réservées
pour le service Antivirus. Si vous définissez que la taille limite des données analysées sur
POP3 est de 100% de la taille total, aucun autre fichier ne pourra être analysé en même
temps.
L’option « Lorsque la limite est dépassé » définit le comportement de l’antivirus si la taille du fichier
d’analyse qu’il est en train de scanner dépasse la limite autorisée.
© Copyright NETASQ 2006
251
Si « Bloquer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse n’est pas transmis.
Si « Passer » est spécifié, le fichier en cours d’analyse est transmis.
Proxy externe
Le proxy POP3 permet de rediriger les requêtes POP3 provenant des utilisateurs du réseau interne
vers des proxies externes.
Pour activer cette redirection, cochez la case correspondante puis précisez l'adresse IP du serveur
ainsi que le port sur lequel il reçoit les requêtes.
Commandes Génériques
© Copyright NETASQ 2006
252
Ce menu vous permet d'autoriser ou de rejeter les commandes POP3 définies dans les RFC. Vous
pouvez laisser passer une commande, la bloquer ou analyser la syntaxe et vérifier que la
commande est conforme aux RFC en vigueur.
Serveurs autorisés
En sélectionnant l’option « Accepter seulement les serveurs de cette liste » vous n’autorisez le trafic
POP3 qu’à destination des serveurs spécifiés dans la liste.
Les boutons d’action sur la droite de la fenêtre vous permettent de sélectionner vos serveurs
autorisés dans la liste de vos objets. Les messages à destination d’un serveur ne faisant pas partie
de la liste seront supprimés par le firewall. Si cette case n'est pas cochée, tous les mails sont
autorisés.
Avancé
© Copyright NETASQ 2006
253
L’onglet « Avancé » permet de configurer les paramètres suivants :
Activer QoS
Régulation du trafic POP3. Un calcul de dérivée de la courbe du
trafic permet de déterminer si des paquets doivent être supprimés
silencieusement afin de ne pas dépasser le débit limite.
© Copyright NETASQ 2006
254
Section B
Filtrage de contenu
© Copyright NETASQ 2006
255
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-configuration, intégration,
► Définition des interfaces, des objets et de la configuration du noyau,
► Proxies HTTP, SMTP et POP3.
Pour cette section, vous devez connaître
► La politique de filtrage URL de l'entreprise,
► Les adresses des différents proxies.
Utilité de la section
Cette section vous permet de définir les règles de filtrage URL que vous allez appliquer aux postes.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le sous-menu « Analyse de contenu > Filtrage d’URLs ».
Vous devez être connecté avec les privilèges de modification pour pouvoir effectuer ces
modifications. Avant d'effectuer toute modification importante sur votre Firewall NETASQ, nous
vous conseillons d'effectuer une sauvegarde. Ainsi, en cas de mauvaise manipulation vous pourrez
vous retrouver dans l'état précédent. Pour plus d'informations sur les sauvegardes, veuillez vous
référer au chapitre adéquat. (Voir « Sauvegarde et mise à jour »).
Introduction à cette section
Vous pouvez imposer l'authentification pour le filtrage d'URLs. Lorsqu'un utilisateur voudra accéder
au WEB ou à certains sites WEB, il devra alors s'authentifier. Lorsque le filtrage d'URLs est actif et
que l'utilisateur doit s'authentifier, une page d'authentification est proposée à ce dernier lors de la
consultation d'un site WEB.
Les tables de filtrage URL sont stockées sur le Firewall NETASQ dans des slots (fichiers de
configuration numérotés de 01 à 10). Chaque slot peut être programmé à une heure précise de la
semaine, en écrasant la configuration du slot précédemment activée. (Voir « Programmation des
slots »).
© Copyright NETASQ 2006
256
Antispam
Introduction
Le phénomène de plus en plus envahissant des spams, ces emails indésirables qui polluent les
boîtes aux lettres, poussent les acteurs du marché de la sécurité à rechercher des solutions pour le
combattre le plus efficacement.
La méthode employée par NETASQ pour proposer l’antispam sur ses IPS-Firewalls s’appuie sur les
RBL (« Realtime Blackhole List »). Ces listes contiennent les adresses IP des spammeurs et de
tous les serveurs qui relayent le spam sans le combattre.
Parmi les enjeux de l’antispam, les faux positifs apparaissent comme des éléments importants. En
effet comment être sur que le mail reçu est un spam ou ne l’est pas ? Il serait incongru de devoir
vérifier tous ses mails pour être sur que ceux qui ont été indiqué comme spam le soit réellement.
La méthode employée par NETASQ est très efficace, car elle ne se base pas sur une recherche de
mots clés généralement trouvés dans les spams. Lorsqu’un système d’antispam basé sur ce type
de recherche tente de savoir si un mail est un spam, il compte le nombre de mots interdits pour
classifier ou non ce mail en spam, toutefois dans une conversation il peut y avoir un nombre
suffisant de mots interdits pour apparaître comme du spam, ainsi ce mail sera classé comme spam
alors qu’il ne l’est pas forcément.
La méthode NETASQ utilise une liste de d’adresses IP actualisée très régulièrement qui contient
les adresses IP des spammeurs et de leurs relais ainsi les spams sont facilement reconnus.
Utilisation possible de l’antispam des IPS-Firewalls NETASQ
L’antispam permet de marquer les emails lorsqu’ils correspondent à du spam. Ainsi il est alors
possible de classer automatiquement ces mails grâce aux fonctions de « rangement » de votre
client de messagerie. NETASQ conseille de réaliser des filtres de vos mails et de placer un filtre
spécial correspondant au spam à la toute fin de vos filtres. Ainsi si un de vos mails valide est tout
de même marqué comme du spam, il est rangé par vos filtres personnels avant d’être traité par le
filtre du spam.
Fonctionnement
Pour utiliser l’antispam des IPS-Firewalls NETASQ, celui-ci doit être activé. L'activation du service
est réalisée au niveau du menu « Analyse de contenu > Antispam » de l’arborescence.
© Copyright NETASQ 2006
257
Le proxy DNS doit être activé pour le fonctionnement de l’antispam.
L’écran de configuration de l’antispam est divisé en trois onglets :
► Liste standard : liste actualisée par NETASQ et qui est téléchargée grâce à l’Active
Update,
► Liste personnalisée : liste personnalisée de serveurs RBL,
► Options : configuration avancée de l’antispam.
Liste standard
Dans cet onglet, une grille affiche une liste des serveurs RBL auxquels l’IPS-Firewall envoie ses
requêtes pour vérifier qu’un email n’est pas un spam sont actualisés par l’Active Update de l’IPSFirewall. Cette liste n’est pas modifiable mais vous pouvez toutefois désactiver certains serveurs en
cliquant sur la case présente au début de chaque ligne.
Le niveau spécifié dans les colonnes de la grille indique le niveau de confiance accordé à ce
serveur.
Liste personnalisée
Dans cet onglet, vous pouvez configurer vos propres serveurs RBL auxquels vous souhaitez que
l’IPS-Firewall se connecte. Pour ajouter un serveur, cliquez sur le bouton « Ajouter », spécifier alors
un nom pour ce serveur, un domaine ciblé (nom DNS uniquement), un niveau de confiance et enfin
un commentaire.
Le niveau spécifié dans les colonnes de la grille indique le niveau de confiance accordé à ce
serveur.
© Copyright NETASQ 2006
258
Pour supprimer ou modifier un serveur configuré, cliquez respectivement sur les boutons
« Supprimer » et « Modifier ».
Options
Dans cet onglet, vous pouvez configurer une liste blanche de domaines qui ne seront pas traités
par l’antispam. Pour ajouter un domaine dans la liste, spécifier le domaine dans le champ situé à
droite de liste blanche déjà configurée puis, cliquez sur le bouton « Ajouter ».
Pour retirer le domaine sélectionné ou retirer tous les domaines de la liste blanche, cliquez
respectivement sur les boutons « Retirer » et « Vider la liste ».
Nom du serveur SMTP local
Le serveur local SMTP désigne le nom canonique de votre serveur SMTP. Cette information est
facultative, si elle est renseignée, le module antispam analysera plus finement les mails relayés par
de multiples serveurs.
© Copyright NETASQ 2006
259
Antivirus
De part sa position centrale sur votre réseau, l’IPS-Firewall NETASQ est un élément important de la
politique de sécurité de votre entreprise. En tant que passerelle indispensable en direction et vers
l’Internet, votre IPS-Firewall vous protège contre les intrusions grâce notamment à son moteur de
prévention et de détection d’intrusion l’ASQ.
Cette protection contre les intrusions est associée à un service Antivirus pemettrant le filtrage du
contenu des trafics transitant au travers de l’IPS-Firewall à la recherche de virus, portes dérobées
(backdoor), chevaux de Troie (trojan) ou autres malwares que l’on rencontrer sur Internet.
L’offre de service Antivirus sur les IPS-Firewalls NETASQ se compose de deux solutions.
Le service antivirus ClamAV
Projet « Open-source » l’antivirus ClamAV est intégré gratuitement et par défaut dans les produits
IPS-Firewalls NETASQ. Il offre ainsi une protection contre les virus et complète l’offre de protection
tout en un des IPS-Firewalls NETASQ.
Démon multi-threadé (il peut effectuer plusieurs tâches simultanément) rapide, flexible et
extensible, il est une solution performante aux problèmes causés par les virus circulant sur Internet.
Disposant d’une base d’environ 36 000 signatures de virus, vers et Chevaux de troie, il offre une
bonne protection qui se complète de jour en jour.
Le service antivirus Kaspersky
Kaspersky Labs est un éditeur international de logiciels antivirus, anti-hacker et contre le spamming
fondé en 1997.
Grâce à un dur travail et à une profonde implication, Kaspersky Labs est devenu un leader en
matière de développement de systèmes de défense antivirus. Kaspersky Labs a été le premier à
développer de nombreux standards de technologie dans l'industrie de l'antivirus, y compris des
solutions de grande envergure pour Linux, Unix et NetWare, un analyseur heuristique de seconde
génération conçu pour détecter les virus encore inconnus, un système de défense efficace contre
les virus polymorphes et géants, une base de données antivirus mise à jour régulièrement (elle
dispose actuellement de plus de 120 000 signatures) et la capacité de rechercher des virus
dans les fichiers d'archive.
Le service antivirus Kaspersky n’est disponible que par l’intermédiaire d’une mise à jour payante de
l’IPS-Firewall. Pour plus d’informations sur le service antivirus Kaspersky, veuillez contacter votre
partenaire.
Attention, NETASQ vous met en garde !
Attention, la mise en place du service Antivirus du firewall NETASQ n’apporte pas
une solution globale aux problèmes que posent les virus.
© Copyright NETASQ 2006
260
Il est INDISPENSABLE de mettre en place une solution qui analyse les postes de
travail et serveurs pour protéger vos ressources réseau contre l’insertion de virus par des
voies telles que les systèmes physiques de transport de données (disquettes, …).
Utilisation possible du service Antivirus du firewall NETASQ
En complément du filtrage effectué par les proxies SMTP, POP3 et HTTP (Activation préalable des
proxies pour l’utilisation du service Antivirus), le service Antivirus vous protège des virus se cachant
dans le flux de données SMTP, POP3 et HTTP.
Le service antivirus ne fonctionne que sur les interfaces sur lesquelles les proxies
SMTP, POP3 et HTTP ont été activés. Dans le cas où vous désirez protéger votre réseau
contre les virus provenant d’un trafic SMTP externe, il est nécessaire d’activer le proxy
SMTP en ce sens (Chapitre V, Section A, Proxies HTTP, SMTP et POP3).
Fonctionnement
Pour utiliser le service Antivirus, celui-ci doit être activé. L'activation du service est réalisée au
niveau du menu « Analyse de contenu > Antivirus » de l’arborescence.
L’écran de configuration du service Antivirus se décompose en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu Service Antivirus,
► A droite les options configurables.
L’activation du service Antivirus d’un IPS-Firewall NETASQ nécessite certaines opérations
préalables :
1. Activation des proxies (Chapitre V Section A),
2. Puis activation de l’antivirus.
© Copyright NETASQ 2006
261
Général
L’activation du service permet d’analyser les trafics SMTP, POP3 ou HTTP (suivant la configuration
des proxies réalisée préalablement, voir Chapitre 5 Section A.
Le menu de configuration générale du service antivirus des IPS-Firewalls NETASQ est constitué de
plusieurs options expliquées dans le tableau suivant :
Activer le service
Antivirus intégré
Cochez l’option pour activer la protection contre les virus. Par
défaut l’antivirus ClamAV est utilisé pour fournir cette protection
mais il est possible de bénéficier du service antivirus Kaspersky,
pour cela contactez votre partenaire.
Version
Donnée informative indiquant la version du moteur antiviral
intégrée dans ses produits IPS-Firewalls NETASQ.
Dernière mise à jour
de la base antivirale
Donnée informative indiquant la date de la dernière mise à jour
réussie de la base antivirale de l’antivirus.
La mise à jour de la base antivirale est un élément important dans
la garantie d’un service antivirus performant et efficace. En effet
lorsqu’un nouveau virus apparaît, il est important de bénéficier au
plus vite de sa signature pour s’en protéger.
Les modalités de mise à jour automatique de la base antivirale
sont définies dans l’Active Update.
© Copyright NETASQ 2006
262
Fichier
Dans ce menu, vous configurez les types de fichiers qui doivent être analysés par le service
Antivirus de l’IPS-Firewall NETASQ.
Services
La configuration avancée de l’antivirus Kaspersky intégré permet de personnaliser les réponses
envoyées aux utilisateurs lorsqu’un mail contient un virus. Le tableau suivant explique les différents
paramètres.
Code d’erreur
Code d’erreur SMTP renvoyé à l’expéditeur lors de la découverte
d’un virus dans un trafic SMTP.
Message
Message associé au code d’erreur SMTP.
Message Antivirus
pour le service
Lors de la découverte d’un virus sur un trafic POP3, un email est
créé par l’IPS-Firewall NETASQ. Il contient le message indiqué
© Copyright NETASQ 2006
263
POP3
dans ce champ et une partie de l’email original (expéditeur,
destinataire et sujet principalement). Cet email est alors envoyé
par l’IPS-Firewall à l’émetteur de la requête POP3 sur laquelle a
été découverte le virus.
Modification de l’antivirus du service antivirus
Lorsque le service antivirus en place ne convient plus à la structure du réseau, il est possible de
remplacer ce service antivirus par l’autre offre de service proposée par NETASQ.
Ainsi si vous possédez l’antivirus ClamAV et que vous désirez vous procurer une offre de service
maintes fois primée, tel que l’est l’antivirus Kaspersky, cela est possible.
Si vous possédez l’antivirus Kaspersky et que vous désirez vous procurer une offre de service
gratuite, tel que l’est l’antivirus ClamAV, cela est possible. Et la méthode est la même.
Remplacer le service ClamAV par le service Antivirus Kaspersky
Pour modifier le service antivirus que vous possédez actuellement, reportez-vous à la procédure
suivante :
1. Contactez votre partenaire pour souscrire au service antivirus Kaspersky, ce service est
payant ;
2. Récupérez dans votre espace client, la licence de votre produit mis à jour (avec l’option
Kaspersky activée) ;
3. Récupérez dans votre espace client, le package d’installation de l’antivirus Kaspersky (le
package d’installation de l’antivirus Kaspersky se présente comme une mise à jour
« classique » du firmware IPS-Firewall) ;
4. Insérez la nouvelle licence dans l’IPS-Firewall (l’insertion de cette licence ne désactive
pas l’utilisation du service ClamAV) ;
5. Effectuez la mise à jour de l’IPS-Firewall avec le package d’installation de l’antivirus
Kaspersky puis activez le nouveau service Antivirus.
Remplacer le service Kaspersky par le service Antivirus ClamAV
Pour modifier le service antivirus que vous possédez actuellement, reportez-vous à la procédure
suivante :
1. Contactez votre partenaire pour souscrire au service antivirus ClamAV, ce service est
gratuit mais il ne peut être obtenu qu’à la fin effective du service antivirus Kaspersky ;
2. Récupérez dans votre espace client, la licence de votre produit mis à jour (avec l’option
ClamAV activée) ;
3. Récupérez dans votre espace client, le package d’installation de l’antivirus ClamAV (le
package d’installation de l’antivirus ClamAV se présente comme une mise à jour
« classique » du firmware IPS-Firewall) ;
4. Insérez la nouvelle licence dans l’IPS-Firewall (l’insertion de cette licence ne désactive
pas l’utilisation du service Kaspersky dans la durée de fonctionnement effectif du service
souscrit) ;
5. Effectuez la mise à jour de l’IPS-Firewall avec le package d’installation de l’antivirus
ClamAV puis activez le nouveau service Antivirus.
© Copyright NETASQ 2006
264
Filtrage URL
Lorsque vous sélectionner le sous menu « Analyse de contenu > Filtrage d’URLs > Règles de
filtrage » une boîte de dialogue s’affiche, elle vous permet de manipuler les slots associés au
filtrage URL.
Le filtrage URL est actif si un des fichiers de configuration est actif.
Elle est découpée en deux zones :
Gauche
Liste des slots.
Droite
Actions sur le slot sélectionné.
Liste des slots
Dans cette partie de la boite de dialogue se trouve la liste des slots. Il en existe 10, numérotés de
01 à 10.
Chaque slot possède un nom, une date/heure de mise en activité et la date de dernière modification
effectuée sur ce slot. La programmation de l’activation de ces slots se fait grâce au programmateur
horaire (Chapitre IV, Section D « programmation horaire »).
Le slot en cours d'activité est indiqué par une petite flèche verte à gauche de son nom. Un slot est
dit "en activité" lorsque les paramètres qu'il contient sont en service. Il ne peut y avoir plus d'un slot
en activité car les paramètres du dernier slot activé écrasent ceux du slot activé précédemment.
Si vous modifiez un slot, vous devez le réactiver pour prendre en compte les modifications. Un slot
modifié mais non réactivé est notifié par l'icône
à la place de la flèche verte habituelle.
Il est possible qu'il n'y ait aucun slot en activité, cela implique que tous les sites web sont bloqués
(action par défaut) sauf si une règle autorisant le HTTP est ajoutée dans les règles de filtrage.
Chaque slot ne doit pas obligatoirement contenir des paramètres.
Un slot pour lequel il n'existe pas de fichier de configuration sur le Firewall NETASQ est affiché
sous le nom « vide » dans la liste.
Un slot est dit sélectionné quand vous faites un simple clic de la souris sur son nom. La sélection
faite, vous pouvez l'éditer ou l'activer.
© Copyright NETASQ 2006
265
Actions sur le slot sélectionné
Quand un slot est sélectionné, vous pouvez réaliser différentes actions :
Editer
Modifier les règles de filtrage associées à ce slot.
Activer
Activer immédiatement un slot : les paramètres enregistrés dans
ce slot écrasent les paramètres en vigueur. Lorsqu’on sélectionne
un slot déjà activé ce bouton se transforme en un bouton
« désactiver » pour réaliser l’action de désactivation.
Programmer
Donner l'heure et le ou les jours auxquels le fichier va s'activer
automatiquement.
Effacer
Effacer le slot et toutes ses informations.
Fermer
Retour à l'écran principal.
Par défaut un slot de filtrage d’URL a été configuré. Ce slot n’est pas actif mais peut l’être. Il est un
exemple des possibilités offertes par le filtrage d’URL NETASQ.
© Copyright NETASQ 2006
266
Groupes d'URLs
La création de groupes d'URLs va accélérer la saisie des règles de filtrage. Chaque groupe contient
une liste de masques d'URLs et permet par exemple de représenter les besoins de chaque service
au sein d'une entreprise. La création des groupes d'URL est accessible via le menu « Analyse de
contenu > Filtrage d’URLs > Groupes d’URLs ».
Vous pouvez, au niveau de la configuration des groupes, effectuer les actions suivantes :
Nouveau groupe
Crée un nouveau groupe.
Supprimer
Supprime un groupe ou une URL existant. Sélectionnez la ligne à
supprimer puis cliquez sur ce bouton.
Nouvelle URL
Ajoute une URL à un groupe. Sélectionnez d'abord le groupe
dans lequel vous voulez ajouter une URL puis cliquez sur ce
bouton.
Importer
Permet d'importer une liste d'URLs contenue dans un fichier .txt.
Vous devez d'abord créer un nouveau groupe et lui affecter un
nom. Cliquez ensuite sur le bouton "Importer" et choisissez le
fichier concerné. Les URLs contenues dans le fichier seront alors
intégrées au groupe.
Si ce groupe contenait déjà des URLs, celles-ci
seront écrasées.
Exporter
Permet d'exporter une liste d'URLs contenue dans un groupe.
Choisissez le groupe dont vous voulez exporter la liste, puis
cliquez sur le bouton "Exporter". La liste sera enregistrée dans un
fichier texte.
Format du fichier d'URLs
Les fichiers texte pour l'import ou l'export d'URLs doivent être formatés de la façon suivante :
URL1
URL2
© Copyright NETASQ 2006
267
URL3
...
Vous pouvez éditer vos listes dans un éditeur de texte et les importer ensuite au niveau du firewall.
La saisie d'un masque d'URL peut comporter la syntaxe suivante :
*
?
[a-z]
Remplace une séquence de caractères quelconque.
Par exemple, *.netasq.com/permet de définir le domaine Internet
de la société NETASQ.
Remplace un caractère.
Par exemple ???.netasq.com est équivalent à www.netasq.com
ou de ftp.netasq.com mais pas à www1.netasq.com.
Remplace un intervalle de caractère.
Par exemple ftp[1-2].netasq.com est équivalent à ftp1.netasq.com
et à ftp2.netasq.com.
Un masque d'URL peut contenir une URL complète (exemple : www.netasq.com*) ou des mots-clés
contenus dans l'URL (exemple : *mail*).
Il est aussi possible de filtrer des extensions de fichiers :
Exemple : le masque d'URL '*.exe' peut servir à filtrer les fichiers exécutables.
Vous pouvez afficher ou masquer le contenu de chaque groupe d'URLs en cliquant sur les icônes
"+" ou "-".
Filtrage d’URL dynamique
Le filtrage d’URL dynamique disponible en option sur les appliances NETASQ vous permet de
réaliser du filtrage d’URL au moyen de listes d’URL renseignées et actualisées dynamiquement
grâce à la fonctionnalité « d’Active Update » (Voir « Configuration Active Update »).
Ces URL sont classées par catégories (parmi : Pornographie, Business, Emploi, Loisirs, Illégal,
Technologie de l’information, Actualités, Jeux et chat en ligne, Shopping, Société, Warez, Arts,
Proxy, Publicité ou du contenu scolaire). Chacune des catégories contient une liste d’URL
répertoriées que vous pouvez autoriser ou interdire.
Il est impossible de visualiser les URL contenues dans ces groupes car ils sont compressés et
optimise pour leur traitement par l’IPS-Firewall, elles ne sont donc pas modifiables. Un cadenas
jaune
apparaît sur les groupes d’URL dynamique.
Requête d’ajout d’URL
NETASQ a mis en place sur son site WEB, un formulaire vous permettant de demander l’ajout
d’une URL qui serait inconnue dans les groupes d’URL dynamique. Ce formulaire est disponible à
l’adresse suivante : http://www.netasq.com/updates/urlfiltering.php. NETASQ se réserve le droit de
ne pas donner suite à cette requête (pour une raison de validité de la demande, l’adresse ne
correspond à aucune catégorie déjà définie…).
Notez qu’il est toujours possible de rajouter manuellement cette adresse dans un groupe d’URL
« statique » et de l’ajouter au filtrage.
© Copyright NETASQ 2006
268
Edition d'un slot filtrage URL
Reportez-vous à la procédure suivante pour éditer un slot de filtrage d’URL :
1. Sélectionnez un slot dans la liste des slots de filtrage d’URL,
2. Cliquez sur le bouton « Editer » de la boite de dialogue contenant la liste des slots de
filtrage d’URL.
La fenêtre d’édition d’un slot de filtrage d’URL apparaît. Elle est composée de plusieurs parties :
► Une grille contenant les règles de filtrage ;
► Un menu Drag’n Drop ;
► Un analyseur de cohérence et de conformité des règles ;
► Une zone d'actions possibles.
Règles de filtrage
Cette zone de la boîte de dialogue contient une grille vous permettant de définir les règles de
filtrage URL à appliquer. Pour éditer les règles, il suffit de double cliquer sur la zone à modifier.
Statut
Etat de la règle :
ON, la règle sera active lorsque ce slot de filtrage sera actif.
OFF, la règle ne sera pas active lorsque ce slot sera actif.
Action
Permet de spécifier le résultat de la règle, passer pour autoriser
le site, bloquer pour interdire l'accès sans message de blocage,
page blocage pour interdire l'accès et afficher la page de
blocage.
Source
A quel utilisateur, machine, groupe de machines ou réseau
s'applique la règle.
Groupe
Un nom de groupe d'URL précédemment créé. En doublecliquant sur le champ, une boîte de dialogue vous invite à choisir
un groupe d'URLs. Le groupe <Any> correspond à toutes les
© Copyright NETASQ 2006
269
URLs.
Commentaire
Commentaire associé à la règle.
Au niveau de la source, vous pouvez définir les utilisateurs ou groupes d'utilisateurs qui doivent
s'authentifier pour accéder à certains sites (vous pouvez autoriser certains sites uniquement pour
certains utilisateurs). L'utilisateur devant s'authentifier verra une page d'authentification apparaître
dans son navigateur lorsqu'il essaiera de se connecter à un site WEB.
A la gauche des noms d'objets se trouve un voyant d'état :
►
La règle est appliquée,
►
La règle est ignorée.
Le Firewall va évaluer les règles une à une en partant du haut. Dés qu'il rencontre une règle qui
correspond à la demande il effectue l'action spécifiée et ne descend plus dans les règles. Si aucune
règle n'est valable, le Firewall utilisera le paramétrage par défaut. (autorisation ou blocage selon la
sélection ou non de l'option "Autoriser l’accès si aucune règle ne correspond" présente dans la
fenêtre "Autres paramètres").
Actions possibles
Nom du slot
Nom donné au fichier de configuration.
Commentaire
Commentaire indicatif associé au slot de filtrage
Insérer une ligne vierge après la ligne sélectionnée.
Insérer
Supprimer la ligne sélectionnée.
Effacer
Flèche vers le haut
Placer la ligne sélectionnée avant la ligne directement au dessus.
Flèche vers le bas
Placer la ligne sélectionnée après la ligne directement en
dessous.
Insérer un
séparateur
Cette option permet d’insérer un séparateur au dessus de la ligne
sélectionnée afin d’indiquer un commentaire sur une ligne de
l’édition du filtrage. Pour définir un séparateur, il s’agit d’indiquer
un commentaire et une couleur pour ce séparateur.
Imprimer
Impression de la configuration du filtrage d’URL.
Autres Paramètres
Permet de spécifier le fonctionnement du filtrage d’URL. Cochez
l’option « Autoriser l’accès si aucune règle ne correspond » pour
un fonctionnement de type « Liste noire d’URL ».
Menu Drag & Drop
© Copyright NETASQ 2006
270
Comme son nom l’indique le menu « Drag’n Drop » permet en un Drag & Drop de positionner les
objets configurés dans le chapitre précédent dans les règles de filtrage. L’opération de Drag & Drop
consiste à :
► Sélectionner un objet,
► Maintenir le bouton de souris enfoncé,
► Réaliser un glissement de l’objet vers la grille de règles,
► Enfin y déposer l’objet.
Lorsque l’administrateur réalise une opération de Drag’n Drop, les champs disponibles pour l’objet
sélectionné apparaissent en surbrillance.
Le menu de sélection des types d’objet situé à gauche du menu Drag’n Drop permet de
sélectionner le type d’objet affiché dans la grille.
Affichage de la grille
L’affichage des données contenues dans la grille peut être défini suivant les préférences de
l’administrateur parmi les options d’affichage : grandes icônes, petites icônes, détaillé ou en liste.
Options d’affichage
Deux options d’affichage des données de la grille du menu Drag’n Drop sont disponibles.
Montrer que les objets utilisés
Comme son nom l’indique, cette option permet d’afficher dans la grille que les objets qui sont
actuellement utilisés dans les règles de translation.
Montrer les objets spéciaux
Les objets spéciaux sont les objets créés par défaut par l’IPS-Firewall et qui seront utilisés à
l’activation des services associés (par exemple : Firewall_pptpXX, Firewall_dialupXX,
Firewall_ipsec…). Ces objets rendent la lecture générale difficile et sont cachés par défaut.
Analyseur de cohérence et de conformité des règles
De la même façon que pour l’édition des règles de filtrage et de translation, l’écran d’édition des
règles de filtrage d’URLs des IPS-Firewalls dispose d’un analyseur de cohérence et de conformité
des règles qui prévient l’administrateur en cas d’inhibition d’une règle par une autre ou d’erreur sur
une des règles qui a été créées.
Divisé en deux onglets, cet analyseur regroupe les erreurs de création de règles dans l’onglet
« Erreurs » et les erreurs de cohérence dans les règles dans l’onglet « Avertissements ».
Envoi des modifications au Firewall NETASQ
Cliquez sur le bouton « Envoyer » pour stocker le fichier sous le nom défini dans la zone de saisie
« Nom ».
© Copyright NETASQ 2006
271
Lors de l'envoi du slot à l’IPS-Firewall NETASQ, le logiciel de configuration vérifie le nom que vous
avez attribué au slot. En aucun cas le nom de fichier ne peut valoir « vide » ou avoir pour valeur un
nom de slot existant. Si tel est le cas, le logiciel affiche une boîte de dialogue vous invitant à
modifier le nom du slot (« Nom »).
Après avoir cliqué OK, vous êtes libre de modifier le champ « Nom », ainsi que tous les autres
paramètres.
La modification d'un slot de filtrage URL n'est pas dynamique. Les modifications ne
seront effectives qu'à la prochaine activation du slot sur le Firewall NETASQ.
Modules de filtrage URL complémentaires
X-Stop
Pour installer le module de filtrage X-Stop, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Installez le logiciel 'X-Stop for NT server' sur un serveur,
2. Configurez les champs « Activer le filtrage par serveur X-Stop » dans la configuration du
proxy HTTP (Voir la « configuration du proxy HTTP ») avec l'adresse et le port du serveur
X-Stop (13111 par défaut),
Pour plus d'information sur l'utilisation de l'interface graphique X-Stop vous pouvez consulter la
notice du logiciel.
Websense
Un IPS-Firewall avec la fonction « Activer la redirection vers un autre serveur proxy » permet de
faciliter la mise en place d'un serveur Websense. Pour installer le module de filtrage Websense,
reportez-vous à la procédure suivante :
1. Installez 'Websense for proxy server' sur un serveur,
2. Configurez les champs "Activer la redirection vers un autre serveur proxy" dans la
configuration du proxy HTTP (Voir la « configuration du proxy HTTP ») avec l'adresse et le
port du serveur Websense.
© Copyright NETASQ 2006
272
Section C
Services
© Copyright NETASQ 2006
273
SNMP
Introduction
La gestion du réseau est assurée par des applications qui monitorent et contrôlent l’état des
différents éléments d’un réseau. Ces éléments peuvent être des stations de travail, des serveurs,
des passerelles qui contiennent les agents de gestion requis par ces applications de gestion du
réseau. Les agents remontent des informations de gestion qui sont exploitées par les applications.
Le SNMP est utilisé pour la communication entre les agents et les applications.
SNMP utilise le protocole UDP par conséquent les paquets échangés entre la station de gestion
(client) et l’agent (serveur) présent sur l’élément de réseau sont des datagrammes sans garantie
d’arrivée.
Il existe deux types d’échanges entre le client et le serveur :
► soit le client envoie une requête et le serveur répond,
► soit c’est le serveur qui prend l’initiative en envoyant une alarme (traps) à la station de
gestion pour lui indiquer qu’un événement important est survenu.
L’agent (serveur) écoute sur le port UDP 161 et la station de gestion écoute les traps (alarmes) sur
le port 162.
Utilisation du service SNMP du firewall NETASQ
Le service SNMP du firewall NETASQ est un serveur qui peut vous permettre de monitorer l’état du
firewall. Le firewall peut donc être intégré dans une solution de gestion de réseau tel Tivoli ou HP
OpenView.
Fonctionnement
Pour utiliser le service SNMP, celui-ci doit être activé. L'activation du service est réalisée au niveau
du menu « Services > SNMP ».
© Copyright NETASQ 2006
274
L’écran de configuration du service SNMP se décompose en deux parties :
► L’onglet Global : cet écran vous permet de spécifier la version du protocole SNMP utilisé
et les informations relatives à chaque version,
► L’onglet Evénements : dans cet onglet vous spécifiez vers quels hôtes doivent être
envoyés les informations remontées par le firewall.
Global
Le protocole SNMP fonctionne selon ce qu’on pourrait appeler deux « modes ». Soit une station de
gestion vient chercher les informations auprès de l’élément du réseau, soit c’est l’élément de réseau
qui remonte ces informations de gestion auprès d’une station qui lui est spécifiée.
Dans cet onglet, vous configurez les informations nécessaires à l’établissement d’une connexion
entre le firewall et la station de gestion lorsque celle-ci cherche à obtenir des données de gestion.
SNMP V1 et V2c
Les premières versions du protocole SNMP ne sont pas très sécurisées. Le seul champ nécessaire
est le nom de la communauté. Par défaut la RFC propose le nom « public ».
Nous vous conseillons toutefois de ne pas l’utiliser pour des raisons de sécurité.
SNMP V3
Depuis décembre 2002, un nouveau standard existe pour le protocole SNMP, il apporte une
avancée significative en matière de sécurité. La configuration requiert les paramètres suivants :
Nom d’utilisateur
Nom d’utilisateur utilisé pour la connexion
Type
Authentification
Deux types d’authentification sont disponibles, le MD5 et le
SHA1.
© Copyright NETASQ 2006
275
Authentication
Mot de passe de l’utilisateur
Chiffrement
Les paquets SNMP sont chiffrés en DES, une clef de chiffrement
peut être définie. Par défaut c’est la clef d’authentification qui est
utilisée.
Il est vivement recommandé d’utiliser une clef
spécifique.
Information système
Emplacement
Information de lieu sur l’élément surveillé
Contact
Adresse mail de la personne à contacter en cas de problème.
Evénements
Dans cet onglet, vous configurez les stations que doit contacter l’IPS-Firewall lorsqu’il veut envoyer
une Trap SNMP (événement). Si aucune station (hôte) n’est spécifiée, l’IPS-Firewall n’envoie pas
de messages.
En activant l’option « Activer les événements d’erreur d’authentification » vous pourrez recevoir les
informations concernant les erreurs de connexion.
Un assistant vous guide dans la configuration des hôtes.
La configuration d’un hôte dans l’assistant se déroule comme pour l’onglet global. La sélection
d’une version du protocole SNMP détermine le type de configuration à effectuer.
SNMP V1 et V2c
© Copyright NETASQ 2006
276
Dans ce cas, seul un nom de communauté est nécessaire.
SNMP V3
Les paramètres de la configuration des évenements de type SNMP V3 sont les suivants :
Authentication
Deux types d’authentification sont disponibles, le MD5 et le
SHA1.
Security name
Nom de l’utilisateur autorisé à envoyer une trap sur la station de
gestion.
Engine ID
chaîne en hexadécimal créé par la station de gestion pour
identifier l’utilisateur de manière unique.
Niveau de sécurité
Différents niveaux de sécurité sont disponibles pour la version du
protocole SNMP :
► Pas d’authentification et de chiffrement : aucune
sécurité,
► Authentification et pas de chiffrement : authentification
sans chiffrement des traps,
► Authentification et chiffrement. Si le mot de passe
chiffrement reste vide on utilise le mot de passe
authentification pour le chiffrement.
Mot de passe
authentification
Mot de passe de l’utilisateur
Mot de passe
chiffrement
Les paquets SNMP sont chiffrés en DES, une clef de chiffrement
peut être définie. Par défaut c’est la clef d’authentification qui est
utilisée.
Il est vivement recommandé d’utiliser une clef
spécifique.
Le bouton d’action « Editer » permet de modifier les informations concernant un hôte une fois que
celui-ci a été créé.
© Copyright NETASQ 2006
277
DHCP
Introduction
Le DHCP fournit des paramètres de configuration pour des machines Internet. Il est constitué de 2
parties : Un protocole pour la livraison de paramètres de configuration de machines spécifiques à
partir d'un serveur DHCP et un mécanisme d’allocation d’adresses réseau à des machines.
DHCP est bâti sur le modèle client - serveur. Le terme "serveur" se réfère à une machine
fournissant des paramètres d'initialisation au travers du DHCP, et le terme "client" se réfère à une
machine qui utilise DHCP pour obtenir des paramètres de configuration telle qu'une adresse
réseau.
Utilisation du service DHCP du firewall NETASQ
Le service DHCP de NETASQ est un serveur qui peut vous permettre d’allouer des adresses
réseau et de délivrer des paramètres de configuration à des machines configurées dynamiquement.
Fonctionnement
Pour utiliser le service DHCP, celui-ci doit être activé. L'activation du service est réalisée au niveau
du menu « Services > DHCP ».
L’écran de configuration du service DHCP se décompose en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu Service DHCP,
► A droite les options configurables.
© Copyright NETASQ 2006
278
Global
Nom de domaine
Nom de domaine utilisé pour la définition des utilisateurs.
Mise à jour DNS
dynamique
Mise à jour dynamique du DNS. Lorsque les informations
contenues par le serveur DHCP sont modifiées, le serveur DNS 1
(configuré dans le menu serveur DNS) est dynamiquement mis à
jour).
Temps de bail du
client
Temps pendant lequel les stations garderont la même adresse IP.
Une valeur par défaut, au minimum et au maximum.
Serveur
Ce menu est réservé à la configuration des adresses des différents serveurs : passerelle par défaut,
DNS, WINS, Courrier (SMTP et POP), Heure (NTP) et News (NNTP). Ces adresses seront
automatiquement envoyées aux stations pour qu’elles puissent contacter les serveurs
correspondants.
Deux modes d’attribution sont possibles :
► par plage,
► par hôte.
Par plage vous spécifiez un groupe d’adresses destinées à être allouée aux utilisateurs. L’adresse
allouée l’est alors pour temps déterminé dans la configuration globale. Dans la configuration DHCP
par hôte, l’adresse allouée par le service est toujours la même : celle indiquée dans le menu
« hôte ». Il s’agit en réalité d’un adressage « statique » mais qui permet de « libérer » le poste client
de sa configuration réseau.
Rappel pour les Serveurs DNS
Si l’IPS-Firewall obtient l’adresse IP d’une des interfaces par DHCP et que l’option « Requêtes
DNS » est configurée, alors il est possible de définir dans la configuration du service DHCP, les
serveurs DNS obtenus par l’IPS-Firewall auprès du fournisseur d’accès. Ces serveurs sont
identifiés dans la configuration des objets par les machines « Firewall_<nom de l’interface>_dns1 »
et « Firewall_<nom de l’interface>_dns2 ».
© Copyright NETASQ 2006
279
Plage d’adresses
Ce menu vous permet de spécifier les plages d’adresses IP qui seront automatiquement attribuées
et les passerelles par défaut associées. En ajoutant une plage d’adresse IP, le firewall détermine
automatiquement l’adresse réseau et la passerelle associée à ce réseau.
Lors de l’ajout d’une passerelle, le firewall manager ne propose que les objets associés au réseau.
Attention deux plages ne peuvent se chevaucher. Une plage d’adresses appartient à
un unique bridge/interface. Un hôte ne peut être défini dans une plage. La passerelle définie
pour un réseau appartient à ce réseau.
Seul les objets de type « plage d’adresses » sont autorisés dans cette configuration.
© Copyright NETASQ 2006
280
Clients
Dans le menu « Clients », il est possible de définir une adresse IP et une passerelle par défaut
spécifique pour un poste client possédant une adresse MAC donnée. Cette configuration se
rapproche d’un adressage statique mais rien n’est indiqué sur le poste client ainsi la gestion des
adresses allouées et de la configuration des postes clients est simplifiée.
© Copyright NETASQ 2006
281
DNS
Introduction
L’objectif de cette introduction n’est pas d’expliquer ce qu’est un DNS. Pour obtenir de plus amples
informations à ce sujet, il suffit de consulter un ouvrage générique sur les réseaux.
Ici nous voulons rappeler une partie du fonctionnement du DNS.
Le fonctionnement du DNS est de type client-serveur. La partie client s'appelle le resolver, c'est une
bibliothèque. La partie serveur s'appelle le name server.
Il existe trois types de name server :
► primaire, possède les tables à jour d'un domaine,
► secondaire, possède les tables à jour provenant d'un autre serveur,
► cache, possède des tables construites à partir des informations traitées.
Utilisation possible du service DNS du firewall NETASQ
Le service DNS de NETASQ est un cache. Lorsqu’une requête DNS est envoyée au travers du
firewall, celui-ci garde en mémoire (dans le cache DNS) la réponse et cela pour garantir un meilleur
temps de réponse lors d’une prochaine requête DNS similaire. De plus, le firewall intercepte et
reçoit la requête assurant ainsi un niveau de sécurité optimum.
Fonctionnement
Pour utiliser le service DNS, celui-ci doit être activé. L'activation du service est réalisée au niveau
du menu « Services > DNS ».
L’écran de configuration du service DHCP se décompose en deux parties :
© Copyright NETASQ 2006
282
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu Service DNS,
► A droite les options configurables.
Le service DNS proposé par l’IPS-Firewall NETASQ est un cache DNS. Celui-ci vise à garder en
mémoire des réponses DNS contenant les correspondances entre noms de domaine et adresses
IP.
Serveurs
Les serveurs permettent à l’IPS-Firewall de résoudre (connaître l’adresse IP d’une machine à partir
de son nom) certains objets ou machines. Ceux-ci sont indispensables au fonctionnement de
l’Active Update et l’Antispam. Ces serveurs serviront également de référence si le proxy DNS est
activé.
Lorsque des serveurs sont configurés, les modules d’Antispam, d’Antivirus et de résolution des
objets effectuent leur requête vers ces serveurs sans que le proxy DNS de l’IPS-Firewall (cache
DNS) soit nécessairement activé. Dans ce cas, si un utilisateur envoie une requête DNS sur un
serveur non configuré, la requête est transmise par l’IPS-Firewall au dit serveur et un utilisateur
envoyant une requête DNS à l’IPS-Firewall voit sa requête refusée.
Si le proxy DNS (cache DNS) est activé (Voir activation du cache DNS ci-dessous), les modules
d’Antispam, d’Antivirus et de résolution des objets effectuent leur requête vers les serveurs
configurés sans toutefois faire appel au cache DNS. Si un utilisateur envoie une requête DNS sur
un serveur non configuré, la requête est transmise par l’IPS-Firewall au dit serveur. Et lorsqu’un
utilisateur envoie une requête DNS à l’IPS-Firewall, sa requête est alors traitée par le cache DNS.
Enfin si le proxy DNS est activé et le mode transparent configuré (Voir la configuration du mode
transparent ci-dessous), les modules d’Antispam, d’Antivirus et de résolution des objets effectuent
leur requête vers les serveurs configurés en utilisant le cache DNS. Si un utilisateur envoie une
requête DNS sur un serveur non configuré, la requête est redirigée de manière transparente par
l’IPS-Firewall vers les serveurs configurés dans ce module. Et lorsqu’un utilisateur envoie une
requête DNS à l’IPS-Firewall, sa requête est alors traitée par le cache DNS.
Barre d’action
Ajouter
Ajout d’un serveur DNS.
Modifier
Modifier le serveur DNS sélectionné.
Supprimer
Supprimer le serveur DNS sélectionné.
Vers le haut
Placer la ligne sélectionnée avant la ligne directement au dessus.
Vers le bas
Placer la ligne sélectionnée après la ligne directement en
dessous.
Vider la liste
Suppression de la liste complète des serveurs.
Proxies
© Copyright NETASQ 2006
283
Mode transparent
Comme son nom l’indique cette option vise à rendre transparent
le service DNS du firewall NETASQ. Ainsi lorsque cette option est
activée la redirection des flux DNS vers le cache DNS est
invisible aux utilisateurs qui pensent accéder à leur serveur DNS.
Taille du cache
Taille allouée au cache DNS.
Liste des clients
autorisés
Liste des clients autorisés à émettre une requête DNS. Cette liste
peut contenir des réseaux.
© Copyright NETASQ 2006
284
NTP
Introduction
Ce protocole permet la synchronisation des horloges réseau de clients et serveurs répartis. NTP est
construit sur le protocole UDP ce qui en fait un protocole du type non connecté. C’est en réalité une
version évoluée des mécanismes Time Protocol et ICMP Timestamp message et un remplaçant
tout à fait approprié. NTP fournit des mécanismes de synchronisation du temps avec une précision
de l’ordre de la nanoseconde, tout en préservant une date non-ambiguë. Ce protocole inclut la
possibilité de spécifier des informations sur la précision et l’erreur estimée de l’horloge locale ainsi
que des indications sur l’horloge de référence auprès de laquelle elle peut se synchroniser.
Utilisation possible du service NTP du firewall NETASQ
Le protocole NTP se base sur une structure arborescente dans laquelle l’IPS-Firewall n’est qu’un
client.
Fonctionnement
Pour utiliser le service NTP, celui-ci doit être activé. L'activation du service est réalisée au niveau du
menu « Services > NTP ».
L’écran de configuration du service NTP se décompose en deux parties :
► L’onglet Serveurs : liste des serveurs NTP publics ou privés,
► L’onglet Clés : liste des clefs d’authentification.
© Copyright NETASQ 2006
285
Serveurs
Serveurs
Liste des serveurs NTP publics ou privés auxquels l’IPSFirewallpourra se connecter pour se synchroniser.
Autoriser les
serveurs nonauthentifiés
Cette option vous permet d’autoriser l’utilisation de serveurs ne
demandant aucune authentification.
Clés
Cet onglet vous permet de configurer des clefs pour l’authentification auprès de serveurs NTP.
Cette clef est apparente si vous vous connectez avec les droits de modifications. Sinon elle est
cachée.
© Copyright NETASQ 2006
286
Partage de fichiers
Certaines ressources (fichiers, applicatifs…) sont disponibles directement sur l’IPS-Firewall. Cela
seulement si le partage de fichiers est activé. Ce partage de fichiers est activé au niveau du menu
« Services > Partage de fichiers ».
L’interface EZAdmin
L’option « l’interface EZAdmin est téléchargeable » vous permet de rendre accessible l’interface
JAVA de configuration NETASQ, EZAdmin, depuis le web à l’adresse suivante :
► https://<adresse_de_votre_firewall>/ezadmin.html.
Cette option est activée par défaut pour vous permettre de télécharger l’EZAdmin dès la reception
de l’IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
287
Chapitre VI
Configuration de l’authentification
© Copyright NETASQ 2006
288
Introduction
Les fonctions d’identification / authentification permettent à l’utilisateur de déclarer son login
(identification) et de vérifier que cet utilisateur est bien la personne qu’il prétend être, par la
fourniture d’éléments qu’il est censé être le seul à pouvoir fournir (authentification).Une fois
l’authentification réussie, le login de l’utilisateur est attribué, à travers la table des utilisateurs
authentifiés, à la machine à partir de laquelle celui-ci s’est identifié et à tous les paquets IP qui en
proviennent, et ce pour une durée spécifiée par l’utilisateur. L’utilisateur peut également se retirer
manuellement de la table des utilisateurs authentifiés avant cette échéance.
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-configuration, intégration,
► Définition des interfaces, des objets et de la configuration du noyau.
Pour cette section vous devez connaître
► Les données des utilisateurs (nom, prénom, adresse e-mail ...).
Utilité de la section
Cette section vous permettra de configurer la base de données des utilisateurs, de générer l'autorité
de certification servant à créer les certificats numériques et de choisir la méthode d'authentification
qu'utiliseront les utilisateurs internes.
L'authentification utilise une base de données LDAP (Lightweight Directory Access Protocol)
stockant des fiches utilisateurs et, éventuellement, le certificat numérique x509 de l'utilisateur.
Chaque firewall NETASQ embarque une base de données LDAP mais vous avez aussi la
possibilité d'utiliser une base LDAP externe. Ainsi, vous pourrez centraliser vos fiches utilisateurs
sur une base LDAP externe et plusieurs firewalls pourront utiliser la même base. Les Firewalls
NETASQ supportent aussi l'authentification via un serveur RADIUS, un serveur Kerberos ou un
serveur NTLM externe.
NETASQ supporte aussi l’utilisation du protocole SRP pour l’authentification des utilisateurs. Ce
protocole sans divulgation de mot de passe est résistant aussi bien aux attaques d’écoute passive
qu’aux attaques actives basées sur la modification ou l’insertion de paquets dans la séquence
d’authentification. Il utilise un mot de passe réutilisable fourni par l’utilisateur, et conserve ses
propriétés de résistance aux attaques même lorsque l’entropie du mot de passe est basse.
Concrètement, l’IPS-Firewall fournit, à travers des capacités de type « serveur HTTP », des
formulaires Web qui permettent de s’identifier, de s’authentifier en spécifiant la durée de la session,
et de fermer la session manuellement. Il n’est pas nécessaire que la session HTTP persiste pour
que la session reste active. Les étapes du protocole SRP sont effectuées par une applet Java
téléchargée depuis l’IPS-Firewall sur le poste de l’utilisateur. Cette applet se sert du mot de passe
fourni par l’utilisateur pour mener les étapes du protocole SRP. Grâce à cet enrôlement WEB, la
tâche de l’administrateur est simplifiée car ce sont les utilisateurs qui demandent la création de leur
compte d’accès (à l’Internet, au serveur mail, à tous les services qui nécessitent selon votre
politique de filtrage une authentification) en renseignant eux-mêmes les informations les
concernant.
© Copyright NETASQ 2006
289
Configuration générale
Avant d'activer l'authentification, vous devez avoir configuré la base de données LDAP (Voir
« Configuration de la base LDAP »). L'activation de l'authentification est accessible par le menu
« Authentification > Général ».
L’écran de configuration de l’authentification se décompose en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu configuration de
l’authentification,
► A droite les options configurables.
Global
L’authentification sur les IPS-Firewalls est différenciée par les interfaces sur lesquelles arrivent les
flux de trafic. En effet il est possible d’activer l’authentification uniquement sur les interfaces
internes, uniquement sur les interfaces externes ou sur les deux types d’interfaces.
Pour activer l’authentification sur un type d’interface, cochez l’option
l’authentification sur les interfaces … » correspondant au type d’interface.
© Copyright NETASQ 2006
« Activer
290
SSL
Lorsque la méthode SSL est sélectionnée, l’authentification SSL est activée. Les options de
configuration de la méthode SSL sont indiquées dans le tableau ci-dessous :
Intervalle de
récupération de la
CRL interne
Temps en secondes au bout duquel il faut récupérer la CRL
servant à vérifier la validité des certificats numériques créés par la
PKI interne de l’IPS-Firewall.
CA de confiance
La méthode d’authentification SSL peut accepter l’utilisation de certificats signés par une autorité de
certification externe à l’IPS-Firewall. Pour cela il est nécessaire d’ajouter cette autorité de
certification dans la configuration de l’IPS-Firewall de façon à ce que celui accepte tous les
certificats effectivement signés par cette autorité. Si l’autorité de certification est elle-même signée
par une autre autorité de certification. Il est possible de rajouter cette autorité dans la liste des CA
de confiance pour ainsi créer une « Chaîne de confiance ».
Lorsqu’une CA de confiance ou une chaîne de CA de confiance est spécifiée dans la configuration
de la méthode d’authentification SSL, elle s’ajoute à la CA interne de l’IPS-Firewall implicitement
vérifiée dès qu’il existe une PKI interne valide sur l’IPS-Firewall.
Ajouter
L’ajout d’une autorité de certification dans la liste des autorités de
certification de confiance permet d’accepter cette autorité comme
autorité reconnue et de valider tous les certificats signés par cette
autorité de certification.
En cliquant sur le bouton « Ajouter » on accède à la fenêtre des
certificats externes. Si l’autorité de certifcation à laquelle vous
desirez faire confiance ne fait pas partie de la liste des certificats
externes, cliquez sur le bouton « Ajouter » de la fenêtre des
certificats externes pour ajouter cette autorité de certification dans
la liste.
Les IPS-Firewalls supportent les PKI multiniveaux. Ainsi si le
certificat de l’utilisateur à authentifier est signé par une autorité de
certification, elle-même signée par une autorité de certification
supérieure, vous pouvez insérer toute la chaine de certification
créée par cette PKI multiniveaux.
Pour que toute la chaîne soit correctement prise en compte, il est
© Copyright NETASQ 2006
291
important d’insérer l’ensemble de la chaîne des autorités entre
l’autorité la plus haute que vous avez inséré et l’autorité
directement supérieure au certificat utilisateur.
Modifier
Permet la modification d’une autorité de certification. Par
exemple, chaque CA est obligatoirement associée à une CRL.
Cette CRL a une durée de vie limitée (pour prendre en compte
régulièrement les nouveaux certificats révoqués) mais elle n’est
pas modifiée automatiquement, il faut donc le faire manuellement.
Supprimer
Supprime l’autorité de certification sélectionnée.
Vider la liste
Supprime la liste complète des certificats configurés.
L’ajout d’une autorité de certification de confiance nécessite obligatoirement
d’associer à cette CA, une liste de révocation des certificats. L’assistant d’ajout d’autorité de
certification demande obligatoirement cet ajout. Toutefois cette CRL n’est pas récupérée
automatiquement comme dans le cas de la CRL interne de la PKI des IPS-Firewalls NETASQ.
L’utilisation d’une autorité de certification externe nécessite que l’email spécifié
dans le certificat utilisateur qui sera utilisé pour l’authentification soit identique à celui
précisé dans la fiche utilisateur de la base d’utilisateur de l’IPS-Firewall. Afin que celui-ci
puisse effectuer une correspondance stricte entre le certificat qui lui proposé et un
identifiant d’utilisateur présent dans sa base d’utilisateurs.
Radius
Introduction
RADIUS est un protocole d’authentification qui fonctionne en mode client-serveur. Le firewall
NETASQ peut se comporter comme un client RADIUS. Il peut alors adresser, à un serveur RADIUS
externe, des demandes d’authentification pour les utilisateurs désirant traverser le firewall.
L’utilisateur ne sera authentifié sur le firewall que si le RADIUS accepte la demande
d’authentification envoyée par le firewall.
Toutes les transactions RADIUS (communications entre le firewall et le serveur RADIUS) sont ellesmêmes authentifiées par l’utilisation d’un secret pré-partagé, qui n’est jamais transmis sur le
réseau. Ce même secret sera utilisé pour chiffrer le mot de passe de l’utilisateur, qui transitera entre
le firewall et le serveur RADIUS. L’authentification RADIUS utilise le protocole UDP sur le port
1812.
© Copyright NETASQ 2006
292
Fonctionnement
Lorsque la méthode RADIUS est sélectionnée, l’authentification RADIUS est activée. Ce menu vous
permet de préciser les informations relatives au serveur RADIUS externe utilisé et d’un éventuel
serveur RADIUS de sauvegarde. Pour chacun la configuration nécessite de renseigner les
informations présentées dans le tableau suivant :
Serveur
Adresse IP du serveur RADIUS.
Port
Port utilisé par le serveur RADIUS.
Clef partagée
Clef utilisée pour le chiffrement des échanges entre l’IPSFirewallet le serveur RADIUS.
Processus de basculement entre le serveur principal et le serveur de backup
L’IPS-Firewall tente de se connecter 2 fois au serveur RADIUS « principal », en cas d’échec il tente
de se connecter 2 fois au serveur RADIUS « backup ». Si le serveur RADIUS « backup » répond, il
bascule en tant que serveur RADIUS « principal ». Au bout de 600 secondes, un nouveau
basculement s’opère, l’ancien serveur RADIUS « principal » redevient « principal ».
NTLM
Introduction
NTLM sert de protocole d'authentification pour les transactions entre deux ordinateurs d'un même
domaine, où l'un des deux ordinateurs, ou les deux, exécutent Windows NT 4.0 ou une version
précédente.
Le protocole de NTLM authentifie des utilisateurs et des ordinateurs basés sur un mécanisme de
challenge / réponse. Toutes les fois qu'une nouvelle marque d'accès est nécessaire, le firewall
entre en contact avec un service d'authentification sur le contrôleur de domaine pour vérifier
l’identité de l’utilisateur.
L’utilisateur ne sera authentifié sur le firewall que si le service d’authentification NTLM accepte la
demande d’authentification envoyée par le firewall.
L’IPS-Firewall est donc compatible avec l’authentification NT.
Fonctionnement
© Copyright NETASQ 2006
293
Lorsque la méthode NTLM est sélectionnée, l’authentification NTLM est activée. Ce menu vous
permet de préciser les informations relatives au serveur NTLM externe utilisé et d’un éventuel
serveur NTLM de sauvegarde. Pour chacun la configuration nécessite de renseigner les
informations présentées dans le tableau suivant :
Serveur
Adresse IP du serveur NTLM.
Nom Netbios du
serveur
Nom utilisé par le serveur NTLM.
Nom de domaine
Netbios
Nom de domaine sur lequel est utilisé le serveur NTLM
Processus de basculement entre le serveur principal et le serveur de backup
L’IPS-Firewall tente de se connecter 2 fois au serveur NTLM « principal », en cas d’échec il tente de
se connecter 2 fois au serveur NTLM « backup ». Si le serveur NTLM « backup » réponde, il
bascule en tant que serveur NTLM « principal ». Au bout de 600 secondes, un nouveau
basculement s’opère, l’ancien serveur RADIUS « principal » redevient « principal ».
Kerberos
Introduction
Kerberos est différent des autres méthodes d'authentification. Plutôt que de laisser l'authentification
avoir lieu entre chaque machine cliente et chaque serveur, Kerberos utilise un cryptage symétrique
et un programme fiable, le Centre distributeur de tickets (KDC, Key Distribution Center) afin
d'authentifier les utilisateurs sur un réseau.
Une fois l'authentification effectuée, Kerberos stocke un ticket spécifique à cette session sur
l'ordinateur de l'utilisateur et les services « kerberisés » rechercheront ce ticket au lieu de demander
à l'utilisateur de s'authentifier à l'aide d'un mot de passe.
Dans ce processus d’authentification le firewall NETASQ agit comme un client qui se substitue à
l’utilisateur pour demander une authentification. Cela signifie que même si l’utilisateur est déjà
authentifié sur le KDC pour son ouverture de session Windows par exemple, il faut tout de même se
ré-authentifier auprès de ce serveur même si les informations de connexion sont identiques, pour
traverser le firewall.
Toutefois l’intérêt de cette méthode est qu’il n’y a qu’une base d’authentification à tenir à jour.
Kerberos est utilisé par les environnements Windows 2000 et XP, ce qui rend le firewall compatible
avec l’authentification de ces systèmes.
© Copyright NETASQ 2006
294
Fonctionnement
Lorsque la méthode Kerberos est sélectionnée, l’authentification Kerberos est activée. Ce menu
vous permet de préciser les informations relatives au serveur Kerberos externe utilisé et d’un
éventuel serveur Kerberos de sauvegarde. Pour chacun la configuration nécessite de renseigner
les informations présentées dans le tableau suivant :
Serveur
Adresse IP du serveur Kerberos.
Port
Port utilisé par le serveur Kerberos.
Nom de domaine
Nom de domaine sur lequel est utilisé le serveur Kerberos
SPNEGO
Introduction
La méthode SPNEGO permet le fonctionnement du « Single Sign On » pour l’authentification WEB
avec un serveur d’authentification externe Kerberos. Cela signifie qu’un utilisateur se connectant à
son domaine par une solution basée sur un serveur Kerberos serait automatiquement authentifié
sur un IPS-Firewall NETASQ dans le cas d’un accès à l’Internet (nécessitant une authentification
dans la politique de filtrage sur l’IPS-Firewall) grâce à un navigateur WEB (Internet Explorer,
Firefox, Mozilla).
Prérequis
La solution NETASQ s’intègre dans le cadre d’une solution de Single Sign On complète, il s’agit
donc d’installer certains composants sur le serveur Kerberos. Pour cela suivez la procédure
suivante :
1. Installation d’un « Service Principal Name » (SPN) sur le serveur Kerberos afin de
permettre le chiffrement des échanges entre le serveur Kerberos, l’utilisateur et l’IPSFirewall,
2. Exécuter le script SPNEGO livré par NETASQ dans le CDROM de l’Administration Suite,
3. Récupérer la « KeyTab » générée par le script.
Fonctionnement
© Copyright NETASQ 2006
295
La configuration de SPNEGO sur l’IPS-Firewall est réalisée grâce aux options expliquées dans le
tableau suivant :
Nom du service
(Principal)
Nom ou adresse de l’IPS-Firewall utilisé pour l’authentification. Ce
nom correspond au nom indiqué dans le script NETASQ (voir cidessus). Il sera précédé de la mention « HTTP/ ». Exemple :
HTTP/F200XA099999999999.
Nom de domaine
Nom de domaine du serveur Kerberos. Ce nom de domaine
correspond au nom de domaine indiqué dans le script.
KeyTab
Récupérer la « KeyTab » générée par le script NETASQ (voir cidessus).
Pour réaliser une redirection transparente de l’authentification, activez le proxy HTTP (Voir
« Configuration du proxy HTTP »).
Notez que l’authentification WEB ne s’active que si une règle d’authentification a été définie dans la
politique de filtrage (Voir « Configuration du filtrage »).
Portail WEB
Portail anonyme
Lorsque cette option est activée, le logo NETASQ du portail
d’authentification est masqué.
Clé privée
Par défaut le certificat utilisé par le module d’authentification de
l’IPS-Firewall est le certificat propre de l’IPS-Firewall, le nom
associé à ce certificat est le numéro de série du produit. Ainsi
lorsqu’un utilisateur essaie de contacter l’IPS-Firewall
différemment que par son numéro de série, il reçoit un message
d’avertissement indiquant une incohérence entre ce que
l’utilisateur essaie de contacter et le certificat qu’il reçoit.
Pour éviter ce message, le module d’authentification des IPSFirewalls offre la possibilité de spécifier un certificat « serveur »
(impossible de spécifier un certificat utilisateur pour cette
fonctionnalité) dont le nom serait beaucoup plus facile à retenir.
Par exemple : www.netasq.com. Pour obtenir ce type de certificat,
vous devez contacter des organismes du type Verisign ou
Thawte.
© Copyright NETASQ 2006
296
Chaîne de certificat CA
Cette chaîne de certificat CA certifie la clé privée utilisée dans la configuration du portail
d’authentification. Pour cela il est nécessaire d’ajouter cette autorité de certification dans la
configuration de l’IPS-Firewall de façon à ce que celui accepte tous les certificats effectivement
signés par cette autorité (et la clé privée spécifiée plus haut plus particulièrement. Si l’autorité de
certification est elle-même signée par une autre autorité de certification. Il est possible de rajouter
cette autorité dans la liste des CA de confiance pour ainsi créer une « Chaîne de confiance ».
Ajouter
L’ajout d’une autorité de certification dans la liste des autorités de
certification de confiance permet d’accepter cette autorité comme
autorité reconnue et de valider tous les certificats signés par cette
autorité de certification.
En cliquant sur le bouton « Ajouter » on accède à la fenêtre des
certificats externes. Si l’autorité de certifcation à laquelle vous
desirez faire confiance ne fait pas partie de la liste des certificats
externes, cliquez sur le bouton « Ajouter » de la fenêtre des
certificats externes pour ajouter cette autorité de certification dans
la liste.
Les IPS-Firewalls supportent les PKI multiniveaux. Ainsi si le
certificat de l’utilisateur à authentifier est signé par une autorité de
certification, elle-même signée par une autorité de certification
supérieure, vous pouvez insérer toute la chaine de certification
créée par cette PKI multiniveaux.
Pour que toute la chaîne soit correctement prise en compte, il est
important d’insérer l’ensemble de la chaîne des autorités entre
l’autorité la plus haute que vous avez inséré et l’autorité
directement supérieure au certificat utilisateur.
Modifier
Permet la modification d’une autorité de certification. Par
exemple, chaque CA est obligatoirement associée à une CRL.
Cette CRL a une durée de vie limitée (pour prendre en compte
régulièrement les nouveaux certificats révoqués) mais elle n’est
pas modifiée automatiquement, il faut donc le faire manuellement.
Supprimer
Supprime l’autorité de certification sélectionnée.
Vider la liste
Supprime la liste complète des certificats configurés.
L’ajout d’une autorité de certification de confiance nécessite obligatoirement
d’associer à cette CA, une liste de révocation des certificats. L’assistant d’ajout d’autorité de
certification demande obligatoirement cet ajout. Toutefois cette CRL n’est pas récupérée
automatiquement comme dans le cas de la CRL interne de la PKI des IPS-Firewalls NETASQ.
© Copyright NETASQ 2006
297
Avancé
Utilisez la résolution DNS (N° série)
Lorsque l'authentification transparente est activée (utilisation du proxy URL), l'utilisateur désirant se
connecter à un site WEB doit d'abord s'authentifier en HTTPS sur le Firewall. Pour cela, le
navigateur de l'utilisateur vérifie le certificat du firewall. Un message d'erreur s'affiche dans le
navigateur puisque le certificat correspond au numéro de série du firewall et pas à son adresse IP.
L'utilisation de la résolution DNS permet de faire la correspondance entre le numéro de série du
firewall et son adresse IP.
Il faut, dans ce cas, que le numéro de série du firewall soit indiqué au niveau du
serveur DNS. (Correspondance entre le numéro de série du firewall et son adresse IP).
Authentification réelle sur le serveur LDAP
Lorsque cette option est décochée, l’IPS-Firewall réalise une connexion en temps qu’administrateur
sur le serveur LDAP pour valider l’authentification de l’utilisateur.
Lorsque cette option est cochée, l’IPS-Firewall tente réellement de s’authentifier sur le serveur
LDAP avec les paramètres de l’utilisateur. Si l’authentification de l’IPS-Firewall sur le serveur LDAP
échoue, l’authentification est alors refusée à l’utilisateur.
Priorité à la fiche utilisateur
Lorsque cette option est cochée, quel que soit le résultat de la méthode d’authentification SPNEGO,
l’IPS-Firewall tentera une authentification grâce à la méthode indiquée dans la fiche de l’utilisateur.
Interface interne et interface externe
Pour chaque type d’interface, l’activation de l’authentification nécessite la définition de paramètres
d’utilisation. Ces paramètres d’utilisation sont les mêmes pour les interfaces dites internes (ne
possédant pas l’attribut « Externe » dans la configuation réseau) et pour les interfaces dites
externes (possédant l’attribut « Externe » dans la configuration réseau).
© Copyright NETASQ 2006
298
Autoriser l’enrôlement via le web
NETASQ vous propose l’enrôlement d’utilisateurs par le web. Si l’utilisateur qui tente de se
connecter n’existe pas dans la base des utilisateurs, il a la possibilité de demander la création de
son compte par un enrôlement WEB.
Liste déroulante
Vous pouvez spécifier deux types d’enrôlement disponible à partir
du web :
► LDAP : création d’un compte utilisateur,
► LDAP/PKI : création d’un compte utilisateur et d’un certificat.
Envoi des requêtes
par e-mail
Lorsqu’un utilisateur demande la création d’un compte par
l’enrôlement WEB, cette requête est indiquée dans le firewall
manager. L’administrateur peut aussi être prévenu de cette
requête par mail si l’option « Envoi des requêtes par e-mail » est
cochée. Dans ce cas le firewall NETASQ utilise l’adresse e-mail
indiquée dans la configuration des traces (Voir Chapitre VIII).
Durée d’authentification
Minimum
Temps minimum durant lequel l'utilisateur est authentifié.
Maximum
Temps maximum durant lequel l'utilisateur est authentifié. Au bout
de ce délai, l'authentification expire et l'utilisateur doit se réauthentifier.
Les deux précédentes valeurs permettent de définir une plage de choix pour l'authentification
(l'utilisateur pourra choisir une durée d'authentification comprise dans cette plage).
Afin d’éviter le détournement de session d’authentification, il est conseillé de ne pas
définir un temps maximum trop élevé (4 heures maximum) mais cela implique que
l’utilisateur devra se ré-authentifier souvent.
Durée d’authentification SSO
Lorsqu’une méthode d’authentification basée sur SSO (Signle Sign On), l’authentification unique,
cette période permet de définir la durée pendant laquelle aucune ré-authentification transparente
n’est de demandée par l’IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
299
Méthodes disponibles
Choisissez la ou les méthodes autorisées sur l’IPS-Firewall NETASQ. Ces méthodes correspondent
à des mécanismes d'authentification différents. Chaque utilisateur peut avoir une méthode
d'authentification différente mais elle doit avoir été sélectionnée dans cette fenêtre pour être
utilisable.
LDAP
L'utilisateur doit saisir un couple login/mot de passe. Ces
informations transitent en SSL (si l'utilisateur se connecte au
firewall en https avec son navigateur Internet). Cette méthode
utilise le port 443.
Cette méthode est la moins sécurisée car il est
désormais possible d’accéder (frauduleusement) aux
informations contenues dans un trafic SSL. Toutefois cela ne
s’applique à la méthode SSL+Certificat.
Certificat (SSL)
L'utilisateur n'a pas besoin de saisir de couple login/mot de passe
mais un certificat numérique généré par la PKI interne du firewall
doit être installé sur le poste utilisateur. Les informations sont
chiffrées en SSL. L'utilisateur doit, pour s'authentifier, se
connecter au firewall en https avec son navigateur Internet. Cette
méthode utilise le port 443.
Certificat (Mode
SSO)
Basée sur une utilisation de la méthode SSL dans un mode SSO
(Single Sign On) permet la simplication des étapes
d’authentification par la méthode SSL. En effet l’IPS-Firewall
reconnaît autoamatiquement la méthode d’authentification qui
sera utilisée pour l’authentification de l’utilisateur.
SRP
Cette méthode utilise le protocole SRP (Secure Remote
Password) pour lequel le mot de passe n'est jamais émis.
L'utilisateur doit se connecter au firewall en https et saisir un
couple login/mot de passe. Cette méthode utilise les ports 443 et
1200 (port utilisé par l'applet Java SRP). Cette méthode inclue le
SRP natif et le SRP_Hash.
Radius
Cette méthode est utilisée si l'authentification est relayée à un
serveur RADIUS externe.
Kerberos Win2k
Cette méthode est utilisée si l’authentification est relayée à un
© Copyright NETASQ 2006
300
serveur Kerberos externe.
SPNEGO
Cette méthode utilise le principe d’authentification unique
permettant dans certaines conditions que lorsque l’utilisateur est
authentifié sur un domaine grâce à l’ouverture de sa session, il
soit aussi authentifié auprès de l’IPS-Firewall.
NTLM WinNT
Cette méthode est utilisée si l’authentification est relayée à un
serveur NTLM externe.
Méthode par défaut
Cette méthode est utilisée lorsqu'un utilisateur désirant s'authentifier n'est pas présent dans
l'annuaire LDAP interne ou externe. Cette option vous permet, par exemple, d'avoir certaines fiches
utilisateurs sur la base LDAP et d'autres sur un serveur RADIUS, Kerberos ou NTLM (dans ce cas,
sélectionnez les options correspondantes). Par exemple, si on sélectionne RADIUS, lorsqu’un
utilisateur n'est spécifié dans la base LDAP, le firewall interrogera le serveur RADIUS.
Méthode de redirection par défaut du proxy HTTP
Lorsqu’une méthode de redirection par défaut du proxy HTTP est activé (SRP, Certificat ou
SPNEGO), le mode SSO de cette méthode est activé. Par exemple dans le cas de la méthode
d’authentification SRP en mode SSO, l’applet SRP du portail d’authentification présente le login et
le mot de passe sur la page. En effet car quelles que soit les méthodes d’authentification c’est la
méthode SRP en mode SSO qui sera utilisée.
Avancé
Politique de mots de passe utilisateurs
Il existe trois possibilités de gestion des mots de passe utilisateurs sur les IPS-Firewalls NETASQ.
► Les utilisateurs ne peuvent pas changer de mot de passe : en sélectionnant cette option,
il sera impossible aux utilisateurs de modifier leur mot de passe d’authentification sur l’IPSFirewall NETASQ ;
► Les utilisateurs peuvent changer de mot de passe : en sélectionnant cette option, les
utilisateurs peuvent modifier leur mot de passe d’authentification sans contrainte de temps
et de validité ;
► Les utilisateurs doivent changer de mot de passe : en sélectionnant cette option, les
utilisateurs doivent changer leur mot de passe d’authentifcation à leur première connexion
sur le portail d’authentifcation de l’IPS-Firewall puis à chaque fois que la durée de validité
© Copyright NETASQ 2006
301
du mot de passe est expiré. Cette durée est spécifiée en jours sans précision d’heure. Cela
signifie que par exemple si la durée de validité du mot de passe de l’utilisateur est de 1 jour
et que le mot de passe de l’utilisateur est initialisé une première fois le 27 juillet 2005 14:00,
ce mot de passe doit être modifié dès le 28 juillet 2005 00:00 et non 24 heures plus tard.
Session
La section « Session » de la configuration de l’authentification est composé de trois options
expliquées dans le tableau suivant :
Plusieurs logins sur
la même adresse IP
L’authentification NETASQ est basée sur l’enregistrement dans
une table de l’ASQ d’une entrée qui associe un nom d’utilisateur à
une adresse IP. Par défaut, il est impossible d’enregistrement
plusieurs logins sur la même adresse IP. En cochant cette option,
il est possible d’enregistrer plusieurs logins sur la même adresse
IP permettant ainsi l’authentification d’utilisateurs différents situés
derrière un équipement de NAT qui masquerait l’adresse réelle
des utilisateurs par une adresse IP unique.
Cookie
La gestion des cookies pour l’authentification des utilisateurs sur
les IPS-Firewalls permet une sécurisation de l’authentification
prévenant par exemple les attaques par rejeu étant donné qu’il
est indispensable de posséder le cookie de connexion pour être
considéré comme authentifié.
Par défaut les cookies sont définis « par Temps », ce qui signifie
que les cookies sont négociés qu’une seule fois pour toute la
duréee d’authentification. Mais il est aussi possible de configurer
les cookies « par Session », ce qui signifie que les cookies sont
négociés à chaque instance du navigateur WEB. Enfin il est
possible de ne pas utiliser les cookies, mais cette option n’est pas
recommandée car elle dégrade la sécurité de l’authentification.
Les cookies sont indispensables pour le fonctionnement de
l’option « Plusieurs logins sur la même adresse IP ».
Les cookies sont négociés par navigateur WEB. Ainsi si une
authentification est réalisée avec Internet Explorer, elle ne sera
pas effective avec Firefox ou d’autres navigateurs WEB.
Un seul login sur
une seule adresse
IP
En cochant cette option, il est impossible pour un utilisateur de
s’authentifier deux fois sur deux machines différentes.
Autorisation par défaut
Lorsqu’un utilisateur est créé ou lorsque des règles d’authentification le concernant sont mises en
place, on associe à cet utilisateur un calendrier (Chapitre IV Section D Programmation Horaire). Ce
dernier spécifie les zones horaires où l’utilisateur a le droit de s’authentifier. Pour toutes les autres
zones, la connexion est refusée.
Dans le cas où aucun calendrier ne correspond à un utilisateur, vous pouvez configurer plusieurs
actions :
Toujours autorisé
L’utilisateur peut se connecter à toutes les heures, tous les jours
définis par les règles de filtrage.
Toujours interdit
Quel que soit le résultat de l’authentification, la connexion est
refusée.
Personnalisé
Vous avez la possibilité de spécifier un calendrier par défaut
© Copyright NETASQ 2006
302
Base LDAP
Introduction
LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) est un protocole standard permettant de gérer des
annuaires, c'est-à-dire d'accéder à des bases d'informations sur les utilisateurs d'un réseau par
l'intermédiaire de protocoles TCP/IP.
Le protocole LDAP définit la méthode d'accès aux données sur le serveur au niveau du client, et
non la manière selon laquelle les informations sont stockées. Il présente les informations sous
forme d'une arborescence d'informations hiérarchique appelée DIT (Directory Information Tree),
dans laquelle les informations, appelées entrées (ou encore DSE, Directory Service Entry), sont
représentées sous forme de branches.
Une branche située à la racine d'une ramification est appelée racine ou suffixe (en anglais root
entry).
Chaque entrée de l'annuaire LDAP correspond à un objet abstrait ou réel (par exemple une
personne, un objet matériel, des paramètres, ...).
Chaque entrée est constituée d'un ensemble de paires clés/valeurs appelées attributs.
Utilisation de LDAP dans les firewalls NETASQ
Les Firewalls NETASQ embarquent, depuis la version 4.0 du firmware, une base LDAP
(Lightweight Directory Access Protocol) interne. Cette base permet de stocker les informations
relatives aux utilisateurs devant s’authentifier pour passer au travers du firewall.
Assistant LDAP
L'assistant LDAP vous permettra de configurer facilement votre base de données LDAP.
Etape 1
Cette première étape de l’assistant de configuration de la base LDAP est accessible par le sousmenu « Authentification > Annuaire LDAP » lorsque la base LDAP n'est pas initialisée ou par un
bouton sur l'écran de la configuration générale lorsque la Base LDAP est déjà initialisée.
Lors de cette première étape, vous devez choisir si vous désirez créer un annuaire LDAP interne au
firewall ou alors indiquer au firewall d'utiliser un annuaire externe que vous possédez déjà.
En fonction de votre choix, l'étape suivante est variable, la configuration d'un LDAP externe
réclamant plus de renseignements.
Etape 2 : Annuaire interne
Lors de cette seconde étape, vous devez renseigner les informations générales concernant la base
LDAP que vous désirez créer. Les informations saisies se retrouveront dans le schéma de
l'annuaire LDAP de votre IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
303
Nom de la société (o)
le nom de votre société (ex : NETASQ).
Pays domaine (dc)
le domaine de votre société (ex : com).
Mot de passe
d'administration LDAP
un mot de passe permettant au firewall de se connecter sur
l'annuaire LDAP.
Rendre le LDAP public
Il est possible d’accéder de l’extérieur à l’annuaire LDAP. Deux
méthodes sont disponibles : soit un accès en clair, soit un accès
au moyen d’une authentification par Certificat (SSL). Il faut alors
dans ce cas choisir le certificat désiré.
Remarque : seul le mot de passe sera modifiable par la suite.
Si l’accès externe n’est pas nécessaire, il est vivement conseillé de ne pas activer
l’option « Rendre le LDAP public ».
Etape 2 : Annuaire externe
Dans certaines architectures, l’utilisation d’une base d’utilisateurs exploitable uniquement par le
firewall peut devenir très rapidement trop contraignant. En effet, cela nécessite la gestion de
multiples bases et une duplication manuelle des informations entre chacune des bases, les
comptes utilisateurs ne sont pas centralisés. Ensuite, avec une base hermétique, il n’est pas
possible de réutiliser les comptes utilisateurs déjà configurés sur d’autres bases.
Afin de remédier à cette limitation, les firewalls NETASQ offrent la possibilité de s’interfacer à des
bases LDAP externes pour une intégration complète au sein du système d’information.
Lors de cette seconde étape, vous devez renseigner les informations générales concernant la base
LDAP que vous possédez et que le firewall va consulter.
Cet assistant est décomposé en trois zones :
Configuration réseau du serveur LDAP externe :
Vous devez choisir un objet correspondant à votre serveur LDAP. Cet objet doit être créé au
préalable et référencer l'adresse IP de votre serveur LDAP. Le choix du nom de l'objet doit
correspondre au Common Name du certificat de votre serveur LDAP dans le cas de l'utilisation du
protocole SSL, sinon, le nom de l'objet a peu d'importance.
Vous devez renseigner le port d'écoute de votre serveur LDAP. Les ports par défaut sont :
► 389 pour une authentification en clair,
► 636 pour une authentification en SSL.
Remarque : Pour que le firewall NETASQ puisse utiliser un annuaire LDAP externe, il faut que cet
annuaire intègre le schéma LDAP NETASQ. Pour intégrer ce schéma, contactez le support
technique de NETASQ.
Configuration de la sécurité des communications :
Si votre serveur LDAP est configuré pour supporter le SSL et que vous désirez que le firewall
communique via SSL avec votre serveur vous devez cocher la case "Activer le SSL". Vous pouvez
en option (en cochant la case "Envoyer un certificat au firewall" et en choisissant un fichier
contenant le certificat de l'autorité) envoyer au firewall le Certificat de l'autorité ayant émis le
certificat de votre serveur. Cela permet de vérifier la validité du certificat présenté par le serveur
LDAP.
Configuration de la base LDAP
© Copyright NETASQ 2006
304
Base Dn
Vous devez renseigner le DN de la racine de votre annuaire (ex :
o=NETASQ,dc=COM).
CA Dn
Ce champ est optionnel est sera uniquement utilisé si vous
activez la PKI sur le firewall. Dans ce cas, le certificat et la CRL
de l'autorité qui sera créée seront mis dans cette « fiche » LDAP.
(ex : cn=Autorite Interne,ou=Autoritees de Certification).
Login
Un compte administrateur permettant au firewall de se connecter
sur votre serveur LDAP et d'effectuer des lectures/écritures sur
certains champs. Nous vous recommandons de créer un compte
spécifique pour le firewall et de lui attribuer les droits uniquement
sur les champs qui lui sont nécessaires. (ex : cn=Admin Firewall
NETASQ).
Mot de passe
Le mot de passe pour permettre à l'utilisateur créé sur le firewall
de se connecter sur le serveur LDAP.
Etape 2 : Active directory (base Windows 2000 ou XP)
Lors de cette seconde étape, vous devez renseigner les informations générales concernant la Base
Active Directory que vous possédez et que le firewall va consulter.
Cet assistant est décomposé en trois zones :
Contrôleur de domaine
Vous devez choisir un objet correspondant à votre serveur Active Directory. Cet objet doit être créé
au préalable et référencer l'adresse IP de votre serveur.
Nom de domaine
Vous devez renseigner le nom de domaine correspondant à la base Active Directory.
Configuration de la base Active Directory
Login
Un compte administrateur permettant au firewall de se connecter
sur votre serveur Active Directory et d'effectuer des
lectures/écritures
sur
certains
champs.
Nous
vous
recommandons de créer un compte spécifique sur la base Active
Directory pour le firewall et de lui attribuer les droits uniquement
sur les champs qui lui sont nécessaires. (ex : cn=Admin Firewall
NETASQ).
Mot de passe
Le mot de passe pour permettre à l'utilisateur créé sur le firewall
de se connecter sur le serveur Active Directory.
Une fois l’assistant utilisé, vous pouvez accèder à chacun des écrans de configuration
Onglet LDAP interne (si vous avez configuré un LDAP interne)
© Copyright NETASQ 2006
305
L’écran de configuration de la base LDAP interne est accessible par le sous-menu
« Authentification > Annuaire LDAP ». Il vous permet de visualiser et de configurer votre base LDAP
interne.
Il se décompose en trois parties :
► une case à cocher indiquant le statut actuel de l'accès à l'annuaire LDAP. Si la case est
cochée l'accès est actuellement actif, sinon, vous pouvez cocher cette case pour l'activer.
Cela permet d'activer et de désactiver l'accès à l'annuaire LDAP sans pour autant détruire
la configuration.
► une zone d'onglet et la fenêtre correspondant à l'onglet choisi. Les onglets disponibles
vous permettent respectivement de :
► Visualiser la configuration actuelle de la base LDAP,
► Visualiser et modifier les paramètres avancés de votre configuration.
► une zone en bas à droite avec trois boutons vous permettant d'initialiser votre annuaire
LDAP, d'envoyer vos modifications à l’IPS-Firewall ou de quitter cette fenêtre sans prendre
en compte les modifications.
Onglet LDAP externe (pour un LDAP externe ou Active Directory)
© Copyright NETASQ 2006
306
Configuration réseau du serveur LDAP externe :
Vous devez choisir un objet correspondant à votre serveur LDAP. Cet objet doit être créé au
préalable et référencer l'adresse IP de votre serveur LDAP. Le choix du nom de l'objet doit
correspondre au Common Name du certificat de votre serveur LDAP dans le cas de l'utilisation du
protocole SSL, sinon, le nom de l'objet a peu d'importance.
Vous devez renseigner le port d'écoute de votre serveur LDAP. Les ports par défaut sont :
► 389 pour une authentification en clair,
► 636 pour une authentification en SSL.
Il est possible de configurer un serveur de Backup externe. La configuration de serveur de backup
est soumise aux mêmes exigences de configuration que le serveur LDAP externe « principal ».
Configuration de la sécurité des communications :
Si votre serveur LDAP est configuré pour supporter le SSL et que vous désirez que le firewall
communique via SSL avec votre serveur vous devez cocher la case "Activer SSL". Vous pouvez en
option (en cochant la case "Autorité de certification de confiance pour le certificat" et en choisissant
un fichier contenant le certificat de l'autorité) envoyer au firewall le Certificat de l'autorité ayant émis
le certificat de votre serveur. Cela permet de vérifier la validité du certificat présenté par le serveur
LDAP.
Configuration de la base LDAP
Base Dn
Vous devez renseigner le DN de la racine de votre annuaire (ex :
o=NETASQ,dc=COM).
Login
Un compte administrateur permettant au firewall de se connecter
sur votre serveur LDAP et d'effectuer des lectures/écritures sur
certains champs. Nous vous recommandons de créer un compte
spécifique pour le firewall et de lui attribuer les droits uniquement
sur les champs qui lui sont nécessaires. (ex : cn=Admin Firewall
NETASQ).
© Copyright NETASQ 2006
307
Le bouton « Tester LDAP » permet de vérifier que le LDAP externe est bien accessible.
Onglet Avancé (pour un LDAP interne)
Cet onglet permet de configurer les paramètres d'authentification des utilisateurs qui seront créés
par la suite et de modifier le mot de passe de l'administrateur de la base LDAP.
Les différentes méthodes d'authentification disponibles sont les suivantes :
► NONE : les utilisateurs ne pourront pas s'authentifier,
► LDAP : l'authentification sera effectuée par transmission au firewall du mot de passe de
l'utilisateur via un tunnel protégé (HTTPS) ou directement (HTTP),
► SSL : les utilisateurs devront présenter au firewall un certificat valide pour s'authentifier,
► SRP : cette méthode permet la non transmission du mot de passe utilisateur au firewall,
elle est basée sur un protocole de défi-réponse,
► SRP_LDAP : cette méthode est identique à la précédente, à ceci près qu'elle utilise le
mot de passe LDAP existant de l'utilisateur pour générer une clé éphémère SRP et
permettre l'authentification SRP,
► RADIUS : cette méthode permet d'authentifier les utilisateurs sur un serveur RADIUS. Le
mot de passe est transmis au firewall de la même manière que pour la méthode LDAP,
► Kerberos : cette méthode permet d'authentifier les utilisateurs sur un serveur Kerberos,
► NTLM : cette méthode permet d'authentifier les utilisateurs sur un serveur NTLM.
La méthode d'authentification SRP est l'une des plus sécurisées, nous vous en
recommandons l'utilisation. La méthode d'authentification SRP_LDAP est très intéressante
© Copyright NETASQ 2006
308
lorsque l'annuaire LDAP est externe et que les utilisateurs possèdent déjà un mot de passe.
Dans ce cas, elle permet d'obtenir une grande sécurité sans modifier l'existant.
Certaines méthodes d'authentification (SRP_LDAP,LDAP) doivent stocker le mot de passe
utilisateur sous la forme d'un hash (résultat d'une fonction de hachage appliquée au mot de passe)
qui évite le stockage en clair de ce mot de passe. Dans ce cas, vous devez choisir la méthode de
hash désirée :
► NONE : pas de hash, le mot de passe est stocké en clair (Peu recommandé),
► MD5 : le mot de passe est hashé avec l'algorithme MD5,
► SMD5 : le mot de passe est hashé avec l'algorithme Salt MD5. Cette variante du MD5
utilise une valeur aléatoire pour diversifier l'empreinte du mot de passe. Deux mots de
passe identiques auront ainsi deux empreintes différentes,
► SHA : le mot de passe est hashé avec l'algorithme SHA-1,
► SSHA : le mot de passe est hashé avec l'algorithme Salt SHA-1. Cette variante du SHA1 utilise une valeur aléatoire pour diversifier l'empreinte du mot de passe. Deux mots de
passe identiques auront ainsi deux empreintes différentes,
► CRYPT : le mot de passe est protégé par l'algorithme CRYPT. Il s'agit ici de la méthode
native de CRYPT qui est dérivée de l'algorithme DES. A ne pas confondre avec le CRYPT
UNIX qui permet l'utilisation de divers algorithmes en fonction de l'OS.
La méthode de hash la plus sécurisée est SSHA. Nous vous en recommandons
l'utilisation. La méthode SRP stocke également des informations pour authentifier les
utilisateurs, mais ces informations sont sous la forme d'une clé Diffie-Hellman et d'une
graine aléatoire. Ces deux informations sont stockées dans des champs du schéma LDAP
NETASQ.
Identifiant de l’IPS-Firewall
Tous les utilisateurs de la base LDAP sont préfixés du numéro de série de l’IPS-Firewall sur lequel
la base LDAP a été créée (préfixe par défaut). Mais lorsque l’IPS-Firewall est remplacé ou lorsque
la configuration de la base LDAP est sauvegardée puis restaurée sur un autre IPS-Firewall, le
préfixe par défaut n’est alors plus valide. Cette option permet de spécifier un préfixe non attaché à
l’IPS-Firewall.
Modifier le mot de passe LDAP
Cette option permet de modifier le mot de passe de configuration de la base LDAP.
© Copyright NETASQ 2006
309
Onglet Avancé (LDAP externe ou Active Directory)
L’onglet Avancé pour une configuration de base externe possède une option supplémentaire :
« Activer le mapping ». Cette option permet d’activer le mapping (correspondance) entre les objets
du schéma LDAP NETASQ, utilisés par le firewall, et les objets d’un autre annuaire. Lorsque cette
option est cochée, un nouvel onglet (onglet Mapping) apparaît.
© Copyright NETASQ 2006
310
Onglet Structure
Cet onglet est ajouté lorsqu'une base LDAP externe ou Active Directory est utilisée.
Les options de cet onglet vous permettent d'ajouter, dans la base LDAP externe ou Active
Directory, les fiches utilisateurs créées dans la configuration des objets. Les utilisateurs et les
groupes seront chacun stockés dans une branche spécifique de l'annuaire LDAP ou Active
Directory.
CA DN
Ce champ définit l’emplacement de l’autorité de certification présente dans la base LDAP externe
ou Active Directory. Cet emplacement est notamment utilisé lors de la recherche de la CA utilisé
pour la méthode d’authentification SSL. Il n’est pas indispensable de configurer ce champ mais
dans ce cas, pour que la méthode d’authentification SSL fonctionne, il faut spécifier la CA dans la
liste des CA de confiance dans la configuration de la méthode SSL (Voir « Méthode
d’authentification SSL »).
Autoriser la création d'utilisateurs
Donnez le nom de la branche LDAP pour stocker les utilisateurs. Exemple : ou=users.
Autoriser la création de groupes d'utilisateurs
Donnez le nom de la branche LDAP pour stocker les groupes d'utilisateurs. Exemple : ou=groups.
Autoriser la création de fiche de configuration
Donnez le nom de la branche LDAP pour stocker les configurations. Exemple : ou=configuration.
Utiliser un filtre d’utilisateurs spécifique
Lors de l’utilisation de l’IPS-Firewall en interaction avec une base externe, seuls les utilisateurs
correspondants au filtre seront utilisés. Par défaut ce filtre correspond à ObjectClass =
InetOrgPerson.
© Copyright NETASQ 2006
311
Utiliser un filtre de groupes spécifiques
Lors de l’utilisation de l’IPS-Firewall en interaction avec une base externe, seuls les utilisateurs
correspondants au filtre seront utilisés. Par défaut ce filtre correspond à ObjectClass =
GroupOfNames.
Onglet Mapping
Cet onglet est ajouté lorsqu'une base LDAP externe ou Active Directory est utilisée et que l’option
« Activer le mapping » de l’onglet Avancé est cochée (par défaut).
Les options de cet onglet vous permettent d’indiquer la correspondance entre les attributs utilisés
par NETASQ et ceux utilisés dans la base externe.
Par exemple : le NETASQ attribute <uid> = l’Active Directory attribute <sAMAccountName>
Vous pouvez ajouter ou supprimer des correspondances d’attributs grâce aux boutons « Nouveau »
et « Effacer ».
Charger un template
Ce bouton vous permet de spécifier une liste de correspondance, déjà définie par NETASQ, avec
des produits du marché (Active Directory, OpenDirectory…).
© Copyright NETASQ 2006
312
Introduction à la PKI
Qu’est-ce que c’est ?
La PKI ou Public Key Infrastructure (infrastructure à clé publique) est un système cryptographique
(basé sur la cryptographie asymétrique). Elle utilise des mécanismes de signature et certifie des
clés publiques (en associant une clé à un utilisateur) qui permettent de chiffrer et de signer des
messages ainsi que des flux de données, afin d’assurer confidentialité, authentification, intégrité et
non-répudiation.
Ces quatre notions (confidentialité, authentification, intégrité et non-répudiation) sont les bases de
toutes solutions de sécurité. Toutefois, elles ne sont pas développées dans la suite de ce
document. Si vous sentez le besoin d’approfondir vos connaissances sur ces concepts, un ouvrage
générique sur la sécurité vous apportera les bases nécessaires à leur compréhension.
Principe
La PKI est un système basé sur une autorité de confiance (votre firewall NETASQ par exemple) qui
signe et délivre des certificats contenant une bi-clé associée à des informations propriétaires à un
utilisateur.
Ces certificats sont de véritables passeports électroniques qui servent à l’authentification des
utilisateurs. De plus, ils contiennent les clés de chiffrement et déchiffrement qui garantissent la
confidentialité des données.
Intérêt de la PKI
Une infrastructure à clé publique est une couche de sécurité supplémentaire par rapport à un
système d’authentification « simplement » basé sur un annuaire LDAP. La bi-clé, le certificat,
l’autorité de confiance sont utilisés pour sécuriser les échanges sur l’Internet.
Le certificat est une alternative « sympathique » aux systèmes de log on car l’utilisateur n’a plus à
retenir de mot de passe. En effet la portabilité du certificat lui permet d’être intégré dans des
solutions du type clé USB par exemple.
De la même façon le certificat peut être utilisé pour les tunnels VPN. Il n’est plus nécessaire de
partager un secret qu’il est difficile de s’échanger à l’abri des regards indiscrets du monde du web.
© Copyright NETASQ 2006
313
Configuration de la PKI
Les IPS-Firewalls NETASQ possèdent une PKI interne (sauf le modèle F50), vous permettant de
créer des certificats numériques pour vos utilisateurs. Ces certificats peuvent être utilisés pour
l'authentification des utilisateurs au travers du firewall, pour l'authentification VPN. Ils peuvent aussi
être utilisés par des applications de votre système d'information.
Cette fenêtre est accessible par le sous-menu « PKI > Général ». Elle vous permet de visualiser et
de configurer votre PKI après l'avoir initialisée.
Elle se décompose en deux parties :
► une zone d'onglets et la fenêtre correspondant à l'onglet choisi. Les onglets disponibles
vous permettent respectivement de visualiser les informations de votre configuration, de
modifier certaines options, de visualiser les informations de votre PKI,
► une zone en bas à droite avec deux boutons vous permettant d'envoyer vos
modifications au Firewall ou de quitter cette fenêtre sans prendre en compte les
modifications.
Si vous accédez à cette section pour la première fois, vous devrez configurer la PKI en utilisant
l'assistant PKI.
Assistant PKI
Cet assistant se lance automatiquement lors du premier accès au sous-menu « PKI >
configuration » ou lorsque vous cliquez sur le bouton « Assistant de création de PKI » sur l'écran de
configuration générale.
Etape 1
© Copyright NETASQ 2006
314
Lors de cette première étape, vous devez renseigner les informations générales concernant la PKI
que vous voulez mettre en oeuvre. Les informations saisies se retrouveront dans le certificat de
votre autorité de certification et dans les certificats de vos utilisateurs.
Organisation
Nom de votre société (ex : NETASQ).
Unité
d'Organisation
Localité
"branche" de votre société (ex : INTERNE).
Département
Département géographique de votre société (ex : Nord).
Pays
Choisissez dans la liste le pays de la société (ex : France)
Ville de votre société (ex : Villeneuve d'Ascq).
Etape 2
Dans cette seconde étape du wizard de configuration de la PKI, vous devez renseigner un mot de
passe qui va permettre la protection de la clé privée de votre autorité de certification. Ce mot de
passe est très important, si vous le perdez, il vous sera impossible par la suite de générer des
certificats utilisateurs, de générer des CRLs, ...
Remarque : le choix d'un mot de passe trop simple est déconseillé. Nous vous
recommandons de mélanger les lettres minuscules, majuscules, les chiffres, les caractères
spéciaux.
Etape 3
Dans la troisième étape du wizard de configuration de la PKI, vous devez renseigner la
configuration concernant le matériel cryptographique de votre PKI.
Cette étape est décomposée en deux :
► Configuration du matériel cryptographique pour l'autorité de certification,
► Configuration du matériel cryptographique pour les utilisateurs.
Matériel cryptographique pour l'autorité de certification :
Taille de clé : taille de la clé de votre autorité exprimée en bits. Cette valeur ne sera pas modifiable
par la suite. Plus la taille est grande, plus la sécurité est importante.
Validité du Certificat : le nombre de jours durant lesquels votre certificat d'autorité et par
conséquent votre PKI seront valide. Cette date influe sur tous les aspects de votre PKI, en effet,
une fois ce certificat expiré, tous les certificats utilisateurs le seront également. Cette valeur ne sera
pas modifiable par la suite.
Validité de la liste de révocation : le nombre de jours durant lesquels votre CRL sera valide.
Il est normal de mettre à jour régulièrement votre CRL et donc de ne pas mettre une
date trop importante pour la validité de votre CRL. Cette valeur sera modifiable par la suite.
Matériel cryptographique pour les utilisateurs :
Taille de clé : taille de la clé pour vos utilisateurs exprimée en bits. Cette valeur sera modifiable par
la suite.
Validité du Certificat : le nombre de jours durant lesquels les certificats utilisateurs seront valides.
Cette valeur sera modifiable par la suite.
Numéro de série pour le premier certificat
© Copyright NETASQ 2006
315
Cette fonctionnalité permet de définir manuellement ou de façon aléatoire le premier numéro de
certificat généré par la PKI. Ainsi le nombre de certificats générés par la PKI est invisible à une
tierce personne. Par exemple si le premier numéro est 10245 et que l’administrateur génère 15
certificats, le quinzième certificat porte donc le numéro 10259 et il est impossible de savoir s’il y a
eu 10259 certificats effectivement générés.
Le champ « Nombre hexadécimal 64 bits » permet de spécifier le numéro du premier certificat
généré sous la forme d’un nombre hexadécimal de 64 bits. Le bouton représentant un dé génère ce
nombre de façon aléatoire.
Etape 4
Dans cetteétape de l’assistant de configuration de la PKI, vous devez renseigner la configuration
concernant la distribution de la CRL. Cette information sera intégrée aux certificats générés et
permettra aux applications utilisant le certificat de récupérer automatiquement la CRL afin de
vérifier la validité du certificat.
Dans le cas de l’utilisation de la PKI interne, il est fortement recommandé d’exporter la CA et la
CRL NETASQ sur un serveur WEB (voir onglet Autorité) et de spécifier ici l’URL de ces deux
fichiers stockés sur le serveur WEB. Cette opération doit être réalisée régulièrement afin que la
CRL à disposition sur le serveur WEB soit la plus à jour possible. Une fois les champs « Protocole »
et « URL » renseignés, il faut cliquer sur le bouton « Ajouter » pour créer le point de distribution.
Protocole
Protocole utilisé pour la diffusion de la CRL.
URL
Adresse du lieu de distribution de la CRL.
Liste des points de
distribution
Liste de tous les points de distribution configurés avec les deux
champs précédents.
Etape 5
Dans cette dernière étape de la configuration de la PKI NETASQ, il s’agit de spécifier si
l’enrôlement des utilisateurs est autorisé en sélectionnant l’option « Autoriser l’enrôlement des
utilisateurs ».
Onglet Global
© Copyright NETASQ 2006
316
Cet onglet est décomposé en trois parties :
► une zone informative sur la configuration actuelle de la PKI. Les informations affichées
sont celles renseignées durant la première étape du Wizard d'initialisation de la PKI,
► une zone contenant deux boutons permettant :
► d'initialiser une nouvelle PKI (détruit la PKI actuelle),
► de détruire la PKI actuelle.
► une zone en bas à droite avec deux boutons vous permettant d'envoyer vos
modifications au Firewall ou de quitter cette fenêtre sans prendre en compte les
modifications.
Attention, le compte « admin » vous permet de détruire une PKI sans indiquer le mot
de passe de l’autorité de certification. Cette fonctionnalité permet à l’administrateur de
détruire une PKI même s’il oublie ce mot de passe.
Onglet Options
© Copyright NETASQ 2006
317
Cet onglet est décomposé en quatre parties :
► une zone informative sur la configuration du matériel cryptographique pour l'autorité de
certification. Les informations affichées sont celles renseignées durant la seconde étape du
Wizard d'initialisation de la PKI. La validité de la CRL peut être modifiée,
► une zone informative sur la configuration du matériel cryptographique pour les
utilisateurs. Les informations affichées sont celles renseignées durant la seconde étape du
Wizard d'initialisation de la PKI. Les champs de cette zone peuvent être modifiés,
► une zone informative sur les points de distribution de CRL,
► une zone contenant deux boutons permettant :
► de révoquer tous les certificats utilisateurs. Dans ce cas, les certificats
utilisateurs deviennent inutilisables,
► de générer une nouvelle CRL.
► une zone en bas à droite avec deux boutons vous permettant d'envoyer vos
modifications au Firewall ou de quitter cette fenêtre sans prendre en compte les
modifications.
Onglet Autorité
© Copyright NETASQ 2006
318
Cet onglet est décomposé en trois parties :
► une zone contenant trois onglets permettant d'obtenir :
► Une vision générale du contenu du certificat (Onglet Certificat),
► Le contenu complet du certificat (Onglet Détails du certificat),
► Le contenu complet de la CRL (Onglet Détails de la CRL). Vous pouvez voir les
certificats qui ont été révoqués.
► une zone contenant deux boutons permettant :
► d'exporter le certificat de l'autorité de certification au format DER,
► d'exporter la CRL de l'autorité de certification au format .CRL.
► une zone en bas à droite avec deux boutons vous permettant d'envoyer vos
modifications au Firewall ou de quitter cette fenêtre sans prendre en compte les
modifications.
© Copyright NETASQ 2006
319
Procédure d'authentification
Lorsque l'authentification est activée, l'utilisateur doit passer par une phase de reconnaissance
avant de pouvoir tenter une connexion au travers de l’IPS-Firewall. Deux cas peuvent se présenter :
Le filtrage d'URL est activé sur l’IPS-Firewall
Lorsque le filtrage d'URL et l'authentification sont activés au niveau de l’IPS-Firewall, l'utilisateur n'a
pas besoin de se connecter à l’IPS-Firewall pour s'authentifier. La page d'authentification lui sera
automatiquement envoyée lorsqu'il voudra se connecter à un site WEB. L'utilisateur sera alors
authentifié pour tous les services auquel il est autorisé et pendant toute la période d'authentification.
Le filtrage d'URL n'est pas activé au niveau de l’IPS-Firewall
Dans ce cas, l'utilisateur doit s'authentifier sur l’IPS-Firewall avant de tenter une connexion
nécessitant l'authentification. L'utilisateur doit se connecter au firewall via son navigateur internet,
l'URL à utiliser est la suivante : https://<adresse IP du firewall>.
Exemple : https://10.0.0.254.
Missions de l’administrateur
L’administrateur est le garant du bon usage des fonctionnalités d’authentification offertes par les
équipements de son réseau et en particulier par son IPS-Firewall NETASQ. Dans ce cadre,
NETASQ rappelle que la sensibilisation des utilisateurs à l’utilisation des pages d’authentification
permet d’éviter leur mauvais usage.
Cette sensibilisation comprend :
► une aide à la définition de mots de passe ayant une entropie élevée (voir section
« Sensibilisation des utilisateurs »),
► une formation à l’utilisation des fonctionnalités des pages d’authentification,
► une sensibilisation aux enjeux de la sécurité des ressources, des biens et des
personnes.
Login
© Copyright NETASQ 2006
320
Dans les deux cas, pour s'authentifier, l'utilisateur doit saisir son login et la durée pendant laquelle il
souhaite être authentifié, puis cliquer sur « Connexion ». Lorsque cette période est écoulée,
l'utilisateur doit se ré-authentifier.
Attention, à ne pas mettre une durée trop longue pour des raisons de sécurité
(l'utilisateur pourrait quitter son poste de travail sans le verrouiller et se faire intercepter sa
session).
Selon la méthode choisie pour l'utilisateur, ce dernier doit ensuite, soit saisir son mot de passe, soit
choisir un certificat numérique.
► Pour la méthode LDAP : saisie du mot de passe,
► Pour la méthode certificat (SSL) : choix d'un certificat (ce certificat doit au préalable avoir
été installé sur le poste de l'utilisateur),
► Pour la méthode SRP : saisie du mot de passe (une applet Java est lancée et apparaît
dans une nouvelle fenêtre pour l'utilisation de SRP).
L'utilisation de SRP implique l'installation d'une JVM (Java Virtual Machine) sur le
poste utilisateur (la plupart des navigateurs WEB intègrent cette machine virtuelle). La JVM
de SUN (version 1.4) est fortement conseillée.
Logout
Pour se déloger, il faut se connecter au firewall en https (voir précédemment), saisir le login de
l'utilisateur désirant se déloger puis cliquer sur le bouton « Déconnexion ». L'utilisateur doit à
nouveau saisir son mot de passe pour être délogé (évite qu'un utilisateur ne s'amuse à déloger
d'autres utilisateurs).
Lorsqu'un utilisateur quitte son poste de travail avant la fin de la période
d'authentification, il faut qu'il fasse un logout pour ne pas se faire intercepter sa session
d'authentification.
© Copyright NETASQ 2006
321
Changement du mot de passe
L'utilisateur peut modifier son mot de passe d'authentification à distance. Pour cela, il suffit de saisir
le login et de cliquer sur « Changez votre mot de passe ».
L'utilisateur n'a plus qu'à modifier son mot de passe.
Remarque : Le changement de mot de passe ne fonctionne pas pour l'authentification en SSL avec
certificats ou pour une authentification avec un serveur RADIUS externe.
© Copyright NETASQ 2006
322
Enrôlement des utilisateurs
Lorsqu’un service d’authentification est mis en place, il faut définir chaque utilisateur autorisé en
créant un objet « utilisateur » (cf. configuration des objets). Plus la société est importante plus cette
tâche est fastidieuse. Le service d’enrôlement WEB de NETASQ permet de faciliter cette tâche.
Désormais c’est l’utilisateur « inconnu » qui demande la création de son compte et de son certificat
(si une PKI a été définie par l’administrateur).
Requêtes des utilisateurs
Lorsque l’administrateur a spécifié dans la configuration générale de l’authentification, l’option
« Autoriser l’enrôlement via le web » (Voir la « configuration de l’authentification »), le service
d’enrôlement est activé. Le portail d’authentification web comporte désormais un bouton « Nouvel
utilisateur » en plus.
En sélectionnant le bouton « Nouvel utilisateur », l’utilisateur accède au menu d’enrôlement et peut
alors émettre sa requête d’enrôlement.
Suivant la méthode d’enrôlement (LDAP ou LDAP et PKI), différents champs sont à remplir :
Last Name
Nom de l’utilisateur (ce champ est obligatoire).
First Name
Prénom de l’utilisateur (ce champ est obligatoire).
Email Adress
Adresse électronique (ce champ est obligatoire)
Description
Description succincte concernant l’utilisateur.
Phone Number
Champ réservé au téléphone.
© Copyright NETASQ 2006
323
Passphrase
Mot de passe utilisateur utilisé pour l’authentification.
Confirm passphrase Confirmation du mot de passe.
Cryptographic
Service Providers
Taille de la clef privée de l’utilisateur (uniquement dans le cas
d’un enrôlement LDAP et PKI).
Gestion des requêtes
Lorsqu’un utilisateur a envoyé une requête, l’administrateur peut gérer ces requêtes en attente.
Deux menus sont utilisés pour la gestion des requêtes :
► Liste des requêtes utilisateurs : gestion des requêtes de création des comptes
utilisateurs, cette liste est accessible par le menu « Authentification > Liste des requêtes
d’utilisateurs »,
► Liste des requêtes de certificats : gestion des requêtes de création de certificats, cette
liste est accessible par le menu « PKI > Liste des requêtes de certificats ».
Les options de configurations de ces deux menus sont relativement identiques.
Validation et rejet des requêtes
Lorsque vous accédez au menu « Liste des requêtes d’utilisateurs » (ou au menu Liste des
requêtes de certificats », l’écran de gestion des requêtes s’affiche.
Cet écran se divise en deux :
► A gauche : la liste des requêtes en attente,
► A droite : les actions réalisables.
Approuver
Ce bouton vous permet d’approuver la requête de l’utilisateur.
Rejeter
Ce bouton vous permet de rejeter la requête de l’utilisateur
Ignorer
Ce bouton vous permet d’ignorer la requête de l’utilisateur
© Copyright NETASQ 2006
324
Détails
Ce bouton vous permet d’accéder à une visualisation des détails
de la requête de l’utilisateur.
Avancé
Ce bouton vous permet d’accéder aux options de l’enrôlement
WEB.
Toute action de cet écran n’est validée que lorsque vous appuyez sur le bouton « envoyer ». Si
vous validez (ou rejetez) par mégarde une requête vous pouvez utiliser le bouton « ignorer » pour
remettre en attente la requête d’un utilisateur.
Options des requêtes
Appuyer sur le bouton « Avancé » du menu menu « Liste des requêtes d’utilisateurs » (ou au menu
Liste des requêtes de certificats ») vous permet d’accéder au menu de configuration des options
des requêtes. Cet écran se divise en trois onglets :
► Options : configuration des options générales de l’enrôlement :
► Chaîne de format : la configuration de cette chaîne est explicitée dans
l’application,
► « Approuver automatiquement les requêtes de certificats » : (uniquement pour le
menu « Liste des requêtes d’utilisateurs ») cette option vous permet la validation
automatique des requêtes de certificats. Lorsque l’administrateur valide la requête
de création de compte utilisateur, l’application validera automatiquement la création
du certificat associé à cet utilisateur.
► Service de Mail : activation de l’envoi automatique des réponses aux requêtes. Vous ne
pouvez démarrer ce service que si vous avez au préalable activé l’envoi des notifications
d’alarmes dans le menu ASQ. Cette option permet l’envoi d’un email à l’utilisateur pour lui
préciser que sa requête a été validée ou non et qu’il peut s’authentifier ou retirer son
certificat.
► Format de Mail : formatage des mails de validation et de rejet. Cet onglet n’est
disponible que si le service de mail est activé. Il vous permet de définir un modèle de mail
de validation ou de rejet de requête. Certaines de ces informations sont dynamiques (par
exemple $LastName, dans le modèle par défaut, affiche le nom de l’utilisateur) :
► $LastName (Prénom de l'utilisateur),
► $FirstName (Nom de l'utilisateur),
© Copyright NETASQ 2006
325
► $Date ( date de génération de la requête d'enrôlement),
► $URL (lien web pour récupération du certificat validé),
► $UID (login attribué par l'administrateur).
Lorsque la requête de l’utilisateur est validée par l’administrateur. Il peut désormais s’authentifier
sur le firewall pour bénéficier des services auxquels il a accès. Il est mis au courant de cette
validation par mail, si le service de mail a été activé.
Lorsque la requête de création d’un certificat est validée l’utilisateur peut retirer ce certificat :
► soit par défaut sur le firewall, à l’adresse https:\\<adresse du firewall>, en cliquant sur le
bouton « Certificats » de la page,
► soit à l’adresse spécifiée par l’administrateur sur un poste externe au firewall.
© Copyright NETASQ 2006
326
Sensibilisation des utilisateurs
L’administrateur de l’IPS-Firewall est responsable de la formation des utilisateurs quant à la sécurité
du réseau, des équipements qui le composent et des informations qui y transitent.
En effet la plupart des utilisateurs d’un réseau sont néophytes en informatique et à fortiori en
sécurité des réseaux. Il incombe donc à l’administrateur ou au responsable de la sécurité du réseau
de mettre en place des sessions de formation ou tout du moins des campagnes de sensibilisation à
la sécurité des réseaux.
Lors de ces sessions, il est important d’insister sur la gestion des mots de passe de l’utilisateur et
de son environnement de travail et la gestion de leurs accès aux ressources de l’entreprise.
Gestion des mots de passe de l’utilisateur
Au cours de l’évolution des technologies de l’information, de nombreux mécanismes
d’authentification ont été inventés et mis en place afin de garantir une meilleure sécurité des
systèmes d’information des entreprises. Cette multiplication des mécanismes a entraîné une
complexité qui contribue aujourd’hui à détériorer la sécurité des réseaux d’entreprises.
Les utilisateurs (néophytes et non formés) choisissent des mots de passe « simplistes », tirés
généralement de leur vie courante et la plupart du temps correspondant à un mot contenu dans un
dictionnaire. Ces comportements entraînent, bien entendu, une dégradation notable de sécurité du
système d’information.
Il faut prendre conscience que l’attaque par dictionnaire est un « outil » plus que performant. Une
étude de 1993 montre déjà cet état de fait. La référence de cette étude est la suivante :
(http://www.klein.com/dvk/publications/). Ce qui est le plus frappant dans cette étude est sûrement
le tableau présenté ci-dessous (basé sur un mot de passe de 8 caractères) :
Type de mot de passe
Nombre de Nombre de mots de
caractères passe
Tempsde
Cracking
Lexique anglais 8 carac. et +
special
250000
< 1 seconde
casse minuscule uniquement
26
208827064576
9 heures
casse minuscule + 1 majuscule
26/special
1670616516608
3 jours
minuscules et majuscules
52
53459728531456
96 jours
Lettres + chiffres
62
218340105584896
1 an
Caractères imprimables
95
6634204312890620
30 ans
Jeu de caractères ASCII 7 bits
128
72057594037927900
350 ans
On peut citer aussi un état de fait qui tend à se résorber mais qui est encore d’actualité : les fameux
post-its collés à l’arrière des claviers.
L’administrateur doit mettre en place des actions (formation, sensibilisation, …) dans le but de
modifier et de corriger ses « habitudes ». Par exemple :
► Incitez vos utilisateurs à choisir des mots de passe de longueur supérieure à 7
caractères,
► Demandez-leur d’utiliser des chiffres et des majuscules,
© Copyright NETASQ 2006
327
► De changer souvent de mots de passe,
► Et surtout de ne noter en aucun cas le mot de passe qu’ils auront finalement choisi.
L’une des méthodes classiques pour trouver un bon mot de passe est de choisir une phrase que
l’on connaît par cœur (vers d’une poésie, parole d’une chanson) et d’en tirer les premières lettres
de chaque mot. Cette suite de caractères peut alors être utilisée comme mot de passe. Par
exemple :
► « NETASQ, 1er constructeur français de boîtiers FIREWALL et VPN… »
Le mot de passe pourrait être le suivant : N1cfdbFeV.
Environnement de travail
L’espace de travail est souvent un lieu de passage, un croisement pour de nombreuses personnes
internes et extérieures à l’entreprise. Il s’agit donc de sensibiliser les utilisateurs au fait que
certaines personnes (fournisseurs, clients, ouvriers, …) peuvent accéder à leur espace de travail et
de ce fait recueillir des informations sur l’activité de l’entreprise.
Il est important de faire prendre conscience à l’utilisateur qu’il ne faut pas qu’il divulgue son mot de
passe aussi bien par téléphone que par Email (social engineering) et qu’il faut qu’il tape son mot de
passe à l’abri des regards indiscrets.
Gestion des accès d’utilisateurs
Pour compléter ce chapitre sur la sensibilisation des utilisateurs à la sécurité des réseaux,
l’administrateur doit aborder la gestion des accès utilisateur. En effet le mécanisme
d’authentification d’un IPS-Firewall NETASQ (comme beaucoup d’autres systèmes) basé sur un
système de login / mot de passe n’implique pas forcément de délogage à fermeture de l’application
à l’origine de cette authentification (crédit de temps d’authentification). Cet état de fait n’est pas
forcément évident pour l’utilisateur néophyte. Ainsi malgré avoir fermé l’application en question,
l’utilisateur (qui pense ne plus être connecté) reste authentifié. S’il quitte son poste une personne
mal-intentionnée peut alors usurper son identité et accéder aux informations contenues dans
l’application.
Enfin incitez les utilisateurs à verrouiller leurs sessions lorsqu’ils se déplacent et laissent leur poste
de travail sans surveillance. Cette tâche qui se révèle parfois fastidieuse peut être facilitée par des
mécanismes d’authentification qui automatise le verrouillage (token USB par exemple).
© Copyright NETASQ 2006
328
Chapitre VII
Haute disponibilité
© Copyright NETASQ 2006
329
Watchdog
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-installation, intégration.
Utilité de la section
Cette section vous permet de configurer le Watchdog, élément hardware qui teste régulièrement
l’IPS-Firewall afin de détecter une éventuelle inactivité de celui-ci. Le Watchdog peut commander
un reboot de l’IPS-Firewall en cas de freeze de ce dernier.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le sous-menu « IPS-Firewall > Haute Disponibilité ».
© Copyright NETASQ 2006
330
Configuration
Important
Seuls les Firewalls sortis de production ou revenus en SAV depuis octobre 2001
peuvent avoir les fonctionnalités Watchdog et Haute Disponibilité. Si votre Firewall est plus
ancien, vous pouvez également bénéficier de ces fonctionnalités. Dans ce cas, le Firewall
devra néanmoins subir une modification matérielle, et donc revenir chez NETASQ pour
intervention.
La fonctionnalité Watchdog va vous permettre d'automatiser le reboot du Firewall en cas de « gel ».
Le principe est très simple : le Watchdog est un composant hardware qui réalise à intervalles
réguliers des tests d'activité sur le Firewall. Au bout d'un certain temps (paramétrable) sans
réponse, l'arrêt et le démarrage du Firewall ont lieu.
La configuration est très simple. Il suffit dans le menu Haute Disponibilité (onglet Firewall) de cocher
« Watchdog est actif » et de déterminer le temps d'inactivité maximale. Les connexions actives sont
récupérées après reboot.
Ne mettez pas une valeur de temps limite d'inactivité trop court (inférieur à 1
minute), vous risqueriez de faire rebooter le firewall fréquemment alors que ce n'est pas
nécessaire. En effet, il peut arriver que le firewall ne répond plus durant quelques secondes
et reprenne une activité normale aussitôt après, sans que cela ne nécessite un reboot.
Cette fonctionnalité est accessible indépendamment de la haute disponibilité.
© Copyright NETASQ 2006
331
Haute disponibilité
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Installation, pré-configuration, intégration,
► Demande de clés d'activation pour la haute disponibilité auprès de NETASQ,
Pour cette section, vous devez connaître
► La politique de sécurité de l'entreprise,
► Le mot de passe de l’utilisateur « HA »,
► L’adresse IP du lien de gestion de la Haute Disponibilité.
Utilité de la section
Cette section vous permet de configurer la fonctionnalité de haute disponibilité. Cette fonctionnalité
n'est utilisable que si vous avez deux IPS-Firewalls en votre possession.
Le principe sera de basculer toutes les connexions de l’IPS-Firewall actif vers le second (firewall
passif) en cas de dysfonctionnement du firewall actif.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le sous-menu « IPS-Firewall > Haute Disponibilité ».
Vous devez être connecté avec les privilèges de modification pour pouvoir effectuer ces
modifications et posséder deux IPS-Firewalls.
© Copyright NETASQ 2006
332
Licences
Pour utiliser la fonctionnalité de haute disponibilité, vous devez avoir deux IPS-Firewalls en votre
possession.
Deux clés d'activation particulières doivent être demandées auprès de NETASQ (une pour chaque
IPS-Firewall) et installées via l'interface graphique (Voir la section « Actions diverses > Licence »).
Notion de maître/esclave
Un des deux firewalls sera considéré comme maître et le second comme esclave (le statut de
chaque firewall sera déterminé par la clé d'activation installée).
La différenciation maître et esclave sert dans les cas suivants :
► Si les deux firewalls démarrent simultanément,
► Si les deux firewalls se retrouvent dans le même état (suite à une perte de
communication par l'interface Ethernet par exemple),
► Pour différencier les adresses IP affectées de chaque côté de la liaison haute
disponibilité.
Seuls les Firewalls sortis de production ou revenus en SAV depuis octobre 2001
peuvent avoir les fonctionnalités Watchdog et Haute Disponibilité. Si votre Firewall est plus
ancien, vous pouvez également bénéficier de ces fonctionnalités. Dans ce cas, le Firewall
devra néanmoins subir une modification matérielle, et donc revenir chez NETASQ pour
intervention.
© Copyright NETASQ 2006
333
Fonctionnement
Aucun élément réseau n'étant à l'abri d'une panne, la fonctionnalité de haute disponibilité (ou de
tolérance de pannes) proposée sur les firewalls NETASQ permet d'assurer une continuité de
service même en cas de dysfonctionnement.
Cette fonctionnalité nécessite l'utilisation de deux firewalls qui seront considérés par le réseau
comme une seule entité. Ces deux firewalls possèdent la même configuration mais un seul firewall
sera actif à un instant donné (un seul firewall prendra en charge les connexions). Le second firewall
ne deviendra actif que lorsque le premier ne sera plus dans un mode de fonctionnement normal
d'un firewall (les connexions actives sont récupérées lors du basculement).
Les interfaces réseau du firewall passif sont désactivées et ne sont réactivées automatiquement
que lorsque le firewall redevient actif.
Les flux pour la haute disponibilité (tests d'activité, transfert des configurations ...) peuvent être
acheminés via un câble ethernet. Il faut donc affecter une ou deux interfaces réseau sur chaque
boîtier et relier ces deux interfaces via des liaisons ethernet. Vous pouvez soit dédier ces interfaces
au fonctionnement de la Haute disponibilité ou soit réaliser la configuration de la haute disponibilité
basée sur un VLAN.
La liaison Ethernet
NETASQ a choisi de ne plus supporter la haute disponibilité sur lien série car le débit sur un lien
série n’était plus suffisant pour la base d’informations à répliquer entre les deux IPS-Firewalls. Dans
le cas de la liaison Ethernet, le débit est beaucoup plus important, les transferts de configuration et
la mise à jour de la base LDAP sont alors considérablement accélérés.
Remarque : avec la fonctionnalité de haute disponibilité, il est préférable d'utiliser une base externe
afin d’éviter la réplication de la base LDAP interne entre les deux firewalls.
Il est possible de placer les deux boîtiers à des distances plus importantes l'un de l'autre.
Haute Disponibilité sur VLAN
La haute disponibilité sur VLAN permet d’utiliser la liaison Ethernet comme liaison de contrôle entre
les deux IPS-Firewalls en haute disponibilité sans toutefois dédier cette interface. En effet grâce au
support de la haute disponibilité sur VLAN, l’interface de contrôle peut alors être utilisé pour réaliser
une DMZ par exemple.
Test de fonctionnement du firewall
Le firewall passif teste grâce à des pings (envoyés sur la liaison ethernet reliant les deux firewalls)
si le firewall actif fonctionne. Ces tests sont réalisés de manière ponctuelle toutes les T secondes (T
étant défini grâce au Firewall Manager, voir section "Mise en place"). Un bout d'un certain nombre
de pings sans réponse (nombre paramétrable grâce au Firewall Manager), le firewall est considéré
comme "freezé", c'est-à-dire ne répondant plus. Dans ce cas, le firewall passif devient actif et prend
en charge les connexions.
En plus du ping, les firewalls se testent de manière croisée :
► Chacun demande de manière régulière l'état de l'autre (actif ou passif) pour détecter le
cas où deux firewalls seraient actifs (cas où le câble série ou Ethernet dédié ont été
débranchés). Dans ce cas, le firewall maître reste actif et l'esclave devient passif,
► Si le firewall actif a moins de cartes Ethernet en fonctionnement que le firewall passif
(dysfonctionnement d'une carte), il sera basculé en mode passif alors que le passif
deviendra actif,
© Copyright NETASQ 2006
334
► Si le firewall passif ne répond pas, une alarme du type "HA : défaillance du Firewall" sera
envoyée.
► Si deux liaisons de contrôle ont été configurées, les firewalls vérifient d’abord leur
connectivité par l’interméidiaire du premier lien de contrôle. Si cette liaison est rompue, la
connectivité est testé sur le deuxième lien de contrôle avant qu’il y ait un basculement
effectif.
Haute disponibilité sur deux liens de contrôle
La configuration de haute disponibilité NETASQ n’est viable que si à aucun moment, les deux
appliances participant au cluster de haute disponibilité ne sont actifs simultanément. En effet dans
le cas où les deux appliances serait actifs au même moment, cela poserait d’importants problèmes
réseau car chaque appliance possède les mêmes adresses IP et les mêmes adresses MAC que
son correspondant de haute disponibilité.
Pour parer à ce problème réseau, il est possible de configurer deux liens de contrôle. Ainsi si la
connectivité entre les deux correspondants de haute disponibilité ne peut être établie sur le premier
lien de contrôle (perte d’une interface, perte du lien…), elle est testée sur le deuxième lien de
contrôle avant activation du firewall passif.
Spécificité de la deuxième liaison de contrôle
La première liaison de contrôle est chargée non seulement de la vérification de la connectivité entre
les deux appliances participant à la haute disponibilité mais aussi de la synchronisation des
informations entre l’appliance actif et l’appliance passif (synchronisation de la configuration,
échange des tables de fonctionnement, etc). Tandis que le deuxième lien de contrôle permet
uniquement la vérification de la connectivité entre les deux appliances. Elle permet donc
d’empêcher un basculement inutile (passif vers actif) de l’appliance passif.
© Copyright NETASQ 2006
335
Mise en place
Avant de lire ce chapitre, vous devez avoir pris connaissance du chapitre « Licences » et avoir
installé les deux clés d'activation.
Installation
Pour installer l'architecture de haute disponibilité, veuillez suivre la procédure suivante :
1. Les deux firewalls doivent être déconnectés du réseau local (dans le cas contraire, des
problèmes de conflits d'adresses pourraient survenir) mais sous tension,
2. Connectez-vous au firewall esclave en changeant l'adresse IP du bridge (prenez par
exemple l'adresse 10.0.0.253). Cette adresse doit absolument être différente de celle du
firewall maître. Le firewall doit rebooter,
3. Reliez les deux firewalls avec un ou deux câbles Ethernet (Voir plus haut l’utilisation de la
Haute Disponibilité avec deux liaisons de contrôle),
4. Connectez-vous au firewall maître, Un assistant vous permet de configurer simplement la
fonctionnalité de haute disponibilité. (bouton Assistant d'initialisation de la HA...).
Etape 1
Choisissez la ou les interfaces utilisées pour la haute disponibilité (pour le maître et
pour l'esclave) et l'adresse IP du maître (l'adresse IP esclave = adresse IP maître
+1). Si une interface VLAN est configurée, il est possible d’utiliser cette interface
pour la haute disponibilité. Dans ce cas l’interface Ethernet à laquelle l’interface
VLAN est rattachée n’est plus dédiée à la haute disponibilité.
Deuxième lien de contrôle
Notez qu’il est possible de configurer deux liens de contrôle grâce à l’assistant de
configuration de la haute disponibilité. Ce deuxième lien de contrôle n’est utilisé que
pour tester la connectivité existante entre les deux appliances participant au cluster
de haute disponibilité.
Adressage des interfaces de haute disponibilité
Dans l’etape 1, vous définissez aussi le plan d’adressage utilisé par les interfaces
des appliances participant aux liaisons de contrôle. L’assistant vous permet de
définir l’adresse réseau et c’est lui-même qui attribue des adresses pour chacune
des interfaces.
Notez qu’il est possible de définir à priori, n’importe quel plan d’adressage.
Toutefois attention si vous définissez un plan d’adressage « public », l’accès aux
sites WEB utilisant ce plan d’adressage sera impossible. Il est recommandé
d’utiliser un plan d’adressage privé (différent de plus de celui utilisé par les autres
interfaces).
Etape 2
Indiquez le temps entre deux pings dans le champ "intervalle" ainsi que le nombre
de pings sans réponse accepté (seuil d'échec) avant un basculement du firewall
actif vers le firewall passif.
Le seuil d'échec ne peut pas être inférieur à 2 et il est fortement déconseillé de
mettre un intervalle de temps inférieur à 5 secondes.
© Copyright NETASQ 2006
336
Un intervalle de 15 secondes et un seuil d'échec de 2 sont conseillés.
La partie « Configuration du Watchdog » vous permet de définir le temps d'inactivité
acceptable avant un reboot forcé de l’IPS-Firewall.
Etape 3
Enfin, indiquez le mot de passe utilisé pour chiffrer les communications entre les
deux firewalls. Les firewalls communiquent entre eux sur le port 1300 et les
données sont chiffrées en AES.
Tous les paramètres saisis dans cet assistant peuvent être modifiés par la suite.
5. Connectez-vous à l'autre firewall (firewall esclave) et relancez l’assistant. Attention, les
interfaces, adresses IP et mots de passe doivent être identiques au firewall maître,
6. Une fois l’assistant réalisé sur les deux firewalls, vous devez vous connecter sur le
MASTER (dans le cas où seul le SLAVE répond, faites une permutation manuelle) et faites
une synchronisation des deux firewalls (voir plus bas). Il faut absolument que la première
synchronisation soit faite du firewall MASTER vers le firewall SLAVE, pour une réplication
des adresses MAC sur les deux boîtiers.
Onglet Communication
© Copyright NETASQ 2006
337
Dans ce menu vous pouvez modifier les paramètres définis dans l’assistant.
er
Interface pour le 1
lien du maître et de
l‘esclave
Interface principale utilisée pour relier les deux firewalls
constituant le cluster.
Interface pour le
ème
2
lien du maître
et de l‘esclave
Interface secondaire utilisée pour relier les deux firewalls
constituant le cluster.
Adresses
Adresses IP attribuées aux différents firewalls.
Mot de passe
Mot de passe utilisé pour chiffrer les communications entre les
deux firewalls
Onglet Avancé
Ce menu vous permet d’activer l’envoi de paquets du type « Gracious ARP ». C’est-à-dire que le
firewall publie régulièrement, sur le réseau ,ses adresses IP et MAC.
Période
Intervalle de temps entre les différents envois de paquets.
Onglet Priorité
© Copyright NETASQ 2006
338
Dans le cas où les deux firewalls se retrouvent dans l’état actif ou démarrent en même temps,
l’option priorité permet de spécifier quel firewall va prendre la main et quel firewall reprendra l’état
passif.
Priorité des
firewalls
Choix du firewall prioritaire
Synchronisation des firewalls
La synchronisation des firewalls permet la réplication de la configuration du firewall actif sur le
firewall passif. Cette synchronisation est effectuée sur la configuration complète, les mots de passe,
les changements de dates. La synchronisation peut être soit forcée en cliquant sur le bouton
« Synchroniser » de l'onglet « Configuration », soit demandée par le Firewall Manager lorsqu'on
quitte celui-ci.
Si vous faites une synchronisation manuelle, les firewalls seront indiqués comme
non synchronisés, alors que la synchronisation a bien eu lieu. Pour vérifier la
synchronisation, utilisez le moniteur temps réel qui vous donnera l'état de synchronisation
des deux firewalls.
Permutation des firewalls
Si vous désirez rendre actif le firewall passif, cliquez sur le bouton « Permuter » de l'Onglet
« Configuration ».
© Copyright NETASQ 2006
339
Exemple d'architecture
Schéma de mise en place de la Haute Disponibilité avec deux firewalls F500/4 et 3 Hubs
10/100Mbits de 4 ports avec les 3 interfaces des firewalls disponibles (la quatrième est utilisée pour
la haute disponibilité).
Utiliser une liaison ethernet vous permet de séparer physiquement les deux boîtiers, en effet, vous
pouvez placer chacun des firewalls dans une pièce différente. Par contre, vous perdez une interface
Ethernet par boîtier (utilisées pour la haute disponibilité).
Remarque
L'utilisation de switchs à la place des hubs est possible mais fortement déconseillée, à cause du
caractère "intelligent" de ces derniers. De plus, les hubs représentent un surcoût beaucoup moins
important que les switchs.
© Copyright NETASQ 2006
340
Arrêt de la haute disponibilité
Si vous désirez ne plus utiliser la fonctionnalité de haute disponibilité, veuillez suivre la procédure
suivante :
1. Arrêter l'un des deux firewalls,
2. Arrêter l'option haute disponibilité sur le firewall en marche, puis arrêter ce firewall,
3. Démarrer le premier firewall, puis arrêter l'option haute disponibilité sur ce firewall..
(éventuellement changer ses IP).
Arrêter la haute disponibilité sur un seul firewall risque de causer des problèmes de
conflit d'utilisation d'adresses IP et Mac.
© Copyright NETASQ 2006
341
Remarques
Lorsque vous tentez de vous connecter au cluster (ensemble des deux firewalls) via le Firewall
Manager ou firewall Monitor, la connexion est forcément établie avec le firewall actif. Pour se
connecter au firewall passif, il faut rendre ce dernier actif (en utilisant le bouton « Permuter » de
l'onglet « Configuration »).
La synchronisation des firewalls après une modification de la configuration du firewall actif entraîne
un reboot du firewall passif.
Les fichiers de traces ne sont pas communs. Vous ne verrez dans un fichier que les traces
récupérées lorsque le firewall était actif. Pour centraliser les logs des deux firewalls, il faut les
rediriger vers un serveur SYSLOG externe identique, vers le serveur NETASQ SYSLOG ou vers le
NETASQ Log Analyzer.
Une sauvegarde du système complet (sur la partition de back up) ne sera réalisée que sur le
firewall actif.
Pour tester la haute disponibilité, vous pouvez débrancher une interface réseau du firewall actif, le
second firewall doit, au bout d'un temps donné, basculer en actif.
Processus de mise à jour
Pour mettre à jour vos firewalls en haute disponibilité, il y a deux possibilités :
► la mise à jour par le firewall actif,
► la mise à jour par le firewall passif (réalisable que pour une mise à jour mineure à partir
de la version 5).
La mise à jour par le firewall actif
Lorsqu'une mise à jour logicielle du firewall actif est réalisée, il n’y a pas de permutation lors du
redémarrage du firewall actif.
Une fois que le firewall actif a été mis à jour, vous devez réaliser une permutation manuelle des
deux firewalls en cliquant sur le bouton "Permuter" de l'onglet "Configuration".
Déconnectez puis reconnectez-vous (vous serez alors connecté sur l'autre firewall).
Réalisez à nouveau la mise à jour logicielle. Le reboot consécutif entraînera une permutation des
firewalls pour se retrouver dans la configuration précédant la mise à jour.
Cette procédure permet de récupérer au moins un firewall dans l'ancienne version logicielle, si la
mise à jour ne s'est pas déroulée correctement.
La mise à jour par le firewall passif
L’option « Mise à jour du passif » de l’assistant de mise à jour du firewall (cf Chapitre IX) vous
permet de mettre à jour la firewall passif avant le firewall actif. Dans ce cas vous mettez à jour le
firewall passif à partir du firewall actif.
Puis une fois le firewall passif redémarré vous pouvez pratiquer une permutation manuelle pour
réitérer l’opération (mise à jour du passif).
Puis une fois le deuxième firewall redémarré vous pouvez permuter manuellement les firewalls pour
retrouver dans la configuration précédant la mise à jour.
Cette procédure permet de récupérer au moins un firewall dans l'ancienne version logicielle, si la
mise à jour ne s'est pas déroulée correctement sans altérer la continuité des services.
© Copyright NETASQ 2006
342
Chapitre VIII
Gestion des traces
© Copyright NETASQ 2006
343
Section A
Configuration des traces
© Copyright NETASQ 2006
344
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Interface graphique,
► Installation, intégration et pré-configuration,
► Définition des interfaces, des objets et de la configuration du noyau,
► Mise en place des politiques (translations, filtrage, VPN),
► Configuration des proxies,
► Configuration de l’authentification,
► Haute disponibilité.
Pour cette section, vous devez connaître
► La façon dont vous voulez être informé des alarmes,
► Les statistiques dont vous avez besoin.
Utilité de la section
Cette section vous permet de configurer la gestion des différents fichiers de traces et de configurer
les statistiques. Elle vous permet aussi de rediriger les traces vers un serveur SYSLOG externe.
Introduction à cette section
L’IPS-Firewall gère un certain nombre de fichiers de trace destinés à recueillir les événements
détectés par les fonctions de journalisation. Les fichiers concernés par les événements de sécurité
sont :
► Filtres : événements liés à l’application des fonctions de filtrage,
► VPN : événements liés à l’établissement des SA,
► Alarmes : événements liés à l’application des fonctions de prévention des intrusions,
► Authentification : événements liés à l’authentification des utilisateurs,
► Histo Manager : événements liés à l’authentification des administrateurs et aux
opérations d’administration de la sécurité,
► Système : arrêt/démarrage des fonctions de journalisation. Plus généralement :c’est
dans ce journal que sont enregistrés les événements liés directement au système :
arrêt/démarrage de l’IPS-Firewall, erreur système, etc. L’arrêt et démarrage des fonctions
de journalisation correspondent à l’arrêt et au démarrage des « démons » qui génèrent les
traces.
Les fichiers Filtres, VPN, Alarmes et Système partagent un espace global de stockage avec
d’autres fichiers de traces. L’administrateur possédant les droits « *+M » peut spécifier le
pourcentage maximum que chacun des fichiers de trace peut occuper dans cet espace total.
© Copyright NETASQ 2006
345
Lorsque le seuil maximum est atteint, l’IPS-Firewall entreprend une action paramétrée, pour chaque
fichier, parmi les trois suivantes :
► Rotation des fichiers : les traces les plus récentes effacent les traces les plus anciennes,
► Stopper l'écriture des fichiers : les traces ne sont plus mémorisées sur l’IPS-Firewall,
► Arrêter le Firewall : l’IPS-Firewall ne s'arrête pas réellement mais il bloque l'ensemble
des flux excepté les connexions du Firewall Manager depuis le réseau interne.
Les fichiers « Authentification » et « Histo Manager » ont chacun un espace alloué fixe et sont
protégés par des actions de rotation en cas de saturation.
Accéder à cette section
Accédez à la boîte de dialogue par le menu « Traces » de l’arborescence.
© Copyright NETASQ 2006
346
Paramétrage global
En sélectionnant le menu « Traces » de l’arborescence de l’interface graphique de configuration
NETASQ, l’écran de configuration des traces apparaît.
Cet écran est divisé en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu Traces,
► A droite les options configurables.
Menu Syslog
© Copyright NETASQ 2006
347
Envoi des traces vers un serveur externe
Le Firewall NETASQ vous permet d'envoyer automatiquement les traces vers un serveur dédié. Les
traces sont envoyées au format WELF. Ce serveur peut être un serveur SYSLOG ou le NETASQ
SYSLOG. Les traces peuvent aussi être récupérées par le NETASQ LOG ANALYZER.
Pour envoyer les traces, il suffit de cocher la case "Envoyer les messages au serveur syslog
externe" puis de donner l'adresse IP du serveur ainsi que le port de communication associé au
serveur .
Vous pouvez aussi sélectionner le niveau de facility (c’est un aiguillage vers différents fichiers afin
de trier les informations) sur lequel sont envoyées les traces ainsi que les catégories de fichiers à
envoyer (Alarme, connexion, web, filtrage…).
Envoi des traces vers le NETASQ SYSLOG ou le NETASQ LOG ANALYZER
Le NETASQ SYSLOG est un utilitaire installé sur une machine d'administration qui offre un service
SYSLOG pour la récupération et la gestion de traces. Cet utilitaire est particulièrement intéressant
pour les firewalls F50 qui ne peuvent pas stocker les traces sur le firewall. Les traces sont alors
stockées en local sur la machine d'administration.
Le NETASQ LOG ANALYZER est un outil plus évolué développé par NETASQ et disponible en
option. Il peut récupérer les logs de différents Firewalls et les stocker dans une base SQL,
apportant plus de performance dans les traitements de données.
Les traces peuvent être envoyées au NETASQ Syslog en indiquant l'adresse IP de la machine sur
laquelle est installé l'outil ainsi que le port utilisé.
Les communications entre le firewall et le NETASQ SYSLOG peuvent être chiffrées en AES à partir
du firewall. Pour cela, activez l'option "Chiffrement du trafic" et indiquez la clé de chiffrement utilisée
en cliquant sur le bouton "Clé de chiffrement".
Le chiffrement n'est utilisable que pour une redirection des logs vers le NETASQ
SYSLOG et pas pour un serveur SYSLOG quelconque. L'option "Chiffrement du trafic" doit
donc être désactivée pour un serveur Syslog quelconque. Par contre il est fortement
conseillé d’activer le chiffrement pour le Syslog NETASQ. Les communications entre les
firewalls et le Log Analyzer sont elles toujours chiffrées.
Les traces peuvent aussi être conservées sur le Firewall (sauf modèle F50).
© Copyright NETASQ 2006
348
Menu Avancé
Statistiques
Ce menu vous permet de configurer plusieurs types de statistiques :
► Configuration des statistiques du filtrage,
► Configuration des statistiques de la translation d'adresse,
► Taux de rafraîchissement des règles de filtrage contenant l’option « Compter ».
Pour chaque partie il vous suffit de sélectionner la fréquence du calcul des statistiques. Un rapport
sera généré pour chaque période que vous configurez.
Une fois vos choix effectués, appuyez sur le bouton "Envoyer" pour envoyer les informations au
Firewall NETASQ.
Nous vous conseillons de n'utiliser les granularités inférieures à une journée que sur une courte
durée afin d'éviter de saturer le disque du Firewall NETASQ.
Dupliquer les messages d’alarmes
Deux options concernant les « Dupliquer les messages d’alarmes » sont disponibles dans le menu
avancé :
► Garder les messages identiques : dans ce cas toutes les alarmes sont inscrites dans les
logs (même si elles sont identiques),
► Ecriture des doublons de traces chaque : ici vous sélectionnez une fenêtre de temps
dans laquelle même si une alarme est remontée plusieurs fois, elle n’est inscrite qu’une
seule fois dans les logs.
© Copyright NETASQ 2006
349
Mails
Ce menu vous permet de configurer la réception des alarmes sur une ou plusieurs adresses de
courrier électronique.
L’écran de configuration comporte les champs suivants :
Activer la
notification des
alarmes par e-mail
Active l'envoi des messages d'alarmes sur les e-mails spécifiés.
Serveur SMTP (IP)
Adresse IP du serveur SMTP où seront envoyés les e-mails.
Port
Port du serveur SMTP où seront envoyés les e-mails.
Domaine
Domaine interne des adresses électroniques.
Envoyer les alarmes Active l'envoi des alarmes mineures. Par défaut seules les
mineures
alarmes majeures sont envoyées.
Liste de diffusion
Liste des adresses qui recevront les alarmes. Vous pouvez
modifier la liste avec les boutons Ajouter/Retirer se situant sous
cette liste.
Grouper et envoyer
un rapport toutes
les
Cette option vous permet de préciser le temps d'attente entre
l'envoi de deux messages d'alarme pour la même attaque. Ceci
évite de saturer de messages la boîte aux lettres en cas d'afflux
d'attaques du même type.
Il n'est pas nécessaire de configurer de règle de filtrage pour l'envoi de ces e-mails.
Certains serveurs de courrier externes utilisent des IP multiples. Dans ce cas, il
convient de contacter le fournisseur d'accès. Vous pouvez vous connecter à un serveur sur
votre réseau interne en IP fixe.
© Copyright NETASQ 2006
350
Evénements
Ce menu vous permet de modifier les actions par défaut à entreprendre lors de la remontée de
certains types d'événements. Ceux-ci sont indépendants des conditions de trafic. La liste présentée
dans cette fenêtre regroupe tous les événements que peut générer un IPS-Firewall.
La grille se divise en deux :
► à gauche figurent les actions à entreprendre lors de la remontée d’un événement,
► à droite figure le type d'événement.
Les différentes actions possibles sont :
Ignorer
Aucune notification
Mineure
Génère une alarme mineure
Majeure
Génère une alarme majeure
Système
Génère une entrée dans le journal d’audit système
Le bouton « Configuration par défaut » vous permet de redéfinir les paramètres d’événements dans
leur configuration d’origine.
Une fois vos modifications effectuées, vous devez les envoyer au Firewall NETASQ avec le bouton
« Envoyer ».
© Copyright NETASQ 2006
351
Logs
Ce menu vous donne la possibilité de configurer plusieurs paramètres liés aux traces: leur taille,
l’action à entreprendre lorsque le seuil est atteint, etc. Lorsque vous sélectionnez ce menu, la
fenêtre principale du menu vous présente un aperçu graphique de la répartition actuelle de l’espace
réservé pour chacun des fichiers de traces.
Gestion des fichiers de traces
Pour chaque menu de traces (filter, server, alarm, WEB, SMTP, VPN, connection, auth, system,
plugin, xvpn, pop3 et monitor), vous pouvez limiter la taille du fichier de traces du filtrage en
sélectionnant la taille du fichier en pourcentage de l'espace réservé pour les fichiers de logs.
Vous avez aussi la possibilité de choisir l'action à entreprendre une fois que ce seuil est atteint. Les
différentes possibilités sont :
► Rotation des fichiers : les traces les plus récentes effacent les traces les plus anciennes,
► Stopper l'écriture des fichiers : les traces ne sont plus mémorisées sur le Firewall,
► Arrêter le Firewall : le Firewall ne s'arrête pas réellement mais il bloque l'ensemble des
flux exceptés les connexions du Firewall Manager depuis le réseau interne.
Enfin un graphique représente le taux d’occupation actuel en pourcentage.
Particularités du log « connection »
© Copyright NETASQ 2006
352
L’option « Conserver les traces de connexions UDP » permet de tracer aussi les datagrammes
UDP. Attention, de part la nature de ce type de flux (un envoi datagramme = 1 connexion), les
traces peuvent être plus rapidement engorgées.
© Copyright NETASQ 2006
353
Section B
Réception des alarmes et des traces
© Copyright NETASQ 2006
354
Introduction
Le Firewall NETASQ différencie deux types d'alarmes :
► Les alarmes majeures,
► Les alarmes mineures.
Les alarmes mineures sont déclenchées par les paquets arrivant au Firewall NETASQ et
correspondant à une règle de filtrage ou à un événement pour laquelle ou lequel vous avez spécifié
l'action "Alarme mineure".
Les alarmes majeures sont déclenchées automatiquement par le Firewall NETASQ lorsqu'un
paquet ou une action lui semble réellement suspect. Par exemple : une attaque par SYN Flooding.
Plusieurs moyens permettent d'être informé des alarmes émises par le Firewall :
► Un voyant s'allume ou clignote suivant le type d'alarme sur la face avant du Firewall
NETASQ (disponible seulement sur certains boîtiers),
► l'alarme est envoyée aux moniteurs temps réel connectés. Pour recevoir les alarmes sur
un poste distant, il faut lancer le moniteur temps réel et ouvrir une connexion vers le
Firewall à surveiller,
► par e-mail. Pour cela, il faut remplir le champ « Serveur SMTP » avec l'adresse IP du
serveur SMTP. Vous pouvez ensuite préciser l'adresse e-mail de réception des messages
d'alarmes.
© Copyright NETASQ 2006
355
Présentation du Moniteur Temps réel
Dans le répertoire où se trouve le logiciel de configuration depuis Windows (« C:\Program
Files\Netasq\Administration Suite x.x » par défaut) vous trouverez l'application « monitor.exe » ou
tout simplement à partir du raccourci « Applications > Firewall Moniteur » dans la barre de menus.
Le moniteur d'alarmes temps réel vous permet de visualiser simplement les connexions transitant
par le Firewall et les alarmes qu'il a déclenchées.
Lorsqu'il est connecté, le moniteur reçoit les informations du Firewall. Vous pouvez ensuite le
réduire avec le bouton
de réduction de la fenêtre Windows. Le moniteur tourne alors en arrière
plan. Pour le faire réapparaître à l'écran, double cliquez sur l'icône figurant au niveau de la barre
des tâches (à côté de l'horloge).
Par défaut, ce moniteur ne peut être exécuté que sur une machine connectée au réseau interne et
doit être lancé en permanence pour ne pas perdre d'alarmes. Vous pouvez l'utiliser de façon
distante (au travers d'Internet) mais il faut alors explicitement autoriser le service (Firewall_srv),
dans les règles de filtrage.
Pour une description complète du Moniteur, veuillez vous reporter la suite du document dans le
Chapitre XII « Moniteur Temps réel ».
© Copyright NETASQ 2006
356
Remarques
A la réception d'une alarme, la fenêtre du Firewall Monitor peut passer en avant-plan et un son est
éventuellement émis.
Dans le cas où une alarme ne parvient pas au moniteur, celle-ci est tout de même tracée et le
voyant "minor" située en face avant du Firewall NETASQ est allumé brièvement. De plus, si vous
avez précisé une adresse mail où envoyer les alarmes, les messages d'alertes seront envoyés par
mail.
La génération d'alarmes est très pratique pour pister d'éventuels abus. Il suffit, pour cela, d'ajouter,
dans les règles de filtrage, l'option "alarme mineure" sur la règle dont vous voulez pister l'utilisation.
Cependant une utilisation excessive de cette fonctionnalité la rendra très rapidement inutilisable de
part la taille des fichiers de traces générées, le nombre d'alarmes affichées sur votre moniteur et le
passage en avant-plan de la fenêtre du moniteur.
© Copyright NETASQ 2006
357
Chapitre IX
Sauvegarde et mise à jour
© Copyright NETASQ 2006
358
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Interface graphique,
► Installation, intégration et pré-configuration.
Pour cette section, vous devez connaître
► L'adresse IP du Firewall NETASQ sur le réseau interne.
Utilité de la section
Cette section vous permet de sauvegarder / restaurer toutes les informations spécifiques à votre
Firewall.
L’administrateur possédant le droit « maintenance » peut sauvegarder dans un fichier sur la station
d’administration :
► la configuration complète,
► la configuration réseau de l’IPS-Firewall (adresses de l’IPS-Firewall, passerelles, etc.),
► les objets (machines, réseaux, services et chacun des groupes),
► les règles de filtrage,
► la base LDAP (base locale des utilisateurs).
Il est possible de chiffrer et signer le fichier avec un mot de passe.
La restauration de la configuration à partir d’un fichier de sauvegarde nécessite les droits de
maintenance.
Enfin, cette section explique la méthode de mise à jour des boîtiers.
Accéder à cette section
Accédez aux boîtes de dialogue par les sous-menus « Maintenance > Sauvegarde »,
« Maintenance > Restauration », « Maintenance > Mise à jour » et « Maintenance > Mise à jour
WEB ».
Vous devez être connecté avec les privilèges de modification pour pouvoir effectuer ces
modifications.
© Copyright NETASQ 2006
359
Sauvegarde et restauration de la configuration
Lorsque vous apportez des modifications à votre Firewall, pour des raisons de sécurité, aucune
information n'est enregistrée sur l'ordinateur où est installé le firewall Manager.
Ceci présente en outre un autre avantage : vous pouvez consulter et configurer le Firewall à partir
de n'importe quel poste du réseau interne équipé de l'interface graphique.
Toutefois, il est important de constater que ceci présente un inconvénient : en cas d'erreur lors de la
configuration, de problème hardware ou, si vous voulez configurer plusieurs Firewalls de manière
presque identique vous êtes plus ou moins bloqué.
C'est pourquoi le firewall Manager est équipé d'une fonctionnalité permettant de
sauvegarder/restaurer l'ensemble ou une partie des fichiers de configuration de votre Firewall. La
sauvegarde réalisée peut être chiffrée et signée pour des raisons de confidentialité et d'intégrité de
la configuration.
Sauvegarde de la configuration
Un assistant vous guide dans la sauvegarde de votre configuration.
La première étape vous demande ce que vousvoulez sauvegarder :
► La configuration complète,
► La configuration réseau du Firewall (adresses du Firewall, routeurs,...),
► Les objets (machines, réseaux, services et chacun des groupes),
► Les configurations de translation d'adresses,
► Les règles de filtrage,
► La configuration VPN (clés pré-partagées, certificats et slots),
► La configuration du filtrage d’URL (groupes et slots),
► La base LDAP (base des utilisateurs).
L’étape 2 vous permet de donner une description à la sauvegarde. Cette description sera affichée
lors de la restauration de la configuration. Ainsi, vous pouvez réaliser plusieurs sauvegardes et
distinguer chacune d'entre elles.
Vous avez aussi la possibilité de chiffrer la sauvegarde afin qu'elle ne puisse pas être restaurée sur
un autre firewall ou pour qu'elle ne puisse pas être visualisée. Pour cela, indiquez un mot de passe
qui servira pour le chiffrement.
Vous donnez le nom de votre sauvegarde et choisissez son emplacement.
Si la sauvegarde n’est pas stockée sur des supports fiables et sécurisés, il est
vivement conseillé d’activer le chiffrement.
Restauration
Un assistant vous guide dans la restauration de votre configuration. Indiquez lui le fichier de
sauvegarde que vous voulez restaurer. Une description de la sauvegarde s'affiche et vous permet
de distinguer les différentes sauvegardes.
© Copyright NETASQ 2006
360
Remarques
Il vous est conseillé d'effectuer une sauvegarde des fichiers de configuration à
chaque grosse modification.
Si vous ne désirez sauvegarder qu'un slot, vous pouvez utiliser la fonctionnalité copier/coller.
Les mots de passe ne sont pas sauvegardés. Ils restent les mêmes après une
sauvegarde ou une restitution.
© Copyright NETASQ 2006
361
Sauvegarde et restauration du système
Cette fonctionnalité n'est pas disponible sur les boîtiers F50. En effet, il n'y a pas de
disque dur sur les machines de cette gamme. La copie du système sur une partition n'est
donc pas possible.
Cette fonctionnalité vous permet de sauvegarder l'ensemble de la configuration et le système
d'exploitation du firewall (image disque). Cela permet de basculer sur cette sauvegarde lors du nonfonctionnement du système principal (problème sur le disque dur, mise à jour infructueuse...).
Une fois que votre configuration est en production sans problème, vous pouvez faire une
sauvegarde du système.
La sauvegarde du système peut entraîner une baisse des performances du firewall
pendant le temps de la sauvegarde (environ 1 minute).
En cas de problème, vous rebootez et démarrez sur le système de sauvegarde.
Pour cela, il suffit d'être connecté en mode console (clavier + écran) au moment du boot. Lorsque
vous voyez apparaître le menu de démarrage, tapez 2 pour démarrer sur la sauvegarde.
Une fois le firewall démarré, vous pouvez vous y connecter avec l'interface graphique pour rétablir
le système de sauvegarde sur le système principal.
© Copyright NETASQ 2006
362
Mise à jour
Deux types de mise à jour peuvent être faites :
► Mise à jour du logiciel firewall,
► Mise à jour de l'interface graphique de configuration (Firewall Manager et Firewall
Monitor).
La mise à jour de fonctionnalités logicielles du Firewall NETASQ est une opération de maintenance.
Vous comprendrez que la mise à jour des fichiers système sur le Firewall NETASQ soit une
opération délicate et entraîne une coupure du service pour les utilisateurs.
Vous devez toujours réaliser la mise à jour dans l'ordre suivant :
1. Mise à jour du logiciel firewall à partir de l'ancienne interface graphique,
2. Désinstallation de l'ancienne interface graphique de configuration si vous ne désirez pas
la conserver,
3. Installation de la nouvelle interface graphique de configuration.
Dans le cas des mises à jour majeures, il est important de suivre l'ordre des mises à jour
logicielles, le passage d'une version ancienne à une version beaucoup plus récente sans
passer par les mises à jour intermédiaires sera bloquée par le firewall.
Mise à jour de l'interface graphique
Cette mise à jour consiste en une simple réinstallation du logiciel.
Il vous suffit d'avoir préalablement récupéré l'installation sur le poste où vous désirez l'effectuer et
de l'exécuter.
Mise à jour du firewall
La mise à jour du firewall par l'interface graphique est très simple. On y accède par le menu
« Fichier > Mise à jour ».
Un assistant vous guide dans la mise à jour de votre IPS-Firewall.
Dans la première étape, celui-ci vous demande la localisation du fichier de mise à jour. Vous devez
télécharger ce fichier, portant l'extension .maj à partir du site WEB de NETASQ (www.netasq.com).
Vérifiez les informations de la mise à jour affichées lors de l’insertion du fichier MAJ dans
l’assistant.
Vous avez ensuite le message d'avertissement qui vous rappelle que cette mise à jour nécessite de
redémarrer le Firewall et donc de couper momentanément les connexions qui le traversent.
Vous voyez aussi, à ce niveau, quelle est la version minimale à avoir pour pouvoir réaliser cette
mise à jour.
© Copyright NETASQ 2006
363
Pendant la mise à jour, une fenêtre de progression s'affiche vous indiquant que la mise à jour est en
train de se dérouler.
A la fin de l'envoi du fichier, le message vous indique que le fichier a été transféré et le firewall
redémarre.
A la prochaine connexion, vous aurez un message vous indiquant le résultat du changement de
version.
Haute disponibilité
Si vous possédez deux firewalls en haute disponibilité, il vous est possible mettre à jour le firewall
passif avant le firewall actif (cf chapitre VII « Haute disponibilité »). Cette opération en cochant
l’option « Mise à jour du passif » de l’assistant.
Mise à jour certifiée
Pour vérifier si une version ou une mise à jour a bien été certifiée, il faut se connecter sur le site
WEB de NETASQ (www.netasq.com), puis se logger sur son compte à partir de l’espace client.
Ensuite, dans la partie « Centre de téléchargement », cliquez sur le lien « Les dernières mises à
jour » pour vérifier si la dernière version a été certifiée ou sur le lien « Les mises à jour
précédentes » pour vérifier les versions certifiées parmi la liste des anciennes mises à jour. Une
mention sera alors indiquée pour chaque version certifiée.
Remarques
La procédure de mise à jour n'altère pas vos fichiers de configuration : ceux-ci sont stockés sur le
Firewall NETASQ. Les fichiers de configuration sont mis à jour en même temps que le firewall.
La mise à jour de fichiers système sur le Firewall NETASQ n'implique pas systématiquement une
mise à jour du logiciel de configuration à distance. Si c'est le cas, cela sera stipulé au moment du
téléchargement de la nouvelle version.
Inversement, la mise à jour du logiciel de configuration à distance n'implique pas systématiquement
une mise à jour des fichiers système du Firewall NETASQ. Si c'est le cas, cela sera stipulé au
moment du téléchargement de la nouvelle version.
Notez qu’il est pas possible d’installer une mise à jour modifiée (erronée, altérée,
compromise,…) car le fichier de mise à jour est chiffré et nécessite donc de la part du
logiciel de configuration à distance et de l’IPS-Firewall des mécanismes et des clés de
déchiffrement pour réaliser l’opération de mise à jour.
© Copyright NETASQ 2006
364
Mise à jour WEB
L’IPS-Firewall NETASQ est un produit de sécurité qui évolue pour protéger le réseau, de menaces
toujours plus évoluées. Des mises à jour régulières sont nécessaires pour prendre en compte ces
différentes évolutions. De plus les logiciels de la suite d’administration doivent être mis à jour pour
gérer ces nouvelles fonctionnalités.
La recherche des mises à jour du Firmware ou de la Suite d’Administration peut être effectuée
automatiquement par des mécanismes de programmation expliqués dans la section
« Préférences \ Web Update » ou manuellement.
Cette section décrit les menus permettant la recherche manuelle de mises à jour. Pour
accéder à ces menus sélectionnez dans les menus du Firewall Manager :
► Maintenance \ Mise à jour WEB \ Chercher des mises à jour de l’Administration Suite :
pour déclencher manuellement une recherche des mises à jour concernant la suite
d’administration des produits IPS-Firewalls NETASQ.
► Maintenance \ Mise à jour WEB \ Chercher des mises à jour de Firmware : pour
déclencher manuellement une recherche des mises à jour concernant les firmwares des
produits IPS-Firewalls NETASQ.
Mises à jour de l’Administration Suite et du Firmware
La mise à jour de l’Administration Suite et du Firmware permet le support des nouvelles
fonctionnalités disponibles sur l’IPS-Firewall, intégrées par NETASQ pour assurer la protection la
plus adaptée aux menaces circulant sur l’Internet.
Informations de mises à jour
De nombreuses informations sur le téléchargement des mises à jour sont affichées par le menu de
mises à jour WEB. Ces différentes informations sont décrites dans le tableau suivant :
Onglet Mise à jour
Version actuelle
Donnée informative indiquant la version actuellement installée sur
le poste de travail.
© Copyright NETASQ 2006
365
Sur internet
Donnée informative indiquant la version actuellement disponible
sur le site WEB NETASQ.
Taille
Taille du fichier à télécharger.
Généralement la taille d’une mise à jour de la suite
d’administration oscille autour de 50 Mo pour la suite
d’administration standard et 70 Mo pour la suite d’administration
PRO.
Une mise à jour du Firmware des IPS-Firewalls NETASQ oscille
quant à elle autour de 10 Mo.
Transmis
Données en octets déjà téléchargées.
Reste
Données en octets restant à téléchager.
Vitesse
Débit informatif de téléchargement de la mise à jour.
Onglet Suivi de la connexion
Le suivi de la connexion de la mise à jour affiche les différents événements survenus lors de la
récupération des informations sur le site WEB NETASQ et cela dans toutes les étapes du
téléchargement de la mise à jour (login, mot de passe, connexion, téléchargement).
Procédure de mise à jour de la suite d’administration
Pour effectuer une mise à jour de l’Administration Suite, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Renseignez les informations nécessaires à la connexion du Firewall Manager au site
WEB NETASQ (voir Section « Préférences ») ;
2. Sélectionnez le menu « Maintenance \ Mise à jour WEB \ Chercher des mises à jour de
l’Administration Suite » ;
3. Lorsque le menu apparaît il vous indique s’il existe une version plus récente de la Suite
d’Administration actuellement sur le site WEB NETASQ ;
4. Cliquez sur le bouton « Mettre à jour », un dossier de téléchargement est demandé si
celui-ci n’a pas été spécifié dans les préférences du Web Update (voir Section
« Préférences ») puis la nouvelle suite d’Administration est installée.
Si la mise à jour de la suite d’administration est une mise à jour mineure, la nouvelle
suite d’administration sera installée sur la suite d’administration précédente (la suite
d’administration précédente est écrasée).
Veillez à la compatibilité de connexion entre la nouvelle suite d’administration et
l’IPS-Firewall. En effet NETASQ ne garantit pas la compatibilité entre version majeure.
Procédure de mise à jour du Firmware IPS-Firewall
Pour effectuer une mise à jour du Firmware IPS-Firewall, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Renseignez les informations nécessaires à la connexion du Firewall Manager au site
WEB NETASQ (voir Section « Préférences ») ;
2. Sélectionnez le menu « Maintenance \ Mise à jour WEB \ Chercher des mises à jour de
firmware » ;
3. Lorsque le menu apparaît il vous indique s’il existe une version plus récente du firmware
actuellement sur le site WEB NETASQ ;
© Copyright NETASQ 2006
366
4. Cliquez sur le bouton « Mettre à jour », un dossier de téléchargement est demandé si
celui-ci n’a pas été spécifié dans les préférences du Web Update (voir Section
« Préférences ») puis le menu de mise à jour des IPS-Firewall apparaît (voir Section « Mise
à jour »). Le fichier à renseigner pour la mise à jour du firmware est alors déjà indiqué.
Veillez à la compatibilité de connexion entre la nouvelle suite d’administration et
l’IPS-Firewall. En effet NETASQ ne garantit pas la compatibilité entre version majeure.
© Copyright NETASQ 2006
367
Chapitre X
Actions diverses
© Copyright NETASQ 2006
368
Introduction
Pour cette section, vous devez avoir franchi les étapes
► Interface graphique,
► Installation, intégration et pré-configuration.
Utilité de la section
Cette section vous permet de modifier des paramètres divers et généraux de la configuration de
l’IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
369
Préférences
Les options de gestion de l’application Firewall Manager sont disponibles dans le sous-menu
« Fichiers > Préférences ». En cliquant sur ce menu l’écran de configuration des options de
l’interface Firewall Manager apparaît.
Le menu de configuration des options d’affichage de l’interface est divisé en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu Préférences,
► A droite les options configurables.
Toute personne ayant accès au poste où se trouve l'interface graphique du Firewall NETASQ, peut
accéder à ces fonctionnalités.
Firewalls
Confirmations
Les options de confirmations déterminent la façon dont est terminé l’application Firewall Manager. Il
existe trois options de confirmations :
► Aucun : lorsque cette option est sélectionnée, aucune confirmation n’est demandée à la
fermeture de l’application Firewall Manager ;
► Demander confirmation avant la déconnexion : un message de confirmation apparaît
avant que la connexionn entre le Firewall Manager et l’IPS-Firewall ne soit coupée ;
► Demander confirmation avant de quitter l’application : un message de confirmation
apparaît avant la fermeture de l’application Firewall Manager.
© Copyright NETASQ 2006
370
Web Update
L’IPS-Firewall NETASQ est un produit de sécurité qui évolue pour protéger le réseau, de menaces
toujours plus évoluées. Des mises à jour régulières sont nécessaires pour prendre en compte ces
différentes évolutions. De plus les logiciels de la suite d’administration doivent être mis à jour pour
gérer ces nouvelles fonctionnalités.
Fréquence de recherche des mises à jour
L’intervalle de mise à jour peut être important car lorsque NETASQ publie une nouvelle mise à jour
critique, il est préférable que cette mise à jour soit vite repérée. Par défaut cette fréquence de
recherche des mises à jour est disposée à « Hebdomadaire » mais il est possible de modifier cet
intervalle parmi : « Jamais », « Hebdomadaire », « Mensuel », « Manuelle », « Quotidien » ou « Au
démarrage de l’application ».
Par défaut Web Update effectue une recherche de mise à jour de la suite d’administration selon la
fréquence sélectionnée. Si l’option « Chercher les mises à jour de firmware Firewall à la
connexion au firewall » est cochée une recherche automatique de firmware firewall est effectuée.
Sinon il n’y a pas de recherche automatique de firmware.
Lorsque la période de référence sélectionnée est écoulée, le Firewall Manager effectue une
recherche de mises à jour lors de son démarrage. Si une mise à jour du firmware ou de la suite
d’administration est trouvée sur le site WEB NETASQ, une indication est présente sur la page
principale du Firewall Manager.
Accès au site WEB
Pour effectuer la recherche des mises à jour sur le site WEB NETASQ, il est nécessaire de spécifier
les différentes options suivantes :
► Adresse du site : URL en HTTP ou HTTPS permettant de contacter la section du site
WEB permettant la recherche des mises à jour. Le bouton «
l’adresse URL du site qui est spécifiée par défaut ;
» permet de rappeler
► Compte support : Compte support obtenu suite à l’enregistrement d’un produit
NETASQ sur le site WEB NETASQ. Ce champ est un login ;
► Mot de passe client : mot de passe associé au compte support spécifié ci-avant. Par
défaut ce mot de passe est le code d’activation indiqué sur l’étiquette située sous le produit
NETASQ ;
© Copyright NETASQ 2006
371
► Expiration de connexion : temps maximum d’attente d’une réponse du serveur WEB
NETASQ. Si ce temps est trop faible, le serveur WEB risque de ne pas pouvoir répondre à
temps et WEB Update indiquera qu’il n’existe pas de mise à jour alors qu’il en existe une ;
► Config Proxy : le bouton « config proxy » permet d’accéder à la configuration d’un proxy
pour l’accès de l’application à Internet.
Config Proxy
S’il existe un proxy pour l’accès à Internet sur le réseau, il est indispensable de remplir la
configuration du proxy. Sans cette configuration, il sera alors impossible au Firewall Manager de
vérifier la présence d’une mise à jour sur le site WEB NETASQ. Les différentes options sont les
suivantes :
► Serveur Proxy : Nom d’hôte complet ou adresse IP représentant le serveur Proxy ;
► Port Proxy : Port à utiliser pour contacter le proxy, par défaut ce port est 3128 ;
► Identifiant utilisateur : login de connexion au proxy ;
► Mot de passe proxy : mot de passe de connexion au proxy associé au login ;
► Authentification basique : définit que l’authentification est effective. Si la case n’est
plus cochée, il n’y a pas d’authentification même si le proxy la demande ;
► Config Site Web : le bouton « config site web » permet de retourner à la configuration
des options pour l’accès au serveur WEB NETASQ.
Dossier de téléchargement
Si une mise à jour du firmware ou de l’application Firewall Manager est découverte sur Ie serveur
WEB NETASQ elle devra être téléchargée dans le « Dossier de téléchargement ». Si le champ
n’est pas renseigné, le dossier de téléchargement sera demandé à chaque téléchargement.
Interface
Les différentes options de l‘interface sont présentées dans le tableau suivant :
© Copyright NETASQ 2006
372
Choisissez la
langue par défaut
Cette option vous permet de choisir la langue dans laquelle
apparaissent les menus de l'interface graphique. Attention, une
fois la langue choisie, vous devez redémarrer l'interface pour
prendre en compte la modification.
Le choix « Sélection automatique » permet d'utiliser la langue
utilisée par le système d'exploitation « Windows ».
Police des grilles
Polices et tailles des informations qui seront affichées dans les
grilles de configuration du Firewall Manager (Exemple : règles de
filtrage).
Montrer la
configuration
globale
Par défaut les menus de la configuration globale sont cachés car
il s’agit d’une option de configuration très avancée. En cochant
cette option les menus de la configuration globale apparaîssent
dans la barre de menus situées en haut de l’interface :
« Configuration globale ».
Objets
La définition des options des objets est réalisée grâce à trois paramètres.
► Montrer les objets globaux si disponible : affiche les objets globaux ;
► Pré chargement des objets à la connexion : cette option permet un chargement anticipé
de certaines informations nécessaires à la réalisation de tâches basiques ;
► Confirm before sending a general LDAP request : par défaut, lorsque la base LDAP est
chargé entièrement dans la configuration des objets, le Firewall Manager affiche un
message d’avertissement, car dans certains cas, la base LDAP peut s’avérer conséquente
et le chargement est alors très long. Décochez cette option pour ne plus voir ce message
apparaître.
© Copyright NETASQ 2006
373
Règles implicites
En sélectionnant « Règles implicites » dans le menu « Politique » de l’arborescence de l’interface
graphique, l’écran de configuration des règles implicites s’affiche alors.
Dans cet écran on vous informe qu’il est possible de générer automatiquement certaines règles
liées à l’utilisation des services du firewall. Si vous cochez un service, le firewall crée de lui-même
les règles d’utilisation de ce service.
► Services PPTP : pour les tunnels sécurisés en PPTP,
► Services Haute Disponibilité : pour la haute disponibilité,
► Services VPN : pour les tunnels VPN,
► Cache DNS/Proxy : pour le cache DNS,
► Services Dialup : pour les connexions distantes,
► Proxy HTTP : pour le proxy HTTP,
► Proxy SMTP : pour le proxy SMTP,
► Proxy POP3 : pour le proxy POP3,
► Réinitialisation Auth/Ident : pour la vérification de l’existence d’un utilisateur (FTP par
exemple),
► Serveur d’administration : autorise l'accès avec l'interface graphique à partir d'une
machine située sur les réseaux internes. Cette option crée une règle implicite au niveau du
firewall. Si cette option est désélectionnée, il faudra créer une règle explicite, dans les
© Copyright NETASQ 2006
374
règles de filtrage, pour autoriser la connexion au Firewall via le Firewall Manager (service
Firewall_srv, port 1300),
► Serveur WEB : autorise l’accès àl’EZADMIN présent sur l’IPS-Firewall.
► Serveur d’authentification sur les réseaux internes : autorise l'accès au service
d'authentification pour les utilisateurs des réseaux internes. Ce service utilise les ports 443
(https) et 1200,
► Serveur d’authentification sur les réseaux externes : autorise l'accès au service
d'authentification pour les utilisateurs des réseaux externes. Ce service utilise les ports 443
(https) et 1200,
► XVPN sur les réseaux internes : autorise l’accès au VPN SSL pour des utilisateurs des
réseaux internes (les interfaces Ethernet et VLAN possédant l’attribut « protégée »)
► XPVN sur les réseaux externes : autorise l’accès au VPN SSL pour des utilisateurs des
réseaux externes (les interfaces Ethernet et VLAN ne possédant pas l’attribut « protégée »
et les interfaces de type Dialup).
► Attacher les plugins sur les connexions sortantes : lorsque cette option est cochée, lors
d’une connexion sortante, le plugin correspondant à cette connexion sera automatiquement
attaché.
© Copyright NETASQ 2006
375
Applications
Le menu Applications se décompose en deux sous-menu :
► Lancez le Moniteur,
► Lancez le Reporter.
Ces deux sous-menus permettent l’ouverture des logiciels Monitor et Reporter de la suite
d’administration NETASQ au moyen du Firewall Manager, utiliser les deux raccourcis procurent
l’avantage de ne pas devoir se ré authentifier sur le deux applications. L’authentification réalisée sur
le Firewall Manager est réalisée par les deux applications.
© Copyright NETASQ 2006
376
Redémarrage de l’IPS-Firewall
Pour redémarrer le Firewall NETASQ, allez dans le sous-menu « Firewall > Redémarrer le
firewall ». Une boîte de dialogue vous informant du redémarrage de l’IPS-Firewall s’affiche alors.
Cliquez sur le bouton « Oui » et le Firewall NETASQ redémarre à distance.
Le redémarrage d’un IPS-Firewall NETASQ implique le blocage systématique de tout paquet et
donc detoute communication transitant par le Firewall NETASQ, ainsi qu'une déconnexion du
logiciel de configuration sous Windows (Ceci est visible dans l'écran principal par le passage à la
couleur rouge du voyant d'état).
Vous devrez vous connecter à nouveau pour pouvoir continuer la configuration de votre Firewall
NETASQ.
Une fois que le Firewall NETASQ a redémarré (une minute après l'envoi de la commande), celui-ci
réactive les règles de sécurité et de log en vigueur avant son redémarrage.
© Copyright NETASQ 2006
377
Arrêt du firewall
Pour arrêter le Firewall NETASQ à distance, allez dans le sous-menu « Firewall > Arrêter le
firewall ». Une boîte de dialogue vous informant de l’arrêt de l’IPS-Firewall s’affiche alors.
L'arrêt du Firewall NETASQ implique le blocage systématique de tout paquet transitant par le
Firewall, ainsi qu'une déconnexion du logiciel de configuration sous Windows (Ceci est visible dans
l'écran principal par le passage à la couleur rouge du voyant d'état). Vous devez vous connecter à
nouveau pour pouvoir continuer la configuration de votre Firewall NETASQ. Ceci arrête le Firewall
NETASQ à distance. Le firewall est arrêté une fois que le voyant "Power" est éteint. Les voyants
d'activité des cartes réseaux (IN, OUT et DMZ) restent en fonctionnement. Vous pouvez aussi, sur
certains modèles, éteindre le boîtier grâce au bouton prévu à cet effet en façade du produit.
Il est fortement conseillé d'attendre l'extinction du voyant « Power » après une
demande d'arrêt manuelle ou à distance, avant de couper l'alimentation du Firewall.
Une coupure trop rapide peut entraîner des problèmes d'écriture sur le disque du Firewall et
provoquer des erreurs matérielles.
Cas de la haute disponibilité
Lorsque votre firewall fait partie d’un cluster (haute disponibilité avec un deuxième firewall), une
boîte de dialogue s’affiche alors, grâce à cet écran vous pouvez choisir de stopper le firewall actif,
le firewall passif ou les deux.
© Copyright NETASQ 2006
378
Licence
Chaque Firewall possède une licence qui définit l'ensemble des fonctionnalités disponibles pour
votre Firewall. Cette clé vous permet d'activer certaines options du Firewall (filtrage d'URL,
chiffrement VPN fort, mises à jour ...). Cette clé peut être récupérée sur le site WEB NETASQ
(www.netasq.com).
Première connexion
Lors de votre première connexion, le firewall ne contient aucune licence. Sans elle, il est inutilisable.
L’écran de configuration de la licence apparaît alors.
Si, à la réception de votre firewall, aucun message concernant la licence n’apparaît,
c’est que NETASQ a installé une licence temporaire dans votre produit. Cette licence
correspond à la licence minimale du produit NETASQ (aucune option n’est activée). De plus
si un incident survient alors que la licence temporaire est toujours installée sur votre
produit, vous ne serez pas couvert par la garantie. Ainsi même si votre firewall fonctionne
temporairement, NETASQ vous conseille de télécharger au plus vite votre licence définitive
avant l’expiration de cette licence temporaire.
Le bouton « Licence » vous permet d’insérer votre licence préalablement récupérée sur le site web
NETASQ et ainsi activer la configuration de votre firewall
De plus comme il l’est conseillé vous pouvez vérifier la date et l’heure de votre firewall par le bouton
« Date/heure ».
Enfin vous pouvez imprimer les informations relatives à votre firewall, en cliquant sur le bouton
« Imprimer ».
La licence de votre firewall et sa mise à jour
Ces renseignements sont accessibles par le menu « Firewall > Informations ». L’écran de
configuration de la licence vous donne la version de votre Firewall, des informations sur le matériel
et les différentes options avec leur date d'expiration s'il y en a une.
© Copyright NETASQ 2006
379
Le Firewall NETASQ est livré par défaut avec l'ensemble de ses fonctionnalités. Cependant,
certaines fonctionnalités (filtrage URL, haute disponibilité...) sont optionnelles et ne sont pas
activées. D'autre part certaines options, comme la mise à jour, sont limitées dans le temps. Si la
date d'expiration est dépassée, certaines options sont désactivées sur le Firewall.
Si vous choisissez d'utiliser de nouvelles fonctionnalités ou renouveler certaines options, veuillez
contacter votre revendeur. Une nouvelle clé sera alors disponible sur le site web de NETASQ.
Entrez cette clé avec le bouton "Mettre à jour la licence" situé en bas à gauche puis Validez en
envoyant au Firewall. Les informations concernant votre Firewall sont modifiées et les nouvelles
options sont activées sur le Firewall.
Vous pouvez imprimer les informations relatives à votre firewall, en cliquant sur le bouton
« Imprimer ».
© Copyright NETASQ 2006
380
Modification des paramètres système
Pour modifier les paramètres du Firewall NETASQ allez dans le sous menu « Firewall >
Configuration système ». L’écran de configuration système est divisé en deux onglets :
► L’onglet Système,
► L’onglet Fuseau horaire.
Onglet Système
L'onglet système permet la modification des paramètres suivants :
► Nom du firewall (ce nom est utilisé dans les mails d'alarmes envoyés à l'administrateur et
est affiché sur la fenêtre principale du Firewall Manager). Ce nom peut-être quelconque,
► Date. Choisissez la date sur le calendrier,
► Heure,
► Langage du firewall (type de clavier supporté par le Firewall).
La date et l'heure auxquelles votre Firewall NETASQ est réglé sont importantes : elles vous
permettent de situer dans le temps un événement enregistré dans le fichier log. Elles servent
également à la programmation horaire des configurations.
A chaque ouverture de cette boîte de dialogue, le logiciel de configuration à distance vous indique
l'heure et la date actuellement paramétrées sur le Firewall NETASQ.
Onglet Fuseau horaire
L’onglet Fuseau horaire vous permet de configurer la plage horaire de votre firewall.
Attention un changement de fuseau horaire entraîne un reboot du firewall.
© Copyright NETASQ 2006
381
Sécurité
Pour modifier les paramètres de sécurité du Firewall NETASQ allez dans le sous-menu « Firewall >
Sécurité ».
Le firewall possède un serveur SSH (version 2) intégré. Ce serveur vous permet, via un client SSH,
d'accéder au firewall en mode console de façon totalement sécurisée. La configuration du serveur
peut se réaliser à partir de cet onglet. Les communications entre un client et un serveur SSH sont
chiffrées et authentifiées afin d'assurer un maximum de sécurité durant la configuration. Pour
activer le serveur, cochez la case "Activer l'accès SSH au firewall". Si cette case n'est pas cochée, il
sera impossible de vous connecter à distance en mode console.
Vous pouvez exporter la clé publique du firewall et la clé privée de l'administrateur, afin de les
installer sur la machine intégrant le client SSH, grâce aux boutons appropriés. Le format d'export de
la clé privée de l'admin est celui d'OpenSSH, incompatible avec SSH.COM.
SSH fonctionne avec certificats. Toutefois vous pouvez toujours activer « Activer
l’accès par mot de passe » pour utiliser un accès login/password mais cette option n’est pas
recommandée.
Les champs "Modifier le mot de passe de la clé privée adm" et "Confirmer le mot de passe de la clé
privée admin" vous permettent de modifier le mot de passe utilisé pour vous connecter en SSH au
firewall. Ce mot de passe correspond au mot de passe du compte "admin". Si vous changez le mot
de passe, vous devrez aussi utiliser ce nouveau mot de passe pour vous connecter via l'interface
graphique, sous le compte "admin".
Par défaut, le filtrage du firewall bloque la connexion sur le port 22 (SSH) du Firewall. Il est donc
nécessaire de mettre en place une règle de filtrage pour autoriser cette communication.
© Copyright NETASQ 2006
382
Configuration sécurisée
Introduction
La configuration de l’IPS-Firewall contient des informations très sensibles. Ces informations
révèlent l’activité du réseau et la manière de contourner les mécanismes de protection de ce
réseau. Pour protéger ces données sensibles, il est possible d’utiliser les fonctionnalités de
chiffrement des IPS-Firewalls sur les fichiers de configuration de l’IPS-Firewall lui-même.
Les fichiers de configuration chiffrés ne pouvant être déchiffrés qu’au moyen d’un secret détenu par
l’IPS-Firewall et l’administrateur, ce dernier se protège contre le vol et l’utilisation illicite de son IPSFirewall. En effet sans déchiffrement des fichiers, l’IPS-Firewall est inutilisable.
Principe de fonctionnement
Pour mettre en place cette technologie, NETASQ propose l’utilisation de clés USB qui contiendront
les secrets échangés. Sans cette clé, il est impossible de démarrer l’IPS-Firewall. Une fois la
configuration chargée en mémoire, la clé USB peut être retirée pour préserver la confidentialité des
fichiers de configuration. Au prochain démarrage, la clé est de nouveau indispensable.
NETASQ a qualifié des clés USB compatibles avec cette fonctionnalité. Seuls les
clés USB qualifiées et distribuées par NETASQ sont donc supportées pour cette
fonctionnalité.
Cette fonctionnalité n’est disponible que pour les produits possédant un port USB
effectivement fonctionnel.
Configuration
L’activation des fonctionnalités de configuration sécurisée est réalisée dans le sous-menu
« Configuration sécurisée » du menu « Firewall » de la barre de menu de l’interface graphique
Firewall manager.
© Copyright NETASQ 2006
383
Les différentes options de la configuration sécurisée sont présentées dans le tableau suivant :
Configuration
sécurisée
Bouton d’activation de la configuration sécurisée. Une fois
activée, les fichiers de configuration de l’IPS-Firewall sont
chiffrés. Il est alors indispenble de posséder la clé USB contenant
le secret échangé avec l’IPS-Firewall pour déchiffrer sa
configuration.
Etat de la clé
Valeur informative remontée par l’IPS-Firewall indiquant l’état
actuel de la clé qui servira à sotcker le secret de déchiffrement. Il
existe trois états différents :
► Clé USB non trouvée : la clé n’est pas insérée dans le port
USB de l’IPS-Firewall ou pas formatté selon son format de
fichiers ;
► Clé USB non initialisée : la clé est détectée mais elle ne
contient pas de secret de déchiffrement de la configuration de
l’IPS-Firewall ;
► Clé USB initialisée : la clé est détectée et elle contient un
secret de déchiffrement de la configuration de l’IPS-Firewall.
Test de la clé
Avant l’affichage du menu « Configuration sécurisée », le Firewall
Manager vérifie l’état de la clé. Le bouton « Test de la clé »
permet l’actualisation des informations affichées.
Si une clé USB est inséré après l’affichage du menu
« Configuration sécurisée », cliquez sur le bouton « Test de la
clé » pour actualiser les informations d’état de la clé.
Restauration du
secret partagé.
Si le secret contenu par la clé ou la clé elle-même est
défectueuse, il est alors possible de restaurer cette sauvegarde
sur la même clé ou sur une autre clé vierge.
Envoyer
Activation de la configuration sécurisée. Avant la fermeture du
menu, il est demandé de spécifier un chemin pour la sauvegarde
de la clé de déchiffrement insérée dans la clé USB.
Annuler
Annule le paramétrage modifié de la configuration sécurisée.
Les fichiers de configuration chiffrés
Afin de faciliter la configuration, l’activation et l’utilisation de cette fonctionnalité, le Firewall Manager
ne permet pas le choix des fichiers de la configuration qui seront chiffrés. Par défaut les fichiers
chiffrés par la configuration sécurisée sont :
► Les clés pré-partagées de la configuation VPN ;
► La configuration de l’annuaire LDAP ;
► La configuration de l’authentification ;
► Le fichier Keytab de la configuration SPNEGO ;
► La clé privée de l’autorité de certification de la PKI ;
► La configuration de la PKI ;
► Les certificats signés par l’autorité de certification de la PKI.
Utilisation
L’utilisation de la fonctionnalité de chiffrement de la configuration n’est possible qu’avec les produits
possédant un port USB et l’administrateur doit posséder d’une clé USB compatible. Contactez votre
partenaire pour obtenir cette clé USB.
© Copyright NETASQ 2006
384
Une fois la configuration sécurisée activée, la clé USB contenant le secret est indispensable au
démarrage du produit. L’administrateur retire cette clé après le démarrage de l’IPS-Firewall ainsi la
configuration de l’appliance est sécurisée.
Pour activer la configuration sécurisée, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Sélectionnez le menu de configuration « Firewall\Configuration Sécurisée », l’écran de la
configuration sécurisée apparaît ;
2. Connectez la clé USB ;
3. Cliquez sur « Tester la clé », l’état de la clé doit être alors « Clé USB non initilalisée » ;
4. Cochez l’option « Configuration sécurisée » ;
5. Cliquez sur « Envoyer » pour activer la configuration sécurisée ;
6. La clé est initialisée, les fichiers de configuration de l’IPS-Firewall sont chiffrés et un
chemin de copie du fichier de sauvegarde est demandé.
Restaurer une clé défectueuse ou création d’une clé de sauvegarde
Lors de la génération de l’initialisation de la clé USB contenant le secret partagé avec l’IPS-Firewall,
le Firewall Manager effectue une sauvegarde de ce secret. Il est ainsi possible de réaliser des
opérations de sauvegarde sur les clés USB.
Pour restaurer une clé USB, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Sélectionnez le menu de configuration « Firewall\Configuration Sécurisée », l’écran de la
configuration sécurisée apparaît ;
2. Connectez la clé USB ;
3. L’état de la clé peut être « Clé non initialisée » ou « Clé initialisée » suivant la
dégradation de la clé ;
4. L’option « Configuration sécurisée » est normalement déjà cochée ;
5. Sélectionnez le fichier de sauvegarde à restaurer en cliquant sur l’icône
6. Cliquez sur « Restaurer » pour restaurer la clé USB ;
7. Cliquez sur « Envoyer » pour terminer la restauration.
;
Pour créer une clé USB de sauvegarde, reportez-vous à la procédure suivante :
1. Sélectionnez le menu de configuration « Firewall\Configuration Sécurisée », l’écran de la
configuration sécurisée apparaît ;
2. Connectez la clé USB vierge ;
3. Cliquez sur « Tester la clé », l’état de la clé doit être alors « Clé USB non initilalisée » ;
4. L’option « Configuration sécurisée » est normalement déjà cochée ;
5. Sélectionnez le fichier de sauvegarde à restaurer en cliquant sur l’icône
;
6. Cliquez sur « Restaurer » pour restaurer la clé USB ;
7. Cliquez sur « Envoyer » pour terminer la création de la clé USB de sauvegarde.
© Copyright NETASQ 2006
385
Quitter l'application
Lors de la fermeture de l’application une boîte de dialogue vous demande de confirmer l'action
(suivant les options configurées dans le menu « Fichier >option ») :
► L'annulation provoque le retour à l'écran principal, sans conséquence pour la suite de
l'exécution du programme.
► La confirmation quitte l'application.
Cette boîte est également affichée quand vous quittez l'application en cliquant sur
droite de la fenêtre Windows.
© Copyright NETASQ 2006
en haut à
386
Active Update
Introduction
Le module Active Update des IPS-Firewalls permet la mise à jour de la base antivirale des antivirus,
les signatures contextuelles ASQ, la liste des serveurs antispam et les URLs utilisées pour le
filtrage URL dynamique.
© Copyright NETASQ 2006
387
Fonctionnement
Pour chaque type de données pouvant être mises à jour (ou toutes d’un coup si l’option « Appliquer
la configuration sélectionnée à tous les types de mises à jour » est cochée) il est nécessaire de
configurer les paramètres expliqués dans le tableau suivant :
Activer
Activation de la mise à jour via l’Active Update pour le type de
mise à jour sélectionné.
URL de mise à jour
Chemin à spécifier pour la réalisation de la mise à jour par l’Active
Update.
Fréquence
Fréquence de mise à jour des listes d’URL dynamique, des
signatures contextuelles ASQ et de la configuration de l’antispam.
Choisir la fréquence parmi : « Journalier », « toutes les 12
heures », « toutes les 6 heures ».
Ressayer jusqu’au
succès
Cette option vous permet de spécifier que l’Active Update
essaiera de réaliser la mise à jour jusqu’à son succès.
Le champ « Tentatives » situé sous l’option « Ressayer jusqu’au
succès » permet de spécifier un nombre de tentative avant
l’abandon de la mise à jour. Les deux options sont incompatibles.
Activation du proxy
Lorsque l’IPS-Firewall n’est pas directement connecté à Internet mais par l’intermédiaire d’un proxy,
il faut configurer ce proxy pour que la mise à jour puisse être effectuée. La configuration de ce
proxy se réalise en choisissant dans la base d’objet un serveur et le port sur lequel il doit être
contacté.
© Copyright NETASQ 2006
388
Chapitre XI
NETASQ Syslog
© Copyright NETASQ 2006
389
Présentation
L'interface graphique d'administration des firewalls NETASQ est complétée par un utilitaire de
récupération des traces. Cet utilitaire baptisé NETASQ SYSLOG vous permet de récupérer les
traces générées par le firewall pour les exploiter ensuite.
Intérêt du NETASQ SYSLOG
Certains produits NETASQ ne possèdent pas de disque dur. Le stockage des traces n'est alors pas
possible en local sur le firewall. Il faut nécessairement rediriger les traces vers un équipement
externe.
En installant le NETASQ SYSLOG sur la machine d'administration, les traces sont récupérées puis
stockées sur cette machine.
© Copyright NETASQ 2006
390
Remarques Importantes
Attention : Si vous tentez d'installer une nouvelle version du NETASQ SYSLOG et
qu'une version antérieure a déjà été installée en tant que service, vous devez impérativement
arrêter le service et le désinstaller (via la procédure en ligne de commandes, voir section
Service SYSLOG).
Le cas contraire peut entraîner une possible corruption de la base de registre et de la gestion des
installations Windows.
La machine d'administration doit être protégée correctement car les traces sont
stockées en clair sur la machine d'administration (comme le sont les logs d'un SYSLOG
classique). La clef de chiffrement des flux entre le NETASQ SYSLOG et le firewall est aussi
stockée en clair sur la machine. L'accès à la machine d'administration doit donc être
fortement restreint et toute session Windows doit être verrouillée lorsqu'elle n'est pas
utilisée.
© Copyright NETASQ 2006
391
Section A
Installation
© Copyright NETASQ 2006
392
Installation
Etant donné que le logiciel doit être installé sur le même poste que l'interface d'administration du
firewall, il demande les mêmes pré-requis matériels et logiciels que le firewall Manager.
Procédure d'installation
1. Récupérez le fichier d'installation de l’Administration Suite sur le site WEB NETASQ ou
sur le CD-Rom livré avec le firewall. Executez ce fichier, lorsque le choix vous sera
proposé, choisissez l’installation complète (dans ce cas, tous les logiciels de
l’Administration Suite seront réinstallés) ou choisissez l’installation personnalisée puis
sélectionnez le NETASQ Syslog dans la liste des applications.
2. Exécutez ce fichier sur la machine d'administration afin de lancer l'installation.
3. L'installation se déroule comme une installation standard de logiciel.
Par défaut, le NETASQ SYSLOG se lancera à chaque ouverture de session sous Windows NT et
2000, à chaque reboot sous Windows 95 et 98 (le NETASQ SYSLOG se comporte alors comme un
service). Vous avez la possibilité, sous Windows NT et Windows 2000, d'installer le NETASQ
SYSLOG comme service. (voir la section Service Syslog).
Attention : Si vous tentez d'installer une nouvelle version du NETASQ SYSLOG et
qu'une version antérieure a déjà été installée en tant que service, vous devez impérativement
arrêter le service et le désinstaller (via la procédure en ligne de commandes, voir section
Service SYSLOG). Le cas contraire peut entraîner une possible corruption de la base de
registre et de la gestion des installations Windows.
© Copyright NETASQ 2006
393
Service Syslog
Le NETASQ Syslog peut être installé en tant que service. Ce mode procure l'avantage de tourner
de façon totalement transparente pour l'utilisateur (en tâche de fond). De plus, le service SYSLOG
continue de fonctionner même sans ouverture de session Windows.
Les procédures qui suivent ne concernent que les plate-formes Windows NT, XP ou
2000. Sous Windows 95 et 98, le NETASQ SYSLOG est installé, par défaut, comme un service
qui se lance à chaque redémarrage de la machine (même sans ouverture de session).
Procédure d'installation du service
Le service SYSLOG peut être installé simplement en lançant l'exécutable « Lancer le Syslog »
présent dans le menu :
« Démarrer>Programmes>Netasq>Administration Suite 5.0>Services »
Sinon, la procédure complète est la suivante :
1. Ouvrez une invite de commandes DOS,
2. Placez-vous sur le répertoire NETASQ de votre disque dur, (en principe : c:\Program
Files\netasq\Administration Suite x.x),
3. Tapez la commande d'installation suivante : InstallLaunchFwSyslog, le service démarre
automatiquement.
Il est conseillé de redémarrer le poste après installation du service SYSLOG.
Une fois installé, le service sera redémarré à chaque reboot même si aucune session n'est ouverte.
Attention : N'oubliez pas de modifier les options du NETASQ SYSLOG (voir la
section Configuration) afin de ne pas le lancer automatiquement à chaque ouverture de
session.
Arrêt du mode service
© Copyright NETASQ 2006
394
Le service SYSLOG peut être désinstallé simplement en lançant « Retirer le Syslog » présent dans
le menu :
« Démarrer>Programmes>Netasq>Administration Suite 5.0>Services »
Sinon, la procédure complète est la suivante :
1. Ouvrez une invite de commandes DOS,
2. Placez-vous dans le répertoire NETASQ de votre disque dur (en principe C:\Program
Files\ netasq\Administration Suite x.x),
3. Tapez la commande de désinstallation du service : UnInstallFwSyslog.
Attention : Il est important de redémarrer la machine afin de prendre en compte cette
désinstallation.
© Copyright NETASQ 2006
395
Section B
Configuration
© Copyright NETASQ 2006
396
Configuration du Firewall Manager
Pour utiliser le NETASQ SYSLOG, vous devez, au préalable, configurer un certain nombre de
paramètres dans l'onglet Syslog du Menu « Traces ».
Etapes de la configuration
1. Activez l'option « Envoyer les messages au serveur syslog externe »,
2. Indiquez la machine d'administration sur laquelle est installé le NETASQ SYSLOG,
laissez le port de connexion à la valeur 514,
3. Spécifier les types de traces qui seront envoyés du firewall au NETASQ SYSLOG
(Alarme, Connexion, WEB, VPN, Authentification, Filtrage, SMTP, Système, Plugins…),
4. Le Log facility doit être sélectionné sur « aucun »,
5. Chiffrement du trafic : Le flux transitant entre le firewall et le NETASQ SYSLOG peut être
chiffré en AES. Pour activer le chiffrement, sélectionnez l'option "Chiffrement du trafic" puis
cliquez sur le bouton "Clé de chiffrement". Saisissez alors la clef de chiffrement utilisée (la
même valeur de clef sera configurée sur le NETASQ SYSLOG). Le chiffrement doit alors
obligatoirement être activé sur le NETASQ SYSLOG.
© Copyright NETASQ 2006
397
Configuration du NETASQ SYSLOG
La configuration du NETASQ Syslog est réalisée par l’interface graphique installée avec les autres
applications de la suite d’administration des produits NETASQ. Le NETASQ Syslog n’est pas
installé par défaut, pour effectuer l’installation du NETASQ Syslog, il est nécessaire d’installer la
suite d’administration dans les modes « Complète », « Serveur » ou « Personnalisée » de
l’installation.
Une fois Installé l’interface graphique de configuration du NETASQ Syslog est disponible dans les
menus des programmes, par défaut :
► Démarrer\Tous les programmes\Netasq\Administration Suite n°xx\Configure Syslog
Configuration du NETASQ SYSLOG
L'écran de configuration du NETASQ SYSLOG est constitué de deux menus :
► Fichiers : Démarrage, Arrêt et monitoring de l’activité du syslog ;
► Options : Options de la configuration du logiciel syslog, ce menu est constitué de trois
menus « Général », « Tailles » et « Parsing ».
Général
Si vous avez activé le chiffrement des logs sur la console d'administration (Firewall Manager), vous
devez obligatoirement activer l'option "Les traces doivent être décryptées" et saisir la clef de
chiffrement utilisée (mot de passe).
Dans le champ "Répertoire des logs", vous pouvez spécifier le chemin du répertoire de stockage
des logs. Par défaut, les logs sont stockés dans le répertoire :
► C:\program files>Netasq>Administration Suite x.x>Log
Lorsque l'option « Tracer l'activité dans un fichier » est activée, toutes les opérations et les
messages d'erreurs du NETASQ SYSLOG sont stockées dans un fichier. Ce fichier se trouve dans
le répertoire des fichiers NETASQ (C:\program files>Netasq>Administration Suite x.x> par défaut)
et se nomme SyslogtoFile.log.
© Copyright NETASQ 2006
398
Taille des traces
Cet onglet vous permet de déterminer la taille maximale allouée aux fichiers de traces sur le disque
dur de la machine d'administration, ceci afin d'éviter la saturation de ce dernier.
Vous pouvez choisir une taille maximale relative ou absolue. La taille relative se calcule en
pourcentage d'occupation du disque, la taille absolue se calcule en Moctets.
Taille relative
Pour définir une taille relative d'occupation, cochez la case "Pourcentage de la taille totale du
disque" et choisissez la valeur désirée.
Taille absolue
Pour définir une taille absolue, cochez la case "Taille absolue" et saisissez la valeur absolue en
Moctets.
Parsing
Les traces sont enregistrées dans le fichier dont le nom est défini par la valeur du lexème
« logtype= ». Pour les traces non NETASQ, il est possible de spécifier le fichier selon ce qui est
repéré dans la ligne de traces. Ainsi ajoutez les mots clés de chaque ligne de traces pouvant être
rencontrées en les associant à un fichier de traces NETASQ. Ainsi les traces non netasq
récupérées par le syslog pourront être incluses dans les tableaux du reporter.
Si une ligne de trace ne correspond à aucun lexème configuré, elle ne peut être interprêtée par le
syslog NETASQ et n’est donc pas prise en compte dans les tableau du reporter.
© Copyright NETASQ 2006
399
Section C
Exploitation des logs
© Copyright NETASQ 2006
400
Exploitation des logs
L'analyse des logs récupérés par le NETASQ SYSLOG est réalisée au moyen du NETASQ
REPORTER sans nécessiter de connexion à un firewall.
Reportez-vous à la notice du NETASQ REPORTER pour de plus amples renseignements sur
l'exploitation des logs.
© Copyright NETASQ 2006
401
Emplacement des logs
Les logs sont stockés dans des fichiers texte, dans le répertoire choisi par l'administrateur. Par
défaut, si l'administrateur n'a pas spécifié de répertoire particulier, le répertoire de log se trouve
dans le chemin suivant :
C:\program files>Netasq>Administration Suite x.x>Log
Chaque jour, un nouveau fichier texte est créé pour chaque type de log (filtrage, connexion, alarme,
SMTP, URL…). Le nom de chaque fichier est construit de la façon suivante :
<type de log>_<année>_<jour dans l'année>
Exemples
► alarm_2003_295.log
► connection_2003_291.log
► filter_2003_25.log
► web_2003_360.log
► smtp_2003_360.log
© Copyright NETASQ 2006
402
Chapitre XII
Moniteur temps réel
© Copyright NETASQ 2006
403
Introduction
Le moniteur temps réel vous permet de visualiser simplement l'activité de votre Firewall en temps
réel. Il vous donne les informations suivantes :
► utilisation des ressources internes du Firewall (mémoire, CPU ...),
► liste des machines et utilisateurs connectés,
► alarmes remontées en temps réel,
► nombre de connexions, utilisation de la bande passante, débit,
► informations sur l'état des interfaces et des tunnels VPN
► derniers logs remontés,
► l’utilisation de l’espace disque alloué aux logs.
Vous pouvez, avec cet outil, vous connecter sur plusieurs firewalls et ainsi surveiller l'ensemble de
votre parc de firewall.
Les menus
La fenêtre principale contient les menus suivants : « Firewall », « Applications », « Fenêtres » et
« ? ».
Le menu Firewall vous permet de vous connecter aux firewalls et d'accéder aux options générales
de l'application.
Le menu Applications vous permet de lancer directement les deux autres applications composant
la suite d’administration NETASQ : le Firewall Manager et le Reporter.
Le menu Fenêtres vous permet d'organiser les fenêtres de connexion sur l'écran.
Le menu ? vous permet d'accéder au présent fichier d'aide et de connaître la version du moniteur.
Le moniteur reçoit les informations du Firewall si il y est connecté. Vous pouvez ensuite le réduire
avec le bouton de réduction de la fenêtre Windows
. Le moniteur tourne alors en arrière plan.
Pour le faire réapparaître à l'écran, double cliquez sur l'icône
tâches (à côté de l'horloge à droite).
© Copyright NETASQ 2006
figurant au niveau de la barre des
404
Section A
Fenêtre générale
© Copyright NETASQ 2006
405
Les menus
Vous pouvez, à partir de cette fenêtre, ouvrir plusieurs fenêtres connectées chacune sur différents
firewalls.
Firewall
Le menu Firewall concerne la connexion aux Firewalls et les options générales de l'application.
Connecter
Ouvre une nouvelle fenêtre de connexion à un Firewall. Entrez
l'adresse IP du firewall et le mot de passe de l'utilisateur.
Carnet d'adresses
Configuration du carnet d'adresses de firewalls.
Préférences
Permet de régler la langue de l'interface, et quelques options de
connexion.
Quitter
Déconnecte les moniteurs et quitte l'application.
Applications
Le menu Applications permet une connexion aux autres applications de la suite d’administration
NETASQ. Utiliser les deux raccourcis procurent l’avantage de ne pas devoir se ré authentifier sur
ces deux applications.
Lancer le Manager
Permet l’ouverture du
d’administration NETASQ.
Firewall
Manager
de
la
suite
Lancer le Reporter
Permet l’ouverture du
d’administration NETASQ.
Firewall
Reporter
de
la
suite
© Copyright NETASQ 2006
406
Fenêtres
Le menu Fenêtres permet de gérer les fenêtres d'affichage des différents firewalls connectés :
Arranger les icônes
Aligne les fenêtres icônisées de connexion aux firewalls.
Cascade
Organise les différentes fenêtres connectées en cascade dans
l'application.
Mosaïque
Organise les différentes fenêtres connectées en mosaïque dans
l'application.
Charger une
disposition
Charge un fichier contenant la disposition et taille des fenêtres sur
l'écran.
Enregistrer la
disposition
Sauvegarde la disposition et taille des fenêtres sur l'écran.
Liste des firewalls
connectés
Permet de basculer vers une autre fenêtre active, repérée par
l'adresse IP du firewall.
Aide
Ouvre l'Aide en ligne
A propos ...
Donne des informations sur le moniteur utilisé (numéro de
version, crédit)
?
© Copyright NETASQ 2006
407
Préférences
Vous accédez à l’écran de configuration des préférences par le menu « Firewall > Préférences ».
Se rappeler la taille et la position de l’application
Option d’affichage, celle-ci permet de garder en mémoire la façon dont le monitor était disposé à
l’écran (taille et position).
Se connecter au démarrage
Cette option permet de voir apparaître la fenêtre de connexion à chaque démarrage de l'application.
Langage de l'application
Vous pouvez choisir la langue des menus de l'interface. La sélection automatique prendra la langue
de la version de Windows installée sur le poste. Après modification du choix, il faut redémarrer
l'application pour activer le nouveau choix de langue.
Outils externes
Lorsqu’une alarme se déclenche sur un IPS-Firewall NETASQ, il est possible de visualiser le
paquet responsable du déclenchement de cette alarme. Pour cela il faut vous munir d’un outil de
visualisation de paquets comme Ethereal ou Packetyzer… Spécifiez l’outil choisi dans le champ
« Analyseur de paquets», celui ci sera utilisé par le monitor pour afficher les paquets malicieux.
Grille
Enfin, il vous est possible de définir une police et sa taille pour l’affichage des logs dans la grille.
© Copyright NETASQ 2006
408
Carnet d’adresses
Vous accédez au carnet d’adresses par le menu « Firewall > Carnet d’adresses » ou en appuyant
sur l’icône
situé à côté du champ adresse dans le popup de connexion.
Vous avez la possibilité de mémoriser les informations de connexion sur vos différents firewalls.
Ces informations sont stockées sur le poste client où est installée l'interface. Elles peuvent être
chiffrées si vous cochez l'option « Chiffrement du carnet d’adresses ». Dans ce cas, une clé de
chiffrement vous est demandée. Les informations mémorisées sont l'adresse IP, le login, le mot de
passe de connexion et le numéro de série de l’IPS-Firewall auquel vous souhaitez vous connectez.
Le mot de passe est celui d'un utilisateur autorisé.
En spécifiant un numéro de série vous vous prévenez contre les attaques de type « man in the
middle ». En effet si vous tentez une connexion sur un équipement qui ne répond pas au critère
« Numéro de série » indiqué dans le carnet d’adresses, le monitor vous indique que vous êtes en
train de tenter une connexion sur un équipement inconnu. Il vous demande si vous désirez rajouter
ce numéro dans la liste autorisée. Vérifiez bien les informations affichées par le monitor avant
d’accepter une telle requête.
Une fois les informations entrées, vous pouvez les sauvegarder avec le bouton "Enregistrer". Pour
ouvrir une session sur un des firewalls du carnet d'adresses, cliquez sur le nom de ce dernier puis
sur le bouton "sélectionner" ou double cliquez sur ce même nom.
Attention, si vous modifiez l'option « Chiffrement du carnet d'adresses », il faut
enregistrer à nouveau le carnet pour prendre en compte les modifications.
Cochez l’option « Voir les mots de passe » pour vérifier les mots de passe utilisés pour chacun des
IPS-Firewalls enregistrés dans le carnet d’adresses (les mots de passe sont affichés en clair).
© Copyright NETASQ 2006
409
Section B
Fenêtre du moniteur
© Copyright NETASQ 2006
410
Ouverture d’un moniteur
L'ouverture d'un moniteur se fait par le biais du menu « Firewall > Connecter » de l'application.
Une fenêtre d'ouverture de session apparaît.
Vous pouvez alors indiquer l'adresse IP du firewall auquel se connecter et le mot de passe de
l'utilisateur. Vous avez la possibilité de mémoriser les adresses IP et mots de passe dans un carnet
d'adresses chiffré, accessible avec l'icône
fenêtre principale du moniteur apparaît.
. (cf rubrique carnet d'adresses). Une fois connecté, la
© Copyright NETASQ 2006
411
Fenêtre principale
La fenêtre du moniteur vous apporte un certain nombre d'informations sur l'activité du firewall.
Elle est décomposée en quatre parties :
► une barre horizontale contenant de petites icônes et permettant le rafraîchissement des
informations contenues dans la zone d’affichage,
► une barre verticale contenant l’arborescence des menus et permettant la visualisation et
le paramétrage des options du Firewall Monitor,
► une zone d’affichage des résultats,
► une barre d'état.
Descriptif des petites icônes
Accéder au menu d'options de cette fenêtre.
Connexion
En cliquant sur ce bouton, vous générez un rapport au format
HTML. Ce rapport contient les informations suivantes, à un
instant t :
► liste des machines connectées (adresse IP, interface à laquelle
est rattaché l'utilisateur, quantité de données transférées, nombre
de connexions, débit utilisé ...),
► liste des utilisateurs authentifiés (nom de l'utilisateur, IP, temps
d'authentification restant...),
► liste des alarmes remontées,
► liste des tunnels VPN actifs.
Rafraîchir la liste des machines connectées.
Rafraîchir la liste des utilisateurs authentifiés.
Rafraîchir la liste des tunnels VPN.
Rafraîchir la liste des logs.
Rafraîchir la liste des informations de HA.
Effacer les alarmes affichées dans le Firewall Monitor.
Effacer les statistiques.
Déconnecter les utilisateurs authentifiés.
Vider la quarantaine, toutes les machines et utilisateurs en
quarantainre sont donc libérés.
Démarrer Active Update permet un démarrage manuel de la
© Copyright NETASQ 2006
412
fonctonnalité Active Update des IPS-Firewalls.
Arborescence des menus
Cette barre est composée de six sections :
► Global : cette section concentre les informations générales sur les traces et les services
du firewall,
► Statistiques : cette section vous permet de visualiser des graphiques temps réel
concernant la bande passante, le débit et les connexions,
► ASQ : dans cette zone vous pouvez contrôler des tableaux temps réel concernant les
hôtes, les utilisateurs authentifiés et les alarmes remontées par le firewall,
► VPN : ce menu vous présente les tunnels VPN en cours,
► Logs : affichage des derniers logs sur « xx » lignes (xx, cette information est
paramétrable, grâce à l’icône « options » décrit ci-dessus).
► Politique : visualisation des slots (filtrage, filtrage d’URL, VPN, Filtrage global, NAT) et
affichage de la politique de filtrage complète actuellement active (règles implicites, règles
de filtrage global, règles de filtrage local).
Les configurations relatives à ces menus sont décrites dans la suite du manuel.
Zone d'affichage des résultats
Dans cette zone apparaissent les données et options des menus sélectionnés dans la barre
horizontale. Le détail de ces écrans est traité dans les sections correspondantes.
Barre d'état
Cette barre est constituée de 6 zones d'information :
► une zone de texte affichant l’utilisateur connecté sur quel firewall sous la forme :
<utilisateur_connecté>@<adresse_IP_firewall>,
► une zone affichant le nombre d’hôtes ayant établi une connexion avec le firewall,
► une zone affichant le nombre d’utilisateurs authentifiés,
► une zone affichant le nombre de tunnels VPN,
► une zone affichant le nombre d’alarmes remontées par le firewall,
► une zone affichant l'état de l'application (un traitement est en cours ou non,
respectivement bleu ou vert).
© Copyright NETASQ 2006
413
Global
Information Système
Système
Partition active et
partition
sauvegarde
Version des différentes partitions du firewall
En fonction depuis
Jours, heures, minutes et secondes depuis le dernier démarrage
du firewall
Mémoire
C'est le pourcentage d'utilisation d'une mémoire (buffer) réservée au stockage d'informations. Ce
stockage d'informations est lié au stateful et correspond à l'enregistrement du contexte.
Hôtes
Pile des hôtes
Fragmenté
Paquets découpés
ICMP
Requêtes ICMP (ping, traceroute...)
Connexions
L'ensemble des connexions TCP/IP
Les dimensions des buffers varient en fonction des types de produits (F50, F10, F100, F500,
F100C, ...) et des versions de produit (3.36, 3.41, 3.5, 4.0...).
Des algorithmes de nettoyage optimisent le fonctionnement des buffers des "Hôtes", "Fragmenté",
"ICMP" et "Connexions". Les entrées dans les buffers "Fragmenté" et "ICMP" sont initialisées à
intervalles fixes (chaque entrée a une durée de vie limitée : TTL).
Cela illustre une partie de la charge du boîtier firewall. Un pourcentage trop élevé correspond à une
surcharge du firewall ou à une attaque.
© Copyright NETASQ 2006
414
Si la haute disponibilité est activée, une section supplémentaire vous donne les informations
relatives à la haute disponibilité (Etat des firewalls, des licences, synchronisation).
Utilisateurs connectés
La section « Utilisateurs connectés » permet la visualisation des différents utilisateurs actuellement
connectés sur l’IPS-Firewall, dans le cadre d’une session d’administration. La grille présente quatre
informations : le login de l’utilisateur, ses droits (RO pour « Read Only » droits de lecture
uniquement, W pour « Write » privilèges de modification, M pour « Mon_Write » droits de
modification sur le Monteur uniquement), l’adresse IP depuis laquelle l’utilisateur est connecté et
enfin un identifiant de connexion.
Traces
Un graphique représente en temps réel la taille actuelle du fichier de logs (filter, server, alarm,
WEB, SMTP, VPN, connection, auth, system, plugin, xvpn, pop3) par rapport à la taille allouée sur
le firewall pour chaque type de traces.
© Copyright NETASQ 2006
415
Services actifs
Cette fenêtre énumère les services (actifs et non actifs) présents sur le firewall et depuis combien
de temps ils ont été activés/désactivés.
Cette fenêtre contient aussi des informations concernant l’antivirus (activité, version, dernière mise
à jour, l’expiration de la licence).
Active Update
Enfin la dernière section de la fenêtre affiche l’état de l’Active Update sur l’IPS-Firewall pour chaque
type de mise à jour disponible (Antispam, Antivirus, Signatures Contextuelles, URL dynamiques)
L’écran du moniteur précise le résultat de la dernière mise à jour effectuée (échouée ou réussie) et
la date de la dernière mise à jour.
© Copyright NETASQ 2006
416
Statistiques
Présentation
Les statistiques sont affichées sous forme de graphiques. Ceux-ci sont présentés en 3 dimensions.
Les deux axes verticaux et horizontaux sont gradués.
La graduation horizontale est horaire. La graduation verticale est soit :
► un pourcentage de bande passante,
► un débit en octet, kilo octet ou mega octet,
► un nombre de connexions.
Le troisième axe transversal est illustré par des bandes de couleurs différentes. Une légende à
droite du graphique donne la correspondance entre la couleur et le type, le fait qu'elle soit active ou
non et le nom de l'interface.
En cliquant sur une interface dans la légende, vous pouvez masquer ou afficher le graphique
correspondant à cette interface (le graphique est masqué lorsque le nom de l'interface est grisé
dans la légende). La couleur attribuée à l'interface est celle définie dans le Firewall Manager.
Le type des interfaces
►
Interface réseau classique active,
►
Interface de type VLAN active,
►
Interface de type Dialup active,
►
Interface de type PPTP active,
►
Interface classique désactivée.
Les trois autres types d'interface (VLAN, PPTP ou DIALUP) lorsqu'elles sont désactivées
apparaissent en gris ou n'apparaissent pas.
Bande passante
© Copyright NETASQ 2006
417
Le diagramme Bande passante affiche en temps réel le pourcentage d'utilisation de la bande
passante disponible sur chaque interface.
Chaque interface est représentée par une couleur différente dont la légende figure à droite du
diagramme.
Le maximum de bande passante représente le débit théorique maximum supporté par l'interface.
Par exemple, pour une ligne à 100 Mbit/s utilisée en full duplex, ce maximum sera de 200 Mbit/s
alors que pour une ligne à 10 Mbit/s en half duplex, ce maximum sera de 10 Mbit/s.
Un double clic sur le diagramme vous permet de diviser cette période de visualisation en deux et
ceci deux fois avant de revenir à l'échelle d'origine.
Cliquez sur une interface dans la légende en haut à droite du graphique désactive la visualisation
de cette interface dans le graphique.
Débit
Le diagramme de débit représente le débit réel sur chaque interface du Firewall au cours de la
période définie. Cette période est paramétrable dans les options de la fenêtre. L'échelle des débits
s'adapte automatiquement au débit maximal enregistré au cours de la période.
Un double clic sur le diagramme vous permet de diviser cette période de visualisation en deux et
ceci deux fois avant de revenir à l'échelle d'origine.
Pour chaque interface le graphique de débit indique le débit sortant et le débit entrant. Il est aussi
possible de visualiser dans cette section les différents débits (sens de la définition de la règle et
sens inverse) des files d’attente de la QoS. Par défaut, lorsqu’il n’y a pas de règle de QoS
configurée, c’est la règle de QoS « Default » qui est affichée.
Pour modifier l’interface sur laquelle sont visualisées les débits, cliquez sur cette interface dans la
légende en haut à droite du graphique. L’interface en cours de visualisation est indiquée en gras.
© Copyright NETASQ 2006
418
Connexion
Le diagramme de connexion affiche en temps réel le nombre de connexions sur chaque interface
du Firewall au cours de la période définie.
Chaque interface est représentée par une couleur différente dont la légende figure à droite du
diagramme.
La période est paramétrable dans les options
.
Un double clic sur le diagramme vous permet de diviser cette période de visualisation en deux et
ceci deux fois avant de revenir à l'échelle d'origine.
Cliquez sur une interface dans la légende en haut à droite du graphique désactive la visualisation
de cette interface dans le graphique.
Détails
© Copyright NETASQ 2006
419
Chaque tableau synthétise des informations statistiques de débit pour chacune des interfaces :
► le nom, l'adresse IP, le masque de sous réseau en formulation américaine (voir
explications en annexe) , le type de connexion (10 ou 100Mbit, half duplex ou full duplex),
► le débit instantané (à gauche) et maximum (à droite),
► le nombre de paquets et le volume en octets pour les protocoles TCP, UDP, ICMP,
► le nombre de connexions TCP,
► le nombre total de paquets acceptés, bloqués et fragmentés par le firewall.
Les interfaces déconnectées apparaissent grisées.
D'autre part, il est possible, par un clic de souris sur le nom de l'interface ou la flèche colorée, de
déployer ou limiter les informations visibles au :
► nom seul,
► au nom et débit total,
► au nom, débit total et détaillé.
Les trois boutons suivants
vous permettent respectivement :
► d'afficher toutes les informations pour toutes les interfaces,
► d'afficher uniquement la barre de débits pour toutes les interfaces,
► de n'afficher aucune information.
Vous remarquerez aussi les couleurs des interfaces visibles sur la droite de la fenêtre. Il s'agit de la
couleur définie dans les paramètres réseau du Firewall Manager pour chacune des interfaces
(reportez vous au chapitre II « définition des interfaces »).
© Copyright NETASQ 2006
420
ASQ
Le menu ASQ présente les informations remontées par l’ASQ et capturée par le moniteur. Affichées
sous forme de tableaux, ces informations concernent :
► Les machines,
► Les uitlisateurs,
► Les alarmes,
► La quarantaine.
Machines
En cliquant sur l'onglet Machines, vous affichez les données suivantes :
Nom
Nom de la machine émettrice (si déclarée dans les objets) ou
adresse IP de la machine (dans le cas contraire).
IP
Adresse IP de la machine émettrice.
Interface
Interface à laquelle est connecté l'hôte.
Données sortantes
Nombre d'octets ayant transités par le Firewall à destination de la
machine émettrice depuis le démarrage du Firewall.
Données entrantes
Nombre d'octets ayant transités par le Firewall à partir de la
machine émettrice depuis le démarrage du Firewall.
Débit sortant
Débit réel des flux à destination de la machine et transitant par
l’IPS-Firewall.
Débit entrant
Débit réel des flux provenant de la machine et transitant par lIPSFirewall.
Remarque
Vous pouvez trier la grille en cliquant sur la colonne que vous désirez classer.
© Copyright NETASQ 2006
421
Menu contextuel
En cliquant sur le bouton droit de la souris, vous avez accès à un menu contextuel qui vous donne
les possibilités suivantes :
► Grouper par interface : vous pouvez grouper les hôtes connectés par interface pour une
meilleure visibilité de la topologie réseau,
► Connexions pour cet hôte : cet écran vous permet de visualiser les différentes
connexions en cours pour l’hôte concerné,
► Réinitialiser l’hôte : remise à zéro instantanée des statistiques de l’hôte en question.
► Mise en quarantaine : blocage dynamique de la machine mise en quarantaine pour une
durée à spécifier.
► Envoyer cette ligne par mail : ouverture du client de messagerie avec la ligne
sélectionnée, indiquée dans le corps du message.
Connexions pour l’hôte sélectionné
En cliquant sur l’option « Connexions pour cet hôte », vous affichez les données suivantes :
Sens
Sens du trafic :
(
) : représente une connexion sortante par rapport au
firewall,
(
) : représente une connexion entrant par rapport au firewall.
Correspondant
Interface à laquelle est connecté l'hôte.
Port
numéro de port.
Protocole
protocole de la connexion.
Données envoyées
quantité de données envoyées.
Données reçues
quantité de données reçues.
© Copyright NETASQ 2006
422
Durée
temps de la connexion.
Opération
commande identifiée du protocole.
Argument
paramètre de l’opération.
En décochant l’option « Désactiver l’actualisation automatique des connexions » vous désactivez le
rafraîchissement automatique des informations de connexions de la fenêtre. Ce rafraîchissement
est effectué selon le temps indiqué par le paramètre « Actualiser les connexions toutes les ».
Vous avez toujours la possibilité de rafraîchir manuellement les informations de connexions
visualisées en cliquant sur le bouton « Actualiser vue ».
Utilisateurs
En cliquant sur l'onglet Utilisateurs, vous affichez les données suivantes :
Nom
Nom de l'utilisateur authentifié.
Adresse
Adresse IP de l'utilisateur.
Nom d'hôte
Nom de l'hôte s'il a été renseigné dans les objets.
Temps restant
Temps restant pour l'authentification.
authentifié pour une certaine durée).
(Un
utilisateur
est
Remarque
Vous pouvez trier la grille en cliquant sur la colonne que vous désirez classer. L'icône apparaîtra en
rouge si l'utilisateur s'est authentifié depuis l'extérieur.
Menu contextuel
© Copyright NETASQ 2006
423
En cliquant sur le bouton droit de la souris, vous avez accès à un menu contextuel qui vous donne
les possibilités suivantes :
► Purger cet utilisateur : déconnexion instantanée de l’utilisateur authentifié en question.
Alarmes
Les alarmes déclenchées par le Firewall apparaîtront dans cette fenêtre.
En cliquant sur l'onglet alarmes, vous affichez les données suivantes :
Règle
Criticité de l’alarme.
Date
Date et heure de déclenchement de l'alarme.
Interface
Nom de l'interface du Firewall sur laquelle s'est déclenchée
l'alarme.
Protocole
Protocole du paquet qui a déclenché l'alarme.
Source
Adresse IP de la machine source du paquet qui a déclenché
l'alarme.
Destination
Adresse IP de la machine destinataire du paquet qui a déclenché
l'alarme.
Port dst
Port demandé pour cette connexion.
Dump
Cette colonne indique par un petit icône que le paquet qui a
provoqué la remontée de l’alarme a été sauvegardé. Cliquez sur
ce bouton pour afficher le paquet (nécessite qu’un analyseur de
paquet soit configuré). Voir « Préférences ».
Message
Informations complémentaires sur l'alarme.
Aide
Accès à une aide complémentaire sur l’alarme.
On distingue les alarmes majeures et mineures par le petit drapeau en début de ligne, rouge pour
les premières et jaune pour les autres.
© Copyright NETASQ 2006
424
Remarque
Vous pouvez trier la grille en cliquant sur la colonne que vous désirez classer.
Menu contextuel
En cliquant sur le bouton droit de la souris, vous avez accès à un menu contextuel qui vous donne
les possibilités suivantes :
► Mise en quarantaine : blocage dynamique de la machine mise en quarantaine pou une
durée à spécifier.
► Envoyer cette ligne par mail : ouverture du client de messagerie avec la ligne
sélectionnée, indiquée dans le corps du message.
► Voir le paquet : permet d’afficher le paquet (nécessite qu’un analyseur de paquet soit
configuré) Voir « Préférences ».
Quarantaine
Cette fenêtre présente les machines qui ont été placées en quarantaine dynamique. Les machines
en quarantaine statique (Voir « Configuration de la quarantaine statique ») ne sont pas
représentées dans cette liste. En cliquant sur l'onglet « Quarantaine », vous affichez les données
suivantes :
Hôte
Indique l’hôte actuellement en quarantaine.
Expiration
Heure d’expiration de la quarantaine.
© Copyright NETASQ 2006
425
Menu contextuel
En cliquant sur le bouton droit de la souris, vous avez accès à un menu contextuel qui vous donne
les possibilités suivantes :
► Retirer : pour retirer l’hôte sélectionné de la liste de quarantaine,
► Vider la quarantaine : retire toutes les machines de la quarantaine.
© Copyright NETASQ 2006
426
Tunnels IPSEC
Tunnels IPSEC
En cliquant sur l'onglet VPN, vous affichez les données suivantes.
On trouve, dans une première partie, des informations statistiques sur le fonctionnement du tunnel :
► l'IP de l'initiateur du tunnel,
► les débits,
► l'IP de destination,
► la durée de vie de la SA (Security Association) par une représentation graphique de la
position dans cette durée de vie ainsi que la valeur chiffrée (heures, minutes, secondes),
► le nom de l'algorithme d'authentification,
► le nom de l'algorithme de chiffrement.
► Des messages d’erreurs dans l’établissement du tunnel.
Le tunnel se décompose en deux sous-tunnels, un dans un sens, un dans l'autre sens de circulation
des datagrammes.
On trouve, dans une deuxième partie (accessible en cliquant sur l’intitulé du tunnel situé en bas de
page), des informations de type SAD (Security Association Database) :
► les adresses IP source et destination,
► le mode tunnel ou transport,
► le numéro de "SPI" (Security Parameter Index) entrant et le numéro de SPI sortant qui
sont les identifiants de la SA (Security Association),
► le "Reqid" : numéro de séquence, indicateur utilisé pour le service d’anti-rejeu,
► l'algorithme d'authentification,
► l'algorithme de chiffrage,
► l'état de la SA.
Cet état est représenté par un code couleur. La ligne contenant les informations du VPN
prendra une des couleurs suivantes en fonction de l'état du tunnel.
état non déterminé.
© Copyright NETASQ 2006
427
Larval : la SA est en cours de négociation ou n'a pas été
complètement négociée.
Mature : la SA est établie et disponible, le tunnel VPN est
correctement monté.
Dying : la SA va bientôt expirer, une nouvelle SA est en cours de
négociation.
Dead : la SA est expirée et inutilisable, le tunnel n'a pas été
remonté et n'est donc plus actif.
Orphan : un problème a été rencontré, généralement cet état
signifie que le tunnel n'est monté que dans un seul sens.
► le protocole de sécurité : ESP ou AH,
► le nombre d'octets et la limitation maximum en octets (0 signifie : pas de limite
maximum),
► le temps de vie de la SA et la durée de vie maximum en secondes (0 signifie : pas de
limite maximum) (ici le chiffre est de 600, ce qui correspond à 10 min).
Les algorithmes et les limites maximum ont été configurés dans le Firewall Manager (référez-vous à
l'aide de Firewall Manager pour plus de détail).
Vous trouverez d'autres informations sur les paramètres visibles dans cette fenêtre en vous référant
à la RFC.
Des informations complémentaires peuvent être trouvées dans la RFC 2401 IPSEC :
http://www.ietf.org/rfc/rfc2401.txt
ou sur d’autres sites tel que : http://www.guill.net/reseaux/Ipsec.html
Deux options sont disponibles dans ce menu :
Cacher les SA
mourantes
renouvelées.
Permet de cacher les SA expirées qui ont été renouvelées.
Montre les tunnels
orphelins
Permet d’afficher les tunnels qui sont actuellement dans l’état
« Orphelin » ou « Orphan ». Les différents états sont indiqués cidessus.
Menu contextuel
En cliquant sur le bouton droit de la souris, vous avez accès à un menu contextuel qui vous donne
les possibilités suivantes :
► Fermer le tunnel : le tunnel sélectionné est supprimé, la configuration sur les IPSFirewalls est toujours active,
► Tout réinitialiser : tous les tunnels sont supprimés.
© Copyright NETASQ 2006
428
Logs
Le Firewall monitor de la suite d’administration de NETASQ est un outil de monitoring temps réel
des firewalls NETASQ. Il ne permet donc pas de faire un suivi (au long terme) de l’activité tracée
(logs). Toutefois vous avez la possibilité de visualiser un certain nombre des logs les plus récents.
Vous pouvez configurer le nombre de lignes de logs que vous voulez visualiser dans les options du
monitor (Chapitre XII –Section C « Options »).
Trafic
En cliquant sur l'onglet Trafic, vous affichez les données suivantes :
Règle
Identifiant de la règle.
Date Heure
Date et heure de génération de la ligne de logs.
Source
Adresse IP ou nom résolu de la source.
Port src
Numéro de port de la source.
Destination
Adresse IP ou nom résolu de la destination.
Port dst
Numéro de port de la destination.
Données envoyées
Quantité de données envoyées.
Données reçues
Quantité de données reçues.
Durée
Temps de la connexion.
Protocole
Protocole de la connexion.
Opération
Commande identifiée du protocole.
Argument
Paramètre de l’opération.
© Copyright NETASQ 2006
429
Filtrage
En cliquant sur l'onglet Filtrage, vous affichez les données suivantes :
Règle
Identifiant de la règle.
Date Heure
Date et heure de génération de la ligne de logs.
Niveau
Pour les alarmes, niveau de l’alarme (majeur ou mineur).
Action
Action de la règle de filtrage : « none », « pass », « block », «
reset » respectivement aucune (règle qui n’a pas d’effet), passer,
bloquer.
Source
Adresse IP de la source.
Destination
Adresse IP de la destination.
Message
Alarme.
VPN
© Copyright NETASQ 2006
430
En cliquant sur l'onglet VPN, vous affichez les données suivantes :
Date Heure
Date et heure de génération de la ligne de logs.
Niveau d’erreur
message d’erreur.
Phase
phase de négociation de la SA.
Source
Adresse source de la connexion.
Destination
Adresse destination de la connexion.
Identité du
correspondant
Identité du correspondant indiquée dans la configuration des clés
pré-partagées dans le cas où le type d’identité spécifié n’est pas
« Adresse IP ».
Message
Message concernant la tentative de mise en place d’un tunnel.
© Copyright NETASQ 2006
431
Politique
Le menu « Politique » est relatif à la politique de filtrage actuellement en place sur l’IPS-Firewall. Ce
menu est divisé en deux sections.
Slots
Cette section affiche tous les slots de filtrage actuellement actifs parmi le slot de filtrage global, le
slot de filtrage local, la translation d’adresse, la politique VPN et le filtrage d’URL.
Filtrage
© Copyright NETASQ 2006
432
La section « filtrage » du moniteur récapitule la politique de filtrage active en regroupant les règles
implicites, les règles de filtrage global et les règles de filtrage local.
Chaque ligne présentée se présente de la façon suivante :
<Identifiant du type de règle> : <Identifiant de la règle dans le slot> : <règle de filtrage>
où :
► <identifiant du type de règle> peut être « 0 » s’il agit de règles implicites, « 1 » s’il s’agit
du filtrage global et 2 s’il s’agit du filtrage local.
► <identifiant de la règle dans le slot> : dans le cas des règles implicites, cet identifiant est
toujours « 0 ».
► <règle de filtrage> : règle de filtrage selon la grammaire NETASQ.
IPSEC
La section IPSec du menu « Politique » permet la visualisation de la configuration des différentes
politiques de tunnels VPN IPSec définies dans le slot VPN actif. Il n’est pas nécessaire que ces
politiques VPN soient réellement utilisées pour qu’elles soient affichées. Il est juste nécessaire que
le slot VPN soit activé.
La grille de la section IPSec indique à chaque politique VPN configurée, les extrémités de trafic (les
réseaux qui correspondent au travers du tunnel VPN IPSec), les extrémités de tunnels (les
passerelles qui forment le tunnel VPN IPSec), le ou les protocoles autorisés à traverser le tunnel, le
niveau de sécurité associé à ce tunnel (défini lors de la création du tunnel VPN IPSec en fonction
des algorithmes de chiffrement et d’authentification) ainsi que la durée de vie maximale de la
politique VPN configurée.
© Copyright NETASQ 2006
433
Section C
Options
© Copyright NETASQ 2006
434
Actualisation des données
Vous accédez à cette fenêtre avec l'icône
de la fenêtre du moniteur.
Vous pouvez configurer ici les temps de rafraîchissement de l’ensemble des informations
contenues dans le monitor.
Vous pouvez configurer la période d'affichage des différents logs (en nombre de lignes) et aussi des
différents diagrammes (en minutes).
Le bouton « Réinitialiser » permet de redéfinir la configuration des paramètres dans leurs valeurs
par défaut.
© Copyright NETASQ 2006
435
Comportement
Vous accédez à cette fenêtre avec l'icône
de la fenêtre du moniteur.
Clignotement du titre de la fenêtre lors de l'actualisation des données
L'option fait clignoter le titre de la fenêtre lorsqu'un rafraîchissement de données à lieu.
Toujours minimiser les interfaces désactivées
L'option réduit automatiquement la fiche d'informations des interfaces désactivées (dans l'onglet
Détails).
Tri automatique des données de la grille après une actualisation
L’option, désactivée par défaut, re-trie automatiquement l’ensemble de la grille (en fonction de la
configuration de vos tris) lorsque vous rafraichissez les données affichées. Nous vous conseillons
d’éviter de sélectionner cette option si la taille de la grille est conséquente sous peine de
ralentissement important du Firewall Monitor.
Reconnexion auto. Après une déconnexion
L’option permet une reconnexion automatique du firewall Monitor sur le firewall après une
déconnexion (reboot du firewall, …). Définissez un intervalle de temps entre chaque tentative de
reconnexion.
Afficher les bulles d’aide pour les tableaux
Lorsque cette option est décochée, les infobulles affichées par le moniteur lors du parcours des
grilles de traces n’apparaîssent plus.
© Copyright NETASQ 2006
436
Afficher le nom dans la grille
Lorsque le nom de l’objet est indiqué dans les traces, ce nom est affiché dans la grille. En
décochant cette option, le nom n’est plus affiché et est remplacé par l’adresse IP associée à l’objet.
Evénements
Dans cette fenêtre vous choisissez aussi les actions à mener lorsqu'une alarme majeure ou
mineure se déclenche ou lorsqu'une interface est inactive. Vous pouvez distinguer des actions
différentes en fonction du type d'événement.
Les deux actions possibles à la réception d'événements en provenance du Firewall sont :
► Affichage de l'application : à la réception d'une alarme la fenêtre iconisée du moniteur
s'ouvre et vient se placer devant les autres fenêtres ouvertes,
► Jouer un son : il faut alors préciser le fichier .WAV qui sera joué. L'icône permet
d'écouter le son choisi.
Le bouton « Réinitialiser » permet de redéfinir la configuration des paramètres dans leurs valeurs
par défaut.
© Copyright NETASQ 2006
437
Chapitre XIII
NETASQ Reporter et Reporter PRO
© Copyright NETASQ 2006
438
Présentation
Le NETASQ REPORTER (dans sa version STANDARD et dans sa version PRO) est un autre
module de la suite d'administration des firewalls NETASQ. Cet applicatif permet la visualisation des
informations de logs, générées par les firewalls NETASQ.
Ces informations peuvent être utilisées pour analyser l'activité de votre réseau, l'accès à vos
ressources informatiques, l'utilisation de l'Internet réalisée par les employés (sites WEB visités,
utilisation de la messagerie...), afin de diagnostiquer les attaques informatiques repérées et
bloquées par le firewall.
Les informations sont présentées sous forme de tableaux, permettant une analyse fine et détaillée,
ou sous forme de graphiques, apportant une vision consolidée et globale des données.
Les fonctions d’audit du Firewall Reporter permettent à l’auditeur d’afficher les événements stockés
dans chacun des fichiers de trace en effectuant :
► des sélections selon des périodes prédéfinies par rapport à la date courante
(« aujourd’hui », « cette semaine », etc.) ou définies manuellement,
► des tris (croissants/décroissants) sur la valeur de chacun des champs des événements
de sécurité enregistrés,
► des regroupements hiérarchiques en fonction de la valeur d’un ou plusieurs champs des
événements de sécurité enregistrés.
Les logs analysés par le NETASQ REPORTER sont récupérés soit directement, à chaque requête,
sur le firewall désiré, soit dans les fichiers SYSLOG alimentés par le service NETASQ (NETASQ
SYSLOG). Dans ce dernier cas, les fichiers de traces sont stockés en local sur la machine
d'administration, le NETASQ SYSLOG et le NETASQ REPORTER doivent être installés sur la
même machine.
Le NETASQ REPORTER est disponible en deux versions : une version standard et la version
professionnelle.
La version standard récupère les données désirées, à chaque requête, sur le firewall ou depuis des
fichiers alimentés par le service NETASQ. La version professionnelle (présente dans
l’Administration Suite PRO) utilise une base de données de type MySQL ou INTERBASE, en plus
des fonctionnalités de la version standard.
© Copyright NETASQ 2006
439
Section A
L’interface
© Copyright NETASQ 2006
440
Connexion
Pour utiliser le NETASQ REPORTER, lancez l'application à partir du menu « Démarrer » de
Windows, par le chemin suivant : « Démarrer > Programmes > NETASQ > Administration Suite x.x
> FIREWALL REPORTER » ou depuis votre Firewall Manager : « application > Lancer le
Reporter ».
Au lancement de l’application Reporter par le menu « Windows », celui-ci vérifie l’existence d’un
carnet d’adresses. Ce carnet d’adresses commun à toutes les applications NETASQ peut être
chiffré ou pas. Si ce carnet d’adresses est chiffré ou si le carnet d’adresses n’existe pas encore, il y
a une étape préalable à la connexion du reporter aux IPS-Firewalls.
Enregistrement préalable du mot de passe du carnet d’adresses
Si le carnet d’adresses n’existe pas encore, le Reporter demande l’entrée d’un mot de passe pour
ce carnet d’adresses car par défaut celui-ci est chiffré (voir la section « Carnet d’adresses » pour
comprendre les options du carnet d’adresses). Comme indiqué ce mot de passe sera le seul à
retenir parmi tous les mots de passe de connexion nécessaires à la connexion sur le collector, la
base de données et les futurs IPS-Firewalls qui seront enregistrés.
Si un mauvais mot de passe est enregistré ou si le bouton « Annuler » est cliqué, le carnet
d’adresses sera tout de même créé mais le chiffrement de celui-ci ne sera pas activé.
Connexion directe à un IPS-Firewall
Si le carnet d’adresses existe et qu’il est chiffré (voir la section « Carnet d’adresses » pour
comprendre les options du carnet d’adresses), le mot de passe de ce carnet d’adresses est
demandé avant toute connexion du reporter sur les différents IPS-Firewalls enregistrés.
Ensuite, le reporter affiche une grille d’affichage des traces et un popup de connexion permettant
l’entrée des informations de connexion à un IPS-Firewall donné. Si le reporter est lancé depuis le
Firewall Manager ou le Firewall Monitor, le reporter se connecte automatiquement à l’IPS-Firewall
connecté au Firewall Manager ou Firewall Monitor.
© Copyright NETASQ 2006
441
Adresse
Adresse IP ou nom de machine du Firewall NETASQ sur le
réseau interne.
Utilisateur
Nom d'utilisateur pour la configuration.
Mot de passe
Mot de passe pour l'utilisateur.
Lecture Seule
Connexion au firewall en mode lecture uniquement.
Si vous indiquez un nom de machine dans le champ « Adresse », ce nom doit être ajouté dans vos
tables DNS ou dans le fichier hosts de la machine d'administration.
Attention, le Firewall NETASQ fait la différence entre les majuscules et les
minuscules, aussi bien pour le nom d'utilisateur que pour le mot de passe.
Read Only permet une connexion en mode « lecture ». Ainsi vous pouvez vous connecter au
firewall sans droits de modifications au moyen d’un compte possédant habituellement ces droits.
Ceci permet de ne pas utiliser les droits de modifications si cela n’est pas nécessaire.
Cliquez sur « Se connecter » une fois ces champs renseignés. Vous pouvez vous connecter à
plusieurs firewalls simultanément.
Carnet d’adresses
Le carnet d’adresses du reporter centralise tous les mots de passe pour l’accès aux différents
modules (Firewall, Collector, Base de données, Autoreport).
Vous avez la possibilité de mémoriser les informations de connexion sur vos différents firewalls en
cliquant sur l’icône
située à côté du champ adresse du popup de connexion. Ces informations
sont stockées sur le poste client où est installée l'interface. Elles peuvent être chiffrées si vous
cochez l'option dans le menu « Logs > Options ». Dans ce cas, une clé de chiffrement vous est
demandée. Indiquez pour chaque IPS-Firewall, un nom (ce champ est arbitraire et peut ne pas
correspondre au nom de l’IPS-Firewall), une adresse IP, un mot de passe et un numéro de série.
Lorsque vous définissez un numéro de série pour un IPS-Firewall, ce numéro de
série est ajouté à la liste des numéros de série connus la première fois que vous vous
connectez à cet IPS-Firewall en utilisant le carnet d’adresses et cela sans qu’aucun message
de confirmation n’apparaisse (voir « numéro de série inconnus »).
© Copyright NETASQ 2006
442
Il est fortement recommandé d’activer le chiffrement du carnet d’adresses pour des
raisons de sécurité évidentes.
Une fois les informations entrées, vous pouvez les sauvegarder avec le bouton "Enregistrer". Pour
ouvrir une session sur un des firewalls du carnet d'adresses, cliquez sur le nom de ce dernier puis
sur le bouton "sélectionner" ou double cliquez sur ce même nom.
Attention, si vous modifiez l'option "chiffrer le carnet d'adresses" située dans les
options générales, il faut enregistrer à nouveau le carnet pour prendre en compte les
modifications.
© Copyright NETASQ 2006
443
Fenêtre principale
Une fois que vous êtes connecté au firewall, la fenêtre principale du reporter s'affiche.
Elle est décomposée en quatre parties :
► une barre contenant une arborescence de menus ,
► une barre de sélection de date (permettant d'analyser uniquement les données de la
période choisie),
► une zone d'affichage des résultats,
► une barre d'état.
Arborescence des menus
Cette arborescence est divisée en deux onglets :
► Logs : concentre toutes les opérations pour analyser les données,
► Source : permet de spécifier la source des logs visualisés (firewall, Syslog, Log
Collector).
Onglet Logs
La section Logs contient cinq entrées :
► Graphiques : Permet de visualiser, sous forme de graphiques en ligne différents types
d'information de l’IPS-Firewall (Indicateurs sécurité et système, utilisation du processeur,
débit sur les différentes interfaces).
► Réseau : Cette section du reporter regroupe, sous forme de tableaux, toutes les traces
générées par l’IPS-Firewall. Ces traces sont divisées en 8 tableaux : Filtrage, Alarmes,
Connexion, WEB, SMTP, POP3, Plugin, Fichiers WELF.
► Services : Permet de visualiser, sous forme de tableaux, différents types de
d’informations et de messages (actions réalisées sur le firewall manager, informations et
erreurs d’authentification, informations et erreurs système ou informations et erreurs VPN)
© Copyright NETASQ 2006
444
► Statistiques : Permet de visualiser, sous forme de tableaux, différents types de
statistiques (sur les règles de filtrage créées, les translations d'adresse, l'authentification ...).
► Divers : Permet de récupérer diverses informations sur les traces (quantité de traces sur
le firewall et sur la base de données). A partir de cet écran, il est également possible de
remettre à zéro les traces du firewall; on y trouve aussi la possibilité de générer un fichier
contenant les adresses de base de tous les sites Internet consultés.
Remarque : Sélectionner une entrée déjà affichée permet de rafraîchir les données.
Onglet Sources
L’onglet Source permet la connexion aux différentes sources de compilation des traces fournies par
NETASQ pour l’analyse des traces et des événements remontés par l’IPS-Firewall. Seul le Reporter
PRO permet l’accès à tous les outils d’analyse de traces de NETASQ :
► Firewall : Connecté directement sur l’IPS-Firewall, cette méthode de récupération des
traces permet de ne pas devoir utiliser d’outils de centralisation des traces. Mais il ne
permet pas de pouvoir centraliser les traces de plusieurs IPS-Firewalls, souvent
indispensable pour analyser un événement qui se propage sur plusieurs sites de
l’entreprise. De plus cette méthode n’est disponible que pour les appliances disposant d’un
disque dur. En effet sans ce disque dur, il ne peut y avoir d’enregistrement des traces
directement sur l’IPS-Firewall.
► Syslog : Outil de récupération des logs, ce logiciel est disponible pour tous les produits.
Il est indispensable aux appliances sans disque dur pour l’enregistrement de leurs traces.
Par défaut il est configuré pour écouter sur le port UDP 514.
► Collector : Associé à une base de données capable d’agréger et de consolider les
traces provenant de plusieurs IPS-Firewalls, le collector peut être associé à un syslog ou
aller directement chercher les traces sur l’IPS-Firewall. L’administration de ce collector est
réalisée dans le menu « outils », ce menu permet la connexion à la base de données.
► Archives : Permet l’accès à une archive préalablement réalisée. Le chemin d’accès à
cette archive est configuré dans les écrans d’administration du collector à partir du menu
« Outils ».
Connexion directe à l’IPS-Firewall
Le choix de connexion « Firewall » de l’onglet « Source » permet trois actions de connexion :
► Nouveau : En cliquant sur cette option, le carnet d’adresses s’ouvre automatiquement
sur la liste des IPS-Firewalls déjà enregistrés. Cela permet l’enregistrement dans ce carnet
d’adresses d’un nouvel IPS-Firewall.
► Se connecter à : En cliquant sur cette option, le popup de connexion apparaît et permet
une connexion à un IPS-Firewall sans nécessiter son enregistrement.
► Firewall_xx : Enfin en plus des deux premiers choix, situés respectivement au début et à
la fin de la liste des choix possibles, la listes des IPS-Firewalls déjà enregistrés est
directement disponible. Elle permet ainsi l’ouverture rapide d’une connexion vers l’IPSFirewall sélectionné.
© Copyright NETASQ 2006
445
Barre de sélection de date
Cette barre vous permet de définir la période sur laquelle vous désirez récupérer les données. Il
existe des périodes prédéfinies :
► dernière heure,
► aujourd’hui,
► hier,
► cette semaine,
► ce mois,
► cette année,
► semaine dernière,
► mois dernier,
► l’année dernière,
► toutes les traces,
► sélection manuelle (vous pouvez définir une plage quelconque). Cette sélection permet
de faire une extraction de données personnalisée.
Filtres (uniquement accessible avec la version pro)
Vous pouvez sélectionner des filtres à appliquer sur des colonnes et effectuer des recherches
multicritères à partir du bouton de sélection (voir section Constructeur de Filtres).
Zone d'affichage des résultats
Dans cette zone apparaissent les données sous la forme sélectionnée (tableau, graphique...).
Le détail des tableaux et des graphiques est traité dans les chapitres suivants.
Barre d'état
Cette barre est constituée de 5 zones d'information :
► une zone de texte affichant en temps réel l'activité du Reporter,
► une barre de progression permettant d'estimer la durée d'une opération,
► une zone affichant l'état de l'application (un traitement est en cours ou non,
réciproquement rouge ou vert),
© Copyright NETASQ 2006
446
► une icône indiquant l'état de la connexion avec le firewall,
► une icône indiquant l'état de la connexion avec la base de données.
© Copyright NETASQ 2006
447
Menus
La barre de menus de la fenêtre principale contient quatre entrées :
► Logs,
► Outils,
► Applications,
► Fenêtre,
► ?.
Menu Logs
Ouvrir
Permet de se connecter directement à un firewall via son
protocole natif.
Remarque dans le cas d'un firewall F50, les informations sont
récupérées depuis les fichiers générés par le SYSLOG (les traces
du firewall sont récupérées par le service SYSLOG et transférées
vers l'unité de stockage choisie).
Carnet d’adresses
Accès au carnet d’adresses du Firewall Reporter.
Options
Configuration générale de l'application, de la base de données et
des options de traces.
Quitter
Ferme toutes les connexions et quitte l'application.
Gestionnaire de
base de données
Permet d’accéder au gestionnaire de la base de données MySql,
ainsi qu’à l’assistant d’archivage des traces. Ce menu n’est
disponible que dans la version PRO du reporter.
Menu Outils
Manager le collector Permet d’obtenir des informations sur l’état du Log Collector et de
relancer celui-ci. De plus toute la configuration du NETASQ Log
Collector est réalisée dans ce menu du reporter PRO.
Cette option n’est pas disponible pour la version STANDARD du
Reporter. Toutefois s’il existe un Collector (Fonctionnalité
Reporter PRO uniquement) installé sur une machine
d’administration, le Reporter en version STANDARD est capable
de s’y connecter.
Syslog UNIX
Si vous possédez des traces provenant d’un Syslog UNIX autre
que le syslog NETASQ, l’assistant du menu « Syslog UNIX »
permet de transformer ces traces en fichiers exploitables par le
Reporter NETASQ.
© Copyright NETASQ 2006
448
Menu Applications
Le menu Applications permet une connexion aux autres applications de la suite d’administration
NETASQ. Utiliser les deux raccourcis procurent l’avantage de ne pas devoir se ré authentifier sur
ces deux applications.
Lancer le Manager
Permet l’ouverture du
d’administration NETASQ.
Firewall
Manager
de
la
suite
Lancer le Moniteur
Permet l’ouverture du
d’administration NETASQ.
Firewall
Moniteur
de
la
suite
Arranger les icônes
Permet d'organiser les icônes représentant les firewalls.
Cascade
Affiche en cascade les fenêtres connectées à des firewalls ou à
des bases de données (version pro).
Disposition
verticale
Permet d'organiser la disposition des fenêtres non réduites en
icônes avec une disposition verticale.
Disposition
horizontale
Permet d'organiser la disposition des fenêtres non réduites en
icônes avec une disposition horizontale.
Aide
Affiche l’aide en ligne
A propos
Affiche la boîte d'à propos, indiquant la version logicielle du
NETASQ REPORTER. Dans la version professionnelle, nous
retrouvons ici les informations sur la licence du REPORTER :
version de la licence, nom de l'organisation, nom d'un contact,
adresse email, identifiant unique pour le support.
Menu Fenêtre
Menu ?
© Copyright NETASQ 2006
449
Section B
Utilisation
© Copyright NETASQ 2006
450
Connexion
A partir de la fenêtre suivante, il est possible de choisir le type de consultation de données :
Dans la version Reporter Pro, vous pouvez soit vous connecter à un IPS-Firewall, soit utiliser les
fichiers de traces stockés dans la base de données, soit consulter directement les fichiers Syslog.
Connexion à un IPS-Firewall
Pour vous connecter à un IPS-Firewall, utilisez l’option « Firewall » de l’onglet « Source » dans la
barre de sélection de l’affichage. La fenêtre suivante s'affiche :
Adresse
Adresse IP ou nom de machine de l’IPS-Firewall NETASQ sur le
réseau interne.
Utilisateur
Nom d'utilisateur.
Mot de passe
Mot de passe pour l'utilisateur.
© Copyright NETASQ 2006
451
Lecture seule
Connexion à l’IPS-Firewall en lecture seule
Si vous indiquez un nom de machine dans le champ "Adresse", ce nom doit être ajouté dans vos
tables DNS ou dans le fichier hosts de la machine d'administration.
Attention, l’IPS-Firewall NETASQ fait la différence entre les majuscules et les minuscules, aussi
bien pour le nom d'utilisateur que pour le mot de passe.
”Lecture seule” permet de se connecter en mode "lecture". Ainsi, vous pourrez vous connecter à
l’IPS-Firewall sans droit de modification en utilisant un compte qui possède ces droits
habituellement.
Cliquez sur "Se connecter au Firewall" une fois ces champs renseignés.
Vous pouvez vous connecter sur plusieurs IPS-Firewalls simultanément en ouvrant plusieurs
fenêtres (avec le menu « Logs » > « Ouvrir »).
Connexion à la base de données Log Collector (Version PRO)
Pour vous connecter à la base de données, utilisez l’option « Collector » de l’onglet « Source » de
la barre de sélection d’affichage. Les fenêtres suivantes s'affichent :
Renseignez le mot de passe de la base de données et cliquez sur "OK" .
Le mot de passe par défaut est « reporter ». Il est très fortement conseillé de modifier ce mot de
passe dans le menu Options (voir dans la section Options).
Une fenêtre propose de sélectionner les IPS-Firewalls dans la base afin de visualiser les traces
d’un ou plusieurs IPS-Firewalls. Vous pouvez également sélectionner tous les IPS-Firewalls de la
liste en cochant l’option "Tous".
© Copyright NETASQ 2006
452
Lecture des traces du Syslog
Pour analyser les traces récupérées par le Syslog, sélectionnez l’option « Syslog » de l’onglet
« Source » de la barre de sélection d’affichage.
© Copyright NETASQ 2006
453
Fichiers et Contenu
Le NETASQ REPORTER vous permet de visualiser les fichiers de traces sous forme de tableaux,
ces fichiers sont divisés en deux sections « Fichiers » et « Contenu ». La section « Fichiers » fait
référence aux traces générées par les règles de filtrage, la remontée des alarmes et les
connexions. Tandis que la section « Contenu » fait référence aux traces générées par le filtrage de
contenu.
Types de traces
Section « Réseau »
► Filtre : traces générées par les règles de filtrage. Pour obtenir ces traces, il faut qu'au
moins une des règles de filtrage ait l'option "Tracer".
► Alarmes : alarmes remontées par le firewall.
► Connexions : informations sur toutes les connexions autorisées ayant transité au
travers du firewall.
► WEB : traces des sites WEB consultés (plugin HTTP et proxy HTTP).
► Mails (SMTP) : traces des emails gérées par le proxy SMTP. Le proxy SMTP doit être
activé pour que ces traces soient disponibles.
► Mails (POP3) : traces des emails gérées par le proxy POP3. Le proxy POP3 doit être
activé pour que ces traces soient disponibles.
► Plugin : informations concernant les plugins activés sur votre firewall (sauf plugin HTTP).
► Fichiers WELF importés (seulement sur la version PRO).
Tri des colonnes
Les logs sont affichés dans un tableau possédant certaines propriétés facilitant la lecture des
informations.
© Copyright NETASQ 2006
454
Tout d'abord, il est possible de trier les informations en fonction de leur type (alphabétique, date,
octets...) par ordre croissant ou décroissant. Pour se faire, cliquez sur l'en-tête de colonne choisie.
Une flèche pointant vers le haut ou le bas permet de constater l'effectivité du tri.
Un système de groupage, sous forme de nœuds, permet d'isoler les informations souhaitées. Une
zone de "drop" est placée au dessus du tableau, vous pouvez y lire "Drag a column header here to
group by that column". Pour regrouper les informations d'une colonne, sélectionnez le titre de la
colonne et déplacez-le dans cette zone. Le tableau change alors d'aspect. La colonne ainsi groupée
apparaît dans la zone de drop et le tableau affiche les valeurs résultant du groupage sous forme de
nœuds. Un signe + apparaît devant les valeurs des groupes permettant de déplier les nœuds. Il est
ainsi possible d'effectuer des regroupements à l'intérieur des groupes sans aucune limite.
Exemple : Lorsque vous sélectionnez l'affichage des logs d'URLs (Internet), il est possible de faire
un regroupement par utilisateur puis par destination afin de mettre en évidence les consultations
WEB réalisées par les utilisateurs internes.
Remarque : L'ordre des colonnes du tableau est personnalisable par le biais du mécanisme de
« drag and drop ».
Menu contextuel
Dans chaque grille de traces du reporter, il existe un menu contextuel (on accède à ce menu en
cliquant sur le bouton droit de la souris) qui permet le déclenchement rapide de certaines actions
spécifiques. Trois options maximum sont définies pour le menu contextuel (en fonction de
l’information sur laquelle on effectue un click droit) :
► Copier la ligne dans le presse papier et au format WELF : Comme son nom l’indique
cette option permet la réécriture au format WELF d’une ligne d’une grille de traces du
Reporter vers le presse papier en vue d’une utilisation extérieure au Reporter.
► Soumettre cette URL à une catégorie : lorsqu’on accède au menu contextuel après
avoir sélectionné une URL, cette option permet l’envoi de l’URL vers le formulaire de
soumission d’URL sur le site WEB NETASQ.
► Allez sur xxxxxx : lorsqu’on accède au menu contextuel après avoir sélectionné une
destination, cette option permet une tentative de connexion en HTTP à cette destination.
© Copyright NETASQ 2006
455
Gestionnaire de la base de données (Version PRO)
Ce menu n’est uniquement disponible avec la version PRO du Reporter.
Base de données de travail
Le gestionnaire de la base de données permet de supprimer des traces dans la base de données
de travail :
Pour ouvrir le gestionnaire de la base de données, sélectionnez le menu « Outils », puis l’option
« Gestionnaire de base des données » - « Base de données de travail ».
Pour supprimer des traces dans la base de données, sélectionnez une date pour marquer la fin de
la sélection des traces à supprimer puis sélectionnez l’option « Mettre à jour » puis cliquez sur
« Appliquer ». Une requête MySQL est envoyée à la base pour effacer les traces ainsi
sélectionnées.
Veillez à ne pas supprimer les traces à la date précise où vous les avez archivées. En
effet l’archivage de vos données est basé sur une date et une heure. Le système de
suppression des traces étant basé uniquement sur une date inclusive, vous risquez de
perdre certaines traces.
Compresser la base de données
Lorsque les traces sont supprimées dans la base de données, elles sont en réalité marquées
« Supprimées » dans la base mais l’enregistrement de cette trace existe toujours ainsi la taille de la
base de données ne diminue pas. Pour effectivement prendre en compte la suppression des lignes
de traces, cochez l’option « Compresser la base de données ».
© Copyright NETASQ 2006
456
Création d’une archive
L’analyse et la gestion des traces générées par le trafic de votre réseau fait partie intégrante de la
stratégie de sécurité de celui-ci. Suivant l’importance et le type de flux qui transitent sur ce réseau,
cette tâche indispensable devient souvent fastidieuse voire laborieuse. Et cela de part le simple fait
que les traces peuvent atteindre une taille très importante.
Une première étape vous permettant une meilleure gestion de ces traces est l’archivage. En effet
les traces trop vieilles peuvent se révéler autant d’informations parasites lors de votre recherche de
données particulières. Toutefois elles sont la mémoire de l’activité de votre réseau et vous ne devez
absolument pas vous en séparer. Pour cela NETASQ vous propose de les archiver.
L’assistant d’archivage vous guide au travers de six étapes permettant une création rapide et
simplifiée de vos archives de traces.
Principe de Fonctionnement
L’archivage des traces se présente de la façon suivante :
L’assistant vous demande de sélectionner une date de début d’archivage. Par défaut cette date se
positionne au niveau de la date atteinte lors du dernier archivage (ou 01/01/2001 s’il s’agit du
premier archivage).
© Copyright NETASQ 2006
457
La fenêtre suivante vous permet d’indiquer cette date :
Puis vous devez sélectionner la taille de l’archivage que vous voulez créer. Cette taille correspond
au type de média sur lequel les traces seront conservées. Deux formats par défaut ont été créés
(CDROM et DVDROM) toutefois vous pouvez utiliser une taille personnalisée.
La taille que vous indiquez détermine la date de fin d’archivage. Cette opération nécessite une
certaine durée; dépendant de la puissance de la machine sur laquelle est installé le Log Analyzer.
La fenêtre de l’étape 3 vous présente de manière succincte les actions qui seront effectuées lors
des prochaines étapes.
Comme vous l’indique l’écran de l’étape 3, lors de l’archivage, les traces ne sont ni
supprimées ni déplacées mais tout simplement copiées. La suppression des traces
archivées doit être effectuée manuellement (voir section « Gestionnaire de la base de
données »).
© Copyright NETASQ 2006
458
Le calcul commence à l’étape 4 :
Lorsque le calcul est terminé, le Collector vous indique les résultats qu’il a obtenus :
► La date de début d’archivage (rappel de la sélection à l’étape 1),
► La date et l’heure de fin d’archivage,
► La taille estimée de l’archive,
► La taille totale de la base.
Ces informations sont très importantes si vous voulez supprimer les traces
archivées. Toutefois plusieurs possibilités vous sont offertes pour retrouver ces
informations :
► Lors d’un prochain archivage,
► A l’étape 6 de l’archivage,
► D’après le nom de l’archive générée.
© Copyright NETASQ 2006
459
L’étape consiste à la création de l’archivage par le logiciel, si l’archive est réalisée correctement
l’étape 6 termine la création de l’archive.
Enfin, l’étape 6 vous rappelle les informations d’archivage (début, fin, taille, nom…). Vous pouvez
spécifier le nom de l’archive et le répertoire à graver.
On peut remarquer de quelle façon est défini le nom de l’archivage :
© Copyright NETASQ 2006
460
Colonnes et en-têtes
Les noms des colonnes suivantes correspondent aux informations qu'il est possible de consulter
dans les traces. Ces colonnes sont regroupées par type de données pour former des en-têtes.
Cette section décrit aussi la barre d’actions présente sous la grille de traces.
Les en-têtes
Ligne-date
Informations relatives à la ligne et à l’heure de la trace du paquet
de données.
Interface
Informations relatives aux interfaces par lesquelles le paquet de
données est passé.
Protocole
Informations relatives au protocole du paquet de données.
Source
Informations relatives à la source émettrice du paquet de
données.
Destination
Informations relatives au destinataire du paquet de données.
Volume
Informations relatives au volume de données du paquet.
Action
Informations relatives aux volumes de données du paquet de
données.
Opération
Informations relatives aux commandes effectuées dans
l’utilisation des protocoles gérés par les plugins et les proxies.
Les colonnes
© Copyright NETASQ 2006
461
Ligne-date
Ligne
Numéro de la ligne de logs.
Priorité
Pour les alarmes, niveau de l’alarme (majeur ou mineur).
Date
Date de génération de la ligne de logs.
Heure
Heure de génération de la ligne de logs.
Nom Firewall
Nom du firewall.
Firewall
Numéro de série du firewall.
Règle Id
Identifiant de la règle.
Fuseau
Fuseau horaire du firewall.
Enregistré à
Heure d’enregistrement du log.
Niveau règles
Numéro correspondant à la classification des règles de filtrage
(local ou global).
Paquet
Permet l’affichage du paquet ayant provoqué la remontée de
l’alarme. Cette fonctionnalité doit être configurée dans le Moniteur
de la suite d’administration.
Action
Action de la règle de filtrage : « none », « pass », « block », «
reset » respectivement aucune (règle qui n’a pas d’effet), passer,
bloquer.
Message
Alarme.
Aide
Lien d’accès à l’explication de l’alarme remontée.
Alarme ID
Identifiant de l’alarme sur l’IPS-Firewall.
Répétition
Nombre de fois où l’alarme a été répétée dans l’intervalle de
temps spécifié dans l’Administration Suite.
Nom de la règle
Cette colonne contient la valeur spécifiée dans le champ « Nom »
de l’éditeur des règles de filtrage.
Classe
Classe à laquelle appartient l’alarme qui a été remontée.
Action
© Copyright NETASQ 2006
462
Destination
Nom Destination
Adresse IP ou nom résolu de la destination.
Destination
Adresse IP de la destination.
Nom Port
Destination
Nom du port de la destination.
Port Destination
Numéro du port de la destination.
Nom Source
Adresse IP ou nom résolu de la source.
Source
Adresse IP.
Port Source
Numéro de port de la source.
Nom Port Source
Nom du port de la source.
Utilisateur
Nom de l’utilisateur authentifié.
Durée
Temps de la connexion.
Envoyé
Quantité de données envoyées.
Reçu
Quantité de données reçues.
Nom Interface
Destination
Nom de l’interface de destination.
Mouvement
Mouvement du paquet.
Type Mouvement
Type de mouvement du paquet.
Nom Interface
Source
Nom de l’interface source.
Interface
Destination
Carte réseau de l’interface de destination.
Interface Source
Carte réseau de l’interface source.
Argument
Paramètre de l’opération.
Résultat
Code de retour de chargement.
Opération
Commande identifiée du protocole.
Source
Volume
Interface
Opération
© Copyright NETASQ 2006
463
Catégorie
Catégorie à laquelle appartient l’URL ayant déclenchée la
remontrée de traces.
Protocole
Protocole de base.
Protocole Internet
Protocole Internet.
Groupe
Groupe de protocoles.
Protocole
La barre d’actions
Filtre
Sélectionner cette option permet de constituer des filtres de données sur chaque colonne. Lorsque
l’on active cette option, une flèche pointant vers la bas, apparaît à l’extrême droite de la colonne. La
sélection d’une des valeurs pré-renseignées ou la saisie d’une valeur de votre choix restreint
automatiquement les données du tableau à celles correspondant au filtre sur la colonne
sélectionnée.
Alors, la couleur de la flèche devient bleu marine, et en bas du tableau apparaît le filtre effectif. Une
croix blanche permet de supprimer tous les filtres actifs en une seule fois.
Colonnes
Personnaliser
Les colonnes du tableau peuvent être déplacées, ôtées et
ajoutées à souhait. Cette option permet de sélectionner les
colonnes que l’on désire afficher. Il apparaît alors une fenêtre
composée de deux onglets permettant de gérer les entêtes de
colonne et les colonnes. Pou rajouter ou supprimer une colonne
du tableau, il suffit de sélectionner le groupe de colonnes ou la
colonne et de la glisser soit dans le tableau, soit dans la fenêtre
surgissante.
Configuration par
défaut
permet de restaurer l’affichage d’origine des colonnes.
Taille ajustée
permet d’ajuster la largeur des colonnes en fonction des valeurs.
Ajuster à l’écran
permet d'ajuster les largeurs des colonnes à la largeur de
l’application.
Totalisation
Totalisation des volumes de paquets (envoyé, reçu, durée) pour
l’ensemble des logs visualisés. Lorsqu’un tri (drag and drop d’une
colonne) est effectué, un sous-total par tri est visualisable.
Imprimer
Grâce à cette option vous accédez à un menu de pré-visualisation avant impression.
© Copyright NETASQ 2006
464
Exporter
Il est possible d’exporter les données affichées afin de les exploiter dans d’autres environnements.
Un assistant vous aide durant cette démarche. Celle-ci est décrite dans le paragraphe suivant.
Importer un fichier WELF (version pro uniquement)
Voir le temps
Cette option vous permet de calculer automatiquement la date et l’heure des logs affichés dans le
reporter et cela en fonction des différents fuseaux horaires suivant :
► le fuseau de votre station,
► le fuseau du firewall,
► GMT.
© Copyright NETASQ 2006
465
Constructeur de filtres (Version PRO)
Le NETASQ Reporter Pro vous permet d’appliquer des filtres sur les colonnes et d’effectuer des
recherches multicritères. Ces options de recherche profitent du langage SQL de la base de
données. Cliquez sur le bouton de sélection «
la fenêtre active. Une nouvelle fenêtre s’ouvre :
» dans la barre de sélection en haut à droite de
Vous pouvez Ajouter, Editer, Supprimer ou Copier un filtre.
Vous pouvez construire des filtres simples ou multicritères grâce au constructeur de filtres.
Il est possible de sélectionner un type de filtre de traces afin d’appliquer la recherche sur un type de
trace :
► Filtre,
► Alarmes,
► Connexions,
► Web,
► SMTP,
© Copyright NETASQ 2006
466
► Plugins,
► Fichiers chargés.
Pour chaque champ il est possible d’appliquer les opérateurs suivants :
► = : la valeur du champ est strictement égale,
► like : la valeur du champ contient une chaîne de caractères définie,
► >= : la valeur du champ est supérieure ou égale,
► <= : la valeur du champ est inférieure ou égale,
► not like : la valeur du champ ne contient pas une chaîne de caractères définie,
► <> : la valeur du champ est strictement différente,
► start with : la valeur du champ commence par une chaîne de caractères définie,
► end with : la valeur du champ se termine par une chaîne de caractères définie,
► not start with : la valeur du champ ne commence pas par la chaîne de caractères,
► not end with : la valeur du champ ne termine pas par la chaîne de caractères.
La colonne Valeur permet d’écrire la valeur qui peut être une chaîne de caractères ou une valeur
numérique.
Il est possible d’ajouter des filtres et donc de créer des recherches multicritères à l’aide des boutons
Ajouter, Copier, Supprimer et de l’Opérateur avec la valeur "Ou" ou la valeur "Et".
Une fois que le filtre est créé sélectionnez le bouton "Actif" pour activer le filtre, puis rafraîchir
l’affichage des traces.
© Copyright NETASQ 2006
467
Export des données
Un assistant vous guide dans l’exportation de vos données. Il est possible d’exporter les données
sous 4 formats :
► CSV,
► HTML,
► XLS,
► XML.
Lorsque vous sélectionnez le format CVS, l’assistant vous propose de choisir un séparateur de
champs.
Plusieurs choix sont disponibles :
► la tabulation,
► le point virgule,
► la virgule,
► l’espace,
► autre : un caractère (ou jeu de caractères) de votre choix.
Ensuite l’assistant vous propose de sélectionner les en-têtes de colonne et les colonnes à exporter
au moyen d’un système de cases à cocher.
L’interface vous offre la possibilité de tout cocher ou tout décocher, de récupérer la sélection par
défaut, de sauvegarder/restaurer votre sélection de colonnes. Chaque type d’export a sa propre
sauvegarde. Une case à cocher permet d’automatiser cette opération.
Lorsqu’ensuite vous sélectionnez le bouton « Terminer », l’interface vous propose d’enregistrer le
fichier généré dans le répertoire de votre choix. Ce répertoire est sauvegardé par type d’export.
Remarques
En version standard, seul l’export au format CSV est disponible.
Lorsque le Reporter se connecte directement sur un firewall, et que le nombre de lignes à récupérer
sur le firewall excède 10000, un message de confirmation de téléchargement apparaît.
Lorsque le Reporter Pro se connecte à la base de données, et que le nombre de lignes à récupérer
dans les tables excède 100.000, un message de confirmation de téléchargement apparaît.
Format des traces
Les traces sont au format WELF (WebTrend Enhanced Log Format).
Descriptif des champs WELF
► id (type indéterminé) : identifiant du firewall ou son nom dans le cas où les logs du
firewall sont ramassés par le Syslog,
► line (type entier) : numéro de la ligne de logs fw (type alphabétique) : numéro de série
du firewall,
► time (Log_Time, type date) : date de la ligne de logs,
► pri (type entier) : priorité de l'événement (ref alarmes),
► srcif (type alphabétique) : interface source,
► srcifname (type alphabétique) : nom de l’interface,
► dstif (type alphabétique) : interface de destination,
► dstifname (type alphabétique) : nom de l’interface de destination,
► movement (type entier) : sens du mouvement (in to in, in to out, out to out, out to in),
© Copyright NETASQ 2006
468
► MoveTypeMS (type entier) : sens du mouvement (Serveur vers Serveur, Serveur vers
Client, Client vers Client, Client vers Serveur),
► ipproto (type alphabétique) : protocole Internet,
► proto (type alphabétique) : protocole,
► src (type alphabétique) : adresse de la source (IPV6 ready),
► srcport(type alphabétique) : port de la source,
► srcportname (type alphabétique) : nom du port de la source,
► srcname (type alphabétique) : nom de la source,
► dst (type alphabétique) : adresse de destination (IPV6 ready),
► dstport (type alphabétique) : port de destination,
► dstportname(type alphabétique) : nom du port de destination,
► dstname(type alphabétique) : nom de destination,
► user(luser, type alphabétique) : ,
► ruleid (type entier) : identifiant de la règle de filtrage,
► action (type chaîne) : action reserved word for interbase,
► msg (type alphabétique) : ,
► sent (type entier) : quantité de données envoyées,
► rcvd (type entier) : quantité de données reçues,
► duration(type réel) : durée,
► op(type alphabétique) : opération,
► result(type alphabétique) : ,
► arg(type alphabétique) : argument (d’une page Internet).
© Copyright NETASQ 2006
469
Graphiques
L’activité des IPS-Firewalls peut être analysées par le reporter. En effet la section Graphiques du
Reporter permet l’affichage des indicateurs Sécurité et Systèmes, l’utilisation du processeur de
l’appliance ainsi que le débit sur les interfaces de l’appliances.
Indicateurs Sécurité et Systèmes
Les indicateurs système, ils sont attachés à la surveillance des événements relatifs aux interfaces
Ethernet, à la charge du processeur de l’IPS-Firewall… Et les indicateurs sécurité, ils sont attachés
à la surveillance des alarmes et des événements relatifs au noyau ASQ.
Les indicateurs systèmes concernent :
► les traces : indicateurs relatifs au remplissage de l’espace alloué aux traces,
► Ethernet : indicateurs relatifs à la connectivité des interfaces,
► CPU : indicateurs relatifs à la charge du processeur de l’IPS-Firewall,
► HA : indicateurs relatifs au dispositif de Haute Disponibilité, si elle est active,
► Serveur : indicateurs relatifs à certains serveurs critiques de l’IPS-Firewall.
L’affichage de ces indicateurs est basé sur la pondération des événements système les uns par
rapport aux autres afin de présenter un état cohérent de l’IPS-Firewall.
Les indicateurs sécurité concernent :
► Alarmes mineures : indicateurs relatifs au nombre d’alarmes mineures,
► Alarmes majeures : indicateurs relatifs au nombre d’alarmes majeures,
► Mémoire ASQ : indicateurs relatifs au taux de remplissage de la mémoire ASQ.
L’affichage de ces indicateurs est basé sur la pondération des événements sécurité les uns par
rapport aux autres afin de présenter un état cohérent de l’IPS-Firewall (les alarmes majeures auront
plus de poids que les alarmes mineures).
Charge du CPU
Ce graphique représente la charge du processeur. On y distingue la charge imputable au noyau luimême, la charge imputable aux processus lancés par l’utilisateur et la charge représentée par les
échanges entre le noyau et les processus lancés par les utilisateurs.
Débit des interfaces
© Copyright NETASQ 2006
470
Cette section des graphiques représente l’utilisation de chaque interface de l’IPS-Firewall. Pour
chaque interface, quatre informations sont données, la bande passante entrante à un instant donné,
la bande passante entrante maximale observée sur la période, la bande passante sortante à un
instant donné et la bande passante sortante maximale observée sur la période.
Options des graphiques
Précision longues périodes
Lorsque cette option est cochée tous les points de la période sont pris en compte. Or pour des
périodes très longues, seul certains points significatifs sont pris en compte afin d’alléger l’affichage
du graphique.
Charge du CPU à 100%
Lorsque cette option est décochée, l’échelle de l’affichage de la courbe de charge du processeur
est dynamique. Ainsi si la charge du processeur est faible, les graphiques (l’échelle) sont adaptés
de façon à être lisibles par l’administrateur. Dans le cas contraire, la valeur maximale de l’échelle
reste toujours à 100% quelle que soit la valeur maximale observée jusqu’alors.
© Copyright NETASQ 2006
471
Statistiques
Il existe 3 analyses statistiques :
► Comptage,
► Filtre,
► Translation.
Le comptage
Correspond au nombre de fois qu’une règle a été utilisée. Pour que des informations soient
affichées dans cette zone, il faur avoir activé l’option « Compter » dans les règles de filtrage.
Les filtres
Rule n
Nombre de fois qu’une règle a été activée.
SavedEvaluation
Evaluation économisée grâce à la technologie ASQ.
RealHostMem
Mémoire allouée à un ordinateur vu par le firewall.
HostMem
Mémoire allouée à l’adresse d’un ordinateur.
FragMem
Mémoire allouée aux fragments.
ICMPMem
Mémoire allouée aux paquets ICMP.
ConnMem
Mémoire allouée aux connexions.
Logged
Nombre de lignes de logs générées.
LogOverflow
Lignes de logs perdues.
© Copyright NETASQ 2006
472
Accepted
Paquets correspondant à la règle « pass ».
Blocked
Paquets correspondant à la règle « block ».
Byte
Quantité d’information traversant le firewall.
Fragmented
Quantité d’information fragmentée traversant le firewall.
TCPPacket
Nombre de paquets TCP traversant le firewall.
TCPByte
Totalité d’octets TCP traversant le firewall.
TCPConn
Nombre de connexions TCP traversant le firewall.
UDPPacket
Nombre de paquets UDP traversant le firewall.
UDPByte
Totalité d’octets UDP traversant le firewall.
UDPConn
Nombre de connexions UDP traversant le firewall.
ICMPPacket
Nombre de paquets ICMP traversant le firewall.
ICMPByte
Totalité d’octets ICMP traversant le firewall.
Remarque
Lorsque l’on sélectionne une ligne d’un nœud développé, une explication apparaît dans la barre de
bouton située en-dessous du tableau.
La translation
Active mapping
Translation active.
List of active
MAP/Redirect filters
Liste des filtres de translation effectifs.
List of active
sessions
Liste de sessions actives.
NAT statistics
Statistiques de translation.
Mapped
Nombre de connexions translatées.
Added
Nombre de connexions ajoutées.
expired
Nombre de connexions expirées.
Inuse
Nombre de connexions utilisées.
Rules
Nombre de règles de translation actives.
Wilds
Nombre de translations marquées « méta caractère ».
© Copyright NETASQ 2006
473
Remarque
La fréquence de calcul des statistiques est paramétrable depuis le Firewall Manager (cf Chapitre
VIII Section A « configuration des traces ») uniquement pour les règles de filtrage incluant l’option «
comptage »; cela est réalisé sur la période renseignée dans les options avancées du slot.
© Copyright NETASQ 2006
474
Services
Il existe 5 services :
► Histo manager ;
► Authentification ;
► Système ;
► VPN ;
► VPN SSL.
L’historique du manager
Historique de toutes les commandes passées au firewall.
7 champs sont utilisés :
► Date ;
► Heure ;
► Utilisateur : identifiant de la connexion ;
► Source : adresse source de la connexion ;
► Session : format 00.0000. Les deux premiers chiffres correspondent au nombre de
réinitialisations du firewall, les 4 suivants correspondent au nombre de connexions sur le
firewall ;
► Status : message de retour de la commande ;
► Message : ligne de commande envoyée au firewall.
L’authentification
Historique des demandes d’authentification.
6 champs sont utilisés :
► Date ;
© Copyright NETASQ 2006
475
► Heure ;
► User : utilisateur demandant à être authentifié ;
► src : adresse de la demande d’authentification ;
► Method : méthode d’authentification ;
► Status : message d'erreur ;
► Message : Message de retour de la demande.
Système
Historique des messages liés aux services du firewall.
5 champs sont utilisés :
► Firewall : lorsque le reporter est connecté au collector, indique le firewall concerné par la
ligne de traces affichée ;
► Date ;
► Heure ;
► Service : service associé au message ;
► Message : message associé au log.
VPN
Historique des événements concernant le VPN
13 champs sont utilisés :
► Firewall : lorsque le reporter est connecté au collector, indique le firewall concerné par la
ligne de traces affichée ;
► Date ;
► Heure ;
► Error : message d’erreur ;
► Phase : phase de négociation de la SA ;
► Source : Adresse source de la connexion ;
► Destination : Adresse destination de la connexion ;
► Message : Message de concernant la tentative de mise en place d’un tunnel ;
► Utilisateur : identifiant de l’utilisateur (dans le cadre d’un tunnel anonyme) ;
► Cookie initiateur : identifiant « Initiateur » de la session de négociation en cours ;
► Cookie répondeur : identifiant « Répondeur » de la session de négociation en cours ;
► SPI IN : identifiant de la SA entrante ;
► SPI OUT : identifiant de la SA sortante.
© Copyright NETASQ 2006
476
VPN SSL
Historique des événements concernant le VPN SSL
11 champs sont utilisés :
► Firewall : lorsque le reporter est connecté au collector, indique le firewall concerné par la
ligne de traces affichée ;
► Date ;
► Heure ;
► Résultat : résultat de la connexion VPN SSL au serveur sélectionné ;
► Port : port de connexion au serveur ;
► Nom du port : protocole généralement associé à un port donné ;
► Source : Adresse source de la connexion ;
► Destination : Adresse destination de la connexion ;
► Message : Message de concernant la connexion VPN SSL ;
► Utilisateur : identifiant de l’utilisateur ;
► Argument : informations complémentaires associées à la ligne de trace (page WEB
contactée).
© Copyright NETASQ 2006
477
Divers
Le menu Divers permet de visualiser plusieurs informations.
La rubrique « Informations sur les logs »
Cette rubrique donne les informations sur le nombre de lignes de traces (sur la base de données
et/ou sur le firewall).
La rubrique permet aussi de visualiser la différence entre les traces stockées sur l’IPS-Firewall et
les traces stockées dans la base de données (dans le cas où une connexion de type « connexion
au firewall et base de données simultanée » a été choisie). Un système de couleur surligne les
lignes sur lesquelles un retard est constaté.
Afin de mettre à jour les informations, cliquez sur le bouton "Lire les infos".
Si vous possédez les droits de modification, une colonne supplémentaire apparaît permettant de
sélectionner les logs à supprimer sur l’IPS-Firewall grâce au bouton « RAZ sur le firewall ». Les
traces historisées sont alors effacées.
L’option « Compter les lignes de la BdD » vous permet d’afficher le nombre de lignes de traces
disponibles dans chacune des catégories de traces de la base de données.Cette option est
décochée par défaut car elle demande beaucoup de ressources lorsque la base de données est
conséquente.
La rubrique « Générer la liste des URLs »
Génère dans un fichier HTML une liste des adresses Web visitées par les utilisateurs dans le cas
où le filtrage URL est activé. Cette liste peut être utilisée pour renseigner les nouvelles URLs à
filtrer, au niveau du Firewall Manager.
La rubrique « Informations sur le firewall » (si le Reporter est connecté à un IPS-Firewall)
Donne des informations sur l’IPS-Firewall auquel le Reporter Pro est connecté : identifiant du
firewall (son numéro de série), nom du firewall, traces envoyées par le syslog (si les données sont
récupérées via un Syslog), HA : état de la haute disponibilité.
La rubrique « Liste des firewalls de la session base de données » (si le Reporter est connecté
uniquement à la base de données)
Donne la liste des IPS-Firewalls contenus dans la base de données et sélectionnés à l’ouverture de session.
© Copyright NETASQ 2006
478
Options
Dans le menu logs, vous avez accès à la configuration des options.
Onglet Général
Changer le langage par défaut : L'application REPORTER est une application multilingue.
Choisissez la langue désirée pour l'interface graphique.
Au démarrage du reporter : Permet d’autoriser une connexion directe au firewall et d’ouvrir une
grille de traces à l’ouverture de l’application.
Garder les traces de connexions dans le fichier de trace : Permet de générer des traces
concernant le comportement de l'application.
Vider le fichier de trace à chaque démarrage de l'application : Permet d'avoir un fichier au
volume restreint et de ne conserver des traces d'activité que pour l'instance d'application en cours.
Police de la grille : Cette option permet de spécifier, la police et la taille du texte qui apparaît à
l’intérieur de la grille de logs.
© Copyright NETASQ 2006
479
Onglet Traces
Sur chargement depuis le firewall
► Cache log local : cette option permet d'accélérer une recherche d'information de traces
déjà effectuée. Les données ne sont plus rapatriées du Firewall lorsque cette option est
sélectionnée et que les données ont déjà été rapatriées (les données sont alors stockées
dans une base de données XML). Cette fonction n'est pas active lorsque l'on travaille sur la
journée en cours.
► Garder un copie locale des fichiers WELF du firewall : Stocke en local tous les
fichiers de traces téléchargés du firewall.
Nombre maximum de lignes chargées
Cette option vous permet de spécifier le nombre maximal de lignes chargées pour la BDD ou pour
le firewall. De plus afin de faciliter le chargement et la transformation des traces, celles-ci peuvent
être affichées par page d’un maximum de 15000 lignes en cochant l’option « Chargement par
page ». Si la période contient plus de lignes que le maximum autorisé alors les traces sont
chargées en cache puis un système de navigation permet l’affichage par page d’un maximum de
15000 lignes à chaque fois (uniquement dans le cas de traces directement téléchargées depuis un
IPS-Firewall).
Répertoire des fichiers de syslog
Le REPORTER récupère les traces dans les fichiers générés par le SYSLOG.
© Copyright NETASQ 2006
480
Onglet Outils
Analyseur de paquets
Lorsqu’une alarme se déclenche sur un IPS-Firewall NETASQ, il est possible de visualiser le
paquet responsable du déclenchement de cette alarme. Pour cela il faut vous munir d’un outil de
visualisation de paquets comme Ethereal ou Packetyzer… Spécifiez l’outil choisi dans le champ
« Analyseur de paquets», celui-ci sera utilisé par le Reporter pour afficher les paquets malicieux.
URL de la page de soumission de catégorie
Les groupes d’URLs répertoriées et catégorisées ne sont pas éditables par les administrateurs des
apppliances UTM NETASQ. Toutefois certaines URLs peuvent s’avérer mal catégorisées ou non
présentes dans la liste des URLs catégorisées par NETASQ. Pour ajouter une URL dans les listes
d’URLs NETASQ, l’administrateur peut effectuer une soumission de cette URL sur le site WEB
NETASQ.
L’URL de cette page de soumission est http://www.netasq.com/updates/urlfiltering.php. Pour
effectuer une soumission l’administrateur possède deux choix : il se connecte directement sur le
site WEB NETASQ pour spécifier manuellement cette URL ou dès que l’URL apparaît dans les
tables du Reporter, il utilise le menu contextuel de la grille WEB du reporter pour que la soumission
s’effectue automatiquement. Pour cela, il est nécessaire de spécifier l’URL de soumission dans le
champ « URL de la page de soumission de catégorie » du Reporter.
© Copyright NETASQ 2006
481
Section C
NETASQ Log Collector (Version PRO)
© Copyright NETASQ 2006
482
Présentation
Le NETASQ Log Collector est un utilitaire chargé de récupérer toutes les traces stockées sur les
équipements NETASQ ou collectées par un NETASQ Syslog et de les stocker dans une base
MySQL ou Interbase.
© Copyright NETASQ 2006
483
Service Log Collector
Le NETASQ Log Collector est installé en tant que service : « Fw LogCollector ». Ce mode procure
l'avantage de tourner de façon totalement transparente pour l'utilisateur (en tâche de fond). De plus,
le service continue de fonctionner même sans ouverture de session Windows.
Uniquement sous Windows NT, 2000 ou XP.
Procédure d'installation du service
Le service Log Collector est installé automatiquement à l’installation du NETASQ Log Collector
inclus dans le NETASQ Log Analyzer. Il est cependant possible de l’installer en lançant un
exécutable se trouvant dans le menu « Démarrer » - « Programmes » -« NETASQ » - « Log
analyzer <version> » - « Services » - « Installer » – « lancer le Collector ».
Sinon, la procédure complète est la suivante :
1. Ouvrez une invite de commandes DOS,
2. Placez-vous sur le répertoire NETASQ de votre disque dur (en principe : c:\Program
Files\NETASQ\LogAnalyzer<version>),
3. Tapez la commande d'installation suivante : FwLogCollector.exe /INSTALL /SILENT,
4. Tapez la commande de démarrage du service : NET START svcFwLogCollector.
Une fois installé, le service sera redémarré à chaque reboot même si aucune session n'est ouverte.
Procédure de désinstallation du service
Le service Log Collector peut être désinstallé à l’aide d’un exécutablese trouvant dans le menu
« Démarrer » - « Programmes » - « NETASQ » - « Log analyzer 1.0 » - « Services » -« Arrêter » –
« retirer le Collector ».
Sinon, la procédure complète est la suivante :
1. Ouvrez une invite de commandes DOS,
2. Tapez la commande d'arrêt du service suivante : NET STOP svcFwLogCollector,
3. Placez-vous dans le répertoire NETASQ de votre disque dur (en principe C:\Program
Files\NETASQ\LogAnalyzer 1.0),
4. Tapez la commande de désinstallation du service : FwLogCollector.exe /UNINSTALL
/SILENT,
Il est recommandé d’arrêter et de redémarrer le service MySql à l’aide de l’outil de gestion des
services inclus avec Windows NT, 2000 et XP.
© Copyright NETASQ 2006
484
Configuration
La configuration du NETASQ Log Collector est réalisée dans le Reporter PRO. Pour cela vous
devez vous rendre dans le menu « outils » -« Administrer le collector » du Reporter PRO.
Si une fenêtre du Reporter PRO est ouverte lorsque vous sélectionnez le sous-menu
« manager le collector », un message vous demandant de fermer toutes les fenêtres
existantes apparaîtra.
Connexion au Log Collector
La connexion au Log Collector est transparente. En effet toutes les informations sont enregistrées
dans le carnet d’adresses. Un mot de passe de connexion au Collector existe par défaut mais ces
informations sont automatiquement enregistrées dans le carnet d’adresses. Il est possible de
modifier ce mot de passe mais il est nécessaire que le carnet d’adresses soit modifié en
conséquence. En cliquant sur le menu « Administrer le collector », le menu de configuration du
Collector apparaît donc directement (sauf s’il existe plusieurs collectors différents configurés dans le
carnet d’adresses) :
Par défaut le Log Collector et le Reporter PRO sont installés sur la même machine
donc l’adresse de connexion est 127.0.0.1.
Par défaut le service Collector est en écoute sur le port 1380. N’oubliez pas de
spécifier ce port de connexion dans la configuration du Collector si vous modifiez celui-ci.
Le menu de configuration du Log Collector est divisé en deux parties :
► A gauche un arbre présentant les diverses fonctionnalités du menu Log Collector,
► A droite les options configurables.
Le menu de configuration du Log Collector est composé des sous menus suivants :
► Activité : cet écran présente une visualisation de l’activité du NETASQ Log Collector,
© Copyright NETASQ 2006
485
► Configuration : ce menu vous permet la configuration du Collector,
► Base de données : menu permettant la modification des mots de passe de la base de
données,
► Licence : cet écran est utilisé pour l’insertion de nouvelles licences,
► Mot de passe de connexion : cet écran est utilisé pour la modification des mots de
passe de connexion principal.
Activité
L’écran de visualisation de l’activité est divisé en trois parties :
► Collector : Cette partie vous informe sur les propriétés du Collector, son adresse, sa
version, son état. Le bouton « réveil » vous permet de le relancer lorsqu’il est en veille,
► Log traité : Donne des informations sur le traitement des traces par le Log Collector
► Reçu du LogCollector : Cette section donne des informations remontées par le Log
Collector.
© Copyright NETASQ 2006
486
Configuration
Dans ce menu il est possible de configurer plusieurs paramètres :
► Tampon des lignes lues : il est possible de régler la taille du tampon mémoire utilisée
par le NETASQ Log Collector pour rapatrier les traces, avant injection dans la base de
données. Le minimum est de 3 Mo soit 10.000 lignes de traces, le maximum est de 15 Mo
soit 50.000 lignes de traces.
► Port : spécifiez le port d’écoute du NETASQ Log Collector. Par défaut le port d’écoute
est configuré à 1380.
► Enregistrer le mot de passe principal : permet de ne pas avoir à renseigner le mot de
passe pour lancer le Collector. Il est fortement déconseillé de cocher cette case.
► Tracer l’activité dans un fichier : lorsque cette option est activée, toutes les opérations
et les messages d'erreur du NETASQ Log Collector sont stockés dans un fichier. Ce fichier
se trouve dans le répertoire des fichiers NETASQ Log Analyzer (en principe C:\Program
Files\NETASQ\Log Analyser 1.0\) et se nomme logcollector.log.
► Effacer les traces téléchargées : permet de supprimer les traces sur l’IPS-Firewall
lorsque celles-ci ont été stockées dans la base de données.
Firewalls à interroger
Afin que le NETASQ Log Collector puisse se connecter aux IPS-Firewalls pour télécharger les
traces contenues sur ceux-ci, il faut créer un utilisateur qui aura des droits de lecture sur les traces,
renseigner les paramètres de connexion des IPS-Firewalls pour lesquels on désire récupérer les
traces, dans le carnet d’adresses (si vous possédiez précédemment un NETASQ Log Analyzer,
vous pouvez récupérez le carnet d’adresses du Log Analyzer en copiant le fichier AddrScan.dat
dans le répertoire d’installation du Reporter PRO). Il faut donc :
1 – Créer un utilisateur quelconque à l’aide du Firewall Manager sur chaque IPS-Firewall (voir aide
en ligne du Firewall Manager), et attribuer à cet utilisateur des privilèges d’administration sur l’IPSFirewall : « Privilèges minimum pour le Log et Monitor ».
2 – Renseigner l’adresse IP ainsi que le login et le password de l’utilisateur précédemment créé
dans le Carnet d’adresses du NETASQ Log Collector.
Le carnet d’adresses se présente de la manière suivante (il est accessible via le bouton « Firewalls
à interroger ») :
© Copyright NETASQ 2006
487
Lorsque le carnet d’adresses est enregistré les données sont chiffrées en AES sur votre machine.
Pour prendre en compte ces modifications vous devez envoyer ces informations au collector au
moyen du bouton «
».
Remarque : il n’est pas nécessaire de renseigner dans ce carnet d’adresses les IPS-Firewalls sur
lesquels l’envoi des traces par le NETASQ Syslog est activé. En effet, lorsque le NETASQ Log
Collector se connecte à un IPS-Firewall, il vérifie si cette option est activée ou non avant de
télécharger les traces. Si l’option est activée, le NETASQ Log Collector ne télécharge pas les traces
en local mais directement dans le répertoire du Syslog. Les paramètres de connexion ne doivent
donc pas être renseignés dans le carnet d’adresses.
Base de données
Il est possible d’utiliser une base de type MySql ou une base de type Interbase. Il est obligatoire de
renseigner le type de base de données utilisé. Il est fortement recommandé d’utiliser MySQL. Deux
indicateurs rendent compte de la taille de la base de données et de l’espace disque restant.
Changement des mots de passe de la base de données
Les deux boutons de ce menu vous permettent de modifier les mots de passe des comptes root et
reporter de la base de données.
© Copyright NETASQ 2006
488
Comme indiqué dans l’écran, il est nécessaire d’arrêter le Collector pour procéder
aux modification précédentes. De plus les mots de passe sont transmis en clair sur le
réseau.
Il est très fortement recommandé de modifier les mots de passe à la première
utilisation du Reporter PRO. Les mots de passe par défaut sont : netasq pour le compte
reporter et v7ZVIMFvWuTHeaA8 pour le compte root.
Licence
Ce menu vous permet d’insérer une nouvelle licence dans votre Collector. Cette licence vous est
indispensable pour activer les options que vous désirez (nombre de firewalls, type de firewall,…).
Si vous aviez auparavant installé un Log Analyzer, cette licence est réutilisée dans la
suite d’administration PRO (vous pouvez copier le fichier « licence » du répertoire
d’installation du Log Analyzer dans le répertoire d’installation du Reporter PRO). Sinon la
suite d’administration PRO est livrée avec une licence d’exploitation d’un seul firewall
nommée « licence HIGH ».
Pour pouvoir gérer les traces de plusieurs IPS-Firewalls à la fois et garantir une
meilleure administration des flux transitant par vos IPS-Firewalls, vous devez obtenir une
licence illimitée.
© Copyright NETASQ 2006
489
Mots de passe de connexion
Ce menu n’est utilisé que pour modifier le mot de passe principal, celui-ci qui est utilisé pour la
connexion au NETASQ Log Collector ainsi que pour le chiffrement des mots de passe de la base
de données.
Si vous aviez auparavant installé un Log Analyzer, le mot de passe principal
correspond à celui de l’ancien carnet d’adresses. Sinon le mot de passe par défaut est
« netasq ».
Il est très fortement recommandé de modifier ce mot de passe à la première
utilisation du Reporter PRO.
© Copyright NETASQ 2006
490
Activité du Log Collector
Le NETASQ Log Collector effectue la collecte des traces de façon séquentielle : il se connecte à
tour de rôle à chaque IPS-Firewall. Entre chaque rotation complète (connexion à tous les IPSFirewalls), le NETASQ Log Collector se met en veille. Le temps de veille dépend de l’activité de
l’IPS-Firewall (donc du nombre de lignes de traces générées), plus l’activité de l’IPS-Firewall est
importante plus le temps de veille du NETASQ Log Collector sera faible. Le temps de veille peut
varier de 5 secondes à 30 minutes.
© Copyright NETASQ 2006
491
Section D
NETASQ AutoReport (Version PRO)
© Copyright NETASQ 2006
492
Introduction
Les traces générées par les IPS-Firewalls relatent les événements survenus sur votre réseau. Elles
exposent les comportements des trafics surveillés et les tentatives d’intrusion de votre réseau.
Utilisées pour adapter la politique de sécurité aux menaces en perpétuelle évolution, elles
constituent des informations sensibles assurant un historique exhaustif des trafics transitant par
votre IPS-Firewall.
L’exploitation de ces traces peut s’avérer parfois fastidieux et rébarbatif si les outils utilisés ne sont
pas adaptés. Souvent volumineux (du fait de leur exhaustivité), les fichiers de traces possèdent très
souvent les clefs pour l’identification de problèmes sur le réseau. Pourtant, bien souvent perdus
dans la somme des informations, ces problèmes passent inaperçus si les outils utilisés ne sont pas
adaptés. NETASQ possèdent une gamme d’outils (Reporter version standard et PRO, Log
Collector, Syslog…) de gestion des traces qui aident les administrateurs dans l’extraction des
informations recherchées pour une meilleure réactivité et un meilleur résultat.
Le générateur automatique de rapport « Autoreport » NETASQ est un nouvel outil mis à la
disposition des administrateurs pour la gestion de leurs traces. Modulable et complètement
personnalisable, « l’Autoreport » de NETASQ exploite la richesse des traces remontées par les
IPS-Firewalls NETASQ. Mise en forme dans un rapport HTML divisé en sections (contenant
chacune : un titre, un intitulé, un tableau et un graphique), l’information est structurée. Les
faiblesses ou incohérences du système apparaissent alors rapidement et les mesures adéquates
peuvent être envisagées avec promptitude.
Autoreport de NETASQ est un outil unique de génération de rapports. En effet grâce à cet outil
vous pouvez analyser l’information que vous choisissez et uniquement cette information. Pour cela
vous créez les sections du rapport (ou vous utilisez les modèles déjà définis par NETASQ) selon
vos besoins propres. Le rapport présente alors dans un format HTML facilement consultable, les
résultats de votre requête sous la forme d’un tableau et d’un graphique. Un tableau pour une
visualisation rapide et juste des indicateurs que vous avez défini, un graphique pour une
visualisation d’ensemble vous permettant de déduire des tendances sur les différents facteurs
surveillés.
Reporter PRO
Autoreport est associé au NETASQ Reporter PRO pour fonctionner. En effet l’Autoreport utilise la
base de données du NETASQ Collector contenu dans le package du NETASQ Reporter PRO pour
récupérer les traces nécessaires à la génération des rapports.
© Copyright NETASQ 2006
493
Interface graphique
La configuration de l’autoreport est réalisée dans l’interface de configuration du Reporter PRO
puisque l’autoreport est désormais une partie intégrante du Reporter PRO.
La configuration de l’autoreport se compose des menus de configuration suivants :
► Rapports : date et intervalle de génération des rapports, IPS-Firewalls concernés,
sections du rapport et commentaires associés au rapport ;
► Section de rapports : contenu de la section, présentation des informations et
commentaires associés à la section ;
► Configurer le service : paramètres de la base de données et emplacement du rapport
généré.
© Copyright NETASQ 2006
494
Mise en place du service
La première étape de l’utilisation de l’outil NETASQ Autoreport est la mise en place du service et
son démarrage. Afin de faciliter l’utilisation d’autoreport le package d’installation NETASQ installe et
démarre le service en même temps qu’il installe le reste des logiciels sélectionnés lors de
l’installation.
Ainsi à la fin de l’installation de l’autoreport, le service est déjà démarré. Vous avez tout de même la
possibilité d’installer/désinstaller et de démarrer/arrêter le service.
Procédure d'installation du service
Le service « Autoreport Log Reporter » est installé automatiquement à l’installation. Il est cependant
possible de l’installer en lançant un exécutable « Installer – Lancer le service Autoreport » se
trouvant dans le menu :
Démarrer>Programmes>NETASQ>Administration Suite x.x>Services
Sinon, la procédure complète est la suivante :
1. Ouvrez une invite de commandes DOS,
2. Placez-vous sur le répertoire NETASQ de votre disque dur (c:\Program
Files\NETASQ\Administration Suite <version> par défaut),
3. Tapez la commande d'installation suivante : servautoreport.exe /INSTALL /SILENT,
4. Tapez la commande de démarrage du service : NET START servautoreport.
Une fois installé, le service sera redémarré à chaque reboot même si aucune session n'est ouverte.
Procédure de désinstallation du service
Le service Autoreport Log Reporter peut être désinstallé à l’aide de l’exécutable « Arrêter – Retirer
le service Autoreport » se trouvant dans le menu :
Démarrer>Programmes>NETASQ>Administration Suite x.x>Services
Sinon, la procédure complète est la suivante :
1. Ouvrez une invite de commandes DOS,
2. Tapez la commande d'arrêt du service suivante : NET STOP servautoreport,
3. Placez-vous dans le répertoire NETASQ de votre disque dur (c:\Program
Files\NETASQ\Administration Suite <version> par défaut),
4. Tapez la commande de désinstallation du service : servautoreport.exe /UNINSTALL
/SILENT.
Il est recommandé d’arrêter et de redémarrer le service MySQL à l’aide de l’outil de gestion des
services inclus avec Windows NT, 2000 et XP.
© Copyright NETASQ 2006
495
Configurer le service
Activité du service
La zone d’activité du service présente les messages remontés par le service lors de son exécution.
Le tableau ci-dessous regroupe ces messages et apporte une explication succincte de chacun
d’eux.
Loaded (x reports)
Au démarrage du service celui effectue une découverte des
rapports actuellement configurés.
List all reports
Ce message indique que les informations relatives à chacun des
rapports découverts vont être affichées.
Report N°…
Sous la forme d’une phrase, le service indique le numéro, le nom,
l’intervalle de génération et la date de dernière génération de
chacun des rapports découverts.
Execute report
Ce message indique qu’un rapport est en cours de réalisation.
Last executed
Date de dernière génération du rapport en train d’être réalisé.
From…to…
Intervalle de temps concerné par le rapport en train d’être réalisé.
Execution ok
L’exécution du rapport s’est déroulée avec succès.
Execution NOT ok
L’exécution du rapport a échouée.
Reloaded
Toutes les 30 secondes, le service effectue une redécouverte des
rapports actuellement configurés.
Service Launched
Le service est lancé.
Service Stopped
Le service est stoppé.
Les erreurs FTP
Etant donné qu’il est possible de déposer les rapports
nouvellement créés sur un serveur FTP. Le service renvoie les
erreurs qu’il reçoit de la part du serveur FTP.
Configuration
© Copyright NETASQ 2006
496
L’outil Autoreport vous permet de définir l’emplacement de destination des rapports générés. Trois
possibilités sont offertes par NETASQ :
Fichier en local
Vous devez spécifier le chemin complet du répertoire de
destination.
Envoyé par mail
Vous devez spécifier le serveur SMTP d’expédition (Adresse IP
ou nom de machine), votre accompte sur ce serveur SMTP (sous
la forme d’une adresse e-mail) et l’adresse e-mail de destination.
Envoyé par FTP
Vous devez spécifier le serveur FTP (Adresse IP ou nom de
machine), votre login et mot de passe sur ce serveur FTP, le
répertoire de destination sur ce serveur FTP.
Dans le cas de l’envoi par mail et par FTP, vous pouvez tester les informations que vous avez
indiquées en cliquant sur le bouton « Tester » du menu.
Base de données
L’Autoreport utilise une base de données MySQL du type du Collector pour générer les rapports
HTML. Ainsi pour permettre la génération des rapports vous devez spécifier les informations
d’accès à une base de données. Deux paramètres sont nécessaires pour cet accès : l’adresse IP
de l’hôte sur lequel se situe la base de données et le mot de passe de la base de données
(Rappel : par défaut le mot de passe de la base de données du Log Collector contenu dans le
NETASQ Reporter PRO est « reporter »
En spécifiant l’adresse IP « 127.0.0.1 », l’outil Autoreport recherchera une base de données située
sur la machine où il est exécuté.
© Copyright NETASQ 2006
497
Construction des rapports
La construction des rapports est effectuée en deux étapes : la définition des sections de rapports et
ensuite l’affectation des sections au sein d’un rapport.
Sections de rapports
Liste des sections
Lorsque vous cliquez sur « Sections de rapports » dans le menu « Autoreport » la fenêtre
suivante apparaît :
Les boutons d’actions situés sur la droite de la fenêtre vous permettent d’ajouter, de modifier ou de
supprimer une section.
Définition des sections
Si vous cliquez sur le bouton « Ajouter » ou « Modifier » de l’écran présentant la liste des sections
présentes, la fenêtre suivante apparaît :
Le titre de la fenêtre vous indique si vous êtes dans une phase de création d’une section ou dans
une phase de modification d’une section.
Pour identifier votre section, spécifiez un titre pour celle-ci. De plus chaque section se définit grâce
à trois onglets : « Contenu », « Présentation » et « Commentaires ».
© Copyright NETASQ 2006
498
Contenu
Type de données
Définissez le type des données affichées dans cette section
parmi : défini par l’utilisateur (collection de trafic définie par
l’utilisateur), le trafic de manière global, les alarmes (majeures ou
mineures grâce au menu déroulant), le trafic WEB, FTP ou Mails.
Protocoles
Dans cette zone est affiché les protocoles concernés (définis par
l’utilisateur ou par les types de données).
Direction du trafic
Direction du trafic parmi : tout, entrant ou sortant.
Présentation
Présentation de la
période
Cette option permet de définir de quelle façon est présentée
l’échelle horizontale des données parmi : chaque jour de la
période, par jour de la semaine ou selon un créneau horaire.
Analyse des
données depuis
Définissez les regroupements qui doivent être effectués parmi :
adresses sources, adresses destination, protocole ou utilisateurs.
Trié par
(ne s’applique pas aux alarmes) Tri des données par nombre
d’items volume du trafic, volume envoyé ou volume reçu.
Nombre d’items
Nombre de regroupements affichés. Cela permet de réaliser des
rapports du type « les 5 plus gros… » ou « les 10 plus gros… ».
Commentaires
Dans cette zone de commentaire, vous spécifiez un texte explicatif de la section qui va être
affichée. Ainsi vous pouvez personnaliser totalement vos rapports.
Rapports
Liste des rapports
Lorsque vous cliquez sur « Rapports » dans le menu « Autoreport » la fenêtre suivante apparaît :
Les boutons d’actions situés sur la droite de la fenêtre vous permettent d’ajouter, de modifier ou de
supprimer un rapport.
Définition des rapports
© Copyright NETASQ 2006
499
Si vous cliquez sur le bouton « Ajouter » ou « Modifier » de l’écran présentant la liste des rapports
présents, la fenêtre suivante apparaît :
Pour identifier votre rapport, spécifiez un titre pour celui-ci. De plus chaque rapport se définit grâce
à trois onglets : « Générale », « Commentaire » et « Sections ».
Générale
Période analysée
Cette option permet de spécifier la période analysée en
choisissant l’intervalle de temps concerné.
Exécuté chaque
jour
Cette option permet de définir le jour de génération du rapport soit
jour par jour soit un jour dans la semaine soit un jour dans le
mois.
La zone dynamique située sous l’option « Exécuté chaque jour »
synthétise la configuration. La date de dernière exécution peut
être initialisée grâce au bouton du même nom.
Firewalls analysés
La liste des IPS-Firewalls concernés par le rapport est tirée de la
base de données. Tant que l’outil « Autoreport » ne peut se
connecter à la base, cette liste n’apparaît pas.
Commentaire
Dans cette zone de commentaire, vous spécifiez un texte explicatif du rapport qui va être affiché.
Ainsi vous pouvez personnaliser totalement vos rapports.
Sections
Le dernier onglet permet de définir les sections présentées dans le rapport parmi les sections
définies précédemment.
© Copyright NETASQ 2006
500
Chapitre XIV
Annexes
© Copyright NETASQ 2006
501
Annexe A : Contrôle des saisies
Durant la configuration du Firewall, vous êtes amené à saisir au clavier différents types de données
:
► Adresse IP,
► Commentaires,
► Nom de fichier,
► Nom d'objets (machine, réseau, service),
Chacun de ces types de données accepte un ensemble précis de caractères, ces caractères sont
filtrés durant la saisie du paramètre.
Adresse IP
Les chiffres de « 0 » à « 9 » et le « . » sont les seuls caractères gérés. Pour effacer un caractère,
vous pouvez utiliser la touche « Backspace » ou « Suppr ».
Commentaires
Vous pouvez utiliser les moyens classiques de mouvement du curseur durant l'édition d'un
commentaire (souris, flèches au clavier).
Nom de fichier
Vous pouvez utiliser les moyens classiques de mouvement du curseur durant l'édition d'un
commentaire (souris, flèches au clavier).
Nom d'objets
Certains caractères comme les accents et les espaces ne sont pas gérés dans les noms d'objets.
Durant l'édition d'un nom d'objet, quand un caractère accentué est saisi au clavier, le logiciel de
configuration insère le caractère non accentué correspondant. Un caractère non géré n'est pas
validé et n'apparaît pas à l'écran.
Vous pouvez utiliser les moyens classiques de mouvement du curseur durant l'édition d'un
commentaire (souris, flèches au clavier).
© Copyright NETASQ 2006
502
Annexe B : Services TCP/IP
Dans cette annexe vous trouverez la liste de services TCP et UDP couramment utilisés tels que :
FTP, Telnet, www, SMTP,...
Cette annexe vous est présentée sous la forme d'une liste composée de quatre colonnes :
► Une colonne contenant le nom du service,
► Une colonne contenant le numéro de port associé au service,
► Une colonne indiquant le protocole utilisé (TCP et/ou UDP),
► Une colonne contenant une description du service.
Nous vous conseillons de ne pas saisir tous ces services lorsque vous définissez la liste des objets,
afin de ne pas surcharger votre affichage et de gagner en visibilité.
Service
echo
discard
systat
daytime
qotd
chargen
ftp-data
ftp
telnet
smtp
time
rip
nameserver
nicname
login
domain
sql-net
bootps
bootpc
tftp
gopher
finger
www
kerberos
npp
hostname
iso-tsap
rtelnet
pop2
pop3
sunrpc
auth
uucp-path
sqlserv
nntp
ntp
epmap
Port
7
9
11
13
17
19
20
21
23
25
37
39
42
43
49
53
66
67
68
69
70
79
80
88
92
101
102
107
109
110
111
113
117
118
119
123
135
Protocole
TCP/UDP
TCP
TCP/UDP
TCP/UDP
TCP/UDP
TCP/UDP
TCP
TCP
TCP
TCP
TCP/UDP
UDP
TCP/UDP
TCP
TCP/UDP
TCP/UDP
TCP/UDP
UDP
UDP
TCP/UDP
TCP
TCP
TCP
TCP/UDP
TCP/UDP
TCP
TCP
TCP
TCP
TCP
TCP / UDP
TCP
TCP
TCP / UDP
TCP
UDP
TCP / UDP
© Copyright NETASQ 2006
Description
Echo
Discard
Systat
Daytime
Quote of The Day
Character generator
File Transfer (Default Data)
File Transfer (Control)
Telnet
Simple Mail Transfer
Ressoure Locator Protocol
Host Name Server
Domain Name Server (DNS)
Oracle SQL Net
Bootstrap Protocol Server
Bootstrap Protocol Client
Trivial File Transfer
Gopher
Finger
World Wide Web
Kerberos
Network Printing Protocol
NIC Host Name Server
ISO-TSAP Class 0
Remote Telnet Service
Post Office Protocol version 2
Post Office Protocol version 3
SUN Remote Procedure Call
Authentication Service
SQL Services
Network News Transfer Protocol
Network Time Protocol
Netbios Net Service
503
Service
netbios-ns
netbios-dgm
netbios-ssn
imap2
sql-net
snmp
snmptrap
print-srv
bgp
irc
ipx
imap3
ldap
netware-ip
ups
smpte
https
microsoft-ds
kpasswd
isakmp
exec
biff
login
who
cmd
syslog
printer
talk
ntalk
router
timed
tempo
courier
conference
uucp
klogin
kshell
remotefs
rmonitor
rmonitor
whoami
ldaps
kerberos-adm
kerberos-iv
Port
137
138
139
143
150
161
162
170
179
194
213
220
389
396
401
420
443
445
464
500
512
512
513
513
514
514
515
517
518
520
525
526
530
531
540
543
544
556
560
561
565
636
749
750
Protocole
TCP / UDP
UDP
TCP
TCP
TCP / UDP
UDP
UDP
TCP
TCP
TCP
UDP
TCP / UDP
TCP
TCP / UDP
TCP / UDP
TCP / UDP
TCP / UDP
TCP / UDP
TCP / UDP
UDP
TCP / UDP
TCP / UDP
TCP / UDP
TCP / UDP
TCP / UDP
TCP / UDP
TCP
UDP
UDP
TCP / UDP
UDP
TCP
TCP
TCP
TCP
TCP
TCP
TCP
UDP
UDP
TCP / UDP
UDP
TCP / UDP
UDP
© Copyright NETASQ 2006
Description
DCE endpoint resolution
Netbios Datagram Service
Netbios session service
Interim Mail Access Protocol version 2
SQL-NET
Simple Network Management Protocol
SNMP trap
Border Gateway Protocol
Internet Relay Chat Protocol
IPX over IP
Internet Message Access Protocol 3
Lightweight Directory Access Protocol
Novell Netware over IP
Uninterruptible Power Supply
SMPTE
Https Mcom
Kerberos (v5)
Internet Key Exchange
Remote process execution
Notify user of new mail received
Remote login
Who's logged in to machines
Remote exec
Spooler
Extended File Name Server
Timeserver
Kerberos login
Kerberos remote shell
Remote login using Kerberos
LDAP over TLS/SSL
Kerberos administration
Kerberos version IV
504
Annexe C : Codes ICMP
Type Code
0
0
3
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
4
0
5
0
1
2
3
8
0
9
0
10
0
11
0
1
12
0
1
13
0
14
0
15
0
16
0
17
0
18
0
Description
echo reply
Destination unreachable :
network unreachable
host unreachable
protocol unreachable
port unreachable
fragmentation needed but don't fragment bit set
source route failed
destination network unknown
destination host unknown
source host isolated (obsolete)
destination network administratively prohibited
destination host administratively prohibited
network unreachable for TOS
host unreachable for TOS
communication administratively prohibited by filtering
host precedence violation
precedence cutoff in effect
source quench
redirect :
redirect for network
redirect for host
redirect for type of service and network
redirect for type of service and host
echo request
routeur advertisement
routeur solicitation
time exceedeed :
time to live equals 0 during transit
time to live equals 0 during reassembly
parameter problem :
IP header bad
required option missing
timestamp request
timestamp reply
information request (obsolete)
information reply (obsolete)
address mask request
address mask reply
© Copyright NETASQ 2006
Requête Erreur
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
505
Annexe D : Exemples de translations d'adresses
Les exemples ci-dessous illustrent différentes configurations utilisant la translation d'adresse. Ils
utilisent les différentes possibilités offertes suivants les besoins et l'architecture réseau, dans des
cas volontairement simplifiés.
► Translation unidirectionnelle du réseau interne pour accès à l'Internet,
► Configuration avec un serveur Web dans la DMZ,
► Configuration avec un serveur web dans la DMZ qui doit être accessible du réseau
interne et externe avec son adresse officielle,
► Connexion par modem sur le port série du firewall de l'accès Internet,
► Redirection de port : utilisation d'une seule adresse IP pour contacter plusieurs serveurs,
► Partage de charge : distribution des connexions sur un pool de serveurs.
Exemple 1 : translation unidirectionnelle d'une classe d'adresses
L'exemple ci-dessous donne un exemple de configuration de translation d'adresses
unidirectionnelle de l'ensemble du réseau interne vers une adresse virtuelle sur le réseau externe.
Au niveau du Firewall, la configuration de la translation d'adresses correspondante est :
Typiquement, cette configuration permet à l'ensemble des postes se situant sur le réseau interne
d'accéder à Internet.
Les machines sortent du réseau avec l'adresse virtuelle 192.36.253.240 et peuvent recevoir les
réponses à leurs requêtes.
Il faut bien entendu que l'adresse virtuelle sur le réseau externe soit routable sur Internet (adresse
officielle).
© Copyright NETASQ 2006
506
Cependant, les machines internes ne sont pas joignables de l'extérieur (unidirectionnelle); si une
demande de connexion vers l'adresse 192.36.253.240 arrive au firewall, aucune translation
d'adresses n'est effectuée vers une adresse d'une machine du réseau interne.
En passant en configuration avancée (bouton «
»), on remarque que cette règle translate
les ports destination sur une plage appelée ephemeral_fw (port 20000 à 59999). Cela signifie que
non seulement l'adresse source est translatée mais aussi le port source. Le firewall utilise un port
disponible pour la translation dans cette plage, ce qui évite les conflits si deux machines du réseau
interne utilisent le même port source.
Si vous désirez retirer une machine de l'opération de map (l'adresse IP de cette machine ne sera
pas translatée), utilisez l'opération "no map".
L'exemple suivant montre comment retirer une machine de l'opération de map (les adresses IP
spécifiées ne correspondent plus à l'exemple précédent) :
Ici la machine "Client" ne sera pas mappée.
Exemple 2 : translation bidirectionnelle
L'exemple ci-dessous illustre une configuration dans laquelle figure un serveur Web dans la DMZ.
La configuration de la translation d'adresses sur le Firewall doit être la suivante :
© Copyright NETASQ 2006
507
Avec la translation d'adresses bidirectionnelle, le serveur est accessible de l'extérieur. L'adresse
utilisée à l'extérieur est l'adresse virtuelle, routable sur l'Internet.
Ainsi les requêtes provenant de l'extérieur (direction OUT) avec adresse de destination
192.36.253.10 sont changées en 192.168.10.10 et routées par le Firewall vers la DMZ.
Exemple 3 : Accès à un serveur WEB en DMZ
L'exemple ci-dessous illustre une configuration avec trois sous-réseaux (interne, externe et DMZ) et
un serveur web dans la DMZ. On veut que le serveur web soit accessible de l'extérieur mais aussi à
partir du réseau interne, avec son adresse officielle (virtuelle).
Si un poste sur le réseau interne veut se connecter au serveur web via son URL, la première chose
effectuée est la résolution DNS.
Dans le cas où le serveur DNS est externe, il va renvoyer l'adresse virtuelle du serveur web connu
sur Internet (192.36.253.10). La machine envoie donc sa requête avec cette adresse en destination.
La machine visée n'existant pas sur le réseau externe, la requête est envoyée sur l'Internet et se
perd ou renvoie une erreur. Elle peut aussi être renvoyée par le routeur.
Il faut donc translater sur l'interface interne du Firewall cette adresse virtuelle en l'adresse réelle du
serveur dans la DMZ. On veut aussi que le serveur soit accessible depuis le réseau externe avec
cette adresse virtuelle.
On a donc deux fois la même règle mais qui s'appliquent sur des interfaces différentes. Le choix de
l'interface se fait en mode avancé (bouton « Mode Avancé »). Par défaut, le firewall choisit
l'interface où se trouve l'adresse IP virtuelle (OUT dans l'exemple).
© Copyright NETASQ 2006
508
Ainsi les requêtes provenant de l'extérieur (Interface OUT) et du réseau interne (Interface IN) avec
l'adresse de destination 192.36.253.10 sont changées en 192.168.10.10 et routées directement par
le Firewall vers la DMZ.
Remarques
L'ordre des règles est ici important. Il faut pour ce cas mettre en premier lieu la règle avec l'adresse
IP virtuelle et l'interface réseau (direction) appartenant au même réseau. Dans notre exemple,
l'adresse virtuelle appartient au réseau externe (OUT). Il faut donc mettre la règle avec comme
direction l'interface OUT en premier.
Il n'est pas possible de contacter le serveur avec son adresse virtuelle si le client et le serveur sont
réellement sur le même réseau. En effet, le message arrivera bien au serveur mais celui-ci va
répondre directement au client (car ils sont sur le même réseau) avec son adresse réelle. Le client
reçoit alors la réponse avec une adresse différente de sa requête initiale et rejette le paquet.
Exemple 4 : connexion Internet par modem
Dans le cas d'une connexion modem, sur le port série ou l'interface externe du firewall NETASQ, il
faut translater les adresses des machines internes voulant utiliser le modem.
On doit translater les adresses vers l'adresse firewall_dialup. Cette interface possède l'adresse IP
(fixe ou non) négociée avec le provider lors de la demande de connexion.
Dans cet exemple, on veut donner accès au réseau interne à Internet via le modem installé sur le
port série du boîtier :
Si vous fonctionnez en mode transparent vous devez mettre cette règle en place (en remplaçant
l'objet Network_in par Network ou Bridge) pour pouvoir accéder à Internet avec votre modem.
Exemple 5 : Redirection de port
Dans le cas où on ne possède qu'une seule adresse IP publique et plusieurs serveurs publics, la
redirection de port permet de rediriger les flux à destination de ces serveurs en fonction uniquement
du numéro de port.
Exemple
L'entreprise A possède l'adresse IP publique 192.36.253.240. Elle héberge un serveur Web et un
serveur Mail dans la DMZ.
© Copyright NETASQ 2006
509
Le firewall va rediriger le flux vers le bon serveur en fonction du numéro de port visé. Si la demande
de connexion concerne le port 80 (HTTP), le firewall redirige vers le serveur Web. Si la demande de
connexion est faite sur le port 25 (SMTP), le firewall redirige le flux vers le serveur mail.
Remarque: Il est possible de rediriger le flux vers un autre port de la machine destination.
Exemple 6 : Partage de charge
Certains serveurs sont physiquement répliqués sur plusieurs machines pour pouvoir répondre plus
efficacement au nombre important de connexions arrivant sur ces serveurs.
Avec le firewall NETASQ, il est possible que ces serveurs soient accessibles avec une seule
adresse IP. Le firewall va rediriger vers les serveurs les demandes de connexions à destination de
l'adresse IP publique.
Une entreprise A possède par exemple un serveur web (www.netasq.com), installé physiquement
sur plusieurs machines dans la DMZ. La résolution DNS renvoie pour le site www.netasq.com,
l'adresse IP 192.36.253.10.
On va créer un groupe de machines avec les adresses IP physiques des serveurs et donner une
règle de translation au firewall.
Le flux à destination de l'adresse IP publique 192.36.253.10 est partagé équitablement et
séquentiellement entre les différentes machines du groupe de serveurs web.
Remarques
Il est possible de préciser les ports sources des machines source et destination en affichage
détaillé. Cela revient à combiner partage de charge et redirection de ports.
Le partage se fait, dans cette version, de façon équitable, sans prise en compte de la charge
respective des machines et/ou la disponibilité de ces machines.
© Copyright NETASQ 2006
510
Annexe E : Exemples de règles de filtrage
Dans cette annexe, nous vous indiquons concrètement comment configurer certaines règles de
bases telles que :
► Accès au DNS,
► Accès à ICMP,
► Accès au Telnet,
► Accès au FTP,
► Accès à un serveur Web interne depuis l'extérieur et depuis le réseau interne,
► Accès à l'internet avec ou sans le filtrage URL,
► Accès des postes clients au serveur mail,
► Configuration d'un serveur de messagerie,
► Régulation de bande passante,
► Vérification des règles de filtrage,
► Authentification
Certaines configurations peuvent s’avérer inutile si les règles implicites
correspondantes ont été activées. (cf Chapitre X – Règles implicites).
Accès à ICMP
Dans cet exemple nous allons ajouter l'accès du réseau interne au protocole ICMP, permettant
notamment d'utiliser le programme "ping".
Pour ajouter ICMP, il suffit, dans la sélection de services, de sélectionner "ICMP".
Vous pouvez, si vous le désirez n'autoriser que certains codes ICMP. Dans cet exemple, seul le
ping (equo request) est autorisé.
© Copyright NETASQ 2006
511
Accès à Internet
Pour donner accès à l'Internet au réseau interne en passant par le Firewall, il suffit de mettre une
règle qui autorise le réseau interne à contacter tout le monde en utilisant le protocole "http" et le
protocole "domain_udp" pour la résolution DNS. Ces protocoles sont inclus au groupe de services
"WEB".Cela donne :
Si vous utilisez le filtrage URL, vous allez passer indirectement par un proxy web situé sur le
Firewall.
Vous ne vous connectez donc plus directement au serveur web mais au proxy web puis le proxy se
connecte au serveur web. Ces différentes phases sont implicites dans les règles de filtrage.
Vous pouvez, au niveau des postes de travail, configurer votre navigateur pour vous connecter sur
un serveur proxy distant. Dans ce cas, pour accéder à Internet, le poste n'utilise plus le protocole
"http" sur le port 80 mais sur le port 8080.
Si vous avez implicitement laissé passer ce dernier protocole au niveau du Firewall, vos utilisateurs
peuvent accéder à l'Internet sans passer par le filtrage d'URL que vous avez mis en place.
Pour éviter cela, vous pouvez rediriger toutes les requêtes utilisant un service particulier (8080 par
exemple) vers le filtrage d'URL :
© Copyright NETASQ 2006
512
Accès à un serveur WEB
Dans cet exemple, on suppose que votre serveur Web est disposé dans la DMZ.
Il doit être accessible depuis le réseau externe (depuis Internet) et depuis le réseau interne soit tout
le monde.
La configuration du filtrage est alors assez simple : la machine source est "any", la machine
destination est "Serveur_Web_prive1", le service "http" et l'action à appliquer est de "Passer" :
Si vous faîtes de la translation d'adresses pour ce serveur web, vous devez
configurer une règle de translation supplémentaire pour y accéder de votre réseau interne
avec son nom de domaine. Référez-vous à l'exemple sur la translation d'adresses traitant ce
cas pour plus de renseignements.
Accès au DNS
Nous allons donner au réseau interne un accès au service DNS pour pouvoir utiliser les noms de
domaine au lieu des adresses IP.
La règle suivante permet d'autoriser le réseau interne à accéder aux serveurs DNS (internes et
externes). Il n’est pas nécessaire d’établir cette règle si vous avez choisi le groupe de services
WEB, mais ce type de règle peut être intéressant si vous souhaitez filtrer les serveurs DNS
accessibles.
© Copyright NETASQ 2006
513
Accès au FTP
Le protocole FTP est un peu particulier. Il utilise deux types de connexion :
► une connexion de commande pour envoyer et recevoir les commandes FTP,
► une connexion data pour le transit des flux de données.
De plus le FTP peut être utilisé en deux modes différents :
► le FTP actif (sous DOS par exemple) pour lequel la connexion pour le transfert de
données se fait par le port FTP-data du serveur . Cette connexion est à l'initiative du
serveur. En FTP actif, l'adresse IP privée du client est envoyée, via la connexion de
commande, au serveur afin que ce dernier puisse établir la seconde connexion. Si l'adresse
privée du client est translatée, il faut donc cocher l'option "FTP actif" dans la configuration
de la translation d'adresse, afin que le firewall modifie automatiquement l'adresse envoyée
dans les commandes FTP.
► le FTP passif (avec un Browser Web par exemple), pour lequel la machine source
effectue les deux connexions elle-même sur le serveur FTP. Cependant, le transfert de
données ne se fait pas sur le port FTP-data mais sur un port éphémère du serveur.
Règle générale
Le firewall NETASQ intègre un plugin FTP qui va gérer automatiquement la seconde connexion
(connexion data), vous permettant de ne définir qu'une seule règle de filtrage (celle pour autoriser la
connexion de commande du client vers le serveur). La seule règle à définir est la suivante :
© Copyright NETASQ 2006
514
Cette règle permet à une machine du réseau interne (Network_Bridge) d'accéder aux serveurs FTP
sur Internet.
Accès au serveur de messagerie placé en DMZ
Pour pouvoir envoyer et recevoir des e-mails sur un poste client, il faut autoriser les services SMTP
et POP3 du poste client vers le serveur de messagerie.
Le serveur de messagerie peut être un hébergé en interne ou à l'extérieur du réseau (chez le
provider par exemple). Il faut donc déclarer, dans la configuration des objets, le serveur de
messagerie (avec son adresse IP).
Vous pouvez ensuite créer un groupe de services appelé "Messagerie" dans lequel vous mettez les
services POP3 et SMTP. Ceci vous évitera de mettre deux lignes possédant les mêmes propriétés
dans les règles de filtrage.
Vous créez ensuite la règle de filtrage du réseau interne (où sont placés les postes clients) vers le
serveur de Messagerie avec le groupe de Service « Messagerie » et l'action « Passer ». Cela
donne :
© Copyright NETASQ 2006
515
Accès au telnet
Le service telnet permet l'ouverture d'un shell sur une machine distante (généralement une machine
UNIX).
Dans cet exemple, nous allons autoriser la machine « ma_machine » à se connecter au
« mon_serveur_web » pour en assurer l'administration.
Seule la machine " Client " pourra faire un telnet sur le serveur Web, situé dans la DMZ.
Connexions IPSec
Après avoir paramétré le VPN IPsec sur le firewall, il faut mettre des règles de filtrage pour autoriser
ces protocoles sur le firewall (sauf si les règles implicites sont activées pour ce type de trafic).
La première phase du protocole IKE se négocie sur le port UDP 500 (ISAKMP). Il faut donc
autoriser les connexions sur ce port sur l'interface du firewall concernée par le tunnel.
© Copyright NETASQ 2006
516
Dans le cas d'une connexion IPsec sortante, il faut accepter une connexion sur un firewall distant
sur le port ISAKMP.
En fonction des protocoles sélectionnés dans la configuration du VPN (ESP), il faut autoriser ces
protocoles à atteindre le firewall. Ces règles ne sont pas prises en compte par le module Stateful
Inspection et doivent donc être positionnées dans les deux sens de communications.
Les 3 premières règles de l'écran suivant permettent d'établir le tunnel VPN entre le firewall local et
le firewall distant (ces 3 règles doivent être indiquées sur les deux firewalls réalisant le VPN). Pour
un tunnel anonyme, l’objet « FW_correspondant » doit être remplacé par « ANY ».
Une fois les 3 premières règles en place, le tunnel peut être créé.
Vous pouvez ensuite filtrer les accès VPN aux machines internes. Pour filtrer les paquets arrivant
au firewall au travers du tunnel, vous devez spécifier l'interface IPSEC (en affichage détaillé) pour
définir les règles de filtrage. Pour filtrer les paquets sortant de votre firewall vers le tunnel VPN,
vous n'avez pas besoin de définir l'interface (laissez l'interface sur auto) si les objets sources et
destination sont bien précisés.
Les deux dernières règles indiquent comment filtrer les flux venant du réseau distant et passant par
le VPN.
Connexions PPTP
Après avoir configurer le serveur PPTP sur le firewall, il faut mettre des règles de filtrage associées
(sauf si les règles implicites sont activées pour ce type de trafic).
Vous avez besoin de rajouter trois règles :
► la première autorisant les clients PPTP à se connecter avec le protocole PPTP (TCP port
1723) sur l'interface du firewall utilisée pour le PPTP,
► deux autres autorisant le protocole GRE (protocole d'encapsulation) du client vers le
firewall et la règle inverse.
Exemple
On considère qu'un client se connecte sur Internet chez un provider A. Généralement, ce provider
fournit des adresses IP dans une plage particulière qu'il est possible de repérer.
On crée donc un objet réseau Plage_IP_Provider avec ces adresses. Si vous ne connaissez pas
cette plage, vous pouvez laisser l'objet « any » à la place.
© Copyright NETASQ 2006
517
On considère que la connexion Internet est relié à l'interface Out du firewall et les postes nomades
arrivent sur cette interface pour se connecter en PPTP.
Les règles de filtrage sont donc, dans ce cas, les suivantes :
Contrôle de bande passante
Le Firewall NETASQ vous donne la possibilité de faire de la régulation de bande passante. Ceci se
fait en autorisant le passage d'un nombre limité d'octets pendant une période de 1 seconde.
Le niveau peut être assez fin puisque vous pouvez limiter chacun des services du protocole IP,
pour chaque machine différente.
Ceci se paramètre au niveau du filtrage par l'action "Limiter à". Au lieu de bloquer ou laisser passer
les paquets, ils vont être autorisés jusqu'au seuil fixé puis se verront rejetés si le seuil est atteint
dans la période donnée.
L'exemple ci-dessous illustre comment limiter le téléchargement de fichiers en FTP à partir du
réseau interne.
© Copyright NETASQ 2006
518
Contrôle du filtrage
Après avoir configuré les règles les plus simples, il se peut que vous vous demandiez s'il n'en
manque pas pour assurer le bon fonctionnement des flux réseaux.
Il se peut aussi qu'un serveur applicatif utilise un protocole particulier que vous ne connaissez pas.
Si vous n'utilisez pas de règles explicitement bloquantes pour ces machines ou protocoles, un
moyen simple est de placer temporairement une règle de traçage en fin de filtrage. Cette règle va
logger tout ce qui est bloqué par le firewall.
Ainsi, le flux que vous n'avez pas explicitement autorisé passe toutes les règles puis arrive en fin de
tableau où il subit la règle par défaut (bloquer). Si vous placez une règle qui trace tout juste avant la
règle par défaut (qui n'apparaît pas dans la liste des règles de filtrage), le flux sera inscrit dans les
fichiers de traces que vous pourrez consulter ensuite.
Vous verrez notamment apparaître, dans le fichier de trace, le numéro de port destination, ce qui
est utile si vous ne le connaissiez pas.
Vous pouvez aussi analyser tout ce qui a été bloqué et voir si certains flux doivent réellement être
bloqués.
Accès au serveur de messagerie
Si vous possédez votre propre serveur de messagerie, il faut, au niveau du filtrage, lui autoriser
l'envoi et la réception des courriers. Pour cela, il suffit d'autoriser l'envoi et la réception au travers du
service SMTP.
Ceci n'est bien entendu utile que si votre serveur de messagerie communique avec l'extérieur. S'il
sert uniquement pour la messagerie interne, ces règles sont inutiles.
Le serveur de messagerie envoie ou reçoit des courriers de différents serveurs de messagerie, qui
ne sont pas identifiables. Ils seront donc représentés par la machine "any".
Les deux règles (une pour l'émission l'autre pour la réception) sont les suivantes :
Remarques : si votre serveur de messagerie est juste un relais avec le serveur de messagerie de
votre provider Internet, l'échange se fait uniquement du port 25 (SMTP) vers le port 25 de votre
serveur.
© Copyright NETASQ 2006
519
Authentification
L'authentification peut être demandée pour l'accès à certains services ou à certaines machines.
Pour cela, il faut avoir défini les fiches des utilisateurs qui peuvent s'authentifier au travers du
firewall. Par exemple, l'accès au WEB pour les utilisateurs authentifiés, appartenant au réseau
interne, pourra être autorisé avec la règle suivante :
Vous pouvez aussi donner des accès particuliers à certains utilisateurs authentifiés. Par exemple, la
politique suivante autorise l'utilisateur DUPONT à faire du FTP (où qu'il se trouve), les utilisateurs
authentifiés du réseau Network_bridge peuvent faire du WEB et tous les utilisateurs du réseau
Network_bridge, même non authentifiés, ont accès à la messagerie :
Il est aussi possible d'authentifier les utilisateurs pour des connexions entrantes (provenant de
l'Internet).
Ainsi, vous pouvez autoriser l'accès à certains services hébergés sur votre réseau interne à certains
utilisateurs de l'Internet (il faut bien entendu que les informations de connexion aient été, au
© Copyright NETASQ 2006
520
préalable, fournies à ces utilisateurs). L'exemple suivant montre comment autoriser le groupe
d'utilisateur Partenaire à accéder à un serveur WEB particulier (pour un Extranet, par exemple) :
Si vous souhaitez authentifier des utilisateurs situés à l'extérieur du périmètre de sécurité du
firewall, il faut autoriser les services nécessaires à l'authentification, à savoir le service HTTPS et le
service d'authentification propriétaire NETASQ via SRP (port1200). Attention, le port 1200 ne doit
être ouvert que si vous utilisez l'authentification via SRP, dans les autres cas seul le HTTPS est
nécessaire.
© Copyright NETASQ 2006
521
Annexe F : Evénements
Voici une liste non exhaustive des notifications d'événements déclenchés par le Firewall NETASQ.
Notification d'événements
Certains événements sont logués par le firewall sans être pour autant des attaques. Ces
événements sont visualisable à partir du Firewall Manager (Menu "Configuration" "Traces").
Notification
Description
Arrêt du firewall
Indique un arrêt du firewall
authentification
échouée L'authentification du protocole PPTP a échoué (le login
pour + nom d'utilisateur
ou le mot de passe PPTP sont incorrects).
connexion terminée pour + La connexion PPTP ou dialup est terminée.
nom d'utilisateur
Il reste 20% d’espace libre Le fichier de log a dépassé les 80% de remplissage
pour le fichier de log
(seulement en mode shutdown ou sécurisation, ce qui
signifie que dans ce cas le firewall agit comme un
« block all »).
connexion établie pour
La connexion PPTP ou dialup est correctement
établie.
phase 1 IPsec échouée
La phase 1 du protocole IKE n'a pas pu s'établir
correctement
phase 2 IPsec échouée
La phase 2 du protocole IKE n'a pas pu s'établir
correctement
la clé IPsec est introuvable Aucune clé pré-partagée ne correspond à cet
pour + identifiant VPN
identifiant VPN. La clé correspondant à l'identifiant n'a
pas été définie dans le gestionnaire des clés prépartagées.
démarrage du firewall
Indique un démarrage du firewall.
HA : Défaillance du firewall Indique une panne du firewall actif. Le firewall passif
actif
devient alors actif. (Cet événement ne peut-être
détecté que si vous possédez deux firewalls
configurés en haute disponibilité).
HA: Défaillance du firewall Indique une panne du firewall passif (Cet événement
passif
ne peut-être détecté que si vous possédez deux
firewalls configurés en haute disponibilité).
CRL invalide pour le tunnel La liste de révocation de certificats (CRL) utilisée pour
VPN
un tunnel VPN n'est pas valide.
certificat invalide pour le Le certificat de l'équipement VPN distant n'est pas
tunnel VPN
valide.
La partition de log a changé
La partition disque contenant les logs n'est plus
détectée sur le même disque qu'au précédent reboot.
© Copyright NETASQ 2006
522
Deux causes sont possibles : une intervention
matérielle (un disque a été rajouté dans le firewall pour
contenir la partition de log), un problème disque (la
partition de log n'est plus correctement détectée).
© Copyright NETASQ 2006
523
Annexe G : Foire aux questions
1. Que signifie le message "Impossible de localiser la machine en x.x.x.x" ?
2. Comment vérifier l'(les) adresse(s) IP réellement affectée(s) au firewall ?
3. Que signifie le message "Vous avez perdu le privilège MODIFY" ?
4. Que signifie le message "L'opération a dépassé le temps imparti" ?
5. Comment arrêter le voyant d'alarme majeure sur le firewall ?
6. Comment suis-je au courant d'une tentative d'intrusion ?
7. Que se passe-t-il lorsqu'une alarme est déclenchée par le firewall ?
8. Est-il possible de laisser passer d'autres protocoles que IP ?
1. Que signifie le message "Impossible de localiser la machine en x.x.x.x" ?
Ce message signifie que la machine sur laquelle vous êtes connecté ne peut pas joindre le firewall
avec l'adresse IP que vous avez précisée dans la fenêtre de connexion. Le problème peut être dû à
plusieurs choses.
Vérifiez:
► Que l'adresse IP que vous avez spécifiée dans la fenêtre de connexion est bien celle du
firewall (celle de l'interface interne en mode avancé),
► Que votre machine possède bien une adresse IP différente du firewall mais dans le
même sous-réseau,
► Que les branchements sont corrects (utilisez un câble croisé uniquement si vous
branchez le firewall directement à une machine ou un routeur). Tapez "arp -a" dans une
fenêtre DOS sous Windows pour voir si le PC connaît l'adresse physique (Ethernet) du
Firewall NETASQ. Si ce n'est pas le cas, vérifier vos câbles, les connexions physiques à
votre hub,
► Que vous n'avez pas changé de mode de fonctionnement du firewall (transparent ou
avancé),
► Que l'adresse IP est bien prise en compte au niveau du firewall (cf Comment vérifier
l'adresse IP affectée au firewall),
► Que le serveur d'accès à l'interface graphique n'a pas été désactivé sur le firewall.
2. Comment vérifier l'(les) adresse(s) IP réellement affectée(s) au firewall ?
Afin de vérifier la(les) adresse(s) IP affectée(s) au firewall ainsi que le mode de fonctionnement, il
suffit de se connecter en mode console au firewall. Pour cela, vous pouvez soit faire un SSH sur le
firewall (si le SSH est activé et autorisé), soit vous connecter directement sur le boîtier par le port
série ou en branchant un écran et un clavier sur le boîtier.
Une fois connecté en mode console (avec le login admin ou root), tapez la commande « ifinfo » Le
résultat vous donne la configuration des cartes réseau et le mode de fonctionnement actuel.
3. Que signifie le message "Vous avez perdu le privilège MODIFY" ?
Il ne peut y avoir qu'un seul utilisateur ayant les droits de modification connecté au firewall. Ce
message signifie qu'une session est ouverte par un utilisateur ayant le droit de modification.
© Copyright NETASQ 2006
524
Pour forcer la fermeture de cette session, il suffit de se connecter en ajoutant un point d'exclamation
devant le nom d'utilisateur (!admin).
Attention, si une session avec le droit MODIFY est ouverte sur une autre machine, elle sera fermée.
4. Que signifie le message "L'opération a dépassé le temps imparti" ?
Par mesure de sécurité, toute connexion, aboutie ou non, entre le firewall et l'interface graphique
est stoppée au bout d'un certain temps. Cela évite notamment d'attendre indéfiniment la connexion
dans le cas où le firewall n'est pas joignable sur le réseau.
5. Comment arrêter le voyant d'alarme majeure sur le firewall ?
La led d'alarme majeure s'allume dès qu'une alarme majeure est reçue et reste allumée tant que
personne ne valide la visualisation de l'alarme.
Pour arrêter la led, il suffit de valider l'option « Eteindre les LEDs » dans le menu firewall.
6. Comment suis-je au courant d'une tentative d'intrusion ?
Chaque tentative d'intrusion déclenche une alarme majeure ou mineure suivant son importance.
Vous êtes informés de ces alarmes par quatre moyens différents :
► Premièrement, les leds sur la face avant du boîtier s'allument (rouge) ou clignotent
(jaune) pour vous signaler l'alarme,
► Ensuite, les alarmes sont tracées dans un fichier spécifique consultable à partir de
l'interface graphique (Firewall Monitor ou Reporter),
► Vous pouvez recevoir un rapport d'alarmes à une fréquence régulière (cf réception des
alarmes),
► Enfin, le Firewall Monitor affiche à l'écran, en temps réel, les alarmes reçues.
7. Que se passe-t-il lorsqu'une alarme est déclenchée par le firewall ?
Toute tentative d’intrusion ou attaque détectée est automatiquement stoppée. Suivant la
configuration, les paquets qui déclenchent une alarme au niveau du firewall est soit bloqué soit
stoppé.
En cas d'attaque franche, il convient de surveiller de près les connections entrantes à l'aide du
Firewall Monitor ou Reporter ou d'autres outils d'analyse réseau.
8. Est-il possible de laisser passer d'autres protocoles que IP ?
© Copyright NETASQ 2006
525
Le firewall NETASQ ne peut filtrer que les protocoles fonctionnant sur IP. Tout autre protocole qui
n'est pas reconnu par le firewall est considérer comme suspect et se retrouve bloqué.
Cependant, avec le mode de fonctionnement transparent, il est possible de laisser passer d'autres
protocoles sans les filtrer. Ces protocoles sont IPX de Novell, IPv6, PPPoE, Appletalk et Netbios.
© Copyright NETASQ 2006
526
Annexe H : Commandes
L'accès au firewall en mode console (connexion par SSH, par port série ou avec un écran-clavier)
permet la maintenance du firewall au moyen d'un jeu de commandes.
Cette annexe présente les principales commandes utilisées (attention à bien respecter la casse) :
Lancement du serveur de commandes
► nsrpc [email protected] : permet de lancer, de façon locale, le serveur de commande du
firewall avec le user admin.
Visualisation d'informations de configuration
► ifinfo : affiche la correspondance entre les noms des interfaces définies dans la
configuration réseau (avec le Firewall Manager) et les noms utilisés par le système.
► ifconfig : affiche les informations relatives à la configuration réseau du firewall.
► ipnat -l : donne les règles de translation d'adresses actives.
► sfctl -s filter : donnes les règles de filtrage actives.
► netstat -rn : affiche la table de routage du firewall.
Vous avez la possibilité de visualiser le contenu des fichiers de configuration avec un éditeur tel que
vi.
Les fichiers de configuration se trouvent dans le répertoire /Firewall/ConfigFiles.
Activation/Désactivation de slot ou de fonctionnalité
Désactivation
► ennat 00 : désactive les translations d'adresses.
► envpn 00 : désactive le tunnel VPN actif.
► enurl 00 : désactive le filtrage d'URL.
Activation
► ennat xx : active le slot de translation d'adresses portant le numéro xx.
► envpn xx : active le slot vpn portant le numéro xx.
► enurl xx : active le slot de filtrage d'URL portant le numéro xx.
► enfilter xx : active le slot de filtrage portant le numéro xx.
► enfilter 10 : active le slot 10 (pass_all dans la configuration par défaut, le firewall laisse
passer tous les paquets).
► endialup : relance une connexion avec un modem.
► ennetwork : recharge une configuration réseau.
► engui : réactive l'autorisation de connexion du Firewall Manager sur les réseaux
internes.
© Copyright NETASQ 2006
527
Activité du firewall
► sfctl -s stat : donne les statistiques du firewall.
► sfctl –T : affiche des informations « temps réel » sur le moteur stateful du firewall,
► dstat : donne la liste des services actifs.
► top -u : donne l'activité du processeur et des processus ainsi que l'occupation de la
mémoire.
► tcpdump -i <nom de l'interface> <filtre> : affiche en temps réels les paquets qui
transitent par une interface du firewall.
► <nom de l'interface> correspond au nom de l'interface utilisé par le système (ce
nom peut être récupéré grâce à la commande ifinfo)
► <filtre> permet de filtrer les protocoles ou services affichés.
Le filtre d'un service doit être précédé du mot "port". Les services peuvent être indiqués par leur
numéro de port ou par leur nom ( si le service fait partie des services courants).
Exemple de filtres
► tcpdump -i fxp0 not port 23 (pour ne pas afficher les flux telnet),
► tcpdump -i fxp0 udp OR port HTTP (pour n'afficher que les flux UDP et HTTP),
► tcpdump -i fxp0 tcp AND port 53( pour n'afficher que les flux DNS TCP),
► tcpdump –s0 –w /tmp/dump –i fxp0 (écriture du trafic dans un fichier donné,
► tcpdump –s0 –i fxp0 ESP OR port isakmp (visualisation du trafic chiffré ESP ou des
phases de négociation VPN).
Commandes VPN
► showSPD : Affichage de la SPD (Security Policy Database) contenant toutes les
informations relatives aux tunnels définis (actifs ou non).
► showSAD : Affichage de la SAD (Security Association Database) contenant les
informations relatives aux tunnels actifs.
Divers
► getversion : affiche la version logicielle du firewall.
Utilisez cette commande dès la réception de votre IPS-Firewall pour vérifier que la
version livrée correspond bien à la version attendue.
La manipulation des fichiers et l'utilisation de certaines commandes doivent être
réalisées avec précaution, en effet certaines opérations peuvent avoir des conséquences sur
le fonctionnement du firewall.
© Copyright NETASQ 2006
528
Annexe I : Rôle de la DMZ
Le but habituel d'une DMZ (De-Militarized Zone) est d'isoler de votre réseau interne les machines
qui doivent recevoir des connexions du monde extérieur.
Ainsi, vous isolez complètement l'accès direct du réseau externe vers votre réseau interne. Les
accès possibles de l'extérieur se font uniquement dans la DMZ qui est physiquement séparée du
réseau interne.
Vous bénéficiez ainsi d'une protection efficace sur le réseau interne. Les machines de la DMZ, qui
sont exposées à un risque plus important (puisque joignables de l'extérieur), ne peuvent pas
permettre de rebondir directement sur l'ensemble du réseau.
Il faut ensuite bien définir les relations entre la DMZ et le réseau interne pour ne pas compromettre
le niveau de sécurité atteint.
Exemple de mise en place d'une DMZ
La DMZ peut aussi être utilisée à d'autres fins (séparation de branches d'une entreprise,...)
© Copyright NETASQ 2006
529
Annexe J : Connexion au serveur SSH
Le firewall NETASQ intègre un serveur SSH. La connexion à ce serveur peut servir à la
configuration du firewall en mode console (en ligne de commande).
Définition de Secure Shell
Secure Shell est un protocole de communication sécurisé permettant l'accès distant au Firewall afin
d’y exécuter des programmes. SSH permet de pallier les faiblesses de sécurité des accès distants
tels que telnet en fournissant les services de sécurité essentiels : authentification du serveur et du
client, confidentialité des flux (notamment des mots de passe).
SSH repose sur la technique de cryptographie asymétrique RSA pour l’authentification et utilise
l'algorithme symétrique IDEA pour la confidentialité des flux.
Activation du serveur SSH sur le Firewall
Le service est désactivé par défaut sur le Firewall, il faut donc l’activer par l’intermédiaire du menu
« Firewall > Sécurité ».
La clé privée de l’utilisateur admin sera nécessaire pour l’authentification lors de la connexion. Il est
donc nécessaire de la sauvegarder et de la stocker dans un répertoire sur la machine depuis
laquelle la connexion en SSH sera lancée.
Par défaut le filtrage du firewall bloque la connexion sur le port 22 (SSH) du Firewall. Il est donc
nécessaire de mettre en place une règle de filtrage pour autoriser cette communication.
Configuration de la partie cliente
Un logiciel ssh supportant la version 2 de ce protocole est nécessaire pour
l’utilisation avec le firewall.
La configuration de la partie cliente dépend du logiciel client utilisé.
© Copyright NETASQ 2006
530
Annexe K : Activation Key
Votre IPS-Firewall NETASQ vous a peut être été vendu avec une carte nommée Activation Key.
Principe
Les Activation Key sont des cartes, au format carte de crédit, contenant des informations
susceptibles de modifier logiciellement la licence des produits NETASQ. Une carte n’est utilisable
qu’une seule fois : une fois qu’une Activation Key est associée à un numéro de série d’appliance
NETASQ, elle ne peut plus être affectée à un autre appliance.
Comment se présente une carte ?
La carte se présente de la façon suivante :
Face Avant
Face Arrière
Sur la face arrière, 3 informations sont indiquées :
► la référence de l’Activation Key,
► le serial number de l’Activation Key,
► le code de l’Activation Key.
Ces deux dernières informations sont nécessaires pour modifier la licence du produit en adéquation
avec la référence de l’Activation Key.
Comment activer la carte ?
Pour activer une Activation Key et donc modifier en conséquence la licence d’un produit,
connectez-vous sur le site WEB de NETASQ : www.netasq.fr.
L’activation de l’Activation Key peut être réalisée en même temps que le téléchargement initial de la
licence ou peut être réalisé ultérieurement.
Comme pour le téléchargement initial de la licence, veuillez effectuer les opérations suivantes :
1. Dirigez-vous dans la section « Espace client ».
Indiquez alors votre numéro de support, obtenu après la phase d’enregistrement du boîtier
et votre mot de passe WEB.
© Copyright NETASQ 2006
531
2. Vous arrivez alors dans votre espace personnel. Dans la section « Centre de
téléchargement », sélectionnez « Téléchargement de licence ».
3. La liste des licences des produits enregistrés sur votre espace client s’affiche. Cliquez
sur le lien « Détails » qui correspond au boîtier pour lequel vous désirez activer la carte,
dans la colonne Licence.
4. Une page descriptive des caractéristiques du produit s’affiche.
5. Cliquez sur le bouton « Ajouter une option ». Le tableau suivant apparaît :
Indiquez ensuite le numéro d’option (serial number) et le code d’activation de la carte. Une
validation vous sera demandée avant l’activation effective de l’option. La nouvelle licence
sera disponible sous un délai de 20 minutes (un mail de confirmation vous sera alors
envoyé à l’adresse que vous avez indiqué lors de l’enregistrement).
Pendant ce délai, vous pouvez télécharger une licence temporaire vous permettant d’utiliser
le produit (mais les options correspondant aux Activation Key ne seront pas actives), en
choisissant la version logicielle de votre produit puis en cliquant sur le bouton
« Téléchargement licence » (voir descriptif des caractéristiques). Le numéro de version
logicielle est donné lors de l’installation de l’interface graphique d’administration des
appliances NETASQ (disponible sur le CDROM livré avec le produit).
Lorsque votre licence définitive sera disponible, reprenez les étapes 1, 2 et 3 puis cliquez
sur le bouton « Téléchargement licence ».
Comment activer une architecture haute disponibilité ?
Pour activer deux boîtiers en haute disponibilité, la procédure à suivre est décrite ci-dessous :
Etapes
Actions
1
Enregistrez les deux produits utilisés pour monter l’architecture
haute disponibilité.
2
Dans la liste des boîtiers présentés dans votre espace personnel,
choisissez alors le boîtier « Maître ». Le boîtier « Maître »
correspond au boîtier principal, pour lequel l’option Haute
disponibilité a la valeur « None » (Cette information peut être
visualisée dans le détail de la licence, voir descriptif des
caractéristiques du produit).
© Copyright NETASQ 2006
532
3
Activez, sur le boîtier « Maître », toutes les Activation Key
commandées pour la solution haute disponibilité (conformément
au tableau de procédure précédent), exceptée la carte portant la
référence : NA-HA.
4
Une fois toutes les Activation Key activées sur le boîtier Maître,
activez de la même façon, la carte NA-HA. Vous devez alors
indiquer le numéro de série du boîtier « Slave » (second boîtier
utilisé pour l’architecture Haute disponibilité. Attention, ce boîtier
doit obligatoirement avoir la valeur « Slave » pour l’option Haute
disponibilité, comme indiqué sur le détail de la licence, voir
descriptif des caractéristiques du produit). La licence du boîtier
« Slave » sera alors automatiquement copiée à partir de la
licence du boîtier « Maître » et l’option Haute disponibilité prendra
la valeur « Master » sur le boîtier « Maître ».
5
Les nouvelles licences pour les deux boîtiers seront disponibles
sous un délai de 20 minutes (un mail de confirmation vous sera
alors envoyé à l’adresse que vous avez indiquée lors de
l’enregistrement).
© Copyright NETASQ 2006
533
Annexe L : Réinitialisation de l’IPS-Firewall
Il est possible de restaurer la configuration usine d’un IPS-Firewall
raméne alors le produit dans l’état où il était à la livraison.
NETASQ. Cette opération
La réinitialisation d’un IPS-Firewall détruit toute la configuration réalisée sur le
produit, excepté le mot de passe (voir ci-dessous). Elle est irreversible, attention donc à ne
réaliser cette opération que si elle est absolument nécessaire.
Pour le F50, l’opération entraîne aussi la réinitialisation du mot de passe. Pour les
autres produits, la réinitialisation garde le mot de passe en vigueur. Donc même après une
réinitialisation, l’IPS-Firewall est toujours accessible avec le même mot de passe. Il n’est pas
possible de réinitialiser le mot de passe de votre IPS-Firewall (sauf F50) avec la procédure
décrite ici.
Cas du F25 et F50
Pour réinitialiser le F25 ou F50, retournez le boîtier et munissez-vous d’une pointe (stylo bille par
exemple). Un petit interrupteur est placé sous le boîtier et est accessible par un trou réalisé dans le
capôt. Maintenez l’interrupteur appuyé au moyen de la pointe pendant plusieurs secondes (environ
15 secondes) jusqu’à entendre un signal sonore. La procédure de réinitialisation de l’IPS-Firewall
se lancera alors automatiquement et après quelques instants l’IPS-Firewall aura retrouvé sa
configuration d’usine et rebootera. Ce reboot peut durer 5 minutes, veuillez donc attendre la fin du
reboot (nouveau signal sonore) pour vous reconnecter à l’IPS-Firewall Attention, cette opération
réinitialise aussi le mot de passe.
Pour tous les autres produits
Pour les autres produits, la réinitialisation du boîtier se fait en mode console. Plusieurs méthodes
permettent d’accèder à l’IPS-Firewall en mode console, la plus simple est réalisée avec la liaison
série. Pour cela, utilisez le câble série livré avec l’IPS-Firewall pour connecter l’appliance et un PC
via leur port série respectif.
Lancez ensuite une application du type HyperTerminal (accessible via le menu « Démarrer >
Programmes > Accessoires > Communication »).
Choisissez alors une comunication sur le port « COM », puis spécifiez les paramètres du port
suivants :
Bits par seconde : 9600
Bits de données : 8
Parité : Aucun
Bits d’arrêt : 1
Contrôle de flux : Matériel
L’invite suivante apparaît alors :
FreeBSD (F2003D099999999999) (ttyd0)
login :
© Copyright NETASQ 2006
534
Renseignez alors le login « admin » puis le mot de passe correspondant au login « admin » que
vous utilisez d’habitude pour vous connecter à l’IPS-Firewall. Vous êtes maintenant connecté à
l’IPS-Firewall. Tapez alors la commande : « defaultconfig –f » et appuyez sur entrée.
FreeBSD (F2003D099999999999) (ttyd0)
login: admin
SSH Passphrase:
Copyright (c) 1980, 1983, 1986,1988, 1990, 1991, 1993, 1994
The Regents of the University of California. All rights reserved
F2003D099999999999>defaultconfig -f
Un bip d’avertissement doit retentir et votre IPS-Firewall doit rebooter. Le IPS-Firewall est alors
réinitialisé.
© Copyright NETASQ 2006
535
Annexe M : Noms interdits
Voici une liste des noms d’objets (à l’exception des objets « utilisateur ») interdits sur l’ IPS-Firewall
NETASQ. :
Caractères interdits
Ces caractères ne peuvent être utilisés dans les noms d’objets :
►«»
►\
►#
►@
►[
►]
►=
► <tab>
► <espace>
Caractères interdits en première position
Les noms d’objets ne peuvent commencer par les chiffres (0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9).
Préfixes interdits
Ces préfixes, non sensibles à la casse, ne peuvent être utilisés en début d’un nom d’objet :
► Firewall_
► Network_
► ephemeral_
► Global_
Nom interdits
Les noms suivants, non sensibles à la casse, ne peuvent pas être utilisés dans la création d’objets
sur l’IPS-Firewall :
► any
► anonymous
► broadcast
© Copyright NETASQ 2006
536
Annexe N : Fichiers de traces NETASQ
Le traitement des flux de trafics transitant par les IPS-Firewalls entraîne la génération
d’enregistrements d’audit contenant un descriptif de tous les événements rencontrés. Suivant les
types des événements rencontrés, ceux-ci font l’objet d’un enregistrement dans des fichiers de
traces NETASQ spécifiques.
Il existe ainsi treize (13) types de fichiers de traces disponibles sur les IPS-Firewalls NETASQ :
web, smtp, connection, filter, alarm, plugins, auth, server, vpn, filterstat, natstat, count et system.
Les noms utilisés pour ces fichiers de traces sont explicites :
► « web » est utilisé pour les traces des trafics WEB, ce fichier est renseigné par le proxy
HTTP,
Exemple : le proxy de l’IPS-Firewall a enregistré la requête de l’utilisateur « jean.dupont » à
destination du site WEB « www.netasq.com ».
► « smtp » est utilisé pour les traces du trafic SMTP, ce fichier est renseigné par le proxy
SMTP,
Exemple : le proxy de l’IPS-Firewall a enregistré l’envoi d’un mail de l’utilisateur
« [email protected] » à destination de « [email protected] ».
► « connection » est utilisé pour les connexions à travers et à destination de l’IPSFirewall, ce fichier est renseigné par le moteur IPS NETASQ, l’ASQ,
Exemple : le noyau ASQ de l’IPS-Firewall a enregistré la connexion de la machine
« 192.168.0.2 » et du port « 1672 » à destination de la machine « 192.168.1.2 » et du port
« 1840 ».
► « filter » est utilisé pour les traces générées par le filtrage (une entrée est inscrite à
chaque fois qu’une règle de filtrage possédant l’attribut « Tracer » est associé à un trafic
transitant par l’IPS-Firewall), ce fichier est renseigné par le moteur IPS NETASQ, l’ASQ,
Exemple : le noyau ASQ de l’IPS-Firewall a enregistré que la règle de filtrage « 3 »
(possédant l’attribut « tracer ») a été utilisée pour le traitement d’un paquet transitant par
l’IPS-Firewall.
Les informations enregistrées dans ce fichier de traces sont les suivantes :
Firewall
Numéro de série de l’IPS-Firewall ou Nom (si connu)
Date
Date de génération de l’enregistrement
Heure
Heure de génération de l’enregistrement
Fuseau
Fuseau horaire de l’IPS-Firewall
Enregistré à
Heure d’enregistrement de l’événement
Règle ID
Identifiant de la règle
Interface source
Carte réseau de l’Interface Source
Nom Interface src
Nom de l’Interface Source (uniquement si connu)
Interface Dst
Carte réseau de l’interface Destination
Nom Interface Dst
Nom de l’interface Destination (uniquement si connu)
© Copyright NETASQ 2006
537
Protocole
Protocole analysé ou Port Destination
Protocole Internet
Protocole IP
Type ICMP
Type du message (uniquement si ICMP)
Code ICMP
Code du message (uniquement si ICMP)
Source
Adresse IP de la source
Nom Source
Nom de la source (uniquement si connu)
Utilisateur
Nom de l’utilisateur authentifié
Destination
Adresse IP de la destination
Nom Destination
Nom de la destination (uniquement si connu)
Port Source
Numéro de port de la source (uniquement si TCP/UDP)
Nom Port Source
Nom du port de la source (uniquement si connu)
Port Destination
Numéro du port de la destination (uniquement si TCP/UDP)
Nom Port Dst
Nom du port de la destination (uniquement si connu)
Action
Action de la règle de filtrage
► « alarm » est utilisé pour les alarmes remontées par l’ASQ des IPS-Firewalls (les règles
de filtrage et les événements « Système » possédant un attribut « Mineure » ou
« Majeure » sont enregistrées dans ce fichier), ce fichier est renseigné par le moteur IPS
NETASQ, l’ASQ,
Exemple : le noyau ASQ de l’IPS-Firewall a enregistré une tentative de rebond FTP sur un
serveur FTP protégé par l’IPS-Firewall (ce trafic est bloqué par défaut et remonte une
alarme mineure).
Firewall
Numéro de série de l’IPS-Firewall ou Nom (si connu)
Date
Date de génération de l’enregistrement
Heure
Heure de génération de l’enregistrement
Fuseau
Fuseau horaire de l’IPS-Firewall
Enregistré à
Heure d’enregistrement de l’événement
Priorité
Pour les alarmes, niveau de l’alarme (majeur ou mineur)
Règle ID
Identifiant de la règle
Interface source
Carte réseau de l’Interface Source
Nom Interface src
Nom de l’Interface Source (uniquement si connu)
Protocole
Protocole analysé ou Port Destination
Protocole Internet
Protocole IP
Type ICMP
Type du message (uniquement si ICMP)
Code ICMP
Code du message (uniquement si ICMP)
© Copyright NETASQ 2006
538
Source
Adresse IP de la source
Nom Source
Nom de la source (uniquement si connu)
Utilisateur
Nom de l’utilisateur authentifié
Destination
Adresse IP de la destination
Nom Destination
Nom de la destination (uniquement si connu)
Port Source
Numéro de port de la source (uniquement si TCP/UDP)
Nom Port Source
Nom du port de la source (uniquement si connu)
Port Destination
Numéro du port de la destination (uniquement si TCP/UDP)
Nom Port Dst
Nom du port de la destination (uniquement si connu)
Action
Action de la règle de filtrage
Message
Informations complémentaires sur l’alarme
Aide
Accès à une aide compléméntaire sur l’alarme
► « plugins » est utilisé pour les traitements des plugins de l’ASQ, ce fichier est renseigné
par le moteur IPS NETASQ, l’ASQ,
Exemple : le noyau ASQ de l’IPS-Firewall a enregistré une requête HTTP anormalement
formée (dépassement du nombre de caractères autorisés dans l’URL de la requête).
► « auth » est utilisé pour les traitements de l’authentification sur les IPS-Firewalls, ce
fichier est renseigné par le processus de gestion de l’authentification,
Exemple : le module d’authentification de l’IPS-Firewall a enregistré l’authentification de
l’utilisateur « jean.dupont » pour une période de quatre (4) heures.
Date Heure
Date et heure de génération de l’enregistrement
User
Identifiant de l’utilisateur demandant à être authentifié
Source
Adresse source de la connexion
Destination
Adresse destination de la connexion
Status
Code d’erreur de retour de la demande
Message
Message de retour de la demande
► « server » est utilisé pour le fonctionnement du serveur d’administration des IPSFirewalls : « serverd » (dans ce fichier se trouve listé toutes commandes envoyées au
serverd pour la configuration des IPS-Firewalls, potentiellement on peut y retrouver toutes
les commandes de configuration des IPS-Firewalls. Ces commandes sont aussi utilisées
pour la configuration en ligne de commandes des IPS-Firewalls), ce fichier est renseigné
par le serveur d’administration « serverd »,
Exemple : le module d’administration de l’IPS-Firewall a enregistré la commande « config
asq alarm show » visant à afficher la configuration des alarmes de l’ASQ.
Date
Date et heure de génération de l’enregistrement
User
Identité de l’administrateur (login)
© Copyright NETASQ 2006
539
Address
Adresse IP source de la connexion
Session
Format 00.0000. Les deux premiers chiffres correspondent au
nombre de réinitialisations, les quatres suivants correspondent au
nombre de connexions
Status
Code d’erreur de retour de la commande
Message
Ligne de commande envoyée à l’IPS-Firewall
► « vpn » est utilisé pour les événéments associés aux politiques VPN.
Exemple : le module VPN a enregistré la création d’un tunnel VPN entre les passerelles
« 192.168.12.35 » et « 47.89.69.215 ».
Date Heure
Date et heure de génération de l’enregistrement
Niveau d’erreur
Message d’erreur
Phase
Phase de négociation de la SA
Source
Adresse source de la connexion
Destination
Adresse destination de la connexion
Message
Message concernant la tentative de mise en place d’un tunnel
► « filterstat » est utilisé pour afficher des statistiques sur le filtrage, ce fichier est
renseigné par le processus firewall,
Exemple : le système de l’IPS-Firewall a enregistré que 1205 octets de trafic UDP, 52
octets de trafic ICMP et 4879 octets de trafic TCP ont transité à travers l’IPS-Firewall entre
le 5 juillet 2004 00:00:00 et le 15 août 2004 23:59:59.
► « natstat » est utilisé pour afficher des statistiques sur la translation d’adresses, ce
fichier est renseigné par le processus firewall,
Exemple : le système de l’IPS-Firewall a enregistré le nombre de translations d’adresses
réalisées vers le réseau interne, vers l’extérieur, la règle de translation utilisée...
► « count » est utilisé pour afficher des statistiques de comptage (principalement dans le
cas des règles de filtrage possédant l’attribut « Compter »), ce fichier est renseigné par le
processus firewall,
Exemple : le système de l’IPS-Firewall a enregistré que la règle de filtrage « 4 » (possédant
l’attribut « Compter ») a été utilisée 68501 durant la période sélectionnée.
► « system » est utilisé pour le fonctionnement de certains processus des IPS-Firewalls
(les événements « Système » possédant un attribut « System » sont enregistrés dans ce
fichier), ce fichier est renseigné par plusieurs processus de l’IPS-Firewall (services DNS,
DHCP, etc).
Exemple : l’IPS-Firewall a enregistré le démarrage du module d’authentification des IPSFirewalls.
Date
Date et heure de génération de l’enregistrement
Service
Service associé au message
Message
Message associé à l’enregistrement
© Copyright NETASQ 2006
540
Comme indiqué ci-dessus les quatre fichiers de traces principaux sont renseignés par le processus
central de tous les IPS-Firewalls NETASQ, l’ASQ. Parmi ces fichiers, celui qui apparaît le plus
important est sans conteste le fichier « alarm » qui tient compte des événements illégaux (non
relatif au filtrage) associés à des attaques contre le système.
Attention, la classification des traces est présentée ici selon un point de vue « Système ». Tandis
que certaines modifications sont réalisées pour l’affichage des traces dans les logiciels de la suite
d’administration NETASQ. Par exemple les traces correspondant aux trafics WEB sont présentées
dans la section Fichier > WEB du Reporter. Ces traces correspondent au fichier « web » et aux
traces associées au plugin HTTP dans le fichier « plugin ».
Format des fichiers de traces
Les fichiers de logs sont des fichiers texte. Un log correspond à une ligne terminée par les
caractères 0D et 0A (en hexadécimal).
Les lignes sont au format standard WELF. Un document décrivant ce format peut être trouvé sur le
site de webtrends : http://www.webtrends.com/library/prtnr_welf.doc.
Paquets bloqués et Paquets permis
Dans chaque ligne de traces, il est important de repérer le token « Action ». Ce token permet
d’identifier les paquets qui ont été autorisés (par la politique de filtrage ou parce qu’ils n’ont pas été
bloqués par les analyses de l’ASQ) lorsque sa valeur est « pass » et les paquets qui ont été
bloqués (soit ils ont été supprimés silencieusement par l’IPS-Firewall soit ils ont été supprimés et
une réinitialisation a été envoyé à la machine source de ce paquet, cette information n’est pas
disponible pour les administrateurs de l’IPS-Firewall) lorsque sa valeur est « block ».
Traces de modification de l’heure des IPS-Firewalls.
Lorsque un IPS-Firewall est remis à l'heure, une ligne spéciale est écrite dans tous les fichiers de
traces.Elle se présente comme ceci :
id=firewall time="2003-12-29 16:35:32"fw="F1003C006000100401"tz=+0100 startime="2003-12-29
16:30:10"datechange=1 duration=322
Le token « datechange=1 » signifie qu'il s'agit d'une remise à l'heure et « duration » spécifie le
nombre de secondes de décalage.
Exceptions sur les tokens
Certains fichiers de traces ne suivent pas exactement le format standard WELF. Ces exceptions
sont répertoriées dans la section suivante.
Exceptions communes a tous les logs
« rule »est remplacé par ruleid,
le token « time » désigne l'heure d'enregistrement de la ligne dans le fichier de log à l'heure locale
du firewall,
« tz » désigne le décalage selon le fuseau horaire du firewall au moment ou il écrit le log.On peut
donc connaître l'heure du log selon le temps universel et analyser une attaque survenant
simultanément sur des équipements répartis dans des pays différents,
« startime » désigne l'heure du début d'une connexion. Si une connexion dure une heure « time »
sera au moins égal à « startime» plus une heure,
« groupid » représente une session complète FTP,on retrouve cette notion dans les logs de plugin,
« dstif » ,« srcif »,« dstifname »,« srcifname » désignent les interfaces source et destination du
firewall avec leur noms,
« user » correspond dans plusieurs logs à des noms de personnes authentifiées via « authd »,
« icmptype » et « icmpcode » correspondent au type et au code icmp dans les logs d’alarmes.
© Copyright NETASQ 2006
541
Journal SMTP
« user » correspond à l'envoyeur du mail et « dstname » correspond au destinataire.
Journal SERVER
« error » est un entier commençant à zéro qui exprime respectivement : OK, LAST (dernière
commande), FAILED (echec de la commande), AUTH_FAILED (echec de l'authentification),
LEVEL_DENIED (les droits de l'utilisateurs ne permettent pas cette commande),
« user » correspond à la personne connectée par serverd (et non pas dans ce cas a une personne
authentifiée).
« address »est l'adresse IP se connectant via serverd au Firewall.
« sessionid » est un entier correspondant a un numéro attribué lors d'une session.Lorsqu'il y a
plusieurs connexions simultanées cela permet de distinguer les différentes sessions.
« msg »: on retrouve chaque commande passée par le client. Les informations sensibles telles que
les mots de passe sont retirées.
Journal AUTH
Dans « user » on retrouve la personne ayant tenté ou s''étant authentifiée,
« method »correspond à la méthode utilisée pour s'authentifier, se référer au document de
l'authentification,
« msg » contient un texte explicitant le nombre d'heures allouées,
« error »est un entier qui exprime 0 vaut OK, 2 vaut FAILED (echec de l'authentification).
Journal SYSTEM
Les proxies y écrivent aussi ses événements propre a son fonctionnement.
« service »correspond au nom du service écrivain.
« msg » explicite l'action du service ayant généré ce log.
Journal FILTERSTAT
Les tokens commençant par « Rule » suivi d'un entier correspondant a l'indice d'une régle. La
valeur associée représente le nombre de fois que la règle a concordé.
Par exemple Rule0=1661 : la règle 0 a concordé 1661 fois.
SavedEvaluation : nombre d'évaluations de règles n'ayant pas dû être faites grace à la technologie
ASQ,
HostMem : Mémoire allouée pour un hote,
FragMem : Mémoire allouée pour les fragments,
ICMPMem : Mémoire allouée pour l'icmp,
ConnMem : Mémoire allouée pour les connexions,
Logged : Nombre de lignes de logs générées par l'ASQ,
LogOverflow : Nombre de lignes de logs perdues (génération impossible par l'ASQ),
Accepted : Nombre de paquets concordant aux règles passantes,
Blocked : Nombre de paquets concordant aux règles bloquantes,
Byte : Nombre d'octets ayant transité par le firewall,
Fragmented : Nombre de paquets fragmentés ayant transité par le firewall,
TCPPacket : Nombre de paquets TCP ayant transité par le firewall,
TCPByte : Nombre d'octets de paquets TCP ayant transité par le firewall,
TCPConn : Nombre de connexion TCP ayant transité par le firewall,
UDPPacket : Nombre de paquets UDP ayant transité par le firewall,
UDPByte : Nombre d'octets de paquets UDP ayant transité par le firewall,
UDPConn : Nombre de connexion UDP ayant transité par le firewall,
ICMPPacket : Nombre de paquets ICMP ayant transité par le firewall,
ICMPByte : Nombre d'octets de paquets ICMP ayant transité par le firewall.
Journal NATSTAT
Les tokens spécifiques sont :
mappedin :nombre de paquets translatés en entrée,
mappedout :nombre de paquets translatés en sortie,
© Copyright NETASQ 2006
542
added :nombre de nouvelles sessions actives,
expired :timeout,nombre de sessions expirees,
memfail :paquets ne pouvant etre translates car on a atteint la taille max de la table de sessions
actives,
badnat :paquets non translates (echec de la creation de nouvelles sessions),
inuse :nombre de sessions actives,
rules :nombre de règles de NAT actives.
Journal COUNT
Les tokens commençant par « Rule » suivi d'un entier correspondant à l'indice d'une régle. La
valeur associée représente le nombre de fois que la règle a concordé.
Par exemple Rule0=1661 : la règle 0 a concordé 1661 fois.
© Copyright NETASQ 2006
543
Annexe O : EZAdmin
Qu’est ce que l’EZAdmin ?
L’EZAdmin est une interface de configuration basée sur JAVA proposant une alternative à la suite
d’administration NETASQ classique (Firewall Manager, Firewall Reporter et Firewall Monitor).
L’EZAdmin est un logiciel d’administration simplifié, destiné aux personnes dont les connaissances
informatiques ne permettent pas l’utilisation du Firewall Manager par exemple.
Comment démarrer l’EZAdmin ?
Navigateur Internet
L’EZAdmin, situé sur l’appliance en lui-même est simplement accessible par un navigateur Internet
à l’adresse https://xxx.xxx.xxx/ezadmin.html (où xxx.xxx.xxx représente l’adresse actuelle de l’IPSFirewall, par défaut 10.0.0.254). De plus à chaque mise à jour de l’appliance, l’EZAdmin est
automatiquement mis à jour pour garantir une adaptation parfaite entre l’interface de configuration
et l’IPS-Firewall.
Raccourci d’accès
Dès qu’un accès à l’EZAdmin s’est déroulé efficacement, un raccourci est placé sur le bureau de la
station d’administration. Ce raccourci permet un accès rapide à l’EZAdmin. Il est automatiquement
mis à jour en fonction des modifications effectuées sur l’IPS-Firewall (l’adresse de l’IPS-Firewall par
exemple).
L’EZAdmin nécessite l’installation d’une machine JAVA virtuelle.
L’EZAdmin nécessite obligatoirement l’installation préalable d’une machine JAVA virtuelle
compatible. Cette installation est réalisée par le module d’installation de l’EZAdmin, disponible sur
le site WEB NETASQ et dans le CD livré avec le Packaging du produit. Lancez cette installeur
préalablement au démarrage de l’EZAdmin si vous ne possédez pas déjà de machine virtuelle
JAVA.
Ou puis je trouver la documentation d’exploitation de l’EZAdmin ?
Chaque écran de l’EZAdmin explique et guide l’utilisateur dans la configuration de la fonctionnalité
associée à l’écran grâce à des encarts explicatifs insérés dans l’application même. De plus un
assistant d’installation, idéal pour la première configuration de l’appliance, offre une méthodologie
claire et efficace dans la configuration et la mise en place des fonctions de sécurité et des fonctions
essentielles au bon fonctionnement du produit.
© Copyright NETASQ 2006
544
Rapide aperçu des fonctionnalités pouvant être configurées dans l’EZAdmin.
Chaque menu de l’interface EZAdmin permet la configuration d’une fonctionnalité bien spécifique, le
tableau suivant recense les fonctionnalités à configurer en fonction du menu affiché.
Menus de
l’EZAdmin
Fonctionnalités
Configuration du
boîtier
Ce menu informatif permet l’affichage de la fin des services
associés à l’IPS-Firewall.
Réseau \ Internet
Configuration de l’interface reliée à Internet.
Réseau \ Réseau
interne
Configuration de l’interface reliée au réseau local.
Réseau \ DMZ
Configuration de l’interface DMZ
Réseau \ DNS
Configuration des serveurs DNS de l’IPS-Firewall.
ASQ
Configuration du moteur de prévention d’intrusion de l’IPSFirewall.
Administration
Configuration du mot de passe administrateur.
Licence
Installation et mise à jour de la licence de fonctionnement.
Système
Configuration de la date, heure et langue de l’IPS-Firewall.
Mise à jour
Mise à jour du firmware
Entreprise vers
Internet
Configuration de la politique de filtrage
VPN \ Passerelle à
passerelle
Configuration d’un tunnel VPN IPSec entre deux passerelles.
VPN \ Client à
passerelle
Configuration d’un tunnel VPN IPSec en direction de nomades.
Serveurs publics
Configuration de l’accessibilité de certains de vos serveurs
publics.
Filtrage de données
\ Filtrage WEB
Configuration du filtrage d’URLs.
Filtrage de données
\ Filtrage Mail
Configuration de l’antispam et de l’antivirus.
Syslog
Gestion des traces
Résumé
Menu rappelant la configuration à appliquer.
EZMonitor
Monitor permettant la visualisation graphique de l’activité de
l’IPS-Firewall.
© Copyright NETASQ 2006
545
Compléments d’information sur la configuration des tunnels VPN IPSec sur l’IPS-Firewall
Un tunnel VPN IPSec est un canal de communication chiffré et authentifié. La confidentialité des
données échangées par les deux correspondants est assurée par le chiffrement (configuration de
clés pré partagées) et l’authentification par les identifiants des correspondants.
Extrémités de communication
Hormis les options de chiffrement et d’authentification, un tunnel VPN IPSec est défini par 4
paramètres :
► une extrémité de trafic locale : le réseau local de l’entreprise protégé par l’IPS-Firewall
configuré,
► une extrémité de tunnel locale : l’adresse publique de l’IPS-Firewall configuré (cette
information est déjà configurée dans l’EZAdmin),
► une extrémité de tunnel distante : l’adresse publique de l’IPS-Firewall correspondant,
► une extrémité de trafic distante : le réseau de l’entreprise avec laquelle doit
communiquer les utilisateurs du réseau local.
Spécificité des tunnels VPN IPSec Passerelle à Passerelle
Dans le cas d’un tunnel VPN IPSec Passerelle à Passerelle, la configuration doit être effectuée sur
les deux IPS-Firewalls et la configuration effectuée sur l’IPS-Firewall distant est inversée vis-à-vis
de la configuration effectuée sur l’IPS-Firewall local.
Spécificité des tunnels VPN IPSec à destination d’un nomade
Dans le cas d’un tunnel VPN IPSec à destination d’un nomade, l’extrémité de tunnel distante est
confondue avec l’extrémité de trafic distante et l’adresse IP du nomade n’est pas connu avant qu’il
ne soit connecté à Internet donc il n’y a pas de configuration à effectuer pour le correspondant
distant. Il est nécessaire de disposer d’un client VPN pour le nomade.
Clés pré-partagées
La confidentialité des données transitant par le tunnel VPN IPSec est assurée par le chiffrement
des données. De manière à ce que les deux correspondants puissent communiquer entre eux, ils
doivent partager une clé qui permettra le déchiffrement des données. Cette clé partagée doit être
échangée, par un moyen sûr et indiqué dans la configuration des tunnels.
Spécificité des tunnels VPN IPSec Passerelle à Passerelle
Dans le cas d’un tunnel VPN IPSec Passerelle à Passerelle, la configuration doit être effectuée sur
les deux IPS-Firewalls et cette configuration est effectuée une fois indépendamment du nombre
d’utilisateurs utilisant le tunnel.
Spécificité des tunnels VPN IPSec à destination d’un nomade
Dans le cas d’un tunnel VPN IPSec à destination d’un nomade, la configuration de la clé doit être
effectuée pour chaque utilisateur différent. La clé doit aussi être insérée dans le client VPN du
nomade.
Identifiants
L’authentification des données transitant par le tunnel VPN IPSec est assurée par l’identification
des correspondants. L’identifiant local va assurer le distant que de l’identité de son correspondant
est assurée et inversement. Un identifiant valide est de la forme d’un nom de domaine (ex :
« monentreprise.com ») ou d’un email (ex : « [email protected] »).
Spécificité des tunnels VPN IPSec Passerelle à Passerelle
© Copyright NETASQ 2006
546
De la même façon que pour les extrémités, les identifiants doivent être configurés sur les deux IPSFirewalls et la configuration effectuée sur l’IPS-Firewall distant est inversée vis-à-vis de la
configuration effectuée sur l’IPS-Firewall local.
Spécificité des tunnels VPN IPSec à destination d’un nomade
Comme pour les clés pré-partagées, les identifiants sont spécifiques à chaque nomade dans le
cadre de tunnels VPN IPSec à destination de nomades.
Options supplémentaires des tunnels VPN IPSec Passerelle à Passerelle
Le menu de configuration des tunnels VPN IPSec Passerelle à Passerelle contient deux
supplémentaires. Ces options sont des options avancées non essentielles au bon fonctionnement
des tunnels VPN IPSec configurés.
Keepalive
Un mécanisme de sécurité oblige les tunnels VPN IPSec inactifs à se fermer Ce mécanisme
nécessite une renégociation de tous les paramètres pour rouvrir le tunnel (quelque secondes). Pour
éviter qu’un tunnel ouvert se referme tout seul, cochez l’option keepalive.
Autoriser tout le trafic dans ce tunnel
Par défaut la politique de filtrage s’applique aussi aux tunnels VPN IPSec, en cochant l’option
« Autoriser tout le trafic dans ce tunnel », le firewall passe outre de la politique de filtrage et autorise
tous les trafics dans le tunnel VPN IPSec.
© Copyright NETASQ 2006
547
Annexe P : Licences d’utilisation
--------------------------------------------------------ISC-DHCP
--------------------------------------------------------# Copyright (c) 2004-2005 by Internet Systems Consortium, Inc. ("ISC")
# Copyright (c) 1995-2003 by Internet Software Consortium
#
# Permission to use, copy, modify, and distribute this software for any
# purpose with or without fee is hereby granted, provided that the above
# copyright notice and this permission notice appear in all copies.
#
# THE SOFTWARE IS PROVIDED "AS IS" AND ISC DISCLAIMS ALL WARRANTIES
# WITH REGARD TO THIS SOFTWARE INCLUDING ALL IMPLIED WARRANTIES OF
# MERCHANTABILITY AND FITNESS.IN NO EVENT SHALL ISC BE LIABLE FOR
# ANY SPECIAL, DIRECT, INDIRECT, OR CONSEQUENTIAL DAMAGES OR ANY DAMAGES
# WHATSOEVER RESULTING FROM LOSS OF USE, DATA OR PROFITS, WHETHER IN AN
# ACTION OF CONTRACT, NEGLIGENCE OR OTHER TORTIOUS ACTION, ARISING OUT
# OF OR IN CONNECTION WITH THE USE OR PERFORMANCE OF THIS SOFTWARE.
#
#Internet Systems Consortium, Inc.
#950 Charter Street
#Redwood City, CA 94063
#<[email protected]>
#http://www.isc.org/
--------------------------------------------------------MPL-1.1
--------------------------------------------------------MOZILLA PUBLIC LICENSE
Version 1.1
-------------1. Definitions.
1.0.1. "Commercial Use" means distribution or otherwise making the Covered Code available to a
third party.
1.1. "Contributor" means each entity that creates or contributes to the creation of Modifications.
1.2. "Contributor Version" means the combination of the Original Code, prior Modifications used by
a Contributor, and the Modifications made by that particular Contributor.
1.3. "Covered Code" means the Original Code or Modifications or the combination of the Original
Code and Modifications, in each case including portions thereof.
1.4. "Electronic Distribution Mechanism" means a mechanism generally accepted in the software
development community for the electronic transfer of data.
1.5. "Executable" means Covered Code in any form other than Source Code.
1.6. "Initial Developer" means the individual or entity identified as the Initial Developer in the Source
Code notice required by Exhibit A.
1.7. "Larger Work" means a work which combines Covered Code or portions thereof with code not
governed by the terms of this License.
1.8. "License" means this document.
© Copyright NETASQ 2006
548
1.8.1. "Licensable" means having the right to grant, to the maximum extent possible, whether at the
time of the initial grant or subsequently acquired, any and all of the rights conveyed herein.
1.9. "Modifications" means any addition to or deletion from the substance or structure of either the
Original Code or any previous Modifications. When Covered Code is released as a series of files, a
Modification is: A. Any addition to or deletion from the contents of a file containing Original Code or
previous Modifications.
B. Any new file that contains any part of the Original Code or previous Modifications.
1.10. "Original Code" means Source Code of computer software code which is described in the
Source Code notice required by Exhibit A as Original Code, and which, at the time of its release
under this License is not already Covered Code governed by this License.
1.10.1. "Patent Claims" means any patent claim(s), now owned or hereafter acquired, including
without limitation,method, process, and apparatus claims, in any patent Licensable by grantor.
1.11. "Source Code" means the preferred form of the Covered Code for making modifications to it,
including all modules it contains, plus any associated interface definition files, scripts used to control
compilation and installation of an Executable, or source code differential comparisons against either
the Original Code or another well known, available Covered Code of the Contributor's choice. The
Source Code can be in a compressed or archival form, provided the appropriate decompression or
de-archiving software is widely available for no charge.
1.12. "You" (or "Your")means an individual or a legal entity exercising rights under, and complying
with all of the terms of, this License or a future version of this License issued under Section 6.1.
For legal entities, "You" includes any entity which controls, is controlled by, or is under common
control with You. For purposes of this definition, "control" means (a) the power, direct or indirect,
to cause the direction or management of such entity, whether by contract or otherwise, or (b)
ownership of more than fifty percent (50%) of the outstanding shares or beneficial ownership of
such entity.
2. Source Code License.
2.1. The Initial Developer Grant.
The Initial Developer hereby grants You a world-wide, royalty-free, non-exclusive license, subject to
third party intellectual property claims:
(a)under intellectual property rights (other than patent or trademark) Licensable by Initial Developer
to use, reproduce, modify, display, perform, sublicense and distribute the Original Code (or portions
thereof) with or without Modifications, and/or as part of a Larger Work; and
(b) under Patents Claims infringed by the making, using or selling of Original Code, to make, have
made, use, practice, sell, and offer for sale, and/or otherwise dispose of the Original Code (or
portions thereof).
(c) the licenses granted in this Section 2.1(a) and (b) are effective on the date Initial Developer first
distributes Original Code under the terms of this License.
(d) Notwithstanding Section 2.1(b) above, no patent license is granted: 1) for code that You delete
from the Original Code; 2) separate from the Original Code;or 3) for infringements caused by: i) the
modification of the Original Code or ii) the combination of the Original Code with other software or
devices.
2.2. Contributor Grant.
Subject to third party intellectual property claims, each Contributor hereby grants You a world-wide,
royalty-free, non-exclusive license
(a)under intellectual property rights (other than patent or trademark) Licensable by Contributor, to
use, reproduce, modify, display, perform, sublicense and distribute the Modifications created by
such Contributor (or portions thereof) either on an unmodified basis, with other Modifications, as
Covered Code and/or as part of a Larger Work; and
(b) under Patent Claims infringed by the making, using, or selling ofModifications made by that
Contributor either alone and/or in combination with its Contributor Version (or portions of such
combination), to make, use, sell, offer for sale, have made, and/or otherwise dispose of: 1)
© Copyright NETASQ 2006
549
Modifications made by that Contributor (or portions thereof); and 2) the combination of Modifications
made by that Contributor with its Contributor Version (or portions of such combination).
(c) the licenses granted in Sections 2.2(a) and 2.2(b) are effective on the date Contributor first
makes Commercial Use of the Covered Code.
(d)Notwithstanding Section 2.2(b) above, no patent license is granted: 1) for any code that
Contributor has deleted from the Contributor Version; 2)separate from the Contributor Version;
3)for infringements caused by: i) third party modifications of Contributor Version or ii)the
combination of Modifications made by that Contributor with other software(except as part of the
Contributor Version) or other devices; or 4) under Patent Claims infringed by Covered Code in the
absence of Modifications made by that Contributor.
3. Distribution Obligations.
3.1. Application of License.
The Modifications which You create or to which You contribute are governed by the terms of this
License, including without limitation Section 2.2. The Source Code version of Covered Code may be
distributed only under the terms of this License or a future version of this License released under
Section 6.1, and You must include a copy of this License with every copy of the Source Code You
distribute. You may not offer or impose any terms on any Source Code version that alters or
restricts the applicable version of this License or the recipients' rights hereunder. However, You may
include an additional document offering the additional rights described in Section 3.5.
3.2. Availability of Source Code.
Any Modification which You create or to which You contribute must be made available in Source
Code form under the terms of this License either on the same media as an Executable version or
via an accepted Electronic Distribution Mechanism to anyone to whom you made an Executable
version available; and if made available via Electronic Distribution Mechanism, must remain
available for at least twelve (12) months after the date it initially became available, or at least six (6)
months after a subsequent version of that particular Modification has been made available to such
recipients. You are responsible for ensuring that the Source Code version remains available even if
the Electronic Distribution Mechanism is maintained by a third party.
3.3. Description of Modifications.
You must cause all Covered Code to which You contribute to contain a file documenting the
changes You made to create that Covered Code and the date of any change. You must include a
prominent statement that the Modification is derived, directly or indirectly, from Original Code
provided by the Initial Developer and including the name of the Initial Developer in (a) the Source
Code, and (b) in any notice in an Executable version or related documentation in which You
describe the origin or ownership of the Covered Code.
3.4. Intellectual Property Matters
(a) Third Party Claims.
If Contributor has knowledge that a license under a third party's intellectual property rights is
required to exercise the rights granted by such Contributor under Sections 2.1 or 2.2, Contributor
must include a text file with the Source Code distribution titled "LEGAL" which describes the claim
and the party making the claim in sufficient detail that a recipient will know whom to contact. If
Contributor obtains such knowledge after the Modification is made available as described in Section
3.2, Contributor shall promptly modify the LEGAL file in all copies Contributor makes available
thereafter and shall take other steps (such as notifying appropriate mailing lists or newsgroups)
reasonably calculated to inform those who received the Covered Code that new knowledge has
been obtained.
(b) Contributor APIs.
If Contributor's Modifications include an application programming interface and Contributor has
knowledge of patent licenses which are reasonably necessary to implement that API, Contributor
must also include this information in the LEGAL file.
(c)Representations.
Contributor represents that, except as disclosed pursuant to Section 3.4(a) above, Contributor
believes that Contributor's Modifications are Contributor's original creation(s) and/or Contributor has
sufficient rights to grant the rights conveyed by this License.
3.5. Required Notices.
© Copyright NETASQ 2006
550
You must duplicate the notice in Exhibit A in each file of the Source Code.If it is not possible to put
such notice in a particular Source Code file due to its structure, then You must include such notice
in a location (such as a relevant directory) where a user would be likely to look for such a notice.If
You created one or more Modification(s) You may add your name as a Contributor to the notice
described in Exhibit A.You must also duplicate this License in any documentation for the Source
Code where You describe recipients' rights or ownership rights relating to Covered Code.You may
choose to offer, and to charge a fee for, warranty, support, indemnity or liability obligations to one or
more recipients of Covered Code. However, You may do so only on Your own behalf, and not on
behalf of the Initial Developer or any Contributor. You must make it absolutely clear than any such
warranty, support, indemnity or liability obligation is offered by You alone, and You hereby agree to
indemnify the Initial Developer and every Contributor for any liability incurred by the Initial Developer
or such Contributor as a result of warranty, support, indemnity or liability terms You offer.
3.6. Distribution of Executable Versions.
You may distribute Covered Code in Executable form only if the requirements of Section 3.1-3.5
have been met for that Covered Code, and if You include a notice stating that the Source Code
version of the Covered Code is available under the terms of this License, including a description of
how and where You have fulfilled the obligations of Section 3.2. The notice must be conspicuously
included in any notice in an Executable version, related documentation or collateral in which You
describe recipients' rights relating to the Covered Code. You may distribute the Executable version
of Covered Code or ownership rights under a license of Your choice, which may contain terms
different from this License, provided that You are in compliance with the terms of this License and
that the license for the Executable version does not attempt to limit or alter the recipient's rights in
the Source Code version from the rights set forth in this License. If You distribute the Executable
version under a different license You must make it absolutely clear that any terms which differ from
this License are offered by You alone, not by the Initial Developer or any Contributor. You hereby
agree to indemnify the Initial Developer and every Contributor for any liability incurred by the Initial
Developer or such Contributor as a result of any such terms You offer.
3.7. Larger Works.
You may create a Larger Work by combining Covered Code with other code not governed by the
terms of this License and distribute the Larger Work as a single product. In such a case, You must
make sure the requirements of this License are fulfilled for the Covered Code.
4. Inability to Comply Due to Statute or Regulation.
If it is impossible for You to comply with any of the terms of this License with respect to some or all
of the Covered Code due to statute, judicial order, or regulation then You must: (a) comply with the
terms of this License to the maximum extent possible; and (b) describe the limitations and the code
they affect. Such description must be included in the LEGAL file described in Section 3.4 and must
be included with all distributions of the Source Code. Except to the extent prohibited by statute or
regulation, such description must be sufficiently detailed for a recipient of ordinary skill to be able to
understand it.
5. Application of this License.
This License applies to code to which the Initial Developer has attached the notice in Exhibit A and
to related Covered Code.
6. Versions of the License.
6.1. New Versions.
Netscape Communications Corporation ("Netscape") may publish revised and/or new versions of
the License from time to time. Each version will be given a distinguishing version number.
6.2. Effect of New Versions.
Once Covered Code has been published under a particular version of the License, You may always
continue to use it under the terms of that version. You may also choose to use such Covered Code
under the terms of any subsequent version of the License published by Netscape. No one other
than Netscape has the right to modify the terms applicable to Covered Code created under this
License.
6.3. Derivative Works.
If You create or use a modified version of this License (which you may only do in order to apply it to
code which is not already Covered Code governed by this License), You must (a) rename Your
license so that the phrases "Mozilla", "MOZILLAPL", "MOZPL", "Netscape", "MPL", "NPL" or any
© Copyright NETASQ 2006
551
confusingly similar phrase do not appear in your license (except to note that your license differs
from this License) and (b) otherwise make it clear that Your version of the license contains terms
which differ from the Mozilla Public License and Netscape Public License. (Filling in the name of the
Initial Developer, Original Code or Contributor in the notice described in Exhibit A shall not of
themselves be deemed to be modifications of this License.)
7. DISCLAIMER OF WARRANTY.
COVERED CODE IS PROVIDED UNDER THIS LICENSE ON AN "AS IS" BASIS,
WITHOUT WARRANTY OF ANY KIND, EITHER EXPRESSED OR IMPLIED, INCLUDING,
WITHOUT LIMITATION, WARRANTIES THAT THE COVERED CODE IS FREE OF
DEFECTS, MERCHANTABLE, FIT FOR A PARTICULAR PURPOSE OR NON-INFRINGING.
THE ENTIRE RISK AS TO THE QUALITY AND PERFORMANCE OF THE COVERED CODE
IS WITH YOU. SHOULD ANY COVERED CODE PROVE DEFECTIVE IN ANY RESPECT,
YOU (NOT THE INITIAL DEVELOPER OR ANY OTHER CONTRIBUTOR) ASSUME THE
COST OF ANY NECESSARY SERVICING, REPAIR OR CORRECTION. THIS DISCLAIMER
OF WARRANTY CONSTITUTES AN ESSENTIAL PART OF THIS LICENSE. NO USE OF
ANY COVERED CODE IS AUTHORIZED HEREUNDER EXCEPT UNDER THIS DISCLAIMER.
8. TERMINATION.
8.1.This License and the rights granted hereunder will terminate automatically if You fail to comply
with terms herein and fail to cure such breach within 30 days of becoming aware of the breach. All
sublicenses to the Covered Code which are properly granted shall survive any termination of this
License. Provisions which, by their nature, must remain in effect beyond the termination of this
License shall survive.
8.2.If You initiate litigation by asserting a patent infringement claim (excluding declatory judgment
actions) against Initial Developer or a Contributor (the Initial Developer or Contributor against whom
You file such action is referred to as "Participant")alleging that:
(a)such Participant's Contributor Version directly or indirectly infringes any patent, then any and all
rights granted by such Participant to You under Sections 2.1 and/or 2.2 of this License shall, upon
60 days notice from Participant terminate prospectively, unless if within 60 days after receipt of
notice You either: (i) agree in writing to pay Participant a mutually agreeable reasonable royalty for
Your past and future use of Modifications made by such Participant, or (ii) withdraw Your litigation
claim with respect to the Contributor Version against such Participant.If within 60 days of notice, a
reasonable royalty and payment arrangement are not mutually agreed upon in writing by the parties
or the litigation claim is not withdrawn, the rights granted by Participant to You under Sections 2.1
and/or 2.2 automatically terminate at the expiration of the 60 day notice period specified above.
(b)any software, hardware, or device, other than such Participant's Contributor Version, directly or
indirectly infringes any patent, then any rights granted to You by such Participant under Sections
2.1(b) and 2.2(b) are revoked effective as of the date You first made, used, sold, distributed, or had
made, Modifications made by that Participant.
8.3.If You assert a patent infringement claim against Participant alleging that such Participant's
Contributor Version directly or indirectly infringes any patent where such claim is resolved (such as
by license or settlement) prior to the initiation of patent infringement litigation, then the reasonable
value of the licenses granted by such Participant under Sections 2.1 or 2.2 shall be taken into
account in determining the amount or value of any payment or license.
8.4.In the event of termination under Sections 8.1 or 8.2 above, all end user license agreements
(excluding distributors and resellers) which have been validly granted by You or any distributor
hereunder prior to termination shall survive termination.
9. LIMITATION OF LIABILITY.
UNDER NO CIRCUMSTANCES AND UNDER NO LEGAL THEORY, WHETHER TORT
(INCLUDING NEGLIGENCE), CONTRACT, OR OTHERWISE, SHALL YOU, THE INITIAL
DEVELOPER, ANY OTHER CONTRIBUTOR, OR ANY DISTRIBUTOR OF COVERED CODE,
OR ANY SUPPLIER OF ANY OF SUCH PARTIES, BE LIABLE TO ANY PERSON FOR
ANY INDIRECT, SPECIAL, INCIDENTAL, OR CONSEQUENTIAL DAMAGES OF ANY
CHARACTER INCLUDING, WITHOUT LIMITATION, DAMAGES FOR LOSS OF GOODWILL,
WORK STOPPAGE, COMPUTER FAILURE OR MALFUNCTION, OR ANY AND ALL OTHER
COMMERCIAL DAMAGES OR LOSSES, EVEN IF SUCH PARTY SHALL HAVE BEEN
© Copyright NETASQ 2006
552
INFORMED OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGES. THIS LIMITATION OF
LIABILITY SHALL NOT APPLY TO LIABILITY FOR DEATH OR PERSONAL INJURY
RESULTING FROM SUCH PARTY'S NEGLIGENCE TO THE EXTENT APPLICABLE LAW
PROHIBITS SUCH LIMITATION. SOME JURISDICTIONS DO NOT ALLOW THE
EXCLUSION OR LIMITATION OF INCIDENTAL OR CONSEQUENTIAL DAMAGES, SO
THIS EXCLUSION AND LIMITATION MAY NOT APPLY TO YOU.
10. U.S. GOVERNMENT END USERS.
The Covered Code is a "commercial item," as that term is defined in 48 C.F.R. 2.101 (Oct. 1995),
consisting of "commercial computer software" and "commercial computer software documentation,"
as such terms are used in 48 C.F.R. 12.212 (Sept. 1995). Consistent with 48 C.F.R. 12.212 and 48
C.F.R. 227.7202-1 through 227.7202-4 (June 1995), all U.S. Government End Users acquire
Covered Code with only those rights set forth herein.
11. MISCELLANEOUS.
This License represents the complete agreement concerning subject matter hereof. If any provision
of this License is held to be unenforceable, such provision shall be reformed only to the extent
necessary to make it enforceable. This License shall be governed by California law provisions
(except to the extent applicable law, if any, provides otherwise), excluding its conflict-of-law
provisions. With respect to disputes in which at least one party is a citizen of, or an entity chartered
or registered to do business in the United States of America, any litigation relating to this License
shall be subject to the jurisdiction of the Federal Courts of the Northern District of California, with
venue lying in Santa Clara County, California, with the losing party responsible for costs, including
without limitation, court costs and reasonable attorneys' fees and expenses. The application of the
United Nations Convention on Contracts for the International Sale of Goods is expressly excluded.
Any law or regulation which provides that the language of a contract shall be construed against the
drafter shall not apply to this License.
12. RESPONSIBILITY FOR CLAIMS.
As between Initial Developer and the Contributors, each party is responsible for claims and
damages arising, directly or indirectly, out of its utilization of rights under this License and You
agree to work with Initial Developer and Contributors to distribute such responsibility on an equitable
basis. Nothing herein is intended or shall be deemed to constitute any admission of liability.
13. MULTIPLE-LICENSED CODE.
Initial Developer may designate portions of the Covered Code as "Multiple-Licensed"."MultipleLicensed" means that the Initial Developer permits you to utilize portions of the Covered Code under
Your choice of the NPL or the alternative licenses, if any, specified by the Initial Developer in the file
described in Exhibit A.
EXHIBIT A -Mozilla Public License.
``The contents of this file are subject to the Mozilla Public License Version 1.1 (the "License"); you
may not use this file except in compliance with the License. You may obtain a copy of the License at
http://www.mozilla.org/MPL/
Software distributed under the License is distributed on an "AS IS" basis, WITHOUT WARRANTY
OF ANY KIND, either express or implied. See the License for the specific language governing rights
and limitations under the License.
The Original Code is ______________________________________.
The Initial Developer of the Original Code is ________________________.
Portions created by ______________________ are Copyright (C) ______
_______________________. All Rights Reserved.
Contributor(s): ______________________________________.
Alternatively, the contents of this file may be used under the terms of the _____ license (the"[___]
License"), in which case the provisions of [______] License are applicable instead of those above.If
you wish to allow use of your version of this file only under the terms of the [____] License and not
to allow others to use your version of this file under the MPL, indicate your decision by deletingthe
© Copyright NETASQ 2006
553
provisions above and replacethem with the notice and other provisions required by the [___]
License.If you do not delete the provisions above, a recipient may use your version of this file under
either the MPL or the [___] License."
[NOTE: The text of this Exhibit A may differ slightly from the text of the notices in the Source Code
files of the Original Code. You should use the text of this Exhibit A rather than the text found in the
Original Code Source Code for Your Modifications.]
--------------------------------------------------------HEIMDAL
--------------------------------------------------------/*
Copyright (c) 1997-2003 Kungliga Tekniska Hogskolan
(Royal Institute of Technology, Stockholm, Sweden).
All rights reserved.
*
Redistribution and use in source and binary forms, with or without
modification, are permitted provided that the following conditions
are met:
*
1. Redistributions of source code must retain the above copyright
*notice, this list of conditions and the following disclaimer.
*
2. Redistributions in binary form must reproduce the above copyright
*notice, this list of conditions and the following disclaimer in the
*documentation and/or other materials provided with the distribution.
*
3. Neither the name of the Institute nor the names of its contributors
*may be used to endorse or promote products derived from this software
*without specific prior written permission.
*
THIS SOFTWARE IS PROVIDED BY THE INSTITUTE AND CONTRIBUTORS ``AS IS'' AND
ANY EXPRESS OR IMPLIED WARRANTIES, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE
IMPLIED WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR
PURPOSE
ARE DISCLAIMED.IN NO EVENT SHALL THE INSTITUTE OR CONTRIBUTORS BE LIABLE
FOR ANY DIRECT, INDIRECT, INCIDENTAL, SPECIAL, EXEMPLARY, OR CONSEQUENTIAL
DAMAGES (INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, PROCUREMENT OF SUBSTITUTE GOODS
OR SERVICES; LOSS OF USE, DATA, OR PROFITS; OR BUSINESS INTERRUPTION)
HOWEVER CAUSED AND ON ANY THEORY OF LIABILITY, WHETHER IN CONTRACT, STRICT
LIABILITY, OR TORT (INCLUDING NEGLIGENCE OR OTHERWISE) ARISING IN ANY WAY
OUT OF THE USE OF THIS SOFTWARE, EVEN IF ADVISED OF THE POSSIBILITY OF
SUCH DAMAGE.
*/
--------------------------------------------------------BONNIE++
--------------------------------------------------------COPYRIGHT NOTICE:
Copyright (c) Tim Bray <[email protected]>, 1990.
Copyright (c) Russell Coker <[email protected]>, 1999.
Everybody is hereby granted rights to use, copy, and modify this program,
provided only that this copyright notice and the disclaimer below
are preserved without change.
DISCLAIMER:
This program is provided AS IS with no warranty of any kind, and
The author makes no representation with respect to the adequacy of this
program for any particular purpose or with respect to its adequacy to
produce any particular result, and
The author shall not be liable for loss or damage arising out of
the use of this program regardless of how sustained, and
In no event shall the author be liable for special, direct, indirect
or consequential damage, loss, costs or fees or expenses of any
nature or kind.
© Copyright NETASQ 2006
554
--------------------------------------------------------OPENLDAP
--------------------------------------------------------Copyright 1998-2005 The OpenLDAP Foundation All rights reserved.
Redistribution and use in source and binary forms, with or without modification, are permitted only
as authorized by the OpenLDAP Public License.
A copy of this license is available in the file LICENSE in the top-level directory of the distribution or,
alternatively, at <http://www.OpenLDAP.org/license.html>.
OpenLDAP is a registered trademark of the OpenLDAP Foundation.
Individual files and/or contributed packages may be copyright by other parties and subject to
additional restrictions.
This work is derived from the University of Michigan LDAP v3.3 distribution.Information concerning
this software is available at <http://www.umich.edu/~dirsvcs/ldap/>.
This work also contains materials derived from public sources.
Additional information about OpenLDAP can be obtained at <http://www.openldap.org/>.
--Portions Copyright 1998-2004 Kurt D. Zeilenga.
Portions Copyright 1998-2004 Net Boolean Incorporated.
Portions Copyright 2001-2004 IBM Corporation.
All rights reserved.
Redistribution and use in source and binary forms, with or without modification, are permitted only
as authorized by the OpenLDAP Public License.
--Portions Copyright 1999-2003 Howard Y.H. Chu.
Portions Copyright 1999-2003 Symas Corporation.
Portions Copyright 1998-2003 Hallvard B. Furuseth.
All rights reserved.
Redistribution and use in source and binary forms, with or without modification, are permitted
provided that this notice is preserved. The names of the copyright holders may not be used to
endorse or promote products derived from this software without their specific prior written
permission.This software is provided ``as is'' without express or implied warranty.
--Portions Copyright (c) 1992-1996 Regents of the University of Michigan. All rights reserved.
Redistribution and use in source and binary forms are permitted provided that this notice is
preserved and that due credit is given to the University of Michigan at Ann Arbor.The name of the
University may not be used to endorse or promote products derived from this software without
specific prior written permission.This software is provided ``as is'' without express or implied
warranty.
--------------------------------------------------------GPLv1
---------------------------------------------------------
GNU GENERAL PUBLIC LICENSE
Version 1, February 1989
© Copyright NETASQ 2006
555
Copyright (C) 1989 Free Software Foundation, Inc. 675 Mass Ave, Cambridge, MA 02139, USA
Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license document, but changing
it is not allowed.
Preamble
The license agreements of most software companies try to keep users at the mercy of those
companies.By contrast, our General Public License is intended to guarantee your freedom to share
and change free software--to make sure the software is free for all its users.The General Public
License applies to the Free Software Foundation's software and to any other program whose
authors commit to using it. You can use it for your programs, too.
When we speak of free software, we are referring to freedom, not price.Specifically, the General
Public License is designed to make sure that you have the freedom to give away or sell copies of
free software, that you receive source code or can get it if you want it, that you can change the
software or use pieces of it in new free programs; and that you know you can do these things.
To protect your rights, we need to make restrictions that forbid anyone to deny you these rights or to
ask you to surrender the rights. These restrictions translate to certain responsibilities for you if you
distribute copies of the software, or if you modify it.
For example, if you distribute copies of a such a program, whether gratis or for a fee, you must give
the recipients all the rights that you have.You must make sure that they, too, receive or can get the
source code.And you must tell them their rights.
We protect your rights with two steps: (1) copyright the software, and (2) offer you this license which
gives you legal permission to copy, distribute and/or modify the software.
Also, for each author's protection and ours, we want to make certain that everyone understands that
there is no warranty for this free software.If the software is modified by someone else and passed
on, we want its recipients to know that what they have is not the original, so that any problems
introduced by others will not reflect on the original authors' reputations.
The precise terms and conditions for copying, distribution and modification follow.
GNU GENERAL PUBLIC LICENSE TERMS AND CONDITIONS FOR COPYING, DISTRIBUTION
AND MODIFICATION
0. This License Agreement applies to any program or other work which contains a notice placed by
the copyright holder saying it may be distributed under the terms of this General Public License.The
"Program", below, refers to any such program or work, and a "work based on the Program" means
either the Program or any work containing the Program or a portion of it, either verbatim or with
modifications.Each licensee is addressed as "you".
1. You may copy and distribute verbatim copies of the Program's source code as you receive it, in
any medium, provided that you conspicuously and appropriately publish on each copy an
appropriate copyright notice and disclaimer of warranty; keep intact all the notices that refer to this
General Public License and to the absence of any warranty; and give any other recipients of the
Program a copy of this General Public License along with the Program.You may charge a fee for
the physical act of transferring a copy.
2. You may modify your copy or copies of the Program or any portion of it, and copy and distribute
such modifications under the terms of Paragraph 1 above, provided that you also do the following:
a) cause the modified files to carry prominent notices stating that you changed the files and the date
of any change; and
b) cause the whole of any work that you distribute or publish, that in whole or in part contains the
Program or any part thereof, either with or without modifications, to be licensed at no charge to all
third parties under the terms of this General Public License (except that you may choose to grant
warranty protection to some or all third parties, at your option).
c) If the modified program normally reads commands interactively when run, you must cause it,
when started running for such interactive use in the simplest and most usual way, to print or display
an announcement including an appropriate copyright notice and a notice that there is no warranty
© Copyright NETASQ 2006
556
(or else, saying that you provide a warranty) and that users may redistribute the program under
these conditions, and telling the user how to view a copy of this General Public License.
d) You may charge a fee for the physical act of transferring a copy, and you may at your option offer
warranty protection in exchange for a fee.
Mere aggregation of another independent work with the Program (or its derivative) on a volume of a
storage or distribution medium does not bring the other work under the scope of these terms.
3. You may copy and distribute the Program (or a portion or derivative of it, under Paragraph 2) in
object code or executable form under the terms of Paragraphs 1 and 2 above provided that you also
do one of the following:
a) accompany it with the complete corresponding machine-readable source code, which must be
distributed under the terms of Paragraphs 1 and 2 above; or,
b) accompany it with a written offer, valid for at least three years, to give any third party free (except
for a nominal charge for the cost of distribution) a complete machine-readable copy of the
corresponding source code, to be distributed under the terms of Paragraphs 1 and 2 above; or,
c) accompany it with the information you received as to where the corresponding source code may
be obtained.(This alternative is allowed only for noncommercial distribution and only if you received
the program in object code or executable form alone.)
Source code for a work means the preferred form of the work for making modifications to it.For an
executable file, complete source code means all the source code for all modules it contains; but, as
a special exception, it need not include source code for modules which are standard libraries that
accompany the operating system on which the executable file runs, or for standard header files or
definitions files that accompany that operating system.
4. You may not copy, modify, sublicense, distribute or transfer the Program except as expressly
provided under this General Public License. Any attempt otherwise to copy, modify, sublicense,
distribute or transfer the Program is void, and will automatically terminate your rights to use the
Program under this License.However, parties who have received copies, or rights to use copies,
from you under this General Public License will not have their licenses terminated so long as such
parties remain in full compliance.
5. By copying, distributing or modifying the Program (or any work based on the Program) you
indicate your acceptance of this license to do so, and all its terms and conditions.
6. Each time you redistribute the Program (or any work based on the Program), the recipient
automatically receives a license from the original licensor to copy, distribute or modify the Program
subject to these terms and conditions.You may not impose any further restrictions on the recipients'
exercise of the rights granted herein.
7. The Free Software Foundation may publish revised and/or new versions of the General Public
License from time to time.Such new versions will be similar in spirit to the present version, but may
differ in detail to address new problems or concerns.
Each version is given a distinguishing version number.If the Program specifies a version number of
the license which applies to it and "any later version", you have the option of following the terms and
conditions either of that version or of any later version published by the Free Software Foundation.If
the Program does not specify a version number of the license, you may choose any version ever
published by the Free Software Foundation.
8. If you wish to incorporate parts of the Program into other free programs whose distribution
conditions are different, write to the author to ask for permission.For software which is copyrighted
by the Free Software Foundation, write to the Free Software Foundation; we sometimes make
exceptions for this.Our decision will be guided by the two goals of preserving the free status of all
derivatives of our free software and of promoting the sharing and reuse of software generally.
NO WARRANTY
9. BECAUSE THE PROGRAM IS LICENSED FREE OF CHARGE, THERE IS NO WARRANTY
FOR THE PROGRAM, TO THE EXTENT PERMITTED BY APPLICABLE LAW.EXCEPT WHEN
OTHERWISE STATED IN WRITING THE COPYRIGHT HOLDERS AND/OR OTHER PARTIES
© Copyright NETASQ 2006
557
PROVIDE THE PROGRAM "AS IS" WITHOUT WARRANTY OF ANY KIND, EITHER EXPRESSED
OR IMPLIED, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE IMPLIED WARRANTIES OF
MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE.THE ENTIRE RISK AS TO
THE QUALITY AND PERFORMANCE OF THE PROGRAM IS WITH YOU.SHOULD THE
PROGRAM PROVE DEFECTIVE, YOU ASSUME THE COST OF ALL NECESSARY SERVICING,
REPAIR OR CORRECTION.
10. IN NO EVENT UNLESS REQUIRED BY APPLICABLE LAW OR AGREED TO IN WRITING
WILL ANY COPYRIGHT HOLDER, OR ANY OTHER PARTY WHO MAY MODIFY AND/OR
REDISTRIBUTE THE PROGRAM AS PERMITTED ABOVE, BE LIABLE TO YOU FOR DAMAGES,
INCLUDING ANY GENERAL, SPECIAL, INCIDENTAL OR CONSEQUENTIAL DAMAGES
ARISING OUT OF THE USE OR INABILITY TO USE THE PROGRAM (INCLUDING BUT NOT
LIMITED TO LOSS OF DATA OR DATA BEING RENDERED INACCURATE OR LOSSES
SUSTAINED BY YOU OR THIRD PARTIES OR A FAILURE OF THE PROGRAM TO OPERATE
WITH ANY OTHER PROGRAMS), EVEN IF SUCH HOLDER OR OTHER PARTY HAS BEEN
ADVISED OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGES.
END OF TERMS AND CONDITIONS
Appendix: How to Apply These Terms to Your New Programs
If you develop a new program, and you want it to be of the greatest possible use to humanity, the
best way to achieve this is to make it free software which everyone can redistribute and change
under these terms.
To do so, attach the following notices to the program.It is safest to attach them to the start of each
source file to most effectively convey the exclusion of warranty; and each file should have at least
the "copyright" line and a pointer to where the full notice is found.
<one line to give the program's name and a brief idea of what it does.> Copyright (C) 19yy<name of
author>
This program is free software; you can redistribute it and/or modify it under the terms of the GNU
General Public License as published by the Free Software Foundation; either version 1, or (at your
option) any later version.
This program is distributed in the hope that it will be useful, but WITHOUT ANY WARRANTY;
without even the implied warranty of MERCHANTABILITY or FITNESS FOR A PARTICULAR
PURPOSE.See the GNU General Public License for more details.
You should have received a copy of the GNU General Public License along with this program; if not,
write to the Free Software Foundation, Inc., 675 Mass Ave, Cambridge, MA 02139, USA.
Also add information on how to contact you by electronic and paper mail.
If the program is interactive, make it output a short notice like this when it starts in an interactive
mode:
Gnomovision version 69, Copyright (C) 19xx name of author Gnomovision comes with
ABSOLUTELY NO WARRANTY; for details type `show w'. This is free software, and you are
welcome to redistribute it under certain conditions; type `show c' for details.
The hypothetical commands `show w' and `show c' should show the appropriate parts of the
General Public License.Of course, the commands you use may be called something other than
`show w' and `show c'; they could even be mouse-clicks or menu items--whatever suits your
program.
You should also get your employer (if you work as a programmer) or your school, if any, to sign a
"copyright disclaimer" for the program, if necessary.Here a sample; alter the names:
Yoyodyne, Inc., hereby disclaims all copyright interest in the program `Gnomovision' (a program to
direct compilers to make passes at assemblers) written by James Hacker.
<signature of Ty Coon>, 1 April 1989 Ty Coon, President of Vice
That's all there is to it!
© Copyright NETASQ 2006
558
--------------------------------------------------------FREEBSD
--------------------------------------------------------The compilation of software known as FreeBSD is distributed under the following terms:
Copyright (C) 1992-2005 The FreeBSD Project. All rights reserved.
Redistribution and use in source and binary forms, with or without modification, are permitted
provided that the following conditions are met:
1. Redistributions of source code must retain the above copyright notice, this list of conditions and
the following disclaimer.
2. Redistributions in binary form must reproduce the above copyright notice, this list of conditions
and the following disclaimer in the documentation and/or other materials provided with the
distribution.
THIS SOFTWARE IS PROVIDED BY AUTHOR AND CONTRIBUTORS ``AS IS'' AND ANY
EXPRESS OR IMPLIED WARRANTIES, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE IMPLIED
WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE ARE
DISCLAIMED.IN NO EVENT SHALL AUTHOR OR CONTRIBUTORS BE LIABLE FOR ANY
DIRECT, INDIRECT, INCIDENTAL, SPECIAL, EXEMPLARY, OR CONSEQUENTIAL DAMAGES
(INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, PROCUREMENT OF SUBSTITUTE GOODS OR
SERVICES; LOSS OF USE, DATA, OR PROFITS; OR BUSINESS INTERRUPTION) HOWEVER
CAUSED AND ON ANY THEORY OF LIABILITY, WHETHER IN CONTRACT, STRICT LIABILITY,
OR TORT (INCLUDING NEGLIGENCE OR OTHERWISE) ARISING IN ANY WAY OUT OF THE
USE OF THIS SOFTWARE, EVEN IF ADVISED OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGE.
--------------------------------------------------------C-ARES
--------------------------------------------------------Copyright 1998 by the Massachusetts Institute of Technology.
Permission to use, copy, modify, and distribute this software and its documentation for any purpose
and without fee is hereby granted, provided that the above copyright notice appear in all copies and
that both that copyright notice and this permission notice appear in supporting documentation, and
that the name of M.I.T. not be used in advertising or publicity pertaining to distribution of the
software without specific, written prior permission. M.I.T. makes no representations about the
suitability of this software for any purpose.It is provided "as is" without express or implied warranty.
--------------------------------------------------------GPLv2
--------------------------------------------------------GNU GENERAL PUBLIC LICENSE
Version 2, June 1991
Copyright (C) 1989, 1991 Free Software Foundation, Inc. 675 Mass Ave, Cambridge, MA 02139,
USA Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license document, but
changing it is not allowed.
Preamble
The licenses for most software are designed to take away your freedom to share and change it.By
contrast, the GNU General Public License is intended to guarantee your freedom to share and
change free software--to make sure the software is free for all its users.This General Public License
applies to most of the Free Software Foundation's software and to any other program whose
authors commit to using it.(Some other Free Software Foundation software is covered by the GNU
Library General Public License instead.)You can apply it to your programs, too.
When we speak of free software, we are referring to freedom, not price.Our General Public
Licenses are designed to make sure that you have the freedom to distribute copies of free software
(and charge for this service if you wish), that you receive source code or can get it if you want it, that
you can change the software or use pieces of it in new free programs; and that you know you can
do these things.
© Copyright NETASQ 2006
559
To protect your rights, we need to make restrictions that forbid anyone to deny you these rights or to
ask you to surrender the rights. These restrictions translate to certain responsibilities for you if you
distribute copies of the software or if you modify it.
For example, if you distribute copies of such a program, whether gratis or for a fee, you must give
the recipients all the rights that you have.You must make sure that they, too, receive or can get the
source code.And you must show them these terms so they know their rights.
We protect your rights with two steps: (1) copyright the software, and (2) offer you this license which
gives you legal permission to copy, distribute and/or modify the software.
Also, for each author's protection and ours, we want to make certain that everyone understands that
there is no warranty for this free software.If the software is modified by someone else and passed
on, we want its recipients to know that what they have is not the original, so that any problems
introduced by others will not reflect on the original authors' reputations.
Finally, any free program is threatened constantly by software patents.We wish to avoid the danger
that redistributors of a free program will individually obtain patent licenses, in effect making the
program proprietary.To prevent this, we have made it clear that any patent must be licensed for
everyone's free use or not licensed at all.
The precise terms and conditions for copying, distribution and modification follow.
GNU GENERAL PUBLIC LICENSE TERMS AND CONDITIONS FOR COPYING, DISTRIBUTION
AND MODIFICATION
0. This License applies to any program or other work which contains a notice placed by the
copyright holder saying it may be distributed under the terms of this General Public License.The
"Program", below, refers to any such program or work, and a "work based on the Program" means
either the Program or any derivative work under copyright law: that is to say, a work containing the
Program or a portion of it, either verbatim or with modifications and/or translated into another
language.(Hereinafter, translation is included without limitation in the term "modification".)Each
licensee is addressed as "you".
Activities other than copying, distribution and modification are not covered by this License; they are
outside its scope.The act of running the Program is not restricted, and the output from the Program
is covered only if its contents constitute a work based on the Program (independent of having been
made by running the Program). Whether that is true depends on what the Program does.
1. You may copy and distribute verbatim copies of the Program's source code as you receive it, in
any medium, provided that you conspicuously and appropriately publish on each copy an
appropriate copyright notice and disclaimer of warranty; keep intact all the notices that refer to this
License and to the absence of any warranty; and give any other recipients of the Program a copy of
this License along with the Program.
You may charge a fee for the physical act of transferring a copy, and you may at your option offer
warranty protection in exchange for a fee.
2. You may modify your copy or copies of the Program or any portion of it, thus forming a work
based on the Program, and copy and distribute such modifications or work under the terms of
Section 1 above, provided that you also meet all of these conditions:
a) You must cause the modified files to carry prominent notices stating that you changed the files
and the date of any change.
b) You must cause any work that you distribute or publish, that in whole or in part contains or is
derived from the Program or any part thereof, to be licensed as a whole at no charge to all third
parties under the terms of this License.
c) If the modified program normally reads commands interactively when run, you must cause it,
when started running for such interactive use in the most ordinary way, to print or display an
announcement including an appropriate copyright notice and a notice that there is no warranty (or
else, saying that you provide a warranty) and that users may redistribute the program under these
conditions, and telling the user how to view a copy of this License.(Exception: if the Program itself is
interactive but does not normally print such an announcement, your work based on the Program is
not required to print an announcement.)
© Copyright NETASQ 2006
560
These requirements apply to the modified work as a whole.If identifiable sections of that work are
not derived from the Program, and can be reasonably considered independent and separate works
in themselves, then this License, and its terms, do not apply to those sections when you distribute
them as separate works.But when you distribute the same sections as part of a whole which is a
work based on the Program, the distribution of the whole must be on the terms of this License,
whose permissions for other licensees extend to the entire whole, and thus to each and every part
regardless of who wrote it.
Thus, it is not the intent of this section to claim rights or contest your rights to work written entirely
by you; rather, the intent is to exercise the right to control the distribution of derivative or collective
works based on the Program.
In addition, mere aggregation of another work not based on the Program with the Program (or with a
work based on the Program) on a volume of a storage or distribution medium does not bring the
other work under the scope of this License.
3. You may copy and distribute the Program (or a work based on it, under Section 2) in object code
or executable form under the terms of Sections 1 and 2 above provided that you also do one of the
following:
a) Accompany it with the complete corresponding machine-readable source code, which must be
distributed under the terms of Sections 1 and 2 above on a medium customarily used for software
interchange; or,
b) Accompany it with a written offer, valid for at least three years, to give any third party, for a
charge no more than your cost of physically performing source distribution, a complete machinereadable copy of the corresponding source code, to be distributed under the terms of Sections 1
and 2 above on a medium customarily used for software interchange; or,
c) Accompany it with the information you received as to the offer to distribute corresponding source
code.(This alternative is allowed only for noncommercial distribution and only if you received the
program in object code or executable form with such an offer, in accord with Subsection b above.)
The source code for a work means the preferred form of the work for making modifications to it.For
an executable work, complete source code means all the source code for all modules it contains,
plus any associated interface definition files, plus the scripts used to control compilation and
installation of the executable.However, as a special exception, the source code distributed need not
include anything that is normally distributed (in either source or binary form) with the major
components (compiler, kernel, and so on) of the operating system on which the executable runs,
unless that component itself accompanies the executable.
If distribution of executable or object code is made by offering access to copy from a designated
place, then offering equivalent access to copy the source code from the same place counts as
distribution of the source code, even though third parties are not compelled to copy the source
along with the object code.
4. You may not copy, modify, sublicense, or distribute the Program except as expressly provided
under this License.Any attempt otherwise to copy, modify, sublicense or distribute the Program is
void, and will automatically terminate your rights under this License. However, parties who have
received copies, or rights, from you under this License will not have their licenses terminated so
long as such parties remain in full compliance.
5. You are not required to accept this License, since you have not signed it.However, nothing else
grants you permission to modify or distribute the Program or its derivative works.These actions are
prohibited by law if you do not accept this License.Therefore, by modifying or distributing the
Program (or any work based on the Program), you indicate your acceptance of this License to do
so, and all its terms and conditions for copying, distributing or modifying the Program or works
based on it.
6. Each time you redistribute the Program (or any work based on the Program), the recipient
automatically receives a license from the original licensor to copy, distribute or modify the Program
subject to these terms and conditions.You may not impose any further restrictions on the recipients'
exercise of the rights granted herein. You are not responsible for enforcing compliance by third
parties to this License.
© Copyright NETASQ 2006
561
7. If, as a consequence of a court judgment or allegation of patent infringement or for any other
reason (not limited to patent issues), conditions are imposed on you (whether by court order,
agreement or otherwise) that contradict the conditions of this License, they do not excuse you from
the conditions of this License.If you cannot distribute so as to satisfy simultaneously your obligations
under this License and any other pertinent obligations, then as a consequence you may not
distribute the Program at all.For example, if a patent license would not permit royalty-free
redistribution of the Program by all those who receive copies directly or indirectly through you, then
the only way you could satisfy both it and this License would be to refrain entirely from distribution of
the Program.
If any portion of this section is held invalid or unenforceable under any particular circumstance, the
balance of the section is intended to apply and the section as a whole is intended to apply in other
circumstances.
It is not the purpose of this section to induce you to infringe any patents or other property right
claims or to contest validity of any such claims; this section has the sole purpose of protecting the
integrity of the free software distribution system, which is implemented by public license
practices.Many people have made generous contributions to the wide range of software distributed
through that system in reliance on consistent application of that system; it is up to the author/donor
to decide if he or she is willing to distribute software through any other system and a licensee
cannot impose that choice.
This section is intended to make thoroughly clear what is believed to be a consequence of the rest
of this License.
8. If the distribution and/or use of the Program is restricted in certain countries either by patents or
by copyrighted interfaces, the original copyright holder who places the Program under this License
may add an explicit geographical distribution limitation excluding those countries, so that distribution
is permitted only in or among countries not thus excluded.In such case, this License incorporates
the limitation as if written in the body of this License.
9. The Free Software Foundation may publish revised and/or new versions of the General Public
License from time to time.Such new versions will be similar in spirit to the present version, but may
differ in detail to address new problems or concerns.
Each version is given a distinguishing version number.If the Program specifies a version number of
this License which applies to it and "any later version", you have the option of following the terms
and conditions either of that version or of any later version published by the Free Software
Foundation.If the Program does not specify a version number of this License, you may choose any
version ever published by the Free Software Foundation.
10. If you wish to incorporate parts of the Program into other free programs whose distribution
conditions are different, write to the author to ask for permission.For software which is copyrighted
by the Free Software Foundation, write to the Free Software Foundation; we sometimes make
exceptions for this.Our decision will be guided by the two goals of preserving the free status of all
derivatives of our free software and of promoting the sharing and reuse of software generally.
NO WARRANTY
11. BECAUSE THE PROGRAM IS LICENSED FREE OF CHARGE, THERE IS NO WARRANTY
FOR THE PROGRAM, TO THE EXTENT PERMITTED BY APPLICABLE LAW.EXCEPT WHEN
OTHERWISE STATED IN WRITING THE COPYRIGHT HOLDERS AND/OR OTHER PARTIES
PROVIDE THE PROGRAM "AS IS" WITHOUT WARRANTY OF ANY KIND, EITHER EXPRESSED
OR IMPLIED, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE IMPLIED WARRANTIES OF
MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE.THE ENTIRE RISK AS TO
THE QUALITY AND PERFORMANCE OF THE PROGRAM IS WITH YOU.SHOULD THE
PROGRAM PROVE DEFECTIVE, YOU ASSUME THE COST OF ALL NECESSARY SERVICING,
REPAIR OR CORRECTION.
12. IN NO EVENT UNLESS REQUIRED BY APPLICABLE LAW OR AGREED TO IN WRITING
WILL ANY COPYRIGHT HOLDER, OR ANY OTHER PARTY WHO MAY MODIFY AND/OR
REDISTRIBUTE THE PROGRAM AS PERMITTED ABOVE, BE LIABLE TO YOU FOR DAMAGES,
INCLUDING ANY GENERAL, SPECIAL, INCIDENTAL OR CONSEQUENTIAL DAMAGES
ARISING OUT OF THE USE OR INABILITY TO USE THE PROGRAM (INCLUDING BUT NOT
LIMITED TO LOSS OF DATA OR DATA BEING RENDERED INACCURATE OR LOSSES
SUSTAINED BY YOU OR THIRD PARTIES OR A FAILURE OF THE PROGRAM TO OPERATE
© Copyright NETASQ 2006
562
WITH ANY OTHER PROGRAMS), EVEN IF SUCH HOLDER OR OTHER PARTY HAS BEEN
ADVISED OF THE POSSIBILITY OF SU CH DAMAGES.
END OF TERMS AND CONDITIONS
How to Apply These Terms to Your New Programs
If you develop a new program, and you want it to be of the greatest possible use to the public, the
best way to achieve this is to make it free software which everyone can redistribute and change
under these terms.
To do so, attach the following notices to the program.It is safest to attach them to the start of each
source file to most effectively convey the exclusion of warranty; and each file should have at least
the "copyright" line and a pointer to where the full notice is found.
<one line to give the program's name and a brief idea of what it does.> Copyright (C) 19yy<name of
author>
This program is free software; you can redistribute it and/or modify it under the terms of the GNU
General Public License as published by the Free Software Foundation; either version 2 of the
License, or (at your option) any later version.
This program is distributed in the hope that it will be useful, but WITHOUT ANY WARRANTY;
without even the implied warranty of MERCHANTABILITY or FITNESS FOR A PARTICULAR
PURPOSE.See the GNU General Public License for more details.
You should have received a copy of the GNU General Public License along with this program; if not,
write to the Free Software Foundation, Inc., 675 Mass Ave, Cambridge, MA 02139, USA.
Also add information on how to contact you by electronic and paper mail.
If the program is interactive, make it output a short notice like this when it starts in an interactive
mode:
Gnomovision version 69, Copyright (C) 19yy name of author Gnomovision comes with
ABSOLUTELY NO WARRANTY; for details type `show w'. This is free software, and you are
welcome to redistribute it under certain conditions; type `show c' for details.
The hypothetical commands `show w' and `show c' should show the appropriate parts of the
General Public License.Of course, the commands you use may be called something other than
`show w' and `show c'; they could even be mouse-clicks or menu items--whatever suits your
program.
You should also get your employer (if you work as a programmer) or your school, if any, to sign a
"copyright disclaimer" for the program, if necessary.Here is a sample; alter the names:
Yoyodyne, Inc., hereby disclaims all copyright interest in the program `Gnomovision' (which makes
passes at compilers) written by James Hacker.
<signature of Ty Coon>, 1 April 1989 Ty Coon, President of Vice
This General Public License does not permit incorporating your program into proprietary programs.If
your program is a subroutine library, you may consider it more useful to permit linking proprietary
applications with the library.If this is what you want to do, use the GNU Library General Public
License instead of this License.
--------------------------------------------------------ICONV
--------------------------------------------------------/*Copyright (c) 2000
* Konstantin Chuguev.All rights reserved.
*
Redistribution and use in source and binary forms, with or without modification, are permitted
provided that the following conditions are met:
© Copyright NETASQ 2006
563
1. Redistributions of source code must retain the above copyright notice, this list of conditions and
the following disclaimer.
2. Redistributions in binary form must reproduce the above copyright notice, this list of conditions
and the following disclaimer in the documentation and/or other materials provided with the
distribution.
3. All advertising materials mentioning features or use of this software must display the following
acknowledgement: This product includes software developed by Konstantin Chuguev and its
contributors.
THIS SOFTWARE IS PROVIDED BY THE AUTHOR AND CONTRIBUTORS ``AS IS'' AND ANY
EXPRESS OR IMPLIED WARRANTIES, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE IMPLIED
WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE ARE
DISCLAIMED.IN NO EVENT SHALL THE AUTHOR OR CONTRIBUTORS BE LIABLE FOR ANY
DIRECT, INDIRECT, INCIDENTAL, SPECIAL, EXEMPLARY, OR CONSEQUENTIAL DAMAGES
(INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, PROCUREMENT OF SUBSTITUTE GOODS OR
SERVICES; LOSS OF USE, DATA, OR PROFITS; OR BUSINESS INTERRUPTION) HOWEVER
CAUSED AND ON ANY THEORY OF LIABILITY, WHETHER IN CONTRACT, STRICT LIABILITY,
OR TORT (INCLUDING NEGLIGENCE OR OTHERWISE) ARISING IN ANY WAY OUT OF THE
USE OF THIS SOFTWARE, EVEN IF ADVISED OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGE.
*
* iconv (Charset Conversion Library) v2.0
*/
--------------------------------------------------------IPFILTER
--------------------------------------------------------/*
Copyright (C) 1993-2001 by Darren Reed.
*
The author accepts no responsibility for the use of this software and provides it on an ``as is'' basis
without express or implied warranty.
*
Redistribution and use, with or without modification, in source and binary forms, are permitted
provided that this notice is preserved in its entirety and due credit is given to the original author and
the contributors.
*
The licence and distribution terms for any publically available version or derivative of this code
cannot be changed. i.e. this code cannot simply be copied, in part or in whole, and put under
another distribution licence [including the GNU Public Licence.]
*
THIS SOFTWARE IS PROVIDED BY THE AUTHOR AND CONTRIBUTORS ``AS IS'' AND ANY
EXPRESS OR IMPLIED WARRANTIES, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE IMPLIED
WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE ARE
DISCLAIMED.IN NO EVENT SHALL THE AUTHOR OR CONTRIBUTORS BE LIABLE FOR ANY
DIRECT, INDIRECT, INCIDENTAL, SPECIAL, EXEMPLARY, OR CONSEQUENTIAL DAMAGES
(INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, PROCUREMENT OF SUBSTITUTE GOODS OR
SERVICES; LOSS OF USE, DATA, OR PROFITS; OR BUSINESS INTERRUPTION) HOWEVER
CAUSED AND ON ANY THEORY OF LIABILITY, WHETHER IN CONTRACT, STRICT LIABILITY,
OR TORT (INCLUDING NEGLIGENCE OR OTHERWISE) ARISING IN ANY WAY OUT OF THE
USE OF THIS SOFTWARE, EVEN IF ADVISED OF THE POSSIBILITY OF SUCH DAMAGE.
*
I hate legalese, don't you ?
*/
--------------------------------------------------------LGPLv2
--------------------------------------------------------GNU LESSER GENERAL PUBLIC LICENSE
Version 2.1, February 1999
Copyright (C) 1991, 1999 Free Software Foundation, Inc. 51 Franklin St, Fifth Floor, Boston,
MA02110-1301USA Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license
document, but changing it is not allowed.
© Copyright NETASQ 2006
564
[This is the first released version of the Lesser GPL.It also counts as the successor of the GNU
Library Public License, version 2, hence the version number 2.1.]
Preamble
The licenses for most software are designed to take away your freedom to share and change it.By
contrast, the GNU General Public Licenses are intended to guarantee your freedom to share and
change free software--to make sure the software is free for all its users.
This license, the Lesser General Public License, applies to some specially designated software
packages--typically libraries--of the Free Software Foundation and other authors who decide to use
it.You can use it too, but we suggest you first think carefully about whether this license or the
ordinary General Public License is the better strategy to use in any particular case, based on the
explanations below.
When we speak of free software, we are referring to freedom of use, not price.Our General Public
Licenses are designed to make sure that you have the freedom to distribute copies of free software
(and charge for this service if you wish); that you receive source code or can get it if you want it; that
you can change the software and use pieces of it in new free programs; and that you are informed
that you can do these things.
To protect your rights, we need to make restrictions that forbid distributors to deny you these rights
or to ask you to surrender these rights.These restrictions translate to certain responsibilities for you
if you distribute copies of the library or if you modify it.
For example, if you distribute copies of the library, whether gratis or for a fee, you must give the
recipients all the rights that we gave you.You must make sure that they, too, receive or can get the
source code.If you link other code with the library, you must provide complete object files to the
recipients, so that they can relink them with the library after making changes to the library and
recompiling it.And you must show them these terms so they know their rights.
We protect your rights with a two-step method: (1) we copyright the library, and (2) we offer you this
license, which gives you legal permission to copy, distribute and/or modify the library.
To protect each distributor, we want to make it very clear that there is no warranty for the free
library.Also, if the library is modified by someone else and passed on, the recipients should know
that what they have is not the original version, so that the original author's reputation will not be
affected by problems that might be introduced by others.
Finally, software patents pose a constant threat to the existence of any free program.We wish to
make sure that a company cannot effectively restrict the users of a free program by obtaining a
restrictive license from a patent holder.Therefore, we insist that any patent license obtained for a
version of the library must be consistent with the full freedom of use specified in this license.
Most GNU software, including some libraries, is covered by the ordinary GNU General Public
License.This license, the GNU Lesser General Public License, applies to certain designated
libraries, and is quite different from the ordinary General Public License.We use this license for
certain libraries in order to permit linking those libraries into non-free programs.
When a program is linked with a library, whether statically or using a shared library, the combination
of the two is legally speaking a combined work, a derivative of the original library.The ordinary
General Public License therefore permits such linking only if the entire combination fits its criteria of
freedom.The Lesser General Public License permits more lax criteria for linking other code with the
library.
We call this license the "Lesser" General Public License because it does Less to protect the user's
freedom than the ordinary General Public License.It also provides other free software developers
Less of an advantage over competing non-free programs.These disadvantages are the reason we
use the ordinary General Public License for many libraries.However, the Lesser license provides
advantages in certain special circumstances.
For example, on rare occasions, there may be a special need to encourage the widest possible use
of a certain library, so that it becomes a de-facto standard.To achieve this, non-free programs must
be allowed to use the library.A more frequent case is that a free library does the same job as widely
used non-free libraries.In this case, there is little to gain by limiting the free library to free software
only, so we use the Lesser General Public License.
© Copyright NETASQ 2006
565
In other cases, permission to use a particular library in non-free programs enables a greater number
of people to use a large body of free software.For example, permission to use the GNU C Library in
non-free programs enables many more people to use the whole GNU operating system, as well as
its variant, the GNU/Linux operating system.
Although the Lesser General Public License is Less protective of the users' freedom, it does ensure
that the user of a program that is linked with the Library has the freedom and the wherewithal to run
that program using a modified version of the Library.
The precise terms and conditions for copying, distribution and modification follow.Pay close
attention to the difference between a "work based on the library" and a "work that uses the
library".The former contains code derived from the library, whereas the latter must be combined with
the library in order to run.
GNU LESSER GENERAL PUBLIC LICENSE
TERMS AND CONDITIONS FOR COPYING, DISTRIBUTION AND MODIFICATION
0. This License Agreement applies to any software library or other program which contains a notice
placed by the copyright holder or other authorized party saying it may be distributed under the terms
of this Lesser General Public License (also called "this License"). Each licensee is addressed as
"you".
A "library" means a collection of software functions and/or data prepared so as to be conveniently
linked with application programs (which use some of those functions and data) to form executables.
The "Library", below, refers to any such software library or work which has been distributed under
these terms.A "work based on the Library" means either the Library or any derivative work under
copyright law: that is to say, a work containing the Library or a portion of it, either verbatim or with
modifications and/or translated straightforwardly into another language.(Hereinafter, translation is
included without limitation in the term "modification".)
"Source code" for a work means the preferred form of the work for making modifications to it.For a
library, complete source code means all the source code for all modules it contains, plus any
associated interface definition files, plus the scripts used to control compilation and installation of
the library.
Activities other than copying, distribution and modification are not covered by this License; they are
outside its scope.The act of running a program using the Library is not restricted, and output from
such a program is covered only if its contents constitute a work based on the Library (independent
of the use of the Library in a tool for writing it).Whether that is true depends on what the Library
does and what the program that uses the Library does.
1. You may copy and distribute verbatim copies of the Library's complete source code as you
receive it, in any medium, provided that you conspicuously and appropriately publish on each copy
an appropriate copyright notice and disclaimer of warranty; keep intact all the notices that refer to
this License and to the absence of any warranty; and distribute a copy of this License along with the
Library.
You may charge a fee for the physical act of transferring a copy, and you may at your option offer
warranty protection in exchange for a fee.
2. You may modify your copy or copies of the Library or any portion of it, thus forming a work based
on the Library, and copy and distribute such modifications or work under the terms of Section 1
above, provided that you also meet all of these conditions:
a) The modified work must itself be a software library.
b) You must cause the files modified to carry prominent notices stating that you changed the files
and the date of any change.
c) You must cause the whole of the work to be licensed at no charge to all third parties under the
terms of this License.
d) If a facility in the modified Library refers to a function or a table of data to be supplied by an
application program that uses the facility, other than as an argument passed when the facility is
© Copyright NETASQ 2006
566
invoked, then you must make a good faith effort to ensure that, in the event an application does not
supply such function or table, the facility still operates, and performs whatever part of its purpose
remains meaningful.
(For example, a function in a library to compute square roots has a purpose that is entirely welldefined independent of the application.Therefore, Subsection 2d requires that any applicationsupplied function or table used by this function must be optional: if the application does not supply it,
the square root function must still compute square roots.)
These requirements apply to the modified work as a whole.If identifiable sections of that work are
not derived from the Library, and can be reasonably considered independent and separate works in
themselves, then this License, and its terms, do not apply to those sections when you distribute
them as separate works.But when you distribute the same sections as part of a whole which is a
work based on the Library, the distribution of the whole must be on the terms of this License, whose
permissions for other licensees extend to the entire whole, and thus to each and every part
regardless of who wrote it.
Thus, it is not the intent of this section to claim rights or contest your rights to work written entirely
by you; rather, the intent is to exercise the right to control the distribution of derivative or collective
works based on the Library.
In addition, mere aggregation of another work not based on the Library with the Library (or with a
work based on the Library) on a volume of a storage or distribution medium does not bring the other
work under the scope of this License.
3. You may opt to apply the terms of the ordinary GNU General Public License instead of this
License to a given copy of the Library.To do this, you must alter all the notices that refer to this
License, so that they refer to the ordinary GNU General Public License, version 2, instead of to this
License.(If a newer version than version 2 of the ordinary GNU General Public License has
appeared, then you can specify that version instead if you wish.)Do not make any other change in
these notices.
Once this change is made in a given copy, it is irreversible for that copy, so the ordinary GNU
General Public License applies to all subsequent copies and derivative works made from that copy.
This option is useful when you wish to copy part of the code of the Library into a program that is not
a library.
4. You may copy and distribute the Library (or a portion or derivative of it, under Section 2) in object
code or executable form under the terms of Sections 1 and 2 above provided that you accompany it
with the complete corresponding machine-readable source code, which must be distributed under
the terms of Sections 1 and 2 above on a medium customarily used for software interchange.
If distribution of object code is made by offering access to copy from a designated place, then
offering equivalent access to copy the source code from the same place satisfies the requirement to
distribute the source code, even though third parties are not compelled to copy the source along
with the object code.
5. A program that contains no derivative of any portion of the Library, but is designed to work with
the Library by being compiled or linked with it, is called a "work that uses the Library".Such a work,
in isolation, is not a derivative work of the Library, and therefore falls outside the scope of this
License.
However, linking a "work that uses the Library" with the Library creates an executable that is a
derivative of the Library (because it contains portions of the Library), rather than a "work that uses
the library".The executable is therefore covered by this License. Section 6 states terms for
distribution of such executables.
When a "work that uses the Library" uses material from a header file that is part of the Library, the
object code for the work may be a derivative work of the Library even though the source code is not.
Whether this is true is especially significant if the work can be linked without the Library, or if the
work is itself a library.The threshold for this to be true is not precisely defined by law.
If such an object file uses only numerical parameters, data structure layouts and accessors, and
small macros and small inline functions (ten lines or less in length), then the use of the object file is
© Copyright NETASQ 2006
567
unrestricted, regardless of whether it is legally a derivative work.(Executables containing this object
code plus portions of the Library will still fall under Section 6.)
Otherwise, if the work is a derivative of the Library, you may distribute the object code for the work
under the terms of Section 6. Any executables containing that work also fall under Section 6,
whether or not they are linked directly with the Library itself.
6. As an exception to the Sections above, you may also combine or link a "work that uses the
Library" with the Library to produce a work containing portions of the Library, and distribute that
work under terms of your choice, provided that the terms permit modification of the work for the
customer's own use and reverse engineering for debugging such modifications.
You must give prominent notice with each copy of the work that the Library is used in it and that the
Library and its use are covered by this License.You must supply a copy of this License.If the work
during execution displays copyright notices, you must include the copyright notice for the Library
among them, as well as a reference directing the user to the copy of this License.Also, you must do
one of these things:
a) Accompany the work with the complete corresponding machine-readable source code for the
Library including whatever changes were used in the work (which must be distributed under
Sections 1 and 2 above); and, if the work is an executable linked with the Library, with the complete
machine-readable "work that uses the Library", as object code and/or source code, so that the user
can modify the Library and then relink to produce a modified executable containing the modified
Library.(It is understood that the user who changes the contents of definitions files in the Library will
not necessarily be able to recompile the application to use the modified definitions.)
b) Use a suitable shared library mechanism for linking with the Library.A suitable mechanism is one
that (1) uses at run time a copy of the library already present on the user's computer system, rather
than copying library functions into the executable, and (2) will operate properly with a modified
version of the library, if the user installs one, as long as the modified version is interface-compatible
with the version that the work was made with.
c) Accompany the work with a written offer, valid for at least three years, to give the same user the
materials specified in Subsection 6a, above, for a charge no more than the cost of performing this
distribution.
d) If distribution of the work is made by offering access to copy from a designated place, offer
equivalent access to copy the above specified materials from the same place.
e) Verify that the user has already received a copy of these materials or that you have already sent
this user a copy.
For an executable, the required form of the "work that uses the Library" must include any data and
utility programs needed for reproducing the executable from it.However, as a special exception, the
materials to be distributed need not include anything that is normally distributed (in either source or
binary form) with the major components (compiler, kernel, and so on) of the operating system on
which the executable runs, unless that component itself accompanies the executable.
It may happen that this requirement contradicts the license restrictions of other proprietary libraries
that do not normally accompany the operating system.Such a contradiction means you cannot use
both them and the Library together in an executable that you distribute.
7. You may place library facilities that are a work based on the Library side-by-side in a single
library together with other library facilities not covered by this License, and distribute such a
combined library, provided that the separate distribution of the work based on the Library and of the
other library facilities is otherwise permitted, and provided that you do these two things:
a) Accompany the combined library with a copy of the same work based on the Library, uncombined
with any other library facilities.This must be distributed under the terms of the Sections above.
b) Give prominent notice