tab

Commentaires

Transcription

tab
—
163
avoit un grand, long, plantureux tabarre plein
foncé, balliant la terre tout à Pentour. 1576.
—
TABLE
sumption. — La jambe s'amaigrist et devient
tabide par faulte d'aliment. T A G A U L T , Inst.
V I G E N È R E (Gay).
chir., p. 576 (G., Compl.). — U n autre guerissoit
Tabe (tabès). Phtisie, maladie de langueur. toutes les trois manières d'hetiques, atrophes,
— Lesfièvres,les tabès, les pulmonies. B R E T I N , tabides, emaciez. R A B E L A I S , V, 20. — [Ceux
tr. Lucien, Caron, 17. — Si le ministre des Parques qui ont des écrouelles] en fin meurent misérales appelle ou qu'il les emmeine, ceux qui seront blement languissans, tabides, arides et secs.
mesme détenus et vexez d'une fièvre ou d'une
P A R É , V, 19. — L'ulcère se dilate de plus en
tabe, s'estomachent et révoltent encor' à l'en- plus... et le malade meurt tabide dudit ulcère
contre du conducteur. Ib. — Toutefièvre,toute aride et sec. VIII, 33. — Les malades jettent
tabe, toute peripneumonie. Ib., Déshérité, 27.
la boue par la bouche, puis deviennent tabides,
Tabefier (se). Dépérir. — Les esprits... ne
dont la mort s'ensuit. XIII, 12. — La chair luy
peuvent reluire aux parties inférieures, et par sèche, et il devient si tabide que les os luy percent
conséquent se tabefientet deviennent en ema- la peau. D u V A I R , Médit, sur Job, ch. 33. —
ciation, c'est à dire amaigrissement. P A R É , X X I , Les corps déclineront petit à petit et deviendront
27.
tabides. L E L O Y E R , Spectres, IV, 15. — (Subst.).
Tabelet, v. Tablet.
Pour tabides on en prépare pillules [de sauge]
Tabellaire 1. Ligne tabellaire, terme de chi- en ceste manière. M A I G N A N , tr. Fuchs, XCIII
romancie. — Elle est dite la ligne tabellaire
(G., Compl.). — Le laict d'une asnesse est souou du foye ou de l'estomach. D u M O U L I N , tr. verain pour les tabides, goutteux et envenimez.
Indagine, p. 15.
G. B O U C H E T , 11<> Seree (II, 246).
— Tabifique (tabificus, pestilentiel). —
Tabellaire 2 (tabellarius, messager).
Leur
Prestolans les tabellaires à venir des pénates et haleine [des chats] est infecte d'une poison talares patriotiques. R A B E L A I S , II, 6.
bifique. P A R É , XXIII, 43.
Tabis. Sorte d'étoffe de soie moirée. — QuaTabellionné 1. Charge de tabellion. — D'où
vient que l'on a estimé les greffes et tabellion nez rante huit aulnes tabit de saye de coulleurs couestre du domaine du roy, ensemble sommaires vertz d'or et d'argent. Texte de 1583 (Gay,
Gloss. archéol.). — U n e pièce de tabi d'or et
discours sur les notaires et clercs des greffes.
tanné... ayant esté achaptée pour les gourdines
PASQUIER, Rech., IV, 14. — Nos roys ayans
d'un carosse. 1618. Inv. de l'hôtel de Nassau
transporté en eux tout ce qui estoit de l'authorité
(Gay). — Que Dieu pardoint à feu vostre grandpublique des villes, ils estimèrent les greffes
et tabellionnez estre de leur vray estoc et do- père, Il estoit bon marchand; j'achetay du
tabit D u pauvre sire Jean pour m e faire un
maine. Ib.
Tabellionné 2. (En parlant d'un acte.) habit. Var. hist., IV, 37. — U n g corporalier de
Rédigé, dressé. — Et de ce furent lettres fermées tabis d'argent semé de fleurons d'or. 1622. Inv.
et tabellionnees. B O U C H A R D , Chron. de Bret., de N. D. de Reims, fol. 19 (Gay).
Tabit, v. Tabis.
134 d (G.). — Frais de lettres tabellionnees,
Tablage, mot collectif. Planches, assem4 sous. 1574-1575. Arch. Seine-Inf. (G.).
blage de planches. — Qui les revestiroit bien par
Tabernacle. Tente, pavillon. — Il les commandoit demourer par tout le jour devant le dedans de bons ais, le vin s'i eschaufferoit assez
tabernacle de son prétoire. G. M I C H E L , tr. Sué- bien, es avec ce que ces vaisseaux seroyent de
tone, II, 55 r°. —• [Vitellius] ne retourna aux grande commodité, a cause qu'on en pourroit
tabernacles et tentes pretorialles jusques que faire plusieurs vins ensemble avec le tablage
le feu fut prins a la cheminée bruslant la maison. servant à plusieurs. B E L L E F O R E S T , Secr. de
IX, 241 v°. — Les amys de Germanicus eurent l'agrie, p. 209 (G.). — O n conduict le bois
lors loysir de le transporter en son tabernacle. coupé sur les montaignes, et sié, pour faire tablage de cèdre. T H E V E T , Cosmogr., III, 11. —
Ê. de L A P L A N C H E , tr. Tacite, 1. I, 22 v°.
Fort. — Sceva, combien quil eust lœil arraché Ces navires... sont tablés de tablage de canes.
J. A L F O N S E S A I N T O N G E A I S (G.).
de la teste, la cuysse persee, lespaulle semblaTablativé. Tourmenté. — Et m o n Dieu,
blement... si garda il louverture de la porte
du chastel et tabernacle qu'il avoit en garde. je suis bien destruit, Bien peneux, bien tablativé. Ane Théâtre, II, 40.
G. M I C H E L , tr. Suétone, I, 31 v°.
Tablature. Enseignement. — Je lui donnay
Habitation, demeure. — Son deces fut en
Lucullane : qui est un champ ou village la ou il de la tablature de M . Le Grand. Je lui appris à
avoit ses tabernacles et maisons magnifique- tourner les talons en dedans, à cheminer en oye.
ment accoustrées. Ib., III, 130 v°. — Combien A U B I G N É , Sancy, II, 1.
Table. Planche. — Celuy qui navigue peult
plus ceux qui habitent maisons de fange, et
sont detenuz en tabernacles terriens, seront ilz difficillement avoir joye parfaicte, imaginant
abbatuz? C A L V I N , Instit., VI, p. 365. — Va, c o m m e entre la mort et la vie il n'y a qu'une
mon peuple, entre en tes tabernacles, ferme tes seule table ou planche. L A G R I S E , tr. Guevara,
I, 40. —• Et estoit icelle muraille pour la face
huys sur toy. VII, p. 451. — Le tabernacle
principale... de fortes tables et esses... Les deux
de Romule se brusla pour ung certain sacriffice
que feirent les pontifies en icelluy. D E R O Z I E R S , autres faces... estoient toutes de tables et limandes. R A B E L A I S , Sciomachie (III, 397). —
tr. Dion Cassius, 1. XLVIII, ch. 70 (150 v°).
Taberne (taberna). Taverne. — Es tabernes Il regarde le mas, Maintenant le timon : il raméritoires de la p o m m e de pin, du castel. R A - bille les coûtes, les carreaux et les ais et les
tables dissoutes. R O N S A R D , Odes, A u roy Henry II
BELAIS, II, 6.
(II, 74). — Les ennemis desplancharent et ousTabi, v. Tabis.
tarent les tables du dessus d'une salle. M O N L U C ,
Tabian (laict), v. Lait.
Tabide (tabidus). Consumé, miné par la con- 1. I (I, 79). — S'enquerant de quelle espesseur
estoient les ais et tables dont sont composez
les navires. T H E V E T , Cosmogr., Pref. — Les
TABLE
— 164 —
Pièces retr., Sonnets (VI, 27). •— Je suis comme
maisons... sont toutes faictes de bois, couvertes
de tables bien unies et joinctes ensemble. Ib., une table encores innocente, N'ayant d'aucun
III, 13. — L'un se promenant en une sale re- pourtraict aucun linéament. B E R O A L D E , Hist.
garde à compasser ses pas d'une certaine façon, vér., p. 534.
Tablette. — A g a m e n o n fut n o m m é roy dedans
sur les carreaux ou tables du plancher. C H A R R O N ,
Sagesse, I, 36. — O n ne pouvoit aller à luy si- toutes les tables. L A L A N D E , tr. Dictys, Argum.
du 1 e r Liv. — A g a m e n o n fut en toutes les tables
non sur un petit pont de bois, que les tables
trembloient toutes. B R A N T Ô M E , Vie de Fr. de en lettres puniques escrit. Ib., 1. I, 12 v°.
Surface plate. — Avoir leur fault riches acousBourdeille (X, 50). — (Fig.). L e sacrement du
tremens... Chesnes, colliers, tables de dyamans,
baptesme... est appelle ordinairement par les
vénérables docteurs catholiques la première Ane Poésies, XII, 9. — U n g beau et riche quertable du naufrage. M A R N I X , Differens, II, iv, quant d'or bien faict et esmaillé, garny au mi14. — Reservez ce dessein de vivre en solitude, lieu d'une grande table de diamant. 1544. Manet vous retirer au repos, lors, ou que tous en- dement pour paiement de bijoux. Ch. des comptes
de Lille (G., Compl.). — E n regardant la table
semble nous aurons amené le navire à port, ou
du diamant grande et belle, dont l'anneau estoit
que, vaincus par l'opiniastre imprudence de
ceux qui se veulent perdre, nous nous serons esmaillé de noir, fut en grande peine de ce qu'elle
sauvez sur quelque table du naufrage. D u V A I R , en avoit à faire. M . de N A V A R R E , Heptam., 13. —
Qui seroit si peu traictable, Voyant l'yvoirine
Exhort. à la vie civile, p. 310.
Table d'attente. Plaque ou autre surface plate table D e son front délicieux...? G U Y D E TOURS,
portant une inscription. — A u dedans duquel Souspirs am. (II, 52). •— (En anatomie). Je
apperceurent une statue de bronze couronnée, pensay un laquais... qui fut blessé d'un coup
tenant en ses deux mains (vis à vis de l'estomach) d'espée sur l'os pariétal, partie senestre, non
une table d'attente dorée, en laquelle estoient pénétrant jusques à la seconde table. PARÉ,
gravées aulcunes lettres et carracteres grecz. VIII, 22. — Finablement toutes les deux tables
Amadis, IV, 36. — A la fontaine adventureuse... de l'os furent altérées. Ib. — Ledit Aubert...
estoient quatre gros perrons de cuyvre doré usa de trépans, et trouva la seconde table dudit
et à chascun une table d'atente. V , 29. — E n sa os rompu. VIII, 23.
Diamant en table. Diamant taillé de façon
main dextre [de la statue] une table d'atante
portant ceste prophecie. V , 34. — Il nefitpas à présenter une surface plane. — U n aneau d'or
beaucoup estudier sonfils...et ne voulut pas avecques un diament en table. R A B E L A I S , II,
qu'il apprinst autre latin sinon une belle devise 24.
Table de la main, terme de chiromancie. —
qu'il fit escrire en lettres d'or en une table
d'attente, sur sa cheminée : J5ene vivere et loetari.Totallement est appelle celuy espace la table
T A B O U R O T , Apophth. (III, 127). — O u soit que de la main : ou bien est dite et nommée quapar une prudence, ou par le hazard du temps... drangle. D u M O U L I N , tr. Indagine, Chiromance,
nos ancestres ayent laissé les deux tableaux p. 15.
Nouvelles tables. — Il dejecta lexpectation
en blanc... je veux croire que par un sage conseil,
ils y laissèrent ces tableaux en tables d'attente, et attente des nouvelles tables... décrétant finac o m m e n'estants capables de représenter en blement que les debteurs satisfissent a leurs
si petit volume les exploits d'armes héroïques de créditeurs par l'extimation de leurs possessions.
nostre amazone [Jeanne d'Arc]. P A S Q U I E R , G. M I C H E L , tr. Suétone, 1,19 v°. — Les nouvelles
tables estoient dictes quant les debteurs nesLettres, X X I , 4.
A u figuré table d'attente s'emploie lorsqu'on toient point contrainctz payer les pecunes avecques les usures a leurs créditeurs. Ib.
veut parler d'une attente longue et vaine. —
Table. Planchette à rebords employée pour
U n capitaine qui avoit suivy sa fortune
[d'Henri IV] auparavant qu'il fust roy de France, certains jeux. — O u revocquoient en usage
las de voir ses services estre mis sur une table l'antique jeu des tables. R A B E L A I S , I, 24. —
d'attente sans effect... se présenta devant sa Or estoient tous ces jeunes enfans bien parez
Majesté, luy représentant les grands services et accoustrez, et jouoient aux tables, aux marqu'il luy avoit faicts sans en recevoir recom- tres et aux osselets. D E S P É R I E R S , tr. Platon,
pense. Ib., X X , 3. — Vous exercerez sur elle Lysis (I, 13). — Amadis... arriva au pont, ou
[votrefille]non une puissance paternelle, ains il ad visa le chevalier jouant aux tables avec
un aultre. Amadis, 1,18. — Les uns se prindrent
seigneurie absolue, singulièrement eu esgard
que n'avez aujourd'huy de delà aucun party à lire des romans, les autres à jouer aux eschetz,
en main : tellement que la logerez cependant et une partie aux tables. L E M A Ç O N , tr. Decameron, III, Preamb. — Les aucuns s'adonnent
sur une table d'attente. X X I I , 10.
Table. Tableau. — U n painctre tresrenommé aux jeux de cartes, des eschets et de tables.
et excellent présenta à l'empereur Octavian F O N T A I N E , Fontaine d'Amour, Epistre au duc
une table en laquelle estoient tirez en pourtraic- d'Orléans. — Ils vindrent au pavillon de Thierry,
ture tous les princes vertueux. L A G R I S E , tr. Gue- où Protade jouoit aux tables avec Pierre. FAUC H E T , Antiq., V, 3. •— Les eschecz, les tables,
vara, I, 46. — [L'histoire] est c o m m e une table
de paincture, la ou se voient les conseilz, œuvres ce sont récréations de soy m e s m e bonnes et loysibles. Fr. de S A L E S , Vie dévote, III, 31. — Lfi
et parolles des anciens h o m m e s de n o m retraictz
et exprimez âpres le vif. S E L V E , tr. Plutarque, grand roy Louys... print les tables, les dés et
Prol. du translateur. — E n ce petit tableau une partie de l'argent, et les jetta par les feY a plus d'art et est plus riche et beau Et est nestres dans la mer. III, 32.
Pièce d'un jeu de trictrac. — Lors les tables
mieulx faict que n'est pas la grand table. J. B O U C H E T , Ep. mor., II, x, 26. — E t tout ce qu'ont seront là démenées, trainées et traquassées l'une
peu les arts E n table, en marbre et au livre. sur l'autre, c'est à sçavoir les âmes tourmentées
par divers tourmens, dénotez par les divers lieux
D u B E L L A Y , Ode sur la naissance du duc de
Beaumont (H. C , V, 290). — Je peindrais une du tablier et divers mouvemens des tables
qu'on m e
t de
en heu (Dans Estienne, Apol
tableaccords,
où l'on
verrait
pourtraits
Nos R sermens,
nos
nos
guerres
et nos paix.
O N S A R D , Herod.,
ch.
37,lieu
II, 286.)
— 165 —
TABLIER 1
A toutes tables, aux tables rabattues, jeux citoiens
de
en petites tablées. A M Y O T , Dicts des
Lacedaem., Lycurgue, 4.
(Table pour les repas). D'entrés de table, v. En- Tablet. Tableau. — U n petit tabelet d'or.
trée.
1504. Reg. aux test., fol. 160. Douai (G.). — OrTable. Chaque service d'un repas. — Sus donne un tablet estre fait devant sa sépulture
l'apport de la seconde table, Panurge en par- poinct d'ungne Nostre D a m e de pitié. 1516. Reg.
fonde révérence dist. R A B E L A I S , III, 30. — Sus aux test., fol. 40. Douai (G.). — A u dict cœur
l'apport de la seconde table [Pantagruel] apper- estoient cincquante tablets armoiés d'armes de
ceut. IV, 35. — (Fig.). Telles exercitations ont cincquante chevalliers... lesquels tablets estoient
esté appellées daucuns la desserte et secondes au dessus des sièges des chanoines. 1531. Declar.
tables des gens studieux. P A S Q U I E R , tr. Plu- du chapitre de la Thoison d'or. Tournai (G.).
tarque, p. 93.
Tablette. Petite table. — Ceulx ausquelz
En fin de table. A u dessert. — E n fin de table sera permis vendre brandervin sur tablettes
Homenaz nous donna grand nombre de grosses aux portes et carfours de la ville n'en polront
et belles poyres. R A B E L A I S , IV, 54.
vendre aultrement composé que n'est dit cy
Lever les tables. Desservir. — Après que les dessus. 6 déc. 1612. Reg. aux résolut, des Contables furent levées, print le gentil h o m m e par saulx. Arch. Tournai (G.).
la main. M . de N A V A R R E , Heptam., 23.
Partie plate. — L a jambe de l'aigle est courte
A la table. A table. — Si je ry, c'est ainsi et jaune, et a des tablettes par devant. B U D É ,
qu'on se rid à la table, Car je ry, c o m m e on dit, Oiseaux, fol. 104 (La Curne).
d'un riz sardonien. D u B E L L A Y , Regrets, 11. —
Sans tablettes. Sans prendre note. — C'est
Quand j'estoye à la table, si l'on ne m'eust un outil de merveilleux service que la mémoire...
donné du meilleur, je m'enfumoye si fort que elle m e manque du tout... Je ne sçaurois receje jetoye voirres, plats... et tout à bas. D E S voir une charge sans tablettes. M O N T A I G N E , II,
A U T E L S , Mitistoire, ch. 6.
17 (III, 43).
En table. A table. —• Si par cas les princes
Taulette. Tablette, surface plate, par opposiparloient de luy [César] en table, c o m m e après tion à rouleau. — Que vous les logiez et escriviez
soupper, de crainte ils ne pouvoient dormir en taulettes ou en lieux patens, afin que une
la nuict. L A G R I S E , tr. Guevara, I, 41. — Sois chascune lettre soit veue et leue en droitte
tousjours en table joyeux, Et laisse aux povres ligne. T O R Y , Champ fieury, Préface. — Laissez
la caresme. D E S A U T E L S , Autre dial. mor., donques la ces raouleaux, et escrivez en belles
p. 115.
et patentes taulettes. Ib.
Faire table à part. Être séparé. — Le m e s m e Tablier 1. Comptoir, dessus du comptoir,
Chauve trouva dés son advenement la Bretagne étal. — Car c'est raison que labeur gaing ameine,
à luy rebelle, et je ne voy point que depuis Et pour néant le tablier tiendriez Couvert du
ce temps-là elle ne fit table à part et séparée verd, et vous morfondriez Es ouvroirs, si n'aviez
d'avecques nos roys, jusques à ce que par le practique. J. B O U C H E T , Ep. mor., II, x, 27. —
mariage de la duchesse Anne avecques le roy Il n'eut pas si tost posé sa bourse sur le tablier
Louys XII elle a esté unie à nostre royaume. et contoir que ce mattois ne s'en saisit. G. B O U P A S Q U I E R , Rech., V, 4.
C H E T , 15 e Seree (III, 107). — E n toutes telles
Sans table (?) — Que l'envieux un jour ne choses, je n'oblige personne, ny ne prétends
luy reproche point D e l'avoir veu jouer sans les persuader, bien loing de les dogmatiser :
tiltre et mal empoint, Sans argent endebté, je les présente seulement et les estalle c o m m e
sans table et sans parolle, Ayant en vous servant le marchand sur le tablier : qu'on passe sans
tresmal joué son rolle. R O N S A R D , Poèmes, 1. II, le regarder seulement, je ne m'en soucie. C H A R Disc, au card. de Chastillon (V, 228).
R O N , Petit traicté de sagesse, ch. 5. — E n tout ce
Tablé. Planchéié. Voir Tablage.
que je propose, je ne prétends y obliger perEmboîté,fixé.— Il donne cueur à ses gens, et sonne, je présente seulement les choses et les
commande D'équiper tout, lesquelz, à son parler estalle c o m m e sur le tablier. ID., Sagesse, Préf.
Obeissans, ont érigé en l'air Le m a s concave et — Les tauliers de bois ne pourront avoir de
en haut bien tablé, Fait de sapin, et l'ont bien saillie sur la rue. 1612. Statuts de la ville de Borencahlé. P E L E T I E R , tr. Odyssée, II, 34 r° (G.).
deaux, p. 109 (G.).
Attablé. —• Sur la fin du repas nous entrons
Planchette avec ou sans rebords servant à
en devise : U n loue le haut vol, l'autre la chasse certains jeux. — D e mes dez, cartes et tablier
prise... Tant que sommes tablez, n'avons autre
J'ordonne aux pipeurs de la ville, Et leur donne
devis. G A U C H E T , Chasse du sanglier, p. 239.
congé d'embler Quand ilz n'auront ne croix
Tableau. Tableau d'un navire. Pont. —
ne pile. Ane Poésies, III, 80. — Puis le verd
Ayant regart... aux chasteaux et tableaux de estendu lon desployoit force chartes, force dez,
leurs navires, dont ilz nous firent de grans maulx. et renfort de tabliers. R A B E L A I S , I, 22. — Apres
S E Y S S E L , tr. Thucydide, VII, 12 (237 r°). — H z
souper venoient en place les beaux évangiles
mettront le plus grant nombre de gens sur les de boys, c'est à dire force tabliers. Ib. — Elles
chasteaux et tableaux de leurs navires (238 v°).
leur donnent deniers pour jouer aux tabliers
Tableau peint. Tableau. — Toutes choses ce- et pour hazarder aux cartes et aux dez. L A G R I S E ,
lestes sont mieux entendues de nous quand
tr. Guevara, II, 40. — Il y avoit un tablier à
elles nous sont figurées par quelques choses vi- jouer aux tables et eschets. B U D É , Institution,
sibles et terriennes, et, par manière de dire, ch. 48. — J'apperceu forces dez, cartes... eschets
monstrées au doigt c o m m e en un tableau peint. et tabliers. R A B E L A I S , V , 22. — Tant de jeux
A N O N . , tr. Bullinger, II, 2, p. 507.
nuisibles, comme... les cartes, le tablier, paulme,
Tablée. Réunion de convives. — Lors trou- la bille. L E B L O N D , tr. Morus, 1. I, 14 r°. — Et
vera toute pleine tablée D e gens assis sur la ne laissons le tablier Oublier, N y 11*
la paulme
VIIverd. C R É T I N , Débat sur ... chiens et
belle herbe
quand il gelle. M A G N Y , Odes, II, 94. — Nous
oyseaux, p. 89. — Il introduisit ce qu'ils appel- pelotions nos déclinaisons, à la manière de ceux
loient les convives... il avoit ainsi divisé ses qui par certains jeux de tablier apprennent
Gargantua. R A B E L A I S , I, 22.
TABLIER 2
—
1C
pris, et pour ce en affaire il convient mettre
l'arithmétique et la géométrie. MONTAIGNE,
tout sur le tablier. B E R O A L D E , Hist. vér., p. 198,
I, 25 (I, 215).
.
.,
,
Maistre du tablier. Vainqueur. — Ils pourSpécial', trictrac. — Quel plaisir y a il... de
jecter les dez dans un tablier...? L E B L O N D , suivirent leurs desseins avecques telle opiniastreté, qu'en fin de jeu ils demeurèrent maistres
tr. Morus, 1. II, 62 v°. — M o n énigme ne signifie
autre chose que le jeu du tablier ; car les oz de du tablier, c'est à dire paisibles du royaume
mort qui sont hors de la sépulture sont les dez, d'Angleterre par l'espace de vingt et huict ans.
qu'on tire hors de la gibessiere. L O U V E A U , tr. P A S Q U I E R , Rech., I, 12. — L a papauté est une
Straparole, V , 3. — E n lieu de dire grâces à dignité viagère, qui produit ordinairement sucDieu, lon prend un tablier, et faict-on les dez cesseur non héritier des volontez du predecedé.
Tellement que, la chance du jeu se tournant,
dessus courir (Dans Estienne, Apol. Herod.,
celuy
en fin de jeu se trouve lourche qui pensoit
ch. 37, II, 285). — Platon accomparoit nostre
vie au jeu du tablier, là où il faut que le dé estre maistre du tablier. VIII, 56.
Tablier. Bureau de recette des droits du roi
die bien, et que le joueur use bien de ce qui
sera escheut au dé. A M Y O T , Tranquillilédel'ame... dans certaines provinces. — D e mesme bransle
fut assiégé et emporté, mais sans peine, Moléon...
5, — Nostre vie est un jeu ou si le dé soudain
Sur le tablier ne roule en favorable chance Et vieille place, d'assiette avantageuse et presque
précipiteuse par tout, hormis par une teste, et
le discret joueur les tablettes n'agence Selon
qui eust esté fortifiée pour ces raisons, joint
l'ordre des poins, il se travaille en vain. C H A S à elles que c'est une élection et tablier, si la stéSIGNET, Mespris, sonn. 218. — Sur tout il ne
faut obmettre nostre jeu de trie et trac : car rilité du pays n'eust fait desdaigner les avantages
qu'elle reçoit de nature. A U B I G N É , Hist. univ.,
s'il vous plaist considérer le son que rapportent
XI, 13. — Les gouverneurs particuliers et les
les dez estans jettez dans le tablier, il n'est
autre que de trie et trac. P A S Q U I E R , Rech.,VIII, capitaines commandans en chefs pourront faire
6. — Nous appelions le jeu de tablier trie trac, arrest et détention des deniers du tablier. (Dans
ib., X I V , 12.)
pour autant que ce mot semble aucunement
Tablier 2. Pensionnaire. — Aucuns brasse rapporter au son des dez. VIII, 52.
Spécial', damier, échiquier. — Le bas est à seurs... ne pourront tenir logis, tenir assietes...
carreaux de marbre blanc et noir Pavé c o m m e saulf qu'ilz pourront avoir ung ou deux tabliers
un tablier. B U T T E T , Epithal. — C o m m e un damier ou tablieres de la langhe thioise pour apprendre
ou tablier aussi appelle eschiquier. F A U C H E T , la langhe walonne sur dix livres de fourfait.
Orig. des chevaliers, I, 2. — Si toutes les autres10 déc. 1522. Ordonn. de Ch. Quint (G.).
(Terme d'histoire romaine). — Ces consuls,
pièces ne se tiennent sur leurs gardes, elles
pour relever le peuple grevé par usure, créèrent
peuvent estre prises, et par m e s m e moyen on
les oste de dessus le tablier. P A S Q U I E R , Rech., x homes tabliers, ainsi només pour tant qu'ils
IV, 31. — (Fig.). Les dieux Pont créée [l'Asie]... mettoient tables en plain marchié, et du thesor
pour estre... un tablier c o m m u n ou tous jouent. et pecune publiques mettoient dessus, et de
L A G R I S E , tr. Guevara, III, 16. — [Les papes] celle paioient les usuraires debtes du peuple.
se sont rendus en effect rois des rois et seigneurs F O S S E T I E R , Cron. Marg., VIII, iv, 9 (G.).
Tabliere. Tablier. — A toutes les demiselles
sur tous seigneurs. Si bien qu'il n'y a eu depuis
audict beghinaige servans et enffans a tablieres,
ce temps la evesque, ne chevalier, ne rocq, ne
a chascune une pareille miche. Test, de 1507.
royne, ne m e s m e roy en tout ce tablier qui ne
leur aye faict joug et receu l'eschecq et le mat Arch. Tournai (G.).
Taborinier. Tambourineur. — Guillaume de
de leur benoite paternité. M A R N I X , Differens,
la Case, tamborinier. 22 août 1519. Arch. Gir.
I, n, 6.
(Expressions figurées). Mettre sur le tablier. (G.). — Sept fifres et taboriniers. Compte de
Parler de, mettre sur le tapis. — Le seigneur, 1562 (G.).
(Fém.). Tabouriniere. — Les jeunes taboulors que son fermier luy apporta argent, mit
sur le tablier les bons tours etfinessesqui s'es- rinieres au milieu des chantres joueurs d'instruments. B O U C H E T , Serm. de la simul. convers. de
toient passez entr'eux. D u F A I L , Eutrapel, 16
(I, 224). — Par ce que cette question avoit esté H. de Bourbon, p. 338 (G.).
Tabouller (?). —
Les femmes estoient...
mise sur le tablier et soustenue au collège de
Harcourt, défenses furent faites d'y disputer embesoignees... à emballer leurs pelotons, engaisner leurs forcettes... ensacher leurs devidets,
publiquement de la théologie l'espace de quatre
entraver leurs gardeculs, tabouller leurs cassettes.
ans ensuivant. P A S Q U I E R , Rech., III, 16. —
D u F A I L , Baliverneries, p. 42.
Cela estant mis sur le tablier et au bureau, fut
T a b o u r . Tambour. — Pour les cloches avoient
dit des uns que ce jeune fol estoit avoué fils
sons
de tabours. G R I N G O R E , Folles entreprises (I,
d'un fort h o m m e de bien. D u F A I L , Eutrapel,
134). — Sonnans tabours, tympanes et bedons.
22 (II, 24).
Hasarder, risquer, exposer. — Charidemus... L E M A I R E , Illustr., I, 28. — Les gros tabours
conseilla au roy Darius de ne mettre pas ainsi qui font l'air resonner. M A R O T , Epistres, 3. —
témérairement son royaume sur le tablier, A u son des fifres et tabours. R A B E L A I S , SCWau hazard d'une battaille. A M Y O T , tr. Diodore, machie (III, 399). — Et rendoient son, les unes
XVII, 7. — Tant de temps, de labeurs, de sang c o m m e de tabours etfifres,les aultres comme
de clerons et trompettes. ID., Pontagr., IV, 56.
et de richesses employées a ceste conqueste
piedmontoise ne dévoient estre ainsi mises sur — Et l'autre tout autour D e la brigade fait
resonner un tabour. R O N S A R D , Hymne de l Aule tablier. D u V I L L A R S , Mém., V, an 1554 (G.,
tonne (IV, 322). — Ils se paissent enfans de tromCompl.). — T u viens icy mettre sur le tablier
pes et canons, D efifres,de tabours, d'enseignes,
au hazard d'une heure ton royaume et ta propre
vie. A M Y O T , Comment discerner le flatteur, 30. gomphanons. D u B E L L A Y , Regrets, 114.
Mettre tout sur le tablier. Mettre tout en jeu,Meslant le fifre aux trompettes bruyantes, fit
de tabours rompant le ciel voisin. RONSARD,
ne rien négliger. — Il faut qu'en toutes nos
actions
nous
taschions
à
faire
si
bien
qu'il
ne
demeure rien en arrière pour le succez entre-
— 1 57 —
Franciade, IV (III, 173). — On entend maint
tabour, mainte trompette sonne. G A R N I E R ,
Juifves, 752.
Comme bille sur tabour, v. Bille 1.
Tabour noté c o m m e vieilli. — Ainsi est-il
de tabour, que les soldats appellent maintenant
quesse. P A S Q U I E R , Rech., VIII, 3.
Tabourasse. Tambourin? —• Chacun de
ces trois porte un tabourasse en son poing lors
qu'ils commencent à entrer au milieu du rond,
lesquels dansans et chantans fort piteusement
sont suyviz des autres, qui leur respondent.
T H E V E T , Cosmogr., X X I I I , 1.
Tabourder (intrans.). Frapper. — Allez, je
me tiendray tout quoy Près vostre logis en embuscne. Si quelqu'un y tabourde ou huche, Je
pense qu'il sera escoux. Ane Théâtre, I, 139. —
Par ung beau soir le lutin contrefait, Et va
monter au grenier sur la chambre O ù gyst sa
mère, et démenant maint membre, Aussi criant
tresfort piteusement E n tabourdant. B O U R D I GNÉ, Faifeu, ch. 23. — Le galant ainsi frisque,
tabourdant des pieds sur un coffre, disoit le
petit mot à la traverse à Jeanne ou Margot. D u
FAIL, Propos, ch. 6, p. 44. — Hola ! qu'est-ce
que j'oy qui tabourde à m a porte Si fort qu'il
la romprait si elle n'estoit forte? P A P I L L O N ,
Nouv. tragicom. (VII, 480).
Résonner. — Nous... passâmes un païs montaigneus, qui retentissoit partout soubs les pieds
de nos chevaus, c o m m e si nous marchions sur
une voûte ; et sembloit que ce fussent des tabourins qui tabourdassent autour de nous.
TABOURIN
Tabouret. Sorte de coffret. - - Deux petitz
bahutz, chacun de demy pied de long, appeliez
tabouretz, sur les couvercles desquelz on mect
des espingles, et par le dedans des bagues.
Texte de 1559 (Gay, Gloss. archéol.).
(?). — Là, Dieu mercy, j'ay beau estre varlet
D e la feste, car pour ung tabouret Tout fin
pimpant, aussi fin que migraine, D e ces targes
garni suis à souhait. Ane Poésies, II, 106.
Tabourette (?). — Bourse ou Boursette au
pasteur. Touffue, salladiere, tabourette. L A
P O R T E , Epith., 56 r°.
T a b o u r e u r . Tambourineur. —
Corneurs,
tamboureurs et aultres menestriers. F O S S E T I E R ,
Cron. Marg., 106 v° (G.). — Pierre de Le H a y ,
tambureur, juant de son tamburin. 1589. Lens
(G.).
(Dans un sens libre). —• Juliefillede l'empereur Octavian ne se abandonnoit à ses taboureurs sinon quand elle se sentoit grosse. R A B E L A I S ,
I, 3. — Par la cire fondue en eaue tu voirras la
figure de ta f e m m e et de ses taboureurs. III, 25.
Tabourin. Tambourin. —• Les cloches sont
tabourins et doulcines, Harpes et luz, instrumens gracieux. M A R O T , Temple de Cupido (I,
16). — Les unes vey qui dansoyent soubz les
sons D u tabourin, les autres aux chansons.
ID., Epistres, 21. — Pourquoy sont maudictz
ceux qui sont riches... desquelz les bancquetz
ont harpes, lues, tabourins et vin? C A L V I N ,
Instit., X I V , p. 713. — Et après le banequet
avoyt des tabourins pour faire dancer les dames.
M . de N A V A R R E , Heptam., 36. — Lors Oudart
M O N T A I G N E , Journal, p. 73.
se revestir... Trudon sonner de saflutte,batre
(Trans.). Frapper. — V a t'en, et ne frappe son tabourin. R A B E L A I S , IV, 14. — Bouffonnant,
plus à la porte de peur que tu ne sois toy m e s m e bondissant, et trépignant la terre Sans ordre
bien tabourde. A N O N . , tr. Folengo, 1. X X I I I pesle mesle au son du tabourin. B E L L E A U ,
(II, 261).
Pierres précieuses, Améthyste (II, 170).
(Dans un sens libre). — Ce monsieur la taTambour. — Il ne demanda point de conseil,
bourdoit si fort avec une lance à deux boulets mais fait sonner le tabourin et à l'estandart,
que je croyois que c'estoit un mouton, que main- charger tout le bagaige, et se mist au passaige
tenant en honneste architecture de guerre on de l'eaue. L O Y A L S E R V I T E U R , ch. 63. — [Picroappelle un foutoir. B E R O A L D E , Parvenir, Sof
chole] pour mieulx confermer son entreprise,
passuc (II, 18).
envoya sonner le tabourin à Pentour de la ville.
Tabourdeur, m o t libre. — Le plus brave R A B E L A I S , I, 26. — O n ne void que soldats,
et galant tabourdeur qu'elle eust onc veu en
enseignes, gomphanons, O n n'oit que tabourins,
telles matières s'apelloit Frater Fecisti. D u
trompettes et canons. D u B E L L A Y , Regrets, 116.
FAIL, Eutrapel, 20 (II, 2).
— Les Parthes... ont de gros taburins de cuir
Tabourer (intrans.). Tambouriner, frapper.
creux par dedans. A M Y O T , Crassus, 23. — Sus
— Tu auras sur ton gros visage D e m e s poings à donc, branlez la pique au son du tabourin.
tort à travers — Quelle loudière, quelz revers ! R O N S A R D , Poèmes, 1. II, Exhort. au camp de
Comment ellefiertet tambure ! Q u e ne sont ses Henry II (V, 189). — Mais quand il oit le taboudeux poings de beurre, Droict au meilleu d'ung rin sonner, Chaud de la guerre, il y veut retourfour bien chault ! Ane Théâtre, III, 311. —
ner. ID., Elégies, 22 (IV, 126). — A la minuict,
Anciennement on avoit des marteaux attachez sans sonner trompeté n y tabourin, nous acheaux portes dont on tabouroit pour advertir mynasmes. M O N L U C , 1. V (II, 429). — Je faisois
ceux de dedans. A M Y O T , Curiosité, 3.
marcher noz gens de pied sans sonner tabourin,
(Trans.). Dans un sens libre. — Je l'embras- pour n'estre descouvertz. L. V I (III, 221). —
say Et dedens l'eaue la tabouray, C o m m e ces Jean Ziska... voulut qu'on l'escorchast après
mallardz font les boures. Sotties, II, 195. — sa mort, et de sa peau qu'on fist un tabourin à
Qu'il n'en eschappe pas une que je ne taboure porter à la guerre contre ses ennemis. M O N T A I G N E ,
en forme commune. R A B E L A I S , II, 26. — Il I, 3 (I, 18). — Il n'est cœur si mol que le son
en devint jalous c o m m e un tigre : et entra en
de nos tabourins et de nos trompettes n'eschauffe.
soubson qu'elle se faisoit tabourer les fesses II, 12 (II, 367). — Il vouloit sortir avecqu'armes,
d'ailleurs. III, 28.
tabourin battant et enseignes desployées. B R A N Tabourer un coup, trois coups. Frapper une T Ô M E , Marquis de Marignan (1, 298). —- (Fig.).
fois, trois fois. — Et, m o n Dieu, qui fut donc Voila donc Dieu qui sonne la trompette et le
l'esprit malicieux Qui vint d'une finesse et tabourin, et nous monstre qu'il faut entrer en
ruse bien acorte Doucement tabourer trois coups combat sur nos ennemis spirituels. C A L V I N , Serm.
à nostre porte, M e cajollant ainsi par un propos sur le Deuter., 13 ( X X V I , 30).
flatteur : Ouvrez, mignonne, ouvrez, c'est vostre Celui qui bat le tambour. — [Les Siennois]
serviteur...? T R O T E R E L , Corrivaux, III, 3.
envoyarent ung tabourin des leurs devers le marquis, pour le prier de leur donner ung sauf-con-
TABOURINAGE
—
168 —
duict pour deux de leurs gens. M O N L U C , I. III tières. — A u lieu que les autres, ayans extraict
(II, 91). — Ayant trouvé la commodité d'un les propos qu'ils veulent mettre en un indice
tabourin ennemy, qui promist de rendre la lettre les mettent sous les mots principaux d'iceus
entre les mains de Son Altèze. M A R N I X , Ecrits ce gentil tabuliste les a mis sous le premier venu!
polit., p. 261.
E S T I E N N E , Apol. Herod., Introd. (p. xx).
Sorte de perle. — Les [perles] plattes d'un
Taburin, v. Tabourin.
costé et rondes au reste s'appellent tabourins.
T a b u s t . Tapage. — Je n'ay point peur de
B I N E T , Merv. de nat., p. 167 (G., Compl.).
ses sibleurs de nuict, N e du tabut qui tant
Tabourinage. Action de tambouriner. — le m o n d e nuyet. C R É T I N , A Massé de VilleDanses, jeux, tabourinages, avec flustes et
bresme, p. 211. — Quelque peu de temps après
autres instrumens. T H E V E T , Singul. de la Fr. leur conclusion faicte, vont dire à tous les
ant., ch. 43 (G., Compl.).
voisins que l'esperit de la prévoste revenoit tous
Tabouriner. Tambouriner. — C'est pourquoy les jours... et qu'ils ne povoint exercer le ser.
j'euz grand peur... Qu'on m e tabourinast le vice divin, pour le tabut qu'ils avoint de cet escul d'une vessie. R É G N I E R , Sat. 11.
prit. Nie. D E T R O Y E S , 5. •— Je ne sçay pourquoy
Tabourineur. Tambourineur. —
U n ta- vous m e faites Tout ce tabut, ny qui vous estes,
bourineur quifleusteroittout seul seroit estimé B A Ï F , Brave, II, 4. — Mais m o y , d'une autre
c o m m e un prescheur qui se mettrait en chaire part le long habit traînant, Tant de bruits imsans assistans. D E S P É R I E R S , Nouv. Récr., 38. — portuns m e vont environnant Qu'à grand' peine
Les menestriers et tabourineurs qui sont louez je puis maintenant reconnoistre Estre ce Vaues festes, nopces et convives. C H A N G Y , tr. Instit., quelin qu'alors je soulois estre : A raison que la
I, 4. — Vous pareillement Trudon (ainsi estoit Muse et le gaillard P h œ b u s N'approchent plus
n o m m é son tabourineur) soyez y avecques vostre
de m o y parmi tant de tabus. VAUQUELIN,
flotte et tabour. R A B E L A I S , IV, 12. — Tabourins Sat., A M. de Saintemarthe. — Les procureurs,
à nopces sont ordinairement battuz : tabourineurs les sergents trouble-festes, Qui de tabuts rembien festoyez. IV, 15. — Avant que vous par- plissent nos Palais. L. III, A Jean de Morel. —
tissiez de la cour, se bigarret-on de diverses
[Les Muses] n'aiment point le bruit ni le tabut
couleurs? — Rien moins, quant aux personnes
d'un parquet, ni les contentions et plaideries
de qualité. O n eust dict que ce bigarrement
d'un palais. ID., Oraison fun. de Rouxel. — Je
eust senti son tabourineur ou menestrier. E S - rencontray l'un des plus scavans hommes de
T I E N N E , Dialogues, I, 277. — J'en ay faict
France, estudiant au coin d'une sale qu'on luy
sept [voyages] hors de la France... en Grèce
avoit rembarré de tapisseries : et autour de luy,
et autres lieux estranges, que cent fois plus un tabut de ses valets, plain de licence. MONa y m é pour séjour que celuy de m a patrie, es- T A I G N E , III, 13 (IV, 233). — Ces préceptes je
tant du nature] des tabourineurs, qui ayment mets c o m m e on parle aujourdhuy, Marri que
mieux la maison d'autruy que la leur. B R A N T Ô M E , n'est m a Muse et plus nette et polie... Plus nette
Couronnels (V, 395).
elle seroit si les criarts tabus D u Palais ne
Celui qui bat le tambour. — Les tabourineurs m'avoient séparé de Phœbus. V A U Q U E L I N , Art
avoient défoncé leurs tabourins. R A B E L A I S , I, poet., I, p. 40.
27.
Ne pas valoir le tabut. N e pas valoir tout le
Tabourineux. Tambourineur. —
O n dit bruit qu'on en fait. — Il m e faict rompre icy
c o m m u n é m e n t que il souvient tousjours à ung la teste A ses mérites collauder Et les bras à le
tambourineux de sesflûtes.Nie. D E T R O Y E S , 28. pellauder, E t si ne vault pas le tabut. MAROT,
(Adj.). Sur quoi l'on tambourine. — Bedon. Epistres, 51. — Pour l'orthographe ilz entrent
Tabourineux ou tabourinant, petit, enfantin ou
en cholère... E n alléguant l'usage pour l'abus :
enfantelet, peinturé, joyeux, portatif. L A P O R T E , Mais tout cela n'en vaut pas les tabutz. PELETIER,
Epith., 47 v°.
A S* Gelais, p. 136.
Tabouriniere, v. Taborinier.
Tracas, embarras. — Afin que le bruit et tabut
Tabourner. Frapper. — Il alla tabourner en
continue] et noise de son m a r y n'empesche la complusieurs portes. P A L I S S Y , Recepte ver., p. 102.
modité et tranquillité des plaisirs qu'elle peut
Tabulaire (tabularius, celui qui tient des recevoir ailleurs que chez soy. F. d'AMBOiss,
livres). — Aultres ont dit que c'est un tabulaire, Dialogues, Dial. I, 35 v°. — Le mariage emU n lolographe et juge chartulaire. J. B O U C H E T , pesche... la contemplation des choses hautes,
Ep. mor., U, v, 15.
célestes et divines, qui est incompatible avec le
Tabulature. Tablature, tableau de notation
tabust des affaires domestiques. C H A R R O N , Samusicale. — Très brève et familière introduction
gesse, I, 46. — Columelle dit que la vie champour entendre et apprendre par soy m e s m e a pestre est parente de la sagesse... laquelle ne
jouer toutes chansons reduictes en la tabula- peut estre sans les belles et libres pensées et
ture de lutz, avec la manière d'accorder le dict
méditations. Or est-il difficile de les avoir et
lutz. 1529, titre (G., Compl.). — Le joueur de nourrir parmy le tracas et tabust des villes.
leuth ayant sa tabulature devant luy... com- I, 56.
mence par une désespérée agonie à contrecroiser
Trouble, querelle. — Jamais ne sont sans
ses doigts. D u F A I L , Baliverneries, p. 12. — noyses et tabus. M . d'AMBOYSE, Epistres et
(Fig.). E n quatre ans qu'ils besongnerent à leurs lettres am., 98 r°.
pièces, ils eurent sept enfans. Ainsi le champ
Fagoteur de tabus. Celui qui excite les querelles.
et la semence estoient fertils, proportionnez et
— Gueux mitouflez, frapars escorniflez, Befflez,
leur tabulature bien accordante. ID., Eutrapel, enflez, fagoteurs de tabus. R A B E L A I S , I, 5432 (II, 146). — C o m m e pareillement fait nostre
T a b u s t e r (intrans.). Faire du bruit. — Ainsi
maistre Robin en la tabulature de ses madrieals
que lesdietz chefz des bendes proposoient ces
et vilanelles. M A R N I X , Differens, 1, 11.
choses moult audacieusement, aucuns des sénaTabuliste. Celui qui fait une table des m a - teurs, qui ne peurent endurer quilz parlassent
au sénat en ceste sorte, commencèrent à tabuler
et sifler. S E Y S S E L , tr. Appien, Guerres civ., IHi
— 1 59 —
TACITE
12. — Il redoute tant Le son du tabourin, sansNy sa souilleure : elle emporte l'ordure Empreint
cesse tabustant, Qu'il pense, malheureux, avoir en soy qui longuement luy dure. R O N S A R D ,
à son derrière D e mille chiens courants une bande Franciade, I V (III, 147). — Le cœur mouvant
ainsi, attaint de quelque peste, Communique
nieurdriere. G A U C H E T , Chasse du loup, p. 259.
Frapper. — Selon la coustume des maisons son tac du dedans au dehors, Et rend, quand il
a mal, malade tout le corps. D u C H E S N E , Mides procureurs, Fouquet faisoit toutes les corroir, 1. III, p. 71.
vées, entre lesquelles l'une estoit qu'il ouvrait
quasi tousjours la porte quand on tabutoit. Tacet. Silence d'une voix ou d'un instrument.
D E S P É R I E R S , NOUV. Récr., 10. — [Le vieillard] Par tacet (Fig.). E n se taisant. — Et souvent
se print à frapper à la porte plus qu'auparavant... selon le subject, L'on faict response par tacet.
L'opiniastre vieillard ne cessoit de tabuster. Fanfares des Roule Bontemps, p. 141.
Faire le tacet (Fig.). Se taire. — L a nature
L A R I V E Y , tr. Straparole, VIII, 3. — Je trouvay
la porte bien fermée, car il estoit environ mi- va le plein chant soustenant la musique, la
nuit : et partant ne tabutay je point. B R E T I N , modestie fait le tacet, les douleurs font les soustr. Lucien, Devis am., 12. — (Fig.). Vous... pirs. E . B I N E T , Merv. de nat., p. 513 (G., Compl.).
Chanter le tacet, m ê m e sens. — Les femelles
dont l'esprit aheurté A de rances erreurs la vérité rebute, Qui du jour, qui de nuict à vos portes [des cigales] ne chantent que le tacet et sont
tabute. D u B A R T A S , 2 e Sem., Magnificence, toujours muettes. Ib., p. 68 (G., Compl.).
p. 393. — A tous les fraicfs payens nos corps Tacette, v. Tassette 2.
servent de butte, Et le froid desespoir à nos Tache. Plaque. — Buse de ploncke de la
portes tabutte. Ib., Capitaines, p. 482. — Si tarée avec belle tacque de fer. 1595. Rendages
proclamatoires, X , fol. 219. Arch. Liège (G.). —
je n'avoy connu vostre invaincu courage... Je
ne vous diroy pas qu'il faut que promptement A u regard des huys, portes, porches, fenestres,
Vostre prudente main trace son testament, verrière, plaquarts, taques de fer et autres
Que le courant du mal à vau l'eau vous emporte, choses appropriées, afachees ou clouées et qui
Et que desja la mort tabute à vostre porte. ne se peuvent oster sans endommager la maison.
1568. Coût, de Sedan (G.). — Immeuble est réIb., Décadence, p. 525.
Se fâcher. — S'il est choiera et promptement puté ce qui est mis en certain lieu pour l'usage
tabuste, Disons qu'il est magnanime et robuste. particulier d'une maison, c o m m e tacques ancrées et cramponnées es cheminées. 1624. Coût.
F. H A B E R T , tr. Horace, Sat., I, 3.
(Trans.). Frapper. — O n l'assomme de coups, de Gorze (G.).
Marque distinctive. — Affin que par tous lieux
Et son corps misérable est tabutté de tous. D u
Ce faulx garson puisses congnoistre mieulx, Je
B A R T A S , 2 e Sem., Décadence, p. 520 bis.
Tourmenter, troubler, importuner. — Je sue icy t'en diray vingt enseignes et taches. M A R O T ,
de haan, pour entendre la procédure de vostre Amour fugitif (III, 143).
T a c h é 1. Entaché. — Par ces obligations
différent, et tu m e viens encores tabuster?
RABELAIS, II, 11. — Doibs je endurer que... particulières, le jugement d'un h o m m e gagé et
l'on m e vienne ratisser et tabuster le cerveau achetté, ou il est moins entier et moins libre,
me sonnant l'antiquaille...? II, 12. — Si vous ou il est taché et d'imprudence et d'ingratitude.
me tabustez, icy, je vous couperay la teste à M O N T A I G N E , 1,25 (I, 189).
T a c h é 2. Serré, massé? — Autour du ciel...
trestous. II, 18. — Priez Dieu qu'il m e doint
ce que vostre noble cueur désire, et m e donnez Vont commencer à luyre les planettes, Qui de
ces patenostres par grâce. — Tenez (dist elle) tout temps pressées et tachées Soubz celle
et ne m e tabustez plus. II, 21. — Lisez le sep- masse avoient esté cachées. M A R O T , tr. Metatiesme de sa naturelle histoire... et ne m'en morph., 1. I (III, 160).
Tachette, dimin. de tache. — Les fleurs
tabustez plus l'entendement. I, 6. •— Preud'hom,
dist Eutrapel, fay servir, et ne m e tabuste plus petites, blanches par dedens et semées de tala teste. D u FAIL, Baliverneries, p. 37. —• Les chettes noires. L ' E S C L U S E , tr. Dodoens, II, 46
(G.). — Tache... Le dim. Tachette. L A P O R T E ,
Epistres de sainct Paul, et je ne sçay quels
autres docteurs, dont les huguenots font tant Epith., 390 r°. — [Poisson] moucheté de dila piaffe et nous tabuttent tousjours l'entende- verses tachettes noires et rouges sur son escaille.
T H E V E T , Cosmogr., I X , 6. — T u y verras venir
ment. M A R N I X , Differens, II, i, 21.
Secouer, agiter. — [Diogène] le tournoit [son des tachettes jaunastres. Secrets d'Alexis, p. 761
(G.). — Celles la [certaines tulipes] sont martonneau], butoit, tabustoit, cullebutoit. R A B E LAIS, III, Prol. — (Fig.). O n la peut tirer [l'Es- quetées de petites tachettes de mille et mille
criture], ployer, traîner, herser, verser, renver- couleurs. E. B I N E T , Merv. de nat., p. 263 (G.).
Tachon, v. Tacon 1.
ser, tabuter, tracasser et bouleverser c o m m e
Tachychole. Prompt à s'irriter. — Escoutez
l'on veut. M A R N I X , Differens, II, i, 1.
Se tabuter. Se tourmenter. —• M a mye, je vous encores un terme lequel nous sert de m o t du
prye, ne vous tabutez point trop de cette affaire ; guet, pour faire entendre à nos compagnons
si les dames que vous dictes se sont mocquees que celuy qui est venu nous trouver est un h o m m e
de vous, ne vous en souciez. Nie. D E T R O Y E S , 52. qui se met incontinent en cholere... — C'est
oxychole... Non. C'est tachychole. E S T I E N N E ,
Tabut, Tabuter, v. Tabust, Tabuster.
Tac 1. Sorte d'enduit noir. — L'énigme... Dialogues, II, 211.
T a c h y p h a g e . Mangeant vite. —
Nous...
ne signifioit autre chose que la puissante et suavons aussi une façon (qui fait grand tort à
perbe navire, laquelle, pource qu'elle est toute
noire de poix et tac, n'a rien de blanc que les nostre santé) c'est que nous sommes tachyvoiles. L A R I V E Y , tr. Straparole, VII, 5. — Scylle phages plus qu'aucune autre nation. E S avec elebore fascheuse Et le noir tac de matière T I E N N E , Dialogues, II, 34.
Tacite. Silencieux. —
Tous demeurèrent
glueuse. L E B L A N C , tr. Georg., 87 v° (G.).
Tac 2 (Au sens propre, maladie des moutons).
Souillure, mal. — L'ame pourtant après le froid
trespas Laissant son corps, son taq ne laisse pas
TACITURNE
—
170 —
qui est porté à l'ouye est dit auditif : celuy du
goust, gustatif : celuy du toucher, tactif. PARÉ,
Introd., ch. 10. — La faculté visive, auditive]
odorative, gustative et tactive. I, 1. — A fin
qu'il fust moyen entre l'objet du tact et la faculté tactive. I, 3.
Tacuin. Faiseur d'almanachs. — Medicins
de trinquenicque, tacuins et marranes, renieurs
de Dieu. R A B E L A I S , Pantagr. Prognost., ch. 5. —
F. tacuin. ID., Pantagr., III, 38.
—
Tadourne. Sorte de canard. — Vanereaux,
tadournes, pochecullieres, pouacres. RABELAIS,
I, 37. — Poulies d'eaue. Tadournes. Aigrettes,
IV, 59. — La tadorne est oyseau moult ressemblant à une cane ; mais on la voit rarement en
nostre France, si non es courts des grands seiL E M A I R E , Illustr., I, 28.
gneurs à qui on les apporte des autres provinces
Taciturnité. Discrétion. — Je n'ay que faire
de dehors. B E L O N , p. 172. (Sainéan, R. S. S.,
de ta science en ce que j'ay a besongner, si non
V, 59.)
seulement de foy et taciturnité que j'ay tousTaf. La lettre grecque T (TOCO). — ST. Cestajours entendues estre en toy. Therence en fr.,
dire Sigma Taf ensemble. T O R Y , Champ fieury,
6 r° (G., Compl.).
1. III, 31 v°. — T... est appellée on dit grec
Tacon 1. Pièce mise à une chaussure. — A u
taf. 58 v°.
chavatier pour quatre tacquons mis audis sorlez
Le T signe marquant l'acquittement. — Ce
a esté paie x m d. 1505. Compte de tut. Arch.
rote-loix, ce crache-paragraphe... N'a peu si
Tournai (G.). — A trois diverses fois a mis
bien avec sa grande piaffe Rotter, cracher, vesaux sorlez dudit Thierien des tachons. 21 déc.
ser, souffler, peter, Estravaguer, decretalimou1512. Exee testam. Arch. Tournai (G.). — Des
cher Que par sa voix on m'ait donné le taf. TAsouliers fort anciens, lesquelz estoient cousus
B O U R O T , Bigarrures, I, 19.
par taquons. L E F E V R E , Bible, Jos., 9 (G.). —
Tafetas. Vin de tafetas. Vin doux et moelleux
Je sçay au trou mettre un tacon. Ane. Poésies,
comme du taffetas. — O le gentil vin blanc, et
XIII, 180.
par mon ame, ce n'est que vin de tafetas. RATacon 2 (?). — Vous diriez que c'est une maieBELAIS, I, 5.
diction tombée sur elles comme le tacon sur un
Pour taffetas on écrit aussi taftas, taffatas
vignoble. Var. hist., II, 38.
On diroit que je suis ministre de village : Pourveu
Taconner. Rapiécer. —
Pour refaire et
que je portasse une tocque à rebras, Et dessous
taconner une paire de sorlez. 1502. Compte de
un bonnet quelquefois de taftas, Quelquefois de
tutelle. Arch. Tournai (G.). — Pour avoir fait
velours. R O N S A R D , Resp. à quelque ministre
taquener ses sorlers. 1512. Exee f.stam. Arch.
(V, 415). — Je le prie bien fort qu'il m'accomTournai (G.).
mode, pour une heure ou deux, de son pourTacq. En tacq et en blocq, v. Tasche.
point et chausses de satin incarnat et de son
Tacque, v. Tache.
manteau de taftas. T U R N È B E , Contens, 11, 6. —
Tacquinement (H. D. T. 1642). Sordidement. De taftas camloté Son devanteau reluit. GAU— Nous ne sçaurions imputer au plus grand
CHET, Feste de village, p. 64. — Aux robes le
poisson qui soit en toute la mer la moindre in- taftas a perdu son usage Envers celles qui sont
jure dont nous nous plaignons tacquinement de noble parentage. Var. hist., III, 258. — Je
d'un chat ou d'une souris. A M Y O T , Propos de m'en revins à pied... portant mon bras en estable, VIII, 8.
charpe, y ayant plus de trente aulnes de taffataz
Tacquinerie, Tacquon, v. Taquinerie, Ta- sur moy. M O N L U C , 1. I (I, 104). — Jefizcouvrir
con 1.
de taffataz j aulne les morrions à mes soldatz.
L. II (I, 428). — Laquelle [princesse]... dessus
Tacroux. Desséché. — Je trouvay l'autre
jour un mattois qu'on disoit avoir esté pendu, son cueuvrechief de derrière avoit ung chapeau
lequel estoit si tacroux et bruslé que vous eus- troissé d'une cornette de tappetas qui bien lui
siez dit qu'il avoit esté un mois pendu à un poi- seoit. L E M A I R E , Chron. annale (IV, 497).
Taffatas, v. Tafetas.
rier. G. B O U C H E T , 14e Seree (III, 65).
Taffetassé. De taffetas. — Des chappeaulx
Avare. — Les voisins, voyans si grand flamme
par les fenestres de sa maison, vont crier au les uns sont ras, les aultres à poil, les aultres
feu... et estans entrez, trouvent ce tacroux veloutez, les aultres taffetassez, les aultres
qui brusloit ses pourceaux en sa cheminée, de satinisez. R A B E L A I S , I, 13.
Taforée. Sorte de navire turc. — Cinquante
peur d'en bailler des rillees. ID., 31e Seree (IV,
313). — Je ne vous conterais point l'avarice d'un navires belles et grosses, trente mahommes et
taquin et tacroux (lequel a voulu faire servir vingt et un taforées, qui sont navires un peu
à son avarice une discipline ancienne de l'Eglise) différentes des galeaces. Amadis, V, 48.
Taftas, v. Tafetas.
si la rencontre n'estoit aussi sententieuse que
Tagliasaire. — Tormentille, c'est une herbe
plaisante (IV, 321).
que aucuns appellentfistulaire,autre tagliasaire.
Tactac. Tac, sorte de maladie de la peau. —
Grant Herbier, n° 482 (G.).
Ceste femme... dit... que son cousin n'estoit
Tahon, v. Taon.
point ladre, qu'il ne tenoit point du tactac. B E Tahu. Cercueil, catafalque. — On met ce
ROALDE, Parvenir, Occasion (1, 87).
Tactif. Tactile. — Celuy [l'esprit animal] corps dans un chai, aux Chartreux, et les Suisses
tacites et ne luy permirent qu'il dist autre chose
oultre le serment accoustumé. DEROZIERS, tr.
Dion Cassius, 1. X X X V I I , ch. 5 (9 r°).
Taciturne. Secret. — Ne révélez leurs imparfections, Ne dictes rien de leurs intentions,
Si les sçavez, tenez les taciturnes. J. B O U C H E T ,
Ep. mor., I, 11.
Taciturnement. En silence. — La pucelle
Pallas... digeroit taciturnement apart elle sa
grieve indignation. L E M A I R E , Illustr., I, 33.
L'exercite se reposa taciturnement. SEVIN,
tr. Philocope, I. I, 17 r°.
Faiblement, doucement. — A u fons de la
valee le plaisantfleuven o m m é Xanthus ou Scamander... bruit taciturnement entre ses rives.
—
171
—
TAILLE 1
et autres personnes qui le conduysoient jouoyent Sur le haut de ses biens lascher une taillade,
aux cartes et aux dés sur le theul. Chron. bordel., Après, d'un second coup, luy fendre le museau.
II, 111 (G.). — Il nous monstra encores ce T R O T E R E L , Corrivaux, I, 1. — Une hache... afin
tombeau... Le tau estoit couvert d'un fort de donner une taillade à ceste féconde teste
beau drap d'or frizé et rouge. B R A N T Ô M E , M. de jupinesque. M A R N I X , Differens, I, v, 4. — Pour
Bourbon (I, 283). — Lequel [Du Guesclin] es- dix aspres il se trouvera tous les jours entre
tant mort devant le Chasteau-Randon, et ceux eux qui se donnera une bien profonde taillade
de dedans s'estans renduz, fut ordonné et ad- dans le bras ou dans les cuisses. M O N T A I G N E , I,
visé par ceux de l'armée qui commandarent 40 (I, 340). — L'autre redouble ses taillades et
après luy qu'on porteroit sur son tahu, où estoit revers. A N O N . , tr. Folengo, 1. V (1,127).
le corps, les clefs, en signe d'obédience et humiTranche. — O n leur donna... un pain blanc,
lité. ID., Barthélémy d'Alviano (II, 201).
tendre, coupé à taillades, se tenant pourtant
Sorte de navire. — Frère Jean aperceut entier ; dans les descoupures il y a force espices.
soixante et huict tahuz, barquettes et fre- ID., Journal, p. 202.
guattes arrivantes au port. R A B E L A I S , V, 14,
Taillis. — Et firent aussi grand dilligence
var.
à ce taillis c o m m e ilz avoient faict le jour devant,
Tahurean. D e Tahureau. — Facétie. Rail- au villaige, des vivres, et venoient descharger
larde, pantagrueliste... tahureanne. L A P O R T E , à une tirée d'arbalestre dans la taillade. M O N L U C ,
Epith., 171 r°.
L I V (II, 249).
Tahuz, Taict, v. Tahu, Tet.
Taillant. Tranchant. —
H u y bataillans
Taiete. Enveloppe. — Le fruit qu'elle pourte n'ont estoc ne taillans Pour assaillans chocquer
ressemble a une cerise et est enclos dedens une et teste fendre. C R É T I N , Invect. sur la journ.
taiete rouge. Grant Herbier, n° 448 (G.).
des Espérons, p. 170. —• Donnez du taillant,
Tail. Incision. — Si par ces engins il ne sort de l'estoc. C O L L E R Y E , Monol. du Résolu, p. 60. —
point, adonc que l'on se haste d'y faire incision Si le taillant de m o n glaive j'aguise... Vengeance
avant qu'il y vienne aposteme. Et que ce tail lors à tous mes ennemis Retribueray. D E S P É soit faict en forme de lune. J O U B E R T , Gr. Chir., RIERS, Cantique de Moyse (I, 186). — Il luy
p. 539 (G.).
donna du taillant de l'espée sur l'armet. Amadis,
De tail. De taille, du tranchant de l'épée. — I, 13. — Toutes leurs espées avoyent perdu
Il ne lui tira jamais de pointe, et bien tard leur taillant. D E R O Z I E R S , tr. Dion Cassius, 1. X L ,
frappoit de tail. G. C H A P P U I S , Roland furieux, ch. 24 (43 v°). — Le taillant m e s m e du rasoir
p. 109 (G).
se repentoit de commettre un tel sacrilège.
Cop de tail. Coup du tranchant de l'épée. — L O U V E A U , tr. Apulée, V, 4. — Il n'y a rasoir,
Celuy qui blescha et navra en péril de mort, tant bien acéré ou trempé qu'il soit, qui aye le
a cop de tail, Jacques Quenart. 20 avr. 1545. taillant etfilplus subtil. T H E V E T , Cosmogr., X ,
Reg. aux public. Arch. Tournai (G.).
15.
Tail d'espee. Coup du tranchant de l'épée. — Fanfaron. —• Ils iront, non feront, ces courA grands coups de bastons embourrez et a tail tisans gorriers... Ces taillants, ces fendants.
d'espee, d'un coté et d'autre longuement se P A S Q U I E R , Sonnets div. (II, 920). •— U n Fierabattirent. A U T O N , Ann. de Louis XII, p. 265 bras, un Rodomont, un taillant, un fendant,
(G.)mangeur de charrettes ferrées. ID., Lettres,
Espee de tail. Epée tranchante. — E n ensui- IX, 15.
vant les dites armes de pied tiendront sans barTaille 1. Graver en taille d'œuvre. Ciseler. —
rière a la picque et a l'espée de tail, au bon plai- Puis avoit-il gravé en taille d'œuvre Les Saliens.
sir du roy. Ib., p. 253 (G.).
D E S M A S U R E S , tr. Enéide, VIII, p. 429.
Tail. Morceau. — 11 suffira de mettre a PenTaille ronde. Coup de taille en cercle. — U n
tour un tail de charte. D A L E S C H A M P S , Chir., aultre jour se exerceoit à la hasche. Laquelle
p. 293 (G.).
tant bien coulloyt... tant soupplement avalloit
(Terme de coutume). — Le contact s'appelle en taille ronde qu'il feut passé chevalier d'armes.
communément baillée a domaines, quelquefois R A B E L A I S , I, 23. — D'un seul coup donné en
bail ou tail. 1575. Coût, de Bret. (G.).
taille ronde, j'ay coupé deux h o m m e s par la
Taillabilité. État de celui qui est taillable. ceinture. T U R N È B E , Contens, IV, 2.
— Lesquels feudataires, depuis ce, sont abdites
En taille douce, terme de gravure. Par plaide ceste taillabilité. Est. M E D I C I S , Chron., I, santerie, doucement, sans bruit. — Et le mary,
391 (G., Compl.). — Certaine espèce de servitude qui vient en taille douce, D e gros osiers donne
nommée taillabilité et main morte. 25 oct. mainte secouce Dessus les bras, sur le cul, sur
1561. Edit de Ph. Emmanuel (G., Compl.).
le dos. Var. hist., VIII, 88.
Taillable. Soumis au paiement d'un tribut.
Taille. Taillis. — Le bon dieu Pan, le dieu
— Certaines citez s'estoient rachetées à prix de pastouraige A estonné le grand dieu des
d'argent et remises en liberté, avec l'ordonnance batailles... Il a souspris en ses bosquetz et
et permission du sénat, des mains de Sylla. La tailles Le grant gendarme acoustré de plumars.
chose estant tombée en nouveau jugement, L E M A I R E , Chansons de Namur (IV, 294).
le sénat les condamna à estre taillables c o m m e
Morceau de bois où des entailles servent à
auparavant. M O N T A I G N E , III, 1 (III, 257).
établir un compte. — Sa promesse étoit en gaige
Taillade. Coup qui taille, qui entame. — d'or en toutes les tavernes. Si nous allions par
Pantagruel... luy donna du gros bout de son la rue et nous avions soif, nous entrions en la
mast en estoc au dessus de la mammelle, et première taverne et faisoit incontinent tirer
retirant le coup à gauche en taillade luy frappa d e m y pot de vin pour mouiller la bouche, mais
entre col et coPet. R A B E L A I S , II, 29. — Le bas- croyez qu'on ne luy demandoit pas gaige, on
tonnerent a leur plaisir et navrèrent de taillades le marquoit seulement en sa taille. Nie. D E
d'espee. Disc sur le saccag. des egl., 56 v° (G., T R O Y E S , 51, p. 236. — Le curé, qui peut estre
Compl.). — Je veux, d'une plaine abordade, estoit de la partie, car on luy faisoit dire ses
messes à la taille, sans estre paie, dit qu'il y
TAILLE 2
—
172 —
pouvoit avoir quelque danger. D u F A I L , Eu- cil refrongné, porte la contenance De dompter
trapel, 16 (I, 223). — O n ne dit plus ses pati- un Caesar. T A B O U R O T , Bigarrures, I, 19.
Taillecoup. L'un des jeux de Gargantua,
nostres sans en tenir compte, on ne va plus
quérir des pardons sans taille. M A R N I X , Diffe- R A B E L A I S , I, 22.
Taillée. Taille, impôt. — Mais tout soudain,
rens, I, iv, 13.
de première voilée, Vous, peuple esmeu d'emVenir en taille, revenir en taille. Être compté,
convenir, être pris en considération. — Cecy prunt ou de taillée, Vous mauldirez le prince
nous duit et vient très bien en taille Pour celle et son conseil. J. B O U C H E T , Ep. mor., II, vi, 6.
Tailleite. Sorte de jeu. — Tandis qu'ils
dame à qui donnons couronne. L E M A I R E , Cour.
Marg. (IV, 156). — Theobald, roy de Bourgongne, jouoient a la tailleite sur les remparts de Douai.
perdit tout ce qu'il avoit en Italie, et mourut puis 1594-1597. Lett. de remission. Lille (G.).
Tailleraient. Action de tailler, de couper. —
après dune fièvre... Toutes voyes Blondus
Flavius dit quil fut tué en bataille contre Chil- Le taillement du prépuce. M A U M O N T , tr. S* Jusperic son oncle : ce qui ne revient pas en taille. tin, 54 v° (G.).
Taillepain. Servant à couper le pain. —
ID., Illustr., III, 2 (II, 418).
Ung cousteau taillepain qu'il avoit a sa chainture
S'il vient en taille. Si l'occasion se présente.
— Afin que si ledit ambassadeur en a escript, pour la préservation de son corps. 1550. Lett. de
c o m m e supposons qu'il aura, ou s'il vient en remission. Lille (G.).
Taillepilier. Fanfaron (La Curne). Voir
taille d'en parler, vous conformez a ce que dessus.
31 août 1534. Pap. d'Ét. de Granvelle, II, 175 Taille-bourses.
Tailleplume. Canif pour tailler les plumes.
(G., Compl.).
Taille. Répartition. — Les Grecs voulurent — 22 tailleplumes de Bayonne. 1527. Invent.
qu'il se feist une taille, par laquelle chacune ville Arch. Gironde (G., Compl.).
Tailler. Couper. — Nous ne voyons autre
fust raisonnablement cottisee selon ses facultez.
chose en la republique sinon chacun jour fouetA M Y O T , Aristide, 24.
Impôt, tribut. -— Par le dénombrement du ter, tailler testes, escorcher, jecter en prison et
peuple il fut trouvé cent trente mille chefz con- pendre. L A G R I S E , tr. Guevara, III, 1. — Allez
tribuans, en ce non compris les enfans orphe- commander à la darnoyselle de dessoubz ces
lins ny les femmes vefves, qui estoyent exemptez arbres qu'elle s'en voise incontinent, sinon que
de la taille. ID., Publicola, 12. — Ceulx qui... vous luy taillerez la teste. Amadis, I, 3. —
se contenoyent simplement et ne portoyent point Si telles parolles alloient jusque aux oreilles
si grand estât payoyent beaucoup moins de du roy, il vous ferait tailler la teste. SALIAT,
taille à la chose publique. ID., Caton le Censeur, tr. Hérodote, VIII, 65. — Xerxes et Mardonius,
18. — [Cyrus] luy laissa pouvoir de recueillir après avoir taillé la teste à Leonidas aux Therles tailles et tributs ordinaires des villes de son mopyles, mirent son corps en croix. IX, 78. —
Ils tailleront la teste à Balde en prison. ANON.,
gouvernement. ID., Lysandre, 9.
Mettre à la taille. Soumettre au paiement d'untr. Folengo, I. VI (I, 138).
Tailler en pièces. Couper en morceaux. —
impôt. — Il meit les enfans orphelins à la taille,
qui paravant luy n'avoyent jamais esté contri- Il commanda à aucuns de tailler en pièces
Quintus Posthumius sénateur. DEROZIERS, tr.
buables. ID., Camille, 2.
Taille. Cotisation. — Tesmoin un bon com- Dion Cassius, 1. L, ch. 78 (170 r°).
Tailler. Sculpter, représenter par la sculppagnon jacopin qui...fitque les femmes, aians
fait une taille par entr'elles, à luy fournir je ne ture. — Jupiter nous semblera avoir la face tersay quantes douzaines de chemises et mouchoirs, rible... c o m m e Phidias Pavoit taillé. L E LOYER,
pour tancer et rabrouer leurs maris, furent en Spectres, I, 3. — Le roy lefitpuis après tailler
fin moquées de luy, pour avoir les maris prévenu en marbre superbement. B R A N T Ô M E , Duels (VI,
et esté au devant par un bon habit qu'ils lui 481).
Tailler le pourpoint, v. Pourpoint.
donnèrent. D u FAIL, Eutrapel, 33 (II, 178).
Tailler le chemin. Couper la route. — Son
Circonscription soumise à la taille. — Situez
en la ville, taille, banlieuwe, eschevinage, sei- urine, dont il nous tailla le chemin. RABELAIS,
gneuries et pairies enclavées. 1533. Coût, de I, 38.
Taille vie, commandement nautique. Coupe
Lille (G., Compl.).
Taille 2 (?). — U n ennuy en la republicque la route. — Hault la barre... Taille vie. Le cap
est une taille qui tache et marche, mais la deso- au seuil. ID., IV, 22.
Tailler le doux, v. Doux.
bedience au prince est une playe qui tue. L A
Tailler. Soumettre à un impôt, à un tribut.
G R I S E , tr. Guevara, I, 36.
Dans les vers suivants il faut lire toille au lieu — L'empereur a faulte d'argent et en cherche
de taille. — Tantost d'un art subtil son aiguille de tous costez, et taille tout le monde qu'il
argentine Sur la taille tiroit quelque histoire peut. R A B E L A I S , Lettres (III, 364). — Hz ne
pouvoyent supporter de voir ce roy la... s'en
divine. D u B A R T A S , Judith, IV, p. 387.
Taillebacon. Coupeur de jambon, vaurien. aller sain et sauf avec les richesses et les des— En cas qu'il ne ait meilleur jugement... que pouilles de celle province, laquelle il avoit
vostrefilz...reputez m o y à jamais ung taille- pillée et taillée à son aise l'espace de quatre
ans
durant.
Mville
Y Ode
T impôt.
,d'Athènes
Sylla,
24.
—beaux
Pericles
bacon
de
labras
Brene.
RCoupeur
Ataillepiliers,
L A Itaille-bourses.
Shideux,
,viril,
I,couppe-bourses
15.
taille
appellerons
tr.
commencé
de
Quand
Taille
Taille-bourses.
Folengo,
mâchefers
bras,
il est
àqui
mieux
Lparvenu
s'accompagner
Ietd'un
V de
(1,106).
àFanfaron.
propos
regard
àB El'aage
de
-de
lesquels
Ce
bourses
ilD'un
apuissant
aussi
A sourNnous
O-—
Ntost se
contribution,
taille
taillé
ID.,
Se
tailler
dévoient
Fortune
les
tailler.
ornaGrecs,
parensemble,
laAd'Alexandre,
ayder
d'un
Se
l'argent
chacune
soumettre
pour
— II,
qui
en
contribuer
Les
de13.
au
provint
son
riches
paiement
endroit,
temples.
maisons
et
de fourceaiant
ldune
let
e
—
173
—
TAILLEUR
nir la s o m m e qui seroit nécessaire, à fin dacheter
Tailleur d'histoires. Sculpteur, ciseleur. —
paix. L E M A I R E , Illustr., II, 22. — Il meit de- Telle chose est advenue à l'enfant de Jean de
dans les coffres publicques si grande quantité Gourmont, tailleur d'histoires. P A R É , XVIII,
de deniers que depuis ce temps la il ne fut plus 94. — A u logis de Jean Mollin, tailleur d'histoires,
nécessaire que le peuple de R o m e se taillast à l'enseigne du pied d'or. X I X , 20.
pour contribuer. S E L V E , tr. Plutarque, Paul
Tailleur d'images. Statuaire. — Maistre AnEmile, 122 r°. — Qu'un chacun face d'un franc thoinet de Paris, tressingulier tailleur dymaiges...
courage ce qu'il fait, et qu'on ne mette point fut celui qui tailla la derreniere sépulture de
un tribut sur un h o m m e , pour dire : Vous Dijon. L E M A I R E , Lettres (IV, 400). — U n g loup
payerez tant c o m m e j'ay dit : mais il faut qu'un chez un tailleur d'ymages Trouva, entre maintz
chacun se taille de son bon gré. C A L V I N , Serm. personnaiges, U n e teste d'homme bien faicte.
sur le Deuter., 94 ( X X V I I , 334).
C O R R O Z E T , tr. Esope, 28. — Ceste d a m e avoit
Taillé de. Destiné à, en danger de. — Si je espousé un jeune h o m m e tailleur d'images.
ne puis au printemps arriver, Je suis taillé de L A R I V E Y , tr. Straparole, I X , 4. — L a parole
mourir en yyer. M A R O T , Epistres, 29. — Taillez et doctrine de la philosophie n'est point un tailserons d'avoir beaucoup affaire, Si le grant Dieu leur d'images pour faire des statues mornes et
ne retire son dard. Ane Poésies, X, 1. — Si muettes, sans sentiment quelconque, à poser
vous ne quittez sa couronne à madame... vous dessus un soubbaissement. A M Y O T , Qu'il faut
estes bien taillé de perdre présentement la teste. qu'un philosophe converse avec les princes, 1. —
Amadis, III, 16. — M e voila bien taillé D'estre Les plus excellens tailleurs d'images et idoles...
nomé moqueur et h o m e simulé. F. H A B E R T , se transportoient volontiers en ceste isle, pour
tr. Horace, Sat., II, 6, Paraphr. — Le temps y choisir le plus fin et naturel marbre blanc
est taillé de gelée. Ane Poésies, IV, 41. — Si jaspé. T H E V E T , Cosmogr., VU, 14. — D e u x images
Dieu ne nous regarde d'un œil de pitié, nous d'Alexandre le Grand... l'une desquelles est
sommes taillez de voir bien tost cruellement , de Praxitèle et l'autre de l'œuvre de Phidias,
jouer des cousteaux. P A S Q U I E R , Lettres, IV, 16. deux des plus excellens tailleurs d'images qui
— A ce que je voy, nous s o m m e s taillez de ne ayent esté en l'antiquité. X V I I , 6. — Qu'estoit-ce
soupper point. L A T A I L L E , Corrivaus, IV, 3. — aussi de Promethee qu'un tailleur d'images?
Nous sommes taillez de n'avoir pas ceste apres- L E LOYER, Spectres, VU, 8.
dinée si douce que celle d'hier. D u V A I R , ConsTailleur (sans déterminant). Sculpteur, statance, 1. II, p. 339.
tuaire. — Le Seigneur non seulement deffend
Destiné à. — Il est facile à juger en la face que nul tailleur ne le figure : mais du tout il ne
de cestuy quil est mieux taillé de servir une permect qu'on luy face image. C A L V I N , Instit., III,
fois la déesse Venus... que le dieu Mars. L E M A I R E , p. 130. — Voyons ce qui se dit de ses images;
Illustr., I, 20. — Je ne peux nomplus estre denon point celles qui se font c o m m u n é m e n t par
l'advis de ceux qui disent que les Sumathriens paintres, ou tailleurs, ou menusiers... mais de
sentent deux hyvers en leur païs, veu qu'estans celles qui ont quelque dignité spéciale. ID.,
soubz la ligne, ils sont plustost taillez d'expé- Traicté des reliques (VI, 430). —• Phidias, bon
rimenter la perpétuelle attrempance du prin- et expert tailleur. F O N T A I N E , Fontaine, Epistres,
temps ou automne que la rigueur de deux hy- 7. — Je laisse à dire pour le présent... quelle
vers. T H E V E T , Cosmogr., XII, 1.
licence les peintres et tailleurs se sont donnez
Disposé à. — Quelque herbe luy avez baillée ; à y faire des badinages plus que ridicules.
Dictes le moy, ne le celiez. — Vrayement je
C A L V I N , Instit., I, xi, 12. — Adjoustez d'autre
n'en suis pas taillée, V e u qu'ainsi folle m'appel- part tant d'arts qui sont meilleurs, Engraveurs
iez. M. de N A V A R R E , Mallade (L. de L. et M., et fondeurs, imagiers et tailleurs. R O N S A R D ,
IV, 28). — Il est grand seigneur et jeune, et Eglogues, 1 (III, 380). — M o y m e s m e auray
moy pauvre et vieux ; si suis-je gentilhomme aussi besoin de l'aide de plusieurs pour exprouet chevalier qui n'ay jamais souffert injure, et ver ceste image : non pas seulement des tailleurs
suis moins taillé que jamais de l'endurer. M O N L U C , et peintres, mais aussi des philosophes. B R E T I N ,
1. VII (III, 394).
tr. Lucien, Images, 12.
Taillere, v. Talaire.
Graveur. — Il se feist pourtraire et graver luy
Taillerin. Morceau. — O n a trouvé l'in- mesmes au vif, par un excellent tailleur, et usa
vention de prendre l'ellébore dans du reffort, de sa propre semblance et figure pour cachet.
fendant les taillerins de reffort, afin de ne se B U D É , Institution, ch. 38. — Qu'il ait plus d'esressentir de la force de l'ellébore. D u P I N E T , gard a la description que luy en baillerons
tr. Pline, X X V , 6 (G., Tallerin). — Apres qu'on qu'aux couleurs du peintre et traicts du tailleur.
luy en eut apporté un [oignon], il le mit par pièces B E L O N , Nat. des ois., A u lecteur (G.). — Quant
avec son cousteau, et en ayant gousté une
aux livres, au prix que j'ay faict avec limprirouelle ou deux, il demanda à boire. L a fortune meur, joinct ce qui a esté despendu au tailleur
voulut que, prenant la tasse pour boire, il mit qui a faict les armoiries, le cent vous reviendrait
son cousteau sur un tallerin d'oignon qui esa environ un escu. C A L V I N , Lettres, 991 (XII,
toit sur son assiette. Hist. pit. du prince Eraslus, 655).
171 v» (G.).
Tailleur d'habillemens. Tailleur. — U n certain
Tailletout. Fanfaron. — Ce compagnon
George Renard, tailleur d'habillemens. L A
estonnoit tout le monde par parolles, estoit un
P L A N C H E , Estât, I, 49.
bravache, un mastin, un tailletout. A N O N . ,
Tailleur au sens actuel est noté c o m m e néotr. Folengo, 1. III (I, 73).
logisme. — Ce sont des canons que font les tailTailleur. Celui qui taille. — Je suis d'advis leurs. — Quels tailleurs? car vous sçavez qu'il
que ceste œuvre [la taille de la vigne] soit faicte de y a plusieurs sortes de tailleurs, c o m m e pluierremens durs, déliez et affilez : car la serpe sieurs matières lesquelles on taille. — C o m m e n t ?
Qui est mousse et non bien aguysée arreste ne sçavez vous pas que ceux qu'on appelet
beaucoup le tailleur. C O T E R E A U , tr. Columelle, autresfois cousturiers depuis quelques ans ont
esté appelez tailleurs, voire sans queue? — O n
n'en usoit pas ainsi quand je parti de France.
TAILLEURE
—
174 —
ESTIENNE, Dialogues, I, 249. — Quelle mousche Taillon. Morceau. — Mangez ce taillon de
a piqué les cousturiers (que vous appelez tail- massepain. RABELAIS, III, 30. •— Laquelle
leurs) d'emprunter les noms des instruments [racine] on met par taillons et lopins pour purger et nettoyer les laines. M A I G N A N , tr. Fuchs
de guerre? I, 251.
Tailleur. Détaillant. — Vendeurs et tailleursch. 300 (G.). — U n gros Cervelat... le voulut
saisir à la guorge. Par Dieu (dist Gymnaste)
de poisson de mer. Ordonn. de 1533 (G.).
Tailleure. Action de tailler, taille. — Il tu n'y entreras qu'à taillons : ainsi entier ne
fault tailler la nouvelle vigne, car en ce temps pourrais tu. R A B E L A I S , IV, 41.
Ce qui taille, ce qui lime. — La lime en ses
elle endure la tailleure plus legierement. A.
PIERRE, Const. Ces., III, 4 (G.). — Il fault qu'elle taillons mordans. B E L L E A U , Pierres précieuses
soit semblable à la tailleure du diamant. L E Disc. (II, 162).
C A R O N , Dial., I, 5 (170 v°). — Voyla quant à la Impôt ajouté à la taille, impôt additionnel.
génération des diamans : de la tailleure et œuvre — Homenaz nous dist... que de ceste contribution
desquels j'en laisse la dispute aux lapidaires. et taillon l'une partie seroit employée à bien
boyre, l'aultre à bien manger. RABELAIS, IV,
T H E V E T , Cosmogr., XI, 12.
(Terme de chiromancie). Trait, ligne. — La 51, — Verrons nous point definà ces guerres
taillure ou incision qui vient de la ligne de vie. cruelles? Le froment et le vin sont ils point
enchéris? Et parmy tant de maulx ne voit on
D u M O U L I N , tr. Indagine, Chiromance, p. 42.
Sculpture. — H ne faut pas donc entendre point periz Tant d'emprunts, de taillons, d'imque toute tailleure ou paincture soit deffendue posts et de gabelles? M A G N Y , Souspirs, sonn. 38.
en gênerai : mais seulement toutes images qui — Et pour cest effect leva un taillon dedans
se font pour service Dieu. CALVIN, Catéchisme Crémone, dont il assembla jusques au nombre
de deux mille hommes de pied. M. D u BELLAY,
de Genève, Loy (VI, 55).
Ciselure, gravure. — II raconte proprement Mém., L II, 67 r° (G.). — Le roy prend le taillon
les sortes des idoles ou espèces, assavoir taillures, sur le peuple, pour la solde de la gendarmerie.
fontes et similitudes. Taillure est ce qu'on en- L A N O U E , XI, p. 287. •— Les receveurs des
grave en pierre, ou bois ou aerain. A N O N . , tr. tailles, taillon et autres nos deniers. Mars 1600,
Bullinger, I, 27, p. 344. — Tu n'imites l'engra- Edit d'Henri IV (G.).
Taillouer, Taillure, v. Tailloir, Tailleure.
veur Que l'imagere taillure Enflame au vulgaire
Taire 1. Se taire que. Ne pas dire que. — Je
honneur De la muette graveure. L E C A R O N ,
Poésies, A Ronsard (51 v°). — Il est temps me tay qu'Amalec et les Chananeens Furent
d'ouir ce que la tailleure de si excellent bouclier après seigneurs de leurs corps et leurs biens.
découvrait. ID., Dial., 1, 4 (142 r°). — Ceci R I V A U D E A U , Aman, 1, p. 59.
Taire (subst.). — Son taire m e estoit responce.
est aussi représenté en belle tailleure de cuivre,
imprimée au frontispice des œuvres de sainct SCÈVE, Flamete, ch. 38. — Une trop grand patience vous consume ; ung taire vous tient
Thomas. M A R N I X , Differens, II, m , 1.
Découpure, ce qui est taillé, découpé. — Se géhenne. D E S PÉRIERS, Nouv. Récr., 1. — Je
vestir de drap d'or et d'argent frisé, enrichir me taisois si pitoyablement Que ma déesse
les façons de tailleures, broderies, passemens ouyt plaindre mon taire. SCÈVE, Délie, 8. —
d'or et argent. F. d'AMBoiSE, Dialogues, I,Je vous veuil... rendre raison de mon taire
39 v°. — La taillure, c'est quand on se sert de précèdent. É. de L A P L A N C H E , tr. Tacite, 1. IV,
diverses pièces couchées, de satin, velours, drap 151 r°. — Souvenez-vous que le taire vous est
d'argent, d'or et autres, qui s'agencent fort maintenant plus de requeste que vostre latin.
mignonnement, et la main du brodeur fait le LARIVEY, Laquais, II, 3. — Voila pas un taire
reste. E. BINET, Merv. de nat., p. 332 (G.). — parlier et bien intelligible? MONTAIGNE, II, 12
J'ay avec le tranchant decouppé leur satin (II, 170). — Je m e tais donc d'un taire si prudent
Pour monstrer le taftas bleu ou incarnadin Qu'à tous je rends mon penser évident. VAUQu'ils font mettre dessous ceste large taillure. QUELIN, Sat., Au comte de Tillières. — Quand
Aristote fut enquis de la chose qui luy sembloit
Var. hist., III, 247.
Rognure. — Esclats et taillures de pierre de plus difficile, il respondit que c'estoit le taire.
G. B O U C H E T , 12 e Seree (II, 261). — A quoy
taille. Sept. 1608. Edit d'Henri IV pour l'entret.
le roy nefitaucune response, monstrant assez
des rues (G.).
Tailleux. Tailleur. — Prenez place à la par son taire qu'il se contentoit. BRANTÔME,
table, Ce dict-il aux tailleux d'une voix délec- M. de Montmorency (III, 356). — Estant muet,
je parle par m o n taire. E. D U R A N D , Méditations,
table. Var. hist., V, 191.
Tailloir. Assiette. — Enfant, tu dois prendre Eleg. 6, p. 141.
(Formes). Imparf. du subj. — A la mienne vodu sel Dessus ton tailloir, et saller Ta viande
pour mieulx valoir. Ane Poésies, I, 189. — lonté que vous vous taisissiez. CALVIN, Bible,
Plateaux d'estain, escuelles, salières, tailloirs; Job, 13 (LVJ, 528).
(Prononc. : téust, 2 syll.). — Si se téust, grices choses trouverez de boys et de terre aussi'
sant les dens. Ane Poésies, III, 9.
Texte de 1530. (Gay, Gloss. archéol.) — Six
Taire 2, v. Tare.
tailloirs d'estain. 3 nov. 1553. Test. Arch TourTairiere. Tarière. — La pointe est faite en
nai (G., Compl.).
Tablette. — Sur le tailloir vy debout la statue manière de foret ou d'une tairiere. PARÉ, -XIV,
D'un jeunefils.F O R C A D E L , p. 7. — A u lieu de 7. — Us percent au dessus, avecques les terrieres,
colonnes, ce sont les vertus approchantes à la la terre qui fait place. G A U C H E T , Chasse du blaimoyenne proportion du colosse : elles soutien- reau, p. 32.
(Masc). — Lon peut enter la vigne, ou en la
nent le vase et taillouer du chasteau dessus
leurs testes. B E L L E A U , Berg., 1*<* J. (l; 213). fendant, ou en la perçant d'un teriere. COTEREAU,
tr. Columelle, IV, 29. — Nous avons trouvé
Bonnet de tailloir. — II portoit un bonnet
lequel on appelle un bonnet de tailloir, du repli pour ceste manière d'enter un teriere plus habile
duquel pendoient force papiers. A N O N . , tr Fo- et utile, que nous appelions gallicaine. Ib. -C'est chose superflue repeter icy la manière de
lengo, 1. IV (I, 96).
— 1 '5
TAISIBLEMENT
percer avec un teriere et vibrequin. V, 11. •— Taisible. Que l'on peut taire. — Ainsi estans
Car les pins chevelus n'avoyent senti le coin, tombez en une taisible altercation de la vente
N y le tairiere encor, ny le fer des doloires. et du prest, en fin ce bon légat s'escria : Et
B E L L E A U , Berg., 2 e J., Complainte de Promevrayement ce seray-je, et non autre, qui vous
thee (II, 17).
feray ce party. P A S Q U I E R , Rech., VI, 6.
Tairir. Tarir. — L a fontaine n'ha point de
Silencieux, muet. — Ils se tenoyent coys et
soymesme une telle h abondance : mais de la taisibles, ainsi que par manière dattendre. L E source, laquelle decoulle perpétuellement pour M A I R E , Plainte du Désiré (III, 186). — [Tibère]
la remplir, à ce que jamais elle ne terisse. C A L - souvent estoit taisible sans parler à ses amvs.
VIN, Instit., XII, p. 636. •— C'est une fontaine G. M I C H E L , tr. Suétone, III, 128 v°. —
Des
qui ne peut jamais tairir. ID., Serm. sur le Deuproposans sois auditeur taisible. D E S P É R I E R S ,
ter., 154 (XXVIII, 366). — La bonté de Dieu Quatre princesses (I, 123). — Il disoit tenir des
est une fontaine qui ne tairit jamais. Ib., 176 Muses la plus grande partie de ses révélations,
(XXVIII, 641).
et enseigna aux Romains à en révérer une par
Tairi. Tari. — L a source des fontaines D'hon- dessus toutes les autres, laquelle il appelloit
neur, vertu et tout bien est tairie. M . de N A - Tacita, c o m m e qui diroit taisible ou muette.
VARRE, Poés. inéd. (Sturel, R. S. S., II, 160).
A M Y O T , Numa, 8. — (Par extens.). Or que le
Tais, v. Test.
ciel, terre et vent est paisible... Qu'en son lit
Taisable. A taire, que l'on peut taire. —
est la mer sansflotztaisible, Je veille, ars, pense
Ladite province ne print point le n o m daucun
et pleure. P E L E T I E R , tr. Pétrarque, p. 76. —
de ses propres roys, mais dun prince vassal et La mer calme et taisible. D E S M A S U R E S , tr.
subalterne, ayant ladministration de son gou- Enéide, IV, p. 193.
vernement, laquelle louenge nest pas petite ne
Tacite, non déclaré, non exprimé. — Qu'est
taisable. L E M A I R E , Illustr., III, 3 (II, 423).
ce que justice, Fors de nature une union taisible
Taiséxnent. Tacitement. — Lors taisément au Pour de plusieurs l'ayde et secours taisible?
dieu plus équitable Je fais prière aux prières D E S P É R I E R S , Quatre princesses (I, 124). —•
semblable, Que fit la n y m p h e amante Salmacis. Alexandre, esmeu d'un taisible remords de sa
D E S A U T E L S , Am. Repos, sonn. 44. — D e quoy conscience, fut contrainct de prononcer à haute
beaucoup plus je te prise et mesmes Que ce tien voix que, s'il n'eust esté Alexandre, il eust vonom presagit taisément Je ne say quoy d'hon- lontiers souhaitté d'estre Diogene. P A S Q U I E R ,
neur à mes poèmes. ID., Epigr., A son petit Pour-parler du Prince (I, 1024). •— Us ont
champ de Vernoble. — Combien qu'il leur ayt commencé d'entrer en une taisible desfiance
semblé, mesmes à Averrois, qu'il l'ayt taisément les uns des autres. ID., Lettres, TV, 2. — Les loyx
confessée. 1557. T Y A R D , 16 (Vaganay, Mots). — se abrogent souventefois par ung taisible consenQui est bien a présumer qu'ils [les législateurs] tement. L ' H O S P I T A L , Har. (I, 450). — Sachant
ayent remarqué quelque perfection plus grande bien quil seroit coulpable du complot, par un
aux femmes qui sont survenues qu'aux premières, taisible consentement, s'il ne les accusoit, il
ou que taisément ils ont voulu couvrir la faute raconte le tout à la royne. M A T T H I E U , Aman,
qu'ils avoient fait de ranger les femmes sous Argument. — Le serment, quelque exprès et
la diction des tuteurs. C H O L I È R E S , Guerre des
solennel qu'il soit, a tousjours une taisible exmasles contre les fem., 31 v° (G.).
ception du droict de nature, qui ne peut estre
Taiser. Taire. — Quelle follye a ta teste violé. D u V A I R , Action, Response d'un bourgeois
surprise De ne taiser ce qui ne se doit dire? de Paris, p. 176. — Par un taisible consentement
M. d'AMBOisE, Epigr., 57 v°. — Encor ne veulx de tous on les avoit approuvées. P A S Q U I E R ,
Maximinus taiser, Qui se faisoit les pieds et Rech., III, 20. — Voyant une taisible ligue
mains baiser. J U L Y O T , l re part., 13 (6e Elégie). — qui se faisoit contre luy par tous les princes du
Si lesdictes escritures espagnoles ont taise son sang... il attacha toute sa fortune au peuple
nom, aucunes des nostres françoises en ont faict de Paris. VI, 3.
de mesmes. B R A N T Ô M E , Marquis de Marignan (I,
Taisiblement. Silencieusement. —
Toutes
300).
fois et quantes quil se seoit aux consultations,
Se taiser. Se taire. — J'ay advisé quil vault point ne délibérait aucunes choses, mais les
mieulx men taiser... Si je m e n taise, pardon sentences par ung chascun escriptes taisibleje t'en demande. M . O V A M B O I S E , Complainctes, ment et en secret lisoit, puis prononcoit ce qui
Epistre. — Quand ainsi eut parlé se taisa. A N O N . , luy plaisoit. G. M I C H E L , tr. Suétone, VI, 195 v°.
tr. Flammette (1537), ch. n, 23 v°. — Apres — E n m o y m e s m e s taisiblement disoys. A N O N . ,
l'oyant lire ung peu se taisa. M . de N A V A R R E , tr. Flammette (1537), ch. v, 58 r°. — Je commenDern. Poés., Prisons, p. 269. — Depuis m a langueçois à dire taisiblement en m o y mesme. G. C H A P onques ne s'est taisée. P H I L I E U L , tr. Pétrarque, PUIS, tr. Fiammette, 1. IV, p. 213.
1. I, chant 17. — Vous taiserez vous donc, puis
Tacitement. — Par iceluy décret taisiblement
que vous vous sentez coulpables de telles des- ledict Antoine estoit declairé ennemy. S E Y S S E L ,
honnestetez? B R E T I N , tr. Lucien, Banquet ou tr. Appien, Guerres civ., III, 8. — E n cecy tu
Lapites, 32. — M a Muse, qui ne peut tant de blasmes taisiblement Meschinot, Molinet, Crégrâces comprendre, A y m é mieux se taiser que tin et Marot. A N E A U , Quinlil, p. 208. — Ainsi
d'en dire trop peu. D u M A S , p. 214. — Par ainsin furent déduits tels propos par ces gentils-hommes
elle se taisa, et m a d a m e de Dampierre se retira. anciens, qui sembloient taisiblement pronosB R A N T Ô M E , Marguerite, reine de France (VIII, tiquer quelque chose du temps présent. P A S 65).
QUIER, Monophile, 1. I (11, 699). — J'ay noté
Taiser (subst.). — O dur taiser. P H I L I E U L , deux passages dans César par lesquels il semble
tr. Pétrarque, 1. II, sonn. 50.
taisiblement monstrer qu'il eust en grand doute
Taiseur. Celui qui se tait. — Je pense qu'Har- les Germains. ID., Rech., 1, 10. — E n disant qu'il
pocrates le taiseur nous dispense E n temps et y a des iniquitez et péchez ausquels les dieux
lieu de parler sobrement. F O R C A D E L , p. 168.
s'opposent, il donne taisiblement à entendre
qu'il y a doncques quelque inégalité entre les
péchez. A M Y O T , Contredicts des Stoiques, 36. —
TAISIR
—
176 —
estonner d'ouyr un m o t nouveau, non plus
Si nous nous taisions après que nous aurons
que de veoir quelque nouvelle jocondalle, noureconneu nostre mal, il faudrait croire que nous
veaux tallars, royales, ducats de sainct Estienne
persévérerions par ceste taciturnité en nostre
vie passée, et approuverions taisiblement ce et pistolets. R O N S A R D , Franciade, Préf. de 1587,
que nous ne blasmerions pas franchement. D u — O n m e t les morts à 10.000 hommes... et
V A I R , Sainte Philosophie, p. 10. — Il n'y a nul l'argent des montres pris à 300.000 talars.
doute donc que chacun ne puisse ou expressé- A U B I G N É , Lett. et Mém. d'Estat, 26 (I, 244).
ment ou taisiblement renoncer à la restitution Talare, v. Talaire.
que la loy promet. ID., Arrests... en robe rouge,
p. 2. — C'est vous que je doy remercier, qui Talbot. Sorte de billot de bois que l'on susen m e louant m e donnez taisiblement advis pend au cou des animaux pour les empêcher
de mieux faire. P A S Q U I E R , Lettres, X V , 15. — de courir. (G., Compl.) (Fig., par plaisant.).
C'estoit un point dont il ne voulut passer con- Modérateur. — Il laisse sur la porte un corporal
demnation ny dans la chapelle ny sur l'eschaffaut, qu'on lui avoit donné pour talbot, et qui l'importunoit. A U B I G N É , Hist. univ., V, 27.
recognoissant taisiblement par ceste dénégation
Taie (talus). Osselet. — Ce que des dez je
particulière que tous les autres contenoient
vous ay dict je diz semblablement des taies...
vérité. X V I I , 5.
Et ne m'alléguez au contraire le fortuné ject
Taisir (?). — Quant Peust taisy, si qu'il fust
descongnu, Il le tonsa. B O U R D I G N É , Faifeu, des taies que feit Tibère dedans la fontaine de
Apone. R A B E L A I S , III, 11. — Il y a un os...
ch. 15.
Taisson. Blaireau. — Et ours et singes et du quel... l'on jouoyt antiquement au royal
taissons. Ane Poésies, VU, 296. — Chiens jeu des taies. IV, 7.
T a l e m o u s e . Sorte de gâteau au fromage. —
prennent loups, lièvres, regnars, tessons. C R É TIN, Débat sur... chiens et oyseaux, p. 92. — Tartres, flannetz, thallemouses, pastez De gros
Combien elle eut d'envie Sur l'ours, les glirs, canars et gras pigeons pastez Mettent sur table,
les taissons endormis ! L A B O E T I E , Plaintes de C R É T I N , A Fr. Charbonnier, p. 236. — Si beBradamant, p. 258. — L'un surprend le putois soignez en tartre, ou thalemouze, O u gastelletz.
au piège fait en cerne, Et l'autre le tesson enfume J. B O U C H E T , Ep. mor., II, x, 20. — Et si fais
en sa caverne. R O N S A R D , Poèmes, 1. I, Chasse pastés et gallettes, Tbalemouzes et tartelettes,
(V, 40). — Nous fumerons les regnars et tessons Tourtes, flancs et casse-museaux. Ane. Poésies,
Dedans les creux de leurs caches tortues. B E - 1, 93. — Il m e semble jà que je sens Force bonnes
R E A U , Eglogues, 2. -— Laquelle [bête] fait sa tripes de Sens, Et que je fay desjà m a proye
demeure dans des rochers c o m m e un tesson. Des grosses andouilles de Troye Et des talmouses
T H E V E T , Cosmogr., X , 8. — Qui ne voit, en chas- de Lagny. J. G O D A R D , Desguisez, V, 5. — (Fig.),
sant les renards et taissons Cachez dans le terrier, Lors qu'on couvre une maison, on a accoustumé
d'un siège les façons? J A M Y N , O. P., Poème de tendre une perche au bout d'une corde...
de la chasse, 73 v°. •— Ils dorment c o m m e des pour vous advertir, et tous les passans de se
tessons. L A R I V E Y , Morfondu, IV, 1. — Que donner garde... Tous ceux qui regardent ce
peur de recevoir talefaisoit vostre femme? — Elle dormoit c o m m e un signal... se retirent de
e
tesson. ID., Escolliers, V,2. — Dresser des pièges mouses. C H O L I È R E S , 8 Ap.-disnée, p. 344.
pour prendre loups et renards, blereaux, tes- Talemouser. Se talemouzer. Se tourmenter.
— Je ne puis m e tenir que quelquefois je ne me
sons et semblables bestes. S E R R E S , VIII, 7.
talemouze estrangement en m o n esprit. MARSIÏ,
Tait, v. Tet.
T a i x 1. Blaireau. — Il faut estre diligent Differens, I, iv, 19.
Talemouse. — C. talemouse. R A B E L A I S , III, 28.
d'eschauffer avec linge chaud les articles et les
Talent. Le souvenir de la parabole des taoindre de graisse... de louttre, de taix. G U Y O N ,
lents est encore visible dans beaucoup de cas. —
Miroir de la beauté, I, 155 (G.).
Nous ne sçaurions avoir si peu de la grâce du
Taix 2, v. Test.
S. Esprit, si nous voulons persévérer, que Dieu
Talaire (talaris). Descendant jusqu'aux talons. — U n advocat louable Doit estre... Tres- ne l'augmente de plus en plus en nous. Il est
bien vestu de vestement talaire, N o n pas trop vray que chacun n'en pourra pas avoir en égale
long, ne trop court, mais le faire Jusqu'aux mesure, mais cela n'empesche pas que nous
talions. J. B O U C H E T , Ep. mor., II, v, 16. — Avec- ne facions profiter nostre petit talent. CALVIN,
Serm. de la Pentecoste, 4 (XLVIII, 648). ques robbe longue de bureau, qui est couleur
inusitée en robbes talares entre gens de bien et Achevé le reste de tes jours en la vocation et
de vertus. R A B E L A I S , III, 7. — Surcots, manteaus estât où Dieu t'a appelle. Fais profiter le talent
qu'il t'a mis entre mains. D u FAIL, Eutrapel,
talaires. M A U M O N T , tr. Zonare, p. 83 (G.).
Talaires (Talaria). Talonnières. — Et toy, 35 (II, 215). — Jean Pic, surnommé le phénix
de son aage pour estre consommé en toutes
Mercure, le missagier celleste, Vouldroys tû
pas ton gallere honneste, Ton caducée avecques sciences et doué de la connoissance des langues
tes tailleras Avoir donnez...? M . d'AMBOisE, estrangeres et orientales, apparut à Hierosme
Epistres et Lettres am., 109 v°. — Silz ayment Savonarolle... et luy dit qu'il souffrait les peines
mieulx et quilz ayent plus cher Voiler en lair du purgatoire, pour n'avoir assez fait profiter
que par lair chevaulcher, Ditz a Mercure la cause le talent que Dieu luy avoit donné. L E LOYEK,
a quoy cest faire : Et tu auras et tallaires et Spectres, V I , 13. — Il s'est faict donner force
gallaire Pour a leur ayse accomplir ce voyage. beaux gouvernemens, qui luy valoient plus que
tous les acquests d u monde... Or je vous laisse
114 v°.
à penser comm'il a peu faire valoir le talant
Talame (oàXajzoç). Chambre nuptiale. — [Hippomène et Atalante] Autre talame n'ont que de tous ces gouvernemens. B R A N T Ô M E , Coule bois leur repaire. B A Ï F , Poèmes, I. V I (II, 316). ronnels (VI, 100-101). — Ceux qui appetent
Talar. Sorte de monnaie. — II ne se fault et cerchent l'obscurité... font quelquefois ce
mal, que le talent du Seigneur par eux est
— 1 7
—
TALONNER
foui en terre, et leur lumière cachée sous le muy.
Turquie qui se nomment talismans et les reA U B I G N É , Médit, sur le Ps. 84 (II, 146).
ligieux dervislars. L E L O Y E R , Spectres, VII, 15. —
Talent. Désir, envie, intention, volonté. — Les talismans et prescheurs emplirent leurs
La face m'appert c o m m e irée, Et si l'a contre chaires d'invectives, déclarent Amurath pour
moy virée, C o m m e celuy qui a talent D e m e tiran. A U B I G N É , Hist. univ., XI, 25.
monstrer son mal tallent. Ane Poésies, VU,
Tallaire, Tallar, v. Talaire, Talar.
110. — Les cytoiens [d'Éphèse]... eurent grande
Tallé. Meurtri. — Quant à moy... je ne
craincte quil ne pillast le temple de Dyane, suis pas las, bien est vray que j'ay les pieds
qui estoit riche a merveilles, mais il nen avoit tallez, et s'il falloit aller plus avant, je ne sçauaulcun talent. S E Y S S E L , Success. d'Alex., IV, 2. —rois. T A B O U R O T , Apophth., 2 (III, 187).
A la fureur et ou talent de bien combatre qu'esTallend, Tallerin, v. Talent, Taillerin.
toient noz gens, eust esté bien difficile que vous
Tallerot. Servant à tailler. — Serpe tallene nulz des vostres feussiez eschappez vifz. rotte. 1614. Nevers (G., Taillerot).
L O Y A L S E R V I T E U R , ch. 59. — Gens soubzmis...
Tallevas. Sorte de bouclier. — Qu'ils enà Mercure... feront semblant d'estre plus joyeux
que souvent ne seront, quelque fois riront lors durassent donc, seriez ensemble et bien couverts
que n'en auront talent. R A B E L A I S , Pantagr. de leurs escus, tallevas et rondelles, la première
Prognost., ch. 5. — Quand seul je v y ce chevalgresle des flesches ennemies. F A U C H E T , Antiq.,
tant galland, D e monter sus m e prend très grand V, 19. — L'on usoit encores d'une autre forme
taîlend. M . d'AMBOisE, Babilon, 35 r°. — Or d'escu appelle tallevas... Lequel tallevas cousus, dormart, lieve toy. Si tu avois talent de vrait son h o m m e entièrement : ayant une pointe
dormir, tu t'en devois aller en ton logis, non en bas pour leficheren terre. ID., Origines des
pas venir icy. L E M A Ç O N , tr. Decameron, IV, chevaliers, 1. II, 522 r°.
Talloche. Sorte de bouclier. — Je sçay...
10. — [Dionysius] sans attenter autre chose,
sortit de la ville : ce qu'il feit non pour aucun Faire escu, pavois et talloches. Ane Poésies,
zèle qu'il eust à la justice, n y pour le talent XIII, 161.
Tallonneur (?). — Cestuy-là... estoit par
qu'il eust de ne faire point de tort à autruy, mais
les
lois de Solôn notté d'infamie, qui en une
pour inviter les autres villes à se fier en luy.
sédition civille ne se rangeoit dès le commenA M Y O T , tr. Diodore, X I V , 4.
Vostre talent. Ce que vous voulez. — Saichezcement à celle part qu'il estimoit la plus juste...
de vray que vostre a m y e Suis du tout entière- sans attendre (comme tallonneurs de marché)
ment, Pour faire tout vostre talent. Ane. Poésies, quelle part tourneroit la victoire. L A P L A N C H E ,
Marchans, 11, 222.
V, 219.
A mon talent. A m o n gré. — Adieu, tavernes ! Tallos, m o t libre. — Alors que m o n tallos
Vous perdez E n m o n trespas un bon chalant ; dans ton tallos se pousse. B O Y S S I È R E S , Contin.
Maintz chevreaux et chappons lardez M'avez- des Sec. Œuv., p. 26.
Tallu. Disposé en talus. — A ceste tour de
vous fait à m o n talent. Ib., III, 82. — H o m m e
la
chaîne prent la muraille de la ville, haute
franc, qui n'a point de tiltre N e servitude aucunement... T u fais à ton veu et talent D e tout et forte, toute de pierre de taille et bien tallue
pour mieux résister aux furieuses et bruyantes
ce que Dieu t'a donné. IV, 8.
E S T I E N N E cite talent comme vieux mot, au ondes de l'Océan. La vraye hist. des troubles,
moins en ce sens. — Talento, pour talent, ancien 169 r° (G.).
T a l m o u s e , v. Talemouse.
mot, pour volonté. Precellence, p. 258.
Talmudistes. Auteurs du Talmud. — SonTalenté. Ayant telle ou telle volonté. —
Affection. Véhémente, passionnée... thalentee,gneusement revisite les livres des medicins
i. fort volontaire. L A P O R T E , Epith., 10 v°. — grecz, arabes et latins, sans contemner les thalCourage. Animé ou animeux, variable, thalenté. mudistes et cabalistes. R A B E L A I S , II, 8. —
C o m m e disent les talmudistes en sort n'estre
96 v°.
Mal talenté. Irrité. — Plusieurs en y avoit mal aulcun contenu. III, 44.
Talocher. Frapper (dans un sens libre). —
qui estoient indignez et mal talentez contre
Ilz
auraient tant taloche leurs amours de noules Athéniens. S E Y S S E L , tr. Thucydide, II, 2
veau possédez. R A B E L A I S , III, 6.
(46 v«).
Taleole (taleola). Petite tranche, petit mor- Talon. Payer des talons. S'enfuir. — Car
ceau. — Il les convient couper [les grosses ra- quant se vient au départir Les grands coups, de
cines] par taleoles ou rouelles. M . D U S S E A U , peur d'y partir, T u payes tousjours des talions.
Enchirid, p. 23 (G.). — Faites tremper l'espace Act. des Apost., vol. I, 42 a (G., Compl.).
Avoir le jugement aux talons. N'avoir pas de
d'un jour en fort vinaigre blanc la racine de
parelle couppee par taleoles : frottez trois ou jugement. •— Je vous prie, ne m'en parlez point :
quatre fois le jour avec un taieole le lieu ou est il faudroit pour les aimer avoir le jugement
aux talons. F. d'AMBOiSE, Dialogues, I, 110 r°.
la dartre. L I E B A U L T , Mais, rust., I, 12 (G.).
T a l o n n e m e n t . Action de frapper du talon.
Talion (loy). Loi du talion. — L a peine
il en receut, car la loy talion E n la vieillesse — Il luy donna carrière à toute bride, en le
cheut sur le pauvre lyon. C O R R O Z E T , tr. Ésope, 12. pressant encore avec une voix plus aspre que
Talisman. Docteur de la loi musulmane, son ordinaire et au talonnement de pieds.
iman. — Ceulx qui sont députez pour les ensei- A M Y O T , Alexandre, 6.
Talonner. Frapper du talon. — Ce grand
gner sont les vieulx talismans, docteurs en leurs
renègue
Dieu, qui d'un pas desdaigneux Taloix. 1546. G E U F F R O Y , Descr. de la court du
grand Turc, B m r° (G., Compl.). — Les thalis- lonne le pavé. T A B O U R O T , Bigarrures, I, 19.
Suivre de près. — C'est luy qui, tallonnant
mans des mahometans, qui sont leurs prestres.
T H E V E T , Cosmogr., X , 10. — Des vieux docteurs de ses ayeulx la trace, Se courbe humilié devant
talismans ou hogialars, qui les font estudier aux 12
lettres arabesques. XVIII, 16. — Il y avoit
quelques contentions... entre les prestres de
VII
— 178 —
TALONNEUX
Talusser (trans.). Disposer en talus. —
tasaincteface.G.GouRDRY,^pis?re(dansELLAm, Le roy, pour de plus près joindre la forteresse,
p ï f f _ j'atteste Jupiter, qui de foudres estonne
Les rochers Capharez, que la punition Tallonnera
de près ceste présomption. G A R N I E R , Antigone
2059 — Jaques, si tu marchois d'un pié mortel
çà bas, Hardy, j'entreprendroy de talonner tes
Fait un grand estendis de mainte poutre espaisse,
Talusse son eschigne. D u B A R T A S , 2 e Sem.,
Décadence, p. 530. — Les fossés... seront creusés
en talussant, les faisant pendre des deux costés,
afin que la terre ne s'esboule par les pluies et
pas. D u B A R T A S , Lepanthe, p. 403.
gelées, c o m m e elle feroit si les fossés estoient
Talonneux. Q u e l'on met au talon. — Estaillés à fons de cuve et droite pente. SERRES,
peron. Poingnant... stimulant, talonneux. L A
VI, 30.
P O R T E , Epith., 165 v°.
(Intrans.). Talussant. Formant un talus. —
Talonnier 1. Qui a un talon. — Pieds. Faudra à cela assujetir le fossé, en le façonnant
Légers... disposts, talonniers. L A P O R T E , Epith., plus estroit par bas que par haut, non en pente
321 r°.
et talussant, ains à plomb et droicte ligne, se
Qui va jusqu'aux talons. — Queue. Pendante retractant en quarré en l'endroit que poserez
ou pendillante, longue, fretillarde, tallonniere. le plancher. ID., II, 1.
ID., Ib., 346 r°.
, .
x ,
Talvassier. F a u x brave, fanfaron, hâbleur.
Qui a une talonnière. — Devant les trois — Les oultragerent grandement, les appellans..,
Mercure le premier Partissoit Pair de son pied
friandeaulx, bustarins, talvassiers. RABELAIS, I,
talonnier. R O N S A R D , Gayetez, 3 (II, 40).
25.
(Subst.). Celui qui a des talons. — Il adjouste
Lourdaud. — Il y a plus de fruict que paradque l'ainé a eu n o m Esau et l'autre a eu n o m
venture ne pensent un tas de gros talvassiers
Jacob. Quand au second, c'est c o m m e si on 1 eust tous croustelevez, qui entendent beaucoup moins
appelé talonnier. C A L V I N , Serm. de Jacob, 4 en ces petites joyeusetés que ne faict Raclet
(LVIII, 61).
en l'Institute. ID., II, Prol.
Talonnier 2. Talonnière. — Apreste toy
T a m b a l l e . Timbale. — Par les trompettes,
promptement, et procure Les tallonniers de ton clérons,fifres,tamballes d'Espaigne. Ane. Poépatron Mercure. R A B E L A I S , Ep. à Bouchet (III, sies, X I , 241.
300) — A peine eut dit que Mercure s'appreste,
Tamborinier, T a m b o u r e u r , v. Taborinier,
la capeline affubla sur sa teste, D e talonniers
Taboureur.
ses talons assortit. R O N S A R D , Franciade, I (III,
T a m b o u r i n e t . Petit tambourin. — Tambou17). _ (Jupiter à Mercure). Chausse tes talon- rinets a cloquettes. 1507. Valenciennes (G.).
niers, voile, descen la bas. N U Y S E M E N T , O. P.,
78 r°. — Représentant l'ange habillé c o m m e le Tambureur, v. Taboureur.
T a m i s e u r . Celui qui tamise? — Le tamiseur,
Mercure de Virgile, il emprunta les mots de
talonnier, capeline et verge de maistre Jean lecousin du grand cyclope, Les massacra. RAB E L A I S , I, 2.
Maire de Belges. P A S Q U I E R , Rech., VII, 10. —
La Fortune ayant traversé le Tybre laissa ses
Tamisser. Tamiser. — Elle... sassoit, tamisailes, deschaussa ses talonniers. M O N T L Y A R D , tr. soit, belutoit et passoit le temps. R A B E L A I S , V, 20.
Hieroglyph., X X X I X , 18 (G.).
Tamissé. Tamisé. — Il y fault... adjouster
Talope. Fourré. — Tout le reste de l'infan- ces choses seiches et tamissées. COTEREAU,
terie françoise parsemée entre les taloppes et tr. Columelle, XII, 20.
buissons. A U B I G N É , Hist. univ., V, 24. — Le
T a m o r l a n e (?). — D u costé des payens
soleil estant couché, et puis les talopes de la marchèrent le front le souldan Alapa, soixante
forest d'Orléans, qui commençoyent à se trou- roys, deux califes et quatre tamorlanes. Amadis,
ver, séparèrent l'affaire. VII, 21. — Et aux dits V, 53.
sergens aussi enjoint... de les accompagner,
T a n (adj.). D e la couleur du tan. — En cinq
montrer toutes et chacunes les talopes de bois, volumes couvertz de velours tan, noir, verd,
buissons, garennes, bruyères, landes et terres bleu. Testament de Brantôme (X, 127).
vagues étant au tréfonds de m o n dit seigneur.
T a n a o y o t . — Plus je lui laisse un tanaoyot,
1543. Mesurage de la for. d'Orléans (G.).
autrement un couvre chef de toille de lin fait
Taltufle. Truffe. — Il s'y trouve aussi de en ouvrage de lassy. 1599. Test. (G.). — Je leur
taltufles en grande quantité, de sorte que quel- laisse a tout trois a chacun vingt tanaoyos laii
quefois en un jour on y apporte des champs a la turquesque, qui sont de toille crue. Ib.
vingt ou trente chameaux chargés de cette mar(G.).
chandise. Voy. de L. de Barthema, p. 9 (dans
Tancexnent, Tancer, Tancerie, Tance»,
Léon, Descr. de l'Afr., t. II) (G., Tartufie).
T a n ç o n , v. Tencement, Tencer, Tencerte, lenTaluer. Disposer en talus. —• D'iceulx faul- ceur, Tenson.
droit bastir les murailles, en... mettant les plus
Tançonnier. O ù l'on se dispute. — Querelle.
grans aux premiers rancz, et puis en taluant
Litigieuse... criarde, tançonniere. L A PORTE,
à dos d'asne arranger les moyens, et finablement Epith., 346 r°.
>
les petitz. R A B E L A I S , II, 15. — Les autres...
T a n d i s (adv.). Pendant ce temps. —• Tandis
taluoient parapetes. III, Prol.
Fortune avec cours temporel Se changera.
Entourer de talus. — (Fig.). Qui a fondé,
M A R O T , Elégies, 24. — Tandis Phebus temv,
pillotizé, talué, qui maintient, qui substante,
de dueil attainct... Pleure. ID., tr. Metamorp^
qui nourist les dévots religieux par les convens,
1. II (III, 221). — H se desarma : et tanais
monastères et abbayes...? ID., IV, 53.
c o m m e n d a Agraies qu'on luy amenast les ca(Intrans.). S'élever en talus. — Il aborda de
valiers. Amadis, I, 9. - Tandis l'ignorance arma
roideur contre le rocher qui taluant penchoit
L'aveugle fureur des princes. R O N S A R D , oaes,
en la mer. F. R É M O N D , Naissance de l'heresie,
l, 10 (II, 140). — Tandis s'envole 1 heure,
p. 302 (G.).
Talun. Partie d'une cheminée. — Barreaux
de talun. Texte du xvi 6 s. (G.).
— 179 —
TANNÉ
Emportant le plaisir. B A Ï F , Francine, 1. III (I,
T a n é , v. Tanné.
222). — Tandis nostre empereur... alloit d'un
Tanelle. Sorte d'étoffe. — Cinquante aunes
œil serain Visiter tous les rangs. G A R N I E R , de tanelle à fleurs de soye noire. Texte de 1565.
Cornelie, 1625. — Tandis les Argiens accourant (Gay, Gloss. archéol.). — U n e piecze de tanelle
à milliers. J A M Y N , tr. Iliade, X X I I , 182 v°. — blanche. 1580. Compte de tutelle (G.). — U n g
Eteocle tandis dans le temple prioit. G A R N I E R , pourpoint de satin tanné canelle passementé de
Antigone, 1054. — Tandis le singe prend à la cinq tanelles de soye de m e s m e coulleur. U n g
gorge son maistre. A U B I G N É , Trag., II (IV, 80). bas de chausses à botter de drap tanné couvert
En attendant. — II faut donq espérer qu'un
de tanelle de soye de m e s m e coulleur. Texte de
jour nous serons abeilles spirituelles et que nous 1591 (Gay).
volerons ; et tandis, vivons du miel de tant
Tanesie. — Tanesie. Herbe, àôavaoJa, selon
d'enseignemens que les anciens devotz nous aucuns. E S T I E N N E , Conformité, Mots fr. pris du
ont laissés. Fr. de S A L E S , Vie dévote, IV, 2.
grec, p. 219.
Pour ung tandis. Quelque temps. — Quand
Tanet, v. Tannet.
dame Raison eut faicte ceste prouffitable exhorT a n e u x . Tanneur. — Pour carreler lesdicts
tation, elle tint silence pour ung tandis. Ane Poésoulliers fut achapté cheux les taneux le cuyr
sies, XII, 306.
de trente six beufz. Grandes Cron. GarganTandis (prép.). Pendant. — Et tandis ce dantuines, p. 40.
ger, librement et sans feinte, Ils delaissoient
T a n g a r (?). — Vilain tangar, si tu ne mets
leurs champs et leur déesse sainte. C H A M P pieds à terre, tu t'en repentiras. A N O N . , tr. FoREPUS, Poés. div., p. 105.
lengo, 1. X X (11,193).
Tandis que. Tant que, aussi longtemps que. —
Tangible (H. D. T. 1611). — Le crétin léger,
Ta Françoyse n'est morte, et jamais ne mourra
qui
n'approche en riens ta non tangible subliTandis que la vertu vertu se nommera. T A H U R E A U ,
Elégie (II, 175). — Tandis que nous aurons mité. C R É T I N , A Molinet, p. 270. — A fin que
des muscles et des veines Et du sang, nous la main eust un sentiment plus exquis à disceraurons des passions humaines. R O N S A R D , Poèmes, ner le chaud, froid, sec, humide, pesant, léger,
1. II, Pour la fin d'une comédie (V, 237). — C'est égal, aspre, mol, dur, grand, petit et autres
la loy des destins que constant je demeure, choses tangibles. P A R É , IV, 28.
Tanier. Tanière. —
Le caut pasteur ses
Tandis qu'il y aura des poissons sous les eaux.
DESPORTES, Elégies, I, 13. — Mais tandis que petis [d'une lionne] a tirez D e leurs taniers.
Cassie aura goutte de sang E n son corps animeux, BAÏF, Poèmes, 1. IV (II, 178). — Pansant à sela
il voudra vivre franc. G A R N I E R , Cornelie, 1201. toute bête s'ésnoêra, Ki le kouvert cherchant
— Tandis que le ciel tournera, Tandis que la les épês tâniers abiter vont. ID., Bezongnes é
merflotera,Nous chanterons à ton honneur. Jours d'Eziode (V, 343).
Tanière, v. Tesniere.
ID., Antigone, 466. — Mais tout ceci pourtant
T a n n é . Brun c o m m e le tan. — Bien m e duyra
ne me contentera Tandis que Mardochee à la
couleur noire ou tannée... Raison vouldra que
porte soira. M O N T C H R E S T I E N , Aman, V, p. 269.
En tandis. Pendant ce temps. — Escoutons d'ennuy je souspire. M A R O T , Eleg., 2. — Une
Dieu et faisons ses ditz. Requérons luy pardon ; autre dame au costé droict venoit... D'un hauentenditz Retourner il pourra sa balance. bin noir de pareure tanée Montée estoit. ID.,
Ane. Poésies, X I , 135. — Mais le souffrir que Complaintes, 3. — Sus icelle [vasquine] vestoient
j'ay eu entendis Loger vous peult en l'enfer des la verdugale de tafetas blanc, rouge, tanné, grys.
mauditz. M . de N A V A R R E , Marg., Quatre dames R A B E L A I S , I, 56. — Les robbes... de tafetas
(IV, 79). — Le roy... voulut entendre ce qu'ilz blanc, bleu, noir, tanné. Ib. — D'un cousté
traictoient. Mais entendis vint la bonne veufve. sont apportez vin et espices : de l'aultre, livrée
Amadis, I, 14. — Je m'esbahy en escoutant à tas, blanc et tanné. IV, 14. — Entremeslé
ces dietz, Et m a douleur se rappaise en tendis. parmy le fil de soye Grise et tannée en letres
M. de N A V A R R E , Dern. Poés., Comed. sur le hiéroglyphes, Sera son n o m et le mien tout au
long. B U G N Y O N , Erotasmes, sonn. 34. — Herbage
trespas du roy, p. 59.
et
fruit vermeil, jaune et tanné Le jardin riche
En attendant. — Après avoir bien couru et
veillé... Nostre retour vers Chasteaudun sera... donne. D E S M A S U R E S , O. P., p. 24. — Le beau
Mais en tandis je vous prie humblement Prendre manteau tanné, fait à double rebras, L u y cala plume et faire en prose ou mètre Quelque choit les genouils. G A U C H E T , Feste de village,
response à m a grossière lettre. M A R O T , Epistres, p. 58. — U n petit vaze dont on use en Portugal,
qui est d'une terre tanée si subtille et fine qu'on
En tandis que. Tandis que. — Car entandis
diroit
proprement que c'est une terre sigilée.
que j'entendoye A u x juifz, ou je contendoye A
traicter leur destruction. Act. des Apost., vol. I, B R A N T Ô M E , Dauphin François (III, 175).
(Subst.). Brun, couleur du tan, couleur brune.
31 a (G., Entandis). — Il m'est permis de vous
dire, entendis Qu'il vous plaira m'ouyr, ce que — Soubz ce tumbel gist du tout à revers Le
jadis Vous ay celé. M . de N A V A R R E , Marg., chevalier qui desprisa brun, vers, Noir, blanc,
Quatre dames (IV, 45). — Allez entandis que vous tanné, couleur jaulne et morée, Prenant le gris
avez lumière, que ténèbres ne vous entre- pour sa seulle livrée. Ane Poésies, III, 285. —
prennent. Bible, S* Jean, ch. 12, éd. 1543 (G.). — Gris, tanné, noir porte la fleur des fleurs Pour
Mais quoy, voici Laërt, d'une face dolente, Qui sa livrée, avec regretz et pleurs. M A R O T , Ronme cerche en tandis que seule je lamente. C H A M P - deaux, 43. — Converty ont leurs danses en douleurs, Le bleu en brun, le vertgay en tanné. ID.,
HEPUS, Ulysse, III, p. 42.
Tane (?). — Les lièvres et les renards... se Complaintes, 4. — T a barbe, par les distinctions
tiennent quoys en leurs buissons et es bois, et du gris, du blanc, du tanné et du noir, m e semble
ne veulent mettre au vent pour tel bruit leurs une mappemonde. R A B E L A I S , III, 28. — Voyla
pulces et tanes. A N O N . , tr. Folengo, 1. I X (I, pourquoy je tien pour mes couleurs Gris et
tanné, tesmoins des grans doleurs Cruellement
TANNER
— 180 —
vie supporte. B U G N Y O N , Erotasmes, T a n s e u l e m e n t , T a n s e n r , Tanson, v. Tant
seulement, Tenceur, Tenson.
T a n t (adj.). Si grand. — Je vous supply
des deux extremitez, c o m m e le grison le tanné,
que beaulté l'habandonne Qui l'andurcist a
composé du blanc et du noir. A M Y O T , Vertu
morale, 6. — Si j'aime le tanné sur toutes les tante inimitié. G. C O L I N , 37. — L'ung d'eulx te
couleurs, Ce n'est pas sans raison. J A M Y N , dist digne de royaulté ; L'autre plus hault te
O. P., L IV, p. 140. — Aucuns [des poissons] spécule et merveille, Et dist aussy que Jupiter
sont marquetez de tanné, gris et noir. A U B I G N É , ne veigle Sur tante grâce, et n'en est amoureux,
89.
Création, VIII (III, 379).
D e telle grandeur. — Si la magnitude tante
Tané. Sorte de drap. — U n e robe fourrée
est plus grande que la magnitude tante, certes
de tané. 1506. Cartul. de Bouvigne (G.). —
Draps de France. N o y x de Roan... thané de tante sera l'equalité. L E R O Y , tr. Aristote, III, 8.
E n tel nombre. — Autant de fois que tu m'as
Roan. 1517. Arch. Gironde (G.). — U n quart
de tenné contenant dix aunes. 1539. Exee. envoyé ton clerc, qui sont tantes (comme tu
sçais) que tu n'as point couché avec moy : je
testam. (G.).
Tanner. Ennuyer. — Et si je ne te tenne t'ay envoyé dire par luy que le prestre n'avoit
E n dénombrant les autres bestelettes Qui sont point couché avec m o y . L E M A Ç O N , tr. Decacéans... Savoir te fais par raisons autentiques meron, VII, 5. — Tantes et telles sont les espèces
Que droit cy sont par leur bien et mérite Les de démocratie. L E R O Y , tr. Aristote, IV,- 6.
(Pron.). Telle quantité. — Les prestres aegypaignelets de sainte Marguerite. L E M A I R E , Amant
tiens dirent à Hérodote que depuis leur premier
verd (III, 34).
Tourmenter. — Je ne voy point qu'un Sainct roy, dequoy il y avoit onze mille tant d'ans..,
Gelais, U n Heroët, un Rabelais... Voisent es- le soleil avoit changé quatre fois de routte.
crivant contre luy. N e Papillon pas ne le point, M O N T A I G N E , II, 12 (II, 338). — Les Chaldeens
N e Thenot ne le tenne point. M A R O T , Epistres, 51. tenoient registre de quatre cens mille tant
Se tanner. Se fatiguer, se lasser, s'ennuyer. — d'ans. Ib.
Tout tant qui. Tous ceux qui. — Les Athéniens
Car vostre esprit contemne Ores plaisir, mais
jamais ne se tenne D e prier Dieu. J. M A R O T , mesmes nommoient Prometès les potiers de
Voy. de Venise, 46 r° (G.). — C'est un second terre, ceux qui s'aidoient de fourneaux et tout
Robertet, qui ahenne Tousjours dedens [le clos tant qui ouvraient en argile. B R E T I N , tr. Lucien,
de Rhétorique], et jamais ne si tenne. L E M A I R E , Contre celuy qui disoit, Tu es Promethè en paPlainte du Désiré (III, 173). — Tesbahis tu si rolles.
Tant que, tout tant que. Tout ce que. — Je
Dieu est mal content D e toy, tes faitz et tes
œuvres prophannes? Il est ton père : et de luy vous mercie... de l'honneur qu'il vous plaist
m e faire, vous jurant, sur tant que je tiens de
tu te tannes. M . d'AMBOisE, Epigr., 25 v°. —
Dieu, que je n'ay plaisir que par le vostre. AmaMais nous avons c o m m u n é m e n t apris D e nostre
dis, V , 13. — L a celle de nostre logis Fera tout
estât quasi mettre à despris... Tesmoing en
tant que je lui dis. Ane Poésies, III, 261. — Deest le peuple qui se tanne D e tant manger du
mosthenes employa entièrement tout tant qu'il
Seigneur Dieu la manne. F O N T A I N E , Passetemps
avoit de sens et de science ou naturelle ou acdes Amis, p. 255.
Tanné. Fatigué, ennuyé. — Dont pour la quise en Part de rhétorique. A M Y O T , Compar. de
diversité des matières qu'il vouloit toutes com- Démosth., 1. — Elle y feit porter tout tant
prendre, il avoit le cerveau et l'entendement... qu'elle avoit de riches et de précieux meubles.
tannez et ennuyez. B O U C H A R D , Chron. de Bret., ID., Antoine, 74. — Nous leur irons raser et
139 b (G.). — A bien voir M a mine ranîrongnee, coupper tout tant d'arbres qu'ils ont en leur
il pouvoit bien sçavoir Que j'estoi trop tané de païs. ID., Dicts des roys et cap., Epaminondas, 17.
ses sotes paroles Sans rime ni raison. F. H A B E R T , — Les Carthaginois... promirent de quitter tout
tant qu'ils avoient de vaisseaux. Ib., Scipwn
tr. Horace, Sat., I, 9, Paraphr.
l'ancien, 5. — Tout tant d'or qu'il y a dessus et
Affligé. — E n soupirant el m e va dire : —
Depuis l'heure que je fuz née, N e m e trouvé dessoubs la terre, ce dit Platon, D'est pas comaussi tennée D e vous voir derrière la porte. parable à la vertu. ID., Comment recevoir utilité
C O L L E R Y E , Monol. du Résolu, p. 68. —• U n e de ses ennemis, 11. — C'est celuy-là mesme
autre dame... la plus triste et tennée Qui fust lequel te survivra quarante ans, et si possédera
alors soubz la haulteur celique. M A R O T , Com- en bref tes concubines, tes accoustremens, et
tout tant d'or que tu avois. B R E T I N , tr. Lucien,
plaintes, 3.
Tannet. Couleur brune. — v aulnes et demye Navigation, 8.
Tant qui. E n ce qui. — J'ay ainsi entendu que
de autre drap gris sur couleur de tanet, pour
tant
qui touche d'approuver les religions, c'est le
audit Jaquet faire une robe a chevaussier. 1502.
Compte de tutelle (G.). — Trois couleures de robbe, principal article d'interpréter quelle semble
si c o m m e : noire, tannet et gris de Ghand. 1575. estre la volonté des dieux. A N O N . , tr. Bullinger,
I, 5, p. 58. — Tant qui concerne la religion, il
Lett. de la confr. de S1 Georges (G.).
ne faut adjouster foy à h o m m e vivant pour
Tanoir. D e la couleur du tan, brun. — Robe
de drap tanoir. 1531. Act. consul. Arch. m u n . autant qu'il est h o m m e sainct et lettré, mais de
tant qu'il peut enseigner et approuver ce qu il
Lyon (G.).
Tanoyet. Tanné, brun. — U n e chasuble de a entrepris d'enseigner par les tesmoignages de
,
vellour tanoyet. 1542. Invent, de la chap. des PEscriture. 1,17, p. 195.
Tant de. Ce... de. — Que vous puissent les
ducs de Savoie (G.).
dieux un jour donner tant d'heur, D e rebastir en
T a n q u a r t . Sorte de grand pot à boire. —
Tenez, nostre amé, plein tanquart du fin meil- France une telle grandeur. D u B E L L A Y , Antiq-,
leur. R A B E L A I S , IV, 22. — Les officiers de gueule... A u Roy.
Tant pour tant. Relativement, proportionapportèrent tanquars, frizons,flacons.IV, 64.
T a n s e m e n t , Tanser, v. Tencement, Tencer. nellement. — Les desbordemens n'ont esté tels
à beaucoup(tant
près pour
en toutes
d'excez et superfluitez
tant)sortes
au commencement
que ma
sonn. 9. — H y a un milieu qui est composé
11
de l'aage du m o n d e qu'on les a veus vers le milieu. E S T I E N N E , Apol. Herod., ch. 2 (I, 52).
Un tant. U n peu. — Puis de la bride un tant
Luy lasche sur le col. S C È V E , Microcosme, 1. II,
p. 48.
A tant. A cela. — Quant messire André Grit
fut maistre et seigneur de la ville de Bresse et
qu'il eut assiégé le chasteau... ne se tint pas à
TANT
et la mauvaistié tant rebelle que à grand peine
y peut-on mettre ordre par la rigueur des loix.
C A L V I N , Instit., X V I , p. 755. — Ce tant louable
labeur de traduire ne m e semble moyen unique
et suffisant. D u B E L L A Y , Deffence, I, 5. — Et ne
dura rien ce tant beau, tant sainct et tant juste
gouvernement auquel son royaume avoit esté
de son temps. A M Y O T , Compar. de Lycurgue, 4. —
tant. L O Y A L S E R V I T E U R , ch. 49. — Les Spartains, Il faut confesser qu'en ces âmes là il y a quelque
s'ilz avoyent la victoire, n'estoyent pas pour altération et quelque fureur, tant sainte soit elle.
tenir à tant, se reputans les conservateurs et M O N T A I G N E , II, 2 (II, 22).
protecteurs de la liberté de Grèce. L E R O Y ,
Aussi. — Les matières icy traictees ne sont
tr. Aristote, V, 4.
tant folastres c o m m e le tiltre au dessus pretenSur ce, à ce moment, alors. — A tant se teut doit. R A B E L A I S , I, Prol. — L a lune recevant
le ministre d'Enfer. M A R O T , Enfer (1, 55). —
du soleil sa lumière, ne nous la communicque
A tant son père aperceut que vrayement il estu- telle, tant lucide, tant pure, tant vive et ardente
dioit tresbien... toutesfoys qu'en rien ne prouffi- c o m m e l'avoit receue. III, 13. — Tant sage
toit. R A B E L A I S , I, 15. •— A tant Panurge se qu'il voudra, mais en fin c'est un h o m m e :
fascha. III, 20. — A tant s'en partit le gallant, qu'est il plus caduque, plus misérable, et plus
et onques puis ne Pay veu. D u F A I L , Propos, de néant? M O N T A I G N E , II, 2 (II, 20).
ch. 8, p. 62. — A tant se teut Panurge. R A B E Si très tant. Tant. — Il l'aymoit et honnoroit
LAIS, V, 7. — Il y fut rebouté et battu par les si très-tant... qu'il banda les yeux et à son amThebains, et à tant s'en retourna à la maison. bition et au bien public. B R A N T Ô M E , Mareschal
A M Y O T , tr. Diodoro, X V I , 11. — Si en feit de Brissac (IV ,70). — Toute la nuict devant,
Othon saisir au corps deux seulement... et à tant on ne fist que donner des fauces allarmes à
s'en alla. ID., Othon, 3. — A tant cessa Bellot. ceux de dedans et tirer si très-tant qu'ilz furent...
B E L L E A U , Berg., l re J., Esté (I, 212). — Nous fattiguez. ID., M. Louis de Nevers (IV, 382).
disons, Sur cela il prit congé de luy. Ce qu'on dit Si. — Les Poulonnois pressarent si très tant
autrement en vieil françois, Et à tant il prit fort leur nouveau roy esleu de s'en aller en Poucongé de luy. E S T I E N N E , Conformité, I, 7, p. 147.loigne, et luy proposarent tant d'affaires urgens
— A tant se teut ceste voix chanteresse. B E L L E A U , qu'il n'estoit possible d'y pouvoir mettre ordre
Berg., 2 e /., Chant de triomphe (II, 39). — A sans sa présence. ID., Mareschal de Biron (V, 134).
tant du jour la lumière sacrée Dedans la chambre
Tant soit. Si... qu'il ou qu'elle soit. — N'est
estoit par tout entrée. R O N S A R D , Franciade, III ruffien ...qui violentement ne ravisse quelque
(III, 87). — A tant ell' approcha sa teste du
fille il vouldra choisir, tant soit noble, belle,
berceau. A U B I G N É , Trag., 1 (IV, 41).
riche, honeste, pudicque que sçauriez dire. R A A cela, sur ce, maintenant. — Atant fine BELAIS, III, 48. — 11 n'y a dans ces bois lieu
icy mon epistre. L E M A I R E , Illustr., Prol. — Or tant soit solitaire Qui ne sente de Mars la fute suffise à tant, et m e laisse retourner vers mes reur ordinaire. B E L L E A U , Berg., l re J. (1,184).
compaignes. Ib., I, 24. — A tant m e tais, cher
Tant peu. Tant soit peu. — Le prince pauvre
seigneur nostre maistre, Te suppliant à ce coup ne peut suppediter lesriches,ny tant peu seamy m'estre. M A R O T , Epistres, 10. — A tant courir les pauvres. L A G R I S E , tr. Guevara, I, 14.
suppliray le bon Dieu créateur... R A B E L A I S , III, — Le Tout-puissant l'exauce, et sur le champ
43. — Mais à tant avons nous assez parlé de ceste desbande, D'entre mille poissons, la lamie gourmatière. A M Y O T , Romulus, 13. — Mais à tant mande, Qui, béante, le fait couler dedans ses
avons nous assez et plus qu'assez discouru sur
flancs, Sans tant peu l'offenser de sa dent à six
ce propos pour le présent. ID., Solon, 1. — A rangs. D u B A R T A S , 2 e Sem., Jonas, p. 399.
tant c'est assez parlé de luy pour ce coup. B R A N De tant, de tant de. D'aussi. — D e tant loing
TÔME, Marquis de Pescayre (1, 200).
que le vit Pantagruel, il dist es assistans. R A B E Sur tant. Alors. — Sur tant seroit issu d'icelle LAIS, II, 9. — D e tant de loing qu'ilz l'aperceurent
maison un autre vieux prod'homme. D u F A I L , accoururent sus luy à la foulle pour le destrouEutrapel, 32.
ser. I, 34.
Entretant. Pendant cela, pendant ce temps. —
Tant, exclam. Que, combien. •— Q u e tu es
Entretant Le povre boucq luy va crier d'enbas. joly, et tant je suis tenu à Dieu de ce qu'il m'a
H A U D E N T , tr. Esope, 1,1. — U n e aultre cor- donné un si beaufilz...1 R A B E L A I S , II, 3. —
neille, appetant Faire a Minerve sacrifice, Voulut H é dieux ! tant ceste pauvrefilleest infortunée
inviter entretant Aulcun chien a estre a l'of- et mal'heureuse... ! A M Y O T , Hist. Mthiop., 1. X ,
fice. I, 81.
112 r°. — Diables, s'escria Panurge, tant vous
Pour tant que, v. Pourtant.
avez d'aises en ce monde ! R A B E L A I S , V , 6. —
Quelque tant que, v. Quelque.
O pauvre Grèce, tant tu es malheureuse d'avoir
En tant que. Parce que. — Amalech et les occis avec tes propres mains tant de bons
Cananéens sont devant vous, par le glaive des- h o m m e s tiens... ! A M Y O T , Agésilas, 16.
quelz vous perirés : en tant que vous n'avés
Tant, avec l'infinitif. Assez, avec le participe
point voulu acquiescer au Seigneur. C A L V I N , passé. — N'yra il point plus loing? — Tant
Instit., II, p. 102.
dire ! Avant que l'eussiez demandé, Cela estoit
A tant que. Jusqu'à ce que. — Dés lors il la tout accordé. M A R O T , Vierge repentie (Guiffrey,
voulut captiver de la sorte Qu'elle fust tousjours II, 256). — Tant jaser, dist Picrochole. Saisissez
serve a tant qu'elle fust morte. M O N T R E U X , ce qu'ilz ont amené. R A B E L A I S , I, 32. — Tant
Berg., Journ. V, 259 v°.
chiasser. IV, 10.
Tant (adv.). Autant. — Bonnivet, qui avoit
Tant. D'autant. — Le frater tousjours tirait,
tant envie de rire que l'autre de plorer, le consola mais tant plus se descouvrait il. R A B E L A I S , II,
le mieux qu'il luy fut possible. M . de N A V A R R E , 16. •— M o n dict père... par motz exquis et senHeptam., 14.
tences congrues diminuoit le bon tour qu'il leur
Si. — L'insolence des meschans est si grande, 12*
VII
avoit faict... Mais tant plus l'augmentoit Al-
TANT
—
182 —
pharbal. I, 50. — Vous avez la liberté que plu- bus et les Muses. — Nul object ne luy plaist,
sieurs souhaittent, de laquelle vous devez user sinon l'or et l'argent, Et tant plus il en a, plus
il est indigent. R É G N I E R , Sat. 9.
pour vous employer tant plus franchement au
service de Dieu. CALVIN, Lettres, 869 (XII, 454). Tant plus... moins. Plus... moins. — Et tant
— Selon que nostre Seigneur augmente ses grâces plus Jupiter se monstra favorable, eMoins tu
envers nous, il semble que nous le vueillons luy fus courtois. B E L L E A U , Berg., 2 J., Amour
despitter tant plus. ID., Serm. sur le Deuter., d'Ixion (II, 20).
Plus... tant plus. Plus... plus. — Plus on drogue
67 (XXVI, 712-713). — Selon que chacun est
ce
mal et tant plus il empire. RÉGNIER, Sat. 15,
plus avancé, ceste image de Dieu reluit tant mieux
en luy. ID., Instit., III, m , 9. — Si la response Tant plus... d'autant. Plus... plus. — Tant
leur est non seulement facile, mais aussi aiguë plus vous approchez la terre, d'autant l'eaue
et subtile, elle en est tant plus agréable et plai- vous manque. T H E V E T , Cosmogr., XII, 2.
sante à celuy qui la fait. A M Y O T , Propos de table, D'autant que... tant plus. Plus... plus. —
D'autant qu'un homme est sage et entendu,
II, i. — Tant moins le faut laisser que tout
tant
plus il procure sçavoir l'opinion d'autruy.
est contre luy. G A R N I E R , Marc Antoine, 565. —
L A GRISE, tr. Guevara, II, 37.
Ce que je di tant plus hardiment que je m e sen
avoir bon garant. E S T I E N N E , Precellence, p. 253.Tant plus... de tant plus. Plus... plus. — Il y
— Et pour tant mieux darder ses vertus de si en a [des serpents] de plus grands et gros que
haut En ces bas lieux. D u C H E S N E , Miroir, pardeça, lesquels tant plus deviennent vieux, de
tant leur peau est plus vive en sa couleur natuLIV, p. 116.
D'autant que. — C'est le plus grand honneur relle et se diversifie. T H E V E T , Cosmogr., XI, 14.
Tant plus... comme plus. — Je me dois tant
que vous sçauriez avoir, Tant plus vostre grandeur est puissante en pouvoir... D'estre humble plus condescendre à ce que voulez comme plus
et gracieux. R O N S A R D , Pièces retr., Poèmes vous vous abusez touchant le païs et le père de
cestefille.L A TAILLE, Corrivaus, IV, 5.
(VI, 188).
Tant plus... comme moins. D'autant plus...
De tant. D'autant. — Combien que jeusse
contraire certaineté de jamais ne le ravoir, de que moins. — Sa vie estoit malheureuse : ce
tant m'en venoit plus grand désir. A N O N . , tr. qu'elle supportoit tant plus impatiemment
Flommette (1537), ch. v, 49 r°. — De tant plus comme moins elle se sentoit coupable. L E MAÇOH,
louoyent et estimoyent ilz la clémence et la tr. Decameron, VII, 5.
magnanimité de Scipion. A M Y O T , Flaminius, 21. Tant plus que... tant plus. Plus... plus. —
— Selym premier disoit... que les victoires Tant plus que les superstitions croissoyeDt entre
qui se gaignent sans le maistre ne sont pas les chrestiens, tant plus grand accroissement
complètes. De tant plus volontiers eust il dit que prenoyent les forces des ennemys. ANON., tr. Bulce maistre devrait rougir de honte d'y prétendre linger, Epistra. — Tant plus que je considère
part pour son nom. M O N T A I G N E , II, 21 (III, 81). la chose, tant plus elle m e semble obscure. 1,1
Tant plus que. Plus... plus. — Tant plus que (p. 2). — Tant plus que nous avons d'années
j'y pense, je trouve difficile de bien commander. sur la teste, tant plus le sang se desrobe du cueur,
M O N L U C , 1. VII (III, 334).
L E R O Y , tr. Xenophon, p. 76.
Tant plus... tant plus. Plus... plus. — TantTant plus que... plus. Plus... plus. — Mais tant
plus m e suis par escript excusé, Tant plus plus que le vent combat contre laflamePour la
m'avez de parolle accusé. M A R O T , Epistres, 13.tuer soudain, et plus elle prend d'ame. JODELLE,
— Combien que la chose soit telle que tant plus Didon, III (I, 191). — Tant plus qu'Amour
seroit remembrée, tant plus elle plairait à voz nous vient fort assaillir Plus il nous fait nos
seigneuries. RABELAIS, I, 1. — Tant plus les forces recueillir. L A B É , Sonnets, 4. — Pour à
personnes sont appeliez es grandz estatz, tant quoy remédier ne sert d'engendrer plusieurs
plus sont elles subjectes à recevoir les grandes enfans, mais nuit davantage : parce que tant plus
tribulations. Amadis, IV, 38. — Et tant plus qu'il y en aura, et plus y aura de pauvres. LB
une ville est d'assaut imprenable, Le guerrier R O Y , tr. Aristote, II, 7, Comment.
De tant plus que... d'autant plus. Plus... p
qui la prend tant plus est redoutable. J A M Y N ,
O. P., 1. III, 116 v°. •— ... Qui voudrait empoi- — De tant plus qu'il s'estoit dévotement et
gner de l'eau : car tant plus il serrera et pressera humblement assubjetty à Dieu, d'autant plus
ce qui de sa nature coule par tout, tant plus il Dieu luy assubjetissoit toutes choses. ANON., tr.
perdra ce qu'il vouloit tenir et empoigner. M O N - Bullinger, 1,19, p. 224.
Sur tant que. D'autant que. — Je vous prie,
TAIGNE, II, 12 (II, 379). — Diogenes dit à Demosthenes, lequel de peur d'estre apperceu en sur tant que vous m'aimes et que désirés 1 adune taverne, se reculoit au dedans : Tant plus vancement de mes affaires en ladite province,
tu te recules arrière, tant plus tu y entres. II, de vous y rendre au plustost. 27 juin 1591.
31 (III, 140). — Il faut faire désormais une fin H E N R I IV, Lett. miss., t. V, p. 406 (G.).
Tant ne quant, v. Quanti.
au discours de ce grand roy : car tant plus j'enQuant
plus... tant plus; de quant... de ta
trerois dans le labirinte de ses vertus, tant plus
je m'y perdrois. B R A N T Ô M E , Grand roy Fran- de quant plus... de tant plus, v. Quant 2.
Tant seulement. Seulement. — Et ne falloit
çois (III, 160).
Tant plus... tant moins. Plus... moins. — (syre) tant seulement Qu'effacer Jehan et esTant plus y estudions, tant moins y entendons. crire Clément. M A R O T , Epistres, 35. — Son disner estoit sobre et frugal, car tant seulement
R A B E L A I S , II, 10.
Tant plus... plus. Plus... plus. — Et tantmangeoit pour refréner les aboys de Pestomacn.
RABELAIS, I, 23. — U n pain ne se fait point d un
plus sont les hommes discordans, Plus à discord
esmouvons leurs courages. M A R O T , Enfer (I, 50). grain tant seulement, ains de plusieurs. ANON.,
•— Tant plus tu gaignes et tiens, plus croist en tr. Bullinger, II, 3, p. 530. — La loy de Dieu donc
toy l'appétit d'avoir et gaigner. L A GRISE, est lettre morte... quand elle est séparée de w
tr. Guevara, I, 34. — Ha, Muses, laissez-moi : grâce de Christ : et sonne tant seulement aux
le cœur.
CALVIN,
Instit,,
vostre
douce folie,
plus je parle
à vous,
plus doucement
m e Tant
lie. PASSERAT,
Contre
Phoe- aureilles
p. 26. — sans
M a toucher
petite muse...
n'est...
esclave
ou i,
— 183 —
TANTOST
mercenaire, c o m m e d'ung tas de rymeurs à tant qu'il vive, N'aura jamais un bien qu'après
gaiges : elle est serve tant seulement de m o n un mal ne suyve. E L L A I N , Disc, panegyr., p. 79. —
plaisir. D u B E L L A Y , Olive, 2e préf. (H. C , I, Il est vray qu'homme vivant ne sçauroit dire,
23). — Le fier A m o u r Et de traits et de feux
Cela jamais ne m'adviendra : Mais aussi poume genne tour à tour, Sans qu'un rien de repos vons nous dire, Tant que je vive, jamais je ne
tanseulement j'espère. BAÏF, Francine, 1. I (I, feray cela. A M Y O T , Tranquillité de l'ame, 19. —
138). — Hz... n'avoyent sauvé de tous leurs Quant à la maudite meschanceté de Pyton,
biens que les habillemens qu'ilz portoyent sur non seulement ne l'oubliray tant que je vive :
eulx tant seulement. A M Y O T , Camille, 35. —
mais non pas mesme après m a mort. B R E T I N ,
Où son plaisir estoit un arc turquois Tanseule- tr. Lucien, Ep. d^ Phalaris, 54.
ment, avecques le carquois D e flèches plein.
Tantalide. D e Tantale. —
L a tantalide
B E R E A U , Hippomene et Atalante. — N y tes vers race Te quitte aux malheurtez que le destin
ny les miens oracles ne sont pas, Je prens tant te brasse. BAÏF, Poèmes, 1. III (II, 120).
seulement les Muses pour esbas. R O N S A R D ,
Tantalien. D e Tantale. — Soif. Ardente,
Resp. à quelque ministre (V, 422). — Ceste implacable, tantalide ou tantalienne. L A P O R T E ,
façon de mots leur semble belle Tant seulement Epith., 379 v°.
pource qu'elle est nouvelle. E S T I E N N E , Dialogues,
Tantalizé. Subissant le supplice de Tantale.
Ep. de Celtophile. — Mais à celuy qui vit sous — Les uns tantalizez n'ont oncq la pance pleine.
le commandement L a gloire d'obéir reste tant Ixion hespagnol (dans Sat. Men., Tricotel, II,
seulement. M O N T C H R E S T I E N , Cartaginoise, p. 146. 277).
Tant que. Jusqu'à ce que. —• Attendez-moy
Tantan, onomatopée. Clochette. — Le masle
Tant que je revienne en ce lieu. G R I N G O R E , passe la teste par dedans Pance du nid, et en
S* Loys, 1. V (II, 172). — M a langue puisse soulevant le tire hors de l'estoc, et s'envollant
à mon palais tenir Si je t'oublie, et si jamais l'emporte sur son col c o m m e la vache son tanay joye Tant que premier ta délivrance j'oye. tan. A L C R I P E , p. 69.
M A R O T , Psaumes, 48. — Je vous laisse... ceste
Tantare tantare, onomatopée. —
Lors
damoyselle en garde tant que je soye de retour. se taist sa parolle, Et les enfants d'Eole Chantent
Amadis, I, 20. — Horace feit rampart de sa en leur érain L a tantare tantare. Ane Poésies, IX,
poictrine Tant que le pont derrière feust froissé. 175.
Du B E L L A Y , Sonn. div., 47 (H. C , II, 293). —
Tantay, v. Tantet.
Je ne lairray jamais m o n entreprinse, Tant que
T a n t e 1. Grand tante. Grand'mère. — Lors
l'esprit qui dedans m o y demeure, Partant du Volupté, tant de son propre gré Que du vouloir
corps, permette que je meure. D E S M A S U R E S , de Venus sa grand tante, Dit son narré en la
0. P., p. 77. •— O n les trainna... jusques au forme patente. L E M A I R E , 3 e Conte de Cupido
théâtre, là ou Clitus les teint tant que les ma- (III, 60).
gistrats eussent fait assembler le peuple. A M Y O T ,
T a n t e 2, T a n t e 3, v. Tente 2, Tant.
Phocion, 34. — Il t'avoit commandé d'estre
Tantexnent. Montant. — Tantement du resleur sauvegarde Tant que la nuict survint
tant
de ses comptes. 1501. Mandem. (G.).
avec son heure tarde. J A M Y N , tr. Iliade, X X I ,
Tantet (un). U n peu, un tant soit peu. —
171 r°. •— Je ne puis désormais sans crime les
toucher, Tant qu'un fleuve d'eau vive ait ar- Raoullet Ployart, m o n mary, jainct C o m m e un
rousé m a chair. B E R T A U T , tr. Enéide, 1. II, pourceau dedans son tect Quand il a foullé ung
p. 277. — Tant que soit de mes jours la carrière tantet L a vendenge. G R I N G O R E , Prince des
Sotz, Farce (I, 273). — Laisse m o y songer un
achevée, Humble je t'yray bénissant. D E S PORTES, Psaumes, 62. — (Avec l'indicatif). Sa tantet. D u FAIL, Propos, chap. ajout., 14, p. 170.
grand' beauté et sa perfection Entretiendront — Par le serment que vous avez faict, estesen moy ceste amour forte. Qui n'aura fin tant vous chrestiens? — Monsieur le lieutenant,
que je seray morte. M . de N A V A R R E , Marg., à la vérité nous tenons encores un tantay du
Coche (IV, 241). — Les Barbares... naviguèrent judaïsme. Var. hist., 1, 198.
Tantième. D e tel chiffre. — Tantiesme sera
terre à terre tant qu'ilz eurent évité le promontoire de Magnésie. SALIAT, tr. Hérodote, VII, l'indiction ou an d'icelle quantiesme sera la
193. — Ainsi de peu à peu creut l'empire romain s o m m e restante. P A R D O U X D U P R A T , Prat. des
Tant qu'il feut despouillé par la barbare main. not., p. 13 (G., Compl.).
Telle date. — Ils estoient remis au tantiesme
Du B E L L A Y , Antiq., 30. — S'il parle à quelcun,
cestuy là se levé incontinent et se tient sur pieds du moys. B O N I V A R D , Source de l'idolâtrie, p. 79
tant que le roy aura parlé. T H E V E T , Cosmogr., (G., Compl.).
Se trouvant à tel rang. — Et cottoyent seuleIV, 2. — Ainsi je languiray en l'amoureus
martyre, Tant que vers m o n soleil je seray de ment que c'estoit le premier, le second, le troiretour. P A S S E R A T , Eleg. par stances (I, 131). —sième ou le tantième qu'il se trouvoit en ordre
Le malade gardera le lit quarante jours et de ceulx qui s'estoyent présentez. A M Y O T , Lytant qu'on connoistra les ligamens estre bien curgue, 26 (I, 202).
Tantillon. Un petit tantillon. U n petit peu.
affermis. P A R É , X I V , 55.
Tant que, au sens actuel, avec le subjonctif. — •— Ceux-cy sont un petit tantillon bien sales.
Ne vous attendez pas, tant que vive monseigneur T A B O U R O T , Bigarrures, I, 7.
Tantin (un). U n peu. — A u bœuf et à l'asne
de Bayart, d'entrer dedans Maizières. L O Y A L
SERVITEUR, ch. 62. — Or avez vous rompu les Martin Pour le chaufer un tantin Fut présenté
fermes nœudz Qui ne seront de par m o y refaitz presque nu. Nie. M A R T I N , Noels et Chans., p. 13
neufz Tant que je vive. M . de N A V A R R E , Marg., (G.).
Tantost. Aussitôt. — Ses yeulx... se vont
Quatre dames (IV, 33). — D e vous aimer je ne
fus jamais las, N e le seray aumoins tant que je tous endormir très parfondement, et tantost
vive. PHILIEUL, tr. Pétrarque, 1. I, sonn. 95. —
Tant que je vive, Le Tybre ne verra César dessus
sa rive Amoindri de courage. G R E V I N , César,
III, p. 30. — Puisqu'il est résolu que l'homme,
T A N T O U I L L E R (SE)
—
184 —
Mercure prent son bracquemard et luy trenche de Marseille l'appellent tapecon... C'est un poisla teste. T O R Y , Champ fieury, 1. I, 7 v°. — Apresson de mer qui se plaist aux rivages. Comment.
avoir avallé le pain qu'on feignoit estre cette sur la Sem. de Du Bartas (G.). — Les ruses de
drogue, il commença tantost à trembler et bran- plusieurs à décevoir, attraper et prendre d'autres
ler comme s'il eust esté estourdy. M O N T A I G N E , animaux, comme de la sèche, du pivert, du poulpe
11,12 (11,183).
tapesson. C H A R R O N , Disc, chrest., II, 12.
Bientôt. — Avec gros raisins chenins estuverentTapement. Battement. — Et ne tesmoignoit
les jambes de Forgier mignonnement, si bien pas moins son plaisir par tapemens de mains
qu'il feust tantost guery. R A B E L A I S , I, 25. — monjoyes et applaudissemens, que si la plus
Si j'avoy quelque suffisance en ce subject, je belle comédie ou tragédie eust esté jouée et rene pourroy la mieux employer que d'en faire présentée en pleine assemblée de peuple. LE
un présent à ce petit homme, qui vous menasse L O Y E R , Spectres, II, 2. — On oyoit des tamde faire tantost une belle sortie de chez vous. bours, des cimbales et bruits de personnes
M O N T A I G N E , 1,25 (1,179).
parlant confusément ensemble, et estoit leur
Tantouiller (se). Se vautrer. — Il se tan- voix entremeslee d'un ris esclaté, avec un taptouillera en la pouldre destrempee de son sang. pement de mains et craquement de doigts. IV, 12.
V I G E N È R E , tr. Jerus.delivr., 99 r° (G.). — Satan... Tapesson, v. Tapecon.
appete les eaux... pour s'y tantouiller et les
Tapihire. Tapir. — Il s'y trouve encor là
souiller. L E L O Y E R , Spectres, IV, 12. — S'il se grande quantité de bestes appellees tapihires...
tantoilloit en la fange et se plaisoit à s'en souiller Ceste beste est de la grandeur d'un asne, ayant
le visage et le corps. VIII, 5. — (Fig-)- Les le col plus gros et la teste comme celle d'un tauhommes pourtraits et moulez à la face de Dieu, reau, les dents tranchantes et aiguës. THEVET
usans de raison et d'une ame intelligente, se Cosmogr., X X I , 12.
tantouillans au péché, admettent en leurs sens,
Tapinaiges (en). En tapinois. — Plusieurs
en leurs cœurs et en leurs corps les diables. larcins secretz en tapinaiges Font en villes,
III, 3. — Nabuchodonosor se tantouilloit dans chasteaux, bourcs, champs, vilaiges. GRINGORE,
le bourbier des voluptez. M O N T L Y A R D , tr. Hie- Folles Entreprises (I, 25).
rogl., IX, 10 (G.).
Tapinaudiere. Cachette, repaire. — Entrans
Tantouillé. Souillé. — Des cierges... tan-en leur tapinaudiere [des Chats-fourrés]. RAtoillez, desbrisez et polluz sallement et villaine- BELAIS, V, 11.
ment. Alector, fol. 45 (G.). — Quelques autres Tapiné. Tacheté. —
Typhon en langage
de vos amis vous recogneurent, mais plustost a égyptien signifie rouge, roux, rouvelin et tapiné de
la parole qu'aux lineamens du visage, d'autant rousseurs. L E L O Y E R , Spectres, III, 5. — Quant
que Vous l'aviez tout tantouillé de sang et de au nom de Typhon, il semble estre dérivé du
boue. SULLY, Œcon. roy., ch. 30 (G.). — Plu- chaldaïc tseboim, par lequel sont désignez les
sieurs fentes et crevasses toutes tantouillees de hommes roux, hypocrites, fardez, malicieux,
sang. Ch. 53 (G.).
comme sont volontiers les rousseaux, ressemTanvielle (?). — Une tan vielle de linomple blans aux vipères tapinees de tapineures rousses.
fort usée, bordée de vert. 1611. Inv. du chat, deIb. — Ceux qui estoient tapinez de rousseurs au
Pailly, n» 24 (Gay, Gloss. archéol.).
visage, ou, comme on les appelle, lentilleux.
Taon. (Prononc. 1° : 2 syllabes.) — Mouches, VIII, 1.
tahons, malots, guespes piquans, Gens et cheTapiner (se). Se cacher. — Le hibou et
vaux à courroux provoquans. L E M A I R E , Amant chaulve souris se tapinant présages de temverd (III, 24). — Un tahon vint quelque jour peste manifeste devant les yeux nous mettent,
deffier Certain lyon orgueilleux et fier. H A U D E N T , M I Z A U L D , Mirouer du monde, 81 v° (G.).
tr. Esope, I, 111. — Comme un tahon par raison
Tapineure, v. Tapiné.
et bon droict Au temps d'yver mouroit de fain
Tapinois (adj.). Caché, dissimulé, secret. —
et froid. (II, 151). — Mais il passe et rompt F. tapinois. RABELAIS, III, 38. —Dissimulation.
tout de façon toute telle Qu'un gros tahon fe- Fauce, masquée, feinte... tapinoise, i. secrette,
rait d'une araigne la toille. G A U C H E T , Chasse L A P O R T E , Epith., 151 r°. — Larrecin ou Larcin.
du loup, p. 158.
Desrobbé, joyeux... tapinois, i. secret. 237 r°.
(2<> taon prononcé ton.) — Ung lieu... Exempt Tapir (trans.). Cacher. — Athamante soudu tout de frasions et de tons. Ane Poésies, VIII,dain le tapit contre terre, Et couvrit le berceau
230. — Comme ils ont remply l'air de guespes de fueilles de lierre. R O N S A R D , Hymne de Bacet de thons Pour les rendre ennemis des fleurs chus (TV, 357).
et des moissons. E. D U R A N D , Joconde, p. 158. —
Presser. — Les pluies... tombans violemment
Les martinbœufs, les annetons... Les hurbecs, dessus la terre de nouveau ensemencée, la pressent
les puces, les taons. Var. hist., V, 139.
si fort que les semences n'en peuvent lever ne
Taouerne (mau de), v. Mal 2, t. V, p. 95, sortir, par tel endurcissement s'y estouffans,
col. 1.
S E R R E S , VI, 7.
Tap (?). — Comme ilz estoient dans le foussé,
Fouler aux pieds. — (Fig.). Saluste, ne pers
ilz se mettoient contre le tap du foussé devers cœur, si tu vois que l'envie Aille aboyant, mala ville. M O N L U C , 1. IV (II, 299).
Tapecon. Sorte de poisson de mer. — Le
fiel du tappecon ou rappecon est singulier aux cicatrices des yeux. D u PINET, tr. Pline, X X X I I ,
7 (G.). — Sous la bourbe il se couche, Monstrant un long boyau qui luy sort de sa bouche,
Ou maint poisson accourt mordillant ceste peau
Qui du premier abord semble estre un vermisseau Mais lors le tapecon l'engorge avecques
elle. D u B A R T A S , 1™ Sem., 5* /., p. 222. — deux
ligne, après ton los naissant. Ne crain que sous
ses pieds elle aille tapissant Les vers que tu feras,
comme indignes de vie. D u BARTAS, Uranie,
p. 424.
Attacher. — Tu nous veux donc tapir pour
jamais en l'ecueil. PERRIN, Pourtraict, 62r°(G.).
(Intrans.). S'abriter. — Le mesme [pilote]
aussi quand le ciel pluvieux Des vents félons
—
185 —
TAQUIN
meut l'orageuse alêne... Humble tapist sous tappon de boys. XII, 8. — Le derrière de nos
la merci des dieux. BAÏF, Meline, 1. I (I, 38). chen elles sera fermé au bout d'un tapon qui aura
Se tapir. S'abaisser, se faire humble. — Je un nombre infini de petits trous, et par tel
crein toy seule, à toy seule j'abaisse, Me tapissant,moyen le canal distillera l'eau comme une
de mon cœur la hautesse. ID., Eglogues, 8 (III, amiable rosée. PALISSY, Recepte ver., p. 80.
50).
Taponner. Boucher. — Pour la journée
Se couvrir, s'abriter. (Fig.) — Ce proverbe d'ung homme qui, après que les vins ont boully,
clost la bouche à ceulx qui d'eulx mesmes ne les a emplyz, taponnez et pinttez. 1547. Compt.
valent rien, et se vont tapissans sous les vertus de Diane de Poitiers, p. 28 (G., Compl., Tamde leurs ancestres. A M Y O T , Aratus, 1.
ponner).
Tapi. Couvert. — Tertres tapis d'herbelettes Tappe (?). — Refaict une nouvelle tappe
perleuses, Arbres lavés des larmes du matin. D u et une nouvelle venteille au verrier près la maiMAS, ŒUV. meslees, p. 118.
son de Hame. Compte de 1534. S* Orner (G.).
Tapis 1. Maistre du tapis. Vainqueur. — Ce
Tappecon, v. Tapecon.
firince estranger, faisant semblant de favoriser
e party pour lequel il vient, n'a autre but
Tappecul. Bascule. — Une grosse clef à la
que de demeurer maistre du tapis par la ruine serrure du wicquet d'un tappecul, 12 den. ;
des deux. PASQUIER, Rech., II, 10. — La guerre ung crampon et ung hocquet pour ung tapecul.
est comme un jeu de dez où ceux qui jouent se Texte de 1526 (Gay, Gloss. archéol.). — Ce qui
livrent chance tantost heureuse, tantost malheu- eschappa se sauva dans Congnac, pressez jusques
reuse, et ne voyent la fin du jeu, jusques à ce dans le tappe-cul. A U B I G N É , Hist. univ., V, 9. —
que l'un d'entr'eux se soit fait maistre du tapis. Cinquante hommes s'estoyent coulez entre le
ID., Lettres, XIII, 14. — C'est luy qui donnatappecul et le pont-levis. X, 22.
tant d'algarades à Charles le Simple et aux siens,
Tappexnent, v. Tapement.
et mesla tellement les cartes à son profit qu'enfin
Tapper. Tapper à bord. Arriver à l'abordage.
Hugues Capet sonfilsdemeura maistre du tapis. — Il falut payer d'autre monnoye quand l'amiID., Rech., VI, 1.
ral et Haumont tappèrent à bord et cramponEstre au tapis. Être à bout de ressources. —nèrent du bas en haut. A U B I G N É , Hist. univ.,
Deux barques conduictes par le capitaine Ar- VU, 25.
naud... entrarent chargées de poudre bien à
Tapper à terre. Gagner la rive. — En peu de
propos, et au proffit des Rochellois, car ilz es- temps toute ceste corne de l'armée turquesque
toient au tapis pour les poudres. B R A N T Ô M E , quitte le combat, tappe à terre pour sauver les
M. de Montluc (IV, 39). — Nostre roy Charles... hommes comme ils peurent. Ib., VI, 17.
estoit au tapis et au safran sans ceste bonne
Tappetas, v. Tafetas.
guerre. ID., Admirai de Chastillon (IV, 330). — Tappette (H. D. T. 1812). — Une tappette.
Ou pour engagemens de leurs biens, ou pour 1562. Péronne (G., Compl.).
procès, ou bien pour voyages de guerre, sont
Tappillon. Petit tampon. — Une caque de
au tapis. ID., Dames, part. II (IX, 101).
poudre, trois douzaines de boulets, tant de fer
Réduit au tapis. A bout de ressources. — Quand,
que de pierres pour chascun baston, quatre
voyant un homme au dessous de toutes affaires, douzaines de tappillons de bois pour chascun
nous le disons estre réduit au tapis : manière gros baston. 5 mai 1512. Arch. mun. Dijon (G.).
de parler que nous empruntasmes des joueurs,
Tappon, v. Tapon.
lesquels, jouans sur un tapis verd, quand ils
Tapy. Abri. — Et ne luy peuvent mectre en
n'ont plus d'argent devant eux pour mestier
teste quil se mette hors de la pluye et quil cherche
mener, ils sont contraints de s'emparer de la
le tapy. L E B L O N D , tr. Morus, 1. I, 29 v°.
table, et on les dit estre réduits au tapis. PAS5e mettre au tapis. Se mettre à l'abri. — (A un
QUIER, Rech., VIII, 47.
chêne). Car on voit bien tous les jours, S'il pleut,
Tapis 2, v. Tapy.
que tu sers tou-jours D'abri à toute bergère
Tapisser. Représenter en tapisserie. —
Qui se vient mettre légère Au tapis, de peur
Dessus ung drap tapissoit une dame Le dieu
que l'eau Ne lui perce son drapeau. V A U Q U E L I N ,
d'amour par Chasteté vaincu. Ane Poésies, VI,
Foresteries, I, 12.
284.
Tapynet. Abri. — Ung tapynet, lieu de refuge.
Tapisserie (pays de). Pays imaginaire. —
P A L S G R A V E , p.276.
Ceux qui en ont escrit [du phénix] n'en veirent
Taq, Taquain, Taque, v. Tac 2, Taquin,
onques ailleurs qu'au pays de tapisserie. R A B E Tache.
LAIS, V, 29.
Taqueté. Tacheté. —
Ilz laissèrent aux
Tapisseur. Tapissier. — Ouvraiges de charchamps une belle genice... Belle, bien profitable,
pentier, de tapisseur et de brodeur. L E F E V R E ,
et qui avoit cousté Plus que ne cousteroit mon
Bible, Ex., 35 (G.).
taureau taqueté. C O R N U , p. 144. — U n bélier, Qui
Tapissier. Servant à faire de la tapisserie. —
a trois ou quatre ans, lequel je tiens plus cher
Aiguille... Fresle, cousturiere, damerette, tapisQue mon beuf taqueté. P. 160. — Ne void on pas
sière. L A P O R T E , Epith., 13 r°.
les brebis de Laban, comm' estant en amour
Tapissure. Tapisserie. — (Fig.). La tapissure
leur imagination porte coup sur leurs petitz
Des champs de nouveau parez, En cent façons
aigneletz, pour les faire blancz ou taquettés selon
bigarrez. G. D U R A N T , O. P., 151 v°.
les baguettes qu'elles regardent en ce tems-la?
Tapon. Tampon, bouchon. — Conviendra
Fr. de SALES, Amour de Dieu, 1. VI, lre rédact.
avoir les couvercles et tappons et entonnoirs
(V, 422).
et toutes autres choses sans lesquelles on ne
Taquin. Avare, ladre, parcimonieux. —
pourroit faire le vin. C O T E R E A U , tr. Columelle,
Nous en verrons les plus taquins d'une ville
X L 2- — Il fault prendre un pot neuf et le percer au fond, puis le bouscher et estoupper d'un
TAQUINERIE
—
186 —
ou d'un pays, les plus chiches et les plus villains, qu'il le fallut emporter demy mort, estant bien
puny de sa taquinerie (IV, 323). — Comme s'il
qui rongeroyent leurs poings pour un denier
ou pour une maille à belles dents. CALVIN, eust voulu attaquer les Lacedemoniens d'avarice
Serm. sur le Deuter., 123 (XXVII, 678). — et taquinerie, en ce qu'ils ne se vouloient faire
L'un sera paillard, l'autre yvrongne, l'autre raser la barbe, pour espargner ce qu'il falloit
e
chiche et taquin, l'autre prodigue. ID., Serm. donner au barbier. CHOLIÈRES, 6 Ap.-disnée
sur l'Ep. aux Galates, 40 (LI, 93). — L'usurier p. 266.
Acte d'avidité. — Supportez donques les proserre tout d'une dextre taquine. R I V A U D E A U ,
digalitez ou taquineries de ceux qui dominent,
Poésies, 1. Il, Ep. à Babinol. — Je ne suis entaché
du vice De la misérable avarice : Je ne suis ny aussi bien que vous faites la stérilité d'une année'
taquin ny chiche. BAÏF, Brave, IV, 2. —• Tout les pluyes excessives, et les autres injures du
amoureux devient large, libéral et magnifique, ciel et incommoditez de nature. VIGENÈRE
au lieu qu'il estoit chiche, taquin et tenant. (dans Estienne, Preceilence, p. 64).
Taquon, v. Tacon 1.
A M Y O T , Amour. — Nous, en usant de mots
simples... disons avare ou avaricieux, eschars,Tar. Sorte de belette. — Bellettes, fouynes,
tars, furons. ALCRIPE, p. 82.
taquin, tenant. ESTIENNE, Preceilence, p.ricques,
106.
— Un roy bon ménager beaucoup d'or met enTarabin, tarabas, interjection marquant
semble. —• Lors, avare, taquin, l'usurier il res- l'impatience. — Que doibs je faire? — Ce que
semble. M A T T H I E U , Vasthi, I, p. 15. — (Subst.J. vouldrez. — Tarabin tarabas. RABELAIS, III, 36.
Or quand je blasme icy Le vice du taquin, je — Tarabin, tarabas. Bren, c'est merde à Rouan.
vitupère aussi Le vice du prodigue. F. H A B E R T , IV, 10. — Tarabin, tarabas, nous ne ferons
tr. Horace, Sat., I, 1, Paraphr. — On en verra que battre Pair et perdre l'escrime. MARHIX,
de ces taquins, quand ils donnent l'aumosne, Differens, 1, m , 9.
ils grincent les dents, et se voudroyent bien reTaraire. Tarière. — Cet instrument [la taratenir, s'il leur estoit possible : et quand ils ouvrent velle] ressemble aux grands taraires des charpenune main, ils voudroyent tenir serré de l'autre tiers. S E R R E S , III, 4. — L'instrument à faire
ce qui leur eschappe. CALVIN, Serm. sur le Deuter.,
ce trou... sera un bon gros vibrequin de menui135 (XXVIII, 133). — Ainsi en font ces taquins : sier, qui est beaucoup meilleur qu'un taraire,
quand on leur viendra demander ce qu'ils doivent, III, 5. — Puis sont les tronçons perses de leur
c'est tousjours à reculer, et encores plus quand
long, pour le passage de l'eau. Premièrement on
on leur demandera l'aumosne. ID., Serm. sur y passe un long taraire, et après avec une gouge
Job, 114 (XXXIV, 665). — Ce viel taquin luy fit le trou est agrandi. VIII, 3. — L'esventoir se
responce... qu'il estoit pauvre et n'avoit moyen fait d'une seule pierre de taille persee de son long
de luy donner grand argent en mariage. LARIavec un gros taraire. Ib.
VEY, Esprits, II, 1. — Dedans Rouan la bonne Tarande (tarandus). Renne. — Tarande est
ville Fut un taquin nommé Fainville, Pauvre un animal grand comme un jeune taureau, porde l'or et de l'argent Qu'il avoit en grande tant teste comme est d'un cerf. RABELAIS, IV,
abondance : Car ne mangeoit que du lard rance 2. — J'ay icy trouvé un tarande de Scythie,
Et du pain de blé tout puant. BAÏF, Mimes, 1. I animal estrange et merveilleux. IV, 4. — Car(V, 52). — Il ne faut point entrer en conte pour tasonnes, tarandes, ures. V, 29. — Les tarandes
le gain, cela est à faire à taquins et mecha- sont gros comme bœufs et ont la teste de cerf,
niques, qui ne regardent qu'à entasser et em- encores qu'ils Payent un peu plus grosse. Du
monceler tbresors sur thresors. CHOLIÈRES, PINET, tr. Pline, VIII, 52 (Sainéan, R. S. S., III,
8e Matinée, p. 293.
200).
Coquin. — Mon espeio s'estoit prise dans les
Tarantatare, onomatopée. — Quelle convedescoupures ; comme lou taquin bit que ye ne la nance y a il entre des tarantatare de trompetes
poubois arracher, il me boulut donner de son et des sons de cloches? ANON., tr. Folengo,
fouet. A U B I G N É , Faeneste, I, 3. — C o m m e y' alois
I. X X (II, 160). — On oyt de tous costez le
un soir boir m a maistresse, ye fis rencontre cliquetis des armes, le tarantatare des trompettes,
d'un taquain qui benoit la teste vessee : sans L. X X I V (II, 281).
respect il jette la maie men à mon mantou, et
Tarante. Tarentule. —
En ceste isle se
de l'autre me porte une espee courte à la gourge. trouve... une bestiole de la forme d'une tarante,
III, 10.
mais plus grossette, ayant en largeur quatre
Taquinerie. Avarice, ladrerie. —
Tu te doigts... et une coudée de long. THEVET, Cossoubmets à tout le monde pour gaigner, et mogr., X, 18. — Ainsi que cil qui est des tarantes
si as une si orde tacquinerie de chicheté en toy mordu Par la voix delphienne en santé est
qu'elle te pourrait dispenser de rien faire. A M Y O T , rendu. M A T T H I E U , Clytemnestre, II, p. 10.
Avarice et convoitise d'avoir, 5. —• Aussi sont
Tarantole. Tarentule. —
Scolopendres.
plus dignes d'estre haïs ceux qui sont meschants Tarantoles. Typholopes. RABELAIS, IV, 64. —
par avarice et tacquinerie que ceux qui le sont Il se trouve une araignée, principalement à
par intempérance et dissolution, car ils ostent Pentour de Tarente en la Pouille, laquelle pour
aux autres ce dont ils ne voudraient ny ne sçau- ceste cause est nommée la tarentole. GBEVIN,
roient user eux-mesmes. Ib., 6. — Ceux qui es- p. 125 (Sainéan, R. S. S., IV, 264).
timent que finesse soit bon entendement, et
Tararan, onomatopée. — Au pon pon pon
que tacquinerie mechanique ou faulse opinion
des tambours et au tararan des trompettes, tout
soit sagesse et prudence. ID., Propos de table, le peuple armé fait un grand bruit. ANON., tr.
VII, 10. — De peur... qu'ils blasment nostre
Folengo, 1. VI (I, 272).
chicheté et taquinerie. G. B O U C H E T , 31e Seree
Taratantara, onomatopée. — Caresme pre(IV, 302). — Quand les parefreniers avoient
nant en taratantara. D E S PÉRIERS, (titre), 1,16».
donné le soir l'avoine à ses chevaux, il desTaratre, Taratree (?). — Si seront tenuz
cendoit... et desroboit leur avoine... U n de ses
parefreniers... se cacha dans l'estable, et attrappant luy
son donna
maistretant
sur de
le coups
faict sans
le cognoistre,
de fourche
>—
TARD 1
lesdiz preneurs de construire une maison conte- au rond d'un bal Qui bondissoient parmy la
nant deux taratres, couverte de thuille. 1509. pree. G. D U R A N T , 121 r°. — Ses beaux traits,
Reg. du chap. de S1 Jean de Jésus (G.). — Une son beau teint et sa belle charnure D e la tarde
grange contenant troys taratrees, couverte de
vieillesse aloyent sentir l'injure. B A Ï F , Poèmes,
roseaux. Ib. (G.).
1. II (II, 94). — A celle fin que nos plus tards
Tarau. L'un des jeux de Gargantua. R A B E L A I S , nepveux Puissent sçavoir que j'estois un de
1,22.
ceux Qui de Ronsard ont leur gloire empruntée.
Taravelle. Outil servant à faire des trous
G U Y D E T O U R S , Meslanges (II, 65).
dans la terre. — E n deux manières la plante-on
Qui brûle tard. — Asseure toy qu'il gardera
communément [la vigne basse]... au fossé ou- Que l'huile ne t'offensera N y qu'au feu des
vert et à la taravelle, d'aucuns appellée la fiche tardes chandelles T u grilles le bort de tes aelles.
et en Anjou le godeau. S E R R E S , 111, 4. — D u B E L L E A U , Petites Inv., Papillon (I, 53).
Saison tarde. Hiver. — Soit en esté, soit en la
vieil bois en sera osté tout ce qu'imaginerez
pouvoir empescher l'entrée dans le trou de la saison tarde. P H I L I E U L , tr. Pétrarque, 1. I,
taravelle. Ib.
chant 2.
Taraxippe (xapài;i7nïoç, qui effraye les che(Loc. adv.). A tard. Lentement. — II... juvaux). —• L'elephant fuit le pourceau, le cheval geoit merveilleuse follie... trop grande festinala pierre taraxippe, et le lion le coq. L E L O Y E R , tion... souvent disoit cela et réitérait, haste toy
Spectres, I, 3.
à tard. G. M I C H E L , tr. Suétone, II, 55 v°.
Tard 1 (adj.). Lent, lourd, mou. — Le faTard, tardivement, trop tard. — Anthoine
nouil est de tarde digestion. Régime de santé, adverty du faict de Statian se meut pour luy
47 r° (G.). — Herbe de tarde digestion. Jardin donner secours, et en vain, pour estre venu
de santé, I, 180 (G.). — Le tard limasson Serré à tard. D E R O Z I E R S , tr. Dion Cassius, 1. X L I X ,
dedans sa voultée maison. C O T E R E A U , tr. Colu- ch. 73, 161 r°. — Je m e repens bien, mais c'est
melle, 1. X , p. 518. — M a triste voix, d'une à tard, que n'ay suivy la doctrine des bons
parole tarde, S'arraisonnant contre m o y ge- philosophes. R A B E L A I S , IV, 23. —
Encores
missoit. T A H U R E A U , .Sonnets, 74. — Le nectar ayme-je mieux... que vous m'en donnez la
savoureux qui coule de ta vois Est c o m m e la cognoissance à tard que du tout ne m'en faire
liqueur de ce bon vin grégeois Que l'on donne à participant. L A L A N D E , tr. Dictys, 1. II, 26 v°.
l'ami, et qui la lèvre tarde Et pesante des vieux — Ce qui leur vint bien à propos fut que leurs
rend souple et babillarde. B E L L E A U , Eclogues espions descouvrirent force armes et pistoles
sacrées, 7 (II, 320). — L a femme... est plus qui avoyent esté amenées dans des bahuts ;
froide, tarde et lente en ses actions. G. B O U C H E T , car autrement ils en estoyent fort mal garnis, et
3e Seree (I, 101).
leur eust fallu beaucoup de temps pour en reTardif. — Dont ton esprit, c o m m e mat et couvrer, encore fussent-elles par adventure venues
confus, Pour le deny et superbe refus, Aura à tard. L A P L A N C H E , Estât, 1,121. — A quoy luy
regret et tarde repentence. F O R C A D E L , p. 129. —
fut respondu par le peintre qu'il y venoit à tard,
Si tu m'en crois, prens y devant bien garde : Le et que le coup estoit jà frappé. P A S Q U I E R ,
repentir est une chose tarde. R O N S A R D , Marie Apologie de la main (II, 1001). —• Toutes choses
(I, 193). — A celui qui pense Tost s'avancer, estans en désolation et ruine, ils s'apperceurent,
la recompense Est le plus souvent de sentir mais à tard, de la faute qu'ils avoient faite,
Un tard et triste repentir. D E S M A S U R E S , Da- supportant le party du duc Jean. ID., Rech.,
vid triomph., 678. — Je m e pais de regretz... III, 29. — J'y feray ce qu'il m e sera possible ;
D'un trop tard repentir, d'une peur trop sou- toutesfois je pense que vous y estes venu à tard.
daine. A U B I G N É , Primtems, 1, 56. — Je luy feray L A R I V E Y , Escolliers, IV, 2.
sentir Les aiguillons de son tard repentir. L A
Difficilement. — Guichart d'Albon, sire de
TAILLE, Mort de Paris Alexandre (III, 186). — Sainct André : chief de guerre fort regretté en
Le remord ronge, Quand on faut, d'un tard re- France et dont le pareil a tart est recouvrable.
O
L E M A I R E , Temple d'Honneur (IV, 229). — Le
pentir. B O Y S S I È R E S , Prem. œuv., 85 r°. —
tard, et sage, et pleine de pitié, Quand rien ne gouvernement de plusieurs à tard se peut bien
sert cette tarde amitié. B R A C H , Imitations, gouverner par le semblant et opinion d'un seul
Aminte, IV, 1. — Je frizonne de peur qu'un trop privé. L A G R I S E , tr. Guevara, III, 55. — Pourtard repentir Ce mal infortuné ne m e fasse
quoy as tu horreur de toucher les playes... de
sentir. M A T T H I E U , Vasthi, V, p. 103.
celuy qui est un corps avec toy...? A tard le
Heure tarde. Heure avancée. — Le jour estoit ferais tu a tes progeniteurs, frères, seurs ou pahault et cler et l'heure tarde. A N O N . , tr. Flam- rens, quant tu le desdaigne a ton mary. C H A N G Y ,
mette (1537), ch. n, 29 v°. — L'heure estoit tr. Instit., II, 3. — Perse, dont le cœur tressaut
ja tarde et opportune pour soupper. R A B E L A I S , d'aise, Joyeux de si beaux joyaux atard son
Sciomachie (III, 410). — L afille,voyant que grand plaisir apaise. B A Ï F , Poèmes, 1. II (II,
l'heure estoit tarde... entra en la maison. L E
65).
M A Ç O N , tr. Decameron, V, 3. — Mais il faut pour
Rarement. — Auguste son ayeulle tousjours
meshui Vous donner le bon soir. Ja l'heure lavoit en desdaing et ne parloit a luy que a
devient tarde. D E S M A S U R E S , David fug., 1785.' tard et encores plus par lettres ou messagiers
— Et l'heure desja tarde au corps ne permet
que par ses propres parolles. G. M I C H E L , tr.
pas D'attendre plus long temps le coustumier Suétone, V, 166 r°. — Bien clerement sont serepas. T Y A R D , NOUV. ŒUV. poet., Elégie à Ron- m e z et à tard trouverez princes, qui de quelques
sard, p. 187. — L'heure se fait fort tarde. F O R - vices ne soyent notez. L A G R I S E , tr. Guevara,
I, 15. — L'homme de mauvaise vie à tard parC A D E L , p. 154.
Qui vient tard, à la fin du jour, à la fin de la vient à bonne mort. I, 24. — N'aller chez le
vie, dans un avenir lointain. — Ses juges c o m m e marchand qu'à tard, et encores que ce soit seulous sus la tarde seree, Affamez et gloutons lement pour avoir les estoffes qu'ils ne peuvent
courent à la curée. C H A S S I G N E T , Mespris, p. 389. faire faire en leurs maisons. S E R R E S , VIII, 3. —
— Icy, soubs la tarde vespree... Nous les vismes Pour ce maints on voyoit qui faisoient bien à
tard Rongner leur poil hideux, leurs ongles
TARD 2
—
188 —
T a r d e m e n t 2. Lentement, — On est bien
pleins d'ordure, Pensant par ce moyen figurer
quarante jours, deux mois, un an, sans rien y
la nature. V A U Q U E L I N , Art poet., III, p. 94.
Inutilement. — Car depuis que le cerf a frappé appercevoir, la rage estant une espèce de melancholie opérant tardement. G. BOUCHET
de sa teste Soit homme, soit cheval ou bien
7 e Seree (II, 44).
quelque autre beste, A tard vient le barbier, à
Tard. — Et toy plus tardement termines ce
tard le médecin, Car le penser guérir c'est perdre
son dessein. G A U C H E T , Chasse du cerf, p. 207.voyage Par le chemin plus long. S C È V E , Microcosme, 1. I, p. 31.
Tard 2. (Adv.). Lentement. — Et du limas
T a r d e r (trans.). Ralentir. — S'elle est à rive,
qui plus tard se remue. R O N S A R D , Poèmes, 1. I,
il semble que les fleuves Tardent leurs cours!
Chat (V, 61).
Tout tard. Tout à fait tard. — Arsoir, tout D u B E L L A Y , Olive, 79. — Il tarde le cours des
tard, un de mes laquais revint. 19 avr. 1593. ondes, Il donne oreilles aux boys. ID., Rec. de
Poes., Vers lir., 9. — L'âge et les ennuys Et
H E N R I IV, Lett. miss., t. III, p. 756 (G.).
les travaux dont chargé je m e suis N e tardoient
Estre à tard. Tarder. Il m'est à tard. II m e tarde.
— Il m'est à tard de voir le beau jour esclairer... lors mes deux plantes isnelles. ID., Amours, 9.
Il m'est, il m'est à tard, j'ards, je brusle, j'affole — Trop aux amans la mort tarde ses pas. BUTQue lon ne le massacre. G A R N I E R , Cornelie, 1133. T E T , Amalthee, 296, p. 341. — O n dit... Qu'il
•— Il m'est à tard d'avoir m o n destiné trespas. vous tarda le cours du soleil radieux. MONTC H R E S T I E N , Aman, II, p. 249. — N y l'horreur
ID., Antigone, 1862.
Il m'est à tard que... ne, avec un m o d e per- des rochers, des lyons, ny des ourses Ne tardesonnel. Il m e tarde de, avec l'infinitif. — Je royent mes pas. C H A M P R E P U S , Ulysse, II, p. 25,
Retenir. — Ce-pendant de m a bouche errante
ne vy que pour vous, et desja m'est à tard Que
je n'entre pour vous en quelque bon hasard. ID., j'engardois Que l'ame ne sortist de la sienne,
et tardois L'esprit qui bouillonnoit sur la lèvre
Bradamante, 757.
Tard. Difficilement. — Par m o n chef, dit le au passage. R O N S A R D , Elégies, Disc. 1 (IV, 22).
Retarder, différer. — Les mariniers leur
roy, tard l'eusse je prins pour tel. Amadis, V , 27.
vindrent dire qu'il falloit desloger, s'ilz ne vou— Leonorine jouoit merveilleusement bien son
personnage, et tard eust on pensé qu'elle et loient tarder leur entreprinse : car ilz avoient
vent commode. Amadis, III, 1. — Mais puis
Esplandian eussent si recentement confermé
qu'on ne la peut tarder [la mort] Pour don ny
leur amour mutuelle. V , 38. — Tard se feust
doublé de ceste advanture n y qu'Urgande eust pour or qu'on luy offre, Que m e serviroit de
garder U n trésor moisi dans m o n coffre? RONesté dedans, veu qu'il la pensoit... en la grand
S A R D , Odes, IV, 34. — Mais il fault que lon
Bretaigne. V, 39.
Tard à tard. Rarement. —• V e u que depuys meure, Et l'homme ne peult pas Tarder de demy
la première alliance Si tard à tard est devers heure Le jour de son trépas. D u BELLAY, A
m o y venu, O n peult juger que par sa nonchail- Salmon Macrin (H. C , IV, 28). — Voudrois-tu
lance Souventesfois m'a m y s en oubliance. bien Pour un peu d'ans tarder d'amour le bien
C R É T I N , Playdoyé de l'amant doloreux, p. 150. Qui ne pourroit se recouvrer peut estre? LA
Tardance. Action de tarder, retard, délai. T A I L L E , Elégies, 1. — Las 1 que je suis marry
— La tardance et longueur que m e reprochez. d'avoir m o n bien tardé. J A M Y N , O. P., 1. IV,
12 juin 1534. Pap. d'Et. de Granvelle, II, 113 (G.). 151 r°. — [Le loup] Tasche, n'en pouvant plus,
à tarder son trépas. G A U C H E T , Chasse du loup,
— La tardance de ce depesche n'a esté par
faulte de l'avoir avancé... autant que j'ay peu. p. 323. — A m o n regret ainsi le temps ingrat se
8 déc. 1534. II, 248 ( G . ) . — Ceste tardance et passe Qui tarde m o n espoir. V A U Q U E L I N , Sat.,
A u roy. — Ce lacquais a charge de se dérober,
temporisement valloient beaucoup, s'il eust bien
placé ses gens en lieu plus couvert. B R A N T Ô M E , si Monsieur tarde sa réponse. A U B I G N É , Lettres
Don Pedro de Navarre (I, 156). — O n ne sçavoit de sources div., 7 (I, 560). — Il tarda son voyage
qu'en penser, s'il avoit faict le coup ou par une près d'un an. B R A N T Ô M E , M. de Montluc (IV,
opiniastreté et tardance militayre ou à poste 41-42).
Tarder de voler. Empêcher d'aller vite. — Je
(I, 157, var.). —• Il est très nécessaire que nostre
gent gaigne la force avec l'espace et tardance. maudi les chemins de pluye trop lavez Qui tardent
nos chevaux de voler par la voye. JAMYN,
ID., M. de la Pallice (II, 377).
O. P., 1. IV, 208 r°.
Tardation (tardatio). Retard, délai. — Les
(Intrans.). Tarder constr. avec estre. — Si je
haulx pins et arbres surlevez es fontaines safusse Tardé tant soit peu, je ne Pusse Trouvé
crées t'appelloyent et attendoient en tardation
trop lente. G. M I C H E L , Comment, sur la 1™ Egl. céans. B A Ï F , Eunuque, IV, 4.
(Impers.). Il me tarde que... ne, avec l'indicatif.
de Virgile, 3 v° (G.).
Il m e tarde de, avec le subjonctif. — O qu'il me
Tarde. Retard. — Et engendrèrent ung fiïz
sans longue tarde N o m m é Conan. L E B A U D , tarde merveilleusement que je ne le voy. RAB E L A I S , IV, 48.
Geneal. d'Anne de Bret. (G.).
(Subst.). — A u tarder a plus de hazard.
T a r d e m e n t 1. Action de tarder, retard, délai.
— Le désir de te veoir M e faict trouver ce tarde- S A I N T - G E L A I S , Vers pour un livre de sort (III,
ment tardif. M . de N A V A R R E , Dern. Poés., p. 404. 138). — L e tarder du remède est la vraye poyson
de cest affaire. M O N L U C , Lettres, 105 (IV, 324).
— Si vous ne trouvez pas plus doux Le plaisir
Tardif. Lourd. — O u de ta vois babillarde
par le tardement. G R E V I N , Tresoriere, 1 , 1 . —
Long n'est le tardement. L. de L A P O R T E , Nous diras une chanson, Pour animer noz estr. Horace, Odes, I, 28. — D e ton Christ, ô prits D u tardif sommeil épris. B U G N Y O N , Gayeté
Seigneur et de son tardement A toute heure ils de may, p. 127.
Tardif de. Lent à. — Amadis fut tardif de
se mocquent. D E S P O R T E S , Psaumes, 88. — Et
que pour telle gloire Vous vouliez triompher respondre. Amadis, I, 34.
Tardité (tarditas). Lenteur. — Ceste pesans aucun tardement. B R A N T Ô M E , Tombeau de
santeur et tardité d'escripre. CRÉTIN, A FranM m e d'Aubeterre (X, 82).
çois Charbonnier, p. 223. — Hz pensent que,
— 189 —
TARGE
faisant ainsi, ne vous en appercevrez point, clair en la chose. C H A R R O N , Disc, chrest., Répour la tardité et longueur quilz congnoissent demption, 1.
en vous. S E Y S S E L , tr. Thucydide, I, 7 (19 v°). —
Lourdeur. — S. Paul, à cause de la rudesse
En deue diligence doit estre nourrye, non en
et tardiveté des h o m m e s , a bien voulu ajouster
telle tardité que celles qui ne peuvent estre plus ample déclaration. C A L V I N , Serm. sur
coiffées a point pour aller a la messe. C H A N G Y , VHarmon. Evangel., 16 (XLVI, 190).
tr. Instit., I, 8. — Fabius Maximus... fut aussi Inertie, paresse. — L a vigueur que nous avons
surnommé Ovicula, qui vault autant à dire à considérer les choses terrestres n'est que pure
comme brebiette, pour la doulceur, tardité et tardiveté et eslourdissement quand il est quespesanteur de ses façons de faire des qu'il estoit tion d'aller jusques au soleil. C A L V I N , Instit.,
encore enfant. A M Y O T , Fabius, 1. — Il [LuculI, i, 2. — - A cause de nostre tardiveté et paresse,
lus] avoit desfait deux des plus grands et des nous avons besoin d'estre piquez en toute sorte,
plus puissans princes du m o n d e par deux moyens pour nous inciter à nous faire marcher au service
totalement contraires, l'un par tardité et l'autre de Dieu. ID., Serm. de Jacob et d'Esau, 9 (LVIII,
par soudaineté. ID., Lucullus, 28. — C'est tout 140).
autant c o m m e s'il maintenoit que le singe ne
Tardivité. Lenteur. —• Si nous ne faisons
fust pas capable de laideur, ny la tortue de tar- pas encores le bien que nous voulons, mais...
dité. ID., Quels animaux sont les plus advisez, 4. qu'il y ait trop de tardivité, regardons ce que le
— Il recompense la tardité de sa langue par léFils de Dieu a souffert pour reparer toutes nos
gèreté de mains. J A M I N , tr. Vives, 77 v° (G.). — fautes. C A L V I N , Serm. sur la Passion, 2 (XVI,
Pythagoras advertit ces joueurs de sonner plus
859). — Pour remédier aux blasmes de sa tardilentement et retarder la mesure, ce que quand
vité. A U B I G N É , Hist. univ., X , 17.
ils eurent faict, la fureur de ces jeunes gens fut
Inertie, paresse. — Contemplons aussi quelle
soudain amortie, à raison que la tardité de mesure est nostre tardivité. C A L V I N , Serm. sur la Pasleur effemina et remollit tout le cœur. G. B O U - sion, 2 ( X L V I , 852).
CHET, 32 e Seree (V, 3.) — Je, pauvre banny,
Tardoison. Retard. — Fuir te fault, ainsi
m'en iray sans confort, blasmant la tardité des
que faict le lièvre Devant les chiens, sans pause
heures. L A R I V E Y , Tromperies, II, 5.
ou tardoison. Ane Poésies, II, 266.
Retard. •— L a tardité de la pugnition Faict
Tarduité. Lenteur. —
[Les prétendants]
du forment la compensation. J. B O U C H E T , Ep. La paction, bien que rude, receurent, Selon lamor., II, vi, 6. — Lors la cause plus forte Devient quelle, après avoir esté Veincus, de leur tarduité
soudain la plus foyble, de sorte Que la grandeur Fut à plusieurs la mort triste la peine. B E R E A U ,
de la peine compense L a tardité de la juste Hyppomene et Atalante.
vengeance. D u B E L L A Y , Vers lyr., 12. — Car
Tare. Perte, diminution. — Si pour ornement
celuy qui tout voit, et d'égale balance Sçait nostre pere-de-famille, surpassant l'ordinaire,
peser justement le bien-fait et l'offense, Attent y veut ajouster quelque chose de seul plaisir, le
pour quelque temps, et puis la tardité D e la pourra faire sans grande tare du revenu. S E R R E S ,
peine compense avec la gravité. ID., Furies
VI, 3. — D'une journée loin de vous en pourrés
contre les infracteurs de foy (H. C , V I , 148). —faire transporter sans tare, pourveu que les
Voyez quel inconvénient il arrive de ceste lon- jettons soient serrés dans un vaze longuet plein
gueur et tardité de la justice divine à punir d'eau et bien estoupé, de peur de l'esvent.
les mesfaicts. A M Y O T , Pourquoy la justice divine VI, 23. — Retourné qu'il est, il trouve que ce
diffère la punition des maléfices, 3. —• Se plaignant
n'estoit resverie de son costé, et qu'il y avoit
de la tardité des paiemens. L O R R A I N E , Mém., six aulnes de tare en sa pièce de drap. P A S Q U I E R ,
p. 239 (G.). — [Les gelées] si pour quelque Rech., VIII, 59.
temps destournent le labour de la terre, parDifférence. — Entre avoir et debvoir Grant
après recompensent bien telle tardité. S E R R E S , tare y a. C R É T I N , Ep. à François IeT, p. 189.
11,2.
Payer la tare. Être puni. — Il peult bien compCaractère de ce qui est tardif. — A n plus ter pour une : mais si je le puis jamais tenir, il
froid pays de vigne, les raisins ne veulent meurir est bien seur qu'il en payera la tare. Amadis,
près de terre, pour sa grande humidité, m e s m e
III, 6.
en l'arriére saison de l'automne, devant laquelle
Taire. Tare (au sens actuel). — L a haine...
communément ne vendange-on en ces quartiers- naist de quelque taire et deffaut qui se trouve
là, pour la tardité du climat. Ib., III, 4. — Les en la chose qu'on hait. K E R Q U I F I N E N , tr. Gelli,
plus communs [verjus] se font avec des raisins
Disc. VIII, p. 271.
verts, qu'on ramasse par les vignes après les
Taré. Entaché. — [Le maître des eunuques]
vendanges, lesquels pour leur tardité ne peuvent naturellement estoit taré de jalousie, c o m m e
meurir. III, 12.
sont ordinairement tous les eunuches. A M Y O T ,
Tardivement. Lentement. — Saturne après
Hist. Mihiop., 1. VIII, 89 r».
la suit, le vieillard vénérable, Marchant tardiveTarel. Tarière. — Tarai a perchier bois.
ment. R O N S A R D , Hymne de l'Eternité (IV, 161).F O S S E T I E R , Cron. Marg., 207 r° (G.).
— Nous navigions tardivement... pour le vent
Tarentelle. Tarentule. —
L a musique
qui nous empeschoit. C A L V I N , Bible, Act. des guérit du venin des tarentelles. J. M A R T I N ,
Apost., 27 (LVII, 368).
tr. Alberti, 9 a (Vaganay, Franc, mod.).
Tardiveté. Lenteur. — Lancre signifioit
Tareronde, sorte de poisson. — Piqueure
tardiveté, et le daulphin hastiveté. T O R Y , Champ de la tareronde ou pastenaque. P A R É , XXIII,
fieury, 1. H I , 43 r°. — Lors fut Aristides envoyé 41 (titre).
ambassadeur vers ceulx de Lacedaemone, qui
T a r g e . Bouclier. —
Alexandre... adapta
les reprit et blasma à bon escient de leur négli- et accoustra à son espaule sa grande et pesante
gence et tardiveté. A M Y O T , Aristide, 10. — D e targe. L E M A I R E , Illustr., II, 17. — Rondelles,
ceste mesme composition vient une pesanteur pavois ou tarques pour garder et deffendre
et tardiveté d'esprit, qui est cause qu'il ne peut
si promptement et vivement pénétrer et voir
TARGEMENT
— 190 —
couverture d'une maison. A M Y O T , Antoine
Guidon des gens de guerre, p. 174 (G., Compl.).45.
(Par extens.). S'abriter, se couvrir. — Cha— Avecques ses hommes d'armes à pied couvers
de grandes targes d'arain doré à l'antique façon. ron... frappa Philippus sur le col, lequel se
RABELAIS, Sciomachie (III, 410). — Soit qu'en couvrait et targeoit des pots qui estoient sur
ta gauche main te plaise secouer La targue ou la table. A M Y O T , Esprit de Socrates. — (Au sens
le bouclier. R O N S A R D , Hymne de Henry II (IV, abstrait). M a Muse, qui jadis dessus le double
187). — Les autres Macédoniens... baissèrent mont Entre ses chastes sœurs n'osoit lever le
semblablement les picques tous à un coup, et front, Couverte de haillons, la honte d'Aonie,
en donnèrent dedans les grandes targes des Et se targeant à tort du sainct nom d'Uranie.
e
Macédoniens. A M Y O T , Paul Emile, 19. — La D u B A R T A S , 2 Sem., Vocation, p. 438. — Les
deux
premières
et plus grandes familles de la
bonne targue au bras, au corps bons corselets.
R O N S A R D , Remonstr. au peuple de France (V,France en dissensions, chacune desquelles pour
389). — Et comme un Apollon dessous sa targue soustenement de ses affaires se targeoit de l'aud'or, Ouvrage de Vulcan, marchoit devant thorité du roy. PASQUIER, Rech., III, 30. —
Hector. B E L L E A U , Berg., lre J., Tombeau de Je ne veux rien par ce chapitre y apporter du
Fr. de Lorraine (I, 217). — Si Ptolomeus n'eust mien, ains vous représenter mot pour mot les
mis au devant sa targue pour me couvrir... passages de ceux sous le pavois desquels j'entens
celle bourgade barbare et de nul renom serait m e terger. V, 13. — Je crains les mauvaises
aujourd'huy la sépulture d'Alexandre. A M Y O T , langues, contre lesquelles je me suis targuée,
venant icy en la compagnie de ces dames d'honFortune ou vertu d'Alexandre, I, 2. — La figure
de laquelle [île] est faite comme une targue et neur. B E R O A L D E , Hist. vér., p. 175.
Se targer. Se targuer. — C'est ton maistre
pavois du temps passé. T H E V E T , Cosmogr., X,
3. — Ce dit, il secoua sa lance bien unie Et qui est si chiche Qu'il ne veult point que autre
frapa le milieu de la targue ennemie. J A M Y N , que luy Y besongne. Par le jour d'buy, D'avoir
tr. Iliade, XXII, 190 v°. — Les Turcz tout nudz, de bons ouvriers m e targe. GRINGORE, Prince
n'ayans pour armes que la lance, la targue et des Sotz, Farce (I, 276).
le cimeterre. B R A N T Ô M E , M. de Guise (IV, 204). Targé. Protégé par une targe. — Quelques uns
— (Fig.). Car de bien faire tu es large A l'homme des plus vaillans, targuez de leurs rondelles, s'en
juste, ô vray Saulveur, Et le couvres de ta faveur vont recognoistre l'ennemy. THEVET, Cosmogr.,
Tout ainsi comme d'une targe Espesse et large. XXI, 14.
(Par extens.). — Les mieux armez marchoient
M A R O T , Psaumes, 5. — Là donc, madame, pren
la charge De m'envelopper sous ta targe Que les premiers, et les archers et gents de trait suyde Teucre les bras archers Ne perceroient tant vaient après, à celle fin qu'estans nudz et deelle est forte. R O N S A R D , Odes, V, 2. — Innocence sarmez ilz peussent tirer plus seurement quand
est tresseure targe. BAÏF, Mimes,1. Il (V, 70). — ilz seroient targez et couvertz de ceux qui esIls se sont remparez du nom et authorité de la toient armez à blanc de toutes pièces. AMYOT,
justice et mis à couvert souz la targue des loix. Hist. Mthiop., 1. IX, 103 r°. — (Au sens abstrait).
En vain les diables essayeraient de nuire à ceux
D u VAIR, Actions, Apres les barricades, p. 36.
qui sont targez du bouclier de la foy. L E LOYER,
Targe est noté comme mot hors d'usage. —
Tous ces beaux mots anciens, pavois, escu,Spectres, VI, 15.
(Prononc). — Ce sont en somme deux grands
bouclier, targe ou targue, ont ils esté tous bannis?
— Ouy : mais bouclier a tenu bon beaucoup princes du sang, frères dont les autres (chacun
plus longtemps que tous les autres. ESTIENNE, en son endroit) se tergent pour parvenir au dessus
de leurs intentions. PASQUIER, Lettres, IV, 15.—
Dialogues, I, 353-354.
Voir un autre exemple plus haut.
largement. Retard. — En mars, sans
Targer 2 (intrans.). Tarder. — En les lisant,
longue attente N y aucun targement, Le noble
une jeunefillette...M e vint reprendre et me dict
duc du Mayne... A monstre sa puissance. Ane
sans targer Que tort avoient de blancque eulx
Poésies, XI, 165.
Ane Poésies, II, 279. — Les ceulx
Targer 1. Protéger. Se dit d'un bouclier. estranger.
—
Sous l'escu qui le targoit, Se mocquoit Des feux auqueulx est cestuy grain, Sans qu'en riens nul
etflèchesvolantes. G A R N I E R , Antigone, 1640. d'iceulx diffère ou targe Ont proposé de le sier
(Par extens.). Protéger. — Dans son jardin demain. H A U D E N T , tr. Ésope, I, 194. — Elle se
l'angelique beauté (Las qui me perd!) s'assit disposoyt neantmoins a mourir, disant souvant
au saint ombrage D'un beau laurier qui targua que si ce nestoit pour ce coup, elle ne V°w°r
son visage A u trait ardent par Apollon jette. targer longtemps. CALVIN, Lettres, 1179 (A1U<
B U T T E T , Amalthee, 119, p. 252. — Je vous de- 245). — S'il ne se haste point... ce n'est pas a
fendray bien de son glaive trompeur, Vous tar- dire qu'il targe trop. ID., Serm. sur le Deuter.,
guant de mon corps, lequel faudra qu'il perce 187 (XXIX, 52). — Il mande à Richard : PourDevant que l'inhumain jusqu'au vostre traverse. quoy tant il targeoit à luy venir faire hommage.
GARNIER, Antigone, 697. — [Au sens abstrait). F A U C H E T , Antiq., XII, 15. — Di aussi, sans tarInspire moi des noveaux vers... Et m e targe ger guère, A m a syrane Neaere, Que, son myrrheux crin serrant D'un seul noud, elle ne tarae.
contre l'envie Des traits aigus en calumnie
B U T T E T , Sec. Liv. des Vers, Ode 3. — J'entre- L. de L A P O R T E , tr. Horace, Odes, III, *«•
prens hardiment de te rendre éternelle, Targuant Car aussi bien, quoy que je targe, Il faut qu ennn
de mes escripts ton nom contre la Mort. A U - je m'en descharge. G O D A R D , Desguisez, II, *• T
Allons donc au logis, mon maistre ; Allons-y tosi,
BIGNÉ, Primtems, I, 6.
Se targer. Se couvrir d'une targe. — Pareille- sans plus targer. II, 5.
Tarder, paraître long. — Si le temps vous
ment se targerent deux hommes d'armes, lance
targoit par de la, il m e semble que la saison
au poing, visière abattue. RABELAIS, Sciomachie (III, 405). — Celle manière de se targer et vous sera aussi propre d'icy a un mois que plu
couvrir [des pavois] estoit composée ne plus tard, moyennant que Pair fust gracieux selon
que (XII,
la saison
le doit porter. CALVIN, Lettres,
arrangées sur la 881
490).
les coups d'en hault. 1542. M. d'AMBOisE,
— 191 —
TARTARET
Tarisfe, v. Tariffe.
(Trans.). Retarder. — Ainsi que le poisson
nommé rémora, qui détient et targe les navires
Tarissement (H. D. T. 1614). —Tarissement
à son plaisir. L E B L O N D , tr. Morus, 1. II, 104 r°. de l'humeur. D A M P M A R T I N , Merv. du monde,
Targette. Bouclier. — Mort... Par dessus 72 r° (G., Compl.).
tous sa grant targette gette. Ane Poésies, III,
T a r o (?). — Ses bortz qui retirez, à peine
2g8. — [Paris] meit à mort et navra tant de ses d'un costé Ont entr'ouy m o n chant, si bas je
grosses gens rustiques et barbares à grans coups Pay chanté Dans m o n double taro, quand de m a
de dards esmouluz, et puis de sa symeterre bien
divine ange Les miens bas verselets ont haussé
aceree, et à layde dune bonne targuette qui le
la louange. G. B O U C H E T (dans Vauquelin, Focouvrait. L E M A I R E , Illustr., I, 23. — Tous les resteries, 1. II).
jours se faisoient cent boucliers et targuettes.
T a r q u e , v. Targe.
SEYSSEL, tr. Appien, Guerre Lib., ch. 10. —
Tarrabat. Bruit, tapage. — Vous eussiez veu
Leur combat fut à cheval, à la genète, la ra- les assaulz et combatz, Et d'Alvian, en ses morpière, le poignart, et chascun trois dartz en la telz debatz Prins prisonnier, les hurtz et tarrabatz
main avecques une targuete. L O Y A L S E R V I T E U R , D'artillerie. J. M A R O T , Voy. de Venise, 98 v°
ch 47. — (Par compar. de forme). Trois ymaiges
(G.).
platz dorez, et une autre ymage dorée eslevee
Tarracier. Terrassier. — Toy qui n'es qu'un
que l'en appelle targecte. 1522. Invent. Arch. tarracier desnué de toutes langues, sinon de
Oise. — (Fig.). Les fleurs [de la jusquiame] celle que ta mère t'a apris, oses tu bien parler
sortent de la tige... r emparées de targettes contre un tel personnage...? P A L I S S Y , Disc.
et pleines de graine. G. G U E R O U L T , Hist. des admir., Or potable, p. 227.
plant., p. 567 (G.). — (Au sens abstrait). Et Tarris. Trou de fourmis. — C o m m e chascun
si quelqu'un d'oultrageuse languete Sur ceste se mettoit en devoir de gaigner son enseigne,
rime estoit immurmurant, Jecte au davant la il sembloit proprement d'une fremiere sortans
dorée targuete D e tes espritz pour m'en estre
de son tarris ou tout l'esté elle a assemblé sa progarant. G. C O L I N (dans J. Bouchet,Ep. famil., 66). vision pour l'hyver. Amadis, IV, 14.
Targon 1. Bouclier. — Si vous avez rondelle
Tarrotté. Taré. —• Autres... sont viciées,
ny targon Qui sceust ruser les coups et grands tarrottées, marquetées et marquées. B R A N T Ô M E ,
collées D e vos débats et haines ampoulées. Dames, part. II (IX, 276).
G. COLIN, Ep. à Marot et Sagon.
Tarse. Expansion fibreuse placée dans
Targon 2. Estragon. — Herbes veneriques : l'épaisseur du bord libre de la paupière. (Littré
comme cruce, nasitord, targon. R A B E L A I S , V, et Robin, Dict. de médecine). — Les cartilages
28. — Le targon, qui est aussi appelle serpentine, ou tiennent à l'os, ou de soy font une partie,
est bien différent des autres [serpentines]. O n
c o m m e ceux du tarse des cils, de l'epiglotte,
le mange en salade, et le met on pour donner du larynx et autres. P A R É , II, 1. — A u x ailes
goust aux sausses. D u P I N E T , tr. Comment, sur
du nez et tarses des yeux. III, 2. — O n appelle
Dioscoride, p. 211 (Dorveaux, R. S. S., V, 117). tel cartilage, mesmement aux paupières supé— La corne-de-cerf, le cerîueil, le nazitor ou rieures, tarse de l'œil. IV, 4.
cresson alenois, targon, coq, senemonde... et
Tartare. Tartre. — L a lie estant bruslée,
autres menues herbes. S E R R E S , VI, 8.
elle se réduit en sel que nous appelions sel de
Targue 1, v. Targe.
tartare... Quand il est mis en lieu humide, il se
Targue 2, mot d'argot. •— Ambiasmer le réduit en huile de tartare. P A L I S S Y , Recepte ver.,
pelé juste la targue, c'est à dire nous enfilasmes
p. 20. — Les expers alchimistes... souventesfois
promptement le chemin de la prochaine ville. prendront du sel de tartare ou du sel de salicor
Var. hist., VIII, 157.
ou quelque autre espèce de sel, pour blanchir
Targuer, Targuette, v. Targer 1, Targette. le cuivre et le faire ressembler argent. P. 41. —
Tarie (?). — L a gresle tombant sur les Prenez deux livres de tartare, c'est à dire lye
maisons rompoit la thuile et les premiers tariez de vin qui adhère contre les tonneaux. P A R É ,
des greniers. H A T O N , Mém., an 1576 (G.).
X X I V , 39. — Prenez... tartare de vin blanc.
Tariffe. Tarif. — 1572. Tariffe ou table pro- X X V , 44. — Le sel de tartare n'est autre chose
portionnelle des changes. Fr. F L O R Y (titre) (G., que le sel des raisins, qui donne goust et saveur
Compl.). — Voila une troisième satisfaction... au vin. P A L I S S Y , Disc, admir., Sels div., p. 242.
laquelle ne faudra de passer pour excellent alloy,
Tartarer qqn. Lui faire subir les supplices du
silatarisfe de Dieu s'accorde avec celle de S. Mère Tartare. — Pour donner cent tourmens ce qu'on
Eglise. M A R N I X , Differens, II, i, 3.
peut préparer Est tombé sur m o n chef pour,
(Fém.). — Le conseil... ordonne que d'icelluy las I m e tartarer. B O Y S S I È R E S , Sec. Œuv., 15 v°.
[procès-verbal] sera faict lecture par devant les
Tartaresque (à la). A la manière des Tarbollongiers, pour iceulx ouys, estre pourvu sur tares. — [Aemet] vaincu demanda paix, l'espée
la tariffe, ainsi que le conseil trouvera a faire nue et les mains jointes à la tartaresque. A U par raison. 8 oct. 1602. Délib. du Conseil de Bourg B I G N É , Hist. univ., X I V , 25.
(G.). — Extraict d'icelle tarife. 1 er mai 1604. Ib.
Tartaret. Sorte de faucon. — Le faucon dit
(G.). — Cf. le premier alinéa.
tartaret est un oiseau qui n'est pas c o m m u n
Tarillon, v. Terrillon.
par tout pays, ains est de passage. F R A N C H I E R E S ,
Tarin. Raie? — U n g tappis de Turquie a Fauconn., fol. 2 (G.).
grans tarins de plusieurs coulleurs. 1542. Invent.
Sorte de singe. — Les François cognoissent
de la chapelle des ducs de Savoie, p. 157 (G.).
une autre beste n o m m é e tartaret ou tartarin...
Tariran, onomatopée. — Cestuy-cy, gallop- Nous prenons le m a ï m o n pour le tartaret...
pant, ne fait que sonner tariran tariraran avec les François en autres contrées le n o m m e n t un
sa trompette jusques à ce qu'il arrive devant magot... Il y a quelques uns qui défendent que
Balde. A N O N . , tr. Folengo, L X X I V (II, 285).
le magot ou m a ï m o n n'est pas m e s m e chose que
TARTARIN
—
192 —
le tartaret. B E L O N , Observât., 375 (Sainéan, mouze, O u gastelletz. J. B O U C H E T , Ep. mor., U
R. S. S., TV, 285).
x, 20. — Certaines espèces de fricassées, tartres
Tartarin. Sorte de singe. — Des guenons, et beingnetz. R A B E L A I S , III, 49. — Il manda
des tartarins, des sagouins, des lions à demi à ses amys... quilz laissassent lieu à la tartre
griphons. A N O N . , tr. Folengo, I. X I X (II, 153). — et galette, qu'on gardoit pour la desserte. PASVoir Tartaret.
Q U I E R , tr. Plutarque, p. 63. — Poupelins. MaTartarique. D u Tartare. — Et Sisyphe est carons. Tartres vingt sortes. R A B E L A I S , IV, 59.
toujours après sa pierre, Suyvant l'arrest des — Il faudra porter les tartres pour la festoyer
tartariques cours. D E S A U T E L S , Am. Repos, C A L V I N , Serm. sur Job, 73 ( X X X I V , 144). sonn. 40.
Puis... luy ordonna qu'elle fist quelque bonne
O ù Pon souffre c o m m e dans le Tartare. — sausse avec une tartre. L O U V E A U , tr. Straparole
Car leurs longues détendons E n ces tartaricques I, 3. — (En Allemagne). Ils meslent des prunes
maisons [le Châtelet] N e pevent payer leurs cuites, des tartres de poires et de pommes au
créanciers. Ane Poésies, X I , 261.
service de la viande. M O N T A I G N E , Journal,
Tartarot. — Nous n o m m o n s le faucon tar- p. 106. — Bignets, tartres, pastez, gasteaus
tarot, faucon de Tartarie et aussi faucon de et friandises. C H A S S I G N E T , Mespris, p. 280. —
Barbarie, car on le prend lorsqu'il passe de E n telles joyes publiques... avoient lors de cousTartarie en Barbarie. B U D É , Oiseaux, fol. 114 tume de s'entre-envoyer des tartres et gasteaux.
(La Curne).
P A S Q U I E R , Rech., VIII, 7.
Tarte, v. Tartre 2.
Tartre bourbonnoise. Tarte au fromage ou à
Tartee. Soufflet. — Il donna audit N . sa la crème. — Serviz serez d'une venue... Veez
main a son visaige que Pon dist une tartee. 1590. cy fructerie menue, Tarte couverte et bourbonEnq. crimin. Arch. Spa (G.).
noise. L A C H E S N A Y E , Condamn. de Bancquet. —
Tartelage, m o t collectif. Tartes de toutes (Par plaisanterie). Il feist une tartre borbonsortes. — Je loue encore à m o n possible les noise composée de force de hailz, de galbanum,
poires d'espine, tant pour estre ce fruit abondant de assa fetida, de castoreum, d'estrons tous
tous les ans que pour estre bons et cuits et en chaulx. R A B E L A I S , II, 16.
tartelages et confitures. B E L L E F O R E S T , Secr.
(Jeu de mots). Bourbier. — Cest asne..,
de l'agrie, p. 111 (G.). — L a cueillete des cerises couroit à travers pays c o m m e si le diammour
et guines se faict de jour à autre... D e toutes Peust emporté, et ne failloit point à vous planter
les espèces des mieux qualifiez, en sechera-on le povre Sainct Chelault en un fossé ou en quelque
au soleil ou au four, pour servir durant l'année à tartre bourbonnoise. D E S P É R I E R S , Nouv. Récr.,
l'appareil des viandes, en sauces, pastés, tarte- 27. — L a crotts, les bourbiers, la tarte bourbonlages. S E R R E S , VI, 26. — Le succre que ceste noise Sont ses lis, ses œillets, sa rose et rosmaconfiture-ci vous laisse lorsqu'on la sèche vous rin. Ane Poésies, VI, 220. — Lesquelz... furent
servira utilement et à faire des nouvelles confi- deffaietz par l'infanterie et harquebuserie, pour
tures... et en tartelages et à autres ouvrages de s'estre perduz et engagez sans y penser dans
four et de cuisine. VIII, 2. — Les médecins... certains petitz maretz et tartres bourbonnoises,
remarquent plusieurs viandes de l'ordinaire là où on les tiroit c o m m e à canardz. B R A N T Ô M E ,
usage estre nuisibles aux dents, c o m m e légumes, M. de Guise (IV, 209).
laictages, fourmages, pastisseries, tartelages.
Tartre 3. Tertre. — H z vindrent au dessus
d'un tartre, ou ilz descouvrirent un chasteau.
VIII, 5.
Tarterie, mot collectif. Tartes. — Pastisse- Amadis, III, 2. — C o m m e ilz descendoient le
ries, tarteries, un monde de coscotons à la tartre, ilz apperceurent le roy traversant le long
moresque, R A B E L A I S , V , 22.
de la vallée. III, 3. — Lors le menèrent costoyant
Tartevelle. Crécelle. — Avez vous jamais le tartre qu'il avoit descendu. V, 24. — Ilz
veu de ces tartevelles que les petis enfans portent vindrent au hault d'un tartre distant d'un petit
auprès de Pasques? ils alloient trois fois plus dru mille de Galatie. V , 38. — Vous la pourrez voir
avec leurs langues. C H O L I È R E S , 5 e Ap.-disnée, en Angiers sus le tartre sainct Laurent. RABEp. 216.
LAIS, IV, Ane. Prol.
Tartiere, v. Tartriere.
Tartrier. Ustensile pour faire les tartes. —
Tartillon, dimin. de tarte. — A volonté en Les pains qui sont cuits aux tartriers ausquelz
seront façonnées les tartres, tartillons, petits les apothicaires font cuire leurs marcepains.
pains. S E R R E S , VIII, 2.
V A L G E L A S , Conserv. de la santé, p. 35 (G.).
Tartillot, dimin. de tarte. — Ils portent
Tartriere. Ustensile pour faire les tartes.
de la farine seulement, et ont une pièce de cuyvre, — Trois coquemars de cuyvre, un olle de cuyvre,
laquelle ils font chauffer, et puis sur icelle jectent une tartiere de cuyvre. 1545. Inventaire (G.). —
de ceste farine desmeslée avec un petit d'eau, J'ayme mieux voir sa clereeliere, Ses cousteaux,
et usent de ce tartillot. D E S A U T E L S , Mitistoire, sa jaune tartriere. T A B O U R O T , Bigarrures, IV, 3.
ch. 13.
' — Tous utenciles de cuisine... casses, bassines,
Tartinage. Tarte. — Qui sont les plus sains,
poissonnières, tartrieres. S E R R E S , VIII, 3.
plus délicats et plus gracieux tartinages de tous
Tas. A tas. E n grand nombre. — Lors déL I E B A U L T , Mais, rust., p. 679 (G.).
gainèrent flaccons à tas. R A B E L A I S , II, 30. —
Tartre
(Fém.).
eauEntreprises
se
teindra
Soubdain
vindrent
à tas
saiges
femmes
tartres
sons
en
(I,Tartre
rouge
134).
deenpar
tabours...
—1
2.
fours.
Si
la
Tarte.
tartre.
besoignez
G RPour
—I—N GSPour
OLaquelle
ERRpain
Een
R,E Sles
Folles
tartre,
, VIII,
benoist,
cloches
ou
1.avoient
pastez
tharle- I chel,
aux
coustez.
masse,
àc oTasche.
Etas.
mnm agrands
que
grande
nen
ID.,
d éI,
nos
bloc.
aux
En
I,
6.
quantité.
guerriers,
rois
—33.
armées
tasche.
donnoient,
Nous
—ou
avions
Eaprès
Lnaux
à grande
recouvrerez
avec
provinces
l'ordre
avoir
tout
quantité,
sagement
dede
respect,
comme
argent
S. tous
Mi-en
—
1 )3 —
TASSELET
lieutenans de roy : depuis nos troubles, nous lenulz cartiers des dictes pierres. 1576. Prix fait
baillasmes en tasche ; et pour corriger ce deffaut, (G.).
introduisismes l'ordre du Sainct-Esprit, qui Tasse 1. Coupe, verre. — Les vieulx débattent
est arrivé au m e s m e desordre. P A S Q U I E R , Lettres, sur la table avecques les jeunes... sur ce qui
X V , 18.
ha le plus beu, et qui plus ha beu les tasses pleines.
En gros et en tasche. D'une manière générale, L A G R I S E , tr. Guevara, III, 18. — Ptolomée...
dans l'ensemble. — Et poursuivant sa pointe se
quand il convyoit ses amis à disner... demandoit
plaint en gros et en tasche des calomnieuses
par emprunct des uns les selles, des autres les
imputations qu'on luy avoit mises sus. ID., tables, des autres les nappes, d'autres les tasses.
Rech., V , 13. — E n suivant et continuant la III, 29. •— Chiquanous avoir degouzillé une
discipline portée par l'ancien statut de l'an 1215, grande tasse de vin Breton, dist au seigneur.
qui portoit en gros et en tasche, c o m m e comR A B E L A I S , IV, 15. — Vin clairet et vermeil...
mandement, de lire aux grandes escoles le Prisservy et offert en grandes tasses d'argent. IV,
cian et l'Aristote. I X , 13. — Le roy ayant seu59. — Socrates... fut par sentence condamné à
lement déclaré en gros et en tasche quelle estoit
mourir, et luy feit on boire une pleine tasse de
sa volonté. IX, 15.
jus de ciguë. A M Y O T , tr. Diodore, X I V , 11. —
En bloc et en tasche. D'une manière générale, D e divers vins furent tasses remplies. F O N T A I N E ,
dans l'ensemble, en bloc. •— Je m e délibère bien
tr. Ovide, Ep. 14, p. 240.
désormais estre plus retenu à luy accorder ainsi
Vase, cratère. — O n apportoit une autre peen bloc et en tasche le marché qu'elle m e voudra
tite table à trois piedz dessus laquelle on mettoit
faire passer. K E R Q U I F I N E N , tr. Gelli, Disc. V, une tasse de cuyvre pleine de vin et deux couppes
p. 146. — C'est ce que je vous puis débiter pour
d'argent tenant deux cheoppines chacune, et
le présent, en bloc et en tasche : un autre plus
quelques autres pots d'argent aussi. A M Y O T ,
riche marchand vous pourra avec plus de parade
Cléomène, 13.
estaller ceste marchandise tout de son long. Tasse 2. Boîte. — Si Pandore jamais ne fust
PASQUIER, Lettres, IV, 22. — Le cardinal de entrée au monde, O n n'eust connu les m a u x
Lorraine... monstra par un abrégé les charges dont sa tasse est féconde. M O N T C H R E S T I E N ,
ordinaires surmonter le revenu du royaume de
Cartaginoise, IV, p. 145.
deux millions cinq cens mille livres, estimant
Bourse. — Que personne ne présume faire
que compter ainsi en bloc et en tasche estoit
bourses, taxhes, collets, devantrains. 1534.
suffisant pour ne luy en demander jamais rien. Ch. et privil. des 32 met. de Liège, II, 336 (G.). —
L A P L A N C H E , Estât, I, 372. — Pétrarque, Boc- Le premier eschevin s'appellera du n o m de
cace, Othon... qui sont tous alléguez en bloc
mayeur... il portera une tasse semée de fleurs
et en tasche par le seigneur du Plessy Mornay. de lys. 21 juin 1625. Requête présentée à
PASQUIER, Lettres, XII, 10.
Louis XIII (G.).
En tacq et en blocq. Tout ensemble, dans l'en- Tasseau 1. Petite pièce d'étoffe. — Audict
semble. — Soubs ce m o t d'Eglise il en fagotte
Anthonne Bélier, pour ung quartier de drap
en tacq et en blocq la généralité de tous les supvert par luy livré a icelle Franchoise, emploie a
posts. MARNIX,Differens, I, i, 2. — Les conciles... faire ung tasseau a icelle, x n s. 15 août 1576.
représentent en tacq et en blocq tout le corps Exee testam. Arch. Tournai (G.). — D e savoir
de l'Eglise catholique romaine. I, v, Préf.
si on constraindera lesfilleset femmes folliants,
Tascher. Tascher à. Viser à, avoir pour but. c o m m e par ci devant a esté fait, de porter ung
— Antigonus veoyant les choses que faisoit Castasseau de drap rouge sur l'une de leurs manches.
sander et considérant quil tascheoit a lempire de
28 janv. 1555. Reg. des Consaux. Arch. Tournai
Asie. S E Y S S E L , tr. Diodore, II, 34 (66 v°). —
(G.).
Ces grans personnages, qui passèrent les Alpes
T a s s e a u 2, Petite meule. —
Et par tout
avant César, taschoient à leurs principales en- nostre clos n'espargnoient un seul lieu O u leur
treprinses seulement, et ne pensoient fors du
incendiaire et ravageux cerveau N e mist feu,
passage des montaignes. ID., tr. Appien, Guerre
m e s m e es bledz estans en leur tasseau. B A I L L Y ,
Illyr., ch. 3. — Silvius Othon et Aulus Vitellius Importun, et malh. de noz ans (G.). — Les autres
combatoient et taschoient a lempire. G. M I C H E L , meubles c o m m e tassels de grains, foings, pailles,
tr. Suétone, X , 250 r°. — Lesditz Espaignolz ne
fumiers et semblables. Coût. d'Épinal (G.). —
taschèrent pas aux h o m m e s , ains à tuer les cheIl est défendu de pasturer aux champs ou il y a
vaulx. L O Y A L S E R V I T E U R , ch. 23. — N e pensés
grains par terre ou mis en tasseaux et non encore
point que je tasche à icy traicter m a deffence
enlevez. 1623. Coût, de Luxembourg (G.).
particulière. C A L V I N , Instit., A u Roy, p. vin. Tasseau 3. Jeu d'osselets. — Gaignans leurs
— Si on luy reproche, il dira : O ! j'ay tasche vies au jeu de dez, au tasseau, a croix et a pile
à mon profit, je ne vouloye pas ainsi m e hazarder. et au jeu de la chevillette. Reg. du Châtelet, II,
ID., Serm. sur le Deuter., 94 ( X X V I I , 332). — 148 (G.).
Ce sont icy mes fantasies, par lesquelles je ne
Tassée. Contenu d'une coupe, d'un verre.
tasche point à donner à connoistre les choses,
— Celuy qui beut le moins, beut cinquante
mais moy. M O N T A I G N E , II, 10 (II, 107).
huict tassées de vin. B O A Y S T U A U , Théâtre du
S'efforcer de. — Quant vous avez bien tasche
monde, 8 r° (G.). — Les anciens avoient accouspar dissimulation a vous exempter des perilz tumé, quand ils alloient dormir, de le saluer
ou vous estes, encore nest ce rien faict. C A L V I N ,
[Mercure] à grandes tassées de vin. M O N T L Y A R D ,
Lettres, 869 (XII, 453).
tr. Hierogl., X X X I I I , 42 (G.).
Tascheron. (H. D. T. NéoL). —
J'avoye Tasselet, dimin. de tassel, tasseau 1. Petit
xxxi personnes tant de mes serviteurs que de
morceau d'étoffe. — U n g gorgias de satin sur
tascherons. Mises et recept. de GUI. de Gouberv., soye et ung petit tasselet de velours noir. 1507.
P- 810 (G., Compl.).
Exee. testam. Arch. Tournai (G.). — U n tasselet
Taschier. Ouvrier qui travaille à la tâche. —
de veloux, deux gorgias, et deux manchettes
Les dicts taschiers ne pourront ni ne debvront, 13
durant le dict temps, ne extraire ne donner
VII
TASSETEUR
—
194 —
Tasteur. Celui qui tâte. — Discours sur
de drap rouge. 1511. Exee. testam. Arch. Tournai
l'apparition et faits prétendus de l'effroyable
(G.).
Tasteur. Var. hist., II, 37.
Tasseteur. Fabricant de bourses. — A ung
Taste vin (H. D. T. 1611). — Ung taste vin
tasseteur pour une tasse pour ledit Hacopinot.
d'argent. 5 juin 1517. Arch. Gironde (G., Compl.).
1518. Compte de tutelle. Arch. Tournai (G.).
— Item, ung tatevin que l'on dict tenir en gaige
Tassetier, m ê m e sens. — A ung tassetier
prisé m i L, x s. 1546. Invent, de G. Anhus (G'
pour une tasse achettee par ledit Jacquet. 1502.
Beaurain, R. É. R., III, 9).
''
Compte de tutelle. Arch. Tournai (G.).
Tastonner. Tâter. — Je suis semblable au
Tassette 1. Dimin. de tasse 1. — A esté trouvé malade qui songe, Lequel en vain ses doigtz
au ciboire la grante coppe a porter Dieu aux mocquez allonge Pour tastonner l'idole qui n'est
malades par la ville, et en icelle coppe a une
pas. R O N S A R D , Amours (1552), p. 35 (VI, 357).
petite tassete. 1503. Invent, de l'église de Chaource
— Il se leva du lict ainsi qu'un songe vain...
(G.). — Deux potz d'or, six gobeletons, six
Et tastonnant les murs sortit hors de sa porte,
tassettes avec leurs couvertes. 1532. Joyaux
R O N S A R D , Hymne de Calays (IV, 169). — Dessus
de Charles Quint (G.). — Tasse. Le dim. Tassette. un pied tantost il se tenoit, Tantost sur l'autre,
L A P O R T E , Epith., 392 v°. —- (Par compar.). et des mains tastonnoit Ombres et mur. It.',
Desquelles [fleurs] sortent petites tassettes, Poèmes, 1. I, Satyre (V, 75). — L'Eternel obsc o m m e petites gosses, quatre ou cinq ensemble. curcissant les cieux, Silla trois jours durant
L ' E S C L U S E , tr. Dodoens, I, 29 (G.).
d'un tel voile les yeux D e tous les Memphiens
Tassette 2. Bourse. — Puis en prenant la obstinément rebelles Qu'ils tastonnoyent des
tassete D e sa pendante jaquete Sous l'esselle
mains les ombres corporelles. D u BARTAS, Jula troussa. V A U Q U E L I N , Foresteries, I, 12.
dith, II, p. 363. — C'est pour luy qu'on l'a veue
Plaque d'acier protégeant le haut de la cuisse. souvent tastonner la tapisserie, pensant l'y
— Hallecret, tassettes et cotte de mailles. trouver. A U B I G N É , Divorce satyr. (II, 674). —
Var. hist., III, 96. — Les uns... nettoioient... Bien tost puisses-tu voir de ta chaire royale Ton
brassalz, tassettes, goussetz. R A B E L A I S , III, bien-heureux dauphin jouer e m m y ta sale, De
Prol. — Les armes que nous prendrons pour ses petites mains tastonner ton espee. BERTAUT,
le corps seront ceulx cy : premièrement le halChant nuptial sur le mariage du Roy, p. 55. —
lecret complet et tassettes jusques au dessoubs
Monsieur le feu premier médecin, ayant tasdu genouil. F O U R Q U E V A U X , Instruct. sur le faicttonné l'estomac d'une belle damoiselle couchée
de la guerre (A. Lefranc, R. S. S., III, 139). — et un peu malade. B E R O A L D E , Parvenir, CoqaEt pensoit-on que ladite balle luy eust touché : lasne (I, 33). —• Il n'y trouva rien que très-bon
ce qu'elle ne fit nullement, mais seulement le
et exquis, tant à sa peau qu'à son linge et Met
vent de ladite balle au milieu de sa tassette, qui très-superbe, qu'il tastonnoit avec les mains,
fit telle force que toute la partie extérieure B R A N T Ô M E , Dames, part. II (IX, 242).
de la cuisse devint livide et noire. P A R É , Voy.
Tâter en caressant. — Ce petit paillard tousde Boulogne (III, 696). — [L'homme de cheval] jour tastonoit ses gouvernantes. RABELAIS, I,
ne porte nulles tassettes. L A N O U E , Disc, polit., 11. — Elle m eflattoit,m e chatouilloit, me tasX V , p. 342. — Puis entre la tassete et l'espaisse
tonnoit, m e testonnoit. III, 14. — Tâtonnant
cuirasse, Il luy recerche l'ame, il la trouve, il la ce cuyr poli D e son albastre joli. TAHUREAU,
chasse. D u B A R T A S , Cantique de la victoire Baisers, 5. — Or' luy tastonnant leflanc,Or'
â'Yvry, p. 422. — U n de la ville... donna un le bel yvoire blanc D e sa cuisse rondelette.
coup d'espee à Larges, qui estoit sans facettes, R O N S A R D , Gayetez, 4 (II, 48). — (Fig.). Ceux
et d'un coup dans le flanc le porta roide par
que la tristesse accable et possède se laissent
terre. A U B I G N É , Hist. univ., XIII, 17.
pourtant par intervalles tastonner à quelque
Tassier. Fabricant de malles. — A Gilles plaisir, et leur eschappe un sousrire. MONTAIGNE,
van Rossem, tassier a Bruxelles, pour trois
III, 12 (IV, 183).
grosses malles de fort cuyr de vache. Compte de
Chercher en tâtonnant, en tâtant. — Les li1543. Lille (G.).
maçons, lesquels pource qu'ils n'ont point
Tassu. — En crétin tassu d'osiere. CRÉTIN,
d'yeux vont tâtonnant leur chemin avec leurs
A Molinet, p. 270. Lire tissu?
cornes estendues. J. G. P., Occult. merv. de nat.,
Tassulé. — Son bouclier... Ressemble un
p. 239 (G., Compl.).
mantelet qui, de ses doubles ais Tassulé, va
Maltraiter. — D e plusieurs vous serez mal
couvrant un escadron espais. D u B A R T A S
veuz Et de tous estas tâtonnes. Sotties, III, 86.
2» Sem., Trophées, p. 352. — É d . de 1608 : talussé! Sonder (fig.). — Aucunes gens, par une sourde
Tastatique. Tactile. - D'autres tiennent envye... M e tastonnoyent de propos chatouilque ce peut estre quelque argousin privé de leux E n observant mes paroles entr'eulx. G.
tous ses cinq sens de nature, excepté l'attouche- C O L I N , Poésies (SuppL), Ep. à François 7eI.
ment, auquel ne restant que ceste faculté tasTastons (à). E n tâtonnant. — (Fig.). Sçaveztatique, ne sçauroit par autre exercice dispenser vous pas ce qui m e fasche, répliqua un de la
son loisir que par le tastement. Var. hist., II, 39. seree, qui ne parloit qu'à tastons, c'est quand
Tastee. Action de tâter. - C o m m e n t s'est-il un h o m m e veult tousjours parler, veult dire
doneques peu faire que tu ayes soudain cogneu tout, et n'escoute rien. G. B O U C H E T , 12 B Seree
le toutage dès la première tastee. B R E T I N tr Lu- (II, 264).
cien, Ermotin, 60.
Tatin. Coup. —
Herodes, Agrippe chien
Taster (subst.). - Au taster de ses mains,
mastin, T u viens en l'abysme mortelle Ou tu
sentit que la chambre estoit tapissée et accous- auras maint dur tatin. Act. des Apost., vol. I,
tree de parement. Comptes... adventureux, 36 149 b (G.).
(11, 20). — Le taster et toucher, propre usa^e
Un tatin. U n peu. — Distribuent un tatin
des mains. A U B I G N É , Création, XIII, p. 423.
du potage A ses facquins qui firent le brevet.
R A B E L A I S , I, 2.
Pas un tattin. Pas la moindre chose. — Je ne
—
195 —
TAUDIS
sens nul mal, m a cattin... Si ce n'est que pas un peine quil peut deviter les ennemys diceluy
tattin Je n'ay en bource. Ane Théâtre, 1, 228. cousté qui est descouvert. SEYSSEL, tr. ThucyBoire ung tatin, ung bon tatin, avaler un dide,
latin.
V, 9 (174 r°).
Boire un coup, un bon coup. — Si je ne bois
(Intrans.). — Ce sont mantelets ou taudis
ung bon tatin, Je ne fais bien tout la journée. pour les aproches, dont vient le mot de taudir
Ane. Poésies, V, 79. — Puis se partirent depour se couvrir. F A U C H E T , Origines des cheva
î'ostellerie après ceu qu'elles eurent beu ung liers, 1. II, 528 r°.
tatin. VIGNEULLES, Cent nouvelles (Ch. II. Li- Se taudir. S'abriter. — Ung chascun craignant
vingstone, R. S. S., X, 197). — Le bruyt avoit de demourer a descouvert du cousté dextre que
de se lever matin Soubz le vouloir de boire ung lescu ne couvre point, se taudit de lescu de
bon tatin. C O L L E R Y E , Epitaphes, 1. — H nous celuy qui est empres luy a la main droicte.
fauldra lever matin, Et boyre tousjours ung SEYSSEL, tr. Thucydide, V, 9 (174 r°). — Les
tatin De ce vin blanc au sault du lict. Act. des assaillans demeurèrent dessous leurs mantelets
Apost., vol. I, 67 b (G.). — Prince, Bacchus, lecouverts de peaux de bœufs fraischement tuez,
grand dieu, vous conseille, Quand vous aurez pour les garantir du feu : et sous lesquelles se
avallé mainct tatin, Que reprenez goust en une pouvoient taudir deux ou trois archers. F A U C H E T ,
autre fueille Pour boire en grec, en flamant, Antiq., X, 18. — (Fig.). Jestoye persuadé...
en latin. G. COLIN, 186.
que laffronteur qui s'estoit taudi de vostre nom
Ung bon tatin. Une bonne fois. — Sçavoir avoit prins une fausse couverture. CALVIN,
vouldroye ung bon tatin Comment faict nostre Lettres, 3374 (XVIII, 429). — Oultre ce quil se
menagière, S'en bon françoys ou en latin Elle
taudit du nom du roy vostre mary... il faict
faict bonne ou malle chère. Ane. Théâtre, I, 241.
aussi bouclier contre moy de la feue royne
Tatinclan. Sorte de jeu. — Nulz tavreniers vostre mère. 3663 (XIX, 197). — Beaucoup se
ne hostellains ne peuvent et ne doivent tenir prendront à vostre exemple, mesmes les hynulz jus de dez, de quartes, de tablier, de tatin- pocrites qui jusques icy ont eu honte de leur
clan ne aultres sans le gré... du seigneur. 1507. lascheté se taudiront de vostre ombre. 3996
Prév. de S' Ricquier (G.).
(XX, 112).
Tatiner. Tâter légèrement. — Ou cependant
Taudis. Abri. — Tellement qu'est simpleque le poulx en tatine. F. PERRIN, Pourtraict,ment atournée La suppliante à la pluye et au
19 r" (G.).
vent, Sans nul taudis, couverture et auvent.
Battre. — Qui sont ces nez esgratignez, Et
CRÉTIN, Ep. à François IeT, p. 187. — La Jaille
ces visages gourfarins, Qui nous ont si bien ta- et toy, sans taudis ne auvent, Pourrez aussi
tinez? L A C H E S N A Y E , Condamn. de Bancquet mettre la plume au vent, Faisans voler telz es(G.).
criptz et proverbes. ID., A Fr. Charbonnier,
Tâtonner, v. Tastonner.
p. 222.
Tatonnier (?). —
Chassieux, grateleux,
Construction qui protège, qui met en sûreté.
pediculaires, farcineux, altérez, banquedenares, — Eulx mesmes parlamenterent ensemble avec
tatonniers, malotrus. Var. hist., IV, 49.
luy près Messine, César et Anthoine estans en
Tatre. Poutre. — Ung sot en l'œil avoit une terre ferme et Sexte sur ung tauldiz circondé
tatre, Et il luy laissoit pour abbatre De l'œil de mer, faict à cestefinpour plusgrand seurté.
son frère une putie. J. B O U C H E T , Regnars tra- DEROZIERS, tr. Dion Cassius, 1. XLVTII, ch. 69
vers., 105 d (G.).
(148 v°).
Tattin, v. Tatin.
(Spécial4). Mantelet, abri pour les assiégeants.
Tau 1, Marque imprimée par un ange sur le — Il avoit... plusieurs engins que lon appelloit
front des prédestinés. — Tu romps le signe de
moutons ou belliers moult grans, pour battre
thau, Despitant la foy catholique. Ane Poésies,la muraille, et deux taudis moult puissans pour
XI, 299. — Tout vostre corps avez laissé has- les secourir. SEYSSEL, tr. Diodore, III, 9 (107 r°).
cher, Piedz, mains percer, et mort en la croix — Sylla... feit faire grans manteaulx et taudis
prendre, Et par ruisseaux vostre saint sang au pied de la muraille, pour couvrir et deffendre
respendre, Pour du signe tau noz frontz mercher. ceulx qui la minoyent et perçoient par dessoubz.
M. de N A V A R R E , Marg., Oraison à J.-C. (I, 134). ID., tr. Appien, Guerre Mithrid., ch. 4. — [César]
Tau 2, v. Tahu.
yssu hors le rampart et tauldis et mis entre ceulx
Tauchie. Damasquinure. — Un petit anneau qui combatoient. DEROZIERS, tr. Dion Cassius,
d'or à ouvraige de tauchie. RABELAIS, III, 7. 1. XLVII, ch. 64 (136 v°). — Pour agravanter
— Un entonnoir de ebene tout requamé d'or les taudis et mantelets des Danois. F A U C H E T ,
à ouvraige de tauchie. IV, 1. — (Par plaisante- Antiq., X, 18. — [Fig.). Soubstenir le hurt de
rie). F. de tauchie. III, 38.
ton artillerie, sans soy couvrir de manteaulx,
Ornementation orientale. — La royne [des
taudis, chevrettes à menus pavois. CRÉTIN, A
Lanternes] estoit vestue de cristallin vierge, Molinet, p. 270.
de touchie. ID., V, 32.
Abri pour les troupeaux. — Depuis ung peu,
Taude, mot d'argot. Maison. — Il nous faut
ces faulx loups que je dis Sont si privez que tous
bientost embier Et en la taude le laisser. Var. nos bons mastins Ont estranglez en parez et
hist., III, 222.
en tauldis. L E M A I R E , Temple d'Honneur (IV,
Taudir (trans.). Garantir, protéger, abriter. 209).
— La nuyt commandèrent pionniers a faire
Construction. — Mithridates... feit faire des
fossez et tranchées, cannonyers a tauldir et
tours et des taudis qui portoient les engins quon
charger leurs mesmes pièces pour batre les cre- appelloit moutons. SEYSSEL, tr. Appien, Guerre
neaulx et deffenses de la place. A U T O N , Chron., Mithrid., ch. 9.
I, 130 (G.). — Pource quil na nul a sa main
Amas, entassement. — Avecques un engin
droicte qui le puisse taudir, il met la plus grant on levoit ung peu la bouche de la pièce soubz
laquelle on mettoit une grosse pièce de boys,
et derrière faisoit-on ung merveilleux taudis,
de peur qu'elle ne reculast. L O Y A L SERVITEUR,
ch. 32.
TAUDISSER
—
196
—
Coffre. — Oultre tout cela y avoit vingt taudis les quatre taupennes où sont assises les armes
de l'Empereur, les armes de Flandre et d'icelle
tout chargez et pleins de vaisselle d'argent et
trente et deux autres chargez aussi de vases ville. 1527. Lille (Gay, Gloss. archéol).
et de harnois d'or. A M Y O T , Lucullus, 37.
Taupinier. Taupinière. — Mal-aisement ils
Taudisser. Abriter. —
L'artillerye fut... sçauroient veoir l'entrée ou l'issue de ce tauassize sur le bort des fossez, et la chargée, taul- pinier. M A R N I X , Differens, I, m , 1.
dissee et mise a point pour besoigner. A U T O N , Taurin (taurinus). De taureau. — MinoChron., 17 v° (G.). — L'artillerye... fut taul- taur, partie duquel estoit humaine et partie
dissee, chargée, assize et affûtée. 37 r° (G.).
taurine. F O S S E T I E R , Cron. Marg., 204 v° (G.). —
Se taudisser. S'abriter. — Les autres gens de Il contemploit d'où prend son origine Eridanus
pied se meirent en Iordre quilz avoient acoustumé, d'une face taurine. L E B L A N C , tr. Georg., 191 r°
assavoir eulx taudissans des escuz et targues
(G.). —• C'est Bacchus le cornu qui de teste
au front et de tous les costez. S E Y S S E L , tr. Ap- taurine Sur les plus gais festins joieusement
pien, Guerre Parth., ch. 5.
domine. M O N T L Y A R D , Mythologie, p. 136 (G.).
Taudissé. Abrité. —
Celle [l'artillerie] du
T a u r u s , terme d'anatomie. — La suture duroy ne leur pouvoit nuire : pourtant qu'ils esquel [périnée] est n o m m é e taurus. P A R É , I, 31.
toient taudissez d'un tertre et de la terre que
Tautologie (H. D. T. 1721). — Tautologia
l'on avoit jecté des fossez qui environn oient
est
une vicieuse répétition de une mesme chose,
leur camp. ID., Hist. de Louys XII, Vict. sur les
Vénitiens, p. 300. — Ilz povoient eulx détiendra c o m m e : « M o y de m o y je Pay faict, moy de
a leur aventaige... pourtant qu'ilz estoient m o y m e s m e s , m o y sans aultre, ne sans aultre
taudissez des murailles et d'aucuns édifices qui conseil que de moymesmes. » F A B R I , Rhetor.,
estoient en celuy quartier. ID., tr. Thucydide, 1. II, p. 127. — Ceste tautologie et redicte est
VI, 11 (203 v°). — Demetrius... mist au meilieu grandement odieuse et importune. R A M U S , Dial.,
la grande helepolis et les aultres engins... les- 1. I, Peroration.
T a u x . Taxe. — Quand vous ferez les assietes
quelz estoient tous bien couvers et taudissez.
et taux, Si n'y voulez commettre aulcun deffaulx..
ID., tr. Diodore, III, 30 (126 r°).
N e regardez tousjours aux riches robes. J. BOUT a u d o n n a g e . — Item le droit de taudonnage
en toute la terre et seigneurie du dit heu de Joui : C H E T , Ep. mor., Il, i, 1.
T a u x e . Taxe. — ; (Au pape). A voz indultz
c'est assavoir que toutes personnes qui vendent
vin en groux ou en détail en la ditte terre sont faictes honneste tauxe, Et que par trop on ne la
tenus paier au dit chevallier pour ledit droit baisse ou haulse. J. B O U C H E T , Ep. mor., 1, 1. —
de chacun poinçon de vin ung denier parisis. Si tu es marié, tu seras obligé, tu payeras la
taille et la tauxe aussi. B E R O A L D E , Parvenir,
Aveu de 1577. Arch. Loiret (G.).
Taulade, mot collectif. Tablée, ceux qui sont Diette (1, 200).
T a u x e r , v. Taxer.
à table. — Toutte la taulade se prit à rire. A U B I G N É , Faeneste, I, 11.
Tauldis, Tauldisser, Taulette, Taulier,
V. Taudis, Taudisser, Tablette, Tablier 1.
Taulissier. Couvreur en tuiles. — Nouvelles
constitutions, statuts et règlements de la confrérie des maîtres gipiers et taulissiers de la
ville d'Avignon. Texte de 1595 (Gay, Gtoss.
archéol., Taulisse).
Taulpeterie. Couvent de moines. — Resoulons le différent du clergé et de la taulpeterie de Landerousse. R A B E L A I S , IV, Prol.
Taulpetier. Moine. — N e sçay quelz pastophores taulpetiers. R A B E L A I S , III, 48. — La
tyrannicque praesumption d'iceulx redoublez
taulpetiers qui ne se contiennent dedans les
treillis de leurs mystérieux temples. Ib. •—
Aultres... ont trouvé le ruffien associé de son
taulpetier clandestinement parlementans. Ib.
— Ilz sont bien trop sacrez les bons symmistes
taulpetiers : ils n'ont garde de commettre un
scandale si énorme. M A R N I X , Differens, I, v, 5.
Taulpiere. Taupinière. — Si taulpes aveugles
bastissent taulpieres plus hautes. M I Z A U L D , Mirouer du monde, 68 v° (G.). — U n e taulpiere qui
ressemble à un petit tertre que la taulpe fait
allant dessous terre. L. G U Y O N , Miroir de la
beauté, II, 225 (G.).
Taumier, mot injurieux. — M'enten tu
bien, villain taumier? D A M E R V A L , Deablerie
38 b (G.).
Taupenne. Girouette? — A Henry Hennicot,
pomtre, pour avoir estoffé la hobette au beffroy
de fin or où les ménestrels jouent, assavoir pour
les faulrains quatre heuses et le grand heuse
Tavaiole. Toile. — Les cendres avecques
le laict et le vin estoient exprimées en une tavaillolle. L E L O Y E R , Spectres, V, 1.
Toile servant d'enveloppe. — La belle estoit
allée en la chambre pour l'apprester, où ayant
veu d'ordre les besongnes et la tavayole de P.,
en y nigeant elle trouva une eguillette violette
nouée. B E R O A L D E , Parvenir, Stance (I, 295).
Toile ouvrée, ornée. — 1589. Une tavaiolle
de toille de Hollande ouvrée de soye en broderie
de plusieurs couleurs, rehaussée d'or et d'argent. Invent, de Catherine de Médicis, n° 480
(Gay, Gloss. archéol.). — 1591. Une tavaiolle
de thoille de Un, ouvraige d'Espaigne. Invent.
de Guill. de Montmorency, n o s 216 et 244 (Gay).
— Elles en font colletz, coiffures et mouchoirs,
Des tentures, des lits, tavaioles, pignoirs. Ane.
Poésies, VIII, 169. — E n sa place entrèrent
vers Aubigné quatre ou cinq consuls de la ville,
ou capitaines, ou archers du prévost, avec de
mauvais manteaux, l'un portant quelques livrets à vendre, un autre de la mercerie, un autre
des tavajoles, qui en vendit une à celui qui
n'en avoit que faire. A U B I G N É , Hist. univ., IX, 4.
T a v a n (tabanus). Taon. —
Pour ennuyer
des h o m m e s le bonheur Le ciel darda les tavantz misérables. L E C A R O N , Poésies, 68 v°. —
Dieu doneques par des poux... Les afflige aujourd'huy : le suyvant, par des mouches, Hanetons et tavans les chasse de leurs couches. Du
B A R T A S , 2« Sem., Loy, p. 330. — Et, pied ferme,
soustient des assiégez le choc, Qui semblent des
tavans dont l'ireuse ruchee Autour des ennemis boubordonne espanchee. Ib., Décadence,
p. 527.
— 197 —
TAXER
Tavayole, v. Tavaiole.
gens inutiles... qui ne servoient de rien qu'à
Tave. Tache, bouton. — Pour les lentilles, boire et manger, taverner, jouer. B R A N T Ô M E ,
Grand roy François (III, 108). — Ceux qui ont
rubis ou safirs qui sont au visage, appelles à
Paris taves, Pon usera de ces remèdes. S E R R E S , demouré la journée en faction et n'ayant point
taverne sont des h o m m e s . A U B I G N É , Miss, et
VIII, 5.
Tavelé. Tacheté. — Elle est environ de la Disc, milit., 20 (I, 179).
(Trans.). Profaner. —• Vous avez tourné,
hauteur d'un chameau, et a la peau par dessus
tavelée et mouchetée c o m m e un léopard. A M Y O T , Masqué, taverne Le service sainct. R I V A U D E A U ,
Hist. JEthiop., 1. X , 118 v°. — Certains serpensAman, II, p. 97.
Tavernerie. Métier de tavernier. — Ainsi
volans de petite corpulence et tavelez. S A L I A T ,
tr. Hérodote, III, 107. — L'autre portoit d'un il y en a de conseillers en finances, en maçonfan tavelé sur la peau Les cornichons pointus. nerie, en fontainerie, en tavernerie. B E R O A L D E ,
B E L L E A U , Pierres précieuses, Améthyste (II, 170). Parvenir, Suitte (II, 124).
T a v e r n e u r . Tavernier. — Bellitres et m a u — Marbre. Dur, blesme... tavelé, i. marqueté
ou moucheté. L A P O R T E , Epith., 254 r°. — [La vaiz paieurs Mangent hostes et taverneurs.
peau du léopard] estoit bien mouchetée et G. A L I O N E , Poes., Dit du Singe (G.).
T a v e r n e u x . D e la nature des tavernes. —
tavelée de belles marques. A M Y O T , Passions de
l'ame, 2. — Le firmament... Tend son rideau Bordsau. Infâme, c o m m u n , putier... taverneux.
d'azur de jaune tavelé. D u B A R T A S , l re Sem., L A P O R T E , Epith., 53 v°. — Cabaret. Obscur,
k* J, p. 168. — L a puanteur de la sueur sortant fréquent ou fréquenté, taverneux. 60 r°.
D e taverne. — Escot. Particulier, simple,
de tout le corps vient de la corruption d'humeurs, et principalement aux rousseaux ta- payable... taverneux. Ib., 163 r°.
Tavernier. Propre aux tavernes. — Paschal
velés. P A R É , X V I , 39. — Il se couvre, malin, du
cuir estincellant D'un dragon tavelé. D u B A R T A S , enseigne et radresse D e la presse Ceulx qui faillent
2 e Sem., Imposture, p. 55. — Aubiac, escuyer en cecy, Et nous monstre la manière Taverniere
chetif, rousseau et plus tavelé qu'une truitte. D'escarbouiller le soucy. M A G N Y , Gayetez, p. 72.
Habitué des tavernes. — Nouveau marié, de
A U B I G N É , Divorce satyr. (II, 669). — D'autres
y a-il encor qui sont de la peau fort maléficiées... premier, Se tu ne veulx estre tencé, Garde toy
tavellées c o m m e faons de bisches. B R A N T Ô M E , d'estre tavernier N e joueur, c o m m e au temps
passé. Anc. Poésies, I, 132. — Gros taverniers,
Dames, part. II (IX, 264).
Taveleret. Sorte de clou. — A Jehan Car- beuvans a pleine seille. G. C O L I N , 186. — N e
lier, clauteur... pour le pont à l'Arche deux soiez point taverniers ne gormans. J. B O U C H E T ,
tavelerets et quatre doubles piccars de xv de- Ep. mor., Il, vi, 8. — Si une f e m m e a quelque
niers. 1533. Compte d'ouvrages. Arch. Tournai yvrongne et tavernier, l'autre un joueur, l'autre
un prodigue. C A L V I N , Serm. sur l'Ep. aux Ephe(G., Tabler et).
Tavelotte. Sorte d'ardoise. — Métier des siens, 39 (LI, 744). — Faquin. Vil, lasche, inucouvreurs d'ardoises escailles, c'on dist tave- tile... tavernier. L A P O R T E , Epith., 172 r°.
lottes. 1567. Ch. et priv. des 32 métiers de Liège, Tavolat. Pont d'un navire. — Themistocles
harangua des choses susdictes estant au dessus
II, 63 (G.).
Tavelure. Moucheture, taches. —
L a ta- du tavolat de son navire. S E L V E , tr. Plutarque,
velure ou taches. M A U M O N T , tr. Zonare, 457 A Thémistocle, 5 v°. — Celles [les navires] des
(Vaganay, Franc. Mod.). — [Le renard] estant Athéniens estoient en nombre cent quatre vingtz,
venu en contestation alencontre du léopard, chascune desquelles avoit dix huict h o m m e s de
à sçavoir lequel des deux estoit plus tavelé de guerre pour combatre sur le tavolat. 6 v°. —
diverses mouchetures, il requit à leur juge E s entailleures des tavolatz quil faisoit faire
qu'il ne considerast pas tant les tavelures et estant sur les galleres, faisant, affin quil couchast
mouchetures extérieures de la peau que celles plus mollement, estendre ses matellatz dessus
de l'esprit. A M Y O T , Banquet des sept sages, 12. — des sangles croisées par les dictes entailleures,
Aucunes quelque temps après la conception et non dessus les ais. Ib., Alcibiade, 66 r°.
Taxatif. Relatif à la taxe? — Son laigs emont des tavelures en la face. P A R É , XVIII, 5.
porte sa clause taxative. 1585. J. P A P O N , Prem.
Taverne. Conte de taverne, v. Conte.
Taverner (intrans.). Fréquenter les tavernes, Notaire, 685 (Vaganay, Mots).
T a x a t i v e m e n t . Relativement à la taxe? —
boire à l'excès. — D e taverner, jouer ou paillarder, Voicy le temps qu'il se fault amender. Le doute sera de la stipulation faicte par le
Ane. Poésies, II, 227. — Vous les verrez yvroi- père taxativement au proffit de son fils seulegner, taverner. J. B O U C H E T , Ep. mor., 1,1. — ment. 1585. J. P A P O N , Prem. Notaire, 199 (VaOn devient vieil pour mal se gouverner E n la ganay, Mots).
T a x e 1. Blaireau. — U n e couverture de peaulx
jeunesse, et pour trop taverner. I, 14. — E n
t'exhortant doulcement a bien vivre Sans plus de taxes. L E F E V R E , Bible, Ex., 26. Note margiainsi jouer ou taverner. H A U D E N T , tr. Ésope, nale : Taxe est une beste de très longue vie,
II, 134. — Aimant mieux taverner Et prendre autrement dit tesson ou blarel (G., Taisse).
T a x e 2. If. — Ceux qui, sans y penser, avoient
tes plaisirs que de rien composer. F. H A B E R T ,
tr. Horace, Sat., II, 3, Paraphr. — D'un h o m m e gousté du fruict du taxe ou if. T H E V E T , Cosmeschant et infâme, Qui bat à tort sa pauvre mogr., III, 11.
(?). Les uns... concassent herbes et drogues...
femme Après qu'il a bien taverne, Gardez vous
d'y estre trompé. Sotties, III, 317. — II... c o m m e du taxe, du cambrossen, des squilles,
leur c o m m a n d a de danser, chanter, jouer des de l'aconit, de la ciguë. A N O N . , tr. Folengo,
haubois, paillarder et taverner. A M Y O T , Dicts 1. X X I I I (II, 266).
T a x e r . Accuser, blâmer. — Les meschans
des anc roys, Xerxès, 2. — Les femmes égypet blasphémateurs trouvent incontinent
tiennes traffiquent,
tavernent,
et
ont
les
mesmes
13* en ceste
VII
charges que les h o m m e s par deçà. C H O L I È R E S ,
3° Ap.-disnée, p. 116. — Des moynes clostraux,
TAXEUR
— 198 —
matière de prédestination à taxer, caviller, mor- les tayes D u cerveau, qui couloit du creus de
dre ou se moquer. C A L V I N , Instit., VIII, p. 469. —mille playes. R O N S A R D , Hymne de Pollux (IV,
Celuy qui aura une telle affection... ne se plaindra 292).
Membre. — L'ourse... enfante ses petits sans
point de sa condition, c o m m e pour taxer Dieu
forme
ne figura de membre quelsconques, mais
obliquement. XVII, 799. — Si tu ne voulois...
elle
forme
avec sa langue, ne plus ne moins
sous le n o m de satyre... taxer modestement les
qu'avec
un
ciseau
ou autre util, les tayes. A M Y O T ,
vices de ton tens. D u B E L L A Y , Deffence, II, 4. —
Si quelques ungs directement ou indirectement... Amour envers les enfans, 2.
T a y e 2. Grand'tante. — E n ceste manière
m e vouloient taxer... avecques une petite m a nière d'irrision... je les adverty' qu'ilz n'attendent sera faict de la succession de ayeul, tayon et
aulcune response de moy. ID., Olive, 2 e Préf. taye. 1534. Coût, de Mons (G.).
T a y e 3. Ce qui est sale, immondice, boue. —
— Il ne laisse point de taxer à bon droict les
Je
vous ay prins en sortant du pays d'Egypte
habitans de Samarie de ce qu'ils avoyent servi
c
o
m
m e un povre avorton qui sortira du ventre
à telle exécution. C A L V I N , Instit., I, x v m , 4. —
de
sa
mère : voyla un enfant qui sera tout
M o n principal but et vraye intention a tousjours
esté de taxer et blasmer ceux qui, sous ombre souillé, il périrait là en son infection, sinon
de l'Evangile... ont commis des actes tels... qu'on luy ostast la taye, qu'on le lave des imR O N S A R D , Ep. à quelque ministre (V, 394-395). mondicitez qu'il apporte avec soy. CALVIH,
— D e ces deux comparaisons... est faicte men- Serm. sur le Deuter., 180 (XXVIII, 690). —
tion par le Rommant de la Rose, où il parle de ce Mille larmes ameres Tesmoignerent l'ennuy,
livre en le détestant, et taxant l'hypocrisie des le dueil, le crevecœur Qu'ils eurent en ce temps
frères mendians qui l'avoyent introduit. E S - de vuider, ô l'horreur 1 La gadoue d'Egypte
et les tayes puantes. R I V A U D E A U , Aman, I,
T I E N N E , Apol. Herod., ch. 39 (II, 348). — E n
blasmant le roy, m o n seigneur, ilz taxent David... p. 58.
T a y o n (grant). Grand-oncle. — En disant
lequel, se trouvant poursuivy par Saul, s'enfuit
vers le roy Achis, idolastre et ennemy de la loy que trestout le bien Qu'ilz possèdent en leur
de Dieu. M O N L U C , 1. I (I, 145). — S'égare au maison Leur vient de bon droit ancien A cause
fond du bois d'une course hastive, Taxant et de leur grant tayon. Anc. Poésies, II, 126.
Taziere (?). — Quatre tazieres servant aux
maudissant par cris désespérez Les astres sans
contremynes
; l'un d'eulx en longueur de deux
raison contre luy conjurez. D E S P O R T E S , Angépiedz,
l'autre
de trois, l'autre de quatre et l'autre
lique, p. 364. — La taxe qui voudra, je luy seray
de
cinq
piedz.
F. de L O R R A I N E , Mém., p. 149 (G.,
fidelle, Le mesdire d'autruy fait luire mes amours.
Tachieré).
C O R N U , p. 120. — Je ne treuveray point estrange
Tecle (?). — L à Gaudichon devint bien
si quelqu'un daigne prendre la peine de taxer
et reprendre mes escrits. T A B O U R O T , Bigarrures, grand clerc en matière de jouer sur les tecles
à la paume. D E S A U T E L S , Mitistoire, ch. 10.
Préface.
Tect, v. Tet.
Taxé. Accusé, blâmé. — Sur tous demeurèrent
T e d e (taeda). Pin, sapin. — Tous les costez
taxez le mareschal de Cossé et Carnavalet...
sont
parez de cyprès, Le bas de tede, et de chesne
l'un accusé d'une estroicte amitié envers les
le
feste.
R O N S A R D , Franciade, III (III, 100).
Chastillons, et l'autre de sentir le fagot. A U B I G N É ,
Te-deizer. Célébrer en chantant le te deum.
Hist. univ., IV, 14.
O n emploie encore l'ancienne forme tauxer pour — Les cieux furent louez de ren-graces publiques
taxer. — Par tout voyez Plus d'hommes tauxez Que les egliziens sceurent te-deizer. PAPOU,
en amende. Anc. Poésies, I, 9. -— Aristides... Hymne à Marg. de Valois (SuppL, p. 9).
Tedier (taediare). S'ennuyer. — Donc, pour
qui avoit esté envoyé devers leurs alliez pour
m o n cœur de tedier, Fastidier, veuillez
garder
recouvrez deulx laide dargent a laquelle ilz
remédier
A m o n grief mal. C O L L E R Y E , Epistres, 3.
estoient tauxez. S E Y S S E L , tr. Thucydide, IV, 7
Se
tedier.
Se lasser. — Et tout vous dédier
(127 v°). — Les Lacedemoniens ordonnèrent
A
Dieu
servir
sans vous en tedier. J. BOUCHET,
estre faictes par eulx et par leurs alliez cent galères et tauxerent ung chascun pour sa rate Ep. mor., I, 9.
Tedieuseté. Ennui, dégoût. — Sa tedieuseté,
portion. VIII, 1 (248 r°). — Il les tauxa à si
grans deniers et pecunes quilz neurent la puis- c'est sa tristesse et anoy de vivre, procedoit de
sance de les payer. G. M I C H E L , tr. Suétone, II, l'amour de Dieu. F O S S E T I E R , Cron. Marg., 115 v°
48 v°. — Quant au salaire il ne fault qu'ilz le (G.).
Tedieux (taediosus). Ennuyeux, fâcheux,
haulsent A plus hault pris que les juges ne
pénible.
— Labeur ingrat et œuvre tedieuse,
tauxent. J. B O U C H E T , Ep. mor., II, v, 14. —
Quand
laisser
faut fructueuse escriture Pour
Ils tauxoient les vivres au marché une fois en
l'an. T H E V E T , Cosmogr., II, 9. — Il fault... que expliquer triste mésaventure. L E M A I R E , Cour.
ne soions par la postérité tauxés d'ingratitude. Marg., Prol. (IV, 15). — Affin que ce ne soit
tedieux aux lecteurs ou auditeurs, le passerons
M A R N I X , Ecrits polit., p. 366.
Taxeur. Taxateur. — Qui faict cela? les au plus brief que possible a nous sera. J. BOUtaxeurs, ou la crainte D e ces groz biz. J. B O U - C H E T , Regnars travers., 47 c (G.). — [BrennusJ
C H E T , Ep. mor., II, i, 7. — Je conseille aux pre- Pour plaisir eut meschance et d'heur sort tedieux.
C—pareil
R É TLors
I N(III,
,effroy
Appar.
de
J.
de
Chabannes,
vostz,
etqui
tous
Nses
le
taye
cent
II,
eMembrane.
TTaxhe,
blanc
donner
a283).
deux
ymille
noire.
eTaxeurs,
1.
yvoire,
genous
coups
v.
cause
Toile.
MTasse
—A Rsergens
AOaPollux
Qui
TSur
—aulcun
son
,2.Front
Corps
faict
l'estomac
aise
de
donnez,
plus
trouver
féminin
se
leaultres
plaindre.
pressa
poly
rebelle,
luy
lasuppostz...
que
Guiffrey,
luy
deschira
blanche
Ib.
et
n'est
mit
de si
p.
Ep.
ont
mis
oncques
129.
tresfastidieux
àen
Bouchet
pensement
ne
feirent
l'ennuy
300).
les
Enouveau
n Aloïdes.
dict
noz
— tedieux
Les
:et
espritz.
Pantagruel
dieuxolympicques
Rtedieux
A BNous
E L A IRABELAIS,
Sa
plus
,nous
renduz
III,<FJ
51ae
'9 —
TELIER
Triste. — Las, de m o n lue le son armonieux p. 98. — H y a grand doute s'il se peut trouver
Se convertist en souspirs tedieux. J. B O U C H E T , si évident profit au changement d'une loy receue telle qu'elle soit qu'il y a de mal à la reEp. famil., 14.
(Subst.). Celui qui cause l'ennui, la souffrance. muer. M O N T A I G N E , I, 22 (I, 137). — Elles [les
— Si quelquefois je te semble odieus, M'allant abeilles] ont ceste justice et équité que sus les
souvent sous ta puissance rendre : Croy que champs jamais ne font mal aux animaux, tels
qu'ils soyent. P A R É , Liv. des animaux, 6. —
l'ardeur de m a jeunesse tendre Contreint en
moy Amour ce tedieus. B U G N Y O N , Erotasmes, Il estoit possible à un h o m m e de m a complexion d'eschaper à une forme constante et
sonn. 102.
Tegratiroine. Sorte de danse. R A B E L A I S , V, continue, telle qu'elle fust. M O N T A I G N E , III, 9
(IV, 70). — Le peintre qui peint bien d'un h o m m e
33 ms.
lafigureSans l'avoir mesme apris peut tirer en
Tegure, v. Tugurion.
peinture Tout autre tel qu'il soit. V A U Q U E L I N ,
Teil, Teile, v. TU, Toile.
Teillant (?). — Le rouge oignon son appétit Art poet., III, p. 104.
Tel qui. Quel qu'il. — U n g marchant tel qui
domtoit, Et le pourreau bien teillant. D u B E L soit
n'a dedans sa boutique Toute la marchanLAY, Jeux rust., Moretum. — Poireau, Porreau
ou Pourreau. Chevelu, teillant, acre. L A P O R T E , dise. L A V A L , Stance au lecteur.
Tel... que. Quelque... que. — Le pauvre paiEpith., 329 v°.
Teindre. Tainct. Marqué. — M a face aussi sant vous fait largue à monsieur, Qui (tel devoir
qu'il face) encor' tremble de peur D'avoir de
de larmes tempestée Tresvainement m e monstre
son baston une lourde descharge, Si monsieur
estre a mort tainct. S C È V E , Délie, 183.
(Formes). Indicatif présent. — Je parle deau passer n'a la voye assez large. G A U C H E T ,
ceux qui taindent en pourpre. B R E T I N , tr. Lucien, Discours, p. 95.
Si... que. — Il rompoit une lance, telle forte
Cinique, 11.
Imparfait. — D e Busire n'estoyent les sacri- qu'elle fût, comm'une cane. B R A N T Ô M E , M. de
fices tels, Car le sang des enfans ne teindoit ses Canaples (III, 71-72).
Tel... que, avec le subjonctif. Tout... que,
autels. G A R N I E R , Troade, 1932.
Subjonctif présent. — Vienne quelqu'un quiavec l'indicatif. — Comm'estoit la loy là introde noir atrament Tain de m o n corps et m o n duicte, qu'un chascun d'eux eust mestier et
en vesquist, tel gentilhomme et seigneur qu'il
accoustrement. L E M A I R E , Amant verd (III, 5).
fust.
B R A N T Ô M E , M. de Guise (IV, 251).
Teinture. Teint. — C o m m e la conque tyTel quel... que. Tel... que. — Nous venons pour
rienne Fait rougir de sang espuré D e la laine
canusienne Le drap en pourpre teinture. G A R - recevoir de toy O u la vie ou la mort, bref telle
quelle loy Qu'il te plaira donner. D u B A R T A S ,
NIER, Marc Antoine, 1743.
Tel. Tel que, tel... que, exprimant une idée Judith, V, p. 406
Sa telle quelle face, ses telles quelles mains.
de restriction ou d'opposition. —• Les enfans de
face
telle qu'elle était, ses mains telles qu'elles
Dieu ont telle foy qu'ilz ont tousjours mestier
de prier que le Seigneur subvienne à leur incrédu- étaient. — Et en levant sa telle quelle face
Vers le hault ciel. M A R O T , tr. Metamorph., 1. I
lité. CALVIN, Traicté de la Saincte Cène (V, 444).
(III, 197). — Elle a levé, c o m m e font les hu— La sévérité de l'Eglise doit estre telle que
mains,
Devers le ciel ses telles quelles mains.
tousjours elle soit conjointe avec douceur et
L. II (III, 227).
humanité. ID., Instit., IV, xn, 8.
Tel que quel. — Car après vos pleurs et vos
Tel de. Capable de. — Je prevoioie... que si
un jour on le menoit mal, il seroit (peut estre) larmes Ilz vous laissèrent telz que quelz. Anc Poébien tel de faire un trou en la nue. C H O L I È R E S , sies, VII, 269.
Tiel, tieul. Tel. — Fi de tiel villain qui ainsi
Ap.-disnées, A u x liseurs.
tremble
! Sotties, II, 38. — Qui eust sceu panser
Tout tel. Tel. — [Ilz] envoyèrent es bourgz
circonvoysins quelques uns d'entr'eux, ausquelz Le monde estre de tiel matière? II, 45. — Pouvres
ilz baillèrent force argent pour acheter des femmes maintes aubades Soffrent par tielz jeux
victimes, leur commandant d'en bailler tout doloreuses. II, 95. — Laquelle est tieulle que
tel pris que lon leur demanderait du premier puis apparcevoir. M . d'AMBOiSE, Complainctes,
33 v°. — Si tu es tieulle en pitié et doulceur.
coup. A M Y O T , Hist. Mthiop., 1. V, 61 r°.
ID., Ep. et Lettres am., 119 r». — Encore en
Tel que. Quel que. — Tout amant s'approche
est
venu de tieulx Qui jamais n'avoient veu
de Dieu, aymant une chose belle, telle qu'elle
soit, bien qu'elle luy soit inférieure. P O N T U S , des yeulx, Lesquelz ont receu veue ferme Par
tr. Hebrieu, Dial. III, p. 117. — Défense rigou- vertu de la saincte lerme. Anc. Poésies, I, 53. —
reuse... leur estoit faite poisson lors ne foucher Ses faitz, ses gestes... Qui furent tyeulx c o m m e
ne manger qu'ils seroient sur mer ou rivière : jay dict dessus. M . d'AMBOiSE, Complainctes,
ne chair, telle qu'elle fust, lors que ils seroient 56 v o. — Lors vous et m o y ensemble irons aux
en terre ferme. R A B E L A I S , V, 26. — Et ne pense cieux, O ù (possible est) n'en trouverons deux
tieux Qu'avons esté. M . de N A V A R R E , Marg.,
pas non qu'un h o m m e sot et de grosse paste
puisse parvenir à la perfection de cette moquerie, Quatre dames (IV, 101). — L a mort avoye au
car il est impossible qu'une personne, telle qu'elle devant de mes yeus, Pour les travaus dont onques
soit, en sache bien user si elle n'a l'esprit fort n'euz de tieus. F O N T A I N E , tr. Ovide, Ep. 11,
p. 212.
délié. T A H U R E A U , Sec. Dial., p. 155. — Chose
Telespium. Sorte de plante. — Deux onces
telle qu'elle fut ne l'en pouvoit retarder. L A
L A N D E , tr. Dictys, 1. VII, 139 v°. — E n choi- de feuilles de telespium. S E R R E S , VIII, 5.
Telier. Celui qui fait de la toile. — Les arsissant le prince, on a esgard... seulement à la
faveur universelle que le peuple porte à quelcun, muriers la chantent, les tuiliers, les laboureurs à
tel qu'il soit. T H E V E T , Cosmogr., XII, 2. — Quand leur charrue. Nie. D E T R O Y E S , 51, p. 228. —
Les mestiers qui sont les plus c o m m u n s en ce
Un chasteau est fort et du tout imprenable, Le
païs,
ce sont drappiers, teliers ou tixerans.
siège tel qu'il soit ne luy est domageable. L A V A L ,
L E B L O N D , tr. Morus, 1. II, 41 v°. — Il se faut
TELLATIER
—
200
—
conserver aussi... D e la baguette d'un huissier, tit., IV, iv, 2. — Q u e si quelqu'un m'objecte
que voici n'est pas pronom, mais adverbe, je
D e la navette d'un telier. Var. hist., III,197.
Ensouple, cylindre d'un métier à tisser. — respondray qu'il est tellement adverbe qu'il
ne laisse de tenir la signification du pronom.
L a hache merveilleuse Qu'au poing tu tiens
E S T I E N N E , Conformité, I, 2, p. 96. — Nous
d'une horreur orgueilleuse, Et qu'on ne peut
donnons tellement le premier lieu au langage
aller accomparant Mieux qu'au tellier d'un
de Paris que nous confessons que celuy des
puissant tisserant, Craindre les fait qu'il tombe
un coup de foudre. D E S M A S U R E S , David comb., villes prochaines, qui sont aussi c o m m e du cœur
de la France, ne s'en esloigne guère. ID., Pre716. — Duquel le bois de la lance estoit c o m m e
le telier des tisserans. 1566. Bible, Samuel, II, ceilence, p. 170. — Faites-nous tellement passer
parmy les [choses] temporelles que nous ne
21 (G.). — Sa lance est un chevron, un grand
telier, un mat... D e qui le bout pointu d'un fer perdions pour cela les éternelles. D u VAIR, Métranchant s'allume. D u B A R T A S , 2 e Sem., Tro- dit, sur l'oraison dominic, p. 60. — E n Israël le
royaume a esté tellement électif qu'il n'a pas
phées, p. 351.
Tellatier. Celui qui fait de la toile. — In- laissé d'estre successif. A U B I G N É , Debvoir des
continent après furent appelles les tellatiers. roys, 5 (II, 55).
Tellement que. A telle condition que. — Le
M E D I C I S , Chron., I, 311 (G.). — Des tellatiers ou
portail de m a court est tellement baillé à mon
canavassiers. Ib. (G.).
clousier qu'il m'en doit une bonne vache. BETelle, v. Toile.
R O A L D E , Parvenir, Mémoire (II, 228).
Tellement. D e telle façon, de cette façon. —
Tellement quellement, v. Quellement.
Dieu par fois ha coustume en user tellement.
Telleron. Sorte de mesure pour le bois. —
J A M Y N , Punition divine (Brunet, p. 123).
Et n'y avoit archer dudit Carron qui n'eust
Tellement que. D e m ê m e que. —• Boniface
use de telle sorte et hauteur c o m m e si vous et de luy par chascun an l'escu de sa bourse, le
tout le royaume de France fussent subjetz à telleron de bois et le cent de fagotz. H A TON,
leglise romaine : tellement que le tiltre de lem- Mém., an 1571 (G.). •— Taxer le cent de fagotz,
pire d'AHemaigne, lequel il avoit refusé par trais costeretz, bourrée et bois de telleron ou de
fois au duc Albert d'Austriche. L E M A I R E , mosle. Ib., an 1577 (G.).
Tellier, v. Telier.
Schismes, 2 e part. (III, 303).
Téméraire. Agissant au hasard. — Les phiD e telle manière que. •— U n esclave biguarré
tellement que de son corps l'une part estoit losophes usent de ceste raison : que ce seroit
folie de se courroucer contre fortune : laquelle
noire, l'autre blanche. R A B E L A I S , III, Prol. —
Les estables doibvent estre tellement faictes est téméraire et aveugle, et jette ses dartz à la
que il n y entre aucune eau ou humidité. C O - volée, pour navrer les bons et mauvais sans
T E R E A U , tr. Columelle, I, 6. — Phidias... avoit discrétion. C A L V I N , Instit., XVII, p. 800.
Soumis au hasard. — Il est plus honorable
tellement apposé et appliqué l'or en la compod'estre acheminé et obligé à règlement agir par
sition de l'image des le commencement que lon
naturelle et inévitable condition, et plus aple pouvoit oster tout et le peser. A M Y O T , Périclès, 31. — Lucullus... pour l'esprouver luy prochant de la divinité que d'agir règlement
donna incontinent quelque charge, en laquelle par liberté téméraire et fortuite. M O N T A I G N E ,
il se porta tellement que Lucullus estima beau- II, 12 (II, 177).
Qui se fait au hasard, inconsidéré. — Je
coup son bon entendement. ID., Lucullus,
17. — Encore le destin m'a faict tellement trouve qu'on s'amuse ordinairement à chastier
naistre Qu'a jamais de m o n cœur A m o u r sera aux enfans des erreurs innocentes, très mal à
le maistre. G R E V I N , Olimpe, p. 16. — Avant propos, et qu'on les tourmente pour des actions
que Charles, roy de France, passast en Italie, téméraires, qui n'ont ny impression ny suitte.
ID., I, 9 (I, 45). — J'advertis ceux qui ont loy
on bastissoit tellement les forteresses qu'elles
estoyent fort foibles. E S T I E N N E , Preceilence, de se pouvoir courroucer en m a famille... qu'ils
mesnagent leur cholere et ne Pespandent pas
p. 345.
Tellement que exprimant une idée de restric- à tout prix ; car cela en empesche l'effect et le
tion ou d'opposition. •— L'Escriture... loue les poids. L a criaillerie téméraire et ordinaire passe
sainctz de tolérance, quand ilz sont tellement en usage et fait que chacun la mesprise. II,
31 (111,140).
affligez de la dureté de leurs maulx qu'ilz n'en
Capricieux, incertain. — [L'amour] est un
sont pas rompus pour deffaillir ; quand ilz sont
tellement poinctz d'amertume qu'ilz ont une feu téméraire et volage, ondoyant et divers,
joye spirituelle avec. C A L V I N , Instit., X V I I , feu de fiebvre, subject à accez et remises. ID.,
I, 27 (I, 231). — Cette goutte d'eau, où loge
p. 808. — Si nous fault-il tellement en estre las
ou faschez [de la vie terrestre] qu'en désirant d'en elle ce nombre infiny de formes? et comme
voir lafin,nous soyons ce pendant appareillez de portent elles ces ressemblances, d'un progrez si
demeurer en icelle au bon plaisir de Dieu. téméraire et si desreglé que l'arriérefilsresP. 814. — Dieu faict tellement ses œuvres par pondra à son bisayeul, le nepveu à l'oncle? II,
les meschans que la saincteté qui est en luy ne 37 (III, 205).
T é m é r a i r e m e n t . A u hasard. — Par cela on
les justifie point, et l'infection qui est en eux
ne profite de riens plus que si on estimoit toutes
ne le contamine en rien. ID., Contre les Libertins, ch. 14 (VII, 190). — Il demandera si je choses estre revirées et témérairement tournées
nie que Dieu ne face tout. Je respond qu'il le fait par la fortune. C A L V I N , Instit., I, p. 15- ~~
tellement que les créatures ne laissent pas de Dont est-ce qu'auroit l'homme fidèle une telle
faire en leur degré. ID., Ep. contre un cordelier asseurance... sinon que là où il semble advis
que le m o n d e soit témérairement tourné dessus
(VU, 353). — Il a tellement esté maudit devant
et dessoubz, il réputé que Dieu y besongne a
Dieu qu'il ne laisse pas d'estre lefilsbien-aimé
ID., Serm. sur le Deuter., 124 ( X X V I I , 697) — le conduire...? VIII, p. 515. — Les apostres ne
L'évesque precedoit tellement les autres en di- sont point allez témérairement de lieu à autres,
gnité qu'il estoit sujet à l'assemblée. ID., Ins-
—
201 —
TEMPERATION
comme font ces coureurs [les moines mendiants] : provenoit du tempérament et mixtion des premais sont allez où ilz estoient appeliez de Dieu miers corps et estoit mortelle. L E L O Y E R ,
pour faire fructifier l'Evangile. XIII, p. 691. Spectres, V, 2. — Les dieux voulants bastir
— Il ne faut pas estimer que nos ancestres l'homme prindrent une grosse masse de terre,
ayent témérairement ortographié de la façon laquelle ils pestrirent longuement avec je ne
qu'ils ont faict. PASQUIER, Lettres, III, 4. — sçay quoy de céleste et un certain tempérament
La plus part apprennent sans discrétion témé- des quatre qualitez élémentaires. PASQUIER,
rairement ce qui semble bon et qui plaist à celuy Lettres, XVIII, 3.
qui apprend ou à celuy qui enseigne. A M Y O T ,
Composition. — Que si les pères et mères
Musique, 32. — Autre chose est un dogme sé- mangent des viandes grosses et de mauvais temrieusement digéré, autre chose ces impressions pérament, l'enfant qui sera engendré de ceste
superficielles : lesquelles nées de la desbauche semence sera rude et lourd. G. B O U C H E T , 23e Sed'un esprit desmanché, vont nageant téméraire- ree (IV, 31).
ment et incertainement en la fantasie. M O N Assaisonnement. — A toutes ces choses la
TAIGNE, II, 12 (II, 158). — En nostre corps le sel ne cède aucunement en utilité et commorien n'y est fait témérairement, mais avec
dité, estant comme un tempérament et fortigrande industrie et artifice, par la sagesse adfication de la viande dedans le corps, et qui lui
mirable du divin et grand Architecte. P A R É , donne une convenance avec l'appétit. A M Y O T ,
XIV, 12. — Le navire n'a rien qui soit inutile- Propos de table, V, 10.
ment ou témérairement mis dedans. BRETIN,
Règle. — C'est l'unique sagesse Qui de tous
tr. Lucien, Jupiter trag., 47.
autres biens est le tempérament, La fontaine,
Temerément. Imprudemment? — Il sera l'outil, la guide et l'ornement. D u B A R T A S ,
bien surprins temerément Si le mal prent, lais- 2 e Sem., Magnificence, p. 371.
sant legierement Le bien qui rend à l'homme
Modération, juste mesure. •— Platon fut le
heureux demeure. J U L Y O T , 2 e part., 1.
médecin qui guérit le malade par contraires
Temereux. Exposé, en danger? — Combien excessifs : et Aristote le conservateur de la santé,
que l'ost qui estoit en Iliricque fust en bonne ja recouverte par l'ayde de Platon, avec l'usage
garde, toutesfois larmee est aucunement teme- du tempérament et régime modéré. T Y A R D ,
reuse et à craindre : à cause qu'en toute la fron- tr. Hebrieu, Dial. III, p. 319.
tière a esté grande pestilence. L A GRISE, tr. GueQualité de ce qui est tempéré. — Bien-que
vara, I, 40.
son climat, pour son tempérament, favorise
Témérité. Caprice. —
Pareillement des toutes sortes de fruicts, c'est neantmoins avec
lotz et sors : qui est-ce qui ne les attribuerait
quelque inégalité. SERRES, I, 4.
à témérité de fortune? CALVIN, Instit., VIII, Temperamment. Avec modération. — Cestep. 503. — Cela ne seroit point sans l'opprobre de cy... se comportoit modestement et temperamDieu : de dire qu'il eust abandonné l'homme, ment. BRETIN, tr. Lucien, Déesse Sirie, 22. —
la plus noble de ses créatures, à la témérité de Celuy, dist-elle, que voulez dire de moy n'est
fortune. P. 514. — De faire que les actions point si estrait ni afamé que, quand l'apétit
soyent cognues et veues, c'est le pur ouvrage m'en viendra, je ne lerassasietempéremment.
de la fortune. C'est le sort qui nous applique B R A N T Ô M E , Dames, part. II (IX, 703).
la gloire selon sa témérité. M O N T A I G N E , II, 16
Tempérance. Combinaison, proportion. —
(HI, 6).
Ilz en font tout ainsi que les alcumystes, qui
Temetologie, déform. de théologie. — Quis'insinuent par longues préfaces de la tempéest ce grand luminaire autre que le magnifique rance des elemens et de la convenance que ilz
et rayonnant Apollyon qui illumine les museaux ont entre eux. CALVIN, Contre l'astrologie juseraphiques de nos maistres en temetologie? diciaire (VII, 530).
les diaprant de force rubis orientaux. M A R N I X ,
Qualité de ce qui est tempéré. — Pour la
Differens, I, n, 3.
grâce de la tempérance de leur ciel et terre ou
Temeur, v. Timeur.
ilz habitent. T O R Y , Champfieury,1. I, 5 r°. —
Temorologique, déform. de théologique. — Me trouvant seule en lieu si fort plaisant, Que
Et laisserons le reste des particularitez aux le hault ciel se rendoit complaisant Par sa douclericis discentibus et magistros inertes ceur
en laetfapar sa tempérance. M. de N A V A R R E ,
culté temorologique sorbebonique. M A R N I X , Dif- Marg., Coche (IV, 204). — L'abondance de
ferens, II, iv, 17.
leurs rivières, la doulceur et tempérance de leur
Tempe, v. Temple 2.
air et les riches pays d'entour eulx. Ë. de L A
Tempérament. Mélange. — Il fault tant seu- P L A N C H E , tr. Tacite, 1. IV, 162 r°. — Apres se
lement... Hanter pour quelque temps chez un
trouva en l'isle Paria, ou y a grant tempérance
apoticaire, Pour apprendre le nom de cinq
d'air. F O N T A I N E , Nouv. et antiq. merv., B.
médicaments Et bien peu les effects de leurs
Modération. — Je ne veulx icy comparer...
tempéraments. Anc. Poésies, X, 104. — Salo- la violence de Turnus à la tempérance d'Eneas.
mon esveillé cogneut évidemment Que des hu- Amadis, I, 14. — [Ses citoyens] désormais femeurs du corps le doux tempérament N'a point royent de bonne voulunté par la tempérance
en son esprit causé ce songe estrange. D u B A R - et justice d'un père, les mesmes choses que
TAS, 2« Sem., Magnificence, p. 372. — Qu'est ce...maintenant ilz faisoyent à regret par la crainte
que l'imagination de la femme grosse n'imprime d'un seigneur. A M Y O T , Dion, 10.
au petit enfant estant encore au ventre de la
Temperation (temperatio). Mélange. — Et
mère, par un subit tempérament des esprits...? non pourtant cete temperation [de l'âme et du
G. BOUCHET, 22 e Seree (III, 280). — [L'âme] corps] corrompt l'ame : non plus que la lumière
n'est pas... le tempérament des quatre elemens. du soleil, laquelle est incorporelle, s'épandante
CHARRON, Sagesse, I, 1. —• Alexandre Aphro- par l'air corporel, ne peut estre corrompue.
dysee, interprète d'Aristote, qui disoit que l'ame L E C A R O N , Dial, I, 3 (85 v°). — Hipocrates...
disoit l'homme estre composé de la temperation des quatre éléments (91 r°).
TEMPERATURE
—
202 —
saine, et d'une bonne température. ID., 36e Seree
(V, 113). — Chaque âge a ses façons, et change
la nature D e sept ans nostre température. REG N I E R , Sat. 5. — Tous ces estrangers... jettoient
fort l'œil sur luy : car il participoit de leur température. B R A N T Ô M E , Dauphin François (III
174). — C'est une règle c o m m u n e en l'eschole'
des médecins, qu'il faut employer les médicaments selon la température du corps. PASQUIER,
Lettres, X I X , 9.
Température de pays. Climat. — La déesse
fundatrice de la ville d'Athènes choisit à la
situer une température de pays quifistles
h o m m e s prudents. M O N T A I G N E , II, 12 (II, 342).
Température. Qualité de ce qui est tempéré. —
[Les vents du nord] passans par dessus la mer
G. M I C H E L , Georg., 38 v° (G.).
vienent à refreschir grandement l'air de la
T e m p é r a t u r e . Mélange, combinaison. —
Les elemens ne se peuvent entretenir, sinon par ville, ce qui apporte une grande température et
une proportion et température inégale. C A L V I N , salubrité aux habitants d'icelle. A M Y O T , tr.
Instit., X V I , p. 760. — Adonc sera la mixtion Diodore, X V I I , 11.
Harmonie. — Ce que dit Euripides... que de
ou température bonne quand m e s m e republique
tous les beaux l'arriere-saison est encore belle,
semblera estre démocratie et oligarchie. L E
R O Y , tr. Aristote, IV, 9, C o m m e n t . — Epi- n'est pas universellement véritable, ains est
curus [dit] que [l'âme] c'est une meslange et cela propre et peculier à Alcibiades... pour la
température de quatre choses, de ne sçay quoy parfaittement belle et bonne température de sa
de feu, ne sçay quoy d'air, ne sçay quoy de vent personne. ID., Alcibiade, 1.
Modération, juste mesure. — D e la tempéraet d'un autre quatrième qui n'a point de n o m ,
qui est à luy la force sensitive. A M Y O T , Opin. des ture qu'il fault en telz accidens usa tres-considereement l'Eglise au temps des grans tumultes
philosophes, IV, 3.
Proportion, juste proportion. — C o m m e la qui furent pour les ymages. SAINT-GELAIS,
Jugemens d'astrologie (III, 275). — Entant que
température d'humeurs modère et m e t au frein
de la raison les promptes et violentes affections touche les ordonnances, encores y apportons
de l'esprit... ainsi Pin température... trouble nous certaine température. P A S Q U I E R , Rech.,
les sens. B E L L E A U , Berg., 2 e /. (II, 51). — Si III, 33. — Lesquels [effets de la sapience] apale sang est pur et net, et la température de l'hu- roissent aussi en l'ordre du gouvernement des
moindres familles, et en la température des
meur justement modérée, l'homme a l'esprit
plus net. Ib. — Il y a température propre de m œ u r s des plus pauvres. L A N O U E , Disc, polit.,
X X I I I , p. 585. —• Cette sienne température
chasque sorte de vin avec Peau, laquelle les som[de son âme] a relevé maintesfois le corps de
meliers des princes et des roys sçavent bien
discerner, et à ceste cause en versent dedans ses cheutes. M O N T A I G N E , III, 13 (IV, 256).
T e m p e r e e m e n t . Avec modération, avec
le vin tantost plus et tantost moins d'eau.
A M Y O T , Propos de table, I, 4. — D e toute nostre juste mesure, d'une manière bien réglée. —
vie une partie est jeuj et une partie affaire Lors se veullent submectre A la raison, viyans
tempereement. G R I N G O R E , Blazon des hérétiques
grave et sérieux, et en tout y a besoing d'une
(I, 329). — L'estat du riche est bon s'il en sçait
température réglée et modérée. IX, 14.
Tempérament. — Je voy Panurge... bien pro- bien user et temperement. L A GRISE, tr. Gueportionné en ses membres, bien tempéré en ses vara, Prol. gênerai, 2 v°. — Gisippus... demoura
humeurs, bien complexionné en ses espritz... au commencement un peu pensif, comme celuy
s'il rencontre f e m m e de semblable température, qui se sentoit prins de la jeune damoyselle :
ilz engendreront ensemble enfans dignes de combien que ce fust tempérament. L E MAÇON,
quelque monarchie transpontine. R A B E L A I S , III, tr. Decameron, X, 8. — Aultrement est du vin
31. •— Il vculoit donner à entendre qu'il n'y avoit prins temperement. R A B E L A I S , III, 31. — Cest
aucune science de laquelle se peust passer celuy et a la vertu et à la raison de soy contenir temqui vouloit exercer la médecine, et qu'il estoit perement des choses délectables, sans toutesaussi totalement nécessaire qu'il fust d'une fois laisser le nécessaire, ny prendre aussi le
très-bonne température. E S T I E N N E , Apol. Herod., superflus. T Y A R D , tr. Hebrieu, Dial. I, p. 25. —
ch. 16 (I, 310). — Puis sans regarder si la m a - Ce bien vivre la est vivre socialement, aimableladie de la personne qu'ils ont à penser est ment, tempereement et justement. AMYOT,
Contre Colotes, 2. — O n peut user de frictions
procédée d'une m e s m e cause, si la personne
est d'une m e s m e température... luy font avaler molles et fomentations avec eau chaude temperement. P A R É , XIII, 30.
la m e s m e médecine (I, 317). — U n h o m m e
Modestement. — Les femmes... doivent aller
qui sera de température et complexion sanguine
peut venir en complexion cholérique ou melan- et cheminer temperement et estre reposées et
paisibles en leurs mouvemens. L A GRISE, tr.
cholique. P A R É , Introd., ch. 6. — Alexandre
estoit d'une température plus sanguine, choiera Guevara, II, 9.
T e m p e r e m e n t 1. Modération. — Comment
et ardente. M O N T A I G N E , II, 34 (III, 170).
Il
fault qu'il cognoisse la complexion du malade, n'est une tresbonne chose une femme modérée,
sa température, ses humeurs, ses inclinations, laquelle... es foelicitez est une délectation et
ses actions, ses penrements mesmes et ses ima- consolation es misères, refrain de la fureur
ginations. II, 37 (III, 219). — L a plus grande naturelle des jeunes h o m m e s , et temperement
cause de stérilité... vient des divrrses tempe- de Paust/rité des vieulx? D E R O Z I E R S , tr. Dion
Cassius, 1. LVI, ch. 115 (231 v°). — Ce désir
ratures du mary et de la femm<\ G. P O U C H E T
3 e Sereedoubteux
(I, 99). —une
H sera
de bailler
ces des choses utiles est n o m m é ambition ou cupienfans
bonnebon
nourrice,
et àbien
Proportion, harmonie. — L'ame accommode
ses forces à la vie, sentiment et mouvement
du corps et a quelque temperation et convenance avec lui. Ib. (89 r°). — Toute la cause
dépend... de la temperation et harmonie de
l'ame et du corps (90 r°).
Tempérament. — L a temperation d u corps
fait l'esprit ores plus subtil et éveillé, ores plus
hebeté et endormi (95 v°).
Température. — Continuez d'arrouser la marjolaine selon la commodité du temps et temperation d'iceluy. M I Z A U L D , Maison champestre,
p. 245 (G.).
Modération, mesure. — Quant le grant flot
des undes... Frappa les nefz sans temperation.
—
203 —
TEMPESTATIF
dite : le temperement duquel nous appelions
XXII, 15. — Et doit estre l'Italien gouverné
contentement. T Y A R D , tr. Hebrieu, Dial. I, p. 18. tout d'autre sorte que le François, pour estre
— Tousjours en un estre tout bon ou tout mau- nez et nourris sous diverses temperies d'air et
vais, on ne sçauroit juger de son contraire, qui de pays. PASQUIER, Lettres, XII, 2. — Faisans
sert souvent de tempérament. B R A N T Ô M E , Dames, comme le bon médecin, lequel prend advis de
part. II (IX, 542).
la saison, de la temperie de Pair, de l'aage, de
Temperement 2, Temperemment, v. Tem- l'habitude et qualité de son malade. ID., Rech.,
pereement, Temperamment.
III, 31.
Tempérer. Ordonner, organiser. — C'estoit
Caractère de ce qui est tempéré. — Jupiter...
une grâce spéciale que les dieux faisoyent à ayde à la génération des eaux, à la temperie
ceulx de Sparte, de leur donner un reformateur de Pair et à la suavité du temps. T Y A R D , tr. Hequi temperast et ordonnast si sagement Pestât brieu, Dial. II, p. 146. — La rigueur de l'hyver
et le gouvernement de leur chose publique. passée, advenente la sérénité et temperie du
AMYOT, Lycurgue, 1.
bon temps. RABELAIS, IV, 56. — Et vivoient en
Gouverner. — Les neuf beaux cieux que Dieu ces pais fort longuement, à cause de la temperie
tourne et tempère Rendent tel bruit en leurs et salubrité plaisante de Pair. T H E V E T , Cosmogr.,
sphères diffuses Que le son vient jusqu'en nostre
XII, 9. — L'air est en plusieurs endroits de
hemispere. L E M A I R E , Concorde lre part. (III, PEspaigne esgal en temperie et salubrité. XIII, 4.
111). — Père éternel qui tout peult et tempère.
Bon état, santé. — Tous lieux ont leur démon,
MAROT, Oraisons, 4. — Il vous peindra la forme divine sauvegarde De leurs biens, fruicts, bonet l'habit du saint Père, Qui, comme un Jupiter, heur, temperie et santé. J A M Y N , O. P., 1. TV,
tout le monde tempère Aveques un clin d'œil. 146 r°.
Du BELLAY, Regrets, 119. — Ta fille aura pour Temperif. Précoce. — Craignons le Seigneur
beaupere Celuy qui le ciel tempère. ID., Jeux nostre Dieu, qui nous donne la playe temperive
rust., Combat d'Hercule. —• C'est toy des astres
et tardive. L E F E V R E , Bible, Jeremie, 5 (G.,
le père, Qui le cours de l'an tempera. ID., A
Temprif).
Phoebus. — Par le conseil de ce dieu qui tempère Temperiser (se). Se modérer, se contenir.
Hommes et dieux, de toute chose père. R O N - — Il est fort chargé de colère, mays il se scayt
SARD, Mascarades (III, 496). — C'est luy qui le mieulx modérer, or il se scayt le mieulx temmaistre et terre et ciel tempera. G A R N I E R , periser que homme que je vis jamays. PALSJuifves, 1805. — Grâce à Dieu qui le ciel et laG R A V E , p. 639.
terre tempère, Je voy qu'en ceste cour toute
Tempestaire. — Ceste sorte de gens les loix
chose prospère. ID., Bradamante, 1881.
des Visgots et de Charlemaigne nomment temPrésider à. — Plus bas règne en son rond
pestaires, ou envoyeurs de tempestes. L E L O Y E R ,
Jupiter le bon père, Qui des hommes heureux Spectres, VII, 2.
la naissance tempère. BAÏF, Météores (II, 6).
Tempestatif. De tempête. —
Horribles
Se tempérer. Se régler, se gouverner. — Royne
ventz, tempestatifz oraiges. CRÉTIN, AU nom
à qui nostre roy commefilsobtempère, Dessous de la royne Marie, p. 195. — Agitation. Véhéqui le François s'entretient et tempère. R O N - mente... tempestative ou tempestueuse, violente.
SARD, Bocage royal, 2 e part. (III, 287).
L A P O R T E , Epith., 12 r°. — [Les voisins] à ce
S'abstenir. — Il se faut tempérer de vociféra- cry, qui estourdissoit et se faisoit ouyr de bien
tions trop esmeues et clameurs trop noysibles. loin, par ce vent gresle et tempestatif, se trouPASQUIER, tr. Plutarque, p. 83. — Je voudrais vèrent sur le lieu. D u FAIL, Eutrapel, 8 (I, 144).
bien me pouvoir tempérer de faire ceste plainte. — Soit que l'orage enflé ou le tonnerre affreus,
Du VAIR, Médit, sur Job, ch. 9.
Le vent tempestatif ou le carreau souffreus
Tempéré. Modéré, bien réglé. — Je ne veis S'oppose à son chemin. CHASSIGNET, Mespris,
oncques prince plus saige, vertueux et tempéré sonn. 167.
qu'il a esté en tous ses affaires. Amadis, II, 20.
Violent comme la tempête. — Au vulgaire il
(Subst.). H o m m e modéré, bien réglé. — Puis semble que, pour estre tempestative, elle [la
que les accidens des maladies, de la resverie ou colère] soit active. A M Y O T , Comment refréner
du sommeil nous font paroistre les choses autres la cholere, 8. — Peste est une maladie venant de
qu'elles ne paraissent aux sains, aux sages et l'ire de Dieu, furieuse, tempestative, hastive.
à ceux qui veillent... pourquoy n'a le tempéré P A R É , X X I V , 1. — D'autant que la peste est
quelque forme des objects relative à soy, comme une maladie hastive et tempestative, faut prompl'intemperé : et ne leur imprimera-il pareillement tement user de remèdes, mesmes avec témérité.
son charactere? M O N T A I G N E , II, 12 (II, 377).
X X I V , 26.
Temperie (temperies). Mélange, préparation. Impétueux. — Il n'a point fait comme ces
— Vin tant divin, loin de toy est forclose Toute gens tempestatifs, qui concluent du premier
mensonge et toute tromperie. En joye soit l'ame coup que tout ce qu'on leur a rapporté est vray,
de Noach close, Lequel de toy nousfistla tem- sans discrétion aucune. CALVIN, Serm. sur
perie. RABELAIS, V, 44.
l'Ep. aux Corinthiens, 14 (XLIX, 757).
Température, état atmosphérique, climat. —
Emporté, violent, sujet à de violentes colères.
La temperie et disposition de Pair est doulce — Elle rend l'homme enflé et despiteux, Temen hiver. É. de L A P L A N C H E , tr. Tacite, 1. IV, pestatif, ingrat et marmiteux, Et tant en dicts
167 v°. — Ostez, je vous prie, de vostre teste qu'en faicts chauld et soudain. D E S PÉRIERS,
ceste folle persuasion, que la temperie du ciel Quatre princesses de vie humaine (I, 127). — Je
rende les gens plus ou moins doctes. PASQUIER, ne crains que une chose : c'est que, si Jupiter
Lettres, I, 5. — Jl nous en prend presque toutle voit... il n'en fouldroye et abysme tout ce
ainsi comme à plusieurs de nos médecins, les- povre monde icy... car il est assez tempestatif
quels... vont rechercher les simples au Levant, quand il se y met. D E S PÉRIERS, Cymbalum,
contemnant ceux qui naissent à leurs pieds, Dial. I. — Cela nous doit reprimer si nous estions
selon la temperie de Pair. II, 12. — Si on a es- trop tempestatifs et que nos passions fussent
gard à la temperie du ciel. T H E V E T , Cosmogr.,I trop
I
véhémentes. CALVIN, Serm. sur Job, 104
TEMPESTATIVEMENT
— 204 —
(XXXIV, 534). — Il frappe, il mord, il jure, le U n Boreas, un fier estourbillon, Qui m'a gasté,
plus tempestatif maistre de France. M O N T A I G N E , ruiné, tempeste Ce que j'avois en m a vigne
II, 8 (II, 86). — Le prevost... tempestatif c o m m e planté. M . de N A V A R R E , Marg., Compl. pour un
il estoit, et rehaussant de colère... estoit sur prisonn. (III, 76).
le point de brancher le prisonnier. D u F A I L ,
Estre tempeste. Être agité. — (Fig.). Mon esEutrapel, 21 (II, 24).
prit sans relasche est ainsi tempeste, Car le vent
Agité par la tempête. — (Fig.). Mais je mon- qui l'esmeut n'est jamais arresté. DESPORTES
dain, qui suis en haulte mer Tempestative, ay Elégies, I, 10.
plus à estimer Estre en péril que toy, qui en
Être endommagé. — Se faut aussi donner de
mer mort Es mys à l'ancre. C R É T I N , A frère garde... de cueillir des maillots d'une vigne ayant
J. Martin, p. 250. — L'amour rend les amans esté tempestee l'esté précèdent. S E R R E S , in, 2.
sans repos, inconstans, douteux, vacillans, trou- — Je ne sçay pas si l'année qui vient tous les
blez et tempestatifs c o m m e la mer. T Y A R D , fruits de la terre seront tempestés. Fr. de SALES,
tr. Hebrieu, Dial. II, p. 238.
Entretiens spirit., Il (VI, 24).
Tempestativement. Violemment. — Ta
Se tempester. S'agiter. — [Le cheval] Fumant
femme, qui a bonne teste, Le long du jour entiè- et escumant ouvre ses rouillans yeux, Se temrement Crie après toy et se tempeste Assez pestant par trop. S C È V E , Microcosme, 1. II, p. 49,
tempestativement. F O N T A I N E , Epigr., 1. IL
— Ce que je dis pour excuser ceux qu'on voit
Tempeste. Ce qui est nuisible, ce qui cause ordinairement se tempester aux secousses et
du dommage. — [Les canetons] passans en assaux de ceste maladie. M O N T A I G N E , II, 37
santé leur bas aage, éviteront le péril... d'estre (III, 202). — Le diable se tempestoit... dans
trépignes par les personnes et bestes ; estant le corps de la démoniaque. L E L O Y E R , Spectres,
ce leur plus dangereuse tempeste, et qui plus VIII, 11. — Le son de la trompette... Du cheval
en fait perdre. S E R R E S , V, 6. — Ainsi sera rendu entendu le rend beaucoup plusfier...Marche
difficile pour les rats l'accès au colombier par d'un pié superbe, esmeu il se tempeste, Escule dehors : aiant esté pourveu ci-devant à ceste mant de fureur à combatre il s'apreste. AUBItempeste pour le respect du dedans. V, 8. — G N É , Création, XII (III, 420). — (Fig.). Mesmes
L'effueillu porte grand dommage à tous arbres... les plaisirs corporels... pour lesquels ils se temmais d'autant qu'à cela est destiné le meurier, pestent, ne leur sont point si délectables qu'à
fait que naturellement il supporte mieux telle ceux qu'ils pensent estre enveloppez de tristesse.
tempeste que nulle autre plante. V, 15.
L A N O U E , Disc, polit., X X I V , p. 620. — L'homme
Tempestement. Agitation, vacarme. — Le ... se tempeste pour néant : ses jours sont comme
son et tempestement des ongles de ses palefrois. foin. A U B I G N É , Médit, sur le Ps. 73 (II, 167).
Bible, Jeremie, 47 (G.).
Se tourmenter, être soucieux. — Aucuns
Tempester (trans.). Battre violemment. — entendemens legiers se tempestent aujourd'huy,
Les ventz estoient encor en leur caverne enclos, à cause du dimenche : car ilz se plaignent que
La mer ne tempestoit les rives de sesflotz.M A - le peuple chrestien est entretenu en un judaisme,
G N Y , Odes, II, 240.
C A L V I N , Instit., III, p. 148. — Ils se tempesSecouer. — O n avoit beau le tempester, et toyent de ce que les saincts docteurs n'accorhurler, et le pincer, et le griller, jusques à ce qu'ildoyent point que Dieu fust corporel, veu qu'il
fust ressuscité. M O N T A I G N E , I, 20 (I, 108).
semble que l'Escriture luy assigne un corps. ID.,
Agiter. — (Fig.). Par ce penser tempestant Instit., IV, xvi, 23. — Par amour ce qu'elle
m a pensée, Je considère en m o y l'infirmité O ù avoit promis Lui est tousjours devant les yeux
m a santé je voy estre pansée Par la rigueur. remis : Si bien qu'en fin quoy qu'elle se temS C È V E , Délie, 348. — Mais m o n ennuy, qui sans peste D e n'y faillir pour certain elle arreste,
repos m e suit, N e se taist pas au dedans de mon BAÏF, Poèmes, 1. IV (II, 172).
ame, La tempestant d'une félonne flâme. BAÏF,
Tempêter. — Et n'use pas de simple repreEglogues, 5 (III, 30). — Et jamais Apollo aux hension et modérée : mais crie et se tempeste,
vers n'est favorable Quand il est invoqué d'un c o m m e s'il batailloit contre tous les diables d'enh o m m e misérable Que la fortune adverce en fer. C A L V I N , Contre les Libertins, ch. 24 (VII,
ses flots irrités Tempeste sur la mer de mille 244). — II faut que les lecteurs soyent advertis
adversités. B R A C H , Poèmes, 1. III, Eleg. 1. — quelle colère l'a esmeu à se tempester ainsi,
Si nous sentons quelque tourment Qui nous non seulement contre moy, mais contre l'Eglise
afflige et nous tempeste, Beuvons cinq coups et escole de Lausanne. ID., Reformation contre
tant seulement : Il sera hors de nostre teste. Antoine Cathelan (IX, 126). — Ta femme..,
T R O T E R E L , Corriçaux, III, 1.
Crie après toy et se tempeste. F O N T A I N E , Epigr.,
Tourmenter. — Quant a Nicias, il le tempes- 1. II.— Ils se tempestent, et leur semble qu'on
toit et travailloit moult, luy mettant sus quil leur fait le plus grand tort du monde, quand on
avoit tousjours esté favorable aux Lacedemoniens trouve à redire en ce qu'ils ont imaginé estre
plus que a la patrie. S E L V E , tr. Plutarque, Al- bon. C A L V I N , Serm. sur le Deuter., 168 (XXVIII,
cibiade, 65 r". — Les voix et responses courtes 540). — Il se fâche, il se tempeste. BRACH,
et descousues, qu'on leur arrache quelquefois Poèmes, 1. II, Ode de la Paix, 112 r°. — C'est
à force de crier autour de leurs oreilles et de les contre celle-là que lon a veu les prédicateurs se
tempester. M O N T A I G N E , II, 6 (II, 60).
tempester
en
leurs
chaires.
Dfortune,
VAIR, Actions,
levé
et
94
diens).
tir
Leur
Bouleverser.
Nuire
Endommager,
fait
v°
saatempesta
vineuse
(G.).
outrance
—mourir.
à.
Car—rage,
si
le
—Je
Yvresse...
J.
tost
détruire.
courage.
ne
[Bacchus
Et
B Oqu'il
Usçay
deC Hses
E—
Rles
Tquel
OLe
,cris
Nvainqueur
De
défit,
SRegnars
Acorps
infelice
Rorgieux,
ce
D , Il
Odes,
costé
tempeste
leur
travers.,
Aquilon,
des
Furieux
s'est
fit
III,
In-Senk rilleux
Imitations,
mille
nave
peste
Cau
et
Pour
H ATempeste.
gré
Sbattus
Sla
tempestee.
visions
Ide
Gdu
rochers
Nmanut.
la
E Tvant
,brusque
duton
Agité
Olimpe,
Mespris,
de
ils
courrous
Qui
ID.,
cerveau
la
coururent
par
algarade
mettent
PS.,
loy
11
la
sonn.
salique,
tempeste
de
tempête.
v°.
87 D
(G.).
en
Neptune.
—189.
uu vent
morceaux
Le
——Ne
p.
— nocher
(Fig.).
enfelonné.
Trois
se
128.
Tempestés
Les
BRACH,
donne
leur
jours
pétemDe
)5
TEMPLE 2
au someil. BAÏF, Francine, 1. II (I, 185). — Ce Qui brille sur les tempêtes? — Desja l'astre
Dieu... Tempeste d'un despit et tout trans- tempesteux D'Arcture l'yver amené. BAÏF,
porté d'ire, Extermine, cruel, le monde son
Poèmes, 1. III (II, 128).
empire. Du BARTAS, 2 e Sem., Arche, p. 165. —
Tempestif. Tempête. — Quel vent hideux,
Pour rasseoir mon pauvre esprit tout tempeste de quel soufflis redoutable, Quel tempestif, quel
tant d'affaires. Fr. de SALES, Lettres, 328 (XIII,
bruit espouventable... Ton bel astre excellent
139).
Rend ainsi misérable...? L E M A I R E , Cour. Marg.
Battu par la tempête. — Je suis le rocher (IV, 33).
imployable De foy non jamais variable, Des
Tempestis. De tempête. — Si n'ot on point
ventz et desflotztempeste. M A G N Y , Odes, II, ne noises ne desrois, Bruit tempestis, ne tu210.
multes difformes Entre animaux de tant diverses
Agité. — La remore,fichantson débile mu- formes. L E M A I R E , Amant verd (III, 35).
seau Contre le moite bout du tempeste vaisseau,
Tempestivement. Avec opportunité. — Le
L'arreste tout d'un coup. D u B A R T A S , lre Sem., conducteur est tenu de bien verser en la chose
5» /., p. 229.
par luy... tenue à ferme, le tout tempestiveBattu. — Se j'ay eu le dos tempeste, Au ment observé selon la loy du louage et à l'indembriffer je m'en vuel venger. L A C H E S N A Y E , nité du maistre. 1580. J. P A P O N , Sec. Notaire,
Condamn. de Bancquel (G.).
253 (Vaganay, Mots).
Endommagé, ravagé. — La vigne tempestee
Tempestueusement. En tempête. — Lors...
de la gresle et de la gelée sera remise en bon
que la mer escume plus furieusement, que les
estât si, incontinent après le coup, elle est re- vents soufflent plus tempestueusement. D u
taillée. SERRES, III, 5. — (Par compar.). M a VAIR, Exhort. à la vie civile, p. 307.
face aussi de larmes tempestee Très vainement
Violemment. — Car tempesteusement tonme monstre estre à mort tainct. SCÈVE, Délie, nant pour leur secours Et sans cesse frappant,
183.
murs à bas boute ou tours. Ane Poésies, VI,
Tempesteux. Tempétueux, orageux, violent. 319.
— Comme en mer le nocher agité du naufrage
Tempeture. État tempéré. —
Quand le
Cale voile, prudent, au tempesteux orage. SCÈVE, temps est beaucoup esloigné de la tempeture et
Microcosme, 1. II, p. 37. — Ce tempesteux orage
tire le plus à la froidure, les humeurs sont généQui tumba y a faict un merveilleux dommage. ralement coagulez et endurcis. CHOLIÈRES,
BEREAU, Eglogues, 3. — Si tu vogues en mer, 8e Ap.-disnée, p. 325.
un tempesteux orage Face périr ta nef. BAÏF,
Temple 1. Ciel, espace céleste. — U n daePoèmes, 1. III, (II, 122). — Que pleust aux im- mon... Me commanda regarder vers les cieux :
mortels qu'un tempesteux orage Dés le port Puis m'escria : Voy (dit-il) et contemple Tout
Gnossien en eust faict le naufrage ! G A R N I E R , ce qui est compris sous ce grand temple. D u
Hippolyte, 131. — Vent qui tourmentes PairB E L L A Y , Antiq., Songe, 1. •— Quand Cybele du
de tempesteuse haleine... Appaise, je te pry, tout desploie sa richesse, Et que l'on oit du ciel
ton orage venteux. J A M Y N , O. P., 1. II, 88 v°. —les temples azurés Refredonner le chant des
Les tonnerres bruyants, les éclairs tempesteux. tarins peinturés. PASSERAT, Chant d'allégresse
VAUQUELIN, Sat., A Ponthus de Thiard. — Lors
(II, 178).
que des eaux la tempesteuse rage Fera plus grand
Eglise. — France et lafleurde ses princes
ravage. DESPORTES, Psaumes, 31. — (Fig.). Je ensemble Le corps au temple en grand dueil
sçay... Que celuy qui seul est ne sent dans son ont mené. M A R O T , Complaintes, 3. — L'aultre
courage De mille passions un tempesteux orage. soubhaitoit le temple de nostre Dame tout plein
Du BARTAS, 2 e Sem., Arche, p. 166.
d'aiguilles asserees. RABELAIS, IV, Prol. —
Où règne la tempête. — Hors des gouffres Aussy seront l'évesque, chanoynes et aultres
profons sur les flots tempesteux De grands gens d'église receus et remiz en leurs temples
monstres marins se découvrent hideux. BAÏF, pour faire leur service accoustumé. M O N L U C ,
Eglogues, 15 (III, 82). — Semblable à la fureurLettres, 60 (IV, 166). — Plusieurs temples chresde la mer tempesteuse. BOYSSIÈRES, Prem. tiens estoient pillez par les François encores
Œuv., 126 v°. — L'Aurore qui, quittant des payens. F A U C H E T , Antiq., II, 16. — Les temples
poissons le tempesteux séjour, Conduit, avant- aujourd'huy servent aux rendez-vous. R É G N I E R ,
courriere, es Indes un beau jour. D u B A R T A S , Sat. 9.
lre Sem., 3e /., p. 132. — Une nuict orageuse
Temple 2. Tempe. — Le convoiteux se rompt
et tempesteuse. M O N T A I G N E , II, 6 (II, 56). —
front, cerveau, temple. G R I N G O R E , Folles EnJe ne luy donray pas ces seuls champs que tu treprises (I, 21). — U n ribauld canonnier... luy
vois, Ains tout ce qui verdit depuis les champs tira un coup de canon, et le attainct par la temple
indois Jusqu'aux flots tempesteux de la mer dextre furieusement. RABELAIS, I, 36. — Car
plus extrême. D u B A R T A S , 2 e Sem., Vocation,de ce coup les temples luy perça De part en part.
p. 456.
SALEL, tr. Iliade, IV, 67 r°. — Ja du laurier vainViolent comme la tempête. — M a tempes- queur tes temples se couronnent. D u B E L L A Y ,
teuse et longue passion. SCÈVE, Délie, 160. — Regrets, 20. — Quand le someil de son aisle leMon franc vouloir ardent et tempesteux. PHI- giere S'en vintflattermes temples et mes yeux.
LIEUL, tr. Pétrarque, 1. I, sonn. 38. — Ce coup BAÏF, Div. Amours, 1. I (I, 289). — Le porteur
n'est détaché d'une fronde débile, C'est l'effort d'icelles [lettres]... frappa ce sainct personnage
tempesteux d'un bélier raze-ville. D u B A R T A S , en la temple. ESTIENNE, Apol. Herod., ch. 18
2° Sem., Trophées, p. 357. — La plus vaine et (I, 380). — Amour... Luy bagne de parfum les
tempesteuse maladie qui afflige les âmes hu- temples et les yeux. B E L L E A U , Pierres précieuses,
maines, qui est la jalousie. M O N T A I G N E , III, 5 Amours d'Iris et d'Opalle (II, 204). — Ores
(HI, 345).
leur joue, ores sonnoit leur teste, Ores la temple.
Qui déchaîne la tempête. — Oses-tu peindre R O N S A R D , Franciade, II (III, 76). — Où est
au vif Dieu tout tel qu'il estoit Quand son bras ton foudre ardent, qu'ireux tu ne le dardes...
tempesteux pour son Fils combatoit? D u B A R TAS, Lepanthe, p. 411.
TEMPLETTE
206
sur les temples paillardes De cette malheureuse? l'utilité et pluralité, l'éternité et temporalité,
G A R N I E R , Hippolyte, 1441. — Et luy frotteras commencement etfin.ID., Sagesse, II, 2.
(Opposé à spiritualité). Ce qui est temporel.—
les temples et le nez de fort vinaigre. P A R É , VIII,
14. — Et luy feras sentir du vinaigre, duquel Pource que l'Eglise entreprent Sur temporalité
aussi luy en frotteras le nez, la bouche et les et prent, Nous ne povons avoir repos. GRING O R E , Prince des Sotz, Sottie (I, 206). — Comtemples. X X I V , 26. — L'autre avec du vinaigre
luy mouille le nez et les temples. L A R I V E Y , Cons- bien qu'aiez plusgrand auctorité Que les regnans en temporalité. J. B O U C H E T , Ep. mor., I, i,
tance, IV, 5.
(Masc). — De leurs temples cavez les deux — Souz ombre d'une donation il est ministre
fosses resonnent. R O N S A R D , Hymne de Pollux du pape, et en la temporalité exécuteur du pape.
(IV, 290). — Mais tout le costé droit du temple F A U C H E T , Antiq., XII, 15.
Ainsi y
et de la bouche. B E L L E A U , Appar. célestes (II, Temporanee (temporaneus). —
330). — Car leur vaillante main ny leurs temples avoit trois ordres, le souverain prestre, les moinguerriers N'ont conquesté sinon la faveur des dres prestres, et les lévites : temporanees.
lauriers. ID., Berg., 2 e /., Larmes sur René de C H A R R O N , Trois Veritez, III, 13.
Tempore. Temps. — Pain assez en ce terriLorraine (II, 74). — Promptement luy conseille
de faire ouvrir l'artère du temple. P A R É , X V , 4. toire Auront, s'il plaist au Roy divin, Mais
•— U n dieu aimable Qui du verd pampre enceint en Flandres, pour ce tempore, Il n'y croistra
ses tempes moulx. L. de L A P O R T E , tr. Horace, ne pain ne vin. Anc. Poésies, XII, 178.
Odes, III, 25. — Mettez sur l'artère du temple
Temporel. Temporaire. —
[Nos rois] raune emplastre faite de poix résine. G. B O U C H E T , chepterent a grand pris lesditz offices des comtes,
27e Seree (IV, 186).
et les firent temporelz et syndicables. 1596.
Templette. Bandeau serrant les tempes. —
G. L E S U E U R , Antiq. de Boulogne-sur-mer, p. 14
Traisner velours, satin, martres, genettes, Ba(G., Compl.).
gues, aneaulx, coquilles et templectes. Ane
(?) Pâté chaut, pour mieux prendre fin,
Poésies, XII, 43. — Je ne suis point, midieux, Faicte-moy sentir temporels, Que je me signe
fardée De violettes ni de templettes. II, 247. — des orteils. Anc. Poésies, I, 290.
Nous te ferons des templettes d'or diversement
(Prononc. du pluriel). — Je desprise paix
brochées d'argent. L E F E V R E , Bible, Cant., 1 (G.).
par laquelle On veut avoir biens temporéz. Ib.,
— Voulez vous chaisnes, doreures, templettes, VII, 248.
bagues? RABELAIS, V, 21. — Que ta teste soit
Temporisexnent. Temporisation. — Par un
ceinte Dévotement d'une templette saincte. D u tel temporisement et séjour, ils ne faisoyent
B E L L A Y , tr. Enéide, 1. IV (M.-L., I, 370). — Le que refroidir l'ardeur et impétuosité de leurs
Seigneur ostera... les bracelets et les atours, les soldats. 1556. B E A U G U É , Guerre d'Escosse, I,
templettes, les jarretières. CALVIN, Bible, Isaïe,20 (G., Compl.). — [Le duc d'Albe] par sa
3. — Temples ou Tempes... De ceste diction cunctation et temporisement,fitaller nos foeuz
est dérivé templette, qui est un estroit bandeauen vapeurs et fumées. B R A N T Ô M E , DUC d'Albe
duquel les femmes ceignent leurs testes. L A
(I, 101). — Les ruses espagnoles et temporiseP O R T E , Epith., 393 v°. — Venez,fille,et ostez ment y servirent beaucoup. ID., Consalvo Herces templettes qui sont Autour de vostre teste. nandez de Cordova (I, 131). — De raconter sa
G A R N I E R , Troade, 303.
valeur, son assurance, sa prudence et son sage
Templiere. Bandeau serrant les tempes. temporisement... ce seroit chose superflue. ID.,
— Elle print des bracheletz et desfleursde lis, Grand Cosme de Medicis, II, 11. — S'il eust
des templieres et des aneaulx. L E F E V R E , Bible, faict ainsi de l'hasardeux et point tant du retenu,
Jud., 10 (G.). — Les gorgerettes flourantes il s'en fust mieux trouvé que par tant de temet les templieres. Ib., Esaie, 3 (G.).
porisement. ID., M. de Guise (IV, 207). — Un
Temporain. Contemporain. —
Polydamas temporisement de six sepmaines rendrait au
grand de corps plus qu'aucun autre sien tem- roy sa ville de la Rochelle plus subjecte à luy
porain. M O N T L Y A R D , Mythologie, p. 398 (G.).
qu'elle ne fut jamais. ID., Mareschal de Biron
Temporaire (H. D. T. 1589). — 1556. Autres (V, 135). — La rivière empescha le combat
heures sont inégales, temporaires. T Y A R D , Disc
le dimanche, comme aussi le temporisement
philos., Disc, du temps, 340 b, éd. 1587 (Vaganay,
perpétuel d'Abdel-Melech. A U B I G N É , Hist. unw.,
Franc, mod.). — 1562. Le terroir et le climat IX, 19.
ordinaire y sert de beaucoup, mais aussi les
Temporiser. Passer le temps, vivre. — Avec
impressions temporaires de Pair y aident mer- son second mary Agilulphe... elle vescut par
veilleusement. D u PINET, tr. Pline, XVI, 33 lespace de xxi ans, là ou la princesse Marguerite
(G., Compl.).
nha temporisé plus haut de trois ans avec son
Temporal 1. Temporel. — Ne te soucies second espoux Phelibert duc de Savoye. LEcharger plus de gresse glutineuse de la tempoMAIRE, Cour. Marg. (IV, 133).
ralle richesse. L A GRISE, tr. Guevara, III, 27.
Durer. — Ainsi termina son règne sur les
Temporal 2. Gros temps. — Je suis très- François la ligne de Meroveus... Laquelle avoit
content, pendant qu'il ne fait temporal, et que eslevé ledit royaume et temporisé en iceluy par
nous sommes icy à l'anchre en ce lieu de seureté lespace de trois cens trente ans. ID., Illustr.,
et repos, te donner audience pour quelque III, 3 (II, 459).
, o
temps. PASQUIER, Pour-parler de la Loy (I. Agir suivant le temps. — Le duc de Bretagne,
1046).
" * ' pour s'entretenir en grandeur, temporisa tousTemporalité (opposé à éternité). Caractèrejours selon les occasions, tantost ne voulant
de ce qui est temporaire. — Encores cognoist-on tenir son authorité que de Dieu et de l'espée...
mieux et plus clairement, par la temporalité tantost, s'il se sentoit plus foible, nous rec°du monde, que Dieu n'en avoit pas besoin. gnoissant pour souverains. PASQUIER, Recn.,
C H A R R O N , Disc, chrest., II, 1. — Les diverses opiI, 11. — Catin temporisant souffrit beaucoup
nions, raisons, dires des philosophes touchant de peine Pour garder nos troupeaux qnano.
)7 —
TENABLE
nous estions petits. R O N S A R D , Eclogues, V (III, Temps. Le bon temps. L'ancien temps. —
446).
Nous faisons honneur à l'antiquité quand nous
Céder, faire des concessions. — Il ne falloit pas l'appelions le bon temps. Car quand nous parlons
qu'il fust ministre des passions de sa partie, ainsi, Ceux qui ont esté du bon temps n'ont pas
ains sont les advocats ordonnez aux parties, veu les mondanitez que nous voyons aujourd'huy,
comme les médecins aux malades, afin de ne il est certain que nous entendons les anciens.
temporiser point à leurs opinions. P A S Q U I E R , E S T I E N N E , Apol. Herod., ch. 3 (I, 59).
Plavdoyé pour le duc de Lorraine (I, 1076). —
Un temps. Quelque temps. — Ils composèrent
[Le connétable de Saint-Pol] avoit quatre cens leur visage le mieux qu'ils peurent pour un temps.
hommes d'armes entretenus et soudoyez, dont M O N T A I G N E , Lettres (IV, 312). — U n temps
luy seul estoit le commissaire et controolleur, de son Eglise il soustint l'innocence. A U B I G N É ,
chose dont le roy temporisant à ses importunes Trag., V I (IV, 272).
grandeurs, ne l'osoit desdire. ID., Rech., VI, 10. Prendre le temps, un temps. Profiter du m o m e n t
Avoir part selon le temps. — Il temporise bien favorable, — O le furieux advantage que l'opporde Bacchus aux raisins Et aux fruits de Ceres, tunité ! Qui m e demanderoit la première partie
qu'il preste à ses voisins. M A T T H I E U , Aman, en l'amour, je respondrois que c'est sçavoir
I,p.l2.
prendre le temps. M O N T A I G N E , III, 5 (III, 348).
Temporiser de. Tarder à. — Rusticus... re- — Le mulet prend le tans, et du grand coup
ceut un pacquet de la part de l'empereur, et qu'il tire L u y enfonce la teste. R É G N I E R , Sat. 3.
temporisa de l'ouvrir jusques à ce que tout — Prenons ce temps, durant que les offenses
fust faict. M O N T A I G N E , II, 4 (II, 44).
des ennemis sont fresches, et jouissons bien
Temporiser (subst.). — Puis que le sort m e tost ou d'une vie victorieuse, ou du soûlas de
veult favoriser, R o m p a n t le cours de m o n tem- la mort. A U B I G N É , Hist. univ., III, 5. — Armaporiser. M A G N Y , Amovrs, sonn. 70.
gnac pressa l'autre de prendre ce temps pour
Temporiseur. Qui ne fait que passer le temps. parler hardiment. V U , 20.
— Ung Dieu dormant et temporiseur... qui vit
A mesme temps. E n m ê m e temps. — A mesme
content en la contemplation de sa béatitude. temps que vous estiés au bal, plusieurs âmes
L'HOSPITAL, Reformat, de la just., 5 e part. (V, brusloyent au feu d'enfer. Fr. de S A L E S , Vie
41).
dévote, III, 33.
Qui temporise. — Le médecin temporiseur
En temps. A temps. — S'ils ont une présente
ou trop pitoyable, c'est le poison de la playe. Ib. médecine en leur sacrement pour adoucir la
(V, 26). — (Subst.). André Dorie vint le trouver, rigueur de la maladie... ils sont fort cruels de
qui, ayant parlé à lui selon sa vertu et son au- n'y remédier jamais en temps. C A L V I N , Instit.,
thorité, fut aussitost payé des attentes de forces IV, xix, 21.
que ce temporiseur avoit tousjours en main.
Par temps. Quand il en sera temps. — Ainsi
AUBIGNÉ, Hist. univ., IV, 19.
persista la noble n y m p h e à faire résidence en
Temporiseuse (adj. fém.). Qu'il faut prendre
la cité de Cebrine : dont elle ne bougea jusques
a temps. — Occasion. Chauve, déesse, oppor- à la mort, c o m m e nous dirons par temps. L E tune... temporiseuse. L A P O R T E , Epith., 285 v°. M A I R E , Illustr., II, 13.
Tempre. Tôt, de bonne heure. — Les femmes
A temps. D'une allure réglée. — D e ce tempsnestoient point paraventure si tost ne si tempre là, les chevaux n'estoient dressez n y alloient
meures quelles sont ores : et duroit plus longue- à temps, c o m m e despuis. B R A N T Ô M E , Vie de
ment la fleur de leur speciosité. L E M A I R E , IlFr. de Bourdeille (X, 39).
lustr., II, 8. — Pour exemples des premiers, De temps en temps. D'époque en époque. —
nous ayons tempre : c o m m e quand on dit, Il est Dion historien grec, des faictz et gestes insignes
venu bien tempre. E S T I E N N E , Preceilence, p. 178.
des Romains, reduictz par annales et consulatz,
Tempremeure. Précoce. —
Il y-a aussi commençant au consulat de Lucius Cotta et
quelques beaux composez : c o m m e tempremeure, Lucius Torquatus... et continuant de temps en
d'unefillequi est devenue meure (c'est à dire temps jusques à la mort de Claude Néron.
mariable, c o m m e en latin matura virgo) plus D E R O Z I E R S , tr. Dion Cassius (titre).
tempre qu'on n'eust pensé. E S T I E N N E , PreceiPar traict de temps, hausser le temps, v. Trait,
lence,^. 178.
Hausser.
Temprif. Prématuré. — Lesquelles choses
Bon temps mau temps. D e façon ou d'autre. —
lenvelopperent en grieve tribulation, et finable- Voyant les difficultez de parler à sa Sainteté...
ment en la mort trop temprifve, pour avoir s'avisa qu'il y parlerait bon temps m a u temps.
aspiré à la beauté d'Heleine. L E M A I R E , Illustr., D u F A I L , Eutrapel, 17 (I, 236).
I, 27.
Demi temps. Sorte de livre de prières. — A son
Temprnre. Action de tremper. — La tremfilleul, Gilles Houllecte, son messel et chambrier
peure ou infusion nous donne encores ce point et demi temps en moule. Test, de 1503. Arch.
davantage, que les choses trempées laissent Seine-Inf. (G., Compl.).
leur vertu en l'humidité dans laquelle elles sont
Texnptement, v. Tentement.
trempées. G R E V I N , Venins, Disc sur l'antimoine Temnlent (temulentus, ivre). — (Fig.). De
Trempe. —> Leans deux harnois on doroit
sobresse de corps naist sacieté de cueur, que les
forgez de si riche trempure Que de meilleur désirs et affections ne soyent temulentz et peron ne pourroit. L E M A I R E , Cour. Marg. (IV, 46). turbateurs de tranquilité. C H A N G Y , tr. Instit., I,
— Pour avoir rappointé deux coings de fer
11.
servant a faire des jectons pour les commis aux
(?). Si la targue de Méduse, E n guerre si
nuances et aultres a rallonger l'un d'iceulz temulente, Ainsi qu'elle est trist'hideuse, Ains
coings de une palme de long, et y faire une nou- fut esté violente. B U G N Y O N , Erotasmes, p. 60.
velle temprure. 1565-1566. Compte d'ouvr. Arch. Tenable. Devant être tenu. — Un serment
Tournai (G.).
fait contre Dieu n'est tenable. Maheustre et
manant, 30 v° (G.).
TENACE
20
de luy fournir déclaration de tous fonds qu'il
tient de luy. J. P A P O N , Rec. d'arrests, p. 572
(G., Compl.). — 1596. Il suffit au vassal ou tenancier, se transporter à l'hostel. GUENOYS,
Confer. des coustumes, 252 b (Vaganay, Franc,
mod.).
T e n a n t . Ferme. — L e disciple qui est affectionné a son précepteur a la mémoire plus teC H O L I È R E S , 4 e Matinée, p. 136.
nante des choses ouyes de luy que de celles
T e n a c e m e n t . D'une manière tenace. •—
L'œil, qui ne peut que de vue exprimer Ce que la qu'il a lues en son songneux estude. T Y A R D , Dise.
bouche a pouvoir d'imprimer, Tenacement sou- philos., 10 V (G.).
Avare, ladre, parcimonieux. — D'estre trop
vent son guet m e jette. B U G N Y O N , Erotasmes,
chiches et trop tenans aux églises, religions et
sonn. 42.
Ténacité. Avarice, ladrerie. —
Des ava- lieux pitoyables. S E Y S S E L , Louys XII, p. 172.—
rices de Tibère Caesar et de sa ténacité. G. M I - Il estoit avaricieux et tenant. G. M I C H E L , tr. Suétone, III, 118 r°. — Les grans trésors n'ay en ce
C H E L , tr. Suétone, III, 118 r°.
Tenaille. Sorte d'engin de chasse. — Mes- monde acquis... Par quoy m e fault estre chiche
lans ensemble leurs attirails de chiens, de che- et tenant. C O L L E R Y E , Rondeaux, 46. — Le trop
vaux, de rets, panneaux, toiles, bources... te- tenant et avaricieux A bien grand peine il garde
sa promesse. C O R R O Z E T , tr. Ésope, 120. — S'il est
nailles. S E R R E S , VIII, 7.
En tenaille. — Le labourage se croisera non un peu tenant, N o m o n s le mesnager. F. HAà angles droits, ains à obtus et aigus, ou c o m m e B E R T , tr. Horace, Sat., I, 3, Paraphr. — Le seigneur ne doibt estre tenant n'avare es choses
l'on dit, en tenaille. Ib., II, 2.
Tenailles. Pincettes. — Est de besoing avoir esquelles il tiendra son laboureur obligé. COTEla cheminée Pleine de feu et garnie de chenetz, R E A U , tr. Columelle, I, 7. — Pourquoy est-ce
que les h o m m e s sont si tenans, et que l'avarice
D'acoste pots et de grils assez netz, D'une grand
pelle et tenailles serrantes. Anc. Poésies, V I , les empesche de bien faire, sinon qu'ils prisent
par trop leurs richesses...? C A L V I N , Serm. sur
238.
Tenaille. Sorte d'ouvrage de fortification. — le prem. à Timothée, 53 (LUI, 640). — Le méIl mist partie du c a m p vers le chasteau, où les tier des devins est avare et tenant. BAÏF, Antigone,
ennemis avoinct faict ung grand terreplein IV, 4. — Le roy de Macédoine Archelaus semenvironné d'ung grand fossé, avecques une te- bloit estre un peu tenant en matière de donner
naille, que le tout couvroict le chasteau. M O N - et faire présents. A M Y O T , Fortune d'Alexandre,
L U C , 1. IV (II, 145). — Voilà donc le premier II, l. — L'un est prodigue et rapace, l'autre
employ de l'artillerie, à battre en batterie la tenant et avare. B O D I N , Republ, V, 1. — [Propetite tenaille et en ruine toutes les petites tade] se monstroit trop tenant et roide pour le
fisc : lequel par subtiles inventions il essayoit
traverses. A U B I G N É , Hist. univ., IX, 13.
Unes tenailles. Des tenailles. — Phetoniusd'enrichir. F A U C H E T , Antiq., V, 3. — Sire, vous
meist au milieu de la place publicque un gibet, avés maintenant U n vray thresorier de l'Esunes tenailles, une espée, unes verges, des fers pargne : Je n'en vei onc un si tenant; Car le
à mettre aux piedz. L A G R I S E , tr. Guevara, II, 32. papier m e s m e il m'espargne. P A S S E R A T , Quatrains
Tenaillier. Qui tient. — Pinses ou Espinses. (II, 148). — O n le disoit fort tenant en sa desMordantes, courbées, tenantes ou tenaillieres. pance B R A N T Ô M E , Roy Ferdinand d'Arragon
(I, 124).
L A P O R T E , Epith., 323 v°.
Près tenant, m ê m e sens. — Cest une grant
Qui tenaille. — (Fig.). E n dormant lentement
chasserois du visage, D e l'ame et de m o n cœur honte que les ennemys de Dieu consument corps
les ennuis tenalliers. B O Y S S I È R E S , Prem. Œuv., et substance pour une meschante querelle a
leur perdition, et que ceulx qui doibvent main31 r°.
Tenaisie. Sorte de plante. — L a pilozelle, tenir la vérité soient si restrains et près tenans.
la pimpinelle, la garence, la tenaisie. P A R É , C A L V I N , Lettres, 3860 (XIX, 550-551).
Tenant (subst.). En ce mesme tenant. En ce
X V I , 35. — L'eau de sauge, armoise, aluine,
m ê m e temps. — E n ce mesme tenant, il nous
mente, tenaise, verbaine. S E R R E S , VIII, 5.
T e n a m m e n t . Fermement, avec ténacité. — fut dit... que de ladite montaigne sourdent
Quoy que ce soit, amour ou jalousie, Si tenam- les trois plus grans et plus noblesfleuvesd'Eument en m a pensée encrée. S C È V E , Délie, 428. — rope, cestasavoir le Dunoe, le Rhône et le Rhin.
Ceux qui, poussez d'une plus haute contempla- L E M A I R E , Illustr., 111, 1 (II, 310).
Tenant à tenant. Tout près. — Si en les setion, ne se sont si tenamment arrestez aux m a tières qu'ils n'en admirent et taschent de con- mant vous leur mettez à costé un clou de gignoistre la cause. T Y A R D , Nat. du monde, 8 r° roffle escrasé tenant à tenant, ils en retiendront
(G.). — L'huile plus espesse, tenamment gluante. l'odeur et le goust. L I E B A U L T , Mais, rust.,
p. 210 (G.).
ID., Disc, philos., 241 r° (G.).
Tenar. — [Les muscles] qui estendent le
T e n a n c e 1. Tenue, consistance. — L'humidité
fait dissoudre le sel, qui estoit la cause de la pied : c o m m e aussi le tenar de la main, et autres
tenance, forme et discrétion de la pierre. P A - semblables. P A R É , I, 8. — Le premier [muscle
interne de la main] est appelle tenar. IV, 29.
LISSY, Recepte v.r., p. 34.
T e n a n c e 2. Tenure. — U n e tenance que led. Outre plus en ce pié seze muscles tu voys,
Mahieu Laignel tient de l'hostellerie de Boul- H u y t d'eux sont establiz aux mouvemens
longne. 1505. Terrier de l'abbaye de S. Wulmer des doyz, Desquelz l'un dict tenard mené le
poulce joindre A u x doys. A U B I G N É , Création,
(G.).
Tenancier (H. D. T. 1617). — 1569. U n g XIII (III, 429).
T e n a s m o n . Tenesme. — Ce vault contre
seigneur direct peut contraindre son tenancier
esprainson de ventre appellée tenasmon. Jara.
de santé, I, 62 (G., Compl.).
Tenace (H. D. T. Ambr. Paré). - - 1501.
Cler et vif entendement, tenace mémoire. F. L E
R O Y , Liv. de la femme forte, C 1 a. (Vaganay,
Franc, mod.).
Tenax. Tenace. — Si dur et tenax cueur. 1530.
Reg. consul, de Limoges, 1, 192 (G., Compl.). —
S'ils sont trop tenax, obstinez et opiniastras.
19 —
TENDRE 1
Tenax, v. Tenace.
tencerie. Contredictz de Songecreux, 55 r° (
Tencement. Querelle. — Provocateurs de Avarice et trop grande chicheté. Cholere désordonnée. Noyses et tenseries. CALVIN, Ordonnances
noises et tensemens. Jard. de santé, Ois., 30 (G.).
— Dequoy naissent envies, tencemens de hommes (X, 20). — Ceste journée est la journée d'anqui sont corrumpus de parolle. 1543. Bible, goisse, de tenserie et de blasphème. ID., Bible,
Isaîe, 37 (LVI, 632).
Epit. de S* Paul à Timothee, 6 (G.).
Reproche. — Pense tu... que ce soit petit
Reproche, réprimande. —
Tenzona, pour
au mary de souffrir les tenceries de sa
tansement, s'il se peut dire de tanser. E S T I E N Ntravail
E,
femme? L A GRISE, tr. Guevara, II, 15.
Preceilence, p. 258. — Ilfitune grande répriTenceur. Querelleur, grondeur. — Vieil
mande et tancement une fois à un chevallier.
ou Vieillard. Rioteux... rude, tanseur. L A P O R T E ,
BRANTÔME, Mareschal de Tavannes (V, 99).
Epith., 421 r°. — Ces tanseurs, criarts ordinaires,
Tencer (intrans.). Se quereller, disputer. —
Vous n'avez cause de tencer, Faictes accord et qui sans propos entrent en colère, il n'y en a
paix ensemble. G R I N G O R E , Prince des Sotz, M o -aucun qui soit attrempé. M A U M O N T , tr. S' Justin,
ralité (I, 263). •— Or estoit le diable fort envieux 16 v° (G.).
(Fém.). Tenceresse. — Ta femme est maistresse
de l'amour que avoint cest h o m m e et femme
ensemble, tellement qu'il mettoit toute sa cure Tenceresse, orguilleuse etfiera.Anc. Théâtre,
a les faire tencer ensemble. Nie. D E T R O Y E S , 1,175. — A u moins que fusse si martir De femme
32. — Et conseilleroye que pour quelconque prendre tanceresse. Anc Poésies, IX, 154. —
chose la femme ne se meist à tanser ny estrifver Il la plongea par troys foys en leau a cause quelle
contre son mary. L A GRISE, tr. Guevara, II, 6. estoit telle tenceresse. P A L S G R A V E , p. 660. —
-— Le lendemain au matin ces jeunes hommes de Les voysins à qui il faisoit ce récit estoint maMethymne cherchent par tout leur corde : mais riés à femmes noisives et tenseresses. Nie. D E
personne ne confessoit l'avoir prise, parquoy, T R O Y E S , 41.
Tendable. Pouvant être tendu. — La plante
après qu'ilz eurent un peu tencé avec leurs
hostes, ilz tirèrent oultre. A M Y O T , Daphnis d'ellébore est utile quand elle est blanche, tenet Chloé, 1. II, 27 r°. — (L'Automne enfant). dable, fragile. Jard. de santé, 1, 164 (G.).
Tende, v. Tente 1.
Ses actes toutesfois donnoyent bien tesmoignage
Tenderie. Chasse au moyen defiletstendus.
Qu'elle seroit un jour de tresmauvais courage :
Car tousjours rechignoit, grommeloit et tansoit, — A u procès de la tenderie a perdrix. 25 avr. 1555.
Et rien que tromperie en son cœur ne pensoit. Cart. de Flines (G.).
Tendeur. Celui qui tend desfilets,des pièges,
RONSARD, Hymne de VAutonne (IV, 313). — Ce
Chlidon ayant consumé bonne partie de la jour- oiseleur. — Le doulcheur de lafleutedu tendeur
née à tenser et quereller avec sa femme en fait l'oiselet sansfinvivre en malheur. FOSSEcholere. A M Y O T , Pélopidas, 8. — U n tresgrandTIER, Cron. Marg., VU, iv, 6 (G.). — Cognins,
débat Parmy eux deux s'est commancé : A qui faisans, cocus et huppes... Seront agrippez par
mieux mieux ils ont tancé. BAÏF, Eunuque, IV, 5. leurs cruppes De tendeurs en maintes façons.
— La mesme raison qui nous fait tanser avec un Anc. Poésies, XII, 179. — H sera au bricq pris
voisin dresse entre les princes une guerre. M O N - Comme loyseau de grande fain surpris, Cuydant
TAIGNE, II, 12 (II, 201). — C o m m e il fust quel- menger quelque grain de froment Est du tendeur. M. d'AMBOiSE, Babilon, 38 r°. •— Ainsi
quefois rencontré en sa maison tançant bien
asprement avecques sa sœur. II, 29 (III, 121). que le tendeur Occist loysel qui na point eu
— Thomas Eriers se plaint que li félon l'ont tant dheur De se repaistre et son danger fouyr.
fait mesler (c'est à dire tancer ou debatre) Ib.
Tendiere. Sorte de pièce de charpente posée
avec sa dame. F A U C H E T , Langue et Poes. fr.,
horizontalement. — Mur moictoyen entre deux
II, 75.
Faire des reproches. — Tout le mal qu'une voisins peut estre percé pour asseoir sommiers,
femme peult dire, c'est... tancer à leurs servantes pênes, tendieres ou consoles, en advertissant
lors qu'elles sont paresseuses. L A GRISE, tr. le voisin. 1609. Coût, de Metz (G.).
Tendit (?). — Sans nul respit Dangier a
Guevara, II, 14.
Tancer à. Se quereller avec. — Guêpe enrouée grant tendit ; En fait et dit de tout il nous
aus grillons agus tance, Qui son voisin comme reforme. Anc Poésies, IX, 324.
toi vaincre pense. V A U Q U E L I N , Foresteries, 1, 6.Tendon, même sens que tendiere. — Poutres,
Tancer avec. Faire des reproches à. — Quandtendons, consoles et sommiers. 1624. Coût, de
Gorze (G.).
je tance avec mon valet, je tance du meilleur
Tendre 1. Délicat, fragile. — Il n'est riens
courage que j'aye : ce sont vrayes et non feintes
plus tendre que le bruyt et renommée des femmes,
imprécations. M O N T A I G N E , I, 37 (I, 298).
ny plus legier a mesdire. C H A N G Y , tr. Instit., I,
Tancer contre. Faire des reproches à. — Us
intentent procès à Dieu, de ce qu'en eslisant 12.
Délicat, difficile à contenter. — Il n'est jales uns selon sa volonté, il laisse là les autres.
Mais puis qu'il est notoire que la chose est telle, mais party de moy chose qui me contentast...
que gagneront-ils à tancer ne gergonner contre J'ay le jugement tendre et difficile, et notamment en mon endroit. M O N T A I G N E , II, 17 (III,
Dieu? CALVIN, Instit., III, xxn, 1.
Se tencer. Se fâcher. — Nous disons, sans que24).
Tendre de pecune. Peu pourvu d'argent? —
homme s'en tence, Que celluy qui plus baille
argent A le droict si cler et sa gent. Sotties, II, Sur
30. moy ne fault telle rigueur estendre ; Car de
Tancer (subst.). Plus doux est le tancer du pecune un peu m a bourse est tendre. M A R O T ,
sage mille fois Que le chanter du fol. B E L L E A U , Rondeaux, 3.
Tendre des oreilles. Prompt à s'offenser. —
DISC, de la Vanité, ch. 7 (II, 281).
Tencerie. Querelle, gronderie. — Bon fait Ne croyez point si par inadvertance il m'eseschever tencerie. Anc. Poés., IV, 120. — Pour chappe quelque mot qui puisse desplaire aus14
éviter les tenceries. J. B O U C H E T , Regnars travers.,
59 d. (G.). — Tousjours son droit deffend par
VII
TENDRE 2
— 210 —
dès le soirflestry,C o m m e d'une rose tendrette.
L A T A I L L E , Blason de la marguerite (II, 50). —
Vos bouches tendrettes. G A R N I E R , Juifves,
(G., Compl.).
1763. — (Fig.). T u m e donnes la mort, Faisant
Tendre du cerveau, v. Cerveau.
fener,
mourir m a tendrette espérance. AUBIGNÉ,
T e n d r e 2. Attendre. — Il tressue et faict
maie chère, Tendant l'heure de son trespas. Primtems, 1,11.
Tendrette (subst.). Douceur, caresse. — Le
Act. des Apost., vol. 1, 56 a (G., Compl.).
(Forme). Futur. — Nous tenderons des lacez péché est tout pardonné Quand on ne le faict
que en cachettes ; U n g tas de menues tendrettes
pour les grues. B E R E A U , Eglogues, 2.
Ce n'est que chose naturelle. Anc. Théâtre, I,
Tendrelet, dimin. de tendre. — Son filz
157.
doulx et plaisant Tant tendrelet. H E R O E T , Autre
Tendreté. Caractère de ce qui est tendre,
invent. extr. de Platon. — L a peau tendrelette.
délicat (matériellement). — Les os des enfans.,.
J O D E L L E , Eugène, 1,1. — Le petit enfantin de lait
pour leur tendreté et mollesse, communiquent
Incontinent commence à croître, Et soudain,
plus tost leurs pourritures aux membranes et
d'enfant tendrelet, O n le voit tout h o m m e apacerveau. P A R É , VIII, 10. — Ceste particularité
roitre. T A H U R E A U , Poes. div., Inconstance des
se remarque aux pins, que très-difficilement
choses (II, 222). — Son tendrelet visage. B A Ï F ,
souffrent-ils le transplantement, pour la tenFrancine, 1. IV (I, 251). — Tant est lisse et douildreté de leurs racines. S E R R E S , VI, 17. — Il y
lette L a mollette rondeur de sa peau tendrelette.
a des fruitz... qui pour leur tendreté et délicaB E L L E A U , Eglogues sacrées, 4 (II, 309). — Fille.
tesse ne peuvent durer, s'ilz ne sont... confitz,
Jeune, douce... tendrette ou tendrelette. L A
Fr. de S A L E S , Vie dévote, III, 38.
P O R T E , Epith., 176 r». — U n aigneaa tendrelet.
Sensibilité physique. — Celle qui sera en soy
B A Ï F , Eglogues, 8 (III, 47). — Nostre langage
tendre et délicate, qui n'aura point essayé de
est tellement ployable à toutes sortes de mimettre la plante de son pied sur terre, pour ses
gnardises que nous en faisons tout ce que nous
délices et tendreté. C A L V I N , Bible, Deuteronome,
voulons : adjoustans souvent diminution sur
28 (LVI, 309). — Retranchez ceste tendreté
diminution : comme... tendre, tendret, tendrelet.
mutile qui vous fait plaindre de vostre infirmité.
E S T I E N N E , Preceilence, p. 98. — Et ces petits
Nous avons des tendretés sur nos corps qui sont
enfans si tendrelets encore. G A R N I E R , Juifves,
grandement contraires à la perfection; mais
1615. — Les longs doigts tendrelets. B R E T I N ,
plus, sans comparaison, celles que nous avons
tr. Lucien, Images, 6. — O belle bouche ! ô lèvres
sur nos esprits. Fr. de S A L E S , Entretiens spirit.,
tendrelettes ! M O N T R E U X , Athlète, Pastourelle,
III (VI, 49).
III, 4. — Dès l'âge tendrelet de l'indiscrette
Caractère de ce qui est jeune et faible. — La
enfance. C H A S S I G N E T , Mespris, sonn. 116. —
vefve qui a des enfans lesquelz, pour la tendreté
Son mieux a y m éfilz...,jeune et tendrelet. B R A N de leur aage, ont besoin de son addresse et conT Ô M E , Mareschal de Cossé (IV, 87).
duite, ne peut loysiblement les abandonner.
Tendrelettement. D'une manière tendreID., Vie dévote, III, 40 (III, 284, var.). — Les
lette. — Sa main douce Foiblettement m e reviellars ayment les enfans... d'autant que l'expousse, Et serre, en ce doux tourment, Mes
trême simplicité, foiblesse et tendreté des uns
doigtz tendrelettement. T A H U R E A U , Baiser 6
rehausse et fait mieux paroistre la prudence et
(II, 126). — L a belle Tendrelettement rebelle.
asseurance des autres. ID., Amour de Dieu, I, 8,
B E R E A U , Gaieté d'un oeillet osté à s'amie.
Sensibilité, attendrissement. —
Il pleure
T e n d r e m e n t . Avec faiblesse? — Elle luy
vrayement, mais ce n'est point de tendreté
resistoit au mieulx qu'elle povoit, cryant et pleusur luy mesme. ID., Serm. rec, 1 (IX, 10). —
rant tendrement. Amadis, IV, 38.
La douceur, suavité, consolation et tendreté
Tendresse. Caractère de ce qui est tendre.
sensible du cœur, qui nous provoque aux larmes
— Prens ceste p o m m e en sa tendresse dure.
et souspirs. ID., Vie dévote, IV, 13.
S C È V E , Délie, 113.
Tendresse. — L a recognoissance des biens
Faiblesse de l'enfance, de la jeunesse. — E n
receuz et la tendreté de l'amour excusoit aucunel'aage et tendresse où vous étiez encore. L E
ment ce fait. A N O N . , tr. Bullinger, 1,10, p.115.—
R O Y , tr. Isocrate, A u Roy.
Honnesteté et noblesse, tendreté, faveur et
Faiblesse, délicatesse de la femme. — Quelle
douceur envers les hommes. D u M O U L I N , tr. Indame ou damoiselle se trouva jamais si franche
dagine, Astrologie nat., p. 212. — Exerçonset si hardie, qu'en postposant toute tendresse
nous simplement, humblement et dévotement
et imbécillité féminine, de suivre son espoux à
aux petites vertus... comme... la tendreté envers
la chasse parmy les hauts rochers...? L E M A I R E ,
le prochain, le support de ses imperfections.
Illustr., II, 13.
Fr. de S A L E S , Vie dévote, III, 2.
Tendret, dimin. de tendre. M o u , tendre. —
T e n d r e t t e m e n t , dimin. de tendrement. —
Ici le verd lierre et la tendrette mousse Font
Mais tu sçais bien autrement Gouverner les sages
la rive sembler plus que le sommeil douce. R O N Muses, Et tousjours tendrettement A u x jeuS A R D , Elégies, Mort de Narcisse (IV, 69). — Des
nesses ne t'amuses. T A H U R E A U , Prem. Poes.
bouts tendrets des courges aux bras longs.
(I, 100).
B O Y S S I È R E S , Prem. Œuv., 110 r°. —• Pendant
Tendrenr. Caractère de ce qui est tendre
que la vigne tendrette... Forme le raisin verdismatériellement. — Car la tendreur des corps
sant. B E L L E A U , Berg., lre /., May (I, 204).
végétatifs N'eust enduré les raiz penetratifz
Jeune et délicat. — Gentes bergerettes...
D u chaud soleil, ny des vens la froideur. PEJeunes et tendrettes. L E M A I R E , Temple d'HonLETIER, Descript. du printemps. — La bande
neur (IV, 194). — Jeunesfillettessaffrettes,
soupçonneuse Cerchant du jeune bois la tendreur
tendrettes, blondettes. R A B E L A I S , V , 20. —
savoureuse. G A U C H E T , Div. plaisirs, p. 20.
Cueillir de sa lèvre tendrette L a cerise encor
D e u x des nouveaux jettons... seront liez enverdelette. B E L L E A U , Petites Inv., Cerise (I, 76).
semble, lesquels pour leur tendreur, sans aucune— Les uns louront le taint fieury D'autre fleur,
ment les fendre, se joindront. S E R R E S , III, 5.
dicts seigneurs, si d'aventure ils estoient tendres
des oreilles. M . D u B E L L A Y , Mém., 1. IV, 131 r°
1
Afin que ce bestail ne retourne plus à la vigne,
tant que ses jettons, pour leur tendreur, en
craindront la morsure. Ib. — Les veaux et génisses ne sont propres à saler pour provision,
la tendreur de leurs chairs ne s'accordant avec
le sel. VIII, 1.
Fragilité. — (Fig.). II... ne nous voulut pas
molester ou inquiéter d'interrogations, mais
nous soulager magnifiquement en la tendreur
de nos entreprises. B E R O A L D E , Hist. vér., p. 209.
Jeunesse, faiblesse et délicatesse du jeune
âge. — Nosfils,Seigneur, soyent ainsi que les
plantes, Dés leur tendreur robustes et puissantes.
BÈZE, Psaumes, 144. — Les jeunes gens, pour la
tendreur et molesse de leur aage, sont aisément
trompez. C H A R R O N , Sagesse, III, 2. — Plusieurs
autresfilles...laissent passer ceste grand' tendreur et verdeur de leurs ans. B R A N T Ô M E , Dames,
part. II (IX, 581).
Mollesse. — Elle [la douleur] nous veut faire
peur, tenons bon, et qu'elle nous trouve plus
résolus qu'elle ne pense. Nostre tendreur luy
apporte cette aigreur et dureté. C H A R R O N ,
Sagesse, III, 22.
Sensibilité. — Laisse donc tendreur féminine,
et monstre cueur et constance de princesse.
L E M A I R E , Temple d'Honneur (IV, 223). — U n e
doulce et gracieuse chaleur de l'esprit naturel
et tendreur délicate et féminine. A M Y O T , Amour
envers les enfans, 3.
Délicatesse excessive, mollesse. — Pour leur
oster toute délicatesse et toute tendreur efféminée, il accoustuma les jeunesfilles,aussi bien
que les garsons, à se trouver aux processions, à
danser nues en quelques testes. A M Y O T , Lycurgue,
14. — 11 nous faut fortifier Pouye et la durcir
contre cette tendreur du son cérémonieux des
parolles. M O N T A I G N E , III, 8 (IV, 13). — Cette
tendreur et douceur craintive et cérémonieuse
est pour les femmes ; il faut une société et familiarité forte et virile, il faut estre masle,
courageux, et à corriger, et à souffrir de Pestre.
C H A R R O N , Sagesse, II, 9.
Tendresse. — Excusez, s'il vous plaist, la
tendreur maternelle. G A R N I E R , Juifves, 1635.
Tendrillon. Partie tendre. — Ils bondissent
comme un asnon faisant ses courbettes et petarrades après s'estre saoullé des tendrillons des
chardons. M A R N I X , Differens, I, iv, 13.
Bourgeon, rejeton tendre. — Elle [l'acanthis]...
hait les asnes oui luy mangent les fleurs et
tendrillons. G. M O R E L , Verb. latin-commentarii
(G.). — E n past les tendrillons des branchss
leur donras. R. et A. d'AiGNEAux, tr. Georg.,
1. III, 69 r» (G.).
Très jeune fille. — Nous disons... d'une fort
jeunefille,un tendron, ou (par forme de superdiminution), un tendrillon. H . E S T I E N N E , Preceilence, p. 99.
Tendrir. Attendrir. — Affin aue puisse en
rithmoians accords Tendrir le cueur de Gylon
l'impiteuse. G. C O L I N , 82. — O meschant, m o n
amour, ni m o n dueil, ni m o n pleur, Ni nul autre
respect t'ont peu tendrir le cœur. R I V A U D E A U ,
Complaintes, 3.
Tendron (adj.). Tendre. — Il laissa un filz
fort jeune... lequel fut en son aage tendron si
bien nourry que despuis il fut ce que l'on l'a veu.
B E A N T Ô M E , Marquis de Pescayre (I, 183). —
Hz en ont bien eu la conscience chargée d'avoir
faict si misérablement mourir un si honneste
et gentil prince et en aage si tendron. ID.,
Dauphin François (III, 174). — Son gallant fut
TENEBREUX
puny de mort par la justice, pour avoir eu affaire
à elle en un aage si tendron. ID., Dames, part. II
(IX, 578).
(Subst.). Ce qui est tendre. — Us arrachent
tantost le gravissant lierre... Puis de ses bras
tortis les mois tendrons enlacent, Maints rameaux
entrejoints en un tissu ramassent. D u B A R T A S ,
2 e Sem., Artifices, p. 135. — Fay luy d'un beau
courail proprement relevé Les tendrons rougissans de sa lèvre jumelle. C O R N U , p. 16. —
Ca, tens m o y les tendrons de ta lèvre jumelle.
P. 105.
Enfant, jeune h o m m e . — H a ! disoit-elle,
jeune fol, m e refuses-tu? O tendron, m e fuis-tu?
A N O N . , tr. Folengo, 1. X V I I (II, 72).
Petit d'un animal. — Si voz faveurs d'amitié
D u tout indigne m e treuvent, Heé, au moins
quelque pitié Mes petits tendrons esmeuvent.
T Y A R D , Liv. de vers lir., Ode, Grenoilles. — Lequel desploiant un manteau de cuyr nous monstra une jeune tendron qu'il disoit estre né d'une
jument, duquel le hault jusques au col et aux
mains avoit forme d'homme, et tout le reste
de cheval. A M Y O T , Banquet des sept sages, 3.
T e n d r u r e . Caractère de ce qui est tendre. —
Le vin les blesse [les enfants] en plusieurs manières, c'est assavoir par legiere inflammation,
par tendrure de cerveau, par pénétration très
facile. Régime de santé, 25 v° (G.).
T e n d n e . Cloison. — Liez contre une tendue
de bois, d'une chaine de fer, par le milieu du
corps. Louis XII, Lett., IV, 230 (G.).
Tenture. — Sur ce, l'un à l'envy de l'autre,
commencèrent à destacher une tendue de linge,
et dont leur chambre estoit tapissée. T A B O U R O T ,
Escraignes, 37.
T e n d u r e . Sorte de poutre posée horizontalement. — Pennes, tendures ou consoles. 1624.
Coût, de Gorze (G.).
État de ce qui est tendu. — L a tendure
d'icelle [toile de l'araignée] se void souvent entre
deux arbres. D I N E T , Hieroglyph., p. 309 (G.).
Ténèbre, masc. — Les ténèbres espais plus
que la nuict espaisse. A U B I G N É , Trag., VII (IV,
301).
Ténèbre, au singulier. — Mais sa grâce...
Par sa clarté m a ténèbre illumine. M . de N A V A B R E ,
Marg., Miroir (I, 16). — O ù il n'y a rien que
ténèbre obscure. Ib., Oraison de l'ame fidèle
(I, 91). — C'est la clarté qui le m o n d e illumine,
Que nulle nuit ne ténèbre extermine. M A R O T ,
Serm. du bon passeur (1, 75). — Ténèbre alors
m e sembloit lumineuse. M . de N A V A R R E , Dern.
Poés., Prisons, p. 121. — Quand la ténèbre
première Feit place à une lumière. B R E T I N ,
tr. Lucien, Tragédie de Podagrie.
Unes ténèbres. Des ténèbres. — C o m m e si
ceste lumière du soleil tomboit en une nuict et
en unes ténèbres. A M Y O T , Face de la lune, 16.
T e n e b r e u s e m e n t (H. D. T. Saint-Simon).—
L a lumière qui avoit assés tenebreusement luit
deux jours. F O S S E T I E R , Cron. Marg., 19 v°
(G., Compl.). — Si d'en haut l'on ha pitié D e
l'affection humaine, Voy, las, voy où l'amitié
Tenebreusement m e meine. T Y A R D , Vers lir., 14,
149 (Vaganay, Mots).
Tenebreuseté. Ténèbres. — Les obscurités
et ténèbreusetés des yeulx. Jard. de santé, p. 46
(G.).
T é n é b r e u x . Opaque. — Par ce que j'ay dit
que toutes pierres sont diaphanes et transpa-
TENEBRION
— 212 —
Tenelles. Pincettes. — Je donne a ma fille
rentes, ou cristalines en leur essence première :
il te faut doncques entendre que celles que tu Eleonore... des tenelles, des ansettes, ung cuivois icy sont ténébreuses pour ce que les eaux soir de pommes. 1587. Test. (G.).
communes jointes avec l'eau congelative ont Tenement. Fait de posséder. — Clotaire..,
amené de la terre ou sable avec elles. P A L I S S Y , survescut tous ses frères et neveux, et eut toutes
leurs successions... dont il fut merveilleusement
Disc, admir., Coppie des escrits, p. 359. — Tout
ainsi que les pierres ténébreuses le sont pour augmenté en tenement de seigneuries. LEMAIBE
cause des mélanges des terres et sables entre- Illustr., III, 2 (II, 419).
Fait de détenir. — Les misères dont ce royaume
meslez parmi la matière essencielle, semblablement les métaux ne peuvent aucunement appa- est accablé, ce que nous recognoissons procedder
roir diaphanes. P. 362. — Ténébreuses sont les principalement du tenement des champs des
pierres ausquelles on ne peut rien voir au travers. gens de guerre, qui n'y peuvent estre disciplinez
sans paye, n y souffrir sans entretenement. 1596,
Ib., Explic des mots plus difficiles, p. 380.
Tenebrion (tenebrio). Esprit des ténèbres. — H E N R I IV, Lett. miss., t. IV, p. 621 (G.).
Possession, territoire que l'on possède. —
Advenente la lumière du clair soleil, disparent
tous lutins, lamies, lémures, guaroux, farfadetz Elle... descendue de sa littiere près dun molin
et tenebrions. R A B E L A I S , III, 24. — Afin de sur une petite rivière qui sépare le tenement
chasser les fantosmes de leurs maisons, et les royal et archiducal, va remercier lesdits seigneurs
nettoyer des tenebrions, follets et autres illu- et dames qui lavoient conduite et accompaignee,
sions nocturnes, que nous appelons esprits. L E M A I R E , Cour. Marg. (IV, 74). — [Priam]
T Y A R D , Disc philos., 351 v° (G.). — Ainsi prospéra en si merveilleuse affluence de richesses
que s'enfuirent à Padvenement de nostre Sei- quil agrandit son tenement par adjonction de
gneur toutes sortes de tenebrions et lutins dont neuf provinces. ID., Illustr., I, 19. — Il faut préle monde, à la suggestion du diable, estoit ensor- supposer que son père estoit quelque puissant
celé. D u F A I L , Eutrapel, 1 (I, 79). — Les diables... h o m m e , ayant son tenement et possessions
fort leur compte, les tenebrions, que tous ceux autour du rivage dudit fleuve. I, 27. — Lesqui par dévotion dressent des idoles ou remem- dits vrays Troyens naturelz... recouvreront leur
brances à aucune créature quelle qu'elle soit... héritage et le tenement de leurs progeniteurs.
sont notoirement idolâtres. M A R N I X , Differens, I, 34. — H saccagea tout leur tenement, ensemble
de leurs voisins qui s'estoyent avec eulx levez en
Add. (IV, 253).
armes. D E R O Z I E R S , tr. Dion Cassius, 1. LIV,
Tenebrosité (tenebrositas). Obscurité, ténèbres. — L a claritude de ceste matière... est ch. 106 (219 ro).
plus exempte de réprobation que nest le soleil Tene ment ier. Tenancier. — Si le tenemande tenebrosité. L E M A I R E , Cour. Marg. (IV, 62). — tier avoit payé partie du cens ou de la prestation
Lescarboucle... pour nulle tenebrosité noc- annuelle a son seigneur direct. Guidon des practurne ne laisse obscurcir sa propre beauté. ticiens, fol. 638 (G.). — Les tenementiers des
(IV, 144). — Il a encline les cieux et est descendu biens sur lesquels telles cens sont dues. 1587.
et la tenebrosité estoit soubz ses pieds. L E F E V R E , Droits de Cossonay, fol. 58 (G.). — Ceux à qui
Bible, Ps., 11 (G.). — Bien tost il fut mis à se- appartiendront les dites rentes et censés auront
nestre E n grande tenebrosité. Anc. Poésies, X I , leur recours aux héritages et leurs actions contre
296 .— D'enfer je puis la tenebrosité Tollir subit. les tenementiers. G U E N O Y S , Conf. des coustumes,
Act. des Apost., vol. I, 70 d (G.). — Elle [l'âme 410 v° (G.).
intellective] est liée et conjointe avec le corps Tenence. Porte-reliques. — Trois tenences,
et offusquée de la tenebrosité de la matière. l'une de camelot tannez et les aultres de bleui,
T Y A R D , tr. Hebrieu, Dial. I, p. 49. — La lune... à porter les sainctes reliques. 1578. Invent, de k
est composée de l'unique et stable lumière du collégiale de Salins (Gay, Gloss. archéol).
Teneur 1. Suite continue, continuité. —
soleil : et de la diverse et muable tenebrosité
de la terre. Ib., Dial, III, p. 32 .— Il y a de la Il persévéra tousjours immuablement en une
tenebrosité meslee parmy la nature du feu. mesme teneur de voulunté en l'administration
A M Y O T , Opin. des philosophes, II, 30. — [Chry- des affaires. A M Y O T , Démosthène, 13. — Cela
sippe] dit que par nature Pair est ténébreux, seroit vray si... les années gardoyent tousjours
et pour ceste cause par conséquent il est aussi le une mesme mesure en teneur égale. CALVIN,
premier froid, et que sa tenebrosité est directe- Instit., I, xvi, 5. — Voila le train que cest excelment opposée à la clarté, et sa froideur à la lent serviteur de Dieu a suyvi d'une continuelle
teneur. B È Z E , Vie de Calvin. — Mais soutenir
chaleur du feu. ID., Contredictz des Stoiques,
43. — (Fig.). Evade lennuy de tenebrosité cu- contre l'envie Les premiers labeurs de ma vie,
rieuse et le labeur de grieve solicitude. L E M A I R E , Où, sans garder une teneur, Ainsi que m a verve
m e pousse Tantost farouche et tantost douce, Je
Illustr., 1, 32.
poursuy quelque bel honneur. BAÏF, Poèmes,
Tenebrosité des yeulx. Obscurcissement de la
vue. — Ladicte eaue vault à la tenebrosité des 1. I X (II, 444). — S'il [le printemps] durait l'an
yeulx. 1536. L E F O U R N I E R , Décor, d'humaine na- entier, et que sa face belle N e s'enfuit devant
l'autre saison nouvelle, Nos yeux enfinlassez
ture, 4 (Vaganay, Mots).
de pareille teneur N e pourroyent comme il faut
Tenebry. Sorte de jeu. — Se vont jouant à
e tene1, E A u
L mosin
honorer
son
honneur.
JPde
AAMMSOYla
,teneur
V,
276
tonnebri,
àndélicat.
la
paumette.
Tenel
iil
latinisme
cest
TTT
Langue
RDlaA BMchevrette...
EELo278),
Rair
AV(tenellus,
IA\
Sde
L,est
par
, I,
Rabelais,
Deablerie,
inimice
22.
plaisanterie.
P-du
dimin.
yI,
mortel
fol.
283).
deTrès
Otener,
D'un
(dans
—
A
v°
Rabelais,
jouvenceau
utendre),
(Sainéan,
tenebrv.
— Car faire
—
penserait,
force
dont
275).
preste
Faire
L aj'accompagne
acte
—
et
à
main
teneur.
toutes
mesme
Qui
de
lisant
de
flaterie.
ne
choses
son
tout
ordre.
Aller
cognoistroit
toute
gouvernement
cecy,
avec
pareille
QNNUTque
continuité?
IAEO.
Il'honneste
RGje
,N EP.,
teneur,
Lettres,
m,de
[de
e II,
sois
mLDieu]
a—12
liberté
mesme
vie,
proposé
D VU,'(II,
aller
se
il r°.
—
213 —
a pied, très illustre seigneur, Lassé je suys ;
car profflct ny honneur N'y puys avoir : et ce qui
plus m e griefve, C'est que je n'ay cuisse, jambe
ne grève Qui sur plain c h a m p puisse faire teneur.
J. M A R O T , Cinquante rondeaux, 33.
Teneur. Air, musique. — Chanson nouvelle
des Suyces sur la bataille de Marignan, et sur
la teneur de : Venez au pont de pierres, Brughelins et Gantois (Dans Leroux de Lincy, Chants
histor., 11, 56) (G.).
Position? — II... renversa les cartilages tant
d'un costé au dehors vers le bras selon leur teneur. P A R É , II, 5.
Apparence ferme, immuable. — Tout ainsi
que le matin, pensant estre au dessous de toutes
affaires, il ne ravalla rien de sa magnanimité accoustumée, aussi lors qu'il fut au dessus, il ne se
haussa pas davantage, ayant, toute ceste journée-là, une mesme teneur de visage. P A S Q U I E R ,
Lettres, XII, 4.
(Masc). Continuité. — Premièrement louer le
benoist Servateur : lequel par sa divine bonté
vous conserve en ce long teneur de santé per-
TENIR
ceste tenure qui est requise sur tout aux h o m m e s .
ID., Serm. sur Job, 25 ( X X X I I I , 311). — Que
nous apprenions d'avoir une constance, une fermeté et teneure pour ne jamais décliner de nostre
vocation. ID., Serm. sur l'Ep. aux Galates, 16
(L, 475). — Leur foy n'a nulle tenure. ID.,
Serm. sur la sec. à Timothee, 23 (LIV, 278). —
E n toutes mesures ceste condition y est nécessairement requise, qu'elles soyent d'une teneure
asseuree, sans jamais varier ni changer. K E R Q U I F I N E N , tr. Gelli, Disc. I X , p. 303.
Dépendance. — Odonacre... laissa les personnes libres et seigneurs de leurs biens, sans
tenure ny prestation de foy ny d'hommage.
J. B O D I N , Republ, II, 2.
Tenure des eaux. Écluse. — U n g torillon servant a clore et ouvrir les tenures des eauwes.
1583. Compte d'ouvr. Arch. Tournai (G.). —
Par le commis des tenures d'eauwes. 1605.
Reg. des Consaux. Arch. Tournai (G.).
Tenir. Avoir. — Icelle d a m e Popeia tenoit
le corps moyen, les doigts longs, la bouche petite. L A G R I S E , tr. Guevara, Prol. gênerai, 6 r°.
faicte. R A B E L A I S , IV, 4.
— Popeia tenoit les cheveulx de couleur d'ambre.
(Masc. avec le sens d'aujourd'hui). — L e te- 6 v°. — T u tenoyes plus de santé en estant roy
neur des lettres que Grandgousier escripvoit à de Macédoine que tu ne fais maintenant, estant
Gargantua. ID., I, 29.
seigneur de toute la terre. Ib., 1, 34. — Gayus
Teneur 2, terme de musique. — Leucosia Duellius... s'en alla à R o m m e , ou il tenoit une
la seconde [sirène] joua la partie du teneur à sœur non moins vertueuse que riche et belle.
tout sa harpe dyvoire. L E M A I R E , Illustr., I, 29. — II, 10. — L a tierce chose que le sénat concéda
Plusieurs musiciens lesquels, ores que de leur aux femmes de R o m m e fut que chacune d'elles
nature n'ayent les voix douces n y convenables peust tenir deux robbes riches. II, 17.
les uns pour la teneur, les autres pour la basseRetenir. — Les froys, bruynes et gelées...
contre, dessus ou contreteneur, ce neantmoins, Ont retardé et tins Bon-Temps. Anc. Poésies,
ayans gardé les accors tels que la chanson le
XII, 341. — N y les Troyens armez, ny Mars, ny
requiert, rendent une harmonie... qui contente sa rigueur, N y le bruit, ny le sang n'ont tins
assez l'oreille. P A S Q U I E R , Pour-parler du Prince son masle cœur. C H A M P R E P U S , Ulysse, I, p. 10.
(1,1044).
Tenir par cœur. Savoir par cœur. — Pour y
Voix de teneur. — Lune partie au bas bary- vacquer entièrement... jusques à ce que l'on les
tonna, Et l'autre après un haut contre entonna : tint par cueur. R A B E L A I S , II, Prol.
Les cleres voix fort bien diminuèrent, Et les
Tenir. Soutenir. — Ce grand criart, qui tant
teneurs leur train continuèrent. L E M A I R E , Amant la gueule tort, Pour le grand gaing tient du
verd (III, 32).
riche le tort. M A R O T , Enfer (1, 52). — Et tant ont
Teneure. Action de tenir. — E t vous en faict que leur noblesse ont tinse Jusques icy
laisse plusieurs autres [conciles] tenus sous cette et en honneur retinse. Ane Poésies, XIII, 113.
lignée en la France... esquels trouverez en cet
Penser. — Si je les eusse cogneuz... je vous
usage de concils... permission de nos roys de les asseure que j'eusse tins la victoire plus certaine
ouvrir, teneure d'iceux par nos evesques de
que je ne faisois. Amadis, IV, 7. — Je croy que
France, et... nulle mention de l'évesque de R o m e . c'est ce m e s m e estât où se trouvent ceux au'on
PASQUIER, Rech., III, 7.
void défaillans de foiblesse en l'agonie de la
Autorité. — Le pape Alexandre V I , faisant mort : et tiens crue nous les plaignons sans cause.
le partage du monde neuf entre les roys de Cas- M O N T A I G N E , II, 6 (II, 59). — Je tien qu'il faut
tille et de Portugal, s'en réserva expressément estre prudent à estimer de soy. (II, 66). —
la tenure féodale, ressort et souveraineté. J. B O - Aristote tient que les rossignols instruisent leurs
DIN, Republ, 1, 10.
petits à chanter. II, 12 (II, 184).
Suite, continuité. •— Sainct Jacques... parle
Ne pas vouloir en tenir... N e pas vouloir le
ainsi de mot à m o t : Que vostre ouy soit ouy
donner pour... — L a Lune donna ceste responce
et vostre non soit non. E n quoy il signifie que
au bon chevalier, qui n'en eust pas voulu tenir
lesfidèlesdoyvent avoir certaine tenure en leurs dix mille escus... Si luy remanda incontinent
paroles. C A L V I N , Instruct. contre les Anabap- qu'il acceptoit le combat. L O Y A L S E R V I T E U R ,
tistes (VII, 98). — Il faut qu'ilz soyent merveil-ch. 21. — D e ce c o m m a n d e m e n t n'eust pas
leusement effrontez, de n'avoir nulle honte qu'on voulu tenir le bon chevalier sans paour et sans
leur puisse reprocher qu'il n'y ait nulle tenure reprouche cent mille escutz, car tout son désir
en leurs paroles. ID., Contre les Libertins, ch. 8 estoit de faire service à son maistre et d'acqué(VU, 170). — Quelle tenure y a il en ces propos, rir honneur. Ch. 62. — [La locution] ofoc &v 8enon plus qu'aux resveries d'un h o m m e qui se- £odu.7jv, suivant àv-rt... correspond m o t pour
roit en fièvre chaulde? Ch. 23 (VII, 228). —
m o t à la nostre, Je n'en prendrois pas, ou Je
Quand le printemps est venu, on voit qu'il va n'en vouldrois pas tenir... Xenophon, en son
d'un fil esgal et tenure telle que l'an passé. Symposium, oôx Sv SéÇato xà paaiXéœç x P ^ a x a
ID., Serm. sur le Deuter., 156 (XXVIII, 392).
àvTl TOG uloû... Ainsi disons-nous, Je n'en pren14*
VIIconstance, fixité. —• Job donc, ap- drois pas dix escus, ou, Je n'en vouldrois
Fermeté,
pas
pliquant ceste comparaison à ses amis, déclare
tenir dix escus. Item, Je n'en prendrois pas tout
qu'ils n'avoyent point ceste fermeté égale et l'or du monde. E S T I E N N E , Conformité, II, 2,
p. 179.
TENIR
— 214 —
Tenir le menton, la mule, le mulet, V. Menton,
Débiteur. — Caesar par son testament avoit
Mule, Mulet.
légué au peuple romain soixante et quinze
Tenir coup. Retenir le coup. — Si le manche
drachmes d'argent pour teste, dont luy [Octave]
du fouet ne eust tins coup. D u F A I L , Propos,
estoit tenu c o m m e héritier universel. A M Y O T
ch. 10, p. 77.
Antoine, 16.
Obligé, redevable. — Mais A m o u r doys merTenir tort. Faire tort. — Qu'ilz facent bien
à ceux qui leur tiennent tort : et qu'ilz prient cier doublement, Et doublement à luy je suis
pour ceux qui mesdisent d'eux. C A L V I N , Instit., tenu. M A R O T , Elégies, 17. — Noë le sainct
X V I , p. 772. — Il sembloit... à toute la Grèce h o m m e (auquel tant s o m m e s obligez et tenuz
de ce qu'il nous planta la vine). R A B E L A I S , II l,
que les Athéniens leur tiensissent ung grand
tort, et les tyrannisassent tout ouvertement. — Et ne m e tien aux Muses moins tenu Dont
S E L V E , tr. Plutarque, Périclès, 35 r°. — Vous elles m'ont un tel a m y gaigné Que dem'avoir
m e tenez ung grand tort de m e n o m m e r mes- en m a langue enseigné. M A R O T , Epistres, 56. —
chante. M . de N A V A R R E , Heptam.,21. — Ceulx
[Thémistocle] passa en l'isle de Corfou, à cause
que les Romains appellent fecialiens alloyent
que la ville luy estoit tenue et obligée pour
bien souvent eulx mesmes en personnes devers
quelque plaisir qu'il leur avoit autrefois fait,
ceulx qui tenoyent tort aux Romains, et tas- A M Y O T , Thémistocle, 24. — Philotas l'en remerchoyent à leur persuader par vives raisons cia, et dit qu'il se sentoit bien tenu à luy de ceste
qu'ilz recogneussent bonne foy. A M Y O T , Numa, tant libérale voulunté. ID., Antoine, 28. — Je
12. — Le soldat... lui respondit fort honneste- ne suis pas en ceste isle venu Pour tromper
ment qu'il ne lui pensoit tenir tort. B R A N T Ô M E , ceux à qui je suis tenu. R O N S A R D , Franciade,
Duels (VI, 483).
III (III, 118). — Je m e plaignois d'un prince
Tenir. Dépendre. — Il fault ribon ribaine
qui m'estoit tenu et à qui j'avois faict deux
que tous roys... pendent de luy, tieignent de bons services. B R A N T Ô M E , M. de La Noue (VII,
luy. R A B E L A I S , IV, 53. — [II] m e fait tant d'hon- 233).
neur qu'on diroit que je suis son supérieur et
Reconnaissant. — H o m o n petitfilz...que tu
qu'il tient de moy. L O U V E A U , tr. Straparole, 1,1. es joly, et tant je suis tenu à Dieu de ce qu'il
m'a donné un si beau filz. R A B E L A I S , II, 3. —
Tenir par. Tenir à. — Croyez que par eulx ne
tenoit que cestuy Gaster leur dieu ne feust apSi tu m e fais ce service là... je seray tenu à toy
tement... servy en ses sacrifices. R A B E L A I S , tout le temps de m a vie. Nie. D E T R O Y E S , 40. —
IV, 60. — Par vous ne tienne que promptement
Jamais h o m m e ne fut plus tenu à aultre que le
rie soient tables dressées. V, 22.
gentilhomme au charretier de l'avoir ainsi guery
Il n'y a que tenir. Il n'y a rien de bon? •— d'un tel mal. D E S P É R I E R S , NOUV. Récr., 41. —
Si m a d a m e va en voyage Et soit huit jours Combien je te suis tenue pensant à ta bénignité.
sans revenir, E n cela n'y a que tenir. Anc. PoéS E V I N , tr. Philocope, 1. II, 46 v°. — Que je suys
sies, I, 95. — Il se résout de prendre Patelin heureuse, et que je suys bien tenue a Dieu de ce
pour son conseil, lequel après avoir entendu
quil m a icy amenée pour y mourir. CALVIN,
tout le fait où il n'y avoit que tenir pour luy, Lettres, 1179 (XIII, 246). — Par une tardive
est d'advis que... quand il seroit devant le juge, influence, Des grands j'aqui la cognoissance :
il ne respondit qu'une bée à tout ce qui luy seroit A vous, Muses, j'en suis tenu. BAÏF, Passetems,
demandé. P A S Q U I E R , Rech., VIII, 59.
1. IV (IV, 420). — N e vous disoy-je pas bien
Il n'y a que tenir que... ne, avec le subj. Il est qu'elle estoit honneste, sage et belle? — Ouy
certain que, avec l'indicatif. — Si ceux la firent vrayement, dont je seray toute m a vie tenu à
bien [de refuser d'être citoyens d'Athènes], il vous, qui m e Pavez si bien nourrie et eslevee,
n'y a que tenir que Chrysippus n'ait mal fait en se L A T A I L L E , Corrivaus, V, 2. — C'estoit vrayefaisant enroller et immatriculer au nombre des
ment bien raison que nous fussions tenus à Dieu
citoiens d'Athènes. A M Y O T , Contredicts des Stoî- seul et au bénéfice de sa grâce de la vérité
ques, k.
d'une si noble créance. M O N T A I G N E , II, 12
En tenir. Être pris. — J'en tenons (i nous en (II, 310). — Si par vostre valeur... Bradamante
tenons, c'est à dire nous s o m m e s pris). B E R O A L D E , j'acquiers, du m o n d e la merveille... O que je
Parvenir, Démonstration (II, 195).
vous seray tenu d'un si grand heur ! GABNIER,
Qui tient tienne. Sorte de jeu. •— (Fig.). FaitesBradamante, 713. — Vous soyez bien venus,
c o m m e luy, qui tient tienne... Quand il n'aymera
Et Marion et m o y vous sommes trop tenus
rien que vous, N'aymez aussi que vostre espoux. D'avoir daigné venir. P I B R A C , Plaisirs de la vie
M . de N A V A R R E , Marg., Comédie (IV, 125). —
rustique, p. 127. — Et veut encores que je luy
N'estes vous pas où il vous appartient, M o y où sois tenu âequoy il preste, c o m m e il dit, beaucoup
je veulx? Jouons à qui tient tient. E A D . , Dern. moins à ce consentement que ne porte l'usage
Poés., Prisons, p. 140. — Il m e n a son armée ordinaire des h o m m e s . M O N T A I G N E , III, 5 (III,
contre les Esclavons, et leur envoia redemander 318).
les villes macédoniennes qu'ilz luy detenoient.
Cher tenu. Celui, celle que l'on chérit. — Vertu
Bardyles roy des Esclavons ne trouva pas grand
avoit aussi clerement apperceu la honteuse fuite
goust en telles parolles, trop bien respondit qu'il de ce hideux ennemy, laquelle redondoit totaestoit prest de traicter paix, et tinst qui tenoit. lement à l'honneur et victoire de la duchesse
S A L I A T , tr. Gemiste, 1. I, 229 v°.
sa chère tenue. L E M A I R E , Cour. Marg. (IV, 45).
Les tenans. Les assiégés. — N'ouvrés jamais — Apres avoir perdu et lamenté inconsolablela bouche pour le parlement... Il vault mieux
ment le tresbeau Joseph son espoux et son cher
que ce soict quelque particulier qui en face
tenu (IV, 116).
l'ouverture ; elle est plus séante aux assiegeans
Tenir, signifiant penser, construit avec le
qu'aux tenans. M O N L U C , 1. II (I, 421-422)
subjonctif. — Philostrate tient que soient dents,
Tenu. Continu, suivi. — Ceux qui en ceste non cornes. R A B E L A I S , V, 29.
maladie ont usé d'une manière de vivre assez
Il ne tient que... construit avec l'indicatif.
ample sont plustost eschappés que les autres
— Il ne tient pas a ceulx de ceste ville que je ne
ausquels on a fait tenir diète tenue. P A R É , suis leur hoste. C A L V I N , Lettres, 127 (X, n,,221)'
— Qui a bonne mémoire, il ne tient qu'à luy
—
215 —
TENSON
qu'il n'est sçavant, car il en a le moyen. CHAR- — Celle qui m'a tins compagnie. Var. hist., VII,
RON, Sagesse, III, 14.
33. — 2°. Les quatre sergens qui avoint tint
(Formes). Indicatif présent. — Est il mal de safille.Nie. D E T R O Y E S , 9. — Avez vous tint
dens plus grand que quand les chiens vous promesse? ID., 19. — Il Peust renversé, s'il ne
tenent aux jambes? R A B E L A I S , II, 14.
se fust tint aux crains du cheval. Amadis, III,
Passé défini. — U n jour ilz vindrent A m o y 16. — Je luy eusse tint compaignie. L A T A I L L E ,
malade, et prisonnier m e tindrent. M A R O T , Corrivaus, III, 1. — Si ne puis-je oster de m a
Epistres, 42. — Aulcuns luy tindrent compaignie. fantasie qu'en ce cas tu n'ayes tint le sac. IV, 4.
RABELAIS, I, 41. — Theseus... estoit descendu — Celuy le peut bien dire à qui des le berceau
en droicte ligne du grand Erechtheus, et des Ce malheureux honneur a tint le becq en l'eau.
premiers habitans qui teindrent le pais d'At- R É G N I E R , Sat. 6.
tique. A M Y O T , Thésée, 3. — Ceux-cy se tindrent
Tenneresse, fém. de tenneur (tanneur). —
achevai. M O N T A I G N E , III, 12 (IV, 203). — Ces
Que il ne soit tenneurs ne tenneresse qui pour
paladins... Tindrent fidellement m o n enseigne acheter cuir puist tenir plus de ung huis ouvert.
debout. R É G N I E R , Disc, au Roy.
11 oct. 1543. Ord. des tasneurs. Arch. Tournai
Futur et conditionnel. •— 1°. Bien seur je suis (G.).
qu'il tient et tiendera. M . de N A V A R R E , Dern.
T e n o n 1. Vase, récipient. — Elle [la foudre]
Poés., Navire, p. 437. — O n m e tiendera a la versa tout le vin e m m y la cave, sans offenser
gorge sans m e dire gare. M O N T A I G N E , Lettres les tenons et poinssons de terre où il estoit.
(IV, 350). — Vous m e tienderés... en vostre A M Y O T , Propos de table, IV, 2.
bonne grâce (IV, 328). — Ils le tienderoint
T e n o n 2. Sorte d'instrument de chirurgie. —
pour suspect. ID., Journal, p. 168. — 2°. Je Puis [le chirurgien] joindra les lèvres de l'ulcère,
sçay... Faire cumelles et rondeaulx, Et si fais lesquelles seront pincées et serrées avec cest
bien à ses tonneaulx Les brocques qui terront instrument n o m m é tenon auquel sont trois
toudiz. Anc. Poésies, XIII, 161.
trous par lesquels on mettra des aiguilles en
Imparfait du subjonctif. — 1°. E t m e priarenttravers. P A R É , X V , 49.
tous que chescun se tinse avec ce qu'il avoict
Tenorisé. Exposé avec suite. — L'un des
gaigné. M O N L U C , 1. I (I, 184). — Si m'eussiez sindics auroit faict lecture de tous les articles
tins bons propos... vous la tinsiez déjà entre faicts pour la forme de la garde, aussi des arvos mains. C A H A I G N E S , Avaricieux, V , 1. —
ticles de la santé cy après tenorisez. 12 mai
2°. Aussi leur pleust luy faire ce bon tour, Qu'un le 1565. Délib. du Conseil de Bourg (G.). — Et qu'il
tenist, et les autres entour. B O U R D I G N É , Faifeu, falloit fere responce a icelle a sa dicte Altesse,
ch. 37. — Pleust à Dieu que ne vous en tenist et requis en estre faicte lecture par le secretnon plus qu'il fait à moy. Nie. D E T R O Y E S , 52. taire du dict clergé soussigné a la forme qu'elle
— Je vous ay... ja dict... que ne m e tenissiez est cy tenorisee. Août 1569. Delib. du Conseil
plus telles parolles. R A B E L A I S , II, 21. — 3°. S'il de Bourg (G.).
advenoit que je tenasse Ceste là que m o n cueur
Tenot. Cuve, cuvier. — Baillé a ung tonnelmenasse. C O L L E R Y E , Rondeaux, 119. — 4°. Pleust lier la s o m m e de troys sols quatre deniers tourn.
à Dieu... qu'il m'eust cousté une quarte de m o n pour avoir relyé une queuhe a mectre vergust,
sang... et je vous tiensisse en santé m o n prison- ung thenou et aultres vaisseaux 1500-1501.
nier. L O Y A L S E R V I T E U R , ch. 65. — D e l'entreHôtel Dieu de Bourges (G., Thinot). — Six grans
prise esleurent le seigneur de Conty, et l'en ad- tenos de boys. 1501. Invent, de l'Hôtel Dieu de
vertirent à ce qu'il se tiensist prest. Ch. 40. —
Beaune (G.).
Deux ou trois cappitaines des lansquenetz...
Tensance. Action de tancer. — Antipho esluy firent dire qu'il leur tiensist sa promesse pouse une f e m m e sans m o n commandement et
de leur faire bailler double paye. Ch. 56. — Et ordonnance, ne n'a craint m a seigneurie ne m a
ny eut du commencement desdietz Achaiens tensance au moins révérer. Therence en franc.,
que les Pelliens qui tiensissent le party des 301 v° (G.).
Peloponnesiens. S E Y S S E L , tr. Thucydide, II, 2
T e n s e m e n t , Tenserie, v. Tencement, Ten(46 v°). — Iceulx Lacedemoniens tenoient pour cerie.
ennemys tous ceulx quilz prenoient sur mer,
Tensif. Tendu. — Le pouls sera trouvé dur,
tiensissent le party des Athéniens ou fussent tensii et petit. P A R É , X X I , 11.
neutres. II, H (64 v°). — Alcibiades... fut
Accompagné de tension. — U n e très-grande
d'advis que les aultres capitaines athéniens douleur tensive, pongitive et bruslante. ID.,
se séparassent d'avec luy et se tiensissent der- VI, 23. — Causant une douleur tensive. X V , 65.
rière. S E L V E , tr. Plutarque, Alcibiade, 73 r".
— Le malade sent une grande douleur tensive,
Participe passé. — 1°. Grans et petitz avezc o m m e qui lui tireroit et deschireroit les boyaux.
tins aux abboys. G R I N G O R E , Folles Entreprises Ib.
(I, 33). — Leurs propos tins, s'en alla seure et
Tension (H. D. T. Paré). — Rougeur obscuferme Ladicte dame. B O U R D I G N É , Faifeu, ch. 22. ree, tension et pesenteur. 1530. J. G O E U R O T ,
— J'ay tousjours tins des bons sieurs les partis. Entret. de vie, 4 r» (G., Compl.). — Tension,
Anc. Poésies, VIII, 206. — Je t'ay tinse pour resistence, douleur pulsatille. 1540. T O L E T ,
belle jusques cy. Nie. D E T R O Y E S , 51, p. 251. — Tumeurs contre nature (G., Compl.).
Je l'ay tenu ainsy que Octavien A tins les siens.
Tenson. Querelle, débat. — O ù deust estre
Moral à troys personnages (dans Théâtre myst., toute unanimité, Argus survient, débat, noises,
p.^28). — §i je m e ri de celle Qui tout transi tensons. G R I N G O R E , Folles Entreprises (I, 55). —•
ni a tins en sa cordelle. V A U Q U E L I N , Foresteries, Là sont dansans, sans noyse ne tanson, Gays
H, 4. — Je n'ay bougé de la place où je suis, et joyeux c o m m e un rossignolet. Anc. Poésies,
Ou le sommeil m'a tins jusqu'à cette heure. I, 243. — Boire matin, fuyr noise et tanson. M A BAÏF, Eglogues, 10 (III, 58). — Apres leur avoir R O T , Ballades, 1. — Grand plaisir prins en icelle
donné double tourment et tins longuement prisonniers. T H E V E T , Cosmogr., 1, 10. — Apres
<lue sans raison II a tins si long temps nos h o m m e s
e
n prison. M O N T C H R E S T I E N , Lacenes, II, p. 172.
TENTAL
216
—
chanson Pour ce que fut sans noyse et sans prison, O ù le deuil soit logé, où jamais on ne
tanson. M. d'AMBOiSE, Ep. et Lettres am., 62 v°.rie. Cette tente de noir laissez y donq tousjours,
— Deffens nous de leur malle teste, Mulerye, B R A C H , 1. III, sonn. 34.
tenson et tempeste. Sotties, III, 298. — Par Échoppe. — Il [le savetier Blondeau] crainoises et tançons des amans l'amitié Renouvelle gnoit de n'avoir pas bien caché ce pot et qu'on
tousjours et s'accroist de moitié. J A M Y N , O. P., le lui desrobast. A toutes heures il partoit de sa
1. I, Epithal du Roy et de la Reine de Nav. — Ou tente pour l'aller remuer. D E S PÉRIERS, NOUV.
bien souvent par outrage et tançon Le plus Récr., 19.
On dit tende pour tente. — Nous n'avions pas
puissant met le foible à rançon. V A U Q U E L I N ,
faute d'utiz, car... les pioniers qui se desroboinct
Sat., A M. de Tiron.
Reproche — Parlez à nous ; Veuillez oublier laissoinct les leurs dans une grande tende que
noz tensons. M. de N A V A R R E , Inquisiteur (L. de L.M. le mareschal avoict faict tendre pour retirer
et M., IV, 90). — Ni la libre censure De mes amis, leurs ferremens. M O N L U C , 1. II (I, 309). — Comme
ni leur grève tanson Pourront jamais expédier nous retournions aux tendes, les aultres soldatz
m a cure. L. de L A P O R T E , tr. Horace, Epodes, 11.appelloinct aux nostres pioniers gastadours.
(I, 310).
Chant plaintif. — Autrement chantz leur
Tente 2. Faisceau de charpie. — Mais que
sont tansons, Et n'en prisent point les façons.
D E S PÉRIERS, A Matthieu de Quatre (I, 168). — tous les jours... il y mette une petite tente et
Et au limon les grenouilles tandis Ont gazouillé une amplastre dont je luy bailleray l'oignement,
leurs tensons de jadis. PELETIER, tr. Georg., il ne vous empirera point. L O Y A L SERVITEUR,
1. I, p. 66. — L'ciseau parmi les bois ramez Du ch. 51. — [Le cheval de Bayart] comme une
Thracien les tançons recommence. R O N S A R D , personne se laissoit... mettre tentes en ses
playes sans remuer aucunement. Ch. 60. —
Cassandre (I, 78).
Lutte de chant? — Merles, mauvis, de plus Une petite tente et un emplastre. PASQUIER,
belle en plus belle, Serins, tarins, faisans propor- Rech., VI, 18. — De ceste composition en faire
tions, Y murmuraient, par tenson non rebelle. des tentes et les mettre dans le nés. SERRES,
VIII, 5. — Si après il y a grande douleur, tienL E M A I R E , Concorde, lre part. (III, 109).
Poème pour obtenir le prix. — Et feray re- drés dans la plaie, durant vingt quatre heures,
sonner d'un haut et grave son (Pour avoir part une tente trempée dans un moieu d'œuf fort
au bouc) la tragique tançon. R O N S A R D , Marie, battu. Ib. — Qui veut bien penser et guérir
Elégie à son livre (I, 131). Note marginale :une playe... il la faut sonder jusques au fonds,
et y mettre une sonde et une tente bien avant.
Vieil mot françois, qui signifie noise et débat.
Débat sur des questions d'amour. — Tensons B R A N T Ô M E , Dames, part. II (IX, 199). — (Fig.).
estoient disputes d'amour, les uns soustenans Je ne veux point en la playe de tante Qu'Amour
un party, les autres un autre : qui estoient mefitpour avoir guerison. R O N S A R D , Cassandre
(L 52).
puis après jugées par des seigneurs et dames
Sonde. — Et sera mis en la playe une tente
d'honneur qui tenoient, comme juges souved'or
ou d'argent cannulée et courbée, de grosrains, cour ouverte pour cet effect. PASQUIER,
seur d'un tuyau de plume d'oye. P A R É , VI, 12.
Rech., VII, 4.
lentement. Tentation. — Mais bien je crains
Tentai (?). — Avoir frappé et fait sang et
playe tentale d'une espee ou rapière au bras les infestacions, Les temptemens et molestacions
Des faulx espritz. J. B O U C H E T , Noble Dame,
senestre. Texte de 1504-1505 (G.).
Tentatif. Tentant. — Faisant semblant de 147 v° (G.). — Par telz moiens éviteront la
guerre Des temptemens, et pourront paix aclui vouloir toucher la jambe, qu'il ne voyoit
querra. ID., Ep. famil, 23. — Incontinent passent
que trop belle et trop tentative pour lui. B R A N T Ô M E , M. d'Imbercourt (II, 406). — J'ay veu mes temptemens, Et me reduytz a souspirs
discourir et faire question quelle jambe estoit vehemens. 94. — J'ay donc pensé qu'à peine
plus tentative et attrayante, ou la nue ou la y a personne Sans tentement au monde, tant
couverte et chaussée. ID., Dames, part. II (IX, soit bonne. 105. — Il fut tempté de temptemens
divers. ID., Ep. mor., I, 2. — Mais as cerché en
311).
Tentation. Tentative, entreprise. — T'as tous lieux tentement Pour reformer (non sans
fois mon naestéfidelen la tentation d'immoler ton unicque damnable oultraige) Souventes
re
J
U
L
Y
O
T
,
l
part.
10 (3e Llegie).
turel
ouvraige.
hoir. FOSSETIER, Cron. Marg., 69 r° (G.). —
Tentenier.
Vivant
sous
la
tente.
— Il ^
Tu luy as tenu en ces et aultres merveilleuses
aussi
changer
de
manière
de
vivre
aux
Aranes
tentacions fidèle et inséparable compaignie.
que l'on surnomme Scenites, comme qui diron
69 v» (G.).
Tentative, nom d'une épreuve du bacca- Tenteniers, pource que c'est un peuple vaganonQ,
qui n'a point d'autres maisons que des tentes,.
lauréat en théologie. — Touchez un peu mon
A
M Y O T , Lucullus, 21.
pouls... A sa fréquence et élévation vous diriez
Tenter. Faire l'essai de. — Quand la sœur
qu'on me pelaude en tentative de Sorbone.
d'Apollon
son arc d'argent voûta, Contre un
R A B E L A I S , III, 11.
premier son bras elle tenta. JAMYN, U• *.,
Tentatoire. Qui cherche à tenter. — Il te orme
commencement
deChasse,
ver par enfleures
et trouiw. I, Poème de la
74 v°
faut vigoureusement esvertuer au contraire, 1
mens de entrailles. G. M I C H E L , tr. Suétone, n,
résister à toute vigueur à leurs enhortemens
84 r°.
tentatoires. L E M A I R E , Illustr., I, 32.
Tenter qqn. Lui donner la tentation de.
Tente 1. Ceulx de sa tente. Ceux de sa com-Je voys tenter les escholiers de Trebizonde laispagnie. — Mais le mocquant ne se contente, ser pères et mères, renoncer à la police commu
Et a dict à ceulx de sa tente, S'il nous peut R A B E L A I S , IV, 46.
. .
quelques jours avoir, Il employra tout son pouTenter à. Tenter de. — Il seroit quasi folie
voir Pour nous faire brusler tous vifz. M A R O T ,
Epistres, 62.
Tente. Tenture. — Soit m a chambre une noire
— 217 —
TENVE
inconsideration à m o y de tenter a faire cela par tenue de la raison. A M Y O T , Vertu morale, 6. —
lettres. CALVIN, Lettres, 508 (XI, 628).
L a sagesse françoise a esté anciennement en
Se tenter. S'attaquer? — L'amour se vint proverbe pour une sagesse qui prenoit de bon'
premièrement tenter, E n desarroy, au cloître heure et n'avoit gueres de tenue. M O N T A I G N E ,
de mon ame, Pour sa fureur prétement conten- I, 25 (I, 202). — Considérons donq pour cette
ter. B U G N Y O N , Erotasmes, sonn. 67.
heure l'homme seul, sans secours estranger,
Tenterie. Tentation. —
Tenterie... croc- armé seulement de ses armes... Voyons combien
queterie, courtisannerie. Alector, p. 35 (La il a de tenue en ce bel équipage. II, 12 (II, 163).
Curne).
Force, valeur. — Ce qu'il dit en un autre lieu,
Tentenr. Tentateur. — Le tenteur deceu assavoir que nous sommes establis justes par
et mocqué entreprend un autre artifice de ten- l'obéissance de Christ, n'auroit point de tenue
tation. G A I G N Y , tr. Guerricus, 200 v° (G.). —
si nous n'estions reputez justes en luy et hors
Par ceste mort, amye, il fault congnoistre Que
de nous-mesmes. C A L V I N , Instit., III, xi, 4.
plus Dieu fait la tentation croistre Et plus il
Retard, délai. — Allons nous au prétoire
est du temple l'adjuteur, Qui par luy met à mettre, Sans plus y faire de tenue. Actes des
riens le vieulx tempteur. M . de N A V A R R E , Dern. Apost., vol. II, 149 c (G.).
Poés., Prisons, p. 279. — Jamais m o n mal n'a fin, De tenue. Consistant, solide. — O n use encore
Tant est mon tempteur fin. Ib., Chans. spirit., d'une autre sorte a coller le papier, c'est assa31, p. 334. — Diable. Infernal, cauteleux... voir avec colle c o m m u n e faite de fleur de fatentateur ou tenteur. L A P O R T E , Épith., 147 v°. rine et d'eau chaude meslee avec un peu de
Celui qui attente à l'honneur féminin. — Et vinaigre, car la colle forte, ni celle qui est faite
de Diane inviolable Le tenteur envoie la bas, de g o m m e , ne seroit de tenue. D u P I N E T , tr.
Orion, pour sa saleté D u dard de la vierge domté. Pline, XIII, 12 (G., Compl.).
L. de L A P O R T E , tr. Horace, Odes, III, 4.
D e parole. — Et bien, m a d a m e Florimonde,
Tenteresse. Tentatrice. — Io, voyez la ca- suis-je pas femme de promesse? M e suis-je pas
resse Tenteresse Que lui faict le Guissené. M A - icy rendue à poinct n o m m é ? — O u y vrayment,
GNY, Gayetez, p. 65.
m a d a m e Béatrice, vous estes de tenue aussi.
Tentier. Faiseur de tentes. — Trois a quatre F. d'AMBOiSE, Dialogues, 11, 189 r° et v°.
cens tentiers et dresseurs de tentes. V I G E N È R E ,
T e n u e . Fatigué. — Chacun veult estre matr. Ghalcondyle, p. 122 (G.). — L u y retournant riés ; Et quand chacun en est tenues, Chacun
de là plus amoureux que jamais trouva s'amie ne le vouldroit point estre. Anc. Poésies, 1, 226.
mariée à un bon jeune filz tentier. L E M A Ç O N , Peut-être faut-il lire tennés.
tr. Decameron, IV, 8. — Tonneliers, tentiers,
Tenuissime (tenuissimus). Très fin. — Le
tapissiers, tahutiers, maréchaux. S U L L Y , Mém., faut long-temps agiter et battre en un mortier,
t. XI, p. 484 (G.).
à fin de le séparer en parties tenuissimes. P A R É ,
Tapissier. — Jaspar Simon, par ci devant X V I , 10.
tentier de l'empereur. Compte de 1540. Lille (G.).
Très léger. — O n l'evacuera [le sang] insenTentif. Attentif. — Or faictes paix, mes bons siblement par potions résolutives provoquantes
amys, A m'escouter soyez tentis. Anc. Théâtre, la sueur, ou par bains et par la manière de diète
III, 395.
tenuissime. ID., X , 2.
Teution (tentio). Opposition. — L a longueur Très petit. — Son tenuissime cerveau ne peult
de vos propos n'amortist point vos violances et comprehendre d'entrer en éloquence. C H A N G Y ,
n'afoiblist pas vos tentions. A U B I G N É , Caducée tr. Instit., 1,10.
(II, 106).
Ténuité (tenuitas). Pauvreté. — L a ténuité
Tentoire (tentorium). Tente. —
O ù par de Salonie n'empescha qu'elle ne fust chiere et
long temps sans castre ne tentoire Avons esté, admirable au peuple romain, pour ce qu'elle
desperans la victoire. Ep. du Lymosin (dans fut f e m m e du sage Cathon. C H A N G Y , tr. Instit.,
Rabelais, III, 277).
Il, 3.
(Par extens.). C'est le tentoire et la chambre
Tenure, v. Teneure.
royalle O u le filz Dieu par un amour loyalle
Tenve. Mince, fin. — Les Romains les reVeult avec nous estre reallement. J. B O U C H E T , ceurent avec leurs javelots, dont ilz leur presenEp. mor., I, 1.
toyent les bouts ferrez pour parer leurs coups,
Ténu. Léger, frugal. — L a manière de vivre et ainsi faulsoyent leurs espees, qui avoyent
ténue est dommageable aux pestiférés, à cause les lames fort tenves et subtiles. A M Y O T , Cade la grande resolution d'esprits et debilitation mille, 41. — C'est luy qui maintenant redonne
des forces naturelles. P A R É , X X I V , 22.
au pastoureau L a grâce de jouer du tenve chaTenucher. Trébucher. — Jamais je n'abois lumeau. J A M Y N , O. P., 1. I, Poème de la chasse,
maudit mes espérons qu'à l'hure, car je tenu76 v°. — Les anges sont bien intelligences, mais
chois à tous coups. A U B I G N É , Faeneste, IV, 2.
non du tout exemptes de corps, qu'elles ont
Tenne. Contenance. — U n e portion de terre subtil, tenve, délié, et composé d'air ou de feu.
qui contient de tenue environ troys quartiers. L E L O Y E R , Spectres, III, 1. — Il fait les corps
20 nov. 1500. Cart. de Cormery (G.).
des démons si tenves, légers et subtils qu'à
Consistance, solidité. — L'argent, n'ayant comparaison de nos corps les démons n'ont
point de tenue, n'est point ou peu employé pour
qu'une ombre de corps. Ib. — Leur corps [des
argenter. J. B O D I N , Republ, VI, 3.
démons] est de Pair en ce qu'il est mol, tenve
Fermeté, constance, solidité (au sens abstrait). et subtil. III, 34.
— Les choses qui se persuadent de douceur
Mince, de peu d'épaisseur, léger. — Sa vesont bien de meilleure tenue que celles qui se
nuste corpulence... nestoit absconce du regard
'ont accroire par force. P A S Q U I E R , Pour-parler
de Paris sinon par linterpos dune houpelande
du Prince (1,1030). — Il ne dit pas mal... l'ancre tenve et déliée, telle que les nymphes et fées
fichée dedans le sable, pour signifier la foible ont accoustumé de porter. L E M A I R E , Illustr.,
I, 24. — Je trouve que le fruict en est multiplié,
TENVEMENT
— 218 —
et que les escorses en sont plus tenvres : de sorte C H E T , Noble Dame, 48 v° (G.). — Rien ne trouva
que un boisseau de telles febves broyées et fors de cendres tepides sur l'autel. L A BOUT I È R E , tr. Suétone, p. 300 (G.). — (Fig.). [Le
nettoyées est aussi plein que de celles qui sont
entières sans en diminuer la mesure. C O T E R E A U , diable] E n dortouer met songes et propotz De
tr. Columelle, II, 12. — Mais il les déguisa [l'or illusions, pour prendre long repos, Et au resveil
et l'argent] de cent sortes nouvelles Decouppez rend celluy somnolent Qui seut au cueur estre
par morceaux et par tenves rouelles, Et furent tepide et lent. C R É T I N , A frère J. Martin, p. 252.
ses morceaux en escuz transformez. R O N S A R D , — Nostre a m e est sèche et aride de ta grâce"
Elégies, 4 (IV, 45). — L'ame de l'homme... aussi est m a langue lente et tepide. GAIGNY|
n'est... n y longue n y courte, n y large n y estroicte, tr. Guerricus, 133 r° (G.). — Vault il pas mieulx
ny haute ny profonde, n y espesse n y tenvre, estre laborieux Et à telz faietz honneste cuny legiere n y pesante, qui sont toutes depen- rieux, Qu'anéantir à paresseux repoz, Rendant
re
dences du corps. M O N T A I G N E , tr. Sebon, ch. 217. l'esprit tepide et indispoz? J U L Y O T , l part.,
— Papier. Blanc, journal, tenve, esmaillé, nei- 21 (A Antoine Ludin). — Remplissons bien nos
geux. L A P O R T E , Epith., 301 r". — Les vases cœurs de l'eau de pénitence, et l'on nous chande cuyvre qui sont tenves et déliez rendent gera cette eau tepide en vin de fervent amour.
un son tout alenviron quand on les frappe. Fr. de S A L E S , Serm. rec, 43 (X, 17).
A M Y O T , S'il est loysible de manger chair, I, 6. — Tepidité. Tiédeur. — (Fig.). C'est le propre
Robe tenve, polie, entretissue et telle Que l'œuvre du Saint Esprit, lors qu'il touche un cœur,
meritoit estre à une immortelle. J A M Y N , tr. Iliade, d'en chasser toute la tepidité. Fr. de SALES, Serm.
X I V , 40 v°. — L'un [des ligaments] est large, rec, 19 (IX, 165). — Ce mal n'est autre qu'une
membraneux et tenve, l'autre espais et rond. certaine langueur et tepidité au service de Dieu.
P A R É , IV, 16. — Prenés une tranche de chair 38 (IX, 410). — [Dieu] les a... de la tepidité
de mouton fort tenve et mince. S E R R E S , VIII, 5. poussez à la glace, et du panchant de l'amour
Étroit. — Les chiens de mer... ont la bouche du m o n d e poussez en un précipice infernal.
au dessous, à raison qu'ils ont le bec si tenvre A U B I G N É , Traitté sur les guerres civ., 2 (II, 7),
qu'il ne se pouvoit fendre. L. J O U B E R T , Hist. — Qui est-ce encor de vous qui estime la froides poiss., III, 4 (G.). — D'eux s'apperceut deur pour sagesse, ou plus tost la tepidité, qui
une tenve fendace Dans la paroy c o m m u n e vous ferait vomir de la bouche de Dieu? 6 (II, 28).
Tequesin. — M a h o m m e t baille une religion
aux deux maisons. J A M Y N , O. P., 1. V, 278 v°.
Menu, fin. — Sous le pied de ses bœufs la toute nouvelle aux Arabes, leur donne des pressemence féconde Facilement se broyé et fort tres alfacquins, muphtes, meulanes, sophis,
tequesins. L E L O Y E R , Spectres, I, 9.
tenve devient. J A M Y N , tr. Iliade, X X , 164 r°.
Teratoscopie. Divination par l'observation
Faible. — Ni du double Ulysse par mer
Taschons nous les courses tramer, Ni de Pelops des prodiges. — D e la considération de ces
le toict barbare, Tenves a œuvre si profond. choses sont nées diverses sortes de devinations;
car la contemplation des effects ordinaires en
L. de L A P O R T E , tr. Horace, Odes, I, 6.
T e n v e m e n t . Finement. — Herbe de laquelle nature a produit la physiologie, et celle des effets
les fueilles sont delyeement et tenvrement in- extraordinaires et prodigieux a engendré la teratoscopie. G O U L A R T , tr. Peucer, p. 484 (G., Compl.).
cisées et découpées. Jard. de santé, I, 142 (G.).
Terayeul. Trisaïeul. — A la journée de
E n s'amincissant. — Achille le second poussa
la pesanteur D e sa lance fresniere à nulle autre Poictiers, le terayeul du bon chevalier sans paour
seconde Dans la circonférence et la bordure et sans reprouche mourut aux piedz du roy de
ronde D u bouclier adversaire, à l'endroit où France. L O Y A L S E R V I T E U R , ch. 1.
Terbentine, Terce, v. Terebinthine, Tierce 2.
l'aerain S'eslargit tenvement, et où dessous
Tercheure. Couverture. — Sept grans terle plain Se voit d'un cuir de bœuf la peau bien
cheures de chenosve ouvrées, chacune de sept
courroyee. J A M Y N , tr. Iliade, X X , 157 v°.
Tenvre, T e n v r e m e n t , v. Tenve, Tenvement. aulnes de long. 1501. Invent, de l'Hôtel-Dieu
Tenvreté. Caractère de ce qui est mince, de Beaune (G., Tergeure).
fin, léger. — L a couleur de la migale est décli- Terchoeul. Son. — Pain du saint Esprit,
nante a citrinité avecques subtilité et tenvreté. pesant chacun pain dix huict onches de bled
Jard. de santé, II, 97 (G.). — Ce qui rend [les vollenee, sans crocq et sans terchoeul. 12 oct.
diables] plus dispostz a faire mal a l'une et a 1583. Arch. Tournai (G.). — Terchoeu et cronl'autre substance de l'homme est leur subtilité neliche a le buée. 1620. Halle de Béthune (G.).
Tercière. Huitième partie de la pinte. —
et tenvreté meslee à leurs forces spirituelles.
U n e grande pinte d'estain, une tercière, une
G R E V I N , tr. Imposture des diables, 27 r° (G.).
Tepetoire (?). — m i s. au clocquant et le chopine de la petite mezure. Invent, du chat, de
Vayres (Gay, Gloss. archéol.).
tepetoire pour avoir porté en halle ung enflant
Tercq. Poix. — 3 tonneaux de tereq. 1563.
nouveau né que on avoit laissiet devant le
Inventaire. Lille (G.). — D e faire, pour le jour
capelle S. A m é . 1544. Douai (G.).
Tephilin. Sorte de talisman. — Les Juifs de la dicte venue, ung grand feu de bois sur le
thalmudistes auroient bien abusé de ces phy- Grand Marché ; item ung aultre avec tounyaulx
de tereque plus vers le belfroid. 1599. Reg. des
lacters qu'ils appellent tephilin. L E L O Y E R
Consaux. Arch. Tournai (G.).
Spectres, VIII, 6.
Tercoyer, v. Tiersoyer.
Tephramantie. Divination par la cendre. —
Terdre. Essuyer, nettoyer. — Toutes foys
Par tephramantie. T u voiras la cendre en Paër
figurante ta femme en bel estât. R A B E L A I S , sont gardez par m o y en grand honneur et avec111 j ^ O .
ques balais de plumes ters et essuyé la pouldre
Tepide (tepidus). Tiède. — Si les fenestres
et ordure qui chiet sur eulx. Nef des folz, V, 1
et veues sont vers le midy et l'occident, le logf is (A. Lefranc, R. É. R., I, 130).
sera tourmenté du continufl souk il, voire tousjours chault, tepide, moul et ennuyeux. J B O U -
— 219 —
Terse. Poli. — U n miroir bien terse et net.
G U Y O N , Miroir de la beauté, I, 819 (G.). —
((Fig.). Ceux qui enseignèrent le latin meslerent
avecques le langage terse et poly l'érudition et
doctrine. P A S Q U I E R , Rech., IX, 29.
Terebinthine (adj.). D e térébinthe. —
Résine. Gommeuse, liquide... larmeuse, terebinthine. L A P O R T E , Epith., 353 v°.
(Subst.). Térébenthine. —
Laquelle... de
son corps nous rend la résine tant excellente que
Galen l'ause aequiparer à la terebinthine. R A BELAIS, III, 52.
TERME
Tergiverser (H. D. T. 1560). — 1545. Style,
statut, et aussi l'ordonnance Qu'il doit sçavoir
sans rien tergiverser. J. B O U C H E T , Ep. mor.,
Il, v, 16. — 1547. Quand il se veoit si fort pressé
du personnaige, et qu'il ne pouvoit plus tergiverser. B U D É , Institution (Foucher, ch. 30).
Terier. Tarière. — 11 estoit... si ferme de
doidz de la main quil en perçoit aussi bien que
d'ung terier une p o m m e , tant feust elle dure.
G. M I C H E L , tr. Suétone, III, 128 r°.
Teriere, Terir, v. Tairiere, Tairir.
(Autres formes). — L a maison doit estre Teristale. Sorte de bête venimeuse. — Tetraparfumée trois fois le jour d'encens, de myrre, gnaties. Teristales. Vipères. R A B E L A I S , IV, 64.
Teriz. Proyer, sorte d'oiseau. — Il est apde résine, de terbentine, de rue. D u M O U L I N ,
tr. Roquetaillade, p. 154. — Terbentine, Tere- pelle en quelques lieux un teriz : car il se met
bintine ou Turbentine. Syrienne, liquide, ré- sur jour dessus le bout d'un paliz, et chante
sineuse, odorante, subtile. L A P O R T E , Epith., tirtertirteriiz, réitérant souvent tel voix. B E L O N ,
394 v°. — Puis leur mettez de turbentine Aussi Nat. des oys., V, 21 (G.).
gros qu'un pois en la bouche. Anc Poésies, I, Termaxime (termaximus). Trois fois très
165. — Chandelous de cyre ne doyent vendre grand. — Nous traicterons... du gloirieux pontorses ayants harpixhe [poix] ne tormetines. tife termaxime romain et de sa superbe cathedra.
1534. Ch. et privil des 32 métiers de Liège, II, M A R N I X , Differens, I, n, Pref. — Le glorieux
337 (G.). •— Et que rien ne se poche mettant pontife termaxime Innocent le troisiesme. I, n, 9.
trop d'encre, qui est une composition de noir Terme. Manière d'agir. — Approuche toy Ung
d'Allemagne, de tormentine de Venise, de ver- peu plus près que je te voye, A te veoir cheminer
nis et quelques autres drogues. E . B I N E T , Merv. la voye, T u veulx tenir termes d'ung roy. Téde nat., p. 297 (G.). — H faut prendre de l'eau rence en fr., 12 r° (G., Compl.).
de trementine. L A R I V E Y , Fidells, II, 10.
Tenir gros termes. Se montrer orgueilleux.
Terebration (H. D. T. x v n e siècle). — 1540. Voir Gros.
Aussi bien fort est louée de Galien ceste excision
Tenir rigoureux termes. Témoigner du méd'oz, laquelle est faicte de scalpre lenticulaire, contentement. •— Lequel pourrait luy en tenir
si elle est faicte sans terebration. T O L E T , Chiquelques rigoureux termes. D u B E L L A Y , Mém.,
rurg.,j>. 304 (G., Compl.).
1. IV, 133 v° (G., Compl.).
Teredine. Sorte de ver. — Les teredines
Mettre en termes. Mettre en discussion. —
[naissent] de la corruption du boys. Jard. de Laquelle proposition cummunicquee et mise
santé, II, 70 (G.).
en termes, fut bien debatue et ventillee d'une
Tereille (?). — U n e tereille avec une petite part et d'autre. L E M A I R E , Temple d'Honneur
chambrette attachée a la montée. 1564. Ren(IV, 232).
dages proclam., II, 223. Arch. Liège (G.).
Aux termes de. E n état de. — N'a pas encores
Tereniabin. Sorte de g o m m e . — Les caloyeres un an que j'estois aux termes de m e veoir le
avoient de la manne liquide recueillie en leurs plus grand roy de l'occidant. Amadis, IV, 37.
montaignes, qu'ils appellent tereniabin. B E L O N ,
Sur le point de. — Si nous n'eussions esté asObserv., p. 119 (Sainéan, R. S. S., I, 507). —sistez d'une spéciale grâce et protection de
Avec l'air tempéré la solaire chaleur Change ceste Nostre Seigneur... nous ne serions aux termes,
rosée en la douce liqueur D u tereniabin. D u ou nous sommes par sa divine bonté, de voir
CHESNE, Miroir, 1. V, p. 193.
esteindre le feu de tant de dissentions civiles.
Terentian. D e Térence. — Comédie. Poé- 27 nov. 1594. H E N R I IV, Lett. miss., t. IV, p. 256
tique, fabuleuse... terentiane. L A P O R T E , Epith., (G., Compl.).
89 r».
En terme de. E n état de. — Sa femme ValéTerentianement. E n mots de Térence. — riane n'estoit plus en terme d'avoir enfans.
Elles font tout ce qu'elles peuvent ut reddant L O U V E A U , tr. Straparole, IV, 5.
se curatura junceas, pour parler terentianement. Sur le point de. — Je l'ay veu autresfois en
ESTIENNE, Dialogues, I, 244.
tel accès que, si je ne l'eusse prévenu, elle estoit
Tergemelles, se dit de troisfillesnées d'une en termes de faire un coup de sa main. C H O L I È R E S ,
même couche. — Ainsi estoient ces trois faees 6e Matinée, p. 227. — J'estois en terme de desœurs germaines et utérines, voire tergemelles. pescher quelque personnage exprès pour se
Alector, 20 v° (G.).
conjouir de m a part avec la dicte dame de ce
Terger 1, v. Targer 1.
bonheur. 23 avr. 1594. H E N R I IV, Lett. miss.,
Terger 2. Terger les gerbes. Percevoir le t. IV, p. 144 (G., Compl.).
droit de ferrage sur les gerbes. — Lequel tergeur
E n intention de. — Lors esmeue... d'un désir
sera tenu de bien et deument terger les gerbes de venger m o y et les myens, fuz en terme de le
et les warisons, en y gardant le droict au seigneur. mettre à mort. Amadis, V , 10. — Nous sommes
Charte de 1537. Comté de Hainaut (G.).
en termes de donner bien tost la bataille. V, 51.
Tergeur. Celui qui perçoit le droit de terSur les termes de. E n mesure de. — Nous serage, v. Terger 2.
rons sur les termes de dire à nos parties, Si
Tergiversateur. Celui qui tergiverse. — melius quid habes, acccrse, vel imperium fer.
On lui reprocha son incrédulité, qu'il estoit M O N T A I G N E , II, 12 (II, 161).
malin, contempteur et tergiversateur. B E R O A L D E ,
Réduit à. — Sur le pauvre gentil-homme
Parvenir, Palinodie (II, 216).
tomba la punition de sa venimeuse et infecte
langue, lequel est sur les termes de se cacher
avec sa honte, ou se ressentir d'une injure,
TERMEMENT
— 220
—
n'est aultre chose que langaige mesuré par
longueur de syllabes en conveniente terminaT e r m e m e n t . A u terme voulu. — Bien estoit tion proporcionallement accentué. FABRI, Rhetor., 1. II, p. 2. — Termination féminine n'e faict
vray que ledit privilège nous avoit esté ottroyé
point pleine syllabe. L. II, p. 97. — Voila deux
par le roy, nostre dit seigneur, inquisition préaexemples de la termination masculine. DOLET
lablement faicte et les dis gens d'église oys, ce
non obstant avoient appelle de lui termement. Accens, p. 279. —• Sonnant entre les dens quelques
22 oct. 1509. Reg. des Consaux, Arch. Tournai motz barbares et d'estrange termination. RAB E L A I S , III, 17. — Marmonnant quelques motz
(G.).
T e r m e r . Assigner,fixer.— Gloire mondaine non intelligibles et de barbare termination. IV,
et convoitise Ont à aucuns journée fermée. 58. — Autant de diverses voix et terminations
que en ont les Grecs. A N E A U , Quintil, p. 179. _
G R I N G O R E , Folles Entreprises (I, 106).
Consonance est quand eschet mesme terminaTerme. Fixé. — Le 30 août 1557, je suis allé
a Caen, pource que la monstre estoyt fermée tion d'une ou plusieurs syllabes en divers carmes.
a ce jour. G O U B E R V I L L E , Journal, p. 584 (G.). — BorssiÈRE, Art. poet., p. 235. — Les autres
terminés en lie, mie, c o m m e melancholie, apoL'assemblée generalle du clergé est fermée
a Parys au mois de mars prochain. 1594-1597. plexie, les autres ayans autre termination, EST I E N N E , Conformité, 1. III, Advert.
Députez du clergé de Rouen (G.).
Récapitulation. — Conclusion se faict quand
Limité. — L à mille arbres charmez, mille
des
choses qui sont dictes ou faictes l'on en faict
fleurs, mille plantes, Mille marbres changez,
mille sources bouillantes, Jadis h o m m e s vivans, une briefve et subtille termination. FABRI,
achèvent leur destin, Éternel ou terme selon Rhetor., 1. 1, p. 178.
T e r m i n e (terminus). Borne, limite. (Latil'arrest divin. B A Ï F , Poèmes, 1. VII (II, 334).
nisme
voulu.) — N e putez point tel vocabuliser
Dont le jour est fixé. — Vienne sur champs
Mars avec son armée Vous présenter la bataille vous diriger en perpulchres termines; Mais
cogites les vies et termines Pour dulcorer vostre
termée. M A R O T , Chants div., 14.
tresalme eloque. F A B R I , Rhetor., 1. II, p. 116.
Terminable. Pouvant avoir un terme. —
(Dialect.). — Dieu veut que les bornes (qu'on
Maistre Jean Perreal de Paris, peintre et varlet
appelle les termines en ce pais) demeurent
de chambre ordinaire du roy, duquel la louenge
est perpétuelle et non terminable. L E M A I R E , Lé- fermes, qu'on n'y change rien. CALVIN, Serm.
sur le Deuter., 114 ( X X V I I , 565). — Notons que
gende des Vénitiens, Peroration (III, 406).
si les h o m m e s taschent de s'enrichir par mauvais
Terminal. Des bornes, des limites. — Le
n o m d'Algible se rapporte à celuy d'Alegabale, moyen et illicite, que c'est c o m m e qui arrachedieu des Syriens... et sont dérivez l'un et l'autre rait les bornes, ou les termines (qu'on dit).
n o m de l'hebrieu gebal, borne, limite, c o m m e qui ( X X V I I , 567.)
Terme, durée. — L'enfant ne peult vivre
diroit dieux terminaux. L E L O Y E R , Spectres,
par
long termine Qui ne prend soing père et
VII, 9. •
re
e
Pouvant avoir un terme. — Il faict la perpé- mère honnorer. J U L Y O T , l part. 12 (5 Elégie).
T e r m i n e m e n t (?). — E n tant qu'il advientuelle peine terminalle. J. B O U C H E T , Noble
drait que les dittes prieuses ou maistresses, les
dame, 89 r» (G., Compl.).
Terminales (Terminalia). Fête du dieu Terme. dittes sœurs et aucunes d'elles tombassent en
— Il ordonna au dieu Terme, le jour de sa feste, deffault de terminement desdits six lits. 19 oct,
1525. Lett. du gouvern. de Crèvecœur (G.).
qu'on nommoit Terminales, rien n'estre sacrifié
(?). Ayant relevé... les fossez... en la manière
qui eust prins mort. R A B E L A I S , III, 1.
qu'il
s'ensuit, c'est assavoir de cincq piedz de
T e r m i n a n c e . Dernière thèse. — D u temps
overture par hault, quatre piedz de parfond et
de ces terminances, il fut amoureux de son
hostesse, et se fourra si avant en l'amour qu'il deus piedz et d e m y de terminement par bas,
laissa dialectique, logique, phisique. D u F A I L , 22 juin 1527. Reg. aux publications. Arch,
Tournai (G.).
Propos, chap. ajoutés, 14, p. 166.
T e r m i n e r (trans.). Limiter. — Ceulx de qui
Termination (terminatio). Limitation. —
N e te déçoive la propriété de ce vocable, infini, la mer, les montagnes et les déserts inhabitables
qui signifie quantité imparfaite et hors de li- ne peuvent arrester l'avarice, ny les bornes qui
séparent l'Asie de l'Europe ne peuvent terminer
mitation. T Y A R D , tr. Hebrieu, Dial. III, p. 179.
Terminaison, fin. — Ainsi... la noble feste l'insatiable convoitise d'avoir. A M Y O T , Pyrrhus,
qui avoit prins joyeux commencement eut tres- 12. — Pour ce fauldroit plus tost terminer la
dolente yssue et tresmalheureuse termination. génération des enfans que la quantité des posL E M A I R E , Illustr., I, 34. — E n usant follement sessions. L E R O Y , tr. Aristote, II, 4. — Quant
de ton sens naturel, as donné commencement est de leur salaire, s'ilz le vouloient terminer à
de grand imprudence à une guerre de mauvaise l'honneur de donner leur travail au public... cela
termination. II, 13. — Chascun pensoit la def- leur partirait d'ung cœur merveilleusement
haultain, noble et généreux. L'HOSPITAL, Refaicte des Barbares en celluy lieu de Marathone
format,
de la Justice, 6 e part. (V, 261).
estre la termination et lafinde la guerre. S E L V E
Fixer.
— Pantagruel... sembloit non content
tr. Plutarque, Thémistocle, 2 r°. — L'origine
du
séjour
quatridien que nous terminoit Mo.}et termination humaine. A N E A U , Imagin. poétique, p. 68. — Depuis le commencement de la tue. R A B E L A I S , V , 6. — Et quand nous pourroit
avenir ceste désirée fortune? dict Tristan de
fluxion jusques à la termination et curation
d icelle. P A R É , V, 3. — Il y a trois degrez en rechef. — E n bonne foy, je ne la vous pourrois
amour : le commencement... le progrés puis terminer. M A U G I N , Tristan, ch. 43 (G.).
Déterminer. — A u pauvre genre humain II
après... et la termination, qui fine et décline
est
enjoinct par justice divine Vivre en labeur,
tousjours en noises, riottes, contentions et déGenèse ïe termine. J. B O U C H E T , Ep. mor., 1, 9bats. C H O L I È R E S , 5" Matinée, p. 199.
Toutes les fois qu'asseions nos veues sur nos
Terminaison d'un mot, désinence. — Rithme
dames, nous sentons en elles si esperdus et tellepour soustenir une meschante querelle. F. d'AMB O I S E , Dialogues, I, 123 r°.
—
221 —
ment esblouis qu'il est hors de nostre puissance
pouvoir aucunement terminer qui nous esmeut
à leur amour. PASQUIER, Monophile, 1. I (II,
750).
Annoncer. — Estans ces signes telz que le plus
ignorant homme auroit peu comprendre qu'ilz
terminoyent aucune mauvaise adventure, et
que jamais n'en retourneroyent, survint une
grand frayeur et grosse angoisse en l'exercite.
DEROZIERS, tr. Dion Cassius, 1. XL, ch. 24 (42 v°).
(Intrans.). Se terminer,finir.— A la fin
toute chose termine fors la béatitude des âmes
célestes. Amadis, I, 43. — Je diray bien qu'il
y a trois syllabes, que le son en est rude, qu'il
commence ou termine par telle lettre. M O N -
TERRAIN
Il, 1. — La région... qui proprement s'appelle
Asie, ou Natolie, est termoyee vers le nord
par la Bithynie. IX, 10.
Ternaire. Trinité. — La ou le nombre de
douze resuite du quaternaire matériel, du ternaire divin et du quinaire conjoinct et assemblé.
L A B O D E R I E , Harmon., p. 425 (G., Compl.).
Ternal. Triple. — Mais instruict fut par
l'éloquent sainct Pierre De l'unité et personne
ternalle Qu'est résidant en siège imperialle.
Anc. Poésies, III, 272.
Ternatique, mot d'argot. — Il a limé en
ternatique, et son an ja passé d'enterver. Var.
hist., VIII, 155.
Terne. Triade. — U n Seneque, un Burre,
TAIGNE, II, 17 (III, 45).
Terminé. Fixé. — Alphonce lui répliqua... un Thrasee, ceste terne de gens de bien. L A
qu'à luy appartenant par le droict des armes... B O E T I E , Servitude, p. 51.
Terneau? — A faute de terneaux demeurant
d'eslire le jour et lieu de la bataille, il eslisoit
donc
çà bas Avec son héritier, je diray qu'il n'a
ceste pleine qui estoit entre Nola et Lucera, et
que dans huict jours de là il l'yroit attendre pas D u prophète enlevé si tost la robe prise
l'esprit reluit dedans Elise. D u B A R avec son armée, ce qu'ilfitau jour terminé. B R A N - Que d'Elie
TAS, 2 e Sem., Schisme, p. 506. Éd. 1608 : cerTÔME, Duels (VI, 426).
Défunt. — N'est que les parents du terminé veaux.
les veuillent racheter. 1560. Chart. des archers deTerner. Se ternir. — Et chascune menue herMortagne (G.). — Quant le survivant de deux bette Portant ou roze ou viollette Sans jamais
conjoincts a acquis en viduité aucuns héritages seicher ny fener, Pâlir, estaindre, ny terner.
cottiers, sans avoir fait partage aux hoirs du M. d'AMBOisE, Complaintes, 16 v°.
Ternier. Petit pivert. — Quelques habitants
premier terminé... il est tenu de faire partage
des confins de Clairmont le nomment un ternier,
aux hoirs. 1584. Coût, de Lille (G.).
Terminisant (terme). Terme technique. — mais c'est en Auvergnac. B E L O N , Nat. des oys.,
En usant d'aucuns termes terminisans, semblera VI, 16 (G.).
Ternir. Se ternir. — (Fig.). Sans elle [la
que les clercs luy ayent soufflé en l'oreille.
santé] la vie est sans goust, voire est injurieuse,
CHANGY, tr. Instit., I, 10.
Terminiser. Bien terminiser. User de bonsla vertu et la sagesse ternissent et s'esvanouissent
termes. — Une vache venant de boire Ne bave sans elle. C H A R R O N , Sagesse, I, 11.
Terni. Souillé. — Hector... qui du grand coup
plus que lors qu'en gloire Vous montez pour
pindariser; Cuydant très bien terminiser. JU- estoit tout défroissé, et avoit le visage et la barbe
LYOT, lre part., 26 (Faeete Epistre à une dame).ternie de sablon, se leva à peine. L E M A I R E ,
Illustr., I, 43.
Termoier, v. Termoyer.
Ternissement. Ternissure. —• Pour l'effet
Termoyement. Atermoiement. — Pour le
droict poursuivez sans long termoyement, Et du ternissement des miroirs. D A M P M A R T I N ,
donnez au plus-tost règlement en la cause. Merv. du monde, 57 r° (G., Compl.). — La corne
de licorne n'est point une chose vivante : mais
BOYSSIÈRES, Prem. Œuv., 147 v°.
pour
estre polie et fraiche, elle reçoit un ternisTermoyer (trans.). Limiter. — Je ne dispute point icy de la profondeur des eaux et sement de l'air froid et humide, qui la fait
haulteur de l'Océan... qui s'esgale aux terres suer. P A R É , Licorne, ch. 15. •— Les indices de
plus haultes, sçachant que Dieu luy a termoyé vieillesse du cheval sont, la mine melancholique...
son cours, mais seulement de son estendue. ternissement et enfoncement des yeux. SERRES,
IV, 10.
THEVET, Cosmogr., 1, 3.
Teroulle. Sorte de terre noire. — Mines de
Terminer, faire cesser. •—• Nous donnons à
la rayne moïen de termoïer le mal du royaume. houille, charbon et teroulle. 1595. Ch. des finances. Arch. Liège (G., Compl.).
AUBIGNÉ, Caducée (11, 82).
Estre termoyé. Obtenir un délai. — Je suis Terrace, Terracé, v. Terrasse, Terrassé.
Terrage. Territoire, terre. —
Je neusse
contraint de faire comme ceux qui doibvent,
n'ayant encores moyen de payer, qui pour peu trouver en ce terraige Pour moy meilleur
estre termoyez donnent quelque petit apport. et plus begnin bruvaîge. M. d'AMBOisE, Propos,
BRACH, tr. Hierusalem, II, A u comte de Torigny.1.
Siège de terrage. Sorte de juridiction. — En
— Le debteur s'excuse sur faute de moyen, le
prie d'estre termoyé, promettant satisfaire en matière possessoire beneficielle, dont la cognoissance appartient a nostre siège de ferrages.
bnef. GOULART, Hist. admir., p. 127 (G.).
1619. Coût, de Hainaut (G.).
Termoyer (intrans.). Différer. — Sans termoyer,
Terrail. Amas de terre. — Au dict an,
le comte fait nommer Francisque. A U B I G N É ,
firent nectoyer et aplanir certains grans terHist. univ., VI, 18. — Ils... respondent ne pouvoir exécuter que quand la garnison du chas- rails et femiers qui estoient au devant des portes
teau iroit à la guerre, et par là termoyèrent de Gautheirs et de Montferrand. E. MEDICIS,
Chron., I, 376 (G.).
tant qu'il leur pleut. VIII, 14.
Terrain (adj.). Terrestre. — Avant qu'il
Vendre à terme. — Soit feste ou jour ouvrier,
habandonne Ce lieu terrain. L A G A R D E , Phoenix.
«ne faut termoyer. RAPIN, Œuv., p. 159 (G.).
Termoyé. Limité, borné. — Egypte donc est — L'Evangile, Qui rend l'esprit de l'oiant tant
termoyee en ceste sorte. D u costé du Levant,
ellefinequant et l'Afrique. T H E V E T , Cosmogr.,
TERRASSE 1
—
222
—
Terrasse 2. Poutre, solive. — Voloir parfaire
agile Que de terrain le faict soubdain celique.
Ib., Sens mistique. — En contemplant le beau le grenier de notre dite halle d'ung coire a aultre
soleil serein De ces clers yeux, qui les miens paint en telle sorte que il est présentement encomet bagne, Souvent le cœur l'ame desacompagne, menchiés, asscavoir de terrasse et planche,
Pour aller voir son paradis terrein. PHILIEUL, 1562. Ch. liégeoise (G.). — Bois soyez en planches'
tr. Pétrarque, 1. I, sonn. 104. — Long temps
quartiers ou terasses. 1618. Chart. et privii.
n'irons d'amour parlans : car peine Faict deffail- des 32 métiers de Liège, II, 31 (G.).
lir desja ceste terreine Charge du corps, dont Terrassé. Pourvu d'un terrassement. — Près
paix sera donnée. Ib., sonn. 131. — Les autres duquel se trouve une porte murée et terrassée
[démons] moins terrains sont à part habitans servant de toute ancienneté d'entrée commune
Torrens,fleuves,ruisseaux, les lacs et les estans. à la ville. T H E V E T , Cosmogr., XV, 1.
R O N S A R D , Hymnes, Daimons (IV, 224). — AuSurélevé. — Ceux qui vouloient... faire les
cunefois transis d'excessive froideur, Laissent doux yeux... estoient contreroolez par... le
les lieux terreins pour chercher la chaleur maistre de la maison, estant couché sur le costé
(IV, 225). — Démon... terrain ou terrestre. en son lit bien clos et terrace, et en telle veue
L A P O R T E , Epith., 144 r°. — Les napees, les qu'on ne luy peust rien cacher. D u FAIL, Eupans, les satyres, sylvains, Aime-eau douce, trapel, 11 (I, 164).
aime champs, sont tous démons terrains. D u
Hourdé. — La femme... respond... au pailC H E S N E , Miroir, 1. II, p. 61. — Les sylvains, lard, Mettez vous en ce van, qui estoit sur deux
Les satyres, les pans et les faunes terrains. hauts soliveaux non terracez. Ib., 12 (1,184).
C H A M P R E P U S , Ulysse, II, p. 35. — (Le corps).
Souillé de terre. — Elle toute eschevelee,
Charoigne maquerelle et terrains prison. Fanbrouillée et terracee s'en retourne à la maison,
fares des Roule Bontemps, p. 29.
Ib.,2 (I, 95).
De terre. — Vaisseau. Fraile ou fragile, pro- Enterré. — Et dit avoir veu qu'en une monfond, béant, large, anse, terreux ou terrain. tagne assez loing de la mer fut trouvée en la
L A P O R T E , Epith., 413 r°.
profondeur de cent brasses en terre une navire
(Subst.). Pot de terre. — Elle print... un beau terrassée, desja consommée de la terre. GRUGET,
et grand terrain de ceux où lon plante volon- tr. Messie, II, 11 (G.).
tiers la marjolaine. L E M A Ç O N , tr. Decameron,
Terrassement (H. D. T. Pasquier). — 1547.
IV, 5. — Ils luy desroberent secrettement ce Que ce terrassement ... n'ayt moins de six
terrain : ne retrouvant lequel, elle le demanda doygtz de mesure. J. M A R T I N , tr. Vitruve,
plusieurs fois. Ib. — Que personne ne se pré- 102 a (Vaganay, Franc, mod.).
sume haienner des pots de tens, terrains, jusses
Terrasser (trans.). Jeter à terre (sens plus
ou semblables. 1555. Pays de Liège (G.).
large qu'aujourd'hui). — Cest asne estoit un
Terrasse 1. Terre. — Princesse doulce en petit umbrageux... car, au moindre remuement
qui est maintenue, Entretenue et en grâce qu'il eut senty faire, il gambadoit, il saultoit;
tenue Ceste mortelle et mondaine terrace. et qui failloit à se bien tenir, il vous terrassoit
M. d'AMBOiSE, Ballades, 150 r°. — César... son homme. D E S PÉRIERS, NOUV. Récr., 27.
donna... à Mithridates Pergamenon une ter(Intrans.). Naviguer le long de la terre. —
rasse en Galice avec le nom de roy. DEROZIERS, Le pilot disoit qu'il ne se falloit point estonner
tr. Dion Cassius, 1. XLII, ch. 40 (76 r°). — U n
de ce qu'Hanno ne touchoit rien des iles forjour passé, dessus une terrasse Je rencontray tunées, pource que luy, terrassant ainsi avec
une coche fort grasse. H A U D E N T , tr. Ésope, II, petites barquettes, n'avoit peu découvrir ce
60. — Prens garde... que tu ne travailles pour qui estoit bien avant en mer. LÉON, Descript.
recevoir encore ceste fabuleuse et espouven- de l'Afr., Disc. (G.).
table erreur et confusion [le chaos], où tout le
Terre. Terre à terre. En longeant la terre.
pesant soit à part, tout le léger à part, Où du — Fortune les poulsa... le long de la coste
soleil la belle claire face Point ne se voit, ny d'Alfarin et commencèrent à naviger terre à
l'herbue terrace, Et là où point ne se cognoit terre. Amadis, V, 37. — La vie des pauvres est
de mer. A M Y O T , Face de la lune, 12. — Tiene semblable à ceux qui navigent terre à terre,
t'attend d'Assarace La terrace, Que les fres- C H A R R O N , Sagesse, III, 25. — Je veux en seucoulantz replis D u petit fleuve Scamandre reté naviger terre à terre. RÉGNIER, Sat. 46.
Aiment fendre, Et le glissant Simoïs. L. de L A
Terre à Bertran, Mau de terre, v. Bertran
P O R T E , tr. Horace, Epodes, 13.
Mal 2.
Sol où l'on enterre les morts. — Jay enduré
Terré. Terreux. — Sa substance est terrée
tant de peine et tourment... Que mesbahis et froide. Jard. de santé, i, 145 (G., Terrer).
que mort ne m a hernay Et engrenay Dans le
Terreau. Tertre. — Puis se tirant à part Sur
grenier et mortelle terrasse Où tout humain, un terreau qui pendoit à l'escart... Les contemsoit femme ou homme nay Est arenay Quant ploit. R O N S A R D , Franciade, IV (III, 149).
de ce monde en lautre va et passe. M. d'AMTerrée. Sol de terre battue. — Pour avoir,
BOISE, Complainctes, 23 v°.
de Pargille dessusdit, fait mortier et ycelluy
Terre considérée comme matière. — Leurs mis en oevre en la dicte maison, tant a faire
maisons sont de bois, et les murailles en aucuns les terrées comme les parois d'icelle. 10 déc.
lieux de pierres et d'autres faites de terrasses
1518. Compte de tutelle. Arch. Tournai (G.).
T H E V E T , Cosmogr., XVI, 10.
Terre. — Chacun fuit le repos : l'un bêche
Vase de terre. — 30 grands vaisseaulx de terre la terrée, L'autre charge le creux de la hotte
nommés terrasses pour retirer les eaux, les faire parée. Ane Poésies, VI, 314.
refroidir et en tirer le salpêtre. Compte de 1543Terréen. Terrestre. — Vous despouillé du
1544. Arch. Nevers (G., Compl.). — Comme manteau terréen Irez au ciel à la gloire éternousfinissionsces dux vers... m e boila une ter- nelle. R O N S A R D , Bocage royal, lre part. [111,
race pleine de pissat, abec quauque bilanie 232).
parmi, qui me tira du sang de la teste. A U B I G N É
Faeneste, II, 11.
'
— 223 —
Terrein, v. Terrain.
TERRETREMBLE
posé, il y a long temps qu'Aristote m e s m e le
nous a résolu en le référant à la terrestreité de
la mer. ID., Propos de table, I, 9. — Encore
qu'il y eust quelque humidité ou terrestreité
meslee p a r m y [le feu de la foudre], la célérité
de son m o u v e m e n t l'en jetterait dehors et l'en
CHOLIÈRES, 8 e Ap.-disnée, p. 307.
purgerait. IV, 2.
Terremot (terrae motus). Tremblement de
Matière terrestre. — L'air de la ville de
terre. — A u réveil fut a chacun advys que soubz
Delphes...
couppant le cuyvre, il en fait sortir
leurs tantes et pavillons et plus d'une lieue
autour y hust terremote impetueulx. A U T O N , force rouille et force terrestreité. ID., Oracles
Chron., I, 55 (G.). — Ainsi que l'on lit de Tra-de la Pythie, 4.
Terrestrement. D'une manière terrestre. —
jan, le bon empereur, qui miraculeusement feut
N
o
u s vivons deplorement et terrestrement.
par divin secours sauvé du terremot de la cité
C H A R R O N , Trois Veritez, III, 3.
d'Antioche. S E Y S S E L , Louys XII, p. 96. —
A la manière terrestre. — L'ame ententive
Estant vostre cité de Sparte en grant effroy et
espouventement après le terremot. ID., tr. Thu- au saint rapeau céleste, Qui du sommeil terrescydide, III, 9 (95 r°). — Pline parle bien de trement pesant L'éveille. D E S A U T E L S , Am.
la ruine d'icelles, ensemble un terremot ou es- Repos, sonn. 71.
Terrestreté. Caractère de ce qui est terrestre.
branlement de terre, le plus violent dequoy
on ait jamais oui parler. D u F A I L , Eutrapel, — L a melancholie... estant au reste difficile à
s'enflammer et altérer, pour la densité et terres34 (II, 200).
treté de sa substance. P A R É , X X , i, 18.
Terrene. Terrassement. — Entre les deux
Matière terrestre. —
[L'eau] D e diverse
i fossés il y avoict ung terrene,.. et avoinct mis
. cinq ou six mosquetz sur le terrene entre les vapeur et terrestreté mainte Troublée trouble
deux fossés. M O N L U C , 1. II (I, 313). — Et encor la terre d'elle ceinte. S C È V E , Microcosme,
; n'avoyent-ilz pas achevé le terrene qu'ilz avoient L III, p. 87.
Terrestricité. Caractère de ce qui est fait de
mys dernier ceste porte, et s'en failloit envyron
deux piedz qu'elle ne joignist au hault de l'arc. terre. — Le bled attirant par le travers de la terresL. IV (II, 218). — Pour pourter la terre sur tricité du vase l'humidité en soy. P A R É , V I , 12.
Terrestriel. Terrestre. —• Sécheresse terla terrene qu'ilz faisoient en cest endroict là.
restrielle. Régime de santé, 20 r° (G.).
(II, 298).
Terrestrité. Caractère de ce qui est terTerrer 1. Couvrir. — Ilz ediffioient paroy et
: le terraient de mortier sans paille. 1543. Bible, restre. — Il ne sort rien ou peu de la veine estant
ouverte, pour la terrestrité et tardité de leurs
! Ezechiel, 13 (G.).
Terrer 2 (terrere). Effrayer. — E n quoy humeurs. P A R É , Introd., ch. 6. — L'eau... de
faisant (contre mort qui tous terre) Nous a neige et de glace est aussi m a l saine, à cause
promis longue vie sur terre. J U L Y O T , l re part., de sa grande froideur et terrestrité. X X I V , 23.
12 (5e Elégie). — Aucuns nobles... se disent — Les pierres, à cause de leur dure terrestrité,
fort magnanimes c o m m e Hercules pour terrer ne sont point soupples. C H A R R O N , Dise chrest.,
et intimider le pauvre peuple. L A P L A N C H E , II, 8. — Les vices naissent de la terrestrité du
corps. H E D E L I N , Satyres, p. 32.
Estât, II, 72.
Matière terrestre. — Ladite eaue demourera
Terrerie. Juridiction du terrier. — Duquel
; guet, assistance et comparition du terrier ainsi séparée de toute terrestrité, et restera ladite
faict et accompagné, maistre Claude Maillefer, humidité terrestre au fond. D u M O U L I N , tr. R o procureur en la terrerie, nous a requis et demandé quetaillade, p. 27. — Alors faut tailler la terresacte pour servir ce que de raison. 31 août 1542. trité ou sel qui se fait du capitel. P A R É , X X V ,
Acte capit. des chan. de S* Ladre d'Autun (G.). 32. — U n e odorante flame Qui purge ses espris
de ses terrestrités. P A P O N , Constance (SuppL,
i Terresterité. Qualité terrestre. — Pour la
substantificque qualité de la complexion élé- p. 30). — Le vin, participant de l'air et de la
mentaire, que est intronificquee en la terreste- terrestrité, estoit si bien gouverné par la chaleur
rité de leur nature quidditative. R A B E L A I S , I, qu'elle faisoit assemblerrela bonté du vin au beau
milieu. G. B O U C H E T , l Seree (I, 47). — Q u e
Terrestin. Terrestre. — Vrays celestins en
si ceste eau se corrompt par sept fois, et autant
ces lieux terrestins. Ane Poésies, XIII, 401.
de fois remise et purifiée, elle ne se gastera plus,
Terrestre (subst.). Ce qui est terrestre. —
toute la terrestrité estant chassée. ID., 2 e Seree
vostre amitié seroit divine et monteroit jusques
(I, 70). •— [La mer] passant par les trous et
aux cieux, n'estoit qu'elle est appesantie par
passages, c o m m e par veines de la terre, où
ce terrestre, qui l'empesche voler à son vray
elle laisse sa saleure et terrestrité, se purge, s'affine
manoir. P A S Q U I E R , Coll. d'amour, 4 (II, 803).
et subtilise. C H A R R O N , Disc, chrest., II, 6.
(Prononc). — Or m e responds (petit h o m m e
Terretremble. Tremblement de terre. —
terrestre) Si par doulceur à m o y te veulx soubsGresles, feuz, neiges, vents, terretrembles dimettre. P. H A B E R T , Voy. de l'homme riche. —
vers. S C È V E , Microcosme, 1. III, p. 82. — Et
T£ 1 S t u ,^ fls a l m e Nature naitre [la femme],
tient-on qu'elle [l'Eubée] estoit joincte avec
c u a ns
e fias
i? I ' * i I
h o m m e terrestre Loin de
le reste de Grèce et pais attique, mais que ce
malheur ne fut égal aux dieux. B U T T E T , Amalthee,
fut un terre-tremble qui en fit la des-union.
156, p. 271.
T H E V E T , Cosmogr., XVIII, 11. — E n Crète...
Terrestreité. Caractère de ce qui est terun grand terre tremble estant excité et une
restre. — L'ame... est aveuglée par la meslange
montagne abatue et renversée, on trouva le
avec la terrestreité du corps. A M Y O T , Oracles
corps droict estant de quarante-six coudées.
?"i ont cessé, 39. — Quant à cela que tu as proVar. hist., IX, 249. — Il y eut eclypse de soleil
et de très grands terretrembles. C O T O N , Serm.,
p. 741 (G.).
Terreité. Ce qui est relatif à la terre. —
Je ne veux point icy traiter Copernic à l'escarmouche ; je sçay que son intention ne symbolisa onques avec vostre excentrique terreité.
TERREUR 1
— 224 —
Terreur 1 (masc). — H z ne menassent ne chent point jusques à Dieu et son royaulme ne
ne donnent aulcun terreur. L E B L O N D , tr. M o - à la vraye justice et immortalité de la vie'furus, 1. II, 90 r°.
ture, mais sont conjoinctes avec la vie présente
Terreur 2. Terrassier. — Jehan Durand et quasi encloses soubz les limites d'icelle. CALet Sopherien Chariot, terreurs... avoir terré VIN, Instit., II, p. 54. — L'Evangile ne retient
la loge du portail de Loire. Compt. de 1524-1525. point les cœurs des h o m m e s en une joye de la
Arch. Nevers (G.).
vie présente... et ne les attache point aux deTerreur 3. Terroir. — (Fig-)- Ainsi nostre lices terriennes. VII, p. 435. — Levez un peu
langage Ils ont prins et planté dans leur terreur vos espritz de terriene pensée en contemplation
sauvage. V A U Q U E L I N , Art poet., II, p. 73.
haultaine des merveilles de nature. RABELAIS
Terreus. Terrestre. — (Fig-)- M o n esprit III, 18. — Les humains prochains de mort|
encore farouche N'entendoit qu'à ce terreus c o m m e de port tresceur et salutaire : port de
cors. D O U B L E T , Elégies, 10.
repous et de tranquilité, hors les troubles et solliLa masse terreuse. L a terre. — N'aguieres il citudes terrienes. III, 21. — [Anaxagore] laissa
n'estoit sur la masse terreuse Famille qui fust ses terres venir en friches et en pasturages par
tant que ceste-cy heureuse. G A R N I E R , Hippo- un contemnement des choses terrienes et un
lyte, 1865.
ravissement de l'amour des célestes. A M Y O T ,
Terribilité (terribilitas). Caractère de cePériclès, 16. — L a volonté qui ayme la terre,
qui est terrible. — Mais considérez le meffaict on la dict terrestre et l'amour terrienne. MONEt terribilité en s o m m e Que de faire mourir T A I G N E , tr. Sebon, ch. 131. — Non, je ne diray
ung h o m m e Si justice ne s'y accorde. Act. des rien de bas stile, n y bas, N y rien qui soit humain,
Apost., vol. I, 28 b (G.). — Force de courage ou non, je ne diray pas. A rien de terrien mon esprit
magnanimité est ung moien entre hardiesse et ne s'arreste. B A Ï F , Poèmes, 1. VII (II, 347). —
paour, et aussi entre oser entreprendre et la ter- Tu es mort desdaignant les sceptres terriens,
ribilité espouventable qui est souvent es choses Aspirant tout à Dieu de faict et de pensée. RONque l'homme entreprent. Toison d'or, I, 114 v° S A R D , Tombeau de Charles IX (V, 244). — Nous
(G.).
ne devons non plus mettre nostre affection es
Terrible. Bouillant violemment? — Moyenchoses terriennes qu'un pèlerin aux lieux par
nant que les tonneaux soient bien faits et pro- où il passe. L A R I V E Y , Escolliers, IV, 2. — La
fitablement cerclés... pour terrible que soit le considération de la nature... nous fait desdaivin qu'on y enfermera, faute aucune n'en pourra gner les choses basses et terriennes par la comavenir. S E R R E S , III, 8.
paraison des supérieures et célestes. M O N T A I G N E ,
Terribleté. Chose terrible. —
Le sage II, 12 (II, 250).
conculque toute terribleté. F O S S E T I E R , Cron. Terrier 1 (adj.). Qui est dans la terre. —
Marg., 100 v° (G.).
Si donc vous ne voulez lever le bras guerrier
Terricole (terricola). Habitant de la terre.Sur un soudart musse dans un antre terrier..,
— (C'est un pédant qui parle). Il peut gouver- A u moins suivez celuy qui nous est redoutable.
ner les immortels cehcoles et les mortels terri- G A R N I E R , Porcie, 1262.
coles à sa volonté. L A R I V E Y , Fidelle, I, 3.
Qui vit sous la terre, dans une tanière. —
Terrien. D e la terre, terrestre. — Que la Découvrant la dent meurdriere O u d'une louve
terre toute Ce grand Dieu redoubte Qui feit tout terriere O u d'un lyon foudroyant. BELLEAU,
de rien ; Qu'il n'y ayt personne Qui ne s'en es- Berg., 1 " j (T_ 1 9 7 ) .
tonne A u val terrien. M A R O T , Psaumes, 23. —
(Subst.). Papier terrier. — L'Escriture est
Et délaissant le m o n d e terrien, Je quictay tout. et appartient à l'Eglise : c'est son instrument de
ID., Complaintes, 5. — Les destins, m a nourrice, mariage : c'est le contract de son alliance :
ore nous monstrent bien Que sujet à leur force le testament de son espoux : c'est son tiltre, son
est le rond terrien. G A R N I E R , Porcie, 514. — terrier, son registre. C H A R R O N , Trois Veritez,
Thesé qui, compagnon du grand Tirynthien, III, 2.
A presque tout couru ce globe terrien. ID.,
Terrier 2. Terre. — Huict tomberees de
Hippolyte, 561. — Il est si grand que rien N e se terrier pour parfournir a terrasser lesd. proings.
trouve si grand au globe terrien. ID., Brada- 1547. Compt. de Diane de Poitiers, p. 24 (G.).
mante, 547.
Terreau. — Quand les voudrez replanter, ayez
Vivant sur la terre. — Vous convient souhai- de bons terriers gras, pour mesler avec une parter... que vos âmes soient hors mises cette tie de la terre qu'avez tirée de la fosse. DASSY,
chartre ténébreuse du corps terrien. R A B E L A I S , Manières de semer, 110 v° (G.). — La chaux
Almanach pour 1535. — Pour declairer la terre neufve... meslee avec quelques terriers, balieures
et gens terriens n'estre dignes de la présence, ou autres fumiers, et jettee au champ au comcompaignie et fruition de telles insignes âmes. mencement de l'hyver, l'engraisse très-bien.
ID., Pantagr., IV, 27.
S E R R E S , II, 3. — Les fumiers bien pourris, ou
Appartenant à la terre, relatif à la terre. — plustost quelques bons terriers serviront beauDésire les fruitions de mes dons, dont je suis coup à la reprinse et accroissement de la nouvelle
libérale par grand munificence, telle que au vigne. III, 4. — Faites estât [pour fumer la
moyen dicelle un noble cœur se peult saouler de vigne]... des nouveaux et vigoureux terriers
tout
terrien.
Lil
E372.
Mconfesse
A Iles
Rà—Elesquelles
,J.-C.
Illustr.,
rien
regarder
Ntr.
J'appelle
afin
IlA Vfaut
Bullinger,
A honneur
RIndigne
que
R Efouler
,moyen,
choses
nous
Marg.,
àI,aux
voir
obtenions
29,
Plus
terriennes,
Oraison
piedz
p.
ceste
clarté
les
choses
célestes.
Etson
entière.
plus
(I,
regard
terriennes,
144).
il
neAMI,
ha
N.touterO31.
Nde — fruitiers
duisent
goust
sont
planir.
mené
de
ayans
(car
Tertre,
la toute
vigne
constituez
que
quatre
des
P Aleurs
qui
Lhauteur,
ceux
Ibosses
luy
Sterre
Scroissent
Ypièces,
,fruits
est
des
Recepte
en
de
et
fumier
vallées.
coteau,
grands
terriers
meilleure
plus
qu'ils
sur
ver.,
agréable).
les
salez
P.
colline.
logèrent
p.
frais
en
hauts
31.
nature
13.
leurs
et
—pour
—Ib.
—terriers
de
Us
sur
Les
jardins
Plusieurs
que
meilleur
avoyent
les
learbres
celle
proapterse
!5 —
rier
de la rivière, pour battre en courtine. A U BIGNÉ, Hist. univ., III, 22. — O n c o m m e n ç a au
poinct du jour à voir les Mores avancez sur un
haut terrier. I X , 19. — Tout ce qui descend depuis le boulevard du Pin jusqu'au commencement de la Courraterie... va affronter une montagne ou terrier si eslevé qu'il n'appartient qu'à
un mauvais assiégeant de se jouer de ce costé.
ID., Lettres de sources div., 27 (I, 590).
Tanière. — Advint un jour qu'un Lyon fut
malade E n son terrier. H A U D E N T , tr. Ésope, I,
154.
Terriere 1. Lieu d'où l'on tire de la terre. —
La terriere ou sablonniere de Sainct Ladre. 1532.
Compt. de S1 Ladre, p. 89 (G.).
Terre. — Si j'en voulois trouver [de la marne]
en quelque province où l'invention ne fut encore connue, je voudrois chercher toutes les
terrieres desquelles les potiers, briquetiers et
tuilliers se servent en leurs œuvres, et de chacune terriere j'en voudrois fumer une portion
de mon champ pour voir si la terre seroit ameilleuree. PALISSY, Disc, admir., Marne, p. 340.
Terrier. — Voicy venir certains diabletons...
sortans d'une terriere de dessoubs ceste fierté.
TERROIR
manière sale, travaillé et terrillon à journée,
c o m m e j'estime, veu qu'il porte un si pesant
hoyau? B R E T I N , tr. Lucien, Timon, 1. — Se
faisant terrillon... il s'en est îuy hors la ville pour
honte : et labeure la terre à journée. Ib., 8.
Terrin. D e terre. — Les coupes estoient de
toutes sortes... un goubillet, un collu : et plusieurs terrines. B R E T I N , tr. Lucien, Lexiphane, 1.
Terrestre. — Les élémentz attraitz du terrin
heur Veullent donter la céleste vaillance. 1554.
L E C A R O N , Claire, 169 (Vaganay, Mots).
Terrir 1. Tomber à terre. •— Ces dernières
se doyvent cueillir quand leurs fruits sont entièrement meurs ; et quant autres, lorsque les
herbes sont sèches et que les fueilles terissent.
D u P I N E T , tr. Comment, sur Dioscoride, Préf. (G.).
Atterrir. — Salarais, que Soliman avoit envoyé
pour commander en Caesarée d'Affrique, courant
la mer et terrissant de ce costé-là, vit des vaisseaux chrestiens. A U B I G N É , Hist. univ., I, 15.
— C'est ce qui a donné occasion à ces deux
nations de traicter les autres c o m m e ennemis,
non seulement quand ils terrissoyent deçà mais
aussi delà la ligne. I, 16. — Voyant que le comte
alloit faire sa descente du costé de la mer sauM A R N I X , Differens, I, n, 8.
vage, lui print à droicte pour terrir avec ses
Terriere 2, v. Tairiere.
soldats. V I , 8. — Nous embarquerons nostre
Terrifie, v. Terrificque 1.
troupe dans la patache pour nous en venir
Terrification. Terreur. — Ses pucelles et
terrir auprès de Bierris. X , 5. — (Fig.). Mais
compaignes [de Pallas]... se nommaient Crainte, c'est bien plus de terrir A la coste désirée Et
Terrification, Diligence et Sagacité. L E M A I R E , voir sa vie asseuree A u havre de bien mourir.
Illustr., I, 3 1 .
ID., Tombeaux (III, 312).
Terrificque 1. De terre. — (Fig.). Il n'a de
Terrir 2. Effrayer, terrifier. —
Pour les
l'éloquence lame, mais un lourd corps de na- terrir et esmouvoir a peur. C H A M P I E R , Nef des
turel parler Tout terrifie, et non voilant par laer. dames vertueuses (G.). — Et le canon, qui paour
J. B O U C H E T , Ep. famil, 46.
et horreur meine, N e territ point par son bruyt
Terrestre. — Sans que Atropos m a pouvre furieux Si durement les circonvoysins lieux.
vie termine, O u m o n corps mecte avecques la S C È V E , Délie, 360. — L'aigreur des fiers soucys
vermine De la maison de Cérès terrificque. estrangle nostre chant, Territ nos chastetés,
Anc. Poésies, XI, 204. — Les corps stellificques menace nostre vie. P A P O N , Pastorelle, 11, 1.
Sont influans sur les corps terrificques. J. B O U Terrissable. Tarissable. —
Des sources
CHET, Ep. mor., I, 13.
et fontaines d'or non terrissables. M . D u B E L Terrificque 2, v. Terrifique.
L A Y , Mém., L VII, 206 v° (G., Compl.).
Terrificquement. D'une manière effrayante.
Territoire (adj.). Terrestre. — Faire puis— C'estoit une effigie monstrueuse... avecques sions telle entreprise, Partant de ce lieu territoire,
amples, larges et horrificques maschoueres bien
Qu'acquerrions l'éternelle gloire. G R I N G O R E ,
endentelees... lesquelles... l'on faisoit l'une
S* Loys, 1. VII (II, 256). — Es choses territoires
contre l'aultre terrificquement cliquetter. R A - n'y a perfection ne félicité. M . de N A V A R R E ,
BELAIS, IV, 59.
Heptam., 19.
Terrifique (terrificus). Terrible. — Je veidz... (Subst.). Terrain. — Cicero... recouvra quelque
tous tant joueurs que spectateurs entrer en
partie de son bien, c o m m e le territoire de sa
tentation si terrificque qu'il n'y eut ange, h o m e , maison, posé qu'il eust esté consacré à la déesse
diable ne diablesse qui ne voulust biscoter. R A - de la liberté. D E R O Z I E R S , tr. Dion Cassius,
BELAIS, III, 27. — Je vouldroys... que eussions 1. X X X I X , ch. 12 (29 r°).
à l'original collationné les terrificques chaTerroir. Terre, pays. — [César] après avoir
pitres Execrabilis. D e multa. IV, 53. — E n parlé des Suéves assis au terroir d'Allemagne.
exemple terrificque de tous traistres. Alector, P A S Q U I E R , Rech., I, 2. — Le désir et du meurtre
142 v° (G.). — Combien qu'il ne fust descendu
et du sac Fit venir le payen dans le terroir
avec horreur terrifique et ne parlast a eux en
d'Isac. D u B A R T A S , Judith, VI, p. 413. — L'afson ire. F E U - A R D E N T , Opuse du saint père Efrem, fection première est à nous-mesmes deue...
316 v° (G.).
Elle est puis estendue Sur nos enfans, amis, et
Terrigole (?L — Flammans... terrigoles, le terroir natal. G A R N I E R , Marc Antoine, 589. —
poulies de Inde. R A B E L A I S , I, 37.
L a forme de nostre estre despend de l'air, du
Terrillon. H o m m e qui travaille la terre. —
climat et du terroir où nous naissons. M O N T A I G N E ,
Ledict Hannes gaignoit bien sa vie et prenoit
II, 12 (II, 342). — Ainsi le viel Breton, exilé
grant peine de son mestier, car il estoit terrillon, par l'Anglois D e sa grande Albion, desloge les
V I G N E U L L E S , Cent nouvelles (C. Livingstone, Gaulois D u terroir armorique. D u B A R T A S ,
«• S. S., X, 190). — Thiebault Hasson et Didier 2 e Sem., Colonies, p. 229. — Le Goth... D'un
Je rebelle, tarrillons. 1527. Arch. Meuse (G., ost victorieux saisit la Sclavonie, Le terroir
TerraUlon). — D'où luy vient qu'il soit en ceste valachide et la Transsilvanie. P. 230. — SoufVII
frirons-nous, dit-il, que ceste infâme race D u
terroir paternel honteusement nous chasse?
15
TERROIT
—
226 —
Ib., Capitaines, p. 472. — N e veuillez penser de deuxfilles,l'une desquelles, au sortir du ventre
que nous ayons autre terroir que celuy que nous de la mère, rapporta sa motte tertrée et chargée
trainons après nous attaché à nos souliers. de cheveux. C H O L I È R E S , 4 e Mat., p. 148. — Un
A N O N . , tr. Folengo, 1. II (I, 49).
gentil-homme... dit avoir veu et tenu une fille
laquelle au sortir du ventre de sa mère avoit
Terroit, v. Terroy.
sa
motte tertree et chargée de poil. G. B O U C H E T
Terron. Terreau. — U n e terre en laquelle
le fien ait esté si bien meslé et incorporé qu'il 27e Seree (TV, 193).
soit devenu terron, c'est a dire tout tourné en Terve. Mince. — Quand il rabote quelque
table ou membrure dudit noyer, il se fait des
terre. L I E B A U L T , Mais, rust., p. 262 (G.).
escoupeaux longs et terves c o m m e papier. PATerrosité. Ce qui est terreux. — A fin que...
LISSY, Recepte ver., p. 28. — Ayans un bois bien
la crasse et terrosité de la matière descende en
damasquiné, ils le siéront bien terve et l'enchâsbas. D u M O U L I N , tr. Roquetaillade, p. 32. —
seront dans quelque autre table de moindre
La purité et bonté de la quinte essence montera
estime. Ib.
en haut, et les fèces et terrosité demeureront
(Subst.). Ce qui est mince, perméable? —•
au fons. P. 33.
Ayans trouvé tant peu soit-il d'aspiration, soit
Terroy. Terre, pays. — Mais luy ayant
terve, ou fente, ou quoy que ce soit, lesdites
désir qu'en quelque sorte II puisse voir la fumée
eaux prendront leurs cours devers la partie penqui sorte D e son terroy, soit de loing ou de près,
dante. Ib., p. 42.
Est bien content de mourir par après. P E L E T I E R ,
Terze, v. Tierce.
tr. Odyssée, I. I, p. 13. — Pour mien je ne reconTerzerol. Sorte de cordage. — Antenne,
gnoy Le terroy D e Mycenes ou de Phthie. D u
espallier, terzerol, trinquet, gomenes, qui sont
B E L L A Y , Complainte de Didon à Enee (H. C , V I ,
les grosses cordes. T H E V E T , Cosmogr., VU, 12.
326). — Quel autre sang gorgonien engendre
Tes, v. Test 1.
E n ce terroy ce poulain furieux...? 1553. D E S
Tesé, m o t injurieux. — Les oultragerent
A U T E L S , Epigr. — Ainsi les habitans de ce mesgrandement, les appellans... dendins, baugears,
chant terroy Fourmillent à ce bord d'un regard
plein d'effroy. R O N S A R D , Hymne de Pollux (IV, tesez. R A B E L A I S , I, 25.
Tesiqueux. Phtisique. — Leur chair [des
280). •— N o n que j'envoye S e m de Babylone
écrevisses] covient aux tesiqueux. Tr. Platine,
avant Tout d'un vol es terrais du plus lointin
Levant. D u B A R T A S , 2 e Sem., Colonies, p. 235.99 r° (G.). — Elles profitent aux asmatiques et
—• Elle a couru les climats altérez Et les terroits tesiqueux. 120 v° (G.).
du nord. Ib., Colomnes, p. 270.
T e s m e (lire cesme?). — Ce m'est un grand bien
Terrain. — Premier nous fault bien congnoistre de mourir, puis que tu vis après m o y : afin de
le vent, Et l'air aussi qui varie souvent, Et du faire cognoistre m o n innocence et faire mon derterroy la disposition, le naturel et la condition. nier tesme. M O N T B E U X , Berg., Journ. I, 48 v°.
P E L E T I E R , tr. Georg., 1. I, p. 52.
T e s m o i g n e m e n t . Témoignage. — Ceulx
Terroir. — Bon terroy bon vin produict. qui ont esté occis pour le tesmoignement de
D u B E L L A Y , Ode sur la naissance du duc de Beau- Jésus Christ. Pronostication du siècle advenir,
mont (H. C , V, 284). — Ceste agriculture... 37 v° (G.).
Qui d'infertile rend un terroy plantureux. ID.,
Tesmoigner. (Prononc). — Ains ne dit mot,
Ample dise au Roy (H. C , VI, 198).
et rougissant tesmoingne Qu'en son honneur eUe
Terroyer. Cultiver la terre. — Et l'un des a receu vergoingne. M A R O T , tr. Metamorph.,
vitupères D e leur ménage etoient mal terroyer. I. II (III, 224). — Tu peuz rymer... tesmoigne
P E L E T I E R , Louanges, 63 v° (G.).
contre vergongne. S E B I L L E T , Art poet., I, 8. —
Terry. Terrain. — A Jehan Buisson, pour
O n trafique : on plaide : on temogne. L'un perd,
trois barouts de terre employée au tary de la l'autre gangne : on besogne. BAÏF, Poèmes, I. IX
garitte des Tartavizes. 1563. Comptes. Arch. (II, 454-455). — N'est-ce pas une grand' verMézières (G., Terris). — Pour avoir marchandé gogne, Qui notre âge pervers témogne...? BAÏF,
et faict torcher ladicte sentinelle dudit Mont Passetems, A u grand prieur (IV, 199).
Dieu des paroys d'icelle, et faict faire le terry
Tesmoignerie. Action de témoigner. —
d'icelle. 1572. Comptes. Arch. Mézières (G., C o m m e n t au pays de Satin nous veismes OuyTerris).
dire tenant escole de tesmoignerie. RABELAIS,
Tersamine. Sorte de garance. — Et de rechef
V, 30. — Retournez en leur province, vivoient
les meulent, y meslant de ceste pouldre moulue honnestement du mestier de tesmoignerie. Ib.
grossement avec les racines de dix huit mois,
T e s m o i n 1. Témoignage. — Et fut arresté...
et appellent cecy la garance tersamine. B E L L E - que pour un ample tesmoing de vertu envers les
F O R E S T , Secr. de l'agrie, p. 174 (G.). — Cellefuturs postérieurs ton seigneur seroit perpé[garance] qui est tersamine et grossière se vend
tuellement honnoré de ces trois filtres : très bon,
40 et 45 escus le milier, mais la plus fine (ditte très heureux, très pacificque. L E M A I B E , TempU
pergolme) est au pris de soixante escus. Ib. (G.). d'Honneur (IV, 233). — Si on appelle en tesmoing
Terse, v. Terdre.
la conscience de ceux qui s'arrestent à l'interTertés. Tertre. — Voilà ce que... je vous
cession des sainctz : on trouvera que cela ne vient
ai peu dire de Theutobocus... trouvé ceste pré- d'autre chose sinon qu'ilz sont en perplexité.
sente année mil six cens trèze... auprès d'un C A L V I N , Instit., IX, p. 532. — Elle portoit sur
petit tertés et coline. Var. hist., IX, 257.
sa teste la riche couronne qu'elle avoit de long
Tertiens, n o m d'un ordre religieux. — Ba- temps conquise, en tesmoing de sa grand beaulté.
sihens, Ieronymiens, tertiens ou du tiers ordre, Amadis, III, 16. — Dieu ne laisse point encores
bernardins. M A R N I X , Differens, I, iv, 5.
de nous donner de superabondant beaucoup de
Tertre. Ayant forme de tertre. — L'année tesmoins de son amour paternelle : car qui est-ce
passée, il y eut une bonne commère qui accoucha qui nous nourrit et sustante en ce monde? CAL-
7
VIN, Serm. sur le Deuter., 176 (XXVIII, 641). —
Je vous suppli' vouloir prendre de m o y Ce
seul présent, le tesmoin de m a foy. R O N S A R D ,
Pièces retr., Elégies (VI, 163). — Judith qui
verse incessamment D e ses yeux deux ruisseaux,
tesmoins de son tourment. D u B A B T A S , Judith,
III, p- 380. — Ces doux languissemens, ces
mignardes caresses, Ces larmes, ces propos et ces
longues promesses, Estoient-ce les tesmoins
d'une légère foy...? D E S P O R T E S , Elégies, 1,19. —
Soupirs espars, sanglots en l'air perdus, Tesmoins piteux des douleurs de m a genne. A U BIGNÉ, Primtems, 1, 99. — J'avois à m a maistresse Fait voir mille tesmoins de m o n humble
devoir. B R A C H , Am. d'Aymee, 1. II, sonn. 12. —
Pardonnez mes soupçons, c o m m e ayant en la
main la vie et les honneurs de tant de gens de
bien. Vous n'y en verrez plus, en tesmoin de
quoi j'abbrège le jour pris au quinziesme d'octobre. A U B I G N É , Hist. univ., IX, 4.
Tesmoin 2. Testicule. — Atys estoit un jeune
jouvenceau... Qui furieux se mist en la séquelle
De ces chastrez, ministres de Cybelle... Puis
ses tesmoins d'un caillou moissonna. R O N S A R D ,
Poèmes, Pin (V, 103).
Tesniere. Tanière. — Tous animaulx de
quelconques manières A sa venue entrent en
leurs tesnieres. M A R O T , Complaintes, 3. —• Les
ourses, les leonnes et les louves yssent de leurs
fosses et tesnieres. L A G R I S E , tr. Guevara, II,
11. — Les loups jecte hors des boys... les renards hors les tesnieres. R A B E L A I S , IV, 57. —
Les bestes sauvages qui estoyent par l'Italie
avoyent à tout le moins leurs gistes, leurs tesnieres et leurs cavernes ou elles se retiroyent.
A M Y O T , Tib. Gracchus, 9. — La représentation
du repaire et de la tesniere ombrageuse du
dragon. ID., Oracles qui ont cessé, 15.
Trou, fourmilière. — O ù les fourmis... Portent
leurs œufs hors leur creuse tasniere. ID., Quels
animaux sont les plus advisez, 11. •— Puis se
tournant devers le pied mangé D'un chesne
creux, advise un c a m p logé D e maints fourmis,
qui dedans leur tesniere Brilloient couverts
de paille et de fougère. R O N S A R D , BOC. royal,
lre part. (III, 249). — Ces derniers venus [des
fourmis] apportèrent aux premiers un ver de
leur tanière. M O N T A I G N E , II, 12 (II, 190). —
En ce temps seulement la fourmis mesnagere
N'abandonne jamais sa bossue tanière. D u
—
TEST 1
lequel l'ost est meu et adverty pour faire quelqu
œuvre ou pour aller a la bataille. Tr. Végèce,
II, 7 (G., Compl.).
Tessere (tesseratus). Disposé en mosaïque.
— Il [le pavé du temple] estoit ouvrage tessere,
en forme de petits carreaux. R A B E L A I S , V, 37.
Tessier. Cf. Tissier. Tisseur, tisserand. —
Mes jours... Beaucoup plus tost se sont passez...
Et du tout finis que la telle N'est du tessier
couppee en somme. D A M E R V A L , Deablerie, 39 b
(G., Tissier). — Mes jours passent plus legierement que la toile n'est couppee du texier. J. B O U C H E T , Noble Dame, 144 v° (G.). — Ils firent à
Aaron et à sesfilsdes tuniques definlin d'ouvrage
de tessier. C A L V I N , Bible, Exode, 39. — Balde...
renflambe en son courage sa cholere, et se jette
contre un texier, lequel, avec un coup de poing,
il fait tomber tout estourdi en terre. Tr. Folengo,
1. V (I, 126).
(Fém.). Tessiere. — Et la rouille déjà mangeoit les dures armes, Et Piregne tessiere alentour des goussets D e sa toile maillée ourdissoit
les filets. B A Ï F , Poèmes, 1. VIII (II, 379).
Tessiere. Éminence, élévation. — U n e pièce
de terre... tenant d'autre bout sur une petite
tessiere de terres tenues a cens du dit sieur de la
Couarde. 1567. Aveu du Plessis. Arch. Loiret
(G.).
Tesson 1, v. Taisson.
Tesson 2. Bras du levier d'un pressoir. —
La viz du pressouer s'appelloit recepte... le tesson, deniers comptez et non receuz. R A B E L A I S ,
V, 16, éd. 1562.
Tesson 3. Sorte de vase pour le vin. — Elle
versa tout le vin e m m y la cave sans offenser
les tessons et poinssons de terre ou il estoit.
A M Y O T , Propos de table, IV, 2 (Impr. tenons ;
grec : TOÛ xepa(ioû [//rçSèv TOXOOVTOÇ) (G., Compl.).
Tessoneau. Petit blaireau. — Alors qu'ils
tiendront quelque jeune tessoneau ou renardeau,
il leur faut laisser estrangler dedans la tranchée
ou pertuis. D u F O U I L L O U X , Vénerie, 71 v° (G.).
Test 1. Débris de pot. — Satan... frappa
Job d'une playe mauvaise depuis la plante de
son pied jusques au sommet de sa teste. Lors
il print un tais pour s'en gratter. C A L V I N , Serm.
sur Job, 9 (XXXIII, 115). — Je suis decheu de
souvenance envers tous c o m m e un trespassé :
et fait-on moins de compte de m o y que du
moindre test d'un pot cassé. B È Z E , Psaumes,
C H E S N E , Miroir, 1. IV, p. 135. — Je voy des
31, Paraphr. — Je mis en un verre d'eau des os
petis hommes, et quelques unes de leurs tesnieres de mouton et des tez de pot. P A R É , Disc, de la
aussi. — Ce sont les villes, que tu estimes des mumie et de la licorne, Epistre. — Il racloit
tesnieres. B R E T I N , tr. Lucien, Caron, 6.
la boue qui sortoit de ses playes, avec le test d'un
Tanière. (Fig.). Repaire. — Cagotz, caffars et pot cassé. D u V A I R , Médit, sur Job, ch. 2. —
porteurs de rogatons, perpétuons et autres telles Qui ne gemiroit de voir les enfans des meilleures
triquedondaines sortiront de leurs tesnieres. maisons... estre maintenant jettez à la voirie,
RABELAIS, Pantagr. Prognost., ch. 9. — Ruinant c o m m e les tais d'un pot cassé? ID., Médit, sur
les obscures forestz, tesnieres de loups, de les Lament. de Jeremie, ch. 4. — L'on casse dousangliers, de renards. ID., Pantagr., III, 2. —
cement le pot... et de mesme en retire-on les
[La vieille] se retira en sa tesniere. III, 17. —
tests et pièces. S E R R E S , VI, 9. — U n rébus de
La Candie estoit c o m m e la seconde tesniere et Picardie, qu'estoit des tays d'un pot ou d'une
retraitte de ces larrons après la Cilicie. A M Y O T , buye cassez. B R A N T Ô M E , Couronnels (VI, 2).
Pompée, 29. •— Jusques à son fort et tesniere de
Crâne. — Ilz leur coupoient le test de la teste,
la Bastille. Sat. Men., Har. de M. d'Aubray, avec les cheveux. L E M A I R E , Illustr., III, 1 (II,
p. 219.
336). — D'un coup luy franchit la teste, luy
Caverne. — Nous retournons arrière, Mar- coupant le test sus les os petrux. R A B E L A I S , I,
chant d'un pas legier vers la sombre tanière 44. — Il meit l'espée au poing et s'adressa au
De la bonne Antigone, afin de l'en tirer. G A R - second luy donnant sur le hault de l'armet tel
NIER, Antigone, 2529.
coup qu'il le luy feit sentir au tes. Amadis, I, 9.
Tesor, v. Thesor.
— Il l'attaignit au dessus de l'armet, si vivement
Tessere (tessera). — Tessere signifie le commandement du duc et chief de l'armée, par
TEST 2
—
228 —
Testable 1. Capable de tester. — Chacun
qu'il luy feit sentir dans le tais le tranchant de
son espée. I, 12. — E n icelle [confirmation] habitant estant en aage et non empesché d'emle front est souillé d'huyle ; et au baptesme le peschement de droit est testable, et peut faire
test de la teste. C A L V I N , Instit., XIII, p. 677. — testament de ses biens et choses. 1514. Coût
A lafinluy jecta tel coup sur le hault de l'armet de S^ Sever (G.).
qu'il luy faulça la coiffe de fer, le test, et le cerTestable 2 (?). — Monstre. Horrible... preveau ensemble. Amadis, III, 7. — Ton test sagieux, testable. L A P O R T E , Epith., 270 v°.
n'aura plus de peau, N y ton visage si beau N'aura
Testacé (testaceus). — Quant aux poires
veines ny artères. R O N S A R D , Cassandre, Stanses de Segna, ville de la campagne de Rome, plu(I, 64). — Ce soir il aura pleine L a gorge de m a sieurs les n o m m e n t poires testacees pour raison
chair, et assis sur le bort H u m e r a tout m o n
de leur couleur qui retire à celle d'un pot de
sang dedans un test de mort. ID., Hymne de terre. D u P I N E T , tr. Pline (XV, 15) (G, Compl.).
Pollux (IV, 284). — Le tais des Egyptiens est
T e s t a m e n t (jeu de mots). Crâne, tête. —
si dur et si ferme qu'à peine est il r o m p u en le
Vostre mieulx sera ne venir pas à mes nopces;
frappant contre un caillou. S A L I A T , tr. Hérodote,
Le bruyt et la triballe des gens de nopces vous
III, 12. — Anaxagoras... feit fendre le test
ramperaient tout le testament. R A B E L A I S , III,
en deux, et montra aux assistans c o m m e le
30. — Voicy nos hérétiques qui nous viennent
cerveau du bélier n'emplissoit pas la capacité
derechef eschauffer les aureiÛes et rompre le
de son lieu naturd. A M Y O T , Périclès, 6. — Après
testament avec leurs idoles et idolâtres. MARNIX,
avoir tué le galand auqu< 1 file s'estoit abandonDifferens, II, m , 1.
née, il luy ordonna, au lieu de coupe, le tez de
T e s t a m e n t a b l e . Testamentaire. — Les
la teste d'iceluy. E S T I E N N E , Apol. Herod.,
aucuns des familles des pères leurs passèrent
ch. 19 (I, 407). — Il rencontre le chef du jeune
par testament et firent mettre par escript es
damoiseau, luy écrase le test, luy froisse le certables testamentables que ceulx qui estoient
veau. B E L L E A U , Pierres précieuses, Am. de Hyacauses principalles dequcy Caesar nestoit mort
cinthe (II, 195). — Puis sur sa porte, où distille
feussent par leurs héritiers menez au Capitolle
le sang, Le test des morts il attache de rang.
quand ilz seroient mors. G. M I C H E L , tr. Suétone,
R O N S A R D , Franciade, II (III, 53). •— Il luy fut
II, 75 r°. — Caligula... les lettres testamentables
advis qu'il entendit un bruit qui luy vint donner
acomplit et mist en exécution combien que le tesà la teste, et que les coustures de son test s'outament de Tibère f ut abolly par le sen at. IV, 140 r°.
vrirent, par où il rendit l'ame au dehors. A M Y O T ,
T e s t a m e n t a i r e m e n t . Par testament. —
Esprit de Socrates. — Or le divin Achille Le frapa
Si aucuns mariez font conquetz, ils peuvent
de sa lance au beau millieu du tais... L a teste
testamentairement en leur decez ou avant en
du blessé fut en deux parts fendue. J A M Y N ,
ordonner. Coût, de France, 111 r° (G.).
tr. Iliade, XX, 160 v°. — Maintenant faut venir
T e s t a m e n t a l . Testamentaire. — II... inau crâne, que nous appelions le test. P A R É ,
tercéda que le sénat nordonneroit aucune chose
III, 4. — A u x batailles données entre les é g y p sur celle matière testamentalle. G. MICHEL,
tiens et les Perses, Hérodote dit avoir esté retr. Suétone, II, 73 r°. — Ses testamens [d'Aumarqué... que de ceux qui y demeuroient morts,
guste] navoient pas encore esté renduz... mais...
le test estoit sans comparaison plus dur aux
Tibère les retenoit pour en avoir les pecunes
./Egyptiens qu'aux Perses. M O N T A I G N E , I, 35
testamentalles. III, 123 r°.
(I, 287). — Le père... tasche à se briser le test
T e s t a m e n t a t e u r . Testateur. — Cestoit la
contre une pierre. G A R N I E R , Juifves, 1992. —
volunté du legateur et testamentateur. G. MILe test voile en esclat... Et l'humide cerveau
C H E L , tr. Suétone, III, 111 v°.
qui par tout s'escarbouille D u père, ô cruauté,
T e s t a m e n t e r . Faire son testament, tester.
e
la barbe grise souille. D u B A R T A S , 2 Sem.,
— Il luy pria qu'en ce val transitoire Elle voulDécadence, p. 533. — Elles sortent et proviennent
sist le laisser vivre encoire, V e u qu'il n'avoit
du crâne ou test. G. B O U C H E T , 8 e Seree (II, 85).
adonc testamenté. H A U D E N T , tr. Ésope, II, 156.
— Que là les os et les têts blanchis redemandent
— Les chastrez ne pouvoient testamenter.
leurs nerfs et les peaux desquelles la mort s'est
C H O L I È R E S , 4 e Matinée, p. 169.
repeuë. A U B I G N É , Médit, sur le Ps. 88 (II, 198).
T e s t a m e n t e u r . Exécuteur testamentaire,
— E n vain, royne... fais tu amas dans les tais des
— Item aux testamenteurs pour soliciter ses
deffuncts D e poix noire, de canfre à faire tes parbesoingnes, a chascun dix solz tournois. 1510.
funs. ID., Trag., I (IV, 56). — L a meduleuse
Testam. Arch. Tournai (G.). — Nous, considérais
espine, Sortant du test, descend tout au long
la prodigalité des parens... jugeasmes qu'en
de l'echine. ID., Création, XIII (III, 425).
façon du m o n d e ce testamenteur ne bs ayderoit
Coquille, écaille, coque. — Gousses, vagines,
de ces deniers. 1609. Mémoires d'eschevin de
testz, noyaulx, calicules. R A B E L A I S , III, 8. —
Tournai (G.). — U n testamenteur seul, ores
C o m m e on void tournier le tect d'un limaçon.
qu'il soit hoir du résidu, ne sera recevable a
G A U C H E T , Foins, p. 127. — U n e tortue oufaire poursuitte des biens du testament contre
verte... dont ne reste rien que trois nerfs qui,
les redevanciers. 1619. Coût, de Hainaut (G.).
séchez et roidement tendus, sont au tect attaTestard 1. Têtu. — Opiniastreté ou Opichez. D u B A R T A S , 2 e Sem., Artifices, p. 148. —
niastrise. Fantastique, obstinée... testarde ou
O n entend le poulet pipier, encores que le test
testue. L A P O R T E , Epith., 289 v°. — Il y a aussi
de l'œuf ne soit ouvert ne rompu. G. B O U C H E T ,
des dialectes dont aucuns mots sont comme des22« Seree (III, 297). — Le faucon ne cuyda pas
criez, sinon qu'on en use par joyeuseté. Et en
escraser la teste d'un poëte, ains le test et l'esce nombre sont plusieurs de picards, comme
caille de la tortue. Fr. de S A L E S , Amour de Dieu,
caboche pour la teste (d'où vient cabochard
II, 3. — (Dans les exemples de Gauchet et de
pour testu ou testard, c'est-à-dire opiniastre).
D u Bartas, il est possible que tect ne doive pas
E S T I E N N E , Preceilence, p. 175.
se rattacher à test, mais soit le m o t tect, toit,
pris au figuré).
Comme un pot en tez, v. Pot.
Tet.
— 229 —
Testard 2, mot d'argot. — Ils appellent
un escu un rougesme : un teston, un testard.
TESTELETTE
Avoir c o m m e adversaire. — [Hannibal] estoit las de combatre contre Marcellus, et si
G. B O U C H E T , 15e Seree (III, 130).
redoubtoit Fabius, qui ne combatoit point :
Testart. Pièce de bois? — Lever les testars pource que pendant tout le temps que dura
ceste guerre, il eut presque tousjours en teste
d'ung pont. Compte de 1510. Béthune (G.).
Testaster, fréquentatif et diminutif, par ces deux capitaines. A M Y O T , Fabius, 19. — Pour
redoublement, de taster. — Tu prens le jour cent le présent vous n'avez en teste que Surena et
fois Ces tetins qui semblent d'ivoyre, E n les Sillaces, deux de ses lieutenans, qu'il a jettez
testastant de tes doigtz, Mignard leur demandes à au devant de vous pour vous amuser. ID., Crassus, 21. — E n ce combat, il se trouva de fortune
boire. M A G N Y , Odes, II, 50.
Testater. Tester. — Par la dicte coustume, avoir en teste un qui luy estoit plus voisin et
un bastart non légitimé ne peut testater. 1581. plus cogneu. M O N T A I G N E , II, 27 (III, 107).
Coût, de Lille, 380 v° (G.). — Morut m o n père Mettre en teste. Opposer. — Je défie tous les
sans testater. P U S S O T , Journalier, p. 4 (G.). — courtisans qu'on m e pourroit mettre en teste,
quant à maintenir ceste pronontiation. E S Tous ecclésiastiques pourront sans notre aveu
et consentement testater. 1622. Pays de Liège T I E N N E , Dialogues, II, 254. — A une vertu si
eslevée que la sienne [celle de Socrate] je ne
(G.)Testateresse. Testatrice. — U n testateur puis rien mettre en teste. M O N T A I G N E , II, 11
ou testateresse peut disposer par testament et (II, 129). — Louys de Germanie luy ayant
ordonnance de dernière volonté de sesfiefset mis en teste de bons capitaines, ils le des firent
héritages. 1533. Coût, de Lille (G.). — Ledict près de Verdun. F A U C H E T , Antiq., X, 14. — Je
seigneur de Caverayne, mary d'icelle testatresse. vay vous mettre en teste des personnages qui
vous feront perdre le caquet et faire l'inclinabo.
1565. Testam. Arch. Tournai (G.).
e
Testation (testatio). Témoignage. — QuantC H O L I È R E S , 6 Ap.-disnée, p. 261. — Quoi donc?
a m a testation, Calestan en fera foy. Alector, m e deffendrai-je contre le Dieu des armées...?...
Lui mettrai-je en teste un chevalier, un géant,
16 r° (G.).
pour débattre m o n droit à la lance et à l'espée?
Testatresse, v. Testateresse.
Teste. De sa teste. D e lui-même. — Encore A U B I G N É , Médit, sur le Ps. 51 (II, 178).
Pour teste. Par tête. — A u x légionnaires,
ne feit il pas seul de sa teste l'edict, ains le feit
avec le conseil des premiers h o m m e s de la ville pour teste, il laissa sept escuz et demy. F O N en vertu et en réputation. A M Y O T , Tib. Grac- T A I N E , Nouv. et antiques merveilles, F. — Le
chus, 9. — Je remettray tousjours toute m a peuple rommain contribua pour teste à ses
volonté sur celle de m e s parens, et ne feray funérailles, non pour faute de biens qu'il eut,
jamais rien de m a teste et sans leur conseil. mais pour honorer sa mémoire. L A P O R T E ,
M O N T R E U X , Sec. liv. des Berg., 439 r° (G., Compl.). Epith., 170 v°.
Teste verte. H o m m e vif, violent. — Les testes Teste de souris. — C'est une petite herbe...
vertes de R o m e et les chiefz de guerre novices que on appelle teste de souris. Grant Herbier,
n'entendoyent pas son imagination, ne c o m m e n t n° 492 (G., Compl.).
Teste légère (masc). — S'il n'y avoit que Cuil falloit mener ledict Annibal. B U D É , Institution
pidon qui en-amoura, vous auriez quelque appa(Foucher, ch. 39). — O amice, oportet quod
tu accordes c u m isto : quia aliter n u n q u a m rence, d'autant qu'il est fort jeune, et à peine
habebis pacem : n a m tu vides qu'il n'ha rien et un vieillard pourroit compatir sous les folies de
e
que c'est une verde teste ; et est h o m m e pour ce jeune teste légère. C H O L I È R E S , 7 Mat., p. 267.
Dans la phrase suivante il faut lire sefitde
te faire tout plein d'ennuy. E S T I E N N E , Apol.
feste et non sefitde teste. •— Argence... prit parti
Herod., ch. 6 (I, 93).
J'ay la teste plus grosse que le poing, réponse de blasmer ce qui estoit dangereux à soustenir,
et ayant donné à tous une espérance de pardon,
servant à éluder une question. — Quand on
lui demandoit : « Monsieur, c o m m e vous portez- se fit de teste pour la capitulation. A U B I G N É ,
yous? » il respondoit en villenois « Je ne m e porte Hist. univ., XII, 4. Voir Feste, t. IV, p. 85, col. 1.
Dans l'exemple suivant, au lieu de teste il
jà. — Qu'avez-vous, monsieur? — J'ay la teste
plus grosse que le poing. » D E S P É R I E R S , NOUV. faut lire feste, faîte. — C'est une merveille des
herbes qu'elle avoit et des racines pendues au
Récr., 83.
teste de sa maison. Nie. D E T R O Y E S , 51, p. 227.
Jeter la teste aux chiens, v. Chien, t. II, p. 265,
T e s t e a u (?). — Aucuns ouvrages de potcol. 2.
Faire teste. Tenir tête, résister. — Ceux du tiers, comme... paelettes... testeaux de lampodedens luy feirent teste sur le rempart et bar- nettes, cloches, et toutes autres sortes de potterière. R A B E L A I S , Sciomachie (III, 410). — Ledict rie. 1577. Chart. et privil des 32 métiers de
sieur de Lautrec, pour pouvoir faire teste à Liège (G., Testel).
Testée. Coup sur la tête. — M'as-tu frappé,
l'ennemy... fist dresser quatorze ou quinze
enseignes de gens de pied. M O N L U C , 1. I (I, 47). vieille dontée? Tien ceste testée. Anc. Théâtre,
II, 108.
— Aron, commis en son absence A la garde du
Charge sur la tête. — Quiconque apporte a
parc, chien muet, ne s'avance Pour faire teste
au mal : ains au peuple cédant, V a pour luy teste aucuns ablais des terres dont est deu terfaire hommage un taureau d'or fondant. D u rage, iceulx ne peuvent descharger leurs charges
et testées sur aucuns lieux privés. 1507. Coût.
B A R T A S , 2 e Sem., Loy, p. 342. — J'ayme les
gens hardis, dont l'ame non c o m m u n e , Mor- du baill. d'Amiens (G.).
Testelette, dimin. de teste. — Teste... Le
gant les accidens, fait teste à la fortune. R É G N I E R ,
dim. testelette. L A P O R T E , Epith., 396 r°.
Œuv. posth., Sat.
Avoir en teste. Avoir devant soi. — Quant à Péricarpe, capsule. — D e ceste sorte y en a
m a compaignie,
elle n'y peult aussi aller, ayant une espèce qui a la fleur blanche et
15*les testeVU
les ennemys en teste. M O N L U C , Lettres, 255 (V, lettes rouges. D u P I N E T , tr. Comment, sur
Dioscoride, III, 99, (G.). — Le chausse trappe...
TESTER 1
—
230 —
a des testelletes sur le haut de ses tiges. LIE- envers les uns et les aultres, mais desirons que
nostre accord soit congnu et testiffié egallement
BAULT, Mais, rust., p. 237 (G.).
à tous. ID., Lettres, 3150 (XVII, 710). — En
(?) — pour ung corset gris fouré de testenous
testifiant que nous sommes enfans de Dieu,
lettes de roux dos. 1520. Exee. test. Arch. Touril nous donne fiance et courage à prier. ID.,
nai (G ). — Une fourure de gris, ung manteau
de testelette. 1548. Exee test. Arch. Tournai Instit., III, i, 3. — Vostre bonté ne refusera
pas Hippolyte, comme trop indigne de se pré(G.).
senter
à vous, après qu'il aura testifie qu'il
Tester 1. Attester. — Car je les oy tester et
maintenir... Qu'en Poictou n'a ny en France vient et vous est adressé de la sincère dévotion
de moy. G A R N I E R , Hippolyte, A Mgr de Ramsuppos A qui plusgrant familiarité Veulent
bouillet. — Il le faut croyre ainsi, car il y a
avoir. RABELAIS, Ep. à Bouchet (III, 301).
Je le puis bien tester, pour avoir veu toutes ces encores force vieux capitaines et soldatz qui
régions que j'ay nommées. B R A N T Ô M E , Dames, le testiffient. B R A N T Ô M E , Couronnels (VI, 1).
Prouver, montrer. — Le Seigneur fera la
part. II (IX, 193).
Tester 2. Se tester. Pommer? — L'ail aussivengeance de toutes ces choses, comme aussi
se peut semer, mais il est fort tardif, car au pre- nous vous Pavons desja dit auparavant et tesmier an qu'il sort, il se teste comme un poireau. tifie. A N O N . , tr. Bullinger, I, 5, p. 61. — Il y a
D u PINET, tr. Comment, sur Dioscoride, II, 146infiniz argumens, tant au ciel qu'en la terre,
qui testifient sa merveilleuse sapience. CALVIN,
(G.).
Instit., 1, p. 10. — Le Seigneur en testifiant
Faire tester. Faire pommer. — On peut aussi
sa benevolence envers lesfidellespar bénéfices
faire tester les aux et oignons. Ib. (G.).
Testiculaire. Des testicules. —
Ce sont terriens, leurfiguraitla béatitude spirituelle
donc là les moyens qui vous poussent à faire à laquelle ilz dévoient tendre. VII, p. 456. —
difficulté à exection testiculaire. CHOLIÈRES, Je ne m e suis peu contenir en lafinde vous
escrire pour vous testifier l'affection laquelle
4 e Matinée, p. 143.
Testier. De la tête. — Licol. Dur, estrai- je garde tousjours envers vous. ID., Lettres,
gnant, museleux ou muselier, noueux, serrant, 143 (X, n, 251). — Il y a des enseignemens
testier, chevestreux. L A P O R T E , Epith., 240 v°. infinis tant au ciel qu'en la terre pour nous tesTestiere. Coiffe. — La nécessité, mère des tifier sa puissance admirable. ID., Instit., 1, v, 2.
arts, a apris ceste invention de faire en quelque — 11 convenoit que ce peuple, qui estoit accusé
rue escartée un taudis ou bastiment composé devant le throne de Dieu, testifiast par signes
de plusieurs perchesfichéesen terre en forme extérieurs qu'il ne demandoit que d'obtenir
ronde, repliées par le dessus et à la sommité ; pardon de sa clémence. III, m , 17.
Témoigner. — Si noz iniquitez testifient contre
en telle sorte qu'elles représentent la testiere
nous
: veuille nous faire mercy, à cause de ton
d'un chapeau. T A B O U R O T , Escraignes, Prol.
Tête. — Quoy! sans remouvoir la testiere? nom. Ib., IX, p. 524. — Que ceste persuasion
— N y lebvre ny poupiere. Anc. Théâtre, II, soit naturellement enracinée en tous, assavoir
109. — Ils ont cette masque mélancolique tant qu'il y a un Dieu... lafiertéet rébellion des
engravée au fond du crâne de leur testiere iniques en testifie. 1, ni, 3.
Se testifier. Se montrer. — Lequel des deux
qu'il est impossible de les faire jamais parler.
plus fol se testifie, Toi, ou l'enfant qui cases
T A H U R E A U , Prem. Dial, p. 96.
F. H A B E R T , tr. Horace, Sat., II, 3.
Testification (testificatio). Attestation, édifie?
téTestifie. Prouvé. — Je laisse à part ce qu'on
moignage. — [Caligula] consacra en leur mort
trois cousteaulx au dieu Mars le vindicateur allègue par miracle, pour n'en conter que de
par testifications et tesmoignages de leurs in- bien testifiez. A U B I G N É , Hist. univ., VI, 19.
Testimoniale. Témoignage. — A la relation
famies. G. M I C H E L , tr. Suétone, IV, 145 r°. —
Toute promesse est testification de l'amour de bonne renommée, et par la testimoniale de
l'université des gens de bien. B U D É , Institude Dieu envers nous. CALVIN, Instit., IV, p. 202.
— La vérité présente qu'il nous fault considérer tion (Foucher, XXII, 6). — Après qu'ils auront
au baptesme, quand il est donné aux petis en- passé par tous ces alambics, qu'il leur soit permis
fans, c'est qu'il est testification de leur salut. d'entrer au cours de deux ans de la chirurgie
XI, p. 618. — Ceste testification est constituée (rapportans bonnes et seures testimoniales de
en deux poinctz, assavoir en confession de tout ce que dessus). PASQUIER, Rech., IX, 31.
Testitude. Tortue. —
Estans... assailliz
bouche et en adoration extérieure. ID., Que doit
faire un hommefidèle(VI, 584). — Voila pour- a coups deflesches,incontinent adjoignans leurs
quoy Satan s'efforce de priver noz enfans de escuz l'ung à l'autre, feirent une couverture
la communication du baptesme : c'est afin que appellée testitude. DEROZIERS, tr. Dion Casceste testification que le Seigneur a ordonnée sius, 1. X L I X , ch. 74 (162 r").
Teston. Pièce de monnaie d'argent. — Quand
pour nous confermer les grâces qu'il leur veut
i
l
changeoit un teston ou quelque aultre pièce.
faire estant effacée de devant noz yeux, petit
à petit nous oublions pareillement la promesse R A B E L A I S , II, 16. — Ce coultelier tira sa bourse
qu'il nous a donnée pour eux. ID., Instit., IV,de sa manche pour mettre ce teston. D E S PERIERS, Nouv. Récr., 81. — Il change sa coingnee
xvi, 32.
d'argent
en beaulx testons et aultre monnoye
Testifier (testificari). Attester, déclarer sûrement. —• L'Escriture canonique testifie en blanche. RABELAIS, IV, Prol. — Un gros gueux
plusieurs lieux que la prière et oraison fidèle se ventoit avoir guaingné troys bons testons.
et assiduelle peut toutes choses envers Dieu. IV, 50. — Qui vous meut leur jetfer la bourse
ANON., tr. Bullinger, Epistre. — Telz menteurs plaine d'escus?... n'eut-ce esté assez leur jecter
sont aisément réfutez par un seul mot de sainct quelques testons rongnez? V, 15. — Sous ce
Paul, lequel testifie l'Eglise estre soustenue sur nom de mensonge, il ne comprend pas seulement
and u
le fondement des prophètes et apostres. CAL- les menteries qui se diront, comme qu , "
h
o
m
m
e
dira
le
blanc
estre
noir
:
que
s
i
on my
VIN, Instit., I, p. 20. — Nous ne varions point
demande, Que vaut cela : il face un escu ce
— 231
—
TESTONNER 1
qui ne vaut qu'un teston. CALVIN, Serm. sur resjouit aucunement messire Itace, lequel estoit
l'Ep. auxEphesiens, 30 (LI, 625). — Nous voyonsen voye d'estre festonné par ledict mary irrité,
en quelques lieux d'Italie les églises estre re- D E S P É R I E R S , NOUV. Récr., 91. — U n e douzaine
fuges plustost à tels larrons de cent ou deux de sargens coururent là où le malh3ureux Marcents mille francs... qu'à un qui aura coupé telin estoit festonné sans peigne, et... le tirèrent
une bourse où il y avoit un teston. E S T I E N N E , des mains du peuple. L E M A Ç O N , tr. Boccace,
Apol Herod., ch. 15 (I, 250). — Il n'y a point Decameron, II, 1. — Estant donc Charles si bien
de doute qu'ils [les gens de justice] n'ayent festonné sans peigne... s'en courut vers la place
meilleur moyen de pratiquer aujourd'huy des criant et se plaignant. L O U V E A U , tr. Strapaiole,
escus que parcidevant des testons. Ch. 17 (I, II, 3. —• Quand on les tarabustoit et testonnoit,
329). — Les h o m m e s ne se congnoissent pas ils ne faisoient que joindre les espaules, sans se
au veoir c o m m e les faux testons. M O N L U C , remuer de leur place. Fanfares des Roule Bon1. VI (III, 165). — Quand vous aurez affaire temps, p. 64.
Maltraiter. — Ce fut luy le premier des comtes
de quelque argent, c o m m e d'un teston, venez
à moy, je le vous presteray. L A B I V E Y , Esprits, de Flandres qui apprint à ses subjets à se tenir
IJI, 4. — Il est plus d'escus qu'il n'y avoit en en paix, tant bien il les toucha et testonna
vostre beau siècle de testons. D u F A I L , Eutra- par plusieurs fois. T H E V E T , Cosmogr., X V I , 13.
pel, 22 (II, 35). — Marchans, artizans, gens de — Ceux qui sont les plus libres sont les Volmiens,
mestier, ... se sont si bien accreuz que ce qui proches de la Polongne, à cause qu'ils sont
se vendoit paradvant un teston, aujourd'huy gens farouches, vaillans, et qui ne se laissent
se vend l'escu pour le moins. B R A N T Ô M E , Ad- testonner que à bonnes enseignes. X I X , 10.
mirai de Chastillon (IV, 335). — Ils sont beaux, Maltraiter en paroles, en écrits. — Afin que
bien peignez, belle barbe au menton, Mais seullet je te festonne un peu et lave les oreilles...
quand il faut payer, au diantre le teston. R É - est-ce Erinnis, Alecto, Megera ou autre furie qui
GNIER, Sat. 13. — L a chair de cheval se vendoit agitoit ton maling esprit, quand... laissâtes le
deux testons la livre. A U B I G N É , Hist. univ., V I , sacrifice deu au seul Seigneur pour sacrifier
12. — Le jesuiste Jonandeau jouoit aux dez des au bouc? M A C E R , Philippique contre les poèlastres
paters contre les testons de Lamognon. ID., (M. R a y m o n d , R. S. S., XIII, 250). — Nostre
bon Catulle, qui l'avoit festonné si rudement
Faeneste, IV, 13.
Payer teston pour targe. Payer trop cher. — sous le n o m de Mamurra, s'en estant venu excu[Qu'un procureur] N e face point valoir en prin- ser à luy, il lefitce jour m e s m e soupper à sa
cipal Double ou coppie autant qu'original, N e table. M O N T A I G N E , II, 33 (III, 160). — U s vous
le papier escrire tant au large Q u e le client paye grippent quelqu'un de ces hérétiques par la
teston pour targe. J. B O U C H E T , Ep. mor., II, teste... tantost ils vous festonnent un Beze,
puis ils se ruent sur les Pseaumes de Marot.
v, 17.
A beaux testons. A prix d'argent. — U n autre...M A R N I X , Differens, II, iv, 1. — Qu'est devenu
Le vent à beaux testons pour mettre sur la celuy que j'ay veu autrefoys testonner de si
presse. A U B I G N É , Vers fun. sur Jodelle (III, 323). bonne grâce ceux qui à la cour se cachoient
Testonner 1. Peigner. — Mais sans cesser d'avoir estudié, apelant cela lascheté...? A U sa barbe frotte ; Il la desmesle, il la descrotte... B I G N É , Lettres div., 2 (I, 480).
Testonner la bourre. Envoyer la balle. — Quand
Il la festonne et puis la pigne. Anc. Poésies, II,
214. — Ce faict, estoit habillé, peigné, festonné, il sceut que Fouquet pouvoit estre bien eschauffé
accoustré et parfumé. R A B E L A I S , I, 23. — Il à testonner la bourre, il vint entrer au jeu de
avoit... le poil roux et si herissonné qu'il eust paulme. D E S P É R I E R S , Nouv. Récr., 10.
Se testonner. Se peigner. — Gargantua se
esté malaisé à testonner. Amadis, II, 19. —
Estes vous barbiers, qu'il faut qu'ils soyent refraichissant d'habillemens et se festonnant
testonnez? R A B E L A I S , V, 16, éd. 1562. — Leur de son pigne. R A B E L A I S , I, 37. — Il faict laid
coustume est, toutes fois et quantes qu'ilz veoir une vieille ou vieillart, Que lon doit veoir
veulent hazarder leur vie, de se peigner et tes- accoustrer au vieil art, Se testonner, porter
tonner la teste. S A L I A T , tr. Hérodote, VII, 209. chausses tirantes. J. B O U C H E T , Ep. mor., 1, 14.
— Archilochus appelle un muguet et mignon, — Ilz ont voulu faire à croire à la saincte Vierge
qui s'amuse trop curieusement à peigner et qu'elle estoit fort curieuse à se parer et testontestonner sa perruque, ceraplastes. A M Y O T , Quels ner. Car ilz monstrent deux de ses peignes. C A L animaux sont les plus advisez, 24. — Si on se VIN, Traicté des reliques (VI, 434). — L'autre
veut garantir de ceste pouillerie et suite bar- mourut d'un grain de raisin : un empereur
besque, faudra la demesler, la décroter, la se- de Pegratigneure d'un peigne en se festonnant.
couer... la patiner, la manier, la regarder, l'ap- M O N T A I G N E , I, 19 (I, 88). — Quant à moy...
planir, la testonner, la peigner. C H O L I È R E S , m e testonnois avec les dens d'une estrile. B R E 6e Ap.-disnée, p. 268. — E n te festonnant la TIN, tr. Lucien, Lexiphane, 5. — C'est à faire
barbe. M A R N I X , Differens, I, iv, 4. — (Fig.). aux seuls Spartiates, de se mettre à se peigner et
Sa pleine n'est guiere large : mais les montaignes testonner, sur le poinct qu'ils se vont précipiter
d'autour, mesmes sur nostre mein gauche, s'étan- à quelque extrême hazard de leur vie. M O N dent si mollemant qu'elles se laissent testonner T A I G N E , III, 9 (IV, 44). — (Fig.). Il n'est deset peigner jusques aus oreilles. M O N T A I G N E , cription pareille en difficulté à la description
de soy-mesmes, n y certes en utilité. Encore se
Journal, p. 144.
(Fig.). Saluer. — Aller bienveigner quelque faut il festonner, encore se faut il ordonner
jeune nostre D a m e , et la testonner d'un Salve et renger pour sortir en place. Or je m e pare
sans cesse : car je m e descris sans cesse. II, 6
regina. M A R N I X , Differens, I, i, 3.
Testonner, sans compl. Peigner, coiffer. — (II, 64). — Moulant sur m o y cette figure, il
Povres barbiers, bien estes morfonduz D e veoir m'a fallu si souvent m e testonner et composer,
ainsi gentilz h o m m e s tonduz... D e testonner pour m'extraire, que le patron s'en est fermy et
aucunement fermé soy-mesme. II, 18 (III, 64).
on n'en parlera plus. M A R O T , Rondeaux, 80.
Testonner sans peigne, testonner. Battre. — Testonné. Peigné, coiffé. — Frisque et gaillard,
des dames estre en grâce... Très bien pigné,
Ceste bonne et subtile invention de f e m m e
TESTONNER 2
—
232
—
perrucque festonnée. Anc. Poésies, I, 307. — tallement délibéré transporter mes lentz et tesU n sien jeune paige... tant bien festonné, tant tudineans pas en plusieurs lieux. Anc. Poésies
X, 171.
bien tiré, tant bien espousseté, tant honneste
en son maintien. RABELAIS, I, 15. — Estans
Tet 1. Toit. — Ils verront en leurs maisons
testonnez et bien pignez pour estre regardez des chambres pleines d'araignes... le soulier
de leurs amyes, ilz se delectoyent à chanter dessolé, le tect sans goutiere. L A GRISE, tr.
doucement. A N O N . , tr. Bullinger, II, 12, p. 654. Guevara, III, 24. — Allons par les rues : autant
— Un docteur régent bien peigné et testonné. qu'il y a de tuilles sur les tectz, autant sont-ce
RABELAIS, IV, 9. — Les pages d'honneur riche- de dangers sur nous. CALVIN, Instit., VIII, p. 514.
ment accoustrez, et bien pignez et festonnez. — Car si Vergile est en grande soùffrette, S'il
L O U V E A U , tr. Apulée, II, 4. — U n poil chenu, n'a ne lict, ne tect, ne maisonnette, Ne serviteur,
rude et mal testonné A grand' planté lui couvre ne pecune moyenne, Escrira il de la guerre'
le menton. D E S M A S U R E S , tr. Enéide, VI, p. 285. troyenne? F O N T A I N E , Ruisseaux, p. 11. — Murs
— Qui sont ces jeunes tant bien testonnez et d'alebastre et le tect d'or y vis. PHILIEUL, tr.
mignons, qui tousjours suyvent le roy? B. JA- Pétrarque, 1. II, chant 3. — Tu dédaignes loger
MIN, tr. Vives, 104 v° (G., Compl.). — Ceux Dessous le taict d'un rustique berger. BEREAU,
qui sont accusez de crimes ont de coustume Eglogues, 2. — En pluie d'or par le tét il se
de laisser croistre leurs cheveux et les porter coule au sein de la belle. BAÏF, Poèmes, 1. II
mal pignez, mal testonnez, et sans ordre sur (II, 63). — Plustost en alliance vivre Se verront
le front. L E L O Y E R , Spectres, IV, 3.
sous un tect les brebis et les loups. L. III (II,
Testonner 2. Donner des testons, payer. — 111). —• La seconde [partie de l'église]... qui
Lequel [médecin] s'imagina que sa chalandise avoit son tect seulement couvert de tuille. THEpourroit decroistre si le monde voyoit que ces VET, Cosmogr., VIII, 10. — Mal-heur sur les
affranchis pouvoient aussi bien penser les ma- pécheurs qui... Adorent sur le tect de leurs
lades que leur patron, ou qu'on diroit que, maisons sublimes Les estoiles des cieus. CHASpuis que c'estoit une médecine de valet, qu'il SIGNET, Mespris, p. 387. —• Comme durant
ne falloit que testonner à demy. CHOLIÈRES, son vefvage Le passereau sous l'ombrage D'un
lre Ap.-disnée, p. 58.
test couve ses ennuis, Ainsi je passe les nuicts,
Lésiner. —• Ce point est donc gaigné, que A U B I G N É , Médit, sur le Ps. 88 (II, 202).
les médecins tirent au capitaine Argent : c'est
Demeure. —
O bien-heureux... Qui d'un
pourquoy vous avez fort bien dit qu'ils sont bien baston et du bras secouru Va par les champs
veus des grands, et eux aussi y prennent grand
où jeune il a couru, Les siècles longs pas à pas
plaisir, parce qu'on ne festonne point. ID., racontant D u tect champestre où il est habi2 e Mat., p. 76.
tant. SAINT-GELAIS, Vieillard d'auprès Veronn
Testonneur. Coiffeur, barbier. — A l'issue
(1, 63). — Que tout soit mis en cendre, Ma herse
des salles du logis des dames estoient les par- et m a charrue, et leur joug, et mes bœufs, Et
fumeurs et testonneurs, par les mains desquelz m a loge et mon tect : c'est lafinde mes vœux.
passoient les hommes quand ils visitoient les BAÏF, Eglogues, 15 (III, 82).
dames. RABELAIS, I, 55. — Maistres testonneurs,
Étable. — Raoullet Ployart, mon mary,
attinteleurs et frizeurs de perrucques. COTE- jainct C o m m e un pourceau dedans son tect.
REAU, tr. Columelle, 1. I, Préf.
G R I N G O R E , Prince des Sots, Farce (I, 273). —
Testouin, mot d'argot. — Tu payeras un
Sus, grans toreaux, et vous brebis petites, Allez
testouin. Var. hist., VIII, 163. — Testouin. Tesau tect, assez avez brousté. M A R O T , Complaintes,
ton. VIII, 189.
4. — Une chèvre alloit en pasture... Son cheTestn. Pourvu de têtes. — L'hydre, beste vreau dans le tect enferme. CORROZET, tr.
lernee, aux espaules testues. G A R N I E R , Porcie, Ésope, 24. — Je... viens au tect aux vaches,
1100. — L'hidre testes naissant d'Herculle car celuy des brebis estoit de l'autre costé. Du
combatu, Plus luy coupoit de chefs, plus il estoit FAIL, Baliverneries, p. 47. — Le soir les contraitestu. BOYSSIÈRES, Sec. Œuv., 6 v°. — Apres gnit de se séparer, et lors en mauldissant la
avoir tué l'hidre sept fois testu. 28 r°.
nuict ilzramenèrentleurs bestes au tect. AMYOT,
Pommé. — La tierce espèce de laitue est Daphnis et Chloé, 1. II, 26 r». — Daphnis... reaujourd'hui appellée pommée ou testue, pource mena son trouppeau au tect en jouant de sa
que ses feuilles se tournent en forme de teste. fluste, pource que la nuict estoit ja venue. 40 v°.
M A I G N A N , tr. Fuchs, ch. 113 (G., Compl.).
— II... regarda à Pentour de luy où il se pourTant testu de. Assez fou pour. — Voire doub- royt cacher, et ne veidrienque un tect à pourlions que, si n'estoye vestue Honnestement, ceaulx. M. de N A V A R R E , Heptam., 33. — Brebien tant seroys testue D'abandonner ton corps bis, ne vous feignez brouter tout mon herbage...
pour le parer. J U L Y O T , lr<> part., 2 (5e Elégie). Le laict que vous aurez sera pour vos petits Qui
Testu (Subst.). Sorte de poisson. — Le genre beslent dans le tait. R O N S A R D , Eclogues, 5 (III,
des testuz qui sont delà la mer vivent de leur 448). — Deux beaux jeunes taureaux Que j ay
moisissure. PASQUIER, tr. Plutarque, p. 130.
dedans mon taict encores tout nouveaux. BESorte de gras marteau. — As-tu mis appoint
REAU, Eglogues, 3. — Le niais qu'il est, il ne
noz marteaux? — Par m a foy, ils sont tous nou- scet Que la genice est dans le tet. BAÏF, Brave,
veaux Asserez pour mectre en besongne. J'ay II, 2. — Broutez, chèvres... Broutez et remporun testu de quoy je congne Et abbas tost une tez ce soir dedans le tect Le ventre plein ae
muraille. G R I N G O R E , S* Loys, 1. I X (II, 294).
treffle, et le tetin de laict. B E L L E A U , Berg., 2e •/•>
Testude (testudo, tortue). Écaille de tortue? —
Eclogue sur la guarison d'Amour (II, 43).
Plus endurcys que marbre ne testude De mal Levon nous, il est nuit, petit troupeau reiei,
à pis ont mis tout leur estude D'exterminer le Le soleil est couché, sus, retournez au tet. BAÏF,
divin exercice. Anc. Poésies, IV, 100.
Eglogues, 2 (III, 15). — Jà la troupe soigneuse
Testudinean. De tortue. —
(Fig.) Pour
Des autres pastoureaux ont laissé les herms,
satisfaire à mon désir, qui est de veoir, fuz to- Et ramènent au tect leurs boucs et leurs brenis.
G A UCHET, Eclogue, p. 92. — Ceux qui vouloient...
faire les doux yeux... estoient controolez pai
— 233 —
un tas de vieilles, qui perçoient de leurs yeux
creux jusques dedans le tait aux vaches. D u
FAIL, Eutrapel, 11 (1, 164). — II... s'en retourne
au tect, où prenant la chèvre par les cornes...
luy prend le pys. A N O N . , tr. Folengo, 1. II
(I, 55). — (Fig-)- M o n Dieu m e paist soubz
sa puissance haulte... E n tect bien seur, joingnant les beaulx herbages Coucher m e faict.
M A R O T , Psaumes, 19. — N o n pas à ces pourceaux nourris Dedans ce grand tect de Paris.
JODELLE, Eugène, II, 2.
Bétail logé dans le tet. — Puis le noyer de
la foudre touché N'a pas le mal, que nous vismes,
caché : Dont s'effraya le tect et la mesnie.
F O R C A D E L , p. 247.
Tet 2, v. Test 1.
Têtard 1. Qui tette. — Son bras enfantin,
Dédié seulement à presser le tetin D e sa chère
nourrice, et d'une main mignarde A l'ouvrir
plein de laict dans sa bouche tetarde. G A R N I E R ,
Porcie, 1092.
Têtard 2. Téton. — Et les tetardz pendillans Quelz aux juments les tétasses. L. de L A
PORTE, tr. Horace, Épodes, 8.
Têtard 3 (?). — A Dieu, têtard de Tholose ;
Quoy que tu puisses gronder, Tes capitoulz
ne ta close Plus ne sçauroient te garder. Ane
Poésies, XIII, 357.
Tetas. Mamelle. — Le chien d'enfer étaigne
sa famine D e son tetas, qui infâme lui pend.
TETRADE
(I, 133). — L a lèvre dorée D e Venus au blanc
tetin. B E L L E A U , Petites Inv., Chant de triomphe
(I, 98). — Elle avoit...Tetins durs. B A Ï F , Passetems, 1. I (IV, 221). — Les Mexicanes... ont
en si grande recommandation la grandeur des
tetins qu'elles affectent de pouvoir donner la
mammelle à leurs enfans par dessus Pespaule.
M O N T A I G N E , II, 12 (II, 211). — [Hélène] voulant un jour présenter au temple de Diane une
coupe gentille pour certain v œ u , employant
l'orfèvre pour la luy faire, luy en fit prendre
le modelle sur l'un de ses beaux tetins. B R A N T Ô M E , Dames, part. II (IX, 264-265).
Tetinasse. Mamelle. — U n g estomach...
Tout enfoncé, tout plain de pourriture, Tant
bien paré de sales tetinasses. Ane Poésies, VI,
129.
Tétine. Sein, mamelle. — Ces mignotes... A
tous propos descouvrans leurs tétines. M . d'AMBOISE, Propos fantastiques, 3. — Voir vos enfans se jouer au-tour de la tétine? R O N S A R D ,
Poèmes, Exhortât, pour la paix (V, 197). — S'il
est permis aux femmes d'estre ainsi deschevelees
et de monstrer leur perruque, il leur sera permis
en lafinde descouvrir toutes leurs tétines. C A L VIN, Serm. sur l'Ep. aux Corinthiens, 11 (XLIX,
714). — Si vous pilez le lierre et le mettez dessus,
vous relèverez les tétines pendantes. G. B O U C H E T , 22 e Seree (III, 279).
Tetinet, dimin. de tetin ou de tétine. — Ce
n'est plus la façon de taster sadinet, Le rebondi
Tétasse. Mamelle. (Dans les deux premiers devant et le dur tetinet. Anc. Poésies, III, 295.
exemples, le m o t est péjoratif.) — Tétons avons,
Tetinette, dimin. de tetin ou de tétine. —
elles tétasses Pendans c o m m e vieilles bezaces. Et descouvre ainsi qu'a d e m y Les gracieuses
J. M A R O T , Epit. des dames de Paris (G., Compl.). tetinettes. D A M E R V A L , Deablerie, 42 b (G.).
— Lors... veirent une f e m m e tant vielle, caTetineux. Pourvu de mamelles. — D e
ducque et ridée que ses deux tétasses luy de- nature le sein Est tousjours tetineux pour tout
valloient jusques au dessoubz du nombril. le genre humain. R O N S A R D , Elégies, Disc. (IV,
Amadis, V, 37. — U n barbare... Sans pitié, 137).
sans douleur, nourri a la tétasse D'un tygre
Teton. Tétin. — J'accompare le bouton
arménien. C H A S S I G N E T , Mespris, p. 320.
A u teton D e son beau sein qui pommelle. R O N Tetassée (bien). Ayant de grosses mamelles. S A R D , Marie, Chanson (I, 198). — Ja Pespineux
— On a escript du grand pont de Mantrible, rosier desplie ses boutons A u lever du soleil,
Où Gallafre eut sa femme tant terrible, Hideuse, qui semblent aux tétons Desfillesde quinze ans,
horrible et tant bien tetassée. Anc. Poésies, IV, quand le sein leur pommelle Et s'eleve bossé
128.
d'une enfleure jumelle. ID., Elégies, Mort de
Tetassiere. Ayant de grosses mamelles. —• Narcisse (IV, 66).
Nourrice. Mammelue... tetassiere. L A P O R T E ,
Tetonnet, dimin. de teton. — Ce petit oiEpith., 282 v°. — Ouaille. Tendre, douce, bê-gnonnet... M e fait penser au poignant tetonnet
lante... féconde, tetassiere. 295 r°.
D e Collichon à la cuisse marbrine. Anc Poésies,
Tetele. Pédoncule. — Il a n teteletes rondes, I, 242.
espineuses, la ou est sa semence enclose, laquelle
Tetot, m o t caressant. — (Un h o m m e à sa
semence est ronde et blanche c o m m e semence femme). Et dont vient m o n jeune tetot? Je vous
de chardon, et lafleurest au bout de la tetele, ay toute jour cherché. Anc. Théâtre, I, 310.
qui est c o m m e vermeille. Grant Herbier, n° 228
Tetractyde (-reTpax-nSç, nombre quaternaire).
(G.).
— Et à fin de recommencer Dessoubs la saincte
Teterelle (?). — N e craignoit, dy-je à boire, tetractyde D'hommes la terre ensemencer, Lafust à brotequine, ou à la lèvre torse, ou à boire quelle estoit déserte et vuide, E n quatre parts
sans mettre le nez au voirre, ou à la teterelle. il la partit Et à sesfilsla départit. L A B O D E R I E
D E S A U T E L S , Mitistoire, ch. 3.
(dans Thevet, Cosmogr.). — Je veux... m'en
Tetet, dimin. de tette. — Donnez m o y le aller au double antre enserrer L à où jadis voutetet, m a m a n . Sotties, II, 291.
lurent s'enterrer Des pères vieux la tétractide
Tetin. Sein, mamelle. — L à se baignoit double, Pour y humer à longs traictz l'Esprit
mainte dame haultaine, Le corps tout nud, sainct. 1578. ID., Hymnes, 230 b (Vaganay,
monstrant un dur tetin. M A R O T , Temple de Mots).
Cupido (1,17). — Tetin refaict, plus blanc qu'un
Tétrade (TSTÇ>XÇ, le nombre quatre). —
œuf, Tetin de satin blanc tout neuf. ID., Epigr., Encores suys je d'advis que nous entrons en la
78. — Tetin d'ivoire où se loge l'honneur. tétrade pythagorique. R A B E L A I S , ITI, 9. —
R O N S A R D , Cassandre (I, 65). — Vous avez les Par m e s m e tétrade pythagorique multipliez ce
tetins c o m m e deux monts de laict. ID., Marie qu'avez résultant. V , 35. — Par la sainte teBUTTET, Amalthee, 61, p. 223.
TETRADIQUE
— 234 —
L A P O R T E , Epith., 229 v°. — Mais voicy le
tyran ! ô Dieu, le sang me glace De voir son
fier regard et sa tetrique face. GARNIER, Juifves,
1352. — La face et forme de celuy qui sert et
contemple sérieusement la deïté ne sçauroit
diques. R A B E L A I S , V, 35.
estre que serene, calme et douce, non tetrique
Tetragnatie (TeTpaYvaOoç, à quatre mâ- ou affreuse. C H A R R O N , Trois Veritez, I, 12. —
choires). Sorte d'araignée venimeuse. — Tetra- Ces mi-mores hautains... Nourris à exercer
gnaties. R A B E L A I S , IV, 64.
l'astorge dureté, A voir d'un front tetric la tendre
Tetragrammaton (TeTpaYpà(J.u.aToç, formé de humanité. A U B I G N É , Trag., III (IV, 134).
quatre lettres). Le hault Tétragramate. Dieu. — Triste. — Ombres tetriques. PHILIEUL, tr,
Les plutonicques et cerbérins palus, ennemis Pétrarque, 1. I, sonn. 88.
du hault Tétragramate. Ane Poésies, X, 229. — Tette. Mamelle. — Or je conois Amour...
Le premier et plus propre de tous les noms de il a tetté la tette D'une beste sauvage. BAÏF,
Dieu est Jehovah, qu'on appelle Tetragramma- Francine, 1. IV (I, 241). — Lors que Jupiter
ton, c'est à dire de quatre lettres, parce qu'il dedans Crète Nourriçon pendoit à la tette Au
est composé de quatre lettres respirables. A N O N . , fond de l'antre Dictean. B E L L E A U , Pierres prétr. Bullinger, 1, p. 2. — Es Actes des Apostres, cieuses, Diamant (II, 177).
le diable donne une epithete à Dieu qui respond
Donner la tette. Donner le sein. — Balduine...
au tetragrammaton... que les rabbins et thal- donne la tette à sonfils.ANON., tr., Folengo,
mudistes escrivent estre craint des diables. L E I. II (I, 54).
L O Y E R , Spectres, VII, 13. — Pourquoy est-ce Hors de la tette. Ne tétant plus, sevré. — Desqu'il ne pourra autant facilement nommer le Iors que la singesse ha eu et faonné ses petis,
nom de Jehova, qui est le Tetragrammaton? Ib. jamais ne les laisse ny habandonne de ses bras,
Tetragramme, adj. (-rsTpàYpajX(i.oç, formé de jusques à ce qu'ils soient sevrez et hors de la
quatre lettres). — Mais j'aperceus sortir de telle tette. L A GRISE, tr. Guevara, II, 18.
flame Tes vers conceuz en plus hautes fureurs,
Tetter (subst.). —• Il en faut... quatre
Qui, traversant le monde en leurs erreurs, Por- [dieux] à un enfant, protecteurs de son maillot,
toyent l'honneur d'un saint nom tetragrame. de son boire, de son manger, de son tetter. MOND E S A U T E L S , Am. Repos, sonn. 1. — Sus, sus, TAIGNE, II, 12 (II, 283).
mon ode, Que l'on collode La dame au tetraTettillon, dimin. de téton. — Au dessous des
gramme nom. B U G N Y O N , Chant panegyr., p. 116.
tettillons. M E I G R E T , tr. Durer, 5 r° (G.).
— Il me suffit, sans plus, que je révère TaciteTeublin. Couvert de tuiles. — Maison teument son tetragramme nom. T Y A R D , Erreurs
bline. 1522. Ste Croix. Arch. Vienne (G.).
am., I. I, sonn. 59.
Teucrion (TeiSxpiov, germandrée). — Leur
Tetraon (Texpdcwv). — Paons tetraons qui pennage estoit changeant d'heure en heure...
sont oyes sauvages. G. M I C H E L , tr. Suétone, IV, comme la fleur de tripoleon ou teucrion. RA143 v°.
BELAIS, V, 5.
Tetrarchie (TETpapxta, chacun des quatre
Teulière. Tuilerie. — Les ennemis les avoient
gouvernements d'une province). — Il fut bejectés hors du bourg près d'une teulière. MONsoing de partager la robe de nostre Seigneur
LUC, 1. V (II, 411).
en quatre pièces, et en faire quatre patriarchats
ou plustost tetrarchies. M A R N I X , Differens, I, Teurché, Teurterelle, Teurtre, v. Torcher, Tourtrelle, Tourtre.
II, 6.
Tetrarcion. Tetrarchie. — Cestuy decerTexherie (?). — Se, par moyen de la xhorre
tant estoit Antipas, qui pour sa part et tetrar- prétendue au desseur desdites cuves ne seroit
cion eut la région de oultre lefleuvede Jourdain cause d'empeschement et texherie corne l'on
et Galilée. Bat. jud., II, 7 (G.).
dist de l'airage de burre. 1546. Jugem. et sent.
Tetrastique (xstpâanxoç, disposé en quatreArch. Liège (G., Tisserie).
rangs). Pièce de quatre vers. —II... les enferma
Texier, v. Tessier.
en ce tetrastique. T A B O U R O T , Bigarrures, I, 9.
Tetricité (tetricitas). Caractère de ce quiTexte (prononc). — Et quant ores la loy
est sombre, sévère. — Pensez-vous que je loue telle seroit Que defillelefilzsuccéderait, Ce
ceste grande sévérité, rusticité, tetricité, gravité? qui n'est vray, veu la teste d'icelle, Il y avoit
bien plus proche séquelle Pour le garder disD E S PÉRIERS, NOUV. Récr., 1.
tendre illec ces grippes. Anc. Poésies, III, 45.
Tetrique (tetricus). Sombre, sévère. — Le
—
Mais on disoit, tant en glose qu'en texte, Que
front tetrique icy trouvera dequoy desrider sa
sévérité. D E S PÉRIERS, NOUV. Récr. L'imprimeur elle avoit la plus mauvaise teste. BOURDIGNÉ,
au lecteur. — Or restent les resveurs, que la Pierre Faifeu, ch. 48. — La glose des légistes
secte stoïque Met au nombre des fols : quel estoit Lourdement gaste ce beau texte. Pour ceste
un tetrique Et affranchi viellard. F. H A B E R T , cause je proteste Que l'Antéchrist succumbera.
tr. Horace, Sat., II, 3, Paraphr. — La face du M A R O T , Epistre, 44. — Sept fois le jour, comme
médecin chagrin, tetricque, reubarbatif. R A B E - le sage atteste, Le juste tombe, ainsi le dit le
texte. J. B O U C H E T , Ep. mor., I, 14. — Et la
LAIS, IV, Anc. Prol. — Le minois du medicin
chagrin, tetrique, reubarbatif, catonian. ID., façon fut en lisant un texte Où Jesuchrist sa
bonté manifeste. M. de N A V A R R E , Dern. Poés-!
IV, A Odet de Chastillon. — Tetricque. Rebours,
Prisons, p. 201. — Ni les gloses, ni les textes
rude, maussade, aspre. ID., Briefve Declar. (III,
Soit
du Code ou des Digestes. PASSERAT, Chan194). — Vous, tetricques censeurs, sublimes gravités, Que rien que le seul gain ne pourroit faire son (I, 140).
Textuaire. Qui est dans le corps du texte. —
rire. L E H O U X , Vau de Vire, Sonnet, p. iv. —
Juge. Grave, severe... impitoyable, tetrique. Iceulx cadeaulx... doibvent quadrer et accorder
trade des quatre goutieres du sacre-saint bonnet
jésuitique. M A R N I X , Differens, 1, iv, 18.
Tetradique. Qui se rapporte à la tétrade. —
Comment nous descendismes les degrez tetra-
}5 ——
35
THEATRE
d'un quart a leur lettre linéaire et textuaire. vent de Rouaige. 1587-1589. Lett. de rémiss.
TORY, Champfieury,Lettres franc., 72 v°.
Lille (G., Tarier).
Attaché au texte. — Si les sadduceans sont
Thau, v. Tau 1.
tant textuaires, repudians toutes traditions,
Thaumantin
(le) lignage. Iris, fille de
n'adjoustans foy sinon à ce qui est escrit...
quelles pièces peuvent-ils coudre à tous ces Thaumas. — Si tost que le soleil a de ses rais
passages de PEscriture...? L E L O Y E R , Spectres, attaint Les nuaux pluvieux, le thaumantin lignage Reluit clair sous le front de l'etheré nuage.
I, 2.
Textuel. Connaissant les textes. — A u pro- 1583. Tr. Virgile, Epigr., 11 (Vaganay, Mots).
Thaur, v. Tor.
fesseur des institutions textuel se donneront
cent francs. Ordonn. de 1571 (G., Compl.).
Theagogal, déformation volontaire de théoTexture (H. D. T. 1541). — Crétin... a logal — Par toutes les tropiques theagogales.
plutost voulu serrer sa texture pour retenir de M A R N I X , Differens, II, i, 12.
ta farine le fragment que le tons de nul autre.
Theagogie, déformation volontaire de théoCRÉTIN (Chesney, p. 325).
logie. — Nos vénérables docteurs régents et
Contexture, disposition (H. D. T. Néol. au autres maistres pédants et graduez en l'aime
sens figuré). — Avec éloquence si grande, comme fatuité de theagogie. M A R N I X , Differens, II, i, 12.
il appartenoit a faire la texture et politure d'un
Theagogique, déformation volontaire de
tel ouvrage. B U D É , Institution (Foucher, ch. 10).
theologique. — Son intention n'est pas de faire
— Les edicts que nos roys font pour les textures par une science theagogicque descendre son
des procès. PASQUIER, Rech., III, 33. — Je vous corps du ciel pour le loger icy corporellement.
cotte... ces sept vers... pour vous monstrer M A R N I X , Differens, II, i, 8.
quelle estoit la texture de vers aux œuvres de
Theamede. — Item y a une montaigne en
l'histoire des grands, que vous voyez estre faits Ethiopie... ou on trouve une certaine pierre
d'une longue suitte de mesmes rimes. Vil, 3. dite theamedes, qui repousse et rejette le fer.
— Une longue texture et traînée de vers. VII, 7. D u PINET, tr. Pline, X X X V I , 16. — Au conTez, v. Test 1.
traire lon voit que le fer outrageux, Tant aymé
Tezanne. Tisane. — Leur défendant très de l'aymant..., De la pierre est haï qu'on nomme
expressément la cervoise... la tezanne, la go- theamede, Car l'en faire approcher il n'y a nul
dalle, la bière. Var. hist., IV, 53.
remède. D u C H E S N E , Miroir, 1. IV, p. 142.
Tezis, mot d'argot. — Tezis. Toy-mesme. Theangelide. — Quant à la theangelis, elle
Var. hist., VIII, 189.
croist au mont du Liban, de Surie. D u PINET,
Tezure. Assemblage de panneaux. — Aussi tr. Pline, X X I V , 17. —• Ils affermoient aussi
peult on tant d'oiseaux et de chiens Entretenir que les herbes servoient de beaucoup aux songes,
qu'on consume ses biens En grand despence, en et sur toutes nommoient la theangelide, qui
tezures, cordages, Et a payer faulconniers de croist au Liban de Syrie... laquelle fait deviner
leurs gages. J. B O U C H E T , Ep. mor., II, m , 9.
estant prinse en breuvage. G. B O U C H E T , 16e SeThalamege (OaXatiTjyoç, garni de chambres). ree (III, 144). — D'autres herbes, comme la theanNavire contenant des chambres. —• Les grosses gelide, faisoient deviner. L E L O Y E R , Spectres,
orchades, les amples thalameges, les fors gual- VIII, 1.
lions. RABELAIS, III, 51. — L'assemblée de
Théâtral (H. D. T. 1562). — 1520. [Néron]
tous officiers... et matelotz feut en la Thala- dédié fut au jeu de la herpe, tragédies et saltamege. Ainsi estoit nommée la grande et maistresse tions et danses theatralles. G. M I C H E L , tr. Suénauf de Pantagruel. IV, 1. — Par le conseil tone, VI, 196 a. — 1557. Mais qui est cetui la
du pilot feurent sonnées les trompetes de la qui décrit la rancœur, contre la vache Inon,
Thalamege en intonation de guare serre. IV, 33. de Junon dépitée, Et d'un vers théâtral agace
Thalemouze, Thalenté, Thalisman, v. Ta- sa rigueur. C. TOUTAIN, Chants de philos., 54 r°
lemouse, Talenté, Talisman.
(G., Compl.).
Thallemouse, v. Talemouse.
Théâtre. Scène. — Quand on monte sur
Thaller. Pousser, croître. — Thaller, dict un théâtre, il faut s'estudier d'avoir bonne voix,
des bleds, de OàXXeiv. ESTIENNE, Conformité, bonne action... et bien jouer son personnage.
Mots françois pris du grec, p. 219.
F. d'AMBOiSE, Dialogues, I, fol. 21-22. — (Fig.).
Thalmudiste, v. Talmudiste.
[Tu] vivras comme en ung théâtre de tout le
Thalmuthisterie. Invention des talmudistes. monde, et ne te sera licite de occulter ung bien
— Emparallelez vos thalmuthisteries demo- petit péché. DEROZIERS, tr. Dion Cassius, 1. L U ,
nanthropiques aux elenchaires de cest heroique ch. 86 (195 v°). — Le troisiesme des empereurs
astromiriarche. CHOLIÈRES, 8e Ap.-disnée, p. 354.qui s'est présenté sur le théâtre de ce monde,
L'HOSPITAL, Reformat, de la
Thalot (?). — Demy douzene petitz thalotz c'est Caligula.
Just.,ie part. (IV, 285).
d'Alemagne. 1527. Invent, de merc (G.).
Arène. — (Fig.). Et me semble que vos reThalthybien. A la manière de Talthybius.
gards m'accusent de présomption, de voir...
— Mille cris thalthybiens. 1553. D E S A U T E L S ,
un capitaine de carrabins oser descendre sur le
Eb. (Vaganay, Mots).
sablon de ce theastre pour... prester le colet
Thanologie. —
H nomme... l'un corps, à un prélat tant consumé en toutes sortes de
l'autre ombre, l'un vérité, l'autre thanologie, sciences. A U B I G N É , Lettres de pieté, 3 (I, 379).
c'est à dire, apparence ou verisimilitude. M A R Estrade. — Puis le conduyrent sur un theastre
NIX, Differens, II, i, 2.
richement paré, et la fut par les heraulx proTharier. Exciter. — Pensant icelluy avoir clamé à haulte voix roy. Amadis, IV, 27. — Tout
tharié contre luy les chiens de la censé du cou- estoit environné de throsnes et théâtres remplis
de princes et de princesses venus de toutes pars
pour participer à ceste resjouissance. D u VAIR,
THEATREUR
— 236 —
des dieux. 1599. L A P O P E L I N I È R E , a 124 (VagaActions, Orais. fun. de la royne d'Escosse, p. 30.
Auditoire. — Il enseignoit la théologie avecques nay, Mots). Il faudrait écrire theocrasie.
un grand théâtre et applaudissement d'escoliers,
Theodoric. (Prononc. : eo formant une seule
dont il s'orgueillit de façon qu'il ne pensoit avoir
syllabe). —• Clotaire est l'un, et l'autre est Chilson pareil au monde. P A S Q U I E R , Rech., VI, 17.
deri, Theodoric l'autre, en délices nourri. RONSpectacle. — Plusieurs seigneurs, tant du
S A R D , Franciade, I V (III, 166).
Parlement que des Comptes... entrèrent dedans
Théogonie.
— Epimenide... laissa entre
la Bastille par permission, et plusieurs autres à
la desrobée, tous désireux d'estre spectateurs autres... la Théogonie, c'est l'origine des dieux.
de ce misérable théâtre [le supplice de Biron]. 1599. L A P O P E L I N I È R E , a 124 (Vaganay, Mots).
ID., Lettres, X V I I , 5.
Théologal. Théologique. — Ils ont destourré
Theatreur. Celui qui paraît sur la scène. — presque toute la question théologale en telles
[Domitien] point ne voulut que le questeur sail- recerches. A U B I G N É , Lettres de pieté., 16 (1,413).
list et dansast c o m m e theatreur, ains le feist
Vin théologal. Vin des banquets de théolooster du sénat. G. M I C H E L , tr. Suétone, XII, giens. — Quand il est question d'exprimer
269 r°.
en un m o t un vin bon par excellence, et fust-ce
Theatreux. D e théâtre. — Eschaffaut... pour la bouche d'un roy, il faut venir au vin
théâtraux. L A P O R T E , Epith., 161-162.
théologal. E S T I E N N E , Apol. Herod., ch. 22 (II,
Theatrique. D e théâtre, théâtral. — Je ne 34). — Nous... disons... vin théologal plustost
scay quelles chansons vulgaires et theatriques. que vin theologique. ID., Conformité, 1. III,
S E L V E , tr. Plutarque, Timoleon, 97 v°. — Mer- Advert., p. 195. — Il faut charger les tables de
cure... peult... mettre en évidence et sur la viandes, D e mets exquis et de sauces friandes,
monstre panégyrique et theatrique ses figures [de D e vin théologal. J A M Y N , O. P., 1. I, Ode sur h
la langue grecque], translations et sentences. bat. de Jarnac, 26 r°. — [Saint-André et DemoB U D É , Institution (Foucher, ch. 4). — L à où charès] les sceurent si bien emmieller et traiter
les fables et fictions estranges et theatriques de toutes sortes de viandes, voire jusques à
d'icelle, pour la grande et singulière délectation les enyvrer de ces bons vins théologaux que...
qu'elles donnent en les lisant, se voudroient ils tirèrent d'eux tout ce qu'ils savoyent. L A
presumptueusement élever, dilater et estendre P L A N C H E , Estât, I, 50.
jusques à imprimer quelque mauvaise opinion...
(Prononc. : eo formant une seule syllabe). —
nous les reprimerons et arresterons. A M Y O T , A u x trois vertus qu'on n o m m e theologalles,
Gomment lire les poètes, 1.
Foy, espérance et bonne charité. CRÉTIN, InvecTheille. Morceau, pièce. — U n e theille de
tive contre la mort, p. 264. — Nobles princes de la
pré. 1566. Chart. (G., Tille 1).
foy theologalle, Conservateurs d'une pensée esT h é m a t i q u e (H. D. T. Néol.). — 1574. Celui galle. Anc. Poésies, V, 86.
[rythme] que l'on appelle maintenant humain Theologalement. Théologiquement. — Il
et positif thématique. A M Y O T , tr. Plutarque, m e invita à boire avecques luy courtoisement,
Œuv. mor., 668 v°, éd. 1587 (G., Compl.).
ce que je feiz voluntiers et chopinasmes theoloT h è m e . Sujet que l'on traite, propos. —
galement. R A B E L A I S , II, 30. — Il se voit plus
Monseigneur maistre Jehan... confesseur du feu souvent cette faute, que les théologiens escrivent
roy, fit ung sermon très élégant. Et print son
trop humainement, que cett' autre, que les hutheume, mortuus est rex. L E M A I R E , Pompe fu- manistes escrivent trop peu theologalement.
neralle de Phelipes (IV, 262-263). — Chacun M O N T A I G N E , I, 56 (I, 442). — Je traicte icy de
se teut, tous pour ouyr s'accoustrent, Si print la sagesse humaine et philosophiquement, et non
son theume : Mtatis brève ver. ID., Concorde, de la divine theologalement. C H A R R O N , Petit
l Ie part. (III, 114). — Laissons cela et retour- traicté de Sagesse, ch. 4. — (Par plaisanterie).
nons A nostre theume. C O L L E R Y E , Sermon Après que tout le monde eust sonorement et
pour une nopce, p. 113. — Thème. Position, argu- theologalement toussy, craché et recraché... il
ment. Ce que l'on propose à discuter, prouver discourut ainsi. Sat. Men., après Har. du card.
et déduire. R A B E L A I S , Briefve Declar. (III, 195). de Pelvé, p. 119.
— Mais je m'en vois un peu bien à gauche de Theologant. Théologien. — Je suis content
m o n thème. M O N T A I G N E , II, 27 (III, 110).
de donner trois choppines de vin aux theologans
Composition. — Ce theume que j'ay dévidé de Louvain. M A R N I X , Differens, I, iv, 5.
Est escript d'une grosse plume. C O L L E R Y E , Théologie. (Prononc. : eo formant une seule
Sermon pour une nopce, p. 111.
syllabe). — D e théologie j'en diray haultement
Ce que l'on dit. — E h ! vrayment, c'est bien Loix et decretz. Anc Poésies, l, 38. — D'enfer
à propos ! F a y ton commandement toy mesme. parle et de paradis ; Théologie est moult en ses
— Diable ! tu n'entens pas m o n thesme. V o y dictz. V U , 6. — L a théologie a sa veue protu bien, je le fais exprès. Tr. Andrie, IV, 4.
fonde... Se vint mesler avec eulx de cueur
Theminiah. Sorte de monnaie. — Tel, qui a franc. J. B O U C H E T , Ep. famil, 34. — A diviser
vaillant cinquante mille drain et theminiah, qui d'histoire ou théologie. 49. — Loix ou decretz,
sont pièces d'argent du païs. T H E V E T , Cosmogr., la saincte théologie. ID., Ep. mor., I, 8. — Et
I, 6.
de la loy les sainctz commandemens InterThenon, v. Tenot.
prétez par saincte théologie. II, v, 10. — Et
Théochèze (6s6ç, xK<*)- — Nous avons tous
Surius, expert en théologie. BAÏF, App. 24,
les jours certaines nouvelles des théophages, Chanson (V, 290).
et (qui pis est) des théochèzes. E S T I E N N E , Apol Théologien (adj.). De théologie. — Des
Herod., A u lecteur (I, 14).
escholes théologiennes. B O N I V A R D , Adv. et Dev.
Théocratie. — Epimenide... laissa entre
des leng., p. 56 (G., Compl.).
autres la Théocratie, c'est à dire de la Temperie
Théologique. — Solutions théologiennes. L A
B O D E R I E , Harmon., p. 361 (G., Compl.)- — Le
— 237 —
THERIAQUE
livre qui suit, cinquiesme, s'appelle Vengeances '• par magie, T u n'as moyen de l'adjurer, C'est
théologien et historial. A U B I G N É , Trag., A u x par la seule theorgie Qu'on peut un ange conjulecteurs (IV, 8).
rer. D u M A S , p. 246.
Théologal. — Vertus théologiennes. Blason Theoricque, v. Théorique.
de toutes armes et escutz (G., Compl.).
(Prononc. : eo formant une seule syllabe). — Théorie (H. D. T. 1611). — 1584. La théorie
Théologiens se reposent a l'umbre D e povreté. et contemplation des choses divines et surhuJ. B O U C H E T , Ep. mor., I, 13. — Pauvres enfans maines. J. de B A R R A U D , tr. Guevara, Ep.
se faisoyent artiens, Consequemment aussi théo- dorées, IV, 16 (Vaganay, Franc, mod.).
logiens. II, 11. — L a trop grand fierté D e trop Théorique (subst.). Théorie. — Je n'entens
de théologiens ont perdu nostre France. I M B E R T , poinct la theoricque : de la praticque je m e ayde
Sonnets, 13 (G., Compl.).
quelque peu. R A B E L A I S , I, 5. — A tant sceut
Theologiquement (H. D. T. 1680). — 1574. d'icelle et theoricque et practique. I, 23. —
Il [Platon] dit que la destinée fatale est la raison Que m e sert la théorique D u nombre Pythagoet parole de la fee Lachesis,fillede la Nécessité : rique...? D u B E L L A Y , Disc sur la louange de la
par lesquels traicts il nous donne à entendre non vertu (H. C , IV, 148). — Il y a entre les propotragiquement, mais theologiquement, ce qui luy sitions ou plus tost positions et théoriques
en semble. A M Y O T , Fatale destinée. — 1589. Le géométriques une la plus notable, plus ingépoète... respond amplement et theologiquement nieuse et plus géométrique de toutes. A M Y O T ,
à ces objections. S. G O U L A R T (dans D u Bartas, Propos de table, VIII, 2. — Ils sçavent la théo89) (Vaganay, Mots).
rique de toutes choses, cherchez qui la mette
Theologiser. Faire de la théologie. — O n
en practique. M O N T A I G N E , I, 24 (I, 167). —
dira que je veux theologiser... et quel plus grand
J'ay mille fois regretté que nous ayons perdu
plaisir sçaurions nous avoir que quand on nous le livre que Brutus avoit escrit de la vertu : car
dresse l'estat de nostre royaume céleste? C H O - il fait bel apprendre la théorique de ceux qui
LIÈRES, 4 e Ap.-disnée, p. 186.
sçavent bien la practique. ID., II, 10 (II, 117). —
Disserter. — Les premiers qui ont fabuleuse- Si faudroit-il, suyvant l'ordre de la discipline,
ment theologisé des dieux ont dit que, avant
mettre la théorique avant la practique. II, 27
que le monde fust, estoit seulement le grand
(III, 108). — L a marne ne se peut apprendre
Dieu, avec le chaos et l'éternité de compaignie. à trouver par théorique. P A L I S S Y , Dise admir.,
TYARD, tr. Hebrieu, Dial. III, p. 131. — Ainsi Marne, p. 338. — Mais il n'embrasse pas la
ont theologisé les anciens sur le foudre, duquel froide théorique Avecques tel ardeur que l'utile
ils tyroient certains présages et juge mens des pratique. D u B A R T A S , 2 e Sem., Magnificence,
choses advenir. ID., Nat. du monde, 60 v° (G., p. 373. — C'est à fin que Part militaire ne s'ouCompl.).
blie, non en théorique, ains en pratique. L A
Theologovisceralement, composé burlesque. N O U E , XIII, p. 314. — II... se remit aux mathe— C o m m e nostre susdit frère Panigarolle a maticques, et s'amusa aux theoricques de la
fort zeleusement et theologovisceralement en- magie. A U B I G N É , Sa Vie (I, 12).
tamé ce membre de veau. M A R N I X , Differens,
Théoricien. — M e vanter devant les theoI, m , Préf.
ricques Et gens parfaitz en carmes héroïques.
Theologue. Théologien. — Selon la doctrine B O U R D I G N É , Faifeu, Envoy. — Il est mal-aisé
des theologues, grâce est un don du saint Esprit. d'estre bon théorie et bon practic. G. B O U C H E T ,
LEMAIRE, Cour. Marg. (IV, 83). — V o y maistre 10° Seree, II, 209.
Jehan Gerson vichancelier Qui... fut ung tresbon
Theoriquer. Construire ou exposer une
theologue. J. B O U C H E T , Ep. famil, 22. — Ay- théorie. — C'est fort mal théorique à toy : m e
mer les clercs mesmement theologues. ID., cuides tu surprendre par ce point? P A L I S S Y ,
Ep. mor., Il, i, 6.
Dise admir., Eaux et fontaines, p. 163.
Theomache (6eof*àxoç). Celui qui lutte contre
Therapeutice. Thérapeutique. —
Galien
la divinité. — Attendant que là dedans tombe au VII e livre n o m m é terapeutique, au second
la fouldre du ciel, et en cendre les réduire c o m m e chapitre. Jard. de santé, I, 56 (G., Compl.). —
autres titanes, praphanes et theomaches. R A - L a [partie] therapeutice et curative par meB E L A I S ^ , 11.
dicamens. R A B E L A I S , III, 29.
Théophage. —
Considérons donc sans
Theriacle, v. Theriaque.
passion que nous dirions, si Hérodote ou quelque
Theriacleur. Vendeur de theriaque. —
autre historien ancien nous racontoit qu'en Alloit veoir les basteleurs, trejectaires et thequelque pays les h o m m e s seroyent théophages riacleurs. R A B E L A I S , I, 24. — Il y avoit deux
(c'est à dire mangedieux). Dirions-nous pas charlatans theriacleurs. P A R É , XXIII, 10. —
ceste théophagie estre incroyable...? E S T I E N N E , (Fig.). Ces rapetasseurs et theriacleurs de branles,
Apol Herod., A u lecteur (I, 14).
gaillardes et vendeurs de vent à la livre. D u
Théophagie. Action de manger un dieu. —
F A I L , Eutrapel, 19 (I. 2 6 9 ) - — cf- Triacleur.
Quant aux autres mystères... qui accompagnent
Theriaque (H. D. T. 1611). — 1559. L'on
ceste théophagie, je les laisse au jugement du la met [l'herbe persil] dans les medicamens
lecteur auquel Dieu aura faict la grâce de luy sédatifs des doleurs, dans les thériaques et dans
oster le bandeau de devant les yeux. E S T I E N N E , les remèdes qui se font contre la toux. M A T H É E ,
Apol. Herod., A u lecteur (1,15). — Cf. Théophage. tr. Dioscoride, 282 b (Vaganay, Franc, mod.).
Théorème, dérivé de théorème. — D e poinct, — Cf. Triade.
"gne, cerne, angle en divers corps formés M e (Autres formes). — Souvent... Pensant donsure la figure aux traits théorèmes A dispro- ner thiriaque à la nourrisse, lon luy donne du
portion pour se prospectiver. S C È V E , Micro- reagal pour faire mourir la créature. L A G R I S E ,
cosme, 1. H , p. 65.
tr. Guevara, II, 21. —• Si en m o n absence l'image
Theorgie. Théurgie. — Par necromance ou
de m o y t'est vénéneuse, m a présence te sert
après de tiriaque. T Y A R D , tr. Hebrieu, Dial.
THERMANSTRIE
—
238 —
bien que par vous ne seront mesprisez, combien
qu'ils soyent provenus d'une bien pauvre thésorerie. PALISSY, Reeepte ver., A u maréchal de
Matignon.
Thesorier. Trésorier. — Et commanda es
thesauriers que ce repas leur feust défrayé et
payé. R A B E L A I S , I, 49. — Le roy... commanda
à ses thesauriers qu'ilz luy délivrassent cinquante
talents. B U D É , Institution, ch. 27. — C'est
(dit il) comme quand un qui a nécessité d'argent
vient trouver un thesaurier sur lequel il a eu
assignation de mille escus. ESTIENNE, Apol.
LAIS, V, 20.
Herod., ch. 6 (I, 86). — Antoine... de là en avant...
Thesaur, Thesaurier, v. Thesor, Theso- luymesme contrerolloit Pestât de sa maison et
affaire, du larcin desquels ses thesauriers s'esrier.
toient
enyvrez. D u FAIL, Eutrapel, 33 (II, 168).
Thésauriseur (H. D. T. 1798). — Vieil ou
—
(Fig.).
Elle délibéra se declairer à Mabile
Vieillard... thésauriseur. L A P O R T E , Epith.,
et
à
la
damoyselle
de Dannemarc, comme à
421 v°.
celles qu'elle estimoit vrayes thesorieres de son
Thesaurizer. Amasser [des trésors]. — secret. Amadis, II, 22. — Elles [les Grâces]
Plus vault procurer de sçavoir un secret des t'enchâssent au centre De leur ciel ton thesauantiquitez passées que de thesaurizer thesors rier. L E C A R O N , Poésies, Ciel des Grâces (46 v 0 ).—
pour les nécessitez du temps advenir. L A GRISE, [Saint Paul] estant comme thesaurier député
tr. Guevara, I, 40.
pour dispenser au monde les souveraines richesses
Thesoriser de. Faire un amas de. — Voyez ce de salut et de vie étemelle. L A PORTE, Epith.,
que par mesme moyen a fait ce grand Alexandre... 309 v°.
et maintz aultres... lesquelz, pour thesoriser
Thesoriser, v. Thesaurizer.
d'hommes, et non d'argent, se sont faictz roys,
Thesques (tesqua, lieux où Pon prend les
empereurs et monarques. Amadis, I, 33.
augures). — Lesfigures,les bastons, les mouveThesean. De Thésée. —
Foy... estroite, mens sont les symboles des auguresfiguranset
theseanne, honneste. L A P O R T E , Epith.,181 v°. terminans deçà et delà, en rond et en carré, leurs
Thesicque. Phtisique. — Et si seront trestous temples et régions, jusques aux arbres qui esthesicques Quand leurs biens seront despenduz. toient es champs et thesques, comme ils les
Anc. Poésies, III, 81. — Laquelle luy afferma nommoient. L E L O Y E R , Spectres, VII, 2.
Senecque estre tizic, et qu'il ne vivroit long
Thesurer. Chasser à la tesure, sorte d'astemps. DEROZIERS, tr. Dion Cassius, 1. LVIII, semblage de panneaux. — On ne peut tendre
ch. 124 (267 r°).
ny thesurer au domaine d'autruy. LOISEL, Inst.
Thesme, v. Thème.
coust., II, n, 25 (G.).
Thesmothete (Qecrfioôé-niç). —
Il n'avoit
Thete. — Tous les autres au dessoubs s'appoint encores esté faict par sort ne prêteur ne pelloyent thetes, comme qui dirait mercenaires
thesmothete, ou garde des loix. SELVE, tr. Plu- ou manœuvres. L E R O Y , tr. Aristote, II, 10,
tarque, Périclès, 33 v°. — Chacun des thesmoComment.
tetes, qui estoyent certains officiers du corps
Thetique (6ÏJTW6Ç). Composé de thètes. —
du conseil, qui avoyent spécialement en charge (A Athènes). Le quatrième [ordre] estoit thela garde des loix. L E R O Y , tr. Aristote, II, 10, tique, soubz lequel estoyent comprins les merComment.
cenaires. L E R O Y , tr. Aristote, II, 10.
Thesor (thésaurus). — C o m m e si je n'eusse Theul, T h e u m e , v. Tahu, Thème.
aultre thesor en ce monde. RABELAIS, II, 8. —
Thezi. Gonflé. — Tant qu'ilz sont plus yvres
Le pape Sixte m e donna quinze cens livres de que soupes, Thezis, repletz, pretz a crever.
rente sur son dommaine et thesor ecclesiasticque. D A M E R V A L , Gens joyeux (G., Tesi).
II, 17. — Or estoit le roy... puissant en terres
Thiare, v. Tiare.
et grands thesors. Amadis, II, 1. — De mes theThibaud (bon). Bon vivant. — Je donray
saurs faictes à vostre plein arbitre. RABELAIS, cestuy à Pessay A Pettreman, qu'est bon thiIII, 48. — Pillez moy sans conscience les sacrez baud. Sotties, II, 293.
thesors de ce temple delphique. D u B E L L A Y ,
Thielle (GûsXXa, tempête, ouragan). — Les
Deffence, Conclusion. — Et les thesors que
categides, thielles, lelapes et presteres [commenl'Inde riche donne A u marinier qu'avarice
cèrent] enflambertout au tour de nous. RABEconduit. ID., Olive, 57. — Si commencèrent
LAIS, IV, 18.
courir, s'enquérir, guementer, informer par quel
Thier, terme de houilleur. Veine non exmoyen... luy estoit ce grand thesaur advenu.
ploitée. — Revuider les eaux, ester en leurs fosses
RABELAIS, IV, Prol. — Baille moy d'Orient le
tous empechemens pour y visiter et y faire meplus riche thesor. L E C A R O N , Poésies, 70 v°. —
sure jusqu'à vif thier qu'ils avoient abanL'un se plaist de cacher l'or Au fond de quelque
donnés. 1607. Pays de Liège (G.). — Sont tenus
thesor. G R E V I N , Odes, 8. — Je chanterai l'hond'en remonstrer le vif thier. 1611. Pays de Liège
neur du bol arménien Et les rares thesors du
(G.).
terroir indien. R I V A U D E A U , Hymne de Marie
Thierchain. Alliage d'étain et de plomb.
Tiraqueau.
Invent, de Guill. Anus (G. Beaurain, R. E. R.
Thésorerie. Trésor. — Je n'ay voulu cacher
(X, 92).
en terre les talens qu'il lui a plu me distribuer :
Tbieullee. Tuile broyée. — La thieullee
ains... je les ay voulu exhiber à un chacun, et
singulièrement à Vostre Seigneurie, sachant
III, p. 52. — Bien est il vray que ta présence
me sert de tiriaque et remède. P. 53. — II...
avoit aultres foys crié le theriacle. RABELAIS,
II, 16. — Pour mieulx user de cautelle ou miracle, Il s'advisa vendre le tyriaele. B O U R D I G N É ,
Faifeu, ch. 18.
(Masc). — On leur baillera à avaller du
theriaque. P A R É , X X I V , 51. — Les robustes
le prendront [l'antimoine] avec bon theriaque.
X X I V , chap. complém.
Thermanstrie. — Ils jouèrent ensemble
aux Cordaces. Mongas. Thermanstrie. R A B E -
19
pour faire mortier. Compte de 1516. Béthune
THOULOUSE
gardent les meilleurs endroits du thon et les
n o m m e n t diversement : car les parties du ventre...
sont nommées ventresques, tarentelle et surro ;
les endroits du dos, de la thonine. B E L O N ,
Thigan. — L a tortue estant remplie de la p. 101 (Sainéan, ib.). — O n les met [les thons]
chair de vipère trouve sa guerison et son re- par pièces et dernes et les sale on à pleines
mède en l'herbe appellée thigan, par la contra- barilles, et de cela se fait la thonnine. D u P I N E T ,
riété de ceste herbe au venin. G. B O U C H E T , tr. Pline, I X , 15 (G., Compl.). — Si on frotte
36e Seree (V, 115).
les dents quelque temps de sang de tortue...
Thin (ôovvoç). Thon. — D'un daulphin et
on n'y aura jamais mal, non plus que si vous
d'un poisson dict thin. H A U D E N T , tr. Esope, I, prenez de la vieille tounine bien lavée, puis broyée,
25. — Les cinquante Phorcides, Qui errent prenez de la vieille tounine bien lavée, puis
par la mer sur le dos des dauphins, Bridans les broyée, et s'en frotter les dents. G. B O U C H E T ,
esturbots, les fouches et les thins. R O N S A R D , 27 e Seree (IV, 188).
Hymnes, Daimons (IV, 224).
Thon. — La thonine apperçoit et congnoist
Thinier. Table abondamment servie. —
les solstices et equinoxes. P A S Q U I E R , tr. Plu[Le gouverneur de limoges] fist dans le reffec- tarque, p. 175. Note marginale : Le thon, ou
toir de l'abbaye de Sainct Marcial ung sump- thonine. — O n t'envoira mainte grande thuntueux banquet a thinier ouvert, la ou fut nombre nine, Et ta cuisine ainsi journellement D e grands
y avoir quatre centz personnes ou plus. 1532. poissons prendra accroissement. F. H A B E R T ,
Reg. consul, de Limoges (G., Tinier 2).
tr. Horace, Sat., II, 5. — Si une jeune thonine
Thion (ôsïov, soufre). — Les ayant pendues estoit prise venant de la mer Majeur, le pescheur
à un pan, elle les parfume avec du thyon : et n'oseroit sur sa vie la retenir. T H E V E T , Cosmogr.,
jette du sel dans le feu. B R E T I N , tr. Lucien, VIII, 8. — Ce destroit [le Bosphore] abonde...
Devis amoureux, 4. — Appreste du pain, du sur tout en thonines et marsouins. Ib. — L à
thion, et tout le reste qu'il faut pour l'enchan- où se pesche le meilleur poisson que lon scauroit
tement. Ib.
manger, et bon nombre de tonines que lon sale.
Thiois. Tudesque. — Ledit inventaire et
XIII, 2. — Nostre mesnagere... s'acheptra...
renseignement gênerai escript en langue thioise. des harencs, tonnine?, merlus. S E R R E S , VIII, 1.
3 avril 1577. Lett. de partage. Arch. Tournai
T h o n y n . Thon. — Ce sont thouyns [lire
(G., Tiois).
thonyns] qui leurs ventres chérissent, Et ont
Thiphaine, v. Tiphaine.
grant peur que vivres enchérissent. C R É T I N , Ep.
Thiphenier. — D e u x grans plas appeliez à Charles VIII, p. 118.
thipheniers goderonnez et esmaillez, pesant chaThor, v. Tor.
cun deux marcs et demi d'argent. 1599. Inv. de
Thorace (6<!>pa£, axoç). Cuirasse. — Six cuiGabrielle d'Estrées (G.).
rasses, anciennement appellees thoraces, toutes
Thire. Sorte de serpent. — Thires, scorpions de fin argent. L E M A I R E , Illustr., 1, 40. — [Caliet autre tel verminier. C. L A N D R É , Œcolatrie, gula] aucunesfois se paroit de la thorace du
p. 890 (G., Tir 1).
grand Alexandre, cest a sçavoir de la pièce quil
Thithimale, v. Tithymale.
portoit devant son estomach qui fut dedans son
Thlasié (8XaaÉaç, eunuque). — C. thlasié. sepulchre trouvée. G. M I C H E L , tr. Suétone, IV,
RABELAIS, III, 28.
160 r°.
Thlibié (0Xt6Êocç, eunuque). — C. thlibié.
Thoracisque. Thoracique. — O n les perce
RABELAIS, III, 28.
[les os] en trépanant le test, ou les costes, aux
Thoas,Thoes, v. Thos.
hydropiques, thoracisques où l'eau est contenue
Tholosat. Sorte de monnaie. — Il y a long- au thorax. P A R É , Introd., ch. 2.
temps que j'ay leu la valeur des monnoies...
Thoret, v. Touret.
Une portugaise vaut deux espagnoles... un
Thorier. Gardien. •— Ledit mayeur avoit
tholosat deux mondinets. T A B O U R O T , Bigar- fait arrester tous les biens meubles et immeubles
rures, I, 6. 8
de forestier et thorier de ladite ferme. 1548.
Tholose, v. Thoulouse.
Jugem. et sent, des eschevins, 41. Arch. Liège
Thomas. Estomac. Descharger son thomas. •— (G.).
Mangera il de l'herbe aux chiens pour descharT h o s (6cî>ç, chacal). — [Le tarande] change
ger son thomas? R A B E L A I S , V, 46. — (Fig.). de couleur selon la variété des lieux es quelz
[Jean de Lagni] de fâcherie qu'il en eut... as- il paist et demoure... Cela luy est c o m m u n avec
somma ce jour plusieurs des siens... Ses plus les thoes : avecques les lycaons de Indie. R A privez amis n'osoient pas m e s m e l'acoster ce
BELAIS, IV, 2. — Quant à l'animal thoas (qui est
jour là, ains se tenoient tous loing de luy muets
une sorte de loup...) il change de robbe et non
comme poissons, attendans qu'il eust deschargé de couleur, estant velu l'hyver, et nud en esté.
son thomas. SuppL du Catholicon, ch. 10 (dans D u P I N E T , tr. Pline, VTII, 34. Note marginale :
Sat. Men., Tricotel, II, 82).
Aristote met l'animal thoas au ranc des bestes
Thon, v. Taon.
qui changent de couleur. — Les loups appeliez
Thonine. Chair de thon. — H z eurent pre- thoas font leurs petiz aveugles. X , 63. — Il
mièrement des poix chiches et de la tonine y a deux sortes de thos, dont les plus grands sont
grasse, puis du poisson d'Arne frit, sans autre prins pour les tigres ou lubernes qu'on amené
chose. L E M A Ç O N , tr. Decameron, IX, 8. — Sar- en Europe ; les moindres sont tenus pour petites
daines. Anchoys. Tonnine. R A B E L A I S , IV, 60. — lubernes ou pour loups-cerviers. D u P I N E T
On coupe le thon en darnes pour le saler et on
(Sainéan, R. S. S., III, 259).
le n o m m e tonnine. R O N D E L E T , p. 199 (Sainéan,
Thoulouse. Or de Thoulouse. Profit qui
R. S. S., V, 45). — Affin que leur gaing soit double porte malheur. — D e là en hors feut tenu c o m m e
chose certaine que l'argent de Basché plus estoit
H
THOURNY
1k
T h u m i n (?). — Voyez... C o m m e ils vont
aux chiquanous et records pestilent, mortel
et pernicieux que n'estoit jadis l'or de Tholose entassant le sceptre et le thumin En une maison
et le cheval Seian à ceulx qui le possédèrent. seule : allongent le chemin Pour allonger leur
charge, et par ruses malignes Bastissent leur
R A B E L A I S , IV, 15. — Contre eux puisse tourner
si malheureuse chose, Et l'or sainct desrobé grandeur du bois de nos ruines. D u BARTAS,
leur soit l'or de Tholose. R O N S A R D , Contin. des 2* Sem., Loy, p. 343.
Thunnine, v. Thonine.
Misères (V, 347). — Je vous feray voir une Sicile
T h u r e a u . Hauteur, colline. — La roche
jouet de la ville de R o m e , amusoir des princes
estrangers aux despens de leurs ruines, et si estoit sur ung thureau moult forte et munie de
ainsi m e permettez de le dire, or de Thoulouse murailles assez fortes et espesses. DEROZIERS,
fatalement malheureux aux familles qui le pos- tr. Dion Cassius, 1. X L , ch. 26 (46 r°). — Les
sédèrent anciennement. P A S Q U I E R , Rech., VIII, 56. souldardz de Anthoine se doubtans de Brute
T h o u r n y . Tonlieu. — S'ilz doient thourny occupèrent ung petit thureau assis au dessus
de la cité. L. X L V I I , ch. 64 (132 r»). — Les
ne maletote. 1532. Pays de Liège (G., Tonnil).
Par
thés... montèrent sur ung thureau, puis
T h o u y n , v. Thonyn.
voyans
que nul les venoit assaillir commencèrent
Thowelle, v. Touaille.
Thracie. •— Cordace... thracie... et mille à monter au hault de la montaigne. L. XLVIII,
ch. 70 (149 v°).
autres danses. R A B E L A I S , V, 20.
Thurification (thurificatio). Action de brûT h r a n e (?). — Depuis en l'autre partie
[du cirque] ayant plusieurs et tresgrans édifices et ler de l'encens. — E n lieu de fumigations,
thranes droictz, feit peu d'estime du théâtre Doulces thurifications, Tant abhominables sendu thaureau. D E R O Z I E R S , tr. Dion Cassius, teurs, Tant ordes et puans feteurs Habondent
en ceste caterve. Act. des Apost., vol. I, 45 a
1. LVIII, ch. 124 (263 v°).
Thrasonien. Semblable à Thrason. — Bra- (G.).
Thurifier. Brûler de l'encens. — Pour
veur. Superbe, pompeux... hautain... thrasonien. L A P O R T E , Epith., 57 r°. — Damoiselet. avoir sacrifié ou thurifié aux idoles. M O R N A Y ,
Musqué, thrasonien, i. glorieux. 104 v°. — Inst. de l'Euch., p. 496 (G.).
Thurin. Celui qui brûle de l'encens? — (Fig.).
Vanteur. Glorieux, thrasonien, goguelu. 413 v°.
Digne de Thrason. — Arrogance. Superbe, Vous qui, feignans avoir l'oreille des grands
présomptueuse... proterve, thrasonienne, i. in- princes, Vous faites adorer par leurs amples
provinces, Et, cauteleux thurins, la fumée
solente et glorieuse. Ib., 33 r°.
Thrasonique. Digne de Thrason. •— Ce ma- vendez A u x chetifs poursuyvans, dont les yeux
nifeste thrasonique, libelle de présomption. vous bandez. D u B A R T A S , Judith, V, p. 398.
Thutor. •—• Boire... en un chaussepied, ou
Var. hist., X, 271.
Thresorillon, dimin. de trésorier. — The- en une pantoufle, ou au pot, ou au thutor, que
sorier... Le dim. Thresorillon. L A P O R T E , Epith.,les Barragouins appellent une chievre. D E S
A U T E L S , Mitistoire, ch. 3.
399 v°.
Thyalogique, déformation volontaire de
Thresorizer. Thésauriser. — Thresor pour
théologique. — Toutes les vénérables humeverthesor, thésaurus, 0T)oaup6ç, et thresorizer, pour
thesaurizer, OïjaauptÇsiv. E S T I E N N E , Conformité, sités et facultés thyalogiques. M A R N I X , Differens, I, i, 5.
Mots fr. pris du grec, p. 220.
T h y m . — T h y m u s est une petite verrue emiT h r o m b u s (0p6u.6oç, caillot). — O n ne peut
renvoyer le sang au dedans de l'artère, parce nente, moindre beaucoup que l'acrochordon.
qu'il y en a trop grande quantité, et aussi qu'il P A R É , V, 21. — Thym... est une espèce de verse concrée en thrombus. P A R É , V, 30. — O n rue avec aspérités crevassées, semblable à la
trouve avec ledit humeur des thrombes de sang. teste du thym. XVIII, 86.
T h y m b r é de. Ayant pour timbre. — Je les
VI, 1. — Jusques à ce qu'il soit fait un thromay
veu non aumusse, ains armet en teste porter,
bus, c'est à dire que le sang dedans et autour
thymbré
d'une thiare persicque. R A B E L A I S , IV,
l'orifice du vaisseau soit caillé. VII, 7. •— Avec
50.
thrombus, qui est sang coagulé et fort noir.
T h y m b r e e (thymbraeum). — Quant au serVIII, 4.
Throner (se). S'asseoir. — Cestui-là... Entre pollet et a la thymbree dite autrement mente
les chevaliers Grand chevalier se throne. L. de aquatique, il y a plusieurs montaignes qui en
sont couvertes et tapissées. D u P I N E T , tr. Pline,
L A P O R T E , tr. Horace, Épodes, 4.
Thronisé. Intronisé. — Le roy ne se vouloit X I X , 80 (G.).
T h y n n u n c u l e (tinnunculus, crécerelle, sorte
servir de m o y aux affaires du roiaume, ains
d'oiseau
de proie). — J'y vy... des caprimulges,
seulement pour y establir quelques commencedes
thynnuncules,
des crotenotaires. RABELAIS,
mens de la religion après qu'il y seroit desja
V, 29.
receu et thronisé. M A R N I X , Corresp., p. 334.
Thysie, v. Phthisie.
Thucion. Grosse barre du gouvernail. —
Tiaire, v. Tiare.
Navires portans gouvernail a thucion et gouTiare (masc). — O père sainct qui estes
vernail remuable. Juill. 1517. Edit de Fr. Ie* (G.).
Thuilot. Tuileau. — Qui veut faire cheminées n o m m é pape, Considérez soubz le thiare et
Que
c'est
vous.
J.coupper
BàOnostre
Ula
C H mode
Edemeure
Ttiare
, teste,
Ep.
attres
contre
lecheminée
m u1581.
r de
moitoyen
doit
faire
—et
contre
seur.
ou
murautre
Qui
1583.
mitoyen
mur
veut
chose
Coût,
de faire
thuilots.
doit
suffisante
de
faire
Calais
contremur
(G.).
demi
Coust.
et atres
pied
de
de
contre
Paris
d'espaistuillots
(G.).
le chappe
Lequel
mor.,
qu'on
Perse,
au tiare
I,luy
dont
tiare
1.
à —la
abbatroit
le
estoit
coronne,
A un olieu
mde
unest
d'une
de
que
chapeau
aujourdhuy
luy
porte
espée
son
la
sainct
de:
l —
TIERCELET 1
Îere à R o m m e . B U D É , Institution, ch. 30. — Tiepeur. Tiédeur. — Or une tiepeur est
fn domino de veloux cramoisi, un thiare à la aux matières fossiles, c o m m e a celles qui sont
Sersique. SuppL du Catholicon, ch. 6 (dans Sat. tirées aus vallées dites Joachimiques. L E B L A N C ,
Un., Tricotel, II, 50).
tr. Cardan, 113 r° (G.).
(Prononc). — Nos filtres, mitres, cornes,
Tierçain. Alliage d'étain et de plomb. —
tiaires. M A R N I X , Differens, I, m , 11.
Six plats d'estain en tiersain et douze escuelles
Tiberiade. Sorte de carte, de plan. —
On
d'estain en tiersain. 1532. Picardie (Gay, Gloss.
tient quitte du droit de sa maitrise le peintre
archéol). — Thierchain. Invent, de Guill. Artus
qui a fait la tiberiade du lieu du procès entre
(G. Beaurain, R. É. R., X, 92). — Celui qui
la ville et la c o m m u n e de Talant. 25 août 1553
vend ung pot de tierschain au lieu d'ung pot
Delib. mun. de Dijon (G.). — S'ils se peuvent d'estain encourt amende de xx s. Compte de
transporter sur les lieux pour voir le fond con- 1555. Péronne (G.).
tentieux, ils en feront faire des topographies et
Sorte de tonneau. — Trois tonneaux et six
peintures ou modelles que nous appelions ty- tierçains de cidre. 2 déc 1615. Arrêt de la Cour
beriades. T A B O U R O T , Bigarrures, IV, 1. — des aides de Normandie (G.).
Deux chartes et thiberiades dressées sur la caClou tiersain (?). — A Jennin le Lombart pour
ducité de ladite navigation proche de la ville
x m milliers de d o u x tiersains. 1503. Compte de
de Douay, sans entrer en icelle. 28 oct. 1590. l'église de Mézières (G.).
Reg. aux Consaux, Arch. Douai (G.).
Tierce 1. Troisième heure du jour (neuf
Tibicin (tibicen, joueur de flûte). — [Cleo- heures). — Environ l'heure de tierce, le soleil
pâtre] faisoit chanter des chantz triumphantz fut chauld et ardant. Amadis, 1,10. — Dardan...
des tibicins. D E R O Z I E R S , tr. Dion Cassius, 1. LI, se parqua au myllieu du camp, attendant l'heure
ch. 81 (178 r°). — Tibère et Drusus... sacrifièrent de tierce, qui estoit le temps suyvant la cousd'encens et ne usèrent de tibicenes. L. L V I , tume que le roy devoit prononcer son arrest.
ch. 118 (238 v°).
1,14. — Ainsi se maintindrent Abiseos et Darison
Tibie (tibia, jambe), latinisme par plaisan- jusques à l'heure de tierce. I, 43. — L'heure de
terie. — N e sommes point des eques desmontez : tierce estoit long temps y avoit passée. L E
Ne le cothurne est m o v é des tibies. Ep. du LyM A Ç O N , tr. Decameron, VIII, 7.
mosin (dans Rabelais, III, 277).
Tierce 2. Régiment. — Le marcquis avoict
Tibriade. D u Tibre. — O ù Ilie gisoit dor- trois tierces d'Espaignolz, sçavoir le tierce de
mant à la frescade A u x souspirs amoureux de Sicille, celluy de Naples et celluy de Corsegue
l'onde tibriade. D O R Â T , Epithal. de Joyeuse, (c'est ce que nous appelions régiments). M O N L U C ,
p. 28.
1. III (I, 453). — Le marcquis logea le tierce
Tibroque (?). — (La Mort). Triste truande, de Corsegue à la petite Observance et le tierce
triple trouble tibroque. Anc. Poésies, XIII, 393. de Ciscille à la Chartrouze (II, 1). — Ceci estoict
Tiburon. — Le tiburon est poisson des Indes, le tierce de Sicile, qu'estoict logé à la Chartrouze.
du genre des veaux de mer. J O U B E R T , tr. Ron(II, 68). — Braves et vaillans soldatz bien choisis
delet, p. 358 (G., Compl.). — [Le poisson n o m m é des terzes de Lombardie, de Naples, de Scicile.
manati] beste paisible, et non ainsi farouche et B R A N T Ô M E , D U C d'Albe (I, 102). — L'autre luy
cruelle ou sanguinaire c o m m e le tiburon. T H E - envoya à Turin le maistre de c a m p du terze
VET, Cosmogr., II, 16.
de Lombardie. ID., Mareschal de Montejan (III,
Tiebort, v. Stribort.
206). — Pour mieux parler, il faut dire le terze
Tiedelet, dim. de tiède. — Quand le tiede- à la m o d e espaignolle, et non pas le traduire en
let zefire Le printemps amené, La mer et la français le tiers ; car ce mot là ne vaut rien et
plaine Et l'air autour semblent rire. B A Ï F , ne sonne pas bien. ID., Couronnels (VI, 175). —
Eglogues, 10 (III, 60).
Il fallut rembarquer et ordonner la descente
Tiedeté. Tiédeur. — E n bonne atrempance
en quatre troupes : la première du terce de Naet tiedeté. Jard. de santé, I, 27 (G.). — (Au sens ples... la seconde de celui de Milan... la troisiesme
abstrait). L a négligence et tiedeté est chassée celui de Sardagne... et puis les forces d'Italie.
et boutée hors de nos âmes. J. de B A R R A U D , A U B I G N É , Hist. univ., IV, 19. — Il fait passer
tr. Guevara, Ep. dorées, 41 v° (G.).
les montagnes au connestable de Castille, avec
Tieillis (lire treillis, grillage [d'une cage]). —tout ce qu'il put amasser et des vieux terces
(Fig.). Les estrangers admirent pour cela ton et des nouvelles levées d'Italie. X I V , 7.
bon heur, qu'ils te voyent estre aux treillis,
Tierceage. Sorte de droit ecclésiastique. —
et entrer librement, voire estre domestic et fa- Finablement traicté d'appoinctement fut faict,
milier de toutes ces belles richesses. B R E T I N , par lequel celuy droit de tierceage fut m u é et
tr, Lucien, Ceux qui vivent à gages, 21.
changé au neuf dont encores présent jouissent
Tien, adj. possess. Ton, ta. — Tu n'aimes pas les curez en Bretaigne. B O U C H A R D , Chron. de
le sang, tu es trop amoureux D e l'œuvre de tes Bret., 87 c (G., Compl.). — Y eut a celle cause
mains et de la race tienne. B E L L E A U , Petites Inv., discorde entre luy et ses barons : car ils ne vouSonnets (1, 176). — Si noz alliez et confederez loient consentir pour eux ne pour le peuple que
Pempeschent de mettre ce tien conseil en exécu- le tierceaige ne le pasté nuptial fussent payez
tion, je t'advise que les ennemis t'y aident. aux gens d'esglise, ainsi qu'il avoit promis. L E
A M Y O T , Aristide, 8.
B A U D , Hist. de Bret., ch. 31 (G., Compl.).
Tienmain. Appui pour la main. — Il faut
Tierceau. Tiers d'un arpent. — U n g tierouvrir les jambes l'une de ça l'autre de la et cheual de terre gissant et tenant a la raielle de
se tenir des mains a des pertuis qui sont en une !'E pinoy. xvi e s. Saint-Amand. Arch. Tournai
basse muraille faicte pour servir de tienmain a
(G.). — L'arpent peut estre divisé en plusieurs
y monter. 1547. Voy. de M. d'Aramon, p. 132 parties, d e m y arpent, tierceau, quartier. LIE(G.).
B A U L T , Mais, rust., p. 614 (G.).
VII
Tiercelet 1. Mâle du faucon et de divers
oiseaux de proie, d'un tiers plus petit que la
16
TIERCELET 2
— 2
liques romains sont les mignons de paradis,
femelle. — Comme ung perdriau est délaissé
seullet D e par sa mère, oyant ung tiercellet Le les tiercelets du pape, les enfans gastés...?
M A R N I X , Differens, I, m , 8.
pourchasser. M . d'AMBOisE, Babilon, 43 r°. —
D'une troisième catégorie. — Les uns estoient
Avecques un tiercelet d'autour. R A B E L A I S , I,
12. — Je n'ay peurecouvrirn y aultour n y tier- d e m y mahometans, les autres un peu idolâtres,
celet de lieu du monde. I, 39. — U n e autre fois... et autres tiercelez, ne croyans ne en Dieu ne
aux idoles. T H E V E T , Cosmogr., X I , 11.
le meine à la chasse, luy faisant présent d'un
Tiercelet 2. — 1513. Sur iceluy lict avoit
tiercelet d'autour. Comptes... adventureux, 38
(II, 32). — C o m m e un couple agassant de pies un grand ciel ou tiercelet, qui estoit de drap
caquetteuses, Voyant fondre du ciel les serres d'or, ayant le dossier de m e s m e frangé de soye
rapineuses D'un tiercelet hardy, sent un glassé rouge et fin or. Cérémon. de France, 98 (Gay,
frisson. D u B A R T A S , 2 e Sem., Trophées, p. 352. Gloss. archéol).
Tiercement. Troisièmement. — Trois choses
— Bref, le joug estoit tel qu'un tiercelet, qui
vire Et tourne d'un rond vol quand la faim l'a y ha qui vous y doivent non seulement induire,
surpris, N e tient point si captive une simple mais attraire... tiercement lesperance des merperdris. Ixion hespagnol (dans Sat. Men., Tri- veilleux guerdons qui sen ensuivront. LEMAIRE,
Schismes, 2 e part. (III, 282). — Le louer et macotel, II, 265). — Elle vole en rouant si haut
gnifier...
tiercement de sa noblesse. RABELAIS,
qu'on la perd de veue, c o m m e un tiercelet de
sacre lasché sur un héron. M A R N I X , Differens, I, 15. — Tiercement nous avons à considérer
que c'est que veut dire la division de la Loy en
II, 1,1(Fig.). Ce qui est d'un degré inférieur en bien deux tables. C A L V I N , Instit., III, p. 122. — Il
ou en mal. — Si... Dieu le vouloit, et advint que faut considérer qui est celuy auquel on voue,
j'esposasse quelque femme de bien et elle m e quelle est la chose, et tiercement qui est le
batist, je seroys plus que tiercelet de Job si vouant. ID., Lettres, 1631 (XIV, 332). — Tiercement, très-parfaict... Quartement, exemplaire
je n'enrageois tout vif. R A B E L A I S , III, 9. —
Mettons à sac ces Chats-fourrez. Ce sont tier- de tout bien. E S T I E N N E , Apol. Herod., ch. 25
(II, 86). — Tiercement, vous, Philadelfe, espousecelets de diables. V, 15. — Il y a maint grand
qui désire fort pouvoir faire du tiercelet de rez Restitue. L A T A I L L E , Corrivaus, V, 5. —
Tiercement pour le bois. P A L I S S Y , Disc admir.,
prince (comme diset un gentil-homme à son
fils, qui voulet non pas simplement majores Eaux et fontaines, p. 177.
Tiercer (intrans.). Être au troisième rang.
nido pennas extendere, mais jusques à user de
quelques petites façons qui tenoient du prince). — Ilfitprofession de jouer des tragœdies, et
E S T I E N N E , Dialogues, II, 66. — O n dit, II fait c o m m e dit Demosthenes, il alloit après les autres,
et ne faisoit que tiercer entre les joueurs es testes
du tiercelet de prince, du gentilhomme qui veut
enjamber pardessus le reng des gentilshommes, bacchanales. A M Y O T , Vies des dix orateurs,
et ha quelques façons qui sentent non seulement Eschine.
Être le troisième. — Il jouoit à la paume, et
le bien grand seigneur, mais le prince, ou pour
le moins le petit prince. Car en fauconnerie le très bien ; mais jamais il ne vouloit tenir le jeu,
mais secondoit ou tierçoit, qui sont les deux
masle s'appelle tiercelet, c o m m e estant un
tiers plus m e n u que la femelle : et se dit un places les plus difficultueuses et dangereuses;
estoit-il le meilleur second ou tiers... de
tiercelet de faucon. ID., Preceilence, p. 128. aussi
—
Nous nous tenons descouverts bien loing autour son royaume. B R A N T Ô M E , Henry II (III, 277).
Parler le troisième. — Frère Jan... demanda.
d'eux, en quelque lieu qu'ils soyent : et c o m m e
autour d'eux, autour de cent autres ; tant nous Manière de haulser le temps en calme? Panurge
avons de tiercelets et quartelets de roys. M O N - seconda soubdain demandant pareillement. ReT A I G N E , I, 43 (I, 370). — Ils ronflent sur le pavé, mède contre fascherie? Epistemon tierça...
ils tranchent des tiercelets de prince, et de- demandant... R A B E L A I S , IV, 63.
Partager en trois parties (G.). — Le troiviennent si arrogans que les rues ne sont pas
capables de les tenir. T A B O U R O T , Bigarrures, siesme ffis aura le droit du tiers dans le tiers...
IV, 2. — Ce sont les épicuriens, libertins, tierce- desfiefsde son second frère qui tient son tiers
lets d'atheistes irreligieux. C H A R R O N , Trois de son frère aisné, renonçant c o m m e cy devant
Veritez, I, 3. — Il veit les cieux ouverts et toutes au profit du second frère et de ne plus tiercer.
espèces de moines et moineries assises en gloire 1532. Coût. d'Ypres (G.).
(Trans.). Suivre étant le troisième. — Nous
c o m m e des tiercelets de Lucifer. M A R N I X , Differens, I, v, 8. — Quelle langue scauroit exprimer les pourrions appeller non improprement... mainez
flamboyantes dévotions, les contemplations stu- ou mainnez ceux qui secondent ou tiercent en
pefactives, lesecstases... desquelles ils demeurent aages leurs aisnez. P A S Q U I E R , Rech., VIII, 50.
Assister c o m m e tiers. — Combien qu'il n'eust
transis c o m m e des tiercelets de saint François stigmatisé? II, i, 2. — Et Hierocles après cecy com- pas une éloquence si persuasive comme quelques
parera un Apollonius, tiercelet du diable, à nostre uns qui le secondoient et tierçoient. PASQUIER,
Sauveur Jesus-Christ? L E L O Y E R , Spectres, IV, Lettres, VII, 10. — Lors que quelqu'un prend
8. — Or laissant tout cecy retourne à nos mou- fantaisie de s'aller batre, il faut que celui qui le
tons, Muse, et sans varier dy nous quelques sor- seconde (comme on parle) ou qui le tierce se
nettes D e tes enfans bastards, ces tiercelets des batte aussi à outrance contre les seconds et les
poètes. R É G N I E R , Sat. 2. — Pensez-vous que tiers de la part contraire. L A N O U E , XII, p. 297.
Ciceron soit aise qu'on dise de lui : « Voila des — Maugiron et Livarot secondoient et tierepistres qu'il a faites? » Non, non, il veut que çoient Quiélus. B R A N T Ô M E , Duels (VI, 312-313).
Augmenter dans la proportion de deux à trois.
l'on croye qu'il est avec une belle espee faisant
le tiercelet d'empereur. B E R O A L D E , Parvenir, — Item, livré aultres dix huict coings de deux
Article (I, 302). — Superbes esventez, tiercelets piedz et trois quartz chascun font quarante
de géants, D u monde espouvantaux, vous nceuf piedz et demy, revient a soixante quatorze
bravez de ce temps. A U B I G N É , Trag., VI (IV, pieds et un quart en tierchant. 1615. Compte
v
d'ouv. (G.).
245).
Favori. — N e sçavez vous pas que les catho-
—
243
Porter de deux à trois? augmenter dans la
proportion de deux à trois? tripler? — D'une
assez brusque furie Je tierce la batterie. G. D U -
—
TIERS
le tierre, Qu'une f e m m e se mecte en chaire Pour
adjurer les gardeans? Sotties, III, 108. — La
Chièvre, pour menger du lierre H a rompu sa
RANT, 197 v°.
corde et son tierre. Anc. Poésies, X I , 81. — Le
Se tiercer. Être porté de deux à trois. — Tel 5 juin 1556, je fus raccoustrer des tieres pour
cens et devoirs se tierceront : c'est a sçavoir que mettre mes poulains au verd. G O U B E R V I L L E ,
les deux seront estimez valloir trois. 1581. Coust. Journal, p. 272 (G.).
d'Anjou (G.).
Tiers. Troisième. — Leur roy n o m m é PicroTiercé. Disposé en tercets. — Epistre respon- chole, tiers de ce nom. R A B E L A I S , I, 26. — La
sive... en m e s m e rime tiercée dicte florentine. quatriesme différence dépend et sort de la tierce.
J. B O U C H E T , Ep. famil, 67. — D e vers tiercez C A L V I N , Instit., VU, p. 461. —• L a tierce de
as voulu disposer L a tienne epistre en rime flo- grisolite, et la quarte de jaspe. Amadis, IV, 2. —•
rentine. Ib.
Mettre jusques au tiers ciel le père de Guillaume
Tiercet (adj.). Disposé en tercets. —• L a Jousseaulme. R A B E L A I S , III, 4. — U n e aultre
première [partie]... sera rhythmee de vers tier- d'or, et une tierce d'argent. IV, Prol. — Le tiers
cets, à la façon italienne ou toscane et florentine. jour continua en festins. V, 8. — L a tierce et
L E M A I R E , Concorde, Prol. (III, 101).
dernière guerre des Romains à l'encontre des
Tierchaine. Sommation. —• Ont esté ad- Carthaginois. A M Y O T , Caton le Censeur, 26. —•
joignez a comparoir es halles de Mortagne sy Cette tierce et dernière façon. M O N T A I G N E , II,
d'icelle mort ilz se veullent purgier, et ce sur 11 (II, 132). — Il se donna premièrement deux
leur première tierchaine. 1561. Reg. du bailliage grands coups... il s'en donna un tiers dans le
de Mortagne (G.). — Personne ne vint ne compa- ventre (II, 140). —• Ces deux espèces occupent
rut en leurs noms, parquoy ont estez adjournez le monde. L a tierce... est si rare. IL 17 (III, 54).
sur leur troisième tierchaine. Ib. (G.).
— Le tiers [fils] par elle fut nourri en fainéant.
Tierche (?). — Les soyeurs d'aix... auront... A U B I G N É , Trag., II (IV, 96).
de chacun cent sans nul retour n y tierche
(Après le n o m d'un souverain, d'un pape).
LV pattars. 1588. Salaire des ouvr. de Mortagne Trois. — Si du grand Jules tiers quelque regret
(G.).
te poingt, Parfume son tombeau de telle odeur
Tiercheron. Tonneau dont la capacité est choisie. D u B E L L A Y , Regrets, 104. — Jules tiers
le tiers de celle des tonneaux ordinaires. —• D e avec Paule quatrième. 110. — Eugène tiers avoit
commectre ung h o m m e a enseignier les ton- pris l'habit de l'ordre de Clairvaux. P A S Q U I E R ,
neaulx, d e m y tonneaulx et tiercherons de boires Rech., III, 19. — Le pape Paule tiers et le roy
de grain, qui encores sont a enseignier. 1505. François se virent à Nice. B R A N T Ô M E , MargueReg. des Consaux. Arch. Tournai (G.). — Les rite de France (VIII, 129). — L a mitre héréditonneaulx et d e m y tonneaulx et tiercherons. taire Dont Jules tiers ravit le grand n o m de
1521. Reg. aux publications. Arch. Tournai (G.). mystère. A U B I G N É , Trag., VU (IV, 298).
— Deux tiercherons de vin. 1547. Comptes.
Tiers. L'un des jeux de Gargantua. — A u
Péronne.
tiers. R A B E L A I S , I, 22.
Tiercheual, v. Tierceau.
Tiers opposant. Celui qui s'oppose à l'exécution
Tiercier (adj.). Valant un tiers. —• Tiendra d'un jugement quoique n'ayant pas été partie
le musnier son moulin a point rond ; et aura dans le procès. — Lupolde s'advisa un jour
en son moulin un boisseau tiercier. 1559. Coût. dire à Eutrapel qu'il n'estoit rien qu'un petit
de Poitou (G.).
mignon de couchette, un muguet, un tiers opTierciere. Sorte de mesure de liquides. — posant, passe-volant, un saluta libenter, un goJ'estois... à souper chez un mien voisin... lequel dronné. D u F A I L , Eutrapel, 27 (II, 76).
aiant trouvé une tierciere de bon vin entre les
En tiers pied. E n tiers, en troisième lieu, en
autres, va dire, nefamuletur. G. B O U C H E T , l T e Se- s'ajoutant à d'autres, en outre. — Si le veux-je
ree (I, 57).
bien à ta semonce adjouster à nostre compagnie
Tiercin. — Je voys de nouveau percer m o n en tiers pied. P A S Q U I E R , Pour-parler de la Loy
tonneau. Et de la traicte leurs tirer du creu de
(I, 1052). — A u lieu d'avoir banny le lutherianos passetemps epicenaires un guallant tier- nisme, E n tiers pied se planta chez eux l'anabapcin... de sentences pantagruelicques. R A B E L A I S , tisme. ID., Poésies div. (II, 917). — Survint en
III, Prol. Rabelais veut que le m o t tiercin éveille tiers-pied une espèce de gens qui se disoient
à la fois l'idée d'une mesure de vin et celle d'un vouloir abandonner le m o n d e pour mener une
troisième livre.
vie monastique, lesquelz toutesfois sur leur comTierçon. Bête de la troisième portée. —
mencement n'estoient estimez ecclésiastiques.
La coustume de faire le compte par teste est ID., Rech., III, 41. — L a France estant lors
qu'un doublon ou tierçon, doublonné ou tier- généralement affligée par le conflit de ces nouçonné de jument, pour deux testes ; un tierçon ou veaux roys contre le Simple, et en tier pied par
tierçonné de vache pour une teste. 1510. Coût. les Normans. V , 3. —
H s'allia avecques
d'Auvergne (G.).
Henry VIII roy d'Angleterre, et estima qu'il
Tiere, v. Pierre.
falloit associer en tierpied avecques eux le
Tieresien. Propriétaire de terre. —
Par connestable. V I , 12. — M o y m e s m e , au second
les manans, habitans et tieresiens de ledicte livre de m o n Monophile, l'agregeay [Pontus
ville. Compte de 1595. Arch. m u n . Douai (G.).
de Tyard] en tiers-pied avec Ronsard et Bellay.
Tierpied, v. Tiers.
VII, 10. — Le seigneur de Sillery negotiant avec
Tierre. Attache. — J'ay ofencé en mains le sieur de Vie, lors ambassadeur aux Suisses,
endroictz, Et si j'ey mains favorisé, Tant le le renouement de leur ancienne confédération
monde est lors divisé, Qui peult avoir lasché
avecque nous, il fut envoyé en tierpied pour la
confirmer et authoriser. ID., Lettres, X V I I , 4.
Tiers point, v. Point.
(Prononc). — Mais en effect il fault un tiers.
D e m a n d e à tous ces vieilz routiers. M A R O T ,
I Dial. de deux amoureux (I, 26). — Car on verra
TIERSOYER
—
244
—
que de tous ces deniers Le roy n'en met à son
Cleopatre, I V (I, 138). — Maint sorti d'un tige
prouffit le tiers. J. B O U C H E T , Ep. mor., II, i, 10.hautain Belitre mendie son pain. T A H U R E A U
— Et ses neveux voyent en l'aage tiers De leur Poes. div., Inconstance des choses (II, 224). —'•
ayeul les bras durs et entiers. SAINT-GELAIS, L a Cyprine tendre, Mère du vieil tige des dieux.
Vieillard d'auprès Veronne (I, 65).
B E L L E A U , tr. Anacreon (I, 41). — Gentil ormeau
Tiersoyer (trans.). Augmenter d'un tiers. A u tige verd. ID., Petites Inv., Mort d'une maistresse (I, 124). — D u tige de noz rois, dames,
— Y sera seulement prins denier pour denier
sans le terçoyer ou autrement accroistre. 1581. vous descendez. M A G N Y , Odes, II, 2. — Peuples...'
extraicts du vieil tige des Gaulois. PASQUIEE,
Coust. d'Anjou (G.).
(Intrans.). Donner le troisième labour. — Rech., I, 3. — [L'éléphant] d'un pas viste s'aproQuand il faut tiersoyer et bailler la troisième che O u d'un tige noueux ou d'une ferme roche.
façon à la terre. D u P I N E T , tr. Pline, XVIII, D u B A R T A S , l r e Sem., 6 e J., p. 261. — Il ne reste
que nous du tige d'Agenor. G A R N I E R , Antigone,
26 (G.).
1571.-—• Le branchage de ce tige abondant en trop
Tieul, v. Tel.
Tieule. Tuile. — Lung des Plateens abbatit de gaillardise. M O N T A I G N E , II, 23 (III, e89). —
U n orme au tige creux. D u B A R T A S , 2 Sem.,
en montant une tieule de lung des créneaux en
Artifices, p. 136. — L afleur...se ternit en autant
bas. S E Y S S E L , tr. Thucydide, III, 4 (84 v°). —
Les femmes de la ville... leurfirentune merveil- de jours sur son tige. P A S Q U I E R , Lettres, XI, 5. —
N é au vray parterre desfleursde lis de France,
leuse aide en soustenant... lestour et leffort des
ennemys et jectant tieules et pierres des toitz jetton droit et verdoyant du tige de sainct
Loys. Sat. Men., Har. de M. d'Aubray, p. 266.
des maisons en bas sur eulx. III, 11 (101 r°). —
Je couvre de chaume et d'esteulle, D e coquilles, —• Desdites branches vient principalement le
planches et tieulles. Anc. Poésies, XIII, 176. — fruict, non du premier tige. S E R R E S , VI, 9. —
Il est du plus haut tige du monde. AUBIGNÉ,
Telz trompeurs se damnoient, C o m m e aussi
font lesditz vendeurs de chaulx, L a tieulle et Hist. univ., Préf. du t. III (t. VII, p. 5).
Tigette (H. D. T. 1564). — 1549. La prebricque, ou ilz font des deffaulx. J. B O U C H E T ,
mière
espèce de queue de cheval ha les tigettes
Ep. mor., II, x, 15.
Tieullerie. Tuilerie. — D e la vindrent a et reinseaux vuides et nuds. M A I G N A N , tr.
Fuchs, 121 (G., Compl.).
une fosse empres laquelle avoit une tieullerie ou
Tigeus. Ayant une haute tige. — O u des
lon cuisoit la brique pour bastir les murailles de
sapins
tigeus ou des chesnes branchus. BAÏF,
la ville. S E Y S S E L , tr. Thucydide, IV, 9 (132 r°).
Poèmes, 1. V I (II, 289).
Tiffer. Parer, soigner, bien disposer. —
C'est lors que m a dryadette S'esgaye dessus Tiglac. Tillac. — Il avoit deux cens et
quatre vingtz couldees de long : et de halteur
l'herbette Les plus belles fleurs pillant, Pour
depuis
le fond jusques au tiglac quarante et
de son beau chef brillant E n tiffer les tr'esselettes
T A H U R E A U , Odes, 1. — Vien tiffer m a barbelette huyt. S E Y S S E L , Successeurs d'Alexandre, IV, 8
D e ta main mignardelette. ID., Baisers, 1. — Mais (144 r°).
Tiglet. Loquet. — Sus donc, princes, ouvrez
à qui tiffes-tu ta blonde chevelure? B A Ï F , Franvoz portes, Sus donc, portes, defermez vous,
cine, 1. I V (I, 245).
Tiffer entour. Arranger, bien disposer. — VousQuittez gons, tiglets et verra ux, Serrures et
avez employé deux heures pour tiffer entour barrières fortes. C H A S S I G N E T , PS., 23 (G.).
Tigne. Teigne. — Jamais les tignes ne gasceste chose icy. P A L S G R A V E , p. 758.
Se tiffer. Se parer, s'attiffer. — Et si ne con-terent autant d'habillemens. L A G R I S E , tr. Guegnois pas que tant qu'elles se tiffent et paignent vara, I, 2. — Le voila (dit-il) c o m m e un arbre
pourri et une robbe mangée de tignes. CALVIN,
le jour est passé. Therence en fr., 168 r° (G.). —
Maintefillepar amitié E n a souhaité la moitié Serm. sur Job, 52 (XXXIII, 654). — Une tigne
Pour s'en tifer. R O N S A R D , Pièces retr., Odes, corrompra et gastera tout. 100 ( X X X I V , 490).
A Phoebus luy vouant ses cheveux (VI, 78). — — Elle... mit au devant plusieurs robes qu'elle
Tantost il veut ses cheveux frisoter, Se parfumer, avoit secoué de peur que les tignes ne les gastasse tiffer, mignoter, Polir ses mains et son visage. sent. L O U V E A U , tr. Straparole, IV, 4. — Les
accoustremens les plus précieux et les plus riches
T A H U R E A U , Poes. div., Contr'amour (II, 230). —
de
ce m o n d e seront mangez des tignes et des
Sa femme, laquelle s'estant parée et tiffée... au
vers. C A L V I N , Serm. sur l'Ep. aux Galates, 40
sortir du logis rencontre messire Florien. Comptes
(LI, 98). — O u c o m m e le drap d'une robe, Où
... adventureux, 24 (I, 136).
e
Tiffé. Paré, attiffé. — Trouver m e fault en la tigne ronge. B E L L E A U , Berg., 2 J., Prières.
ceste terre Quelque chamberière esgarée, Mais — L a tigne les vestemens mine. BAÏF, Poèmes,
qu'elle ne soit point posée [lire parée?] N e tiffée 1. V I (II, 296). — Les fines et vermisseaux.
c o m m e sont beaulcoup. Anc Théâtre, II, 406. — B R E T I N , tr. Lucien, Contre un ignorant ayant
Et par dessus ont belles beatilles Couvertes d'or grande multitude de livres, 1. — Les tignes et
et de perles subtilles ; C'est ung trésor qu'elles les vers les degastent. A U B I G N É , Médit, sur le
Ps. 133 (II, 125). — (Fig.). Le jeu est tant mausont bien tiffées. Ane Poésies, XII, 10.
Soigné. — Jamais les dieux ne le commandent, vaise tigne qu'il mangeue la robbe neufve et
ny les estudes et académies d'Italie ne le pèi\ consomme le bois sec. L A G R I S E , tr. Guevara,
mettent tenir le courage plein de philosophie ,\ III, 12. — Captieuses tignes, qui voulez tout reestant le visage gras et enflé, et le corps polly former et refondre. B E R O A L D E , Parvenir, Pause
dernière (I, 44).
et tiffé. L A G R I S E , tr. Guevara, I, 42.
Teigne (maladie). — Je guaris la mauvaise
Tige (masc). — D e la racine procède un tige
umcque. R A B E L A I S , III, 49. — Autour du tige. tigne. Ane Poés. franc., I, 83. — Quant à S.
Ib. — O tige heuraux. D u B E L L A Y , Olive, I. — Agnan ou Aignan, il est vraysemblable que
Lors que hardi jp publiray Le tige troyen de sa ceux ou celles qui prononçoyent S. Tignan
race. R O N S A R D , Odes, I, 10 (II, 147). — Des ont faict ce povre sainct estre médecin de ce
vilain mal qu'on appelle la tigne. ESTIENNE,
tiges vieux ceste vigueur j'hérite. J O D E L L E
—
245
—
TILLE 1
Apol. Herod., ch. 38 (II, 313). — Je croy qu'il T i g u e (?). — Deveront faire chef d'œuvre,
prit le turban plus pour cacher sa tigne, qu'on soit naples, tigues ou toilles. 1582. Ch. et privil.
disoit l'avoir gardée toute sa vie sans s'en deffaire, des 32 métiers de Liège, II, 108 (G.).
que pour autre chose. B R A N T Ô M E , Ouchaly, II, 63.
Tigure, v. Tugurion.
Par maie tigne. Par malheur. — Voila que par
Tihay. Sorte d'arme. — Frappé d'un coup
maie tigne il s'estoit tant avancé qu'ayant pissé
il se trouva plus deschargé et plus esveillé. B E - de tihay. 1600-1607. Ch. des Comptes. Lille (G.).
Til. Tilleul. — Le til léger et haut fouteau
ROALDE, Parvenir, Elégie (II, 31).
Tigneux. Teigneux. — D e ses trop tard ma- on tranche Pour faire un joug. P E L E T I E R , tr.
riez il ne sourd Qu'enfans tigneux. Anc Poésies, Georg., 1. I, p. 57. — Quels arbres bruslez en
III, 134. — O ù vas tu, tigneuse? que fais tu, chambre? — Pins. — Et quels arbres encores?
vilaine? Nie. D E T R O Y E S , 51, p. 243. — Pelé, — Teils. R A B E L A I S , V, 27. — Et sera consomtigneux, pouilleux, pourry, baveux. R O N S A R D , mée c o m m e le til et le chesne. C A L V I N , Bible,
Fragm. du Plutus (VI, 289). — F e m m e trop Isaïe, 6 (LVI, 590). — Ils... font encensement
piteuse fait souvent fille tigneuse. Proverbe sur les coustaux, sous le chesne et sous la plane
cité par E S T I E N N E , Preceilence, p. 252. •— Les et sous le teil. Ib., Hosee, 4 (LVI, 689). — Til.
Politiques... disoient que les trois calottiers Soupple, odorant, tendre, mol, pliant, maniable.
estoient tigneux, et que le grand chapeau avoit A u til y a masle et femelle, l'un ne portant ny
fleur ny fruit, et l'autre au contraire. L A P O R T E ,
la teste c o m m e le poète iEschylus. Tsllement
que leur c o m m u n dire estoit qu'aux dits Estats Epith., 401 r°. — O n laisse là descendre...
n'y avoit que trois tigneux et un pelé. Sat. Trembles, ormeaux et tils aux larges fronts.
R O N S A R D , Franciade, III (III, 100). — U n herMen., Vertu du Catholicon, p. 32.
mite, qui les vestoit de feuilles et escorces couHerbe au tigneux, v. Herbe.
Tignon. Nuque. — Et pour tant, Bourgui- sues de til. F A U C H E T , Langue et Poes. fr., I, 4.
Bois de tilleul. — Des coffres de fousteau
gnons, Si vous verrez plus courre, Couvres bien
vos tignons Qu'on ne les fasse escourre. Ane ou de teil, tels que ceulx esquels on serre les
habillements. C O T E R E A U , tr. Columelle, XII,
Poésies, IX, 317.
(?). — Gros coquin, oste le tignon, Si veulx 45. — Je dépose une cage... Les barreaux sont
de til. R O N S A R D , Eclogues, 3 (III, 409). — Boetes
avoir la bachelotte. M A R O T , Rondeaux, 79.
Tigre. Tigresse. — Serais tu pourtant si ou layettes de tyl ou tylliot. D U S S E A U , Eninhumaine... que tu oubliasses la propre nature chirid., p. 38 (G., Tillot).
Corde ou ficelle faite d'écorce de tilleul. —
de mère, la ou tu vois que les ourses, les tygres,
les lyones et les louves ne le font point? L E M A I R E , Puis des beaux champs, pour éviter débat, A
Illustr., I, 20. — Plus tost vien pour m e manger,til et corde y prendras la mesure. SALIAT, tr. HéO veufve tigre affamée. R O N S A R D , Odes, III, 21. rodote, I, 66.
Tile 1. Tuile. — Toutes maisons d'un pris
— Les tygres au son du tabourin deviennent
du tout enragées. L A B O E T I E , tr. Plutarque, esgal, D'un cler besicle ou de cristal, A tiles de
ch. 47. — 11 est... digne qui jadis ait succé la fin or parées. Ane Poésies, V U , 297.
Tile 2. Grain de poussière. — C o m m e il appert
mamelle D'une tygre inhumaine. D u B E L L A Y ,
Regrets, 30. — Et t'ont donné de leurs tettes par ces petites limeures et petits loppins de
le lait, Pour te nourrir, les tigres hyreaniques. poulsiere qui volettent par les trous où passe
la lumière du soleil, que quelques uns appellent
D E S M A S U R E S , tr. Enéide, IV, p. 183. —
Les
tigres, si on leur sonne des tabourins alentour tiles. A M Y O T , Propos de table, VIII, 3.
Tilet, v. Tillet 2.
d'elles, en entrent en fureur. A M Y O T , SuperstiTilier. Tilleul. — E n Allemaigne on destille
tion, 5. — Quand d'une tigre félonne Ore je
serois le part. M m e s des R O C H E S , Odes, 6. — souvent et en fréquent usage l'eau desfleursde
0 Barbare cruel... Qu'une tygre félonne a porté tiliers. A N E A U , tr. Gesner, ch. 6 (G.).
Tillas. Gluant. — Les âmes sont plus fildans son flanc. G A R N I E R , Juifves, 1838. —
Avoir succé le laict d'une tigre félonne. B R A C H , lasses et ne se destachent pas si aisément de
la paelle de Lucifer, quand elles ont une fois
tr. Hierusalem, IV, 39 r°.
(Adj.). De tigre. — Tigre, preste m o y de ce commencé à sentir la fricasserie. M A R N I X , Diftygre courage, Qui enchesne m o n a m e au joug ferens, II, i, 17. — T u y peux aussi adjouster un
et au servage D'un ingrat sans amour. A U B I G N É , peu de ce limon glueux, ou de bitumen de
Judée, qui est une matière fort lente et tillasse,
Poés. div., sonn. 12 (III, 252).
Tigreau. Petit du tigre. — Lors fault trouver dont jadis la ville et la tour de Babel fut cimentée.
la manière ou façon Sçavoir ou sont tigreaux. ID., Ruche des mousches à miel, ch. 1.
Tillat. Tillac — Sur le tillat du navire.
G R I N G O R E , Menus propos (G.). — Tigre... Le
T H E V E T , Cosmogr., X X I I , 10.
dim. Tigreau. L A P O R T E , Epith., 400 v°.
Tillaye. Lieu planté de tilleuls. — Le long
Tigresque. D e tigres. — Mais, race tigresque
et inhumaine, vous ne sçavez pas ce que Dieu des terres de la Tillaye. 1542. Pappier terrier.
vous garde. D u V A I R , Médit, sur les Lament. de Arch. Seine-Inf. (G.).
Tille 1. Bandelette d'écorce de tilleul. —
Jeremie, ch. 1.
Acoustré à la tigresque. Ayant la peau tigréeDes rondeaux de tille faietz Le tortiz m'est
[par les coups]. — Ainsi retourne à l'isle Bouchard des-aimable. L. de L A P O R T E , tr. Horace, Odes,
Uuquanous acoustré à la tigresque. R A B E L A I S , 1,38.
Corde faite d'écorce de tilleul. — Pour tille
IV, 12.
alouee a loyer et tillier les dictes lattes a la dicte
Tigrin. De tigre. — Et qui voudra en douceur femenine Voir s'égaier une rigueur tigrin e. grangette. 1502. Compte de tutelle. Arch. Tournai
BUTTET, Amalthee, 15, p. 200. — Cruauté. Inhu- (G.). — Ceux qui sont n o m m e z enaries et androf1™116' brutale -- tigrine. L A P O R T E , Epith., gines disent que Venus leur baille le don de proîo? v0, ~ Fureur. Enragée, cruelle... tygrine. ' phetie, et devinent avec tille de trois cordons,
16*
186 r°.
VII
TILLE 2
—
246
—
qu'ilz entrelassent p a r m y leurs doigtz. S A L I A T , espines, coudres, framboysiers, genêts, tillols,
ormeaux. A L C R I P E , p. 105.
tr. Hérodote, IV, 67.
Tillot. Tilleul. —
Soixante huit sacs de
Tille 2. — Elle avoit blanchy ces voiles avec
le souffre, et avoit mis souz ce degré la petite charbon de thillot. Texte de 1513. Dijon. (G.).till" sur laquelle elle les avoit estenduz, afin qu'il A Valentigney, ils usent de danses et chansons
receussent la fumée. L E M A Ç O N , tr. Decameron, dissolues a Pentour du tillot. 1562. Comté de
V, 10 (Ital. tegghiuzza, dimin. de tegghia, sorte Montbéliard (G.).
Bois de tilleul. — Boetes ou layettes de tyl ou
de vase).
(?). Desd. bestes ne mectent aucunes ordures, tylliot. D U S S E A U , Enchirid., p. 38 (G.).
Tiltre 1, Tiltre 2, Tiltrer, Timariot,
drappeaulx ne tilles es haulges desd. fontaines.
v.
Titre, Tistre, Titrer, Tymariot.
1492-1549. Ord. de Salins, p. 10 (G.).
Tille 3. Sorte d'outil. — E n façon de tarières,
T i m a r c h i e (TijzapxÉa). Voir Timocralie.
vilbrequins, foretz, bernagoes, tilles, gibletz,
Timbaniser, v. Tympaniser.
tres-fontz, alesnes et autres engins penetratifs.
T i m b r a i g e , terme de blason. Timbre. — A
A L C R I P E , p. 21. — A mesure que le feu brusle, ils
grattent le bruslé avec une tille d'acier. Y V E S , Jacques de Smet, paintre, pour avoir painct
cincq grands blazons eslevez et timbrez ; deux
Voy. dans le Brésil, 1, 1 (G., Compl.).
Tillet 1. Tilleul. — Les feuilles du teillet douzaines de blazons, d'une foeille de grand;
sont desiccatives et astringentes. J. des M O U - les quattre quartiers dudit seigneur de Velaines,
LINS, Comm. de Matth. (G.). — Ce qui se fait aussy d'une foeille de grand; les timbraiges,
avec cribles de escorce de tillet. P A R É , X X V , 8. cotte d'armes, aultres quattre quartiers, sur
— A travers un beau pré qui de tous les costez bois, faict a l'huille. 1575. Exee. test. Arch.
Est bordé de tilletz. G A U C H E T , Beaujour, p. 4. Tournai (G.).
T i m b r e 1. Terme de blason. Partie du casque
— D e tous les costez Sont tilletz, chesnes, faux
indiquant
la qualité de la personne. — (Fig.).
espoissement plantez. P. 6. — U n e petite peau
Je fais le guet de toutes pars Sur Espaignolz et
déliée c o m m e parchemin, qui est entre l'ecorce
et le bois : du tilleul ou tillet sur quoy les anciens sur Lombars, Qui ont m y s leurs timbres Metz.
escrivoyent. B. J A M I N , tr. Vives, Index (G.). — G R I N G O R E , Prince des Sotz, Sottie (I, 207).
(En argot). Tête. — Et pour ne point avoir du
L'escorce du tillet, outre qu'elle sert à faire
des cordes... se ploie aucunement à estre accom- riffle Sur le timbre ou sur le niffle, Il nous faut
modée en toiles. S E R R E S , V, 16. — Tillets, dont bientost embier. Var. hist., III, 222.
T i m b r e 2. Bassin. — U n e fontaine estant au
l'escorce est propre à faire des cordes. VII, 7.
milieu
de ceste pree sortant en ung tymbre
Tillet 2. Billet. —
Nous avons advisé,
de marbre blanc fort large et spacieux rendant
l'avocat Chausseblanche et m o y , touchant le
teillet. 22 avr. 1531 (G.). — L u y et m o y ferons son eaue par cinq tuyaulx d'or. J. B O U C H E T ,
ce qui nous sera possible pour l'affaire du tillet Noble Dame, 92 v° (G.). — E n ce tymbre et
et tous aultres. Ib. (G.). — Plus ung aultre ruisseau tournoyant au tourde la pree, un nombre
ange d'argent douré, assis, sans point de main, infiny de h o m m e s et femmes eulx lavant et
pourtant ung tillet non escript. 1542. Invent. mundiffians. Ib. (G.). — Et luy bailloit on ladicte
de la chap. des ducs de Savoie, p. 126 (Gay, bouillie en un grand timbre. R A B E L A I S , II, 4.
Gloss. archéol). — A tel autre qui n'y aura mis — Jettans ne sçay quoy dedans le timbre, dont
[à la blanque] qu'un seul tilet, la fortune luy sordain fut l'ebulition de l'eau restaincte. V,
sera si favorable qu'il en rencontrera avec ce 45. — A u fons, il y a une belle fontene qui se
seul tilet la meilleure part. R O C H E M O R E , Favori verse dans un grand timbre. M O N T A I G N E , Jourde la court, 101 r° (G.), — U s doyvent chacun nal, p. 188. — E n une isle des Canaries, les
prendre ung tillet et sçavoir par icelluy les lieux habitans ne boivent que de l'eau qui est reoù ils se debvront rendre en Flandres. M O N L U C , cueillie dans un timbre de la sueur d'un arbre
est dans le milieu de ceste isle. G. B O U C H E T ,
Lettres, 158 (V, 75). — Nul, à peine de la vie... qui
e
n'entreprendra de faire ronde ou patrouille 2 Seree (I, 80). — Le chemin doit estre large...
sans avoir tillet et c o m m a n d e m e n t exprès du il y faut une fontaine et un grand tymbre de
lieutenant général. 1594. Reglem. et ordonn. pierre, ou se reçoive l'eau, ou boiront les chiens.
Lyon (Gay, Gloss. archéol). — U n e toille blanche E. B I N E T , Merv. de nat., p. 6 (G.).
T i m e u r ; (timor). Crainte, frayeur. — En
où estoit un ossement avec un tillet de parchel'ung
trouvoye la temeur, et en l'autre seureté
min fort ancien, portant ces mots : Sancti Bartholomis. 1627. Vis. de l'égl. S1 Bernard de Com-et hardyesse. C O R R O Z E T , Prison d'amans, Prol.
(G.). — Entre amour, timeur, sommeil et veille
minges (Gay).
Tilletage. Sorte de droit sur le renouvelle- je parvins au nouveau jour. F. D A S S Y , Pement des offices. •—• Ils en ont succé par ces regrin, 5 r° (G.). — Mais la timeur que jeuz de
luy causer Plus ample dueil fist m o n tourment
moyens et attiré en leur maison, par droit de
succession qui les attend, ce qu'on appelle le panser. M . d'AMBOiSE, Complainctes, 136 r°. —
Combien que fust encores en sa pasleur Comme
tilletaige, c'est à dire une s o m m e inestimable
une f e m m e qui a timeur et crainte. ID., Comqui revient du renouvellement des offices. L A
plainctes
de l'Esclave fortuné, 38 r". — Mais
P L A N C H E , Estât, I, 307. — Le roy François I...
Dieu mercy après ta lectre leutte De m a pensée
n'avoit quasi pas fermé les yeux que le tilletage
ceste timeur est cheutte. ID., Ep. et Lettres am.
ou rachapt des offices fut donné à une seule
— Et n'ayant crainte, timeur de Dieu, ne honte,
personne. J. B O D I N , Republ, VI, 2.
Ont m y s les douches et campanes en fonte.
Tilleul. Chanlatte en tilleul. — Nuls ne
vendent lattes ne tilleuls, fors de telle loyure, Anc Poésies, TV, 99.
T i m i d e . Effrayé. — Et sus la mer les mariniers
cloyure et longueur que l'on a visé d'ancienneté.
timides Font un amas de leurs voiles humides.
1534. Coût, de Haynault (G.).
P E L E T I E R , tr. Géorg., 1. I, p. 66. — Elle a pouTillier. Fixer avec des tilles. Voir Tille 1.
Tillol. Tilleul. — Fresnes, érables, cormiers, voir d'abaisser les montagnes... Voire amollir
:7 ~
TINEL
les costes des rochers, O u y d'asseurer les timides les plus fines : Bien entendu au tin d'or et d'arnochers. B E L L E A U , Petites Inv., Prière à Dieu (I,gent. F O R C A D E L , p. 190.
173).
Tinabulle. Ornement? — Elles délibérèrent
Craintif, peureux. — Timide et pusilanime. toutes d'aller au hault Capitolle, et en ce lieu
F. D A S S Y , Peregrin, il r° (G., Compl.). — Ilz offrir et donner toutes les bagues et joyaulx
conclurent d'aller sus Constantinople... pour qu'elles avoient, leurs chaines, leurs anneaulx,
n'estre ditz... trop couards et timides. Palmerin leurs carcans... avecques tous les tinabulles de
d'Olive, 170 a (Vaganay, Franc, mod.).
leurs robbes. L A G R I S E , tr. Guevara, II, 17.
Timide de. Effrayé de. —• Les peuples, tiTinard. Bassine. — 1514. U n g tinard de
mides de voir tant d'hommes de 1er, îuyoient cuyvre bandé de fer, à laver escuelles. Inv. de
leur présence. Var. hist., III, 30.
Charlotte d'Albret, n° 606 (Gay, Gloss. archéol).
Timidéement. Avec crainte, timidement. —
Tinctamarrois, mets imaginaire. — Des
Au moyen dequoy acceptans les parties d'eulx tinctamarrois. R A B E L A I S , V , 33 m s .
deux chascun selon Pinterest propre usoient
Tine 1. Cuve, bassin, tonneau. — Gargantua...
d'aucuns audacieusement, et d'autres timidéement. D E R O Z I E R S , tr. Dion Cassius, 1. XLII, dist que lon luyfistune masse de fer de soixante
piedz de long : et que par le bout elle feust grosse
ch. 36 (69 v°).
Timidité. Crainte. —• Justice nous presse c o m m e le ventre de une tine. Grandes Cron.
Garg., p. 37. — E n la tine Propre et digne S'egaye
si fort Que sommes en timidité Que ung jour
en grant crudelité Porterons sentence de mort. l'enfant divin. Des P É R I E R S , Chant de vendanges
(I, 93). — A Jean Coffineaul, menuisier et tonAnc. Poésies, XI, 259.
Timier. Thym. — Rien de si doux Pavete mé- nelier, six sols tournois pour avoir fait une cuve,
nagère N e recueillist des timiers fleurissants. deux grands quaulx, deux fines et un engin
de bois a faire le salpestre. Compt. de 1537-1538.
BAÏF, Div. Amours, 1. I (I, 286).
Timocratie (-nu-oxpairÉa). État où l'amour des Nevers (G.). — Il avoit une tinne d'or en laquelle
honneurs est le principal mobile. — Nous con- luy et tous ceux de sa table avoient coustume
sidérerons premièrement la republique ambitieuse, laver leurs pieds. S A L I A T , tr. Hérodote, II, 172.
que je ne puis autrement appeller que timo- — Ce bon suffragant, prenant son verre plein,
cratie ou timarchie. L E R O Y , tr. Aristote, IV, 7, dit qu'il auroit plustost fait de parachever
promptement. Et ayant vuidé son verre qu'il
Comment.
État dans lequel on a égard à l'estimation des appeloit sa tine, dit. T A B O U R O T , Bigarrures, I,
biens. — O u l'on a esgard à l'estimation des 4. — Celier pour les cuves, tinnes et pressoirs.
biens, ne s'appelle proprement aristocratie, S E R R E S , I, 5. — (Pour les vendanges). Nostre
ains timarchie ou timocratie, ou ambitieuse re- mesnager ... s'accommodera de fines, cuves,
publique selon Platon audict huictiesme livre cuvettes. III, 6. — Le restant de la cuvete ou
de la republique, ou il introduict Socrates dis- fouloire sert aux vins clerets et aux rouges (à
telle cause estant porté dans leur cuve ou tinne).
courant avec Glaucon de ceste timocratie. Ib.
Timocratique. Ayant pour principal mobile III, 8. — A l'entrée de ces maisons on mettoit
l'amour des honneurs. — Tel jeune h o m m e tousjours une tine, cruche ou bassin plein d'eau,
timocratique ressemble à telle cité. L E R O Y , à cellefinque ceux qui sortoient en rue pour leurs
affaires s'en aspergeassent. L E L O Y E R , Spectres,
tr. Aristote, IV, 7, Comment.
Timon. Fléau de balance. — Pourront les VIII, 4. — (Par compar.). Car en portant ceste
dits maistres fondre des poids, timons, bous- tyne effoncee [la vertugade], Plus de peine as
que lors qu'estois troussée E n tes habits. J U L Y O T ,
settes et garniture de poids pour messieurs les
re
e
trébuchiers. 1593. Stat. des fond, de Limoges l part., 10 (3 Elégie).
Sorte
de
tonne
servant aux mineurs. — Fust
(Gay, Gloss. archéol).
Timoniste. Imitateur de Timon. — Tout au par œvres de bras xhorre délie thine, leveau ou
contraire de luy et de tous autres... chahuans autrement xhorrer. 1582. Pays de Liège (G.).
Unionistes du genre humain, je veux bien re- Tine 2, v. Tigne.
Tineau. Sorte de barre de bois. — 2 petits
cevoir ce qu'à bon droit et par raison se peut
tineaulx
de frêne a porter tonnes de poudre.
nommer plaisir. T A H U R E A U , Prem. Dial, p. 46.
Timoreuz. Plein de crainte. — Les povres 1563. Inventaire. Lille (G., Tinel 2).
Tinee. Contenu d'un bassin, d'une cuve. —
hommes lors vivans deviendront exténués de
craincte ou paeur des maulvaises et timoreuses Apres vendanges ce qui en proviendra sera
expectations. R O U S S A T , Estât et mutation du partagé dans la vigne a la tinee ou au poinson.
1583. Arch. des notaires de Nevers (G.). — D e
temps, p. 139 (G.).
toute
la tinee ou cuvée du vin, celuy qui vient
Timouche (TI|ZOÛXOÇ). — (A Marseille). Leur
conseil est de six cens jouissans de cest honneur le dernier est de plus facile garde. S E R R E S ,
tant qu'ilz vivent, et sont appeliez timouches. III, 10.
Tinel. Salle basse où prennent leurs repas
L E R O Y , tr. Aristote, V, 6, Comment.
les
officiers d'une grande maison. — D e telles
Timpaniser, v. Tympaniser.
figures à mémoire perpétuelle feist Frapin
Timper. Faire résonner. — [Diogène] le
tournoit [son tonneau]... trempoit, tapoit, tim- peindre son tinel et salle basse. R A B E L A I S , IV,
poit. R A B E L A I S , III, Prol. — Puis le timpoit [un Anc. Prol. — A u temps passé, ceux qui estoient
écu d'argent] sus la paulme de sa main guausche, délivrez de viandes ...après la cloche sonnée se
comme pour entendre s'il estoit de bon alloy. trouvoient au tinel ou salle c o m m u n e pour manger. F A U C H E T , Origine des dignitez, I, 14. —
III, 37.
Timpant. Qui résonne. — C. timpant. ID., L a viande est preste... Je m'en vais tout courant
Décider au tinel un autre différent. R É G N I E R ,
III, 26.
Tin. Tintement. — T u sçais le prix des pierres Sat. 6.
Maison, train de maison. — Car voz biens
faicts et gracieux octroys Excédent ceulx des
TINEQUE
—
248 —
deffunctz aultres roys Que j'ay servy au prinTintemarre. Tintamarre. — H est vray que
temps de men eage Qui neantmoins n'ont accreu cela fera de grans tintemarres, mais tout cela
le mesnage De mon tynel. CRÉTIN, Ep. à Fran- n'est rien. CALVIN, Serm. sur le Ps. CXXIX 6
çois IeT, p. 190. — Tu ne feras aspre oche A u(XXXII, 553). — Tout soudain s'espand conmien tinel. ID., A Honorât de la Jaille, p. 217. —
fusément U n je ne sçay quel bruit par tout le
H a j'aime mieux, en petit équipage, Sous moindre bastiment : U n tintemarre tel qu'on oit parmy
habit conduire mon barnage, Plein de bonté, la bande Des paisans que Denys de son thyrse
que d'avoir grand tinel, Et dans le cœur un re- commande. D u B A R T A S , 2 e Sem., Babylone
p. 191. — Xantus... ne laissoit ... de faire son
mors éternel. V A U Q U E L I N , Sat., A M. de la Serre.
Personnel d'une maison. — Le mestaier de tintemarre autant que pièce de ses compagnons,
la Herissaie... ne fut remis et restitué en sa Fanfares des Roule Bontemps, p. 73.
première santé que par une cholere de voir son
Tintement. (H. D. T. 1539). —1501. L'huylle
valet... couper... de grands lesches et lopins faicte de absinthium guerist la douleur des
de pain, et beaucoup plus qu'il n'en falloit oreilles et le son et tintement d'icelles. Jard. de
pour le disner de son tinel et famille. D u FAIL, santé, I, 3 (G., Compl.).
Eutrapel, 5 (I, 121).
Tinter 1. Ne tinter mot. Ne faire entendre
Tineque (?). — Tineques a xxx s. la douzaine. un seul mot. — Avez vous peur? vous estes
Compte de 1515. S 4 Orner (G.).
quatre Et ne tintez ne mot ne son. Act. des
Tinette. Petite cuve. — Les uns trampoient Apost., vol. I, 140 b (G., Compl.).
l'osier, les autres leurs tinettes, Leurs hottes,
Tinter 2. Se tinter. Se parer. — Vous me
leur estraio dedans les clairs ruisseaux. B E L L E A U , disiez propreté Quand m e farder et tinter estois
Berg., I " j^ Vendangeurs (I, 230).
preste. J U L Y O T , lre part., 11 (4e Elégie).
Tingle. Bande. —
[Les Lacédémoniens]
Tinterie. Tintement. — C'est peut estre
prenoient une... tingle de papier blanc. En enquelque debilitation de cerveau qui est cause..,
vironnant ladicte tingle... sur le baston, les qu'il m e semble entendre ces tinteries et bourcouppes et scissures estoient bien et deuement donnemens. K E R Q U I F I N E N , tr. Gelli, Disc. 1,
conjoincts. C O L L A G N E , Polygr., p. 303 (G.).
p. 15.
Tinnage, mot collectif. Cuves, tonneaux. —
Tinthimal, Tintimale, v. Tithymale.
A ceulx qui entrent en ta maison tu monstres
Tintin. Tintement, bruit. — Ou le tintin
multitude de tinnages de vins. L A GRISE, tr.
des clefz qu'elle appareille. D E S AUTELS, Repos,
Guevara, III, 18.
p. 34. — Il m'est avis que j'ay à mes oreilles
Tinot. Cuve, tonneau. — V o u s en avez d'autres
Tout le tintin des idiens dactyles. ID., Am. Re[vins] dedans le tinot tout prêts. G. de H O U S T E pos, sonn. 99. — A u tintin de la sonnette. M. Du
VILLE, tr. Vives, 119 v° (G.).
Tintalore. Cri retentissant. — S'ilz estoient
poursuivis par les Barbares avec leurs grandes
huées et tintalores, les sentans prochains ilz
retournoient visage et en tuoient infinis. SALIAT,
tr. Hérodote, VII, 211.
Tiutalorisé. Étourdi, abasourdi. — C. tin-
B E L L A Y , Mém., 1. VII, 37 v° (G.). —
Un endor-
meux tintin. B R E T O N N A Y U A U , Gêner, de l'homme,
80 a (G.). — Le son enflamme-cœurs de ces
mots heroyques Est suivy quand et quand d'un
branslement de picques, D u tintin des estocs.
D u B A R T A S , Lepanthe, p. 411. — Voir Tintinnable.
talorisé. R A B E L A I S , III, 28.
Chant du rossignol. — Tintin. Rossignolet,
Chagrin, revêche. — Avec un minois un peu amoureux, doucelet, petit, desgoisé. Ainsi est
tintalorisé et rabarbatif : à cause d'un procez appelle le chant du rossignol. L A PORTE, Epith.,
qu'il a pendant au crocq. M A R N I X , Differens, 401 v°.
I, iv, 7.
Tintinable, Tintinabule, v. Tintinnabk,
Tintaloyes, mets imaginaire. — Des tinta- Tintinnabule.
loyes. R A B E L A I S , V, 33 ms.
Tintinant. Qui finte, qui résonne. — Acier.
Tintamarre (?). — Ceulx du guet reçoivent Clair, tranchant... tintinant, martial. L A PORTE,
la décoction d'un clystère, ou la matière fecalle Epith., 5 r°. — Airain ou Arain. Sonnant,
d une celle persee sur leurs tintamarres. R A B E L A I S clair, luisant... tintinant. 14 r°. — Clairon ou
II, 12.
Claron. Tintinant, argentin. 86 r°. — Cloche.
Tintamarrer (intrans.). Faire un grand bruit.
Sonnante... tintante ou tintinante. 87 r°.
— Ainsi tintamarrant par renfort l'un sur l'autre,
Tintinement. Tintement. — Les compaiLe Grec en fin sailloit sur le chevalier nostre. gnons... se garnissoient et accommodoient de
JODELLE, Disc, de César (II, 268). — Non autre- certaines sonnettes... à ce qu'au mouvement,
ment que Pair chargé d'un gros fardeau Lasche elles faisans un son et tintinement donnassent...
débordement une tempeste d'eau Qui tinta- advertissement aux passans. B R A N T Ô M E , M. de
marre autant que gresle bondissante. C H A M P Montpensier (V, 12).
REPUS, Ulysse, IV, p. 53. — (Fig.). Au beau
Tintiner, v. Tintinner.
milieu des tempestés qui ont tintamarre sur ce
Tintinnable (tintinnabulum, grelot, clochette,
pauvre royaume. CHOLIÈRES, Guerre des masles sonnette). — A u bas de ce vestement nompaet des fem., 86 v° (G., Compl.).
reil pendoient franges vermeillettes avec petis
(Trans.). Faire retentir d'un grand bruit. —
tintinables et cymbalettes armonieusement sonLe prince au combat elle [la Fortune] anime, nans quand elle marchoit. LEMAIRE, Illustr., I,
EUe assemble les légions, Pour d'un cœurfieret 24. — (Fig.). Or fait il [Genius] bruire en maint
magnanime Tintamarrer les régions. M A T T H I E U
lieu terrien Son tintinnable, et mener grand
Aman, IV, p. 111.
tintin. ID., Concorde, lTe part. (III, 109).
Tintelore. Bataille. — Escampe toute
Tintinnabule, même sens. — Par le moyen
frelore La tintelore frelore. J A N N E Q U I N , Défaite de ces tintinabules, Tu feras seoir sur les herbes
des Suisses (Sainéan, R. É. R., VIII, 167).
predictes Tout le consort des mouches bene-
— 249 —
TIRANT 1
dictes. G. M I C H E L , tr. Georg., 1. IV, 65 r» (G.). — sast ses mousches, ne luy ostast les tiques qui
Au bout avoient sonnettes d'or et p o m m e s de
le mangeoient. ID., Si l'homme d'aage se doit
grenades. Les tintinnabules signifloient les ton- mesler des aff. publ, 12.
nerres et les p o m m e s les fouldres. Bai. jud., VI, Tiquet, même sens que tique. — Ces gens
19 (G.). — Je ne sçay... si autresfois en Poictou enflez c o m m e tiquetz N e valent pas quatre nion n'a point vendu le poisson au son et cry du
quetz. C O L L E R Y E , Dial des abusez, p. 85.
cornet, qui servoit de tintinnabule dont usoient
Tirable.
Propre à être dessiné, représenté.
les Grecs en la vente de leur poisson. G. B O U —
(Peinture
parlant à Rhétorique). Si Nature...
e
CHET, 6 Seree (II, 25).
Tintinner (tintinnare). Tinter, résonner. — Est a présent en laideur sans cesse, Et n'est à
L'argentine sonnette Qui tintinne dans son col. toy tirable ne pingible, C o m m e n t sera son dueil
M A G N Y , Gayetez, p. 23. — Et pour les s'imprimer à m o y dicible...? L E M A I R E , Plainte du Désiré
s'escartoit jà apart L u y tintinant l'oreille. (III, 170).
Tirace, Tiracer, v. Tirasse, Tirasser.
SCÈVE, Microcosme, 1. II, p. 67. — Le clavier,
Tirade.
Action de tirer. — Tirade. Violente,
avec sa multitude de clefz, faisoit un bruict
comme si ce fussent esté sonnettes, pour l'amour aspre, viste, roide, harceleuse, prompte, archere,
des sautz du cheval, qui, en m e s m e temps que véhémente, soudaine, vive. L A P O R T E , Epith.,
lui, saultoient en l'ayr et tintinoient ainsi. 401 v°.
Action de tirer [de l'arc]. — J'en voy desjà
B R A N T Ô M E , Grand prieur de France (IV, 161).
qui d'une aspre tirade Dardent sur m o y leurs
Tintoin, v. Tintouin.
flèches vivement. T A H U R E A U , Sonnets, 50. —
Tiuton. Sorte de danse. —• N'ont-ils retenu
non plus les noms des autres danses? —• Ils en A m o u r elansa D'une tirade un trait qui deux
ont retenu bien peu... Mais il m e semble avoir cœurs offensa. BAÏF, Poèmes, 1. IV (II, 198). —
ouy parler... d'une qu'on n o m m e t la tin ton. J'avois en main la guerrière Iliade, Quand Parcherot d'une forte tirade Rompit m o n sein et le
ESTIENNE, Dialogues, II, 113.
Tintouin (H, D. T. 1526). — 1507. Ce saint, cœur m e chercha. J A M Y N , O. P., 1. IV, 132 v°. —•
Ha, ce n'est plus le temps de nos rustiques jeux,
autrement dit Hardouin, Leur a bien donné du
tintouin. C A R N E A U , Stimmimachie (G., Compl.). D e coursse à vau de pré, de tirades en butte.
Bourdonnement. — Contre le tintoin ou bruit P A P O N , Pastorelle, II, 1.
Action de tirer [les rames]. — Les mariniers
des oreilles, procédant du vent ou d'autres causes,
est bon mettre dans l'oreille une tente trempée ramans à tirades forcées Faisoient voguer la nef
en huile de rue, de castor ou d'aspic S E R R E S , sur les ondes bossées. B R A C H , Imitations, Olimpe,
VIII, 5. — Ils ont un tintouin d'oreille continuel, 77 v°.
Vol, course. — Or bien que nostre esprit vive
qui leur resonne c o m m e les flots de la mer se
rompans au rivage. L E L O Y E R , Spectres, II, 1. c o m m e captif Dans les ceps de ce corps, qu'il
— Adjoustez le tintouyn et murmure perpétuel languisse chetif Sous un obscur tombeau, d'une
d'oreille entonné au dedans par les humeurs tirade il vole De Plmave outre Caple et de terre
re
e
pituiteuses et venteuses. Ib. — Les sons inté- au pôle. D u B A R T A S , l Sem., 6 /., p. 301. —
rieurs sont les bruits et tintouyns d'oreille. IV, Or ton esprit s'en va d'une tirade forte Jusques
18. — Il reçoit une belle taillade sur l'oreille, dedans les cieux, loin écarté de nous. M . G. M A N qu'il luy semble ouïr mille tintouins. A N O N . , tr. C E L (dans Champ-repus, p. 92). — Il fut enfin
poursuivi d'une grosse troupe de François et de
Folengo, 1. X X (II, 180).
Tintouiner (intrans.). Faire un bruit im- reystres ; mais luy, au lieu de faire une belle
portun. — Le son mesme des noms qui nous tirade et grande cavalcade, s'en alla repaistre
tintouine aux oreilles. M O N T A I G N E , III, 4 (III, et dormir à trois petites lieues du camp seulement.
B R A N T Ô M E , Retraictes de guerre (VII, 282).
308).
(Trans.). Fatiguer par un bruit importun. — Tirados. Trait, cordage. —• Helas, ne abanC'est le diantre qu'ils nous viennent tintouiner donnez l'orgeau, ne aussi le tirados. R A B E L A I S ,
les oreilles avec leurs calculations chronologiques. IV, 18.
Tirage. Extraction. — Pour tirage et cheriage
M A R N I X , Differens, I, n,5.
Tintouniner. Bourdonner. — M o n oreille de pierre de mollon des carrières du parc. Compte
sansfinTintounine et bruit. B E L L E A U , Bergerie, de d,ép. du châl. de Gaillon, p. 137 (G., Compl.).
Droit sur le sel. — Ce qui avoit occasionné son
28 J., Vers sapphiques (II, 120).
Altesse... de supplier Sa Majesté luy accorder
Tintouyn, v. Tintouin.
Tip et tap. Coup redoublé? — D e m o y il le tiraige du dict sel. 19 mars 1600. Delib. du
avra, je t'affy, U n g tip et tap pour luy apprendre Conseil de Bourg (G.).
T i r a i l l e r (H. D. T. Baïf, Mimes).
—
Qu'il a villainement menty. Sotties, II, 193.
La Thiphaine 1542. H z furent tous assommez de pierres par
Tiphaine. Epiphanie. —
(ou selon aucuns, sainte Tiphaine), la feste des la multitude : de sorte que leurs parens les emRois, ©eoçàvice. E S T I E N N E , Conformité, Mots portèrent quelque peu après accoustrez c o m m e
si les bestes sauvaiges les eussent tiraillez. M E I fr. pris du grec, p. 220. — Et quant les mors seG R E T , tr. Polybe, I, 42 (G., Compl.). — 1574.
ront ordonnez roys Et la Typhaine sera sans
royaulté... Lors verrez-vous en femme loyaulté. Jésus Christ portoit sa robe deschirée à force
de la tirailler. B E L L E F O R E S T , tr. Guevara, Mont
Anc. Poésies, II, 36.
Tique. Insecte qui suce le sang de certains de Calvaire, I, 117 (Vaganay, Franc, mod.).
animaux. — On dit que le tahon qui tourmente Tirai. Tiroir. — Une table carre avesque
les taureaux se fiche auprès de leurs aureilles, tiraux et ung tappis vert. 1542. Inv. de la chap.
et aussi fait la tique aux chiens. A M Y O T , Com- des ducs de Savoie, p. 157 (G.).
Tiran, Tirannise, v. Tyran, Tyrannise.
?,"» discerner leflatteur,12. — Le regnard
Tirant 1. Cherchant à s'échapper. — Paraa iEsope ne vouloit pas que le hérisson luy chasvant que pouvoir intenter lesdites voyes d'arrest
TIRANT 2
—
250
—
et exécution rigoureusement, ne fut toutes fois sur leurs bras, par un long et très-mauvais cheque la personne fust tirante et grandement min. II, 6 (II, 62). — Ce grand vautour, qui va
les poumons tiraçant D u larron Promethé, n'est
suspect de fuite. 1587. Edit de Philippe II (G.).
Tirant 2. — Le Tirant sont deux estoilles, point si menaçant. V A U Q U E L I N , Sat., A M. Berles dernières de la Barque qui tournoie à Pen- taut. — Disant cecy tousjours son lict elle brastour du nord, qui sont figurées c o m m e un gou- soit, Et les linceux trop cours par les pieds tivernai. J. A. S A I N T O N G E A I S , Cosmographie, rassoit. R É G N I E R , Sat. 11. — (Fig.). U n penser
p. 121 (Sainéan, R. É. R., X , 54). (Sainéan : acharné m e tirace et dévore. J A M Y N , O. P., I. IV,
158 r°. — Pourquoy veilleray-je à conserver
C'est le n o m de deux étoiles de la Grande Ourse
ceste vie... qui est tirassée de tant d'afflictions?
ou Grand Chariot, appelées aujourd'hui Timon
D u V A I R , Médit, sur les Psaumes, Ps. 101. —
et Charretier.)
Tirant 3 (?). — U n g jeu defleutesde plomb Lors que la jalousie saisit ces pauvres âmes
d'AUemane tout neuf, a la mode nouvelle, avec foibles, ec'est pitié c o m m e elle les tirasse. G. BOUsept tirans, lesquels tirans se joueront en quinze C H E T , 8 Seree (II, 109). — Il y a tousjours
quelque pièce qui va de travers. Les négoces,
ou seize façons. 23 févr. 1517. Arch. Gironde
tantost d'une maison, tantost d'une autre, vous
(G., Compl.).
tirassent. M O N T A I G N E , III, 9 (IV, 48). — Pauvre
Tirant 4, v. Tyran.
vaisseau
[la France], que lesflots,les vents et
Tirantes, mot d'argot. — Ils appellent des
chausses des tirantes. G. B O U C H E T , 15 e Seree le pilote tirassent à si contraires desseins I III,
10 (IV, 140). — Il faut s'asseurer que l'Escri(III, 129).
ture est aysee, affin que chacun la tirasse, qui
Tirasse. A grandes tirasses. Avec effort, à
ça qui la. Fr. de S A L E S , Controverses, II, i, 10.
grands coups. — Il souffloit à grandes tirasses :
Traîner, tirer violemment. — J'en ay veu
mais Houlard en riant luy aprenoit à modérer
un laissé pour mort tout nud dans un fossé,
les soufflets, et les mener par les moyens comayant le col tout meurtry et enflé d'un licol qui
passez et requis. D u F A I L , Eutrapel, 10 (I, 156).
y pendoit encore, avec lequel on l'avoit tirasse
Sorte defiletpour prendre les oiseaux arrêtés
toute la nuict à la queue d'un cheval. MONpar le chien couchant. — Ore je suy quelque lièvre
T A I G N E , II, 32 (III, 148). — Son lévrier, voiant
à la trace, Or' la perdris je couvre à la tirace.
la proie, le tirassa plus de dix seillons loin. Du
R O N S A R D , Gayetez, 3 (II, 40). — Il déçoit, cauF A I L , Eutrapel, 13 (I, 192).
teleux pipeur, Les oiseaux d'un pipeau tromTirer avec effort. — Vous qui falsifiez les
peur, O u prins à la tirace Imprudens les enlace.
poids et les mesures, Afin que deux cens bœufs à
G A R N I E R , Porcie, 337. — Car ton œil et ta grâce,
l'avenir pour vous Le soc brise-gueret tirassent
Sans cordeau ny tirasse, Peuvent plus décevoir
de leurs couls. D u B A R T A S , l re Sem., 3 e J., p. 127.
D e cueurs, d'esprits et d'ames Que ne peuvent
Tirasse. Tiraillé. — U n cerf... Tirasse des
de larmes Les froids yvers plouvoir. B O Y S S I È R E S ,
limiers, dont l'un luy mord l'eschine, L'autre
Prem. Œuv., 30 v°. — J'ay chiens, courtaux,
s'attaque au flanc, et l'autre à la poitrine. ID.,
fillets, armes, rets et tirasse Seurement esprou- e
2 Sem., Furies, p. 119. — (Fig.). Ainsi tirasse
vez. ID., Trois. Œuv., p. 5. — Ainsi L perdereau,
par plusieurs demandes et tormenté par tant de
couvert par la tirasse, Sautelle, se débat, se
façons... le treizième jour du mois susdict fut
tourmente, se lasse. D u B A R T A S , 2 e Sem., Loy,
adverti de sa prochaine mort. Var. hist., II, 69.
p. 335. — Il [le chien] les amuse là [les perdreaux]
Tire 1. Action de tirer. — L'autre, par le
jusques à ce que luy et eux soient couverts de
milieu de la mer, en bataille Meine laflottearmée :
la tirace. B I N E T , Merv. de nat., p. 3 (G.).
et fend des espérons D'airein massif les flotz
Traînée. — (Fig.). Et nous faites ici des imà tire d'avirons. D E S M A S U R E S , O. P., Epistre.
portunes tirasses de lieux communs. L. R I C H E O M E ,
— A u lieu de cest anneau, je vous donne, ma
Disc, des miracles, p. 239 (G.). — L'heresie est
dame, Ce mien cœur enchaisné, qui à tire de
une pépinière et une tirasse de toute ordure.
rame Veut au meillieu des flots surgir à port
P. 605 (G.).
heureux. P A S Q U I E R , Jeux poet., lre part., 38
Tirasse-coutre. Qui tire la charrue. — Le
(II, 844).
flot... D'un invisible pas quitte les labourages
Jouer à la tire. Commettre des malversations.
re
D u bœuf tirasse-coutre. D u B A R T A S , l Sem.,
— Contrerolléurs ont joué a la tire, Nous, avecque
e
3 J., p. 102.
pulx, avons pris de Pger, Dont justice nous a
Tirasser. Tirailler. —
U n grand loup...
faict corriger. A U T O N , Chron., III, 346 (G.,
Qui, vainqueur des brebis de leur chien délaisCompl.).
sées, Tirassoit d'un mouton les cuisses despecees.
De tire. D e suite. — Et la Charybde est au
L A B O E T I E , Vers franc., sonn. 2. — A u x trousses
senestre endroit, N e connoissant merci : laquelle
ja les chiens ardans Le tiennent [le cerf], il est ja
attire Et engloutit lesflotstrois fois de tire Depar terra, Ils le tirassent de leurs dents. J O D E L L E ,
dans le creux du profond gouffre ouvert. D E S
Ode de la Chasse (II, 305). — Cet oyseau affamé...
M A S U R E S , tr. Enéide, III, p. 139.
Pour se paistre, goulu, se plonge sur m o n sein,
Tout de tire. Tout de suite. — Quant elle voit
Afin de tirasser à secousses mordantes Et d'ongles
qui l'a batue, Advisera quelque bon sire, A qui
et de bec mes entrailles vivantes. B E L L E A U ,
s'en yra tout de tire Reciter tout son desplaisir.
Berg., 2« /., Complainte de Promethee (II, 15). —
Ane Poésies, III, 188.
(Un lion dévorant un bœuf). Il h u m e tout le
De tire. Ensemble. — Le franc Gontier, Grinsang, et tirassant encore le corps tout deschiré,
guenault et Titire, Chantans Noël, vindrent là
les intestins dévore. J A M Y N , tr. Iliade, XVII,
tous de tire. C R É T I N , A F. Charbonnier, p. 234.
100 v°. — Le père, que lefilstirassoit et saD'une tire. Tout de suite. — Adonc le bonbouloit e m m y la rue, luy c o m m a n d a de s'arrester
h o m m e se teut, Et la Vigne commence à dire
à certain huis ; car luy n'avoit trainé son père
Son propos au moins mal qu'elle peut, En luy
que jusques là. M O N T A I G N E , I, 22 (I, 132). —
respondant d'une tyre. Anc. Poésies, II, 321.
J'avoy esté vilainement tirasse par ces pauvres
De tire, tout d'une tire. D'une traite, sans argens, qui avoyent pris la peine de m e porter I
rêt.
— A u des
lieu
d'aller toutil d'une
tire
droit à
l'encontre
Achaeiens...
s'amusa
à chasser
1
—
TIRELUPIN
ces premiers fuyans. A M Y O T , Philopémen, 10. — ung tirebourre a descharger l'harquebuze. Compte
Il falloit qu'il poulsast oultre d'une tire, et de 1575. Arch. Mézières (G., Compl.).
qu'il donnast jusques en Babylone et en Seleu- Tire-coeur. Celui qui attire le cœur. — O
cie. ID., Crassus, 17.
Seigneur Jésus, m o n amant, soyés m o n tireSans intervalle, sans interruption, de suite. cœur ; serrés, pressés et unisses à jamais m o n
— Là les Contemplations Avecques les Passions... esprit sur vostre paternelle poitrine. Fr. de S A L E S ,
A la bataille arrivoient File àfile,d'une tire. Amour de Dieu, VII, 3.
R O N S A R D , Odes, V, 5. — Marius depuis son preTiredent. Instrument pour arracher les
mier [consulat] continua les cinq autres de reng
dents. — Les chirurgiens se servent des tiredents.
tout d'une tire de la faveur de fortune. A M Y O T ,
A M Y O T , Tranquillité de l'ame, 1.
Marius, 28. — Il amassa plus de soixante deTirée. Portée. —
Et venoient descharger
niers tout d'une tire. Nie. D E T R O Y E S , 17.
d'arbalestre
dans la taillade. M O N L U C ,
à
une
tirée
Tout de suite, immédiatement. — Depuis la
surprise d'Argos se rendirent aussi tout d'une 1. IV (II, 249).
tire à Cleomenes les villes de Cleones et de Tirelaisse. Jeu de dupes. — Je leur fey
bravement lever le cul à Dreux, et s'en fussent
Phliunte. ID., Cléomène, 19.
De mesme tire. D u m ê m e coup, en m ê m e temps. fuis, s'ils m'eussent voulu croire. Mais vous
— [Les sorcières] font peu à peu fondre la pauvre sçavez que ceste tirelaisse nous cousté bon. Sat.
cire, Au dam du pauvre gars, qui doit de mesme Men., Har. de M. le lieutenant, p. 78.
tire Fondre après en langueur. F. H A B E R T , tr. Tirelarigot. (Par plaisanterie.) — Leur
Horace, Sat., I, 8, Paraphr. — J'avoy tousjours boitte feut en tirelarigotz, vaisseaulx beaulx et
pensé que d'une mesme tire A m o u r égallement anticques. R A B E L A I S , V, 33 ms.
nos cœurs eut entamé. G. D U R A N T , 5 v°.
Tire-lerigot, tireligot. Tire-larigot. —
Tous
A tire et à dire. De suite, sans intermission. —ceux qui estoient là le prièrent de leur interpréSi ont esté abattus tous les chesnes gros et menus ter que c'estoit à dire boire à tire-lerigot, et qu'il
atire et a aire. Texte de 1501. Picardie (G.).
n'y avoit pas long temps qu'on avoit veu deux
De belle tire, de grant tire. Vite, promptement.
vieilles qui se disoient l'une à l'autre, je boy
— Je voys a vous de belle tire. Farce trouvée à à toy à tire-lerigot. G. B O U C H E T , l re Seree (I,
Fribourg (P. Aebischer, R. S. S., X I , 135). — 12). —• Puis d'une entreprinse gaie Qu'on essaie
Se Silvanus ne dort dedans ses boys, Oyant noz De boire au tireligot. M A G N Y , Gayetez, p. 71.
Tire lire. Sorte de refrain. — Laissez m o y
voix, il viendra de grant tire. L E M A I R E , Temple
ceste garce Seule danser la belle tire lire. A N E A U ,
d'Honneur (IV, 193).
Tire. Fois. — [Syringue] N o n une foys, mais Chant Natal. — Il gausse, il plaisante, il chante
par diverses tires Avoit moqué grand numbre de sa tirelire. A N O N . , tr. Folengo, 1. X X I I (II,
de satyres Qui la suyvoient. M A R O T , tr. Meta- 234).
Tirelirer. Chanter (se dit de l'alouette ou
morph., 1. I (III, 195).
d'autres
oiseaux). •— La gentile alouette, avec
Tire à tire. Successivement. — Mains divers
son
tire-lire,
Tire Pire aux fâchez, et tire-lirant
champs j'entr' ois tire à tire, Sonnans, bruians
Vers la route du ciel. D u B A R T A S , l re Sem.,
mélodieusement, Oyseaulx divers chantant di- tire
5 e /., p. 239. — Dans le serein de Paer la foversement. Anc. Poésies, XII, 269.
Tire. Sorte, espèce. — Justice garde ville et lastre aloette, Des aesles trémoussant, tirelirant
bourgs, Royaulmes régit et empires... Elle quaquette. G A U C H E T , Beaujour, p. 12. —• Aussi
congnoist de toutes tires Qui cloche du pied ou tost que l'aurore... A banni la nuict sombre, et
va droit. Anc. Poésies, VII, 252. — Faites qu'en tire-lirant L'alouette a donné d'un bec
broyer sur voz polis porphyres Couleurs duisans doux souspirant U n gay bon-jour au jour. D u
à mon intention : Toutes de noir et de diverses B A R T A S , Lepanthe, p. 409.
Tirelire. Des chants d'oiseaux. — Nature a
tires, Pour exprimer les douloureux martyres
permis
aux oiseaux de battre l'air de leurs
Que Nature ha par grieve infection. L E M A I R E ,
Plainte du Désiré (III, 163). — Pour avoir livréchansons, notes, fredons, gasouillis et ramages ;
plusieurs tires et sortes de baux emploiez et mais les taureaux, elephans et lyons, elle ne les
à ces tirelirées mignardises. C H O mis en cevre. 10 déc 1518. Compte de tutelle (G.).a point amusé
L I È R E S , 5 e Ap.-disnée, p. 224.
— Font commandement a tous taverniers que
Tirelitantaine. Sorte de refrain populaire.
ilz... fâchent mectre les tires des vins qu'ilz
—
Quelle rejection de choses si bien faites, et
vendent et le pris d'iceulz dedens leurs bannières
en bonne lettre, par escript. 9 août 1563. Ordonn. par telz auteurs... de les n o m m e r chansons vulgaires ! Chansons bien, vulgaires non, c o m m e seArch. Tournai (G.).
Sorte de herse. — Il y a encores [pour faire roit la tirelitanteine ou lamybaudichon. A N E A U ,
l'huile] un autre instrument semblable a une Quintil, p. 195.
(Fig.). Suite de paroles vaines. — Le fait
traine ou tire droicte. C O T E R E A U , tr. Columelle,
est
tel, ainsi que nous sçavons expédier briefveXII, 50. Latin : erectae tribulae simile.
ment avec une grande tirelitantaine de paroles,
Tire 2, v. Tires.
Tireballe. Instrument pour retirer les balles nous autres Grecs. B E R O A L D E , Parvenir, Insdes plaies. — Si c'est une petite balle de plomb, tance (II, 107).
L'un des jeux de Gargantua. R A B E L A I S , I, 22.
sera tirée avec une tireballe figurée aux playes
Mets imaginaire. — D e la tirlytantaine. ID.,
des hacquebutes. P A R É , Introd., ch. 2. — La
pointe du tireballe s'insère dedans le plomb. Ib. V, 33 ms.
Tirelupin. Gueux. —
L a pelleterie des
Instrument pour retirer les balles des canons
d'armes à feu. — A Guillaume Mouchon, fobvre tyrelupins, extraicte de la bote fauve incornifisde son stil, pour une boite avecq ung tireballe, tibulee en la s o m m e angelicque. R A B E L A I S ,
pour tirer les balles des gros canons et ung aultre 1 H ) 7. — Autant en dit un tirelupin de mes livres.
pour les petitz. 25 déc. 1581. Compt. des fortif. I, Prol.
Arch. Tournai (G., Compl.).
Tirebourre (H. D. T. 1611). — Avoir faict
TIREMENT
— 252 —
Tirement. Action de tirer. —
Et de rine par le moyen des longues murailles qu'ils
grant raige en tiremens resveulx R o m p t ses ha- tirèrent jusques au bord de la mer. A M Y O T ,
bitz, arrache ses cheveulx. M . d'AMBOiSE, Alcibiade, 15.
Fab. de Biblis, 66 v°. — Les tirements, reprises, Tracer, écrire. — La damoyselle avance Sa
remises en ton. A M Y O T , Pourquoy la justice blanche main, et prend une pleumete... Dont
elle tyre dessus ung beau popistre Ceste présente
divine diffère la punition, 3.
Tir. — Avec feux de joye et tiremens de ca- et sequutive epistre. M . d'AMBOiSE, Complainctes,
nons et tous autres tesmoignages d'allégresses 40 r°.
Dessiner, peindre (sans complément exprimé),
publiques. C H E V E R N Y , Mém., an 1598 (G.,
— J'apprins alors à tirer et à paindre. L A GRISE,
Compl.).
Tirepetadans, mets imaginaire. R A B E L A I S , tr, Guevara, I, 3.
Tirer un portrait, voir l'alinéa suivant.
V, 33 ms.
Représenter par le dessin, par la peinture,
Tirepoil. Emplâtre épilatoire? — Aucuns
font un tire-poil dudit tartare, que je n'ose — (Aux peintres). Quant à la Mort, ne me la
dire, craignant que tu m'estimes menteur : peignez point, C o m m e on souloit, ainsi laide
parce que la chose semble impossible. P A L I S S Y , et hideuse ; Mais faites la plus belle et gratieuse
Que ne fut onc ou Heleine ou Lucresse... Brief,
Disc admir., Pierres, p. 269.
(?). — Ceus qui veulent fabriquer de la fausse tirez la qu'il ne luy faillerien.M A R O T , Serm.
monnoie jettent en jet de l'estain de glace ou du bon pasteur (I, 83-84). — Surtout n'oubliez
battent du cuivre mêlé avec un peu d'argent quelque excellent paintre, pour tirer au naturel
et de l'arsenic préparé qu'ils passent au tirepoil. ceste beste horrible. Amadis, III, 11. — Toutes
F. R E M O N D , Naiss. de l'heresie, p. 956 (G.). lesquelles choses se peuvent autant exprimer
Tirer (trans.). Attirer. — Mais il faut par en traduisant, c o m m e un peintre peut représenbien-faits et par caresse d'yeux Tirer en ta mai- ter l'ame avecques le cors de celuy qu'il entreson les ministres des dieux, Les poètes sacrez. prent tyrer après le naturel. D u B E L L A Y , Deffence, I, 6. — [Alexandre] défendit que nul
R O N S A R D , Odes, III, 1. — Orphée de sa douce
voix Tira les rochers et les bois. B A Ï F , Poèmes, n'entreprist de le tirer en tableau, si non Apelle,
1. V U (II, 332). — Plustost peut-on conter ou en statue, si non Lysippe. II, 11. — Par la
du printemps les couleurs, Les fueilles des fo- peinture O n peult tirer au vif un naturel visage.
rests, de la terre lesfleurs,Que les infections ID., Regrets, 148. — Le peintre qui, tirant un
qui tirent sur noz testes D u ciel armé, noirci, divers paysage, A mis en œuvre l'art, la nature
les meurtrières tempestés. A U B I G N É , Trag., II et l'usage. D u B A R T A S , l re Sem., 7 e /., p. 313. —
Quand ils nous tirent après le naturel, ou autre
(IV, 102).
Entraîner. — Quand est de S. Paul, il ne nous subject qui nous est familier et cognu, nous
deffend pas simplement tpute sécurité : mais une exigeons d'eux une parfaite et exacte reprénonchallance charnelle, laquelle tire avec soy sentation des linéaments et des couleurs. MONorgueil, oultrecuidance et contemnement des T A I G N E , II, 12 (II, 338). — La cinquiesme
autres. C A L V I N , Instit., VIII, p. 493. — Cette chose nécessaire pour bien tirer un portrait,
impérieuse authorité tire des suittes périlleuses. c'est que le peintre regarde plus d'une fois
celuy qu'il veut tirer à fin de bien imprimer en
M O N T A I G N E , I, 25 (I, 204). — De taire ce que
tout le monde sçait et les choses qui ont tiré son imagination toute la forme et les traits de sa
des effects publiques et de telle conséquence, face, et que celuy qu'on tire arreste sa veue sur
c'est un défaut inexcusable. II, 10 (II, 125). — quelque objet. Fr. de S A L E S , Serm. rec, 50 (X,
La commodité d'avoir Pappetit froid et mousse 126).
Tirer en cause. Mettre en cause, accuser. —
aux douleurs et aux m a u x tire après soy cette
incommodité, de nous rendre aussi par consé- Plusieurs des assistans... medisoient de mon
quent moins aiguz et frians à la jouyssance entreprise : voire faisoient ja estât de me tirer
en cause. B R E T I N , tr. Lucien, Déshérité, 4.
des biens et des plaisirs. II, 12 (II, 225).
Tirer (intrans.). Téter. — Il faut du vin pour
Ravir. — Il en respondoit pertinemment,
jusques à tirer les auditeurs en admiration. R A - la nourrisse, affin qu'elle ayt plus de laict, car il
ne cesse de tirer nuict et jour ; il la mange.
BELAIS, IV, 58.
Oter, enlever. — Folie m'a tiré les yeux : L A R I V E Y , Tromperies, II, 8.
Aller, se rendre. — Parquoy concludz en autre
et de peur qu'ils ne m e fussent renduz, elle m'a
part tirer, Et de la nef soubdain me retirer.
mis ce bandeau. L A B É , Débat, 2.
Étirer. — O u alloient veoir comment on M A R O T , Temple de Cupido (I, 22). — Le bon
tirait les metaulx ou comment on fondoit l'ar- prince partit de Tours pour tirer à Lyon. LOYAL
S E R V I T E U R , ch. 11. — Anthoine... se départit
tillerye. R A B E L A I S , I, 24.
Tirer une presse. Tirer à soi une barre qui avec son exercite pour tirer en la Gaule. DEROmet la presse en action. — Aultre mal ne leurs ZIERS, tr. Dion Cassius, 1. X L V , ch. 58 (105 r°).
feist Gargantua, sinon qu'il les ordonna pour — Le seigneur Antoine... s'embarqua en une
navire pour tirer à Gènes. Comptes... adventureux,
tirer les presses à son imprimerie. ID., I, 51.
Tirer. Exhaler, pousser. — Achilles tirant le 42 (II, 61). — Leur armée... ayant esté rompue,
dernier souspir, dit ces mots seulement. L E - Romulus... tira droit vers leur ville. A M Y O T ,
Romulus,
[Cicéron]
chemin
par
MAIRE,
Illustr.,
II,
20.
roy...
faict
larme
grand
Construire
une
mort
Gà
E ceux
L A Ihaleine
Set
en
souspir,
,d'œil,
de
Sophonisba
dit
liberté
Patras
en
toutes
précaire.
nydit
longue
plus
tirer
de
ainsi.
choses
(III,
chère
joindre
Aun
Uligne.
BAmadis,
224).
I seul
sans
Que
G—Nleur
É ,Le
——tirer
souspir.
jeter
Trag.,
Il
ville
I,
Tu
11.
en
persuada
estimois
une
à—II
servant
la
Stirant
Aseule
Elle
I(IV,
maN T -la
aunsommer
l'attendre,
Loy
et
en
de
171).
tirer
terre
Tirer
tire
guerre
mer
est
en
atravers
àcSicile.
la
de
Lucius
avant.
o25.
:mcourt.
mais
se
mile—eut
rendre.
ID.,
le
un
Avancer.
Crassus
de
BAÏF,
pais
le
fouet,
Cicéron,
tirer
courage
MBrave,
des
Oavec
Npour
—droit
Tprit
ALucaniens,
I31.
non
AGdix
I,
la
Nson
vers
E2.
ceste
—chasser
,seulement
gros
—II,
Je
Rluy,
chair
par'donc,
rencontra
34
voulant
navires
à et
(IH,
l'œude
lale
—
253
—
TIRET
vre : comme un asne lequel ne veult tirer avant,
Se tirer avant, en avant. S'avancer. — [Diosi on ne frappe assiduellement dessus. C A L V I N , medon] se tirant avant pour parler. M O N Instit., III, p. 181. — M o n jugement ne tireT A I G N E , I, 3 (I, 22). — Fabius se tira en avant
pas tousjours avant, ilflotte,il vague. M O N - pour parler au peuple. A M Y O T , Fabius, 9. —
TAIGNE, II, 12 (II, 329).
Le peuple s'estant lors assemblé en conseil, AlTirer arrière. Reculer. — Cato adonc sanscibiades se tira en avant et feit une harangue.
dilayer ny tirer arrière vint avec son compagnon
ID., Alcibiade, 33.
sur la place. A M Y O T , Flaminius, 19. — L'entreSe tirer arrière Reculer. — L'estranger se
prise est trop avancée, Il ne faut plus tirer ar- trouva bien empesché, et commenceoit à se
rière. BAÏF, Passetems, 1. V (IV, 433).
tirer arrière. 76., 5.
Tirer oultre. Aller plus loin, avancer. — Es- Se tirer. Ressembler. — Ceste herbe est par
tant Hannibal avec grosse puissance entré en
Oviede hespagnol descripte. ayant les fueilles
Italie... il tira oultre à travers la Thoscane. larges, grosses, molles et pelues, et se tirant
AMYOT, Fabius, 2. — Le cappitaine Monluc aucunement à la buglosse. L E L O Y E R , Spectres,
ne voulloit jamais arrester de tirer outre qu'il II, 7.
n'eust de mes nouvelles. M O N L U C , 1. V (III, 71).
Se tirer en exemple. Être donné c o m m e exemple.
Tirer à la mort, au trépas, aux traits de la mort.
•—• Cela ne se doit non plus tirer en exemple pour
Être sur le point de mourir, approcher de la estre ensuyyy. C A L V I N , Instit., III, xx, 15.
mort. — Je Pavois trouvé... foible, traînant
Tiré. Attiré. — Les mariniers aloyent d'une
lentement les mots, les uns après les autres, mort telle Périr aux bans desfillesd'Achelois,
et ayant le pouls abbatu c o m m e de fièvre lente, Tirez du chant de leur feinte cautelle. B A Ï F ,
et tirant à la mort. M O N T A I G N E , Lettres (IV, 315). Div. Amours, 1. I (I, 292). — Nostre damoiselle...
— Il demeura long-tans ainsi vaincu de rage, sera indubitablement aimée de beaucoup, qui
Ayant les mouvemens, le geste et le visage D'un
se sentiront tirez de tant de grâces et perfections.
qui tire à la mort. D E S P O R T E S , Elégies, I, 19. — F. d'AMBOiSE, Dialogues, I, 82 r°.
Elle se sent toute afligee D'ouir la plainte et les
Tiré de. Attiré par. — [Thienot] Caché dans
bêlas D u berger qui tire au trépas. V A U Q U E L I N , le boulleau, faict venir le moisson Qui, tiré du
Idillies, I, 22. —• Il [Craterus] estoit desja bienpipeau, dans les branches s'englue. G A U C H E T ,
bas, et tirait aux traicts de la mort en grande Disc, p. 120. — Fust... qu'il vinst là pour avoir
destresse. A M Y O T , Eumène, 1. — O n tirait ce
sa souppée D e quelque oiseau, O u bien tiré de
pauvre h o m m e tout souillé de sang, tirant aux la pippée. ID., Div. plaisirs, p. 277.
traicts de la mort. ID., Antoine, 77. — Si y eut
Tiré. Dessiné, peint. — Je vous envoyé m o n
là une rude escrime à outrance entre Pelopidas portraict tiré sur le vif. R A B E L A I S , Lettres (III,
et Leontidas... estant tombé entre eux deux
356). — C o m m e un tableau tiré par un peintre
Cephisodorus tirant aux traicts de la mort. pariait. P A S S E R A T , Eleg. sur la jalousie (I, 121).
ID., Esprit de Socrates.
— La douzième et dernière [tapisserie], auprès
Tirer court. N e pas porter loin. — Il n'y a...des fenestres, contenoit le portraict, fort bien
ressort en son ame que je n'aye peu considérer
tiré de son long, de monsieur le lieutenant. Sat.
et juger, au-moins si m a veue n'a quelquefois
Men,, Pièces de tapisserie, p. 64.
tiré court. M O N T A I G N E , Lettres (IV, 327).
Modelé. — D e tous leurs roys ils luy feirent
Tirer court d'un grain. N e pas atteindre toutveoir les effigies en statues tirées après le vif.
à fait son but. — Vous plaist-il voir c o m m e ils M O N T A I G N E , II, 12 (II, 338).
tirent court d'un grain? ID., Essais, 1, 37 (I, 314). Représenté. — Sur le couvercle [d'un panier
Tirer. Souffler. — Il tirait un vent impétueux d'or, ouvrage de Vulcain] estoit tiré Mercure
et bruslant c o m m e un estourbillon de foudre. Sanglant encor : auprès de sa figure Arge gisoit
AMYOT, Fabius, 16. — Ce que remerquant ce roide mort étandu. B A Ï F , Poèmes, 1. I X (II, 425).
citoyen, apportoit en sa ville certaines prédicTire la broche. L'un des jeux de Gargantua.
tions du vent qui avoit à tirer. M O N T A I G N E , II, R A B E L A I S , I, 22.
12 (II, 191).
Tirer (subst.). — Le tirer de l'harquebouserie
Tirer de longue, v. Long, t. V, p. 41, col. 1.
luy monstroit que l'on combatoit. M O N L U C ,
Tirant à, vers. Dans la direction de. — E n 1. V (II, 447). — Son cheval tumba, et luy se
un pré qu'il avoit près l'arceau Gualeau, au sauva tout blessé plus de cent pas hors du tirer
dessoubz de l'Olive, tirant à Narsay. R A B E L A I S , des harquebousades. L. VII (III, 319). —Quelque
}> !• — Tirant vers l'Orient estoit une aultre
tirer que les ennemys fissent, ilz ne arrestarent
[tour] nommée Calaer. I, 53. — L a vénerie jamais de monter jusques à ce qu'ilz f eurent
estoit un peu plus loing tyrant vers le parc. I, 55. sur ladicte muraille (III, 320).
Tirer à l'espée. Tirer l'épée. — E u x ce voyant (Forme). Futur. — Heureux seray se je vous
tirèrent à l'espée. ID., II, 25.
treuve telle, Lorsque vers vous vostre amour
Tirer. Ressembler. — Quant au surnom, aussi m e tirra. C O L L E R Y E , Rondeaux, 16.
way qu'Evangile, Il tire à cil du poète Vergile...
Tires. Chausses. — Je suis cy venu bien apMaro s'appelle, et Marot je m e n o m m e . M A R O T , point. L'endosse, tires et pourpoint, L y m e et
Enfer (l, 59).
pourpoint, seront à moy. G R I N G O R E , «S* Loys,
Tirant à. Tendant à. - Quant à l'establisse- 1. II (II, 63).
ment de leur police et la distribution des estats
Tiresce. Servant à traire. — U n g cuvier
de leur chose publique... celle de Lycurgus et une sielle tiresce. 1 e r févr. 1512. Exee. test.
estoit austère et plus tirant au gouvernement Arch. Tournai (G.).
de la noblesse. A M Y O T , Compar. de Lycurgue.
Tire sort. Art de prédire l'avenir. — U n e
Se tirer à, vers. Aller à, se diriger vers. — L avieille Sabelle, experte au tire sort, Laquelle
pauvre femme, voiant approcher le navire, en m o n jeune âge ainsi prédit m a mort. F. H A se tira au bort de la mer. M . de N A V A R R E , B E R T , tr. Horace, Sat., I, 9, Paraphr.
neptam., 67. — Panurge... se tira vers frère Jan.
Tiret. Bande ou lacet servant à fermer une
«ABELAIS, IV, 67. - Le vueil des Dieux toutes- lettre. — Et quand eut fait, alla clore sa lettre
e
n 4 contrainct D e la laisser et se tirer au port. D'un beau tiret de papier bien et bel. Anc.
uu B E L L A Y , tr. Enéide, 1. IV (M.-L., I, 359).
TIREUR
—
254 —
Poésies, XI, 25. — La lettre de M. de Bongars ment le tiroir toujours à la main. G O M M E R
adressante à vous estoit ouverte et Sa Majesté L'Autour série, p. 13 (Gay, Gloss. archéol). ~
l'a lue, mais non celle de M. de Monglas, encore (Fig.). Je m'en voys après m o n tyrouer. —
que vous en trouviez le tiret rompu, ce qui a Quel tyrouer (dist Gargantua) entendez vous?
esté fait par inadvertance. S U L L Y , Mém., X, — M o n bréviaire, dist le moyne. Car tout ainsi
que les faulconniers davant que paistre leurs
120 (G.).
Tireur. Remorqueur. — Feu Thomas le oyseaux les font tirer quelque pied de poulie
Grand, en son vivant tireur a mont l'eauwe. pour leurs purger le cerveau des phlegmes et
pour les mettre en appétit, ainsi prenant ce
25 juin 1550. Arch. Tournai (G.).
Tireur d'or. Celui qui étire l'or. —Les orfèvres, joyeux petit bréviaire au matin, je m'escure
lapidaires, brodeurs, tailleurs, tireurs d'or. tout le poulmon, et voy m e là prest à boyre.
RABELAIS, I, 56. — Tant pour le regard des mon- R A B E L A I S , I, 41. — Apporte cy, hau page, mon
noyes que pour les ouvrages des orfèvres et tirouoir. (Ainsi n o m m o i t il son bréviaire). IV
20. — Cza, joyeulx tirouoir, en avant, que je'
tireurs d'or. B O D I N , Republ, VI, 3.
Tireur de quint'essence. Abstracteur de quin- vous espluche à contrepoil. IV, 21. — De tout
tessence. — Vous verrez, au long aller, ce beau ce qu'elles prennent avec les autres femmes, ce
n o m de poëte venir au nonchaloir d u peuple, ne sont que des tirouers pour s'aller paistre de
ainsi que celuy de philosophe, que l'on adapte gorges chaudes avec les hommes. BRANTÔME,
maintenant à ces tireurs de quint'essence, Dames, part. II (IX, 199-200).
qui transforment leurs esprits et espérances Tiron (tiro). Nouveau soldat, recrue. —
en rien, en s'amusans à la transformation de la (Fig.). Pourquoi nous daignera-il donques enroller et remplir ses rangs de si foibles tirons ou
pierre philosophale. P A S Q U I E R , Lettres, l, 8.
Tireure. Dans le costume des femmes, tissu bisognes que nous sommes? A U B I G N É , Médit.
léger sortant par les découpures du haut des m a n - surlePs. 16 (11,210).
Apprenti. — Le duc d'Espernon, colomne]
ches. — Dix petits pacquetz de tireures de
linompe enrichie de roses et d'argent, contenant de France, après avoir longtemps déclamé
chacun des dicts pacquetz trante tireures es- contre la nouveauté, a souffert que ses vétérans
timez aussy à raison de douze deniers chacune se soyent enfin faicts tyrans des moindres des
tireure. 1606. lavent, de Louise de Lorraine, 19 Pays-Bas. ID., Hist. univ., 1. X , Attache (VI,
(Gay, Gloss. archéol). — C o m m ' ilfitbon voir 371).
Tirot. Timon. — Funains pour servir aux
Ce prince avec un buse, un corps de satin noir
coupé à l'espagnolle, où des dechiquetures tirotz. 1519. Coust. d'Orléans (G.).
Bateau qui remorque. — Plusieurs mariniers
Sortoient des passements et des blanches tisont allés avec leurs tirotz au devant de Madame,
reures. A U B I G N É , Trag., II (IV, 94).
qui arriva de Caffy par eau, afin de plus ligiereTiriaque, v. Theriaque.
ment la tyrer autrement. 1531-1532. Comptes.
Tiritanteine. Défilé, cortège. — Voicy une
Arch. Nevers (G.).
longue suite, je croy que c'est la tiritanteine
Tiroter. Remorquer. — Ils ont rompu de
des sorciers... ils s'en vont veoir Demogorgon.
leurs grands bateaux les coustures et autre
A N O N . , tr. Folengo, 1. X X I I (II, 237).
chose, pour les préparer et dresser en cabanes,
Tirlytantaine, v. Tirelitantaine.
pour faire mener et tiroter par la rivière de
Tirnoles, m o t d'argot. Sorte de guêtres. —
Tirnoles. Les triquehouzes. Var. hist., VIII, 185.Loire jusqu'à Amboise le comte de Lalain.
Tirocinie (tirocinium). — E s jours quon es- H E N R I II, Lett. (G.).
Tirouer, v. Tiroir.
toit receu en la court, on se devoit tenir honnesTirouere. Sorte d'outil de tonnelier. — Deux
tement et parer de sorte selon la dignité quon
broies et une tirouere. 1510. Arch. Finist. (G.).
recepvoit qui se nommoit tirocinie. G. M I C H E L
Tirouet, Tirouoir, v. Tiroet, Tiroir.
tr. Suétone, V, 165 v».
Tiser. Allumer. — A moucher une chandelle
Tiroet. Ce qui sert à tirer. Poignée. — M e s
piedz serviroyent proprement D e tirouez d'huys. pour l'amour de Catin, à bien tiser une torche.
D u F A I L , Propos, chap. ajout., 15, p. 178.
Anc. Poésies, X , 169.
Tisie, v. Phthisie.
(Terme de fauconnerie.) Ce qu'on donne à
Tisonné. Tacheté. — L'autre met dextredéchiqueter, à tirailler à l'oiseau pour l'habituer
ment les tigres aux attaches Tizonnez sur la
au gibier. — Ces fauconiers sont de la nature
de leurs faucons qui ont en la matinée de leur peau. B E L L E A U , Pierres précieuses, Améthyste
jeunesse deschargé leur cerveau sur le tiroet. (II, 171). — Q u e s'il y avoit lieu de deviner
A U B I G N É , Lettres div., 22 (I, 503). — Cf. Tiroir. icy, je tirerais Paamyle de Phebrieu Paham-el,
Tiroir. Ce qui sert à tirer, poignée. — Quand Dieu charbonné, tisonné, noir. L E LOYER,
on a perdu toute sa vache, et on en peut re- Spectres, III, 5.
Tissandiere. Celle qui tisse. — Elle [Micouvrer la queue, encores est-ce pour faire un
nerve] avoit aussi n o m Orgave ou Orgas... ou
tirouer à son huis. M E N O T (cité par Estienne
bien Ergane, c o m m e qui dirait tissandiere et
Apol Herod., ch. 6, I, 94).
Seau à traire. — Il tirait les bestes dedans tapissière. L E L O Y E R , Spectres, VII, 8.
les tirouers, faisoit prendre le laict pour en faire
Tisserand. Tisseran en cuir. Celui qui trades fromages. A M Y O T , Daphnis et Chloé, 1. III, vaille le cuir. — U n jour, appuyé sur la boutique
60 v°. — Il trouva moyen d'avoir... force tiroirs
d'un tisseran en cuir... je luy demanday : A qui
a tirer les chèvres. L. IV, 63 v°. — Il dédia sa est ce petit soullier si bien fait...? Var. hist.,l, !*•
houlette aux nymphes, avec les tirouers à tirer
Tisserande. Celle qui tisse. — Bien eussent
les chèvres qu'il avoit faietz luy mesme. 76 r°.
peu troys vieilles tisserandes L'impitié mesme
(Terme de fauconnerie.) M ê m e sens que ti- à pitié convertir. H E R O E T , Cupido et Psyché.
roet. — 1594. Pour le rendre [l'oiseau] plus aysé Il ne signifie autre chose sinon la belle tisserande,
au chaperon, luy oster et remettre à tout m o -
—
255
—
TISTURE
en feit la plus blanche et utile Qu'onques sa
main tyssut ou composa. M A R O T , Chants div.,
1- — Y meslant et contemperant aussi les autres
extrêmes, il ourdit et tissut ainsi toute l'espèce
de l'ame. A M Y O T , Création de l'ame, 25. —
M O N T A I G N E , III, 11 (IV, 165).
Amour... L à d'une chanvrause filace Tissut le
La tisserande. Sorte de danse. R A B E L A I S , V,lien qui m'enlace. J A M Y N , O. P., 1. V, 233 r°. —
33 ms.
Pareil bouquet les neuf Muses tissirent A u pied
Tisserie. Tissage. — L a cordouannerie... la du mont, et un présent en firent A leur Phebus.
tisserie et autres arts et mestiers mécaniques. F O R C A D E L , p. 124.
jAMiN.tr. Vives, 108 r° (G.).
Futur. — Tandis sur le mestier romain Tu
Tissier. Cf. Tessier. Tisseur, Tisserand. —
tixtras de ta docte main Le fil de ta îrançoise
Estimes tu que ce soyent tissiers, cabaretiers, histoire. M A G N Y , Odes, I, 114.
ou autres telles basses gens mechaniques, qui
Impératif. — Tis la toile que ja je te montre
escrivent ces billets et escritteaux que lon freuve estre ourdie. B R A C H , tr. Hierusalem, IV, 27 r°.
Infinitif. — [La laine] se peult tistre et figurer
tous les jours en ton siège praetorial...? A M Y O T ,
Brutus, 10. — Tisserand ou Tissier. Laborieux,variablement, avecques le fin or traict. L E ourdisseur. L A P O R T E , Epith., 401 v°. — L'œuvre M A I R E , Illustr., I, 22. — Apres toute la suite
d'un tissier... est plus tost de faire un manteau S'en retourna, les unes àfiler,Autres à tixtre,
ou une robbe que non pas de disposer ses fils et plusieurs à parler. S A L E L , tr. Iliade, III, 50 r°.
et de dresser ses pesons. A M Y O T , Banquet des — Quand quelqu'un de Pallas devise, Les Muses
sept sages, 13. — D'un facteur, c o m m e est unappreuvent l'emprise D efiler,de tistre et d'ourmaçon, un tissier, un faiseur de lyres, ou d'un dir. R O N S A R D , Odes, V, 2. — Les voi-cy tous
statuaire, l'œuvre est distincte ou séparée de
c o m m e apostez, Qui s'en viennent à point n o m m é
l'ouvrier. ID., Questions platon., 2. — Tanneur, Tistre le drap qu'avons tramé. BAÏF, Brave, IV, 3.
charpentier, foulon, ou tissier de laine. B R E T I N , — Jamais h o m m e ne se mettra à vouloir tixtre
tr. Lucien, Fugitifs, 12.
un drap ou ourdir une toile... qu'il ne l'ait au
Tissir, v. Tistre.
paravant appris. A M Y O T , Vertu peut s'enseigner,
Tissotier. Tisserand. — Les haultelissiers, 2. — Tistre te faut la toile ourdie. BAÏF, Mimes,
1. I (V, 40). — La plus part des arts, les bestes
les tissotiers, les velotiers. R A B E L A I S , I, 24.
Tissure. Tissage. — L'art de tissure et de nous les ont apprises : c o m m e l'araignée à
draperie fut inventée par N o e m a , fille de La- tistre et à coudre. M O N T A I G N E , II, 12 (II, 184).
meche. C H O L I È R E S , Guerre des masles et des fem., — Ils commencèrent à tiltre des vestemens
70 v» (G.).
et bastir des maisons. B R E T I N , tr. Lucien,
Tissu. — Plusieurs petits mestiers de boys a Amours, 34. — Par après avons gaigné nostre
faire tissures. 1501. Invent, de l'Hôtel Dieu de vie à peine : tantost à carder, tantost à tiltre,
Beaune (G.). —• (Fig.). L a vie présente n'est et tantost à Aller. Ib., Devis amoureux, 6. —
qu'une entrée et issue de comédie, un flux Pamphila, fille de Latoiis, a esté l'inventrice
perpétuel d'erreurs, une tissure d'adventures. defileret tistre la soie. S E R R E S , V, 15. — Les
cannes sont emploiees... à faire des instrumens
CHARRON, Sagesse, I, 35.
Toile [d'araignée]. — Tous nos efforts ne peu- pour les tisserans à tiltre et draps de laine et
vent seulement arriver à représenter le nid
de soie et toiles. V I , 29. — Si puis après on veut
du moindre oyselet, sa contexture, sa beauté, et la toile ourdir et tistre D u vers sententieux de
l'utilité de son usage : non pas la tissure de la l'enseignante epistre, Le vray fil de la trame
chetive araignée. M O N T A I G N E , I, 30 (I, 258).
Horace baillera. V A U Q U E L I N , Art poet., III, p. 90.
Composition. — Ce débat les poussa à en — Je ne croy pas que Pénélope... se soit... touscroire de très doctes personnages, lesquels jours amusée à tiltre sa toille. L A R I V E Y , Fidelle,
ayant demandé de voir la tissure de l'œuvre IV, 8. — O u à tyssir (pour frommages former)
pour en juger, approuvèrent l'invention. A U - Paniers d'osier et fiscelles de jonc. M A R O T ,
BIGNÉ, Trag., A u x lecteurs.
Eglogue au Roy (I, 42). — Elle s'occuppa inDrapper sur la tissure de qqn. Dire du mal de cessamment à tissir de soye plusieurs neufves
qqn. — Tant plus avant nous entrons en ce toilles figurées de diverses ymaiges. S E V I N ,
propos et plus ces bons seigneurs icy drapperont tr. Philocope, 1.1,19 v°. — Fault qu'elles sçachent
sur la tissure de Simontault. M . de N A V A R R E , tissir les lits de cotton. T H E V E T , Cosmogr., X X I ,
Heptam., 20.
10.
Participe présent. — Nous... qui vivons icy
Tissurier. — Tissuriers, qui font les aucuns
passements, les autres draps d'or et de soye. bas Entre mille dangers, angoisses et debas,
1545. Reglem. (G.).
Tistrant et retistrant un éternel ouvrage. C H A S Tistre. Tisser, au propre et au figuré. S I G N E T , Mespris, p. 87. — Et tistrant de nos
(Formes.) Indicatif présent. — L'hyver, qui tistjours et retistrant la toile, Aus vens injurieus
ta robe de glaçons, Met sur ton dos le char reguinderions la voile. P. 88.
pour la nacelle. F O R C A D E L , p. 70. — Voila
Participe passé. — Le sens n'en est yssu D e
comment sur le mestier humain N o n les trois m o n cerveau, ains a esté tyssu Subtilement
Sœurs, mais A m o u r de sa main Tist et retist par la muse d'Ovide. M A R O T , Epistres, 15. —
la toile de m a vie. D u B E L L A Y , Olive, 94. — Ces mesmes ouvriers ont tissu les choses naChez moi nulle troupe cliente Le pourpre la- turelles avec des fables. A N O N . , tr. Bullinger,
conin m e tist. L. de L A P O R T E , tr. Horace, I, 9, p. 107 .— [La mère des abeilles] c o m m a n d e
Odes, II, 18.
lèan's à celles qui ourdissent la cire, à fin qu'elle
Passé défini. — Je tyssu, tu tyssus, il tyssut.soit bien et vistement tissue. L A B O E T I E , tr. XebEBiLLET, Art poet., 1, 9. — U n grand pasteur... nophon, ch. 13. — Quant à moy, pour le prix
De ses aigneaulx la toyson bien gardée Transmit je dépose une cage... D e pelures de jonc j'ay tissu
au cloz de Nature subtile, Qui une [couverture] tout le bas. R O N S A R D , Eclogues, 3 (III, 409).
Tisture. Texture. — La tisture et tout
l'ouvrage estoit inventé par finesse ou élaboré
laquelle ouvre et referme le large trou qui est
la trame de sa toille. L A R I V E Y , tr. Straparole,
YJJ 3, — Les Grecs descrioient les tisserandes
d'estre plus chaudes que les autres femmes :
à cause du mestier sédentaire qu'elles font.
TITANE
—
256 —
Sous titre de ce que. Pour la raison que. —par engin humain. L A B O D E R I E , Harmon. du
monde, p. 306 (G.). — Toute la tisture du corps Demades Athénien condemna un homme de
sa ville, qui faisoit mestier de vendre les choses
mystique. P. 500 (G.).
nécessaires
aux enterremens, soubs tiltre de
Titane. Titan. — Quand ilz [les dieux]
ont mené leurs propres guerres contre les Ti- ce qu'il en demandoit trop de profit. MONTAIGNE
tanes et les geans. A N O N . , tr. Bullinger, I, 9, I, 21 (I, 120).
Titre. Place. — Lors qu'il eut ordonné ses
p. 108. — La terre rien ne produira que monstres,
gensdarmes
de cheval et mise son artillerye en
Titanes, Aloides, geans. RABELAIS, III, 3. —
tiltre, s'en alla a ses gens de pié. A U T O N , Chron
Attendant que là dedans tombe la fouldre du
ciel et en cendre les réduise comme autres Ti- 182 v° (G.).
Poste. — Les gouverneurs... commandèrent
tanes, prophanes et theomaches. V, 11. — Ce
a
ceulx
qui avoient charge de garder la porte et
n'est icy que je chante Les Titanes oultrageux.
les murailles quilz ne bougeassent de leur tiltre,
D u B E L L A Y , Jeux rust., Combat d'Hercule. —
Là sont roulez... Les anciens Titanes,filsde ains deffendissent leur quartier vigoreusement.
SEYSSEL, tr. Diodore, III, 30 (127 v°).
terre. D E S M A S U R E S , tr. Enéide, VI, p. 304.
(Terme de chasse). Relai où l'on poste les
Titanesque. De la race des Titans. — Quand
Pavancoureur titanesque Nous a corné tout chiens. — A mon tiltre je cours ; les autres,
haut et clair Que son maistre en a eu le flair. quant et quant, Vers le leur assigné courent se
rembusquant. G A U C H E T , Plaisir des champs,
Fanfares des Roule Bontems, p. 130.
Titanien. De Titan. — Force. Puissante, p. 277 (G.). — Tiltre de chiens, c'est le lieu ou on
vertueuse... titanique ou titanienne. L A P O R T E , les a posez, afin que, quand la beste passeia, ils
la courent bien a propos. E. BINET, Merv. de
Epith., 179 r°.
Des Titans. — Noble race des dieux, semence nat., p. 20 (G.).
Chiens postés à un relai. — Il n'est fort loin
titanine, Qui retires du ciel ta première origine.
du bois par le champ à l'ouvert Qu'il se voit
B E L L E A U , Berg., 2 e J., Complainte de Promethee
(II, 12). — Uniques sœurs, semence titanine, aussitost des tiltres descouvert, Qui, partis à proSecourez moy. 1599. PAPILLON, 60 (Vaganay, pos, de si près le poursuivent Que quatre en
un moment à ses costez arrivent. GAUCHET,
Mots).
Géant titanin. Titan. — La guerre fabuleuseChasse du loup, p. 324.
Titre. Inscription. — Pilatefistun tiltre pour
Des geans titanins qui, trop audacieux, Ozerent
mettre
au dessus de la croix auquel estoit escrit :
escheler la grand' voûte des cieux. B R A C H ,
Jésus Nazarenus, rex Judeorum. Repos de consHymne de Bourdeaux.
Titanique. Des Titans. — D'où procéda la cience, 34 (G., Compl.).
Monument? — Dieu non seulement a défendu
tytannique audace D'entasser tant de monts...?
e
de
faire statues pour représenter sa majesté,
D u B A R T A S , 2 Sem., Magnificence, p. 390.
mais aussi de consacrer aucuns tiltres ne pierres
Géant titanique. Titan. — Comme si à la façon
des geans titaniques ils avoyent entreprins d'es- qui fussent dressées pour y faire adoration.
CALVIN, Instit., 1, xi, 9.
cheller le ciel. M A R N I X , Differens, II, i, 10.
Pièce de théâtre. — Au dieu Bacchus ne levez
Titaniquement. A la manière d'un Titan. —
Jupiter, d'une face terrible, regardant de tra- les pupiltres Pour deschanter tragédies et tiltres.
vers et titaniquement, dit. BRETIN, tr. Lucien, G. M I C H E L , tr. Georg., 1. II (G.).
Titrer. Intituler. — Ce n'est par audace,
Icaromenip, 23.
lecteur,
ny désir d'entreprendre choses plus
Tithymalle (-riOôjxaXoç, euphorbe). — Puis
la mist dedans l'eau pour sçavoir si la lettre nouvelles que ces divins espritz... premiers
estoit escripte du suc de tithymalle. RABELAIS, auteurs de nostre lyre françoise, que j'ay tiltre
II, 24. — Qu'il se lave tous les moys une fois mes vers autrement qu'ilz n'ont fait. D E S AUTELS,
ou deux de vin ou de vinaigre esquels ait bouilly Façons lyr., A u lecteur.
Appeler, nommer. — Tu m'as tiltre au front
des racines de thithimale. G. B O U C H E T , 27 e .Seree (IV, 185). — Prenés suc de tintimale, et le de ton espistre Poète sacré. J. L E LIEUR (dans
J. Bouchet, Ep. famil, 99). — O Charle véritable :
meslés avec huile rozat. SERRES, VIII, 5. —
Le laict du tinthimal : celui dufiguiersau- et qui vostre beau nom Honorez et titrez de
tant digne surnom. BAÏF, Passetemps, 1. IV
vage. Ib.
(IV, 376). — Pardonne moy, Cornelie, si je te
Titier, onomatopée. — Voicy pour le pretiltre
de ces qualitez, et si je vomis tant de plainmier la sotte gorge-rouge Qui vient et titiant
de branche en branche bouge. G A U C H E T , Pipée, tes contre toy. M O N T R E U X , Berg., Journ. 111,
153 r°. — Se faisans titrer et qualifier du mot
p. 276.
Titillic. — Titillic ou chatouilloir est le de monsieur. D u FAIL, Eutrapel, 31 (II, 125).
(Terme de chasse). Poster [des chiens] à un
lieu de dessous les aiscelles ou l'on est le plus
relai. — Ainsi s'en vont le pas et tiltrent léchatouilleux. JOUBERT, Interpr. des dict. anat. (G.).
Titre. Marque, signe. — L'autre compost vriers Là où sont de sortir les renardz coustumiers. G A U C H E T , Chasse du renard, p. 26. —
de e féminin est nt, comme lisent, dirent, ouvrent...
Arrivez
près du bois, avant que faire rien, On
Mais aulcuns l'orthographient par ung tiltre,
re les lévriers. ID., Chasse du loup, p. 314.
comme reçoyvët, allerël, parlerët, furet.tilt
FABRI,
Rhetor., 1. II, p. 7. — L'artillerie... commencea 5e titrer. S'intituler, se nommer. — Nous ne
à tirer fort et royde, et ceulx de la ville, qui publirons point nous mesmes nos louanges...
ne monstroient pas tiltre d'esbaissement, leur Nous ne nous filtrerons ny dieux ny demy
rendoient la pareille. L O Y A L SERVITEUR, ch. 42. dieux. B E R T A U T , Chevaliers de l'Aigle, p. 497.
Titré. Intitulé. — Et furent aussi divulgués
Sujet. — La ville de Mozon rendue si soubdainement donna quelque tiltre d'esbahyssement à Paris d'autres vers latins tiltres : De ordine
aux François, qui ne pensoient jamais que l'em- sancti spiritus. L'ESTOILE, Mém., I, 270 (G.).
(Terme de chasse). [Chien] posté à un relai- —
pereur eust voulu rompra la trefve. Ib., ch. 62.
Il se resould sortir ; mais il voit en campaigne
Dessus
filtrez
Sauvagep.
et ChampaigneG A U C H Ele
T ,haut
Chasse
du et
renard,
28. — H sort
— 257 —
quelque dix pas ; mais voyant sur le hault
Tiltrez deux lévriers pour luy donner l'assault,
Vers le bois tourne bride. ID., Chasse du loup,
p. 316. — L a lesse des grands chiens filtrée
devers Rouvre Cinq cents pas devant soy s'esloignant le descouvre. P. 322.
Tituber. Chanceler. — (Fig.). Elle ne dit
ne oyt aucun propos Lascivieux, évite les suppos
Et jeunes gens, qui par tranchante veue Font
tituber la vefve despourveue. J. B O U C H E T ,
Ep. mor., I, 6.
Tomber. — (Fig-)- N e titubez en l'impudicité
De folz baisiers. Ib., I, 10. — A ce qu'un prince
ou roy Par son seul sens ne titube en derroy.
Il doit avoir des gens qui le conseillent. Il, i, 5.
Hésiter. —• A peine voit on rien aujourd'huy
qui ne soit contrarié, et qui ne puisse tituber
entre ouy et non. D u M O U L I N , tr. Indagine,
Chiromance, Ep. du traducteur.
Titulaire. N'existant que de nom. —• Elle
[la Fortune] m'a faict quelques faveurs venteuses,
honnoraires et titulaires, sans substance. M O N -
TOGUÉ
aulnes de tocque d'argent. Texte de 1558 (Gay).
Tocqueceint, v. Toquesin.
Tocquement. Frappement. — En terre dessendit... La Paix,fillede Dieu, de qui tous les
humains Cherissoient la venue au tocquement
des mains. A U B I G N É , Poes. div., 5 (III, 222). —
Les chrestiens seulement affligez sont ouïs,
D'une voix de louange et d'un psaume esjouis,
D'un tocquement des mains faire comme une
entrée A u roy, de leur secours et victoire asseuree. A U B I G N É , Trag., III (IV, 122).
Tocquer, v. Toquer.
Tocquet (?). — Et se Gaultier ou se Jacquet
Luy dit de toy en se raillant Quelque mot ou
quelque tocquet, Ne t'en courrouce pas pourtant. Ane Poésies, I, 136.
Toede (?). — Moy qui crains ces venues
cuberas à cause de l'air melancholique et toede.
B E R O A L D E , Parvenir, Sermon VI (I, 196).
Toellette, v. Toilette.
Toffu. Touffu. —• De bois toffus voyant le
Titulé. Appelé, n o m m é . —• Les fictions lieu profond. R O N S A R D , Cassandre (I, 89).
Togal. Qui porte la toge. — Tulle Servie au
poétiques ont esté multipliées par les héroïques
personnes titulees de n o m divin. T Y A R D , tr. H e - temps passé povre homme Fut roy aussi de la
gente togalle. M. d'AMBOiSE, Ep. vénériennes, 12.
brieu, Dial. II, p. 192.
Robe togale. Toge. — Caesar... quant il se senTitulaire. — Combien que cette Eglise abondast en prestres titulez, si eut-elle tousjours tit de toutes pars avecques cousteaulx environné sa teste couvrit de sa robe togalle. G. M I peu de diacres. P A S Q U I E R , Rech., III, 5.
CHEL, tr. Suétone, I, 39 r°. — Comme Caesar
Légitime. —• Si l'on ne veult impugner et
arguer le tiltre d'icelluy royaume baillé et Auguste prenoit la robe togalle... elle se deffeif.
conféré a Pépin le premier par le pape Zacharias, II, 91 v°.
Togal. Marqué par la toge. — [Caligula] si
en déportant et déposant d'icelluy le roy Childeric, et toute la descente dudict Pépin de tiran- peu estoit envers le sénat révérend et léger que
nie indeue et non titulee usurpacion dudict les plus grans faisoit courir devant luy et mener
royaume. 1521. Pap. d'Et. de Granvelle, I, 223 son chariot par longue voye, voire tous acoustrez
en leur estât et dignité togalle. Ib., IV, 146 r°.
(G.).
Togaturne (?). — Sort togaturne, mulceré
Tixtre, Tizic, v. Tistre, Thesicque.
de Saturne. Anc. Poésies, XIII, 388.
Tizon (?). — Il leur en remplit [de sel] tout
Toge, Togé, v. Togue, Togué.
le gouzier, tant que ces pauvres haires tousTogue. Toge. — Habillé dhabillement romsissoient c o m m e regnards, cryans. H a , Pantagruel, tant tu nous chauffes le tizon. R A B E L A I S , main, quilz appellent togue. SEYSSEL, tr. Appien, Guerre Mithrid., ch. 1. — A son filz...
II, 28.
feit prendre la togue, qui estoit lhabit viril des
Tizonné, v. Tisonné.
Tmesis. Tmèse. — Il servirait à m a f e m m e Rommains. ID., Guerres civ., 1. VI, extr. de
de foui. — Voire teur, dist Epistemon, par la Plutarque, ch. 3. — Car luy estant vestu de
longue togue Sçaif haranguer tout seul en diafigure de Tmesis. R A B E L A I S , V , 18.
logue. M A R O T , Chants div., 13. — A u consulat de
Toaille, v. Touaille.
Toc, onomatopée. Coup de cloche. •— [Estant] César ilz avoyent reprins la togue. DEROZIERS,
sonné la dicte messe par ung toc a branle de la tr. Dion Cassius, 1. XLVI, ch. 62 (125 r°). —
cloche sorde. E . M E D I C I S , Chron., I, 478 (G., Les Romains... Gent portant togue. D E S M A SURES, tr. Enéide, I, p. 21. — La togue estoit
Compl.).
Toche (?). — Estes vous la, les officiers de la la robbe des Romains qui avoient quelque
pannetrye, de la frutterye, de la boutelerie? moyen. F A U C H E T , Antiq., 1, 7.
(Par analogie). Robe longue. — Panurge
Quand vous ne devriez desrober que ung d e m y
lot de vin ou une toche, vous n'i fauldrez m y e . vestu de sa toge bure. RABELAIS, IV, 2. —
D'autant que nostre prince a surmonté en armes
1500. O. M A I L L A R D , Serm. à Bruges (G.).
Tochez. Angle. •— Coin ou tochez de la rue L'Espaignol, les Anglois et les romains gens1595. Rendages proclam., II, 204 (G., Touchet 1). d'armes, La togue de la France aura le premier
Tocquadille. Sorte d'étoffe. —
Puis m e prix. D E S R O C H E S , Sonnets, 30 r°. — [Le pape]
vestis ung cazacquin de velours gris, tout cou- estant revestu d'une togue ou robbe longue et
vert de petites tresses d'argent à deux petitz blanche. M A R N I X , Differens, 1, n, 10.
Togué. Portant la toge. Gaule toguée (Gallia
doigtz l'une de l'autre, et doublé de tocquadille
togata). — Laquelle estoit... nommée Gaule
d'argent. M O N L U C , 1. III (II, 36).
Tocque. Sorte d'étoffe. —• Pour trois aulnes toguée, pource que... ilz usoyent en leurs habitz
tocque d'argent faulx pour servir à faire colletz de robes romaines et civiles. DEROZIERS, tr.
ausdites effigies et border les dits manteaulx. Dion Cassius, 1. XLVI, ch. 62 (126 r"). — Et leur
Texte de 1547 (Gay, Gloss. archéol). — Unze vindrent en secours deniers et gens d'armes de
la Gaulle toguée. L. XLVIII, ch. 66 (142
17 r"). —
VII
Quant à Plaisance, elle est aussi ancienne, et
TAIGNE, III, 9 (IV, 117).
TOHU VABOHU
— 258 —
gist en la Gaule togee. T H E V E T , Cosmogr., X V I ,
21.
Togé. Porteur de robe longue. — Parlons
après de Pestât d'advocatz... N o m m e z d'aulcuns togez et causidicques. J. B O U C H E T , Ep.
mor., II, v, 16.
Office togué. Office dans lequel on porte la
robe longue. — E t gaignez les lauriers, prix des
victorieux, Exerçant saintement vostre togué
toilettes cirées etfinesc o m m e vessie de pourceau
pour voir clair dans l'eau. T H E V E T , Cosmogr.'
X, 4. — D e quarrez differens la toilette ouvragée
Ressemble à une armée en bataille rangée, Dont
les plus grans, flanquez d'autres petits quarrez
Semblent des bataillons bien flanquez et serrez!
Ane Poésies, VIII, 168. — Il estoit à la cour de
m o n temps, faisant tousjours faire de luy quelque
conte admirable, c o m m e d'avoir changé à l'Hercules tous les velours en futaines, les satins en
office. C H A M P R E P U S , p. 131.
T o h u vabohu. Tohu-bohu, chaos. — Pesle- bouccasins et les tafetas en toilettes. AUBIGNÉ
mesler et confondre toute la machine de l'uni- Lettres de poincts de science, 7 (I, 442). — (Par
vers, pour la réduire à son premier tohu vabohu. comparaison). D e son cueur fut la subtile toilette Tournée en tendre escorce verdelette.
M A R N I X , Differens, 1, iv, 15.
Toict. Du toict en haut (?). — Encores qu'ils M A R O T , tr. Metamorph., 1. I (III, 187). — Toelse fussent si bien despouillez de tout scrupule lettes de chevreau. L E F O U R N I E R , Décor, d'hum
nat., 21 a (G.).
qu'ils ne croyoyent pas grand cas outra ce qu'ils
Toile d'araignée. — N y plus ny moins que
voyoyent, et, c o m m e l'on dit, du toict en haut.
l'araignée Ses petites toillettes tend Et les sottes
K E R Q U I F I N E N , tr. Gelli, Disc. II, p. 57.
Toile. Vous n'aurez pas ma toile, expression mouches y prend. D E S A U T E L S , Repos, p. 39.
Toilette de la veue. Taie sur l'œil. — Propre
proverbiale. — N o n , non, dict-il, allez autre
part vendre voz coquilles, icy vous n'avez trouvé contre les pasmoisons, L a colique et les tranvostre h o m m e , vous parlez trop, vous n'aurez chaisons E t les toilettes de la veue. BELLEAU,
Pierres précieuses, Pierre d'once (II, 240).
pas m a toile. D E S A U T E L S , Mitistoire, ch. 13.
Toilette. Toile servant à recouvrir les objets
Toile. Toile tendue pour enclore les bêtes
sauvages que l'on veut chasser. — [Le roi] dont on se sert pour la parure. — Encor...
monta à cheval pour aller courir un cerf qui es- Qu'elle ait c o m m e un piquier le corselet au dos,
Et tout ce qui de jour la fait voir si doucette
toit enclos dedans ses toilles. Amadis, II, 21. —
Le roy... poursuyvit si longuement un cerf mal L a nuit c o m m e en depost soit de sous la toilette.
mené et eschappé des toilles qu'il le contraignit R É G N I E R , Sat. 9.
Toile dans laquelle on enveloppe des vêteprendre la routte de la haulte forest. III, 8. —
ments ou d'autres objets. Ployer la toilette.
Demetrius se voyant enclos et enfermé de
Emporter des objets volés. — Tout cela est sans
tous costez, c o m m e une beste que lon veult
prendre aux toiles, par nécessité eut recours mettre en ligne de compte un grand nombre
à la force. A M Y O T , Demetrius, 48. — S'il n'estoit de serviteurs et valetz de chambre qui peuvent,
à courir le cerf, il alloit aux toiles, à la vollerie. sçachant nostre infortune, ployer vos toilettes
B R A N T Ô M E , Henry II (III, 277). — (Fig.). Je et empaqueter vos robes et cotillons. Var. hist.,
n'avois... argument plus persuasif envers les V, 327.
Toileux. D e toile. — Chausses... Le dimin.
dames, pour les mettre aux toilles et attirer
Chausson. Toileux, simple, laine. L A PORTE,
au jeu d'amour. R A B E L A I S , III, 34.
(Prononc). — Peur Aller et faire la telle, D e Epith., 78 r°. Voir Toile.
beau lin vous achapterez. Anc. Poésies, 1, 132. Qui fait la toile. — Tisserand ou Tissier. La— Il fault que la telle se tisse Devant que coupper borieux, ourdisseur... toileux. L A P O R T E , Epith.,
on la puisse. D A M E R V A L , Deablerie, 39 b (G., 401 v°.
Toille, Toillette, v. Toile, Toilette.
Compl.). — Quand quelque grande calamité et
Toireau (?). — L a phalarique ait ung fer
deffortune leur venoit, ilz couvraient tous les
murs de teile noire. S E Y S S E L , tr. Diodore, II, pré fiché fort et puissant en manière d'une picque
ou lance entre le toireau et la hance. Tr. Végèce,
51 (82 r°).
(Jeu de mots : à quoy vault toille — à quoy IV, 18 (G.).
Toisage. Action de mesurer à la toise. —
vaut elle). — A propos (dist le moyne) une
femme qui n'est ny belle n y bonne, à quoy Certain prétendu toisaige, brassaige et mesuraige.
vault toille? — A mettre en religion, dist Gar- Texte de 1530 (J. Boulenger, R. É. R., IX, 137).
Toisement. Action de mesurer à la toise. —
gantua. — Voyre, dist le moyne, et à faire des
Led. demandeur... a requis que lesd. toisemens
chemises. R A B E L A I S , I, 52. ,
Toile. Formé ou garni de toile. — Pan ou fussent cassez, revocquez et adnullez. Texte de
Paneau. Long, captieux, environnant, toileux 1522 (J. Boulenger, R. É. R., IX, 135).
ou toile. L A P O R T E , Epith., 299 r°. — Il en a veu Toisonné. Ayant une toison. — Il peut dire...
souvent sur les ondes australes Qui pourtoient D'où vient que Pelephant, d'ire tout forcené,
sur leur dos des grands roues égales, Dont les S'apprivoise à l'abord du bélier toisonné. Du
bras degoutans semblent les bras toilez D'un B A R T A S , 2 e Sem., Magnificence, p. 373.
Toisonneux. Couvert d'une toison. — Voilà
moulin agité par les austres ailez. D u B A R T A S
l re Sem., 5^ J., p . 218. — U n e suite de flots que ce bélier, le guide du troupeau, E n seiche
lun sur l'autre entassez Contre le mast toile tout de frais sa toisonneuse peau. 1583. Tr. Virse rouent courroucez. ID., 2 e Sem., Jonas, p. 398. gile, 18 b (Vaganay, Mots).
Tolérance. Vertu qui consiste à supporter
Toilette. Toile fine. — [Zanthos] est une
très belle petite ville... et là où on fait grand ce qui est pénible physiquement ou moralement.
quantité de ces fines toillettes quon n o m m e — Si est tolérance une vertu par laquelle un
c o m m u n é m e n t de Holande. L E M A I R E , Illustr., fort courage d'homme ne se brise point ou
déchet de sa grandesse pour la difficulté des
i, •' \ K1' 3 0 2 ) - ~~ Ayans prins quelque peu
m a u x apparents. L E M A I R E , Cour. Marg. (IV,
1 air et s'estans fortifiez de boire et de manger
et accoustrez ce qu'ils [les pêcheurs de perles] 128). — Si est tolérance... une vertu par laquelle
mettent devant la face, qui sont c o m m e petites '
—
259
on porte patiemment tous les hurts d'adversité,
de contumelie, de tors faits et d'oultrage violent.
(IV 128-129). — Tolérance est une longue et
volûntaire souffrance de choses hautes et difficiles, pour cause dhonnesteté et dutilité. (IV,
1291 — Quant est de l'empire rommain, il est
par longueur de temps parvenu à ceste grandeur
et excellence... par le sens, par la vertu et par
la patience et tolérance des Rommains. S E Y S SEL, tr. Appien, Proeme. — L'Escriture... loue
les sainctz de tolérance, quand ilz sont tellement
affligez de la dureté de leurs maulx qu'ilz n'en
sont pas rompuz pour deffaillir. C A L V I N , Instit.,
XVII, p. 808. — Je n'ay guère d'art... pour
dresser et conduire par prudence les choses à
mon poinct. J'ay encore moins de tolérance pour
supporter le soing aspre et pénible qu'il faut
—
TOLLIR
œil? L E M A I R E , Couplets de la Valitude (III, 93).
— L'un fait languir, l'autre nous toit le vivre.
ID., 1er Conte de Cupido (III, 41). — Mal acquiert
biens qui à autruy les toult. G R I N G O R E , Espoir
de paix (1, 176). — Adoron doncq' l'enfant trèstous ensemble, L'aigneau qui toult tous les péchez du monde. A N E A U , Chant natal. — Si tu
tollis de Venus la pratique, Certeinement la
forest est rustique. F O N T A I N E , tr. Ovide, Ep. 4,
p. 76. — Si tu tollis oysiveté, sans doubte,
L'arc de l'Amour perd sa puissance toute. ID.,
tr. Remèdes d'amour, p. 367. — C'est n o m de
grant amytié et doulceur qui tollit hayne et
amollit le cueur. C H A N G Y , tr. Instit., II, 11. —
Quelque petite pluye survient, laquelle nous
le tollist et abat. R A B E L A I S , IV, 44. — La raison...
ne tollit pas du tout entièrement la puissance
à cela. M O N T A I G N E , II, 17 (III, 36).
de perdre et de corrompre. A M Y O T , Isis et
Tolérant. Celui qui supporte avec courage Osiris, 55. — La providence de Dieu ne tollit
la peine, le malheur. — Adonc s'assit Ulysse, Le point des choses ny ne destruict les cas et la
fort, le tolérant, le sage, l'attrempé. S. C E R T O N , fortune. C H A R R O N , Disc, chrest., I, 9. — N e
tr. Odyssée, p. 540 (G., Compl.).
tollissez vous pas ce qui semble et qui paroist
Tollache (ital.). Sorte de bouclier. — Il leur à tout le monde...? A M Y O T , Contre Colotes, 27. —
semble bien que leur bouche soit fort vaillante, Ceux qui ostent et tollissent la divination et
quand elle prononce ce brave mot rondache. —
qui disent qu'il n'y a point de gouvernement
Encore plus quand elle prononce tollache : de providence divine. Ib., 27. — Les dieux...
duquel ils usent aussi en la mesme signification. nous donnent leurs biens. — Souvent ils les
ESTIENNE, Dialogues, I, 353. — A la teste mar- tollissent. G A R N I E R , Marc Antoine, 1521.
choit le tambour majour, tenant son baston
Imparfait. — Quand il se trouvoit un h o m m e
rouge; puis le goujat dudict sieur lieutenant, riche qui ne faisoit aucun bien de sa richesse,
portant la cuirasse et toulache d'icelle, et en la il luy tollissoit pour la distribuer aux pauvres.
teste le casque. Grands Pardons d'Annecy (dans T H E V E T , Cosmogr., X , 1. — Par leur vol ilz
Fr. de Sales, X V , 401).
tollissoient la clarté du soleil aux terres subTollart. Bourreau. — Hors du massis je jacentes. R A B E L A I S , IV, Anc. Prol.
fusse en saulve garde D e ce tollart qui est si
Passé défini. — Tu la tolluz, la romaine
dangereux. Anc. Poésies, I, 312. —• Bourreau. baniere. ID., I, 2. — [Les Lombards] dominèrent
Impitoyable... maupiteux, rébarbatif, inexo- depuis en Italie par lespace de deux cens ans
rable, tollart : ce mot venant du verbe tollo, parce
et plus, jusques au temps de Charlemaigne, qui
qu'il oste la vie aux hommes. L A P O R T E , Epith., leur en tolut la domination. L E M A I R E , Illustr.,
55 v°.
I, 10. — L'exercice de la râtelle luy tollut toute
Tollenon (tolleno, sorte de machine derespiration. R A B E L A I S , IV, 17. — Vous estes
guerre). — Tollenon estoit ung engin faict avec mort, et si laisserez la damoyselle que vous m e
ung tref hault et long fiché en terre, au chief tollustes. Amadis, I, 13. — Castor et Pollux...
et summité duquel ung aultre tref plus long tollurent la veue audit poète Stesichorus. L E estoit noé et conjoinct ensemble, si c o m m e
M A I R E , Illustr., II, 24. — Les Carthaginois
enlacé du travers par dimension et juste mesure feirent une si grosse armée par mer quilz leur
du meillieu, branslant si c o m m e le librement tollurent le navigage. S E Y S S E L , tr. Appien,
d'une balance, du quel chascun des boutz se
Guerre Lib., ch. 1. — Il [Clovis] print Regnacapouvoit avaller a chaînes et cordes. Tr. Végèce, rus... et luy tollit la cité, ensemble la vie. ID.,
IV, 21 (G.).
Hist. de Louys XII, p. 26. — L'exercice de la
Tôlier (tollere). Enlever. — Ainsi c o m m e faitrâtelle luy tollit toute respiration, et subitement
la louange Qui scet bien tôlier et embler. Anc. mourut. G. B O U C H E T , 28 e Seree (IV, 230).
Poésies, IX, 126 n.
Futur et conditionnel. —
Car ces piteux
Tolleration (toleratio). Action de supporter.alarmes L a nous touîdront en brief. L E M A I R E ,
— Par bonne tolleration. Therence en fr., 367 c
Cour. Marg. (IV, 38). — Dieu leur donne un
(G.). — Par fatigations de labeurs et tolleration roy qui leur prendra et tollira par force. L A
de mauls. FOSSETIER, Cron. Marg., 204 r° (G.). G R I S E , tr. Guevara, I, 29. — Il le fera par malTolleur. Celui qui enlève. — Si durement heur embucher Qui tollira corps, biens et reme tourmente malheur Que je faitz perte de n o m m é e . J. B O U C H E T , Ep. mor., II, m , 5. —
sang et de coulleur Et de m a force est mar- La joye qui toust succéderait luy tolliroit tout
risson tolleur. M . d'AMBOiSE, Complainctes, cest ennuy. R A B E L A I S , I, 6.
» v°. — Car accident de m a santé tolleur... M e
Impératif. — Vous, en qui la vertu git vive,
nst oster par ung meschant malheur Ce j aulne Tollissez le fceminin pleur. L. de L A P O R T E ,
onguent ou gisoit m a valeur. Ib., A Georges tr. Horace, Epodes, 16.
dAmboise (73 r»). — O m o y heureulx quaSubjonctif présent. — C'est tout ung qui toile
Ve
u*+ eS Ces Couleurs, Dieulx syderez, eussiez
ou donne. Anc. Poésies, V, 287. — C'est vertu
esté tolleurs, Ainsi que délie avez esté volleurs, qui sçait dominer Sans qu'aucun luy toile ou
Ue ma vie dure. ID., Complainctes, 131 v°.
luy donne. VII, 281. — Si un vassal perd ou
ToUir. Enlever, ôter, prendre, faire dispa- qu'on luy tollisse aucune chose, le prince qu'il
raître (Formes). Indicatif présent. — Nous as tusert luy faict rendre. L A G R I S E , tr. Guevara,
tant haïs Que tu nous tolz à chascun son autre I, 20.
Infinitif. — Mais par toy se prenent à touldre
Et embler, et font feu et fouldre. Anc. Poésies,
IV, 116. — Grant follye faict que biens d'aul-
TOLNAIRE
—
260
—
e
truy veult touldre. II, 256. — Le bon renom l'air. B E L L E A U , Berg., 2 /., Larmes sur René de
à peine on peult tollir. G R I N G O R E , Folles Entre- Lorraine (II, 72).
prises, 1,140. — Dieu... ne veult tollir à lhomme T o m b e . Sorte de pierre. — 18 demyes tumbes
son franc arbitre. L E M A I R E , Illustr., I, 25. — et 14 quartiers pour l'œuvre des piles du pont.
H a faulce mort... tant tu m e es oultrageuse de
Compt. de 1544-1545. Arch. Nevers (G.). —
m e tollir celle à laquelle immortalité apparte- Pour 50 grandes pierres eppelees tombes a
noit de droict. R A B E L A I S , II, 3. — Nature... mettre sur les piles. Compt. de 1554-1555. Arch.
nous fournist de chandelle, c'est la claire et Nevers (G.).
joyeuse lumière du soleil. A u soir elle commence
T o m b e a u . O n emploie encore l'ancienne forme
nous la tollir. III, 15. — Fortune peult, et en tombel. — Si sèmeront des branches verdelettes
toute saison, Tollir le bien qu'elle vous a donné. Sur m o n tumbel, etfleurset violettes. LEMAIRE,
M . d'AMBOisE, tr. Fregoso, Ris, ch. 13. — Com- Amant verd (III, 12). — Souz ce tumbel, qui
ment peuvent ilz avoir recours à la miséricorde est un dur conclave, Git l'amant verd. (III, 16).
des dieux, veu qu'ilz sont venuz en intention — Sa statue ou représentation estant dessus
de leur tollir les honneurs dont ilz sont servyz son tumbel en ladite église de saint Denis. In.,
en ce pays? A M Y O T , tr. Diodore, XIII, 10. — Illustr., III, 3 (II, 451). — Aussi fauldra paindre
Qui nous doit grandement consoler et tollir toute sur ce tombel L'antique histoire au beau Luoccasion de lamenter. P A R É , X X I V , 53.
ciabel. M A R O T , Epitaphes, 10.
Participe présent. — Autre propos ne nous Tombeau. Écrit en l'honneur d'un mort. —
fut loisible avec eux tenir, le tourbillon premier J'ay veu au trésor des titres de nostre maison
nous tollissant liberté de timon. R A B E L A I S , un tumbeau faict de luy de ce temps, assez bien
V, 17. — C'estoit induire les gens à un athéisme, faict pour lors, en ryme. B R A N T Ô M E , M. de Neen leur permettant de ne fréquenter les églises mours, Gaston de Foix (III, 20). — Plusieurs
catholiques, et neantmoins leurs tollissant l'exer- composarent plusieurs beaux tumbeaux à son
cice de leur religion. P A S Q U I E R , Lettres, IV, 13. — honneur. ID., M. de Guise (IV, 261). — 11 en
Ainsi qu'on voit souvent que les dieux ennemis, fut faict un tumbeau en prose latine. ID., CouTollissant le bon-heur, tollissent les amis. G A R - ronnels (VI, 33). — Si vous eussiez eu ceste honoNIER, Troade, 2638. — Il peut nuire aux hommes.. rable fin, je vous eusse donné un tombeau en
en leur propre vie, la leur tollissant. L E L O Y E R , stile de Sainct Innocent. A U B I G N É , Sa Vie (1,27).
Spectres, IV, 15.
Tombeaul. Service funèbre. — U n g anniverParticipe passé. — Il fut ravy de son siège saire solennel de pain et vin avec le tumbeau!
et tollu C o m m e il chantoit la sainte letanie. a haulte voix et aultres suffraiges et solennitez
G R I N G O R E , Espoir de paix (I, 179). — H a , maie accoustumez. Testam. du 18 août 1588. Arch.
mort, nous as tu tollu le plus parfaict des hommes. Autun (G., Compl.).
R A B E L A I S , II, 30. — Quantes victoires ont esté
T o m b e l , v. Tombeau.
tollues des mains des vaincqueurs par les vainTombelesee. Charge d'un tombereau. —
cuz. I, 43. — O n m'a tollu tout ce qui se peut Il fallut emmener la boue et lymon, ensemble
prendre. M A R O T , Epistres, 56. — Tous législa- le feurre et paille, a charetee, cheriee et tombeteurs ont es enfans ceste liberté tollue. R A B E - lezee. H A T O N , Mém., II, 614 (G.). — Ceux
LAIS, III, 48. — Mais qui à l'une donra gloire
qui veirent la dite gresle affirmoient en avoir
Des deus s'er ira mal voulu, Leur honneur leur veu... en une si grande abondance qu'on la
ayant tolu. BAÏF, Devis des Dieux, I (IV, 142). — pouvoit bien amasser a la pelé par monceaux
Puissance... qui n'estoit encores tollue aux pères pour charger a la tombelesee. II, 906 (G.).
du temps de l'empereur Auguste. P A S Q U I E R ,
Tombelette, dimin. de tombelle. — La
Lettres, X I X , 13. — Les Rochelois se vantoient tombelette. Compte de 1604. Guise (G.).
aussi que leurs prédécesseurs avoient tiltre d'adTombelle. Monticule. — Séant a la haulte
mirauté : toutefois il leur fut tolli avec grande bonne que l'on dict les tombelles. 1625. Béthune
confusion. T H E V E T , Cosmogr., XV, 21. — Ceste
(G.).
coustume... fut totalement tollie et abrogée
T o m b e m e n t . Chute. — E n cest eage se firent
par S. Trophime. T A I L L E P I E D , Estât des anc. l'institution du gendre humain et le tombement.
Franc., p. 64 (G.). — Si n'a esté tollie la puissance F O S S E T I E R , Cron. Marg., 31 r° (G.). — Le tomqu'a le mary sur sa femme. C H O L I È R E S , Guerre bement des foeilles et des plumes. Ib., VIII,
des masl. contre les fem., 27 r° (G.).
iv, 27 (G.). — Grans tombemens de montaigne
Tolnaire. Celui qui perçoit l'impôt du
en ruyne. L E M A I R E , Amant verd (III, 20). —
tonlieu. — O u trouverons nous office qui plus Le dit an M D X X V tomba le voultement de
requierre h o m m e subtil et malicieux que a l'église Saint Laurent du Puy, par lequel tomgouverner un tonlieu? Tel office requiert un bement furent rompus, dilacerés et gastés les
h o m m e qui sache obvier aux frauldes des mar- chaffaux et estaiges appointés et dressés pour
chands qui mettent toute leur estudie à le dé- faire de nouveau icelluy voultement. Et. de
cevoir, pour affranchir leur marchandise, et le M É D I C I S , Chron., I, 301 (G.).
tonnelaire d'autre part met peine à leur tollir
T o m b e r (trans.). Faire tomber, renverser. —du leur. Toison d'or, II, fol. 205 (La Curne). — Vif fust encor, se ne fust ung caterre Qui trop
Matthieu Ghys, tolnaire d'Hazebrouck. 1549. soubdain l'a tombé jusqu'à terre. Anc. Poésies,
Ch. des comptes. Lille (G., Tolenaire).
XIII, 406. — Le veneur... luy présente [au sanTolopan. Turban. — Esplandian... advisa...
glier] Pespieu et l'enferré en le tumbant sur
deux viellardz vestuz à la turcque de caphetans l'herbe. Amadis, IV, 2. — Bruneo... le tyra si
et tolopans en leurs testes. Amadis, V, i. —
fort à soy qu'il le tumba bas. IV, 27. — Ce que
1549. U n accoustrement de linge blanc qu'ilz voyant les deux chevaliers, entrans pesle mesle,
n o m m e n t tolopans, que ordinairement les Turcs en tombèrent quatre ou cinq d'arrivée, contraiet Mores portent sur leur teste. Ant. R E G N A U T , gnans les derniers à tourner visaige. V, 29. -Disc, du voy. d'outremer, p. 15 (Gay, Gloss. arLe seigneur Antoine... donne à la visière du
chéol). — (Dans un combat naval). O n voit
voiler Testes et tolopans, bras et jambes en
— 261 —
TONDRE
seigneur Philippes de telle puissance qu'il luy tombeau? POITEVIN, Epigr. (à la suite de La
traverse la teste de l'autre part, et le tombe
Peruse, Poes.) (G.).
mort par terre. Comptes... adventureux, 18 (I,
Tome signifie section de livre, et est prins
102). — Les aquilons mutins, soufflans horribleaussi pour les œuvres qui par leur grosseur et
ment, Tombent le chesne vieux. D E S P O R T E S ,
superbe inscription promettent plus qu'ils ne
Hippolyte, 51. — Il n'a pas l'Italie en poste
contiennent. L A P O R T E , Epith., 403 r°.
traversé Sur un cheval poussif, suant et harassé,
T o m e u x . Divisé en tomes. — Livre. Elabouré...
Qui a cent fois tombé son maistre par la course.
sçavant, tomeux. L A P O R T E , Epith., 243 r° et
R O N S A R D , BOC royal, 1 ™ part. (III, 203). —
Une si grande tempeste... qui tomba par terre v°.
toutes les maisons prochaines. P A R É , I X , Disc. 2.Tom-potom-pom, onomatopée. — Ce n'est
— Le chrestien n'eut sitost achevé son dire que de nostre temps la trompette barbare Qui sonne,
le grand pontife, enrageant de despit, luy donna entonne et tonne un fararan fanfare, Ni le tomsur la joue tel soufflet qu'il le tomba à la ren- potom-pom d'un tabourin bâtant. L A P U I A D E ,
Christiade (S. Ratel, R. S. S., XII, 21).
verse. Var. hist., III, 213.
Tonace. Tonne? — Cy gist frère Jean BoniVerser. — J'ay ploré... et du cœur et des
yeux... avec des larmes aussi chaudes que j'en face, Villain de faict, sang, corps et face Myeulx
tombay jamais. D u V A I R , Actions et Traictez resemblant une tonace Que le roy n'est noble
de race. G. C O L I N , 273.
orat., Exhort. à la paix, p. 101.
Tomber de Veau. Uriner. — Ce fust retiré Tondailles. Tonte. — Ung millier d'espingles
en sa court pour tumber de l'eau. V E R S O R I S , pour donner aux bergieres de la mestaierie de
Liv. de raison, 1519-1530 (G.). — L'empereur Bourdaiseau durant tondailles. Compt. de l'HosMaximilian... se desroboit pour tomber de l'eau. tel-Dieu de Bourges. 1500-1501 (G.). — Aristophane es Oiseaux dit que quand le milan appaM O N T A I G N E , I, 3 (I, 19). — Il est bon de tomber
roist, la saison contraire a l'automne est prochaine
souvent de Peau. II, 37 (III, 223).
Qui est tombé à qqn. Que qqn a laissé tomber. et que celle des tondailles arrive. M O N T L Y A R D ,
— Qu'est ce que je voy là au chemin? — C'est tr. Hierogl, XVII, 37 (G.).
Repas à l'occasion de la tonte. — E n fiançailles,
ung paquet de lettres qui est tumbé à quelc'un.
espousailles,
velenailles, tondailles. R A B E L A I S ,
D E S PÉRIERS, Cymbalum, Dial. 4 (I, 375).
Se tomber. Tomber. — Les cyments se dé- V, 16.
Tondeur. Tondeur de nappes, v. Nappe.
mentent... les paroids se tombent, ou le boys
Tondisse. Tontisse, provenant de la tonture
s'affoiblist. L A G R I S E , tr. Guevara, I, 41. —
du drap. — Est deffendu aux dicts tondeurs
Ces trois les combatoient si brusquement que
de embourrer et sophistiquer aucuns draps et
les deux chevaliers se tombèrent au plus grand
danger ou ilz se trouvèrent oncques. Amadis, d'y mettre bourre tondisse. Statuts de Bordeaux,
p. 263 (G.).
V, 29.
Tondre. (Express, proverb.). Je veux que
Tomber (subst.). — A u tomber il sembla
donner tel coup c o m m e fait un grand chesne l'on me tonde [en signe de déshonneur]. — E n
en la forest, qui par le soufflement impétueux faict d'amours Beau Parler n'a plus lieu, Car
des vents, ou dun grand orage est abatu. L E - sans argent vous parlez en hebrieu, Et fussiezMAIRE, Illustr., I, 42. —• Et l'estonna de sortevous le plus beau filz du monde, Se ne foncez,
Que le tomber d'une enclume bien forte Seroit je veulx que Pon m e tonde Si vous mectez vostre
legier au prix de ce coup là. R O N S A R D , Fran- pied en l'estrieu. C O L L E R Y E , Rondeaux, 22. —
ciade, II (III, 77). — Les meschans tremble- S'il est ainsy, que l'on m e tonde. M A R O T , Grup
ront A u tomber d'une feuille. C H A S S I G N E T , (Guiffrey, II, 477). — S'elP ne fait rendre les
abbois A monsieur, je veux qu'on m e tonde :
Mespris, sonn. 205.
(Forme). Futur. — Ainsi tombra dessoubs Il n'y a f e m m e en tout le monde Qui se fasche
sa large espée Meint corps, meint bras, meinte plus aigrement. B E L L E A U , Reconnue, I, 4. — D e
teste coupée. R O N S A R D , Prophétie de Cassandre la est venue ceste façon de parler qu'on oit
encores aujourd'huy, Si je fay cela, qu'on m e
(Laumonier, R. S. S., IV, 138).
Tombereau. Traîneau. — Celuy qui vers le tonde : pource qu'estre tondu, c'estet un grand
nord chasse de lande en lande Des martres au deshonneur. E S T I E N N E , Dialogues, I, 255. —
doux poil de Norvège et Finlande, O u qui Quand en nostre jeunesse nous usions du mot
roule sans peur ses glissans tombereaux Sur le de tondre pour peine, disans que nous voulions
dos nonflottantdes islandoises eaux. D u B A R - estre tonduz si ce que nous disions n'estoit
vray, cela ne nous enseignoit-il pas qu'ancienneTAS, 1« Sem., 4e J., p. 205.
(Prononc. : tombreau). •— Quand dedans un ment le tondre tournoit entre les nostres à
tombreau tout emplastré d'ordure Nostre place deshonneur? P A S Q U I E R , Rech., VIII, 7. — D u
Maubert sera ta sépulture. R O N S A R D , Response proverbe : je veux qu'on me tonde, dont usèrent
anciennement nos pères et ayeuls, pour signifier
a quelque ministre (V, 405).
une peine. VIII, 9 (titre).
Tomberee. Charge d'un tombereau.
—
Tondre. Débouter. — Nous encourons paHuict tomberees de terrier. 1556. Compt. de
reille censure que le moindre advocat du Palais
Diane de Poitiers, p. 159 (G.).
(car un advocat du roy estant tondu de ses
Tomberellier. Conducteur de tombereau. —
conclusions en une audience, ce ne luy est, à
v«9t/lers' t - ombereUiers o u voicturiers. Texte de
m o n jugement, moins de honte qu'à l'autre,
Tombier. Celui qui fait des tombes. — Et
comme les tombiers qui le marbre polissent, quand sa partie est condamnée en l'amande
rour 1 unir et nettir, paravant le salissent D e du fol appel). ID., Lettres, XIII, 2.
Estre tondu. Échouer. — Lui et tous ceux qui
n ?t\ n ° l r mortier - B A Ï F > Francine, 1. IV
U, 260). — Tombier, tu penses donc, remer- débattirent ce temporisement furent tondus,
cnant cette pierre, Graver tout un Peruze aveque pour user du terme de ce temps. A U B I G N É , Hist.
wn ciseau? Di moi, comment l'aurait un si petit univ., XII, 13.
17*
VU
TONDRIE
2i
Estre tondu de. Échouer dans. — Nous usons combattre en barrière. Texte de 1562 (Gay,
Gloss. archéol).
encores d'une autre signification de ce mot
de tondre contre celuy qui a perdu sa brigue, ou Tonnelette. Tonnelet, petit tonneau. —
est descheu de son entreprise, quand nous di- Garde ledict fruict confit en des tonnelettes a
sons qu'il a esté tondu de sa brigue ou de son
ce propices, car il est bon et savoureux. Secrets
d'Alexis, p. 173 (G.).
entreprise. PASQUIER, Rech., VIII, 9.
(Formes). Futur. — Vous fonderez comme
Tonnelle. Tonneau. — Met bled en grange
au mouton la laine Le narcissus, aussi la mar- et le vin en tonnelle. J. PARMENTIER, Merv. de
jolaine. C O T E R E A U , tr. Columelle, L X, p. 517.— Dieu (G.). — Firent combler leurs murs de tonNon ces caffars porteurs de reliquaires Qui fon- nelles empliz de cailloux. M E N A R D , Hist. de
deront voz brebis jusqu'au sang. J- B O U C H E T , Duguesclin, p. 444 (G.).
Ep. mor., I, 1.
Conduit, canal. — Nicollas Beauvoer... fut
Tondrie. Tonte. — Quant il fut venu a la lymittey et auctorisey... de faire faire et rediffyer
tondrie des pasteurs. L E F E V R E , Bible, Rois, IV,la tonnelle d'Orgueiell. 1551. Ord. de Guernesey
10 (G.).
(G.).
Tondure. Tonte. —• Tes dents sont troupeaux
Sorte d'engin pour prendre les perdrix, les
de moutons, Moutons qui après la tondure S'en
alouettes. — Les perdris nous mangeront les
viennent lavez de l'eau pure. BAÏF, Mimes, 1. III aureilles mesouan. Je ne prens poinct de plaisir
(V, 179).
à la tonnelle. Car je y morfonds. RABELAIS, I, 39,
Poil que l'on tond sur le drap. — Prend — (Fig.). Us...firentle chemin jusques à Orton dures de drap de belle couleur. Secrets d'Alexis,
léans ayant tousjours derrière et aux costez trois
p. 775 (G.).
ou quatre cens chevaux du mareschal de Thermes,
Toneur, v. Tonneur.
qui se tenoient assez loing d'eux pour ne les
Tonicque. De tension élastique. — Ceulx effrayer, assez près, pour les pousser en la tonqui gardent quelque chose en leurs mains, ilz nelle. A U B I G N É , Hist. univ., II, 21.
(Prononc). — Là, la vigne plantureuse..,
monstrent une action fort tonicque. Car leurs
doigtz demeurent souventesfois exactement fle- Départ ombres amassées Aus tounelles enlaschys environ ung petit corps, comme or, ou sees. V A U Q U E L I N , Foresteries, 1,10.
Tonnement. Tonnerre. — Luy estonné de
pierre, ou quelque pièce de monnoye. C A N A P P E ,
plus fort à cause des tremblemens de terre, des
Mouv. des muscles, p. 60 (G., Compl.).
Tonine, Tonnarre, v. Thonine, Tonnoirre. fouldres et tonnemens du ciel et esclers, ouyt
Tonne. Tonnelle. — Le chaud nous contraint ung grand clamour. G. M I C H E L , tr. Suétone, VI,
retourner Enclorre à la maison jusqu'à l'apres 216 v°.
Cri du butor. — Le tonnement du butor, le
disner, Que nous cerchons le frais d'une ombrajargon
du pyvert, le caquet de la pie. LEMAIRE,
geuse tonne Soubs laquelle jamais le soleil ne
rayonne. B R A C H , Voy. en Gascongne, var. — Illustr., 1,22.
Langage bruyant et vain. — C'est tout de
Dericheslabyrinthes dresse on avec des espaliers... Ainsi qu'un ingénieusement composé de faire bonne mine : C'est tout monstrer l'ame
cerisiers se void au jardin de M. le connestable divine Par un eshonté tonnement, Haut sonnant
à Aies, joignant une très-belle tonne de meuriers ses vaines paroles, Se vantant danser aux
caroles Des Muses plein d'estonnement. BAÏF,
blancs. S E R R E S , VI, 20.
Mimes, 1. III (V, 162).
Tonnelle, sorte d'engin pour prendre les perTonner, (intrans.). On n'eust pas ouy Dieu
drix, les alouettes. — C o m m e la perdris est
menée en la tonne et la biche au las. L E F E V R E , tonner, on n'eust pas ouy tonner, expressions
proverbiales signifiant qu'il se faisait un grand
Bible, Eccles., 11 (G.). — (Fig.). Le serpent dont
la voix piperesse Nous tire dans les rets d'une bruit. — La gendarmerie de la Seigneurie, qui
tonne traistresse. D u B A R T A S , 2 e Sem., Imposture, à leur esle avoient ceste troppe de gens de pied...
faisoient tel bruit qu'on n'eust pas ouy Dieu
p. 63.
Tonneau (?). — L'envie qu'il avoit de mas- tonner. L O Y A L SERVITEUR, ch. 40. — L'air est
sacrer Gaioffe n'estoit point tant pour se ven- si plein et de flamme et de bruit Que l'on n'eust
ger de ce qu'il avoit esté arresté prisonnier par peu entendre Dieu tonner. L A BORDERIE, Voy.
sa fraude que parce qu'il estoit un mauvais de Constantinople (Bourrilly, R. É. R., IX, 190).
tonneau pour les bons citoyens. A N O N . , tr. — Lors fut le camp si esmeu que l'on n'eust pas
ouy Dieu tonner pour le bruyt des trompettes
Folengo, 1. XI (I, 307).
et tabourins. Amadis, IV, 14. — Lors peult on
Tonnebri, v. Tenebri.
Tonneler. Prendre à la tonnelle. — (Fig.). entendre les trompettes d'une part et d'aultre
Les uns l'appelloient tonneleur, parce que, comme et le bruyt si grand que l'on n'eust pas ouy Dieu
fait un tonneleur avec sa tonnelle aux perdrix, tonner. IV, 18. — Les hommes se prindrent si
il les avoit tous avec sa parolle tonnelez et amas- fort à rire que l'on n'eust pas ouy Dieu tonner.
LARIVEY, tr. Straparole, XI, 2. — Il n'y avoit
sez pour les faire tous mourir. B R A N T Ô M E , Maquasi h o m m e qui ne tremblast de l'ouyr parler
reschal de Biron (V, 131).
avec
une si grosse, hideuse et espouventable
Tonnelet. Partie de l'armure attachée au
bas de la cuirasse. — Le septième prys estoit voix que vous n'eussiez pas quasi ouy tonner.
pour les mieux combatans à pied, à la barrière, T H E V E T , Cosmogr., X X I , 8. — D'autre part
armez de tonnelets, descuz et demy lances à dans le bois le grand bruit continue Des trompes,
fer esmoulu. L E M A I R E , Illustr., I, 40. — Ferontde la voix de bien loing entendue, Qui doublant
lesdits maistres armuriers et heaulmiers toutes par le fort pour le loup estonner, Fait qu'on ne
sortes de harnoys pour armer l'homme... har- pourroit pas entendre Dieu tonner. GAUCHET,
Chasse du loup, p. 161. — Vous n'eussiez pas
noys de jouste et tonnelet servans à courrir
ouy
Dieu tonner, tant elles estoient acharnées a
en lice, autre harnoys tonnelet servant pour
ceste querelle. PASQUIER, Lettres, XXII, 4.
Plus que s'il eust tonné, express, proverb. -Incontinent qui fut bien estonné? Ce fut Marot,
.3 —
plus que s'il eust tonné. M A R O T , Epistres, 26. —
Je croy que, s'il avoit tonné Je ne seroy plus
estonnée. G O D A R D , Desguisez, IV, 1.
Tonner se dit du cri du butor. — J'oy d'autre
part le pyvert jargonner, Siffler l'escouflle et le
butter tonner. M A R O T , Eglogue au Roy (I, 45).
(Trans.). Faire retentir. — (Fig.). Que n'ay-je
encor la voix qui plus hault tonne Le bruit de
ceux qui d'un cœur indonté, Pour maintenir
la grecque liberté, Firent rougir les champs de
Marathonne I D u B E L L A Y , Sonnets div., 52 (H. C ,
II, 296).
Chanter, célébrer. — Sus, m a musette, entonnez Le rapt fait de Proserpine, Mais premièrement tonnez Des grans geans la ruine. F O N TAINE, Raviss* de Proserpine.
Tonné. Frappé c o m m e par la foudre. —
Sainct Mort, voicy dure passion. Par sainct
Copin, je suis tonné. Anc. Théâtre, II, 108.
Tonnerreusement. A la manière du tonnerre. — De son n o m redouté le seul mortier
empoite Tonnerreusement fort barreaux, verroux et porte. D u B A R T A S , 2 e Sem., Trophées,
p. 356 bis.
Tonnerreux. D u tonnerre, de la foudre. —
Par l'éclat tonnerreux U n e fente de feu brillant
brisée en deux Toute la nue espard d'une éclairante flamme. 1583. Tr. Virgile, 235 (Vaganay,
Mots).
Semblable au tonnerre, à la foudre ; frappant
comme le tonnerre, c o m m e la foudre. R I V A U DEAU, Aman, I, p. 65. — Tousjours les vens d'une
ame tonnerreuse Soufflent des m o n s la cime
courageuse. P. 72. — Le boulet... Broyera,
tonnerreux, les rochers m e s m e en poudre. D u
TONSURE
feu et esclatz de canon... et fut contrainte ladicte dame atendre de loing la fin de ceste tonnoire. Anc. Poésies, X I , 249.
T o n s (nudz c o m m e ) . — Et les paieront de
leur service ou gages E n gros procès, faulx rappors et langages, O u a grans coups de poings et
de bastons Les chasseront aussi nudz c o m m e
tons. J. B O U C H E T , Ep. mor., I, 12.
Tonseau. Peau garnie de sa laine. — Les
peaulx a laine et tonseaulx des moutons tués
en le boucherie de l'église. Texte de 1516 (G.).
Tonser. Tondre. — E n ceste dicte ysle, les
vaches n'ont point de cornes ne de queue...
et sont tonsées deux fois l'an, et de la laine
qu'elles portent on en fait ces draps de veloux
blanc. Var. hist., V, 163. — Il le tonsa [un cheval]
et si le mist tout nu. B O U R D I G N É , Faifeu, ch. 15.
— Jay tonsê m a teste mayntenant que lesté
est venu. P A L S G R A V E , p. 645.
Tonseure, v. Tonsure.
Tonsilles (tonsillae). Amygdales. — A la
racine de la langue, les tonsiles ou amygdales.
P A R É , I, 17. — Les tonsilles ou amygdales, lesquelles font la salive pour humecter toute la
bouche. Ib.
Maladie des amygdales. —• Il [l'aloès] proufite
aux tonsilles et inflammations des glandes.
G U E R O U L T , tr. Fuchs, 49 (G., Compl.). — L'ambre
pendu au col des petits enfans en forme de collier les pouvoit guérir de la squinance, des
tonsiles et de toutes fluxions. G. B O U C H E T ,
4 e Seree (I, 140).
Tonsural. D e la tonsure. — Il fut désarçonné
d'un beau coup de lance par ce maistre evesque
quoi que esmolu tout frais, et à peine sorti de la
BARTAS, 2 e Sem., Colomnes, p. 271. —
D'un
coque tonsurale. M A R N I X , Differens, I, n, 8.
canon la tonnerreuse boule, Battant un pan de
Tonsure. Tonte. — L a première tonseure
mur, le proche pan escroule. ID., Décadence, de la brebis. Jard. de santé, II, 28 (G.).
p. 524. — Le duc non autrement d'une voix
Laine provenant de la tonte. — D e voz ouailles,
tonnerreuse... V a deslogeant Passur du plus haut moutons et brebis prenez une fois lan la laine
du rampart. P. 528. — Qui fait son heaume et la tonsure, dont on fait la fine draperie. L E bruire Aux dangereux hazards d'un assaut M A I R E , Illustr., I, 22. — Il leur rescript que
tonnereux. M A T T H I E U , Clytemnestre, IV, p. 52. loffice du bon pasteur estoit tondre les brebis
Tonnette, dimin. de tonne. — Pour la des- et prendre les tonsures, non pas leur arracher
serte luy servent quatre tonnettes de p o m m e s la peau. G. M I C H E L , tr. Suétone, III, 112 v°. —
cuyttes. Grandes Cronicques, p. 38.
Je prendray une toison, c'est à sçavoir une tonTonneur. Celui qui tonne. — O ! ne sembloit-il sure de mouton ou de brebis, et l'estendray
pas de la teste et des yeux Le toneur fouldroyant sur la plate terre. Fr. de S A L E S , Serm. rec, 41
et le père des dieux? Anc. Poésies, IV, 300. — (IX, 454).
.
(
(Fig.). Lors mon esprit... V a méditer combien
(Au sens ecclésiastique). Bénéfice a simple
est grant ton heur, Qui de sçavoir est ung bruyant tonsure. Bénéfice pouvant être obtenu par un
tonneur. J. B O U C H E T , Ep. famil, 21.
h o m m e simplement tonsuré. — Il pouvoit conTonnin. Thon. — Leur principal profit et re- férer les bénéfices à simple tonsure vaquans de
venu vient de faire du sel et de prendre des faict ou de droict. P A S Q U I E R , Rech., III, 37. —
tonnins. O R T E L I U S , Miroir du monde, 22 v° (G.). D e cette ancienne coustume vient qu'encores
Tonnoirre, Tonnarre. Tonnerre. — Vulcan, aujourd'huy nous disons qu'une chanoinie est
le fevre des dieux, qui forge les foudres et ton- un bénéfice à simple tonsure. III, 38.
noirres de Jupiter. L E M A I R E , Illustr., II, Pro- A simple tonsure. (Fig.). D e rang inférieur.—
logue. — Faire à son commandement... trem- Les marmitons de Olcam à simple tonsure. R A bler le ciel de tonnoires. C A L V I N , Instit., I, p. 11.BELAIS, II, 7. — F. à simple tonsure. III, 38. —
— Du tonnoirre des escoupettes et canons. O n dit d'un petit gentilhomme, et qui ha bien
RABELAIS, III, 23. — La fouldre, l'esclair... peu de moyen, C'est un hobreau. C o m m e il m e
le tonnoirre, la tempeste. III, 28. — Et ne voioyt souvient avoir ouy dire, par une autre sorte de
on autour que feu, flambe et fumée, avecques métaphore, C'est un gentilhomme à simple
tonnoires horrificques de telle canonnerie. ID., tonsure. E S T I E N N E , Preceilence, p. 128. — Si
Sciomaehie (III, 405). — Y eut des tonnoirresla f e m m e d'un grand seigneur porte quelque
horribles, des vents impétueux, orages et tem- habillement selon son rang et grandeur, une
pestes. A M Y O T , Romulus, 27. — Le père alors qui damoiselle à simple tonsure et de bas alloy,
toute puissance a D u haut du ciel par trois fois par faulte de se mesurer, en voudra faire autant.
«ança Son clair tonnarre. D E S M A S U R E S , tr. D u F A I L , Eutrapel, 4 (1,108).
hneide, VII, p. 336.
(Par opposition). A double tonsure. D e qualité
Tonnoirre (fém.). — D e toutes pars... sortoit supérieure. — Vous y voirez... un d e m y géant
TON-TONNANT
— 2(
d'une
à poil follet et double tonsure. RABELAIS, IV,
29.manière décorative. — Jardins bien cultivez et façonnez en parterres, labyrinthes et
Ton-tonnant, augmentatif par redoubletopiaires. Y V E R , Print., p. 18 (G., Compl.).
ment. — On oit bruire à Pentour cent bouches
Topiaire 3 (topiarius). Celui qui exerce l'art
salpetreuses Et leur ton ton-tonnant erre :
et prompt rompt le rond D u plancher estoilé. d'orner les jardins. — Des nids d'oiseaux marins, bastis, tissus et entrelacez de pampes de
D u B A R T A S , Lepanthe, p. 412.
Tonture. Action de tondre. — ,(Fig.). Il se vignes et d'espiez de blé... de tant bel artifice
contrainct transgredir la tonture,'Et degluber que nul topiaire... n'en pourroit faire de semla lingue latiale. Ep. du Lymosin (dans Rabe- blables. Alector, p. 75 (G., Compl.).
Topicquer, Topicqueur, v. Topiquer, Tolais, III, 280).
Toison à tondre. — Prenez brebis quant ilz piqueur.
T o p i q u e m e n t . D'une manière topique. —
auront tontures. G O B I N , Loups raviss., 8 (G.).
Fauchaison. — Mais Dieu, qui faict a tous Ecce montem acutum, où jadis nostre maistre
bons ceurs adresse, Bien la garde que son aspre Antoine Tempestas tonna si topiquement. Du
rudesse N'ait usurpé de tel pré la tonture. F A I L , Eutrapel, 26 (II, 58).
Topiquer (intrans.). Argumenter, discuter,
Chans. sur le siège de Péronne (G.).
raisonner.
— Lors je m e prins à toppiquer...
Topaze (masc). — D e beaulx topazes marchez de fins saphiz. R A B E L A I S , II, 21. — Les Et, pour à ses ditz repplicquer, J'allay m a gorge
dens jaulnes c o m m e un topaze. IV, 41. —• Le deschiquer. Anc. Poésies, XII, 21. — Pardonne
m o y : au fort, se tu ne veulx, Ce m'est tout ung,
topaze peu dur, le carboucle enflammé. D u
car je resve et topicque. C R É T I N , A Molinet,
B A R T A S , l re Sem., 3 e /., p. 143. — Le topaze
fait guerre A Venus. ID., 2 e Sem., Magnificence, p. 266. —• Et tenez que si sa réplique D'oresenap. 373. — Elle est plus désirable que l'or et le vant plus fort pique, E n topiquant sur vostre
topaze. Fr. de S A L E S , Serm. autogr., 43 (VII, vie, Sur laquelle aucun n'ha envie, Escrivant
Vous saurez qu'il a au
321). — David la compare [la parole de Dieu] sur vous de nouveau,
re
au topase, pierre précieuse, laquelle par sa pro- cerveau. J U L Y O T , l part., 26 (Facete Ep. à
priété amortit l'ardeur de la concupiscence. une dame). — Tous ceux à qui elles s'adressent
ID., Vie dévote, III, 13. — O Seigneur, je chéris ne se peuvent jamais desvoyer de la foy, ainsi
vos tressaintz tesmoignages Plus que l'or et que ces docteurs topicquent. M A R N I X , Differens,
l'esclat du topaze doré. ID., Amour de Dieu, I, m , 1. — Or topicque la dessus, monsieur, et
forme ton syllogisme. II, i, 1.
VIII, 5.
(Trans.). Faire argumenter? — A u fort preigne
O n dit souvent topace. — Mectre t'y fault
les livres miens ; Je les luy donne, ilz sont siens,
une topasse D'un cercle d'or environnée. Ane
Poésies, XII, 280. — Topace se prend en une Pour mieux son cerveau thopicquer. Anc. Poésies,
isle de la Mer Rouge n o m m é e Topazin. L E M A I R E , X , 133.
Se topiquer. Se disputer. — C'est ung grand
Cour. Marg. (IV, 138). — Sa ceinture estoit...
enrichie de plusieurs escarboucles, topaces, cas quant femmes se topiquent, Leur langue
chrysolithes, diamans. ID., Illustr., I, 31. — va c o m m e gens qui tost picquent. CRÉTIN,
De ferme amour l'emeraude et topasse. Anc. Débat des chiens et oyseaux, p. 77. — Comme
Poésies, VI, 164. — Quand sur sa mère a du je vis que ces deux bons seigneurs... s'entrechoquoient de la façon, je... m e jette à la traverse,
ciel respandu Tous ses trésors et qu'en icelle
leur
remonstrant qu'ils s'abusoient de se topasse C o m m e clarté infuse en la topace. D u
e
V A L , Chant royal, p. 29. — Le tiers signeau fut piquer de la façon. C H O L I È R E S , 2 Mat., p. 86. —
Pourquoy
vous
topiquez
vous
contre
le seigneur
faict d'une topasse. J. B O U C H E T , Ep. famil,
116. — La thopasse est une eau qui... a passé Tourrivel? Il n'est pas de ceux... qui voudraient
les oppressez. ID,
par quelque minière de fer où elle a prins sa tyranniser les malades et affliger
4e Mat., p. 134. — Le S r Bertachin n'avoit octeinture jaune. P A L I S S Y , Recepte ver., p. 51. —
O n l'appelle topasse, Qui de son lustre d'or l'or casion de se topiquer de la façon, puis eque le
mesmement efface. B E L L E A U , Pierres précieuses,mot lasché... n'emportoit injure. ID., 9 Ap.Am. de Hyacinthe (II, 197). — Autant que la disnée, p. 369.
Topique. Excité, stimulé? — Par ung matin,
splendeur du diamant surpasse Le lustre pallissant d'une jaune topasse. G U Y D E T O U R S , Epi- au sault du lict, Après que le ver m'eust piqué...
Je m e levay tout topicque Puis à composer
taphes (II, 94).
Tophe, terme médical. Sorte de gonflement. — m'applicqué. Anc. Poésies, III, 168.
Topiqueur. Argumentateur, raisonneur. —
Les douleurs sontfixesou arrestees, avec tophes
ou nodus. P A R É , X V I , 4. — Il sera defiguredu M e semblez bon topicqueur et affecté à vostre
tophe que l'on veut cautériser, soit rond, quarré, cause. R A B E L A I S , III, 5. — Il m e sembloit bien,
ou long. X V I , 30. — D e peur de consumer à la metoposcopie de ce grand topiqueur, que
l'humeur subtil, délaissant le gros endurci et si tost qu'il auroit faict sa production, ils verputréfié dont se pourroient faire des tophes raient leurs d o u x terriblement rabbatus. MARNIX, Differens, I, i, 5. — Voyés vous comment
et nœuds. X X I , 22.
Topiaire 1 (topiarius). Relatif à l'art d'orner il tranche du topicqueur? I, iv, 16. — Il dispute
les jardins. — Cynoglossos est très agréable fort subtilement et en topiqueur méthodique.
es œuvres topiaires. Jard. de santé, I, 117 (G., II, I, 17.
T o p o g r a p h e (H. D. T. 1580). — 1575. Chose
Compl.). — L'on entre en la gallerie qui meine
en la grand salle, et dessus se levoit un berseau non trop bien observée par ceux qui fontfôtat
d'ouvraige topiaire. 1549. Cérémon. de France, de vrays topographes et delineateurs de l'Afle382 (Gay, Gloss. archéol). — L a douzième maigne. T H E V E T , Cosmogr., X X , 12.
Topographie (H. D. T. Pasquier, Rech.). —
[nauf pour divise avoit] un barrault d'or terny
couvert d'une vignette de grosses perles indicques 1550. Il n'est point de cosmographie, corographie ne topographie qui mette et en soy painde
en ouvraige topiaire. R A B E L A I S , IV, 1.
Topiaire 2 (topiaria). Partie de jardin disposée telle ou semblable folie. R O U S S A T , Est. et mutai.
.5 —
TORCHER
des temps, p. 56 (G., Compl.). — 1553. Je n'ay brus par force S'il ne vous vient de la renforce.
voulu omettre quelques topographies et parti- — Vaillante seray a la torche. Sotties, III, 94.
Avoir la torche. Être battu. — Si ne craignois
culières descriptions des lieux qui m'ont semblé
mémorables. B E L O N , Observât., a 4, éd. 1588 d'avoir la torche, Je vous dirois quelque finesse.
Anc. Théâtre, I, 276. — Sus, tost à luy ; qu'il ayt
(Vaganay, Franc, mod.).
Toppe (?). — U n autre journal que l'on fait la torche. III, 315.
au tiers sera prisé six sols tournois ; un autre Torche 2. Faisceau. — De chacun cent de
que l'on fait au cart quatre sols tournois ; et torches d'ouzier. 16 sept. 1577. Arrêt de Parles'il est en toppe, pour défaut de labourer, dix ment (G., Tourse 2).
Trochet. — Les tiges sont rondes, produisant
deniers tournois. 1604. Coût, de Bourg (G., Tope).
au sommet espis ou torches beaucoup plus courtes
Toppiquer, v. Topiquer.
que le premier plantain. L ' E S C L U S E , tr. Dodoens,
Toqué. Coiffé. — L a royne Juno... dentre
I, 61 (G.).
tous ses accoustremens ne réserva rien : fors
Torchebroche. Essuyeur de broche. — T u
quelle eust prins unfincœuvrechef de crespe... y verras quelque lacquay, quelque torchebroche
dont lune de ses nymphes estoit toquée. L E - ou souillon de cuisine. M A R N I X , Differens, II, i, 3.
MAIRE, Illustr., I, 33. — Vestue d'accoustremens
Torcheculatif. Relatif aux torcheculs. —
de soye, toquée et couverte à la m o d e de Venise
Poursuiz
ce propos torcheculatif. R A B E L A I S , 1,13.
d'un voyle cramoysi. Comptes... adventureux,
Torche-mains (?). — Il fut receu... avec
31(1,176).
Toquer. Heurter. — Y ' entre dans la chamvre mille bonnetz ostez, cinq cens révérences, cent
où estoient ses veilets et le mien ; un d'ux m e bona dies... et plus de douze torche-mains. D E S
tocque ventre contre ventre. A U B I G N É , Faeneste, A U T E L S , Mitistoire, ch. 12.
Torcher. Essuyer. — Seiche tes larmes et
11,7.
Battre, frapper. — L a bande que je dicts pa- torche ta face arrousee de pleurs. L E M A I R E ,
roissoit esblouie, E t puis tocquer des mains Temple d'Honneur (IV, 223). — Il [Paris] s'esde nouveau resjouie. ID., Trag., III (IV, 142). — veilla, et à son réveil en estendant ses forts
Ce pendart toque tousjours. ID., Faeneste, II, 7. bras et torchant ses beaulx yeulx clers c o m m e
deux estoiles, getta son regard en circumîerence.
Toquesin. Tocsin. — Je y oy par Dieu le
ID., Illustr., I, 24. — Elle se torchoit incontinent
tocqueceint horrificque. R A B E L A I S , IV, 66. -—
Nous en avons un exemple en tocsin... Mais il les yeulx, c o m m e pour luy celer son deuil. S E Y S vaut mieux escrire toquesin. E S T I E N N E , Precei- SEL, Guerres civ., 1. V I , extraict de Plutarque,
lence, p. 179. — Qui demande par la fenestre ch. 1. — Les nourrisses ne luy avoyent bien à
A ses voisins que ce peut estre, A u x alarmes et poinct torché les babines. R A B E L A I S , II, 4. —
toque-saincts. Sat. Men., Har. de M. d'Aubray, Il n'estoit pas digne de luy torcher ses souliers.
Nie. D E T R O Y E S , Grand Parangon, 26. — Qu'est
p. 221.
Tor (taurus). Taureau. — C o m m e un thaur ce, mes gens? pourquoy torchez voz yeulx?
eschauffé. FOSSETIER, Cron. Marg., 150 r° (G.). M A R O T , Chants div., 18. — Le Seigneur doibt
— Le puissant Nicanor, Plus orgueilleux que recueillir sesfidèlesau repoz de son royaume,
ung lyon ou ung tor, Fut desconfit avec tous ses torcher les larmes de leurs yeulx. C A L V I N ,
routiers. G R I N G O R E , Folles Entreprises (I, 17). — Instit., X V I I , p. 817. — Les evangelistes ne
Pource que estoit plain de rébellion, Fier et font nulle mention de ceste Véronique, laquelle
despit comme ung tor ou lyon, 11 fut m u é en tourcha la face de Jésus Christ d'un couvrechef.
cerf tout compassé. ID., Chasse du cerf des cerfs ID., Traicté des reliques (VI, 425). — Nous
(1,166). — Peuple sans chef... Est mis au joug, aimons mieux et pleurer et gémir maintenant,
comme on fait bœuf ou tor. L E M A I R E , Légende des afin que Dieu torche nos larmes, quand le temps
Vénitiens, ch. 3 (III, 402). — Pour estre m y s au sera venu, et qu'il les essuyé. ID., Serm. sur le
hernoys comme un tor. Ane Poésies, V, 321. — Deuter., 188 ( X X I X , 79). — Torche tes yeulx,
Un laboureur en sa maison avoit Jadis un thor qu'il n'y ait plus de larmes, de cris, ne de lamentations. ID., Serm. sur VHarmon. Evangel,
fier et orgueilleux... Cestuy rustique icelluy
36 (XLVI, 441). — N e vois-tu ses cheveux, sur
thor escorne. H A U D E N T , tr. Ésope, I, 199. —
D'un thor et d'une mesiraigne. I, 201. — Car le col espendus, Torcher ses pleurs c o m m e flots
quand la vache au tor ne faict arrest : Le tor descendus Sur sa joue meurtrie...? R O N S A R D ,
aussi s'en va en la forest. A N E A U , Imagin. poet., Epitaphe d'A. Chasuigner, éd. 1560 (V, 472). —
p. 28. — Jupiter... Abuza une Europe folle Torchant de sa main blanche et nette Sa jou' de
Sous le cornu masque d'un tor. D O U B L E T , Epigr., larmes toute moette. B A Ï F , Poèmes, 1. V I (II, 293).
p. 146. — Son regard se rapporte A u tor qui — Il ne m'a point permis de racueillir ta vie
Quand avec un soupir ta bouche l'exhaloit, Ni
cornes porte. P A S S E R A T , Villanelle (I, 165).
Le céleste Tor. Le Taureau, signe du zodiaque. de torcher le sang qui sur toy ruisseloit. M O N T — Voici ton mois, ô fille de l'écume, Bell' C H R E S T I E N , David, V , p. 228.
Se torcher le bec, v. Bec, 1.1, p. 530, col. 1.
Aphrodite, et le céleste Tor Ja tout ce monde
Torcher sa bouche, v. Bouche, 1.1, p. 637, col. 2.
te r'alume, Faisant flamber ses cornes d'or.
Ajouter l'exemple suivant. — Q u o y que pluD O U B L E T , Elégies, 23.
Tore (taura). — C o m m e une jeune tore pic- sieurs aujourdhuy ne facent que torcher, leur
quée par un cruel taon sous la queue... court bouche en reniant la vérité, si est ce que la
d'un costé et d'autre. A N O N . , tr. Folengo, confession dicelle est trop précieuse a Dieu pour
en tenir si peu de compte. C A L V I N , Lettres, 2883
1- X X V (II, 315).
(XVII, 194).
Torangle. Dont le tour est à angles (La
N'en faire que torcher le museau. JN en avoir
Curne). — Raisins... longs, ronds, torangles.
aucun souci. - Si on a fait tort à un h o m m e , il
RABELAIS, V, 33.
faut qu'il y en ait condamnation : mais quand
Torche 1. Coup. — Nous avrons vos deulx
la gloire de Dieu aura esté violée et qu'on l'aura
despitee en toutes sortes : et quoy? on n en
TORCHERIE
—
266
—
fait que torcher le museau. CALVIN, Serm. sur que une tarière torciere les perceroit aisément,
et après la torciere on pourroit mettre l'autre'
le Deuter., 57 (XXVI, 577).
tarière.
P A L I S S Y , Disc, admir., Marne, p. 341.
Se torcher le nez de qqch. N e pas l'obtenir. —
Torcionnier, v. Torçonnier.
Qu'il s'en torche le nez : sa part E;t fricassée.
G R E V I N , Esbahis, V, 3.
Torcions. Tranchées. •— Les forcions qui
Torcher. Frapper. — Je le voy là [Minos], qui viennent au ventre après l'enfantement. L E
se sied en son throne, E t M-gera, furieuse m a - F C U R N I E R , Décor, d'hum. nat., 33 v° (G.).
trone... L u y fait lumière à tout une grand
Torcollit. Sorte d'oiseau. — Il lui respondit
torche, Dont bien souvent les ombres bat et
qu'il mangeroit bien... des petits oyseaux,
torche. L E M A I R E , Amant verd (III, 25). — Y c o m m e merles... grobecs, chaussepots, torcollits,
sont logés cheulx leur metresse Qui leur torche loriots. A L C R I P E , p. 116.
bien sur le dos. Sotties, III, 74.
Torçonnier. Injuste. — Estre innocent nest
Torche lorgne. (Litt*). Frappe, frappe. Torautre chose fors que non estre nuisant, moleste
cher et lorgner ont tous deux le sens de frapper.
ou torsionnier à aucun. L E M A I R E , Cour. Marg.
(Voir lorgner). — Pantagruel... reprint le bout
(IV, 121). — Il respondit... que vray estoit
de son mast, en frappant torche lorgne dessus
quil tenoit ladite marche du saint Empire sur
le géant. R A B E L A I S , II, 29. — Mais nac petetin
Lescault : mais non pas quil en fust usurpateur
petetac, ticque, torche, lorne, il feut declairé
ne torçonnier détenteur. ID., Illustr., III, 3
hereticque. 1,19.
(II, 426). — Il le tint prisonnier Et sa terre par
Torché. Essuyé. — Elle... mit ordre que le
ung grief torçonnier. Anc. Poésies, III, 48. —
linge fust net et bien ployé, la vaisselle bien torNous povons raisonnablement aller a lencontre
chée. T A B O U R O T , Escraignes, ch. 40.
deulx c o m m e oultraigeux et torcionniers. SEYSLié. — Ayant leurs cheveux gentiment teurSEL, tr. Thucydide, I, 9 (25 r°). — Parquoy
chez de petits cordons d'herbes. 1505. Navig. du
disoient ces nouveaux commentateurs que ce mal
capit. de Gonneville (G., Compl.).
estoit advenu au roy par un juste jugement de
Torcherie (?). —• E t les subgectz sont si
Dieu, pour venger emprisonnemens tortionniers.
marchans Qu'i se font laiz sales marchans ;
P A S Q U I E R , Lettres, IV, 3.
Nobles suyvent la torcherie. Sotties, II, 68.
Injuste et cruel. — L a question, qu'on doit dire
Torcheur. Celui qui essuie. — D e laquelle
torture, Est bien torture et plus que torçonnière.
chacun est toucheur et torcheur journalier.
Anc Poésies, X I , 272. — Sonnegisile... estant...
Fanfares des Roule Bontemps, p. 52.
exposé à une longue et inhumaine torture, re(Fém.). — Hotteurs et torcqueresses. 1518.
cogneut avoir eu part au meurtre du roy ChilBéthune (G.).
peric... Q u e si Fredegonde eust esté de la partie,
T o r c h e u x 1. D'une torche. —
Lumière.
croyez qu'il ne Peust oubliée : car en ce faisant il
Plaisante, claire... lampeuse... torcheuse. L A
eust grandement contenté l'opinion de la mère
P O R T E , Epith., 246 v°.
et du fils qui l'avaient fait appliquer à cette
Consistant en une torche. — Brandon. Chaud,
tortionniere question. P A S Q U I E R , Rech., V, 11.
flamboyant, torcheux. Ib., 57 r°. — Flambeau.
Torçonnierement. Injustement. — Lesquelz
Esclairant, lumineux... torcheux. 176 r°.
[Turcs] faulsement et torçonnierement usurpent,
T o r c h e u x 2. Servant à essuyer. — Drapeau
non seulement le n o m de la nobilité de Troye,
ou Drapelet. Usé, rompu... torcheux ou torchant.
mais aussi tous les règnes, terres et seigneuries
L A P O R T E , Epith., 153 r°.
jadis du roy Priam de Troye. L E M A I R E , Illustr.,
Torchier. Torchère. — 9 torsiez, 7 chandeliers
L 1de bois avecq plateaulx de bois. 1549. Invent.
Torcoul. F a u x dévot qui penche la tête. —
des Arch. du Nord (G.). — Furent mises les torches
C y n'entrez pas, hypocrites, bigots... Torcoulx,
aux torchiers. M E D I C I S , Chron., I, 407 (G.).
badaux plus que n'estoient les Gotz. RABELAIS,
Torchoir 1. Torchère. — D e u x torchouers
I, 54.
ou estoient deux grands cierges de cire. Tresp.
Torculaire (torcularis). D u torcular. —
et obs. de Henri II (G.). — A u x deux coins du
L'artère postérieure et veine torculaire. PARÉ,
dit grand lict y avoit deux grands torchoirs
111,7.
d'argent. L. G U Y O N , Div. leçons, p. 776 (G.).
Torcular (torcular, pressoir). Confluent des
Torchoir 2. Ce qui sert à essuyer. — Honsinus de la dure-mère. — Lesdits rameaux se
neste personne est celle qui, ayant fiante, se
rencontrans s'unissent dans le reply de la duretorche le cul avec un torchoir le tenant de la
mere... pour illec unis ensemble faire le torcular,
main gauche. B E R O A L D E , Parvenir, Proposition
P A R É , II, 15. — Telle union s'estend juscrues
(I, 21).
au front, selon la rectitude de la suture sagittale,
Torchon. Paquet. — Comme les assiégez
et a esté n o m m é e d'aucuns torcular, autrement
jettoyent des torchons d'artifice pour tirer aux
pressoir. III, 5.
pionniers, on jettoit au loing ces feux à coups de
T o r d e m e n t . État de ce qui est tordu. — H
canon. A U B I G N É , Hist. univ., IX, 13.
[l'euphorbe] est bon aux paralysies, spasmes,
Torchonner. Essuyer. — T u es baudet de
tramb^mens de membres, tordemens de gorge.
bien. Mais n'estre autrement torchonné, estrillé,
D u P I N E T , tr. Comment, sur Dioscoride, III,
phaleré et alimenté que je te vois, cela m e semble
80 (G.).
un peu tyrannique. R A B E L A I S , V , 7. — [L'âne]
Tordille. Jeune thon. — Lesquels faons
fut frotté, torchonné, estrillé, litière fresche
[des thons] sont appeliez tordilles. Tr. Platine,
jusqu'au ventre. Ib.
211 r° (G.).
Torchonneux. Servant à essuyer. —Haillon.
Tordion. Détour. — Ceste rivière Mosquua
gras, torchonneux. L A P O R T E , Epith., 202 v°.
est fascheuse à naviguer, à cause des plis et
Torciere (tarière). — E n plusieurs b>ux
tours qu'flle fait, et principalement entre les
les pierres sont fort tendres... parquoy m e semble
villes de Moscovie et Colonne, là où avec ces
n —
tourdions elle retarde fort les marchans allans de
l'une ville à l'autre. T H E V E T , Cosmogr., X I X , 8.
— (Fig.). Avec tes tordions tu ne m'eschapperas,
Ma main, est tiop robuste et trop foible ton bras.
Du M A S , Lydie, p. 25.
Action de tourner. — Elles feront là leurs
grandes roues de paon, qu'on ne pourra point
passer à trois pieds près qu'on ne sente c o m m e
un moulin à vent qui fera là le tourdion. C A L VIN, Serm. sur l'Ep. aux Ephesiens, 34 (LI, 674675).
Contorsion, tour. — Jamais basteleur ne fit
faire plus de tourdions à un singe c o m m e elle a
fait de m o n esprit. P A S Q U I E R , Lettres am., 1
(II, 806). — S'il faut venir aux expositions mystiques de tous les ferremens et de tous les tourdions de la messe. E S T I E N N E , Apol. Herod.,
ch. 37 (II, 273). — Monstrant des tourdions
plus que cent bastelleurs. B O Y S S I È R E S , Prem.
Œuv., 107 r°. — Elle a oblié tous ces petits
tourdions et gaillards remuemens qui chastouillent la jeunesse. L A R I V E Y , Vefve, 1,3. — I I fait
gambades... fait force tourdions et contrefaict
une moresque. A N O N . , tr. Folengo, 1. X I X (II,
135). — Elle... ne se put engarder de faire un
petit mobile tordion de remuement. B R A N T Ô M E ,
Dames, part. II (IX, 98).
Sorte de danse, m o u v e m e n t de danse. —
Processions, ce sont morisques Q u e font amoureux champions, Les hayes d'AHemaigne frisques,
Passe piedz, bransles, tourdions. M A R O T , Temple
de Cupido (I, 20). —• Je quicte tout, tabourins
et bedons... Haye, angelic, luz, manicordions
Ou accordions, danses et tordions. A N E A U ,
Lyon marchant. — Et qui à sa note sacrée U n
seul tordion dansera E n l'instant immortel sera.
FONTAINE, Ruisseaux, Chantz div., p. 59. — Le
mignard pennader de la danse, les tourdions
du corps. B R E T I N , tr. Lucien, Danse, 71. — L a
danse au tourdion est en mesure ternaire c o m m e
est la basse dance, mais elle est plus légière et
plus concitée. T A B O U R O T , Orchesographie, fol. 28.
(Gay, Gloss. archéol.)
Air de danse. — Si estoit-il bon joueur de
rebec, Et si sçavoit par cœur une triballe, Des
tourdions et des danses avec, Mis en musique au
concile de Basle. S A I N T - G E L A I S , Enigme (I, 72).
Strophe. — C o m m e ainsi soit qu'il y ait trois
modes selon Polymnestus et Sacadas... que Sacadas feit en chascune d'icelles un tourdion,
et qu'il enseigna le chorus à chanter le premier
en mode doriene, le second en phrygiene, et le
tiers en lydiene. A M Y O T , Musique, 8. — (C'est la
Poésie qui parle). Car un certain Cinesias d'Attique, Maudit des dieux avecques sa prattique,
De tourdions rompus hors d'harmonie A achevé
de rudoyer m a vie. 30.
Mauvais tour. — Des tourdions jouez par deux
compaignons larrons qui dapuis "furent pendus
et estranglez. D E S P É R I E R S , Nouv. Récr., 111
(titre).
Tordir. Tordre. — Quand les fuzeaux tordissantz La vie aux destins soujette Tombent
desenfilacez. L E C A R O N , 50 v°. — Dieu mettant
en œuvre la matière... la tordissant ou pliant,
créa le monde. M A U M O N T , tr. S* Justin, 152 r°
(G.).
Tordoir. Sorte de pressoir. — Pour faire
l'huille, les meules sont meilleures que le tordoir :
et le tordoir meilleur que le canal et la solle.
C O T E R E A U , tr. Colunrlle, XII, 50. — Pressoirs
a vis et tourdoirs et aussi thuilleries sont reputes
immeubles. Coût, de Reims, art. 23 (G.). —
TORDRE 1
Pressoirs a vin et tordoirs sont reputez immeubles. Coût, de Vermandois, 102 (G.).
Tordre 1. Faire tourner. — Souvent a ceulx
qui fuioient tortoit le col en leur monstrant les
adversaires. G. M I C H E L , tr. Suétone, I, 28 v°.
Tordre le nez, v. Nez.
Tordre. Détourner. — Je tors bien plus volontiers une belle sentence pour la coudre sur
m o y que je ne destors m o n fil pour l'aller quérir.
M O N T A I G N E , I, 25 (I, 211).
Détourner du sens. — Leur conférence fut
sur le point de la Cène principalement, et n'oublia rien Padvocat pour tordre les Escritures et
passages des anciens. B È Z E , Hist. eccles., II,
362 (G., Compl.).
Déformer. — (Fig.). Ils choisissent un air
universel, et suyvant cette image vont rengeant
et interprétant toutes les actions d'un personnage, et s'ils ne les peuvent assez tordre, les
renvoyent à la dissimulation. M O N T A I G N E , II,
1 (II, 2).
S'écarter de. — Il ne pouvoit faillir ny tordre
sa voie, n'aiant nul project que de se promener
par des lieus inconnus. ID., Journal, p. 155. —
(Fig.). Si le prince ayme autre chose plus que
sa republicque, est impossible sinon que pour
l'amour de ce que plus ayme aucun jour il torse la
justice. L A G R I S E , tr. Guevara, III, 2.
Tortre de. S'écarter de. — Pour tortre un peu
de la justice. Ib., III, 6.
Se tordre. Se détourner. — « Je viens, dis-je,
de l'Académie et m'en vois droict au Lyceon. »
Alors il m e dit : « Si donc il vous plaisoif addresser vostre chemin par devers nous, et vous reposer un petit, vous ne vous tourdriez pas. » D E S
P É R I E R S , tr. Platon, Lysis (I, 8).
Se fourvoyer. — Ce n'est pas toy que chercher
je vouldroye ; E n cest endroit de beaucoup m e
tordroye. M A R O T , Elégies, 14.
(Formes). Radical. — Garde toy de parler en
teurdant nez ne bouche. Anc. Poésies, X , 359. —
Les princesses et les autres dames... teurdoient
leurs mains, dessiroient leurs robes. L E M A I R E ,
Pompes funèbres (IV, 284). —• Je te teurdroye
a ceste heure le col. H A U D E N T , tr. Ésope, I, 182.
Imparfait. —• Il renversa les paulpieres des
œilz contre mont, tortoit les mandibules de
dextre en senestre. R A B E L A I S , III, 20. — Il
devint de preux qu'il estoit U n vil esclave qui
tortoit D e la filace enquenouillee. G A R N I E R ,
Hippolyte, 960.
Passe' défini. S o m m e toute... ils mascherent,
torderent, superent, avallerent, mangèrent, humèrent. A L C R I P E , p. 136.
Infinitif. — Si le diavol ne veult qu'elles
engroissent, il fauldra tortre le douzil. R A B E LAIS, I, 3. — KU6ICJTSV signifia rouer, tortre,
bransler la teste et faire le torti colli. III, 45.
Participe présent? — C'est ainsi qu'il avint
au boiteux Laurier qui entra céans, et Multon
lui dit, « Soyez le bi?n venu, je pense que vous
estes venu par la pluye, Vous estes encores tout
tortant. » B E R O A L D E , Parvenir, Absolution (I,
299).
Participe passé employé soit c o m m e participe
soit c o m m e adjectif. — U n g serpent de toute
force Sy s'efforce Pour une lime ronger ; A l'en
tour sa queue a torse. C O R R O Z E T , tr. Ésope, 37. —
Il mordyt, il a mors ; nous tordimes, nous avons
tors. S E B I L L E T , Art poet., I, 9. — A fin qu'en
pillant je façonne... L a rondeur de ceste couronne Trois fois torse d'un ply thebain. R O N S A R D , Odes, 1, 10 (II, 119). — Puis ayant tords
d'un poulce horrible Les cordons d'un fouet
TORDRE 2
—
268 —
terrible, Gravez son crime sur son dos. M A G N Y , fieury, 1. III, 43 r°. — Toret (que les autres
Gayetez, p. 107. — D o u x liens de mes bras, bras- appellent foret), de -ropeîv, E S T I E N N E , Conforselets que Francine A tors de ses cheveux. BAÏF, mité, Mots françois pris du grec, p. 220.
Sorte da jeu. — 10 L 10 s. t. mis en mains du
Francine, 1. I (I, 130). — Quand on voudra
nettoier du linge... il faudra... qu'il soit mis d'eau roy pour jouer au toret. 1581. Dép. du roy de
en eau, et faut que puis après il soit tors. C A L - Nav. (G.).
Torgnelle. Tourelle. — Boys pour soustenir
VIN, Serm. sur Daniel, 47 (XLII, 166). — Marot...
estet de l'opinion de ceux qui disent, Il m'a la torgnelle et les deux gualleryes. Compte de
tors, Il m'a mors, non pas, Il m'a tordu et II m'a 1510 (G.).
mordu. — Il est bien certain que s'il faut dire,
Torillon, v. Tourillon.
Il m'a tors, non pas II m'a tordu : (comme aussi
T o r m e n t (tormentum). Machine de guerre. —
on dit II s'est tors, quand on parle de quelcunNulle artillerie ou torment belliqueux rompoit
qui s'est fourvoyé) l'analogie veut que pareille- les portes. A N O N . , tr. Flammette (1537), ch. y,
ment nous disions II m'a mors, non pas II m'a 67 v°. — Par machines et tormens bellicques,
mordu. E S T I E N N E , Dialogues, I, 206. — Il avoit... béliers, balistes, catapultes. R A B E L A I S , IV, 61.
la gueule torte. D E S P É R I E R S , NOUV. Récr., 83. — — O n dressa des pontz pour passer les tormentz
Plus facillement le boys est tord et ployé jeune
et machines de guerre. É . de L A PLANCHE,
que après la croissance. C H A N G Y , tr. Instit., I, 2.tr. Tacite, 1. II, 51 v°. — Lors furent gettées
— Vulcan avecques sa jambe torte. R A B E L A I S , force picques et lances par les tormentz propres
IV, Prol. — Pour te ceindre le front d'une cou- à cest affaire. 58 v°. — Sentius... commanda
ronne torte E n cent lauriers sacrez. B E L L E A U , aux plus habiles de gaigner la muraille et aux
Petites Inv., A u sieur Salomon. — Le vent poussé autres d'approcher les tormentz et jecter pierres,
dans les trompettes fortes N e bruit point là. dardz, feu et telles autres choses. 89 v°.
R O N S A R D , Poèmes, Isles Fortunées (V, 160). —
Pour torment au sens de peine matérielle ou
Ici la torte vigne à l'orme s'assemblant D e tous morale, v. Tourment.
costez espand un ombrage tremblant. ID., EléT o r m e n t e . Tourmente. — Il entreprit luy
gies, Mort de Narcisse (IV, 69). — La raison va seul de repasser la mer par une très grande
tousjours torte, boiteuse et deshanchée. M O N - tormente. M O N T A I G N E , II, 34 (III, 170).
T A I G N E , II, 12 (II, 327). — Sa bouche est grosse
T o r m e n t e r , Tormentine, Tormetine, v.
et torte et semble en son porfil Celle-là d'Alizon. Tourmenter, Terebinthine.
R É G N I E R , Sat. 10.
T o r m i n e u x (torminosus). D e la nature des
Tordre 2. Grive. — Les merles, tordres et tranchées. — Douleur de ventre mordicante et
estorneaux s'en vont ensemble es lieux pro- tormineuse. P A R É , X X , i, 23.
chains. Tr. Platine, 54 v° (G.). — U n e sorte d'oiTornatile (tornatilis). Fait au tour, travaillé
seau fort délicat à manger, une grive, une tourde. au tour. — Les beaux boys tornatiles. G. MIB. J A M I N , tr. Vives (G.). — Aucuns... ajoustent
C H E L , tr. Georg., 50 r° (G.). — (Fig.). En reà ceste nourriture les grives, tourdres et autres gardant tes tornatilles doitz, Ton œil riant, ne
oiseaux. S E R R E S , V , 10. — C'est la viande des sçay que faire dois. G R I N G O R E , Menus propos,
grives et tourdes en certains endroits de la Pro- 13 (G.). — Si des vertuz qui vous sont tresutiles
vence que les baies de murte ; dont tels oiseaux Fais mention par mes vers tornatiles. J. BOUs'y engraissent. VI, 10.
C H E T , Ep. mor., II, ni, 1.
Tordre de mer. — Le tordre de mer est dit
Torne-dos, Torner, v. Tourne-dos, Tourner.
pour la semblance qu'il a a celuy de terre. Tr.
Torne-sel (?). — Prenez eau alumineuse,
Platine, 105 v<> (G.).
en laquelle aurez fait tremper plusieurs fois une
Toreau. Taureau. Plus fier qu'un toreau. —
pièce de torne-sel rouge. P A R É , X X V , 44.
Je suis allé parler à l'abbesse, que j'ay trouvée
Torne-tournexnent, augmentatif par redu commencement plus fiera qu'un toreau. L A doublement. — C'est une virante vérité fondée
R I V E Y , Esprits, V, 5. Cf. Tor.
O n emploie encore l'ancienne forme torel. — en quadrature du cercle, révolution et torneCependant survint daventure un torel estrange, tournement des affaires du monde. Fanfares
de contenance fiere et hardie. Lequel en mugis- des Roule Bontemps, p. 45.
Torneure, Tornevirer, v. Tourneure, Toursant dune voix ténébreuse vint assaillir de pleine
nevirer.
course lun des plus puissans toreaux qui fust
T o r p e d e (torpédo). Torpille. — Pour toucher
entre tous ceux du gentil Paris. L E M A I R E ,
Illustr., 1, 30. — Hercules alloit en la bataille,les rets où sera prins le poisson n o m m é torpede,
le corps de thorel, le courage du lyon. F A B R I , les mains demeurent stupides. P A R É , XXIII, 9'
Rhetor., 1. I, p. 186. — U n e génisse amoureuse,
T o r p e u r (H. D. T. x v m e s.). — C'est une
D'un torel éprise, L'amour aui l'attise Suit par grande torpeur d'entendement... vouloir aucun
les bois langoureuse. BAÏF, Eglogues, 10 (III, 61). par les mains des folz négocier aucune chose.
Toreille, v. Touraille.
L A G R I S E , tr. Guevara, III, 44. — Celuy qui
Torelet. Jeune taureau. — U n fauve torelet vit en torpeur n'osera quasi parler. III, 54. -Qui bondissant écarte la poudrière. V A U Q U E L I N , Et des plaisirs excessifz de la chair... Ne peult
Foresteries, I, 6. — Quoi, torelets et quand je venir que dueil, melancholie... Tout desespoir,
vous regarde, E n vous hurtant celui-ci gaudissez. torpeur, cueur endurcy. J. B O U C H E T , Ep. mor.,
Torelier. Gardeur de taureaux. — Quoi,
I, 14.
torelier, tes paroles bavardes Sans le connoître à
Torpin. Torpille. — Le poisson dit torpédo
ton d a m tu hasardes? V A U Q U E L I N , Foresteries ou torpin. D u M O U L I N , tr. Roquetaiflade, p. 90'
1, 6.
Torque, v. Trocher.
Toréon, v. Tourion.
Torquete? — D e sorte que le ciel de ses
Toret. Foret. — Le toret signifie Fatum,
qui perce et passe foible et fort. T O R Y , Champ
— 269
mains contrefait Par l'astrolabe rond et le torquete il fait Double projeccion de sfere en plain
reduitte, Pour élévation des estoiles produitte.
—
TORT 1
Landracy. Anc. Poésies, IV, 60. —
Appius
Clodius... se feit premièrement conduire par
quelques guides... lesquelz de propensee malice
SCÈVE, Microcosme, 1. III, p. 90.
le conduisoyent par le hault pais, luy faisant
Torquette. Bouchon de paille. —• xxxi torfane un grand circuit et prendre une torse de
quettes d'estrain a n s. la botte. 1526. Lille plusieurs journées, qui n'estoit point nécessaire.
(G., Compl)..
A M Y O T , Lucullus, 21. — Encore... qu'il n'y
Petite torche. — A Jean Carlier, cirier, a esté eust en la plaine nulles embusches d'ennemis,
payée pour 42 douzaines de torquettes qui ont si est-ce que le païs est fort, et le chemin de
esté bruslees tant a la maison de ville qu'en longue torse et bien malaisé à tenir. ID., Anautres lieux. Compte de 1531. Arch. Ath. (G., toine, 47. — Qu'il le guyderoit bien seurement,
Compl.).
mais qu'il y avoit deux bonnes lieues de torse.
Torqueure. Pousse qui donne une trochée. C A R L O I X , Mém. de Vieilleville, V, 5 (G.). — (Fig.).
— Suffira que chascune greffe ait un bon œillet Il y a beaucoup de telles volontez dommageables
ou deux hors de la torqueure. D A S S Y , Manière et dangereuses qu'il seroit impossible de rompre
de semer, 103 r° (G., Trocheure). — Suffit que de droitfil,mais il y faut user de destour et de
le greffe ait deux doigts par dessoubs la rem- torse. A M Y O T , Instruct. pour... aff. d'Estat, 25.
bouchure et torqure. D u P I N E T , tr. Pline, X V I I ,
Écart. — Elle n'envoyera pas icy la lumière,
14 (G.). — Gardez en les liant [les sauvageons] ou il se fera une grande torse et grande difféque la torqueure ne vire d'un costé ne d'autre. rence de l'angle, ce qui est impossible. ID., Face
MIZAULD, Maison champestre, p. 285 (G.). — de la lune, il. — (Fig.). E n cestuy Leonidas, y
L'osier pour lier et enceindre ladite torqueure avoit plus notable dissolution et plus apparente
et bardeure de l'ente. L I E B A U L T , Mais, rust., torse et devoyement de l'ancienne façon de
III, 9 (G.). — D e telle torqueure les greffes ne vivre des Lacedaemoniens qu'en nul autre. ID.,
sur-sailliront beaucoup, ains seulement d'autant Agis, 3. — Quant à refréner sa langue... s'il y a
que deux ou trois œils pourront occuper de place. aucun qui estime que ce soit chose petite et léSERRES, VI, 22. — Autant curieusement qu'on gère, il se fourvoyé de grande torse du grand
pourra seront-elles couvertes [les entes] avec chemin. ID., Comment nourrir les enfans, 14.
de l'argile ou de la cire, et des escorces, et le tout
Tournure. —• Le solier se tord selon la torse et
si bien lié avec des bons oziers que mal aucun forme du pied. ID., Tranquillité de l'ame, 4.
n'en puisse arriver. Les greffes ressortiront de la
Torse de regard. Regard jeté de côté. — Ceste
torqueure deux ou trois œillets. V I , 22. — Avec torse de regard qui tord l'ame quant et quant.
de la cire ou de l'argille, des escorces et ligatures ID., Curiosité, 12.
l'on les asseure [les greffes] et finalement l'on
Inclinaison, inflexion. — U n froncis de sourcil
les couppe, n'en faisant ressortir de la torqueure ou une triste chère de visage, un regard de traqu'une couple d'œillets. V I , 24.
vers, une torse de corps, un croisement de cuisses.
Torrent (adj.). Violent. — Des torrentes
ID., Comment ouir, 13. — Les autres, représenfureurs empeintes de forestz. P A P O N , Disc, à t a i bien la torse de son col et l'humidité de ses
Panfile (I, 50). — Telle que nous voyons la yeulx, ne pouvoient advenir à exprimer son visage
torrente fureur Crever dans une pleine un déluge- masle et sa générosité de lion. ID., Fortune
ravage. ID., Pastorelle, III, 2.
d'Alexandre, II, 2.
Torrenteux. Où coulent des torrents. —
Torsfaits. Actes de violence, outrages. —
Et les torrenteuses campaignes, A u pié des
O hauteur de courage trop magnanime enflé de
negeuses montaignes, Joyeuses l'ont veu repasser. gloire prospérante, qui te fait appeter tardive
BAÏF, Sec. salutation au Roy (V, 267).
vindication de torsfaits inveterez. L E M A I R E ,
Torrentin. Torrentiel. — Lavage d'eau. ImIllustr., Il, 1. — Combien que m o n seigneur ayt
pétueuse, subite, dangereuse, ondoyante, torassez matière de quereler restitution d'autres
rentine. L A P O R T E , Epith., 237 r°.
torsfaits... il... persiste sans plus à demander
Torrifié. Torréfié. —
L'expression estant sa treschere sœur germaine m a d a m e Hesionne.
faite, y meslerés deux scrupules de rubarbe
II, 5. — Ilz conclurent que... fust envoyé premiètornfiee et pulvérisée. S E R R E S , VIII, 5.
rement et avant toute œuvra une ambassade
Torrion, v. Tourion.
au roy Priam, pour luy exposer les griefz, injures
Tor S j (torvus). Menaçant, farouche, terrible. et torsfaits à eux inferez par son filz Paris. 11,
— Alecto en ce lieu Laisse et devest le semblant
10. — Et furent les Grecz condamnez à ce que,
nerettors. D E S M A S U R E S , tr. Eneide,VlI, p. 355. pour lamende honnorable des torsfaits commis
— Abas y est, là chère fiere et torte [sic]. Ib.,par eux contre les Troyens sans ce quilz eussent
P p. 503. Torte rime avec porte, mais le latin droit ou juste querele, ilz offriraient un grand
ait torvus Abas. — A u dieu tors des combats. cheval à la déesse Minerva. II, 25.
L de L A P O R T E , tr. Horace, Odes, I, 28.
Torsionnaire, Torsionnier, v. Tortionnaire,
Tors 2, v. Tort.
Torçonnier.
Torse. Tour, repli. — Et qu'un ruisseau
Torsis. Repli, sinuosité. — Les eaux des
murmurant, Neuf fois recourbant ses ondes puissans fleuves tors R o m p e n t torsis, rives et
ue neuf torses vagabondes Aille sa tumbe embords. D E S M A S U R E S , p. 6. — Le fleuve grand de
murant. R O N S A R D , Odes, V , 6.
son écumante eau Aiant rompu les torsis de sa
Détour, chemin détourné. — Or allez tost sans rive. ID., tr. Enéide, II, p. 88.
repos ne sans torse. M . de N A V A R R E , Marg.,
Torsure. Torsion. — Dilatation et torsure des
£p. 2 e au roy (III, 215). — Voyant le coq l'injure narines par dehors. J O U B E R T , Gr. chir., p. 430
trop mfaicte Qui contre honneur luy avoit esté
(G.).
laicte, Délibéra de voiler l'aigle à force Et
Tort 1. A tord, à travers, de tors à travers,
ieist ung ject, sans prendre longue torse, Vers de tors et de travers, de torts et de travers. D e tous
les côtés. — Elle en abatit tout le boys, à tord,
à travers, deçà, delà, par cy, par là, de long, de
TORT 2
—
270 —
contrefaire
large. RABELAIS, I, 16. — Jusques à quand
tant les torticolles. ESTIENNE, Apol. Hede pervers Iront ils de tors à travers. D E S M A - rod., ch. 37 (II, 291).
Torticollis, v. Torticolis.
SURES, Psaumes, 94. — Il frapoit çà et la de
tors et de travers. J A M Y N , tr. Iliade, X X I , 165 v°. Torticuler. Faire des contorsions. — Pour
— L a nef que plusieurs vents divers Promènent nuyre à quelcun meschantement, sçavoir est,
sur lesflotsde torts et de travers. M O N T C H R E S - articulant, monorticulant, torticulant. RABET I E N , Cartaginoise, IV, p. 146.
LAIS, II, 34.
De tort et de travers. A tort et a travers. — Tortignonner. Tergiverser. — Sire, il ne
Il [l'esprit humain] va tousjours et de tort et faut plus tortignonner... Vous avez dans huict
de travers, avec le mensonge c o m m e avec la jours un roi esleu en France. A U B I G N É , Hist.
vérité. C H A R R O N , Sagesse, 1,14. — O n doit selon univ., XIII, 24.
la force entreprendre la paine, E t se donner le
Tortil. Sorte d'ornement des habits. —
ton suyvant qu'on a d'halaine, N o n c o m m e un
Je
ne dis m o t des passemens, tourtils, chainetes
fou chanter de tort et de travers. R É G N I E R , Sat. 6.
et listons qui trotent sur les bandes de velours que
Tort 2, v. Tors 1.
l'on m e t sur l'enrichissement des habits. 1582.
Tortant, v. Tordre 1.
N . de M O N T A U D , Mir. des Franc., p. 469 (G.,
Torteau 1. Tourteau. — Je le prie de penser Compl.).
en luy m e s m e de quel apetit on m a n g e du pain
Torche. — D e u x tortilz de chandoille. 1550.
ou d'un torteau quand on a faim extrême, et Man. admin. de Baume les Moines, p. 75 (G.).
c o m m e l'on boit volontiers de l'eau quand on
Tortilhément. Avec tortillement. — Le
est altéré. V I N T E M I L L E , tr. Cyropedie, I, 1. —
n œ u d retors du tige au chenu chêne TortilhéTorteau ou Tourteau. Frumenteux, embeurré, ment pressé de mainte large vêne. 1584. Du
doux, mollet, tendre, friand, enfantin. L A P O R T E , M O N I N , Uranologie, 36 (Vaganay, Mots).
Epith., 403 v°.
Tortillement (H. D. T. Ambr. Paré). Torteau 2. Sorte de meuble. — Rompirent 1547. Tortillemens de cordages. J. MARTIN,
tables, bancs et torteaux, couches, coffres et tr. Vitruve, 135 a (Vaganay, Franc, mod.). escabeaux. H A T O N , Mém., an 1562 (G.).
L'ornement ne soit point en dehors, par tortilleTorteux. Tortueux. — Meilleur ne soit ton
ment de cheveux, ou parure d'or, ou par accoussang qu'au vieil tyran de Gnosse Fut Ariadne trement d'habitz. C A L V I N , Bible franc., lre Epistre
lors qu'en la torteuse fosse D e son frère mibœuf de Pierre, 3 (LVII, 594). — L a vipère subite
le meurdrier reguidé, Traistresse, elle sauva par en son tortillement D u long trait de son ventre
le lin dévidé. B A Ï F , Poèmes, 1. III (II, 121).
assaut tout autrement. G R E V I N , tr. Nicandre,
Tortice. Repli. — Sur la rive diaprée D e p. 25 (G., Compl.).
Cephise un fier serpent, E n cent tortices ramTortilleux. Tortillé. — Ils sont tortillera
pant, Envenima la contrée. G A R N I E R , Antigone, et anfractueux. P A R É , III, 4.
630.
Tortillonner Aller tortueusement. — Ja
Torche. — Et ordonné pour le luminaire l'escaillé poisson par l'onde tortillonne. MATd'icellui service 4 torses pesant 2 livres et en- T H I E U , Vasthi, IV, p. 75.
core 4 tortiches pesans chescune 4 livres. 1507.
Tortillonnant. Qui va tortueusement. —
Cartul. de Bouvines, I, 212 (G.).
Poisson. Escaillé... tortillonnant. L A PORTE,
Torticer, v. Tortisser.
Epith., 330 r°.
Torticoler. Tordre le cou de (Fig.). DéTortillonne. Tortu. — Branche... torte, tortue,
former. — Nous torticolons la reigle des Escri- tortisse, tortueuse, tortillée et tortillonnee. Ib.,
tures, et la biaisons à la courbure de nostre
56 v°.
, . ..„,
faulse paroy. M A R N I X , Differens, 1, iv, 12. —
Tortillé. — Cordon. Tressé, houpe... tortille
Tout cela n'est que cercher onze heures à midy, ou tortillonne. Ib., 94 r°.
veu que les paroles de l'Apostre sont par trop
Replié. — Le grand serpent en neus tortuclaires pour estre torticollées de telle façon. II, lonné. L A P E R U S E , Medee, II (G., Compl.).
i, 8.
Entortillé. — Soyent vos lances tortmonnees
Torticolis (adj.). Ayant le cou de travers. —
D e grandes toiles d'araignées. G. BOUCHET,
[Panurge] nectoya très bien de beau vin blanc 25 e Seree (IV, 147).
le col, et puis la teste... et les afusta justement
Tortillotter. Tortiller. — Frisottez, piveine contre veine, nerf contre nerf, spondyle gnottez, tortillottez cest or. 1599. PAPILLON,
contre spondyle, affin qu'il ne feust tortycolly 312 (Vaganay, Mots).
(car telles gens il haissoit de mort). R A B E L A I S ,
Tortin. Torche. — A Nicolas le Ricq, espEII, 30. — Les uns en sont demeurés torticolis, sier... XLII tortins de chire. Compte de 1558les autres estropias de leurs membres. T A H U R E A U , 1559. Arch. Tournai (G.).
Sec. Dial, p. 147.
Tortinet. Tortillé. — M o n aneau tortinet
(Subst.). Celui qui va le cou de travers, la tête qui n'est point coppé. Testam. de déc. 15«.
penchée, faux dévot. — Gens soubzmis... à Arch. Tournai (G.).
Jupiter, c o m m e cagotz, caffars... patepelues,
Tortion. Colique aiguë, tranchée. — Je
torticollis. R A B E L A I S , Pantagr. Prognost., ch. 5. sentz si grant tortion E n m o n ventre que piu»
Faire le torticollis. Imiter ceux qui ont le tor-n'en puis. Act. des Apost., vol. I, 147 d (Or.)ticolis. — Quand il eut blasphémé, vous eussiez Douleur et tortion au ventre. P. V E R N E Y , tr. rredit que c'estoyent vespres qu'il disoit, tant il se saiges d'Hippocras, 2 (G.).
Tortionnaire. Injuste, violent, criminel. -feignoit estre un bon religieux faisant le torLe povre hère fut pris et... fut faict son procès,
ticollis. A N O N . , tr. Folengo, 1. X (I, 264).
Torticolle. Celui qui a le torticolis. — Ce et fut sacrifié publiquement pour ses voUenes,
qui s'apprend en l'an de probation et avant qu'ils larcins, pilleries, concussions, trahisons, aecep
soyent profez, c'est... à regarder en terre, à
'1 —
TORTRIER
(CHANOINE)
tions, assassinementz et aultres cas énormes et Tortis 2 (adj.). Tordu, tortillé. — Puis ont
torsionnaires par luy commis. D E S P É R I E R S , tiré par les ondes tortisses L a blanche voile.
tfouv. Récr., 29.
P E L E T I E R , tr. Odyssée, 1. II, p. 47. — Les blez
Injuste, mal fondé, violent. —• Autrement meurs H o m m e n'y ait qui de faussille tranche,
elle [la monarchie] ne seroit pas fondée de léTant que premier d'une tortisse branche D e
gitime empire, mais de usurpation tortionnaire. chesne il n'ait la teste environnée. ID., tr.
B U D É , Institution (Foucher, ch. 30). —• Denis... Ge'org., 1. I, p. 65. — E t la vigne tortisse M o n
leur dist que la loy de leur pais estoit inique, sépulcre embellisse, Faisant de toutes pars
tortionnaire, et qu'elle faisoit grand injure aux U n ombre espars. R O N S A R D , Odes, IV, 4. —
roys. Ch. 52. — Il ne pouvoit rien obtenir d'eux C o m m e la vigne l'ormeau, C o m m e la tortisse
qu'il n'acquiesçast à une infinité de demandes chaisne D u lierre tient le chesne Etreint d'un
et injustes et tortionnaires. P A S Q U I E R , Rech., II, estroit rameau. B A Ï F , Meline, 1. II (I, 81). —
1. — Il n'est pas permis de résister au magistrat O u c o m m e le lierre en tournoyant se plisse
en l'exécution tortionnaire des biens. B O D I N , Contre u n chesne moussu, d'une alleure tortisse.
Republ, III, 5. — L e roy Boleslas... suborne B E L L E A U , Pierres précieuses, Pierre d'aymant (II,
les héritiers de Pétrie, qui font appeller Sta- 181). — L'ormeau est embrassé de la vigne
nislas devant le roy et les estats généraux de tortisse. D u B A R T A S , 2 e Sem., Magnificence,
Pologne pour partir la possession et saisine de p. 381. —• Combien cette croix est une sep torceste terre, et leur en rendre les fruicts depuis tisse, mais bien chargée ! 11 n'y a qu'un seul
le tortionnaire ensaisinement, injuste détention raysin, mais qui en vaut plus que mille. Fr. de
et possession d'icelle. L E L O Y E R , Spectres, VI, 13. S A L E S , Lettres, 485 (XIV, 78).
Tortionnairement. Injustement. —
Ceux
Sinueux. — Il [l'Amour] tient encor de la
qui régnent tortionnairement. V I G E N È R E , tr. Cé- nourrice Qui dedans la couche tortice Nourrit
sar, Guerre civ., Annot., 193 v° (G., Compl.).
sa mère entre les vents, Troubles et mariniers
Tortionner. Traiter avec injustice, léser. —
tourments. B E L L E A U , Petites Inv., Chanson
J'ay esté... tortionné par cestuy T, lequel usoit
(I, 124). — Faites couler le sang de m e s tortices
contre raison de mes biens. B R E T I N , tr. Lucien, veines. G A R N I E R , Cornelie, 227. — E t par les
Justice des voyelles. — Quant ores vous abanherbues lices... Et par les ondes tortisses. L. de
donneriez ceste querelle, si ne faut il pourtant L A P O R T E , tr. Horace, Odes, IV, 1. — Qui n'a
qu'elle soit délaissée par m o y qui ay esté tor- veu quelquefois les plaines de Thetis Sans vagues
tionné. Ib. — Vous semble il que je doive estre et sans flots et sans bouillons tortis. G U Y D E
vilipendée et tortionnee : que vous veniez m'ar- T O U R S , Paradis d'amour (II, 6).
racner celuy que seul j'avois en possession?
Arrondi. — Apres fay luy son beau sourcy
Ib., Timon, 32. — C o m m e n t ne sembleroy-je voutis D'ebene noir, et que son ply tortis Semble
bien avoir esté torsionné de grieîve injure? Ib., un croissant qui monstre par la nue A u premier
Accusé deux fois, 33. — Penseriez vous que celuy mois sa vouture cornue. R O N S A R D , Cassandre,
qui est tant humainement affecté envers les Elégie à Janet (I, 120).
estrangers, exerçant si grande injustice à l'enTortissel. Torche, flambeau. — Pour l'obcontre de ses domestiques, s'il n'estoit outre seque du feu prince 24 torches, 6 cierges, 9 tortismesure tortionné et injurié. Ib., Phalaris, I, 10. seaulx. Compt. de 1506-1507. Arch. Nevers (G.).
Tortiounier, v. Torçonnier.
Tortissement. E n se tortillant. — Celuy qui
Tortipez. Celui qui a la jambe torse. — Quand a veu la chaisne D u liarre autour du chesne
ce martial Vulcan fut sorty de la salle, nous de- Tortissement se collant. B E R E A U , Odes, 6.
mandasmes à nostre hoste qui estoit ce tortipez
Tortisser. Tordre, tortiller. — Tortissant
si picrocholle. G. B O U C H E T , 18 e Seree (111, 173). ses jambes croches. V A U Q U E L I N , Foresteries, 1,
Tortis 1 (subst.). Chose tordue, tortillée, 7. — Vien d'if et de cyprès un chappeau tortorsade, couronne tressée. —• Je ne veux rien ticer. B A Ï F , Poèmes, 1. III (II, 110). — Muses,
sinon tourner Par danse, et m e couronner Le de vostre main tortissez le laurier Dont j'omchef d'un tortis de lierre. R O N S A R D , Odes, IV, brage le front de ce jeune guerrier. V A U Q U E L I N ,
24. — Seulement je m e soucie D e parfumer de Art poet., II, p. 60.
senteurs M a barbe et de mille fleurs Faire un
Tortissant. Qui se tord, se replie, sinueux. —
tortis à m a teste. B E L L E A U , tr. Anacréon (I, 17). Puis du bout du pied droit va le milieu froissant
— Pour son chef divin U n tortis elle tissoit D e D e la teste au dragon en cent plis tortissant.
fleurs qu'elle choisissoit. B A Ï F , Poèmes, 1. IIIB E L L E A U , Appar. célestes (II, 330).
(II, 131). — (Par comparaison). L'air crevassé
Tortive. Tortu. — Le serment, la feuille, les
d'un tonnerre grondant Et d'une pluye en tortis cymes ou tendrons tortives de la coulevree sont
descendant. R O N S A R D , Franciade, II (III, 46).
semblables a ceux de la vigne cultivée. M A I G N A N ,
Repli [de l'eau, du vent]. — Ceste fontaine tr. Fuchs, ch. 32 (G.).
en ruisseaux séparée Baignoit les fleurs d'une
Tortoire. Bâton servant à écarter, à décourse esgarée S'entre-lassant en cent mille
tourner. — Si par un hault taillis ils sont contortis. ID., Eclogues, Chant pastoral (III, 421). traincts
—
passer Pour de teste et de cul d'abordée
A tant la nymphe en parlant dévala Son chef presser Le cerf fuiant devant, avecques la torsous l'eau : l'onde qui çà qui là Flot dessus toire Les branches, d'une main, ils tourneront
flot en se ridant grommelle, D'un long tortis arrière. G A U C H E T , Chasse du cerf, p. 191.
'engloutit dessous elle. ID., Franciade, III (III,
Tortouer. Bâton servant à tordre. — Se
92). — Que le tortis d'un tourbillon de vent, trouvèrent tous... equippés à lavantage, c o m m e
Loin du regard, de terra va mouvant. J A M Y N , aians broches de fer, fourches ferrées, vouges,
0. P., 1. I, 28 v<>.
leviers, tortouers, bastons à deux bouts. D u
Détour. — O vous aussi, fontaines, Qui allez F A I L , Propos, ch. 9, p. 67.
ondelant par les herbeuses plaines, Et par tortis
Tortrier (chanoine). Chanoine ayant une
cayez roulez tousjours à val. G A R N I E R , Hipdemi-prébende. — L'Épitaphe de Bachus, chaPolyte, 10ZI.
noyne tortryer en Pesglise d'Auxerre. C O L L E R Y E ,
272 —
TORTUE
V-nitar,hes 1. — E n son vivant bon chanoynederrière. Anc. Poésies, V, 77. — H départit si
tortrier D'Auxerre fut, en ville et champs tro- roidement q'un quarreau d'arbaleste ne vole
pas plustost. R A B E L A I S , II, 28. — Qu'avez vous
tter. Ib.
Tortue. Lyre, luth. — D e ta greque tortue affaire, respondit Amadis, si je vois tost ou lenTu fais bravader çà bas Les Maconnoises aux tement? Amadis, l, 27. — Vous, mes pigeons
bals O u tout gent cœur s'évertue. B U G N Y O N , couplez, qui parmy l'air souvent Trainez mon
Erotasmes, p. 69. — Tortue... Ce mot aussi chariot aussi tost que le vent. R O N S A R D , Elégies
'
quelquesfois est prins pour un lue. L A P O R T E , Adonis (IV, 35).
Tost
que
le
pas.
Très
vite.
Voir
Pas
1
t
V
Epith., 404 r°.
v
p.
659,
col.
2.
'
'
Tortuer (trans.). Rendre tortu. — Que
Aussi tost. Aussi bien. — Quand ilrevenoit delà
fait Dieu? les hauts il abaisse, Hausse les bas :
les tortus dresse, Et les droits il va tortuant taverne... luy estoit ad vis d'unfiletque c'en
estoyent deux, et cousoit aussi tost une manche
BAÏF, Mimes, 1. IV (V, 195).
(Intrans.). Suivre une ligne tortueuse. — Il par derrière comme par devant. D E S PÉRIERS ;
cava force mines en tortuant. S A U V A G E , tr. Nouv. Récr., 77. — U n varlet appelle coustillier
aussi tost pource qu'il costoyoit son maistre
Jovio, I, 99 (G.).
Se tortuer. Former des sinuosités. — H z les que pour estre garny d'un long poignard appelle
menèrent en une plaine nommée Idistiavisum, coustille. F A U C H E T , Origines des chevaliers, 1 I
'
laquelle est moyenne entre le fleuve Visurgis 526 v°.
Tost que. Aussitôt que. — Tost qu'elle vit en
et les montaignes, et se tortue inegallement
selon que lerivagedonne lieu à leaue ou que la ceste face belle De damoyseau grâce de damoyhaulteur des montagnes luy résiste. É. de L A selle, La voyla prise : et soudain par les yeux
Amour luy lance un désir furieux. BAÏF, Poèmes.
P L A N C H E , tr. Tacite, 1. II, 56 v°.
Tortument. D'une manière sinueuse. — 1. V (II, 262).
Si tost... que... ne. Pas plus tôt... que. — Le
L'une il tranche du bout de sa queue ondoyante,
prestre
la baptisa, et n'eut la vieille si tost receu
Puis entrecoupe l'autre en ses plis tortument.
le
baptesme
qu'elle ne trespassast. L E LOYEB,
B E L L E A U , Appar. célestes (II, 330). — Qu'autour
Spectres,
III,
9. — Ces marques ne furent si
des Cyclades claires Cesflotstortument espars
Tu fuies loing des hazards. L. de L A P O R T E , tost advisees de Charito qu'elle ne les recogneut
et ne s'escriast hautement. III, 11.
tr. Horace, Odes, I, 14.
Tortuon, mot d'argot. Dancer le tortuon. Tost (adj.). Rapide. — One on ne veid léopard
Être fouetté. — Le tortuon j'eusse dancé ; Le si tost estre Contre un cerf veu. PHILIEUL, tr.
marieux m'eust advancé Tout au long les joncs Pétrarque, 1. IV, Triomphe de Chasteté.
Tostade. Alezan tostade. Alezan brûlé. —
verdoians. Farce trouvée à Fribourg (P. Aebis[La
jument] avoit poil d'alezan toustade. RAcher,R. S. S., XI, 168).
BELAIS,
I, 16. — Trois beaulx et jeunes uniTortuosité (tortuositas). Caractère de ce qui
est tortueux. — Soubs le tropique, où sont les cornes : un masle de poil alezan tostade et deux
vrais Mores, le soleil y faict plus de demeure, à femelles de poil gris pommelé. IV, 2.
Tostee. Tranche de pain grillé. — N'auray-je
cause de la tortuosité et obliquité. G. B O U C H E T ,
29 e Seree (IV, 246). — N e sert derienà dire que pas une toustée A u beurre...? Anc. Théâtre,
la frizure des cheveux vient de la tortuosité des I, 300. — Adonc luy fault une testée Au vin
aigre ou une alouette. Anc. Poésies, III, 174. —
pores. Ib. (IV, 248).
Torture. Distorsion. — La torture de la Où sont les richesses boustées, Qui ne me vallent
troistestées,Dont je souloye avoir foison...?
bouche. Jard. de santé, I, 270 (G.).
VII, 114. — Vous estes digne Que vous ayez,
Tortycolly, v. Torticolis.
Torve (torvus). Menaçant, farouche. — avant qu'on digne, De pouldre de duc la tostee.
Ayant le chef courbe et enclin, ne jectant son C O L L E R Y E , Dyal. pour jeunes enfans, p. 105. —
torve regard fors en terre comme une beste mue. Ou en jambons, ou en tostées. M A R O T , tr. Erasme,
J. M A R O T , Voy. de Gènes, 19 v° (G., Compl.). — Coll. 1 (IV, 16). — Tostee. Seiche, rostie, emLe regard torve et la face livide. D u M A S , beurree, mince, vineuse, trempée. L A PORTE,
Œuvres meslees, p. 107. — Bien que farouche vosEpith., 404 r°. — Cf. Tester.
Toster. Griller. — Bien seroit roty et toté,
rigueurs Et vos torves regards nous tiennent
Batu,
pillé et affollé. Font, perill, 22 v° (G.). en silence, Vous ne maistrisez nos humeurs.
Je toste du pain, je fais une tostee... Tostez moy
P. 203.
Torvité (torvitas). Aspect farouche. — Lesce pain, or faictez men une tostee de ce pain, car
sorciers et sorcières se congnoissent et discernent une couppe de goodalle a tout une tostee est
par les yeux et par leur torvité et aspect dia- bonne et saine au matyn pour la veue dune
personne. P A L S G R A V E , p. 760.
bolique. L E L O Y E R , Spectres, II, 6.
Tostif. Hâtif. — Choses tostives ne sont pas
Horreur. — Quand le stile est bien esmoulu
communément
de durée. S* JULIEN, Mel. hist.,
a la cœur d'indignation et detestation conceue
p.
557,
éd.
1589
(G.).
par considération de la torvité des vices. B U D É ,
Institution (Foucher, ch. 31). — C'est chose Totage. Total, totalité, tout. — Declairer
reprehensible et vitieuse ne se courrousser... veulx de sa vie le toutaige. Anc. Poésies, VI, «5.
— sera
Pantagruel
avoir
leu
totaige
dist
àferay
Paselon
cerequiert.
que
torvité
et
enormité
du
cas
fault
tossie.
desplaisans
mis
Tost
Tossie.
le
retirer;
P H(adv
IL
Poison.
ITous
Ela
)UTost,
LVite.
,Ch.
tr.
lieux,
— mon
Pétrarque,
Si
—51.
je
et
Madame
amy,
l'ay
pleins
dit,
tost
L de
vient,
I,
que
sortez
chant
venin
miecomlpar
soient
19.
se
et de
bien
IV,
grination
et
soubdain
dira
nurge.
la
4.
le
que
moitié
—le
totage.
R Ale
la
Ce
resusciter
totaige
B Efin
commencement...
Ldu
n'est
A IIII,
correspondra
Stotage.
,en
pas
25.
III,
quelqu'un...
alaigresse
tout
—D 18.
E le
SDe
de
AUTELS,
au
—
ceste
semble
commencer,
etcommencement
Je
lequel
santé
nostre
vous
Mitiswre,
estre
perfaict.
vous
pérécomplus
en:
—
273 —
TOUCHE 1
^ in. — Que voudriez vous désirer d'advan- — Corps humain. Terrestre, caduque... touchable.
tage, Si ce n'estoit du m o n d e le toutage? Ju- L A P O R T E , Epith., 95 r°.
IYOT, lre part., 22 (A Anne Turgis). — N y toy,
Non touchable. Qu'on ne doit pas toucher. —
ny Fichas n'avez autre moyen de cognoistre Les trefs oultre-passent les gords A leurs cales parties, sinon par la précédante cognoissance rines non touchables. L. de L A P O R T E , tr. H o du totage. B R E T I N , tr. Lucien, Ermotin, 55. •—
race, Odes, I, 3.
11 faut seulement remettre la décision du totage Touchant. A touchant de. A côté de. — A
à la bonne discrétion de saincte Mère Eglise. touchant de luy, ung sien varlet du m e s m e coup
MARNIX, Differens, II, i, 13. — Personne sur heut la teste emportée. A U T O N , Chron., I, 125
des conjectures fondées en quelque parcelle de
(G., Compl).
la pièce ne pouvoit conclurre valablement pour
Touchant de. A u sujet de. — Touchant de
le totage. Fanfares des Roule Bontemps, p. 76.
condamner autruy, je suis contrainct de vous
Au totage. Totalement. — N'ayant le pouvoir dire ung m o t qui ne vous plaira possible pas.
de satisfaire au totage. Lettre du 6 févr. 1551 (G.).C A L V I N , Lettres, 147 (X, n, 270-271). — Les
Toter, v. Toster.
anciens escrivains ne s'accordent point touchant
Touace, v. Touasse.
du successeur. Car les uns tiennent que c'a esté
Linus, et les autres Clément. ID., Instit., IV, vi,
Touaille. Serviette, nappe. — Sitost q'un
bien grans seigneur dine, Je suis mis sur la 15.
Quant à. — Je ne doubte point que touchant
toaille fine E n coppe d'or honnestement. Anc.
Poésies, IV, 106 (Débat du Vin et de l'Eau). — d'eux, elle ne leur soit nouvelle. Ib., A u R o y ,
La table est mise gentement, Nappes, touailles, p. xvi. — Touchant de sainct Augustin, ce n'a
serviettes. L A C H E S N A Y E , Condamn. de Banc- pas esté son intention de donner à la volunté
quet (G.). — Poulsant oultre... trouviez... une de l'homme une partie de la louenge des bonnes
œuvres. II, p. 74. — Touchant de la cérémonie,
table de bonne estoffe... sur le bout de laquelle
nous
en dirons cy après en son lieu. XIII, p. 694.
la touaille ou nappe, ce m'est tout un, estoit
encore du reste du disner. D u F A I L , Baliverne- — Touchant de la couronne d'espines, il faut
ries, p. 47. — Pour le louaige de x n thowelles dire que les pièces en ont esté replantées pour
qui servent aux enffans de la Grange pour por- reverdir : autrement je ne say comment elle
ter leurs torses a la procession. Compte de 1579. pourroit estre ainsi augmentée. ID., Traicté des reLille (G.). — Il estend sur iceluy une touaille liques (VI, 422). —• Touchant de m a retraicte,
ou nappe faite de chanvre et d'estouppe. A N O N . , je vous confesse que j'ay trouvé estrange le
tr. Folengo, 1. II (I, 42). — U n e touaille toille premier m o t que vous en dictes. ID., Lettres,
blanche où sont plusieurs animaulx tissus d'or 147 (X, n,271).
T o u c h e 1. Action de toucher. •— [Lucrèce]
avec branchages de soye violette, rouge et verde.
1606. Invent, du, château de Nancy (Gay, Gloss. soufrit, non toutesfois de coer délibéré, lacharnele
touche du jouvencheau. F O S S E T I E R , Cron. Marg.,
archéol).
Drap. — Ils aperceurent sur deux tréteaux de 115 v° (G.).
Coup. — Les plus fiers et plus farouches
table une martrouere couverte d'une touaille,
une chandele allumée sur le bout, vraies merques Souffrent volontiers les touches D e tes poignantes sagettes. S A I N T - G E L A I S , Masinissa, 4 e ind'un corps mort prest à porter en terre. D u
termedie (III, 215). — (Fig.). Et se moquent
FAIL, Eutrapel, 16 (I, 222).
ceux
qui s'en veulent prévaloir selon l'humaine
Touaille à mains. Essuie-mains. — Touaille à
mains. Rude, pendante, esfroite, longue, blanche,raison. Ils n'en donnent jamais une touche qu'ils
n'en reçoivent deux. M O N T A I G N E , I, 31 (1,274). —
essuyante. L A P O R T E , Epith., 404 r°.
Touaillon. Nappe. — U n touaillon de lin C'est une espèce de légère escrime ou avec l'espée
tenant de lonc deux verges, prisé vingt solz. rabatue je donne simplement une touche qui
perce à grand peine la peau et ne peut vivement
1605. Invent. (G.).
Torchon. — (Fig.). Holà! h é ! vielle! ord entamer la chair. T A B O U R O T , Touches, 1 r" (G.).
Donner la touche à qqn. Le maltraiter. — O n
touaillon!... Sortez! vielle sorcière, sortez!
m
e
parla fort de luy [le capitaine Perot] et l'atLARIVEY, Morfondu, IV, 5.
tendoit-on en Espagne et Portugal en bonne
Touasse. Rustre. — Quelque touace de village, Dis je, villain de père et mère, M e dirait : dévotion, s'il y fust allé lors, pour luy donner la
iDieu te gard, compère... » Anc. Poésies, X 1 U , touche. B R A N T Ô M E , M. de Montluc (IV, 41).
Avoir une touche. Recevoir un coup. — (Fig.).
33. — Se sont les tours D e ses fouaces o leurs
guestres. Ib. — Ceste grosse touasse de Quintin M o n cœur auroit une bonne touche s'il pensoit
se trouva une fois en une rue où on avoit tué avoir fait quelque chose qui vous déplût, ayant
un homme. C A L V I N , Contre les Libertins, ch. 13 tant de désirs de se voir continuer l'honneur
(VII, 184). — E s chasteaux, en vostre absence, de votre précieuse amitié. Jeanne de C H A N T A L ,
les touasses, mulletiers ou cuisiniers qui y de- Lett. à J. P. Camus (dans Fr. de Sales, X I V ,
meurent entretiennent et font l'amour... à voz 419).
Craindre la touche. Craindre les coups, avoir
damoyselles. Comptes... adventureux, 3 (I, 29).
Touchable. Tangible. — Pour rendre l'uni- peur. — Ceste bravade fit que la capitulation
vers visible et touchable furent premièrement fut reconfirmée, a l'instance desdicts Milannois
créez le feu et la terre. L E R O Y , tr. Xenophon, qui craignoient la touche. D u V I L L A R S , Mém.,
p. 60, Comment. — Il n'y a es autres choses V, an 1554 (G., Compl.). — Et maintenant..,
sensibles aucune similitude ou imitation de vous reculez arrière ! Il semble, en bonne foy,
meurs, comme es touchables et goustables. ID., que vous craigniez la touche. T U R N È B E , Contr. Aristote, VIII, 5. — L'ame de l'homme... tens, V , 5.
Craindre la touche de Pavie. Craindre une
n'est pas touchable, c o m m e estant exempte de
défaite c o m m e celle de Pavie. — Les Espaignolz...
toute quantité
et
des
qualitez
qui
respondent
18
VII
a l'attouchement. M O N T A I G N E , tr. Sebon, ch. 217. disoient tout haut que nous craignions la touche
de Pavye. B R A N T Ô M E , M. d'Anguien (III, 216).
Touche. Endroit touché. — Homenaz... nous
TOUCHE 2
274 —
Touche. Stylet. — Il fut occis d'espingles ou
monstra une imaige paincte assez mal, scelon
touches
de fer dont ilz escripvoient. Mer des
mon advis, y toucha un baston longuet, et nous
Cron., 51 v° (G.).
feist à tous baiser la touche. R A B E L A I S , IV, 50.
Touche à touche, touche à touche de. Tout à côté
Touche. Ustensile servant à faire 1 épreuve
de. — A u x Olympiades j'estois assis touche à
des viandes. — U n e touche de licorne garnye
d'or pour faire assay. 1568. Invent, de Phil. II (G.). touche la senestre des juges. B R E T I N , tr. Lucien,
Note. — Aussi voulut-on peut-estre dire que Ermotin, 39. — Pense tu estre au pays d'Athènes,
ces briefves touches et remarques mettoient bon h o m m e , qui es autour de Babylone, touche
en évidence la mouelle du droict civil. P A S Q U I E R , à touche des mors...? Ib., Navire, 35.
T o u c h e 2. Bouquet de bois. — Et fust hors
Rech., IX, 34.
Degré. — Ce tourbillon franchi, nous voyons le village d'Orenge joygnant une tousche de
que sans y penser elle [l'âme] se desbande et boys. B O U C H A R D , Chron. de Bret., 208 b (G.). —
relasche d'elle mesme, sinon jusques à la der- Et si y a du costé de septentrion des touches
nière touche, au moins jusques à n'estre plus de boys, ou par le conseil de Rascupolis Brutus
meit et logea son camp. S E Y S S E L , tr. Appien,
celle-là. M O N T A I G N E , II, 29 (III, 120).
Guerres civ., IV, 13. — Passans de là par l'oree
Action de toucher à la pierre de touche. —
de
la touche en plain chemin. R A B E L A I S , I, 38,
(Fig.). H y a, disent-ils, et vray et faulx, et y
a en nous dequoy le chercher, mais non pas de- — U n petit port... situé lez une touche de boys
quoy Parrester à la touche. ID., II, 12 (II, 243). haulte, belle et plaisante. IV, 35. — Adoncques
Pierre de touche. — Adonc se print à soubz- se lieve Pantagruel de table pour descouvrir
rire Mercure... Et transmua son estomac sans hors la touche de boys. IV, 36. — Tu peux
foy E n un caillou n o m m é touche ou indice, voir... de l'autre costé ceste touche de bois fort
Qui d'accuser faict encore l'office. M A R O T , tr. haute et umbrageuse. T A H U R E A U , Prem. Dial.,
Metamorph., 1. II (III, 238). — (Fig.). Il n'y a p. 103. — Arrivâmes près une petite touche de
bois assez touffue. V A U Q U E L I N , Foresteries, II,
aussi nulle doubte que ceste Eglise ne soit c o m m e
une touche pour en esprouver beaucoup. C A L - 9. — Il avoit... mis le feu dans une touche de
VIN, Quatre sermons, 3, D'estre en l'Eglise (VIII,bois sacré. S A L I A T , tr. Hérodote, VI, 75.
T o u c h é k u n , v. Chascun, t. II, p. 214, col. 2.
423). — Ce n'est point sans cause que nostre
T
o u c h e m e n t . Action de toucher, manière
Seigneur nous a laissé son Escriture : c'est la
vraye touche à laquelle il nous faut esprouver de toucher. — A m o u r vivant sera pour jamais
toutes doctrines pour en bien juger. ID., Serm. arresté ; Qui fera voir l'aveugle et le muet parsur le Deuter., 111 (XXVII, 536). — C o m m e n t ler, Le sourd ouyr trescler, le boiteux droit aller,
Ïiourra-on discerner ceux qui aiment Dieu d'avec L'imbécile des mains user du touchement. M. de
es contempteurs et ennemis de sa majesté? Je N A V A R R E , Marg., Mort et Resurr. d'Amour
(IV, 270). — Les contraignant la faute de coucroy que l'exemple de David nous pourra bien
servir de touche à tel examen. ID., Resp. à un verture de se toucher, et serrer près l'un de
Holandois (IX, 628). — [Leur profession] est l'autre : lequel touchement fut occasion de reasde ne recevoir ny approuver rien que par la seurer un peu leurs cœurs. L E M A Ç O N , tr. Devoye de la raison : c'est leur touche à toutes cameron, V, 1. — Il commande... tout ce quest
au médecin, gestes, visaige, vestemens, parolles,
sortes d'essais. Mais certes c'est une touche
pleine de fauceté, d'erreur, de îoiblesse et def- regardz, touchement, complaire et délecter le
malade. R A B E L A I S , IV, Anc. Prol. — Je croy
faillance. M O N T A I G N E , II, 12 (II, 293). —
La
touche d'un bon mariage et sa vraye preuve plustost que ce touchement des mains estoit
regarde le temps que la société dure. II, 35 une façon de laquelle on usoit quand on pnoit
(III, 177). — L'exemple de Cyrus ne duira pas quelcun. E S T I E N N E , Dialogues, II, 95. — Au
mal en ce lieu, pour servir aux roys de ce temps touchement seul du bord de sa robe. CHARRON,
de touche, à recognoistre leurs dons, bien ou mal Disc, chrest., Rédemption, 10. — Des que les
employez. III, 6 (III, 401). — A ceste touche petitse d'Indons seront esclos, les faudra rnileur doctrine seroit reconneue de bas or. Fr. de gnard ,ment gouverner, en les gardant du froid,
de la faim, et de trop rude touchement. SERRES,
S A L E S , Controverses, I, H, 1.
V, 3. — Ainsy se faisoient les chevaliers, ou par
Or de touche, Y. Or 1.
De haulte touche. D e grand mérite. — O for- le touchement du bout de l'espée sur l'^paw».
tune indécente ! Ce n'est pas or ne de l'heure ou par l'accollade. B R A N T Ô M E , Charles VIII (IL
présente Que tu te prens à ceulx de haulte touche 312). — Elle avoit de grands monceaux de toutes
sortes de linge, qui multiplioit au touchement
Et aux loyaulx. M A R O T , Epistres, 1.
Craindre la touche (jeu de mots : craindre la de ses mains. B E R O A L D E , Parvenir, Passage (i,
pierre de touche et craindre les coups). — C o m m e 183). — (Au sens abstrait). Recorde toy mettre
la coustume de falsifier les métaux est ancienne, la plume en œuvre, E t prens en gré la sorte
aussi est ancien le moyen d'esprouver la falsi- dont en œuvre Le touchement, tel que je 1 ay
fication : et particulièrement de l'or par la pierre sceu prendre, Qui soubz ta main désire bien
de touche, dont m e s m e nous sçavons estre venu aprendre. C R É T I N , Au nom de la royne Marw,
ce proverbe, lequel j'ay veu estre fort c o m m u n p. 198. — Cette jeune femme... demanda quon
à Paris : Il est de bas or, il craind la touche. luy donnast le baptême... monstrant par signes
extérieurs le vif touchement du sainct Esprit en
E S T I E N N E , Apol. Herod., ch. 16 (J, 294). —
Vous estes de bas or, vous craignez la touche ; son cœur. Y V E S , Voy. dans le Brésil, II, 2 (G.).
Sens du toucher. — Le goust, la veue, le tousi ne m'eschaperez vous : puis que je vous tiens,
e
chement.
L E C A R O N , Dial., I, 3 (86 v°). — Les
il faut que je vous pelaude. C H O L I È R E S , 6 Ap.deux éléments plus elongnez sont le feu et
disnée, p. 254.
A la touche. E n servitude? — Je suis lassé terre : desquelz la veue tient d'icelui et le toud'estre à la touche. J'ay tousjours lefielen la chement de cete-ci (91 r°). — Les voluptez cru on
bouche, J'ay tousjours les piez enchaisnez, Les reçoit par le goust et par le touchement soin
membres rompus et gesnez, D e suyvre l'ombre devancées de faim et de soif. L E R O Y , tr. Arisde tes pas. B E L L E A U , Petites Inv., A L'Amour tote, II, 5, C o m m e n t . — Si le corps a le touche(I, 153).
— 275 —
ment particulier, par le moien de l'incorporel,
aussi aura il l'attouchement universel. A M Y O T ,
Comm. concept, contre les Stoîques, 40.
Toucher. Toucher en main qqn. Lui donner
sa parole. — Constance, je t'ay mariée... Mets-toy
en ordre et te pare, pour ce qu'à ce soir nostre
Léonard te viendra veoir et toucher en main.
LARIVEY, Constance, I, 2.
Toucher à la main. Jurer, prêter serment.
— Les uns et les autres, sentans ce qu'ils méritoyent, touchèrent à la main de se faire plustost tuer que pendre. A U B I G N É , Hist. univ.,
XIII, 30. — Estant de besoin de lier les affaires,
il fault que les parties touchent à la main. ID.,
Lett. d'aff. personn., 2 (I, 290).
Toucher. Sonner. — L'une fois lon touche
l'alarme, et l'autre lon leur c o m m a n d e à faire
le guet. L A G R I S E , tr. Guevara, Prol. gênerai,
14 v°.
Faire marcher devan t soi. — Maistre J an otus...
se transporta au logis de Gargantua, touchant
davant soy troys vedeaulx à rouge muzeau.
RABELAIS, 1,18. — J'ay icy un chien... Voicy une
lesse, à quoy je le maine ; nous le toucherons
devant nous et serons tous quatre bouchés, et
tiendrons la lesse du chien. Nie. D E T R O Y E S ,
12. — Il accoustra des asnes, et leur chargea
des outres pleins de vin : puis les touchant
devant soy... laissa le vin s'espancher. E S TIENNE, Apol. Herod., ch. 15 (I, 241). — Il
touchoit devant soy un asne chargé de bois.
ANON., tr. Folengo, 1. III (I, 61). — Le jour
du grand assaut, il y alla le premier sans marchander et peu suivy de ses gens, combien
que M. de Montluc... luy avoit dict et prié de
toucher ses gens devant luy et qu'autrement
tout n'irait pas bien. B R A N T Ô M E , Couronnels
(VI, 62).
Eprouver. — Je l'injurie grandement, présumant plus de m o y que de sa grandeur infinie,
et entreprennant toucher et examiner la vérité
de ses paroles à mes frivoles raisons et vaines
fantasies. M O N T A I G N E , tr. Sebon, ch. 209. — L a
science, le stile et telles parties que nous voyons
es ouvrages estrangers, nous touchons bien aysément si elles surpassent les nostres. ID., .Essais, II, 17 (HI,54).
Toucher de. Être exposé à. — Je luy suppliois
très humblement croire que je n'avois point
peur de moy, car, Dieu mercy, j'estois né sans
peur... mais que j'avois peur du roy et d'elle,
car ilz ne touchiont pas moingz que de la mort
ou de la prison. M O N L U C , 1. V I (III, 92).
Appartenir. — Ce ne sera plus l'homme, ny
nous par conséquent, à qui touchera cette
jouyssance. M O N T A I G N E , II, 12 (II, 262).
TOUFFE
guère. Il n'en rabat pour tout cela rien de la
mesure à quoy il s'est taillé. Tousjours recommence, tousjours reconsulte : et tousjours persiste, d'autant plus ahurté en son advis qu'il
touche à luy seul de le maintenir. IL 17 (III,
v
26).
'
Convenir. — C'est aussi une règle c o m m u n e
en toutes assemblées qu'il touche aux moindres
de se trouver les premiers à l'assignation, d'autant qu'il est mieux deu aux plus apparans de
se faire attendre. ID., I, 13 (I, 63).
Echoir. — H s'yfitun combat d'un capitaine
gascon et d'un Italien. Il toucha au Gascon
de donner les armes. B R A N T Ô M E , Duels (VI, 298).
^ Etre le tour. — Or çà donques, philosophe
c'est à toy à qui il touche de parler. P A S Q U I E R ,
Pour-parler du prince (1, 1023). — Ceste jeune
fille, voyant ung frère, à qui il touchoict de fera
la garde, ne pouvoir y aller, prend son morrion...
ses chausses et ung collet de buffe, et s'en va
au corps de garde. M O N L U C , 1. III (II, 56).
Toucher... à. Être le tour... de. — Elle ordonna un jeu que chacun eust à dire quelque
brief m o t d'amour ou d'aultre chose gentille...
Quand il toucha à la vefve à parler, elle vint
dire d'une grâce affaittée ce qu'elle avoit prémédité dès le paravant. D E S P É R I E R S ,
NOUV.
Récr., 64.
Quant à moy touche, v. Quant 2.
Touchet. Pierre de touche? — (Fig.). Plusieurs aussi de sciences hautaines, C o m m e le
Maire, en lettres vray touchet. L E R O C Q U E Z ,
Miroir d'éternité, 113 v° (Plattard, R. S. S., II,
284).
Touchette. Pierre de touche. — Si oyoit on...
Lingots d'or et d'argent gémir Dedens l'eaue,
entre les pincettes. L'un les essayoit aux touchettes, U n autre les applatissoit. L E M A I R E ,
Cour. Marg. (IV, 52).
Touchie, v. Tauchie.
T o u d e , donné c o m m e synonyme de tranchoir.
— U n tranchouer, ou selon la petite bouche
une toude. D u F A I L , Baliverneries, p. 47.
Toudi, Toudis, v. Tousdis.
Touer. Remorquer. —• Quand la voile, ou
le cours de l'eau, nous emporte esgallement,
ou qu'on nous toue, cette agitation unie ne m e
blesse aucunement. M O N T A I G N E , III, 6 (III, 395).
— Les nostres, ayans le dessus du vent, poussent...
leurs carages devant eux. Mais, le vent ayant
mis bas, il faloit les laisser derrière ou les touer.
A U B I G N É , Hist. univ., VI, 17. — Il falut que les
petits vaisseaux touassent les deux grands
jusques à Chef-de-Baye. VIII, 18. — SainctGelais fut esleu admirai de cetteflotte,qui n'espargna aucune diligence à faire cercher par les
costez et touer avec toi les vieux corps de navires qu'on avoit désarmez. X I , 5.
Toué. Remorqué. —
Uluzalis voyant les
nostres remis en ordre et les grands vaisseaux
touez pour avoir leur part du combat. Ib., V I ,
17.
Toufeau, v. Touffeau.
Toufet. Touffe. —• Et m a teste a d e m y pelée
Grisonne : et m a barbe meslee Montre des toufets
de poil blanc. B A Ï F , Poèmes, 1. I X (II, 449).
Touffe (masc). — Sans plus faire icy de
séjour, et sortans de ce touffe trop espais, je
vous supplie reprendre vostre route eneommen-
Il touche
) Toucher (impers.). Appartenir. —
a la royne de se faire obéir. M O N L U C , Lettres,
83 (IV, 237). — Il ne touche pas à m o y lui donner conseil c o m m e elle se doibt entretenir en
amityé avecques le pape et le roy d'Espaigne.
84
,UV> 245). — Je dis audit seigneur de Corde
quil touchoit à luy de parler le premier. ID.,
Commentaires, 1. V (II, 363). — Je regarde M . de
tfurie si disoit rien, car il touchoit à luy de
parler premier qu'à m o y (II, 376). — M . d'Argence est encores en vye, qui pourroit dire à
qui tint la faulte : il ne touche à m o y de le dire
(H, 452). — Quand tu dis ailleurs, Platon, que
ce sera la partie spirituelle de l'homme à qui il cée. P A S Q U I E R , Monophile, 1. II (II, 768). — Le
touchera de jouyr des recompenses de l'autre vie, touffe et multiplicité de sentences aiguës de
tu nous dis choses d'aussi peu d'apparence.
M O N T A I G N E , II, 1.2 (jj,2 62). — Je sçay un poëte
a qui... le ciel et la terre crient qu'il n'y entend
TOUFFE
—
276
—
Seneque lefitautresfois desdaigner par quelques durant les 4 jours des Rogations, 9 livres. 1606,
autheurs anciens. ID., Lettres, X V , 15. — Tout Comptes de la confr. N.-D. Arch. Seine-Inf. (G.)!
ainsi qu'il est aisé de s'égarer dedans un touffe
T o u f u e m e n t . D'une manière touffue. —
de bois. ID., Rech., V I , 11.
U n arbre... ayant sa fueille menue, ronde et'touTouffe. Touffe. — La joyeuse bergère, ap- fuement compassée par les branches. T H E V E T
pellant sa compagne, Apres son lerelot, fait
Cosmogr., X X I I , 16.
d'une forte voix Redire nos deux n o m s aux
T o u h e . Toue, sorte de bateau. — II n'y
touffes de nos bois. V A U Q U E L I N , Idillies, I, 76. aura celuy de la terre qui avecques nasselles,
Touffeau. Touffe. — Ayant couppé un touf- barques, gondoles... copans, touhes, gabarres...
feau de ses cheveux, avant que monter dessus ne les aille secourir. L E L O Y E R , Spectres, IV, 17.
le bûcher, il prit congé de tous les Macédoniens
Touillant. B o n vivant. — Estant à Lyons...
qui estoyent la presens. A M Y O T , Alexandre, 69. en la compagnie de plusieurs touillautz mes bons
— La campaigne fertile, au lieu de ses moissons, amis... furent recitées maintes joyeuses histoires.
N e rapportera plus que sauvages buissons, Que A L C R I P E , A U X lecteurs.
chardons espineux, dont son eschine verte E n
Touiller. Salir. — M e veux-tu par terre
touffeaux hérissez sera tousjours couverte.
touiller, Et m a belle robe de feste Dans la fange
G A R N I E R , Porcie, 900. — Trois grands chesnes
veux-tu souiller? B A Ï F , Eglogues, 18 (III, 102).
verds, D e gros touffeaux de ghuix et d'hierres
Se touiller. Se vautrer. — L u y se touille Et
couverts, Ombrâgeoient tout son front de leurs
se souille D e marroquins et foiratz. D E S PÉbranches courbées. N U Y S E M E N T , 68 r°. — Elles
RIERS, Chant de vendanges (1, 94). — Fault
ont trouvé une autre invention de tresser leurs
qu'il [le pourceau] se touille et tourne dedans
cheveux par touffeaux, ou pour le moins touffilla fange. C O T E R E A U , tr. Columelle, V U , 10. —
lons. E S T I E N N E , Dialogues, I, 216. — Recevez
La grenouille Qui dedans un marest tout' poupour mes suprêmes v œ u x Ces larmes, ces baisers,
reuse se touille. G. G O U R D R Y (dans Ellain,
ce toufeau de cheveux. G A R N I E R , Troade, 1132. —
p. 13). —• Et parmy des escuelles grasses Sans
N e plus ne moins que le verd arbrisseau Qui,
nulle honte se touillant, Alloit dans le vin barpar bas esbranché, ne porte qu'un toufeau. D u
bouillant, C o m m e une grenouille en la fange. RONB A R T A S , 2 e Sem., Capitaines, p. 472. — L'une
S A R D , Pièces retr., Epitaphes (VI, 254). — Le
d'un buis cent fois dentelé par deux parts Seilpourceau qui se touille et se mesle Dans le bourlonne les touffeaux de ses cheveux espars. Ib.,
bier fangeux. B E L L E A U , Prognostiques (11, 351).
Magnificence, p. 383. — C o m m e la fraize nou— A g a m e m n o n je voy le poignard dans le flanc,
velle Paroist au printemps nouveau Sur le verContre terre estendu, se touiller en son sang.
delet touffeau D e ses fueilles nouvelettes. G. D U G A R N I E R , Troade, 336. — (Fig.). Mais aillent
R A N T , 189 r°. —• (Par comparaison). C o m m e
tels pourceaux, aillent tels ventres gourmans se
ces laboureurs, dont les mains inutiles Laissent
touiller en la bauge de leurs ordes voluptez.
pendre l'hyver un toufeau de chenilles Dans
T Y A R D , Dise philos., 1 v° (G.). — Le quart
une fueille seiche au feste d'un pommier. R O N est Salomon, qui c o m m e une escrevisse Chemine
S A R D , Contin. des Misères (V, 346).
en reculant, se touille dans le vice Tout ainsi
Bouquet. — Pour la tierce ballade, fut...
qu'un verrat. D u B A R T A S , 2 e .Sem., Colomnes,
appelle maistre Guillaume Durant, auquel fut
p. 279. — Dans les vices se touille. CHASSIGNET,
donné ung chappeau de laurier, ung toufeau
Ps., 106 (G.).
excellent. D u V A L , Puy de Souverain Amour,
Touillé. Sali, souillé, vautré. — Une chair
p. 93. —• Pour le tiers rondeau fut appelle
de sang mouillée Enfle sa pense touillée. Du
maistre Jehan Feré... et luy fut donné un chapB E L L A Y , Musagnoeomachie (H. C , IV, 6). —
peau de laurier avec un toufeau. P. 94. — Ce
O fiera telle à toute heure souillée Des corps
petit don je présente à tes yeux, Et tel présent
des tiens, et en leur sang touillée. JODELLE,
vaudra peut estre mieux Qu'un grand touffeau
Cleopatre, V (I, 147). — Ains comme un porc
de fleurs mal-agencees. R O N S A R D , Sonn. à div.
ventru touillé dedans la fange, A cœur saoul me
personnes (II, 28).
voitray en maints salles plaisirs. G A R N I E R , Mare
Touffée. Touffe. — Une touffée d'arbres
Antoine, 1153.
beaux et grans. 1553. T A I L L E M O N T , Champs
TouiLlon. Souillon. —
Maintesfois celuy
faez, 28 (Vaganay, Mots).
qui aura une belle femme s'ira accointer de sa
Touffeur (H. D. T. 1642). — Tousjours faichambrière, qui sera un touillon, un salisson,
sant grande chaleur et touffeur. J. P U S S O T ,
une gaupe. C H O L I È R E S , 5 e Mat., p. 196.
Journalier, p. 131 (G., Compl.).
Toulache, v. Tollache.
Touffillon. Petite touffe. — Entre les courTouleur. H o m m e chargé de porter au cimetisans dont il est question, aucuns ont une noutière les corps des pestiférés. — L'on ordonne
velle façon de longs cheveux. Car ils reservent
que... soyent lesdis corps morts portez en sépulquelques touffillons des plus grands cheveux
ture par les touleurs a ce ordonnez. 1572. Reg.
en certains endrets principalement. E S T I E N N E
aux publicat. Arch. Tournai (G.).
Dialogues, l, 255. — Voir Touffeau.
Toullon. Sorte de récipient. — Six toullons
Touffu (subst.). Ce qui est touffu. — [Le
de verre dedans lesquels y a seize pintes d'huille.
cerf] Seslance délivré dans le touffu d'un bois.
1614. Arch. des notaires de Nevers (G.).
G R E V I N , Jeux Olimp., p. 75. — Sainctes deitez
Toullourette (?). — D e chanvre gros me
cachées A u touffu de ces forests. G. D U R A N T
convient faire atour Dessus m o n chef, de ver115 v°.
tueux retour, Pour demonstrer que suis la toulTouffure. Caractère de ce qui est touffu. —
lourette Servant Amours. Anc. Poésies, XIII,
Cest arbre est c o m m e un noyer en grandeur et
422.
touffure de ses branches. T H E V E T , X X I I , 14.
Tonnelle, Tounine, v. Tonnelle, Thonine.
Toufliere (?). -, A la toufliere, pour' avoir
Toupier. Tourner (intrans.). — Il m e convient
fourni d'herbes à semer, vergettes et bourlets,