Guida Asolo FR

Commentaires

Transcription

Guida Asolo FR
ASOLO
La cité des 100 horizons
1
2
ASOLO
La cité des 100 horizons
Surnommé la «Cité aux cent horizons» par Carducci,
Asolo est l’un des centres historiques les plus suggestifs d’Italie. Toute entière contenue dans la ceinture de ses remparts qui se rejoignent à la Rocca,
une forteresse du XIIe siècl, cette petite ville conserve
dans ses moindres recoins la trace des son histoire
millénaire.
Son charme et les douces formes arrondies des collines qui lui servent d’écrin ont longtemps attiré poètes
et écrivains, artistes et voyageurs, qui y trouvaient à
la fois l’inspiration et une profonde sensation d’harmonie. Parmi eux, le poète anglais Robert Browning,
la «Divine» actrice de théâtre Eleonora Duse, le compositeur Gian Francesco Malipiero, l’écrivain et voyageuse anglaise Freya Stark. Une visite à Asolo permet de concilier l’intérêt pour
l’histoire et la culture avec les plaisirs de la bonne table. Les auberges, les restaurants, les cafés et les
œnothèques qui se pressent le long des portiques et
autour des places de la vieille ville offrent d’excellents
plats, issus de la tradition culinaire vénitienne - tels que
les délicieux «cicchetti» - et préparés avec les meilleurs produits de l’élevage et de la culture locaux; le
tout accompagné d’un verre d’Asolo Prosecco Superiore DOCG, un excellent vin pétillant né de notre terre.
4
Page 6 About
Page 16 Vieille ville
Page 57 Trouver un logement
Page 67 manger et de la boisson
Page 92 Itinéraires
Page 120 Sport
Page 122 Shopping
Page 128 services pour le tourisme
Page 134 SOS
SOS
5
Comune di Asolo
Piazza G. D’Annunzio, 1- 31011 Asolo
+3904235245
Bureau d’information +390423524675
[email protected]
Culture de bureau +390423524637
[email protected]
www.asolo.it
Population: 9.068 habitants (31/08/2013 - Istat);
Surface: 25,37 km²;
Densité:. 352,07 hab / Km ²;
Altitude: de 74 à 379 m.s.l.m.”
Comment y arriver
EN VOITURE:
Depuis Est: Sortie d’autoroute “Treviso Nord”, par
Montebelluna Sortie d’autoroute “Treviso Sud”, par
Castelfranco
Depuis Sud: Sortie d’autoroute “ Padova” , par Castelfranco, Nuova Strada del Santo
Depuis Ouest: Sortie d’autoroute “ Vicenza Nord “ ,
sortie direction Valdastico, par Cittadella /Castelfranco
et sortie d’autoroute Dueville, par Bassano
Le Centre Historique peut être rejoint en voiture, exception faite les soirs du samedi, des dimanches et
jours fériés, durant lesquels est en vigueur la disposition ZTL (Zone de Trafic Limité).
Horaires ZTL (Zone de Trafic Limité): L’accès au
Centre Historique, aux non résidents, est interdit pendant les horaires suivants:
-du 1° octobre au 30 avril:
tous les samedis de 21h30 à 02h00 du jour successif –
tous les dimanches et jours fériés de10h00 à 18h00.
-du 1° mai au 30 septembre:
tous les samedis de 21h30 à 02h00 du jour successif –
tous les dimanches et jours fériés de10h00 à 22h00.
6
About
PARKINGS
Parking du Centre
Historique
Place Brugnoli
Comment y arriver:
c’est la place principale du Centre Historique.
Horaires:
Toujours
ouvert avec les limitations d’accès liées à la
Zone de Trafic Limité
-ZTL.
Tarif: Système avec
ticket “grattez et garez”, que vous pouvez
acheter auprès du kiosque à journaux et les bars du Centre.
Parking Ca’ Vescovo
Comment y arriver: le long de la route nationale
Schiavonesca Marosticana (direction Est/Ouest Montebelluna – Bassano del Grappa) en face de l’établissement “Scarpa”.
Distance du Centre Historique: environ 2 km (par
la montée il est conseillé d’utiliser le bus navette, toutes les 30 minutes.
Horaires: Toujours ouvert
Tarif: Gratuit
Parking du Forestuzzo
Comment y arriver: depuis la nationale Schiavonesca Marosticana (direction Est/Ouest Montebelluna –
Bassano del Grappa) monter vers le Centre Historique
par la Rue Forestuzzo (point de repère: en arrivant de
Bassano à gauche après la Station Essence Shell,
en arrivant de Montebelluna à droite après l’Établissement “Scarpa”). Après environ 1,5 km sur la droite
signalé (point de repère: place en face de l’entrée de
l’ex-hôpital maintenant siège de l’ULSS 8)
7
GPS: TV002 N45,7963667 E11,9137833
Distance du Centre Historique: environ 400 mètres
en montée (avec pente raisonnable) est présent l’arrêt
du bus navette
Horaires: Toujours ouvert
Tarif: gratuit
Parking couvert “Cipressina”
Comment y arriver: depuis la nationale Schiavonesca Marosticana (direction Est/Ouest Montebelluna –
Bassano del Grappa) monter vers le Centre Historique
par la Rue Forestuzzo (point de repère: en arrivant de
Bassano à gauche après la Station Essence Shell, en
arrivant de Montebelluna à droite après l’Établissement
“Scarpa”). Après environ 2 km sur la droite signalé
(point de repère: après 200 mètres du début du sens
unique ayant fait un un grande courbe gauche.)
Distance du Centre Historique: environ 150 mètres
en montée (trottoir le long de la rue d’accès).
Horaires: Toujours ouvert avec parcmètre
Aire de repos et parking Camping-car
Aire communale équipée payante, ouverte toute l’année. Structure dotée de 13/15 places avec pavement, eau, vidanges eaux usées, illumination, électricité, barbecue et aire de pique-nique, ombragée. Située
à l’intérieur du parking Forestuzzo (P2), à environ 400
mètres du Centre Historique, avec l’arrêt du bus navette.
Appeler Mr. Attilio Pastro au n° 340 7733042.
EN AVION
MARCO POLO VENEZIA
www.veniceairport.it
+390412606111
Pour rejoindre Asolo, la compagnie MOM effectue des
liaisons continues avec la gare de chemin de fer et la
gare routière de Trévise.
8
About
Pour les horaires consulter le site:
http://www.mobilitadimarca.it/aeroporto-bus
Depuis la gare routière de Trévise, prendre l’autobus
pour Asolo, arrêt Ca’ Vescovo.
Pour les horaires consulter le site:
http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
Lignes 161 et 162 Trévise- Montebelluna-Bassano
CANOVA TREVISO
www.trevisoairport.it
+390422315111
Pour rejoindre Asolo, la compagnie ACTT – ligne n. 6,
effectue des liaisons continues avec la gare de chemin
de fer et la gare routière di Trévise.
Depuis la gare routière di Trévise, prendre l’autobus
pour Asolo, arrêt Ca’ Vescovo.
Pour les horaires consulter le site: http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
Lignes 161 et 162 Trévise-Montebelluna-Bassano
EN TRAIN
Gares de chemin de fer plus près:
Montebelluna, km. 15
Castelfranco Veneto, km. 16
Bassano del Grappa, km. 16
Cornuda, km. 8
Montebelluna
De la gare de chemin de fer de Montebelluna, prendre
la ligne 162 (12b.LM)
http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
Castelfranco Veneto
De la gare de chemin de fer de Castelfranco Veneto,
rejoindre la gare routière, rue Padgora 1, prendre la ligne 204 (4CTM)
http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
9
Bassano del Grappa
De la gare de chemin de fer de Bassano del Grappa,
prendre la ligne 162 (12b.LM ) ou la ligne 207 (7CTM)
http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
POUR LE CENTRE HISTORIQUE DE ASOLO
De l’arrêt de Ca’ Vescovo, sur la direction Montebelluna-Bassano, pour rejoindre le Centre Historique, il y à
un bus navette, environ toutes les trente minutes. Les
horaires sont affichés à l’arrêt du bus ou consultables
sur internet à l’adresse;
www.asolo.it, section “Organizza il tuo viaggio”. (Organise ton voyage). Tel. +39368282232
Provincia di Treviso
Via Cal di Breda 116, 31100 Treviso
+390422656000
www.visittreviso.it
Regione Veneto
Palazzo Balbi, Dorsoduro, 3901
30123 Venezia
+390412792111
www.veneto.to
Bureau d’information
Piazza Garibaldi 73, 31011 Asolo
+390423529046
[email protected]
Heures d’ouverture de bureau
Lundi: Fermé
Mardi: 9.30-12.30
Mercredi: 9.30-12.30
Jeudi: 9.30-12.30 / 15.00-18.00
Vendredi: 9.30-12.30 / 15.00-18.00
Samedi: 9.30-12.30 / 15.00-18.00
Dimanche: 9.30-12.30 / 15.00-18.00
10
About
RECONNAISSANCE
Timbre 2005
Après 20 ans, depuis le 26
mai 2005 la Province de
Trévise a son propre timbre :
c’est Asolo qui la représente avec une vue suggestive
de la ville, plongée dans la
verdure des collines qui l’entourent, à côté des deux
monuments symboles de l’histoire d’Asolo : la Tour
Municipale et la célèbre Forteresse médiévale. Le
timbre dédié à Asolo fait partie de la «Série Tourisme
2005» avec deux autres lieux italiens : Asolo, donc,
pour le Nord de l’Italie, Rocchetta à Volturno pour le
Centre et Amalfi pour le Sud.
Drapeau Orange
depuis 2005
En 2005 Asolo a obtenu le
Drapeau Orange, titre de reconnaissance de qualité touristique pour l’arrière-pays du
Touring Club Italiano. Il est attribué aux localités qui
remplissent les conditions d’analyse liées au développement du tourisme de qualité : la mise en valeur du
patrimoine culturel, la protection de l’environnement,
la culture de l’hospitalité, l’accès aux ressources et
la possibilité de jouir de celles-ci, la qualité de la réceptivité, de la restauration et des produits typiques
sont seulement quelques-uns des éléments-clé pour
l’obtention du titre. www.bandierearancioni.it
Ville vénitienne
de la culture
2003
La Commission Régionale de Vénétie a décerné à
la Mairie d’Asolo le Premier Prix et la désignation de
11
«Ville vénitienne de la Culture – année 2003» pour la
variété et la complexité du programme d’offre culturelle présenté, intégré dans une programmation pluriannuelle, qui concerne les différentes formes d’expression et qui implique tout le territoire municipal.
Les plus beaux Villages
d’Italie depuis 2002
Depuis 2002, Asolo fait partie du
club «Les plus beaux Villages d’Italie». L’attribution du titre de la part
d’Anci atteste non seulement du
grand patrimoine d’histoire, d’art,
de culture, d’environnement et de
traditions présent dans la municipalité, mais reconnaît également
la correspondance à une série de
qualités requises de caractère structurel, telles que
l’harmonie architecturale du tissu urbain et la qualité
du patrimoine de construction publique et privé, et de
caractère général qui caractérisent les conditions de
vie du bourg, en termes d’activités et de services aux
habitants.www.borghitalia.it
Ville de l’Esagono
depuis 1999
Asolo fait partie de «l’Esagono»,
projet ambitieux de promotion
du tourisme qui implique Asolo,
Bassano del Grappa, Castelfranco, Cittadella, Marostica et
Possano: six villes ayant une
forte tradition historico-artistique se proposent ensemble, comme un unique «territoire» élargi composé de villes avec des remparts, de musées, d’ouvres
d’art, d’artisanat, de produits typiques et de paysages naturels, sur la ligne irrégulière où la plaine de
la Vénétie rencontre la zone de collines au pied des
montagnes.
12
About
Città del Vino
dal 1997
Asolo fait partie de l’Association «Città del Vino»
(Ville du Vin) pour sa vocation vinicole (avec sa
production de la dénomination DOC Montello et Colli
Asolani) et son engagement en faveur d’un développement économique et social qui respecte l’environnement et les identités locales. www.terredelvino.net
Membre de l’Association
Città Murate del Veneto depuis 1995
La Municipalité d’Asolo est membre de l’Association
régionale pour la protection et la valorisation des Villes
à Remparts de Vénétie. www.cittamurateveneto.it
Membres d’Arteven depuis 1994
L’Association régionale pour la promotion et la diffusion du théâtre et de la culture dans les communautés de la Vénétie offre un programme de théâtre
de prose qui implique surtout des compagnies professionnelles de Vénétie. Concrètement, l’activité
comprend une large circulation des spectacles dans
tout le territoire, en particulier grâce à la réalisation de
représentations dans les réalités municipales, petites
et grandes, ainsi que l’organisation de séminaires à
thèmes, de publications et d’activités de promotion
et de formation du publique.
13
Titre de ville
Attribution du Blason, du Gonfalon
et inscription au «Livre héraldique
des personnes morales» – année
1931.
Ville Slow
Asolo fait partie de l’association “Città Slow” (Ville Slow). L’objectif de l’association était et est celui d’élargir la philosophie de Slow Food aux communautés locales et au gouvernement des villes, en
appliquant les concepts de l’éco-gastronomie à la
pratique du vivre au quotidien.
Città Slow représente un nouveau modèle centré
non plus sur la croissance continue mais sur la qualité de la vie dans les villes: le milieu, le patrimoine
historique, artistique et culturel, la sauvegarde de la
valorisation des productions
typiques, des services, mais
surtout les questions des
identités des villes, du rapport avec les opérateurs et
les habitants, de l’accueil et
de l’hospitalité.
www.cittaslow.org
14
About
15
L’histoire
Grâce à sa position favorable et à son climat agréable,
Asolo fut habitée dès la Préhistoire, et par la suite elle
devint un important lieu d’établissement des Vénitiens.
Acelum, l’Asolo romaine, traversa une période de
croissance importante: la ville, qui devint ensuite municipium, se développa surtout entre le Ier siècle avant
J.C. et le Ier siècle après J.C. Les ruines et les pièces
archéologiques - réunies dans une section spéciale du
Musée municipal - attestent l’existence de Thermes,
d’un Aqueduc, d’un Forum et d’un Théâtre, qui témoignent de l’importance d’Asolo à l’époque romaine.
Très vieux centre chrétien, déjà au VIe siècle elle eut
un évêque et elle garda son siège épiscopal jusqu’en
969, quand elle devint fief de l’évêché de Trévise. Entre le XIe et le XIVe siècle, elle connut l’hégémonie
de plusieurs familles puissantes (Tempesta, Ezzelini,
da Camino, Scaligeri, Carraresi) et, enfin, de Venise.
A partir de la fin du XIVe siècle, sous la domination vénitienne, la ville entra dans une période de
splendeur: en 1489, Venise investit de la Seigneurie
16
Vieille ville
d’Asolo Caterina Cornaro, ex reine de Chypre, qui
forma, pendant la Renaissance, une fastueuse cour
d’artistes, hommes de lettres et poètes, laissant une
empreinte indélébile dans l’art et dans l’idéal même
de la ville. Venise réorganisa de façon importante
Asolo au niveau urbain et la lia étroitement à soi et
à son aristocratie jusqu’à la chute de la Serenissima.
«Asolo est Venise et Venise est Asolo», dit-on ici,
comme pour souligner l’affinité d’ambiance qui se
manifeste tant dans l’architecture que dans l’esprit.
Napoléon y entra en 1797. Au XIXe siècle, sous la
domination autrichienne, Asolo subit la réforme de
ses institutions civiles et un programme d’ouvres publiques, comme par exemple la rénovation du Théâtre Duse. Enfin, en 1866, elle entra dans le Royaume
d’Italie. La vieille pendule cachée derrière le comptoir
d’une onothèque de la via Browning, à côté du Teatro
dei Rinnovati, est le coffret étrange des faits de l’histoire d’Asolo du XIXe siècle : ici y sont notées les dates
de l’histoire de la ville à partir du début du XIXe siècle.
17
1) Chiesa di San Gottardo
2) Casa Malipiero
3) Fontanella Zen
4) Villa Freya
5) Cattedrale
6) Palazzo della Ragione
7) Museo Civico
8) Fontana Maggiore
9) Mura
10) Rocca
11) Convento S.S. Pietro e Paolo
12) Piazza Brugnoli
13) Acquedotto Romano “La Bot”
14) Villa Scotti-Pasini
18
Vieille ville
15) Casa Gotica
16) Castello
17) Teatro Duse
18) Palazzo Beltramini
19) Casa Duse
20) Case Anseatiche, Costruzioni dell’architetto Pittore Mario De Maria (Marius Pictor)
21) Chiesa di S. Caterina
22) Casa Longobarda
23) Villa degli Armeni e “Fresco”
24) S. Anna e Cimitero con tombe
di Eleonora Duse e Freya Stark
25) “Maglio”
19
À VOIR
1) CHIESA DI SAN GOTTARDO - Église
La présence d’un couvent des Padri Minori (Frères
Mineurs) conventuels est documenté dans un contrat de vente de terrains de 1254; l’église était dédiée
à San Michele arcangelo (Saint Michel archange),
ensuite connue comme Sant’Angelo. Elle est connue
avec le nom de San Gottardo parce que pendant la
première moitié du quinzième siècle furent institués
un autel et une confraternité de flagellants dédiée
précisément au saint. Il devint le couvent le plus connu de Asolo qui offrait l’hospitalité à personnalités
importantes en plus d’être le siège d’une école pour
les enfants des plus importantes familles de asolanes
(de Asolo). Il était doté d’une très riche bibliothèque
qui fut ensuite dispersée, conséquence du décret
vénitien de 1769 qui supprima les ordres religieux.
L’état d’abandon dans lequel se trouvait le couvent
eut pour conséquence sa destruction entre 1820 et
1830 conservant seulement l’église qui passa à la
dépendance de la cathédrale. À l’intérieur, les plus
antiques interventions décoratives sont de la moitié
du quatorzième siècle auxquelles, un siècle après se
superposa un autre cycle de fresques. Aujourd’hui
désacralisée, l’église accueille périodiquement d’importants concerts de musique de chambre organisés
par Asolo Musica.
20
Vieille ville
2) Casa Malipiero - Édifice historique
Le long di Foresto Vecchio à la hauteur de l’Église de
San Gottardo se trouve la maison où vécu pendant
environ cinquante ans le compositeur Gianfrancesco Malipiero (Venise 1882-Asolo 1973). Elle est caractérisée par de petites pièces meublées avec des
meubles sévères, en bois foncé. Sont frappantes les
collections de papillons et d’insectes et en plus les
antiquités qu’il aimait collectionner. Aujourd’hui l’édifice est le siège d’une Fondation dédiée au Maestro
ayant pour finalité la conservation de sa mémoire.
Dans la petite vallée derrière la maison, à travers un
sentier il est possible de rejoindre la grotte dans laquelle Malipiero voulut être enseveli.
3) Fontanella Zen - Monument
Le petit bassin de réception de l’eau, disposé près
de l’entrée méridionale de la ville, dans le voisinage
immédiat de la porte de Castelfranco, fut construit
en 1571 par la Famille Zen à la suite d’un accord entre celle-ci et le Conseil citadin. La susdite Famille fit
en effet demande à la communauté de porter l’eau
des points de récolte proche de la Place jusqu’à sa
riche demeure située le long de Foresto Vecchio. La
Commune consentit à la construction de la conduite hydrique sur l’engagement spécifique des Zen de
fabriquer la fontaine à l’avantage des passants qui
rejoignaient la ville après une longue montée. Son
eau alimentait également les bassins de réception,
utilisés comme lavoir et abreuvoir pour les chevaux,
21
situés peu au-delà de la porte des Ceci (aujourd’hui
de Castelfranco). Aujourd’hui encore la fontaine, récemment restaurée, est un point de repos et de restauration pour qui affronte les montées asolanes.
4) Villa Freya - Villa
Près de la porte de Castelfranco se trouvent la maison et le parc annexe appartenus à Dame Freya
Stark, grande voyageuse et écrivain anglaise (Paris
1893-Asolo 1993) qui choisit Asolo comme lieu pour
se retremper après les fatigants voyages d’exploration au Moyen-Orient. Sur la porte d’accès de la
maison, sur le mur se trouve une petite plaque en
céramique de forme orientale avec une inscription en
arabe. Les intérieurs sont simples mais accueillants,
seules quelques pièces sont meublées de façon un
peu extravagante. Le jardin avait été transformé en
22
Vieille ville
jardin botanique ayant été transférées les essences
recueillies durant les voyages de F. Stark. Le parc qui
se trouve derrière la maison,de l’époque romaine était
occupé par le complexe architectonique du théâtre
romain, découvert à partir de 1879 par Pacifico Scomazzetto ; dans les années 90 il fut l’objet de campagne de fouilles de la part de l’Université padouan.
(de Padoue)
5) Cattedrale - Église
La première citation du complexe documentée est de
969 quand fut nominée l’ecclésia en honneur Beatae
Virgins Mariae constructa. En 1584, selon la description d’une visite pastorale, l’église devait avoir pris la
structure qui encore aujourd’hui on peut voir. En 1606
à la suite de l’écroulement du toit, fut reconstruite audelà de la couverture, l’abside et le maître-autel.
Ce fut dans le cours de ce siècle que la structure perdit les traces de son aspect médiéval. À la moitié du
dix-huitième siècle l’architecte Massari fut chargé de
la réorganisation de l’intérieur. La cathédrale se présente avec trois nefs avec des colonnes en pierre.
Près du maître-autel on peut apprécié deux anges
de Giuseppe Bernardi ; le font baptismal daté 1491
porte le blason de la Reine Cornaro qui l’ordonna à
23
l’architecte Francesco Graziolo. On y trouve ensuite deux importants retables de Lorenzo Lotto et de
Jacopo Da Ponte. La façade externe est due à une
intervention portée à terme en 1889 d’après un projet
de Pietro Saccardo qui juxtapose le parement visible
à la vieille façade.
6) Palazzo della Ragione - Édifice historique
Le Palais, partie intégrante de l’édifice destiné au
Musée civique, fut édifié dans le cours du quinzième
siècle. La façade exposée à Est, vers la place, pré24
Vieille ville
sente une décoration de fresques réalisée en 1588
qui a comme thème La défaite de Crasso contre les
Parti, alors que sur la partie exposée au Nord survit
la bande sous le toit sur laquelle s’alignent des cartouches et festons végétaux. Tout le rez-de-chaussée
est occupé par le portique (Loggia) dans lequel durant
la période vénitienne venait administrée la justice ; sur
les parois internes se trouvent sur le mur des pierres
tombales et des épigraphes. À l’étage supérieur se
trouve la Sala della Ragione (Salle de la Raison) qui
pour un certain temps fut la salle des expositions du
Musée et maintenant utilisée pour des rencontres culturelles et des expositions temporaires.
7) Museo Civico - Musée
L’actuelle musée civique occupe, au-delà de l’annexe Palais de l’Évêché, l’édifice de la Loggia de la
Ragione (Loge de la Raison)construit pour accueillir
la représentation du Conseil citadin e de la Magnifica Comunità (Magnifique Communauté)de Asolo,
décoré de fresques environ à la moitié du seizième
25
siècle. Le premier groupe des collections des musées
se forme aux débuts du dix-neuvième siècle grâce
aux donations de Bartolomeo Fietta et, surtout , de
Domenico Manera et Giovan Battista Sartori Canova. À la fin du siècle est institué officiellement le Musée, établi en ce temps-là dans la salle municipale de
la Loggia de la Ragione, qui vient progressivement
à s’enrichir, entre autres, avec les legs de Andrea
Manera et Pacifico Scomazzetto. Aux débuts du
vingtième siècle les donations s’intensifient, faisant
accroître considérablement le patrimoine artistique
et historique de l’institut. Le récent réaménagement
accueille la Section Archéologique (rez-de-chaussée),
la Pinacothèque (premier étage), la Section Caterina
Cornaro, le Trésor de la Cathédrale, la Section Eleonora Duse et Freya Stark (deuxième étage). Archives
historiques. La Communauté de Asolo démontra déjà
depuis le quinzième siècle une particulière sensibilité
à l’égard de ses actes compris comme source documentaire d’utilité aussi pour les descendants, déjà
à cette période elle prédisposa donc une « machine
conservative » se rendant compte de l’importance de
la documentation écrite et de l’opportunité que celle-ci non vint endommagée, falsifiée ou perdue. Les
événements des Archives Historiques pendant le dixneuvième siècle se croisent avec ceux du Musée qui
était pour naitre. Entre les collections archéologiques
muséales, trouvèrent ainsi espace aussi quelques
importants manuscrits relatifs à l’histoire et aux personnages de Asolo jusqu’à à arriver à une première
importante et significative systématisation à partir
de 1921. Dans le cours des années 70, sur initiative
de Corrado Fabris, à l’époque directeur du Musée,
fut faite une réorganisation générale qui rendit accessible les archives aux studieux. Depuis 1981 toute la
documentation des Archives Historiques (du quinzième siècle à la première moitié du dix-neuvième siècle)
fut transférée au siège muséal. Par la suite furent prises des initiatives de restauration desquelles furent
objet les cartes, les incunables, le code des statuts
26
Vieille ville
de Trévise et autre. Les archives sont divisées en
trois sections : antique régime (1411-1796), l’époque
austro-française (1797-1814) et dix-neuvième-vingtième siècle (1815-1920).
Horaires d’ouverture: samedi, dimanache et fêtes
horaire non-stop de 10.00 à 19.00
Coût d’entrée: Plein € 5,00; Réduit € 4,00
www.facebook.com/MuseoCivicoDiAsolo
8) Fontana Maggiore - Monument
La Fontaine, située sur l’homonyme place et idéale
centre du bourg, est importante pour sa présence,
signe tangible d’une solution de séculaire et récurrents problèmes vécus par les habitants de Asolo à
la recherche d’approvisionnement hydrique, un fait
qui lie indissolublement la Fontaine à l’histoire citadine de Asolo. Depuis des temps immémoriaux jusqu’aux premières trente années du siècle dernier la
Fontaine majeure a constitué le principal système de
récolte hydrique du centre urbain grâce à l’alimentation fournie par les aqueducs en galerie de la « Bot
». La forme de la réalisation faite à la main est aujourd’hui visible et remonte à 1575 quand elle fut re27
staurée sous le Podestat Giovanni Pisani. Par contre
le legs du lion ailé œuvre du sculpteur Antonio Dal
Zotto, remonte à 1918. La Fontaine a fait récemment
l’objet d’une scrupuleuse intervention de restauration
fonctionnelle et de nettoyage.
9) Mura - Monument
Le projet de défense du bourg médiéval selon la structure de fortification encore aujourd’hui en partie existante, trouva complète réalisation dans le cours du
quatorzième siècle, quand Asolo fut l’objet d’aspres
et continues luttes entre les seigneuries de Vérone,
Padoue et la Sérénissime. Probablement la ville était
déjà depuis longtemps pourvue d’une série de tours
et d’œuvres défensives isolées, mais les premières
précises activités relatives à l’enceinte sont enregistrées en 1318 quand on procède à la construction
définie « mur à sec » long de quelques tronçons du
périmètre urbain. Décisif pour l’aménagement définitif de l’enceinte fut la domination padouan à Asolo
entre 1381 et 1388. Ce fut alors que commença «
murare burgum Asili » de la part de Francesco de
Carrara sans toutefois porter à terme l’œuvre avant
l’avènement définitif des Vénitiens qui complétèrent
la fortification de la ville. Le parcours des remparts ne
se limita pas à comprendre toute la zone densément
installée et le complexe du château, mais fut étendu
jusqu’à la Rocca, au sommet du Monte Ricco, qui venait ainsi à faire partie physique de la petite ville et son
privilégié point à valeur stratégique, soit de repérage
que défensif. Le parcours d’enceinte s’étendait sur
une longueur de 1360 mètres avec 24 tours disposées en des points stratégiques et quelques portes
, non tuttes du même âge, en correspondance des
rues d’accès et de sortie de la ville. Les ouvertures
sont : la porte de Castelfranco (dite Loreggia), la porte
Dieda, démolie en 1812 pour la construction du nouveau Foresto (dite de S. Gervasio), la porte S. Martino,
aujourd’hui murée et partiellement visible du jardin de
la villa De Lord (externe au murs) ou du jardin de la
28
Vieille ville
Casa Rossa), la porte du Colmarion (dite de la Bot), la
porte de S. Caterina (dite du Foresto, de Belvedere)
et la porte di Sottocastello. En période moderne et
contemporaine se sont écroulés ou ont été démolis
quelques tronçons. Jusqu’à maintenant ils n’existent
pas d’éléments de données d’aucun genre qui puissent soutenir l’hypothèse, plusieurs fois avancée et
soutenue même en absence de documents à l’appui,
de l’existence d’un système de murs de l’époque romaine.
10) Rocca
Construite au sommet du mont Ricco qui domine le
centre de Asolo la puissante structure à polygone irrégulier de la Rocca (hauteur moyenne de 15 mètres
et une largeur de 2,5 mètres pour les côtés nord et
ouest, de 3,5 mètres pour les autres côtés) remonte à
une période comprise entre la moitié-fin du douzième
siècle et les débuts du treizième, comme a été établi
par les découvertes archéologiques effectuées lors
des campagnes de fouilles conduite par l’Université
de Padoue. C’est la période durant laquelle l’antique
installation acquiert majeur importance et donc se
dote d’une structure défensive plus imposante. La
29
construction « faite main » a comporté la destruction
d’une part de l’installation d’habitation – production
précédente, d’autre part de certaines sépultures de la
nécropole existante. Les traces des premières phases
de fréquentation (treizième siècle) de la fortification
sont plutôt légères, alors que sont plus évidentes celles liées aux époques successives de la domination
de la commune de Trévise (1261-1339), puis vénitienne (1339-1381), carrarese (1379-1388) et encore
vénitienne (1388-1796). Entre le treizième et quatorzième siècle se réalise la construction d’une citernepuits pour recueillir l’eau de pluie (encore visible) et
l’aménagement de la zone de l’angle sud-oriental
avec la construction d’un four à pain. Pendant toute
la période des travaux et 1510, année qui enregistra
l’ultime épisode belliqueux dans lequel est impliquée
la Rocca, celle-ci accueillit une garnison de soldats.
Déjà avec le seizième siècle commença la décadence de la fortification. En 1650 il y eut carrément une
tentative de vente de la Rocca de la part de Venise
pour un montant, d’ailleurs non élevé, de 320 ducats.
L’opération fut suspendue et évitée in extremis par la
supplication intervenue de la part de la communauté
de asolane, jalouse de cette construction qui, devenue déjà en ce temps par tradition séculaire partie
indissociable de la vie citadine, encore aujourd’hui
on admire quasi la garde et gardien du petit bourg
étendu à ses pieds. Des glacis de la Rocca, objet
d’une importante intervention conservative au cours
des années 80-90, il est aujourd’hui possible de jouir
d’une vision à vol d’oiseau et d’un tour d’horizon :
de la plaine padana (plaine du Pô) à tout l’arc alpin
environnant. Pendant les journées limpides et avec
des conditions de lumière favorable on entrevoit clairement la lagune de Venise.
Heures d’ouverture:
10.00-19.00 samedi et dimanche (Avril-Octobre)
10.00-17.00 samedi et dimanche (Novembre-Mars)
Coût d’entrée:
€ 2,00 (gratuit pour les enfants de moins de 6 ans)
30
Vieille ville
11) Convento S.S. Pietro e Paolo - Édifice Historique
Le complexe monastique bénédictin, qui se trouve
adossé à l’enceinte aux pieds du coteau de la Rocca,
fut occupé par les religieuses de 1634 à 1807. Ce
monument fut transformé en collège et devint le siège
des écoles communales maintenant telles fonctions
jusqu’à la construction du nouvel établissement scolaire près de l’hôpital. L’église et l’annexe monastère,
après la transformation du couvent en Institut scolaire
et d’agrégation de jeunes, ont assumé pour une certaine période la dénomination de S. Luigi. Depuis peu
elle a repris sa dénomination d’origine. Aujourd’hui le
complexe accueille des Masters valorisants organisés
par CIMBA (Consortium Institute of Management and
Business Analysis), un consortium de 37 Universités
américaines.
12) Piazza Brugnoli - Place
L’existence des thermes romaines à Asolo était connue déjà en 1715 quand à été découverte une inscription romaine réemployée comme base d’une fenêtre,
qui rappelait un certain Publio Acilio, curator rei publicae originaire de Rome (espèce de commissaire préfectoral d’aujourd’hui), lequel avait restauré un bain
public endommagé à cause d’un incendie. Quelques
indices du probable emplacement des thermes ont
été recueillis près de l’actuelle place Brugnoli : murs
romains, restes de conduites, objets variés mais
31
aussi la découverte déjà en 1642 d’un pavement en
mosaïque. Mais l’exacte repérage de cet édifice public eut lieu seulement en 1876-1877 quand en ce
lieu aujourd’hui place, croula complètement un vieux
bourg de maisons (ledit bourg Alocco) pour la réalisation de la place du Marché bovin. En cette occasion
Pacifico Scomazzetto, archéologue autodidacte et
un des majeurs studieux de l’histoire antique de Asolo, réussit à mettre à la lumière et relever les fondations de la part de la construction balnéaire (le reste
se trouve encore enseveli auprès du jardin de la villa
Scotti, maintenant Pasini) et à récupérer divers matériels. De la construction thermale, laquelle datation
peut aller du premier au quatrième siècle après Jésus-Christ, se reconnaissent un vaste calidarium (lieu
où on y prenait des bains chauds) avec un pavement
qui s’appuie sur des colonnettes en briques pour le
passage en-dessous de l’air chaud qui réchauffait
les bassins d’eau, un autre endroit avec pavement
sur colonnettes, peut-être le tepidarium (où on y prenait des bains d’eau tiède), deux grands bassins, un
endroit de mosaïque en blanc et noir, deux espaces
utilisés come praefurnium, lieu pour la combustion et
la production d’air chaud. En correspondance de ces
espaces arrivait le raccord direct avec l’aqueduc romain de la Bot. Dans les années 1964-65 e en 1993,
durant la repavement de la place, ont été faits des
petits sondages de fouilles qui ont substantiellement
confirmé les relevés de Scomazzetto.
13) Acquedotto Romano “La Bot” - Monument
L’aqueduc, fonctionnellement lié aux thermes romaines lequel assurait l’adduction hydrique, se développait sur un parcours global d’environ 600-700 mètres
de la prise d’eau de la source « Tintina » (près du
versant septentrional du Montericco) jusqu’à la place
citadine, où était placé l’édifice thermal. De la source
jusqu’à environ la porte médiévale dite « Pusterla du
Colmarion » l’eau était portée par un système de
tubes en plomb certains desquels retrouvés au dix32
Vieille ville
neuvième siècle par le studieux Pacifico Scomazzetto. De ce point, où confluait aussi une autre antique
source l’aqueduc se développait en galerie creusée
dans le « Montericco » pour environ 157 mètres. La
distribution des eaux à l’édifice thermal devait arrivée
directement avec des tuyauteries, retrouvées dans le
passé à plusieurs reprises dans le tronçon final de
l’œuvre hydraulique, exactement aux alentours de
l’actuelle sortie de la Place Brugnoli. La galerie romaine (large en moyenne de 50 centimètres et haute
de 1 et 2 mètres) présentait au moins quatre différentes techniques de revêtement qui sont liées à la
diverse matrice géologique du terrain peu à peu rencontré. La structure hydraulique d’origine peut être
considérée du premier siècle après Jésus-Christ. À
l’époque peut-être médiévale l’aqueduc romain vint
à faire partie d’un plus complexe système hydraulique grâce à la construction, du tronçon plus au nord,
d’une galerie superposée, qui calque le parcours
plus antique, dit « Cava » ou « Cava delle Monache
» (pour la proximité du Monastère de S. Luigi ou S.
Pietro). Les premières interventions de restauration
remontent en substance au début du dix-neuvième
33
siècle. Mais c’est seulement en 1918 que l’architecte Léon Gurekian relève et analyse l’œuvre sous le
profil de document historique et avec la relation de la
« Commission pour la protection des Monuments et
des Paysages de Asolo » de 1922 obtient, en 1923,
la contrainte du monument. De cette date la « Bot »
tombe de nouveau dans l’oubli ; la « Cava » est utilisée comme dépôt – cave et, durant le dernier conflit,
comme refuge antiaérien. Seulement dans les dernières dix années l’œuvre hydraulique a fait l’objet d’une
étude spécifique et d’une reconstruction graphique
complète.
14) Villa Scotti-Pasini - Villa
La Villa domine des flancs du Monte Ricco la zone
de la place centrale du centre historique. La première
construction de la Villa semble être du dix-septième
siècle, alors que dans les siècles successifs on registre divers agrandissements et transferts de propriété. Le premier noyau de la Villa fut constitué à
travers différentes œuvres d’unification d’édifices de
petites dimensions faites dans le cours du dix-huitième siècle, alors que l’ajout des ailes qui donnèrent à
la construction l’aspect actuel est successif.
34
Vieille ville
15) Casa Gotica - Édifice Historique
Entre 1988 et 1990 la Direction Générale d’Archéologie du Veneto a conduit en correspondance de l’édifice dénommé « Casa Gotica » une importante campagne de fouilles qui a permis de documenter dans
le centre de Asolo une continuité de vie d’âge avancé
du Bronze - avant l’âge du Fer (dixième-neuvième
siècle avant Jésus-Christ) jusqu’à l’époque médiévale et moderne. Les matériels retrouvés se réfèrent a
un conteste d’habitation rapportable à une installation des Veneti antiques. Il est probable que déjà avec
cette première agglomération la zone, à l’origine plutôt escarpée, ait été colmatée et étagée exprès pour
créer un adéquat espace praticable. Pour la pleine
et âge avancé du Fer (sixième-deuxième siècle avant
Jésus Christ) ont été faites des découvertes attestant
les influences rhétiques, comme témoignage du rôle
de charnière entre deux domaines culturels que Asolo assuma dans l’antiquité. Aussi à l’époque romaine
la zone était destinée à la zone résidentielle. En effet,
ont été reconnus les restes d’une maison qui peut
être située entre le premier et troisième siècle après
Jésus-Christ, pourvue d’un petit canal d’écoulement
des eaux, et ceux d’une autre habitation plus récente
(deuxième-cinquième siècle après Jésus-Christ), dotée d’un ample espace découvert et d’une conduite
d’égouts externe en maçonnerie.
16) Castello - Château
Le Château, ensemble à la Rocca un des symboles
du paysage asolano, semble remonter au dixième
siècle même si il n’y a pas de données certaines qui
puissent indiquer l’origine de la construction. En 1242
il fut la demeure de Ezzelino de Romano et à partir de
1339 devint sièges des podestats vénitiens. À la fin
du quatorzième siècle il fut soudé aux murs citadins,
cette ultime construction fut commencée pendant la
brève domination des Carraresi. Des quatre tours qui
le caractérisaient il n’en reste aujourd’hui que trois, la
tour civique ou campanaire, la tour Reata avec la fon35
ction de prison et la tour du Carro maintenant comprise dans l’habitation contigüe dénommée la Torricella.
En 1489 il devint la résidence de Caterina Cornaro et
dans ce palais et dans son jardin Pietro Bembo y fit
les dialogues « Gli Asolani ».Après la mort de Caterina
fut radié à fonctions administratives et subit de nombreuses interventions de restauration. En 1797 s’installèrent les français et l’année successive la grande
« Aula Pretoria », où les podestats vénitiens administraient la justice, fut transformée en théâtre. La partie
occidentale du Château fut démolie en 1816. Reste
aujourd’hui bien visible de chaque coté de la ville, la
majestueuse tour de l’horloge.
17) Teatro Duse - Théâtre
À partir de 1798 le théâtre est accueilli dans le Castello (Château), premièrement dans la création de
Antonio Locatelli, une simple structure en bois, puis
36
Vieille ville
en 1857 sur un projet de l’architecte Martignago fut
réédifié avec trois ordres de loges et enrichi avec des
reliefs figuratifs par les frères Aster et les peintures de
De Marchi. En 1930 le théâtre fut démoli et la structure en bois fut démantelée et vendue à l’antiquaire
Loewi de Venise qui la vendit en 1949 à l’État de la
Floride. Elle se trouve maintenant au Ringling Museum
de Sarasota (Floride – U.S.A.). L’unique témoignage
resté à Asolo du vieux théâtre est le lustre de cristal
qui maintenant illumine la Salle du Conseil de la Mairie. Le nouveau théâtre, sur un projet de l’architecte Forlati, fut inauguré, en 1932 et dédié à Eleonora
Duse. Pendant les années 90 l’ensemble du Château
et de la tour de l’horloge a fait l’objet d’une radicale
restauration qui, entre autre, a rétabli le théâtre avec
une forme évoquant la structure primitive : il accueille
depuis quelques années d’importantes et appréciées
représentations.
37
18) Palazzo Beltramini - Édifice Historique
Le palais connu comme Beltramini, nom d’une famille
arrivée à Asolo de la Lombardie dans la seconde moitié du quinzième siècle et qui devint rapidement une
des plus renommées en Ville, revêt une nouvel aspect
architectural dans le cours du dix-huitième siècle. En
effet, en cette période le palais de la place d’Annunzio fut restauré et structuré dans les formes actuelles
par le célèbre architecte Giorgio Massari toujours sur
commande de la famille Beltramini. Pour la décoration architecturale de la façade insérée dans l’espace
étroit de la petite place fut adoptée une particulière
et ingénieuse solution : le résultat fut une façade à
trois ordres avec un portique à colonnes à bossage
fait avec une coupe ayant effet de perspective pour
pouvoir être vues de l’entrée de la rue Cornaro. L’intérieur également est raffiné ; le salon noble occupe
deux étages et est couronné d’une élégante loge curviligne. Le palais passa successivement aux Pasini,
aux Neruda et enfin à la Commune qui y transféra la
siège municipal.
38
Vieille ville
19) Casa Duse - Édifice Historique
Parcourant la rue Canova, en correspondance de la
Porte de Santa Caterina qui interrompt la longue prospective de la rue, on rencontre la Casa Duse. Ce palais, déjà au seizième siècle résidence de Francesco
Nursio Timideo de Vérone, secrétaire personnel de
la reine Cornaro, est situé sur l’enceinte médiévale.
Il fut pris en location et restauré par la Divine avec
l’intention de s’y retirer. La disponibilité de la maison
39
fut l’objet d’un évènement qui témoigne l’âme romantique et passionnelle de E. Duse. Comtesse avec
une famille vénitienne, l’actrice initialement renonça à
l’habitation après avoir connue les motivations du «
concurrent » : la compagne d’un soldat mort durant
la bataille du Grappa désirait tenir vivant le cher souvenir apparaissant aux fenêtres du palais desquelles
elle pouvait admirer une vue ravissante du tragique
lieu. Est significative la célèbre frase de l’actrice : «
Alors que le matin j’ouvre les volets de ma chambre,
de l’embrasure de la fenêtre on voit le Mont Grappa.
Alors je mets deux vases de fleurs sur le bord de la
fenêtre. Voilà un autel ». Seulement après le renoncement de la part des intéressés E. Duse retourna en
possession de l’édifice qui fut successivement acheté par la fille de la célèbre actrice.
20) Case Anseatiche - Édifice Historique
Les deux curieuses constructions (Casa de Maria
et Casa Pusinich) sont évidement des « prêts » architecturaux de la culture nordique européenne qui,
avec un net effet scénographique, rendent ces petits édifices de vrais camées dans le conteste où ils
sont insérés. Les deux petites villas furent réalisées
dans les années 1914-1915 par volonté du peintre
40
Vieille ville
Mario de Maria plus connu comme « Marius Pictor ».
Il élut Asolo sa résidence et ici désira être enseveli : il
fut l’ami de D’Annunzio qui dicta le texte de la pierre
tombale commémorative qui, en 1924 fut placée sur
la façade de la maison et qui, aujourd’hui est encore
visible. Ne pas oublié que une des deux maisons devint l’habitation de l’homme de lettres et poète Guido
Pusinich.
21) Chiesa di S. Caterina - Église
Sa construction est liée à la naissance et au développement de la Confraternité des Battuti, laquelle
présence remonte au début du quatorzième siècle. À
la Confraternité se réfère aussi la fondation de l’Hôpital situé juste à côté de l’Église. L’édifice se présente
avec une façade lisse avec un oculus central à une
unique salle. L’intérieur fut décoré entre le quatorzième et quinzième siècle avec un premier cycle de fresques. Au début du seizième siècle elle fut intéressée
par une restauration qui en changea profondément
l’aspect outre à opérer une nouvelle décoration picturale interne qui encore aujourd’hui est visible (épisodes de la vie de Santa Caterina et scènes de la
passion du Christ). L’Hôpital continua à fonctionner
jusqu’au début du vingtième siècle quand fut construit le nouvel Hôpital civil.
41
22) Casa Longobarda - Édifice Historique
À l’extrémité occidentale de la rue Santa Caterina se
trouve une maison d’une forme architecturale singulière et d’une façade richement sculptée. C’est la
maison de l’architecte et sculpteur Francesco Graziolo, arrivé à Asolo dans les années de la Reine Cornaro, son architecte personnel, et où il y meurt en 1536.
Elle est dite Longobarda parce que dans l’inscription
qui se trouve sur l’architrave du second ordre, l’architecte fut défini longobardus. Ella a dû être le siège
de son atelier, sur la façade duquel il avait exposé
certains de ses travaux. Extrait de “Atlante Storico
delle Città Italiane - Asolo” (Atlas Historique des Villes
Italiennes) par Guido Rosada directeur, de Francesca
Bocchi © 1993 Grafis Edizioni Via 2 giugno, 440033
Casalecchio di Reno (BO).
23) Villa degli Armeni e “Fresco” - Édifice Historique
Elle est située à l’occident du centre historique au
sommet du Colle Messano. C’est un des plus célèbres monuments de Asolo et il est composé de deux
corps distincts mais intimement liés : ledit « Fresco »,
constitué d’une façade scénographique tournée vers
42
Vieille ville
le nord et bien visible du quartier de S. Caterina, et de
l’édifice de la vraie et propre villa sur le versant méridional du coteau. Les deux parties sont liées par une
galerie qui perce le sommet du Messano. Le complexe fut construit par la famille vénitienne des Surian en
1558 et devint propriété des Contarini par passages
d’hérédité ; passa ensuite au début de 1800 dans les
mains de différentes familles nobles de la Vénétie : les
Bragadini, les Soranzo et les Pasqualini pour être enfin
cédée au Collegio Armeno (Collège Arménien) de l’île
de San Lazzaro de la lagune de Venise et retourner
récemment propriété de privés. À l’époque de la construction de la villa sont reportés les fresques avec
des scènes bibliques, œuvre de Lattanzio Gambara
de Brescia qui encore ornent la façade méridionale.
24) S. Anna e tomba E. Duse e F. Stark - Monument
Le couvent des Cappucini (Capucins) avec annexée
l’église fut érigé à la suite de la concession de Sisto
V, de 1587 et survit jusqu’en 1768. Devenu propriété
communale il fut destiné à lazzaretto (lazaret), caserne et abri pour les besogneux. Le belvédère du couvent devint, après l’édit napoléonien de Saint Cloud
qui imposait le transfert des cimetière en dehors des
centres urbains, lieu de sépulture et depuis illustres
personnages de la vie asolana (E. Duse, Freya Stark,
Manara Valgimigli etc.) vinrent à reposer pour toujours
en cet ermitage endormi entre le vert silence. Depuis
un siècle et demi de vicissitudes alternées et de semi
43
abandon, le vieux couvent put à la fin retrouver sa
primitive et plus conforme destination : en 1928 y
retournèrent les Capucins assumant depuis ce moment la dénomination de Sant’Anna, d’un autel qui
existait dans l’église.
25) Maglio - Édifice Historique
Le complexe qui se trouve dans la localité Pagnano aux pieds du coteau de Asolo, se compose d’un
atelier de forgeron, d’un édifice de service derrière et
de l’habitation. Dans la partie la plus antique, à côté
d’une fenêtre gothique a été retrouvée une date «
44
Vieille ville
1468 » et l’enseigne avec l’enclume. L’atelier utilisé
depuis l’époque médiévale jusqu’en 1979 pour le travail du métal, profitait de la force motrice fournie par
une déviation du torrent Muson. Le complexe a subi
une modification d’usage devenant dans le cours du
dix-huitième siècle un atelier de tissage de draps.
Environ un siècle après, en 1770 vinrent rétablies les
activités liées au travail du fer. En 1989 le complexe
a été acheté par la Commune de Asolo, restauré et
récupéré à usage culturel.
Piazza Garibaldi - Place
On peut considérer la Place centrale Garibaldi le
cœur de la ville, avec la fontaine du seizième siècle
dominée par le lion ailé de S. Marco. D’ici on peut
facilement rejoindre les principaux monuments de
Asolo.
45
Événements
EVENTS
Marché des Antiquaires
Depuis 1976 chaque second dimanche du mois (exclus juillet et août), se repropose le rendez-vous du
marché des antiquaires. Meubles, bijoux, argenterie,
estampes et livres, objets d’art modernes et objets
en général, sont exposés le long des rues du Centre
Historique.
REPÈRES POUR LE MARCHÉ DES ANTIQUAIRES
Du Lundi au Vendredi: dr.ssa Antonella Bagatella
Tel. 0423 524675
Email: [email protected]
46
Vieille ville
Palio dei 100 Orizzonti
Présenté pour la première fois en 1992, inspiré par
l’arrivée de la reine Caterina Cornaro à Asolo en Octobre 1489 veut évoquer forme populaire à cet événement important pour la ville d’Asolo. Le “Palio de
100 HORIZONS” voit 9 équipages, constitués de
jeunes de conduire le char romain avec une jeune
conseil, qui représente les municipalités de Altivole,
Asolo, Castelcucco, source, Maser, Monfumo, Possagno Riese PIOX et San Zeno Ezzelini. Personnages
en costume d’époque forment la parade.
http://www.paliodiasolo.com/
47
Les Personnages
Eleonora Duse
L’actrice Eleonora Duse (Vigevano 1858- Pittsburg
1924), fille d’art, eut une enfance de nomade et difficile; elle a foulé la scène depuis la première enfance
et donna les preuves sans équivoque de son talent
en 1873, en interprétant le rôle de Juliette à l’Arène
de Vérone. Elle obtint sa grande première affirmation
avec Thérèse Raquin de Zola. Première de la compagnie Ville de Turin elle se lance dans la Princesse de
Bagdad de Dumas se distinguant définitivement entre
les plus grandes stars.
En 1884, années dans laquelle elle porta au triomphe la Cavallerie Rusticana de Verga, elle connut
Arrigo Boito et entra en contact avec les milieux de
la vie désordonnée milanaise. Son Répertoire alla de
Shakespeare-Antonio et Cléopâtre, Roméo et Juliette, aux héroïnes du théâtre français du dix-neuvième
siècle. Dans les dernières dix années du dix-neuvième
siècle elle manifesta un croissant intérêt pour la plus
avancée dramaturgie italienne et étrangère : à partir
de1902 elle eut dans son propre répertoire Casa di
bambola (Une maison de poupée) de Ibsen et à partir
de 1897 elle interpréta les œuvres que D’Annunzio
écrivait pour elle: Il sogno di un mattino di primavera (Le rêve d’un matin de printemps), La Città della
morte (La ville de la mort), Gioconda, (Gioconde), la
figlia di Jorio (la fille de Jorio). Elle laissa à l’improvi48
Vieille ville
ste la scène en 1909, y retourna en 1921 (en 1916
elle avait joué dans son unique film Cenere) avec un
répertoire dédié surtout à Ibsen et D’Annunzio. E.
Duse vint à Asolo en 1919, hôte de son amie Lucia
Casale, et tombée amoureuse du lieu désira avoir une
maison pour elle. Elle prit en location la maison MillerMorrison et confia à l’ingénieur Sebastiano Cantini la
tâche de l’arranger.
Pendant les séjours à Asolo, qui furent brefs mais
nombreux, elle ne pouvait pratiquement jamais jouir
de la maison qu’elle était en train d’arranger.
Elle entretint avec l’ingénieur Cantoni une correspondance depuis les plus variées localités pour savoir,
solliciter, conseiller, sur l’avancement des travaux de
sa maison. Elle télégraphia à l’ingénieur Cantoni le 19
septembre 1923, de Vienne: «Mon adresse jusqu’au
25, Hôtel Impérial Wien je vous prie de répondre,
reçus acompte- Duse».
Répondit l’ingénieur Cantoni: « … … J’espère que
depuis Vienne pourrez venir à Asolo au moins quelques jours avant votre départ pour l’Amérique … …
Mais si je n’aurais la chance de vous voir avant, je
vous souhaite de tout mon cœur un heureux voyage et que la mer soit tranquille. Bonne Chance et retournez vite. … …».
Elle décède le 21 avril 1924 à Pittsburg aux ÉtatsUnis, où elle avait fait une tournée triomphale.
E. Duse écrivait à Marco Praga à l’automne 1920
«Parce que Asolo est beau et tranquille, petit pays
de dentelles et de poésie; parce que ce n’est pas loin
de Venise que j’adore, parce qu’y habitent de bons
amis que j’aime ; parce qu’il est entre le Grappa et le
Montello…
Ce sera l’asile de ma dernière vieillesse, et ici je désire
être ensevelie. Même, vous devez vous le rappeler, et
sinon, dites-le …
Eleonora Duse fut ensevelie avec des funérailles
d’État dans le cimetière de S. Anna.
49
Gian Francesco Malipiero
Le compositeur Gian Francesco Malipiero (Venise
1882 - Trévise 1973) après avoir rompu avec le style
romantique du dix-neuvième siècle, chercha de faire
revivre dans la musique italienne ses plus antiques
traditions. Il étudia en Italie et à l’étranger, assimilant
les influences de Debussy, Ravel, Stravinsky.
Compositeur prolifique, il écrivit plus de vingt quatre œuvres, quatre ballets, environ cinquante compositions orchestrales (y compris onze symphonies
et onze concerts) et multiples compositions pour
groupes de musique de chambre et chœur.
Il soigna l’édition complète de l’œuvre de Monteverdi
et écrivit sur différents sujets musicaux (sont à rappeler les études dédiées à Monteverdi et Stravinsky).
Entre ses œuvres rappelons-nous Poemi Asolani
(Poèmes di Asolani), Torneo Notturne (Tournoi nocturne) (1931) et La favola del figlio cambiato ( La fable du fils changé) (1934), Les capricci di Callot (Les
caprices de Callot) (1942), Uno dei dieci (Un des dix)
(1970). Il connu Asolo aux alentours de 1910 attiré
par la beauté du lieu et à la recherche d’un refuge
pour fuir au plus grand ennemi de la musique : le bruit, il y resta jusqu’à sa mort. De ses rapports avec la
ville il en parle dans son volume La pietra del Bando,
imprimé en 1945 mais jamais divulgué, réimprimé en
1990. Il remplit les fonctions d’Inspecteur Honoraire
de la Surintendance aux Monuments de 1925 jusqu’à
sa mort et en cette qualité il combattit pour la sauvegarde de l’environnement et du patrimoine culturel
50
Vieille ville
de Asolo. De par sa nature et par expérience de vie,
porté à la mélancolie, plus sûr de l’affection des animaux que de celle des hommes, il voulut être enseveli
au fond du jardin de sa maison, rue Foresto Vecchio,
loin des lieux affolés et du bruit.
Sa maison, et le relatif parc, sont maintenant le siège
de la « Fondation Malipiero».
Freya Stark
L’exploratrice et écrivain anglaise Freya Stark (Paris
1893 – Asolo 1993), dernière héritière d’une souche
de grands voyageurs anglais de Kipling à Lawrens,
a été une figure légendaire de notre siècle pour ses
voyages aventureux au Moyen-Orient desquels elle
a laissé de passionnantes descriptions dans ses
nombreux livres. Elle arriva enfant à Asolo avec ses
parents. Liée aux personnalités plus en vue de son
temps, de Churchill à la Reine Mère, des Maréchaux
Montgomery, Allemby, Kitchener et autres, au mythique Lawrence d’Arabie, elle accomplit d’importantes
missions pour le Foreign Office. Infirmière de la Croix
Rouge sur le Carso durant la première guerre mondiale, F. Stark alla en Orient en 1927, organisant jusqu’en
1937 des expéditions au Liban, Syrie, Iraq, Perse et
Arabie. Au déclenchement du nouveau conflit mondial elle fut occupée dans le Yémen et en Egypte où
elle créa un réseau clandestin de propagande, «Fratellanza» (Fraternité). À l’après-guerre elle voyagea
dans tout le monde; avant de se retirer définitivement
à Asolo, elle fut capable de faire une dernière expédi51
tion au Népal à l’âge de 88 ans. La Ville de Asolo
lui a donné la citadinance honoraire et les clefs de la
Ville. Décédée en mai 1993, peu de jours après avoir
accompli 100 ans, elle repose dans le cimetière de S.
Anna, tout près de la tombe de E. Duse, ensemble à
Herbert Young Hammerton, photographe et peintre.
Son habitation, maintenant de propriété de la Province de Trévise, donne sur un jardin botanique dans
lequel sont situés les restes du Théâtre romain.
Caterina Cornaro
Caterina Cornaro(1454-1510), fille du patricien vénitien Marco Cornaro et de Firenza Crispo, appartenait
à une des familles les plus riches et influentes de la
patriciat de la Sérénissime (les Corner). Éduquée dans
un monastère, à 14 ans elle fut donnée épouse par
procuration à Giacomo II Lusignano, roi de Chypre et
d’Arménie, mais l’union avec l’époux fut retardée de
quatre ans (1472).
Le mariage revêtait une grande importance politique
pour la République vénitienne qui, en cas de mort du
roi, aurait eu la possibilité de prétendre d’exercer un
rôle de premier plan dans l’île et ainsi de consolider le
propre contrôle de la Méditerranée orientale. En 1472
Caterina navigua de Venise à Famagouste, capitale
de Chypre. Un an après, Caterina resta veuve avec
un enfant qui devait encore naitre. Né l’enfant, celuici fut proclamé roi avec le nom de Giacomo III.
La nuit du 13 novembre 1473 éclata la conspiration
de Famagouste, complotée par la faction espagnole
52
Vieille ville
pour libérer l’île de la prépotence vénitienne, qui ne
réussit à capturer la reine, enleva le petit roi, tuant
dans le palais le médecin et un domestique, et dehors, Andrea Cornaro et Marco Bembo, patriciens
vénitiens accouru à leur secours. Mort le fils (26 août
1474), Caterina régna sous la protection intéressée
de la République de Venise, seule mais toujours surveillée et moins libre. En octobre 1488 éclata une
nouvelle conspiration, encore complotée par la faction espagnole prétendante au trône, ce qui donna
l’occasion propice et désirée à Venise pour rappeler
Caterina de l’île et s’annexer le royaume.
Caterina tenta de s’opposer mais ce fut inutile : elle
dut se rendre. Le 26 février 1489 elle abdiqua en
faveur de la république de la Vénétie et le 14 mars
successif, avec tous les honneurs, laissa Chypre. Elle
n’arriva à Venise que le 6 juin 1489.
Après avoir abdiqué du trône de Chypre elle fut nommée «domina Aceli», Dame de Asolo, conservant toutefois même dans les actes officiels le titre et rang
de reine. Caterina rejoignit son exile doré de Asolo le
11 octobre 1489. Comme dame, Caterina avait sur
Asolo et sur tout son territoire une domination effective et simple «et mixto imperio ett gladii quacumque et
omnimoda alia potestate, lequel, avant tout, revenait
au Doge«. À Asolo Caterina et sa cour, environ quatre-vingt personnes, s’installèrent dans le Château.
À la garde et honneur de sa propre personne la reine avait un centaine de soldats, établis par la même
République Vénitienne. Mais dans l’exercice de sa
souveraineté la reine Cornaro avait des limites dictées
catégoriquement par la République Vénitienne: elle
ne pouvait imposer à ses susdits charges et angaries
d’aucun genre ; dans la ville et dans le territoire de
Asolo «ne pouvaient se réfugier, demeurer et habiter»
ceux qui ne pouvaient le faire si la domination du territoire eut été dans les mains du doge.
En 1491 commença la construction du Barco à Altivole. En 1509, à la suite de l’invasion du territoire de
Asolo de la part des troupes de la Ligue de Cambrai,
53
Caterina Cornaro se réfugia à Venise. Après l’expulsion des Allemands elle fit un bref retour à Asolo. Elle
mourut le 10 juillet 1510 à Venise.
Pietro Bembo
Pietro Bembo (1470-1547). De noble famille vénitienne, il fut entre les plus grands et admirés du seizième siècles. Sa solide culture humaniste, l’habitude
qu’il eut avec les milieux de la Cour (Florence, Rome,
Ferrara et Urbino), les hautes charges qui lui furent
confiées par les souverains pontifes Leone X et Paolo
III, unies aux honneurs qui lui furent conférées par sa
patrie Venise, firent de lui une des personnalités de
premier plan dans la vie de son époque.
Un vif Carteggio (1500-1501) documente sa relation
amoureuse avec Maria Savorgnan.
Vrai dictateur de la culture du seizième siècle, il donna une impulsion à la technique de rédiger des traités amoureux du type platonique avec les ASOLANI
(1505) et au pétrarquisme avec les RIMES (1530) ;
mais sa renommée est confiée à LE PROSE DELLA
VOLGAR LINGUA (1525), œuvre qui affirma l’exemplarité des grands penseurs du quatorzième siècle et
donna origine aux problèmes de la langue.
En 1539 il fut nommé Cardinal par Paolo III.
Cousin de Caterina Cornaro (ex Reine de Chypre,
Jérusalem, et d’Arménie), il adapta, à la Cour de Asolo, les trois dialogues sur l’amour platonique qu’il intitula ASOLANI, que le Catiglione rappela dans son
Galateo (manuel de bonnes manières).
54
Vieille ville
Roberto Browning
Robert Browning (Londres 1812- Venise 1889) est
avec Tennyson, un des plus grands poètes de l’âge
victorienne.
Sa première œuvre publique Pauline (1883) passa
inobservée; Paracelsus (1835) fut ignoré: Strafford,
une comédie, eut un bref cycle de représentations
en 1837 au Covent Garden; Sordello (1840), poème
historique de fond italien, devint proverbial pour son
obscurité. Toutefois Browning améliora considérablement son art et une série de huit opuscules, connus comme Campane e melograni (1841-1846), contiennent quelques poésies entre ses plus fameuses :
Soliloquio del chiostro spagnolo et L’évêque ordonna
sa tombe à l’église de S. Prassede.
Après avoir épousé l’écrivain Elisabeth Barret en
1846, ils se déplacèrent à Florence dans la maison
Guidi, où il composa les poésies recueillies dans Uomini et donne (1855). La douleur pour la mort de sa
femme le reporta en 1861 en Angleterre où avec le
temps il devint bien connu dans les cercles littéraires
londoniens. Dramatis Personae (1864), qui comprend
Calibano su Setebo et Una morte nel deserto, montre sa vision des problèmes religieux du dix-neuvième
siècle; mais c’est avec la publication de L’anello et le
livre (1868-1869) que finalement il consolide sa renommée de grand poète. Considéré par les critiques
modernes le plus important long poème victorien,
55
L’anello et le livre synthétise le constant intérêt de
Browning pour les caractères italiens, la casuistique
morale et la complexité de la personnalité humaine.
Dans L’avventura de Balaustione (1871) et Apologia
de Aristophane (1875) il explore le champ de la littérature classique, alors que dans Registro di locanda
(1875) il traite les problèmes de la criminologie et de
la psychologie criminelle.
Gli Idilli drammatici (1879,1880) révèlent encore les
caractéristiques de l’œuvre de Browning: un style
comprimé, quelquefois tortueux, et une érudition qui
peut fasciner comme repousser le lecteur.
Asolando, son dernier volume de vers, fut publié à
Venise le 12 décembre 1889. Maître du monologue
dramatique et de l’introspection psychologique, il a
anticipé certains motifs du poétique vingtième siècle.
Le drame Pippa passa à faire partie de sa récolte
Campane e melograni et est le fruit du premier voyage que Robert Browning fit en Italie en 1838, Le
«Prologo» du drame commence ainsi: «le premier jour
de l’année à Asolo, dans la Marca Trevigiana. Une
chambre commune, mais vaste et bien aérée. PIPPA,
jeune ouvrière en soierie, bondit du lit. Jour !...»
Le fils de R. Browning, Pet, continua à habiter (à «régner» écrivit Gian Francesco Malipiero) à Asolo jusqu’à sa mort (1912).
56
Trouver un logement
Vieille ville
HOTEL
Albergo Al Sole
Via Collegio 33, 31011 Asolo
+390423951332, +390423951007
[email protected]
www.albergoalsole.com
*****
Niché au cœur du village médiéval d’Asolo, ce charmant hôtel offre une atmosphère chaleureuse et est
entouré par une riche diversité de l’art et de la culture
que des villas palladiennes et le temple de A.Canova.
Point de départ idéal pour des promenades et des
excursions dans les vignobles et les caves qui donnent du charme à la campagne environnante. Destination populaire pour les cyclistes de partout dans le
monde pour ses paysages naturels spectaculaires.
Hotel Villa Cipriani
Via Canova 298, 31011 Asolo
+390423523411, +390423952095 [email protected]
http://www.villaciprianiasolo.com/it/
****
57
Hors les Murs
La Villa, à quelques pas du cœur de la ville fortifiée,
avec sa forte caractéristique du noble pays, est divisé
en deux bâtiments donnant sur le jardin paysager qui
change de couleur à chaque saison.
Hotel Duse
Via Browning 190, 31011 Asolo
+39042355241
[email protected]
www.hotelduse.com
***
Situé sur la place principale romantique, où se dresse
la cathédrale et à côté du château, sous les voûtes
gothiques et au milieu des rues pittoresques de Asolo, se dresse l’Hôtel Duse. Une ancienne mais entièrement rénové, offre à ses hôtes un simple mais attentif
aux détails, offrant à ses hôtes un accueil chaleureux
58
Trouver un logement
Hotel Asolo
Via Castellana 9, 31011 Asolo
+390423952963
[email protected]
www.hotel-asolo.com
***
L’Hôtel Asolo vous propose différentes salles par
type, toutes élégamment meublées avec des couleurs et des solutions conçus pour que chaque chambre
un petit univers autonome
Agritourisme/Chambres d’hôtes
Al Morer
Via Risorgimento 10, 31011 Asolo
+39042355060
[email protected]
www.almorer.it
“AL MORER” apparaît comme le lieu idéal pour un
séjour heureux: entouré d’un paysage qui permet à
l’espace sur la plaine de Trévise et caractérisé par la
présence de mûriers, a gardé avec les récents travaux de restauration, les caractéristiques architecturales d’origine.
59
Hors les Murs
Chambres d’hôtes
Villa Flangini
Via Foresto di Pagnano 2, 31011 Asolo
+39042355622
[email protected]
http://www.villaflangini.it
Congrès, conférences, fêtes, séjours climatiques
pour les individus, les groupes, les familles et dans la
structure religieuse.
Casa Pietro Bembo
Via Santa Caterina 23, 31011 Asolo
+39335207028
[email protected] Toffolo Bruno
Via Marconi 137, 31011 Asolo
+390423952748
AFFITTACAMERE DI 3^ CAT.
“APPARTAMENTO BELTRAMINI”
Asolo - Via Contrada Canova 330/b Tel. 0423 529045 [email protected]
60
Trouver un logement
Bed & Breakfast
Al Lauro
Via Lauro 4, 31011 Villa d’Asolo
+390423564440, +393337551696
[email protected]
www.beballauro.com/IT/index.html
Le B & B est situé dans la campagne vénitienne. Au
rez de chaussée est la salle à manger avec TV et mini-bar. A l’étage il ya trois chambres à coucher avec
salle de bain.
Ca’ Cinel
Via Mestre 9, 31011 Asolo
+390423952401, +393355449091
[email protected]
www.cacinel.it/www.Cacinel.it/Home_it.html
Au pied des collines d’Asolo, circndata de 25 hectares de campagne, Ca ‘Cinel est un véritable exemple
d’un bâtiment 1600 qui conserve la structure originale.
61
Hors les Murs
Casasolana
Via Sottocastello 18, 31011 Asolo
+39042355754
[email protected]
www.casasolana.it
Casasolana est situé dans une zone de collines le
long de la route panoramique qui mène au château
de la Reine Cornaro, à seulement 800 m du centreville. C’est une ferme typiquement vénitienne du XIXe
siècle, entouré d’un magnifique parc de 7000 mètres
carrés., Récemment rénovée avec goût simple mais
raffinée. Les trois chambres disponibles pour les
clients, tous avec leurs propres installations, sont
chacun dédié à un personnage féminin qui a eu une
influence majeure dans l’histoire de Asolo si: Caterina
Cornaro, Eleonora Duse, Freya Stark. Au rez-dechaussée, entouré par de grandes fenêtres, il ya une
salle commune où le petit déjeuner est servi.
Casa Pagnano
Via Vallorgana 22, 31011 Pagnano
+390423529276, +393293932570
[email protected]
www.casapagnano.com
Entouré de verdure et la beauté des collines d’Asolo,
Pagnano Maison remonte à 1400. Dessin de crayon
62
Trouver un logement
et aquarelle la construction d’un plan cadastral, document rare et précieux du XVIIIe siècle, désormais
logé dans l’historique Asolo. Idéal pour un séjour de
paix et de détente, le B & B dispose de deux chambres élégant, avec entrée séparée, salle de bain privée, télévision et air conditionné. Récemment rénové
et meublée avec un chaleureux et accueillant, les
chambres offrent également une kitchenette avec cuisine pour le petit déjeuner.
Do’ None
Via Calò 26, 31011 Pagnano
+39042355682, +393296370479
www.donone.it
“DO” NONE “est situé à Asolo, à quelques kilomètres
de la villa palladienne Canova Plaster Casts Gallery and Museum. Deux studios avec lit double et un
canapé-lit, salle de bains et la cuisine, de la télévision
par satellite et d’une connexion Wi-Fi gratuite. Climatisation.
63
Hors les Murs
Europa di Toffolo Bruno
Via Vallorgana 6, 31011 Pagnano
+390423529254
Bed & Breakfast di Gallina Tommaso
Via S. Colomba 4, 31011 Asolo
+393496086346, +393284230962 [email protected]
Larry’s House
Via Marco Ricci 1/B, 31011 Casella d’Asolo
+393209365948
[email protected]
La Maison de Larry” est situé au pied d’Asolo à 5
minutes du centre-ville. La structure offre un appartement indépendant mansardée avec poutres apparentes, séjour cuisine, salle de bains avec sèche-serviettes chauffant et douche, une chambre double et une
chambre possible avec deux lits simples. L’appartement dispose d’une machine à laver et lavastoviglie.
Ampio parking extérieur
Le Gemelle
Via Bernardi 8, 31011 Pagnano
+390423950819, +393406601349
Pleris
Via Bernardi 26, 31011 Pagnano
+390423952181
[email protected] www.bedandbreakfast-pleris.it 64
Trouver un logement
Dans le jardin, laissant le regard dans la liberté, vous
serez captivé par les douces collines et la “perle de
la Treviso”, Asolo, atteint par des chemins sinueux à
pied ou en vélo pour mieux savourer l’atmosphère
d’une époque révolue.
La grande cuisine chaude est alors prêt à offrir les
meilleurs petits déjeuners de détente et de confort.
Toutes les chambres sont confortables, meublées
simplement en fonction de l’atmosphère de l’endroit,
avec une télévision.
Au premier étage il ya une chambre simple / double
avec salle de bains attenante. Au deuxième étage, la
chambre principale et la deuxième part de chambre
à coucher, une salle de bains. La chambre principale
dispose également d’une riche bibliothèque.
Paix et tranquillité n’est rompu que par le chant des
oiseaux puisque le trafic est réduit au minimum dans
le village et dans tous les cas limitée à l’accès des
résidents.
Villa Vega
Via Foresto di Pagnano 3, 31011 Asolo
+39042355026, +393475436622
[email protected]
www.villavega.it
Les collines d’Asolo, ville de 100 horizons, pleins de
maisons et villas entourées de verdure et surplombant les plaines fertiles ci-dessous. Villa Vega, un ma65
Hors les Murs
gnifique bâtiment de style Art Nouveau de la fin du
‘800, donnant sur le côté sud-ouest, plein de soleil et
le paysage de collines, à la source, le Monte Grappa
calme et pleine de souvenirs.
Barone d’Asolo Country House
Via Gasparona 11, 31011 Pagnano
+390423529005
[email protected]
www.baroneasolo.it
Niché dans un magnifique parc, un étang de nénuphars et fleurs de lotus, des sentiers dans les bois et
les vergers, le Country House Barone d’Asolo savoir
»vous accueillera avec son calme caractéristique et
tranquille», ce qui en fait l’endroit idéal pour vous reposer.
ASOLO BED AND BREAKFAST
Asolo - Via Risorgimento 4
cell 345 4870191 - 334 7667921
fax 0423 952029
[email protected]
www.bedandbreakfastasolo.it
66
Où manger
Vieille ville
Restaurant
Al Bacaro
Restaurant/Osteria
Via Robert Browning 165, 31011 Asolo
+39042355150
€
Restaurant centenaire d’Asolo (mais le premier patron était des Pouilles) qui propose une cuisine basée
sur des recettes traditionnelles vénitiennes et locales.
Spécialités: viande, spécialités vénitiennes, ragoût
de viande, cartilages de veau, escargots, morue à la
mode de Vicence, trippe. Prix moyen hors boissons :
25 €. Fermé le mercredi.
Bristot
Restaurant
Via P. Bembo 85, 31011 Asolo
+390423529592
[email protected]
www.ristorantebistrotasolo.com
€€
67
Vieille ville
Terrasse d’été Toits Asolo. Cuisine créative avec des
spécialités de poisson et de viande. Asperges et
champignons, chicorée, herbes sauvages, pâté, pain
et huile d’olive dei Collines d’Asolo. Grands poissons
et crustacés, crus, carpaccios de viande et bonne
carte des vins. Desserts locaux. Ouvert le soir à partir
de 18 h 00. Prix moyen hors boissons : 30-40 €. Fermé le dimanche.
Cornaro
Restaurant/Pizzeria
Via Regina Cornaro 214, 31011 Asolo
+390423950361
€
Si vous souhaitez déguster une excellente pizza napolitaine, nous vous conseillons la Pizzeria Cornaro
d’Asolo. Excellent rapport qualité/prix et un service
impeccable.
Gala di Susanna Quagliotto
Ristorante/Wine Bar
68
Où manger
Via Canova 288, 31011 Asolo
+39042355288
https://www.facebook.com/pages/Gala-Asolo/455369967860646
€
Proprio nel cuore della bellissima Asolo, questo locale
è arredato con una cura e buon gusto. Vasta selezione di vini tipici veneti e vari piatti della tradizione.
Hostaria Ca’ Derton
Restaurant/Osteria
Piazza G. D’annunzio 11, 31011 Asolo
+39042355218
[email protected]
€€
Lieu intime qui propose de la cuisine vénitienne traditionnelle assaisonnée d’une touche de modernité et
de créativité. Menu dégustation traditionnelle à 35€.
Bonne carte des vins. L’œnothèque située juste à
côté propose la même cuisine dans un cadre décontracté et à des prix moindres. Fermeture le mercredi.
Prix moyen hors boisson: 45€
69
Vieille ville
Hotel Villa Cipriani
Restaurant
Via Canova 298, 31011 Asolo
+390423523411
[email protected] www.villacipriani.it
€€€€
Le restaurant, qui a remporté plusieurs prix prestigieux, fait partie du complexe hôtelier historique du
même nom. Ses propositions gastronomiques associent les spécialités régionales vénitiennes et la cuisine méditerranéenne de style international. Le carte
est saisonnière et le menu du jour varie en fonction
de la disponibilité des produits sur le marché local. Le
restaurant réserve à ses clients une vue à couper le
souffle sur toute la vallée d’Asolo.
La Corte del Re
Restaurant/Osteria
Via Dante 24, 31011 Asolo
€
Cette petite auberge est située sur la place principale d’Asolo. La salle à manger extérieure jouxte le
parking principal (à côté du grand bâtiment). L’offre
comprend de nombreuses spécialités locales, parmi
lesquelles le cochon de lait et les salaisons, mais aus70
Où manger
si des bières, des grappa et des vins intéressants.
De nombreux produits, tels que le fromage morlacco
proviennent de la ferme voisine qui appartient au patron.
La Terrazza - presso albergo Al Sole
Restaurant
Via Collegio 33, 31011 Asolo
+390423951332
[email protected]
www.albergoalsole.com
€€€€
La Terrazza dell’Albergo Al Sole, lieu de rencontre
d’une clientèle internationale, est un véritable salon
extérieur donnant sur le centre historique d’Asolo.
Une cuisine innovante, mais en même temps capable d’exalter les produits traditionnels, qui sont soigneusement sélectionnés. Un menu réalisé avec des
matières premières de qualité, du poisson frais à la
viande, aux plats végétariens. Chef Enrico Villanova.
71
Vieille ville
Pane, Vino e San Daniele
Restaurant
Via Browning 183, 31011 Asolo
+390423951375
€
Nourriture d’excellente qualité, joli cadre. Plats de
pâtes maison, assiette de charcuterie, jambon de
San Daniele, spécialités vénitiennes et frioulanes (tripes, morue à la mode de Vicence), soupes et minestroni, grosses salades, vins du Frioul. Grand choix
de bières artisanales. Apéritif avec amuse-gueules.
Cuisine maison. Prix moyen hors boissons : 15-20 €.
Fermé le mardi. Ouvert toute la journée le dimanche.
TappoBar
Bar/Restaurant
Via Roma 55, 31011 Asolo
+390423952201
[email protected]
www.tappobar.it
€€
Restaurant œnothèque avec salle intérieure et terrasse l’été sur la place principale d’Asolo. Cuisine
72
Où manger
recherchée, naturelle et légère, respectant la matière première. Au cours de l’année des manifestations
artistiques et culturelles sont organisées.
Birrerie/paninoteche
Epoca
Birreria/Paninoteca
Via Roma 50, 31011 Asolo
+390423950100
€
Établissement pittoresque et accueillant. Personnel
gentil et poli. Restauration rapide (hamburger) mais
aussi des préparations plus élaborées (spaghetti au
ragoût de sanglier).
PASTICCERIE / GELATERIE
Gelateria Browning
Via Browning 159, 31011 Asolo
+300423951375
Salons de crème glacée. Glacier apprécié des touristes et des locaux.
73
Vieille ville
Bar/Café
Al Castello
Piazza Duse 227, 31011 Asolo
+390423952158
Al Municipio
Piazza G. D’Annunzio 8, 31011 Asolo
Caffè Centrale
Via Roma 72, 31011 Asolo
+390423952141
[email protected]
www.caffecentrale.com
L’établissement est situé dans le centre d’Asolo, joliment décoré et propre. Boissons de qualité, très bonnes glaces.
74
Où manger
Caffè Commercio
Via R. Cornaro 210, 31011 Asolo
+390423952290
Situé dans le centre historique, le «Caffè Commercio»
est ouvert de 7 h à 01 h 00. Il propose des petits
déjeuners, des repas rapides, un excellent choix de
bières artisanales et de prosecco servi même au verre. Fermé le lundi.
Bar à Vin
Enoteca alle Ore
Via Browning 186, 31011 Asolo
Établissement élégant, soigné dans les moindres
détails... excellent accueil. Idéal pour une pause
spritz.
75
Hors les Murs
RISTORANTI
Al Bersagliere
Restaurant/Osteria
Via San Martino 31, 31011 Asolo
+390423952744
€
Ancien restaurant fondé à la fin du XIXe siècle par
Giovan Battista Stona, bersaglier pendant la première guerre mondiale. Aujourd’hui, l’auberge est gérée
par sa petite-fille, Marisa, et son mari Gianni. Cadre
accueillant ( en hiver comme en été) qui propose la
simple charcuterie locale, les fromages locaux et les
vins du terroir. Prix moyen hors boissons: 15€.
Al Via Lauro
Restaurant/Pizzeria
Via Lauro 23, 31011 Asolo
+390423564112
€
Vous pourrez déguster différentes variétés de plats,
dont du poisson et de la paella sur commande. Il fait
aussi pizzeria. Fermé le mardi et le mercredi matin
Da Vanore
Restaurant/Trattoria
Piazza G. D’annunzio 5, 31011 Asolo
+390423952279
€€
76
Où manger
Endroit pittoresque, familial et accueillant, au milieu
de la verdure, avec un personnel sympathique et simple. La viande grillée est vraiment excellente (la côte
et le filet de bœuf sont vraiment extras), cuisine rustique et goûteuse. Deux musiciennes sont souvent
présentes le vendredi soir. Cave soignée avec plus de
150 étiquettes. Prix moyen hors boissons: 35-40 €.
Fermé le lundi.
Ferro e Fuoco
Restaurant/Pizzeria
Via Ponte di Pagnano 1, 31011 Asolo
+393398035597
€
La Pizzeria Ferro e Fuoco vous accueille dans un cadre chaleureux et sympathique. À la pause de midi,
elle propose également des plats, comme un restaurant. Elle dispose également d’une terrasse d’été.
La Tavernetta
Restaurant/Trattoria
Via Schiavonesca Marosticana 45, 31011 Asolo
+390423952273
http://www.ristorantelatavernettatv.com
€€
Restaurant typique au pied de la vieille ville, accueillant et respectueux de la tradition. Les produits locaux sont en effet cuisinés avec fantaisie, depuis les
entrées de pâtes maison aux grillades et plats de la
tradition vénitienne. Desserts maison.
77
Hors les Murs
La Trave
Restaurant
Via Contrada Bernardi 15, 31011 Asolo
+390423952256
€
Ancienne trattoria rustique avec des spécialités locales et saisonnières (herbes printanières, champignons, risotto, sopa coada -une spécialité à base pigeon-, escargots, morue). Prix hors boissons 28/30
€. Fermé le lundi.
Locanda Baggio
Restaurant/Hotel
Via Bassane 1, 31011 Asolo
+390423529648
www.locandabaggio.it
€€€
Restaurant accueillant, cadre intime, cuisine typique
et traditionnelle du terroir où travaillent depuis 2010
Nino et Antonietta (auparavant au Ca ‘ Derton) secondés par leurs enfants Enrico, Guido et Cristina. Excellente cave avec un choix de vins locaux, nationaux et
internationaux. Prix moyen hors boissons : 40/50€.
Fermé le lundi et le mardi pour le déjeuner.
Mexican Grill
Restaurant
Via Croce d’Oro 1, 31011 Asolo
+390423564075
78
Où manger
€
Cuisine et ambiance exotique pour ce restaurant où
vous pourrez déguster les spécialités de la cuisine
mexicaine.
Momà
Restaurant/Disco
Via E. Fermi 32, 31011 Asolo
+390423952467
[email protected]
http://www.moma-asolo.it
€
L’exclusivité et le goût de la vie sont les éléments distinctifs du MoMA. Nous sommes à Asolo, mais nous
pourrions être à Paris, New York, Barcelone, Londres.
L’établissement a une âme internationale et cosmopolite. Fermé le mardi et le samedi midi.
Osteria di Via Tuna
Restaurant/Trattoria/Pizzeria
Via Tuna 2, 31011 Asolo
+390423952310
[email protected]
www.osteriaviatuna.it
€
Auberge, pizzeria et restaurant qui sert une cuisine
typique de la région, revisitée avec simplicité et mo79
Hors les Murs
dernité. Carte des vins laissant une large part aux vins
locaux. Également une carte des eaux avec un large
choix d’eaux du monde entier. Prix moyen hors boissons : 15-30 €. Fermé le mardi soir.
Ponte Peron
Restaurant/Trattoria
Via Vallorgana 14, 31011 Asolo
+390423952268
[email protected]
http://www.ponteperon.it/www1/
€€
La trattoria Ponte Peron, fondée en 1950, est nichée
dans les collines d’Asolo, à quelques encablures de
la ville aux 100 horizons. Elle doit son nom au pont
qui enjambe le ruisseau du même nom. L’atmosphère des lieux et la gestion familiale sont au service
d’une cuisine typique. Pâtes maison, viandes grillées,
champignons et desserts maison. Prix moyen hors
boissons : 30/35 €. Fermé le mardi soir et le mercredi.
Trattoria Ciarnie i di Canciani Daniele
Restaurant/Trattoria
Via dei Torretto 2, 31011 Asolo
+390423952237
[email protected]
www.trattoriaciarniei.com
€
Pour les admirateurs de la cuisine frioulane qui ne
veulent pas renoncer à des plats typiques de Venise,
80
Où manger
Asolo propose la trattoria Ciarnie. Spécialités: foie à
la vénitienne, pâtes aux haricots, lièvre en sauce, rôti
à la polenta et fromage de la Carnia. Prix moyen hors
boissons : 25/30 €. Fermé le lundi soir et le mardi.
Villa Flangini
Restaurant
Via Foresto di Pagnano 2, 31011 Asolo
+39042355622
[email protected]
http://www.villaflangini.it
€€
Villa Flangini est une demeure patricienne historique
de Vénétie. Datant de la moitié du XVIIIe siècle, elle
est située à 500 mètres du centre historique d’Asolo,
Elle est entourée d’un grand parc et d’un bois ponctué de nombreux sentiers de promenade. La villa
dispose de deux grandes salles: la salle à manger
pouvant accueillir jusqu’à 70 personnes et la salle de
la cheminée disposant de 100 places assises.
Villa Razzolini Loredan
Restaurant
Via Schiavonesca Marosticana 11, 31011 Asolo
+390423951088
http://www.villarazzolini.it
€€€
Au pied de la forteresse d’Asolo, entourée d’un grand
81
Hors les Murs
parc, la majestueuse villa vénitienne du XVIIe siècle
abrite le restaurant. La cuisine raffinée respecte le terroir avec des propositions de produits de saison. Les
menus saisonniers accordent une place d’honneur
aux produits contenant les délicieux petits pois de
Borso, les champignons de saison, les savoureuses
asperges blanches , les fromages typiques de la région de Grappa, les artichauts. L’hiver laissent la place aux recettes à base de brocoli de Bassano et de
chicorée de Trévise et de Castelfranco. Plats à base
de poissons toute l’année. Prix moyen hors boissons:
25-55 €.
PIZZERIE
Ai quattro gatti
Pizzeria
Via Giorgione 2, 31011 Asolo
+390423951108
[email protected]
http://www.pizzeriaaiquattrogatti.com
€
Pizzeria restaurant Ai 4 Gatti, gérée par Cristiana et
Fabio, à Casella d’Asolo, dans la province de Trévise. Elle propose un service de pizzeria, avec pizzas
à emporter et plats de pâtes. Elle fait aussi snackbar et accompagne le client dès l’apéritif, avec son
bar conséquent qui prépare des spritz et des plats
sur le pouce. Les pizzas sont préparées avec des ingrédients de première qualité, il existe de nombreu82
Où manger
ses variantes, pour tous les goûts. Établissement climatisé, jardin l’été et parking.
Pizzeria Rock
Pizzeria
Via Tuna 19, 31011 Asolo
+390423951041
€
Pizza Rock est une pizzeria avec un excellent personnel, fier de proposer ses produits.
AGRITURISMO
Agriturismo da Gino
Agriturismo
Via Loreggia 22, 31011 Asolo
+390423529467
http://www.agriturismodagino.it
€
La cuisine est dirigée par Gino, le propriétaire, aidé de
sa femme et de ses enfants. Il a rénové une ancienne
étable et le grenier à foin situé au-dessus pour créer
une atmosphère rustique et accueillante où vous
pourrez déguster les plats de la tradition gastronomique locale préparés exclusivement avec des produits
de l’exploitation. Prix moyen boissons incluses : 25
€. Ouvert le jeudi soir, uniquement sur réservation, le
vendredi soir, le samedi soir, le dimanche et les jours
fériés.
83
Hors les Murs
Pâtisserie / Salons de crème glacée
Asolo Dolce s.a.s.
Via E. Fermi 21, 31011 Asolo
+3904235221, +390423522111
AsoloDolce. Vingt-cinq ans d’activité pour ce pâtissier spécialiste de la pâte feuilletée. Pauses repas et
apéritifs de qualité dans l’établissement le plus réputé
d’Asolo.
Il Gelato s.n.c.
Via Schiavonesca Marosticana 6, 31011 Asolo
+390423950203
Glaces et spécialités.
Bar/Café/
Bar Jolly
Via Cavin dei Cavai 47A, 31011 Asolo
+39042355840
Bar Posta
Via Tiziano 35, 31011 Asolo
Barracuda
Music Bar
Via Cavin dei Cavai 47, 31011 Asolo
Au pied des collines d’Asolo, un nouvel établissement
génial, look vintage et esprit rock où vous pourrez
trouver de la bière locale et de l’excellent vin.
84
Où manger
Cappelletto Franco
Via Dante 24, 31011 Asolo
Centro Bar
Via Chiesa 6, 31011 Asolo
+390423952321
Coffeehouse
Via Schiavonesca Marosticana 8, 31011 Asolo
Bar, salon de crème glacée, une cafétéria, snackbars.
Country Pub s.a.s.
Via G. Verdi 4, 31011 Asolo
Dissegna Manuela
Via D’Annunzio 8, 31011 Asolo
+390423529462
Hollywood Bar
Via E. Fermi 14, 31011 Asolo
Papagayo s.n.c.
Via Bassanese 13, 31011 Asolo
Rossetto Maria
Via Giorgione 58, 31011 Asolo
85
86
Où manger
Vin et Cuisine
Gastronomie et vin Asolo
Nourriture et vin Les saveurs des produits locaux, le
goût pour la bonne table, les boutiques des artisans
qui donnent, avec les bistrots et les cafés, sur les
arcades et les places font partie du climat persuasif
qui se perçoit lorsqu’on se promène dans les rues du
village, c’est le rythme lent de l’art de vivre « en asolant ». L’atmosphère d’Asolo ne serait peut-être pas
la même sans la possibilité d’une halte à l’onothèque
ou sans les parfums et les plaisirs de la table provenant d’une ancienne vocation onogastronomique.
Restaurants et trattorias, comme chaque chose
à Asolo, sont des lieux intimes où goûter les plats
d’une tradition culinaire simple et authentique, liée à
la mutation des saisons et à l’influence vénitienne :
des «sarde in saor» aux «bigoli in salsa», des soupes
de champignons aux pâtes aux haricots, jusqu’à la
chicorée de Trévise ou de Castelfranco, en passant
par la citrouille, les asperges blanches de Bassano.
Un peu partout on peut goûter les typiques «cicchetti», bon vin ou spécialités amusantes à manger,
comme la glace au sureau ou le «Tintoretto», variante
du Bellini au goût de grenadier. On peut facilement
imaginer, assis aux tables des cafés, les personnages
87
célèbres qui ont séjourné dans cette ville au cours
des deux siècles derniers, des poètes aux musiciens
comme Robert Browning ou Gian Francesco Malipiero, aux célébrités comme Mastroianni et Catherine
Deneuve, Yoko Ono ou beaucoup d’autres.
A Asolo on peut encore trouver le pain cuit au feu de
bois et, dans les boutiques onogastronomiques, on
a l’embarras du choix entre la charcuterie locale, les
vins, les eaux-de-vie, les huiles, les confitures et les
délicieux gâteaux.
Les produits typiques de ce territoire peuvent être définis de niche, introuvables ailleurs ; ils se distinguent
par l’attention à la culture biologique, par la défense
de traditions antiques et de productions locales particulières, comme par exemple le maïs blanc perle et
le fromage Morlacco, le fromage Bastardo et le Biso
(petit pois) de Borso del Grappa, les haricots nains de
Levada et les pommes de Monfumo, la production
de l’huile de la zone au pied du Grappa, qui a ici son
appendice le plus au nord, les cerises de Maser et le
miel du Grappa.
Rouges vigoureux et blancs importants tels Merlot,
Cabernet, Prosecco, Chardonnay, Pinot, Incrocio
Manzoni. Sont les excellents vins de la région qui se
servent sur les tables d’Asolo ou qui peuvent être dégustés dans les onothèques. Asolo est un pôle important de la production DOC «Montello e Colli Asolani» et les meilleures sélections locales ont même reçu
de nombreuses reconnaissances.
Comprise dans le circuit national des Città Del Vino
(Villes du Vin), chaque année en août avec la manifestation «Calici di Stelle» («Coupes d’Etoiles») [link à
la page Home Page/Rendez-vous fixes/Liste complète] , comme dans d’autres villes du vin italien, sont
célébrés par des dégustations les meilleurs vins du
territoire et les produits locaux typiques.
La région viticole
Nourriture et vin Le climat de la zona DOC Montello
– Colli Asolani est typique de la zone tempérée, fruit
88
Où manger
de l’originale intégration entre les facteurs, lesquels,
la latitude, la proximité de la Méditerranée et les facteurs climatiques qui agissent comme modulateurs.
Entre ceux-ci on doit signaler de façon particulière le
développement des reliefs, qui génèrent une vaste
gamme d’effets dus à l’exposition, à l’ensoleillement
et réchauffement de jour des flancs des collines ;
l’accumulation nocturne d’air froid, spécialement sur
les versants du Monte Grappa et aux effets des régimes de brise provenants du bassin padano et de
la vallée du Piave. Elle se caractérise par ses étés
chauds mais non étouffants et des hivers relativement
froids, alors que les précipitations sont réparties de
façon assez homogène sur toute l’année.
Elle occupe une superficie d’environ 20.000 ha, en
bonne partie en milieu collinaire, mais qui comprend
aussi d’amples portions de plaine en raccordement
des reliefs. L’aréole de la Valcavasia met en évidence
les caractéristiques des versants préalpins. A l’intérieur du milieu collinaire s’alternent des calcaires
marneux, marnes, argilites, silstones, grès et agglomérats qui se sont formés durant l’ère Tertiaire, fortement déformés par les mouvements tectoniques .
L’alternance lithologique trouve aussi une immédiate réponse visuelle dans les formes des reliefs. Des
structures plus compactes ont créé des paysages pus hérissés et rudes (Colli Asolani) alors que
89
substrats plus malléables (marneux et argileux) ont
généré dans le temps des formes plus douces en
correspondance du Montello. La zone du Montello,
de forme aplatie, fruit d’un cadre évolutif original et
unique, met en évidence la présence d’étagements
et phénomènes karstiques.
Ici les variétés typiques Bordelaises et Rhénanes, à
la suite de la domination Napoléonienne, se sont enracinées en donnant de grands retours qualitatifs :
Merlot, Cabernet et les divers Pinot et Chardonnay
sont des DOC très répandus. A coté de ceux-ci, la
Glera pour la production du Prosecco est sûrement le
cépage le plus étendu et est le plus grand générateur
de revenu pour la filière vitivinicole.
Il est très important de rappeler l’opération de récupération en cours du cépage Recantina et, en
sous-ordre, de la Bianchetta.
L’Asolo Prosecco Supérieur DOCG et le Montello
Supérieur DOCG se trouvent au sommet qualitatif
des productions. Ce sont seulement quelques uns
des produits de cet angle du Veneto riche d’histoire
et traditions qui vante des vins aux sommets des
plus importants concours internationaux.
Le Prosecco Asolo
Asolo Prosecco DOCG
Couleur: jaune paille plus ou moins intense.
Parfum: vineux, caractéristique, légèrement fruité du
genre moelleux.
Saveur: le sec agréablement et légèrement amer,
n’ayant pas trop de corps, moelleux légèrement fruité.
DOCG Colli Asolani – Prosecco “mousseux”
Couleur: jaune paille plus ou moins intense, brillant.
Effervescence: évidente formation de petites bulles.
Dans le type avec refermentation en bouteille la
mousse est légère, évanescente.
Parfum: agréable et caractéristique fruitée.
90
Où manger
Dans le type avec refermentation en bouteille s’ajoutent des notes de croûte de pain et levure.
Saveur: sec ou moelleux, frais, pétillant, fruité.
Dans le type avec refermentation en bouteille s’ajoutent des notes de croûte de pain et levure.
DOCG Colli Asolani – Prosecco “Mousseux
Supérieur”
Couleur: jaune doré, brillant.
Effervescence: fine et persistante.
Parfum: agréable et caractéristique fruitée.
Saveur: de sec à moelleux, ayant du corps, agréablement fruité, typique.
91
ITINERAIRE 1
Asolo, amour à première vue
Itinéraire court (durée 1h30 à 2heures)
Fontaine Majeure (8), Cathédrale (5), Chapelle du
Christ, Musée Civique (7), Palais de la Raison (6),
Château (16), Théâtre Duse (17), Villa Contarini dite
Des Arméniens (23), Palais Beltramini (18), Porte du
Saint Esprit, Maison Duse (19), Maison Gothique
(15), Place Brugnoli (12), Villa Pasini Scotti (14), Rocca (10), Bot (13)
92
Itinéraires
Les premiers pas de la promenade dans le bourg de
Asolo doivent avoir comme point de départ le monument symbole de la place : alors partons de l’ombilic
du centre historique, de la Fontaine Majeure (8). Il y
a quelques années elle était encore alimentée par un
millénaire aqueduc romain, la fontaine est depuis toujours le point de rencontre de la vie des asolani et la
mémoire de l’histoire de la ville : la partie centrale
trouve son origine en une colonne de on ne sait de
quel majestueux palais de l’antique municipium romain de Acelum et le lion de Saint Marc, qui assis en
93
signe de paix protège le blason de Asolo, c’est une
reconstruction de 1800, œuvre de Antonio dal Zotto
à réintégrer celui d’origine détruit en 1797 à l’arrivée
des troupes françaises guidées par Napoléon. Cette
date, 1797, met fin au Podestat de Asolo, coupant le
cordon ombilicale qui tient le bourg lié pendant plus
de quatre cents ans, de 1388, à la Sérénissime République de Venise. Cette séparation était insupportable
pour beaucoup de asolani qui justement dans l’antique café encore présent à coté de la fontaine, aujourd’hui Café Central, organisèrent dans les moindres
détails un plan pour attenter à la vie de Napoléon.
L’action subversive ne fut jamais mise en pratique
parce que des délateurs dénoncèrent les auteurs de
l’attentat, qui furent condamnés et suppliciés. Mais
retournons à la fontaine et suivons le regard du lion
pour commencer à “asolare” dans les voies du centre. Engageons-nous dans la Rue Robert Browning,
poète anglais de la fin du 19ième siècle qui avec le terme “asolando” voulut décrire l’habitude qui était la
sienne de se promener avec l’âme sereine et sans but
précis, jouissant de la beauté du bourg. Résistons à
la tentation de poursuivre jusqu’à la fin de la rue protégée par les arcades et traversons la route pour
côtoyer la Cathédrale (5). Si, seulement pour un
moment nous nous tournons vers les arcades nous
pourrons admirer la merveilleuse façade des Palais
Cesena, Polo et Martinelli desquels désormais reste
une pâle impression des fresques. Sur la base de l’un
des piliers une plaque rappelle le terrible tremblement
de terre de Santa Costanza qui le 25 février 1695
dévasta le territoire d’Asolo. Poursuivons et immédiatement sur la gauche nous trouvons l’entrée d’une
petite Chapelle, nommée Chapelle du Christ, lieu
d’intime dévotion des asolani, où est conservé un
crucifix en bois du 18ième siècle d’un fort impact émotif, œuvre de Giuseppe Bernardi dit le Torretto, premier maestro de Antonio Canova. Exactement en
face nous pouvons entrer dans la Cathédrale de l’antique prothyron du 15ième siècle qui porte sur un
94
Itinéraires
médaillon l’emblème de l’agneau, Agnus Dei, peutêtre à la mémoire de l’évêque Agnello qui dans le tard
du 6ième siècle avait tenu la chaire du diocèse de Asolo, destitué ensuite en 969 même si aujourd’hui Asolo
a un évêque seulement à titre honorifique. La Cathédrale, dédiée à Santa Maria Assunta, conserve à
l’intérieur des œuvres de grande importance historique et artistique comme les retables de Lorenzo Lotto et Jacopo da Ponte dans la nef de gauche ou les
fonts baptismaux du 16ième siècle dans la Chapelle du
Santissimo dans la nef de droite, don de Caterina
Cornaro à la ville. Sortis des entrées principales, en
face de nous s’élève l’édifice qui pour un certain temps fut le palais épiscopal et qui maintenant accueille
les sections du Musée Civique (7), lieu qui, salle
après salle fait revivre l’histoire séculaire de Asolo à
partir des pièces archéologiques, des précieuses
peintures jusqu’à la mémoire des femmes qui ont
rendu international le nom du bourg : Caterina Cornaro, Reine de Chypre d’Armenia et Jérusalem, la Divine Eleonora Duse et l’excentrique voyageuse anglaise Freya Stark. Pour rejoindre le Musée il suffit de
monter le court escalier qui porte à la Place Garibaldi.
A l’angle nous trouverons le IAT (Office Information et
Accueille Touristique) où l’on peut se fournir de matériel pour approfondir les curiosités sur Asolo et tout
le territoire. En sortant de l’office s’élève sur la gauche le Palais de la Raison (6), lieu de l’administration publique durant le Podestat vénitien, reconnaissable même de loin par la grande fresque de la
Défaite de Crasso contre les Parti. L’édifice se divise
dans la supérieure Salle de la Raison où est gardé un
précieux marbre de Canova représentant Paride et
un cénotaphe de l’école canovienne, outre à la corniche décorée de fresques avec tous les blasons des
podestats qui entourent celui de Caterina Cornaro; à
l’étage inférieur s’ouvre la Loge du Capitaine, en tout
et pour tout une partie couverte de la place de Asolo
pour protéger les citadins du soleil et des intempéries
et qui recueille des plaques et fresques, mémoires
95
d’antiques édifices et lieux asolani abandonnés ou
abattus au cours des siècles, entre autre deux pierres
tombales avec des écritures hébraïques provenant
de l’antique cimetière de la communauté judaïque.
En montant le long de la Rue Cornaro nous nous approchons de l’éperon de la roche qui supporte le
Château, mais avant jouissons de ces quelques pas
haussant les yeux pour admirer les traces des fresques restées sur les façades et presque à la fin de la
rue nous reconnaissons l’hostie radiale symbole du
Bienheureux Bernardino de Feltre, fondateur du Mont
de Piété de Asolo. Finie la brève montée, nous prenons le sentier pavé de cailloux qui monte à gauche
et entrons à travers la grande porte dans la zone du
Château de Caterina (16). A l’intérieur de l’édifice,
évidemment remanié le siècle dernier, dans la salle
qui pour un certain temps était la salle du trône et des
réceptions, maintenant est le siège du Théâtre Duse
(17). En se promenant dans la zone en plein air, d’une
petite terrasse sous l’arc des murs médiévaux qui
protègent le Château, on peut admirer les toits d’Asolo, qui nous rappellent beaucoup Venise ; en montant
le raide petit escalier de la Tour Reata, point d’observation pour la garde de la Reine et prisons pour ses
ennemis, on aperçoit d’autres panoramas ravissants
de la ville des cent horizons, il en est ainsi même de la
brève promenade panoramique qui regarde vers le
sud ou du Belvédère de Speco au nord qui offre à la
vue un regard sur les palais qui se dénouent le long
de la Rue Sainte Caterina et avec la distance donne
la meilleure perspective du Massif du Mont Grappa.
Sur les collines à gauche se découpent les profils du
Fresco de Villa Contarini dite Des Arméniens (23)
et de la particulière coupole de son oratoire. Reprenons nos pas et à la fin du sentier du Château nous
nous trouvons devant la Place d’Annunzio, pour un
certain temps destinée au marché des semences. Le
palais aux colonnes massives blanches est le Palais
Beltramini (18), siège de la Mairie, retouché au 18ième
siècle par Giorgio Massari avec une curieuse coupe
96
Itinéraires
asymétrique de la façade pour rendre en perspective
la place plus ample du réel. Au-dessus d’un arc du
palais d’en face reste encore la plaque du Mont de
Piété institué à la fin du 15ième siècle pour se mettre en
concurrence à l’activité des prêteurs d’argent des familles hébraïques, qui avaient leurs habitations le long
de la Rue Belvédère et dans le Quartier Canova, juste
au nord et à l’ouest du lieu où nous nous trouvons.
Sur la façade du palais au nord de la place, au croisement des quatre balcons, l’image décolorée du Duce
coiffé du casque rappelle un des moments les moins
glorieux de l’histoire de Asolo et d’Italie. Nous descendons le long de la silencieuse Rue Canova jusqu’à rejoindre la Porte du Saint Esprit ou de Sainte Caterina, accès aux murs de la cité du 14ième
siècle. La Maison Duse (19) est l’édifice bicolore,
rouge et blanc, qui s’appuie à l’arc et sur lequel a été
fixée une pierre écrite par Gabriele D’Annunzio qui
rappelle le séjour à Asolo de la Divine. La chambre
que Eleonora Duse habitait est la pièce avec les
fenêtres qui s’ouvrent juste au-dessus de l’arc. Remontons la Rue Canova en passant sous les arcades, desquelles les poutres pendant l’été sont occupées par les hirondelles qui y viennent d’habitude
nidifier pour faire naitre les petits qui en automne repartiront, et le long de la rue nous voyons aussi un
des produits de l’artisanat asolano des plus prestigieux: l’Ecole de l’Antique Broderie, qui avec ses productions raffinées a décoré les maisons de nobles
familles italiennes et étrangères. Laissons sur la droite
la Place D’Annunzio et poursuivons tout droit Rue
Dante, qui juste au début sur la gauche conserve
l’antique porte di 16ième siècle de la résidence de la
famille Colbertaldo. A la fin de la rue levons le regard
à droite sur l’antique Maison Gothique (15) où une
suggestive trilobée en gothique vénitien reporte dans
les chapiteaux des colonnes des symboles alchimiques, partie de l’atmosphère mystique de la ville.
Arrêtons-nous à l’ombre des marronniers de la Place
Brugnoli (12) pour admirer la merveilleuse Villa
97
Scotti Pasini (14) dominée sur le sommet du Mont
Ricco par une des faces de la Rocca (10). Descendons le long de la Rue Roma, en nous imaginant le
faste des thermes romaines dont les restes reposent
sous le manteau porphyre de la Place Brugnoli et
dont les eaux étaient alimentées par des sources naturelles provenant des collines et canalisées dans la
Bot (13). Devant nous, nous retournons à voir la Fontaine Majeure, point de départ et d’arrivée de notre
itinéraire.
Asolare: action de se promener et fureter dans les rues de Asolo
Asolano (i), asolana (e): nom ou adjectif, habitant (s) de Asolo, ou
ce qui se réfère à Asolo
ITINERAIRE 2
Dans les bras
de l’enceinte de Asolo
Itinéraire d’une demi-journée ( 3 ore )
Fontaine Majeure (8), L’enceinte (9), Tour Dieda, Villapalais Fietta – Serena, Villa Freya (4), Porte de Castelfranco, Maison La Mura, Fontaine Zen (3), Cathédrale
(5), Chapelle du Christ, Musée Civique (7), Palais de
la Raison (6), Château (16), Théâtre Duse (17), Villa des Arméniens (23), Palais Beltramini (18), Porte
du Saint Esprit, Maison Duse (19), Maison Gothique
(15), Porte du Colmarion, Couvent de SS. Pietro et
Paolo (11), Villa Scotti Pasini (14), Place Brugnoli
(12), Rocca (10), Bot (13).
Les premiers pas de la promenade dans le bourg de
Asolo doivent avoir comme point de départ le monument symbole de la place : alors partons de l’ombilic
du centre historique, de la Fontaine Majeure (8). Il y
a quelques années elle était encore alimentée par un
millénaire aqueduc romain, la fontaine est depuis toujours le point de rencontre de la vie des asolani et la
mémoire de l’histoire de la ville : la partie centrale
98
Itinéraires
trouve son origine en une colonne de on ne sait de
quel majestueux palais de l’antique municipium romain de Acelum et le lion de Saint Marc, qui assis en
signe de paix protège le blason de Asolo, c’est une
reconstruction de 1800, œuvre de Antonio dal Zotto
à réintégrer celui d’origine détruit en 1797 à l’arrivée
des troupes françaises guidées par Napoléon. Cette
date, 1797, met fin au Podestat de Asolo, coupant le
cordon ombilicale qui tient le bourg lié pendant plus
de quatre cents ans, de 1388, à la Sérénissime République de Venise. Cette séparation était insupportable
pour beaucoup de asolani qui justement dans l’antique café encore présent à coté de la fontaine, aujourd’hui Café Central, organisèrent dans les moindres
détails un plan pour attenter à la vie de Napoléon.
L’action subversive ne fut jamais mise en pratique
parce que des délateurs dénoncèrent les auteurs de
l’attentat, qui furent condamnés et suppliciés. Mais
retournons à la fontaine et suivons le regard du lion
pour commencer à “asolare” dans les voies du centre. Engageons-nous sur la montée raide de la rue
Bembo, dédiée au cardinal composa, entre le 15ième
et le 16ième siècle, Gli Asolani, dialogues sur l’amour
situés à la cour asolana de Caterina Cornaro. Le parcours de la petite rue pittoresque suit pour un peu
celui de l’enceinte médiévale (9) de Asolo; ici les
récentes restaurations de l’enceinte nous permettent
de reconnaitre les endroits où s’inséraient les axes
qui soutenaient les bretèches, ou bien les chemins de
bois qui couraient le long des murs. Dépassons sur la
gauche la maison-tour de Saint Andrea, qui fut pendant des siècles un emplacement stratégique pour la
vue sur les accès de sud à ouest, et descendons les
petits escaliers qui nous portent à l’endroit où jusqu’à
la fin du 19ième siècle se trouvait l’entrée principale de
la ville: la Porte Dieda. De l’antique port reste seulement l’annexe Tour Dieda, lieu fatal et de captivité
du Beato Arnaldo de Limena qui à la moitié du 13ième
siècle avait osé s’opposer à la tyrannie de Ezzelino de
Romano. Ici commence la Rue Marconi, qui dans le
99
virage à angle renferme la Villa Fietta Serena du
18ième siècle, admirable travail asolano exécuté par
le vénitien Giorgio Massari. En poursuivant sous les
portiques sur le coté gauche de la route nous trouvons enfin l’entrée principale de la Villa Freya (4),
demeure asolana de l’exploratrice et écrivain Freya
Stark ; dans son luxuriant jardin de la villa, aux heures
d’ouvertures ou sur réservation, il est possible d’admirer les restes du théâtre romain de Asolo (Ier siècle
après J . C.). Franchi le portail de la villa Freya, la
brève descente à gauche nous porte vers la Porta de
Castelfranco, la plus récente des portes d’accès à
la ville entourée par son enceinte, ouverte vers la fin
du 15ième siècle pour consentir l’entrée à Asolo par le
sud. Se rattache ici dans l’enceinte, l’antique Maison
La Mura, où à la fin du 19ième siècle le poète Robert
Browning, tasse de thé à la main, écrivait le recueil de
100
Itinéraires
poésies Asolando. A l’abri de La Mura, de La Mura,
Fontaine Zen (3) du 16ième siècle, marque en effet le
début de la rue Browning, avec ses fresques et portiques ombragés qui donnent abri aux bistrots, boutique set magasins, porteurs d’irrésistibles parfums et
couleurs de la tradition culinaire et artisanale. En parcourant les portiques avec le nez retroussé, nous
pouvons rencontrer de délicats fragments d’antiques
fresques et, quand la saison le permet, dans une multitude de vifs et populeux nids d’hirondelles. Avant de
déboucher sur la place principale, faisons nous tenter
par la curiosité et abandonnons la Rue Browning pour
traverser la route et pour côtoyer la Cathédrale (5).
Si, seulement pour un moment nous nous tournons
vers les arcades nous pourrons admirer la merveilleuse façade des Palais Cesena, Polo et Martinelli desquels désormais reste une pâle impression des fresques. Sur la base de l’un des piliers une plaque
rappelle le terrible tremblement de terre de Santa Costanza qui le 25 février 1695 dévasta le territoire
d’Asolo. Poursuivons et immédiatement sur la gauche nous trouvons l’entrée d’une petite Chapelle,
nommée Chapelle du Christ, lieu d’intime dévotion
des asolani, où est conservé un crucifix en bois du
18ième siècle d’un fort impact émotif, œuvre de Giuseppe Bernardi dit le Torretto, premier maestro de
Antonio Canova. Exactement en face nous pouvons
entrer dans la Cathédrale de l’antique prothyron du
15ième siècle qui porte sur un médaillon l’emblème de
l’agneau, Agnus Dei, peut-être à la mémoire de
l’évêque Agnello qui dans le tard du 6ième siècle avait
tenu la chaire du diocèse de Asolo, destitué ensuite
en 969 même si aujourd’hui Asolo a un évêque seulement à titre honorifique. La Cathédrale, dédiée à
Santa Maria Assunta, conserve à l’intérieur des œuvres de grande importance historique et artistique
comme les retables de Lorenzo Lotto et Jacopo da
Ponte dans la nef de gauche ou les fonts baptismaux
du 16ième siècle dans la Chapelle du Santissimo dans
la nef de droite, don de Caterina Cornaro à la ville.
101
Sortis des entrées principales, en face de nous s’élève
l’édifice qui pour un certain temps fut le palais épiscopal et qui maintenant accueille les sections du Musée
Civique (7), lieu qui, salle après salle fait revivre l’histoire séculaire de Asolo à partir des pièces archéologiques, des précieuses peintures jusqu’à la mémoire
des femmes qui ont rendu international le nom du
bourg: Caterina Cornaro, Reine de Chypre Armenia
et Jérusalem, la Divine Eleonora Duse et l’excentrique
voyageuse anglaise Freya Stark. Pour rejoindre le
Musée il suffit de monter le court escalier qui porte à
la Place Garibaldi. A l’angle nous trouverons le IAT
(Office Information et Accueille Touristique) où l’on
peut se fournir de matériel pour approfondir les curiosités sur Asolo et tout le territoire. En sortant de l’office s’élève sur la gauche le Palais de la Raison (6),
lieu de l’administration publique durant le Podestat
vénitienne, reconnaissable même de loin par la grande fresque de la Défaite de Crasso contre les Parti.
L’édifice se divise dans la supérieure Salle de la Raison où est gardé un précieux marbre de Canova représentant Paride et un cénotaphe de l’école canovienne, outre à la corniche décorée de fresques avec
tous les blasons des podestats qui entourent celui de
Caterina Cornaro; à l’étage inférieur s’ouvre la Loge
du Capitaine, en tout et pour tout une partie couverte
de la place de Asolo pour protéger les citadins du
soleil et des intempéries et qui recueille des plaques
et fresques, mémoires d’antiques édifices et lieux
asolani abandonnés ou abattus au cours des siècles,
entre autre deux pierres tombales avec des écritures
hébraïques provenant de l’antique cimetière de la
communauté judaïque. En montant le long de la Rue
Cornaro nous nous approchons de l’éperon de la roche qui supporte le Château, mais avant jouissons de
ces quelques pas haussant les yeux pour admirer les
traces des fresques restées sur les façades et presque à la fin de la rue nous reconnaissons l’hostie
radiale symbole du Bienheureux Bernardino de Feltre,
fondateur du Mont de Piété de Asolo. Finie la brève
102
Itinéraires
montée, nous prenons le sentier pavé de cailloux qui
monte à gauche et entrons à travers la grande porte
dans la zone du Château de Caterina (16). A l’intérieur de l’édifice, évidemment remanié le siècle dernier, dans la salle qui pour un certain temps était la
salle du trône et des réceptions, maintenant est le
siège du Théâtre Duse (17). En se promenant dans
la zone en plein air, d’une petite terrasse sous l’arc
des murs médiévaux qui protègent le Château, on
peut admirer les toits d’Asolo, qui nous rappellent beaucoup Venise ; en montant le raide petit escalier de
la Tour Reata, point d’observation pour la garde de la
Reine et prisons pour ses ennemis, on aperçoit d’autres panoramas ravissants de la ville des cent horizons, il en est ainsi même de la brève promenade
panoramique qui regarde vers le sud ou du Belvédère
de Speco au nord qui offre à la vue un regard sur les
palais qui se dénouent le long de la Rue Sainte Caterina et avec la distance donne la meilleure perspective
du Massif du Mont Grappa.. Sur les collines à gauche
se découpent les profils du Fresco de Villa Contarini
dite Des Arméniens (23) et de la particulière coupole de son oratoire. Reprenons nos pas et à la fin du
sentier du Château nous nous trouvons devant à la
Place d’Annunzio, pour un certain temps destiné au
marché des semences. Le palais aux colonnes massives blanches est le Palais Beltramini (18), siège
de la Mairie, retouché au 18ième siècle par Giorgio
Massari avec une curieuse coupe asymétrique de la
façade pour rendre en perspective la place plus ample du réel. Au-dessus d’un arc du palais d’en face
reste encore la plaque du Mont de Piété institué à la
fin du 15ième siècle pour se mettre en concurrence à
l’activité des prêteurs d’argent des familles hébraïques, qui avaient leurs habitations le long de la
Rue Belvédère et dans le Quartier Canova, juste au
nord et à l’ouest du lieu où nous nous trouvons. Sur
la façade du palais au nord de la place, au croisement
des quatre balcons, l’image décolorée du Duce coiffé
du casque rappelle un des moments les moins glo103
rieux de l’histoire de Asolo et d’Italie. Nous descendons le long de la silencieuse Rue Canova jusqu’à
rejoindre la Porte du Saint Esprit ou de Sainte Caterina, accès aux murs de la cité du 14ième siècle. La
Maison Duse (19) est l’édifice bicolore, rouge et
blanc, qui s’appuie à l’arc et sur lequel a été fixée une
pierre écrite par Gabriele D’Annunzio qui rappelle le
séjour à Asolo de la Divine. La chambre que Eleonora
Duse habitait est la pièce avec les fenêtres qui s’ouvrent juste au-dessus de l’arc. Remontons la Rue Canova en passant sous les arcades, desquelles les
poutres pendant l’été sont occupées par les hirondelles qui y viennent d’habitude nidifier pour faire naitre
les petits qui en automne repartiront, et le long de la
rue nous voyons aussi un des produits de l’artisanat
104
Itinéraires
asolano des plus prestigieux: l’Ecole de l’Antique
Broderie, qui avec ses productions raffinées a décoré
les maisons de nobles familles italiennes et étrangères. Laissons sur la droite la Place D’Annunzio et
poursuivons tout droit Rue Dante, qui juste au début
sur la gauche conserve l’antique porte di 16ième siècle
de la résidence de la famille Colbertaldo. A la fin de la
rue levons le regard à droite sur l’antique Maison
Gothique (15) où une suggestive trilobée en gothique vénitien reporte dans les chapiteaux des colonnes des symboles alchimiques, partie de l’atmosphère mystique de la ville. Laissons derrière nous la
Maison Gothique pour poursuivre le long de la montée de la Rue Collegio qui nous porte à l’historique
Hôtel au Soleil, lieu raffiné d’hospitalité et refuge
105
d’hôtes illustres qui ont animé le 20ième siècle asolano,
où encore aujourd’hui il est possible d’être hébergé
dans la chambre bleu avec vue sur le cœur de la ville,
occupée pendant une longue période par la Divina
Eleonora Duse. Continuons à monter le long de la
Rue Collegio, qui côtoie le flanc gauche de l’hôtel: à
la fin de la montée nous trouvons la Porte du Colmarion, qui plus que les autres à maintenu le caractère médiéval; sur le monument sont encore visibles
les guides sur lesquels glissait la herse et quelques
éléments de la successive fermeture avec la porte à
gonds. En montant un peu sur la droite de la porte,
nous trouvons le complexe du 17ième siècle, le Couvent de SS. Pietro et Paolo (11) , occupé jusqu’au
début du 19ième siècle par les sœurs Benedettine, puis
siège des écoles communales dédiées, par la population, à Saint Luigi. Descendons vers la place centrale parcourant le bout de la Rue Collegio qui côtoie
l’autre flanc de l’Hôtel au Soleil et qui nous offre une
belle vue sur la Villa Scotti Pasini (14) et sur son
jardin suspendu. Descendons les quelques marches
et rejoignons la place et à l’ombre des marronniers de
la Place Brugnoli (12) arrêtons-nous encore pour
admirer la merveilleuse Villa Pasini, dominée sur le
sommet du Mont Ricco par une des faces de la
Rocca (10). Descendons le long de la Rue Roma, en
nous imaginant le faste des thermes romaines dont
les restes reposent sous le manteau porphyre de la
Place Brugnoli et dont les eaux étaient alimentées par
des sources naturelles provenant des collines et canalisées dans la Bot (13). Devant nous, nous retournons à voir la Fontaine Majeure, point de départ
et d’arrivée de notre itinéraire.
Asolare : action de se promener et fureter dans les rues de Asolo
Asolano (i), asolana (e) : nom ou adjectif, habitant (s) de Asolo, ou
ce qui se réfère à Asolo
106
Itinéraires
ITINERAIRE 3
Promenade d’une journée
Itinéraire long
Fontaine Majeure (8), Cathédrale (5), Chapelle du
Christ, Musée Civique (7), Palais de la Raison (6),
Château (16), Théâtre Duse (17), Villa Contarini dite
Des Arméniens (23), Palais Beltramini (18), Porte du
Saint Esprit, Maison Duse (19), Maison Hanséatique
(20), Petite Eglise de Sainte Caterina d’Alessandria
(21), Palais Pasquali, Villa De Mattia, Maison Longobarda (22), oasis de Saint’ Anna (24), Maison Gothique (15), Place Brugnoli (12), Villa Scotti Pasini
(14), Bot (13), Porte du Colmarion, Convent de SS.
Pietro et Paolo (11), murs (9), Rocca (10), Eglise de
Saint Gottardo (1), Maison Malipiero (2), Villa Freya
(4), Porte de Castelfranco, Maison La Mura, Fontaine
Zen (3).
Les premiers pas de la promenade dans le bourg de
Asolo doivent avoir comme point de départ le monument symbole de la place: alors partons de l’ombilic
du centre historique, de la Fontaine Majeure (8). Il y
a quelques années elle était encore alimentée par un
millénaire aqueduc romain, la fontaine est depuis toujours le point de rencontre de la vie des asolani et la
mémoire de l’histoire de la ville : la partie centrale
trouve son origine en une colonne de on ne sait de
quel majestueux palais de l’antique municipium romain de Acelum et le lion de Saint Marc, qui assis en
signe de paix protège le blason de Asolo, c’est une
reconstruction de 1800, œuvre de Antonio dal Zotto
à réintégrer celui d’origine détruit en 1797 à l’arrivée
des troupes françaises guidées par Napoléon. Cette
date, 1797, met fin au Podestat de Asolo, coupant le
cordon ombilicale qui tient le bourg lié pendant plus
de quatre cents ans, de 1388, à la Sérénissime République de Venise. Cette séparation était insupportable
pour beaucoup de asolani qui justement dans l’anti107
que café encore présent à coté de la fontaine, aujourd’hui Café Central, organisèrent dans les moindres
détails un plan pour attenter à la vie de Napoléon.
L’action subversive ne fut jamais mise en pratique
parce que des délateurs dénoncèrent les auteurs de
l’attentat, qui furent condamnés et suppliciés. Mais
retournons à la fontaine et suivons le regard du lion
pour commencer à “asolare” dans les voies du centre. Engageons-nous dans la Rue Robert Browning,
poète anglais de la fin du 19ième siècle qui avec le terme “asolando” voulut décrire l’habitude qui était la
sienne de se promener avec l’âme sereine et sans but
précis, jouissant de la beauté du bourg. Résistons à
la tentation de poursuivre jusqu’à la fin de la rue protégée par les arcades et traversons la route pour
côtoyer la Cathédrale (5). Si, seulement pour un
moment nous nous tournons vers les arcades nous
pourrons admirer la merveilleuse façade des Palais
Cesena, Polo et Martinelli desquels désormais reste
une pâle impression des fresques. Sur la base de l’un
des piliers une plaque rappelle le terrible tremblement
de terre de Santa Costanza qui le 25 février 1695
108
Itinéraires
dévasta le territoire d’Asolo. Poursuivons et immédiatement sur la gauche nous trouvons l’entrée d’une
petite Chapelle, nommée Chapelle du Christ, lieu
d’intime dévotion des asolani, où est conservé un
crucifix en bois du 18ième siècle d’un fort impact émotif, œuvre de Giuseppe Bernardi dit le Torretto, premier maestro de Antonio Canova. Exactement en
face nous pouvons entrer dans la Cathédrale de l’antique prothyron du 15ième siècle qui porte sur un
médaillon l’emblème de l’agneau, Agnus Dei, peutêtre à la mémoire de l’évêque Agnello qui dans le tard
du 6ième siècle avait tenu la chaire du diocèse de Asolo, destitué ensuite en 969 même si aujourd’hui Asolo
a un évêque seulement à titre honorifique. La Cathédrale, dédiée à Santa Maria Assunta, conserve à
l’intérieur des œuvres de grande importance historique et artistique comme les retables de Lorenzo Lotto et Jacopo da Ponte dans la nef de gauche ou les
fonts baptismaux du 16ième siècle dans la Chapelle du
Santissimo dans la nef de droite, don de Caterina
Cornaro à la ville. Sortis des entrées principales, en
face de nous s’élève l’édifice qui pour un certain temps fut le palais épiscopal et qui maintenant accueille
les sections du Musée Civique (7), lieu qui, salle
après salle fait revivre l’histoire séculaire de Asolo à
partir des pièces archéologiques, des précieuses
peintures jusqu’à la mémoire des femmes qui ont
rendu international le nom du bourg : Caterina Cornaro, Reine de Chypre d’Armenia et Jérusalem, la Divine Eleonora Duse et l’excentrique voyageuse anglaise Freya Stark. Pour rejoindre le Musée il suffit de
monter le court escalier qui porte à la Place Garibaldi.
A l’angle nous trouverons le IAT (Office Information et
Accueille Touristique) où l’on peut se fournir de matériel pour approfondir les curiosités sur Asolo et tout
le territoire. En sortant de l’office s’élève sur la gauche le Palais de la Raison (6), lieu de l’administration publique durant le Podestat vénitien, reconnaissable même de loin par la grande fresque de la
Défaite de Crasso contre les Parti. L’édifice se divise
109
dans la supérieure Salle de la Raison où est gardé un
précieux marbre de Canova représentant Paride et
un cénotaphe de l’école canovienne, outre à la corniche décorée de fresques avec tous les blasons des
podestats qui entourent celui de Caterina Cornaro; à
l’étage inférieur s’ouvre la Loge du Capitaine, en tout
et pour tout une partie couverte de la place de Asolo
pour protéger les citadins du soleil et des intempéries
et qui recueille des plaques et fresques, mémoires
d’antiques édifices et lieux asolani abandonnés ou
abattus au cours des siècles, entre autre deux pierres
tombales avec des écritures hébraïques provenant
de l’antique cimetière de la communauté judaïque.
En montant le long de la Rue Cornaro nous nous approchons de l’éperon de la roche qui supporte le
Château, mais avant jouissons de ces quelques pas
haussant les yeux pour admirer les traces des fresques restées sur les façades et presque à la fin de la
rue nous reconnaissons l’hostie radiale symbole du
Bienheureux Bernardino de Feltre, fondateur du Mont
de Piété de Asolo. Finie la brève montée, nous prenons le sentier pavé de cailloux qui monte à gauche
et entrons à travers la grande porte dans la zone du
Château de Caterina (16). A l’intérieur de l’édifice,
évidemment remanié le siècle dernier, dans la salle
qui pour un certain temps était la salle du trône et des
réceptions, maintenant est le siège du Théâtre Duse
(17). En se promenant dans la zone en plein air, d’une
petite terrasse sous l’arc des murs médiévaux qui
protègent le Château, on peut admirer les toits d’Asolo, qui nous rappellent beaucoup Venise ; en montant
le raide petit escalier de la Tour Reata, point d’observation pour la garde de la Reine et prisons pour ses
ennemis, on aperçoit d’autres panoramas ravissants
de la ville des cent horizons, il en est ainsi même de la
brève promenade panoramique qui regarde vers le
sud ou du Belvédère de Speco au nord qui offre à la
vue un regard sur les palais qui se dénouent le long
de la Rue Sainte Caterina et avec la distance donne
la meilleure perspective du Massif du Mont Grappa..
110
Itinéraires
Sur les collines à gauche se découpent les profils du
Fresco de Villa Contarini dite Des Arméniens (23)
et de la particulière coupole de son oratoire. Reprenons nos pas et à la fin du sentier du Château nous
nous trouvons devant la Place d’Annunzio, pour un
certain temps destinée au marché des semences. Le
palais aux colonnes massives blanches est le Palais
Beltramini (18), siège de la Mairie, retouché au 18ième
siècle par Giorgio Massari avec une curieuse coupe
asymétrique de la façade pour rendre en perspective
la place plus ample du réel. Au-dessus d’un arc du
palais d’en face reste encore la plaque du Mont de
Piété institué à la fin du 15ième siècle pour se mettre en
concurrence à l’activité des prêteurs d’argent des familles hébraïques, qui avaient leurs habitations le long
de la Rue Belvédère et dans le Quartier Canova, juste
au nord et à l’ouest du lieu où nous nous trouvons.
Sur la façade du palais au nord de la place, au croisement des quatre balcons, l’image décolorée du Duce
coiffé du casque rappelle un des moments les moins
glorieux de l’histoire de Asolo et d’Italie. Nous descendons le long de la silencieuse Rue Canova jusqu’à rejoindre la Porte du Saint Esprit ou de Sainte Caterina, accès aux murs de la cité du 14ième
siècle. La Maison Duse (19) est l’édifice bicolore,
rouge et blanc, qui s’appuie à l’arc et sur lequel a été
fixée une pierre écrite par Gabriele D’Annunzio qui
rappelle le séjour à Asolo de la Divine. La chambre
que Eleonora Duse habitait est la pièce avec les
fenêtres qui s’ouvrent juste au-dessus de l’arc. Ce
“petit pays de dentelles et de poésies”, ainsi vanté
par la Divine, montre son intriguant coté mystique audelà de la Porte de Sainte Caterina, de l’image de la
sainte qui pendant un temps décorait le chapiteau,
ou la Porte du Saint Esprit, pour la colombe à basrelief qui domine la fenêtre de la pièce de l’actrice. Le
long de la rue qui descend en dehors des murs, après
un regard curieux au splendide jardin de la Villa Cipriani du 16ième siècle, résidence d’époque qui pendant une période fut la propriété de Lord Guinness et
111
qui accueillit la Reine Mère d’Angleterre, le magnat
grec Onassis et stars de la musique et du théâtre,
comme Maria Callas, Mastroianni et Catherine Deneuve, notre attention sera capturée par le vertical
“Rêve de Rembrandt”, ces Maisons Hanséatique
(20) de l’artiste Marius Pictor qu’ici voulut expérimenter, ensemble à la “Maison des Trois Oci” à la Giudecca de Venise, son énigmatique architecture picturale,
dans le cas de Asolo, érigée en honneur de l’Hollande. Un peu plus loin, l’excentricité des maisons nordiques, immortalisées par les vers de l’ami D’Annunzio,
mettent en évidence la gracieuse sobriété d’une maison avec les caractéristiques du style asolano, ornée
du typique balconnet et de la fenêtre jumelée de la
ville lagunaire. En tournant l’angle, à nous accueillir
sera le Bourg de Sainte Caterina, point d’appui au
16ième siècle de la diffusion d’idées hérétiques provenant du nord de l’Europe, où s’y trouve la Petite
Eglise de Sainte Caterina d’Alessandria du 14ième
112
Itinéraires
siècle (21), érigée par la Confraternité des Battuti, ou
Flagellanti, et décorée à l’intérieur de fresques dédiée
à la vie de la sainte, sur la paroi de droite, et à la passion de Jésus Christ, sur la paroi de gauche. En sortant, protégés par le manteau de la Madone de la
Miséricorde sur la façade externe de l’antique hôpital,
nous continuons notre parcours le long de la rue,
côtoyée à gauche par le blanc Palais Pasquali, restauré par Massari et où une plaque rappelle l’arrivée
et le bref séjour asolano, peut-être une nuit, de Napoléon. Puis soudain notre angle visuel s’élargira agréablement entre les statues et les plantes soignées du
monumental jardin à l’italienne de la Villa De Mattia
du 16ième siècle qui domina avec élégance à droite de
la route. D’ici, la vue sur la Villa Contarini dite des
Arméniens (23), embrassée par les cyprès sur la
Colline Messano, est vraiment spectaculaire et nous
invite à poursuivre notre chemin pour l’observer de
plus près. Il est inévitable, avant de monter par la Rue
113
S. Anna, de rester frappé par l’inattendue façade en
pierre de tuf volcanique de la Maison Longobarda
(22), maison “sculptée” par un artiste, qui a appartenue à Francesco Graziolo, par beaucoup retenu l’architecte et sculpteur personnel de Caterina Cornaro,
lequel voulut la décorer avec des scènes particulières
et d’éléments symboliques. En prenant la rue qui
monte au croisement, nous nous dirigeons vers l’oasis de Saint’ Anna (24), encore refuge de quelques
frères Cappuccino. Au cimetière s’y trouvent les simples tombes de Eleonora Duse et Freya Stark, ensevelies ensemble à l’ami photographe anglais Herbert
Young, l’endroit nous permet d’admirer au nord le
Mont Grappa, le Mont Sacré à la Patrie, lieu de bataille pendant la Grande Guerre. Reparcourons en arrière la rue vers le centre historique et remontons la Rue
Canova en passant sous les arcades, desquelles les
poutres pendant l’été sont occupées par les hirondelles qui y viennent d’habitude nidifier pour faire naitre
les petits qui en automne repartiront, et le long de la
rue nous voyons aussi un des produits de l’artisanat
asolano des plus prestigieux : l’Ecole de l’Antique
Broderie, qui avec ses productions raffinées a décoré
les maisons de nobles familles italiennes et étrangères. Laissons sur la droite la Place D’Annunzio et
poursuivons tout droit Rue Dante, qui juste au début
sur la gauche conserve l’antique porte di 16ième siècle
de la résidence de la famille Colbertaldo. A la fin de la
rue levons le regard à droite sur l’antique Maison
Gothique (15) où une suggestive trilobée en gothique vénitien reporte dans les chapiteaux des colonnes des symboles alchimiques, partie de l’atmosphère mystique de la ville. Fermons-nous à l’ombre des
marronniers de la Place Brugnoli (12) pour admirer
la merveilleuse Villa Scotti Pasini (14) et en nous
imaginant le faste des thermes romaines, dont les restes reposent sous le manteau de porphyre de la place, dont les eaux étaient alimentées par des sources
naturelles provenant des collines et canalisées dans
la Bot (13). En prenant les petits escaliers bien visi114
Itinéraires
bles devant nous, poursuivons la promenade le long
de la montée de la rue Collegio qui nous porte à l’historique Hôtel au Soleil, lieu raffiné d’hospitalité et refuge d’hôtes illustres qui ont animé le 20ième siècle
asolano, où encore aujourd’hui il est possible d’être
hébergé dans la chambre bleu avec vue sur le cœur
de la ville, occupée pendant une longue période par
la Divina Eleonora Duse. Continuons à monter le long
de la Rue Collegio, qui côtoie le flanc gauche de
l’hôtel: à la fin de la montée nous trouvons la Porte
du Colmarion, qui plus que les autres à maintenu le
caractère médiéval; sur le monument sont encore visibles les guides sur lesquels glissait la herse et quelques éléments de la successive fermeture avec la
porte à gonds. En montant un peu sur la droite de la
porte, nous trouvons le complexe du 17ième siècle, le
115
Couvent de SS. Pietro et Paolo (11), occupé jusqu’au début du 19ième siècle par les sœurs Benedettine, puis siège des écoles communales dédiées, par
la population, à Saint Luigi. A peine passée la Porte
du Colmarion, en montant les premières marches qui
sont environ 280 qui côtoient l’enceinte de la cité
(9), avant de nous immerger entre les branches d’oliviers, à notre gauche nous pouvons apercevoir le
Mont des Frères, où une fois se trouvait le Couvent
de Saint Girolamo et où maintenant restent les blancs
chapiteaux du Chemin de la Croix.. Les oliviers et vi116
Itinéraires
gnes couvrent les douces collines d’Asolo, qui de la
Rocca di Asolo rejoignent la Rocca di Cornuda, produisant le renommé Asolo Prosecco Superiore DOCG
et l’huile d’olive extra vierge DOP Veneto, produits qui
méritent absolument une dégustation dans les accueillants bistrots et restaurants du centre historique
ou directement dans les caves dispersées aux alentours. Jouissons de la vue panoramique de l’enceinte
de la Rocca (10) et, si nous restons dans le bourg
encore pour quelques jours, rappelons-nous de nous
aventurer le longs des différents parcours naturalistes
qui d’ici traversent les bois asolani. Maintenant continuons notre itinéraire de nouveau vers le centre, non
plus le long de l’escalier mais choisissant une voie un
peu plus longue, Rue Rocca, une petite rue qui descend jusqu’à celle de Saint Martino, à prendre à
droite. Longeons le mur de la Villa De Lord, dite le
Galero, voulue au 17ième siècle par une noble famille
Rubini et qui offre à ceux qui passent la vue de son
petit oratoire. Una fois arrivés au Foresto Nuovo, nous
apercevons sur la gauche les marches qui descendent en direction du clocher de la franciscaine Eglise
de Saint Gottardo (1), où chaque 5 mai, jour du
saint thaumaturge, se fait encore l’usage de bénir
l’huile portée par les familles pour être utilisée contre
les douleurs articulaires. Sortis du parvis, un autre
escalier nous invite encore à descendre, cette fois
pour accéder à la route plus antique de Asolo, le Foresto Vecchio: une route qui recouvre les couches
millénaires de l’histoire du bourg, un accès pour les
maisons en bois paléo-vénitiennes, pour les monuments romains, pour les palais médiévaux et de la
splendeur vénitienne. Une irrévérencieuse phrase sur
la façade d’une des maisons le long de la rue nous
fait sourire et nous rappelle comme l’âme du bourg,
cachée dans l’atmosphère antique des rues et des
portiques, soit encore aujourd’hui vitale, avec les personnages qui y habitent. Donc imaginons comme
doit être la vie dans la villa Zen, construite au 16ième
siècle et restaurée par Massari deux siècles après,
117
très souvent animée par les couleurs et par les cris
des paons. Maintenant retournons en arrière rappelés par les notes du musicien et compositeur Gian
Francesco Malipiero, qui choisit Asolo comme sa
longue demeure, à l’écart et angle silencieux pour
son inspiration artistique. Une devise philosophique
latine et une sympathique chouette scellée sur la
façade nous accueillerons dans la Maison Malipiero
(2), où dans le parc se trouve, outre à la tombe du
fantaisiste artiste, aussi celles de ses amis, les chats.
Poursuivons la rue, un coup d’œil aux fresques sous
le portique de la maison du Sacrista et nous voilà en
face de la Tour Dieda, lieu fatal de captivité du Beato
Arnaldo de Limena qui à la moitié du 13ième siècle avait
osé s’opposer à la tyrannie de Ezzelino de Romano.
Où pendant un certain temps existait la porte d’entrée au petit habitat, nous nous apercevons de monter des escaliers : suivons-les à travers l’antique bourg de la Rue Bembo jusqu’à rejoindre cette voie
d’accès au bourg qui nous conduira à l’anglaise Villa
Freya (4), demeure asolane de l’exploratrice et écrivain Freya Stark ; dans son luxuriant jardin de la villa,
aux heures d’ouvertures ou sur réservation, il est possible d’admirer les restes du théâtre romain de Asolo
(Ier siècle après J . C.). Franchi le portail de la villa
Freya, la brève descente à gauche nous porte vers la
Porta de Castelfranco, la plus récente des portes
d’accès à la ville entourée par son enceinte, ouverte
vers la fin du 15ième siècle pour consentir l’entrée à
Asolo par le sud. Se rattache ici dans l’enceinte, l’antique Maison La Mura, où à la fin du 19ième siècle le
poète Robert Browning, tasse de thé à la main, écrivait le recueil de poésies Asolando. A l’abri de La
Mura, de La Mura, Fontaine Zen (3) du 16ième siècle,
marque en effet le début de la rue Browning, avec
ses fresques et portiques ombragés qui donnent abri
aux bistrots, boutiques set magasins, porteurs d’irrésistibles parfums et couleurs de la tradition culinaire
et artisanale. En parcourant les portiques avec le nez
retroussé, nous pouvons rencontrer de délicats frag118
Itinéraires
ments d’antiques fresques et, quand la saison le permet, dans une multitude de vifs et populeux nids d’hirondelles. A la fin de la rue nous retournons à l’ombilic
du centre historique de Asolo et revoilà la Fontaine
Majeure, point de départ et de retour de notre itinéraire.
Asolare : action de se promener et fureter dans les rues de Asolo
Asolano (i), asolana (e) : nom ou adjectif, habitant (s) de Asolo, ou
ce qui se réfère à Asolo
119
120
sport
Golf Club Asolo
31034 Cavaso del Tomba - Treviso
Via dei Borghi, 1
390423942211
[email protected]
http://golf.ictmail.it/
Asolo Golf Club est situé dans la municipalité de Cavaso del Tomba, à environ 12 km de la ville d’Asolo.
Situé aux pieds des splendides collines Asolane, le
terrrain s’étend sur trois parcours: rouge (3.136 mt.),
vert (3.137 mt) et jaune (3.077 mt.) Les parcours différents par leur conformation et difficulté, garantissent
un sérieux défit pour chaque joueur.
Volo Libero
Borso del Grappa
Deltaplane - Parapente sur le territoire communal de
Borso del Grappa (15 km du Centre Historique de
Asolo) Centre International de Vol Libre. Un des lieux
les plus fréquentés d’Europe de la part de ceux qui
pratiquent ces sports. Zone de lancée: “Campo Croce”. Zone d’atterrissage: “Semonzo”.
121
Vieille ville
Vêtement
Boutique 181 Bambini 0/16 anni
Via R. Browning - 310011 Asolo +390423951163
www.boutique181.it
Boutique 181 Uomo - Donna
Via R. Browning, 181 - 310011 Asolo +390423950270
www.boutique181.it
Eleonora Asolo
Via Pietro Bembo, 81 - 31011 Asolo
+393356823310, +393487944913
[email protected]
LA FEMME
Via R. Browning 161 - 31011 Asolo
+390423529632
La Rocca Asolana
Via Regina Cornaro, 218 - 31011 Asolo
+390423952255
Le Damini 1980
Piazza G. D’Annunzio, 6 - 31011 Asolo
+390423520234, +390423951355
Marta Stradiotto
Via Dante, 21 - 31011 Asolo
+390423529490
www.martastradiotto.it
Pot Pourrì
Via Regina Cornaro, 223B - 31011 Asolo
+390423529374
122
sHOPPING
Toffolo DONNA
Via G. Marconi, 135 - 31011 Asolo
+390423952748
Toffolo Uomo
Via R. Browning, 169 - 31011 Asolo
+390423951024
YORICK Boutique
Piazza Giuseppe Garibaldi, 73 - 31011 Asolo
+390423950678
Zabeo Cashmere
Piazza Garibaldi, 59 - 31011 Asolo
+393462202876
[email protected]
accessoires
LA BOTTEGA
Piazza Garibaldi - 31011 Asolo
+390499336505
www.giannisegata.it
Maroquinerie
LA BUFANDA
Via R. Browning, 176 - 310011 Asolo
+39042355311
Accessoires
La Stanza s.n.c.
Via G. D’Annunzio - 31011 Asolo
Chaussure
Moda’s srl
Via R. Browning, 187 - 310011 Asolo
+390423529562
Maroquinerie
123
Vieille ville
aliments
Delizie Asolane
Via Dante - 31011 Asolo
+390423952016
Minimarket
PANAZZOLO DI FELTRACCO LUCIO
Via R. Browning, 171 - 31011 Asolo
+390423952160
Fruits et légumes
SPECIALITà GASTRONOMICHE ENNIO
Via R. Browning,151 - 31011 Asolo
+390423529109
Aliments
Antiquités
Asolo Kilim
Via Marconi, 132 - 31011 Asolo
+39042355435
Cecchetto Prior
Via R. Browning, 155 - 31011 Asolo
+390423952654
Galleria Asolana
Via R. Browning, 163 - 31011 Asolo
+39042355320
Il Pozzo Antichità
Via Roma, 58 - 31011 Asolo
+39042355251
La Grange
Via Belvedere, 231 - 31011 Asolo
+390423952139
124
sHOPPING
Fleuriste
Fioreria La Rocca
Via Marconi - 31011 Asolo
-39042355538
Bijoux
Canova 325
Via G. Garibaldi, 75 - 31011 Asolo
+39042355428
Damini Orafi in Asolo
Via R. Browning, 180 - 31011 Asolo
+39042355723
Rosso s.a.s.
Via Giorgione, 58 - 31011 Asolo
+39042355544
TABAC
Tabaccheria Asolo
Via Regina Cornaro, 212 - 31011 Asolo
+390423529811
diverses
Anima e Cuore di Panizzolo Ilenia
Via Dante, 13A - 31011 Asolo
Herboristerie
125
Vieille ville
ATELIER F. RAZ
Via R. Browning, 175 - 31011 Asolo
Céramiste
Berdusco Daniele Sartoria
Via Regina Cornaro - 31011 Asolo
-390423952303
Atelier de couture
CERAMICHE LA BÒT
Via R. Browning, 166 - 31011 Asolo
+39042355430
www.ceramichelabot.it
Artisan
DE LAZZARI ERNESTO
Via R. Browning, 179 - 31011 Asolo
+390423952073
Éclairage
FRANCESCHINI FRANCA
Via Regina Cornaro, 211 - 31011 Asolo
+390423950060
Articles de mercerie
Irma Paulon - Atelier
Via Pietro Bembo, 89 - 31011 Asolo
+393406402443
www.irmapaulon.com
Artiste
126
sHOPPING
127
Bureau d’information
Piazza Garibaldi 73, 31011 Asolo
+390423529046
[email protected]
Heures d’ouverture de bureau
Lundi: Fermé
Mardi: 9.30-12.30
Mercredi: 9.30-12.30
Jeudi: 9.30-12.30 / 15.00-18.00
Vendredi: 9.30-12.30 / 15.00-18.00
Samedi: 9.30-12.30 / 15.00-18.00
Dimanche: 9.30-12.30 / 15.00-18.00
Location Bus et Voiture
avec chauffeur
Autoservizi De Zen Michele Sas
Asolo - Via del Capitello 4 - cell. 368 282232
e-mail:[email protected]
Pegasus Tours Snc
di Aroldo Dal Bello & C.
Asolo - Via Foresto di Pagnano 19
tel +39 0423 952086 fax +39 0423 529388
e-mail: [email protected]
PARKINGS
Parking du Centre Historique Place Brugnoli
Comment y arriver: c’est la place principale du Centre Historique.
Horaires: Toujours ouvert avec les limitations d’accès
liées à la Zone de Trafic Limité -ZTL.
Tarif: Système avec ticket “grattez et garez”, que vous
pouvez acheter auprès du kiosque à journaux et les
bars du Centre.
128
services
Parking Ca’ Vescovo
Comment y arriver: le long de la route nationale
Schiavonesca Marosticana (direction Est/Ouest Montebelluna – Bassano del Grappa) en face de l’établissement “Scarpa”.
Distance du Centre Historique: environ 2 km (par
la montée il est conseillé d’utiliser le bus navette, toutes les 30 minutes.
Horaires: Toujours ouvert
Tarif: Gratuit
Parking du Forestuzzo
Comment y arriver:
depuis la nationale
Schiavonesca Marosticana (direction Est/
Ouest Montebelluna –
Bassano del Grappa)
monter vers le Centre
Historique par la Rue
Forestuzzo (point de
repère: en arrivant de
Bassano à gauche
après la Station Essence Shell, en arrivant de Montebelluna
à droite après l’Établissement “Scarpa”). Après environ
1,5 km sur la droite signalé (point de repère: place en
face de l’entrée de l’ex-hôpital maintenant siège de
l’ULSS 8) GPS: TV002 N45,7963667 E11,9137833
Distance du Centre Historique: environ 400 mètres
en montée (avec pente raisonnable) est présent l’arrêt
du bus navette
Horaires: Toujours ouvert
Tarif: gratuit
Parking couvert “Cipressina”
Comment y arriver: depuis la nationale Schiavonesca Marosticana (direction Est/Ouest Montebelluna –
129
Bassano del Grappa) monter vers le Centre Historique
par la Rue Forestuzzo (point de repère: en arrivant de
Bassano à gauche après la Station Essence Shell, en
arrivant de Montebelluna à droite après l’Établissement
“Scarpa”). Après environ 2 km sur la droite signalé
(point de repère: après 200 mètres du début du sens
unique ayant fait un un grande courbe gauche.)
Distance du Centre Historique: environ 150 mètres
en montée (trottoir le long de la rue d’accès).
Horaires: Toujours ouvert avec parcmètre
Aire de repos et parking Camping-car
Aire communale équipée payante, ouverte toute l’année. Structure dotée de 13/15 places avec pavement, eau, vidanges eaux usées, illumination, électricité, barbecue et aire de pique-nique, ombragée. Située
à l’intérieur du parking Forestuzzo (P2), à environ 400
mètres du Centre Historique, avec l’arrêt du bus navette.
Appeler Mr. Attilio Pastro au n° 340 7733042.
EN AVION
MARCO POLO VENEZIA
www.veniceairport.it
+390412606111
Pour rejoindre Asolo, la compagnie MOM effectue des
liaisons continues avec la gare de chemin de fer et la
gare routière de Trévise.
Pour les horaires consulter le site:
http://www.mobilitadimarca.it/aeroporto-bus
Depuis la gare routière de Trévise, prendre l’autobus
pour Asolo, arrêt Ca’ Vescovo.
Pour les horaires consulter le site:
http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
Lignes 161 et 162 Trévise- Montebelluna-Bassano
CANOVA TREVISO
www.trevisoairport.it
+390422315111
130
services
Pour rejoindre Asolo, la compagnie ACTT – ligne n. 6,
effectue des liaisons continues avec la gare de chemin
de fer et la gare routière di Trévise.
Depuis la gare routière di Trévise, prendre l’autobus
pour Asolo, arrêt Ca’ Vescovo.
Pour les horaires consulter le site: http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
Lignes 161 et 162 Trévise-Montebelluna-Bassano
EN TRAIN
Gares de chemin de fer plus près:
Montebelluna, km. 15
Castelfranco Veneto, km. 16
Bassano del Grappa, km. 16
Cornuda, km. 8
Montebelluna
De la gare de chemin de fer de Montebelluna, prendre
la ligne 162 (12b.LM)
http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
Castelfranco Veneto
De la gare de chemin de fer de Castelfranco Veneto,
rejoindre la gare routière, rue Padgora 1, prendre la ligne 204 (4CTM)
http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
Bassano del Grappa
De la gare de chemin de fer de Bassano del Grappa,
prendre la ligne 162 (12b.LM ) ou la ligne 207 (7CTM)
http://www.mobilitadimarca.it/extraurbano
POUR LE CENTRE HISTORIQUE DE ASOLO
De l’arrêt de Ca’ Vescovo, sur la direction Montebelluna-Bassano, pour rejoindre le Centre Historique, il y à
un bus navette, environ toutes les trente minutes. Les
horaires sont affichés à l’arrêt du bus ou consultables
sur internet à l’adresse;
www.asolo.it, section “Organizza il tuo viaggio”.
(Organise ton voyage). Tel. +39368282232
131
Station-service
REPSOL
Casella d’Asolo, Via Schiavonesca Marosticana 46
IP
Casella d’Asolo, Viale Tiziano 34
ESSO
Casella d’Asolo, Via Montello 25
OIL ITALIA
Pagnano d’Asolo, Via Vallorgana 1
IP
Asolo, località Casonetto, Via Bassane 2
BANQUES
Unicredit Banca Spa
Via Regina Cornaro, 220 - 31011Asolo
+3904231850001
Veneto Banca S.C.P.A.
Via Dante, 29 - 31011 Asolo
+390423950450
Banca Popolare di Verona
Società Cooperativa
Via Dei Tartari, 31 - 31011 Casella d’Asolo
+390423952980
Banca Popolare di Vicenza SCpA
Via Tiziano Ang. Foresto Nuovo, 150
31011 Casella d’Asolo
+390423950860
132
services
Credito Trevigiano
Banca di Credito Cooperativo
Via Manin, 2A - 31011 Casella d’Asolo
+390423950831
Intesa Sanpaolo Spa
Viale Tiziano, 1/A - 31011 Casella d’Asolo
+390423529244
Unicredit Banca Spa
Via Dei Tartari, 3 - 31011 Casella d’Asolo
+3904231850005
Veneto Banca S.C.P.A.
Via Giorgione, 7/A - 31011 Casella d’Asolo
+390423529855
133
Hôpital CASTELFRANCO VENETO
Via Ospedale, 18 - 31033 Castelfranco Veneto
+39118, +390423497892
Hôpital CIVILE MONTEBELLUNA
Via Togliatti, 1- 31044 Montebelluna
+3904236111
médical d’urgence
Il Servizio di continuità assistenziale festiva e notturna
rispetta i seguenti orari:
Giorni feriali - dalle ore 20.00 alle ore 8.00
Giorni prefestivi - dalle ore 10.00 alle ore 20.00
Giorni festivi - dalle ore 8.00 alle ore 20.00
Le sedi a cui rivolgersi sono:
CRESPANO DEL GRAPPA - TEL.0423 935777
Via Montegrappa, 17 - Presso sede Distretto
CASTELFRANCO V.TO - TEL. 0423 732753
Via Ospedale, 12 - Presso Centro Anziani Sartor
MONTEBELLUNA - TEL. 0423 601570
Via Ospedale, 54 - Presso Ospedale Vecchio
VALDOBBIADENE - TEL. 0423 977301
Via Roma, 38 - Presso sede Distretto
Pharmacie
Bonotto dr. Massimo
Piazza Garibaldi, 79 - 31011 Asolo
+39042355136
Farmacia All’Angelo di Dr. Tonini Sergio
Via Dei Tartari, 1 - 31010 Casella D’Asolo
+390423529382
Vétérinaire Avanzi
Via M. Ricci, 8 - 31011 Asolo
+390423950113
134
services
SOS
police locale
Via Cavin Dei Cavai, 27 - 31011 Asolo
+390423950044
[email protected]
Heures du matin:
Lundi, 11h30 - 13h00
Vendredi 11h30 - 13h00
Heures de l’après-midi:
Mercredi 16h30 - 18h00
Carabiniers
Via Santa Caterina, 280 - 31011 Asolo
+39112, +390423952012
[email protected]
Les pompiers
Via Giorgione - 31011 Casella D’Asolo
+39115, +390423952222
Bureau de poste
poste italiane asolo
Via Browning, 172 - 31011 Asolo
+390423950334
poste italiane casella D’asolo
Viale Tiziano, 27 - 31011 Casella D’Asolo
+39899022956
ASOLO
La cité des 100 horizons
978-88-98109-38-8
Copyright © 2013
ME Publisher - Mazzanti Libri - Comune di Asolo
Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut
être reproduit ou copié de quelque manière sans l’autorisation écrite
expresse sauf pour de brèves citations dans des revues ou l’écriture
journalistique ou guide de fiction, littéraire et historique.
135
Comune di Asolo
Assessorato al Commercio
www.asolo.it
136