Ceva-AXISCardio-0612:AXIS veau

Commentaires

Transcription

Ceva-AXISCardio-0612:AXIS veau
D O S S I E R
L’ I N F O R M AT I O N D U V É T É R I NA I R E
15
JUILLET 2012
C E VA S A N T É A N I M A L E
E
C
L
A
I
R
A
G
E
Cardiologie :
à vos côtés
au quotidien
CEVA Santé Animale poursuit
son investissement en
cardiologie, dans le but de se
positionner comme un véritable
partenaire du praticien et de
l'aider à améliorer ses
connaissances et compétences
pratiques en cardiologie.
Pour ce nouveau numéro
d'AXIS cardiologie, CEVA est
fier d'avoir le Pr Valérie
CHETBOUL comme auteur,
pour présenter et expliquer les
principales caractéristiques
échocardiographiques et
Doppler associées à la maladie
valvulaire dégénérative (MVD)
du chien.
ANIMAUX DE
COMPAGNIE
Echocardiographie
et examen Doppler
chez le chien atteint
de maladie valvulaire
dégénérative mitrale :
principales caractéristiques
et anomalies
Le docteur Valérie Chetboul est Professeur de
Cardiologie des Petits Animaux à l’École Nationale
Vétérinaire d’Alfort. Elle fait également partie de l’Unité
Mixte de Recherche en Cardiologie INSERM-ENVA
(Institut National de la Santé et de la Recherche
Médicale, U955) au sein de laquelle elle est responsable de
l’imagerie cardiovasculaire non invasive des petits et des grands
animaux. Elle est actuellement co-éditrice de la rubrique d’imagerie
cardiovasculaire du Journal of Veterinary Cardiology.
INTRODUCTION
La maladie valvulaire dégénérative mitrale (MVD) se caractérise
par une dégénérescence de l’appareil valvulaire mitral et
constitue la cardiopathie acquise la plus fréquente chez les
chiens de petit format.1-6 La prévalence moyenne de la MVD est
de 4,5%,4 mais peut atteindre 14% à 40% chez les chiens de
petite taille en fonction de la race (respectivement races non
Cavalier King Charles et Cavalier King Charles).3,5 Malgré cette
forte prédisposition des chiens de petites races, les chiens de
grandes races, comme les Bergers allemands, peuvent également
être atteints de MVD.7
La MVD entraîne un défaut de coaptation systolique des feuillets
mitraux, engendrant une régurgitation valvulaire dont
l’importance est un déterminant majeur de la progression
naturelle de la maladie. L’aggravation de la régurgitation entraîne
plusieurs complications, notamment une dilatation des chambres
cardiaques, une hypertension artérielle pulmonaire, une
insuffisance cardiaque congestive gauche puis la mort de l’animal
malgré la mise en place d’une polythérapie.1,2,8
L’échocardiographie transthoracique couplée à l’examen
Doppler conventionnel constitue, à l’heure actuelle, la méthode
de choix pour explorer la MVD permettant à la fois la détection
précoce et non invasive des lésions de MVD, la quantification de
la régurgitation valvulaire et la surveillance de sa progression au
cours du temps, et enfin l’évaluation précise de ses
conséquences sur les chambres cardiaques, la fonction
myocardique et la pression artérielle pulmonaire.8-11
DOSSIER
1 - Détection des lésions de la valve mitrale
SUITE
Les lésions valvulaires mitrales associées
à la MVD se caractérisent, dans un
premier temps, par la présence de
petits nodules à l’extrémité des feuillets
mitraux et par l’épaississement des
cordages tendineux (CT).9 Ces
lésions peuvent être identifiées à un
stade précoce de la maladie en mode
bidimensionnel (2D) sur des coupes
grands axes obtenues par voie parasternale droite (Figure 1). Au cours de
la progression de la maladie, les
feuillets de la valve mitrale deviennent
plus épais et plus irréguliers (Figure 2).
Les autres anomalies valvulaires
incluent l’aplatissement systolique d’un
ou des deux feuillets et le prolapsus
mitral, lequel se caractérise par le
retournement d’un ou des deux
feuillets dans l’atrium gauche au cours
de la systole (Figure 3).
La rupture de cordage (RC) est une
complication potentielle de la MVD,
se produisant dans 16% des cas et
pouvant être diagnostiquée avec
précision en mode 2D (Figure 4)
plutôt qu’en mode temps-mouvement
(mode TM).12,13 La rupture d’un
cordage primaire s’observe sur
plusieurs plans de coupe 2D tandis
que la rupture d’un cordage secondaire ne s’observe généralement que
sur un seul plan de coupe. Pour la
majorité des chiens atteints de RC
(> 96%), le cordage rompu était initialement attaché sur le feuillet
antérieur mitral (Figure 4).13
Les cordages étant des éléments
majeurs de l’appareil valvulaire
atrio-ventriculaire, la RC provoque
dans la majorité des cas une régurgi-
tation systolique mitrale importante
(93%) et est à l’origine d’une insuffisance cardiaque congestive (75%) malgré la mise en place d’un traitement
médical.13 Cependant, comme chez
l’homme, une RC peut également être
observée chez des chiens atteints de
MVD n’ayant jamais reçu de médicament à visée cardiaque et n’ayant jamais
présenté de signes d’insuffisance cardiaque congestive (chiens appartenant
aux stades 1a ou 1b de la classification
de l’International Small Animal Cardiac
Health Council (ISACHC)).13 Ceci
illustre l’intérêt de réaliser des examens
échocardiographiques chez des animaux
asymptomatiques (en particulier chez
ceux présentant un souffle systolique
apexien gauche de grade ≥ III/VI à
l’auscultation cardiaque).13
Figure 2 : Échocardiogramme bidimensionnel (coupe 5 cavités, voie
parasternale droite) obtenu chez un chien atteint de maladie valvulaire
dégénérative mitrale à un stade avancé. Le feuillet antérieur de la valve
mitrale (amvl) est épaissi et irrégulier. Le feuillet postérieur de la valve
mitrale (pmvl) est également épaissi mais beaucoup moins que l’autre
feuillet.
LA : atrium gauche. Ao : aorte. LV : ventricule gauche.
Figure 1 : Échocardiogrammes bidimensionnels obtenus chez un
chien normal (1A, coupe 5 cavités, voie parasternale droite) et chez
deux chiens atteints de maladie valvulaire dégénérative mitrale (1B et
1C, respectivement coupe 5 et 4 cavités, voie parasternale droite).
1A : Les feuillets de cette valve mitrale normale (flèches) sont minces
et réguliers.
1B et 1C : Les lésions dégénératives de la valve mitrale se caractérisent
par la présence de petits nodules lisses situés à l’extrémité des deux
feuillets (flèches, 1B) et par un épaississement des cordages tendineux
(double flèche, 1C).
RA : atrium droit. LA : atrium gauche. Ao : aorte.
C : cordages tendineux. LV : ventricule gauche.
2
L’INFORMATION DU VÉTÉRINAIRE
Figure 3 : Échocardiogrammes bidimensionnels obtenus chez un chien
normal (3A) et chez deux chiens atteints de maladie valvulaire dégénérative
mitrale (3B et 3C) en systole (coupes 5 cavités, voie parasternale droite).
Une ligne pointillée rouge a été tracée entre les points d’attache des deux
feuillets de la valve mitrale.
3A : Ces feuillets mitraux normaux (flèches) sont minces et réguliers
et se ferment à l’intérieur du ventricule gauche caudalement à la ligne
pointillée rouge.
3B et 3C : Les lésions dégénératives de la valve mitrale se caractérisent par
des feuillets irréguliers et épaissis. De surcroît, sur la Figure 3B, les deux
feuillets se ferment parallèlement à la ligne pointillée rouge et sur la Figure
3C, est observé un prolapsus de la valve mitrale (flèche). Ce prolapsus est
caractérisé par un repliement du corps du feuillet antérieur dans l’atrium
gauche au delà de la ligne pointillée rouge.
LA : atrium gauche. Ao : aorte. LV : ventricule gauche.
Figure 4 : Échocardiogrammes bidimensionnels obtenus chez trois
chiens atteints de maladie valvulaire dégénérative mitrale avec rupture
de cordage.
4A : Cette coupe 5 cavités obtenue par voie parasternale droite montre
le feuillet antérieur mitral (flèche) pointant en systole dans la cavité
atriale gauche (au-delà de la ligne pointillée rouge reliant les points
d’attache de chaque feuillet de la valve mitrale).
4B et 4C : Des portions de cordages tendineux rompus (flèches)
toujours attachés au feuillet antérieur mitral sont visualisés flottant au
sein de l’atrium gauche (respectivement coupes 5 et 4 cavités obtenues
par voie parasternale droite,).
LA : atrium gauche. Ao : aorte. LV : ventricule gauche.
2 - Évaluation de l’importance de la régurgitation mitrale
Le mode Doppler couleur permet la
visualisation directe du flux régurgitant
ainsi que l’évaluation de son origine et
de son extension au sein de l’atrium
gauche (Figures 5A et 5B).
En cardiologie vétérinaire, une des
méthodes fréquemment utilisée pour
évaluer l’importance de la régurgitation mitrale consiste à calculer le rapport SIM/SAG (rapport de la surface
colorimétrique maximale du flux
régurgitant et de la surface atriale
gauche, Figures 5A et 5B).9,11,14 Sur la
base de cette méthode colorimétrique (dite de cartographie couleur
ou “color mapping”), la régurgitation
mitrale est généralement considérée
comme modérée si le rapport
SIM/SAG est < 20 à 30% (Figure 5A),
moyenne s’il est ≥ 20-30% mais
≤ 70% et importante s’il est
> 70% (Figure 5B).9,11,14
Le principal avantage de
cette méthode Doppler
couleur réside dans la rapidité et la facilité d’acquisition des données10 ainsi que
dans sa bonne répétabilité
et reproductibilité chez
le chien vigile pour un
examinateur entraîné.11
Cependant, cette technique
ne permet qu’une semiquantification de l’insuffisance
mitrale. En outre, le rapport
SIM/SAG peut être influencé
par plusieurs facteurs,
comme la pression artérielle systémique, la pression
atriale gauche ou encore
Suite page 4
Figure 5 : Évaluation semi-quantitative de l’insuffisance mitrale par
méthode Doppler (cartographie couleur) chez deux chiens atteints de
maladie valvulaire dégénérative mitrale sans (5A) et avec (5B) rupture de
cordage (coupes 4 cavités, voie parasternale gauche). Sur la Figure 5A, la
surface colorimétrique de l’insuffisance mitrale (flèche) représente moins
de 20% de la surface atriale gauche, témoignant d’une régurgitation
valvulaire très modérée. À l’inverse, sur la Figure 5B, le flux turbulent
d’insuffisance mitrale (flèche) remplit près de 100% de la cavité atriale
gauche, ce qui correspond à une régurgitation valvulaire très importante.
LA : atrium gauche. LV : ventricule gauche.
3
L’INFORMATION DU VÉTÉRINAIRE
DOSSIER
SUITE
l’orientation spatiale du reflux (à
importance hémodynamique similaire, les reflux excentriques peuvent
sembler plus petits que ceux dirigés
de manière centrale dans l’atrium
gauche).10
La méthode PISA (Proximal
Isovelocity Surface Area) est une
autre technique Doppler utilisée en
routine en cardiologie humaine pour
quantifier (au lieu de “semi-quantifier”)
la régurgitation mitrale.10 Il a été
récemment démontré que cette
méthode, consistant en l’étude de la
zone de convergence intraventriculaire
gauche du jet régurgitant, est répétable et reproductible chez le chien
vigile pour un examinateur entraîné.11
Le principal avantage de la méthode
PISA est de permettre une évaluation
plus fine de l’importance de l’insuffisance mitrale que la méthode de
“color mapping”, grâce au calcul de la
surface de l’orifice régurgitant, du
débit instantané maximal régurgité,
du volume systolique régurgitant
et de la fraction de régurgitation
(définie par le rapport entre le volume
systolique régurgitant et la somme de
ce volume et du volume d’éjection
aortique systolique).10,11 Les principes
majeurs de la méthode PISA sont
résumés dans les Figures 6A à 6C.
Figure 6 : Évaluation quantitative de l’insuffisance mitrale chez le chien atteint de maladie valvulaire dégénérative mitrale à l’aide d’un examen combiné Doppler couleur (6A et
6B) et spectral (6C) (vues apicales gauches 4 cavités) : la méthode “PISA” (“Proximal Isovelocity Surface Area”).
6A et 6B : La méthode PISA est basée sur le principe de continuité des fluides stipulant qu’à mesure que le sang se rapproche de l’orifice régurgitant (de surface plane), sa
vitesse augmente progressivement en formant des coupoles hémisphériques concentriques de vitesse croissante et de surface décroissante. Ces images Doppler couleur montrent toutes deux un hémicercle jaune bien défini de la zone de convergence du flux proximalement à la valve mitrale dans le ventricule gauche (LV). En résumé, la méthode PISA consiste à calculer le rayon (r, double flèche) de cet hémicercle jaune. Cette valeur r est ensuite introduite dans 2 équations différentes afin de calculer la surface de
l’orifice régurgitant (EROA). La valeur de EROA est ensuite utilisée pour évaluer le volume régurgitant mitral (Figure 6C). En utilisant des réglages Doppler couleur similaires,
le chien de la Figure 6A montre une valeur r plus élevée que celui de la Figure 6B, ce qui indique une SOR plus élevée et donc une régurgitation mitrale plus importante.
6C : Cette figure montre un exemple de tracé en mode Doppler continu d’un reflux mitral. Ce profil de vitesse est utilisé pour déterminer l’intégrale temps-vitesse (VTI)
et pour calculer le volume régurgitant (RSV). Enfin la fraction de régurgitation (FR, à savoir le pourcentage du volume refluant dans l’atrium gauche en systole) peut être calculée à partir de la formule suivante : FR (%) = RSV / RSV + VES, où VES désigne le volume d’éjection systolique aortique calculé selon le principe détaillé par Gouni et coll.11
LA : atrium gauche.
4
L’INFORMATION DU VÉTÉRINAIRE
3 - Évaluation des complications de la MVD
2. Hypertension
artérielle pulmonaire
1. Surcharge volumique
Une régurgitation mitrale à la fois
chronique et importante a pour
conséquence une surcharge volumique, laquelle se caractérise en premier lieu par une dilatation atriale
gauche, évaluée par le rapport atrium
gauche/aorte (LA/Ao) (Figure 7),
puis par une dilatation diastolique du
ventricule gauche (Figure 8). La valeur
pronostique du degré de dilatation
atriale gauche chez les chiens atteints
de MVD a été récemment démontrée.6 Dans une étude impliquant une
grande population de chiens atteints
de MVD (n = 558) et utilisant une
analyse multivariée, le rapport
LA/Ao > 1,7 était la seule variable
significativement corrélée à la diminution
du temps de survie lorsque l’on
envisageait la mortalité cardiaque.6
Lorsque toutes les causes de mortalité
étaient prises en compte, le rapport
LA/Ao > 1,7 était également une des
trois variables significativement corrélées à la durée de vie, les deux
autres étant les syncopes et la vitesse
maximale du flux protodiastolique
mitral (pic de l’onde E).
L’hypertension artérielle pulmonaire
(HTAP) est définie par l’élévation de
la pression artérielle pulmonaire diastolique et/ou systolique, laquelle
peut conduire à une dilatation du
ventricule droit et de l’atrium droit,
puis à une insuffisance cardiaque
congestive droite.
L’HTAP représente la complication
potentielle de pathologies respiratoires et cardiaques variées, dont la
MVD.8,16 Il a ainsi été démontré que la
valeur de la pression artérielle pulmonaire
Suite page 6
Figure 8 : Échocardiogrammes transventriculaires en mode TM obtenus chez
trois Cavaliers King Charles atteints de maladie valvulaire dégénérative mitrale de
différentes gravités.
8A : Chez ce chien de classe ISACHC 1a, les diamètres du ventricule gauche
ainsi que la fraction de raccourcissement (définie comme la différence entre les
diamètres ventriculaires gauches diastolique et systolique divisée par le diamètre
diastolique : 35%, intervalle de référence [30-49%]15) sont encore normaux.
Double flèche : diamètre diastolique du ventricule gauche.
8B et 8C : Chez ces deux chiens de classe ISACHC 3, le diamètre
diastolique du ventricule gauche (double flèche) est augmenté tandis que le
diamètre systolique du ventricule gauche est toujours compris dans l’intervalle
de référence. C’est pourquoi les valeurs de fraction de raccourcissement sont
supérieures à la normale (respectivement 51% et 58%). Noter, de plus, la
présence d’une tachycardie sinusale chez le chien de la Figure 8B (fréquence
cardiaque moyenne de 150 bpm) et celle de complexes supraventriculaires
prématurés (étoiles rouges) chez celui de la Figure 8C. Un discret épanchement
péricardique (flèches jaunes), signe d’insuffisance cardiaque congestive, est
également visible sous la paroi libre du ventricule gauche (Figure 8C).
LV : ventricule gauche.
Figure 7 : Échocardiogrammes bidimensionnels obtenus chez deux chiens
atteints de maladie valvulaire dégénérative mitrale de gravité
différente (coupes petit axe transaortique, obtenues par voie parasternale droite
en fin de diastole).
7A : Chez ce chien de classe ISACHC 1a, le diamètre atrial gauche est encore
normal : rapport atrium gauche/aorte de 0,88 (intervalle de référence pour cette
méthode de mesure en télédiastole : [0,52-1,13]).15
7B : À l’inverse, chez ce chien de classe ISACHC 3, l’atrium gauche est très
dilaté (rapport atrium gauche/aorte = 2,86).
LA : atrium gauche. Ao : aorte. RVOT : chambre de chasse du ventricule droit.
PT : tronc pulmonaire.
5
L’INFORMATION DU VÉTÉRINAIRE
DOSSIER
SUITE
était un facteur pronostique de survie
ou d’aggravation de la MVD symptomatique.17
L’évaluation Doppler de la régurgitation
de la valve tricuspide ou de la régurgitation de la valve pulmonaire peut
être utilisée pour quantifier de manière non invasive les pressions artérielles pulmonaires, respectivement
systolique et diastolique (voir
exemples dans la Figure 9).8,16,18
Chez les chiens atteints de MVD, il a
été démontré que la prévalence et la
gravité de l’HTAP (confirmée par
examen Doppler) augmentent toutes
deux de manière significative avec la
classe d’insuffisance cardiaque
(prévalence de 27% et 72% respectivement pour les classes ISACHC II et III).8
Cependant, une HTAP peut également
être présente à des stades précoces
de la maladie, même chez des chiens
appartenant aux classes ISACHC 1a
et 1b (notamment ceux présentant
une insuffisance mitrale importante).8
Comme pour la RC, ceci illustre à
nouveau l’intérêt potentiel de réaliser
des examens échocardiographiques
chez les chiens atteints de MVD ne
présentant aucun signe clinique.8
Une limite à cette méthode “conventionnelle” ultrasonore de calcul de
la pression artérielle pulmonaire est
qu’elle repose sur l’analyse des
régurgitations pulmonaire et tricuspide,
lesquelles peuvent être absentes ou
mineures, empêchant ainsi la confirmation de l’HTAP.
Il a été démontré que l’imagerie par
Doppler tissulaire, technique ultrasonore
non invasive récemment développée
en cardiologie vétérinaire, permettait
de pallier cet inconvénient en fournissant
des indices très sensibles pour
diagnostiquer une HTAP. Le Doppler
tissulaire permet, en effet, de détecter
des altérations myocardiques droites,
à la fois systoliques et diastoliques,
même lors d’augmentation très modérée
de la pression artérielle pulmonaire.16
Figure 9 : Exemples de diagnostic d’hypertension artérielle pulmonaire diastolique
par examen Doppler du reflux d’insuffisance pulmonaire (coupes petit axe transaortique, obtenues par voie parasternale droite en diastole).
9A : Une régurgitation pulmonaire mineure (flèche) est détectée en diastole chez
ce chien adulte indemne de cardiopathie, comme c’est le cas chez plus de 90% des
chiens adultes normaux.18 Cette régurgitation physiologique se caractérise par une
faible extension dans la chambre de chasse du ventricule droit et une faible vélocité
(codée en rouge sans aliasing au Doppler couleur et < 2m/s en fin de diastole en
mode Doppler continu).8,16,18
9B : Chez ce chien atteint de maladie valvulaire dégénérative mitrale de classe
ISACHC 3, à la différence du chien précédent, le reflux diastolique pulmonaire
(flèche) est turbulent en raison de la pression artérielle pulmonaire diastolique
élevée et s’étend largement dans la chambre de chasse du ventricule droit. La vitesse
maximale de ce reflux évaluée quantitativement par mode Doppler continu (image
non fournie) est très élevée en télédiastole (3,8 m/s). L’équation de Bernoulli modifiée
(∅ P = 4x vitesse2) appliquée à cette vitesse maximale permet de calculer le
gradient de pression télédiastolique entre le tronc pulmonaire et le ventricule droit :
la valeur de ce gradient est ici très élevée (58 mmHg, normale < 16 mmHg),8
confirmant donc une hypertension artérielle pulmonaire diastolique importante.
LA : atrium gauche. Ao : aorte. RVOT : chambre de chasse du ventricule droit.
PT : tronc pulmonaire.
3. Dysfonction
myocardique
Une autre complication potentielle
de la MVD est la dysfonction systolique gauche (Figure 10).17 Cependant,
le diagnostic de dysfonction systolique
lors de MVD reste difficile à établir
par examen échocardiographique
conventionnel.
La fraction de raccourcissement du
ventricule gauche (FR%) est l’indice
le plus fréquemment utilisé pour
évaluer la fonction myocardique
systolique chez le chien. La FR% est
définie comme le pourcentage de
variation du diamètre ventriculaire
gauche entre la phase diastolique et la
phase systolique (FR% = (VGdVGs)*100/VGd, où VGd et VGs
désignent respectivement les diamètres du ventricule gauche en diastole et en systole, calculés en mode
TM, Figure 8). Une valeur de FR%
basse est le témoin d’une diminution
de la contractilité. Cependant, la FR%
dépend de plusieurs facteurs autres
que la contractilité myocardique
intrinsèque, notamment la tension de
la pariétale ainsi que les modifications
de précharge et post-charge. Sa
valeur peut donc être influencée par
toute variation de ces facteurs.
Ainsi la progression de la MVD canine
se caractérise généralement, dans un
premier temps, par une élévation
de la FR% résultant à la fois de la
surcharge volumique (dilatation
diastolique du ventricule gauche), de
la diminution de la post-charge
(Figures 8B et 8C), et d’une augmentation
de la contractilité.9,11,17 Cette dépendance de la FR% vis-à-vis de la charge
explique pourquoi, l’altération potentielle de la fonction myocardique
associée à la MVD peut s’accompagner de valeurs de FR% normales.
Suite page 7
6
L’INFORMATION DU VÉTÉRINAIRE
Il a été démontré que, contrairement
à la FR%, les dimensions du ventricule
gauche en fin de systole, notamment
le diamètre télésystolique, le volume
télésystolique ou le volume télésystolique indexé à la surface du corps
(ESVI= “end systolic volume index”),
étaient relativement indépendantes
de l’augmentation de la pré-charge
chez le chien et que des valeurs
élevées sont ainsi le témoin d’une
dysfonction systolique.19
Plusieurs méthodes échographiques
peuvent être utilisées pour évaluer
l’ESVI. La progression de la MVD
étant associée à une modification de
forme du VG (augmentation de la
sphéricité),17 il convient de préférer
les méthodes prenant en compte les
dimensions à la fois radiales et longitudinales du ventricule gauche, également
appelées méthodes planimétriques
(Figure 11). La méthode géométrique
basée sur la mesure linéaire en mode
TM du diamètre systolique radial du
Figure 10 : Échocardiogrammes bidimensionnels obtenus chez deux chiens
atteints de maladie valvulaire dégénérative mitrale (coupes petit axe transventriculaires
obtenues en fin de diastole et fin de systole par voie parasternale droite).
10A et 10B : Chez ce chien de classe ISACHC 3, le diamètre télédiastolique du
ventricule gauche est augmenté (10A) mais le diamètre télésystolique est fortement
diminué (10B). L’hyperkinésie gauche a été confirmée par la valeur de la
fraction de raccourcissement (64%) calculée en mode TM. Une hyperkinésie
similaire (mais moins marquée) a été observée chez les chiens des Figures 8B et 8C.
10C et 10D : À l’inverse, chez ce chien d’âge et de poids comparables aux
précédents, appartenant également à la classe ISACHC 3, les diamètres du
ventricule gauche à la fois en fin de diastole (10C) et en fin de systole (10D) sont
augmentés en raison à la fois de la surcharge volumique et de l’altération de la
fonction systolique. Cette dernière a été confirmée par une diminution de la
fraction de raccourcissement (23%) évaluée en mode TM.
À noter également la sphéricité accrue du ventricule gauche (10C).
LV : ventricule gauche.
ventricule gauche (méthode dite de
Teichholz) est à l’heure actuelle
déconseillée. Il a, en effet, été démontré
qu’elle conduisait à une surestimation
non linéaire de l’ESVI par rapport aux
méthodes planimétriques, entraînant
ainsi un “surdiagnostic” d’altération
systolique. L’ESVI, calculé par les
méthodes planimétriques, a été
démontré comme significativement
augmenté lors de MVD avancée avec
une valeur pronostique négative sur
la survie à 5 mois.17
Figure 11 : Évaluation du volume systolique du ventricule gauche à l’aide d’une
méthode planimétrique (également appelée méthode dérivée de Simpson)
réalisée sur une coupe apicale 4 cavités obtenue par voie parasternale gauche
optimisant la visualisation de la longueur et de la surface de la cavité ventriculaire gauche en fin de systole (correspondant à la fin de l’onde T ou à la
dernière image avant l’ouverture de la valve mitrale). Le contour endocardique
est tracé en excluant les muscles papillaires et refermé au niveau de l’anneau
mitral, délimitant ainsi la surface du ventricule gauche en fin de systole. Le
volume ventriculaire gauche est ensuite calculé automatiquement à l’aide d’un
logiciel spécifique.17
RA : atrium droit. LA : atrium gauche. RV : ventricule droit. LV : ventricule
gauche.
Conclusion
En conclusion, l’échocardiographie en mode TM et 2D associée à l’examen Doppler permet une analyse de
la morphologie et de la cinétique cardiaque du chien atteint de MVD, analyse complétée par des informations
hémodynamiques précises, comme la valeur des pressions intracardiaques et vasculaires, la taille de l’orifice
régurgitant, la surface, le volume et la fraction de régurgitation. L’ensemble de ces données précieuses a
ouvert ces dernières années de nouvelles perspectives dans le domaine de la MVD et a conduit à une
meilleure compréhension de la physiopathologie de cette valvulopathie, depuis le stade asymptomatique
(ISACHC 1) jusqu’aux stades les plus avancés. Ces techniques ultrasonores en ont également amélioré la
précision diagnostique, pronostique et thérapeutique.
7
L’INFORMATION DU VÉTÉRINAIRE
L’INFORMATION DU VÉTÉRINAIRE
B I B L I O
1) Kvart C, Häggström J. Acquired valvular heart disease. In: Ettinger SJ, Feldman EC,
eds. Textbook of veterinary internal medicine. 5th ed. Philadelphia: WB
Saunders; 2000:787-800.
2) Sisson D, Kvart C, Darke PGG. Acquired valvular heart disease in dogs and cats.
In: Fox PR, Sisson D, Moïse NS eds. Textbook of canine and feline cardiology.
Philadelphia, PA: WB Saunders; 1999:536-565.
3) Serfass P, Chetboul V, Benalloul T, et al. Retrospective study of 942 small sizeddogs: prevalence of left apical systolic heart murmur and left-sided heart failure,
critical effects of breed, and sex. J Vet Cardiol 2006;8:11-18.
4) Buchanan JW. Chronic valvular disease (endocardiosis) in dogs. Adv Vet Sci Comp
Med 1977; 21: 75-106.
5) Chetboul V, Tissier R, Villaret F, et al. Epidemiological, clinical, echo-doppler
characteristics of mitral valve endocardiosis in Cavalier King Charles in France: a
retrospective study of 451 cases (1995 to 2003). Can Vet J 2004;45:1012-1015.
6) Borgarelli M, Savarino P, Crosara S, et al. Survival characteristics and prognostic
variables of dogs with mitral regurgitation attributable to myxomatous valve
disease. J Vet Intern Med 2008;22:120-128.
7) Borgarelli M, Zini E, D'Agnolo G, et al. Comparison of primary mitral valve
disease in German Shepherd dogs and in small breeds. J Vet Cardiol 2004;6:2734.
8) Serres FJ, Chetboul V, Tissier R, et al. Doppler echocardiography-derived
evidence of pulmonary arterial hypertension in dogs with degenerative mitral valve
disease: 86 cases (2001-2005). J Am Vet Med Assoc 2006;229:1772-1778.
9) Boon JA. Acquired heart disease: mitral insufficiency. In: Boon JA, ed. Manual of
veterinary echocardiography. Baltimore: Williams & Wilkins; 1998:261-286.
10) Zoghbi WA, Enriquez-Sarano M, Foster E, et al. American Society of
Echocardiography. Recommendations for evaluation of the severity of native
valvular regurgitation with two-dimensional and Doppler echocardiography. J Am
Soc Echocardiogr 2003;16:777-802.
11) Gouni V, Serres F, Pouchelon JL, et al. Quantification of mitral valve
regurgitation in dogs with degenerative mitral valve disease by use of the proximal
isovelocity surface area method. J Am Vet Med Assoc 2007;231:399-406.
12) Jacobs GJ, Calvert CA, Mahaffey MB, et al. Echocardiographic detection of flail
left atrioventricular valve cusp from ruptured chordae tendinae in 4 dogs. J Vet
Intern Med 1995;9:341-346.
13) Serres F, Chetboul V, Tissier R, et al. Chordae tendineae rupture in dogs with
degenerative mitral valve disease: prevalence, survival, and prognostic factors
(114 cases, 2001-2006). J Vet Intern Med 2007;21:258-264.
14) Muzzi RAL, de Araújo RB, Muzzi LAL, et al. Regurgitant jet area by Doppler
color flow mapping: quantitative assessment of mitral regurgitation severity in
dogs. J Vet Cardiol 2003;5:33-38.
15) Chetboul V, Carlos Sampedrano C, Concordet D, et al. Use of quantitative
two-dimensional color tissue Doppler imaging for assessment of left ventricular
radial and longitudinal myocardial velocities in dogs. Am J Vet Res 2005;66:953961.
16) Serres F, Chetboul V, Gouni V, et al. Diagnostic value of echo-Doppler and
tissue Doppler imaging in dogs with pulmonary arterial hypertension. J Vet Intern
Med 2007;21:1280-1289.
17) Serres F, Chetboul V, Tissier R, et al. Comparison of 3 ultrasound methods for
quantifying left ventricular systolic function: correlation with disease severity and
prognostic value in dogs with mitral valve disease. J Vet Intern Med 2008;22:566577.
18) Rishniw M, Erb HN. Prevalence and characterization of pulmonary regurgitation
in normal adult dogs. J Vet Cardiol 2000;2:17-21.
19) Suzuki K, Aoyagi S, Koie H, et al. The effect of 7.2 hypertonic saline solution on
M-mode echocardiographic indices in normovolemic dogs. J Vet Med Sci
2006;68:749-751.
Depuis le 1
janvier 2012, le laboratoire CEVA a mis en place un numéro vert gratuit dédié aux vétérinaires qui
souhaitent poser leurs questions techniques : l’accueil téléphonique est assurée par des assistantes formées sur les
produits et une équipe de vétérinaires techniques est en support si des informations plus détaillées ou scientifiques sont
demandées.
er
Le numéro vert est accessible du lundi au vendredi de 9h à 17h.
CEVA SANTE ANIMALE, 10 av. de La Ballastière, 33500 Libourne
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Marc PRIKAZSKY
COMITÉ DE RÉDACTION : Dr Silvia BONATI
COORDINATION ARTISTIQUE ET PRODUCTION : Dominique BEAUVAL
MISE EN PAGE, INFOGRAPHIE : Erik PAILHE-BELAIR
REMERCIEMENTS : Dr Valérie CHETBOUL
CRÉDIT PHOTOS : Dr Valérie CHETBOUL
54543
En dehors de ces horaires, il est possible de laisser un message ainsi que ses coordonnées sur un répondeur, le service
technique s’engageant à rappeler les clients dans les plus brefs délais (au plus tard dans les 24 h qui suivent l’appel,
hors week-end et jours fériés).