LES COUPLES HOMOSEXUELS DANS LES RECENSEMENTS

Commentaires

Transcription

LES COUPLES HOMOSEXUELS DANS LES RECENSEMENTS
LES COUPLES HOMOSEXUELS DANS LES RECENSEMENTS
Plusieurs pays d’Europe ont légalisé le mariage homosexuel ou créé de nouvelles formes d’union civile ouvertes aux
gays et lesbiennes. Pour autant, il reste compliqué de dénombrer les couples de même sexe, notent Clara Cortina
(CSIC, Espagne) et Patrick Festy (Ined, France) dans une étude publiée dans les documents de travail du projet de
recherche européen FamiliesAndSocieties. Aucune enquête, aucun recensement, selon eux, ne remplit les
meilleures conditions pour identifier les couples homosexuels.
Ce qui complique le dénombrement des couples homosexuels :
•
La faiblesse des effectifs : les couples homosexuels constituent un groupe de taille réduite, en elle-même et au
regard de la population totale. Seules des enquêtes très larges, comme le recensement de la population, peuvent
permettre de recueillir des données suffisantes.
•
La formulation des recensements : les questions des formulaires de recensement sont parfois ambiguës. Elles ne
permettent pas toujours d’identifier clairement les couples homosexuels ou de distinguer les différents statuts
matrimoniaux. Les erreurs de codage, lors des réponses ou du traitement des données, pèsent lourdement sur la
catégorie des couples homosexuels, du fait même que leur nombre est restreint par rapport aux couples
hétérosexuels.
La sous-déclaration de l’homosexualité : parmi les personnes interrogées, certaines peuvent avoir des réticences
à déclarer vivre avec un partenaire de même sexe. Ce qui peut conduire à sous-estimer le nombre de couples
homosexuels.
•
Le cas de la France :
Avant de légaliser le mariage homosexuel en
mai 2013, la France a instauré en 1999 une
forme d’union civile ouverte aux couples gays
et lesbiens, le Pacs. Selon l’Insee, en 2011, la
France comptait 99.000 couples homosexuels
(0,6% du total des couples), dont environ
43.000 pacsés et 56.000 en union libre.
Le cas de la France est particulier car cette
estimation provient de l’édition 2011 de
l’enquête Famille et Logements, réalisée
environ une fois par décennie depuis 1954 et
associée au recensement.
• L’enquête Famille et Logements : en 2011, le formulaire pose pour la première fois la question du sexe du
conjoint ou partenaire, ce qui permet d’identifier directement les couples homosexuels, pacsés ou non. Le Pacs
est ensuite cité dans les propositions à cocher pour le statut matrimonial. L’enquête prend aussi en compte les
couples qui ne vivent pas sous le même toit. Comme elle est associée au recensement, les informations peuvent
être recoupées pour limiter le risque d’erreurs. Les données recueillies sont ensuite corrigées.
• Le recensement : moins explicites que l’enquête Famille et Logements, les questionnaires ne permettent pas de se
déclarer directement en couple homosexuel. Dans le feuillet principal du recensement, il faut remplir un tableau
avec la liste de tous les habitants du logement. Une question ouverte demande de préciser pour chacun le lien de
parenté ou la relation avec l’occupant principal du logement. Dans les formulaires individuels, chaque habitant
précise s’il est un homme ou une femme, s’il est ou non en couple et, si oui, quel est son statut matrimonial.
L’Insee dispose ainsi d’informations qu’il faut croiser et vérifier.
SOURCES
Clara Cortina and Patrick Festy, Identification of same-sex couples and families in censuses, registers and
surveys [EN] , FamiliesAndSocieties, Working paper series 8 (2014)
Institut national d’études démographiques • 133, bd Davout 75 980 Paris cedex 20 • www.ined.fr