Calamity Jane

Commentaires

Transcription

Calamity Jane
L’été c’est fait pour lire, et c’est aussi fait pour s’immerger dans les légendes et les mythes, c’est-à-dire ces
zones particulières de l’histoire, entre réalité et imaginaire, mais où l’on parle de l’humain au sens plein du terme !
J’ai choisi aujourd’hui d’ouvrir avec vous le dossier de Calamity Jane…
Non, ne râlez pas encore, Calamity Jane appartient bien aux grands mythes de notre histoire humaine, en
particulier bien sûr, aux figures de la conquête de l’Ouest. Ce qui est d’ailleurs assez étonnant dans son cas, c’est
qu’elle est plus appréciée et connue des Français que des Américains.
Signe de misogynie d’un peuple, de romantisme d’un autre, difficile de savoir exactement pourquoi, en dehors d’un
petit détail en fin de vie sur lequel nous reviendrons…
J’ai découvert Calamity Jane avec les aventures de Lucky Luke. Je
sais, ça peut paraître léger aux yeux de certains, mais c’est ainsi. Le
30ème album du cowboy qui tire plus vite que son ombre porte
effectivement le nom de Calamity Jane.
Avant d’aller plus loin dans la connaissance de cette femme, signalons
que c’est la 1ère véritable femme libre dans cette série. Certes, elle
jure, manie les armes avec dextérité, cuisine mal (et c’est peut-être
même pire que cela), tient un saloon… En fait, si on dépasse les
simples images, elle est surtout libre, ne tient compte de l’avis de
personne et le seul qui l’apprivoise semble être Luke, qui pourtant,
n’est pas connu pour être un bourreau des cœurs…
Une amitié nait entre les deux personnages. Ils se respectent : « Vous
êtes vraiment la Calamity Jane… » « Le Lucky Luke ? ». Deux
légendes de l’Ouest face à face !
Certains penseront que cet album n’est pas extraordinaire, mais si on
le replace dans son contexte, on découvre une femme, dans une
bande dessinée, qui est là en tant que femme et non de faire-valoir,
de cruche de service ou de danseuse de saloon…
Pourtant, dans la vérité, cette femme est plus complexe. Si on ne sait
pas grand-chose sur elle, c’est qu’elle a passé une grande partie de sa
vie à se raconter et chaque fois d’une façon différente.
Ce dernier point est bien mis en valeur par les auteurs de Lucky Luke et a
été exploité dans les grands spectacles de la fin du 19ème siècle et du
début du 20ème. Calamity a elle-même participé à quelques spectacles en
jouant son propre rôle…
Dans le numéro spécial Historia/Le Point consacré aux personnages de la
série Lucky Luke, on découvre une Calamity Jane féministe,
indépendante, éclaireuse de l’armée, instable, alcoolique,
abandonnée de tous…
En fait, contrairement à une idée reçue, il semble qu’elle n’est jamais eu
affaire à la justice… Forte en gueule, mais pas criminelle !
1/2
Un dernier aspect de la légende est à ouvrir avec les Lettres à sa fille, un ouvrage paru
pour la 1ère fois en 1941, offre un recueil de lettres magnifiques avec de très nombreux
détails sur la femme qu’elle fut, la mère qu’elle n’a pas réussi à être et la piètre épouse
qui s’est retrouvée seule pour mourir…
Mais si les lettres sont belles et agréables à lire, cela relève aussi de la légende, et les
spécialistes les considèrent comme des authentiques faux…
Calamity Jane fut donc un mythe dont on ne connait même pas la date de naissance,
mais elle est morte en 1903 à Deadwood, dans le Dakota du Sud…
Michel Bonnet
_____________________________________________________________________
Calamity Jane
Morris et Goscinny
Editions Dupuis
ISBN : 9782800114484
Les personnages de Lucky Luke et la véritable histoire de la conquête de l’Ouest
Le Point / Historia
Lettres à sa fille
Calamity Jane
Rivages poche
ISBN : 9782743616205
2/2