Dossier pédagogique Créatures fantastiques

Commentaires

Transcription

Dossier pédagogique Créatures fantastiques
Créatures fantastiques !
Musique magique,
créatures bizarres et bêtes légendaires
Alasdair Malloy, conception et présentation
Geoffrey Styles, direction
Une coproduction Orchestre de chambre de Paris / LE CENTQUATRE-Paris
Mercredi 14 mai 2014 - 15h et 20h (séances familiales)
Jeudi 15 mai 2014 - 10h30 et 14h30 (séances scolaires)
À partir de 5 ans
LE CENTQUATRE, salle 400
5, rue Curial / 104, rue d’Aubervilliers – 75019 Paris
Infos réservations:
Auprès du CENTQUATRE
À l’accueil / billetterie, côté rue Curial du mardi au vendredi de 12h à 19h, le WE de 11h à 19h
- par internet sur le site du CENTQUATRE (cliquez ici)
- par téléphone au 01 53 35 50 00 du mardi au vendredi de 12h à 19h, le WE de 11h à 19h
Auprès de l’Orchestre de chambre de Paris
Pour les séances familiales du mercredi 14 mai :
- par internet sur le site de l’Orchestre de chambre de Paris (cliquez ici)
Pour les séances scolaires du jeudi 15 mai :
- par téléphone au 0 800 42 67 57 (n° vert gratuit) du lundi au vendredi de 14h à 18h
1
www.orchestredechambredeparis.com
Créatures fantastiques !
Musique magique,
créatures bizarres et bêtes légendaires
Venez, écoutez, tremblez, frissonnez…et amusez-vous avec cette nouvelle création
originale proposée par l’Orchestre de chambre de Paris. Les musiques recèlent
d’innombrables allusions au monde du fantastique. Un spectacle qui enchantera les
élèves et ensorcellera leurs professeurs ! Courez-y vite, à pied, à cheval ailé ou sur
un balai volant !
Pas de mauvais sorts en vue, que des bonheurs musicaux partagés !
Présentation
Alasdair Malloy, le créateur
Après ses spectacles consacrés aux pirates
(2011) et aux pratiques sportives (2012), Alasdair
Malloy nous propose cette fois-ci de nous évader,
le temps d’un concert, dans un monde fantastique
peuplé de créatures étranges et merveilleuses.
Brève biographie : Alasdair Malloy est membre du
B.B.C Scottish Orchestra depuis l’âge de vingt
ans, mais aussi du B.B.C Concert Orchestra.
Percussionniste reconnu, il s’est produit avec de grands chefs tels que Pierre
Boulez et Leonard Bernstein, et aussi avec des artistes de la musique pop comme
David Gilmour, Mike Oldfield, Björk, ou les Spice Girls ainsi que de nombreux
compositeurs de films. Il est un des rares musiciens à jouer d’un instrument imaginé
par Benjamin Franklin, l’harmonica de verre, caractérisé par des sonorités
cristallines et envoûtantes. On l’entend d’ailleurs jouer de cet instrument dans deux
films de la saga Harry Potter. Cet artiste aime mêler œuvres classiques et pièces
contemporaines, et s’emploie depuis de nombreuses années à développer des
programmes spécifiques pour le jeune public. Il a reçu en 2005 le prix annuel du
gouvernement chinois pour la meilleure performance dans les arts pour enfants avec
l’Orchestre symphonique de Shanghai. Il se produit beaucoup en Asie (Chine,
Malaisie, Hong-Kong, Singapour) ainsi qu’en Grande-Bretagne et dans toute
l’Europe.
http://www.youtube.com/watch?v=UZzfnoAbstg
Alasdair présente le concert « Créatures fantastiques ! »
http://www.youtube.com/watch?v=jihdo04ELJw
Un extrait de la musique de Ghostbuster donnée à Strasbourg en mai 2013 dans le
cadre du concert « Créatures fantastiques ! »
http://www.youtube.com/watch?v=Yn0mCsWYlJs
Pour avoir un aperçu rapide des concerts familiaux qu’Alasdair Malloy a donné ces
dernières années
2
www.orchestredechambredeparis.com
Le spectacle
Le programme mélange habilement des œuvres classiques et des musiques de
films. Alasdair Malloy joue le rôle d’un sorcier qui dirige le spectacle, voire même
brièvement l’orchestre. Le public est également mis à contribution tout au long du
concert, ce qui est la « marque de fabrique » de chacune de ses créations. Geoffroy
Styles est le chef d’orchestre.
Le programme
1) Danse rituelle du feu
Manuel de Falla
2) Le chat qui valse
Leroy Anderson
3) Mouvement perpétuel
Johann Strauss fils
4) Le lutin cordonnier
A. Vivian May
5) Le gnome
Modest Moussorgski (arr. Alasdair Malloy)
6) La danse des sylphes
Hector Berlioz
7) Dans l’antre du roi de la montagne
Edvard Grieg (arr. Alasdair Malloy)
8) Rondo de l’Oiseau de feu
Igor Stravinski (arr. Alasdair Malloy)
9) Les deux petits drôles
Kenneth Alford
10) Harry Potter : le héros de Poudlard John Williams (arr. Alasdair Malloy)
Durée du concert : 60 minutes
À propos des œuvres et des compositeurs
Manuel de Falla (1876-1946)
Sa musique est grandement inspirée de son pays natal, l’Espagne.
L’Amour Sorcier, dont est extrait la « Danse rituelle du feu » est un
ballet pantomime qui raconte l’histoire d’un fantôme qui revient
hanter son ancienne amante, une gitane prénommée Cardela. Pour
se défaire du spectre et aimer librement un autre homme, celle-ci
rompt le maléfice et éloigne le fantôme en détournant son attention
vers une autre femme.
http://www.youtube.com/watch?v=uUir35l5y8U
Pour écouter la « Danse rituelle du feu »
3
www.orchestredechambredeparis.com
Johann Strauss II (1825-1869)
Fils de… Johann Strauss. Issu d’une grande famille de
musiciens autrichiens, c’est assurément le plus célèbre des
deux. Il fut en effet reconnu comme « le roi de la valse », comme
en atteste le succès planétaire du Beau Danube bleu. Il a aussi
composé des opérettes (La Chauve-souris, Le Baron tzigane, Le
Carnaval à Rome…), des polkas et des marches. Le morceau
présenté, Mouvement perpétuel, fait référence à un motif
musical qui pourrait se répéter infiniment. Ce titre énigmatique
fait également allusion à une nouvelle de Tchekhov.
L’interprétation de cette pièce permettra d’illustrer la distribution du courrier par les
hiboux dans les films du héros Harry à Poudlard.
http://www.youtube.com/watch ?v=HBqC2QvQSLs
Pour écouter cet air enjoué et dynamique
Modeste Moussorgski (1839-1881)
Compositeur russe issu d’une famille
aristocratique,
il
composa
des
musiques militantes pour la cause
nationale de son pays. Il rejoignit le
groupe de créateurs « Les cinq » aux
côtés notamment de Borodine et
Rimski-Korsakov. Salammbô, Une nuit
sur le mont Chauve, Boris Godounov ou
encore Tableaux d’une exposition sont
ses œuvres les plus significatives. Tirée de cette dernière œuvre, Le gnome évoque
un lutin qui court dans tous les sens.
http://www.youtube.com/watch ?v=FpwNB1L2hOU
Pour écouter l’évocation musicale de ce personnage fantastique
Edward Grieg (1843-1907)
Pianiste et compositeur norvégien de la période romantique, il
a souvent puisé son inspiration dans les musiques
folkloriques scandinaves. Son œuvre la plus célèbre est sans
conteste Peer Gynt, qui est inspirée d’un argument du
dramaturge norvégien Henrik Ibsen. Il obtint à chaque
représentation un très grand succès. Cette musique illustre
une histoire fantastique et ose des nouvelles harmonies qui
préfigurent Debussy.
http://www.youtube.com/watch ?v=dyM2AnA96yE
Pour écouter cette œuvre immensément populaire
4
www.orchestredechambredeparis.com
John Williams (1932 - )
Cet artiste américain aux multiples facettes (compositeur,
pianiste, chef d’orchestre) a beaucoup travaillé pour le
monde du cinéma. Il possède à son actif une centaine de
musiques de films dont de nombreux succès planétaires
comme Star Wars, Superman, E.T. l’extra-terrestre, Harry
Potter, Jurassic Park, J.F.K., La liste de Schindler, Il faut
sauver le soldat Ryan… Récompensé à multiples occasions
(5 Oscars, 4 Golden Globes, 1 Grammy Award…), il a
également répondu à des travaux de commande pour les orchestres classiques de
Chicago, Boston ou New-York.
http://www.youtube.com/watch ?v=gHwXSyGf4tQ
Petit aperçu des compositions de ce grand artiste au service de la saga Harry Potter
Hector Berlioz (1803-1869)
Ce compositeur est un éminent représentant du
romantisme européen, et a composé dans des formes
aussi diverses que la musique symphonique, la cantate,
l’opéra, ou encore la musique religieuse. Il inventa le
genre de la « légende dramatique » illustré par la
Damnation de Faust, de laquelle est extraite la « Danse
des sylphes ». Cette œuvre musicale fut composée pour
soliste, orchestre et chœur et s’inspire de Faust, une
œuvre écrite par l’écrivain allemand Goethe. Certains
critiques décrivent cette œuvre de Berlioz comme une
sorte d’« autoportrait musical ».
http://www.youtube.com/watch?v=qGFpGyY3gl4
Pour écouter un extrait de ce morceau enchanteur
Kenneth Alford (1881-1945)
Compositeur anglais bien connu pour ses marches
militaires, il fut responsable de l'Armée et de la Marine
anglaise et débuta la musique par la pratique du piano et
de l’orgue. Le film Le pont de la rivière Kwaï (1957) de
David Lean lui offrit la possibilité de se faire connaître du
grand public : la fameuse Marche du Colonel Boogey est
de ces mélodies qu’une fois écoutée, on se surprend à
siffler… ou à fredonner « Hello, le soleil brille, brille,
brille… » ! La pièce interprétée lors du concert – Les
deux petits drôles – saura enchanter les jeunes oreilles
par une mise en scène mêlant humour et espièglerie. Le
xylophone sera l’invité d’honneur de cette pièce.
5
www.orchestredechambredeparis.com
http ://www.youtube.com/watch ?v=n4WcPzOlUCw
Pour écouter ces Petits drôles malins et voir un bel orchestre d’harmonie (avec un
duo de xylophones… à 8 mains !)
Leroy Anderson (1908-1975)
Ce compositeur américain, originaire de la région
de Boston, commença sa carrière musicale en tant
que pianiste. Il continua sa formation musicale à
l’université de Harvard, où il étudia l’harmonie et
l’écriture musicales. Passionné de langues
étrangères, il poursuivit ses études à Harvard par
un doctorat d’allemand et de langues scandinaves,
tout en travaillant comme tuteur de musique au
Radcliffe College. Il est connu pour ses
compositions orchestrales légères et enlevées,
principalement écrites pour le Boston Pops Orchestra.
http://www.youtube.com/watch?v=DOlG8Ut-gTc
Pour écouter « Le chat qui valse », illustré par des extraits de dessins animés
Igor Stravinski (1882-1971)
Stravinski est un compositeur et chef d’orchestre russe,
considéré comme l’un des plus grands compositeurs du XXe
siècle. Il explora des styles musicaux très divers : du ballet
(Le Sacre du Printemps) aux formes classiques traditionnelles
(concerto fugue, symphonie) en passant par des
compositions de musique sérielle. L’Oiseau de feu est une de
ses œuvres les plus connues. Ce ballet en deux tableaux est
inspiré d’un conte populaire russe qui raconte l’histoire d’un
jeune homme, Ivan Tsarévitch, qui poursuit sans relâche un
oiseau fait d’or et de flammes jusqu’à la demeure d’un demidieu qui transforme le héros en pierre. À la fin du ballet, le
maléfice est dissipé grâce à l’aide des filles du demi-dieu et de l’oiseau de feu.
http://www.youtube.com/watch?v=0KsF3U4aVz4
Voici une vidéo de cette œuvre magistrale.
6
www.orchestredechambredeparis.com
Propositions pédagogiques
Amener ses élèves au concert participe activement à leur formation artistique et
critique. Pour optimiser cette rencontre, il est nécessaire de préparer en amont et
d’exploiter en aval la venue au spectacle. Aussi, ces quelques pistes proposées ont
pour objet d’inciter et d’orienter les enseignants dans ce travail. Elles ne sont
évidemment pas exhaustives et peuvent trouver de multiples déclinaisons. Plus la
venue au concert sera efficacement préparée, meilleurs seront les bénéfices tirés
par chacun des élèves (apports sensibles, musicaux, cognitifs…)
Avant le spectacle
1) Présenter l’orchestre sommairement
-
Les familles d’instruments définies en fonction du mode de production des
sons : les cordes (pincées, frottées, grattées), les vents, les cuivres qui
possèdent une embouchure ou les bois qui possèdent une anche et les
percussions, que l’on frappe avec les mains, des baguettes, ou entre elles.
-
Le rôle du chef d’orchestre : « donner le rythme » à l’orchestre et donner son
sens de l’interprétation de l’œuvre exécutée, c’est le véritable « capitaine du
navire-orchestre ».
-
Les rituels de présentation : le chef arrive en dernier, salue le public, ses
musiciens et notamment le premier violon. S’ensuit une courte séance
d’accord entre les différents instruments (c’est le hautbois qui donne le « la »
de référence pour tous les instruments de l’orchestre).
-
Montrer un plan de la répartition habituelle des différents instruments dans
l’orchestre :
7
www.orchestredechambredeparis.com
2) Définir avec les élèves – à l’oral ou à l’écrit pour les plus grands - une « charte
du spectateur » qui met l’accent sur la nécessité du respect du voisin, des artistes,
et même de l’œuvre. La bonne conduite à tenir dans un lieu culturel est primordiale.
Certes, il faut reconnaître à tout spectateur, quelques soient son âge et son statut, le
droit de ne pas apprécier ou parfois de s’ennuyer. Mais personne ne doit perturber
l’écoute de ses voisins. On évitera donc les commentaires inappropriés, trop
nombreux ou sonores. L’enseignant privilégiera à son retour en classe des moments
de débats et d’échanges sur les ressentis ou les interrogations des élèves. Les
applaudissements ont généralement lieu à la fin de l’œuvre, même si parfois on a la
tentation d’exprimer sa satisfaction aux artistes au cours d’un concert qui ne
comprend qu’une seule partie. On évitera de trop s’agiter dans les sièges parfois
trop grands pour des petites jambes… les manteaux peuvent astucieusement servir
de rehausseur de fortune !
Le respect de ces quelques règles permettront à tous de passer cette rencontre
artistique dans des conditions favorables et participeront aussi activement à
l’éducation au « vivre ensemble ».
3) Présenter sommairement le spectacle
Le titre : Créatures fantastiques ! Musique magique,
créatures bizarres et bêtes légendaires.
-
-
Le thème principal : dix pièces musicales qui
évoquent des êtres étranges sortis de l’univers
fantastique.
Le principe artistique : le concert mêle des œuvres
de compositeurs variés, de différentes époques,
ainsi que des musiques de films. Présenter
brièvement ces compositeurs par des éléments
biographiques, des titres d’œuvres, des repères
(frise historique), etc.
4) Préparer les élèves en leur faisant écouter des musiques variées. C’est une
activité à mener régulièrement et sur l’ensemble de l’année. En effet, les élèves non
habitués à écouter de la musique en classe éprouvent parfois des réactions très
vives, qui pourraient gêner l’écoute du public. On peut ainsi accroître
progressivement la durée des pièces présentées ainsi que les consignes d’écoute
(Qu’avez-vous écouté ? Avez-vous reconnu des instruments ? De quelle époque
date cette musique, à votre avis ? Cela vous fait-il penser à quelque chose ? Vous
évoque-t-elle des sentiments ?…) On peut envisager de construire ou d’étudier une
frise chronologique avec les grandes périodes de la musique occidentale.
Les éditions Fuzeau sont une bonne source pour trouver ce type de documents.
(http://www.fuzeau.com/).
8
www.orchestredechambredeparis.com
5) La durée des morceaux interprétés pendant le concert est
différente des formats que les élèves ont probablement
l’habitude d’écouter au quotidien. Aussi, il est nécessaire
d’habituer les élèves à mener une écoute attentive et
silencieuse. Souvent, nous avons l’habitude d’entendre un fond
musical (dans les ascenseurs, le commerce ou la publicité)
plutôt que d’écouter attentivement un morceau de musique
complet. Redonner le sens premier des musiques est un des
objectifs pédagogiques qu’un enseignant doit garder à l’esprit
quand il emmène ses élèves au concert.
Un moyen original de travailler l’écoute chez des élèves peut consister à pratiquer
régulièrement « l’écoute sauvage » : l’enseignant décide d’un moment (pendant la
classe, la récréation, la cantine, l’étude…) et d’un lieu (la classe, un lieu de l’école, la
rue, la cantine, le quartier, la cour…) pour faire pratiquer ces écoutes : on note (ou
on dit, pour les plus petits) tout ce qu’on entend, pendant un bref moment (inférieur
à la minute). C'est l'occasion d’exercer son acuité auditive pour déceler les
moindres détails du monde sonore environnant !
6) Visiter, dans la mesure du possible, LE CENTQUATRE, espace d’innovations
culturelles au cœur du quartier Flandre, dans le 19ème. Ce lieu unique rassemble en
un même espace des ateliers de résidences artistiques, des salles de
représentations, une librairie et même un dépôt-vente. C’est actuellement le lieu de
répétition de l’Orchestre de chambre de Paris, qui s’y produit aussi régulièrement en
concert.
Pour découvrir le
CENTQUATRE : http://www.104.fr/menu-haut/relationspublics.html
7) Mener une réflexion collective sur
les musiques de films que les élèves
connaissent et sur le rôle de ces
musiques. Si l’occasion s’y prête, on
peut élargir le propos aux rôles de la
musique et aux liens entre la musique
et l’image dans des productions
diverses (spectacles vivants, publicité,
clips musicaux, émissions télévisées,
génériques…)
9
www.orchestredechambredeparis.com
Après le spectacle
Faire le bilan de ce moment artistique qui sort de l’ordinaire : en paroles (notamment
pour les plus jeunes), sous la forme d'écrits divers (textes personnels, poèmes,
résumés, écrits avec des consignes précises, courriers adressés à l’Orchestre de
chambre de Paris…). Pratiquer l’analyse d’un moment social et culturel participe
activement à la formation du sens critique des élèves. En cela, il est toujours
profitable d’exploiter toutes les situations qui s’y prêtent.
Maîtrise de la langue
1) Travailler autour des créatures issues de la
littérature fantastique : fantômes, lutins, trolls,
gnomes, elfes, korrigans, dragons, licorne…
Proposer d’inventer un récit (collectivement ou
individuellement), à l’oral et/ou à l’écrit incluant
obligatoirement une ou plusieurs de ces
créatures,
voire
inventer
des
bêtes
merveilleuses qui reprendraient différentes
caractéristiques de celles-ci.
On peut aussi lister les objets régulièrement utilisés dans la sorcellerie : chaudron,
balai volant, chat noir, crapaud, grimoire, chapeau pointu, cape noire, cornue et
autres accessoires pour mélanger les potions…
Travailler les capacités rédactionnelles de chaque élève grâce à cette phrase
d’introduction :
« Si tu étais invisible (un fantôme ; un lutin ; si tu étais très petit…), que ferais-tu ?
Imagine et raconte ».
On peut lister les personnages d’histoires fantastiques, les décrire (oralement ou par
écrit) et demander aux élèves d’expliquer pourquoi ils sont si extraordinaires.
Citons quelques exemples :
 Du roman : Alice au pays des merveilles, Le fantôme de l’Opéra, Belphégor, Le



fantôme du Louvre…
Du conte : La Belle et la Bête, Hansel et Gretel, Peau d’âne, La Légende du roi
Arthur (les Chevaliers de la Table ronde : Lancelot, Perceval, Merlin,
Guenièvre…)…
Du cinéma : Mary Poppins, Pinocchio, Le petit monde des Borrowers, Twilight...
Du film d’animation : Fantasia, Merlin l’enchanteur, Casper, les films de Tim
Burton, L’étrange Noël de Mister Jack, Les Noces funèbres, Shreck, Toy Story,
Là-haut…
De la poésie : E. A. Poe…

2) À la manière des sorciers, inventer des formules magiques. On peut tenter de
prononcer, mémoriser et transformer la fameuse réplique de Mary
10
www.orchestredechambredeparis.com
Poppins (1964) dans le film éponyme : « Supercalifragilisticexpidélilicieux »
(Supercalifragilisticexpialidocious dans sa version anglaise).
En décomposant la structure de ce mot, on perçoit mieux les différents emprunts
à la langue. Sur ce modèle, les élèves peuvent construire à leur tour des
formules. Cela permet de jouer avec la langue écrite, les sons, la difficulté de
certains enchaînements... : une bonne gymnastique pour l’esprit, la mémoire et
pour l’appareil phonatoire ! On peut enfin « ouvrir le concours » à celui ou celle
qui réussira à former le mot le plus long (« plus grand que le plus grand » des
mots de notre langue, le fameux anticonstitutionnellement et ses 26 lettres !)
3) La baguette étant très présente dans ce spectacle (que ce soit celle du chef
d’orchestre ou celle du sorcier), on peut travailler le vocabulaire autour des
différentes significations de ce terme ainsi que des expressions qui l’emploient :
 Mener à la baguette : diriger quelqu’un ou quelque chose de façon
autoritaire.
 La baguette (de pain), souvent considérée comme un symbole des
Français.
 Baguette : dans la menuiserie, chez les sourciers (sans doute faudra-t-il
expliquer ce qu’est un sourcier…à ne pas confondre avec le sorcier!).
 Ustensiles pour manger (en Asie).
 Objets pour jouer des percussions (tambours, batterie).
 Petite anecdote à propos de la baguette utilisée par les chefs d’orchestre:
autrefois, pour diriger un ensemble instrumental, le chef d’orchestre
utilisait une canne qu’il agitait en fonction du rythme de la musique. Au
cours d’une représentation de la troupe des Violons du Roy, JeanBaptiste Lully (1612 - 1687), célèbre compositeur de l’époque du Roi
Soleil Louis XIV, se tapa très fort sur le pied (1687) avec sa canne de
direction. Sa blessure fut mal soignée et il en mourut !
4) Traiter le thème de la sorcellerie sous des
aspects divers : littéraire (contes populaires
du monde entier) ; historique (« la Chasse aux
sorcières » dans différentes époques de
l’histoire) ; scientifique (certaines pratiques
médicales traditionnelles exotiques)…
11
www.orchestredechambredeparis.com
Histoire des arts
1. Présenter des œuvres musicales liées au fantastique et au surnaturel :
A) Symphonie fantastique (1830) d’Hector Berlioz
Cette œuvre remarquable fut composée par le jeune Berlioz, âgé de 27 ans
seulement, pour décrire la passion amoureuse qu’il éprouvait pour une comédienne
anglaise. Cette symphonie se compose de cinq mouvements variés qui expriment la
beauté (ouverture), l’élégance (le bal), la campagne, les ténèbres de la mort
(l’échafaud) et le diable (le sabbat). L’écoute partielle de cette œuvre peut aboutir à
un débat avec la classe autour du fantastique dans cette musique. Qu’est-ce qui
évoque cette atmosphère surnaturelle? Donner la possibilité aux élèves d’exprimer
ce qui est de l’ordre du ressenti est une expérience instructive qui leur permettra
d’améliorer leur argumentation et leur vocabulaire.
B) Danse macabre (1874) de Camille Saint-Saëns
Cette pièce est représentative de la musique descriptive. L’auditeur est invité à
imaginer une histoire écrite par le compositeur selon différents dispositifs : la
correspondance entre des instruments et des personnages ou l’exposition de
thèmes récurrents. Une des nouveautés de cette œuvre est l’utilisation d’un
xylophone dans un orchestre. La Danse macabre a été utilisée dans beaucoup de
films d'horreur ou de mystères. On peut l’entendre au piano mécanique dans La
Règle du jeu (Jean Renoir). Elle a également été utilisée dans le film d'animation
Shrek 3. L’univers des jeux vidéo n’est pas en reste car cette pièce sert d’illustration
au jeu d’aventures Alone in the Dark (le héros doit traverser une pièce peuplée de
démons qui dansent sur cette musique). À ce stade de l’étude, on peut envisager de
montrer quelques illustrations de danses macabres, souvent représentées par des
farandoles de squelettes et de vivants. Ces œuvres étaient autrefois peintes sur des
murs d’églises ou dans des cimetières, et
caractérisent surtout la période médiévale du
XIVe au XVIe siècle. La Danse macabre met en
scène la vanité des distinctions sociales, dont
se moquait le destin qui fauche le riche comme
le pauvre, le noble comme le manant. Il reste
quelques beaux exemples de ces peintures en
Suisse ou en France (Meslay le Grenet (28) ; La
Chaise-Dieu (43) ; Cherbourg (50)…). À
l’époque, la danse macabre faisait partie
intégrante d’une forme théâtrale populaire
répandue : les mystères. Pourquoi ne pas
étayer le propos par l’illustration d’une danse
macabre d’époque (en nombre sur le site
Wikipédia) ?
12
www.orchestredechambredeparis.com
C) L‘Apprenti sorcier (1897) de Paul Dukas.
Composée en 1897, cette pièce est inspirée d’un poème du XVIIIe siècle écrit par
Goethe. Elle servit elle-même d’inspiration à Walt Disney qui, en 1940, imagina
l’histoire d’un apprenti sorcier aux prises
avec un balai rendu facétieux à cause de
formules mal maîtrisées. C’est ainsi que le
film Fantasia, un conte rocambolesque,
vit le jour. Le thème musical peut être
repris par les élèves au moyen
d’onomatopées ou par des sifflets.
http://www.youtube.com/watch?v=jNaNDXyXRFo
Pour écouter l’intégralité de l’œuvre de Paul Dukas (1865/1935)
2. Visionner des extraits de films du patrimoine relevant du fantastique, voire de la
science-fiction ou de l’horreur. Il est parfois malaisé de distinguer ces genres : aussi,
cela peut être l’occasion d’aider les élèves à les redéfinir.
Quelques exemples de ces films :
Le Voyage dans la lune (George Méliès, 1902), Fantômas (Louis Feuillade, 1913),
Métropolis (Fritz Lang, 1927), Dracula (Tod Browning, 1931), Freaks (Tod Browning,
1932), King Kong (Merian C. Cooper, 1933), L’Homme invisible (James Whale,
1933), Docteur Jekyll et Mister Hyde (Victor Fleming, 1941), Les Dents de la mer
(Steven Spielberg, 1975), La Guerre des étoiles (George Lucas, 1977), Jurassic Park
(Steven Spielberg, 1993), E.T. (Steven Spielberg, 1982), La famille Addams (Barry
Sonnenfeld, 1991), Frankenstein (Kenneth Branagh, 1994) , Le Monde de Narnia
(Andrew Adamson, 2005)…
3. Faire reprendre une mélodie entendue lors du concert. On peut aisément choisir
le thème de Harry Potter ou l’air de J. Strauss qui sont faciles à mémoriser. Et
pourquoi ne pas apprendre à siffler « l’Air du Colonel Boogey » (du film Le pont de
la rivière Kwaï) – qui ne sera pas joué au cours du concert – du
compositeur Kenneth Alford ? Voici l'occasion de parler du souffle
et de son importance, tant dans le chant que dans la pratique
d’instruments à vent. De nombreuses situations peuvent être
imaginées pour travailler autour de la respiration et la gestion
du souffle dans les pratiques du chant choral.
http://www.tice1d.13.ac-aix-marseille.fr/artsvisuels/docs
mus/chorale/prodR3chant.pdf
Des pistes concrètes pour mener un travail sur la voix
13
www.orchestredechambredeparis.com
4. Evoquer les rapports du cinéma avec la musique.
À l’origine, le cinéma était muet. Ce n’est qu’avec Le Chanteur de jazz (Alan
Crosland, 1927) que les acteurs purent s’exprimer également par la parole. Leurs
répliquent furent enregistrées, synchronisées avec les images, et diffusées.
Auparavant, les dialogues les plus
importants pour la compréhension
de l’histoire étaient écrits et projetés
sur des cartons noirs insérés entre
les images animées.
Le récent film français The Artist (de
Michel Hazanavicius, 2011) qui
remporta de multiples récompenses,
ou
celui
de
Pablo
Berger
Biancanieves (2013) mettent en
valeur l’esthétisme du film muet. On
peut envisager de montrer des
extraits de films de ce type et d’attirer l’attention des élèves sur le rôle de la
musique dans la trame narrative. En outre, les films avec Buster Keaton, Charlie
Chaplin ou les aventures de Laurel et Hardy font partie du patrimoine
cinématographique mondial.
À ce sujet, une véritable « malle aux trésors » est parue chez Studio Canal (2007) : le
coffret de 2 DVD regroupant l’ensemble des films de Méliès, le précurseur des films
fantastiques, l’« inventeur d’effets spéciaux » !
Il est également possible de diffuser des extraits de films où la musique est très
présente et de couper le son. Par exemple dans les films d’Hitchcock, l’angoisse
croissante des personnages est accompagnée par la musique. En revanche dans
les films de Tati, la légèreté de certaines scènes est rendue par une bande-son
joyeuse et entraînante. Il est également possible de diffuser une scène typique d’une
ambiance particulière (angoissante, romantique, comique, tragique…) et de
l’accompagner d’une musique qui véhicule une atmosphère complètement contraire
au propos. Ces rapports image/musique peuvent aussi être illustrés par des spots
publicitaires, dans lesquels la musique est savamment étudiée afin de rendre au
mieux la tonalité du message de vente.
5. Présenter un clip du chanteur Michael Jackson, Thriller, à la frontière de l’horreur
et du fantastique.
http://www.youtube.com/watch?v=jQ_ExkfcBao
La version intégrale de Thriller
Thématique commune mais univers esthétique
distinct, on peut aussi envisager le titre de
Jacques Higelin (1977), Champagne.
14
www.orchestredechambredeparis.com
Sciences
Le fil conducteur de ce concert est le fantastique, et
plus particulièrement la sorcellerie. Celle-ci met en jeu
des transformations diverses et variées. On peut donc
en profiter pour travailler sur les différents états de la
matière (liquide, solide, gazeux), thème au programme
dans les classes de collège.
Les transformations des états de l’eau s’inscrivent
également dans ces programmes (vaporisation,
sublimation, solidification, fusion, condensation).
En guise de conclusion…
Ce moment de rencontre artistique restera probablement gravé dans les mémoires
de vos élèves. Peut-être représentera-t-il même leur première expérience de
concert. Cet instant sera d’autant plus valorisé par toutes les activités que vous
mettrez en place pour élargir les connaissances abordées au cours de cette
rencontre musicale. Votre satisfaction en tant qu’enseignant sera d'autant plus
grande que vous verrez vos élèves progresser dans différents domaines.
Une idée de visite : Le musée de la magie, (11, rue Saint-Paul, 75004 Paris), qui
présente le monde féérique des illusionnistes du XVIIe siècle à nos jours.
Pour préparer cette visite :
http://www.museedelamagie.com/
Canard ou lapin extrait du journal Fliegende Blätter, Munich 1892
En vous concentrant, vous pourrez voir alternativement un canard ou un lapin !
15
www.orchestredechambredeparis.com
Retrouvez…
L’atmosphère inquiétante et mystérieuse du Roi de la Montagne de Grieg dans le
Pierrot Lunaire de Schönberg le 15 février à la salle Cortot et dans Into the Woods
de Stephen Sondheim du 1er au 12 avril au Théâtre du Châtelet.
Plus d’infos sur www.orchestredechambredeparis.com
Quelques repères biographiques…
Alasdair Malloy
Une importante partie de son activité
musicale est consacrée à la conception
de programmes spéciaux dédiés aux
enfants et aux familles, dans lesquels il
explore des thèmes aussi variés que les
insectes, le carnaval, les créatures
fantastiques, les mathématiques ou le
sport. Régulièrement invité par le Royal
Liverpool Philharmonic Orchestra, il a
également imaginé et présenté des
concerts originaux avec de nombreux orchestres à travers le monde et a été
directeur artistique des Adventure Concerts du Bournemouth Symphony Orchestra
pendant huit ans. En Chine, la première de son programme Bugs a obtenu la
Médaille d’argent de la meilleure représentation pour enfants en 2005. Également
spécialiste de l’harmonica de verre, il a conçu un programme spécial, At home with
Mr Mozart, pour célébrer le 250e anniversaire de la naissance du compositeur et le
300e de celle de Benjamin Franklin, inventeur de l’instrument. Il a aussi participé aux
premières de deux œuvres de David Horne, Vapours (avec le Scottish Chamber
Orchestra) et Fireflies (avec le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra). Les
sonorités magiques de son instrument apparaissent dans bon nombre de morceaux,
comme ceux de la chanteuse islandaise Björk, ainsi que dans les films de la saga
Harry Potter. Enfin, il est le percussionniste solo du BBC Concert Orchestra et se
produit régulièrement avec cette formation pour des projets spéciaux, comme la
série de concerts BBC Family Prom in the Park donnée à Hyde Park dans le cadre
des BBC Proms.
www.alasdairmalloy.com
16
www.orchestredechambredeparis.com
Geoffrey Styles
Le musicien britannique débute comme
organ scholar à Westminster Abbey avec
Simon Preston. Il se rend ensuite à Oxford,
où il intègre l’université en tant que organ
scholar à Christ Church sous la direction de
Stephen Darlington. Après l’obtention de son
diplôme, il travaille avec plusieurs opéras
londoniens, dont Covent Garden (où il
participe notamment au Contemporary Opera
Festival), avant de rejoindre l’Opéra national
de Paris en tant que répétiteur (entre 1991 et
1993). En 1993, il est invité par Alain Lombard
à se joindre à l’équipe du Grand-Théâtre de
Bordeaux, où il occupe d’abord les fonctions
d’assistant du chef de chœur. En septembre
2002, Geoffrey Styles est nommé chef adjoint
de la maison girondine, chargé de la
préparation musicale de toutes les productions lyriques, en collaboration avec le
directeur musical et les chefs invités. Après une expérience réussie avec l’orchestre
du Teatro nacional de São Carlos à Lisbonne dans la Turangalîla-Symphonie de
Messiaen, il a été réinvité pour diriger Didon et Enée de Purcell en juillet 2009 et
Giselle quelques mois plus tard. Il a de plus assuré la création mondiale de La Voix
de la mémoire, paroles de déportés, un oratorio de Daniel Galay qui commémore le
60e anniversaire de la libération des camps de concentration, et celle de Zatoïchi de
Christian Lauba (2007), plébiscitée par le public et la critique. Il travaille
régulièrement avec de nombreuses maisons d’opéra : en octobre 2012, il a ainsi
dirigé une production de L’Élixir d’Amour de Donizetti à Pampelune.
www.geoffreystyles.com
17
www.orchestredechambredeparis.com
L’Orchestre de chambre de Paris
Depuis sa création en 1978, l’Orchestre de chambre de Paris, fort de ses 43
musiciens permanents, s’affirme comme l’orchestre de chambre de référence
en France.
La forme de ses concerts, ses lectures « chambristes », son décloisonnement des
répertoires et des lieux et sa démarche citoyenne lui confèrent une identité originale
dans le paysage musical parisien.
Après avoir travaillé avec Jean-Pierre Wallez, Armin Jordan, Jean-Jacques
Kantorow, John Nelson — directeur musical honoraire — ou Joseph Swensen,
l’orchestre s’entoure désormais d’une équipe artistique. À sa tête, Thomas
Zehetmair, chef principal et conseiller artistique, accompagné de Sir Roger
Norrington, premier chef invité, et du hautboïste François Leleux, artiste associé.
L’orchestre poursuit sa complicité avec le chœur de chambre accentus et Laurence
Equilbey, et met à l’honneur le compositeur associé Philippe Manoury.
Au-delà d’une saison parisienne au théâtre des Champs-Élysées, à la cathédrale
Notre-Dame, de concerts et d’opéras à la Cité de la Musique, au Théâtre du
Châtelet, de ballets à l’Opéra national de Paris, l’orchestre étend son rayonnement
en France et à l’étranger à l’occasion de tournées et de festivals.
Ces dernières années, l’orchestre s’est distingué par plus d’une vingtaine
d’enregistrements mettant en valeur les répertoires vocal, d’oratorio, d’orchestre de
chambre et de musique d’aujourd’hui.
L’Orchestre de chambre de Paris est porteur d’une démarche citoyenne déclinée
autour de quatre engagements : territoire, solidarité, insertion professionnelle et
éducation. Il réalise ainsi des actions culturelles dans le cadre de résidences dans
des quartiers parisiens et de la métropole. Dans le domaine de l’insertion
professionnelle et de la formation, il organise l’académie « Paris Play-Direct
Academy » et collabore avec des étudiants de conservatoires.
L’Orchestre de chambre de Paris reçoit les soutiens de la Ville de Paris, de la DRAC
Île-de-France – ministère de la Culture et de la Communication et des mécènes de
l’association Crescendo.
L’orchestre rend hommage à Pierre Duvauchelle, créateur de la marque Orchestre
de chambre de Paris, et remercie Alexandre Tharaud pour la cession amiable de
cette marque.
18
www.orchestredechambredeparis.com
Questionnaire enseignant à remplir après la représentation
Créatures fantastiques ! au CENTQUATRE le 15 mai 2014.
Classe de…………, de M………………………….…………………………………………………..
École……………………………………………………………………………………………………..
Adresse…………………………………………………………………………………………………..
Date……………………………………………………………………………………………………....
Afin de mieux répondre à vos attentes ainsi qu’à celles de vos élèves concernant les
spectacles jeune public de l’Orchestre de chambre de Paris, nous vous invitons à répondre
aux questions suivantes :
• Comment avez-vous pris connaissance de ce spectacle ?
………………………………………………………………………………………………….………...
….………………………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
• Aviez-vous assisté à d’autres concerts jeune public auparavant ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……….…………………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
• Comment la venue des élèves au spectacle vient-elle s’inscrire dans votre programme
général d’enseignement ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
• Comment avez-vous préparé vos élèves au spectacle ? De quelle manière avez-vous
utilisé le dossier pédagogique ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
• Selon vous, qu’apporte cette expérience à vos élèves ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
19
www.orchestredechambredeparis.com
• Quels ont été pour vous les points forts ou les faiblesses de cette expérience ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………….…………………………………………………………………...
……………………………………………………………………………………………………………
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
• Avez-vous d’autres remarques à formuler concernant l’organisation de ce concert et sa
préparation?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
……………….…………………………………………………………………………………………...
Merci de votre participation.
Afin d’établir un suivi après la représentation, les réactions de vos élèves nous
intéressent, que ce soit sous forme de commentaires (avec le prénom et l'âge de
l'élève) ou de dessins.
Ce questionnaire et ces documents peuvent être retournés :
• par courrier :
Orchestre de chambre de Paris
Service de l’action culturelle
218 avenue Jean Jaurès
75019 Paris
• par e-mail :
[email protected]
20
www.orchestredechambredeparis.com
Contacts
Réservations : 0 800 42 67 57 (du lundi au vendredi de 14h à 18h)
Action culturelle et pédagogique : Amélie Eblé 01 41 05 72 46 / [email protected]
www.orchestredechambredeparis.com
218 avenue Jean Jaurès
75 019 Paris
Dossier réalisé avec l’aimable autorisation de l’équipe de l’Orchestre philharmonique
de Strasbourg (textes : Pierre-Louis Pinsard, mise en page : Katerine Wary)
Crédits photos © Pascal Bastien, Jean-Baptiste Millot
Janvier 2014
21
www.orchestredechambredeparis.com