le hobbit la bataill

Commentaires

Transcription

le hobbit la bataill
New Line Cinema et Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Présentent
Une Production Wingnut Films
Ian McKellen - Martin Freeman - Richard Armitage Evangeline Lilly - Lee Pace - Luke Evans - Benedict Cumberbatch - Ken Stott - James
Nesbitt – Cate Blanchett – Ian Holm – Christopher Lee – Hugo Weaving
Avec Orlando Bloom dans le rôle de Legolas
Musique de
Co-Producteurs
Armures, Armes, Créatures et
Maquillages Spéciaux par
Effets Visuels et Animation
par
Superviseur des Effets Visuels
Chef Monteur
Chef Décorateur
Director of Photography
Executive Producers
Produced by
Howard Shore
Philippa Boyens
Eileen Moran
WETA WORKSHOP LTD.
WETA DIGITAL LTD.
Joe Letteri
Jabez Olssen
Dan Hennah
Andrew Lesnie, ACS, ASC
Alan Horn
Toby Emmerich
Ken Kamins
Carolyn Blackwood
Carolynne Cunningham
Zane Weiner
Fran Walsh
Peter Jackson
D’après l’oeuvre de J.R.R. Tolkien
Scénario de Fran Walsh & Philippa Boyens & Peter Jackson & Guillermo Del Toro
Réalisé par Peter Jackson
Durée: 2h24
SORTIE: MERCREDI 10 DECEMBRE 2014
NEWSROOM: warnerbros.fr/newsroom
Tous nos dossiers de presse, communiqués, actus, projections de presse…etc.
DISTRIBUTION
WARNER BROS. FRANCE
115-123 avenue Charles de Gaulle
92200 Neuilly sur Seine
CONTACTS PRESSE
Eugénie Pont
Carole Chomand & Sabri Ammar
Tel : 01 72 25 10 83 / 11 16
LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES, signé par le réalisateur oscarisé
Peter Jackson, est le troisième et dernier opus de la trilogie adaptée du chef d'œuvre de J.R.R.
Tolkien.
LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES conclut les aventures de Bilbon
Sacquet (Martin Freeman), Thorïn Écu-de-Chêne (Richard Armitage), et la Compagnie des
Nains. Les Nains d'Erebor ont reconquis leur vaste terre, mais doivent désormais en payer le prix
fort : affronter la colère du terrifiant Dragon Smaug qui s'en prend aux hommes, femmes et
enfants sans défense d'Esgaroth.
Tandis qu'il est frappé par la maladie du Dragon, le Roi sous la Montagne, Thorïn Écude-Chêne, va jusqu'à sacrifier l'amitié et l'honneur dans sa quête du légendaire Arkenstone.
Incapable de faire entendre raison à Thorïn, Bilbon se retrouve contraint à un choix terrible, ne
se doutant pas que des dangers bien plus grands guettent nos héros. Un vieil ennemi est de
retour en Terre du Milieu : Sauron, le Seigneur des Ténèbres, a envoyé ses légions d'Orques vers
le Mont Solitaire pour attaquer ses habitants.
Alors que les forces des ténèbres menacent de triompher, les Nains, les Elfes et les
Hommes doivent faire un choix crucial : unir leurs forces ou périr. Bilbon doit se battre pour
avoir la vie sauve et venir en aide à ses amis, tandis que les Cinq Armées entrent en guerre.
La trilogie du HOBBIT se déroule dans la Terre du Milieu, 60 ans avant l'époque du
SEIGNEUR DES ANNEAUX, qui a fait l'objet d'une première trilogie réalisée par Peter
Jackson (dont l'épisode du RETOUR DU ROI a remporté l'Oscar).
NOTES DE PRODUCTION
“Accepterez-vous de m'affronter une dernière fois ?"
— Thorïn Écu-de-Chêne
LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES représente, pour Peter Jackson,
l'aboutissement de 16 années consacrées à mettre en scène et en images l'univers d'une richesse
spectaculaire de la Terre du Milieu, imaginé il y a près d'un siècle par J.R.R. Tolkien dans "Bilbo le
Hobbit" et "Le Seigneur des Anneaux".
Publié pour la première fois en 1937 par le grand écrivain – qui était aussi poète,
professeur d'université et philologue –, "Bilbo le Hobbit" ou "Histoire d'un aller et retour" a
d'abord été conçu comme un recueil d'histoires destinées aux enfants de l'auteur. Au cours des 17
années suivantes, Tolkien a continué à développer et enrichir la mythologie complexe de la Terre
du Milieu pour aboutir au récit foisonnant et apocalyptique du "Seigneur des Anneaux". Ces
écrits majeurs ont profondément marqué la littérature mondiale et se sont imposés comme l'une
des sagas romanesques qui s'est le mieux vendue au monde et qui a nourri l'imaginaire de
générations entières de lecteurs.
L'un de ces lecteurs n'était autre que Peter Jackson adolescent : il a ainsi découvert la
Terre du Milieu à l'occasion d'un voyage en train à travers sa Nouvelle-Zélande natale, mais ce
n'était là que sa première incursion dans ce territoire. Dès 1995, le réalisateur avait déjà envisagé
de porter "Bilbo le Hobbit" à l'écran, espérant ensuite enchaîner avec "Le Seigneur des
Anneaux". Il se trouve que Jackson a parcouru la trajectoire de Tolkien en sens inverse, puisqu'il
a d'abord signé l'adaptation du "Seigneur des Anneaux", oscarisée, avant de se plonger dans les
origines de la mythologie, en faisant preuve des mêmes prouesses techniques qu'antérieurement
et en réalisant une œuvre spectaculaire de même envergure.
Pour incarner les personnages mythiques de la saga, la production a réuni des acteurs
talentueux, comme Martin Freeman (Bilbon Sacquet), Richard Armitage (Thorïn Écu-de-Chêne),
Luke Evans (Barde l'Archer), Evangeline Lilly (l'Elfe Tauriel), Lee Pace (le roi des Elfes
Thranduil), Billy Connolly (Daïn Pied d'Acier), et Benedict Cumberbatch (qui prête vie aux
redoutables Smaug et Sauron).
Dans la nouvelle trilogie, le réalisateur retrouve aussi certains comédiens du SEIGNEUR
DES ANNEAUX près de dix ans après sa réalisation, comme Ian McKellen (Gandalf le Gris),
Cate Blanchett (Dame Galadriel), Hugo Weaving (Seigneur Elrond) et Orlando Bloom (Legolas),
Christopher Lee (Saroumane le Blanc), Ian Holm (Bilbon Sacquet âgé) et Andy Serkis (qui campe
Gollum et assure la fonction de réalisateur 2ème équipe).
Ensemble, Jackson, ses fidèles collaborateurs et ses comédiens venus du monde entier se
sont lancés dans une toute nouvelle aventure, s'engageant dans un tournage de neuf mois aux
quatre coins de la Nouvelle-Zélande : ils ont ainsi donné naissance à trois films, LE HOBBIT :
HISTOIRE D’UN ALLER ET RETOUR sorti en 2012, puis LE HOBBIT : LA
DESOLATION DE SMAUG, sorti un an plus tard, et, enfin, LE HOBBIT : LA BATAILLE
DES CINQ ARMÉES, troisième et ultime volet de la trilogie, qui débarque aujourd'hui en salles.
Au moment où le cinéaste s'apprête à plonger le spectateur une dernière fois en Terre du
Milieu, il constate que, tout au long de ce périple cinématographique, c'est sa passion pour
l'univers de Tolkien et son désir de le porter à l'écran qui l'ont guidé.
"À l'époque du SEIGNEUR DES ANNEAUX, la pression était grande parce qu'il s'agissait d'un
projet d'envergure totalement inédit et que nous n'avions pas le recul et l'expérience que nous avons aujourd'hui",
rapporte le réalisateur oscarisé. "Ces films ont été projetés dans le monde entier et ont marqué la culture
populaire, si bien que la pression n'était pas la même pour cette nouvelle trilogie. Mais il n'y a qu'une manière de
s'y prendre – c'est de rester fidèle à ses convictions artistiques. Quoi que j'aie entrepris au cours de ma carrière, j'ai
toujours cherché à réaliser des films que j'aimerais découvrir en tant que spectateur. J'ai été très heureux de voir
que les fans ont réservé un formidable accueil aux deux premiers volets de la trilogie du Hobbit, car nous sommes
nous-mêmes des fans ! Mais c'est tout aussi exaltant de faire découvrir cet univers et cette formidable mythologie à
une nouvelle génération de spectateurs en remontant aux racines de l'histoire".
Comme à son habitude, Jackson a coécrit le scénario de ce troisième opus avec ses
fidèles collaborateurs Fran Walsh, Philippa Boyens, et Guillermo del Toro. Philippa Boyens,
également coproductrice de la trilogie, explique que les coauteurs ont eu le sentiment que LE
SEIGNEUR DES ANNEAUX était destiné à être écrit avant LE HOBBIT. "À bien des égards,
nous avons largement bénéficié de l'expérience de la trilogie précédente", dit-elle. "Cela a également enrichi notre
perspective et nous a procuré un contexte dans lequel l'histoire du Hobbit se déroule. Par ailleurs, cette expérience
nous a permis de mieux cerner l'enchaînement entre cette aventure et la mythologie extraordinaire au cœur du
SEIGNEUR DES ANNEAUX".
Le récit de Bilbon Sacquet, qui s'engage dans une aventure aussi fascinante que périlleuse
dans la nature en compagnie de Gandalf et des Nains, mêle les thématiques chères à Tolkien : les
liens d'amitié, le sens de l'honneur et du sacrifice, la corruption qu'engendrent la richesse et le
pouvoir, et le courage discret d'improbables héros capable de tenir en respect les plus grandes
forces du mal.
Pourtant, même pour Tolkien, le roman tel qu'il a été publié ne relatait pas le récit dans
son intégralité. En effet, l'auteur a détaillé dans 125 pages d'annexes les forces du mal et les héros
positifs qui s'affrontent en Terre du Milieu à l'époque du "Hobbit", liant ainsi de manière
organique l'aventure de Bilbon et celle dont son neveu Frodon Sacquet héritera par la suite. "Le
professeur Tolkien nous a légué de précieuses informations dans les annexes du 'Seigneur des Anneaux'",
souligne Fran Walsh, également productrice de la trilogie. "Il faut dire qu'il avait besoin d'enrichir cet
univers et d'en révéler davantage, ce qui nous a permis de donner plus d'ampleur au récit à travers ces trois films,
tout en restant fidèle aux intentions de l'auteur".
Grâce aux récits présents dans les annexes, Jackson a pu entamer la trilogie sur un ton
plus léger, puis adopter une tonalité plus sombre dès lors que la guerre totale occupe le devant de
la scène. "La bataille titanesque est l'aboutissement des trois films et des différents fils conducteurs qui continuent
à se dérouler alors même que les armées s'affrontent sur le théâtre des opérations", note Jackson. "Alors que les
différents personnages affirment leurs priorités et que leurs conflits atteignent leur paroxysme, le récit mêle tension,
suspense, victoires éclatantes et tragédie. Tout ce qui précède – la révélation de la nature des personnages et de leurs
combats – trouve alors son aboutissement. À mes yeux, il s'agit de l'épisode le plus fort et le plus émouvant de la
trilogie, et qu'il rend hommage à l'ensemble des personnages que nous avons rencontrés au cours de cette épopée".
Le film campe également le décor de la Terre du Milieu que le spectateur retrouvera 60
ans plus tard, à l'époque du SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTÉ DE
L'ANNEAU. Le réalisateur précise : "On comprend dès lors comment l'aventure de Bilbon s'inscrit dans
l'histoire et les vrais enjeux de la Bataille des Cinq Armées, pas seulement pour les personnages, mais pour toute la
Terre du Milieu. Tolkien a progressé de livre en livre, alors que nous avons dû détricoter son travail pour ainsi dire
afin de mêler les deux trilogies, ce qui a été à la fois ardu et exaltant".
À la fois chapitre final de la trilogie et prélude au SEIGNEUR DES ANNEAUX, LE
HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES est la clé de voûte de la légende de la Terre
du Milieu. "Nous sommes bien conscients que, d'ici 20 ans, les gens ne regarderont peut-être pas ces films dans
l'ordre dans lequel ils ont été tournés, mais qu'ils les verront selon la chronologie du récit", reprend le cinéaste.
"En nous attelant à la trilogie du Hobbit, on espérait que le public puisse se dire qu'elle aboutit logiquement à
LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU, puis au cataclysme du RETOUR DU ROI. Nous espérons
vraiment que, pour les futures générations, les six épisodes feront partie d'une seule et même saga".
HISTOIRE D'UN ALLER ET RETOUR :
INTRIGUE ET PERSONNAGES
UN VIEIL ENNEMI RESSURGIT
"Il s'agit de la dernière étape de notre stratégie – une stratégie qui s'est échafaudée sur le long
terme".
—Gandalf le Gris
Dans la trilogie du Hobbit, on retrouve de nombreux acteurs sous les traits des
personnages mythiques qu'ils ont incarnés dans LE SEIGNEUR DES ANNEAUX. "Alors qu'une
décennie s'est écoulée depuis la première trilogie, l'iconographie des personnages s'est popularisée à travers le monde",
affirme Jackson. "Lorsque Ian McKellen a débarqué sur le plateau, on avait le sentiment d'être de nouveau face
à Gandalf : la frontière entre comédien et personnage s'est vraiment estompée".
Le magicien Gandalf le Gris, campé par Ian McKellen, est le personnage moteur des deux
trilogies. Dès que McKellen a endossé le chapeau de Gandalf, l'acteur est devenu l'incarnation du
Magicien Gris pour des générations entières de fans.
"Le tournage de ces films occupe une place essentielle dans ma vie, en raison des distances que j'ai
parcourues, des amis que j'ai rencontrés, et de cette formidable histoire dont j'ai eu la chance de faire partie",
explique l'acteur. "C'était touchant de voir tous ces gens qui venaient me dire tout ce que Gandalf représentait à
leurs yeux, et je rencontre même des jeunes qui n'étaient pas nés à l'époque du SEIGNEUR DES
ANNEAUX et qui sont impatients de découvrir le dernier opus du HOBBIT. Il faut se dire que Gandalf
existe bien au-delà des livres et des films : il est un concept et un individu à part entière".
Mais le magicien, à la fois sage, généreux et parfois espiègle, n'est pas invulnérable.
Alors qu'il s'aventure, seul, pour affronter le spectre de Sauron – ancienne force du mal –
qui refait surface, Gandalf est tombé la tête la première dans le piège que lui a tendu le
Nécromancien et il est désormais voué à une mort certaine dans les catacombes de la forteresse
en ruines de Dol Guldur.
Mais Gandalf n'affrontera pas le Vieil Ennemi seul. Son amie éternelle et puissante alliée
au sein du Conseil Blanc, Dame Galadriel (Cate Blanchett), lui a promis que s'il avait besoin
d'elle, elle serait présente. "Gandalf est au creux de la vague lorsque la puissante reine des Elfes débarque",
analyse McKellen. "C'est l'une de ses prestations les plus éthérées, mais Cate s'est vraiment efforcée d'être
vraisemblable. Il est clair que Galadriel et Gandalf s'apprécient énormément, et que, de mon côté, j'apprécie
vraiment Cate".
La comédienne, qui incarne la lumineuse Dame de Lothlorien dans les deux trilogies,
souligne que la relation entre Galadriel et Gandalf est l'une des plus fortes et des plus émouvantes
de la Terre du Milieu. "Si Gandalf est un formidable héros, c'est que pour sauver le monde, il est prêt, comme
personne, à affronter les ténèbres, tant les enjeux sont importants", dit-elle. "Galadriel, de son côté, convoque tous
ses pouvoirs pour faire en sorte que le Mal ne règne pas, mais elle se rend à Dol Guldur, consciente qu'elle risque
bien de ne pas en réchapper par amour pour lui. Tous les personnages, Galadriel y compris, sont mis à rude
épreuve d'une manière ou d'une autre, non seulement dans leur combat contre les forces du mal, mais souvent contre
eux-mêmes".
L'affrontement finit par attirer le puissant Seigneur Elrond, campé par Hugo Weaving, et
le non moins redoutable Saroumane le Blanc, interprété par l'acteur légendaire Christopher Lee.
"Cate et Hugo ont de nouveau endossé leurs rôles mythiques et ils sont fascinants grâce au charisme et à la présence
qu'ils apportent à leurs personnages", s'enthousiasme Philippa Boyens. "Quant à Christopher Lee, qui adore
l'œuvre de Tolkien, il s'est régalé en jouant Saroumane dans une aventure qui précède l'épisode bien plus sombre du
SEIGNEUR DES ANNEAUX".
Mais l'intervention du Conseil Blanc risque d'arriver trop tard. Sauron a déjà mis en
branle une campagne militaire destinée à soumettre la Terre du Milieu à son pouvoir. Aperçu à la
fin du deuxième volet, l'Ancien Ennemi (joué par Benedict Cumberbatch), s'impose ici dans un
rôle majeur.
Fran Walsh fait remarquer qu'à l'occasion de la première lecture de Cumberbatch, le
comédien a impressionné la production par sa volonté d'incarner à la fois Sauron et le Dragon
Smaug. "Benedict a fait une lecture pour les deux rôles, et il s'est révélé merveilleux", se souvient-elle. "Il a
prêté des voix radicalement différentes à ces deux personnages, qui sont totalement dissemblables".
Pour Cumberbatch, Sauron est une créature moins incarnée, mais bien plus maléfique.
"La condition de Sauron est hybride : il ne s'agit ni d'une créature à l'existence physique, ni d'une créature
purement spirituelle non plus", indique le comédien. "Même dans cet état, son pouvoir est immense, mais il
s'agit d'un pouvoir dévoyé et dépourvu de la moindre bienveillance. C'est une force du mal égoïste d'une incroyable
puissance destructrice, qui ne recule devant rien pour dominer le monde".
Le Seigneur des Ténèbres déploie son escadron de redoutables Orques dirigée par Azog
le Gobelin (Manu Bennett) et sa progéniture, Bolg (John Tui), dans le but de conquérir le Mont
Solitaire. "Dans le roman, lorsque les Orques mettent le cap sur Erebor, leur origine demeure un mystère", note
Philippa Boyens. "Mais quand on se réfère au texte, on se rend compte qu'ils sont apparus dans une terre à
l'abandon d'une manière très spécifique. En réalité, grâce à la position stratégique d'Erebor, toutes les terres
alentour sont vulnérables. Du coup, la menace est bien plus proche que ne le croient les habitants de la Terre du
Milieu".
Le stratagème de Sauron comprend une arme bien plus puissante que les Orques : le
Dragon. Cumberbatch reprend : "Smaug a la réputation d'être aussi terrifiant que les terres dévastées au
pied du Mont Solitaire. Il impose une présence forte et redoutée en Terre du Milieu. Tout le monde aimerait se
faire de Smaug un allié".
Mais si Smaug a dormi pendant plusieurs siècles dans son repaire doré sous le Mont
Solitaire, cette période touche à sa fin, marquant une rupture spectaculaire dans l'existence de la
Terre du Milieu…
LA CHUTE D'UN ROI
"Tu as changé, Thorïn. Ce trésor a-t-il plus de valeur que ton honneur ?"
—Bilbon
À Erebor, Bilbon Sacquet n'a pas seulement remporté son combat psychologique
terrifiant conte Smaug, il en est ressorti largement vainqueur. Mais en aidant Thorïn Écu-dechêne à reconquérir le royaume dont le Dragon l'a brutalement dépossédé il y a plusieurs siècles,
Bilbon constate que la richesse rapproche davantage Thorïn du Dragon qui l'a pourchassé que du
chef noble et courageux qu'il considérait, jusque-là, comme son ami.
Martin Freeman, interprète inimitable de Bilbon Sacquet, précise : "Au départ, les rapports de
Bilbon et de Thorïn ont été très houleux, puis sont devenus cordiaux, si bien que, pour lui, ce qui arrive à Thorïn
revient à perdre un ami proche. Thorïn est dévoré par la cupidité et la peur – la peur de tout perdre, et de devoir
renoncer à toutes ses possessions. Il doit donc conserver son trésor par-devers lui à tout prix".
Alors que le Hobbit s'apprête affronter l'épreuve la plus difficile depuis qu'il a quitté Culde-Sac, Jackson explique que le comédien continue à enrichir son personnage d'émotions
nouvelles. "Martin est toujours dans la sincérité", dit-il. "Il incarne totalement son personnage, et sa prestation
est donc profondément authentique. Nous n'avons jamais envisagé d'autre comédien que lui pour Bilbon Sacquet.
En voyant ces films, on comprend qu'il a su construire un personnage à la fois mythique, mais aussi très proche de
nous".
Richard Armitage, qui interprète le courageux et loyal chef nain déterminé à reconquérir
le royaume perdu d'Erebor, fait remarquer que ce qui devrait être la fin du périple de Thorïn est
en réalité le début d'une trajectoire intérieure bien plus sombre. "À certains égards, le fait de recouvrer
l'immense richesse de son peuple ramène Thorïn à la vie et lui permet de prendre conscience qu'il a le potentiel de
devenir un grand roi", souligne l'acteur. "Mais le prix à payer est très élevé : il cède à la cupidité et à la
paranoïa, et perd ses amis. Dès qu'il s'approche physiquement de cet or, celui-ci s'insinue dans son âme et le
corrompt".
Fran Walsh estime qu'en dépit des efforts de Bilbon et de la compagnie des Nains pour
venir en aide à Thorïn, ce dernier doit mener, seul, ce combat entre lui et lui-même. "Thorïn est un
personnage à la fois d'une grande noblesse et profondément faillible, et son parcours est tragique et très émouvant",
déclare la scénariste. "On ne peut pas juger ses décisions. Son combat est ce qu'il y a de plus important à ses
yeux, mais la situation s'est retournée contre lui, et il risque à nouveau de voir son grand rêve s'éloigner".
La "maladie du Dragon" désigne la condition des êtres qui ne peuvent pas résister à
l'attraction de l'or, mais elle a un effet tout aussi ravageur sur les Nains qui amassent le précieux
métal. "En plongeant son regard dans celui de son grand-père, Thorïn y a décelé très tôt la présence de la maladie
du Dragon", note Armitage. "Mais il a tellement refoulé la peur qu'elle provoquait chez lui qu'il ne se rend plus
compte qu'elle est en train de gagner peu à peu son âme".
Bien qu'elle soit divisée, la Compagnie des Nains de Thorïn, qui réunit Balïn (Ken Stott),
Dwalïn (Graham McTavish), Fili (Dean O’Gorman), Kili (Aidan Turner), Bofur (James Nesbitt),
Bombur (Stephen Hunter), Bifur (William Kircher), Oïn (John Callen), Gloïn (Peter Hambleton),
Dori (Mark Hadlow), Nori (Jed Brophy) et Ori (Adam Brown), continue à soutenir leur Roi de
manière indéfectible. Mais dès que Thorïn est atteint par la maladie du Dragon, il n'a plus
confiance qu'en celui qui a réussi à chasser Smaug. Bilbon comprend alors qu'en ayant placé l'or
en lieu sûr, il a sans doute condamné son ami.
Tandis que le Dragon assoiffé de vengeance a désormais fui Erebor, le courage du Hobbit
risque d'entraîner des conséquences bien plus terribles encore…
LE DRAGON EN FURIE
"Qui es-tu pour oser m'affronter ?"
—Smaug
Fonçant sur Esgaroth grâce à ses ailes puissantes, Smaug s'attaque à la ville en ruines aux
maisons de bois, nichée au pied du Mont Erebor, avec une force dévastatrice. Faisant preuve de
son pouvoir terrifiant, le Dragon enragé s'en prend aux hommes, femmes et enfants sans défense
d'Esgaroth et embrase les maisons de son souffle brûlant et rase des rues entières avec sa queue.
Benedict Cumberbatch compare le carnage de Smaug à "un enfant qui pique une colère, mais à
une échelle génocidaire, et désormais, on ne peut plus l'arrêter. Mais la fureur de Smaug est aussi son point faible.
Car ce Dragon, au fond, roule des mécaniques. Il veut rétablir la peur qu'il suscitait, grâce à laquelle il est demeuré
invincible toutes ces années".
Mais aussi puissant et malin qu'il soit, Smaug a sans doute mal apprécié la force des
Hommes. Luke Evans endosse de nouveau le rôle de Barde l'Archer, dont un lointain ancêtre
s'est illustré comme le dernier Homme à décocher une flèche contre le Dragon – Girion,
Seigneur de la Cité du Val. "Luke dégage un certain mystère, mais dans le film, il assume son rôle de héros",
constate Jackson. "Barde a caché sa lignée à ses propres enfants, et cela remonte à la tragédie qui s'est produite
à la Cité du Val, ville natale de ses ancêtres. Il est également le seul véritable archer d'Esgaroth. Du coup, d'une
certaine façon, Barde est voué à affronter le Dragon en personne".
Pour ce veuf père de trois enfants – Sigrid et Tilda, campées par les sœurs Peggy et Mary
Nesbitt (elles-mêmes filles de James Nesbitt, interprète de Bofur) et Baïn, incarné par John Bell –,
il n'y a pas d'alternative. Evans évoque cet humble batelier qui possède un formidable don :
"L'objectif de Barde est avant tout de s'occuper de ses enfants, et sa famille reste d'ailleurs sa préoccupation
principale tout au long du film. Son combat est donc particulièrement noble. Il ne cherche pas à affronter le Dragon
pour s'attirer une quelconque gloriole. Il est conscient qu'il ne s'en sortira sans doute pas dans cette ville en
flammes, mais tant qu'à y laisser la vie, il est résolu à anéantir Smaug pour ses enfants et les habitants
d'Esgaroth. Cet affrontement prend donc une connotation très personnelle".
Étant donné que le Maître d'Esgaroth et son homme de main Alfrid – de nouveau
interprétés respectivement par Stephen Fry et Ryan Gage – ont disparu ou se cachent, il incombe
à Barde de mener les rescapés épuisés de l'attaque de Smaug à la Cité du Val, ville autrefois
florissante et désormais réduite en cendres par le même Dragon il y a plusieurs siècles. "Il n'est
jamais allé à la Cité du Val, et en a seulement entendu parler à travers des récits, et il n'en reste plus que des
ruines et des gravats", note Evans. "Mais il n'a pas oublié que Thorïn s'en engagé à lui rendre la pareille
lorsqu'il a aidé les Nains dans leur Quête, et il espère pouvoir se servir de sa part du butin pour rétablir le faste de
la Cité du Val et permettre aux habitants d'Esgaroth de reconstruire leur vie".
Mais Barde n'est pas le seul à estimer avoir droit à une part du trésor niché sous la
Montagne. Le Seigneur Elfe Thranduil, une fois encore interprété par Lee Pace, sort de son
isolement dans le Royaume des Forêts, après avoir appris l'exploit de Thorïn.
Chevauchant son majestueux élan, Thranduil conduit son armée d'Elfes vers la Cité du
Val, en raison de sa situation stratégique pour atteindre Erebor. "Thranduil est au courant de ce qui
s'est passé à Dol Guldur, et sait que les légions de Sauron sont déjà en marche", note le réalisateur. "Mais il ne
se rend pas à la Cité du Val pour que les Elfes des Forêts s'engagent dans un combat pour la Terre du Milieu. Il
a ses propres priorités. On lui a fait une promesse avant même que Smaug ne s'empare d'Erebor, et il attend son
heure pour récupérer ce qu'on lui doit depuis très longtemps".
"La Montagne abrite quelque chose de précieux à ses yeux, et il mettra la main dessus d'une manière ou
d'une autre", analyse Pace. "Il est prêt à mettre en péril la vie des Nains, des Hommes d'Esgaroth, et même de
son peuple. En ce qui concerne Thranduil, il se retirera de la bataille dès qu'il aura récupéré son dû. C'est un
personnage complexe, d'une grande intelligence, mais assez sournois aussi".
Thranduil a témoigné de son joug d'airain en bannissant Tauriel, Capitaine de sa Garde,
pour avoir bravé ses ordres et aidé la Compagnie des Nains dans leur Quête. Mais il est aussi
conscient que Tauriel est tombée passionnément amoureuse du Nain Kili. "Thranduil a lui-même
perdu son grand amour – sa femme – et a connu ce que Tauriel éprouve aujourd'hui en choisissant de se battre
pour Kili", note Pace. "C'est un personnage très dur et en apparence d'une grande froideur, mais malgré sa
complexité, on découvre peu à peu sa personnalité dans le film, et c'est assez surprenant".
Evangeline Lilly, qui endosse à nouveau le rôle de Tauriel, explique que la perte de son
foyer et de son Roi a profondément marqué son personnage. "Thranduil avait confiance en elle, et lui a
accordé un rôle prépondérant au sein de la Garde de la Forêt", dit-elle. "Du coup, sa trahison – totalement
contraire à l'éthique des Elfes – est très grave. Thranduil est âgé de plusieurs millénaires, il a affronté des Dragons
et a participé à des batailles historiques, mais Tauriel est une Elfe jeune et candide et elle décèle une magnifique
étincelle de vie chez Kili. Elle est très forte, à la fois physiquement et émotionnellement, mais elle est tout aussi
vulnérable. La quête dans laquelle elle s'est engagée se transforme en bataille spectaculaire, qui changera sa vie à
tout jamais".
Le conflit marque également Legolas, fils unique de Thranduil. Orlando Bloom, qui a
incarné cet Elfe légendaire dans les deux trilogies, estime que ces événements ont transformé le
personnage qui se retrouve face à un véritable dilemme : il doit choisir entre son devoir et sa
passion croissante pour la Terre du Milieu. "La relation entre Thranduil, Legolas et Tauriel est
fascinante", relève le comédien. "Legolas s'est épris de Tauriel, et il est prêt à se battre pour elle jusqu'au bout,
mais son père est tout aussi important à ses yeux. Il se trouve à la croisée des chemins, et cela m'a permis
d'explorer plusieurs facettes émotionnelles du personnage. Ce qu'il accomplit dans ce film nous éclaire sur le
personnage qu'il devient peu à peu, à savoir l'Elfe solitaire qui rejoindra la Communauté de l'Anneau".
Suivant chacun leurs priorités, Thranduil et Barde se rendent ensemble à Erebor, mais se
retrouvent nez à nez avec un Thorïn qui a beaucoup changé. "Thorïn se comporte comme le Dragon à
présent", affirme Armitage. "Il refuse même de négocier avec le Roi des Elfes. De son point de vue, les Elfes
sont restés passifs lorsque le Dragon a décimé son peuple il y a longtemps. Peu lui importe qu'ils aient déployé
toutes leurs forces dans la bataille : il est hors de question qu'ils emportent la moindre pièce d'or avec eux !"
Les Nains, en particulier Fili et Kili, neveux de Thorïn, sont consternés de voir que leur
oncle manque à sa parole, non seulement à l'égard de Thranduil, mais aussi de Barde et des
habitants d'Esgaroth qui n'ont pas hésité à se sacrifier pour eux. La Compagnie des Nains craint
désormais de ne pas être assez nombreuse pour repousser une attaque, tout en restant fidèle à
son Roi.
Ce qu'ils ignorent tous, c'est que Thorïn a demandé à son cousin, le général Daïn Pied
d'Acier (Billy Connolly), qui commande une armée de Nains venue des Monts d'Acier, de venir
défendre Erebor contre tout assaut des Elfes et des Hommes. Plutôt que de chercher à éviter la
guerre, Thorïn est prêt à sacrifier autant de Nains qu'il faudra pour s'assurer que le trésor ne lui
échappe.
Seul Bilbon est conscient du danger imminent qui menace non seulement la Compagnie,
mais aussi Thorïn. Il continue à croire qu'au-delà de son masque de cupidité et de corruption, son
ami a toujours un cœur noble et pur. "Bilbon sait qu'il n'y a pas lieu de tirer la moindre gloire dans le fait
de tuer ou de se faire tuer de manière violente", constate Freeman. "Il n'a pas le même goût pour la guerre que
les Nains, et qui anime Thorïn en particulier depuis que l'avidité l'a empoisonné. À ce moment-là, il n'a plus du
tout envie de toucher ses 7% du butin : il veut simplement éviter la guerre à tout prix. Du coup, il va s'esquiver,
non pas par lâcheté, mais pour trouver le moyen d'éviter cette bataille apocalyptique".
CINQ GRANDES ARMÉES SUR LE SENTIER DE LA GUERRE
"Répondez à cette seule question : comment cette journée va-t-elle se terminer ?"
— Gandalf
La lutte pour s’emparer du trésor et la quête d’honneur et de justice s'intensifient au
moment même où Sauron projette de plonger toute la Terre du Milieu dans les ténèbres. Gandalf
a réussi à échapper à une mort certaine à Dol Guldur grâce à Radagast le Brun, une fois de plus
incarné par Sylvester McCoy. Chevauchant vers la Cité du Val, il espère rassembler sous un
même étendard l’armée des Elfes, des Nains et des Hommes pour combattre cet être maléfique,
sous peine de perdre tout ce qu’ils chérissent. Mais le spectre de la guerre a déjà enflammé les
esprits. "Il y a plusieurs facettes à l’histoire de Gandalf et il s'engage totalement dans cette Bataille des Cinq
Armées", explique McKellen. "Il pense que l’avenir de la Terre du Milieu est en jeu, et c’est pourquoi, pour
lui, l’issue de cette bataille est d’autant plus importante".
Descendant des Monts Brumeux, des Orques sont en train d’envahir les collines
d’Erebor, et même la Cité du Val ne tarde pas à tomber sous leur joug. "Tolkien a décrit cette bataille
avec pas mal de détails, et nous ne faisons que suivre ses indications", raconte Jackson. "La Cité du Val est un
endroit stratégique par rapport à Erebor, et, du coup, quiconque prend le contrôle de la cité est sûr de gagner la
bataille : c’est pour ça que le combat est d’autant plus violent dans la ville".
Barde enrôle tous les Hommes de la Cité du Val pour prendre les armes contre la horde
d’Orques qui met la ville à feu et à sang. "On ne s’attend pas à voir un homme comme Barde à la tête d’une
armée", souligne Evans. "Il est vulnérable et ne s’est jamais retrouvé obligé de se battre aussi âprement, mais il
se porte volontaire pour défendre ses enfants et les habitants de la ville contre ces forces maléfiques".
Dévalant les coteaux d’Erebor à dos de sangliers géants, Daïn Pied d’Acier, et son armée
de Nains tombent sur les forces elfiques et leur redoutable Roi. "Thranduil a mené des armées au cours
des batailles les plus impressionnantes de l’histoire de la Terre du Milieu et y a survécu", développe Pace. "Cela
fait des millénaires qu’il combat et il en a assez. Du coup, c’est vraiment intéressant de le voir reprendre les armes
parce qu’il ne peut faire autrement et qu’il faudra compter avec lui dans cette aventure".
Tauriel n’hésite pas non plus à se jeter dans la mêlée, mais elle choisit un autre combat
dans ce conflit qui prend de l’ampleur, car elle espère bien défendre Kili contre les légions
d’Orques. "Au fond, elle ne vit que pour décimer des Orques", rappelle Evangeline Lilly.
Elle trouve en Legolas un allié tout aussi impitoyable. Il affronte d’ailleurs le féroce Bolg
au cours d’un corps à corps violent et sans merci. "Legolas voit là l’occasion de livrer un combat vraiment
fantastique et Peter y a intégré des scènes d’action particulièrement géniales, comme le fait d’être suspendu la tête en
bas comme une Chauve-souris géante", confirme Bloom. "J’aime beaucoup ce personnage et j’ai adoré pouvoir
exploiter tout son potentiel dans ce film".
Alors que de fabuleuses créatures de la Terre du Milieu envahissent les cieux et font
trembler le sol depuis la Cité du Val jusqu’aux collines d’Erebor et au bastion des Nains,
Ravenhill, la Bataille des Cinq Armées éclate. "Cette bataille est différente de toutes celles que nous avons
reconstituées jusqu’à présent", déclare Jackson. "Les nombreuses forces qui s’affrontent, les créatures, les vastes
champs de bataille – tout concourt à lui donner une envergure terriblement impressionnante. On se trouve pour
ainsi dire dans les tranchées aux côtés de ces personnages, tandis que la guerre fait rage sur plusieurs fronts".
Philippa Boyens fait remarquer que Jackson lui-même est devenu une sorte de général qui
dirige le théâtre des opérations dans cette guerre brutale et sans fin. "Il a vraiment laissé libre cours à
son imagination en orchestrant cette bataille. Mais ce qu’il a bien saisi, c'est que l’on ne peut vraiment s’intéresser
à ce qui se passe que si on s’attache aux personnages pris dans la tourmente. Alors pour nous, il s’agissait de
trouver ces moments précis pour les rendre authentiques et véridiques".
Même le Hobbit, lorsqu’il essaie de négocier la paix, se retrouve pris bien malgré lui dans
la bataille des Cinq Armées. "Je crois que Bilbon est encore indécis mais, par miracle, il a appris à se
défendre", souligne Freeman. "Il s’agit d’une bataille épique qui implique des centaines de milliers de
combattants, mais ce que je trouve drôle, c’est quand on aperçoit son côté humain, ou plutôt Hobbit, dans sa façon
de se battre. Peter montre la guerre comme un phénomène terrible et tragique. On comprend le véritable coût
humain qu'engendrent ces combats et les raisons pour lesquelles chacun des assaillants eux se bat".
"Pour tous les personnages, c’est vraiment l’apothéose de toute cette épopée, alors que tous les pions placés
sur l’échiquier de l’histoire commencent à bouger", confirme Armitage. "Tous se retrouvent sur le champ de
bataille et il y a énormément d’action, de grands moments d’héroïsme et de profonde tragédie aussi. Thorïn vit les
moments les plus sombres et les plus beaux de sa vie dans ce film et j’ai trouvé cela particulièrement exaltant de
porter le rôle vers de tels extrêmes".
PLANS DE BATAILLE :
LA CONCEPTION DES THÉÄTRES D'OPÉRATION
"Tu as déclenché tout cela, Mithrandir. Tu devras me pardonner d’y mettre un terme."
— Thranduil
La trilogie du HOBBIT a été tournée simultanément au cours d’une première phase de
266 jours, avant que les acteurs et l’équipe ne se réunissent à nouveau pour 10 semaines de
tournage d’"inserts" complémentaires pour étoffer LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES grâce
à la technique de "performance capture". Tout au long du tournage, les équipes artistique et
technique ont investi les 33 000 m² et les six studios d’enregistrement des Stone Street Studios
situés dans la péninsule de Miramar, et ont sillonné la Nouvelle-Zélande – maintenant connue
dans le monde entier comme la Terre du Milieu du 7e art – pour donner pleine vie à cette bataille
légendaire au cœur du film.
"Je dois bien admettre que je n’aurais pu envisager de produire ces films ailleurs qu’en NouvelleZélande", admet Philippa Boyens, Néo-Zélandaise de souche. "Non seulement en raison des paysages
extraordinaires, mais de la façon dont les Néo-Zélandais se sont appropriés ces films. On a le sentiment que tout le
monde vous encourage et les grands artistes et artisans qui ont construit ces incroyables décors ont su faire preuve
d’un talent formidable".
Ce troisième opus représente la dernière partie de l’aventure cinématographique de
Jackson et de l’équipe de collaborateurs qui l’entoure, à l'instar du directeur de la photographie
Andrew Lesnie, du chef décorateur Dan Hennah, du compositeur Howard Shore, du chef
maquilleur et coiffeur Peter Swords King, de Richard Taylor de Weta Workshop et de Joe Letteri
de Weta Digital, qui ont tous reçu un Oscar pour leur travail sur la trilogie du SEIGNEUR DES
ANNEAUX. Sans oublier les chefs costumiers Ann Maskrey et Bob Buck, et le chef monteur
Jabez Olssen, qui, lorsqu’il ne travaillait pas aux côtés du réalisateur sur un plateau, remballait son
matériel pour continuer son travail de son côté.
Dan Hennah, qui a lui aussi été nommé aux Oscars pour son travail sur UN VOYAGE
INATTENDU, avec l’aide du directeur artistique et du chef ensemblier Simon Bright et de
l’ensemblier Ra Vincent, était chargé de conjuguer les efforts et les talents pour concevoir et
construire les décors réels de la trilogie dans les moindres détails, en insistant sur leur réalisme et
leur texture. Avec la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX, Jackson s'est aussi appuyé sur la
production d'une formidable imagination des célèbres graphistes de Tolkien, John Howe et Alan
Lee. En effet, ces derniers ont consacré leur carrière à mettre au point un sentiment sans
précédent pour les dimensions esthétique et émotionnelle des créatures, cultures et paysages de la
Terre du Milieu.
Le directeur de la photographie Andrew Lesnie ajoute qu’en plus de leurs illustrations,
Howe et Lee ont aussi fourni une profonde source d’inspiration pour représenter ce monde à
l’écran. Il précise : "Leur travail exacerbe l’imagination et m’a offert un univers solide au sein duquel envisager
l’histoire. J’ai souvent montré leur travail à l’équipe technique pour leur donner le ressenti d’un lieu ou d’une scène.
Ça a toujours été formidable d’achever une prise avec le sentiment d’avoir été fidèle au ton de leur travail".
Qu'il s'agisse des milliers d’illustrations de Howe et Lee, des conceptions élaborées et des
décors finalisés d’Hennah, sans oublier l’imagerie 3D saisie à raison de 48 images par seconde
grâce aux caméras numériques EPIC haut de gamme de la marque RED et la vision exubérante
de Weta Digital, la Terre du Milieu du film s'est imposée comme un univers aux multiples facettes
particulièrement fascinant, devenant ainsi un personnage parmi les plus évocateurs et marquants
de la trilogie.
Dans le département Décors tentaculaire des Stone Street Studios, l’équipe d’Hennah a
reconstitué pour la trilogie entière la Terre du Milieu en version miniature sous forme de 94
maquettes, construits aux échelles de 1/16e et 1/25e, et de leurs multiples, avant d’être transposés
en décors extrêmement détaillés à taille réelle pour les scènes du film, qu’elles soient intimes ou
grandioses. Pour LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES, Hennah et son équipe de 350
personnes avaient pour mission de modifier un certain nombre de décors préexistants pour
donner vie à de nouveaux paysages apparaissant dans ce troisième volet.
L’un des décors qui est ainsi exploré dans LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES est la
forteresse en ruines de Dol Guldur, où Gandalf et le Conseil Blanc finissent par affronter leur
ennemi juré Sauron et ses serviteurs de l’ombre. Le château abandonné situé dans la partie
méridionale de la Forêt Noire était le haut lieu de la défaite du Seigneur des Ténèbres aux mains
des Elfes et celui où il ressurgit dans la trilogie du HOBBIT pour préparer son retour. Là, caché
sous les traits du Nécromancien, le Seigneur des Ténèbres a invoqué les neuf Rois défunts, aussi
appelés les Nazgûl alias les Cavaliers Noirs, à la puissance spectrale et corrompus par le port
d’anneaux qui les asservissent à la puissance de Sauron.
La forteresse en ruines n’était pas décrite en détails dans "Bilbo le Hobbit", mais John
Howe et Alan Lee ont imaginé sa silhouette torturée en puisant dans son histoire telle que les
annexes du "Seigneur des anneaux" la décrivent. Son architecture s’est esquissée à partir d’un
triangle équilatéral, avec trois côtés, trois renfoncements et trois escaliers reliant chacune des
facettes, ce qui offre une alcôve à chacun des Cavaliers Noirs. "L’endroit est toujours une sorte de
miroir du caractère des êtres qui l’habitent, si bien que nous savions que ça devait vraiment donner la chair de
poule, sentir le remugle et rappeler les créatures malfaisantes et repoussantes qui y vivent", détaille Lee. "Il est
parfois bon de ne pas avoir d’idées très précises en tête, car cela permet à l’univers esthétique de se développer et
Peter a énormément apprécié les formes, tordues et immenses, que nous avons finalement choisies".
Hennah a tout supervisé depuis l’élaboration et la construction de six décors dévastés par
le temps et la pourriture jusque dans leur ossature en pierre et leur charpente métallique rouillée.
"C’est un endroit où on perçoit immédiatement les influences maléfiques à l'œuvre", poursuit Hennah. "On y
trouve des restes de squelettes et, où que le regard se porte, ce ne sont que pointes métalliques, chaînes et gigantesques
ronces épineuses, ce qui donne immédiatement la sensation de forces maléfiques dans les parages. Les lieux
s’étendent à flanc de colline dans un dédale de cages d’escaliers traîtresses et balayées par le vent, dont les parties
inférieures ont été endommagées soit par la bataille qui fait rage soit par l’érosion et le passage du temps. Il n’y a
rien de confortable dans ces lieux".
Andrew Lesnie s’est servi de tous les angles offerts par la structure triangulaire et sa mise
en scène glauque. "Andrew Lesnie a fait un travail remarquable", s'enthousiasme Cate Blanchett dont
le personnage subit une transformation spectaculaire dans cet endroit. "Il nous aide énormément.
Pourtant, il est quelquefois important de créer un décalage entre une scène et son ambiance".
Descendant pieds nus dans cet antre de puissance corrompue, Galadriel semble
transcender la pierre pourrissante dans sa robe blanche vaporeuse. Pour Ann Maskrey, qui a créé
les costumes du film aux côtés de Bob Buck et de Richard Taylor, cela a été un défi de concevoir
un costume qui ait l’air suffisamment éthéré tout en tranchant avec son adversaire maléfique et
sulfureux. "Ce n’est pas difficile d’habiller Cate, parce qu’elle bouge avec élégance", précise-t-elle. "Elle a une
façon de se déplacer sur la plante ou sur la pointe des pieds qui rend ses mouvements fluides et gracieux et donne
l’impression qu’elle flotte : il fallait donc que le costume soit tout aussi délicat".
Ann Maskrey s’est inspirée d’une robe portée par la légendaire danseuse étoile Margot
Fonteyn dans le ballet "Ondine". Elle s’est servie d’une dentelle métallique trouvée en Australie,
terre natale de Cate Blanchett, qu’elle a teinte puis décapée avant de la teindre une nouvelle fois
jusqu’à lui donner un brillant translucide. "C’est d’un ton bleu argenté très pâle sur un tissu à l’aspect
légèrement métallique, le tout dans une coupe asymétrique". Pour compléter la robe, Maskrey a conçu une
broche en argent sertie de pierre de lune.
LE ROYAUME SOUS LA MONTAGNE
À l'Est, sous le Mont Solitaire, Thorïn et la Compagnie des Nains revendiquent la cité
perdue d'Erebor, dont on a aperçu quelques plans dans LA DÉSOLATION DE SMAUG. Pour
l'équipe de décorateurs, Erebor incarne la personnalité et le sens esthétique des Nains, et a été
bâtie sur les vastes plateaux de Stone Street.
Étant donné que les Nains exploitent les pierres précieuses de la Montagne depuis des
siècles, son dédale de galeries souterraines suit les veines du marbre vert, ce qui les rend
asymétriques et réparties de manière aléatoire. "Erebor est un labyrinthe souterrain qui, pour l'essentiel,
est conçu come une sorte de paradis pour les Nains. Tout y est géométrique, les objets ont de multiples facettes, et on
y trouve de nombreux dénivelés qui plongent à pic et d'importants ensembles de statues en or", note Alan Lee.
Après avoir mis au point une carte d'Erebor, Hennah souhaitait restituer visuellement
l'envergure impressionnante du Royaume et suggérer qu'il abrite des habitations équipées de
cuisines et de chambres, ainsi qu'une pièce destinée au comptage des diamants. Puisque Smaug ne
hante plus les lieux, les Nains se sentent libres d'explorer leur armurerie, puis de l'extraire de sa
cachette : c'est ce que Hennah appelle "le cœur battant de la Montagne". Elle recèle les armes et les
armures de leurs ancêtres. "Il ne s'agit pas du grand trésor d'Erebor, mais du trésor des guerriers. Cet arsenal
est intime à leurs yeux, tout en étant redoutable", affirme le chef-décorateur.
À Erebor, les Nains endossent leur amure royale : quand ils surgissent sur les remparts du
Mont Solitaire, prêts à le défendre, leur allure est resplendissante ! L'armure a été créée par Weta
Workshop, et les éléments vestimentaires en tissu ont été conçus par Bob Buck et son équipe de
costumiers. "Nous avons collaboré avec Weta Workshop en reprenant leurs graphismes et en faisant fabriquer
des échantillons pour des essayages, puis ce qu'ils allaient porter sous leur armure", note Buck. "Il est devenu
évident qu'ils n'allaient pas, en réalité, combattre en armure, mais adopter un style plus proche du 'combat de rue'
pour affronter leurs ennemis en combat rapproché, mais qu'il pourrait tout de même s'agir d'une lutte à mort. Le
plus important pour nous consistait à souligner le tempérament des personnages et à mettre en valeur la richesse et
la maîtrise artisanale d'Erebor, tout en réutilisant les palettes de couleurs de leurs tenues vestimentaires, déjà
aperçues dans le film, et en rendant hommage au style de combat des Nains".
L'équipe de costumiers a conçu l'amure de Thorïn en noir et or, et l'a ornée d'un corbeau,
en référence, selon Tolkien, à l'alliance conclue entre les Nains et les corbeaux qui jouent le rôle
de leurs messagers. Autrefois portée par son grand-père Thrór – dernier Nain à avoir succombé
des suites de la maladie du Dragon –, l'armure semble parachever l'allure de Thorïn. "Il porte une
couronne sur la tête, et la manteau de fourrure de son père, si bien qu'il est totalement enveloppé de cet or qui
commence à le ronger de l'intérieur", souligne Armitage. "Il est, pour ainsi dire, devenu l'or".
L'armure d'une grande sobriété de Thorïn comprend une veste de cuir tressée dont le
motif évoque une cage et des empiècements géométriques ornés du motif d'un corbeau. "On
voulait qu'il conserve un port de roi, mais qu'il soit aussi aguerri et qu'il semble avoir les pieds sur terre", déclare
Buck. "Le treillis de cuir est une métaphore signifiant que Thorïn est prisonnier de sa fascination maladive pour
l'or".
D'autre part, Buck établit un lien généalogique à travers l'armure portée par Gloïn (Peter
Hambleton) : en effet, il apparaît sur les remparts avec le casque qui sera ensuite endossé par son
fils Gimli, interprété par John Rhys-Davies dans la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX.
L'armure la plus difficile à réaliser est sans doute celle qui recouvre le corps prosthétique
de Stephen Hunter sous les traits de Bombur. Son armure ventrale était comme un sousvêtement, à l'instar d'une brigandine constituée de plaques rivetées au motif récurrent qui,
pareilles aux pièces d'un puzzle, finissent par esquisser une forme.
Sur le champ de bataille, les Nains sont d'excellents combattants et témoignent d'une
force extraordinaire malgré leur petite taille. Les comédiens ont exagéré leurs techniques de
combat afin d'enregistrer leurs mouvements quand ceux-ci ont été réduits à l'échelle à l'aide de
techniques numériques. Pour leur procurer davantage de souplesse et d'aisance lors des scènes de
combat, Buck et son équipe se sont inspirés des cultures byzantine, médiévale, mongole et
japonaise, mêlant au final toute une gamme de velours, de cuirs et de daims qui ont été
matelassés, estampés et texturés dans le style de brigandines du Moyen-âge et de jaques, voire de
kikkos japonais.
Plusieurs armes aux proportions exagérées ont été créées pour les Nains par Weta
Workshop : l'équipe de Richard Taylor a croisé des prototypes d'armes avec les armures finalisées
et le style de combat de chaque personnage. Une fois les silhouettes achevées, des figurines en
papier découpé ont été envoyées sur le plateau – des plus petites aux plus grandes – afin que
Jackson puisse choisir celles qui lui convenaient le mieux. "Le plus souvent, Peter sélectionnait la plus
grande", rappelle le chef graphiste Nick Keller. "La taille est devenue un problème s'agissant des fourreaux.
Une grande épée avait fière allure, mais un immense fourreau pouvait avoir l'air ridicule et, du coup, nous les avons
équipés d'étuis plus épurés".
DALE ET ESGAROTH APRÈS LE PASSAGE DE SMAUG
Le plus grand décor extérieur créé pour la trilogie a été la ville de Dale, d'une superficie de
150 m2, que Hennah et son équipe ont bâti au sommet du Mont Crawford qui surplombe
Wellington. Ce plateau tentaculaire a mobilisé 200 menuisiers et artisans qui ont travaillé pendant
trois mois pour construire 36 maisons et remparts – sans oublier le Palais du Roi et la Grande
Salle – à l'aide des méthodes les plus diverses, allant de techniques médiévales jusqu'au découpage
laser le plus sophistiqué.
Aperçue dans le prologue du premier épisode, au moment où Smaug fond sur la ville
florissante en se rendant au Mont Solitaire, Dale a été conçue et construite dans un style
d'architecture orientale, mêlant également des motifs tibétains et toscans et des édifices
d'inspiration est-européenne. John Howe se souvient qu'avec Alan Lee, ils ont cherché à imaginer
un espace évocateur de plusieurs villes du monde entier, situées aussi bien "au Tibet, au Népal ou
dans le nord de l'Italie. Quand les gens venaient visiter le plateau sur le Mont Crawford, il rappelait à chacun un
lieu différent".
Décrite par Tolkien comme "la ville des vergers", Dale est boisée et chatoyante. "On y trouve
toutes sortes de vignes et d'arbres fruitiers", souligne Hennah. "On a le sentiment d'être dans un village toscan,
mais on y a aussi délibérément introduit des éléments népalais, s'agissant des couleurs et de l'utilisation du bois qui
tranche avec les bâtiments en pierre. Du coup, les édifices en pierre sont pourvus de fenêtres ou de vérandas en bois,
peints en couleurs primaires éclatantes, qui créent un effet de porte-à-faux avec la pierre".
Pour LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES, Hennah a dû envisager
Dale comme une cité réduite en cendres et désertée, après les destructions occasionnées par le
Dragon il y a plus d'un siècle. Le chef-décorateur a confié à son équipe le soin d'arracher les
feuillages et de dégrader les bâtiments raffinés à la tronçonneuse, puis de brûler les décors en bois
et de vieillir la physionomie de la ville. Ils ont ensuite installé, ici et là, des arbres et des vignes qui
ont pris le pas sur l'architecture des hommes, pour bien souligner le fait que la nature y a repris
ses droits. "La pierre est toujours apparente, mais tous les éléments en bois ont été dévastés", insiste-t-il. "Le
décor était magnifique avant l'incendie, mais je dois dire qu'il possède un vrai cachet après avoir été ravagé par les
flammes".
Parmi les gravats de la ville anéantie, on distingue des vestiges de vêtements, de
céramiques, de couvertures, d'armes, et même des restes momifiés des disparus. "On s'est dit que
grâce à un procédé chimique inconnu, les habitants ont été pour ainsi dire momifiés par les gaz brûlants exhalés
par Smaug, ce qui a abouti à un effet de céramiques", explique Hennah.
Après avoir rasé et détruit la ville, puis après l'avoir équipée d'accessoires, le département
Décors y a instauré l'atmosphère glaciale propre à la saison hivernale en Terre du Milieu. Le
paysage a donc été recouvert de neige fabriquée à partir de polyester et de produits agricoles
biodégradables. Une couche de peinture, puis de résine, a été appliquée afin de rendre les surfaces
verglacées et lisses. Au final, le décor est à la fois sinistre et âpre, et il y règne une brume
permanente.
Pour se préparer à l'arrivée de Thranduil et de son armée, le Roi des Elfes installe son QG
dans une tente gigantesque, située dans la Grande Salle de Dale, qu'il a équipée de chaises
ouvragées, de peaux, de bougeoirs et de plateaux. "Le contraste est saisissant entre le confort et l'élégance
qui se dégagent de la tente de Thranduil et la Grande Salle désormais en ruines", indique Hennah. "C'est
presque comme une cathédrale dont l'intérieur aurait été ravagé. Il a un point de vue imprenable sur le théâtre des
opérations et les portes d'Erebor".
La ville d'Esgaroth qui, elle aussi, tombe en ruines, a été dévastée par Smaug sous un
déluge de feu qui se déroule en temps réel dans LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ
ARMÉES. Hennah avait construit une version en dur d'Esgaroth sur deux gigantesques plateaux,
celui de Stone Street, s'étendant sur 0,2 ha, et celui de K Stage, s'étendant sur 0,12 ha.
Par chance, Weta Digital avait reconstitué de manière numérique chaque bâtiment du
décor, puis en avait ajouté bien d'autres pour donner l'illusion d'une cité de 20 hectares, si bien
que Jackson pouvait orchestrer la destruction occasionnée par Smaug sans avoir à réduire les
magnifiques décors d'Hennah en cendres. "On a construit Esgaroth pour LA DÉSOLATION DE
SMAUG, puis on la voit totalement anéantie dans LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES", souligne
le superviseur senior Effets visuels Joe Letteri.
L'équipe Effets visuels a créé quatre versions numériques de l'ensemble des bâtiments
d'Esgaroth puisqu'ils sont tous détruits de manière graduelle. Dans certains cas, un incendie
virtuel ravageait des quartiers entiers de l'Esgaroth numérique, tandis que le souffle brûlant du
Dragon transformait la surface du lac en vapeur d'eau. R. Christopher White, superviseur Effets
visuels, précise : "Nous avons mis au point un logiciel pour les besoins du film qui nous a permis de créer
différents types d'incendie, en fonction de la matière qui était en train de brûler. Il fallait que le feu soit réaliste et
respecte les lois de la physique, tout en répondant aux exigences esthétiques de Peter".
Chaque élément numérique a été conçu pour réagir de manière vraisemblable à des forces
extérieures comme, par exemple, l'impact du corps gigantesque de Smaug ou de sa queue qui
vient détruire ou désintégrer tout un bâtiment. Au total, la maquette numérique comprend près
de 1500 structures finalisées.
Les scènes de destruction d'Esgaroth étaient si complexes que Weta Digital a dû innover
pour trouver des moyens plus rapides, et plus efficaces, pour les transposer visuellement à l'écran.
Par conséquent, la société a mobilisé de nombreux techniciens qui ont exploité les nouveaux
outils de "deep compositing". Ainsi, des incendies parfaitement réalistes pouvaient être pilotés
par le département Effets, puis incrustés dans le décor et gonflés en 3D. Cette toute nouvelle
technique a permis d'apporter un luxe de détails aux 300 plans d'effets spéciaux nécessaires à la
séquence d'Esgaroth.
SUR LE CHAMP DE BATAILLE
L’histoire de la Terre du Milieu est ponctuée de batailles terribles, mais la plus
spectaculaire de l’œuvre de Tolkien reste la Bataille des Cinq Armées du ″Hobbit″, qui a
enflammé l’imagination de tous ceux qui, au sein des équipes artistiques, ont été chargés de la
représenter visuellement.
Avant même le début du tournage, les directeurs artistiques de Weta Workshop, Weta
Digital et du département Décors de Dan Hennah avaient déjà réfléchi de leur côté à la manière
d’orchestrer un événement d'une telle envergure. Leurs contributions ont été finalement mises en
commun au cours de la production : Jackson a invité des représentants de chaque équipe à
participer à des réunions dignes d’un ″think tank″ afin de s’inspirer les uns des autres et
d’harmoniser les éléments pratiques et numériques de la bataille finale de la Terre du Milieu que le
réalisateur allait porter à l’écran.
Dix ans plus tôt, Jackson avait imaginé une esthétique guerrière particulière, où des
armées gigantesques s'affrontaient sur le champ de bataille, et cette approche a depuis été adoptée
dans un nombre incalculable de films. Pour la séquence spectaculaire du HOBBIT : LA
BATAILLE DES CINQ ARMÉES, le réalisateur a voulu obtenir un océan de lances, évoquant
les représentations des batailles napoléoniennes, mais a tenu à ce que l’action reste très clairement
lisible. ″Peter a souhaité que le public puisse suivre l’action du début à la fin″, explique le graphiste John
Howe. ″Il ne voulait pas que cela se résume à une foule de types qui agitent leurs épées. Le fait qu'on sache
précisément où se déroule l'action et à quelle armée appartiennent les différents assaillants permet de mieux
comprendre l'enchaînement de la séquence. Les variations dans l’intensité des combats nous aident aussi″.
Les gigantesques armées d’Elfes, de Nains et d’Hommes s'affrontent sur les pentes
d’Erebor, rejoints en masse par les menaçants Orques qui se déversent également sur la Cité du
Val et le bastion montagneux de Ravenhill. Enfin, ils sont accompagnés par des hordes de
créatures exotiques qui se répandent sur le territoire et noircissent le ciel.
Étant donné qu'un nombre impressionnant de forces différentes s'affrontent, il était
essentiel que les armées puissent être distinguées de loin, de même que les alliances nouées par les
différents groupes de combattants. Pour la société Weta, renommée dans le monde entier pour
ses effets spéciaux, et son directeur artistique et cofondateur Richard Taylor, le défi a consisté à
créer des identités visuelles à part entière pour chaque entité engagée dans le combat.
″L’authenticité était essentielle : rien n’a été créé dans un but purement esthétique, chaque arme, bouclier ou casque
a une histoire″, raconte Taylor. ″Nous avons passé des heures à discuter de ce qui devait, ou pas, faire partie de
l’héritage culturel de la Terre du Milieu. Nous voulions que chaque élément ait l’air d’avoir été fabriqué au
moment où se déroule l’histoire, en tenant compte de l’incroyable éventail de techniques qui existaient à cette
époque″.
Dans cet épisode final, une nouvelle armée fait son apparition : il s'agit de celle des Nains
des Monts de Fer dirigée par Daïn Pied d'Acier (Billy Connolly). Pour représenter cette tribu
orgueilleuse et féroce, Jackson ne voulait que des surfaces angulaires et Weta Workshop a eu
l’idée d’utiliser pour leurs tenues de combat l’image du sanglier, créature féroce, fière et robuste.
L’animal est devenu l’emblème de guerre des Nains des Monts d'Acier et est représenté sur leurs
armures et leurs armes.
Daïn lui-même monte un sanglier pour la bataille : il s'agit d'une créature numérique qui,
paraît-il, a été conçue à partir du cochon Kuni Kuni originaire de Nouvelle-Zélande. Durant le
tournage, Peter Jackson s’est en effet entiché de cette race et a adopté sur le plateau trois de ses
représentants appelés Picklet, Itchy et Scratchy : ″Quel Nain ne rêverait pas de chevaucher l’un de ces
cochons ?″, avance Jackson.
Cet animal de combat est une création numérique parmi beaucoup d’autres. ″Il est
surprenant de voir combien de personnages et de créatures numériques ont été mis au point pour ce film, pas
seulement les armées, mais aussi les trolls, les vers, les béliers, etc. La liste est sans fin″, souligne le superviseur
Effets visuels Eric Saindon. De fait, le roi des Elfes participe à la bataille à dos d’un immense
élan, choisi pour symboliser la stature du personnage ainsi que sa force et son élégance.
Rapides, agiles et souples, les Elfes sont parmi les combattants de la Terre du Milieu les
plus redoutables. Leur haute stature et leur dextérité représentaient un défi pour Weta Workshop,
puisqu’il fallait leur dessiner une tenue de combat qui ne gâche pas leur élégante silhouette. Au
final, leur amure est d’un bronze argenté d’un ton chaud : elle se compose de volants virevoltants
aux motifs de feuilles et d’arbres qui frôlent à peine le sol, accentuant leur grâce éthérée.
Pour leurs armes, Weta Workshop a mis au point des lames aux reflets de bronze et de
cuivre. ″Les films du SEIGNEUR DES ANNEAUX sont notre point de référence″, explique le
graphiste Paul Tobin. ″Mais nous avons projeté les Elfes de la Forêt Noire dans l’Âge de bronze, époque plus
ancienne et féroce, où les armes avaient un aspect plus rustique″, ajoute Taylor. ″On a réalisé des éléments pour
le peuple le plus sophistqué et élégant de la Terre du Milieu et ceux-ci nous éclairent sur leur don pour l'artisanat,
sur leur héritage familial et leur patrimoine culturel″.
Quant à Thranduil, il porte une armure singulière qui différencie le grand Elfe Sindar de
son armée d’Elfes de la Forêt et, lors des essayages, Lee Pace a tenu à répéter sa gestuelle pour
voir comment son armure évoluerait au cours de la bataille. ″Lee ne s’est pas contenté de rester immobile
lors des essayages : il a répété tous les mouvements mis au point avec l’aide des cascadeurs″, rapporte Bob Buck.
Créée en collaboration avec Weta Workshop, cette armure est en métal chromé et
présente des reflets noirs et rouge, la couleur royale. La cape est fabriquée à partir d'un velours
conçu pour être fluide comme de l’argent liquide – effet qui brouille la limite entre métal et tissu
– et se compose de panneaux décorés de feuilles en décomposition. Du cuir découpé au laser et
du velours dévoré ont été cousus ensemble, passés à l’argent et montés à la main sur un tissu
maillé très épais afin de fondre les éléments souples et solides de ce costume. ″Quand il bouge, on
aperçoit des touches fulgurantes de couleur et le contraste se reflète sur l’ensemble de sa silhouette″, précise le
graphiste Daniel Falonel.
L’épée de Thranduil a été sculptée à partir d’une seule pièce d’aluminium. ″C’est une épée
extraordinaire, aussi longue que ma jambe, et qui comporte tous les thèmes elfiques gravées sur la lame″, précise
Lee Pace.
À l'inverse, les hordes d’Orques envoyées par Sauron rassemblent des individus difformes
et de grande taille : il s'agit d'une espèce radicalement nouvelle et lourdement militarisée, très
éloignée des Orques découverts dans les précédents films. Weta Worshop a conçu cent Orques
différents, pourvus d'un casque distinct et d'un certain nombre de caractéristiques, à l'instar de
piques, pieux, lances, épées, boucliers, ou encore de dents, lentilles de contact et prothèses
particulières. Le chef des Orques Azog le Gobelin et Bolg endossent d’épaisses armures pour la
bataille, et l’Orque Pâle revêt une armure blanche qui épouse la forme de crânes, sans oublier un
motif d’orbite oculaire sur les épaulières, l’armure étant conçue autour du motif d’une colonne
vertébrale, grotesquement fichée dans sa propre structure osseuse.
Azog comme Bolg sont tous deux des créatures intégralement numériques, fruit de
l’heureux mélange entre la ″performance capture″ réalisée par Manu Bennett et John Tui et
l'animation de référence de l'équipe de Weta Digital. ″Azog est un personnage fondamental dans ce film
et il prend vraiment de l’envergure lorsqu’il s'impose aux côtés de Gollum et Smaug en tant que créature réalisée
entièrement en infographie″, explique Letteri. L’animateur de Weta Digital Dave Clayton compare
Bolg à ″un horrible tueur psychopathe exterminateur. On ne remarque pas tant Bolg ou Azog pour leurs
caractéristiques physiques fantastiques que pour les motivations et émotions qui les animent″, poursuit-il.
Les personnages et environnements numériques du film ont tous été réalisés avec un
réalisme, une rapidité et une efficacité saisissants grâce à Manuka, le logiciel générateur d’images
numériques révolutionnaire de Weta Digital. Qu'il s'agisse de la conception des créatures ou du
travail purement numérique, Manuka marque un tournant en permettant de donner plus
d'incarnation aux personnages, en dotant de nervures la surface de la peau et en vieillissant les
tissus. Le directeur artistique des effets visuels et responsable des prothèses Gino Acevedo relève
que Peter Jackson avait en tête une allure bien spécifique concernant Azog, souhaitant que son
teint pâle et son armure métallique semblent se confondre. ″Azog doit avoir l’air brutal, et le défi
concernant son armure était de lui donner une patine de métal et non d’aluminium″, explique Acevedo.
Utilisant des maquettes grises très rudimentaires fabriquées par le département Maquettes
grâce aux logiciels Maya ou Mudbox, Acevedo et son équipe ont compilé une gamme de textures
au sein de leur importante bibliothèque numérique, puis peint et texturé les maquettes en
recourant au programme de peinture en trois dimensions Mari. Une fois complètement texturé, le
personnage peut ensuite évoluer dans une séquence précise, mais subit souvent des retouches en
fonction de son intégration sous différents éclairages ou environnements.
Les artistes de Weta Digital ont aussi créé une panoplie stupéfiante de troupes qui
s'affrontent dans chaque zone de combat. Outre les 5 000 Elfes ou Nains décrits dans une
séquence, ils ont créé jusqu’à 3 000 Orques au cours d’une seule simulation, ainsi que 6 000
Orques Grindabads du Nord qui suivent Bolg au Sud en direction du Mont Solitaire. D'autres
protagonistes participent à la bataille, comme des Trolls et des Orques Berseckers, qui sont plus
pâles et massifs que ceux aperçus dans le trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX. ″Peter
souhaitait que les Berseckers se démarquent″, commente Acevedo.
L’équipe des effets visuels a aussi produit les Chauves-souris géantes (conçues par
Acevedo et le graphiste Alan Lee) qui fondent sur le champ de bataille. Bien que ce soient des
créatures gigantesques, Acevedo voulait leur insuffler autant de réalisme que possible et a pris
beaucoup de plaisir à photographier et étudier les chauves-souris géantes du zoo de Wellington.
″Une bonne partie de la bataille est entièrement réalisée en images de synthèse, qu'il s'agisse des armées,
des créatures, de l’action et des combats″, souligne le superviseur Effets visuels Matt Aitken. ″Puis, il y a
les effets, le feu, la fumée, la destruction. Tout ceci a dû être méticuleusement combiné, détaillé et peaufiné pour
paraître homogène et réaliste″.
Parmi tous les décors de batailles créés par Hennah et conçus en partie ou en totalité par
Weta Digital, comprenant notamment les ponts, lacs et cascades gelés, fortifications et remparts,
la forteresse solide mais minimaliste de Ravenhill est son préféré. Bastion fortifié des Nains situé
sur l’Éperon Sud de la Montage Solitaire, Ravenhill est le cadre dramatique de plusieurs
confrontations cruciales, des combats au corps à corps lorsque les forces adverses se rejoignent
pour contenir la vague des émissaires de Sauron jusqu’à la résolution de vendettas plus
personnelles : citons notamment l’affrontement sanglant de Legolas avec Bolg sur une tour en
passe de s’effondrer au-dessus d’une rivière prise par les glaces, et la confrontation finale entre
Thorïn et Azog le Profanateur sur l’étendue désolée d’un lac gelé.
Le chaos et l’intensité dramatique sont amplifiés par l’atmosphère glaciale qui imprègne ce
paysage montagneux. Plutôt que d’utiliser de la glace carbonique sur le plateau, Weta Digital a
imprégné la séquence d’un brouillard glacé sinistre qui suinte des pierres de Ravenhill et imprègne
tout le paysage.
Tandis que les éléments numériques offraient un cadre, les séquences ont été séparément
animées grâce au jeu des acteurs et à la dimension émotionnelle des différentes scènes. ″Les scènes
de combats, quelle que soit leur envergure, reposent toujours sur des détails″, explique Saindon. ″Chaque
affrontement doit trouver un écho et résonner chez le public qui doit croire que ces combattants jouent là le tout pour
le tout″.
Dans cette optique, il était tout aussi important que chaque personnage ou créature se
batte pour sa propre cause. Les acteurs ont mis au point leur gestuelle avec le chorégraphe Terry
Notary qui a également collaboré étroitement avec les cascadeurs pendant la préparation et le
tournage. Le but était de développer le langage corporel et le style de gestuelle qui exprimeraient
l’essentiel de la personnalité de chaque créature ou personnage.
Martin Freeman décrit le fait de pousser Bilbon dans ses derniers retranchements comme
″quelque chose que je n’ai jamais fait auparavant, ou que je ne referai sans doute jamais plus″, reconnaît-il. ″Ça
a été une expérience très intense et un sacré boulot, le genre de travail vraiment difficile qu’on apprécie, celui qui
nous fait dire qu’on a bien mérité un verre de vin le soir venu″.
Notary est également intervenu sur le plateau de ″performance capture″ : c'est ainsi que
les chorégraphies de combat de douze cascadeurs se battant simultanément se sont multipliées
numériquement pour donner l’impression à l’écran que des milliers d'assaillants s’affrontent sans
merci sur le champ de bataille.
Pour le chef-cascadeur Glenn Boswell, la technique de la ″performance capture″ alliée au
tournage en 3D a exigé des ajustements au niveau de la chorégraphie. ″Les coups doivent être portés
aussi près que possible afin de pouvoir enregistrer un impact de manière numérique″, remarque-t-il. ″Mais nous
avions des acteurs très doués sur le plateau et tout le monde portait des protections matelassées. Du coup, d’une
certaine manière, le tournage était plus sûr pour l’équipe de cascadeurs que lors des scènes de bataille en prises de
vue réelles″.
Contrairement aux habitudes du métier, Weta Digital a cherché à animer cette déferlante
de batailles très en amont, afin de permettre à Jackson une plus grande liberté pour les moduler
dans ce dernier opus. En se servant de plans déjà existants des paysages ainsi que d’esquisses
élaborées par John Howe et Alan Lee, Weta Digital a créé sur ordinateur une large maquette de la
région entière touchée par la guerre. ″Nous avons sculpté un monde qui s’adapte à l’action″, commente le
superviseur senior Effets spéciaux Joe Letteri. ″Nous pouvions changer la taille de l’armée, déplacer des
montagnes et des rivières à la volée, sans être bloqués par un emplacement précis ou devoir recomposer un décor.
Dans certains cas, la bataille existe exclusivement sur ordinateur et les séquences tournées de façon traditionnelle
étaient directement intégrées à notre monde virtuel. Cela a été un processus continu qui a donné à Peter la latitude
qu'offre le tournage en numérique″.
L’équipe des effets visuels a ensuite peuplé ces paysages de milliers de combattants en
utilisant son propre logiciel innovant, usant d’une technologie bien plus avancée que la
technologie Massive [Multiple Agent Simulation System in Virtual Environment, logiciel développé
pour la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX]. Résultat : une latitude de création et de
contrôle inégalée pour LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES. ″Nous avons exploité
au maximum nos outils de création virtuelle afin que Peter puisse maîtriser au mieux les caractéristiques propres à
chaque bataille″, explique Saindon.
Sur un plateau consacré à la motion-capture, Jackson a pu guider les personnages à
travers un paysage en 3D peuplé de milliers de combattants et ″tourner″ des séquences avec sa
caméra virtuelle. Pour chacune d’entre elles, les producteurs ont pu faire des choix au niveau
esthétique tant pour les cadrages et le minutage que l’angle des prises de vue, les mouvements de
caméra et le choix des objectifs. ″Plutôt que de produire des simulations crédibles pour des armées
gigantesques, nous avons produit des combattants animés d’une précision jamais atteinte auparavant. Peter pouvait
pratiquement se déplacer dans chaque environnement et mettre au point des séquences qui n’auraient autrement
jamais pu être conçues pour le cinéma ″, commente Aitken.
″C’était vraiment exaltant de manier la caméra virtuelle comme un caméraman le fait dans la réalité″,
remarque Jackson. ″Grâce à cette technique, j’ai pu expérimenter des angles de prise de vue que je n’aurais pas
pu imaginer″.
Grâce aux consignes de Jackson, Weta Digita a pu combiner l’action filmée de manière
traditionnelle et les éléments numériques pour aboutir à une séquence cohérente et continue, en
se servant pour la première fois de Manuka comme principal logiciel de rendu sur un long
métrage. Manuka, mis au point par Weta Digital, crée des images complexes et détaillées avec
efficacité et en un minimum de temps. ″Manuka a été conçu pour les grands projets pour lesquels on a
besoin de détails très précis à très grande échelle, et nous n’aurions pas pu réaliser un film de cette envergure sans cet
outil″, précise Letteri.
La conception des 1 836 plans d'effets visuels a mobilisé 16 000 ″années de rendu″,
comprenant les éléments numériques qui améliorent les séquences d’action tournées de façon
traditionnelle. ″Les interactions entre le brouillard, les nuages, le ciel, l’eau, la glace, la peau, les cheveux, tous
ces éléments s'allient pour faire croire au spectateur qu’il est vraiment présent parmi les personnages″, confie
Letteri.
La bataille elle-même, telle qu’elle se déroule sur grand écran, enchaîne des vagues de
combat de plus en plus intenses. Le réalisateur précise : ″Je voulais que l’on voie cette séquence comme si
elle était filmée par un reporter de guerre qui s’infiltre au cœur de la Bataille des Cinq Armées, dans le but de
plonger le spectateurs jusque dans les tranchées et de lui faire ressentir toute la tension et l’énergie de l’action se
déroulant autour de lui″.
DERNIER ADIEU :
LE MIXAGE FINAL
"Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour eux.
—Thorïn
Pour ce film, l’aspiration du réalisateur à plonger le spectateur dans une expérience
totalement immersive s’est poursuivie lors du mixage en travaillant avec les chefs-monteurs son
Brent Burge et Jason Canovas. Du souffle brûlant de Smaug à la sonorité émise par la lumière
spectrale de Galadriel, l’esthétique du film possède une dimension acoustique composée de
paysages sonores denses.
Que ce soit en enregistrant l’ambiance d’un plateau, les pépiements d’oiseaux de
Nouvelle-Zélande ou les cris d’animaux sauvages du monde entier, les concepteurs d'effets
sonores David Farmer et Dave Whitehead ont créé un langage sonore qui accompagne chaque
personnage, culture ou moment décisif de la bataille avec une fidélité à couper le souffle : ″Les
films de la Terre du Milieu sont d’une richesse sonore telle qu’ils n’ont besoin d’aucun accompagnement sonore
artificiel″, explique Farmer. ″On ne veut pas entendre d’épées s’entrechoquer trop proprement : ce que l’on veut,
c’est entendre la saleté et les gravillons faire grincer les lames et les épées exploser les rochers″.
″C’est âpre et granuleux″, ajoute Whitehead qui a enregistré le rugissement d’un lion lors
d’une visite familiale au zoo qui est ensuite devenu la signature sonore des Ouargues au dos
desquels les Orques se lancent dans la bataille. Whitehead a ensuite modifié informatiquement ce
rugissement en le démultipliant pour créer ″une sonorité qui n’existe pas dans le monde réel″.
Dans le mixage final, l’équipe audio a travaillé avec Peter Jackson pour équilibrer l’image
et les dialogues, les effets sonores, l’ambiance et, bien sûr, la musique du film. Pour aboutir à ce
que Jackson appelle ″le cœur du film″, ce dernier a de nouveau fait appel au compositeur qu’il
surnomme affectueusement le ″16e membre de la Compagnie″. ″Au cours des 14 années qui viennent
de s’écouler, j’ai eu la chance de pouvoir écouter la musique composée par Howard Shore pour la Terre du Milieu,
d'y réfléchir et de m’y immerger pendant de nombreuses heures″, explique le réalisateur.
Comme pour le précédent volet de la trilogie, Howard Shore a composé la bande
originale du HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES depuis son domicile de Tuxedo
dans l’État de New York, tandis que Jackson assistait à des séances de lecture de sa composition
en compagnie de Conrad Pope, célèbre chef de l’orchestre symphonique de Nouvelle-Zélande.
Une fois encore, l’environnement idéal pour l’enregistrement de la musique, élément essentiel de
la Terre du Milieu, a été le Wellington Town Hall, bâtiment vieux d’un siècle, en compagnie des
ingénieurs du son Peter Cobbin et Kirsty Whalley, des légendaires studios Abbey Road, pour
superviser le mixage.
Les thèmes musicaux du compositeur sont enrichis de pièce chorales enregistrées aux
studios Abbey Road et AIR par l’ensemble choral London Voices sous la direction de Terry
Edwards et Ben Parry. Mais, peut-être plus que pour tout autre film de la trilogie, Jackson et ses
collaborateurs souhaitaient adresser leurs adieux à la Terre du Milieu avec une chanson exprimant
les émotions complexes ressenties à l’approche de l’aboutissement de ce voyage extraordinaire.
En y réfléchissant, Fran Walsh s’est souvenue de la voix extraordinaire de l’acteur Billy
Boyd qui incarnait le Hobbit Peregrin Touque, dit Pippin, dans la trilogie du SEIGNEUR DES
ANNEAUX. Peu après, Peter Jackson, Fran Walsh et Philippa Boyens ont sollicité Boyd pour
qu'il compose une chanson susceptible de clore la trilogie. Le résultat de leur collaboration est
″Le dernier adieu″.
″Je voulais une chanson qui dise adieu à tous les fans qui ont participé à cette aventure extraordinaire et à
l’univers de Tolkien tel qu’il a été montré à l’écran pour notre génération″, raconte Boyd. ″Je me suis senti très
touché et flatté que l’on me demande de composer et interpréter cette chanson, et de pouvoir être présent au
commencement et à l’aboutissement de ces histoires magnifiques et épiques″.
″'Le dernier adieu' interprété par Billy Boyd est tout autant un adieu à la Terre du Milieu qu’un adieu
au public″, explique Jackson. ″On n’aurait pu rêver d’une voix plus parfaite pour nous transporter sur les
rivages de la Terre du Milieu… pour la dernière fois″.
Pour Jackson, Philippa Boyens, Fran Walsh et leurs équipes, pour les acteurs qui ont
passé des années en Terre du Milieu et pour les spectateurs qui s’y sont plongés pendant plus
d’une décennie, la fin du voyage marque un moment vraiment intense. ″Je me souviendrai toujours du
moment où nous avons fini de tourner avec l'ensemble des acteurs réunis sur le plateau″, reconnaît Jackson.
″C’était très émouvant parce que, même si on sait qu’on va rester amis avec tous ces gens, on ne reverra jamais plus
ces personnages incarnés sur grand écran″.
″Je n’ai pas l’impression d’avoir dit au revoir à Gandalf car le public qui apprécie ces films me rappelle
constamment que celui-ci est bel et bien vivant, même si je ne sais pas trop ce qu’il fait en ce moment″, plaisante
Ian McKellen. ″Il est sûrement quelque part en train de faire des bêtises″, ajoute-t-il. ″Pour moi, le poids que
Peter a porté tout au long de ces films est inimaginable mais, malgré cette pression, je ne l’ai jamais vu avoir un
mot dur envers quiconque. Même s’il est plus jeune que moi, il s’est montré un peu paternel, et j’ai toujours su
qu’on était embarqué dans le même voyage et que nous allions le conclure avec élégance. Et c’est exactement ce qu’il
a su faire″.
″J’espère que pour les fans de cet univers, ce film est à la hauteur de leurs attentes″, ajoute Martin
Freeman. ″J’espère également que ceux qui ne connaissent pas bien cette histoire se passionneront pour cette
aventure extraordinaire et que cela leur donnera envie de lire les livres et de voir les films du SEIGNEUR DES
ANNEAUX. C’est un projet d’une envergure extraordinaire : c’est vraiment du grand cinéma ! Je pense que ça
va être franchement exaltant, un peu effrayant et, je l’espère, très émouvant ″.
″Ces films ont été réalisés par le plus grand fan de Tolkien et de cinéma qui puisse exister″, ajoute
Richard Armitage. ″Où que j’aille, j’entends les gens me dire qu'ils sont impatients de découvrir comment se clôt
cette aventure. Pour cette grande aventure cinématographique, la boucle est maintenant bouclée″.
Revenant sur ces seize années consacrées à explorer la Terre du Milieu et sur le
formidable héritage qu’il va laisser au monde du cinéma, Peter Jackson conclut : ″Pour la première
fois depuis que nous avons commencé à travailler sur les films du HOBBIT il y a sept ans, un sentiment
d'accomplissement me submerge. Peut-être parce que, comme Bilbon le dit à Gandalf, 'c’est la dernière partie du
voyage′. L’opportunité de pouvoir revenir en arrière et raconter le reste de l’histoire dans ces films a été pour nous
tous un immense honneur, mais nous devons maintenant laisser le public pour lequel ils ont été réalisés se les
approprier″.
DEVANT LA CAMÉRA
D'origine anglaise, IAN McKELLEN (Gandalf le Gris) a reçu plus de 50 récompenses
au cours de son demi-siècle de carrière sur scène et à l’écran. Il est entré dans la légende en
interprétant Magneto dans la saga X-MEN et Gandalf dans les trilogies du LE SEIGNEUR
DES ANNEAUX et du HOBBIT.
LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTE DE L’ANNEAU de Peter
Jackson lui a valu une nomination à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle et un Screen
Actors Guild (SAG) Award.
Il reçoit sa première nomination à l’Oscar du meilleur acteur, ainsi qu’un Independent
Spirit Award et un British Independent Film Award, lorsqu’il se glisse dans la peau du réalisateur
homosexuel James Whale dans le film NI DIEUX NI DEMONS, de Bill Condon (1998).
En 1995, il revêt la couronne de RICHARD III de Richard Loncraine, dans un film de
1995 qu’il coécrit et produit. On l'a encore vu dans LA FORTERESSE NOIRE (1983) de
Michael Mann, PLENTY (1985) et SIX DEGRES DE SEPARATION (1993) de Fred Schepisi,
LE DON DU ROI (1995), BENT (1997) de Sean Mathias, LA FERME DU MAUVAIS SORT
(1995) de John Schlesinger et DA VINCI CODE (2006) de Ron Howard. On le retrouvera dans
le rôle de Sherlock Holmes nonagénaire dans MR HOLMES sous la direction de Bill Condon.
Ian McKellen a beaucoup travaillé pour la télévision. Il s'est produit dans ROI LEAR, la
mini-série britannique LE PRISONNIER, la série comique EXTRAS et le téléfilm RASPUTIN,
où il incarne le Tsar Nicholas II.
Il est particulièrement fier de son travail dans WALTER de Stephen Frears, où il jouait un
handicapé mental. Il s'est encore produit dans CORONATION STREET, le plus long soap de
l’histoire de la télévision britannique, et VICIOUS, avec Derek Jacobi.
Il a fréquenté l’université de Cambridge, et depuis 1961, il brûle les planches des théâtres
britanniques. Il a tenu des premiers rôles et produit des pièces des répertoires classique et
contemporain, pour la Royal Shakespeare Company, le National Theatre of Great Britain, et dans
les superproductions londoniennes. Il a remporté des Olivier Awards pour "Macbeth" (1976-78),
"L’Alchimiste" (1977), "Bent" (1979), "Wild Honey" (1984), et "Richard III" (1990), et des
Evening Standard Awards pour "Coriolan" (1984) et "Othello" (1989), ainsi que pour sa
contribution au théâtre britannique (2009).
En 1981, il a décroché plusieurs prix d'interprétation, dont un Tony, pour son
interprétation de Salieri dans "Amadeus" de Peter Shaffer, monté à Broadway. Pendant plus de
dix ans, il est parti en tournée avec son one-man-show "Ian McKellen: Acting Shakespeare" aux
quatre coins du monde, dont deux fois à Broadway. En 2001, il revient à New York pour donner
la réplique à Helen Mirren dans "La danse de la mort". Il est à l'affiche dans "No Man's Land" de
Pinter et "En attendant Godot" de Beckett.
En 1991, il a été anobli pour services rendus au théâtre britannique. Il a cofondé
Stonewall UK qui milite pour l'égalité des droits des homosexuels. En 2008, la reine l'a
personnellement nommé "Companion of Honour".
MARTIN FREEMAN (Bilbon Sacquet) a récemment joué dans la série FARGO, avec
Billy Bob Thornton et Colin Hanks, qui lui a valu une citation à l'Emmy. Début 2014, il s'est
produit dans la troisième saison de la minisérie SHERLOCK. Il a remporté un Emmy pour son
interprétation du docteur Watson.
Il reprend ici le rôle de Bilbon Sacquet dans LE HOBBIT : LA DESOLATION DE
SMAUG, immense succès au box-office, qu'il a déjà incarné dans LE HOBBIT : UN VOYAGE
INATTENDU, salué par la critique.
Sur scène, il a interprété Richard III dans la pièce éponyme mise en scène par Jamie Lloyd
et plébiscitée par la critique.
Depuis 2010, il interprète le docteur Watson dans la série plusieurs fois primée
SHERLOCK. Il a remporté un BAFTA et reçu une seconde nomination au même prix pour ce
rôle. On l'a encore vu dans la série THE OFFICE, qui lui a valu deux citations au BAFTA.
Martin Freeman a tourné dans tous types de films, mais on le connait surtout pour ses
rôles comiques. Il tombe amoureux de Joanna Page dans le succès de 2003 LOVE ACTUALLY,
puis apparaît dans SHAUN OF THE DEAD, la parodie de film d’horreur d’Edgar Wright et
Simon Pegg. Il retrouve le duo en 2007 pour le film culte HOT FUZZ et LE DERNIER PUB
AVANT LA FIN DU MONDE. Il est également crédité au générique du faux documentaire
CONFETTI. Mais l’un de ses rôles les plus connus reste celui d’Arthur Dent dans H2G2 : LE
GUIDE DU VOYAGEUR GALACTIQUE, de Garth Jennings, aux côtés de Zooey Deschanel
et Sam Rockwell.
Sur scène, Martin Freeman a récemment joué dans la superproduction londonienne
"Clybourne Park", au Royal Court Theatre, sous la direction de Dominic Cooke. On l’a aussi vu
dans "Kosher Harry", de Kathy Burke, au Royal Court, et "Blue Eyes and Heels" de Toby
Whithouse, au Soho Theatre, sous la direction de Jonathan Lloyd.
RICHARD ARMITAGE (Thorin Écu-de-chêne) est depuis quelques années la
coqueluche du public comme des critiques britanniques.
Après avoir créé le rôle de Thorin Écu-de-chêne dans LE HOBBIT : UN VOYAGE
INATTENDU, il a décroché une nomination à l'Empire Award pour LE HOBBIT : LA
DESOLATION DE SMAUG.
En interprétant les rôles principaux de productions télévisuelles parmi les plus en vue,
comme NORD ET SUD, [MI-5], ROBIN DES BOIS et STRIKE BACK, il est devenu l’un des
acteurs les plus populaires au Royaume-Uni, auxquels de nombreux fans sont fidèles.
Richard Armitage a fait ses débuts américains devant la caméra de Joe Johnston dans
CAPTAIN AMERICA: FIRST AVENGER (2011), où il prête ses traits à l’ennemi juré de
Captain America, Heinz Kruger. Il partage l’écran avec Chris Evans, Tommy Lee Jones, Stanley
Tucci et Hayley Atwell. Cette année, on l'a vu dans BLACK STORM de Steven Quale.
Parmi ses autres films pour la télévision britannique, citons le MACBETH, avec James
McAvoy et Keeley Hawes. Il apparait également dans SPARKHOUSE, COLD FEET : AMOUR
ET PETITS BONHEURS, ULTIMATE FORCE et BETWEEN THE SHEETS.
Né à Leicester, en Angleterre, où il a grandi, Richard Armitage a suivi une formation
classique à la London Academy of Music and Dramatic Art (LAMDA). On l'a encore vu sur
scène dans "Hamlet", "The Four Alice Bakers", "Macbeth" et "The Duchess of Malfi".
EVANGELINE LILLY (Tauriel) retrouve ici le rôle qu'elle incarnait dans LE
HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG.
Elle s'est faite connaître pour avoir interprété Kate Austen dans la série LOST, LES
DISPARUS, qui, en l'espace de six saisons, est devenue l'une des séries les plus mémorables de
l'histoire de la télévision. Sa prestation lui a valu une nomination au Golden Globe, ainsi qu'un
Screen Actors Guild (SAG) Award collectif.
Pour le cinéma, on l'a vue dans DÉMINEURS de Kathryn Bigelow, Oscar du meilleur
film, où elle campe l'épouse de Jeremy Renner. Elle a obtenu une nomination au Screen Actors
Guild (SAG) Award collectif.
Tout récemment, elle s'est illustrée dans REAL STEEL, avec Hugh Jackman, et ET
APRÈS de Gilles Bourdos, avec John Malkovich. Elle tourne actuellement dans ANT-MAN,
avec Corey Stoll, Michael Douglas et Paul Rudd.
Elle a également écrit "The Snickerwonkers", destiné au jeune public.
LEE PACE (Thranduil) retrouve ici le rôle qu'il incarnait dans LE HOBBIT : LA
DESOLATION DE SMAUG.
Après des débuts précoces, il intègre la prestigieuse Juilliard. Il y interprète des classiques
du répertoire shakespearien, comme "Roméo et Juliette", "Richard II", où il tient le rôle-titre et
"Jules César".
Il poursuit sa carrière sur scène dans “The Credeaux Canvas", sous la direction de
Michael Mayer, puis dans "The Fourth Sister" et "Small Tragedy" de Craig Lucas, où il décroche
une nomination au Lucille Lortel Award.
Il est en tête d'affiche de SOLDIER'S GIRL (2003) de Frank Pierson, qui triomphe au festival de
Sundance. Son interprétation d'une drag-queen amoureuse d'un soldat lui vaut une citation au
Golden Globe et à l'Independent Spirit Award. On l'a encore vu au cinéma dans RAISONS
D'ÉTAT de Robert De Niro, avec Matt Damon, Angelina Jolie, Alec Baldwin et John Turturro,
THE FALL de Tarsem Singh, SCANDALEUSEMENT CÉLÈBRE de Douglas McGrath, avec
Toby Jones, Daniel Craig, Sigourney Weaver, Gwyneth Paltrow et Sandra Bullock, MISS
PETTIGREW, avec Frances McDormand et Amy Adams, et MARMADUKE de Tom Dey.
Tout récemment, il a joué dans LINCOLN de Steven Spielberg, avec Daniel Day-Lewis,
TWILIGHT – CHAPITRE 4 : RÉVÉLATION de Bill Condon et LES GARDIENS DE LA
GALAXIE. Mais c'est sans doute son interprétation de Ned, pâtissier capable de ressusciter les
morts, dans la série PUSHING DAISIES qui l'a fait connaître.
LUKE EVANS (Bard) interprète de nouveau le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT : LA
DESOLATION DE SMAUG.
D'origine galloise, il s'est récemment illustré dans DRACULA UNTOLD, et FAST &
FURIOUS 6, avec Vin Diesel, Paul Walker, Dwayne Johnson et Michelle Rodriguez. On le
retrouvera bientôt dans le remake de THE CROW.
On l'a vu dans LES IMMORTELS de Tarsem Singh, LES TROIS MOUSQUETAIRES
de Paul W.S. Anderson, L'OMBRE DU MAL de James McTeigue, avec John Cusack, NO ONE
LIVES de Ryûhei Kitamura et la série THE GREAT TRAIN ROBBERY.
Luke Evans a débuté au cinéma, au Royaume Uni, dans SEX & DRUGS & ROCK &
ROLL, un biopic signé Mat Whitecross, consacré au chanteur Ian Dury, l’un des artisans du
mouvement punk. Mais c’est le blockbuster LE CHOC DES TITANS de Louis Leterrier qui a
donné à Luke Evans ses galons de star, avec le rôle très charismatique du dieu Apollon. On l’a
ensuite vu dans ROBIN DES BOIS de Ridley Scott, face à Russell Crowe, et TAMARA
DREWE de Stephen Frears, présenté au festival de Cannes.
Avant de devenir une figure incontournable du grand écran, Luke Evans a connu une
belle carrière d’acteur de comédies musicales dans le West End londonien. On a pu l’applaudir
dans "La Cava", "Taboo" de Boy George, "Avenue Q", "Dickens Unplugged", "A Girl Called
Dusty", et, au sein du prestigieux Donmar Warehouse, dans "Small Change" et "Piaf". Il a encore
campé Chris dans "Miss Saigon", et Roger dans "Rent".
Evans vit actuellement à Londres.
BENEDICT CUMBERBATCH (Smaug) endosse de nouveau le rôle qu'il tenait dans
LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG.
On l'a vu récemment dans UN ÉTÉ À OSAGE COUNTY de John Wells et 12 YEARS
A SLAVE de Steve McQueen, Oscar du meilleur film. Il a partagé une nomination au Screen
Actors Guild Award avec ses partenaires pour ces deux films. Il s'est également illustré dans
STAR TREK INTO DARKNESS de J.J. Abrams et a campé Julian Assange dans LE
CINQUIÈME POUVOIR de Bill Condon. Il a été décroché un BAFTA/LA Britannia Award
pour l'ensemble de ses prestations en 2013.
Récemment, il a joué dans CHEVAL DE GUERRE de Steven Spielberg, et LA TAUPE
de Tomas Alfredson, qui lui a valu une nomination au British Independent Film Award.
Benedict Cumberbatch s'est surtout fait connaître pour avoir campé le rôle-titre de la
série SHERLOCK, qui lui a valu un Emmy, et un Critics’ Choice TV Award. Il a également été
cité au Golden Globe et au BAFTA TV Award à deux reprises pour le même rôle.
Formé à la Manchester University puis à la prestigieuse London Academy of Music and
Dramatic Art, il obtient de petits rôles dans des séries télé et au théâtre, mais c'est son
interprétation mémorable du célèbre physicien Stephen Hawking dans le téléfilm éponyme qui
l'impose dans le monde entier et lui vaut sa première nomination au BAFTA. Il décroche une
deuxième citation au même prix pour SMALL ISLAND.
Pour le petit écran, on l'a encore vu dans AFFAIRES NON CLASSÉES, [MI-5],
DUNKIRK, TO THE EMDS OF THE EARTH et THE LAST ENEMY. Au cinéma, il s'est
illustré dans STARTER FOR TEN de Tom Vaughan, AMAZING GRACE de Michael Apted,
THIRD STAR, WRECKERS, STUART: A LIFE BACKWARD, DEUX SŒURS POUR UN
ROI de Justin Chadwick, et REVIENS-MOI de Joe Wright, cité à l'Oscar.
En 2011, il s'est produit au National Theatre, jouant à la fois le docteur Frankenstein et la
créature monstrueuse, dans une mise en scène de Danny Boyle. Sa prestation lui a valu un
Laurence Olivier Award et un Evening Standard Award du meilleur acteur. Il s'est également
illustré dans dans “La Dame de la mer”, sous la direction de Trevor Nunn, "L'école des jeunes
mariés" de Tennessee Williams, "Hedda Gabler” d’Henrik Ibsen, sous la direction de Richard
Eyre, qui lui a valu des citations à l'Olivier et à l'Ian Charleston Awards, “The Arsonists”,
“Rhinocéros” de Ionesco, et "After the Dance".
KEN STOTT (Balïn) est l’un des acteurs les plus renommés du Royaume-Uni. Il a
débuté sa remarquable carrière théâtrale au sein de la Royal Shakespeare Company, avant
d’interpréter de nombreux rôles sur scène, notamment dans la première représentation d’"Art",
de Yasmina Reza, pour lequel il a été nommé à l'Olivier Theatre Award du meilleur acteur, dans
"Vu du pont" d’Arthur Miller, où il interprétait Eddie et qui lui valu une nouvelle nomination aux
Olivier Theatre Awards et une autre aux Evening Standard Theatre Awards, et face à Ralph
Fiennes dans "Le Dieu du carnage", qu’il a joué à Londres et à Broadway. Il a récemment
interprété le rôle-titre d'"Oncle Vania".
À la télévision, Ken Stott a interprété des rôles très variés, dont les rôles principaux des
séries encensées par la critique REBUS, THE VICE et MESSIAH. Il a remporté un BAFTA
Scotland Award du meilleur acteur et une nomination au UK BAFTA Award du meilleur acteur
en interprétant le comédien Tony Hancock dans HANCOCK & JOAN. Il est également apparu
aux côtés de Bill Nighy dans le téléfilm RENCONTRE AU SOMMET, de Richard Curtis, et
sous les traits d’Adolf Hitler dans UNCLE ADOLF.
Au cinéma, on l’a vu dans TOAST, aux côtés d’Helena Bonham Carter, dans LA
GUERRE SELON CHARLIE WILSON, de Mike Nichols, ainsi que dans CASANOVA, LE
ROI ARTHUR, THE DEBT COLLECTOR, GUNS 1748, THE BOXER, CARTON JAUNE,
PETITS MEURTRES ENTRE AMIS.
JAMES NESBITT (Bofur) s’est d’abord fait connaître à la télévision en tenant la vedette
dans la série romantique douce-amère COLD FEET : AMOUR ET PETITS BONHEURS, pour
laquelle il a obtenu un British Comedy Award et un National Television Award, ainsi que deux
autres nominations aux British Comedy Awards. Il a ensuite interprété le flic infiltré Tommy
Murphy, rôle-titre de la série LA LOI DE MURPHY créé spécialement pour lui par le scénariste
Colin Bateman. Il a également été nommé pour un Golden Globe pour sa performance dans la
mini-série horrifique de la BBC JEKYLL, où il se glissait dans la peau du docteur et de son
inquiétant double.
Auparavant, James Nesbitt a partagé une nomination à un Screen Actors Guild Award
avec les autres comédiens du film indépendant VIEILLES CANAILLES. En 2002, il remporte
un British Independent Film Award et une nomination aux BAFTA pour son rôle dans le drame
historique de Paul Greengrass BLOODY SUNDAY.
On l'a vu récemment dans les deux premiers volets de la trilogie du HOBBIT,
HEAR
MY
SONG,
JUDE
et
WELCOME
TO
SARAJEVO de
Michael
Winterbottom, MILLIONS de Danny Boyle, MATCH POINT de Woody Allen, THE WAY –
LA ROUTE ENSEMBLE d’Emilio Estevez et dans CORIOLAN, avec Ralph Fiennes des deux
côtés de la caméra. Il partage l’écran avec Liam Neeson dans FIVE MINUTE OF HEAVEN.
On l’a aussi vu à la télévision britannique dans BALLYKISSANGEL, CANTERBURY
TALES, THE PASSION, MIDNIGHT MAN, THE DEEP, VOYAGE AU FOND DES
MERS, et dans le rôle-titre de MONROE.
Après une enfance en Irlande du Nord, où il est né, James Nesbitt a étudié à la London’s
Central School of Speech and Drama, avant de démarrer sa carrière sur les planches. Depuis, il
est apparu dans de nombreuses pièces, comme "Paddywack", "Traductions", "Comme il vous
plaira", "Philadelphie mon amour", "Faut pas payer", et la superproduction "Shoot The Crow".
BILLY CONNOLLY (Daïn) est humoriste, acteur, musicien, animateur télé et artiste.
Après avoir été apprenti soudeur à Glasgow, dont il est originaire, il est devenu comédien
professionnel en 1962 dans la troupe "The Humbleburns" qu'il a cofondée.
Outre ses prestations à la télévision et au cinéma, il s'est produit sur scène dans le monde
entier devant plus de dix millions de spectateurs. Il a été fait Commandant de l'Empire
Britannique en 2003.
S'il s'est sans doute fait connaître pour son interprétation du fidèle serviteur John Brown
dans LA DAME DE WINDSOR, il s'est aussi illustré dans LES VOYAGES DE GULLIVER, X
FILES – RÉGÉNÉRATION, FIDO, GARFIELD 2, LES DÉSASTREUSES AVENTURES
DES ORPHELINS BAUDELAIRE, LD DERNIER SAMOURAÏ, PRISONNIERS DU
TEMPS, LAURIER BLANC, LES ANGES DE BOSTON, PILE POIL, LES IMPOSTEURS,
GABRIEL & ME,GENTLEMAN'S RELISH et THE MAN WHO SUED GOD. Il a prêté sa
voix à LES REBELLES DE LA FORÊT, POCAHONTAS, UNE LÉGENDE INDIENNE et
REBELLE. Récemment, il a joué dans QUARTET de Dustin Hoffman. On le retrouvera bientôt
dans WHAT WE DID ON OUR HOLIDAY.
Pour le petit écran, il s'est produit dans HEAD OF THE CLASS, DR HOUSE,
COLUMBO, LES DESSOUS DE VERONICA, 3ÈME PLANÈTE APRÈS LE SOLEIL.
Artiste à part entière, il expose ses œuvres dans plusieurs galeries du Royaume-Uni.
AIDAN TURNER (Kili) endosse de nouveau le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT :
UN VOYAGE INATTENDU et LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG.
Il s'est produit dans THE MORTAL INSTRUMENTS : LA CITE DES TENEBRES et
ALARM de Gerry Stembridge
Il est surtout connu pour avoir interprété Mitchell, le vampire torturé par sa conscience
de BEING HUMAN, LA CONFRERIE DE L’ETRANGE, série mainte fois récompensée qui
lui a valu une reconnaissance internationale. On l’a également vu face à Ruth Jones dans
HATTIE, drame biographique, et dans la peau de l’artiste Dante Gabriel Rossetti dans la série
DESPERATE ROMANTICS. Dans sa filmographie télévisée, on retrouve aussi THE CLINIC
et LES TUDORS.
Il a participé à plusieurs pièces de l’Abbey Theatre, notamment "Roméo et Juliette", "A
Cry from Heaven", "La Charrue et les étoiles", mais aussi dans "Cyrano De Bergerac", "Titus
Andronicus", "Drive By", "Yokohama Delegation" et "Le pot d’or".
DEAN O’GORMAN (Fili) est bien connu dans sa Nouvelle-Zélande natale pour son
travail au cinéma, à la télévision et au théâtre. Au cinéma, on a pu le voir dans BONJOUR
TIMOTHY, pour lequel il a été nommé comme meilleur acteur au Giffoni Italian Film Festival et
pour les New Zealand Film and Television Awards, ainsi que dans LE HOBBIT : UN VOYAGE
INATTENDU et LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG, WHEN LOVE COMES,
SNAKESKIN, TOY LOVE, SABOTAGE et NIGHTS IN THE GARDEN OF SPAIN.
À la télévision, on l’a récemment vu dans la série néo-zélandaise THE ALMIGHTY
JOHNSONS, ainsi que dans SERIAL KILLERS, pour laquelle il a été nommé comme meilleur
acteur dans un second rôle aux New Zealand Screen Awards, et dans la série dramatique
australienne MCLEOD’S DAUGHTERS, qui lui a valu d’être nommé comme nouveau talent le
plus populaire aux Australian TV Week Logie Awards. Il a aussi joué dans la série de WB
MOONLIGHT ainsi que dans GO GIRLS, THE CULT, LEGEND OF THE SEEKER :
L’EPEE DE VERITE, la quatrième saison de FARSCAPE et le téléfilm néo-zélandais
TANGIWAI. Enfin, les aficionados du genre le reconnaîtront pour ses apparitions dans les séries
fantastiques cultes HERCULE, HERCULE CONTRE ARES et XENA, LA GUERRIERE.
Au théâtre, Dean O’Gorman a joué dans "Tape", "The Ocean Star", "The Rabbit",
"Ruben Guthrie" et "Noces de sang".
GRAHAM McTAVISH (Dwalïn) endosse de nouveau le rôle qu'il tenait dans LE
HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU et LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG.
Il tourne actuellement dans OUTLANDER, où il campe Dougal, et THE FINEST HOURS,
avec Chris Pine et Casey Affleck.
Il a commencé sa carrière à Londres, dans des projets aussi divers que RED DWARF, LE
ROI LEAR, mis en scène par Brian Blessed et la mini-série EMPIRE. Dans le même temps, il
joue des rôles importants dans des pièces montées dans des théâtres aussi prestigieux que le
Royal Court et le National, à Londres, ou le Royal Lyceum à Édimbourg. En 2008, il s'installe aux
États-Unis.
Une semaine après son arrivée à Los Angeles, il décroche l’un des rôles principaux de JOHN
RAMBO, face à Sylvester Stallone. Depuis, il enchaine les projets, essentiellement à la télévision,
notamment en incarnant l’abominable diplomate russe Mikhail Novakovich dans la dernière
saison de 24 HEURES CHRONO.
Si Graham McTavish a un fan-club aussi fourni, c’est entre autres parce qu’il a prêté sa
voix à Dante Aligheri dans le jeu vidéo "Dante's Inferno" et son adaptation en film animé, ainsi
qu’à Loki dans les séries d’animation WOLVERINE ET LES X-MEN, HULK VS. THOR et
AVENGERS : L’ÉQUIPE DES SUPER-HEROS.
Après avoir enchaîné les premiers rôles dans HOOLIGANS 2 et THE WICKER
TREE, suite de THE WICKER MAN. Graham McTavish a interprété le rôle de Carl Hatton
dans SECRETARIAT aux côtés de Diane Lane, et il a partagé l’affiche avec James Caan et
Giovanni Ribisi dans MIDDLE MEN. Dernièrement, on l’a vu dans COLOMBIANA, d’Oliver
Megaton.
Retrouvant le rôle qu'il campait dans LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG,
STEPHEN FRY (Le Maître d'Esgaroth) s'est à la fois illustré comme comédien, scénariste et
réalisateur.
On l'a vu dans GOSFORD PARK de Robert Altman, qui lui a valu un Screen Actors
Guild Award et un Critics' Choice Award collectif. Il a également reçu une nomination au Golden
Globe pour son interprétation du rôle-titre d'Oscar Wilde. En 2003, il a signé son premier long
métrage, BRIGHT YOUNG THINGS, dont il a aussi écrit le scénario. Il s'est encore illustré
dans SHERLOCK HOLMES 2 : JEU D'OMBRES de Guy Ritchie, ALICE AU PAYS DES
MERVEILLES de Tim Burton, EICHMANN, V POUR VENDETTA, H2G2 : LE GUIDE
DU VOYAGEUR GALACTIQUE, MOI, PETER SELLERS, LES AMIS DE PETER de
Kenneth Branagh, L'AMOUR EN ÉQUATION de Fred Schepisi, et UN POISSON NOMMÉ
WANDA.
Il tourne actuellement dans THE MAN WHO KNEW INFINITY et TOMORROW, et
prête sa voix au Chat de Cheshire dans ALICE IN WONDERLAND 2 : THROUGH THE
LOOKING GLASS.
Originaire du Royaume-Uni, il a fait ses études à Cambridge où il a entamé sa
collaboration avec Hugh Laurie. Avec ce dernier, Emma Thompson et Tonny Slattery, il écrit et
interprète THE FOOTLIGHTS REVUE, diffusé sur la BBC en 1982. Il refait équipe avec Laurie
dans la série ALFRESCO, BLACKADDER, A BIT OF FRY AND LAURIE et JEEVES AND
WOOSTER.
Pour le petit écran, il a campé le Premier ministre Alistair Davies dans 24: LIVE
ANOTHER DAY, avec Kiefer Sutherland. Il s'est produit par la suite dans KINGDOM, dont il
est aussi producteur exécutif, BONES, FRY'S PLANET, STEPHEN FRY IN AMERICA et
STEPHEN FRY : HIV & ME.
Sur scène, il s'est produit dans "Me and My Girl", monté dans le West End et à
Broadway, qui a remporté l'Olivier Award de la meilleure comédie musicale et qui a valu un
Drama Desk Award et une citation au Tony à Stephen Fry. Il est l'auteur de la pièce "Latin !",
monté au festival d'Edinburgh.
Écrivain reconnu, il est l'auteur de quatre romans, d'une autobiographie, "Moab Is My
Washpot", et de "The Ode Less Travelled", manuel d'écriture de poésie. Il a également enregistré
le livre audio de la saga "Harry Potter".
RYAN GAGE (Alfrid) endosse de nouveau le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT : LA
DESOLATION DE SMAUG. Il incarne actuellement le roi Louis dans la série THE
MUSKETEERS. On l'a encore vu dans HAMLET, LES ARNAQUEURS VIP, MURDER ON
THE HOME FRONT, A HUNDRED DAYS et OUTLAW.
Originaire de Coventry, il grandit à Londres et se forme au Drama Centre London. Une
fois diplômé, il rejoint la Royal Shakespeare Company et se voit nommé au Ian Charleston
Award. On le retrouve dans "Macbett", "The Indian Boy", "Macbeth", "Hamlet" et "Le songe
d'une nuit d'été".
On l'a encore vu dans "Rosencrantz et Guildenstern sont morts", "American Justice",
"Quadrophenia", "Wolves and Sheep" et "The Laws of War".
Il prête sa voix à des jeux vidéo et fait partie de la société de performance capture d'Andy
Serkis.
Outre sa prestation dans la trilogie du HOBBIT, MIKAEL PERSBRANDT (Beorn) a
récemment joué dans SOMEONE YOU LOVE de Pernille Fischer Christensen, le western THE
SALVATION de Kristian Levring, avec Mads Mikkelsen et Eva Green, et MIG ÄGER INGEN
de Kjell-Ake Andersson. On l'a encore vu dans L'HYPNOTISEUR de Lasse Hallström, et
HAMILTON : DANS L'INTÉRÊT DE LA NATION et HAMILTON 2 : DÉTENTION
SECRÈTE qui ont triomphé en Suède.
En 2010, il donne la réplique à Ulrich Thomsen et Trine Dyrholm dans REVENGE de
Susanne Bier, couronné à l'Oscar, qui lui vaut une nomination à l'European Film Award.
Au cinéma, on l'a vu dans AU CŒUR DU PARADIS (2008), INSTANTS ÉTERNELS
(2008), et STOCKHOLM ÖSTRA (2011). Après avoir décroché plusieurs citations au
Guldbagge, il a obtenu cette distinction pour INSTANTS ÉTERNELS de Jan Troell. En 2005, il
remporte le très prestigieux prix Ingmar Bergman.
Pour le petit écran, il a longtemps campé Gunvald Larsson dans la série BECK, d'après
les ouvrages de Sjöwall-Wahlöö. Il a également prêté sa voix aux versions doublées du MONDE
DE NEMO, ATLANTIDE, L'EMPIRE PERDU, MULAN et DINOSAURE.
Au début des années 90, il partage l'affiche de la série THE SHIPPING COMPANY. Sur
scène, on l'a vu dans "Trois sœurs", "La mort d'un commis-voyageur", "Marie Stuart" sous la
direction d'Ingmar Bergman, "Don Juan", Mademoiselle Julie" et "La Mouette".
SYLVESTER McCOY (Radagast) endosse de nouveau le rôle qu'il tenait dans LE
HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU et LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG.
Né à Dunoon, en Écosse, il a reçu en 2010 le titre honoraire de High Chieftain. On le
connait surtout pour avoir été la septième incarnation du Docteur dans la très populaire série
DOCTOR WHO, entre 1987 et 1989, puis à nouveau dans l’épisode spécial DIMENSIONS IN
TIME, en 1993, et dans le téléfilm de 1996, aux côtés de Paul McGann dans le rôle du huitième
Docteur.
Depuis, on l’a beaucoup vu à la télévision et au théâtre, et il a enregistré des livres audio.
À la télévision, il est apparu dans le pilote de THE ACADEMY , aux côtés de Ian McKellen,
dans AL MURRAY’S MULTIPLE PERSONALITY DISORDER, STILL GAME, pour la BBC
écossaise, CASUALTY, pour la BBC, THE BILL, GIL MAYO MYSTERIES, RAB C.
NESBITT et SEE IT SAW IT, toutes quatre pour Talkback Thames, HOLLYOAKS, et dans
l’adaptation du roman d’Henry Fielding "Histoire de Tom Jones, enfant trouvé". Il est également
apparu dans un épisode du feuilleton DOCTORS, où il interprétait un acteur qui jouait autrefois
le héros, voyageur intertemporel, d’une série pour enfants intitulée L’INCROYABLE
MONSIEUR LOLLIPOP, un rôle sous forme de clin d’œil à sa participation à la légende
Docteur Who.
Sur scène, Sylvester McCoy a triomphé dans le rôle du Fou du "Roi Lear" aux côtés de
Ian McKellen, dans la mise en scène de Trevor Nunn pour RSC International Tour et le New
London Theatre. Il vient de donner à l’Old Red Lion Theatre les dernières représentations de
"Grandeur et Décadence", d’après Evelyn Waugh, où il tenait le rôle de Grimes.
Parmi ses récents succès théâtraux, on compte "La petite boutique des horreurs", au
Menier Chocolate Factory puis en tournée, le rôle principal du "Mikado", au Sheffield Lyceum,
avec la Carl Rosa Opera Company, "Me And My Girl", "The Pocket Orchestra" et "Arsenic et
Vieilles Dentelles". On l’a également vu dans "Orgueil et Préjugés", la superproduction
londonienne "Silence en coulisses", "La Nuit des rois", au Leicester Haymarket, "Antoine et
Cléopâtre" et "La Mégère apprivoisée", toutes deux au Theatre Royal Haymarket, "Le lion, la
sorcière blanche et l’Armoire magique", au RSC de Stratford, "The Dead Move Fast" au Gilded
Balloon d’Édimbourg, "Comme il vous plaira", au Ludlow Festival, "Le malade imaginaire", au
Lyceum Theatre d’Édimbourg, "La vie est un songe", au Lyceum Theatre d’Édimbourg, au
Barbican Theatre, à la Brooklyn Academy of Music et au New York National Theatre, dans le
rôle-titre du "Joueur de flûte" au National Theatre, et dans celui du Puck du "Songe d’une nuit
d’été" au Welsh National Opera.
PETER HAMBLETON (Gloin) retrouve le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT : UN
VOYAGE INATTENDU et LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG. Il avait
également incarné le troll William dans le premier épisode.
Il est sorti diplômé de la New Zealand Drama School en 1991/1992. C’est aujourd’hui
l’un des acteurs les plus renommés de Nouvelle-Zélande. Il a remporté le New Zealand Film and
Television Awards du meilleur acteur dans un second rôle pour THE LAST TATTOO en 1995.
On l’a récemment vu à la télévision, dans SHORTLAND STREET, SPIES AND LIES,
STOLEN, PARADISE CAFE et TANGIWAI.
Homme de théâtre, Peter Hambleton a interprété et mis en scène de nombreuses pièces
et a été maintes fois récompensé. En 2010, les critiques encensent sa prestation dans "The Letter
Writer", de Juliet O’Brien, au New Zealand International Arts Festival, qui lui vaut un Chapman
Tripp Theatre Award.
Peter Hambleton a collaboré avec le Shakespeare’s Globe Centre en 2002 et 2007,
étudiant les productions de Shakespeare en Grande-Bretagne. Il a mis en scène "Cymbeline",
"Péricles, prince de Tyr", "Le songe d’une nuit d’été" avec un casting entièrement masculin, mais
aussi "All the World’s a Stage", où Ray Henwood interprète des extraits de Shakespeare, et une
version en plein air de "Tout est bien qui finit bien". Il a par ailleurs mis en scène à Wellington
"Marathon", "Wait Until Dark", "Les 39 marches" et "Shipwrecked! An Entertainment",
nommée trois fois aux Chapman Tripp Theatre Awards en 2010. En 2014, il mettra en scène
"Equivocation" de Bill Cain.
Au cours de ses trente ans de carrière, il a pu briller dans "The Birthday Boy", "Noces de
sang", "Collapsing Creation", "Four Flat Whites in Italy", "Who Wants to Be 100?", "Home
Land", "Othello", "Le Lauréat", "Flagons and Foxtrots", "The Bach", "Dr. Buller’s Birds",
"Démocratie", "Roméo et Juliette", "Spreading Out", "Un ennemi du peuple" et "Copenhague",
qui lui a valu en 2002 le Chapman Tripp Award de l’acteur de l’année.
JOHN CALLEN (Oïn) retrouve le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT : UN VOYAGE
INATTENDU et LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG.
Il a débuté à cinq ans dans une pièce de son école à Londres. À l’âge de 16 ans, il
déménage en Nouvelle-Zélande, où il fait du théâtre en amateur avant de devenir comédien
professionnel il y a près de 40 ans. Depuis, il est acteur, metteur en scène et scénariste pour le
théâtre, la radio, le cinéma et la télévision.
Il a reçu deux Wellington Theatre Critics Awards, en tant que meilleur acteur puis
meilleur acteur dans un second rôle. Il a aussi été désigné meilleur acteur dans un court-métrage
pour FLY. Il a participé à plus de 100 productions théâtrales, en tant qu’acteur ou metteur en
scène, et a goûté à l’absurde comme au classique, interprétant Shylock et Macbeth, rôle qui lui
valut un Critics’ Choice Award en Nouvelle-Zélande.
Callen est apparu dans de nombreux films, dont PICTURE, THE SINKING OF THE
RAINBOW WARRIOR, TREASURE ISLAND KIDS, LOVE BIRDS et la coproduction THE
MAN WHO LOST HIS HEAD. Il a assuré la narration de presque 150 documentaires pour
National Geographic, Discovery ou encore Animal Planet. Derrière la caméra, il a montré ses
talents de réalisateur avec SHORTLAND STREET, COMEDY CENTRAL, EPITAPH,
JACKSON’S WHARF I ET II, THE TRIBE, KARAOKE HIGH, TAONGA et dernièrement
en contant l’histoire du héros néo-zélandais de la Deuxième Guerre mondiale Sir Keith Park dans
THE KIWI WHO SAVED BRITAIN.
MARK HADLOW (Dori) a entamé sa carrière en 1978. Il a témoigné de ses talents dans
plus de 130 pièces, des dizaines de films, des séries télévisées, des publicités et des voix-off pour
la radio. LE HOBBIT : LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES est sa cinquième collaboration
avec Peter Jackson, après LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG, LE HOBBIT : UN
VOYAGE INATTENDU, LES FEEBLES et KING KONG.
Sur scène, on a pu le voir et l’entendre dans de nombreuses comédies musicales ; il a
participé à pas moins de quatre productions de "La petite boutique des horreurs", sa préférée. Les
téléspectateurs néo-zélandais le connaissent bien pour son rôle d’Harry dans la série WILLY
NILLY, pour laquelle il a été plusieurs fois nommé comme meilleur acteur dans une comédie. Il a
également mis en scène nombre de pièces et de comédies musicales qui ont remporté beaucoup
de succès.
L’acteur néo-zélandais a été désigné meilleur acteur de théâtre en 1993 et humoriste de
l’année en 1995, ainsi que meilleur artiste de voix-off par les Radio New Zealand Awards en
2010. Il travaille avec Radio Network depuis plus de 15 ans.
En plus de son travail d’acteur, Mark Hadlow est responsable événementiel et directeur
artistique des opérations liées au 76e anniversaire, en 2016, de la Royal New Zealand Navy, où il
occupe le rang de lieutenant.
JED BROPHY (Nori) compte plus de 60 productions théâtrales à son actif, ainsi que de
nombreux films, téléfilms et courts-métrages. Il a remporté le Drifting Cloud Film Awards du
meilleur acteur pour le court-métrage GROUP THERAPY, en 1998, ainsi qu’un Chapman Tripp
Award d’acteur de l’année en 2009.
Après son premier film, ONCE ON CHUNUK BAIR, il interprète le zombie Void dans
BRAIN DEAD, de Peter Jackson. En 1993, Peter Jackson fait de nouveau appel à lui pour
CREATURES CELESTES, puis pour la trilogie LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, où il
interprète plusieurs des principaux Orques, notamment Snaga et Sharku, et l’un des Nazgul, les
cavaliers noirs. Sur le plateau, il est également l’un des dresseurs de chevaux et des cavaliers. Il
travaille à nouveau avec Peter Jackson pour KING KONG, où il interprète un membre de
l’équipage du Venture, puis poursuit sa collaboration avec le cinéaste, en incarnant le Nain Dori
dans la trilogie du HOBBIT.
En 2005, il rejoint l’équipe de comédiens dont les mouvements seront utilisés pour
"Heavenly Sword", le jeu PlayStation 3, sous la direction d’Andy Serkis. Il renouvelle l’aventure
de la capture de mouvement dans LES AVENTURES DE TINTIN : LE SECRET DE LA
LICORNE. Dans sa filmographie, on trouvé également le film néo-zélandais SECOND HAND
WEDDING ainsi que le succès public et critique DISTRICT 9. Dernièrement, il est apparu dans
les films TRACKER et WARRIOR’S WAY, ainsi que le téléfilm TANGIWAI. Il a encore
collaboré à la série audio "The Minister of Chance", qui donnera lieu à un long métrage l'an
prochain. En janvier, il partage la scène avec son fils Riley Brophy dans la pièce “An
Unseasonable Fall of Snow”.
Né à Taihape, en Nouvelle-Zélande, Jed Brophy a grandi dans une ferme de la vallée de
Ruanui, près du fleuve Mataroa, en territoire maori. Diplômé de l’université d’Otago, il poursuit
ses études à Toi Whakaari, l’école d’arts dramatiques néo-zélandaise.
WILLIAM KIRCHER (Bifur) a entamé sa carrière d’acteur après être sorti diplômé de
la New Zealand Drama School. Il a abondamment arpenté les planches du pays : au cours des
20 premières années de sa carrière, il s’est produit dans plus de 100 pièces. C’est également ce qui
a lancé sa longue et fructueuse carrière au cinéma et à la télévision, qui lui vaut d’être l’un des
acteurs les plus respectés du pays.
Plus tard, il se concentre sur la production, et travaille comme producteur et responsable
de la communication pour la société britannique Cloud 9 Screen Entertainment. Il prend ensuite
la tête de la filiale commerciale de Cloud 9, où il produit un court métrage récompensé, ainsi que
nombre de films d’entreprise. En 2003, il devient associé de la société de production
ScreenAdventures, où il développe et finance des longs-métrages. Avant de se lancer dans
l’aventure de la trilogie LE HOBBIT, il produit le docudrama THE INVESTIGATOR.
William Kircher renoue avec le métier d’acteur en 2006, avec un premier rôle dans OUT
OF THE BLUE, de Robert Sarkies, qui raconte l’histoire vraie d’un massacre dans le petit village
de bord de mer d’Aramoana. Parmi ses titres de gloire, citons les pièces "Les Videurs", de John
Godber, qu’il a jouée dans tout le pays, et "Ladies Night", les téléfilms GOLD et VALLEY OF
ADVENTURE, ainsi que trois saisons dans le rôle de BP dans la série policière SHARK IN
THE PARK.
STEPHEN HUNTER (Bombur) retrouve le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT : UN
VOYAGE INATTENDU et LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG.
Il est né à Wellington, en Nouvelle-Zélande. Après avoir travaillé pour la télévision néozélandaise, il part pour l’Australie où, après plusieurs petits rôles partout dans le pays, il décroche
celui de Sharpie dans la deuxième saison de la série dramatique LOVE MY WAY, récompensée
par deux Logie Awards. S’ensuit en 2008 un rôle récurrent dans la série médicale australienne au
long cours ALL SAINTS.
Il approfondit son répertoire comique sur les écrans australiens et néo-zélandais,
notamment dans THE GO SHOW, pour Nickelodeon, et REVIEW WITH MILES BARLOW,
pour ABC. En 2009, il prête sa voix à l’attachant Si, l’un des personnages principaux de la série
animée d’ABC CJ THE DJ.
La voix d’airain de Stephen Hunter fait de lui l’un des plus grands doubleurs d’Australie.
ADAM BROWN (Ori) retrouve le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT : UN VOYAGE
INATTENDU et LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG.
Il a fait ses premières armes au théâtre : il est l’un des cofondateurs du Comedy Theatre
Company Plested and Brown, qui a rencontré beaucoup de succès lors du festival d’Édimbourg
et de tournées dans le monde entier.
JOHN BELL (Bain) retrouve le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT : LA
DESOLATION DE SMAUG.
Il a fait ses débuts au cinéma dans A SHINE OF RAINBOWS, avec Aidan Quinn et
Connie Nielsen, qui lui a valu le prix d'interprétation du festival de Newport Beach. Depuis, on
l'a vu dans BATTLESHIP de Peter Berg, et LA COLÈRE DES TITANS où il campe Helius.
Il a fait ses débuts sur le petit écran dans DOCTOR WHO, aux côtés de David Tennant.
Puis, on l'a vu dans LIFE OF RILEY, HATTIE, TRACY BEAKER RETURNS. On le
retrouvera dans THE HATFIELDS & MCCOYS, avec Kevin Costner, Bill Paxton et Tom
Berenger.
Originaire d'Écosse, il étudie l'art dramatique depuis l'âge de six ans. Aujourd'hui âgé de
14 ans, il suit les cours du Royal Conservatoire of Scotland.
MANU BENNETT (Azog) retrouve le rôle de chef des Orques qu'il tenait dans LE
HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU et LE HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG.
D'origine maori, il est né en Nouvelle-Zélande, avant de s'installer en Australie peu après
sa naissance. Au lycée, il se consacre au rugby, au ballet classique et au piano, avant d'intégrer la
University of NSW où il étudie l'art dramatique.
Il décroche son premier rôle au cinéma avec LANTANA, avec Anthony La Paglia. Puis, il
enchaîne avec THE MARINE, avec Robert Patrick, 30 JOURS DE NUIT, avec Josh Hartnett,
TOMOKO, avec Rumiko Koyangi, et LES CONDAMNÉS, avec Vinnie Jones et Stone Cold
Steve Austin.
Il s'est surtout fait connaître pour son interprétation du gladiateur Crixus dans la série
SPARTACUS : LE SANG DES GLADIATEURS. On l'a encore vu dans ARROW.
JOHN TUI (Bolg) s'est imposé dans le monde entier comme acteur des plus
prometteurs.
Après avoir décroché un rôle dans POWER RANGERS, il se produit sur scène et au
cinéma. On l'a ainsi vu dans BATTLESHIP, THIS IS NOT MY LIFE, GO GIRLS, OTHELLO
et JULIUS CAESAR.
CATE BLANCHETT (Galadriel) a incarné Galadriel dans la trilogie SEIGNEUR DES
ANNEAUX signée Peter Jackson, et endosse le même rôle dans la nouvelle trilogie du HOBBIT.
Diplômée de l'Australian National Institute of Dramatic Art, elle est docteur honoris
causa de la University of New South Wales et de la University of Sydney. Elle a partagé la
direction artistique de la troupe Sydney Theatre Company avec Andrew Upton de 2008 à 2012.
Grande comédienne de théâtre, elle s'est illustrée dans "Hedda Gabler", qui lui vaut le
prix Ibsen. On l'a encore vue dans le rôle de Richard II dans "The Wars of the Roses", de
Blanche Dubois dans "Un tramway nommé Désir" de Tennessee Williams, dans une mise en
scène de Liv Ullmann : la pièce a ensuite été montée à Washington et New York – où sa
prestation a été saluée par le New York Times – et lui a valu un Helen Hayes Award. Elle a encore
campé Yelena dans "Oncle Vanya" de Tchékhov, qui lui a valu un nouvel Helen Hayes Award, et
Lotte dans "Gross Und Klein" de Botto Strauss, monté dans toute l'Europe. Récemment, elle
s'est illustrée dans "Les Bonnes" de Jean Genet, aux côtés d'Isabelle Huppert.
Au cinéma, on l'a vue dans ELIZABETH et ELIZABETH : L’ÂGE D’OR,
L’ÉTRANGE HISTOIRE DE BENJAMIN BUTTON de David Fincher, AVIATOR, biopic
sur Howard Hughes signé Martin Scorsese, I’M NOT THERE de Todd Haynes, LA VIE
AQUATIQUE de Wes Anderson, CHRONIQUE D’UN SCANDALE de Richard Eyre, THE
MONUMENTS MEN, sous la direction de George Clooney, et BLUE JASMINE de Woody
Allen.
Six fois citée à l'Oscar, elle a remporté la statuette pour BLUE JASMINE, et décroché un
Oscar du meilleur second rôle pour AVIATOR. Elle a encore obtenu trois BAFTA, quatre AFI
Awards, trois SAG Awards, trois Golden Globes, et le prix d'interprétation féminine de la Mostra
de Venise. L'actrice s'est vu décerner la Centenary Medal for Service par l'Australian Society et, en
2007, elle a figuré parmi les 100 personnalités les plus marquantes du magazine Time. En 2012,
elle a été faite Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture. Elle a
également obtenu son étoile sur le célèbre Hollywood Walk of Fame.
Elle soutient activement le Sydney Film Festival et est ambassadrice pour l'Australian
Conservation Foundation et l'Australian Film Institute.
Elle vit à Sydney avec son mari et leurs trois enfants.
IAN HOLM (Bilbon âgé) a été nommé aux Oscars et a remporté un BAFTA pour LES
CHARIOTS DE FEU (Oscar du meilleur film), qui lui a également valu le prix du meilleur acteur
dans un second rôle lors du Festival du Film de Cannes de 1981. Sa prestation dans DE BEAUX
LENDEMAINS lui a valu un Genie Award du meilleur acteur.
Il retrouve le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU. Il
faisait déjà partie de la distribution de la trilogie de Peter Jackson LE SEIGNEUR DES
ANNEAUX, pour lequel il a partagé plusieurs prix attribués l’ensemble du casting, notamment
un Screen Actors Guild Award pour le dernier film, Le retour du roi.
Dans la très longue filmographie de Ian Holm, on retrouve entre autres THE BOFORS
GUN, qui lui a valu un BAFTA, LES GRIFFES DU LION, de Richard Attenborough, THE
HOMECOMING, de Peter Hall, LA ROSE ET LA FLECHE, de Richard Lester, ALIEN, de
Ridley Scott, BANDITS, BANDITS et BRAZIL, de Terry Gilliam, GREYSTOKE, pour lequel il
est nommé pour un BAFTA, UNE AUTRE FEMME, de Woody Allen, HENRY V
et FRANKENSTEIN, de Kenneth Branagh, HAMLET, de Franco Zeffirelli, KAFKA, de
Steven Soderbergh, LE FESTIN NU et EXISTENZ, de David Cronenberg, LA FOLIE DU
ROI GEORGE, de Nicholas Hytner, qui lui vaut une nouvelle nomination pour un BAFTA,
et AVIATOR, de Martin Scorsese.
Il apparaît également dans de nombreux projets pour la télévision, comme THE LAST
OF THE BLONDE BOMBSHELLS, pour lequel il est nommé pour la deuxième fois pour un
Emmy, après sa prestation dans "Le Roi Lear". Il a été nommé pour un BAFTA TV Award et a
remporté un Royal Television Society Award pour la mini-série THE LOST BOYS. On l’a de
plus vu à la télévision dans ALICE AU PAYS DES MERVEILLES : À TRAVERS LE MIROIR,
THE BROWNING VERSION, INSIDE THE THIRD REICH, À L’OUEST RIEN DE
NOUVEAU, LES MISERABLES, JESUS DE NAZARETH, HOLOCAUSTE et L’HOMME
AU MASQUE DE FER.
Diplômé de la Royal Academy of Dramatic Arts, Ian Holm intègre la Royal Shakespeare
Company, où il débute en 1954 dans "Othello". Après avoir passé de nombreuses années sur les
planches londoniennes, il fait ses premiers pas à Broadway en 1967 dans la célèbre pièce d’Harold
Pinter "Le Retour", pour laquelle il remporte un Tony Award. Il a aussi été distingué d’un
Evening Standard award et d’un Critics’ Circle Theatre Award pour "La lune se couche", de
Pinter, et d’un Olivier Award pour "Le Roi Lear".
En 1989, il est nommé Commandeur de l'Ordre de l'Empire Britannique, et en juin 1998,
la reine Elizabeth II l’anoblit pour services rendus aux arts dramatiques.
CHRISTOPHER LEE (Saroumane) est une véritable légende du cinéma, et une icône
pour les amateurs de cinéma de genre. Il a débuté sa carrière il y a plus de 60 ans.
Il retrouve le rôle qu'il tenait dans LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU. Il avait
déjà collaboré avec Peter Jackson pour la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX, où il
campait déjà Saroumane.
Il également collaboré à plusieurs reprises avec Tim Burton, notamment dans SLEEPY
HOLLOW, CHARLIE ET LA CHOCOLATERIE, LES NOCES FUNEBRES, ALICE AU
PAYS DES MERVEILLES et DARK SHADOWS. Il a de plus prêté ses traits à Monsieur
Labisse dans HUGO CABRET, de Martin Scorsese, et au diabolique Comte Dooku dans les
superproductions de George Lucas STAR WARS : ÉPISODE II – L'ATTAQUE DES
CLONES et STAR WARS : ÉPISODE III – LA REVANCHE DES SITH. On l’a récemment
vu à l’écran dans LE DERNIER DES TEMPLIERS, de Dominc Sena, À LA CROISEE DES
MONDES : LA BOUSSOLE D'OR et dans de nombreux films indépendants, comme JINNAH.
Parmi les grands réalisateurs avec qui Christopher Lee a collaboré au cours de sa longue
carrière, citons John Huston, Raoul Walsh, Joseph Losey, George Marshall, Orson Welles,
Nicholas Ray, Michael Powell, Édouard Molinaro, Jérôme Savary, Billy Wilder, Steven Spielberg,
Joe Dante, John Landis, Alejandro Jodorowsky et Andrei Konchalovsky.
Ce Britannique a suivi des cours à l’école préparatoire Summer Fields. Il y obtient une
bourse pour Eton et pour le Wellington College, où il étudie le grec et le latin. Pendant la
Deuxième Guerre mondiale, il sert dans la Royal Air Force et les forces spéciales. Il est décoré
pour ses faits d’armes et élevé au rang de capitaine. Il commence à tourner pour le cinéma en
1947, et dans un premier temps, il est sous contrat avec la société spécialisée dans le
divertissement Rank Organization.
Depuis, Christopher Lee a joué dans plus de 250 films et téléfilms. Pour ne citer que les
plus connus : LE CONTE DES DEUX VILLES, DRACULA, LA MALEDICTION DES
PHARAONS, LE DIEU D’OSIER, LA VIE PRIVEE DE SHERLOCK HOLMES, LES
TROIS MOUSQUETAIRES, ON L’APPELAIT MILADY, 1941, LES NAUFRAGES DU 747,
et GREMLINS 2, LA NOUVELLE GENERATION. Il affronte James Bond, le héros créé par
son cousin Ian Fleming, dans L’HOMME AU PISTOLET D’OR.
Entre autres exploits, il est le seul à avoir incarné et Sherlock Holmes, et son frère
Mycroft, il a exécuté Charles Ier, roi d’Angleterre, et Louis XVI, roi de France, et il détient le
record mondial du nombre de combats à l’épée devant une caméra. Il a longtemps effectué ses
propres cascades et est membre d’honneur de trois syndicats de cascadeurs. Il a tourné en russe,
en français, en italien, en allemand et en espagnol, dans tous les coins du globe.
À la télévision, on se souvient de sa prestation dans la mini-série GORMENGHAST. Il
considère comme l’un de ses plus grands titres de gloire d’avoir participé au "Saturday Night
Live" en 1978 aux côtés de l’équipe originale composée, entre autres, de John Belushi, Dan
Aykroyd, Bill Murray, Gilda Radner, Laraine Newman et Jane Curtin. À ce jour, c’est toujours le
troisième épisode le mieux noté des 38 saisons.
Il est monté sur scène pour des pièces de théâtre et des opéras, et a enregistré pour des
radios du monde entier. Il a chanté dans "The Return Of Captain Invincible", enregistré The King
of Elfland’s Daughter pour Chrysalis Records, The Soldier’s Tale de Stravinsky et Peter and the Wolf de
Prokofiev sous la direction de Yehudi Menuhin, tous deux pour Nimbus Records, Devils, Rogues
and Other Villains, from Broadway to Bayreuth dans "The King and I", et bien d’autres encore. Plus
récemment, il a enregistré un album avec le groupe de metal mondialement connu Rhapsody of
Fire, ainsi que le single "The Magic of the Wizard’s Dream", qui s’est classé dans les hit-parades.
Il a enregistré un album solo et un DVD intitulé Revelation : c’était la première fois qu’une
personne de son âge enregistre un album solo qui finit disque de platine. Il a également enregistré
deux albums de metal, "Charlemagne: By the Sword and the Cross" et "Charlemagne: Omens of
Death". L’an passé, Tony Iommi, membre fondateur du groupe Black Sabbath, lui a remis le
Spirit of Hammer Award lors de la cérémonie des Metal Hammer Golden God awards.
Parmi les ouvrages qu’il a publiés figure une autobiographie, Tall, Dark and Gruesome
(Grand, ténébreux et horrible), publié une première fois par W.H. Allen en 1977, une deuxième en
1997 et une troisième en 2003 par Orion Books Ltd sous le titre Lord of Misrule (Le seigneur du
chaos), avec une préface de Peter Jackson.
Christopher Lee a reçu de nombreux prix pour sa carrière cinématographique aux ÉtatsUnis, en France, en Allemagne, en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni. Il est commandeur de
l’Ordre de Malte, l’ordre le plus ancien du monde. En 2002, à Vienne, Mikhaïl Gorbatchev lui
remet personnellement le prestigieux Lifetime World Actor Award. Le gouvernement français l’a
nommé Officier des Arts et des Lettres. En 2001, il est nommé Commandeur de l’ordre de
l’Empire britannique (CBE), et en 2009, il est fait Knight Bachelor pour sa contribution aux arts
dramatiques et aux œuvres de bienfaisance.
HUGO WEAVING (Elrond) est l'un des comédiens australiens les plus célèbres. Il
travaille depuis plus de trois décennies pour le cinéma, la télévision et le théâtre.
Hugo Weaving a reçu quatre Australian Film Institute (AFI) Awards. Il est couronné
meilleur acteur pour la première fois en 1991 pour PROOF, de Jocelyn Moorhouse, où il
interprétait un photographe aveugle. En 1994, il est nommé dans la même catégorie pour sa dragqueen Mitzi Del Bra dans PRISCILLA, FOLLE DU DESERT, de Stephan Elliott. En 1998, il
est à nouveau sacré meilleur acteur pour sa prestation dans THE INTERVIEW, de Craig
Monahan, qui lui vaut également le trophée du meilleur acteur au Festival des films du monde de
Montréal. En 2005, sa prestation aux côtés de Cate Blanchett et Sam Neill dans le film LITTLE
FISH, encensé par la critique, lui permet de décrocher son troisième AFI Award du meilleur
acteur. Enfin, en 2012, il est à nouveau distingué, cette fois en tant que meilleur acteur dans un
second rôle, pour ORANGES AND SUNSHINE, où il partage l’affiche avec Emily Watson et
David Wenham, pour lequel il décroche aussi un Film Critics Circle of Australia Award du
meilleur acteur dans un second rôle.
En 2012, il s’est glissé dans la peau de nombreux personnages au fil des histoires
entremêlées du film à grand spectacle de Lana Wachowski, Tom Tykwer, et Andy Wachowski
CLOUD ATLAS. On le connaît surtout pour son interprétation de l’agent Smith dans la trilogie
MATRIX, des Wachowski, ainsi que de l’énigmatique V de V POUR VENDETTA. Il reprend
aujourd’hui le rôle d’Elrond, qu’il incarnait déjà dans la trilogie LE SEIGNEUR DES
ANNEAUX de Peter Jackson. Auparavant, il a campé Johann Schmidt/Crâne Rouge dans le
CAPTAIN AMERICA de Joe Johnston, avec qui il a également collaboré sur WOLFMAN. On
le retrouvera dans HEALING et THE MULE.
Hugo Weaving est aussi connu pour son travail de doubleur, notamment pour le
personnage de Mégatron dans le film à grand spectacle de Michael Bay TRANSFORMERS et ses
suites TRANSFORMERS 2 : LA REVANCHE et TRANSFORMERS 3 – LA FACE CACHEE
DE LA LUNE, ainsi que Noctus/Scrogne dans LE ROYAUME DE GA’HOOLE – LA
LEGENDE DES GARDIENS de Zack Snyder, de Noé l’Ancien dans le film récompensé aux
Oscars HAPPY FEET, de George Miller et sa suite HAPPY FEET 2, et de Rex le chien de
berger dans BABE, LE COCHON DEVENU BERGER et sa suite BABE 2, LE COCHON
DANS LA VILLE.
Hugo Weaving joue également beaucoup au théâtre. On l’a notamment vu dans "Oncle
Vania", de la Sydney Theatre Company, avec aussi Cate Blanchett et Richard Roxburgh, dans
"Hedda Gabler", de nouveau avec Cate Blanchett, dans "Riflemind", sous la direction de Phillip
Seymour Hoffman, ainsi que dans de nombreuses productions au célèbre Belvoir St Theatre de
Sydney, dont "L’alchimiste" et "The Popular Mechanicals" avec Geoffrey Rush.
ORLANDO BLOOM (Legolas) a interprété Legolas pour la première fois dans la
trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX de Peter Jackson. Pour le troisième volet, LE
RETOUR DU ROI, il a partagé un Screen Actors Guild (SAG) Award avec ses partenaires.
Né à Canterbury, au Royaume-Uni, Bloom a été formé au National Youth Theatre de
Londres. Il est ensuite sélectionné pour suivre les cours de la British American Drama Academy.
Au terme de sa formation, il débute sa carrière cinématographique dans OSCAR WILDE, avec
Stephen Fry et Jude Law. Il rejoint ensuite la prestigieuse école Guildhall School of Music and
Drama de Londres, où il joue dans de nombreuses pièces comme "Peer Gynt" et "La Nuit des
rois". Son diplôme en poche, il participe alors à la série de films qui va lancer sa carrière : la
trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX de Peter Jackson.
On le retrouve dès l’été 2003 avec Johnny Depp et Keira Knightley dans le film à succès
de Disney PIRATES DES CARAÏBES : LA MALEDICTION DU BLACK PEARL, réalisé par
Gore Verbinski. Il renoue ensuite avec le personnage de Will Turner dans PIRATES DES
CARAÏBES : LE SECRET DU COFFRE et PIRATES DES CARAÏBES : JUSQU’AU BOUT
DU MONDE, toujours sous la direction de Verbinski. Cette trilogie triomphe au box-office
mondial.
Il retrouve Ridley Scott, avec lequel il a déjà collaboré pour LA CHUTE DU FAUCON
NOIR, en campant le rôle titre de KINGDOM OF HEAVEN. Après les croisades, il change de
registre
avec
son
premier
rôle
américain
contemporain
dans
RENCONTRES
A
ELIZABETHTOWN de Cameron Crowe.
Au cinéma, on a aussi pu le voir dans NED KELLY avec Heath Ledger; TROIE de
Wolfgang Peterson avec Brad Pitt; HAVEN avec Zoe Saldana; et NEW YORK, I LOVE YOU
avec Christina Ricci, SYMPATHY FOR DELICIOUS, premier long métrage de Mark Ruffalo,
avec Laura Linney, MAIN STREET d’Horton Foote, LES TROIS MOUSQUETAIRES de Paul
W.S. Anderson, et ZULU de Jérôme Salle, avec Forest Whitaker, présenté en clôture du festival
de Cannes 2013.
Il a fait ses débuts sur scène dans le West End londonien pour la reprise de "In
Celebration" de David Storey. Puis, il joue pour la première fois à Broadway, en 2013, dans
"Roméo et Juliette", sous la direction de David Leveaux.
DERRIÈRE LA CAMÉRA
PETER JACKSON (Réalisateur/producteur/scénariste) est l’un des cinéastes les plus
populaires du monde. Il est surtout célèbre pour la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX,
œuvre monumentale qu’il a réalisée, coécrite et produite avec ses collaboratrices régulières et
lauréates d’un Oscar, Fran Walsh et Philippa Boyens. Sur trente nominations, les trois films ont
remporté dix-sept Oscars, dont celui du meilleur film pour le dernier volet. Peter Jackson et Fran
Walsh avaient décroché leur première nomination aux Oscars dans la catégorie du meilleur
scénario original pour CREATURES CELESTES, film plébiscité par la critique.
Le cinéaste s'est replongé dans le monde de la Terre du Milieu, en réalisant, coécrivant et
produisant la trilogie adaptée du chef d'œuvre de la littérature mondiale, LE HOBBIT de J.R.R.
Tolkien. Le premier volet, LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU, a engendré plus d'un
milliard de dollars de recettes mondiales et été cité trois fois à l'Oscar. Le deuxième volet, LE
HOBBIT : LA DESOLATION DE SMAUG, sorti en 2013, a généré plus de 950 millions de
dollars de recettes mondiales et trois citations à l'Oscar.
On doit également au metteur en scène et à sa société de production néo-zélandaise,
WingNut Films, le succès mondial du remake de KING KONG en 2005, qui a rapporté plus de
500 millions de dollars et trois Oscars. Plus récemment, Peter Jackson a porté à l’écran LOVELY
BONES, une adaptation nommée aux Oscars du roman encensé d’Alice Sebold, "La Nostalgie de
l’ange". Il a également produit DISTRICT 9, une réussite mondiale récompensée par une
nomination aux Oscars dans la catégorie du meilleur film.
Peter Jackson a produit LES AVENTURES DE TINTIN : LE SECRET DE LA
LICORNE aux côtés de Steven Spielberg et Kathleen Kennedy. Le film, réalisé par Spielberg, a
remporté, parmi de nombreuses nominations et récompenses, le Golden Globe du meilleur film
d’animation et le Producers Guild of America Award du producteur du film d’animation de
l’année. Inspirée de la bande dessinée mondialement connue créée par Hergé, cette œuvre
constitue la première partie d’une trilogie. Peter Jackson réalisera le deuxième volet.
Il a été décoré du titre de chevalier en 2010 pour ses services rendus à l’industrie du
cinéma.
FRAN WALSH (Productrice/scénariste) a participé à l’écriture, à la production et à la
composition musicale de LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LE RETOUR DU ROI, qui lui a
valu trois Oscars, deux BAFTA et deux Golden Globes dans la catégorie du meilleur film. Elle a
également décroché un Grammy Award pour la chanson "Into the West", ainsi qu’un Producers
Guild Award. Fran Walsh avait déjà été récompensée par différentes nominations, dont trois aux
Oscars, pour son travail de scénariste et de productrice sur les deux premiers volets de la trilogie,
LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTE DE L’ANNEAU et LE
SEIGNEUR DES ANNEAUX : LES DEUX TOURS.
Elle s'est replongée dans la Terre du Milieu pour coécrire et produire la trilogie adaptée
du chef d'œuvre de la littérature mondiale, LE HOBBIT de J.R.R. Tolkien. Elle a également
collaboré aux chansons du film, comme "Torture Song", qu'elle a coécrite avec Philippa Boyens.
Fran Walsh a été nommée pour la première fois aux Oscars dans la catégorie du meilleur
scénario original pour son travail sur CREATURES CELESTES, œuvre coécrite avec Peter
Jackson. Plus récemment, elle a collaboré avec ce dernier en tant que productrice et scénariste sur
le remake de KING KONG sorti en 2005 et sur LOVELY BONES, l’adaptation du succès de
librairie. Parmi les premiers films qu’elle a cosignés avec Peter Jackson se trouvent FANTOMES
CONTRE FANTOMES, BRAINDEAD, et LES FEEBLES.
Fran Walsh a entamé sa carrière de scénariste peu de temps après avoir obtenu son
diplôme à l’université Victoria de Wellington, où elle s’est spécialisée en littérature anglaise. Elle
possède également une formation dans le domaine musical.
PHILIPPA BOYENS (Scénariste/coproductrice) a été couronnée par un Oscar et un
BAFTA dans la catégorie du meilleur scénario adapté, reçus conjointement avec Peter Jackson et
Fran Walsh pour LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LE RETOUR DU ROI. Elle a également
obtenu une nomination aux Writers Guild of America Awards. Elle avait déjà été nommée aux
Oscars, aux BAFTA Awards et aux Writers Guild of America Awards pour son travail sur le
premier volet de la trilogie, LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTE DE
L’ANNEAU, qui marque ses premiers pas de scénariste. Elle a en outre coécrit le scénario de
LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LES DEUX TOURS.
Elle s'est replongée dans la Terre du Milieu pour coécrire et produire la trilogie adaptée
du chef d'œuvre de la littérature mondiale, LE HOBBIT de J.R.R. Tolkien. Elle a également
collaboré aux chansons du film, comme "Torture Song", qu'elle a coécrite avec Fran Walsh.
Depuis lors, Philippa Boyens a de nouveau collaboré avec Peter Jackson sur le scénario
du remake de KING KONG et de LOVELY BONES, inspiré du roman à succès d’Alice Sebold.
Elle a également coproduit les deux films.
Avant de s’attaquer à l’écriture de scénarios, Philippa Boyens a travaillé dans le monde du
théâtre en tant qu’auteure, enseignante, productrice et éditrice. Elle s’est ensuite tournée vers le
cinéma, et a occupé le poste de directrice du New Zeland Writers Guild, syndicat des auteurs
néo-zélandais. En 2000, le magazine américain Variety l’a désignée comme l’un des dix scénaristes
à suivre.
Scénariste, réalisateur, producteur et auteur, GUILLERMO DEL TORO (Scénariste)
est l'un des artistes les plus visionnaires de sa génération. D'origine mexicaine, Guillermo Del
Toro s’est fait connaître à travers le monde grâce à CRONOS, une coproduction américanomexicaine qu’il a lui-même mise en scène à partir de son scénario. Sorti en 1993, ce film d’horreur
fantastique a reçu le prix de la critique au Festival de Cannes, ainsi que neuf Ariel Awards, les
Oscars mexicains.
Il a ensuite poursuivi sa carrière de cinéaste avec L’ÉCHINE DU DIABLE, souvent cité
comme l'un des meilleurs films de genre de tous les temps.
En 2004, il signe HELLBOY, avec Ron Pearlman, puis HELLBOY II : LES LEGIONS
D’OR MAUDITES, quatre ans plus tard.
Il a été applaudi sur la scène internationale pour son rôle de réalisateur, auteur et
producteur du drame fantastique LE LABYRINTHE DE PAN, sorti en 2006. Le film a récolté
six nominations aux Oscars, notamment dans la catégorie du meilleur film étranger et du meilleur
scénario original. Il a également remporté l’Oscar des meilleurs décors, de la meilleure
photographie et du meilleur maquillage. LE LABYRINTHE DE PAN demeure le film de langue
espagnole le plus lucratif de tous les temps aux États-Unis, et a raflé plus de quarante
récompenses internationales. Trente-cinq critiques de cinéma l’ont par ailleurs cité dans leur liste
des meilleurs films de l’année.
En 2013, il écrit et réalise PACIFIC RIM, avec Charlie Hunnam et Idris Elba, qui
remporte 400 millions de dollars de recettes mondiales.
Il achève actuellement CRIMSON PEAK, qui réunit Mia Wasikowska, Tom Hiddleston,
Jessica Chastain et Charlie Hunnam.
Il a produit MAMA, avec Jessica Chastain, et il développe THE SECRET GARDEN,
THE HAUNTED MANSION, THE DARK UNIVERSE et BEAUTY AND THE BEAST.
En
2007,
Guillermo Del
Toro
a
produit
le
thriller
fantastique
espagnol
L’ORPHELINAT, le film hispanophone qui a généré le plus recettes dans l’histoire du pays,
RUDO ET CURSI, mis en scène par Carlos Cuarón en 2008, et BIUTIFUL, écrit et réalisé par
Iñárritu en 2010.
Côté animation, il a été producteur exécutif de KUNG FU PANDA 2, LE CHAT
POTTÉ et LES CINQ LÉGENDES. Il produit THE BOOK OF LIFE et PINOCCHIO.
Dernièrement, Guillermo Del Toro s’est tourné vers le milieu de l’édition. Il a coécrit
avec l’auteur Chuck Hogan le roman d’épouvante "La lignée", publié en juin 2009 par William
Morrow et qui a fait son entrée au neuvième rang des bestsellers du New York Times. Ils ont
depuis lors collaboré sur "La chute" et "La nuit éternelle", également apparus sur la liste des dix
meilleurs bestsellers du New York Times. Guillermo Del Toro est actuellement en train d’adapter
la trilogie pour la chaîne de télévision FX. Il a également publié récemment "Guillermo del Toro :
Cabinet of Curiosities", ouvrage illustré qui comprend des notes et des dessins de ses carnets de
bord.
CAROLYNNE
CUNNINGHAM
(Productrice)
travaille
dans
l’industrie
du
divertissement depuis plus de trente ans. Elle a tout d’abord collaboré avec Peter Jackson sur
CREATURES CELESTES en tant que première assistante réalisateur. Les deux cinéastes se sont
ensuite retrouvés sur LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, l’ambitieuse trilogie maintes fois
oscarisée. Elle a remporté un Directors Guild of America Award pour son rôle dans l’équipe de
réalisation sur le dernier volet, LE RETOUR DU ROI. Carolynne Cunningham a ensuite
poursuivi sa collaboration avec Peter Jackson sur KING KONG et LOVELY BONES dans le
rôle de productrice, tout en gardant sa fonction de première assistante réalisateur.
Elle a ensuite fait équipe avec le metteur en scène Neill Blomkamp et produit le long
métrage de science-fiction DISCTRICT 9, qui a connu un succès retentissant et lui a valu une
nomination aux Oscars dans la catégorie du meilleur film et une nomination aux Producers Guild
Awards aux côtés de Peter Jackson.
Tout récemment elle a refait équipe avec le cinéaste pour la trilogie du HOBBIT.
ZANE WEINER (Producteur) a récemment coproduit le film RECHERCHE BAD
BOYS DESESPEREMENT. Il a collaboré pour la première fois avec Peter Jackson en tant que
directeur de production sur la trilogie à succès LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, et a refait
équipe avec le cinéaste pour les deux premiers volets de la trilogie du HOBBIT.
Après avoir été producteur exécutif sur LA GRANDE ARNAQUE, Zane Weiner a
occupé le poste de président de la production physique pour Shangri-La Entertainement de 2003
à 2009. C’est pendant cette période qu’il a produit SHINE A LIGHT de Martin Scorsese, et qu’il
a été producteur délégué sur BEOWULF et LE POLE EXPRESS de Robert Zemeckis, sur FOR
YOUR CONSIDERATION de Christopher Guest, et sur LOOKING FOR COMEDY IN
THE MUSLIM WORLD d’Albert Brooks.
Il est également apparu au générique en tant que coproducteur de THE CREW, avec
Richard Dreyfuss et Burt Reynold dans les rôles principaux, et en tant que régisseur général de
RAPA NUI, 8 MILE, film de Curtis Hanson acclamé par la critique, et WONDER BOYS.
Avant d’entamer sa carrière au cinéma, Zane Weiner a occupé le poste de régisseur sur
plus de vingt productions théâtrales encore en tournée aujourd’hui, dont certaines productions de
Broadway, notamment "Chorus Line", "Cats", "Dreamgirls", "Ballroom", "Les pirates de
Penzance", "Chess" et "Nicholas Nickleby" de la Royal Shakespeare Company.
ALAN HORN (Producteur exécutif) est depuis plus de quarante ans l’un des
producteurs les plus influents et respectés du cinéma. Il assure actuellement la présidence des
studios Walt Disney, dont il supervise les activités à l’échelle mondiale, notamment la production,
la distribution et le marketing des films d’animation avec prises de vues réelles de Disney, Pixar et
Marvel. Il dirige également le marketing et la distribution des films de DreamWorks Studios sortis
sous le label Touchstone Pictures, et les productions théâtrales et musicales de Disney.
De 1999 à 2011, Alan Horn a été président et directeur général de Warner Bros.
Entertainment, à la tête des opérations relatives au cinéma et au divertissement à domicile du
studio, dont Warner Bros. Pictures Group, Warner Premiere, Warner Bros. Theatrical Ventures
et Warner Home Video. Sous sa présidence, Warner Bros. a occupé sept fois la place du studio le
plus performant au box office mondial, et a sorti de nombreux films à grand succès encensés par
la critique, dont la série HARRY POTTER, BATMAN BEGINS, THE DARK KNIGHT : LE
CHEVALIER NOIR, CHARLIE ET LA CHOCOLATERIE, HAPPY FEET, SHERLOCK
HOLMES, LES INFILTRES, MILLION DOLLAR BABY, les deuxième et troisième volets de
MATRIX, et la trilogie OCEAN’S ELEVEN.
Avant d'intégrer Warner Bros., Alan Horn a mené une carrière brillante et active dans
l’industrie du cinéma et de la télévision. Il a cofondé Castle Rock Entertainment (CRE) en 1987,
dont il occupé le poste de président et directeur général. C’est sous sa présidence que Castle Rock
a acquis une renommée mondiale grâce à SEINFELD, le plus gros succès télévisuel tous les
temps, et grâce à diverses nominations aux Oscars dans la catégorie du meilleur film pour DES
HOMMES D’HONNEUR, LES EVADES, LA LIGNE VERTE, et de nombreux autres succès
tels que QUAND HARRY RENCONTRE SALLY et DANS LA LIGNE DE MIRE. En 1993,
Castle Rock Entertainment a été vendu à Turner Broadcasting System, Inc., et à la suite de la
fusion de TBS et Time Warner Inc. en 1996, Castle Rock a intégré la famille Warner Bros. Le
studio a repris en 1998 la distribution des films et émissions de télévision de Castle Rock. Avant
cela, Alan Horn a occupé le poste de président et directeur général d'Embassy Communications,
une société détenue par A. Jerrold Perenchio et le légendaire producteur Norman Lear.
Alan Horn a décroché une maîtrise en administration des affaires à la Harvard Business
School et a travaillé pendant deux ans pour Procter & Gamble dans le domaine de la gestion de
marque. Il avait auparavant servi dans l’armée de l’air américaine pendant près de cinq ans,
atteignant le grade de capitaine.
En 2004, il a remporté le prix du pionnier de l’année attribué par la Will Rogers Motion
Picture Pioneers Foundation. En 2007 lui a été décerné le prix du leadership de la Harvard
Business School, et en 2008, le Milestone Award de la Producers Guild of America. Alan Horn a
également obtenu en 2010 un doctorat honoris causa en beaux-arts de l’Union College, situé à
New York. Il siège au conseil d’administration de l’American Film Institute, de l’Autry National
Center à Los Angeles et de la Harvard-Westlake School, et occupe le poste de vice-président du
Natural Resources Defense Council (NRDC). Il est également membre fondateur du conseil de
l’Environmental Media Association.
TOBY EMMERICH (Producteur exécutif) occupe le poste de président et directeur
général de New Line Cinema depuis 2008. Il a exercé auparavant la fonction de président de la
production, à laquelle il fut promu en janvier 2001, et a chapeauté la période la plus faste de
l’histoire de la société. Il assume depuis peu la direction des salles de cinéma Warner.
Depuis qu’il est à la tête de la production, New Line a sorti plusieurs longs
métrages aussi divers que LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LE RETOUR DU ROI, film à
succès récompensé d’un Oscar ; SERIAL NOCEURS, le plus gros succès de l’année 2005 en
matière de comédie ; ELFE ; N’OUBLIE JAMAIS ; HAIRSPRAY; SEX AND THE CITY ;
VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE ; VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE 2 :
L’ÎLE MYSTERIEUSE ; CE QUE PENSENT LES HOMMES ; TOUT… SAUF EN
FAMILLE, VALENTINE’S DAY ; COMMENT TUER SON BOSS ? ; 17 ANS ENCORE;
JACK LE CHASSEUR DE GEANTS ; THE CONJURING – LES DOSSIERS WARREN,
LES MILLER UNE FAMILLE EN HERBE, et COMMENT TUER SON BOSS ? 2. Il prépare
actuellement VACATION.
Producteur aguerri, Toby Emmerich a également été président de New Line Music. Il est
aussi le scénariste et producteur accompli de FREQUENCE INTERDITE, succès surprise
interprété par Dennis Quaid et Jim Caviezel.
Toby Emmerich a rejoint New Line en 1992 à un double poste, en tant que chargé du
développement et chargé de la musique. Dans son rôle de producteur musical, il a supervisé
l’élaboration des bandes originales devenues disques d’or et de platine de films comme SEVEN,
AUSTIN POWERS, AUSTIN POWERS : L’ESPION QUI M’A TIREE, MASSACRE A LA
TRONÇONNEUSE, ELFE, FRIDAY AFTER NEXT, MENACE II SOCIETY, LOVE
JONES, FREDDY CONTRE JASON, WHO’S THE MAN?, ABOVE THE RIM, THE
MASK, DUMB & DUMBER et MORTAL KOMBAT.
Avant d’entrer chez New Line, Toby Emmerich a été directeur artistique chez Atlantic
Records de 1987 à 1992. Il a fréquenté la Calhoun School et la Wesleyan University, dont il est
sorti diplômé en lettres classiques et en cinéma avec mention et le titre honorifique de Phi Beta
Kappa en 1985.
KEN KAMINS (Producteur exécutif) est né à New York, dans le quartier de Brooklyn,
et est diplômé de la Northwestern University School of Speech. Il s’est orienté vers l’industrie
cinématographique peu de temps après être sorti de l’université, en décrochant un emploi chez
MGM/UA au département des ventes pour les films 16mm. Il est ensuite devenu vice-président
des acquisitions mondiales pour RCA/Columbia Pictures Home Video.
En 1992, il a rejoint l’équipe de l’InterTalent Agency, marquant ainsi le début d’une
collaboration longue de 21 ans avec Peter Jackson. Ken Kamis a ensuite travaillé pour l’agence
artistique ICM comme vice-président exécutif, où il a monté le financement de la trilogie
oscarisée LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, et celui d’autres films indépendants comme
GODSFORD PARK de Robert Altman, GANGS OF NEW YORK de Martin Scorsese, ou
encore LE GENERAL de John Boorman.
En 2004, Ken Kamis a créé Key Creatives, sa propre agence artistique, qui compte
comme clients Peter Jackson, Fran Walsh, Philippa Boyens, le scénariste et producteur
Christopher McQuarrie, ainsi que l’équipe de cinéastes regroupant Paul W.S. Anderson et Jeremy
Bolt.
Il a également été producteur de longs métrages comme DISTRICT 9, le film culte de
science-fiction réalisé par Neill Blomkamp ; LOVELY BONES de Peter Jackson avec Saoirse
Ronan, Mark Walberg et Rachel Weiss ; et VALKYRIE avec Tom Cruise dans le rôle principal,
écrit et produit par Christopher McQuarrie et mis en scène par Bryan Singer. Ken Kammins a
plus récemment été producteur exécutif de JACK REACHER de Christopher McQuarrie, avec
Tom Cruise, et des AVENTURES DE TINTIN : LE SECRET DE LA LICORNE, film né de la
collaboration de Steven Spielberg et de Peter Jackson et réalisé par Spielberg.
Il est actuellement producteur exécutif de la trilogie du HOBBIT de Peter Jackson.
CAROLYN BLACKWOOD (Productrice exécutive) occupe le poste de vice-président
exécutif du département stratégie et opérations pour New Line Cinema. Elle joue un rôle
essentiel dans la direction stratégique de la société et est responsable de la gestion quotidienne des
opérations, notamment de la supervision du département des affaires juridiques et commerciales.
Elle s’est avérée un membre essentiel de l’équipe responsable du financement de la trilogie du
HOBBIT en Nouvelle-Zélande, le pays natal de Peter Jackson, et elle continue à superviser toute
la production de la trilogie aux côtés de Toby Emmerich, le président de New Line. Le premier
opus de la trilogie est sorti en salles en 2012, et le deuxième en 2013.
Carolyn Blackwood a intégré New Line Cinema en 1999 en tant qu’avocat de production,
et a gravi les échelons pour devenir premier vice-président des affaires commerciales, puis viceprésident exécutif des affaires commerciales et des coproductions, où elle s’est spécialisée dans
l’acquisition de films, la coproduction et les accords de cofinancement. En 2005, elle a joué un
rôle décisif dans le lancement de Picturehouse, entreprise commune entre HBO et New Line
Cinema, et a supervisé les affaires commerciales et juridiques de Picturehouse. Elle a obtenu le
poste qu’elle occupe actuellement chez New Line début 2008.
Avant de rejoindre les rangs de New Line, Carolyn Blackwood a travaillé pour MDP
Worldwide, société indépendante de production et de vente, au poste de responsable des affaires
commerciales et juridiques. Elle a étudié à la Fordham University, où elle s’est spécialisée en
études américaines et en beaux-arts. Elle a obtenu par la suite un diplôme de droit à la
Pepperdine University.
Auparavant, Carolyn Blackwood a été productrice déléguée sur la comédie dramatique
THE WOMAN écrite et réalisée par Diane English.
ANDREW LESNIE (Directeur de la photographie) a collaboré avec Peter Jackson sur
la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX, KING KONG, et LOVELY BONES. Il a
décroché l’Oscar de la meilleure photographie en 2002 pour LE SEIGNEUR DES ANNEAUX :
LA COMMUNAUTE DE L’ANNEAU, un BAFTA en 2004 pour LE SEIGNEUR DES
ANNEAUX : LE RETOUR DU ROI, et a été couronné par de multiples prix décernés par la
critique. Il s'est replongé dans la Terre du Milieu pour collaborer avec Peter Jackson sur la trilogie
du HOBBIT. Le premier volet, LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU, est sorti en salles
en 2012, et le deuxième en 2013.
Il a obtenu trois nominations aux BAFTA et trois nominations à l’American Society of
Cinematographers (ASC). Il a également raflé à deux reprises l’Australian Cinematographers
Society MILLI Award, devenant ainsi le chef-opérateur australien de l’année deux années
consécutives.
Le film DOING TIME FOR PATSY CLINE a décroché le prix de l’Australian Film
Institute dans la catégorie de la meilleure photographie, le prix du Film Critics Circle of Australia
et le Gold Award de l’ACS. Andrew Lesnie a également empoché le Golden Tripod Award de
l’ACS pour BABE, LE COCHON DEVENU BERGER, SPIDER & ROSE, et LA
TENTATION D’UN MOINE, film tourné en Chine avec Joan Chen pour vedette.
Son nom est apparu plus récemment au générique de JE SUIS UNE LEGENDE avec
Will Smith, des films indépendants australiens LOVE’S BROTHER et BRAN NUE DAE, du
DERNIER MAITRE DE L’AIR et de LA PLANETE DES SINGES : LES ORIGINES. Il a
également éclairé BABE 2, LE COCHON DANS LA VILLE, THE SUGAR FACTORY,
POUR L’AMOUR DE L’ART, LES DENTS DE LA MORT, THE DELINQUENTS, BOYS
IN THE ISLAND, DAYDREAM BELIEVERS, UNFINISHED BUSINESS et HEALING.
À la télévision, Andrew Lesnie a travaillé sur les miniséries The RAINBOW WARRIOR
CONSPIRACY ; MELBA, pour laquelle il a remporté un Merit Award de l’ACS ; et CYCLONE
TRACY, qui lui a valu un Golden Tripod Award de l’ACS pour la meilleure photographie dans la
catégorie miniséries.
Fort d'une carrière très riche dans les domaines de l’information, du documentaire et du
reportage d’actualité, de la publicité et du clip vidéo, Andrew Lesnie a signé la photographie de
divers projets, comme le making of de MAD MAX 2 ; THE COMEBACK avec Arnold
Schwarzenegger ; et les documentaires STAGES sur Peter Brook et INSIDE PINE GAP sur les
relations entre l’Australie et les États-Unis.
DAN HENNAH (Chef décorateur) travaille dans l’industrie du cinéma depuis 1981. Il a
exercé divers rôles avant de s’établir définitivement dans le département artistique. Il occupe le
poste de directeur artistique depuis 1982, aussi bien pour la télévision que pour le cinéma.
Son premier long métrage en tant que directeur artistique a été LES PIRATES DE L’ILE
SAUVAGE en 1982. Il a collaboré pour la première fois avec Peter Jackson sur FANTOMES
CONTRE FANTOMES en 1995, avant de travailler comme directeur artistique et décorateur de
plateau sur la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX, de 1998 à 2003. Il a obtenu plusieurs
nominations et a récolté de multiples prix pour ce poste, notamment un Oscar pour LE
SEIGNEUR DES ANNEAUX : LE RETOUR DU ROI. Il a également été nominé aux Oscars
en tant que directeur artistique superviseur et décorateur de plateau pour KING KONG, sorti
peu de temps après la trilogie. Il a ensuite occupé le même poste sur LE DRAGON DES
MERS : LA DERNIERE LEGENDE.
Il s'est replongé dans la Terre du Milieu pour collaborer avec Peter Jackson sur la trilogie
du HOBBIT. Le premier volet, LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU, est sorti en salles
en 2012, et lui a valu une citation à l'Oscar.
Son nom apparaît en tant que chef décorateur au générique de UNDERWORLD 3 : LE
SOULEVEMENT DES LYCANS et de THE WARRIORS WAY. Du côté de la télévision, il a
travaillé sur LES MYSTERES DE LA BIBLIOTHEQUE de William Shatner, ainsi que sur LES
ROBINSONS SUISSES, THE LEGEND OF WILLIAM TELL, et ADRIFT. Il a également été
chef décorateur associé sur la série télévisée anglaise 99-1.
Dan Hennah est né à Hastings, en Nouvelle-Zélande. Il est diplômé de la faculté
d’architecture de l’université de Wellington.
JABEZ OLSSEN (Chef monteur) a obtenu une licence de philosophie avec mention à
l’université d’Otago, en Nouvelle-Zélande. Il a ensuite quitté sa ville natale de Dunedin pour
étudier à l’école de cinéma d’Auckland. C’est là qu’il a entamé sa carrière de monteur dans la
publicité, avant de devenir assistant-monteur, puis monteur, pour la télévision. Il a finalement
bifurqué vers le monde du cinéma avec la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX. Jabez
Olssen était chargé du programme de montage Avid sur LE SEIGNEUR DES ANNEAUX :
LES DEUX TOURS pour Mike Morton, le monteur du film, et a travaillé en étroite
collaboration avec Peter Jackson et Mike Horton pendant près de trois ans.
Jabez Olssen a ensuite quitté la Nouvelle-Zélande pour se consacrer à l’industrie du
cinéma britannique comme monteur effets spéciaux et assistant-monteur, notamment sur LA
PLUS BELLE VICTOIRE et LARA CROFT TOMB RAIDER : LE BERCEAU DE LA VIE.
De retour en Nouvelle-Zélande pour travailler sur KING KONG, Jabez Olssen a été
responsable de la prévisualisation des animations sur le film aux côtés de Peter Jackson pendant
la pré-production, avant d’être aux commandes du programme Avid pour le monteur Jamie
Selkirk, pendant le montage. C’est sur LOVELY BONES de Peter Jackson qu’il a occupé pour la
première fois le poste de monteur.
Il a récemment été monteur additionnel et chargé de la prévisualisation sur LES
AVENTURES DE TINTIN : LE SECRET DE LA LICORNE, de Steven Spielberg.
Il a récemment collaboré avec Peter Jackson sur la trilogie du HOBBIT.
HOWARD SHORE (Compositeur) compte parmi les compositeurs et chefs d’orchestre
les plus respectés, récompensés et prolifiques de notre temps. L’œuvre la plus imposante de sa
carrière est sa collaboration avec Peter Jackson sur la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX,
qui lui a valu trois Oscars, dont deux de la meilleure musique de film et un de la meilleure
chanson originale. Il a également été récompensé par quatre Grammy et trois Golden Globes.
Howard Shore est l’un des créateurs originaux de l’émission de télévision SATURDAY
NIGHT LIVE, dont il a été directeur musical de 1975 à 1980. C’est à cette période qu’il a
rencontré David Cronenberg, pour qui il a écrit la musique de treize films, dont LA MOUCHE,
CRASH et LE FESTIN NU. Ses musiques de film de A DANGEROUS METHOD, LES
PROMESSES DE L’OMBRE et FAUX-SEMBLANTS pour David Cronenberg lui ont chacune
valu un Genie Award, tandis que sa partition pour COSMOPOLIS a été récompensée pour la
musique et les chansons. Il continue aujourd’hui à s’illustrer sur de nombreux projets, et a
récemment été nominé aux Oscars pour la musique de HUGO CABRET de Martin Scorsese. Il
aussi a signé la composition des bandes originales des INFILTRES, AVIATOR, GANGS OF
NEW YORK et AFTER HOURS, œuvres du même réalisateur. Enfin, il a collaboré avec Tim
Burton sur ED WOOD, avec Jonathan Demme sur LE SILENCE DES AGNEAUX
et PHILADELPHIA, ou encore avec Chris Columbus sur MADAME DOUBTFIRE, pour ne
citer que ceux-là.
Il a récemment refait équipe avec Peter Jackson pour la partition de la trilogie du
HOBBIT, dont le premier volet est sorti en salles en 2012.
Sa musique est jouée en concert dans le monde entier. En 2003, Howard Shore a dirigé le
New Zealand Symphony Orchestra and Chorus pour la première mondiale de "The Lord of the
Rings Symphony" à Wellington. Depuis lors, l’œuvre a été jouée plus de 140 fois par les
orchestres les plus prestigieux du monde.
En 2008, la première de son opéra "The Fly" a eu lieu au Théâtre du Châtelet à Paris et au
Los Angeles Opera. Il a plus récemment composé "Fanfare" pour le Wanamaker Grand Court
Organ de Philadelphie, et un concerto pour piano, "Ruin and Memory", pour le pianiste chinois
Lang Lang, et Mythic Gardens pour Sophie Shao. Il travaille actuellement sur son second opéra.
Howard Shore a reçu le Career Achievement for Music Composition Award décerné par
le National Board of Review ; le New York Chapter du Recording Academy Honors ; le prix
Henry Mancini de L’american Society of Composers, Authors and Publishers ; le prix Frederick
Loewe ; et le prix Max Steiner à Vienne. Il détient un doctorat honorifique du Berklee College of
Music et de la York University. Il est Officier de l'ordre des Arts et des Lettres de France. Il a
également obtenu le prix du Gouverneur général du Canada.
BOB BUCK (Chef costumier) a été chef costumier sur LE HOBBIT : UN VOYAGE
INATTENDU, son premier long métrage d’envergure à ce poste.
Après avoir grandi à Hamilton, en Nouvelle-Zélande, Bob Buck a décroché un diplôme
universitaire en beaux-arts à la Ilam School of Art de Christchurch. Après avoir déménagé à
Auckland, il a débuté sa carrière au Mercury, célèbre théâtre néo-zélandais, avant de s’aventurer
sur la scène indépendante de l’industrie cinématographique et télévisuelle néo-zélandaise, où il
travaille désormais depuis dix-huit ans.
Bob Buck a travaillé pour la première fois en compagnie de Peter Jackson sur la trilogie
du SEIGNEUR DES ANNEAUX sur laquelle il a été coordinateur des armures pour Weta
Workshop, puis coordinateur des figurants dans le département costumes. Il a à nouveau
collaboré avec le réalisateur sur KING KONG, et a parcouru le pays et travaillé sur différents
projets tels que LE DERNIER SAMOURAÏ (en tant que coordinateur de la conception des
armures), RIVER QUEEN (en que chef costumier assistant) et WARRIORS WAY (comme
assistant créateur des costumes).
En tant que chef costumier, Bob Buck a conçu les costumes du film indépendant
TRACKER, et a assisté la conception des costumes sur le docudrame RAIN OF THE
CHILDREN, qui ont tous les deux été sélectionnés aux New Zealand Film and Television
Awards.
Bob Buck a également travaillé au service de la télévision en tant que chef costumier pour
plusieurs séries néo-zélandaises, comme BURYING BRIAN et THE NEW TOMORROW, et a
créé les costumes pour de nombreuses publicités nationales et internationales.
ANN MASKREY (Chef costumière) a étudié à la Wimbledon School of Art, où elle a
obtenu sa licence en scénographie théâtrale.
Elle s’est lancée dans une carrière de costumière à l’opéra de Glyndebourne dans le
Sussex, avant de devenir chef costumière pour le Crucible Theatre, dans le Yorkshire.
Abandonnant ensuite le théâtre et s’installant à son propre compte, elle a enchaîné de
nombreuses et célèbres productions télévisuelles anglaises en tant que créatrice de costumes,
comme FRENCH AND SAUNDERS, MISS MARPLE, BLEAK HOUSE, JANE EYRE, LA
VIPERE NOIRE et DU ROUGE A LEVRES SUR TON COL. Elle a également travaillé pour
différentes compagnies d’opéra et de ballet européennes.
Ann Maskrey a ensuite consacré une grande partie de sa carrière à de nombreux films
célèbres. Elle a occupé le poste de chef d’atelier sur THE DUCHESS, BATMAN BEGINS, LE
CHOC DES TITANS, LE CINQUIEME ELEMENT, JOHN CARTER et TROIE. Elle a été
assistant créatrice de costumes sur STAR WARS : ÉPISODE I – LA MENACE FANTOME et
LE PETIT MONDE DES BORROWERS. Elle a également lancé sa propre ligne de costumes
indépendante, concevant les costumes de SWEENEY TODD, LE DIABOLIQUE BARBIER
DE FLEET SREET, ALICE AU PAYS DES MERVEILLES, MEURS UN AUTRE JOUR, LE
DON DU ROI, LES LIAISONS DANGEREUSES, LE DERNIER DES MOHICANS,
ELIZABETH : L’AGE D’OR et NINE.
Ann Maskrey a occupé le poste de créatrice de costumes associée sur DU VENT DANS
LES SAULES de Terry Jones, et celui de chef costumière sur L’INCROYABLE HISTOIRE
DE PATRICK SMASH.
Tout récemment, elle a été chef costumière pour la trilogie du HOBBIT.
Elle s’est spécialisée au long de sa carrière en costumes d’époque et costumes
fantastiques.
RICHARD TAYLOR (Chef costumier/Superviseur armures, armes, créatures, et effets
spéciaux maquillage) est le copropriétaire et leader créatif de Weta Workshop, qu’il dirige en
compagnie de sa femme, Tania Rodger. Riche d’une expérience longue de vingt-cinq ans dans les
effets spéciaux, il s’est vu décerner cinq Oscars au cours de sa carrière. Il est également le
cofondateur de Weta Compagnies et du Street Stone Studio à Wellington, en Nouvelle-Zélande.
Bien que Richard Taylor tire sa renommée mondiale de son travail sur des films oscarisés,
dont la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX, KING KONG, LE MONDE DE NARNIA,
AVATAR et DISCTICT 9, Weta Workshop offre ses services à toutes les industries de la
création à travers le monde. Il dirige également avec son équipe une maison d’édition, une
entreprise de fabrication de cottes de mailles et une fonderie de bronze d’art avec un partenaire
chinois, un département d’articles de collection haut de gamme, et un magasin du nom de Weta
Cave.
Richard Taylor détient également Pukeko Pictures, une société de divertissement pour
enfant, avec Tania Rodger et Martin Baynton. Ensemble, ils ont créé et mis au point une série de
productions, dont l’émission télévisée récompensée JANE AND THE DRAGON, et THE
WOTWOTS, une série à succès pour les plus jeunes enfants. Plus récemment, Pukeko Pictures a
lancé un partenariat de coproduction avec la Chine afin de distribuer ses émissions télévisées sur
le marché chinois.
Pour parfaire leur parcours, Richard Taylor et Tania Rodger ont créé Stardog, société de
développement de la propriété intellectuelle axée sur le soutien d’idées de talents créatifs au sein
de Weta Workshop. La première œuvre développée par la société est la satire rétro de l’époque
d’Édouard VII, DR GRORDBORT’S.
Richard Taylor a également remporté quatre BAFTA, deux VES Awards, et un certain
nombre de récompenses nationales et internationales, dont des prix communautaires et
professionnels. En 2010, il a été fait chevalier de l’ordre du Mérite de Nouvelle-Zélande pour ses
services rendus à l’industrie du cinéma. Il soutient également le Neo Natal Trust de NouvelleZélande, aux côtés de sa femme.
JOE LETTERI (Superviseur des effets visuels) est célèbre pour son travail innovant
dans le domaine des effets visuels numériques, qui lui a permis de remporter à quatre reprises
l’Oscar des meilleurs effets visuels pour AVATAR, LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LES
DEUX TOURS, LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LE RETOUR DU ROI et KING
KONG. Il a également décroché un Technical Achievement Award pour avoir mis au point la
technique de la transluminescence qui a donné vie à Gollum.
Joe Letteri a rejoint Weta Digital en tant que superviseur des effets visuels sur LE
SEIGNEUR DES ANNEAUX : LES DEUX TOURS, et a transformé au cours de ces onze
dernières années la société en l’un des plus grands studios de création d’effets visuels du monde.
Il a mis au point de nombreuses techniques permettant d’apporter une qualité
photographique aux effets visuels numériques, qui sont désormais devenues de véritables
références en la matière. Il s’est spécialisé dans la création de créatures étonnamment réalistes,
comme les dinosaures de JURASSIC PARK, Gollum de la trilogie du SEIGNEUR DES
ANNEAUX, le gorille haut de huit mètres de KING KONG, les Na’vi d’AVATAR, et César de
LA PLANETE DES SINGES : LES ORIGINES et LA PLANETE DES SINGES :
L'AFFRONTEMENT.
Joe Letteri a dirigé le programme de recherche et de développement sur AVATAR
pendant quatre ans en tant que superviseur des effets visuels, permettant ainsi de créer des plans
plus larges et plus complexes que jamais. Pour ce faire, les prises de vue ont été réalisées sur une
scène virtuelle équipée d’un nouveau système de caméra, et une série d’outils a été élaborée,
permettant ainsi de mettre au point une nouvelle approche cinématographique : la production
virtuelle.
Joe Letteri a récemment été en lice pour l’Oscar des meilleurs effets visuels pour LA
PLANETE DES SINGES : LES ORIGINES, et a collaboré avec Steven Spielberg sur LES
AVENTURES DE TINTIN : LE SECRET DE LA LICORNE. Il a tout récemment été cité à
l'Oscar pour son travail sur les deux premiers volets de la trilogie du HOBBIT.
PETER SWORDS KING (Chef coiffure et maquillage) est un célèbre créateur de
coiffures et de maquillage. Véritable maître en son art, il a été couronné par de nombreux prix,
dont un Oscar et un BAFTA pour son travail sur la trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX. Il
a également travaillé aux côtés de Peter Jackson sur KING KONG et sur le premier volet de la
trilogie du HOBBIT, sorti en salles en 2012, qui lui a valu une nomination à l'Oscar. Il a été
nommé à six reprises aux BAFTA au cours sa carrière.
Il a commencé son parcours professionnel en 1970 dès sa sortie de l’école, et a travaillé au
sein de différentes troupes de théâtre, où il a culminé en tant que directeur d’un centre d’art
pendant deux ans avant de se réorienter vers le maquillage et la coiffure. Il a travaillé pour la
première fois dans ce secteur au Bristol Old Vic en 1980, où il a fait la connaissance de Peter
Owen, alors chef maquilleur. Il a ensuite suivi ce dernier au Welsh National Opera, et a continué
à travailler à ses côtés pendant cinq ans avant de monter leur propre compagnie, Owen King and
Co.
Sa carrière a atteint son point d’orgue lorsqu’il a conçu les décors de "Phantom of
the Opera", actuellement en tournée dans le monde entier. Il s’est ensuite orienté vers le monde
du cinéma, son point fort étant la création de perruques et d’accessoires d’époque. Son nom
apparaît plus récemment au générique de NANNY MCPHEE, NANNY MCPHEE ET LE
BIG BANG, BEYOND THE SEA, À LA CROISEE DES MONDES : LA BOUSSOLE D’OR
de Chris Weitz, UN ANGLAIS À NEW YORK de Robert B. Weides, L’HOMME SANS AGE
de Francis Ford Coppola, et NINE et PIRATES DES CARAÏBES : LA FONTAINE DE
JOUVENCE de Rob Marshall. Il travaille actuellement sur l'adaptation cinématographique de
INTO THE WOODS de Rob Marshall et ALICE IN WONDERLAND 2 : THROUGH THE
LOOKING GLASS.
JOHN HOWE (Graphiste) est surtout célèbre pour avoir contribué à une vaste gamme
de publications de J.R.R. Tolkien, allant des calendriers aux affiches en passant par des cartes, des
couvertures de livres et des jeux de société.
John Howe a illustré des dizaines d’œuvres, essentiellement historiques ou fantastiques,
ainsi que des livres pour enfants. Il a illustré "Beowulf" et a été chargé de la création de peintures
pour une édition limitée de "La bataille des rois" de George R.R. Martin. Il a dernièrement publié
l’ouvrage "Fantasy Art Workshop", qu’il définit comme un livre philosophique pour apprendre à
dessiner et à peindre, suivi de deux autres publications : "Forging Dragons" et "Fantasy Drawing
Workshop". Il a également écrit et illustré "Lost Worlds", œuvre qui explore une vingtaine de
civilisations disparues, aussi bien historiques que mythologiques. Il travaille actuellement sur de
nouveaux ouvrages de la même série.
Il a présenté de nombreuses expositions personnelles en France, en Italie, au Japon, en
Espagne et en Suisse au cours de ces vingt dernières années. Deux documentaires, JOHN
HOWE, THERE AND BACK AGAIN tourné en Suède et en Suisse en 2004, et THE LORD
OF THE BRUSH tourné au Canada en 2005, retracent sa vie et sa carrière.
ALAN LEE (Graphiste) est l’auteur des aquarelles de l’édition illustrée du "Seigneur des
anneaux" à l’occasion du centenaire de la naissance de l’auteur. Il a également réalisé les dessins
de "Bilbo le Hobbit" et "des Enfants de Húrin", et a travaillé pendant six ans en NouvelleZélande sur des illustrations destinées à la trilogie du "Seigneur des anneaux".
Parmi ses autres projets dans l’industrie du cinéma, Alan Lee a été chargé du graphisme
de LEGEND de Ridley Scott et d'ERIK LE VIKING de Terry Jones. Il a aussi travaillé quelques
semaines sur la conception de Skull Island, l’île du crâne de KING KONG de Peter Jackson.
Alan Lee est passionné depuis de longues années par les légendes nordiques et celtiques.
On le retrouve notamment dans les ouvrages suivants : "Faeries", avec Brian Froud,
"Mabigonion", "Castles", "The Mirrorstone", "The Moon’s Revenge", "Merlin Dreams", "Black
Ships before Troy", qui lui a valu plusieurs prix prestigieux, dont la Kate Greenway Medal, et
"The Wanderings of Odysseus". Les illustrations de "Shapeshifters: Tales from Ovid’s
Metamorphosis", écrit par de Adrian Mitchell, constituent son œuvre la plus récente.