Non classifié DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL Groupe de travail sur

Commentaires

Transcription

Non classifié DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL Groupe de travail sur
Non classifié
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Organisation de Coopération et de Développement Economiques
Organisation for Economic Co-operation and Development
27-Mar-2007
___________________________________________________________________________________________
_____________
Français - Or. Anglais
DIRECTION DE LA SCIENCE, DE LA TECHNOLOGIE ET DE L'INDUSTRIE
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Non classifié
COMITÉ DE LA POLITIQUE DE L'INFORMATION, DE L'INFORMATIQUE ET DES
COMMUNICATIONS
Groupe de travail sur les politiques d'infrastructure et de services de communication
LA CONVERGENCE FIXE-MOBILE : ÉVOLUTION DES MARCHÉS ET QUESTIONS TOUCHANT
À L'ACTION GOUVERNEMENTALE
Français - Or. Anglais
JT03224535
Document complet disponible sur OLIS dans son format d'origine
Complete document available on OLIS in its original format
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
AVANT-PROPOS
Ce document a été présenté au Groupe de Travail sur les Politiques d’Infrastructures et de Services de
Communication en décembre 2006 et a été déclassifié par le Comité de l’Information, de l’Informatique et
des Communications en mars 2007.
Ce rapport a été préparé par M. Yoshikazu Okamoto de la Direction de la Science, de la Technologie
et de l’Industrie de l’OCDE. Il est publié sous la responsabilité du Secrétaire Général de l’OCDE.
© OCDE 2007
2
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
TABLE DES MATIÈRES
AVANT-PROPOS ........................................................................................................................................ 2
POINTS ESSENTIELS ................................................................................................................................ 5
POINTS ESSENTIELS ................................................................................................................................ 5
1. Introduction ........................................................................................................................................... 6
2. Aspects technologiques ....................................................................................................................... 10
2-1. L'accès mobile sans licence (UMA, Unlicensed Mobile Access) ................................................ 10
2-2. La FMCA ..................................................................................................................................... 11
2-3. Femtocellules ............................................................................................................................... 12
2-4. IP Multimedia Subsystem (IMS).................................................................................................. 12
2-5. WiMAX mobile (y compris WiBro) ............................................................................................ 13
2-6. IEEE 802.20 ................................................................................................................................. 14
3. Description des marchés (Les analyses présentées dans cette section reposent sur des informations
disponibles en septembre-octobre 2006.)................................................................................................ 14
3-1. La raison d'être de la CFM ........................................................................................................... 14
3-2. Stades de la CFM ......................................................................................................................... 16
4. Conséquences pour l'action des pouvoirs publics ............................................................................... 21
4-1. Définitions des marchés pour la CFM.......................................................................................... 21
4-2. Questions relatives à la numérotation .......................................................................................... 22
4-3. Questions relatives au service universel....................................................................................... 24
4-4. Questions relatives à la régulation des prix.................................................................................. 24
4-5. Questions relatives à l'interconnexion.......................................................................................... 25
4-6. Questions relatives aux licences................................................................................................... 27
4-7. Questions relatives à la concurrence ............................................................................................ 28
ANNEXE.................................................................................................................................................... 31
Caractéristiques et tarifs des services dans quelques pays de l'OCDE.................................................... 31
France .................................................................................................................................................. 32
Allemagne............................................................................................................................................ 33
Italie..................................................................................................................................................... 34
Pays-Bas .............................................................................................................................................. 35
Royaume-Uni....................................................................................................................................... 36
Australie............................................................................................................................................... 37
Danemark............................................................................................................................................. 37
Finlande ............................................................................................................................................... 38
Hongrie ................................................................................................................................................ 38
Japon.................................................................................................................................................... 38
Corée.................................................................................................................................................... 39
Nouvelle-Zélande ................................................................................................................................ 39
Norvège ............................................................................................................................................... 40
Portugal................................................................................................................................................ 40
Espagne................................................................................................................................................ 40
Suisse................................................................................................................................................... 41
3
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
États-Unis ............................................................................................................................................ 41
VoWi-Fi............................................................................................................................................... 42
GLOSSAIRE .............................................................................................................................................. 43
Encadrés
Encadré 1. Principales fonctions de la FMCA
11
4
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
POINTS ESSENTIELS
Le présent document donne une vue d'ensemble de l'évolution vers la convergence fixe-mobile (CFM).
Cette évolution a pour moteur la baisse du revenu moyen par utilisateur sur le marché mobile et sur le
marché fixe et la concurrence émanant d'autres technologies ainsi que des services de téléphonie vocale sur
IP (Internet Protocol). La CFM sera facilitée par l'adoption des « réseaux de la prochaine génération » qui
véhiculeront tout le trafic de communications au moyen de l'Internet Protocol. Les principales
constatations sont les suivantes :
•
Divers moyens sont utilisés pour fournir des services CFM, certains étant plus intégrés
technologiquement que d'autres. On observe dans certains pays l'existence de téléphones bimodes
cellulaires/ Wi-Fi avec l'utilisation de modems Wi-Fi dans l'environnement du domicile pour
accéder à la VOIP par des connexions ADSL. Il existe des formes de CFM moins évoluées avec
des téléphones bimodes cellulaires/ Wi-Fi qui ne possèdent pas de fonction de basculement entre
réseaux ou qui ont une fonction de basculement mais n'utilisent pas un réseau téléphonique ou
haut débit fixe à domicile. Il existe aussi des services qui relient des réseaux fixes et mobiles sans
être technologiquement unifiés, comme ceux qui offrent une boîte vocale unique sur des réseaux
fixes et mobiles.
•
Des services voix et données pour les réseaux cellulaires sont vendus en produit combiné bien
que les services données soient quelquefois fournis pour des ordinateurs portables avec des cartes
sans fil. Dans ce cas, il n'y a pas d'interface entre les réseaux cellulaire et Wi-Fi et ces services
ont tendance à rester séparés.
•
Des services bimodes à base mobile avec des « zones maison » sont actuellement proposés avec
l'offre d'une ligne fixe virtuelle à l'intérieur d'une zone désignée autour du domicile. Les tarifs
dans la zone maison sont généralement similaires à ceux des opérateurs de réseaux fixes et plus
bas que les tarifs cellulaires appliqués en dehors de la zone maison.
Parmi les questions touchant à la réglementation et à l'action gouvernementale à l'égard de la CMF
abordées dans le présent document, on peut notamment mentionner les points suivants :
•
Du fait que les contours et/ ou les marchés des services changent, les autorités devront peut-être
réviser les définitions des marchés existantes et leurs réglementations pour éviter que ces cadres
existants ne fassent obstacle au développement de nouveaux services et pour faire en sorte que
ces cadres traitent les nouveaux services d'une manière neutre à l'égard des technologies.
•
Il faudra peut-être réviser les politiques de numérotation de manière à prendre en compte les
services CFM. Si l'on utilise des numéros géographiques existants, alors, dans un système où
l'abonné appelant paie la communication, il faut peut-être trouver des moyens de faire savoir à
l'appelant si des prix différents seront appliqués suivant le lieu où se trouve l'appelé. Sinon,
l'appelant pourrait payer un tarif de terminaison mobile.
5
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
•
Dans le contexte du développement des services CFM et en vue de la concurrence intermodale, il
importera de permettre la portabilité des numéros géographiques des réseaux fixes vers les
réseaux mobiles. En outre, n’ayant pas de difficulté à trouver le numéro, l’appelant ne sera pas
obligé de recourir aux services de renseignements téléphoniques pour trouver le nouveau numéro
d’un abonné aux services CFM.
•
Le développement de la CFM peut aussi nécessiter que les opérateurs mobiles participent aux
obligations de service universel en contribuant aux fonds de service universel mais aussi en
bénéficiant de ces fonds en tant que fournisseurs de service universel.
•
Le développement des services CFM, qui visent à abaisser les tarifs par l'utilisation des réseaux
fixes à domicile ou en établissant une zone maison à bas prix par le biais des services mobiles,
pourrait nécessiter que les autorités s'abstiennent d'imposer une régulation des prix qui pourrait
fausser la concurrence, en particulier si cette régulation des prix ne s'applique qu'aux opérateurs
fixes historiques alors que les nouveaux entrants sont exempts de toute régulation.
•
Les différences dans le traitement réglementaire des tarifs d'interconnexion et de terminaison
fixe-mobile pourraient créer des distorsions dans un service CFM. L'introduction d'un modèle
« facturer-garder » (Bill and Keep) où l'appelant et l'appelé paient tous les deux leurs fournisseurs
d’accès respectifs pour la portion de réseau qu’ils utilisent, pourrait éliminer les complications ou
les asymétries entre les réseaux fixes et mobiles, mais cette méthode n’a pas encore été beaucoup
mise en pratique.
•
Pour le développement de la CFM dans certains pays, il peut être important d'imposer aux
opérateurs mobiles l'obligation de donner aux opérateurs mobiles virtuels (MVNO) un accès
selon des conditions raisonnables, étant donné que les premiers peuvent facilement fournir des
services fixes à leurs clients dans le cadre de leurs services CFM par une entrée directe sur le
marché ou par l'accès aux boucles dégroupées. Toutefois, si on envisage des dispositions
imposant l’accès, il faut prendre garde à ce que les conditions gouvernant cet accès ne soient pas
de nature à décourager l'investissement dans les réseaux mobiles propriétaires de leur
infrastructure.
•
Il peut aussi être important que les autorités de régulation établissent des critères adéquats pour
l'appréciation des marchés : étant donné que les opérateurs historiques sont déjà puissants et que
souvent leurs opérateurs mobiles sont aussi les premiers du marché, le développement de la CFM
peut encore accroître cette puissance de marché.
1. Introduction
Dans le présent document, qui fait suite à un précédent document sur « Les offres multiservices : les
nouvelles
tarifications
et
leurs
implications
pour
les
politiques
publiques »
(DSTI/ICCP/TISP(2006)1/FINAL), on examine les changements récents dans les communications mobiles,
du point de vue de l'évolution vers la convergence fixe-mobile (CFM). On commence par décrire la
technologie, on analyse ensuite l'évolution des marchés dans les pays de l'OCDE et on considère
finalement les conséquences pour l'action gouvernementale.
Les services CFM, dont on donne une description détaillée dans les sections suivantes, représentent
un défi notable pour tous les opérateurs de télécommunications dans les prochaines années. Ils ont été
amenés à considérer l’offre combinée de services disparates sur des réseaux distincts comme une
disposition de marketing nécessaire pour répondre à la demande des clients ; ainsi un opérateur fixe, par
exemple, compose une offre de services totale en ajoutant un service cellulaire ou avec un service CFM.
6
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Du point de vue des services, les opérateurs de réseaux fixes sont menacés par la pénétration des services
mobiles sur leur marché, tandis que les opérateurs mobiles doivent faire face à la saturation des marchés
mobiles de deuxième génération et à la nécessité d'induire les clients à migrer vers les marchés de
troisième génération. En même temps, dans certains pays, un nombre croissant d'opérateurs de réseaux
fixes qui, dans le passé, ne fournissaient pas de services mobiles entrent maintenant sur les marchés
mobiles par le biais d'opérateurs mobiles virtuels (MVNO). En outre, les opérateurs de télécommunications,
aussi bien mobiles que fixes, doivent maintenant faire face à la concurrence de services à base IP utilisant
des réseaux fixes ou Wi-Fi et ils doivent prendre des décisions d'investissement concernant le
développement des « réseaux de la prochaine génération » (RPG) ou de systèmes de base comme l'IP
Multimedia Subsystem (IMS).
Les services CFM ne sont pas récents. Par exemple, TDC au Danemark a commencé en 1997 à offrir
ses services « Duet » où les appels sont acheminés vers le mobile de l'utilisateur ou vers sa ligne fixe
suivant que son téléphone mobile est éteint ou allumé.1 Au Royaume-Uni, BT a lancé « Onephone » en
1999 avec un téléphone DECT (Digital Enhanced Cordless Telecommunications) / GSM. 2 Le DECT
fonctionnait à domicile comme un téléphone numérique sans cordon connecté à un réseau fixe et à
l'extérieur comme un téléphone mobile utilisant la technologie GSM. Ces services ont été des pionniers de
la CFM, mais aucun des deux n'a réussi à attirer beaucoup d'abonnés, pour des raisons complètement
différentes : le premier offrait les avantages d'un numéro unique et d'une facture unique mais il nécessitait
l'utilisation de deux téléphones (un fixe et un mobile), et le second permettait un basculement manuel entre
les réseaux mais son téléphone unique était coûteux et encombrant, l'utilisateur recevait deux factures
distinctes3 et les appels étaient souvent coupés au moment du basculement d'un mode à l'autre.4
BT décida de poursuivre sa stratégie reposant sur un téléphone mobile unique et, après avoir apporté
quelques améliorations à son service Onephone, entra à nouveau sur le marché de la CFM en 2005 sous le
nom de BT Fusion. En Corée, KT commença à offrir un service de type similaire à celui de BT Fusion en
2004 (Onephone « Du: »). Aux États-unis, deux compagnies, Verizon et AT&T (SBC), établirent des
stratégies reposant sur la technologie du réseau et non sur celle du téléphone mobile. Vers 2003-2004,
Verizon commença à fournir des services permettant le transfert des appels entre les réseaux fixe et mobile
avec la connexion d'appareils variés comme les ordinateurs personnels ou les téléphones tandis que AT&T
(SBC) permettait à ses abonnés de récupérer leur courrier électronique, leurs messages vocaux et leurs
télécopies au moyen de leurs ordinateurs personnels, de leurs téléphones sur ligne fixe ou de leurs
téléphones mobiles.5
Ces services CFM sont, à l'heure actuelle, fournis par des opérateurs du RTPC, mais les câbloopérateurs commencent aussi à offrir ce genre de services et s'attachent à proposer des services multiples,
comme les triservices ou quadriservices. Les câblo-opérateurs deviennent ainsi des concurrents directs des
opérateurs du RTPC. Il est probable que cette concurrence directe va s’intensifier.
Une variante de la CFM appelée service « zone maison » n'est pas, elle non plus, nouvelle. Dans ce
cas, les opérateurs mobiles proposent par le biais de leur réseau mobile une zone de ligne fixe virtuelle
appelée « zone maison » (Home Zone). Au Danemark, Sonofon a lancé en 1997 son service UnoFon qui
comprend des services de zone maison.6 A strictement parler, ce type de service se caractérise plutôt par le
fait que le mobile se substitue au fixe, entraînant une augmentation de la proportion du volume des appels
mobiles par rapport au volume total des appels téléphoniques. Bien qu’on assimile, dans le présent
document, les services de zone maison à des services CFM, ils sont conceptuellement différents.
L'intérêt à l'égard de la CFM s'est renforcé en 2005 avec le développement de nouvelles technologies.
Des technologies de réseau, telles que l'IMS (IP Multimedia Subsystem) qui offre aux opérateurs une
architecture de nouvelle génération normalisée reposant sur l'Internet Protocol (IP), permettent de fournir
des services mobiles et fixes au moyen de téléphones unifiés comprenant une interface radio, tels que les
7
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
téléphones bimodes cellulaires/ Wi-Fi ou cellulaires/ Bluetooth.7 L'IMS, créé à l'origine pour les réseaux
mobiles, a évolué de manière à assurer également des services fixes, permettant la CFM.8
Un autre facteur favorable à la CFM est la tendance à la téléphonie sans fil adaptée à la VoIP (VoWiFi), avec des appareils qui utilisent le Wi-Fi pour se connecter à un service de VoIP tel que Skype au lieu
de se déplacer entre des systèmes cellulaires et des systèmes de réseaux locaux sans fil.9 La plupart des
opérateurs de VoWi-Fi fournissent à l'heure actuelle des services uniquement à base Wi-Fi, mais certains
commencent à offrir des services CFM combinant des services cellulaires avec la VoWi-Fi. Les opérateurs
de télécommunications mobiles se heurtent aussi à la concurrence naissante des opérateurs de points
d'accès public Wi-Fi (hotspots) comme Boingo, allié avec Skype, ce qui conduit certains opérateurs
mobiles à envisager eux aussi de relier leurs réseaux cellulaires à des points d'accès Wi-Fi.10
On pense dans l'industrie que les services CFM s'appuieront sur le Wi-Fi. Le Tableau 1 donne une
mesure de l'offre de points d'accès public Wi-Fi. Les estimations indiquent une forte croissance du nombre
de ces points d'accès : au Royaume-Uni, par exemple, le nombre de points d'accès Wi-Fi a presque doublé
entre juin 2005 et juin 2006, passant de 8 500 à 14 600.11 En plus du Wi-Fi, de nouvelles technologies sans
fil comme le WiMAX mobile peuvent influer sur l'offre de services CFM.
Tableau 1. Nombre de points d'accès public Wi-Fi (au 11 septembre 2006)
Dix premiers pays
États-unis
41 007
Royaume-Uni
14 933
Allemagne
12 509
Corée du Sud
9 415
Japon
6 258
France
5 334
2 899
Taïwan
2 549
Italie
2 517
Pays-Bas
2 180
Australie
Dix premières villes
Séoul
2 056
Londres
1 943
1 843
Tokyo
1 786
Taipei
1 204
Paris
823
Berlin
805
San Francisco
787
Daegu
671
Singapour
669
New York
Dix premiers types de lieux
Hôtel / Centre touristique
31 887
Restaurant
25 480
15 802
Café
14 834
Magasin/ Centre commercial
7 850
Autres
5 348
Pubs
2 386
Immeuble de bureaux
1 735
Station service
1 580
Aéroport
1 400
Bibliothèque
Source : JiWire (http://www.jiwire.com/search-hotspot-locations.htm).
Du fait de la forte pénétration des téléphones mobiles dans les pays de l'OCDE, on observe clairement
une substitution en ce qui concerne la part de trafic respective des réseaux fixes et des réseaux mobiles. En
France, par exemple, le volume des appels vocaux passant par les réseaux fixes a baissé tandis que les
appels vocaux par les réseaux mobiles augmentaient (voir la Figure 1).
8
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Figure 1. Volume des appels sur les réseaux téléphoniques fixes et mobiles français
(Millions de minutes)
35000
Fixe
30000
25000
20000
15000
Mobile
10000
5000
0
1
2
3 4
1
2001
2
3 4
1
2 3
2002
4
1 2
2003
3
4
1 2
2004
3
4
2005
(Année, Trimestre)
Note : Les courbes continues sont corrigées des variations saisonnières
Source : ARCEP (Le marché des services de télécommunications en France).
Au Royaume-Uni, on observe aussi une substitution (Figure 2) mais moindre qu'en France, en notant
que l’accroissement de la pénétration de la téléphonie mobile a aussi eu l’effet d’en augmenter le volume.
D'après une enquête, la majorité des personnes interrogées au Royaume-Uni (65 %) ne sont pas aussi
enclines à abandonner leurs services de ligne fixe que dans les autres pays d'Europe soumis à l'enquête.12
Figure 2. Volume des appels sur les réseaux téléphoniques fixes et mobiles du Royaume-Uni
(Millions de minutes)
25000
Fixe
20000
15000
Mobile
10000
5000
0
1
2
3
4
1
2
2003
3
2004
4
1
2
3
4
2005
(Année, Trimestre)
Note : Les chiffres pour le réseau fixe sont tirés de la catégorie "Appels géographiques au Royaume-Uni" résidentiels
et les chiffres pour le réseau mobile sont tirés de "Appels au Royaume-Uni". Les courbes continues sont corrigées
des variations saisonnières.
Source : Ofcom ("The Communications Market 2004 - Telecommunications Appendices" (août 2004), "The Communications market Telecommunications Appendices" (janvier 2005), "Telecommunications market Data Tables Q4 2005" (juin 2006)).
Avec l'introduction et l'adoption des services CFM, il convient d'observer les changements touchant
ces tendances dans les différents pays. Une des variables susceptibles d'influer sur l'évolution future est le
9
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
nombre des foyers n'utilisant que le mobile. Dans les pays de l'UE25, le pourcentage des foyers qui
n'utilisent que des téléphones mobiles est de 18 %.13
Une autre variable à considérer dans le contexte de la CFM est la proportion du volume d'appels
mobiles par rapport au volume total des appels vocaux. Cette proportion est proche de 70 % en Finlande,
supérieure à 50 % en Autriche,14 supérieure à 40 % en France et d'environ 30 % au Royaume-Uni15 ; elle
n'est que de 12 % en Allemagne.16 Les opérateurs mobiles allemands ont ainsi la possibilité de prendre des
parts de marché aux opérateurs fixes, notamment en fournissant des service de type « zone maison ». Enfin,
s'agissant du processus de passage aux RPG ou à l'IMS, la convergence fixe-mobile ne concerne pas
seulement les appels vocaux mais elle couvre un éventail de services comme la télévision et autres services
multimédias.
Certains opérateurs fixes historiques, qui fournissent aussi des services cellulaires, intègrent leurs
activités fixes et mobiles afin d'offrir des services unifiés et d'exploiter les économies d'échelle et de
gamme qu'apportent les systèmes de commutation de la prochaine génération.
2. Aspects technologiques
On examine dans la présente section les technologies ou activités qui ont un lien avec les services
CFM. Le WiMAX mobile, par exemple, est en lui-même une technologie indépendante et n'est encore lié à
aucun service CFM ; toutefois, comme il est en train de devenir un facteur technologique critique de la
CFM, on le mentionnera ici.
2-1. L'accès mobile sans licence (UMA, Unlicensed Mobile Access)
L'UMA peut fournir un accès aux services mobiles GSM et GPRS avec des technologies du spectre
sans licence. En déployant cette technologie UMA, les fournisseurs de services permettent aux abonnés de
se déplacer et de basculer entre les réseaux cellulaires et les réseaux sans fil sans licence publics et privés
au moyen de téléphones mobiles bimodes.17
Figure 3. Fonctionnement de la technologie UMA
Source : http://www.umatechnology.org/overview/index.htm.
L'avantage comparatif de l'UMA réside dans sa capacité de fournir des fonctions CFM sur la base des
réseaux sans fil existants, alors que le Session Initiation Protocol (SIP), protocole pour les procédures de
10
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
transmission IP normalisé par l'IETF, fournit des services complets unifiés dans l'IP Multimedia Subsystem
(IMS), comme on le voit ci-après.18
2-2. La FMCA
La Fixed-Mobile Convergence Alliance (FMCA) est une alliance d'opérateurs de télécommunications
mondiale. Elle a pour objectif d'accélérer le développement de produits et services CFM. La FMCA a été
créée en juillet 2004 par les six membres fondateurs suivants : BrazilTelecom, BT, KT, NTT
Communications, Rogers Wireless et Swisscom. Les adhérents comprennent maintenant 26 opérateurs de
24 pays ou régions différents (24 de ces 26 compagnies sont des opérateurs de télécommunications intégrés
possédant à la fois des réseaux fixes et mobiles, et 16 des 24 pays ou régions en question sont membres de
l'OCDE).19
La FMCA n'est pas une organisation de normalisation mais elle a pour but d'accélérer la mise au point
et l'adoption de technologies de convergence en produisant des prescriptions communes aux opérateurs de
télécommunications pour des produits et services unifiés cellulaires/ Wi-Fi/ WiMAX dans des domaines
comme les capacités de service, les téléphones, les points d'accès et boîtiers, les réseaux et l'architecture, et
l'itinérance et les applications unifiées.20 La FMCA a été créée à la suite des difficultés rencontrées par les
opérateurs de télécommunications dans leur communication avec un certain nombre d'équipementiers
nationaux ou internationaux pour le déploiement international de leurs activités.
Pour cette raison, la FMCA a publié en 2005 des documents sur les caractéristiques requises des
produits pour le CTP Bluetooth, l'UMA Wi-Fi et le SIP Wi-Fi. Elle cherche aussi à se rapprocher d'un
certain nombre d'alliances techniques (3GPP SA1, CT1, 3GPP2, ETSI-TISPAN, IEEE et Wi-Fi
Alliance).21
Encadré 1. Principales fonctions de la FMCA
•
Publier en temps utile les caractéristiques requises des produits et autres documents techniques de
la FMCA ainsi que mener une coopération stratégique avec les organisations ou forums de
normalisation et la collectivité des fournisseurs en général
•
Élaborer en temps utile les prescriptions communes des opérateurs pour des produits et services
unifiés cellulaires/ Wi-Fi/ WiMAX dans des domaines comme les capacités de service, les
téléphones, les points d'accès et boîtiers, les réseaux et l'architecture, et l'itinérance et les
applications unifiées
•
Produire en temps utile les éléments d'étude essentiels de la FMCA qui seront incorporés dans les
prescriptions finales de produits et autres documents techniques
•
Formuler les prescriptions de la FMCA pour les caractéristiques des téléphones à l'intention des
fournisseurs de téléphones de niveau 1 et 2
•
Mettre en accord les plans et les perspectives de la FMCA et des fournisseurs de téléphones
concernant les produits. La FMCA suit aussi de près les initiatives en matière de convergence
dans le monde, l'expérience des clients, les études de conjoncture et les analyses approfondies des
marchés.
Source : http://www.thefmca.com.
11
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
2-3. Femtocellules
L'industrie des équipements sans fil assure la couverture interne de locaux au moyen de picocellules
(petites stations de base cellulaires) dans des lieux à fort trafic et haute valeur comme les points d'accès
public, mais le trafic est en général insuffisant dans les environnements résidentiels pour recouvrer les
coûts. Cependant, des compagnies comme picoChip, RadioFrame Networks, ip.access ou UbiquiSys22 sont
maintenant en mesure d'assurer une couverture interne résidentielle au moyen de femtocellules peu
coûteuses (définies comme des « petites stations de base cellulaires conçues pour l'utilisation dans des
environnements résidentiels ou professionnels ».23 ).
Quand on utilise des téléphones bimodes cellulaires/ Wi-Fi à capacité UMA, il faut évidemment des
points d'accès Wi-Fi. Il peut être très coûteux d'assurer cet accès au moyen de picocellules. Les
femtocellules, au contraire, n'obligent pas les abonnés à changer leur mobile pour acquérir un téléphone
bimode, et les femtocellules à capacité UMA, qui sont maintenant applicables au 3G ou 2.5G, peuvent
avoir une interface radio avec les téléphones existants. Cela donne aux opérateurs de réseaux mobiles un
moyen efficace de soutenir la concurrence des services VoIP, UMA ou VoWiFi. L'utilisation d'un unique
téléphone augmente la fidélité et réduit l'érosion de la clientèle.24 En outre, le trafic de raccordement entre
les stations de femtocellule et le cœur du réseau mobile passera par des liaisons fixes à haut débit, et les
opérateurs fixes devraient donc participer à cette mise en réseau.
Il y a encore des améliorations possibles en ce qui concerne l'introduction des femtocellules : si les
fabricants ont notablement avancé dans la résolution des problèmes de coût et de brouillage, il y a eu moins
de progrès concernant l'intégration entre les femtocellules et les cœurs de réseaux mobiles.25 D'après une
étude, l'arrivée des points d'accès par femtocellule pourrait être perturbatrice pour les fabricants de
téléphones bimodes cellulaires/ Wi-Fi. 26 À cet égard, on rapporte que T-Mobile, aux États-Unis,
expérimente des femtocellules ainsi que l'UMA afin de peser le pour et le contre du déploiement d'une
couverture bimode.27
2-4. IP Multimedia Subsystem (IMS)
L'IMS, proposé par le 3GPP (3rd Generation Partnership Project), était à l'origine destiné à assure des
communications à base IP sur les réseaux mobiles. A l'heure actuelle, il utilise un protocole SIP et est
considéré comme la norme de pointe pour les RPG du fait qu'on peut aussi l'employer dans les réseaux
fixes à base IP.28 Le coût initial des solutions IMS restant élevé, certains opérateurs hésitent encore à
s'engager dans cette voie. Cependant, les normes relatives à l'IMS sont en cours de maturation et des
systèmes IMS apparaissent avec des capacités et performances améliorées, et le coût de l'introduction de
l'IMS diminue.29
Une des principales raisons de l'introduction de l'IMS est qu'il fournit une meilleure méthode pour
tarifer les sessions multimédias. Les opérateurs peuvent tarifer de différentes façons les sessions
multimédias : par exemple, ils peuvent faire payer séparément chaque utilisation de chaque produit proposé,
ou ils peuvent appliquer un forfait unique pour l'accès à tous les services.30 Cela peut se faire parce que, tel
qu’il est démontré dans la Figure 4, la gestion d'identité est partie intégrante de la structure centrale de la
technologie IMS. Étant donné que l'IMS peut être utilisé par les opérateurs fixes historiques, les opérateurs
mobiles, les câblo-opérateurs et les opérateurs indépendants dégroupés, il contribue au niveau
technologique à établir des conditions d'activité égales parmi les opérateurs et les fournisseurs de
services.31
12
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Figure 4. Diagramme de l'IMS
Applications
uniquement
vocales
Applications de communication
IP en temps réel
Email, etc
Accéss
Web
Web
Appl
Appl
Noyau FAI
IPTV,
VoD
IPTV
Appl
VoIP,
RTPC
IM, etc
SIP
Apps
SIP
Appl
Noyau IPTV
Noyau IMS
Transport: IP/Ethernet
DSL
Fibre WiFi
UMTS
WiMAX
GPRS
Note : IM = gestion d'identité ; IPTV = télévision sur IP ; VoD = vidéo à la demande.
Source : Colin Pons (Kpn) "IMS: Walled in or Open Does the Open IMS exist?" 18 mai 2006 : 6.
2-5. WiMAX mobile (y compris WiBro)32
Le WiMAX mobile a été approuvé par le Forum WiMAX en février 2006. Le Forum WiMAX est une
association sans but lucratif créée en juin 2001 qui vise à faciliter le déploiement des réseaux sans fil haut
débit basés sur la norme IEEE 802.16 en assurant la compatibilité et l'interopérabilité des équipements sans
fil haut débit.33 Sur la base de la norme 802.16e-2005, variante de 802.16, le WiMAX mobile est conçu
pour permettre aux systèmes WiMAX de traiter les applications portables et mobiles en plus des
applications fixes.
Une des principales caractéristiques du WiMAX mobile est l'introduction de l'OFDMA (Orthogonal
Frequency Division Multiple Access, accès multiple par répartition orthogonale de la fréquence).
L'OFDMA divise un signal en sous-voies (c'est-à-dire en groupes de porteuses), chaque sous-voie étant
allouée à un abonné différent.34 En outre, il permet de fournir des services haut débit mobiles dans des
véhicules pouvant se déplacer à plus 120 km/heure.
Le Forum WiMAX suit un calendrier visant à certifier tous les produits à base WiMAX mobile à
partir du quatrième trimestre 2006. Il a mis en application l’authentification et les essais à deux reprises
depuis mars 2007. La première application mobile commerciale pour des produits certifiés WiMAX a eu
lieu en Corée avec le lancement de services WiBro. Le WiBro utilise la bande de fréquences à 2.3 GHz
autorisée par licence, avec une largeur de bande de 8.75 MHz. Le WiBro et le WiMAX mobile utilisent
13
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
l’OFDMA mais le nombre de sous-voies et la structure des trames dans une sous-voie donnée diffèrent
entre ces deux normes.35
Les deux opérateurs WiBro coréens, KT et SKT (SK Telecom), ont lancé leurs offres à la fin de juin
de 2006, mais le démarrage est lent en raison de la couverture de réseau limitée et de la concurrence de
services cellulaires à haute vitesse comme 1x EV-DO, W-CDMA et HSDPA. On rapporte que KT n'avait
recueilli que 479 abonnements WiBro à la fin août, et SKT seulement 15.36 L'interopérabilité entre le
WiBro et le WiMAX mobile pourrait aussi être améliorée. On rapporte que les entreprises coréennes qui
soutiennent le WiBro, comme LG, ont indiqué qu'elles rendraient le WiMax mobile et le WiBro totalement
interopérables, mais on ne sait pas très bien si cela est déjà réalisé.37
L'EVDO et le HSDPA/HSUPA (HSPA) fonctionnent par DRF (duplex à répartition en fréquence) sur
une fréquence porteuse de 2.0 GHz alors que le WiMAX mobile fonctionne par duplex à répartition dans le
temps à 2.5 GHz.38 Du point de vue du débit ou du rendement spectral, on pense que le WiMAX mobile
est deux fois plus puissant que l'EVDO ou le HSPA39.
D'autres opérateurs en dehors de la Corée projettent d'entrer sur le marché WiMAX mobile. Irish
Broadband, fournisseur d'accès haut débit sans fil basé en Irlande, prévoit de fournir ce service dès le début
de 200740, et eircom a aussi annoncé en Irlande son intention d’utiliser le WiMAX pour fournir le haut
débit dans des zones où le DSL n’est pas disponible actuellement.41 Aux États-Unis, Sprint Nextel et
Clearwire ont annoncé des plans d’installation de réseaux reposant sur la norme WiMAX mobile. En outre,
MobiTV (fournisseur de service de télévision et musique mobile) envisage la fourniture mobile de
télévision et autres contenus multimédias par WiMAX mobile.42
2-6. IEEE 802.20
Qualcomm est le principal promoteur de cette technologie. L'IEEE 802.20 repose sur une technologie
3G alors que le WiMAX mobile est une extension du WiMAX qui était conçu pour un usage fixe. L'IEEE
802.20 recourt aussi à l'OFDMA pour son utilisation efficiente de la bande passante mais il passe à
l'AMRC en cas de besoin. A cet égard, on pensait dès le début qu'aussi bien l'IEEE 802.20 que la 3G
fonctionneraient de manière bimode. On pense que des services commerciaux à base IEEE 802.20
devraient arriver sur le marché en 2008.43
Toutefois, la normalisation de l'IEEE 802.20 a atteint une impasse en octobre 2006 quand le président
de l'IEEE Standards Association (IEEE-SA) a jugé que l'IEEE 802.20 ne s'était pas tenu aux principes
d'ouverture et d'équilibre.44 La réorganisation du standard 802.20 afin de faciliter le développement d’un
accès standard au haut débit sans fil est également étudiée.
3. Description des marchés (Les analyses présentées dans cette section reposent sur des informations
disponibles en septembre-octobre 2006.)
3-1. La raison d'être de la CFM
Le marché de la téléphonie vocale a sensiblement changé avec la diffusion rapide des téléphones
mobiles. Les gens veulent appeler et être appelés en tout lieu et, comme on l'a remarqué ci-dessus, ils
utilisent de plus en plus leur téléphone mobile comme seul moyen de communication. En même temps, on
ajoute de nouvelles fonctions aux téléphones mobiles, permettant d'accéder à l'Internet, d'obtenir des
informations de localisation et d'accéder à des contenus multimédias. Le téléphone mobile est aussi devenu
un outil de communication personnel de telle sorte que, dans beaucoup de foyers, chaque membre de la
famille peut avoir son propre portable. Ces changements ont des répercussions négatives sur le marché de
14
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
la téléphonie fixe et ils conduisent aussi les consommateurs à demander de nouveaux éléments à valeur
ajoutée dans la fourniture des services téléphoniques.
En même temps que ces changements dans la structure de l'utilisation atteignent les opérateurs de
téléphonie fixe, ceux-ci doivent faire face à une nouvelle concurrence de la VoIP et de la voix sur large
bande (VOB), qui réduit encore le revenu moyen tiré des abonnés fixes. Cette évolution conduit les
opérateurs fixes à essayer de défier les opérateurs mobiles sur leur terrain. Les opérateurs mobiles doivent
faire face à une saturation des marchés mobiles de deuxième génération et à une baisse de leur revenu
moyen par abonné sur leurs marchés existants. Ils doivent aussi faire face à la concurrence des appels
téléphoniques passés sur l'Internet et sur les réseaux Wi-Fi (ou WiMAX mobile comme dans le cas de
Sprint-Nextel). On s'attend à une intensification de cette concurrence à mesure qu'un nombre croissant de
terminaux mobiles de nouvelle génération acquerront des capacités d'accès Wi-Fi et permettront d'utiliser
des services VoIP tels que Skype.
Dans ce contexte, la CFM est un moyen pour les opérateurs de télécommunications en place de
différencier leurs services de ceux que fournissent les nouveaux venus à bas coût.45 On énumère ci-dessous
quelques avantages généraux de la CFM.
Avantages du point de vue des opérateurs de réseaux fixes :
•
Générer de nouveaux revenus.
•
Devenir un guichet unique pour les besoins fixes et mobiles des clients.
•
Se défendre efficacement contre la substitution mobile.
Avantages du point de vue des opérateurs de réseaux mobiles :
•
Convaincre les utilisateurs fidèles à leur ligne fixe de « couper le cordon »46.
•
Rivaliser avec les autres opérateurs mobiles par la portabilité des numéros.
•
Réduire le prix des appels mobiles et de l'accès aux données au moyen de terminaux mobiles en
offrant des services bimodes cellulaires/ Wi-Fi.
Avantages du point de vue des opérateurs aussi bien fixes que mobiles :
•
Adopter une architecture de réseau entièrement à base IP qui réduira les coûts de maintenance à
long terme et permettra de fournir des services à plus haute valeur ajoutée par l'offre de services
groupés.
•
Réduire l'érosion de la clientèle en fournissant en une offre groupée tout l'éventail des services
exigés par les clients (guichet unique).
Il est possible que les services CFM amenuisent à terme les revenus du marché vocal, principalement
par l'abaissement des prix des appels mobiles. En même temps, les nouveaux services, parmi lesquels les
services multimédias, devraient contribuer à augmenter le revenu moyen par abonné notamment en relation
avec les offres quadriservices. Avec les baisses de coûts attendues de la technologie des réseaux de la
prochaine génération, la rentabilité des opérateurs pourrait bien augmenter.
15
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
3-2. Stades de la CFM
Dans la présente section, on examine les divers types et stades de la CFM, résumés dans le Tableau 2.
Tableau 2. Types et stades de la CFM
● Services groupés
- Offre groupée de services fixes et mobiles
- Offre groupée de services vocaux (cellulaires) et données (Wi-Fi)
- Services tels que la boîte vocale unique sur les réseaux fixe et mobile
- Offre de prix réduits pour des appels effectués entre des réseaux fixes et mobiles à destination
de correspondants particuliers
● CFM utilisant des connexions haut débit/ Wi-Fi (service bimode cellulaire/ Wi-Fi)
- Services bimodes utilisant un téléphone mobile et, dans l'environnement du domicile, des
modems Wi-Fi pour accéder à la VoIP par des connexions ADSL
- ADSL fourni directement par l'opérateur
- ADSL fourni par dégroupage de la boucle locale
- Services bimodes utilisant un téléphone sans fonction de basculement d'un mode à l'autre,
offrant chaque mode séparément
- Services bimodes avec fonction de basculement d'un mode à l'autre, mais qui n'utilisent pas un
réseau vocal ou haut débit fixe à domicile
● Services « bimodes » à base mobile
● Convergence des réseaux
3-2-1. Tendances générales
Les premières offres de « convergence » fixe-mobile ont recouru à l'offre groupée de services fixes et
mobiles sans aucune liaison technologique (interface) entre les deux types de réseaux. Les offres
multiservices (comprenant des services voix, données, vidéo et mobile) peuvent être incluses dans cette
catégorie à l'heure actuelle. L'offre groupée permet aux abonnés de bénéficier de prix réduits, mais il y a
peu de valeur ajoutée sur le plan des nouvelles fonctions technologiques. Vodafone UK, par exemple,
revend depuis environ deux ans des services vocaux fixes commercialisés en gros par Energis et le DSL de
Viatel, à l’intention des utilisateurs professionnels.47
Pour les services cellulaires, des services voix et données peuvent aussi être proposés de manière
groupée, bien que le moyen d'accéder aux services données soit quelquefois l'ordinateur portable. En
général, il n'existe pas d'interface entre les réseaux cellulaires et Wi-Fi (à quelques exceptions) et l'offre
commerciale n'est pas présentée comme pour les services CFM, les données étant considérées comme un
service optionnel ou pouvant être classées comme service uniquement professionnel. Par exemple,
Cingular aux États-Unis et Swisscom en Suisse fournissent des services vocaux mobiles et des services
données Wi-Fi de manière distincte. Cingular offre des services voix et données par téléphone mobile et
des services données par ordinateur portable à capacité GPRS/EDGE/Wi-Fi. Quand ils sont en
déplacement, les utilisateurs peuvent accéder à l'Internet sur leur ordinateur portable par le réseau sans fil
de Cingular et les milliers de points d'accès Wi-Fi disséminés dans le pays ; de cette manière, l'envoi et la
réception de courrier électronique, la navigation sur l'Internet et l'accès à l'intranet de l'entreprise peuvent
être traités par le sans fil. Dans cet exemple, bien que les services données se chevauchent ils restent
16
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
fournis de manière distincte. Swisscom offre son service Wi-Fi spécifiquement à ses clients professionnels
mais les clients souscrivent séparément aux services vocaux (cellulaires) et données (Wi-Fi).
Il existe aussi des services qui établissent un lien entre des réseaux fixes et mobiles sans être
technologiquement unifiés, comme ceux qui offrent une boîte vocale unique sur des réseaux fixes et
mobiles. En 2003-2004, la compagnie américaine Verizon a lancé un service appelé « iobi » qui renvoie les
appels entre les réseaux fixes et mobiles avec la connexion de divers appareils comme des ordinateurs
personnels et des téléphones. À peu près à la même époque, une autre compagnie américaine, AT&T
(SBC), a commencé à fournir le même genre de service permettant aux abonnés de récupérer leur courrier
électronique, leurs messages vocaux et leurs télécopies au moyen d'un ordinateur personnel, d'un téléphone
fixe ou d'un téléphone mobile. 48 Aux États-Unis, Sprint a annoncé un partenariat avec quatre câbloopérateurs (Comcast, Time Warner Cable, Cox Communications et Advance/Newhouse Communications)
pour fournir des émissions du câble en direct sur des appareils mobiles portables.49 En plus de la télévision
mobile, il semble que Sprint projette de fournir un nouveau service vocal où les appels à destination du
réseau de câble du domicile pourront être gratuitement transférés vers des téléphones mobiles.50
On observe une tendance similaire au Japon. Le câblo-opérateur japonais Jupiter Telecommunications
(J:COM) a annoncé qu'il allait commencer un essai de service CFM. Ce service permettra à un téléphone
mobile existant à capacité Wi-Fi de transmettre un signal de téléphonie fixe en fonctionnant comme un
poste supplémentaire de la ligne fixe ordinaire du domicile (sur le réseau de câble).51
Un certain nombre d'offres sur le marché consistent à des prix réduits pour les appels effectués entre
des réseaux fixes et mobiles à destination d'abonnés déterminés, mais sans reposer sur des services fixemobile unifiés. En Nouvelle-Zélande, par exemple, Vodafone a acheté l'opérateur de réseau fixe « ihug »
en octobre 2006. Les abonnés du service résidentiel fixe de ihug peuvent souscrire à une offre proposant à
un prix forfaitaire un nombre illimité d'appels à destination d'un unique numéro mobile Vodafone
désigné.52
Telefonica et Movistar en Espagne offrent un service appelé « UNO Familiar » qu'ils considèrent
comme un pas vers la CFM.53 UNO Familiar permet à un abonné au réseau fixe et quatre abonnés mobiles
d'obtenir des prix réduits pour les appels de fixe à mobile, de mobile à fixe et de fixe à fixe. Ce service vise
essentiellement à verrouiller les abonnés de Movistar.54
Le service bimode cellulaire/ WiFi est un moyen apprécié pour réaliser la CFM, et des téléphones
bimodes commencent à être disponibles sur le marché. Cela s'explique en partie par le fait qu'une
technologie comme l'UMA peut être ajoutée aux réseaux existants ou qu'elle peut permettre aux opérateurs
d'utiliser le Wi-Fi connecté à des accès haut débit fixes comme un nouveau moyen d'établir un réseau
d'accès hertzien à bas coût.55 Un facteur intéressant est le fait que les opérateurs mobiles peuvent étendre
leur couverture géographique de service dans les zones rurales à faible densité au moyen de points d'accès
Wi-Fi au lieu d'installer de coûteuses stations de base GSM ou 3G. Par exemple, aux États-Unis, T-Mobile
fournit ses services pour données intégrés ou unifiés au moyen d’appareils portables bimodes cellulaire/
WiFi capables de se déplacer entre des réseaux GPRS et des points d’accès Wi-Fi tout en maintenant une
connexion de données.
D'après une enquête, 67 % des opérateurs (fixes ou mobiles) veulent offrir des services CFM, mais
leurs approches diffèrent : ces 67 % se décomposent en 28 % projetant de proposer une facturation groupée,
26 % souhaitant utiliser l'IP Multimedia Subsystem (IMS) et 13 % préférant l'UMA.56 D'après une autre
étude, en 2005, les téléphones de VoIP à mode unique Wi-Fi représentaient 58 % du chiffre d'affaires total
des téléphones Wi-Fi, contre 42 % pour les téléphones bimodes, mais la véritable croissance proviendrait
des téléphones bimodes cellulaires/ Wi-Fi.57 Avec l'arrivée des téléphones bimodes cellulaires/ WiFi sur le
17
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
marché, la plupart des opérateurs cellulaires aux États-Unis devront peut-être à terme inclure le Wi-Fi dans
leurs téléphones pour ne pas risquer de perdre leur clientèle au profit d'autres compagnies.58
À l'heure actuelle, une vingtaine d'essais UMA ont lieu dans le monde, dont 10 en Europe, avec des
opérateurs comme TeliaSonera au Danemark, SaunaLahti en Finlande, Telecom Italia en Italie et T-Mobile
aux États-Unis.59 À côté des technologies et téléphones à base UMA, on notera l'existence de travaux de
recherche et développement sur des combinaisons de 3G, Wi-Fi et WiMAX incorporées dans les
téléphones.
On peut diviser les services bimodes cellulaires / WiFi en deux catégories suivant qu'ils reposent ou
non sur un réseau téléphonique fixe de type RTPC. En effet, on peut fournir un service vocal en passant
soit par les RTPC fixes classiques, soit par des réseaux haut débit fixes (VOB). Dans certains pays, la
première méthode semble plus attractive pour les opérateurs fixes historiques qui peuvent alors continuer à
utiliser leurs lignes téléphoniques du RTPC, tandis que la seconde est adoptée par certains opérateurs
mobiles qui utilisent leurs services téléphoniques mobiles pour amener leurs clients à quitter les RTPC
fixes et les verrouiller dans leur propre réseau haut débit.60
La CFM pourrait encore accélérer la convergence des services voix, données et vidéo dans
l'environnement domestique. Les femtocellules et autres technologies CFM pourraient être la plate-forme
d’une importante expansion des services sans fil dans la maison, améliorant la livraison des triservices et
étendant la portée des opérateurs, au-delà des télécommunications de base, aux applications d’audiovisuel
domestique et d’informatique. Par exemple, au Royaume-Uni, British Telecom a récemment commencé à
promouvoir son BT Home Hub, qui facilite l’intégration des services de haut débit, mise en réseau sans fil,
CFM et télévision Internet au moyen d’un boîtier unique.61 Ce genre de modèle pourrait se généraliser
dans les pays de l'OCDE.
3-2-2. La CFM au moyen de connexions haut débit/ Wi-Fi
Il existe actuellement différentes façons de fournir des services CFM :
•
Services bimodes au moyen d'un téléphone mobile et avec des modems Wi-Fi dans
l'environnement du domicile pour accéder à la VoIP par des connexions ADSL : Orange, en
France, fournit « Unik » de cette façon, ainsi que Telecom Italia et TIM pour le service « Unica ».
Dans ces exemples, des opérateurs historiques « cannibalisent » leur trafic du RTPC. Des
nouveaux entrants utilisent la même technologie mais en recourant au dégroupage de la boucle
locale. Dans cette dernière catégorie, on peut mentionner par exemple les offres « Home Free »
de Teliasonera au Danemark, « Twin » de Neuf en France et « Unique » d'Orange aux Pays-Bas.
•
Il existe une forme de service moins évoluée avec des téléphones bimodes cellulaires/ Wi-Fi qui
ne possèdent pas de fonction de basculement d'un mode à l'autre, offrant chaque mode
séparément : « surf & talk » de l'opérateur Sunrise en Suisse est un exemple de ce genre de
service. Une variante consiste en un service vocal bimode cellulaire/ Wi-Fi possédant une
fonction de basculement d'un mode à l'autre, mais qui n'utilise pas un réseau vocal ou haut débit
fixe au domicile. Dans cette dernière catégorie figure le service OnePhone de Hello AS en
Norvège, ou le service T-Mobile [email protected] de T-Mobile aux États-Unis. Quand les
abonnés sont à l'intérieur de la zone Wi-Fi, le prix de l'appel est très bas ou gratuit et, quand ils
appellent du réseau cellulaire, c'est le tarif des appels cellulaires qui s'applique. Dans ce type de
service, le basculement entre les réseaux Wi-Fi et GSM a lieu automatiquement, avec le choix de
l'acheminement le moins cher.
18
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
L'offre de services bimodes cellulaires/ Wi-Fi devient plus courante, mais d'autres combinaisons de
technologies sont aussi possibles. Un exemple en cours d'étude est le bimode cellulaire/ WiMAX. Sprint
Nextel a annoncé son projet de construire le premier réseau WiMAX mobile national aux États-Unis, qui
donnera à 100 millions d'Américains, d'ici la fin de 2008, un accès Internet sans fil quatre fois plus rapide
que ce qu'offrent actuellement les réseaux mobiles à haute vitesse existants.62 Des partenariats comme
celui de Motorola et Samsung projettent de créer des appareils multimodes basculant entre le WiMax
mobile et le réseau cellulaire AMRC/ EV-DO actuel de Sprint Nextel, de telle sorte que la communication
vocale ou données de l'abonné ne soit pas interrompue quand il se déplace.63
3-2-3. Services « bimodes » à base mobile
Les services à base mobile avec des « zones maison » sont une variante de la CFM. Dans ce cas, les
opérateurs mobiles offrent à leurs clients une ligne fixe virtuelle à l'intérieur d'une zone désignée autour du
domicile. Les tarifs dans la zone maison sont généralement similaires à ceux des opérateurs de réseaux
fixes et plus bas que les tarifs cellulaires appliqués en dehors de la zone maison.
Le principal facteur conduisant les opérateurs mobiles à offrir ce type de services est le fait qu'ils
doivent soutenir la concurrence des opérateurs de lignes fixes qui, avec la CFM, empiètent sur le marché
classiquement réservé aux opérateurs mobiles. Un autre facteur important conduisant les opérateurs
mobiles à offrir des services bimodes est de libérer la précieuse ressource que représente le spectre sous
licence quand le client est à l’intérieur de sa zone maison. Beaucoup d'opérateurs fixes offrent des services
de ce genre par le biais d'opérateurs mobiles virtuels (MVNO). En même temps, étant donné que beaucoup
d'autorités de régulation européennes ont imposé l'obligation de partage des réseaux mobiles, le nombre
des MVNO connaît une augmentation spectaculaire. Un certain nombre de MVNO ont radicalement réduit
leurs coûts en supprimant les factures papier et/ ou en assurant le service clientèle uniquement par Internet
ou téléphone. Certains n'ont pas de circuits de distribution physiques et ne vendent pas de téléphones
mobiles mais seulement des cartes SIM. Cette concurrence pousse constamment à la baisse les tarifs
vocaux mobiles et, face à la diminution de leur revenu moyen par abonné, les compagnies mobiles doivent
diversifier leur service.
Les services de type zone maison peuvent aussi être une solution possible pour les utilisateurs qui
habitent en dehors des zones de couverture du haut débit nécessaires pour la fourniture de services CFM.
Bien que les réseaux fixes et mobiles puissent être complémentaires dans cette situation, les opérateurs
mobiles ne semblent pas très enclins à fournir ce type de service. Parmi les compagnies offrant des services
de type zone maison figurent par exemple O2 en Allemagne avec « Genion » (voix) ou « [email protected] »
(données), Vodafone en Allemagne qui propose « Zuhause » et ses variantes pour données « Zuhause
Web » et « Zuhause Talk & Web » (entreprises), et T-mobile avec « [email protected] ». En Italie,
Vodafone offre « Vodafone Casa », aux Pays-Bas, T-Mobile vend « T-Mobile Thuis » et, en Suisse,
Sunrise a « Sunrise Myzone ».
Il est difficile d'évaluer les avantages que les opérateurs mobiles tirent de l'offre de services de type
zone maison. D'un côté, cela augmente la taille de leur marché en incluant dans leur marché potentiel les
appels résidentiels ou professionnels effectués à partir de lieux fixes. D'un autre côté, beaucoup d'abonnés
continuent d'utiliser leur téléphone mobile à domicile ou au bureau du fait de la commodité du répertoire
de numéros de téléphone enregistré sur leur mobile, ou parce qu'ils ont décidé de se passer de téléphone
fixe. Le service zone maison fait perdre cette source de revenu. En outre, certains services de type zone
maison comportent un prix forfaitaire ce qui stimule l'utilisation par les abonnés et diminue la qualité de
service et la bande passante disponible. En raison de ces contraintes, certains opérateurs mobiles entrent
sur le marché des services de communications fixes, principalement en offrant l'accès DSL. Par exemple,
Vodafone prévoit de lancer sa première offre combinée de services fixes/ mobiles en Allemagne où il
ajoutera une composante DSL à son service existant « Vodafone Zuhause ». L'offre initiale sera un simple
19
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
groupage commercial mais, à terme, le service sera unifié et Vodafone espère ainsi conquérir des minutes
de téléphonie vocale fixe aux dépens de Deutsche Telekom.64
On peut maintenant utiliser sur les réseaux mobiles des services à base IP comme Skype. L'opérateur
3G allemand E-Plus a commencé à fournir des services vocaux à prix forfaitaire au moyen de Skype sur
son réseau en octobre 2005. Le fabricant américain de matériel mobile Netgear a commencé en août 2006 à
vendre des téléphones pour VoWi-Fi avec un logiciel Skype intégré.65 Bien qu'il existe très peu d'offres de
ce genre dans le monde des télécommunications mobiles jusqu'à présent, elles représentent un défi pour les
opérateurs existants et elles peuvent facilement détériorer leurs revenus de téléphonie vocale. Dans cet
environnement, les opérateurs mobiles ont du mal à juger du moment opportun pour l'introduction de
services de type zone maison et à savoir si ces services sont viables, alors qu'ils essaient en même temps de
faire migrer leurs réseaux à une base IP afin de les rendre compatibles avec les RPG.
3-2-4. Convergence des réseaux
La convergence entre les services fixes et mobiles dépendra d'un réseau de transport IP commun,
ayant pour base l'IMS. On pense que la CFM, avec les réseaux de la prochaine génération, nécessitera les
caractéristiques présentées dans la Figure 5.
Figure 5. Caractéristiques requises des RPG
Services de la prochaine génération
• •Hautement interactifs
• Multimédia
• Omniprésents
• Adaptifs
Transparents aux réseaux
Contextuels
Personnels (liés à l'identité)
• • Privés, sûrs et fiables
• •Contrôlables et responsables
Réseaux de la prochaine génération
• Peu coûteux
• Sans fil
• Haut débit
• • Coopératifs (coopération de différents réseaux)
• Transparents
• Virtuels
• Programmables
•Capables
de gérer la qualité de service
Source : Andrea Lagana, Telecom Italia, "UMA, SIP or IMS: which solution should operators consider when offering convergence",
26-27 janvier 2006, The Fixed Mobile Convergence Conference (Londres).
On peut s'attendre à ce que l'adoption de nouvelles technologies change aussi les structures de marché :
en particulier, au lieu de vendre des appels (minutes vocales) comme à l'heure actuelle, on vendra de la
« connectivité », de l'accès aux ressources du réseau.
Un certain nombre d'opérateurs de télécommunications ont annoncé des projets d'investissement dans
l'IMS ou les RPG (Réseaux de la prochaine génération). Teliasonera en Finlande, France Telecom,
Telecom Italia, KPN aux Pays-Bas, NTT, NTT Docomo et KDDI au Japon, BT au Royaume-Uni et Sprint
Nextel aux Etats-Unis ont exposé des plans d'introduction de l'IMS. BT s'est fixé l'objectif de terminer le
déploiement de son réseau tout IP d'ici 2010.66
20
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
4. Conséquences pour l'action des pouvoirs publics
4-1. Définitions des marchés pour la CFM
Il peut être important pour les autorités de régulation de définir les paramètres d'un service ou marché
CFM, pour déterminer si un opérateur est puissant sur le marché et si le ou les opérateurs doivent être
soumis à des mesures réglementaires. Il n'est pas facile de trouver une définition claire de la CFM. Dans le
contexte de l'Union européenne, par exemple, où l'on a défini un certain nombre de marchés de manière à
déterminer si une ou des entités sont puissantes sur ces marchés aux fins de leur imposer des
réglementations ex ante, quatre de ces marchés pourraient couvrir les services CFM :
•
Marché 3 : « Services téléphoniques locaux et/ou nationaux accessibles au public en position
déterminée pour la clientèle résidentielle ».
•
Marché 5 : « Services téléphoniques locaux et/ou nationaux accessibles au public en position
déterminée pour la clientèle non résidentielle ».
•
Marché 8 : « Départ d'appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée ».
•
Marché 15 : « Accès et départ d'appel sur les réseaux téléphoniques publics mobiles ».
Des précédents se dégagent. Par exemple, en Irlande, l'autorité de régulation ComReg a lancé une
consultation publique en août 2006 pour faire en sorte que les services de type zone maison, pour la
fourniture desquels quelques opérateurs mobiles ont exprimé un intérêt, soient établis de la manière
convenant le mieux aux consommateurs irlandais. On attend pour le début de 2007 un document de
ComReg faisant suite à cette consultation au sujet des services zone maison. En Italie, l'autorité de
régulation AGCOM a annoncé l'ouverture d'une enquête sur une nouvelle tendance des services CFM afin
de déterminer si des fournisseurs de services autorisés à opérer dans un seul secteur outrepassent leurs
droits en lançant des offres combinées. L'enquête porte sur tous les services intégrés offerts par tous les
opérateurs sur le marché italien mais elle vise surtout le service « Unico » nouvellement lancé par Telecom
Italia et d'autres offres similaires.67 Dans cette approche, l'autorité de régulation analyse le service ou le
marché dans le cadre des définitions des marchés existantes.
Au Japon, il est probable que les opérateurs fixes historiques NTT East et NTT West et l'opérateur
mobile historique NTT DoCoMo fourniront un service CFM. Ce type de service est essentiellement perçu
comme bénéfique pour les consommateurs. La Loi sur les entreprises de télécommunications stipule que
les premiers opérateurs mentionnés appartiennent à la catégorie des installations de télécommunications
désignées (fixes) de Type I et le dernier à la catégorie des installations de télécommunications désignées
(mobiles) de Type II et que, en conséquence, une réglementation leur est imposée en tant qu'entités
dominantes. En effet, la puissance de marché combinée des entités de Type I et de Type II susmentionnées
pourrait entraver la concurrence aussi bien sur les marchés fixes que mobiles. Ainsi, on peut penser que le
système des installations de télécommunications désignées devra à terme être révisé. Le MIC, qui est
l'autorité japonaise compétente, entend non seulement prendre en considération ce cadre existant mais
aussi le réexaminer complètement. Autrement dit, il délimitera les marchés sur la base du système
d'examen de la concurrence, déterminera la puissance de marché à l'intérieur et/ ou entre les couches de
chaque marché, et désignera les installations de télécommunications soumises à une ouverture de leur
accès et/ ou appliquera des règles de conduite aux opérateurs en position dominante.68
Avec l’évolution des services et des marchés résultant de la demande des consommateurs et des
progrès technologiques, les autorités de régulation peuvent avoir à faire en sorte que leurs politiques soient
neutres à l'égard des technologies. Cette neutralité est assurée dans le contexte de l'analyse des marchés de
l'Union européenne et dans certains pays membres de l'OCDE comme le Canada.69
21
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
4-2. Questions relatives à la numérotation
S'agissant d'un service CFM, l'attribution ou la classification d'un ensemble de numéros téléphoniques
constituant une ressource limitée est une question critique pour les autorités de régulation qui attribuaient
jusqu'alors des numéros géographiques aux services des réseaux fixes et des numéros nomades aux
services des réseaux mobiles. Les services CFM sont une combinaison des deux.
Il existe fondamentalement trois façons de traiter ce problème de numérotation : conservation des
numéros mobiles ; existence à la fois de numéros mobiles et fixes ; introduction d'un nouveau système de
numérotation. Ces solutions peuvent être établies par les compagnies au moment du lancement d'un service
ou bien être imposées par l'autorité de régulation.
Dans le cas du service Fusion de BT au Royaume-Uni, les systèmes de numérotation existants ont été
conservés. BT et son partenaire mobile Vodafone ont un système de gestion de l'information de
localisation normalement employé par les opérateurs mobiles,70 qui permet de faire en sorte qu'un appel
passé à domicile soit facturé au tarif du réseau fixe et qu'un appel passé à l'extérieur soit facturé au tarif
mobile. Un autre exemple dans cette catégorie est le service Unik d'Orange en France. Ce service offre un
unique numéro de téléphone mobile, mais les appels ne peuvent être transmis que du réseau Wi-Fi au
réseau mobile et non l'inverse. Cela implique qu'au domicile de l'abonné, la terminaison des appels ne peut
se faire sur le Wi-Fi mais sur le réseau mobile.71
Il peut y avoir à la fois des numéros fixes et mobiles. En Irlande, ComReg propose pour les services
de type zone maison qu'avec leur zone maison, les clients mobiles se voient attribuer à la fois un numéro
téléphonique fixe et un numéro mobile pour un unique téléphone mobile. Les correspondants appelant le
numéro géographique d'un abonné au service zone maison pourront le localiser d'après le numéro. Si
l'appelant appelle le numéro fixe qui a été attribué à l'abonné de zone maison, les tarifs appliqués à l'appel
seront ceux des lignes fixes. Du point de vue du service, si l'abonné est hors de sa zone maison, l'appel
pourra être transféré à une boîte vocale ou, au choix, être réacheminé, selon le désir de l'abonné zone
maison et à ses frais.72 Les abonnés zone maison se verront attribuer un numéro correspondant à la zone où
se situe leur domicile ou leur bureau. L'opérateur mobile peut aussi utiliser les adresses des abonnés quand
il fournit des services supplémentaires comme la messagerie vocale. En outre, ComReg a aussi indiqué que
si un abonné déménage dans une autre zone de numérotation, il ne sera pas contraint d'abandonner un
numéro géographique bien connu, grâce à la portabilité géographique automatique qui existera dans les
zones maison d'un opérateur mobile.73
Pour la CFM, on peut aussi établir un nouveau système de numérotation. Le MIC, au Japon, considère
les services CFM comme à « numéro unique et appel unique ». A long terme, il semblerait que ce doive
être l'objectif de la CFM, dans la mesure où les services CFM visent à offrir aux clients un « guichet
unique » pour les appels quel que soit le réseau utilisé. Les clients veulent recevoir et effectuer des appels à
partir de lieux fixes, ils veulent pouvoir se déplacer et appeler en mouvement à des vitesses plus élevées.
Au Japon, le MIC recommande74:
•
L'introduction de nouveaux numéros spéciaux (060).
•
Que les numéros nomades existants comme ceux des mobiles (080 ou 090), du PHS (070) et des
téléphones IP (050) puissent être utilisés si cela n'a pas une forte incidence sur les services
existants.
Le MIC examinera selon quelles procédures les opérateurs pourront demander un nouveau numéro et
les critères déterminant quel type de service CFM pourra demander des numéros existants. Comme en
22
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Irlande, il conviendra de porter attention à la transparence des redevances. Concernant l’introduction d’une
nouvelle tranche de numéros, il convient aussi de prendre garde à la confusion que l’accumulation des
types de numéros peut créer chez les consommateurs ainsi qu’aux coûts additionnels que la mise en œuvre
d’une nouvelle tranche peut imposer à l’industrie.
Si de nouveaux numéros ou des numéros nomades existants sont utilisés dans un service CFM, il
faudra que les personnes appelant vers ces services CFM soient informées (dans un système où c'est
l'appelant qui paie) si le prix de l'appel à destination de l'abonné CFM varie suivant le lieu où il se trouve.
Dans un système où c'est le destinataire qui paie, cela ne pose pas de problème. La question de la
tarification prendra de l'importance dans le contexte des services CFM. Une solution consiste peut-être à
imposer un paiement à l'abonné du service CFM plutôt que d'essayer d'informer l'appelant que son appel se
terminera sur un réseau fixe ou sur un réseau mobile.
La plupart des pays de l'OCDE ont maintenant mis en œuvre la portabilité des numéros pour les
réseaux fixes et seulement quelques-uns ne l'ont pas encore fait pour la portabilité des numéros mobiles.
Dans le contexte du développement des services CFM et en vue de la concurrence intermodale, il pourrait
être important de permettre la portabilité des numéros géographiques des réseaux fixes vers les réseaux
mobiles, d’où une sûreté accrue pour les consommateurs. En outre, n’ayant pas de difficulté à trouver le
numéro, l’appelant n’est pas obligé de recourir à un service de renseignements pour demander le nouveau
numéro d’un abonné aux services CFM. La portabilité des numéros intermodale est possible au Canada et
aux États-Unis où les numéros fixes et mobiles appartiennent au même plan de numérotation géographique.
Aux États-Unis, les opérateurs mobiles dans les grandes « zones statistiques métropolitaines » et sur des
marchés plus petits à travers le pays sont tenus d'assurer la portabilité locale des numéros, y compris la
portabilité de fixe à mobile.75 En novembre 2003, la Federal Communications Commission (FCC) a mis en
œuvre la portabilité locale des numéros mobiles, éliminant un obstacle à la pleine concurrence dans les
services de téléphonie mobile et entre les services fixes et mobiles. Les consommateurs américains peuvent
maintenant changer de compagnie de téléphone, de mobile à mobile, de mobile à fixe ou de fixe à mobile,
à l’intérieur d’une zone locale, en conservant leur numéro de téléphone. Auparavant, les consommateurs
souhaitant changer d’opérateur mobile devaient obtenir un nouveau numéro auprès de la nouvelle
compagnie, ce qui dissuadait souvent les consommateurs de faire ce changement. Au cours de la première
année d’application, plus de 8.5 millions de consommateurs ont profité de la portabilité locale des numéros
mobiles. Un peu moins de 10 % de ces consommateurs ont « coupé le cordon » et transféré leur numéro
fixe vers un téléphone mobile. La première année, les consommateurs ont transféré entre les opérateurs
mobiles plus que le double du nombre de numéros qu’ils avaient transférés entre les opérateurs fixes la
première année où la portabilité locale des numéros fixes s’est appliquée. Au Danemark, la portabilité
totale, y compris entre les réseaux fixes et mobiles, devait être introduite76 ; l’Agence nationale des TI et
des télécommunications examinera ce projet en 2008, bien que des problèmes aient été soulevés
concernant la capacité des opérateurs de différencier les tarifs pour les appels internationaux entrants se
terminant sur des réseaux fixes ou mobiles, et sur la suppression des indications dans les numéros qui
informent l'appelant sur le prix de l'appel.77
D'un autre côté, au Royaume-Uni, Vodafone a demandé à BT d'assurer la portabilité des numéros
géographiques des réseaux fixes vers les réseaux mobiles. L'Ofcom, l'autorité de régulation britannique, a
statué que BT n'avait pas d'obligation de le faire ; toutefois, l'Ofcom a l'intention de modifier la « condition
générale de portabilité des numéros » et le « plan de numérotation téléphonique national » afin de faciliter
la concurrence inter-plates-formes en téléphonie vocale. 78 Cette orientation se reflète dans l'examen
stratégique des télécommunications de l'Ofcom, où l'autorité de régulation examine comment assurer la
concurrence au niveau de l'infrastructure à mesure que la technologie progresse.79
On peut aussi remarquer que la portabilité des numéros est une question importante non seulement en
elle-même mais aussi en relation avec l’avenir des plans de numérotation et avec la question connexe des
23
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
services d’annuaire et de l’échange à parité. L’IMS permet des appels SIP et pourrait donc admettre une
numérotation SIP ou d’autres dispositifs d’appel, étant donné que les réseaux à base IP seront des platesformes de communication. En outre, il serait intéressant de déterminer la manière dont les appels urgents
pourraient être traités, plus particulièrement pour fournir l’information de position, quand uniquement le
système Wi-Fi est disponible en utilisant un système « bimode » cellulaire / Wi-Fi.
4-3. Questions relatives au service universel
Le fonds de service universel est un outil important pour déployer des services de télécommunications
fixes ordinaires, en particulier dans les zones rurales où la couverture peut ne pas être rentable. Les acteurs
du marché qui contribuent à ce genre de fonds diffèrent d'un pays à l'autre. Dans certains cas, ce sont
seulement les opérateurs fixes, alors que dans d'autres pays ce sont tous les opérateurs (comprenant les
entités titulaires d’une licence d’opérateur sans distinction de la technologie (et dépassant un certain seuil
de recettes) en Australie, par exemple, où les opérateurs sont autorisés à posséder et exploiter à la fois des
réseaux fixes et mobiles). Avec le développement de services fixes-mobiles transparents, il faudrait
évidemment envisager d'étendre aux acteurs du marché CFM l'obligation de contribuer au fonds de service
universel, et peut-être aussi aux acteurs mobiles, afin d'éviter toute distorsion du marché due aux coûts
imposés à seulement certains acteurs. Les autorités de régulation souhaiteront peut-être aussi déterminer si
tous les acteurs du marché soumis aux obligations relatives au service universel sont admissibles à recevoir
un financement de service universel ou à concourir pour obtenir de tels fonds. Aux États-Unis, par exemple,
depuis la Loi sur les télécommunications de 1996, les opérateurs concurrents, y compris les opérateurs
mobiles, peuvent être admis à recevoir un financement de service universel. Toutefois, cette loi est
actuellement en révision aux États-Unis. À l’opposé, il existe à l’heure actuelle des pays où l’opérateur fixe
historique est le seul à bénéficier du financement.
Dans le contexte de l'Union européenne, par exemple, le coût du service universel est réparti « entre
les fournisseurs de réseaux et de services de communications électroniques »80 et ainsi le fonds est censé
être financé par tous les opérateurs, y compris les opérateurs mobiles.Les fournisseurs du service universel
sont à l'heure actuelle seulement les opérateurs fixes historiques, dans les pays de l'Union européenne où
les fournisseurs du service universel ont été désignés.81 La question de savoir si les opérateurs mobiles
devraient contribuer au fonds de service universel et participer à ce système a récemment été soulevée dans
le contexte de l'Union européenne.82 Toutefois, si l'on étend les obligations relatives au service universel,
la possibilité devrait être donnée à tous les participants de bénéficier du fonds de service universel au lieu
de seulement payer une contribution comme c'est le cas dans certains pays.
4-4. Questions relatives à la régulation des prix
Beaucoup de pays de l'OCDE appliquent des mesures de régulation des prix telles que le
plafonnement des prix ou la régulation des prix de gros qui couvrent soit les prix de détail des services de
télécommunications de base liés à un service universel offert par les opérateurs fixes historiques, soit un
élément du réseau (boucle locale) nécessaire aux nouveaux entrants pour fournir leurs services. Dans
certains pays, les opérateurs mobiles sont soumis à une régulation des prix, habituellement pour les prix de
gros mais dans certains cas pour les prix de détail. Aux États-Unis, par exemple, les prix de détail pour les
opérateurs mobiles, et pour les opérateurs longue distance nationaux et internationaux non dominants ne
sont pas soumis à régulation. Les opérateurs de télécommunications locales concurrents sont sous le
régime de la « détarification facultative », dans lequel ils peuvent déposer leurs tarifs pour certains services
sans y être obligés.
Bien que la base de toute régulation des prix au sein de l'Union européenne, par exemple, réside dans
le processus de définition des marchés ou d’appréciation de la puissance de marché significative avec les
mesures correctrices qui en résultent imposées aux opérateurs dominants, le développement des services
24
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
CFM nécessitera peut-être que les autorités s'abstiennent d'imposer une régulation des prix, étant donné
que cela peut fausser la concurrence, en particulier si elle ne s'applique qu'aux fournisseurs fixes
historiques alors que les nouveaux entrants sont exempts de toute régulation. Étant donné que les services
CFM conduiront à des prix groupés et visent à abaisser la facture du consommateur par l'utilisation des
réseaux fixes à domicile ou en établissant une zone maison à bas prix par le biais des services mobiles, une
régulation des prix peut être inappropriée.
Cependant, eu égard à l'utilisation d'offres groupées et à la possibilité que des acteurs du marché
exploitent leur position dominante sur un marché pour acquérir un avantage sur d'autres marchés, il
importe de maintenir une surveillance des prix. Au Canada, on a proposé que les services groupés soient
soumis à une procédure de dépôt de tarif au lieu d'une approbation préalable, et qu'on puisse les contester a
posteriori si l'on est fondé à penser qu'ils constituent un comportement anticoncurrentiel.83
Toute régulation des prix asymétrique au niveau des prix de détail pourrait créer des distorsions sur le
marché et nécessiterait une réflexion approfondie. La tendance récente à supprimer les mesures de
régulation des prix de détail, comme on le projette au Canada, amorce l'évolution indiquée.
4-5. Questions relatives à l'interconnexion
Le marché des lignes fixes d'abonné a toujours été dominé par les opérateurs historiques. Ces
opérateurs sont soumis à des obligations d'interconnexion habituellement à des prix déterminés par
l'autorité de régulation ou par une méthodologie établie par cette autorité. Les tarifs de terminaison mobile
ont souvent été déterminés par le marché mais ils sont de plus en plus soumis à une régulation et à des
exigences d'alignement vers les coûts. Pour l'interconnexion fixe vers mobile, les usages varient parmi les
pays de l'OCDE. Dans de nombreux cas, ces tarifs sont commercialement négociés mais ils peuvent faire
l'objet d'une intervention des autorités si les parties n'arrivent pas à s'entendre. Dans d'autres cas,
l'interconnexion fixe vers mobile est soumise à l'exigence d'alignement vers les coûts du fait que les
opérateurs mobiles ont été désignés comme puissants sur le marché. Aux États-Unis, par exemple, les
réseaux mobiles fonctionnent sous un régime où c’est le correspondant mobile qui paie, bien que d’autres
arrangements soient permis, et les paiements de terminaison sont d’opérateur à opérateur, et non des
paiements par les utilisateurs. Les tarifs de terminaison pour les appels de mobile à mobile ne sont pas
soumis à régulation, et la plupart des opérateurs mobiles appliquent des accords « facturer-garder ».
Toutefois, les tarifs d'interconnexion entre les opérateurs dominants (ILEC : Incumbent Local Exchange
Carriers, opérateurs historiques de télécommunications locales) et les autres opérateurs – dont les
opérateurs mobiles – sont soumis à régulation. Les tarifs d'interconnexion entre les ILEC et les opérateurs
mobiles sont soumis aux règles de « rémunération réciproque » pour les appels considérés comme
« locaux », qui exigent que le tarif que l’ILEC applique à l'opérateur mobile pour la terminaison soit égal
au tarif de terminaison que l'opérateur mobile applique à l’ILEC, à moins que l'opérateur mobile puisse
prouver que ses coûts sont plus élevés que ceux de l’ILEC.
Les différences dans le traitement réglementaire des tarifs d'interconnexion et de terminaison fixemobile pourraient créer des distorsions dans un service CFM. L'autorité irlandaise ComReg a exprimé la
crainte que, dans le contexte des services de zone maison, les opérateurs mobiles imposent des prix de
terminaison élevés à l'opérateur de ligne fixe d'où émane l'appel.84
Des arguments ont été avancés en faveur de l'introduction d'un modèle « facturer-garder » (Bill and
Keep) où l'appelant et l'appelé paient respectivement le coût de départ et le coût de terminaison de l’appel,
qui remplacerait ainsi les arrangements d'interconnexion existants afin d'éliminer les complications ou les
asymétries entre les réseaux fixes et mobiles (voir la Figure 6).
25
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Un des avantages du modèle « facturer-garder » est le fait que les opérateurs peuvent demander un
prix correspondant à leurs coûts de réseau. Si les coûts de réseau sont élevés, les opérateurs finiront par
répercuter sur leurs clients le coût des parties inefficientes de leur réseau, ce qui les désavantagera sur un
marché concurrentiel. Ce modèle suppose donc l'existence d'un certain degré de concurrence sur les
marchés des télécommunications et que les signaux des prix influent sur le comportement des clients, bien
qu’il puisse s’appliquer à un marché monopolistique local.85
Une des objections au modèle « facturer-garder » est qu'il n'est pas économiquement efficient quand
le trafic entre les réseaux est déséquilibré, étant donné que le réseau de départ cause au réseau de
terminaison, du fait de l’afflux net de trafic, un coût qu’il n’aurait pas eu à supporter sans cela. Toutefois,
certains pensent qu’avec l'introduction du service CFM, le modèle « facturer-garder » augmentera
l'efficience de l'utilisation du réseau par les consommateurs : en effet, les abonnés utilisant des appareils
unifiés recevront des appels par le biais de réseaux mobiles cellulaire à coût relativement élevé et de
réseaux fixes à coût relativement bas, et ainsi l'appelé en saura beaucoup plus que l'appelant sur le coût de
réception de l'appel et, en conséquence, aura plus d'information lui permettant d'agir de manière efficiente
au moyen de services de refus ou de limitation d'appels.86
La possibilité d'introduire ou non un modèle « facturer-garder » dépend d'un certain nombre de
conditions. Les autorités de régulation devraient examiner les facteurs suivants, quand ils envisagent
l’adoption éventuelle du modèle « facturer-garder » : la probabilité que les opérateurs historiques puissants
sur le marché fixent des prix de détail excessifs ; examiner si la concurrence est ou non suffisante pour
limiter le taux de marge sur les coûts de réseau ; et, notamment aux États-Unis, il faut étudier la conduite à
tenir à l'égard des petits opérateurs historiques qui perdront leurs redevances d'interconnexion, une de leurs
principales sources de revenus.87
26
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Figure 6. Le modèle « facturer-garder »
Opérateur B
Opérateur A
Terminaison
Départ
Interconnexion
Redevance d'interconnexion (sur la base de la quantité)
L’appelant paie
Modèle « facturer-garder »
Opérateur B
Opérateur A
Départ
Terminaison
Le coût de réseau de l'opérateur B sera supporté par
l'appelant sur la base d'un prix d'interconnexion
forfaitaire
Le coût de réseau de l'opérateur A sera
supporté par l'appelé sur la base d'un prix
d'interconnexion forfaitaire
Note : Le principe suivant lequel l'appelant paie ne s'applique pas à tous les pays membres : aux États-Unis, par exemple, c'est
l'appelé qui paie.
Source : Yasuhiko Taniwaki (2005) "Converging Network", Kanki : 125. Voir aussi les travaux de Benjamin E. Hermalin et
Michael L. Katz, ou de Jean-Jacques Laffont et Jean Tirole.
4-6. Questions relatives aux licences
Dans le contexte de l'Union européenne, on remplace actuellement les licences individuelles pour les
services fixes ou mobiles par des procédures d'entrée moins lourdes comme l'autorisation générale. Dans
ce système, les parties souhaitant fournir « des réseaux ou services de communications électroniques » sont
autorisées à le faire de manière générale, sous réserve des conditions que l'autorité de régulation peut
associer à cette autorisation générale.
Les cadres d'autorisation générale dans un certain nombre de pays couvrent les services fixes et
mobiles bien que, pour les services mobiles, des licences puissent être requises pour l'utilisation du spectre.
Le spectre concédé en licence étant en quantité limitée, les opérateurs fixes qui n'ont pas de filiale mobile
ou qui ne peuvent accéder aux ressources d'un opérateur mobile par un accord commercial ont été amenés
à adopter la solution des opérateurs mobiles virtuels. C'est pourquoi il peut être important pour le
développement de la CFM dans certains pays que les opérateurs mobiles aient l'obligation de fournir aux
MVNO un accès selon des conditions raisonnables. L’obligation de fournir un accès ne devrait pas être
nécessaire sur les marchés où les opérateurs mobiles sont en concurrence intense ; sur ces marchés, la
27
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
concurrence devrait garantir aux revendeurs un accès raisonnable. En outre, dans les cas où l'obligation de
fournir un accès peut être nécessaire, il convient de veiller à ce que les conditions gouvernant cet accès ne
soient pas de nature à décourager l'investissement dans les réseaux mobiles propriétaires de leur
infrastructure. Une plus grande flexibilité dans l'attribution du spectre, notamment en vue de la neutralité à
l’égard des technologies dans les attributions, et la mise en place de marchés secondaires pour le spectre
donneront aussi aux opérateurs fixes plus de possibilités d'obtenir les ressources en spectre nécessaires
pour fournir des services CFM [voir "The Spectrum Dividend: Spectrum Management Issues"
(DSTI/ICCP/TISP(2006)2/FINAL).
Actuellement, les réglementations concernant les MVNO sont généralement les suivantes :88
•
Dispositions réglementaires propres aux MVNO : des procédures pour obtenir une « licence » ont
été mises en place dans un certain nombre de pays – dispositions concernant l'entrée sur le
marché.
•
Intervention réglementaire imposant aux opérateurs de réseau mobile de donner accès à leurs
réseaux – dispositions visant à développer la concurrence sur le marché mobile.
•
Recours à des négociations commerciales où l'autorité de régulation peut intervenir si les
opérateurs de réseau mobile et les MVNO ne peuvent pas s'entendre.
Les MVNO se sont multipliés dans des pays comme le Danemark, le Royaume-Uni et les États-Unis.
En France, 15 MVNO sont en activité et, bien que leur part de marché se limite encore à 1.46 %, le nombre
de leurs abonnés est passé de 41 000 en juin 2005 à 700 000 en juin 2006.89 Aux États-Unis, les MVNO
proposent généralement des offres prépayées par opposition à la facturation mensuelle classique et
élaborent des offres de service uniques en leur genre destinées à des catégories démographiques spéciales
habituellement négligées par les grands opérateurs. Il existe maintenant plus de deux douzaines de MVNO
aux États-Unis qui visent des catégories de personnes sans accès au service mobile classique, telles que
celles qui ont des difficultés de crédit, les adolescents ou les personnes qui veulent un téléphone mobile
pour une utilisation limitée.90
4-7. Questions relatives à la concurrence
Les clients préfèrent souvent obtenir leurs services d'un même opérateur quand ils peuvent avoir une
facture unique et l'accès à un guichet unique. Cela facilite l'offre groupée de services, en particulier par les
opérateurs fixes historiques qui, dans la plupart des pays de l'OCDE, possèdent un opérateur mobile. Étant
donné que, dans la plupart des pays de l'OCDE, les opérateurs historiques sont déjà puissants sur le marché
(et que souvent leur opérateur mobile est aussi le premier du marché), le développement de la CFM peut
encore augmenter cette puissance de marché. Il est donc important pour les autorités de régulation
établissent des critères adéquats pour l'appréciation des marchés afin d'agir le cas échéant de manière à
développer ou préserver la concurrence sur ces marchés. À cet égard, en Italie, l'autorité de régulation
AGCOM projette d'introduire pour les offres groupées un critère obligatoire relatif à l'effet de ciseau pour
éviter que Telecom Italia n'exploite sa position dominante sur le marché vocal fixe pour gagner des parts
de marché sur d'autres marchés, et pour faire en sorte que les concurrents puissent reproduire la nouvelle
offre de manière économiquement viable. En outre, l'AGCOM n'a permis les offres groupées que pour des
services que les clients peuvent acheter séparément.91
Au Japon, il a été décidé de définir trois catégories92 pour assurer une concurrence loyale dans les
services FMC, à l'égard de NTT East et NTT West (les opérateurs fixes historiques) et de NTT DoCoMo
(l'opérateur mobile historique) :
28
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
•
« Interconnexion entre opérateurs » : NTT East et NTT West, et NTT DoCoMo, doivent
permettre à leurs concurrents de s'interconnecter avec eux dans les mêmes conditions qu'ils
s'interconnectent entre eux.
•
« Utilisation par les MVNO » : NTT DoCoMo, en tant qu'opérateur de réseau mobile a
l'obligation de donner aux MVNO un accès de gros à son réseau, y compris à NTT East et NTT
West, dans les mêmes conditions.
•
« Usage partagé des installations de télécommunications » : interdit. Les opérateurs sont obligés
de construire leurs propres réseaux.
L'offre de services de fibre jusqu'à domicile (FTTH) est bien développée au Japon et certains
fournisseurs de services FTTH autres que NTT East et NTT West expriment des inquiétudes au sujet des
services CFM. K-OPTI.COM, qui est un fournisseur de services FTTH appartenant aux compagnies
d'électricité et qui est un concurrent de NTT East et NTT West, insiste sur le fait que si NTT East ou NTT
West s'allie avec NTT DoCoMo pour lancer un service CFM, les autres opérateurs mobiles devront en faire
autant et s'allier avec NTT East et NTT West, tandis que K-OPTI.COM, qui ne fournit que la FTTH, ne
sera pas en mesure de fournir ce type de service aussi rapidement que les groupes NTT. Dans ce contexte,
les diverses compagnies ne sont pas sur un pied d'égalité.93
En Italie, les opérateurs puissants sur le marché n'ont pas le droit d'échanger des informations entre
leurs divisions fixes et mobiles. Au Danemark, certaines dispositions visent à faire en sorte que les
informations à destination d’une unité au sein de l'opérateur historique soient aussi transmises aux autres
compagnies sur le marché. Dans la pratique, cela se fait en instituant une obligation de non-discrimination
entre les unités internes et les autres opérateurs ainsi qu’une obligation d’avertissement concernant les
initiatives nouvelles et de transparence. Aux États-Unis, tous les opérateurs sont soumis à une
réglementation pour l’échange d'information entre leurs activités fixes et mobiles. Les États-Unis ont aussi
mis en place une réglementation exigeant que les opérateurs demandent l’approbation de leurs clients avant
de leur faire des offres de services mobiles sur la base d'informations internes concernant leur utilisation du
réseau fixe.94 Il serait difficile d'exiger ce type de réglementation sur un marché CFM où les activités fixes
et mobiles de l'opérateur auraient été entièrement intégrées.
L'essor des offres de DSL « nu » sur le marché peut contribuer à abaisser les prix des services CFM et
peut stimuler leur déploiement. Avec le DSL « nu », l'abonné ne paie pas, ni ne reçoit, le service
téléphonique vocal du RTPC. L'abonné ne paie que le service d'accès haut débit d'un FAI et un
abonnement CFM en utilisant la VoIP dans sa zone maison. Seulement quelques pays de l'OCDE ont une
réglementation obligeant l'opérateur historique à offrir le DSL « nu ».
Dans le contexte du développement des réseaux de la prochaine génération, on a avancé des
arguments en faveur de l'utilisation d'un « modèle à couches » pour les services CFM (voir la Figure 7).95
En d'autres termes, la couche terminaux ne devrait pas être contrôlée ou dominée par la couche réseau
voisine ou, étant donné que la couche terminaux peut avoir des fonctions d'intelligence, comme pour le
contrôle des services, la couche réseau ne devrait pas être contrôlée par la couche terminaux. En assurant
l'ouverture des interfaces entre les différentes couches, on peut faciliter la concurrence.
29
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Figure 7. Modèle à couches
Couche contenu/
application
Couche plate-forme
Couche services de
télécommunications
Couche réseau physique
Couche terminaux
Source: "Draft Report of the Study Group on a Framework
for Competition Rules to Address the Transition to IPBased Networks ‘New Competition Promotion Program
2010'’’, MIC, Japon, juillet 2006 : 28.
30
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
ANNEXE
Caractéristiques et tarifs des services dans quelques pays de l'OCDE
Dans la présente section, on examine les caractéristiques et tarifs des services dans quelques pays de
l'OCDE, y compris la VoWi-Fi. On considère d'abord des pays où il existe plusieurs opérateurs concurrents
comme la France, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.
Les caractéristiques des services sont variées, mais la Figure suivante permet de comparer les tarifs
mensuels pour les appels fixes locaux illimités à partir du domicile dans des services CFM, d'après les
éléments réunis ci-dessous.
Figure Annexe 1. Tarifs mensuels pour des appels fixes locaux illimités à partir du domicile dans un service
CFM
(en octobre 2006)
(USD)
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Neuf
Orange
O2
France
Vodafone
Allemagne
Notes : (1) Neuf : combinaison des tarifs mensuels ADSL et Twin.
(2) Orange : combinaison des tarifs mensuels ADSL, Orange mobile et Unik.
(3) O2 : Flatrate für die Homezone, de Genion (mensuel).
(4) Vodafone : Zuhause (forfaitaire mensuel).
31
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
France
Tableau Annexe 1. Tarifs des services CFM en France
Opérateur
Neuf (*1)
Orange
(*3)
Types
Twin 1h 30
(il existe aussi
des forfaits de
2 à 12 heures
d'appels
mobiles)
Option
Unik
illimitée vers les
téléphones fixes
Option
Unik
illimitée vers les
téléphones fixes
et les mobiles
Orange
Tarif mensuel
21.90 EUR (27.72 USD)
Tarif des appels fixes locaux
[À domicile ou aux points d'accès
Wi-Fi (*2)]
Gratuit
[Hors du domicile et des points
d'accès Wi-Fi (*2)]
Forfaits incluant un nombre de
minutes de communication
10 EUR (12.66 USD)
22 EUR (27.85 USD)
[Options gratuites]
SMS illimités vers tous les mobiles ou
appels illimités vers tous les mobiles
Neuf, au choix.
[À domicile (*4)]
Gratuit
[À domicile (*4)]
Gratuit
(aussi gratuit vers les mobiles
Orange)
Notes : (*1) Nécessite un abonnement à "ADSL 20 Méga" (14.90 EUR (18.86 USD)/mois).
(*2) Aux points d'accès Wi-Fi, les appels sont gratuits et illimités vers les réseaux fixes en France ou certains autres
pays (50 000 points d'accès Wi-Fi dans le monde et 3 000 en France).
(*3) Nécessite au minimum un abonnement à "ADSL Orange Internet 1 mégamax" (24.90 EUR (31.52 USD)/mois)
au moins. Nécessite aussi un abonnement Orange mobile.
(*4) Le mobile Unik doit être connecté à une Livebox.
Neuf et Orange offrent tous les deux un service téléphonique vocal. Orange estime qu'environ 40 %
des appels mobiles sont effectués du domicile et 30 % du bureau, de telle sorte que si les clients installent
un réseau local sans fil dans l'un ou l'autre de ces lieux, ils font des économies sur leur facture de
téléphone.96 À l'heure actuelle, on ne peut utiliser Unik dans des points d'accès Wi-Fi, alors que Twin est
disponible dans 3 000 points d'accès en France. Unik pourrait être accessible dans les points d'accès
Orange dans un avenir proche.97
Les abonnés du Twin de Neuf auront deux numéros tandis que les abonnés Unik d'Orange auront un
numéro unique mobile. En conséquence, les appels de Twin seront coupés quand les utilisateurs quitteront
leur domicile.98 De son côté, Unik assure le basculement automatique des appels seulement du réseau
Wi-Fi vers le réseau GSM et non l'inverse.99
SFR, qui est un autre opérateur mobile concurrent, a signé un contrat avec Nokia pour améliorer la
couverture et la capacité de son réseau. En modernisant son réseau, SFR pourra faire évoluer son cœur de
réseau actuel à commutation de circuit vers un système permettant la CFM.100 En outre, SFR a annoncé
qu'il allait lancer un service expérimental de type zone maison offrant des appels illimités vers toutes les
lignes fixes de France à condition d'utiliser un téléphone SFR à l'intérieur ou à proximité du domicile. On
rapporte que cette option « Happy Zone », qui sera vendue à partir de 2007, coûtera 15 EUR (18.99 USD)
par mois et aura l'avantage de ne pas obliger les clients à acheter un nouveau téléphone.101 On rapporte
aussi que le FAI français Free s'est donné l'objectif d'offrir un service CFM et s'allie pour cela à des
fournisseurs de technologie softswitch (commutation logicielle) et de téléphones bimodes cellulaires/
Wi-Fi.102
32
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Allemagne
Concernant les services vocaux CFM, il existe une concurrence entre O2, Vodafone et T-Mobile dans
le domaine des services de type zone maison. O2 et Vodafone couvrent aussi les services données, tandis
que T-Com n'offre pas de service Internet mais des services SMS ou MMS.
Tableau Annexe 2. Tarifs des services CFM (vocaux) en Allemagne
Opérateur et service
T-Com One Talk 25 (*)
(avec 25 minutes d'appel gratuites)
(il existe aussi des forfaits de 50 à
200 minutes d'appel)
Tarif mensuel
10 EUR (12.66 USD)
Tarif des appels fixes locaux
0.39 EUR (0.49 USD)/minute
(au-delà des minutes gratuites ;
s'applique aussi aux appels vers
mobiles au-delà des minutes
gratuites)
O2 Germany Genion
9.99 EUR (12.65 USD)
[Dans la zone maison]
0.03 EUR (0.04 USD)/minute
[Hors de la zone maison]
0.49 EUR (0.62 USD)/minute
O2 Germany Genion Flatrate für die 19.98 EUR (25.29 USD)
[Dans la zone maison]
Homezone
Gratuit (aussi gratuit vers le réseau
O2 Germany)
Vodafone Zuhause
5 EUR (6.33 USD)
[Dans la zone maison]
0.04 EUR (0.05 USD)/minute
20 EUR (25.32 USD)
[Dans la zone maison]
Gratuit (aussi gratuit vers le réseau
Vodafone Germany)
[email protected] (Single Option)
4.95 EUR (6.27 USD)
[Dans la zone maison]
0.04 EUR (0.05 USD)/minute
[email protected] (Family & Friends 4.95 EUR (6.27 USD)
[Dans la zone maison]
Option)
0.04 EUR (0.05 USD)/minute
(Dans la zone maison, les appels
dans le groupe "famille et amis" sont
gratuits)
Note : (*) "T-Com One Talk" nécessite un abonnement au RTPC (15.95 EUR (20.19 USD)/mois), un abonnement DSL (par
exemple, T-DSL2000 (19.99 EUR (25.30 USD)/mois), "T-Online DSL Telefonie Flatrate" (9.95 EUR (12.59
USD)/mois) et "HotSpot Call" (4.95 EUR (6.27 USD)/mois).
Le service T-One de T-Com est le premier produit conjoint entre T-Com et T-Online depuis la fusion
de T-Online avec Deutsche Telekom. 103 Les clients peuvent utiliser le téléphone T-One à la maison
comme un téléphone fixe, effectuer des appels dans les points d'accès public T-Com et T-Mobile en
Allemagne et utiliser ailleurs le téléphone comme un mobile. Comme pour d'autres solutions bimodes, les
principaux arguments de vente sont l'unicité de l'appareil, de la boîte vocale, du répertoire téléphonique et
de la facture.104 Le service T-One nécessite un abonnement à un réseau fixe RTPC, à un accès DSL sur la
base du RTPC, à la téléphonie sur IP (forfaitaire) ainsi que l'utilisation de la Wi-Fi, ce qui implique que les
abonnés devront payer environ 50 EUR (63 USD) par mois en plus du prix du service. Pour le moment ce
service repose uniquement sur le réseau GSM.105
Les tarifs d'O2 et de Vodafone pour les services de type zone maison sont très similaires. Ils
comprennent une option de base et une option forfaitaire, bien que le champ de l'option forfaitaire diffère.
Le tarif forfaitaire s'applique aux appels effectués à l'intérieur de leurs propres réseaux ainsi qu'aux appels
vers le réseau fixe local. Concernant le forfait des appels vers le réseau fixe local, le tarif d'O2 est presque
le même que celui de Vodafone.
Les 630 000 clients du service Zuhause de Vodafone ont généré 80 millions EUR (103 millions USD)
de recettes l'année passée et, pour la fin de l'exercice en cours (qui se termine le 31 mars 2007), la
compagnie s'est fixé l'objectif de 2 millions d'utilisateurs générant un chiffre d'affaires de 240 millions
33
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
EUR (309 millions USD). T-Mobile a réussi a attirer environ 700 000 clients dans les sept mois qui ont
suivi le lancement de son service @Home.106 T-Mobile offre une option « famille et amis » dans laquelle
jusqu'à quatre utilisateurs supplémentaires peuvent s'appeler entre eux au tarif des lignes fixes. A l'intérieur
de la zone maison, ces appels sont gratuits.
Tableau Annexe 3. Tarifs des services CFM (données) en Allemagne
Opérateur et service
Tarif mensuel
O2
Germany
[email protected]
Volume 500 (500 Mo)
(il existe aussi des options à
1000 Mo et 2000 Mo)
Vodafone Zuhause WebOption
19.98 EUR
(25.29 USD) (*)
Vodafone
Zuhause
Time/Volume (5000 Mo)
Web
Tarif à l'intérieur du
volume imparti
0.04 EUR
(0.05 USD)/Mo
5 EUR
(6.33 USD)
Tarif au-delà du volume
imparti
0.15 EUR
(0.19 USD)/Mo
[À portée du domicile]
0.04 EUR (0.05 USD)/minute
[Hors de portée du domicile]
0.186 EUR (0.235 USD)/minute
0.006 EUR
[À portée du domicile]
(0.008 USD)/Mo
0.25 EUR (0.32 USD)/Mo
[Hors de portée du domicile]
1.86 EUR (2.35 USD)/Mo
29.95 EUR
(37.91 USD)
Note : (*) Ce tarif mensuel des services O2 Germany [email protected] inclut un abonnement mensuel de base de EUR 9.99 (USD
12.65).
O2 suit une approche différente en combinant différentes technologies pour unifier les services et
maximiser le revenu moyen par abonné et la valeur globale de l'offre. Cette compagnie s'est attachée à
renforcer Genion quand son unité allemande s'est alliée avec Deutsche Breitband Dienste (DBD) en
lançant SmartDuo, qui associe des services haut débit fixes par WiMAX à des connexions téléphoniques
mobiles et à domicile.107
Italie
Tableau Annexe 4. Tarifs des services CFM en Italie
Opérateur
Telecom Italia,
TIM
Service
Unica (*1)
Tarif mensuel
15 EUR
(18.99 USD) (*2)
Tarif des appels fixes locaux
[A domicile]
• 900 minutes/mois (100 minutes/mois vers
le réseau mobile national de TIM) avec un
TIM Unico
• Appels fixes nationaux gratuits avec une
ligne fixe à domicile
Vodafone
Vodafone Casa
Zero (*3)
(il existe aussi
une option
"‘Vodafone
Casa Infinity")
9.99 EUR
(12.65 USD)
[A domicile]
• Jusqu'à 1500 minutes
0.15 EUR (0.19 USD)/appel
Notes: (*1)
Nécessite que le client paie l'abonnement de ligne fixe Telecom Italia, s'abonne aux services mobiles de TIM,
installe « Alice Voice » avec Wi-Fi et acquière un maximum de 5 Unicos (téléphones) TIM. Le Pack TIM Unico,
au prix de 369 EUR (467 USD) est donc nécessaire ; il contient un téléphone Unico TIM, un modem ADSL 2+
et Wi-Fi, etc.
(*2)
Nécessite le paiement d’un téléphone Unico TIM supplémentaire (à 5 EUR (6.3 USD) par mois), jusqu'à un
maximum de 5 téléphones au total.
(*3)
« Vodafone casa Zero » n’a été autorisé par le ministère des Communications qu’à titre temporaire (jusqu’au
14 février 2007) et pour un nombre limité d'utilisateurs (jusqu’à 15 000).
34
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
« Unica » est un service combiné offert par Telecom Italia et TIM qui permet d'effectuer des appels à
domicile à partir d'un réseau Wi-Fi (fourni par Telecom Italia avec son offre ADSL) et qui utilise le
téléphone mobile Unico de TIM quand l'abonné est en déplacement. « Unica » nécessite une ligne fixe du
RTPC, le haut débit ADSL et un abonnement mobile à TIM. Vodafone Casa Zero ou Casa Infinity est un
service de type zone maison. Ces offres ne comportent pas d'accès données mais cela devra changer étant
donné que Vodafone Italia lance actuellement un service Super UMTS Broadband avec un débit de
téléchargement de 1.8 Mbit/s, soit quatre fois plus que le débit actuel de l'UMTS.108
Vodafone a annoncé un nouveau service, à partir du début de 2007, dans lequel ses clients pourront
utiliser leur numéro de ligne fixe sur leur téléphone mobile sans avoir un abonnement de ligne fixe de
Telecom Italia. Ce service permet aux clients de recevoir sur leur téléphone mobile les appels effectués
vers le numéro fixe de leur choix quand ils sont à domicile, et de choisir jusqu'à deux numéros de
téléphone mobiles sur lesquels recevoir des appels. Quand le client n'est pas chez lui, il est informé de
l'appel par SMS ou il peut activer un service de répondeur. Ce service vise à concurrencer le service Unica
de son rival Telecom Italia.109
L’autorité de régulation italienne (AGCOM) a publié un document de consultation sur les questions
de réglementation que pose la CFM. Les informations reçues durant la phase de consultation seront prises
en compte pour l’élaboration de la réglementation des services unifiés (ou intégrés) tels que ceux fournis
par Vodafone.
Pays-Bas
Tableau Annexe 5. Tarifs des services CFM aux Pays-Bas
Opérateur
Orange
Service
Unique(*1)
Tarif mensuel
-
Tarif des appels fixes locaux
[À domicile]
0.06 EUR (0.08 USD)/appel + 0.025
EUR (0.031 USD)/minute
Unique (extra 10 EUR (12.7 USD)
[À domicile]
voordelig
Gratuit
bellen)(*1)
(y compris appels vers les mobiles
Orange aux Pays-Bas) (*2)
T-Mobile
Thuis Basis
6.95 EUR (8.80 USD)
[À domicile]
Heures de pointe (*3) : 0.06 EUR (0.08
USD)/appel + EUR 0.04 (0.05
USD)/minute
Heures creuses : 0.06 EUR (USD
0.08)/appel + 0.02 EUR (0.03
USD)/minute
Thuis Plus
16.95 EUR (21.46 USD)
[À domicile]
Gratuit (*4)
Notes: (*1) Nécessite un abonnement mobile Orange de 15 EUR (19 USD) à 150 EUR (190 USD) par mois et Orange ADSL
Family avec Livebox, à 26.90 EUR (34.11 USD) par mois.
(*2) Limité à 2 500 minutes par mois.
(*3) Heures de pointe de 8h00 à 19h00.
(*4) Limité à 3 000 minutes par mois.
Le service Unique d'Orange, qui a débuté en octobre 2006, suit la version française. Ce service se
caractérise par l'unicité du téléphone, du numéro de téléphone et du répertoire téléphonique. À domicile,
grâce au réseau sans fil par Livebox, on peut utiliser 5 téléphones mobiles simultanément. Ce service ne
nécessite pas d'abonnement au réseau téléphonique fixe, mais seulement au service haut débit fixe proposé
par Orange.110 Il propose actuellement deux types de téléphones mobiles, au prix de 15 EUR (19 USD) par
35
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
mois. T-Mobile a commencé à offrir un service de type zone maison en octobre 2006, qui vise lui aussi à
s'attaquer aux lignes fixes domestiques.111
Royaume-Uni
Tableau Annexe 6. Tarifs du service Fusion de BT
Opérateur et service
BT Fusion 100 (100
minutes de
communication)
(il existe aussi des
options avec 200 et
400 minutes)
Offre
Tarif mensuel
Offre "Landline"
Offre "Evening &
Weekend"
20 GBP
(38 USD ) (*1)
23 GBP
(43 USD) (*1)
Appels fixes locaux
(soirée et week-end)
0.055 GBP
(0.104 USD )/heure (*2)
Gratuit
Appels fixes locaux
(journée)
0.03 GBP
(0.06 USD )/minute (*2)
id.
Notes: (*1) Les tarifs mensuels varient suivant la durée du contrat. On a indiqué le tarif mensuel le moins cher.
(*2) Ces tarifs s'appliquent jusqu'à 1 000 minutes par mois. Au delà, le prix est de 0.1 GBP (0.2 USD)/minute.
Fusion repose sur « l'utilisation du RTPC vocal fixe à domicile dans la maison (ou l'immeuble) », à la
différence du service BT Total Broadband ou du service d'Orange. On rapporte que le service Fusion de
BT avait environ 30 000 clients en mai 2006, 9 mois après son lancement.112 À domicile, les transmissions
entre les téléphones mobiles et le RTPC fixe s'effectuent actuellement au moyen de Bluetooth, mais BT
projette d'introduire une capacité Wi-Fi dans le courant de l'année 2006.113 On rapporte aussi que BT
projette d'ajouter le WiMAX mobile à son service Fusion.114
Tableau Annexe 7. Tarifs d'autres services CFM complémentaires au Royaume-Uni.
Opérateur (et
service)
BT Total
Broadband
(*1)
Tarif mensuel
Option 1
Option 2
Option 3
Offre Evening and Weekend
("soirée et week-end")
[Appels en soirée (*3) et weekend vers le réseau fixe au
Royaume-Uni, jusqu'à une
heure par appel]
17.99 GBP
(33.94 USD) (*2)
22.99 GBP
(43.38 USD) (*2)
26.99 GBP
(50.92 USD) (*2)
Offre Anytime
("toute heure")
[Appels vers le
réseau fixe au
Royaume-Uni,
jusqu'à une heure
par appel]
Gratuit
Gratuit
[Appels en journée vers le
réseau fixe au Royaume-Uni]
Orange
0.03 GBP (0.06 USD)/minute
[Heures creuses (*5)]
- (*4)
Gratuit
Gratuit
[Heures de pointe]
0.025 GBP (0.047 USD)/minute
Notes : (*1) Les options sont définies en fonction de la quantité de services annexes.
(*2) L'offre "Anytime" comporte un supplément de prix de 4.95 GBP (9.34 USD) par mois.
(*3) De 18h00 à 6h00.
(*4) Les clients d'Orange mobile à facture mensuelle ayant choisi une offre à plus de 30 GBP (57 USD) ont droit à la
gratuité de ce service, d'une valeur de 17.99 GBP (33.94 USD). L'offre « toute heure » comporte un supplément de
prix de 6 GBP (11 USD) par mois.
(*5) De 18h00 à 8h00.
36
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
BT a aussi lancé une offre groupée appelée Total Broadband. Les options offrent un débit pouvant
atteindre 8 Mbit/s, suivant la distance au central, avec le routeur sans fil BT Home Hub. Ces offres
comprennent des appels VoIP en soirée et week-end et 250 minutes Wi-Fi BT Open Zone, inclus dans le
prix mensuel. Ce système pourrait aussi être adapté pour fournir le service Fusion de BT, qui intègre le
GSM et Bluetooth dans un unique appareil. 115 Fusion assure seulement un service vocal et Total
Broadband offre des services données en produit complémentaire.
Orange offre un service similaire au Total Broadband de BT. Son modem sans fil Livebox permet aux
abonnés de connecter jusqu'à six ordinateurs à domicile et de naviguer sans aucun fil dans toute la maison.
Il offre le haut débit jusqu'à 8 Mbit/s, gratuitement avec Orange mobile (contrat d'au moins 18 mois) avec
une offre à plus de 30 GBP (57 USD). Les abonnés peuvent effectuer des appels VoIP par la connexion
haut débit. Ils peuvent aussi effectuer des appels à prix réduit vers les mobiles Orange s'ils souscrivent à
l'offre « toute heure ». On rapporte que cette compagnie lancera au Royaume-Uni un service CFM
identique à Unik en France.116
O2 a annoncé qu'il projette d'offrir des services haut débit fixes au Royaume-Uni en plus de ses
services mobiles et il a acquis le fournisseur haut débit britannique Be.117 O2 a aussi décidé d'acquérir le
détaillant de téléphonie mobile indépendant The Link, afin de mieux maîtriser ses canaux de
distribution.118
En plus de ses services mobiles, Vodafone revend au détail des services vocaux fixes vendus en gros
par Energis ainsi que le DSL de Viatel. 119 Les clients peuvent choisir des services de téléphone fixes ou
des services cellulaires mobiles pour la voix, combinés soit avec le DSL soit avec le 3G pour le haut
débit.120 On rapporte que BT, dont le service Fusion utilise le réseau mobile de Vodafone, déploiera aussi
des produits de convergence intégrés à l'intention des entreprises en 2007. C & W a lui aussi annoncé son
intention de lancer un service CFM avant la fin de 2006. A cette fin, il est en pourparlers avec des
fournisseurs de services mobiles potentiels.121
Australie
Les deux grands opérateurs fixes, Telstra et Optus, possèdent et exploitent une infrastructure mobile.
Chaque service est offert isolément ou dans le cadre d’une offre groupée. L'opérateur mobile Vodafone a
annoncé qu’il recherchait le partenariat d’un opérateur fixe pour étendre ses offres de réseau dans un avenir
proche.122
En dehors du contexte des offres groupées, Hutchison fournit un service appelé « LocalZone »,
similaire aux services « zone maison ». L’opérateur fournit d’abord un service mobile, puis met à
disposition du client un numéro local (géographique) qui constitue une composante du service. Ce numéro
permet de recevoir et d’émettre des appels, et il est enregistré à une adresse fixe désignée par l’abonné.
Depuis 2001, LocalZone n’est pas proposé aux nouveaux abonnés, bien que Hutchison ait en fait offert à
nouveau le service à la fin de 2005 durant une courte période.
Danemark
Après avoir conduit un essai technique de la technologie UMA avec Motorola pour utiliser des
téléphones et points d'accès à capacité WiFi, TeliaSonera a décidé en juillet 2006 d'adopter le système de
Motorola et de déployer sa solution CFM commerciale UMA au Danemark.123
TeliaSonera a ensuite annoncé qu'il allait lancer en novembre 2006 ce premier service commercial
reposant sur la norme UMA, appelé « Home Free ». Les abonnés auront la possibilité de résilier leur
abonnement de ligne fixe à domicile sans perdre leur numéro de téléphone domestique. TeliaSonera a
37
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
indiqué que le téléphone pourrait ultérieurement être utilisé à l'extérieur comme un téléphone IP si
l'utilisateur se trouve dans un point d'accès Wi-Fi, mais la compagnie veut d'abord se concentrer sur
l'utilisation à domicile. Un seul appareil sera disponible initialement, à savoir le téléphone GSM/EDGE
Samsung P200, compatible UMA. Les abonnés au service Home Free devront payer 499 DKK (85 USD)
pour le téléphone, des frais de mise en service de 199 DKK (34 USD) et soit 149 DKK (25 USD) par mois
pour deux personnes, soit 189 DKK (32 USD) par mois pour une famille. TeliaSonera, souhaitant tout
d'abord évaluer l'essor du service et ses performances au Danemark, n'a pas l'intention de le lancer sur ses
autres marchés pour le moment. Cette compagnie attend que les fournisseurs commercialisent un plus
grand nombre de téléphones à base UMA, étant donné qu'on manque encore d'appareils de ce genre. Le
service offrira à la fois un numéro de ligne fixe normal et un numéro de téléphone mobile, et permettra
d'appeler l'utilisateur sur son numéro de ligne fixe quel que soit le lieu où il se trouve.124
Finlande
Nokia a installé un système pilote UMA dans 50 foyers dans la ville d'Oulu en Finlande et a introduit
un nouveau téléphone bimode permettant le basculement transparent des communications voix et données
entre les réseaux GSM et Wi-Fi. Cette étude pilote repose sur l'idée qu'avec l'UMA les opérateurs mobiles
peuvent étendre leur couverture géographique dans les zones rurales à faible densité sans installer de
coûteuses stations de base GSM, en recourant, au lieu de cela, à des points d'accès Wi-Fi.125 Oulu a plus de
300 points d'accès de ce genre.126
L'opérateur finlandais Saunalahti, qui a débuté comme opérateur mobile virtuel et a conquis une part
de 10 % du marché des télécommunications finlandais, a choisi le système Nokia pour offrir des solutions
complètes pour les réseaux convergents, lui permettant de fournir des services comme la VoIP et de riches
communications multimédias aux clients aussi bien mobiles que fixes.127
Hongrie
La CFM a été une tendance dominante ces dernières années. Il importe de noter que l’intégration
opérationnelle de Magyar Telekom (opérateur historique propriété de Deutsche Telekom) est en cours,
visant à la convergence des services et des organisations en quelques années. On met en place des
dispositifs conjoints de fidélisation de la clientèle, une facturation unifiée et une assistance à la clientèle
intégrée, mais à l’heure actuelle, seulement quelques résultats de l'intégration sont visibles au niveau des
services. Le tarif « Oda-vissza » actuellement disponible est la seule offre spéciale de type CFM avec des
appels gratuits illimités entre abonnés fixes et mobiles de Magyar Telekom.
L’offre zone maison de Vodafone est un autre exemple de service CFM actuellement disponible.
Vodafone a introduit en 2006 deux nouvelles options tarifaires (Otthon Classic, Otthon 2 in 1) qui visent à
faire du téléphone mobile une solution substitutive souple et attractive pour la téléphonie à domicile.
Japon
NTT DoCoMo, opérateur mobile japonais, a annoncé qu'il allait lancer un nouveau service grand
public bimode en 2006 permettant aux abonnés d'utiliser leur téléphone cellulaire à domicile comme un
appareil de réseau local sans fil avec des appels tarifés au même prix que sur une ligne fixe.128 Concernant
les services CFM pour les entreprises, NTT DoCoMo a lancé « Passage Duple » en décembre 2004 qui
permet aux employés des entreprises d'utiliser la 3G (FOMA) à l'extérieur et le Wi-Fi au bureau.129 NTT
Communications, opérateur de télécommunications longue distance japonais, a commencé à fournir un
service du même genre. Quand on l'utilise à la maison ou au bureau, le terminal est connecté au réseau
téléphonique fixe par le biais d'un réseau local (RLE), ce qui permet de bénéficier de tarifs plus bas que
ceux des téléphones mobiles.130
38
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
On pense que Softbank, qui est propriétaire des réseaux fixes de Japan Telecom et qui a acheté
récemment la filiale japonaise de Vodafone, projette de fournir un service CFM en 2006 en réponse à la
stratégie de NTT DoCoMo. KDDI, qui est le principal concurrent de NTT DoCoMo, offre lui aussi des
services vocaux fixes et mobiles et il projetait de vendre des téléphones mobiles « au » compatibles avec
les RLE à partir de juillet 2006 ainsi que de lancer des services CFM pour les entreprises.131
NTT Solmare, distributeur de contenus haut débit, offre depuis avril 2005 une variante de CFM
appelée « Packet Zero ». Packet Zero offre un service données à domicile en connectant les téléphones
mobiles à un réseau haut débit fixe par des communications infrarouges et permet aux abonnés d'utiliser le
réseau mobile quand ils sont à l'extérieur.132
A titre expérimental, Osaka Gas, compagnie de services publics japonaise, a déployé 6 000 téléphones
bimodes (Wi-Fi et cellulaires) dans ses bureaux de mai 2005 à mars 2006 pour tous ses employés à temps
plein. Osaka Gas a utilisé le système de RLE sans fil de Meru pour la VoIP, et le service et les téléphones
bimodes cellulaires/ Wi-Fi de NTT DoCoMo. Ce système était conçu pour traiter un maximum de 10
appels simultanés à chaque point d'accès Wi-Fi.133
Jupiter Telecommunications (J: COM), principal câblo-opérateur japonais, expérimente un service qui
permettra à un téléphone mobile existant à capacité Wi-Fi de se connecter à la ligne téléphonique fixe (sur
le réseau de câblodistribution) de la maison.134
Corée
KT, qui est l'opérateur de télécommunications historique en Corée, fournit depuis 2004 un service
appelé « DU: » (OnePhone) avec KTF, sa filiale mobile. Des téléphones bimodes se connectent au RTPC
vocal fixe de KT par le biais de Bluetooth à l'intérieur de locaux et par le réseau mobile de KTF à
l'extérieur. Le basculement intérieur-extérieur et vice versa se fait manuellement au moyen d'un bouton du
téléphone, à la différence des téléphones de BT qui basculent automatiquement. 135 Les clients qui
s'abonnent à DU: doivent aussi être abonnés à un réseau vocal fixe. En outre, étant donné qu'ils utilisent un
téléphone (sans cordon) connecté à un réseau fixe à domicile, ils sont ainsi facturés à la durée. Les
utilisateurs sont aussi facturés à la durée de l'appel conformément aux tarifs de base du téléphone mobile
quand ils utilisent le réseau mobile à l'extérieur.136 Cela s'explique par le fait que la réglementation actuelle
en Corée ne permet pas que les prix des services groupés diffèrent du prix de chaque service utilisé
isolément. En juin 2005, ce service comptait 118 000 abonnés. 137
DU: est le seul service CFM actuellement disponible, mais KT projette de commercialiser un service
bimode cellulaire/ WiBro à la fin de 2006.138 Le WiBro était, à l'origine, conçu pour les données et il a
reçu une licence à ce titre, mais le MIC, qui est l'autorité de régulation en Corée, a récemment permis
l'adjonction de services vocaux.139 C'est pourquoi, ce service bimode cellulaire/ WiBro, qui sautera l'étape
du service bimode cellulaire/ Wi-Fi, pourrait promouvoir l'essor de la CFM en Corée dans un avenir proche.
Nouvelle-Zélande
Telecom New Zealand, qui est l'opérateur de télécommunications historique en Nouvelle-Zélande, et
RoamAD, fournisseur de logiciel de réseau sans fil pour des réseaux Wi-Fi urbains, ont une coentreprise
qui utilise la plate-forme de RoamAD pour déployer au Southland Institute of Technology un réseau de
campus Wi-Fi maillé, à la disposition de tous les étudiants, enseignants et visiteurs avec des téléphones
mobiles bimodes 3G/ Wi-Fi ainsi que pour tout ordinateur portable ou assistant personnel à capacité
Wi-Fi.140
39
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Norvège
Hello AS fournit depuis mai 2006 un service bimode cellulaire/ Wi-Fi appelé OnePhone. Lancé à
l'origine sous la forme d'un service vocal mobile de MVNO en avril 2006, Hello a introduit la VoWi-Fi
juste après ce lancement et l'a combinée avec le service cellulaire. 141
Tableau Annexe 8. OnePhone de Hello AS
Opérateur et service
Hello OnePhone
Hello OnePhone Light
Tarif mensuel
145 NOK (22 USD)
27 NOK (4 USD)
Tarif des appels fixes locaux
Inclus dans le prix mensuel
0.59 NOK (0.09 USD)/appel
+ 0.10 NOK (0.02 USD)/minute
Note : Nécessite un abonnement aux services mobiles de Hello.
Le tarif ci-dessus repose sur le principe que, si l'abonné se trouve dans une zone Wi-Fi, le prix des
appels est très bas ou non facturé en dehors du prix fixe mensuel, s'il est dans le réseau cellulaire, le tarif
mobile ordinaire s'applique. Dans ce service, le basculement entre les réseaux Wi-Fi et GSM se fait
automatiquement, avec le choix de l'acheminement le moins cher. Si les deux correspondants sont des
abonnés de Hello OnePhone et se trouvent à l'intérieur de la zone Wi-Fi, l’appel n’est pas facturé en dehors
du prix fixe mensuel.
Telenor, qui est l'opérateur de télécommunications fixes historique, a réabsorbé sa filiale de téléphonie
mobile pour se préparer à un service CFM.142 En même temps, Telenor et Nokia collaborent depuis 2005
et ont lancé en mars 2006 un essai de CFM. Cette expérimentation a pour but de spécifier la façon dont on
peut fournir différents services IP sur diverses technologies d'accès, telles que RLE sans fil/ DSL, GSM et
W-CMDA à destination d'un appareil à capacités radio polyvalentes.143
Portugal
A l'heure actuelle, Vodafone, Optimus (groupe SonaeCom) et TMN (groupe Portugal Telecom) sont
les seuls opérateurs mobiles sur le marché, Vodafone étant la seule entité non intégrée dans un groupe
ayant des activités fixes notables au Portugal.144 Vodafone fournissait auparavant aux grandes entreprises
diverses offres groupées de services, soit par le biais du service de réseau fixe de PT, soit quelquefois en
contournant totalement le réseau de PT, par une liaison avec l'infrastructure de communications de
l'entreprise et en connectant le service à son propre réseau par accès hertzien fixe (AHF). Dans les zones où
Vodafone n'avait pas de couverture AHF, il utilisait une connexion par câble ou fibre optique à son réseau.
Il offrait aussi aux entreprises clientes des connexions haut débit ADSL et RNIS.145 Vodafone veut fournir
des services fixes et mobiles unifiés au Portugal.146 Vodafone a lancé une solution de télécommunications
voix et données de type zone maison pour le marché résidentiel en octobre 2006.147
Novis, opérateur fixe, et Optimus, opérateur mobile, tous deux filiales de SonaeCom, ont constitué un
partenariat pour offrir un service fixe RTPC qui utilise la technologie cellulaire GSM pour la partie accès
du service (boucle locale), appelé Optimus Home.148 En octobre 2006, TMN, filiale mobile du groupe PT
Telecom, a lancé une solution zone maison.149
Espagne
En Espagne, Telefonica et Movistar fournissent un service appelé « UNO Familiar », qu'ils
considèrent comme un pas vers la CFM.150 UNO Familiar permet, à l'intérieur d'un groupe comprenant un
abonné au réseau fixe (de Telefonica) et quatre abonnés mobiles, de bénéficier de prix réduits pour les
appels de fixe à mobile, de mobile à fixe et de fixe à fixe.
40
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
Tableau Annexe 9. UNO Familiar de Telefonica et Movistar
Opérateur
Telefonica,
Movistar
Service
UNO Familiar
Tarif mensuel
3 EUR (4 USD)
Tarif des appels et autres conditions
• 0.03 EUR (0.04 USD)/minute + 0.12 EUR (0.15 USD) /
appel [vers le réseau fixe, de fixe à mobile, et de mobile
à mobile]
• Jusqu'à 60 minutes/mois de fixe à mobile
Suisse
Sunrise (TDC Switzerland) fournit un service de type zone maison appelé « Sunrise myzone » et un
service bimode appelé « Sunrise surf & talk ».
Tableau Annexe 10. Services (vocaux) Sunrise myzone (*1)
Opérateur et service
Sunrise relax libero
Tarif mensuel
6 CHF (5 USD)(*2)
Sunrise relax basic
21 CHF (17 USD)(*2)
Sunrise relax super
31 CHF (25 USD)(*2)
Tarif des appels fixes locaux
[Dans la zone maison]
0.12 CHF (0.10 USD)/minute
[Hors de la zone maison]
0.59 CHF (0.48 USD)/minute
[Dans la zone maison]
0.12 CHF (0.10 USD)/minute
[Hors de la zone maison]
0.49 CHF (0.40 USD)/minute
[Dans la zone maison]
0.12 CHF (0.10 USD)/minute
[Hors de la zone maison]
0.39 CHF (0.31 USD)/minute
Notes: (*1) Service SMS aussi disponible.
(*2) Ces tarifs mensuels comprennent un tarif de base et le tarif myzone [CHF 6 (USD 5)].
(*3) Le service Sunrise myzone a été remplacé par sunrise swiss en novembre 2006.
Tableau Annexe 11. Service Sunrise surf & talk
Opérateur
service
et
Sunrise surf & talk
Tarif mensuel
Tarif des appels fixes locaux
19.90 CHF
(16.05 USD)(*)
0.07 CHF (0.06 USD)/minute
(0.31 CHF (0.25 USD)/minute
vers le réseau mobile Sunrise)
Prix du Mo de
données
supplémentaire
0.19 CHF
(0.15 USD)/Mo
Note: (*) Comprend les services voix et données. Dotation initiale de 100 Mo de données.
Le service Sunrise surf & talk permet aux abonnés d'utiliser des services voix et données, mais il n'est
pas proposé avec des téléphones bimodes cellulaires/ Wi-Fi. L'équipement appelé « surf & talk box »
comprend le point d'accès pour les réseaux cellulaire et Wi-Fi, mais le Wi-Fi ne sert que pour les données
et le réseau cellulaire pour la voix. Autrement dit, le Wi-Fi est destiné à l'utilisation avec un ordinateur
personnel ou un assistant personnel et le réseau cellulaire est destiné à l'utilisation avec la « surf &
talk box », qui joue aussi le rôle d'un téléphone.
États-Unis
T-mobile lance actuellement un service bimode cellulaire/ Wi-Fi appelé T-Mobile
[email protected] Au stade actuel, il n'est disponible que dans 24 magasins de la région de Seattle.152 Au
départ, la cible sera vraisemblablement les utilisateurs domestiques qui pourront effectuer des appels
téléphoniques sur le réseau mobile ou des appels VoIP sur leur propre réseau domestique à travers le
routeur Wi-Fi. 153 Ainsi, T-Mobile n'aura pas à recourir au réseau fixe dans la maison. Les abonnés
41
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
pourront continuer à utiliser leurs numéros de téléphone mobiles existants.154 Les abonnés pourront aussi
utiliser ce service en dehors de leur domicile dans les points d'accès Wi-Fi de T-Mobile ; cependant,
d'autres opérateurs mobiles sont aussi en mesure d'offrir des réseaux mobiles à haute vitesse, et T-Mobile
doit faire face à une forte concurrence dans les services de contenus de type données.155 Aux États-Unis, il
est trop pour même entrevoir ce que sera le marché CFM, mais on notera que tous les réseaux nationaux
offrent des services données pouvant véhiculer la VoIP, et que les grands fournisseurs de VoIP ont mis sur
le marché des téléphones VoIP sans fil en 2005.
VoWi-Fi
Un autre facteur jouant un rôle crucial dans la fourniture des services CFM est la VoWi-Fi. La VoWiFi utilise le Wi-Fi pour se connecter à un service de VoIP tel que Skype au lieu de se déplacer entre des
systèmes cellulaires et des systèmes de RLE sans fil.156 La plupart des opérateurs de VoWi-Fi sont des
petites ou moyennes entreprises financées par du capital-risque qui fournissent pour le moment des
services uniquement à base Wi-Fi ; toutefois, si ces compagnies décident d'entrer sur le marché cellulaire
sous la forme d'une activité de MVNO, en la combinant avec la VoWi-Fi, ils peuvent facilement parvenir à
la CFM. Le tableau suivant présente des exemples de services fournis pour le moment par VoWi-Fi.
Tableau Annexe 12. Exemples d'offres de service par VoWi-Fi
Service
Skype Zone BETA
Sipgate (Allemagne)
Tarif mensuel
6.50 EUR (8.23 USD)
[2.50 EUR
(3.16 USD)/2 heures](*1)
8.90 EUR (11.27 USD) (*2)
TalkTelecom (Irlande)
n. d. (*3)
Vonage (Royaume-Uni)
7.99 GBP (15.08 USD)
Truphone (Royaume-Uni)
Gratuit (Nécessité de payer
pour l'utilisation de points
d'accès
commerciaux.
Téléchargement gratuit d'un
logiciel spécial pour le
téléphone mobile)
Tarif des appels
Gratuit
• Gratuit (Appels locaux en Allemagne)
• Gratuit (vers lignes fixes en Autriche,
Belgique, Danemark, Finlande, France,
Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas,
Portugal, Suède, Suisse, Espagne,
Royaume-Uni)
2 EUR (3 USD)/heure vers l'Australie ou
les États-Unis
Appels locaux et nationaux illimités au
Royaume-Uni et en Irlande
• Gratuit (vers les autres utilisateurs
Truphone)
• Gratuit (vers 1.6 milliard de lignes fixes
dans le monde : 24 pays de l'OCDE)
Notes : (*1) L'accès Wi-Fi est payant.
(*2) Tarif de "Sipgate Basic mit flat".
(*3) Ce service étant essentiellement destiné aux clients professionnels, il n'est pas indiqué de prix précis.
D'après Truphone, le principal avantage de l'UMA est qu'il fonctionne bien avec les opérateurs GSM.
En revanche, il est coûteux du fait que la voix est véhiculée sur les réseaux GSM des opérateurs et non sur
l'Internet. Truphone propose, au moyen de SIP, des appels mobiles gratuits ou très peu coûteux, même
moins chers que par une ligne fixe classique.157
42
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
GLOSSAIRE
3G
3GPP
ADSL
AHF
AMRC
CFM
CTP
DECT
DRF
DRT
DSL
EDGE
ETSI
EV-DO
FAI
FMCA
FTTH
GPRS
GSM
HSDPA
HSPA
HSUPA
IEEE
IETF
ILEC
IMS
MMS
MVNO
OFDM
OFDMA
PDA
PHS
RLE
RNIS
RPG
RTPC
SIM
SIP
SMS
TISPAN
UMA
UMTS
VOB
VoIP
W-CDMA
WiBro
WiMAX
Wireless LAN (WLAN)
Réseau mobile de troisième génération
Third Generation Partnership Project
Asymmetric Digital Subscriber Line
Accès hertzien fixe
Accès multiple par répartition en code
Convergence fixe-mobile
Cordless Telephone Profile
Digital Enhanced Cordless Telecommunications
Duplex à répartition en fréquence
Duplex à répartition dans le temps
Digital Subscriber Line
Enhanced Data Rates for GSM Evolution
European Telecommunications Standards Institute
Evolution Data Only (ou Optimized)
Fournisseur d'accès Internet
Fixed-Mobile Convergence Alliance
Fibre jusqu'à domicile
General Packet Radio Service
Global System for Mobile Communication
High-Speed Downlink Packet Access
High-Speed Packet Access
High-Speed Uplink Packet Access
Institute of Electrical and Electronics Engineers
Internet Engineering Task Force
Incumbent Local Exchange Carriers : opérateurs historiques de télécommunications
locales
IP Multimedia Subsystem
Multimedia Messaging Service : service de messagerie multimédia
Mobile Virtual Network Operator : opérateur mobile virtuel
Orthogonal Frequency Division Multiplexing : multiplexage par répartition orthogonale
de la fréquence
Orthogonal Frequency Division Multiple Access : accès multiple par répartition
orthogonale de la fréquence
Personal Digital Assistant : assistant personnel
Personal Handy Phone System
Réseau local (d'entreprise)
Réseau numérique à intégration de services
Réseau de la prochaine génération
Réseau téléphonique public commuté
Subscriber Identity Module
Session Initiation Protocol
Short Message Service : service messages courts
Telecoms & Internet converged Services & Protocols for Advanced Networks
Unlicensed Mobile Access : accès mobile sans licence
Universal Mobile Telecommunications System
Voice over Broadband : voix sur large bande
Voice over Internet Protocol : téléphonie sur IP
Wideband Code Division Multiple Access : AMRC à bande élargie
Wireless Broadband (haut débit sans fil)
Worldwide Interoperability for Microwave Access
RLE sans fil
43
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
NOTES
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
"Review of the Regulatory Framework for Fixed-Mobile Convergence in Hong Kong", OVUM, 28 avril
2006 : 150.
"Review of the Regulatory Framework for Fixed-Mobile Convergence in Hong Kong", OVUM, 28 avril
2006 : 184.
"Development of Voice over WiFi by Integrating Mobile Networks", DSTI/ICCP/TISP(2004)9/FINAL :
20.
Peter Curwen (2006) "Fixed-mobile convergence", info, Vol. 8 No.3 : 4.
« Les offres multiservices : les nouvelles tarifications et leurs implications pour les politiques publiques »,
DSTI/ICCP/TISP(2006)1/FINAL : 39.
"Review of the Regulatory Framework for Fixed-Mobile Convergence in Hong Kong", OVUM, 28 avril
2006 : 151.
Nikkei Communications, 15 février 2006 : 83.
InfoCom Research (2005) "Info-Communications Outlook 2006" : 202.
"F/MC Watch: Dual-Mode Handset Growth to
http://www.voipplanet.com/trends/article.php/3618556.
"Modelling
Fixed/Mobile
Convergence
fiplanet.com/columns/article.php/3610261.
Explode",
In-Building",
31
voipplanet,
mai
7
juillet
2006,
à:
2006,
à:
www.wi-
"UK Broadband Costs Plummet by 60 Percent", Telecommunications Online, 11 août 2006, à :
http://www.telecommagazine.com/newsglobe/article.asp?HH_ID=AR_2295.
"UK lags behind rest of Web-savvy Europe", netimperative,
http://www.netimperative.com/2006/07/03/motorola_research/view.
4
juillet
2006,
à:
« Étude sur les communications électroniques auprès des ménages », juillet 2006, à :
http://ec.europa.eu/information_society/policy/ecomm/doc/info_centre/studies_ext_consult/ecomm_househ
old_study/eb_jul06_main_report_fr.pdf#search=%22E-Communications%20Household%20Survey%22 :
11.
"Convergence
in
Austria",
Global
telecoms
business,
mars-avril
2006,
http://www.globaltelecomsbusiness.com/default.asp?Page=7&PUB=45&ISS=21716&SID=626112.
à:
15
Nikkei Communications, 1er février 2006: 134 ; Ofcom (2006) "The Communications Market 2006",
10 août 2006 : 112.
16
Nikkei Communications, 1er février 2006 : 134.
17
18
Voir à : http://www.umatechnology.org/overview/index.htm.
"Fixed Mobile Convergence: A star is born", convergenceworld, 16 juin 2006,
http://www.convergenceworld.net/index.php?option=com_content&task=view&id=64&Itemid=108.
44
à:
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
En octobre 2006, ces opérateurs étaient AT&T, Belgacom, BELLSOUTH, BEZEQ, BrazilTelecom, BT,
China Telecom, eIRCOM, innove communications, KT, kpn, maxis, neuf cegetel, NTT Communications,
Optus, O2, PCCW, ROGERS WIRELESS, swisscom, T Com, TDC mobile, TELECOM ITALIA, Telecom
New Zealand, TeliaSonera, Telkom SA et true. On emploie le terme de « région » du fait que, par exemple,
TeliaSonera est une entreprise transnationale dans les régions nordique et balte.
Voir à : http://www.thefmca.com.
"Introduction of FMCA activities", contribution de NTT Communications au groupe d'étude du MIC
japonais, 21 septembre 2005.
"The Case for UMA-Enabled Femtocells", A Kineto White Paper, Kineto Wireless, août 2006.
ABI Research à : http://www.abiresearch.com/abiprdisplay.jsp?pressid=709.
"picoChip announces HSDPA/HSUPA home basestation modem reference design", communiqué de presse,
23 février 2006, à :
http://www.picochip.com/press/press_releases/press046?PHPSESSID=3fd51ab1204ebdd010c0b9b8f31dbe
3c.
"The Case for UMA-Enabled Femtocells", A Kineto White Paper, Kineto Wireless, août 2006.
"Dual-mode wireless handset shipments to exceed 300 mln", Telecompaper, 20 septembre 2006.
"T-Mobile Testing UMA, Femtocell to Roll out Dual-Mode Coverage", tmcnet, 28 septembre 2006, à :
http://news.tmcnet.com/news/2006/09/26/1929404.htm.
InfoCom Research (2005) "Info-Communications Outlook 2006" : 229.
"IP Multimedia Subsystems – updating the telecoms outlook", Total Telecom Magazine, juin 2006 : 34.
Ibid.
"IP Multimedia Subsystems – updating the telecoms outlook", Total Telecom Magazine, juin 2006 : 34-35.
"Mobile WiMAX: A Performance and Comparative Summary", Doug Gray, WiMAX Forum, juin 2006.
Voir à : http://www.wimaxforum.org/about.
Voir à : http://www.runcom.com/info_page.asp?info_id=13.
"WiMAX or WiBro Similar Names yet Dissimilar Technologies", Nortel, avril 2006, à :
http://www.nortel.com/solutions/wimax/collateral/wimax_wibro_white_paper.pdf : 10.
"SKT signing up 7.5 WiBro users a month, papers say", TeleGeography, 5 septembre 2006, à :
http://www.telegeography.com/cu/article.php?article_id=14143&email=html.
"First dual-mode WiMax and CDMA phone revealed", vnunet.com,
http://www.vnunet.com/vnunet/news/2158729/samsung-cdma-wimax-phone.
21
juin
2006,
à:
Le DRF sera envisagé dans les futurs profils pour répondre à des réglementations du marché ou du spectre
particulières.
45
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
L’analyse de ce paragraphe se rapporte en particulier à la Corée.
"Irish
Broadband
to
offer
mobile
WiMax",
http://www.siliconrepublic.com/news/news.nv?storyid=single7155.
5
"Danon commits to broadband competition", siliconrepublic.com,
http://www.siliconrepublic.com/news/news.nv?storyid=single7234.
octobre
20
octobre
2006,
2006,
à:
à:
"MobiTV Leads Development of Television as Key Application for WiMAX", MobiTV, Inc.,
11 septembre 2006, à : http://biz.yahoo.com/prnews/060911/sfm047.html?.v=61.
Itmedia, 16 mars 2006, à : http://www.itmedia.co.jp/enterprise/mobile/articles/0603/16/news103_2.html.
Voir à : http://grouper.ieee.org/groups/802/mbwa/email/pdf00012.pdf.
"Fixed Mobile Convergence: A star is born", convergenceworld, 16 juin 2006,
http://www.convergenceworld.net/index.php?option=com_content&task=view&id=64&Itemid=108.
à:
DSTI/ICCP/TISP(2006)1/FINAL. Op. cit.
"An integrated proposition from Vodafone UK", Ovum, 12 juillet 2006, à :
http://www.ovum.com/news/euronews.asp?id=4571.
« Les offres multiservices : les nouvelles tarifications et leurs implications pour les politiques publiques »,
24 août 2006, DSTI/ICCP/TISP(2006)1/FINAL.
"Sprint, cable companies go for quadruple play", Network World, 2 novembre 2005, à :
http://www.networkworld.com/news/2005/110205-sprint-cable.html.
InfoCom Research (2005) "Info-Communications Outlook 2006" : 225.
"J:COM to launch FMC trial in October", Telecompaper, 15 septembre 2006, à :
http://www.telecom.paper.nl/news/article.aspx?id=141485.
"Vodafone call deal takes fight to Telecom territory", NZ Herald, 26 octobre 2006, à :
http://www.nzherald.co.nz/section/story.cfm?c_id=5&ObjectID=10407642 ;
http://www.ihug.co.nz/products/phone/plans.html.
"Telefónica y Movistar lanzan el servicio Uno Familiar de llamadas entre fijos y móviles", marketingnews,
10 juillet 2006, à :
http://www.marketingnews.es/2006/07/telefonica_y_movistar_lanzan_e.html.
Les clients non abonnés à Movistar peuvent participer à ce service, moyennant quelques démarches. (Voir
à:
http://www.telefonicaonline.com/on/onTOFichaProducto/1,,v_segmento+AHOG+v_idioma+es+v_product
o+60698+dsCatPrimerNivel+TELEFONIA,00.html#).
"TeliaSonera to be first with UMA fixed/mobile convergence", itwire, 29 août 2006, à :
http://www.itwire.com.au/content/view/5429/127/.
"IPTV and Youth Market are Key Drivers for Telecom Service Providers", 26 juin 2006, à :
http://biz.yahoo.com/prnews/060626/cgm005.html?.v=46.
46
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
"WiFi Phone Market Soaring to $3.7B in 2009", cellular-news, 20 juillet 2006, à : http://www.cellularnews.com/story/18381.php.
"F/MC Watch: Dual-Mode Handset Growth to Explode", voipplanet, 7 juillet 2006, à :
http://www.voipplanet.com/trends/article.php/3618556.
"There's still life in UMA", Arcchart, 21 juillet 2006, à :
http://www.arcchart.com/blueprint/show.asp?id=396&qtabs=99999.
"Orange kicks off fixed-mobile convergence in Netherlands", Telecompaper, 4 juillet 2006, à :
http://www.telecompaper.com/reports/reportdetails.aspx?id=R210.
"The BT Home Hub Explored", à : http://www.frequencycast.co.uk/homehub.html.
"Sprint Nextel Goes To The WiMax", PC Magazine, 8 août 2006, à :
http://abcnews.go.com/Technology/ZDM/story?id=2288147.
"In Depth: Sprint Nextel's WiMax Pick Spurs The Wireless Broadband Race", InformationWeek, 14 août
2006, à :
http://www.informationweek.com/hardware/showArticle.jhtml?articleID=191902091&pgno=1&queryText
"Vodafone Unveils Convergence Plans", lightreading, 30 mai 2006, à :
http://www.lightreading.com/document.asp?doc_id=95934.
Asahi shinbun, 26 août 2006 : 10.
http://www.btplc.com/report/report06/pdf/Annualreport2006.pdf
"Italy: Italian Regulator to Probe Fixed-Mobile Convergence Services", UIT, 1er juin 2006, à :
http://www.itu.int/ituweblogs/treg/Italy+Italian+Regulator+To+Probe+FixedMobile+Convergence+Servic
es+.aspx.
"Draft Report of the Study Group on a Framework for Competition Rules to Address the Transition to IPBased Networks ‘New Competition Promotion Program 2010’", juillet 2006, MIC, Japon.
"Fixed-Mobile Convergence Presentation to APEC-TEL", Industrie Canada, 25 avril 2006, à :
http://emc2.onware.ca/prothos/onware.x/$Reposit/000007691/APECTEL_McCaughern.PPT?!=public=11600512903046=33=32015993#11.
InfoCom Research (2005) "Info-Communications Outlook 2006" : 220-221.
Au cas où le téléphone mobile de l’abonné, à l’intérieur du domicile, ne « capte » pas le réseau mobile,
l’appelant peut enregistrer un message.
"The ‘home-zone’ service – an innovation in fixed-mobile telecommunications", ComReg Media Release,
4 août 2006.
"Geographic Number Allocations for Hybrid Fixed-Mobile Telecoms Services", Document n° 06/33,
ComReg Consultation Paper, 4 août 2006.
"The second report of the study group examining telecommunications numbers in the IP era", MIC, Japon,
16 juin 2006.
47
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
75
76
77
78
79
80
81
82
« Perspectives des communications de l'OCDE 2005 »: 63.
« Perspectives des communications de l'OCDE 2005 »: 63.
"Review of the Regulatory Framework for Fixed-Mobile Convergence in Hong Kong", OVUM, 28 avril
2006 : 147.
"Review of the Regulatory Framework for Fixed-Mobile Convergence in Hong Kong", OVUM, 28 avril
2006 : 176-177.
"Final statements on the Strategic Review of Telecommunications, and undertakings in lieu of a reference
under the Enterprise Act 2002", Ofcom, 22 septembre 2005 : 18.
« Directive 2002/22/CE du parlement européen et du conseil du 7 mars 2002 concernant le service
universel et les droits des utilisateurs au regard des réseaux et services de communications électroniques
(directive « service universel ») », Article 13-1-(b).
« Réglementation et marchés
rapport) » [Rapport final] : 12.
des
communications
électroniques
en
Europe
en
2005
(11e
"11th Report on the Implementation of the Telecommunications Regulatory Package – 2005", Commission
Staff Working Document, Vol. 1 : 61-62.
Dans la section « services d'annuaire et de renseignements », qui sont une composante du service universel
et avec lesquels le service mobile est en relation étroite, il est indiqué que les services mobiles devraient y
être inclus.
83
84
85
86
87
88
89
90
91
« Groupe d'étude sur le cadre réglementaire des télécommunications Rapport final – 2006 », Industrie
Canada, mars 2006 : 3-32.
"Geographic Number Allocations for Hybrid Fixed- Mobile Telecoms Services", Document n° 06/33,
ComReg Consultation Paper, 4 août 2006 : 8.
Yasuhiko Taniwaki (2005) "Converging Network", Kanki : 126-127.
"Review of the Regulatory Framework for Fixed-Mobile Convergence in Hong Kong", OVUM, 28 avril
2006 : 84.
Yasuhiko Taniwaki (2005) "Converging Network", Kanki : 131.
"Regulating Access to Networks", The Vodafone Policy Paper Series, Number 3, mars 2005 : 11, 13.
« Que valent les nouveaux opérateurs mobiles? », 20 Minutes, 24 octobre 2006, à :
http://www.20minutes.fr/articles/2006/10/24/20061024-actualite-economique-Que-valent-les-nouveauxoperateurs-mobiles.php.
Implementation of Section 6002(B) of the Omnibus Budget Reconciliation Act of 1993: Annual Report
and Analysis of Competitive Market Conditions with Respect to Commercial Mobile Services, WT Docket
No. 06-17, __ FCC Rcd __ (FCC 06-142, publié le 29 septembre 2006), paragraphes 27-28.
"Review of the Regulatory Framework for Fixed-Mobile Convergence in Hong Kong", OVUM, 28 avril
2006 : 159.
48
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
"Draft Report of the Study Group on a Framework for Competition Rules to Address the Transition to IPBased Networks ‘New Competition Promotion Program 2010’", juillet 2006, MIC, Japon.
"Evaluation of competitive situation in the field of telecommunications business in 2005" (Separate
Volume), juillet 2006, MIC Japon : 129.
"Review of the Regulatory Framework for Fixed-Mobile Convergence in Hong Kong", OVUM, 28 avril
2006 : 180.
"NGN and Convergence Models, Myths, and Muddle", John Horrocks, consultant auprès du DTI, dans
"Réseaux de la prochaine génération : évolution et considérations politiques", Forum de prévisibilité de
l'OCDE, 3 octobre 2006.
"Orange France unveils Unik hybrid WLAN/GSM service", Telecompaper, 25 septembre 2006, à :
http://www.telecompaper.com/news/article.aspx?id=142343.
« Unik fait du ‘deux en un’ », Metro, 26 septembre 2006, à :
http://metrofrance.com/fr/article/2006/09/25/23/1254-34/index.xml.
« Unik fait du ‘deux en un’ » , Metro, 26 septembre 2006, à :
http://metrofrance.com/fr/article/2006/09/25/23/1254-34/index.xml ; "Twin et Unik : fixes et mobiles à la
fois", 20 Minutes, 6 juillet 2006, à :
http://www.20minutes.fr/articles/2006/06/07/high_tech_Twin_et_Unik_fixes_et_mobiles_a_la_fois.php.
« Unik, le téléphone GSM/Wi-Fi d'Orange qui ne bascule que dans un sens. Comme nous avons pu le tester,
le nouveau portable mixte d'Orange passe bien du Wi-Fi au GSM en cours de communication mais pas
dans l'autre sens », 9 juin 2006, à :
http://www.01net.com/editorial/318984/telephonie/unik-le-telephone-gsm/wi-fi-d-orange-qui-ne-basculeque-dans-un-sens/.
"SFR deploys Nokia MSC Server mobile softswitch in France", noticias.info, 15 septembre 2006, à :
http://www.noticias.info/asp/aspComunicados.asp?nid=219571&src=0.
"SFR
to
trial
home
zone
service",
telecompaper,
http://www.telecompaper.com/news/article.aspx?id=142578.
26
septembre
2006,
à:
"Free
Picks
Pirelli
Dual-Mode
Phones",
lightreading,
9
octobre
2006,
à:
http://www.lightreading.com/document.asp?doc_id=106787 ; "Free Launches Fixed-Mobile Convergence",
Companynews, 9 octobre 2006, à : http://www.companynewsgroup.com/communique.asp?co_id=112263.
"T-Com Rolls Out Dual Mode GSM + WiFi Phone", Converge! Network Digest, 3 août 2006, à :
http://www.convergedigest.com/voip/voiparticle.asp?ID=19019.
"Deutsche Telekom's T-Com launches dual phone", ovum, 8 août 2006, à :
http://www.ovum.com/news/euronews.asp?id=4723.
"DT Tries FMC", unstrung, 16 mars 2006, à : http://www.unstrung.com/document.asp?doc_id=90967; "TCom aims for 500,000 new customers with converged service", Telecompaper, 10 juillet 2006, à :
http://www.telecom.paper.nl/news/article.aspx?id=134231&nr=056.
"Berg Insight Says Mobile Location-Based Services Revenues to Reach 622 Million in Europe",
ossnewsreview, 15 septembre 2006, à : http://www.ossnewsreview.com/telecom-oss/berg-insight-saysmobile-location-based-services-revenues-to-reach-622-million-in-europe/; "Is Orange 'Unique'? Hardly",
ovum, 25 septembre 2006, à : http://www.ovum.com/news/euronews.asp?id=4901.
49
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
107
108
109
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
122
123
"O2 eyes UK shores for fixed-mobile convergence", Wireless Watch, 8 mai 2006, à :
http://www.theregister.co.uk/2006/05/08/o2_fmc_expansion/.
"Vodafone Italy launches HSPDA services", 13 juin 2006, à :
http://www.vodafone.com/article_with_thumbnail/0,3038,OPCO%253D40010%2526CATEGORY_ID%2
53D21408%2526MT_ID%253Dpr%2526LANGUAGE_ID%253D0%2526CONTENT_ID%253D282772,
00.html.
"Vodafone Italia customers can soon use landline number", MarketWatch, 26 octobre 2006, à :
http://www.marketwatch.com/News/Story/Story.aspx?dist=newsfinder&siteid=mktw&guid=%7B55DD34
B1-B258-4BDF-9421-532068537D39%7D.
"Orange kicks off fixed-mobile convergence in Netherlands", telecompaper, 4 juillet 2006, à :
http://www.telecompaper.com/reports/reportdetails.aspx?id=R210.
"T-Mobile Netherlands launches attack on home landlines", 15 septembre 2006, à : http://www.t-mobileinternational.com/CDA/news_details,20,0,newsid-5083-yearid--monthid-9,en.html.
"Is Orange 'Unique'? Hardly", ovum, 25 septembre 2006, à :
http://www.ovum.com/news/euronews.asp?id=4901.
"TeliaSonera launches FMC in Denmark", Total Telecom, 29 août 2006, à :
http://www.totaltele.com/View.aspx?ID=85478&t=2.
"BT rumoured to be interested in mobile WiMAX spectrum; 21CN rollout plans revealed", telegeography ,
13 octobre 2006, à : http://www.telegeography.com/cu/article.php?article_id=14778&email=html.
"Fixed-mobile offerings multiply", IT Week, 26 juin 2006, à :
http://www.computing.co.uk/itweek/news/2159101/fixed-mobile-offerings-multiply.
"Orange offers one-number service for Web and mobile calls", International Herald Tribune, 25 septembre
2006, à : http://www.iht.com/articles/2006/09/25/business/ftel.php.
"O2 buys broadband provider Be for £50m", The Guardian, 20 juin 2006, à :
http://money.guardian.co.uk/businessnews/article/0,,1801834,00.html.
"O2 snaffles The Link in shopping spree", ZDNet UK, 21 juin 2006, à :
http://news.zdnet.co.uk/business/0,39020645,39276468,00.htm.
"An integrated proposition from Vodafone UK", ovum, 12 juillet 2006, à :
http://www.ovum.com/news/euronews.asp?id=4571.
"Vodafone backs convergence with Mobile Solutions for Business", ITWeek, 12 juillet 2006, à :
http://www.itweek.co.uk/itweek/news/2160235/vodafone-backs-convergence.
"C&W to fight Fusion with landline-mobile service", zdnet.uk, 5 mai 2006, à :
http://news.zdnet.co.uk/communications/wireless/0,39020348,39267238,00.htm.
"Vodafone
to
land
a
partner",
The
Australian,
26
octobre
2006,
http://australianit.news.com.au/articles/0,7204,20645200%5E15320%5E%5Enbv%5E,00.html.
"Moto Wins Euro UMA Deal", unstrung, 6 juillet 2006, à :
http://www.unstrung.com/document.asp?doc_id=98603&WT.svl=wire1_8.
50
à:
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
"TeliaSonera to be first with UMA fixed/mobile convergence", itwire, 29 août 2006, à :
http://www.itwire.com.au/content/view/5429/127/; "TeliaSonera launches FMC in Denmark", Total
Telecom, 29 août 2006, à : http://www.totaltele.com/View.aspx?ID=85478&t=2.
"Nokia Tests New Cell Phone Network", toptechnews, 28 juillet 2006, à :
http://www.toptechnews.com/story.xhtml?story_id=13100AYEF03A.
"T-Mobile Sets Dual-Mode Debut in Motion", wi-fiplanet, 22 août 2006, à :
http://www.wi-fiplanet.com/news/article.php/3627721.
"Nokia Supplies Advanced Fixed Mobile Convergence Solutions", Taxi, 8 juin 2005, à :
http://www.designtaxi.com/news.jsp?id=544&monthview=1&month=6&year=2005.
"NTT DoCoMo to launch consumer cellular/Wi-Fi service in 2006", telecompaper, 2 juin 2005, à :
http://www.telecompaper.com/news/article.aspx?id=81643&nr=380&type=&yr.
Nikkei Communications, 1er mai 2005 : 57.
"NTT offers FMC services to corporate users", telegeography,
http://www.telegeography.com/cu/article.php?article_id=12546&email=html.
10
mai
2006,
à:
"Mobile, fixed phones unite", TMCnet, 9 mai 2006, à : http://www.tmcnet.com/usubmit/-mobile-fixedphones-unite-/2006/05/09/1642103.htm.
Nikkei Communications, 1er mai 2005 : 57.
"All-wireless office launches for 6,000 users at Japanese company", Computerworld, 31 mai 2006, à :
http://www.computerworld.com/action/article.do?command=viewArticleBasic&articleId=9000850&pageN
umber=1.
"J:COM to launch FMC trial in October",
Telecompaper, 15 septembre 2006, à :
http://www.telecom.paper.nl/news/article.aspx?id=141485 ; "J:COM to Begin Trial for New Fixed-Mobile
Converged Telephone Service", communiqué de presse de J:COM, 15 septembre 2006,
http://www.jcom.co.jp/ir/newspdf/20060915_en_2.pdf.
Nikkei Communications, 15 février 2006 : 84.
Le service OnePhone comprenait auparavant un service Internet sans fil pilote qui a pris fin le 30 avril
2006. Des tarifs d'accès haut débit étaient alors facturés indépendamment.
Overseas Telecommunications Journal, Research Institute of Telecommunications and Economics, Japon,
décembre 2005 : 46.
"WiBro Begins Commercial Service", koreatimes, 28 juin 2006, à :
http://times.hankooki.com/lpage/tech/200606/kt2006062817525511780.htm.
MIC de Corée, communiqué de presse, 18 septembre 2006.
"Telecom NZ Picks RoamAD", unstrung, 21 décembre 2005, à :
http://unstrung.com/document.asp?doc_id=86005.
"Wi-Fi/cellular service plan launched in Norway", infoworld, 16 mai 2006, à :
http://www.infoworld.com/article/06/05/16/78353_HNnorwaywificell_1.html.
51
DSTI/ICCP/CISP(2006)4/FINAL
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
"O2 buys broadband provider Be for £50m", The Guardian, 20 juin 2006, à :
http://money.guardian.co.uk/businessnews/article/0,,1801834,00.html.
"Nokia Lands Mobile Contract with Telenor", wirelessweek, 21 août 2006, à :
http://www.wirelessweek.com/article/CA6364363.html.
"Vodafone Mulls Converged Fixed-Mobile Services", TelecomDirect News, 16 août 2006, à :
http://www.telecomdirectnews.com/do.php/100/19377.
"Vodafone in Portugal Leads Mobile Pack in Fixed-Mobile Converged Solutions", Pyramid research,
27 octobre 2005, à : http://www.pyramidresearch.com/pa_oct27_port.htm.
"Vodafone may enter Portuguese fixed line market – report", Forbes.com, 16 août 2006, à :
http://www.forbes.com/home/feeds/afx/2006/08/16/afx2952630.html.
"Launch of Vodafone Casa for the residential segment", 24 octobre
http://www.vodafone.pt/main/A+Vodafone/EN/Press+Releases/pressreleases.htm?id=1790.
2006,
à:
Voir : http://home.optimus.pt/Home/index.htm.
"TMN launches “Casa T”, the first homezoning solution in Portugal", 17 octobre 2006, à :
http://www.tmn.pt/portal/site/tmn/menuitem.db67f528a6dbaa5ac8a71c10a51056a0/?vgnextoid=82b8bf2a0
e65e010VgnVCM1000005401650aRCRD&vgnextchannel=b265c7028c0d8010VgnVCM1000005401650a
RCRD&vgnextfmt=default2.
"Telefónica y Movistar lanzan el servicio Uno Familiar de llamadas entre fijos y móviles", marketingnews,
10 juillet 2006, à : http://www.marketingnews.es/2006/07/telefonica_y_movistar_lanzan_e.html.
Voir à : http://www.theonlyphoneyouneed.com/.
"T-Mobile merges Wi-Fi, cellular", Computerworld, 25 octobre 2006, à :
http://www.computerworld.com/action/article.do?command=viewArticleBasic&taxonomyName=wifi&articleId=9004426&taxonomyId=79.
"T-Mobile Sets Dual-Mode Debut in Motion", wi-fiplanet, 22 août 2006, à :
http://www.wi-fiplanet.com/news/article.php/3627721.
"T-Mobile betas cellular-Wi-Fi service on the down-low", NetworkWorld, 23 août 2006, à :
http://www.networkingsmallbusiness.com/newsletters/wireless/2006/0821wireless2.html?page=1.
"Nokia 6136 Joins Samsung For T-Mobile UMA Launch", wirelessadvisor.com, 26 août 2006, à :
http://forums.wirelessadvisor.com/wireless-news/56885-nokia-6136-joins-samsung-t.html.
"F/MC Watch: Dual-Mode Handset Growth to Explode", voipplanet, 7 juillet 2006, à :
http://www.voipplanet.com/trends/article.php/3618556.
Voir à : http://www.truphone.com/scn/more_info/tech.tru.
52

Documents pareils