Ce dossier doc en format PDF

Commentaires

Transcription

Ce dossier doc en format PDF
S O M M AI R E
Cuisine et histoire.............................. 5
Problématiques alimentaires.......... 9
Autour du monde................................ 11
Cuisine et littérature......................... 15
Cuisine et art....................................... 17
Cuisine et musique............................. 21
Cuisine et cinéma............................... 23
Cuisine et science............................... 27
Autour de l'expo.................................. 29
CUISINE ET HISTOIRE
par Romain Bertrand
(Section animation)
Les premiers hominidés vivent dans
des zones forestières. La cueillette est
leur mode unique de subsistance :
noix, baies, fruits, feuilles. Plus tard, ils
passent de la forêt à la plaine et
s’adaptent à ce nouveau territoire : ils
deviennent chasseur-cueilleur.
Au paléolithique inférieur, une
révolution se produit : la
domestication du feu. Ils peuvent
désormais cuire la viande et modifient
considérablement leur mode de vie.
Lors du néolithique, l’élevage et
l’agriculture font leur apparition. Cette
sédentarisation
engendre
des
échanges, la culture de lentilles, blé,
orge, pois, la sélection de races
d’animaux plus productives en viande.
Cette révolution agricole complexifie
les techniques et modes de vie. Par
exemple, l’arrivée du pain entraîne la
création du four.
Durant l’Antiquité, la création de cités
fortes ou pays développe encore les
échanges et voit l’apparition de
nouveaux mets dans une cuisine plus
complexe. Chez les romains, le
mélange sucré-salé, aigre-doux, les
viandes et poissons faisandés figurent
parmi les attributs d’une cuisine
diverse. L’aliment de base reste le blé.
Mais il est rejoint par : olive, miel, vin,
vinaigre, plantes aromatiques et
légumes. La viande provient
principalement des sacrifices donnés
aux Dieux, répartie ensuite entre les
hommes. Le repas de midi plutôt
frugal se nomme le prandium, celui du
soir, la cena (que l'on prend allongé).
Le menu est composé d’entrées
(gustatio), de plats (prima mensa) et
de desserts (secunda mensa). L’art de
la table se développe : on mange avec
couteaux, cuillères et doigts.
La cuisine du Moyen Age est régie par
l'Église (Fêtes religieuses, tabous
alimentaires). Les riches tables
colorées sont composées de gibiers
fortement épicés. Ces épices
proviennent du Moyen-Orient et
d’Inde. Les plats sont accommodés de
muscade, gingembre, safran, poivre. La
table du seigneur se compose d’une
nappe servant de serviette et d’une
planche en bois sur laquelle est posée
une tranche de pain servant d’assiette.
On mange avec les doigts et un
couteau. Notons qu’à cette époque 90%
de la population est paysanne. Pour
elle, l’alimentation est composée de
pain et de potages.
Au XIXème siècle, la révolution
industrielle et l’arrivée du chemin de
fer font quasiment disparaître les
famines. L’invention de la boite de
conserve transforme tout.
L’industrialisation et la standardisation
des moyens de production sont accrues
après la 1ère guerre mondiale quand
l’Europe doit se reconstruire. Sciences
et
techniques
apportent
la
pasteurisation et le réfrigérateur
modifie considérablement les modes
de consommation. Après la 2 nde guerre
mondiale, la domination des ÉtatsUnis contribue au changement des
modes de vie et de consommation. La
mondialisation se traduit par l’arrivée
des supermarchés et fast-foods.
La Renaissance engendre une nouvelle
table et la fourchette apparaît. La
découverte de l'Amérique offre aux
européens de nouveaux fruits et
légumes : tomate, maïs, pomme de
terre, ananas, cacao, haricots et de
nouvelles épices : cannelle, vanille,
piments.
Aux XVII et XVIIIème siècles, les
européens se structurent autour de
comptoirs situés dans de lointains et
exotiques pays qui importent en
Europe thé, café, girofle. Ces denrées
deviendront des succès sur les tables
opulentes des aristocrates. Ces
dernières tranchants fortement avec
celles du bas peuple qui est
régulièrement décimé par de
répétitives disettes et guerres.
5
Sélection bibliographique
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Le viandier, la cuisine médiévale
du XIVème siècle, recettes d’après
Taillevent par Josy Marty-Dufaut.
Heimdal, 2007.
De mémoires de cuisiniers, écrit
par Richard Thames. Hachette, 1994.
Résumé : Après
Résumé : Du cru
une présentation du
Viandier écrit au
XIVe siècle, de son
auteur Guillaume
Tirel dit Taillevent,
du contexte de sa
rédaction et des
particularités de la cuisine médiévale,
l'auteure présente des recettes issues du
manuscrit conservé à la BNF et d'autres
manuscrits du Viandier. Le texte de chaque
recette en ancien français est suivi d'une
adaptation actuelle du plat.
au cuit, des festins
de l'Antiquité à la
nourriture
lyophilisée, l'art de
se nourrir à travers
les âges.
Notre avis : Le Moyen Age nous apparaît
Notre avis : Dans cet ouvrage, Richard
comme une période d'obscurantisme. La
réalité est toute autre. En effet, dans son
livre Josy Marty-Dufautla nous montre une
cuisine médiévale abondante en goût, en
couleur et en texture. Cet ouvrage nous
permet de visualiser une riche période de
notre histoire culinaire. Malgré une
illustration un peu désuète, ce livre permet
d’aborder en toute simplicité cette cuisine
malheureusement oubliée aujourd’hui.
Thames, nous présente les arts de la table à
travers les âges. Ce livre très joliment
illustré permet facilement et de manière
ludique de nous instruire sur ce sujet
étendu.
Cote : 641.584 4 MAR
Romain Bertrand (section animation)
Vatel, film de Roland Joffé, Gaumont,
2000.
Résumé
:
L'ascension d'un
intendant d'origine
roturière à la cour
du
Roi-Soleil.
Intrigues et coups
fourrés pimentent
des
tableaux
luxueux.
Cote :
Notre avis : Vatel, interprété pas Gérard
Depardieu, génial et inventif va nous
éblouir par la richesse et la diversité d'une
cuisine française en phase avec son siècle.
Avec une distribution internationale, ce film
nous plonge dans une cour du Roi Soleil
intrigante, opulente et frénétique. Ce film
J 641 THA
aborde une période riche de l'histoire de
Romain Bertrand (section animation) France malgré un doublage parfois
maladroit et une vision anglo-saxonne du
XVIIème siècle français, cette production
nous renseigne sur la vie du formidable
personnage qu'était François Vatel.
Cote : DVD VAT
Romain Bertrand (section animation)
6
Pour aller plus loin...
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Section jeunesse
Les romains à petits pas, Eric Dars et Eric teyssier. Actes sud junior, 2009.
Cote : J 937 DAR
Les gaulois à petits pas, Patrick Maguer. Actes sud junior, 2009.
Cote : J 936.4 MAG
Un festin au Moyen Age, Aliki. Sorbier, 1984.
Cote : J 940.1 ALI
L'alimentation dans l'histoire, de la préhistoire à nos jours, Philippe Godard et Claude Merle. Autrement junior, 2002.
Cote : J 613.2 GOD
Section adulte
Apicius l'art culinaire, Apicius, traduit par Jaques André. Belles lettres, 1974.
Cote : 878 API
A la table des seigneurs, des moines et des paysans du moyen âge, Eric Birlouez. Ouest-France, 2009.
Cote : 394.1 BIR
Cuisiner comme au Moyen Age , Mylène et Philippe Pouillart. Privat, 2010.
Cote : 641.594 4 POU
Cuisine médiévale pour tables d'aujourd'hui, Jeanne Bourin. Flammarion, 2001.
Cote : 641.594 4 BOU
Webographie sélective
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27art_culinaire
Cet article de wikipédia condense le BA-BA de l'histoire de la cuisine.
http://www.cuisinealafrancaise.org/histoire-de-la-cuisine.html
Ce site internet est très esthétique, ludique, joliment illustré, agréable à visiter, extrêmement bien documenté pour la
thématique.
http://www.oldcook.com/histoire-gastronomie
C'est un condensé de l'histoire de la gastronomie en Europe.
http://www.arte.tv/fr/975390.html
Ici, on retrouve un article relatif à un documentaire diffusé sur Arte.
7
PLOBLÉMATIQUES
ALI M EN TAI R ES
par Marie-Laure Alliot-Lugaz
(directrice)
Malbouffe versus Alimentation bio
La gastronomie et la cuisine en général
n'ont jamais autant passionné les
français. Il n'y a qu'à constater le
nombre d'émissions télévisées ou
d'ouvrages qui leur sont consacrés.
Le retour du "bien manger" et l'intérêt
pour les aliments sains, respectueux de
l'environnement et de leurs
consommateurs, est un mouvement en
constant développement. Il est
cependant concomitant de la
"malbouffe", alimentation saturée en
graisses et en sucres, souvent associée
à la restauration rapide, au
développement de l'obésité et des
maladies cardiovasculaires... mais qui
correspond à nos modes de vie actuels.
Des mouvements de résistances ont vu
le jour dans les années 1990 par la
lutte contre les OGM et les chaînes de
restauration rapide dont José Bové
reste la figure emblématique. En 1986,
naît en Italie, le concept de "slow food"
ou "écogastronomie". Ce mouvement
souhaite revenir à une notion de
l'alimentation comme art de vivre - en
prenant le temps de déguster les
produits présents dans l'assiette -,
défend la biodiversité alimentaire, le
respect de l'environnement et
l'utilisation
d'aliments
produits
localement.
Les initiatives pour la production et la
vente de produits locaux, selon un
mode respectant l'environnement se
développent, notamment à travers le
réseau des AMAP (Association pour le
maintien d'une agriculture paysanne).
Elles visent à réduire les
intermédiaires entre producteur et
consommateur et à maintenir l'activité
agricole
d'un
territoire.
Le
consommateur, en achetant local (et
souvent bio) devient alors un véritable
acteur de l'économie.
Les grandes surfaces quant à elles, ont
bien compris l'intérêt financier de ce
nouveau marché en expansion, qui
proposent elles aussi toute une gamme
de produits bio dans leurs étalages...
Reste que la production et la
consommation d'aliments bio, si elles
se développent de plus en plus en
France, et notamment en Ardèche,
restent tout de même extrêmement
marginales : la production bio
représentait en 2009, 2,5% de la
surface utile agricole.
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Pour aller plus loin, voir les articles de
wikipedia développant les termes utilisés
dans le texte :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Malbouffe
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aliment_biolo
gique
http://fr.wikipedia.org/wiki/Slow_Food
8
Sélection bibliographique
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Nos enfants nous accuseront. Film de Jean-Paul
Jaud. J+B Séquence, 2010. 112mn.
Le livre noir de l’agriculture : comment on
assassine nos paysans, notre santé et
l’environnement. Isabelle Saporta. Fayard, 2011.
Résumé : En Europe, 70% des
Résumé : Après une enquête de deux
cancers sont liés à l'environnement,
dont 40% à l'alimentation. Le maire
d'un petit village français prend une
initiative courageuse et introduit le
bio dans la cantine scolaire du village.
Un portrait sans concession sur la
tragédie environnementale qui guette
la jeune génération.
ans, l'auteure montre en quoi le système
agricole français, basé sur l'agriculture
intensive, pose des problèmes en termes
économiques, écologiques et de santé
publique. Mais s'il y a accord sur un
constat d'échec, aucune politique ne
s'attaque
aux
fondements
de
l'agriculture intensive. Isabelle Saporta
propose des solutions, à partir de
l'expérience des anciens.
Notre avis : Le film propose de relater l’histoire de la commune de
Notre avis : Nos paysans vont mal, la "malbouffe" règne en
Barjac et notamment de la mise en place d’une cantine scolaire bio.
L’intérêt principal du documentaire (et le seul ?), réside dans le fait
de montrer quels changement dans la vie des enfants mais
également de leurs parents et de la vie locale, ce choix du Maire a
entrainés. Le tout appuyé par des commentaires d’experts, ce qui est
plutôt intéressant.
Mais l’ensemble reste très lourd, trop didactique. Le film rate son
objectif en poussant trop loin le mélo. Malgré un sujet qui aurait pu
être captivant, le tout reste assez indigeste.
maître... Les médias nous abreuvent continuellement de cris
d'alarme sur ces sujets. Redondant donc cet ouvrage? Et bien non.
L'auteur décrit, non sans humour, l'agriculture intensive française.
Et ça fait peur! On se demande s'il est encore possible de manger
correctement et si les paysans survivront à un système de production
qui paraît complètement dénué de bon sens (voir notamment les
pages sur l'élevage des cochons...). Mais la lecture de l'ouvrage ouvre
quelques pistes de réflexions pour changer de mode de production et
d'alimentation. Un essai très documenté et clair, qui se lit avec
avidité. En tout état de cause, un livre utile, aux propos difficilement
contestables. Salvateur ?!
Cote : 363.73 NOS (DVD Doc)
Marie-Laure Alliot-Lugaz (directrice)
Cote : 338.1 SAP
Marie-Laure Alliot-Lugaz (directrice)
9
Pour aller plus loin...
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Les problématiques de l’alimentation :
Trop gros ? : l’obésité et ses représentations. Autrement, 2009. Cote : 306.461 3 TRO
Les sillons de la colère : la malbouffe n’est pas une fatalité, d’André Pochon. La Découverte, 2006.
Cote : 338.13 POC
Notre poison quotidien : la responsabilité de l'industrie chimique dans l'épidémie des maladies chroniques,
de Marie-Monique Robin. La Découverte, 2011. Cote : 338.16 ROB
Bidoche : l’industrie de la viande menace le monde, de Fabrice Nicolino. Les liens qui libèrent, 2009. Cote : 338.19
NIC
Le monde selon Monsanto : de la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien, de MarieMonique Robin. La Découverte,2008. Cote : 338.88 ROB
Super size me, réalisé par Morgan Spurlock, Diaphana vidéo, 2005. Cote : 616.39 SUP (DVD doc)
Pesticides… non merci ! : dangers et alternatives, réalisé par L’œil Nu, 2007. Cote : 631.584 PES (DVD Doc)
La production :
Les Amap : un nouveau pacte entre producteurs et consommateurs ? , de Claire Lamine. Yves Michel, 2008. Cote :
338.1 LAM
Solution local pour un désordre global, réalisé par Coline Serreau. Montparnasse, 2010. Cote : 338.91 SOL (DVD
Doc)
Quelle agriculture pour quelle alimentation ? de Claude Aubert et Grégory Fléchet. Milan, 2007.
Cote : 631.584 AUB
Agriculteur bio, réalisé par Philippe Dodet, Educagri, 2005. Cote : 631.584 AGRI (DVD Doc)
La Consommation:
Pourquoi manger local ? : valoriser l’alimentation de proximité et les terroirs, de René Longet. Jouvence, 2006.
Cote : 338.17 LON
Le guide du consommateur bio : reconnaître, choisir et consommer les vrais aliments bio, de Rachel Frély.
Josette Lyon, 1998. Cote : 613.2 FRE
Alimentation bio, de Kilien Stengel. Eyrolles, 2009. Cote : 613.2 STE
A la découverte de l’agriculture biologique, réalisé par Christophe Joly. Parallèle Productions, 2009.
Cote : 631.584 ALA (DVD Doc)
Passions bio : des produits, des hommes, des savoir-faire, de Patricia Solana. Aubanel, 2006.
Cote : 631.584 SOL
Webographie sélective
http://www.slowfood.fr/
Pour en savoir plus sur cette association qui prône une manière de consommer comme art de vivre.
http://www.reseau-amap.org
Définition de l’AMAP, adresses utiles, des repères pour créer son AMAP.
http://agriculture.gouv.fr/agriculture-biologique
Site du Ministère de l’agriculture, comportant de nombreuses informations sur l’agriculture bio.
10
AUTOUR DU MONDE
par Marie-Françoise Feuillet et Dominique Bougueon-Benetti
(Sections multimedia et animation)
« Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage »
écrit Montaigne dans les Essais.
Les Anglais appellent les Français
«froggies»,
«mangeurs
de
grenouilles», or les Thaïlandais en sont
aussi amateurs... Le carpaccio, le
tartare, les sushis sont des
gourmandises pour certains peuples ;
on a pourtant méprisé les Inuit en les
nommant «esquimaux», «mangeurs de
viande crue». De nombreux pays sont
entomophages (mangent des insectes).
La «cuisine du monde», ou des
mondes, ne s'ancre-t-elle pas dans la
différence des goûts et des cultures ?
La cuisine traditionnelle repose
d'abord sur les aliments et
combustibles disponibles localement
(le blé dans le Croissant fertile, le riz
en Asie). Elle suit le rythme des saisons
(l'hiver, toutes les ressources
alimentaires sont mobilisées. Les
périodes de récolte donnent au
contraire lieu à des fêtes). Elle est
parfois issue d'une découverte fortuite,
devenue légendaire : l'empereur
chinois Chen Nong, séduit par le
parfum des feuilles tombées dans son
eau bouillie, donnera le « thé » à tout
un continent...
La cuisine peut aussi être liée à des
positions religieuses et politiques. On
trouvera dans toutes les grandes
religions des tabous sur des aliments
(la vache chez l'hindou, le porc chez le
musulman) ou leurs règles de
préparation (le kasher dans la cuisine
juive).
Chaque civilisation a donc développé
des pratiques et cuisines différentes
qui se sont mélangées, au cours des
migrations des peuples à travers
l'Histoire.
Faisons un petit tour gastronomique
de la planète...
Les cuisines européennes se
caractérisent par le «service à la
Russe» (un plat servi après l'autre),
l'usage de la fourchette et de l'assiette
individuelle, l'utilisation du blé comme
céréale principale. Issues de l'antiquité
gréco-romaine, elles se sont
progressivement enrichies de l'apport
d'aliments venus d'ailleurs tout en
s'imposant de par le monde avec les
colonisations. Aujourd'hui, elles se
métissent encore et toujours avec la
world food.
Les cuisines du Moyen-Orient ont
des traditions culinaires voisines. On y
utilise fréquemment les pois chiches, le
blé concassé. Ses basiques les plus
connus sont les mezzes (petit
assortiment de plats), les kebabs et les
shawarmas (sandwichs à base de
viande).
Les cuisines africaines, riches en
couleurs et en saveurs, se fondent en
général sur l'agriculture locale.
Copieuses et conviviales, elles
s'organisent autour d'un plat unique et
complet, dans lequel tout le monde se
sert avec la main droite ou une cuillère.
En Afrique noire, il se compose
généralement d'une céréale ou d'un
tubercule travaillé au mortier et au
pilon : igname et manioc (zones
tropicales), mil, blé, riz (régions moins
humides), maïs et sorgho. On lui ajoute
une "sauce" de poisson frais ou séché,
de viande, de légumes. Les épices sont
présentes dans beaucoup de recettes
avec finesse et sans excès.
Les cuisines asiatiques utilisent
certains modes de cuisson communs
(vapeur, wok...) et leur aliment de base
est le riz. Elles aiment associer saveurs
sucrées et salées. Elles sont riches en
épices, aromates et saveurs (aigredoux, acidulé, piquant...). Elles ont
bénéficié de nombreux apports dont le
piment, venu d'Amérique latine. Tous
les plats sont servis en même temps,
dans des bols ou de petites assiettes et
présentés avec soin (la Thaïlande est
réputée pour ses sculptures sur fruits
et légumes). Les aliments sont
prédécoupés pour être consommés
avec des baguettes.
La cuisine indienne gravite autour
de l'art de mélanger les épices de la
façon la plus appropriée en y associant
des ingrédients frais. Elle est
déterminée par le système des castes et
la religion : plus de la moitié de la
population est végétarienne.
La cuisine d'Amérique latine s'est
nourrie des influences européenne,
amérindienne, asiatique et africaine.
La nourriture y est très épicée, surtout
à base de tomates, piments rouges (les
chiles), maïs, haricots secs et pommes
de terre. Elle peut utiliser l'avocat et le
cactus au Mexique ou la banane
plantain en Equateur. Une grande
variété existe entre les cuisines du bord
de mer, tropicales ou montagneuses.
La cuisine des États-Unis, pays
d'immigration, est aussi une synthèse
des cuisines du monde : influences
française à l'est du Mississippi (cuisine
cajun), juive à New York (les bagels),
asiatique à Hawaï...
Dans les pays riches aujourd'hui, les
échanges planétaires et les serres
chauffées rendent disponibles à tout
moment de l'année, des aliments très
variés provenant du monde entier. On
appréhende autrement le rythme des
saisons et les rituels : pensons à
l'orange, autrefois précieux cadeau de
Noël qui s'achète maintenant par kilos
en supermarché. Les techniques
agricoles traditionnelles ont aussi bien
changé même si des mouvements
comme le Slow food ou l'agriculture
biologique souhaitent les réhabiliter.
Sources : Wikipedia, "Petite histoire
des nourritures", Les Docs Syros, "La
Cuisine autour du monde", "Dis-moi ce
que tu manges".
11
Sélection bibliographique
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
La fabuleuse cuisine de la route
des épices : 60 recettes
parfumées aux plantes, aux
fleurs et aux épices du monde /
écrit par Alain Serres ; illustré par
Vanessa Hié. Rue du monde, 2009.
A partir de 9 ans
L'explorateur des cuisines du
monde - Brésil / réalisé par Frédéric
Réau ; raconté par Fred Chesneau. Paris : Gedeon programmes, 2008. - 1
DVD, Couleur, 52 mn + 1 livret. - (Les
Nouveaux explorateurs).
Date du film : 2007.
Résumé : Ce
Résumé : Fred
voyage
culinaire
propose
des
recettes sucrées
et salées à base
de cannelle, de
curcuma,
de
réglisse,
de
paprika,
de
Chesneau nous
transporte
dans
une
expérience
culinaire à la
rencontre du
Brésil,
des
Brésiliens, et de
leur cuisine aux mille saveurs. Royaume
de la "fusion food", le Brésil est une
mosaïque de paysages, de régions et de
traditions culinaires toutes plus colorées
et savoureuses les unes que les autres...
safran, de badiane, etc.
Notre avis : Ce grand album,
superbement illustré, aura le don de vous
mettre l'eau à la bouche tout en vous faisant
rêver à de lointains rivages... Les recettes,
rédigées d'une façon adaptée aux enfants
mais pas simpliste pour autant, sont
ponctuées d'anecdotes et d'informations
fort intéressantes et respirent les saveurs.
Ici, pas de photos des plats mais un dessin
coloré et puissant qui invite au régal des
sens. "Crumble de pêche, basilic et
citronnelle" ou "crème brûlée de
pamplemousse au safran" : vous aurez
envie de vous jeter sur vos fourneaux en
famille !
Cote : J 641.5 SER
Marie-Françoise Feuillet (section multimedia )
Notre avis : Sur un ton des plus
sympathiques, avec dynamisme et humour,
Fred vous fera découvrir des recettes du
monde entier, réalisables chez soi (à
condition de trouver les ingrédients
adéquats...). Mais surtout, un peu sur le
modèle de la série "J'irai dormir chez
vous", il vous emmènera à la rencontre des
peuples et des cultures, dans le partage (il
cuisine volontiers pour ses hôtes) et
toujours la bonne humeur. Coup de coeur
pour toute cette série (Thaïlande,
Madagascar, Ile Maurice, Vietnam,
Mexique) qui fera voyager vos papilles !
Le vrai goût de l'Italie, écrit par
Emmanuelle Jary, Jean-François
Mallet, Editions Aubanel, avril 2007
Résumé : Un plat
et
un
lieu
représentatifs de
la
simplicité
apparente de la
cuisine italienne, le
"bollito
misto",
(assortiment de
viandes bouillies),
dans le nord de l'Italie, pose la question
du Nord et du Sud de l'Italie, en termes de
culture et d'alimentation, évoquant ainsi
sa diversité et ses constantes (le café, les
glaces, les légumes, les pâtes, le
parmesan, les tartines...)...
Notre avis : Des photos superbes, des
recettes nombreuses et diverses, un
ouvrage à la fois documenté et riche en
anecdotes, très agréable à parcourir. A
signaler cette collection de 9 titres
disponibles, très riche et plaisante, sur des
pays divers : l'Espagne, le Maroc, le Mali,
le Liban, le Japon, le Cambodge, le
Vietnam, et New-York.
Cote : 641.594 5 JAR
Dominique Bougueon-Benetti (section animation)
Cote : 641.598 1 EXP (DVD
doc)
Marie-Françoise Feuillet (section multimedia)
12
Pour aller plus loin...
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Le grand guide de dégustation de l'amateur de thé écrit par François-Xavier Delmas, Matthias Minet, Christine
Barbaste. Chêne, 2007 - Cote : 641.26 BAR
Trésors d'épices écrit par Isabelle Bruet, Savoirs de Terroirs, 2007 - Cote : 641.638 3 BRU
La cuisine mexicaine, écrit par Carmen Ruiz-Montoya et Jennifer Iserloh, Solar, 2007 Cote : 641.597 2 RUI ainsi que toute la collection « Cuisine des 7 familles »
Tokyo blues et sushis confits réalisé par Frédéric Laffont - ADAV, 2004. - Cote : 641.5 TOK (DVD doc)
Pizza Nostra réalisé par Pierre-Olivier François. - Artline Films, ADAV 2005 - Cote : 641.824 PIZ (DVD doc)
Webographie sélective
http:www.saveursdumonde.net/
Le site de référence pour cuisiner à la façon du Piémont, de l'Ouzbékistan ou d'ailleurs !
http://www.cuisinemonde.com/
Un site qui allie recettes du monde et diététique.
http://www.delices-du-monde.fr/
Plutôt des recettes de "world food" inspirées des saveurs d'ailleurs, en textes, images et même en vidéos (avec des index très
pratiques par thème ou occasion).
13
CUISINE
ET LI TTER ATU R E
par Audrey Bouvier
(Section adulte)
Quand nourritures terrestres et
nourritures intellectuelles se rencontrent
"Lire, c'est boire et manger. L'esprit
qui ne lit pas maigrit comme le
corps qui ne mange pas"
(Victor Hugo)
"J'aime à lire comme une poule boit,
en relevant fréquemment la tête,
pour faire couler"
(Daniel Pennac)
Depuis toujours, les mets et les mots
nourrissent l'homme. Si pour certains
savants les nombres sont des couleurs
*, alors indéniablement pour l'écrivain
les mots ont un goût, une saveur
particulière.
L'homme de littérature, hypersensible
aux choses de la vie, ressent le monde
avec une intensité telle que le moindre
sentiment, la moindre émotion, la
moindre sensation prend une
dimension si forte qu'elle demande à
être considérée individuellement,
retranscrite sur une page blanche pour
mieux être assimilée.
Ainsi, la littérature foisonne-t-elle
d'oeuvres où la nourriture tient une
place primordiale, tel l'un des tout
premiers romans de la littérature
mondiale qu'est le "Satiricon" de
l'écrivain romain Petrone, dans lequel
l'auteur peint des agapes mémorables
dans son Banquet chez Trimalcion.
Mais si nous ne devions retenir qu'un
seul texte, symbole de cette symbiose
entre nourriture et littérature, ce serait
sans l'ombre d'une hésitation le
lumineux épisode de "la petite
madeleine" que Marcel Proust nous
livre dans son oeuvre pantagruélique
"A la recherche du temps perdu". La
nourriture comme porte d'entrée à un
monde enchanteur de sensations et de
souvenirs... Ce temps perdu si cher à
nos coeurs retrouvé grâce à un petit
morceau de pâtisserie... Un chefd'oeuvre absolu à découvrir ou
redécouvrir sans tarder à la
Médiathèque.
Dans ce dossier, nous avons cependant
choisi de nous attacher à une
littérature résolument contemporaine
et avons procédé à une sélection des
plus drastique.
Très bonne dégustation !
*Cf : Je suis né un jour bleu / David
Tammet. - Paris : Arènes, 2009.
Où l'auteur, un jeune autiste savant
atteint
du
syndrome
d'Asperger,
véritable génie des nombres, nous explique
comment, pour lui, les nombres sont des
formes et des couleurs...
14
Sélection bibliographique
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Le dîner de Babette / Karen Blixen ; trad. du danois
par Anne Metzger
Paris : Gallimard, 1989. - (Folio)
Chocolat / Joanne Harris ; trad. de l'anglais par
Anouk Neuhoff
Paris : Quai Voltaire, 2001.
Résumé :
Babette est une
Française devenue domestique en
Norvège, après la Commune qui l'a
contrainte à l'exil. Ses patronnes
sont deux vieilles filles austères. Le
jour où elle gagne dix mille francs
à une loterie, elle leur demande de
la laisser préparer un dîner fin,
dans la grande tradition
française... L'un des cinq petits
chefs-d'œuvres qui composent ce
recueil.
Résumé : Années soixante.
Lansquenet, un village du SudOuest. La vie y est tranquille, un
peu somnolente, régentée par un
jeune curé très austère, Francis
Reynaud, qui entend faire
régner la loi divine en ces temps
de Carême. L'arrivée de Vianne
Rocher et de sa petite fille
Anouk, un jour de Mardi gras,
va bouleverser ce rythme. Un
film éponyme a été réalisé par Lasse Hallström, en 2000, à
partir de ce roman, avec Juliette Binoche et Johnny Depp.
Notre avis : Un petit bijou de littérature écrit par Karen
Notre avis : Une lecture savoureuse, à déguster avec
Blixen, plus connue pour sa "Ferme africaine". Tout le talent de
ce court récit réside dans cette rencontre improbable entre une
petite communauté au puritanisme développé à l'extrême et la
généreuse Babette, une cuisinière venue de France (pays de la
gastronomie s'il en est !) qui va leur faire découvrir les plaisirs
interdits de la bonne chère lors d'un somptueux festin. Une
confrontation des plus réjouissantes qui va bousculer plus
d'une certitude chez nos convives médusés... Une fable d'une
beauté saisissante portée à l'écran avec brio en 1987 par Gabriel
Axel et primé Oscar du meilleur film en langue étrangère.
gourmandise tant l’auteur parvient à allier avec subtilité et
raffinement plaisir de la bonne chère et autres plaisirs
terrestres, luttant farouchement contre une morale rigoriste et
« bien-pensante ». Un hymne à la vie et à tous ces petits
plaisirs que l’on s’autorise, servi par une écriture toute en
rondeur. Un livre sucré, tendre, mais aussi parfois amer,
comme le chocolat.
Cote : R BLIX D
Cote : R HARR C
Audrey Bouvier (section adulte)
Audrey Bouvier (section adulte)
15
En cuisine avec Alain Passard /
Christophe Blain
Paris : Gallimard, 2011
Notre avis : Pendant plus de deux ans
Résumé : Le portrait en bande dessinée
d'Alain Passard, le chef cuisinier aux trois
étoiles qui a su redonner aux légumes leurs
lettres de noblesse.
Christophe Blain s’est glissé dans les pas du
chef Alain Passard, de ses cuisines à ses
jardins potagers. Avec un sens de
l’observation étonnant et son trait très (!)
brouillon affranchi des cases de la BD
classique, le dessinateur parvient à plonger
le lecteur dans le bouillonnement créatif,
cérébral et terrien à la fois, de cet homme
passionnant, qui compose ses plats comme
des tableaux. Une plongée en apnée dans les
cuisines d’un haut lieu de la gastronomie
française (L’Arpège), composée de 16
recettes inédites. C’est beau, c’est bon, gorgé
de passion, et en plus, c’est drôle !
Cote : BDA BLAI E
Audrey Bouvier(section adulte)
Pour aller plus loin...
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Recettes de Pepe Carvalho / écrit par Vazquez Montalban. Paris : C. Bourgois, 1996. Cote : 641.594 48 VAZ
Recettes immorales / écrit par Vazquez Montalban. Bordeaux : Mascaret, 1993. Cote : 641.59 VAZ
La cuisine des écrivains / écrit par Faerber Johan. Paris : Inculte, 2010. Cote : 808.8 FAE
La cuisine magique des fées et des sorcières / écrit par Edouard Brasey et Gilbert Fabiani. Forcalquier : Envol, 2001.
Cote : 641.568 BRA
Le cuisinier / écrit par Martin Suter. Paris : C. Bourgois, 2010. Cote : R SUTE C
A découvrir à la Médiathèque...
Lectures adultes "Le goût des mots"
Samedi 3 décembre à 17h par Christelle Gault, comédienne.
16
CUISINE ET ART
par Geoffroy Dadier, Véronique d'Abrigeon et Evelyne Guignabert
(Sections adulte et jeunesse)
L'Art et la cuisine, sujet très vaste,
nous a conduit à traiter trois thèmes :
-La cuisine dans la nature morte,
-Les fameux dîners futuristes,
-Les déchets culinaires dans l'Art.
C'est au XVIIème siècle que la scène de
cuisine devient un genre pictural dans
l'âge d'or de la nature morte en
Europe. Citons Jan Vermeer avec son
célèbre
tableau "la
Laitière" en
1658, ou
bien Georg
Flegel qui
s'interroge
symbolique
ment sur le
bien et le
mal dans
"Nature
morte au
flacon de vin et aux petits poissons"
(1637).
Le XVIIIème siècle avec Jean-Baptiste
Chardin qui métamorphose les scènes
banales avec une grande finesse par
des tons délicats comme "la Brioche"
en 1763.
Quant aux artistes du XIXème siècle,
comme Manet, Renoir, ils ne sont pas
dans la création évolutive, dans ce
genre considéré comme trop
mimétique. Par contre Paul Cézanne
expérimente de nouveaux systèmes de
perspective représentatives comme "La
Nature morte au panier" en 1890.
La Nature morte traverse tout l'Art du
XXème siècle avec le choix des sujets :
ustensiles domestiques, objets simples
de la vie courante, fruits, citons
Braque, Picasso et le cubisme. Cette
évolution vers l'objet se traduira dans
des œuvres du courant futuriste.
Ainsi les fameux dîners futuristes sont
organisés au début du XXème siècle : en
janvier 1910 à Trieste en Italie, et en
1913 à Paris où un premier Manifeste
de la cuisine futuriste est rédigé par le
chef cuisinier Jules Maincave
préconisant une cuisine adaptée au
confort de la vie moderne et aux
dernières conceptions de la science. En
1930, Marinetti édite lui aussi un
"Manifeste de la cuisine futuriste" qui
sera suivi en 1931 par l'inauguration à
Turin de la Taverna del Santo palato
"la Taverne du Saint Palais". L'objectif
est que "tout un chacun ait la sensation
de manger des œuvres d'Art" et de
proposer ainsi une sorte d'Art
comestible,
par
exemple
le
plasticoviande. Les premiers pas faits
par les futuristes pour marier art et
cuisine seront suivis par Daniel Spoerri
dans les années 60. Intégré au
mouvement des Nouveaux Réalistes,
celui-ci crée ce qu'il appelle des
tableaux pièges. Il colle sur le plateau
d'une table tout ce qui reste des reliefs
d'un repas (verres vides assiettes réessuyées, miettes de pains...) et il
expose le tout à la verticale comme un
tableau. L'œuvre est le repas et le
tableau sa mémoire. Le banal et le
quotidien accèdent ainsi à la pérennité
de l'Art. Fort de son succès, il crée un
restaurant en 1968 et une Eat Art
Gallery dans laquelle de nombreux
artistes ( Arman, Ben, Nikki de Saint
Phalle, Dorothée Selz... ) viennent
proposer leurs mets.
Manzoni et sa célèbre "Merda d'artista"
ne s'est pas contenté d'utiliser le déchet
corporel, il a aussi réalisé des tableaux
à partir d'éléments organiques comme
le sang animal, la peau de lapin... Wim
Delvoye et sa machine Cloaca,
représentant un tube digestif humain
capable de fonctionner en l'alimentant
deux fois par jour pour produire des
excréments.
La photographe Mayuni s'est tartinée
le corps de Nutella, Janine Antoni,
Vanessa Beecrof s'interrogent sur les
excès et les gaspillages. Chez Vik
Muniz, la nourriture est utilisée
comme matériel pour peindre ou
dessiner ; il choisit le chocolat pour ses
qualités formelles. Michel Blazy utilise
des pizzas géantes se décomposant à
même le sol, Rirkit Tiravanija a cuisiné
et servit ses plats aux visiteurs de
l'exposition du CAPC de Bordeaux et
les a laissés pourrir (plat géant de
moules ). Mario Merz dans "l'autre
coté de la lune" présente un étalage de
fruits et de légumes sur une structure
de verre...
En somme, les artistes se servent de la
nourriture pour s'interroger sur le
statut de l'Art.
Mais n'oublions pas que la cuisine est
associée aux déchets culinaires, et en
matière d'Art que font les artistes de
ces déchets ?
L'œuvre plastique ne se contente plus
des seuls médiums picturaux, elle
utilise aussi les déchets et notamment
les déchets culinaires. Certes on aurait
tendance à souligner que ce n'est pas
nouveau
puisque
l'homme
préhistorique se servait de matériaux
d'origine organique (les os de gibiers...)
pour créer sa palette de couleurs. Mais
les XXème et XXIème siècles se
démarquent par les performances
artistiques en matière de nourriture et
de leur devenir : Claes Oedenburge,
dans les années 60, imite des objets
quotidiens notamment la nourriture :
sucettes géantes, hamburgers... Piero
Michel Blazy "Pates de soja"
17
Sélection bibliographique
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Art
contemporain / Céline
Delavaux et Christian Demilly / Paris :
Palette 2009 –
Résumé
L'art à pleines dents, Sylvie
Delpech, Palette..., 2010, 64 pages
:
Panorama d'une
centaine d'œuvres
depuis le XXème
siècle
jusqu'à
aujourd'hui pour
découvrir
et
comprendre l'Art : Sculpture, peinture,
photographie etc...
Notre avis : La permissivité dans l'Art
contemporain donne aux artistes
d'aujourd'hui une grande liberté que cela
soit dans les différents matériaux utilisés
ou bien dans la conception même de
l'œuvre ; le spectateur peut-être aussi
acteur de réalisations comme dans les
performances...
En fait "l'Art est devenu un grand terrain de
jeu" ! Remarquons chez Spoerri l'utilisation
de reste de divers dîners mis en tableau
verticalement en trois dimensions fixé par
de la résine. Giovanni Anselmo, quant à lui,
propose une laitue coincée entre 2 blocs de
béton...
Dans ce document, vous apprécierez avec
vos enfants d'une part une présentation
originale qui attire l'oeil du lecteur, puis
d'autre part vous saluerez l'idée que seul le
concept compte dans l'Art contemporain
comme le dit si bien Sol Lewitt "Même un
aveugle peut appréciez l'œuvre, il suffit de
la décrire"...
Résumé :
A travers
des oeuvres
de
l'Antiquité à
nos jours ce
livre recèle
des trésors
de saveur
sur le lien entre la cuisine et l'art. Les
artistes ont représenté toute la diversité
de l'art culinaire avec ses usages et ses
coutumes. Un simple repas ou un repas
de mariage, un intérieur de cuisine ou la
profusion d'un étal de marché, la
gastronomie est appréhendé sous les
angles les plus divers.
Notre avis : Un très beau documentaire
avec des mises en perspective qui nous
révèlent la symbolique des aliments dans
l'art pictural notamment. A noter l'aspect
ludique de l'ouvrage avec un jeu sur les
symboles dans les natures mortes.
Docteur Delvoye et Mister
Cloaca. Réalisé par Wilbur Leguebe,
ADAV.
Résumé
:
L'artiste belge
Wim Delvoye
a
acquis
depuis
quelques
années
une
réputation
internationale.
Ses créations allient surréalisme,
fantaisie et provocation. Ainsi, "Turbo
Cloaca" a pour but de produire des
excréments... et un tas de questions.
Notre avis : Ce documentaire, tourné
en 2003, nous paraît indispensable pour
mieux comprendre cet artiste qui sous
des apparences drôles et provocantes,
n'a de cesse d'interroger l'homme et son
environnement.
Cote : 709.04 DEL
Geoffroy Dadier (section adulte)
Cote : J 709 DEL
Evelyne Guignabert (section jeunesse)
Cote : J 709.05 DEL
Véronique d'Abrigeon (section jeunesse)
18
Pour aller plus loin...
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Section jeunesse
Des Roses dans la salade , Munari Bruno. Les Trois ourses, 2007. Cote : AD ART
Hyperréalisme, quand l'art dépasse la réalité . Delavaux Céline. Palette, 2010. Cote : J 709.034 DEL
Comment parler de l'Art du XX ème siécle aux enfants, de l'Art moderne à l'Art contemporain. Barbe-Gall
Françoise 2011. Le Baron Perché, 2011. Cote : J 709.04 BAR
Petit musée, Alain Le Saux et Grégoire Solotareff. L'école des loisirs, 1992. Cote: AD ART
Fruits et gourmandises, Hélène Percy. Les Livres du Dragon d'Or, 1991. Cote : AD ART
Section adulte
Renoir : un choix éclairé de ses plus grandes oeuvres, Juliet Roadway. Soline, 1994. Cote : 759 REN
De la table au tableau. Pemf, 2002. Cote : 758.4 DEL
Le futurisme à Paris : une avant garde explosive. Centre Pompidou, 2008. Cote : 709.040 3 FUT
A croire et à manger : religions et alimentation. Sous la direction de Aïda Kanafani-Zahar, Séverine Mathieu et Sophie
Nizard. L'Harmattan, 2008. Cote : 204.46 ACR
Webographie sélective
http://www.passee-des-arts.com
Site dédié à la musique, la peinture et la littérature du Moyen Age. Dans la rubrique "Cimaises", Jean-Christophe Pucek
consacre un très bel article aux natures mortes de Louise Moillon (1610-1696) sous le titre "Les Beaux étés de Louise
Moillon".
http://www.musees.regioncentre.fr
Eclairage historique de la nature morte du XVIème au XXème siècle avec des activités pédagogiques.
http://www.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-nouvrea/ENS-nouvrea.htm
Le nouveau réalisme : un recyclage poétique du réel.
http://www.arte.tv/fr/1171492,CmC=1171496.html
Wim Delvoye : un artiste sur Arte.
http://www.art-et-science.fr/newart/2009/cloaca.htm
La science au service de l'Art digestif
http://italopolis.italieaparis.net/articles/retour-vers-le-futurisme-culinaire-de-marinetti-380/
Comment
les
italiens
se
mettent
à
table
quand
ils
sont
http://www.natachalesueur.com/
Photographie et détournement d'aliments.
http://maelko.typepad.com/cad/gastronomie/
Un blog très bien documenté sur l'évolution de la nourriture dans l'histoire.
http://www.willcotton.com/
futuristes.
Des sucreries et des nus.
Sites d'artistes :
http://www.dorothee-selz.com/fr/default/index/index/2
http://www.vikmuniz.net/
http://www.danielspoerri.org/web_daniel/sprachwahl.htm
A découvrir à la Médiathèque...
Ateliers "cuisine foldingue"
Invention de recettes farfelues et réalisation des plats en matériaux de récupération.
Mercredi 30 novembre et 7 décembre à 10 heures.
Samedi 3 et 10 décembre à 10 heures.
A partir de 6 ans / Réservation en section jeunesse.
19
CUISINE ET MUSIQUE
par Didier Lecerf et Hélène Malaterre
(Sections animation et jeunesse)
La cuisine et la musique rien à voir avec
la choucroute ? Pas si sûr !
La cuisine comme la musique sont des
créations libres et inspirées et en
partant des bases de l'une comme de
l'autre, chacun peut y ajouter sa
touche, son grain de sel.
La cuisine et la musique se retrouvent
dans un lexique commun : le piano, le
fouet, la mandoline, les timbales, la
batterie, la cloche, l'opéra, mixer,
chanter comme une casserole... le chef.
Par analogie, les saveurs de la cuisine :
doux, aigre, acide, sucré peuvent faire
penser aux sons graves, aigus et
rythmes de la musique.
De ces similitudes, voyons ce que les
cordons-bleus, marmitons, chefs
d'orchestre et bardes nous mijotent.
Du côté des cuisiniers, qui n'a pas
tambouriné sur une casserole avec une
spatule ?
A Martigues (13), le lycée Brise-Lames
en partenariat avec Arts et musique en
Provence invitent leurs élèves de CAP
cuisine à vivre une expérience sonore
en détournant les ustensiles pour en
faire des instruments de musique et
créer une partition qui accompagnera
leur menu.
Pour exemple, la compagnie Stomp
dans le spectacle Stomp out loud
(disponible en section Arts, 5.11 STO)
joue dans une cuisine de collectivité ;
les suédois de Sound of noise
(disponible en section Arts, DVD SOU)
orchestrent un morceau avec portes de
placard, mixeur, batteur... dans "
Music for one appartment and six
drummers".
Du côté des musiciens, certains
traduisent en notes leur ressenti par
rapport à un plat et au goût que ce
dernier leur a procuré. C'est ce que
Laurent Kouby a demandé à des
artistes groove ou électro pour son
livre Cook sound. D'autres tels Les
Coqs en pâte s'emparent des livres de
cuisine et interprètent en musique et
en chanson le texte d'une recette alors
que des centaines de personnes
cuisinent en live et en rythme. Il est
d'ailleurs intéressant de savoir que,
déjà, en 1738, dans son ouvrage
intitulé "Festin joyeux" ou la cuisine en
musique, en vers libres, J. Lebas
explique aux Dames de la Cour que son
petit traité "pourra vous servir
d'amusement & de récréation, aussi
utile qu'agréable ; puisqu'en chantant
vous pourrez, Mesdames, enseigner à
faire des ragoûts & sausses à
quelqu'uns de vos sujets subalternes
pour vous réjouir […]".
"Cher ami tu m'y fis songer : / Chacun
fait des chansons à boire,
Et moi, qui n'ai plus rien de bon que la
mâchoire / Je n'en veux faire qu'à
manger".
"C’est Paul Scarron qui, au milieu du
XVIIe siècle, exprimait dans ses vers le
souhait de voir la bonne chère célébrée
dans des chansons. Force est de
constater que, trois siècles et demi plus
tard, le déséquilibre est toujours
flagrant entre les chansons sur la
boisson et celles sur la nourriture […].
Beaucoup de chansons ont des titres
prometteurs, mais n’offrent finalement
pas grand-chose à se mettre sous la
dent [… ]". Victor Macé de Lépinay in
"Tentatives premières : autour de la
nourriture"
(France culture
25.09.2010)
En
écoutant
cette
émission
radiophonique, nous avons voulu
vérifier la rareté des chansons qui
mettent l’eau à la bouche, convaincus
que nos souvenirs nous rappelaient
nombre de chansons populaires aux
titres évocateurs. Nous avons
beaucoup cherché ! Les aliments ne
sont utilisés le plus souvent que
comme symbole ou prétexte pour
parler de tout autre chose ("Salade de
fruits" / Bourvil, " Les bonbons" / Brel,
"Les sucettes" / Gainsbourg, "Le cornet
de frites" / Montand," Les pains au
chocolat" / Dassin etc.)
Malgré cela, nous sommes en mesure
de vous dévoiler les noms de quelques
paroliers fins gourmets et gourmands
qui avec humour ou délicatesse
chantent les aliments, les plats et les
recettes. Entre autres, "Les microondes" de Chanson plus bifluorée ;
"Sur la table" / Charles Aznavour ; "Du
pain et du beurre" / Claude François ;
"Les cornichons" / Nino Ferrer ;
"Cassoulet rock" / Jacques Dutronc et "
la Mousse au chocolat" / Eric Toulis.
Les joies de la table n'ont pas laissé
indifférents des grands noms de la
musique classique. Ainsi, Jacques
Offenbach offre un hymne avec le Trio
du Jambon de Bayonne ("Le janjan
viva le janjan viva de baba de baba de
baba de ba.... / Le janjan de baba le
janjan bon de Bayonne / Le janjan de
baba de Bayoonne") repris par
Chanson
plus
bifluorée.
Le
compositeur Gioacchino Rossini,
gastronome à la table réputée,
nommait ses créations culinaires du
nom de ses opéras "Les bouchées de la
Pie Voleuse", " La tarte Guillaume Tell"
. Il a donné son nom au "Tournedos
Rossini" (filet de bœuf bardé, foie gras,
sauce périgourdine), écrit un livre de
cuisine et composé les Péchés de
vieillesse dont certaines pièces vocales
ou instrumentales illustrent son loisir
favori ("Les figues sèches", "Les
anchois", "Ouf ! Les petits pois"...) .
Pour finir sur une note sucrée, le
plaisir suscité
par
la
musique a
inspiré
le
grand
cuisinier
Auguste
Escoffier qui
en 1864 crée
La Poire Belle
Hélène pour
la cantatrice
Hortense
Schneider qui triomphe dans l'opérabouffe "La Belle Hélène" d'Offenbach
et, en 1893 avec la Pêche Melba, un
entremet pour Nelly Melba en
remerciement de sa prestation à
l'Opéra.
Cerise sur le gâteau, nous vous
recommandons d'écouter la playlist
que nous vous avons mitonnée.
20
Sélection bibliographique
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Soyons bref ! / Eric Toulis : Big
Thumb, 2000
Notre avis
: Le premier
album
d’Eric
Toulis en
solo (après
la
belle
aventure avec Les Escrocs) - plusieurs
fois présent au festival "Un peu de Pré
Vert" de Saint-Michel de Boulogne et à la
Salle Le Bournot - est un véritable
régal, d’écriture, de composition
musicale et d’humour. Dès lors, il n’est
pas surprenant, connaissant les goûts du
bonhomme pour les plaisirs de la table,
qu’il nous gratifie ici de pas moins de
trois chansons liées à la nourriture ("Les
comiques tripiers", "Patapizza", et la
délicieuse "Mousse au chocolat"), le tout
en fin d’album, comme si finir un tour de
chant sans passer ensuite à table lui était
inconcevable. Je vous fais grâce du
cadeau inspiré et poétique de l’amateur
de vin, qu’est "La muflée prolifique".
Attention au titre bonus "Gare aux
morilles", qui n’a rien à voir avec notre
sujet, n’est pas à mettre entre toutes les
oreilles, mais n’en reste pas moins
croustillant !…
Le tout à consommer sans modération.
Le chou farci / Les Charlots
Les Pieds dans le plat / Pascal
Parisot : Milan jeunesse, 2008
Notre avis :
Notre avis :
Bravo pour
cette
composition
qui a la
couleur de la
chanson d’amour, le goût de la chanson
d’amour, mais qui n’est pas une chanson
d’amour… ou plutôt qui en est une… pour
le chou farci !
De bon goût ou pas, c’est une belle
réussite détournant les « recettes » de la
chanson populaire de l’époque (1974),
avec ses harmonies stéréotypées et ses
paroles à l’eau de rose à visée « ménagère
de moins de 50 ans », ses orchestrations
denses aux accents modernes truffées de
nappes et riffs de cuivres, etc.
Il fallait oser, ils l’ont fait !
De la cantinière
super sévère
aux
parents
plus « bios »
que Bioman,
des poissons
panés qui ressemblent plus à des
paillassons qu’à des espadons jusqu’aux
champignons de Paris qui n’ont jamais
vu une forêt de leur vie… Pascal Parisot
fait sa cuisine, mixe l'humour et la poésie
sans chanter comme une casserole. Vous
en reprendrez bien un peu ? ( Sur place
ou à emporter ? )
Cote : J 788.1 PAR (CD).
Hélène Malaterre (setion jeunesse)
Cote : 8 CHAR
Didier Lecerf(section animation)
A consulter : les paroles de ses "chansons
alimentaires" sur http://www.toulis.com/
Cote : 8 TOU (CD)
Didier Lecerf(section animation)
21
Pour aller plus loin...
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Placide opéra-bouffe ou la vie extraordinaire de Placide Robinier, chef cuisinier / Julien Joubert. Productions
Internationales Culturelles, 2000. Cote : J 783.35 JOU
Fabulettes à manger / Anne Sylvestre (Les Fabulettes d'Anne Sylvestre, vol.10). Cote : J 8.1 SYLV (CD)
Les voix du fruit / Rouge Malice; Annik Meschinet. Cote : J 8.1 MESC (CD)
Wine sound system / Donapasta. Autrement, 2011. ( Bientôt à la médiathèque )
Cook sound: le son de cuisine : musique et gastronomie ou La concordance des sens / Laurent Kouby. Actes
Sud, 2008. ( Bientôt à la médiathèque )
Webographie sélective
www.marmikid.org
:
qui
miam
me
suive
La déclinaison pour les enfants du site culinaire Marmiton.
Et que ça bouge en cuisine !
!
La
cuisine
interdite
aux
+
de
18
ans.
http://www.marmikid.org/Pratique/dossier-dossier-musique-et-cuisine-1.aspx
www.cooksound.com
Musicien marseillais, gastronome passionné et créateur d'événements, le site de Laurent Kouby est dédié aux soirées
(éponymes) thématiques réunissant cuisine, cinéma et musique.
http://www.yvancadiou.com
Il se présente comme cuisinier créateur et l'originalité de son site internet vaut le coup d'œil.
A écouter un titre-recette, "Cake à la Banane Groove".
http://www.mondomix.com/fr/tag/dossier-cuisines-du-monde
Un theme autour de l'art de manger dans le monde. Des articles à lire et des playlists à voir et écouter.
22
CUISINE ET CINEMA
par Anne Leynaud
(Section arts)
Cuisine et cinéma, une thématique
appétissante mais pas si facile à
décortiquer !
Le film qui éclaire peut-être le mieux
cette thématique est "Le Festin de
Babette". Une petite communauté
austère
et
protestante
se
métamorphose sous nos yeux grâce à
la magie d'un repas extraordinaire
préparé avec l'amour et le savoir faire
d'une grande cuisinière ! Mais en
dehors de ce film mythique et
introuvable, nous mettrons en avant
certains ingrédients qui reviennent
dans les films autour de la cuisine.
On peut dire que la cuisine est au coeur
de la maison. C'est un lieu de vie par
excellence, on peut tout y faire, défaire
ou refaire : cuisiner, manger, l'amour,
le monde...
Le repas est
particulièrement propice pour mettre
en scène les histoires de couple, de
famille, d'amis quand tout le monde
"se met à table" ! Presque tous les films
ont des scènes de ce genre. Nous avons
donc sélectionnés ceux dont le décor et
l'action se passe essentiellement
autour d'un repas ou de sa préparation
(voir en annexe le menu et la carte).
Le restaurant est également un lieu
privilégié, la cuisine sort de la sphère
privée pour devenir une entreprise
avec ses règles, ses contraintes. Scènes
catastrophes et burlesques par
exemple quand Jacques Tati dans
"Playtime" filme le décor clinquant et
tape à l'oeil du restaurant qui part en
morceaux ! Comédies légères et
sentimentales comme "Le Goût de la
vie" qui abordent de vraies questions
d'éthique et de rentabilité, à l'exemple
de "Big Night". Il y en a pour tous les
appétits !
Mais la cuisine c'est aussi les plaisirs
de la chair, la sensualité et ses excès !
On ne peut effectivement pas parler de
ce sujet sans citer "La Grande bouffe"
de Marco Ferreri.
Ce "long et pénible" repas, fable des
années 70 s'attaque à la société de
consommation prête à s'autodétruire
dans sa folie !
L
a séquence dans "La Ruée vers l'or" où
Charlot met à cuire sa chaussure et
entortille le lacet autour de sa
fourchette restera comme une des plus
belles du cinéma sur le sujet.
Vous pouvez également regarder son
pendant des années 80, "Le cuisinier,
le voleur, sa femme et son amant" de
Peter Greenaway. Un conte cruel et
esthétique, aux multiples références
picturales et notament aux natures
mortes, du siècle d'or hollandais.
Deux plats de résistance pour estomac
bien accroché.
C'est aussi lui qui, dans "Les Temps
modernes" en 1936 crée "la machine à
nourrir Billows" pour ne plus perdre de
temps sur son lieu de travail. Un des
premiers exemples de malbouffe !
On pense également à "Soleil vert" et à
son programme de recyclage ainsi qu'à
son antidote "Nouvelle cuisine"... pour
ne pas vieillir !
Les plaisirs de la table et les affres de la
faim c'est sûrement Charlie Chaplin
qui en parle le mieux.
Pour mettre les petits plats dans les
grands, on trouve également de
nombreux courts métrages et films
d'animation sur le sujet.
En conclusion, il semble que les
réalisateurs traitent le plus souvent de
la cuisine sur le ton de la comédie et
que même s'il existe quelques navets, il
y a pleins de films aux petits oignons !
Source :
La Gourmandise : délices d'un péché /
dirigé par Catherine N'Diaye. - Paris
: Autrement, 1993. Cote : 394.1 GOU.
23
Sélection bibliographique
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Au menu
Kitchen stories / réalisé par Bent
Hamer ; avec Joachim Calmeyer,
Thomas Norström et Bjorn Floberg.
(2003)
Big night = La Grande nuit /
réalisé par Campbell Scott et Stanley
Tucci , avec Tony Shalhoub, Marc
Anthony, Minnie Driver et Isabella
Rossellini. (1996)
Tampopo / réalisé par Juzo Itami
;avec Tsutomu Yamazaki, Nobuko
Miyamoto, Koji Yakusho et Ken
Watanabe. (1985)
Résumé :
Résumé :
Résumé :
Un village
norvégien
dans les
années
50...
Un
groupe
d'observateurs suédois réalise une étude
sur le comportement des hommes
célibataires dans leur cuisine.
Le
New
Jersey,
dans
les
années
cinquante :
pour
sauver leur restaurant, les frères
Pilaggi organisent un banquet
extraordinaire. De la première à la
dernière bouchée, un film salué par la
critique.
Tampopo,
une jeune
veuve, gère,
sans succès,
un
petit
restaurant.
Sa
vie
bascule le jour où Goro, un routier à la
dégaine de cow-boy, lui enseigne l'art de
cuisiner les nouilles... Raffiné et gouleyant à
souhait !
Notre avis : Un film original qui
Notre avis : Ce film aborde beaucoup
Notre avis : Une histoire principale pour tout
dépasse bien sûr le documentaire de
travail pour cuisiniste ! Il aborde avec
beaucoup d'humour et de finesse le
thème de la solitude et de l'interaction
inévitable entre observateur et observé
entre le chat et la souris !
de thèmes : les liens de sang, le
commerce artisanal, l'ambition, le
perfectionnisme (la cuisine italienne
comme vous ne l'avez jamais vu),
l'amour, la trahison... le rêve américain !
Le tout en finesse, sans aucun risque
d'indigestion. A déguster !
savoir sur les nouilles japonaises assaisonnée
voir pimentée de quelques chapitres
supplémentaires sur l'art et la manière
d'apprécier d'autres goûts culinaires et d'aller
plus loin dans les plaisirs de la chair !
Cote: DVD KIT
Cote: DVD BIG
Cote: DVD TAM
Anne Leynaud (section arts)
Anne Leynaud (section arts)
Anne Leynaud (section arts)
24
Pour aller plus loin...
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
A la carte
Section arts :
Un Air de famille / réalisé par Cédric Klapisch (1996). Cote : DVD AIR
Au petit Marguery / réalisé par Laurent Bénégui (2004). Cote : DVD AUP
Beignets de tomates vertes / réalisé par Jon Avnet (1991). Cote : DVD BEI
Big night / réalisé par Campbell Scott et Stanley Tucci (1996). Cote : DVD BIG
Le chocolat / réalisé par Lasse Hallström (2000). Cote : DVD CHO
La Cuisine au beurre / réalisé par Gilles Grangier (1963). Cote DVD CUI
Cuisine et dépendances / réalisé par Philippe Muyl (1993). Cote : DVD CUI
Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant / réalisé par Peter Greenaway (1989). Cote : DVD CUI
Le Déclin de l'empire Américain / réalisé par Denys Arcand (1986). Cote : DVD DEC
Delicatessen / réalisé par Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro (1991). Cote : DVD DEL
Le Dîner de cons / réalisé par Francis Veber (1997). Cote : DVD DIN
Fast food nation / réalisé par Richard Linklater (2006). Cote : FAS
Festen / réalisé par Thomas Vinterberg (1998). Cote : DVD FES
Le Festin chinois / réalisé Tsui Hark (1997). Cote : DVD FES
Le Goût de la vie / réalisé par Scott Hicks(2008). Cote : DVD GOU
La Graine et le mulet / Sueur / réalisé par Abdellatif Kechiche (2007). Cote : DVD GRA
La Grande bouffe / réalisé par Marco Ferreri (1973). Cote : DVD GRA
Le Grand restaurant / réalisé par Jacques Besnard (1966). Cote : DVD GRA
Kitchen stories / réalisé par Bent Hamer(2003). Cote : DVD KIT
Nouvelle cuisine / réalisé par Fruit Chan (2004). Cote : DVD NOU
L'Odeur de la papaye verte / réalisé par Tran Anh Hung (1992). Cote : DVD ODE
Soleil vert / réalisé par Richard Fleischer (1974) . Cote : DVD SOL
Tampopo / réalisé par Juzo Itami (1985). Cote : DVD TAM
Vatel / réalisé par Roland Joffe (2000). Cote : DVD VAT
Section jeunesse :
L'Aile ou la cuisse / réalisé par Claude Zidi (1976). Cote : DVDJ AIL
Charlie et la chocolaterie / réalisé par Tim Burton (2005). Cote : DVDJ CHA
Charlie et la chocolaterie / réalisé par Mel Stuart (1971). Cote : DVDJ CHA
Je veux cuisiner = Little princess / réalisé par Edward Foster (2006). Cote : DVDJ PET (5)
Peau d'Ane / réalisé par Jacques Demy (1970). Cote : DVDJ PEA
Ratatouille / réalisé par Brad Bird ; Walt Disney Productions ; Pixar. (2007). Cote : DVDJ RAT
La Soupe aux choux / réalisé par Jean Girault (1981). Cote : DVDJ SOU
Tempête de boulettes géantes / réalisé par Phil Lord et Chris Miller. (2009). Cote : DVDJ TEM
Webographie sélective
http://www.cinetrafic.fr/liste-film/1405/1/la-cuisine-au-cinema#
Et voici une liste qui va vous mettre l'eau à la bouche ! Française, japonaise, coréenne, allemande, chinoise, marocaine,
italienne, gastronomique ou pas, la cuisine en a inspiré plus d'un dans le cinéma mondial.
A découvrir à la Médiathèque...
Les P'tits z'animés gourmands, mercredi 14 décembre à 10h30 et 15h30 pour les enfants à partir de 4 ans
Pour les adultes "Les courts des grands" le 21 décembre " Jour le plus court " en partenariat avec le CNC à 20h30 !
25
CUISINE ET SCIENCE
par Florence Loïzzo et Cédric Limousin
(Secrétariat et section multimedia)
Pourquoi la science s'intéresserait-elle
à la gastronomie ? La cuisine, subtil
mélange de techniques, savoirs-faire
transmis de génération en génération,
dosages précis d'ingrédients, ressentis,
plaisir et amour même, ne peut être
réduite à une science dite exacte.
Pourtant, un physicien d'Oxford,
Nicholas Kurti, et un physico-chimiste
français, Hervé This, se sont intéressés
tous deux à la discipline et ont
collaboré à partir de 1985 pour
inventer et étudier une nouvelle
science : la gastronomie moléculaire.
Cette science des aliments consiste en
la recherche des mécanismes des
phénomènes qui surviennent lors des
transformations culinaires. Elle a pour
objet de participer au progrès de la
connaissance culinaire, au travers de
cinq axes : le recensement et
l'exploration physico-chimique des
dictons culinaires (tels que le sucre cuit
le jaune d'oeuf ou le jus de citron
permet aux poires de ne pas noircir), la
modélisation des pratiques culinaires
en vue de perfectionnement,
l'introduction d'outils, méthodes et
ingrédients nouveaux en cuisine
domestisque et de restaurant,
l'invention de plats nouveaux fondés
sur les analyses des mets classiques, la
présentation des sciences au public,
fondée sur l'analyse des gestes
culinaires.
Beaucoup d'astuces de cuisine peuvent
être,
en
effet,
expliquées
scientifiquement par la composition
des aliments et les réactions physicochimiques qui se produisent lors de
leurs préparations. Cette approche
permet aussi le développement de
nouvelles techniques de cuisson (à
froid, sous vide, au degré près), de
nouveaux
matériels
(agitateurs
magnétiques, bains thermostatiques,
azote liquide...) et de nouvelles
méthodes de créations de recettes
(telle l'application de la Loi de
Bingham à la mayonnaise). Et de la
science appliquée à la cuisine naît la
cuisine moléculaire.
Le chef espagnol du restaurant El Bulli,
Ferran Adrià Aconta, en est le maître.
En France, nous pouvons citer Thierry
Marx ou Marc Veyrat, pour les plus
connus. Ils ne sont en rien des
scientifiques, mais tirent parti de la
gastronomie
moléculaire
pour
réinventer la cuisine, pour créer un
nouvel art techno-émotionnel comme
ils aiment à le dire eux-mêmes. Leurs
menus se composent d'air de carotte,
de sorbet grillé au barbecue ou de
guimauves de parmesan.
Cependant, bien que El Bulli ait été
consacré trois fois meilleure table du
monde, un journaliste allemand, Jörg
Zipprick, est venu lâcher un cheveu
dans la soupe à l'anémone de mer
(spécialité du chef Adrià) ! En 2008, il
a publié une enquête choc sur les
dessous peu appétissants de la cuisine
moléculaire, qui révèle qu'il y a trop
d'additifs chimiques dans les assiettes.
Certaines recettes fonctionneraient
comme de véritables cocktails
chimiques, très dangereux pour la
santé.
26
Sélection bibliographique
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Les secrets de la casserole écrit
par Hervé This, éd. Belin, 1999.
Le cuisinier écrit par Martin Suter,
éd. Christian Bourgois, 2010.
Résumé : Maravan,
clandestin
tamoul
réfugié en Suisse
travaille au Huwyler.
Au Sri Lanka, il était
un
cuisinier
prometteur,
spécialisé dans les
préparations ayurvédiques. En Suisse, il
s'exerce à la cuisine moléculaire...
Notre avis : Le renvoi de Maravan va lui
donner l'occasion de créer une petite
entreprise de cuisine aphrodisiaque livrée à
domicile, le Love Food. Le lecteur suit la
confection, avec force détails, du menu que
Maravan prépare comme un chimiste et
pourtant avec beaucoup de sensualité.
Le cuisinier est aussi un roman social.
Martin Suter y aborde les problèmatiques
inhérentes à notre époque : choc des
cultures, crise financière, compromis entre
argent facile et valeurs morales, guerres
civiles et trafics d'armes.
Ce roman savoureux, avec des personnages
impeccablement dépeints, et le cahier (en fin
d'ouvrage) des recettes de Maravan
(inspirées d'un vrai spécialiste de la cuisine
moléculaire), devrait vous mettre en appétit.
Cote : R SUT C
Résumé
En cuisine avec Alain Passard /
Christophe Blain
Paris : Gallimard, 2011
Résumé :
:
Floculation de
matériau
granulaire
dans
une
émulsion
de
corps gras et
aqueux,
oxydation
enzymatique de
composés phénoliques ou gels de pectines
méthoxylés, autant de temes barbares
qu'Hervé This nous invite à découvrir et à
apprivoiser avec lui. Après tout, il ne
s'agit guère que de pâte à crêpes, du
brunissement d'une pomme ou de
confitures !
Pourquoi un
oeuf
devient-il
dur à la
cuisson,
comment
réussir un
caramel à faire pâlir d'envie, peuton faire un oeuf sans coque ?
Comment ça marche et surtout,
avec
quelles
méthodes
et
ingrédients peut-on réussir de
succulentes réalisations... tout en
apprenant les bases de la physique
et de la chimie.
Notre avis: A travers quelques exemples
illustrations pétillantes et acidulées de
Caroline Jaegy, nous propose ici un petit
manuel du chimiste en cuisine. Des
expériences simples à réaliser avec les
parents pour un résultat que tout le
monde pourra apprécier au goûter ou au
dîner!
simples et illustrés "à l'ancienne", nous
découvrons que, comme Mr Jourdain
faisait de la prose, nous sommes tous un
peu chimistes et physiciens tous les jours.
Apprendre, comprendre et au final...
goûter, tel est le programme de cet
excellent opus, accessible à tous et
fourmillant de petits trucs et astuces.
Cote : 641. 5 THI
Notre avis : Jean Matricon, assisté des
Cote : J 641.5 MAT
Cédric Limousin (section multimedia)
Cédric Limousin (section multimedia)
Florence Loïzzo (secrétariat)
27
Pour aller plus loin...
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Section jeunesse :
Le labo du cuistot, de Alain Schuhl. Le Pommier, 2007. Cote : J 530 SCH
Mobiclic n°101 mars 2008 (article De la chimie dans la casserole) CD-ROM jeunesse
La casserole des enfants de Hervé This. Belin, 1998. Cote : J 793.7 THI
Section adulte :
La cuisine moléculaire de Anne Cazor. Marabout, 2010. Cote : 641.5 CAZ
Petit précis de cuisine moléculaire de Anne Cazor. Marabout, 2008. Cote : 641.5 CAZ
Construisons un repas de Hervé This. Odile Jacob, 2007. Cote : 641.5 THI
De la science aux fourneaux de Hervé This. Belin, 2007. Cote : 641.5 THI
Casseroles et éprouvettes de Hervé This. Belin, 2002. Cote : 641.5 THI
Révélations gastronomiques de Hervé This. Belin, 1995. Cote : 641.5 THI
La gastronomie moléculaire / un film de Deleskiewicz Didier. Cote : 641 THI (DVD doc)
Webographie sélective
http://www.sciencesetgastronomie.com/index.htm
Un site richement illustré de plats réalisés à partir de techniques typiques de la cuisine moléculaire.
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/chimie/d/la-gastronomie-moleculaire-ou-la-gastronomiedeshabillee_367/c3/221/p1/
Une présentation rapide des techniques de base et des réalisations possibles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gastronomie_mol%C3%A9culaire
La page wikipédia dédiée à la cuisine moléculaire.
http://tiny.cc/jczio
La captation d'une conférence d'Hervé This pour l'Université de tous les savoirs.
http://fr.molecularcuisine.org/forum/
Un forum pour répondre à toutes vos questions !
Http://www.amabilia.com/contenu/bienmanger/carte_blanche_herve_this_1.html
Carte blanche à Hervé This sur un site dédié aux nouvelles tendances.
A découvrir à la Médiathèque...
Conférence "Fourchettes et éprouvettes : la cuisine moléculaire !" par Raphaël Haumont (Maître de conférences
Paris Sud),
Quand la Haute cuisine est épaulée par la Science... L'objectif de cette conférence est de donner une présentation générale de
la cuisine moléculaire, nouvelle tendance culinaire. Nous verrons comment science et cuisine interagissent, à travers de
nobreux exemples et expériences.
Dégustation : buffet réalisé en atelier par Raphaël Haumont et les élèves du lycée Professionnel Jules Froment,
Vendredi 9 décembre à 18h15
28
AUTOUR DE L'EXPO
par Ariane Sallé
(Section jeunesse)
En savoir plus sur Katy Couprie et Antonin Louchard
et l'exposition "A table !"
Katy et Antonin, ou l'histoire d'une belle collaboration...
Comme beaucoup, nous avons
découvert et apprécié le travail de Katy
Couprie et Antonin Louchard au
travers de leur premier album en
commun intitulé "Tout un monde". A
le relire, on est toujours autant séduit
par ce petit album carré si
intelligemment conçu qui est un
concentré d'imagination, de créativité
et d'humour. Heureusement leur
collaboration ne s'est pas arrêtée là,
d'autres albums ont vu le jour dont "A
table !". Pour notre plus grand plaisir,
nous sommes heureux de pouvoir vous
montrer, du 2 au 21 décembre 2011, 54
illustrations originales de cet album
que nous vous invitons à dévorer des
yeux sans modération.
Petits portraits de Katy et
Antonin...
Katy Couprie est née en 1966 à
Fontenay-aux-Roses. Déjà petite, elle
aimait dessiner et peindre, cette
passion pour les arts ne va jamais la
quitter. Par la suite, ses études
l'amènent à se familiariser avec
différentes techniques d'illustration.
Pour donner libre cours à son esprit
créatif, Katy pense tout de suite au
livre de jeunesse. En plus de son vif
intérêt pour le support en lui-même,
elle a su garder un lien constant avec
les
professionnels
du
livre
(enseignants, bibliothécaires,...). Ainsi
Katy intervient régulièrement dans les
écoles et les bibliothèques. Elle n'en a
pas, pour autant, abandonné son
travail d'artiste et continue de produire
un certain nombre d'oeuvres destinées
à un public adulte.
Antonin Louchard est né en 1954 à
Bobo-Dioulasso (Burkina Fasso). Il
passe son enfance en Bretagne et il vit
désormais à Paris. Comme Katy, il se
passionne depuis toujours pour la
peinture et le dessin, même si, dans un
premier temps, ses activités
professionnelles (journalisme) n'ont
pas de lien direct avec le domaine
artistique. Par la suite, il va
commencer à exposer ses peintures en
France et au Japon, et à produire des
illustrations pour différentes revues.
C'est véritablement depuis 1990, qu'il
se consacre à l'écriture et l'illustration
de livres pour enfants. Il est également
directeur de la collection " Tête de lard
" aux éditions Thierry Magnier, une
collection très reconnaissable par son
petit format carré et cartonné et ses
histoires au ton décalé (60 titres
parus).
La collaboration entre Katy Couprie et
Antonin Louchard existe depuis la
parution de "Tout un monde, le monde
en vrac", un format d'album qu'ils ont
décliné sur plusieurs sujets : "A table
!", "Au jardin", "Tout un Louvre".
A propos de... "A table !"
Ce livre nous invite à prendre place à la
table des deux artistes. Katy et Antonin
nous ont ainsi concocté un somptueux
petit imagier qui évoque à la fois les
aliments et boissons que nous
consommons et nos habitudes
alimentaires.
A la manière de leur précédent album,
ces deux auteurs illustrateurs abordent
avec talent, uniquement en images, le
thème de l'alimentation. Le contenu de
cet album est riche et savamment
organisé. Chaque image est reliée à la
suivante par un lien logique (jeu
d'association d'idées à la manière
« Marabout, bout de ficelle...) et les
pistes de réflexion sont nombreuses (la
malbouffe, les repas de fêtes et de
famille, les catégories d'aliments...). Le
génie de Katy et Antonin tient à la
richesse des techniques d'illustrations
et des matériaux choisis : la
photographie, le dessin, la peinture, le
photogramme, le monotype ; ils
utilisent aussi bien la gouache que le
pastel, l'encre, le papier mâché...). Pour
les enfants, cet ouvrage constitue une
véritable initiation artistique. Et, cerise
sur le gâteau, ils y ont ajouté quelques
pincées d'humour!
29
Sélection bibliographique
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
En entrée nous vous
proposons... de commencer en
chanson et en musique
En plat de résistance... un livre
de recette
Carottes ratées et autres fautes
de goût / Arnaud Nebbache / Ed.
Une cuisine qui sent bon les
soupes du monde / Alain Serres ;
Ane Bâté ; 2011.
Résumé
ill. Aurélia Fronty / Ed. Rue du Monde
(Coll. Cuisine, cuisines) ; 2011.
En dessert... une histoire de
générosité à laisser fondre
sous la langue
Frigo vide / Gaëtan Dorémus / Ed.
Seuil Jeunesse ; 2009.
:
Résumé : Tout
Dans
cet
ouvrage
se
trouve énoncé
une suite de
plats, comme
on peut en
trouver dans un mur. A une petite
différence près : pour chaque plat ou
aliment quelques lettres ont changées.
Du coup la sonorité est presque la même
mais le sens à complétement changé.
chaud,
tout
nouveau, voici le
dernier né de la
collection
"Cuisine,
cuisines"
aux
éditions Rue du Monde. Ce dernier
ouvrage est consacré à la réalisation de
différentes soupes, des recettes issues
des quatre coins du monde et, donc,
classées par pays.
a eu une journée
fort bien remplie et,
du coup, personne
n'a pensé à faire de
courses. Tous les
locataires
de
l'immeuble
se
posent la même question : que va-t-on
manger ce soir? Heureusement, les uns
après les autres, ils montent les étages,
accumulent des ingrédients avec
lesquels ils vont pouvoir concocter un
savoureux petit plat!
Notre avis : Ce petit album est une
Notre avis : Les livres de recettes aux
mine d'ingéniosité et donne l'envie de
créer soi-même ses propres jeux de mots.
Car le changement de sens produit un
effet comique sur lequel l'auteur s'appuie
pour réaliser les illustrations. Et parfois,
pour que l'ordre des choses soit
chamboulé, il suffit d'une seule lettre...
éditions Rue du Monde sont toujours
aussi succulents. Celui-ci présente
l'avantage d'aborder un plat de saison
que les enfants sont peut être moins
habitués à préparer. Les magnifiques
illustrations, ainsi que les histoires qui
accompagnent chaque double page,
ouvrent encore plus l'appétit.
Notre avis : Voici une belle histoire sur
Cote : A NEB
Résumé : Chacun
le plaisir de partager un repas, qui nous
renvoie à l'importance de l'hospitalité et
de la conviviabilité.
Cote : A DOR
Ariane Sallé (section jeunesse)
Cote : J 641.5 SER
Ariane Sallé (section jeunesse)
Ariane Sallé (section jeunesse)
30
Pour aller plus loin...
In "A table ! "/ Katy Couprie
et Antonin, Louchard
Ed. Thierry Magnier, 2008
Et quelques coups de coeur albums et documentaires pour ceux qui ont encore de la place...
A table! Ca va refroidir... / Alain Crozon. Sarbacane, 2010. Cote : A CRO
Tarte à tout / Matthieu Sylvander ; ill. Audrey Poussier. Ecole des Loisirs, 2008. Cote : A POU
Cuisine de nuit / Maurice Sendak. Ecole des Loisirs, 2000. Cote : A SEN
Une cuisine grande comme un jardin / Alains Serres ; ill. Martin Jarrie. Rue du Monde, 2004. (Coll. Cuisine, cuisines).
Cote : J 641.5 SER
Je cuisine naturellement bon! / Aude Le Pichon ; ill. Annette Marnat. Père Castor-Flammarion, 2010. (Coll. Les activités
du Père Castor). Cote : J 641.5 LEP
La petite cuisine des fées / Laurence et Gilles Laurendon. Chêne, 2006. Cote : J 641.5 LAU
Petites popottes pour les petits potes / Elisabeth Brami ; ill. Frédéric Rébéna. Seuil Jeunesse, 2003. Cote : J 847 BRA
Une seule terre pour nourrir les hommes / Florence Thinard ; ill. Loïc Le Gall. Gallimard Jeunesse, 2009. (Coll.
Demain le monde). Cote : J 394.1 THI
Webographie sélective
www.monde-gourmandises.net
Ce site internet est un véritable complément de l'album « A table! ». On y retrouve une grande partie des illustrations et à
chacune d'entre elles, un petit jeu est associé. Ce site est simple d'accès, très ludique et peut donc s'adresser aux plus jeunes (à
partir de 5 ans).
http://katy-couprie.pagesperso-orange.fr
Ce lien internet renvoie au site personnel de Katy Couprie sur lequel vous pourrez jeter un oeil à son travail d'artiste en dehors
de l'édition jeunesse. On y retrouve ses oeuvres mais également certains de ses écrits. Ce lien est plutôt destiné à un public
d'adolescents et d'adultes.
http://www.marmikid.org
Un site destiné aux enfants les plus jeunes pour les aider à réaliser des recettes de cuisine mais aussi pour leur donner des
idées de nouveaux petits plats à préparer.
A découvrir à la Médiathèque...
Une exposition et un après-midi contes spécial gourmandises...
Exposition "A table !" du 2 au 21 décembre 2011 / Salle d'exposition Médiathèque
54 illustrations originales à découvrir aux horaires d'ouverture de la Médiathèque
Contes et chansons gourmands, une balade en histoires et en musique dans le monde de la gourmandise.
Samedi 17 décembre à 15h, tout public à partir de 4 ans, durée 1 heure.
Réservation en section jeunesse recommandée.
31