Poésie - Centre de Recherche Papus

Commentaires

Transcription

Poésie - Centre de Recherche Papus
Poésie 2013
MARIETTE Cyvard & Alii (l’internet)
Baccalauréat Français
Poésie
Travail pédagogique
A usage pédagogique
Les données rassemblées ici appartiennent pour l’essentiel à l’Internet. Ils ne peuvent présenter un
caractère commercial. Certains éléments reçoivent un lien direct avec la toile, d’autres sont à
rechercher librement selon l’intérêt du moment. L’élève entrera directement dans les textes.
L’amateur pourrait s’arrêter sur d’autres éléments. Le goût de la poésie nécessite quelques instants
de poésie chaque jour pour naître.
CRP 2013 Noeux-les-Mines
1
Poésie 2013
Baccalauréat de Français Poésie
Ma base de départ était « le français pour les nuls », le plan, quelques données, dans
une adaptation pédagogique très libre pour élèves en difficulté. J’ai rapidement quitté « le
français pour les nuls » tout en récupérant des éléments intéressants. Le choix effectué a
consisté à travailler avec l’Internet : actuellement, vous n’avez pas compris une
« séquence », vous étiez absent… il suffit de mettre dans un moteur de recherche le thème
de la séquence pour retrouver une présentation différente ou similaire à celle du professeur.
Ça coince avec le prof parce que sa cravate ne vous plait pas, ses chaussures ne sont pas
belles, sa voix vous endort ou vous énerve ; parce que ses explications ne sont pas adaptées
à vos capacités ou à votre façon de comprendre les choses : l’Internet peut vous apporte
d’autres références, d’autres approches. Souvenez-vous, le professeur est prisonnier d’un
ensemble classe auquel il tente de s’adapter et d’adapter une méthode pour le plus grand
nombre. Son objectif n’est pas de vous pourrir l’existence, ni de vous laisser draguer, mais il
va tenter de vous apporter quelques éléments, et tant pis pour lui et pour vous s’il n’est pas
parfait.
Le document s’adresse à des élèves qui connaissent des difficultés réelles ; ils
pourraient récupérer quelques notions en peu de temps. Ils visent des élèves qui supposent
que la connaissance du Français et plus encore de la poésie ne sert à rien ni à personne. Le
fait que des artistes utilisent ces textes… pour entreprendre, il n’est nul besoin d’espérer, ni
de réussir pour persévérer. Sinon, il n’y aurait plus de pédagogie possible. Les données
seront améliorées au fil du temps, en fonction des retours éventuels.
Notices historiques, éléments fondamentaux pour situer l’auteur/e et l’œuvre font
souvent défaut, mais l’objectif n’est pas d’être complet. J’indique ce qui se trouve facilement
sans véritable effort. Libre à chacun d’étoffer ou de réduire en fonction des thèmes étudiés
en classe. Un programme du lycée viendrait à la suite de celui du collège.
Presque tout a été récupéré sur la toile. Pour ceux qui préfèrent les rappeurs aux
classiques ou aux derniers chanteurs ou récitants disponibles sur la toile : je leur rappelle
que le marketing nous intéresse peu. Je ne vends rien, je partage une recherche. Je n’ai pas
de ligne de vêtements, je n’ai pas de lunettes de soleil à vendre ! Je prétends vous offrir une
occasion de vous enrichir les tripes d’émotions, le cœur d’affectivité, le cerveau d’un peu de
savoir.
Amitiés à tous
Cyvard MARIETTE-LENGAGNE
2
Poésie 2013
Table des matières
Baccalauréat de Français Poésie ............................................................................................................. 2
Présentation d’auteurs français............................................................................................................ 7
Henri Guillemin.................................................................................................................................. 7
Auteurs .................................................................................................................................................. 7
Livres audio ........................................................................................................................................ 10
Les textes du collège en audio......................................................................................................... 11
Programme de 6e .......................................................................................................................... 11
1. Textes de l’Antiquité............................................................................................................. 11
2. Contes et récits merveilleux................................................................................................ 12
3. Initiation à la poésie ............................................................................................................. 13
4. Initiation au théâtre.............................................................................................................. 13
Programme de 5e .......................................................................................................................... 13
1. Littérature du Moyen Age et de la Renaissance .............................................................. 13
2. Récits d’aventures ................................................................................................................. 13
3. Poésie....................................................................................................................................... 14
Programme de 4e .......................................................................................................................... 15
1. La lettre ................................................................................................................................... 15
2. Le récit au XIXe siècle ........................................................................................................... 16
3. Poésie : le lyrisme.................................................................................................................. 17
4. Théâtre : faire rire, émouvoir, faire pleurer .................................................................... 19
4. Théâtre : la comédie.............................................................................................................. 20
Programme de 3e .......................................................................................................................... 20
1. Formes du récit aux XXe et XXIe siècle ............................................................................. 20
2. La poésie dans le monde et dans le siècle......................................................................... 21
3. Théâtre : continuité et renouvellement............................................................................ 21
La poésie ............................................................................................................................................... 26
Qu'est-ce que la poésie ?............................................................................................................ 26
Les dieux et les mots .............................................................................................................................. 26
Oh, le bel Apollon............................................................................................................................... 26
Dionysos, le dieu fou ........................................................................................................................ 27
Orphée ou la chute ........................................................................................................................... 27
Les muses ...................................................................................................................................... 28
Troubadours et trouvères, oc et oil ............................................................................................. 28
3
Poésie 2013
Les auteurs anonymes .................................................................................................................. 28
Poésie Virile anonyme ...................................................................................................................... 28
Poésie tendre .................................................................................................................................... 29
Rondeau de Charles d'Orléans ......................................................................................................... 30
L'Épitaphe de Villon ou " Ballade des pendus "............................................................................... 31
XVIe siècle.............................................................................................................................................. 32
La poésie du XVIe siècle de la douceur dans un monde de brutes ...................................... 32
Marot, le fils .................................................................................................................................. 32
Le sonnet ....................................................................................................................................... 32
Clément Marot (1497-1544) : Épigramme qu'il perdit contre Hélène de Tournon .................... 33
DU BELLAY - Regrets, XXXI sonnet ............................................................................................... 33
Les Lyonnais ...................................................................................................................................... 34
Les Parisiens...................................................................................................................................... 35
Ronsard : Mignonne, allons voir si la rose ........................................................................................... 36
A Cupidon ...................................................................................................................................... 36
Agrippa d’Aubigné ........................................................................................................................ 38
Jean de Sponde.................................................................................................................................. 38
XVIIe siècle............................................................................................................................................. 39
La poésie du XVIIe siècle ....................................................................................................................... 39
Mathurin Régnier .............................................................................................................................. 39
Saint-Amant................................................................................................................................... 40
Les précieux................................................................................................................................... 40
François Tristan L'Hermite................................................................................................................. 40
Vincent Voiture.................................................................................................................................. 41
Rigueur et sobriété ....................................................................................................................... 42
Malherbe (1555)................................................................................................................................ 42
Racan ................................................................................................................................................. 44
Nicolas Boileau .................................................................................................................................. 45
La Fontaine Jean ................................................................................................................................... 47
Scarron .............................................................................................................................................. 48
Racine ................................................................................................................................................ 50
Corneille ............................................................................................................................................ 50
XVIIIe...................................................................................................................................................... 52
XVIIIe siècle et poésie ................................................................................................................... 53
4
Poésie 2013
Jean-Baptiste Rousseau (Odes, 1723). .................................................................................................. 53
Saint-Lambert, Les Saisons, 1769 ; Tradition élégiaque :...................................................................... 53
Jacques Delille, Les Jardins, 1782. ......................................................................................................... 54
Voltaire poète.................................................................................................................................... 54
Jean-Pierre Claris de Florian (1755 - 1794) ....................................................................................... 54
Évariste de Parny................................................................................................................................... 55
André Chénier ................................................................................................................................... 56
LA JEUNE CAPTIVE » (Méditation sur la prison et la mort) ........................................................... 57
André Chénier - La jeune Tarentine .............................................................................................. 57
Marie-Joseph Chénier ................................................................................................................... 58
Le XIXe siècle : la poésie ........................................................................................................................ 59
Le romantisme................................................................................................................................... 60
Aloysius (Louis) Bertrand (1807-1841) .......................................................................................... 61
Lamartine .......................................................................................................................................... 62
Le Lac ............................................................................................................................................. 62
Alfred de Vigny ...................................................................................................................................... 64
Alfred de Musset (1810 - 1857)............................................................................................................. 65
Gérard de Nerval (Gérard Labrunie 1808-1855) .................................................................................. 66
Victor Hugo............................................................................................................................................ 67
Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859)......................................................................................... 70
Théophile Gautier.................................................................................................................................. 70
Leconte de Lisle (1818-1894) ................................................................................................................ 72
Théodore de Banville (1823-1891)........................................................................................................ 73
José-Maria de Heredia (né José María de Heredia Girard 1842-1905)................................................. 76
Charles Baudelaire................................................................................................................................. 77
Verhaeren (1855-1916) ......................................................................................................................... 79
Coppée (1842-1908) François Edouard................................................................................................. 80
Verlaine ................................................................................................................................................. 81
Rimbaud (1854-1891)............................................................................................................................ 83
UNE SAISON EN ENFER.................................................................................................................. 85
Charles Cros........................................................................................................................................... 87
Mallarmé (1842-1898)........................................................................................................................... 89
Tristan Corbière..................................................................................................................................... 90
Jules Laforgue........................................................................................................................................ 91
5
Poésie 2013
XXe siècle............................................................................................................................................... 94
Verhaeren (1855-1916) (bis) ................................................................................................................. 94
Blaise Cendrars...................................................................................................................................... 94
Guillaume Apollinaire............................................................................................................................ 96
André Breton 1896-1966..................................................................................................................... 100
Philippe Soupault................................................................................................................................. 100
Louis Aragon........................................................................................................................................ 101
Robert Desnos décédé en camps de concentration le 8 juin 1945..................................................... 104
Paul Éluard........................................................................................................................................... 107
Pierre Reverdy 1889-1960................................................................................................................... 109
Paul Valéry........................................................................................................................................... 110
6
Poésie 2013
Présentation d’auteurs français
Henri Guillemin
Ces ressources sont disponibles sur l’Internet ; elles vous servent d’exemples. Il y en a d’autres que
vous pouvez me signaler.
Auteurs
Pascal Blaise : 1623-1662
http://www.youtube.com/watch?v=S04w8pBBoCA&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=61
http://www.youtube.com/watch?v=hcgajitXZEw&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=62
Voltaire : 1694-1778
http://www.youtube.com/watch?v=21wbMNUzHzw&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=15
Rousseau : 1712-1778
http://www.youtube.com/watch?v=Re6ij1QfrhY&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=16
http://www.youtube.com/watch?v=NwC8ucCU_aU&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=17
Chateaubriand : 1768-1848
http://www.youtube.com/watch?v=OcXIz9c3X8E&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=67
http://www.youtube.com/watch?v=c6iL6cSvTZE&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=68
Lamartine : 1790-1869
http://www.youtube.com/watch?v=Gnn1sK8J1ak&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=58
http://www.youtube.com/watch?v=NQ81pt1Pgwc&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=59
Flaubert : 1821-1880
http://www.youtube.com/watch?v=H05kpM3oE5w&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=69
http://www.youtube.com/watch?v=O7rCIaFiyos&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=70
Jules Vallès : 1832-1885. Homme politique français d'extrême gauche. Fondateur du journal Le Cri du
Peuple, il fait partie des élus de la Commune de Paris en 1871.
http://www.youtube.com/watch?v=EZf3F1Ct7yU&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=40
http://www.youtube.com/watch?v=lHNc4OGN7u4&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=41
Hugo : 1802-1885
http://www.youtube.com/watch?v=gGtrraKruk8&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=71
http://www.youtube.com/watch?v=aUtDceFJAAA&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=72
7
Poésie 2013
Tolstoï : 1828-1910
http://www.youtube.com/watch?v=BgrN2iVcVqw&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=111
http://www.youtube.com/watch?v=oHIgebBPIxg&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=112
13 Interventions
Rimbaud: 1854-1891
http://www.youtube.com/watch?v=lbwJZaPiE7s&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=60
Zola: 1840-1902
http://www.youtube.com/watch?v=9QL8Lf2dMRk&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=65
http://www.youtube.com/watch?v=KhUSys0V2UU&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=66
Péguy : 1873-1914
http://www.youtube.com/watch?v=RiMiqzZ60uc&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=63
http://www.youtube.com/watch?v=GcOt9aoIHrM&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=64
Bernanos : 1888-1948
http://www.youtube.com/watch?v=YRn9fxayK6Y&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=129
Célinei : 1894 -1961
http://www.youtube.com/watch?v=E3xjcBhM_nc&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=106
Alexandre Soljenitsyne : 1918-2008
http://www.youtube.com/watch?v=WH0zW5rBtJo&list=PL3FE0F0801FEAED00&index=110
8
Poésie 2013
Un peu d’histoire avec Guillemin
Henri Guillemin - La Commune - 19710417 - (1) Situation.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19710501 - (2) Thiers.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19710515 - (3) Il faut en finir.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19710612 - (4) Le 18 mars.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19710626 - (5) L'avant commune.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19710710 - (6) Cependant qu'a Versailles.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19710731 - (7) La commune au pouvoir I.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19710821 - (8) La commune au pouvoir II.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19710904 - (9) La 'vraie France' en action.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19710918 - (10) La croisade.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19711002 - (11) La victoire des 'Honnetes gens'.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19711016 - (12) Le fonds des choses.mp3
Henri Guillemin - La Commune - 19711030 - (13) Lendemains.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720108- 1 L'ordre moral.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720129- 2 La République des républicains.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720205- 3 Début du colonialisme.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720219- 4 Le géneral Boulanger.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720304- 5 De Boulanger à Dreyfus.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720318- 6 L'affaire Dreyfus.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720401- 7 La défense républicaine.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720429- 8 L'Occident dévore le monde.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720429- 9 La République bourgeoise.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720513- 10 Le Maroc.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720520- 11 La guerre qui vient.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720610- 12 Le socialisme Jaurès.mp3
Henri Guillemin- De 1871 à 1914-19720624- 13 L'explosion de 1914.mp3
Henri Guillemin - Pétain - Une raison intime - 19781210 .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19810503 - (1-1) La montée du fascisme .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19810510 - (1-2) Pétain avant 34 .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19810517 - (1-3) Le politicien .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19810524 - (1-4) La défense nationale .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19810531 - (1-5) Un étrange Maréchal .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19810607 - (1-6) Le but est atteint .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19820521 - (2-1) L'an 40 .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19820523 - (2-2) Avec Darlan .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19820528 - (2-3) Laval réapparait.mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19820530 - (2-4) L'asservissement .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19820604 - (2-5) La fin .mp3
Henri Guillemin - Pétain - 19820606 - (2-6) Constats .mp3
9
Poésie 2013
Livres audio
http://www.litteratureaudio.com
Une audiothèque très fournie.
http://www.audiocite.net
Bien fourni. Le site propose un moteur de recherche des livres audio sur tout le web.
Un exemple : http://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-nouvelles/jean-giono-lhomme-quiplantait-des-arbres.html
AUDIOLIVRES : http://www.audiolivres.net/
Catalogue : http://www.audiolivres.net/page2/page2.html
http://www.bibliboom.com
Un exemple :
http://www.bibliboom.com/pages/titres/la-derniere-heure-gustave-flaubert-livre-audio-gratuitbibliboom-telecharger-mp3.html
http://librivox.org/
victoria-aufildeslectures.blogspot.com
BIBLIOBOOM :
http://www.bibliboom.com/
Liste des auteurs et titres :
http://www.bibliboom.com/categorie,auteurs,3879942.html
BOITE à SOURDINES : http://www.sourdines.fr/
LIBRIVOX : (différentes langues) http://librivox.org/list-translated-pages-french/
Catalogue : http://librivox.org/librivox-catalogue/librivox-catalog-french/
LITTERATURE AUDIO : www.litteratureaudio.com
LIVRES POUR TOUS : http://www.livrespourtous.com/Litterature-audio-a-ecouter-gratuitement-auformat-MP3.html
Projet GUTENBERG : http://www.gutenberg.org/catalog/
Ouvrages en langue française : http://www.gutenberg.org/browse/languages/fr
Vive Voix : http://www.wheatoncollege.edu/Academic/academicdept/French/ViveVoix/Home.html
VOX LIBRIS : http://www.voxlibris.fr/
Maupassant : http://www.guydemaupassant.fr/maupassant.htm
Nouvelles : http://www.bonnesnouvelles.net/index.htm
10
Poésie 2013
Attention, vous retrouverez les mêmes auteurs toute votre scolarité, sur des textes semblables ou
différents. Les niveaux d’accès seront différents.
Les textes du collège en audio
Programme de 6e
1. Textes de l’Antiquité






Le récit de Gilgamesh (existe en version payante)
La Bible
o
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/bible-hebraique-etnouveau-testament-oeuvre-integrale.html
(tous les livres ne sont pas encore enregistrés)
o
http://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-religions/index.html
(et, sans doute, beaucoup d’autres sites…)
HOMERE – L’Illiade
o
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/homere-liliade.html
HOMERE – L’Odyssée
o Texte intégral
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/homere-lodyssee.html
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Hom%E8re
o Chants I à V
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/homere-odysseechants-1-a-5.html
o Chant IX
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/homere-odyssee-chantix.html
o Chant XXIII
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/homere-odyssee-chantxxiii.html
VIRGILE – L’Eneide
o Chant I : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/virgile-eneidechant-premier.html
o Chant II : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/virgile-eneidechant-second-la-prise-de-troie.html
o Livre IV : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/virgileleneide-livre-iv.html
o Nisis et Euryale (extrait du Chant IX) : http://www.litteratureaudio.com/livre
-audio-gratuit-mp3/virgile-nisus-et-euryale.html
o Le Cheval de Troie : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuitmp3/virgile-le-cheval-de-troie.html
OVIDE – Les Métamorphoses
o Livres I à IV : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/ovide-lesmetamorphoses.html
o Philémon et Baucis : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuitmp3/ovide-et-la-fontaine-philemon-et-baucis.html
11
Poésie 2013
2. Contes et récits merveilleux









Les Mille et Une Nuits
o Ali Baba et les 40 Voleurs (version Albert Robiba)
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/ali-baba-et-lesquarante-voleurs-version-albert-robida.html
o Le Cheval enchanté
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/contes-des-1001-nuitsle-cheval-enchante.html
o Histoire d’Aladdin ou la lampe merveilleuse
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/contes-des-1001-nuitshistoire-daladdin-ou-la-lampe-merveilleuse.html
o Histoire du Pêcheur
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/contes-des-1001-nuitshistoire-du-pecheur.html
http://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-contes/anonyme-histoire-dupecheur-%28les-mille-et-une-nuits%29.html
PERRAULT, Charles – Contes
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/charles-perrault
o
http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/perrault-charles-livres-audio-gratuitsa-telecharger.html
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Perrault
D’AULNOY, Madame – Contes
o La Belle aux Cheveux d’Or : http://www.audiocite.net/livres-audio-gratuitscontes/comtesse-daulnoy-loiseau-bleu.html
o La Chatte blanche : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuitmp3/aulnoy-madame-d-la-chatte-blanche.html
o Gracieuse et Percinet : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuitmp3/madame-daulnoy-gracieuse-et-percinet.html
o L’Oiseau bleu : http://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-contes/comtessedaulnoy-loiseau-bleu.html
GRIMM – Contes
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/freres-grimm
o
http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/grimm-livres-audio-gratuits-atelecharger-mp3-bibliboom-com.html
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Grimm
ANDERSEN, Hans-Christian – Contes
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/hans-christianandersen
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Andersen
o
http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/andersen-hans-christian-livres-audiogratuits-a-telecharger-mp3-bibliboom-com.html
CARROLL, Lewis – Alice au pays des merveilles
o
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/carroll-lewis-lesaventures-dalice-au-pays-des-merveilles.html
o
http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/carroll-lewis-alice-au-pays-desmerveilles-livres-audio-gratuits-a-telecharger-mp3-bibliboom-com.html
*SAINT-EXUPERY, Antoine de – Le Petit Prince
*HAMPATE BA, Amadou – Petit Bodiel et autres contes de la savane
*DIOP, Birago – Contes d’Amadou Koumba
12
Poésie 2013


*DIOP, Birago – Nouveaux contes d’Amadou Koumba
*SENGHOR, Léopold Sédar – La Belle Histoire de Leuk-le-lièvre
3. Initiation à la poésie


des poèmes en vers réguliers, des poèmes en vers libres ou variés, des calligrammes, des
haïkus ou des chansons, du Moyen-Age au XXIe siècle.
LA FONTAINE, Jean de – Fables
(Attention : ce petit coquin de La Fontaine a aussi écrit des textes érotiques…)
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/jean-de-lafontaine
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=La%20Fontaine
4. Initiation au théâtre
•
Une pièce de Molière : par exemple »
MOLIERE – Le Médecin volant
MOLIERE – L’Amour médecin
MOLIERE – Le Médecin malgré lui
MOLIERE – Le Sicilien ou l’amour peintre
•
« Une courte pièce, choisie par exemple parmi celles des auteurs du XXe siècle suivants : »
*TARDIEU, Jean
*DUBILLARD, Roland
*OBALDIA, René de
Programme de 5e
1. Littérature du Moyen Age et de la Renaissance





une chanson de geste
o La Chanson de Roland
un roman de chevalerie de Chrétien de Troyes
o Lancelot ou le Chevalier à la charrette
o Yvain ou le Chevalier au lion
o Perceval ou le Conte du Graal
Tristan et Yseult
o Version Joseph Bédier : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuitmp3/tristan-et-iseult.html
Le Roman de Renart
o
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/anonyme-le-roman-derenart.html
o
http://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-contes/contes-medievaux-leroman-de-renard.html
un fabliau ou une farce, par exemple
o La Farce de Maître Pathelin
2. Récits d’aventures


POLO, Marco – Le Livre des merveilles
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Polo
DEFOE, Daniel – Robinson Crusoé
13
Poésie 2013
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/defoe-daniel-robinsoncrusoe.html
STEVENSON, Robert Louis – L’Ile au trésor
o
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/stevenson-robert-louislile-au-tresor.html
o
http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/stevenson-robert-louis-livres-audiogratuits-a-telecharger-mp3-bibliboom-com.html
VERNE, Jules (un roman au choix)
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/jules-verne
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Verne
o
http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/verne-jules-michel-strogoff-livresaudio-gratuits-a-telecharger-mp3-bibliboom-com.html
LONDON, Jack – Croc-Blanc
o
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/london-jack-crocblanc.html
o
http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/london-jack-livres-audio-gratuits-atelecharger-mp3-bibliboom-com.html
LONDON, Jack – L’Appel de la forêt
*KESSEL, Joseph – Le lion
*TOURNIER, Michel – Vendredi ou la vie sauvage
*LE CLEZIO, J.M.G. – Mondo et autres histoires
o







3. Poésie








CHARLES D’ORLEANS
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/charles-dorleans
MAROT, Clément
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/clement-marot
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Marot
LA FONTAINE, Jean de – Fables (choisies dans les livres VII à XII)
(Attention : ce petit coquin de La Fontaine n’a pas écrit que des fables…)
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/jean-de-lafontaine
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=La%20Fontaine
HUGO, Victor
(un peu de tri à faire : il n’y a pas que de la poésie)
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/victor-hugo
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Hugo
MUSSET, Alfred de
(un peu de tri à faire : il n’y a pas que de la poésie)
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/alfred-de-musset
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Musset
CROS, Charles
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/charles-cros
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Cros
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Verlaine
VERLAINE, Paul
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/paul-verlaine
CORBIERE, Tristan
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/tristan-corbiere
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Corbi%E8re
14
Poésie 2013











RIMBAUD, Arthur
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/arthur-rimbaud
o
http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/rimbaud-arthur-livres-audio-gratuitsa-telecharger-mp3-bibliboom-com.html
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Rimbaud
APOLLINAIRE, Guillaume
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/guillaumeapollinaire
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Apollinaire
*JACOB, Max
*DESNOS, Robert
*GUILLEVIC, Eugène
*PREVERT, Jacques
*CHAZAL, Malcolm de
*QUENEAU, Raymond
*ROY, Claude
*VIAN, Boris
*ROUBAUD, Jacques
Programme de 4e
1. La lettre




Madame de SEVIGNE
o Lettres à sa fille (Lettre 1 à 29) : http://www.litteratureaudio.com/
livres-audio-gratuits-mp3/tag/madame-de-sevigne
VOLTAIRE
o Lettre à Mme Denis (Petit Dictionnaire à l’usage des Rois) : http://www.litt
eratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/voltaire-lettre-a-madame-denis-petitdictionnaire-a-lusage-des-rois.html
o Quatre lettres philosophiques : http://www.litteratureaudio.com/livre-audiogratuit-mp3/voltaire-quatre-lettres-philosophiques.html
o Trois épîtres (à Mme du Châtelet et à Mlle Lecouvreur) : http://www.litt
eratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/voltaire-trois-epitres.html
o Lettre philosophique sur les pensées de M. Pascal : http://www.littera
tureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/voltaire-lettre-philosophique-sur-lespensees-de-m-pascal.html
DIDEROT, Denis
o Lettre à sa fille Mme de Vandeul : http://www.litteratureaudio.com/livre-audiogratuit-mp3/diderot-denis-lettre-a-sa-fille-madame-de-vandeul.html
SAND, Georges
o Correspondance avec sa fille (extraits) : http://www.litteratureaudio.com/livreaudio-gratuit-mp3/sand-george-correspondance-avec-sa-fille-extraits.html
o Correspondance avec Gustave Flaubert :
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/flaubert-gustavecorrespondance-avec-george-sand.html
http://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-documents/george-sandcorrespondance-sand-et-flaubert.html
o Lettre à Alfred de Musset : http://www.audiocite.net/livres-audio-gratuitscharme/george-sand-lettre-a-alfred-de-musset.html
15
Poésie 2013
Tous les textes du genre épistolaire sur Littératureaudio.com :
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/categorie/correspondance
2. Le récit au XIXe siècle


une nouvelle réaliste et/ou une nouvelle fantastique, intégralement ;
un roman, intégralement ou par extraits.
Les oeuvres sont choisies parmi celles d’auteurs français ou étrangers : » (Là, je n’ai pas eu le
courage de faire le tri des romans parmi l’oeuvre pléthorique déjà enregistrée pour ces
auteurs.)
o BALZAC, Honoré de

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/honorede-balzac

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/honore-de-balzac-livres-audiogratuits-bibliboom-mp3-gratuit.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Balzac
o DUMAS, Alexandre

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuitsmp3/tag/alexandre-dumas

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Dumas
o FLAUBERT, Gustave

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/gustaveflaubert

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/flaubert-gustave.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Flaubert
o GAUTIER, Théophile

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuitsmp3/tag/theophile-gautier

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/gautier-theophile-livres-audiogratuits-a-telecharger-mp3-bibliboom-com.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Gautier
o HUGO, Victor

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/victorhugo

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/hugo-victor-livres-audiogratuits-mp3-bibliboom-com.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Hugo
o MAUPASSANT, Guy de

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/guy-demaupassant

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/maupassant-guy-de-livresaudio-gratuits-a-telecharger-mp3-bibliboom-com.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Maupassant
o MERIMEE, Prosper

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/prospermerimee

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audiogratuit=M%E9rim%E9e
o SAND, George

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/georgesand
16
Poésie 2013
o
o
o
o
o
o
o
o

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Sand
ZOLA, Emile

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/emilezola

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/zola-emile-livres-audiogratuits-a-telecharger.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Zola
BRONTË, Charlotte

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/charlottebronte

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Bront%EB
BRONTË, Emily

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/emilybronte

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/bronte-emily.html
GOGOL, Nicolas

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/nicolasgogol
HOFFMANN, E.T.A.

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/e-t-ahoffmann

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Hoffmann
POE, Edgar Allan

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/edgarallan-poe

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/poe-edgar-allan-livres-audiogratuits-a-telecharger.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audiogratuit=Allan%20poe
POUCHKINE, Alexandre

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuitsmp3/tag/alexandre-pouchkine
TOURGUENIEV, Ivan

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/ivantourgueniev

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/tourgueniev-ivan-bibliboomlivre-audio-gratuit-mp3.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Tourgueniev
3. Poésie : le lyrisme


Moyen Age
o RUTEBEUF

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/rutebeuf
o VILLON, François

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/francoisvillon
XVIe siècle
o LABE, Louise

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/louiselabe
17
Poésie 2013
DU BELLAY, Joachim

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/joachimdu-bellay

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audiogratuit=Du%20bellay
o RONSARD, Pierre de

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/pierrede-ronsard

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/ronsard-pierre-de-livresaudio-gratuits-a-telecharger-mp3-bibliboom-com.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Ronsard
XIXe siècle
o BAUDELAIRE, Charles

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/charlesbaudelaire

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/baudelaire-charles-livresaudio-gratuits-a-telecharger-mp3-bibliboom-com.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Baudelaire
o DESBORDES-VALMORE, Marceline

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuitsmp3/tag/marceline-desbordes-valmore

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audiogratuit=Desbordes%20Valmore
o HUGO, Victor

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/victorhugo

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Hugo
o LAFORGUE, Jules

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/juleslaforgue

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Laforgue
o LAMARTINE, Alphonse de

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/alphonsede-lamartine

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/lamartine-alphonse-de-livresaudio-gratuits-bibliboom-com-mp3.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Lamartine
o MUSSET, Alfred de

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/alfred-demusset

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Musset
o NERVAL, Gérard de

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/gerardde-nerval

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audiogratuit=Nerval%20et%20valmore
o RIMBAUD, Arthur

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/arthurrimbaud

http://www.bibliboom.com/pages/auteurs/rimbaud-arthur-livres-audiogratuits-a-telecharger-mp3-bibliboom-com.html

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Rimbaud
o

18
Poésie 2013
VERLAINE, Paul

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/paulverlaine

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Verlaine
XXe et XXIe siècle
o APOLLINAIRE, Guillaume

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuitsmp3/tag/guillaume-apollinaire

http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Apollinaire
o *ARAGON, Louis
o *CHENG, François
o *ELUARD, Paul
o NOAILLES, Anna de

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/anna-denoailles
o *NOEL, Marie
o PEGUY, Charles

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/charlespeguy
o *SCHEHADE, Georges
o *SUPERVIELLE, Jules
o

4. Théâtre : faire rire, émouvoir, faire pleurer
MOLIERE, par exemple :
Les Précieuses ridicules
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/moliere-lesprecieuses-ridicules-la-piece.html
o Georges Dandin
o L’Avare

http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/molierelavare.html
CORNEILLE, Pierre de – Le Cid
o
http://www.audiocite.net/livres-audio-gratuits-theatre/pierre-corneille–lecid.html
o Extraits : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/corneillepierre-le-cid-extraits.html
o
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/corneille-pierremonologue-de-don-diegue.html
MUSSET, Alfred de, par exemple :
o Les Caprices de Marianne

http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/musset-alfredde-les-caprices-de-marianne.html
o Fantasio
 Extrait : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuitmp3/musset-alfred-de-fantasio-acte-i-scene-2-extrait.html
o On ne badine pas avec l’amour
HUGO, Victor : une pièce du Théâtre en liberté
ROSTAND, Edmond – Cyrano de Bergerac





19
Poésie 2013
Extraits : http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuitsmp3/tag/edmond-rostand
*ANOUILH, Jean : une pièce « rose » ou une pièce « grinçante »
o

4. Théâtre : la comédie
Le Bourgeois gentilhomme
 Acte I, Scène 4 : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuitmp3/moliere-le-bourgeois-gentilhomme-acte-i-scene-4.html
o Le Malade imaginaire
o Les Fourberies de Scapin
« une comédie courte choisie par exemple parmi celles des auteurs suivants : »
o FEYDEAU, Georges

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/georgesfeydeau
o COURTELINE, Georges

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/georgescourteline
o RENARD, Jules

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/julesrenard
o

Programme de 3e
1. Formes du récit aux XXe et XXIe siècle


Récits d’enfance et d’adolescence
o ALAIN-FOURNIER (1886-1914) – Le Grand Meaulnes

http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/alain-fournierle-grand-meaulnes.html

http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/alain-fournierle-grand-meaulnes-version-2.html
o *BAZIN, Hervé – Vipère au poing
o *BEN JELLOUN, Tahar (1944- ) – L’Enfant de sable
o *CALVINO, Italo (1923-1985) – Le Baron perché
o *CHRAÏBI, Driss (1926-2007)- La Civilisation, ma mère !
o *COHEN, Albert (1895-1981) – Le Livre de ma mère
o *COLETTE (1873-1954) – Sido
o *COLETTE – La Maison de Claudine
o *ERNAUX, Annie (1940- )- La Place
o *GARY, Romain (1914-1980) – La Promesse de l’aube
o *LAYE, Camara (1928-1980) -L’Enfant noir
o *MAKINE, Andreï (1957- ) – Le Testament français
o *OZ, Amos (1939- ) - Soudain dans la forêt profonde
o *SARRAUTE, Nathalie (1900-1999) – Enfance
o *UHLMAN, Fred – L’Ami retrouvé
« Romans et nouvelles des XXe et XXIe siècle porteurs d’un regard sur l’histoire et le monde
contemporains : le choix est laissé à l’appréciation du professeur »
20
Poésie 2013
2. La poésie dans le monde et dans le siècle
La poésie engagée :









*ARAGON, Louis (1897-1982)
*CHAR, René (1907-1988)
*DESNOS, Robert (1900-1945)
*ELUARD, Paul (1895-1952)
GARCIA LORCA, Federico (1898-1936)
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/federico-garcialorca
*NERUDA, Pablo (1904-1973)
*PREVERT, Jacques (1900-1977)
*RITSOS, Yannis (1909-1990)
*CESAIRE, Aimé (1913-2008)
La poésie contemporaine :





APOLLINAIRE, Guillaume(1880-1918)
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/guillaumeapollinaire
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Apollinaire
*CENDRARS, Blaise (1887-1961)*CLAUDEL, Paul (1868-1955)
*GLISSANT, Edouard (1928-2011)
*MICHAUX, Henri (1899-1984)
*PONGE, Francis (1899-1988)
3. Théâtre : continuité et renouvellement
« Le professeur fait lire, intégralement ou par extraits, au moins une pièce choisie dans l’oeuvre des
auteurs suivants : »










SOPHOCLE – Antigone
o
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/sophocle-antigone.html
EURIPIDE - Médée
o
http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/euripide-medee.html
SHAKESPEARE, William
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/williamshakespeare
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Shakespeare
CORNEILLE, Pierre
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/pierre-corneille
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Corneille
RACINE, Jean
o
http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/jean-racine
o
http://www.audiocite.net/recherche.php?livre-audio-gratuit=Racine
*GIRAUDOUX, Jean (1882-1944)
*COCTEAU , Jean (1889-1963)
*IONESCO, Eugène (1909-1994)
*ANOUILH, Jean (1910-1987)
*CAMUS, Albert (1913-1960)
21
Poésie 2013
Vos propres ressources :
22
Poésie 2013
Des connaissances en art permettent d’améliorer les performances littéraires !
http://www.mystudios.com/artgallery/
Vincent Van Gogh
Pierre Auguste Renoir
William-Adolphe
Bouguereau
Claude Oscar Monet
Leonardo Da Vinci
Fernando Botero
Rembrandt Van Rijn
Gustav Klimt
Joseph Mallord William
Turner
Paul Cezanne
Frida Kahlo
John William
Waterhouse
23
Poésie 2013
John Singer Sargent
Raphael
Michelangelo
Buonarroti
Francisco De Goya y
Lucientes
Diego Rodriguez de Silva
Winslow Homer
y Velazquez
Eugene Delacroix
Paul Gauguin
Giotto Di Bondone
Henri De ToulouseLautrec
El Greco (Domenikos
Theotokopoulos)
Amedeo Modigliani
24
Poésie 2013
(Giovanni Antonio
Canal) Canaletto
Peter Paul Rubens
Jan Vermeer Van Delft
Sir Lawrence AlmaTadema
Vous aurez d’autres possibilités dans d’autres domaines, Sculpture, musique, …
Les domaines de l’Internet permettent de merveilleux accès à une culture autrefois
disponibles pour une très fine frange de la population. Utiliser les ressources disponibles, c’est
accéder à l’univers des hommes les plus riches de notre planète. Picsou est un pauvre puisqu’il ne
dispose que de son or, alors que vous disposez du Web !
25
Poésie 2013
La poésie
Qui n'a pas tenté de coucher sur un papier quelques vers ? La poésie est un acte
profondément individuel qui semble toucher tous les humains.
Qu'est-ce que la poésie ?
Poésie est issu du verbe grec poiein, faire, créer : la poésie est donc une création, et le
poète, un créateur ! Il utilise la parole, le verbe et en émane un univers.
Le poète écrit, dans son époque, une épique épopée.
Les dieux et les mots
La poésie exerce un attrait sur les hommes. Ils s’interrogent dès qu’ils
comprennent qu’avec des mots de la vie quotidienne, on fabrique des images, on
provoque des émotions. Dès l'Antiquité grecque il a été admis que la poésie était
d'inspiration divine.
On situe les origines de la poésie dans deux hauts lieux de la Grèce, d'une part
en Béotie sur le mont Hélicon et sur le mont Parnasse là, les Muses servaient de
source d'inspiration à Apollon, le dieu solaire ; d'autre part, on les retrouve en
Thrace (au nord de la Grèce) où résidaient Orphée1 et Dionysos.
Cette origine mythologique de la poésie permet de distinguer trois grandes
orientations dans l'histoire de la poésie.
Oh, le bel Apollon
Ce dieu de la divination comme de la pensée claire et rationnelle donne à la
poésie sa vocation à comprendre par les mots les mystères de la vie : la poésie
apollinienne peut apparaître parfois hermétique (cachée, secrète) et réservée à des
initiés. Lorsque Mallarmé proclame que la poésie doit « donner un sens plus pur aux
mots de la tribu », il se range derrière le char d'Apollon.
http://versailles1687.free.fr/mythologie.htm d’Apollon et du char du Soleil.
Résumé :
la poésie liée à Apollon sera donc obscure quand elle doit permettre aux hommes de
prendre leur destin en main et qu’elle peut les aider s’ils utilisent leur raison. Elle sera claire
dès qu’elle peut favoriser la communication entre les humains. La poésie grecque est reliée
au Dieu Apollon et à ses inspiratrices les 9 muses, Apollon est le Dieu solaire donc de la
clarté, donc de la raison, donc de ce qui s’énonce clairement.
1
Orphée est le fils de la muse Calliope (poésie épique et de l’éloquence) et d’un roi grec (roi de Thrace). Il est le
mari de la dryade (nymphe des chênes, puis des arbres et des forêts), Eurydice qu’il va rechercher d’entre les
morts au royaume du dieu Hadès, maître des enfers. Là, j’ai pris mes distances avec « les nuls ».
26
Poésie 2013
Dionysos, le dieu fou
Sorti de la cuisse de Zeus, Dionysos est le dieu de la vigne. Il se déplace toujours avec
les Bacchantes, des femmes qui chantent et dansent et qui sont parfois en « transes » : il
représente l'ivresse au sens symbolique du terme et son culte est prétexte à de joyeuses
fêtes qui se transformeront en représentations théâtrales. Derrière cette légèreté et ce
dérèglement revendiqué, les poètes dionysiaques expriment souvent un sentiment de
solitude et d'incompréhension du monde qui les entoure comme dans ces quelques vers
d'Apollinaire :
Écoutez-moi je suis le gosier de Paris
Et je boirai encore s'il me plaît l'univers
Écoutez mes chants d'universelle ivrognerie
Et la nuit de septembre s'achevait lentement
Les feux rouges des ponts s'éteignaient dans la Seine
Les étoiles mouraient le jour naissait à peine.
Alcools, 1913.
Résumé : La poésie liée à Dionysos est centrée elle aussi sur deux thèmes opposés, la vie
festive, la bande des copains et l’absolue solitude. L’une peut cacher l’autre.
Orphée2 ou la chute
Côté pile : la légende dit qu'il chantait si bien en s'accompagnant de sa lyre (origine
du lyrisme) que les fauves le suivaient en cortège et que les arbres s'inclinaient sur son
passage !
Côté face : protégé des dieux, il descendit aux Enfers pour chercher Eurydice, sa
femme morte, mais la perdit par trop d'empressement à vouloir la contempler. Inconsolable,
il revint chanter sa peine chez les vivants. Il fut massacré par des femmes de son pays,
jalouses de l'amour qu'il continuait de porter à Eurydice !
La poésie orphique ou lyrique exprime donc le souvenir, le regret, la solitude dans un
monde difficile à comprendre et à accepter. Les poètes romantiques du 19ème siècle ont
largement contribué à cette veine orphique :
Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,
Tout dit : ils ont aimé !
Lamartine, « Le Lac », Méditations poétiques, 1820.
Résumé : Orphée chante donc l’amour et la mort. Mais tout s’incline devant ces deux
tendances auxquelles l’homme ne peut rien, sauf à accepter de changer ce qui est en son
2
Difficile de considérer Orphée comme une divinité, plutôt comme l’initiateur d’une religion
27
Poésie 2013
pouvoir ou d’accepter ce qui est hors de sa portée, mais à tenter de reculer les limites
humaines.
Les muses
Les neuf muses sont les filles de Zeus et de Mnémosyne (la Mémoire) ou
d'Harmonie, Zeus a eu tellement d'aventures que le doute est permis. Chacune a sa
spécialité : Calliope, la poésie épique ; Clio, l'histoire ; Polymnie, la poésie lyrique et la
pantomime ; Euterpe, le dithyrambe et la flûte ; Terpsichore, la poésie légère et la danse ;
Érato, la lyrique chorale ; Melpomène, la tragédie ; Thalie, la comédie ; Uranie, l’astronomie.
Troubadours et trouvères, oc et oil
Au Moyen Âge, la poésie est le plus souvent chantée par des jongleurs devant des
gens illettrés : lorsque ces chanteurs disent 0il pour dire oui, on les appelle des
trouvères et ils se produisent dans le Nord de la France (langue d'oil) ; lorsqu'ils disent oc,
ce sont des troubadours qui chantent dans le Sud (langue d'oc).
Les auteurs anonymes
Qui sont les auteurs des œuvres du Moyen Âge, pour la plupart anonymes ? Trois
catégories de personnes participent à la création et à la diffusion des œuvres : le jongleur,
homme de spectacle ; le copiste qui recopie un manuscrit, ou travaille sous la dictée ou de
mémoire ; et le clerc, homme cultivé qui dépend de l'Église ou d'un seigneur et qui crée ou
remanie des œuvres. Ces trois catégories adaptent aux besoins des textes disponibles. La
notion de propriété3 littéraire n'existe pas. Il est normal pour un auteur d'utiliser un texte
existant pour les besoins (plagier), le modifier ou imaginer une suite.
Poésie Virile4 anonyme
La société du Moyen Âge exalte les valeurs guerrières et les faits d'armes qui
constituent le matériau de prédilection des chansons de geste (du latin gesta exploit du
temps passé) ; vers 1070, La Chanson de Roland (celui qui meurt à Roncevaux sous un pin en
soufflant dans son cor), un long poème épique de 4002 vers (des décasyllabes) regroupés en
strophes (les laisses), symbolise cette tendance forte...
A écouter
https://www.youtube.com/watch?v=xYw7RReJUjM
Carles li reis, nostre emperere magnes,
Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne :
Tresqu’en la mer cunquist la tere altaigne.
N’i ad castel ki devant lui remaignet ;
Murs ne citet n’i est remés à fraindre
Fors Sarraguce, k’ est en une muntaigne.
3
Charles le roi, notre grand empereur,
Sept ans entiers est resté en Espagne :
Jusqu’à la mer, il a conquis la haute terre.
Pas de château qui tienne devant lui,
Pas de cité ni de mur qui reste encore debout
Hors Saragosse, qui est sur une montagne.
e
Il faut attendre Beaumarchais (18 siècle) (le barbier de Séville, le Mariage de Figaro) pour qu’un droit
d’auteur soit reconnu.
4
Vir= homme, virile tout de ce qui sera relatif à certains aspects dits masculins.
28
Poésie 2013
Li reis Marsilies la tient, ki Deu nen aimet ;
Mahummet sert e Apollin reclaimet :
Ne s’ poet guarder que mals ne li
ateignet. AOI
Le roi Marsile la tient, Marsile qui n’aime pas
Dieu,
Qui sert Mahomet et prie Apollon ;
Mais le malheur va l’atteindre : il ne s’en peut
garder.
A lire
http://lachansonderoland.d-t-x.com/pages/FRpagenotes03.html
http://expositions.bnf.fr/livres/roland/
Poésie tendre
Des poètes magnifient l'amour courtois (la fin 'amour) : autrement dit, les prouesses
réalisées par l'amant pour briller aux yeux de sa dame. Le Roman de la Rose (cette fleur est
le symbole de la féminité) écrit au début du XIIIe siècle par Guillaume de Loris décrit cette
attitude ; œuvre inachevée, elle sera poursuivie à la fin du siècle par Jean de Meun.
http://expositions.bnf.fr/livres/rose/
Illustrations + musique
https://www.youtube.com/watch?v=2u0nQMRIp84
Le texte ci-dessous
https://www.youtube.com/watch?v=uxCt-ateemA
Cy est le rommant de la rose
ICI est le roman de la rose
où tout l'art d'amour est enclose
où tout l'art d'amour est enclos
Maintes gens vont disant que songes
Maintes gens vont disant que songes
Ne sont que fables et mensonges
Ne sont que fables et mensonges
Mais on peut tel songe songer
Mais on peut tel songe songer
Qui pourtant n'est pas mensonger
Qui pourtant n'est pas mensonger
Ains est après bien apparent
Ains est après bien apparent
Si en puis trouver pour garant
Si en puis trouver pour garant
Macrobe un auteur tre affable
Macrobe un auteur très affable
Qui ne tient pas songes a fable
Qui ne tient pas songes à fable
Aincoys escript la vision
Aincoys écrit la vision
Laquelle advint à Scipion
Laquelle advint à Scipion
Quiconques cuyde ne qui die
Quiconque cuyde ne qui die
Que ce soit une musardie
Que ce soit une musardie
De croire qu'aucun songe advienne
De croire qu'aucun songe advienne
Qui voudra pour fol si m'en tienne
Qui voudra pour fol si m'en tienne
Car quant à moi j'ay confiance
Car quant à moi j'ai confiance
Que songe soit signifiance
Que songe soit signifiance
Des biens aux gens et des ennuytz
Des biens aux gens et des ennuis
La raison, on songe par nuytz
La raison, on songe par nuit
Moult de choses couvertement
Moult de choses couvertement
Qu'on voit après appertement.
Qu'on voit après appertement.
Sur le vingtiesme an de mon eage
Sur le vingtième an de mon âge
Au point qu'amours prent le peage
Au point qu'amours prend le peage
Des jeunes gens, coucher m'alloye
Des jeunes gens, coucher m'allait
Une nuyt comme je souloye
Une nuit comme je souloye
29
Poésie 2013
Et de fait dormir me convint
En dormant un songe m'advint…
Et de fait dormir me convint
En dormant un songe m'advint…
http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Roman_de_la_Rose_%28Guillaume_de_Lorris%29
Chanter l'être aimé(e) implique souvent de parler de soi - du « moi », de pleurer sur
soi comme dans La Complainte de Rutebeuf (vers 1261) de... Rutebeuf5 ;
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta
https://www.youtube.com/watch?v=fYG0suOjx7k
Ligne du temps : le moulin hydraulique, la jachère et l’assolement triennal, outils en
fer, la charrue, le collier d’épaules – développement de l’artisanat ; du commerce ; des
écoles, du droit, de l’administration – contemporain de Louis IX dit Saint-Louis 1226 - 1270 –
Développement de la justice royale – guerres pour agrandir le royaume ou pour défendre ce
qui est acquis – la 7e croisade part du port d’Aigues-mortes puis 8e et dernière croisade –
Sainte-chapelle dans l’île de la cité à Paris –
Ce lyrisme se développe pendant les deux siècles suivants en même temps
qu'apparaissent des formes fixes nouvelles (la ballade, le chant royal, le rondeau, le virelai)
dont Charles d'Orléans6 (Ballades, v. 1460)
https://www.youtube.com/watch?v=5KvROSf2dQs
Rondeau de Charles d'Orléans
Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s'est vêtu de broderie
De soleil luisant, clair et beau.
Il n'y a bête ni oiseau
Qu'en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissé son manteau.
Rivière, fontaine et ruisseau
Sortent, en livrée jolie,
5
6
1230-1285
1394 – 1465
30
Poésie 2013
Gouttes d'argent d'orfèvrerie,
Chacun s'habille de nouveau :
Le temps a laissé son manteau.
https://www.youtube.com/watch?v=CFx64XlzrgQ
Charles d'Orléans, ballades, 1460.
https://www.youtube.com/watch?v=UeG_Ko0wsco
Ligne du temps : Armagnacs et Bourguignons – débâcle d’Azincourt 1415 –
Délivrance d’Orléans par Jeanne D’Arc et règne de Charles VII – Guerre de cent ans – Temps
des pillages – apparition de l’artillerie – Régime féodal – énergie hydraulique, moulin à eau –
usage du fer, techniques de labour en progrès, utilisation du cheval – population importante
– Médecine à Montpellier ; théologie et philosophie à Paris – Les lettrés de l’église
catholique dominent la vie administrative et caritative. Rôle fondamental de la chevalerie –
villes franches – états généraux – essor du commerce - …
François Villon7 (Le Testament, 1461, L'épitaphe Villon, plus connue sous le nom de
La Ballade des pendus, 1463).
Eléments historiques identiques à d’Orléans donc voir ci-dessus.
L'Épitaphe de Villon ou " Ballade des pendus "
Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les cœurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !
… à suivre sur
http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/francois_villon/l_pitaphe_de_villon_o
u_ballade_des_pendus.html
À écouter
https://www.youtube.com/watch?v=_69nDyRaiYs
Et la ballade des dames du temps jadis
https://www.youtube.com/watch?v=Ip7fIB4aOeA
Version « classique »
https://www.youtube.com/watch?v=cOEYsMDop1Y
7
1431 - 1463
31
Poésie 2013
1492 : découverte de l’Amérique par Christophe Colomb
XVIe siècle
La poésie du XVIe siècle de la douceur dans un monde de brutes
Le XVIe siècle alterne les raffinements de la Renaissance et les atrocités des guerres de
Religion ; la soif de nouveaux horizons, de nouvelles découvertes et le retour aux sources de
l'Antiquité et des textes bibliques.
Ligne du temps
Louis XII meurt en 1515- Guerres d’Italie
er
François 1 (1494-1547) – la rivalité avec Charles Quint permet à l’empire ottoman d’arriver aux portes de Vienne en
Autriche – développement du parti des protestants – introduction de la renaissance et des arts italiens en France
(Léonard de Vinci) – création de la bibliothèque royale, ancêtre de la bibliothèque nationale – création du collège des
trois langues futur collège de France – Crée l’imprimerie royale, ancêtre de l’imprimerie nationale – Amboise – Blois –
Chambord – Fontainebleau – nombreuses guerres – Choix du Français comme langue officielle – livres où les prêtres
enregistrent les naissances et les filiations –
Henri II (1519-1559) Guerres d’Italie – Développement du protestantisme – il meurt d’un éclat de lance dans l’œil lors
d’un tournoi (phénomène supposé annoncé par Nostradamus) – époux de Catherine de Médicis – pouvoir centralisé –
poids et mesures unifiés pour le ressort du parlement de Paris – Création de secrétaires d’état – création de tribunaux –
levée d’impôt pour payer les dettes royales et révoltes – divers conflits et guerres d’Italie – Répression du
protestantisme – Gallicanisme ou conflit latent ou réel contre le pape
Charles IX (1550-1574) Guerres dites de religion, avec un aspect marqué des rivalités entre les grands nobles Guiseer
Lorraine et Condé-Montmorency – massacre de la saint-Barthélemy – L’édit de Roussillon instaure le 1 janvier comme
er
jour de l’an, en remplacement du 1 avril – Ambroise Paré – Clouet – Germain Pilon –
Henri III (1551-1589) roi de Pologne puis de France – Guerres de religions avec des partis soutenus par des fonds venus
de l’étranger Henri IV (1553 -1610) met fin aux guerres de Religions en signant l'Édit de Nantes - 1598, traité de paix tolérant
dans certaines limites le culte protestant, qui mit fin à deux décennies de guerres dites de religion.
La Production agricole retrouve son niveau de 1560 en 1610
Manufacture des Gobelins – implantation de la soie – canal de Briare qui relie la Seine et la Loire – bandes de
brigands organisées – pratique du duel et de l’enlèvement des filles à marier – implantation en Amérique
(Nouvelle France ou Canada
Marot, le fils
Le père, Jean Marot, non content d'être poète, est aussi l'historiographe de Louis8 XII ; quant
au fils, Clément Marot, il sera le poète officiel de la cour de François 1er de 1527 à 1534. Sensible à
la poésie italienne, notamment celle de Pétrarque, il introduit avec Menin de Saint-Gellais le
sonnet en France et lui donne une dimension lyrique ; esprit novateur, il redonne un souffle nouveau
à une forme ancienne, l'épigramme (poème court de huit à dix vers), Invente l'élégie (poème où
s'exprime une plainte amoureuse) ; mais ce sont avec les Epîtres (1532), des lettres poétiques
adressées à un personnage, tantôt avec gravité, tantôt avec humour, qu'il s'impose véritablement.
Le sonnet
Le sonnetto est une sorte de chansonnette qui vient probablement de Sicile. Devenue
une forme fixe, elle s'impose d'abord en Italie puis à partir de la Renaissance en France ; après
une éclipse au 17e et au 18e siècle, elle retrouvera la faveur des poètes du 19ème siècle.
Le sonnet est composé de deux quatrains avec des rimes croisées ou embrassées et
deux tercets construits sur trois rimes (variantes possibles : cdc dcd ; ccd ccd ; ccd eed ; ccd
ede) qui ne forment donc pas des strophes autonomes.
8
Roi de France
32
Poésie 2013
On peut dire que le sonnet est constitué de deux quatrains et d'un sizain ou encore de
trois strophes !
Au départ, le décasyllabe (vers de dix syllabes) est le plus employé avec une césure après la
quatrième syllabe ; mais l'alexandrin, plus souple, s'impose progressivement sous l'impulsion de
Ronsard puis de Du Bellay qui publie Les Regrets (1558), le premier recueil de sonnets en
alexandrins.
Clément Marot (1497-1544) : Épigramme qu'il perdit contre Hélène de Tournon
Pour un dizain que gagnâtes mardi,
Cela n'est rien, je ne m'en fais que rire,
Et fut très aise alors que le perdis,
Car aussi bien je voulais vous écrire
Et ne savais bonnement que vous dire,
Qui est assez pour se tenir tout coi.
Or, payez-vous, je vous baille de quoi,
D'aussi bon cœur que si je le donnai ;
Que plût à Dieu que ceux à qui je dois
Fussent contents de semblable monnaie.
http://www.youtube.com/watch?v=3_fkzaJl0yM
Le dizain de neige
Anne par jeu me jecta de la neige,
Que je cuydois froide certainement:
Mais c'estoit feu, l'experience en ay je,
Car embrasé je fuz soudainement
http://www.youtube.com/watch?v=OMLk-RF3ErQ
Tétin refait, plus blanc qu'un œuf,
Tétin de satin blanc tout neuf,
Tétin qui fais honte à la Rose
Tétin plus beau que nulle chose
Tétin dur, non pas Tétin, voire,
Mais petite boule d'Ivoire,
Au milieu duquel est assise
Une Fraise, ou une Cerise
DU BELLAY - Regrets, XXXI sonnet
http://www.youtube.com/watch?v=efCGXbSdq-k
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !
Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison,
33
Poésie 2013
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province et beaucoup davantage ?
Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine;
Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.
http://www.youtube.com/watch?v=SoWwJ1PtMjc
http://www.youtube.com/watch?v=2m2Q787hP94
"Seigneur, je ne saurais regarder d'un bon œil" de Joachim Du Bellay
Seigneur, je ne saurais regarder d'un bon œil
Ces vieux singes de Cour, qui ne savent rien faire,
Sinon en leur marcher les princes contrefaire,
Et se vêtir, comme eux, d'un pompeux appareil.
Si leur maître se moque, ils feront le pareil,
S'il ment, ce ne sont eux qui diront du contraire,
Plutôt auront-ils vu, afin de lui complaire,
La lune en plein midi, à minuit le soleil.
Les Lyonnais
Lyon, ville dont le rayonnement est aussi important que celui de Paris au Xe siècle. Ce
sont trois poètes, nés à Lyon. Le poète s'appelle Maurice Scève et dédie son œuvre poétique
à un amour malheureux chanté dans un recueil de dizains, Délie, objet de la plus haute vertu
(1544).
Comme Hécate tu me feras erreur
Et vif et mort cent ans parmi les ombres :
Comme Diane au Ciel me resserrer,
D'où descendis en ces mortels encombres :
Comme régnante aux infernales ombres
Amoindriras ou accroîtras mes peines.
Mais comme Lune infuse dans mes veines
Celle que tu fus, es et seras Délie,
Qu'Amour a jointe à mes pensées vaines
Si fort que Mort jamais ne l'en délie.
Maurice Scève, Délie, objet de plus haute vertu, XXII, 1544
Cet amour impossible, c'est celui qu'il porte à une jeune poétesse, Pernette du Guillet
qui lui répond avec la même tonalité élégiaque dans une œuvre posthume Rymes (1545).
Rymes 6
Par ce dizain clairement je m'accuse
De ne savoir tes vertus honorer,
Fors du vouloir, qui est bien maigre excuse :
34
Poésie 2013
Mais qui pourrait par écrit décorer
Ce qui de soi se peut faire adorer ?
Je ne dis pas, si j'avais ton pouvoir,
Qu'à m'acquitter ne fisse mon devoir,
À tout le moins du bien que tu m'avoues.
Prête-moi donc ton éloquent savoir
Pour te louer ainsi que tu me loues !
http://www.youtube.com/watch?v=bN-QP40QN78
http://www.youtube.com/watch?v=wQdw55n6KwU par les anglais
Personnalité plus forte, Louise Labé, surnommée la belle cordière, crée une œuvre
singulière (au risque de choquer ses contemporains) où dominent les plaisirs et les douleurs
de l'amour notamment dans trois Elégies et vingt-trois Sonnets (1555).
http://www.youtube.com/watch?v=ZVHvFTRO2Dg
Je vis, je meurs : je me brûle et me noie,
J'ai chaud extrême en endurant froidure;
La vie m'est et trop molle et trop dure,
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.
Tout en un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure,
Mon bien s'en va, et à jamais il dure,
Tout en un coup je sèche et je verdoie.
Ainsi Amour inconstamment me mène
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.
Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être en haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.ii
http://bibliobooksaudio.blogspot.fr/search/label/Po%C3%A8mes%20XVIe/
http://www.youtube.com/watch?v=HDKXna01W-4
http://www.youtube.com/watch?v=4wxfP99BLq4
Les Parisiens
Dans la capitale, d'autres poètes s'activent sous la houlette de leur professeur de
grec, Dorat, au collège de Coqueret (dans le Quartier latin) : ils découvrent dans le texte
original les auteurs grecs et latins et s'en inspirent pour leurs propres créations. Animés par
la volonté d'imposer le français, Jean Antoine du Baïf, Pierre de Ronsard et Joachim du
Bellay (chargé de la rédaction de la Défense et Illustration de la langue française, 1549)
multiplient dans leurs œuvres les inventions de mots (par exemple, construire des verbes sur
des noms : grêle donne grêler; ménage donne ménager), l'emploi de lexiques techniques et
de dialectes régionaux.
35
Poésie 2013
Ce trio s'étoffe rapidement pour devenir le groupe de la Pléiade : il impose des
genres nouveaux comme l'ode et l'épopée (imitées des poètes de l'Antiquité, Pindare et
Horace), mais consacre surtout la forme du sonnet et ses règles de composition.
Ronsard : Mignonne, allons voir si la rose
A Cassandre
http://www.youtube.com/watch?v=w2uf2llGg1c
http://www.youtube.com/watch?v=fLjAFvBwlyk
Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.
Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.
http://www.youtube.com/watch?v=0khs8RIQRc4
http://www.youtube.com/watch?v=72-AnDW_KFE
A Cupidon
Le jour pousse la nuit,
Et la nuit sombre
Pousse le jour qui luit
D'une obscure ombre.
L'Autonne suit l'Esté,
Et l'aspre rage
Des vents n'a point esté
Apres l'orage.
36
Poésie 2013
Pierre de Ronsard
http://www.youtube.com/watch?v=mjjEck1T73o
Sur la mort de Marieiii
Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose
En sa belle jeunesse, en sa première fleur
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose :
La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d’odeur :
Mais battue ou de pluie, ou d’excessive ardeur,
Languissante elle meurt feuille à feuille déclose :
Ainsi en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t’a tuée, et cendre tu reposes.
Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif, et mort, ton corps ne soit que roses.
De Joachim du Bellay (1522-1560)
Je vis l'oiseau9 qui le soleil contemple
D'un faible vol au ciel s'aventurer,
Et peu à peu ses ailes assurer,
Suivant encor le maternel exemple.
Je le vis croître, et d'un voler plus ample
Des plus hauts monts la hauteur mesurer,
Percer la nue, et ses ailes tirer
Jusqu'au lieu où des dieux est le temple.
Là se perdit : puis soudain je l'ai vu
Rouant par l'air en tourbillon de feu,
Tout enflammé sur la plaine descendre.
Je vis son corps en poudre tout réduit,
Et vis l'oiseau, qui la lumière fuit,
Comme un vermet renaître de sa cendre.
9
Il ne s’agit pas de l’aigle mais du mythique phénix. Harry Potter et l’ordre du Phénix.
37
Poésie 2013
Agrippa d’Aubigné
Cette effervescence littéraire est reliée à une société en pleine mutation : les
affrontements religieux entre catholiques et protestants déchirent le pays. Dans ce contexte
d'instabilité se développe le courant baroque : ses deux auteurs les plus représentatifs
(proches d'Henri IV) sont des acteurs de cette période le premier, Agrippa d'Aubigné
témoigne à travers Les Tragiques (1616) de l'état de la France :
http://www.youtube.com/watch?v=Gjfn5z6fNbE
« Je veux peindre la France une mère affligée,
Qui est, entre ses bras, de deux enfants chargée. »
Le plus fort, orgueilleux, empoigne les deux bouts
Des tétins nourriciers ; puis, à force de coups
D'ongles, de poings, de pieds, il brise le partage
Dont nature donnait à son besson l'usage ;
Ce voleur acharné, cet Esaü malheureux,
Fait dégât du doux lait qui doit nourrir les deux,
Si que, pour arracher à son frère la vie,
Il méprise la sienne et n'en a plus d'envie.
…
http://www.youtube.com/watch?v=7Xz9TNyZgyw
http://www.youtube.com/watch?v=arvy2Z7HCrw
Jean de Sponde
Le second, Jean de Sponde, plus centré sur la destinée individuelle et sur une
méditation sur la condition humaine utilise avec maîtrise la forme fixe du sonnet :
« J'ai vu fondre la neige, et ses torrents tarir :
Ces lions rugissants, je les ai vus sans rage,
Vivez, hommes, vivez, mais si faut-il mourir. »
Sonnet 11, Essai de quelques poèmes chrétiens, 1588.
Je meurs : Les Amours, 1597
Je meurs, et les soucis qui sortent du martyre
Que me donne l’absence, et les jours, et les nuits
Font tant, qu’à tous moments je ne sais qui je suis,
Si j’empire du tout ou bien si je respire.
38
Poésie 2013
XVIIe siècle
Ligne du temps
Louis XIII (1601- 1643) : régence de Marie de Médicis et de Concini – rétablissement de l’autorité
royale – Richelieu – luttes armées contre sa mère – Combat contre les protestants – abaissement des
féodaux – complots contre le roi – centralisation administrative – guerres contre les Habsbourg –
Mazarin –
Louis XIV (1638 -1715) – Absolutisme et droit divin, le roi soleil – la fronde de 1648 à 1653 – fin des
grandes révoltes de nobles, de protestants, de paysans et du parlement – contrôle des courants
d’opinion même les littéraires et les religieux – révocation de l’édit de Nantes en 1685 et persécution
des protestants, dragonnades – état centralisé – Fouquet - Colbert - Louvois – Vauban et les
fortifications de villes conquises – Versailles 1682 – Mécénat pour les artistes tels Molière, Racine,
Boileau, Lully, Le Brun, Le Notre – famines de 1693 et 1709 – création d’un service de police et début
d’un service d’espionnage – Gallicanisme ; parti dévot – désintérêt pour les colonies – nombreuses
guerres – Esclavage et code noir – Ports de guerre – Comédie Française - canal du midi – éclairage
public et police de rues à Paris – Corneille – Pascal – Sévigné – Perrault – Racine – La Bruyère –
Bossuet – Jean Bart – D’Artagnan – Louvois – Condé – Turenne – Maintenon – Montespan -
La poésie du XVIIe siècle
Au début de ce siècle, l'imagination débordante des baroques et les recherches
formelles du courant précieux prolongent le bouillonnement d'expression du siècle
précédent et produisent une poésie débridée avant qu'une énergique reprise en main ne
vienne mettre de l'ordre et imposer une poésie contrôlée par des règles précises !
Mathurin Régnier
La mobilité, le goût des contrastes et des images, caractéristiques du baroque,
continuent d'avoir des adeptes au début du siècle : héritier de la Pléiade, Mathurin Régnier
pointe avec humour les errements de son époque (Satires, 1608-1613)
Quand sur moi je jette les yeux,
À trente ans me voyant tout vieux,
Mon cœur de frayeur diminue ;
Étant vieilli dans un moment,
Je ne puis dire seulement
Que ma jeunesse est devenue.
Du berceau courant au cercueil,
Le jour se dérobe à mon œil,
Mes sens troublés s’évanouissent.
Les hommes sont comme des fleurs,
Qui naissent et vivent en pleurs,
39
Poésie 2013
Et d’heure en heure se fanissent.
Stances : Mathurin Régnier
http://www.youtube.com/watch?v=ckbVEVDczzM
Saint-Amant
Saint-Amant alterne une poésie lyrique à la gloire de la nature (La Solitude, 1629)
avec une réflexion empreinte de spiritualité (Moïse sauvé, 1653).
http://www.youtube.com/watch?v=2tzpPt39IuU anglais
Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT : la solitude
… http://www.unjourunpoeme.fr/poeme/la-solitude
O que j’aime la solitude !
Que ces lieux sacrés à la nuit,
Éloignés du monde et du bruit,
Plaisent à mon inquiétude !
Mon Dieu ! que mes yeux sont contents
De voir ces bois, qui se trouvèrent
À la nativité du temps,
Et que tous les siècles révèrent,
Être encore aussi beaux et vert,
Qu’aux premiers jours de l’univers !
Les précieux
Phénomène social, littéraire et parisien, la préciosité est associée à la vie des salons
parisiens, lieux de rencontre des intellectuels et des écrivains, et plus particulièrement à
celui de l'hôtel de Rambouillet animé par Catherine de Vivonne (pendant quarante ans, de
1620 à 1660 !).
Comme les baroques, les précieux fuient la réalité, jugée trop vulgaire, et cherchent
par un raffinement exagéré de la langue à traduire le sentiment amoureux, thème principal
de ce courant. Molière s'est moqué de leurs outrances dans Les Précieuses ridicules (1659)
où les commodités de la conversation désignent un fauteuil !
François Tristan L'Hermite
http://www.youtube.com/watch?v=UvdZp3gzZH0
Je tremble en voyant ton visage
Flotter avecque mes désirs,
Tant j'ai de peur que mes soupirs
Ne lui fassent faire naufrage.
De crainte de cette aventure
Ne commets pas si librement
À cet infidèle élément
Tous les trésors de la Nature.
Veux-tu, par un doux privilège,
40
Poésie 2013
Me mettre au-dessus des humains?
Fais-moi boire au creux de tes mains,
Si l'eau n'en dissout point la neige.
Les Plaintes d'Acante (1633) de François Tristan L'Hermite Illustrent cette poésie
stylisée à l'extrême où l'idéalisation de l'amour et de la femme occupent une place centrale ;
dans les salons, devant un public aristocratique, des poètes comme Vincent Voiture
(Œuvres, 1650), Claude de Malleville et Isaac de Benserade se livrent à de véritables joutes
verbales par l'intermédiaire de lettres, sonnets et épîtres.
Vincent Voiture
Pour vos beaux yeux qui me vont consumant,
L’Amour n’a point de peine et de tourment,
De feu cuisant, ny de cruel martyre,
Que de bon cœur je ne voulusse élire,
Et qu’on ne doive endurer doucement.
Tout l’Univers n’a rien de si charmant,
Et s’il estoit sous mon commandement,
Je quitterais volontiers son empire
Pour vos beaux yeux.
Toute la cour vous sert également ;
Mais quant à moy, si je vous vais aimant,
Ne croyez pas que par là je désire
Cette faveur où tout le monde aspire
Car je vous ayme et vous sers seulement
Pour vos beaux yeux.
Vincent VOITURE10
Avec le thème dit « de la belle matineuse si, le poète montre que le soleil levant perd de
son éclat face à la beauté de le femme aimée qui se lève ! En toute simplicité.
Le Soleil, se hâtant pour la gloire des Cieux,
Vint opposer sa flamme à l'éclat de ses yeux
Et prit tous les rayons dont l'Olympe se dore.
L'onde, la terre et l'air s'allumaient à l'entour.
Mais auprès de Philis11 on le prit pour l'Aurore
Et l'on crut que Philis était l'astre du jour.
Voiture, Poésies, 1645
http://www.youtube.com/watch?v=z0K5UporzWo
J'avais de l'Amour pour vous, Charmante Sylvie,
Mais vos injustes courroux
Ont refroidi mon envie,
Je sais aimer constamment,
Mais si l'on n'aime également, Ma foi je m'en ennuie.
10
Se souvenir de Molière, le bourgeois gentilhomme : Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir
d'amour…
11
Philis est un prénom, ici attribuée à une femme.
41
Poésie 2013
Votre bouche, et vos beaux yeux
Les Rois de ma vie,
Et votre ris gracieux,
Avaient mon âme asservie,
Vous m'aviez gagné le cœur,
Mais quand on a trop de rigueur, Ma foi je m'en ennuie.
J'approuve un feu bienheureux
Qui deux Âmes lie,
Et tient deux cœurs amoureux
Sans peine et mélancolie,
J'aime les douces Amours,
Mais pour soupirer tous les jours, Ma foi je m'en ennuie.
L'Amour sur un autre Amour
Volontiers s'appuie,
J'aime sans aucun détour ;
http://www.youtube.com/watch?v=Hkp6Gedbc3g
http://www.youtube.com/watch?v=ryIqkfYgfqs
Ma foi, c'est fait de moi. Car Isabeau
M'a conjuré de lui faire un rondeau.
Cela me met en une peine extrême.
Quoi treize vers : huit en eau, cinq en ème !
Je lui ferais aussitôt un bateau.
En voilà cinq pourtant en un monceau.
Faisons-en huit, en invoquant Brodeau,
Et puis mettons : par quelque stratagème.
Ma foi, c'est fait.
Si je pouvais encor de mon cerveau
Tirer cinq vers, l'ouvrage serait beau.
Mais cependant je suis dedans l'onzième,
Et si, je crois que je fais le douzième.
En voilà treize ajusté au niveau.
Ma foi, c'est fait !
Rigueur et sobriété
Parallèlement à ses délires précieux, une poésie soucieuse de sobriété et de rigueur
s'affirme : François de Malherbe, un baroque repenti, courtisan apprécié à la cour d'Henri
IV, impose peu à peu à travers ses odes une langue débarrassée de la luxuriance humaniste
et une versification contraignante où, par exemple, les allitérations sont interdites et les
enjambements et rejets employés avec parcimonie !
Malherbe (1555)
Consolation à M. Du Périer (1598) Strophes 1 à …
Ta douleur, Du Périer, sera donc éternelle,
42
Poésie 2013
Et les tristes discours
Que te met en l’esprit l’amitié paternelle
L’augmenteront toujours !
Le malheur de ta fille au tombeau descendue
Par un commun trépas,
Est-ce quelque dédale, où ta raison perdue
Ne se retrouve pas ?
Je sais de quels appas son enfance était pleine,
Et n’ai pas entrepris,
Injurieux ami, de soulager ta peine
Avecque son mépris.
Mais elle était du monde où les plus belles choses
Ont le pire destin,
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
L’espace d’un matin.
Puis quand ainsi serait que selon ta prière,
Elle aurait obtenu
D’avoir en cheveux blancs terminé sa carrière,
Qu’en fût-il advenu ?
Penses-tu que, plus vieille, en la maison céleste
Elle eût eu plus d’accueil ?
Ou qu’elle eût moins senti la poussière funeste
Et les vers du cercueil ?
Non, non, mon Du Périer, aussitôt que la Parque
Ôte l’âme du corps,
L’âge s’évanouit au-deçà de la barque,
Et ne suit point les morts.
A suivre sur http://www.etudes-litteraires.com/malherbe.php#ixzz2TlF4zhUN
Stances - Paraphrase du psaume CXLV
N’espérons plus, mon âme, aux promesses du monde;
Sa lumière est un verre, et sa faveur une onde
Que toujours quelque vent empêche de calmer.
Quittons ces vanités, lassons-nous de les suivre :
C’est Dieu qui nous fait vivre,
C’est Dieu qu’il faut aimer.
En vain, pour satisfaire à nos lâches envies,
Nous passons près des rois tout le temps de nos vies,
À souffrir des mépris, et ployer les genoux :
Ce qu’ils peuvent n’est rien; ils sont, comme nous sommes,
Véritablement hommes,
43
Poésie 2013
Et meurent comme nous.
http://www.youtube.com/watch?v=QB6fuJkDT-8
Là ! Là ! Pour le dessert, troussez-moi cette cotte,
Vite, chemise et tout, qu'il n'y demeure rien
Qui me puisse empêcher de reconnaître bien
Du plus haut du nombril jusqu'au bas de la motte.
Là, sans vous renfrogner, venez que je vous frotte,
Et me laissez à part tout ce grave maintien :
Suis-je pas votre cœur ? Êtes-vous pas le mien ?
C'est bien avecque moi qu'il faut faire la sotte !
http://www.youtube.com/watch?v=YBneH_o-TSY
Mes yeux, vous m'êtes superflus ;
Cette beauté qui m'est ravie,
Fut seule ma vue et ma vie,
Je ne vois plus, ni ne vis plus.
Qui me croit absent, il a tort,
Je ne le suis point, je suis mort.
Racan
Les Stances à Tircis (1618), de son disciple Racan, tout en exprimant avec lyrisme sa
passion pour la nature, illustrent cette poésie placée sous le signe du sérieux.
Tircis, il faut penser à faire la retraite :
La course de nos jours est plus qu'à demi faite ;
L'âge insensiblement nous conduit à la mort ;
Nous avons assez vu sur la mer de ce monde
Errer au gré des flots notre nef vagabonde :
Il est temps de jouir des délices du port.
Le bien de la fortune est un bien périssable;
Quand on bâtit sur elle, on bâtit sur le sable:
Plus on est élevé, plus on court de dangers.
Les grands pins sont en butte aux coups de la tempête,
Et la rage des vents brise plutôt le faîte
Des maisons de nos Rois, que des toits des Bergers.
O bienheureux celui qui peut de sa mémoire
Effacer pour jamais ce vain espoir de gloire.
Dont l'inutile soin traverse nos plaisirs;
Et qui loin retiré de la foule importune.
Vivant dans sa maison content de sa fortune,
A selon son pouvoir mesuré ses désirs!
Il laboure le champ que labourait son père:
Il ne s'informe point de ce qu'on délibère
44
Poésie 2013
Dans ces graves Conseils, d'affaires accablés: „
Il voit sans intérêt la mer grosse d'orages,
Et n'observe des vents les sinistres présages, Que pour le soin qu'il a du salut de ses bleds.
Roi de ses passions, il a ce qu'il désire,
Son fertile domaine est son petit empire;
Sa cabane est son Louvre et son Fontainebleau ;
Ses champs et ses jardins sont autant de Provinces;
Et sans porter envie à la pompe des princes.
Il est content chez lui de les voir en tableau.
http://books.google.fr/books?id=KJMGAAAAQAAJ&pg=PA24&lpg=PA24&dq=racan+%22Tircis,+il+faut+penser+%C3%A0+faire+la+retraite+:
+La+course+de+nos+jours+est+plus+qu%27%C3%A0+demi+faite%22&source=bl&ots=szPGcX2qAr&sig=G5xn0y7kVzgVAPZVFqj8a01CgzU&
hl=fr&sa=X&ei=8Q6ZUfnHEMa5hAf21YDIAg&ved=0CC0Q6AEwADgK#v=onepage&q=racan%20%22Tircis%2C%20il%20faut%20penser%20%
C3%A0%20faire%20la%20retraite%20%3A%20La%20course%20de%20nos%20jours%20est%20plus%20qu%27%C3%A0%20demi%20faite%
22&f=false
Lucidas
Et moi seul resterai-je en proie à la tristesse?
Passerai-je sans fruit la fleur de ma jeunesse?
Que me servent ces biens dont en toute saison
Le voisin envieux voit combler ma maison ?
Que me sert que mes blés soient l’honneur des campagnes?
Que les vins à ruisseaux me coulent des montagnes?
Ni que me sert de voir les meilleurs ménagers
Admirer mes jardins, mes parcs et mes vergers,
Où les arbres plantés d’une égale distance
Ne périssent jamais que dessous l’abondance?
Ce n’est point en cela qu’est le contentement,
Tout se change ici bas de moment en moment,
Qui le pense trouver aux richesses du monde
Bâtit dessus le sable, ou grave dessus l’onde,
Ce n’est qu’un peu de vent que l’heur du genre humain,
Ce qu’on est aujourd’hui l’on ne l’est pas demain,
Rien n’est stable qu’au Ciel, le temps et la fortune
Règnent absolument au-dessous de la lune.
Honorat de Racan - Les Bergeries, 1625
Nicolas Boileau
L'Art Poétique (1676) de Nicolas Boileau formalise cette tendance et codifie un idéal
classique qui fait référence aux modèles de l'Antiquité et exclut le burlesque et la préciosité
http://www.youtube.com/watch?v=nxbtGSO7wXA
Enfin Malherbe vint, et, le premier en France,
Fit sentir dans les vers une juste cadence,
D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir,
Et réduisit la Muse aux règles du devoir.
Par ce sage écrivain la langue réparée
N'offrit plus rien de rude à l'oreille épurée.
Les stances avec grâce apprirent à tomber,
Et le vers sur le vers n'osa plus enjamber.
45
Poésie 2013
Tout reconnut ses lois ; et ce guide fidèle
Aux auteurs de ce temps sert encor de modèle.
Marchez donc sur ses pas; aimez sa pureté ;
Et de son tour heureux imitez la clarté.
Si le sens de vos vers tarde à se faire entendre,
Mon esprit aussitôt commence à se détendre ;
Et, de vos vains discours prompt à se détacher,
Ne suit point un auteur qu'il faut toujours chercher.
…
Il assigne à la poésie une utilité morale et révèle dans ses Satires (1666-1668) un esprit
polémique plein d'humour :
Mais moi, vivre à Paris ! Eh, qu'y voudrais-je faire ? eh !
Je ne sais ni tromper, ni feindre, ni mentir. »
Satire IV
À M. l'abbé Le Vayer
D'où vient, cher Le Vayer, que l'homme le moins sage
Croit toujours seul avoir la sagesse en partage,
Et qu'il n'est point de fou, qui, par belles raisons,
Ne loge son voisin aux Petites-Maisons ?
Un pédant enivré de sa vaine science,
Tout hérissé de grec, tout bouffi d'arrogance,
Et qui, de mille auteurs retenus mot pour mot,
Dans sa tête entassés, n'a souvent fait qu'un sot,
Croit qu'un livre fait tout, et que, sans Aristote,
La raison ne voit goutte, et le bon sens radote.
D'autre part un galant, de qui tout le métier
Est de courir le jour de quartier en quartier,
Et d'aller, à l'abri d'une perruque blonde,
De ses froides douceurs fatiguer le beau monde,
Condamne la science, et, blâmant tout écrit,
Croit qu'en lui l'ignorance est un titre d'esprit :
Que c'est des gens de cour le plus beau privilège,
Et renvoie un savant dans le fond d'un collège.
Un bigot orgueilleux, qui, dans sa vanité,
Croit duper jusqu'à Dieu par son zèle affecté,
Couvrant tous ses défauts d'une sainte apparence,
Damne tous les humains, de sa pleine puissance.
Un libertin d'ailleurs, qui, sans âme et sans foi,
Se fait de son plaisir une suprême loi,
Tient que ces vieux propos de démons et de flammes
Sont bons pour étonner des enfants et des femmes,
Que c'est s'embarrasser de soucis superflus,
Et qu'enfin tout dévot a le cerveau perclus
Air
Voici les lieux charmants où mon âme ravie
Passait à contempler Silvie
Les tranquilles moments si doucement perdus.
Que je l’aimais alors! Que je la trouvais belle!
Mon cœur, vous soupirez au nom de l’Infidèle :
Avez-vous oublié que vous ne l’aimez plus?
46
Poésie 2013
C’est ici que souvent, errant dans les prairies,
Ma main, des fleurs les plus chéries
Lui faisait des présents si tendrement reçus.
Que je l’aimais alors! Que je la trouvais belle!
Mon cœur, vous soupirez au nom de l’infidèle :
Avez-vous oublié que vous ne l’aimez plus?
Nicolas Boileau – Œuvres diverses, 1702
La Fontaine Jean
Trois recueils de Fables parus en 1668, 1678 et 1694, font de Jean de La Fontaine le
roi de cette forme littéraire venue de l'Antiquité grecque et latine avec Ésope et Phèdre ;
tour à tour joyeux drille, observateur distant et ironique des travers de son temps, moraliste
et témoin des petitesses et grandeurs de l'individu, il convoque toute une ménagerie (un
bestiaire en registre soutenu!) pour représenter (singer ?} la société humaine sur laquelle il
semble ne se faire guère d'illusion :
« Tout bien considéré, je soutiens en somme,
Que, scélérat pour scélérat,
Il vaut mieux être un loup qu'un homme. »
Les Compagnons d'Ulysse », Fables, XII, 1.
On rencontre tous les tons et toute la palette de vers dans la poésie de La Fontaine,
peintre et conteur né ; pour faire aussi concis que lui, on peut dire que la diversité et l'art de
la synthèse caractérisent son style.
Vous êtes dans une phase de lucidité ou de stoïcisme : La Mort et le Bûcheron
http://www.youtube.com/watch?v=ziKSd2lNysg
Sur les rapports de force dans notre société : Les Animaux malades de la peste
http://www.youtube.com/watch?v=YMLIASne_J4
Sur l'art de flatter !es puissants : Les obsèques de la Lionne
http://www.youtube.com/watch?v=yYzBX3rCP5k
La femme du Lion mourut :
Aussitôt chacun accourut
Pour s'acquitter envers le Prince
Sur le rapport à l'argent: Le Savetier et le Financier
1 Un Savetier chantait du matin jusqu’au soir ;
C’était merveilles de le voir,
Merveilles de l’ouïr ; il faisait des passages,
Plus content qu’aucun des sept sages.
5 Son voisin, au contraire, étant tout cousu d’or,
Chantait peu, dormait moins encor ;
47
Poésie 2013
C’était un homme de finance.
Si sur le point du jour parfois il sommeillait,
Le Savetier alors en chantant l’éveillait,
10 Et le Financier se plaignait,
Que les soins de la Providence
N’eussent pas au marché fait vendre le dormir,
Comme le manger et le boire.
En son hôtel il fait venir
15 Le chanteur, et lui dit : Or çà, sire Grégoire,
Que gagnez-vous par an ? — Par an ? Ma foi, Monsieur,
Dit avec un ton de rieur,
Le gaillard Savetier, ce n’est point ma manière
De compter de la sorte ; et je n’entasse guère
20 Un jour sur l’autre : il suffit qu’à la fin
J’attrape le bout de l’année :
Chaque jour amène son pain.
A suivre sur http://www.etudes-litteraires.com/la-fontaine-savetier.php
Sur la distance entre le rêve et la réalité : La Laitière et le pot au lait
http://www.youtube.com/watch?v=OPAB4YEgxDw
Sur l'amour et le temps : Les Deux Pigeons
http://www.youtube.com/watch?v=Jsi9GLD_zYg
http://www.youtube.com/watch?v=cH4_nb0X1tQ
Scarron
Souvent de la bonne princesse
La raison n’était pas maîtresse :
Puis, quoiqu’animal plein d’appas,
On dit qu’une femme n’a pas
Au cul ce qu’elle a dans la tête;
Si le proverbe est malhonnête,
Au premier avertissement
On le peut rayer aisément.
Revenons à messire Énée
Voyant que la reine obstinée
Prenait plaisir à se brûler,
Et ne pouvant plus reculer,
Il se releva la moustache,
S’ajuste en son lit, tousse et crache,
Puis, se voyant bien écouté,
Il dit avecque gravité :
«Ô mon Dieu ! la fâcheuse chose
Que votre majesté m’impose!
C’est justement m’égratigner
Un endroit qu’on fera saigner.
48
Poésie 2013
Voulez-vous donc que je vous die
La pitoyable tragédie
Dont les Grecs furent les auteurs
Et les sanguinaires acteurs?
Est-il possible que l’on croie
Les étranges malheurs de Troie […]
Didon dit : «Vous avez beau dire;
Haranguez vitement, beau sire,
Sans tant tourner autour du pot. »
Aeneas dit : « Je suis un sot,
Et vous allez être servie.»
Scarron - Virgile travesti, 1652
http://www.youtube.com/watch?v=9U0eDTOvR0I
Celui qui cy maintenant dort
Fit plus de pitié que d'envie,
Et souffrit mille fois la mort
Avant que de perdre la vie.
Passant, ne fais ici de bruit
Garde bien que tu ne l'éveille :
Car voici la première nuit
Que le pauvre Scarron sommeille.Celui qui cy maintenant dort
Fit plus de pitié que d'envie,
Et souffrit mille fois la mort
Avant que de perdre la vie.
Passant, ne fais ici de bruit
Garde bien que tu ne l'éveille :
Car voici la première nuit
Que le pauvre Scarron sommeille.
http://www.youtube.com/watch?v=-b1n1PTPZdA
Nous nous estions promis
Une Amour eternelle.
Quel crime ay-je commis
Pour vous rendre infidelle ?
Je voy bien que ma mort
Est toute vostre envie,
Et qu'un dernier effort
Vous doit bien-tost, Silvie,
Deslivrer d'une vie
49
Poésie 2013
Qui vous desplaist si fort.
Racine
Phèdre http://www.youtube.com/watch?v=tVojvGK7wHM
Athènes me montra mon superbe ennemi.
Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue;
Un trouble s’éleva dans mon âme éperdue;
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler;
Je sentis tout mon corps et transir et brûler;
Je reconnus Vénus et ses feux redoutables,
D’un sang qu’elle poursuit tourments inévitables.
Par des voeux assidus, je crus les détourner :
Je lui bâtis un temple et pris soin de l’orner;
De victimes moi-même à toute heure entourée,
Je cherchais dans leurs flancs ma raison égarée.
D’un incurable amour remèdes impuissants!
En vain sur les autels, ma main brûlait l’encens :
Quand ma bouche implorait le nom de la déesse,
J’adorais Hippolyte; et le voyant sans cesse,
Même au pied des autels que je faisais fumer,
J’offrais tout à ce dieu que je n’osais nommer.
http://www.youtube.com/watch?v=cw9xk1ntHXI faisons l’amour
La lumière baisse, les ombres passent
Les étoiles naissent, des mains s'enlacent
Le soleil couche avec la mer
Les êtres touchent leur partenaire
La nuit réveille les amants, leurs sentiments
La nuit endort la grande ville, les étoiles filent
Jusqu'au petit jour (X2)
Faisons l'amour (X2)
Corneille
Stances à la Marquise http://www.youtube.com/watch?v=0m52YUbrqpM
http://www.youtube.com/watch?v=CDG9lW8M72k par Brassens
Marquise si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu’à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.
Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affront,
Et saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front.
Le même cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits
On m’a vu ce que vous êtes
50
Poésie 2013
Vous serez ce que je suis.
Cependant j’ai quelques charmes
Qui sont assez éclatants
Pour n’avoir pas trop d’alarmes
De ces ravages du temps.
Vous en avez qu’on adore;
Mais ceux que vous méprisez
Pourraient bien durer encore
Quand ceux-là seront usés.
Ils pourront sauver la gloire
Des yeux qui me semblent doux,
Et dans mille ans faire croire
Ce qu’il me plaira de vous.
Chez cette race nouvelle,
Où j’aurai quelque crédit,
Vous ne passerez pour belle
Qu’autant que je l’aurai dit.
Pensez-y, belle Marquise.
Quoiqu’un grison fasse effroi,
Il vaut bien qu’on le courtise,
Quand il est fait comme moi.
Pierre Corneille - Stances à la Marquise, 1658
http://www.youtube.com/watch?v=oqOWnA8b0Rs
Le cid Acte 1, Scène 6
Percé jusques au fond du cœur
D'une atteinte imprévue aussi bien que mortelle,
Misérable vengeur d'une juste querelle,
Et malheureux objet d'une injuste rigueur,
Je demeure immobile, et mon âme abattue
Cède au coup qui me tue.
Si près de voir mon feu récompensé,
Ô Dieu, l'étrange peine !
En cet affront mon père est l'offensé,
Et l'offenseur le père de Chimène !
51
Poésie 2013
XVIIIe
Ligne du temps
Louis XIV cf. XVIIe
La régence du duc d’Orléans -1715_1723 échec du système de Law Louis XV (1710-1774) affaiblissement de l’influence de la France – maitresses comme, les 4 sœurs de
Nesle ; la marquise de Pompadour ; comtesse du Barry – Succès militaires, acquisition des duchés de
Lorraine et de Bar, de la Corse – Pertes des positions coloniales en Nouvelle-France : Canada ; Indes –
Cardinal Fleury – Troubles dus au parlement et au jansénisme comme au gallicanisme – Quelques
guerres contre les Habsbourg (Autriche), de Sept ans, de succession de la Pologne – carte de Cassini –
Manufacture de porcelaine de Sèvres – Encyclopédie – attentat de Damien – bannissement des
jésuites – Choiseul –
Louis XVI (1754 – 1792 guillotiné) frère des futurs rois Louis XVIII et Charles X – Abolition de la
torture – abolition du servage – abolition du péage corporel des juifs d’Alsace - édit de tolérance des
protestants en 1787 – essais de l’impôt direct égalitaire et d’assemblées provinciales pour contrôler
l’impôt qui aboutissent aux états généraux de 1789 – spéculations boursières avant la révolution Révolution Française – calomnies de Choiseul et Cie dont Marie-Thérèse d’Autriche (mère de la
Reine) et les courtisans – Développe la marine – Cartographie du monde par La Pérouse – culture de
la pomme de terre – parle anglais, apprécie la philosophie des lumières – forte opposition venue de
la noblesse et de la bourgeoisie judiciaire, parlement – problème de base du roi : il veut faire « le
bonheur de son peuple », épargner des vies… - problème fondamental : celui de la dette, liée aux
guerres (Amérique), aux travaux de modernisations, au coût de la cour – Appel à Turgot qui a écrit
dans l’encyclopédie, lequel veut supprimer les corvées, établir un impôt territorial sur un cadastre,
supprimer les monastères, liberté de conscience, rachat des rentes féodales, unifier le code (civil…),
supprimer les jurandes et maitrises qui gênent l’industrie – liberté de pensée, instruction publique –
Arrivée de Necker banquier, genevois, roturier, protestant – affranchissement des serfs du domaine
royal – abolition de la question (torture) – autorisation des femmes, des mineurs, des religieux à
toucher pension sans autorisation – Calonne, les emprunts de relance du pays sont un échec –
suppression des douanes intérieures – créer une banque d’état – assèchement des marais – Jeu
d’alliances avec les pays catholiques La république (1792 – 1804) taille maximale 616 700 km² - conflits intérieurs : Vendée ; conflits
extérieurs : presque tous les états !
La terreur et le comité de salut public, chute de Robespierre
Le directoire 1795 – 1799
Le consulat 1799 – 1804
Calendrier républicain, constitutions, en 1792 massacres dont ceux de Septembre, de Nancy,
fusillades, guillotine, … famine de 1793 – suffrage universel – déclaration des droits de l’homme et du
citoyen – déchristianisation – rétablissement de la liberté des cultes – suffrage censitaire – révolution
bourgeoise – instabilité et corruption politique – à l’intérieur de la république : rétablissement de la
paix , retour du clergé, arrêt des conflits extérieurs, budget équilibré en 1802 – banque de France en
1800 – cour des comptes – création des préfets – concordat avec le pape – Silence : buonaparté est
au pouvoir -
52
Poésie 2013
XVIIIe siècle et poésie
D’Alembert, le philosophe de l'Encyclopédie (1751), affirme : la « stérilité poétique
semble la rançon du triomphe de l'esprit critique et de la raison ». Ce « bon mot » résume
bien la poésie de ce siècle. Elle laisse peu de traces dans les mémoires
Jean-Baptiste Rousseau (Odes, 1723).
Ode tirée du Cantique d'Ézéchias
J'ai vu mes tristes journées
Décliner vers leur penchant ;
Au midi de mes années
Je touchais à mon couchant :
La Mort, déployant ses ailes,
Couvrait d'ombres éternelles
La clarté dont je jouis ;
Et, dans cette nuit funeste,
Je cherchais en vain le reste
De mes jours évanouis.
… http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_baptiste_rousseau/ode_tiree_du_cantique_d_ezechias.html
ODE I
TIREE DU PSAUME XIV. Caractère de l’Homme juste.
Seigneur, dans ta Gloire adorable
Quel Mortel est digne d'entrer
Qui pourra, grand Dieu, pénétrer
Ce Sanctuaire impénétrable,
Où tes Saints inclinés, d'un œil respectueux
Contemplent de ton front l'éclat majestueux?
http://books.google.fr/books?pg=PA2&id=HY4NAAAAQAAJ&hl=fr#v=onepage&q&f=false
Saint-Lambert, Les Saisons, 1769 ; Tradition élégiaque :
L'ETE
(L'Agriculteur)
O toi par qui fleurit l'art le plus nécessaire,
Ami de l'innocence, honnête agriculteur,
Qu'il est facile et doux de faire ton bonheur!
Ah! S’il n'a point à craindre une injuste puissance,
Un tyran subalterne, ou l'avide finance,
Si la loi le protège, il est heureux sans frais;
Auprès de la nature, il sent tous ses bienfaits.
Le luxe ne vient point lui montrer ses misères.
Content de ses plaisirs, de l'état de ses pères
Il peut aimer demain ce qu'il aime aujourd'hui
Et la paix de son cœur n'est jamais de l'ennui.
Vous le rendez heureux, volupté douce et pure,
Attachée à l'hymen, aux nœuds de la nature;
L'épouse qu'il choisit partage ses travaux,
De l'ami de son cœur elle adoucit les maux.
Ses enfants sont sa joie, ils seront sa richesse;
Il verra leurs enfants appuyer sa vieillesse,
Et sur son front ridé, rappelant la gaîté,
Prêter encore un charme à sa caducité.
Qu'il revient avec joie à son humble chaumière,
Dès que l'astre du jour a fini sa carrière!
Qu'il trouve de saveur aux mets simples et sains,
Qu'une épouse attentive apprête de ses mains!
La paix, la complaisance et le doux badinage,
Aimables compagnons de son heureux ménage,
Entourent avec lui la table du festin.
Révillé par l'amour, inspiré par le vin,
Versant à ses enfants le doux jus de l'automne,
53
Poésie 2013
Il chante les plaisirs et le Dieu qui les donne;
Sa fille, en souriant répète ses chansons.
Jacques Delille, Les Jardins, 1782.
Il est des soins plus doux, un art plus enchanteur.
C'est peu de charmer l'œil, il faut parler au cœur.
Avez-vous donc connu ces rapports invisibles
Des corps inanimés et des êtres sensibles ?
Avez-vous entendu des eaux, des prés, des bois,
La muette éloquence et la secrète voix ?
Rendez-nous ces effets. Que du riant au sombre,
Du noble au gracieux, les passages sans nombre
M'intéressent toujours. Simple et grand, fort et doux,
Unissez tous les tons pour plaire à tous les goûts
Là, que le peintre vienne enrichir sa palette ;
Que l'inspiration y trouble le poète ;
Que le sage du calme y goûte les douceurs ;
L'heureux, ses souvenirs ; le malheureux, ses pleurs.
… http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jacques_delille/les_jardins.html
Voltaire poèteiv
Epigramme :
L’autre jour au fond d’un vallon,
Un serpent piqua Jean Fréron ;
Que pensez-vous qu’il arriva ?
Ce fut le serpent qui creva.
L’épigramme est méchante, elle se retient aisément !
Prière à Dieu (ce n’est pas un poème)
http://www.youtube.com/watch?v=vSZcgeyovGQ
Jean-Pierre Claris de Florian (1755 - 1794)
Le grillon, fable
Un pauvre petit grillon
Caché dans l’herbe fleurie
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L’insecte ailé brillait des plus vives couleurs;
L’azur, la pourpre et l’or éclataient sur ses ailes;
Jeune, beau, petit maître, il court de fleurs en fleurs,
Prenant et quittant les plus belles.
Ah! disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents! Dame nature
Pour lui fit tout, et pour moi rien.
Je n’ai point de talent, encor moins de figure.
Nul ne prend garde à moi, l’on m’ignore ici-bas :
Autant vaudrait n’exister pas.
Comme il parlait, dans la prairie,
54
Poésie 2013
Arrive une troupe d’enfants :
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l’attraper;
L’insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.
L’un le saisit par l’aile, un autre par le corps;
Un troisième survient, et le prend par la tête:
Il ne fallait pas tant d’efforts
Pour déchirer la pauvre bête.
Oh ! oh ! dit le grillon, je ne suis plus fâché;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde!
Pour vivre heureux, vivons caché.
Florian - Fables, 1802
Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.
J'ai tout quitté pour l'ingrate Sylvie.
Elle me quitte et prend un autre amant.
Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.
Tant que cette eau coulera doucement
Vers ce ruisseau qui borde la prairie,
Je t'aimerai, me répétait Sylvie,
L'eau coule encore, elle a changé pourtant.
Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,
Chagrin d'amour dure toute la vie.
http://www.youtube.com/watch?v=K37lyNRxp3U
Évariste de Parny
Le Songe
Le sommeil a touché ses yeux;
Sous des pavots délicieux
Ils se ferment, et son cœur veille.
À l’erreur ses sens sont livrés.
Sur son visage par degrés
La rose devient plus vermeille;
Sa main semble éloigner quelqu’un :
Sur le duvet elle s’agite;
Son sein impatient palpite
Et repousse un voile importun.
Enfin, plus calme et plus paisible,
Elle retombe mollement,
Et de sa bouche lentement
55
Poésie 2013
S’échappe un murmure insensible.
Ce murmure plein de douceur
Ressemble au souffle de Zéphyre,
Quand il passe de fleur en fleur;
C’est la volupté qui soupire.
Oui, ce sont les gémissements
D’une vierge de quatorze ans,
Qui dans un songe involontaire
Voit une bouche téméraire
Effleurer ses appas naissants
Et qui dans ses bras caressants
Presse un époux imaginaire.
Le sommeil doit être charmant,
Justine, avec un tel mensonge;
Mais plus heureux encor l’amant
Qui peut causer un pareil songe!
Évariste de Parny - Poésies érotiques, 1778
Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778)
Daphnis et Chloé
Dans un nouveau parentage,
Te souviendras-tu de moi ?
Ah ! Je te laisse pour gage
Mon serment, mon cœur, ma foi.
Me reviendras-tu fidelle ?
Seras-tu toujours mon Berger ?
Quelque destin qui m'appelle,
Mon cœur ne saurait changer.
Ah ! sois-moi toujours fidelle !
Je serai toujours ton berger.
André Chénier
meurt guillotiné le 25 juillet 1794, deux jours avant la chute de Robespierre. Durant son
séjour à la prison Saint-Lazare, il écrit en cachette une quinzaine de poèmes (Ïambes, 1794)
où la violence du moment, la passion, son refus de l'injustice et le pathétique traduisent
l'urgence d'un être qui se sait condamné à mort. Les vers utilisés sont dits iambiques d’où le
titre donné à cette œuvre posthume. Chénier alterne des alexandrins à rimes féminines
croisées et des octosyllabes à rimes masculines.
56
Poésie 2013
« Oubliés comme moi dans cet affreux repaire,
Mille autres moutons, comme moi,
Pendus aux crocs sanglants du charnier populaire,
Seront servis au peuple roi. »
LA JEUNE CAPTIVE » (Méditation sur la prison et la mort)
http://ledroitcriminel.free.fr/le_phenomene_criminel/crimes_et_proces_celebres/chenier_j
eune_captive.htm
L’épi naissant mûrit de la faux respecté;
Sans crainte du pressoir, le pampre, tout l’été
Boit les doux présents de l’aurore;
Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui,
Quoi que l’heure présente ait de trouble et d’ennui,
Je ne veux pas mourir encore.
Qu’un stoïque aux yeux secs vole embrasser la mort :
Moi je pleure et j’espère. Au noir souffle du nord
Je plie et relève ma tête.
S’il est des jours amers, il en est de si doux !
Hélas ! quel miel jamais n’a laissé de dégoûts ?
Quelle mer n’a point de tempête ?
L’illusion féconde habite dans mon sein.
D’une prison sur moi les murs pèsent en vain,
J’ai les ailes de l’espérance :
Échappée aux réseaux de l’oiseleur cruel,
Plus vive, plus heureuse, aux campagnes du ciel
Philomèle, chante et s’élance.
André Chénier - La jeune Tarentine
Excellente récitation par Gilles-Claude Thériault : le voilé racinien tremble sous les exigences
de la chair qui veut vivre. http://www.youtube.com/watch?v=cQ36rxstCGg
Pleurez, doux alcyons ! ô vous, oiseaux sacrés,
Oiseaux chers à Thétis, doux alcyons, pleurez !
Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine !
Un vaisseau la portait aux bords de Camarine :
Là, l'hymen, les chansons, les flûtes, lentement
Devaient la reconduire au seuil de son amant.
Une clef vigilante a, pour cette journée,
Dans le cèdre enfermé sa robe d'hyménée,
Et l'or dont au festin ses bras seraient parés,
Et pour ses blonds cheveux les parfums préparés.
Mais, seule sur la proue, invoquant les étoiles,
Le vent impétueux qui soufflait dans les voiles
L'enveloppe ; étonnée et loin des matelots,
Elle crie, elle tombe, elle est au sein des flots.
57
Poésie 2013
Elle est au sein des flots, la jeune Tarentine !
Son beau corps a roulé sous la vague marine.
Thétis, les yeux en pleurs, dans le creux d'un rocher,
Aux monstres dévorants eut soin de le cacher.
Par ses ordres bientôt les belles Néréides
L'élèvent au-dessus des demeures humides,
Le portent au rivage, et dans ce monument
L'ont au cap du Zéphyr déposé mollement ;
Puis de loin, à grands cris appelant leurs compagnes,
Et les nymphes des bois, des sources, des montagnes,
Toutes, frappant leur sein et traînant un long deuil,
Répétèrent, hélas ! autour de son cercueil :
« Hélas ! chez ton amant tu n'es point ramenée ;
Tu n'as point revêtu ta robe d'hyménée ;
L'or autour de tes bras n'a point serré de nœuds;
Les doux parfums n'ont point coulé sur tes cheveux. »
Bucoliques. Idylles et fragments d'idylles.
Marie-Joseph Chénier
Discours sur la calomnie
La calomnie honore, en croyant qu’elle outrage.
Ô mon frère, je veux, relisant tes écrits,
Chanter l’hymne funèbre à tes mânes proscrits;
Là, souvent tu verras près de ton mausolée,
Tes frères gémissants, ta mère désolée,
Quelques amis des arts, un peu d’ombre et des fleurs,
Et ton jeune laurier grandira sous mes pleurs
Ah! Laissons là nos jours mêlés de noirs orages;
Voulons-nous remonter le long fleuve des âges?
Partout la calomnie a, de traits imposteurs,
Du genre humain trompé noirci les bienfaiteurs. […]
Et ton jeune laurier grandira sous mes pleurs.
Marie-Joseph Chénier (1764 – 1811) - Poésies diverses, 1818
Sur la mort de son frère dont ses ennemis l’accusent, il sait que, en désaccord avec
Robespierre, il eut précipité la mort d’André en sollicitant l’Incorruptible !
58
Poésie 2013
Le XIXe siècle : la poésie
Ligne du temps
Napoléon Buonaparte (1769-1821) objet d’une légende dorée (Napoléon Bonaparte ou
Napoléon 1er), il est le type du grand homme appelé à bouleverser le monde, le Prométhée
de la République, le Napoléon le grand, le petit caporal, le petit tondu, le père la Violette… ;
objet d’une légende noire (Napoléoné buonaparté), il est la cause de la mort d’un million de
civils, le pillard de l’Europe, Boney, le tyran, l’ogre – Noble à au moins quatre degrés
d’ancienneté de noblesse – Rivalité avec Toussaint Louverture gouverneur de SaintDomingue et entraves au développement de la Louisiane – rétablissement de l’esclavage –
vente de la Louisiane pour 80 millions de francs – concordat en 1801, le catholicisme est la
religion de la « majorité des français » - Sacre de napoléon – Construction de la bourse de
Paris – code civil dit code napoléon – usines de coton – nombreuses coalitions pour vaincre
Bonaparte – campagnes militaires et changement des tactiques militaires pour anéantir
l’ennemi – Noblesse d’empire en 1808 – mariage, après le divorce avec Joséphine de
Beauharnais, avec Marie-Louise d’Autriche - conseil de prudhommes – universités – Grand
Sanhédrin pour les juifs – cour des comptes - Baccalauréat – monuments à la gloire de son
armée : Arc de Triomphe, église de la Madeleine, ponts sur la Seine, Canaux, cimetière du
père Lachaise Louis XVIII (1755-1824) : Charles Porset, Louis XVI et ses frères, Marie-Antoinette elle-même,
étaient initiés à la loge maçonnique des trois frères à l'Orient de Versailles – avec un tel
frère, pas besoin d’ennemi – avec un tel homme, la révolution est galvanisée - Talleyrand lui
rend le trône de France – rejet de la souveraineté nationale et de la souveraineté populaire –
il maintient l’équilibre entre ultras (royalistes) et libéraux – il ramène la prospérité dans un
pays épuisé par les guerres napoléoniennes –
Charles X (1757 – 1836) comte d’Artois, roi de 1824 à 1830 – abolition de la censure des
journaux mais ultra-royaliste – loi du sacrilège – indemnités aux émigrés – rétablissement de
la censure –catholique dévot – dissolution des chambres – révolution de 1830 dite les trois
glorieuses – Expédition d’Alger – intervention en Grèce et affranchissement de la Grèce –
Louis-Philippe (1773 – 1850), dernier « roi des Français » - duc de Valois, duc de Chartres
1785, duc d’Orléans – régime parlementaire –accession de la bourgeoisie aux affaires
manufacturières et financières – révolution industrielle – paupérisation des paysans et
ouvriers – écarts de revenus importants – monarchie contractuelle liant le roi aux
représentants de la nation – expédition du Mexique – installation en Côte-d’Ivoire – Entente
cordiale avec l’Angleterre – crise économique de 1846-1848 – Guizot – Thiers –
Deuxième République (1848-1852), suffrage universel masculin – abolition de l’esclavage –
Régime présidentiel – exode rural –chômage urbain – mendicité – ateliers nationaux – temps
de travail fixé à 10 h à Paris, 11 h en province – nombreux troubles et retour des
conservateurs – annulation des mesures sociales – rétablissement de la censure – élection
du président Louis-Napoléon Bonaparte chef du parti de l’ordre – coup d’état –
59
Poésie 2013
Napoléon III (1808-1873) - neveu de Napoléon Ier- Abdication en 1870 – développement
industriel, économique, financier, forte croissance - transformation de Paris par Haussmann
–attentats – chemin de fer – l’empire se situe entre les dépressions économiques de 18171847 et celle du Krach de Vienne en 1873 qui se termine en 1896 – développement des
charbonnages du Nord – début des grands magasins – réforme du système bancaire – Le
chèque devient un moyen de paiement en France – le capitalisme financier est favorisé par
les sociétés d’actionnaires, les sociétés à responsabilité limitée et les sociétés anonymes –
Exposition universelle – logements sociaux – cités ouvrières – sa Politique italienne fait
entrer les catholiques dans l’opposition, il veut l’unité de l’Italie au nom du principe que les
peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes, donc aux dépens des états pontificaux – droit
de grève – syndicats – soupe populaire – système de retraite – caisse d’assurance contre les
accidents du travail – première femme reçue au baccalauréat en 1861 - ouverture de
l’enseignement secondaire aux filles – enseignement primaire, obligation d’ouvrir dans les
communes de plus de 500 habitants une école de filles – établissement du certificat d’études
primaires – introduction de la philosophie, de l’histoire contemporaine, des langues
vivantes, du dessin, de la gymnastique, de la musique dans les programmes – Pasteur – canal
de Suez – essor de la photographie, première photographie officielle d’un chef d’état –
opéra Garnier – développement des Arts – développement de la colonisation en Afrique et
en Asie, l’empire colonial dépasse le million de km² - expédition du Mexique – guerre contre
la Prusse contre la volonté de l’empereur – défaite de Sedan et capitulation – la légende
noire en fait « napoléon le petit »
Troisième République (1870-1940) la constitution est proclamée seulement en 1879 République parlementaire à deux chambres, Sénateurs et députés – le chef de l’état a un
rôle représentatif – lois sur l’instruction, la laïcité, le droit de grève, droit d’association et de
réunion – suites de confrontations avec l’Allemagne – Gambetta – Thiers – Grévy – la
Commune (18 mars – 28 mai 1871) – indemnité de guerre de 5 milliards – de Mac Mahon –
Wallon – 1879 la marseillaise devient l’hymne national – 14 juillet déclaré fête nationale le 6
juillet 1880 – l’œuvre scolaire – le boulangisme et le général Boulanger – conquêtes
coloniales – à suivre sur XXe siècle
Après 1815, l'individu, la sensibilité, la liberté, les recherches esthétiques redeviennent
normales. Des géants de la poésie apparaissent.
Le romantisme
Le romantique parle de lui !
La tristesse permet de décrire la misère personnelle d’un individu, mais les poètes lui
donnent le souffle de l’humain : Victor Hugo, Contemplations (1856) : « Ceux qui s'y
pencheront retrouveront leur propre image dans cette eau profonde et triste. »
L'amour et ses conséquences, la fragilité de la vie des hommes, le rêve de liberté, le
goût de la rêverie et du fantastique, l’attrait du mystère, l’exotisme, sont exaltés dans les
œuvres dites romantiques.
60
Poésie 2013
Les audaces poétiques restent limitées à l'emploi de l'enjambement et du contre-rejet ; à un
rythme ternaire pour l'alexandrin avec trois accents d'intensité au lieu des quatre de
l'alexandrin classique. Les romantiques redécouvrent le sonnet, l'ode et la ballade. Toute
l'originalité repose sur l'usage des mots.
Le poème en prose se construit dans une architecture difficile avec un résultat de grande
simplicité apparente. Il libère des lois de la versification, mais utilise les procédés et les
images de la poésie. Il s’adapte parfaitement aux mondes étranges, à l’univers du rêve
comme dans Gaspard de la nuit (1842) d'Aloysius Bertrand.
Aloysius (Louis) Bertrandv (1807-1841)
ONDINE
http://www.youtube.com/watch?v=h6o0-eT76cY
. . . . . . . . Je croyais entendre
Une vague harmonie enchanter mon sommeil,
Et près de moi s'épandre un murmure parsil
Aux chants entrecoupés d'une voix triste et tendre.
CH. BRUGNOT. - Les deux Génies.
- » Encoute! - Encoute! - C'est moi, c'est Ondine qui frôle de ces gouttes d'eau les losanges
sonores de ta fenêtre illuminée par les mornes rayons de la lune; et voici, en robe de moire,
la dame châtelaine qui contemple à son balcon la belle nuit étoilée et le beau lac endormi.
» Chaque flot est un ondin qui nage dans le courant, chaque courant est un sentier qui
serpente vers mon palais, et mon palais est bâti fluide, au fond du lac, dans le triangle du
feu, de la terre et de l'air.
» Ecoute! - Ecoute! - Mon père bat l'eau coassante d'une branche d'aulne verte, et mes
sœurs caressent de leurs bras d'écume les fraîches îles d'herbes, de nénuphars et de glaïeuls,
ou se moquent du saule caduc et barbu qui pêche à la ligne. »
Sa chanson murmurée, elle me supplia de recevoir son anneau à mon doigt, pour être
l'époux d'une Ondine, et de visiter avec elle son palais, pour être le roi des lacs.
Et comme je lui répondais que j'aimais une mortelle, boudeuse et dépitée, elle pleura
quelques larmes, poussa un éclat de rire, et s'évanouit en giboulées qui ruisselèrent
blanches le long de mes vitraux bleus.
…
Scarbo
http://www.youtube.com/watch?v=OGF1zKje2bY
Mon Dieu, accordez-moi, à
l'heure de ma mort, les prières d'un
prêtre, un linceul de toile, une bière
de sapin et un lieu sec.
61
Poésie 2013
Les patenôtres de Monsieur le Maréchal.
« Que tu meures absous ou damné, marmottait Scarbo cette nuit à mon oreille, tu auras
pour linceul une toile d'araignée, et j'ensevelirai l'araignée avec toi!
- Oh! que du moins j'aie pour linceul, lui répondais-je, les yeux rouges d'avoir tant pleuré, une feuille du tremble dans laquelle me bercera l'haleine du lac.
- Non! - ricanait le nain railleur, - tu serais la pâture de l'escarbot qui chasse, le soir, aux
moucherons aveuglés par le soleil couchant!
- Aimes-tu donc mieux, lui répliquai-je, larmoyant toujours, - aimes-tu donc mieux que je sois
sucé d'une tarentule à trompe d'éléphant?
- Eh bien, - ajouta-t-il, - console-toi, tu auras pour linceul les bandelettes tachetées d'or
d'une peau de serpent, dont je t'emmailloterai comme une momie.
« Et de la crypte ténébreuse de St-Bénigne, où je te coucherai debout contre la muraille, tu
entendras à loisir les petits enfants pleurer dans les limbes. »
…
Lamartine
http://www.youtube.com/watch?v=mJBJAsH2xy4
Le Lac
Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?
Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s'asseoir !
Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.
Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.
Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
Laissa tomber ces mots :
62
Poésie 2013
" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !
http://www.youtube.com/watch?v=_D-IX3gKEmU l’isolement
Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !
http://www.youtube.com/watch?v=VfP9TYGOAtQ
Le papillon
Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S'enivrer de parfums, de lumière et d'azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté!
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté!
Les Méditations poétiques (1820), Alphonse de Lamartine.
Objectif : atteindre « les fibres mêmes du cœur de l'homme, touchées et émues par les
innombrables frissons de l'âme et de la nature ». Ses thèmes favoris, la fuite du temps, le
lyrisme passionnel, l'exaltation mystique (Harmonies poétiques et religieuses, 1830). En
1848, il sera chef du gouvernement provisoire (http://www.litteratureaudio.com/livreaudio-gratuit-mp3/lamartine-alphonse-de-histoire-de-la-revolution-de-1848-selection.html)
et il contribuera avec Victor Schoelcher à l'abolition de l'esclavage :
« Puis mon cœur, insensible à ses propres misères,
S'est élargi aux douleurs de mes frères. »
Recueillements poétiques, 1839
L'automne
Salut ! bois couronnés d'un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !
Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire,
J'aime à revoir encore, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois !
63
Poésie 2013
A suivre http://lesechosducastellet.centerblog.net/6493047-*Poeme-L-automne-parAlphonse-de-Lamartine--1790-1869*
Alfred de Vigny
http://www.litteratureaudio.com/index.php?s=vigny&sbutt=Ok (attention Quicktime !)
Les Poèmes antiques et barbares (1826) révèlent une personnalité en proie à des doutes
métaphysiques ; cette orientation est confirmée par les Destinées (recueil posthume de
onze poèmes, 1864) où le poète amplifie ses interrogations sur le sens caché des misères
humaines et l'absence de réponse de Dieu :
« Et pourquoi pend la mort comme une sombre épée
Attristant la Nature à tout moment frappée.
Le Mont des Oliviers », Destinées, 1864
http://www.youtube.com/watch?v=Z0OfJzotkkY
La mort du loup
…
Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d'Hommes,
Que j'ai honte de nous, débiles que nous sommes !
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C'est vous qui le savez, sublimes animaux !
A voir ce que l'on fut sur terre et ce qu'on laisse
Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse.
- Ah ! je t'ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m'est allé jusqu'au cœur !
Il disait : " Si tu peux, fais que ton âme arrive,
A force de rester studieuse et pensive,
Jusqu'à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j'ai tout d'abord monté.
Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. "
http://www.youtube.com/watch?v=uRUyX3SFuA8
Le Cor
J'aime le son du Cor, le soir, au fond des bois,
Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois,
Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille,
Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.
Que de fois, seul, dans l'ombre à minuit demeuré,
64
Poésie 2013
J'ai souri de l'entendre, et plus souvent pleuré !
Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques
Qui précédaient la mort des Paladins antiques.
...
Ames des Chevaliers, revenez-vous encor?
Est-ce vous qui parlez avec la voix du Cor ?
Roncevaux ! Roncevaux ! Dans ta sombre vallée
L'ombre du grand Roland n'est donc pas consolée !
http://www.youtube.com/watch?v=cNbAtF3QgUs
La maison du berger
A Eva
I
Si ton cœur, gémissant du poids de notre vie,
Se traîne et se débat comme un aigle blessé,
Portant comme le mien, sur son aile asservie,
Tout un monde fatal, écrasant et glacé ;
S'il ne bat qu'en saignant par sa plaie immortelle,
S'il ne voit plus l'amour, son étoile fidèle,
Eclairer pour lui seul l'horizon effacé;
…
Alfred de Mussetvi (1810 - 1857)
L’archétype du poète romantique : jeune homme brillant, vie amoureuse agitée (avec
George Sand : http://www.youtube.com/watch?v=yLYu3-1DMwY -), désillusion et
d'amertume.
Les Nuits (1835-1837) attestent du désenchantement romantique.
La nuit de décembre
LE POÈTE
Du temps que j'étais écolier,
Je restais un soir à veiller
Dans notre salle solitaire.
Devant ma table vint s'asseoir
Un pauvre enfant vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.
Son visage était triste et beau :
A la lueur de mon flambeau,
Dans mon livre ouvert il vint lire.
Il pencha son front sur sa main,
Et resta jusqu'au lendemain,
Pensif, avec un doux sourire.
Comme j'allais avoir quinze ans
65
Poésie 2013
Je marchais un jour, à pas lents,
Dans un bois, sur une bruyère.
Au pied d'un arbre vint s'asseoir
Un jeune homme vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère12.
http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/alfred_de_musset/la_nuit_de_decem
bre.html
Gérard de Nerval (Gérard Labrunie 1808-1855)
Rêveur, amateur de légendes, d'exotisme, de voyages, enfance dans le Valois, passion
amoureuse permettent la création en prose poétique d’Aurélia, écrit en 1853 lors d'un
internement ; son recueil de douze sonnets Les Chimères (1854) s’abreuve à la même
source. Il tente de réponde à la question qui suis-je ? Je suis le ténébreux, — le veuf, —
l'inconsolé » (« El Desdichado »)
Il cherche dans le rêve une vie seconde (Aurélia) et dans les symboles, des significations
cachées :
Homme ! libre penseur !
Te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?»
« Vers dorés », sonnet des Chimères, 1854.
http://www.youtube.com/watch?v=j61AfJJLUDg
Présentation - El Desdichado
Je suis le ténébreux, - le veuf, - l'inconsolé,
Le prince d'Aquitaine à la tour abolie:
Ma seule étoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie.
…
– Myrtho – Horus – Antéros – Delfica – Artémis - Le Christ aux Oliviers - Vers dorés
http://www.youtube.com/watch?v=VEJ6cnn8WxA autre lecture d’el Desdichado
http://www.youtube.com/watch?v=Yn-MUVO601I
Fantaisie
Il est un air pour qui je donnerais
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber,
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets.
Or, chaque fois que je viens à l’entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit :
C’est sous Louis treize ; et je crois voir s’étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit,
…
12
Important pour tout le romantisme l’accompagnement par un « double » un « doppelganger » celui qui
accompagne comme une ombre mais « vivant » au moins dans l’imaginaire.
66
Poésie 2013
Victor Hugo
Il anime un cercle littéraire, le Cénacle, de 1827 à 1830. Il crée une œuvre poétique majeure.
http://www.youtube.com/watch?v=wAwFE3MWWGY
Demain, dès l'aube...
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
http://www.youtube.com/watch?v=xXl4IqOuzuU
Où donc est le bonheur ? disais-je.
Sed satis est jam posse mori.
Mais c'est déjà assez d'être mortel.
Lucain
Où donc est le bonheur ? disais-je. — Infortuné !
Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l'avez donné.
Naître, et ne pas savoir que l'enfance éphémère,
Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,
Est l'âge du bonheur, et le plus beau moment
Que l'homme, ombre qui passe, ait sous le firmament !
Plus tard, aimer, — garder dans son cœur de jeune homme
Un nom mystérieux que jamais on ne nomme,
Glisser un mot furtif dans une tendre main,
Aspirer aux douceurs d'un ineffable hymen,
Envier l'eau qui fuit, le nuage qui vole,
Sentir son cœur se fondre au son d'une parole,
Connaître un pas qu'on aime et que jaloux on suit,
Rêver le jour, brûler et se tordre la nuit,
Pleurer surtout cet âge où sommeillent les âmes,
Toujours souffrir ; parmi tous les regards de femmes,
67
Poésie 2013
Tous les buissons d'avril, les feux du ciel vermeil,
Ne chercher qu'un regard, qu'une fleur, qu'un soleil !
http://www.youtube.com/watch?v=BTbxKR3dukE
Ceux qui vivent
http://www.youtube.com/watch?v=UbRaG7D84Ok
Booz endormi
Booz s'était couché de fatigue accablé ;
Il avait tout le jour travaillé dans son aire ;
Puis avait fait son lit à sa place ordinaire ;
Booz dormait auprès des boisseaux pleins de blé.
Ce vieillard possédait des champs de blés et d'orge ;
Il était, quoique riche, à la justice enclin ;
Il n'avait pas de fange en l'eau de son moulin ;
Il n'avait pas d'enfer dans le feu de sa forge.
…
http://www.youtube.com/watch?v=2EJbsy1c_a8
Le Mot
http://www.youtube.com/watch?v=UK8J2S5-ToQ version chantée **
Braves gens, prenez garde aux choses que vous dites.
Tout peut sortir d'un mot qu'en passant vous perdîtes.
Tout, la haine et le deuil ! - Et ne m'objectez pas
Que vos amis sont sûrs et que vous parlez bas... Écoutez bien ceci :
Tête-à-tête, en pantoufle,
Portes closes, chez vous, sans un témoin qui souffle,
Vous dites à l'oreille du plus mystérieux…
http://www.youtube.com/watch?v=mYztuZuclME
Oceano Nox
Oh ! combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,
Dans ce morne horizon se sont évanouis ?
Combien ont disparu, dure et triste fortune ?
Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune,
Sous l'aveugle océan à jamais enfoui ?
http://www.youtube.com/watch?v=y49g5ilCPSY
Melancholia (extrait)
Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?
Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules ;
68
Poésie 2013
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d'une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.
Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.
…
http://www.youtube.com/watch?v=Y_VanYVOX3I
La relation en 22603 lettres d’amour de Juliette Drouet et Hugo. Elle a commencé en 1833 :
Juliette l’appelle son Toto.
« Bonjour, mon Toto chéri, mon Victor adoré, bonjour mon cher petit homme, mon cher
bien aimé, bonjour de tous mes vœux, de toutes mes pensées, de toutes mes lèvres et de
tout mon cœur. Comment vas-tu ce matin mon petit homme ravissant, ma joie, mon tout,
mon amour chéri ? Moi je vais très bien. J’ai dormi comme un sabot et maintenant je suis
éveillée comme une portée de souris… »
Elle finira après cinquante ans avec la mort de Juliette (1883) qui lui est d’une fidélité
absolue ! L’épitaphe sur la tombe de Juliette est l’une des plus belles preuves d’un amour qui
ne compte rien :
Quand je ne serai qu’une cendre glacée
Quand mes yeux fatigués seront fermés au jour
Dis-toi, si dans ton cœur, ma mémoire est fixée
Le monde a sa pensée, moi j’avais son amour.
http://www.youtube.com/watch?v=c4w2hJsbZKc
La conscience
…
Quand ils eurent fini de clore et de murer,
On mit l'aïeul au centre en une tour de pierre ;
Et lui restait lugubre et hagard. « Ô mon père !
L'œil a-t-il disparu ? » dit en tremblant Tsilla.
Et Caïn répondit : " Non, il est toujours là. »
Alors il dit: « je veux habiter sous la terre
Comme dans son sépulcre un homme solitaire ;
Rien ne me verra plus, je ne verrai plus rien. »
On fit donc une fosse, et Caïn dit « C'est bien ! »
Puis il descendit seul sous cette voûte sombre.
Quand il se fut assis sur sa chaise dans l'ombre
Et qu'on eut sur son front fermé le souterrain,
L'œil était dans la tombe et regardait Caïn.
http://www.victor-hugo.info/poemes/158.html
69
Poésie 2013
Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859)
Marceline Desbordes-Valmore est née à Douai en 1786. Elle a joué un rôle majeur dans
l'évolution de l'écriture poétique.
http://www.youtube.com/watch?v=BBWiEpjxojE
Malheur à moi
Malheur à moi ! je ne sais plus lui plaire ;
Je ne suis plus le charme de ses yeux ;
Ma voix n'a plus l'accent qui vient des cieux,
Pour attendrir sa jalouse colère ;
Il ne vient plus, saisi d'un vague effroi,
Me demander des serments ou des larmes :
Il veille en paix, il s'endort sans alarmes :
Malheur à moi !
…
http://www.youtube.com/watch?v=L1VHSvSpOXk par B. Biolay
http://www.youtube.com/watch?v=EgcULJSRK7M&list=PL5PaaPrKDO6e3oHKUWCRaoJpRAz
I6x4gP par Julien Clerc **
D'après le poème de Marceline Desbordes-Valmore
N'écris pas
Je suis triste et je voudrais m'éteindre
Les beaux étés, sans toi, c'est l'amour sans flambeau
J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre
Et frapper à mon cœur, c'est frapper au tombeau
N'écris pas
N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes
Ne demande qu'à Dieu, qu'à toi si je t'aimais
Au fond de ton silence, écouter que tu m'aimes
C'est entendre le ciel sans y monter jamais
http://www.youtube.com/watch?v=ciivupu8BwI
Les roses de Saadivii
J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les nœuds trop serrés n'ont pu les contenir.
Théophile Gautier
http://www.youtube.com/watch?v=Ze2p6DUOOt0 Villanelle et le spectre de la rose
Villanelle
Quand viendra la saison nouvelle,
Quand auront disparu les froids,
Tous les deux nous iront, ma belle,
70
Poésie 2013
Pour cueillir le muguet au bois.
Sous nos pieds égrenant les perles
Que l’on voit au matin trembler,
Nous irons écouter les merles,
Nous irons écouter les merles
Siffler.
…
Le spectre de la rose
Soulève ta paupière close
Qu’effleure un songe virginal ;
Je suis le spectre d’une rose
Que tu portais hier au bal.
Tu me pris encore emperlée
Des pleurs d’argent de l’arrosoir,
Et parmi la fête étoilée
Tu me promenas tout le soir.
…
http://www.youtube.com/watch?v=iFT4SZx2EE0 en musique classique
http://www.youtube.com/watch?v=kOoDzJPrNPg&list=PL953D742081E29C94
A une robe rose
http://www.youtube.com/watch?v=vxNrM4j3YGs
Que tu me plais dans cette robe
Qui te déshabille si bien,
Faisant jaillir ta gorge en globe,
Montrant tout nu ton bras païen !
Frêle comme une aile d'abeille,
Frais comme un cœur de rose-thé,
Son tissu, caresse vermeille,
Voltige autour de ta beauté.
De l'épiderme sur la soie
Glissent des frissons argentés,
Et l'étoffe à la chair renvoie
Ses éclairs roses reflétés.
…
http://www.youtube.com/watch?v=BnWzQUf_1Is
Carmen
Carmen est maigre - un trait de bistre
Cerne son œil de gitana ;
Ses cheveux sont d'un noir sinistre ;
Sa peau, le diable la tanna.
71
Poésie 2013
Les femmes disent qu'elle est laide,
Mais tous les hommes en sont fous ;
Et l'archevêque de Tolède
Chante la messe à ses genoux ;
Leconte de Lisleviii (1818-1894)
Leconte de Lisle passa son enfance à l’île Bourbon et en Bretagne. En 1845, il se fixa à Paris.
Après quelques velléités lors des événements de 1848, il renonça à l’action politique et se
consacra entièrement à la poésie. Son œuvre est dominée par trois recueils de poésie, les «
Poèmes antiques » (1852), les « Poèmes barbares » (1862) et les « Poèmes tragiques »
(1884), ainsi que par ses traductions d’auteurs anciens. Il est considéré comme le chef de file
du mouvement parnassien…
Chansons écossaises :
Jane
Je pâlis et tombe en langueur :
Deux beaux yeux m’ont blessé le cœur.
Rose pourprée et tout humide,
Ce n’était pas sa lèvre en feu ;
C’étaient ses yeux d’un si beau bleu
Sous l’or de sa tresse fluide.
…
"Odes anacréontiques"
L’Abeille
Sur le vert Hymette, Éros, un matin,
Dérobait du miel à la ruche attique,
Mais, voyant le Dieu faire son butin,
Une prompte abeille accourt et le pique.
L’enfant tout en pleurs, le Dieu maladroit,
S’enfuit aussitôt, souffle sur son doigt,
Et jusqu’à Kypris vole à tire d’aile,
Oubliant son arc, rouge et courroucé :
- Ma mère, un petit serpent m’a blessé
Méchamment dit-il, de sa dent cruelle. Tel se plaint Éros, et Kypris en rit :
- Tu blesses aussi, mais nul n’en guérit ! Le colibri
http://www.youtube.com/watch?v=kDgn-GXGLjc (du classique et un Baryton !)
Le vert colibri, le roi des collines,
Voyant la rosée et le soleil clair
Luire dans son nid tissé d'herbes fines,
72
Poésie 2013
Comme un frais rayon s'échappe dans l'air.
Il se hâte et vole aux sources voisines
Où les bambous font le bruit de la mer,
Où l'açoka rouge, aux odeurs divines,
S'ouvre et porte au cœur un humide éclair.
Théodore de Banville (1823-1891)
Les Odes funambulesques (1857)
Les exilés
http://www.youtube.com/watch?v=SNsz7h6LGcs
LE VERGER DU ROI LOUIS
Sur ses larges bras étendus,
La forêt où s'éveille Flore
A des chapelets de pendus
Que le matin caresse et dore.
Ce bois sombre, où le chêne arbore
Des grappes de fruits inouïs
Même chez le Turc et le Maure,
C'est le verger du Roi Louis.
Tous ces pauvres gens morfondus,
Roulant des pensers qu'on ignore,
Dans des tourbillons éperdus
Voltigent, palpitants encore.
Le soleil levant les dévore,
Regardez-les, cieux éblouis,
Danser dans les feux de l'aurore,
C'est le verger du Roi Louis.
Ces pendus, du Diable entendus,
Appellent des pendus encore.
Tandis qu'aux cieux, d'azur tendus,
Où semble luire un météore,
La rosée en l'air s'évapore,
Un essaim d'oiseaux réjouis
Par-dessus leur tête picore,
C'est le verger du Roi Louis.
Prince, il est un bois que décore
Un tas de pendus enfouis
Dans le doux feuillage sonore.
C'est le verger du Roi Louis !
73
Poésie 2013
Premier soleil
http://www.youtube.com/watch?v=Us_9dLwvnM8
Italie, Italie, ô terre où toutes choses
Frissonnent de soleil, hormis tes méchants vins !
Paradis où l'on trouve avec des lauriers-roses
Des sorbets à la neige et des ballets divins !
Terre où le doux langage est rempli de diphthongues !
Voici qu'on pense à toi, car voici venir mai,
Et nous ne verrons plus les redingotes longues
Où tout parfait dandy se tenait enfermé.
…
Rondels:
http://www.youtube.com/watch?v=WZkbULXtf9c (classique Reynaldo Hahn)
Dans l'Air s'en vont les ailes,
Par le vent caressées;
Mes errantes pensées
S'envolent avec elles.
…
Aux cieux pleins d'étincelles,
Vers la nue élancées,
Dans l'Air s'en vont les ailes
Par le vent caressées.
Douze Rondels n°3
http://www.youtube.com/watch?v=TGBAsNLJbsE
Te voilà, rire du Printemps!
Les thyrses des lilas fleurissent.
Les amantes, qui te chérissent
Délivrent leurs cheveux flottants.
Sous les rayons d'or éclatants
Les anciens lierres se flétrissent.
Te voilà, rire du Printemps!
Les thyrses des lilas fleurissent.
Couchons-nous au bord des étangs,
Que nos maux amers se guérissent!
Mille espoirs fabuleux nourrissent
Nos cœurs émus et palpitants.
Te voilà, rire du Printemps!
74
Poésie 2013
Ballade de la vraie sagesse
…
Si le désir, aux yeux d'émerillon,
T'enfonce au cœur son divin aiguillon,
Profites-en ; l'Ame, disait la Grèce,
A pour nous fuir l'aile d'un papillon :
Vide ton verre et baise ta maîtresse.
ENVOI
Ma muse, ami, garde le pavillon.
S'il est de pourpre, elle aime son haillon,
Et me répète à travers son ivresse,
En secouant son léger carillon :
Vide ton verre et baise ta maîtresse.
Villanelle des pauvres housseurs
Un tout petit pamphlétaire
Voudrait se tenir debout
Sur le fauteuil de Voltaire.
Je vois sous ce mousquetaire,
Dont le manteau se découd,
Un tout petit pamphlétaire.
…
Qui veut, dans son monastère,
Jeter Pindare à l'égout ?
Un tout petit pamphlétaire.
De Ferney jusqu'à Cythère,
On rit de voir jusqu'au bout
Un tout petit pamphlétaire
Sur le fauteuil de Voltaire.
La Femme aux roses.
Nue, et ses beaux cheveux laissant en vagues blondes
Courir à ses talons des nappes vagabondes,
Elle dormait, sereine. Aux plis du matelas
Un sommeil embaumé fermait ses grands yeux las,
Et ses bras vigoureux, pliés comme des ailes,
Reposaient mollement sur des flots de dentelles.
Or, la capricieuse avait, d’un doigt coquet,
Sur elle et sur le lit parsemé son bouquet,
Et, - fond éblouissant pour ces splendeurs écloses ! Son corps souple et superbe était jonché de roses.
75
Poésie 2013
Et ses lèvres de flamme, et les fleurs de son sein,
Sur ces coteaux neigeux qu’elle montre à dessein,
Semblaient, aux yeux séduits par de douces chimères,
Les boutons rougissants de ces fleurs éphémères.
Théodore de Banville - Stalactites, 1846
José-Maria de Heredia (né José María de Heredia Girard 1842-1905)
Homme de lettres d’origine cubaine, naturalisé français en 1893. Un des maîtres du
mouvement parnassien.
Les Trophées (1893)
Le huchier de Nazareth
Le bon maître huchier, pour finir un dressoir,
Courbé sur l’établi depuis l’aurore ahane,
Maniant tour à tour le rabot, le bédane
Et la râpe grinçante ou le dur polissoir.
Aussi, non sans plaisir, a-t-il vu, vers le soir,
S’allonger jusqu’au seuil l’ombre du grand platane
Où madame la Vierge et sa mère sainte Anne
Et Monseigneur Jésus près de lui vont s’asseoir.
L’air est brûlant et pas une feuille ne bouge ;
Et saint J oseph, très las, a laissé choir la gouge
En s’essuyant le front au coin du tablier ;
Mais l’Apprenti divin qu’une gloire enveloppe
Fait toujours, dans le fond obscur de l’atelier,
Voler les copeaux d’or au fil de sa varlope.
Les conquérants
http://www.youtube.com/watch?v=OpDztu--U7E récité
http://www.youtube.com/watch?v=onByyUC_0Ys chanté
Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d'un rêve héroïque et brutal.
Ils allaient conquérir le fabuleux métal
Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines,
Et les vents alizés inclinaient leurs antennes
Aux bords mystérieux du monde Occidental.
76
Poésie 2013
Chaque soir, espérant des lendemains épiques,
L'azur phosphorescent de la mer des Tropiques
Enchantait leur sommeil d'un mirage doré ;
Ou penchés à l'avant des blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l'Océan des étoiles nouvelles.
Charles Baudelaireix
http://www.youtube.com/watch?v=hgQkH7JlpU0
Charles Baudelaire, il faut l'écrire B.-A.-U.-D.-E.-L.-A.-I.-R.-E. L'intéressé montrait une
sensibilité particulière pour tout ce qui touchait à l'orthographe de son nom. On se gardera
bien par conséquent d'intercaler un e entre les premières lettres de la première syllabe. À
Mario Uchard qui, inconsidérément, avait laissé sur une page de son journal s'introduire le e
abusif, il écrira sèchement : « un baudelaire, substantif barbare dont les Latins ont fait
baltearis ne peut prendre d'e en son commencement, pas plus que baudrier ».
Harmonie du soir
Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.
Amateur et critique de peinture (Courbet, Delacroix, Manet)
Partisan de la musique de Wagner
Traducteur des Histoires extraordinaires d'Edgar Poe
Sur le plan de la forme, Baudelaire reste classique (sonnet, pièces en décasyllabes, en
octosyllabes ; figures de styles : métaphore, anaphore, antithèse et oxymore), mais ses
images ramassent, ici et là, les symboles éparpillés dans notre vie quotidienne
http://www.youtube.com/watch?v=2mZo8iONIiI l’albatros
http://www.youtube.com/watch?v=awKkx2vr-Ts l’horloge
77
Poésie 2013
La Mort des Amants
http://www.youtube.com/watch?v=ctifav2on1A
Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.
Usant à l'envi leurs chaleurs dernières,
Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs doubles lumières
Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.
Un soir fait de rose et de bleu mystique,
Nous échangerons un éclair unique,
Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux;
Et plus tard un Ange, entr'ouvrant les portes,
Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
Les miroirs ternis et les flammes mortes.
Spleen
Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits;
Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris;
Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,
Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.
- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
Les Fleurs du Mal, 1857
Un poème en prose de Baudelaire
http://www.youtube.com/watch?v=ESC_zIZxd7E
78
Poésie 2013
C'était l'explosion du nouvel an: chaos de boue et de neige, traversé de mille carrosses,
étincelant de joujoux et de bonbons, grouillant de cupidités et de désespoirs, délire officiel
d'une grande ville fait pour troubler le cerveau du solitaire le plus fort. Au milieu de ce tohubohu et de ce vacarme, un âne trottait vivement, harcelé par un malotru armé d'un fouet.
Comme l'âne allait tourner l'angle d'un trottoir, un beau monsieur ganté, verni, cruellement
cravaté et emprisonné dans des habits tout neufs, s'inclina cérémonieusement devant
l'humble bête, et lui dit, en ôtant son chapeau: "Je vous la souhaite bonne et heureuse!" puis
se retourna vers je ne sais quels camarades avec un air de fatuité, comme pour les prier
d'ajouter leur approbation à son contentement. L'âne ne vit pas ce beau plaisant, et continua
de courir avec zèle où l'appelait son devoir. Pour moi, je fus pris subitement d'une
incommensurable rage contre ce magnifique imbécile, qui me parut concentrer en lui tout
l'esprit de la France.
Verhaeren (1855-1916)
Toute la mer va vers la ville !
La mer soudaine, ardente et libre,
Qui tient la terre en équilibre ;
...
La mer dont chaque lame ébauche une tendresse
Ou voile une fureur, la mer plane ou sauvage,
La mer qui inquiète et angoisse et oppresse
De l'ivresse de son image.
(Le port - Les ville tentaculaires)
La mort
http://www.youtube.com/watch?v=brOK4ASHu4k
Avec ses larges corbillards
ornés de plumes majuscules,
par les matins et les brouillards,
la mort circule.
Parée et noire et opulente,
tambours voilés, musiques lentes,
avec ses larges corbillards,
ornés de pâles lampadaires,
la mort s'étale et s'exagère.
…
Le cri
http://www.youtube.com/watch?v=JzSIuUQfw1A
Près d'un étang désert, où dort une eau brunie,
Un rai du soir s'accroche au sommet d'un roseau ;
Un cri s'écoute, un cri désespéré d'oiseau,
Un cri pauvre et perdu dans la plaine infinie.
79
Poésie 2013
Comme il est faible et frêle et peureux et fluet !
Et comme avec tristesse il se traîne et s'écoute,
Et comme il se répète et comme avec la route
Il s'enfonce et se perd dans l'horizon muet !
Coppée (1842-1908) François Edouard
Ce fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue
intimistes du monde des humbles. Poète du souvenir d’une première rencontre amoureuse
(« Septembre, au ciel léger »), de la nostalgie d’une autre existence (« Je suis un pâle enfant
du vieux Paris ») ou de la beauté du crépuscule (« Le crépuscule est triste et doux »), il
rencontra un grand succès populaire avant de tomber dans l’oubli.
Du recueil : Intimités
Septembre au ciel léger taché de cerfs-volants
Est favorable à la flânerie à pas lents,
Par la rue, en sortant de chez la femme aimée,
Après un tendre adieu dont l’âme est parfumée.
Pour moi, je crois toujours l’aimer mieux et bien plus
Dans ce mois-ci, car c’est l’époque où je lui plus.
L’après-midi, je vais souvent la voir en fraude ;
Et quand j’ai dû quitter la chambre étroite et chaude,
Après avoir promis de bientôt revenir,
Je m’en vais devant moi, distrait Le souvenir
Me fait monter au cœur ses effluves heureuses ;
Et de mes vêtements et de mes mains fiévreuses
Se dégage un arôme exquis et capiteux,
Dont je suis à la fois trop fier et trop honteux
Pour en bien définir la volupté profonde,
— Quelque chose comme une odeur qui serait blonde.
Je suis un pâle enfant du vieux Paris, et j’ai,
Le regret des rêveurs qui n’ont pas voyagé.
Au pays bleu mon âme en vain se réfugie,
Elle n’a jamais pu perdre la nostalgie
Des verts chemins qui vont là-bas, à l’horizon.
Comme un pauvre captif vieilli dans sa prison
Se cramponne aux barreaux étroits de sa fenêtre
Pour voir mourir le jour et pour le voir renaître,
Ou comme un exilé, promeneur assidu,
Regarde du coteau le pays défendu
Se dérouler au loin sous l’immensité bleue,
Ainsi je fuis la ville et cherche la banlieue.
Avec mon rêve heureux j’aime partir, marcher
Dans la poussière, voir le soleil se coucher
80
Poésie 2013
Parmi la brume d’or, derrière les vieux ormes,
Contempler les couleurs splendides et les formes
Des nuages baignés dans l’occident vermeil;
Et quand l’ombre succède à la mort du soleil,
M’éloigner encor plus par quelque agreste rue
Dont l’ornière rappelle un sillon de charrue,
Gagner les champs pierreux, sans songer au départ,
Et m’asseoir, les cheveux au vent, sur le rempart.
Le crépuscule est triste et doux comme un adieu.
A l’Orient, déjà dans le ciel sombre et bleu,
Où lentement la nuit, qui monte, étend ses voiles,
De timides clartés, vagues espoirs d’étoiles,
Contemplent l’Occident clair encore, y cherchant
Le rose souvenir d’un beau soleil couchant.
Le vent du soir se tait. Nulle feuille ne tremble
Même dans le frisson harmonieux du tremble;
Et l’immobilité se fait dans les roseaux
Que l’étang réfléchit au miroir de ses eaux.
En un parfum ému chaque fleur s’évapore
Pure, et les rossignols ne chantent pas encore.
Verlaine
Chanson d’automne http://www.youtube.com/watch?v=_iq43Vs8CEw Léo Ferré
http://www.youtube.com/watch?v=5Ppf0sHLaz0 Charles Trénet
Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.
Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure;
Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
81
Poésie 2013
Pareil à la
Feuille morte.
Paul Verlaine - Poèmes saturniens, 1866
Mon rêve familier
http://www.youtube.com/watch?v=_iq43Vs8CEw Léo Ferré
Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.
Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.
Est-elle brune, blonde ou rousse? - Je l’ignore.
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.
Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.
Paul Verlaine - Poèmes saturniens, 1866
Il pleure dans mon cœur
http://www.youtube.com/watch?v=L1tHNqKlmzs récité par Jean-Claude Pascal
http://www.youtube.com/watch?v=L1tHNqKlmzs chanté par Léo Ferré
Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur?
Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits!
Pour un cœur qui s’ennuie,
Ô le chant de la pluie!
Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s’écœure.
Quoi! nulle trahison?
Ce deuil est sans raison.
C’est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon cœur a tant de peine!
Paul Verlaine - Romances sans paroles, 1874
Le ciel est par-dessus le toit
http://www.youtube.com/watch?v=wL4KlQMbHSk
Le ciel est, par-dessus le toit,
82
Poésie 2013
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.
La cloche, dans le ciel qu'on voit,
Doucement tinte.
Un oiseau sur l'arbre qu'on voit
Chante sa plainte.
Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient de la ville.
Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?
http://www.youtube.com/watch?v=6DTPmKhkmxM Léo Ferré chante 3 poèmes de
Verlaine : Mon rêve familier, Soleils couchants et Chanson d'automne
http://www.youtube.com/watch?v=KxhMmhMcQms Green
Art poétique
http://www.youtube.com/watch?v=vPkWjJL4TlE&NR=1&feature=endscreen
De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.
Il faut aussi que tu n'ailles point
Choisir tes mots sans quelque méprise :
Rien de plus cher que la chanson grise
Où l'Indécis au Précis se joint.
Rimbaud (1854-1891)
Une Saison en enfer, 1873
Les Illuminations (1873-1875)
http://www.youtube.com/watch?v=gARP3dQhWp4
Les Assis
Noirs de loupes, grêlés, les yeux cerclés de bagues
Vertes, leurs doigts boulus crispés à leurs fémurs,
83
Poésie 2013
Le sinciput plaqué de hargnosités vagues
Comme les floraisons lépreuses des vieux murs ;
Ils ont greffé dans des amours épileptiques
Leur fantasque ossature aux grands squelettes noirs
De leurs chaises ; leurs pieds aux barreaux rachitiques
S'entrelacent pour les matins et pour les soirs !
Ma bohème
http://www.youtube.com/watch?v=-7ELFr8cBYU
Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d'amours splendides j'ai rêvées !
Mon unique culotte avait un large trou.
- Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou
Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;
Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon cœur !
http://www.youtube.com/watch?v=eTRvvd8V--4
3 poèmes de Rimbaud par Ferré le buffet ; les chercheuses de poux ; ma bohème !
Le buffet
C'est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,
Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
Le buffet est ouvert, et verse dans son ombre
Comme un flot de vin vieux, des parfums engageants ;
Tout plein, c'est un fouillis de vieilles vieilleries,
De linges odorants et jaunes, de chiffons
De femmes ou d'enfants, de dentelles flétries,
De fichus de grand'mère où sont peints des griffons ;
- C'est là qu'on trouverait les médaillons, les mèches
De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches
Dont le parfum se mêle à des parfums de fruits.
84
Poésie 2013
- Ô buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,
Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruis
Quand s'ouvrent lentement tes grandes portes noires.
Les chercheuses de poux
Quand le front de l'enfant, plein de rouges tourmentes,
Implore l'essaim blanc des rêves indistincts,
Il vient près de son lit deux grandes sœurs charmantes
Avec de frêles doigts aux ongles argentins.
Elles assoient l'enfant auprès d'une croisée
Grande ouverte où l'air bleu baigne un fouillis de fleurs,
Et dans ses lourds cheveux où tombe la rosée
Promènent leurs doigts fins, terribles et charmeurs.
…
http://www.youtube.com/watch?v=gaOfWFIJSlw
UNE SAISON EN ENFER
Comme Rimbaud lui-même l'écrit à la toute fin de son manuscrit, Une Saison en enfer
a été rédigé entre les mois d'avril et août 1873, c'est-à-dire après deux épisodes
particulièrement douloureux dans la vie du poète: l'exil londonien et, surtout, la fameuse
dispute où Verlaine blessa Rimbaud d'un coup de feu.
Après un Prélude où le poète annonce qu'il a failli devenir fou, qu'il a failli mourir
aussi, Rimbaud retrace l'itinéraire qui l'a presque mené à sa perte. D'abord, dans Mauvais
sang, il remonte jusqu'à ses ancêtres gaulois pour expliquer qu'il est issu d'une race esclave
et que, né d'ancêtres qui ont couru les Sabbats et traversé l'Europe pour rejoindre les
Croisades, l'ordre social lui a toujours été étranger.
Dans Nuit de l'enfer, d'abord intitulé Fausse conversion, Rimbaud regrette ne pas
avoir assumé la part païenne de son héritage et d'avoir au contraire succombé au
mysticisme chrétien. D'autres errements sont contés dans Délires. C'est à cette époque que
le poète s'habitue à l'hallucination simple, qu'il trouva sacré le désordre de [son] esprit, bref
qu'il exploita tous les sophismes de la folie -la folie qu'on enferme. Cette section d'Une
Saison en enfer semble retracer l'expérience de la voyance.
Les quatre chapitres qui suivent présentent le retour progressif à la raison,
cheminement tout de même interrompu par quelques mirages et quelques désespoirs. Dans
L'Impossible, Rimbaud évoque tour à tour l'Orient et la science. Dans L'Éclair, tout rêve, tout
mysticisme apparaissent vains, alors qu'avec Matin l'expression de l'espoir prend le dessus.
Enfin, Rimbaud explique avec L'Adieu qu'il ne lui reste plus qu'à s'astreindre au travail: lui qui
s'est dit mage ou ange, dispensé de toute morale, [il est] rendu au sol, avec un devoir à
chercher, et la réalité rugueuse à étreindre!
Rimbaud a assumé lui-même la publication d'Une Saison en enfer, probablement en
septembre 1873. L'œuvre a été imprimée à Bruxelles à 500 exemplaires. Ce n'est qu'en 1901
qu'un bibliophile belge, Léon Losseau, a découvert les brochures qui n'avaient jamais été
85
Poésie 2013
mises en vente. Cependant, il a fallu attendre 1914 pour que la confession de l'enfer que
nous a laissée Rimbaud devienne enfin accessible.
Poèmes en prose
Extrait
« Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un festin où s'ouvraient tous les cœurs, où tous
les vins coulaient.
Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. -Et je l'ai trouvée amère. -Et je l'ai injuriée.
Je me suis armé contre la justice.
Je me suis enfui. Ô sorcières, ô misère, ô haine, c'est à vous que mon trésor a été confié
!
Je parvins à faire s'évanouir dans mon esprit toute l'espérance humaine. Sur toute joie
pour l'étrangler j'ai fait le bond sourd de la bête féroce.
J'ai appelé les bourreaux pour, en périssant, mordre la crosse de leurs fusils. J'ai appelé les
fléaux, pour m'étouffer avec le sable, le sang. Le malheur a été mon dieu. Je me suis allongé
dans la boue. Je me suis séché à l'air du crime. Et j'ai joué de bons tours à la folie.
Et le printemps m'a apporté l'affreux rire de l'idiot.
Or, tout dernièrement, m'étant trouvé sur le point de faire le dernier couac, j'ai songé à
rechercher la clef du festin ancien, où je reprendrais peut-être appétit.
La charité est cette clef. - Cette inspiration prouve que j'ai rêvé !
« Tu resteras hyène, etc... », se récrie le démon qui me couronna de si aimables
pavots. «Gagne la mort avec tous tes appétits, et ton égoïsme et tous les péchés capitaux. »
Ah ! j'en ai trop pris : -Mais, cher Satan, je vous en conjure, une prunelle moins irritée! et
en attendant les quelques petites lâchetés en retard, vous qui aimez dans l'écrivain l'absence
des facultés descriptives ou instructives, je vous détache ces quelques hideux feuillets de
mon carnet de damné.
…
Les corbeaux
http://www.youtube.com/watch?v=sWzE9Vzd3hM
Seigneur, quand froide est la prairie,
Quand dans les hameaux abattus,
Les longs angelus se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux.
Voyelles
http://www.youtube.com/watch?v=PTAIRR1k_Wg
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
86
Poésie 2013
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;
U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;
O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !
Le Dormeur du val
C’est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.
Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.
Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.
Les parfums ne font pas frissonner sa narine;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.
Arthur Rimbaud - Poésies complètes, 1895
Charles Cros
Triolets fantaisistes
http://www.youtube.com/watch?v=4-of1zCYA_0
Sidonie a plus d’un amant,
C’est une chose bien connue
Qu’elle avoue, elle, fièrement.
Sidonie a plus d’un amant
Parce que, pour elle, être nue
Est son plus charmant vêtement.
C’est une chose bien connue,
Sidonie a plus d’un amant.
Elle en prend à ses cheveux blonds
Comme, à sa toile, l’araignée
87
Poésie 2013
Prend les mouches et les frelons.
Elle en prend à ses cheveux blonds.
Vers sa prunelle ensoleillée,
Ils volent, pauvres papillons,
Comme, à sa toile l’araignée,
Elle en prend à ses cheveux blonds.
Elle en attrape avec les dents
Quand le rire entrouvre sa bouche
Et dévore les imprudents.
Elle en attrape avec les dents.
Sa bouche, quand elle se couche,
Reste rose et ses dents dedans.
Quand le rire entrouvre sa bouche
Elle en attrape avec les dents.
Elle les mène par le nez
Comme fait, dit-on, le crotale
Des oiseaux qu’elle a fascinés.
Elle les mène par le nez.
Quand dans une moue elle étale
Sa langue à leurs yeux étonnés,
Comme fait, dit-on, le crotale
Elle les mène par le nez
Sidonie a plus d’un amant,
Qu’on le lui reproche ou l’en loue
Elle s’en moque également.
Sidonie a plus d’un amant.
Aussi, jusqu’à ce qu’on la cloue
Au sapin de l’enterrement
Qu’on le lui reproche ou l’en loue,
Sidonie aura plus d’un amant.
Charles Cros - Le Coffret de santal, 1873
http://www.youtube.com/watch?v=4vQGPiZ24ag l’heure verte
L'heure verte
Comme bercée en un hamac
La pensée oscille et tournoie,
A cette heure où tout estomac
Dans un flot d'absinthe se noie.
Et l'absinthe pénètre l'air,
Car cette heure est toute émeraude.
L'appétit aiguise le flair
De plus d'un nez rose qui rôde.
Promenant le regard savant
88
Poésie 2013
De ses grands yeux d'aigues-marines,
Circé cherche d'où vient le vent
Qui lui caresse les narines.
Et, vers des dîners inconnus,
Elle court à travers l'opale
De la brume du soir. Vénus
S'allume dans le ciel vert-pâle.
Le hareng saur
http://www.youtube.com/watch?v=wS9V2Hk_YAs
Il était un grand mur blanc - nu, nu, nu,
Contre le mur une échelle - haute, haute, haute,
Et, par terre, un hareng saur - sec, sec, sec.
Il vient, tenant dans ses mains - sales, sales, sales,
Un marteau lourd, un grand clou - pointu, pointu, pointu,
Un peloton de ficelle - gros, gros, gros.
Alors il monte à l'échelle - haute, haute, haute,
Et plante le clou pointu - toc, toc, toc,
Tout en haut du grand mur blanc - nu, nu, nu.
…
Mallarmé (1842-1898)
La lune s’attristait. Des séraphins en pleurs,
Rêvant, l’archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l’azur des corolles.
- C’était le jour béni de ton premier baiser.
Ma songerie aimant à me martyriser
S’enivrait savamment du parfum de tristesse
Que même sans regret et sans déboire laisse
La cueillaison d’un Rêve au cœur qui l’a cueilli.
J’errais donc, l’œil rivé sur le pavé vieilli,
Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m’es en riant apparue,
Et j’ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d’enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d’étoiles parfumées.
Stéphane Mallarmé - Poésies, 1899
89
Poésie 2013
http://www.youtube.com/watch?v=mf6qg8jejU4 (classique)
Soupir
Placet futile
Surgi de la croupe et du bond
http://www.youtube.com/watch?v=Ol4bSKpvpoc prélude à l’après-midi d’un faune
Tristan Corbière
http://www.youtube.com/watch?v=yVpFcvtdy1g cris d’aveugle
Cris d'aveugle
L'œil tué n'est pas mort
Un coin le fend encor
Encloué je suis sans cercueil
On m'a planté le clou dans l'œil
L'œil cloué n'est pas mort
Et le coin entre encor
Deus misericors
Deus misericors
Le marteau bat ma tête en bois
Le marteau qui ferra la croix
Deus misericors
Deus misericors
…
http://www.youtube.com/watch?v=plk-vNCUjZM les amours jaunes
LA RAPSODIE FORAINE et LE PARDON DE SAINTE-ANNE
Extraits
La Palud, 27 Août, jour du Pardon.
Bénite est l'infertile plage
Où, comme la mer, tout est nud.
Sainte est la chapelle sauvage
De Sainte-Anne-de-la-Palud...
De la Bonne Femme Sainte Anne
Grand'tante du petit Jésus,
En bois pourri dans sa soutane
Riche ... plus riche que Crésus !
Contre elle la petite Vierge,
Fuseau frêle, attend l'Angélus ;
Au coin, Joseph tenant son cierge,
Niche, en saint qu'on ne fête plus...
*****
90
Poésie 2013
C'est le Pardon. -Liesse et mystèresDéjà l'herbe rase a des poux...
- Sainte Anne, Onguent des belles-mères !
Consolation des époux ! ...
Des paroisses environnantes :
De Plougastel et Loc-Tudy,
Ils viennent tous planter leurs tentes,
Trois nuits, trois jours -jusqu'au lundi. Trois jours, trois nuits, la palud grogne,
Selon l'antique rituel,
-Chœur séraphique et chant d'ivrogneLe CANTIQUE SPIRITUEL...
Tristan Corbière - Les Amours jaunes, 1873
http://www.youtube.com/watch?v=6K4QPl0mUXw Rondel pour après
Rondel
Il fait noir, enfant, voleur d'étincelles !
Il n'est plus de nuits, il n'est plus de jours ;
Dors... en attendant venir toutes celles
Qui disaient : Jamais ! Qui disaient : Toujours !
Entends-tu leurs pas ?... Ils ne sont pas lourds :
Oh ! les pieds légers ! - l'Amour a des ailes...
Il fait noir, enfant, voleur d'étincelles !
Entends-tu leurs voix ?... Les caveaux sont sourds.
Dors : il pèse peu, ton faix d'immortelles ;
Ils ne viendront pas, tes amis les ours,
Jeter leur pavé sur tes demoiselles...
Il fait noir, enfant, voleur d'étincelles !
Jules Laforgue
http://www.youtube.com/watch?v=oGcKfQ21_-k la chanson du petit hypertrophique
C'est d'un' maladie d' cœur
Qu'est mort', m'a dit l' docteur,
Tir-lan-laire !
Ma pauv' mère ;
Et que j'irai là-bas,
Fair' dodo z'avec elle.
J'entends mon cœur qui bat,
C'est maman qui m'appelle !
…
91
Poésie 2013
Locutions des Pierrots
I
Les mares de vos yeux aux joncs de cils,
Ô vaillante oisive femme,
Quand donc me renverront-ils
La Lune-levante de ma belle âme ?
Voilà tantôt une heure qu’en langueur
Mon cœur si simple s’abreuve
De vos vilaines rigueurs,
Avec le regard bon d’un terre-neuve.
Ah ! madame, ce n’est vraiment pas bien,
Quand on n’est pas la Joconde,
D’en adopter le maintien
Pour induire en spleens tout bleus le pauv’ monde !
II
Ah! le divin attachement
Que je nourris pour Cydalise,
…
Jules Laforgue - L’Imitation de Notre-Dame la Lune, 1886
http://www.youtube.com/watch?v=WmiVGN05PyA
Sancta simplicitas
Passants, m'induisez point en beautés d'aventure,
Mon Destin n'en saurait avoir cure ;
Je ne peux plus m'occuper que des Jeunes Filles,
Avec ou sans parfum de famille.
Pas non plus mon chez moi, ces précaires liaisons,
Où l'on s'aime en comptant par saisons ;
L'Amour dit légitime est seul solvable ! car
Il est sûr de demain, dans son art.
92
Poésie 2013
A retrouver sur la toile, et à compléter selon des goûts personnels :
1820 : Méditations poétiques (Alphonse de Lamartine)
1826 : Poèmes antiques et modernes (Alfred de Vigny)
1835 : Les Nuits (Alfred de Musset)
1852 : Poèmes antiques (Leconte de Lisle)
1852 : Émaux et Camées (Théophile Gautier)
1854 : Les Chimères (Gérard de Nerval)
1857 : Les Fleurs du mal (Charles Baudelaire)
1859 : La Légende des siècles (Victor Hugo)
1869 : Les Chants de Maldoror (Lautréamont)
1873 : Une Saison en enfer (Arthur Rimbaud)
1881 : Sagesse (Paul Verlaine)
1893 : Les Trophées (José-Maria de Heredia)
1897 : Un coup de dés… (Stéphane Mallarmé)
93
Poésie 2013
XXe sièclex
Ce siècle permet la découverte de l'horreur à grande échelle pendant la Première Guerre
mondiale, puis la deuxième et enfin toutes les autres dont les guerres de décolonisation.
Traumatisée par cette barbarie des hommes, des poètes rejettent les valeurs dites
rationnelles qui aboutissent à de tels désastres. Ils défendent de nouveaux modèles dont la
pierre d’angle et la pierre de fondation sont l'invention et la liberté. Ils se passionnent pour
les phénomènes de l'inconscient, certains vont s’adonner à l'écriture dite automatique.
Verhaeren (1855-1916) (bis)
Toute la mer va vers la ville !
La mer soudaine, ardente et libre,
Qui tient la terre en équilibre ;
...
La mer dont chaque lame ébauche une tendresse
Ou voile une fureur, la mer plane ou sauvage,
La mer qui inquiète et angoisse et oppresse
De l'ivresse de son image.
(Le port - Les ville tentaculaires)
La mort
http://www.youtube.com/watch?v=brOK4ASHu4k
Avec ses larges corbillards
ornés de plumes majuscules,
par les matins et les brouillards,
la mort circule.
Parée et noire et opulente,
tambours voilés, musiques lentes,
avec ses larges corbillards,
ornés de pâles lampadaires,
la mort s'étale et s'exagère.
…
Le cri
http://www.youtube.com/watch?v=JzSIuUQfw1A
Près d'un étang désert, où dort une eau brunie,
Un rai du soir s'accroche au sommet d'un roseau ;
Un cri s'écoute, un cri désespéré d'oiseau,
Un cri pauvre et perdu dans la plaine infinie.
Comme il est faible et frêle et peureux et fluet !
Et comme avec tristesse il se traîne et s'écoute,
Et comme il se répète et comme avec la route
Il s'enfonce et se perd dans l'horizon muet !
(La Multiple splendeur, 1906)
Blaise Cendrarsxi
Né à la Chaux-de-Fonds - Suisse - le 1er septembre 1887, d'une mère écossaise et d'un père
Suisse de son véritable nom Frédéric Sauser, Blaise Cendrars (1887-1961) fut le poète de la
Fête et de l'Aventure.
(La Prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, 1913).
Les Pâques à New York est un poème de Blaise Cendrars (1887-1961), publié en 1912 sous le
titre Les Pâques aux Hommes nouveaux. C’est en 1919 que le poème recevra son titre
94
Poésie 2013
définitif. C’est un des textes fondateurs de la poésie moderne. Il influence Apollinaire et tout
le mouvement littéraire qui se crée autour de lui.
http://www.youtube.com/watch?v=ECzzroD1slg Pâques à New-York
Seigneur, c’est aujourd’hui le jour de votre Nom,
J’ai lu dans un vieux livre la geste de votre Passion,
Et votre angoisse et vos efforts et vos bonnes paroles
Qui pleurent dans le livre, doucement monotones.
Un moine d’un vieux temps me parle de votre mort.
Il traçait votre histoire avec des lettres d’or
Dans un missel, posé sur ses genoux.
Il travaillait pieusement en s’inspirant de Vous.
À l’abri de l’autel, assis dans sa robe blanche,
il travaillait lentement du lundi au dimanche.
Les heures s’arrêtaient au seuil de son retrait.
Lui, s’oubliait, penché sur votre portrait.
À vêpres, quand les cloches psalmodiaient dans la tour,
Le bon frère ne savait si c’était son amour
Ou si c’était le Vôtre, Seigneur, ou votre Père
Qui battait à grands coups les portes du monastère.
…
http://www.youtube.com/watch?v=sGjNzsaSU7k Iles
Ilesxii
Iles
Iles
Iles où l’on ne prendra jamais terre
Iles où l’on ne descendra jamais
Iles couvertes de végétations
Iles tapies comme des jaguars
Iles muettes
Iles immobiles
Iles inoubliables et sans nom
Je lance mes chaussures par-dessus bord car je voudrais
bien aller jusqu’à vous
Blaise Cendrars, Feuilles de route, 1924
http://www.youtube.com/watch?v=9dijBpx_nBw
95
Poésie 2013
En ce temps-là j'étais en mon adolescence
J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais
Déjà plus de mon enfance
J'étais à seize mille lieues du lieu de ma naissance
J'étais à Moscou, dans la ville des mille et trois
Clochers et des sept gares
Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille
et trois tours
Car mon adolescence était si ardente et si folle
que mon cœur, tour à tour, brûlait
comme le temple d'Éphèse ou comme la Place Rouge
de Moscou quand le soleil se couche.
Et mes yeux éclairaient des voies anciennes.
Et j'étais déjà si mauvais poète
que je ne savais pas aller jusqu'au bout.
Le Kremlin était comme un immense gâteau tartare
croustillé d'or, avec les grandes amandes
des cathédrales toutes blanches
et l'or mielleux des cloches...
Un vieux moine me lisait la légende de Novgorode
J'avais soif et je déchiffrais des caractères cunéiformes
Puis, tout à coup, les pigeons du Saint Esprit
s'envolaient sur la place
et mes mains s'envolaient aussi, avec des bruissements d'albatros
et ceci, c'était les dernières réminiscences du dernier jour
du tout dernier voyage
Et de la mer.
Blaise Cendrars, La Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France
Guillaume Apollinaire
http://www.wiu.edu/Apollinaire/Biographie.htm
Guillaume Apollinaire, de son vrai nom Wilhelm Albert Włodzimierz Apolinary de WążKostrowicki, est un écrivain français (né polonais, sujet de l’Empire russe), né le 26 août 1880
à Rome et mort le 9 novembre 1918 à Paris. Il fut l’ami des peintres (Braque, Delaunay,
Marie Laurencin, Pablo Picasso). Son recueil Alcools (1913) met en œuvre un art nouveau,
riche en images et entièrement tournée vers le rythme et la musicalité ; il fait découvrir un
monde nouveau (Zone), témoigne de sa vie et de ses amours (Les Rhénanes, La Chanson du
96
Poésie 2013
Mal-Aimé). Il adopte le vers libre, abandonne la ponctuation et explore de nouvelles formes
de mise en page (Calligrammes, 1918). Apollinaire, blessé par un éclat d'obus, mourra en
1918 de la grippe espagnole.
http://www.youtube.com/watch?v=DvOeX9b4Tp4
Le Pont Mirabeau.
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine.
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure.
Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse.
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure.
L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente.
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure.
Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine.
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure.
http://www.youtube.com/watch?v=hWYh92CvuvQ
http://www.youtube.com/watch?v=QoFMrguSe6k Marie Laurencin par Léo Ferré
Tiré du recueil Alcools
Marie
Vous y dansiez petite fille
Y danserez-vous mère-grand
C'est la maclotte qui sautille
Toutes les cloches sonneront
97
Poésie 2013
Quand donc reviendrez-vous Marie
Les masques sont silencieux
Et la musique est si lointaine
Qu'elle semble venir des cieux
Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine
Et mon mal est délicieux
Les brebis s'en vont dans la neige
Flocons de laine et ceux d'argent
Des soldats passent et que n'ai-je
Un cœur à moi ce cœur changeant
Changeant et puis encor que sais-je
Sais-je où s'en iront tes cheveux
Crépus comme mer qui moutonne
Sais-je où s'en iront tes cheveux
Et tes mains feuilles de l'automne
Que jonchent aussi nos aveux
Je passais au bord de la Seine
Un livre ancien sous le bras
Le fleuve est pareil à ma peine
Il s'écoule et ne tarit pas
Quand donc finira la semaine
Colchiques
Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s’empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-la
Violâtres comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne
Les enfants de l’école viennent avec fracas
Vêtus de hoquetons et jouant de l’harmonica
Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières
Qui battent comme les fleurs battent au vent dément
Le gardien du troupeau chante tout doucement
Tandis que lentes et meuglant les vaches abandonnent
Pour toujours ce grand pré mal fleuri par l’automne
98
Poésie 2013
Calligrammes sous-titré poèmes de la paix et de la guerre 1913-1916 : 2 Extraits
http://www.youtube.com/watch?v=CctgfV7g0jI un oiseau chante
Un oiseau chante
Un oiseau chante ne sais où
C'est je crois ton âme qui veille
Parmi tous les soldats d'un sou
Et l'oiseau charme mon oreille
Écoute il chante tendrement
Je ne sais pas sur quelle branche
Et partout il va me charmant
Nuit et jour semaine et dimanche
…
Extrait
99
Poésie 2013
André Breton 1896-1966
Un jour à la fois, Oh mon Dieu
http://www.youtube.com/watch?v=XZOTrhZc6g8 version country !
Je n´suis qu´un homme, rien qu´un pauvre homme
Aide-moi à croire à c´que je peux être, à ce que je suis
Montre-moi le chemin pour progresser
Mon Dieu, pour mon bien
Guide-moi toujours un jour à la fois
{Refrain:}
Un jour à la fois, ô mon Dieu
C´est tout ce que je demande
Le courag´ de vivre, d´aimer
D´être aimé, un jour à la fois
Hier, c´est passé, ô mon Dieu
Et demain ne m´appartient pas
Mon Dieu aide-moi, aujourd´hui
Guide-moi un jour à la fois
Guide-moi un jour à la fois
Tu m´as tout prêté, la vie, la santé
Je veux croire en toi
En toutes tes bontés pour l´humanité
Une voix pour chanter, une âme pour aimer
Aide-moi à vivre, oui, aide-moi à vivre
Un jour à la fois.
Philippe Soupault
Philippe Soupault / Georgia
http://www.youtube.com/watch?v=JN80F_XLvd8
Je ne dors pas Georgia
Je lance des flèches dans la nuit Georgia
j'attends Georgia
Le feu est comme la neige Georgia
La nuit est ma voisine Georgia J'écoute les bruits tous sans exception Georgia
je vois la fumée qui monte et qui fuit Georgia
je marche à pas de loup dans l'ombre Georgia
je cours voici la rue les faubourgs Georgia
Voici une ville qui est la même
et que je ne connais pas Georgia
je me hâte voici le vent Georgia
et le froid et le silence et la peur Georgia
je fuis Georgia
je cours Georgia
100
Poésie 2013
Les nuages sont bas ils vont tomber Georgia
j'étends les bras Georgia
je ne ferme pas les yeux Georgia
j'appelle Georgia
je t'appelle Georgia
Est-ce que tu viendras Georgia
bientôt Georgia
Georgia Georgia Georgia
Georgia
je ne dors pas Georgia
je t'attends Georgia
Philippe Soupault, 1926
Louis Aragonxiii
http://www.youtube.com/watch?v=y6P34xQnwxA Jean Ferrat
QUE SERAIS-JE SANS TOI
Extrait
Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement
J'ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j'ai vu désormais le monde à ta façon
J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson
Strophes pour se souvenir
http://www.youtube.com/watch?v=uhOe-5HU15U Léo Ferré l’affiche rouge
Vous n'avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l'orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servi simplement de vos armes
La mort n'éblouit pas les yeux des Partisans
Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L'affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants
Nul ne semblait vous voir français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
101
Poésie 2013
Mais à l'heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents
Tout avait la couleur uniforme du givre
À la fin février pour vos derniers moments
Et c'est alors que l'un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand
Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan
Un grand soleil d'hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le cœur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant
Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant.
Louis Aragon, Le Roman Inachevé
IL N'Y A PAS D'AMOUR HEUREUX.
http://www.youtube.com/watch?v=Tjgd2N9DIA4
Il n’y a pas d’amour heureux
Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son cœur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n’y a pas d’amour heureux
Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu’on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu’on retrouve au soir désœuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n’y a pas d’amour heureux
102
Poésie 2013
Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j’ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n’y a pas d’amour heureux
Tes yeux (Les yeux d'Elsa
http://www.youtube.com/watch?v=1rGNZu3PzGw récité
Tes yeux sont si profonds que j'y vois
Tous les soleils y venir se mirer
S'y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire
À l'ombre des oiseaux c'est l'océan troublé
Puis le beau temps soudain se lève et tes yeux changent
L'été taille la nue au tablier des anges
Le ciel n'est jamais aussi beau
Que comme il l'est dans tes yeux
Les vents chassent en vain les chagrins de l'azur
Tes yeux lorsqu'une larme y luit
Rendraient jaloux le ciel après la pluie
Une bouche suffit au mois de Mai des mots
Pour toutes les chansons et pour tous les hélas
Trop peu d'un firmament pour des millions d'astres
Il leur fallait tes yeux et leurs beaux secrets
Je suis pris au filet de deux étoiles filantes
Maintenant que la jeunesse
http://www.youtube.com/watch?v=aAUQM2zeE7k Marc Ogeret
Maintenant que la jeunesse
s'éteint au carreau bleui
Maintenant que la jeunesse
machinale m'a trahi
Maintenant que la jeunesse
tu t'en souviens souviens-t-en
Maintenant que la jeunesse
chante à d'autres le printemps
Maintenant que la jeunesse
n'est plus ici n'est plus là
Maintenant que la jeunesse
suit un nuage étranger
…
103
Poésie 2013
Extrait
Robert Desnosxiv décédé en camps de concentration le 8 juin 1945.
La Liberté ou l'Amour, 1927
Ce cœur qui haïssait la guerre
http://www.youtube.com/watch?v=cHMBR_I0X3I récité
voilà qu'il bat pour le combat et la bataille !
Ce cœur qui ne battait qu'au rythme des marées, à celui des saisons,
à celui des heures du jour et de la nuit,
Voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans les veines
un sang brûlant de salpêtre et de haine.
Et qu'il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent
Et qu'il n'est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne
Comme le son d'une cloche appelant à l'émeute et au combat.
Écoutez, je l'entends qui me revient renvoyé par les échos.
Mais non, c'est le bruit d'autres cœurs, de millions d'autres cœurs
battant comme le mien à travers la France.
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces cœurs,
Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d'ordre :
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce cœur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,
Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Français se préparent dans l'ombre
à la besogne que l'aube proche leur imposera.
Car ces cœurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté
au rythme même des saisons et des marées,
du jour et de la nuit.
La fourmi
http://www.youtube.com/watch?v=2e-Dm0p8yx0
La fourmi
Une fourmi de dix-huit mètres
Avec un chapeau sur la tête
Ça n'existe pas ça n'existe pas
Une fourmi traînant un char
Plein de pingouins et de canards
Ça n'existe pas ça n'existe pas
Une fourmi parlant français
Parlant latin et javanais
Ça n'existe pas ça n'existe pas
104
Poésie 2013
Et pourquoi pas ?
Robert Desnos (Chantefables et Chantefleurs)
http://www.youtube.com/watch?v=uh-26uLfgQk
J'ai tant rêvé de toi.
J'ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant
Et de baiser sur cette bouche la naissance
De la voix qui m'est chère ?
J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués, en étreignant ton ombre,
à se croiser sur ma poitrine..
Ne se plieraient pas
au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante
Et me gouverne depuis des jours et des années,
Je deviendrais une ombre sans doute.
Ô balances sentimentales.
J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps sans doute que je m'éveille.
Je dors debout, le corps exposé
À toutes les apparences de la vie
et de l'amour
Et toi.
Le seul qui compte aujourd'hui pour moi.
Je pourrais moins toucher ton front
et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.
J'ai tant rêvé de toi, tant marché,
parlé, couché avec ton fantôme.
Qu'il ne me reste plus peut-être,
et pourtant.
qu'à être fantôme parmi les fantômes
et plus ombre cent fois que l'ombre qui se promène.
Et se promènera allègrement
sur le cadran solaire de ta vie.
Robert Desnos
105
Poésie 2013
http://www.youtube.com/watch?v=HH32ZDK5ZQg Alain Bashung
http://www.youtube.com/watch?v=bgjtVWDh4SE Serge Reggiani
" Jamais d'autre que toi en dépit des étoiles et des solitudes
En dépit des mutilations d'arbre à la tombée de la nuit
Jamais d'autre que toi ne poursuivra son chemin qui est le mien
Plus tu t'éloignes et plus ton ombre s'agrandit
Jamais d'autre que toi ne saluera la mer à l'aube quand
Fatigué d'errer moi sorti des forêts ténébreuses et
Des buissons d'orties je marcherai vers l'écume
Jamais d'autre que toi ne posera sa main sur mon front
Et mes yeux
Jamais d'autre que toi et je nie le mensonge et l'infidélité
Ce navire à l'ancre tu peux couper sa corde
Jamais d'autre que toi
L'aigle prisonnier dans une cage ronge lentement les barreaux
De cuivre vert-de-grisés
Quelle évasion !
C'est le dimanche marqué par le chant des rossignols
Dans les bois d'un vert tendre l'ennui des petites
Filles en présence d'une cage où s'agite un serin
Tandis que dans la rue solitaire le soleil lentement
Déplace sa ligne mince sur le trottoir chaud
Nous passerons d'autres lignes
Jamais jamais d'autre que toi
Et moi seul seul comme le lierre fané des jardins
De banlieue seul comme le verre
Et toi jamais d'autre que toi."
(R. Desnos) Corps et biens, 1927 section Les ténèbres, XXI
http://www.youtube.com/watch?v=nrpuXVNvODo
Le Capitaine Jonathan
http://www.youtube.com/watch?v=DpMBjssZvRY 2ème version récitée
Le Capitaine Jonathan
Etant âgé de dix-huit ans
Capture un jour un pélican
Dans une île d’Extrême-Orient
Le pélican de Jonathan
Au matin, pond un œuf tout blanc
Et il en sort un pélican
Lui ressemblant étonnamment
Et ce deuxième pélican
Pond, à son tour, un œuf tout blanc
D'où sort, inévitablement
Un autre, qui en fait autant
106
Poésie 2013
Cela peut durer pendant très longtemps
Si l'on ne fait pas d'omelette avant
Paul Éluard
Recueil : L'Amour, la poésie (1929) : « la terre est bleue »
La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.
Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.
Printemps
http://www.youtube.com/watch?v=i6e9O6waQQo
Paul Eluard
Musique : Barbara
Il y a, sur la plage, quelques flaques d'eau.
Il y a, dans les bois, des arbres fous d'oiseaux.
La neige fond dans la montagne.
Les branches des pommiers brillent de tant de fleurs
Que le pâle soleil recule.
C'est par un soir d'hiver,
Dans un monde très dur,
Que tu vis ce printemps,
Près de moi, l'innocente.
Il n'y a pas de nuit pour nous.
Rien de ce qui périt, n'a de prise sur moi
Mais je ne veux pas avoir froid.
107
Poésie 2013
Notre printemps est un printemps qui a raison,
Notre printemps est un printemps qui a raison,
Notre printemps est un printemps qui a raison,
Notre printemps est un printemps qui a raison...
http://www.youtube.com/watch?v=DKEgLMJ9Ulk Gérard Philippe, pensez à la toile exposée
au Louvre-Lens : Liberté.
http://www.youtube.com/watch?v=bktcB5QpNp0 par Eluard
http://www.youtube.com/watch?v=ib-y47T-8Ps par Jean-Louis Barrault
http://www.youtube.com/watch?v=srTAMOP8oaE en espagnol, pour constater que le
poème conserve « une musique » à travers la traduction !
Libertéxv
Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J’écris ton nom
Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom
Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom
Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom
Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom
…
http://www.poetica.fr/poeme-279/liberte-paul-eluard/
La courbe de tes yeux
http://www.youtube.com/watch?v=eXEgjyEMHxw
La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
108
Poésie 2013
Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu
C’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu.
Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,
Parfums éclos d’une couvée d’aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l’innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.
Paul Eluard, Capitale de la douleur, 1926 http://www.poetica.fr/poeme-759/paul-eluard-lacourbe-de-tes-yeux/
Pierre Reverdy 1889-1960
http://www.youtube.com/watch?v=V-XMaYlQ8RY
Pour éviter l'écueil qui se tient en arrière
Qui me suit
Qui attend le pas définitif
Pour éviter de jamais, revenir en arrière
Sur le flanc de l'amour qui glisse sans mourir
Cet amour qui se dégage mal de tes viscères
Ces regards qui n'ont plus ni rime ni raison
Et ce portrait de toi que je voudrais refaire
Tendre cruel vivant dans l'ombre sans passion
Ce regard qui se perd dans la nuit jalouse
Ce regard plein de pointes de feu de la jalousie
Dans la robe du soir dont se pare la terre
Au moment où tu sors
Loin dans le désespoir
J'aurai le visage enfoui dans la glace
Le cœur percé de mille feux du souvenir
L'écueil de l'avenir et la mort en arrière
Et ton sourire trop léger
Une barrière
De toi à moi
Les paroles libres
Les gestes retenus
Des mains ailées qui avançaient pour tout ouvrir
Alors dans la trame serrée livide se découvre
La blessure inouïe dont je voudrais guérir.
109
Poésie 2013
Tard dans la vie
http://www.youtube.com/watch?v=J9QoZtPRUU4 (fond musical lourd !)
Je suis dur
Je suis tendre
Et j'ai perdu mon temps
A rêver sans dormir
A dormir en marchant
Partout où j'ai passé
J'ai trouvé mon absence
Je ne suis nulle part
Excepté le néant
Mais je porte caché au plus haut des entrailles
A la place ou la foudre a frappé trop souvent
Un coeur ou chaque mot a laissé son entaille
Et d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement
Pierre Reverdy (La liberté des mers)
Paul Valéry
Ambroise Paul Toussaint Jules Valéry est un écrivain, poète, philosophe et épistémologue
français, né à Sète (Hérault) le 30 octobre 1871 et mort à Paris le 20 juillet 1945. Né d’un
père d’origine corse et d’une mère génoise.
“La dormeusexvi” Sonnet À Lucien Fabre.
http://www.youtube.com/watch?v=Izijkdjep0c&list=PLvcKwTV42l_Ptt3Wvq7uTLziKpwjZAOz
c
Quels secrets dans mon cœur brûle ma jeune amie,
Âme par le doux masque aspirant une fleur?
De quels vains aliments sa naïve chaleur
Fait ce rayonnement d’une femme endormie?
Souffles, songes, silence, invincible accalmie,
Tu triomphes, ô paix plus puissante qu’un pleur,
Quand de ce plein sommeil l’onde grave et l’ampleur
110
Poésie 2013
Conspirent sur le sein d’une telle ennemie.
Dormeuse, amas doré d’ombres et d’abandons,
Ton repos redoutable est chargé de tels dons,
Ô biche avec langueur longue auprès d’une grappe,
Que malgré l’âme absente, occupée aux enfers,
Ta forme au ventre pur qu’un bras fluide drape,
Veille ; ta forme veille, et mes yeux sont ouverts.
Recueil : "Album de vers anciens"
Au bois dormant
La princesse, dans un palais de rose pure,
Sous les murmures, sous la mobile ombre dort,
Et de corail ébauche une parole obscure
Quand les oiseaux perdus mordent ses bagues d’or.
Elle n’écoute ni les gouttes, dans leurs chutes,
Tinter d’un siècle vide au lointain le trésor,
Ni, sur la forêt vague, un vent fondu de flûtes
Déchirer la rumeur d’une phrase de cor.
Laisse, longue, l’écho rendormir la diane,
Ô toujours plus égale à la molle liane
Qui se balance et bat tes yeux ensevelis.
Si proche de ta joue et si lente la rose
Ne va pas dissiper ce délice de plis
Secrètement sensible au rayon qui s’y pose.
http://www.youtube.com/watch?v=POElbxmuFKE fragments de Narcisse par Valéry
Narcisse parle
Narcissiae placandis manibus.
(Pour apaiser l’ombre –les mânes, l’âme- de Narcisse –ainsi a-t-il nommé sa fille dans ses
œuvres de jeunesse ; il s’agit d’une inscription du jardin botanique de Montpellier, que le
poète fréquentait dans sa jeunesse. Elle lui aurait donné l’idée de composer un poème sur le
thème de Narcisse.)
Ô frères! tristes lys, je languis de beauté
Pour m’être désiré dans votre nudité,
Et vers vous, Nymphe, Nymphe, ô Nymphe des fontaines,
Je viens au pur silence offrir mes lames vaines.
Un grand calme m’écoute, où j’écoute l’espoir.
La voix des sources change et me parle du soir;
J’entends l’herbe d’argent grandir dans l’ombre sainte,
111
Poésie 2013
Et la lune perfide élève son miroir
Jusque dans les secrets de la fontaine éteinte.
Et moi! De tout mon cœur dans ces roseaux jeté,
Je languis, ô saphir, par ma triste beauté!
Je ne sais plus aimer que l’eau magicienne
Où j’oubliai le rire et la rose ancienne.
112
Poésie 2013
Prose ou poésie
La distinction entre la prose et la poésie n'est pas toujours évidente puisque les deux
utilisent des mots : ainsi un texte où le rythme et les sonorités sont particulièrement
présents pourra être appelée prose poétique tandis qu'un poème qui n'est pas écrit en vers,
sans retour à la ligne, ni rimes, sera désigné comme un poème en prose.
i
Le style Céline
On retient surtout de lui le long flot désespéré du Voyage au bou t de la nuit. Mais si, au fil de ses livres,
l'écrivain s'était avant tout révélé comme un maître de l'humour ?
Un écrivain ? Ah ! si, monsieur. Il y en a un, deux, trois par génération. Il y a des milliers d'écrivains, ce sont de
pauvres cafouilleux... Ils ronronnent dans les phrases, ils répètent ce qu'un autre a dit. Ils choisissent une
histoire, une bonne histoire et puis ils la racontent. Je vois que ce n'est pas intéressant. J’ai cessé d'être
écrivain, n'est-ce pas, pour devenir un chroniqueur. Alors, j'ai mis ma peau sur la table, parce que, n'oubliez pas
une chose, c'est que la grande inspiratrice, c'est la mort. » En quelques mots fiévreux face à la caméra de Louis
Pauwels, au printemps 1959, Céline a pratiquement tout dit de son art. Il est au soir de sa vie, il peut savourer
sa « victoire » : comme il se l'était juré, il a bien rendu la majorité de ses contemporains « illisibles ». Par la
seule grâce de son style... Aujourd'hui, l'affaire est entendue : Proust et Céline sont les deux grands auteurs
français du XXe siècle. Mais, comme souvent avec Céline, cette accession sur le podium des lettres s'est peutêtre faite sur un malentendu. C'est l'auteur du Voyage au bout de lu nuit que les manuels scolaires célèbrent.
Mais si Céline avait en réalité, atteint la perfection stylistique dans les cinq dernières années de sa vie, avec sa
Trilogie allemande ?
Bien sûr, en 1932, Voyage a sonné comme un obus dans une « littérature de psychiatres et, de journalistes ».
Selon Céline, qui considérait le français comme une « langue morte », il le doit à une seule invention : « L'action
dans le langage écrit ! ... le langage écrit était à sec ! [... Retrouver l'émotion du "parlé" à travers l'écrit ! c'est
pas rien ! », assène-t-il dans Entretiens avec le professeur Y; son Art poétique publié en 1955. Et de comparer
cette avancée à la découverte du crawl par rapport à la brasse. Certes, Barbusse et Dabit, avant lui, avaient
utilisé la langue de la rue ou des tranchées. Mais dans Voyage, ce ne sont pas un ou deux personnages de son
roman qui s'expriment de la sorte, c'est Bardamu, le narrateur lui-même, dans un flot ininterrompu de 600
pages. Révolution copernicienne. Le crawl célinien a détrôné la brasse des Anatole France, Georges Duhamel,
Jules Romains et consorts.
La radicale nouveauté de Céline serait due à son utilisation de l'argot, entend-on depuis soixante-quinze ans.
Faux ! a toujours réfuté le romancier. « Piment admirable que l'argot ! .... mais un repas entier de piment vous
fait qu'un méchant déjeuner ! [...] L'argot séduit, mais retient mal ! » Non, le secret du style célinien est
ailleurs. Pour s'en expliquer, le romancier utilisera souvent l'image du « bâton dans l'eau » : pour qu'un bâton
ait l'air droit dans l'eau et éviter la réfraction, il suffit de le tordre avant immersion. Telle serait la méthode épuisante – de l'écrivain Céline : distordre le langage parlé pour rendre l'émotion fluide dans l'écru. Ne jamais
mettre le mot que l'on attend, toujours préférer la « petite musique » du rythme aux grandes idées, oublier
peu à peu le vieux passé simple de narration, bref, « jouer de la harpe sur les nerfs » du lecteur.
Voilà pour le Céline première manière - Voyage et Mort à crédit. Une manière qui ne le satisfait pas
complètement : « Dans le Voyage, je fais encore certains sacrifices à la littérature, à la "bonne littérature". On
trouve encore de la phrase filée ... A mon sens, au point de vue technique, c'est un peu attardé », jugera-t-il
sévèrement.
« Jouer de la harpe sur les nerfs du lecteur »
Mais, dans les années 1950, après les ajustements encore imparfaits de Féerie pour une autrefois et
Normance, il va passer à une écriture terriblement moderne, au risque de dérouter son public. « Un peu de
bonne volonté, c'est tout !... vous regardez un tableau moderne vous vous donnez un peu plus de mal ! », nous
113
Poésie 2013
encourage-t-il pourtant. Lui aussi va se tuer à la tâche. Contrairement aux apparences, rien de plus étranger à
Céline que le premier jet. Pour D'un château l’autre, Nord et Rigodon (écrit juste avant sa mort), il dira - non
sans certaine exagération - avoir à chaque fois noirci près de 80 000 feuillets ! « Je bosse, cisèle, rabote,
pourlèche et pourlèche - vieux Boileau archi-tête de cochon. J'ai la musique, j'ai le venin, j'ai les philtres ! » Et
quel venin !
Car désormais, il se fait « chroniqueur » de ses neuf mois de fuite à travers l'Allemagne en flammes - ses
modèles en littérature, ne l'oublions pas, sont. Pline l'Ancien, qui « chroniqua » l'éruption du Vésuve, et
Commines qui « chroniqua » le règne de Louis XI. Si le terme n'était galvaudé, on pourrait dire qu'il est le
maitre absolu de l' « autofiction ». Surtout, il a enfin trouvé une réponse la mort : le rire. « Il faut être plus
qu'un petit peu mort pour être vraiment. rigolo », révèle-t-il dans ses Entretiens avec le professeur Y. « Vous
n'avez pas remarqué qu'au moment où sa peau est menacée, l'Homme essaye brusquement, successivement,
encore une fois, tous les rôles, toutes les défenses, les grimaces ? », ajoute-t-il. Irrésistiblement, cet ami de
Jean Dubuffet va décrire ces grimaces.
Céline, auteur comique ? Il ne s'agit pas seulement d'un paradoxe - à la manière de Vialatte présentant. Kafka
comme un « humoriste ». Le Bardarmu des usines Ford de Detroit n'avait-il pas déjà quelque chose du Chaplin
des temps modernes ? Et l'immense succès actuel du DVD Céline vivant ne tient-il pas largement au rire
provoqué par certaines saillies de Céline lors de ces interviews télévisées ? Avec la Trilogie, l'humour sous les
bombes va tout emporter. Exemple de ce Céline deuxième manière : « Mon complet, l'unique, je le garde, est
de l'année 34 ! mon pressentiment !... je suis pas le genre Poujade, je découvre pas les catastrophes 25 ans
après, que tout est fini, rasibus, momies !... que nous allions vers des temps qui seraient durs pour la
coquetterie ... j'avais un tailleur avenue de l'Opéra... "faites-moi un complet, attention ! spécial sérieux
Poincaré ! Super gabardine ! le genre Poincaré !" [... ] ils se vantent maintenant de complets "nylon",
d'ensembles "Grévin", de kimonos atomiques... je demande à voir !... le mien est là élimé certes ! entendu ! à la
trame ! ... nous aussi on est à la trame ! »
A coups de néologismes, Céline invente l'écriture de la bête traquée, de la paranoïa de la conspiration thématique qui préfigure urne bonne partie de la littérature américaine moderne, de Mailer à Pynchon en
passant; par DeLillo Il y a toujours un « ober flic führer » prêt à vous assommer dans un coin, un jaloux prêt à
i
jurer que vous « avez un peu zeitungué » dans la presse nazie, un bataillon d'« afro-polacks » à deux doigts
d'envahir la France. Style si virtuose qu'il est capable de faire passer en contrebande certaines invectives
racistes - sur le métissage ou le péril jaune – réservées avant-guerre à ses pamphlets...
« L’écriture du dernier Céline est celle d'un suspect universel qui s'inventerait des alibis géniaux pour échapper
au lynchage. Elisions, néologismes, baragouins d'anglais, points d'exclamation, argot, absence de verbes - tout,
se bouscule en une rafale d'images, cimentées par les points de suspension. Ah, ses fameux points de
suspension ! « Indispensables ! Pour poser mes rails émotifs ! », justifiera-t-il.
« Mon métier est de faire rire », avouera-t-il même sans détour à sa secrétaire, Marie Canavaggia, détentrice
de tous ses secrets de fabrication. Après le désespoir poignant de Bardamu, le rite comme manifestation ultime
de l'émotion. Comment s'étonner, dès lors, qu'il fut le grand inspirateur du dialoguiste Michel Audiard ? Céline
a bien résumé les choses à la fin de Rigodon, son testament romanesque : « Parvenu un certain tournant, plus
rien compte, que la rigolade et le cimetière... »
Jérôme Dupuis dans Lire hors-série
Cet article de revue est inséré ici pour montrer comment le style de Céline est apprécié en 2013.
ii
Poésie Elégies et sonnets, de Louise Labé
Analyse 8° poème: Je vis, je meurs (le lecteur notera certaines faiblesses de cette étude. Il
peut utiliser un tel travail, non comme une référence, mais comme un brouillon de
recherche d’idées ; un copier-coller serait une mauvaise idée)
Intro:
114
Poésie 2013
Louise Labé : (1524-1566), elle est originaire de Lyon d’un milieu bourgeois (bonne
éducation) mais elle est imprégnée de la culture italienne (latine + italienne). C’est une
femme atypique (hors norme) : elle est maître d’arme et fréquente les salons. Elle est
condamnée par Calvin pour une vie trop libre. A 16 ans, elle tombe amoureuse d’Olivier de
Magny (ami de Du Bellay). C’est un amour malheureux qui est à l’origine de beaucoup de
poème.
Entre 1545 et 1555 elle publie « Elégies et sonnets », « Débat de Folie et d’Amour ». C’est de
la poésie lyrique (joie, amour, corps, cœur) et de la poésie élégiaque (tristesse, mélancolie,
nostalgie ; lié au cœur et au passage du temps)
« Je vis, je meurs » est le poème le plus célèbre de Louise Labé, c’est le 8ème sonnet de son
recueil « Elégies et sonnets ». C’est un sonnet dans la tradition pétrarquiste dont on voit
l’influence. Elle y reprend la description de la passion et des sentiments contradictoires.
C’est un registre lyrique mais elle adopte un point de vue général.
Plan:
I) Spécificité du sonnet
1) La construction
2) La versification
II) Situation d’énonciation
1) le registre lyrique
2) Le cadre spatio-temporel
III) Désordres des sentiments amoureux
1) 2 figures de style clé
2) La vision de l’amour
Développement du plan:
I) Spécificité du sonnet
1) La construction
-2 quatrains et 2 tercets avec un vers central qui fait le lien : v. 9 articulation forte : « Ainsi »
-Le 2ème quatrain : énumération des effets physique et de la psycho passion, sorte
d’accumulation des verbes et des adjectifs. Ex : v. 1
-les 2 tercets ont une unité de thème : les erreurs de l’amour. « Je » est la victime de cet
amour. Le dernier vers montre un retour au départ. C’est un poème circulaire.
2) La versification
-en 14 vers à 10 syllabes (décasyllabes)
-rimes embrassées dans les quatrains (ABBA) et dans les tercets rimes croisées (CDC) et
rimes plates (CDD).
115
Poésie 2013
-4 rimes différentes seulement : « oie », « ure », « ère » et « eur ». Ces rimes font ressortir la
gamme sonore et traduit l’obsession de la passion, l’emprisonnement du sujet dans l’amour.
-un sonnet très bien construit avec le rythme et les sonorités qui traduisent l’idée
Un sonnet parfait. Il y a quelques contraintes pour le sonnet, celui-ci est au service de son
thème, des contraintes poétiques et amoureuses.
-Le sonnet est un poème à forme fixe.
II) Situation d’énonciation
1) le registre lyrique
-« je » est omniprésent dans toutes les strophes et parfois plusieurs fois, il est employé avec
le pronom personnel « me » et l’adjectif possessif « mon » v. 14.
-poème centré sur l’expression personnel. Cela montre l’envahissement de la passion qui
occupe tout : corps + âme ; c’est une forme de dépendance. On oublie le reste du monde.
Celui qui provoque la passion est absent (déréalisé) car il n’y a pas de marque de la 2ème
personne. L’amour se joue du personnage que de l’homme.
- « Amour » est personnifiée mais impersonnel. Le processus de la passion est toujours le
même : idéalisation qui dépasse la figure de l’amant : chacun aime d’abord l’amour.
2) Le cadre spatio-temporel
-le texte utilise le présent d’énonciation mais ne définit aucun cadre spatio-temporel : on ne
sait ni où ? Ni quand ?
C’est une description de la vérité générale : le processus de la passion est toujours égal.
Il y a quelques images de la nature : métaphores v.8 et 1
Une Poésie lyrique très personnelle mais universelle.
III) Désordres des sentiments amoureux
1) 2 figures de style clé
-les figures de styles sont présentes dès le début du 1er vers et développées tout au long du
poème.
-L’antithèse : jeu sur les écarts de sens avec économie des vers → hémistiche (moitié de vers
ou 6 pieds pour alexandrin). Ex : v.1
-la parataxe (= juxtaposition) et parallélisme redoublent l’antithèse.
-les 2 premiers quatrains sont construits sur le parallélisme et l’antithèse. Ils décrivent l’état
physique et l’état mental.
-les sensations de chaleur ou de froid marquent la présence et l’absence de l’autre. Elle
compare les éléments naturels : eau, feu, et plante.
-L’antithèse renvoie à l’état physique et mental et montre la dualité des sentiments : plaisir
et souffrance sont marqués par les hyperboles.
116
Poésie 2013
-L’utilisation des saisons avec les métaphores montre la contradiction dans l’Amour. Un
moment avec l’être aimé mêle toutes les saisons.
2) La vision de l’amour
-les 2 tercets : dans l’Amour l’être est dépossédé, n’a plus de certitudes. L’adverbe «
inconstamment » ressort car il est au centre du vers 9.
-on n’est jamais sûr de la suite de l’histoire : c’est une surprise.
-il y a 2 subordonnées de temps construites sur les antithèses.
- dans les 2 quatrains, le « je » domine et dans les 2 tercets « il ».
-vision de la passion et non de la raison
-le poème se termine sur le mot « malheur »
-Louise Labé reprend la tradition de l’antiquité : la passion est fatale et mortifère.
Conclusion:
Le poème offre l’image de l’amour en y montrant les états extrêmes du « Moi » qui est une
victime de l’Amour. Le registre est lyrique et élégiaque (car il y a plus de douleurs que de
malheurs). L’image de la femme qui aime et dépend de l’autre est aussi présente. Malgré
tout, les sentiments décrits renvoient à l’idée que l’homme ou la femme subit plus qu’il ou
elle choisit la passion v.9.
Cette image de l’Amour traverse la littérature et tous les poètes français lyrique l’ont chanté
(Dante et Pétrarque ou même Racine).
iii
Ronsard :
Composition du Sonnet
- les 2 quatrains : Vie et Mort de la rose
- le premier tercet évoque la vie et la mort de Marie
- le deuxième tercet : chute du sonnet : offrande faite à Marie
Il y a un déséquilibre.
Cette composition se justifie par l’emploie de la comparaison « Comme … Ainsi », vers 9
1° élément de comparaison : la rose
2° élément de comparaison : Marie
On remarque que les vers 11 et 14 reprennent les sonorités des 2 premiers quatrains.
Alternance de rimes féminines et masculines.
Première étape (huitain) : vie et mort de la rose
Comparaisons qui font appel à l’expérience de chaque lecteur : présence de « on » (vers 1),
présent général « voit ».
Scène évoquée :
Lieu = nature … « branche » jardin
117
Poésie 2013
Temps = Mai = Printemps = Marie = renouveau
Le personnage : « la rose » -> Place à la rime « le bout de la branche »
Personnification de la rose : « belle jeunesse », vers 2
Préparant sa comparaison avec Marie, vers 9
Rose dans toute sa splendeur, son éclat : « vive couleur », vers 3
La nature participe à la mettre en valeur ->« l’aube »
Personnifiée vers 4 ->« fleurs » = rosée
Dans le 2ème quatrain, la comparaison s’interrompt.
Contemplation de la rose, vers 5-6.
-> D’où l’allégorie (grâce & Amour) qui met en valeur les qualités de la rose
Rythme lent et équilibré du vers 5 -3/3/3/3 = groupe isométrique (4 groupes de 3 syllabes)
6 vers du huitain pour décrire cette rose.
2 vers pour évoquer sa mort brutale et rapide.
« Mais » vers 7 opposition = changent total = sonorité triste
Assonances en « U » et « I ».
Emploi de rimes batelées (ardeur, meurt)
-> Fragilité de la fleur = « alternative » « ou … ou », vers 7
L’allitération en « L » traduit le glissement vers l’inéluctable mort de la rose.
Ainsi que le rythme du vers 8 (3/3/3/3).
Deuxième étape : Marie évocation très rapide par la vie et mort
Vers 9 « jeune »
Mort brutale de Marie : intervention de la mythologie : la barque
Assonance en « a » et « t » 1° hémistiche
Et apaisement : calme retrouvé : assurance « cendre tu reposes »
Chute du poème
Deuxième tercet :
Offrande du poète à Marie | reçoit (mes)
Le poète tutoie Marie | (Mes) larmes et (Mes) pleurs
Lui offre son émotion | Redondance |
D’abord il lui offre des présents simples : LAIT
Pureté
Innocence
Vie
=
FLEURS
parallèle avec la rose
Parallélisme des 2 hémistiches, adjectif hyperbolique.
Dernier vers : Marie devient la Rose
Les deux éléments se rejoignent et fusionnent : symbiose.
118
Poésie 2013
Rythme lent et équilibre 3/3/3/3
Echo entre le vers 14 et le vers 1 « douceur », mélancolie de l’évocation.
C’est un texte "païen" qui utilise des références à l’antiquité, comme le désir de retrouver
l’immortalité pour la personne aimée.
iv
Voltaire
http://ginnungagap.over-blog.com/article-34528857.html pour récupérer quelques idées,
rien d’autre ! (j’ai rectifié les erreurs orthographiques soulignées par word !)
Poème sur le désastre de Lisbonne (1756)
Ô malheureux mortels ! ô terre déplorable !
Ô de tous les mortels assemblage effroyable!
D'inutiles douleurs éternel entretien !
Philosophes trompés qui criez: "Tout est bien",
Accourez, contemplez ces ruines affreuses,
Ces débris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses,
Ces femmes, ces enfants l'un sur l'autre entassés,
Sous ces marbres rompus ces membres dispersés ;
Cent mille infortunés que la terre dévore,
Qui, sanglants, déchirés, et palpitants encore,
Enterrés sous leurs toits, terminent sans secours
Dans l'horreur des tourments leurs lamentables jours!
Aux cris demi-formés de leurs voix expirantes,
Au spectacle effrayant de leurs cendres fumantes,
Direz-vous: "C'est l'effet des éternelles lois
Qui d'un Dieu libre et bon nécessitent le choix"?
Direz-vous, en voyant cet amas de victimes :
"Dieu s'est vengé, leur mort est le prix de leurs crimes"?
Quel crime, quelle faute ont commis ces enfants
Sur le sein maternel écrasés et sanglants?
Lisbonne, qui n'est plus, eut-elle plus de vices
Que Londres, que Paris, plongés dans les délices ?
Lisbonne est abîmée, et l'on danse à Paris.
Tranquilles spectateurs, intrépides esprits,
De vos frères mourants contemplant les naufrages,
Vous recherchez en paix les causes des orages :
Mais du sort ennemi quand vous sentez les coups,
Devenus plus humains, vous pleurez comme nous.
Croyez-moi, quand la terre entrouvre ses abîmes
Ma plainte est innocente et mes cris légitimes. [...]
Voltaire
« Un jour, tout sera bien, voilà notre espérance
Tout est bien aujourd’hui, voilà l’illusion »
119
Poésie 2013
Le 1er novembre 1755, un violent séisme ravage la ville de Lisbonne, faisant plus de 30 000
victimes et provoquant un immense choc dans la sensibilité philosophique du XVIIIe siècle.
Cette catastrophe obsédera Voltaire qui, ayant une soixantaine d’année, manifestera son
mépris envers les théories optimistes de Leibniz. Le penseur éclairé va alors se lancer dans
un nouveau combat où il dénoncera le rôle de la providence tout en exprimant sa sensibilité.
Ainsi naîtra Poème sur le désastre de Lisbonne.
Aussi pouvons-nous nous demander comment Voltaire s’y prend-il pour faire passer son
message.
Nous verrons dans un premier temps la dimension pathétique, avant de porter notre
attention sur l’aspect polémique de ce texte.
I. Un poème bouleversant
Nous pouvons tout d’abord noter la présence d’un important champ lexical de la tristesse
avec :
- « Ô malheureux mortels ! ô terre déplorable ! » (1) « Malheureux » est un adjectif prenant
racine dans l’assemblage des termes « mal » et « heur ». L’heur étant une chance favorable,
le préfixe « mal » donne à « malheureux » une signification se rapportant à l’adjectif «
malchanceux ». L’adjectif « déplorable » provient du nom « pleur » auquel on a rajouté « dé
» (marquant l’éloignement) et « able » (touche négative) donnant ainsi une signification
proche de la lamentation.
- « D’inutiles douleurs éternel entretien ! » (3) Le nom « douleur » provient du latin « dolor »
signifiant « une émotion morale pénible ».
- « Ces débris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses » (6) Nouvelle utilisation de l’adjectif
« malheureux » déjà aperçu dans la première ligne.
- « Cent mille infortunés que la terre dévore » (9) « Infortunés » provient du mot « fortune »
signifiant « la chance ». Le terme veut ainsi signifier le manque de chance que l’on a déjà pu
voir avec malheureux. De plus, on remarque une hyperbole avec « cent mille infortunés ».
60000 individus ont en effet trouvé la mort dans le désastre.
- « Dans l’horreur des tourments leurs lamentables jours » (12) « lamentable » vient du
verbe « lamenter » ce qui fait aussi référence au pathétique de la scène.
- « Vous pleurez comme nous » (28) nouvelle marque du pathétique. « Nous » implique
l’auteur qui exprime ainsi sa sensibilité.
- « Ma plainte est innocente » (30) Le nom « Plainte » rappel le pathétique avec « ma » qui
comme pour « nous », implique que Voltaire est engagé.
D’autre part, un champ lexical de la terreur se remarque aussi :
120
Poésie 2013
- « assemblage effroyable » (2) marquant l’effroi ressenti lors de la vue des conséquences du
désastre.
- « ces ruines affreuses » (5) Même chose, on remarque une nouvelle fois l’effroi.
- « que la terre dévore » (9) personnification mettant en relief l’aspect terrible du
cataclysme.
- « palpitants encore » (10) Ce vers montre la souffrance ressenti par les victimes qui va audelà de la souffrance physique. Ceux-là sont en effet terrorisés.
- « Enterrés sous leurs toits » (11) On note ici que Voltaire avait une phobie de l’écrasement.
- « Dans l’horreur des tourments » (12) Les termes « horreurs » et « tourments » montrent
une nouvelle fois la peur ressentie par les victimes.
- « Au spectacle effrayant » (14) Marque de l’effroi.
- « mes cris légitimes » est mis en relation avec « aux cris demi-formés » montre que Voltaire
pousse les cris que les victimes du sinistre n’ont pu pousser.
On note aussi que le désastre semble toucher tous les sens, aussi bien l’ouïe (avec « aux cris
demi-formés de leurs voix expirantes »), la vue (« contemplez ces ruines affreuses »), le
touché (« ces débris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses », « quand vous sentez les
coups »), l’odorat bien que ce sens n’est pas un grand rôle à jouer dans le désastre (« vous
sentez les coups » bien que cette citation est sans doute mise pour les coups physiques, «
leurs cendres fumantes » même s’il ne l’est pas explicitement indiqué, les corps brûlés
doivent sentir une odeur affreuse ) et le goût (avec l’antithèse « plongés dans les délices »
qui s’oppose avec « Lisbonne est abîmée »).
- On note aussi une opposition entre « entassés » et « dispersés » pour montrer l’étendue de
la fatalité qui s’est abattu sur Lisbonne.
Voltaire nous décrit ainsi le désastre de Lisbonne avec tout l’aspect pathétique qu’il
entraîne. La souffrance, le dégoût, l’effroi, la tristesse, toutes les émotions les plus sombres
sont envisagées pour donner au lecteur une idée de l’horreur vécue.
Ainsi nous avons pu voir que par ce texte, Voltaire décrit le désastre de manière pathétique,
cherchant ainsi à responsabiliser les lecteurs. Nous analyserons ce but dans un second
temps.
II. Une dimension polémique
121
Poésie 2013
- On remarque tout d’abord un parallélisme syntaxique, ou plutôt une imprécation avec la
répétition de « ô » visant à mettre en condition le lecteur. Voltaire en appel ici aux victimes
du désastre ; il compatie.
- « Philosophes trompés » Par ce vers, l’auteur dénonce les théories leibniziennes qui veut
que tout soit bien dans le meilleur des mondes. « Trompés » semble davantage signifier «
trompeur ».
- « Accourez, contemplez ces ruines affreuses » poursuite de l’accusation par un argument
d’autorité basé sur un fait réel, scrupuleusement détaillé.
- « Direz-vous : [...] le choix ? », « Direz-vous : [...] leurs crimes ? » Construction de
l’argumentation sous la forme thèse-antithèse avec une répétition de « direz-vous » ce qui
implique que voltaire se mettent à la place des philosophes trompés pour mieux les
contredire ensuite.
- « Quel crime, [...] sanglants ? » L’antithèse évoquée ne se fait pas attendre. L’auteur utilise
la candeur des enfants pour montrer qu’ils ne peuvent être coupables de crimes (étant trop
jeune), bien qu’ils soient victimes.
- On remarque que Voltaire utilise plusieurs interrogations rhétoriques : « Sur le sein
maternel écrasés et sanglants ? », « Lisbonne [...] les délices ? ».
- On note aussi une métaphore filée avec « plongés », « abîmée », « naufrages » pour
donner plus de poids à l’antithèse entre Paris et Lisbonne.
- Comme déjà cité, on note aussi l’implication de l’auteur avec « vous pleurez comme nous »
et « ma plainte ».
- « Croyez-moi, quand la terre entrouvre ses abîmes [Ma plainte est innocente et mes cris
légitimes. » L’auteur prend à parti les lecteurs pour leur montrer le but recherché par ce
texte, et leur prouver qu’il le fait de manière légitime.
- On remarque aussi l’utilisation de l’alexandrin pour donner plus de portée, de ton au texte
et permettant ainsi une meilleur description/argumentation.
- L’utilisation de la poésie souligne le veut de frapper le lecteur par une dramatisation
rythmée qui possède plus d’impact qu’un récit en prose.
- De plus, on remarque qu’une rime sur deux est frappante, ce qui donne davantage de poids
dans l’argumentaire.
- Présence d’une ponctuation très soutenu pour donner toujours plus de rythme au texte, et
donc un impact plus fort auprès de l’opinion du lecteur.
122
Poésie 2013
Ainsi, par un poème extrêmement bien construit, Voltaire peint le désastre de Lisbonne de
manière macabre, pour mieux critiquer les philosophes comme Leibniz qui pensent que tout
est bien dans le meilleur des mondes.
v
Aloysius Bertrand
Introduction
Aloysius Bertrand (1807 - 1841) est issu d’une famille pauvre et n'a jamais réussi à
échapper à la misère. Il fut très influencé par le romantisme allemand et le baroque. Son
recueil de poème Gaspard de la nuit sera publié en 1842 à titre posthume. Longtemps
inconnue du grand public, cette œuvre influencera pourtant Baudelaire ou Rimbaud par
l'originalité de l'inspiration et de l'écriture du poème en prose. Aloysius Bertrand est le
précurseur du poème en prose. "Un rêve", également appelé "Il était nuit... ", est extrait du
livre III : "La nuit et ses prestiges". "Un rêve" est un poème très construit. Il se présente
comme le compte-rendu d'un rêve relaté dans une atmosphère à la fois mystique et
tragique.
Lecture du poème
Télécharger Un rêve - de Aloysius Bertrand en version mp3 (clic droit - "enregistrer sous...")
http://www.bacdefrancais.net/un-reve-aloysius-bertrand.php
http://www.litteratureaudio.com/
Un rêve
J'ai rêvé tant et plus, mais je n'y entends note.
Pantagruel, livre III.
Il était nuit. Ce furent d'abord, - ainsi j'ai vu, ainsi je raconte, - une abbaye aux murailles
lézardées par la lune, - une forêt percée de sentiers tortueux, - et le Morimont(*) grouillant
de capes et de chapeaux.
Ce furent ensuite, - ainsi j'ai entendu, ainsi je raconte, - le glas funèbre d'une cloche auquel
répondaient les sanglots funèbres d'une cellule, - des cris plaintifs et des rires féroces dont
frissonnait chaque fleur le long d'une ramée, - et les prières bourdonnantes des pénitents
noirs qui accompagnent un criminel au supplice.
Ce furent enfin, - ainsi s'acheva le rêve, ainsi je raconte, - un moine qui expirait couché
dans la cendre des agonisants, - une jeune fille qui se débattait pendue aux branches d'un
chêne, - et moi que le bourreau liait échevelé sur les rayons de la roue.
Dom Augustin, le prieur défunt, aura, en habit de cordelier, les honneurs de la chapelle
ardente; et Marguerite, que son amant a tuée, sera ensevelie dans sa blanche robe
d'innocence, entre quatre cierges de cire.
Mais moi, la barre du bourreau s'était, au premier coup, brisée comme un verre, les
torches des pénitents noirs s'étaient éteintes sous des torrents de pluie, la foule s'était
123
Poésie 2013
écoulée avec les ruisseaux débordés et rapides, - et je poursuivais d'autres songes vers le
réveil.
(*) C'est à Dijon, de temps immémorial, la place aux exécutions.
Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit - Livre III - 1842
Annonce des axes
Commentaire littéraire
I. La composition du poème
La première phrase "Il était nuit.", très simple, est uniquement narrative. Elle met en
situation, donnant le cadre inquiétant dans lequel va se dérouler le poème.
Les trois premiers paragraphes rapportent trois épisodes angoissants. Chronologie très
marquée et construite "d'abord", "ensuite", "enfin" avec l'anaphore de "Ce furent", à la
manière d'un texte argumentatif. Reprise de l'expression "ainsi j'ai vu, ainsi je raconte" (et
"ainsi s'acheva le rêve, ainsi je raconte" la troisième fois) comme un refrain.
Les deux derniers paragraphes présentent les dénouements.
Les trois premiers paragraphes se développent chacun en trois temps : trois séquences
présentées selon un ordre invariable et à l'aide de structures syntaxiques similaires, des
parties de phrase à peu près égales :
- Paragraphe 1 : trois lieux : trois substantifs définis (deux participes passés "une abbaye aux
murailles lézardées par...", "une forêt percée de" et un participe présent "le Morimont
grouillant de..."). La phrase semble donc multiplier les précisions mais selon une structure et
des reprises (prépositions notamment) qui font naître le malaise. Présentation de lieux
inquiétants, mais pas de descriptions des actions qui se déroulent dans ces lieux. Il est
difficile de comprendre pour le lecteur comment ces éléments s'articulent entre eux. Le
narrateur semble déambuler dans un monde inquiétant.
- Paragraphe 2 : trois sons : à chaque séquence correspondent des sons : glas + sanglots /
cris + rires / prières bourdonnantes. Les substantifs sont accompagnés d'adjectifs épithètes
inquiétants (funèbres (2 fois), plaintifs, féroces) et suivis chacun d'une proposition relative
"auquel répondaient les sanglots funèbres d’une cellule", "dont frissonnait chaque feuille le
long d’une ramée", "qui accompagnaient un criminel au supplice" -> composition très
régulière.
- Paragraphe 3 : trois personnages présentés selon la structure : substantif + relative "un
moine qui...", "une jeune-fille qui...", "et moi que...". Trois suppliciés. La phrase "et moi que"
surprend car jusqu'ici la structure très ordonnée du poème et très descriptive (pas de
sentiments exprimés) donnait une impression de détachement de la part du narrateur,
l'expression "et moi que" rend ce poème soudainement plus personnel et surprend ainsi le
lecteur.
Ce paragraphe montre une musicalité recherchée. Utilisation du mètre impair et élaboration
de système complexe d’alternances :
un moine qui expirait / couché dans la cendre des agonisants
124
Poésie 2013
7 pieds
11 pieds
une jeune fille qui se débattait / pendue aux branches d’un chêne
11 pieds
7 pieds
et moi que le bourreau liait (synérèse sur "liait" = 1) / échevelé sur les rayons de la roue
7 pieds
11 pieds
L'ordonnance n'est plus la même dans les 2 paragraphes suivants :
Le quatrième paragraphe permet d'identifier les deux premiers suppliciés : Dom Augustin et
Marguerite (Certainement celle de Faust (Goethe)), leur sort est évoqué au futur.
Le cinquième et dernier paragraphe se rapporte au narrateur, au rêveur. La conjonction
"Mais" marque la rupture : son sort est différent.
Donc des actions qui se poursuivent d'un couplet à un autre selon un ordre qui relève plus
de la construction intellectuelle que du rêve car un rêve a en général un aspect désordonné,
sans structure.
Ainsi, la construction du texte d’Aloysius Bertrand évoque la poésie par plusieurs points :
- 5 paragraphes qui jouent le rôle de strophes
- Constructions de ces strophes
- emploi de tournures répétées qui rappelle la chanson médiévale.
- sonorités et musicalité du texte
Le poème est une œuvre d'art travaillée et non le compte rendu fidèle d'un rêve comme le
refrain semble vouloir l'affirmer.
II. Un rêve
1. Un univers cauchemardesque
Pourtant Aloysius Bertrand exploite toutes les ressources du monde onirique.
Si les séquences se succèdent selon un ordre invariable, le narrateur passe de l'une à l'autre
sans explication, rappelant ainsi le fonctionnement d'un rêve dans lequel on peut passer
instantanément d'un endroit à un autre.
C'est l'évocation d'un monde inquiétant : la première phrase, avec sa tournure archaïque
plonge le lecteur dans un espace sombre, celui du Moyen-âge (dans le reste du poème :
abbaye, capes, les pénitents noirs (Inquisition), le supplice de la roue).
La présence de la lune semble maléfique : le passif ("lézardées par la lune") suggère que
l'astre a une puissance maléfique permettant de créer des lézardes.
La forêt est également maléfique : les termes "percée" et "tortueux" sont descriptifs et
symboliques : ils évoquent la souffrance ("tortueux" vient de "tordre"), évocation soutenue
par les allitérations de dentales [t] ("sentiers tortueux").
Quant à la place, le participe présent "grouillant" offre l'image d'une foule impénétrable,
sans visages puisque les hommes sont présentés par l'intermédiaire de la métonymie ("de
capes et de chapeaux"). Le terme grouillant renvoie au monde animal plutôt qu'humain et
évoque le dégoût.
Le deuxième paragraphe est placé sous le signe de la mort "glas funèbre", "pénitents noirs",
de la douleur "sanglots", "cris", "supplice" et du sadisme "rires féroces". Les allitérations en
125
Poésie 2013
[f] et [r] ("des rires féroces dont frissonnait chaque fleur") concourent à communiquer
l'angoisse, d'autant que la deuxième scène évoque avec réalisme les soubresauts de la
victime attachée ("frissonnait chaque feuille le long d’une ramée"). Les fleurs, symboles de la
beauté et de la femme chez les poètes, sont ici des témoins apeurés (elles frissonnent).
Les prières "bourdonnantes" sont plus sourdes, elles rappellent la confusion suggérée au
paragraphe précédent par "grouillant".
C'est un monde où la barbarie se mêle à la mysticité : crémation et souffrance de l'agonie
par pénitence, pendaison et crucifixion.
Le troisième paragraphe reflète également une atmosphère cauchemardesque, dans lequel
le narrateur est condamné au supplice.
2. Le dénouement
Le quatrième paragraphe marque déjà un assouplissement du cauchemar.
Le narrateur semble alors ne plus subir : comme souvent dans les rêves, les épisodes
n'arrivent pas à terme. Au moment décisif, le rêveur passe de la conscience passive à un état
plus proche de l'état de veille, cependant il reste pris dans son rêve et invente un
dénouement, introduisant dans ce monde sombre des notes de douceur : "La chapelle
ardente", "la robe blanche", "les cierges" -> champ lexical de la lumière qui s'oppose à
l'atmosphère sombre du début du poème -> antithèse
"la robe blanche" s'oppose aux "pénitents noirs" -> antithèse
L'assonance en [si] "cierges de cire" montre le passage à des sonorités plus douces.
Mais ce dénouement peut aussi apparaître comme une dénonciation de la folie fanatique
des hommes qui osent transformer la vie de certains en enfer pour ensuite les réhabiliter
après leur mort. En effet, le moine ne sera honoré et la jeune fille ne retrouvera sa pureté
qu'une fois morts.
Le cinquième et dernier paragraphe marque la rupture avec "Mais". Délivrance pour le
narrateur qui revient au passé, il invente dans cet état de demi-sommeil qui permet toutes
les audaces, les circonstances délirantes de sa libération : une liquéfaction générale résultat
d'un coup de force de son imagination. Les derniers mots "et je poursuivais d'autres songes
vers le réveil." dédramatisent le cauchemar.
Conclusion
Dans son recueil Gaspard de la nuit, Aloysius Bertrand ouvre la voie à une nouvelle
forme de poésie, le poème en prose. Guidé par la volonté de créer sans trop de contraintes,
Aloysius Bertrand conserve néanmoins des caractéristiques du genre poétique, ce qui
permet de dire qu’il s’agit d’un poème en prose.
Ce recueil aura une influence considérable qui inspirera à Baudelaire Le Spleen de
Paris (recueil de poèmes en prose, 1869).
vi
Musset : Allégorie du Pélican
http://www.youtube.com/watch?v=-JRhHwVSHZU
LA MUSE
126
Poésie 2013
Quel que soit le souci que ta jeunesse endure,
Laisse-la s'élargir, cette sainte blessure
Que les séraphins noirs t'ont faite au fond du cœur;
Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur.
Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète,
Que ta voix ici-bas doive rester muette.
Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.
Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,
Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,
Ses petits affamés courent sur le rivage
En le voyant au loin s'abattre sur les eaux.
Déjà, croyant saisir et partager leur proie,
Ils courent à leur père avec des cris de joie
En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.
Lui, gagnant à pas lent une roche élevée,
De son aile pendante abritant sa couvée,
Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.
Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte;
En vain il a des mers fouillé la profondeur;
L'océan était vide et la plage déserte;
Pour toute nourriture il apporte son cœur.
Sombre et silencieux, étendu sur la pierre,
Partageant à ses fils ses entrailles de père,
Dans son amour sublime il berce sa douleur;
Et, regardant couler sa sanglante mamelle,
Sur son festin de mort il s'affaisse et chancelle,
Ivre de volupté, de tendresse et d'horreur.
Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,
Fatigué de mourir dans un trop long supplice,
Il craint que ses enfants ne le laissent vivant;
Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,
Et, se frappant le cœur avec un cri sauvage,
Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,
Que les oiseaux des mers désertent le rivage,
Et que le voyageur attardé sur la plage,
Sentant passer la mort se recommande à Dieu.
Poète, c'est ainsi que font les grands poètes.
Ils laissent s'égayer ceux qui vivent un temps;
Mais les festins humains qu'ils servent à leurs fêtes
Ressemblent la plupart à ceux des pélicans.
Quand ils parlent ainsi d'espérances trompées,
De tristesse et d'oubli, d'amour et de malheur,
Ce n'est pas un concert à dilater le cœur ;
127
Poésie 2013
Leurs déclamations sont comme des épées :
Elles tracent dans l'air un cercle éblouissant;
Mais il y pend toujours quelques gouttes de sang.
Lecture méthodique de ce poème extrait de La Nuit de Mai
Explication de la partie centrale v. 7-37 de ce poème de 1835.
Les deux premiers vers énoncent la thèse romantique de la souffrance comme moteur de la
création : "Les chants désespérés sont les chants les plus beaux / Et j'en sais d'immortels qui
sont de purs sanglots." Cela rappelle au passage que Chant = poésie lyrique, celle qui est
destinée à exprimer les sentiments intimes, de préférence mélancoliques. Plaisir esthétique
du sanglot, il y a là quelque chose qui peut paraître malsain, de masochiste ("Laisse-là
s'élargir, cette sainte blessure") ; en tous les cas, cela confirme la nature tourmentée du
poète.
Suit l'illustration par le récit du pélican, dont on détaillera les épisodes, et le dernier
alexandrin (v. 38) qui énonce la similitude de son sort avec les poètes : "ainsi que font" est
une comparaison qui oriente donc vers une vérité générale, dans une phrase conclusive qui
apostrophe Musset poète (puisque c'est sa Muse qui parle et l'exhorte).
Mais restons-en à l'essentiel de notre bestiaire en étudiant l'histoire de ce volatile qui
préfigure les Albatros, Cygne et autre Condor, dans la poésie versifiée.
Les deux premiers vers (9-10) présentent le pélican de retour d'un long voyage, thème cher à
la poésie lyrique depuis Du Bellay (Heureux qui, comme Ulysse...), mais ici de façon négative
: "lassé", "dans les brouillards". Le verbe "retourne" au présent narratif installe aussi une
action habituelle et répétitive, ce que confirmera plus bas l'adverbe "parfois" (v. 29).
La fin de la phrase (v. 11-12), après ces compléments circonstanciels, nous apprend qu'il est
"père" (v. 24) de "ses petits", lesquels attendent qu'il leur donne ce qu'il est allé chercher,
puisqu'ils sont "affamés". On voit la charge qui pèse sur lui : bien que le père semble très
fatigué ou blessé quand il vient "s'abattre sur les eaux", il doit encore se soucier de leur sort
en les nourrissant.
La phrase suivante, répartie sur trois vers (13-15), met à la rime - plate, alors que les
précédentes étaient croisées - "proie" et "joie", une relation de causalité les unissant : le
père est fêté en tant que nourrisseur de sa progéniture, laquelle est personnifiée par les
sentiments qu'elle éprouve : "croyant" : un contraste se dessine : les enfants sont encore au
stade de l'illusion alors que le père, lui, a une conscience de son sort que dévoilera la suite
du récit.
Pour l'instant la chute de la phrase sur les "goitres hideux" confirme le contraste, cette fois
entre cette disgrâce et la joie précédente, en même temps qu'elle exploite le détail physique
caractéristique du pélican : sa poche sous le bec gonflée des poissons emmagasinés.
128
Poésie 2013
La phrase suivante, répartie encore sur trois vers (16-18), confirme la distance existant entre
père et enfants par sa prise de hauteur ("roche élevée"), comme s'il était conscient de la
supériorité que lui confère sa souffrance de voyageur. Eloignement paradoxal car il reste le
père protecteur : "de son aile pendante abritant sa couvée". Enfin arrive le couple sujet /
verbe ("il regarde les cieux"), retardé par effet de suspense, comme si cette aspiration à la
montée était pour lui l'essentiel. Car ce père est un rêveur, comme le prouve l'épithète
"mélancolique". Quant au champ lexical de la religion ("cieux", confirmé plus loin avec
"Dieu"), il cite à relire le concret oiseau "pêcheur" en un plus spirituel 'pécheur' (soit ce que
l'on nomme une syllepse ).
Mais quel crime a bien pu commettre cet être pour qu'au vers suivant "le sang coule à longs
flots de sa poitrine ouverte" (v. 19), dans une hyperbole insistant sur sa souffrance infligée
comme une punition ? L'aspect sanguinolent trouve une explication avec le don total : "il
apporte son cœur", parce qu'il n'a rien trouvé à donner à manger dans une rythme ternaire :
"mers fouillées en vain", "océan vide", "plage déserte" (v. 20-21). Si bien que la seule
"profondeur" qui soit bénéfique est celle de "sa poitrine" : son cœur, qui se lit au sens
concret bien sûr (avec le sang d'une blessure physique), mais aussi au sens abstrait (donc
deuxième syllepse), du fait qu'échouant dans la nourriture matérielle, il ne lui reste plus que
la spirituelle : cœur à prendre au sens métonymique des sentiments, ici de dévouement, qui
anticipe l'idée du "divin sacrifice" (v. 29).
La phrase s'agrandit (v. 23-28), en signe d'amplification des actions et des sentiments. Il faut
de nouveau attendre le troisième vers (25, après 23 et 24) pour avoir le couple sujet / verbe
toujours retardé "il berce sa douleur", situé tantôt dans le second hémistiche : "retourne à
ses roseaux", "il regarde les cieux", "il apporte son cœur", "il s'affaisse et chancelle", tantôt
dans le premier : "Alors il se soulève" (v. 32), "Il pousse dans la nuit" (v. 34), ce qui installe
une certaine régularité, comme un refrain.
On note la valeur sacralisante du singulier : "une roche élevée" devient "étendu sur la
pierre" ; quant à "sa sanglante mamelle", elle rend ce père très maternel, dans la mesure où,
comme une mère, il donne de son corps, ici "ses entrailles de père", qui résonnent encore au
sens religieux (fruit de vos entrailles).
Son impassibilité est totale devant "son festin de mort" (= le festin qu'il donne de sa propre
mort) : "sombre et silencieux", "regardant". On retrouve le rythme ternaire, que l'on avait
relevé, à la chute de la phrase, pour insister sur sa diversité sentimentale : "Ivre de volupté,
de tendresse et d'horreur." : horreur sanglante, tendresse du partage, volupté de "son
amour sublime", qui va au-delà de sa douleur par idéal divin.
La dernière phrase (v. 29-37), encore plus ample que la précédente, figure le summum de la
scène pathétique : au "lassé d'un long voyage" du v. 9 répond en écho "Fatigué de mourir
dans un trop long supplice" (v. 30), ce qui implique la nécessité de mettre un terme à cette
torture volontaire, en refusant la vie que pourraient lui laisser ses enfants (v. 31), et en
penchant plutôt vers la mort annoncée (dès le v. 27).
C'est pourquoi l'envol spectaculaire, dramatisé par l'adverbe "alors" (v. 32) et le geste
personnifiant du cœur frappé de façon plus sentimentale que physique, est sa manière la
plus évidente de rejoindre le monde des cieux. Il peut en effet rejoindre "Dieu" car il est
129
Poésie 2013
conscient de la grandeur de son sacrifice, au bénéfice de ses enfants, lesquels ne sont plus
évoqués dans ce dernier épisode, comme s'ils étaient déjà orphelins.
Les "brouillards du soir" (v. 10) débouchent maintenant sur "la nuit" (v. 34) dont le
précédent silence (v. 23) est déchiré par la sauvagerie du "cri" d'adieu : le positif de la
montée religieuse et sacrée entre ici en antithèse avec le négatif de l'abandon nostalgique,
profane. La fin de la proposition principale "si funèbre adieu" fait place à la subordonnée de
conséquence (amorcée par "que" en anaphore avec "et que") étalée sur les 3 derniers vers.
Elle énonce les répercussions de ce cri ultime, d'abord sur les égaux du pélican : la mise en
fuite d'autres "oiseaux de mer" ; on a là un semblant de contradiction, car comment ceux-ci
pourraient-ils "déserter le rivage" alors qu'au v. 21 on apprenait que la plage était "déserte"
et qu'elle se retrouve peuplée au v. 36 ? La logique du détail narratif n'est pas ce qui
préoccupe Musset dans ce final.
Répercussion ensuite sur "le voyageur" (on retrouve la valeur sacralisante du singulier), qui
ne peut être le pélican lui-même puisqu'il est en vol alors que "sur la plage" se trouve un
autre voyageur, plutôt humain, qui fait un signe de prière en reconnaissant la valeur funèbre
de l'oiseau qui "passe" au-dessus de lui. Musset n'a pas ici parlé du promeneur pour unifier
le sort des deux types de voyageurs.
Ces deux dernières actions, aussi bien sur plan humain que des autres oiseaux, accentuent le
sentiment d'isolement du Pélican en quelque sorte sanctifié par le martyr qu'il a enduré. On
voit bien là la portée du domaine de la religion chrétienne dans la poésie de Musset.
En conclusion, on reviendra sur l'irréalisme de la scène, car, quels que soient les détails
descriptifs de l'alimentation familiale, c'est son symbolisme sentimental qui l'emporte sur la
véracité des actions. Dans la tonalité pathétique, affectionnée des Romantiques, l'animal
suscite en effet avant tout les sentiments de don de soi, "de tendresse et d'horreur", le
macabre n'étant racheté que par le divin envol. Si bien que la vision d'un être "se frappant le
cœur avec un cri sauvage" ne peut être celle de l'oiseau (l'action est irréaliste), mais bien
celle du poète lui-même, Musset ayant ailleurs écrit : "Frappe-toi le cœur, c'est là qu'est le
génie". Cela est une nouvelle illustration de la thèse de la souffrance sanglante à la base de
la création artistique.
vii
Les Roses de Saadi travail d’élève
Pour récupérer des idées !
Les Roses de Saadi
J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les noeuds trop serrés n'ont pu les contenir.
Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées
Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées.
130
Poésie 2013
Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir ;
La vague en a paru rouge et comme enflammée.
Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée...
Respires-en sur moi l'odorant souvenir.
Ma problématique: Comment l'auteur crée une image allégorique du sentiment amoureux
par une image de rose
et les axes: 1) L'évolution et l'intensité des sentiments
2) Décor nostalgique
1) j'explique le vocabulaire qui se rapporte à l'amour:
- champs lexical de la passion
- figure de style:
→ Allégorie: de l'amour par la rose
→ Gradation: 1er strophe elle parait joyeuse
2ème strophe elle parait "choquée"
3ème strophe elle parait "déçue"
2) Je relève:
- le champ lexical de la nature (vent, mers, eau, vague) qui symbolise la colère
et du rejet (closes, pu contenir, éclaté, envolée...) qui symbolise l'excès
viii
Leconte de Lisle
Introduction :
Tout comme Hérédia, Leconte de Lisle est attaché à la réalité historique et à la beauté de
transcription. Il cherche son inspiration parmi les peuples barbares ou les natures exotiques.
Il " peint " plusieurs tableaux de nature sauvage, en particulier des grands fauves.
Le rêve du jaguar
Sous les noirs acajous, les lianes en fleur,
Dans l'air lourd, immobile et saturé de mouches,
Pendent, et, s'enroulant en bas parmi les souches,
Bercent le perroquet splendide et querelleur,
L'araignée au dos jaune et les singes farouches.
C'est là que le tueur de bœufs et de chevaux,
Le long des vieux troncs morts à l'écorce moussue,
Sinistre et fatigué, revient à pas égaux.
Il va, frottant ses reins musculeux qu'il bossue ;
Et, du mufle béant par la soif alourdi,
Un souffle rauque et bref, d'une brusque secousse,
Trouble les grands lézards, chauds des feux de midi,
Dont la fuite étincelle à travers l'herbe rousse.
En un creux du bois sombre interdit au soleil
Il s'affaisse, allongé sur quelque roche plate ;
131
Poésie 2013
D'un large coup de langue il se lustre la patte ;
Il cligne ses yeux d'or hébétés de sommeil ;
Et, dans l'illusion de ses forces inertes,
Faisant mouvoir sa queue et frissonner ses flancs,
Il rêve qu'au milieu des plantations vertes,
Il enfonce d'un bond ses ongles ruisselants
Dans la chair des taureaux effarés et beuglants.
Leconte de Lisle - Poèmes barbares
Annonce des axes
Commentaire littéraire :
I. les qualités descriptives : exactitude et splendeur picturale :
A) la composition :
Description du cadre forestier (vers 1 à 5). Retour du jaguar (vers 6 à 13) et repos du jaguar
ainsi que son rêve (vers 14 à 22).
B) le cadre :
1. La couleur locale :
Forêt exotique : emploi d’un lexique exotique " acajou "; " lianes "; " perroquets "; " singes ".
Dépaysement :
- faune et flore dense, longueur et lourdeur de la première phrase, chaque nom a un ou
plusieurs qualificatifs.
- tout genre d’animaux : insectes, oiseaux, reptiles, mammifère plusieurs variétés et
surabondance de vie.
- lourdeur de l’air, immobile " feux de midi "; " herbes rousses "… climat exotique.
2. Les contrastes du tableau :
"noirs acajous " fonds sombres. Couleurs vives comme les taches colorées : " fleurs ",
plumage du perroquet " splendide " ; " dos jaunes ".
Deux couleurs dominantes : le noir et le jaune qui correspondent aux couleurs de la fourrure
du jaguar.
C) le jaguar : vision plastique et picturale :
1. Le fauve en mouvement :
Le vers 7 est un vers qui s’étire par rapport à l’étirement du corps du félin, par opposition au
vers suivants " sinis / tre et fatigué / revient / à pas égaux ". très régulier et évoquant la
démarche du jaguar.
" il va frottant ses reins musculeux qu’il bossue " allitération en " s " et en " r " assonance du
" u " sonorité expressive; lien entre " musculeux " et " bossue ", c’est le relief des muscles sur
le pelage, le frottement du fauve sur l’écorce.
Le " s " de soufflant suggère la souplesse de l’animal.
132
Poésie 2013
2. Le fauve au repos :
Au vers 15, la chute molle est suivie par l’immobilité, pas de coupe marquée mais une
allitération nette du " l ", consonne liquide, évoquant l’allongement de l’animal et la
mollesse de sa position.
L’attitude gracieuse montre la beauté du fauve accrue et ses " yeux d’or ".
Contraste entre " yeux d’or " et " bois sombre ".
Au vers 19, l’allitération du " f " met en relief ses moindres mouvements.
La transition : pas seulement descriptif, le jaguar est aussi un tueur.
II. La sauvagerie d’une nature barbare :
A) une atmosphère menaçante :
1. Un lacis végétal inextricable :
" sous les acajous " le tunnel végétal est plutôt inquiétant, luxuriance du fouillis végétale où
les plantes pendent, s’enroulent comme des serpents, c’est une confusion inquiétante. La
syntaxe donne aussi cette impression d’entrelacement : le sujet et les vernes complexe à
trouver cela fouillis.
2. Une ambiance irrespirable et malsaine :
" L’air chaud, immobile et saturé de mouche ", montre la densité extrême et irrespirable;
l’accumulation de duet …et …, " ou " accentue l’impression de malaise.
3. Une immobilité inquiétante traversée de mouvements furtifs :
La présence des habitants de la forêt semble hostile, mouvement de peur des lézards, "
souches mortes ".
B) un seigneur dangereux :
Les périphrases désignant le jaguar : " le tueur de bœuf et de chevaux ", inspirent la peur, "
trouble les grands lézards ". " sinistre ", " mufle béant " désigne les crocs; " souffle rauque et
bref, d’une brusque secousse ". Lieu privilégié, " interdit au soleil ".
C) le rêve du jaguar :
Son instinct suscite une illusion, un rêve qui le transporte en un lieu frais cause de
sécheresse. La violence est montrée par la rapacité du fauve, en un vers est exprimé l’action
" enfonce ses ongles ruisselants ", plusieurs victimes.
Conclusion :
Le rêve du jaguar, de Leconte de Lisle, est un poème parnassien car il y a une très précise
description mais sa description est assez sévère car il va au-delà des apparences.
ix
Baudelaire
Baudelaire, Les Fleurs du Mal
Correspondances : un art poétique idéaliste
La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
133
Poésie 2013
Qui l’observent avec des regards familiers.
Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.
Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,
Ayant l’expansion des choses infinies,
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.
Baudelaire, Les Fleurs du Mal, IV.
Introduction
Charles Baudelaire, dans son recueil de poèmes Les Fleurs du mal, œuvre novatrice mais
provocante publiée en 1857, confère au poète un rôle nouveau d’intermédiaire entre la
Nature et l’homme. Le début du recueil expose la situation difficile de l’artiste dans le
monde bourgeois positiviste et étriqué du Second Empire : ainsi est-il maudit dans «
Bénédiction », exilé, rejeté par le monde dans « L’Albatros ». Mais dans le sonnet «
Correspondances », le poète renoue avec la fonction romantique du mage. En effet,
Baudelaire est persuadé que seul le poète peut percevoir intimement le monde sensible, sa
première source d’inspiration. Ici, le poète ouvre dans la méditation sur la Nature une
nouvelle voie de connaissance en même temps qu’il invente ou plutôt affine les expressions
novatrices qui lui permettront de rendre compte de cette expérience mystique. Le poète
livre une méthode, celle des synesthésies, c’est-à-dire des équivalences sensorielles. Les
outils littéraires aptes à rendre compte de cette démarche sont essentiellement les figures
d’images : comparaisons et métaphores. Le sonnet « Correspondances » est donc d’abord un
poème didactique organisé selon la progression logique propre à ce type de texte :
l’instauration de la relation, les correspondances dans la nature elle-même, enfin les
parfums dont seul le poète peut discerner les significations. Baudelaire utilise habilement la
structure du sonnet : les deux quatrains constituent le temps théorique, les deux tercets
livrent le développement d’équivalences. Ainsi « Correspondances » se présente-t-il comme
un véritable « art poétique », c’est-à-dire la formulation d’un projet esthétique en même
temps que son illustration par l’exemple.
I. Une vision idéaliste du monde : le naturel et le surréel
La nature est présentée comme un lieu sacré. Il ne s’agit pas ici de la campagne même si la
Nature est ensuite comparée à une forêt. Baudelaire envisage l’univers perceptible par nos
sens. La Nature est évoquée sous la forme du temple, lieu de communication privilégié entre
notre existence et l’au-delà. Baudelaire renvoie peut-être à la pythie de Delphes dont les
134
Poésie 2013
propos obscurs pour le commun des mortels étaient compréhensibles seulement pour les
prêtres (le poète) qui les traduisaient à destination des fidèles.
Le premier quatrain est bâti sur la double métaphore filée du temple et de la forêt. La
constitution de l’univers sensible est rendue par des références à l’enceinte sacrée de
l’architecture grecque ou égyptienne. Notre existence terrestre constitue seulement le
téménos, sa signification et sa réalité ultime ne peuvent être assumées que dans l’ombre
propice et mystérieuse du sanctuaire où trône la divinité. De même la Nature sensible est
évoquée par la forêt, lieu impénétrable par excellence, lui aussi marqué par l’ombre et la
présence d’une vie secrète. Ce dernier thème invite également à l’élévation vers l’au-delà.
En effet l’arbre est le trait d’union entre la terre où s’implantent ses racines et le ciel vers
lequel s’élancent ses branches. Les deux comparants sont réunis par l’analogie des « vivants
piliers » en forme d’oxymoron. Les troncs rectilignes des arbres rappellent les fûts des
colonnes. La forêt devient une cathédrale végétale. La Nature se définit par la symbiose des
différents domaines antinomiques évoqués : la minéralité de l’architecture, le dynamisme du
vivant, la vie secrète du mystère. La Nature est un Tout complexe, non réductible à ses
aspects positivistes. Aussi l’artiste nous invite-t-il à entrer dans le lieu sacré en allant au-delà
des apparences sensibles. Tout est « symboles », ce qui est renforcé par la rime sémantique
« paroles ». Le poète est bien celui dont la mission est d’employer le langage au service du
mystère indicible.
Ce nouvel ordre du monde perçu intuitivement, cette continuité entre les états de la
Nature sont évoqués par deux enjambements. La fluidité des alexandrins qui se succèdent
par paires souligne cet équilibre subtil des deux versants du symbole. Aucun obstacle ne
vient déranger l’équilibre de cette unité fondamentale. Les assonances en « I » de la fin du
premier vers, les « vivants piliers », confèrent une énergie particulière à l’oxymore et
soulignent la personnification du minéral.
Si la nature semble un temple pérenne, l’homme en revanche ne fait que « passer ».
L’homme appartient à un règne éphémère. La cadence des deux derniers alexandrins en
forme de tétramètres souligne l’harmonie entre cette Nature éternelle et ce voyageur en
escale. Les symboles sont curieusement des « regards familiers ». Cette expression mérite
qu’on s’y attarde. Pour Baudelaire, la Nature est habitée par une présence intelligente qui
parle à l’intelligence humaine. L’initiative n’appartient pas à l’homme, ce n’est pas l’homme
qui, le premier, découvre la surréalité par son regard intérieur. Il est « observé »,
accompagné de manière bienveillante, et ainsi invité à entrer dans le mystère. Baudelaire
rompt avec la tradition de l’effroi sacré. La patrie de l’artiste est l’invisible, l’indicible.
Les correspondances verticales
L’artiste est invité à décrypter les signes. Ce langage, comme les hiéroglyphes des temples
égyptiens, est difficile à interpréter. La représentation en cache le sens. Ce sont les «
confuses paroles ». Cette relation entre l’homme et le mystère de la Nature reste d’abord
occasionnelle, ce qu’indique le « parfois ». Elle est de plus souvent opaque et sibylline.
L’homme doit donc chercher une voie à l’intérieur du temple, c’est-à-dire une signification,
une interprétation spirituelle derrière la réalité prégnante du monde. Les correspondances
sont d’abord verticales, elles conduisent l’homme à entrer en relation avec une surréalité qui
donne un sens et une forme à l’univers sensible. Finalement il faut inverser notre point de
vue commun, remonter vers la source : ce qui est premier n’est pas l’information donnée par
nos sens, mais l’Intelligence, l’Idée qui a informé le monde sensible. Baudelaire a découvert
135
Poésie 2013
cette voie chez Platon et chez Swedenborg (1). Cette approche repose sur une philosophie
idéaliste : la matière n’est qu’apparence, le spirituel demeure la réalité profonde et cachée.
C’est l’Idée qui est à l’origine de l’univers.
Les correspondances horizontales
Dans le second quatrain, Baudelaire expose sa théorie des correspondances horizontales
entre les différentes sensations. Ce sont les synesthésies (2), la superposition des sens.
Baudelaire utilise un sens pour évoquer les perceptions enregistrées par un autre. Ainsi
l’odorat sera-t-il suggéré par des sensations tactiles ou visuelles…
Ce quatrain est composé d’une seule phrase dont l’information la plus importante est
située à la fin. Le lecteur est invité à parcourir le même chemin que le poète en se mettant à
l’écoute des « confuses paroles » dont il était question dans la première strophe. Puis de
proche en proche, par des phases floues, il parvient à une évidence énoncée avec force.
Ces « confuses paroles » sont devenues les « longs échos », ces perceptions indistinctes
que les allitérations en KDL prolongent de « Comme de longs échos […] » en « qui de loin […]
». L’aspect sec, hésitant et liquide de ces consonnes est amplifié par l’étirement et
l’assourdissement des voyelles nasalisées abondantes : « Comme de longs échos qui de loin
se confondent […] ».
Le mystère de la vision nocturne est rendu par un recours aux valeurs contrastées du noir
et blanc : « ténébreuse », « nuit » et « clarté ». Ce rendu antithétique souligne la « profonde
unité » de l’intuition : la vérité de la sensation est complexe, elle se situe à un niveau
accessible seulement à celui qui creuse ses perceptions. De toute façon elle reste globale,
fugace et indistincte, ce qui est suggéré par les trois comparaisons chargées de donner des
équivalences plus que d’expliquer cet état voisin de la transe. Le mystère se laisse seulement
approcher et non contempler. Il doit conserver l’aura sacrée du songe nocturne.
Le dernier vers du quatrain est l’axe du sonnet, il est l’évidence qui clôt les lentes
préparations précédentes comme des vagues successives. Baudelaire voit au-delà de la
diversité de ses sensations l’unité profonde de l’univers. Le début de l’alexandrin, dans un
rythme ternaire qui en souligne l’ordre et l’équilibre, énonce la synthèse de l’intuition
sensorielle. Trois sujets participent à la même démarche, leur interaction est soulignée par
l’emploi de la voix pronominale réciproque. La formule en forme de tétramètre est assenée
comme une maxime, elle constitue ainsi dans son énoncé magistral un des fondements du
symbolisme ainsi que le troisième vers du sonnet : « L’homme y passe à travers des forêts de
symboles ». Remarquons enfin qu’en plaçant les parfums en tête de son énumération,
Baudelaire leur confère une prédominance personnelle dans cette connaissance mystique de
l’univers, ce qu’il va développer dans les deux tercets.
II. Analyse de la pratique de la synesthésie
Baudelaire se sert des parfums pour explorer cette voie confuse des synesthésies et en
tirer tous les enseignements possibles. Il procède par une succession de constats ou
d’affirmations. Les deux tercets forment une seule phrase bâtie comme celle du second
quatrain : le lecteur est à nouveau invité à suivre le poète dans ses expériences pour
progressivement parvenir à une évidence extatique. Nous pouvons noter également le rôle
prédominant des comparaisons qui servent de passerelles pour créer ces fameuses
équivalences entre l’ordre sensible et l’ordre psychologique ou moral.
136
Poésie 2013
Baudelaire part donc d’une expérience sensorielle olfactive peu exploitée par les poètes
qui se montrent en général plus séduits par les formes, les couleurs ou les sons. L’exercice de
l’odorat ne dispose sans doute pas d’un lexique aussi développé que celui de la vue ou de
l’ouïe. Les sensations olfactives sont évanescentes et subtiles, elles sont rendues dans le
premier alexandrin, « Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants », par des
allitérations opposées de D (sonores et instantanées) et de F (sourdes et continues). De
même la fin du vers mêle l’intensité d’une voyelle ouverte « chair » qui s’atténue dans la
nasalisation d’« enfants ».
Baudelaire va donc exprimer la qualité de la sensation par des équivalences tirées d’autres
domaines sensitifs. Pour ce faire, il utilise la comparaison qui unit des réalités différentes et
la polysémie des adjectifs introducteurs. Trois qualificatifs expriment l’harmonie des
senteurs simples : « frais » renvoie aux sensations tactiles en même temps qu’au repos ou à
l’innocence (3) morale. « Doux » exprime aussi le toucher en même temps que la paix, le
confort et la suavité, le comparant relie à l’ouïe. « Verts » évoque la vue, connote la
fraîcheur, la satisfaction chantée par le psalmiste (4) et sans doute aussi l’innocence. Toutes
ces épithètes renvoient à l’enfance, à la nostalgie de la pureté. La fin du premier tercet est
marquée par un tiret qui souligne la rupture et le passage à l’antithèse.
À l’enfance succède l’âge adulte ; à l’innocence, le péché ; à la fusion, l’exclusion ; à la paix,
l’inquiétude ; à la simplicité et à l’évidence, la complexité et la remise en question… Les
fragrances épicées sont elles aussi définies par trois qualités, non plus sensibles mais
morales. Elles évoquent implicitement par hypallage l’érotisme (dans leur pouvoir
aphrodisiaque), le luxe et enfin la pompe ecclésiastique. Ces qualités sont attribuées avant
que ne soit cité l’objet. Ainsi « corrompus » appelle « ambre (5) » et « musc (6) », deux
parfums associés à la femme. « Riches et triomphants » annoncent « benjoin (7) » qui
apporte sa note orientale exotique, mais qui est surtout nommé pour son utilisation
semblable à celle de l’encens. Ces épithètes renvoient enfin à l’ « encens » dont le
christianisme, dans la continuité de l’Ancien Testament, a fait, dans ses cérémonies, le
symbole de la prière qui monte vers le ciel. Ces deux derniers parfums sont donc synonymes
de raffinement et d’élévation spirituelle. Notons de plus que les parfums complexes sont
quatre pour évoquer dans leur rythme accumulatif le déséquilibre et la richesse de
l’expérience olfactive. En effet le parfum est envoûtant, il enivre et porte en lui « l’expansion
des choses infinies ». Ce que Baudelaire relève est la capacité du parfum à envahir tout
l’espace, la senteur paraît moins matérielle que le son, la couleur ou le toucher. L’emploi de
l’oxymore « choses infinies » souligne sa puissance d’évocation magique aussi bien dans la
relation amoureuse que dans la liturgie. Le parfum est bien la porte qui ouvre aux extases
l’être humain borné, ce qu’exprime la chute : « Qui chantent les transports de l’esprit et des
sens ». Il faut bien comprendre le mot « transports » comme un « mouvement violent de
passion qui nous met hors de nous-mêmes » (Littré). Le parfum est donc un des instruments
de l’Idéal, capable comme Les Paradis artificiels de solliciter l’imagination pour quitter un
moment la prison terrestre. Cette expérience d’élévation (8) saisit l’être entier du poète,
corps et esprit. Le parfum en un sens dématérialise la perception.
Le sonnet est construit sur une note ascendante qui passe de la « ténébreuse et profonde
unité » à la clarté et aux vertiges d’une ascension spirituelle. Par un usage raisonné des sens,
principalement l’odorat, le poète peut accéder à la surréalité et à la vision extatique.
III. Nature et fonction de la poésie
Naissance de la poésie symboliste
137
Poésie 2013
Baudelaire, au départ très influencé par le romantisme et le Parnasse, s’en éloigne
progressivement pour devenir l’initiateur de l’école symboliste et de ses avatars comme le
décadentisme. Baudelaire, « prince des poètes », est celui qui fait entrer la poésie dans l’ère
moderne par son invention de voies nouvelles :
en la rattachant à une conception néo-platonicienne de l’univers, où le monde réel n’est
que le reflet d’une surréalité supérieure,
en lui conférant la fonction de symboliser, c’est-à-dire d’unifier, de relier les diverses
expériences sensibles et psychologiques. Le symbole devient la passerelle entre les
apparences contingentes et l’essence ; les figures d’image, la forme privilégiée pour
l’exprimer.
Une nouvelle connaissance de l’univers
La poésie n’est plus un art descriptif chargé d’embellir la réalité ordinaire. Loin de la
cantonner dans une peinture illusoire, Baudelaire la promeut comme une forme de
connaissance intuitive, la voie royale pour parvenir au secret du monde. L’exercice de la
poésie devient une activité essentielle, un sacerdoce.
À cette fin Baudelaire systématise la pratique des correspondances à l’intérieur de l’acte
d’écriture poétique. De même la poésie doit entretenir des correspondances étroites avec
les autres formes artistiques comme la peinture ou la musique. Le poète doit rechercher ces
équivalences picturales ou musicales à l’intérieur même de sa poésie, ce que Baudelaire
nomme la « sorcellerie évocatoire »9. La poésie devient un exercice conceptuel et musical,
un acte religieux, une célébration d’envoûtement.
Conclusion
« Correspondances » est un poème fondateur qui assigne une fonction existentielle à la
poésie. Le poète veut rompre le maléfice d’une réalité qui emprisonne l’homme dans ses
limites désespérantes. L’Art est cette évasion nécessaire par laquelle l’homme peut
retrouver sa dignité. Il doit partir à la recherche du paradis dont il a été exilé, essayer de
retrouver la voie vers le monde des Idées dont il est issu. Telles sont les ambitions de la
poésie baudelairienne sans cesse écartelée entre ce spleen qui la cloue à terre et cet Idéal
qui l’appelle. Ces tentatives nécessitent la constitution d’un langage opératoire magique.
Cependant les réussites sont fugaces et peu nombreuses au point que la victoire du spleen
sur l’Idéal va se confondre peu à peu avec la douloureuse impuissance créatrice.
Dans ce poème qui constitue un des rares instants de victoire pour le poète, l’olfaction
prend toute sa place et appelle « Parfum exotique » ou « La chevelure ». Baudelaire, par son
invention poétique et les rapports dont il se sert, y réunit les deux mondes naturel et surréel,
sensible et infini. Il s’inscrit ici dans un courant de pensée mystique et idéaliste qui, de Platon
aux romantiques allemands en passant par Balzac et Lamartine, cherchait à percer le secret
de l’Univers par l’analogie. Si la fonction du poète est toujours de retrouver l’unité du monde
visible et invisible, Baudelaire renouvelle cet héritage en inventant une langue magique pour
enchanter le destin malheureux des hommes et retrouver ainsi le paradis perdu où « […]
tout n’est qu’ordre et beauté, / Luxe, calme et volupté10 ». Dans cette création d’un langage
138
Poésie 2013
nouveau, Baudelaire ouvre la voie au courant poétique symboliste, il appelle en cette fin du
XIXe siècle, véritable âge d’or de la poésie française, les vocations de ces « alchimistes du
verbe » que seront aussi Verlaine, Mallarmé et Rimbaud.
Notes
1 Ce scientifique, philosophe et théologien suédois du XVIIIe siècle a notamment écrit un
Traité des représentations et des correspondances. Il y a cherché à établir un parallèle entre
les organes du corps humain et les symboles du corps spirituel, montrant qu’à chaque partie
physique correspond un état de l’âme, et qu’il existe ainsi une relation de causalité entre les
états d’âme et la santé du corps.
2 Synesthésie : mode de perception selon lequel, chez certains individus, des sensations
correspondant à un sens évoquent spontanément des sensations liées à un autre sens. Le
cas le plus fréquent est la synopsie ou audition colorée.
3 Il convient quand même de relever que l’expression « frais comme des chairs d’enfant »
est peut-être plus subversive qu’il n’y paraît de prime abord. Si la fraîcheur connote
l’innocence, le substantif « chairs » intrigue par la convoitise suspecte qu’il évoque.
4 Psaume 22/23, 1:3 version Louis Segond « L’Éternel est mon berger : je ne manquerai de
rien. / Il me fait reposer dans de verts pâturages, / Il me dirige près des eaux paisibles… »
Baudelaire a repris l’ensemble de ces connotations dans le « vert paradis des amours
enfantines » in « Moesta et errabunda » Fleurs du mal.
5 Ambre apparaît dans « L’Invitation au voyage » et « Les Bijoux » (sous forme de couleur)
chaque fois associé à l’aimée.
6 Musc se trouve dans « La Chevelure », « Sed non satiata », « Le Parfum », « Les
Métamorphoses du vampire », « Hymne » lui aussi inclus dans l’univers féminin.
7 Benjoin est cité dans « À une madone ».
8 Titre donné à un des poèmes des Fleurs du mal.
9 Employés pour définir la peinture d’Eugène Delacroix et l’œuvre de Théophile Gautier, les
termes de Baudelaire sont particulièrement caractéristiques de sa propre tentative : «
Manier savamment une langue, c’est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire. C’est
alors que la couleur parle, comme une voix profonde et vibrante, que les monuments se
dressent et font saillie sur l’espace profond ; que les animaux et les plantes, représentants
du laid et du mal, articulent leur grimace non équivoque, que le parfum provoque la pensée
et le souvenir correspondants ; que la passion murmure ou rugit son langage éternellement
semblable. » Curiosités esthétiques. L’Art romantique.
Notons au passage le rôle privilégié de l’olfaction, toutes les références aux correspondances
entre vue et ouïe, ainsi qu’aux valeurs symboliques des représentations. Le terme «
correspondants », mis en valeur par nos soins, n’est sans doute pas employé par hasard. Plus
qu’à l’acception de « conséquents », il recourt à celle d’ « issus de l’exercice volontaire des
correspondances ».
10 Fleurs du mal, « L’Invitation au voyage ».
sur : http://www.etudes-litteraires.com/baudelaire-correspondances.php#ixzz2UmRH2eE9
x
Méthode de travail pour une classe
Observation de divers types de poèmes
L’acrostiche :
1/Observer le texte dans le but de répondre aux questions :
139
Poésie 2013
a/ Qui est l’émetteur, qui a écrit le texte ? un poète (dont on ignore le nom).
b/ Qui est le récepteur, à qui est destiné le texte ? des personnes désireuses
de lire une poésie.
c/ Quel est le projet de l’auteur, le thème du poème ? exprimer son
admiration vis-à-vis d’une femme.
d/ Que signifie chat perché et inventive ?
chat perché  dans ce texte, il a le sens de « jeu de chat perché ». Les
enfants connaissent peut-être ce jeu, dans le cas échéant, ils seront amenés à
consulter le dictionnaire afin d’en connaître la signification.
Inventive  les enfants devraient saisir le sens de ce mot en voyageant
dans son univers lexical : ce mot vient de inventeur.
2/ Répondre aux questions du questionnaire
3/ Trace écrite : Il s’agit d’un poème ou strophe dont les initiales de chaque vers, lues
dans le sens vertical, composent un nom (auteur, dédicataire) ou un mot-clé.
Les caractéristiques du poème (aide à l’écriture de son poème) :
- Progression du message : répétition de « elle » après chaque adjectif 
thème constant. Les enfants devront remarquer cette progression car ils utiliseront
cette structure lors de l’écriture de leur poème.
- Relation entre rhème et thème :
Le thème est donné par la majuscule de chaque vers.  Lisa.
Le rhème se trouve systématiquement au début de chaque vers 
adjectif qualifiant le thème.
- Fonction de la communication : poétique.
- Etude des temps et mode : indicatif présent uniquement pour dresser le
portrait d’une personne.
Le calligramme :
1/Observer le texte dans le but de répondre aux questions :
a/ Qui est l’émetteur, qui a écrit le texte ? Guillaume Apollinaire, poète
français (1880 – 1918).
b/ Qui est le récepteur, à qui est destiné le texte ? des personnes désireuses
de lire une poésie.
c/ Quel est le projet de l’auteur, le thème du poème ? dire aux personnes
portant la cravate que celle-ci étouffe et leur conseiller de l’enlever pour se sentir
plus à l’aide. Créer un effet esthétique en représentant la cravate.
2/ Répondre aux questions du questionnaire
3/ Trace écrite : Il s’agit d’un poème dont les vers sont disposés de façon à former un
dessin évoquant le même objet que le texte.
Les caractéristiques du poème (aide à l’écriture de son poème) :
- Silhouette du texte : le texte est écrit est écrit normalement dans une
fenêtre ayant la forme de la cravate.
- Relation entre rhème et thème :
Le thème est écrit en grand au-dessus et le rhème est développé dans
la suite du poème.
- Fonction de la communication : poétique.
- Etude des temps et mode : indicatif présent
140
Poésie 2013
Le poème surréaliste :
1/Observer le texte dans le but de répondre aux questions :
a/ Qui est l’émetteur, qui a écrit le texte ? Robert Desnos, poète surréaliste.
b/ Qui est le récepteur, à qui est destiné le texte ? des personnes désireuses
de lire une poésie hors du commun.
c/ Quel est le projet de l’auteur, le thème du poème ? perturber le lecteur par
les situations inhabituelles qu’il présente.
2/ Répondre aux questions du questionnaire
3/ Trace écrite : Il s’agit d’un texte poétique écrit en utilisant toutes les forces
psychiques (automatisme, rêve, inconscient. C’est un poème hors de la réalité, contre toute
logique.
Les caractéristiques du poème (aide à l’écriture de son poème) :
- Progression du message : thème constant : répétition de : « Une
fourmi… ».
- Relation entre rhème et thème :
Le rhème suit immédiatement le thème à travers tout le texte.
Exemple : Une fourmi de dix-huit mètres.
- Fonction de la communication : poétique.
- Etude des temps et mode : indicatif présent
Le poème à répétitions :
1/Observer le texte dans le but de répondre aux questions :
a/ Qui est l’émetteur, qui a écrit le texte ? Blaise Cendrars : poète.
b/ Qui est le récepteur, à qui est destiné le texte ? des personnes désireuses
de lire une poésie.
c/ Quel est le projet de l’auteur, le thème du poème ? Faire passer
l’admiration qu’il a vis-à-vis des îles.
2/ Répondre aux questions du questionnaire
3/ Trace écrite : Il s’agit d’un texte poétique écrit en utilisant la répétition du thème
en début de phrase.
Les caractéristiques du poème (aide à l’écriture de son poème) :
- Progression du message : thème constant : répétition de : « Iles ».
- Relation entre rhème et thème :
Dans les vers 3 et 4, le rhème est mis en relation avec le thème grâce à
l’organisateur textuel : où.
Dans les vers 5 à 9, le rhème suit immédiatement le thème.
- Fonction de la communication : poétique.
- Etude des temps et mode : indicatif présent, futur simple
xi
La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France évoque le voyage en train qui
conduisit Cendrars, alors âgé de 16 ans de Russie en Mandchourie. Dans cette poésie, il
transcrit les impressions fugitives que font naître le voyage et la vitesse. L’écriture est
singulière, elle se caractérise par l’emploi fréquent de propositions nominales et de
procédés de juxtapositions. Il s’efforce de saisir les impressions et les sensations dans leur
immédiateté. Il renonce à la ponctuation. Le poème ferroviaire, où le chemin de fer devient
141
Poésie 2013
comme la caméra d’un cinéaste inspiré. Cendrars apparait comme l’un des initiateurs de la
modernité poétique en s’inspirant des courants artistiques les plus novateurs du début du
siècle. Le titre même nous indique d’emblée sa singularité. Le mot prose désigne une
manière de s’exprimer qui n’est pas assujettie aux lois d’une mesure et d’un rythme régulier.
Cendrars revendique une liberté d’écriture éloignée des contraintes. Ce texte ne correspond
pas aux conventions poétiques, il y a des dialogues, des phrases nominales et des
onomatopées, la jeune femme est présentée comme la compagne de voyage du poète. Nous
allons étudier la représentation de la réalité à travers ce voyage ferroviaire....
Plan proposé :
I – La représentation de la réalité
1 – Un voyage initiatique
2 - liberté typographique et rythmique
3 - une vision fragmentée et elliptique de la réalité
Transition
II - L'évocation du voyage ferroviaire
1 - le renouvellement de la perception
2 - le mouvement et la vitesse
conclusion
xii
I- Lecture.
Poème court autour d’un motif littéraire fortement inducteur, il est construit sous la forme
d’une apostrophe directe d’un " je " aux îles. Cette forme marque bien l’implication
personnelle du locuteur, son attirance forte vers les îles (la relation n’est pas réciproque) et
elle donne vie à l’objet du discours (pourtant inanimé). Elle interpelle fortement le lecteur.
Il s’agit d’un poème en vers libres en une seule phrase dont le verbe principal n’apparaît qu’à
la fin et cette organisation syntaxique crée une forme de suspense, de tension, d’attente
dans le texte et chez le lecteur ; elle suggère le mouvement du désir (perpétuel et insatiable)
qui pousse le " je " vers les îles rêvées.
Tout le début du poème est consacré à l’apostrophe aux îles qui reviennent sous la forme du
pronom personnel " vous " qui est le dernier mot du texte. Leur évocation se fait à travers
des anaphores (le mot îles répété 10 fois en comptant le titre) qui créent un rythme
obsédant, lancinant et forment une sorte de prière ou d’incantation. Les expansions du nom
" îles " fonctionnent syntaxiquement par deux : Iles + subordonnées relatives construites de
manière identique (Iles où l’on ne … jamais….) / Iles + adjectif qualificatif + complément de
l’adjectif / Iles + adjectif (2 vers plus courts).
Que suggère cette évocation ?
142
Poésie 2013
Quelle image des îles donne-t-elle ? Elles apparaissent à l’imagination et à la sensibilité des
lecteurs comme inaccessibles, comme une sorte de but inatteignable (reprise d’une
tournure négative forte : " où l’on ne prendra jamais terre / où l’on ne descendra jamais ") et
elles suscitent comme un sentiment perpétuel et définitif (ne…jamais) de manque,
d’insatisfaction. Cachées, secrètes derrière leur foisonnante végétation (nous sommes loin
d’une représentation désertique et nue du lieu), leur silence, leur immobilité. Secrètes,
sauvages et potentiellement dangereuses comme le suggère l’image " tapies comme des
jaguars ". Mystérieuses dans leur anonymat (" sans nom ") comme leur inaccessibilité. Tout
cela les rend " inoubliables " comme une blessure inguérissable dont on garderait à jamais le
souvenir, comme des paradis à la fois perdus et jamais possédés.
La fin fait apparaître le " je " ; le vers devient plus long, il se rapproche dans sa mise en page
de la prose. Cette longueur qui mène du " je " à " vous ", imite ou suggère le geste du " je " :
" je lance mes chaussures par-dessus bord…"; geste qui symbolise le désir de liberté, le désir
de s’affranchir de toutes les contraintes de la vie dans la civilisation ordinaire ; et les îles
représentent cette liberté à laquelle le " je " aspire, à laquelle nous aspirons tous. Mais le
conditionnel (" je voudrais bien aller jusqu’à vous ") suggère que ce désir est sans doute
impossible à satisfaire.
L’évocation des îles (non pas une île concrète précise mais les îles) est donc fortement
symbolique et a des résonances ambivalentes : désirables et inquiétantes, souhaitées et
inaccessibles, sans doute comme tous les rêves humains.
II- Objectifs :
Construire, avant la découverte du poème, une posture qui permette d’être réceptif au
langage imagé et évocateur du texte, à la symbolisation du motif " îles ".
Entraîner les élèves à Comprendre / interpréter le poème à travers :
- une vérification dans le texte de ce qui interdit ou permet l’interprétation soutenue,
- des écoutes vigilantes,
- des choix de fragments mémorisés lors des écoutes,
- les mises en relation des fragments choisis par les élèves, dits et redits par eux,
Rendre les élèves capables de cerner progressivement les points forts du texte, ses aspects
les plus ouverts et énigmatiques (le mouvement d’un désir qui ne peut être satisfait, la
représentation des îles, leur ambivalence et ce qu’elles symbolisent dans ce poème).
Conduire les élèves à s’interroger sur le texte, et à expliciter leurs questionnements.
xiii
L’affiche rouge
Strophes pour se souvenir
Louis Aragon - Roman Inachevé
143
Poésie 2013
Louis Aragon, auteur du XXème siècle, est un poète engagé. Il écrit « Strophes pour se
souvenir », poème extrait du Roman Inachevé, en 1955, en mémoire du groupe
Manouchian, résistants étrangers fusillés par la Gestapo en 1944. L'annonce de leur
condamnation avait été faite par le biais d'une affiche reproduisant leurs photographies, et
qui est restée sous le nom de l'Affiche rouge. Le poète tente de raviver le souvenir des
résistants. Nous étudierons d’abord l’aspect historique puis la lettre de Manouchian
enchâssée dans le poème.
Le poème fut écrit dans un but précis, remémorer, préserver de l’oubli, laisser une trace
de certains faits. Le titre est d’ailleurs explicite « Strophes pour se souvenir ». « Onze ans
déjà que cela passe vite onze ans ». Les années passent, en rappelant l'Histoire, Aragon
tente de raviver le souvenir d’hommes qui ont donné leur vie pour la liberté, des résistants,
afin qu'ils ne tombent pas dans l'oubli.
Le poème « Strophes pour se souvenir » évoque un temps de guerre. Il dépeint un
paysage bien triste. Les couleurs présentes sont celles du malheur, le noir « noir de barbe »
évoqué aussi avec l’image de la nuit « nuits hirsutes », le rouge sanglant « l’affiche qui
semblait comme une tache de sang », le gris « Tout avait la couleur uniforme du givre ». Un
sentiment de tristesse et de désolation émane du poème notamment avec l’adjectif « morne
» « et les mornes matins » et l’évocation de l’hiver.
« Tout avait la couleur uniforme du givre
A la fin février pour vos derniers moments » Hiver qui évoque non seulement la dureté du
climat mais aussi celle de l’époque.
De plus le poème « Strophes pour se souvenir » est parsemé de termes faisant référence
à la mort. "agonisants, mort, tache de sang, derniers moments, mourir…". Ce champ lexical
très présent rappelle aussi les massacres de la guerre.
Ainsi Aragon nous brosse le tableau d’un temps bien triste, ou le malheur et la désolation
régnaient en maître.
Il souligne aussi la peur à laquelle était soumise la population et les procédés par lesquels
l’ennemi l'imposait. L'Affiche Rouge est comparée à une "tâche de sang". Le poète indique
ainsi comment les nazis tentaient d'associer l’action des résistants à des actes criminels et
barbares. Cette affiche diabolise ainsi la résistance dont le sombre portrait est renforcé par
les photos figurant sur l'affiche : " noirs ", " nuit " et " menaçants " servent le champ lexical
du danger et de la peur qui invite à se méfier de ces résistants. La nuit tend à représenter un
mouvement clandestin et obscur : l'écho " noir "/"nuit " et " hirsutes "/" menaçants " vient
amplifier l'idée de mal à laquelle on tentait d'associer ces hommes.
De plus l’auteur souligne qu'ils étaient étrangers avec ce vers « parce qu’à prononcer vos
noms sont difficiles ». On comprend aisément l’intention xénophobe de l'affiche qui tente de
144
Poésie 2013
créer un sentiment de méfiance de la population à l’égard de ces résistants, sentiment
reposant sur la peur de l’étranger.
Ainsi le poète en associant l’idée de l’inconnu à la métaphore de la tâche de sang et à la
descriptions de portraits sombres et peu engageant dénonce les procédés utilisés pour
effrayer la population et discréditer le mouvement résistant comme le suggère ce vers :
« Y cherchait un effet de peur sur les passants »
Cependant, Louis Aragon fait un réel éloge de ces résistants. Il les présente comme des
hommes courageux, des hommes guidés par leurs convictions et qui ne craignent pas de
donner leur vie au nom des valeurs qu’ils défendent.
« La mort n’éblouit pas les yeux des Partisans ».
Ils n’attendent en retour ni gloire, ni honneur.
« Vous n’avez réclamé ni la gloire ni les larmes »
Par le sacrifice de leur vie, ils ont donné un sens à la notre
« MORTS POUR LA FRANCE »
Leurs combats, leurs vies données ont changé l’Histoire « Et les mornes matins en étaient
différents »
Le poète utilise un registre pathétique, quasi lyrique dans sa dernière strophe. En plus de
les admirer pour leurs exploits, leurs émotions sont suscitées, compassion, affection... les
lecteurs sont amenés à s’attacher à ses hommes.
Les résistants au seuil de la mort ayant donné leur cœur voient le but de leur lutte face à
eux -la quête de liberté-, très poétiquement exprimé par l'antithèse " amoureux de vivre à
en mourir ". En accord avec la chronologie des événements, Aragon effectue une mise en
scène : la chute des résistants devient celle du poème.
Mais au-delà des résistants en général, c’est à ces étrangers, « ces français de préférence
» qui se sont battus pour la France à qui le poète rend hommage. Leur amour et leur
attachement à ce pays est souligné par « français de préférence » qui montre bien que
malgré leur nationalité étrangère, ils ont choisi ce pays par amour, pour ses valeurs... Ce fait
est accentué encore par leur sacrifice évoqué avec « MORTS POUR LA FRANCE » et « Vingt et
trois qui criaient la France en s'abattant ». Ainsi leur combat prend une tournure plus
héroïque encore, ils se sont battus pour un pays qui n’était pas le leur, avec plus
d’acharnement et de conviction qu’un bien grand nombre de Français. Ils ont tout donné
jusqu'à leur propre vie.
Aragon, à la fin du poème fait de ces hommes nos frères. « Vingt et trois étrangers et nos
frères pourtant ». D’étrangers, il leur confère le statut de frère.
Ainsi le poète nous rappelle l’Histoire, la deuxième guerre mondiale, ses temps sombres,
ses héros mais il nous rappelle aussi qu’avant même d’être des héros, ces résistants sont des
hommes, des hommes pleins d’espoir et de rêves.
L’auteur donne la parole à Manouchian. Le passage est une sorte de poème dans le
poème: c'est une adaptation de la dernière lettre de du résistant sous forme d'un discours
direct introduit par « Et c’est alors que l’un de vous dit calmement ».
Manouchian dévoile ses rêves et ses regrets.
« Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
145
Poésie 2013
Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant » Il n’a pu avoir d’enfant, il dit à sa femme d’en
avoir un, d’être heureuse. « Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent ». Il joue sur le
registre pathétique pour susciter l’émotion du lecteur. Ce passage a pour rôle premier
d’humaniser ces hommes. Aragon nous fait rentrer dans leur intimité pour nous faire
comprendre qu’ils sont plus que de simples portraits sur une affiche, que des résistants au
courage exemplaire, ce sont des hommes avec une vie propre et des rêves… Malgré cela, ils
ont donné leur vie au nom des valeurs qu’ils défendaient. Ils nous apparaissent alors comme
de réels héros.
L’auteur recourt au registre lyrique.
Un lyrisme qui s'établit tout d'abord entre le résistant et l'ensemble des hommes, comme
le suggèrent " à tous " et " à ceux " qui ne s'adressent à toute l'humanité.
Puis il adresse un adieu à la vie, à la nature, empreint de mélancolie : le mot " adieu ",
répété trois fois semble montrer comment le résistant prolonge la séparation en s'adressant
à chaque élément qu'il a pu chérir. On y retrouve aussi la tristesse et la douleur à l’idée de
quitter la vie " que le cœur me fend ".
Dans cet adieu apparaît certes la tristesse de Manouchian mais aussi sa sérénité face à la
mort
« Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand ». Aucune peur ne transparaît.
Aucun doute. Jusqu’au dernier moment il a la foi. A l’aube de sa mort, son combat semble
prendre tout son sens. Il a lutté pour le bonheur à venir et il s’en va, convaincu que « La
justice viendra », que sa vie est la prix à payer pour le retour de la paix, bu bonheur et de la
liberté.
Le lyrisme amoureux s'exprime notamment par le " ô " et par les noms donnés par
Manouchian à son épouse, dont " mon amour " et " mon orpheline ". Les sentiments sont
mis en avant de telle façon que la tristesse de la situation se mêle au romantisme de cette
déclaration d'amour.
Malgré cet adieu déchirant, Aragon veut préserver l’espoir.
Manouchian meurt sans rancune te sans haine envers ceux qui l’assassinent: " Je meurs
sans haine en moi pour le peuple allemand ".
Au contraire il garde confiance en l'avenir de l’humanité. " La justice viendra sur nos pas
triomphants ".
Il apporte l’espoir d’un bonheur prochain « Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont
survivre ». Pour ce faire, le poète utilise l'image " Un grand soleil d'hiver éclaire la colline ",
qui laisse prévoir qu'après l'hiver symbolisant la mort et la guerre, viendra la chaleur et la
clarté redonnant vie.
L'idée de victoire et de bonheur futur est également servie par l'enfant, auquel il fait
allusion " Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant " qui symbolise la vie et la renaissance.
De plus, on constate un réel contraste entre ce passage et le reste du poème. « Un grand
soleil » symbole d’espoir et de vie contraste avec « les mornes matins », l’évocation de la
lumière et de la beauté s’oppose à la tristesse des temps de guerre décrits dans le poème.
Ainsi ce passage, par l’espoir et l’amour qui s’en dégagent, nous apporte un certain réconfort
146
Poésie 2013
et nous montre toute la détermination, le courage de Manouchian et sa sérénité face à la
mort.
Ainsi dans son poème « Strophes pour se souvenir », Aragon tente de nous remémorer
cette guerre et de nous rappeler ses héros. Il se fait gardien de la mémoire. Ce poème est un
véritable éloge de la vie et l’auteur nous invite à profiter de notre liberté acquise au prix de
sacrifices nombreux.
xiv
Ce cœur qui haïssait la guerre
Étude du poème « Ce cœur qui haïssait la guerre ... » de Robert Desnos.
Dans ce poème Robert Desnos, pourtant pacifiste convaincu, appelle à la révolte contre
Hitler au nom de la Liberté.
I) Un poème évoquant la guerre :
- Ce poème évoque largement la guerre, avec la présence du champ lexical de ce thème très
présent : « guerre », « bat », « combat », « bataille », « battait », « sang brûlant », « salpêtre
», « émeute », « battant » « assaut », « révolte », « liberté ».
- Parallèlement à ce champ lexical de la guerre, il y a le champ lexical du bruit qui rappelle le
martèlement des tambours de la guerre ou les coups de feu : « rythme », « tel bruit », «
répande », « son d'une cloche », « échos », « appelant ».
- Les allitérations et assonances dans le poème participent beaucoup de ce bruit et de ce
rappel sonore de la guerre : « voilà qu'il bat pour le combat et la bataille » (a, ba).
- Le verbe battre est ici polysémique : il faut comprendre se battre (l'idée de combat, de
guerre), mais aussi se battre (contre l'adversité) et ce sont aussi les cœurs qui battent.
- Le responsable est clairement nommé, le message est explicite : « Révolte contre Hitler et
mort à ses partisans. » Ce poème est donc aussi un appel à la révolte.
II) Un appel à la révolte :
- L'appel à la révolte est donc fait explicitement dans la phrase citée précédemment. Elle est
reformulée ensuite : « et des millions de Français se préparent dans l'ombre à la besogne
que l'aube proche leur imposera ». Cela fait référence à la Résistance qui se prépare à agir et
que tous doivent rejoindre. Tout le monde est ainsi concerné.
- La raison de cette révolte est un réflexe : le mot « Liberté a suffi à réveiller les vieilles
colères ». Face à l'absence de Liberté, chacun doit se révolter et prendre les armes.
- Cette révolte est présentée comme venant du cœur de chaque français et comme ayant
grondé doucement puis s'étant amplifiée ensuite : « voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans
les veines un sang brûlant de salpêtre et de haine », « que ce bruit ne se répande pas dans la
ville et la campagne », « c'est le bruit d'autres cœurs, de millions d'autres cœurs ».
- Les métaphores et hyperboles répètent cet appel à la révolte : « leur bruit est celui de la
mer à l'assaut des falaises » est le bruit des cœurs qui se lancent au combat (métaphore), «
Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères » (personnification), les millions de cœur
constituent une hyperbole. Cela renforce le message de Robert Desnos qui compare la
révolte de ces cœurs à une vague qui emporte tout.
III) L'argumentation dans le poème :
- Le poète prend clairement la parole en son nom dans ce poème. La présence de
l'énonciateur est visible par l'utilisation de la première personne du singulier, mais aussi par
une interpellation au lecteur lorsqu'il écrit « Écoutez ».
147
Poésie 2013
- Robert Desnos évoque son cas particulier : « ce coeur qui haïssait la guerre » est le sien. Et
ce cœur devient ensuite au dernier vers « ces cœurs qui haïssaient la guerre ». Robert
Desnos généralise donc son propre cas : tous les français sont comme lui, ils souhaitent la
liberté et malgré leur haine de la guerre, ils ont choisi de combattre dans ces circonstances
bien particulières.
- De plus, Robert Desnos construit son argumentation à l'aide de connecteurs logiques : «
voilà qu' », « et », « comme », « mais », « mais », « car ». L'auteur veut ainsi organiser ses
idées afin qu'elles aient plus de poids. Ses arguments sont les suivants :
• Même si l'on est pacifiste, tous les français sont concernés par cette révolte.
• C'est la Liberté qui appelle à la révolte et il faut lutter pour elle.
• C'est un devoir que chacun doit accomplir puisque ce combat est « une besogne que l'aube
proche [...] imposera ». Nul ne peut donc s'y soustraire.
- A côté des arguments qui veulent convaincre la raison, Robert Desnos essaie aussi de
toucher par les sentiments, de persuader.
• Il évoque de nombreux sentiments, comme la colère et la haine, dans le poème. L'absence
de Liberté doit naturellement réveiller ces sentiments.
• Il évoque des éléments évoquant la vie et la France : la ville, la campagne, les cloches, les
marées, les saisons, la France, les falaises.
• Il évoque enfin « l'aube proche » qui apportera un renouveau, ce qui est un message
d'espoir. Ce message d'espoir est doublé d'un message de solidarité et de fraternité puisque
l'on évoque des millions de cœur qui battent ensemble, à l'unisson.
• Enfin le rythme et la musicalité du poème crée un souffle épique et une envolée lyrique qui
nous emportent à la lecture du poème. Les deux premiers vers martèlent la syllabe « ba »,
créant un rythme. L'absence de vers réguliers crée une envolée.
xv
Paul Eluard liberté
Plan 1- le poème de la résistance : Litanie, incantation, effet oratoire, allégorie de la liberté
2- Des lieux d'écriture à la fois concrets et imaginaires.
3- Une métaphore amoureuse
1- Le poème de la résistance
Ce poème qui ouvre le recueil Poésie et Vérité est celui d'un Eluard infatigable, messager de
la lutte et de l'espoir dans une France occupée, divisée. Le texte fut traduit et diffusé à
travers toute l'Europe sous le manteau, par radio, par parachutage. A la fin de la guerre les
résistants savaient par cœur ces strophes tonitruantes. Simple dans sa forme, Eluard
exploite une nouvelle fois la puissance persuasive de l'anaphore et renouvelle un essai
commencé sur cinq strophes dans les Poèmes d'amour en guerre avec "au nom de". Dans ce
poème l'anaphore sera reprise sur 19 quatrains. Eluard revient aux sources de la poésie, des
textes destinés à être chantés. Eluard n'utilise pas la conjonction "et" pour ajouter les
supports d'impression de son mot "liberté" mais utilise l'anaphore "sur" qu'il reprend
pratiquement à tous les vers. On notera quelques rares entorses dans l'emploi de trois
propositions "sur". La dernière strophe reprend la même forme heptasyllabes/tétrasyllabe
qui elle aussi a un puissant effet oratoire par les procédés d'amplification que constituent
l'anaphore de "je", et les allitérations des "p", "t", "m". Le rythme du poème est tonitruant,
entretenu par des vers courts qu'accentue l'anaphore. On sait Eluard hostile aux rimes
traditionnelles en fin de vers qu'il compense par la rime au début, l'anaphore. Eluard, maître
de la construction anaphorique, on le savait, c'est une tradition chez lui. Eluard
148
Poésie 2013
contrairement à un Verlaine ne joue cependant pas sur les assonances et les allitérations
pour compenser l'absence ou la pauvreté des rimes finales.
II - Une multitude de supports et une multitude de moyens.
On sait que ce poème est fortement influencé par sa compagne Nusch et que ce nom qu'il
veut écrire et qu'on découvre seulement au dernier quatrain, levant ainsi l'ambiguïté, c'est
tout autant celui de sa compagne que le mot liberté. On identifie sans se tromper un poème
d'Eluard à la simplicité voire la banalité du vocabulaire, à une unité lexicale, qui n'évolue que
très peu sur les 30 années qui séparent "Capitale de la douleur" de "Poésie ininterrompue".
Chez Eluard aussi il y a une constance dans la bipolarité affective de ses mots parmi lesquels
on retrouve fréquemment chaleur, enfance, innocence, amour, justice, liberté. Il faut peu de
mots pour exprimer l'essentiel aimait-il à dire. S'il veut écrire avec du sang, de la cendre ou
graver avec une pierre, on constate une extension circulaire des supports d'écriture. Dans les
premiers vers il écrit sur son cahier, son pupitre, les objets intimes de son enfance encore
naïve puis comme il s'agit d'un texte destiné à des soldats de l'ombre, il les mentionne dès le
troisième quatrain de façon indirecte à travers leurs armes. On trouve une multitude
d'adjectifs possessifs personnels, mon chien, ma porte, mon lit, mes amis, mes refuges, mon
ennui. On retrouve aussi tous les éléments de notre environnement naturel, le sable, les
pages des livres ou journaux, les champs, les routes, les oiseaux, la pluie, les cloches. Plus
surprenant, cette inscription sur des événements tragiques, les refuges détruits, les phares
écroulés, l'ennui, la santé ou la solitude. On assiste à la réflexion d'une vie d'homme de
l'enfance (écolier) jusqu'aux marches de la mort dans un va-et-vient permanent entre le moi
et son environnement. Les supports d'écriture progressent de strophes en strophes vers plus
d'intimité marquant une implication personnelle plus forte de la part de l'auteur dans la
défense de la liberté, implication accentuée vers la fin avec la multiplicité des adjectifs
possessifs ou de gestes de fraternité et d'amour, des mains qui se tendent, des lèvres
attendries. On ne trouve et c'est aussi une constante chez Eluard que peu de mots à
connotation triste, ce qui donne à ce texte une tonalité d'espoir dans les heures sombres de
1942 et constitue un hymne à la vie, à la plénitude de tous les instants d'une vie d'homme.
III - Une litanie amoureuse
Le premier titre de ce poème était "une seule pensée", celle de la femme aimée. Eluard s'est
rendu compte que cette litanie amoureuse constituait en fait une immense déclaration
d'amour à la vie. En ces années d'occupation la femme a été remplacée par la liberté. On
observe en amour comme dans toute vie des découragements qui viennent parfois atténuer
l'élan enthousiaste. Tout en ayant l'impression de découvrir l'intimité d'un couple avec sa
tendresse mais aussi ses préoccupations, ses difficultés, la solitude, la santé, la mort, le
poème devient un hymne à la vie et un espoir à la guerre. Beaucoup d'éléments du poème
rendent compte d'événements contemporains, beaucoup de termes ont des connotations
de mort, de destructions, d'emprisonnement (sang, cendre, ombre, chiffon détruit). Tous ces
moments de découragement peuvent être liés aux moments difficiles que vivent les
maquisards loin de leurs proches et de leur famille. Il existe une progression chronologique
dans le texte qui constitue l'itinéraire d'une vie. D'abord l'enfance, l'école, les livres
d'images, le monde des contes avec rois et guerriers, puis l'enfance n'est qu'un souvenir, un
écho. Arrive l'adolescence, le temps des amours (saisons fiancées), pas forcément heureux
(l'absence sans désirs, la solitude) et enfin la vieillesse (les marches de la mort). La lumière
allumée c'est autant la femme que la lueur d'espoir, la lampe éteinte, l'isolement, la
solitude. Eluard reprend également avec le fruit coupé du miroir (l'image) et de la chambre,
149
Poésie 2013
son thème favori de la femme-miroir. On se souvient de l'un de ses vers "Même quand nous
sommes loin l'un de l'autre tout nous unit". "Et parce que nous nous aimons, nous voulons
libérer les autres", c'est bien par l'amour qu'Eluard veut élargir son horizon à celui des
autres. Dans la majorité des strophes, il abandonne les possessifs pour les articles indéfinis
et parler au nom de tous, les pages, la jungle le moulin, la mer, la santé revenue. En
présentant son poème sous la forme d'une litanie amoureuse, Eluard évite la critique
d'apparaître comme un poète politique, un poète de la résistance se battant contre
l'occupant. En jouant sur l'ambiguïté amour/liberté, Eluard retrouve grâce auprès ce ceux
qui lui reprochèrent son passé peu glorieux d'infirmier lors de la première guerre mondiale.
CONCLUSION
Affirmer l'idéal au nom duquel il faut combattre et encourager les hommes opprimés n'est
pas la tâche habituelle d'un poète. En réussissant par une sorte de passepasse, malgré les
interdits et d'une belle manière à défendre la liberté inaliénable de l'imaginaire humain,
Eluard nous donne un aperçu de son immense talent.
xvi
Paul Valéry
Un beau corps ensommeillé semblait à Valéry un pur contact avec l'être, avec le courant de
la vie profonde, avec la réalité «désintéressée». Il a repris ici le thème de la Dormeuse qui
est un des plus splendides et des plus pleins de la poésie française. Il souhaite que la
dormeuse demeure dans son absolu, dans cette réalité double, ou dédoublée, du sommeil
qui déverse de deux côtés, en deux perfections, le corps et l'âme. Le sommeil et la veille sont
les deux côtés de l'être : l'être qui est et l'être qui agit. «L'âme absente occupée aux enfers»
a cessé d'agir, de s'intéresser, elle n'est plus qu'être. Toute la dormeuse est-elle versée du
côté de l'être? Non, quelque chose veille, la forme de son corps, et, si ses yeux sont fermés,
des yeux restent ouverts sur cette forme. «Ta forme veille et mes yeux sont ouverts.» La
forme, superficie, pellicule, coupe sur une profondeur, comme dans ‘’Le cimetière marin’’,
partie de l'être qui vit sous la lumière et pour l'action, ici ramenée à son Idée en des yeux de
poète. L'âme, qui pourtant a entendu «les pas», se laisse distraire par le spectacle extérieur,
tandis que, incréée, l’œuvre attend.
150

Documents pareils