La Commission autorise Vodafone a acquérir le contr{le

Commentaires

Transcription

La Commission autorise Vodafone a acquérir le contr{le
,3
Bruxelles, le 27 juin 2001
/D &RPPLVVLRQ DXWRULVH 9RGDIRQH D DFTXpULU OH
FRQWU{OHH[FOXVLIG
$LUWHO
/D &RPPLVVLRQ HXURSpHQQH D DXWRULVp 9RGDIRQH *URXS 3OF j DFTXpULU OH
FRQWU{OHH[FOXVLIGHO
RSpUDWHXUHVSDJQROGHODWpOpSKRQLHPRELOH$LUWHO0yYLO
6$/D&RPPLVVLRQDFRQFOXTXHO
RSpUDWLRQQHFUpHUDLWSDVGHSUREOqPHVGH
FRQFXUUHQFH VXU OH PDUFKp HVSDJQRO GH OD WpOpSKRQLH PRELOH QL VXU DXFXQ
DXWUHPDUFKpTXLOXLHVWOLp
Selon la Commission, l'acquisition par Vodafone des actions détenues par British
Telecom Plc au sein d'Airtel, deuxième opérateur espagnol de téléphonie mobile, qui
est actuellement contrôlé en commun par Vodafone et BT, est compatible avec le
marché commun.
Vodafone n'a pas de réseau de téléphonie mobile et n'offre pas directement de
services de téléphonie aux consommateurs espagnols, si ce n'est par l'intermédiaire
d'Airtel. De son côté, Airtel ne propose pas de services de ce genre hors d'Espagne.
À l'issue de l'opération envisagée, les activités de Vodafone et d'Airtel ne se
chevaucheront donc pas pour ce type de services. Lors de son enquête, la
Commission s'est par conséquent surtout demandé si l'opération envisagée aurait
une incidence sensible sur la fourniture de services paneuropéens de téléphonie
mobile et si elle était susceptible d'entraîner des effets de verrouillage ou d'autres
problèmes sur les marchés des services internationaux d'itinérance en gros.
En ce qui concerne la fourniture de services paneuropéens continus avancés, la
Commission a conclu que l'acquisition par Vodafone du contrôle exclusif d'Airtel ne
contribuerait pas à améliorer sensiblement la capacité pour ces deux entreprises
d'offrir de tels services. L'opération n'augmentera pas significativement l'empreinte
européenne de Vodafone et le fait que British Telecom sorte d'Airtel n'aura pas
d'incidence concrète sur la capacité de Vodafone d'offrir des services paneuropéens
de téléphonie mobile. Vodafone a déjà lancé une offre de service paneuropéen (le
dispositif Eurocall) à laquelle Airtel participe. Même si des problèmes de concurrence
devaient survenir, les engagements donnés par Vodafone dans le cadre de
VodafoneAirTouch/Mannesmann devraient empêcher que le développement du
réseau de Vodafone donne lieu à des problèmes de concurrence qui ne puissent
pas être solutionnés par la Commission. Cette dernière a conclu qu'il n'était pas
nécessaire de prolonger les engagements existants au-delà d'avril 2003.
La Commission a aussi évalué l'incidence de l'opération sur les marchés des
services internationaux d'itinérance en gros et s'est demandé si l'acquisition
donnerait à Vodafone la possibilité de défavoriser les tiers pour les offres de services
paneuropéens en fermant l'accès à ses réseaux. Elle a cependant conclu que
l'acquisition en question ne provoquerait aucun problème significatif car Vodafone
continuerait à faire face à des concurrents actuels et potentiels pour la fourniture de
services d'itinérance tant en Espagne que dans d'autres pays où cette société est
présente. La Commission a aussi relevé que les engagements contractés par
VodafoneAirTouch/Mannesmann oblige Vodafone à offrir un accès non
discriminatoire à ses réseaux aux opérateurs concurrents offrant des services
paneuropéens.
2