Certains (surtout Blaise Pascal) disent que si le nez de Cléopâtre VII

Commentaires

Transcription

Certains (surtout Blaise Pascal) disent que si le nez de Cléopâtre VII
Certains (surtout Blaise Pascal) disent que si le nez de Cléopâtre VII eut été différent la face
du monde aurait été changée. Le nez, siège de l’odorat, du flair, symbole d’un instinct
d’anticipation voire de clairvoyance. Quand quelqu’un démêle les fils entremêlés d’une
affaire en suivant son intuition, on dit que cette personne a du flair. Ou du nez. Cléopâtre avec
son nez si particulier avait-elle du flair ? On peut dire que oui car cette femme réussit à éviter
pendant une bonne partie de sa vie la totale annexion de l’Egypte à Rome en faisant valoir les
bienfaits d’une alliance au lieu d’une colonisation. Cependant il existe également un autre fait
permettant de répondre à cette question, un fait inconnu des historiens. Pour comprendre il
faut revenir au temps où Cléopâtre ne gouvernait pas encore l’Egypte.
La nuit est noire. Cléopâtre VII Théa Philopator ne dort pas. Les mots tournent inlassablement
dans son esprit. Des mots murmurés. Des mots surpris par hasard. Des mots qu’elle n’aurait
pas dû entendre. Des mots de prêtres.
-
-
-
Es-tu sûr que telle est la volonté des dieux ? demanda le premier connu comme étant
Dédetès, grande prêtresse d’Isis.
Cela fait des années que les mêmes signes nous sont envoyés dans toute l’Egypte et
au-delà. Tant de serviteurs des dieux ne peuvent se tromper, affirma l’autre, Enmoutef,
grand prêtre lui aussi mais de Rê.
Certes oui. Alors nous devons rassembler tous ceux possédant ces cadeaux des dieux,
quelle que soit leur forme, du plus simple esclave au plus grand de la dynastie des
Ptolémée Lagides.
Nous devons leur expliquer la réalité du monde qui les entoure, que les humains ne
sont pas seuls, continua le grand prêtre de Rê.
Et que la tâche qui leur incombe est de maintenir l’équilibre entre tous tout en gardant
le secret sur leur mission, renchérit son comparse. »
Sur ces mots les prêtres partirent chacun d’un côté. Un accord indéfectible venait d’être
scellé. Assise dans les jardins du palais impérial ce fut au cœur de cette même nuit que la
future pharaonne obtint la connaissance de la réalité du monde.
Cléopâtre gouvernait l’Egypte avec son époux et frère Ptolémée XIII Dionysos depuis trois
ans. Elle avait rencontré César il y a douze mois. Malgré leur bonne trentaine d’années d’écart
ils devinrent amants. Pour tous ce fut l’instant où l’Histoire et l’histoire se rencontrèrent.
L’Histoire de l’Egypte et de Rome. L’histoire des deux plus grands souverains de leur temps.
Tous ont tort, l’Histoire et l’histoire fusionnèrent de manière totale une autre nuit.
Alexandrie, 47 années avant notre ère.
-
Pharaonne, prépare-toi à te présenter devant Osiris, lança son interlocutrice.
Mon heure n’est pas encore venue mais la tienne si, être du sang, rétorqua Cléopâtre.
Contrairement à toi j’ai le soutien de Rê-Harakhty.
Ton dieu ne pourra rien pour toi ! se moqua l’être.
Elle se trompait. La barque de Rê débutera sa course quotidienne dans le ciel dans moins de
neuf cent battements de cœur.
Invoquant au plus profond d’elle-même les noms de Rê, d’Isis et de Heqa, Cléopâtre
prononça en égyptien un sortilège d’immobilisation. Cette combinaison d’une langue aussi
vieille accompagnée des mots appris avec les prêtres ne put que fonctionner. Comme elle
l’avait prévu. Ce qui n’était pas dans son plan en revanche fut la venue de son amant dans
cette partie du jardin. Elle fut néanmoins soulagée qu’il ne s’agisse pas de leur fils. Sans
prononcer une parole, il orienta le miroir qu’il tenait vers l’adversaire de son amante afin que
les rayons solaires la transforment en poussière plus vite. Il y eut des cris lorsque le divin Rê
enveloppa l’être de toute sa puissance. Ni Cléopâtre ni César n’y prêtèrent attention.
L’équilibre du monde était maintenu. L’équilibre de leur couple le resterait-il aussi ?
Ils discutèrent toute la journée. Ils s’aperçurent qu’ils partageaient la même vision du monde.
Ainsi Caius Julius César et Cléopâtre VII Théa Philopator créèrent non seulement
l’association de deux êtres aimants et aimés, l’association des personnages politiques les plus
puissants de leur temps, l’association de deux nations mais également l’association des
protecteurs de l’équilibre du monde, la plus pérenne d’entre toutes. Cette Association perdura
bien après eux, histoire sans cesse renouvelée d’êtres vigilants, élément essentiel mais
invisible de l’Histoire.