Résumé - Ecole du Louvre

Commentaires

Transcription

Résumé - Ecole du Louvre
Lumière sur Eugène Martial Simas,
décorateur oublié de la Belle Époque
Constance Desanti
Résumé
La brasserie Mollard de Paris, le restaurant la Cigale à Nantes, la gare ferroviaire
de Tours ou l’Hôtel de Ville de Créteil sont autant d’édifices publics de la Belle
Époque qui ont pour trait commun la participation d’Eugène Martial Simas à
leur décor. Cet article se propose d’introduire l’œuvre polymorphe de celui qui,
formé aux décors de spectacle, se tourna vers les arts décoratifs et industriels
afin d’y exercer son goût pour les formes nouvelles et japonisantes. Attaché aux
mythes classiques et à un artisanat traditionnel de qualité, Eugène Martial Simas
n’incarne pas moins un jalon essentiel de cette nouvelle génération d’artistes qui,
au tournant du XXe siècle, propagea sa douce utopie d’un art nouveau, présent
partout et accessible à tous.
Abstract
The Brasserie Mollard in Paris, the restaurant La Cigale in Nantes, Tours train
station and the Créteil town hall are all “Belle Epoque” public buildings that
were decorated in part by Eugène Martial Simas. This article is an introduction
to the polymorphous oeuvre of Simas, who trained as a set designer, then turned
to the decorative and industrial arts to exercise his fascination for new forms and
forms inspired by Japanese art. Attached to classical mythology and traditional
craftsmanship, Eugène Martial cleared the way for the new generation of artists
that propagated its gentle utopia of a new art, present everywhere and accessible
to everyone, at the turn of the twentieth century.
Détail du Dîner chez Mollard
1895
émaux cloisonnés sur
carreaux de céramique
de Sarreguemines
H. 2,25 m. ; L. 1,65 m.
brasserie Mollard, Paris
© Photographie de l’auteur, 2015
Cahiers de l’École du Louvre, numéro 7, octobre 2015
ISSN 226-208X ©Ecole du Louvre
1

Documents pareils