Histoire de l`agriculture depuis 1850

Commentaires

Transcription

Histoire de l`agriculture depuis 1850
Histoire de l’agriculture depuis 1850
à travers l’exposition
jusqu’a
Type d’activité : visite thématique
u 23 fév
rier 201
4
Niveaux : collèges ; lycées d’enseignement général, technique, professionnel,
agricole et maisons familiales rurales
Histoire
des techniques
Nombre d’élèves : classe entière
Durée : 1h30
Référent : Ludivine Nion (02 37 84 15 10 - [email protected])
Pour quels acquis :
- Comprendre les grandes mutations du monde agricole ;
- connaître l’évolution du machinisme agricole : mécanisation et motorisation de l’agriculture ;
- appréhender l’évolution des énergies ;
- comprendre en quoi les progrès techniques ont amélioré les conditions de travail ;
- comprendre les enjeux actuels de l’agriculture dans les domaines de l’alimentation ou encore de
l’environnement ;
- connaître des agricultures du monde au travers d’outils d’autres continents.
Supports :
Exposition « Le Roman d’un Monde - 30 ans d’acquisitions et de donations »
Étapes de l’activité :
• Voir les machines en fonctionnement
La visite débute par la projection d’un film d’une vingtaine de minutes, constitué de petites séquences
en noir et blanc. Il s’agit de documents issus de la cinémathèque du Ministère de l’agriculture, de l’INA.
• Découvrir l’exposition « Le Roman d’un Monde - 30 ans d’acquisitions et de donations »
Accompagné d’un médiateur, les élèves parcourent l’exposition pour découvrir :
- les différentes opérations de la culture du blé, du labour à la récolte, à travers une sélection de machines ;
- les évolutions techniques (machines à vapeur et motorisation entre autres) ;
- la vie rurale au travers : des représentations du paysan dans l’imaginaire social (affiches, plaques,
jouets...) ; des métiers anciens, témoin d’un monde disparu ou encore d’actualité (le maréchal-ferrant
et l’apiculteur) ; des objets du quotidien ; des gestes paysans (photos sur la tuerie du cochon) ; des
objets en lien avec l’élevage ; mais aussi des œuvres contemporaines sur le paysan comme habitant
du territoire, questionnant sur sa place aujourd’hui ;
- le paysan dans le monde autour de 3 grandes questions de société : La fin des paysans ? Comment
nourrir 9 milliards d’hommes en 2050 ? Environnement, biodiversité, qualité de vie : quelle équation ?
Contenu de l’activité :
Le paysan dans l’imaginaire social
« Classe objet », pour reprendre l’expression du sociologue Pierre Bourdieu, la paysannerie, parce
qu’elle a peu d’occasions de « se » parler (les auteurs paysans sont très peu nombreux), est vue le
plus souvent à travers le regard des autres. Elle ne peut souvent se conformer qu’à l’image que lui
renvoient d’elle-même les classes sociales dominantes, qui lui assignent sa place et son rôle dans la
nation. Deux visions stéréotypées du paysan n’ont eu de cesse d’alterner, voire de coexister, au cours
de l’histoire : le paysan fruste, brutal, benêt et naïf ; et la figure noble du paysan nourricier, soumis à
l’ordre éternel des champs, porteur de traits de caractère élevés opposés à ceux de l’urbain (l’ouvrier
de l’industrie…), dépravés, pollués par les idées de la ville.
Dans leur figuration de la paysannerie, les affichistes reprennent les lieux communs, en privilégiant la
vision positive de l’homme de la terre. Pour vendre, il faut renvoyer aux agriculteurs une image positive
d’eux-mêmes. Les fermières sont actives, gracieuses, pimpantes ; les hommes sont saisis dans les
tâches nobles, dans des postures qui mettent en valeur leur vigueur physique.
Environnement, biodiversité, qualité de vie : quelle équation ?
Si le nombre d’agriculteurs diminue en France (La population agricole française représentait 80% des
actifs en 1800, 21% en 1954, 3% en 2000.), le monde rural n’a jamais été aussi présent dans les esprits.
Durant la dernière décennie, l’image du monde paysan a été beaucoup associée à la ruralité, au terroir,
à la qualité de vie… Cet intérêt correspond, entre autres, au développement de l’habitat rurbain et au
repeuplement des campagnes par des néo-ruraux continuant à travailler en ville.
La préservation de l’environnement dont dépend souvent cette qualité de vie, est devenue l’une des
préoccupations de notre époque. Le temps est dépassé où les affiches publicitaires vantaient l’intérêt des
intrants, témoignant de l’utilisation massive de produits chimiques pour la fertilisation et les traitements
contre les insectes et mauvaises herbes. Dorénavant, sont mis en avant l’agriculture raisonnée ou
biologique, le respect de la diversité des espèces.
Ressources pédagogiques :
• Ouvrages :
- J.-L. Mayaud, Gens de la terre : la France rurale 1880 - 1940, du Chêne, 2002.
- J.-L. Mayaud, Gens de l’agriculture, La France rurale 1940 - 2005, du Chêne, 2005.
- Ph. Madeline, J.-M. Moriceau, Les paysans, récits, témoignages et archives de la France agricole,
les Arènes, 2012.
• Site internet :
- http://www.lecompa.fr/collections/presentation- www.lecompa.fr
© Conservatoire de l’agriculture - Chartres - septembre 2013

Documents pareils