Ultramarine n°4 - CGOSH Martinique

Commentaires

Transcription

Ultramarine n°4 - CGOSH Martinique
ULTRAMARINES
Le magazine des Hospitaliers Ultramarins • N°4
S A I N T - P I E R R E
&
M I Q U E L O N
04
numéro
m a i
2 0 1 0
Sommaire
Sommaire
Dossier
21
Zoom
24
Les hébergementS
28
talents
34
Culturoscope
38
carnet de voyages
42
bien de chez nous
48
Mots mêles
54
porte-folio
57
•Martinique : La Maison de la Femme, de la Mère et de l’Enfant est née à Fort de France en mars 2008
•Guadeloupe : a propos du CESU…
•Saint-Pierre & Miquelon : «Petites étincelles luisent dans la nuit.»
•Guyane : Service de Médecine et Réanimation Néonatale de
Cayenne
•Martinique : Centres de Vacances Cgosh Martinique
•Guyane : centre J.S. GERNANTE Cgosh Guyane
•Guadeloupe : - kawann beach hôtel Marie-Galante
- Les villas d’Orlando en Floride
- Le Centre de Vacances du Cgosh Guadeloupe
•Saint-Pierre & Miquelon : Yannick Audouze
•Martinique : MAÏ vous souhaite la bienvenue…
•Guyane : Henry ROGIER : Hospitalier / musicien virtuose
•Guadeloupe : Une styliste hors pair au CHBT
•Martinique : Rencontre avec Pierre ALIKER
•Guyane : Inauguration de l’Espace J.-S. GERANTE
•Guadeloupe : Gisèle Pineau Folie, aller simple, Journée ordinaire
d’une infirmière
EDITO
04
PREFACE
06
Infos CGOSH
07
10 Ans déjà…
TOUT SIMPLEMENT…MERCI
•Saint-Pierre & Miquelon : Tournoi de fléchettes 2009
•Martinique : coopération et solidarité un partenariat martinique – Dominique
•Guyane : «Du 9 au CGOSH Guyane» !
•Guyane : Bilan d’activites 2008
•Guadeloupe : Le cgosh Guadeloupe,
les OEuvres Sociales Autrement…
Edition speciale
•«Une conférence au sommet»
•Saint-Pierre & Miquelon : Une semaine dans la brume
•Martinique : Programme 2010
•Guyane :Le paradis en pleine forêt : «piti comou»
•Guadeloupe : - Montréal, mon île métisse au Canada
- Destinations Guadeloupe
•Saint-Pierre & Miquelon : •Martinique : Les plantes aromatiques «Intérêt nutritionnel et diététique»
•Guyane : ATIPA au Lait de Coco
•Guadeloupe : Klaud Gervela Design’s …Par amour pour le Beau !
•Martinique : MOMO, un artiste «an ba fèy»
12
UltraMarines : Magazine semestriel d’Information des CGOSH d’Outre-Mer • Edité par le CGOSH GUADELOUPE 11, rue Baudot - B.P. 283 - 97105 Basse-Terre
Cedex • Tél : 05 90 81 76 45 • Fax : 05 90 81 71 41 • [email protected] • Directeur de la Publication : Jacques HELISSEY • Maquette : Indigène Studio Tél : 05 90 22 81 22 • Impression : Imprim Press • Tél : 05 90 32 04 74 • ISSN : en cours • Illustration couverture : La Réunion.
Edito
Edito
10 Ans déjà…
ue dire qui n’a pas encore été dit sur «nos échanges professionnels et culturels» ou quoi dire qui
pourrait être dit ?
Tout a été dit et ou reste encore à dire.
Nos congrès sont des initiatives en perpétuel devenir.
Il est des situations et des évènements qui n’ont pas besoin de ce qui leur est extérieur pour rayonner.
Ils puisent, dans une source intérieure et intarissable, la force d’être.
Ils traversent ainsi le temps : déjà dix ans !
Le congrès des CGOS ultramarins est un illustre exemple de solidarité, de synthèses constructives et
positives et de convivialité : c’est là que réside toute notre force.
Chaque congrès suscite une attente :
l’attente du prochain congrès,
l’attente de solutions pour avancer, améliorer, harmoniser,
l’attente d’une perpétuelle invitation pour découvrir l’autre.
Depuis notre première rencontre, le congrès s’est posé sur un socle unique et nécessaire, que je qualifierai comme étant un «potomitan».
Un «potomitan», qui est au-delà de tout, un message, une aventure et «in fine», un défi, celui d’incarner
un modèle fondateur de la recherche de compétences, d’échanges entre CGOS ultramarins.
Je suis, vous êtes, nous sommes désormais liés. Nous sommes désormais tous impliqués dans sa perpétuelle continuation.
Q
Jacques Helissey
Président du CGOSH Guadeloupe
4
Edito
Edito
5
PREFACE
Préface
TOUT SIMPLEMENT…
MERCI
D
e toutes ces teintes vives, de cette île aux Marins unique, de
ces côtes aux multiples facettes, de ces dunes apaisantes, de
cette brume persistante, de cette population accueillante et
chaleureuse, que nous découvrions pour certains d’entre nous pour
la première fois.
Nous vous livrons un secret : nous avons réellement apprécié notre
séjour parmi vous, amis du CGOSH SPM.
En effet, nous nous sommes plus sur votre île, qui nous ramène aux
sources mêmes de la vie : sérénité, hospitalité et bien-être.
Dans un même élan, chacune de nos délégations vous dit simplement MERCI.
MERCI pour l’exceptionnelle qualité de l’accueil qui nous a été
consacrée.
MERCI pour la richesse des échanges de compétences et de savoirfaire durant ces deux journées de travail intensif.
MERCI pour la beauté de votre île où tout au long de ces huit jours
passés ensemble, nous avons goûté au dépaysement et connu l’envoûtement.
MERCI pour le dévouement de votre équipe bénévole, pour cette
profondeur transmise, pour ces touchantes attentions à notre égard. Pour tout ce travail accompli pour nous recevoir, nos remerciements
sont infinis.
Souhaitons-nous la force de rester ensemble : de cœur et d’esprit.
Les délégations des CGOSH ULTRAMARINS
MARTINIQUE - GUYANE - GUADELOUPE
6
Infos
CGOSH
Infos CGOSH
Saint-Pierre
& Miquelon
Tournoi de fléchettes 2009
Claude ABRAHAM contre
Pascal CORMIER et Simon
RAMACIOTTI, et
• Allen ROULET et Alexandra
SIEGFRIEDT contre Céline
BRIAND et Magali BOISSEL.
Fabrice et Jean-Claude sont sortis gagnants de la finale qui les a
opposés à Allen et Alexandra.
Ils se sont vus récompensés de
leurs prouesses par un chèque
de 100 euros. Les perdants de
cette partie très relevée, ont reçu
50 euros chacun.
T
rès apprécié chaque hiver,
c’est le 28 février 2009
que s’est tenu au bar chez
« Txetxo » le dernier tournoi de
fléchettes annuel du CGOSH
de St-Pierre. Les trente participants ont du faire preuve
d’adresse en utilisant toute la
précision qui fait le talent des
grands joueurs pour parvenir
jusqu’à la finale.
Au cours de cette soirée marquée une nouvelle fois par la
bonne humeur des participants,
le «juke box» du bar n’a pas cessé de fonctionner pour la plus
grande joie de tous ceux qui ont
bien voulu choisir parmi plusieurs
centaines de titres les chansons
qui ont agrémenté ce tournoi.
Cette excellente soirée s’est terminée pour certains au petit matin sous légère pluie verglaçante
qui n’a pas manquée d’entraver
leur retour au domicile...
En finales des poules nous
avons retrouvé : • Fabrice BISSON et Jean-
7
Infos
CGOSH
Infos CGOSH
Martinique
COOPÉRATION ET SOLIDARITÉ
Un partenariat Martinique – Dominique
L
Coopération Martinique –
Dominique
«SPORT – SANTÉ»
Les partenaires
Le CGOSH Martinique
La Ville de Fort de France
Matériel Médical LOTAUT
8
a commission SPORT du
CGOSH Martinique, a organisé, dans le cadre du projet associatif du comité, un voyage de
coopération avec la Dominique,
dans l’objectif de «créer des réseaux avec les Hospitaliers de la
Caraïbe».
Cette coopération Martinique –
Dominique, sur le thème «Sport
– santé», porteuse de valeurs
humanistes et humanitaires,
s’inscrit dans une solidarité pérenne en établissant des liens et
des échanges avec nos frères
caribéens.
Trois temps forts ont marqué
cette rencontre : la visite de l’hôpital de Roseau et un échange
avec les collègues hospitaliers
dominiquais et une compétition
de football.
M Charles CULTIER, directeur
du CGOSH Martinique, a participé à cette expérience et nous
a fait part de ses impressions :
«Ce voyage fut pour nous l’occasion de constater à quel point
la prise en compte de l’écologie
est prépondérante dans ce petit pays indépendant ainsi que
la bonne qualité du système de
prévention qui a été mis en place
en matière de soin.
Les participants au voyage ont
participé aux manifestations
de la célébration de l’indépendance.
Le matériel livré a été accueilli
avec une grande satisfaction.
Le CGOSH a apporté sa pierre à
une œuvre de solidarité qu’il lui
appartiendra de poursuivre.
Il y a lieu d’amplifier
les échanges avec cette île voisine de a caraïbe, de qui nous
aurions tant à apprendre.»
Infos
CGOSH
Infos CGOSH
«Du 9 au CGOSH Guyane» !
Guyane
à la page et avance dans le
sillon de notre société nouvelle
de manière à répondre aux
choix faits par nos adhérents,
• plus d’activités permettant de
réunir nos adhérents et leur famille, de développer la convivialité (activités trimestrielles : tambour, théâtre, … avec à l’issue
des représentations destinées
aux adhérents ; soirées jeux,
conférences trimestrielles…)
L
e 12 Septembre 2008, un
nouveau Conseil d’Administration a été mis en place avec
les membres suivants :
Bureau :
Présidente :
Mlle Murielle CHEUNG A LONG,
1ère Vice Présidente :
Mme Myriam DOLAN,
2nde Vice Présidente :
Mme Ghislaine ISEL,
Secrétaire :
Mme Corinne EDWIGE,
Secrétaire Adjoint :
M. Antoine MODERNE,
Trésorière :
Mlle Mylène MONTGENIE,
Trésorier Adjoint :
M. Guy-Albert CASTRIEN,
Les autres Membres :
Monsieur Athys JAÏR,
Madame Georgette MAZIA,
Madame Cynthia PIEJOS,
Madame Patricia SAÏD,
Monsieur Yves Dominique SIGER,
Madame Alberte RINGUET,
Madame Line MONLOUS DEVA,
Madame Pétronille JUPITER,
Monsieur Thierry MORRE,
Monsieur Eric MOLINIER,
Monsieur Alain THEOPHILE,
Madame Paulette PROSPER,
Madame Mylène NANHOU,
Monsieur Christian JEAN FRANCOIS,
Madame Guylaine BARTHELEMI (DSDS).
Le CGOSH avance avec l’ère
qui s’ouvre à nous et souhaite
aller encore plus loin.
Durant cette mandature, les axes
forts de notre politique vont se
caractériser par des innovations :
• au-delà du voyage organisé, le
voyage à la carte qui permettra à un plus grand nombre
d’adhérents de bénéficier de
cette prestation,
• de même, notre équipe n’est
pas en reste, le CGOSH se met
• d’autres ouvertures seront
explorées pour la mise en
place de nouveaux avantages
avec des tarifs négociés auprès de nombreux prestataires
(prêt-à-porter, voyages, hôtellerie…) sur présentation de la
carte CGOSH interdom.
Tous ces axes forts doivent représenter le minimum du programme que nous souhaitons
offrir à nos adhérents.
Cette mandature sera basée sur
la cohésion et la collégialité avec
pour objectif primordial, d’être
plus proche des adhérents en
allant à leur rencontre, d’être
à leur écoute, de sans cesse
les solliciter pour grossir notre
programme en leur permettant
d’être porteur de projets.
Le CGOSH est l’affaire de tous.
Le CGOSH solidaire,
Le CGOSH uni,
Le CGOSH avance…
Tout cela ne peut se faire qu’ensemble.
Murielle CHEUNGA LONG
Présidente du CGOSH Guyane
9
Infos
CGOSH
Infos CGOSH
Guyane
BILAN D’ACTIVITES 2008
C
omme chaque année, le
CGOSH a mis en place des
activités pour les enfants et les
personnels adhérents :
Le mercredi 6 mars 2008 nos
enfants, de 7 à 17 ans ont pu
participer à une journée d’initiation au karting sur la base ULM
Equateur de 9 h à 17 h. Des moniteurs expérimentés et qualifiés
ont été mis à disposition afin de
garantir la sécurité des enfants.
Cette journée riche en émotions, restera sans doute gravée
dans les souvenirs de nos petits
«bouts d’chou».
Contact :
(a) – 7 femmes au tambour ;
contact René Serge AVRIL
0694.21.23.92
(b) – contact M. Roberto
MONTOUTE 0694.45.96.45
(c) – contact Mme JADFARD
0594.38.67.14
(d) – contact Maître José
LAMA 0694.38.48.08
(e) – contact 50/50 :
0594.30.89.43
10
Le dimanche 4 mai 2008 nos
enfants, de 8 à 18 ans ont pris le
chemin des «îles du salut*» afin
de leur permettre de connaître,
et s’approprier leur histoire. La
traversée en navette jusqu’aux
îles a été pour certains «mouvementée» et à renouveler pour
d’autres. S’en est suivie une
randonnée commentée par un
guide à travers les ruines du
bagne. Les enfants ont pu poser toutes les questions diverses
auxquelles ils n’avaient pas
pensé jusqu’à lors, s’imaginer
pour certains vivre l’espace d’un
instant cette vie de bagnard, recluse et à l’abri de tout. La matinée a été clôturée par un repas
au restaurant de l’île suivie de
jeux en attendant la navette de
retour. Il en va sans dire que les
esprits bouillonnent encore de
souvenirs à raconter aux parents
et aux amis.
Le dimanche 21 décembre
2008, un arbre de noël pour les
enfants des communes de l’Est
est organisé au Centre Hospitalier de l’Ouest Guyanais Franck
JOLY, avec un spectacle interactif autour de la préparation de
crêpes en vue de la chandeleur.
Le spectacle proposé s’est déroulé avec une mise en scène
magnifique, des personnages
grandeur nature, une animation
barbe à papa, pop corn et snow
bowl digne d’une fête foraine. A
l’issue, un goûter copieux a été
servi aux enfants.
Le lundi 22 décembre 2008
les enfants étaient attendus au
centre nautique de Matoury afin
de passer noël à la piscine de 9h
à 17 h. les BNSSA, les BEESAN,
les administrateurs et administratifs présents ont géré ce flot
d’enfants courant et s’amusant
dans tous les sens.
Le samedi 03 janvier 2009, 174
personnes du CHOG ont participé au dîner dansant organisé à
l’occasion de la nouvelle année,
avec au programme un défilé
de chapeaux et une animation
musicale orchestrée par la formation AKWAREL qui a magnifiquement ouvert la saison carnavalesque pour les personnels de
l’Ouest Guyanais.
Le dimanche 04 janvier 2009,
pot du nouvel an pour les personnels du Centre Hospitalier
André ROSEMON, de l’IMED,
et l’ARH. Extraordinaire, Splendide, Spectaculaire, Réussi !!!
Que dire de plus ?!
Le CGOSH, cette année recevait
500 personnels de midi à minuit,
autour d’artistes de talent, et
de prestations grandioses. Au
programme : un buffet de qualité, un open bar sur toute la
durée de la manifestation des
artistes : les Amazon’Tanbou (a),
le groupe Turépé (b), la Grande
artiste Orlane JADFARD(c), l’orchestre D’lo Coco(d), l’animation DJ de l’équipe 50/50 (e), un
défilé de robes carnavalesques,
de dessous féminins, et de
chippendales. Le personnel est
jusqu’à présent enchanté de
cette soirée et en parle encore ;
les esprits de tout un chacun
resteront imprégnés de ce moment de convivialité, de gaieté,
de beauté, de splendeur que le
CGOSH leur a permis d’avoir en
ce début d’année, qui permettra
de rêver en passant à l’année
entamée.
* Situées à 14 kms du littoral Guyanais à l’Est du Centre
Spatial de Kourou, les Iles du
salut ont abrité pendant 100
ans (1852-1947) le Bagne avec
le régime carcéral le plus dur, et
représentent aujourd’hui un vrai
petit «Paradis». Cet archipel a
été baptisé «Les îles du salut»
par les survivants de la triste expédition de Kourou (1763-1765).
Il comprend trois îles : île Royale
pour la plus grande (28 ha), île
Saint Joseph (20 ha) et la plus
petite l’île du diable (14 ha)
Infos
CGOSH
Infos CGOSH
Guadeloupe
LE CGOSH GUADELOUPE,
les Œuvres Sociales Autrement…
continue à porter le flambeau de
ses prédécesseurs pour :
• une meilleure communication
sur les prestations du CGOSH,
• une meilleure prise en compte
des besoins des bénéficiaires,
• une organisation efficace du
travail pour plus de performance et de réactivité vis-à-vis
des adhérents,
• continuer le travail de partenariat et de coopération étroite
avec les CGOSH ultramarins,
• d’engager notre association
vers la voie de l’excellence.
«Lorsqu’un homme ne sait pas
vers quel port il navigue, nul vent
ne lui est favorable»- Sénéque
Le cgosh
s’affiche…
L’information à l’Hôpital :
Réussite & Référencee
• Les stands CGOSH : des
journées informatives sur les
prestations sociales, de loisirs et
culturelles en faveur des bénéficiaires. Il s’agit de satisfaire au
mieux les attentes de ces derniers, de renforcer la présence du
comité au sein de l’établissement
hospitalier, de favoriser et améliorer les échanges. • Les enquêtes
de satisfaction :
constituent le socle d’un service
de veille permanente et stratégique au sein de chaque établissement ; ellles s’adressent
à l’ensemble des bénéficiaires
du comité. Les objectifs sont
multiples : être sans cesse à
l’écoute des bénéficiaires ; évaluer les attentes de plus en plus
croissantes des bénéficiaires afin
de les anticiper et de les satisfaire au mieux ; procéder à une
auto-évaluation des services et
prestations ; mesurer le niveau
de satisfaction des bénéficiaires ;
améliorer les prestations et services et fidéliser les établissements adhérents.
• Les rencontres trimestrielles
des Relais d’Information :
des séminaires qui proposent
aux correspondants, un espace
de communication et de réflexion
sur l’actualité du CGOSH. Il s’agit
de sensibiliser nos relais sur les
stratégies poursuivies par le
comité ; d’établir une collaboration
étroite entre le comité, les
correspondantes et les Présidents
d’association. Plus de solidarité,
plus de transparence pour réussir
ensemble sur le long terme.
U
n nouveau visuel générique, des dépliants riches
en couleurs et émotions, un
nouveau slogan …
Un casting sur deux weekends consécutifs a été réalisé
en mars dernier afin d’illustrer
nos affiches. Les acteurs : le
personnel du CGOSH et des
bénéficiaires que nous remercions chaleureusement.
Une nouvelle direction
pour le comité
Le 07 septembre 2009, Madame
Lydie CLAMY a pris ses fonctions
au sein du CGOSH GUADELOUPE. La nouvelle directrice du
CGOSH GUADELOUPE, en collaboration avec toute son équipe,
11
Edition
spéciale
Edition spéciale
12
Edition
spéciale
Edition spéciale
«Une conférence au sommet»
M
oment de recul pris par
les administrateurs pour
comparer les méthodes de gestion, de fonctionnement et également les procédures en cours
au sein de chaque CGOSH ultra-marin, les conférences forment et informent les élus des
comités aux responsabilités que
leur octroie le monde hospitalier. Ces rencontres permettent
chaque année des échanges
d’expériences qui garantissent
une constante amélioration des
modes et politiques de gestions. Le rythme soutenu de ces
séances de travail permet tout
de même à tous les administrateurs présents de s’exprimer
sur les thèmes abordés. Le programme prévu à St-Pierre s’inscrivait évidemment dans cette
logique.
Jacques LETOURNEL
Président du CGOSH St-Pierre
et Miquelon
13
Edition
spéciale
Edition spéciale
14
Edition
spéciale
Edition spéciale
15
Edition
spéciale
Edition spéciale
16
Edition
spéciale
Edition spéciale
17
Edition
spéciale
Edition spéciale
18
Edition
spéciale
Edition spéciale
19
Edition
spéciale
Edition spéciale
Saint-Pierre
& Miquelon
Une semaine dans la brume
L
’année 2009 restera dans les
mémoires des Saint-Pierrais
et Miquelonnais comme l’une des
plus ensoleillée de leur existence.
La semaine culturelle 2009 associée à la neuvième conférence
des CGOSH ultra-marins s’est
déroulée quant à elle dans les
brumes habituelles des étés dans
ces eaux où se confrontent la
chaleur du Gulf Stream et la froideur du courant du labrador.
Comme pour prouver aux invités
que le réchauffement climatique
n’a pas encore tué ce phénomène, le brouillard et la pluie
étaient au rendez-vous en ces
premiers jours du mois d’aout.
Les participants ne se laisseront
pas pour autant décourager et
c’est avec impatience et empressement qu’ils s’embarquent
sur différents bateaux de toutes
tailles à plusieurs reprises dans
des conditions météorologiques
20
pas très agréables. Pourtant, les
centaines de photos ramenées
de ces déplacements quotidiens
témoignent toutes du bonheur
que leur ont apporté ces moments de dépaysement hors du
commun. Chaque journée est vécue comme une aventure et une
expérience inédite que ce si petit
archipel parvient tout de même à
offrir à ses visiteurs.
L’accueil chaleureux des estivants
du «ruisseau de bons» qui partagent leur pastis avec le groupe du
«tour avec Janot» n’aura d’égal
que la gentillesse de Thierry et
Joëlle, fondateurs et exploitants
de la ferme de l’ouest où nous
avons pu cueillir et déguster de
magnifiques fraises avant d’acheter des produits artisanaux. La
saveur de ces produits ne laisse
aucun doute quant à la qualité du
site et celle de la production dans
le respect de l’environnement.
Thierry ne manquera pas d’improviser une visite guidée de son
exploitation en nous emmenant
sur le «buttereau» surplombant
la ferme pour un aperçu panoramique imprenable de cet isthme si
caractéristique de notre territoire.
C’est autour d’une paëlla géante
à l’occasion du bal des 20 ans du
CGOSH que nos agents et leurs
amis feront la fête jusqu’au petit
matin en compagnie des délégations d’outre-mer. La dégustation
du gâteau d’anniversaire symbolisera une nouvelle fois notre attachement à célébrer ensemble les
moments forts de la vie de nos
associations. De la dégustation de homards à la
maison de l’ASIA de l’Île aux Marins en compagnie de monsieur
Louis QUEDINET son président
qui a une nouvelle fois fait preuve
de sa grande amitié pour nos
amis ultra-marins, au dévouement
du président de l’ASM monsieur
Gino BONNIEUL, qui malgré bien
des tracas dus aux problèmes
de desserte maritime, s’est surpassé afin de nous recevoir au
21ième festival des fruits de mer
de Miquelon, on peut espérer que
cette semaine culturelle gardera
l’empreinte du dévouement et de
l’amitié.
Cette empreinte voulue par ses
membres et ses bénéficiaires
n’avait pour but que de colorer
ce ciment de respect, d’amitié
et d’émotions qui unit le CGOSH
de Saint-Pierre et Miquelon à ses
frères ultra-marins.
Jacky LETOURNEL
Président du CGOSH
Saint-Pierre et Miquelon
Dossier
Dossier
Guadeloupe
A PROPOS DU CESU…
Les services à la personne
sont les suivants :
• Les services aux enfants : enfant malade, jardin d’enfants,
baby-sitting, assistante maternelle, halte-garderie, garderie périscolaire, crèche, sortie
d’école, soutien scolaire, aide
aux devoirs ;
D
epuis janvier 2010, les
CGOS National et Outremer
ont l’obligation de mettre en place
le Chèque Emploi-Service Universel, à destination de la population
Hospitalière.
C’est la circulaire DHOS/62 du 02
novembre 2009, qui confirme sa
mise en place, dont la gestion est
confiée au CGOSH.
Cette mise en place avait été prévue dans un protocole du 1er octobre 2009 entre le Ministère de
la Santé et des solidarités et cinq
organisations syndicales.
Qu’est-ce que le CESU ?
Le Chèque Emploi-Service Universel ou communément intitulé
CESU est un titre de paiement
préfinancé, pour lequel les employeurs participent à son financement en totalité ou en partie.
Ils les proposent ensuite à leurs
salariés pour rémunérer un emploi à domicile ou des services
réalisés par des prestataires notamment pour la garde d’enfant
à domicile.
• Les services spécifiques aux
personnes handicapées, âgées
et/ou dépendantes : accompagnement et assistance à
domicile hors actes médicaux,
activités d’interprète (langage
des signes,..) ;
• Les services de la maison : ménage, repassage, travaux de
jardinage, petit bricolage, assistance informatique, internet
et administrative.
Un outil de politique sociale
Le CESU est un outil de politique
sociale en attribuant plus de pouvoir d’achat aux bénéficiaires :
• Attractivité et fidélisation ;
• Aide d’organisation pour les
employées en formation ;
• Accompagnement des horaires
décalés ;
• Accompagnement de la mobilité géographique.
Un outil de grande souplesse
Le CESU préfinancé est un outil
d’utilisation simple, sécurisé et de
grande souplesse :
• Liberté de valeur faciale (entre
0,01 et 99,99 euros) ;
• Liberté de l’abondement du financeur (entre 1 et 100 %) ;
• Liberté de fréquence et de
commande (cf mensuelle, trimestrielle) ;
• Ciblage de la population utilisatrice :
• Liberté pour les bénéficiaires
de commander ou pas, sans
engagement :
• Possibilité de restriction à certains usages ;
• Possibilité de dématérialiser les
titres.
Quels sont les bénéficiaires du
CESU – Fonction Publique Hospitalière ?
• Seuls les agents hospitaliers
dépendant d’un établissement
hospitalier adhérent du CGOSH
et qui verse la contribution patronale spécifique CESU.
Le régime fiscal et social : des
avantages non négligeables
• Pour le financeur :
• Exonération des charges sociales (1830 euros par an et par
agent).
• Pour les bénéficiaires :
• Exonération de charges sociales (1830 euros par an et par
agent) ;
• Exonération d’impôt sur le revenu (100% des sommes préfinancées par l’employeur) ;
• Crédit d’impôt sur le revenu
(50% des sommes engagées
par le salarié.
Sa mise en place et conditions
d’attribution pour les CGOSH
OUTREMER
Les modalités de mise en œuvre
d’attribution et les procédures
sont en cours d’étude et doivent
être par la suite validées par les
instances statutaires du CGOSH.
A cet effet, un atelier «Prestation
CESU», proposé par le CGOSH
Martinique se tiendra en mai
prochain à l’occasion de la 10ème
Conférence des CGOSH Ultramarins en Guyane.
Il aura pour objectif de mettre en
place la prestation CESU et de
cadrer et définir ses modalités
d’attribution.
Pascale ROUSSEAU
21
Dossier
Dossier
Martinique
La Maison de la Femme, de la
Mère et de l’Enfant est née à Fort
de France en mars 2008
L
a Maison de la Femme,
de la Mère et de l’Enfant –
MFME – a remplacé depuis mars
2008 l’hôpital Victor FOUCHE.
Construite à proximité de l’hôpital Pierre ZOBDA QUITTMAN,
elle est le nouveau pôle mère/enfant du CHU de Fort de France.
Maternité de niveau III, elle dispose d’une surface deux fois
plus importante que l’ancienne
maternité et d’une capacité de
171 lits et places au total.
Des changements…
Le déménagement vers la nouvelle Maison de la Femme, de la
22
Mère et de l’Enfant ne consistait
pas seulement en un changement physique de lieu, mais
correspondait à des bouleversements dans l’organisation des
soins, dans la logistique, dans
les services proposés, dans la
recomposition des équipes…
«Nous avons tout changé ! bien
sûr, nous avons longuement et
méticuleusement préparé, anticipé, accompagné ces changements, mais entre la préparation
et la mise en œuvre, rien n’est
simple !
La surface de l’établissement a
été doublée des services nouveaux ont été créés.… Le chal-
lenge était important !
Il était d’autant plus important que le personnel de Victor
FOUCHE avait sa culture, sa vie
propre… Il fallait donc l’aider à
se fondre, à s’associer au personnel de l’hôpital Pierre ZOBDA
QUITTMAN.
Le résultat est que nous avons
pu, avec le personnel, mettre en
oeuvre à la Maison de la Femme,
de la Mère et de l’Enfant une organisation, des changements
difficiles à mettre en place
ailleurs jusqu’ici. Cette expérience doit servir de vitrine pour
le reste du CHU.»
Pour accompagner le personnel
Dossier
Dossier
La Maison de la Femme,
de la Mère et de l’Enfant
Propose
aux enfants et adolescents :
• Un service d’urgences
médico-chirurgicales
• Un service de
néonatologie
• Un service de réanimation
néonatale et pédiatrique
ainsi que des lits de soins
intensifs
• Des services
d’hospitalisation classique
de médecine et de chirurgie pédiatrique
• des consultations de
médecine et de chirurgie
pédiatrique
dans le changement, 350 entretiens d’évolution professionnelle
ont été menés. Chaque agent a
été reçu afin de discuter de son
projet professionnel et du projet
global de la nouvelle maternité.
À quelques exceptions près,
tous les agents ont eu satisfaction dans les choix de poste
qu’ils avaient faits. Un an après…
Après un an de fonctionnement
de la nouvelle maternité, on peut
dire sans se tromper que c’est
une «très belle réussite». Le personnel a pu rapidement trouver
ses repères et se mettre au service des patientes et de leurs
enfants.
«Cette réussite, nous la devons
au travail de préparation, d’anticipation, de concertation mené
depuis la conception du projet
et pendant toute la durée des
travaux du nouveau bâtiment.
Notre force vient de la constitution d’une équipe compétente,
expérimentée, sachant s’appuyer sur des expertises, autour
d’un vrai projet : projet médical,
projet de soins, projet social…
Aujourd’hui, après une ouverture
progressive des services, nous
sommes en mesure de proposer
presque la totalité des 171 lits.
On peut dire que toutes les propositions faites, tous les changements opérés répondent aux
attentes des femmes, des mamans, et des familles que nous
accueillons. Bien sûr, nous avons dû faire
face à des difficultés, mais quel
hôpital aujourd’hui ne rencontre
pas des difficultés ? Notre point
fort a été la réactivité. Nous
avons su proposer et trouver
des solutions et instaurer une
collaboration étroite au sein de
nos équipes. Il faut dire également que le
changement de site et la proximité de l’hôpital Pierre ZOBDA
QUITTMAN procure des avantages à la nouvelle maternité notamment celui de l’accès rapide
au plateau technique et au traitement plus facile des examens de
laboratoire.»
Réussir le challenge
Cohésion de l’équipe autour
d’un vrai projet, démarche
d’accompagnement,
anticipation, participation de tout le
personnel, rigueur, discipline,
capacité à conceptualiser mais
aussi à mettre en place…. Voilà
quelques atouts pour réussir
l’accouchement de la Maison de
la Femme, de la Mère et de l’Enfant, mais pas seulement…
«La grande majorité du personnel qui déménageait dans
la nouvelle MFME travaillait depuis longtemps à l’hôpital Victor FOUCHE, sans expérience
ailleurs, il fallait donc qu’ils aient
une grande confiance dans
l’équipe d’encadrement pour
accepter de changer radicalement leur environnement professionnel et cette confiance a été
le garant de notre réussite».
aux femmes et futures
mamans :
• Un service d’urgences
gynéco-obstétrique
• Un service de gynécologie
• Un service de suivi des
grossesses pathologiques
• Un service de suites
de couches
• Des consultations
de gynécologie
• Des consultations de suivi
des grossesses
• Un centre de Protection
Maternelle Infantile
• Un hôpital de jour
pluridisciplinaire.
ammés début 2008
Texte rédigé à partir des propos
recueillis auprès de
Jeannine CHANTALOU - Directeur des soins, Annick LESTRADE Chargée de mission Logistique
du déménagement, Geneviève
DUBREAS Cadre supérieur de santé de
Pôle, Françoise TANIC - Chargée de mission Pôle Achat.
23
Zoom
Zoom
Saint-Pierre
& Miquelon
«Petites étincelles luisent
dans la nuit.»
service, elle connaît la collaboration avec l’infirmière, c’est un
interlocuteur précieux et son
oreille attentive dans l’accompagnement et contact avec le
malade. Frédérique infirmière diplômé
d’état nous rejoint, cette fois-ci
elle fait la tournée des médicaments et posologies destinés
aux malades. Elle scrute l’écran
de l’ordinateur et vérifie les
comprimés afin d’administrer le
traitement. J
’arrive dans le service de médecine il est 18 h 50, où je
trouve une l’atmosphère calme
et presque silencieuse. La porte
de salle de soins est fermée,
rien ne fusse c’est le temps
des transmissions. Quelques
minutes s’écoulent et j’aperçois les infirmières, et aides soignantes sortir les unes après les
autres.
Aujourd’hui, c’est la gente féminine qui est totalement présente.
J’entends des bonsoirs, les collègues prennent le relais…… «
Bonne nuit, à demain ! »
Dans cet hôpital François
Dunan, situé au centre ville au
20. Rue Maître Georges Lefèvre,
toutes les pathologies sont traitées. La psychiatrie, la diabétologie,
cancérologie, le personnel polyvalent se doit d’avoir de larges
24
connaissances dans plusieurs
spécialités.
Les horaires de ce service hors
transmissions comme celui de la
chirurgie sont 7 h 00/ 19 h 00,
et la relève s’effectue pour la nuit
19 h0 0/ 7 h 00 du matin.
Céline l’aide soignante est déjà
au travail avec son chariot où se
trouve tisanes, lait, et infusions
proposés aux hospitalisés. Ce
soir samedi la tournée sera vite
faite, elle me dit que s’est calme.
Les lits ne sont pas tous occupés, la capacité est de 14 lits, et
1 chambre d’isolement.
Elle prend son temps et profite
d’entamer une petite conversation avec une famille qui quitte
le chevet d’un parent, on sent
tout de suite que le dialogue est
proche et que la confiance est
de mise. Après 19 années de
« Bonsoir Monsieur, comment
s’est passé la journée ? » ces
mots sont paisibles et le ton
de sa voix est réconfortant.
Le prendre soin, la relation au chevet du patient, l’écoute
prennent
leur
importance.
Grâce à ces facteurs analysés et
les informations perçues, la douleur ressentie ; et à travers ces
mots, ce sont des indicateurs
essentiels. La porte se ferme
et je m’éloigne peu à peu et la
confidentialité règne.
Je viens à la rencontre de l’infirmière doyenne du service de
chirurgie, Marie- France officie
depuis 39 ans à l’hôpital de
Saint-Pierre, 29 ans de service
de nuit.
Pour sa part, elle gère la chirurgie, (qui se compose de 12 lits
d’hospitalisation, 2 lits de réanimation, 3 fauteuils dialyse). Elle vient de terminer les tensions, les poses de perfusions,
et assuré la traçabilité sur l’ordinateur.
Zoom
Zoom
Nous nous éloignons et prenons place dans la salle où dans
quelques instants ils prendront
le repas.
Elle me confie que l’ambiance
de la nuit lui plaît, c’est un choix
pour sa part personnel, après la
naissance de sa fille elle a préféré le travail de nuit.
L’indépendance, la responsabilité sont également de paire, la
solidarité entre les personnels de
nuit sont aussi des atouts mis en
avant, l’entraide fait parti du mot
d’ordre. Si j’ai terminé avant les
filles suivant mon travail, je vais
les rejoindre pour leur donner un
coup de main. Nous échangeons quelques
mots des premières années où
elle a commencé son diplôme
d’infirmière locale en poche, et
celui d’état où elle a du partir en
France pour suivre les cours dispensés par la Croix rouge.
Et je vois dans ses yeux une petite lueur, en riant elle me dit qu’il
y a eu bien des changements,
la coiffe blanche avec la croix
rouge, le costume, etc.
L’évolution de la pédagogie
s’inscrivant avec celle de la
société, la qualification et les
connaissances médicales, les
spécialités. Dans mes premières années
tout était manuscrit, aujourd’hui
grâce aux nouvelles technologies cela se fait sur les ordinateurs assurant le processus liés
au patient et à son séjour à l’hôpital ; le traitement médical, un
incident survenu après l’administration d’un antibiotique. Notre conversation s’interrompt
…une sonnette ! Et là, je vois
Marie-France se levait et me dire
: « je dois y aller ! ».
Au même moment l’ambulancier de nuit, Bernard, arrive il
vient de terminer sa tournée, la
vérification du matériel, branchement des appareils, défibrillateur, etc. le garage, l’ambulance
tout est paré, chaque geste est
mesuré pour une éventuelle urgence ou évacuation sanitaire
qui se fait en grande majorité
sur Saint John’s de Terre-Neuve.
(Par avion, 1 heure de vol, si les
conditions atmosphériques le
permettent)
L’ambulancier assure le transport sanitaire vers l’hôpital, il doit
avoir une bonne connaissance
des itinéraires pour effectuer le
transport dans un minimum de
temps, avoir une présence d’esprit et une rapidité à l’urgence. L’ambiance de la nuit lui plaît
et cela depuis 25 ans, responsable de l’entretien du véhicule,
des formalités d’admission, il est
discret et tranquillise les blessés
qui transportera avec le médecin
de service, il pense au confort du
blessé.
Pendant que ses collègues terminent la tournée, il est chargé
de dresser la table, cela fait partie de ses attributions, il attendra
en vérifiant que rien ne manque
sur la table.
Il est 21 h 15, les lumières se
tamisent on comprend que Fré-
dérique, Marie-France et Céline
ne tarderont pas à le rejoindre
pour le repas, un moment silencieux où la discussion du dernier
match de foot primera, ou de
l’actualité locale.
Il est maintenant 21 h 30 et je
m’éclipse…. Le cadre d’intervention des soignants est défini par des textes
officiels : rôles spécifiques et
fonctions des professionnels, les
actes qu’ils doivent accomplir.
Pour pourvoir respecter le secret
professionnel, leur savoir et savoir faire établis au fur et à mesure des années de travail.
Le mot « humanitude « prend
tout son sens employé et crée
par d’illustre écrivains…… Freddy KLOPFENSTEIN en passant
par Aimé CESAIRE et popularisé
par Léopold SENGHOR.
« Les cadeaux que les hommes
se sont faits les uns aux autres »
Claudia VIGNEAU
25
Zoom
Zoom
Guyane
Service de Médecine et Réanimation Néonatale de Cayenne
NOTRE EXPERIENCE avec les MARRAINES de MEDECINS du MONDE
le territoire de l’intérieur où les
voies de communications sont
limitées (parfois aérienne et/ou
le plus souvent fluviale par pirogue). L’accès aux soins y est
plus difficile sous la forme de
centres de santé dépendants du
Centre Hospitalier Andrée ROSEMON de Cayenne.
La population guyanaise est
jeune et multiculturelle, exposée
à la fois aux pathologies «modernes» et «tropicales».
L
a Guyane est le 3ème département français d’Amérique,
et a comme principale particularité :
• son immensité - vaste comme
le Portugal -,
• sa forte natalité – 4 enfants par
femme -,
• son isolement relatif malgré
le fait qu’il soit sur un continent
contrairement à l’insularité des
Antilles.
La Guyane est recouverte à 90
% d’une forêt équatoriale encore largement vierge. D’un
côté la bande littorale concentre
la majorité de la population et
des infrastructures, et de l’autre
26
Quelques indicateurs épidémiologiques précisent la situation de
la Guyane : le taux de mortalité
périnatale de 18,1‰ contre 7‰
en France métropolitaine, le taux
de prématurité est pratiquement
le double de celui de l’exagone
(respectivement 12% et 7,2%),
le taux de mortalité infantile est
plus du double de celui de métropole (10,4 ‰ contre 4,1‰).
Tous ces marqueurs sont la
conséquence des difficultés
pour le suivi des grossesses
en rapport avec la situation de
grande précarité de beaucoup
de mères.
L’offre de soins périnatale s’organise principalement entre les
maternités sur les 3 villes principales du littoral. Seule la maternité de Cayenne est de niveau
III, disposant d’un service de
Réanimation Néonatale et de
Réanimation polyvalente pour
les mères. Y sont donc référées
toutes les naissances à risque et
accueillis tous les nouveau-nés
du département/région en situation de détresse.
Le service dispose de 8 lits de
Réanimation Néonatale, de 6 de
Soins Intensifs, de 21 de soins
courants dont 6 en suite de
couche. Nous avons accueilli
374 enfants en Réanimation
Néonatale en 2008 dont 164
soit 43 % habitent à distance
de Cayenne : 56 venaient de
Saint Laurent du Maroni, 46 du
Haut Maroni (frontière avec le
Surinam), 31 de Kourou, 26 de
l’Oyapoque (frontière avec le
Brésil) et 2 de l’intérieur. Les ¾
de ces enfants avaient pu bénéficier d’un transfert in utero c’est
à dire avant leur naissance.
Les soins dispensés dans le service sont ceux habituellement
en cours pour ce type d’unité
à l’exception de la chirurgie
spécialisée néonatale qui n’est
pas disponible en Guyane. Les
prématurés sont pris en charge
à partir de 25-26 semaines
d’aménorrhée soit des poids de
naissance autour de 600 g. Les
durées d’hospitalisation de tels
enfants peuvent aller jusqu’à 3
mois.
Leurs mères ne peuvent rester
que quelques jours en maternité puis rentrent dans leur commune d’origine si elles ne disposent pas d‘un hébergement sur
Cayenne. La séparation d’avec
leur enfant durera plusieurs semaines ou mois. Durant cette
période, les parents ne peuvent
Zoom
Zoom
recevoir que des nouvelles par
téléphone, éventuellement relayées par l’équipe du centre de
santé ainsi que des photos par
Internet.
L’équipe soignante s’est inquiétée depuis longtemps des
conséquences pour l‘enfant
d’une telle rupture. C’est dans
ce contexte que la mise en place
d’un accompagnement personnalisé de ces petits patients
très tôt après leur admission a
trouvé toute sa justification. Ainsi
dès qu’un enfant originaire des
«communes» est admis, il est
proposé à la maman un accompagnement par une marraine de
Médecins du Monde.
Nous avions déjà eu l’expérience
très positive des parrainages
des enfants envoyés pour soins
à Paris et pour qui la Marraine
avait maintenu un lien entre l’enfant et sa famille.
Ici, il s’agissait d’accompagner
des enfants parfois très petits ou
extrêmement immatures alors
même qu’ils n’étaient pas encore sortis de Réanimation Néonatale et que leur survie n’était
pas «garantie». Nous avons
expliqué aux marraines nos réserves et surtout l’importance
de leur rôle : Il allait y avoir une
personne stable pour dispenser
à l’enfant des soins uniquement
maternants, jamais agressifs
ni douloureux contrairement à
ceux que nous, soignants nous
prodiguons. Cet espace de relâchement nous paraît un moment
de réconfort dans la vie et l’environnement de ces petits qui
se prolonge bien au delà de la
durée des visites.
Les marraines ont trouvé très
simplement une place attentive
et discrète au sein de l’équipe,
entourant leur protégé de caresses, de paroles, de regards,
de chansons. Le bénéfice de
ces
relations
maternantes,
même s’il est difficile de la quantifier objectivement en terme de
procédure qualité ( !), est perçu
comme évident pour les équipes
soignantes. Nous n’observons
plus de comportement de retrait,
de fuite du regard face à nous,
l’apprentissage de la succion se
fait avec envie et plaisir pour le
bébé.
tuations inattendues de pronostic réservé, voire très sombre
soient identifiées. La présence
de la marraine, toujours informée, a permis de maintenir
autour de l’enfant un rempart
d’affection contre le stress d’une
telle découverte, lien humain de
soutien, là où la Médecine avait
atteint ses limites.
Aujourd’hui nous n’imaginerions plus fonctionner sans les
marraines auprès des enfants
et souhaitons donner plus de
place à ces dernières au sein
de l’équipe. Ce sont elles qui,
connaissant si bien leur tout petit, sont les mieux placées pour
témoigner de ces moments de
vie, à des parents si éloignés.
Dr Anne FAVRE
Chef de service Médecine et
Réanimation Néonatale
Centre Hospitalier Andrée ROSEMON de Cayenne
En cours d’hospitalisation, il est
même parfois arrivé que des si-
27
Structures
d’hébergement
S t r u c t u r e s d ’ h é b e r g e m e n t d e s C G O S H u l t r a m a r i n s
Photo : © Daniel DABRIOU
28
S t r u c t u r e s d ’ h é b e r g e m e n t d e s C G O S H u l t r a m a r i n s
Martinique
Centres de Vacances
Cgosh Martinique
Le cgosh Martinique vous accueille dans ses quatre
complexes de vacances et de loisirs
Case Pilote
Morne Vert
FOND BOURLET CASE
PILOTE : petit tourisme vert
7 bungalows de 4 à 6 couchers
Proximité de Fort-de-France,
Carbet, Saint-Pierre
POINTE FAULA VAUCLIN :
sport
26 logements en maisons mitoyennes du F1 (2 à 3 couchers)
au F4 (8 couchers)
Aménagements : un terrain de
basket, un terrain de
handball, deux terrains de
volley et deux courts de
tennis Bourg du Vauclin et
proximité plage de la Pointe
Faula MACABOU VAUCLIN
6 villas comprenant 3 logements de 6 et 7 couchers et 3
logements de 4 à 8 couchers
RESERVATIONS CGOSH
MARTINIQUE
Centre Administratif Delgr7s
Escalier D – 4ème étage
Morne Dillon - 97200 Fortde-France
Tél : 05 96 60 73 03
fax : 05 96 63 88 24
MORNE VERT CARBET :
montagne, calme et sérénité
3 appartements dans une
grande villa de 6 à 9 couchers
Pointe Faula
Macabou Vauclin
29
S t r u c t u r e s d ’ h é b e r g e m e n t d e s C G O S H u l t r a m a r i n s
Guyane
centre J.S. GERNANTE
Cgosh Guyane
Un Auditorium d’une capacité de 90 places assises
Les Chambres d’Hôtes
Maipouri, Patagaye, Pakira et Torche sont les nouvelles chambres d’hôtes, climatisées, que le CGOSH
propose au sein de son centre J.S. GERNANTE.
Elles comprennent :
• 1 lit 2 places ou 1 clic clac
• 1 lit mezzanine
• 1 placard de rangement
• 1 bureau
• 1 frigo-bar
• 1 TV LCD avec accès canal satellite
• 1 salle de bains avec eau chaude et WC
30
S t r u c t u r e s d ’ h é b e r g e m e n t d e s C G O S H u l t r a m a r i n s
Guadeloupe
kawann beach hôtel
Marie-Galante
Au bord de la plage de sable blanc de Folle Anse,
bordée de cocotiers et de raisiniers, l’unique
grand hôtel de Marie-Galante, le KAWANN est
situé à 2 km de Saint-Louis, à 6 km de GrandBourg et à 9 km de l’aéroport. Le site et l’ambiance privilégient des séjours de détente
où calme et sérénité seront rehaussés
par l’atmosphère d’une île reconnue
comme l’une des plus authentiques des
Caraïbes.
LA RESTAURATION
Le restaurant, «le Moana», vous
attend tous les jours pour vos
petits-déjeuners sous forme de
buffet américain et pour des déjeuners et dîners avec spécialités
de grillades au feu de bois. Vous
pourrez prendre vos repas en
plein air ou dans le cadre plus
frais de la salle climatisée.
SPORT, LOISIRS ET SERVICES
Plage de sable blanc équipée
de transats. Piscine d’eau
douce avec éclairage multicolore la nuit, terrain de pétanque,
beach-volley, ping pong et tennis de jour.
Avec participation : courts de
tennis de nuit, location de VTT,
scooters et voitures, sorties en
mer et parties de pêche. billard,
baby-foot.
L
’environnement
immédiat
dévoile des atouts naturels exceptionnels avec une forêt littorale classée biotope et
une plage naturelle considérée
comme l’un des sites de ponte
des tortues imbriquées les plus
importants de l’arc antillais.
LES CHAMBRES
L’hôtel propose 100 chambres
au cœur d’un parc tropical de :
40 chambres réparties en 10
bungalows en rez-de-jardin
comprenant un lit double et un
salon équipé d’un lit simple
20 chambres en rez-de-jardin
équipées de deux lits simples
40 chambres dans un bâtiment
créole d’un étage, aménagées
d’un lit double et d’un salon avec
canapé-lit (lits gigognes). Ces
chambres bénéficient d’une kitchenette entièrement équipée.
Toutes nos chambres disposent
de climatisation, du téléphone,
de la télévision, d’une salle de
douche, de WC séparés, d’un
sèche-cheveux, d’un coffre-fort
et d’une terrasse spacieuse
avec du mobilier de repos.
KAWANN BEACH Hôtel
Cocoyer • Folle Anse
97112 Grand-Bourg
Tél. : 0590 97 50 50
Fax : 0590 97 97 96
Mail : [email protected]
RESERVATIONS
Service Voyages CGOSH
Guadeloupe
Tél. : 0590 81 76 45
31
S t r u c t u r e s d ’ h é b e r g e m e n t d e s C G O S H u l t r a m a r i n s
Guadeloupe
P
rofitez de l’inimitable style de
vie de la Floride. À seulement
quelques minutes des principaux
parcs d’attraction de cette capitale mondiale des loisirs familiaux,
à proximité des restaurants et
32
Les villas d’Orlando en Floride
des centres commerciaux (Malls),
Bellavida Resort et Water Song
Resort sont de luxueuses résidences de vacances. De belles
villas jumelées ou individuelles se
nichent dans un environnement
verdoyant et naturel très soigné,
qui comprend plus de 5 hectares
de lacs et d’étangs. Toutes les
commodités sont présentes sur
le site : Club House comprenant
un service de conciergerie, un
café Internet, un mini bar, deux
immenses salons de réception à
la disposition des résidents et une
salle de jeux , salle fitness (activités
gratuites), piscine.
L’une des attractions les plus
spectaculaires de Bellavida et de
Watersong est leur magnifique
piscine équipée d’un jaccuzzi qui
surplombe un grand lac. La proximité des parcs d’attraction, des
terrains de golf et malls pour le
shopping (Disney World, Universal Studio, Wet’n Wild, Seaquarium...) feront le bonheur de toute
la famille.
Ces magnifiques villas jumelées
sont réservées aux séjours en famille pour un tarif préférentiel de
750 €, quel que soit le nombre
d’occupants (de 1 à 8), 14 € par
jour et . par personne.
L’hébergement
• piscine privative
• un confortable salon-salle
à manger,
• une vaste cuisine
américaine équipée
• quatre chambres dont
une suite équipée
d’un lit King Size,
• salles de bains
(3 à Bellavida, 2 à Watersong)
• la TV par câble
• connexion Internet par
WIFI,
• linge de maison fourni.
BELLAVIDA RESORT CGOSH 971
1172 marcello Blvd • Kissimmee, Fl 34746
Tél. : 321 677 0444
WATERSONG RESORT CGOSH
971
1101 Orange Cosmos • Bld
Davenport, Fl 33837
INFORMATIONS &
RESERVATIONS
Mme BRISSAC :
Tél. : 0590 80 97 92/0590
81 76 45
Fax : 0590 81 71 41
Mail : [email protected]
S t r u c t u r e s d ’ h é b e r g e m e n t d e s C G O S H u l t r a m a r i n s
Guadeloupe
Le Centre de Vacances
du Cgosh Guadeloupe
un lieu d’exception
L’ambiance est dans chaque pièce, ni pareille
ni différente, sublime ! Elle fait partie des lieux.
L’ACCUEIL
• Accueil et réception
du public tous les jours de
8h30 à 18h
• Site gardé de 18h à 7h30
• Parking privé
L’HEBERGEMENT
• Une pièce centrale
climatisée, ouverte sur la
terrasse, comprenant :
un superbe salon (canapé,
fauteuils et table basse) ,
un lit de 2 places, un grand
placard de rangement, un
téléviseur écran plat LCD,
un téléphone, le tout
rehaussé d’éléments de
décoration
• Une chambre climatisée
avec 2 lits de 1 place, une
commode
ou un guéridon
• Une salle de bain
avec eau chaude et wc
• Une terrasse privative
sécurisée qui abrite une
kitchenette entièrement
équipée (électroménager et
vaisselle), une table à manger
et un salon de terrasse
• Linge de maison fourni
• Ménage et entretien des
bungalows assurés
uniquement à l’arrivée des
clients
• Ménage sur demande
en sus.
NOS INFRASTRUCTURES
ET EQUIPEMENTS
• Une piscine d’eau douce
aux dimensions généreuses équipée de mobilier
• Un jacuzzi
• Une salle polyvalente
dédiée aux évènements
festifs, professionnels et
sportifs
• Une salle de danse
• Un restaurant
• Un espace animation
équipé pour les loisirs
LES LOISIRS
• Aquagym
• Baignade surveillée
mercredi et samedi
de 15h à 18h
• Les petits plus : massages
aux huiles essentielles sur
RDV dans votre bungalow
en sus
• Le CLSH «Le BAOBAB»
• Des activités culturelles
en sus
AUX ALENTOURS
• Bureau de Poste
• Pharmacie
• Libre-Service Alimentation
• Traiteur-Boucherie
• Restaurants
• Pâtisserie, boulangerie
• Point Presse Tabac
• Boutiques (souvenirs,
vêtements, téléphonie)
• Pressing et laverie
• Plage à 200 mètres
• Ecole de voile et de plongée
• Centre équestre à 3 km
Reservations & Informations
Centre de Vacances
du CGOSH GUADELOUPE
Marina de Rivière Sens •
97113 GOURBEYRE • Tél. :
0590 99 27 78 • Fax : 0590
99 27 80
33
Talents
Ta l e n t s
Saint-Pierre
& Miquelon
Talent hospitalier : Yannick Audouze
Une fois les petits ventres bien
pleins et les curiosités éveillés
par les décors et les costumes,
le spectacle peut commencer.
Les serveurs se transforment en
acteurs et entrent dans la peau
de leur personnage. Au service
d’un spectacle de qualité, les
acteurs mettent tout leur cœur
et leur bonne humeur. Les petits spectateurs impatients se
laissent alors emporter dans
l’univers parallèle concocté par
ces acteurs talentueux.
L
a sorcière du placard à balai...La petite fille aux allumettes...Le Noël des animaux...
La sorcière de la rue mouftard...
Les fables de La Fontaine...Guignole...» sont quelques titres
des spectacles joués au CHOCOTHEATRE....une
formule
simple et sympathique qui plait
aux petits comme aux grands !
La formule est conviviale : à
chaque vacances scolaires les
enfants à partir de
4 ans ont rendez-vous à 9h30
au Centre Culturel et sportif le
samedi matin. C’est l’occasion
de faire partager aux parents,
enfants et copains, un petit déjeuner copieux. Les brioches et
petits pains aux chocolats sont
accompagnés de jus de fruits,
de thé ou encore d’un bon chocolat chaud servis par les acteurs eux mêmes !
34
Yannick Audouze, chef cuisinier au Centre Hospitalier
François Dunan, fait partie de
cette troupe de bénévoles, il aime donner de son temps afin
de participer au montage de
ces spectacles pour lesquels
un gros travail de recherche
et de nombreuses répétitions
sont nécessaires. Il faut en effet de nombreuses heures de
travail pour trouver le ton juste,
s’accorder avec les autres comédiens, mais également pour
fabriquer les décors et créer les
bons costumes. Yannick qui a
plus d’une corde à son arc assure également à certaines occasions l’ambiance musicale du
spectacle.
Yannick par un jeu de rôle juste
et très expressif arrive à captiver l’attention des enfants qui
participent à l’histoire car l’interactivité est souvent au cœur du
projet. Cette formule permet de
transmettre à ces enfants le goût
des histoires, le plaisir du jeu, la
découverte de contes qui font
partie intégrante de la culture
française.
Toutes ces heures de bénévolat
sont récompensées par le plaisir évident des enfants qui se
confirme aussi par leur fidélité à
«CHOCOTHEATRE»
Talents
Ta l e n t s
Martinique
MAÏ vous souhaite la bienvenue…
si c’est pour quelqu’un d’autre.»
Ange Marie est très habile de
ses mains. Du bricolage, plomberie, menuiserie, en passant
par la couture, le capitonnage, la
sérigraphie, la musique…, elle
sait tout faire !
Si vous ne le saviez pas, c’est
elle qui est à l’origine de la formation musicale «TEMPO» en
1990 et du groupe de tambours
«LÉ TAMBOUYIÉ» à Colson !
Fonds de chaises
de jardin en mosaïque
Toutes les créations d’Ange
Marie NINO sont signées MAÏ,
un surnom qui lui vient
de son enfance.
L
orsque vous arrivez chez
Ange Marie NINO, vous êtes
frappés par sa gentillesse, son
accueil chaleureux, son charmant sourire ; vous avez le sentiment que vous la connaissez
depuis toujours. La discussion
s’engage, Ange Marie vous met
tout de suite à l’aise ; échanger,
elle sait faire !
Ange Marie NINO est ergothérapeute à l’hôpital psychiatrique
de Colson.
Bientôt à la retraite, elle parle
de son métier avec passion.
Comme elle le souligne avec
conviction «je pourrais parler de
psychiatrie tout le temps, j’aime
mon métier !».
Depuis toujours, Ange Marie a
un goût prononcé pour le travail
manuel.
«j’ai toujours aimé dessiné, bricoler… j’aime travailler avec mes
mains.
Il me suffit de regarder quelqu’un
faire quelque chose pour apprendre à faire de même ; j’observe, j’enregistre, j’apprends
vite. Même si je ne me sers pas
tout de suite de ce que j’apprends, je conserve le savoir
faire en mémoire et je peux m’en
servir le moment choisi et même
Toute jeune, elle a appris à broder avec sa maman, et de fil en
aiguilles, la couture n’a plus eu
de secret pour elle. C’est elle
qui confectionnait tous les vêtements de ses enfants lorsqu’ils
étaient petits et aujourd’hui, elle
continue à coudre pour ellemême.
«Je me suis beaucoup servi
de mon savoir faire dans mon
métier. Vous savez, quand on
travaille en psychiatrie, on doit
être polyvalent ! Les patients se
sentent valorisés quand ils se
rendent compte qu’ils sont en
mesure de fabriquer un pot à
crayons à partir de matériaux de
récupération».
Quand on lui demande ce
qu’elle préfère réaliser : peinture
sur toile, sculpture, mosaïque…
Ange Marie vous répond : «
J’aime travailler la matière, manipuler des textures différentes,
utiliser des matériaux de récupération. J’aime tout faire, je ne
décide jamais à l’avance ce que
je vais réaliser, ça vient comme
ça, les idées arrivent au fur et
à mesure que j’avance dans la
création !»
Des projets, Ange Marie en a
beaucoup ! Et si d’aventure elle
se décidait à partir à la retraite,
l’ennui, l’oisiveté ne feraient en
aucun cas partie du programme
!!
…/…
Saut du gendarme à Fonds Saint Denis.
Tableau réalisé avec de la colle, du sable, de la ficelle et du tissu.
35
Talents
Ta l e n t s
Guyane
Henry ROGIER :
Hospitalier / musicien virtuose
CGOSH: Quel est votre instrument de prédilection,
HR : Je suis un musicien polyvalent, je peux aussi bien faire
de la guitare comme du piano.
A la guitare je peux être soliste,
rythmique ou bassiste ; il m’arrive souvent de chanter.
CLUB DE LA JOIE de St Laurent
du Maroni ; ainsi nous avons fait
des prestations dans plusieurs
communes du département et
hors du département, en Martinique et au Surinam.
CGOSH : Quel est le style de
musique du groupe AWAREL ?
HR : Nous touchons à tout, variétés locales, zouk, compas,
ragga, reggae, musique internationale, sans oublier la musique carnavalesque durant la
période de ces festivités.
CGOSH : Quels sont vos autres
loisirs ?
H
enry ROGIER est un technicien en informatique au
Centre Hospitalier de l’Ouest
Guyanais Franck JOLY, à Saint
LAURENT DU MARONI.
CGOSH : D’où vous vient cette
passion ?
HR : Je suis issu d’une famille de
musiciens. Mon père était chanteur, guitariste et bassiste, mon
oncle aussi était chanteur. Mais le
déclic a été provoqué quand un
ancien de la commune, Monsieur
Milo, m’a permis de faire mes
premiers sons sur son banjo.
CGOSH : Depuis combien de
temps pratiquez-vous cet art ?
HR : Depuis l’âge de 14 ans, j’ai
intégré avec mon frère qui faisait
de la batterie l’orchestre ALPHA
84.
36
HR : J’ai fait du volley-ball en
compétition durant de longues
années, maintenant je ne pratique plus de sport qu’en loisirs,
détente. J’aime beaucoup la
chasse et la pêche.
CGOSH : Avez-vous suivi des
cours ?
HR : Pourtant non, je suis un
musicien autodidacte !
CGOSH: Nous avons appris que
vous enseignez à l’école de
musique de la commune.
HR : Je suis effectivement professeur vacataire. J’enseigne la
guitare classique et rythmique.
CGOSH: Quel sont vos projets et
désidératas ?
HR : Le groupe doit prochainement sortir un CD. Mon souhait serait de pouvoir jouer plus
longtemps et me consacrer entièrement à ma passion quand
je serais à la retraite.
CGOSH : Dans quelle formation
évoluez-vous ?
Actuellement mon groupe est
l’orchestre AKWAREL de St
Laurent. Mais depuis ALPHA
84, j’ai connu beaucoup de formations : les DIFFICILES, ATOMIC COMPAS, ARC EN CIEL,
EVASION, KARNIVOR. J’ai
aussi animé des cérémonies
religieuses avec la chorale du
Contact :
M.CHARLERY Didier
0694 26 33 81
M. ROGIER Henri
0694 44 51 01
Talents
Ta l e n t s
Guadeloupe
Une styliste hors pair au CHBT
La robe traditionnelle, une véritable passion pour
Simone
Simone JESOP, est Préparatrice en Pharmacie au
Centre Hospitalier de la Basse-Terre où elle s’investit considérablement.
Simone fait partie de nombreux talents hospitaliers. En effet, elle a une passion et un talent inné
pour la couture. Elle créé et réalise des tenues
traditionnelles qu’elle adapte avec goût à la mode
actuelle. C’est une «styliste hors pair» qui concilie
avec maestria tradition et modernité dans la coupe
de ses modèles et le choix des tissus. Et pour accessoiriser ses tenues magnifiques et originales,
elle confectionne des coiffes et bourses assorties.
Simone est perfectionniste, ses créations sont
réalisées avec soin, tout est dans le détail d’un pli,
d’une broderie, d’un jupon. Pour la seconde fois, au Centre de Vacances,
Simone a présenté sa collection. En effet, le 12
décembre 2009, à l’occasion du «chanté nwel»,
nous avons eu droit à très beau show de tenues
chatoyantes et inédites.
Un très beau défilé dans le hall d’accueil du centre.
Les modèles ont été présentés par des mannequins remarquables : des agents hospitaliers et du
CGOSH.
Nous attendons déjà avec impatience la prochaine
collection de Simone JEsop.
Pascale ROUSSEAU
37
Culturoscope
Culturoscope
Martinique
Rencontre avec Pierre ALIKER
Lorsque plusieurs années après,
en 1966, Pierre ZOBDA-QUITMAN, avec lequel nous entretenions les meilleures relations,
nous a fait part de son projet
de création du Comité Départemental des Œuvres Sociales en
faveur des personnels hospitaliers, nous avons accueilli cette
démarche favorablement.
Il était important de procéder
par étape. La priorité était de se
préoccuper de la santé des habitants. Compte tenu des résultats satisfaisants obtenus, nous
pouvions passer à une seconde
étape et avons vu d’un très bon
œil la mise en place de ce comité.
U
ltraMarines a eu le grand
privilège et l’immense plaisir de rencontrer et d’échanger
avec Pierre ALIKER.
Fidèle compagnon d’Aimé CÉSAIRE, Pierre ALIKER a accompagné durant 56 ans, en tant
que premier adjoint, le Maire de
Fort de France de 1945 à 2001.
«Lorsque nous sommes arrivés aux responsabilités municipales en 1945, nous avons été
confrontés à deux problèmes
importants : la SANTÉ et l’ÉDUCATION. Nous avons décidé
d’en faire les deux priorités de
la Mairie de Fort de France. De
plus, en tant que médecin, la
santé constituait bien évidemment pour moi une préoccupation de premier ordre.
38
Nous avons donc lancé un programme ambitieux de remise
en ordre de la santé publique à
travers Fort de France et je peux
dire que nous avons déployé de
gros efforts dans ce domaine,
avec les moyens dont nous disposions à l’époque. Rappelonsnous que nous ne bénéficions
d’aucune aide en ces temps-là,
nous ne pouvions compter que
sur les contribuables de Fort de
France !
Notre premier grand projet à
consisté à la réalisation de trois
stations de traitement des eaux
afin de fournir une eau saine aux
Foyalais. L’effort a payé puisque
nous avons eu raison de la typhoïde encore présente à cette
époque.
Aujourd’hui, on peut se féliciter
de l’évolution de ce formidable
outil.
Le Comité Départemental des
Œuvres Sociales, devenu Comité de Gestion des Œuvres
Sociales Hospitalières propose
des prestations sociales, culturelles, sportives, de loisirs et de
voyage à plus de 10 000 agents
hospitaliers actifs et retraités en
Martinique ! Si le CGOSH joue
un rôle majeur dans la vie de
tous les jours des hospitaliers
martiniquais, il est incontestable
qu’il occupe une place importante dans l’économie sociale de
notre pays.»
Culturoscope
Culturoscope
Guyane
Inauguration
De l’Espace J.-S. GERANTE
L’ouverture de la cérémonie est
faite par La Présidente qui remercie les nombreux invités présents. Elle signale en particulier
la présence de :
• Madame Anne-Marie PREVOT
Compagne de Monsieur
GERANTE,
• Monsieur Alain TIEN LIONG
Président du Conseil Général,
• Monsieur Pierre PAUCHARD
Directeur du C.H. Andrée
ROSEMON,
• Monsieur Joseph BALTIDE
Président du C.G.O.S.H. 972,
C
Un grand merci également à
tous les anciens administrateurs,
administrateurs et délégués qui
honorent par leur présence,
cette cérémonie d’inauguration
ainsi qu’à la délégation venue de
Saint-Laurent-du-Maroni.
Les Architectes, Techniciens,
artisans et collaborateurs divers
présents sont aussi remerciés
pour avoir répondu à l’invitation.
La Présidente, Madame CheungA-Long a tenu à remercier très
chaleureusement tout le personnel qui s’est attaché à organiser
e samedi 10 octobre
2009, à l’invitation de la
Présidente du Conseil d’Administration, Madame Murielle
CHEUNG-A-LONG,
Un magnifique parterre de personnalités nombreux ont assisté
à l’inauguration de l’espace dénommé J.-S. GERANTE, sis au
Lotissement CALIMBE III, Lieudit
Vendôme à Cayenne.
Sculpture représentant un «lyiannag» des C.G.O.S.H. d’Outremer.
• Monsieur Jean-Pierre JEAN-LOUIS
Trésorier du C.G.O.S.H. 972,
• Monsieur Alexis LUNION
Représentant le Président du
C.G.O.S.H. 971, (Excusé)
• Madame Lydie CLAMY
Directrice du C.G.O.S.H. 971,
Et les Excuses :
• Du Directeur de l’I.M.E.D.,
• Du Directeur de l’A.R.H,
• Du Directeur du C.H.O.G.
Franck JOLY.
au mieux cette grande matinée
puisqu’à l’issue de la cérémonie,
la journée se poursuivait par une
«Portes ouvertes» pour tous les
agents des établissements adhérents.
Le Protocole, Madame Paulette
PROSPER a donné la parole au
Directeur Monsieur PASTEL afin
de présenter l’Homme Monsieur
GERANTE puis la structure. (En
annexe)
39
Culturoscope
Culturoscope
Madame PREVOT Anne-Marie,
Compagne de Monsieur JeanSerge GERANTE est invitée à
découvrir la sculpture érigée
à l’entrée de la structure pour
dévoiler ainsi le buste de
Monsieur GERANTE. Buste
réalisé par l’artiste Monsieur
Abel ADONAÏ et couper le
ruban d’ouverture de l’espace
Des Applaudissements.
Madame Myriam DOLAN
Administrateur au sein du
Comité depuis 1973 est invitée
à son tour pour dévoiler
la plaque fixée sur le mur
à l’entrée de la structure.
«Espace J.-S. GERANTE»
inauguré sous la Présidence
de Madame Murielle CHEUNGA-LONG : 10/10/2009. Des
applaudissements et un très
beau bouquet de fleurs est
remis par Madame EDMUND
à Madame DOLAN très émue
par la tâche qu’elle venait
d’accomplir.
40
La parole est laissée aux officiels désireux de s’exprimer ; le
Président du Conseil Général,
le Président du C.G.O.S.H. de
la Martinique, le Représentant
du Président du C.G.O.S.H. de
la Guadeloupe ainsi que la Directrice qui a ensuite procédé à
une remise de cadeaux à la Présidente : un panier de produits
du terroir Guadeloupéen et une
magnifique sculpture
La Cérémonie terminée, l’assemblée est invitée dans la
salle de conférence «Maroni» à
visionner un court métrage sur
Monsieur GERANTE puis à une
visite de l’espace, des chambres
au nombre de cinq portant des
noms de la faune guyanaise :
«Oslo», «Maïpouri», «Patagaye»,
«Pakira» et «Torche». Un présent
était également offert à tous les
visiteurs.
La deuxième partie de la manifestation s’est déroulée autour
d’un super buffet où tous les
convives ont pu apprécier les
«bulles» et les petites gourmandises qui leurs étaient offertes.
Cette deuxième partie s’est
largement prolongée avec les
visiteurs de la journée «portes
ouvertes» qui s’est déroulée
jusqu’à la fin de la journée.
Culturoscope
Culturoscope
Guadeloupe
Gisèle Pineau
Folie, aller simple, Journée ordinaire d’une infirmière
Sortie, le 04 février 2010
Le livre :
«Pourquoi je fais ce métier tellement ingrat ?
Trente ans que je suis là… à
l’hôpital psychiatrique…
Là où la mort rôde à toute heure.
Là où la folie est un aller simple.
Là où la douleur s’expose sans
fard.
Là où on rit sans raison ni jugement.
Là où les cris sont un langage
ordinaire.
Là où l’angoisse étreint et
poisse.»
Infirmière dans un service de
psychiatrie depuis l’âge de vingt
ans, Gisèle Pineau raconte, avec
Gisèle Pineau
Folie, aller simple
Journée ordinaire d’une infirmière
sobriété et intensité, ce métier
«extraordinaire… puisqu’on se
tient à l’extérieur, en bordure
de la norme, du normal, de la
normalité». Elle revient sur son
propre itinéraire : son arrivée en
métropole, la faculté de Lettres
et les petits boulots, les aprèsmidis avec la vieille Lila aux souvenirs contrastés. Et surtout,
elle fait partager son quotidien
à l’hôpital, cet apprentissage
permanent, et difficile, auprès
des malades – ces «fous» que la
société ne veut pas voir, isole, et
aide de moins en moins.
Ce livre profondément humain est un apprentissage de
l’humilité car, comme l’a répété un vieil infirmier à Gisèle
Pineau : «Quand on soigne les
fous, c’est nous-mêmes qu’on
soigne, qu’on aide, qu’on réconforte. Tous ces grands malades sont des reflets de nousmêmes dans le miroir.»
L’auteur :
Gisèle Pineau est née en Guadeloupe, a grandi en région parisienne, puis a partagé sa vie
entre sa terre d’origine et Paris.
Elle a publié une dizaine de romans dont La grande drive des
esprits (Le Serpent à plumes,
1993, Grand Prix des lectrices
de Elle) et Morne Câpresse
(Mercure de France, 2008). Son
récit, Mes quatre femmes, est
paru chez Philippe Rey en 2007.
Ultramarines
Après 30 ans de carrière, pourquoi avoir écrit ce roman ?
rendre hommage aux infirmiers
et particulièrement en milieu
psychiatrique. Pendant trop
longtemps, l’Hôpital Psychiatrique a été dénigré, diabolisé,
sinistre lieu d’enfermement Et
ainsi valoriser le métier d’infirmier et lui rendre justice.
L’Hôpital psychiatrique est un
lieu de soins de qualité avec un
personnel humain et dévoué.
Les infirmiers n’ont de cesse de
porter des soins aux patients ;
assister les familles en détresse.
C’est un personnel qui à la fois
écoute, aide, soutient et rassure
et qui n’oublie jamais qu’il a en
face de lui des êtres humains.
C’est un personnel qui se tient
aux côtés des rejetés par la société et parfois par leur famille.
Le métier d’infirmier apprend
l’humilité.» KILTIGOS
L’ATELIER D’ECRITURE DU
CGOSH, Animé par G. Pineau
«LES MOTS»
Du 14 avril au 05 juin 2010
à l’espace régional du
Raizet
12h réparties en 3 modules
:
• Approcher les mots
• Apprivoiser les mots
• S’approprier les mots
La dernière séance d’écriture aura lieu au Kawann
Beach Hôtel à Marie-Galante.
Gisèle PINEAU
«Il était important pour moi de
41
Carnet
de voyages
Carnet de voyages
Martinique
Commission culture loisirs
Programme d’activites 2010
SORTIES
CULTURELLES ET
PEDAGOGIQUES
Février : Excursion Botanique
17/04/10 : Connaissez-vous
votre Commune ?
GRAND RIVIERE
Visite de sites
Musée
Exploitation
FORT DE FRANCE
Mai : Découverte de FDEF
Côte maritime
Juin : Visite de la Mangrove
Juillet : Initiation au Gommier
LOISIRS-FETES
Randonnées
Ane d’Arlet
Février : Gallochat/Anse du
Four • niveau 1
Diamant
Mars : Morne Larcher
Gros Morne
Avril : Les 3 sources
Sainte Anne
Mai : Rando nocturne avec
BIVOUAC
Tartane
Mai : Rando nocturne à TARTANE
42
Sainte Marie
Juin : Rando BEAUREGARD
Saint Pierre
Juillet : Montagne Pelée
Trois Ilets
Août : Forêt Montravail
Vauclin
Septembre : Grand Macabou/
Petit Macabou
Sainte Anne
Octobre : Cap Macré
Fort de France
Novembre : Colson/Morne
Rouge
AVENTURE
Mars : 4X4 - Katamaran
Avril : Kayak aux Anses d’Arlet
Mai : Journée découverte en
SEGWAY
Juin : BO LARIVIE
SORTIE EN MER
Juillet : Journée détente au
MAROUBA
Août : Journée îlet THIERRY
PUNCH EN MISIK
04 Juillet 2010 à la Pointe Faula
Août 2010 : le tour des yoles
04 Décembre 2010 : DINER
DANSANT
Chante Noël (adultes)
Carnet
de voyages
Carnet de voyages
DÉCEMBRE 2010
ENFANTS
CULTURE
• Autour d’un LIVRE
• Visite de Musée
• Initiation au CERF VOLANT
• Fabrication de Pièges à
crabes
• Présentation du Manioc
• Morne Cabri
• Initiation au Gommier
• Noël Bô Kay
Le CGOSH d’Hier et d’Aujourd’hui
• Approche historique de la Martinique au travers des noms de
rues de Fort de France
• La Vierge du Non-Retour
• Les Conséquences de la
Fermeture des usines sur la
population
Rendez-vous avec un Artiste
Un rendez-vous par trimestre
sur notre centre de Case-Pilote
ou dans les salles de réunion
du CGOSH
George MAUVOIS
Gisèle PINEAU
Présentation de : sa vie • son
parcours • ses œuvres
VOYAGES
LA LOUISIANE
03 au 13 mai 2010
11 jours 1 659€
AFRIQUE DU SUD/NAMIBI
15 juillet au 01 août 2010
16 jours 2 727€
Croisière «TERRE DE FEU»
17 décembre au 03 janvier
2011
21 jours 2 660€
Croisière
VISION D’ORIENT
23 juillet au 02 août
12 jours 1 806 €
CONFERENCES
SAINTELUCIE/BARBADE
31 juillet au 6 août 2010
06 jours 861€
Conférence
Inter-CGOSH :
«La GUYANE»
02 Mai au 09 Mai 2010
Enfants 13 à 16 ans
CANADA
du 24 juillet au 07 août 2010
15 jours tarif à déterminer
STAGES
60 Heures minimum de cours
à raison de 10 stagiaires par
cours
Les centres en Musique le
Vendredi durant les vacances
sur nos centres de vacances
(Case-Pilote, Morne Vert et
Macabou)
Présentation de petite formation
Musicale avec des artistes
connus ou reconnus
Soirée Bèlè
Mai 2010 sur le centre PZQ à
la Pointe Faula
• Initiation à la DANSE Traditionnelle
• Bèlè
• Jardin Créole
• Initiation et Perfectionnement
• Couture Artistique
• Stage de PEINTURE
• Sculpture sur Fruits
• Initiation au THEATRE
• Cuisine BIO
• Stage Langue Créole
• Initiation à l’outil Informatique
43
Carnet
de voyages
Carnet de voyages
Guyane
Le paradis en pleine forêt :
«piti comou»
V
enez profiter d’un charmant
Carbet dénommé «piti comou» à 1 heure de Cayenne en
direction de l’Est, niché dans
un écrin de verdure aux divers
arbres soignés et variés.
Le départ se fait à partir de la
rivière du Mahury (Dégrad des
Cannes) qui offre une vue imprenable du port de la Guyane.
Contact :
CGOSH Guyane
Tel : 0594.31.10.08
Fax : 0594.31.55.51
Gsm : 0694.20.41.20
[email protected]
44
Tout au long du trajet, différentes
possibilités s’offrent à vous :
• une rencontre avec les amérindiens ARAWAK et KARIB • sur le
site de Favard *,
• un arrêt sur un banc de sable
au milieu de la rivière,
• un bain aux cascades de Fourgassier,
• une descente de la rivière la
Comté en direction de Cacao.
tion de papillons et insectes en
tous genres.
Au «Piti Comou», vous pourrez
à loisirs, profiter du calme des
lieux, vous prélasser (farniente,
lecture) et faire des activités
dans la joie et la bonne humeur.
La piscine naturelle aménagée au cours des marées, la
pêche en bordure de ponton,
les randonnées pédestres, la
découverte de la faune et la
flore avoisinante. Deux carbets
hamacs de 25 places chacun,
avec des sanitaires et coin cuisine, sans oublier l’escapade à
Cacao par la rivière en 30 mn,
avec son marché où se côtoient marchands aux stands
de légumes et de broderie, son
musée qui vous permettra de
découvrir une magnifique collec-
Nous vous attendons avec impatience et nous nous ferons un
DEVOIR de vous faire partager
notre paradis !
* à 70 km au Sud Est de Cayenne par la route
Carnet
de voyages
Carnet de voyages
Guadeloupe
Montréal,
mon île métisse au Canada
Pourquoi choisir Montréal comme destination vacances ? Pourquoi quitter une île au sud pour en
explorer une autre bien plus au nord ? Justement
parce que visiter Montréal, c’est un peu comme
rendre visite à une cousine éloignée…
À
5 heures de vol des Antilles,
Montréal est une île et une
ville de plus d’1,6 millions d’habitants dans le
sud de la province du Québec
(et non la ville de Québec). 50
km de long, 16 km dans sa partie la plus
large, c’est la seule métropole
francophone en Amérique du
Nord. Au bord du fleuve St-Laurent, elle
cultive avec une force tranquille
son métissage culturel, social
et économique. Les choix de
visites,
activités ou divertissements sont
étendus.
Montréal est une ville culturelle. Dès juin, les Francofolies
(9 au 19 juin 2010) offrent des
concerts
extérieurs gratuits et des prestations en salle payantes. Puis
vient l’incontournable Festival
International
de Jazz de Montréal (1er au 11
juillet 2010). Sa 30e édition accueillait cette été Stevie Wonder.
Aussi à
voir : Le Festival Nuits d’Afrique
(juillet), le Festival Juste pour rire
(7 au 25 juillet 2010), le concours
international de feux d’artifices
au parc d’attraction La Ronde.
Pour les plus téméraires, en février, mois
le plus froid, le Festival Montréal en lumière (18 au 28 février
2010), hôte de la célèbre Nuit
Blanche.
Durant l’année, les décors
contrastent sous le soleil : piscines et pelouses verdoyantes
en été ;
montagnes de neige et toitures
glacées en hiver. Le mercure varie entre -40° et +40° Celsius. La
ville est
bien chauffée en hiver, à domicile
ou dans le commerce. Chacun y
trouve son compte, sortie de ski,
journée à la plage, en passant
par la visite de la ville souterraine.
Montréal possède une histoire
riche. D’abord colonie française
(1642-1760) puis anglaise, elle
porte
fièrement son héritage francophone et assume sa réalité
nord-américaine. La région est
francophone
mais pas française. Le métissage amérindien se lit parfois
sur des visages québécois. Une
visite des
musées locaux attisera votre
curiosité. Les contrastes architecturaux du Vieux Montréal témoignent des
différentes époques. L’empreinte
religieuse est présente tout
au long de la promenade, les
45
Carnet
de voyages
Carnet de voyages
ouverte sur le monde et doit le
rester, elle a besoin de maind’oeuvre.
Sa population est composée à
30% d’immigrants de toutes origines. La cité accueille plus de
20 000 étudiants étrangers sur
place. Le taux de natalité est bas
(1,7 enfant par famille) et plus de
30% de la population est âgée
de plus de 55 ans.
Grâce à sa diversité culturelle,
Montréal a des quartiers très typés, Quartier chinois, Petite Italie, Quartier portugais, etc. Les
communautés se côtoient et il
n’est pas rare de se faire servir
en anglais, et en français par le
même individu, à en perdre son
créole. La restauration est internationale, un voyage dans le
voyage, pour tous les appétits…
Les parcs ne sont jamais loin.
Après une ballade sur la rue
Ste-Catherine et ses boutiques
colorées de tentations vestimentaires ou électroniques, il vous
faudra atteindre le Mont-Royal.
Au centre de ce parc reposant,
au pied de son Chalet, un belvédère récompense les marcheurs
églises de plusieurs confessions
se succèdent sous nos yeux.
Fait historique symbolique, la
rue St-Laurent, au centre-ville,
a été autrefois une frontière
sociale. Entre les patrons anglophones, à l’ouest et les travailleurs francophones, à l’est.
Elle a pu tisser un lien intime
entre les Québécois, au nord
et les Américains, au sud. Ainsi
de grands jazzmen noirs américains venaient y fuir la ségrégation le temps d’un week-end
ou d’une prestation dans un
bar. La révolution tranquille des
années 60 a permis aux Québécois de résorber cette fracture.
Aujourd’hui, comme le prouve
la rénovation du Quartier des
spectacles, le coeur de la rue
Saint-Laurent est à la fête, en
français ou en anglais.
Montréal est avant tout une ville
46
avec une vue magnifique du
centre-ville. Et pourquoi pas, un
petit détour vers le Stade olympique, hôte des Jeux d’été de
1976, et sa plus haute tour inclinée au monde? Aux alentours,
la visite peut se poursuivre dans
le jardin botanique, l’insectarium
et le biodôme (un zoo intérieur).
Enfin, Montréal permet d’accéder aux régions du Québec.
Pour la distance à parcourir,
sachez que le Québec à lui seul
fait trois fois la superficie de la
France. Le Québec est la seule
province unilingue francophone.
Le Canada est composé de 10
provinces et 3 territoires. L’Ontario, avec les villes d’Ottawa et
de Toronto, reste à portée ; Vancouver par contre est à l’autre
bout du continent…Pourquoi
choisir Montréal ? Parce que
les Québécois sont accueillants
et simples. Parce qu’elle est savoureuse. Parce que c’est un
centre majeur du commerce,
de l’industrie, de la culture, de la
finance et des affaires internationales. Montréal, parce que vos
vacances seront inoubliables…
Marie-josée
LESTAGE
[email protected]
lanvalez.com
03/09/2009
Carnet
de voyages
Carnet de voyages
Guadeloupe
Destinations Guadeloupe
Légendes d’Egypte
07 au 21 mai 2010
ou 10 au 24 septembre 2010
Tarif hospitalier : 1 742,50€/personne
(base double)
tarif normal 2 050€
Le CGOSH en Thaïlande
du 22 juillet au 05 août 2010
Tarif hospitalier : 1 946,50€/personne
(base double)
tarif normal 2 290€
Séjour linguistique en
Angleterre
du 08 au 29 juillet 2010
Tarif hospitalier :
Jeunes de 15 à 17 ans :
2 251,65€
tarif normal 2 649€
3 semaines en pension complète dans une famille anglaise.
Curaçao, via Phillisburg
“in all inclusive”
Liyannaj des cgosh ultra
marins au Canada
du 12 au 16 mai 2009
Tarif hospitalier : 926,50€sonne
Tarif normal 1 090€
15 jours en pension complète Fin juillet
Tarif hospitalier : 2 028,00€/personne
Séjour linguistique
à Sainte-Lucie
en juillet 2010 (15 jours en
pension complète)
Enfant de 7 à 13 ans :
Tarif hospitalier : 1 190,00€
tarif normal 1 400€
Enfant de 13 à 16 ans :
Tarif hospitalier : 1 232,50€
tarif normal 1 450€
47
Bien de
chez nous
Bien de chez nous
Photo : © Daniel DABRIOU
48
Bien de
chez nous
Bien de chez nous
Xxxx
Ingrédients :
X
Préparation :
Xxx
Xxx
Bon appétit.
Marie-Raymonde GOICOECHEA
St Pierre &
Miquelon
49
Bien de
chez nous
Bien de chez nous
Martinique
Les plantes aromatiques
«Intérêt nutritionnel et diététique»
L’Oignon
Bien qu’il soit souvent consommé en quantités modérées notamment lorsqu’il est utilisé
comme condiment - l’oignon
possède de réelles qualités
nutritionnelles : il peut fournir
des quantités appréciables de
vitamine C, et de «facteur vitaminique P», de nombreux
minéraux et oligo-éléments
(notamment du sélénium, aux
propriétés immunitaires et antioxydantes reconnues). Et tout
ceci en même temps qu’un apport calorique modéré (ce qu’on
apprécie en général aujourd’hui
!). Mais l’oignon présente, de
plus, des actions physiologiques
originales, qui ont fait l’objet de
nombreuses études récentes :
Action diurétique :
Due semble-t-il à la présence
des fructosanes, ces glucides
particuliers, abondants dans le
bulbe ; et probablement au rapport élevé potassium/sodium.
Effets bénéfiques sur le système
cardio-vasculaire :
L’oignon frais inhibe l’agrégation plaquettaire (en agissant
50
sur différents systèmes enzymatiques), ce qui évite la formation
éventuelle de caillots, et protège
des risques d’obstruction des
vaisseaux et de thrombose. Une
équipe bordelaise a démontré
que ces effets sont nettement
observables avec une consommation quotidienne de 200 g
d’oignons crus.
Chez l’animal, on a mis aussi en
évidence une action protectrice
vis-à-vis d’une surcharge alimentaire en cholestérol.
Action hypoglycémiante :
L’oignon s’oppose à une élévation excessive du taux de sucre
dans le sang. Les principes
actifs : certains constituants
soufrés (disulfure d’allyle et de
propyle) et une amine spécifique
(la diphénylamine). Cette action
a été retrouvée chez l’animal et
chez l’homme.
Action bactériostatique :
A l’état frais, l’oignon s’oppose
à la prolifération microbienne, et
peut même jouer un rôle antibactérien, notamment vis à vis
des bactéries gram+.
Le persil
Un complément vitaminique et
minéral :
Utilisé surtout en assaisonnement (finement haché sur
les crudités, les légumes, les
viandes ou les poissons), le
persil constitue un véritable
concentré de vitamines et de minéraux. Il permet de compléter
utilement l’apport en vitamine C
et en provitamine A, en potassium, en fer, en manganèse. Et
cela pratiquement sans calories
supplémentaires : 10 g de persil
haché (2 à 3 cuillerées à soupe)
représentent moins de 5 kcalories ! C’est pourquoi il est tout à
fait conseillé d’ajouter systématiquement du persil sur les plats,
pour tous les convives.
Des propriétés particulières :
Le persil possède plusieurs actions physiologiques particulières.Certains de ses composés
flavonoïdesont une activité diurétique, accentuée par la présence
de potassium en quantité importante, et un rapport potassium/
sodium très élevé (1000/40).
Ces mêmes flavonoïdes jouent
un rôle bénéfique pour le système vasculaire. Ils ont des
propriétés préventives face aux
accidents thrombo-emboliques.
On reconnaît enfin au persil une
action anti-spasmodique vis-àvis du système digestif.
Bien de
chez nous
Bien de chez nous
«Roun bon poson di nou koté»
L’atipa est un poisson préhistorique, spécifique à l’Amazonie.
Causons ...
Atipa : Nom donné en Guyane à une espèce (Hoplosternum
littoral) de poisson chat-cuirassé vivant dans les zones marécageuses des bassins de l’Amazone, de l’Orénoque et du Parana (Argentine, Bolivie, Brésil, Guyane, Paraguay, Suriname,
Venezuela…). Ordre des Siluriformes, famille des Callichthyidés.
Taille maximum : 21 cm.
Ils sont très recherchés et appréciée par les populations créoles, amérindiennes et noir marrons. A base de préparations
culinaires traditionnelles, ils sont très appréciés. Il en existe 3
espèces en Guyane : l’Atipa tête plate, l’Atipa rouge, l’Atipa
Bosco (le plus courant dans le département).
L’atipa, dont le corps est recouvert d’une carapace annelée
constituée de deux séries de plaques osseuses (au-dessus et
au-dessous de la ligne latérale) qui lui confèrent l’apparence
d’une espèce fossile, possède une respiration aérienne. Les mâles ont de grandes nageoires pectorales qui prennent une couleur rouge vif lors des parades nuptiales ; armées d’aiguillons,
elles servent dans les combats qu’ils se livrent pour la défense
de leur territoire. Ils construisent à la surface de l’eau un nid de
bulles recouvert d’herbes et de débris végétaux, dans lequel,
pendant la période de reproduction, la femelle vient pondre à
plusieurs reprises des dizaines de milliers d’œufs. Ce poisson,
dont la biologie est encore mal connue (l’origine du calcium de
ses écailles, par exemple, reste inexpliquée), est au centre de
plusieurs mythes des populations amérindiennes d’Amazonie.
Anecdote
L’atipa bosco est capable de s’enfouir dans la boue en cas
de sécheresse extrême, une chance pour un poisson. Paradoxalement, il peut se noyer car il est aussi vital pour lui de
venir respirer en surface. C’est la raison pour laquelle les atipas
pris dans les filets, les empêchant de respirer en surface, sont
retrouvés morts.
ATIPA
au Lait de Coco
Vos ingrédients :
1 kg d’atipas
2 oignons
6 gousses d’ail
2 tomates fraîches
150 g de lard fumé
1 bouquet garni,
Citrons, huile, bois d’inde, girofle, concentré de tomates,
sel, poivre
25 cl de lait de coco
Preparation : Verser de l’eau bouillante sur les poissons,
Brosser, enlever les nageoires, couper le bout de la queue,
laver les ouïes en enlevant toute la matière visqueuse,
Ouvrir le poisson par le ventre et bien le laver,
Faire mariner au citron, ail, sel, poivre, bois d’inde, girofle et
un peu d’eau.
Emincer les aromates, le lard fumé pour la cuisson du poisson et pour la préparation de la farce.
Dessaler le lard en le faisant bouillir 15 minutes. Egoutter
et mélanger-le aux aromates. Presser un citron, saler, poivrer, ajouter 2 pincées de bois d’inde, 2 clous de girofle.
Mélanger.
Mettre cette farce dans les poissons.
Faire revenir les aromates et le concentré de tomates dans
un peu d’huile ainsi que les tomates fraîches concassées,
et le bouquet garni.
Ajouter les atipas, verser le jus de la marinade et laisser
cuire 10 minutes.
Ajouter les 25 cl de lait de coco, un demi verre d’eau, vérifier
l’assaisonnement et laisser cuire pendant 45 minutes à feu
doux.
Servir chaud, accompagné de riz blanc.
Guyane
51
Bien de
chez nous
Bien de chez nous
Guadeloupe
Klaud Gervela Design’s …
Par amour pour le Beau !
Un regard dur aussitôt écarté par un sourire éclatant et des yeux malicieux, vous êtes
en compagnie du plus prometteur styliste
guadeloupéen. Un petit tour dans l’univers de Klaud Gervelas qui depuis 10
ans crée des costumes de scènes
tout en faisant, par ailleurs, le bonheur
de sa fidèle clientèle tant féminine que
masculine.
S
ans doute
avez-vous
déjà croisé ses
créations lors de défilés carnavalesques,
à l’occasion de spectacles ou durant de
trop rares défilés
de mode où il ose
se montrer ?
Klaud Gervelas a, en
effet, créé des costumes pour
des groupes carnavalesques
tels que Senat All Stars, Anthurium, Akyo, Explosion, Zetwal,
VIM, Tambou Guinen … et des
artistes tels que Leedhya Barlagne. La scène, il connaît très
bien ! C’est un univers dans lequel il gravite depuis déjà de très
longues années.
Mais, quand il vous parle de la
Femme et surtout de la Femme
«antillo-caribéenne», ses yeux
pétillent. Il aime leur naturel, leur
52
prestance innée. Pour reprendre
son expression, il retient de cette
femme «son chien» couramment
traduit dans nos bassins culturels par «diez» ou «ganm».
Son inspiration ? Toutes ces
femmes et son île, la Guadeloupe, dans toute sa richesse,
dans toute sa diversité, dans
toute sa complexité. Diplômé de
l’école de La Calade Marseille,
Klaud Gervelas est, avant tout,
un artiste qui a choisi comme
moyen d’expression la mode.
Vêtir une femme, c’est lui promettre d’être unique, la plus
belle de toutes. Il veut que chacune d’elle soit surprenante, que
leur bien-être rejaillisse pour les
rendre éblouissante. Dans son
style, il aime opposer la douceur
de certaines lignes à la rigidité
apparente de certaines matières, jouer avec les textures.
Une de ces matières favorites
est le jean avec lequel il laisse
s’exprimer toute sa dimension
de plasticien !
Une fois ces créations livrées, il
considère qu’elles ne lui appartiennent plus même si il en revendique la paternité, comme un
père qui voit son enfant prendre
son indépendance.
En attendant d’avoir pignon
sur rue, c’est, pour l’instant, le
bouche à oreille de ses clientes
qui permet à d’autres femmes
de passer entre les mains du
créateur pour le plus grand plaisir de leur beauté.
Son projet : présenter une
collection complète HommeFemme en 2011 pour définitivement le placer dans le cercle
des stylistes modélistes incontournables.
Alors soyez au rendez-vous !
Bien de
chez nous
Bien de chez nous
Klaud Gervela Design’s
e-mail : [email protected]
tèl : 0690 589 929
53
Mots mêlés
Mots mêlés
Martinique
MOMO,
un artiste «an ba fèy»
Maurice MORETON, MOMO,
sous son nom d’artiste, est infirmier psychiatrique depuis 28
ans. Après 18 années passées
à l’hôpital de Colson, il entame
sa 10ème année dans l’unité décentralisée de Colson à l’hôpital
des Trois Ilets.
Maurice MORETON fait partie
de cette dizaine d’artistes qui
a participé à la journée des artistes qui s’est déroulée le 15
novembre 2008 à la salle polyvalente Pierre ZOBDA QUITMAN
au Vauclin.
54
La passion de Momo, c’est,
comme il le dit lui-même, le «bricolage». Habile de ses mains,
MOMO touche à tout : peinture,
musique, écriture, cuisine…
il sait même tailler des vêtements, réparer toute espèce de
meubles, faire une table avec
des matériaux récupérés…
et pourtant, comme il le dit lui
même, le seul métier qu’il ait appris, c’est celui d’infirmier.
Malgré toutes ses occupations,
son métier le passionne. Il met
au service de son travail la
même ferveur qu’il apporte dans
ses créations : toiles, poèmes,
ou morceaux de musique…
Pour se présenter, Momo a choisi de vous faire découvrir son
portrait qu’il a écrit lui-même…
Bienvenue dans le monde de
MOMO….
Mots mêlés
Mots mêlés
AN BA FÈY
Nonm ta la pa lé wè solèy ?
Es di la limiè i an dèy ?
Laviy, sé ou wèy, ou pa wèy.
Omaj, i pè, i an ba fèy.
Lè i ka-diw bonjou, fôk i baw an blag,
Dépi zanmi-y wèy, yo za ka ri.
Chak tablo-y ni an teks ka alé épiy
Souvan i ka chanté sé tèks-la, tou pandan
I ka jwé armonika ek tanbou.
Malgré tou sa yo ka di diy, tèt li pa ka anflé
Paskè i simié trantjilité-y
Sé paskèw kité rézonw a tè !
Démaré lèspriw, libéré kôw,
Sinon sèl chans ou, sé ké lanmôw !
Fôk nou pran tan vansé vèr menm kap la
Kolé, séré, nou ké pran vag la.
Nou pé plyé, san janmen kasé
An lè, sa ké pli bèl pou nou vansé.
Poutan, sé pa timidité
Sé pa non pli piès anksiété.
Pito, an lo imilité
Pasion, kouraj pou réyalizé !
Ou ni an tèt pou kabéché
Pa pou ay fè bèbèl la télé,
Lè travay la fèt réyèlman
Yo ka rikonnèt li an tan !
Moris Moréton, né à tè Fôd-Frans, i ni
tjèktan
Tout zanmiy ka kriyéy : Momo a !
Manman-y, sété an bel fanm wôch karé
(Lanmanten)
I za mô
Papa-y, sété an Péruvien, paskè i né a
té o
Perou dan komin Maren ! I za mô osi.
Momo-a sé an enfimié sykiatrik dan linité Espésyalizé Twa Zilé ki an ba lonpsyon
Sant ospitalié Kolson.
Nonm la :
Tayè (koutiy, sé an réyèl plézi)
Mizisyen (chantè, tanbouyé, armonisis,
batè, otè-konpozitè)
Matjè pawöl (poézi-nouvèl èk pies téyat)
Pent (ika penn an lè tout sipô (twel, bwa,
papié, etc.)
Kontè
Dôktè ès brikolaj (siman-bwa-jaden-latjwizin)
Mè fok di Momo a oto didakt jikan bout
dwèt a
San pou san. I pa jen mété pié dan piès
sant éti yo
Ka aprann an bagay. Tou sa i ka fè sé di
têt li
I sôti natirèlman.
An plis, sé an nonm ka ri tout la jounen.
Le rir sé bôl soup li.
Deviz li sé :
Tèt ou pa pou an lè zépôl ou kon an anjolivè
Kabéché !
Fôk tèt ou sèviw, fôk i sèvi lé zôt !
Momo a
ANSANM ANSANM an ti mésaj pou tout
lé kolèg la santé
Tou lé jou, fodè nou réyini
Nou ka travay dan an gran fanmi
Nou tout la, sé ich Matinik Chéri
Nou lé goumen dan larmoni pou la vi.
Fôk etjip la bèl, fôk i total
Sinon, tout bagay ké an kannal
Linion nou, sé li ka fout fè fôs nou
É ka fè si nou pé sové ich nou !
Wi ! ou pé twompé kôw an mil fason
Swanyan, paran, pasyan, mi bèl ékwasyon
Si nou bien pozé lè kèsyon
Andjèt sa pito, si pa ni an réyèl solisyon !
Momo a
Siw pa pran tan konprann sa vié frè
55
Mots mêlés
Mots mêlés
Guadeloupe
Image et pensée offertes
par le cgosh Guadeloupe
L
a logique médico-économique qui aujourd’hui
semble prévaloir dans la Fonction Publique Hospitalière, s’accompagne de nouvelles contraintes
et exigences qui, à l’évidence, comportent le risque
d’une détérioration des conditions de travail et d’une
aggravation du mal-être du personnel.
Qu’en cette année 2010, dans tous les hôpitaux de
Guadeloupe, les questions de l’accompagnement social chère au CGOSH, ainsi que de la Qualité de Vie au
Travail soient au centre des politiques sociales.
Pour prévenir la démotivation, les stratégies de «retrait»
et conflits en tous genres, ouvrons alors, dès 2010, ce
grand chantier pour toujours mieux prendre en compte
et «en considération»
la santé au travail et singulièrement la souffrance de
ceux qui soignent.
Que cette nouvelle année soit donc celle d’une vraie
offensive et d’une salutaire mobilisation, dans tous
les Etablissements Publics de Santé, pour que moun
lopital, considérés plus que jamais comme de vrais
moun, puissent agir aussi en tant que moun au service
d’autres moun, des patients et de leurs familles.
Bonne année au CGOSH et à tous les acteurs de la
santé
Ary BROUSSILLON
Chargé de Mission Relations Sociales
Direction Générale • CHU Pointe-à-Pitre/Abymes
Photos : © Daniel DABRIOU
56
Porte-folio
Porte-folio
Saint-Pierre
& Miquelon
57
porte-folio
porte-folio
58
porte-folio
porte-folio
59

Documents pareils