MVE 139 avril 06 - CCI Moulins Vichy

Commentaires

Transcription

MVE 139 avril 06 - CCI Moulins Vichy
mve
AVRIL 2006
N° 139
Bimestriel
2,44 EUROS/16F
CCI certifiée par
MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE MOULINS-VICHY
LA N7 À QUATRE VOIES,
VITE !
Partenaire de l’action
Hôtel-Restaurant de Tourisme
La Chaumière
Un coin calme au bord de l’Allier
Repas d’affaire – Salles de séminaire
Terrasse en bordure de l’Allier
Friture de l’Allier
Le Pont – 03460 VILLENEUVE-SUR-ALLIER
Tél. 04.70.43.30.35 – Fax. 04.70.43.32.36
Un service de qualité
pour toutes les entreprises
SAV 7J/7 DÉPÔT GRATUIT
LOGIL : 2 nouveaux services disponibles
— CIL PASS MOBILITÉ :
accompagnement des salariés en situation
de mobilité professionnelle
— CIL PASS ASSISTANCE :
aide aux salariés en difficulté de maintien dans leur logement
… et toujours des prêts 1% Logement, les aides locatives et les logements à louer…
Rendre le 1% Logement encore plus intéressant :
MOULINS : 04.70.46.12.98
VICHY : 04.70.97.49.10
MONTLUÇON : 04.70.28.40.22
SOMMAIRE
DOSSIER
LE MONDE ÉCONOMIQUE DONNE DE LA VOIX
POUR UNE N7 À QUATRE VOIES
pp. 4 à 7
ENTREPRISES
Viaméca, c’est parti ! – Les as de l’Allier
pp. 8 à 12
QUALITÉ
Bonnes pratiques AQP 2006
p. 13
ACTUALITÉ
Flash-back
pp. 14 à 15
FORMATION
Le CFH en actions
p. 16
POINT DE DROIT
La réforme des faillites
p. 17
ENTREPRENDRE
Moulin foirexpo – Salon des entrepreneurs
pp. 18 et 19
RESTAURATION
Bib(le) rouge
p. 20
COMMERCE
pp. 21 à 25
Deux nouveaux points multi-services – Grand marché en vue à Vichy
Associations commerciales version 2006 – Coups de pouce des PFIL
✐ Pour toute information relative aux activités de la CCI :
contact CCI Moulins : 04.70.35.40.00 – Vichy : 04.70.30.41.00
ÉDITORIAL
MVE VU PAR SES LECTEURS
P
oursuivant sa démarche qualité à travers un panel de lecteurs extérieurs à la CCI, cette dernière a lancé une
seconde enquête sur MVE. Celle-ci a porté sur quatre numéros
(du 135 au 138, soit de septembre 2005 à février 2006). Si la
note générale recueillie par ces MVE est bonne (entre 15 et
16/20) et si les dossiers ont été jugés le plus souvent intéressants, assez complets et bien conduits, les critiques n’ont pas
manqué, émanant de lecteurs attentifs. Ainsi le dossier sur le
développement durable (n°137) a-t-il été jugé pas assez concret
ni assez complet (quid de l’eau, notamment ?), mais « cela méritait presque un numéro entier » : sans aucun doute, MVE y
reviendra, et plus concrètement à mesure que des entreprises
pourront témoigner de résultats tangibles en ce domaine. Quant
aux diverses facettes de la formation (n°136), MVE a insuffisamment traité celle qui concernait l’alternance menant à des
diplômes d’ingénieur et aurait dû mettre davantage en exergue
les contacts et adresses utiles. Très apprécié, le dossier sur les
zones d’activité (n°135) aurait tout de même dû être enrichi par
l’interview d’un investisseur et par un point de vue sous l’angle
du développement durable. À ces critiques constructives, dont
cet article bref ne donne qu’un aperçu et que le comité de
rédaction s’attachera à prendre en compte, se sont ajoutées
d’intéressantes suggestions de thèmes à traiter dans les prochains numéros. Ne les manquez pas, chers amis lecteurs !
POUR L’ENTREPRISE
Œ
Œuvrer pour les entreprises demande de couvrir de
vastes champs d’action et ce rôle-là est au cœur de la
mission de notre Chambre. Concernée par l’aménagement du territoire et particulièrement par les axes routiers, questions souvent évoquées dans ces colonnes, elle
est en pointe, avec ses homologues de la Nièvre et du
Roannais, dans la mobilisation pour obtenir des pouvoirs publics une mise à 4 voies de la N7, une action
d’envergure dont ce numéro de MVE se fait largement
l’écho. Elle met aussi à l’honneur, par le biais de trophées et d’une festive Nuit des Leaders, le dynamisme
des entreprises. Et, toute l’année, elle leur apporte
conseils et soutien, tant dans leurs démarches de création ou de développement que de transmission ou de
reprise, à l’image du 1er Forum départemental de la
transmission-reprise (lire p.18). Bref, un travail au quotidien, à leurs côtés et à leur service.
Henri Legrand,
président de la Chambre de commerce et d’industrie
de Moulins-Vichy
MVE.– Directeur de publication : Gilles Forissier – Éditeur : CCI de Moulins-Vichy, BP 1729 Moulins Cedex, tél. 04.70.35.40.00, Mail : [email protected] – Rédaction, composition et mise en page : Bleu autour,
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule, tél. 04.70.45.72.45, Mail : [email protected] – Imprimerie : Quillier, 03150 Varennes-sur-Allier – N° de commission paritaire : en cours – Périodicité : bimestrielle –
Dépôt légal : Avril 2006 – Tirage : 6.500 exemplaires. Toute reproduction des articles, informations et clichés photographiques publiés dans cette revue est subordonnée à l'autorisation du directeur de la publication.
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
3
DOSSIER
UNE ASSOCIATION
QUI TRAÇE SA ROUTE
Moderniser en priorité la N7 est l’objectif
La Nationale 7 entre Nièvre,
Allier et Loire ? Une voie qui ne
ressemble plus guère à celle
que chantait Charles Trenet…
Inadaptée au trafic routier actuel,
théâtre de trop nombreux
accidents, oubliée des programmes
routiers nationaux, la N7,
désormais, ne menace plus
seulement la sécurité des usagers
mais aussi le développement
économique des territoires
riverains de la célèbre Route
bleue, entre la Nièvre,
le Roannais et l’Allier.
LE MONDE ÉCONOMIQUE
DONNE DE LA VOIX
POUR UNE N7
À QUATRE VOIES
Face à cette situation, pour
interpeller les pouvoirs publics
et faire concrètement avancer
le dossier, les élus consulaires
(chambres d’agriculture,
de commerce et d’industrie,
et de métiers) de l’Allier,
du Roannais et de la Nièvre,
représentant les entreprises
de tous les secteurs d’activité,
s’engagent dans une action résolue.
Présentation de cette démarche
qui recueille un large écho
dans la population
et chez les professionnels.
4
de l’association créée en début d’année et qui
regroupe les interconsulaires de la Nièvre,
de l’Allier et de la Loire. Détails.
A
À l’unisson ! Le 18 janvier dernier,
l’état de la RN7 – les responsables
les responsables des chambres
d’entreprise ont souhaité se faire
consulaires de l’Allier, de la Nièvre
entendre et parler d’une seule voix.
et du Roannais décidaient d’un comUne démarche décrite dans le film
mun accord de porter sur les fonts
de 17 minutes présenté lors du lanbaptismaux l’association « La N7 à 4
cement du mouvement et intitulé
voies… Vite ! ». Forts de leur légiti« Pour nous développer, doublons !
mité et du mandat qu’ils ont reçu de
La RN7 à 2 x 2 voies ». Réalisé par
tous les secteurs du monde éconoune société audiovisuelle du Coteau
mique, les élus des
(Loire), très didactique,
chambres de commerce
il met en lumière,
Pour une N7
et d’industrie, d’agriculnotamment au moyen
ture et de métiers et de à 4 voies en 2012 de témoignages de
l’artisanat de ces trois
chefs d’entreprise des
départements souhaitent en effet se
trois départements, les énormes diffaire entendre pour arriver au plus
ficultés posées par l’état actuel de la
vite à la mise en quatre voies de la
RN7. Car le champ d’action priviléRN7 sur l’axe Cosne-Balbigny.
gié de l’association est d’abord le
Conscients – et souvent touchés
développement économique des terdirectement dans leurs activités par
ritoires concernés. Elle ne néglige
Communication toutes directions
P
our faire connaître sa démarche, l’association a lancé une action
d’envergure. Première phase : un stand installé dans les grandes
manifestations économiques des trois départements afin de sensibiliser,
par la distribution d’une pétition à signer (qui est d’ailleurs encartée dans
ce MVE), un large public à la cause de la rénovation de la Nationale 7.
Après les foires expositions de Moulins (8.400 signatures) et de Nevers
(plus de 13.500), il était récemment aux Folies textiles de Roanne (où
près de 6.300 signatures ont été recueillies en cinq jours !). Prochaines
étapes : la grande course cycliste La Look, le Bol d’Or et le Grand Prix de
France sur le circuit de Magny-Cours (Nièvre) ou encore l’Aéro Motors
Show, sur l’aérodrome de Moulins-Montbeugny et la liste n’est pas close
! Dernière nouveauté en date : la mise en ligne d’un site Internet
(www.rn7a4voies.com) où chacun peut signer la pétition mais également consulter le dossier de presse de l’association ainsi que le tracé –
toujours en pointillé… – de la Nationale 7. Au moment où nous mettons
sous presse, plus de 32.000 signatures ont déjà été recueillies.
L’objectif est d’atteindre (voire de dépasser !) la barre des 200.000.
La mobilisation continue. Signez et faites signer la pétition !
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
DOSSIER
pas pour autant les questions de
sécurité puisqu’elle souhaite travailler avec les associations existantes qui œuvrent dans ce domaine.
Conformément à ses statuts, l’association, qui est ouverte aux élus, collectivités, entreprises, organismes,
associations ainsi qu’aux personnes
mobilisées autour du projet, entend
« mener toutes actions de manière à
obtenir un planning et une programmation uniques et assortis d’un
financement garanti sur l’ensemble
de l’itinéraire pour une mise en service à quatre voies de la RN7 en
2012 entre Nevers et Roanne ». Ce
qui passe d’abord par une vigoureuse action de lobbying (lire l’encadré page 4), par une coordination
avec les élus et par un rapport direct
et unique avec les pouvoirs publics.
Présidée par Jean-Bernard Devernois, vice-président de la CCI de
Roanne, l’association a notamment
pris pour exemple l’action réussie en
faveur de l’A89 dans le Roannais
menée à l’initiative du monde économique. Signalons enfin que son
bureau comprend Henri Legrand,
Jean-Marie Lesage et Jean-Pierre
Rossignol (vice-présidents), Christian Tourret (trésorier), Antoine
Francioso (trésorier adjoint),
Philippe Treyve (secrétaire) et JeanPierre Roullet (secrétaire adjoint). ■
Quatre chiffres
sur la RN7
● 138 kilomètres restent à aménager
(dont 85 non encore programmés ou
financés) sur les 241,9 que compte
le tronçon Cosne-sur-Loire–Balbigny.
● 14.900 véhicules (dont 3.800
poids lourds) circulent chaque jour sur
la portion entre Moulins et la limite
nord de l’Allier (contre 10.200 dont
2.200 poids lourds sur la portion SaintMartin-d’Estréaux–Changy et 6.000,
dont 2.100 poids lourds, entre
Varennes-sur-Allier et Lapalisse) ● Un
coût de transport supérieur de 25%
par rapport à une liaison à 2 x 2 voies.
● 429 personnes blessées ou tuées
entre Nevers et Roanne-sud entre
2002 et 2004.
« La place stratégique de la RN7 »
Pour l’Office interconsulaire des transports et des communications
du sud-est, la RN7 « préfigure un axe de développement Nord-Sud,
complémentaire du sillon rhodanien ».
Comment la N7 peut-elle trouver sa place
dans le schéma global des grandes voies
de circulation françaises ?
La RN7 a toujours eu une place stratégique dans
notre réseau et 2000 ans n’y ont rien changé :
via aurelia, puis Route royale, puis Route impériale n°8… et enfin RN7. Cette route est toujours
un axe majeur d’aménagement de notre territoire présentant également des fonctions d’écoulement du grand transit. Cette vision d’axe structurant est partagée par l’État qui en a conservé
l’essentiel dans son réseau, encore que, pour
une raison de continuité de l’axe, il aurait dû en
garder la totalité.
Quel est l’intérêt de cet axe au plan interrégional, national, voire européen ?
Cet axe a effectivement des fonctions multiples.
Le premier enjeu est la desserte interrégionale
depuis le bassin parisien, le Nivernais, l’Allier, le
Roannais, la vallée de la Loire et la vallée du
Rhône. Ceci ne veut pas pour autant dire qu’il
s’agit d’une voie à caractère local. C’est aussi un
axe à vocation nationale et internationale qui
capte des flux touristiques très importants et attire
des flux économiques sur le bassin de la Loire et
l’Auvergne. À ce titre, cet axe a une fonction
d’aménagement du territoire essentielle car c’est
notamment l’outil d’attractivité pour le Massif
central, qui risque de perdre – selon le projet de
schéma de massif en cours de discussion – 7%
de sa population d’ici 2030. La RN7 est facteur
de richesse pour les territoires traversés et préfigure un axe de développement Nord-Sud, complémentaire du sillon rhodanien.
À noter qu’un responsable de l’OITC interviendra sur le
thème de la RN7 lors de l’assemblée générale de la CCI
le 12 juin prochain.
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
5
DOSSIER
LA NATIONALE 7
À LA CROISÉE DES CHEMINS
Trois élus consulaires de l’Allier, de la Nièvre
et de la Loire, Philippe Treyve, vice-président
de la CCI de Moulins-Vichy, Jean-Bernard Devernois,
vice-président de la CCI du Roannais,
et Jean-Pierre Rossignol, président de la CCI
de la Nièvre, expliquent leur engagement
pour la Nationale 7 et en situent les enjeux.
Moulins-Vichy Économique.– Vous
êtes à l’origine de l’association “La
N7 à quatre voies, vite !”. Pourquoi
cette mobilisation du monde économique sur un sujet d’équipements et d’infrastructures ?
Philippe Treyve.– Les dix chambres
de nos trois départements sur trois
régions représentent 45.000 entreprises qui toutes, à des degrés
divers, sont concernées et pénalisées
par les carences de l’État et les promesses non tenues. Pour mémoire,
la mise à 2 x 2 voies de la RN7 était
annoncée pour l’an 2000 ! En 2006,
il reste 135 km à faire, et les travaux
des 6 km du contournement de
Lapalisse, qui seront peut-être achevés cet automne, ont été commencés
il y a quatre ans : la règle de trois
donne le vertige ! C’est pourquoi les
entreprises nous félicitent pour
cette initiative.
Jean-Pierre Rossignol.– De façon
générale, les infrastructures, de
communication en particulier,
quelles soient routières, ferroviaires, aériennes, ou touchant aux
TIC, sont des éléments incontournables de la compétitivité des entreprises et de l’attractivité de nos territoires. Territoires qui, rappelonsle, sont en concurrence pour attirer
les investisseurs. Sur le sujet qui
nous préoccupe aujourd’hui, la
Nationale 7, les retards répétés
pour l’engagement des travaux de
modernisation et l’absence de
calendrier précis de réalisation
menacent non seulement la sécurité
des usagers – 200 morts en 30 ans
sur cet axe ! – mais aussi le développement économique des entreprises
et des territoires concernés. Cela se
traduit, entre autres, par des surcoûts, des pertes de temps, des
échanges bridés, etc.
6
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
Jean-Bernard Devernois : « Un vrai
sujet d’aménagement du territoire »
Jean-Bernard Devernois.– Pourquoi ? Parce que c’est un bon sujet !
Et parce que le tronçon NeversRoanne est dans un état inacceptable de jachère. Pensez que la
déclaration d’utilité publique
sur l’axe Cosne-Balbigny date du
4 octobre 1995… Nous sommes
responsables et responsables d’entreprises et nous voyons aujourd’hui les conséquences de ces
retards : des freins au développement, à la circulation des gens et des
marchandises sur une route dont la
dangerosité est grande et, peut-être
le mal majeur de cette route emblématique, un manque d’attractivité
et une image désastreuse pour le
voyageur téméraire qui s’aventure
au sud de Nevers. Il n’est pas acceptable que l’on nous donne un
patchwork, un saupoudrage. Nous
demandons à l’État d’arrêter de
voir court et de faire un programme
unique pour tous les tronçons
concernés. Aujourd’hui, à l’heure
du “village global”, il n’est pas normal que nos trois régions ne soient
pas reliées entre elles. C’est un vrai
sujet d’aménagement du territoire.
DOSSIER
MVE.– Quels problèmes spécifiques pose, dans votre département, l’état actuel de la RN7 ?
J.-B. D.– Le nord de la Loire
souffre d’un enclavement. Une très
forte partie de l’activité, par
exemple dans le textile, vit en liaison avec la région parisienne. donc
tout ce qui peut améliorer cette liaison ne peut que conforter le bassin
d’emploi du Roannais. Cet axe peut
vraiment représenter une alernative
à l’engorgement de l’A6 et de la vallée du Rhône. C’est une option
qu’on ne peut pas écarter.
MVE.– La pétition lancée par
votre association recueille un
grand succès auprès des particuliers comme des entreprises. Quel
est l’écho auprès des pouvoirs
publics ?
Philippe Treyve :
« Cette question n’est pas complexe :
les terrains sont achetés
et il n’y a pas de contestation ».
P. T.– Notre pétition n’en est qu’à
ses débuts et nous sommes déjà audelà des prévisions. Nous serons
très heureux de dépasser l’objectif
des 200.000 signatures. Nous
constatons que les portes des ministères commencent à s’ouvrir, que
nos représentants locaux s’activent
(nous les aiguillonnons mais
sommes avec eux, notre objectif
n’étant pas les effets d’annonce
Photo : C. Deschanel
P. T.– Il y a certes la sécurité des personnes (62 morts depuis l’an 2000 et
429 accidentés) mais aussi celle des
transporteurs. Pour ces derniers, les
problèmes posés par ce parcours
sont également ceux d’une hausse de
25% de leurs frais (consommation
supplémentaire de carburant, allongement de la durée sur la route, etc.),
sans compter les difficultés pour
livrer. Il y a urgence pour la réalisation et le financement de cet axe et
cette question n’est pas complexe :
les terrains sont achetés et il n’y a pas
de contestation. Les problèmes spécifiques à l’Allier ? La RN7 y est
saucissonnée en tronçons peu ou pas
aménagés, en traversées de villages et
en portions à 2 x 2 voies, si bien que
les limitations de vitesse sont partout différentes (de Nevers à
Roanne aller et retour, elle changent
45 fois…) : c’est proprement démentiel pour qui veut respecter les
vitesses autorisées ! Notre département est particulièrement bien placé
géographiquement tant au niveau
français qu’européen pour la logistique. D’ailleurs, des entreprises s’y
implantent pour cette raison, mais
elles sont très déçues des retards pris
par les routes. D’autres vont ailleurs,
alors que nous avons les espaces qui
leur conviendraient.
J.-P. R.– La Nièvre est de toute évidence le département le moins défavorisé des trois, puisque, sur les
242 km que compte l’itinéraire
entre Cosne-sur-Loire et Balbigny,
deux tiers des 102 km réalisés à
2 x 2 voies le sont dans la Nièvre. Et
nous avons pu en constater les
effets bénéfiques dans nos relations
économiques avec le bassin parisien : implantations d’entreprises,
création d’emplois nouveaux,
attractivité des territoires du nord
du département renforcée, activité
touristique favorisée. À l’inverse,
les chefs d’entreprises ayant des
relations d’affaires avec RhôneAlpes ou avec le sud de la France
nous parlent de moindre compétitivité et de leurs difficultés à conquérir ces marchés, donc à se développer. En l’état actuel, la N7
débouche sur un cul-de-sac au sud
de Nevers. C’est très pénalisant
pour notre développement et l’essor de nos entreprises.
Jean-Pierre Rossignol :
« Très pénalisant pour notre développement
et l’essor de nos entreprises »
mais bien la réalisation des 4 voies).
Mais nous sommes en concurrence
avec d’autres projets : il faut donc
agir vite !
J.-P. R.– Notre pétition rencontre
effectivement un grand succès
auprès des entreprises et des particuliers. Ainsi, durant la seule foireexposition de Nevers, en mars dernier, nous avons recueilli plus de
13.500 signatures. Cet écho favorable, nous le retrouvons auprès des
élus. La campagne de pétitions a été
lancée dans la Nièvre en la présence
et avec le soutien de Martine
Carillon-Couvreur, députée de la
Nièvre. Les pouvoirs publics
locaux soutiennent aussi notre
démarche. La mobilisation du
milieu économique ne peut que
renforcer auprès des pouvoirs
publics nationaux leur action en
faveur de la modernisation du
département.
J.-B. D.– Les entreprises comme les
particuliers sont très sensibles à
notre démarche. Quant aux pouvoirs publics, je crois qu’il sont
contents car nous ne sommes pas en
opposition avec eux. Sur ce dossier,
nous ne roulons pas pour nous mais
pour nos enfants. Nous entretenons d’excellentes relations avec les
élus des départements concernés.
Nous travaillons main dans la main
dans une volonté d’ouverture. ■
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
7
ENTREPRISES
VIAMÉCA, C’EST PARTI !
Viaméca est le nom du pôle de compétitivité
qui doit se développer sur notre région.
Une présentation en a été faite en mars aux entreprises de la circonscription. Premiers éclairages.
M
DU NOUVEAU
À L’AÉROPORT
DE CLERMONT-FERRAND
T
roisième pôle interrégional français,
situé à 100 km de Moulins et à 50
km de Vichy, l’aéroport de ClermontFerrand–Auvergne, qui reçoit près de
50.000 passagers par mois, améliore
en permanence ses infrastructures et ses
services. Ainsi vient d’être inauguré, en
février dernier, un nouveau bâtiment qui
abrite les moyens humains et matériels
d’intervention, de sauvetage et de lutte
contre les incendies d’aéronefs. En service opérationnel 24 heures sur 24, ce
SSLIA peut intervenir sur l’ensemble des
zones de l’aéroport. Côté dessertes, du
nouveau également avec des destinations temporaires (pour des séjours
vacances) notamment sur l’Irlande,
l’Autriche, le Maroc, Madère, la Grèce
(et la Crète), la Tunisie, la Russie, la
Norvège, la Bulgarie, la Croatie,
Chypre et Malte. Des destinations qui
viennent s’ajouter aux vols réguliers en
France (liaisons quotidiennes avec Orly
et Roissy, mais aussi sur Biarritz,
Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, MetzNancy, Montpellier, Mulhouse, Nantes,
Nice, Toulouse et Strasbourg), aux vols
quotidiens sur Amsterdam, Bruxelles,
Genève et Milan, aux vols hebdomadaires sur Lisbonne et aux vols saisonniers sur Ajaccio et Bastia.
8
Mis en place en 2004 par le Comité
composent à parité le bureau de
interministériel de l’aménagement
l’association ViaMéca, que préside
et du développement du territoire
André Malet (lire son enterview en
(CIADT) en lien avec divers finanpage suivante), directeur de la
cements européens (tels le
Société d’industrialisation et de
Programme-cadre de recherchedéveloppement économique (SIDE)
développement technologique, ou
créée par Michelin. Sur sa zone géoPCRDT, et le programme de
graphique, appelée Espace central,
coopération scientifique et techce pôle a pour vocation d’intervenir
nique COST), les pôles de compétitisur la sphère de la logique indusvité sont la réunion, sur un espace
trielle et sur celles de la Recherchegéographique donné
&-Développement et
(qui s’étend sur vingt
Vers un leadership des nouvelles technodépartements de six
logies dans les secinternational
régions, essentielleteurs de l’automoment Rhône-Alpes et
bile, de l’aéronauAuvergne, en ce qui concerne
tique, des machines-outils et des
ViaMéca) d’entreprises, d’unités de
biens d’équipement. Ce sont ainsi
recherche publiques et/ou privées et
entre mille et deux mille entreprises
de centres de formation afin d’engade plus de dix salariés (soit environ
ger une démarche partenariale desti200.000 personnes) qui sont concernée à dégager des synergies autour
nées par ViaMéca afin de conférer à
de projets innovants.
l’Espace central un leadership interLe contrat de pôle ViaMéca a été
national en matière de mécanique
signé le 14 décembre 2005 en s’apavancée.
puyant sur le livre blanc élaboré par
Pour agir, ViaMéca disposera tout
le Comité mécanique Espace central
d’abord de fédérateurs, spécialisés
(COMEC 1) et en lien avec Ingénierie
par secteur, qui auront pour mission
de faciliter les échanges entre les difet création industrielle (ICI 2), deux
férents acteurs, d’animer et de coorconsortiums dont les représentants
CRÉATION GRANIT
(ART DÉCO GRANIT)
Didier Laurent et Jacques Hunderchied
Fabrication tous plans de travail :
cuisine, salle de bain,
escalier, devanture, etc.
7, rue de l’Est – 03200 ABREST – Tél. 04.70.31.42.38 – Fax. 04.70.97.77.60
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
ENTREPRISES
donner moyens et ressources en
véritables chefs de projet avec obligation de résultats, d’assurer une
veille de marché et une veille technologique, d’aider au lancement de
programmes de Recherche-&Développement au service des
entreprises – bref ! d’être l’interface
opérationnelle entre donneurs
d’ordres, co-traitants, formateurs,
laboratoires et institutionnels, de
fédérer les synergies et les mises en
réseau.
Ensuite, ViaMéca disposera d’un
réseau Recherche-&-Développement qui devra faciliter l’émergence
de nouveaux projets de recherche
associant acteurs de la recherche
publique et industriels, animer le
réseau des plates-formes de transfert
technologique, mettre en place une
cellule d’intelligence économique et
faire le lien avec les projets R-&-D
des autres pôles de compétitivité.
Dimension
interrégionale
Les pôles de compétitivité, qui renforcent la dimension interrégionale,
conduiront à une nouvelle forme
d’action : hommes et structures
devront adopter de nouveaux comportements, passer d’une logique de
conception et de fabrication à une
logique d’ingénierie et de création
industrielles par la collaboration,
l’innovation et l’anticipation. C’est
à ce prix que les adhérents de
ViaMéca3 relèveront le challenge
que constitue l’application de ce
programme, découvriront de nouveaux gains de productivité et
feront face aux mutations industrielles qu’impliquent la mondialisation et l’intégration de technologies
nouvelles.
■
1. Le COMEC est constitué de l’ADIMAC, de
l’UCCIMAC, de l’IFMA, du SIDE, de l’IUMM,
d’industriels, d’universités, etc.
2. Ici est constitué de l’ÉNISE, de l’École centrale, de l’École des mines, du CETIM, du
CNRS, d’universités, d’industriels, etc.
3. Les cotisations de membre associé s’élèvent à 200 euros pour les organismes et associations, 500 euros pour les entreprises de
moins de 100 salariés et 1.000 euros pour les
entreprises d’un effectif supérieur.
TROIS QUESTIONS À ANDRÉ MALET
Qui est concerné par ViaMéca dans l’Allier ?
Toutes les entreprises de mécanique, notamment celles qui travaillent pour l’automobile, les biens d’équipement et l’aéronautique. Mais cela concerne aussi, en amont,
les entreprises de mécanique générale, le traitement de surface, les bureaux
d’études, etc. Les plus petites de ces entreprises ne doivent pas craindre d’être perdues dans la masse ; il suffit pour elles d’adhérer à ViaMéca [NDLR : lire la note 3
de l’article ci-contre] et de s’inscrire volontairement dans l’une des trois commissions
de travail : Recherche & Développement, Formation et Intelligence économique. Cela
leur donnera accès, en particulier, à la plate-forme informatique interactive que nous
mettons en place (veille, intelligence économique, appels à projets, etc.). Ensuite,
ViaMéca initie des grappes d’entreprises autour de commandes de niveau international. Un deuxième objectif est de faire signer des contrats de recherche et/ou de
formation entre des entreprises et des écoles et universités.
Pourquoi adhérer à ViaMéca ?
Tout d’abord, ViaMéca est un pôle de compétitivité labellisé par l’État et qui permettra de concrétiser un leadership international de l’Espace central dans le domaine de
la mécanique avancée. Ensuite, il favorise l’innovation en mutualisant, au profit des
donneurs et des preneurs d’ordres, les forces des acteurs de la formation, de la
recherche et de l’industrie. Enfin, il bénéficie d’exonérations fiscales et de subventions.
Pour ces dernières, trois fonds sont mobilisés, ceux de l’Agence nationale de la
recherche (ANR), du Fonds de compétitivité des entreprises (FCE) et de l’Agence pour
l’innovation industrielle (A2I). De plus, au niveau de chaque région, des fonds Oseo
(ex-ANVAR) seront utilisés.
ViaMéca a-t-il déjà généré des projets éligibles ?
Nous avons déjà en portefeuille une cinquantaine de projets identifiés qui peuvent
prétendre aux fonds que je viens d’évoquer. S’y ajoutent une quinzaine de projets
qui concernent uniquement des entreprises auvergnates de moins de 250 personnes
et qui bénéficieront de l’appui d’Oseo. En ce qui concerne l’Espace central complet,
un premier appel à projets, lancé en février dernier, a permis de déposer cinq projets
sur le bureau du ministère (ils concernent au total une quinzaine d’entreprises et
autant de laboratoires et ils représentent un budget de quelque 10 millions d’euros) :
nous connaîtrons fin mars ceux qui sont éligibles. Un deuxième appel vient d’être
lancé, qui sera clos le 15 mai et dont la sélection est d’ores et déjà en cours. Bref !
nous avons du grain à moudre…
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
9
ENTREPRISES
LES AS DE L’ALLIER
À l’heure où MVE part sous presse, la première
Nuit des leaders n’a pas encore décerné ses huit
trophées des as de l’entreprise. Une manifestation
phare qui mérite un coup de projecteur.
sur-Allier, Laboratoires industriels
de Vichy à Creuzier-le-Vieux et
Galva-Éclair à Saint-Pourçain-surSioule),
l’excellence
rurale
(Chaudronnerie métallerie salignoise à Saligny-sur-Roudon,
Jouanin-Marchand à Thiel-surAcolin et Jeudy au Montet), les
technologies de l’information et de
la communication (Proquinter à
Toulon-sur-Allier, Écollecte à
Creuzier-le-Vieux et La Cuisine
artisanale à Brugheas) et Croissance
et développement (NSE à
Nizerolles, Peintamélec à Creuzierle-Vieux et CTL Packaging à
Charmeil). Un as des as, un super
leader, aura ensuite été désigné.
Richesse
des talents
L
Le 20 avril, le jury présidé par les
présidents des Chambres de commerce de l’Allier, Henri Legrand et
Jean-Pierre Lhospitalier *, aura
dévoilé le nom des sept entreprises
bourbonnaises qui se sont distinguées par leurs performances dans
les domaines suivants : la transmission d’entreprise (sont nominées Palicot à Yzeure, la Société
laitière de Vichy à Vichy et
Malochet à Montluçon), l’international (Hugues-Rambert à SaintGermain-des-Fossés, Delbard à
Malicorne
et
Forecreu
à
Commentry), l’innovation (l’imprimerie Wallon à Vichy le
Laboratoire de phytothérapie et
d’herboristerie à Saint-Bonnet-deRochefort et Vichy Medical
Product à Hauterive), QualitéSécurité-Environnement
et
Développement Durable (les
transports Lassalle à Varennes-
10
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
Sélectionnées parmi une centaine
de dossiers constitués par les
techniciens des deux chambres
consulaires en respectant l’anonymat (constaté par huissier) des
candidatures, ces vingt-deux
entreprises nominées sont à elles
seules l’illustration de la richesse
des talents de notre département
et des performances de ses entreprises. Elles étaient d’ailleurs
toutes conviées à participer à cette
nuit organisée avec le soutien du
quotidien La Montagne par
l’agence agenaise spécialisée
Primtime (qui l’a déjà portée avec
succès dans plusieurs départements) et animée par Évelyne
Delhiat au Parc des expositions
d’Avermes. Cette soirée et les différents articles parus dans La
Montagne auront été l’occasion,
comme l’écrit cette dernière, « de
braquer les projecteurs sur des
entreprises et leurs hommes, des
entreprises […] qui, dans l’ombre,
créent des emplois ».
■
* Ce jury est également constitué de représentants de l’État et des forces vives économiques de l’Allier, au total une douzaine de
membres.
ENTREPRISES
LES ANNUAIRES AUVERGNE [email protected]
2006 SONT ARRIVÉS
L
ENTREPRISES
CITOYENNES
S
ous l’impulsion des élus de la CCI de
Clermont-Ferrand/Issoire, la Chambre
régionale de commerce et d’industrie
(CRCIA) et les CCI d’Auvergne viennent
de créer un Club des 1000 entreprises
citoyennes d’Auvergne qui souhaite fédérer les chefs d’entreprise soucieux de faire
face de façon positive aux problèmes de
société que nous connaissons (banlieues,
CPE…), cette prise en compte étant, rappelons-le, l’un des éléments constitutifs du
développement durable (lire MVE n°137).
Ce club proposera des actions régionales
pour corriger l’image négative que l’opinion publique a trop souvent de l’entreprise et pour que chacun de ses adhérents
soit reconnu comme une entreprise
citoyenne aux engagements sociétaux
clairs, une entreprise apprenante qui participe à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes, et une entreprise éthique
développant un véritable système de
valeurs autant d’engagements concrétisés
par une charte.
✐ Contact : CRCIA (04.73.60.46.35
ou [email protected]).
L’AGEFOS-PME
ET L’EMPLOI
EN AUVERGNE
L
a Chambre régionale de commerce et
d’industrie Auvergne (CRCIA) et
l’AGEFOS-PME Auvergne ont signé, fin
février, une convention de partenariat destinée à favoriser le développement des
compétences des TPE et PME et de leurs
salariés en mutualisant les moyens humains
et financiers des deux structures (dont CCI
Formation Auvergne).
✐ Renseignements : CRCIA (04.73.60.46.35)
ou AGEFOS-PME Auvergne (04.73.31.95.95).
es nouvelles éditions des annuaires d’entreprises de la CCI de Moulins-Vichy sont
désormais disponibles. Ces annuaires recensent les entreprises de plus de dix et
de plus de cinquante salariés et indiquent, pour chacune, leurs principales données
(raison sociale, enseigne, activité, code APE, tranche effectifs, téléphone, télécopie,
forme juridique, nom des responsables, et, pour celles qui en disposent, adresse électronique et site Internet). Pour chaque département de l’Auvergne, les annuaires des
établissements de plus de dix salariés sont disponibles pour l’Allier, pour le Cantal, la
Haute-Loire, pour le Puy-de-Dôme et pour les quatre départements. Celui répertoriant
les établissements de plus de cinquante salariés sur l’ensemble de l’Auvergne est également disponible.
LA SDEB
INVESTIT
I
nstallée à Cusset, la
Société découpage emboutissage du Bourbonnais
(SDEB) produit des petites et
moyennes séries pour de nombreux secteurs, tels les luminaires, l’automobile ou les
machines agricoles. En 2000,
avec l’aide financière de la
Région, elle s’était dotée d’un
centre d’usinage à commande
numérique qui lui permettait
Le nouveau
de percer et de fraiser des
centre d’usinage
à commande numérique
tubes en aluminium, domaine
de la SDEB
qui venait ainsi compléter son
travail de la tôle. Aujourd’hui
forte de quarante salariés (que viennent seconder des intérimaires en cas de commandes urgentes ou importantes), l’entreprise dirigée par Yves Chassagne vient de
réceptionner un second centre, plus performant en puissance et en rapidité. Unique
dans la sous-traitance auvergnate, celui-ci permet désormais à la SDEB de travailler
le tube aluminium ou acier (perçage, fraisage, taraudage) et donc de faire progresser encore son activité tube (qui déjà représente aujourd’hui 20% d’un chiffre d’affaires en hausse de 10% par an). Un investissement de 120.000 € qu’elle a dû
consentir seule sans aides régionales.
Invest Consulting
VOS SOUHAITS
Payer moins d’impôts/revenus (loi de Robien)
Constituer un patrimoine immobilier
Un taux garanti pendant 5 ans
Baisser votre impôt sur la fortune (œuvres d’art)
Pour tous renseignements et sans engagement
INVEST CONSULTING à VICHY
06.07.30.35.22 et 06.85.04.94.59
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
11
EXPORT/ENTREPRISES
LANCEMENT
DU CENTRE
DE RESSOURCES
DÉVELOPPEMENT
DURABLE
L
e mardi 30 mai, lors de la
semaine nationale du développement durable, la CCI de
Moulins-Vichy et l’Institut européen de la qualité totale (IEQT)
de Vichy présenteront officiellement, à l’amphithéâtre du pôle
technologique et universitaire de
Vichy leur Centre de ressources
Q u a l i t é - I n n ova t i o n - D éve l o p pement durable. Sa mission est
d’apporter les ressources nécessaires aux entreprises pour optimiser leur organisation, améliorer
leur performance, anticiper les
évolutions nécessaires et prendre
une longueur d’avance en matière
de développement durable. Le
centre, piloté par un comité présidé par Jean-Yves Cluzel, sera à
terme installé dans le parc des
Célestins, tout près du pôle universitaire. Il sera notamment conduit à
assurer une veille informative, à
diffuser des bonnes pratiques et
des savoir-faire, à expérimenter et
à valider des méthodologies qui
déboucheront sur des propositions
de formation. MVE reviendra plus
en détails utltérieurement sur ce
centre de ressources dont le nom
sera connu le 30 mai.
sont
précieux
s
lu
p
s
ts le
tualité
Nos atou
, la ponc
é
n
ig
o
s
il
un trava
s délais,
dans no
iance
t la conf
e
té
li
é
id
la f
endant
quises p
c
a
le
tè
clien
de notre
érience.
es d’exp
30 anné
NSE : UN COW-BOY CHEZ LES INDIENS
I
nvité par Thalès à faire partie de la mission présidentielle en Inde, François Lacoste,
le patron de la PME née à Nizerolles, en Montagne bourbonnaise, a obtenu deux
marchés qui devraient générer entre 1,5 et 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires
d’ici 2008. Le premier a été conclu sous l’aile de Thalès Aerospace, spécialiste du
câblage aéronautique de défense et déjà très présent en Inde ; il concernera la soustraitance d’équipements embarqués et câblés dont une partie (80%) sera réalisée en
France et l’autre en Inde (contre-partie exigée par l’Inde) et il pourrait être dupliqué
sur d’autres pays émergeants. Le second est la concrétisation de contacts pris en 2004
au salon Convergences de Bombay et renforcés en 2005 sur un salon allemand ; il
consiste en la concession d’une licence de fabrication (sans transfert de technologie)
et d’une licence de distribution de filtres pour réseau de vidéocommunication en
réseaux câblés (téléphone, Internet et télévision) et mini-réseaux (résidences, hôtels,
etc.) ; il concernera l’ouest de l’Inde (régions de Delhi, Bombay et Bangalore).
FOIRE INTERNATIONALE DE MADAGASCAR
L
’Allier, on ne le sait guère, a des liens particuliers avec Madagascar puisque
Moulins abrite un consulat de cette grande île (587.000 km2 et 18 millions d’habitants) indépendante depuis 1960. Restée tournée vers la France, Madagascar est un
pays en voie de développement aux besoins importants et où l’on peut investir. Pour en
juger, le mieux est sans doute d’aller en juger sur place à l’occasion de la première foire
internationale qui se déroulera du 24 au 28 mai à Tananarive, la capitale : douze pays
participants avec plus de 300 professionnels de divers secteurs (équipements industriels, maison, bricolage, équipement ménager, multimédias, artisanat d’art, mode, bienêtre, sports, loisirs, agriculture).
La capitale malgache Antananarivo.
Études et projets
AGENCEMENTS
DE MAGASINS
tous commerces
Fabricant
A. Demard & Fils
12
A. DEMARD & FILS
ZI “Le Coquet” – 03260 Saint-Germain-des-Fossés
Tél. 04.70.58.04.92 – Fax : 04.70.58.04.99
www.promebat.fr – [email protected]
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
QUALITÉ
BONNES PRATIQUES AQP 2006
C
Composé notamment de Jean-Pierre
Guillot, président d’AQP, d’un
représentant de chaque délégation
d’AQP et d’un autre de chaque CCI
d’Auvergne, le jury a fait son choix
parmi les neuf entreprises sélectionnées cette année* au Concours des
bonnes pratiques par des évaluateurs
formés qui ont noté l’intérêt et l’originalité de la ou des bonnes pratiques qu’elles avaient mise(s) en
place, mesuré l’implication de la
direction et du personnel et évalué
divers critères (simplicité d’application, efficience, extension dans l’espace et dans le temps, amélioration
continue, reproductibilité) dans les
domaines de la qualité, de la sécurité
et de l’environnement (QSE).
Démarche citoyenne
C’est sur ces critères qu’EDF-GDF
Distribution
Bourbonnais
&
Clermont-Ferrand (1.400 personnes
en Auvergne, dont 360 en Allier) a
remporté le prix des grandes entreprises pour son animation Star Wars,
une pacifique guerre des étoiles qui,
en améliorant l’accueil téléphonique
des particuliers et l’ambiance au travail, a permis de diminuer le nombre
de jours de chiffre d’affaires immobilisé, d’augmenter notablement
(+347%) le nombre de diagnostics
Qualité Gaz de France et (+272%)
celui des projets de rénovation ou de
construction orientés vers la solution gaz. Ce management participatif a placé EDF-GDF Distribution
Bourbonnais & Clermont-Ferrand
au 7e rang national du groupe pour
ses résultats.
Le prix des PME est allé à Galva
Éclair et à son “Bonhomme sécurité”, silhouette jaune aisément repérable sur les postes à risques, qui a
permis de sensibiliser les opérateurs
du site saint-pourcinois (160 salariés
travaillant en 3x8) à la prévention et
aux risques liés à leur activité de traitement de surface et de galvanisation
à chaud dont le groupe, avec ses dix
sites, est le numéro un français.
Pour sa troisième édition, le concours organisé
par Auvergne Qualité Performance (AQP)
a distingué quatre nouvelles entreprises. Palmarès.
Les lauréats 2006,
lors de la remise des prix.
Le prix des petites entreprises a
récompensé le Comptoir européen
de la confiserie (ex-Pastilles de
Vichy, 42 salariés) qui a su valoriser
le sucre excédentaire (une vingtaine
de tonnes par an) en l’aspirant, le
récupérant et le donnant à des apiculteurs au lieu de dépenser chaque
année 4.000 euros de mise en
décharge ; par cette démarche
citoyenne qui profite aussi au personnel (en échange du sucre, les apiculteurs apportent du miel), l’entreprise œuvre en même temps pour le
développement durable (lire MVE
n° 137, p. 7).
Enfin, le jury a décerné son prix spécial au site commentryen d’Adisseo
(40 hectares, 650 salariés, deuxième
exportateur auvergnat), dont les trois
bonnes pratiques présentées ont
toutes été primées : baromètre vigieaccidents (modèle statistique de prédiction à partir des pré-accidents),
minute sécurité (point hebdomadaire
de dix minutes avec chaque chef de
chantier des entreprises extérieures
intervenant pour la maintenance du
site) et politique sécurité avec les
entreprises extérieures (fédération de
l’ensemble des actions réalisées par
les différents acteurs).
■
* Outre les entreprises primées, ont pris
part au concours : CERF Centre, l’aéroport
de Clermont, Plastelectues, les Menuiseries
du Centre et SAPRR.
DES TROPHÉES INTERNATIONAUX
L
es trophées remis aux lauréats du concours des bonnes pratiques s’intitulent les
Ailes de la réussite. Ils sont l’œuvre de Harutyun Yekmalyan (à l’extrème
gauche de notre photo), peintre et sculpteur arménien diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts de Ierevan, arrivé en France il y a une dizaine d’années et
installé au village d’artistes de Châtel-Montagne depuis l’été 2004 avec son
épouse, Anna, historienne d’art et enseignante en langues orientales à Paris. Ils ont
été réalisés dans deux marbres différents, l’un provenant des Pyrénées (pour le
socle) et l’autre, du Portugal (pour les ailes). Harutyun Yekmalyan, qui expose en
permanence à la galerie vichyssoise L’Empreinte et dans son atelier châtelois (avec
un vernissage de collection nouvelle le 11 de chaque mois), collabore de temps en
temps avec les Granits du Bourbonnais, une entreprise de six salariés créée en
1987 par Nicolas et Patrice Terrone et qui travaille à 90% dans le funéraire et à
10% dans la décoration (cuisines et salles de bains) avec du granite importé.
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
13
ACTUALITÉ
Forum des entreprises
et des métiers
D
u 6 au 8 avril s’est tenu, au parc des
expositions de Montluçon, la
deuxième édition du Forum des entreprises et des métiers initié en 2004 par la
Ville de Montluçon, la Communauté d’agglomération montluçonnaise et l’association Asmodie. Ces trois journées avaient
chacune un public et un objectif : le 6, donneurs d’ordres et sous-traitants ont pu se
rencontrer et conclure des affaires ; le 7,
quelque 240 entrepreneurs bourbonnais
ont fait mieux connaître aux jeunes le tissu
industriel local et les formations porteuses
d’emploi ; le 8, le grand public a été invité
à découvrir la diversité et l’importance
des différentes industries et des divers services de la région. Rappelons qu’en 2004
le Forum, limité au bassin montluçonnais,
avait déjà attiré plus de 7.000 visiteurs.
FLASH-BACK
Cette rubrique, qui balaie l’actualité
économique des dernières semaines, est nourrie
d’informations recueillies par la rédaction
de MVE ou puisées dans la presse,
essentiellement dans La Montagne (L.M.)
Une agence d’infogérance à
Moulins.– La société IBO, créée il y
a vingt ans à Clermont-Ferrand,
poursuit son développement sur le
marché régional de l’infogérance
informatique modulaire en ouvrant
une agence à Moulins. IBO compte
déjà plusieurs clients importants
dans l’Allier et étend désormais aux
PME et PMI ses services en matière
d’optimisation, de gestion et d’exploitation de l’outil informatique.
●
● La
Les avis de la CDEC
L
a commission départementale
d’équipement commercial (CDEC)
s’est réunie à nouveau depuis le début
de l’année, sous la présidence du préfet de l’Allier, pour se prononcer sur les
créations et agrandissements de surfaces commerciales. Après consultation
de ses six membres, dont la CCI de
Moulins-Vichy, elle a rendu deux avis
favorables. À Varennes-sur-Allier,
elle a accordé la création d’un pressing de 60 m2, Clean City, et à Yzeure,
celle d’un dépôt-vente de 960 m2, La
Caverne des particuliers.
14
Société laitière de Vichy primée.– Créée en 2003, cette société,
qui produit du lait et une large
gamme de fromages, a été sélectionnée parmi 317.000 PME candidates
aux Masters 2006 de la création d’entreprise (dont c’était la 7e édition) et
elle figure parmi les 500 lauréats
nationaux. Jean-Luc Genin, son dirigeant, qui a été reçu le 30 janvier dernier au Sénat par les ministres
Dominique de Villepin et Renaud
Dutreil, s’apprête à reprendre une
entreprise du Puy-de-Dôme dont la
spécialité, un fromage de brebis de
Lavort, viendra élargir son offre. L.M.
● La Fête du livre et Festi BD à
Moulins, Salon du livre ancien à
Vichy.– La sixième édition de Festi
BD s’est déroulée les 11 et 12 mars à
la salle des fêtes de Moulins sous la
présidence de Dany, auteur de l’affiche 2006. Une cinquantaine d’auteurs étaient présents, dont plusieurs
ont été primés par le jury, et quatre
expositions ont enrichi la manifestation.
Le thème retenu par la fête du livre
organisée les 8 et 9 avril par l’association Loisirs animations culture de
Moulins et de ses environs (LACME)
était l’esprit et l’humour. À cette
occasion, la médiathèque a accueilli
une exposition de Jean-Hugues
Malineau sur le thème Un siècle
d’humour pour les enfants (18301950) avec présentation de livres de
l’époque.
Dans la foulée, LACME organise, au
Palais des Congrès-Opéra de Vichy,
le Salon du livre ancien : vingtquatre libraires spécialisés y
accueilleront le public (entrée 2€) le
17 juin de 9h30 à 19 heures et le 18
juin de 9h30 à 18 heures.
■
Indicateurs économiques
Parce que les indicateurs économiques de base sont devenus d’un usage quotidien
pour la gestion de l’entreprise, MVE publie les plus significatifs recueillis
auprès des centres de documentation de la CCI-MV.
• Prix à la consommation (base 100 en 1998) : 113,36 (février 2006),
variation de +1,9% sur 12 mois, taux d’inflation sur 2005 = 1,7%.
• Indice des loyers (qui se substitue à l’indice du coût de la construction
comme référence pour la révision des loyers en cours de bail dans le parc locatif privé) :
103,78 (4e trimestre 2005).
• Plafond mensuel de la sécurité sociale 2006 : 2.589€.
• SMIC horaire brut à compter du 01.07.05 : 8,03€.
• Taux de chômage dans l’Allier en février 2006 : 9,3% (Auvergne : 8,3% ; France : 9,6%).
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
ACTUALITÉ
AeroMotors Show
et Envolades
à Montbeugny cet été
L
e 21 mai se déroulera, organisé par la
FAAM * sur le site de l’aérodrome de
Moulins-Montbeugny, le deuxième AéroMotors
Show, une manifestation unique en son genre qui
associe les sports mécaniques terrestres et
aériens. Tout comme l’an dernier, où la première
édition avait attiré plus de dix mille spectateurs, le
programme sera riche en émotions fortes avec les
spectacles d’acrobaties du team AcroJoe (auto
et moto), de Ronaldo Freitas, de Stunt Man (moto
et quad), d’Éric Miazga (side-car basket), de
Donal Pottier (jet car de 6.000 CV !) ou des
champions du monde et d’Europe de free style
BMX,
ainsi
qu’avec
divers
défis
terrestres/aériens, de la voltige aérienne et des
simulations de combats aériens, et sans parler
des nombreux stands de véhicules et des animations (baptêmes en quad adultes et enfants, en
4x4, en ULM, en planeur, en hélicoptère, etc.).
Attention ! le nombre des places est limité
(entrées payantes : 8 euros par adultes, gratuit
pour les moins de 15 ans).
Les mêmes organisateurs proposeront, les 23 et
24 septembre, les quatrièmes Envolades bourbonnaises (gratuites comme les précédentes, seul
le parking étant facturé 3 euros par voiture et par
jour). Une vingtaine de montgolfières de tous
pays sont attendues (avec baptême de l’air sur
réservation), ainsi que la patrouille militaire marocaine “Marche verte” (sept avions attachés par
une corde !), un plateau d’avions des pays de
l’Est et des démonstrations d’aéromodélisme. Par
ailleurs, les mêmes baptêmes de l’air qu’en mai
seront disponibles.
* La Fédération des amateurs d’avions de la région moulinoise (FAAM) réunit l’Aéroclub de Moulins, l’Atelier régional
de constructeurs amateurs, l’Association des constructeurs
d’aéronefs de l’agglomération moulinoise, l’Aéro-Plume de
Moulins, le Modèle-club moulinois et l’ULM-club bourbonnais.
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
15
FORMATION
LE CFH EN ACTIONS
Le Centre de formation hôtelière (CFH) de Vichy
voit une fois de plus son savoir-faire reconnu :
la Région Auvergne lui a délivré un nouvel
agrément pour diverses formations.
L
Le CFH de Vichy poursuit ses
cours du soir destinés aux particuliers qui souhaitent se former à
l’œnologie : il s’agit d’un module
de douze heures réparties en
quatre séances (les 9, 10, 15 et 16
mai), de 18 à 21 heures.
Le 15 mars dernier, une soixantaine de personnes en recherche
d’emploi ont été accueillies par
l’équipe de formateurs du CFH
pour une visite guidée des locaux
et des formations, une visite du
Sofitel et des tables rondes avec les
professionnels. Cette nouvelle
journée de découverte des
métiers de l’hôtellerie-restauration a été organisée en partenariat
avec l’Union des métiers de l’industrie hôtelière (UMIH), la
Direction départementale du
Travail, de l’Emploi et de la
Formation professionnelle, l’ANPE
et la Mission locale de Vichy, ainsi
que le groupe Accor.
Portes ouvertes à l’IFI 03 :
bilan positif
À
l’occasion de l’inauguration de ses laboratoires de boulangerie, pâtisserie, boucherie et charcuterie- traiteur qui viennent d’être entièrement
rénovés avec l’aide de l’État et de la Région, l’Institut de formation interprofessionnelle de l’Allier (IFI 03) a organisé, les 31 mars et 1er avril, des journées portes ouvertes avec le concours de ses partenaires institutionnels (les
CCI et la Chambre de métiers de l’Allier), de l’Espace Jeunes et de la DDTEFP
de l’Allier. Accueilli par l’équipe pédagogique et les apprentis présents, le
public (futurs apprentis, demandeurs d’emploi, etc.) a pu découvrir la cinquantaine de formations (du CAP au bac pro) proposées par l’IFI 03 sur une
quarantaine de métiers du commerce, de la mécanique automobile, de l’alimentation, de l’hôtellerie et de la coiffure, notamment à travers des ateliers
de démonstration.
16
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
Par ailleurs, le CFH a été agréé par
la Région Auvergne (qui finance
en partie avec l’appui du Fonds
social pour l’emploi) pour l’ensemble des formations proposées
sur le bassin de Vichy en hôtellerie-restauration, à savoir :
● Formations d’adaptation aux
métiers de cuisinier, serveur en
restaurant et bar-brasserie,
femme de chambre et réceptionniste d’hôtel : ces parcours individualisés d’une durée d’environ
quatre mois en alternance entre le
CFH et l’entreprise constituent un
atelier permanent qui a pour
objectifs de répondre aux besoins
des entreprises d’hôtellerie-restauration à la recherche de personnel
rapidement opérationnel dans ces
métiers. Les stagiaires acquièrent
les bases de connaissance et se perfectionnent sur une ou plusieurs
activités spécifiques pour faciliter
leur adaptation à un emploi à l’issue
de la formation.
● Formation certifiante de cuisinier : d’une durée de huit mois à
compter du 18 septembre 2006 en
alternance entre le CFH et l’entreprise, cette formation doit préparer les stagiaires à l’obtention
d’une qualification professionnelle, puis d’accéder à un emploi
qualifié et de s’adapter à divers
types d’établissements qui font
appel à des modes précis de production culinaire et d’organisation.
● Certificats de compétences
professionnelles (CQP) : d’une
durée de six à vingt-quatre mois
(avec un quart du temps au CFH),
ces formations préparent aux CQP
de niveau V de serveur(se) de restaurant, d’employé(e) d’étage et
d’agent de restauration et aux
CQP de niveau IV d’assistant
d’exploitation et de réceptionniste
d’hôtel, le tout dans le cadre d’un
contrat de professionnalisation.
Ces CQP sont délivrés par la
Commission nationale paritaire de
l’emploi de l’industrie hôtelière. ■
POINT DE DROIT
LA RÉFORME DES FAILLITES
C
● Cette loi, dite de sauvegarde des
entreprises, modifie notamment la
procédure d’alerte que doit mettre
en œuvre le commissaire aux
comptes qui relève des faits de
nature à compromettre la continuité de l’exploitation dans les
sociétés anonymes : il devait déjà
informer le président du conseil
d’administration ou du directoire
en vue d’obtenir des explications
sur ces faits et, en l’absence de
réponse satisfaisante, inviter par
écrit le président à faire délibérer le
conseil, mais – nouveauté – il doit
désormais adresser aussitôt une
copie de ce courrier au président du
tribunal de commerce. Autre nouveauté : si les difficultés perdurent
après qu’a été communiquée au
président du tribunal de commerce
la délibération du conseil d’administration ou de surveillance, une
assemblée générale extraordinaire
doit être convoquée en vue de statuer sur le rapport spécial du commissaire aux comptes.
P
● Par ailleurs, l’ancien règlement
amiable est remplacé par une procédure non judiciaire de conciliation : même si l’entreprise se
trouve en état de cessation des
paiements (depuis moins de 45
jours), tout débiteur (entreprise ou
profession libérale) peut saisir le
juge afin qu’avec l’aide d’un négociateur désigné par le tribunal le
chef d’entreprise recherche un
accord amiable avec ses principaux
créanciers et partenaires pour un
rééchelonnement du passif, une
remise de dettes, de nouveaux
concours financiers, etc. Cet
accord peut, au choix du débiteur,
être simplement constaté (sans
publication) ou homologué (ce qui
a pour effet de suspendre toute
poursuite individuelle contre le
débiteur et de désintéresser en
priorité, en cas de procédure collective, les créanciers qui accordent
un nouvel apport en trésorerie au
débiteur).
Afin de renforcer les dispositifs de détection
des difficultés qui peuvent mener entreprises
et entrepreneurs à la liquidation et à la faillite,
la loi de janvier 1985 vient d’être réformée par la loi du
26 juillet 2005, en vigueur depuis le 1er janvier dernier.
E
● Enfin, la nouvelle procédure
(judiciaire) de sauvegarde peut
désormais être déclenchée par le
seul débiteur, ce dernier pouvant
alors, s’il n’est pas encore en cessation des paiements, bénéficier
des mesures que seul le tribunal a
le pouvoir d’imposer (arrêt des
poursuites individuelles, suspension des échéances des dettes, arrêt
du cours des intérêts, obligation
pour les créanciers de déclarer
leurs créances, etc.). Si une situation de cessation des paiements du
débiteur survient en cours de procédure de sauvegarde, le tribunal
convertit cette dernière en redressement judiciaire, voire prononce
la liquidation. Ces deux dernières
procédures ont été, elles aussi,
aménagées : entre autres aménagements, le redressement ne peut
désormais être ouvert que dans la
seule hypothèse d’une cessation
des paiements, et une liquidation
simplifiée (clôturée en un an) est
instituée pour les petites entreprises ne détenant aucun bien
immobilier.
L
● Les autres mesures nouvelles de
la loi de sauvegarde des entreprises
concernent la suppression de toute
sanction à l’encontre d’un dirigeant déclenchant une procédure
de sauvegarde et l’atténuation des
sanctions encourues par les dirigeants d’une société faisant l’objet
d’une procédure collective ; la possibilité pour le président du tribunal de faire injonction, sous
astreinte, aux dirigeants de société
de déposer rapidement leurs
comptes annuels ; la limitation
(aux cas de fraude, de garanties
disproportionnées et d’immixtion
dans la gestion du débiteur) de la
responsabilité des fournisseurs de
crédit ; la désignation d’un mandataire ad hoc par le président du tribunal à la seule demande du débiteur.
■
LA REDEVANCE AUDIOVISUELLE DES ENTREPRISES
T
epuis 2005, les entreprises doivent déclarer leur(s) récepteur(s) de télévision et payer en même temps
la redevance audiovisuelle correspondante auprès de leur service des impôts habituel.
Le paiement est unique : il couvre l’ensemble des taxes acquittées avec la TVA. La déclaration de redevance
audiovisuelle se fait différemment selon le régime de TVA auquel est soumise l’entreprise. Pour le régime
réel : sur l’annexe 3310A, ligne 56, avec report du montant ligne 29 de la déclaration de TVA CA3 au titre
des opérations de mars ou du premier trimestre. Pour le régime simplifié : sur la déclaration annuelle CA12A,
ligne 4A (ou CA12E si vous avez opté pour le dépôt de la déclaration récapitulative de TVA à l’exercice).
Les échéances déclaratives se situent en avril ou mai pour les entreprises clôturant leur exercice en fin d’année civile (se renseigner pour celles qui clôturent en cours d’année).
Le montant de la redevance varie selon que l’entreprise est ou non un débit de boissons à consommer sur
place (respectivement 464 ou 116 euros pour les deux premiers récepteurs, 324,80 ou 81,2 euros du 3e
au 30e, et 301,60 ou 75,40 euros au-delà). La relance amiable qui, l’an dernier, avait permis aux défaillants
de régulariser leur situation ne sera pas reconduite cette année, et les défaillants encourent donc les pénalités prévues par le code général des impôts.
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
17
ENTREPRENDRE
TOUS ALLIÉS
POUR ENTREPRENDRE
L
e 1er juin prochain se déroulera, au palais
des Congrès-Opéra de Vichy, le 1er Forum
départemental de la transmission-reprise, organisé par l’Interconsulaire 1, le Comité d’expansion économique et le Conseil général — une
première en Auvergne et dans le droit fil de Défi
2015. Ses objectifs sont de démystifier les problèmes de la transmission-reprise, de présenter
une cartographie exacte des entreprises à
transmettre en Allier et de présenter les actions
que l’Interconsulaire et le Département vont
mettre en place pour faciliter la transmissionreprise de ces entreprises. De 14 à 17 heures, le
forum proprement dit réunira les divers intervenants autour de quatre thèmes : financement,
formation, accompagnement, territoires. Puis,
de 17 heures à 18h30, trois ateliers regrouperont les différents métiers autour d’exemples
pratiques (détection et mise en relation, négociation et montage de l’opération, passage de
témoin) : bâtiment ; métiers de bouche, restauration et tourisme ; distribution et services. Enfin,
de 19 à 21 heures, une table ronde, réunira
Gérard Dériot, président du Conseil général,
André Marcon, vice-président national de
l’Assemblée des Chambres de commerce et
d’industrie françaises et président de la CRCIA,
et les quatre présidents des chambres de
l’Interconsulaire. À l’issue de la journée sera
signée une convention, point de départ des
actions autour desquelles la mobilisation sera
générale.
1. L’Interconsulaire de l’Allier regroupe les deux Chambres de commerce et d’industrie, la Chambre de métiers et celle d’Agriculture.
2. La transmission-reprise en Allier est un problème qui va se poser
très rapidement : plus de 3.000 chefs d’entreprise bourbonnais ont
plus de 55 ans et 1.500 d’entre eux ont plus de 60 ans.
DE LA FOIRE DE VICHY
À VICHY FOIREXPO
R
eprise en janvier dernier par Alliexpo, l’association organisatrice de Moulins Foirexpo, la
foire de Vichy s’appellera désormais Vichy Foirexpo
et verra sa première nouvelle édition en 2007.
Philippe Cassan, directeur général d’Alliexpo, a préféré ce report d’un an plutôt que de bâtir une édition 2006 qui eût pâti d’une période de commercialisation trop courte et d’une date peu favorable
« Nombre des exposants que j’ai joints, explique-t-il,
sont favorables à ce report. Nous préparons, pour
2007, une foire conviviale, qui s’adressera à tous
les âges et qui couvrira de nombreuses activités. Elle
entretiendra avec le bassin de Vichy un lien particulier. » MVE y reviendra en temps utile.
18
RETOUR SUR
MOULINS FOIREXPO
Du 3 au 12 février, le stand consulaire
a fait (re)découvrir et apprécier aux visiteurs
de la foire-exposition de Moulins toute la richesse
gastronomique de notre département. Bilan.
L
réseaux professionnels et l’offre de
L’Allier compte plus de 650 restauformation. Un bon millier de
rants (soit environ 40.000 coucontacts ont été établis avec ces
verts) proposant une gamme aussi
visiteurs, notamment grâce à l’imdiverse qu’étendue, faisant appel à
plication de 70 hôteliers-restaurades produits de qualité et mêlant
teurs de passage ou tenant permatradition et innovation à travers
nence, 275 guides Logis de France
des savoir-faire et des métiers que
et plus d’un millier de dépliants
la CCI s’efforce de promouvoir.
allier-hotels-restaurants.com leur
Dans ce but, elle avait organisé un
ont été remis, tandis que près de
riche programme d’événements
450 personnes ont consulté, sur le
favorisant rencontres et échanges,
stand même, le site Internet dédié
notamment avec les jeunes : rendu même nom.
contre, chaque aprèsPar ailleurs, de larges
midi, avec des chefs, des
Retombées retombées médiatiques
professionnels de l’hôtellerie-restauration,
des médiatiques ont prolongé l’événement : dix reportages
formateurs du Centre de
dans la presse écrite, radiophoformation hôtelière (CFH) de
nique et télévisuelle ont mis en
Vichy et de l’Institut de formation
valeur Philippe Barret (Le Parc, à
interprofessionnelle de l’Allier
Moulins),
Patrick
Bourhy
(IFI 03) ; découverte de recettes et
(Restaurant des Cours, à Moulins),
de tours de main de divers
Michel Corbet (L’Olive, à
métiers ; ateliers sur divers thèmes
Dompierre-sur-Besbre),
Jean(les arts de la table, les cocktails,
Michel Chavarochette (Le Lutèce,
recette pour une cuisine réussie,
à Vichy), Thierry Defromont (IFI
travail et sculpture du sucre).
03), Marcel Livertout (Le Grand
Ce sont ainsi quelque 1.450 visiHôtel Montespan-Talleyrand, à
teurs qui se sont présentés au stand
Bourbon-l’Archambault)
ou
consulaire où des panneaux valoriMichel Sabot (La Colombière, à
saient les hommes, les établisseAbrest).
■
ments, le savoir-faire culinaire, les
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
ENTREPRENDRE
SALON DES ENTREPRENEURS :
AUSSI POUR LES PORTEURS DE PROJETS
P
Porteurs de projet, chefs d’entreprise à la recherche de repreneurs,
acteurs publics et privés de la création-reprise ainsi que de la franchise, de la transmission ou encore
de l’innovation – près de 65.000
visiteurs ont pu une nouvelle fois
s’informer, se rencontrer, échanger,
témoigner… Le Salon des entrepreneurs est notamment organisé en
villages thématiques et en espaces de
rencontre spécialisés afin que les
visiteurs puissent s’orienter en fonction de leur problématique et de
l’avancement de leur dossier.
Parmi les stands régionaux, celui de
l’Auvergne a permis aux créateurs
potentiels de découvrir notre région
et ses opportunités d’installation au
travers d’interlocuteurs comme la
CCI de Moulins-Vichy : 140
contacts y ont été établis, dont 45%
avec des personnes originaires d’Îlede-France, 12% d’Auvergne et 10%
de Rhône-Alpes. Sans attendre la
prochaine édition parisienne en
2007, l’édition lyonnaise 2006 (du
31 mai au 2 juin) est donc vivement
recommandée aux porteurs de projets, comme en témoignent deux
d’entre eux.
Jean-Louis Cluzel, porteur de
projet : « Technicien de recherche à
Sediver, j’ai compris dès le début
2004, sans attendre les licenciements
de 2005, qu’il me fallait chercher
une reconversion. L’un de mes premiers contacts a alors été l’UCCIMAC
(Union des chambres de commerce
et d’industrie du Massif central) où
l’on m’a encouragé, avec une invitation à l’appui, à me rendre au Salon
des entrepreneurs de Lyon en juin
2005. Là, pendant deux jours, j’ai
découvert toute l’étendue des possibilités en matière de création et de
reprise et un état d’esprit très différent de celui que j’avais vécu dans
une entreprise comme Sediver.
Ensuite, par l’intermédiaire des
Le Salon des entrepreneurs, qui a tenu sa 13
e
édition à
Paris du 1er au 3 février, reste une mine d’idées et de bons
conseils pour les porteurs de projets. Témoignages.
chambres consulaires, je suis entré en
contact avec un cédant potentiel qui
a brusquement changé d’avis après
plusieurs mois d’excellentes relations. C’était juste avant le dernier
Salon des entrepreneurs de Paris, où
je suis allé pour affiner un nouveau
projet qui reprendra l’expérience
acquise en développant ma première
tentative. » Après une première
découverte du monde de l’entreprise, Jean-Louis Cluzel est donc
retourné au Salon des entrepreneurs
pour parachever la création de sa
propre affaire en contactant les
acteurs majeurs du secteur qui l’intéresse : franchiseurs, fabricants,
clients, etc.
Jacques et Mirabel Chuet,
BébéCash Bébé9 : « Après des
années à Lyon dans le commercial
puis comme commerçants, nous
cherchions à nous rapprocher de
l’Allier et de la Nièvre, dont nous
sommes originaires l’un et l’autre.
Vichy nous attirait beaucoup et, au
Salon des entrepreneurs 2005 à
Lyon, nous avons eu la bonne surprise de trouver le stand de la CCI
de Moulins-Vichy. C’est là que nous
avons noué des contacts chaleureux
ainsi qu’avec l’agence Vichy Déve-
Jean-Louis Cluzel et Mirabel Chuet.
loppement, où nous avons aussi été
très bien accueillis. Notre projet de
reprise s’est porté sur le magasin de
puériculture de la rue des Bartins, à
Cusset, magasin adhérent à
BébéCash Bébé9, la première
enseigne du secteur en France. »
Jacques et Mirabel Chuet se battent
pour rajeunir l’image du magasin et
augmenter l’offre des produits. Ils
ont repris la vendeuse précédente et
en ont embauché une deuxième.
Globalement, ils sont plutôt satisfaits du chemin qui les a menés à
Vichy et qui passait par le Salon des
entrepreneurs.
■
Pour une vision
plus sûre
de votre avenir
❍
● INSPECTION
● CONSEIL
● FORMATION
pour la maîtrise des risques en matière de
QUALITÉ – SÉCURITÉ – ENVIRONNEMENT
❍ contrôles construction
vérifications des
❍
équipements techniques
coordination SPS
Sécurité Protection Santé
❍ Amiante Radon
SOCOTEC – Agence de l’Allier
Agence équipements techniques
25, rue de la Baigneuse – 03400 YZEURE
Tél. 04.70.44.76.09 – Fax. 04.70.46.45.58
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
19
RESTAURATION
BIB(LE) ROUGE
Quoi de neuf
dans le paysage
de l’hôtellerie-restauration
vu par le Bib, autrement dit
le guide Michelin, qui,
malgré de nombreuses
critiques, reste la bible rouge
des gastronomes ?
L
L’édition 2006 a reconduit l’étoile
2005 de Jacques Décoret, à Vichy, et
a même promu le chef bourbonnais
“espoir 2006” pour les deux étoiles
2007, une catégorie qui compte
actuellement 70 établissements
(contre 425 une étoile et 26 trois
étoiles) et qu’il espérait intégrer dès
cette année – mais ce n’est que partie
remise. C’est, en tout cas, le seul
étoilé de l’Allier depuis que Les
Thermes, à Bourbon-l’Archambault,
20
ont perdu leur macaron il y a
quelques années (l’établissement
vient d’être cédé par la famille
Barichard à un couple d’Anglais,
Averyl et Michael Prust).
Bib gourmand
Parmi les restaurants signalés par un
ou plusieurs couverts, signalons que
La Toquée, à Moulins, a perdu son
unique couvert mais que cet établissement, tenu de 1998 à fin 2005 par
Christine Picherot, vient d’être
repris sous l’enseigne Le 9/7 par le
dernier chef de l’Hôtel de Paris,
Olivier Mazuelle (lire l’encadré).
Par ailleurs, Michelin a de nouveau
décerné son Bib gourmand (les
meilleures adresses à petits prix) à
l’hôtel Galland, à Lapalisse (un Bib
rouge affiché ici depuis une bonne
vingtaine d’années), et à La Ferme
Saint-Sébastien, menée à Charroux
par la toque montante qu’est la
jeune chef Valérie Saignie (déjà
signalée depuis 1996 par le guide
Champérard).
En
revanche,
L’Auberge de Boucé, qui avait
perdu son Bib gourmand en 2005,
ne l’a pas retrouvé mais conserve ses
deux couverts. Enfin, les deux seuls
hôtels arborant un Bib bleu (de
bonnes nuits à petits prix) restent
le Grand hôtel MontespanTalleyrand, à Bourbon-l’Archambault) et (lire le MVE n°138)
L’Arverna, à Vichy.
■
Le 9/7, nouvelle table moulinoise
S
’il a fait ses classes dans de
grands établissements (tels le
Martinez, le Ritz ou le Carlton),
Olivier Mazuelle insiste surtout sur la
formation qu’il a reçue au lycée AbelBoisselier à Cusset et sur les origines
italiennes de son grand-père : « Au
9/7, je veux faire une cuisine sans chichi ni apparat mais une cuisine jeune
et qui sorte de l’ordinaire. Christine
Picherot [la propriétaire de La
Toquée] avait des attaches provençales, mais moi je veux raconter une
histoire qui marie mes origines italiennes et mes attaches bourbonnaises : je propose aussi bien une
asperge rôtie avec un œuf de ferme, balsamico, olio de oliva et parmeggiano qu’un
pavé de cabillaud de pêche bretonne accompagné d’une andouillette de campagne
à l’estragon. Si le cabillaud vient de la Poissonnerie moulinoise, l’andouillette est
confectionnée par Le Charollet, de même que mon contre-filet façon 9/7 (avec
moelle, échalote et saint-pourçain) est issu de la Sicaba. Rien dans tout cela qui me
permette de prétendre au Michelin, mais je vais bientôt proposer une dizaine de plats
à emporter (sur commande 48 heures à l’avance) pour ceux qui voudraient retrouver chez eux le genre de cuisine que je pratiquais à l’Hôtel de Paris. » Pour l’ouverture de son établissement, Olivier Mazuelle a bénéficié du soutien de la plate-forme
d’initiative locale Moulins Initiative, soit un prêt de 6.500 euros qui lui a permis de
refaire en partie sa salle. Un « bon coup de pouce », témoigne le restaurateur qui
s’est lancé en quatre mois seulement, après un licenciement économique. « Les
conseillers de la CCI ont été très efficaces pour monter les dossiers. Ils m’ont vraiment
donné de très bons conseils et m’ont soutenu dans les démarches. »
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
COMMERCE
DEUX NOUVEAUX POINTS
MULTI-SERVICES
En 1994, les organismes consulaires d’Auvergne
lancent les Points Multi-Services (PMS),
une formule de services (fax, Internet, etc.)
qui renforce le commerce de proximité en zone rurale
et lui donne un nouvel élan. Aujourd’hui, les régions
Auvergne, Limousin, Poitou-Charentes, Aquitaine
et Centre abritent 170 PMS, dont 19 en Allier
depuis l’agrément des deux plus récents.
L’Auberge
du commerce,
à Saint-Plaisir
Le Panier de Nicole,
à Saint-Nicolasdes-Biefs
E
N
En juillet 2005, Patricia Honderlik
reprend avec son mari, Christian,
l’Auberge du commerce, dont les
murs appartiennent à la commune.
Elle renforce alors l’activité du
dernier commerce du bourg : une
crêperie en plus de la restauration,
des jeux à gratter, des dépliants
touristiques, la photocopie, la télécopie et Internet en plus des
dépôts de pain, journaux et gaz.
« C’est en prospectant sur Internet,
précise Patricia Honderlik, que j’ai
découvert les Points MultiServices, j’ai ensuite contacté le
Conseil général et la CCI de
Moulins-Vichy pour le dossier
d’agrément. C’est un “plus” en
matière de services, j’ai déjà pu
m’en rendre compte en proposant
mon accès Internet personnel, qui
intéresse une autre clientèle — les
jeunes et les étrangers. Les panneaux PMS nous signalant aux
entrées du bourg représentent aussi
un appui important à notre activité. » Le PMS de Saint-Plaisir est
ouvert tous les jours, sauf le mercredi après-midi.
Nicole Moser et son mari,
Christian, avaient une maison de
campagne à Saint-Nicolas depuis
2002, et ils souhaitaient quitter les
embarras de Lyon. En 2005, le
couple passe à l’acte en recréant au
bourg un commerce de base, une
initiative assez audacieuse pour
que France 3 Auvergne fasse un
reportage au début même des travaux. Dès juillet 2005, Nicole
Moser peut ouvrir l’épicerie Le
Panier de Nicole, qui comprend
aussi des dépôts de pain et de
presse : « Dès le début, nous avons
très bien travaillé, aussi bien avec
les nombreux touristes qu’avec la
population locale. Pour cette dernière, le magasin est devenu le
grand lieu de rencontre ; d’ailleurs,
certaines personnes ne se voyaient
plus depuis la fermeture du dernier
commerce en 2000… » C’est la
communauté de communes de la
Montagne bourbonnaise, déjà
familiarisée avec la formule, qui lui
a proposé un complément de services en nouveaux moyens de
communication afin de devenir
PMS et qui la met en contact avec
la CCI de Moulins-Vichy. Nicole
Moser saisit l’opportunité, ayant
d’ailleurs le projet d’ouvrir aussi
un Point vert bancaire (réalisé) et
un Point Poste (dossier en cours).
Il reste encore à établir la liaison
Internet (par la technique radio
WiFi), mais le couple s’active déjà
à élargir l’offre en hébergement
touristique du bourg. Le Panier de
Nicole est ouvert tous les jours à
partir de mai.
■
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
21
COMMERCE
GRAND MARCHÉ EN VUE
À quelque six mois de son ouverture, visite virtuelle
du Grand Marché de Vichy avec l’architecte
Jean-Guilhem de Castelbajac et témoignages
de commerçants qui y préparent activement
une rentrée en forme de nouveau départ.
consister, à partir d’avril, en la mise
en place des éléments de façade en
verre, partiellement assemblés en
atelier. Le Grand Marché prend
forme, et les Vichyssois ont des
repères pour suivre, ci-dessous,
une visite virtuelle avec JeanGuilhem de Castelbajac, l’architecte du projet*.
A
© Linéaire A
À la fin de l’hiver dernier, il ne restait plus du marché couvert municipal de Vichy que les portiques en
béton. Élevés en 1934 et restés en
place, ces derniers commencent à
porter la structure toute en transparence de ce qui s’appellera
désormais le Grand Marché de
Vichy. Après la déconstruction et
un travail de fond, le chantier va
Moulins Vichy Économique.– Le
Grand Marché ouvrira en septembre 2006. Que découvrira-t-on ?
Jean-Guilhem de Castelbajac.–
D’abord un site entièrement
renouvelé : il s’agira d’un bâtiment
posé sur un parvis planté et aménagé (avec notamment des stationnements au pied de la façade nord
et un circuit de livraison côté sud).
Le Grand Marché lui-même marquera par son amplitude : 100
mètres de long, 50 mètres de large
et une hauteur de 15 mètres en rive
et de 23 mètres en faîtage. Les
façades seront traitées en verres
différents selon leur orientation
22
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
afin de limiter les apports du
rayonnement solaire ; l’isolation
sera même renforcée côté sud par
l’emploi de pavés de verre et de
pare-soleil. L’ouverture visuelle a
été recherchée pour que, de l’extérieur, on voie l’activité intérieure.
Il y aura des accès sur toutes les
façades, et ils ouvriront sur une
grande allée longitudinale et trois
allées latérales.
Une fois dans le Grand Marché, on
percevra la volumétrie des éléments conservés : les portiques en
béton armé, d’un grand intérêt
technique, et la mezzanine. Celleci sera de nouveau accessible, grâce
à six escaliers et à un ascenseur
panoramique ; elle constituera un
espace flexible pour accueillir les
producteurs fermiers. Enfin,
l’aménagement commercial fait
l’objet d’une charte de matériaux
afin de permettre une diversité et
une liberté à chacun, tout en
conservant une unité intérieure.
MVE.– Vous avez déjà rénové
d’autres structures de ce type, le
projet de Vichy est-il exceptionnel ?
J.-G. de C.– Le Grand Marché de
Vichy a une envergure particulière
parce qu’à l’origine c’est le marché
couvert d’une ville thermale qui,
en saison, a les besoins d’approvisionnement d’une grande ville. Il
était intéressant d’en conserver les
COMMERCE
structures en béton armé, pour
leur intérêt technique et parce
qu’elles sont sûres. Pour ce qui est
de l’aménagement, il est le résultat
d’une démarche de concertation
avec notamment les commerçants
et les clients, qui se retrouvaient
dans le choix d’un bâtiment lisible,
confortable, ouvert à la lumière
naturelle.
Les commerçants
préparent leur transfert
T
rente-huit commerçants de l’ancien marché couvert, installés provisoirement
place Jean-Épinat, ont présenté en mars dernier à la Ville de Vichy un dossier
de réinstallation sur le Grand Marché, dossier qui ne se limite pas à la simple sollicitation d’une “case”. « Nous nous installons dans une nouvelle structure,
explique Jean-Louis Maupertuy, président de l’Association des commerçants du
marché couvert. Nous devons donc, nous aussi, renouveler nos meubles et installations techniques. La réinstallation sera également l’opportunité d’accueillir
quelques nouvelles activités* afin que le Grand Marché présente un bon équilibre
commercial et renforce son attractivité. »
Nouveau départ, la réinstallation dans le Grand marché entraîne aussi des investissements conséquents, parfois équivalents à l’ouverture d’un magasin. C’est dire
si les commerçants concernés s’impliquent dans la nouvelle structure et sont
conscients des enjeux de l’opération… En témoignent les trois avis qui suivent :
MVE.– De la rénovation du Palais
des Congrès-Opéra, que vous avez
réalisée en 1995, à celle du marché
couvert, y a-t-il un fil conducteur ?
J.-G. de C.– D’un site culturel à
une structure commerciale de
proximité, il y a des différences,
mais aussi des similitudes : ce sont
deux équipements publics importants, deux grands édifices qui sont
conservés pour être restaurés, deux
espaces ouverts au public où la
réflexion sur les parcours est
importante. Le Grand Marché
réinterprète aussi intentionnellement quelques thématiques de
Vichy, comme le verre et le métal
du Parc des Sources, la mosaïque
du sol, le débord des toitures…
Mais c’est aussi un bâtiment qui
intègre les dernières solutions
techniques, tel un système de climatisation qui stocke l’air frais
pendant la nuit et le restitue par les
gaines du circuit de chauffage. ■
● BRUNO BLANC, TOUS LES FROMAGES :
« J’étais pressé de partir de l’ancien marché couvert, vraiment trop vétuste, et de travailler dans un
lieu propre et clair comme le sera le futur Grand
Marché. D’ailleurs, le fait de travailler dans le
cadre amélioré qu’était déjà le chapiteau de la
place Jean-Épinat a déjà renouvelé et élargi ma
clientèle. Je suis donc optimiste. M’installer ailleurs
qu’au Grand Marché ? Il n’y a pas de rue commerçante dédiée à l’alimentaire à Vichy (ce sont
plutôt les grandes surfaces qui ont occupé le terrain), et le Grand Marché créera justement un
pôle alternatif. La nouvelle possibilité d’ouvrir trois
après-midi en plus des matinées est également positive. Par ailleurs, je prépare un
développement de mon activité en installant une cave d’affinage dans ma case,
laquelle passe de 40 à 50 m2. »
● DAVID GUELLE, CHARCUTIER. « Le Grand Marché est séduisant, mais le
secteur de l’alimentation est à la peine depuis dix ans. Il faut vraiment y croire pour
y travailler aujourd’hui, mais j’y vais, sachant tout de même que cela représente
un gros investissement pour des professions comme la mienne qui ont déjà dû
s’équiper d’un laboratoire (le mien est à l’extérieur du site du marché) : l’aménagement de mon îlot (des chambres froides aux simples balances qu’il faudra réinstaller) reviendra à 125.000€… »
* Sélectionné sur concours, le projet a été
élaboré par le groupe Linéaire A qui réunit
une diversité de professionnels et qui est
emmené par l’architecte et ingénieur JeanGuilhem de Castelbajac.
© Linéaire A
● ARNAUD MONTCORGÉ, VI.VA.FLOR : « De tous nos magasins de fleurs
coupés — notre siège est à Roanne —, celui du marché couvert de Vichy avait le plus
gros chiffre d’affaires. Si celui-ci a régressé depuis que nous sommes installés place
Jean-Épinat, l’ancien site avait cependant bien besoin d’être rénové. Le Grand
Marché a une architecture très attirante et il apporte de bonnes idées, comme la
présence des producteurs fermiers, qui élargissent la clientèle, ou encore des
horaires d’ouverture plus larges. Nous y serons bien installés, avec un magasin d’un
nouveau concept qui sera aussi accessible de l’extérieur. Mais il nous faudra refaire
notre clientèle : on repartira de zéro… L’ensemble des commerçants devra ensuite
rester vigilant à maintenir l’attractivité du site et même à le faire connaître, car beaucoup de Vichyssois n’ont jamais mis les pieds dans l’ancien marché. »
* Le Grand Marché accueillera une brasserie et de nouvelles activités pour lesquelles les candidatures restent ouvertes dans les services suivants : pressing, serrurerie, épicerie (séche-fine-torréfaction), produits surgelés, fabrication de pizzas, etc.
✐ Renseignements à l’Hôtel de Ville auprès d’Isabelle Desclozeaux (tél. 04.70.30.17.17).
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
23
COMMERCE
ASSOCIATIONS COMMERCIALES VERSION 2006
R
appelons que ces associations bien connues pour
leurs animations sont
aussi les représentantes des commerçants dans les moments décisifs
de la vie économique, et signalons
que les communautés de communes les considèrent comme des
interlocuteurs représentatifs d’un
territoire économique et comme
des partenaires du développement
de ce dernier.
●
Bourbon-l’Archambault :
L’ACABA (Association des commerçants et artisans de Bourbonl’Archambault) a réélu Delphine
Bats à sa tête. Des actions plus
ciblées sont prévues (braderie d’été
et opération de fin d’année) afin de
rallier un maximum de participants.
D’ici l’été, une action d’informa-
tion sera organisée avec le concours
de la CCI de Moulins-Vichy pour
mieux sensibiliser les acteurs économiques sur le potentiel commercial local et étoffer les effectifs de
l’ACABA (31 adhérents).
●
Dompierre-sur-Besbre :
Dompierre Commerce (35 adhérents) vient de réélire Nathalie
Darges à la présidence. Les travaux
de rénovation du centre-bourg
interviendront au second semestre
et l’association devra tenir compte,
pour ses actions 2006, des
contraintes qu’ils occasionneront.
● Le Donjon : L’Union commerciale, artisanale et industrielle
du Donjon (UCAI) a réélu JeanPierre Pigeron à sa tête. Forte de 52
adhérents et de manifestations
attractives (comme le défilé de
Vichy Promotion : promesses tenues
S
uite à l’ouverture en 2002, par le groupe MDC, du centre commercial des QuatreChemins, Vichy Promotion a été créée en septembre 2003 pour relancer la dynamique commerciale du centre-ville. Vichy Promotion s’appuie sur la Ville de Vichy, la
CCI, le centre commercial des Quatre-Chemins, l’association des artisans et commerçants de Vichy, l’association du Marché couvert et le syndicat des hôteliers-restaurateurs du bassin de Vichy. Son budget annuel est de 105.000€, de quoi alimenter des
actions de communication hors de la zone de chalandise habituelle et toucher les clientèles de Clermont-Ferrand, Riom, Thiers, Roanne, Moulins et Montluçon, soit un million
de consommateurs potentiels. À l’issue de la première convention de trois ans, Vichy
Promotion tire un bilan positif : elle a tenu le rythme de trois animations par an et
consacré 85% de son budget aux dépenses de promotion-communication-animation.
Les campagnes publicitaires, remarquées grâce à l’éventail des médias utilisés et à la
qualité des visuels (en particulier de grandes affiches 4 x 3 m), ont eu un bon impact
sur le public, et les commerçants des autres villes les ont citées en exemple. Ces campagnes ont largement dynamisé l’image de Vichy, et même les enseignes de la périphérie ont enregistré des retombées positives. À noter aussi que, malgré un budget
annuel trois fois plus important, les associations commerciales des grandes villes limitrophes comme Clermont et Roanne n’ont pas eu le rayonnement régional des campagnes publicitaires de Vichy Promotion…
Élie Chekroun, qui a succédé à Jean Goninet en 2005 à la présidence de Vichy
Promotion, se félicite que l’association ait atteint ses buts : « Vichy Promotion est un
excellent outil de communication. Nous allons poursuivre dans la même voie, toujours
en collaboration avec la Ville et avec le renfort, depuis cette année, du groupement du
Marché couvert de Vichy. Nous reconduirons nos trois animations annuelles, au printemps (fête des mères), à la rentrée de septembre et en fin d’année. »
* L’Association des artisans et commerçants de Vichy vient de disparaître pour laisser place à Vichy Commerce.
Présidée par Jean-Michel Baud et déjà forte de 150 adhérents, la nouvelle association part avec un nouveau logo
et l’ambition de participer pleinement à la dynamique créée par Vichy Promotion.
24
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
mode de mars), l’UCAI s’appuie sur
un territoire où l’évasion commerciale reste limitée. Les huit créations et reprises enregistrées ces
derniers mois confortent l’économie locale. À noter que la communauté de communes du Donjon-Val
Libre souhaiterait que l’UCAI
couvre tout le territoire pour,
notamment, mener des actions de
promotion (via Internet) et de
développement.
● Lurcy-Lévis
: L’Union des
commerçants et artisans de Lurcy
(UCAL, 25 adhérents) vient d’élire
un nouveau président, Patrick
Ferrier. Des liens se tissent avec la
communauté de communes et
notamment avec l’Office de tourisme. Autre terrain d’action : la
redynamisation, au moyen d’animations, du marché hebdomadaire.
L’utilisation d’Internet fait là aussi
son chemin.
Lusigny : L’Union des commerçants et artisans de Lusigny (UCAL)
vient de réélire Didier Paponneau.
S’appuyant sur ses 25 adhérents, elle
continue vaillamment, aux portes de
l’agglomération moulinoise, de
conforter l’offre commerciale d’un
petit centre-bourg.
●
● Le Montet : L’Association
commerciale (ACAPLI) du Montet,
présidée par David Ramery, s’active
à relancer l’activité commerciale du
chef-lieu à l’aide, par exemple, de
mailings adressés aux habitants du
canton.
● Saint-Germain-des-Fossés
:
L’Association des commerçants,
industriels et artisans (UCIA, 33
adhérents) a réélu Régis Souferrant à
sa tête. Elle devrait renforcer son rôle
en 2006 grâce à deux nouveautés : un
logo pour être mieux identifiée et
l’organisation, en octobre prochain,
d’un défilé de mode qui sera aussi
une vitrine du commerce local. ■
* Sont évoquées ici les associations commerciales des bourgs-centres qui viennent
de tenir leur assemblée générale.
COMMERCE
COUPS DE POUCE DES PFIL
Les prêts sans intérêts, accordés sur dossier
Florence
Tripoli.
Florence Tripoli,
Tabac-presse-jeux
des Chartreux, Moulins
L
Le 1er mars dernier, Florence Tripoli
levait le rideau du Tabac-presse-jeu
des Chartreux, réalisant un projet
qui lui était cher : « Je n’étais pas
satisfaite d’enchaîner continuellement emplois précaires et période de
chômage, mon souhait était de
reprendre un tabac-presse, si possible
à Moulins, côté Trévol, commune où
je réside. » La vente du commerce
des Chartreux est venu combler les
vœux de Florence Tripoli, qui s’est
alors lancée dans le parcours du
repreneur : « Au début, on est perdu,
mais le cabinet de vente m’a bien
orienté vers la CCI où l’on m’a
informée de la possibilité d’un prêt
d’honneur de Moulins Initiative, un
prêt que j’ai demandé avec beaucoup… d’intérêt et qui m’a permis de
réaménager le magasin. »
Hubert Duclairoir,
Bourbo’Négoce,
Creuzier-le-Vieux
E
Ex-responsable technique, Hubert
Duclairoir ne s’est pas résigné à
n’être qu’un quinquagénaire licencié
d’une entreprise de matériels pour
les espaces verts. Il a d’abord cher-
par les Plates-formes d’initiative locale (PFIL)
Moulins Initiative et Vichy Initiative,
accompagnent les créateurs et les repreneurs
d’entreprise. Nouveaux exemples.
ché des reprises dans le secteur
mécano-soudure, sans pouvoir les
mener au bout, les cédants ne s’étant
pas préparés en matière de suivi de
gestion. Puis Hubert Duclairoir s’est
tourné vers la mécanique, d’autant
que son fils, muni d’un BTS
“moteurs”, cherchait aussi un
emploi stable. La reprise des établissements Cartailler, matériels de
motoculture à Vichy-Rhue, se présenta et l’affaire se conclut fin mars.
« La CCI de Moulins-Vichy m’avait
orienté auprès de Vichy Initiative,
dont le prêt représente une aide intéressante, car une reprise est lourde
quand il faut aussi refaire une partie
de la clientèle et informatiser les relations avec les distributeurs. Je voudrais aussi, en plus de la vente classique aux particuliers et aux professionnels, proposer à ces derniers la
recherche de matériels spécialisés. »
Jean-Christophe Thiery,
Sylvatech,
Mayet-de-Montagne
ainsi décidé de m’équiper d’une scie qui peut
travailler sur plusieurs
faces avec la précision
d’une scie fixe. » Pour
construire son projet,
Jean-Christophe
Jean Christophe Thiery
Thiery.
a pu s’appuyer sur la
cellule de reclassement de Sediver
puis, par l’entremise du Comité
d’expansion économique, sur la
CCI de Moulins-Vichy, laquelle l’a
orienté vers le prêt de Vichy
Initiative. Celui-ci constituera une
aide à la trésorerie bienvenue pour
Jean Christophe Thiery qui doit
aussi financer des équipements complémentaires coûteux, tel un véhicule 4x4. « Mon projet sera aussi
d’apporter aux petits exploitants
forestiers un sciage sur place afin de
mieux valoriser leurs parcelles. »
Signalons enfin qu’Olivier Mazuelle
(Restaurant Le 9/7 à Moulins, lire
p. 20) a également bénéficié du soutien de Moulins Initiative.
A
Ancien responsable aux services
électriques
à
Sediver,
Jean
Christophe Thiery n’a pas attendu
les derniers licenciements pour préparer sa reconversion. Au lieu de
s’installer comme électricien, il a
créé une scierie mobile, une activité
où il pouvait être innovant : « Je
m’étais intéressé à la scierie itinérante lors de la construction de ma
maison, et pour en savoir plus j’avais
fait des stages. Il y a un marché, de
l’agriculteur qui fait débiter un arbre
jusqu’à la scierie qui doit répondre
vite à une grosse commande. J’ai
Les Duclairoir père et fils.
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
25
TIC
Votre petite entreprise
connaîtra mieux les TIC…
Les séances d’info…
…avec Mapetiteentreprise.net Expo, premier salon régional
des bonnes pratiques numériques, qui se tiendra à Clermont
les 15 et 16 mai prochains. Un événement à ne pas manquer.
D
InTICateurs
ésemparé, le responsable d’une TPE ou d’une PME
l’est souvent quand il s’agit d’équipement numérique.
A quoi ça sert ? comment ça marche ? quels sont les bénéfices pour l’entreprise ? à quels coûts ? quels sont les prestataires et les solutions du marché ? qui peut accompagner
pour installer, maintenir et faire évoluer les solutions choisies
? comment les financer ? La liste des questions est infinie.
C’est donc dire l’intérêt de Mapetiteentreprise.net Expo,
le premier salon régional des bonnes pratiques numériques
qui se déroulera à La Grande Halle d’Auvergne, à
Cournon, les 15 et 16 mai prochains. C’est également la
première étape du Tour de France des bonnes pratiques
numériques dont l’objectif est d’organiser dans plusieurs
villes de l’Hexagone un salon professionnel de deux jours
dédié aux solutions informatiques, télécoms et Internet destinées aux petites et moyennes
entreprises. En effet, au regard du retard pris par les petites entreprises françaises en matière
d’utilisation des nouvelles technologies, et des conséquences de ce retard sur la compétitivité
économique et des territoires, il a semblé essentiel aux organisateurs d’aller à leur rencontre,
en région, pour leur faire découvrir et apprécier le potentiel des nouveaux outils et usages
numériques pour leur développement. Ainsi, MPE.NET Expo accueillera, sur 2.000 m2, une
cinquantaine de ces acteurs majeurs. Au programme : conférences, expos, formations,
démonstrations, animations, offres spéciales et promotions (fournisseurs d’accès Internet,
moteurs de recherche, contructeurs de logiciels et de matériel informatique, etc.). Destiné aux
PME, aux TPE, aux commerçants, aux entreprises artisanales, aux professionnels libéraux et
aux travailleurs indépendants, le salon est organisé en partenariat avec les Chambres de
commerce et d’industrie, les Chambres de Métiers, les Centres de gestion agréés et le
CEFAC, et placé sous le haut patronage du ministère des PME, du Commerce, de l’Artisanat
et des Professions Libérales. Il sera d’ailleurs inauguré par Renaud Dutreil, ministre des PME,
qui présentera à cette occasion le projet de passeport numérique. Le réseau Cybermassif
(dont l’Atelier des TIC est membre) est l’un des partenaires organisateurs de cet événement
et l’Atelier des TIC organise des déplacements pour ce salon le lundi 15 mai (départ de Vichy
à 8h45 devant l’Atelier, retour au même endroit à 17h30 - participation aux frais : 10 euros –
buffet offert par l’Atelier) et le mardi 16 mai (départ de Moulins devant l’Atelier à 8h45,
retour à 17h30 - participation aux frais : 10 euros - buffet offert par l’Atelier).
26
TIC et PME en Auvergne
La préfecture de Région vient de rendre publics les
résultats de l’étude menée pour la troisième année par
le cabinet ORTEL sur les TIC et les PME en Auvergne en
2005. En voici ici résumés les principaux enseignements.
☛ 85% des PME auvergnates sont connectées à
Internet (moyenne nationale : 93%). La zone de
Moulins affiche un taux de 87% mais avec une courbe
en forte progression.
☛ Plus de la moitié des PME sont connectées à 512
kbits/s
L
’Atelier poursuit ses sessions pour les professionnels avec, un atelier pratique
sur le traitement de la photo et de la
vidéo numérique où chaque personne, en
libre service, pourra individuellement découvrir et manipuler les bases de la photo numérique sur un ordinateur (à l’Atelier de Vichy,
le 18 mai, de 14h à 18h et à l’atelier de
Moulins le 25 mai de 14h à 18h), un atelier pratique sur les déclarations
sociales et fiscales en ligne (à l’Atelier de
Vichy, le 1er juin de 14h à 18h, et à l’Atelier
de Moulins le 8 juin de 14h à 18h) et une
séance d’information « Internet haut
débit : comment faire ? pour quoi
faire ? » pour choisir sa connexion, son
antivirus, développer avec ses partenaires
les usages de l’Internet tels qu’échanges de
fichiers, partages de documents, téléphonie
et vidéo gratuites, publipostage en ligne (le
13 juin à l’Atelier de Vichy de 8h30 à 10h
et à l’Atelier de Moulins de 17h à 18h30).
… et les réunions
dans les cantons
E
n partenariat avec le Conseil général,
l’Atelier des TIC continue ses réunions
dans les cantons pour des rendez-vous
gratuits d’information pour les professionnels. Des réunions se tiendront ainsi le 22
mai à Jaligny-sur-Besbre (salle des
fêtes, 18h), le 29 mai à Varennes-surAllier (salle René-Fallet, à 18h) et à LurcyLévis (salle polyvalente, 19h), le 12 juin à
Souvigny (salle de la verrerie, à 16h), et
le 19 juin à Chevagnes (salle de réunion,
17h).
☛ Les usages haut débit sont encore au stade
des prémices même si on note des application
de travail de groupe en réseau et des applications
d’intranet et de réseau privé virtuel.
☛ La perception du haut débit change :
41% des entreprises estiment qu’il facilite l’accès
à de nouveaux services (transfert de fichiers, accès
aux bases de données). Elles n’étaient que 25% en 2004.
☛ Seulement un peu plus de 40% des PME
disposent d’un site web contre 53% au plan national
(38% pour la zone de Moulins)
Moulins-Vichy Économique – Magazine de la CCI-MV – Avril 2006 – N° 139
CHAUFFAGE DOMPIERROIS SARL
Chauffage : MAZOUT – GAZ – BOIS
Climatisation – Régulation – Dépannage – Sanitaire
Zinguerie – Pompes – Piscine – Solaire
149, rue des Écoles – 03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE
Tél. 04.70.34.50.51 – Fax. 04.70.34.50.51
Hôtel-Restaurant
du
ourbonnais
B
Menus
Carte
Repas d’affaires
Séminaires
Banquets
Service en terrasse ombragée
Fermé le mardi sauf en juillet et août
Face à la mairie – 50 mètres du château – 03120 LAPALISSE
Tél. 04.70.99.29.23 – Fax. 04.70.99.19.79 – Mail : [email protected]
Pour vos conférences, louez du matériel de qualité… sans soucis… avec…
LOCATION MATÉRIEL
SONORISATION & VIDÉO
PROJECTEUR / TV PLASMA / LCD
Spécialiste conseil de l’image & du son
C*toucom 04 70 44 66 28
pour des marques d’exception :
JADIS, DYNAUDIO, QUAD…
mais également
NAD, TRIANGLE, ROTEL… LOEWE…
Assistance et maintenance toutes marques
Tél. 04 70 46 62 74
6 rue de la batterie 03000 MOULINS
www.jean-marty.com
AUDITORIUM HAUTE FIDÉLITÉ • HOME CINÉMA
Une journée exceptionnelle à vivre en famille…
Une journée au PAL c'est la découverte de plus de 25 attractions
spectaculaires, plus de 500 animaux des 5 continents
et des spectacles animaliers à vous couper le souffle
(otaries, rapaces en vol et perroquets).
Nouveautés 2006 :
Baie des phoques
un espace marin
peuplé de créatures fascinantes,
● Cinéma dynamique 3D
une plongée en relief
au cœur de l’aventure
●
03290 DOMPIERRE-SUR-BESBRE
Tél. 04.70.42.03.60 – Site: www.lepal.com
MOULINS
POIDS LOURDS S.A.
Distributeur – Réparateur
MERCEDES BENZ
VÉHICULES INDUSTRIELS – UTILITAIRES LÉGERS
VÉHICULES OCCASIONS – TOUTES MARQUES
Contournement Nord – RN7
03000 MOULINS - AVERMES
Tél. 04.70.46.63.03
Fax. 04.70.46.89.44

Documents pareils

consulter - CCI Moulins Vichy

consulter - CCI Moulins Vichy en alternance est l’une des plus actuelles et l’une des meilleures réponses aux besoins des entreprises en personnel qualifié. C’est aussi l’une des rares formations qui concerne ausssi bien le com...

Plus en détail