Monitoring Trends in Mutual Fund

Commentaires

Transcription

Monitoring Trends in Mutual Fund
Les tendances relatives au
coût de détention et aux ratios de frais
des fonds communs de placement
Un aperçu de la situation au Canada
et aux États‐Unis
Mise à jour – 2015
Mise à jour, en date de mai 2015, de l’étude réalisée
en 2012 par
Investor Economics et Strategic Insight
pour
l’Institut des fonds d’investissement
du Canada
Table des matières
Introduction ........................................................................................................................................... 3
Principaux points à retenir ................................................................................................................... 4
Évolution du secteur des fonds communs de placement au Canada et aux États-Unis entre 2012
et 2014 ..................................................................................................................................................... 5
Le coût de détention comme cadre d’analyse pour comparer le Canada et les États-Unis .......... 6
Principaux éléments du ratio des frais de gestion (RGF) canadien et du ratio du total des frais
(TER) américain .................................................................................................................................... 8
Comparaison du coût de détention des fonds communs de placement pour les investisseurs
canadiens et américains...................................................................................................................... 10
Autres éléments à considérer pour comparer le coût de détention des fonds communs de
placement aux États-Unis et au Canada ........................................................................................... 13
Impact des niveaux d’actif sur le coût de détention ........................................................................ 17
2
Introduction
Le présent rapport a été préparé à la demande de l’Institut des fonds d’investissement
du Canada (IFIC), en suivi aux données, à l’analyse et aux informations initialement
formulées en 2012 dans le cadre d’une étude sur le coût de détention des fonds
communs de placement au Canada et aux États-Unis.
Le présent document fait notamment le point sur les indicateurs du coût de détention
des fonds communs de placement présentés dans le résumé de 2012, intitulé
Les tendances relatives au coût de détention et aux ratios de frais des fonds communs
de placement : Un aperçu de la situation au Canada et aux États-Unis. Ce résumé, et
le rapport sous-jacent, Mutual Fund MERs and Cost to Customer in Canada:
Measurement, Trends and Changing Perspectives,1 proposaient un cadre d’analyse
permettant de comparer le coût de détention total des fonds commun de placement
pour les investisseurs des États-Unis et du Canada, et présentaient une comparaison
générale des indicateurs de coût de détention dans les deux pays. Ce cadre déterminait
et soulignait l’incidence des différences structurelles entre le secteur des fonds
communs de placement des États-Unis et celui du Canada, y compris leur taille, les
canaux de distribution, les questions fiscales et les modèles de rémunération des
distributeurs.
Il est recommandé de lire la présente mise à jour en parallèle avec l’étude initiale, qui
décrit de façon très approfondie la méthodologie utilisée et le contexte sectoriel dans
lequel s’inscrit l’évolution du coût de détention des fonds communs de placement au
Canada et aux États-Unis.
La mise à jour présentée dans le présent rapport a été effectuée par Investor Economics
et Strategic Insight à partir de données de sources à la fois exclusives et publiques. Les
deux sociétés ont fait tout leur possible pour assurer au lecteur une précision et une
cohérence susceptibles de l’aider à bien cerner l’évolution intervenue ces deux
dernières années.
1
Voir également le document intitulé Shareholders’ Total Costs in the U.S. Mutual Fund Industry, de Strategic
Insight, novembre 2012.
3
Principaux points à retenir

Tant au Canada qu’aux États-Unis, l’actif géré des fonds communs de placement
a augmenté de près de 30 % au cours des deux ans terminés en décembre 2014.

Le coût de détention total moyen des fonds communs de placement pour les clients
passant par des canaux de distribution axés sur les services de conseil atteignait
2,2 % à la fin de 2014 (2,02 % si l’on fait abstraction de l’incidence des impôts).
Le coût de détention moyen aux États-Unis, où il n’y a pas de taxes sur les frais de
gestion, était de 2,0 %.

Le coût de détention est resté globalement inchangé par rapport à 2012 dans les
deux pays.

Il existe des différences entre les deux pays dans la manière dont les investisseurs
paient pour les services dispensés par les émetteurs et les distributeurs de fonds.



Au Canada, le ratio des frais de gestion (RFG) englobe généralement des
commissions de suivi (frais continus versés aux distributeurs) et les taxes
applicables. Les fonds communs qui ont recours aux frais intégrés
représentent à l’heure actuelle environ 85 % de l’actif total des fonds
au Canada.

Aux États-Unis, le ratio du total des frais (total expense ratio ou TER)
n’inclut pas les taxes, dans la mesure où les États-Unis ne possèdent pas
d’équivalent de la TVH et où, compte tenu de la prévalence du modèle de
frais dégroupés, la plupart des séries de fonds ne comportent pas de
commissions de suivi. Les comptes sur honoraires représentent environ
80 % des ventes brutes de fonds communs de placement, tous canaux de
distribution axés sur les services de conseil confondus (en dehors des
régimes de retraite collectifs d’employeurs). Les frais continus y sont
habituellement facturés au niveau du compte.
Au Canada, l’importance relative des commissions au moment de la vente
(intégrées ou non) dans la rémunération des distributeurs a tendance à baisser.
En 2014, on estimait que les fonds sans frais d’acquisition représentaient 91 % des
entrées de fonds. Si l’on considère la totalité des actifs du secteur des fonds
communs de placement, les fonds sans frais d’acquisition (sans commission au
point de vente) représentaient 77 % à la fin de 2014, une proportion qui ne cesse
d’augmenter (elle était de 72 % en 2010).
Au Canada, le RFG pondéré en fonction de l’actif des fonds à long terme est passé
de 2,08 % à la fin de 2011 à 2,03 % à la fin de 2014.
4
Évolution du secteur des fonds communs de placement au
Canada et aux États-Unis entre 2012 et 2014
Cette mise à jour du rapport de 2012 intervient après deux ans de croissance du secteur
des fonds communs de placement au Canada. À la fin de 2014, les actifs détenus dans
des fonds communs de placement à long terme totalisaient 983 G$ (environ 31 % des
avoirs financiers totaux des ménages), soit un chiffre d’environ 110 G$ supérieur à celui
de la fin de 2012. Cette croissance est le résultat à la fois de la progression des marchés
financiers et de l’accélération des entrées de fonds (66 G$ au cours de la période de
deux ans).
Aux États-Unis, l’actif des fonds communs de placement a également augmenté au
cours de cette période de deux ans, puisqu’il est passé de 13 100 G$ à 15 800 G$. Cette
croissance est elle aussi attribuable à la forte progression des marchés boursiers et à
des entrées de fonds record.
Au cours de ces deux années, la popularité des fonds de fonds et des solutions de
répartition de l’actif n’a pas cessé d’augmenter au Canada, tout comme, mais dans une
moindre mesure, le recours aux catégories à séries multiples.
Le recul des fonds assortis de commissions au point de vente s’est également poursuivi
au cours de la période. Si l’on considère la totalité des actifs du secteur des fonds
communs de placement, les fonds sans frais d’acquisition (sans commission au point
de vente) représentaient 77 % à la fin de 2014, une proportion qui ne cesse d’augmenter
(elle était de 72 % en 2010). En 2014, on estimait que les fonds sans frais d’acquisition
représentaient 91 % des entrées de fonds nettes. Quant aux fonds avec frais
d’acquisition reportés (FAR), ils représentaient 17 % de l’actif total des fonds à la fin de
2014, contre 30 % en 2007.
Aux États-Unis, les données indiquent qu’en 2007, les fonds sans frais (à l’achat ou à la
vente) représentaient 71 % des entrées de fonds à long terme.
Au Canada, un certain nombre de facteurs, dont l’engouement pour les options sans
frais, les changements de répartition de l’actif et la baisse des frais de gestion ont
également entraîné une diminution du coût de détention des fonds communs de
placement. Le RFG pondéré en fonction de l’actif des fonds à long terme est passé de
2,08 % à la fin de 2011 à 2,03 % à la fin de 2014.
5
Le coût de détention comme cadre d’analyse pour comparer
le Canada et les États-Unis
Pour leur analyse du coût de détention au Canada et aux États-Unis, les études initiales
rédigées en 2012 par Investor Economics et Strategic Insight avaient examiné de façon
complète les coûts associés à la détention de fonds communs de placement : le cadre
d’analyse du coût de détention (voir la figure 1). Elles tenaient compte des frais
assumés par les investisseurs inclus dans les ratios de frais déclarés – le ratio du total
des frais (total expense ratio ou TER) aux États-Unis et le ratio des frais de gestion
(RFG) au Canada – de même que des coûts non inclus dans le calcul des ratios de frais
des fonds, qu’il est important de ne pas oublier.
Le caractère global du concept de coût de détention découle de l’inclusion des
éléments du coût à chaque étape de cycle de détention du fonds : de l’achat (frais
d’acquisition) en passant par la durée du placement (frais continus, qu’ils soient
imposés au fonds commun de placement ou directement à l’investisseur) et jusqu’à la
vente des parts (frais de vente).
Figure 1 : Le cadre d’analyse du coût de détention
Coûts d'acquisition
Coûts continus
Intégrés
Coûts de disposition
Coût de détention
Dégroupés
Commission
de vente (frais
d'acquisition)
Frais de gestion du
compte (gestion
de portefeuille)
Frais de gestion du
compte (gestion
de portefeuille)
Frais de rachat
Autres frais
d'opérations ou
d'ouverture
de compte
Commission
de suivi (coûts
de distribution)
Frais de service
Autres frais
d'opérations
Frais
d'exploitation
Frais
d'administration
Taxes
Taxes
L’importance relative des trois variables dépend du canal de distribution utilisé pour
acheter le fonds; de l’option de frais choisie; de la série des parts de fonds achetées par
l’investisseur; du montant investi; et du type de compte (compte de courtage sur
honoraires, par ex.) sur lequel le fonds est détenu.
6
La principale différence entre les ventes de fonds communs de placement au Canada et
aux États-Unis tient au fait que la plupart des fonds vendus au Canada comportent des
frais intégrés, alors qu’aux États-Unis, les fonds les plus populaires affichent des frais
dégroupés; les principaux éléments du cadre d’analyse du coût de détention
s’appliquent toutefois de la même manière dans les deux pays.
L’étude de 2012 d’Investor Economics laissait entendre que le cadre d’analyse du coût
de détention, mis au point dans le but d’établir des comparaisons entre les États-Unis
et le Canada, peut également servir de plateforme d’analyse en vue de la comparaison
des coûts assumés par les investisseurs de part et d’autre de la frontière. Dans cette
veine, nous observons qu’un cadre similaire a récemment été adopté au Royaume-Uni
par le Financial Services Consumer Panel dans le but d’illustrer le coût de détention
dans son étude intitulée Investment Costs—More Than Meets the Eye.
7
Principaux éléments du ratio des frais de gestion (RGF)
canadien et du ratio du total des frais (TER) américain
Le recours au cadre d’analyse du coût de détention permet aux participants du secteur
et à d’autres observateurs de neutraliser l’effet des différences de composition entre le
ratio du total des frais américains et le ratio des frais de gestion canadien. La figure 2
explore ces différences en présentant côte à côte les principaux éléments de coûts des
RFG des séries de fonds canadiens les plus populaires (« séries originales ») et des TER
des fonds américains utilisés par les représentants qui utilisent des modèles de conseils
sur honoraires.
Figure 2 : Principaux éléments des RFG canadiens (pour les séries originales de
parts de fonds) et des TER américains (pour les séries utilisées par les
représentants utilisant des plateformes sur honoraires)
Inclus dans le
ratio des frais de gestion (RFG) canadien
2,00 %
Taxes
1,50 %
Inclus dans le
ratio des frais de gestion (RFG) américain
Commissions de suivi
Imputées par
la société de fonds
communs de
placement et versées
directement aux
distributeurs de fonds
pour couvrir
leurs services
1,00 %
0,50 %
Frais d’exploitation
Frais de garde,
de fiduciaire,
de vérification,
de services juridiques,
de déclaration, de
tenue de dossiers, etc.
Gestion d’actifs
Frais de gestion
facturés par la société
de fonds communs
de placement
associés aux services
de gestion
de portefeuille
La principale différence réside dans l’inclusion (ou l’exclusion), dans les ratios de frais
déclarés, des frais continus versés au distributeur (et au représentant).
8
La pratique consistant à intégrer ces frais continus (appelés commissions de suivi) dans
les frais de gestion des fonds communs de placement est la plus répandue au Canada
pour les séries les plus populaires. Les fonds communs qui ont recours aux frais
intégrés représentent à l’heure actuelle environ 85 % de l’actif total des fonds au
Canada. Le modèle de frais dégroupés progresse rapidement, mais reste relativement
modeste par rapport aux États-Unis.
Aux États-Unis, la majorité des fonds communs de placement vendus présentent des
frais dégroupés. Les honoraires sont habituellement facturés au niveau du compte, sur
une base pondérée en fonction de l’actif. Ces frais de gestion de compte ne sont donc
pas inclus aux TER déclarés par les fonds communs de placement aux États-Unis.
Il existe une autre différence de taille entre les deux pays : la plupart des éléments
du RFG canadien font l’objet de taxes sur la valeur ajoutée ou de taxes de vente.
Aux États-Unis, en revanche, aucune taxe sur la valeur ajoutée ne s’applique aux
principaux composants du TER.
9
Comparaison du coût de détention des fonds communs de
placement pour les investisseurs canadiens et américains
Les canaux de distribution axés sur les services de conseil représentent 80 % des
placements en fonds communs de placement au Canada. Aux États-Unis (si on exclut
les fonds détenus dans le cadre des régimes de retraite d’employeurs, qui représentent
26 % des actifs de fonds communs de placement, selon les estimations), environ 80 %
des investisseurs ont recours à un représentant en services financiers pour s’occuper de
la totalité ou d’une part substantielle de leurs placements (source : Strategic Insight).
La figure 3 illustre les coûts de détention comparables pour les clients des canaux de
distribution axés sur les services de conseil aux États-Unis et au Canada. Tel que
l’analyse l’avait conclu en 2012, le coût de détention des fonds au Canada pour les
clients bénéficiant des services d’un représentant en services financiers – qu’il soit
rémunéré à la commission ou sur honoraires – est comparable au coût moyen de
détention assumé par l’investisseur américain type qui fait appel à un représentant en
services financiers.
Figure 3 : Le coût de détention des fonds communs de placement pour les
clients passant par des canaux de distribution axés sur les services de conseil —
Canada (tous modèles de rémunération confondus) et États-Unis
(rémunération ventilée sous forme d’honoraires) — 2014
2,20 %
0,18 %
2,40 %
2,00 %
Taxes*
1,70 %
2,02 %
Coût de
détention
avant taxes
1,00 %-1,50 %
0,70 %-0,90 %
Canada (canaux de distribution faisant
appel aux services de conseil**)
Frais
externes
au ratio
du total
des frais
Ratio
du total
des frais
États-Unis (programmes à honoraires)
* Remarque : Cette donnée s’applique au secteur de façon globale et non aux canaux de distribution faisant appel
aux services de conseil en particulier.
** Pour tous les types de comptes.
10
Tel qu’indiqué plus haut, au cours des deux dernières décennies, la rémunération des
représentants au Canada et aux États-Unis a évolué : auparavant, les services du
représentant étaient rémunérés au moment du placement; désormais, ces services sont
davantage rémunérés au fil de la durée du placement sous forme de frais continus
calculés en fonction de l’actif. Malgré cette similarité, les approches utilisées au Canada
et aux États-Unis présentent des différences structurelles.
Au Canada, les frais continus versés au distributeur et au représentant en services
financiers sont généralement « regroupés » au sein de la structure des frais de gestion
du fonds avec les frais de gestion des placements, les frais administratifs et les frais
d’exploitation, ainsi que les taxes applicables. Aux États-Unis, l’approche
prépondérante est le modèle de frais dégroupés pour les conseils financiers, en vertu
duquel les investisseurs versent des frais continus – préalablement négociés –
directement au distributeur/représentant. Ces frais s’ajoutent à ceux compris dans le
ratio du total des frais du fonds.
Le coût indiqué pour les États-Unis à la figure 3 reflète celui du modèle prépondérant
de frais pour les services de conseil et comprend une fourchette pour les frais externes
(dégroupés). Ces frais peuvent varier de 1,5 % de l’actif géré facturé annuellement pour
les placements de moindre ampleur (mois de 100 000 $) à environ 1,0 % pour les
placements plus importants (plus de 1 million de dollars). Pour en savoir plus sur les
modèles de frais pour les services de conseil utilisés aux États-Unis et pour consulter
des exemples, veuillez vous référer à la page 33 du document A Perspective on the
Evolution in Structure, Investor Demand, Distribution, Pricing, and Shareholders’ Total
Costs in the U.S. Mutual Fund Industry. Les frais externes sont facturés aux
investisseurs concurremment avec le ratio du total des frais sous-jacents moyen du
fonds estimé à 0,85 % (qui n’inclut pas les frais de distribution).
En additionnant ces deux éléments de coût, Strategic Insight estime que le coût de
détention moyen des fonds communs de placement américains acquis par l’entremise
d’un intermédiaire financier s’élève à environ 2 %. Ce coût peut varier en fonction de
l’importance du placement, de la famille de fonds et de la répartition de l’actif du
portefeuille. Pour les investisseurs américains dont le compte a une valeur inférieure à
250 000 $, le coût de détention risque d’atteindre le niveau le plus élevé de la
fourchette, soit 2,25 % ou plus, en raison de frais externes plus onéreux.
Pour le Canada, le chiffre a été obtenu en calculant une moyenne pondérée selon l’actif
représentant tous les types de comptes offerts par l’entremise des canaux de
distribution faisant appel aux services de conseil. Le coût de détention moyen tient
compte de l’incidence des frais de transactions et des frais intégrés aux fonds (RFG),
ainsi que des frais dégroupés prélevés au niveau du compte.
Malgré ces différences, l’analyse tend à démontrer que le coût de détention des fonds
au Canada pour les clients bénéficiant des services d’un représentant en services
financiers – qu’il soit rémunéré à la commission ou sur honoraires – est comparable au
11
coût moyen de détention assumé par l’investisseur américain type qui a choisi de faire
appel à un représentant en services financiers.
Cette analyse, combinée aux conclusions de l’étude réalisée en 2012 par Strategic
Insight, indique également que le recours accru à des modèles de frais dégroupés pour
les conseils financiers n’a pas entraîné de baisse des coûts de détention des fonds
communs de placement pour les investisseurs.2
Le coût total de détention des fonds communs de placement au Canada et aux
États-Unis est resté inchangé par rapport à 2012. La figure 3 montre que le coût de
détention moyen est plus élevé au Canada; la différence tient essentiellement aux taxes
appliquées aux coûts intégrés et aux autres frais. Si l’on exclut les taxes, le coût de
détention est de 2,02 % au Canada, contre 2,0 % aux États-Unis (pour en savoir plus
sur la méthode utilisée pour calculer la composante fiscale, veuillez vous reporter à la
page 59 de l’étude réalisée en 2012 par Investor Economics et intitulée Mutual Fund
MERs and Cost to Customer in Canada: Measurement, Trends and Changing
Perspectives).
Le coût de détention des fonds au Canada, tel qu’illustré à la figure 3, n’inclut que les
canaux de distribution axés sur les services de conseil. Néanmoins, le coût de détention
global diminue lorsque l’on inclut les fonds achetés sans l’aide d’un représentant, par
l’intermédiaire de sociétés de courtage à escompte ou directement auprès des
émetteurs des fonds, par exemple. Si on tient compte de tous les canaux de
distribution et des catégories de fonds disponibles, le coût de détention des fonds au
Canada baisse d’environ 15 points de base, à 2,04 %. Il n’existe pas de données
comparables pour les États-Unis à l’heure actuelle. Ce chiffre représente une modeste
réduction par rapport aux 2,1 % mis en évidence dans l’étude de 2012.
2
Pour en savoir plus sur ce sujet, veuillez vous reporter à l’étude originale de Strategic Insight intitulée A
Perspective on the Evolution in Structure, Investor Demand, Distribution, Pricing, and Shareholders’ Total Cost
in the U.S. Mutual Fund Industry (novembre 2012).
12
Autres éléments à considérer pour comparer le coût de
détention des fonds communs de placement aux États-Unis
et au Canada
Au-delà de la différence de prévalence des modèles de frais dégroupés pour les conseils
financiers entre les États-Unis et le Canada, l’étude de 2012 avait fait ressortir un
certain nombre de différences structurelles qui doivent être prises en compte lorsque
l’on compare le coût de détention des fonds communs de placement des deux pays.
La présente section fait le point sur certains de ces éléments. Elle présente en outre
une nouvelle analyse de l’impact du niveau d’actif investi sur le coût de détention des
fonds communs de placement.
L’importance des fonds communs de placement dans l’épargne
individuelle : où en sommes-nous en 2014?
De part et d’autre de la frontière, les fonds communs de placement représentent une
part importante du patrimoine financier (l’actif à investir) des ménages et constituent
la principale porte d’entrée sur les marchés financiers pour les particuliers. C’est
particulièrement le cas pour le grand public et pour les ménages intermédiaires.
Tel qu’indiqué à la figure 4, les fonds communs de placement représentent une part
plus élevée de l’actif à investir des ménages américains que de celui des ménages
canadiens. Cela tient essentiellement au fait qu’aux États-Unis, les fonds communs de
placement jouent un rôle clé dans les plateformes de retraite à cotisations déterminées
telles que les régimes 401k. Les fonds communs de placement sont par ailleurs plus
largement utilisés dans les comptes d’investisseurs fortunés aux États-Unis.
13
Figure 4 : Fonds communs de placement en pourcentage du patrimoine
financier des ménages3
Décembre 2014
37.3%
37,3
%
27.2%
27,7 %
Canada
Canada
États-Unis
U.S.
Source:
and Household
Source Investment
: InvestmentCompany
CompanyInstitute,
Institute,Investor
InvestorEconomics'
Economics’Insight
SIMFUND
Canada Balance Sheet Report.
Mutual
funds
exclude de
ETFs
and closed-end
mutual
funds.
Les fonds
communs
placement
n’incluent
pas les
FNB, ni les sociétés d’investissement à capital fixe.
L’éventail de choix offert aux investisseurs reflète les forces et la
taille du marché : où en sommes-nous en 2014?
Le marché américain des fonds, mieux établi et de plus grande taille, offre
généralement un éventail d’options plus vaste aux investisseurs, particulièrement en ce
qui a trait aux canaux de distribution, aux modèles de tarification non traditionnels,
qui ont évolué pour répondre à la demande des clients et des représentants, ainsi
qu’aux mandats de placement. La réglementation américaine autorise par exemple les
émetteurs de fonds communs de placement au détail à offrir une plus grande variété
de stratégies de placement (y compris des solutions liquides) aux investisseurs.
Les figures 5 et 6 ci-dessous illustrent la différence de taille entre les deux secteurs.
Le secteur américain des fonds communs de placement est plus de 15 fois plus
important que le secteur canadien. L’écart entre l’actif des deux secteurs témoigne de
la capacité des émetteurs et distributeurs de fonds communs de placement américains
à profiter d’économies d’échelle du fait de l’importance de leur actif, de leur clientèle,
de leurs revenus et de leur accès au capital et à offrir des produits novateurs et des
tarifs difficiles à égaler pour les pays qui possèdent un secteur de fonds plus restreint
comme le Canada.
3
Le patrimoine financier des ménages correspond aux avoirs financiers discrétionnaires possédés par les
particuliers, y compris les dépôts, les fonds d’investissement et les titres détenus auprès de sociétés de courtage
et dans d’autres comptes.
14
Figure 5 : Actif géré à long terme des fonds communs de placement
En milliards de dollars, décembre 2014
15 018 $
983 $
Canada
États-Unis
Sources : Investment Company Institute, Investor Economics' SIMFUND Canada
Les fonds communs de placement excluent les FNB et les sociétés d'investissement à capital fixe.
Même si elle ne fait pas directement l’objet de la présente étude, la taille est un
élément qui joue sur les prix offerts de part et d’autre de la frontière. L’ampleur du
secteur américain des fonds communs de placement lui a permis de faire figure de
pionnier en matière de distribution de fonds, et de créer par exemple des
« supermarchés de fonds »4, dont l’actif peut parfois dépasser les 100 milliards de
dollars. Le coût de détention des fonds communs de placement y est généralement très
inférieur à la moyenne de 2 % des canaux de distribution axés sur les services de
conseil. Ce type de canal de distribution n’existe pas sur le marché canadien des
placements au détail.
La figure 6 jette un autre éclairage sur les différences de taille entre les sociétés de
fonds communs et les fonds individuels offerts sur les deux marchés.
À la fin de 2014, on comptait trois gestionnaires de fonds américains dont l’actif géré
individuel dépassait l’ensemble du secteur canadien des fonds communs de placement.
Le deuxième tableau explore le potentiel d’économies d’échelle des fonds américains,
dont la répartition de certains coûts sur une base d’actifs plus large pourrait avoir des
retombées non négligeables sur les coûts assumés par les clients.
4
Société de placement ou de courtage qui offre un vaste éventail de fonds communs issus de différentes familles
de fonds aux investisseurs. Ceux-ci ont accès à un vaste choix de fonds très performants, et reçoivent un relevé
consolidé pour l’ensemble de leurs placements en fonds communs de placement.
15
Figure 6 : Actif des 20 plus importants gestionnaires et fonds communs de
placement américains et canadiens*
Décembre 2014, actif en millions de dollars canadiens
20 plus importants gestionnaires américains
Gestionnaire
Actif
Vanguard
2 808 707 $
Fidelity
1 841 374
American Funds
1 375 304
JPMorgan Funds
602 246
T. Rowe Price
549 057
Franklin Templeton
545 031
BlackRock
495 486
PIMCO LLC
456 886
Federated
323 915
Goldman Sachs
305 944
Dreyfus
294 222
DimensionalFundAdv
289 511
Wells Fargo
281 059
Schwab
263 413
Invesco
259 460
OppenheimerFunds
239 806
Dodge & Cox
214 448
MFS
202 888
Columbia MgmtInvst
190 485
Legg Mason/Western
171 090
20 plus importants gestionnaires canadiens
Gestionnaire
RBC Gestion mondiale d’actifs
Gestion de Placements TD
Gestion d'actifs mondiale Scotia
Gestion d’actifs CIBC
Fidelity
Groupe Investors
BMO Investissements
Mackenzie
Fonds communs Manuvie
Gestion financière MD
Franklin Templeton
Gestion Placements Desjardins
Placements AGF
Sentry Investissements
Banque Nationale
IA Clarington
Beutel Goodman
Mawer
Société de placements SEI Canada
Gestion globale d’actifs HSBC
Actif
165 752 $
106 412
81 600
78 082
77 676
73 454
53 784
48 273
32 875
25 930
21 111
19 996
18 659
16 762
16 356
15 239
13 683
11 709
11 386
11 150
* Placements CI et Invesco Canada ne sont pas inclus, en raison de restrictions liées à des questions de confidentialité.
20 plus importants fonds américains
Fonds
Gestionnaire
Vanguard Total Stock Mkt Index
Vanguard
Vanguard IL Index
Vanguard
Vanguard 500 Index
Vanguard
Fonds à rendement total PIMCO
PIMCO LLC
Growth Fund of America
American Funds
Vanguard Prime MM
Vanguard
Vanguard Total Intl Stk Idx
Vanguard
Europacific Growth
American Funds
JPMorgan Prime MM
JPMorgan Funds
Fidelity Cash Reserves
Fidelity
Vanguard Total Bond Mkt Index
Vanguard
Fidelity Contrafund
Fidelity
Income Fund of America
American Funds
Capital Income Builder
American Funds
Fonds de revenu Franklin
Franklin Templeton
Vanguard Total Bd Mkt II Idx
Vanguard
Vanguard Wellington
Vanguard
Capital World Growth & Income
American Funds
Fid Spartan 500 Index
Fidelity
American Balanced
American Funds
Actif
385 289 $
217 779
198 473
166 310
165 466
153 935
152 012
140 219
137 147
132 189
128 343
127 431
112 331
112 131
107 350
105 282
102 962
100 155
98 700
92 418
20 plus importants fonds canadiens
Fonds
Gestionnaire
Fonds canadien de dividendes RBC
RBC Gestion mondiale d’actifs
Fonds de dividendes Investors
Groupe Investors
Fonds d’obligations RBC
RBC Gestion mondiale d’actifs
Fonds Fidelity Revenu mensuel
Fidelity
Fonds d'obligations canadiennes TD
Gestion de Placements TD
Fonds commun d’obligations canadiennes Impérial
Gestion d’actifs CIBC
Fonds à revenu mensuel élevé Manuvie
Fonds communs Manuvie
Fonds de revenu mensuel RBC
RBC Gestion mondiale d’actifs
Fonds d’obligations canadiennes de base plus TD
Gestion de Placements TD
Fonds de revenu mensuel TD
Gestion de Placements TD
Fonds d'obligations Phillips, Hager & North
RBC Gestion mondiale d’actifs
Fonds commun de revenu de dividendes canadiens Impérial Gestion d’actifs CIBC
Fonds commun d'obligations à court terme Impérial
Gestion d’actifs CIBC
Fonds Fidelity Répartition d'actifs canadiens
Fidelity
Fonds Scotia de dividendes canadiens
Gestion d'actifs mondiale Scotia
Fonds équilibré RBC
RBC Gestion mondiale d’actifs
Fonds de croissance de dividendes TD
Gestion de Placements TD
Fonds de revenu mensuel PIMCO (Canada)
PIMCO Canada
Fonds Fidelity Équilibre Canada
Fidelity
Fonds à revenu mensuel CIBC
Gestion d’actifs CIBC
Actif
18 022 $
17 392
12 837
12 760
10 756
10 107
9 538
9 459
9 116
8 693
8 618
8 169
8 160
7 216
7 211
6 881
6 715
6 546
6 076
5 909
16
Impact des niveaux d’actif sur le coût de détention
Pour les comptes de taille plus modeste, le coût de détention moyen des fonds
communs de placement pour les canaux de distribution faisant appel aux services de
conseil est dans certains cas plus faible au Canada qu’aux États-Unis, en raison du
niveau potentiellement plus élevé de la fourchette de frais pour les comptes à
honoraires détenus par les investisseurs américains. Toutefois, les pressions
concurrentielles qui commencent à émerger aux États-Unis tendent à ramener les frais
pour les services de conseil dans le bas de la fourchette.
Au Canada, des pressions semblables ont causé une réduction globale des frais facturés
aux clients titulaires de comptes de courtage à honoraires et de comptes gérés par des
représentants, ainsi qu’une réduction des frais de gestion des fonds. Le phénomène est
particulièrement marqué pour les séries F à frais dégroupés et pour les séries réservées
aux clients à valeur nette élevée, qui s’adressent toutes aux investisseurs plus fortunés.
Figure 7 : Coût de détention en fonction de la taille du compte - 2013
En monnaie locale
Canada
2,12 %
$100K
100 000and
$ etbelow
moins
1,81 %
1,76 %
1,72 %
$100K-$250K
100
000 $-250 000 $
$250K-$1M
250
000 $-1 M$
$1M
Plus
de 1+M$
*Estimations réalisées à partir des actifs des comptes sur honoraires et des séries de fonds communs de placement.
Source : Investor Economics.
États-Unis
Ratio du total des frais
0,02 % - 0,02 %
Frais externes au ratio du total des frais
0,02 % - 0,02 %
0,02 % - 0,02 %
0,01 % - 0,02 %
1,35 %
1,30 %
1,06 %
0,70 %
0,70 % - 0,90 %
0,70 % - 0,90 %
0.70%
100 000 $ et moins
100 000 $-300 000 $
0,70 % - 0,90 %
0,70 % - 0,90 %
0.70%
300 000 $-1,5 M$
Plus de 1,5 M$
Source : Strategic Insight.
17
Tant au Canada qu’aux États-Unis, la plupart des distributeurs et des sociétés de fonds
communs offrent de meilleurs prix aux clients dont les placements dans certains fonds
dépassent un seuil donné. Ces rabais s’appliquent soit par l’intermédiaire de catégories
à prix bonifiés, soit en abaissant les niveaux de frais des comptes sur honoraires.
La figure 7 illustre les niveaux de prix types par taille de compte dans chacun des
deux pays. Les segments se recoupent dans la mesure du possible, compte tenu des
données disponibles pour chaque pays, et reflètent les frais moyens des séries de fonds
communs correspondant à chaque segment, plus les frais de compte et de service
(s’il y a lieu). Les prix illustrés ici ne reflètent pas la vaste gamme de solutions à gestion
discrétionnaire habituellement mises à la disposition des investisseurs fortunés.
Au vu de cet échantillon, comparativement à ce qui se fait aux États-Unis, les
émetteurs et les distributeurs de fonds communs canadiens offrent un rabais
substantiel sur les frais de gestion et de conseil aux clients compris entre 100 000 $ et
1 million de dollars. Au Canada, ce segment correspond aux clients aisés.
Selon Strategic Insight, aux États-Unis, en revanche, le rabais devient plus substantiel
lorsque les actifs des clients atteignent 1 million de dollars et il s’accroît encore pour les
comptes de plusieurs millions de dollars. Ce n’est pas le cas au Canada, où les niveaux
de frais pour les comptes de plus d’un million de dollars ne sont que légèrement
inférieurs à ceux des clients aisés.
Cette différence de rabais pour les clients très fortunés tient à un certain nombre de
facteurs associés à la composition de chacun des marchés en ce qui a trait à
l’accumulation de patrimoine et aux produits et services à la disposition de cette
clientèle très fortunée. Ces facteurs incluent la différence de taille et de composition
des communautés de particuliers très fortunés au Canada et aux États-Unis; la nature
des options de placement mises à leur disposition; et le rôle des fonds communs de
placement dans les solutions de gestion discrétionnaire. Contrairement à ce qui se
passe aux États-Unis, les fonds ne sont pas autant utilisés dans l’élaboration des
portefeuilles discrétionnaires au Canada.
18
Avertissement
Les tendances relatives au coût de détention et aux ratios de frais des fonds communs
de placement :Un aperçu de la situation au Canada et aux États-Unis est publié par
Investor Economics, division de Strategic Insight, société d’Asset International
400 University Avenue, Suite 2000, Toronto, Ontario, Canada M5G 1S7
Téléphone : 416 341-0114; Téléc. : 416 341-0115 • Courriel : [email protected]
Site Web: www.InvestorEconomics.com
Personnes ressources: Goshka Folda, Carlos Cardone, Keith Sjogren
Avertissement : La présente publication se veut uniquement un outil d’information.
L’éditeur et ses fournisseurs de données ont pris toutes les précautions habituelles et
raisonnables afin de s’assurer que les renseignements contenus dans ce document
proviennent de sources jugées fiables, et que les procédures ayant servi au résumé et à
l’analyse desdits renseignements respectent les pratiques et les principes approuvés
dans le secteur des services financiers. Les forces du marché applicables au sujet traité
dans le présent rapport peuvent toutefois enregistrer de soudaines et spectaculaires
inflexions et la disponibilité et la fiabilité des données peuvent varier d’un moment à
l’autre. En conséquence, l’éditeur et ses fournisseurs de données ne sauraient garantir
l’exactitude, l’exhaustivité ou l’actualité de cette information, de l’analyse ou des
opinions contenues dans la présente publication, ni leur utilité ou leur bien-fondé.
L’éditeur et ses fournisseurs de données déclinent toute responsabilité pour les pertes
ou dommages de tous ordres qui pourraient découler de l’utilisation de cette
publication. Les rendements passés ne sont pas garants des résultats à venir.
Copyright : ©AI Financial Information Canada, Inc. (Investor Economics, division de
Strategic Insight) 2015. Tous droits réservés. L’éditeur revendique par la présente ses
droits moraux à l’intégrité de l’œuvre et à être associé à celle-ci nommément à titre
d’auteur.
Licence : Sous réserve des licences octroyées par la présente, l’éditeur détient tous les
droits, titres, intérêts sur les renseignements contenus dans la présente publication.
L’éditeur octroie par la présente à l’abonné une licence non exclusive, perpétuelle,
illimitée à l’échelle mondiale, non transférable, entièrement payée et irrévocable pour
utiliser, reproduire, installer, exécuter, afficher, modifier et créer des travaux dérivés de
la publication et de son contenu, en tout en ou en partie, uniquement dans le cadre de
la propre entreprise de l’abonné. Sous réserve des droits décrits dans les présentes,
aucune partie de la présente publication ne peut être reproduite, stockée dans un
système de récupération ou transmis, sous quelque forme ou par quelque moyen que
ce soit (électronique, mécanique, par photocopie, sur enregistrement ou autre), sans
l’autorisation préalable de l’éditeur. Ces renseignements ne peuvent pas être
19
communiqués à l’extérieur de l’entreprise de l’éditeur sans que l’éditeur n’ait au
préalable donné son autorisation par écrit.
20

Documents pareils