Inventer le Grand Paris - Université Paris 1 Panthéon

Commentaires

Transcription

Inventer le Grand Paris - Université Paris 1 Panthéon
Inventer le Grand Paris
Regards croisés sur les métropoles des années 1970 à l’an 2000
Dates du colloque : 1er et 2 décembre 2016
Lieu : Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville
Le quatrième colloque international « Inventer le Grand Paris » se réunira les 1er et 2
décembre à Paris à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville. Il s’inscrit dans un
programme pluriannuel de recherche sur l’histoire du Grand Paris qui s’est développé dans une
perspective transnationale et interdisciplinaire. A partir de dates clés de l’histoire du Grand Paris, ce
programme propose d’éclairer son actualité en confrontant sa planification et son aménagement à
ceux d’autres métropoles à travers le monde. Ainsi, le colloque initial (2013) a pris comme point de
départ les travaux de la Commission d’extension de Paris de 1913, première expression d’un projet
pour le Grand Paris. Le deuxième (2014) correspondait à la période du premier Plan d’aménagement
de la région parisienne, dit plan Prost, de 1934. Le troisième (2015) a porté sur les années quarante
jusqu'au Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris (SDAURP) de 1965.
Le colloque de 2016 portera sur les dernières décennies du vingtième siècle, entre 1970, fin
d’une période de forte croissance, et 2001, début d’un nouveau cycle qui sera marqué par la relance
de la thématique du « Grand Paris ». Alors que le contexte français est marqué par une longue
transition entre le volontarisme politique de l’après-guerre et la décentralisation, voire la
libéralisation de la conduite des affaires de la Cité, cette période est aussi celle d’une diffusion
planétaire du fait métropolitain, d’un renforcement du réseau des villes-monde, notamment après
1989, et d’un déclassement relatif des anciennes métropoles. Sur un plan plus strictement
urbanistique, la page dite « fonctionnaliste » semble se tourner : aménagement stratégique dans les
années 1970, urbanisme de projet dans les années 1980, « renouvellement urbain » dans les années
1990, actualisent la rhétorique des politiques publiques en lien avec les mutations urbaines. En ce qui
concerne le Grand Paris, cette période est marquée par la publication en 1976 du premier schéma
directeur régional ayant suivi l’ensemble du processus légal, concomitant de la création
institutionnelle du conseil régional d’Ile-de-France. Il sera suivi près de vingt ans plus tard par un
autre schéma directeur en 1994 qui est resté le document référent jusque dans les années 2000.
Entre ces deux documents, un certain nombre de nouvelles thématiques sont introduites qui sont
partagées par d’autres métropoles en France et dans le monde :
- La multiplication des acteurs de la planification métropolitaine
Après une période marquée par l’action de l’administration centrale de l’Etat, celle des
années 1970-2000 voit s’établir un nouveau partage des tâches en matière d’aménagement via la
déconcentration puis la décentralisation, notamment sur la question des transports, qui devient
compétence du conseil régional d’Ile de France en 1976, puis via le transfert aux communes des
compétences d’urbanisme dans les années 1980. Entre ces deux moments, se recrée à Paris un
exécutif élu qui a dorénavant prise sur l’urbanisme (1977), évolution qui réinterroge l’aménagement
entre Paris et ses banlieues. La métropole devient un champ de tensions entre un local parfois de
repli et un global toujours plus intégré. Avec l’affirmation des nouveaux départements issus de la
réforme de 1964, puis l’émergence, à partir des années 1980, de nouveaux territoires de projet et
d’intercommunalités, se constitue le fameux « mille-feuille administratif » de la métropole
parisienne. Et celui-ci semble renforcer l’isolement paradoxal, et sans doute unique au monde, de la
commune de Paris. Les habitants eux-mêmes tentent de s’ériger en acteurs à travers les luttes
urbaines.
Ce cadre est enfin celui dans lequel l’Institut d’aménagement et d’urbanisme régional
(IAURIF) et l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) développent une expertise sur des territoires
emboités, expertise qu’ils ont exportée. Qu’en est-il dans le reste des métropoles françaises où la
mise en place de communautés urbaines a pu bien plus tôt stabiliser cette complexité, où les luttes
urbaines ont pu avoir un rôle beaucoup plus important ? S’agit-il d’une situation classique en
contexte métropolitain ou d’une pathologie spécifiquement parisienne ? Les comparaisons
internationales seront ici particulièrement bienvenues. Elles pourraient notamment s’appuyer sur
des cas liés à l’exportation de l’expertise de ces deux organismes.
- D’un urbanisme planifié à un urbanisme « de projet »
Les cinq villes nouvelles (Evry, Cergy, Marne-La Vallée, St Quentin et Sénart) ainsi que les pôles de
restructuration de première couronne (La Défense-Nanterre, Bobigny, Créteil, etc.), clairement
identifiés dans le schéma de 1976, accueillent de vastes opérations d’aménagement pilotées par des
opérateurs spécifiques (sociétés d’économie mixte, établissements publics d’aménagement). Dans le
schéma de 1994, cet outillage opérationnel semble s’articuler de manière encore plus libre avec la
planification régionale à travers nombre de « territoires de projet » issus de dynamiques locales.
L’aménagement régional s’orienterait ainsi progressivement vers ce que les acteurs ont appelé un
« urbanisme de projets », s’appuyant souvent sur des réalisations architecturales médiatisées ou des
espaces publics symboliques. Une histoire de certaines de ces opérations, parfois peu connues, et de
leur articulation avec la planification du Grand Paris sera bienvenue. Il sera aussi intéressant de
comparer la situation parisienne à d’autres métropoles françaises où cet urbanisme de projet a pu
avoir une dimension plus stratégique. Les modalités d’articulation entre projet et planification dans
d’autres métropoles fourniront un contrepoint intéressant.
- Requalification et « retour à la ville »
D’une manière assez originale, le schéma de 1976 comporte une section sur la « composition
urbaine » à l’échelle de l’agglomération. Ce « renouveau » de la question des formes urbaines se
développe en parallèle à l’APUR à travers une doctrine fondée sur l’analyse approfondie du tissu
urbain haussmannien. Cette doctrine, qui s’inscrit dans le post-modernisme, oriente l’ensemble de la
politique d’aménagement de la ville de Paris jusqu’à la fin des années 1990 – c’est en son nom que
sont interrompues et reprogrammées certaines opérations de rénovation urbaine (Belleville,
Amandiers, les Halles…). Ce discours du « retour à la ville » se développe ailleurs en Europe (Italie,
Allemagne… etc.) et dans le monde en puisant une légitimité dans la question patrimoniale et fera
aussi école dans nombre d’autres villes françaises. Comment apparaît concrètement ce changement
de paradigme dans la planification et l’aménagement du Grand Paris ? Comment a-t-il émergé de
manière beaucoup plus précoce dans les autres métropoles ?
Plus généralement, après la période de « l’urbanisme de la croissance », la thématique du
« renouvellement de l’habitat » du schéma de 1976 et les « sites de redéveloppement » du schéma
de 1994 témoignent de l’émergence de nouvelles modalités d’aménagement. La métropole
parisienne n’échappe pas à cet urbanisme en « re- », même si son inertie parait plus grande que celle
des métropoles françaises de moindre envergure confrontées à la reconversion de friches
industrielles en centre-ville. Comprendre cette posture doit aussi passer par l’analyse d’expériences
pionnières locales dans les quartiers en difficultés ou l’observation de l’impact de politiques
nationales telles le programme Banlieue 89, dont l’histoire reste à faire, ou l’ensemble des dispositifs
de la « Politique de la ville ». L’analyse d’exemples étrangers permettra d’offrir des contrepoints à
cette dialectique entre protection des centres et renouveau urbain en périphérie.
- Une évolution des thématiques sur l’environnement : écologie, paysage, agriculture
Depuis la première crise pétrolière de 1973, en passant par l’instauration de la « trame verte » dans
le schéma de 1976 et l’affirmation des parcs naturels régionaux dans celui de 1994, la protection de
la nature et l’environnement s’affirme. L’importance de la question du paysage à partir des années
1990 se traduit à travers de nouveaux documents de planification du grand territoire : plans et atlas
de paysage. Enfin, la remise en question de la consommation de terres agricoles et l’idée de la ville
comme espace nourricier font que l’agriculture commence à intégrer l’univers de la planification et
de l’aménagement à travers certains cas pionniers. Mais l’histoire de ce corpus reste fragmentaire,
que ce soit pour le Grand Paris ou pour les autres métropoles françaises. Comment se sont articulées
expériences associatives et prises de conscience politiques ? Quels ont été les modèles étrangers
précurseurs et devenus références ? La fin de la période correspondant à ce colloque voit se
construire l’enjeu écologique planétaire : porter l’éclairage sur ces aspects permet d’interroger
contribution de l’aménagement urbain à cette affirmation.
Si nombre de ces questions s’ouvrent sur l’actualité, cet appel s’inscrit dans une démarche historique
privilégiant les recherches de première main et les communications faisant état d’évolutions
temporelles que ce soit dans l’aménagement du Grand Paris ou dans celui d’autres métropoles, ces
dernières étant abordées dans une démarche comparatiste. C’est en ce sens qu’il jette un regard
historique sur une période très récente. Nous espérons donc qu’il intéressera de nombreuses
disciplines : histoire, géographie, architecture, urbanisme, science politique, etc.
Les propositions de communication en français ou en anglais (d’une durée de 20 minutes) doivent
être communiquées par courriel à l’adresse suivante :
[email protected]
Sous la forme d’un document Word d’une demi-page A4 maximum (1 200 signes environ)
accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de
rattachement, thèmes de recherche et principales publications) au plus tard le 31 mai 2016.
Comité d’organisation :









Emmanuel Bellanger (CNRS/Université Paris 1/CHS)
Frédéric Bertrand (ENSAPB/Ipraus)
Florence Bourillon (UPEC/CRHEC)
Laurent Coudroy de Lille (EUP/Lab’Urba)
Corinne Jaquand (ENSAPB/Ipraus)
André Lortie (ENSAPB/Ipraus)
Clément Orillard (EUP/Lab’Urba)
Nathalie Roseau (ENPC/LATTS)
Loïc Vadelorge (UPEM/ACP)
Comité scientifique :




Tom Avermaete (Faculty of Architecture and the Built Environment, Delft University of
Technology)
Marie Aynié (Comité d’histoire de la Ville de Paris)
Christoph Bernhardt (IRS-Institut für Regionalentwicklung und Strukturplanung Berlin-Erkner)
Christiane Blancot (APUR)













Karen Bowie (ENSAPLV/AHTTEP)
Pierre Chabard (ENSAPLV/AHTTEP)
Viviane Claude (IUL/Triangle)
Julie Corteville (Unité Société/Région ÎdF)
Annie Fourcaut (Université Paris 1/CHS)
Isabelle Grudet (ENSAPLV/LET)
Michael Hebbert (The Bartlett School of Planning, University College London)
Carola Hein (Faculty of Architecture and the Built Environment, Delft University of
Technology)
Frédéric Pousin (CNRS/ENSAPB /AUSSER)
Thibault Tellier (IEP Rennes/CRAPE)
Simon Texier (Université de Picardie Jules Verne)
Rosemary Wakeman (Fordham University Lincoln Center New York)
IAU-Île de France

Documents pareils