dr Dominique Januel psychiatre G03 - Ville

Commentaires

Transcription

dr Dominique Januel psychiatre G03 - Ville
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 1 sur 14
BRUNELIN J, JALENQUES I, TROJAK B, SZEKELY D, GAY A, JANUEL D, HAFFEN E , SCHOTTPETTELAZ AM, BRAULT C, STEP Group, POULET E
The Efficacy and Safety of Low Frequency Repetitive Transcranial Magnetic
Stimulation for Treatment-resistant Depression: The Results From a Large
Multicenter French RCT.
BRAIN STIMULATION, 2014, 7(6), pp.855-863
CONTEXT:
The aim of this study was to assess whether the combination of low frequency repetitive transcranial
magnetic stimulation (rTMS) and venlafaxine (150-225 mg/day) is effective and safe for treatmentresistant unipolar depression (TRD).
METHOD:
In a multicenter (18 centers) randomized double blind controlled trial with three arms, 170 patients were
allocated to receive active rTMS combined with active venlafaxine (n = 55), active rTMS combined with
placebo venlafaxine (n = 60) or sham rTMS combined with active venlafaxine (n = 55). The patients
received once daily sessions of active or sham 1 Hz rTMS applied over the right dorsolateral prefrontal
cortex (360 pulses/day delivered at 120% of the resting motor threshold) for two to six weeks; rTMS was
combined with active or sham venlafaxine (mean dose: 179.0 ± 36.6 mg/day). The primary outcome was
the number of patients who achieved remission, which was defined as an HDRS17 score <8.
RESULTS:
We reported a similar significant antidepressant effect in the 3 groups (P < 10(-6)), with a comparable
delay of action and a comparable number of remitters at the endpoint (28% in the combination group,
41% in the rTMS group and 43% in the venlafaxine group; P = 0.59).
CONCLUSION:
Low frequency rTMS appears to be as effective as venlafaxine and as effective as the combination of both
treatments for TRD. Because of its short session duration (the duration of one session was 8.5 min) and
its safety, slow rTMS might be a useful alternative treatment for patients with TRD.
WOJAKIEWICZ A, JANUEL D, BRAHA S, PRKACHIN K, DANZIGER N, BOUHASSIRA D.
Alteration of pain recognition in schizophrenia.
European Journal of Pain, 2013; 17(9):1385-92
BACKGROUND:
Schizophrenia patients display impaired recognition of their own emotions and those of others and
deficits in several domains of empathy. The first-person experience of pain and observing others in pain
normally trigger strong emotional mechanisms. We therefore hypothesized that schizophrenia patients
would display impaired recognition and categorization of both their own pain and the pain of others.
METHODS:
We studied 29 patients (18 men/11 women; 36 ± 13 years old) with paranoid schizophrenia-spectrum
disorder and 27 healthy volunteers (20 men/7 women; 31 ± 9 years old) matched for age, gender, IQ
and socio-cultural level. We assessed symptom severity and theory of mind. The participants' ability to
detect and categorize pain in others was assessed with the sensitivity to expressions of pain (STEP) test,
which is based on facial expressions, and another dynamic test involving a series of video sequences
showing various pain-inducing events. The ability of patients to evaluate their own pain was assessed
with the situational pain questionnaire (SPQ), which includes a series of questions assessing how one
would expect to feel in different imaginary situations. Empathic tendencies were assessed with the
interpersonal reactivity index.
RESULTS:
Patients and controls differed significantly in STEP, pain video and SPQ scores. By contrast with control
subjects, the patients' pain judgements were not correlated with their affective or cognitive empathic
capacities.
CONCLUSIONS:
Schizophrenic patients have a deficit of the identification and categorization of pain both in themselves
and in others.
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 2 sur 14
FRANCK N, DUBOC C, SUNDBY C, AMADO I, WYKES T, DEMILY C, LAUNAY C, LE ROY V, BLOCH
P, WILLARD D, TODD A, PETITJEAN F, FOULLU S, BRIANT P, GRILLON ML, DEPPEN P,
VERDOUX H, BRALET MC, JANUEL D, RICHE B, ROY P; MEMBERS OF COGNITIVE
REMEDIATION NETWORK, VIANIN P.
Specific vs general cognitive remediation for executive functioning in schizophrenia:
a multicenter randomized trial.
SCHIZOPHRENIA RESEARCH, 2013 Jun; 147(1):68-74.
This study assesses the benefits of an individualized therapy (RECOS program) compared with the more
general cognitive remediation therapy (CRT).
METHODS: 138 participants took part with 65 randomized to CRT and 73 to RECOS. In the RECOS group,
participants were directed towards one of five training modules (verbal memory, visuo-spatial memory
and attention, working memory, selective attention or reasoning) corresponding to their key cognitive
concern whereas the CRT group received a standard program. The main outcome was the total score on
BADS (Behavioural Assessment of Dysexecutive Syndrome) and the secondary outcomes were: cognition
(executive functions; selective attention; visuospatial memory and attention; verbal memory; working
memory) and clinical measures (symptoms; insight; neurocognitive complaints; self-esteem). All
outcomes were assessed at baseline (T1), week 12 (posttherapy, T2), and follow-up (week 36, i.e.,
6months posttherapy, T3).
RESULTS: No difference was shown for the main outcome. A significant improvement was found for
BADS' profile score for RECOS at T2 and T3, and for CRT at T3. Change in BADS in the RECOS and CRT
arms were not significantly different between T1 and T2 (+0.86, p=0.108), or between T1 and T3
(+0.36, p=0.540). Significant improvements were found in several secondary outcomes including
cognition (executive functions, selective attention, verbal memory, and visuospatial abilities) and clinician
measures (symptoms and awareness to be hampered by cognitive deficits in everyday) in both treatment
arms following treatment. Self-esteem improved only in RECOS arm at T3, and working memory
improved only in CRT arm at T2 and T3, but there were no differences in changes between arms.
CONCLUSIONS: RECOS (specific remediation) and CRT (general remediation) globally showed similar
efficacy in the present trial.
ISAAC, C., FOUQUES, D., BRAHA-ZEITOUN, S., & JANUEL, D.
La remédiation cognitive au profit des patients bipolaires: une étude de cas. La
Remédiation Cognitive dans le Trouble Bipolaire une étude de cas.
Etudes et Pratiques en Psychologie, 2013, 1(1), p. 8-23
R. BENADHIRA, N. BOUAZIZ, S. REGAT, C. GAUDOT, D.JANUEL
Stratégies de stimulation cérébrale : exemples à partir de 3 patients en impasse
thérapeutique.
European Psychiatry, Volume 28, Issue 8, Supplement, November 2013, Page 106
Devant les limites des traitements pharmacologiques classiques, les techniques de stimulation cérébrale
connaissent un regain d’intérêt en psychiatrie. Des données aujourd’hui nombreuses et consistantes
montrent par exemple un intérêt de la stimulation magnétique transcrânienne dans le traitement des
dépressions résistantes ou des hallucinations résistantes. Pourtant, des patients restent non ou
partiellement répondeurs et se pose alors la question de la stratégie à adopter pour ces patients en
impasse thérapeutique. Dans cette communication, nous présentons trois exemples de patients résistants
(deux déprimés et un halluciné) qui n’ont pas répondu à une première stratégie de stimulation mais qui
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 3 sur 14
ont répondu puis atteint une rémission symptomatique soit après un changement des paramètres de
stimulation pour les deux patients déprimés (rTMS 10Hz à gauche puis iTBS pour l’un, séquence inverse
pour l’autre), soit après un switch vers une autre technique de stimulation pour le patient halluciné
(échec à une séquence cTBS-rTMS 1Hz mais rémission après 20 séance sur deux semaines de tDCS).
S’ils méritent d’être confirmés sur de plus grands échantillons dans des études avec une méthodologie
rigoureuse, ces exemples permettent d’envisager des solutions thérapeutiques pour des patients jusquelà considérés hors de ressources thérapeutiques.
ISAAC, D. FOUQUES, S. BRAHA ZEITOUN, D. JANUEL.
La remédiation cognitive dans le trouble bipolaire : une étude de cas.
European Psychiatry,2013, Volume 28, Issue 8, Supplement, Pages 108-109
Introduction .– Le trouble bipolaire est une maladie psychiatrique caractérisée par une alternance d’épisodes de
dépression et/ou de manie, ainsi que de périodes de rémission plus ou moins partielles. Des études ont observé des
déficits cognitifs chez les patients bipolaires, qui seraient présents dès le premier épisode et qui persisteraient tout au
long de leur vie [4]. Ces troubles auraient un impact sur le fonctionnement psychosocial des patients [1]. Il n’existe
actuellement aucune thérapie ciblant les déficits cognitifs des patients bipolaires. La remédiation cognitive est une
thérapie permettant un entraînement des capacités cognitives et un apprentissage de stratégies de résolution de
problèmes. Plusieurs études concluent à un effet bénéfique persistant de la thérapie chez les patients schizophrènes
[3]. De nombreux auteurs suggèrent que la thérapie de remédiation cognitive pourrait également être bénéfique aux
patients bipolaires [2].Méthodologie .– Notre étude a pour objectif d’observer l’intérêt que peut présenter la
remédiation cognitive pour les patients bipolaires, à travers l’étude du parcours de Monsieur V., un patient bipolaire de
type I, qui a suivi une thérapie individuelle de remédiation cognitive durant trois mois. Nous avons administré avant et
après la thérapie un bilan clinique, un bilan neuropsychologique et le test de Rorschach. Résultats – Les résultats
indiquent une amélioration des capacités cognitives et fonctionnelles du patient. Nous avons observé des améliorations
comportementales, mais également un changement plus profond dans la manière dont le patient mobilise des
capacités cognitives. Conclusion – Ces résultats suggèrent que des patients bipolaires pourraient bénéficier d’une
thérapie de remédiation cognitive, et nécessiteraient d’être reproduits sur une plus large population
C. GAUDEAU-BOSMA, D. JANUEL, N. JAAFARI, L. MALLET, A. PELISSOLO.
Effect of four weeks of rtms on brain activity in obsessive-compulsive disorders
during an flanker task: a randomized double blind study.
European Psychiatry, Volume 28, Supplement 1, 2013, Page 1
Currently, 25-30% of Obsessive-compulsive disorder (OCD) patients are considered to be resistant to conventional
therapies (cognitive-behavioral therapy and medications including selective inhibitors of reuptake of serotonin and
clomipramine). Among alternative therapeutic strategies for theses refractory patients, repetitive Transcranial
Magnetic Stimulation (rTMS) has been proposed (Greenberg et al., 1997). Few regions were choice for OCD patients
and one of them could be a promising target: the Supplementary Motor Area (SMA). The aim of this project focuses on
evaluate the SMA as a promising region to treat OCD patients. Forty patients were include in this double blind study,
each received 20 session of rTMS (1 session / day) for 4 weeks with active or sham coil. rTMS parameters consisted of
1500 pulses/d, at 1 Hz, 5 trains of 5 min with an interval inter- stimulus of 2 min and 100% of motor threshold. To
localize the SMA, neuronavigation was based on anatomical Magnetic Resonance Imaging (MRI) using Brainsight
software. The therapeutic effect of rTMS will be assessed through a psychological evaluation and a task performed in
functional MRI, before and after therapeutic: The Eriksen’s task. Its objective is to evaluate cerebral metabolism’s
modifications during a simple task likely to recruit the error detection system implicating the Anterior Cingulate Cortex
without inducing obsessive-compulsive symptoms. This modification were correlated with clinical and cognitive
assessment and behavioral results of the Eriksen task
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 4 sur 14
S. BRAHA-ZEITOUN, N. BOUAZIZ, P. SHENIN-KING, V. MOULIER, D. JANUEL
Évaluation de la mémoire de la source au sein d’une population de sujets
schizophrènes souffrant d’hallucinations résistantes et de volontaires sains traités
par TMS.
European Psychiatry, Volume 28, Issue 8, Supplement, November 2013, Page 33
Le source monitoring se caractérise par la capacité à distinguer l’origine d’une information qu’elle soit autogénérée ou
provenant d’une source extérieure. Ces capacités semblent être altérées dans la schizophrénie et d’autant plus chez
des sujets présentant une symptomatologie positive. Les hypothèses de recherche actuelles suggèrent qu’un déficit de
source monitoring pourrait expliquer la présence de symptômes positifs et plus particulièrement d’hallucinations
auditives. Dans la schizophrénie, ce lien a été mis en évidence par un certain nombre d’auteurs [1, 3]. Brunelin et al.
[2] ont montré une amélioration significative des capacités de source monitoring corrélée à une baisse des
hallucinations auditives chez des sujets schizophrènes traités par stimulation magnétique transcrânienne (TMS).
L’objectif de notre étude est d’évaluer les déficits de source monitoring de sujets schizophrènes présentant des
hallucinations auditives résistantes et de volontaires sains traités par TMS. Nous avons inclus 20 sujets schizophrènes
présentant des hallucinations résistantes et 20 volontaires sains traités par TMS en double aveugle. La
symptomatologie a été évaluée par la PANSS et l’échelle d’hallucinations auditives de Hoffmann concernant le groupe
de sujets schizophrènes. Les volontaires ont été évalués avec l’échelle de Hamilton et la MINI 500. Une tâche de
mémoire de la source était administrée, avant et après le traitement par TMS, dans les deux groupes. Elle se présente
sous la forme de deux tests : « Dire » permettant d’évaluer les capacités de reconnaissance de mots produits par le
sujet, et un test « Entendre » permettant de distinguer des informations provenant de soi ou d’une source extérieure.
Cette tâche est suivie d’une phase de reconnaissance durant laquelle le sujet doit se rappeler de la source correcte des
mots qui lui ont été présentés parmi une liste de mots comprenant des distracteurs. Les résultats mettent en évidence
un effet non délétère de la TMS sur les performances à la tâche de source monitoring.
JANUEL D, PLAZE M,PAILLERE-MARTINOT ML
“Where Do Auditory Hallucinations Come From?"--A Brain Morphometry Study of
Schizophrenia Patients With Inner or Outer Space Hallucinations.
SCHIZOPHRENIA BULLETIN, Janvier 2011, vol.37, n°1, pp.212-221
Auditory verbal hallucinations are a cardinal symptom of schizophrenia. Bleuler and Kraepelin
distinguished 2 main classes of hallucinations: hallucinations heard outside the head (outer space, or
external, hallucinations) and hallucinations heard inside the head (inner space, or internal,
hallucinations). This distinction has been confirmed by recent phenomenological studies that identified 3
independent dimensions in auditory hallucinations: language complexity, self-other misattribution, and
spatial location. Brain imaging studies in schizophrenia patients with auditory hallucinations have already
investigated language complexity and self-other misattribution, but the neural substrate of hallucination
spatial location remains unknown. Magnetic resonance images of 45 right-handed patients with
schizophrenia and persistent auditory hallucinations and 20 healthy right-handed subjects were acquired.
Two homogeneous subgroups of patients were defined based on the hallucination spatial location:
patients with only outer space hallucinations (N = 12) and patients with only inner space hallucinations
(N = 15). Between-group differences were then assessed using 2 complementary brain morphometry
approaches: voxel-based morphometry and sulcus-based morphometry. Convergent anatomical
differences were detected between the patient subgroups in the right temporoparietal junction (rTPJ). In
comparison to healthy subjects, opposite deviations in white matter volumes and sulcus displacements
were found in patients with inner space hallucination and patients with outer space hallucination. The
current results indicate that spatial location of auditory hallucinations is associated with the rTPJ
anatomy, a key region of the "where" auditory pathway. The detected tilt in the sulcal junction suggests
deviations during early brain maturation, when the superior temporal sulcus and its anterior terminal
branch appear and merge
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 5 sur 14
JANUEL Dominique, SIDHOUMI Djedia, BENADHIRA René
Diabète et antipsychotiques
SANTE MENTALE,2011, n°157, pp. 38-41
La majorité des études suggèrent que les antipsychotiques contribuent à l'augmentation de la prévalence
du diabète de type 2 dans la population de sujets schizophrènes. Cependant, du fait des biais
méthodologiques importants retrouvés dans un nombre d'études, le lien de cause à effet entre le risque
de survenue d'un diabète et la prise d'antipsychotique n'est pas démontré. La prise de consciences de
l'importance des effets secondaires métaboliques des neuroleptiques est nécessaire pour mieux prévenir
ces effets indésirables et pour optimiser la prise la charge des patients schizophrènes. Néanmoins et
malgré l'impact de ces médicaments sur le métabolisme glucidique, le rapport bénéfice/risque reste
largement en faveur du traitement, en particulier pour les antipsychotiques atypiques qui sont aussi
efficaces et mieux tolérés que les antipsychotiques conventionnels. Des mesures de dépistage et de
surveillance de la glycémie sont recommandées dans le cadre de la prise en charge des patients
schizophrènes [résumé d'auteur]
JANUEL Dominique, RICHARD DEVANTOY Stéphane, GALLOYER FORTIER Annelise, GILQUIN
Anne-Flavie,SARAVANE Djéa
Schizophrénie et diabète [dossier]
SANTE MENTALE,2011, n°157, pp. 25-77
La prévalence du diabète chez les patients schizophrènes est trois fois plus élevée que dans la population
générale. En cause : la maladie elle-même, les antipsychotiques et le mode de vie. Aujourd'hui donc, et
comme le réclame ce patient schizophrène et diabétique : 'il faut apprendre aux équipes du diabète à ne
pas avoir peur de nous et leur dire de nous traiter comme les autres, de nous poser des questions, de
s'occuper de notre poids, de notre diabète, de notre coeur, de notre tension... Et il faut que les équipes
de soin en psychiatrie nous apprennent plus de choses sur nos médicaments et sur l'évolution de notre
maladie.' [résumé d'auteur]
JANUEL Dominique, BOUAZIZ Noomen, BENADHIRA René, SIDHOUMI Djedia
Stimulation magnétique transcrânienne répétée (rTMS) dans le traitement de la
schizophrénie : intérêts et perspectives
ANNALES MEDICO PSYCHOLOGIQUES,2011, vol 169, n°3, pp. 192-195
http://www.em-premium.com/article/286139
L'apport de la stimulation magnétique transcrânienne répétée (rTMS) dans le traitement des différents
symptômes de la schizophrénie suscite un intérêt grandissant dans la littérature. Les données actuelles
montrent une efficacité modérée de la rTMS à basse fréquence sur les hallucinations auditives et
suggèrent un potentiel bénéfice de cette technique à haute fréquence dans le traitement des symptômes
négatifs. La theta burst stimulation (TBS), variante émergente de la rTMS, pourrait être d'un intérêt
thérapeutique plus net en raison d'un effet plus robuste et d'une durée de prescription très brève. Dans
cet article, nous proposons de faire une revue de la littérature sur le sujet. [résumé d'auteur]
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 6 sur 14
JANUEL Dominique, BOUAZIZ Noomen, BOUSSION Samuel, BENADHIRA René, BRAHA S,
WOJAKIEWICZ A
L'éthique de la recherche en psychiatrie adulte
ANNALES MEDICO PSYCHOLOGIQUES,2011, vol 169, n°6, pp. 367-372
http://www.em-premium.com/article/300190
La recherche médicale a pour but d'améliorer la condition humaine en développant un corps de
connaissances valides et fiables. Cependant, l'histoire de la médecine au cours des siècles fut marquée
par de nombreux scandales montrant les dérives possibles de la recherche lorsque celle-ci n'est pas
encadrée par une réflexion éthique ni par la loi. La réflexion éthique est donc permanente et les
chercheurs doivent sans cesse interroger leur pratique. En psychiatrie, l'objet de la recherche est un être
humain rendu vulnérable par ses troubles. Aussi, dans cet article, nous nous proposons d'examiner les
fondements théoriques de l'éthique dans la recherche sur l'être humain. Il s'agit donc d'une réflexion sur
la signification réelle de ce concept, son histoire, ses principes et ses particularités dans le domaine de la
psychiatrie. [résumé d'auteur]
JANUEL Dominique, BENADHIRA René, BOUAZIZ Noomen, SIDHOUMI Djedia, DEROUICHE
Sana
Stimulation cérébrale en psychiatrie : situation actuelle et perspectives
INFORMATION PSYCHIATRIQUE,2011, vol 87, n°9, pp. 705-713
http://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2011-9-page-705.htm
Ce début de XXIe siècle connait un regain d'intérêt pour les techniques de stimulation cérébrale soit avec
la reprise et l'actualisation de techniques anciennes comme l'électroconvulsivothérapie (ECT) ou la
transcranial direct current stimulation (tDCS), soit avec l'apparition de nouvelles techniques en
psychiatrie
:
stimulation
magnétique
transcrânienne
répétée
(rTMS)
et
ses
variantes,
magnétoconvulsivothérapie (MST), stimulation du nerf vague (VNS) et stimulation profonde (DBS). Après
la révolution pharmacologique de la deuxième moitié du XXe siècle, le développement de ces techniques
pourrait constituer un nouveau saut qualitatif dans le traitement des pathologies psychiatriques. [résumé
d'auteur]
JANUEL D,BENADHIRA René, BRAHA S, SIDHOUMI Djedia
rTMS dans le traitement des troubles de l'humeur
ANNALES MEDICO PSYCHOLOGIQUES,2010, vol 168, n°5, pp. 387-393
http://www.em-premium.com/article/256223
La stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS) est un outil thérapeutique récent en
psychiatrie, non invasif et avec peu d'effets secondaires notamment cognitifs. Son principe repose sur la
stimulation des réseaux corticaux par l'intermédiaire d'un champ magnétique appliqué sur le crâne. La
dépression est l'indication psychiatrique aujourd'hui la mieux documentée, mais la variabilité des
paramètres de stimulation utilisés et des problèmes méthologiques inhérents à la technique rendent les
résultats des études difficilement comparables entre eux. Des études multicentriques avec une
méthodologie rigoureuse et portant sur un grand nombre de patients sont encore nécessaires pour définir
la place de ce nouvel outil dans l'arsenal thérapeutique en psychiatrie. [résumé d'auteur]
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 7 sur 14
JANUEL D,GASTAL D
Impact à long terme de l'annonce diagnostique sur l'insight de patients atteints de
troubles schizophréniques
ENCEPHALE,2010, vol 36, n°Fasc. 3, pp. 195-201
http://www.em-premium.com/article/256984
Le rôle pronostique de l'insight chez les patients schizophrènes est un thème actuel repris dans de
nombreuses études. Un bon insight permettrait l'amélioration de la qualité de vie des patients et une
meilleure adhésion aux soins. Ce travail porte sur l'étude de l'insight chez des patients schizophrènes
stabilisés. L'objectif de notre étude est d'évaluer le degré d'insight chez des patients sensibilisés à leur
maladie par un protocole psychoéducatif mis en place dans notre structure en 2002 et de comparer ces
résultats à ceux obtenus chez une population témoin de patients schizophrènes. Des analyses statistiques
de comparaison et de corrélation ont été réalisées. L'intérêt de ce travail a été de souligner l'effet
thérapeutique apporté par ces nouvelles approches psychoéducatives sur l'amélioration de l'insight chez
des populations schizophrènes. Nous avons mis en évidence des différences significatives entre les deux
populations testées : en effet, la population ayant reçu l'annonce diagnostique est plus jeune, moins
malade et a développé un meilleur degré d'insight . L'analyse de ces résultats tend à confirmer notre
hypothèse qu'un abord psychoéducatif de la maladie aide les patients schizophrènes à prendre conscience
de leurs troubles avec, par la suite, les conséquences bénéfiques connues sur l'évolution de la
maladie.[résumé d'auteur]
JANUEL D,SIDHOUMI D,BRAHA S,COLLECTIF
Evaluation of the therapeutic effect of theta burst stimulation on drug-resistant
auditory hallucinations in a schizophrenic patient and its impact on cognitive
function and neuronal excitability: a case study.
CLINICAL NEUROPHYSIOLOGY, Mai 2010, vol.121, n°5, p.802
JANUEL D,AUTIE A, MONTREUIL M , MOULIER V, BRAHA S, WOJAKIEWICZ A
Douleur et schizophrénie : mythe et réalité
ENCEPHALE,2009, vol 35, n°Fasc 4, pp. 297-303
http://www.em-premium.com/article/225881
JANUEL D , BENADHIRA René, BRAHA S , GASTAL D, ZODI I
Intérêt de la TMS au long cours au sein d'une population de patients âgés déprimés
résistants
ANNALES MEDICO PSYCHOLOGIQUES,2009, vol 168, n°3, pp. 179-183
http://www.em-premium.com/article/249115
Le traitement des patients déprimés âgés présente des difficultés spécifiques liées à la fréquence dans
cette population des comorbidités somatiques, des effets indésirables des antidépresseurs et de la
chimiorésistance. Dans ce contexte, la stimulation magnétique transcrânienne (TMS) pourrait présenter
un certain nombre d'avantages par rapport aux ECT notamment en raison de la rareté de ses contreindications (hormis l'épilepsie) et de l'absence d'effets secondaires cognitifs. Cependant, peu d'études ont
évalué l'intérêt de la TMS dans cette population et aucune ne l'a fait sur une période supérieure à un
mois... [résumé d'auteur]
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 8 sur 14
JANUEL D,REINTJENS C
Stimulation magnétique transcranienne : une revue actuelle de la technique et de ses
application en psychiatrie
INFORMATION PSYCHIATRIQUE,2008, vol 84, n°8, pp. 741-751
http://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2008-8-page-741.htm
La stimulation magnétique transcranienne répétitive (rTMS) est un outil thérapeutique récent en
psychiatrie, non invasif et avec peu d’effets secondaires notamment cognitifs. Son principe repose sur la
stimulation des réseaux corticaux par l’intermédiaire d’un champ magnétique appliqué sur le crâne. Le
développement des études chez l’homme, en particulier celles couplées aux techniques d’imagerie
fonctionnelle, a permis d’étendre ses indications thérapeutiques aux diverses pathologies psychiatriques.
Les résultats les plus significatifs concernent la dépression et la schizophrénie avec hallucinations
résistantes. Cependant, la variation de nombreux paramètres de stimulation entre les différentes études
rend les résultats difficilement comparables et ne permet pas encore la définition de paramètres
optimaux de délivrance. Des études multicentriques avec une méthodologie rigoureuse et portant sur un
grand nombre de patients sont encore nécessaires pour définir la place de ce nouvel outil dans l’arsenal
thérapeutique en psychiatrie.
JANUEL D,CASTILLO MC , LANNOY Virginie, SEZNEC JC, PETITJEAN F
Etude des représentations sociales de la schizophrénie dans la population générale
et dans une population de patients schizophrènes
EVOLUTION PSYCHIATRIQUE,2008, vol 73, n°4, pp. 615-628
JANUEL D,CACHIA A,PAILLERE-MARTINOT ML,COLLECTIF
Cortical folding abnormalities in schizophrenia patients with resistant auditory
hallucinations.
NEUROIMAGE, Février 2008,vol.39, n°3, pp.927-935
JANUEL D,MOULIER V
Approche pharmacogénétique de la réponse aux antipsychotiques chez les
schizophrènes : revue de la littérature
ENCEPHALE, 2007, vol 33, n°6, pp. 954-964
http://www.em-premium.com/article/137785
La pharmacogénétique a pour objectif d’établir le profil génétique caractéristique de la réponse clinique à
une molécule thérapeutique donnée. De nombreuses études d’association entre la réponse thérapeutique
et des gènes candidats variés ont été réalisées chez les patients schizophrènes. Les résultats les plus
solides ont été trouvés au niveau des gènes des récepteurs à la sérotonine de type 5-HT2A (T102C,
His452Tyr) et 5-HT2C (Cys23Ser) et des gènes des récepteurs à la dopamine de type D2 (Taq1A1/A2,
C141 : ins/del), D3 (Ser9Gly) et D4 (nombre de répétitions d’une séquence de 48 pb). Dans le futur, une
combinaison particulière d’informations sur les polymorphismes des gènes clés de cette réponse pourrait
être utilisée pour former la base d’un test clinique permettant de prédire la réponse thérapeutique d’un
patient et de minimiser le risque de développer des effets secondaires. L’objectif de cet article est de
présenter les avancées récentes réalisées en pharmacogénétique, ainsi que les applications cliniques qui
pourraient en découler
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 9 sur 14
JANUEL D,PASSARD A,ATTAL N ,BENADHIRA R ,COLLECTIF
Effects of unilateral repetitive transcranial magnetic stimulation of the motor cortex
on chronic widespread pain in fibromyalgia.
BRAIN,2007, vol.130, n°Pt 10, pp.2661-70
JANUEL D, DUMORTIER G, VERDON CM, STAMATIADIS L, COLLECTIF
A double-blind sham controlled study of right prefrontal repetitive transcranial
magnetic stimulation (rTMS): therapeutic and cognitive effect in medication free
unipolar depression during 4 weeks.
PROGRESS IN NEURO-PSYCHOPHARMACOLOGY AND BIOLOGICAL PSYCHIATRY,2006, vol.30,
n°1, pp.126-30.
JANUEL D,SABA G,VERDON CM, KALALOU K, STAMATIADIS L ,COLLECTIF
Transcranial magnetic stimulation in the treatment of schizophrenic symptoms: a
double blind sham controlled study.
JOURNAL OF PSYCHIATRY RESEARCH, 2006, vol.40, n°2, pp.147-52.
JANUEL D,PLAZE M,BARTRES-FAZ D,COLLECTIF
Left superior temporal gyrus activation during sentence perception negatively
correlates with auditory hallucination severity in schizophrenia patients.
SCHIZOPHRENIA RESEARCH, Octobre 2006, vol.87, n° 1-3, pp.109-115.
JANUEL D,ROCAMORA JF , BENADHIRA R , SABA G , GLIKMAN J , DUMORTIER G , AUBRIOT
DELMAS B , STAMATIADIS L , KALALAOU K
Annonce du diagnostic de schizophrénie au sein d'un service de psychiatrie de
secteur
ENCEPHALE,2005, vol 31, n°4 cahier 1, pp. 449-455
http://www.em-premium.com/article/83342
L’annonce du diagnostic de schizophrénie aux patients atteints de cette maladie est en France un sujet
d’actualité. L’évolution des pratiques cliniques, une meilleure efficacité des moyens thérapeutiques et un
droit à l’information plus exigeant des patients en sont les principaux facteurs. En effet, si cette annonce
est de pratique courante dans les pays anglo-saxons, et notamment aux États-Unis où la législation
influence de façon prédominante l’information faite au malade, les médecins français se montrent
réticents sur l’intérêt d’une telle annonce. La schizophrénie demeure une pathologie hétérogène marquée
par un polymorphisme clinique. Le pronostic reste néanmoins classiquement réservé, avec une évolution
le plus souvent synonyme de chronicité. Le caractère potentiellement déficitaire de l’évolution classe
cette affection parmi les troubles psychiatriques les plus invalidants. La revue de la littérature à ce sujet
est pauvre concernant les études méthodologiques et peu de données ont jusqu’ici été publiées en France
sur le niveau d’information des patients schizophrènes et leurs besoins en ce domaine, à l’exception de
l’enquête de Baylé et al. [4]. La littérature est essentiellement constituée de réflexions sur les aspects
médico-légaux et législatifs ainsi que d’enquêtes auprès de confrères médecins sur l’annonce
diagnostique. En se basant sur ces données et notre expérience clinique, nous avons institué dans notre
service un protocole d’information au sujet de la schizophrénie. Cette procédure se déroule en 3 phases
sur une période d’un mois, en accord avec le désir du patient d’être informé sur sa maladie. Les aspects
cliniques, étiologiques et thérapeutiques de la maladie sont abordés au cours de cette procédure.
L’amélioration clinique constatée notamment aux scores des échelles d’évaluation (BPRS et CGI et les
scores aux échelles EVA infirmiers) ne peut bien entendu être imputée à la procédure d’information du
diagnostic, les patients ayant bénéficié d’un traitement antipsychotique pendant leur hospitalisation.
L’observance aux traitements sur la durée de 2 ans est également assez satisfaisante. Cette procédure,
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 10 sur 14
élaborée sous forme d’entretiens semi-structurés regroupés en un cahier « d’annonce diagnostique » mis
à la disposition des médecins et de l’équipe, a probablement aidé les soignants à donner l’information
dans un cadre préétabli. De plus, il a été proposé aux patients ayant bénéficié de l’annonce diagnostique
de participer à 2 groupes de psychoéducation sur la maladie et les médicaments. Les familles des
patients ayant connaissance du diagnostic, pouvaient participer à un groupe spécifique dont le but est la
connaissance de la maladie et d’améliorer les communications entre la famille et le malade. Bien que ces
premières observations constatées au cours de cette procédure d’annonce soient encourageantes, elles
nécessitent d’être confirmées par l’élargissement du nombre de patients concernés et au long cours. La
plupart des auteurs soulignent l’intérêt d’une annonce diagnostique au cours des 2 premières années de
la maladie, afin d’améliorer le pronostic et en raison de meilleures capacités d’insight. Aussi a-t-il été mis
en place dans notre service un suivi sur 2 ans des patients ayant bénéficié de cette annonce pour évaluer
à long terme le bénéfice ou non de l’annonce diagnostique sur la compliance et la qualité de vie de ces
patients. Cette démarche présente plusieurs intérêts : elle répond à une éthique de l’information, elle
permet une compréhension de la maladie. L’annonce diagnostique s’inscrit sur le mode du partenariat,
dans un processus dynamique et psychoéducatif où le patient et son entourage sont des partenaires
éclairés.
GLICKMAN J,ROCAMORA JF,BENADHIRA R,STAMATIADIS L,JANUEL D/COLLECTIF
L’audit clinique appliqué à la prise en charge hospitalière des jeunes suicidants :
bilan d’une expérience auprès de 76 établissements
ENCEPHALE,2005, vol.31, n°5, pp. 567-573
http://www.em-premium.com/article/83352
Les auteurs décrivent le déroulement et les résultats de l’application de l’audit clinique à une question
relative au programme national d’actions face au suicide : la prise en charge hospitalière des jeunes
suicidants. L’audit a été proposé par l’ANAES à des établissements volontaires pour évaluer leurs
pratiques et les améliorer au regard des recommandations. Soixante-seize établissements ont recueilli
1 554 observations, 17 ont répété la mesure des mêmes critères 2 ans après. On observe une
amélioration des résultats pour les critères qui étaient peu respectés au premier tour ; cette amélioration
est cependant concentrée sur quelques établissements. Globalement les établissements respectent les
recommandations concernant l’organisation de la prise en charge pendant le séjour, mais réalisent
insuffisamment l’évaluation de l’environnement du suicidant et la préparation de sa sortie. La méthode a
été bien accueillie, cependant l’expérience montre qu’elle doit être utilisée de façon rigoureuse avec un
accompagnement méthodologique et un calendrier structuré.
JANUEL D,MOREL F , BRAHA S
L'atelier-mémoire dans la schizophrénie
JOURNAL DE THERAPIE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE,2005, vol 15, n°4, pp. 134-140
Compte tenu des troubles de la mémoire rapportés dans la schizophrénie, nous avons proposé à des personnes
souffrant de schizophrénie et actuellement en rémission un programme de stimulation cognitive, au sein d'un groupe,
" l'Atelier-Mémoire ", prenant en compte les dimensions affective et sociale des participants. Les résultats montrent
une amélioration de certaines capacités mnésiques chez les patients, mais surtout l'intérêt multiple d'une prise en
charge cognitive.
JANUEL D, BENADHIRA R,GASTAL D, COLLECTIF
Transcranial magnetic stimulation for refractory depression.
AMERICAN JOURNAL OF PSYCHIATRY,2005, vol. 162, n°1, p.193.
JANUEL D, VERDON CM , SABA G
Stimulation magnétique transcrânienne et fonctions cognitives
ENCEPHALE,2004, n°4, pp. 363-368
http://www.em-premium.com/article/83277
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 11 sur 14
La stimulation magnétique transcrânienne (TMS) semble donner des espoirs prometteurs en ce qui
concerne la recherche en neuropsychologie. La TMS est une méthode non invasive de stimulation du
système nerveux central qui utilise le principe de l’inductance pour transmettre un courant électrique au
travers de la boîte crânienne, permettant ainsi d’interférer directement avec l’activité neuronale. La TMS
peut interrompre transitoirement l’activation d’une région précise et créer ce que l’on appelle des
« lésions virtuelles », fonctionnelles, grâce à des stimulations répétées et très proches dans le temps.
L’intérêt est de mettre en évidence les zones cérébrales concernées par l’accomplissement de certaines
tâches cognitives. L’objectif de notre travail est de présenter de manière non exhaustive quelques
travaux qui se sont penchés sur la TMS en rapport avec le fonctionnement cognitif (processus visuels,
langage, mémoire, fonctions exécutives, reconnaissance des émotions…) principalement chez le sujet
sain. D’autre part, la TMS est testée comme traitement de troubles psychiatriques tels que la dépression
et de plus en plus dans la schizophrénie ou les troubles anxieux. Certains auteurs rapportent des effets
antidépresseurs de la TMS sans conséquence néfaste sur les fonctions cognitives des patients.
JANUEL D,BENADHIRA R,SABA G, ROCAMORA JF, STAMATIADIS L, KALALOU K,DUMORTIER
G.
Recurrent episode in three older patients suffering from chronic depression: positive
response to TMS treatment.
INTERNATIONAL JOURNAL OF GERIATRIC PSYCHIATRY,2004, vol.19, n°5, 493-494
JANUEL D,LI T, STEFANSSON H,GUDFINNSSON,COLLECTIF
Identification of a novel neuregulin 1 at-risk haplotype in Han schizophrenia Chinese
patients, but no association with the Icelandic/Scottish risk haplotype.
MOLECULAR PSYCHIATRY,2004 , vol. 9, n°7, pp.698-704.
JANUEL D,SABA G, ROCAMORA JF, KALALOU K, BENADHIRA R
Repetitive transcranial magnetic stimulation as an add-on therapy in the treatment
of mania: a case series of eight patients.
PSYCHIATRY RESEARCH,2004, vol. 30, n° 128 (2), pp.199-202
JANUEL D,POIRIER MF,D’ALCHE-BIREE F,COLLECTIF
Multicenter double-blind randomized parallel-group clinical trial of efficacy of the
combination clomipramine (150 mg/day) plus lithium carbonate (750 mg/day)
versus clomipramine (150 mg/day) plus placebo in the treatment of unipolar major
depression.
JOURNAL OF AFFECTIF DISORDERS,2003, vol.76, n°1-3, pp.191-200
JANUEL D,SABA G, DUMORTIER G, KALALOU K,BENADHIRA R, DEGRASSAT K, GLICKMAN J
Lamotrigine--clozapine combination in refractory schizophrenia: three cases.
THE JOURNAL OF NEUROPSYCHIATRY AND CLINICAL NEUROSCIENCES,2002, vol.14, n°1, p.86
JANUEL D, MASSOT O, POIRIER MF, OLIE JP, FILLION G.
Interaction of lithium with 5-HT(1B) receptors in depressed unipolar patients treated
with clomipramine and lithium versus clomipramine and placebo: preliminary results.
PSYCHIATRY RESEARCH,Août 2002, vol.30, n° 111 (2-3) , pp.117-124.
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 12 sur 14
JANUEL D, SABA G, ROCAMORA JF, KALALOU K, BENADHIRA R, PLAZE M, AUBRIOT-DELMAS
B
Catatonia and transcranial magnetic stimulation.
AMERICAN JOURNAL OF PSYCHIATRY, Octobre 2002, vol.159, n°10, p.1794
JANUEL D, DUMORTIER G.,CABARET W.,STAMATIADIS L,GLICKMAN J
Tolérance hépatique des antipsychotiques atypiques
L’ENCEPHALE,2002, vol. 28, CAH1, pp. 542-551
La stratégie dans le choix d'un antipsychotique doit souvent prendre en compte la tolérance hépatique du
fait d'une incidence non négligeable de troubles préexistant chez les patients psychotiques (facteurs de
risque parfois retrouvés dans cette population tels que alcoolisme, pratique addictive, polymédication
incluant des principes actifs à potentiel hépatotoxique). La prescription des antipsychotiques atypiques
disponibles en France (amisulpride, clozapine, olanzapine, rispéridone) s'accompagne dans la très grande
majorité des cas d'une bonne tolérance hépatique. L'incidence des troubles hépatiques varie selon les
agents mais reste toujours très peu fréquente ou rare. Toutefois, certains cas ont été publiés dont le
diagnostic et l'imputabilité sont rendus difficiles par un délai d'apparition très variable, de un jour à
plusieurs mois, et par une fréquente polymédication. Les principaux cas ont été rapportés avec la
clozapine, l'olanzapine et la rispéridone. Les troubles hépatiques ont généralement été réversibles à
l'arrêt du traitement sauf pour un patient de 39 ans traité par clozapine. Les troubles hépatiques étaient
parfois associés à d'autres désordres de type neurologique, métabolique ou généraux. Du fait du risque
majeur parfois irréversible pouvant être associé à la réintroduction, l'antipsychotique a été arrêté
définitivement dans de très nombreux cas. [résumé d’auteur]
JANUEL D, SABA G., GLIKMAN J.
La stimulation magnétique transcrânienne dans la dépression
L’ENCEPHALE, 2002, vol. 28, n° 2, pp. 169-175
http://www.em-premium.com/article/83110
Parmi les nouvelles techniques thérapeutiques en psychiatrie, la stimulation magnétique transcrânienne
(TMS) semble apporter un bénéfice dans le traitement des dépressions. Elle utilise le principe de
l'inductance par l'application d'un champ magnétique induisant un courant secondaire qui stimule les
neurones sous-corticaux. La stimulation est hautement focalisée et intéresse des régions spécifiques du
cortex. Elle est généralement bien tolérée. Les effets secondaires sont rares, le plus gênant est la
survenue de crises comitiales. Elles sont favorisées par les hautes fréquences (au-dessus de 5 Hz) et ne
surviennent que chez des sujets ayant des antécédents personnels ou familiaux de comitialité. Les
premières études de cas, assez rapidement corroborées par des études contrôlées, ont montré l'efficacité
de la TMS dans la dépression. Des études randomisées en double aveugle, utilisant de hautes fréquences
et stimulant le cortex dorsolatéral préfrontal gauche, ont donné des résultats positifs avec diminution
significative des scores aux échelles de dépression aussi bien pour les dépressions résistantes que non
résistantes (5, 31, 32). Certaines études (23, 28) ont stimulé le cortex dorsolatéral préfrontal droit en
utilisant de basses fréquences. La baisse des scores est également significative aux échelles de
dépression. [résumé d’auteur]
JANUEL D, MOURADIAN-STAMATIADIS L,DUMORTIER,COLLECTIF
Liver function tests during treatment with antipsychotic drugs: a case series of 23
patients.
PROGRESS IN NEURO-PSYCHOPHARMACOLOGY AND BIOLOGICAL PSYCHIATRY,Décembre
2002, vol.26, n°7-8, pp.1409-1411.
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 13 sur 14
JANUEL D,SABA G , VERDON CM
La stimulation magnétique transcrânienne : applications en psychiatrie
PERSPECTIVES PSYCHIATRIQUES,2001, vol. 40, n° 3, pp. 229-235
JANUEL D ,DUMORTIER G, MAHE V, PONS D, ZERROUK A, DEGRASSAT K
Clonic seizure associated with high clozapine plasma level.
THE JOURNAL OF NEUROPSYCHIATRY AND CLINICAL NEUROSCIENCES,2001, vol.13, n°2,
pp.302-303.
JANUEL D,MASSOT O, ROUSSELLE JC, FILLION MP
5-HT1B receptors: a novel target for lithium Possible involvement in mood disorders.
NEUROPSYCHOPHARMACOLOGY,Octobre 1999, vol.2, n° 4, pp.530-541
CHAPITRE D’OUVRAGE
BENADHIRA R,JANUEL D,SIDHOUMI D, BOUAZIZ N, OUKEBDANE R
Evolution de l’activité ECT national et internationale in : SZEKELY D, POULET E :
L’électroconvulsivothérapie. De l’historique à la pratique clinique : principes et
applications, Marseille : Solal Editeur, 2012, pp.45-74
OUVRAGES
JANUEL Dominique, BRUNELIN Jérôme
Stimulations. Volume I. Monographie de la section stimulation transcranienne en
psychiatrie (STEP) de l'AFPBN.
Paris : De Boeck, 2012, 80p.
Suite à la publication en 2009 d'un ouvrage collectif principes et applications de la stimulation
magnétique transcranienne en psychiatrie, la section Stimulation Transcranienne En Psychiatrie de
l'Association Française de Psychiatrie Biologique (STEP-AFPBN) propose aujourd'hui cet ouvrage qui
résume les communications orales et affichées présentées lors des troisième et quatrième journées
scientifiques qu'elle organise annuellement. Ce premier volume introduit la collection STIMULATIONS.
Cette collection a pour but de présenter non seulement les résumés des journées scientifiques de
l'association mais aussi des articles originaux, des synthèses de la littérature et des informations
pratiques concernant les avancées et les applications des techniques de neurostimulation en psychiatrie
comprenant la rTMS, l'ECT, la tDCS.
BIBLIOTHEQUE - DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIE DOMINIQUE JANUEL
Psychiatre, praticien hospitalier, chef de pôle 93G03
DIRCOM
Rédaction : Laure FABAS
Dates : 26/01/2015
Page 14 sur 14
JANUEL Dominique, BRUNELIN Jérôme/GALINOWSKI André/POULET Emmanuel (dir.)
Stimulation magnétique transcrânienne. Principes et applications en psychiatrie
Edition Solal, Paris, 2009, 288 p.
Cet ouvrage collectif en langue française fait pour la première fois le point sur une nouvelle technique innovante et
très prometteuse dans l'arsenal thérapeutique de la psychiatrie moderne : la Stimulation Magnétique Transcrânienne
répétée (rTMS).Les auteurs de ce livre sont tous membres du club " rTMS et psychiatrie ", association francophone
parrainée par l'Association Française de Psychiatrie Biologique (AFPB) et qui a pour vocation de réunir les praticiens et
chercheurs intéressés par cette technique et d'en améliorer les connaissances. Il s'agit d'une méthode de
neurostimulation focalisée non invasive. Avant de devenir un outil thérapeutique potentiel, la rTMS était déjà utilisée
comme outil de recherche, d'une part pour améliorer notre compréhension des relations entre le fonctionnement
cérébral et un comportement donné et, d'autre part, pour mieux comprendre les processus cognitifs mis en jeu lors de
la réalisation de certaines tâches cognitives. Ces différents points sont abordés après une description détaillée des
aspects historique, pratique et technique de la rTMS. Enfin, une grande partie est consacrée aux effets thérapeutiques
: outre le traitement des épisodes dépressifs majeurs et des hallucinations auditives pour lequel la rTMS a montré son
efficacité, cet ouvrage aborde les autres indications psychiatriques ou neurologiques aujourd'hui développées. [résumé
d’éditeur]