A Roland-Garros, Stan Wawrinka doit assumer son nouveau statut

Commentaires

Transcription

A Roland-Garros, Stan Wawrinka doit assumer son nouveau statut
19
24 heures | Samedi-dimanche 24-25 mai 2014
Sports
Page 20
Lescollectionneursolympiques
en quête d’objets rares à Ouchy
CARDOSO
KEYSTONE
Seul arbitre suisse à Minsk,
Nicolas Fluri témoigne
Page 21
Tennis
A Roland-Garros, Stan Wawrinka
doit assumer son nouveau statut
Auréolé de son titre
à Melbourne, le
Vaudois n’est plus
regardé de la même
façon. Il figure
même parmi les
favoris à Paris
Arnaud Cerutti
«Mentalement très solide, Stan
Wawrinka fait clairement partie
des cinq ou six joueurs qui peuvent gagner Roland-Garros.» Pour
Claudio Mezzadri – ancien joueur
pro et actuel consultant de la RSI –
les données sont claires. «Sa force
réside dans le fait qu’il cerne parfaitement ses objectifs et qu’il sait
élever son niveau de jeu dans les
gros matches.» En écho, le Vaudois affirme se placer «loin derrière Nadal et Djokovic, qui sont
vraiment au-dessus, mais au
même niveau que Federer».
Reste que, les choses ayant
aussi changé autour de lui, le No 1
suisse n’aura pas que ses adversaires à gérer, ces prochains jours à
Paris. «Je ne dirais pas que Stan a
plus de pression, mais il doit faire
face à de nouvelles responsabilités, observe Mezzadri. Il est devenu l’homme à battre et doit encore se stabiliser, trouver ses marques dans ce nouveau rôle.» Attendu par ses fans et par les
observateurs, Wawrinka a maintes fois répété qu’il avait dû se
recentrer au retour de Melbourne. «Les sollicitations sont
plus nombreuses. Mais, dans le
même temps, mon succès en Australie m’a donné encore plus
d’ambition», lâche-t-il.
Et à la question de savoir ce
que cela avait changé dans sa vie,
le Vaudois s’est empressé de glisser, dans un sourire: «J’ai encore
plus de points presse à faire.» Et
de passages TV à assurer. Notamment sur les chaînes françaises,
qui apprécient désormais la personnalité du joueur sorti de l’ombre. C’était encore le cas jeudi
soir, sur le plateau de l’émission
Touche pas à mon poste, de l’animateur Cyril Hanouna, sur la
chaîne D8.
L’homme adore les défis et, depuis une année, plus la montagne
est haute, plus il parvient à élever
son niveau de jeu. A l’heure où il
s’attaque à Roland-Garros dans le
costume déjà inédit de dernier
vainqueur d’un tournoi du Grand
Chelem – souvenez-vous de
l’Open d’Australie! –, Stan
Wawrinka va être servi. Le Vaudois aura en effet droit au plus
beau des challenges sur l’ocre parisien puisque, s’il entend aller au
bout, il devra certainement s’offrir la peau de Rafael Nadal, octuple lauréat à la Porte d’Auteuil.
Effectué hier, le tirage au sort
laisse espérer un affrontement explosif entre les deux hommes en
demi-finales. A condition, bien
sûr, que les numéros 1 et 3 ATP ne
trébuchent pas auparavant.
Douze mois après avoir été «liquidé» par l’Espagnol en quarts
(6-2, 6-3, 6-1), Stan promène de
légitimes envies de revanche. De
VC6
Contrôle qualité
Stan Wawrinka est sorti de l’ombre. Mais sa route sur la terre battue parisienne risque d’être difficile.
potentiel outsider, il est presque
passé au nombre des favoris après
sa retentissante victoire à MonteCarlo. «Ce succès a été très important pour ma confiance. Je sais
que je peux battre tout le monde
sur terre battue», assure-t-il.
Un autre Espagnol
Wawrinka ouvrira sa quinzaine
contre l’Espagnol Guillermo García-López (ATP 39) et pourrait ensuite croiser le tenace gaucher Feliciano Lopez au 3e tour, puis se
«farcir» Gaël Monfils ou, pire, Fa-
bio Fognini en 8es de finale. Le
tout avant un potentiel quart contre Andy Murray!
Après avoir connu des problèmes de dos à Rome, la semaine
passée, Wawrinka refuse de voir
trop loin. «García-López est un
très bon adversaire, car il va me
permettre de très vite me situer»,
souligne-t-il simplement, tout en
précisant que ses maux italiens
sont… derrière. «Je me suis bien
reposé», rassure-t-il. Voilà qui suffit à le rendre plus dangereux encore pour cette quinzaine.
KEYSTONE
Fenêtre sur courts
Les 8es de finale théoriques.
Nadal - Almagro, Dimitrov - Ferrer,
Wawrinka - Fognini, Gasquet Murray, Berdych - Robredo, Gulbis
- Federer, Raonic - Nishikori,
Tsonga - Djokovic.
Les Suissesses Lauréate du
tournoi juniors 2013, Belinda Bencic
(WTA 81) sera opposée à Venus
Williams (WTA 29) au 1er tour.
Stefanie Voegele (WTA 70)
affrontera l’Allemande Friedsam
(WTA 112). Romina Oprandi (WTA
121) défiera l’Argentine Ormaechea
(WTA 76). Quant à Timea Bacsinszky, elle disputera cet aprèsmidi le 3e tour des qualifications
(face à l’Allemande Laura Siegenmund, WTA 194) pour une place
dans le tableau final.
Ils croient tous à la victoire du numéro 3 mondial
U Si Stan Wawrinka s’impose
sur la brique pilée de la Porte
d’Auteuil, il ne surprendra
personne, cette fois. Jonathan
Wawrinka est persuadé que son
frère se trouvera dans les
conditions idéales, à Paris, pour
ajouter un deuxième titre du
Grand Chelem à son palmarès.
«Stan sera très difficile à battre
sur la longueur des cinq sets,
explique-t-il. Physiquement, il
est en forme. En s’imposant à
Monte-Carlo, il a montré qu’il
avait parfaitement digéré sa
victoire à l’Open d’Australie. De
plus, le vainqueur de l’épreuve
monégasque est souvent le
même que celui qui soulève la
Coupe des Mousquetaires sur le
central de Roland-Garros,
quelques semaines plus tard.
Grâce à son statut de No 3
mondial, Stan bénéficiera d’un
bon tableau à Paris. Cela lui
laissera le temps de rentrer dans
le tournoi.»
Président du TC Stade-Lausanne, Thomas Perdios est
convaincu que le meilleur
joueur du club ira au bout de
son rêve à «Roland». «Il peut
même devenir No 1 mondial par
la suite. J’y crois vraiment. Il a la
force physique qui convient à ce
genre de défi, et aussi un revers
qui pose de gros problèmes à
Nadal et à Djokovic.»
Chef du Service des sports de
la Ville de Lausanne, Patrice Iseli
est un des rares joueurs en
activité à posséder un bilan
positif contre Stan Wawrinka.
«Je l’ai battu au tournoi interne
du TC Echallens, raconte-t-il. Il
avait 12 ou 13 ans, et moi
presque la quarantaine. Il s’était
un peu énervé. Il faut dire que je
l’avais joué façon crocodile, en
lui laissant faire les fautes. Je
pense que Stan a ses chances à
Paris, parce que Nadal et
Djokovic semblent moins
«Stan a ses
chances parce que
Nadal et Djokovic
semblent moins
monstrueux
que les saisons
passées»
«Le vainqueur de
Monte-Carlo est
souvent le même
que celui qui
soulève
la Coupe des
Mousquetaires»
Patrice Iseli
Chef du Service
des sports
de Lausanne
Jonathan
Wawrinka
Frère
de Stan
monstrueux que les saisons
passées.»
Syndic de Saint-Barthélemy,
Dominique Dafflon suit le
parcours de Stan Wawrinka
depuis que ce dernier a remporté le tableau juniors de
Roland-Garros, en 2003. «Il n’y a
aucune raison pour que Stan ne
brille pas à Paris. Tous les
habitants du village se réjouissent de le suivre à nouveau sur
l’écran TV de l’Auberge Communale, ajoute-t-il. Malheureusement, nous n’avons pas encore
pu fêter son titre à Melbourne
avec lui. La dernière fois que je
l’ai rencontré, c’était à l’aéroport de Cointrin, à son retour
d’Australie. Je m’étais fait
piétiner par les photographes.
Récemment, Stan est venu
assister à un match de 4e ligue à
Saint-Barthélemy, pour soutenir
le petit ami de l’une de ses
sœurs. Les spectateurs lui ont
fichu la paix. C’est pourquoi il
aime revenir dans le village de
son enfance.» Gérard Bucher
L’histoire
du jour
Wilkinson est
prêt à mourir
sur le terrain
Un grand monsieur du sport
tirera sa révérence européenne
ce soir à Cardiff. Le Britannique
Jonny Wilkinson, 35 ans (il les
fêtera demain), va disputer
avec Toulon la finale de la
Coupe d’Europe (ndlr: France 2
17 h 45) contre l’équipe anglaise
de Saracens. Dans une
semaine, le légendaire ouvreur
s’attaquera à la conquête du
Bouclier de Brennus, face à
Castres. Toulon et sa star
internationale auront ainsi la
possibilité de réaliser un
doublé inédit Coupe d’Europe
Top 14.
Cette fin en apothéose,
Jonny Wilkinson en rêve
secrètement. Il est prêt à tout
donner pour y arriver. Avant le
match des demi-finales du
championnat de France, il a dit
à ses coéquipiers: «Je vais
mourir pour vous, soyez prêts
à mourir pour moi!» a raconté
le président toulonnais Mourad
Boudjellal au Journal du
dimanche.
Les coéquipiers du gentleman Wilkinson ne tarissent pas
d’éloges sur la formidable
carrière du champion aux
1246 points réussis en 91
sélections avec l’Angleterre et 6
avec les Lions britanniques.
«Ce qu’il a apporté au jeu n’a
pas de prix, a déclaré l’ailier
sud-africain Bryan Habana à
l’AFP. C’est un des joueurs les
plus professionnels, en plus
d’être un des plus humbles.
Après tout ce qu’il a traversé,
tout ce qu’il a réalisé, il mérite
une belle sortie.»
Ce qu’il a réalisé? Un titre de
champion du monde en 2003,
contre l’Australie, avec à la clé
le titre de meilleur joueur de
l’année. Il a aussi apporté au
RC Toulon un titre européen.
Une belle récompense après
avoir connu une traversée du
tunnel avec des blessures à
répétition (épaule, hernie,
genou) entre 2003 et 2007. On
imagine toute l’émotion qui
régnera ce soir au Millennium
Stadium de Cardiff. P.-A.S.
Jonny Wilkinson peut
terminer sur un doublé
Coupe d’Europe-Top 14. AFP
24 heures.ch
Sur le web aujourd’hui
Tennis
URoland-Garros Fin des
qualifications aujourd’hui; début
du tableau principal dimanche.
Cyclisme
UTour d’Italie 14e et
15e étapes, samedi et dimanche.
Hockey sur glace
UMondiaux Aujourd’hui: demifinales; dimanche: finale à 20 h.