Reportage de voyage Périple épicé en Inde du sud

Commentaires

Transcription

Reportage de voyage Périple épicé en Inde du sud
Reportage de voyage
Périple épicé en Inde du sud
De Madras à Cochin, des temples du Tamil Nadu aux backwaters du Kerala, voyage dans le sud d'un pays
effervescent.
Le voyage commence dès l'aéroport de Madras
(Chennai), au sud-est de l'Inde, où une foule en habits
blancs ondule dans le tumulte des taxis.
Le visiteur fait aussitôt connaissance avec cette chaleur
humide qui ne le quittera plus pendant tout son séjour.
Le premier matin indien secoue le visiteur jusque dans
la chambre de son hôtel, à Madras, la capitale du Tamil
Nadu. Le trafic dans la ville, comme ailleurs en Inde,
draine touk-touk, pousse-pousse, camions et voitures
dans un indescriptible tohu-bohu de klaxons.
Temple Brihadeshvara de Tanjore
Principal lieu de détente des habitants de la ville, la
célèbre Marina beach, plage longue de douze
kilomètres, colorée à perte de vue par des barques de
pêcheurs et d'humbles maisons sans fenêtres tremblant
au vent de l'océan indien. Mais Madras n'est qu'une
base de départ pour partir à la découverte du Tamil
Nadu.
Commencer la découverte du sous-continent par le sud
n'est pas classique. Or l'Inde méridionale marque sa
différence par la douceur de sa population, par son
paysage vert tropical, par le parfum de ses comptoirs d'
épices et l'architecture bariolée de ses temples et sanctuaires.
Entrée du temple Brihadeshvara de Tanjore
Des plages de Mamallapuram (Mahabalipuram) - à
soixante kilomètres au sud de Madras jusqu'à Trichy et
Madurai, le Tamil Nadu nous ouvre une belle et
interminable route, coiffée de palmiers mais toujours
très encombrée.
Notre bus climatisé crapahute, dépassant constamment
carrioles de paysans, vaches et chiens errants ainsi
qu'une horde de vélos et de piétons cheminant sur un
macadam fatigué.
Pondichéry est une étape incontournable dans ce Tamil
Nadu bariolé. Face à l'océan indien, de vaillants pousse-pousse invitent à un tour inoubliable de l'ancien
comptoir commercial français, toujours siège d'un important consulat.
Madurai
La visite du temple Brihadeshvara de Tanjore est l'un
des temps forts du voyage. Une impressionnante
pyramide signale l'entrée de l'édifice.
Les fidèles y offrent à leurs dieux et déesses petites
bougies, guirlandes de fleurs, noix de coco et corbeilles
de fruits, les remercient ou leur demandent protection.
A l'entrée du temple, un éléphant - animal sacré prend les offrandes de sa trompe et vous remercie d'un
baiser sur le front.
Le soir, une foule compacte se déverse sur un autre
grand temple de la ville, Meenakshi, encadrée par une sarabande de danseurs et de musiciens chamarrés.
Cueilleuse dans une plantation de thé
Après le Tamil Nadu, le voyage se poursuit dans le Kerala,
l'Etat voisin. Il n'y a pas de douane mais, curieusement,
une barrière à franchir et des taxes à payer. Sur des
collines, l'on apprécie fraîcheur et silence, loin du fatigant
vacarme des villes. Avec six mois de pluies par an, le
Kerala est fertile, riche en plantations de café et de thé.
Les collines verdoyantes y sont tachetées par les couleurs
vives des cueilleuses de thé en sari. Les jardins
aromatiques exhalent les parfums enivrants de la vanille,
du clou de girofle, du safran, de la cardamome et de la
cannelle.
Paysage du Kerala
La route du voyage redescend ensuite au niveau de la
mer, vers les backwaters, un phénomène géologique
unique en Inde du sud. Il est temps d'embarquer pour
une mini-croisière à travers les rizières. La côte du
Kerala offre une immense réserve d'eau, constituée de
lagunes et de lacs, encerclée de rizières et de palmiers.
A Allepey, nous embarquons à bord d'un houseboat,
ces bateaux reconnaissables à leur dôme en bois de
cocotier tressé, lesquels font office d'hôtel et de
restaurant. A bord, le rouleau d'anti-moustiques sera
très utile.
Filets de Fort Cochin
Notre destination, Cochin, la capitale du Kerala. La
croisière dérivante sur cette eau tranquille gratifie le
voyageur d'instants fabuleux. Un moment magique
notamment: le réveil des habitants des berges au petit
matin, quand le bateau a repris son cours à travers une
brume légère. Surtout, préférez les petits canaux,
quand la berge semble à portée de bras. Romantisme
garanti le soir à la lueur de la lune.
Débarquement à Cochin, l'ancienne colonie portugaise
au passé richissime. Autour du Fort Cochin, tout le
quartier transpire des influences portugaise,
hollandaise et anglaise. On y trouve même un quartier chinois. Magique.
© oopartir.com - 2010 - Texte et photos Cédric Evrard
Vendeur d'oignons
Comment s'y rendre
Jet Airways assure une liaison quotidienne sur Chennai
(Madras) au départ de son «hub» européen de
Bruxelles. La compagnie indienne propose des vols
depuis la France grâce à son partenariat avec Brussels
Airlines, laquelle relie Bruxelles à Paris, Lyon, Marseille
et Toulouse. A noter que Brussels Airways envisage de
basculer ses pré-acheminements depuis Paris de l'avion
vers le train dès l'inauguration de la gare du Thalys de
l'aéroport de Zaventem, probablement en 2011.
Avec quel voyagiste
L'agence Belintra (www.tours.belintra.net) décline une vaste gamme de séjours en Inde.
Cure d'ayurveda
Et pourquoi pas une cure d'ayurvéda...
L' Āyurvéda, que l'on traduit par la "science de la vie", est un savoir
profond et spirituel hérité de l'Inde ancienne. C'est aussi le plus vieux
système médical de l'histoire humaine que les visiteurs peuvent s'offrir au
Kerala. De nombreux hôtels disposent désormais d'une infrastructure de
qualité et de médecins hautement qualifiés.
Ici, c'est le malade qui est soigné et non sa maladie. Le praticien
ayurvédique cherche en effet à guérir la personne en l'aidant à retrouver
l'équilibre perdu. Ce qui, selon l'Ayurveda, constitue la véritable cause de
la maladie. Ainsi, un être en harmonie avec son environnement, et dont le
mode de vie est équilibré, sera naturellement en bonne santé. Pour en
savoir plus sur les voyages axés sur l'Āyurvéda, contactez l'agence Belintra
(www.tours.belintra.net) ou consulter le site www.ayurvedaholidays.eu
Bougies dans un temple de Trichy
La meilleure saison
Notre hiver est la meilleure saison pour se rendre en
Inde, de décembre à mars. Dès le mois d'avril, les
températures peuvent frôler les 35-38 degrés, et
davantage encore en juillet et août.
Pratique
Un voyage en Inde se prépare au moins un mois à
l'avance. Il n'y a pas de vaccin particulier à prévoir mais
le visa est obligatoire.
Bon à savoir
Puissance économique émergente, l'Inde reste gangrenée par une misère endémique qui saute aux yeux et
peut choquer. Cependant, le visiteur occidental s'y sent à tout moment accueilli. Sur les lieux touristiques, il
sera évidemment assailli par une foule de petits vendeurs de souvenirs. Contrairement à certains pays, les
Indiens réservent généralement de merveilleux sourires aux chasseurs d'images. Ils vont jusqu'à saluer le
photographe qui leur tire le portrait. Même dans les temples réservés aux rites sacrés, le photographe est
plutôt bien accepté.

Documents pareils