La check-list sécurité du patient au bloc opératoire

Commentaires

Transcription

La check-list sécurité du patient au bloc opératoire
ECOLE D’INFIRMIER(E)S DE BLOC OPERATOIRE
CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE
DE LIMOGES
LA CHECK-LIST
SECURITE DU PATIENT
AU BLOC OPERATOIRE
OU EN SOMMES-NOUS ?
TRAVAIL INDIVIDUEL D’INTERET PROFESSIONNEL
REALISE ET SOUTENU PAR
NADINE MAUGER
DIPLOME D’ETAT D’INFIRMIER(E) DE BLOC OPERATOIRE
PROMOTION 2009-2011
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
«Chacun est responsable de tous.
Chacun est seul responsable.
Chacun est seul responsable de tous.»
Antoine de Saint-Exupéry - Pilote de guerre
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
SOMMAIRE
INTRODUCTION
1
1. PROBLEMATIQUE
3
2. CADRE CONTEXTUEL
5
2.1. ORIGINE DE LA CHECK-LIST
2.1.1. L’OMS
2.1.2. L’ HAS
2.1.3. LA CERTIFICATION
2.2. PRESENTATION DE LA CHECKT-LIST HAS
2.3. PROFESSIONNELS CONCERNES
2.3.1 COMPETENCES…
2.3.2. …ET RESPONSABILITES
3. CADRE CONCEPTUEL
3.1. SECURITE DU PATIENT
3.1.1. LE RISQUE
3.1.2. LA GESTION DES RISQUES
3.1.3. LA QUALITE DES SOINS
5
5
6
6
7
11
11
11
13
13
13
14
14
3.2. LE BLOC OPERATOIRE
15
3.3. CHECK-LIST OUTIL DE PRISE EN CHARGE DU PATIENT
15
3.3.1. COLLABORATION
3.3.2. IMPLICATION
3.3.3. PRISE EN CHARGE DU PATIENT
4. HYPOTHESE
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
15
16
16
17
5. METHODOLOGIE DE L’ENQUETE
18
5.1. CHOX DE L’OUTIL
18
5.2. POPULATION CIBLEE
18
5.3. OBJECTIFS DU QUESTIONNAIRE
18
5.4. LIEUX D’ENQUETE
18
5.5. DEROULEMENT
18
6. RESULTATS ET ANALYSES DE L’ENQUETE
6.1. PREMIERE ANALYSE
6.1.1. PROFIL IDENTITAIRE
6.1.2 IMPLICATION DANS L’OUTIL CHECK-LIST
6.1.3. CHECK-LIST ET COLLABORATION
6.1.4. CHECK-LIST, PRISE EN CHARGE ET SECURITE
DU PATIENT
6.2. AUTRE ANALYSE
19
19
19
19
20
21
22
7. SYNTHESE
25
8. PROPOSITIONS DE PROJETS
26
CONCLUSION
27
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
GLOSSAIRE
ANAES
Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé
CCREVI
Commission de Coordination Régionale des Vigilances
CHU
Centre Hospitalier Universitaire
CH
Centre Hospitalier
CSP
Code de la Santé Publique
DHOS
Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins (remplacée par
la DGOS, Direction Générale de l’Offre de Soins - Décret et arrêté du 15 mars 2010-)
HAS
Haute Autorité de Santé
Iade
Infirmier(e) Anesthésiste Diplômé(e) d’Etat
Ibo
Infirmier(e) diplômé(e)d’Etat travaillant au bloc opératoire
Ibode
Infirmier(e) de Bloc Opératoire Diplômé(e) d’Etat
Ide
Infirmier(e) Diplômé(e) d’Etat
ISO
Infection du site opératoire
JORF
Journal Officiel de la République Française
OMS
Organisation Mondiale de la Santé
ONU
Organisation internationale des Nations-Unies
SFAR
Société Française d’Anesthésie et Réanimation
SSPI
Salle de Surveillance Post Interventionnelle
Pour une lecture plus facile de la suite de ce travail, j’ai regroupé sous l’abréviation Ibo, les
infirmier(e)s travaillant au bloc opératoire et les infirmier(e)s de bloc opératoire
diplômé(e)s d’Etat, et n’ai utilisé l’abréviation Ibode que quand il s’agissait de sa
spécificité.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
1
INTRODUCTION
Dès le début de mon activité professionnelle, j’ai su ma préférence pour la chirurgie ;
exercer dans différents services et structures l’ont simplement confirmée. Une opportunité
m’a permis de travailler provisoirement au bloc opératoire, et je n’ai voulu qu’une chose :
y retourner ! J’ai obtenu un poste fin 2007 lors de l’arrivée d’un nouveau chirurgien dans
mon établissement.
Au bloc opératoire, je retrouve ce qu’il me plaît le plus dans ma profession, allier les côtés
relationnel et technique soit prendre en charge, avec un groupe de personnes, restreint,
complémentaire et cohérent, un patient, de son arrivée en sas de transfert jusqu’à la salle
de surveillance post-interventionnelle et cela, au cours de son « chemin » d’hospitalisé.
Dans l’établissement où j’exerce, j’ai appris à travailler au bloc opératoire « sur le tas »
sans, parfois, être sûre de bien faire. Cette façon de travailler m’a gênée car l’ignorance
peut être source de danger et le travail en équipe n’apprend pas tout.
C’est dans le but d’obtenir les compétences nécessaires au travail en bloc opératoire et à la
sécurité du patient que j’ai demandé à suivre la formation d’Ibode.
Par contre, chacun est là pour accueillir, installer, rassurer le patient, les informations
reçues par les uns sont communiquées aux autres et réciproquement.
Un patient allergique, qui n’est pas à jeun, qui a oublié sa radio, qui doit être opéré à droite,
autant d’exemples d’informations qui doivent être connues de tous les membres de
l’équipe.
La collaboration avec l’Iade se fait naturellement comme elle se fait avec le brancardier ou
l’aide-soignant, autour du patient ; nous nous transmettons ce que nous avons appris par
et sur le patient qui reste au centre de nos actions.
Mon parcours professionnel et ma formation d’Ibode m’ont amenée à travailler dans
d’autres blocs et constater des relations différentes au sein « des équipes chirurgicales »
(termes pris au sens large).
De plus, depuis janvier 2010, l’utilisation de la check-list sécurité du patient au bloc
opératoire a rendu la collaboration entre les équipes chirurgicale et anesthésique
« obligatoire » ; il s’agit de partager des informations et de vérifier des points précis de
façon « croisée » avant et après l’intervention afin d’améliorer la prise en charge du
patient.
Pour les besoins de ce travail, j’ai scindé l’équipe opératoire en deux : l’équipe chirurgicale
(chirurgien, Ibo) et l’équipe anesthésique (anesthésiste, Iade).
Dans certains établissements, chacun reste dans sa zone, « on ne se mélange pas », par
contre, dans d’autres, la question ne se pose pas et la collaboration est omniprésente.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
2
Le patient est un « tout indissociable », il ne s’agit pas de se le partager mais de travailler
ensemble et pour lui, même si concrètement sa prise en charge est différente du fait des
deux « zones de travail » séparées par un champ stérile : une « zone chirurgicale » pour
l’Ibo et une « zone anesthésique » pour l’Iade.
Pourquoi dire que le patient est un « tout indissociable » ? J’ai envie de répondre parce que
je le vois, ou plutôt je le conçois, d’une façon « holistique ».
Le patient est une personne qui arrive avec une « vie » (son vécu, ses connaissances, ses
croyances, ses peurs, ses espoirs) avec un milieu familial et professionnel qui lui est propre
et fait partie de sa « vie ». Conserver sa santé ou la retrouver, c’est conserver sa « vie » au
sens propre tout autant qu’au sens figuré.
Et je fais le parallèle avec le soin au patient qui est aussi un « tout ». Un soin ne peut se
faire sans tenir compte de plusieurs critères sinon c’est un soin mal fait :

Hygiène (du soigné, du soignant, du soin lui-même, de l’environnement),

Sécurité (du soin, du patient, du lieu, compétence du soignant, transmissions,
travail d’équipe, continuité du soin),

Qualité (relation de confiance, information par/du patient c’est-à-dire qu’il en reçoit
mais aussi qu’il en donne, compétence du soignant, soin efficace, continuité du soin
et suivi du patient).
La notion de soin incluant la notion de collaboration d’équipes, il ne s’agit donc pas de
prendre toi un bras, moi une jambe, mais de prendre en charge, ensemble, Monsieur ou
Madame Untel, avec x éventuels problèmes, pour telle intervention ; la qualité de la prise
en charge en dépend.
Il faut sans cesse garder à l’esprit que le patient est au « cœur » de nos actions.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
3
1. PROBLEMATIQUE
Je n’ai entendu parler de la check-list que peu de temps avant d’entrer à l’école d’Ibode et
ce n’est qu’après réflexion que je l’ai considérée comme une avancée dans la pratique
professionnelle et comme un support dans la prise en charge du patient.
Les informations recueillies, par rapport aux dires du patient et du dossier, sont
« comparées » entre les « 2 zones » de travail, chirurgicale et anesthésie, et elles sont
tracées.
Cette façon de cadrer différemment les transmissions permet de « protocoliser »
l’interrogatoire donc de retrouver partout le même type de recueil d’informations sur un
sujet (dont on sait qu’il y aura participé, sauf cas particuliers) et d’être sûr de les partager
entre les équipes d’anesthésie et de chirurgie.
Cette traçabilité est une nouveauté bien venue qui engage, certes les professionnels qui la
remplissent mais également le patient de par sa participation (sauf cas particuliers).
J’ai donc découvert sa mise en place lors de mes stages. J’ai d’ailleurs pu constater que
certains établissements ont préféré prévoir un temps d’adaptation, et en conséquence, l’ont
instituée plus tôt.
Au cours des mois passés, j’ai entendu des avis divergents quant à la nécessité de cette
liste. Il y a les adeptes, les « mitigés » et ceux qui n’en voient pas l’utilité.
Ce contrôle ultime au pied de la table d’intervention semble une suite logique de
l’évolution des moyens de sécurité et de traçabilité concernant un patient, mais les
différentes attitudes des personnels, des anesthésistes et des chirurgiens face à la check-list
m’ont fait réfléchir sur les points suivants :

D’abord sur les comportements :
La check-list nécessite la collaboration des équipes chirurgicale et anesthésique c’est-à-dire
chirurgien, anesthésiste, Iade, Ibo donc leur présence.
En quoi la check-list a-t-elle modifié le comportement de l’équipe opératoire (chirurgien,
anesthésiste, Ibo, Iade) ?
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
4

Ensuite sur l’influence de comportements par rapport à d’autres :
Lors de mes stages, j’ai pu constater que la partie vérification concernant le chirurgien et
l’anesthésiste avant l’incision est rarement faite, du moins à ce moment là et ensemble.
En quoi le comportement du chirurgien et/ou de l’anesthésiste peut-il influencer le
comportement de l’équipe ?

Puis sur l’idée de responsabilité de chacun par rapport à cette liste :
La check-list doit être remplie par un coordonnateur infirmier.
En quoi remplir et signer la check-list rend-il plus impliqué ou plus responsable celui qui le
fait ?

Sur la notion d’obligation :
Le coordonnateur est un professionnel infirmier. Donc, l’Iade comme l’Ibo est à même de
remplir cette tâche.
En quoi une obligation engendre-t-elle un comportement différent, cela peut-il
responsabiliser davantage ?
En quoi imposer cette obligation peut-il influencer les comportements ?

Sur la notion d’utilité :
Les vérifications nécessaires à une prise en charge correcte du patient se faisaient déjà
avant la création de la check-list et, suivant les établissements, la collaboration Iade-Ibo
existait déjà.
En quoi la check-list, document supplémentaire, est-elle utile du point de vue du personnel
infirmier pour la sécurité du patient ?

Et sur l’implication de l’Ibo :
En quoi l’implication de l’Ibo dans l’utilisation de la check-list
favorise-t-elle
l’amélioration de la prise en charge du patient ?
En tant que future Ibode, mon implication dans la pratique de la check-list, peut-elle
influer sur le personnel avec lequel je travaille et optimiser la prise en charge du patient au
bloc opératoire ?
Un constat de collaboration aléatoire entre les équipes chirurgicale et anesthésique en lien
avec un questionnement sur la portée de l’utilisation de la check-list m’ont conduit à
choisir celle-ci pour thème de mémoire.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
5
2. CADRE CONTEXTUEL
Ce cadre permet de retracer les origines de la check-list et de situer son importance pour
les établissements de santé ayant des blocs opératoires.
Il permet également de présenter la check-list actuelle et les professionnels concernés par
son utilisation.
2.1. ORIGINE DE LA CHECK-LIST
2.1.1. L’OMS
L’OMS (Institution spécialisée de l'ONU pour la santé) a recensé 234 millions
d’interventions chirurgicales par an dans le monde : 1 patient sur 10 est victime d’une
erreur médicale, 1 sur 3 en décède.
Et sur toutes les interventions faites dans les pays industrialisés, la moitié des
complications et mortalités postopératoires pourrait être évitée.
Elle a donc lancé un programme « safe surgery saves lives »1 pour augmenter la sécurité
du patient en chirurgie, et faire baisser le taux des complications et décès postopératoires,
en ciblant 10 objectifs :
1. Coopération de l’équipe médico-soignante pour éviter toute erreur de site opératoire,
2. Eviter des complications anesthésiques, tout en assurant une analgésie optimale,
3. Détection et prévention de toute détresse respiratoire,
4. Prise en compte de l’éventualité d’une hémorragie abondante,
5. Contrôle des possibles effets indésirables des traitements mis en œuvre et des allergies
connues chez le patient,
6. Eviter le plus possible les infections du site opératoire,
7. Mise en place de mesures pour éviter de laisser in situ des matériels,
8. Identification précise et vérifiée des prélèvements opératoires,
9. Développement d’une communication des informations essentielles pour assurer la
meilleure qualité de l’intervention,
10. Mise en œuvre d’un suivi régulier des structures chirurgicales, activités et résultats par
les établissements de santé et autorités.
Le principe des check-lists utilisées dans les milieux industriels et surtout aéronautiques a
servi de base à la création d’une check-list2 pour le bloc opératoire, elle-même basée sur
des recommandations de bonnes pratiques et reprenant toutes les vérifications à faire avant,
pendant et après une intervention chirurgicale.
1
2
« La chirurgie sûre sauve des vies »
ANNEXE 1 : SURGICAL SAFETY CHECKLIST OMS
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
6
Afin de juger de son efficacité, celle-ci a été testée, suivant un protocole prédéfini, sur
4000 patients avant et 4000 patients après utilisation de la check-list, sur une période
inférieure à un an et dans huit pays de niveaux économiques différents : L’OMS et
l’équipe de médecins travaillant sur ce projet codirigé par le Dr Atul Gawande, chirurgien
et professeur à Harvard, ont d’abord examiné les meilleurs centres hospitaliers de huit
grandes villes, 4 dans les pays développés (Seattle aux Etats-Unis, Toronto au Canada,
Londres au Royaume-Uni et Auckland en Nouvelle-Zélande), et 4 dans le monde en
développement (Aman en Jordanie, Manille aux Philippines, New Delhi en Inde et une
zone rurale, Ifakara, en Tanzanie). Ils ont analysé comment étaient suivies six procédures
de base en chirurgie dans ces huit centres.
Les résultats obtenus ont montré une baisse de 1/3 du taux de complications et mortalités
postopératoires tous sites confondus3.
L’utilité d’un tel outil de travail pour la sécurité du patient a ainsi été démontrée.
2.1.2. L’ HAS
L’ordonnance du 24 avril 1996 4 suivie du décret du 7 avril 1997 5 donne naissance au
principe d’évaluation des établissements de santé afin d’améliorer la prise en charge des
patients et crée un établissement public de l'État, l’ANAES, dont le but est l’évaluation des
soins et des pratiques professionnelles. La qualité des soins devient alors une obligation.
La loi du 4 mars 2002 6 met en avant des droits aux patients, et celle du 13 août 20047, qui
remplace l’ANAES par l’HAS, renforce la démarche qualité des soins auprès des patients
et met en avant l’évaluation des pratiques professionnelles.
Dans sa politique d’amélioration des soins, l’HAS s’est intéressée au programme de
l’OMS et aux résultats obtenus. Elle a donc travaillé sur une adaptation de cette check-list
pour les établissements de santé en France.
Un groupe de professionnels de bloc opératoire (chirurgiens, anesthésistes, infirmier(e)s,
fédérations hospitalières) et d’associations de patients a travaillé sur le sujet et a abouti à
un consensus en faveur d’une check-list.
Définie en fonction des pratiques des blocs opératoires français, la check-list HAS8 a été
finalisée au bout de 2 ans.
Depuis le 1er janvier 2010, elle doit être appliquée dans les établissements de santé
français ayant un bloc opératoire.
3
Haynes AB et al. A Surgical Safety Checklist to Reduce Morbidity and Mortality in a Global Population.
New England Journal of Medicine ; 360 :491-499, January 29, 2009.
4
ANNEXE 2 : Ordonnance n° 96-346 du 24 avril 1996 portant réforme de l’hospitalisation publique et
privée, JORF n°98 du 25 avril 1996, p 632.
5
Décret 97-311 du 7 avril 1997 relatif à l’organisation et au fonctionnement de l’ANAES, JORF n°82 du 8
avril 1997, p 5328.
6
Loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité des systèmes de santé, JORF
n°54 du 5 mars 2002, p 4118
7
Loi n° 2004-810 du 13 août 2004 relative à l’assurance maladie, JORF n°190 du 17 août 2004, p 14598.
8
ANNEXE 3 : Check-list HAS
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
7
2.1.3. LA CERTIFICATION
La certification (Article L.6113-3 du CSP) a pour objectif de s’assurer que les
établissements de santé développent et entretiennent une démarche d’amélioration de la
qualité et de la sécurité des soins aux patients.
Il faut évoquer la certification des établissements de santé car l’organisation du bloc
opératoire, qui inclut l’utilisation de la check-list, fait partie des nouveaux critères dits
« critères exigibles prioritaires9 » dans le manuel de certification 2010.
L’HAS précise : « Afin de renforcer l’effet levier sur la qualité et la sécurité des soins de la
certification, des pratiques exigibles prioritaires sont introduites dans le manuel de
certification… Elles sont des critères pour lesquels des attentes particulièrement signalées,
sont exprimées.
L’étude des experts-visiteurs10 sur le positionnement des établissements vis à vis de ces
exigences sera systématique et bénéficiera d’une approche standardisée. Il s’agit
d’exigences renforcées sur des sujets jugés essentiels pour la qualité et la sécurité des soins
et pour lesquels la non-atteinte d’un niveau de conformité important sur ces exigences
conduirait systématiquement à une décision de certification péjorative voire à une noncertification».
On comprend que tout le personnel de bloc opératoire soit impliqué (et doit s’impliquer)
dans la démarche.
2.2. PRESENTATION DE LA CHECKT-LIST HAS
La check-list concerne les médecins, le personnel du bloc opératoire et le patient lors de
son passage au bloc. Elle ne peut pas être modifiée, seulement et si besoin, être complétée.
Elle est composée de 10 items répartis en 3 temps. Pour chacun, il faut cocher soit oui, soit
non, ou N/A (Non-adapté) :
- Cocher le oui signifie que la vérification croisée au sein de l’équipe est faite.
- Cocher le non signifie que la vérification n’a pas pu être faite.
- Cocher le N/A signifie que le critère ne concerne pas l’intervention.
1er temps avant induction anesthésique :
Il s’agit des points de vérifications à faire avec la participation du patient, avant que celuici ne soit endormi (si possible), soit identité, côté à opérer, allergie, dossier et examens
nécessaires apportés, puis vérification du matériel nécessaire à l’intervention, et
connaissance des risques à l’intubation ou hémorragiques.
Temps fait en présence de l’équipe anesthésique et des Ibo, et si possible avec
l’équipe chirurgicale.
9
ANNEXE 4 : Liste des critères exigibles prioritaires
ANNEXE 5 : Modalité de mise en œuvre et constat des experts-visiteurs
10
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
8
AVANT INDUCTION ANESTHESIQUE
Temps de pause avant anesthésie
1
Identité du patient :
- le patient a décliné son nom,
sinon, par défaut, autre moyen de vérification de son identité
2
L’intervention et site opératoire sont confirmés :
idéalement par le patient et dans tous les cas, par le
dossier ou procédure spécifique
la documentation clinique et para clinique nécessaire
est disponible en salle
Le mode d’installation est connu de l’équipe en salle, cohérent
avec le site/intervention et non dangereux pour le patient
3
4
Le matériel nécessaire pour l’intervention est vérifié
- pour la partie chirurgicale
- pour la partie anesthésique
5
Vérification croisée par l’équipe de points critiques et des
mesures adéquates à prendre
- allergie du patient
- risque d’inhalation, de difficulté d’intubation ou de
ventilation au masque
- risque de saignement important
Abréviations utilisées : C/L : Check-list - N/A : Non Applicable - N/R : Non Recommandé
2e temps avant l’incision chirurgicale :
Nouvelle vérification sur l’identité du patient, du côté, de l’installation, des risques
anesthésiques ou interventionnels spécifiques afin de prévoir matériel et équipement en
conséquence dans la salle, et si une antibioprophylaxie a été faite.
Temps fait en présence et avec la coopération des équipes chirurgicale et
anesthésique : Le chirurgien doit vérifier la nature et le site de l’intervention,
l’installation du patient, la présence des documents en salle, informer tous les
acteurs des passages risqués, l’anesthésiste informe des traitements en cours, les
Ibo confirment que le matériel est présent et fonctionnel et le coordonnateur vérifie
que l’antibiothérapie a bien été faite dans les 60 minutes avant l’intervention.
6
AVANT INTERVENTION CHIRURGICALE
Temps de pause avant incision
Vérification "ultime" croisée au sein de l’équipe
- identité patient correcte
- intervention prévue confirmée
- site opératoire correct
- installation correcte
- documents nécessaires disponibles
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
9
Partage des informations essentielles dans l’équipe sur des
éléments à risque / points critiques de l’intervention
- sur le plan chirurgical
(temps opératoire difficile, points spécifiques de
l’intervention,…)
- sur le plan anesthésique (risques potentiels liés au terrain ou
à des traitements éventuellement maintenus)
7
_
8
Antibioprophylaxie effectuée
Abréviations utilisées : C/L : Check-list - N/A : Non Applicable - N/R : Non Recommandé
3e temps après l’intervention et avant la sortie de salle :
Contrôle du matériel et textiles afin d’éviter des oublis, vérification du bon étiquetage des
prélèvements et, s’il y a lieu, signalement de problème de matériel, traçabilité.
Temps de vérification par confirmation orale faite par les Ibo et Iade, le chirurgien
et l’anesthésiste. En cas d’écart avec la check-list, ce sont le chirurgien et
l’anesthésiste qui précisent leur choix de décision.
9
10
APRES INTERVENTION
Pause avant sortie de salle d’opération
Confirmation orale par le personnel auprès de
l’équipe :
- de l’intervention enregistrée,
- du compte final correct des compresses, aiguilles,
instruments, …
- de l’étiquetage des prélèvements, pièces
opératoires…
- du signalement de dysfonctionnements matériels
et des événements indésirables
Les prescriptions pour les suites opératoires immédiates sont
faites de manière conjointe
Non
En cas d’écart avec la check-list, préciser la décision choisie
L’HAS précise : « Les membres de l'équipe médico-soignante renseignent, en moins de 2
minutes, la check-list en vérifiant oralement 10 points considérés comme essentiels, en
présence de tous et avec la participation du patient (avant qu'il ne soit endormi).
Ces éléments sont tracés sur un support papier ou électronique par un coordonnateur
Check-list, le plus souvent un personnel infirmier, en coordination avec le chirurgien et
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
10
l'anesthésiste responsables de l'intervention ou le cas échéant, avec le professionnel
qualifié en chirurgie ou anesthésie auquel a été délégué un temps opératoire. »
En-tête de la check-list :
CHECK-LIST SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPERATOIRE
Version 2010 – 02
Chirurgien « intervenant » :
…………………….………………………………
……………Anesthésiste « intervenant » :
Salle : ……………………………………
……………………………………………………
Date d’intervention : …………………
……………
Heure intervention (début) : …………
Coordonnateur(s) check-list :
……………………………………………………
……………
On note que le coordonateur de la check-list peut ne pas être un infirmier(e) mais aussi
l’anesthésiste ou le chirurgien. Il semble logique que ce soit un infirmier de par sa
connaissance des lieux et matériels.
Il faut savoir que le coordonnateur est désigné par l’établissement de santé et que celui-ci
doit mettre en place sa propre procédure d’utilisation de la check-list ainsi que son
archivage (qui peut être dans le dossier du patient et/ou dans le bloc opératoire).
On note également en présence de tous et oralement.
Donc, chacun procède aux vérifications qui le concernent à haute voix, et c’est le
coordonnateur qui coche les items au fur et à mesure sur le document.
Si un critère n’a pas été renseigné, la question doit être posée par le coordonnateur car son
rôle est de vérifier les critères de la check-list et d'assurer leur vérification en temps réel et
de manière croisée au sein des équipes. Cela veut dire que la responsabilité du
coordonnateur est engagée si ce n’est pas fait selon la procédure HAS.
Les objectifs de cette check-list sécurité du patient au bloc opératoire sont de s’assurer que
les vérifications qui doivent être faites, le soient bien et que tout le personnel le sache et
puisse profiter des éléments fournis par chacun.
Et en avoir une trace permet d’identifier les patients qui auraient pu être exposés à un
risque (vérification mal renseignée concernant du matériel par exemple).
Les personnels doivent être convaincus de l’utilité de cette check-list : leur conscience
professionnelle n’est pas à mettre en doute. Il faut seulement s’ouvrir à de nouveaux
concepts comme la gestion des risques et des évènements indésirables, et les intégrer dans
notre pratique professionnelle.
Il faut garder à l’esprit que cette check-list sera réévaluée après 1 an, environ, d’utilisation
en France. Peut-être subira-t-elle quelques changements en 2011.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
11
2.3. PROFESSIONNELS CONCERNES
L’équipe opératoire englobe comme professionnels les médecins 11, anesthésistes et
chirurgiens, d’une part, et les infirmiers diplômés d’Etat 12 dont les Iade et les Ibode,
d’autre part. Leur différence vient de leur spécialisation.
2.3.1 COMPETENCES…
L’exercice de leur profession est lié aux textes suivants :
- Décrets du 29 juillet 2004, textes sur la Sécurité en Anesthésie Réanimation du 5
décembre 199413 et recommandations de la SFAR pour les anesthésistes,
- Décret du 29 juillet 2004 et recommandations du Collège de leur spécialité
chirurgicale pour les chirurgiens,
- Décret du 29 juillet 2004 pour les Ide.
- Article R. 4311-12 du CSP (plus spécifiquement) et textes définissant la pratique
anesthésique, l'organisation de la médecine d'urgence et la prise en charge des patients en
réanimation14 ainsi qu’à ceux relatifs au contrôle des dispositifs médicaux pour les Iade
qui sont sous la seule responsabilité de l’anesthésiste avec l’exclusivité de fonction,
- Article R. 4311-11 du CSP (précisément) et référentiel de compétences15 pour les
Ibode. Elles sont également concernées par les décrets, circulaires, etc. relatifs à
l’obligation de traçabilité des matériels implantables, à la désinfection et stérilisation des
dispositifs médicaux.
Contrairement aux Iade, les Ibode n’ayant pas l’exclusivité de fonction, elles peuvent être
remplacées par d’autres personnels.
2.3.2. …ET RESPONSABILITES
La check-list se fait sous la responsabilité du chirurgien et de l’anesthésiste responsables
de l’intervention, ou le cas échéant du professionnel qualifié en chirurgie ou en anesthésie
auquel il a été délégué un temps opératoire.
Le coordonnateur est responsable de la bonne exécution de la check-list ; son rôle est de la
proposer et la remplir en temps réel. Il est tenu pour responsable s’il la remplit seul et/ou
rétroactivement sans que les contrôles aient vraiment eu lieu.
11
ANNEXE 6 : Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V… les médecins
ANNEXE 6.1 : Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V… les infirmier(e)s
13
ANNEXE 7 : Décret n° 94-1050 du 5 décembre 1994 relatif…de l’anesthésie
14
ANNEXE 8 : Recommandations du Conseil National de l’Ordre des médecins et de la SFAR
15
ANNEXE 9 : Référentiel de compétences des Ibode
12
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
12
Nous sommes responsables de nos actes.
Article R. 4312-14 du CSP : « L'Ide est personnellement responsable des actes
professionnels qu'il est habilité à effectuer. Dans le cadre de son rôle propre, l’Ide… est
également responsable des actes qu’il assure avec la collaboration des AS…qu’il
encadre ».
Les Ibode et les Iade sont « doublement » responsables du fait de leur formation d’Ide
couplée à leur spécialisation.
Quant aux Ibo, sans être spécialisées, elles ne sont pas exclues de l’article R.4311-11 « Les
activités suivantes sont exercées en priorité par l’infirmier titulaire du diplôme d’Etat de
bloc opératoire… », car en priorité ne signifie pas exclusivité.
Article R. 4127-69 du CSP : « L'exercice de la médecine est personnel ; chaque médecin
est responsable de ses décisions et de ses actes ».
Le chirurgien a l’obligation de vérifier les actes accomplis sous sa direction.
Remplir la check-list est obligatoire, ne pas l’effectuer est donc une faute de la part du
médecin fondée sur le non-respect des règles de la pratique médicale, et pour
l’établissement, elle aboutit à une non-certification.
Ces connaissances partagées des risques peuvent laisser envisager, dans l’avenir, la
possibilité d’une responsabilité conjointe entre tous les acteurs et non plus des médecins
seuls16.
16
Le journal de la prévention du risque opératoire, mars 2010, n° 19, pp3-6 sur internet (asspro-info.com)
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
13
3. CADRE CONCEPTUEL
La check-list sécurité du patient au bloc opératoire intègre dans son titre deux
notions essentielles : « sécurité du patient » et « bloc opératoire ».
3.1. SECURITE DU PATIENT
Qui parle sécurité, parle risque car être en sécurité, c’est être à l’abri du risque.
Il en découle une gestion des risques participant à l’amélioration de la qualité des soins.
La loi du 21 juillet 2009 17 définit les obligations des établissements de santé en matière de
gestion des risques :
Article L. 6111-2 du CSP : « Les établissements de santé élaborent et mettent en œuvre
une politique d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins et une gestion
des risques visant à prévenir et traiter les évènements indésirables liés à leurs activités .
Ils organisent la lutte contre les évènements indésirables, les infections associés aux soins
et l’iatrogénie, … »
3.1.1. LE RISQUE18
D’après le dictionnaire Larousse, c’est la possibilité, la probabilité d'un fait, d'un
événement considéré comme un mal ou un dommage ; c’est aussi un danger, un
inconvénient plus ou moins probable auquel on est exposé.
Et pour l’HAS, c’est une situation non souhaitée ayant des conséquences négatives
résultant d’un ou plusieurs évènements dont l’occurrence est incertaine.
Il y a 3 sortes de risques :
- Le risque non réglementé ou l’évènement indésirable : pour l’HAS, il s’agit des
situations qui n’obtiennent pas les résultats escomptés dans une situation habituelle et qui
sont ou seraient potentiellement source de dommages (accidents ou incidents en fonction
de la gravité, et les évènements sentinelles, sans gravité).
- Le risque réglementé : la sécurité incendie, le réseau de l’eau, l’alimentation
collective, les réactifs de laboratoire, les déchets, en radiologie, les dispositifs médicaux, la
stérilisation, la transfusion sanguine, la chirurgie dont la transplantation, la sécurité
anesthésie.
- La vigilance réglementaire : toutes les vigilances (hémovigilance,
infectiovigilance, matériovigilance, …). La vigilance est la surveillance de la sécurité
17
Loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux
territoires, JORF n°0167 du 22 juillet 2009, page 12184.
18
BEDOUCH, Fabienne. La gestion des risques, une démarche indispensable, Les méthodes de gestion des
risques. Interbloc, septembre 2007, Tome XXVI, n°3, pp 168-177.
Dr BENMOUSSA, Risques sanitaires et gestion des risques, cours, août 2010, école d’Ibode de Limoges.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
14
d’utilisation des différents biens et produits à usage thérapeutique, elle concerne la gestion
d’un risque précis par rapport à un produit.
3.1.2. LA GESTION DES RISQUES19
Elle consiste à identifier les risques, les évaluer afin d’organiser les priorités, les analyser
afin de comprendre les raisons de leur survenue et les anticiper en élaborant des mesures
(protocoles, procédures,…) aptes à les éviter ou du moins les réduire le plus possible.
Sans oublier un maillon important de la chaîne : le signalement de l’évènement indésirable,
sans lequel il ne serait pas possible de trouver la faille dans l’organisation qui a permis à
l’évènement de se produire, donc sans lequel il ne serait pas possible d’élaborer des
corrections préventives. Toute personne se doit de signaler (Code de la Santé Publique).
Pour resituer toutes ces notions de risques au bloc opératoire, cela revient à écrire que, lors
de son passage au bloc opératoire, le risque pour le patient, est la probabilité que survienne
un problème.
La chute du chariot de transfert, l’erreur de côté à opérer, un implant inadapté à
l’intervention sont des évènements indésirables : ce sont des « accidents de soin » qui
n’auraient pas dû avoir lieu par rapport à la prise en charge habituelle d’un patient pour les
mêmes soins.
3.1.3. LA QUALITE DES SOINS20
La qualité des soins pour l’OMS, est une démarche qui doit permettre de garantir à chaque
patient l'assortiment d'actes diagnostiques et thérapeutiques qui lui assurent le meilleur
résultat en terme de santé, conformément à l'état actuel de la science médicale, au meilleur
coût pour un même résultat, au moindre risque iatrogène, et pour sa plus grande
satisfaction, en terme de procédures, de résultats et de contacts humains à l'intérieur du
système de soins.
D’après l’Institut de médecine des Etats-Unis, c’est la capacité des services de santé
destinés aux individus et aux populations d’augmenter la probabilité d’atteindre les
résultats de santé souhaités, en conformité avec les connaissances professionnelles du
moment.
La santé, qui « n’a pas de prix », a cependant un coût. Les patients devenus, en quelque
sorte, des clients ont des droits dont celui de recevoir des soins de qualité.
19
BEDOUCH, F. La gestion des risques. Interbloc, septembre 2007, Tome XXVI, n°3, pp 168-177.
MICHON, F. Un véritable levier de la performance. Soins, juin 2010, n° 746, p37.
ELLENBERG E. Les principaux concepts du management des risques. Soins, juin 2010, n° 746, pp 44-45.
20
IRDES. La qualité des soins en France : comment la mesurer pour l’améliorer ? Document de travail n° 18,
décembre 2008.
FOURCADE, A. La qualité des soins à l’hôpital. adsp, juin 2001, n° 35, pp 29-33.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
15
Cette qualité des soins va donc dépendre de critères permettant de s’aligner sur les
résultats de santé escomptés pour les patients :
- Hygiène : des locaux, du personnel, du soin proprement dit et du patient.
- Personnel : compétent, évaluant ses pratiques professionnelles, en formation
continuelle, en nombre suffisant.
- Le soin : aseptique et efficace, avec suivi des recommandations et des protocoles
mis en place et suivi de l’évolution.
- Risques : gérés.
- Patient : collaboration du patient obtenue par l’information médicale et
paramédicale, sa confiance dans l’établissement, les chirurgiens, les personnels et son
sentiment d’être accueilli, écouté et entendu, son suivi et sa satisfaction.
Ce sont ces mêmes critères de base que l’on va retrouver dans une unité de soins que dans
un bloc opératoire, mais, au bloc, il faut intégrer l’intervention, l’anesthésie, les matériels
spécifiques, et le lieu, lui-même spécifique.
3.2. LE BLOC OPERATOIRE
C’est « le » lieu de haute technicité et de haut risque d’un établissement de santé, dédié à
des actes invasifs et à l’accès règlementé. Il a sa « direction » (Le conseil de bloc) et son
règlement (La chartre du bloc). Il requiert des équipements et des compétences médicales
et paramédicales spécifiques.
Son bon fonctionnement intègre optimisation et rationalisation dans :
- l’organisation (planning opératoire et gestion des salles par chirurgien, par jour, par
salle, gestion du personnel, gestion du matériel stérile, approvisionnement en matériel),
- la gestion des risques (sécurité patient et personnel),
- le respect des mesures d’hygiène, d’asepsie (prévention des ISO).
Tout doit être protocolisé afin de maîtriser au mieux les risques. Ils doivent être connus et
reconnus du personnel afin que celui-ci soit en mesure de les prévenir et/ou les contrôler.
3.3. CHECK-LIST OUTIL DE PRISE EN CHARGE DU PATIENT
La check-list demande la collaboration et l’implication de tous les membres de l’équipe
opératoire. Elle ne peut pas (ne doit pas) être remplie sans ces conditions qui vont lui
permettre de garder son rôle de sécurisation de la prise en charge du patient.
3.3.1. COLLABORATION
Définitions du dictionnaire Larousse :
- Collaboration : Du latin collaborare, travailler avec ; Action de participer à une
œuvre avec d’autres.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
16
- Equipe : Groupe de personnes travaillant à une même tâche ou unissant leurs
efforts dans le même dessein.
-Communication : Du latin communicare, partager ; Information que l’on donne ;
faire part, donner connaissance de quelque chose à quelqu’un.
- Information : Ensemble de connaissances, renseignements réunis sur un sujet
déterminé.
Donc, les équipes chirurgicale et anesthésique constituent les acteurs de la salle
d’intervention, où chacun a un rôle défini ; travaillant les uns avec les autres, dans un but
commun, un soin de qualité et en sécurité pour le patient, ils réunissent des
renseignements sur le patient et les partagent.
La check-list est le support des vérifications demandées.
3.3.2. IMPLICATION
D’après Maurice Thévenet 21, l’implication est souvent associée à la motivation et à la
satisfaction car elles sont liées. L’implication traduit l'attachement au travail,
l'identification de la personne à son emploi et à son rôle professionnel. Et c’est l’image de
soi dans son rôle professionnel qui entraîne l’implication ; on s’approprie la situation ou
l’objet comme s’il nous appartenait en partie. L’implication va se manifester par des
actions.
Par contre, la motivation va correspondre aux raisons qui poussent à agir, et la satisfaction,
à un état procuré par l’expérience de travail.
S’impliquer dans l’utilisation de la check-list, c’est s’approprier l’outil en le connaissant et
en le pratiquant tout en l’intégrant dans sa pratique professionnelle.
3.3.3. PRISE EN CHARGE DU PATIENT
«Prendre en charge signifie accompagner la personne au cours des différentes étapes de
son parcours de soins… selon le degré d’urgence, l’état de santé, l’autonomie de la
personne, le lieu de prise en charge 22 ».
Au bloc opératoire, la prise en charge du patient se fait par une équipe pluridisciplinaire ;
cela nécessite une organisation, de communiquer et collaborer, donc de transmettre des
informations et de tracer des actes, des matériels, des renseignements.
Et la qualité de la prise en charge sera, au final, la satisfaction du patient.
21
THEVENET M. Le plaisir de travailler. Collection de l’institut Manpower. Edition d’Organisation 2004,
pp 40-49.
22
AMAR B, GUEGUEN J-P. Collection Nouveaux cahiers de l’infirmière, Concepts et théorie, démarche de
soins. Edition 2007. Masson. p 42.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
17
4. HYPOTHESE
Après avoir présenté la check-list, fait le lien entre la sécurité du patient au bloc opératoire
et la gestion des risques, rappelé le sens accordé à « prise en charge » d’un patient, et enfin
associé ces recherches à mes questionnements de départ, il en découle tout simplement
l’hypothèse suivante :
L’utilisation de la check-list permet aux Ibo de s’impliquer dans la
sécurisation de la prise en charge des patients au bloc opératoire.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
18
5. METHODOLOGIE DE L’ENQUETE
5.1. CHOIX DE L’OUTIL
L’enquête par questionnaires23 est le moyen de toucher un grand nombre de personnes. Et
la check-list étant assez récente dans la pratique infirmière, cibler un large échantillon
d’Ibo a semblé important.
5.2. POPULATION CIBLEE
Les questionnaires s’adressaient seulement aux Ide et aux Ibode en excluant délibérément
les autres protagonistes de la check-list. J’ai voulu me placer comme Ibo et future Ibode
dans cette recherche.
5.3. OBJECTIFS DU QUESTIONNAIRE
Démontrer que l’utilisation de la check-list permet aux Ibo de s’impliquer dans la
sécurisation de la prise en charge des patients au bloc opératoire.
Cette implication est recherchée à travers :
- leurs connaissances et leurs recherches sur l’outil lui-même,
- leur collaboration avec l’équipe opératoire et le partage d’informations,
- les modifications éventuelles engendrées par la check-list dans leur prise en charge du
patient et sa sécurité.
Certaines questions se « recoupent » volontairement dans le but de mieux cernées les
réponses. Elles n’ont pas d’autres valeurs que de permettre un dépouillement « global » par
thèmes.
5.4. LIEUX D’ENQUETE
Sélectionner des structures privées et publiques, et des lieux différents, (1 CHU et 2
cliniques en Haute-Vienne, 1 CH et 1 clinique en Dordogne, 2 CH en Corrèze, 1 CH en
Gironde), m’assurait de ne pas avoir un même «courant de pensée » vis-à-vis de la checklist. Les deux critères nécessaires étaient avoir des blocs opératoires (donc utilisation de la
check-list) et employer des Ide et des Ibode.
5.5. DEROULEMENT
Après avoir obtenu l’accord des directeurs des soins 24 et des cadres de bloc25 pour la
diffusion des questionnaires dans leurs blocs opératoires, les courriers ont été envoyés pour
une durée de presque trois semaines avec, notée, la date de retour.
23
ANNEXE 10 : Questionnaire
ANNEXE 11 : Courrier au Directeur des soins
25
ANNEXE 12 : Courrier au cadre de bloc
24
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
19
6. RESULTATS ET ANALYSES DE L’ENQUETE
Au total, 125 questionnaires ont été distribués dans ces 8 établissements et 89 sont revenus.
La participation des établissements se répartit comme suit :
- 86,84% pour les 3 cliniques (38 questionnaires distribués, 33 retournés),
- 59,67% pour les 4 CH (62 distribués, 37 récupérés),
- 76% pour le CHU (25 distribués et 19 récupérés).
La participation globale se monte à 71,2% ce qui montre un intérêt de la part des
personnels, concernés par ce sujet d’actualité.
6.1. PREMIERE ANALYSE
6.1.1. PROFIL IDENTITAIRE
Il permet de visualiser la répartition des Ibode et des Ide dans les blocs opératoires
interrogés (Figure 1) : 30% Ibode (27), 70% Ide (62).
Figure 1 : Nombre d’Ide et d’Ibode par groupe d’ancienneté (total : 89personnes)
Ide
21
Ibode
21
9
<1an
1à5 ans
18
6
2
1
19
5à10 ans
>10 ans
Et la figure 2 permet de les situer dans les établissements en fonction de leur polyvalence
ou de leur spécialité.
Figure 2 : Répartition des Ide et Ibode (total : 89 personnes)
22
11
Ide
16
7
1 spé
Ibode
3
polyvalent
CHU/CH
26
4
0
1 spé
polyvalent
clinique
6.1.2 IMPLICATION DANS L’OUTIL CHECK-LIST

Les questions 1 à 7 correspondent à l’implication des Ibo dans l’utilisation
de la check-list basée sur leurs connaissances de l’outil (procédure d’utilisation, les items,
leurs recherches et moyens d’informations, et la responsabilité liée à la check-list).
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
20
Il ressort que la check-list est effectuée dans tous les établissements interrogés ; sa date de
mise en circulation est connue de tous les Ibo.
Les items sont bien connus dans l’ensemble (à 91%).
En ce qui concerne sa procédure d’utilisation, 30% avouent ne pas la connaître ou ne pas
savoir qu’il en existe une.
Pourtant les démarches personnelles pour obtenir des informations sur la check-list sont
quasiment inexistantes ; seules, 3 personnes, ont signalé avoir fait une recherche dans une
revue ou sur le site internet de l’HAS.
L’information donnée soit par des collègues, soit par un cadre ou lors de réunion, semble
avoir suffi pour l’ensemble des personnes interrogées.
Le coordonnateur de la check-list est soit l’Ibo soit l’Iade, parfois les deux ensemble. Dans
la moitié des cas, il est désigné.
La responsabilité de celui-ci est évidente pour 58% des personnes, mais il ne l’est pas pour
27% ; il y a 15% de non-réponses. Ces pourcentages mettent en évidence une conscience
de la responsabilité de celui qui remplit la feuille.
Il existe une connaissance de l’outil, mais l’implication est plutôt « passive », bien que
réelle, de la part des Ibo quant à son utilisation.
6.1.3. CHECK-LIST ET COLLABORATION

Les questions 8, 9 et 11 correspondent à l’implication des Ibo dans l’équipe
par l’utilisation de la check-list (relation entre l’implication des chirurgiens, anesthésistes
et Iade, et celle des Ibo, communication plus facile, partage d’informations, actions
communes) dans le but d’une meilleure prise en charge du patient.
L’utilisation de la check-list n’a pas modifié les comportements ou les relations dans les
équipes à 70% : « on posait déjà les mêmes questions avant », « on la remplit seule ».
Dans la pratique quotidienne les Ibo et les Iade vérifient les items mais les éléments sont
pas ou peu partagés. Il n’y a pas ou peu d’actions communes : installation du patient sur la
table d’opération et accompagnement de celui-ci, à la SSPI.
Pourtant l’implication des Iade regroupe 58,42% des réponses.
Heureusement, pour 30% de questionnés, soit il y a eu une amélioration dans le partage
d’informations et la prise en charge/accueil en commun avec l’Iade soit la collaboration
existait déjà avant.
Les chirurgiens ne s’impliquent pas ou très peu (14%), les anesthésistes peu (30%) : « il est
difficile de faire changer les habitudes surtout quand les chirurgiens ou les anesthésistes y
mettent de la mauvaise volonté ». Les soignants s’adaptent aux comportements.
Un peu plus de la moitié des Ibo pensent que si les chirurgiens et les anesthésistes
s’impliquaient davantage, cela influerait sur leur propre implication (Figure 3)
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
21
Figure 3- « Pensez-vous que l’implication du chirurgien pourrait influencer votre propre implication ? Et celle de
l’anesthésiste ? »
NON
Anesthésistes
Chirurgiens
45%
46%
OUI
52%
52,80%
Un contraste apparaît entre les soignants ayant répondu oui (ils considèrent que
l’implication est une affaire d’équipe), et ceux ayant répondu non (ils estiment que c’est
personnel). A noter que les résultats se divisent en deux groupes presque équivalents.
La collaboration entre les équipes n’existe pas comme elle devrait l’être grâce à la checklist ; ce manque, lié aux comportements individuels, ne facilite ni la motivation, ni
l’implication dans la check-list.
6.1.4. CHECK-LIST, PRISE EN CHARGE ET SECURITE DU PATIENT

Les questions 10, 12 et 13 correspondent à la sécurisation de la prise en
charge du patient avec l’utilisation de la check-list (communication avec les médecins,
l’Iade ; collaboration entre les équipes du bloc, partage d’informations sur le patient, sa
pathologie, son intervention et ses risques ; surveillance plus attentive de l’état du patient,
de son installation sur la table d’opération, de sa sécurité et anticipation de risques, contact
favorisé ; intérêt de la check-list).
Pour 68% des personnes, pratiquer la check-list n’a rien changé. Deux raisons sont citées :
« ce sont les mêmes vérifications que l’on faisait déjà », et « un manque de
collaboration ». Mais en ce qui concerne les autres, ils sont plus attentifs à l’état du
patient, son installation, l’organisation de la salle, et depuis, ils favorisent la relation avec
le patient.
Pour 79% de questionnés, il ressort que la check-list n’est pas un moyen d’améliorer la
communication avec le chirurgien et/ou l’anesthésiste, ni de mieux appréhender la
pathologie du patient, ni d’échanger des informations sur le déroulement de l’intervention.
La check-list est considérée comme :
- un document de traçabilité à 94% mais en relation avec une sécurité supplémentaire pour
le patient (à 78%) et pour le personnel (à 65%).
- un document utile pour 62%. Ce qui paraît cohérent avec les lignes précédentes.
- une perte de temps pour 44% et ne facilitant pas le travail à 62%.
« Réunir tous les acteurs de la check-list avant de la remplir en plus de l’installation de la
salle quand il faut faire vite, est irréalisable ».
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
22

Les questions 14 et 15 correspondent à l’expression libre des Ibo.
Beaucoup de réponses sont inexploitables, car sans précisions.
Se retrouvent toutefois les mêmes grandes lignes : en majorité, nous avons « mauvaise
collaboration, check-list mal faite, mêmes questions posées, outil de traçabilité », et d’un
autre côté, « une meilleure relation avec le patient, une surveillance et une sécurité du
patient plus attentives ».
Une remarque, peu citée mais intéressante à signaler, est en rapport avec la formulation des
questions de la check-list : « leur sens n’est pas très clair ».
6.2. AUTRE ANALYSE
J’ai aussi choisi de vérifier, de façon plus « mathématique », si l’implication des Ibo dans
l’utilisation de la check-list est la même, en fonction de leur ancienneté, leur structure de
travail ou le fait d’être polyvalent ou non.
Les lieux d’exercice, CH/CHU et clinique, le fait d’être polyvalent ou non et l’ancienneté
sont devenus des variables indépendantes. Les variables dépendantes sont les 3
thèmes développés dans la 1ère analyse :
- check-list implication dans l’outil (questions 1à 7) renommée ici « implication »,
- check-list équipe et collaboration (questions 8, 9, 11) renommée ici « équipe »,
- check-list prise en charge du patient (questions 10, 12, 13) renommée ici « patient ».
Une cotation a été attribuée par question aux différents thèmes et les résultats calculés mis
en pourcentage.
Figure 4 : Durées d’ancienneté par rapport aux différents thèmes (les <1an sont regroupés avec les 1à5ans)
70
62,31
60,95
60,42
60
50
40
30
38,04
29,52
40,15
41,02
Implication (%)
24,43
25,78
20
Patient (%)
Equipe (%)
10
0
Sup. à 10 ans
5 à 10 ans
0 à 5 ans
La figure 4 permet de constater qu’être ancien ou nouveau au bloc opératoire, n’influe en
rien sur l’implication des Ibo dans l’utilisation de la check-list, dans leur collaboration
d’équipes ou dans leur prise en charge du patient.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
23
On constate, également, que les résultats obtenus rejoignent la 1ère analyse : l’implication
dans l’outil est bonne, la collaboration dans l’équipe est insatisfaisante (donc non favorisée
par l’utilisation de la check-list), et l’implication dans la sécurisation de la prise du patient
n’obtient pas de résultats significatifs. (Figure 4)
Le fait de travailler à l’hôpital ou en clinique, que ce soit dans une spécialité ou en étant
polyvalent n’ont pas plus d’influence que l’ancienneté sur les thèmes « implication »,
« équipe » et « patients ». (Figures 5, 6 et 7)
Dans les figures 5, 6 et 7, le mot général mis entre parenthèse pour les 2 premières
colonnes, hôpital et clinique, veut simplement signifier que les thèmes implication, équipe
et patient ont été calculé dans un premier temps « dans l’ensemble, en général » sans tenir
compte d’une spécialité ou de la polyvalence. Il s’agit d’une globalité avant de détailler
dans un deuxième temps, dans les 4 colonnes suivantes.
Figure 5 : Lieux d’exercice/polyvalence et thème implication (en %)
Clinique - 1 spé;
62,5
64
62
60
Clinique
(général); 58,89
Clinique polyvalent; 58,63
58
56
Hôpital (général);
60,95
Hôpital - 1 spé;
57,02
Hôpital polyvalent; 62,81
54
Thème Implication
Figure 6 : Lieux d’exercice/polyvalence et thème équipe (en %)
35
30
25
Clinique (général)
21,67
Clinique - 1 spé;
25
Clinique polyvalent; 21,43
20
15
10
5
Hôpital (général)
31
Hôpital - 1 spé;
29,17
Hôpital polyvalent; 31,87
0
Thème Equipe
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
24
Figure 7 : Lieux d’exercice/polyvalence et thème patient (en %)
Clinique - 1 spé
58,33
70
60
50
40
Clinique (général)
37,36
Clinique polyvalent 35,86
30
20
10
Hôpital (général)
41,49
Hôpital - 1 spé
35,96
Hôpital polyvalent 44,11
0
Thème Patient
Les résultats obtenus dans cette recherche recoupent ceux de la première analyse.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
25
7. SYNTHESE
La sécurité du patient grâce aux contrôles check-list est intégrée par les soignants mais
l’analyse cible l’absence de l’implication nécessaire dans l’utilisation de l’outil.
Il apparaît que les personnels ne se le sont pas appropriés.
La collaboration quasiment inexistante avec les chirurgiens et les anesthésistes démobilise
les Ibo. Par contre, la participation des Iade reste importante même si elle ne fait pas
l’unanimité.
Le risque sous-jacent qui ressort de cette analyse, est la banalisation du remplissage de la
check-list. Elle perdrait alors son rôle de « sécurité du patient au bloc opératoire ».
A l’heure actuelle, la check-list est un outil de traçabilité des pratiques existantes, mais elle
ne permet pas aux Ibo de s’impliquer réellement dans la sécurisation de la prise en charge
du patient.
Cela m’amène à la conclusion suivante : l’implication des Ibo ne passe pas par l’utilisation
de la check-list alors que le principe de sécurité de la prise en charge du patient est
compris.
On pouvait penser que ce nouveau moyen de contrôle entrainerait derrière lui les
personnels de bloc opératoire, médecins inclus, puisque la culture de la sécurité du patient
au bloc est un sujet d’actualité, tout autant que la démarche qualité…
Mon hypothèse « L’utilisation de la check-list permet aux Ibo de s’impliquer dans la
sécurisation de la prise en charge des patients au bloc opératoire » se retrouve, donc,
invalidée.
Oui, les Ibo s’implique dans la sécurisation de la prise en charge des patients mais ni
« grâce », ni « par » l’utilisation de la check-list mais de par leur rôle professionnel et
leurs compétences.
Il est indispensable d’être convaincu de l’utilité d’un tel outil pour générer de la
motivation. La nécessité de s’approprier la check-list semble évidente afin de conserver
son objectif principal : la prise en charge du patient en sécurité, et ne pas en faire un papier
de plus. Il ne faut pas oublier un moteur indispensable : la collaboration.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
26
8. PROPOSITIONS DE PROJETS
A partir du travail d’analyse précédent, des propositions d’actions peuvent se dessiner.
 Intégrer la check-list dans les outils de traçabilité déjà existants dans les blocs
opératoires :
Que ce soit informatisé ou sur papier, l’heure d’arrivée et de sortie du patient,
l’intervention, les intervenants, le matériel, etc. doivent être tracés.
Y intégrer la check-list permettrait de ne plus avoir de document supplémentaire mais un
seul, suivant toutes les étapes.
 Accueil conjoint du patient par l’Ibo et l’Iade systématiquement afin de partager les
informations :
Suivant les structures, cela pourrait être fait dans le sas anesthésie ou dans le sas d’accueil
du patient, ou envisager un changement de circuit d’arrivée du patient.
Pour ces propositions, il faut savoir si c’est réalisable en fonction du support (papier ou
informatisé) ou si c’est adaptable aux lieux.
 Elaborer des projets d’équipe au complet :
- intégration de la check-list dans l’existant,
- création d’un nouvel outil check-list correspondant au bloc concerné (mais garder les
items tels quels de la check-list est obligatoire),
- organisation permettant une meilleure collaboration, donc un réel partage des
informations.
- partage de la check-list en zone où chacun se reconnaitrait (ex : coordonnateur Iade pour
la 1ère partie, chirurgien et anesthésiste pour la 2e, et l’Ibo pour la 3e).
- connaissance du rôle de chacun afin de mieux définir le sien et obtenir une meilleure
collaboration.
Avoir un projet commun peut être le point de départ d’un rapprochement des équipes et
une stimulation pour sa réalisation.
 Attirer l’attention des Ibo sur la démarche qualité et sécurité des patients.
Découvrir la gestion des risques peut développer l’intérêt des soignants et leur implication
dans la sécurisation de la prise en charge des patients à travers l’utilisation de support tel
que la check-list.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
27
CONCLUSION
La check-list a fait ses preuves en tant que moyen de sécurisation de la prise en charge du
patient et depuis mai 2010, l’HAS a mis en place « La check-list sécurité du patient en
endoscopie digestive26 ».
Mais avoir fait ses preuves ne signifie pas que l’outil soit accepté par les utilisateurs, et ce,
malgré son caractère obligatoire. 2010 est l’année « test ». Attendons les améliorations
apportées à la check-list 2011…et de voir évoluer les comportements.
La formation, élément incontournable de la qualité, est une obligation pour tous les
professionnels de santé. Faire évoluer nos pratiques professionnelles, s’adapter à de
nouvelles connaissances et à de nouveaux concepts est aussi de notre rôle de soignant.
Savoir et/ou pouvoir s’approprier des outils tels que la check-list en fait partie.
Ce travail d’intérêt professionnel clôture 18 mois de formation. Les recherches qu’il a
nécessitées, et la formation en elle-même m’ont permis de réaliser la portée des mots
« démarche qualité et sécurité du patient » dans un établissement de santé.
Choisir de suivre la formation d’Ibode, c’est choisir de participer à cette démarche dans
son propre établissement.
C’est un investissement personnel et professionnel.
Pour conclure, je vais citer Mr Rose27 :
« Il n’est guère raisonnable d’attendre des individus qu’ils se comportent différemment de
leurs pairs ; mieux vaut rechercher une évolution générale des normes comportementales et
des conditions qui en facilitent l’adoption. »
…Et les Ibo pourront alors s’impliquer dans la sécurisation de la prise en charge du patient
au bloc opératoire en utilisant la nouvelle check-list …
26
27
ANNEXE 13 : Check-list sécurité du patient en endoscopie digestive
Geoffrey Rose, épidémiologiste, 1926-1993 - La stratégie de médecine préventive
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
BIBLIOGRAPHIE
LIVRES :





BANNEEL C. L’infirmier de bloc opératoire, Médecine-Sciences Flammarion,
Edition 2005.
HESBEEN W. La qualité du soin infirmier, penser et agir dans une perspective
soignante, Masson, 2e édition, 2002, 208 p.
MUCCHIELLI R. La dynamique des groupes, ESF Editeur, 16ème édition 2002.
UNAIBODE. L’infirmière de bloc opératoire, Abrégés professionnels de
l’infirmière, Masson, 2e tirage.
THEVENET M. Le plaisir de travailler. Collection de l’institut Manpower. Edition
d’Organisation 2004, 269 p.
REVUES :













FOURCADE A. La qualité des soins à l’hôpital, adsp, 2001, n° 35, pp 29-33.
LUQUET B. Le conseil de bloc opératoire une structure collégiale de la gestion,
Inter bloc, 2004, n°3 tome 23, pp167-171.
REISS M. Des professions pour pérenniser la profession, Inter bloc, 2005, n°4
tome 24, pp 264-266.
LE FRAPPER G, SAINT SUPERY N. Installation du patient au bloc opératoire, la
responsabilité des personnels face aux risques iatrogènes, Oxymag, 2005, n°84, pp
20-26.
ELARGE M. Gestion des risques Protocole de comptage des textiles et des lacs,
Inter bloc, 2006, n°1 tome 25, pp 34-37.
HUCHET-BELOUARD A, ARES M, GARNERIN P. La prévention des erreurs
d’identité du patient ou du côté à opérer, Oxymag, 2006, n°87, pp 23-26.
Dossier - La gestion des risques au bloc opératoire, Inter bloc, 2007, n°3 tome 26,
pp 168-182.
CHAGUE V. Comment motiver et impliquer les soignants, Soins cadres de santé,
2007, supplément au n° 62, pp S12-S15.
COUDRAY M-A. Des référentiels pour les Ibode, pour quoi faire ?, Inter bloc,
2007, n°2 tome 26, pp 103-110.
BOILON M. Ibode et Iade, des infirmier(e)s qui collaborent au bénéfice de l’opéré,
Inter bloc, 2007, n°1 tome 26, pp 39-43.
GOUSSAUD F. La maintenance des équipements au bloc opératoire, Inter bloc,
2007, n°3 tome 26, pp 200-202.
PONTE C. Le dossier du patient, de l’outil de prise en charge à l’outil médicolégal, Inter bloc, 2007, n°3 tome 26, pp 200-202.
PONTE C. La responsabilité juridique de l’Ibode (1/2), Inter bloc, 2008, n°2 tome
27, pp 129-130.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -






SOUSSAN L. Quand la sécurité du patient se décline en dix points, Inter bloc,
2009, n°3 tome 28, pp 165-166.
LE ROUZIC-DARTOY C. La check-list au bloc opératoire, l’expérience du CHRU
de Brest, Inter bloc, 2009, n°4 tome 28, pp 282-285.
ROBERT-GERAUDEL A. Renforcer la sécurité au bloc, les facteurs humains en
ligne de mire, Inter bloc, 2009, n°1 tome 28, p 5.
Dossier - Politique et gestion des risques à l’hôpital, Soins, 2010, n° 746, pp 37-59.
Actualités au bloc - Pratiques avancées Ibode, enfin une exclusivité de fonction ?,
Inter bloc, 2010, tome 29 Hors-série, pp HS7-HS8.
DEVERS G. La responsabilité de l’infirmière de bloc opératoire, Objectif soins,
avril 2010, n° 185, pp 11-13.
INTERNET :











http://fr.wikipedia.org/wiki/
http://www.has-sante.fr/portail/
http://www.who.int/about/fr/
http://www.em-consulte.com/
http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/politique-hospitaliere/
http://www.macsf.fr/vous-informer/
http://www.irdes.fr/
http://www.un.org/fr/
http://www.legifrance.gouv.fr/
http://www.sante.gouv.fr/
http://www.asspro-info.com
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
ANNEXES
ANNEXE 1
SURGICAL SAFETY CHECKLIST OMS/CHECK-LIST OMS
ANNEXE 2
ORDONNANCE N° 96-46 DU 24 AVRIL 1996 PORTANT
REFORME DE L’HOSPITALISATION PUBLIQUE ET PRIVEE
(EXTRAIT)
ANNEXE 3
CHECK-LIST HAS
ANNEXE 4
LISTE DES CRITERES EXIGIBLES PRIORITAIRES
ANNEXE 5
MODALITE DE MISE EN ŒUVRE ET CONSTAT DES
EXPERTS-VISITEURS
ANNEXE 6
DECRET N° 2004-802 DU 29 JUILLET 2004 RELATIF AUX
PARTIES IV ET V (EXTRAIT)
COMPETENCES ET RESPONSABILITES : LES MEDECINS
ANNEXE 6.1
COMPETENCES
ET
RESPONSABILITES :
INFIRMIER(E)S , LES IBODE, LES IADE
ANNEXE 7
DÉCRET N° 94-1050 DU 5 DÉCEMBRE 1994 RELATIF AUX
CONDITIONS TECHNIQUES DE FONCTIONNEMENT DES
ETABLISSEMENTS DE SANTE EN CE QUI CONCERNE LA
PRATIQUE DE L'ANESTHESIE…(EXTRAIT)
ANNEXE 8
RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES IADE
ANNEXE 9
REFERENTIEL DES 8 COMPETENCES IBODE
ANNEXE 10
QUESTIONNAIRE
ANNEXE 11
COURRIER AU DIRECTEUR DES SOINS
ANNEXE 12
COURRIER AU CADRE DE BLOC
ANNEXE 13
CHECK-LIST SECURITE DU PATIENT EN ENDOSCOPIE
DIGESTIVE
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
LES
SURGICAL SAFETY CHECKLIST OMS/CHECK-LIST OMS
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
ORDONNANCE N° 96-46 DU 24 AVRIL 1996 PORTANT REFORME DE
L’HOSPITALISATION PUBLIQUE ET PRIVEE (EXTRAIT)
Art. L. 710-5. - Afin d'assurer l'amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins, tous
les établissements de santé publics et privés doivent faire l'objet d'une procédure externe d'évaluation
dénommée accréditation. Cette procédure, conduite par l’ANAES, vise à porter une appréciation
indépendante sur la qualité d'un établissement […], à l'aide d'indicateurs, de critères et de référentiels
portant sur les procédures, les bonnes pratiques cliniques et les résultats des différents services et
activités de l'établissement. La procédure d'accréditation est engagée à l'initiative de l'établissement de
santé, […].
Art. L 791-1. -Il est créé un établissement public de l'État à caractère administratif dénommé ANAES,
doté de la personnalité juridique et de l'autonomie financière et placé sous la tutelle du ministre chargé
de la santé. […]. L’ANAES a pour mission :
1) De favoriser, tant au sein des établissements de santé publics et privés que dans le cadre de
l'exercice libéral, le développement de l'évaluation des soins et des pratiques professionnelles
2) De mettre en œuvre la procédure d'accréditation des établissements de santé […]
Art. L. 791-2. - Au titre de sa mission d'évaluation des soins et des pratiques professionnelles dans les
secteurs hospitalier et des soins de ville, l'agence nationale est chargée :
1) D'élaborer avec des professionnels, selon des méthodes scientifiquement reconnues, de valider et
de diffuser les méthodes nécessaires à l'évaluation des soins et des pratiques professionnelles ;
2) D'élaborer et de valider des recommandations de bonnes pratiques cliniques et des références
médicales et professionnelles en matière de prévention, de diagnostic et de thérapeutique ;
3) De donner un avis sur la liste des actes, prestations et fournitures qui sont pris en charge ou
donnent lieu à remboursement par les organismes d'assurance maladie, à l'exception des médicaments ;
4) De réaliser ou de valider des études d'évaluation des technologies relatives à son domaine de
compétence ;
5) De proposer toute mesure contribuant au développement de l'évaluation, notamment en ce qui
concerne la formation des professionnels de santé ;
6) De diffuser ses travaux et de favoriser leur utilisation.
Art L 791-3. – […], l'agence nationale est chargée, […] :
l) D'élaborer avec des professionnels et des organismes concernés, selon des méthodes
scientifiquement reconnues, ou de valider des référentiels de qualité des soins et des pratiques
professionnelles fondés sur des critères multiples ;
2) De diffuser ces référentiels et de favoriser leur utilisation par tous moyens appropriés ;
3) De mettre en œuvre la procédure d'accréditation des établissements et d'accréditer ces
établissements sur le rapport des experts visés à l'article L 791-4 ;
4) De veiller, par tout moyen approprié, à la validation des méthodes et à la cohérence des initiatives
relatives à l'amélioration de la qualité dans le domaine de la prise en charge des patients.
Art L 791-4. – […], l'agence nationale s'assure de la collaboration des professionnels par la
constitution et l'animation d'un réseau national et local d'experts.
Art. L 791-8. - Un collège de l'accréditation,[…], valide le rapport d'accréditation et accrédite les
établissements de santé.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
LISTE DES CRITERES EXIGIBLES PRIORITAIRES CERTIFICATION 2010
1 - Politique et organisation de l’Évaluation des Pratiques Professionnelles,
2 - Fonction « gestion des risques »,
3 - Gestion des évènements indésirables,
4 - Maîtrise du risque infectieux,
5 - Système de gestion des plaintes et réclamations,
6 - Prise en charge de la douleur,
7 - Prise en charge et droits des patients en fin de vie,
8 - Gestion du dossier du patient,
9 - Accès du patient à son dossier,
10 - Identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge,
11 - Démarche qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient,
12 - Prise en charge des urgences et des soins non programmés,
13 - Organisation du bloc opératoire.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
MODALITE DE MISE EN ŒUVRE ET CONSTAT DES EXPERTSVISITEURS -- CERTIFICATION 2010
Au bloc opératoire, le développement d’une culture partagée de la sécurité s’articule autour de la
mise en œuvre de la check-list, des revues morbidité mortalité au bloc opératoire (RMM) et de la
gestion des évènements indésirables ainsi bien sûr que des activités menées dans le cadre du
Conseil de bloc.
L'implantation de la check-list requiert l’adhésion de tous : implication des représentants
institutionnels et des responsables des départements et services de chirurgie, d'anesthésie,
engagement pérenne des professionnels de bloc opératoire et en particulier impulsion donnée
par le chirurgien et l'anesthésiste responsables de l'intervention.
Ce document vise à garantir la sécurité du patient par des vérifications : identité, site,
positionnement du patient, contrôle du bon fonctionnement du matériel (traçabilité du matériel
stérilisé), information et communication inter-équipe, antibioprophylaxie, comptage des
instruments, signalement d’éventuel dysfonctionnement, etc.
L'expert-visiteur en visite s’interrogera sur sa mise en œuvre au quotidien (intégrée au déroulement
du programme opératoire). Il ne doit pas s'agir d'un remplissage passif, voire a posteriori des liens
mais d'un renseignement proactif au fur et à mesure de la réalisation partagée et croisée au sein de
l'équipe. L’expert-visiteur s’assurera que le time out (temps de pause avant incision) est pratiqué
pour toutes les interventions et qu’il constitue un moment d’échange oral des informations. L’idéal
serait que l’établissement présente aux experts-visiteurs :
 l’état de déploiement de la check-list dans l’établissement au moyen d’une cartographie
fonctionnelle couvrant tout ou partie des activités au bloc opératoire et autres secteurs
interventionnels ;
 la stratégie d’implantation utilisée : réunions, informations des équipes, affichage ou autre ;
 les supports retenus (papier ou informatique), le mode d’archivage ;
 la réalité de l’utilisation au quotidien avec rencontres de professionnels des 3 métiers
du bloc : chirurgiens, anesthésistes-IADE, IBODE ; il sera intéressant de connaître
leur décision concernant celui retenu comme coordinateur Check-list ainsi que de
connaître la fréquence des No-Go (c’est à dire le nombre de Non (Items non vérifiés
de manière croisée) et leur gestion quant aux décisions d’arrêt de la procédure
chirurgicale ;
 une évaluation succincte de son utilisation par les équipes (indicateurs de pratiques –
% de renseignements de la liste, de résultats intermédiaires type antibioprophylaxie,
ou de résultats finaux – ex taux d’ISO).
Pour la V2010 (critère 26a : « pour chaque intervention chirurgicale, la procédure de vérification de
l’acte est mise en œuvre par un membre identifié de l’équipe opératoire »), le fait de constater
une utilisation systématique de la check-list dans tous les blocs opératoires le conduira à répondre
« oui », une mise en place dans la majorité des blocs opératoires ou dans la majorité des cas une
réponse « en grande partie », une mise en place très peu fréquente ou dans un nombre de blocs
opératoires très minoritaire « partiellement ». Enfin, une non-intégration de l’outil aux pratiques
organisationnelles des blocs opératoires retiendra la réponse « non ».
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
DECRET N° 2004-802 DU 29 JUILLET 2004 RELATIF AUX PARTIES IV ET V DU
CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (EXTRAIT) COMPETENCES ET
RESPONSABILITES : LES MEDECINS
Art. R. 4127-1. Les dispositions du présent code s’imposent aux médecins inscrits au Tableau de
l’Ordre, à tout médecin exécutant un acte professionnel dans les conditions prévues à l’art. L. 356-1
du code de la santé publique ou par une convention internationale, ainsi qu’aux étudiants en
médecine effectuant un remplacement ou assistant un médecin dans le cas prévu à l’article 87 du
présent code. Conformément à l’art. L.409 du code de la santé publique, l’Ordre des médecins est
chargé de veiller au respect de ces dispositions.
Les infractions à ces dispositions relèvent de la juridiction disciplinaire de l’Ordre.
Conformément à l’art. L.4111-1, nul ne peut exercer la médecine en France s’il n’est :
- titulaire d’un diplôme, certificat ou autre titre mentionné à l’art. L.4131-1 ;
- de nationalité française, de citoyenneté andorrane ou ressortissant d’un Etat membre de la
communauté européenne ou partie à l’accord sur l’Espace économique européen, d’un pays lié par
une convention d’établissement avec la France, du Maroc ou de la Tunisie ;
- inscrit au tableau de l’Ordre des médecins, cette dernière condition étant notamment subordonnée
à la réalisation des deux premières.
Ces conditions sont cumulatives. L’inscription au tableau de l’Ordre est obligatoire pour tout
médecin exerçant sur le territoire français sous peine de poursuites pour exercice illégal de la
médecine.
Art. R. 4127-11. il doit entretenir et perfectionner ses connaissances ;…participer à des actions de
formation continue… à l'évaluation des pratiques professionnelles.
Art. R. 4127-32. Dès lors qu'il a accepté…s'engage à assurer personnellement au patient des soins
consciencieux, dévoués et fondés sur les données acquises de la science...
Art. R. 4127-33… doit toujours élaborer son diagnostic avec le plus grand soin…, en s'aidant dans
toute la mesure du possible des méthodes scientifiques les mieux adaptées…
Art. R. 4127-34… doit formuler ses prescriptions avec toute la clarté indispensable, veiller à leur
compréhension par le patient et son entourage et s'efforcer d'en obtenir la bonne exécution.
Art. R. 4127-35… doit à la personne qu'il examine, qu'il soigne ou qu'il conseille une information
loyale, claire et appropriée sur son état, les investigations et les soins qu'il lui propose…tient
compte de la personnalité du patient dans ses explications et veille à leur compréhension ….
Art. R. 4127-36. Le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché …
Art. R. 4127-40. Le médecin doit s'interdire, dans les investigations et interventions qu'il pratique
comme dans les thérapeutiques qu'il prescrit, de faire courir au patient un risque injustifié.
Art. R. 4127-41. Aucune intervention mutilante ne peut être pratiquée sans motif médical très
sérieux et, sauf urgence ou impossibilité, sans information de l'intéressé et sans son consentement.
Art. R. 4127-47…, la continuité des soins aux malades doit être assurée…
Art. R. 4127-48. il ne peut pas abandonner ses malades en cas de danger public, sauf sur ordre
formel donné par une autorité qualifiée, conformément à la loi.
Art. R. 4127-64. Lorsque plusieurs médecins collaborent…, doivent se tenir mutuellement
informés ; chacun assume ses responsabilités personnelles et veille à l'information du malade…
Art. R. 4127-69. L'exercice de la médecine est personnel ; chaque médecin est responsable de
ses décisions et de ses actes.
Art. R. 4127-70. il est, en principe habilité à pratiquer tous les actes de diagnostic, de prévention et
de traitement. Mais il ne doit pas,… poursuivre des soins, ni formuler des prescriptions dans des
domaines qui dépassent ses connaissances, son expérience et les moyens dont il dispose.
Art. R. 4127-71. Le médecin doit disposer, …, d'une installation convenable, de locaux adéquats
pour permettre le respect du secret professionnel et de moyens techniques suffisants ... Il doit
veiller à la stérilisation et à la décontamination des dispositifs médicaux, qu'il utilise, et à
l'élimination des déchets médicaux selon les procédures réglementaires .Il ne doit pas exercer sa
profession dans des conditions qui puissent compromettre la qualité des soins et des actes médicaux
ou la sécurité des personnes examinées. Il doit veiller à la compétence des personnes qui lui
apportent leur concours
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
DECRET N° 2004-802 DU 29 JUILLET 2004 RELATIF AUX PARTIES IV ET V DU
CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (EXTRAIT) COMPETENCES ET
RESPONSABILITES : LES INFIRMIER(E)S
Art. R. 4311-1, art. R. 4311-2, art. R. 4311-4, art. R. 4311-5, art. R. 4311-7 :
L'exercice de la profession d'infirmier comporte l'analyse, l'organisation, la réalisation de soins
infirmiers et leur évaluation, la contribution au recueil de données cliniques et épidémiologiques et
la participation à des actions de prévention, de dépistage, de formation et d'éducation à la santé.
Art. R. 4311-11. L'infirmier titulaire du diplôme d'Etat de bloc opératoire ou en cours de formation
préparant à ce diplôme, exerce en priorité les activités suivantes :
 Gestion des risques liés à l'activité et à l'environnement opératoire,
 Elaboration et mise en œuvre d'une démarche de soins individualisée en bloc opératoire et
secteurs associés,
 Organisation et coordination des soins infirmiers en salle d'intervention,
 Traçabilité des activités au bloc opératoire et en secteurs associés,
 Participation à l'élaboration, à l'application et au contrôle des procédures de désinfection et
de stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables visant à la prévention des infections
nosocomiales au bloc opératoire et en secteurs associés,
 En per opératoire, l'infirmier diplômé d'Etat de bloc opératoire ou l'infirmier en cours de
formation préparant à ce diplôme exerce les activités de circulant, d'instrumentiste et d'aide
opératoire en présence de l'opérateur,
 Il est habilité à exercer dans tous les secteurs où sont pratiqués des actes invasifs à visée
diagnostique, thérapeutique, ou diagnostique et thérapeutique dans les secteurs de
stérilisation du matériel médico-chirurgical et dans les services d'hygiène hospitalière.
Art. R. 4311-12. L'infirmier anesthésiste diplômé d'Etat, est seul habilité, à condition qu'un
médecin anesthésiste-réanimateur puisse intervenir à tout moment, et après qu'un médecin
anesthésiste-réanimateur a examiné le patient et établi le protocole, à appliquer les techniques
suivantes :
 Anesthésie générale,
 Anesthésie loco-régionale et réinjections dans le cas où un dispositif a été mis en place par
un médecin anesthésiste-réanimateur,
 Réanimation per opératoire.
 Il accomplit les soins et peut, à l'initiative exclusive du médecin anesthésiste-réanimateur,
réaliser les gestes techniques qui concourent à l'application du protocole,
 En salle de surveillance post interventionnelle, il assure les actes relevant des techniques
d'anesthésie citées aux 1°, 2° et 3° et est habilité à la prise en charge de la douleur
postopératoire relevant des mêmes techniques,
 Les transports sanitaires mentionnés à l'article R. 4311-10 sont réalisés en priorité par
l'infirmier anesthésiste diplômé d'Etat.
 L'infirmier en cours de formation préparant à ce diplôme, peut participer à ces activités en
présence d'un infirmier anesthésiste diplômé d'Etat.
Art. R. 4312-2. … dans le respect de la vie et de la personne humaine… la dignité et l'intimité du
patient et de la famille.
Art. R. 4312-3. L'infirmier n'accomplit que les actes professionnels relevant de sa compétence ...
Art. R. 4312-4. Le secret professionnel s'impose … dans les conditions établies par la loi… couvre
non seulement ce qui lui a été confié, mais aussi ce qu'il a vu, lu, entendu, constaté ou compris.
L'infirmier instruit ses collaborateurs de leurs obligations en matière de secret professionnel et
veille à ce qu'ils s'y conforment.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
Art. R. 4312-5. L'infirmier doit, sur le lieu de son exercice, veiller à préserver autant qu'il lui est
possible la confidentialité des soins dispensés.
Art. R. 4312-6 L'infirmier est tenu de porter assistance aux malades ou blessés en péril.
Art. Art. R. 4312-10. Pour garantir la qualité des soins qu'il dispense et la sécurité du patient, il a le
devoir d'actualiser et de perfectionner ses connaissances professionnelles… de ne pas utiliser des
techniques nouvelles de soins infirmiers qui feraient courir au patient un risque injustifié.
Art. R. 4312-11. L'infirmier respecte et fait respecter les règles d'hygiène dans l'administration des
soins, dans l'utilisation des matériels et dans la tenue des locaux, s'assure de la bonne élimination
des déchets solides et liquides qui résultent de ses actes professionnels.
Art. R. 4312-12. Les infirmiers doivent entretenir entre eux des rapports de bonne confraternité. Il
leur est interdit de calomnier un autre professionnel de la santé, de médire de lui ou de se faire écho
de propos susceptibles de lui nuire dans l'exercice de sa profession. Un infirmier en conflit avec un
confrère doit rechercher la conciliation.
Art. R. 4312-14. - L'infirmier est personnellement responsable des actes professionnels qu'il est
habilité à effectuer.
Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier est également responsable des actes qu'il assure avec la
collaboration des aides-soignants et des auxiliaires de puériculture qu'il encadre.
Art. R. 4312-16. L'infirmier a le devoir d'établir correctement les documents qui sont nécessaires
aux patients avec interdiction d'en faire ou d'en favoriser une utilisation frauduleuse, ainsi que
d'établir des documents de complaisance.
Art. R. 4312-29. L'infirmier applique et respecte la prescription médicale écrite, datée et signée par
le médecin prescripteur, ainsi que les protocoles thérapeutiques et de soins d'urgence que celui-ci a
déterminés. Il vérifie et respecte la date de péremption et le mode d'emploi des produits ou
matériels qu'il utilise.
Il doit demander au médecin prescripteur un complément d'information chaque fois qu'il le juge
utile, notamment s'il estime être insuffisamment éclairé, communique au médecin prescripteur
toute information en sa possession susceptible de concourir à l'établissement du diagnostic ou de
permettre une meilleure adaptation du traitement en fonction de l'état de santé du patient et de son
évolution.
Chaque fois qu'il l'estime indispensable, l'infirmier demande au médecin prescripteur d'établir un
protocole thérapeutique et de soins d'urgence écrit, daté et signé.
En cas de mise en œuvre d'un protocole écrit de soins d'urgence ou d'actes conservatoires
accomplis jusqu'à l'intervention d'un médecin, l'infirmier remet à ce dernier un compte rendu écrit,
daté et signé.
Art. R. 4312-30. Dès qu'il a accepté d'effectuer des soins, l'infirmier est tenu d'en assurer la
continuité, sous réserve des dispositions de l'article R. 4312-41.
Art. R. 4312-31. L'infirmier chargé d'un rôle de coordination et d'encadrement veille à la bonne
exécution des actes accomplis par les infirmiers ou infirmières, aides-soignants, auxiliaires de
puériculture et par les étudiants infirmiers placés sous sa responsabilité.
Art. R. 4312-32. L'infirmier informe le patient ou son représentant légal, à leur demande, et de
façon adaptée, intelligible et loyale, des moyens ou des techniques mis en œuvre. Il en est de même
des soins à propos desquels il donne tous les conseils utiles à leur bon déroulement.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
DÉCRET N° 94-1050 DU 5 DÉCEMBRE 1994 RELATIF AUX CONDITIONS
TECHNIQUES DE FONCTIONNEMENT DES ETABLISSEMENTS DE SANTE
EN CE QUI CONCERNE LA PRATIQUE DE L'ANESTHESIE…(EXTRAIT)
Art. D. 712-40 - Pour tout patient dont l'état nécessite une anesthésie générale ou loco-régionale,
les établissements de santé…doivent assurer les garanties suivantes:
- Une consultation pré-anesthésique, lorsqu'il s'agit d'une intervention programmée;
- Les moyens nécessaires à la réalisation de cette anesthésie;
- Une surveillance continue après l'intervention;
- Une organisation permettant de faire face à tout moment à une complication liée à
l'intervention ou à l'anesthésie effectuées.
Art. D. 712-41 - La consultation pré-anesthésique…a lieu plusieurs jours avant l'intervention….
effectuée…dans le cadre des consultations externes pour le public, et pour le privé soit au cabinet
du médecin anesthésiste-réanimateur, soit dans les locaux de l'établissement… est faite par un
médecin anesthésiste-réanimateur. Ses résultats sont consignés dans un document écrit, incluant les
résultats des examens complémentaires et des éventuelles consultations spécialisées… inséré dans
le dossier médical du patient. La consultation pré-anesthésique ne se substitue pas à la visite préanesthésique qui doit être effectuée par un médecin anesthésiste-réanimateur dans les heures
précédant le moment prévu pour l'intervention.
Art. D. 712-42 - Le tableau de la programmation des interventions est établi conjointement par les
médecins réalisant ces interventions, les médecins anesthésistes-réanimateurs concernés et le
responsable de l'organisation du secteur opératoire, en tenant compte notamment des impératifs
d'hygiène, de sécurité et d'organisation du fonctionnement du secteur opératoire ainsi que des
possibilités d'accueil en surveillance post-interventionnelle.
Art. D. 712-43 - L'anesthésie est réalisée sur la base d'un protocole établi et mis en œuvre sous la
responsabilité d'un médecin anesthésiste-réanimateur, en tenant compte des résultats de la
consultation et de la visite pré-anesthésiques… Les moyens prévus… doivent permettre de faire
bénéficier le patient d'une surveillance clinique continue, d'un matériel d'anesthésie et de
suppléance adapté au protocole anesthésique retenu.
Art. D. 712-44 - Les moyens… doivent permettre d'assurer, par patient, les fonctions suivantes: Le contrôle continu du rythme cardiaque et du tracé électrocardioscopique; - La surveillance de la
pression artérielle… les fonctions ou actes suivants : a) L'arrivée de fluides médicaux et l'aspiration
par le vide; b) L'administration de gaz et de vapeurs anesthésiques; c) L'anesthésie et son
entretien; d) L'intubation trachéale; e) La ventilation artificielle; f) Le contrôle continu: - du débit
de l'oxygène administré et de la teneur en oxygène du mélange gazeux inhalé; - de la saturation du
sang en oxygène; - des pressions et des débits ventilatoires ainsi que de la concentration en gaz
carbonique expiré, lorsque le patient est intubé.
Art. D. 712-45 - La surveillance continue post-interventionnelle…a pour objet de contrôler les
effets résiduels des médicaments anesthésiques et leur élimination et de faire face, en tenant
compte de l'état de santé du patient, aux complications éventuelles liées à l'intervention ou à
l'anesthésie… commence en salle, dès la fin de l'intervention et de l'anesthésie… ne s'interrompt
pas pendant le transfert du patient… se poursuit jusqu'au retour et au maintien de l'autonomie
respiratoire du patient, de son équilibre circulatoire et de sa récupération neurologique.
Art. D. 712-49 - Les patients…sont pris en charge par un ou plusieurs agents paramédicaux…,
affectés …à ladite salle…est placé sous la responsabilité médicale d'un médecin anesthésisteréanimateur qui doit pouvoir intervenir sans délai. Ce médecin: a) Décide du transfert du patient
dans le secteur d'hospitalisation et des modalités dudit transfert; b) Autorise, en accord avec le
médecin ayant pratiqué l'intervention, la sortie du patient dans le cas d'une intervention effectuée en
ambulatoire …
Art. D. 712-50 - Le protocole d'anesthésie ainsi que l'intégralité des informations recueillies lors de
l'intervention et lors de la surveillance continue post-interventionnelle sont transcrits dans un
document classé au dossier médical du patient…de même des consignes données au personnel qui
accueille le patient dans le secteur d'hospitalisation. Elles font également l'objet d'une transmission
écrite.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES IADE
Recommandations concernant les relations entre anesthésistes-réanimateurs et
chirurgiens, autres spécialistes ou professionnels de santé. Conseil national de l’Ordre
des médecins. Décembre 2001.
6. Les infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’Etat : L’anesthésie est un acte médical
qui ne peut être pratiqué que par un médecin anesthésiste-réanimateur qualifié. L’Iade aide
le médecin anesthésiste-réanimateur dans sa tâche mais ne peut pas entreprendre seul une
anesthésie de quelque type que ce soit en l’absence d’un médecin qualifié en anesthésieréanimation.
L’Iade est sous la responsabilité exclusive du médecin anesthésiste-réanimateur et/ou du
chef de service d’anesthésie-réanimation. Aucun autre spécialiste ne peut se substituer à
eux et autoriser ou obliger l’Iade à exercer seul. Le médecin anesthésiste-réanimateur peut
confier à l’Iade, temporairement, sous sa propre responsabilité, la surveillance d’un patient
anesthésié, ne constituant pas un risque particulier, et à condition qu’il soit à tout moment
immédiatement joignable et disponible à proximité de la salle d’opération. L’Iade est
également habilité à participer à toute anesthésie locorégionale et à pratiquer des
réinjections dès lors que le dispositif d’injection a été posé par un médecin anesthésisteréanimateur et sur prescription écrite des médicaments et des posologies.
Recommandations concernant le rôle de l’infirmier anesthésiste diplômé d’Etat.
Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR). 1995
2.1.1. Activités de soins - L'Iade travaille en équipe avec le médecin anesthésisteréanimateur. La nature de ce travail tient à la fois de l'exécution de prescriptions médicales
et de la réalisation de tâches clairement précisées, qui lui sont confiées en fonction de sa
compétence propre. L'intervention de l'un et de l'autre varie selon l'importance des actes
d'anesthésie et de chirurgie.
L'Iade peut, en présence du médecin anesthésiste-réanimateur, procéder à l'induction d'une
anesthésie générale suivant la prescription du médecin ou le protocole établi. Le médecin
anesthésiste-réanimateur peut lui confier la surveillance du patient en cours d'anesthésie à
la condition expresse de rester à proximité immédiate et de pouvoir intervenir sans délai.
Le médecin anesthésiste-réanimateur doit être obligatoirement et immédiatement informé
de la survenue de toute anomalie.
L'Iade participe à la réalisation des anesthésies locorégionales. Il est habilité à pratiquer des
réinjections par la voie du dispositif mis en place par le médecin anesthésiste-réanimateur,
suivant les prescriptions écrites de ce dernier. La participation de l'Iade à l'anesthésie du
patient ambulatoire obéit aux mêmes règles.
Face à une urgence extrême et vitale, l'Iade est tenu de mettre en œuvre, sans attendre, les
gestes d'urgence et de survie relevant de sa compétence. Il est souhaitable que des
protocoles couvrant ces situations soient établis dans chaque service ou équipe
d'anesthésie-réanimation. L'Iade doit, dans de telles situations, rédiger un compte rendu
destiné aux responsables concernés du service d'anesthésie-réanimation
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
REFERENTIEL DES 8 COMPETENCES IBODE
1. Concevoir et mettre en œuvre des modes de prise en charge des personnes adaptés aux
situations rencontrées en bloc opératoire
2. Analyser la qualité et la sécurité en bloc opératoire et en salle d’intervention et
déterminer les mesures appropriées
3. Mettre en œuvre des techniques et des pratiques adaptées au processus opératoire :
4. Mettre en œuvre des techniques et des pratiques adaptées à la chirurgie ostéo-articulaire
5. Mettre en œuvre des techniques et des pratiques adaptées à la chirurgie
abdomino-pelvienne et vasculaire
6. Mettre en œuvre des techniques et des pratiques adaptées à la chirurgie vidéo assistée et
à la microchirurgie
7. Organiser et coordonner les activités de soins liées au processus opératoire
8. Rechercher traiter et produire des données professionnelles et scientifiques :
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
Elève infirmière de bloc opératoire à l’école de Limoges, j’effectue un travail d’intérêt
professionnel portant sur la check-list du point de vue des Ide et des Ibode.
Je vous remercie, toutes et tous, de prendre quelques instants de votre temps pour
remplir ces questionnaires totalement anonymes et confidentiels.
Les questionnaires restent à disposition dans votre bloc jusqu’au …………………………
******************************************************************************************************
QUESTIONNAIRE
Profil identitaire
Fonction :
Ide 
Ibode 
Ancienneté au bloc opératoire : < 1 an  1 à 5 ans  5 à 10 ans  > 10 ans 
Lieu d’exercice :
CHU 
CH 
Clinique privée 
Vous exercez dans : une seule spécialité 
plusieurs spécialités 
1. Effectuez-vous le contrôle check-list dans votre bloc ? Oui 
Non 
- Depuis quand ?...................................................................................................................
2. Existe-t-il une procédure d’utilisation de la check-list ? Oui 
- Si oui, la connaissez-vous ?
Oui 
Non 
Non 
Oui 
Non 
3. Connaissez-vous les items de la check-list ?
4. Avez-vous eu une information explicative lors de sa mise en route ? Oui  Non 
Si non, qu’avez-vous eu comme moyen d’information :
- Par des collègues

- Par des recherches personnelles (lecture, internet)

- Aucun

- Autre (Précisez) : ………………………………………………………………
5. Qui remplit la check-list ? Le chirurgien 
L’anesthésiste 
L’Iade 
L’Ibode

L’Ide 
Autre (Précisez) : ………………………………………
6. Y-a-t-il un coordonnateur désigné ?
Oui  Précisez : …………………………………. Non 
7. Le coordonnateur est-il responsable des réponses cochées ? Oui 
Non 
- Ou, selon vous, qui est responsable ?...............................................................................
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
8. Pensez-vous que le chirurgien s’implique dans l’utilisation de la check-list ?
Oui  Non 
L’anesthésiste ? Oui  Non  L’Iade ? Oui  Non 
9. Pensez-vous que l’implication du chirurgien pourrait influencer votre propre
implication ? Oui  Non 
Et celle de l’anesthésiste ? Oui 
Non 
Précisez : ……………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………….
…………..……………………………………………………………………………………………
10. Pratiquer la check-list a-t-il influé sur votre pratique au bloc opératoire ?
Oui 
Non 
-Si oui, en quoi :
Surveillance plus attentive de l’état du patient

Surveillance accrue de l’installation sur la table d’opération

Organisation de la salle et du matériel améliorée

Asepsie plus rigoureuse

Relation favorisée avec le patient

Autre :………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………..
- Si non, précisez : ……………………………………………………………………...................
………………………………………………………………………………………………………..
11. Pratiquer la check-list vous-a-t-il permis de voir évoluer la relation dans l’équipe ?
Oui 
Non 
- Si oui, de quelles façons : Partage d’informations

Prise en charge du patient commune

Organisation commune

Communication plus facile

Accueil en commun du patient

Autre :………………………………………………...................
………………………………………………………………………………………………………
- Si non, précisez : ……………………………………………………………………................
………………………………………………………………………………………......................
12. Pour vous, la check-list est :
- un outil facilitant le travail
Oui 
Non 
- un outil de traçabilité
Oui 
Non 
- un document utile
Oui 
Non 
- une perte de temps
Oui 
Non 
- une sécurité supplémentaire pour le patient
Oui 
Non 
- une sécurité supplémentaire pour vous
Oui 
. Non 
- autre : ……………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
13. Pensez-vous que la check-list est un moyen :
- de partager plus d’informations entre les équipes du bloc
Oui  Non 
- de collaborer entre les équipes du bloc
Oui  Non 
- d’obtenir des informations supplémentaires sur le patient
Oui  Non 
- de communiquer davantage avec le chirurgien
Oui  Non 
- de communiquer davantage avec l’anesthésiste
Oui  Non 
- de communiquer davantage avec l’Iade
Oui  Non 
- d’échanger des informations sur le déroulement de l’intervention
Oui  Non 
- de mieux appréhender la pathologie du patient
Oui  Non 
- d’accueillir le patient avec l’Iade
Oui  Non 
- d’améliorer la sécurité du patient au bloc opératoire
Oui  Non 
- d’anticiper des risques liés à l’intervention
Oui  Non 
- autre : ………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………...
14. Pour vous, professionnels, qu’a changé l’utilisation de la check-list dans votre
pratique quotidienne ?
……………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………..
15. Diriez-vous que l’utilisation de la check-list, vous permet une meilleure implication
dans la prise en charge du patient ? Précisez votre réponse.
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………
MERCI A TOUTES ET A TOUS DE VOTRE PARTICIPATION
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
COURRIER AU DIRECTEUR DES SOINS
Nadine Mauger
Ecole IBODE Limoges - Promotion 2009-2011
87000 Limoges
Tél :
Limoges, le 19 octobre 2010
A Madame la Directrice des Soins
A Monsieur Le Directeur des Soins
Objet : Demande d’autorisation de diffusion de questionnaires
P.J. : 1 questionnaire, 1 enveloppe affranchie
Madame, Monsieur,
Dans le cadre de ma formation professionnelle à l’école d’IBODE du CHU de Limoges, je
réalise un travail individuel d’intérêt professionnel dont le thème est :
« La check-list sécurité du patient au bloc opératoire » du point de vue des IDE et IBODE.
Afin de poursuivre mon travail de recherche et vérifier mon hypothèse, j’élabore une enquête
à partir de questionnaires, pour lesquelles je sollicite de votre bienveillance, l’autorisation de
les distribuer auprès des professionnels infirmier(e)s travaillant dans le bloc opératoire de
votre établissement.
L’anonymat des réponses ainsi que celui de votre établissement seront respectés lors de
l’exploitation des données.
Vous trouverez ci-joint 1 exemplaire du questionnaire et une enveloppe affranchie pour
réponse.
Je vous remercie par avance pour votre collaboration.
Dans l’attente d’une réponse positive, recevez, Madame, Monsieur, mes salutations
distinguées.
N.Mauger
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
COURRIER AU CADRE DU BLOC OPERATOIRE
Nadine Mauger
2011
87000 Limoges
Tél :
Ecole IBODE Limoges - Promotion 2009-
Limoges, le 19 octobre 2010
A Monsieur ………… , cadre du bloc
opératoire
Objet : Diffusion de questionnaires
P.J. : 15 questionnaires, 1 enveloppe affranchie
Monsieur,
Dans le cadre de ma formation professionnelle à l’école d’IBODE du CHU de Limoges, je
réalise un travail individuel d’intérêt professionnel dont le thème est :
« La check-list sécurité du patient au bloc opératoire » du point de vue des IDE et
IBODE.
Afin de poursuivre mon travail de recherche et vérifier mon hypothèse, j’élabore une
enquête à partir de questionnaires, pour lesquelles je sollicite de votre bienveillance,
l’autorisation de les distribuer auprès des professionnels infirmier(e)s travaillant dans le
bloc opératoire de votre établissement.
L’anonymat des réponses ainsi que celui de votre établissement seront respectés lors de
l’exploitation des données.
Vous trouverez ci-joint 15 questionnaires à faire remplir par les Ide et les Ibode de votre
bloc et une enveloppe affranchie pour leur renvoi le 12/11/2010.
Je vous remercie par avance pour votre collaboration.
Dans l’attente, recevez, Monsieur, mes salutations distinguées.
N.Mauger
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -
ECOLE D’INFIRMIER(E)S DE BLOC OPERATOIRE DE LIMOGES
NADINE MAUGER - PROMOTION 2009-2011
CHECK-LIST SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPERATOIRE
OU EN SOMMES-NOUS ?
RÉSUMÉ : Depuis janvier 2010, la check-list HAS « sécurité du patient au bloc
opératoire » est mise en pratique. Outil de vérification de points essentiels à la
sécurité du patient, avant, pendant et après une intervention chirurgicale, il exige
la collaboration des équipes chirurgicale et anesthésiste. Un questionnement sur
son intérêt et les réactions diverses des soignants m’ont amené à la question
« mais en réalité, permet-elle l’implication des utilisateurs dans la sécurisation de
la prise en charge des patients au bloc opératoire ? » Un questionnaire auprès
des infirmiers de bloc diplômés et non diplômés, ont donné un début de réponse.
L’implication ne passe pas par l’utilisation de la check-list. Des propositions
émergent. Intégrer la check-list à des outils existants, créer une check-list adaptée
à son propre bloc opératoire…
MOTS CLEFS : Check-list, sécurité du patient, bloc opératoire, gestion des
risques, qualité des soins, collaboration, implication, prise en charge.
SURGICAL SAFETY CHECKLIST
ABSTRACT : From January 2010, the checklist of the HAS applied in France in
all institutions of health with an operating theatre. Verification tool issues vital to
the security of the patient before, during and after surgery, it requires the
collaboration of surgical and anesthetic teams. A questioning about his interest
and reactions among various caregivers have led me to the question: but in reality,
enables users to become involved in securing the support of patients in the
operating? A questionnaire to surgical, nursing graduates and non-graduates,
gave a start of answers. Involvement goes not through the checklist. Proposals
emerge. Integrate the checklist to already exists, or create a checklist tailored to its
own operating theater…
KEYWORDS : Checklist, patient safety, quality of care, operating theater,
operational risk management, collaboration, involvement.
Nadine MAUGER – EIBO ECOLE DE LIMOGES - PROMO 2009-2011 -

Documents pareils